un an en Océanie — Journal de voyage

un an en Océanie — Journal de voyage
Sylvain Eliade
Anne Ryard
Et plus si affinités...
Un an en Océanie — récit de voyage
Écrit et publié au cours du voyage
(et un peu après le retour),
d'octobre 2012 à mai 2014,
sur http://oz.journalintime.com/
Publié en livre en mai 2014.
Copyleft : cette oeuvre est libre, vous pouvez la copier, la
diffuser et la modifier selon les termes de la Licence Art
Libre disponible sur le site http://www.artlibre.org
De Dijon à Melbourne
J-30 — Partir
Partir en Australie. Un an. Et plus si affinités.
Ce projet, que j’ai à cœur, n’est pas neuf. Quand je suis
parti deux mois en vacances là-bas, en février et mars
2009, je suis un peu tombé amoureux. Je n’étais parti qu’après avoir subi la brusque envie de changer de
vie, de voir le monde. Je n’avais quasiment jamais quitté la France, et le fait que des amies partent en Australie cette année-là m’a motivé à aller y faire un tour.
Car on pouvait faire difficilement plus loin pour un
premier voyage en avion. Mais tout cela, je l’ai déjà
raconté, en large et en travers1, donc je ne vais pas
m’éterniser. L’Australie m’a conquis et depuis lors, je
n’ai eu qu’une envie, c’est d’y retourner plus longtemps, pour en voir plus, en vivre plus.
Trois ans et demi plus tard c’est acté : je reverrai
l’Australie dans un mois. Pour un an au moins. Cette
fois-ci, je ne pars plus seul, nous partons à deux. Nous
allons y travailler, pour financer le voyage, puis y
voyager, pour tout dépenser.
1. http://bohwaz.net/blog/australie-2009/
Nous n’avons pas prévu grand-chose, hormis le billet
d’avion : nous savons que nous atterrissons à Melbourne et repartons un an plus tard d’Auckland en
Nouvelle-Zélande, car on s’est dit que quitte à être
dans le coin autant visiter la NZ aussi. Nous avons
des projets un peu vagues, et notamment pour moi
de passer le permis voiture sur place. Mais le voyage,
c’est aussi l’imprévu et rien ne dit que tout se passera
comme prévu.
Le jour J — 24 heures de vol, ou presque
Samedi matin, nous avons pris le train de Dijon à Paris.
À la gare les « au revoir » à nos familles étaient difficiles. Nous étions très émus, et eux aussi.
C’est un des rares moments dans ma vie où j’ai eu le
courage de leur dire que je les aimais.
Est-ce le fait de savoir que l’on part un an et qu’on ne
les reverra pas pendant ce temps-là ? Ou la peur qu’il
puisse leur arriver quelque chose pendant que nous
sommes partis et ne pas avoir la possibilité de leur dire
adieu ? Pour moi en d’autres circonstances, il aurait
été difficile de leur avouer cela.
Arrivés à Paris nous avons rejoint l’appartement
d’Olive, qui a été suffisamment gentil pour accepter
de nous héberger ce week-end avec nos gros sacs à
dos. Nous profitons de ces deux jours pour se promener dans Paris et aller retirer des devises australiennes
avant de partir.
Ce lundi matin nous avons pris le RER pour rejoindre
l’aéroport Charles De Gaulle. Je ne l’aime pas cet aéroport. Immense et étriqué en même temps, il est d’un
gris et d’une tristesse déprimante. Serait-ce un dernier
message que la France nous adresserait, nous disant
qu’ici c’est notre dernier contact avec la grisaille ? Je
l’espère.
L’attente à l’aéroport est longue. Le premier vol jusqu’à Hong-Kong est long. À la fin je suis déjà fatigué
des films de l’écran de mon siège : au bout de trois ou
quatre films on en a un peu marre. Je n’ai pas dormi,
impossible avec le bruit assourdissant de l’avion, malgré les bouchons d’oreilles. À Hong-Kong l’aéroport
gigantesque a raison de nos jambes : nous finissions
par nous vautrer dans les fauteuils en attendant le vol
suivant. Par les fenêtres nous ne voyons pas grandchose au-delà de l’aéroport hormis l’ombre de
quelques montagnes dans un épais nuage de pollution.
Je ne regrette pas vraiment d’avoir négligé faire une
étape de quelques jours ici pour visiter la ville. Les mégalopoles polluées ne m’attirent pas vraiment. Peutêtre une autre fois.
Nous reprenons un avion pour Melbourne. Le vol est
interminable. Épuisant. Nous arrivons à Melbourne de
nuit, épuisés, mais le voyage n’est pas terminé. Après
avoir rejoint la gare routière en bordure de centre-ville
par le bus-navette de l’aéroport nous devons maintenant rejoindre à pied l’auberge de jeunesse dans laquelle nous avons réservé des lits pour une semaine
en dortoir. La ville est quasiment déserte, il fait doux,
mais le poids des sacs nous écrase. Heureusement il
n’y a que 25 minutes de marche à faire. Je suis content
de revoir des paysages familiers. C’est une impression
semblable à celle de rentrer chez soi après de longues
vacances. Le seul problème c’est qu’ici, ce n’est pas
chez moi…
Sur place à l’auberge nous payons le solde de la réservation et prenons place dans le dortoir de cette immense auberge qui s’étend sur plusieurs étages. Nous
partons faire quelques courses pour manger avant de
prendre une douche bien méritée. Anne se rend
compte qu’elle a oublié sa serviette chez Olive à Paris.
C’est le premier objet perdu dans ce voyage, mais ça
aurait pu être pire, il suffit d’attendre l’année prochaine pour la récupérer…
Nous nous couchons fatigués, sans avoir vu grandchose de Melbourne pour le moment, mais ça attendra
que nous soyons reposés.
J+7 — Première semaine
Notre première semaine a été passée à chercher une
solution d’hébergement ainsi qu’à démarcher les employeurs potentiels pour trouver un boulot. Nous ne
voulions pas rester en auberge de jeunesse trop longtemps. En effet, celle-ci n’est pas très accueillante. Elle
est trop grande et impersonnelle pour cela. Cette foisci heureusement nous n’avons pas de ronfleur dans la
chambre ni de fêtard qui rentrerait dans la chambre en
criant au milieu de la nuit. C’est déjà ça.
Nous scrutons donc les offres de location de chambres
qui ne sont pas trop chères et qui acceptent deux personnes dans la même chambre. Nous visitons quelques
chambres, mais entre celles qui ressemblent à un dépotoir, celles qui sont dans un backpacker illégal et dégueulasse, rempli de mecs drogués, ou celles qui n’ont
quasiment pas de lumière naturelle, on n’est pas très
emballés. Il faut dire qu’ici les loyers sont chers, donc
en cherchant le moins cher on tombe sur le pire. On
trouve une chambre dans une petite maison sympa et
propre, mais la fenêtre donne sur un mur et c’est assez cher, surtout qu’il faut déposer une caution de plusieurs semaines de loyer. On hésite.
Finalement sur la suggestion de Benjamin, un ami
connu par le site Polyamour.info, qui est en Tasmanie
en ce moment, je regarde les annonces sur le groupe
CouchSurfing pour Melbourne et tombe sur une annonce d’une fille qui a l’air sympa et qui cherche quelqu’un pour une chambre dans sa maison. Ce n’est pas
tout près, mais ça a l’air plus sympa et moins cher,
alors nous allons quand même voir.
Notre premier contact avec Elisa et Josh se fait dans
leur jolie maison d’une banlieue tranquille de Melbourne. Lui est Australien, il a grandi ici et ses parents
habitent dans la banlieue d’à côté. Elle est Américaine
et a visité des dizaines de pays dans le monde entier.
Ils se sont rencontrés en Espagne et depuis ils vivent
ensemble en Australie. Ils ont acheté cette maison, attendent un enfant pour le mois de mars, et peuvent
nous louer une chambre pour 220 dollars par semaine
tout compris jusqu’à fin janvier, moment où Josh doit
repeindre la chambre pour en faire la chambre du
bébé. Cela nous convient, car on veut acheter un van
et partir voyager, idéalement vers fin décembre. On
s’entend bien avec eux, le courant passe bien et on
adore leur chienne qui est très gentille. Bref on est ravis, malgré le fait que ce soit situé à 45 minutes de
train et 15 minutes de marche du centre-ville. On emménage donc directement deux jours plus tard, ce qui
nous évite d’avoir à prolonger notre séjour en auberge
de jeunesse. C’est parfait pour nous, on a beaucoup de
chance d’être tombés sur eux.
J’ai déjà commencé à envoyer des candidatures pour
travailler dans mon métier, développeur web, et j’ai
passé deux entretiens. Au premier entretien on m’a demandé de rester travailler toute la journée « à l’essai »,
gratuitement évidemment, en réalisant un projet pour
un de leurs clients. Pour moi c’est clairement de
l’abus : j’ai accepté de faire un essai pour une heure
maximum, mais pas de rester à travailler toute une
journée gratuitement. Le second était plus correct
mais m’opposera une réponse négative, mon visa me
limitant à ne travailler que six mois maximum pour
le même employeur et eux désiraient quelqu’un pour
douze mois minimum. Tant pis. Je continue les démarches. J’envoie des dizaines de candidatures, je
contacte toutes les entreprises de Melbourne susceptibles d’employer un développeur web. Je soigne et
peaufine mon CV. J’espère que je vais trouver quelque
chose.
Anne fait de même, elle cherche dans les boutiques,
dans la vente, car c’est bientôt noël et ça embauche à
tour de bras normalement pour cette période, et nous
sommes à côté d’un immense centre commercial.
Pendant cette semaine nous avons quand même déjà
un peu pris le temps de visiter la ville. Nous avons
marché jusqu’à St Kilda en passant par les jardins botaniques et nous avons aussi visité le centre-ville et le
Queen Victoria Market (grand marché couvert).
J+18 — Faire du vélo à Melbourne
Depuis que nous avons emménagé à Ringwood, dans
la maison d’un couple américano-australien très gentil, il y a maintenant plus d’une semaine et demie, nous
avons commencé à nous poser la question du transport. En effet Ringwood étant situé à une trentaine
de kilomètres du centre de Melbourne, cela nous fait
quand même 40 minutes de train de banlieue, ajouté à
15 minutes de marche à pied de la gare jusqu’à la maison. Un peu long, sans compter le prix des transports
ici, au moins aussi élevés qu’à Paris (bon d’accord
un peu moins quand même). Donc on s’est dit qu’en
attendant d’avoir une voiture le meilleur moyen de
transport et le moins cher était le vélo.
Nous avions donc prévu de nous rendre à The Bike
Shed2, atelier local d’auto-réparation de vélos, équivalent local de La rustine3 dijonnaise, qui promettait
des vélos à retaper entre 30 et 70 dollars, réparations
comprises, somme à laquelle il fallait ajouter 10$
d’adhésion à l’année. Et le hasard faisant bien les
choses, le jour précédent j’ai trouvé dans les poubelles
2. http://www.thebikeshed.org.au/default.aspx
3. http://larustine.org/
un vélo de course, auquel il manquait une selle et un
dérailleur. Après 2 jours de réparations et 15$ de pièces
il était à nouveau prêt à rouler.
Le Bike Shed en lui-même est une espèce de grand bordel à ciel ouvert : des tas de vélos par ici, des tas de
roues par là, et plus loin des tas de pneus, de chambres
à air… Tout ça en plein air, qui prend gentiment la
rouille et doit infiltrer plein de choses sympathiques
dans le sol. Le "Shed" en lui-même est un baraquement
en métal qui ne sert pas lui-même d’atelier (pas de pied
de réparation), mais sert à stocker les vélos des adhérents en cours de réparation pendant les fermetures, et
sert aussi à stocker les pièces détachées et les outils,
ainsi que les établis. Pendant l’ouverture des pieds de
réparation sont sortis dehors, ainsi que des servantes à
outils, et tout se passe au plein air, parfois sous un parasol, parfois non, auquel cas les bénévoles distribuent
casquettes et chapeaux pour échapper au soleil, qui ici
ne pardonne pas. L’ambiance un peu grand bazar est
agrémentée par les bénévoles de tout âge et de toutes
nationalités qui aident les visiteurs avec leurs vélos.
Anne, elle, a choisi un vélo de ville rouillé dans les vélos à retaper du Bike Shed et pour 50$ l’a remis en
selle, malgré quelques surprises comme un pneu crevé
lors du trajet de retour. Il ne restait plus qu’à acheter
un casque (obligatoire ici, 5$) et un antivol (3$) et hop,
nous voilà libres !
Évidemment nous avions pris soin de regarder un peu
les prix du neuf avant, et nous avions vu des prix à
partir de 150-200$, mais ce n’est que 2 jours après nos
achats que nous avons vu qu’Aldi proposait des VTT à
69$, KMart à 79$ et BigW à… 60$. Bon, tant pis, c’est
rigolo aussi de retaper son propre vélo, même si un
VTT/VTC aurait été plus pratique ici.
Car ici, à Melbourne, c’est un peu le paradis du vélo :
il y a des pistes cyclables partout. Il y a beaucoup de
grandes pistes cyclables qui s’étendent d’une banlieue
à l’autre, sur des kilomètres, en général en bord de rivière dans des environnements très jolis et agréables.
En effet, même quand elles longent les autoroutes, ces
autoroutes sont toujours encaissées entre de grands
murs qui en isolent le bruit, et donc la piste cyclable
est très tranquille. Les pistes sont souvent bordées
d’espaces verts bien entretenus, et on trouve régulièrement des toilettes et des points d’eau, également
bien entretenus. Enfin, les pistes elles même, à part
quelques bosses dues aux racines des arbres qui
poussent sous le goudron, sont très bien revêtues. Bref
ça paraît génial. Mais il y a un "oui mais".
Le problème, c’est que se repérer dans ces pistes est
une galère. Car si certaines sont très bien indiquées,
et on peut même en trouver des cartes, certaines sont
conçues de manière étrange. Par exemple la Capital City Trail, je l’ai prise deux fois à des endroits différents.
Et à chaque fois au détour d’un virage, sans aucune
indication, la piste donne sans prévenir sur… des escaliers. Alors on revient en arrière, on demande aux
autres cyclistes si on ne se serait pas trompé : mais non
c’est bien par là que passe la piste. Il faut donc prendre
son vélo sur le dos et monter les escaliers, et ce ne sont
pas que quelques marches, mais bien plus. Étrange. Enfin, concernant les indications, elles sont souvent peu
visibles, ou que dans un sens (et forcément pas celui où
on est). Et pour finir, il ne semble pas exister de carte
papier de l’ensemble des pistes, ni de certaines pistes
en particulier. Pas vraiment pratique.
Enfin, pour continuer sur les côtés pas pratiques du vélo à Melbourne, on peut citer que le code de la route
autorise les voitures à stationner sur les bandes cy-
clables, ce qui les rend parfois impraticables. Et je ne
parle pas des nombreuses voies de tram à traverser…
On peut aussi faire référence au casque obligatoire, ce
truc chiant, qu’on doit trimballer partout, qui en plein
soleil est une véritable cocotte-minute, bref c’est vraiment un élément décourageant. Les autres obligations
des vélos sont semblables à ce qui existe en France :
respecter le code de la route, avoir une sonnette et un
frein en état de marche, ainsi que des lumières.
J+15 — Les Dandenong Ranges, le William
Ricketts Sanctuary
C’est par deux fois que nous nous sommes rendus dans
les Dandenong Ranges, petite chaîne de collines habillées de grandes forêts, situées à une soixantaine de
kilomètre du centre de Melbourne. La première fois
nous sommes allés gravir les 1000 marches, où les
habitants du coin viennent faire leur jogging, dans
une ambiance forêt tropicale. Une bonne balade d’une
journée bien sympathique, où l’on y rencontre des perroquets et autres volatiles de toutes les espèces…
La seconde fois, nous sommes partis en vélo, puis nous
les avons laissés au pied de la montagne, pour termi-
ner l’ascension à pied, et nous rendre au William Ricketts Sanctuary, qui hélas suite à une tempête et des
chutes d’arbres a vu quelques unes de ses statues endommagées.
J+20 — French Island — Des koalas
Ce lundi 26 novembre nous avions décidé de nous
rendre à French Island4, petite île située dans la baie de
Western Port, à environ 60 km de Melbourne. L’accès
à l’île se fait en transport en commun, c’est un peu
long (départ à 5h du matin, arrivée vers 8h30), mais
comme c’est sur le réseau de transport de Melbourne,
ça ne coûte pas plus cher qu’une journée en ville ($11
la journée), sauf le petit ferry qui fait la liaison entre
l’île et le continent ($24 aller-retour). De Melbourne
prendre la ligne vers Frankston, et au terminus changer pour prendre une motrice diesel jusqu’à Stony
Point. De là aller au bout de la jetée et prendre le petit
ferry.
French Island est située juste au-dessus de Philip Island, réputée pour ses petits pingouins qui marchent
sur la plage à la tombée du jour. Problème : sur Philip
4. http://fr.wikipedia.org/wiki/French_Island
Island tout est payant, et cher. L’accès au parc naturel
est payant, et pour voir les pingouins c’est $22, et vous
serez situés en haut de gradins en bétons, bonjour
l’ambiance. Si vous voulez les voir de plus près, il
existe l’option Penguin Plus pour la modique somme
de $44. Pour nous ça flaire plus un piège à touriste
qu’un endroit sauvage où l’on peut observer la faune
dans son milieu naturel.
French Island de son côté ne possède pas de tels pingouins, mais est la plus grande réserve naturelle de
koalas du coin, il y en a tellement qu’il faut régulièrement en emmener sur le continent pour repeupler
d’autres colonies. D’ailleurs niveau sauvage on est plutôt servis : l’île n’a ni électricité, ni eau courante, ni
télécommunications, ni route goudronnée. Enfin il y
a un seul commerce sur toute l’île, qui sert de poste,
épicerie et café aux quelque 116 habitants, et qui est à
vendre, c’est dire si le tourisme sur French Island est
différent de Philip Island (9400 habitants, hôtels, routes
et piste de course automobile). Le reste de l’île est partagé entre quelques fermes et hébergements touristiques (comprendre : camping à la ferme et chambre
d’hôte à la ferme), et sur les 70% restants s’étend le
parc national.
En y allant on pensait pouvoir rapidement faire le tour
de cette petite île, mais finalement on n’en verra que le
quart, car si ça a l’air petit, en réalité c’est quand même
assez grand : 170 km², la même taille que l’île d’Oléron
en France, là où Philip Island ne fait que 100 km². Bref
on a dû revoir nos ambitions à la baisse. De toutes façons le temps était limité, nous devions reprendre le
dernier ferry vers 17h, sinon nous serions restés bloqués sur l’île. Ce qui aurait été fâcheux, malgré la présence d’un espace de camping gratuit très joli au bord
de la plage, il faut avouer que sans tente et sans sac de
couchage c’est moins rigolo.
Nous avons donc parcouru une vingtaine de kilomètres dans la journée, après plusieurs déconvenues.
Notamment quand le chemin que nous avions décidé
de suivre s’est décidé à traverser un marécage, nous
forçant à faire demi-tour. Puis quand j’ai pensé que ce
chemin en bord de côte sur la carte semblait très sympa, mais finalement en arrivant sur place il n’y avait
pas de chemin et nous avons dû parcourir quelques kilomètres sur les bancs de sable et algues de la marée
basse. En regardant à nouveau la carte en arrivant je
me suis rendu compte que ce n’était pas un chemin
mais la limite du parc national, ceci expliquant cela.
Mais tout cela ne saurait ternir une superbe balade
dans un espace sauvage où nous n’avons croisé personne hormis quelques habitants de l’île, très accueillants. Le paysage également nous a séduit, variant
entre dunes et marécages, tout en passant par des petites forêts et des plaines habillées de fougères. Enfin
comme partout en Australie nous avons croisé un certain nombre d’oiseaux, et surtout quelques koalas dont
une maman koala portant son bébé sur son dos. Je
confirme donc que les koalas sont des vraies peluches
vivantes et que ça donne juste envie de leur faire des
câlins, même quand ils font la gueule, pas contents que
nous les ayons réveillés en pleine sieste.
J+30 — Pas de travail : pas de problèmes
Je n’ai toujours pas trouvé de travail. Anne non plus.
J’ai eu quelques contacts intéressants, et deux propositions fermes pour un poste pour un an ou plus. Mais
ça ne convient pas. Sur des dizaines de candidatures
spontanées j’aurais eu quatre entretiens, une proposition d’arnaque mais aussi trois propositions de postes
à long terme. Ce n’est pas rien, mais ce n’est pas ce
qu’il me faut. J’ai également eu la chance de tomber
sur le patron d’une boîte qui développe des solutions
Linux qui bien qu’il ne recherche personne en ce moment a pris du temps pour me rencontrer, me payer
un café et me donner son avis sur mon CV ainsi que
des pistes pour postuler dans des entreprises. Sympa
de sa part. Comme quoi j’ai quand même eu quelques
contacts positifs.
L’obtention de mon permis pour la conduite accompagnée a été également un événement positif : je n’ai fait
qu’une seule faute au test sur ordinateur. Ce permis
m’autorise à conduire en Australie avec une personne
qui a déjà son permis, ça tombe bien Anne a le sien.
On profite du temps libre pour visiter les environs à
vélo et à pied. J’ai déjà fait plusieurs fois l’aller-retour jusqu’à Melbourne, à 30 kilomètres de chez nous.
La quasi-totalité du trajet s’effectue sur une excellente
piste cyclable, loin des voitures, au milieu d’un couloir
de végétation, c’est très agréable mais aussi épuisant :
c’est loin d’être tout plat.
J+45 — Olinda Falls
Les Dandenong Ranges commencent à devenir notre
destination favorite : après le William Ricketts Sanctuary, les 1000 marches et encore d’autres balades,
nous voici de retour dans un autre coin du parc national pour visiter le pittoresque petit village d’Olinda
et nous promener (20 km tout de même) du côté des
Olinda Falls. Bon c’est pas vraiment de grandes chutes
d’eau, mais c’est quand même assez sympa. Après
avoir traversé des marécages, attaqués par des sangsues (saleté de bestioles), nous sommes arrivés en fin
d’après-midi à l’aire de pique-nique où nous avons pu
faire griller nos patates accompagnées de petits oignons sur les barbecues électriques mis à disposition
comme un peu partout en Australie. Un bon repas
avant de repartir prendre le bus qui se dandine sur des
virages de montagne au milieu d’une forêt immense et
hop arrivée par le train à la maison.
J+51 — Seaford Foreshore
Petite balade d’une dizaine de kilomètres sur le littoral
entre Seaford et Frankston, à 1h30 de bus de la maison.
Entrecoupée de baignades face à des vagues et un vent
importants pour la baie de Port Philipp. Mais bon par
34°C et plus…
J+55 — Bonne année !
Pour le nouvel an quoi de mieux que de regarder le
coucher de soleil sur la baie de Port Philipp et admirer
les feux d’artifice de Melbourne ? Retour donc à
Frankston pour un pique-nique bien franchouillard à
base de camembert fondu et patates en frites en plat de
réveillon, accompagné d’un cake aux tomates séchées
et basilic5 en entrée et de muffins poire/miel, banane/
chocolat et chamallow. Le tout arrosé d’un pétillant local. Et les pieds dans le sable !
5. http://www.cuisine-libre.fr/cake-aux-tomates-sechees-et-basilic?var_mode=preview
J+76 — Chez les Maximonstres
C’est lors de notre première promenade à bord du van
que nous avons décidé de nous rendre à Cape Schank
et surtout Bushrangers Bay, tout au sud de la péninsule de Mornington (à une centaine de kilomètres de
Melbourne, voir carte6), endroit hélas inaccessible sans
voiture (le plus proche arrêt de bus est à 11km, et le
train le plus proche est à 50 km).
Cape Schank est connu pour son phare (visite payante,
le phare est petit, aucun intérêt) et aussi ses rochers
submergés à marée haute et qui laissent apparaître de
larges piscines naturelles à marée basse teintées d’une
jolie couleur turquoise.
Bushrangers Bay, de son côté est réputé pour ses rochers, sa plage, ses vagues et sa météo capricieuse. En
ligne droite avec l’océan Antarctique, il peut y faire
chaud, froid, pluie ou un sacré vent dans la même journée.
Mais l’endroit est aussi connu pour être un des principaux lieux de tournage du film Where The Wild Things
6. http://kd2.org/map/#-38.46689,144.90256,13,0
Are7 (en français Max et les Maximonstres), épopée
fantastique exploitant les superbes paysages naturels
du Victoria.
7. http://adventureblog.nationalgeographic.com/2009/10/23/where-thewild-things-are-a-wild-rumpus-in-australia/
Des ennuis mécaniques
J+30 à J+70 — Le van : acquisition et
réparations
Une des raisons à l’absence de nouvelles sur ce journal
ces derniers temps est notre nouveau moyen de transport. Non pas que nous étions partis sur les routes à
bord de ce beau (enfin si on veut) véhicule à roulettes,
mais plutôt l’exact contraire : nous étions cloués sur
place à cause de ce noble (bof) destrier à quatre-temps.
Nous avions bien préparé notre achat : lecture de nombreux articles sur le net, de forums, demande de
conseils à droite à gauche, rédaction d’une check-list
de points mécaniques (et humains) à vérifier, budget
fixé, etc etc. Mais ça n’a pas servi à grand-chose car
comme deux crétins couillons touristes nous avons
acheté quasiment le premier que nous avons vu, au
bout d’une semaine de recherches. Non non nous
n’avons pas été arrêtés par la couleur plus que discutable, par les indices qui pointaient de toute évidence sur le manque d’entretien du véhicule, ni sur le
prix démesuré vu l’état de la bestiole, non non. Donc
comme deux pigeons backpackers nous avons allongé 4.250 dollars pour ce magnifique (hum hum) Mitsubishi Express de 1999, affichant 236.000 kilomètres au
compteur (ce qui est relativement récent et peu kilométré pour un van de backpacker au passage).
Nous avons déjà démonté l’installation qui était faite
dans le van à base d’un coffre bricolé et d’une banquette de merde qui pouvait se "déplier" en lit rikiki :
environ 80 cm de large, sur 2 mini-mousses de 40 cm
de large, pour deux ça fait juste. On se demande bien
comment les précédents occupants (une fille de pasteur et son copain) pouvaient dormir là-dedans, ou
même s’asseoir mais bref. Nous n’avons gardé que
le "plancher" bricolé probablement par un manchot
aveugle comme le reste, car il s’agit en fait de lambris
posé sur une grande plaque de carton, qui sont vissés
directement dans la carrosserie, à la barbare.
Et non on n’a pas vraiment réfléchi pour la couleur
bleue/verte style camouflage hippie, c’était comme ça
quand on l’a acheté. Ce n’est pas notre faute.
J’ai commencé à fouiner les docs techniques sur ce modèle particulier, en bon geek, et j’ai pu dénicher une
doc technique du moteur (un 4G638, le même type de
8. http://en.wikipedia.org/wiki/Mitsubishi_Sirius_engine#4G63
moteur qui est utilisé dans des voitures de rallye, bon
sauf qu’eux c’est la version "turbo" alors que nous on a
la version "escargot") ainsi qu’un manuel de réparation
du véhicule destiné aux mécaniciens Mitsubishi. Bon
ce dernier est en russe, mais y’a des petits dessins avec
des personnages rigolos, ça peut aider, non ? Bon OK,
j’y connais rien, et face à cette mécanique diabolique
je suis complètement désemparé. Le seul truc que j’ai
reconnu dans la doc du moteur c’est une tête de Transformers dans la vue en coupe du moteur. Pas franchement utile, mais mignon.
Le propriétaire (Ai-je mentionné que c’était un pasteur ? C’est dire l’époque où nous vivons, si même
les hommes d’église vous arnaquent) nous avait juste
mentionné un problème avec un équipement qui bouffait la batterie et qu’il fallait donc la débrancher si on
voulait démarrer. Le jour suivant, nous avons remarqué une fuite d’huile sur la partie basse du moteur.
Nous avions besoin de l’emmener au garagiste. Problème : comment en trouver un de confiance ? Et bien
dans les pages jaunes, le premier venu a fait l’affaire.
Sauf qu’il nous a annoncé de mauvaises nouvelles : la
batterie n’était pas déchargée par quelque chose, mais
elle était simplement morte. On s’était fait enfler sur la
batterie. Cool.
105$
Il nous a fallu près de trois heures de prise
de tête avec les vendeurs et les manuels
techniques pour savoir quel type de batterie
correspondait au van.
Seconde mauvaise nouvelle : la fuite. Ça fuit depuis le
haut du moteur, il faut donc commencer par réparer ce
qui pourrait causer la fuite par le haut, sauf à tout démonter (hors de prix). Allons-y donc pour le changement du joint de capot moteur et des joints de bougies
(enfin si j’ai bien compris, sans compter que c’est pas
évident de traduire les termes techniques entre anglais
et français) qui étaient cuits.
200$
Démontage du capot moteur, remplacement de joints divers et variés par le garagiste.
Nous tout contents d’être délestés d’un peu plus
d’argent, on commence à vouloir en profiter un peu
de ce van : on démonte donc l’installation faite par
Bob le bricoleur qui devait prendre du LSD et ne jamais avoir tenu un tournevis de sa vie, on passe un
coup d’aspirateur et on se dit que vu qu’il fait chaud
on irait bien à la plage, mais pas celle qui donne sur
la baie, non la vraie celle qui donne sur l’océan, à
environ 80 km de là, et qu’au passage on ira à VicRoads, l’organisme qui se charge de gérer les immatriculations, car il faut qu’on fasse le changement
d’immatriculation. Problème au bout de 30 km le
voyant d’huile s’allume et le van fait un sacré bordel
genre voiture de course, mais à 30 km/h c’est une
course que je gagnerais facilement en vélo. Sans compter une certaine perte de puissance qui nous pousse à
faire les montées au ralenti. Pas cool, mais on arrive
quand même jusqu’à VicRoads, on fait le changement
d’immatriculation.
75$
Changement d’immatriculation.
On renonce, bien obligés, à notre projet de pousser
jusqu’à l’océan. On rentre donc un peu dépités, et
on porte le van chez le garagiste le lendemain matin.
Entre-temps on en profite pour assurer le van car si la
vignette obligatoire comporte une assurance au tiers,
elle ne couvre que les dommages causés aux personnes, et pas aux biens. Donc si on se tape une
Porsche dans la rue, ben c’est à nous de payer (ou de
rentrer en France avec une grosse dette aux fesses). On
a bien regardé pour avoir une assurance qui couvre
les réparations de notre voiture en cas de souci ou
d’accident, mais la plupart demandent d’être résident
permanent en Australie, ce que nous ne sommes pas,
et pour des tarifs dans les 1000 à 3000 dollars annuels.
Argh.
Donc on ne prend qu’une assurance au tiers pour les
biens, où les tarifs varient de 230 à 800 dollars annuels.
Youpi. On prend donc la moins chère qui chance est
proposée par notre banque, Westpac, à 19$ par mois.
On nous l’a pourtant déconseillé car il paraît que les
assurances des banques ce n’est pas génial. Mais en regardant de plus près, l’assurance de Westpac était gérée directement par Vero, qui est une filiale de SunCorp, énorme groupe d’assurance. Du coup les assurances plus réputées qu’on nous conseillait faisaient
partie du même groupe et donc ça revenait exactement
au même au final car c’est la même entreprise derrière
qui gère les sinistres. Bref.
19$ / mois
Assurance au tiers.
Retour au garage ou le mécano nous annonce que le
van ça ne va pas du tout, il fait de la fumée blanche,
il pense que ça peut venir des segments des pistons
(piston rings), qu’il faudrait changer et pour cela ôter
toute la partie haute du moteur. Opération qui serait
facturée dans les 1000$ minimum. Arg. Sympa et compatissant, il nous demande si on vient de l’acheter avec
un RWC (RoadWorthy Certificate), le contrôle technique local. Oui. Et que donc le garage qui a fait le
RWC est sensé accepter de réparer gratuitement car
il aurait dû voir que le véhicule n’était pas OK pour
le contrôle technique vu la fuite et la fumée. On appelle donc le garage qui a fait passer le RWC, on y va
et là pas content de voir qu’il va devoir bosser pour
pas grand-chose, il nous dit qu’il jettera un œil… dans
un mois. Vous comprenez, les fêtes de fin d’année (qui
se cumulent ici avec les grandes vacances d’été), tout
ça… Oui sauf que non, on y retourne, on rappelle, on
fait nos relous, et il inspecte finalement le van et annonce qu’il va changer les segments des pistons pour
début janvier car on est déjà mi-décembre et il part en
congé le lendemain. Nous aussi, on aimerait bien des
vacances…
Après trois semaines d’attente, début janvier on rappelle : ah ça sera plutôt mi-janvier. Finalement on arrive à s’entendre un peu, il changera donc les joints
de queue de soupape (valve seals), les segments des
pistons (piston rings) et le joint de culasse gratuitement, et il en profite pour changer la courroie de distribution (timing belt, dont on ne savait pas quand elle
avait été changée, donc plus sûr de la changer car sinon il y a un risque qu’elle pète et en ce cas ça occasionnerait de graves dommages au moteur, et comble
du bonheur sur notre moteur il n’y en a pas qu’une
mais deux), la pompe à eau (water pump) et le filtre
à huile (oil filter) pour moins cher que ça nous aurait
coûtés (rien que la courroie de distribution c’est environ 500$), histoire d’avoir un moteur qui va durer un
peu longtemps. Suite à nouvel essai et allumage intempestif du voyant d’huile sur le tableau de bord, vérification de la pression du moteur et changement du détecteur de pression d’huile gratuitement.
450$
Changement des segments des pistons, des
joints de queue de soupape, de la courroie
de distribution, de la pompe à eau, du filtre
à huile, du détecteur de pression d’huile et
vidange.
Bon normalement à ce stade, tout va bien non ? On a
un moteur quasiment intégralement démonté et dont
tous les éléments qui risquent en général de péter et
d’occasionner de gros frais ont été changés. Sauf que la
fuite est toujours là et le bruit aussi, même si le moteur
à retrouvé de la patate, enfin le voyant d’huile s’allume
quand le moteur tourne à l’arrêt. Retour à notre mécano local pour un diagnostic. Le bruit du moteur ? Oh
faut pas s’inquiéter tant qu’il est pas plus fort. Heu OK
d’accord. La fuite d’huile ? Elle vient de la partie basse
du moteur et est très légère, c’est sûrement un joint
vers l’arbre de transmission (j’avoue j’ai pas tout compris mais d’accord), sauf que ça coûterait très cher de
démonter tout l’arbre pour changer le joint, donc c’est
pas grave. OK d’accord. Le voyant d’huile ? C’est juste
que l’autre garagiste ne semble pas avoir mis la bonne
huile dans le moteur, elle est trop fine, du coup quand
le moteur tourne à l’arrêt la pression n’est pas assez
forte et le voyant se déclenche, mais tant que s’éteint
quand on roule tout va bien. Oh et à la prochaine vi-
dange mettez la bonne huile. OK bon bah d’accord. Super.
Sauf que. Ah. Au fait. Votre radiateur fuit.
Noooooon. On refuse de retourner l’autre bras cassé
de garagiste à 1h de route de là, notre garagiste va
donc démonter le radiateur pour l’emmener à réparer.
Sauf qu’il nous appelle juste après pour nous dire que
le réparateur dit que c’est pas réparable car un autre
bras cassé à déjà réparé le radiateur avec ses pieds (et
du plastique fondu, si si), donc faut le changer. Un radiateur d’occasion c’est 65$. D’accord ok allez peu importe, tiens voilà le code de ma MasterCard, fais-toi
plaisir on en est plus là !
177$
Changement du radiateur.
Bon, on va peut-être pouvoir commencer à l’utiliser ce
van, après plus d’un mois de réparations et d’attente ?
Mais mais, avant, comment on va vivre dedans ? !
(à suivre)
J+82 — Kurth Kiln Regional Park & Bunyip
State Park
Après avoir terminé l’aménagement du van, nous
avons décidé d’inaugurer cela par un week-end dans
les parcs naturels du coin. Nous avons commencé par
rejoindre notre camp pour la nuit, a Kurth Kiln Regional Park, pas loin de beaucoup d’australiens qui profitaient de ce week-end prolongé pour cause d’Australia
Day (fête nationale). Nous avons ensuite entrepris une
balade d’une douzaine de kilomètres passant par Shiprock Falls et quelques gros cailloux.
Après une nuit tranquille et un réveil matinal avec vue
sur le ciel depuis la fenêtre du van, nous sommes partis
vers Bunyip State Park, pour une balade de 15km vers
les Four Brothers rocks9, d’autres gros cailloux dont
l’un que je me suis empressé d’escalader pour mieux
admirer la vue et avoir peur de redescendre.
Une balade très sympa où nous avons pu voir de près
des Lyrebirds !
9. http://www.bushwalkingblog.com.au/four-brothers-rocks-bunyipstate-park-gembrook-victoria-2/
J+70 à J+80 — Aménager le van
Rappel de l’épisode précédent : on a un van, il est réparé, il roule, même s’il fait un drôle de bruit et que le
voyant d’huile s’allume à l’arrêt. Le van était vide, avec
seulement un plancher bricolé.
Évidemment pour vivre dedans, c’est pas l’idéal (mais
on a vu des gens le faire : un matelas gonflable, un réchaud et hop, ce que je trouve un peu con de payer
plus cher pour avoir un van si on n’exploite pas vraiment l’espace disponible). On ne savait pas trop à la
base si on allait acheter un van déjà aménagé ou pas,
mais on savait que s’il ne l’était pas, c’était loin d’être
insurmontable de l’aménager un minimum (un sommier surélevé pour ranger des trucs en dessous, un matelas et quelques planches à l’arrière en guise de cuisine, comme la plupart des vans qu’on peut trouver en
Australie). On se foutait pas mal d’avoir un frigo ou la
clim, mais on voulait quand mm un truc un minimum
fonctionnel.
On a acheté un van qui était déjà aménagé, mais
l’aménagement était juste… inutile. Bricolé à la va-vite
de toute évidence, c’était ni pratique ni confortable, et
surtout fragile. Bref du bricolage dans le mauvais sens
du terme. On s’est empressés de tout démonter.
Ensuite comme on avait du temps pendant que le van
était immobilisé, on a fait pas mal de plans, on a aussi
fait la tournée des encombrants et récupéré des tonnes
de choses, les australiens jetant un peu tout (comme
les français), on a ainsi pu trouver gratuitement :
• un matelas de futon ;
• plein de planches, du bois, des sommiers en bois,
des meubles ;
• des vis, des clous, des ferrailles diverses ;
• des couverts, des casseroles, des tasses ;
• des draps, une couette, des coussins, des housses
de coussin ;
• des vélos ;
• du matériel informatique, des peluches, des rangements divers…
Bref énormément de trucs, et je ne parle même pas des
trucs qu’on n’a pas pris, mais on aurait pu meubler
quelques dizaines d’appartements ou maisons, et
même s’habiller.
Pour le reste, ce qui n’a pas pu être trouvé (bon on a
regardé que dans les rues pas loin de chez nous, on
a pas quadrillé tout Melbourne non plus), on a comparé les prix entre les magasins et on a acheté à KMart, à Big W, à Aldi, et dans les Op Shops (magasins
d’occasion genre Emmaüs), et évidemment à Bunnings
pour les outils et matériaux qui manquaient. Coût total
de l’aménagement : 260 $.
Mais il n’y a pas que l’argent dans la vie, quand on
veut s’en tirer pour pas cher il faut mettre la main
à la pâte ! Heureusement, comme l’espace d’un van
c’est environ 3m² seulement, y’a pas de quoi s’éreinter,
en cinq après-midi tranquilles, on avait le van de nos
rêves.
Ainsi la première étape a été de réaliser la cuisine à
l’arrière du van à partir d’un meuble télé trouvé aux
encombrants.
Coût de l’installation : 10$, prix du lino utilisé pour
le plan de travail pour cacher le meuble qui avait des
taches de peinture.
La seconde étape sera de réaliser des banquettes, la
première faisant toute la largeur du van et suffisam-
ment grande pour accueillir des gens (on sait jamais si
on écrase quelqu’un sur la route, on peut avoir besoin
de cacher son cadavre).
Enfin, de réaliser une seconde banquette en face, et
une table entre les deux, qui puisse être enlevée et servir pour créer le lit.
Enfin dernière étape, trouver une idée pour fixer la
table en hauteur, afin que celle-ci puisse être facilement démontée et passer de la position 'nuit' à 'jour', et
bien on a simplement utilisé le levier du cric hydraulique de la voiture en guise de pied, et du côté de la
cloison on a fabriqué une petite étagère dans laquelle
la table vient s’encastrer. La table est ensuite bloquée
pour ne pas bouger pendant les trajets par exemple
avec deux vis qui ne sont pas vissées mais simplement
posées dans deux trous qui traversent la table et le
rayon de l’étagère.
La transformation de la configuration "jour" à la configuration "nuit" se fait assez rapidement : ôter le pied
de la table, le ranger à l’emplacement prévu dans la
voiture (clipsé dans la marche de la porte coulissante),
enlever les deux vis qui bloquent la table dans l’étagère
côté cloison, placer la table à sa place entre la ban-
quette qui se déplie et la porte coulissante et enfin déplier la petite banquette. Vous avez alors une surface
lit complète ou il suffit de déplier le matelas qui était
plié sur la grande banquette en guise de canapé (très
confortable, je peux en témoigner) et vous avez un lit.
On avait donc à cet instant une installation vraiment
pas mal. On a encore amélioré quelques trucs ensuite
pour exploiter l’espace au minimum : rajout de bordures aux rayons de l’étagère pour pas que les affaires
se barrent pendant qu’on roule, et création de nouveaux rayons dans la cuisine, mais les photos ne
montrent pas encore ça.
Par rapport à la plupart des vans qu’on a vus, sans
compter ceux transformés en camping car pour de
vrai, on pense tenir un truc pas mal du tout, pour
un prix et un investissement personnel relativement
faible. Si on avait eu accès à du bois neuf et des outils
genre scie électrique on aurait pu faire quelque chose
d’encore plus chiadé, comme certains10, mais est-ce
que ça vaut le coup pour un véhicule qu’on ne va garder que quelques mois ? Je ne suis pas sûr…
10. http://www.australia-australie.com/forum/posts/australie-le-payscontinent/6388?page=1
Du coup nous avons fait l’impasse sur certains éléments pour ne pas se casser la tête : l’évier par
exemple, ça peut paraître sympa, mais on peut être garé à un endroit en pente, donc galère, et il faut deux réservoirs : un pour pomper l’eau, l’autre pour les eaux
usées, à moins de faire un trou dans la carrosserie du
van, ce qui soulèverait tout un tas de questions, et
se trimballer un réservoir d’eau usée juste pour faire
la vaisselle, c’est inutile, on a préféré prendre 2 bassines et faire la vaisselle directement vers un robinet,
comme… en camping quoi.
Un autre élément souvent rencontré c’est le frigo. S’il
est seulement électrique, il lui faut une batterie auxiliaire. Or une batterie auxiliaire qui se trouve dans
l’habitacle n’est pas la même chose qu’une batterie de
voiture. En effet, cette dernière contient du plomb et
de l’acide sulfurique, qui dégage des vapeurs cancérigènes. Sans compter les risques : une batterie qui explose projette de l’acide et du plomb partout, en plus
de dégager des vapeurs d’hydrogène hautement inflammables, ce qui ne donne pas vraiment envie de
dormir à côté (celle du moteur est derrière de l’acier,
à l’extérieur, c’est déjà mieux). De plus on ne veut pas
vraiment retrouver la batterie à plat le matin car le fri-
go a pompé la nuit pour garder du Coca au frais. Enfin, le prix d’une batterie auxiliaire est démesuré, sans
compter qu’il faut l’associer à un circuit qui permette
sa recharge quand la voiture roule, bref un gouffre financier sans compter la logistique. Il existe des frigos
qui peuvent fonctionner au gaz naturel, mais même
problème de sécurité. Bref on n'est pas du genre à
s’attacher réellement à un confort tel que le frigo. La
plupart des fromages, fruits et légumes et même les
œufs se conservent très bien en dehors d’un frigo pendant plusieurs jours s’ils ne sont pas exposés au soleil.
Donc nous avions un van, bien aménagé (c’est pas mal
de se flatter soi-même des fois, vous devriez essayer), il
ne nous restait plus qu’à partir en Tasmanie la semaine
suivante, les billets pour le ferry étaient réservés, mais
un bruit va tout changer : « Klonk » !
J+87 — Quand le van fait « klonk », puis
plus rien…
Notre très respecté poubelle à roulettes moyen de
transport motorisé avait vu 1000$ de réparations, avec
un changement de pas mal d’éléments qui auraient pu
risquer de lâcher en cours de route. Nous avions donc
réservé nos places sur le Spirit Of Tasmania, pour passer le mois de février en Tasmanie. Ainsi nous devions
partir le lundi 4 février pour une traversée de neuf
heures dans le détroit de Bass. Nous avions donc décidé de précéder ce départ d’une bonne balade dans le
Victoria, à Cathedral Ranges, chaîne de montagnes à
l’est de Melbourne. Nous étions donc partis, ce vendredi 1er février au soir, le van tout rempli de toutes
nos affaires, aménagé tip-top, avec quelques réserves
de nourriture (pas d’Aldi en Tasmanie), sur la Maroondah Highway.
C’est après une cinquantaine de kilomètres que le
voyant de pression d’huile, au lieu de ne s’allumer qu’à
l’arrêt, restait d’un coup allumé tout le temps, et le
van a commencé à faire un léger bruit bizarre, différent de celui qu’il faisait jusque-là. Et là dans Healesville, le van a fait un gros bruit, genre « klonk », tout
s’est éteint, les phares, le moteur, le tableau de bord,
tout. On s’est arrêtés sur le bord de la route (de toutes
manières, on n’avait pas vraiment le choix), on a essayé de remettre le contact et… rien, absolument rien,
même les warnings ne marchaient pas.
Après avoir foutu quelques coups de pied à ce tas de
ferraille fier destrier, nous nous sommes résolus à appeler l’assistance dépannage de RACV, dont nous venions justement d’aller chercher l’après-midi même
la vignette à mettre sur le pare-brise. Heureusement
le dépanneur le plus proche n’habitait pas loin, mais
il n’apportait aucune bonne nouvelle, après quelques
tentatives infructueuses, il nous indiqua que le moteur
était "bloqué" (seized), c’est-à-dire que même en essayant de le faire tourner à la main, il ne bougeait pas,
ce qui était probablement signe de quelque chose de
grave et qu’il faudrait sûrement changer le moteur.
Autant dire que là, à ce moment-là, on en menait pas
large. Et qu’on commençait légèrement à en avoir
marre.
Retour à la maison en dépanneuse donc (payée par
l’assistance dépannage), et après annulation des billets
pour la Tasmanie le samedi, le lundi à la première
heure nous appelions notre garagiste pour savoir s’il
pouvait regarder. Remorquage du van jusqu’au garagiste (encore aux frais de l’assistance dépannage), et
après une heure de démontage du moteur, il nous livre
la cause du problème : un chapeau de bielle a cassé.
Alors pour bien expliquer, on va commencer par un
petit schéma d’une bielle, qui est la pièce qui relie le
piston au vilebrequin et qui transmet donc l’explosion
(mouvement vertical) au vilebrequin, qui entraîne les
roues (pour faire simple), mouvement rotatif donc.
Le problème exact est vraiment très con : le garagiste
qui avait changé la courroie de distribution, les segments des pistons etc. a simplement mal revissé un
des deux écrous. Cet écrou a donc continué à se dévisser, puis est tombé, et la seconde vis qui restait et
tenait la bielle a cassé (après que le chapeau de bielle
se soit fendu), entraînant l’arrêt et le blocage du moteur. Au passage cela a gravement endommagé la bielle
évidemment, le piston et le vilebrequin. Coût des réparations : environ 1200$ de main d’œuvre, et à cela rajouter le coût d’un moteur d’occasion : environ 1000$.
Bref ça ne s’annonçait pas du mieux possible. Heureusement, la bonne nouvelle c’est que c’est la faute du
précédent garagiste, qui doit donc payer les réparations à sa charge.
Après avoir tenté de retarder autant que possible les
réparations, il accepta finalement que ça soit notre garagiste, en qui nous avions pleine confiance, qui effec-
tue les réparations. Malheureusement après quelques
jours de recherches, notre garagiste ne put trouver
de moteur d’occasion, et donc en accord avec l’autre
garagiste il décida de réparer le nôtre en changeant
les pièces abîmées et en le reconstruisant complètement. L’avantage c’est qu’on sera sûr que le moteur
sera entièrement refait au mieux, alors qu’un moteur
d’occasion aurait juste été remonté sans savoir s’il
n’aurait pas cassé quelques semaines plus tard.
L’inconvénient c’est que ça prend bien plus de temps à
faire.
Heureusement, tout n’est pas si négatif, et je vous raconterais comment notre garagiste nous a invité à passer le week-end avec lui et sa femme dans sa maison au
bord de l’océan pour nous changer les idées, et comment notre assistance dépannage nous a payé 2 jours
de voiture de location de luxe aussi.
Grâce à tout cela, nous avons repris un peu
d’optimisme (de toutes façons c’était difficile de tomber plus bas que le moment où la voiture a fait klonk
au milieu de la route à 23h passée), et résolus à aller en
Tasmanie coûte que coûte nous avons repris un billet
pour le 4 mars pour y passer le mois de mars. En espérant que le van tienne le coup, cette fois !
J+90 — En voiture de location à Sorrento,
Portsea et Cape Nepean National Park
Nous avions donc laissé le van au garage, même si on
n’avait pas vraiment le choix, en attendant que le garagiste fautif accepte de payer la facture des réparations
nécessaires pour remettre ce satané bolide véhicule en
état de rouler.
Un peu déprimés à l’idée d’avoir dû annuler notre
voyage en Tasmanie, en se faisant enfler de près de
50% du prix payé (la joie des annulations de dernière
minute), on cherchait quoi faire de notre temps à part
regarder des séries à la télé en attendant un appel du
garagiste. Quand, celui-ci, au détour d’une conversation nous demanda si notre assistance dépannage, la
RACV, ne nous offrait pas une voiture de location pendant que le van était HS. Quelle idée lumineuse ! Nous
avions eu la bonne idée de prendre l’assistance dépannage la plus chère (200$), mais qui est aussi la plus
complète et ça valait le coup car rien que le remor-
quage de 50 kilomètres quand le van est tombé en
panne nous aurait coûté presque le double.
Et là, encore une fois nous allions pouvoir profiter du
luxe d’une assistance dépannage qui… dépanne bien.
En effet, elle nous offrait deux jours de voiture de location. Pour rien, gratuit, que dalle. On ne payait que
l’essence, et l’assurance supplémentaire (15$/jour) car
l’assurance de base a une franchise de 3.300$, donc inutile de dire que si vous vous faites emboutir la voiture
de location (récente et très chère cela va sans dire),
vous allez pleurer. Bref, nous nous retrouvâmes au volant d’une bien jolie voiture automatique toute neuve.
Qui ne faisait pas klonk, ni clac-clac, ni teuf teuf, bref
une voiture qui roule bien. Enfin passé quelques minutes à se demander comment fonctionne le levier de
vitesse, puis où est le bouton pour allumer les phares
(y’en a pas, ils sont automatiques !), nous étions en
route pour deux jours de balades, histoire de se changer les idées parce que hein on l’avait bien mérité !
Nous avons donc décidé de nous rendre dans la péninsule de Mornington, au sud de Melbourne, et plus précisément vers le cap Nepean, qui clôt la baie de Port
Phillip.
À Sorrento, petit village touristique, nous avons donc
marché de la plage de la baie, calme et sereine, à la
plage du côté océan, plus agitée et rocheuse.
Ensuite à Portsea puis à Cape Nepean National Park
nous nous sommes promenés à travers le parc jusqu’à
London Bridge, voûte de pierre au-dessus de l’océan,
avant de nous diriger vers la voiture pour rentrer. Et
c’est là que nous avons pu croiser notre premier échidné !
J+91 — Yarra Ranges
Après une journée au bord de l’océan, il était temps
de contraster un peu : de la montagne ! Direction les
Yarra Ranges et le Mount Donna Buang à 1245m
d’altitude. Après un petit détour par la Rainforest Gallery, plateforme de métal située à 15 mètres de hauteur
au milieu des arbres géants de la forêt tropicale, direction le sommet du mont. Celui-ci étant l’endroit le plus
haut à proximité de Melbourne, il est très populaire en
hiver pour aller y faire… de la luge !
En été c’est plutôt sa tour de métal de 21 mètres, permettant d’observer les alentours, qui en fait son inté-
rêt. Un bon endroit pour admirer… la fumée des feux
de forêt au loin… Hélas typiques en cette saison.
Histoire de se donner bonne conscience, et malgré la
chaleur accablante nous avons décidé de faire une balade d’une douzaine de kilomètres plutôt que de regagner tout de suite la fraîcheur de l’habitacle climatisé
de la voiture de location.
Sur la route du retour, en descendant du sommet, un
petit kangourou quasiment tout noir déboula devant
la voiture avant de sautiller en nous précédant pendant quelques instants, visiblement pas très soucieux
d’éviter les voitures…
J+95 et J+96 — Inverloch
Comme une bonne chose n’arrive jamais seule, après
avoir dû rendre la voiture de location (on aurait pu
la garder quelques jours de plus à un tarif intéressant
mais on était déjà un peu à court de sous), notre garagiste, qui fut également constructeur de bateaux, professeur et bien d’autres talents, nous invita à passer le
week-end avec lui et sa femme dans leur maison de vacances, à Inverloch, un peu après Phillip Island.
Évidemment on n’a pas beaucoup hésité avant de dire
oui, même si on commençait légèrement à se sentir
un peu coupables de profiter de tant de gentillesse. Le
vendredi soir ils sont donc venus nous chercher en voiture, nous avons chargé nos sacs et nos vélos et en
route pour Inverloch !
Après cette sympathique virée en voiture, nous arrivâmes dans leur maison, construite à l’origine par ses
parents pour une poignée de dollars (sans cuisine ni
salle de bains), et améliorée par la suite par lui-même.
On a appris ce week-end-là à quel point l’hospitalité
australienne n’est pas un mythe et comment le hasard
fait bien les rencontres.
Le village d’Inverloch en lui-même est tout à fait bucolique, et nous avons profité de ses plages pour s’y
baigner, puis pour apprendre à faire du Boogie Board
sous les instructions attentionnées de notre garagiste.
Bon faire du Boogie Board est un bien grand mot car
la moitié du temps a été passée sous la planche plutôt
que dessus, mais qu’importe.
Le lendemain nous avons profité des vélos pour suivre
la route côtière et s’arrêter à chacun des points de vue
donnant sur d’innombrables criques et plages sublimes
qu’on avait à chaque fois du mal à quitter.
Enfin il a fallu se résoudre à rentrer, mais non sans
pouvoir refuser que nos hôtes nous promènent en voiture dans l’arrière-pays, non-moins sublime à la lumière du soleil mourant de cette fin de week-end.
Probablement une des expériences les plus extraordinaires de ce voyage, qui nous a fait d’un coup nous dire
que finalement, que le van soit cassé soit une bonne
chose.
J+103 et J+104 — Cathedral Ranges (et une
explication du washboarding)
Après avoir récupéré le van tout beau tout propre toujours aussi moche mais en état de rouler, nous avions
quelques jours pour nous promener avant de devoir
refaire une visite au garage pour vérifier que tout allait
bien, qu’il n’y avait aucune fuite etc.. On a donc fait le
choix de se rendre à Cathedral Ranges, parc national
situé à une centaine de kilomètres au nord-est de Melbourne et où des balades sympas dans des massifs rocheux semblaient nous attendre.
Après une première nuit à Buxton où nous avons pu
voir un wombat de près, direction Cathedral Ranges
et… 10 kilomètres sur une dirt road. Il faut rappeler
qu’ici en Australie il y a les routes bien tranquilles,
bien goudronnées, en général en bon état, comme on
peut les connaître en Europe. Mais il y a aussi les dirt
roads, ou gravel roads, ou encore unsealed roads, bref
les routes en gravier, en sable, en terre battue, qui sont
dans un état variable. Cela peut aller de la route ou
des graviers ont été déposés puis aplatis au rouleaucompresseur, relativement plate et pratique à emprunter (souvent limitées à 80 km/h, parfois 100), jusqu’aux
routes en terre battue qui ont simplement été défrichées et aplaties, tout en gardant de sales trous et de
gros cailloux.
Ces routes sont très communes, et peuvent être simplement des routes secondaires, mais aussi des routes
principales qui traversent des centaines ou milliers de
kilomètres. On peut se dire que c’est un peu tape-cul
mais que ça peut aller. Sauf que c’est une grave erreur, car ces routes bénéficient souvent d’un attrait
spécifique : le washboarding. Qu’est-ce que c’est, me
demandez-vous, ami lecteur avide d’en apprendre plus
sur les secrets de l’Australie, vous qui êtes confortable-
ment installé dans votre fauteuil devant votre cheminée à côté d’une fenêtre donnant sur une plaine enneigée (ben oui vous êtes bien en Europe non ?). Eh bien
je vais vous le révéler pas plus tard que tout de suite.
Pour comprendre le washboarding, il faut comprendre
comment fonctionne une suspension de voiture.
Quand votre voiture rencontre une bosse, la suspension, qui est la combinaison d’un amortisseur et d’un
gros ressort, ne pas juste absorber le choc, elle va rebondir. Le rôle du ressort est d’absorber le choc, mais
comme il ne peut pas être absorbé puis disparaître, il
va être renvoyé ensuite. Le ressort va donc se contracter puis s’étendre à nouveau pour retrouver sa position initiale. Ce qu’on pourrait traduire par : boum (le
choc de la bosse), schloups (le ressort se contracte)
puis boing (le ressort se remet en position initiale).
En réalité, si votre voiture n’était équipée que d’un
ressort sans amortisseur, ça ferait plutôt boing boing
boing boing boing (etc.) car le ressort en reprenant sa
position initiale ferait faire un petit saut à la roue, qui
ferait donc un nouveau choc, etc etc. C’est là qu’entre
en jeu l’amortisseur, qui va amortir le choc et limiter
le rebond. En pratique, cela permet de limiter mais pas
annuler complètement les rebonds successifs.
Revenons donc à notre route en sable, en gravier ou en
terre. Vous rencontrez une bosse : boum. Votre ressort
absorbe le choc : schloupf. Il renvoie la force du choc
en reprenant sa position initiale, tout en étant limité
par l’amortisseur : boing. Et comme l’amortisseur ne
peut annuler tous les rebonds successifs, ça sera suivi
par quelques petits boings. Ces petits boings vont faire
rebondir votre voiture, qui va donc tasser le sol un peu
plus tous les 5 cm (par exemple). Ainsi la voiture suivante n’aura plus une bosse, mais une bosse suivie de
4 ou 5 petites bosses, et en passant elle va créer ellemême de nouvelles bosses. Et voilà donc comment on
crée une route qui fait sauter et vibrer votre voiture
dans tous les sens. Visuellement, cela donne des genres
de petites vaguelettes sur la route. Et plus les vaguelettes sont profondes, plus la voiture va rebondir, elle
va entrer en résonance avec la route si on veut, sur une
fréquence donnée ; ce qui fait vibrer les suspensions et
empire l’effet sur la route.
Le résultat : un sacré tape-cul qui va vous faire rebrousser chemin sur pas mal de routes au bout de
quelques centaines de mètres, car c’est proprement intenable sans avoir un 4x4, et encore pire avec un van.
Sans compter que le washboarding rends la route glissante, en effet vos roues ne sont plus en contact avec le
sol que la moitié du temps, l’autre moitié étant passée
à rebondir. Donc vous vous retrouvez avec un van qui
glisse et dérive. L’effet est encore pire sur le sable et les
graviers fins évidemment. Rouler lentement (entre 10
et 30 km/h) aide pas mal à tenir la route quand même,
mais impossible de faire plus de quelques kilomètres
sans utiliser un 4x4, à moins d’être maso.
Il n’existe aucune solution contre le washboarding,
sauf à n’autoriser à rouler sur ces routes que des voitures sans suspension. Je termine ici cette explication
et vous laisser aller scruter Wikipédia11, car la théorie
que je vous aie exposée n’est pas la seule qui pourrait
expliquer pourquoi ces routes ont-elles des vaguelettes, mais ça commencerait à devenir compliqué à expliquer ici.
À Cathedral Ranges, donc, il y avait 10 km de dirt road,
ça sautait et vibrait un peu mais c’était acceptable,
sur les cinq premiers kilomètres, les cinq derniers par
11. http://en.wikipedia.org/wiki/Washboarding
contre, c’était un tout autre problème : ça montait très
raide. Sur un chemin en terre et poussière (une sorte
de sable ultra fin), avec un van à deux roues motrices,
c’était un peu difficile mais nous y sommes finalement
parvenus. Ce que nous ne savions pas encore c’est que
nous allions devoir refaire ces cinq kilomètres en montée à pied dans la balade de la journée…
Nous avons donc commencé notre première journée à
Cathedral Ranges par le circuit sud12, qui consiste donc
à faire un peu d’escalade à mains nues pour arriver au
sommet (Sugarloaf Peak), en nous offrant une vue imprenable sur la vallée. Ça valait le coup de monter jusqu’à 920 mètres d’altitude.
Puis il faut suivre le chemin, qui porte le doux nom de
Razorback Track, soit en français « le dos du rasoir »,
qui justement suit la crête jusqu’au milieu de la montagne. Il faut escalader, enjamber, s’agripper, faire attention où l’on met les pieds, ce n’est pas particulièrement difficile mais plutôt fatigant sous 33°C en plein
soleil. Mais nous, on adore ça : c’est très rigolo de de-
12. http://www.bushwalkingblog.com.au/sugarloaf-peak-the-razorbacksouth-jawbone-cathedral-range-state-park-buxton-victoria-2/
voir sauter de rocher en rocher, même si on se demande parfois par où il faut passer.
Arrivés à the Farmyard, petite aire de camping pour
ceux qui font des balades sur plusieurs jours, il est venu le temps de redescendre, via un chemin très bien
aménagé, comme d’habitude dans le Victoria où tous
les chemins de randonnée sont irréprochables : escaliers, passerelles, ponts, on s’ennuierait presque.
Enfin pour terminer, il ne reste plus qu’à… remonter
jusqu’au parking via la route, qui grimpe sévère, surtout sous un soleil de plomb. Une fois arrivés, à court
d’eau, on est bien heureux d’apercevoir la couleur
criarde du van au loin. Ouf.
Après une nuit passée sur place, une bonne douche
d’eau de pluie bien fraîche et un kangourou tout noir
qui passait sur la route à côté du camp, on reprend la
voiture pour aller au départ du circuit nord13 qui commence 7 kilomètres plus bas sur la route. Sept kilomètres de descente sur une route très pentue et en graviers, ça donne :
13. http://www.bushwalkingblog.com.au/cathedral-range-northerncircuit-cathedral-range-state-park-buxton-victoria/
— Tiens ça ne sent pas un peu le plastique cramé ?
— Je crois que c’est les freins qui commencent à faire
fondre les pneus.
— Ah.
En effet, après 20 minutes d’usage intensif, les freins
commençaient à être légèrement brûlants, chaleur qui
commençait à se transmettre aux jantes et aux pneus.
Heureusement qu’on n'allait pas plus loin.
Sur le sentier, comme on n'en a pas assez eu le jour
d’avant, c’est reparti pour de la montée, via le même
chemin que nous avons descendu le jour précédent.
Et ça monte sévère, sous un soleil encore plus chaud :
35°C. Je profite du ruisseau qu’on longe pendant la
montée pour mettre de l’eau dans mon chapeau, histoire de refroidir ma tête qui s’échauffe malgré le
manque d’activité intellectuelle à ce moment-là. Arrivés en haut, on n’a pas terminé d’en baver : détour
de 20 minutes par North Jawbone Peak pour jeter un
coup d’œil sur la vallée. Blasés de la sublime vue d’hier,
on a du mal à y trouver de l’intérêt.
Le plus difficile n’était pas loin : nous devions parcourir Ridge Track, qui comme son nom l’indique suit la
crête. Alors donc quand ça suit la crête, ce n’est pas un
petit chemin tranquille un peu en contrebas de la crête,
non non c’est vraiment la crête.
Une crête rocheuse, qui monte et descend, et qui est
cernée par des arbustes qui piquent bien, même à travers les vêtements. Ouille.
Et comme ça ne suffisait pas, vu la chaleur les mouches
se sont invitées. Je récapitule donc : un chemin sur la
crête, terriblement difficile à suivre où l’on doit regarder à chaque instant où poser ses pieds, où l’on progresse à la vitesse d’environ un kilomètre par heure,
des arbustes qui nous attaquent, des mouches par milliers qui nous agressent, et le soleil qui nous tape sur
le crâne bien fort. Autant le dire tout de suite : c’était
génial. Car oui nous n’avons peur de rien, et c’est une
très jolie balade, même si particulièrement difficile.
Enfin, en redescendant enfin la crête, nous pensions
que ça allait être plus facile, mais c’était sans penser
aux arbres tombés. En effet le parc a été sujet à des
feux de forêt ces dernières années et de nombreux
arbres brûlés tombent au fil des semaines, malgré le
travail des rangers pour les dégager. Du coup la descente était également très difficile, entre les arbres juchés au milieu du sentier et les passages entiers du
sentier qui ont été arrachés par les racines d’un arbre
qui a chu.
Enfin en arrivant et après avoir croisé un échidné tout
timide, nous avons pu tremper nos pieds dans la rivière qui passait dans la vallée, après les kilomètres
de descente qui les avaient bien échauffés. Il ne restait
plus alors qu’une promenade de santé : 4 kilomètres en
remontant le long de la rivière jusqu’au parking. Segment reposant où nous avons croisé des kangourous
que nous n’avons pu qu’entrapercevoir avant qu’ils ne
fuient dans les fourrés à notre approche.
Après ces 22 kilomètres épuisants, ajoutés aux 9 kilomètres du premier jour, on s’est payé le luxe d’un bon
bain dans la rivière, bien mérité même si légèrement
glacial. Il ne nous restait plus qu’à dîner et nous diriger
vers notre prochain camp pour la nuit. Ouf ! Merci Cathedral Ranges, sûrement un des plus beaux coins du
Victoria, on ne t’oubliera pas, même si tu nous en as
fait baver !
J+107 — Cape Woolamai à Phillip Island
Après un bref retour sur Melbourne pour vérification
par le mécano que tout va bien après quelques centaines de kilomètres (et raccordement de la jauge de
température du moteur qu’il avait oublié de connecter), direction Phillip Island pour une petite balade indiquée dans notre livre "40 Great Walks in Australia",
offert par nos hôtes de Melbourne à noël. Cette balade
tranquille de 11 km suit le Cape Woolamai, l’endroit le
plus haut de l’île (112 m., une bagatelle pour nous, désormais grands alpinistes après Cathedral Ranges). Le
paysage est joli, le sol est juché de trous, sans doute
des nids pour des oiseaux, ça fait un peu gruyère. La
promenade est un peu monotone, mais nous croisons
quand même un wallaby et un échidné. On s’ennuie un
peu quand même, malgré le passage par une ancienne
carrière de grès rouge sur la plage.
Nous profitons ensuite des douches sur la plage de
Cape Woolamai pour se laver à l’eau froide, puis direction Cape Liptrap pour rejoindre notre camping pour
la nuit, mais à 5 km de là, la route qui y mène s’avère
impraticable de par le washboarding (dont vous êtes
désormais des experts grâce à la lecture de ce journal).
Nous décidons de bifurquer sur une autre dirt road
pour trouver plus près un petit parking de plage à
South Walkerville. Sur le bord du parking un sentier
mène à la plage, une douche et des toilettes qui hélas
ne sont pas fonctionnelles, l’eau a été coupée, peutêtre que ce n’est fonctionnel que pendant la saison
touristique ?
Arrivés à la plage nous nous baladons le long
d’anciens fours à chaux14 (Lime Kilns15) qui donnent
directement sur l’océan. Difficile d’imaginer à cet endroit désert le petit village de 300 âmes qu’a été Walkerville au 19e siècle, et de la jetée du tramway de 350
mètres qui emmenait la matière première de la mine
aux fours il ne reste plus qu’un seul poteau en bois.
Nous continuons jusqu’au minuscule cimetière historique puis retour au van pour dormir.
14. http://fr.wikipedia.org/wiki/Four_à_chaux
15. http://parkweb.vic.gov.au/explore/parks/cape-liptrap-coastal-park/
things-to-do/walkerville-south-lime-kilns
J+108 et J+109 — Wilson's Promontory
National Park
Toujours dans le Victoria, nous rejoignons le Wilson’s
Promontory National Park, plus communément dénommé « Wilson’s Prom » ou tout simplement « the
Prom ». C’est un des parcs les plus touristiques du Victoria, c’est la pointe la plus au sud de l’Australie, entourée par la mer sur 3 côtés, avec un parc national relativement grand, environ 40 à 50 kilomètres de long. Il
n’y a qu’une seule route qui y mène, et une seule route
dans le parc, qui va de l’entrée du parc jusqu’au camping (Tidal River). Un camping de près de 500 places
dont tout est déjà réservé pour la plupart des weekends et vacances.
Après 35 kilomètres de route depuis l’entrée du parc,
au milieu de paysages sublimes et après avoir croisé
plusieurs wallabies, kangourous et un émeu sur la
route, nous arrivons à Tidal River dont nous décidons
de partir dans n’importe quelle direction. Nous arrivons ainsi à Little Oberon Bay, plage de sable blanc à
l’eau turquoise. Ce jour-là le vent est assez fort et frais
et on se promène en k-way ou en coupe-vent malgré
le soleil.
Nous apercevons quand même de près un wallaby qui
se promenait dans la forêt, et avons même la chance de
pouvoir le prendre en photo.
En revenant à Tidal River nous profitons de l’immense
plage laissée par la marée basse pour nous balader un
peu. Difficile de croire qu’il est si long d’atteindre l’eau
mais c’est vraiment gigantesque, il doit y avoir plusieurs centaines de mètres entre l’océan et le bord de
la plage.
À Tidal River nous profitons des douches chaudes
mises à disposition des visiteurs pour se laver un coup,
puis nous repartons du parc et décidons de camper
sur l’aire de repos de Yakalie, village le plus proche du
parc.
Le jour suivant nous y retournons, car nous avons envie d’en voir plus. Nous avions repéré une balade qui
semblait sympa, mais sauf qu’au moment de quitter la
route principale du parc pour rejoindre la route secondaire qui nous emmènerait au début de la balade, celleci s’est révélée être une dirt road avec un sacré washboarding. Pourtant la carte indiquait bien une « sealed
road » c’est-à-dire une route goudronnée. Après un kilomètre à rebondir dans tous les sens nous renonçons
et décidons de faire une autre balade. Nous allons donc
à Darby River pour faire un trajet aller-retour jusqu’à
Tongue Point en passant par Fairy Cove.
Nous montons dans le sentier ensablé pour gagner une
jolie vue sur la Darby River qui serpente dans la vallée.
Puis nous quittons le vent qui nous décoiffe pour passer de l’autre côté de la colline et admirer cette fois des
plages turquoise qui rejoignent le ciel qui se dégage
après les nuages de la veille.
Nous rencontrons la pointe rocheuse, Tongue Point,
un peu plus loin, et rebroussons chemin en passant par
Fairy Cove, plage de sable fin à l’eau d’une clarté intrigante. Nous regrettons fortement de ne pas avoir emmené nos maillots de bain.
Une fois rentrés à Darby River nous décidons de ne pas
en rester là et après une courte collation nous nous dirigeons vers Darby Beach où nous accueille une montagne de roche et de sable.
Celle-ci surplombe la Darby River qui débouche sur
la plage et… s’y arrête. Elle ne se jette effectivement
pas dans l’océan et doit probablement plutôt rejoindre
l’océan par une poche souterraine.
Nous décidons de nous baigner mais après quelques
mètres dans l’eau plutôt froide on se rend compte
qu’on sera intégralement mouillés… de gré ou de force.
En effet avec le vent la crête des vagues s’envole et
nous asperge par-derrière. C’est un peu comme
prendre une douche horizontale, assez violente, et
dans le dos, sans prévenir. Un peu surpris et refroidis
par la température de l’eau nous décidons d’en rester
là une fois complètement trempés alors que nous
n’avions de l’eau que jusqu’aux genoux.
Avant de partir de Darby Beach je m’attarde sur la colline de sable et de roche qui avec le vent offre de très
jolies rivières de sable.
Encore quelques minutes et quelques photos… Et nous
repartons vers Tidal River pour prendre une douche et
faire une lessive, puis nous quittons le parc alors que le
soleil se couche et dégage ses dernières couleurs orangées sur l’horizon du Wilson’s Prom.
J+111 et J+112 — Tara Bulga NP et Mt
Tassie
Après une nuit le 24 février à Reeves Beach, au bord
de la Ninety Mile Beach, la plage de 145 kilomètres. Effectivement, des deux côtés on peut voir à perte de vue
une plage et l’océan, tout droit. Coin très sympa. Après
cela nous décidons d’aller à Yarram, plus grosse ville
à 70 km à la ronde avec ses 2000 habitants. Nous déjeunons d’un gros burger dans un petit café puis après
quelques courses nous décidons d’aller à Tarra Bulga
National Park, indiqué sur les panneaux depuis Yarram.
Nous suivons donc la sympathique petite route de
montagne qui monte et serpente en suivant la Tarra
River, nous nous arrêtons pour une petite balade à
Tarra Valley Picnic Ground jusqu’aux Cyathea Falls et
nous reprenons la route jusqu’au sommet, à Balook,
où se situe le Visitor Centre du parc, qui d’ailleurs
n’est que rarement ouvert : seulement les week-ends
et vacances scolaires. D’ailleurs le parking est quasiment désert, tout comme les routes, hormis quelques
kangourous et wallabies qui s’enfuient en bondissant à
l’approche de la voiture.
Nous nous baladons jusqu’au pont suspendu, petite
marche de 5 km toute simple, mais le pont ne présente
que peu d’intérêt.
De retour au parking nous remarquons un panneau
parlant du Grand Strzelecki Trail16, une grande randonnée de plus de 100 kilomètres traversant les Strzelecki Ranges et le Tarra Bulga NP. Nous décidons
donc de faire le Mt Tassie Loop17, une petite partie
de la randonnée, faisant une boucle de 19 kilomètres.
Nous dormons sur le parking du Visitor Centre et profitons des toilettes pour se laver à l’eau froide (aaah !)
et me couper les cheveux qui commençaient à me tenir
chaud. Les toilettes étant également équipées de prises
électriques c’est le bon moment de recharger ordinateurs et téléphones. Mais les toilettes sont également
équipées de moustiques par centaines, nous nous faisons piquer en de multiples endroits malgré le spray
au DEET.
Heureusement d’autres réconforts sont là, comme ce
lyrebird qui se promène autour du parking et que l’on
peut voir de très près.
16. http://www.grandstrzeleckitrack.org.au/
17. http://www.grandstrzeleckitrack.org.au/track-details/mt-tassie-loop/
Le lendemain nous partons donc sous un ciel à moitié
couvert pour la boucle du Mt Tassie, qui s’élève à
720 mètres. Malgré la chaleur humide, cela se passe
bien jusqu’au Mt Tassie où nous croisons la route
d’un échidné, mais le retour est moins heureux : la
pluie s’amène et ne cesse que rarement. Nous finissons
trempés, même sous les k-ways, car comme le retour
monte pas mal nous suons comme des bœufs là-dessous. Le moral flanche un peu, surtout que nous
sommes pas mal sur des chemins forestiers en terre,
qui a vite fait de devenir de la boue et d’alourdir nos
chaussures, si bien que marcher devient très fatigant.
Malgré cela, entre deux averses nous profitons du répit
pour admirer la vue qui montre la vapeur d’eau
s’élever des forêts environnantes, et observer quelques
kangourous.
Arrivés au van, nous constatons qu’on n’a pas fini d’en
baver : les sangsues nous ont attaqué. Heureusement
le spray au DEET les fait lâcher prise assez facilement,
mais on commence à devenir paranos à se demander
si elles ne vont pas revenir. Vite nous devons fuir cette
contrée hostile et humide ! Mais pas avant avoir pris
en photo un échidné qui se baladait juste à côté.
Enfin, c’est dans un brouillard dense que nous repartons, et que nous pouvons parfois apercevoir dans une
trouée le soleil se couchant sur les collines du Victoria.
Tasmanie
J+118 — Le ferry vers la Tasmanie
Nous ne pensions pas pouvoir nous rendre en Tasmanie, après le coup du van qui a fait klonk nous avions
annulé les billets pour le ferry qui aurait dû nous y
emmener deux jours plus tard. Au final nous n’avons
que récupéré que la moitié du prix payé. Mais nous
sommes du genre obstiné, et nous avons cru en notre
bonne étoile ce coup-ci en prenant de nouveau des
billets pour le 4 mars, destination Devonport.
Après une journée à Walhalla, ancienne ville minière
(de mines d’or !), nous avons battu en retraite sous la
pluie vers l’océan, ou nous avons réussi à embourber le
van dans le sable d’une place de camping. Finalement,
il sera tiré de son état ressemblant à une épave en
train de sombrer grâce à l’aide des autres campeurs et
pas mal de force. Nous sommes ensuite rentrés à Melbourne pour rencontrer le nouveau-né issu du couple
qui nous avait hébergés pendant presque quatre mois,
et après une bonne douche chaude et un dîner gargantuesque en compagnie de camarades backpackers français à St Kilda, nous nous dirigeons vers le ferry. Et cela malgré le fait que le jour précédent le départ nous
avions remarqué que le van semblait perdre beaucoup
d’huile et de liquide de refroidissement, inutile de dire
que nous avons peu dormi, la boule au ventre à se dire
qu’il ne voudra pas démarrer pour nous emmener en
Tasmanie.
Mais finalement si. Nous sommes arrivés sur le ferry
après deux bonnes heures d’attente, et après deux
heures de plus à vitesse réduite nous quittions enfin la
Port Phillip Bay pour rejoindre la Tasman Sea et nous
diriger vers la Tasmanie. Le ferry est sans classe, sans
grand intérêt, et même la piscine a été supprimée et
transformée en espace "lounge", même le ferry pour la
Corse est mieux, c’est dire. Mais bon malgré le tangage et les secousses du moteur nous arrivons à bon
port sous le soleil, et immédiatement une montagne
marque l’horizon au-delà de Devonport. Nous ne savons ni son nom ni son emplacement, mais c’est par là
qu’on a décidé d’aller…
J+119 — Mt Roland
Nous l’avions aperçu depuis Devonport, on s’était dit
que ça serait sympa à escalader, et donc nous nous
sommes dirigés dans sa direction. Ce n’est qu’à Sheffield que nous avons appris son nom : le Mt Roland,
superbe barrière rocheuse de 1234 mètres d’altitude
qui nous cachait Walls Of Jerusalem et Cradle Mountain.
Après ce passage à Sheffield pour prendre quelques
brochures et instructions pour faire une balade, nous
partions pour une balade indiquée comme un aller-retour de trois à cinq heures. En réalité nous mettrons
trois heures rien que pour monter jusqu’au Mt Roland.
Parce que ça monte sévère. Avec des nombreux passages dans des rochers, et souvent un peu d’escalade.
En fait c’est simple : jusqu’au sommet c’est 950 mètres
de dénivelé à grimper. Outch. Forcément on était un
peu crevés après ça.
Comme on venait d’en baver pas mal, on s’est dit
qu’on allait redescendre par un autre chemin parce que
monter dans les rochers c’est une chose, mais y redescendre c’est souvent encore plus chiant et dangereux. Sans compter qu’on préfère quand même faire
les boucles. On a donc décidé de redescendre par le
chemin "facile", même si cela impliquait de se taper
environ 4 km de route selon la carte. Il faut dire que
comme on n’était pas partis très tôt (vers 14h), il était
déjà 17h, et il ferait nuit vers 19h30-20h, donc on a des-
cendu en triple vitesse pour être en bas avant 19h et
finir sur la route tant qu’il ferait un peu jour.
Nous arrivons sur la route vers 19h10 et en regardant
le chemin à prendre dans le GPS, nous voyons qu’en
réalité nous devrons parcourir 8 km, soit près de deux
heures de marche. Outch. Le retour par la route fut difficile car des plus ennuyants, sans compter la terrible
odeur des wallabys et opossums écrasés sur les bords
de la route. En effet ici les routes en sont jonchées : il
y a au moins un cadavre tous les 100 mètres. Nous arrivons finalement épuisés, et précédés par les "boing"
des wallabies qui fuient dans les fourrés à notre approche, nous reprenons le van pour re-parcourir les
8 km dans l’autre sens et rejoindre notre camping pour
la nuit à Gowrie Park. Ouf.
Mt Roland tu nous en as fait baver, mais ça en valait
sacrément le coup !
J+121 — Walls of Jerusalem
Après Mt Roland nous nous sommes octroyés un jour
de repos où nous avons été admirer les Alum Cliffs, de
grandes falaises qui surplombent une impressionnante
gorge, puis profiter d’une douche chaude et nous détendre au bord de la piscine municipale de Mole Creek.
Une piscine qui a un fonctionnement très agréable, jugez plutôt : elle est ouverte à n’importe qui, si elle n’est
pas déjà ouverte, il suffit d’aller en prendre la clef à
la supérette du village. Ensuite si quand vous partez
il reste quelqu’un vous lui laissez la clé pour qu’il la
rapporte, et ainsi de suite. Le financement de la piscine est très simple : c’est prix libre, il y a une boîte à
don à l’entrée, il suffit d’y laisser ce qu’on veut. Drôlement chouette comme initiative. Est-ce que c’est souvent comme ça dans les villages de Tasmanie ?
Nous nous rendons ensuite à Mersey White Water Forest Reserve pour y passer la nuit, et nous en profitons
pour faire notre premier feu de camp.
Le lendemain on se rend compte que nous sommes à
quelques pas (15 km de dirt road) du départ du sentier
pour les Walls of Jerusalem, et bien on n’a rien préparé, on n’a aucune carte du sentier à part celle de notre
bouquin de randonnée qui indique une unique balade
de 22 kilomètres sur 2 jours, on n’a même pas encore
acheté le pass pour les parcs nationaux de Tasmanie
mais on est des oufs nous alors on est parti on y va !
Comme on est bien préparés comme d’habitude, on
arrive au départ du sentier à midi, et le panneau à
l’entrée du sentier indique un trajet jusqu’aux Walls
de 3 à 4 heures. Aller. Ah. Donc on serait de retour
entre 18h et 20h. Et bien c’est pas grave on y va quand
même !
On monte donc, et ça monte plutôt fort, en fait ça
monte tout le temps pendant plus d’une heure,
d’environ 400 mètres de dénivelé, avant d’arriver sur
le plateau où ça se calme pour une balade un peu
plus tranquille, à serpenter entre les lacs de montagne.
D’ailleurs il est temps de casser la croûte, et pour ça
rien de mieux que de tremper ses pieds suants dans un
frais (très frais) lac ?
Quelques kilomètres plus loin nous rejoignons Wild
Dog Creek, l’espace de camping (gratuit) du parc de
Walls of Jerusalem, très bien aménagé avec ses platesformes en bois pour poser sa tente sans abîmer le sol
(et en plus comme ça on est sûr d’être sur du plat).
Quand on voit ça, on se dit que quand même ça aurait
été sympa d’amener une tente pour passer la nuit-là et
explorer autour en plusieurs jours. Mais ensuite on se
dit qu’avec la tente il aurait fallu emmener des duvets,
des matelas, un réchaud, de l’eau potable, de la nourriture, etc etc. Et on se dit que quand même faire des
randonnées à la journée avec juste un petit sac c’est
quand même bien plus agréable ! Mais quand même,
piquer une tête dans un des lacs, ça ne serait pas de refus avec une telle chaleur…
Nous remontons ensuite un peu avant d’atteindre le
plateau des Walls of Jerusalem, où nous nous retrouvons entourés de murs rocheux qui semblent inaccessibles.
Hélas nous sommes un peu courts niveau temps et
ne pourrons pas monter en haut des Walls ce jourlà, et nous devrons donc rebrousser chemin une fois
arrivés à Pool of Bethesda, le dernier lac au fond du
plateau, ancien site de camping avant que Wild Dog
Creek ne soit construit. Dommage de ne pas aller plus
loin, mais on préfère pour ne pas avoir à marcher ou
rouler de nuit sur la dirt road, avec tous les animaux
dans le coin. Et puis c’est déjà génial, car mine de rien,
on vient de faire plus des trois quarts de la randonnée
donnée pour deux jours… En une demie-journée. En
redescendant par le même chemin qui nous paraît bizarrement inconnu à se demander si on a pris le bon,
nous croisons de nombreux wallabies encore une fois,
et pouvons en admirer certains de très près.
Enfin après ces 18 kilomètres, on est bien crevés mais
heureux d’avoir fait une si belle rando. Nous retournons au même camping qu’hier, je profite de la rivière
et de l’eau (froide gla gla gla) pour me laver, et autour
du feu de camp un opossum vient s’installer juste à côté de nous, pas effrayé pour un sou, on s’attendait limite à ce qu’il nous taxe une bière. Mais non, ouf, heureusement pas.
J+123 — Quamby Bluff
Après une journée de repos ponctuée d’un arrêt à la
piscine de Mole Creek et de bonnes crêpes maison à
Deloraine, nous repartons le lendemain pour aller faire
l’ascension de Quamby Bluff18, montagne située sur la
route des lacs, à 1228 mètres d’altitude.
La randonnée du jour est un aller-retour de 8 kilomètres indiquée pour 6 heures, que nous effectuons en
3 heures et demie, malgré une montée un peu raide
(600 mètres de dénivelé à grimper quand même !) à
18. http://en.wikipedia.org/wiki/Quamby_Bluff
travers d’immenses pierriers, restes de glaciers disparus depuis longtemps.
Nous croisons de nombreux randonneurs en ce samedi
et profitons du beau temps avant de redescendre par le
même chemin.
J+125 — St Helens / Bay of Fires
Le dimanche 10 mars nous allons à Launceston pour
aller voir le marché local qui a lieu tous les dimanches,
annoncé dans les prospectus touristiques. Une fois sur
place, malgré la chaleur étouffante et le fait qu’il ne
soit que midi, nous croisons des bandes d’ados sacrément bourrés qui se baladent (et vomissent) dans les
rues, tous dans la même direction : en fait à côté du
marché a lieu un festival de musique, et tout ce que
compte la Tasmanie de jeunesse en marcel ou minishort s’y dirige. Au secours, on se croirait revenus
dans les années 90, ou pire, les années 80. Le marché se révèle, au final, assez décevant, relevant plus
de la petite brocante que du Queen Victoria’s Market
de Melbourne. Dommage. Nous nous dirigeons vers
le centre-ville pour faire un petit tour parmi les magasins fermés. Nous sommes un peu surpris, habitués
que nous sommes à Melbourne et ses magasins ouverts
sept jours sur sept.
Nous profitons d’un Mac Donald’s pour se rafraîchir
d’une de leurs fameuses glaces à 30 cents, avant de
nous diriger vers notre camping. Manque de chance,
le Camps 6, livre de chevet des campeurs australiens
répertoriant les campings payants et gratuits du pays,
nous a délectés d’une de ses nombreuses erreurs, malgré les mises à jour disponibles sur le site de l’éditeur :
le camping n’a, contrairement à ce qui était indiqué,
aucune douche ni laverie. On pourrait s’étendre longtemps sur les errements de ce livre, qui pour son prix
(60$, ou même 90$ si vous voulez avoir les photos
sous-exposées et moches des campings) nous semble
être une vaste blague tellement il est peu fiable. Soit les
douches mentionnées n’existaient plus, ou alors l’eau
potable n’avait jamais existé non plus, ou encore les
coordonnées GPS indiquées ne mènent nulle part…
Direction donc le prochain camping avec douches, à
Scottsdale, pour profiter d’une douche froide bien méritée et se diriger vers la laverie automatique. Une fois
à la laverie on constate que nous n’avons pas de monnaie de 1$ pour les machines et que nous avons oublié
la lessive au van, à 800 mètres à pied, grumpf. Finalement la gérante de la laverie arrive pour faire des lessives de draps et… nous offre lessive, lavage et séchage.
Sympa !
Le lendemain nous nous éloignons définitivement de
l’ouest pour rejoindre la côte est tant qu’il fait beau et
soleil. C’est donc à St Helens que nous allons avant de
rejoindre un camping au bord de la Bay Of Fires. Après
une balade sur la plage c’est déjà l’heure de manger et
de faire un feu de camp !
J+126 — Bicheno / Diamond Island
Nous continuons sur la côte est pour rejoindre Bicheno, petit village touristique, avec l’espoir pour Anne
de voir des pingouins, car le coin est réputé pour ça.
Comme nous sommes très attachés à l’aspect naturel
fauchés et radins, on ne veut pas faire un tour guidé
à $30 (quand même) et nous essayons d’aller voir des
pingouins sur Diamond Island, petite île où les pingouins vont faire leur nid. L’île est accessible à pied
à marée basse. J’avais essayé de m’y rendre en 2009
à marée haute, ça ne s’était bien passé, j’étais revenu
un peu mouillé… Cette fois-ci c’est beaucoup plus pratique d’être là à la bonne heure, malgré le vent.
Vent qui nous pousse à nous enfermer dans le van,
au chaud, pour préparer à manger et déjeuner. Ensuite
nous nous promenons autour de l’île mais
n’apercevrons aucun pingouin, vivant tout du moins,
car nous avons vu plusieurs cadavres de pingouins sur
la plage et les rochers. Miam.
Obstinés, nous restons sur place le soir pour essayer
d’en voir à la tombée de la nuit, où ils sont sensés remonter les plages. C’est donc après une douche froide
dans le vent frais et une bonne soupe que nous constatons que les pingouins ça ne sera pas pour ce jour-ci…
Tant pis, au moins on aura vu un crabe. C’est mieux
que rien !
J+127 — Wineglass Bay et des animaux
sauvages
Quand je suis venu en Australie en 2009, c’est début
mars que j’ai fait un petit tour (6 jours) organisé de
la Tasmanie. Il est donc plutôt rigolo de se dire que
quatre ans plus tard, quasiment jour pour jour, je me
retrouve aux mêmes endroits… Et après Bay Of Fires
et Bicheno nous voici à Freycinet National Park pour
aller voir Wineglass Bay, et Hazards Beach sur une balade de 11 kilomètres.
Ici les wallabies sont très familiers, trop même, faute
d’être nourris à longueur d’année par les touristes, ce
qui n’est pas sans poser certains problèmes, les animaux ne savent ainsi plus se nourrir par eux-mêmes et
meurent s’ils ne sont plus nourris, sans parler des problèmes de malnutrition et les comportements agressifs
que cela peut engendrer chez eux. Bref il ne faut pas
nourrir les animaux sauvages, sinon ils ne le seront
plus (sauvages), c’est répété assez régulièrement et
marqué partout, mais que ne ferait donc pas un touriste pour pouvoir être pris en photo en train de caresser un wallaby (un animal porteur de nombreuses
puces et tiques) ?
C’est ainsi que j’avais pu prendre en photo en 2009 le
problème avec ce wallaby qui réussissait à déterrer une
peau de banane enfouie dans le sable de la plage.
Cette fois-ci, c’est dès le parking que nous verrons un
wallaby affairé à réclamer de la nourriture aux tou-
ristes, contre laquelle il accepte docilement de se laisser caresser.
Et une fois à Wineglass Bay, nous avons pu croiser un
wallaby visiblement affamé qui errait de touriste en
touriste à la recherche de nourriture. Il est peu probable que ce soit le même que celui pris en photo en
2009, mais il permet pourtant un parallèle intéressant
pour moi, ainsi quatre ans plus tard, au même endroit,
une nouvelle photo intéressante avec un wallaby.
Et même plus d’une photo car il se pose à côté d’Anne
en se disant que le coin avait l’air sympa pour se poser
sur ses fesses…
Mais ce que ne montrent que peu ces photos c’est
l’aspect fatigué et malade du wallaby, aveuglé par la
lumière du jour, incapable de garder les yeux ouverts
bien longtemps, une image moins glamour. Une manière de nous rappeler que si nous sommes chanceux
de pouvoir observer ces animaux sauvages dans leur
élément naturel, il ne faudrait pas pour autant se croire
permis d’intervenir simplement pour avoir une photo
ou leur gratter le dos…
J+128 — Tasman Peninsula : Waterfall bay,
Tasman's Arch, Devil's Kitchen et Blowhole
Une journée qui commence bien ! Nous nous arrêtons
à un point de vue sur la route Pirates Bay, à l’entrée de
la péninsule de Tasman. Sauf qu’ici, on a bien cherché
mais aucun fichier à télécharger, même pas de réseau
sur le téléphone, on se demande bien pourquoi ils ont
donc choisi ce nom ? !
De cet endroit nous pouvons voir (enfin de loin) la Tasman Arch, Devil’s Kitchen et Blowhole, les trois prochains endroits que nous ne connaissions pas mais que
nous décidons derechef d’aller visiter. Avec des noms
comme ça, ça donne envie ! La Tasman Arch pour
commencer est une arche résultant de l’effondrement
du toit d’une grotte creusée par les vagues dans les falaises, et même si ça ne se voit pas sur les photos, c’est
gigantesque et très impressionnant.
Devil’s Kitchen, quelques mètres plus loin (cette côte
est remplie de merveilles géologiques !), est le résultat
du même type d’effondrement sauf que c’est tout le
toit de la grotte qui s’est effondré, pas seulement le toit
du fond, ce qui donne une gorge escarpée de 60 mètres
de haut où les vagues s’engouffrent et soufflent.
Nous continuons ensuite notre marche à pied jusqu’à
Waterfall Bay, quelques dizaines de minutes plus loin,
et un certain nombre d’autres arches, grottes et cavernes aperçues de près ou de loin. Ça donne envie de
prendre un bateau et longer la côte pour admirer de
plus près tout cela !
En repartant nous ne manquons pas d’aller voir le
Blowhole, un trou où, après avoir traversé la falaise à
travers un long tunnel, les vagues viennent exploser.
L’endroit est des plus touristique, avec les cars de touriste, les papy-mamy qui nourrissent les miettes et
même un camion de fish and chips. Il est midi, c’est
l’occasion de manger un peu de poisson frais, miam
miam, et en route pour Fortesque Bay !
J+128 — Tasman Peninsula : Fortesque Bay
Vous l’aurez remarqué, on se rapproche de l’histoire
française de la Tasmanie, les noms des lieux le
prouvent, en effet nous nous rendons à Fortesque Bay
(parfois orthographié Fortescue Bay), endroit surtout
connu pour son célèbre personnage de jeux vidéos, Sir
Daniel Fortesque, héros du jeu MediEvil (comment ça
je me trompe ?). Et de Fortesque Bay nous empruntons un morceau de randonnée qui se fait sur plusieurs
jours pour nous rendre à Bivouac Bay en passant par
Canoë Bay. Si là vous n’êtes pas convaincus qu’on est
en territoire français !
Une promenade sympa, qui grimpe et redescend tranquillement en bord de mer. Une mer si calme qu’on se
demande si ça n’est pas juste un lac. Nous y croiserons de nombreux oiseaux et notamment des cormorans mais pas de pingouin, contrairement aux espoirs
d’Anne.
À Canoë Bay nous croisons une épave de bateau
échouée là depuis les années soixante-dix, et enfin à
Bivouac Bay un bel endroit de Bivouac pour les randonneurs, avec encore une fois des toilettes, alors que
nous sommes un peu au milieu de nulle part, qu’ils
sont organisés ces australiens !
C’est avec le coucher de soleil que nous rentrons en
van, pour profiter des douches du camping de Fortesque Bay avant de reprendre les douze kilomètres
de dirt road pour rejoindre la route la plus proche, où
nous croiserons de nombreux wallabies et opossums,
peu soucieux de s’écarter de la route.
J+129 — Tasman Peninsula : Cape Raoul,
Ship Stern Bluff et Tunnel Bay
Pour ce second jour dans la péninsule de Tasman nous
nous rendons à Stormlea, minuscule bourgade au bout
d’une dirt road nommée Stormlea (à ne pas confondre
avec Stromae, chanteur belge) pour entamer une randonnée à la journée indiquée dans notre livre "40 great
walks in Australia" et devant nous mener jusqu’à Tunnel Bay. Nous commençons par monter dans la forêt et
croiser quelques wallabies et pademelons (petits wallabies) jusqu’au point de vue sur Cape Raoul en haut
d’une falaise (brrr mon vertige ne s’améliore pas en
Australie).
Mais ce n’est pas à Cape Raoul que nous nous rendons,
nous retournons donc un peu en arrière jusqu’à la bifurcation vers Tunnel Bay. Nous parcourons d’abord
la forêt dans une descente assez raide, puis de la végétation basse et aride qui pousse sur le sable du plateau, enfin une descente bien raide sur une ancienne
piste de 4x4 nous mène à Tunnel Bay, où nous pouvons
admirer le tunnel où s’engouffrent les vagues pendant
que nous mangeons en essayant de repousser les
guêpes.
En nous promenant sur la plage nous remarquons ensuite des os de baleine gigantesques éparpillés sur les
cailloux. Ils pèsent très lourds, on se dit que la baleine
elle-même devait être gigantesque…
La salade de riz n’avait visiblement pas suffit à Anne
qu’il a fallut que j’empêche de ronger les os…
Puis nous remontons 300 mètres de dénivelé et comme
il est encore assez tôt, nous décidons de faire un détour
par Ship Stern Bluff, endroit qui nous était inconnu
jusque-là mais qui se révèle en réalité être l’un des
spots de surf les plus convoités au monde (cf. Wikipédia19), avec des vagues gigantesques et très dangereuses, car tout près des rochers. Et d’ailleurs quand
on y arrive de nombreux surfeurs sont là à attendre LA
vague, assistés de jet-skis pour les aider à reprendre
position dans ce bordel. Les vagues sont effectivement
immenses et explosent sur les rochers en des gerbes de
19. http://en.wikipedia.org/wiki/Ship_Stern_Bluff
plusieurs mètres de haut. Difficile à décrire et rendre
compte en photo, mais c’est très très impressionnant.
Nous restons là un moment à regarder les vagues se
briser puis remontons encore 300 mètres de dénivelé
pour reprendre le sentier dans l’autre sens et rentrer à
la voiture. Nous apercevons à cette occasion une petite
falaise très jolie que nous n’avions pas vue à l’aller, qui
ressemble un peu aux célèbres painted cliffs de Maria
Island.
Enfin en arrivant au parking, nous profitons des toilettes d’une chambre d’hôte20 qui permet leur utilisation aux randonneurs, car pas de toilettes sur le chemin, et remarquons qu’ils disposent également d’un
sauna traditionnel au feu de bois, utilisable contre un
don à prix libre. Après plus de 600 mètres de dénivelé
et quelques kilomètres parcourus, on se dit que c’est
l’occasion idéale de prendre une douche comme on
le fait en Suède : avec un seau d’eau chaude, directement dans le sauna, et de profiter en plus d’un bon
sauna. Aussitôt dit, aussitôt fait, nous profitons à nous
tous seuls d’un sauna au feu de bois au beau milieu
de pas grand-chose, à des kilomètres de la première
20. http://www.raoulbayretreat.com.au/
route, après une longue journée de balade. Franchement, comment ne pourrait-on pas aimer la Tasmanie ?
J+131 — Mt Wellington : une rencontre au
sommet (avec une tasse de thé)
Après avoir rencontré mon camarade Benjamin21 de
Polyamour.info22 à Richmond, vers Hobart, pour la soirée et partagé un repas à base de pizza faite à la poêle
(oh quel luxe !), même pas complètement ratée
d’ailleurs, nous nous levons le lendemain avec 2°C
dans le van et dehors. Brrrr. Heureusement, nous
n’avons pas ressenti le froid de la nuit, grâce à notre
super-couette 4 saisons ! On met "juste" trente minutes
avant de se décider à sortir de sous la couette. Il fait
pas beau, il pleut même un peu, mais nous nous rendons quand même à Mt Wellington, montagne qui
s’élève à plus de 1200 mètres juste au-dessus d’Hobart.
On regarde quand même un peu la météo avant : température au sommet : -1°C et température ressentie
avec l’humidité et le vent : -15°C. Gloups. La météo an21. http://parleur.net/
22. http://polyamour.info/
nonce quand même que la température au sommet va
atteindre jusqu’à 8°C aujourd’hui, ce qui ne fait pas
beaucoup plus chaud mais on n’a même pas peur !
Une fois sur place, et vêtus de deux épaisseurs de
t-shirt, deux épaisseurs de pull et une épaisseur de
k-way, nous nous lançons depuis The Springs dans
une petite rando de quelques kilomètres qui doit passer sous les Organ Pipes, des formations rocheuses
qui ressemblent à des tuyaux d’orgue. Nous croisons
quelques huttes spartiates mais néanmoins toutes
pourvues d’une cheminée et d’un réservoir d’eau de
pluie, et nous montons assez sec vers The Chalet. Nous
continuons un peu et profitons d’un rayon de soleil
pour manger assis dans un pierrier en regardant Hobart là bas tout en bas.
Mais une fois le repas terminé, nous sommes
contraints de revenir sur nos pas jusqu’à The Chalet
pour s’abriter de la pluie qui vient juste de se déclarer.
Après une petite sieste sur les bancs du chalet nous
repartons une fois l’averse passée et redescendons en
croisant de nombreuses voies d’escalades qui donnent
sacrément envie d’avoir emmené sa corde et ses mousquetons ! De retour à The Springs nous reprenons la
voiture pour monter jusqu’au sommet, qui se révèle
perdu dans les nuages. Une épaisse brume empêche de
voir quoi que ce soit à plus de 50 mètres. La météo
nous indique une température plus douce que ce matin : 6°C pour -4°C ressentis, et 98% d’humidité. Tout va
bien, nous faisons un petit tour du sommet à pied, en
courant et sautant pour nous réchauffer un peu, mais
c’est peu efficace. Ah qu’ils sont loin les jours de soleil
à 30°C du début du mois !
Parfois la brume se dissipe un peu et nous pouvons
apercevoir au pied de la montagne la ville d’Hobart…
au soleil ! Mais qu’est-ce qu’on fait donc là ? !
Après au moins quinze minutes dans ce blizzard, nous
rentrons dans le van pour se faire un bon thé bien
chaud et surtout bien mérité ! Prendre une tasse de thé
au sommet du Mt Wellington, par -6°C ressentis, franchement, moi je dis la Tasmanie j’aime ça ! Problème :
en revenant à Richmond nous constatons que nous
avons gagné de beaux coups de soleil. Mais mais mais,
on n’a même quasiment pas vu le soleil aujourd’hui
comment est-ce possible ? !
J+132 et J+133 — Bruny Island
(Par Anne)
Petite mise en abîme : nous sommes donc partis en
voyage un an sur cette grande île qui est également
un pays de 2700 km sur 3700 : l’Australie. Cette grande
île est constituée de sept régions dont la Tasmanie où
nous sommes actuellement pour un mois, une île de
250 km sur 300. Cette région possède également plusieurs îles dont Bruny Island, tout au sud de la Tasmanie, île de 100 km sur 30 où nous avons passé deux
jours. Cette île est elle-même composée de deux îles
reliées par un pont de 2 km mais alors que le ferry arrive sur l’île Nord, c’est plutôt l’île Sud qui nous intéresse. C’est donc l’histoire d’une île dans une île dans
une île dans une île. Vous avez suivi ?
Nous avons donc pris le ferry pour la deuxième fois en
Australie mais cette fois-ci pour seulement 15 minutes
de traversée. Oui, on aurait pu faire ça facilement à la
nage, mais on avait peur de noyer le moteur du van.
Accessoirement, on a aussi vu quelques ailerons dans
l’eau et on n’est pas sûr que ce ne soit que des dauphins ! Le tarif est de 30 dollars par voiture, ce qui est
assez économique par rapport au tarif pour Maria Is-
land, une autre île de Tasmanie, qui est de 50 dollars
par personne et pas de possibilité d’emmener sa voiture !
Nous sommes donc arrivés sur Bruny Island vers
14h30 le 18 mars et avons de suite poursuivi notre
route sur plus de 50 kms pour arriver au point de départ d’une balade que nous avions repérée sur le très
bon dépliant 60 Great Short Walks in Tasmania : Fluted Cape. La balade dure deux heures et demies, passe
par Grass Point qui, comme son nom l’indique, est
une étendue d’herbe au bord de l’océan et donc Fluted Cape qui est une falaise en forme de flûte de pan et
qui surplombe l’océan. La balade est assez facile hormis une bonne montée d’environ 20 minutes de Grass
Point jusqu’à Fluted Cape (200 mètres d’ascension).
La vue est très jolie tout au long de la montée, où nous
croisons un échidné tout poilu, visiblement prêt pour
l’hiver !
Au sommet, ce sont deux wallabies qui attirent notre
attention. Ils sont tranquillement en train de dîner (il
faut dire qu’une fois encore nous avons commencé
notre balade assez tard puisque l’autre pantouflard a
souhaité faire une sieste de 15h à 16h) et ne semblent
pas très peureux. Nous en profitons donc pour les photographier d’assez près (je ne m’en lasse pas, c’est définitivement très mignon !).
La descente est assez facile mais assez sportive pour
Sylvain, trop occupé à prendre des photos, ne m’a pas
vue partir¹, a pensé que je m’étais fait attaquer par un
wallaby et que j’étais tombée de la falaise. Il a donc fait
en courant un bout du chemin aller et une partie de la
descente !
Nous partîmes ensuite à la recherche d’un camping
puisqu’il n’était déjà plus très tôt. Le premier repéré
sur notre guide était en fait payant : 10 dollars la nuit
pour deux personnes alors qu’il n’y a ni douche ni eau
potable ! Nous décidâmes donc de vérifier la gratuité
des autres campings du guide sur le site des parcs nationaux de Tasmanie. Sur trois indiqués comme gratuits, un seul l’est, finalement.
En chemin, nous apercevons un wallaby blanc. Peutêtre n’est-ce qu’un albinos mais sur le dépliant de l’île,
il y a une photographie d’un wallaby blanc, donc peutêtre est-ce une espèce particulière. Nous croisons également beaucoup d’animaux sur la dirt road qui mène
au camping et manquons d’en écraser un ou deux. Syl-
vain au volant, grâce aux excellents enseignements de
son merveilleux professeur, les évite avec dextérité (et
quelques écarts et écrasages de frein).
Après un repas bien mérité (la marche, ça creuse !),
nous regardons un film à la qualité plus que douteuse
dont je tairai le nom ici (d’autant plus que je l’ai oublié²). Alors que je somnole tranquillement, je suis réveillée par des grattements sur le van, qui ose donc
perturber le sommeil du brave ? ! Nous ne saurons pas,
peut-être quelque opossum grimpeur ou quelque wallaby affamé.
Le jour suivant (le 19 mars donc), nous partîmes pour
une balade de 5 heures intitulée Labillardière Circuit,
également proposée dans le dépliant 60 Great Short
Walks. Comme annoncée sur le panneau à l’entrée,
la balade est longue mais pas difficile et tellement
peu difficile pour les deux grands sportifs que nous
sommes que l’on s’ennuie un peu vers la fin où l’on
longe la côte pendant deux bonnes heures. Heureusement la faune locale met parfois un peu de piment sur
notre chemin : un mignon petit lézard pendant qu’on
mange, une sorte de petit iguane inconnu au bataillon
et surtout deux grands (40 cm) et gros serpents noirs
qui filent à notre approche.
Après cette balade qui vous l’aurez compris ne nous
a pas très enthousiasmés, nous retournons dormir au
même camping que la nuit précédente. Étant cette foisci présents plus tôt, nous décidons de manger vers
l’océan juste à côté au cas où on verrait des pingouins.
Encore une fois, pas de pingouins (peut-être parce que
les 4×4 ont le droit de rouler sur cette plage…) mais
une tablette de chocolat gracieusement offerte par un
voyageur à vélo contre quelques litres d’eau potable.
Vous ai-je déjà dit que les Australiens sont les gens les
plus gentils que j’ai jamais rencontrés ?
Cette nuit-là, pas de grattements intempestifs et nous
repartons le lendemain matin (le 20 mars pour ceux
qui ne suivent pas) pour reprendre le ferry et atteindre
le bout du monde mais ceci est une autre histoire !
1. Alors qu’en fait c’est Anne qui ne m’a pas vu
m’arrêter à 2 mètres du chemin. (NDSylvain)
2. Crank 2 : High Voltage (NDSylvain)
J+134 — The end of the road
Nous allons vers le sud, et même le plus au sud de
la Tasmanie et donc de l’Australie (si on ne compte
pas Macquarie Island qui est réservée à la recherche
scientifique, comme les TAAF en France), et nous passons par Hastings pour profiter de la piscine d’eau
chaude… naturelle, alimentée par une source d’eau
chaude proche, à une température d’environ 26°C. Plutôt agréable, même si nous n’avons pas trop eu
l’occasion de glander au bord de l’eau, la piscine fermant à 15h30, les australiens ne sont pas vraiment des
couche-tard !
Ensuite nous reprenons la route, et à la fin, après 20
kilomètres de dirt road, nous arrivons à Cockle Creek
et une pancarte nous indique de manière explicite où
nous sommes : The end of the road.
Et oui "The end of the road", la fin de la route, on y
est ! C’est le point le plus au sud de l’Australie qui soit
accessible en voiture. De là il est possible d’emprunter
la South Coast Track23, randonnée de 8 jours qui vous
mènera de Cockle Creek jusqu’à… Nulle part. En effet
23. http://www.southcoasttrack.com.au/
ce n’est pas une boucle, il faudra donc repartir dans
l’autre sens (pour 8 jours de plus), ou alors avoir prévu
de se faire reprendre en avion. Le bon côté c’est que
c’est une superbe balade dans un endroit complètement sauvage, le mauvais côté c’est que c’est un endroit où il pleut 212 jours par an…
Nous avions prévu de faire une petite partie de cette
randonnée le jour suivant en allant jusqu’à South Cape
Bay, un aller-retour de 5 heures, mais hélas le jour suivant était justement un de ces 212 jours de pluie. Après
avoir attendu une bonne partie de la matinée nous décidons de remonter vers le nord car nous ne pourrons
pas attendre plusieurs jours que la pluie battante passe
pour faire cette balade. Dommage, ça sera pour une
prochaine fois.
J+135 à J+138 — Il pleut : vite, de l'eau !
Après être partis en pleine débâcle sous la pluie du
bout du monde (enfin du bout de la Tasmanie), nous
remontons sous la pluie (toujours) par Huonville ou
nous faisons le plein de bonbons (miam miam), puis un
court passage à Hobart, et arrêt à Hamilton où nous
terminons la journée sous la pluie. Le lendemain, nous
allons à Mt Field National Park en espérant bien faire
une balade qui semble vraiment sympa sur le sommet,
en milieu alpin, là où l’hiver il est possible de faire de
jolies randonnées en ski.
Problème : au sommet de Mt Field il pleut. Encore et
toujours. À l’horizontale. Avec un vent fort, très fort.
Une pluie pas très importante mais très fine, genre qui
trempe quasi-instantanément. Bon ça va pas être possible. Nous redescendons donc les 16 km de dirt road
en lacets et nous arrêtons à Tall Trees où il ne pleut
pas (ah c’est donc ça le climat alpin !) pour aller voir
parmi les plus grands arbres de Tasmanie : jusqu’à 80
mètres de haut. Ça en donne mal au cou. Puis comme
il pleut, quoi de mieux que d’aller voir… de l’eau tiens !
Nous allons donc voir les Horseshoe Falls…
Puis les célèbres Russell Falls…
Et enfin les Lady Barron Falls.
Bon ça nous fera quand même un peu de balade, mais
on est encore une fois un peu dégoûtés, surtout que
dans une semaine il nous faudra prendre le ferry pour
rentrer, on ne peut plus prendre le risque d’attendre
une journée sur place que la météo soit plus clémente,
il faut avancer.
Nous partons donc ensuite vers Lake St Clair pour le
lendemain entamer un circuit de 15km en 5h sous un
ciel gris mais sec, mais au bout de trente minutes… Rebelote, la pluie revient. Une demi-heure plus loin, nous
sommes forcés de faire demi-tour, déjà trempés que
nous sommes. La randonnée du jour… tombe à l’eau.
Enfin au moins on aura pu voir un peu l’eau… du lac.
Après ce nouvel échec cuisant dû à une météo… tasmanienne, nous repartons vers Strahan en passant par
Franklin-Gordon Wild Rivers NP, un parc national
également très humide, où nous faisons d’abord une
petite balade vers un point de vue donnant envie
d’aller faire la randonnée de 4-5 jours vers Frenchmans
Cap, joli pic du coin.
Ensuite comme l’eau nous manquait nous nous arrêtons pour aller voir les Nelson Falls, qui sont impossibles à prendre en photo tellement elles projettent de
brume. Avec les pluies des derniers jours elles sont devenues plutôt imposantes.
Enfin, arrivés à Strahan nous dormons sur le parking
de South Ocean Beach, où nous sommes réveillés la
nuit par un vent fort qui secoue le van dans tous les
sens, puis par une pluie qui crépite sur la tôle. Le matin nous profitons d’une accalmie pour se lever et replier le lit pour prendre un petit déj' à l’abri du vent
(ah le luxe du van où l’on peut s’asseoir, manger et cuisiner !), et une petite promenade sur la plage pour voir
l’écume virevolter avec le sable avant que la pluie ne
reprenne.
La prochaine étape est de nous rendre à Strahan, pour
aller voir… les Hogarth Falls (définitivement c’est une
malédiction, ou alors on cherche les ennuis).
C’est alors que nous continuons la route pour aller
faire un saut dans les Henty Dunes. Enfin un saut, plutôt plusieurs !
Et pour terminer, nous ne pouvions passer à côté d’une
dernière chute d’eau, la plus grande de Tasmanie, les
Montezuma Falls, qui après une heure de marche sur
une ancienne voie de tram (toute boueuse) d’un ancien
site minier, se révèlent… impossible à regarder ! En
effet, avec toute la pluie qui est tombée, les chutes
sont d’un débit phénoménal, et elles dégagent une
bruine démentielle. Du coup aller sur la plate-forme
d’observation au pied des chutes c’est l’assurance
d’avoir l’impression de se prendre une vague dans la
figure… De manière continuelle. Tout ça alors qu’on
avait déjà pris une douche ! Inutile de dire que pour
prendre une photo, c’est tout aussi… compliqué.
Heureusement, il est possible d’emprunter un long
pont suspendu (qui bouge dans tous les sens, à plusieurs dizaines de mètres au-dessus de la rivière… brrr
mon vertige) un peu plus loin qui permet d’admirer les
chutes d’eau, mais même-là encore on ressent encore
un peu la bruine des chutes. Impressionnant.
Il faudra ensuite rebrousser chemin, à part si l’envie
vous prend de faire 16 kilomètres de plus, car de l’autre
côté du pont suspendu commence une piste de 4x4 qui
mène à Zeehan. Et c’est ainsi que se termine ce circuit des chutes d’eau, mais est-ce que la pluie va enfin
se tarir ? Pourrons-nous escalader le Mt Cradle sous
le soleil ou dans un brouillard épais ? La suite au prochain épisode…
J+139 — Tullah & Mt Farrell
Enfin, il ne pleut plus ! Nous pouvons donc nous préparer à l’ascension du Mt Cradle (1545m) en commençant par un peu plus petit : le Mt Farrell à Tullah, petite
ville minière de l’ouest de la Tasmanie, qui est encore
un peu vivante (en tout cas plus que Williamsford,
ville fantôme vers les Montezuma Falls). La montée est
sévère, nous partons de 170 mètres pour aller jusqu’à
690 mètres en une heure et quelques. De plus le chemin n’étant pas dans un parc national, il n’est pas des
mieux entretenus, et pour ainsi dire il semble peu entretenu par rapport à mon souvenir. Vu qu’il a abondamment plu les jours précédents, les racines et les
rochers sont très glissants et on se vautre par terre
à plusieurs reprises. Mais une fois au sommet, quelle
vue ! Nous pouvons voir les Walls of Jerusalem, Cradle
Mountain et même Mt Roland ! Le tout dans un décor
alpin des plus appréciables.
Nous redescendons sans aller voir Lake Herbert, petit
lac de montagne, car nous le confondons avec le Lake
Mackintosh qui est gigantesque et surtout… bien bas,
on a la flemme de redescendre jusque-là. En revenant
au van on se rendra compte dans le livre de randonnée
qu’on devait être à 500 mètres à tout casser de Lake
Herbert et qu’il n’était pas beaucoup plus bas. Mais
tant pis, on ne remontera pas pour ça !
En redescendant on décide de prendre un autre chemin
pour faire une petite boucle dans les hautes herbes
avant de rejoindre les bois, et ça sera donc une descente très rock’n’roll sur ce petit chemin qui devient
invisible et qu’il faut suivre… avec les pieds, à défaut
de pouvoir le faire avec les yeux. Mais attention aux
pieds : c’est un coin à serpents et surtout… à ruisseaux ! Qui parfois empruntent le sentier et mouillent
les pieds. C’est rigolo mais heureusement ça ne dure
pas trop longtemps.
Enfin, nous profitons des chaises disposées le long du
chemin par un précédent randonneur qui devait se
sentir fatigué pour se reposer et… admirer la vue.
Au final une des balades les plus agréables mais aussi
les moins connues et fréquentées de Tasmanie, assez
facile et une bonne préparation pour le marathon du
lendemain.
J+140 — Cradle Mountain
Le livre de randonnée indiquait une balade qui semblait très sympa à faire à Cradle Mountain, sauf qu’elle
devait se faire en deux jours. On s’est dit que 15 kilomètres en 8 heures, ça doit pouvoir se faire en une
journée, mais par contre il faudrait qu’on ne parte pas
trop tard. Du coup on a cherché le jour précédent
l’endroit le plus proche de Cradle Mountain pour dormir gratuitement et avons trouvé à quelques kilomètres de là quelques chemins déserts dans Vale of
Belvoir24, dont nous avons profité en remarquant
l’absence de panneau interdisant de camper là. Et c’est
donc à 7h30 du matin que nous nous levons en croisant un wallaby parcourant la plaine devant le van
pour commencer cette journée qui s’annonce longue.
Heureusement, nous avons vérifié la météo, elle
n’annonce pas de pluie, mais seulement beaucoup de
nuages. Bon au pire tant pis pour la vue, tant qu’on
n’est pas mouillés ça va !
Arrivés au parc national, le visitor centre nous dit
qu’on ne peut pas prendre la voiture jusqu’à Dove
24. http://www.australiangeographic.com.au/journal/tasmanias-veiledbeauty.htm
Lake, le départ de la balade, et qu’il faut prendre le
"shuttle", la navette en bus, en laissant la voiture au visitor centre, à 10 km du départ. Sauf que le dernier bus
pour rentrer est à… 18h20. Il est déjà 9h, ça va faire un
peu court si on veut flâner sur le parcours, mais tant
pis. En réalité une fois en haut nous verrons qu’il est
tout à fait possible d’amener sa voiture jusque-là, c’est
simplement déconseillé pour ne pas surcharger la petite route. Si ce conseil s’applique bien aux touristes
qui ne viennent que faire un tour de quelques minutes,
pour nous qui prévoyons une longue randonnée ce
jour-là, on aurait préféré être un peu plus souples sur
les horaires, mais bon tant pis.
Sur le parking du Visitor Centre nous sommes apostrophés par deux van-voyageurs à l’accent français qui
nous demandent si on n’a pas un blog… Et si ! Nous
rencontrons donc des lecteurs de ce journal en la personne d'Eric et Lise25 qui sont tombés sur ce journal
en cherchant le net car ils ont eu exactement le même
problème que nous avions eu avec le nôtre. Coût des
réparations : près de 2000$. Pour un van payé 8000$.
Gloups. On se dit qu’on a eu de la chance nous avec
25. http://oz.together.free.fr/
notre van à 4250$ et 1200$ de réparations alors que
c’était encore plus grave. On commence aussi à se dire
que nous sommes peut-être des stars internationales
sans le savoir, et que toute l’Australie francophone
nous lit ? Bon, peut-être pas. N’empêche, le monde est
petit !
Le temps de papoter, de se plaindre de nos vans respectifs, de prendre le shuttle, il est déjà 10h quand nous
arrivons à Dove Lake, et nous partons tous les quatre
pour monter bien sec jusqu’à Marion’s Lookout à 1200
mètres d’altitude, soit déjà 300 mètres de gravi en une
heure. Problème, à ce point de vue, la vue est… un peu
embrumée.
Il fait froid et humide, on ne voit rien à plus de 20
mètres mais on ne se décourage pas, même si Eric et
Lise semblent commencer à regretter de nous avoir
suivi dans les hauteurs, déjà qu’ils nous trouvaient
sportifs (ha ha ha ! dis-je en mangeant du nutella allongé dans le canapé du van). Mais en arrivant vers
Kitchen Hut, le premier refuge sur notre chemin, le
ciel s’éclaircit, les nuages montent, s’éloignent et nous
laissent apercevoir le sommet de Mt Cradle et un beau
soleil qui ne nous quittera plus de la journée. Bonne
nouvelle, sauf pour les deux pulls et le bonnet que
j’avais mis en partant, qu’il va me falloir porter dans le
sac jusqu’à la fin.
Et justement le sommet, parlons-en ! Car Kitchen Hut
c’est aussi l’endroit où il nous faut décider si nous suivons Eric et Lise vers le sommet (qui n’est pas prévu
dans notre déjà longue balade du jour) ou si nous
continuons tout de suite sur l’itinéraire prévu. Bon aller, va pour le sommet, et on avisera ensuite, on discute
bien et le chemin a l’air tout à fait dans nos habitudes :
il faut quitter les confortables petits ponts en bois qui
évitent de se mouiller les pieds dans la boue et escalader des rochers pour gagner 350 mètres de dénivelé et
le sommet à 1545 mètres. Bref, un truc qui tue bien les
jambes, mais qui est super rigolo à faire. Anne grimpe
mieux que moi, qui dois m’arrêter à plusieurs reprises
pour reprendre mon souffle, mais bon aussi pour admirer la vue sur Dove Lake quand même.
À quelques minutes du sommet alors que nous mangeons un bout, nous sommes rejoints par un couple
d’allemands qui nous reconnaissent : ils étaient avec
nous sur le ferry, trois semaines plus tôt. Évidemment,
nous on ne se souvient pas du tout d’eux mais bon, ça
doit être ça d’être célèbre aussi !
Une fois au sommet nous terminons de déjeuner avec
Eric et Lise et admirons la vue tout autour, et surtout
d’avoir grimpé aussi vite. Le sommet en lui-même est
un amas de pics rocheux, avec quelques touffes
d’herbes, un décor très alpin.
Puis nous redescendons et nous quittons Eric et Lise
qui prennent Face Track pour terminer la boucle, et
nous décidons que comme il n’est "que" 14h et qu’il
ne nous reste "que" deux tiers de la randonnée à faire,
nous pouvons continuer, au pire on se pressera un peu.
Nous empruntons ensuite l’Overland Track sur un petit tronçon, en croisant de nombreux randonneurs venus là pour plusieurs jours, comme ce couple qui nous
indiquera quelques directions et qui allait résider à
Waterfall Valley, premier camp sur l’Overland Track,
pour une semaine. Certains autres sont en route justement sur l’Overland, une randonnée de huit jours,
qui va jusqu’à Lake St Clair. Cette randonnée est hélas
dépassée par son succès et pour limiter les randonneurs il existe un système de réservation (payant :
$200 par personne quand même, à ajouter au Pass pour
les parcs nationaux de Tasmanie qui coûte déjà 60$
par voiture) pour la parcourir entre octobre et mai (les
autres mois sont gratuits, mais beaucoup plus froids et
neigeux !). En tout cas, ça donne pas mal envie aussi,
surtout quand on découvre les paysages, avec d’un côté l’autre flanc de Cradle Mountain, et de l’autre Barn
Bluff qui s’élève à l’horizon.
Enfin nous quittons l’Overland Track et prenons la direction de Lake Rodway et Scott Kilvert Memorial Hut,
refuge érigé suite à la disparition d’un professeur et
son élève dans les années soixante, morts de froid à cet
endroit. Signe que la montagne, si elle est belle et ensoleillée en ce jour, peut aussi se révéler dangereuse,
froide et glacée. Nous descendons à travers de la végétation basse, sur un sentier un peu raide et envahi
par les ruisseaux, puis à travers une forêt humide qui
a l’air d’être terriblement vieille. Une fois au refuge,
Anne panique un peu en voyant le panneau indiquant
le parking de Dove Lake à trois heures de marche,
alors qu’il était déjà 16h et que le dernier bus passait
à 18h20. Du coup je sue et souffle pour la suivre, elle
qui court quasiment pour remonter la vallée jusqu’à
Rangers Hut à travers les torrents, ruisseaux, flaques,
ponts et végétation touffue.
Finalement on arrive à Rangers Hut en 40 minutes,
et le panneau que l’on voit indique le parking à une
heure de marche de là… On est largement bons ! On
se repose un peu de cette course, on visite Rangers
Hut qui ne sert désormais plus que pour les urgences
comme Kitchen Hut, et on repart en prenant le temps
de se poser pour prendre des photos et admirer ce paysage unique, qui ne donne pas vraiment envie de le
quitter.
On redescend tranquillement (enfin nous, parce que le
chemin lui est plutôt abrupt) jusqu’à Dove Lake, on
s’arrête pour une dernière photo de Cradle Mountain,
et il est déjà… 17h45. Nous arrivons donc avec 35 minutes d’avance sur le dernier bus, peut-être qu’au final
on n’aurait même pas eu besoin de se presser ?
Nous signons notre retour sur le cahier de suivi des
randonneurs (où il faut indiquer son heure de départ
et le parcours prévu avant de partir, et signer quand
on revient, ça sert au parc national pour faire des statistiques ou pour vous retrouver si vous êtes reporté
disparu), et nous attendons le bus en observant le soleil s’abaisser sur Cradle Mountain, en se disant
qu’aujourd’hui on a fait dans les 20 kilomètres et près
de 900 mètres d’ascension, et qu’on se sent même pas
complètement crevés. Enfin juste un peu.
Il nous reste juste assez d’énergie pour aller voir un
wombat brouter dans une clairière vers le parking du
Visitor Centre, et repartir vers un camping pour une
nuit de sommeil bien mérité. Même si pour moi c’est
quasiment une certitude : il faut que je revienne ici,
j’en ai pas assez profité car c’est vraiment une des plus
belles montagnes que j’ai jamais vues.
J+142 — Narawntapu
Après Cradle Mountain, il nous fallait nous reposer, de
plus le 29 mars nous devions reprendre le ferry pour
rentrer sur le continent australien, nous sommes donc
remontés vers le nord de la Tasmanie le 27 en repassant par Sheffield, occasion de troquer mon Michael
Crichton contre un Stephen King au "Book Exchange"
(échange de livre gratuit) de l’office de tourisme, de racheter quelques fruits et légumes pas chers, puis nous
avons continué vers Devonport. Là bas nous avons
acheté un peu de cidre et refait le plein d’essence avant
de faire un dernier parc national avant de partir : Narawntapu26.
Dernier, mais aussi premier parc où nous irons au
camping payant, car on m’avait dit qu’on pouvait y
voir des animaux en abondance. Problème nous
n’étions pas au courant que le camping vers la plaine
(Springlawn) où viennent brouter les animaux le soir
n’a que des emplacements avec prise de courant, et
nous avons payé pour un emplacement sans prise de
courant, ce qui nous amène vers les autres campings
26. http://www.parks.tas.gov.au/?base=3665
du parc, à quelques kilomètres. Bon tant pis on profite
quand même de l’aire de pique-nique de jour à côté
de Springlawn pour dîner. Mais pas avant d’être allés
faire un tour dans Springlawn pour y voir des tas de
wombats qui broutent là paisiblement.
Et plus loin, pendant qu’Anne se débat avec des chardons dans ses chaussures, nous voyons aussi des dizaines de kangourous, qui nous paraissent simplement
énormes. Le sont-ils vraiment ? Ou alors ne sommesnous plus habitués à voir des kangourous après un
mois en Tasmanie à ne voir que des wallabies et des
pademelons ?
En tout cas on ne s’approche pas de trop près, ils ont
de grandes griffes et sont quasiment plus grands que
nous.
Le lendemain nous allons faire une balade à Point Vision, et après une longue traversée de la plaine de
Springlawn nous entamons une bonne ascension pour
parvenir au sommet de Point Vision, qui doit être
nommé ainsi de manière ironique car le sommet est
bordé d’arbres qui empêchent de voir quoi que ce soit.
Nous reprenons le chemin dans le sens inverse, un
peu déçus, mais nous profitons quand même pour re-
prendre des dizaines de photos de kangourous et de
wombats dans la plaine. Même si certains wombats
semblent hélas sévèrement touchés par la gale27, de
plus en plus commune hélas, et mortelle pour ces
pauvres animaux.
Enfin le jour suivant nous avons repris le ferry, qui est
parti avec près d’une heure de retard, et profité du roulis et des vagues qui m’ont rendu malade pendant la
totalité du trajet (8 heures) et à voir repasser mon repas par le nez… Autant dire que l’arrivée à Melbourne
était plutôt attendue, même si on aurait bien aimé rester en Tasmanie quelques jours ou semaines de plus !
27. http://www.fourthcrossingwildlife.com/WombatSarcopticMange.htm
Retour dans le Victoria
J+149 — Great Ocean Road jusqu'à Cape
Otway
Après le retour de Tasmanie nous devions passer faire
un coucou à nos ex-hôtes à Ringwood et reprendre
quelques affaires pour les laisser dans la maison de
campagne de notre garagiste préféré à Inverloch. Nous
n’avions pas indiqué à notre garagiste quand nous
passerions déposer les affaires alors du coup pendant
deux jours nous avons essayé de le joindre, mais ni
au garage ni chez lui il ne répondait. Vu que c’était le
long week-end de pâques (vendredi et lundi fériés), au
cours duquel tous les australiens partent en vacances,
on s’est dit qu’il devait au pire être dans sa maison
de campagne. Ce à quoi on n’a pas pensé c’est qu’il
y serait avec toute sa famille… C’est donc très intimidés que nous avons poussé la porte pour être accueillis comme des amis de longue date et rencontrons
donc toute la famille : enfants et petits-enfants, dont
on ne se souviendra probablement jamais des prénoms, comme à chaque fois qu’on vous présente une
dizaine de personnes d’affilée, mais qu’importe. Nous
profitons de cet accueil inattendu et d’une douche
chaude avant de partager le repas et une soirée en fa-
mille devant Shrek. Nous passons ensuite la nuit dans
le van… dans le jardin.
Un tel accueil me fait me sentir comme à la maison
et me fait me sentir « homesick » comme on dit, que
ma famille, mes amis, mes amours en France me
manquent. Ça arrive parfois, et en même temps on
se rend compte à quel point on peut rencontrer des
gens aussi accueillants, aussi aimants et gentils ici, et
comme on a pu se choisir une famille d’ami-e-s en Europe, on réalise qu’on peut s’en créer une un peu partout dans le monde.
Mais revenons à notre récit. Au matin nous repartons
un peu plus loin pour passer le week-end en bord de
mer en attendant mardi pour revenir à Ringwood lui
montrer le van et le verdict est que… tout va bien ! Il
a entièrement confiance dans le moteur et nous certifie que nous pourrons faire au moins 100.000 km
de plus avec. Bon on n’en fera peut-être pas autant
mais ça nous rassure bien, et nous enchaînons directement en direction du début de la Great Ocean
Road avec pas mal d’autoroute chiante jusqu’à Geelong puis jusqu’à Torquay où nous passons vite notre
chemin pour continuer jusqu’à Lorne. Sur la route
nous croisons beaucoup de vans déglingués et moches,
qui puent, ou même qui ne démarrent qu’après cinq
minutes d’efforts. On se dit que le nôtre est vraiment
bien à côté !
Le lendemain nous repartons de Lorne après avoir
été voir les Erskine Falls, très touristiques mais un
peu décevantes pour les blasés comme nous qui avons
parcourus le chemin boueux jusqu’aux gigantesques
Montezuma Falls de Tasmanie. Nous divergeons de
chemin vers Kennett River pour admirer les koalas
tout mignons dans les arbres à des hauteurs qui nous
donnent vite un torticolis.
Le lendemain nous repartons d’Apollo Bay pour se balader un peu sur le chemin de la Great Ocean Walk, sur
la plage de Shelley Beach, où Anne recherche de jolis
coquillages comme Inspecteur Gadget.
Pendant que moi je me pâme d’admiration devant un
coquillage qui ressemble à Cthulhu !
Enfin nous prenons la route de Cape Otway où nous
nous arrêtons pour jouer les touristes et admirer les
koalas qui roupillent et se baladent sur les arbres. Enfin nous on admire, pendant que des crétins de français
essayent de grimper aux arbres pour réveiller les koalas ou arracher des branches des arbres déjà bien dépeuplés puis les leur balancer. Des australiens essayent
bien de leur expliquer de les laisser tranquille, mais les
français font mine de ne pas comprendre en se moquant des australiens… Ah y’a des jours comme ça où
vraiment on n’est pas fier d’être français, parce que
ce n’est pas les premiers qu’on voit comme ça. On ne
s’étonne pas du coup d’entendre des étrangers dire que
les français ont une mauvaise réputation… Ça semble
parfois justifié…
Pour revenir aux koalas, ceux-ci semblent se regrouper
sur les quelques arbres dont il reste encore quelques
feuilles, car la plupart des autres arbres n’ont plus aucune feuille, et cela sur des kilomètres et des kilomètres. Un peu plus loin un panneau explique le pourquoi : les koalas trop nombreux mangent toutes les
feuilles des arbres, qui finissent par mourir et donc les
koalas ne peuvent plus se nourrir et meurent à leur
tour. Comme quoi trop de koala tue le koala !
Au bout de la route nous prenons une petite balade, à
nouveau sur le sentier du Great Ocean Walk, pour aller voir un point de vue sur le phare (car pour s’en ap-
procher et y entrer il faut payer, cher, comme tous les
trucs à touriste), et le cimetière du phare. Peu d’intérêt,
nous repartons vers des endroits moins touristiques et
surtout Aire River, notre camping pour la nuit, après
cinq kilomètres de route ensablée et à peine assez
étroite pour une voiture. De là nous grimpons dans le
sable jusqu’à Escarpment Lookout pour une jolie vue
sur la vallée et l’embouchure de la Aire River. Il ne restera plus qu’à redescendre et manger avant de dormir
en pensant aux koalas qui ont la chance de pouvoir
dormir jusqu’à dix-neuf heures par jour !
J+150 — Great Ocean Road jusqu'à
Moonlight Head
Nous repartons de Aire River après avoir fait un peu
de bricolage pour renforcer une étagère qui commençait à flancher et nous allons jusqu’à Johanna Beach,
lieu du naufrage d’un bateau de pêche au 19è siècle.
Grande plage, très jolie, mais bon les plages à surfeurs
on commence à s’en lasser légèrement. Nous repartons
avec la ferme intention de nous rendre à Wreck Beach,
lieu du naufrage de plusieurs autres bateaux qui y ont
laissé leurs ancres. Mais comme c’est mal indiqué on
loupe l’intersection et nous faisons 15 kilomètres de
trop. Retour en arrière pour prendre la bonne intersection et plusieurs kilomètres de narrow dirt road,
soit une route de terre sinueuse à peine assez large
pour une voiture. C’est le moment où on espère ne
pas croiser d’autre voiture… Nous arrivons au parking
de Moonlight head, en haut d’une colline surplombant
l’océan, et prenons le chemin de Gables Lookout, pour
admirer une jolie vue perchée en haut d’une falaise,
sur… d’autres falaises.
Nous empruntons ensuite à nouveau la Great Ocean
Walk pour aller jusqu’à Wreck Beach et descendons
les 366 marches jusqu’à la plage et bifurquons sur la
gauche à la recherche des ancres. Nous ne trouvons
hélas qu’une falaise qui ressemble furieusement à un
mur d’escalade artificiel (j’ai essayé pour vous : les
prises ne sont accrochées que grâce à du sable aggloméré, on va donc pas trop s’y risquer) et des gros
cailloux dans l’eau.
Après avoir découvert que la marée montait et qu’il ne
fallait pas rester là à moins de vouloir finir mouillés,
nous changerons de direction nous dirigeons vers le
côté droit de la plage et là nous apercevons bien les
deux ancres du Marie-Gabrielle, bateau français qui
venait de Chine avec une cargaison de thé, qui a également laissé ici un morceau de son cabestan.
Plus loin sur la plage, l’ancre du Fiji est érigée à la verticale, bonne occasion de prendre encore une pose de
héros, enfin… presque.
Nous remontons les 366 marches (ouf !) jusqu’au van
et mangeons sur le parking de Moonlight Head en profitant d’un sublime coucher de soleil.
Et on se couche tôt car le lendemain, pour de sombres
histoires de décalage horaire, il nous faudra nous lever
tôt pour une séance de discussion sur Skype avec nos
familles, inconvénient de vivre à des dizaines de milliers de kilomètres de la métropole… Mais après un tel
coucher de soleil, on ne peut pas vraiment se plaindre,
si ?
J+151 — Great Ocean Road jusqu'à
Childer's Cove
Après un réveil relativement matinal dû à une sombre
histoire de Skype en famille que j’ai déjà mentionnée
(on ne leur en veut pas hein, mais on aime bien faire la
grasse matinée quand même !), nous fuyons une nuée
de guêpes qui essaye de nous boulotter notre petit déjeuner, et une fois repus nous partons pour notre journée la plus touristique sur la Great Ocean Road.
Nous commençons par Gibson Steps, juste avant les
Twelve Apostles qui permettent de descendre sur la
plage où nous croisons plein de surfeurs visiblement
très matinaux. Il est à noter qu’ici ils ne manquent
pas d’idée pour améliorer leur confort, nous croisons
notamment un van de surfeur équipé d’une douche
solaire chaude et sous pression, bricolée à partir de
tuyaux en PVC, d’une douchette de jardin, et d’un
compresseur à air se branchant sur la prise allumecigare. Tout ça pour avoir une douche chaude, quel
luxe !
Hop on remonte en voiture (pas de chemin piéton possible) pour parcourir quelques centaines de mètres jusqu’aux Twelve Apostles, THE attraction touristique de
la Great Ocean Road. Et donc nous croisons des cohortes de touristes occupés à se prendre en photo devant chaque panneau d’explication (ça semble être une
spécialité japonaise), et évidemment le visitor centre
qui est en réalité plutôt un café/restaurant/magasin de
souvenirs.
Sur les quelques points de vue disponibles, on trouve
que c’est bien joli mais vu la foule on a pas envie
de s’attarder. De toutes façons vous pouvez compter
et recompter vous ne verrez que huit formations rocheuses, et il n’y en avait au début que neuf. L’une
d’elles s’est effondrée il y a quelques années, mais
pourquoi avoir appelé le lieu "les douze apôtres" alors
qu’il n’y a jamais eu que neuf formations rocheuses ?
Sûrement que ça sonnait mieux. Enfin peu importe, de
toutes façons je suis bien plus occupé à photographier
d’énormes fourmis volantes qui se baladent par là qu’à
regarder les rochers.
Puis nous repartons et nous arrêtons à quasiment tous
les sites touristiques du coin. D’abord il y a Lord Arch
Gorge, lieu de naufrage du Lord Arch, et très jolie
plage cachée dans une grande calanque.
Puis une attraction qui n’était pas au programme : un
feu de broussaille gigantesque (mais planifié) juste au
bord de la route qui a provoqué du coup la fermeture
de The Arch.
C’est pas grave, on poursuit jusqu’à London Bridge qui
n’est plus que London Arch depuis son effondrement
partiel dans les années 90 (et l’isolement de deux touristes qui se sont retrouvés bloqués sur la partie désormais coupée du continent, qui ont dû être évacués en
hélico).
La suite passe par The Grotto, petite arche très jolie résultant de l’érosion du sol et donnant une belle vue sur
l’océan.
Enfin sur conseil d'Eric et Lise28 nous allons jusqu’à
Childer’s Cove, jolie plage dont la roche des falaises est
littéralement pleine de trous à explorer !
Et c’est là que s’arrête la partie la plus connue de la
Great Ocean Road, Warrnambool, ville la plus grosse
depuis Geelong et Torquay, n’est plus qu’à une poignée de kilomètres. Warrnambool où j’irais passer
mon Hazards Perception Test, épreuve sur ordinateur
préparatoire à l’examen de conduite… Mais ceci est
une autre histoire…
28. http://oz.together.free.fr/
J+153 — Passer le permis : Hazards
Perception Test
Après avoir dormi à Childer’s Cove, nous nous rendons à Warrnambool, petite ville côtière qui marque
la fin de la Great Ocean Road. Un endroit réputé pour
voir les baleines… en hiver, car sinon elles nagent dans
les eaux antarctiques. Bon on est à peine au début
de l’automne, on ne va pas attendre jusque-là quand
même. On se balade, c’est assez sympa et on croise
même une île à pingouins (enfin… pas en ce moment,
ils sont dans les eaux antarctiques eux aussi), qui est
protégée des intrusions (renards, chiens, humains) par
des Maremmas29, des chiens italiens entraînés pour
protéger des poules d’habitude. Bon on a pas vu les
chiens, ils étaient peut-être eux aussi en antarctique ?
Enfin, est venu le temps pour moi de passer mon permis. Ça fait maintenant deux mois que je conduis sous
les instructions d’Anne, et on va bientôt quitter le Victoria, du coup c’est maintenant ou… dans cinq mois
quand on reviendra vendre le van et reprendre l’avion.
29. http://www.warrnambool.vic.gov.au/index.php?q=node%2F943
La première étape pour passer le permis c’est le Hazards Perception Test, un examen sur ordinateur où il
faut cliquer au bon moment selon l’action demandée
et la situation présentée dans la vidéo. C’est assez différent du code de la route français, car on ne vous
demande pas des connaissances mais de montrer que
vous savez éviter les dangers et n’écraser personne. De
même ça n’a rien à voir avec le code australien que
j’ai passé pour pouvoir faire la conduite accompagnée.
Par exemple on vous montre que vous conduisez derrière un vélo en ville, et on vous demande de cliquer
quand il est sûr de doubler (bon c’est pas dur : jamais).
Ou encore : vous conduisez derrière un tram (oui ici
les trams n’ont pas forcément des voies dédiées, vous
partagez souvent leur voie), cliquez quand il faut ralentir (facile : quand ses feux stop s’allument). Ou encore : vous êtes arrêtés à une intersection, vous voulez tourner à droite, cliquez quand il est sans danger
de tourner (facile : après le gros camion et la moto qui
est cachée derrière le camion). Bref ça semble simple
et évident, une partie de plaisir quoi.
Sauf que non. Ça n’est pas si facile. D’abord parce qu’il
y a pas mal de situations où il ne faut pas cliquer du
tout, d’autres où il faut savoir la logique derrière la
question (par exemple : il ne faut jamais doubler de
voiture la nuit), il faut également cliquer au bon moment, cliquez trop tôt et c’est mort, cliquez trop tard
et c’est mort aussi. Et enfin surtout surtout : la qualité
des vidéos est horrible. Si si je vous jure. Allez dans la
vraie vie si vous avez une vue à peu près normale vous
devriez voir correctement depuis votre siège conducteur.
Mais bon dans les vidéos de VicRoads, l’organisme
chargé de faire passer le permis dans le Victoria, vous
verrez plutôt une image largement pixellisée et illisible.
Bon moi je dis ça mais si vous voyez pixellisé comme
ça dans la vraie vie c’est que vous avez un grave problème de vue. Si vous ne me croyez pas, allez voir
cette photo30 réelle tirée du Hazards Perception Test.
J’ai eu cet exemple dans mon examen, il faut cliquer
quand on sait qu’il faut ralentir. Normalement à une
telle distance on voit déjà ce que montre le panneau
jaune. Sauf que là vu la qualité il faut attendre d’avoir
le nez sur le panneau pour voir s’il faut ralentir ou
30. http://www.vicroads.vic.gov.au/NR/rdonlyres/849A8FA9-6C11-4DFEBEAF-FCFD7C4B8116/0/HPYimage4.jpg
non. Du coup cette épreuve qui peut sembler simple
s’apparente surtout à avoir le nez sur l’écran pour essayer de distinguer quelque chose. Et cela rend tout
plus difficile. Par exemple j’ai réussi à écraser un piéton qui sortait du tram dans mon examen car sur la vidéo les feux stop du tram ne sont simplement pas visibles…
Mais malgré cela, et grâce à des conseils trouvés sur
les forums de Whirlpool, j’ai quand même réussi
l’épreuve (par contre ils n’indiquent pas ce que vous
avez foiré), j’y croyais pas mais c’est passé du premier
coup, ouf ! La prochaine étape, ça sera donc la
conduite et là normalement je n’aurais pas une vision
aussi mauvaise !
J+156 — Le sud ouest du Victoria
Après avoir réussi mon examen théorique du permis
de conduire, nous nous dirigeons vers le sud ouest du
Victoria avant de remonter une semaine plus tard vers
les Grampians et Hamilton pour passer l’épreuve pratique. Notre première étape sera Cape Bridgewater où
une balade suivant un morceau d’itinéraire de la Great
South West Walk31 pour aller admirer la plus grande
colonie d’otaries d’Australie. Et effectivement on en a
vu un paquet, même si hélas les points de vue sont un
peu loin par rapport à la colonie, du coup on ne voit
pas grand-chose mais bon c’est très rigolo de les voir
nager de manière synchronisée.
Sur le chemin du retour nous croisons une famille
de kangourous qui broutent tranquillement, on commence à être habitués mais c’est toujours aussi
agréable.
Le lendemain nous restons à Cape Bridgewater pour
aller voir Petrified Forest, un ensemble de rochers ressemblant vaguement à des troncs et racines d’arbres,
et plusieurs points de vue sur des Blowholes, des trous
dans les rochers dans lesquels les vagues s’engouffrent
en crachant et faisant un certain vacarme. Nous quittons ensuite Bridgewater et ses champs d’éoliennes
pour nous diriger vers le petit parc national de Mt
Richmond, petite colline perchée au milieu des
champs. Plusieurs petites balades de 30 minutes à une
heure sont possibles, c’est dire si c’est pas très grand
mais on en fera quand même une et on y verra même
un koala tout bougon qui roupillait sur son arbre.
31. http://www.greatsouthwestwalk.com/intro/
Nous nous dirigeons enfin vers Lower Glenelg National Park, qui suit le fleuve Glenelg sur près de 70 kilomètres, et haut lieu du tourisme fluvial : on y croise
nombre de canoës, kayaks, pêcheurs, barques et péniches d’habitation. Nous ferons comme un australien
du Gippsland que nous avons rencontré là bas et dormirons dans un coin du parc sans payer car il était
déjà tard et le nombre de wallabies sur la route nous
empêchait de rouler sereinement sur les quelques kilomètres de dirt road pour quitter le parc. Le lendemain on refera quelques kilomètres sur une route de
sable (un peu stressés de s’enliser mais bon c’est passé) pour faire une balade, à nouveau sur la Great South
West Walk, en haut des gorges de la Glenelg River. Il
fait beau et chaud et nous croisons un australien qui
randonne sur la GSWW, on bavarde un peu et il nous
donne des conseils pour la Nouvelle-Zélande et il est
temps de rentrer dans l’autre sens après avoir traversé
de quelques mètres la frontière avec le South Australia.
Il est maintenant midi et après une collation bien méritée nous repartons vers l’est pour aller voir Mt Eccles
National Park, qui entoure le mont Eccles, ancien volcan, un des plus récents du Victoria, inactif depuis
6.000 ans quand même. Le temps d’arriver et il est déjà
tard, du coup on profite d’une douche chaude au parc
avant d’entreprendre de faire à manger grâce au combiné barbecue / plaques de cuisson au gaz (décidément
ce parc est bien foutu) sous un abri de pique-nique. Visiblement le destin a décidé que ce soir-là on ne devra
pas manger, car après avoir repoussé les attaques d’un
opossum qui était bien décidé à s’approprier notre dîner (en grimpant sur les ordinateurs puis sur la table),
on a été contraint de se réfugier dans le van, pour se
rendre compte que la sauce qu’on avait mise dans le riz
était principalement composée… de gingembre. Argh !
Horrible ! Bon ben on va manger des cookies ce soir
hein.
Le lendemain on se lève sous une légère bruine, on décide quand même d’aller sous un abri de pique-nique
pour le petit déjeuner, mais malgré le toit qui est censé
nous abriter, le vent projette la bruine sur nous et on
est encore une fois obligés de se réfugier dans le van
pour manger. Heureusement la bruine s’arrête un peu
plus tard et nous partons faire la Lava Canal Walk, qui
suit le canal de lave créé par les dernières irruptions du
volcan. Au menu donc une très jolie promenade dans
des gorges, à marcher sur de la roche volcanique. Le
terrain est plutôt accidenté mais relativement plat, pas
vraiment de grande difficulté.
Sur le chemin on a également l’occasion de croiser
plusieurs grottes qu’on s’empresse d’explorer aussitôt,
même s’il y fait plutôt frais.
En route on croise plusieurs wallabies qui ne sont pas
encore allés roupiller ou alors peut-être sont-ils somnambules.
Vers le milieu du circuit on passe sous le Natural
Bridge, un immense pont formé par la lave il y a
quelques milliers d’années à peine.
Le circuit se termine avec l’ascension du Mt Eccles
(tout petit) qui permet d’admirer une jolie vue sur
Lake Surprise, le lac qui s’est formé dans un des cratères.
On a vraiment beaucoup apprécié Mt Eccles NP, pour
son côté volcanique mais aussi les animaux (wallabies,
kangourous, opossums, enfin sauf celui qui a voulu
nous piquer notre dîner), le paysage singulier et la balade tranquille mais vraiment très jolie. Bref moi j’ai
adoré.
Mais il est temps de repartir vers le nord pour aller à
Hamilton, passer le permis, et les Grampians, pour encore plus de randonnées.
J+159 — Le sud des Grampians
Après une journée passée à Hamilton le vendredi à
faire des tours dans la ville pour me familiariser avec
la géographie du coin avant de passer mon permis le
mardi suivant, nous allons quelque trente kilomètres
plus loin pour le week-end pour faire des balades dans
le sud des Grampians. Le samedi nous décidons donc
de gravir The Piccaninny et Mt Sturgeon dans la même
journée. Ça sera facile : partis à 8h du matin, on termine The Piccaninny en moins d’une heure. Bon va
falloir meubler le reste de la journée à ce rythme-là !
On attaque Mt Sturgeon et c’est déjà plus difficile à
grimper, en plus il fait chaud malgré quelques gouttes
de pluie hésitantes. Enfin on redescend quand même
avant midi. On a compris la leçon : désormais nous
nous attacherons à faire la grasse matinée tous les
jours. Enfin, pas grave, on va passer le reste de la
journée à bouquiner, on passe à l’office de tourisme
de Dunkeld pour profiter des douches (froides) avant
d’aller dormir sur le parking de The Piccaninny.
Le dimanche notre cible c’est Mt Abrupt, qui comme
son nom l’indique grimpe assez fort, d’autant plus que
certaines sections du sentier ont dû être refaites car en
2010 d’énormes glissements de terrain ont eu raison
de plusieurs morceaux de la façade de la montagne, et
donc du chemin qui passait par là. Au sommet on a de
jolies vues sur Signal Peak, qui n’a pas pour l’instant
de sentier pour y accéder mais j’ai lu que ça pourrait
changer bientôt et tant mieux car ça a l’air des plus
sympa à grimper.
On termine encore une fois notre balade assez tôt, bon
prétexte pour passer le reste de la journée à bouquiner et relire une dernière fois le code de la route, car la
date de l’examen pratique du permis se rapproche…
J+161 — Le permis : épreuve pratique
On repasse à Hamilton le lundi pour une nouvelle
journée de tours dans la ville, et d’exercices de manœuvres pour se mettre en jambes, puis on ressort un
peu d’Hamilton et on va dormir vers les Wannon Falls.
Au matin nous allons y jeter un œil, et ça serait sûrement des chutes d’eau très impressionnantes vu la
hauteur et le paysage mais… elles sont à sec. Bon du
coup c’est "juste" les Wannon Cliffs. On revient à Hamilton, on se pose à la bibliothèque municipale pour
profiter du wifi et des prises électriques gratuites, et
plus vite que je ne le pensais il est déjà l’heure de
me rendre à mon rendez-vous à VicRoads pour passer
l’épreuve pratique du permis de conduire.
Celle-ci consiste en trois parties : la première revient
à montrer qu’on sait comment fonctionne la voiture,
et montrer à l’inspecteur que celle-ci est "roadworthy".
Il faut savoir allumer les phares, les clignotants, les
essuie-glaces, le désembuage, utiliser le frein à main,
etc. L’inspecteur vérifie que tout fonctionne bien car il
s’agit aussi de sa sécurité à lui. En effet il va prendre
place sur le siège passager à côté de moi, dans le van.
Contrairement à la France où il faut avoir une voiture
à double commande labellisée et certifiée conforme, ici
on vient passer le permis dans sa propre voiture. Au
moins du coup on est plus à l’aise que dans une voiture
qu’on n’aurait jamais conduite auparavant, et évidemment ça coûte moins cher, vu qu’il n’y a pas besoin de
louer une voiture spéciale.
La seconde étape consiste à conduire pendant cinq à
dix minutes dans des rues tranquilles avec peu de cir-
culation, tourner à gauche ou à droite, s’arrêter aux
stops, et faire une manœuvre, en général se garer en
créneau derrière une voiture (mais pas entre deux voitures) ou si ce n’est pas possible de faire un demi-tour
en trois temps. Bref il faut montrer qu’on sait conduire
un minimum, qu’on ne va écraser personne et pas rentrer dans le premier arbre venu. À la fin de cette étape
l’inspecteur note les scores obtenus selon divers critères, et si c’est bon on continue. Il faut savoir que
si vous faites au moins deux erreurs critiques dans
la première partie ça s’arrête là. Par exemple ne pas
s’arrête complètement à un stop, puis caler, et on retourne au VicRoads et faudra reprendre rendez-vous…
La dernière étape dure 10 à 20 minutes et il s’agit là de
conduire dans une circulation plus dense, de changer
de voie, conduire à plus de 50 km/h, etc. À la fin on retourne au VicRoads, et là l’inspecteur calcule le score
pour dire si on a le permis… ou pas.
Donc moi déjà dès la première étape, les vérifications
du véhicule, ça commençait mal. Au moment de vérifier les clignotants j’explique que je dois démarrer
la voiture car à l’arrêt les clignotants ne fonctionnent
pas. OK mais ensuite forcément, impossible d’entendre
correctement les instructions de l’inspecteur situé à
l’extérieur avec le bruit du moteur, du coup je comprenais mal ce qu’il disait et je me suis trompé à deux reprises. Bon ça commence mal mais ça va aller…
Ensuite l’inspecteur monte à la place passager et me
demande de démarrer la voiture, forcément comme je
suis hyper stressé, je ne sais soudainement plus comment démarrer une voiture, j’enclenche une vitesse, je
mets le frein à main, je démarre et je cale… normal.
Bon ça commence vraiment mal, j’explique que je suis
stressé, l’inspecteur se marre un peu, et je peux enfin partir pour de bon. On tourne ensuite un peu dans
de petites rues, je passe mes vitesses aussi mal que si
c’était la première fois de ma vie que je touchais à un
boîtier de vitesses, bref c’est l’enfer je suis stressé à
mort, j’essaye quand même de regarder régulièrement
dans les rétros même si je comprends plus trop ce que
je dois faire ou regarder. Je suis tellement stressé que je
suis quasiment certain d’avoir ignoré à deux reprises
les instructions de l’inspecteur, genre il m’a dit un truc
et j’ai juste pas écouté. Normalement c’est censé faire
une erreur critique à chaque fois. Mais bon il termine
quand même par me demander de me garer en créneau
derrière une voiture vers l’hôpital du coin, après avoir
traversé le parking de l’hôpital à 40 km/h au lieu de
20. Outch. Je me gare pas trop mal mais beaucoup trop
loin du trottoir (normalement il faut se garer à moins
de 30 centimètres du trottoir). Bon il calcule, il calcule
et il me demande de repartir pour la dernière partie,
alors que j’étais déjà persuadé d’avoir déjà complètement foiré.
Dans la dernière partie il me fait donc conduire à plusieurs reprises sur la seule section de route du coin
a 2x2 voies, qui dure environ 800 mètres, changer de
voie, puis prendre des ronds-points, rouler dans le
centre-ville, etc. Je suis toujours aussi nul avec les vitesses, mais vu que je commence à me dire que c’est
mort je commence à me détendre ça va un peu mieux.
Finalement on revient au VicRoads et une fois devant
le bureau il calcule le résultat, il regarde sur une feuille
pleine de chiffres dont la moitié haute est verte et la
moitié basse est rouge. Il commence par le haut et il
descends et s’arrête bien avant la partie rouge. « It’s a
pass » ce qui veut dire que j’ai réussi mon épreuve de
conduite. J’ai un peu de mal à y croire, mais c’est bien
ça. Il me dit que je ne regardais pas assez mon rétro en
freinant et que les vitesses bon c’était pas trop ça. Il me
demande si ça fait longtemps que je conduit le van, je
lui dit « something like seven thousand kilometers »,
du coup il me réponds que ça doit être le stress, et là
je viens de comprendre que j’ai encore dit une connerie. Mais l’important c’est que je l’ai ! Je met un peu de
temps à le réaliser, mais quand vient le temps de payer
$70 et prendre une photo pour le permis je suis sûr que
je n’ai pas mal entendu.
Et voilà donc, deux mois après avoir commencé à
conduire, j’ai mon permis australien, et comme j’ai
plus de 21 ans je suis directement en probatoire "P2" et
pas "P1" et donc moins de restrictions que les jeunes
conducteurs (mais toujours pas d’alcool ou de téléphone au volant, ouf). La probation dure trois ans, à
l’issue de ce délai et si j’ai encore tous les points il sera
transformé en permis "Full".
Il ne reste plus maintenant qu’à aller acheter deux
plaques "P" vertes à mettre sur le van à la place des
plaques "L" jaune, et du chocolat et du cidre pour fêter
ça !
La prochaine étape, c’est de regarder comment faire
transformer ce permis australien en permis français à
mon retour, et ça, ça n'a l’air pas rigolo du tout, grâce
à la tradition française de la paperasse et de la bureaucratie, argh !
J+163 — Le centre des Grampians
Après avoir obtenu le permis il était temps d’en profiter pour aller visiter la suite des Grampians. C’est parti
donc pour remonter par Dunkeld jusqu’à Mt William
où on gare le van deux kilomètres avant le sommet. Le
reste il va falloir marcher. Bon sauf que c’est pas très
drôle, il faut grimper sur du goudron, c’est un peu ennuyant mais la vue au sommet valait le coup32, même
si quelque peu obstruée par le relais radio à côté qui
sert au guidage des avions. On redescend et on roule
jusqu’à Lake Bellfield où on croise des émeus au bord
de l’eau.
Nous continuons ensuite jusqu’à Bambruk pour visiter
le centre sur la culture aborigène, assez sympa,
d’autant plus que le bâtiment lui-même est des plus
joli, à base de troncs d’arbre. Sur la route suit Halls
Gap, seul village au cœur des Grampians. Enfin on va
jeter un œil à Boroka Lookout sur une très belle vue
32. http://bohwaz.net/photos/cache/9/9b001f239b5c6896481c619dffda2fdf_small.jpg
de la vallée et des montagnes, avant d’aller dormir sur
le parking de Wonderland. Le lendemain on va faire
une balade : après avoir traversé le Grand Canyon on
monte dans les rochers et des détours s’imposent pour
aller se balader dans les rochers eux-mêmes, avec une
impression de se balader dans des pyramides égyptiennes.
On atteint finalement Silent Street, long canyon très
étroit où le sentier s’engouffre, avant d’arriver au point
de vue The Pinnacle et de rebrousser chemin.
On visite ensuite Reed Lookout et The Balconies, les
McKenzie Falls et on remonte au nord vers Mt Difficult, et on trouve un camping gratuit sur Roses Gap
Rd, un peu avant Beehive Falls, pourtant mentionné
nulle part.
J+165 — Le nord des Grampians
Nous commençons la balade du jour à 10h, nous
sommes devenus très matinaux avec le changement
d’heure ! On monte jusqu’aux Beehive Falls, qui ne
sont qu’un mince filet d’eau en cette période de sécheresse puis on monte bien sec jusqu’au plateau et jus-
qu’à Briggs Bluff. On met deux heures pour monter et
obtenir en récompense une bien jolie vue après avoir
parcouru les sentiers de sable sur le plateau.
On redescend et on part pour 500 mètres vers Mud Hut
Creek Bush Campsite, pour voir Mt Difficult qu’on ne
fera pas par flemme, et on continue la descente tranquillement. On mange sur le parking car la route est
tranquille, en deux heures seule une moto passe. On va
à Troopers Creek campground, en croyant qu’il y avait
une douche froide là bas, mais en fait non, du coup je
fait mon téméraire et me lave dans le ruisseau (bien
froid ! en plus il en fait pas super chaud avec le vent),
Anne elle n’a pas mon courage ! Au moment de faire
la vaisselle on se fait attaquer par de petits oiseaux qui
essayent de manger dans la bassine pendant qu’on nettoie les assiettes, puis c’est le tour d’un wallaby qui
passait par là de grimper sur la table et y mettre le museau. Après avoir été attaqués par des opossums, voilà
que nous sommes attaqués par des oiseaux et un wallaby, mais où cela finira-t-il donc ? !
On retourne vers le camp de la nuit précédente et
on tombe par hasard sur un autre, encore plus grand,
avec même des barbecues à bois, toujours noté sur au-
cune carte, enfin on est bien contents de le trouver. On
mange, on se couche, tout va bien, on regarde un film,
jusqu’à ce que…
— Il y a un bruit de bestiole.
— Bah ça doit être dehors.
— Nan je te dis c’est dans le van.
— Mais nan…
(... gratte gratte gratte...)
Et donc oui après les oiseaux et le wallaby, voilà qu’un
rat qui a probablement sauté dans la voiture quand on
faisait la vaisselle, a commencé à boulotter la poubelle
(qu’on laisse à l’intérieur pour justement ne pas attirer
les animaux), et a élu domicile… dans notre tableau de
bord. Après près de trois heures passées à essayer de le
déloger de là en faisant du bruit, en démontant la boîte
à gants, en l’appâtant avec du cheddar (on le voit bien
sortir pour attraper le fromage, mais re-rentrer tout de
suite), on rend les armes sans trop savoir s’il est encore
là car il ne fait plus de bruit. Autant dire qu’on dort
pas super bien avec la peur que le rat vienne se balader
dans le lit pendant qu’on dort…
Au matin il ne semble plus faire de bruit alors on pense
qu’il a dû partir hier, mais bon on note bien d’acheter
un attrape-souris quand même au cas où ça ne soit pas
le cas, où au cas où ça se reproduise, pour le bien de
notre sommeil !
Malgré le peu de sommeil on décide de maintenir le
programme de la journée, on se dirige donc vers Mt
Zero et Mt Stapylton sur une dirt road de sable rose
(véridique) et on grimpe rapidement Mt Zero, petite
colline facile mais réservant quelques passages très
étroits.
On enchaîne avec Mt Stapylton situé juste à côté. C’est
plus difficile à grimper, c’est assez énorme, et beaucoup de marche sur une grande surface rocheuse inclinée. Un peu plus haut des grimpeurs escaladent Taipan
Walls : des murs très hauts qu’il nous faudra contourner pour atteindre le sommet. Ça a l’air génial et… terrifiant.
On ne va pas jusqu’au sommet proprement dit car le
chemin qui y mène est fortement déconseillé pour sa
dangerosité et sa difficulté, mais quelques mètres en
dessous, et la vue est sublime, sans compter les rochers
qui ressemblent tantôt à du mobilier art-déco et tantôt
à du gruyère.
Il est maintenant temps de quitter les Grampians après
ces deux jours de randonnée, et de se diriger vers le
South Australia…
South Australia
J+169 — Adelaide, Henley Beach et des
histoires de supermarchés
Quitter les Grampians signifiait mettre cap à l’ouest et
se diriger vers Adelaide, comme on venait de traverser
le Victoria en voyant pas mal de choses en chemin on
pensait que ça continuerait comme ça. Et bien non.
Avant de quitter le Victoria nous sommes allés nous
promener à Little Desert National Park, où on doit
avouer que nous nous sommes un peu ennuyés. Puis
nous avons repris la route et rejoint le South Australia,
et à partir de là… Plus rien à voir hormis des prés et
champs à perte de vue. La seule attraction touristique
du coin, les grottes de Naracoorte, nous feraient faire
un détour de plusieurs centaines de kilomètres et en
plus le prix des visites des grottes ce n’est pas donné.
Bref c’est le moment de faire de la route. Toute droite.
Pendant plusieurs heures.
Enfin on arrive à Murray Bridge, à quelques encablures d’Adelaide, pour faire quelques courses et une
lessive, car il faut l’avouer nous sommes parfois rejoints par les réalités du quotidien. Et la réalité qui
nous rattrape, c’est de se rendre compte qu’Aldi, la
seule chaîne de supermarchés discounts (comprendre :
à prix abordable) n’officie pas dans le South Australia,
ni dans le Northern Territory, ni dans le Western Australia. C’est-à-dire que nous ne verrons plus d’Aldi
pour les prochains 10.000 kilomètres. Qu’allons-nous
devenir ?
Car en Australie il existe deux énormes chaînes de supermarchés : Coles et Woolworths, les deux ayant des
tarifs à peu près équivalents (bonjour le duopole), malgré une guerre des prix, qui est surtout médiatique.
Les deux proposent des produits de marque (chers) et
une marque distributeur (moins chère) qui propose des
produits d’une qualité parfois douteuse. Il existe également IGA et Foodland qui sont constitués de magasins indépendants et de franchisés, et sont plutôt
l’équivalent de nos supérettes en général. Les prix sont
bien plus chers, le choix réduit, mais il existe quand
même une gamme de produits distributeur censés être
moins chers… Enfin quand le magasin les a. Et finalement il y a les autres supérettes ou supermarchés qui
ne font partie d’aucune chaîne : leurs prix sont souvent au-delà du raisonnable. C’est un peu comme si en
France il n’y avait que Carrefour et Auchan, et la seule
alternative seraient les petits Casino : ça ne laisse pas
beaucoup de choix et la concurrence est légèrement inexistante.
Il y a quelques années Aldi s’est invité dans la danse
et avec un certain succès, mais ce n’est pas vraiment
dur vous l’aurez compris dans ce paysage commercial :
c’est le seul qui fait du discount. Il existe donc maintenant plusieurs centaines d’Aldi dans le NSW, le Victoria et le Queensland. L’est donc, là où sont concentrées
les populations, et où c’est le plus rentable. Ils prévoient d’investir le South Australia cette année, mais
c’est pas encore fait. En tout cas, en tant que radinset-fauchés, on apprécie qu’il y ait des Aldi. En effet,
le choix de produit n’est pas extraordinaire mais les
produits de marque Aldi sont de très bonne qualité
pour le prix, un bon cran au-dessus des produits de
marque distributeur de Coles et Woolworths. Enfin, un
aspect très appréciable, c’est que tous les prix à Aldi
sont fixés au niveau national : d’un magasin à l’autre
vous paierez la même chose. Ce n’est pas le cas du tout
chez les concurrents, à part quelques produits qui font
l’objet d’une tarification nationale (initiée après le succès d’Aldi), les autres fluctuent souvent et c’est un peu
la loterie.
Mais je vais arrêter là mon exposé sur les supermarchés australiens, je ne veux pas paraître plus chiant
que je ne suis.
On quitte donc Murray Bridge à la recherche d’un coin
pour dormir. On se dirige vers Cleland Conservation
Park, à la porte d’Adelaide, où on veut aller le lendemain. Sauf que plus on avance, plus il fait humide et
nous sommes vite entourés d’un épais brouillard impénétrable. Il fait nuit, froid, et le brouillard nous empêche de voir à plus de cinquante mètres : pour repérer les coins pour dormir c’est mal barré.
Sur la route on ne trouve que des portes closes : tous
les parcs et jardins botaniques ont des parkings qui ne
sont ouverts que la journée. Au sommet, à Mt Lofty,
c’est pas mieux : le parking est payant 24h/24, à $2 de
l’heure. On tourne en rond, on se perd un peu et on
termine par trouver un petit parking au bord d’une
route à dix kilomètres de là. Pas idéal mais mieux que
rien.
Le lendemain le brouillard s’est dissipé, on va se garer
à Waterfall Gully, endroit très prisé des habitants
d’Adelaide pour venir faire un peu de sport, alors on
les suit pour l’ascension jusqu’à Mt Lofty : quatre ki-
lomètres de montée, 550 mètres d’altitude à grimper.
Bon nous on ne court pas quand même (certains
courent !). C’est très joli comme promenade, on voit
pas mal de perroquets, et au sommet on a une jolie vue
sur la plaine et la ville d’Adelaide.
L’après-midi sera consacrée à aller à Hallet Cove, où
nous regardons le "Sugarloaf", formation géologique
rigolote, on admire un superbe coucher de soleil et on
décide de dormir sur le parking d’Hallet Cove pour la
nuit.
Le jour suivant aura comme programme de visiter la
ville, et interrompre cette visite pour une visite de la
chocolaterie Haigh’s. Là bas des visites gratuites avec
dégustation sont possibles plusieurs fois par jour. On
voit les gens travailler et fabriquer des chocolats à la
main. Autant dire qu’après ça, une fois qu’un filet de
bave vous sort de la bouche, il est difficile de résister
à vider son portefeuille dans la boutique à la sortie de
l’usine. Bon heureusement, vu le prix, on ravale notre
salive de suite.
L’après-midi nous allons au South Australian Museum,
qui possède pas mal d’expositions permanentes assez
bien foutues, et notamment la première expédition
australienne en Antarctique. Il y a même des échantillons ramenés de l’expédition BANZARE33 !
On profite du parking du jardin botanique, tranquille
et surtout gratuit pour la nuit et le lendemain, jour
férié (commémoration de la bataille de l’Anzac), pour
dormir.
Au matin on va profiter du "Central Hub" de
l’université d’Adelaide, toute proche des jardins botaniques, pour surfer sur le net et recharger les ordis.
L’université est des plus jolie et des mieux équipées,
quand on voit les espaces pour les étudiants avec des
dizaines d’ordinateurs, du wifi, des canapés, des coins
pour lire et étudier tranquille, une cafétéria géante et
même des salles de réunion avec tableau blanc, vidéoprojecteur, etc. qui sont à libre disposition des étudiants ; on se dit que la France c’est un peu le tiersmonde de l’éducation quand même…
On se déplace un peu pour aller visiter le musée de
l’immigration, l’autre musée gratuit d’Adelaide. La vi-
33. http://en.wikipedia.org/wiki/British_Australian_and_New_Zealand_Antarctic_Research_Expedition
site est passionnante, même si les expos n’ont pas forcément toutes une continuité des plus explicite.
Enfin on va se garer à Henley Beach, où l’on trouve un
petit parking qui ne dit pas "Overnight sleeping in car
prohibited"; avec des toilettes, une douche de plage et
une jolie vue sur l’océan, à l’angle de Grange Rd et The
Esplanade. Au menu ce soir : poisson acheté au fish &
chips d’à côté, accompagné de riz cantonnais et d’une
salade de concombres, miam !
Je peux maintenant vous parler de notre balade du lendemain. Une balade en vélo, car à Adelaide, en plus
de trouver du wifi gratuit un peu partout en ville
(merci Internode), de pouvoir visiter des musées gratuitement, de visiter une chocolaterie gratuitement,
et de prendre une douche chaude gratuitement (à la
gare routière), on peut aussi faire du vélo gratuitement. En effet Bike SA, une association pro-vélo locale, met à disposition une flotte de vélos, qu’il est possible d’emprunter pour la journée gratuitement. Seule
condition : rendre le vélo au même endroit où on l’a
pris, avant sa fermeture. Sinon une location pour la
nuit vous sera facturée. Il est aussi possible de louer le
vélo pour la semaine ou de louer des tandems ou des
bi-porteurs à des prix intéressants. En tout cas c’est
une superbe initiative, et ça permet de se balader sans
débourser un sou.
Nous allons donc à la bibliothèque municipale
d’Henley Beach pour emprunter deux vélos, quasiment neufs, et on pédale en bord de mer jusqu’à Glenelg où nous profitons d’une bonne glace à 30 cents du
Mac Do de la plage, et on reprend nos montures le long
de la Torrens River pour aller en ville. Il faut chaud,
on transpire et on a mal aux fesses, on a déjà perdu
l’habitude de faire du vélo. Et c’est là qu’à deux kilomètres du centre-ville, en s’arrêtant dans des toilettes,
au moment de repartir, le vélo d’Anne fait "clac"…
C’était la chaîne, qui a cassé net. Pourtant le vélo semblait quasi neuf et la chaîne aussi, mais en y regardant
de plus près, malgré l’aspect cher du vélo, il s’est avéré
que la chaîne était du premier prix chinois, de la camelote quoi. Impossible de réparer ici évidemment, je
n’ai ni outil ni pièce détachée. On termine donc la balade en faisant de la trottinette avec le vélo et on va
l’échanger contre un vélo qui roule dans les locaux de
Bike SA devant la gare routière.
On a à peine le temps d’aller faire quelques courses au
marché qu’il est déjà temps de repartir pour Henley
Beach.
On se réconforte de ces quarante kilomètres pédalés
avec un bon émincé de kangourou acheté au marché,
un délice. Mais on s’est réservé le plus succulent pour
le lendemain matin : des petits pains au chocolat, ça
faisait des mois qu’on n’en avait pas mangés. Il nous
fallait ça pour entamer notre journée qui sera consacrée à faire quelques courses et réserves avant de monter vers le nord, prendre une bonne douche chaude et
prendre la route jusqu’à Port Germein, première étape
de notre périple vers les Flinders Ranges…
J+173 — Mt Remarkable National Park
(Par Anne)
Étant devenus des personnes matinales (et aussi parce
qu’en se couchant à 21h, même 10h de sommeil font
lever tôt) et afin de prendre le temps de profiter pleinement de Mount Remarkable National Park, nous
avions programmé le réveil à 6h. Notre guide de randonnées en Australie proposait en effet dans ce petit
parc un circuit annoncé en 8 heures de marche pour
17,5 km, à parcourir de préférence en 2 jours. Nous
commençâmes donc notre balade du jour à 8h, après
nous être acquittés du paiement de l’entrée : 10 dollars
par voiture, pour une journée. Comme la grande majorité des parcs payants en Australie, le règlement
s’effectue grâce à une honesty box : chacun dépose
l’argent dans une boite aux lettres, il n’y a personne
pour vérifier que vous le faites vraiment, sauf le ranger
qui passe récolter les enveloppes.
Après quelques centaines de mètres, nous entendons
des grognements étranges, semblables à ceux d’un
ours (tout du moins l’idée que je me fais des grognements d’ours parce que je ne crois pas avoir déjà été
assez près d’un pour l’entendre grogner, fort heureusement !). On commence à se demander par quel miracle un ours se serait retrouvé ici, ce n’est pas vraiment un animal typique du pays. Un bruit dans les
fourrés attire notre attention et on se retourne pour
tomber nez à nez avec … deux émeus. Ces grands
oiseaux (bien plus australiens que les ours !) aux allures d’autruche émettent des grognements rauques
qui ne cadrent pas du tout avec leur air de greluche
effarouchée. Les émeus ont en effet de longues pattes
fines, un long cou effilé surmonté d’une petite tête
avec des yeux qu’on dirait fardés et surtout une toison
de plumes longues et élégantes sur le corps. Ils ressemblent tout à fait à une jeune fille apprêtée pour le
bal et font très grandes bêtasses quand ils courent avec
leur mini-jupe en tortillant du fessier !
La balade tranche avec celles que l’on a l’habitude
de faire, c’est assez plat (240 mètres d’élévation), terrain peu accidenté et pas de sommet puisque la plus
grande partie se déroule le long de Mambray Creek,
d’Alligator Creek (aujourd’hui, les deux rivières sont à
sec) et au fond d’Hidden Gorge. Étant donner que nous
avons débuté tôt, nous profitons de la fraîcheur et de
l’ombrage des falaises et forêts que nous traversons.
Nous alternons les rencontres entre émeus grogneurs
et wallabies curieux, nous lasserons-nous un jour de
les photographier ?
Après environ 7 km de chemins forestiers, nous croisons un campement très mignon mais sans aucune
commodité. Le paysage se modifie alors : les grands
arbres cèdent la place aux falaises abruptes de Hidden
Gorge, aux couleurs orangées magnifiques et aux hauteurs impressionnantes. On serpente pendant quelque
temps au fond de cette gorge puis le paysage change
encore une fois du tout au tout. Après avoir gravi une
montée un peu abrupte mais courte, nous avançons
dorénavant à flanc de colline, sur un chemin étroit qui
offre de splendides vues sur les environs et sur l’océan
qui semble à deux pas. Avant d’entamer la descente sur
le camping qui marque le début de la randonnée (et
d’une dizaine d’autres), nous déjeunons sur un arbre
tombé au sol mais on est bientôt attaqué par des fourmis alors que l’on avait pris bien soin de nous éloigner
des colonies que nous avons croisées jusque-là. Nous
repartons donc rapidement sur le chemin de retour de
deux kilomètres qu’on est bien content de faire dans ce
sens-là et non en montée car la pente est assez raide.
Nous terminons notre balade vers 13h30, soit en 5h30,
en largement moins de temps que prévu alors que
nous ne nous sommes pas dépêchés. Nous profitons
donc des douches gratuites (tout du moins comprises
dans le prix d’entrée du parc), très propres et entièrement écologiques : tout fonctionne à l’énergie solaire. Avant de repartir, nous remplissons nos réservoirs d’eau quand un groupe de personnes qui piqueniquent à côté de nous nous propose de se joindre
à eux pour partager leur repas. On est un peu gêné
mais on accepte (puisqu’on nous propose !). Nous dégustons donc de délicieux mets iraniens (puisque le
groupe est originaire de ce coin du moyen-orient) donc
de succulents roulés de feuilles de vigne avec pois
chiches, riz, raisins secs et oignons accompagnés de
poulet au safran. On a déjà mangé mais ça ne nous empêche pas de pleinement savourer ! On apprend que
les émeus qui se promènent non loin des barbecues
ont peut-être l’air un peu niais mais peuvent se montrer agressifs s’ils ont faim ou qu’ils se sentent agressés. C’est pourquoi des affiches rappellent qu’il ne faut
surtout pas les nourrir ou laisser de la nourriture à
l’extérieur quand on campe.
Comme nous souhaitons faire un peu de route afin
d’atteindre Port Augusta avant la nuit et que nous ne
voulons pas abuser de la générosité australienne (encore une fois démontrée), nous prenons congé de nos
« hôtes » en les remerciant encore une fois. Mais ils
n’acceptent de nous laisser partir qu’à condition que
nous emportions deux morceaux de leur délicieux gâteau !
J+175 — Flinders Ranges
Les Flinders Ranges sont une grande région montagneuse à l’est du South Australia qui s’étend sur plusieurs centaines de kilomètres. Une bonne partie est
accessible via une route goudronnée, mais si on veut
en explorer l’intégralité il faudrait un 4x4, car ce sont
des centaines de kilomètres de routes en gravier ou de
chemins boueux qu’il faut emprunter. On va donc se
limiter à ce qui est accessible en deux roues motrices.
On a déjà commencé avec Mt Remarkable qui fait géographiquement partie des Flinders Ranges, mais on va
maintenant au cœur des Flinders : le Flinders Ranges
National Park, à 160 kilomètres au nord-est de Port
Augusta. C’est l’endroit de l'outback réputé le plus accessible, c’est sûr qu’un détour de quelques centaines
de kilomètres sera toujours plus facile d’accès que les
milliers de kilomètres qui séparent Adelaide du centre
de l’Australie et les célèbres Uluru, Kata Tjuta et Mac
Donnell Ranges.
Port Augusta pour sa part est le véritable carrefour ferroviaire et routier de l’Australie, c’est le point de passage obligé entre l’est et l’ouest, sur la route de Perth
à Sydney, et entre le nord et le sud, sur la route entre
Darwin et Adelaide.
Après la randonnée à Mt Remarkable, on décide de
profiter d’une grasse matinée avant d’attaquer notre
première marche : l’ascension de Mt Ohlssen Bagge à
930 mètres d’altitude. Ça grimpe beaucoup et il fait
très chaud, et vu que la balade ne faisait qu’une poignée de kilomètres (7,4 kilomètres aller/retour) on n’a
pas pensé à prendre beaucoup d’eau, du coup on est
un peu limite, et vu la chaleur on aimerait bien boire
beaucoup. Sur le sentier on croise des dizaines et dizaines de lézards de toutes les tailles et couleurs.
Un peu plus haut on voit également des… chèvres qui
crapahutent sur les rochers. Ça, on ne s’y attendait pas
vraiment.
Ce sont probablement des chèvres de troupeaux qui
se sont sauvées et sont redevenues sauvages, comme
les chameaux et chevaux sauvages qu’on peut croiser
dans le centre de l’Australie.
Une fois au sommet on admire une jolie vue sur Wilpena Pound, une grande vallée entourée de montagnes.
Mais la chaleur est difficilement tenable, il nous faut
redescendre.
Pour une première journée ça sera déjà bien, on s’en
retourne sur le parking d’Arkaroo Rock, juste avant
l’entrée du parc, pour un repos bien mérité.
Le lendemain est un peu plus chargé : on se lève à 7h30
car on a décidé de faire deux marches de 10 et 8 kilomètres dans la journée, et il va encore faire chaud.
Pour s’y rendre, il faut déjà parcourir les dix-huit kilomètres de Bunyeroo Rd, une scenic drive, mais surtout une dirt road globalement correcte, hormis le dernier kilomètre avant le parking où on se tape un kilomètre en fond de gorge (dans le lit de la rivière à sec)
sur cailloux et rochers. Ça secoue pas mal, mais on y
va prudemment et ça passe bien.
Notre premier circuit aujourd’hui est une boucle de dix
kilomètres autour d’ABC Range. Le premier kilomètre
n’est pas des plus sympa : il faut retracer la route de
cailloux en fond de gorge. Heureusement ça diverge
rapidement pour suivre un peu le lit de la rivière et enfin grimper dans une végétation des plus éparses. La
température est encore élevée, on sue abondamment
mais on a prévu le coup : on a chacun deux litres d’eau.
C’est aussi la première fois que les mouches sont tellement présentes que nous sommes obligés de sortir le
filet à mouche, LA tenue mode de l’outback australien.
En tout cas nécessaire pour ne pas devenir fou face à
toutes ces mouches qui essayent sans cesse de se poser sur vos yeux, dans vos oreilles, vos narines, bref
partout où ça vous emmerde. Les habitants du coin
n’en portent pas, ils doivent être habitués, mais on se
demande bien comment ils font, parce que nous on a
vraiment du mal à supporter.
Après un arrêt au lookout de rigueur en haut de la colline, on redescend dans des forêts de pins tout secs,
puis dans le lit d’un torrent, où l’on croise des squelettes et cadavres de wallabies, avec encore une fois
cette odeur de charogne qui vous soulève le cœur pendant plusieurs centaines de mètres. La dernière section
de la balade est moins passionnante : deux kilomètres
sur un fire track (chemin forestier) plat et sans intérêt.
Avant de reprendre les chaussures de marche on va
déjeuner à Twin Gums, où malgré la chaleur nous
choisissons de faire bouillir de l’eau pour manger des
nouilles chinoises et de la soupe. De plus comme le filet à mouche n’est pas des plus pratiques pour manger,
on est obligés de fermer le van pour pouvoir manger
sans avaler de mouches. Du coup en quelques minutes
le van devient un vrai sauna. Autant dire qu’on s’est
vite empressés de terminer de manger. Des fois on se
dit qu’on doit être un peu masos quand même !
Le programme de l’après-midi est un aller-retour de
huit kilomètres au fond de Bunyeroo Gorge. C’est
moins sympa que la rando du matin. La gorge est jolie
mais c’est quand même tout plat et les panneaux qui
jalonnent la marche et expliquent les caractéristiques
géologiques de plusieurs endroits ne nous intéressent
pas vraiment. À la fin de la marche nous voyons encore un troupeau de chèvres sauvages qui se sauvent
sur le sable et les cailloux du lit de la rivière. C’est visiblement l’animal des Flinders Ranges car nous sommes
quand même à plus de cinquante kilomètres de la balade d’hier.
Nous décidons pour repartir de terminer la boucle du
scenic drive plutôt que de faire demi-tour, et c’est donc
parti pour une trentaine de kilomètres de dirt road. Et
là c’est moins rigolo, la route est beaucoup plus abîmée, avec beaucoup de washboarding. On est beaucoup
secoués, mais c’est compensé par le paysage à couper
le souffle. On se prend même pour un 4x4 en traversant un petit torrent à gué, en y freinant un bon coup
pour éviter l’émeu qui a décidé de traverser la route
juste devant le van.
On termine en s’arrêtant pour prendre quelques photos du coucher de soleil avant de retourner au parking
d’Arkaroo Rock.
Il est désormais temps de quitter le parc national des
Flinders Ranges, mais pas avant d’avoir été jeter un œil
à Arkaroo Rock dont nous avons profité du parking
deux nuits de suite sans même y aller. Nous sommes
devenus de plus en plus matinaux (la chaleur des journées n’y serait pas étrangère), et nous commençons la
petite balade à 8h30. Au final on sera pas mal déçus,
la balade étant un peu ennuyeuse et les peintures aborigènes visibles sur les rochers ne sont pas des plus
passionnantes, d’autant plus qu’encore une fois leur signification n’est pas bien expliquée. Ce qui vaut peutêtre mieux car quand elle est expliquée c’est souvent
incompréhensible pour le quidam moyen que nous
sommes.
Mince consolation nous croiserons quelques rock wallabies qui buvaient dans un waterhole. Les yellow foo-
ted rock wallabies sont les wallabies des Flinders
Ranges. Reconnaissables à leur queue tigrée, ils ont de
grandes pattes qui leur permettent de crapahuter sur
les rochers des nombreuses montagnes et gorges du
coin. Ils sont hélas bien trop timides (et rapides !) pour
que nous arrivions à les prendre en photo.
À 9h30 on quitte donc Arkaroo Rock pour rejoindre
Dutchman’s Stern, promenade indiquée dans la brochure « 40 Great Short Walks in South Australia »
(disponible uniquement à l’office de tourisme
d’Adelaide, ou sur le site de Trails SA : PDF, 5Mo34).
Après un croque-monsieur et une sieste il est temps de
commencer cette boucle de dix kilomètres. Et c’est une
belle surprise car c’est une vraie belle rando qui nous
fait grimper jusqu’au sommet de Dutchman’s Stern, où
nous attend une superbe vue sur les Flinders Ranges
d’un côté et sur l’océan de l’autre, malgré le ciel un peu
gris.
En redescendant on croise plusieurs wallabies qui
jouent à cache-cache dans les herbes, avant de revoir
de nouvelles chèvres sauvages.
34. http://www.southaustraliantrails.com/pdf/40GreatShortWalks.pdf
Et en bas, juste avant de rejoindre le parking et le van
un spectacle singulier s’offre à nous : des dizaines de
wallabies broutent dans l’herbe, nous offrant de jolies
photos.
Et cerise sur le gâteau, nous pouvons admirer plusieurs rock wallabies !
Et c’est hélas déjà le moment de retourner vers Quorn
et de quitter les Flinders Ranges, pour commencer
notre périple vers le nord du pays.
J+178 — Stuart Highway, de Port Augusta à
Coober Pedy
Après avoir quitté les Flinders Ranges nous repassons
par Port Augusta pour profiter de leur bibliothèque
et du wifi gratuit (comme dans quasiment toutes les
bibliothèques australiennes !), avant de prendre la célèbre Stuart Highway. Cette route traverse l’Australie
du nord au sud, de Darwin à Port Augusta, sur 3.000
kilomètres.
C’est symbolique pour nous : c’est le début de notre
grande boucle d’Australie qui d’Adelaide va passer par
Alice Springs au centre, Darwin au nord, Broome au
nord-ouest, Perth au sud-ouest, avant de terminer par
revenir jusqu’à Port Augusta. Une boucle de plus de
10.000 kilomètres, et ce sans compter les nombreux
détours ! Bref c’est maintenant que commence
l’aventure, la vraie, loin des centres urbains et des facilités dont on a l’habitude : pas de téléphonie mobile,
pas d’Internet, peu d’eau potable, et les garages susceptibles de réparer votre voiture en cas de pépin sont
rares… et chers.
Bref ça rigole plus. Même s’il faut quand même relativiser. La Stuart Hwy n’est certes pas une autoroute
au sens français du terme : pas de terre-plein central,
pas de glissières de sécurité, pas de bande d’arrêt
d’urgence. Bref c’est plutôt comme une simple route
nationale avec une voie dans chaque sens, quelques
marquages au sol et c’est tout. Mais c’est tout de même
une grosse route (au sens australien), avec beaucoup
de passage, des stations essence tous les 200 ou 300
kilomètres, et des villes ou villages tous les 500 kilomètres environ. De plus ce n’est pas non plus une dirt
road cabossée et sinueuse, mais une route bien bitumée (avec quand même quelques trous) majoritairement droite et surtout ennuyeuse.
Mais toute aventure est relative : faire la Stuart Hwy
sera toujours plus une aventure que tourner sur des
rocades autour d’une ville, même si pour un baroudeur
en 4x4 habitué des dirt tracks ça semblera surtout être
une route facile et monotone, alors que pour un cyclotouriste en VTT le 4x4 lui semblera être le genre
d’aventure confortable que n’importe quel péquin peut
entreprendre. Et on peut continuer longtemps comme
ça, car je ne vous parle même pas de ce que sont tous
ceux-là pour l’aborigène qui traverserait le pays à pied.
Tout ça pour dire que toute aventure est relative, et
pour nous, par rapport à notre vie relativement tranquille en France, entreprendre plus de 10.000 kms de
route pour traverser le pays, c’est une vraie aventure.
Mais revenons au récit de notre traversée.
Nous nous arrêtons pour la nuit sur une aire de repos
après 230 kilomètres parcourus. On fête notre départ
dans cette grande boucle autour du pays avec de
bonnes crêpes comme en France (bon sauf que y’a pas
de reblochon, pas de camembert, seulement du cheddar, et que le jambon a un goût de caoutchouc).
Au lendemain nous partons explorer dans la fraîcheur
de l’aube et du vent fort qui souffle, sous un soleil
déjà éblouissant. Car nous sommes garés juste à côté
de Lake Hart, un grand lac de sel, pourtant pas si
grand avec ses 10 kilomètres de large. En tout cas
quand on compare avec les autres lacs de sel du coin
comme Lake Frome, Lake Gairdner, Lake Eyre ou encore l’immense Lake Torrens (200 kms). Évidemment
ces lacs ne contiennent pas d’eau, sauf en période de
pluie et d’inondations (et encore), mais simplement du
sel qui sèche au soleil, sur des surfaces immenses. Un
peu comme si on avait vidé la mer de son eau.
Lake Hart est probablement le plus facile d’accès avec
Island Lagoon (cinq fois plus grand) : il suffit de sortir
de l’aire de repos et marcher un peu, traverser la voie
de chemin de fer qui s’étend de Darwin à Adelaide
(attention aux trains, ils peuvent faire plusieurs kilomètres de long) et vous pouvez maintenant marcher
sur le lac, dans toutes les directions.
Le paysage est irréel, superbe, incroyable, et je ne peux
en dire plus car je viens d’épuiser mon maigre vocabulaire en la matière.
On ne peut pas rester sur le lac à s’amuser comme ça
toute la journée, il faut qu’on reprenne la route, mais
surtout qu’on prenne notre petit déj' bien sucré pour
compenser tout ce sel ! Le van roule de son allure habituelle (80 km/h) et nous nous arrêtons quelques dizaines de kilomètres plus loin, à Glendambo, pour aller
aux toilettes quant au moment de sortir du van on se
rend compte qu’il y a un léger souci : le cache du phare
gauche, qui comprend, le clignotant, pend sur le côté,
n’étant retenu au reste de la voiture que par un seul fil
électrique. Que s’est-il passé ?
On se rappelle que quelques kilomètres plus tôt nous
avons croisé un gros road train qui avec sa vitesse et
sa taille imposante nous a fait subir un gros coup de
vent qui a rabattu les rétroviseurs extérieurs. Et bien
visiblement il n’a pas fait que ça… Le cache du phare
en plastique a simplement cassé net face au choc, et on
a bien failli perdre un clignotant.
Nous réparons donc aussi bien que possible, bien qu’il
n’y ait pas grand-chose de mieux à faire que de remettre le cache et le clignotant en place et le maintenir
à l’aide de gros bouts de scotch. Mais bon ça tiendra
bien pour les 9700 kilomètres qu’il nous reste à faire
non ?
L’après-midi nous arrivons à Coober Pedy, ville minière célèbre pour ses opales. Enfin ville, c’est un
grand mot. Le lieu ressemble à une mine à ciel ouvert
qui aurait été abandonnée et où des squatteurs seraient
venus y habiter. Entre les baraques en tôle et les préfabriqués juchés sur des monticules de terre se battent
en duel quelques commerces. Et dans tout ça, à tous les
coins de rue (mais peut-on vraiment appeler cela des
rues ?), on peut voir des carcasses de voitures ou de
machines minières abandonnées là à rouiller.
Si vous vous aventurez derrière les toilettes vous verrez aussi un vaisseau spatial, également abandonné là.
Il s’agit en réalité d’un décor utilisé dans le film Pitch
Black qui a été tourné dans le coin.
Une attraction touristique de la ville (en dehors des
opales, dont je me contrefous pas mal), ce sont les habitations souterraines. En effet pour fuir les journées
où la chaleur peut être insupportable et les nuits glaciales les habitants du coin ont creusé leur habitation
dans le sol. En effet ici il est constitué d’un calcaire
meuble, un peu comme de la craie : facile à creuser
mais suffisamment solide pour y construire des tunnels. La moitié de la ville vit sous la terre. Je me dis que
c’est quand même pas mal, si vous avez besoin d’une
nouvelle chambre il vous suffit de la creuser. Et puis
impossible pour les services fiscaux de voir que votre
maison déclarée comme un 50m² en fait dix fois plus.
Pratique ! (Bon sauf si vous creusez jusque chez votre
voisin, il risque de vous en vouloir.)
D’ailleurs les annonces dans les agences immobilières
du coin sont susceptibles de ressembler à celle-ci (véridique) : « Vend maison souterraine de 90 m², avec
deux chambres, salon et salle à manger. Raccordée
électricité et eau courante. Cuisine et salle de bains seront à creuser à votre charge. »
Du fait de ces nombreuses constructions souterraines,
si vous commencez à vous promener dans la ville en
dehors des rues, il ne vous faudra pas longtemps avant
d’être entouré de cheminées et d’antennes de télévision qui sortent du sol : vous êtes juste au-dessus de
chez quelqu’un. Attention toutefois, c’est une ville minière et il existe des trous un peu partout, pas toujours
signalés, résultats d’explorations passées, qui peuvent
faire plusieurs dizaines de mètres de profondeur. Rassurant.
La visite des maisons individuelles est payante, mais il
est possible d’avoir un bon aperçu via les commerces
souterrains de la ville, notamment la librairie (book-
shop) qui s’étend de couloir en couloir comme un labyrinthe.
Ou encore de la galerie d’art locale qui dispose de
nombreuses salles diverses et variées.
Et enfin l’autre option de visite d’endroits souterrains
ce sont les églises. Ça va de la petite église comme celle
de l’église catholique en centre-ville…
… Jusqu’à la grande église serbo-croate, majestueuse,
avec une immense nef centrale sculptée.
Moi je dis que même si ça n’en a pas l’âge, ça vaut
bien les Notre-Dame parisiennes et autres églises françaises.
En sortant de l’église il est déjà tard, et temps pour
nous de reprendre la route jusqu’à une aire de repos
pour la nuit avant de repartir le lendemain vers Kings
Canyon.
Northern Territory
J+181 et J+182 — De Mt Conner à Uluru
Après avoir passé une belle journée à Kings Canyon,
nous nous arrêtons à un point de vue sur Mt Conner
pour la nuit. Mt Conner c’est la plus grande méprise
touristique de l’outback. En effet ce monolithe rouge
qui culmine à 1000 mètres est la première formation
montagneuse visible sur la Lasseter Hwy, qui mène à
Uluru et Kata Tjuta. Du coup comme il est imposant et
rouge, les touristes le confondent avec Uluru et le mitraillent de photos.
Ce qui n’est pas forcément un tort, Mt Conner est superbe, et bien plus grand qu’Uluru. Il est nommé Atila par les aborigènes et aurait été formé à la même
époque qu’Uluru et Kata Tjuta. Hélas il est situé sur
le terrain privé d’une "cattle station" qui ne permet
pas d’y accéder en dehors de tours organisés inintéressants et hors de prix (200$ juste pour un tour en
voiture). En demandant il est possible d’y aller pour
en faire l’ascension, mais il faut toujours payer le prix
du tour organisé et l’on ne dispose que d’une heure
alors que l’ascension est bien plus longue. Pourquoi
diable ce sublime Mt Conner ne fait-il pas partie d’un
parc national ? Mystère. En tout cas on regrette que
l’Australie ne possède pas une loi d’accès à la nature
comme c’est le cas en Suède35.
Toujours est-il que si vous traversez la route depuis le
point de vue et grimpez sur la dune en face, une surprise vous y attend : une jolie vue sur Lake Amadeus,
un immense lac de sel. Et comme tous les jours dans
l’outback, le coucher de soleil y est simplement exceptionnel.
Le lendemain sera consacré à parcourir les dernières
centaines de kilomètres jusqu’au parc national d’Uluru
et Kata Tjuta. Nous marquons un arrêt à Curtin
Springs pour prendre de l’essence, pour la modique
somme de 2,06$ le litre. Cette cattle station qui possède
aussi le terrain où se situe Mt Conner ne semble reculer devant rien pour exploiter les touristes qui passent
par là.
Nous conduisons jusqu’au parc national où nous
payons l’entrée : c’est 25$ par personne pour trois
jours, ce qui est amplement suffisant pour explorer
toutes les possibilités du parc (elles sont relativement
limitées), mais si vous avez envie d’en profiter un peu
35. https://fr.wikipedia.org/wiki/Droit_d’accès_à_la_nature
plus le pass pour un an est à peine plus cher : 32,50$
par personne.
Comme nous sommes des touristes bien élevés, notre
visite du parc commence par le tour du Cultural
Centre, qui explique un peu la culture aborigène locale
et leurs croyances (enfin c’est parfois un peu difficile,
car la loi des Anangu dit que l’identité des personnes
décédées ne doit pas apparaître en photo ou en écrit,
du coup certains panneaux sont un peu vides), mais
c’est surtout un appel à ne pas faire l’ascension
d’Uluru, car il est considéré comme sacré par les aborigènes. Il est donc fortement déconseillé de monter dessus, ce qui n’empêche pas pour autant les Anangu de
le faire pour leurs cérémonies. Aucun visitor centre ne
serait complet sans sa boutique de souvenirs made in
china, et c’est également le cas ici, sauf que la gamme
est complétée par de l’art aborigène local hors de prix.
Enfin, le clou de la visite c’est le cahier des regrets :
dans un grand classeur sont archivées les lettres reçues
par les rangers de la part de touristes qui ont emmené
un caillou ou un peu de sable et qui le regrettent amèrement. En effet, la lettre typique pourrait ressembler
à celle-ci :
« Cher directeur du parc national, mon
nom est Albert, je suis allemand et en 1996
je suis venu à Uluru alors que je n’étais
qu’un enfant, et sur une aire de repos en
dehors du parc national j’ai pris un caillou
rouge que j’ai emmené avec moi. Récemment un ami australien m’a dit que si je
n’avais pas l’autorisation des aborigènes ce
caillou ne m’appartenait pas et me porterait malheur. Or, maintenant que j’y pense,
depuis que j’ai ce caillou, mon père a eu un
cancer des poumons, ma mère est tombée
dans les escaliers, ma voiture a pris feu, je
me suis fait licencier, mon chien s’est suicidé et les huissiers ont saisi mon appartement pour des dettes de jeu. Je pense que
tous ces événements ne sont pas des coïncidences ou le simple produit de vingt années
qui ont passé mais bien la conséquence de
mon erreur. Veuillez ainsi trouver ci-joint
le caillou que j’ai pris, avec toutes mes excuses. »
Bon, je ne sais pas pour vous, mais moi j’en déduis
soit que les rangers du parc d’Uluru ont entrepris une
grande collection de cailloux qui portent malheur, soit
que certaines personnes sont sacrément superstitieuses et que par cet affichage on essaye de les exploiter et de me prendre pour un con aussi, soit que
les mecs qui bossent dans les carrières dans l’outback
doivent avoir une sacrée poisse, et je ne parle même
pas des aborigènes qui fracassent ces cailloux pour en
faire des objets ou des travailleurs qui ont construit les
murs du cultural centre avec le sable du coin…
Soyons sérieux une minute : je suis complètement
d’accord qu’il faut respecter un lieu aussi important
et historique qu’Uluru / Kata Tjuta, et donc ne pas y
prendre de sable ou de pierres, afin de préserver le
lieu. Mais il ne faut pas non plus se foutre de la gueule
du monde : Uluru est certes le second endroit le plus
touristique d’Australie avec pas moins de 500.000 visiteurs par an, mais même si chaque visiteur prenait une
poignée de sable le long de la route qui y mène (pas
loin de 500 kilomètres quand même), cela représenterait toujours bien moins de cailloux que ce qui est extrait des carrières et mines. Et bien moins de sable que
ce qu’il n’en a fallu pour construire le cultural centre,
et je ne parle même pas de Yulara, le village touristique
à l’entrée du parc national, qui appartient aux aborigènes.
Bref décourager le pillage du site avec des arguments
environnementaux me conviendrait, mais y mêler de
la superstition derrière laquelle se cache une menace
implicite (« si vous prenez un caillou dans le désert,
vous serez frappé par le malheur »), c’est excessif.
On en vient donc au second point : l’ascension
d’Uluru. Uluru est sacré, et son ascension est fortement découragée. Mais pas interdite. Au contraire elle
est parfois fermée en fonction des conditions climatiques, donc ouverte le reste du temps. C’est là toute
la contradiction et le paradoxe : l’ascension est découragée, mais autorisée. Alors pourquoi est-elle découragée ? Parce qu’elle est dangereuse ? C’est certes une
ascension un peu difficile, mais beaucoup moins que
celle de Mt Cradle en Tasmanie, qui est bien plus dangereuse. On peut penser par contre que vu le nombre
de touristes ici il est plus probable de voir des inconscients en tongues tenter l’ascension, ce qui est moins
le cas à Cradle Mountain. Mais ça ne suffit pas.
L’ascension est sacrée, et censée être réservée aux
Anangu, alors pourquoi en ce cas les responsables du
parc, qui sont Anangu, ne la ferment pas ? Je pense
que la raison est très simple : l’ascension est un des
rares intérêts d’Uluru.
S’il y a quatre ans je n’avais pas voulu faire l’ascension
pour respecter la volonté des Anangu, c’est aussi que
je n’avais pas vraiment réfléchi à la question, j’avais
simplement fait confiance à notre guide. Aujourd’hui
la question mérite pour moi d’être posée, et quelle
réponse vais-je y apporter ? Je suis parfaitement
d’accord pour respecter la culture aborigène, mais il
faut savoir la distinguer de ce que je combats dans les
autres cultures : la religion. Le fait que nous sommes
en Australie et que la culture aborigène nous est étrangère à la base ne doit pas nous faire oublier qu’une
bonne partie de cette culture est basée sur la religion.
Or, peut-on accepter que la religion restreigne notre liberté ? Si l’Église catholique déclarait le Mt Blanc une
terre sacrée et vous demandait de ne pas en tenter
l’ascension, qu’en penseriez-vous ? Cela vous
paraîtrait-il ridicule ou censé ? En reposant la question
dans ces termes, la perspective change totalement. Je
ne veux pas dire qu’il ne faut pas respecter les lieux
religieux et aller piétiner les autels des églises (non ça
c’est le boulot de l’extrême droite française d’aller se
faire exploser le crâne dans les églises), mais de mettre
les choses en perspective. En quoi une personne peut
me refuser l’accès à la nature ? Nature qui pour moi est
un des biens les plus précieux et l’une des choses les
plus sacrées justement, mais dont il faut pouvoir jouir
en la respectant.
Et c’est ainsi que j’ai fait le choix de faire l’ascension
d’Uluru, un choix personnel et réfléchi. Et je ne regrette pas, car l’ascension, bien que terrifiante pour
moi et mon vertige, était vraiment passionnante. Le
départ se fait à midi, il fait 35°C, le soleil tape fort, mais
une légère brise permet de garder la chaleur supportable. Le début de l’ascension est pour moi absolument
terrifiant : il faut s’accrocher à une chaîne pendant
une bonne section de plus de 500 mètres, qui grimpe
abruptement sur le flanc de la montagne. À gauche de
la chaîne, rien pour se retenir, c’est quasiment lisse, à
droite, pas mieux. Vaux mieux pas lâcher.
Cependant je me détends un peu en croisant un australien bedonnant qui descend en tongues, sans tenir
la chaîne, en téléphonant d’une main et tenant un soda
de l’autre. Si lui peut le faire, je ne devrai pas avoir trop
de soucis.
Une fois la section avec la chaîne terminée, c’est plus
simple : il s’agit de suivre un sentier indiqué par des
pointillés blancs peints au sol. Difficile de se tromper,
et c’est relativement plat, hormis quelques passages où
il faut un peu escalader.
Une fois au sommet c’est le moment de souffler un
peu et admirer la vue à 360° tout autour de la table
d’orientation.
Mais aussi le moment de voir Anne débarquer, elle qui
avait dit qu’elle resterait en bas vu la chaleur, elle a
grimpé en deux fois moins de temps que moi, c’est un
peu rageant. Une dernière gorgée d’eau et c’est le moment de redescendre par le même chemin en admirant
la vue sur l’impressionnant Kata Tjuta, à 50 kilomètres
de là.
En redescendant nous croisons des classes de lycéens
qui sont en voyage de classe : trois semaines entre la
Tasmanie, les Blue Mountains (vers Sydney) et Uluru. Entre ça et le nombre de fois où on a croisé des
classes australiennes en train de faire des randonnées,
du kayak et autres activités super cools, je vais faire
des réclamations auprès de mes parents pour savoir
pourquoi diable n’ai-je pas été placé dans une école
australienne étant enfant. Sérieusement, le plus grand
voyage scolaire que j’ai jamais fait c’est l’Allemagne,
pendant seulement trois jours. Remboursez-moi mes
quinze années de scolarité !
La soirée sera consacrée à regarder le coucher de soleil
sur Uluru, offrant une jolie gamme de rouges-orangés
sur le caillou. Malgré tout difficile d’en profiter entre
les nombreux touristes installés là sur leur chaise
pliante, coupe de champagne à la main, et les Japonais,
qui, chacun armés de deux ou trois appareils photos
sur trépied (sérieusement, c’est une blague ou quoi ?)
vont se poser devant tout le monde, histoire de rajouter un appareil photo de plus devant Uluru.
Nous quittons le parc après le coucher du soleil et
faisons un peu de bush camping, en effet en prenant
à droite neuf kilomètres après Yulara on se retrouve
dans de petits emplacements, à quelques centaines de
mètres de la route, cachés par des arbres. Endroit discret et tranquille où nous sommes tout seuls pour profiter du ciel étoilé et d’une nuit de repos bien mérité.
Notre second jour sur place est consacré au lever de
soleil sur Uluru, que je dois qualifier de plutôt chiant
et décevant, et ce sans compter les hordes de touristes
rassemblés aux mêmes endroits. Puis au parcours de
la balade autour d’Uluru, l’alternative recommandée
par les Anangu à l’ascension. Cette balade est intéressante pour environ un tiers, c’est-à-dire le parcours
entre les deux waterholes, mais d’un ennui ferme sur
tout le reste. En effet après avoir quitté le premier waterhole le sentier s’éloigne de la base d’Uluru pour rejoindre la route pendant un kilomètre (chiant), puis
s’éloigne encore plus pendant bien cinq kilomètres,
pour une marche franchement chiante sous le soleil,
bien loin d’Uluru et du coup pas grand-chose à voir.
Ce détour est expliqué par la présence de nombreuses
zones sacrées autour d’Uluru, certaines sont réservées
aux hommes, et d’autres aux femmes, et prendre des
photos du rocher dans ces zones est interdit. Enfin on
rejoint Mutitjulu waterhole au bord de la base et ça redevient un peu plus intéressant, enfin si on n’était pas
crevé d’avoir fait six kilomètres chiants sous le soleil.
Heureusement certains détails d’Uluru sont à couper
le souffle, comme ces grottes sculptées par le vent.
Cette seconde journée se finira comme ça, nous devant
de conclure que si le coucher de soleil est intéressant,
le lever de soleil ne l’est pas vraiment, et la balade autour d’Uluru pourrait très bien se limiter à un parcours
entre les deux waterholes sans rien perdre. Mais rien
de cela ne rend justice à cette montagne autant que
l’ascension des 300 mètres jusqu’au sommet, en tout
cas à mon sens.
J+180 — Kings Canyon
(Par Anne)
L’Australie, c’est grand. Et c’est bien quand tu traverses le pays du sud ou nord (ou vice-versa, la distance est sensiblement la même) que tu t’en rends
le plus compte. En effet, 600 kilomètres séparent Coober Pedy de l’intersection qui mène vers l’ouest à
Kings Canyon et Uluru-Kata Tjuta National Park et
il vous faut encore parcourir environ 300 kilomètres
pour vous rendre à l’un ou l’autre. Et entre les deux,
ben, y’a pas grand-chose à faire. Pour ne pas dire rien.
Vraiment rien. Annoncé comme ça, ça semble assez
ennuyant (et effectivement, ça l’est un peu) mais le
paysage à lui seul relève la monotonie de la route. Le
voyage vers le centre rouge est de toute façon une
aventure à lui tout seul. Imaginez une route pratiquement rectiligne durant des centaines de kilomètres, du
sable rouge à perte de vue, quelques croisements de
caravanes, une végétation un peu plus dense et élevée
que dans le South Australia et des dépassements par
des road train, ces longs camions de marchandises qui
s’étirent jusqu’à cinquante-quatre mètres (oui, on ne
roule pas vite) et vous aurez un petit aperçu du périple.
Mais Sylvain vous en a déjà parlé au précédent article
(je l’aurais fait mieux que lui, tant pis pour vous !).
Kings Canyon (appelé Watarrka par les Aborigènes)
est, comme son nom l’indique, un canyon (pour les
rois, par contre, on ne les a pas croisés), situé au centre
de l’Australie, dans le Northern Territory, nous laissons donc derrière nous le South Australia, pour mieux
y revenir d’ici un mois ou deux.
Le camping gratuit le plus proche de Kings Canyon
en est éloigné de 120 km et comme il est fortement
conseillé de se promener dans le canyon aux heures les
moins chaudes de la journée (la balade est fermée audessus de 40°C), on se lève à 5h30 pour ne pas y être
trop tard. On aurait peut-être pu dormir un peu plus
longtemps parce qu’aujourd’hui, c’est nuageux et il ne
fait pas trop chaud.
On commence donc par l’une des deux balades proposées : le Rim Walk (littéralement le chemin du bord)
qui est un circuit de six kilomètres au sommet du canyon. On doit donc commencer par grimper sur ce
fameux canyon par la montée des infarctus, car il y
a tous les ans plusieurs personnes qui sont victimes
d’un accident cardiaque en la gravissant. Des émet-
teurs radio d’urgence sont d’ailleurs disséminés tout
au long de la balade afin d’alerter les secours le plus
rapidement possible en cas de problème. Autant vous
rassurer tout de suite, certes, ça grimpe mais c’est
loin d’être impossible, à condition de faire des pauses.
Kings Canyon étant très réputé, de nombreux touristes
à la préparation et aux conditions physiques variées
s’attaquent à la montée et n’y parviennent pas mais si
vous n’avez pas de problème physique particulier, c’est
abordable. Il vaut quand même mieux essayer de s’y
attaquer aux heures les moins chaudes de la journée,
c’est plus agréable.
Certains et ce, d’ailleurs, aux quatre coins de
l’Australie, arrivent sur un lieu, prennent une ou deux
photos et s’en vont sans même prendre le temps de
regarder avec leurs propres yeux ! Je ne parle même
pas du fait de marcher quelques mètres pour admirer
les merveilles qui se trouvent un peu plus loin. Sans
compter ceux qui descendent de leur bus/voiture,
prennent une photo du panneau d’information (sans
le lire, cela va sans dire) et une photo du monument/
lieu et remontent dans leur véhicule. La palme revient
à ceux qui ne prennent même pas la peine de descendre de leur voiture : ils se rapprochent du panneau
d’information et prennent en photo l’attraction du
coin sans parfois même prendre la peine de baisser
leur vitre ! Je me demande parfois pourquoi certains
font tant de kilomètres pour ne même pas profiter
de la vue… J’ai déjà l’impression de passer à côté de
milliers de paysages, d’animaux, de points de vue, de
monuments sans y prêter suffisamment attention, que
j’essaie de m’attarder le plus possible sur ce que je
remarque ! À chacun son tourisme et ses centres
d’intérêt, c’est vrai, mais dépenser autant d’argent et
se ficher de la destination et de l’environnement, autant rester dans un bon hôtel près de chez soi, c’est
quand même moins coûteux.
Pour en revenir à la balade, la montée est raide mais
assez courte et puisque aujourd’hui, il ne fait pas très
chaud, c’est assez facile. Elle offre des vues alléchantes
sur les environs, qui donnent plus qu’envie de continuer. Les rochers sont magnifiques, ils ressemblent à
des grosses pommes de pin ou des ruches (ça dépend
de l’imagination qu’on possède), composées de plusieurs couches de roches horizontales empilées les
unes sur les autres. On se croirait dans un autre
monde, plus ancien et c’est pour ça que cette partie de
la balade s’appelle The Lost City, à l’image d’une cité
aztèque perdue.
Un aller et retour d’un kilomètre nous fait traverser
un petit pont entre deux rochers (les restes de l’ancien
pont qui est tombé il y a plusieurs années sont toujours visibles en contre-bas) et nous emmène à Cotterills Lookout sur des chutes d’eau à sec une grande
partie de l’année mais qui offrent une belle vue sur
la falaise. Suis une série de marches qui descendent
puis remontent dans une gorge entre deux falaises. Et
c’est pour le moins original dans ce coin aride, rouge
et sableux, il s’y trouve une végétation luxuriante !
De l’herbe verte, des fougères, et même des eucalyptus réussissent à pousser grâce à la fraîcheur entre les
deux murs de roche et à un petit ruisseau qui serpente
au fond. Un autre aller et retour d’un kilomètre nous
emmène au Garden of Eden (le jardin d’Eden), un trou
d’eau assez profond dans lequel on peut se baigner.
Aujourd’hui, on n’a pas très envie, il ne fait pas suffisamment chaud mais on passe quand même du temps
à admirer, c’est tellement charmant et inattendu dans
ce décor.
Nous remontons au sommet du canyon où nous attendent de superbes vues de la falaise sur laquelle
nous venons de marcher. Je remarque que je me trouvais quelques dizaines de minutes plus tôt sur un rocher d’à peine un mètre de large surplombant un vide
d’une centaine de mètres. La falaise est noir et orange
et parfaitement lisse, on dirait que quelqu’un a passé
la ponceuse tout du long. C’est impressionnant, majestueux et splendide mais j’ai l’impression de passer
mon temps à répéter les mêmes mots. On redescend
doucement sur le parking, on croise le chemin du Giles
Track, une randonnée de 22 kilomètres qui relie Kings
Canyon à Kathleen Springs (mais Kathleen Springs est
inaccessible au moment de notre visite, dû à un feu
de brousse qui a détruit le paysage). Notre guide de
balade nous conseillait de faire un kilomètre aller et
retour sur ce chemin pour apprécier le paysage mais
comme on ne l’a lu qu’après, on ne l’a pas fait.
Le temps de manger une salade (nous sommes devenus
des personnes à l’alimentation équilibrée : plus de
pâtes carbonaras et de pizza heureusement, il nous
reste les crêpes au nutella) à l’aire de pique-nique située à 2 kilomètres du parking, nous revenons pour
une petite balade de deux kilomètres, Kings Creek
Track, au fond de la gorge. C’est ombragé et rafraîchissant et on est récompensé à la fin par une belle vue
sur les falaises, qui permet d’apprécier encore plus la
grandeur de ces falaises.
Nous repartons ensuite en sens inverse direction Uluru et Kata-Tjuta, il reste encore pas mal de route devant nous car si cela semble à deux pas sur la carte par
rapport à l’immensité du reste du pays, il faut parcourir 350 km avant de pouvoir participer à l’éternel débat
sur « quel est le plus beau : Uluru, Kata Tjuta ou Kings
Canyon ?».
J+182 — De Kata Tjuta à Alice Springs
Rien n’est juste en ce bas monde. Et cela s’avère particulièrement vrai pour Kata Tjuta. Autrefois dénommée
« The Olgas », cette montagne composée d’une trentaine de dômes, dont le plus élevé fait plus de 1000
mètres, soit 200 de plus qu’Uluru, ne figure qu’en second dans le nom du parc national. Et on comprend
vite que ce n’est pas elle l’attraction principale. Alors
qu’Uluru dispose de visites guidées, de plusieurs
points de vue pour le lever de soleil et le coucher de
soleil, Kata Tjuta ne possède qu’un point de vue pour
le lever du soleil ; l’espace de pique-nique qui est censé servir pour le coucher du soleil est tout bonnement
inutile : de grands arbres cachent la vue. De plus il est
impossible de profiter du lever de soleil ou du coucher de soleil sur Kata Tjuta dans de bonnes conditions, en effet la montagne est située à plus de cinquante kilomètres de l’entrée du parc national et les
horaires d’ouverture et de fermeture de celui-ci empêchent d’être là avant le lever du soleil ou de rester
après le coucher du soleil. Enfin le cultural centre est
particulièrement bavard sur la signification d’Uluru,
mais quasiment silencieux sur celle de Kata Tjuta, or
une bonne partie est également sacrée pour les Anangu. Bref, la star ici c’est Uluru, et Kata Tjuta doit rester
dans son ombre.
Et pourtant… Kata Tjuta s’élève à 500 mètres au-dessus de la plaine, contre seulement 300 mètres pour
Uluru. Sans compter la surface : Kata Tjuta est gigantesque ! À l’origine c’était un monolithe comme Uluru,
mais avec l’érosion de l’eau et du vent, c’est devenu un
ensemble de dômes. La principale balade à faire c’est
« Valley of the winds » qui serpente entre les dômes.
C’est une superbe petite boucle de sept kilomètres, qui
donne envie d’en voir plus mais hélas la seule alterna-
tive c’est Malpa Gorge, un aller/retour de moins d’une
heure, intéressant mais pas vraiment difficile. Et c’est
tout, pourtant il y aurait de nombreuses possibilités
ici de faire des randonnées très intéressantes mais rien
n’est prévu, quel dommage !
Tant pis, on va quand même essayer d’en tirer le maximum dans cette dernière journée sur le parc national,
on entre dans le parc dès l’ouverture, pour être au plus
tôt à Kata Tjuta, pour essayer d’admirer le lever du soleil (hélas impossible, en arrivant à Kata Tjuta le soleil
est déjà bien levé), et aussi faire la boucle de la vallée
des vents assez tôt car elle est parfois fermée dès 9h du
matin à cause de la chaleur qui peut atteindre 10°C de
plus dans les gorges entre les dômes que dans le reste
du parc. Heureusement aujourd’hui il fait plutôt doux :
entre 30 et 35°C (soit entre 40 et 45°C dans les gorges).
Après quelques centaines de mètres nous arrivons au
premier point de vue, et surprise, les vallées de Kata
Tjuta sont toutes vertes, offrant un contraste saisissant
avec les dômes rouges.
S’ensuit la première partie de la boucle, la plus jolie
et la plus intéressante, à escalader sur le sentier, encaissé entre les dômes, suivant de petits trous d’eau où
viennent s’abreuver les nombreux oiseaux des vallées,
jusqu’au second point de vue. Nous y attendrons en
vain pendant près d’une heure que les groupes de touristes s’en aillent pour pouvoir prendre quelques photos, mais les groupes se succédaient les uns aux autres,
jusqu’à ce que nous abandonnions. Le plus surprenant
sera ces groupes de touristes invités par leur guide à
rebrousser chemin plutôt qu’à terminer la boucle, ceci afin de gagner peut-être un kilomètre ou deux. Quel
intérêt de venir jusque-là pour ne pas explorer complètement le lieu ? Mystère.
Nous reprenons le chemin de la boucle et la terminons
par quelques kilomètres sous le soleil sur un sentier
des plus aisés à suivre, on s’ennuie un peu. Du coup
à la fin de la boucle, avant de rebrousser chemin jusqu’au premier point de vue, nous décidons de rajouter
deux kilomètres à la balade en ajoutant un aller/retour
vers le second point de vue, qui sera hélas toujours
occupé par des groupes en voyage organisé. On croisera aussi quelques australiens à bout de souffle, visiblement au bord de l’évanouissement, épuisés d’avoir
grimpé les deux kilomètres jusqu’au point de vue. On
se dit du coup qu’on est quand même sacrément sportifs… Pourtant cette balade n’est pas vraiment difficile.
On retourne au van pour le déjeuner, mais pour ça il
faut reprendre un peu la route jusqu’au seul espace de
pique-nique de Kata Tjuta, également le seul endroit
avec des toilettes et de l’eau. Après un repas bien mérité nous repartons marcher dans Malpa Gorge, où nous
mettons moins d’une heure à effectuer l’aller-retour,
sur un terrain quasiment plat. Un peu décevant pour
une montagne comme celle-là, mais pas vraiment le
choix.
Nous terminons la journée en rejoignant l’espace dédié au lever du soleil, car celui consacré au coucher de
soleil est inutile étant donner que la vue est obscurcie
par de grands arbres. Et c’est de là que nous regardons
le soleil se coucher derrière Kata Tjuta, avant de quitter le parc et rentrer à notre camping sauvage de prédilection.
Le lendemain, nous nous réveillons en pleine réflexion
et remise en question. En effet on avait constaté que
nos réserves budgétaires avaient beaucoup diminué, et
nous avions pensé à essayer de trouver un travail à
partir de ce moment, pour environ deux mois. On avait
donc profité de ces derniers jours à Uluru-Kata Tjuta
pour postuler à Yulara.
Yulara, ou Ayers Rock Resort, est un village touristique à la porte du parc national. Avec ses hôtels, son
camping, ses activités touristiques, son supermarché
et sa station essence, près de mille personnes y travaillent à l’année (il existe une bibliothèque, une école,
et même un hôpital), et c’est sans compter les milliers de touristes qui y viennent chaque jour. C’est
bien simple, en comptant les touristes Yulara serait
la troisième ville du territoire du nord. À Yulara tout
appartient à Voyages (sauf l’hôpital et quelques activités touristiques comme les balades en chameau),
une entreprise de tourisme, qui elle-même appartient
aux aborigènes. Ça simplifie pas mal pour chercher du
boulot, il suffit de postuler à un seul endroit.
Sauf qu’en calculant un peu, on s’est rendus compte
que si on travaillait deux mois à cet instant, nous
n’aurions plus assez de temps pour terminer notre
boucle, nous devrions donc rebrousser chemin, sans
avoir vu ce que nous voulions voir. On aurait donc
de l’argent, mais plus de temps pour l’utiliser. Un peu
bête. On regarde l’état des comptes : je peux prêter de
l’argent à Anne, et ça devrait suffire pour voyager trois
ou quatre mois encore, soit la fin de la boucle. Ensuite
on pourra revendre le van, et la revente me rembourse-
ra en partie, et enfin on pourra aussi chercher du boulot à ce moment-là.
Bref on a décidé de faire un changement de cap à 180° :
plutôt que de chercher un travail, nous allons simplement voyager, et si on termine la boucle en avance on
pourra peut-être travailler. C’est une bonne nouvelle
pour notre moral, moins pour nos comptes en banque,
mais on devrait s’en sortir. Le plus important c’est de
savoir ce que nous voulons : profiter de notre voyage à
fond, et ne pas faire l’impasse pour des raisons financières. Ça serait bête d’être venu jusque-là, d’avoir dépensé autant d’argent, pour ne pas en profiter maintenant. Alors profitons ! Nous ne resterons donc pas
à Yulara pour attendre une réponse, et les semaines
suivantes nous prouverons qu’on a eu raison : nous
n’avons jamais eu de réponse.
Après ces réflexions, nous repartons en direction
d’Alice Springs en s’arrêtant pour la nuit quelque deux
cent kilomètres avant la ville.
J+186 & J+187 — West Mac Donnell
Ranges : de Simpsons Gap à Ochre Pits
Après une journée à Alice Springs à faire des courses
(miam le faux Nutella de K-Mart est super bon !), manger des pizzas et des glaces et faire le plein, nous prenons le chemin des West Mac Donnell Ranges, une
chaîne de montagnes qui s’étend sur 170 kilomètres
à l’ouest d’Alice Springs. Bon il y en a autant à l’est,
mais ce n’est accessible qu’en 4x4, dommage. Mais ne
nous lamentons pas : les West Mac Donnell Ranges
sont superbes, et très facilement accessibles. Il suffit de
prendre Larapinta Drive et de suivre la route tout simplement, il ne reste qu’à admirer les montagnes déchirées qui se déroulent sous nos yeux, dans de sublimes
couleurs allant du rose saumon au jaune ocre.
Notre première étape est à Simpsons Gap, à une vingtaine de kilomètres d’Alice Springs, qui est même accessible depuis la ville via une superbe piste cyclable
serpentant au pied des collines. C’est sous une chaleur
accablante malgré le ciel grisâtre que nous parcourons
les quelques balades du coin : Ghost Gum Walk pour
20 minutes sans intérêt, Cassia Hill pour 3 kilomètres
sympathiques et enfin les vingt minutes d’aller-retour
jusqu’à Simpsons Gap lui-même.
Le 'gap' est une ouverture saillante d’à peine quelques
mètres de large dans la montagne, où passe une rivière
partiellement à sec, et le trou d’eau qui s’y cache à
l’ombre est une véritable oasis pour les nombreux oiseaux que l’on peut y voir, et même quelques rares (et
menacés) rock wallabies qui ne sont visibles que tôt le
matin.
Après un repas constitué de restes de pizza réchauffés
au barbecue et de salade verte, il est temps de repartir
sur la route jusqu’à Ellery Creek Big Hole, où après
une dirt road un peu tape-cul mais courte on peut aller
se baigner dans un grand trou d’eau (waterhole) permanent. La raison de la présence de ce trou d’eau alors
que toute l’eau des rivières alentours s’est depuis longtemps évaporée est simple : il est quasiment continuellement à l’ombre des falaises. Résultat l’eau est glaciale, surtout par rapport à la température extérieure.
Si Anne a le courage d’aller y nager, moi je me restreins à un bref aller-retour dans l’eau, juste le temps
de constater que l’eau est terriblement froide. Mais vu
la chaleur, c’est toujours agréable malgré tout.
Pour terminer la journée nous empruntons une nouvelle petite balade de trois kilomètres, Dolomite Walk,
qui emmène dans les collines avoisinantes, pour un dépaysement garanti au milieu des rochers de toutes les
couleurs et des célèbres spinifex. Ces touffes d’herbe
jaunie peuvent avoir l’air relativement inoffensives de
loin, et même on se dit que ça doit être confortable
de s’y asseoir, comme on a en tête les touffes d’herbe
qu’on peut voir en Europe. Sauf qu’il vaut mieux se retenir, car en y regardant de plus près, il n’a pas l’air
confortable du tout…
Chacun des brins d’herbe se révèle pointu et plutôt sec
et solide, loin de l’herbe souple qu’on a l’habitude de
voir. Du coup le contact avec une touffe de spinifex
risque de se révéler… piquant. Ici la faune comme la
flore se sont adaptées à l’hostilité de l’environnement
sec et chaud. Certaines plantes se protègent de
l’évaporation de leur précieuse eau en recouvrant
leurs feuilles d’une substance blanche, d’autres en
n’ayant que des feuilles très petites ce qui limite
l’exposition au soleil, et le spinifex lui se protège des
prédateurs en développant ses pointes piquantes qui
lui évitent d’être dévoré par les herbivores. Enfin, sauf
l'Euro, le kangourou des montagnes, qui avec le temps
a appris à manger le spinifex d’une manière qui
l’empêche de se blesser. Ainsi le spinifex est vulnérable, mais il finira par développer une autre défense,
c’est comme ça que la course à l’évolution se passe…
Après Ellery Creek Big Hole il était temps pour nous
de nous rendre à notre camping pour la nuit, Neil
Hargrave Lookout, aire de repos déjà occupée par pas
mal de gens, dont des backpackers français plutôt
bruyants.
Le lendemain commence par un réveil sous la pluie,
ce qui ne nous change pas des masses de la nuit où
il a plut tout du long, alternant entre bourrasques et
bruine fine. En faisant la vaisselle on constate que
le ciel se dégage un peu et on espère que la pluie
est terminée pour aujourd’hui, mais finalement ça reprend. Nous nous rendons quand même à Ochre Pits,
espace de pique-nique qui possède barbecues au gaz
et toilettes, et on constate amèrement que la pluie ne
compte pas vraiment s’arrêter aujourd’hui. Nous passons donc une grande partie de la journée enfermés
dans le van à regarder des épisodes d’Angel (excellente
série, je ne peux que vous la recommander), lire des
livres et écouter de la musique.
Enfin en fin d’après-midi on profite d’une éclaircie
temporaire pour entreprendre une rando de 8 kilomètres aller-retour jusqu’à Anarlunga Pass, lieu de
l’intersection avec le Larapinta Trail, randonnée de
plusieurs centaines de kilomètres qui suit les ranges.
Le sentier est très pittoresque et nous emmène dans
les collines où nous avons l’impression d’être en Irlande avec la pluie et la brume. Nous retournons au
van un peu mouillés quand même, mais on prend le
temps d’admirer les Ochre Pits, ces petites falaises aux
couleurs ocres variant du jaune au rouge et au vert.
Elles servent aux aborigènes locaux pour leurs peintures rupestres.
Nous dormons sur l’aire de pique-nique, sous la pluie
encore une fois, en espérant que le lendemain sera plus
clément.
J+188 & J+189 — West Mac Donnell
Ranges : d'Ormiston Gorge au tropique du
capricorne
Enfin la pluie a cessé ! Au réveil à Ochre Pits, il fait
froid mais finalement un peu plus sec. Ce ne sont pas
les bourrasques de vent et d’eau qui nous réveillent
mais les corbeaux qui marchent sur le toit du van.
Nous allons à Ormiston Gorge pour faire une randonnée de 8,5 kilomètres autour d’Ormiston Pound,
grand plateau entouré de montagnes désertiques qui
déchirent l’horizon.
Après avoir grimpé dans les cailloux jusque dans les
hauteurs, on redescend dans le 'pound' pour admirer la
vue sur les montagnes qui nous entourent et notamment Mt Giles qui s’élève à près de 1400 mètres. La fin
de la balade consiste à descendre cette gorge extraordinaire aux parois vertigineuses. Il faut parfois sauter
par dessus le ruisseau et éviter de tomber dans les waterholes qui jalonnent le fond de la gorge. Parfois les
parois se transforment en Tetris géant avec tous ces
blocs carrés qui se séparent de la falaise.
Enfin nous quittons le fond de la gorge pour remonter
jusqu’à un lookout sur Ghost Gums Walk pour admirer
la gorge de haut. On est conquis, même si un peu frustrés par cette balade trop courte.
De retour au parking nous décidons d’aller gruger une
douche au camping du parc national, de l’autre côté
de la route. Mais en sortant de la douche, la ranger
du parc nous interpelle : nous allons devoir payer une
nuit de camping pour avoir utilisé la douche. Bon tant
pis c’est le jeu aussi, on paye donc la place de camping
(10$/personne) pour dormir sur ce petit camping cette
nuit. On en profite pour faire des crêpes au barbecue
au gaz, exercice difficile où la moitié de la crêpe brûle
pendant que l’autre ne cuit pas… Le plus ironique dans
cette histoire de douche étant quand même qu’elle
n’était même pas chaude ! La prochaine fois avant de
se faire choper on regardera si la douche est chaude au
moins.
Nous terminons la journée en allant faire un tour à Mt
Sanders Lookout pour admirer le coucher de soleil sur
cette grande montagne.
Le lendemain sera consacré à aller voir les derniers endroits du parc que nous n’avons pas encore vu. Le premier est Glen Helen Gorge, tout au bout de la route
bitumée, où un complexe touristique relativement
moche ouvre sur une promenade de 15 minutes allerretour jusqu’à la gorge elle-même, où on peut admirer
les oiseaux barboter dans le grand trou d’eau qui s’y
trouve.
Enfin, nous allons à Serpentine Gorge, dont la dirt road
comporte quelques bonnes grosses flaques d’eau après
les dernières pluies, les premières sont petites et on
passe sans souci, mais une suivante un peu plus grosse
nous fait douter. Cependant un australien en 4x4 nous
fait signe d’y aller, on y va donc, et… le van s’arrête à
quelques dizaines de centimètres de la fin de la flaque.
Et ne veut plus redémarrer.
Les australiens en 4x4 qui passaient par là s’arrêtent
pour… nous prendre en photo et se marrer, avant
quand même de nous aider à nous sortir de là. Le
temps d’enfiler mon maillot de bain et de barboter
joyeusement dans l’eau et la boue pour attacher la
sangle de remorquage et nous voilà remorqués et tirés
hors de la flaque, et le van redémarre illico, ouf !
Nous apprendrons plus tard qu’il ne faut pas passer
de vitesse pendant qu’on traverse de l’eau, au risque
de caler. De plus on apprendra aussi à l’entretien du
van qu’il nous manquait un cache sur le disque
d’embrayage, ce qui peut expliquer pourquoi la voiture
ne voulait pas repartir : une fois le disque débrayé,
l’eau dessus empêchait le disque de coller parfaitement
et donc d’entraîner la boîte de vitesses. Mais une fois
au sec tout va bien.
Depuis cet épisode nous avons tiré la leçon et respectons toujours ces quelques règles simples pour traverser une rivière ou une grosse flaque :
• s’arrêter avant l’eau, descendre et marcher dans
l’eau pour vérifier la profondeur et trouver le chemin le moins profond et le moins boueux (enfin
sauf dans le Top End où les rivières sont infestées
de crocodiles) ;
• ne pas y aller si la profondeur est supérieure à
20-25 centimètres (la hauteur des axes des roues) ;
• en cas de doute : attendre qu’une autre voiture (de
préférence un 4x4) arrive et demander à traverser
après eux et qu’ils attendent de voir si on est bien
passés ;
• passer dans l’eau en seconde à une vitesse suffisante pour traverser, mais pas trop non plus
(20-25 km/h c’est bien), il ne faut pas que ça éclabousse de partout car risque que de l’eau entre
dans le moteur par l’entrée d’air (et là le moteur il
meurt) ;
• ne pas changer de vitesse au cours de la traversée.
Et dans les situations suivantes c’est très bien passé,
même avec de l’eau plus profonde que cette flaque de
malheur. Flaque où d’autres voitures à deux roues motrices encore plus petites et basses que la nôtre sont
passées sans encombres, du coup on avait l’air un peu
ridicules mais bon c’est comme ça qu’on apprend aussi. On a quand même décidé de ne pas réessayer et de
se dire tant pis pour Serpentine Gorge…
Nous reprenons donc la route jusqu’à Alice Springs,
où on s’arrête pour aller à la bibliothèque sur le net, et
acheter un bon steak de buffle pour le dîner, que nous
ferons sur l’aire de repos d’autoroute du tropique du
Capricone, signe que nous passons désormais en région tropicale, même si nous n’en percevrons les effets
que quelques centaines de kilomètres plus loin.
J+190 & J+191 — Une longue route et des
gros cailloux
Faire le tour de l’Australie, c’est déjà une question de
kilomètres : il faut en faire, beaucoup, vraiment beaucoup. En arrivant à Alice Springs nous avions déjà parcouru 11.000 kilomètres, dont près de 1.200 kilomètres
rien que pour le détour par Uluru, Kata Tjuta et Kings
Canyon. Quand on sait que l’essence tourne autour de
deux dollars le litre dans le coin, ça fait quand même
pas loin de 240 dollars le détour. Et pour atteindre Mataranka, première étape réellement tropicale du Northern Territory, pas moins de mille kilomètres de route
nous attendent. Et de la route comme on les aime bien
en Australie : toute droite, toute plate, avec souvent
rien à faire et rien à voir pendant des centaines de kilomètres. Autant dire qu’on finit parfois par s’ennuyer.
Alors la route on la connaît bien, on l’admire le soir
quand le van est précédé de son ombre aux grandes
oreilles…
La journée dans une agréable chaleur tant qu’on roule
les fenêtres ouvertes mais qui devient insupportable
dès qu’on s’arrête quelques minutes…
Quand le ciel se fait gris et menaçant…
Et de multiples autres situations et combinaisons possibles…
Bref tout ça pour dire que la route est parfois monotone, ennuyeuse et fatigante, mais quand on s’arrête
parfois pour voir quelque chose de superbe ou extra-
ordinaire, on se dit que ça valait bien tout ce chemin
parcouru.
Et comme exemple on peut citer Devil’s Marbles, que
nous croisons en ce mercredi 15 mai. Ces gigantesques
cailloux tout ronds plus ou moins bien empilés au milieu de la plaine désertique semblent sortis de nulle
part.
Évidemment le ciel grisâtre ne participe pas vraiment
à leur rendre l’honneur qu’ils méritent mais c’était relativement rigolo de s’y promener, à explorer et escalader un peu partout.
On aura même l’occasion de voir de près un dingo qui
se baladait par là tout tranquillement, même si je ne
m’en approcherais pas trop non plus.
Le jour suivant sera plus décevant, après un arrêt à
Tennant Creek pour faire une lessive qui ne lavera pas
grand-chose (la spécialité australienne étant d’avoir
des machines qui ne lavent pas à chaud mais uniquement à froid : résultat le linge est toujours sale, mais
comment font-ils donc les australiens ?), on va explorer The Pebbles à la sortie de la ville, sensé être un petit
Devil’s Marbles c’est effectivement bien petit et peu intéressant.
Il ne nous restera plus qu’à nous arrêter pour la nuit à
Newcastle Waters, dernier camping avant Mataranka,
300 kilomètres plus au nord, histoire d’illustrer que les
routes sont vraiment longues ici…
J+192 — Mataranka : le paradis des sources
d'eau chaude
Après 270 kilomètres de route sous une température
de 30°C, que diriez-vous de vous détendre dans une petite piscine naturelle alimentée par une source d’eau
chaude à 34°C ? Oui je sais vous vous dites que ça doit
être dans un hôtel ou un resort luxueux dont vous ne
pouvez même pas vous payer l’entrée sans perdre un
rein. Mais rassurez-vous, vous êtes en Australie, et ici
on considère qu’un tel phénomène naturel est précieux
et doit rester dans le patrimoine public. C’est donc ainsi que le Elsey National Park à côté de Mataranka vous
permettra, pour la modique somme de zéro dollar et
dans un cadre des plus agréables, de faire trempette
dans deux sources d’eau chaude, à quelques kilomètres
du village de Mataranka.
La première est une petite piscine aménagée en béton
juste après la sortie de terre de Rainbow Springs, une
source d’eau chaude à 34°C. Cette eau est réchauffée
simplement par son passage dans les couches rocheuses du sous-sol, et ressort donc à une température
des plus agréables. De ce fait, ce n’est pas une source
thermale, car l’eau n’est pas réchauffée par l’action
volcanique, mais une simple source d’eau chaude naturelle. Thermal Pool est donc accessible après avoir traversé un caravan park à Mataranka Homestead.
C’était à l’origine la piscine aménagée pour les officiers mobilisés ici pendant les deux premières guerres
mondiales. Avant de l’atteindre vous aurez peut-être la
chance d’admirer dans les palmiers des red flying foxes,
ces grandes chauve-souris rousses. Et en temps normal vous pourrez aussi voir les nombreux wallabies et
autres petits marsupiaux qui se promènent autour de
la piscine. Personnellement si je devais choisir un paradis, je choisirais celui-ci. Ou alors le suivant, mais
chut je le réserve pour la suite.
Un peu plus loin, après la piscine, le ruisseau d’eau
chaude se jette dans la rivière, qui elle n’est pas thermale. Mais si vous voulez constater le contraste et que
vous n’avez pas peur des crocodiles, il est aussi possible de s’y baigner. Enfin nous c’était fermé car justement les rangers n’avaient pas encore vérifié l’absence
de crocodiles dans la rivière après la saison des pluies.
Car oui, nous sommes désormais dans le Top End, la
région véritablement tropicale du nord de l’Australie,
avec sa végétation verte et touffue, ses termitières
géantes le long des routes, sa température annuelle
constante de 30 à 35°C (c’est juste qu’il pleut six mois
par an), et sa faune… spécifique. Pour résumer, à cause
des crocodiles, le conseil local est de ne pas se baigner
si c’est marqué qu’il y a des crocodiles, ni s’il n’y a
rien marqué, et ne pas non plus s’approcher à moins
de cinquante mètres des berges. Et si vous vous dites
que dans l’océan vous pourrez vous baigner, oubliez :
les crocodiles qui sont dangereux ici ce sont les salties
(ou saltwater crocodiles), qui comme leur nom l’indique
vivent en eau salée, donc dans la mer. Et si ça ne suffit
pas pour vous rebuter, rappelez-vous que les eaux sont
aussi infestées de requins et de méduses urticantes et
surtout de méduses paralysantes. Les freshies (ou freshwater crocodiles) sont eux presque gentils (ça se voit
sur les panneaux : le saltie a la gueule ouverte pour
vous dévorer alors que le freshie a l’air très calme et
penaud), en tout cas ils ne vous attaqueront pas tant
que vous n’irez pas les provoquer. Je vous déconseille
d’essayer quand même, parce que vous je sais pas mais
moi je saurais pas vraiment faire la différence entre les
deux…
Vous êtes donc heureux de trouver des endroits
comme ces sources d’eau chaude où vous pouvez vous
baigner sereinement grâce à la surveillance des rangers, des pièges à crocodiles et de grandes grilles qui
les empêchent de remonter jusque-là.
Après vous être bien détendus à Thermal Pool, je vous
propose de rejoindre une seconde expérience chaleureuse : les Bitter Springs. Ces sources d’eau chaude au
goût amer sont situées dans un environnement totalement différent, et ce à seulement quelques kilomètres
de Thermal Pool. En effet ici pas de piscine aménagée,
il vous faudra marcher un peu à travers les marais et
affronter l’odeur d’œuf pourri qui s’en dégage pour admirer l’eau la plus claire que vous n’ayez vue dans
un milieu naturel. Une fois les quelques barreaux de
l’échelle descendus, vous profiterez avec plaisir d’une
eau à 32°C dans une rivière large et bordée de roseaux
et nénuphars où vous pourrez nager pendant environ
deux cent mètres en suivant le courant jusqu’à une seconde échelle.
Et ici à part quelques toiles d’araignée au-dessus de
l’eau, vous ne craignez rien : les crocodiles ne viennent
pas ici et l’endroit est patrouillé par les rangers.
D’ailleurs, ne vous inquiétez pas : s’il y avait un crocodile il dévorerait déjà un papy australien juché sur
sa noodle (frite de piscine) ou un des enfants qui
s’amusent à sauter dans l’eau, avant de s’attaquer à
vous. Pas de panique donc, tout est sous contrôle.
Par contre vous n’aurez pas l’occasion d’y voir déambuler les wallabies mais que voulez-vous on ne peut
pas tout avoir. À Thermal Pool les wallabies mais le
cadre un peu plus aménagé (et plus petit), et à Bitter
Springs le cadre très naturel et sublime, et les deux
cent mètres de nage dans le courant. On ne peut pas
tout avoir. Enfin sauf que s’il fallait choisir un paradis,
je choisirais Mataranka et ces deux endroits en même
temps. Impossible de choisir, c’est trop difficile.
J+193 à J+196 — Katherine et Nitmiluk
National Park
Le van tournant comme une horloge depuis 10.000 kilomètres, il fallait bien qu’il fasse quelques caprices, en
effet il s’est mis d’un jour à l’autre à ne plus laisser
la pédale d’accélérateur revenir. Heureusement qu’on
ne faisait quasiment que de la route droite sans avoir
à passer les vitesses car sinon à chaque fois il fallait
tirer avec le pied sur la pédale pour que la voiture
cesse d’accélérer. Plutôt embêtant en ville quand il faut
passer des vitesses tout le temps. Du coup une fois
arrivés à Katherine, le plus gros patelin avant Darwin, on s’empresse d’appeler les garagistes du coin.
Mais comme on est samedi matin ils sont tous fermés,
mais l’un d’eux décroche quand même et nous indique
que c’est probablement le câble d’accélérateur qui se
bloque dans la gaine et que ça peut se débloquer avec
un coup de WD-40. On va donc acheter un flacon pour
le pulvériser dans la gaine et la pédale regagne de son
ressort, même si elle reste relativement sensible, plus
qu’avant. On se dit que ça ira bien comme ça jusqu’au
prochain entretien du van, programmé à Broome, dans
encore quelque 3.000 kilomètres.
Une fois réglé ce petit problème on se balade un peu
dans la ville, on fait des courses, et on va se rafraîchir
de la température tropicale (37°C) dans la source thermale locale qui n’est "que" à 32°C. Coin très agréable
pas loin de la rivière. Difficile d’imaginer que ces
sources sont noyées sous dix à quinze mètres d’eau
pendant la saison des pluies pourtant. Comme on n'est
pas vraiment refroidis par ce bain on va se délecter des
glaces à 30 cents du Mac Donalds avant de reprendre
la route vers Nitmiluk National Park.
Le lendemain nous arrivons à Nitmiluk et prenons le
petit déjeuner sur une table de pique-nique, entourés
des Agile Wallabies qui paissent tranquillement.
Il fait déjà bien chaud et on aimerait bien se baigner
mais la rivière est en crue et il y a donc encore des crocodiles dedans. Bon, on va donc s’en passer. C’est sous
un soleil de plomb qu’on part vers Windolf pour une
balade de 12 kilomètres. On en chie un peu dans les
cailloux et le sable, surtout qu’une fois qu’on a quitté le bord de la gorge et les belles vues sur la rivière
le paysage n’est pas passionnant. Mais au retour on
s’arrête à Southern Rockhole, un grand trou d’eau alimenté par une mince cascade, et comme on y voit un
couple d’australiens s’y baigner, on ne peut résister
d’y aller, même si on n’a pas pris nos maillots ou serviettes, on se dit qu’on séchera vite avec la chaleur ! Et
puis comment résister à un tel paysage de rêve : l’eau
turquoise, la cascade, le soleil, ahhh…
Il ne nous reste plus qu’à nous laisser sécher un peu
au soleil avant de repartir vers le Visitor Centre. En arrivant on est à nouveau trempés, mais de sueur, alors
on va prendre une douche au camping, où nous attendaient des centaines de chauves-souris dans les arbres
et quelques wallabies se baladant librement tout autour.
Et pour dormir ce soir : rien de mieux que de retourner
faire du camping sauvage sur un chemin de service
sur la route menant au parc national. On est seuls, au
calme et après avoir étendu le linge on peut terminer
la journée en se détendant autour d’un bon verre de
cidre.
Le lendemain nous repasserons par Katherine pour se
baigner, manger des glaces et regarder un peu si faire
un détour de plus de 500 bornes pour aller voir Kakadu
est intéressant. La réponse sera non : aucune balade ou
randonnée à la journée n’existe, les coins les plus jolis ne sont accessibles qu’en 4x4, et en plus de faire un
gros détour l’entrée du parc est de 25$ par personne.
On décide que ça ne semble pas valoir le coup et qu’on
fera l’impasse dessus.
Le jour suivant nous retournerons dans Nitmiluk, mais
dans l’autre partie du parc : Edith Falls. La nuit aura
été mouvementée, entre la température qui n’est pas
descendue en dessous de 30°C de toute la nuit et les
nuées de moustiques qui nous ont attaqués dès le coucher du soleil. Il va nous falloir une nouvelle stratégie
contre les moustiques, car notre produit anti-moustique, l’Aerogard Tropical, avec 17% de DEET entre
autres, ne semble plus être suffisant contre les moustiques du Top End. En même temps il faut dire qu’ici
ils sont nombreux. Dès les derniers rayons de soleil
disparus, vous entendez un vrombissement d’ailes : ce
sont les milliers de moustiques qui débarquent par régiments d’un coup d’un seul.
À Edith Falls il y a plein de coins pour se baigner (sans
crocodiles !), le premier est une grande piscine naturelle en bas des chutes d’eau, de quoi faire de sacrées
longueurs. Le second est plus petit mais plus beau,
avec ses grandes chutes d’eau, ses petits bassins, ses
puits creusés dans la roche par les cascades, et ses
goannas !
Nous prenons donc le sentier qui mène à ce lieu paradisiaque dénommé sobrement Upper Pool. Et franchement heureusement qu’on peut s’y baigner parce
qu’après quinze minutes de sentier qui grimpe, on est
en nage. Il fait terriblement chaud, et marcher par
ce temps est particulièrement désagréable, même en
étant protégé du soleil avec l’attirail complet chapeau,
lunettes, vêtements longs et crème solaire.
C’est après avoir un peu nagé que nous aurons
l’occasion d’admirer un grand goanna se prélasser au
soleil au bord de l’eau, à quelques mètres de nous. Ce
grand reptile de plus de 50 centimètres de long est très
impressionnant à regarder.
On décide de continuer le sentier pour aller jusqu’à
Sweetwater Pool, soit une petite rando de 8,4 kilomètres aller-retour. Et après une heure de marche sous
une chaleur accablante on arrive à Sweetwater Pool,
qui n’est franchement pas terrible vu les efforts déployés pour l’atteindre. On aurait pu s’arrêter à Upper
Pool sans louper grand-chose, car même le chemin
n’était pas bien passionnant. D’autant plus qu’à la fin
de la balade on était trempés de sueur et on avait bu
plus de trois litres d’eau chacun, illustrant à quel point
cette balade demande un véritable effort. Une seule
consolation aura été de voir quelques grands insectes
s’amuser à grimper sur nos vêtements, même si personnellement je n’étais pas des plus rassuré…
Une fois redescendus on se dépêche de plonger dans
Lower Pool pour se rafraîchir après un tel effort qui mérite bien de terminer la journée en dévorant des cookies (en faisant attention à ne pas croquer une des di-
zaines de mouches qui nous tournent autour), devant
un bon bouquin, allongés sur l’herbe au bord de l’eau.
J+198 — Autour de Darwin : des chutes, de
la pluie, des inondations
En ce mercredi 22 mai on se réveille tôt, car les moustiques sont déjà au travail, un travail consistant à tenter de rentrer dans le van par tous les moyens afin de
nous piquer. La chaleur tropicale a de bons côtés, mais
les moustiques n’en font pas partie. Surtout quand on
sait que leurs piqûres peuvent transmettre des maladies comme le Murray River Encephalitis ou la Ross
River Fever, dont il n’existe aucun vaccin ou antidote,
et qui peuvent avoir comme effet de rester paralysé à
vie. Sympa les moustiques…
On prend la route à bord de notre schtroumpf-mobile
(relatif à sa couleur) pour rejoindre Pine Creek, où l’on
prendra de l’essence et espérions aller à la bibliothèque
pour se connecter sur le net, mais… elle n’est ouverte
que l’après-midi. Reprenons donc la route après avoir
aidé un trio de français à pousser leur voiture qui ne
démarrait plus sur le chemin d’un lookout.
On quitte un peu l’autoroute pour emprunter une petite scenic route sympathique jusqu’aux Robin Falls, où
nous garons notre van au bord d’une petite rivière
toute simple et calme, à l’ombre des arbres. On entame
la petite balade qui nous mène jusqu’aux chutes d’eau,
à quinze minutes de là. On y admire rapidement la
vue car nous sommes forcés de nous abriter vite fait
sous des rochers car une averse se déclenche. On discute un peu avec des australiens venus jusque-là en
tongues avec leur caniche, et quand la pluie s’arrête on
va se baigner dans la petite piscine naturelle en bas des
chutes. L’eau est fraîche, mais vu la chaleur, c’est plutôt agréable.
Mais voilà donc que le temps de sortir de l’eau et se
sécher, la pluie reprend. Et cette fois ce n’est plus une
petite averse mais l’océan qui nous tombe dessus d’un
seul coup. On se dépêche de redescendre en sautant
dans les flaques (quitte à être trempés…), et là arrivés
au parking on voit que la petite rivière toute tranquille
et mignonne à côté de laquelle on avait garé le van
a bien pris 20 centimètres de haut d’un coup et commence à déborder de son lit pour lécher les roues de la
voiture.
On se dépêche de sauter dans le van pour sortir de
ce bourbier aussi vite que possible et rejoindre le chemin en graviers, un peu plus haut et plus sûr. On se
dit qu’on a quand même bien fait de se dépêcher pour
redescendre car cinq minutes de plus et il n’était pas
dit qu’on aurait pu sortir le van de là ! À partir de ce
moment-là on fera bien attention à se garer suffisamment loin de tout cours d’eau dans le nord, car visiblement les flash floods (inondations très rapides) ne sont
pas qu’une légende !
On repart plus loin jusqu’à Adelaide River pour manger, et on reprend la route en direction de Darwin.
Sur celle-ci, on se reprend des averses-express : alors
qu’un soleil de plomb brille sous un ciel bleu complètement dégagé, dans une chaleur moite et paisible, d’un
coup d’un seul vous apercevez des nuages d’un gris
sombre et en moins d’une minute vous vous retrouvez sous une véritable trombe d’eau. Toujours dans
une chaleur étouffante vous devez fermer toutes les fenêtres et tenter de faire surfer la voiture sur la couche
d’eau formée sur la chaussée. En effet en raison du débit de l’eau qui tombe, celle-ci n’a pas le temps de couler sur les côtés de la route et vous roulez en permanence dans une couche d’eau de quelques centimètres.
Après quelques minutes, tout s’arrête aussi subitement
que ça a commencé, et il fait à nouveau soleil avec un
beau ciel bleu. Vous pensez avoir rêvé, mais non. Et
ça recommence comme ça à plusieurs reprises. Décidément le top end est vraiment une région extraordinaire.
Mais je n’aurais pas envie d’y passer l’été, si là en mai
on est au début de la saison sèche, qu’est-ce que ça doit
être pendant la saison des pluies !
C’est ensuite un peu par hasard qu’on se retrouve à
Berry Springs Nature Park, un petit parc à quelques
encablures de Darwin, où d’immenses piscines naturelles alimentées par une eau entre 25 et 28°C vous accueillent pour vous rafraîchir de la chaleur de la région. Il recommence à pleuvoir, on décide de rester un
peu plus longtemps dans l’eau, quitte à être mouillés
autant que ça soit dans de l’eau tiède ! En repartant
du parc on gagne quelques bières après qu’une bande
de jeunes australiens aient roulé sur leur glacière avec
leur BMW en laissant tout son contenu sur place. Merci les jeunes, vous êtes un peu des gros boulets mais on
va pas se plaindre, on a de la bière fraîche.
Le lendemain on monte jusqu’à Darwin pour visiter
la ville, manger des glaces et faire des courses à Ca-
suarina dans les magasins climatisés. Il ne nous restera
plus qu’à repartir vers l’est, en direction de Kakadu, où
nous n’irons pas.
J+199 — Wetlands & Adelaide River : des
moustiques et des crocodiles
Notre choix de camping pour la nuit après avoir visité
Darwin n’a pas forcément été le plus judicieux il faut
l’avouer. Ce parking, bordé d’arbres et de tables, est
probablement très agréable… Si vous avez une combinaison spatiale. En effet il est surtout situé au cœur des
wetlands. Depuis là on peut voir des marécages à perte
de vue. Et sentir sur soi les millions de moustiques accourus aussi sec à votre arrivée pour vous dévorer tout
crus. Du coup on se demande bien à quoi peuvent servir ces tables s’il n’est même pas possible de s’en approcher sans être recouvert d’une double couche de
spray anti-moustique et vêtements épais (moufles et
pull en laine par +35°C, très pratique).
Il faut dire que quand on est arrivés hier soir, rien que
le temps de sortir de la voiture à l’avant pour aller
s’asseoir à l’arrière nous avons subi plusieurs dizaines
de piqûres, en l’espace de quelques secondes. Nous
avons bien sûr tout de suite allumé notre dernier achat
dans notre guerre contre ces envahisseurs qui font
« bzzzz » autour de vos oreilles au moment pile ou
vous vous endormez : une spirale d’encens anti-moustique. C’est plutôt efficace on doit le dire, on a rapidement vu les moustiques tomber comme des mouches
(victoire !). Mais ce qu’on n’avait pas prévu lors de
notre achat dans une journée bien ensoleillée c’est que
quand il pleut à verse, il faut fermer le van. Et alors
là l’intérieur du van est dépourvu de moustiques c’est
sûr, mais il se transforme vite fait en fumoir opaque.
C’est un genre, mais si on ne fume pas c’est pas pour
se faire enfumer par l’encens non plus !
Bref entre la pluie, la chaleur, l’humidité, la fumée de
l’encens et les moustiques, on n’a pas passé une nuit
des plus reposantes, c’est pas rien de le dire. Au réveil
nous verrons sur la moustiquaire (que nous utilisons
la nuit pour laisser entrouverte une fenêtre sans laisser entrer les moustiques) que celle-ci a une véritable
utilité : elle était noire de moustiques. Des centaines
de moustiques s’étaient agglutinés là en attendant que
nous daignions sortir pour nous attaquer. Une seule réaction possible à cette vision : au secours, fuyons, et
vite !
On s’enfuit donc mais pas trop loin, un kilomètre plus
loin nous visitons Window on the Wetlands, petit musée sur la faune et la flore des marécages. C’est intéressant mais vraiment pas très grand. En regardant les
brochures touristiques là bas on en voit une pour faire
un tour sur l’Adelaide River toute proche et admirer
des crocodiles qui sautent (pour attraper la viande tendue par l’équipage évidemment), pour « seulement »
25$ par personne. Et bien on se dit pourquoi pas, on
n’a pas encore vu de crocodiles « en vrai », c’est
l’occasion, même si c’est une activité touristique
payante (comprendre avec plein de touristes et des
gentils organisateurs etc.), ce qu’on n’apprécie pas
vraiment d’habitude.
On parcourt les quelques kilomètres qui nous séparent
d’Adelaide River, occasion de prendre en photo des
énormes buffalos qui paissent tranquillement dans les
champs inondés au bord de la route.
On embarque donc sur un petit bateau à deux niveaux
(en bas : des vitres, en haut : rien, les crocodiles ne
sautent pas assez haut pour vous attraper, ouf) sous les
instructions de l’équipage qui expliquent qu’il y a des
gilets de sauvetage à bord mais qu’il n’est pas recom-
mandé de se laisser flotter sur la rivière si le bateau
coule si vous ne voulez pas vous faire bouffer. Ambiance.
Il faut parcourir quelques centaines de mètres en bateau pour atteindre le coin où l’équipage peut nourrir
les crocodiles. Avant d’atteindre ce point on voit déjà
pas mal de crocodiles nager à la surface ou se reposer
à l’ombre des berges. C’est dingue d’en voir autant à
ce moment alors qu’on n’en a pas vu un seul jusque-là.
Ensuite l’équipage va pendre un morceau de viande au
bout d’une perche à chaque fois pour nourrir un crocodile. Visiblement ils savent les reconnaître et n’en
nourrissent qu’un seul à chaque fois pour qu’ils continuent à savoir se nourrir tout seuls. Pourquoi pas, mais
à raison de quatre croisières par jour, ça fait quand
même huit fois par jour qu’un crocodile peut manger
à l’œil, je suis pas sûr que ça l’aide à préserver ses instincts naturels.
Enfin bon, on en profite quand même pas mal, on
mitraille de photos, comme tout bon touriste qu’il se
doit. Et il faut dire qu’on est très impressionnés. Les
crocodiles qu’on voit dépassent pour certains les cinq
mètres et une tonne et sautent à plus de deux mètres
au-dessus de l’eau. J’imagine du coup très bien pourquoi il ne faut pas s’approcher à moins de cinq mètres
des berges des rivières dans le Top End…
Mais une heure c’est vite passé et il est déjà temps de
retourner sur la terre ferme, en se disant que ça valait
quand même le coup de venir jusque-là pour voir ça.
On continue la journée après un petit sandwich en se
dirigeant à Fogg Dam, petit parc naturel autour d’une
digue érigée dans les années cinquante pour alimenter
en eau les plantations de riz de la région, qui n’ont au
final jamais existé (ah les grands projets politiques…).
On se promène dans les marécages, c’est pas super intéressant, et on termine en traversant la digue en voiture. Il n’est plus possible de la parcourir à pied à cause
d’un gros crocodile qui rôde dans les parages. C’est pas
très rassurant mais pas très intéressant non plus.
On s’arrête là sur la route pour Kakadu car on a décidé
de ne pas y aller, et on retourne en direction de la
Stuart Highway. On fait un petit détour par Howard
Springs Nature Park en pensant pouvoir s’y baigner,
mais visiblement le bassin de baignade a été transformé en bassin à poissons à cause de la faible qualité
de l’eau. En guise de consolation on peut y admirer
d’énormes Barramundis et plein de tortues, dont les bizarres tortues à long cou.
On remonte un peu la Stuart Highway jusqu’à Coomalie Creek pour camper… au bord d’une rivière. Vraiment on doit les chercher les moustiques, en fait je
crois qu’on aime ça, sinon pourquoi encore une fois
s’en approcher autant ? !
J+200 — Litchfield National Park : vite,
une chute !
Comme on a décidé de faire l’impasse sur Kakadu à
cause de la distance nécessaire pour le détour, du prix,
et du peu d’intérêt apparent à y aller, on compense
un peu en allant à Litchfield National Park. Ce parc
s’étend sur une cinquantaine de kilomètres, soit dix
fois moins que Kakadu, mais offre pas mal de choses
à voir. Par contre, niveau choses à faire, c’est un peu
comme Kakadu : quasiment aucune balade à faire, hormis une randonnée sur plusieurs jours, mais on préfère les randonnées à la journée, dommage.
On a beaucoup entendu parler et lu pas mal de choses
sur Litchfield alors on s’attendait à quelque chose
d’extraordinaire mais en réalité il faut dire que j’ai été
un peu déçu par l’aspect très touristique et peu recherché du parc : beaucoup de chutes d’eau et d’endroits
pour se baigner, mais rien qui ne soit vraiment à couper le souffle non plus. Ceci dit certains endroits sont
très intéressants.
Par exemple en premier sur la route on s’arrête à
Magnetic Termite Mounds, qui permet d’admirer de
grandes termitières en forme de mur. Or celles-ci sont
orientées très précisément dans un sens nord-sud. Ce
sont les termites qui les construisent comme cela afin
de limiter la chaleur à l’intérieur de la termitière. En
effet avec une forme plate orientée nord-sud,
l’exposition au soleil est limitée et la termitière chauffe
moins. Pour construire avec une orientation aussi précise ces termites sont aidées par leur boussole interne
qui réagit au magnétisme de la planète et leur indique
ainsi où sont les pôles. C’est extraordinaire je trouve,
et j’attends avec impatience le moment où on pourra
me greffer cet organe-boussole, m’évitant ainsi de me
perdre à tout bout de champ !
Juste à côté se trouvent des attractions plus célèbres
que ces termites magnétiques : des termitières géantes.
Elles sont construites par les bien-nommées Cathedral
Termites et atteignent plusieurs mètres de haut. Celles
qu’on peut voir ici atteignent cinq mètres et ont plus
de cinquante ans d’âge. Quand on se dit qu’il existe des
milliers (millions ?) de ces termitières, visibles à perte
de vue dans le bush sur tout le top end, on se sent peu
de chose. Enfin surtout quand on n’est pas très grand,
comme Anne…
Plus loin sur la route on descend tranquillement jusqu’à Buley Rockhole, suite de petites piscines naturelles
qui se succèdent de cascade en cascade. On se baigne,
l’eau n’est pas très chaude mais l’air lui est étouffant,
alors ça fait toujours du bien. De nombreuses familles
s’amusent dans les cascades, c’est un peu bondé quand
même, on avance jusqu’au prochain lieu à visiter.
À Florence Falls, un peu plus loin on profite d’une petite balade de moins de deux kilomètres en bord de rivière avant de rejoindre les chutes qui tombent dans
un large bassin où encore une fois des dizaines de personnes nagent. Anne se baigne, mais je crois que j’ai
eu ma dose d’eau pour la journée.
Le temps de manger à Tabletop Swamp où il n’y a
rien à faire à part regarder les marécages, on repart
jusqu’à Tolmer Falls. Une nouvelle petite boucle nous
emmène jusqu’à un point de vue sur les immenses
chutes qui se jettent dans une gorge étroite. Celle-ci
est l’habitat protégé d’une espèce menacée de chauvesouris, il n’est pas possible de descendre s’aventurer
dans la gorge.
Enfin on termine les lieux touristiques par les Wangi
Falls, l’attraction principale du parc. Une double chute
d’eau relativement haute qu’on aperçoit depuis la
route à quelques kilomètres de là. Là encore c’est le
coin pour se baigner, beaucoup de monde en profite
pour nager jusqu’aux chutes et aller se baigner dans
un petit trou d’eau en bas des chutes.
Encore une fois si Anne se baigne, je préfère lire un
peu. On fait une petite boucle de deux kilomètres autour des chutes dans la forêt tropicale où on peut voir
une petite cascade qui apparaît au milieu d’une paroi
rocheuse, très jolie et aussi relativement tiède, sûrement d’avoir traversé la roche chauffée au soleil.
La dernière étape sera aussi le coin le moins touristique que l’on ait visité dans le parc : Greenant Creek.
L’aire de pique-nique qui s’y trouve à l’air à moitié
abandonnée, mais ça ne nous repousse pas pour enta-
mer une petite marche de 3,5 kilomètres aller-retour
jusqu’à un lookout sur les Tjaetaba Falls. Et oui, encore
des chutes d’eau, ce qui semble être le seul intérêt du
parc. Ici pas de baignade possible, ce qui explique peutêtre le dédain touristique pour le lieu.
En tout cas nous on aime bien la balade, qui est relativement sauvage en comparaison avec les autres qui
étaient majoritairement bétonnées. Après un passage
dans la forêt tropicale on grimpe dans des bois plus
aérés et plus secs. Là on admire la flore locale sous
l’éclairage merveilleux du soleil couchant.
Les chutes d’eau en elles-mêmes sont moins impressionnantes que les autres, mais elles ont aussi leur
charme avec les arbres qui poussent au milieu du cours
de l’eau en étendant leurs longues racines.
Et il est finalement temps de repartir alors que la nuit
s’est étendue sur le ciel, en se disant que si Kakadu
était du même acabit, on n’a pas loupé grand-chose
non plus…
J+202 — En route vers l'ouest : Gregory
National Park
Après Litchfield nous repassons à Katherine pour la
troisième et dernière fois, faire une lessive et quelques
courses, sans cette fois en profiter pour se baigner dans
les sources d’eau chaude. Sauf que là au lieu de repartir vers le nord sur la Stuart Highway, nous la quittons pour emprunter la Victoria Highway qui nous
permettra de rejoindre la Great Northern Highway
vers Wyndham, dans plus de 500 kilomètres quand
même. C’est le début de notre grand trajet dans l’ouest
du pays, pour rejoindre le Western Australia, le plus
grand état d’Australie.
Et c’est rien de le dire que le Western Australia est
grand, il est plus grand que l’Europe tout entière, ou
deux fois l’Alaska, pour une population de seulement
deux millions d’habitants, dont les trois quarts sont
concentrés dans la région métropolitaine de Perth, cela
ne laisse que 500.000 habitants sur le reste du territoire. À l’intérieur de l’état, dès qu’on s’éloigne des autoroutes il n’est pas impossible de vite se retrouver le
seul être humain à 100 kilomètres à la ronde. Bref c’est
grand, très grand. Mais avant d’en arriver là, il nous
reste quelques choses à voir dans le Northern Territory.
La première sur la route c’est Gregory National Park,
où des grands plateaux s’étendent magistralement audessus des vallées de la Victoria River, qui a donné son
nom à l’autoroute.
Notre premier arrêt sera à Escarpment Walk, une petite
balade de trois kilomètres aller-retour jusqu’en haut
d’un plateau, au bord d’un… escarpement. Quelle originalité ! À noter qu’ici la fin de la balade est clairement marquée, ce qui nous évitera une fois de plus de
nous perdre après avoir dépassé sans le savoir la fin du
sentier…
Après être redescendus sous la chaleur accablante —
en ne manquant pas d’admirer les arbres qui n’hésitent
pas à envoyer leurs racines puiser de l’eau plusieurs
mètres plus bas le long des parois rocheuses — il est
temps de reprendre la route avec le van dont
l’habitacle ressemble à un sauna après avoir été laissé
une heure en plein soleil.
Un peu plus loin on profite de l’aire de pique-nique
de Joe Creek pour prendre un déjeuner rafraîchissant à
base de sandwich au pain de mie (contrairement à une
croyance répandue, les australiens connaissent bien la
baguette de bon pain du boulanger, mais c’est juste
cinq ou six fois plus cher que du pain de mie) et de
pastèque qu’il faut vite se dépêcher de manger avant
qu’elle ne tourne vu la chaleur. Après ce repas bien
mérité (il faut savoir se congratuler quand on voyage)
on va faire un tour du côté de la balade qui part de la
picnic area : Nawulbinbin Walk. Cette boucle de 1,7 kilomètres emmène faire un tour au pied des falaises des
grands plateaux environnants.
Cette balade est simplement superbe. Après un début à
marcher au milieu des eucalyptus et des spinifex on se
retrouve vite au milieu de palmiers géants qui tentent
de se frayer un chemin jusqu’au soleil en fuyant
l’ombre des falaises.
Enfin c’est le premier endroit où on peut voir des
peintures aborigènes aussi nombreuses et aussi bien
conservées. Il y en a un peu partout en bas des falaises
sur une bonne longueur de la balade.
Le seul défaut à cette rando sera d’être bien trop
courte, c’est frustrant d’en faire si peu quand on voit à
l’horizon des kilomètres et des kilomètres de gorges et
plateaux.
Enfin pour terminer la journée on se rend via une petite dirt road sévèrement cabossée jusqu’à Gregory’s
Tree, un gros baobab qui a été gravé lors de
l’expédition de Gregory, premier colon de la région à
avoir remonté la Victoria River (avec plusieurs bateaux
et des dizaines d’hommes quand même). D’ailleurs des
boabs (nom australien de ces arbres) on en verra des
tas dans les parages et pendant encore quelques centaines de kilomètres : c’est la région qui veut ça.
Leurs fruits, en partie comestibles, ressemblent un peu
à des amandes : sous une coquille veloutée se cache un
fruit blanc et sec.
On restera pour la nuit sur le parking de Gregory’s
Tree, où on mangera une bonne pile de crêpes, sans
oublier de les tartiner de Nutino, le Nutella local (encore meilleur que le vrai Nutella !). Il ne restera plus
qu’à admirer le ciel étoilé avant de se coucher en écoutant les hurlements des dingos au lointain.
J+203 — Keep River, dernière étape du
Northern Territory & Lake Argyle,
première du Western Australia
Si vous voulez mon avis : méfiez-vous des crêpes. En
effet après une journée à Gregory National Park sur
la Victoria Hwy et une bonne pile de crêpes avalée, le
réveil fut difficile : mal de tête, mal au ventre, fièvre…
C’est officiel : je suis malade. Une bonne gastro, à trois
cent bornes de la première ville, et forcément en regardant dans la trousse à pharmacie tous les médicaments
venaient juste d’expirer et étaient donc bons à jeter. En
plus déjà qu’avec la chaleur il faut boire plusieurs litres
d’eau par jour, en étant malade comme ça, c’est encore
pire, et nos réserves d’eau ne sont pas non plus infinies.
Mais ça peut aller, sauf quand on sait que dès que
l’envie nous prendra il va falloir marcher une centaine
de mètres au milieu du bush et sortir sa pelle pour
creuser son trou avant de pouvoir se soulager. Déjà
que j’avais du mal à tenir debout, il me semblait d’un
coup impossible d’accomplir cette tâche aussi simple
sans terminer à l’hôpital. Bref j’étais au bord de
l’agonie, prêt à appeler les Royal Flying Doctors pour
qu’ils viennent poser leur avion sur l’autoroute (qui
sert de piste d’atterrissage d’urgence).
Bon peut-être pas non plus. Il faut savoir se ressaisir.
Se dire que dans deux ou trois jours on sera dans une
ville, et qu’en attendant il suffit de rester allongé, de
boire beaucoup et ne manger que du riz. Pas le plus
passionnant des programmes mais il faut savoir faire
contre mauvaise santé bonne fortune, ou une expression similaire.
Le programme de ce mardi 28 mai est de se rendre à
Keep River National Park, dont l’entrée se situe à deux
kilomètres seulement de la frontière avec le Western
Australia. De là il faudra emprunter des dirt roads à
la qualité variable mais majoritairement bonnes. D’un
autre côté il vaut mieux, il y a quand même plus de
cinquante kilomètres à faire dessus.
Après un arrêt au robinet d’eau potable situé sur la
route, on éclabousse le van dans un petit passage à gué
dans une rivière (profondeur estimée après être descendus et avoir mis les pieds dedans : 2 centimètres.
OK je pense que là on peut passer !) et on se gare
à Gurrandalng campground. Pendant que je pars roupiller m’évanouir à l’ombre de rochers mon infirmière
personnelle (hey c’est ça d’être riche !) m’apporte un
grand plat de riz. Berk ! Mais bon puisqu’il le faut…
Après un peu de repos je me sens un peu mieux, mais
il me sera quand même extrêmement difficile et laborieux de parcourir la petite boucle de deux kilomètres
que constitue Gurrandalng Walk. Mais heureusement
il y a le paysage sublime pour compenser.
On se déplace d’une quinzaine de kilomètres pour atteindre notre camping pour la nuit, Jarnem Campground, qui pour la modique somme de 5$ par personne nous permettra de profiter de l’eau pour se laver
à la bassine (mais si vous savez, comme nos grands parents quand il n’y avait pas encore de douche ou de
baignoire dans toutes les maisons) et faire un feu de
camp. Feu qui nous permettra de faire cuire nos patates douces en papillotes, un vrai délice. Dommage
que je n’apprécie pas vraiment la nourriture, quelle
qu’elle soit, en ce moment…
Le lendemain je vais mieux quand même, je ne vais
peut-être pas mourir finalement ? Heureusement car
ça m’aurait fait mal de louper la boucle de sept kilomètres qui part du camping. D’abord on progresse jus-
qu’à un lookout sublime sur les montagnes alentour,
qu’il est hélas bien difficile de retranscrire en photo.
Le reste de la boucle s’aventure à l’ombre des palmiers
et des eucalyptus, tantôt dans les plaines, tantôt au
pied des falaises. Il y a ici aussi quelques peintures aborigènes, mais elles sont sacrément abîmées, et il n’y a
rien d’aussi sympa qu’à Gregory National Park. Le seul
bémol de cette balade sera quand même les trois kilomètres à faire au milieu de la brousse, sans ombre,
en plein soleil. Trois kilomètres qui semblent du coup
bien longs. Heureusement on peut avoir l’occasion d’y
croiser quelques papillons des plus jolis.
Hélas le parc n’offre pas beaucoup d’autres randos et
points d’intérêt, à moins de s’aventurer en 4x4 vers le
sud, ce qu’on ne fera pas, n’ayant pas de 4x4. Il ne nous
restera donc plus qu’à faire les vingt-cinq kilomètres
de dirt road pour rejoindre l’autoroute. Une bonne occasion de mesurer la couche de poussière rouge qui
se dépose à l’intérieur du van quand on roule : suffisante pour faire ressembler notre espace cuisine dans
le coffre à un vieux musée recouvert d’une bonne
épaisseur de poussière.
Après avoir passé la frontière avec le Western Australia et s’être vus confisqués un pot de miel (interdit
sans autorisation) au poste de contrôle de la quarantaine, on se rend à Lake Argyle. C’est le plus grand
lac artificiel d’Australie, avec une surface de plus de
1000 km². Créé dans les années soixante-dix pour irriguer de futures rizières géantes et autres surfaces agricoles destinées à concurrencer l’Asie, il s’avéra après
construction que l’eau contenait trop de bactéries pour
servir à la culture du riz. Les rizières ne virent jamais le
jour, et le lac ne sert plus qu’à l’irrigation de quelques
rares surfaces agricoles, et évidemment pour le tourisme : pêche, nautisme, etc.. Mais pas question de s’y
baigner : il est infesté de crocodiles. Dommage !
Il n’empêche que le lac, malgré le fait que ce soit
une catastrophe écologique (noyer des kilomètres de
vallées ne se fait pas sans conséquence) est très joli,
notamment du fait des collines qui l’entourent. À
l’horizon on peut voir qu’il serpente au loin dans
d’innombrables vallées, mais il n’est pas possible
d’explorer en voiture au-delà du barrage, dommage.
On terminera la journée par un passage à Kununurra,
première ville du Western Australia, pour faire
quelques courses avant d’aller dormir un peu plus loin
à l’intersection de la Victoria Highway et de la Great
Northern Highway, au son des road trains passant tout
au long de la nuit.
Western Australia
J+205 — Wyndham, l'estuaire géant du
nord du Kimberley
Le décalage horaire est difficile à vivre pour nous, en
effet depuis notre entrée dans le Western Australia
nous avons dû reculer les horloges d’une heure et demie. Du coup on est un peu perdus et décalés et au
lieu de se réveiller confortablement vers 9h on se réveille un peu trop tôt à notre goût, vers 7h. Mais c’est
peut-être une bonne chose étant donner que le soleil
se couche maintenant vers 17h…
Depuis l’intersection de la Victoria Hwy et de la Great
Northern Hwy, on prend vers le nord pour atteindre
Wyndham, petite ville qui semble en cours d’abandon,
à moitié désertée, probablement à cause de la fermeture progressive des industries locales qui avaient été
implantées là par le gouvernement pour dynamiser
l’emploi local. Wyndham reste un terminal maritime
utilisé pour l’export des minerais mais relativement
mineur comparé à d’autres ports régionaux.
Reste que son positionnement est intéressant. Située
dans un estuaire géant où se rejoignent cinq grandes
rivières, la ville est entourée par l’eau de tous les côtés,
que ça soit par les rivières ou les marais salants. Pour
admirer cela il faut se rendre à Five Rivers Lookout
situé au sommet d’une colline surplombant l’estuaire.
L’accès est possible en voiture ou à pied, via un sentier
qui grimpe autour de la colline. Mais ce jour-là on préférera monter en voiture. Au sommet la vue est simplement sublime : l’estuaire est immense et bordé de marécages inondés. Au centre des cargos géants viennent
prendre livraison des minerais extraits au cœur du
Kimberley.
En repartant de Wyndham on aura l’occasion de croiser une nouvelle fois un feu de forêt « contrôlé » (allumé par les pompiers pour brûler la végétation à un
moment peu risqué, pour éviter les grands incendies
en période de sécheresse), je veux en prendre une photo mais il faudra se contenter de ralentir un peu en voiture, car la chaleur est insupportable.
Plus loin sur la route on verra un immense goanna de
plus d’un mètre se faire dorer au soleil… en plein milieu de la route. Hélas il s’enfuira avant qu’on ait eu
l’occasion de prendre une photo. On s’arrête quelques
kilomètres plus tard pour aller à The Grotto, petit coin
de baignade paradisiaque au bas de falaises qu’il faut
descendre. Sur un flanc d’immenses racines d’arbres
puisent de l’eau à des dizaines de mètres en contrebas.
Les racines sont recouvertes d’une mousse verte abondante sur laquelle ruisselle lentement de l’eau.
Une fois remontés de là, on reprend la route jusqu’à
une aire de repos sur la Great Northern Hwy, en direction de Broome, dans « seulement » 1.000 kilomètres.
C’est là que deux allemands nous proposent de nous
emmener avec leur 4x4 à Purnululu pour deux jours.
Mais ceci est une autre histoire…
J+206 — La non-aventure Purnululu
(Par Anne)
On a tous en tête l’image de l’Australie, territoire immense et régions entières parfaitement sauvages, à
l’écart de toute civilisation. On voit défiler des images
de 4x4 traversant le désert, réserves d’essence et d’eau
potable sur le toit. On passe à côté de la Gibb River
Road, au nord du Western Australia, piste réputée pour
sa difficulté (même si certains nous ont affirmé que
c’était un peu exagéré). On a croisé plusieurs de ces
pistes, en particulier dans le nord du pays et on se dit
à chaque fois que ça nous aurait bien tenté de faire un
peu de « off road ». On n’est pas fan de grandes villes,
on préfère plutôt les grands espaces et l’Australie en
a plus d’un en réserve, tous étant tout à fait indiqués
pour les personnes en quête de solitude et de paysages
de carte postale. Mais se lancer sur des pistes 4x4 nécessite des connaissances sur cette conduite particulière et surtout un véhicule un peu plus adapté et solide que le nôtre. Dommage, on s’imaginait bien en baroudeurs du désert, gravissant et dévalant les dunes, à
l’image des pilotes du Paris-Dakar !
On avait repéré plusieurs coins sympas dans le nord
du Western Australia dont Purnululu National Park.
C’est le royaume des Bungle Bungle, dont les dômes
sont de véritables mastodontes. Il y a également de
nombreuses gorges aux falaises aux à-pic vertigineux.
Le hic, c’est qu’il n’est accessible qu’en 4x4. On l’avait
donc rayé de notre liste à contrecœur. Cependant, au
détour d’une rest area vers Kununurra, deux Allemands qui ont décidé de tenter l’aventure en 4x4, Ben
et Gordon nous proposent de partager leur véhicule
pour leur voyage de deux jours à Purnululu. Nous acceptons avec enthousiasme, on va enfin pouvoir traverser des rivières en crue, enchaîner les bosses et les
trous béants de la route et rouler sur les plages sans
avoir peur d’y rester englués ! On s’endort en imaginant être sur un campement du Paris Dakar (oui, on
est en Australie, on n’est pas vraiment sur le chemin,
mais la dernière fois que je suis tombée dessus à la télé,
ils saccageaient les paysages de l’Argentine, je ne suis
pas la seule à ne pas savoir lire une carte !).
Nos rêveries sont interrompues abruptement par le réveil matinal (5h45 !) car le début de notre aventure se
situe encore à 200 kilomètres et il nous reste encore
pas mal de route ! On doit déjà se rendre à
l’intersection avec l’autoroute, et il faudra encore 53
kilomètres pour arriver à l’entrée du parc national et
quelques dizaines d’autres pour arriver au camping et
chemins de balade.
On dépose notre van dans le caravan park situé à
l’intersection, il y a bien une aire de repos pas très
loin mais on n’a pas très envie de le laisser sans surveillance pendant deux jours. Ce n’est pas qu’on y soit
très attaché, le voir disparaître ne me dérangerait pas
tant que ça mais s’il pouvait nous rapporter quelques
sous et nous rendre nos affaires avant, ça
m’arrangerait ! Le caravan park nous demande 20 dol-
lars la journée, c’est encore pire que le tarif pour se
garer à côté du Louvres pour la journée ! À ce prix-là,
j’espère que le passage au karcher et le chromage de
jantes est compris ! Cependant, vu l’amabilité du bouledogue qui encaisse notre argent, j’ai bien peur qu’on
doive se contenter de la place de parking (en cherchant bien, on a quand même eu droit à l’option « à
l’ombre » !).
Après avoir vérifié quatre fois que toutes les portes
étaient bien verrouillées, notre périple dans la nature
hostile et inexplorée pouvait donc commencer ! On
prend place à l’arrière (ça fait bizarre d’être assis aussi
bas, on a l’impression d’avoir les fesses qui vont râper
le sol !) et on regarde défiler le paysage. Les premiers
kilomètres ne nous semblent pas très « rough » comme
ils disent ici (comprendre : difficiles, raides, compliqués à négocier) et à part quelques passages dans le
sable, on se dit qu’on a déjà fait pire avec notre van.
Et niveau épopée sauvage et solitaire, la dizaine de
voitures qu’on a croisé ne nous mettent pas dans
l’ambiance. Ceci dit, les rebonds, secousses, virages
serrés et passages sur les cailloux satisfont mes attentes (surtout quand je me dis que ce n’est pas ma
voiture qui les subit) !
Ben et Gordon nous informent que ce sont les derniers
kilomètres qui sont les plus difficiles à aborder. On patiente donc avant de sortir les casques, les harnais de
sécurité et les filets de protection. Malheureusement,
nous n’aurons pas le plaisir d’étrenner notre panoplie de super pilotes-aventuriers-explorateurs (qu’on
n’a pas eu le temps d’acheter, mais on avait les lunettes
de soleil, c’est un bon début, non ?) car, comme Daniel
Balavoine, nous n’atteindrons jamais la ligne d’arrivée.
Je vous entends d’ici pousser des cris d’effroi et vous
poser des interrogations sur notre sort mais sachez que
si c’est le cas, vous n’avez vraiment pas bien lu le début de cet article car premièrement, on n’était pas dans
un hélicoptère comme le chanteur à la voix d’eunuque
mais dans une voiture et deuxièmement, si j’écris cet
article c’est que mon cerveau est encore oxygéné.
Non, on a dû déclarer forfait pour une raison beaucoup
plus classique et bien moins mélodramatique :
l’incident mécanique. Dix-sept kilomètres exactement
après notre départ, le Nissan Pajero ne souhaite plus
avancer. L’embrayage ou la boîte de vitesses semble
être à l’origine de notre arrêt imprévu. En effet, le
moteur tourne bien mais il n’y a aucune puissance
quand on passe une vitesse et que l’on accélère (ceci
dit, vu mes connaissances en mécanique, on pourrait
tout aussi bien me dire que ça provient de l’autoradio
ou des essuie-glaces, ça ne m’étonnerait pas !).
On gare donc la voiture sur le bas-côté et on attend
qu’une voiture passe dans l’autre sens pour aller au caravan park téléphoner à un dépanneur. Contrairement
au Paris-Dakar, les autres pilotes s’arrêtent tous pour
nous demander quel est notre problème. Un couple de
Suédois ramène Sylvain et Ben au caravan park pendant que Gordon et moi tenons compagnie au 4x4. On
en profite pour discuter un peu, les deux compères
mettant plus de deux heures à revenir. Gordon m’a appris hier qu’il vient de Potsdam, en Allemagne, que
je connais sûrement grâce à mes cours d’histoire.
N’ayant pas voulu paraître plus bête que je ne suis, je
me suis contentée de sourire et d’acquiescer. Maintenant qu’on se connaît mieux, j’ose lui avouer mes lacunes en histoire et lui demander quel rôle a joué Potsdam dans la seconde guerre mondiale (je sais qu’il y
a un rapport quelconque avec la boucherie nazie, c’est
déjà ça). Sa réponse me rassure, il n’en a aucune idée
non plus !
Sylvain et Ben reviennent donc avec Matt, Becka et
leurs deux enfants qui ont accepté de les ramener jusqu’à la voiture, le temps qu’on trouve quelqu’un pour
remorquer le Nissan au moins jusqu’à l’autoroute. En
effet, le dépanneur qu’ils ont trouvé demande 1.200
dollars pour les ramener à jusqu’à son garage, à une
centaine de kilomètres de là, outch ! Matt et Becka sont
du Victoria et passent leurs trois semaines de vacances
à arpenter la côte ouest en 4x4 avec une petite remorque qui n’a pas l’air mais qui devient un véritable
petit manoir quand on la déplie. Comme ils ont crevé
un pneu de leur remorque sur les 17 km, que Ben les a
aidés à le changer et surtout comme ils sont très gentils, ils acceptent de nous tracter jusqu’à l’autoroute.
Une fois à l’intersection, Ben et Gordon espèrent trouver quelqu’un qui accepte de les remorquer jusqu’au
garage le plus proche. Ils nous ont demandé mais vu
que notre van a déjà du mal à se tirer lui-même, on ne
souhaite pas tenter le diable.
On se dit avec Sylvain qu’on doit quand même un peu
porter la poisse niveau voiture, mais on arrive également à la même conclusion, comme les égoïstes que
nous sommes : on est bien content que la malchance
ne se porte pas sur notre véhicule, pour une fois !
Bref, Sylvain et moi nous installons dans le 4x4 de Matt
et Becka et Ben et Gordon dans leur Nissan Pajero.
On met plus d’une heure et demie à faire les 17 km
qui nous séparent du caravan park, il ne faut pas rouler vite, on s’arrête pour retendre la corde et ne pas
trop abîmer les véhicules et pis bon, on est sur une
piste avec du sable et des cailloux, pas facile de tracter
là-dessus. Je louche sur le DVD des enfants, Wreck It
Ralph, je leur aurais bien piqué mais on n’a pas de lecteur DVD…
Matt et Becka déposent le 4x4 de Ben et Gordon sur
une aire de repos à deux kilomètres du caravan park et
repartent dans l’autre sens, profiter de leurs vacances
avec un peu de retard. On les regarde partir en se
disant que décidément, les Australiens sont vraiment
sympas. Et pour confirmer cet état de fait, des Australiens, garés là pour la nuit, proposent d’inspecter le
4x4 pour voir s’ils ne peuvent pas aider. Ils trouvent
que le réservoir de liquide d’embrayage est vide, ils
le remplissent à nouveau et miracle, le véhicule roule
comme au premier jour (ou presque).
Ben et Gordon sont aux anges et on se dit que si on n’a
pas de chance avec les voitures, que ce soit les nôtres
ou celles des autres, on a toujours de la chance pour les
réparations. À moins que ce ne soit la gentillesse extraordinaire des Australiens qui nous porte bonheur ! Car
si nos espoirs d’équipée aventureuse en 4x4 tombent
à l’eau, notre van de pacotille nous aura fait connaître
de bien belles personnes.
Ils nous proposent de retenter l’aventure le lendemain,
mais on se dit que ça nous suffit comme aventure et
qu’on va avancer sur la route, tant pis pour Purnululu,
on ira une autre fois, peut-être en vélo ?
J+209 — Tunnel Creek & Windjana Gorge
Après notre non-escapade à Purnululu, les possibilités
de se dégourdir les jambes sont limitées. En effet le
Kimberley, région du nord du Western Australia
grande comme le Royaume-Uni, ne propose pas grandchose si vous n’êtes pas équipé d’un 4x4. Si vous avez
une telle motorisation vous aurez l’occasion de parcourir la Gibb River Road, qui de Derby à Kununurra
vous permettra de découvrir les King Leopold Ranges
et de nombreuses gorges. Il faut juste être près à se taper plus de 1.000 kilomètres de dirt road et traverser
quelques rivières à gué. Malgré tout ce qu’on peut lire
sur cette route, elle est loin d’être une route d’aventure
aussi isolée qu’on pourrait le penser. Non seulement
en cette saison des milliers de touristes la parcourent
chaque jour, mais en plus il n’est pas rare d’y croiser
quelques allumés en deux roues motrices, montrant
que la route est relativement praticable. Je ne vous le
recommanderais évidemment pas, mais ça relativise
quand même l’image « aventure » de cette route.
À défaut de prendre la Gibb River Road il faut se
contenter de l’autoroute. La Great Northern Highway
fait un bon détour par le sud avant de rejoindre Derby.
On pourrait se dire que ces 800 kilomètres offriraient
quelques attractions mais non. Pourtant on traverse
un paysage sublime, des chaînes de montagnes qui
s’étendent à perte de vue : Carr Boyd Ranges,
O’Donnell Range, Mueller Ranges, etc. Mais il n’existe
aucun accès à ces merveilles, et aucun sentier de randonnée évidemment. Il faudra se contenter de les admirer depuis la route, frustrant. Les seules attractions
accessibles sont Purnulu, Geikie Gorge, et via un détour Windjana Gorge et Tunnel Creek. De toutes
celles-ci, Geikie Gorge est la seule qui soit accessible
sans 4x4.
C’est donc après un passage à Halls Creek où l’IGA local a essayé de nous vendre du pain de mie décongelé
et périmé de plusieurs mois pour la modique somme
de 4$ (vive le foutage de gueule), on trace jusqu’à Fitzroy Crossing où la station service offre du pain frais
pour seulement 2,30$, ouf. C’est à cet endroit qu’il faut
changer de direction pour aller jusqu’à Geikie Gorge.
Le coin est sympathique, mais on est pas convaincus
du tout de la beauté de la gorge, et pour tout dire on
s’emmerde pas mal à marcher dans le sable pendant
une heure en fond de gorge. Autant de kilomètres pour
ça, la déception nous inonde.
Heureusement, on avait décidé de faire le détour pour
aller voir Windjana Gorge et Tunnel Creek. Ce qui
impliquait de faire 170 kilomètres de dirt road qui
n’est normalement accessible qu’en 4x4, et un morceau
de la Gibb River Road, heureusement indiquée comme
sealed (bitumé) sur la carte. Mais comme je le disais
plus haut, toute route 4x4 est accessible en deux roues
motrices si vous êtes suffisamment illuminé (comme
nous) et surtout que vous la prenez au bon moment.
Le bon moment ça veut dire quand il fait suffisamment
sec, surtout ici en région tropicale, pour que les passages à gué soient possibles. En effet si en 4x4 il est
possible de traverser des gués jusqu’à 50 centimètres
de profondeur, en deux roues motrices il ne vaut mieux
pas dépasser la moitié du diamètre des roues, soit environ 20 centimètres.
Évidemment il faut aussi se renseigner sur la praticabilité de la route. Si la route est dans un état catastrophique, où qu’il y a des passages dans le sable,
sans 4x4 ça risque de se transformer en grosse galère.
Comme l’office de tourisme de Fitzroy Crossing était
fermé (jour férié) on est allés demander aux gens du
coin à droite à gauche, et tout le monde nous a dit que
ça devrait aller, du coup plus rien ne nous aurait empêché d’y aller maintenant !
Notre dirt road, « Leopold Downs Rd », commence à
43 kilomètres de Fitzroy Crossing. Là un panneau vous
accueille : la route est ouverte mais un 4x4 suffisamment haut est recommandé. OK. On n’a pas ça, mais
c’est pas grave ! On fait quelques kilomètres de route
en relativement bon état avant de rejoindre notre camping pour la nuit : RAAF Boab Quarry36. C’est une
ancienne carrière utilisée par la Royal Australian Air
Force (RAAF) pendant la seconde guerre mondiale,
probablement pour construire des pistes d’atterrissage
dans le coin. Le lieu est superbe, probablement l’un
des plus beaux endroits pour camper en Australie. La
carrière a laissé un grand creux au milieu des rochers
pour faire une sorte de gorge désormais remplie d’eau
où l’on peut se baigner. Il y a aussi des collines de rochers à explorer, on peut y monter et se balader là pendant un bon bout de temps. Et c’est sans parler des
centaines de baobabs qui poussent sur place. Comme
d’habitude, les coins de camping gratuit sont parmi
les plus chouettes et sauvages d’Australie, on ne com36. http://ausroadtrip2011.blogspot.fr/2011/07/day-111-fitzroy-crossingraaf-boab.html
prend vraiment pas ceux qui préfèrent aller s’entasser
dans des caravan parks à 30 ou 40 dollars la nuit.
Le lendemain nous sommes réveillés à 5h45, et le soleil
commence déjà à pointer ses rayons. Il est temps
d’entamer la centaine de kilomètres qu nous reste à
parcourir avant d’arriver à Tunnel Creek. Pour cela
il va falloir rouler sur la corrugation, qui est franchement peu présente jusque-là, et surtout traverser des
« creek ». C’est un mot difficile à traduire en français,
ce n’est pas un ruisseau (qui se traduit par brook), ni
une rivière, ni même un torrent. C’est un petit cours
d’eau. C’est plus gros qu’un ruisseau, mais plus petit
qu’un torrent. Pour simplifier on peut dire que pour
traverser, on peut enjamber un ruisseau, mais pour
une creek il vous faudra sauter, pour un torrent il vous
faudra marcher dedans et pour une rivière il vous faudra nager37.
Sur la route, croiser une creek peut amener à plusieurs
résultats. Évidemment il n’y a pas de pont, pas de
tuyau pour faire passer le cours d’eau sous la route,
c’est la route qui passe dans le cours d’eau, d’où le nom
37. http://english.stackexchange.com/questions/31471/whats-thedifference-between-these-names-of-moving-water
de « creek crossing ». Dans le meilleur des cas le ruisseau est petit et ne fait que passer sur la route. L’eau
est donc peu profonde, une poignée de centimètres,
et comme la route ne forme pas une cuvette boueuse
vous ne risquez pas trop de vous enfoncer.
C’est le meilleur cas possible, et c’est le cas des deux
dernières creek que nous avons dû traverser. Pas de
problème quoi. Dans le cas intermédiaire, qui est aussi
notre première traversée, le passage des véhicules et
l’eau ont formé une cuvette. La route devient donc
pendant plusieurs mètres une énorme flaque d’eau,
profonde d’une vingtaine de centimètres. Il faut donc
descendre de la voiture et marcher dans l’eau pour repérer le coin le moins profond et le moins boueux pour
passer. Il faut faire attention au passage des autres voitures aussi. En effet là où il y a le plus de passage
l’eau est souvent la plus profonde mais aussi souvent
le fond est le plus tassé et le moins boueux. Bref il
faut faire un choix. Pour cette première traversée et
après notre expérience cuisante de Serpentine Gorge
où nous étions restés coincés au milieu d’une grosse
flaque, on a préféré sonder l’eau précisément. On a
aussi attendu qu’un 4x4 passe par là pour demander au
conducteur qu’il attende qu’on passe et qu’il nous dé-
panne si on restait coincés. Il ne reste plus qu’à re-démarrer, passer la seconde (toujours pour traverser les
rivières), et passer. Et ça passe !
Enfin le pire cas possible (enfin sauf celui où la rivière
fait deux mètres de profondeur avec un très fort courant, auquel cas votre voiture ne passera pas si vous
n’êtes pas James Bond), c’est que la creek passe dans
un creux de la route, et forme ainsi une cuvette profonde et boueuse, suivie d’une montée un peu raide.
C’est le cas de notre deuxième traversée. On descend
du van, on marche dans la boue, on constate que là où
passent la plupart des voitures c’est quand même bien
profond de 30 à 40 centimètres soit plus que ce qu’on
doit pouvoir passer sans problème. Et que c’est aussi
assez boueux, ce qui signifie la possibilité que les roues
glissent et s’enlisent. Pas cool. Finalement après avoir
sondé le fond de l’eau, on décide de passer sur le côté droit où c’est un peu moins profond et où il y a de
grandes pierres plates dans la boue. Je re-démarre, je
passe la seconde, je traverse, le van penche très fortement sur la gauche mais ça passe sans encombre. Anne
a juste eu peur que le van se renverse sur le côté, mais
bon c’est passé !
Il ne nous restera ainsi plus qu’à terminer la dirt road
jusqu’à Tunnel Creek. Il y aura d’autres creek crossings
mais ceux-ci seront à sec, la seule difficulté consistera
donc à contourner les traces de pneu un peu trop
profondes laissées dans la boue séchée. Comme quoi
même sans 4x4 on peut passer, faut juste ne pas avoir
peur de rester bloqué dans une rivière pendant plusieurs heures !
Mais il faut dire que toutes ces péripéties valaient les
efforts entrepris… car Tunnel Creek est un lieu extraordinaire. Il s’agit d’une rivière qui passe sous une
crête rocheuse. Ainsi il va falloir prendre sa lampe de
poche, enfiler son short et ses tongues pour traverser
les 750 mètres de grotte où passe la rivière car il va
s’agir de marcher les pieds dans l’eau pour atteindre
l’autre bout.
L’entrée de la grotte est sublime avec l’éclairage du
soleil qui traverse, et dès les premiers mètres il faut
mettre les pieds dans l’eau pour progresser. Plus loin
l’obscurité commence à se faire mais il est encore possible d’admirer la hauteur sous plafond, digne des plus
grands appartements parisiens, mais en plus joli !
À l’intérieur il faut allumer les torches et traverser la
rivière à plusieurs reprises. Un panneau à l’entrée prévient que l’endroit peut être habité de freshwater crocodiles mais nous n’en verrons heureusement aucun, le
bruit des visiteurs de la grotte doit les effrayer. Heureusement, car même s’ils n’attaquent pas les humains,
si vous marchez sur leur queue par mégarde vous allez
vous retrouver avec une très vilaine morsure. Ainsi on
peut traverser la rivière sans avoir trop peur, même si
on a quand même un peu d’appréhension. De toute façon l’eau n’est jamais plus profonde que mi-cuisse.
À mi-chemin la lumière du jour apparaît à nouveau : à
cet endroit le plafond de la grotte s’est effondré.
C’est grâce à la lumière des lampes que l’on peut ensuite admirer les stalactites et les chauve-souris qui résident là.
Enfin vous arrivez de l’autre côté devant un petit bassin ensoleillé, entouré d’arbre, retour à la réalité temporaire car il faut repartir dans l’autre sens.
Alors oui ce n’est pas vraiment une grosse balade, 750
mètres c’est petit, mais c’est tellement génial de pou-
voir se balader à cet endroit (et encore plus sans matériel de spéléo), on est conquis !
Après avoir fait le plein de photos il nous faut reprendre la route pour atteindre Windjana Gorge National Park. La route est sur cette section bien plus
tape-cul, avec beaucoup de corrugation, sûrement due
au nombre plus important de 4x4 qui l’empruntent (et
qui n’hésitent pas à rouler à 80-100 km/h), car nous ne
sommes qu’à une trentaine de kilomètres de la Gibb
River Road, et la plupart des touristes qui l’empruntent
font probablement un détour par là. On avance donc
en alternant la vitesse de croisière de 60 km/h qui permet de ne pas trop ressentir les vibrations, et quand la
route est vraiment trop pourrie on ralentit à 20 km/h
ou même moins. Après tout on n’est pas pressés !
Windjana Gorge est un autre petit parc national, mais
un peu plus grand que Tunnel Creek. Par contre ici
l’accès est payant si vous n’avez pas de passe des parcs
nationaux du WA, 11$ par voiture et par jour. Mais
il est possible de payer l’accès à la journée et de se
rendre plus tard dans un bureau du DEC qui gère les
parcs nationaux du Western Australia et de déduire les
11$ du prix d’un passe. C’est ce qu’on fera plus tard à
Broome, pratique comme idée.
À l’arrivée à Windjana Gorge nous sommes encore
une fois le seul véhicule « conventionnel » garé là, entouré d’énormes 4x4, bus et camions conçus pour traverser la savane à grande vitesse. On se sent un peu
étrangers face à tous ces monstres de la route. On fait
une pause déjeuner et on part se promener dans Windjana Gorge.
La gorge en elle-même est très jolie, même si la balade
n’est pas des plus passionnantes, avec beaucoup de
marche dans le sable. Mais l’attrait du coin est tout
autre. C’est en effet un des rares endroits où l’on peut
voir des freshwater crocodiles de près (enfin pas trop
non plus hein) et dans leur environnement naturel.
Et pas un crocodile, pas deux crocodiles, non, des tas,
plein, partout dans l’eau et au bord de la rivière.
C’est l’occasion de faire des tas de photos ! Bon on
reste à distance, il est recommandé de ne pas
s’approcher à moins de cinq mètres des crocodiles et
je pense qu’on n’ira pas plus près que 10 mètres quand
même. Parce qu’ils n’ont quand même pas l’air commode !
C’est après ces deux expériences géniales que nous
terminons notre journée avec 22 kilomètres de route
cabossée qui nous secoue dans tous les sens avant
d’arriver à un camp spot pour la nuit à l’intersection de
la Gibb River Road et de Leopold Downs Road.
J+210 à J+216 — Sur la route de Karijini :
Derby, Broome, Port Hedland
Après Tunnel Creek et Windjana Gorge nous passons
par Derby après un paquet de kilomètres bien cabossés
sur la Gibb River Road. Bien que la carte indiquait
que la route était bitumée sur cette partie, en réalité
le bitume faudra l’imaginer entre deux bosses. Derby
ne nous retiendra pas bien longtemps, vu le peu
d’attractions locales, hormis un baobab creux qui selon
la légende (démentie depuis) aurait servi de prison
pour une nuit. Il y avait un baobab semblable à Wyndham (et ayant réellement servi de prison) mais moins
accessible, car après 30 kilomètres de dirt road plutôt
4x4. On s’arrête un peu plus loin sur la route sur une
Rest Area où les toilettes sont envahies de cafards et de
mille-pattes gros comme des saucisses. Charmant.
Le lendemain c’est un énorme zébu qui viendra se balader au milieu des caravanes et des tentes de l’aire de
repos (c’est le moment où je serais pas rassuré de dormir en tente) pour boire dans les flaques d’eau.
On passe ensuite deux jours à Broome sous des pluies
torrentielles, le temps de faire un entretien du van
(déjà presque 8.000 kilomètres parcourus depuis Adelaide !), acheter notre passe des parcs nationaux et récupérer un colis envoyé de France avec une nouvelle
paire de chaussures pour moi (les miennes étant usées
jusqu’à la moelle, et les chaussures de marche sont
bien chères ici). Le second jour, après un petit déjeuner
sous le parking couvert du supermarché local pour
échapper à la pluie on fera un bref passage entre deux
orages à Cable Beach, jolie plage touristique sans
grand intérêt, et Point Gantheaume, où de belles falaises s’abîment dans la mer. Il est dit qu’on peut voir
ici à marée basse des empreintes de dinosaure, mais on
n’aura pas l’occasion de les voir.
De Broome à Karijini National Park, notre prochaine
étape, on ne verra pas grand-chose d’intéressant. Sur
les 800 kilomètres parcourus on retiendra surtout
qu’entre Broome et Port Hedland il n’y a rien, absolu-
ment rien, pendant 500 kilomètres. Heureusement les
aires de repos sont plutôt chouettes et grandes, on y
voit des caravanes installées là pour des semaines visiblement. Port Hedland est une ville industrielle sans
âme. Aux terminaux ferroviaires où circulent des
trains de minerais de fer long de plusieurs kilomètres
se succèdent les usines et le terminal maritime où
s’enchaînent sans cesse les allées-venues d’immenses
cargos asiatiques venant prendre cargaison dudit minerai.
Bref c’est pas très chouette, même si la ville elle-même
possède quelques parcs en bord de mer assez
agréables. On sera surtout impressionnés, en repartant
de nuit, de croiser des camions qui prenaient toute la
largeur de l’autoroute, bloquant ainsi toute circulation
sur des kilomètres. Tout ça pour transporter carrément
des morceaux géants d’usine, hauts de près de quinze
mètres et prêts à être assemblés.
C’est après une courte nuit au bord de l’autoroute
au son de la fanfare incessante des road trains que
nous rejoignons 300 kilomètres plus loin notre dernière étape avant Karijini, une étape non-prévue mais
bienvenue : Albert Tognolini Rest Area. Dédiée à un
ingénieur ayant travaillé sur l’autoroute qui passe là,
elle a surtout comme intérêt de permettre le camping
sur une grande surface le long d’un chemin de terre
qui monte et descend sur une crête. Chacun des emplacements pour camper offre donc de superbes vues
sur la vallée.
C’est encore un de ces coins où on se dit que vraiment
le free camping en Australie c’est plus que commode :
c’est super chouette. Aucun caravan park ou camping
de parc national n’a jusque-là offert un si beau paysage
pour s’endormir et se réveiller.
C’est un hôtel sans étoile sur son enseigne, mais qui en
fait apparaître dans les yeux, sans compter les millions
qui apparaissent au-dessus de nos têtes à la nuit tombée.
J+217 à J+220 — Dans les gorges de
Karijini
Karijini est l’un des parcs les plus célèbres d’Australie.
Mais ici dans le centre-nord du Western Australia, dénommé le Pilbara, il n’y a pas beaucoup d’attractions,
donc nous n’avons même pas pris la peine à l’avance
de se renseigner sur pourquoi telle attraction est célèbre, on y va juste et on verra bien ce que c’est. Parfois
c’est un peu décevant, mais parfois c’est aussi extraordinaire, et on ne veut plus repartir…
On ne savait donc pas grand-chose de Karijini avant de
venir, à part que c’était un parc national, qu’on nous
avait dit d’y aller et que notre livre décrivant quarante
randonnées en Australie y indiquait une balade sur Mt
Bruce. Du coup on se disait chic un sommet à monter,
ça faisait longtemps, surtout que le Top End ne nous a
offert que peu d’occasions de grimper en haletant.
Mais je ne m’attendais pas en tout cas à découvrir ça.
Ça, ce sont des gorges pourpres et immenses qui déchirent la plaine sur des centaines de mètres de profondeur. Là où à perte de vue il n’y a que des plaines
et de petites collines, se cachent ces grandes gorges
qui découpent la roche par de hautes falaises au bas
desquelles coulent de petits cours d’eau à l’abri du soleil de plomb. On n’imaginerait vraiment pas ces trous
béants au milieu de ce plat paysage. Mais pourtant ils
sont là. Et il y en a tellement ici, et donc tellement à
explorer !
Mais en premier lieu en arrivant il nous faut passer
par le visitor centre qui sous une architecture moderne
de métal rouillé abrite une petite expo sur les animaux
locaux et l’histoire du parc, qui lui-même est une ancienne cattle station. C’est surtout le coin pour récupérer une brochure avec une carte du parc pour s’y repérer et voir les balades à faire.
La première consistera à parcourir Dales Gorge, en
partant de Fortescue Falls. Il fait chaud et on en profite
pour se baigner au pied des chutes. La fraîcheur de
l’eau écourtera la baignade au strict minimum. C’est
joli, mais en fait je préfère suer au soleil qu’attraper
une pneumonie dans l’eau glacée du fond de la gorge.
Il faut ensuite se déplacer dans le fond de la gorge en
traversant parfois la rivière en essayant de ne pas se
mouiller les pieds, et parfois en longeant de très près
les falaises rouges qui bordent la gorge.
À l’autre extrémité de la gorge une piscine naturelle
d’une couleur surréaliste, Circular Pool se forme là où
l’eau apparaît comme par magie depuis des sources
souterraines à travers les parois rocheuses.
Après avoir remonté par marches et échelles pour sortir de la gorge on va profiter des barbecues du parc
pour se faire toaster nos sandwichs, miam miam !
Le parc ne dispose que de deux sources d’eau potable,
deux réservoirs alimentés par un puit souterrain et
une pompe à électricité solaire. Du coup on a l’idée
d’utiliser le tuyau du réservoir pour se doucher, mais
on a été précédés dans l’idée par un groupe de français
vulgaires et bruyants, on attendra donc un peu pour
avoir l’occasion de se laver à l’eau froide au milieu du
bush.
Le lendemain sera constitué d’un enchaînement de petites balades dans les gorges du parc. La première est
Kalamina Gorge, où après quelques kilomètres de dirt
road un peu tape-cul on descendra au pied des Kalamina Falls pour commencer l’exploration de la gorge.
Le sentier n’est pas balisé, il faut suivre la gorge principale et ne pas aller se perdre dans les gorges secondaires. Il faut souvent traverser la rivière en sautant de
caillou en caillou, et essayer de deviner quel est le chemin pour progresser. C’est rigolo mais on finit par être
bloqués à Rock Arch Pool, au bout de seulement un kilomètre.
Le temps de revenir et pour Anne de faire tomber son
sac à dos dans la vase, on quitte la gorge pour en rejoindre une autre : Joffre Gorge. Celle-ci est bien plus
haute et impressionnante. Il va falloir la contourner
pour pouvoir commencer à y descendre.
On traverse le torrent qui forme en aval Joffre Falls et
après un passage d’escalade on se retrouve au bord des
bassins du fond de la gorge. Reste plus qu’à rêvasser
quelques temps en observant les oiseaux pendant que
de curieux nuages se déplacent paisiblement dans le
ciel…
La troisième gorge de la journée sera Knox Gorge, où
un sentier abrupt mais sans escalade nous emmène
jusqu’aux plages de galets qui bordent la rivière.
L’occasion de perdre notre temps à faire des ricochets
dans l’eau, avant d’essayer de comprendre si nous
sommes censés partir en aval ou en amont. C’est donc
en aval qu’il faut suivre le fond de gorge en sautillant
d’un côté à l’autre de la rivière, mais contrairement à
Kalamina le chemin est balisé. Les parois de la gorge
sont simplement immenses, difficile à décrire
l’impression d’être minuscule au milieu de tout ça.
Enfin au moment où la gorge se resserre au point de
laisser à peine la place pour une personne le sentier
s’arrête et un panneau indique que pour continuer il
faut être équipé de matériel de spéléo et surtout d’un
guide. On va donc s’arrêter là pour ne pas faire les
gros titres des journaux comme d’autres groupes de
touristes (français, comme par hasard) qui se foutent
de ces avertissements et doivent se faire secourir une
fois blessés ou bloqués dans les gorges. N’empêche que
nous restons là un bout de temps à admirer la gorge
qui après le panneau devient plus profonde et semble
rejoindre une autre gorge dans une grand bassin naturel. Majestueux, et évidemment complètement impossible à retranscrire en photo ou en mots…
Il n’est pas encore trop tard et on compte bien
s’attaquer aux dernières gorges du parc aujourd’hui,
on reprend donc le van pour parcourir des kilomètres
de route dans un état lamentable, avec de la corrugation sur tout le long, nous obligeant à rouler à 15 km/
h pour éviter d’avoir l’impression que la voiture va se
disloquer sur place tellement les vibrations sont importantes. On met plus d’une heure pour parcourir une
poignée de kilomètres, on est épuisés de ce périple
quand on arrive à Weano Day Use Area.
Une fois arrivés on commence à partir dans Hancock
Gorge mais surprise à mi-chemin : il va falloir se déchausser et se baigner pour pouvoir passer, car le chemin passe dans l’eau… Ce n’était évidemment indiqué
nul part sur les brochures, mais uniquement à l’entrée
de la gorge. Comme on a pas pris les maillots et qu’il
commence à faire sombre et frais dans la gorge on renonce pour aujourd’hui.
On va quand même voir les deux points de vue du coin
pour admirer l’intersection des gorges et leur hauteur
phénoménale.
Le problème qui se pose maintenant c’est de trouver
où dormir ce soir. En effet le seul camping du parc
est à Dales Gorge, à 40 kilomètres de nous, et surtout
cela implique se retaper cette route pourrie de nuit
alors que les kangourous sont susceptibles de traverser
n’importe quand.
On discute avec un couple de lyonnaises et un couple
de toulousaines en van qui sont dans la même situation et nous informent que la seule alternative possible, un « Eco Resort » géré par les aborigènes à une
dizaine de kilomètres de là (ce qui implique donc déjà
une bonne partie de la route pourrie), et ne propose
que des emplacements à 45 dollars la nuit et douche
froide. C’est à peu près 4 fois le prix d’une nuit dans un
camping de parc national et c’est simplement indécent
pour un service si basique pour ne pas dire inexistant.
Finalement on décide de rester dormir sur le parking
de la Day Use Area, qui est en réalité un ancien camping du parc national. Des fois on se demande bien
comment sont gérés ces parcs nationaux, parce que
là ça semble un peu intéressé comme gestion quand
même. Bref on reste là pour la nuit avec un groupe
d’australiens et nos amies en van, et le matin on se lève
tôt pour aller explorer les deux gorges qu’il nous reste.
C’est donc à 8h du matin que nous débarquons en
maillot de bain dans Hancock Gorge, sans appareil
photo du coup, et sous une température plutôt fraîche
qui ne doit pas dépasser les 15°C, brrr. Évidemment
l’eau n’est pas chauffée, elle est même plutôt froide.
Mais pour Hancock Gorge il faudra simplement traverser un petit bassin avec de l’eau jusqu’à mi-cuisse
et ensuite il est possible d’escalader (à mains nues et
pieds nus !) la paroi de la gorge pour ne pas avoir à nager dans l’eau froide. Après un grand amphithéâtre sobrement dénommé « The Amphitheatre » la gorge bi-
furque et devient plus étroite. Là, c’est « Spider Walk »
il faut avancer en appuyant un pied sur une paroi de la
gorge et l’autre sur la paroi opposée, comme une araignée. C’est rigolo mais faut faire gaffe, c’est assez glissant.
Enfin on arrive à « Kermit Pool » après un peu plus
d’escalade et cette piscine naturelle à l’eau turquoise
marque la fin du parcours possible sans équipement de
spéléo, une chaîne barre l’accès à la suite de la gorge.
Il ne reste donc plus qu’à repartir par le même chemin
et sortir de la gorge.
La seconde et dernière gorge c’est Weano Gorge où
après une série de marches et quelques centaines de
mètres à marcher en fond de gorge il faudra se déshabiller et traverser un bassin avec de l’eau jusqu’à la
taille. Après ce passage il faut continuer à marcher en
fond de gorge pendant un kilomètre, sur des cailloux,
de la végétation, etc. Le problème c’est que nous on
avait laissé nos chaussures avant le bassin. Tant pis
c’est pas des plus agréables mais on termine pieds nus.
On arrive à l’endroit où la gorge se rétrécit, il faut marcher les pieds dans l’eau de la rivière qui passe là jusqu’à une rampe en métal où il faut bien s’accrocher
pour descendre au bord de « Handrail Pool » (décidément ces australiens font preuve d’une créativité sans
bornes !), surtout que c’est bien glissant.
Et là vient le moment le moins rigolo, car pour terminer la balade il va falloir plonger dans l’eau glacée,
nager pendant une dizaine de mètres, sortir de l’eau,
marcher sur des rochers, re-plonger et re-nager une
trentaine de mètres jusqu’à « Jade Pool ». Là se termine le chemin accessible sans équipement de spéléo.
Le problème c’est que aller barboter dans l’eau très
froide alors que la gorge est plongée dans l’ombre et
un courant d’air relativement frais, on a du mal à se réchauffer ensuite. Anne supporte plutôt bien mais moi
je tremble de froid et n’arriverais pas à arrêter les
tremblements avant de retrouver le soleil. Je me dis
que la prochaine fois je ne ferais pas la même chose
sans combinaison de plongée ou sans emmener des vêtements chauds pour quand on quitte l’eau, parce que
sur le moment je me suis dis que j’avais quand même
fait un truc un peu débile et à la limite d’être dangereux…
Après s’être réchauffés on a repris le sentier en fond de
gorge jusqu’à remonter et terminer la boucle au soleil.
C’est là que se termine notre exploration des gorges,
on reprend la route pourrie et cabossée pendant 14 kilomètres jusqu’au second réservoir d’eau du parc, où
on peut enfin faire la vaisselle et se doucher à l’eau
froide.
On quitte le parc national sur un mélange de dirt road
et pour la première fois depuis 3 jours, de route bitumée, ouf.
Notre dernier jour à Karijini nous emmène à l’écart de
la partie payante du parc, à Mt Bruce. Cette montagne
de 1235 mètres, soit 500 mètres au-dessus de la plaine,
s’élève entre la route qui traverse le parc et une immense mine de fer. Du coup le côté de la mine n’est
pas des plus jolis avec ses passages incessants de trains
immenses, ses camions et son paysage ravagé. Mais
l’autre côté est plus sympa, avec les quelques autres
collines de Karijini.
Le sentier serpente sur la crête, descend et remonte au
gré des formes de la montagne, jusqu’à arriver au sommet après un passage à batailler contre les broussailles
pour retrouver son chemin.
Après avoir croisé un groupe de français désagréables
(ça devient une habitude) on peut admirer les vues du
sommet malgré le vent fort et glacial qui le balaie.
Mais c’est en redescendant qu’on profitera le plus des
vues magnifiques sur le coin, de la végétation désertique, des quelques fleurs et surtout de ces nombreux
petits lézards à tête ronde dont le rouge du désert a déteint sur leur peau.
Après ces quatre heures de marche on reprend la route
jusqu’à Tom Price, une petite ville minière juste à côté
de Karijini, ce qui clôt notre séjour dans ce parc qui
nous laissera de beaux souvenirs, et quelques frissons
de ses eaux glacées…
J+221 & J+222 — Tom Price
Après Karijini on arrive à Tom Price, petite ville minière à l’ouest du parc. Comme un peu partout dans le
Western Australia on ne se sent pas particulièrement
bienvenus : la bibliothèque indique en rouge qu’aucun
accès wifi n’est permis qu’il est interdit de brancher
son ordinateur ou téléphone. Enfin s’il y a bien des
douches publiques elles sont payantes et demandent
un dépôt de garantie en plus, et il n’existe aucun endroit pour dormir dans la région en dehors du seul caravan park de la ville, évidemment hors de prix. Étant
donné l’absence de laverie dans la ville, c’est lui qui en
fait office. Il ne possède pas de sèche-linge mais nous
affirme que le linge ici sèche tout seul dehors assez
vite. Bon, pourquoi pas. On paye donc pour faire une
lessive, on constate déjà que les machines ne lavent
qu’à froid (une spécialité australienne il semble : les
machines ne chauffent pas l’eau mais sont alimentées
directement en eau chaude et la plupart des laveries/
campings/hostels ne branchent pas l’arrivée d’eau
chaude) et que donc le linge est toujours sale, mais
avoir étendu le linge dehors, deux heures plus tard
alors que la nuit s’avance il est toujours aussi humide.
Super.
On essaye d’attendre un peu que le linge sèche mais
vu qu’il fait nuit c’est peine perdue, on remballe notre
linge humide et on se rabat sur le parking de Mt Nameless pour passer la nuit avec le linge étendu un peu
partout dans le van, car en plus il pleut une bonne
partie de la nuit. Le matin le linge n’est pas sec et
l’atmosphère du van ressemble à un sauna, mais sans
la chaleur… On abandonne l’idée de réussir à faire sécher un jour ce maudit linge et on part à l’ascension de
Mt Nameless, une montagne située juste au bord de la
ville.
Comme les australiens adorent donner des superlatifs
à leurs lieux touristiques, Mt Nameless est, à 1128
mètres, la montagne la plus haute du Western Australia… qui soit accessible en voiture (et encore, seulement en 4x4). Bon Mt Bruce était la plus haute montagne du WA… accessible à pied (la plus haute en réalité est Mt Mehari dans la partie sud de Karijini qui
n’est accessible que sur permis). Heureusement le sentier pédestre de Mt Nameless n’est pas au même endroit que la route pour 4x4, et même sur un autre ver-
sant. Du coup c’est déjà plus agréable, bien qu’il faille
quand même se coltiner une ascension qui longe une
fibre optique Telstra indiquée par des poteaux placés à
intervalle régulier.
Une heure de grimpe plus tard on arrive au sommet.
On y a de bonnes vues (je n’ai pas dit de jolies vues)
sur la mine de Tom Price toute proche. Une bonne occasion de regarder passer les immenses trains de minerai de fer qui partent vers Port Hedland au nord. Nous
on a arrêté de compter après cent wagons…
On constate au passage que l’accès en 4x4 n’est pas
forcément un atout, en tout cas pas pour la montagne.
En effet le sommet est tagué en long en large et en travers à la bombe de peinture mais aussi au simple feutre
de messages pouvant se résumer à « Truc + Machin
= amour toujours ». Étant donné que statistiquement
95% des couples inscrits là sont séparés et ne peuvent
plus se voir en peinture, on se demande si ça valait le
coup de défigurer cette pauvre montagne pour si peu…
Après une descente rapide sous la pression du ciel orageux qui ne se décidera finalement pas à faire tomber
de la pluie on repart, mais avant de quitter la ville il
nous reste encore à faire une pause repas (et séchage
de vêtements) à côté d’un immense camion-benne de
mine exposé à l’entrée de la ville.
Ce géant de 5,70 mètres de haut et 98 tonnes devrait
relativiser un peu le discours moralisant de ceux qui
disent que notre voyage ne serait pas écolo (on n’a jamais dit qu’il l’était non plus). En effet son réservoir de
2800 litres d’essence contient suffisamment pour que
notre van parcoure 30.000 kilomètres… Et si nous c’est
ce qu’on consomme en un an de voyage, ce camion
lui le consomme en quelques jours. Et des camions
comme ça il y en a des dizaines de milliers partout
dans le pays… Alors le prochain qui me parle de devoir
payer (sérieusement y’a vraiment des gens pour croire
à ces stupidités commerciales ? ! Comme si cet argent
changeait quoi que ce soit) pour compenser nos émissions carbone je l’envoie calculer les émissions carbones de l’industrie minière australienne…
J+224 — Exmouth
Par Anne
Toutes les éloges que nous avions lus et entendus sur
Exmouth nous avaient rendu plutôt impatients de
nous y rendre. La péninsule possède un parc national,
Cape Range National Park dont l’attrait principal sont
ses nombreuses gorges. Mais surtout, elle est située à
proximité des coraux du Ningaloo Reef dont tous les
dépliants touristiques parlent comme étant bien plus
accessibles et voire plus jolis que la grande barrière de
corail. Il nous tardait donc de la visiter, d’autant plus
que depuis mon passage dans le deuxième quart de
siècle de mon existence (Sylvain a découvert un cheveu blanc dans ma chevelure récemment mais je suis
sûre que c’était juste qu’il était décoloré par le soleil !),
je suis équipée d’un masque et d’un tuba bien pratiques pour faire du snorkelling : plongée sans bouteille avec masque et tuba. Comme c’est un peu long
à écrire et que je ne crois pas qu’il existe de mot spécifique pour cette activité en français, je vais garder
l’anglicisme.
Bref, j’étais pressée d’étrenner mon nouveau matériel
et les eaux de Ningaloo Reef Marine Park me semblaient tout à fait adaptées pour cela. La péninsule
d’Exmouth est donc bordée sur trois côtés par l’océan
(comme c’est le cas pour la majeure partie des péninsules), il y a une route qui permet de longer la
côte est et la côte ouest et on pourrait s’attendre à
ce qu’elle forme une boucle mais c’est sans compter
sur les gorges impressionnantes qui se trouvent en son
centre et qui empêchent les travailleurs de la DDE du
Western Australia de couper au travers. Il y en a qui
ont essayé, ils ont des problèmes : les ingénieurs qui
voulaient rapporter plus rapidement le pétrole récupéré en mer ont commencé à en construire mais ils
ont dû se rendre à l’évidence, les ponts par dessus les
falaises, c’est quand même pas facile à faire surtout
quand ces dernières ont une fâcheuse tendance à
s’écrouler régulièrement. On leur est quand même sacrément reconnaissant, ils ont donné accès à la partie
est du parc national de Cape Range qui est, selon moi,
la plus sympa. La partie ouest est jolie mais il n’y a
qu’une seule balade digne de ce nom et elle n’est pas
des plus intéressantes, mais on y reviendra plus tard.
Si vous avez bien suivi mes explications, il faut donc
réaliser un aller et retour d’environ 320 km à moins
d’avoir un 4x4 parce que, selon nos lectures, il faut
traverser une rivière à l’endroit où elle se jette dans
l’océan et quand bien même on a un véhicule amphibie, il vaut mieux attendre la marée basse. Vu que
nous, on n’a déjà pas réussi à traverser une flaque de
10 cm d’eau, on s’est dit qu’on n’allait pas tenter le
diable. Ce n’est de toute façon pas conseillé par l’office
du tourisme et il n’y a carrément pas de route sur la
plupart des cartes que l’on a consulté. On pense donc
y passer plusieurs jours, le temps de faire le tour de
toutes les merveilles annoncées dans les dépliants.
On commence par prendre Charles Knife Road, une
route qui bifurque vers l’ouest à 21 km avant Exmouth.
Pour ceux qui suivent, c’est une des deux routes commencées par les ingénieurs de la DDE qui voulaient
rejoindre plus rapidement l’océan et elle s’arrête donc
au milieu de nulle part, à cause des falaises infranchissables. C’est une dirt road rocailleuse de 11 km qui
est assez praticable et qui offre des panoramas splendides sur Charles Knife Canyon. On s’arrête à l’aire
de pique-nique et on fait le petit bout de route jusqu’à la fin à pied, le chemin nous semble un peu trop
caillouteux pour notre van. Le point de vue Thomas
Carter Lookout n’est pas vraiment remarquable, il n’y
a même pas de vues sur le canyon, juste sur la plaine.
C’est d’ailleurs assez perturbant : on ne voit que des
grandes étendues plates quand on regarde autour de
soi et il suffit de se déplacer de quelques pas pour se
rendre compte que nous sommes à deux mètres d’un
canyon. En clair, il vaut mieux faire attention où on
pose ses pieds.
Une balade de 8 km, Badjirrajirra Trail permet de rejoindre un autre canyon : Shothole Canyon. Comme
il ne semble pas vouloir pleuvoir tout de suite et que
les grands sportifs que nous sommes n’ont pas eu leur
dose de randonnée depuis quelque temps (les commentaires désobligeants sur notre musculature de rêve
ne sont que jalousie !), nous attaquons le chemin. Le
chemin n’est pas des plus palpitants bien que loin
d’être désagréable mais la partie le long de Shothole
Canyon vaut le détour : des falaises abruptes aux couleurs changeantes selon la luminosité, des rochers qui
tiennent en place alors qu’ils ne sont accrochés à la
pente que par un gravillon et de très jolies vues sur
l’océan.
La fin de la journée arrive à grand pas et comme il n’y
a pas de camping gratuit dans le coin, on décide de
passer la nuit sur un des nombreux points de vue qui
bordent Charles Knife Road. On s’endort donc à trois
mètres d’une falaise, si on a une envie pressante cette
nuit, mieux vaudra être un peu réveillé !
Le lendemain matin, on prend la route pour Exmouth
qui est jalonnée tous les cinq mètres de panneaux « interdit de camper, vous aurez une amende de 100 dollars si vous le faites », c’est accueillant. La ville n’est
pas du tout comme je l’imaginais. Moi qui m’attendais
à une jolie petite ville de bord de mer avec un centreville où se succèdent les boutiques de souvenirs, une
plage familiale, un bord de mer avec promenade, barbecues et tables de pique-nique etc, je suis bien déçue.
La ville s’étend sur plusieurs kilomètres et semble être
en pleine expansion : le premier quartier que nous traversons est composé de maisons flambant neuves avec
jardin qui donnent sur un bras de mer (pratique pour
garer le bateau), c’est pas très sympa. La plage est fermée pour travaux, le centre-ville est pour ainsi dire
inexistant, toutes les rues sont en construction et il
n’existe aucune aire de pique-nique agréable le long de
la côte, on sera obligé de déjeuner vers la jetée toute
récente et pas franchement attirante. Je passe sur le
caravan park qui n’a pratiquement que des emplacements au bord de la route : super, niveau tranquillité !
Ma déconvenue ne s’arrête pas là, Exmouth semble détester les touristes, dommage pour une ville réputée
pour ses attractions. Outre l’interdiction municipale
de camper gratuitement matraquée partout, l’office du
tourisme n’est pas en reste : à l’intérieur, des dizaines
d’affiches proclament en majuscules et en rouge que
si on casse quelque chose, il faut le payer, que les
enfants doivent être surveillés à tout instant et qu’il
est interdit d’utiliser les prises de courant présentes.
A l’extérieur, si vous êtes assez fou pour payer une
douche à 5 dollars dont l’eau est chauffée à l’énergie
solaire (et donc sans aucun coût niveau chauffage …),
il faut quand même que vous n’y restiez pas plus de
cinq minutes parce que l’eau est rare. On peut se dire
que les conseils écologiques sont toujours bons à rappeler mais quand ils sont suivis par « si vous restez
plus longtemps, on appelle les rangers», on se dit que
la trouille de se faire sortir par un ranger doit empêcher de savourer pleinement son moment de détente.
Il y a deux supermarchés IGA l’un en face de l’autre
(le pourquoi m’échappe encore) et on a besoin de pain.
Nous allons donc au premier où le pain de mie le
moins cher est à 4 dollars. Quand on sait que
d’habitude, on le paie 1 dollar, ça nous embête un
peu. On va donc au deuxième après avoir acheté deux
concombres pas chers, sait-on jamais, il y a peut-être
concurrence sur les pains de mie. A peine entrés, on
nous demande de laisser nos sacs à dos à l’accueil,
ce qui, comme en France, est interdit en Australie.
Comme Sylvain ne veut pas et qu’on ne va pas faire
un esclandre pour un pain de mie, je lui laisse mon sac
le temps de vérifier qu’ici aussi, on ose vendre du pain
quatre fois plus cher que dans le reste du pays (même
à Uluru, c’était moins cher !). Bref, on en prend quand
même (parce que un petit déjeuner sans tartine, c’est
comme un Noël sans dinde aux marrons !) et arrivés en
caisse, Sylvain qui est resté à l’entrée, devant la caissière, me tend mon sac pour que je paye. La caissière,
qui a vu qu’il n’était pas rentré, tient quand même à
vérifier son contenu (j’aurais fait comment pour cacher de la nourriture, par téléportation ?), constate
qu’il s’y trouve les deux concombres précédemment
achetés dans le magasin d’en face et me demande le ticket de caisse (elle croit vraiment que si j’avais voulu
voler quelque chose, j’aurais pris deux concombres à 2
dollars et je l’aurais mis en évidence ?). Elle met carrément les mains dans mon sac pour fouiller, des fois
qu’il n’y ait pas trois carottes cachées sous mon porte
feuille (ce qui, encore une fois est interdit, tout comme
en France). Je sais qu’il y a de nombreux vols dans les
supermarchés, en particulier commis par des backpa-
ckers, que les jeunes touristes ne sont pas toujours respectueux des règles ; le consul de France a notamment
rédigé une lettre de rappel aux Français en Australie
en leur rappelant les règles du savoir-vivre mais c’est
bien la première fois que je ressens autant d’aversion
envers les backpackers. Que ce soit à tort ou à raison,
c’est dommage parce que ça ne donne vraiment pas
envie de s’attarder dans le coin.
On a croisé de nombreux backpackers depuis notre départ en van et s’il est vrai que les touristes français
ne sont pas mes préférés (ils ne sont généralement pas
très discrets, voyagent souvent en troupeau exclusivement français et semblent assez prétentieux), ils ne me
paraissent pas pires que d’autres. J’ai vu des Australiens laisser leur générateur allumé jusqu’à 22 heures
sans se soucier du voisinage, des Allemands ne pas
payer leur camping, un groupe de Japonais s’installer
pratiquement sur notre serviette alors qu’il y a de la
place partout ailleurs sur la plage et nous sommes
nous-mêmes loin d’être irréprochables : on campe fréquemment à des endroits marqués « no camping » et
il y a quelques douches gratuites que nous aurions dû
payer. Je n’ai cependant jamais entendu de remarques
désagréables sur les Français ou les backpackers, en
général. Mais il est vrai que tous les Australiens qui
sont allés en vacances voir la Tour Eiffel m’ont assuré
que les Parisiens étaient très agréables, ils sont peutêtre trop gentils pour dire du mal ;-)
Tout ça pour dire que je n’avais qu’une seule envie,
partir d’Exmouth en vitesse en lui décernant la palme
de la ville la moins accueillante d’Australie (et en
priant pour que les autres villes de la côte ne soient
pas à son image). Fort heureusement, la péninsule remontera en flèche dans mon estime grâce à la journée
suivante…
J+225 — Ningaloo Reef & Cape Range
National Park
Par Anne
C’est après un réveil matinal que nous partons en direction de Cape Range National Park. Le parc est situé
sur la côte ouest de la péninsule et possède de nombreuses plages où il est possible de faire du snorkelling mais pas que : la pêche est également un des principaux attraits du parc, ce qui peut sembler paradoxal
puisque les espèces des eaux des parcs marins sont
protégées. Mais puisque l’économie touristique perdrait de précieux revenus sans les touristes pêcheurs,
il y a des espaces spécialement réservés pour lancer sa
ligne et des quotas bien précis sur le nombre et la taille
des poissons.
Il faut savoir que si les poissons tropicaux peuvent
être admirés toute l’année, il existe des saisons spécifiques pour avoir la chance d’apercevoir d’autres espèces : en ce moment (mi-juin), on peut rencontrer
des raies mantas et des requins baleines qui, comme
leur nom ne l’indique pas, ne sont ni des requins ni
des baleines mais des poissons. On me rétorquera que
les requins sont également des poissons et j’en profiterai pour étaler ma dernière connaissance nouvellement apprise : les requins sont certes des poissons
mais ils n’ont pas d’arêtes mais du cartilage ce qui leur
permet d’être hyper souples et d’être à l’abri de tous
les problèmes dûs au vieillissement comme l’arthrite,
l’ostéoporose, la calcémie et la fameuse fracture du col
du fémur (ce qui serait plus utile pour les Hommes
parce que les escaliers en mer , c’est quand même rare).
La mutuelle des requins vieillissants doit donc être
nettement moins onéreuse que celle des humains retraités (tout du moins qui commencent à prendre de
l’âge parce que la retraite de nos jours, c’est plus une
notion très bien délimitée) d’autant plus que contrairement aux humanoïdes, les requins ont les dents qui
repoussent quel que soit leur âge (faut dire qu’ils en
perdent jusqu’à 30 000 durant leur vie).
Pour ceux qui s’imaginent qu’on passe notre temps à
se laisser porter au gré du van, vous voyez qu’on se
cultive aussi !
Bref, notre objectif de la journée était donc de partir
à la rencontre de la faune et la flore marine. On s’est
donc renseigné sur les marées parce qu’il est toujours
mieux de faire du snorkelling à marée haute afin de
ne pas abîmer les coraux qui sont proches de la surface. Or ce jour-là, marée haute était prévue à 8h30 et
18h50. Bien que nous soyons dans une zone qui n’a aucune idée de ce que sont des températures inférieures
à 10°C, on est quand même à deux jours du solstice
d’hiver et l’idée de faire trempette à 9h du matin alors
qu’on porte un pull et des chaussettes ne m’enchante
pas plus que cela. On décide donc de se baigner dans
l’après-midi et de profiter de la matinée pour faire
les deux seules balades disponibles dans tout le parc.
On commence par un aller et retour de 2 km à Yar-
die Creek qui nous fait passer le long d’une gorge. Ce
n’est pas très intéressant mais on voit des rock wallabies perchés sur des rochers le long d’une falaise, on
se demande bien comment ils ont réussi à venir là et
surtout comment ils vont repartir !
On croise également un kangourou endormi qui profite allègrement du soleil, à l’abri du vent. Life is so difficult !
Notre deuxième balade est une boucle de 3 kilomètres
dont le point de départ est Mandu Mandu Gorge. C’est
plus chouette même si la première moitié du chemin se
fait au fond de la gorge dans le lit de la rivière (qui ne
coule jamais) sur des gros galets, ce n’est pas des plus
pratiques. La partie au sommet de la crête est beaucoup plus agréable, avec de belles vues sur l’océan indien.
On se rend ensuite à Turquoise Bay pour enfin faire ce
pour quoi on était venu : du snorkelling. Il fait maintenant suffisamment chaud pour avoir envie de se baigner même si un petit vent empêche de pleinement se
croire en été. N’ayant pas de palmes et étant bien loin
d’être une nageuse hors pair, les avertissements sur
les courants dangereux qui peuvent vous emporter au
large m’avaient un peu fait peur. Finalement, à l’image
de l’appréciation de la difficulté des randonnées, les
Australiens sont encore une fois très précautionneux :
c’est beaucoup plus facile que prévu. Il y a peu de courant étant donner que les vagues s’écrasent sur les récifs à une centaine de mètres plus loin au large. Accessoirement, ça empêche les requins de venir nager
à vos côtés et n’en déplaise aux amateurs de sensations fortes, je trouve ça plutôt rassurant. On n’a pas
besoin de s’éloigner très loin des côtes (une cinquantaine de mètres tout au plus) pour admirer les centaines d’espèces de poissons tropicaux qui gravitent
autour des dizaines d’espèces différentes de coraux.
Et quel régal pour les yeux. En général je préfère ne
pas savoir ce qui partage un bain avec moi : je n’ai jamais vraiment voulu savoir combien de poissons chats,
algues gluantes et autres canettes de bière contient
la Saône et, quand je nage, je suis fidèle à la théorie
de l’autruche : si je ne vois pas, ça n’existe pas (Saint
Thomas aurait-il donc été une autruche ?). Et puis,
avouons-le, lunettes ou pas, dans la Saône, on ne voit
déjà pas sa main quand elle est devant les yeux alors
les poissons. Toutefois, ici, ce serait une folie de ne
pas contempler les mille et une merveilles qui vous
font l’honneur de vous accueillir dans leur cuisine. Il
semble que chaque poisson veuille surpasser son cousin en termes de costume : leurs couleurs sont toutes
plus éclatantes les unes que les autres et chaque espèce
a une taille, une forme, des nageoires, des yeux différents ! Je croise un gros poisson vert pomme et violet, des bancs de tout petit poissons bleu EDF, des
striés jaunes, des tout rond marron, des zébrés noirs et
blancs, des rouges écrevisses, des longs avec un nez allongé, des blancs argentés qui scintillent… Il suffit de
tourner la tête pour voir une nouvelle espèce ! Je vois
même un combattant noir et blanc, le même que dans
Nemo (on a les références qu’on peut). Les coraux ne
sont pas en reste : même si je m’attendais à quelque
chose de plus coloré, ils sont tous différents et possèdent des recoins et des formes très artistiques. Des
petits poissons se réfugient tous dans un corail alors
que je m’approche et ressortent tous en même temps
quand je ne bouge plus, quelle coordination. J’entends
même le bruit qu’ils font quand ils croquent un morceau de corail.
Je pourrais passer des heures à rester dans l’eau, j’ai
l’impression d’être dans un aquarium géant et encore,
je n’en ai jamais vu avec autant de diversité. De plus,
l’impression d’être le seul être vivant dans tout
l’océan, sans aucun bruit que celui de ma respiration
(agrémenté parfois de gargouillis quand j’oublie que
le tuba ne fait que 50 cm …) est tout à fait impressionnant. Je ressors quand même parce qu’il fait un
peu frais et le récit de mes découvertes sous-marines
fait sourire Sylvain qui a l’impression d’écouter Christophe Colomb qui revient des Amériques (à défaut de
ses talents d’explorateur, j’ai son sens de l’orientation).
La péninsule d’Exmouth remonte en flèche dans mon
estime et je ne regrette finalement pas d’avoir fait le
détour.
J+228 — Cours d'histoire et de géologie à
Shark Bay
Exmouth nous aura laissé un goût amer. D’abord une
mauvaise expérience sur la route en arrivant à Exmouth : un 4x4 que l’on a croisé a projeté un caillou
sur notre pare-brise, créant un impact en étoile en
plein en face de la vue du conducteur. C’est le genre
de truc qui risque de faire en sorte que le pare-brise
devra être changé au contrôle technique. Après avoir
déboursé 66 dollars pour injecter de la pâte de verre
dans l’impact pour empêcher le pare-brise de se fissurer on n’était pas particulièrement détendus, mais
l’accueil que réserve cette ville résolument hostile aux
touristes n’a pas amélioré les choses. Au point que
nous pouvons lui décerner le titre de « la ville la moins
accueillante d’Australie ». Heureusement après un peu
de snorkelling à Cape Range National Park nous quittions la péninsule pour reprendre la route.
La première étape sera Coral Bay, petit village touristique où l’on profite des douches de plage à l’eau salée pour se laver un coup, après une petite séance de
snorkelling sur la petite plage du patelin. De jolis reflets bleutés, mais pas un grand intérêt, la plage est entourée de complexes touristiques, campings, hôtels et
boutiques de souvenir. J’avoue que je suis pas conquis
du tout, surtout quand un groupe de japonaises décide
de s’installer sur la plage à côté de nous. Mais pas à
côté de nous à 10 mètres, non à côté de nous à 10 centimètres. Il y en a même une qui commence à poser
ses pieds sur mon sac à dos. Et cela alors que la plage
est loin d’être bondée de monde. Y’en a qui se font pas
chier… On s’en va donc un peu forcés.
Plus loin on se prépare des sandwichs toastés au barbecue électrique quand d’un coup un groupe
d’australiens qui mangeaient du poulet au barbecue à
côté nous offre leurs restes… une bonne dizaine d’ailes
de poulet. Miam, merci, ça c’est sympa !
On reprend la route pour re-traverser le tropique du
Capricorne que nous avions croisé après Alice Springs
il y a quasiment un mois. Le lendemain on arrive à
Carnarvon, petite ville de bord de mer qui ne semble
pas présenter un intérêt fabuleux. On prend quelques
heures pour aller sur Internet et à l’office de tourisme
et étudier la possibilité d’aller aux Kennedy Ranges
et Mt Augustus. Mais aller aux Kennedy Ranges implique un aller-retour de 450 kilomètres dont une partie de dirt road, avec un seul village sur la route (Gascoyne Junction) dont la seule station essence est fermée les week-ends, et on est vendredi. De plus il ne
semble y avoir que des petites balades, même si ça a
l’air chouette. Enfin Anne s’oppose fermement à mon
envie d’aller à Mt Augustus, qui impliquerait dans les
600 à 800 kilomètres de dirt road. Je finis par revenir à la raison : c’est vrai que ça fait beaucoup de dirt
road. Pas envie de rester bloqué avec le van en panne,
et puis ça demanderait un peu plus de préparation et
donc d’attendre au moins lundi. Tant pis on ira une
autre fois, en vélo peut-être ?
On reprendra la route pour s’arrêter un peu avant
Shark Bay. Le lendemain on peut enfin prendre le
World Heritage Drive qui relie l’autoroute jusqu’à la
pointe de Shark Bay, Monkey Mia. Shark Bay est listée
au patrimoine mondial et offre quelques endroits intéressants. Le premier c’est les stromatolites.
Alors qu’est-ce que sont les stromatolites ? Et bien rien
à voir avec Stromae, car en fait ce sont des cailloux.
Oui de simples cailloux dans l’eau ultra-salée des bassins de Shark Bay. Sauf qu’en réalité ces cailloux sont
vivants. Ils sont construits par des microbes préhistoriques au rythme de 3 centimètres tous les cent ans.
Ce lieu est unique, car avec les Bahamas c’est le seul
endroit au monde où ils existent et sont aussi importants. Bien que les stromatolites de Shark Bay ne
soient vieux « que » de 3000 à 4000 ans, on a retrouvé
des traces de stromatolites vers Marble Bar (dans le désert du Western Australia) vieux de plus de 3,5 millions
d’années. On sait que ces microbes ont été jusqu’il y a
500 millions d’années la seule forme de vie sur terre.
Comme ils créent du dioxyde de carbone, ils ont joué
un rôle fondamental dans l’apparition d’autres formes
de vie sur terre. C’est un peu grâce à eux qu’on a de
l’air respirable aujourd’hui. Bref c’est pas particulièrement impressionnant visuellement, mais on ne peut
que s’incliner face à ces ancêtres qui nous ont permis
d’être là aujourd’hui.
De Hamelin Pool, l’endroit où sont les stromatolites,
nous prenons une petite balade de 1,5 kilomètres qui
va jusqu’à l’ancienne station télégraphique. Nous passons par une ancienne carrière de coquina, une autre
spécialité locale. La coquina38 est une roche formée
à partir des coquillages amassés et compactés naturellement. C’est très compact et solide. Dans le passé
les gens venaient ici découper des briques de coquina
pour construire leur maison. Aujourd’hui ce n’est plus
le cas pour préserver ce site historique, les seules
briques extraites le sont pour conserver les bâtiments
historiques comme l’église de Denham.
Plus loin sur la route on rejoint la célèbre plage de
Shell Beach. Cette plage n’a pas de sable mais uniquement des coquillages. Sauf qu’ici l’écologie n’est
pas à l’ordre du jour : au bout de la plage une usine
38. https://fr.wikipedia.org/wiki/Coquina
d’extraction et broyage de coquillages fonctionne en
continu. Les coquillages broyés sont ensuite expédiés
chez les éleveurs pour nourrir les poules qui fabriqueront ainsi des coquilles d’œufs plus solides. Ceux qui
ne seront pas broyés seront vendus en lot pour la décoration. Quel gâchis. Le comble de l’hypocrisie étant
le panneau à l’entrée de la plage demandant de ne pas
ramasser de coquillage pour préserver la plage… pendant que l’usine à côté en ramasse des centaines de
tonnes. L’australie n’est plus à une contradiction près
pour protéger ses intérêts économiques.
En tout cas je dois dire que la plage ne me convainc
pas plus que ça, elle n’est pas particulièrement jolie et
des plages de coquillages on en a déjà vu dans le Victoria. De plus il fait trop frais pour se baigner et même
si on le voulait, marcher sur les coquillages est moins
agréable que le sable, sans compter l’eau ultra salée.
Avant la plage il faut traverser la clôture installée ici
pour protéger les animaux de la péninsule contre les
animaux européens (chats, lapins, renards, vaches,
chèvres…), et notamment le Bilby39, qui avec son air de
grand rat aux oreilles de lapin et au museau pointu est
39. https://en.wikipedia.org/wiki/Macrotis
une espèce menacée qui est progressivement réintroduite ici.
On continue la route jusqu’à Eagle’s Bluff où une
plate-forme en hauteur permet de regarder les poissons se promener dans l’eau peu profonde en contrebas. On aura la chance d’apercevoir deux requins et
une tortue, même si avec cette distance on ne verra
quand même pas grand-chose.
La journée se terminant déjà on se rend à un point
de vue sur la route, vers Goulet Bluff, pour y passer
la nuit, pas loin d’une autre immense plage de coquillages beaucoup plus jolie que Shell Beach.
J+229 — Monkey Mia : des dauphins et des
hommes
Aujourd’hui on se lève à 5h50 sous une splendide
pleine lune et on reprend la voiture pour parcourir les
soixante-dix kilomètres qui nous séparent de Monkey
Mia, où nous avons rendez-vous à 8h. On ne dépasse
pas les 65 km/h pour pouvoir réagir à temps si un wallaby ou un émeu se met à courir sur la route devant
la voiture, surtout qu’il fait nuit. Cela nous laisse le
temps d’admirer le soleil se lever à l’horizon en de superbes teintes roses et bleues.
Nous arrivons à Monkey Mia un peu en avance, à 7h
alors que la plage n’ouvre qu’à 7h45. Bon pas grave on
fera la grasse mat' demain ! On se balade un peu, on
croise la ranger ce qui nous permet de nous délester
des 8 dollars par personne que coûte l’entrée à Monkey
Mia.
Monkey Mia est un petit resort touristique au bout de
la péninsule de Shark Bay, en soit il n’y a pas de raison
particulière de venir jusqu’ici. Sauf qu’il y a des dauphins qui viennent ici tous les jours. C’est un des rares
endroits où l’on peut voir de manière quasiment certaine des dauphins dans leur élément naturel et de très
près.
L’histoire du lieu remonte aux années soixante quand
un pêcheur a commencé à nourrir des dauphins tous
les jours à cet endroit. Avec le temps la rumeur s’est
propagée et les touristes sont venus de plus en plus
nombreux, jusqu’à ce qu’un resort soit construit, de
même que des routes, puis que l’endroit soit protégé
dans les années quatre-vingt-dix par un parc national
marin.
Parce qu’ils viennent ici très régulièrement, les dauphins de Monkey Mia sont étudiés avec attention par
les scientifique et ont fait l’objet de nombreuses recherches sur leur comportement. Mais ils sont aussi
attendus avec ferveur par les centaines de touristes
qui viennent ici chaque jour. Cela a créé de nombreux
problèmes au cours du temps, car les touristes venaient nourrir les dauphins à longueur de journée, venaient nager avec eux ou les toucher. Les petits des
dauphins ne savaient plus se nourrir sans l’aide des
humains et finissaient par mourir de faim. Ou alors
les dauphins devenaient agressifs. Bref c’était un peu
n’importe quoi.
De nos jours c’est bien plus encadré, même s’il n’est
pas sûr que ce soit la bonne solution pour les dauphins.
Donc il n’est plus possible de nager avec les dauphins
ou de les toucher, et il n’y a que trois séances pour
nourrir les dauphins le matin, et chacun n’est nourri
que d’une petite quantité de poisson. Enfin la seule
manière de les voir est de participer aux trois repas
avec les rangers. Mais cela reste à mon sens une expérience unique, voyez plutôt…
Après avoir pris le petit déjeuner dans le van sur le
parking, on se rend sur la plage à son ouverture, mais
on n’est pas seuls : 190 personnes sont présentes pour
ce premier repas. C’est souvent ce qu’on oublie de
vous montrer dans les brochures touristiques… C’est
une question de point de vue, mais moi je retiens aussi
que l’expérience c’est aussi ça : une nuée de touristes
se déplaçant en troupeau.
Enfin, heureusement, ce n’est pas que ça, mais j’y arrive. Donc on attend les dauphins sur la plage, on les
voit sauter et apparaître un peu plus loin à l’horizon,
c’est joli mais on se demande quand même s’ils vont
venir.
Pour nous faire patienter une tortue nous gratifie de
sa visite et passe juste en dessous du ponton où nous
étions.
Finalement les dauphins empruntent le même chemin
que la tortue et après un passage sous le ponton rejoignent la plage. Nous sommes au bord de la plage,
les pieds dans l’eau, et les dauphins sont à une poignée
de mètres de nous. Impressionnant. On fait ainsi la
connaissance de « Nicky » et son petit (calf en anglais)
qui viennent se laisser observer, ou plutôt venir nous
observer de leurs grands yeux.
Hélas vu la foule peu nombreux sont ceux qui sont
choisis par les bénévoles pour nourrir les dauphins,
surtout qu’il n’y a que deux dauphins à nourrir. On
se dit que c’était pas mal chouette, malgré la foule, et
on va se rincer les pieds plus loin pour remettre nos
chaussures car il ne fait quand même pas bien chaud.
Sauf qu’on n’aura même pas le temps de se sécher
les pieds qu’il faut revenir sur la plage : les dauphins
sont de retour pour la seconde interaction. Ça sera
bien plus agréable que la première d’abord car nous
ne sommes plus qu’une quarantaine, visiblement les
150 autres ont décidé que ça suffisait comme ça et sont
repartis aussi vite qu’ils sont venus. Et ensuite parce
que nous aurons droit à la visite de pas moins de huit
dauphins et la possibilité d’en nourrir cinq. C’est donc
après des explications très intéressantes des rangers
que nous pouvons mitrailler de photos comme tout
touriste qu’il se doit.
Nicky aime visiblement bien jouer et faire des poses
qui font pousser à son public des « oooh qu’il est mignon », mais ce n’est qu’une vile stratégie pour qué-
mander plus de poisson. Les rangers ne se laissent pas
amadouer.
J’aurais même l’occasion de nourrir un dauphin. Définitivement une expérience que je ne suis pas près
d’oublier…
Il n’y aura pas de troisième interaction par contre, les
dauphins se sont bien approchés et sont venus faire
un coucou mais sont repartis aussitôt. Nous reprenons
donc la route en direction de Denham et juste avant on
bifurque pour faire un petit détour par François Péron
National Park. Ce parc national est uniquement accessible en 4x4 avec les pneus dégonflés à cause de ses
pistes de sable particulièrement difficiles à négocier.
Du coup avec notre petit van nous ne pouvons qu’aller
jusqu’au homestead, une ancienne ferme maintenant
recyclée en musée et résidence pour les rangers du
parc national. Nous ne pourrons donc pas accéder aux
dunes réputées les plus rouges d’Australie.
Pour se consoler le homestead propose de se cultiver
un peu avec quelques explications sur le projet Eden40,
la fameuse clôture à côté de Shell Beach qui tente de
40. http://www.sharkbay.org/project_eden.aspx
protéger la réintroduction d’espèces menacées à Shark
Bay. On pourra ainsi voir quelques animaux empaillés,
dont un Bilby, car nous n’aurons pas l’occasion d’en
voir un à l’état sauvage. Des émeus, des kangourous,
des dauphins, oui, mais des bilbys non. Tant pis c’est
déjà pas mal !
Pour se consoler on profite d’une attraction locale peu
connue : le « artesian hot tub ». Il s’agit d’un spa dont
l’eau provient en jaillissant d’un puits artésien, et ce à
la température de 40°C. Avec de tels arguments ce n’est
pas la pluie naissante qui va nous empêcher d’aller
nous prélasser dans cette eau chaude, surtout après
tant de douches froides ! Et il faut dire que l’expérience
est des plus agréables. Enfin, tant que vous n’essayez
pas de boire l’eau qui en plus d’être particulièrement
salée contient une concentration de fer importante.
Ce n’est que quand la pluie se transforme en orage et
que nos doigts sont frippés comme jamais que nous
décidons de finalement sortir de là pour aller se sécher
et reprendre la route. Mais on serait bien restés là toute
la vie !
Nous repartons vers Denham, le seul village de Shark
Bay, en faisant un petit tour par Little Lagoon, un
lagon relié à l’océan par un petit estuaire où on verra
quelques émeus. À Denham c’est en cherchant un endroit pour faire la lessive que nous rencontrons Mathieu et Stephanie, un français et une anglaise qui parcourent le Western Australia en stop (!). Ils sont venus
jusqu’à Denham pour aller voir les dauphins de Monkey Mia mais quand on leur apprend que l’entrée est
de 8$ par personne ils décident de ne pas y aller, ça
fait trop cher pour eux. C’est un peu con d’être venus
jusque-là et renoncer mais bon. On accepte de les ramener jusqu’à la roadhouse mais déjà jusqu’au même
camping que la nuit dernière car il est déjà tard et on
préfère limiter les kilomètres parcourus de nuit.
On passera donc la soirée dans le van avec eux à discuter, manger et jouer aux cartes avant qu’ils ne rejoignent leur tente pour la nuit. Le lendemain après
un petit déjeuner ou notre couple-invité mangera une
boîte de spaghettis à la sauce tomate, il ne nous restera
plus qu’à terminer la route jusqu’à la roadhouse et les
laisser là bas pour trouver quelqu’un qui veuille bien
les emmener un peu plus loin vers le nord.
Avec Anne on se dit qu’on est quand même contents
d’avoir le van pour être à l’abri quand il pleut et ne
pas avoir à galérer à monter une tente sous la pluie.
Enfin le cas de Mat' et Stef' est encore plus extrême :
leur tente ne ferme plus car ils ont cassé la fermeture
éclair (ça se répare facilement mais encore faut-il le
vouloir ou savoir) et voyagent sans réchaud, ni couverts ni rien pour manger. Avec Anne on se dit que
c’est un peu étrange quand même, voir risqué. Sans
compter que ne manger que des sandwichs c’est quand
même pas très rigolo. De la même manière ils ont renoncé à aller à Monkey Mia pour ne pas dépenser 16$
mais semblent boire un litre de vin par jour et fumer
comme des pompiers, ce qui n’est pas exactement gratuit ou bon marché par ici. C’est un choix qui nous
semble insensé à nous, mais pas à eux. C’est intéressant de confronter ses idées et sa vision du voyage
avec d’autres mais là quand même c’est difficile de
comprendre la logique.
J+231 — Vagues à Kalbarri & sécession à
Hutt River
Kalbarri est un des plus célèbres parcs nationaux du
Western Australia, de ce fait on ne pouvait pas faire
l’impasse dessus. Donc c’est lui qui a fait l’impasse
sur nous… En effet la partie la plus réputée du parc,
composée du circuit de rando « The Loop » et d’un
endroit dénommé « Z-Bend », est inaccessible pour
cause de travaux sur l’unique route qui y mène. Et
cela pour plusieurs mois, sauf quelques week-ends en
juillet, mais en juillet on sera déjà loin… Bon on se dit
que c’est pas si mal que cette dirt road soit bitumée,
même si on se demande comment une route peut être
fermée pour travaux, mais rester ouverte aux bus des
tour-opérateurs. Comme quoi quand c’est fermé le
commerce continue… Enfin je dois être mauvaise
langue.
Nous nous rendons quand même dans la seule partie
du parc ouverte dans les terres. Il s’agit de deux petits
lookouts : Hawks Head et Ross Graham. Les quelques
centaines de mètres à parcourir à chacun de ces endroits nous laisseront sur notre faim. Il y a déjà si peu
de balades dans le nord du Western Australia, mais si
en plus l’une des trois seules qui est mentionnée par
notre guide de randonnée est fermée… Enfin au moins
on a une jolie vue sur la vallée et la Murchison River, qui prend sa source à 800 kilomètres de là vers
Meekatharra, en plein milieu du centre désertique de
l’état. Cela dit on pense quand même que faire payer
11$ l’accès à ces deux petits lookouts est un petit peu
délirant, heureusement qu’on a un pass des parcs nationaux du WA.
On ne reste pas longtemps, un peu agacés par ces touristes français qui passent leur temps à se prendre photo en auto-portrait avec leurs GoPro. Sûrement mon
côté vieux con, mais je trouve ça ridicule. Le paysage
est suffisamment joli pour ne pas foutre ta tronche mal
cadrée au milieu. Enfin bon.
On quitte donc les vues sur les gorges pour rejoindre la
partie un peu plus méconnue de Kalbarri : la côte avec
ses falaises et gorges. On passe rapidement à Kalbarri,
petite ville balnéaire sans grand intérêt, pour rejoindre
Red Bluff Lookout, où un vent à décorner les bœufs
chameaux ne nous empêche pas d’admirer la vue. Mais
on ne va pas s’arrêter là et on continue un peu plus
loin jusqu’à Mushroom Rock, petite boucle de 1,5 kilomètres. Bien que le départ de la balade ne soit qu’à
quelques centaines de mètres de Red Bluff on est obligés de reprendre la voiture pour s’y rendre car il n’y a
aucun chemin qui y mène, ou alors il faudrait faire le
détour par la route. Pas très bien pensé…
Cette petite balade nous emmène au bord de l’océan où
des rouleaux monstres s’écrasent contre les rochers.
Outre les jolis rochers à la texture visuellement semblable à du cake au chocolat (mais qui ne se mangent
pas, dommage), on y verra quelques crabes craintifs se
sauver en courant.
Le reste de la journée consiste à aller voir les points
de vue le long de la côte : Eagle Gorge, Shellhouse,
Grandstand, Island Rock et enfin Natural Bridge. Autant de formations rocheuses particulières et de vues à
couper le souffle. Surtout avec le soleil qui se couche
derrière une couche nuageuse, c’est simplement superbe.
À Natural Bridge nous restons sur le parking pour la
nuit. Le lendemain un ranger vient nous voir alors que
nous sommes en train de prendre le petit-déjeuner sur
le parking et nous demande de ne pas dire si nous
avons dormi là cette nuit si son chef passe demander.
Sympa mais on ne comptait pas le lui dire de toutes
manières, principe de précaution oblige.
Ce matin nous partons revoir les points de vue d’hier
mais à pied, en empruntant le Bigurda Trail, randonnée de 8 kilomètres entre Natural Bridge et Eagle
Gorge. On n’en fera que la moitié, 7 kilomètres allerretour jusqu’à Grandstand. Malgré un départ en pull,
coupe-vent et bonnet pour affronter le vent et le froid
nous terminons la balade en t-shirt sous un beau soleil.
On est contents de faire enfin un peu de marche et
de plus le paysage est loin d’être désagréable, avec ce
sentier qui suit les falaises au plus près et donne ainsi
de multiples occasions d’admirer les falaises et l’océan
qui se fracasse à leur base, dégageant une brume
épaisse dans les criques les plus agitées.
Après cette petite balade on repart sur la route pour
rejoindre sur d’excellentes dirt roads la seule nation
indépendante d’Australie : la principauté de Hutt River41. Le propriétaire de cette ferme, le prince Leonard
Ier a déclaré sécession avec l’Australie dans les années
soixante-dix après que le gouvernement du Western
Australia ait réduit les quotas agricoles. La ferme de
Leonard aurait ainsi dû détruire 96% de sa production
et déclarer faillite. Leonard a donc tenté tous les recours légaux, mais le gouvernement a refusé
d’entendre raison et a même commencé à faire appliquer illégalement le quota avant que la loi ne soit
41. http://en.wikipedia.org/wiki/Principality_of_Hutt_River
même votée. Leonard a donc déclaré faire sécession
de l’Australie. Suite à une partie de ping-pong entre le
gouvernement du Western Australia et celui du Commonwealth, le gouvernement fédéral n’a pas donné
de réponse à la sécession, acceptant de fait
l’indépendance de la province de Hutt River.
Depuis la principauté a sa propre constitution, sa monnaie et ses timbres, recherchés par les collectionneurs,
ses passeports, ses plaques d’immatriculation, ses ambassadeurs à l’étranger, et même une armée à
l’étranger. Évidemment malgré cela l’Australie ne reconnaît pas la principauté officiellement, même si ses
résidents ne sont pas soumis aux impôts australiens
et que les membres du gouvernement fédéral et régional s’adressent dans leurs courriers à « Sa Majesté
le prince Leonard Ier ». Cette micro-nation est l’une
des plus anciennes au monde et est considérée comme
l’une des rares à avoir un statut juridique solide, malgré le fait qu’elle ne soit pas reconnue par l’Australie
ou l’UE.
Je trouve le sujet des micronations42 passionnant, j’ai
déjà visité la Ladonia43 en visite à Kullaberg vers
42. https://en.wikipedia.org/wiki/Portal:Micronations
Malmö en Suède44, créée en réaction à la volonté de
la municipalité de détruire une immense sculpture en
bord de mer (Nimis) et la célèbre ville libre de Christiania45 à Copenhague, mais Hutt River est la seule à
avoir une histoire juridique aussi riche.
Nous nous sommes donc rendus à Hutt River, dont
l’entrée est libre, pour faire tamponner nos passeports
pour quelques dollars et visiter le « musée » un peu
bordélique de la principauté. Musée qui expose des documents sur l’histoire de la micro-nation, des passeports, des coupures de presse, mais aussi un joyeux
bric-à-brac : collection de pièces et billets du monde
entier, de pierres précieuses ou rares, de jouets et de
décos kitschs et étranges. Plus loin on peut visiter la
chapelle où sont exposée des peintures religieuses et
un portrait du prince. Enfin juste à côté une statue
du buste du prince précède un panneau expliquant
l’histoire du lieu et certains délires du prince, comme
sa propre version de la suite de Fibonacci. Aucune visite ne saurait être complète sans la boutique de souvenirs et ses gadgets mais aussi son exposition de tout et
43. https://en.wikipedia.org/wiki/Ladonia_(micronation)
44. http://bohwaz.net/photos/album/2011/04-avril/Kullaberg
45. https://en.wikipedia.org/wiki/Freetown_Christiania
n’importe quoi : livres du Reader’s Digest, épaulettes
de la police allemande, etc.
Pour terminer la principauté accueille aussi le camping
probablement le moins cher de tout le Western Australia. Pour 5$ la nuit par personne vous aurez un emplacement avec toilettes et douches chaudes, moins cher
et plus confortable que les parcs nationaux.
Après avoir quitté ce lieu singulier nous croisons sur
la route un lézard qui ne semble pas vouloir bouger
de cet endroit visiblement confortable. Ce Blue Tongue
Skink nous obligera à nous arrêter pour prendre des
photos avant qu’il ne se décide à poursuivre son chemin.
Il ne reste plus qu’à finir la route jusqu’à Geraldton,
agréable ville de bord de mer où nous profitons des
douches gratuites sur les plages du centre-ville avant
de faire des crêpes sur les barbecues publics du front
de mer. Encore un de ces moments où on se dit que la
vie ici est vraiment difficile…
J+234 — « Pinacler » n'est point pinailler
Après avoir quitté Geraldton et une nuit sur une aire
de repos entre la route et une décharge sauvage on
se rend à Dongara. Cet agréable petit village de bord
de mer est le dernier stop avant le début de l’Indian
Ocean Drive, qui n’a pas grand-chose à voir avec la
Great Ocean Road, malgré de jolies vues sur l’océan,
on est souvent coupés ce celui-ci par des baraquements de tôle, visiblement utilisés comme résidences
de vacances.
Nous sommes accueillis chaleureusement à l’office de
tourisme-bibliothèque municipale de Dongara, c’est
agréable. Les personnes présentes nous expliquent un
peu les trucs du coin, quelques idées et nous fournissent brochures et dépliants. Ça change bien des offices de tourisme qui essayent de vous vendre des souvenirs « made in china » et des réservations d’hôtels
et activités commerciales en tout genre : ici pas de souvenirs, que de l’info locale. Après un petit tour dans
le village on emprunte l’Indian Ocean Drive avant de
la quitter pour une trentaine de kilomètres de dirt
road jusqu’à l’entrée de Lesueur National Park. Ce parc
ne propose qu’un accès : une route « scénique » (bi-
tumée) de 18,5 kilomètres fait une boucle avant de
ressortir du parc. De là on peut s’arrêter à plusieurs
endroits, mais la balade la plus intéressante est
l’ascension de Mt Lesueur : 4 kilomètres aller-retour.
Ce n’est pas vraiment une balade très difficile, Mt Lesueur culmine à 313 mètres, autant dire que pour y
grimper aucun effort n’est nécessaire. Cette mesa est
entourée de végétation rase, les arbres sont rares et petits, on y voit surtout beaucoup de Xanthorrea46, aussi appelée « kangaroo tail grass » de par sa forme. Sur
le chemin nous voyons de jolis spécimens d’une espèce de Drosera endémique du Western Australia, une
plante carnivore qui attrape les insectes dans ses tentacules qui ressemblent à des gouttes de rosée.
Plus loin ce sont des abeilles que l’on surprend à butiner déjà les quelques rares fleurs sauvages qui sont déjà apparues dans la plaine, alors que nous sommes au
début de l’hiver australien.
En descendant on croise un grand aigle qui nous survole de près, pense-t-il qu’il peut essayer de nous attraper ? Ah ça, je ne me laisserais pas faire !
46. https://en.wikipedia.org/wiki/Xanthorrhoea
On quitte le parc après avoir laissé passer quelques
wallabies sur la route. On parcourt soixante kilomètres
et nous retrouvons à Nambung National Park, renommé pour ses « Pinnacles », juste à temps pour admirer
le coucher de soleil qui se découpe entre l’océan et ces
étranges rochers pointus. On s’en va dormir sur un petit coin caché en bord de route à quelques kilomètres
de là pour mieux revenir le lendemain.
Le lendemain nous quittons donc notre cachette pour
retourner voir les « Pinnacles ». Il faut savoir que ce
lieu est un désert parsemé de « menhirs » naturels (hasard ou pas, le patelin le plus proche s’appelle Cervantes, sûrement un proche parent de la cervoise, encore un coup des gaulois !), formés il y a 30.000 ans
on ne sait pas encore bien comment. Plusieurs théories
sont proposées mais toutes sont controversées. Étant
l’un des paysages parmi les plus accessibles de l’état il
est évidemment aussi l’un des plus visités.
Ce qui a mené le parc national a un choix bien curieux
car ici les voitures peuvent se promener au milieu des
formations rocheuses. Un chemin bordé de cailloux a
été tracé dans le sable (pas de béton, ouf !) et ce parc
se visite donc principalement en voiture. Le soir pré-
cédent nous avons fait ce petit parcours en voiture et
on a été un peu déçus. Je trouve qu’un parcours en
voiture est trop court (même si rouler dans le sable
au milieu de tout ça est rigolo) et ne permet pas de
s’imprégner de la particularité du lieu. Aujourd’hui
nous corrigeons donc le tir et partons nous promener
à pied.
Pour saluer ce choix un émeu vient se promener au
milieu des rochers pour nous saluer. Non vraiment
c’est trop, fallait pas. On passe donc plusieurs heures
à se promener dans le désert sous un soleil de plomb,
étrange de se lever avec une température de 0°C et atteindre ainsi 28°C quelques heures plus tard en plein
désert.
Plus loin on voit de petites concrétions rocheuses dans
le sable, ce sont des « mini-pinnacles » formés par des
arbres fossilisés et enterrés dans le sable avec le temps
et le vent. Enfin en tout cas c’est ce qui se dit.
En terminant notre balade exploratoire on croise un
blue-tongued skink47 (scinque rugueux en français,
mais bizarrement je préfère son nom anglais) qui tra47. https://en.wikipedia.org/wiki/Tiliqua_rugosa
verse le désert et nous tourne un peu autour avant de
s’enfuir. Ce genre de lézard ressemble un peu à une
pomme de pain, on trouve ça assez rigolo, tout comme
sa forme quasi-symétrique pensée pour tromper les
prédateurs.
Nous quittons ainsi Nambung et poursuivons ce paysage de rêve qui nous nargue à l’horizon : d’immenses
dunes de sable blanc à perte de vue. On veut y aller
et sauter dedans ! Il suffit simplement de se renseigner
sur WikiTravel et nous voilà en direction de Lancelin…
J+234 — N'est pas Lancelot qui vient, ou
Lancelin qui veau, ou...
Après Nambung pour savoir où et comment s’y
rendre, nous arrivons à Lancelin où ses grandes dunes
blanches sont un espace de loisir pour tous. Enfin pour
tous… L’espace est surtout utilisé par les 4x4 et quads
pour s’amuser, et visiblement dans le coin on ne peut
pas s’amuser sans saloper le coin : des tessons de bouteilles et autres déchets jalonnent le bas des dunes.
Heureusement les 4x4 ne sont pas vraiment tout-terrain et ne savent pas monter sur les dunes, mais nous
si ! En haut des dunes c’est plus propre et joli, et il y a
de quoi s’amuser avec ce sable ultra-fin et doux comme
du satin (enfin presque).
Sur la dune à côté des gens font du sandboarding,
c’est-à-dire glisser le long des dunes sur une luge. Mais
ça a pas l’air facile quand même, et je pense qu’il est
moins agréable de bouffer du sable que de la neige si
on se vautre… Et en plus il faut remonter à pied.
Non non, ça ce n’est pas pour nous. Nous on est autrement plus sérieux, on ne va pas faire les cons gratuitement. Jamais.
Enfin je veux dire c’est pas notre genre. On va pas se
mettre à sauter dans tous les sens sans raison. Non.
Enfin c’est vrai quoi, on est des gens sérieux nous48.
Enfin presque.
J+236 — Tu n'as pas changé
Non en quatre années tu n’as pas changé. C’est sûrement moi qui ai vieilli. Qui n’ai pas compris que le
temps avait passé, que les rivières s’étaient creusées,
que ton visage avait changé malgré moi, malgré mes
à priori, malgré mes doutes et mes peurs. Malgré les
sourires qui passent, les pensées qu’on ressasse et les
souvenirs qui s’effacent. Tu es toujours là, dressée de
tes gratte-ciels comme des armes, armée de tes angles
droits comme autant de violences aux courbes naturelles.
48. http://i.kd2.org/a=6CXCa1QaH
Quatre ans plus tard tu es toujours là Perth. Et moi
aussi. Mais en réalité nous avons changé tous les deux,
plus que nous ne voudrions l’avouer.
J+237 — Yanchep, Perth, Kalamunda
Après Lancelin nous avons visité Yanchep National
Park, seul endroit où l’on peut voir des Koalas dans le
Western Australia, mais en captivité, ils n’existent plus
à l’état naturel depuis déjà un moment. Mais l’intérêt
du parc réside ailleurs : il cache un certain nombre
de balades. La plupart semblent assez simples et nous
portons notre dévolu sur Ghost House Walk qui passe
par une maison en ruine et d’anciens bunkers utilisés
pour des équipements de radar pendant la seconde
guerre mondiale. On y voit aussi des abri pour les randonneurs qui passent ici sur des randos de plusieurs
jours. Ça a l’air pas mal, hormis le fait que l’endroit
pour dormir n’ait que trois murs : ça protège de la
pluie mais pas du vent et du froid.
Le lendemain après un réveil dans le van dont la chaleureuse température de 0°C nous a rapidement fait
prendre la route, nous avons rejoint Perth. Garés à
Kings Park nous avons marché dans le parc en ad-
mirant les vues sur la ville avant de descendre dans
le centre-ville sous un beau soleil. Nous mangeons à
« Taka », fast-food japonais qui offre un menu complet
pour la modique somme de 7,80$. Menu que nous dévorerons au « Perth Cultural Centre » situé juste devant le musée du Western Australia. Le musée a pas
mal d’expositions, et comme celui du South Australia il
y a de quoi faire, surtout dans la section dédiée aux enfants avec ses centaines de tiroirs à ouvrir pour découvrir des objets, des poissons, des animaux empaillés ou
même des mâchoires de requin ou carapaces de tortues à toucher. Je confirme au passage que les dents
de requins sont bien tranchantes… Y’a pas vraiment de
contexte ou d’ordre c’est un peu le joyeux bordel mais
c’est rigolo.
Décidant de ne suivre que son estomac (et le mien un
peu), Anne nous emmène à San Churro après avoir
trouvé une réduction dans une brochure touristique :
le double de churros pour le même prix. Miam des
churros ! Bon finalement ils seront tellement chers
qu’on en aura perdu tout appétit : neuf dollars pour
trois churros, et il faut payer en plus pour avoir du
chocolat avec. Trois churros, qu’est-ce que vous voulez
faire avec ça quand on est habitués à les manger par
dizaines pour quelques euros ? C’est du chantage que
l’on fait là à notre gourmandise ! Nous refusons d’être
pris en otage par ces restaurateurs. Pour se consoler on
achètera du Nutella local à l’orange (dénommé Twizt,
et c’est très bon) et des glaces à Mac Donald’s, le tout
pour moins de deux dollars. Notre gourmandise n’a
pas de prix !
Après une bonne nuit sur le parking de Kings Park
on reprend la route pour aller faire quelques tâches
domestiques : lessive, courses et le plein de cookies !
Nous visitons Fremantle, sa plage, son tunnel, son
port, et son musée des naufrages maritimes qui
conserve la proue du Batavia, naufragé au XVIe siècle
sur Ningaloo Reef. Évidemment impossible de passer
là sans manger un excellent Fish Burger (on aime pas
trop les frites, alors on préfère le Burger au Fish &
Chips), miam, encore un repas équilibré. Plutôt que
de faire du sport on décide d’appliquer le régime
« douche froide et vent froid » à la plage, plutôt revigorant : je suis sûr d’avoir perdu quelques kilos à sauter dans tous les sens pour me réchauffer sous l’eau
froide.
Nous roulons ensuite jusqu’à Kalamunda dans les
Perth Hills où nous nous assoupissons sur un parking
dans la forêt.
Enfin en ce lundi 1er juillet on se lève dans un froid qui
reste tenace, on se balade un peu dans la forêt à Farrell
Grove, habillés d’une double épaisseur de pulls et d’un
bonnet. Mais on réalise vite qu’on ne va pas trouver de
panneau sur ce chemin et qu’avec toutes ces intersections on risque de se perdre : il vaudrait mieux passer
à l’office de tourisme. Chose dite, chose faite, d’autant
plus que quitter l’ombre de la forêt de pins est bénéfique à notre température corporelle. Cet office de tourisme montre que ça y est on a enfin atteint la partie
du Western Australia où on peut randonner : des dizaines de sentiers sont tracés dans le coin, et l’office
de tourisme propose de nombreuses brochures pour
les suivre. Le fait que le village est le point de départ
de la Bibbulmun Track49 (1.000 kilomètres de randonnée jusqu’à Albany) doit probablement aider. Yanchep
commençait déjà un peu à se montrer intéressant, mais
c’était principalement sur du plat : ici c’est vallonné,
y’a de quoi s’amuser enfin !
49. https://en.wikipedia.org/wiki/Bibbulmun_Track
On choisit une balade à Lesmurdie Falls, et comme on
ne trouvera jamais le sentier indiqué on fera simplement la plus longue qui était indiquée sur place. On se
perdra quelque fois dans les intersections mais on aura
de jolies vues sur Perth et sur les chutes d’eau avant de
redescendre et croiser un bandicoot dans les fourrés.
Il ne nous reste plus qu’à rejoindre une aire de repos
sur la route pour la nuit, bien emmitouflés dans nos
duvets et sous la couette.
J+238 — Serpenter à Serpentine
Après un réveil encore frais, on se rend à Jarrahdale,
d’où nous commençons notre « grande » balade du
jour : 14 kilomètres aller-retour sur le chemin de Kitty’s Gorge Trail qui mène jusqu’aux Serpentine Falls
dans Serpentine National Park.
Après avoir enfilé nos chaussures de marche, pris
quelques barres de céréales et rempli les réserves d’eau
on emprunte Stacey Track, petite boucle qui rejoint
Gooralong Campground. Ce camping a été abandonné
en 2005 et n’est plus maintenu par le DEC (Department of Environment and Conservation, organisme en
charge des parcs nationaux dans le Western Australia), pour des questions de sécurité officiellement. Cela
alors qu’il venait juste d’être rénové. On trouve donc
des douches, des toilettes, des jeux pour enfant, des
tables, des barbecues, le tout dans un état de délabrement plus ou moins avancé.
De là il suffit de suivre la rivière vers l’aval sur un sentier peu entretenu en prenant garde à ne pas se tromper : plusieurs flèches de couleurs et symboles différents bifurquent peu après le début, mais seul Kitty
Gorge’s Trail semble emprunté régulièrement, ce qui
ne veut pas nécessairement signifier entretenu.
Malgré la pluie intermittente on suit la gorge à côté
de petites cascades où l’eau disparaît puis réapparaît
après quelques gros rochers, et on profite d’éclaircies
passagères pour admirer l’étrange faune et flore du
coin.
Après la traversée de quelques propriétés privées le
chemin devient moins rigolo : il faut suivre un énorme
pipeline bétonné jusqu’aux Serpentine Falls. Là on
s’accorde une pause barre de céréales bien méritée
pendant qu’un casse-cou décide de faire du toboggan
dans les chutes d’eau. Il doit faire dans les 5°C et on
porte toujours bonnet et pull, mais pas de problème
pour lui. Visiblement il n’a pas lu les pancartes indiquant qu’il ne faut pas grimper sur les rochers glissants, et que plusieurs personnes sont décédées ici, la
dernière était même en février50…
On reprend le sentier dans l’autre sens pour rentrer
au van en croisant quelques kangourous en chemin et
deux heures plus tard on peut enfin manger un bon
sandwich bien mérité avant de prendre la route vers
un parking pour la nuit.
J+241 — Gnome is where the heart is
Ai-je déjà mentionné à quel point les villes
m’emmerdent ? Sérieusement quand vous êtes en vacances, est-ce que vous avez envie de voir des gens habillés en pingouins courir dans les rues, attraper des
bus et des métros bondés, baver devant les vitrines
et tous se ruer hors des villes à la fermeture des bureaux ? Moi pas. Ceci explique pourquoi on ne passe
que peu de temps dans les villes et qu’on essaye de
les éviter autant que possible. Nous ne ferons donc
50. http://www.watoday.com.au/wa-news/serpentine-falls-claims-life-ofgerman-tourist-20130218-2enfw.html
qu’un court arrêt à Mandurah pour quelques courses,
une connexion rapide au net et un passage au visitor
centre. La ville est sympa avec sa petite marina en bord
de mer, mais on n’a pas vraiment envie de rester.
On tente dans l’après-midi une visite de Yalgorup National Park, mais on n’est pas impressionnés par les
thrombolites, ces lointains cousins des stromatolites.
Et la balade que nous tentons à côté de Lake Clifton
nous semble tellement ennuyante, plate et sans aucune
vue que nous rebroussons chemin au bout d’un quart
d’heure de marche. Il ne nous reste alors plus qu’à rouler vers Wellington National Park, en marquant une
pause au charmant visitor centre de Harvey, village
spécialisé dans ses produits laitiers et ses jus de fruit,
comme le montrent ses nombreuses sculptures amateur. On ira ensuite dormir sur une aire de pique-nique
vers l’entrée de Wellington National Park.
Le lendemain on se réveille dans un van trempé
d’humidité. En effet on n’y pense pas mais les voitures
(et notre van n’est rien d’autre qu’une simple camionnette utilitaire transformée de nos mains avec du matériel de récupe) ne sont pas conçues pour dormir dedans. Il n’y a pas d’isolation, pas d’aération et bien
évidemment pas de chauffage. Et depuis que nous
sommes arrivés dans le sud-ouest du Western Australia ça se ressent : nous passons nos soirées assis ou
vautrés sur les banquettes dans nos sacs de couchage,
ne sortant les mains que pour manger ou écrire chacun
notre journal de voyage.
Grâce au chauffage de la voiture quand on conduit
avant d’atteindre les campings on arrive à maintenir
une température vivable pendant une à deux heures
après que nous ayons arrêté le moteur. Mais ensuite
il commence à faire sérieusement froid. Heureusement
ça correspond en général à l’heure de se coucher, étant
donner qu’il fait nuit. De fait l’utilisation de
l’ordinateur est limitée : il n’y a pas d’électricité quand
nous sommes arrêtés, et quand nous roulons l'inverter
(convertisseur de tension 220V qui se branche sur la
prise allume-cigare 12V) n’est pas assez puissant pour
recharger deux ordinateurs en même temps (et s’il
l’était c’est le fusible de la voiture qui sauterait ou le
câble de l’allume-cigare qui se mettrait à fondre). Pour
la lecture c’est aussi assez limité, déjà parce qu’il faut
sortir les mains de sous la couette (horreur !) et ensuite parce que notre lampe solaire Ikea, bien que plutôt vaillante et fonctionnelle, ne fournit que trois à
quatre heures de lumière acceptable pour lire (ensuite
elle éclaire toujours mais ça fait mal aux yeux de lire).
Bref le choix d’activités nocturnes est limité. Ça tombe
bien parce qu’en général on tombe de fatigue assez
vite, épuisés de nos journées si sportives (si si !).
Pour revenir au problème d’humidité : pas d’aération
ni de chauffage signifie que c’est la chaleur dégagée
par le corps humain qui va chauffer l’habitacle. Sauf
que celui-ci n’étant pas isolé, cette chaleur humide
(l’humain ayant cette caractéristique de transpirer
dans son sommeil) va se condenser sur les parois.
Donc le matin les parois, le plafond, les vitres sont couvertes de buée quand il fait doux et carrément d’eau
quand il fait froid. Et pour nous il y a aussi le matelas
qui se retrouve humide, l’humidité se condensant sur
les plaques de bois où est posé le matelas. Le problème
serait légèrement moins important avec un sommier à
lattes, mais si vous casez un sommier à lattes dans le
van il n’y a plus de places pour rien d’autre et je pense
que quand la température à l’intérieur est de 0°C ça ne
changerait quand même pas grand-chose.
Bref en ce beau matin ensoleillé nous étendons le matelas sur la bâche pour tenter de le faire sécher au so-
leil, comme si souvent nous l’avons fait. Le problème
c’est qu’à l’ombre des arbres de la forêt, du soleil, il n’y
en a pas beaucoup et donc la température ne monte
pas et le matelas ne sèche pas. Réaction unanime de
vos voyageurs préférés : « grombl fait chier ».
Évidemment comme ce matin on avait vraiment la
flemme de sortir de nos duvets on a commencé par regarder un film sous la couette avant de se décider à se
lever et faire sécher le matelas, du coup le temps qu’on
prenne le petit-déjeuner il est déjà 10h du matin alors
qu’on s’est réveillés à 6h. Quelle efficacité. On part finalement pour Wellington National Park alors que la
température a atteint un summum de 3°C.
Wellington National Park n’a rien à voir avec la
Nouvelle-Zélande, à part peut-être le froid et
l’humidité mais sinon c’est simplement un des premiers grands parcs du South West, composé d’un
grand lac artificiel et de plusieurs cours d’eau et déjà
de grands arbres. Après un petit tour au barrage du lac
artificiel et à une ancienne carrière aujourd’hui utilisée pour faire de la descente en rappel, on prend une
étroite route à sens unique qui serpente pour rejoindre
Honeymoon Pool, petit camping en bord de rivière.
L’eau a l’air très jolie mais vu la fraîcheur on va éviter
de se baigner aujourd’hui.
On enfile nos chaussures de marche (oui même par 0°C
je commence la journée en sandales, nan mais je suis
pas venu en Australie pour rien non plus) et on commence le sentier de Jabitj Trail. On s’arrête au bout de
dix minutes à un pont de la route et on voit qu’il y
a un petit parking à côté… au soleil ! Ni une ni deux
Anne va en courant (d’aucuns diraient que c’est une
sportive-née mais en fait c’était seulement pour se réchauffer) chercher le van pour aller le garer en soleil
pour que l’intérieur et le matelas sèchent, car un van
au soleil c’est un vrai sauna : la température monte
bien plus qu’à l’extérieur. Oui bon ok j’arrête de raconter ces histoires d’isolation, de chaud/froid, de condensation tout ça, je sais ça vous emmerde OK bon je comprends. Mais comprenez-bien notre situation, nous qui
sommes venus en Australie avec cette image d’été permanent, de chaleurs intolérables, et voilà qu’on se retrouve à se geler, on se dit qu’on a dû manquer une
intersection et qu’on s’est retrouvés en Nouvelle-Zélande c’est pas possible.
Nous pouvons donc enfin commencer notre randonnée de la journée mais… oh attendez, qu’est-ce que
c’est dans la rivière là ? Ah ben oui c’est bien une
truite arc-en-ciel, reconnaissable à sa bande rougerose sur le côté, qui essaie de sauter par dessus les rochers pour remonter la rivière ! Quelle vigueur, quelle
force ! Hum bon excusez, première fois de ma vie que
je vois une truite sauter dans une rivière…
Je disais donc que nous pouvons commencer notre
randonnée, Kurliiny Tjenangitj, une boucle de 10 kilomètres dans la forêt. On commence par longer la rivière et de grands étangs naturels qui semblent faire de
superbes coins de baignade… en été. Pour nous en hiver on se contentera du superbe reflet de la forêt dans
l’eau.
On suit le sentier mixte VTT / randonnée qui grimpe
en lacet dans les hauteurs pour atteindre un point de
vue. Là il y a bien des tables de pique-nique mais niveau vue ils ont dû oublier de l’installer parce qu’à
travers les arbres on ne voit pas grand-chose. On distingue bien que ça a l’air superbe, mais seulement l’air.
Ah si j’avais un 4x4 et une tronçonneuse comme les
bogans (ploucs) australiens… Mais je m’égare. On re-
descend par un chemin un peu plus intime réservé aux
piétons, ça descend pas mal et les genoux en prennent
pour leur grade. On voit beaucoup de banksias sèches,
ces gros épis fleuris en été s’assèchent et meurent en
hiver pour ressembler à des pommes de pin. Sauf que
c’est relativement gros et lourd, car contrairement aux
pommes de pin c’est du bois plein. On va donc éviter
de s’en prendre une sur la tête.
De retour à Honeymoon Pool il est temps de manger
et je profite de faire chauffer un peu d’eau au barbecue
pour me laver : méthode bassine et bol, alors qu’il doit
faire 5°C, ben je peux témoigner qu’on se lave et se rhabille très très très vite.
Il est ensuite temps de quitter le parc et l’unique et téméraire campeur en train de fendre du bois pour son
feu de camp. En même temps vu la taille de sa tente,
son équipement et même son groupe électrogène je ne
pense pas qu’il risque de manquer de confort…
Nous repartons donc sur la route et après une douzaine de kilomètres de petites routes dans les forêts on
arrive à un rond-point. Mais ce rond-point n’est pas
comme les autres. Je vais donc vous conter cette histoire du sud-ouest de l’Australie : le conseil municipal
du patelin du coin, à une quinzaine de bornes de là, a
décidé un jour de créer une intersection à cet endroit,
en bas d’une colline. La population locale se rebiffe :
« quoi une intersection en bas d’une colline, mais c’est
dangereux voyons ! » Le conseil municipal trouve une
solution : « on va mettre un rond-point, c’est joli les
rond-points, d’ailleurs en France y’en a plein c’est bien
la preuve que c’est un aménagement de bon goût ». La
population n’est pas d’accord : « non mais ça va coûter cher, et puis en plus ça va prendre de la place pour
rien ». Le conseil municipal passe en force et commence les travaux du rond-point. En opposition une
habitante du coin vient placer à cet endroit un nain de
jardin pour surveiller les travaux. De là une autre habitante apportera un autre nain, puis un autre etc. jusqu’à former l’endroit loufoque qui existe aujourd’hui :
Gnomesville. Autour du rond-point sont donc amassés
en rues et lotissements des nains de jardin de toutes les
tailles, couleurs et origines. Selon le site officiel51 de la
ville il y en a plus de 5.000.
C’est donc à cet endroit unique que l’on peut se promener et admirer tous ces nains de jardin étranges,
51. http://gnomesville.com/
parfois rassemblés par lieu d’origine ou équipe de foot.
L’histoire de la formation de Gnomesville ne raconte
pas pourquoi les nains de jardin, et en quoi ils auraient
pu empêcher le rond-point de se construire, mais
l’histoire me semble suffisamment loufoque à la base
pour ne pas avoir à creuser plus loin.
On se balade donc une bonne demi-heure dans ce beau
bordel avant de terminer la route jusqu’à notre camping pour la nuit : Ironstone Gully Falls, à côté de
chutes d’eau qu’on ne verra jamais mais surtout avec
pas mal de passages de ploucs du coin venus saccager
la forêt en 4x4 toute la nuit…
J+243 — De Busselton à Cape Naturaliste
Nous ce qu’on aime dans le voyage c’est le sentiment
de liberté et de plénitude qu’il apporte. Enfin, quand je
dis le voyage ce n’est pas n’importe quel voyage. Ce
sentiment est apporté à mon sens par la découverte et
l’exploration de ces immenses paysages et par le fait
de dormir chaque nuit dans un endroit souvent paumé au milieu de la nature. Ce qui procure autant de
plaisir à voyager c’est cette impression (toute relative
certes) de partir à l’aventure, de briser les barrières
qu’on s’était imposées, d’ouvrir les bras à l’inconnu.
Tout cela est à mon sens incompatible avec le tourisme
de masse. Celui-là même qui consiste à aller s’entasser
dans des endroits policés tels les hôtels ou les campings commerciaux. Des lieux dont le seul intérêt est
de garder un semblant de confort moderne, et donc de
rester dans son confort quotidien.
Évidemment dans une société capitaliste, seul le tourisme de masse présente un intérêt économique. De
ce fait toute attraction naturelle est immédiatement
transformée en parc d’attraction. Cela va de la randonnée « guidée » jusqu’aux coûteux survols en avion et
hélicoptère, en passant par les boutiques de souvenir,
les tours organisés et les photos-souvenir. En Australie cela se manifeste aux endroits touristiques, comme
Uluru ou les Twelve apostles sur la Great Ocean Road,
mais aussi de manière plus insidieuse à des endroits
moins connus.
C’est par exemple le cas à Busselton, grande ville côtière située au coin supérieur du South West du Western Australia. À Busselton il existe donc une jetée,
comme dans pas mal de villes en Australie, et celleci est plutôt grande. Ils proclament même que c’est la
plus grande jetée d’Australie. Ce qui est faux, mais passons. Le fait est que ça reste une jetée : un grand ponton en bois au bord d’une grosse ville, un élément architectural sans grand intérêt. Et pourtant ils ont eu
l’idée « géniale » de la transformer en attraction touristique. Et qui dit touriste dit business, donc cette jetée possède un petit train (vous savez ces petits trucs
moches qui fonctionnent à l’essence et qui n’ont rien
à voir avec un train), évidemment payant. Et si vous
désirez pêcher depuis la jetée c’est aussi payant. Pourquoi pas. Et si vous voulez voir le musée de la jetée
(oh que ça a l’air passionnant de connaître l’histoire de
cette jetée), c’est payant. Pourquoi pas. Mais enfin, si
vous voulez ne serait-ce que marcher sur cette jetée,
c’est payant. Fallait oser quand même.
Mais le pire n’est pas d’avoir rendu cette jetée sans
grand intérêt payante. Non le pire c’est que comme
c’est décrété attraction touristique des milliers de touristes s’y précipitent. Donc en ce beau nuageux samedi
de juillet la jetée est blindée de monde, qui a gentiment
payé son billet à l’entrée. Tout ça pour se promener sur
une jetée… Vraiment y’a des fois je perds toute foi en
l’humanité.
Nous nous contenterons donc de profiter de Busselton
pour se doucher, faire cuire une pizza au barbecue de
plein air (échec fumant), et passer à Geographe Bay
regarder un peu les plages et les forêts. Le lendemain
on y refera un arrêt pour profiter du minuscule marché mensuel pour acheter quelques fruits et légumes
locaux.
On continue la route jusqu’à Cape Naturaliste où nous
retrouvons cet esprit « touristique » avec le tout petit
phare dont la visite est payante et pas donnée. Mais
nous préférerons profiter des sentiers gratuits qui jalonnent le cap. C’est le début de la célèbre randonnée
« Cape To Cape » qui emmène sur 135 kilomètres de
Cape Naturaliste au nord à Cape Leeuwin au sud. On
se contentera de se promener sur 8 kilomètres, avec
une bonne partie à marcher dans le sable et une autre
à se perdre dans les arbustes.
Heureusement qu’entre les deux il y avait de quoi
perdre du temps à regarder les otaries se prélasser au
soleil.
Il ne nous restera plus qu’à aller dormir pour la nuit
au milieu du plus petit parc national de l’ouest australien, Yelverton, où on manquera de s’enliser en faisant
patiner le van pour faire un demi-tour en trois temps
(enfin… en quarante temps plutôt).
J+244 — Sur la piste du Cape to Cape
« Cape to Cape » est une randonnée de 135 kilomètres
de Cape Naturaliste à Cape Leeuwin, suivant la côte de
la pointe sud-ouest du Western Australia. On n’a pas
le temps de la faire hélas, mais on la suivra pour descendre le long de la côte. En ce lundi 8 juillet on se
lève donc avec la fraîche température de -2°C pour se
rendre à Canal Rocks, à côté du petit village de Yallingup. Là, la mer s’engouffre dans les canaux créés entre
les rochers, un spectacle fascinant, on pourrait rester
là des heures à le regarder.
Et si seulement il ne faisait pas si froid, on aurait bien
tenté un petit plongeon dans l’eau turquoise pour observer coraux et poissons exotiques…
Pour se consoler on empruntera le sentier du Cape
to Cape pour quelques kilomètres et un aller-retour
jusqu’à Wyadup. Une balade agréable, mais la chaleur
a déjà grimpé et à marcher dans le sable, au milieu
des buissons, en bord de falaises, on a bien chaud, en-
fin jusqu’à ce que les nuages nous cachent le soleil et
fassent chuter la température.
On continue la route jusqu’à Moses Rock où on
s’amuse à sauter dans le sable avant de déjeuner et on
poursuit jusqu’à Wilyabrup Cliffs, ou après plusieurs
kilomètres d’une étroite dirt road qui ne semble mener
que dans des fermes on se fait arrêter par un banc de
sable inondé au milieu de la route… On s’arrête juste
avant, visiblement la route praticable sans 4x4 s’arrête
là, mais ça aurait été bien de le signaler, on a failli se
retrouver embourbés. On fait donc demi-tour en trois
cinquante temps sur l’étroite route et découvrir un
micro-parking en bord de route, bien caché, sans aucun panneau, mais un escalier en bois pour passer par
dessus la barrière en barbelés du pré. On va donc par
là, et plus loin dans le pré un panneau vraiment bien
caché indique le sentier pour aller jusqu’aux falaises.
Ouf, ce coin-là n’était pas des plus simples à accéder…
Un petit kilomètre plus tard on se retrouve aux falaises, et des toilettes (immenses, quasiment un chalet)
qui bénéficient d’une jolie vue sur la mer… Ici même
quand on va aux toilettes on a de beaux paysages à regarder, vraiment j’adore ce pays.
On descend au bas des falaises, qui sont un espace
d’escalade aménagé avec plusieurs voies de différents
niveau, et on se dit que vraiment ça aurait été chouette
d’amener du matériel et grimper les falaises ici, avec la
mer qui rugit en contrebas… À défaut on profite de la
vue. Y’a pire.
On passe encore un bout de temps à se balader sur
la plage à côté, à jouer à cache-cache avec les crabes
multicolores qui s’enfuient à notre approche, et marcher un peu sur une section du Cape to Cape qui passe
par là, avant de retourner au parking en bord de route
pour la nuit : un coin tranquille et silencieux.
J+245 à J+247 — Margaret River : entre
ensablage et broutage, une histoire de van
Par Anne
On se lève sous une température de 12°C, la nuit a
été plus chaude que les précédentes et c’est agréable
de ne pas avoir à batailler pour sortir du sac de couchage. Inconvénient, forcément : il pleut ! On passe
donc la journée à ne pas faire grand-chose : quelques
courses, une lessive et un tour sur internet à la bi-
bliothèque municipale. En fin de journée, la météo
redevient plus clémente et on se dirige vers Redgate
Beach. Malgré le vent à décorner des bœufs, c’est très
chouette. On pourrait passer des heures à regarder
s’écraser les vagues sur les énormes rochers rouges et
à imiter le bruit de leur fracas. Sans oublier le temps
passé à prendre des centaines de photos du coucher de
soleil.
C’est d’ailleurs la fin de la journée quand on se décide
à partir. On ne sait pas trop où passer la nuit, le coin
est réputé pour être anti « free camping » et les nombreux panneaux « no camping » nous le confirment.
Le premier camping gratuit est à cinquante kilomètres
et ceux de nos nuits précédentes sont assez loin également. Sylvain propose de rester là mais je préfère
essayer de trouver un coin plus discret et sans panneaux interdisant d’y passer la nuit. Notre cohabitation dans le van se passe plutôt bien, on ne s’est pas
encore tapé dessus et notre poubelle roulante palace
ambulant de 2 m² compense la promiscuité intérieure
avec les paysages grandioses où il nous mène (quand il
veut bien). Toutefois et cela semble être une caractéristique du backpacker, que j’observe chaque soir dans les
campings connus et dont je me moque tout le temps,
quand bien même je fais exactement la même chose :
on se prend régulièrement le chou pour savoir où aller
camper et, une fois avoir trouvé, choisir un emplacement. Vous avez déjà vu un chat faire trois fois le
tour de la pièce, tâter le terrain (de préférence avec ses
griffes quand le terrain en question s’avère être votre
ventre) tourner sur lui-même, se coucher, se relever,
se décaler de trois centimètres et finalement se mettre
exactement à la place où il était au départ ? Le backpacker — et j’en suis un parfait exemple sur ce pointlà — est en tout point pareil : je peux chercher des
heures l’équation parfaite dont le résultat est une place
pas trop loin des toilettes mais pas trop près non plus,
en gardant un périmètre suffisant avec les autres véhicules tout en laissant un espace assez petit pour ne pas
qu’un autre van ait envie de venir se coller au nôtre,
sans toutefois oublier que tout le monde a droit à une
place. Bref, ça n’a pas l’air mais c’est tout un art !
On passe donc parfois quelque temps à se disputer
pour savoir où garer le van et la question ce soir-là ne
portait pas sur l’emplacement mais sur le lieu. Rester
dans un coin « no camping » ou partir à la chasse au
coin discret alors qu’il fait déjà nuit ? Comme toujours,
j’obtiens gain de cause et on quitte la plage pour tenter
de trouver un endroit moins « interdit ». Je m’engage
dans un chemin entrant dans une forêt et les roues arrière n’ont même pas encore quitté la route principale
que les roues avant décident de s’ensabler dans le ridiculement minuscule fossé entre la route et le chemin. Impossible de bouger le van qui reste paralysé à
10 cm de la route goudronnée. Après m’être traitée de
tous les noms parmi lesquels on retrouve tous les synonymes de « stupide », on essaie de creuser des tranchées pour évacuer le sable, mettre des planches sous
les roues, pousser tandis que l’un accélère… Sylvain
a une idée consistant à pousser le van puis le laisser
revenir pour le pousser à nouveau, en bref, le balancer d’avant en arrière. Je n’y crois pas trop, notre tas
de rouille bolide fait pas loin de deux tonnes et nos
muscles peuvent nous aider à porter des pots de Twist
(le Nutella local, enfin importé de Hollande, à l’orange)
mais pas plus.
Après une quarantaine minutes à jouer à la balançoire
dans la nuit, un coincement de volant avec une
écharpe pour maintenir le volant tourné, un râpage de
genoux sur le bitume, un pelletage de sable à la grosse
cuillère et autres réjouissances, nous sortons le van de
cette microscopique ornière. Je me range finalement
à l’avis de Sylvain (chose rare pour être mentionnée,
pour une fois, il n’avait pas tort) et on retourne sur le
parking de Redgate Beach pour passer la nuit, tant pis
pour le « no camping » !
On se réveille dans un van ruisselant d’humidité, entre
la pluie, l’océan et notre transpiration, l’eau a dû mal
à s’évacuer bien qu’on ne puisse pas vraiment dire que
le van soit un espace étanche à l’air ! Sur la route pour
Augusta, on fait un petit détour pour faire Boranup
Scenic Drive, une route unsealed de 14 km qui n’a pas
grand intérêt, certes les karris, ces grands eucalyptus,
sont très jolis mais ce ne sont pas les premiers que l’on
voit. Et à part un camping et un point de vue sans vue,
il n’y a rien à faire. On poursuit donc notre route jusqu’à Hamelin Bay, une jolie plage qui doit être surpeuplée en été. Aujourd’hui, on croise trois personnes
pendant toute la matinée, c’est plutôt tranquille. Il faut
dire que c’est encore très venteux et la température
n’est pas bien élevée. On fait un petit tour sur la plage,
on s’éreinte les yeux à essayer de voir des raies manta,
on avait lu qu’elles venaient tout près de la plage. Mais
elles ne doivent pas aimer la mer agitée et surtout
le fait qu’il n’y ait pas de pêcheur pour boulotter les
restes de leurs moissons journalières.
A défaut de raie manta, on croise des spécimens nonnatifs du coin mais pourtant typiques : bouteilles, lotion solaire, tongs … Il n’y a peut-être pas de touristes
en ce moment mais ils ont quand même laissé quelques
souvenirs, espèces de « I was here » encore moins écolo que la gravure sur le tronc d’un arbre.
On va ensuite à la pointe sud du Western Australia,
Augusta. Ville peu intéressante à moins d’être prêts
à dépenser une somme considérable, comme tous les
lieux touristiques. Pour $80, vous pouvez embarquer
sur un bateau et voir des baleines à Flinders Bay et un
peu plus loin, à Cape Leeuwin, vous avez le privilège
de pouvoir vous balader au pied du phare pour $5 (oui
oui, $5 pour vous balader dans l’herbe !). On espérait
pouvoir apercevoir des baleines depuis le bord de mer
mais bien évidemment, aucun à l’horizon. Il n’y aurait
pas de tour organisé, sinon !
On entame une balade jusqu’à Skippy Rock de 6 km
aller et retour qui est le début (ou la fin) du Cape to
Cape Track. Mais c’est marée haute et les monticules
d’algues gluantes et spongieuses ainsi que les rochers
glissants bordés par la mer nous forcent à faire demitour. Pour se consoler il y a le moulin à eau qui entraî-
nait une pompe à eau pour le phare, qui est passée du
statut de roue en bois à sculpture naturelle en pierre.
Avec le temps les dépôts minéraux présents dans l’eau
ont transformé et figé la roue.
On admire encore une fois les énormes vagues, en se
retenant d’imiter le bruit qu’elles font, les gens nous
regardent bizarrement.
On quitte la jolie région de Margaret River en
s’arrêtant prendre de l’essence à Augusta, il est temps
de remonter un peu au nord pour ensuite bifurquer à
l’est et rejoindre Denmark et Esperance. Mais le van
semble être contre cette décision et quelque dix kilomètres après Auguste, il se met à tousser et avancer
par à-coups. Quand on roule entre 60 et 80 km/h, il ne
veut plus accélérer et toussote. Comme le prochain garagiste sur notre route est à plus de 100 km, on décide
de repartir en direction de Margaret River, en pestant
une nouvelle fois contre les caprices de ce satané tas de
ferraille ! Que nous réserve-t-il donc encore ? Je mise
sur le filtre à essence, réponse demain.
On se lève donc tôt le lendemain pour tenter de trouver un mécano à Margaret River, ils sont tous indisponibles et au moins pour une semaine. L’un d’entre eux
nous donne les coordonnées d’un mécano qui vient de
créer son garage et, miracle, il peut nous voir tout de
suite. Pendant qu’il vérifie d’où peut venir la panne, on
va faire un tour à la bibliothèque, où le wifi est gratuit
et illimité : l’Australie est quand même un chouette
pays. On le récupère à midi, on demande avant si le
mécano a bien fait un tour avec pour vérifier qu’il ne
fait plus de toussotement, il nous assure que non et
nous allège de $100. Forcément, au bout de 5 km de
route, la même en couleur. Retour au garage, regard
étonné du mécano, qui nous demande de faire un tour
avec lui pour lui montrer. Il faudrait un jour avouer
aux garagistes que ça ne nous fait pas plus plaisir à
nous qu’à eux de devoir revenir parce que notre véhicule ne roule pas correctement. C’est pas contre eux,
hein, moi, j’aurais été ravie de pouvoir repartir à midi
et de ne pas devoir débourser encore $150 pour changer les bougies et le filtre à essence (ah, j’avais raison !). De plus, les bougies étant encrassées, le mécanicien qui avait réalisé l’entretien à Broome aurait dû
remplacer tout ça pour un coût minime, c’est en tout
cas ce que nous dit ce mécano-là. Bon, on ne va pas
remonter jusqu’à de 800 km vers le nord pour aller se
plaindre mais je me dis une fois encore que plus jamais
je n’achèterai de voiture !
On part cette fois pour de bon de Margaret River, direction les arbres géants histoire de prendre un peu de
hauteur et d’avoir un peu le vertige pour certains.
J+249 — Grimper aux arbres géants
Dans la confusion d’avoir emmené le van au garagiste
il semble que j’ai perdu l’embout du chargeur de voiture pour mon ordinateur. Je suis donc démuni
d’ordinateur qui ne peut plus être rechargé, mais en
appelant le service après vente de Targus, le fabricant
australien du chargeur, j’ai directement au téléphone
une personne très gentille qui m’envoie directement et
gratuitement en lettre urgente de nouveaux embouts
afin de les recevoir en poste restante dès le surlendemain. Ce n’est pas la première fois que je suis incroyablement surpris de la disponibilité et du souci du service présents dans les entreprises australiennes. Ainsi à chaque fois qu’on a voulu ramener quelque chose
qu’on avait acheté et qui ne nous servait pas on n’a
jamais eu de souci, même si le produit n’était pas défectueux. Le support par téléphone est très accessible
et disponible, il est rare de tomber sur un répondeur
et les interlocuteurs sont souvent compétents. Enfin
quand le produit ne correspondait pas tout à fait à la
description ou qu’il arrivait avec du retard l’entreprise
proposait un remboursement partiel. Bref on sent bien
qu’ici on ne rogne pas sur les coûts à tous les étages,
ce qui me paraît étrange pour n’avoir eu que des expériences négatives en Europe. Peut-être que je n’ai juste
pas eu de chance.
Une fois ce point réglé on part donc assez tard pour rejoindre Warren National Park en plein cœur du South
West. Nous commençons par une scenic route en voiture, Heartbreak trail, qui n’a rien à voir avec une quelconque rupture amoureuse mais qui illustre simplement la difficulté extrême de tracer des chemins et
routes dans cette région pour les ouvriers du siècle
dernier. On se souvient rarement que même en Europe
la plupart des chemins et routes n’ont pas été créés par
des bulldozers et des marteaux-piqueurs mais bien par
des humains, avec simplement une pelle et une pioche,
travaillant jusqu’à l’épuisement ou la mort, dans des
conditions difficiles. Cette unsealed road, conçue pour
permettre aux pompiers d’accéder à la rivière, traverse
donc le parc national et sa forêt de Karris géants, em-
pruntant de multiples montées et descentes, souvent
au bord de vertigineux dévers qui plongent jusqu’à
la rivière, et sans aucune barrière évidemment. Mon
vertige ne s’améliore définitivement pas ici, mais c’est
vraiment beau. Cette route fait partie d’un plus grand
circuit dénommé le Karri Explorer Trail qui à certains
endroits propose des reportages sur la faune et la flore
via un émetteur FM : il suffit de s’arrêter sur un petit
parking et de brancher la radio sur 100 FM pour profiter d’une expérience un peu plus interactive qu’un
simple panneau à lire. C’est très intéressant, et ça permet de se poser un peu et d’admirer les Karris52, ces
arbres géants, qui sont parmis les trois plus grands au
monde, pouvant atteindre jusqu’à 90 mètres.
On termine la route en allant nous garer à Dave Evans
Bicentennial Tree. C’est un karri sur lequel on peut
grimper jusqu’à une plate-forme d’observation de la
forêt, à 75 mètres de haut. La montée s’effectue sur de
simples grandes barres en métal plantées dans le tronc
de l’arbre pour former une échelle. Il y a bien un petit
grillage sur le côté, mais en dessous rien, autant dire
qu’il ne faut pas louper un pas et tomber entre deux
52. https://en.wikipedia.org/wiki/Eucalyptus_diversicolor
barres si vous ne voulez pas faire une chute de plusieurs dizaines de mètres. Avec mon vertige je ne suis
pas rassuré, mais vu que Anne non plus, je me dis que
pour une fois ce n’est pas que moi.
Ces arbres ont été « construits » à la fin du siècle
dernier pour surveiller les feux de forêt. Le principe
était simple : une plate-forme au sommet, à laquelle
on grimpe avec les barres en métal, accueille un
« veilleur » qui passe la journée là haut à scruter la forêt. En cas de fumée suspecte il utilise son « bush telephone » (un téléphone basique, mais avant ça il fallait redescendre de l’arbre avant de courir aller donner l’alerte) pour joindre une personne située en bas
qui est en charge de superviser les veilleurs et donner
l’alerte. Je vous laisse imaginer : passer l’intégralité de
ses journées sur une plate-forme minuscule, en plein
soleil, et évidemment à cette époque aucune barrière
ou grillage pour vous empêcher de tomber. Ça ne devait pas être des plus plaisants.
Cet arbre-ci est un peu différent en réalité, car il a
été « construit » en 1988 à l’occasion du bicentenaire
de la première de ces plate-formes, et en hommage à
un auteur de la région qui a écrit un livre complet
sur ces arbres et leurs « veilleurs ». Son ascension est
donc un peu plus aisée que les autres, et il possède
une première plate-forme pour faire une pause après
25 mètres de grimpe. Mais il faut quand même escalader les 130 barres de fer jusqu’à la plate-forme principale qui avec son poids de 2 tonnes se balade de 1,50
mètres quand le vent est fort. Ça se sent, même avec
peu de vent, ça oscille déjà légèrement. Pas rassurant.
Mais la vue y est unique, et l’expérience est indescriptible : on n’a pas tous les jours l’occasion d’escalader
un arbre de 75 mètres de haut.
Après un sandwich toasté au barbecue (ah l’Australie
et ses barbecues publics et gratuits, je ne m’en lasserai
jamais), on reprend la route jusqu’à Gloucester National Park, où nous attend notre deuxième arbre de la
journée : Gloucester Tree53. S’il ne fait que 60 mètres
de haut il ne possède pas de plate-forme sur le parcours pour faire une pause : vaut mieux éviter de se
croiser. Celui-ci est une vraie plate-forme
d’observation des incendies, datant du début du XXè
siècle. Étrangement il est plus populaire que le précédent, avec pas moins de 230.000 visiteurs annuels, dont
53. https://en.wikipedia.org/wiki/Gloucester_Tree
seuls 46.000 atteignent le sommet. Les autres doivent
renoncer, ou tomber peut-être. Le parc ne le dit pas…
Un autre arbre du genre est aussi visible à 10 kilomètres de Manjimup (le Diamond Tree), mais ce n’est
pas sur notre route.
On grimpe donc le Gloucester Tree, qui s’avère bien
plus effrayant que le précédent, la faute à une montée
vraiment raide, mais la vue est encore une fois priceless, sans parler de l’occasion de voir de près les oiseaux qui se posent en hauteur dans les branches et
qu’on n’a que peu d’occasions de voir au niveau du sol.
54
Avant que le soleil ne se se couche on marque un
arrêt à The Cascades où un panneau explique ici la présence d’une créature horrible, une sorte de mélange
entre une sangsue et un verre de terre carnivore, avec
une bouche remplie de plusieurs rangées circulaires de
dents et qui remonte les rivières en sautant par dessus
rapides, cascades et rochers pendant l’hiver. Le Lamprey55, c’est le nom de cet animal aux apparences pré54. http://i.kd2.org/i/5f/6E5NaxGOD.DSCF0674.jpeg
55. https://en.wikipedia.org/wiki/Lamprey
historiques, ne nous montrera pas son museau ou plutôt ses dents mais quelque part on est un peu soulagés.
Même si sa taille n’atteint que 9 centimètres à l’âge
adulte de 4 ans, il n’a quand même pas l’air commode…
Le lendemain, un réveil au frais nous attend, on commence à être habitué, mais quand même -1°C et
l’humidité du van c’est pas facile tous les jours. On retourne à Warren National Park pour faire une boucle
de 10 kilomètres : Warren River Loop Trail. Comme
son nom l’indique elle suit en majeure partie la rivière,
et nous emmène à travers la forêt, les Karris géants, les
énormes débris d’arbres tombés lors des vents forts, le
Heartbreak Crossing où il est possible de traverser la rivière en 4x4 (enfin même à pied je pense que je ne tenterais pas moi), les campings du parc avec ses « camp
kitchens » complètes équipées de réchauds, barbecues,
éviers, tables et même de sièges-bébés ; et enfin nous
terminons par refaire une ascension du Dave Evans Bicentennial Tree, faut en profiter, une attraction comme
ça y’en a pas tout le temps !
On terminera la journée en allant à D’Entrecasteaux
National Park, mais la pluie nous empêchera d’y faire
quoi que ce soit, on restera donc dormir sur le parking
de Tookulup pour la nuit, un peu à l’abri du vent de la
côte.
J+250 — À D'Entrecasteaux y'a tout ce qu'il
faut, et à Shannon y'a... de la pluie. Et de la
poésie.
En ce 14 juillet, jour de fête nationale dans un petit
pays à 16.000 kilomètres de nous, on se fout pas mal
des célébrations d’une démocratie qui n’en est plus
une depuis longtemps. On se lève avec le réveil à 7h30
du matin sur le parking de Tookulup, dans le parc national de D’Entrecasteaux, sous une pluie fine et une
humidité qui commence à stagner dans notre petit domicile à roulettes. Hier soir le temps était pourtant à
l’éclaircie et nous avons pu nous promener sur la plage
et de errer de sublimes arc-en-ciels en magnifiques décors de coucher de soleil.
On profite de quelques éclaircies pour aller se balader
le long des falaises sur la bien nommée « Cliff Top
Walk ». On croise des Bothriembryon (à vos souhaits),
une espèce d’escargots méconnue dont les ancêtres remontent à l’époque où la terre n’était constituée que
d’un seul continent : Gondwana. Ils sont endémiques
à la région, mais on ne sait encore pas grand-chose
d’eux.
Un autre animal endémique de la région nous saluera.
Présents en nombre en train de se nourrir comme des
malpolis et en rigolant fort, les cacatoès noirs (black
cockatoos) nous regardent en dégustant leur petit déjeuner. Cette espèce est menacée d’extinction : en 2011
le nombre d’oiseaux a diminué de 35% (selon l'Australian Geographic56). Il semble qu’ici en Australie la
seule espèce qui prolifère sans problème soit l’humain.
Et les mouches.
On poursuit notre balade pour aller jusqu’à Cathedral
Rock, mais cette partie est moins intéressante,
s’écartant des falaises et nous privant donc des vues
sur les arc-en-ciels qui alternent avec la pluie. Heureusement il y a aussi un passage nous offrant de belles
vues sur les marais, la baie et le reste du parc. On termine avec de la pluie (encore !) qui sera vite séchée par
un fort vent.
On reprend la voiture pour aller jusqu’à Mt Chudalup
où une petite balade de 1,5 kilomètres (pfff ridicule)
nous emmène au sommet de cette grosse bosse en granit qui s’élève au milieu de la plaine et d’une forêt
56. http://www.australiangeographic.com.au/journal/black-cockatooson-steep-decline-in-WA.htm
de grands karris. Sur le sentier nous entendons un
concert d’étranges grenouilles que nous ne parviendrons pas à démasquer, elles sont visiblement douées
pour se cacher dans les herbes. Au sommet nous
sommes confrontés à de puissantes bourrasques qui
nous projettent une bruine intense au visage. Vu le
vent, le granit glissant avec les lichens, la bruine et les
panneaux annonçant que des accidents mortels sont
survenus ici, on ne s’approche pas trop des bords qui
donnent sur des parois abruptes et on se hâte à rebrousser chemin pour être à l’abri du vent.
Nous profitons du grand abri couvert sur le parking et
des barbecues fournis pour se faire des crêpes et des
légumes grillés. Je réitère l’expérience de faire chauffer
de l’eau au barbecue pour aller me laver à la bassine :
il fait plus doux aujourd’hui que la fois précédente à
Wellington National Park, j’ai moins froid mais je ne
dirais quand même pas non à une bonne douche bien
chaude…
Nous ne sommes qu’en début d’après-midi, il nous faut
occuper notre après-midi, nous nous rendons ainsi jusqu’à Shannon National Park, à 50 kilomètres de là.
Nous tentons une petite semi-boucle de deux heures
dans la forêt : Rocks Walktrail.
Nous traversons plusieurs ponts décorés de lichens
et mousses diverses. Certains ponts ne sont plus très
droits et même carrément penchés, d’autres sont composés d’un simple tronc d’arbre en train de pourrir et
glissant comme une patinoire. On croise une cache,
petit abri de bois qui est censé servir à observer des
quokkas57, qui sont de petits marsupiaux. Répandus
sur Rottnest Island, ils sont quasiment éteints sur le
continent, on n’aura donc pas la chance d’en croiser
un. Nous atteignons ensuite Morkare’s Rock, un dôme
de granit similaire à Mt Chudalup mais plus usé et recouvert d’arbres et d’une épaisse moquette moussue et
verte.
Nous passons à côté d’un petit lac artificiel, vestige
d’un temps où le coin était un petit village rural propice vivant du fruit des scieries du coin. Il ne reste
plus que la digue du lac et quelques blocs de béton en
bord de rivière ayant servis de fondations à un moulin
pour témoigner de cette activité passée. Aujourd’hui
plus personne n’habite à Shannon. Difficile d’imaginer
57. https://en.wikipedia.org/wiki/Quokka
ici un village de 90 maisons, disposant d’une mairie,
d’une école, de commerces et même d’une église. On
termine notre balade vers 17h30, où la pénombre de la
nuit qui tombe dessine d’inquiétantes ombres aux karris géants, il faut un peu se hâter pour revenir à la voiture avant qu’il ne fasse complètement nuit.
Nous allons dormir un peu plus loin sur une aire de
repos en bord de route, mais nous repasserons à Shannon et son camping le lendemain matin pour une
douche chaude grâce à la chaudière au feu de bois qu’il
faut alimenter en bois. Le camping est désert et on ne
comprend pas trop comment la chaudière fonctionne,
mais l’eau est encore suffisamment tiède pour nous décider à utiliser la douche. La bruine et les éclaircies
d’hier ont fait place aujourd’hui à une pluie intense et
régulière qui grossit les flaques d’eau et rend les routes
en terre glissantes. Vu le temps on décide de ne pas
aller sur la « Great Forest Trees Drive », avec le risque
de glisser mais surtout le risque que cette étroite route
soit coupée par des chutes d’arbres. Nous ne ferons
donc pas la « Great Forest Trees Walk » de 8 kilomètres
et nous quittons donc le camping et ses refuges en bois
comportant lits superposés et poêles à bois.
Sur la route une ambiance tasmanienne se dessine :
sous un ciel blanc-gris nous longeons de très près les
arbres géants pendant que la pluie rebondit sur le bitume. C’est beau, le coin est désert et semble vraiment
très sauvage.
On continue la route en abandonnant l’idée d’aller se
promener à Mt Pingarup vu la pluie qui tombe, mais
comme le chemin n’a pas l’air passionnant vu qu’il
passe par une piste de 4x4 on n’a pas trop de regrets.
On termine à Walpole par un passage à l’office de
tourisme et au Community Resource Centre, qui nous
accueille très chaleureusement pour nous permettre
d’aller sur Internet. La soirée sera passée à faire la lessive dans une petite laverie automatique avant de quitter cette petite ville pour aller dormir sur le parking
d’un point de vue à 5 kilomètres de là.
On est conquis par ce coin de nature peu connu et peu
visité, loin des bus de touristes et de toute civilisation.
On se sent isolés ici, cette région nous fascine et nous
séduit. On a du mal à se forcer à avancer et ne pas rester des jours entiers au même endroit.
J+253 — Dans la tempête, les arbres
s'effondrent avec fracas
Après notre nuit sur le parking de John Rate Lookout
juste avant la petite ville rurale de Walpole, un visiteur
inattendu nous interrompt dans notre petit déjeuner.
Le sentier du Bibbulmun, cette grande randonnée de
1000 kilomètres, passe juste à côté du parking, et un
randonneur qui passe par là vient discuter avec nous.
Arthur habite Perth et est à la fin d’une section de
cinq jours du Bibbulmun. C’est son avant-dernière section, il finira le Bibbulmun au printemps prochain avec
des amis. Il a commencé le Bibbulmun il y a cinq ans
et dès qu’il a une opportunité il en fait une nouvelle
section. On peut dire que c’est long pour une randonnée censée prendre 6 à 8 semaines, mais c’est un
rythme sûrement très intéressant pour observer la région à des saisons différentes. On discute pas mal, il
parle un peu français, probablement mieux que nous
l’anglais, et il connaît même un peu Dijon, notre ville
d’origine. Ce qui renforce notre idée que la plupart des
australiens connaissent mieux la France que nous, un
comble. Après lui avoir offert un verre de jus de fruit
en échange d’une conversation des plus intéressantes
on lui souhaite bonne chance et bon courage pour terminer les quelques kilomètres jusqu’à Walpole. Et du
courage il en a, car hier il pleuvait de véritables torrents d’eau toute la journée.
Revigorés d’admiration pour ce randonneur matinal,
on part à Mt Clare, alors que le temps se montre
presque clément. On va faire la Deep River Loop Walk,
où l’on croise justement le campsite du Bibbulmun,
qui possède toilettes, emplacements pour des tentes et
même un abri comme à Yanchep : un toit, deux murs,
et une grande plate-forme abritée en partie du vent (et
de la pluie) pour poser son matelas et son duvet pour la
nuit. C’est spartiate mais agréable. Le logbook (journal
des randonneurs qui passent par là et indiquent leur
prochaine étape et les conditions du chemin) se révèle
intéressant, et Arthur y a déjà laissé une page complète de commentaires. Mais pendant qu’on était affairés à lire sous l’abri, la pluie a repris et ne s’arrêtera
plus de la balade.
Mt Clare se révèle être vraiment petit et la vue est limitée par la végétation et les arbres présents au sommet
de ce dôme de granit. On se console avec de jolis petits
champignons qui apparaissent au milieu d’une épaisse
mousse verte.
Cela reste néanmoins sympa et joli, mais on se presse
un peu à continuer le sentier, à descendre dans la forêt.
Le sol est jonché des écorces des tingle trees et on est
guidés par les flèches du Bibbulmun jusqu’à un pont
suspendu au-dessus d’une rivière. La pluie redouble
d’intensité. On essaye de se réfugier sous le pont au
bord de la berge mais ça ne nous abrite pas tant que
ça… On continue donc la boucle sur une dirt road
puis un chemin forestier. Ici encore les tingle trees sont
nombreux, et beaucoup sont creux.
En effet ces géants qui peuvent faire jusqu’à 75 mètres
de haut et 24 mètres de diamètre sont souvent brûlés
par la foudre et les feux de forêt. Ainsi le tronc disparaît mais l’arbre continue à vivre via son écorce et
l’arbre devient creux tout en continuant de grandir.
C’est très rigolo et impressionnant. Et l’avantage c’est
qu’on peut s’y réfugier pour s’abriter de la pluie. Bon
on est déjà bien trempés mais quand même, on peut se
reposer un peu en chemin, et s’amuser !
Une fois de retour au parking on peut enfin profiter
d’être à l’abri pour se changer et être un peu secs avant
de passer par Walpole acheter un peu de pain en prévision de notre repas. On se dirige ensuite vers Swarbrick, où une petite boucle dans la forêt permet de voir
quelques œuvres d’art au milieu de la forêt. C’est un
peu décevant, il n’y a pas grand-chose à voir, mais bon
l’initiative est insolite au moins.
Après une pause repas bien méritée on se dirige vers
Mt Frankland et après quelques kilomètres de conduite
prudente sur la dirt road sous la pluie on arrive au parking. On profite d’une accalmie et d’un regain de courage pour aller faire l’ascension du sommet. Le sentier
est un peu chiant, il est goudronné et quand le goudron
s’arrête c’est pour laisser la place à des marches en béton au sommet. Pas très agréable. Au pied du sommet
est présent un refuge historique qui servait de domicile
à la personne en charge de surveiller la météo depuis
le sommet. Le fonctionnement était simple : il montait
au sommet (d’une magnifique hauteur de 411 mètres,
soit trois fois rien), où dans une toute petite cabane
avec une vue à 360°C il observait les conditions météo, et trois fois par jour il redescendait dans le refuge
au pied de la montagne pour téléphoner et rapporter
ses observations. De nos jours le refuge n’est plus utilisé mais il y a une nouvelle station météo au sommet
qui est occupée l’été pour surveiller les feux de forêt.
Au sommet la vue n’est pas désagréable mais les barrières et grillages installés pour empêcher d’aller se jeter dans le vide et la station météo et ses grandes antennes radio ne sont pas du plus bel effet.
On repasse par Walpole et on y fait le plein d’essence
avant de se diriger vers l’ouest et d’aller voir les Giant
Tingle Trees sur Hilltop Rd. Il pleut fort et il fait déjà
sombre dans la forêt : en hiver les journées sont
courtes. Il y a beaucoup d’arbres creux pour s’amuser
mais aucun n’est aussi impressionnant que l’attraction
locale : le Giant Tingle Tree est un arbre creux d’une
circonférence de 24 mètres. C’est énorme, on pourrait
faire un banquet au milieu du tronc creux.
On quitte la pluie et la forêt sombre pour rejoindre
l’autoroute et une aire de repos indiquée dans le
Camps 6 (guide des campings d’Australie), sauf qu’un
panneau y indique qu’il est interdit de camper là…
à côté d’un autre panneau incitant à faire une sieste
pour ne pas s’endormir au volant. Cherchez l’erreur.
On décide donc de retourner au parking d’hier soir
avant Walpole, à 20 kilomètres de là.
On se gare donc là, on dîne et on passe la soirée dans
le van à écrire nos journaux de voyage. On entend bien
qu’il y a un peu de vent fort et des rafales de pluie,
mais bon on a l’habitude du mauvais temps. Mais on
n’avait pas réalisé à quel point le temps était mauvais
jusqu’à ce qu’un gros bruit sur le toit du van nous
sorte de notre concentration. Un petit arbre, d’environ
2 à 3 mètres, venait de s’abattre sur le van avec grand
fracas. En ouvrant la porte coulissante nous sommes
donc tombés en plein milieu des feuilles et branchages.
C’est là qu’on a commencé à se dire que ça soufflait
peut-être un peu plus que d’habitude… Et qu’être garé
sous les arbres géants, dont les premières branches
sont situées à 50 mètres de haut et peuvent peser plusieurs tonnes, n’est pas forcément la meilleure idée à
ce moment précis. Si le petit arbre n’a infligé aucun
dommage à la voiture, on commence à imaginer les dégâts que pourrait faire une branche plus grosse… On
reprend donc notre souffle, et après considération des
options de camping possibles dans le coin on décide
que le seul endroit qu’on connaisse dans le coin sans
arbre était à l’intérieur de la petite ville de Walpole.
On quitte donc notre parking sous les arbres en plein
milieu de la nuit, et les quelques kilomètres de route
jusqu’à Walpole nous montrent que nous avons fait
le bon choix : celle-ci est jonchée de feuilles, branches
et petits arbres qui sont tombés ou ont été emportés
jusque-là par le vent. Après une séance de slalom pour
éviter les débris nous nous retrouvons donc sur le
parking du Community Centre de Walpole. On se dit
qu’on ne devrait pas trop se faire emmerder par la police d’avoir dormi en pleine ville si on se lève suffisamment tôt. Et alors que j’étais en train de regarder les
bulletins météo sur mon téléphone, d’un coup la ville
devint noire : l’électricité venait visiblement d’avoir
été coupée par un arbre. La police aurait probablement
bien d’autres soucis demain matin que nous… Le bulletin météo nous révéla quand même que la région
entière était en alerte tempête, une dépression d’air
froid passant au-dessus des terres et occasionnant des
vents jusqu’à 125 km/h, qu’il faut faire attention et que
des dommages peuvent survenir mais qu’il ne faut pas
s’inquiéter : c’est le temps habituel du coin, une telle
tempête se produit 5 à 6 fois par an ici. Ah. Bon alors
on essaye de ne pas s’inquiéter trop. Mais on dormira quand même difficilement, secoués comme nous
sommes par les bourrasques de vent et rafales de pluie
qui font grincer les suspensions du van.
C’est alors que le vent s’était calmé et qu’on commençait à peine à dormir que le réveil a sonné. On quitte
donc Walpole après un passage aux toilettes publiques
et un petit déjeuner. Sur la route on voit que Hilltop Rd
où nous étions hier soir est fermée à cause de chutes
d’arbres. On se dit qu’on a bien fait de ne pas y rester
pour la nuit…
Aujourd’hui on va à Valley of the Giants, où des platesformes à 50 mètres de haut permettent de marcher parmi la cime des arbres, sur Tree Top Walk. La balade
coûte quand même 12,50$, et on a déjà marché sur des
plates-formes similaires et ça ne nous avait pas passionné, on fait donc à la place Empire Walk, qui est
au sol et gratuite et permet de voir encore de grands
tingle trees creux, mais il y a un peu trop de monde
et ça semble trop aménagé pour nous. On a préféré le
Giant Tingle Tree d’hier, plus sauvage et la balade était
plus variée et instructive.
Nous continuons notre odyssée jusqu’à Conspicuous
Beach, où nous retrouvons le tracé du Bibbulmun,
qu’on emprunte un peu sur la plage et dans les dunes
au milieu des marais où coassent les grenouilles. Le
vent est terriblement fort et froid, mais nous sommes
équipés et protégés de la tête aux pieds !
Le fait de savoir qu’on va ensuite retourner dans le van
pour rouler avec le chauffage nous réconforte aussi. Il
est d’ailleurs temps de manger et nous cherchons en
vain une aire de pique-nique : on se perd à Peaceful
Bay, on tourne en rond, et on ne trouve pas non plus
une aire de pique-nique en bord de route indiquée sur
la carte. Bon pas grave on continue jusqu’à William
Bay National Park (sérieusement y’en a combien de
parcs nationaux dans ce pays ? des centaines ? des milliers ?) pour enfin pouvoir manger un délicieux plat
de spaghettis aux sardines. Oui nous on sait faire dans
l’originalité.
Nous allons nous promener à Greens Pool, un endroit
réputé pour sa plage à l’eau vert-turquoise et son snorkelling. Bon vu la pluie, le vent et le froid, on se dit que
ça ne doit être valable que l’été. On visite également
Elephant Rocks au passage, où l’on explore entre des
rochers, quand la marée nous laisse passer.
C’est une journée-marathon, comme les touristes on
ne fait quasiment que de la route en ne s’arrêtant que
rapidement pour les attractions : on reprend donc le
volant jusqu’à Denmark. On y fait un arrêt à l’office
de tourisme, on constate que la ville est si petite qu’il
n’y a pas de supermarché et donc on n’y fera pas de
courses. On profite quand même de la pause et du réseau pour aller sur le net. On appelle Geoff à Melbourne qui nous apprend qu’il y fait un temps superbe.
Grumpf.
On termine la route jusqu’à notre camping pour la nuit
avant Albany, à Cosy Corner, où des quendas (southern
brown bandicoots) courent et sautent autour de nous.
Mais dès qu’il fait nuit noire ils disparaissent et nous
faisons donc comme eux, nous partons nous cacher au
fond de nos sacs de couchage recouverts d’une épaisse
couette pour parer au froid qui arrive.
J+255 — Albany, Torndirrup & Porongurup
Par Anne
On profite d’une nuit beaucoup plus calme, sans tempête et dans un coin où le camping est expressément
possible pour rattraper nos quelques heures de sommeil en retard en faisant le tour de l’horloge. On se
lève donc à 9h (oui oui, ça veut dire qu’on s’est en-
dormi à 21h, on s’adapte au rythme du soleil) et on
se dirige vers Albany, la sixième plus grosse ville du
Western Australia. C’est une jolie ville de bord de mer
avec d’un côté les collines et de l’autre l’océan. De
plus, étant la ville la plus ancienne du Western Australia (elle a été établie en 1827), on trouve de nombreux
vieux bâtiments de style européen avec des grosses
pierres apparentes, des fondations au sol, etc. Peut-être
est-ce mon habitude européenne mais je ne suis pas
une grande amatrice du style architectural australien,
les maisons en bois sur pilotis ne sont pas ma tasse
de thé d’autant plus que l’isolation n’a pas l’air d’être
le souci principal. Certes, c’est un pays avec un climat
plus doux que la France mais en hiver, on frôle parfois
le 0°C dans le coin, le double vitrage ne serait pas du
luxe.
On fait quelques courses à Albany puis on prend une
douche chaude gratuite à côté du visitor centre. On
profite du soleil enfin retrouvé pour déjeuner très
équilibré dans un parc (pizza et bonbons !). La chaleur
ne durera pas et le temps qu’on aille à Torndirrup National Park, il tombe quelques gouttes et le vent souffle
fort.
On commence par visiter The Gap, une énorme fissure
dans la roche où s’engouffrent les vagues. Ça a l’air
impressionnant mais on ne voit pas grand-chose derrière les barrières. Natural Bridge est beaucoup plus joli, les vagues montent jusqu’en haut du pont naturel et
s’écrasent avec grand fracas. On fait un tour à Cable
Beach, plage assez dangereuse comment en témoignent les panneaux et la bouée de sauvetage sur
les rochers. La question ne se pose pas pour nous : il
fait bien trop frais et venteux pour avoir envie d’aller
se baigner. Mais, encore une fois, on pourrait passer
des heures à contempler les vagues s’écraser sur les rochers. On se rend ensuite au Blowhole qui mérite cette
fois bien son nom. Les vagues s’engouffrent dans des
tunnels dans la falaise, et quand les vagues arrivent
dans les fins conduits au fond des tunnels, cela crée
des jets d’eau sous pression. Après un bruit impressionnant, comme si un TGV passait à quelques mètres
sous le sol, un souffle puissant et salé s’élève du trou
dans la roche. Un panneau prévient même que par mer
capricieuse la pression peut projeter des cailloux et il
faut donc se tenir éloigné du trou, rassurant. L’idéal
est d’y aller à marée montante quand elle va bientôt
être haute et d’être patient, les vagues mettent parfois
quelques dizaines de minutes à venir faire leur raffut.
En fin de journée, on se rend à Stony Hill où on fait une
toute petite balade dans la bruine et la brume avant de
passer la nuit sur le parking.
Le lendemain, on se dirige vers Porongurup National
Park, ce qui nous fait quitter l’océan, remonter vers le
nord et quitter la pluie. En février 2007, un incendie
a ravagé 90% du parc. Afin de relancer le tourisme,
les autorités ont construit Granite Skywalk, une longue
balustrade de verre qui s’enroule autour de Castle Rock
et qui permet d’admirer les vues sur tous les environs.
On s’élance donc pour une balade de 4,2 kilomètres depuis Castle Rock Picnic Area jusqu’à Balancing Rock, un
gros rocher en forme d’œuf qui tient debout un peu
par l’opération du saint esprit. On a bien essayé de le
pousser mais notre force herculéenne ne l’a pas fait
bouger d’un pouce (et c’est peut-être pas plus mal !).
À côté se trouve donc le tout nouveau Granite Skywalk : il faut grimper un peu sur la roche (en granite,
vous l’aurez compris) grâce à des marches en fer et à
des escaliers, c’est plutôt sympa et la vue est chouette
même si c’est un peu nuageux.
On roule un peu plus loin pour une deuxième balade
au départ de Tree in the Rock Picnic Area, une boucle
de 7,2 kilomètres qui nous fait passer par Hayward
Peak, Nancy Peak et Morgans View. Le soleil nous fait
l’honneur de sa présence et on en profite pour enlever
manteau et pull pour se reposer bras nus, ça faisait
longtemps ! Le ciel s’assombrit assez rapidement mais
je propose de faire un détour de 1,4 kilomètre par
Devil’s Slide, un mont rocheux qui, comme son nom
l’indique, est diablement glissant. En effet, on marche
sur un sol graniteux sans aucune accroche et assez
pentu. S’il ne tombe pour l’instant que quelques
gouttes, on est quand même rapidement trempé grâce
aux petits arbres et buissons gorgés d’eau qui ne nous
facilitent pas vraiment le passage et le ruisseau qui
coule au milieu non plus ! Cependant, nos efforts sont
récompensés en haut par une magnifique vue sur… le
brouillard ! Encore une bonne idée !
Pour la descente, on est accompagné par une pluie
cette fois bien drue qui me fait tomber deux fois, la
glissade a au moins le mérite de ne pas se demander
où poser ses pieds ! La pluie nous suivra jusqu’au van,
que l’on rejoindra 1,5 kilomètre plus loin par une route
forestière pas très intéressante. Évidemment, elle
s’arrêtera à l’instant où on apercevra notre tas de tôle
ambulant. On enfile des vêtements secs et on se dirige
vers notre camping pour la nuit, Woogenilup North
East Area, à mi-chemin pour Stirling Range, qui confirmera le fait que décidément, non, l’Australie n’est pas
un plat pays !
J+256 à J+258 — Stirling Range
Si l’on en croit les récits de voyage des Français qui
racontent l’Australie depuis ses villes, ses auberges et
ses boîtes de nuit, l’Australie serait un pays complètement plat. J’ai même récemment lu un blog dont
l’auteur affirmait que faire du ski en Australie était impossible, dû à l’absence de montagnes. C’est là qu’on
se demande si ces « voyageurs » ont regardé une carte
du pays un jour, ou même lu leur Lonely Planet qu’ils
trimballent pourtant partout comme une bible.
La réalité c’est que l’Australie est un continent usé
certes, mais qui reste montagneux. Ces montagnes ne
sont pas très hautes en comparaison aux alpes françaises, avec le plus haut sommet à 2.228 mètres, mais
sont nombreuses et s’étendent sur une surface impressionnante. La cordillère australienne58 (Great Divi-
ding Range) est ainsi la quatrième plus grande chaîne
de montagne au monde, juste devant l’Himalaya,
s’étendant sur quelque 3.500 kilomètres pour se terminer dans les Grampians, dans le Victoria. Oh et il y a
de la neige et des stations de ski qui fonctionnent en
hiver.
Mais même en dehors de la cordillère il existe d’autres
massifs montagneux. Il y a bien évidemment la Tasmanie, mais aussi de nombreuses chaînes de montagnes de plusieurs centaines de kilomètres dans tous
les états, cumulant de nombreux sommets à 1000
mètres ou même plus. Mais c’est vrai qu’en comparaison avec les milliers de kilomètres-carrés de paysages
désertiques et plats, les montagnes nous semblent terriblement rares. C’est pour cela qu’en arrivant à Stirling Range, on était heureux de trouver enfin quelques
sommets à même de rassasier notre soif de grimpette.
Car les collines du sud-ouest sont bien sympathiques,
mais relativement basses et rondes, même si on ne
cessait de grimper et descendre on restait sur notre
faim. Porongurup et ses petits sommets nous ont servi
58. https://fr.wikipedia.org/wiki/Cordillère_australienne
d’entrée, mais voilà que nous passons au plat de résistance.
La chaîne de Stirling s’étend sur 60 kilomètres et propose de nombreux sommets à plus de 800 mètres, et
deux à plus de 1.000 mètres. Le tout dans un paysage
mi-désertique, à une trentaine de kilomètres de
l’océan. On sait que c’est notre dernier « grand » parc
national avec de belles randonnées avant de quitter le
Western Australia, et on compte bien en profiter : on a
prévu de rester au moins trois jours dans le parc.
On débute donc avec Toolbrunup, le second sommet le
plus haut, à 1.052 mètres d’altitude. Depuis le parking
il n’y a que deux kilomètres pour atteindre le sommet, ce qui pourrait donc sembler facile. Sauf qu’il y a
630 mètres d’ascension à faire sur ces deux kilomètres.
Nous mettrons ainsi plus d’une heure et demie pour
grimper. Après une montée légère dans la forêt où
nous affrontons de la boue glissante nous rencontrons
de grands pierriers composés de gros rochers qu’il faut
escalader pour progresser. Et ceux-ci sont tout autant
glissants que la boue précédente. Ça monte beaucoup,
on souffle comme des bœufs, mais l’ascension est superbe. Ça nous rappelle la Tasmanie : notre ascension
de Mt Roland pour la pente très forte (et épuisante)
dans la forêt et celle de Quamby Bluff pour les grands
pierriers à franchir. On profite de l’absence de pluie
et de la transpiration de l’effort pour quitter le k-way,
même si on garde jalousement notre pull pour contrer
un peu le vent glacial qui souffle.
Après les pierriers nous passons à la verticalité : il
faut maintenant escalader dans le lit d’un ruisseau jusqu’à un col. On y souffle un peu, une famille australienne qui nous précédait s’y arrête pour se préparer un repas au réchaud de randonnée, et nous terminons d’escalader les rochers jusqu’au sommet. Làhaut nous apprécions une superbe vue sur les montagnes de la chaîne que nous allons « conquérir » les
jours suivants, mais le vent glacial et fort nous pousse
à redescendre malgré le soleil. La descente sera encore
plus lente que la montée, avec plus de deux heures
pour arriver au parking. C’est souvent comme ça avec
les passages très raides ou demandant de faire un peu
d’escalade, il faut être prudent pour ne pas glisser ou
tomber. Ce que je réussis plutôt bien : mes fesses ne
rentreront en contact avec le sol qu’une seule fois. Une
fois en bas on est fiers d’avoir conquis ce sommet, mais
on est quand même bien crevés.
Pour se remettre on se dirige vers le camping du parc
national, Moingup Springs, à côté de la maison du ranger, pour un bon repas. Mais on n’en a pas eu assez
pour aujourd’hui et on se dirige maintenant vers Mt
Hassel, situé à côté de Toolbrunup. Cette fois-ci
l’ascension n’est « que » de 400 mètres et le kilomètre
et demi du parking au sommet ne nous prend que
50 minutes. Mais comme rien n’est assez simple pour
nous on préférera suivre un chemin tracé par les rock
wallabies plutôt que le sentier fléché (en d’autres
termes on s’est perdus), nous emmenant crapahuter
dans les rochers et ramper sous les arbustes pour atteindre le sommet. On peut admirer de là notre précédente conquête de la journée, Toolbrunup, qui semble
vraiment gigantesque par rapport à nous, nous prouvant que 200 mètres d’altitude ce n’est pas rien. Plus
loin dans la plaine les rayons du soleil filtrent à travers
les nuages gris… un paysage qui nous laisse rêveurs,
malgré le fait que nous soyons nous à l’ombre des
nuages et dans le froid.
Une fois redescendus nous quittons le parking pour en
rejoindre un autre en bord de route, beaucoup moins
joli, mais sans panneau indiquant une interdiction de
camper. Dans la nuit une bande de jeunes bourrés
s’arrêtera sur le parking avant de taper sur les parois
du van pour nous réveiller. L’expérience est des plus
désagréables mais ne nous empêchera quand même
pas de nous rendormir plus tard.
Le lendemain nous attend le plus haut sommet du parc
national, mais aussi le plus populaire : Bluff Knoll, à
1.095 mètres d’altitude. Le fait qu’il soit aussi bien plus
accessible que Toolbrunup doit jouer sur sa popularité,
en effet le sentier est bien aménagé avec ses marches
et escaliers. Alors que nous n’avons vu qu’une famille
australienne hier, ici c’est le défilé, nous ne cessons de
croiser des touristes en groupes ou en famille. Cela va
de ceux qui sont équipés de la tête aux pieds comme de
vrais alpinistes, avec de grosses chaussures de rando
et d’énormes sacs à dos (pour une rando à la journée
c’est un peu con de se trimballer 15 kilos sur le dos), à
ceux qui ne se sont armés que d’une paire de tongues
ou de hauts-talons et qui soufflent comme s’ils allaient
passer l’arme à gauche. Une fois le col atteint la pente
se fait moins raide et nous rejoignons une végétation
basse qui ne cesse de nous émerveiller par ses aspects
si étranges pour nous.
Au col un panneau indique de faire attention aux
conditions météos de la montagne qui peuvent changer très rapidement, et que le brouillard épais est très
fréquent par ici. Il faut donc bien suivre le chemin pour
éviter de se perdre sur le plateau et passer une nuit
« froide et misérable ». On voit difficilement comment
on peut se perdre avec un sentier aussi bien tracé, sans
compter les poteaux de couleur. Il suffit d’être prudent.
Au sommet on se rhabille rapidement, alors que les
nuages nous chatouillent les cheveux, et on admire le
van, sur le parking, en bas, tout petit, pendant qu’un
grand aigle plane dans les courants d’airs ascendants
au-dessus des falaises.
La descente se fait tranquillement, mais mes cuisses et
genoux accusent le coup des nombreuses marches du
chemin. On est un peu déçus de la facilité de la balade,
même si on est contents de ne pas retrouver la boue de
Toolbrunup. Une fois en bas on reprend le van pour aller à une day use area et faire des crêpes sur les barbecues fournis. Une collation bienvenue avant d’entamer
l’ascension vers le second sommet de la journée : Mt
Trio, qui d’ailleurs comme son nom l’indique est composé de trois sommets en réalité, dont le plus haut
culmine à 856 mètres.
On part sur le chemin alors qu’il est déjà 15h, que le
soleil se couche à 17h, et que la rando est censée durer
trois heures. Bon. On se dit que ça ne sera pas trop dur.
Mais on déchante rapidement : encore une fois c’est
bien raide et on ne coupe pas aux nombreuses marches
qui mettent à l’épreuve nos cuisses déjà bien éprouvées ce matin. Ça en devient une habitude : une fois le
col atteint le chemin vers le sommet est bien plus facile
et tranquille. Nous atteignons donc le sommet nord,
qui offre encore une fois de belles vues, ça en devient
lassant tous ces sommets avec ces belles vues… en fait
non on ne s’en lasse pas, même si la descente termine
d’épuiser nos pauvres cuisses.
On va se garer sur un parking en bord de route vers
l’intersection pour Mt Trio, en espérant que cet endroit
plus discret nous évitera de nous faire réveiller cette
fois.
Au matin c’est le soleil et un beau ciel bleu qui nous
réveillent, malgré une température de 0°C. Notre sommet du jour c’est Mt Magog, situé plus profondément
dans le parc, loin des routes touristiques et bitumées.
Il nous faut rouler sur trente kilomètres de dirt road,
où nous ferons une pause à mi-chemin pour une petite
balade vers un point de vue situé au milieu de la chaîne
de montagnes. Ensuite une route étroite à sens unique
nous fait descendre au bord d’un cours d’eau à sec
sur de gros rochers qui roulent sous les roues du van
qui dérape un peu. De là un mini-parking de 2 places
et une table de pique-nique indiquent le début de la
randonnée. Aujourd’hui au moins on ne risque pas de
croiser de touristes : on ne croise personne de la journée. Mt Magog se situe à une altitude de 856 mètres
et nous demandera 3,5 kilomètres et 600 mètres de
grimpe pour l’atteindre. Le sentier est classé comme
étant du même niveau de difficulté que Toolbrunup, on
s’attend donc à en baver encore.
Mais au lieu de ça nous découvrons pendant le premier
kilomètre un sentier facile dans la plaine, au milieu de
superbes fleurs sauvages. Je reste d’ailleurs ébahi devant une fleur sauvage (dont je n’ai hélas pas réussi
à déterminer le nom) qui fleurit à l’intérieur d’une
feuille en forme de demi-sphère, celle-ci servant sans
aucun doute à recueillir l’eau lors des rares pluies. La
flore est ici des plus ingénieuses.
Après avoir atteint un petit bois, le sentier se met à
grimper abruptement jusqu’au sommet. Il va falloir es-
calader les rochers jusqu’à un col qui ici ne marquera
pas une amélioration du sentier mais le contraire : le
sentier devient un vrai chemin d’escalade dans les rochers. Nous suivons les piquets blancs, avec quelques
passages d’escalade un peu difficiles. Bizarrement ça
me rappelle les sentiers de Côte-d’Or, et ses nombreuses combes et petites montagnes qu’il faut escalader, notamment sur le célèbre sentier Félix Batier. On
finit par atteindre le sommet, dont on profite largement avec le soleil, même s’il ne fait toujours pas très
chaud face au vent glacial qui y souffle. Mais le ciel est
sublime, les paysages magnifiques, et c’est notre dernier jour à Stirling Range, on se doit donc d’en profiter
le plus possible.
Malgré le temps sec nous sommes prudents en redescendant, le sentier est quand même bien raide et on
s’en rend mieux compte en descente qu’en montée.
Nous traversons d’innombrables empreintes de wallabies, sentiers et tunnels laissés par les quokkas dans la
végétation. Et nous ne manquons pas une occasion de
rester pantois devant les superbes fleurs sauvages.
Avant de partir la routine des tâches quotidiennes
nous rattrape. Manger. En terminant nos réserves de
poisson pané, qui fut surgelé un jour désormais lointain, accompagné de spaghettis, de cheddar et d’une
sauce carbonara peu avenante. Faire la vaisselle. Dans
de l’eau glacée. Reprendre la route. S’arrêter en urgence parce qu’on a oublié le panneau solaire de la
lampe Ikea sur le toit et qu’il s’est fait la malle en roulant. Il est solide, vu le nombre de fois où on l’a oublié
et qu’il est tombé sur la route après déjà plusieurs kilomètres à rebondir sur le toit…
On rejoint Borden, un petit village aux airs de ville fantôme, où un parking en face du General Store nous accueille pour la nuit. Et c’est ainsi que nous quittons
Stirling Range, avec quelques regrets de ne pas avoir
fait les autres sommets, mais il faut aussi avancer, et
rester dans la même zone géographique plus d’une
journée nous semble d’un coup comme changer de vie,
comme si la sédentarité était devenue pour nous un
concept si étranger que rien que l’effleurer nous aurait
effrayés.
J+259 à J+264 — La traversée du Nullarbor
Une fois que nous avons quitté les Stirling Range il
ne nous reste plus grand-chose à voir ou à faire avant
de quitter le Western Australia et traverser la plaine
du Nullarbor pour rejoindre le South Australia. Oh ce
n’est pas qu’il n’y ait rien à faire dans le coin, il y
a encore quelques parcs nationaux et autres choses à
voir, mais nous nous rapprochons maintenant de fin
juillet, et six à sept jours de route nous attendent pour
rejoindre Adelaide, à plus de 2.000 kilomètres de là.
Nous aimerions profiter du mois d’août pour visiter
le New South Wales, et atteindre Sydney, 1.500 kilomètres après Adelaide, et nous devons rejoindre Melbourne pour fin août, soit encore 1.200 kilomètres.
Sans compter les détours. Ceci dit on commence à
avoir l’habitude, avec entre 3.000 et 6.000 kilomètres
parcourus par mois. Ça peut paraître beaucoup, mais
il n’est pas rare en France qu’une personne habitant à
la campagne et travaillant en ville parcoure entre 2.000
et 3.000 kilomètres par mois avec sa voiture…
Après avoir quitté le parc national de Stirling Range
on se dirige vers un autre parc national, celui de Fitzgerald River. Celui-ci est accessible depuis plusieurs
routes, et nous choisissons de le traverser par Hamersley Drive, une dirt road de 30 à 40 kilomètres qui doit
nous mener de l’autoroute jusqu’au bord de l’océan.
On était bien partis, la route était en bon état, nous
nous étions fraîchement douchés à la station-service
de Jerramungup (fait rare qui se doit d’être mentionné), mais notre enthousiasme s’arrêta net face à une
barrière qui coupait la route quelques kilomètres plus
loin, nous obligeant à retourner sur l’autoroute. Visiblement les récentes pluies avaient eu raison de la
route et elle a été fermée.
Bon pas grave, sauf que cela nous amenait à faire un
aller-retour par Hopetoun, rendant le parcours moins
sympa et plus long. À ce moment-là vient la question :
est-ce que ça vaut le coup (et le coût en essence) d’y
aller ? Parfois on a la flemme de faire un gros détour
pour une seule attraction, ou alors les centaines de kilomètres de route en tôle ondulée nous effraient, ou,
enfin, on n’a pas assez de sous pour faire un détour de
300 ou 400 kilomètres pour une seule attraction isolée.
Ici on a décidé d’y aller, car c’est probablement le dernier parc que nous allons visiter dans l’État.
Nous continuons donc la route et profitons du contretemps pour faire une lessive au camping de Ravensthorpe avant de rejoindre une aire de camping pour la
nuit sur la route de Hopetoun, au cœur d’un ancien
village dont il ne reste plus que quelques ruines et une
cabane de vacances au milieu de la plaine semi-désertique.
Le lendemain, après une visite des ruines de Kundip,
qui a compté jusqu’à 200 habitants au début du XXè
siècle, on atteint Fitzgerald River et la balade qui
grimpe au sommet de East Mt Barren. Cette jolie mais
courte balade nous emmène crapahuter dans le quartz
blanc, au milieu d’un éperon rocheux offrant de superbes vues sur le parc et surtout le contraste entre
le lagon gris et l’océan d’un bleu superbe qui se fond
dans le ciel ensoleillé.
Nous visitons les quelques plages à côté, mais le vent
froid nous ôte toute idée de baignade, et nous rejoignons Hopetoun pour une séance de vaisselle et de
contact avec la famille par Skype et téléphone. Nous
retournons à Kundip pour la nuit, le coin nous plaît et
est relativement tranquille : nous n’avons croisé aucun
touriste de la journée. C’est un des avantages de voyager en dehors de la saison touristique…
Le lendemain nous rejoignons Esperance, dernière
ville importante avant d’entamer la traversée de 1.200
kilomètres entre Norseman et Ceduna, sur laquelle
n’existent que des stations-services et petits hameaux.
C’est l’occasion de faire quelques réserves de nourriture pour les prochains jours et de compenser les efforts de la randonnée d’hier par un bon burger à 2$ au
Red Rooster et une bonne glace à 30 cents au Mac Donalds. Qui a dit que l’Australie était un pays cher ?
Après une nuit sur une aire de route et un réveil provoqué par les rayons du soleil (mais où était-il donc
ces dernières semaines ?), je me plonge dans la lecture
de Bag of bone le Stephen King que je lis en ce moment, un énorme pavé trouvé sur l’étalage des livres
à échanger d’une bibliothèque. Ici il est assez courant
de rencontrer cela, dans les laveries, dans les bibliothèques ou même les librairies il y a souvent un présentoir où vous pouvez laisser le livre que vous avez
terminé de lire et en prendre un nouveau. Le choix est
restreint, mais le plaisir de trouver un livre qui a déjà
vécu de nombreuses années est indescriptible, un vrai
plaisir à mon sens. Sur la route de Norseman nous faisons un détour par une route boueuse pour atteindre
Dundas Rocks, un endroit décrit dans la brochure touristique de Norseman comme un joli coin avec de gros
rochers ronds. Oui effectivement après avoir enfoncé
les pieds dans la boue rouge on trouve de gros rochers
au milieu du bush, mais ceux-ci sont dans un état… Tagués et vandalisés, accompagnés de nombreux déchets
et traces de quads et motos, on peut dire que les gens
du coin les apprécient à leur manière… Qui n’est pas
vraiment la manière qu’on apprécie nous. Dommage.
À Norseman le soleil fait place à une pluie soutenue
pendant que nous profitons d’une douche bien chaude
et gratuite à la station essence. C’est le moment
d’envoyer un petit message avant de quitter le monde
civilisé, les supermarchés, les Mac Donalds, et même
les garages pour 3 à 4 jours de route en comptant dans
les 400 kilomètres et 5 heures de route par jour. Autant
dire que c’est bien la route où il ne faut pas tomber en
panne.
Nous poursuivons la route et les jours se ressemblent,
tout comme les prix prohibitifs des stations essence
et les road trains que nous croisons. Certains transportent des chargements tellement larges que nous devons nous ranger en bord de route. Étrange que de voir
débouler une voiture avec des gyrophares sur notre
voie, mais roulant dans l’autre sens, mais on comprend
vite qu’il vaut mieux se garer… Nous traversons sur
ses 146 kilomètres la célèbre plus longue section de
route complètement droite d’Australie. Enfin c’est pas
comme si le reste du temps la route faisait de nombreux virages sinueux non plus…
Contrairement à ce qu’on pourrait croire, et même si
la région est désertique, les plaines sont vertes et touffues, contrastant avec le sol orange ocre. Ces paysages
sont parmi mes préférés d’Australie. Arides et désolés, sans aucune habitation, aucune présence humaine
sur des centaines de kilomètres à la ronde, des plaines
gigantesques qui s’étendent à perte de vue, du sable
rouge, des arbres secs… Je ne m’en lasse pas, et je ne
rêve que d’une chose : pouvoir traverser ce territoire
librement, à pied ou en vélo peut-être. Bon une autre
fois.
Pour me consoler on va se promener après Mundrabilla sur l’escarpement qui forme la frontière nord du
Nullarbor. En haut de l’escarpement le plateau s’étend
à perte de vue, et en bas c’est les plaines de Roe qui
vont jusqu’à l’océan, invisible d’ici. On découvre dans
le bush des vestiges d’une époque où l’endroit était
promis à des jours heureux d’élevage, de fermes et de
troupeaux. Un grand abreuvoir en pierre est assis au
bord d’un puits abandonné, probablement creusé à la
recherche d’eau, ou d’or, ou même les deux.
À Eucla, frontière avec le South Australia et le plus
gros village sur la Eyre Highway avec 86 habitants,
nous faisons un détour pour aller voir l’ancienne station télégraphique désormais ensevelie sous les dunes.
Le Nullarbor nous enveloppe désormais complètement
alors que nous entrons dans le parc national du Nullarbor. Comme son nom l’indique cette plaine ne montre
plus l’ombre d’un seul arbre, seuls des arbustes bas jalonnent le sol. Et c’est au milieu de ces centaines de
kilomètres de paysage surréaliste qu’apparaissent en
bord de route des troupeaux de chameaux. Ce pays
ne cesse de nous étonner. Oh nous en avions déjà vu,
en captivité, dans le centre rouge. Mais ici, alors qu’il
n’y a pas d’eau à des centaines de kilomètres à la
ronde, pas d’arbre, pas d’ombre, comment surviventils donc ?
À Eucla l’escarpement a rejoint le bord de l’océan et
mis fin aux immenses plages de sable blanc : le Nullarbor est maintenant bordé par les immenses falaises
de Bight qui s’étendent si loin que c’en est déprimant.
Si certains coins en Europe ont de grandes et belles
falaises, en Australie ils en ont des centaines de kilomètres, et je ne parle même pas des plages.
Nous terminons notre troisième jour de route dans
le Nullarbor sur une petite aire de repos, nommée
simplement « l’aire de repos du poteau des 222 kilomètres », au milieu des eucalyptus qui ont commencé
à réapparaître. Demain il ne nous restera plus que 240
kilomètres pour rejoindre Ceduna, et retrouver la civilisation. Il ne nous reste plus qu’à apprécier cette dernière nuit au milieu de cette plaine isolée et désolée.
Un endroit fascinant et passionnant qui nous permettra de repenser à ces deux mois passés dans le Western
Australia, à tous ces lieux magnifiques que nous avons
vus, à toute cette route que nous avons parcouru, mais
surtout à toute celle qu’il nous reste à parcourir…
J+266 — Une amende à Ceduna
Par Anne
Depuis le temps qu’on arpente les routes de l’Australie
et avec le fait que Sylvain ait passé son permis de
conduire ici, on connaît plutôt bien le code de la route.
On est des conducteurs plutôt prudent : on respecte les
limitations de vitesse (il faut dire que notre van ne dépasse pas le 80 km/h, histoire de préserver sa condition mécanique et notre porte-feuille), on ne roule
jamais quand on a bu de l’alcool et signe de notre
conduite tranquille : on n’a pas encore tapé de kangourou ! Pourtant vu la quantité de cadavres de marsupiaux qu’on a croisés jusque-là, ça doit arriver à bon
nombre de personnes. Et je ne parle pas des cadavres
de vaches : les road trains ont l’air de faire des carnages.
Les Australiens conduisent souvent mieux que les
Français, ai-je l’impression. Ils conduisent assez vite,
doublent dans les virages sans visibilité mais ils sont
moins pressés et hargneux. Il faut dire qu’on conduit
essentiellement en-dehors des villes, loin des gens en
retard au travail. Mais d’une façon générale, les Australiens sont moins stressés et plus agréables que les
Français. Ils sont accueillants, souriants et plus ouverts. Bien sûr, ceci est une généralité mais depuis
qu’on est rentré en France, j’ai vraiment l’impression
d’être entourée d’ours mal léchés.
Pour en revenir à la conduite, après environ 20.000 kilomètres parcourus, nous n’avons pas eu le moindre
accident. Et fort heureusement, notre engin maléfique
n’ayant pas eu besoin de notre aide pour nous coûter
un rein en réparations. Je me suis habituée assez vite
à la conduite à gauche et il faut dire que nous roulons
principalement sur des autoroutes relativement
droites, avec beaucoup de visibilité et peu de circulation, on réduit donc les risques d’accident.
Sur cette route du Nullarbor, nous croisons principalement des touristes et quelques road trains mais moins
que sur la Stuart Highway, il me semble. Ou alors, je
me suis habituée. Le flux de véhicules est plutôt faible
en plein milieu de l’hiver mais les accotements jalonnés de déchets nous rappellent que cette route, dont
la dernière section a été goudronnée uniquement en
1976, est très empruntée toute l’année.
Nous avons pris l’habitude des camping-caristes de saluer tous les voyageurs des véhicules que nous croisons, c’est toujours agréable et ça nous divertit un peu.
Rares sont ceux qui ne nous répondent pas, les Australiens étant naturellement accueillants. C’est pourquoi quand nous croisons cette berline grise dont le
conducteur ne répond pas à notre signe, on se dit
qu’on a dû tomber sur un rabat-joie un peu aigri. Et
notre pensée est confirmée quand celui-ci fait demitour, met en marche ses gyrophares et nous demande
de nous garer. Je m’exécute sans trop d’appréhension
compte tenu du fait que je ne vois pas ce qu’on aurait
pu faire de contraire à la loi. Il nous demande nos permis, les papiers du véhicule et nous fait remarquer que
Sylvain portait sa ceinture de sécurité sur l’angle de
l’épaule plutôt que dans son creux, sinon elle lui coupe
le cou puisqu’il n’est pas possible de la régler en hauteur.
Il part avec nos papiers jusqu’à sa voiture et commence à gribouiller sur une feuille. On trouve qu’il
met bien beaucoup de temps pour faire les vérifications d’usage. Sylvain se demande s’il ne serait pas en
train de nous mettre une amende et je lui réponds que
je ne vois pas pour quel motif, la ceinture était bouclée,
n’était pas passée sous le bras et n’était pas vrillée. Je
ne connais pas spécialement les règles australiennes
en la matière mais en France, ça ne donne pas lieu à
une contravention. Je suis donc bien surprise quand il
revient et nous tend deux papiers : un rappel à la loi
pour moi et un PV pour Sylvain. Ma surprise se transforme en ébahissement quand il me donne la somme
à payer : 384 dollars ! Je lui demande de me montrer
l’article de loi justifiant cette débilité. Il me fait lire
un texte disant que l’on peut avoir une amende pour
« port incorrect » de la ceinture de sécurité. Quand je
lui demande de me montrer un texte explicitant le sens
d’un port « incorrect » (ou correct) de la ceinture, il
part dans des explications mais est incapable de me citer le moindre article de loi pour la bonne raison qu’il
n’en existe aucun. L’appréciation du mauvais port de
la ceinture est donc totalement laissée au bon vouloir
de l’officier de police.
La discussion a une légère tendance à m’énerver et je
rage encore plus de ne pas trouver les mots pour exprimer tout le bien que je pense de cette espèce de
couillon qui profite de son embryon de pouvoir pour
égayer un peu ses journées. On reprend la route passablement en colère et on décide de s’arrêter à la station de police de Ceduna, d’où vient le policier. Bien
sûr, ils nous montrent le même article de loi et nous
disent que si on veut contester, il faut envoyer un courrier au service réclamation. On part se coucher sur une
aire de repos à une vingtaine de kilomètres de Ceduna
mais on a du mal à trouver le sommeil, la colère nous
garde les yeux ouverts assez longtemps ! On épluche
les textes sur internet, aucun n’est clair à ce sujet : la
plupart concernent les dispositifs pour les enfants et
sièges bébé mais peu évoquent le cas « classique » des
adultes.
Le lendemain, on décide de contacter un avocat de
la Cour de justice pour un entretien gratuit grâce à
l’assistance judiciaire. Sa première réaction est originale et sans équivoque : « pourquoi vous posez-vous
la question, rentrez chez vous sans payer ! ». On lui
explique qu’on aimerait bien revenir un jour et que le
non-paiement pourrait être une cause de refus de visa, ou même d’interdiction de territoire, ce qu’il nous
confirme.
Il est très aimable et nous explique qu’effectivement,
l’amende est plus que contestable. Il ajoute que si nous
étions du coin, il nous serait facile d’aller en justice
et de gagner le procès. Mais puisque ce dernier ne se
tiendrait pas avant plusieurs mois et qu’à ce momentlà nous serions de retour en France, il nous faudrait repayer un billet d’avion aller/retour, ce qui nous coûterait plus cher que de régler l’amende. Bref, on se sent
légèrement coincé et ça nous fait enrager encore plus.
Rage qui se gonfle encore un peu quand l’avocat nous
dit qu’on peut essayer de contester par simple cour-
rier mais que depuis qu’il pratique (soit environ vingt
ans), il n’a jamais vu aucune contestation aboutir en
faveur de la personne jugée en infraction. L’état du
South Australia est pauvre et renfloue ses caisses grâce
aux touristes qui, il le sait fort bien, ne voudront jamais revenir dans ce trou paumé juste pour contester
une amende.
On repart fort dépité et on va faire un petit tour dans
la ville qui est loin d’être déplaisante. Le Stirling Range
ayant eu raison de deux de mes pantalons, j’en profite
pour en retrouver deux autres pour la modique somme
de $6 ! Vive les op-shop (ou opportunity shop), ces magasins d’occasion qui fleurissent un peu partout. Ils
sont gérés par des bénévoles, les produits d’occasion
qui y sont vendus proviennent de dons et leurs bénéfices sont reversés à des causes humanitaires, souvent
gérées par des ONG religieuses. Il existe des chaînes
nationales comme Vinnies (tenue par Saint Vincent de
Paul) et Salvos (gérée par l’Armée du Salut) mais aussi des petits magasins locaux. On y trouve de tout et
à tous les prix, certains sont plus que bon marché et
d’autres vendent les produits encore plus chers que
neufs. C’est en tout cas très pratique et les boutiques
sont parfois encore plus jolies et mieux tenues que des
magasins à but commercial. Il faut dire qu’il s’agit ici
d’un véritable marché économique qui rapporte des
sommes considérables aux associations.
Ces petites économies réalisées grâce aux op-shop
nous aideront à payer cette fichue amende à la somme
astronomique (ou pas) car bien évidemment, notre
lettre de contestation a abouti à un refus malgré les
magnifiques photos que nous avions prises pour justifier nos dires !
J+268 — Boucler la boucle ouest par Mt
Remarkable
Après notre mésaventure à Ceduna qui nous coûta 384
dollars et 3 points sur mon permis australien tout neuf,
bien que je ne conduisais même pas, nous repartons
énervé jusqu’à Port Augusta où nous profitons de la
laverie automatique et ses prises électriques pour aller sur le net pendant que le linge tourne dans la machine. Nous mettrons à profit le temps à attendre la fin
du sèche-linge pour manger une pizza surgelée cuite à
la poêle dans le van sur le parking de la laverie.
Nous terminons ainsi ici notre boucle de 17.000 kilomètres autour de l’ouest australien, trois mois après
être passés ici à Port Augusta et avoir pris la Stuart
Highway vers le nord. Là nous repartons vers le sud et
Adelaide, préférant éviter la route du New South Wales
qui passe au nord et Broken Hill, car son parcours ne
semble pas des plus passionnants.
Après Port Augusta je prends donc la route… dans le
mauvais sens. Bon. Après 40 kilomètres de détour nous
arrivons au parc national de Mt Remarkable, déjà vu
en avril. Nous y avions parcouru de grandes et belles
gorges rouges. Mais cette fois-ci nous l’abordons de
l’autre côté, par le village de Melrose, qui nous donne
accès à une petite randonnée jusqu’au sommet de Mt
Remarkable. Pour rejoindre le parking du départ de la
randonnée il faut traverser un petit gué, ou se garer
avant le gué et continuer à pied en traversant un pont
suspendu.
Anne étant une grande amatrice de ponts suspendus,
pour le simple plaisir de sauter dessus en rebondissant
et aussi car on ne voyait pas trop la profondeur du gué
on a préféré se garer là et continuer à pied. De plus
la route semble traverser un terrain de camping privé,
étrange. Dans le doute on saute sur le pont suspendu !
Nous croisons ici de nombreux VTT, car le célèbre
Mawson Trail passe par ici. Cette piste VTT emmène
sur 900 kilomètres d’Adelaide aux Flinders Ranges en
passant par les plus beaux paysages du South Australia. Il y a de quoi nous donner envie… La prochaine
fois on vient en vélo, c’est sûr ! Et même à pied on
pourrait aussi faire le Heysen Trail, randonnée qui emmène de Cape Jervis au sud d’Adelaide jusqu’au cœur
des Flinders Ranges et qui passe aussi par ici.
Après une courte traversée du terrain de camping
nous grimpons sur la route sur quelques centaines de
mètres pour rejoindre le monument aux morts et le véritable point de départ de notre balade de 12 kilomètres
aller-retour. Dès les premiers mètres on est surpris par
le changement de paysage par rapport à notre passage
dans la région il y a plus de trois mois : tout est vert.
La roche rouge ne laisse plus voir des touffes d’herbe
jaunie mais de grands eucalyptus verts et le sol est tapissé d’une épaisse moquette de trèfles d’une couleur
resplendissante ! Quel contraste, c’est incroyable, on
se dit que parcourir les régions à contre-saison tou-
ristique nous révèle vraiment des surprises qu’on ne
soupçonnait pas, et qu’aucun guide de voyage n’irait
mentionner.
Nous quittons les multiples traces VTT pour traverser
une barrière anti-vélo, que l’on pourrait même appeler
anti-gros vu qu’on a du mal à s’y faufiler malgré nos
tailles de guêpes ! Quatre kilomètres plus loin nous retrouvons un paysage plus familier : des grands pierriers sont à traverser.
Dans l’un deux on peut apercevoir une carcasse métallique. Il s’agit des restes d’un petit avion de tourisme
qui s’est écrasé ici en 1980 à cause d’un épais
brouillard. De manière rigolote les éléments les plus
« photogéniques » de la carcasse se sont frayés un passage à dos d’humain jusqu’aux habitations et jardins
du coin en guise de décoration. Il reste malgré tout
de nombreux éléments de la cabine et du fuselage. De
manière beaucoup moins drôle il faut savoir que tous
les passagers ont perdu la vie dans l’accident… Ce qui
d’un coup donne une toute autre signification à ces
« souvenirs ».
Nous grimpons ainsi jusqu’au sommet, qui se révèle
relativement décevant dû au fait que les arbres là-haut
empêchent de voir grand-chose. Un sommet sans vue
c’est toujours un peu décevant, mais c’est habituel en
Australie. Du sommet il est possible de continuer pendant 18 kilomètres jusqu’à Alligator Gorge sur le Heysen Trail, mais on va s’en tenir là pour aujourd’hui et
faire demi-tour.
Nous repartons ainsi jusqu’au van pour manger un
excellent repas à base de nuggets de poulet surgelés,
prouvant par là que notre alimentation est loin d’être
monotone… enfin presque. C’est juste que l’absence de
frigo nous pousse à manger le kilogramme de nuggets
en 2 ou 3 jours. Après c’est sûr on a plus envie de nuggets pendant plusieurs semaines, et on est heureux de
retrouver nos plats quotidiens de spaghetti et de riz…
Avant de repartir pour dormir pour la nuit on ne peut
s’empêcher de passer en van sur le gué… Il n’y a que 2
cm d’eau, mais on s’amuse comme on peut et comme
on veut !
Cette nuit on rejoint le stade de Mallala où un petit
coin est réservé aux campeurs. Nous resterons ébahis
à regarder les gens s’entraîner dans le stade au cricket
et au netball jusqu’à 22 heures alors qu’il fait nuit de-
puis 17h et déjà bien frais… Ces australiens sont décidément vraiment sportifs.
J+270 — Retour à Adelaide, exploration
humide à Kaiserstuhl
Vu qu’on aime bien revenir aux endroits qu’on a déjà
visités on repasse à Adelaide aujourd’hui, mais pas de
vélo cette fois-ci, Anne n’aura donc pas l’occasion de
casser un autre vélo ! La principale raison de notre visite à Adelaide en réalité est que nous devions faire
une vidange du van et que les garages des petites villes
ne pouvaient pas nous prendre avant une ou deux semaines. Mais le garage qui nous avait déjà fait une vidange à l’aller peut nous prendre dès le lendemain matin. Seul problème : il est au centre-ville il faut se taper
la circulation et les bouchons à 7h30 du matin. Youpi.
On profite du temps où le van est immobilisé au garage
pour aller prendre une douche gratuite et bien chaude
à la gare routière, avant de faire un tour au marché
couvert pour vider nos porte-monnaies en échange de
denrées de première qualité. Entre le filet de crocodile, les pains au chocolat, les champignons, les œufs,
les kiwis, les bananes et les brochettes de kangourou
on commence déjà à baver avant d’avoir mangé quoi
que ce soit. Le mieux c’est que le prix est vraiment
abordable, c’est pas cher du tout comparé aux grandes
surfaces. Ce marché est définitivement mon préféré
d’Australie !
Nous décidons ensuite de rejoindre Morialta Conservation Park, au bord de la ville, à seulement dix kilomètres du garage, mais il nous faudra quand même
plus d’une demi-heure pour y parvenir. Vraiment la
ville en voiture j’aime pas ça. On arrive au parking et
vu que la pluie nous enferme dans le van on profite de
ce moment-là pour dévorer le crocodile, qui a un petit
goût de poulet, mais en plus délicat, c’est pas mal du
tout.
On profite d’une légère accalmie pour rejoindre le
trailhead (point de départ des balades du parc) à un kilomètre de là. Comme on n’as pas peur on choisit la
rando la plus longue : Three Falls Grand Hike, pour 7,3
kilomètres. Bon d’accord c’est pas vraiment une grosse
rando mais vu le temps pluvieux et brumeux on ne
se plaint pas. On grimpe le long du flanc de Morialta
Gorge, et le brouillard se dégage juste assez pour que
nous puissions admirer cette superbe gorge. Le sentier
est humide et légèrement boueux, et il faut sautiller de
rocher en rocher pour traverser quelques cours d’eau.
On peut dire que ça n’a pas grand-chose à voir avec ma
précédente visite ici en 2009, pendant une grosse période de sécheresse, où toutes les chutes d’eau étaient
à sec, tout comme les rivières. Là c’est plutôt l’inverse.
D’ailleurs pour confirmer mon impression la pluie se
met à redoubler d’intensité et à tomber horizontalement. On se retrouve vite bien mouillés. On va voir les
premières chutes d’eau, les secondes, et le point de vue
à Eagle’s Nest Lookout, et on a enfin quelques rayons de
soleil, mais ça ne durera pas longtemps. On rejoint le
Heysen Trail qui rejoint ici le Yurrebilla Trail, long de
54 kilomètres, jusqu’aux troisièmes chutes d’eau avant
de rebrousser chemin pour retrouver notre boucle qui
part dans les hauteurs. Au menu superbes vues sur la
gorge et jusqu’aux gratte-ciels de la ville, enfin quand
les nuages nous y autorisent.
Ce soir nous nous délecterons du kangourou accompagné des légumes frais de ce matin : succulent. On
se rend compte qu’on a été un peu cons d’acheter autant de fruits et légumes, car on doit bientôt rejoindre
la Fruit Fly Exclusion Zone où il est interdit d’amener
des fruits et légumes afin de protéger les cultures du
coin de cette petite mouche de 5 à 8 mm qui ravage les
plantations. On décide donc le lendemain de retarder
un peu notre entrée dans la zone afin de terminer nos
fruits et légumes. On fait un petit détour par Kaiserstuhl Conservation Park.
Ce petit parc est inconnu des touristes, mais apprécié
des locaux et ça se voit. Sur une petite route de campagne nous trouvons donc quelques voitures stationnées au bord de la route devant l’entrée du parc, car
il n’y a même pas de parking ici. Avec la pluie et
l’humidité des derniers jours le coin est gorgé d’eau, et
il faut user d’astuce pour ne pas (trop) mettre les pieds
dans les ruisseaux qui se sont formés un peu partout.
Le sentier de la petite boucle que nous suivons, Stringybark Hike (2,4 kilomètres), est d’ailleurs souvent
inondé, et quand on décide de passer à côté du chemin
on se retrouve très vite avec les pieds qui s’enfoncent
de plusieurs centimètres dans le tapis de feuilles,
mousses, débris et… d’eau. De quoi se retrouver bien
vite avec les pieds mouillés. Mais on a l’habitude ! En
fait on se demande si on ne ferait pas mieux de marcher en sandales, ça serait plus simple au final. En
fait je crois que ça nous plaît pas mal. On râle et on
se plaint, mais on aime bien quand même cette ambiance humide et atypique. On profite du fait d’être dé-
jà mouillés pour en plus se salir à aller jouer à cache
dans les troncs creux des arbres.
Plus loin dans une petite clairière on croise un troupeau de wallabies dont les joeys (bébés) se réfugient au
plus profond de leurs poches contre le froid et la pluie.
Enfin alors que nous renonçons un peu déçus à
prendre un autre chemin dont le parcours est définitivement trop inondé la pluie se remet à tomber, façon
douche écossaise. Bon il est donc temps de revenir au
van et de poursuivre la route, dommage on aurait bien
aimé explorer un peu plus.
On quitte donc notre non-parking en bord de route
pour rejoindre Sculpture Park à Mengle Hill qui comme
son nom l’indique est un petit parc hébergeant
quelques sculptures. Mais vu qu’il pleut fortement et
que le brouillard nous empêche d’y voir à 10 mètres on
a la flemme d’aller faire un tour dehors. On reste garés là à bouquiner et faire la sieste, jusqu’à ce que je
me décide de réveiller Anne à 15 heures pour déjeuner.
Le temps ne s’améliore pas, on repart donc. A Nuriootpa on profite d’un parc municipal pour faire le plein
d’eau et la vaisselle dans les toilettes alors qu’une pluie
s’abat en torrents horizontaux. Il ne nous reste plus
qu’à rejoindre le parking d’un point de vue à Waikerie
pour la nuit, avant de rejoindre le New South Wales demain après un très bref passage dans le Victoria.
New South Wales
J+271 à J+275 — Griffith : le van nous
lâche une fois de plus
Avant de quitter le South Australia pour rejoindre le
Victoria puis le New South Wales on profite du beau
temps tout relatif pour nettoyer le van et prendre des
photos en prévision de l’annonce de vente, car oui
dans moins d’un mois déjà on retourne à Melbourne
pour vendre le van. Déjà. On se fait cuire nos derniers
légumes pour le repas du midi et du soir avant de pénétrer dans la Fruit Fly Exclusion Zone où il est interdit d’importer des fruits et légumes frais. Nous repartons sur la Stuart Highway en direction de Mildura,
petite ville située dans un coin du Victoria, coincée
entre le NSW et le SA. On voit qu’on est dans la région
des fruits et légumes : des étals sont disposés en bord
de route devant chaque propriété, où il est possible de
prendre de gros sacs de fruits et légumes pour une poignée de dollars, le tout dans la confiance la plus absolue, car personne n’est là, c’est du « self service »,
voire même du « drive ». C’est une sacrée confiance
que de laisser les légumes là et d’attendre que les gens
laissent de l’argent, et sans avoir peur qu’ils ne repartent avec la boîte pleine de pièces et billets de la
journée… C’est perturbant pour nous européen, non
pas que l’insécurité soit réelle, mais on nous en parle
tellement qu’on n’aurait pas idée de donner autant de
confiance.
On ne prend rien, car dans notre ignorance on ne sait
pas trop si à l’entrée dans le NSW il y a aussi un embargo sur les fruits et légumes. En fait il n’y en a pas,
car la zone d’exclusion s’étend au-delà de la frontière
du NSW. Bon tant pis, de toutes façons qu’est-ce qu’on
aurait fait de 5 kilos d’oranges, d’avocats ou de potirons ?
On marque un court arrêt à Mildura pour aller sur le
net puis on va chercher avec beaucoup de difficulté
un camping pour la nuit : celui qui était indiqué dans
notre Camps 6, en bord de rivière, est fermé pour
l’hiver. On se retrouve donc à devoir rester sur une
micro-aire en bord d’autoroute, assez bruyante, mais
heureusement ça ne nous empêchera pas de dormir
profondément après avoir terminé de regarder la troisième et avant-dernière saison de la série « Le Caméléon » sur l’ordinateur portable.
Le lendemain est une journée de route peu intéressante. Un passage par l’office de tourisme de Balranald
nous apprend que le NSW semble l’état qui a le plus
de mal à produire une brochure correcte sur ses parcs
nationaux. En effet elle est illisible, complexe, et ne
donne pas vraiment d’infos utiles, en plus de prendre
un agaçant ton touristique. Dans ces conditions comment identifier ceux qui sont intéressants, ou même
ceux qui sont sur notre route ? Ça s’annonce compliqué.
Nous marquons un arrêt au Homestead (ancienne
ferme) historique de Yanga National Park. Ce vieux bâtiment est joli, avec une expo intéressante, mais à part
ça le parc ne propose pas grand-chose et aucune randonnée à faire ici. À défaut de balade on se promène
dans le jardin du homestead où des plaques commémoratives rendent hommage aux nombreux chats qui
ont vécu dans cette ferme et qui sont enterrés sous les
massifs de fleurs. C’est pour le moins étrange.
Après encore des kilomètres de route on se met en
chasse d’un nouveau coin pour dormir après Hay. Il y
en a bien une dizaine d’indiqués ici sur notre Camps
6, tous dans un rayon de quelques kilomètres, en bord
de rivière, mais on ne trouve l’entrée d’aucune ! Est-ce
que ça serait sur l’autre rive de la rivière ? Le Camps 6
est encore une fois trop imprécis pour nous aider. On
s’arrête sur une aire de repos en bord de route. Mais
pas question de passer une nouvelle nuit sur un coin
comme ça ! Grâce à mes yeux de lynx (il fait nuit) et
pas mal de chance je déniche un chemin cabossé et
boueux qui traverse le champ attenant à l’aire de repos, en le prenant on se retrouve au bord de la rivière,
c’est en réalité un des fameux campings que nous ne
trouvions pas… Et bien voilà, enfin ! Au moins on est à
plus de 500 mètres de l’autoroute, même si aucun arbre
ne nous en cache.
Le lendemain annonce enfin des activités un peu plus
intéressantes. Nous faisons quelques courses à Griffith,
ville créée de toutes pièces par un architecte, ce qui se
voit dans son architecture rangée et sans surprise, avec
ses ronds-points et ses rues à angle droit. C’est typiquement le genre de ville que je n’aime pas. Mais il y
a ici une bonne surprise : des douches chaudes et gratuites dans les toilettes du parc municipal, ça c’est une
bonne idée !
On part en direction de Cocoparra National Park, à
une vingtaine de kilomètres de là, sur une dirt road indiquée comme étant impraticable sans 4x4 par temps
humide. Pas de chance il se met à pleuvoir quand on
arrive là-bas. Bon on va déjà se balader, ça fait déjà
plusieurs jours qu’on n’en a pas eu l’occasion. On avisera plus tard. C’est donc sous une pluie légère mais
insistante que nous remontons le long de Store Creek,
à escalader quelques rochers dans une petite gorge assez chouette. Par contre au bout de la gorge déception :
les chutes d’eau annoncées n’existent pas. Pourtant on
est bien en plein hiver et la saison est plutôt humide,
mais visiblement pas assez. Tant pis. Nous redescendons jusqu’au parking pour reprendre le van sous la
pluie.
La boue rouge colle sur les roues, formant une épaisse
couche de boue sur les pneus. Le van glisse un peu sur
la route, mais rien de bien méchant, il faut y aller tranquillement et tout va bien, mais c’est sûr qu’après 24
heures de pluie la route doit être bien plus difficile à
pratiquer. Mais cette fois le problème ne vient pas de
la route. Après quelques kilomètres je ressens une sensation bizarre à la conduite. Quand j’embraye pour repasser à une vitesse inférieure le moteur fait un bruit
différent, et une fois alors que je passe de la troisième
à la seconde dans un virage tous les voyants du tableau de bord s’allument. Je me demande ce qu’il se
passe mais je me dis que vu que ça roule encore je vais
conduire jusqu’au patelin le plus proche. Je conduis
donc jusqu’à Yenda, où je me gare sur la place centrale à côté des toilettes, en me disant que si le moteur
ne redémarre pas on pourra au moins dormir là cette
nuit en attendant de voir demain. Anne prend le volant pour faire un tour de la place et là toute l’étendue
des problèmes est démontrée : le van déconne complètement. Dès qu’on s’arrête à un stop le moteur cale,
et parfois il repart tout seul, parfois pas. Bon c’est pas
bon signe, et une fois qu’on a terminé le tour de la
place et qu’on s’est à nouveau garés sur le parking impossible de redémarrer le van : le moteur ne veut plus
rien entendre.
Bon, ça ne faisait qu’un mois depuis la dernière merde
mécanique à Margaret River, donc là on commence à
avoir l’habitude mais aussi à en avoir un peu marre,
surtout qu’on aurait bien aimé que ce tas de ferraille
nous dure jusqu’à Melbourne et nous permette de profiter un peu du NSW. Comme il est déjà 17h30 et que
les commerces en Australie ferment tous entre 16h30
et 17h30 on décide de passer la nuit sur la place centrale de Yenda et on appellera l’assistance dépannage
demain, car là ce soir ça ne servira à rien de faire venir
une dépanneuse pour se retrouver bloqués à Griffith.
Le jour suivant on se lève donc à la première heure, on
appelle l’assistance dépannage et on prend le petit déj'
en attendant le dépanneur. Une heure plus tard un dépanneur de la NRMA (association d’automobilistes du
NSW) débarque avec sa voiture. Après avoir bidouillé
sous le siège passager (on n’a pas de capot sur le van)
il nous annonce qu’il y a un problème avec le carburateur qui ne fonctionne pas bien au ralenti (idle speed),
donc quand on n’appuie pas sur l’accélérateur. Il nous
règle la vitesse de ralenti plus haut pour qu’on ne cale
pas à chaque feu stop, mais ce n’est pas une solution
durable il faut qu’on aille dans un garage. Au moins on
peut y aller sans dépanneuse, grâce au monsieur de la
NRMA, très gentil.
On appelle donc les garages de Griffith par ordre alphabétique jusqu’à tomber sur un garagiste qui peut
nous prendre ce matin. On en trouve un, et on s’y rend
à 9h30. Pendant que le garagiste investigue le problème on va squatter la bibliothèque municipale, très
accueillante avec son wifi gratuit et ses prises électriques. Dommage par contre le rayons BD et Comics
est très peu fourni. On attend donc là. 11h. Midi. 14h.
Anne s’énerve de ne pas avoir de nouvelles du garagiste et va au garage, et revient pas plus avancée : il
travaille toujours à chercher le problème. Finalement à
16h30 il nous rappelle : il faut qu’on vienne chercher la
voiture, mais il n’a pas trouvé le problème, il a réparé
quelques fuites dans l’aspiration d’air du moteur mais
ça déconne toujours. On est un peu énervés là : une
journée pour rien. Heureusement le mécano est sympa et ne nous facture pas les 7 heures de boulot passées dessus. En même temps à 100 dollars de l’heure il
vaut mieux vu que le van ne roule toujours pas correctement.
Le hasard faisant bien les choses il existe une aire de
camping gratuit et légale au centre de Griffith, on s’y
dirige, sous une pluie battante. On appelle les autres
garages de la ville pour voir lequel pourrait nous
prendre le lendemain matin. On en trouve un, mais je
n’en mène pas large quand même. Il faut dire qu’à ce
moment-là on déprime un peu, ça commence à faire
beaucoup de problèmes, et je suis énervé. Qu’est-ce
qu’on va faire de ce van de merde ? Je ne supporte
pas de devoir rester là dans le froid et sous la pluie,
j’insiste auprès d’Anne pour qu’on appelle la RACV,
l’association des automobilistes du Victoria, qui est
notre assistance dépannage, pour demander si on ne
peut pas avoir droit à un hébergement le temps que
le van soit réparé. Finalement deux heures plus tard la
RACV nous rappelle : oui c’est bon on vous a réservé
deux nuits dans un motel de la ville. Merci la RACV !
On va donc se réconforter dans une grande chambre
de motel chauffée avec douche chaude (très chaude !).
Ça c’est super, on est tout de suite vachement contents
d’avoir pris cette assistance dépannage, déjà que le service d’assistance était super mais en plus ils nous hébergent le temps que le van soit réparé, super.
Le lendemain on se lève encore à la première heure
pour emmener le van jusqu’au garage, qui est en réalité un gros complexe comprenant un garage, une casse
et un service de remorquage. C’est donc à côté des
rayonnages de moteurs et radiateurs d’occasion qu’un
grand barbu grisonnant qui n’a plus beaucoup de
dents et qui rigole en écoutant notre histoire. En effet
il semble que le garagiste qui a essayé de réparer notre
van hier n’était personne d’autre que son fils. Fils qui
l’avait justement appelé pour lui demander des
conseils. Il rappelle donc son fils pour lui demander ce
qu’il avait fait hier, il jette un œil à notre van et nous
indique qu’il va changer le carburateur vu que son fils
a déjà essayé tout le reste. En blaguant il nous dit que
les petits jeunes ils n’y connaissent rien aux carburateurs maintenant que toutes les voitures sont équipées
d’injecteurs. Bon notre van ne date que de 1999 mais
bon s’il le dit. En tout cas il a l’air plutôt sûr de lui
et même jusqu’au prix de l’opération : 254 dollars tout
compris. Ça nous semble correct, et de toutes façons
on n’a pas trop le choix. Il a même déjà un carburateur
d’occasion en stock, vu qu’il fait casse aussi.
Il nous demande où on va aller pendant qu’il répare,
on lui dit à la bibliothèque et qu’on va y aller à pied
vu qu’il n’y a que 3 kilomètres, mais on n’a pas le
temps d’insister qu’il décide de nous faire emmener
jusque-là-bas. C’est donc un vieux monsieur qui nous
emmène en 4 × 4 jusqu’au centre-ville. Il se révèle que
c’est en réalité le père du barbu édenté, un italien
de Venise qui passe son temps à voyager autour de
l’Australie dans son Winebago (gros camping car tout
équipé) avec son 4x4 attaché derrière. Et quand il ne
voyage pas avec sa femme il vient s’occuper au garage
qu’il a fondé il y a 53 ans et transmis à son fils. Décidément quelle histoire de famille. En tout cas encore
une fois nous tombons sur des gens adorables et accueillants, ça nous met le sourire jusqu’aux oreilles.
Nous passons notre journée à attendre la réparation du
van en s’occupant des tâches quotidiennes : lessive et
courses. Ici les vêtements ne coûtent rien : je m’achète
un jean et un t-shirt à Big W pour 12 dollars (9 euros).
Seul problème : leur taille S est trop grande pour moi,
et taille comme du L ou du XL en France. Ah au moins
j’ai de la marge pour grossir…
Vers 13h le garage nous appelle : le van est réparé, le
carburateur changé, il ne cale plus. Cool. On va donc à
pied chercher le van, et après un tour dans la ville on
repasse au garage, car on trouve que le ralenti est réglé trop bas et que le moteur ne garde pas un régime
constant à l’arrêt. Un petit coup de tournevis et ça va
mieux. C’est pas parfait mais bon le van roule, on fera
avec. On se prend une pizza pour fêter ça en la mangeant à l’hôtel. Et en dessert : donuts ! Hummmm !
Nuit au chaud sous la couverture chauffante de l’hôtel,
ah quand même la civilisation a du bon parfois… On
va enfin pouvoir quitter Griffith après trois jours ici, et
partir explorer le New South Wales !
J+276 et J+277 — Weddin Mountains et
Nangar National Park
Enfin ! Nous voilà enfin de retour sur la route après
toutes ces journées où nous étions immobilisés à Griffith ! Nous quittons l’hôtel, sa chambre chauffée et
ses douches chaudes pour conduire sur 235 kilomètres
avant de rejoindre le parc national de Weddin Mountains. Le van nous refait une frayeur en sortant Yenda :
en pleine ligne droite, le pied à fond sur l’accélérateur
il n’accélère plus… mais il ne le refait plus bon ben on
continue on va pas passer un jour de plus à Griffith encore !
Avant d’arriver au camping du parc on traverse 20
kilomètres de dirt road gentille mais étroite dans les
champs et les forêts en faisant attention aux nombreux
kangourous et wallabies qui traversent devant nous.
Le coin est quasiment désert, il n’y a qu’une seule
autre voiture et nous n’avons croisé personne sur la
route. Seuls les kangourous nous accompagnent quand
on prend la direction de Ben Halls Cave, une grotte
qui fut utilisée par de dangereux hors-la-loi pour se cacher entre deux braquages de diligences. La grotte est
située sur une petite boucle de 1,5 kilomètres mais on
ne fera qu’un aller-retour car on avait déjà oublié que
c’était une boucle ! Décidément ces histoires de van
nous ont vraiment bousculé, au point d’oublier tout de
suite ce que nous avons lu. On croise donc encore des
tas de kangourous. Certains sont immenses quand ils
se relèvent : ils me dépassent d’au moins une tête (de
kangourou). Malgré qu’ils s’enfuient à notre passage je
suis quand même pas mal impressionné.
Cette mini-balade nous laisse sur notre faim on se dirige donc pour suivre une plus grosse rando de 9 kilomètres (Basin Gully to Eualdrie Trig), indiquée pour
6 heures de marche. Ah quand même. Bon on se dit
que comme d’habitude les Australiens surestiment le
temps de marche et ça sera le cas : on terminera en 3
heures sans se presser. La balade est très jolie, on suit
un petit ruisseau qui se cache au fond d’une gorge, et
on a vite fait de grimper en hauteur sur un flanc de la
gorge. Le sentier est jonché d’arbres renversés qui se
font un malin plaisir de nous faire des crocs-en-jambe
et de nous perdre dans la forêt.
J’apprécie vraiment cette forêt, une fois que la gorge
fait place au plateau la forêt devient parsemée de clairières dont le sol est un tapis verdoyant d’herbe. Il fait
gris et un peu frais mais je suis bien ici à sauter pardessus le ruisseau au gré des variations du sentier. Ensuite nous traversons un bois de pins où le sentier se
met à grimper plus fortement jusqu’au point de vue
d’Eualdrie et son poteau de triangulation, utilisé par
le passé pour déterminer la distance et la hauteur des
montagnes de la région. De là une vue s’étend à l’infini
sur les champs des plaines alentour.
On s’arrête là, car le sentier continue jusqu’à un autre
camping de l’autre côté du parc (Holey Camp) et il est
déjà 16h15 et la nuit tombe tôt donc on veut revenir au
camping avant la nuit. On redescend au son des kangourous qui sautent en s’enfuyant à notre approche,
invisibles dans l’obscurité. Nous resterons sur le camping de Ben Halls pour la nuit, entourés de kangourous qui paissent paisiblement.
Au lendemain matin les kangourous se promènent
toujours autour de nous, c’est le genre de réveil qui
installe un sourire jusqu’aux oreilles pour toute la
journée. Il est temps maintenant de quitter le parc de
Weddin Mountains, dont le nom n’a rien à voir avec
le mariage mais provient du mot Wiradjuri weedin signifiant « un endroit pour s’arrêter, s’asseoir, se repo-
ser ». On reprend donc la route sous un beau soleil
bien chaud. Si seulement les hivers pouvaient être aussi beaux en France aussi !
Nous rejoignons le parc national de Nangar, 95 kilomètres plus loin. La route dans le parc est compliquée : après un peu de tôle ondulée on doit traverser
de nombreux gués, heureusement peu profonds. Après
six passages de gués on est bloqués dans un virage :
de la boue nous barre la route. En effet la boue nous
semble trop profonde et sur un passage trop long, le
risque de patiner et s’embourber nous semble trop fort
pour tenter le passage. On décide donc de garer le van
au bord de la route dans un dégagement et de continuer à pied, après tout on ne doit pas être si loin du
départ de la balade, non ?
En fait la brochure du parc n’est pas des plus explicites
pour les randonnées, elle mentionne bien qu’il est possible de rejoindre le sommet Mount Nangar en 4 × 4,
moto ou VTT par une route de 15 kilomètres, mais rien
sur la longueur du sentier pédestre, à peine mentionné. Bon pas grave on tente quand même : enfilage des
chaussures, chargement des sacs à dos avec de l’eau et
une cargaison de donuts (il faut bien ça pour tous ces
efforts à venir !) et nous voilà partis sur la route. Ce
n’est qu’après la traversée de plus de 20 gués et autant de sauts par-dessus le torrent que nous parvenons
à Dripping Rock, une jolie petite cascade dans une petite falaise, au milieu d’anciens pâturages aujourd’hui
repris par les kangourous.
Dripping Rock est le point de départ de la route de la
route vers Mt Nangar mais aussi du sentier pédestre
qu’il faut débusquer au moyen de flèches jaunes un
peu cachées. Le sentier va ensuite se nicher dans la
forêt où on suit tranquillement un ruisseau avant
d’entamer une montée très raide qui laissera au bord
du chemin un couple australien, encore plus épuisé
que nous.
Le sommet nous offre encore une fois de jolies vues
sur les plaines alentour mais on est peu frustrés par la
présence des barrières en métal et de déchets probablement laissés là par les visiteurs en 4 × 4. On constate
amèrement que malgré le dessin de la carte de la brochure du parc il n’existe pas de sentier reliant le sommet de Mt Nangar à celui de Murga Mountain, l’autre
« grande » montagne du parc, en fait il faut redescendre de deux kilomètres pour trouver un embran-
chement qui semble mener à Murga Mountain mais
sans indiquer de distance ou de durée, juste qu’il est de
niveau difficile.
Vu qu’il est déjà un peu tard, que la carte du parc n’est
pas fiable et que les indications des panneaux ne sont
pas assez précises on renonce à l’idée de prendre ce
sentier pour rejoindre Murga Mountain, même si le
van est garé au départ du sentier pour Murga Mountain. Dans le doute on préfère retracer le chemin, tant
pis. Il nous faut simplement retraverser les dizaines
de gués qui ne sont pas conçus pour les piétons (pas
de pont ou de pierres pour passer), mais seulement
pour les véhicules. Bon pas grave ça nous fait faire de
l’exercice…
Une fois au van on reprend la route pour quitter le
parc et rejoindre une aire de repos à 5 kilomètres de
l’entrée du parc. Le camping du parc aurait été plus
sympa mais on ne veut pas courir le risque de s’enliser
avec notre pauvre van. On quitte le parc à l’obscurité
naissante de la nuit en croisant encore de nombreux
kangourous et wallabies, dont certains sont même intégralement noirs.
Ces deux petits parcs nationaux du New South Wales
ont été pour nous de belles découvertes : peu connus,
on n’y a croisé que quelques rares autres visiteurs et
énormément de vie sauvage, ils ne contiennent pas de
paysages à couper le souffle mais des forêts et collines
charmantes et bucoliques : des bulles sauvages au milieu d’une région dédiée à l’agriculture et l’élevage.
J+278 — Les premières neiges
australiennes, à Mt Canobolas
Nous quittons l’aire de repos à côté du parc national
de Nangar et ses balançoires pour rejoindre la ville
d’Orange, qui n’est pas située dans le sud de la France,
mais à l’ouest de Sydney, avant la cordillère Australienne, ici représentée par les Blue Mountains et la région sauvage de Wollemi.
Cette nuit a été froide encore. Nous nous réveillons
avec -3°C dans le van. Les parois et le plafond du van
sont recouverts d’une épaisse condensation. J’ai eu
du mal à dormir. Je transpirais trop, j’étouffais dans
l’humidité qui se concentrait alors dans mon duvet et
la couette. La sensation de baigner dans son jus empêche de dormir sereinement. Je déteste ça, déjà que
j’ai le sommeil léger, mais avec ça le sommeil en devient quasiment impossible à trouver, ou alors il faut
attendre d’être complètement épuisé. On a donc profité des premiers rayons de soleil qui réussissent à traverser les arbres pour faire sécher un peu le matelas,
trempé lui aussi. Mais comme il fait froid et humide
dehors, on n’arrive jamais à faire vraiment bien sécher
nos affaires. Bon il faut avouer que c’est un peu dérisoire comme problème mais c’est usant au quotidien.
À Orange, nous passons au K-Mart, grande surface de
vente de vêtement, vaisselle, décoration, jardinage, etc.
pour faire le plein de gâteaux et bonbons, pour être
sûrs de ne pas voir baisser le taux de sucre dans notre
sang. Il paraît que c’est important pour se protéger du
froid. Ou alors que c’est bon pour le moral. Je dirais
même plus c’est bonbon. Bonbon pour le moral. Oui.
Hum.
Nous procédons aussi au tirage de photos afin
d’illustrer la contestation de l’amende reçue à Ceduna,
que nous allons donc contester par courrier auprès de
la police. On n’y croit pas trop mais bon ça serait con
de ne pas essayer. Pour l’impression de la lettre il faudra repasser : la bibliothèque municipale est fermée ce
matin. On en profite pour faire des courses et un passage à l’office de tourisme qui confirme que le New
South Wales propose des tonnes de brochures inutiles
grand format et papier glacé, une pour chaque ville,
mais ne contenant que des listes d’hôtels et restaurants. Sans intérêt donc. Toujours rien de correct sur
les parcs nationaux. On trouve quand même une petite brochure sur un petit parc pas loin : Mt Canobolas
State Conservation Area.
Ce petit parc naturel s’étend autour de la plus haute
montagne du coin qui culmine à 1397 mètres quand
même. Et c’est là qu’on se rend compte que 1397
mètres c’est quand même déjà assez haut pour les Australiens : un panneau à l’entrée de la route indique
qu’il faut installer les chaînes sur sa voiture à cet endroit s’il y a de la neige sur la route. Bon on se dit
que de la neige en cette saison… on ne risque pas
grand-chose. On poursuit donc sur une étroite route
qui grimpe en lacets, pour se garer un peu avant le
sommet, à Federal Falls campground, dont le camping
est justement fermé pour une raison inconnue.
Après s’être délectés de nouilles chinoises au goût plus
que passable en guise de déjeuner nous nous lançons
sur le sentier de Federal Falls. Le chemin est plutôt
agréable, à nous promener au milieu de la végétation
sub-alpine et des Snow gums59 (gommier des neiges en
français), le plus résistant des eucalyptus, capable de
résister à des températures allant jusqu’à -23°C et au
gel permanent. Bref on le voit, ici on se rapproche des
Alpes Australiennes, même si ça n’en a pas l’air.
À une intersection nous devons quitter la boucle et
faire un détour de 300 mètres pour rejoindre les Federal Falls. 300 mètres cela semble également être le dénivelé, car ça descend fort. Et donc ça remontera ensuite. Les aménagements du chemin sont à moitié détruits du coup c’est difficile de descendre les escaliers
quand il manque plusieurs marches de suite obligeant
à faire un bon saut vers le bas. La chute d’eau est plus
impressionnante que ce que j’aurais pensé, et projette
beaucoup de brume, on se tient à distance pour ne pas
se faire mouiller.
Nous devons maintenant rebrousser chemin et escalader les escaliers incomplets pour regagner le chemin
principal et terminer le circuit en rejoignant le camping.
59. https://en.wikipedia.org/wiki/Eucalyptus_pauciflora
Comme ces 4 kilomètres ne nous ont pas suffi on décide de continuer avec un aller-retour de 2 kilomètres
du camping au sommet. Inutile de dire que là ça commence par bien grimper avant de gagner une allure
plus tranquille. C’est là que nous sommes surpris au
détour d’un virage par des taches blanches dans le
sous-bois. Serait-ce… mais oui c’en est ! Et oui c’est
bien de la neige, un peu rare certes mais il y en a quand
même, et nous sommes tout émus de voir de la neige
pour la première fois en Australie. Après tout on aurait dû s’y attendre, nous sommes sur le Snow Gums
Track : le chemin des gommiers des neiges. C’est bien
qu’il doit y avoir de la neige assez souvent ici.
Plus loin nous débarquons au sommet, qui n’est pas
des plus agréables il faut bien l’avouer. Entre le parking avec les voitures et les tours de télécommunications on a du mal à apprécier le paysage. Bon on ne
voit rien en plus avec le brouillard qui entoure le sommet, mais ça on en a l’habitude.
On redescend pour se réchauffer, car il fait un peu
frais ici en plus. On reprend le van pour retourner à
Orange y imprimer la lettre pour la police de Ceduna,
la poster et communiquer avec nos familles respec-
tives par Skype. Il ne nous restera plus qu’à conduire
26 kilomètres pour rejoindre le camping de ce soir
en se disant qu’on aura vu quelque chose que beaucoup de voyageurs étrangers ne prennent pas le temps
de venir chercher en Australie : ce qu’on peut trouver
partout en France chaque hiver. Mais ici c’est aussi
complètement différent, rien que de voir de la neige
à côté des eucalyptus est étrange et surréaliste pour
nous.
J+279 et J+280 — Wollemi National Park
(Par Anne)
On commence notre visite de la région des Greater
Blue Mountains par le deuxième plus grand parc national du New South Wales : Wollemi National Park.
Il existe plusieurs points d’entrée pour accéder à différentes parties du parc et nous avions décidé de nous
rendre à Newnes dont le tunnel à vers luisants me tentait particulièrement. Newnes est une ancienne ville
minière, construite pour accueillir les mineurs qui travaillaient à l’extraction du schiste mais également du
schiste bitumeux (oil shale). On n’a pas très bien compris à quel usage c’était destiné, ils produisaient a priori de la paraffine ou du pétrole, ou des deux. Ou rien de
tout ça.
La mine s’étendait sur des kilomètres carrés avec de
nombreux bâtiments notamment pour la distillation de
l’huile, des ateliers, des raffineries, etc. Des centaines
de personnes vivaient ici, une ligne de chemin de fer a
même été construite, taillée dans la roche surplombant
le vide, à se demander comment leur est venue l’idée.
Aujourd’hui, il ne reste rien de toutes ces activités, à
part un hôtel qui fait office de centre d’information tenu par un passionné. Il n’est ouvert que pendant les
week-ends d’été.
La route pour accéder au camping gratuit au fond de la
vallée est pour le moins pittoresque. Newnes (l’hôtel/
ville) est à 35 km de Lisdale, petite ville située dans
les hauteurs des Blue Mountains. L’autoroute était déjà folklorique : pas facile de garder le van sur sa voie
avec les montées et descentes sous les bourrasques et
la pluie et la circulation plus que dense. La route avant
Lisdale avait également son côté aventureux : le slalom entre les trous dans la chaussée n’a pas été de
tout repos pour les amortisseurs du van. Mais tout ceci
n’était que la partie facile, car pour arriver à Newnes
il faut dégringoler de quelques centaines de mètres
d’altitude par une route dont le début et la fin sont bitumés mais dont le milieu est en cours de goudronnage. On s’était renseigné sur les conditions de circulation et s’il n’était pas précisé qu’il fallait un 4 × 4, certains conseillaient le tout terrain si les conditions météo étaient peu favorables.
Et bien évidemment c’est sous une pluie battante que
nous sommes descendus au fond de la gorge par une
route étroite et à flanc de falaise. La négociation des
virages boueux en épingle a demandé toute la concentration dont je puisse faire preuve et, bien que les mauvaises langues diront que ce n’est déjà pas assez pour
assurer la survie de l’espèce, j’ai quand même trouvé le temps de jeter un œil pour admirer à travers les
gouttes les splendides paysages qui nous entourent.
Les sections non bitumés sont heureusement dans la
partie plus plate, ce qui rend le passage sur les monticules de terre boueuse un peu plus aisés. Plus qu’à
croiser les doigts pour qu’il fasse beau quand on remontera, sinon, le van risque d’être à la peine.
Au fond de la gorge, l’étroit sentier serpentant dans
la forêt débouche sur Little Capertee Creek Campground, après le franchissement du gué bétonné d’un
petit ruisseau. L’immense clairière qui s’étend devant
nous est bordée de falaises gigantesques qui
s’illuminent d’une magnifique couleur ocre grâce au
soleil qui nous fait enfin l’honneur de sa présence.
C’est également un lieu de villégiature très apprécié
des wallabies qui ne semblent pas se préoccuper de
nous, tant qu’on les laisse se goinfrer d’herbe grasse.
Pour ajouter à la féerie du lieu, on a l’embarras du
choix pour se garer, il n’y a que deux autres caravanes,
le coin est tranquille, tout du moins en cette saison.
Comme on a pris notre temps à Bathurst, il est déjà
plus de 16h quand on finit de s’extasier une nouvelle
fois sur les marsupiaux alentour et on n’aura donc pas
le temps de faire avant la nuit notre balade prévue jusqu’à Glowworm Tunnel. On décide d’aller faire un tour
jusqu’à l’ancienne mine dont les vestiges sont plus impressionnants que les vieilles ruines décrépies que je
m’attendais à voir. On voit des dizaines de fours à
charbon, une raffinerie, les restes d’une voie de chemin
de fer, différents bâtiments, etc. Bien que tout soit dans
un état plus ou moins avancé de délabrement, on imagine en les voyant l’investissement financier et le travail titanesque que ça a dû demander. Tout ça pour que
la mine ne fonctionne que cinq ans ! Encore un gâchis
écologique, humain et économique. On rentre au camping, à 2 km de là dans la nuit noire, sous la lumière
blafarde de nos deux lampes de poche. On ne voit pas
à plus de 5 mètres mais notre odorat est plus performant : le doux fumet de grillades aux herbes nous
fait saliver. Les Australiens, même à des kilomètres de
toute civilisation, ne partent pas sans leur équipement
complet pour le barbecue. On s’endort un peu déçus de
nos pâtes au cheddar !
Le lendemain, on se lève de bonne heure pour avoir
le temps de faire notre balade du jour et de remonter
jusqu’à un autre camping qui sera, on l’espère, un
peu moins glacial. Car si Little Capertee Creek Campground est un coin magnifique, les -7°C qui nous accueillent en nous levant nous rappellent qu’on est au
fond d’une cuvette bien humide et fraîche. Le temps
que nous remontions en van de 7 km le sentier par lequel nous étions venus hier et qu’on se gare sur le minuscule parking, le soleil a réussi à surmonter les falaises et vient nous chatouiller le dos. Heureusement
qu’il est présent d’ailleurs, car la boucle de 9 km que
nous avons prévu de faire commence par un gué bétonné et on a beau chercher, pas de traversée possible
sans tremper les pieds dans les 10 cm d’eau glaciale !
Si nos yeux étaient encore un peu ensommeillés, nous
voilà définitivement réveillés par les crampes dues au
froid polaire du ruisseau. On se sèche bien vite les
pieds et nous voilà partis pour le circuit de Glowworm
Tunnel. On commence par une montée assez raide de
1 km sur une ancienne piste 4 × 4 jusqu’au départ de la
boucle. On continue sur un chemin plus étroit et moins
pentu, beaucoup plus agréable, le long de la falaise,
en suivant les anciennes lignes de chemin de fer. Les
vues sont magnifiques, mais discrètes, et faute d’une
vraie trouée dans les arbres, nous nous contenterons
de quelques paysages dévoilés au détour d’un éclaircissement dans les buissons.
Encore une fois, on se dit qu’il y avait vraiment des
illuminés pour avoir l’idée de faire passer un train
rempli de marchandises sur une bande de terre d’un
mètre de large qui est loin d’être plate, et surtout
caillouteuse, avec des arbres et au bord d’un gouffre
de plusieurs centaines de mètres ! Pour faire passer
les wagons, un tunnel de 700 mètres de long a été
construit et c’est dans celui-ci que se trouvent les vers
luisants.
A l’entrée du tunnel, coincé entre deux flancs de falaise
où la lumière ne doit pas souvent pointer le bout de
son nez et se nourrissant d’un petit filet d’eau, se
trouve un écrin de fougères, d’herbe grasse, et de
lianes. Rigolo de se retrouver au milieu de la rainforest
après un passage sur les falaises arides et exposées aux
vents.
On enfile les vestes et on sort les lampes torches. On
espère pouvoir apercevoir des vers luisants, car le
couple d’asiatiques que nous avons croisé sur le chemin nous a dit ne pas en avoir vu un seul. On fait attention où l’on pose ses pieds, car le sol est loin d’être
plat et sec. Au bout de quelques centaines de mètres,
on s’arrête, on se tait, on coupe toute lumière et on
attend. Après de quelques minutes, de petits lampions
s’allument les uns après les autres, minuscules étoiles
vertes qui tapissent le ciel de la grotte. Découverte
d’une nouvelle galaxie.
À la sortie, on est tout de même content de retrouver
la douceur du soleil et on fait un petit détour de 2,5 km
jusqu’au parking auquel on accède par une autre entrée du parc. On y apprend que les vers luisants ont
quatre tubes digestifs et qu’ils font de la lumière en
fonction de l’oxygène que contiennent leurs excréments et peuvent arrêter de luire en stoppant l’arrivée
d’air dans les tubes. Le côté mignon de la bestiole en
prend un coup ! On reprend notre chemin pour finir
la boucle en passant par Old Coach Road, où passaient
les diacres à l’époque. C’est donc assez large et moins
sympa que la première moitié. Je me dévisse le cou à
essayer d’apercevoir un koala dans les immenses eu-
calyptus : selon les pancartes, ils sont présents dans ce
coin du New South Wales. Mais mon torticolis ressort
encore une fois bredouille.
Après être repassés dans l’eau glacée et après un déjeuner au van, on remonte la route d’hier qui est définitivement plus sympa par beau temps. On se rend à
Blackheath où on profite d’internet et de toilettes pour
faire la vaisselle puis on part à la recherche du camping indiqué à 15 km de là par le Camps 6. On tombe
finalement sur un autre camping sympa et gratuit à
8 km uniquement de Blackheath : Blackheath Glen Reserve. Ça nous arrange bien puisqu’on va passer près
d’une semaine dans ce merveilleux coin que sont les
Blue Mountains.
J+281 — Les Blue Mountains : Blackheath
et le Grand Canyon
Par où commencer ? Nous avons passé des journées si
belles et magiques dans les Blue Mountains que je ne
sais plus par quel côté commencer. Nous avions prévu d’y passer 2 ou 3 jours et nous y sommes restés
cinq jours, et même six car pour visiter Sydney nous y
sommes allés en train en laissant le van garé dans les
Blue Mountains. Commençons donc par le début.
Après avoir quitté Wollemi National Park nous découvrons donc en pleine nuit et par hasard un charmant
camping gratuit situé sur Megalong Rd, à quelques kilomètres de Blackheath. Bien que ce village soit situé
dans les hauteurs des montagnes, à une altitude (1.065
mètres) où il n’est pas rare de voir de la neige en hiver,
la route nous emmène descendre en lacets dans la vallée de Megalong. Ce nom n’a rien à voir avec une histoire de taille de vallée, de route ou autre, mais vient
d’un mot aborigène qui signifie « la vallée sous le rocher ». C’est donc dans l’obscurité la plus totale que
nous débarquons à l’endroit qui sera notre camp de
base pour les sept prochaines nuits. L’avantage c’est
qu’au matin on constate que malgré l’épaisse forêt qui
nous entoure le soleil perce rapidement à travers les
arbres pour nous réchauffer. Et ce n’est pas du luxe car
dans cette vallée il va faire froid… Mais en ce mercredi
14 août il ne fait « que » 3°C, soit une température plutôt douce pour nous ces jours-ci.
Nous commençons par rejoindre le village de Blackheath pour voir le Visitor Centre où nous apprécions
l’exposition sur le parc national des montagnes bleues
avant de débuter notre randonnée du jour, indiquée
dans notre livre 40 Great Walks. Alors pourquoi
« montagnes bleues » ? Hé bien c’est visible dès le
premier point de vue sur notre parcours : les montagnes à l’horizon prennent une jolie teinte bleutée.
Cela est dû aux vapeurs dégagées par les eucalyptus
des vallées emprisonnées au pied d’immenses falaises.
Et il y a de quoi être impressionné : devant nous
s’étend un grand parc national aux reflets bleutés, qui
fait partie d’une zone reconnue au patrimoine mondiale de l’humanité. Cette zone est grande comme
deux fois l’Ardèche : ça donne une idée de l’immensité
de la région. Avec Wollemi, Yango, Kanangra Boyd
et Nattai cette région représente une immense zone
sauvage quasiment inexplorée : des randonneurs y dé-
couvrent régulièrement de nouvelles espèces végétales
complètement inconnues. C’est un peu le monde perdu du New South Wales : qui sait si dans ces vallées à
l’accès difficile il n’existerait pas encore des animaux
que nous pensions disparus ? Bon peut-être pas des dinosaures, mais qui sait ? Et tout cela à seulement une
heure et demie de Sydney, la plus grosse ville du pays,
à laquelle sont reliés de petits villages à travers une
mince crête montagneuse où grimpent la seule route
et la seule ligne de chemin de fer de la région.
Mais revenons à notre balade du jour. Au troisième
point de vue ce n’est plus la vallée qui retient notre
attention mais une chute d’eau majestueuse : Govetts
Leap, haute de 180 mètres, et qui se jette d’un coup
d’un seul du haut de la falaise comme si la croûte terrestre avait ici été découpée avec précision. Je crois que
je suis un petit peu impressionné.
Nous quittons ensuite le point de vue et les touristes
qui n’iront pas plus loin pour continuer notre rando
mais nous partons du mauvais côté : nous commençons à descendre dans la vallée au lieu de la contourner par le haut des falaises. Ce n’est que devant un
panneau indiquant Rodriguez Pass à 9 heures de
marche de là qu’on se dit qu’on ne doit pas être dans
la bonne direction… Comme c’est toujours la faute de
l’autre, et qu’on a tous les deux un caractère de cochon on s’engueule copieusement. Je suis fatigué de
ces conflits, je ne veux pas continuer dans ces conditions, je m’arrête là mais Anne continue. Comme je
boude comme un gamin je ne la suis pas. Mais je regrette vite et commence à m’inquiéter. Je cours dans
un sens sur le chemin puis dans l’autre, ne la trouvant
plus. Je panique un peu, et mon vertige depuis le haut
des falaises ne me calme pas. Finalement on se retrouvera quelques minutes plus tard pour reprendre
le chemin ensemble. C’était puéril comme comportement, mais je pense que c’est le fait de rester ensemble
en permanence, à vivre toutes les tensions et les problèmes ensemble qui nous empêche de prendre un peu
de recul et à parfois s’engueuler comme ça pour rien.
Il faut parfois que la pression retombe et que je subisse
un moment de panique comme ça pour réaliser à quel
point je peux parfois me comporter de manière inexcusable.
Nous repartons donc, et dans le bon sens cette foisci, sur Cliff Top Walk. On enjambe le cours d’eau de
Govetts Leap avant qu’il ne se jette dans le vide, ce
qui vaut mieux pour nous. Nous atteignons Evans Lookout qui nous offre encore de belles vues sur la vallée
de Grose. De là nous descendons des marches, et nous
descendons encore, en se disant qu’il va falloir qu’on
remonte tout ça…
Nous arrivons finalement au pied des falaises et nous
poursuivons dans un étroit canyon : c’est Grand Canyon. On n’est pas aux États-Unis et celui-ci est plus
petit mais bon il est quand même très impressionnant
et surtout le Grand Canyon américain n’est même pas
un canyon : c’est une gorge ! Le chemin très bien aménagé nous permet d’enjamber les cours d’eau en marchant sur de gros blocs de pierre taillée avant de gagner un peu de hauteur et se promener sur un flanc
de falaise derrière des barrières, dans une cavité tantôt
naturelle tantôt aménagée. Le canyon est si étroit que
parfois une couche de végétation s’est formée en hauteur. Si on devine par l’obscurité qu’en dessous le
gouffre est encore plus profond on n’a aucune idée d’à
quel point. Et mon vertige préfère ne pas savoir.
Encaissés dans le canyon on subit la fraîcheur de
l’ombre et de la végétation luxuriante, ce qui contraste
fortement avec le chaleureux soleil qui nous réchauf-
fait quand nous marchions en haut des falaises. Il faut
parfois marcher penché pour ne pas se cogner, parfois
passer derrière des chutes d’eau, parfois traverser des
petits tunnels, et parfois ne pas être tenté par l’absence
de barrière pour aller voir où mènent ces trous béants
à côté du chemin.
Nous émergeons du canyon après quelques zigzags
entre les sacs de chantier remplis de pierres taillées et
laissés là par un hélicoptère pour les ouvriers qui travaillent à aménager le sentier. Le soleil se fait plus bas
et les couleurs deviennent orangées, signe qu’il faut
qu’on se hâte. Avec notre engueulade on a pris du retard. On a essayé de se dépêcher mais le canyon était si
beau, on a forcément un peu pris notre temps. On est
quand même un peu frustrés d’avoir dû se dépêcher :
on décide de revenir ici un jour prochain. Cet endroit
est si extraordinaire qu’une seconde visite ne sera pas
de trop pour l’appréhender.
Mais pour l’heure nous devons accélérer la cadence,
nous ne sommes qu’aux deux tiers de notre rando : il
nous reste à traverser le plateau pour rejoindre le Visitor Centre et notre van. Un peu de route goudronnée
et quasi-déserte, un peu de chemin forestier, puis un
sentier à moitié inondé longe Braeside Creek jusqu’à
Govetts Leap et les falaises. Maintenant qu’on sait que
nous ne sommes plus très loin on prend notre temps
pour admirer le dégradé rose-bleu du ciel qui s’éteint
derrière les montagnes bleutées. Nous atteindrons le
van alors qu’il fait déjà nuit noire, avec des rêves bleutés profondément inscrits dans notre mémoire, et des
étoiles dans les yeux jusqu’à ce que nous nous endormions dans la froideur du van au camping de Blackheath.
J+282 — Blue Mountains : traverser les
falaises par National Pass
Aujourd’hui nous allons faire l’une des icônes des Blue
Mountains. Ce ne sont pas les Three Sisters, ces trois
rochers sans grand intérêt qui attirent les bus de touristes, mais une petite balade donnant des vues à couper le souffle : National Pass. Ce sentier célèbre a été
creusé à coups de pelle et de pioche au début du XXème
siècle. En effet pour rejoindre la faille qui sépare la falaise en deux et faisant office de chemin, il a fallu créer
un escalier dans la roche. Des centaines de marches à
même la falaise, au-dessus d’un vide vertigineux. Au-
jourd’hui on est protégés par de solides barrières en
métal, mais à l’époque ils ont construit ce chemin sans
même être assurés par une corde. Prêts pour des sensations fortes pour un effort minimal ? C’est parti !
On continue nos habitudes matinales en se levant à
7h45 pour débuter par un copieux petit déjeuner dans
la forêt d’eucalyptus de la vallée de Megalong. Aujourd’hui nous devons sacrifier notre matinée à des
tâches domestiques peu reluisantes : courses, lessive et
connexion à Internet. Nous retrouvons avec plaisir un
supermarché Aldi, avec ses petits prix et ses produits
de bonne qualité, on n’en avait pas vu depuis des mois.
À nous la bonne bouffe ! Enfin la bonne bouffe Australienne, ce qui est quand même tout relatif. Après un
passage à la laverie et à la bibliothèque de Katoomba
nous gagnons Wentworth Falls, lieu de départ de notre
randonnée du jour.
Arrivés à Conservation Hut nous profitons du parking
pour une pause déjeuner bien méritée après tous ces
non-efforts et à l’idée de parcourir au moins une dizaine de kilomètres cette après-midi. Bon d’accord
c’est pas la journée la plus sportive qu’on ait pu faire.
L’itinéraire indiqué dans notre livre des « 40 Great
Walks in Australia » n’est pas ouvert : un des chemins
(Overcliff Track) est fermé pour cause de dommages
causés par un orage. On va donc passer par ailleurs et
faire le circuit dans le sens inverse. On descend donc
Valley of the Waters Track jusqu’aux Empress Falls, jolies chutes d’eaux qui nous amènent au départ de National Pass. Et c’est là que la magie opère. Ce sentier
est l’un des plus impressionnants et les plus beaux que
j’ai eu l’occasion de rencontrer. En donnant l’occasion
de marcher dans une faille située à mi-hauteur de la
falaise l’on peut admirer la vue sur la vallée mais aussi le vide béant à quelques centimètres de ses pieds,
les tunnels dans la végétation, les chutes d’eau qui
coulent sur nous, et les immenses parois rocheuses qui
s’étendent à la verticale du chemin.
Le chemin est superbement aménagé, avec ses escaliers gravés dans la roche, ses barrières ou ses blocs de
roche déposés dans les cours d’eau pour aider à traverser à gué. On peut dire que c’est aussi tranquille
qu’une promenade au parc municipal, avec comme
seule différence la vue !
Avant de remonter par les escaliers nous descendons
un bon paquet de marches jusqu’au pied des Wentworth Falls, ces immenses chutes d’eau. D’en-bas on
peut admirer la lune qui s’est levée, et le ciel qui commence à revêtir des bleus plus profonds. C’est que c’est
le moment de remonter jusqu’à la surface, non sans
loucher sur le sentier de Wentworth Pass qui semble
aussi très intéressant : on se dit qu’ici aussi il va falloir
revenir !
Il ne nous reste plus qu’à remonter les nombreuses
marches du grand escalier final jusqu’en haut des falaises d’où on peut admirer le coucher de soleil sur la
Valley of the Waters. Plus qu’à traverser le plateau jusqu’au parking sur un petit sentier entouré d’oiseauxlyres et rejoindre le van pour retourner au camping.
Ce soir nous nous aventurerons dans les bois autour
du camping à la recherche de bois pour faire un feu de
camp. Nous tentons de faire une patate douce et des
poissons panés cuits à la braise dans du papier aluminium mais notre recette géniale s’avère être un échec :
entre trop brûlé et pas cuit, on mange ce qui peut l’être
en se disant pour se consoler qu’au moins le feu nous
réchauffe un peu car il fait déjà 0°C. Encore une nuit
froide qui s’annonce.
J+283 — Blue Mountains : Katoomba, Echo
Point, Federal Pass
Si on m’avait dit qu’il ferait aussi froid en Australie
j’aurais emmené plus de pulls, de gants, de chaussettes
en laine et même un poêle à bois. Ce matin il fait encore un froid de canard. Emmitouflés dans nos sacs de
couchage et sous la grosse couette nous avons eu du
mal à dormir sereinement, nous atteignons ici les limites de nos sacs de couchage, respectivement indiqués pour 10°C et 5°C. Et ce matin c’est vraiment difficile de se sortir de là. Heureusement aujourd’hui encore le soleil fait son apparition pour nous réchauffer
de ses doux rayons. Mais pour faire la vaisselle nous
serons contraints de faire réchauffer l’eau sur le gaz :
elle est tellement froide que nous n’arrivons pas à laver quoi que ce soit et nos mains s’engourdissent.
Aujourd’hui nous passons à Blackheath pour regarder
les horaires du train pour Sydney car on aimerait ne
pas avoir à se frotter à la conduite dans la ville. Entre
les problèmes pour se garer, les routes, ponts et tun-
nels payants, et les bouchons, on a décidé qu’y aller
en train était plus rapide, plus simple et plus économique. Problème : il y a des travaux sur la ligne ce
week-end et il faudrait prendre un bus et rallonger le
trajet d’une heure, ce qui nous ferait une journée un
peu trop courte à Sydney. Tant pis pour le week-end et
le resto prévu avec Benjamin, on ira à Sydney lundi.
Pour la journée on décide d’aller voir l’attraction touristique des Blue Mountains : Echo Point à Katoomba.
Cette grande plateforme est remplie de touristes qui
viennent en bus prendre une photo des Three Sisters,
trois pointes de rocher qui n’ont pas l’air si intéressantes que ça. La preuve qu’il suffit de dire qu’un lieu
est touristique pour qu’il le devienne…
Nous quittons la cohue des touristes et leurs appareils
photo pour rejoindre Prince Henry Cliff Walk, un sentier qui longe le haut des falaises. Le nom est plus impressionnant que le chemin, qui se révèle très tranquille et surtout fréquenté par les habitants de Katoomba qui viennent ici promener leur chien, malgré
le fait qu’ils soient interdits dans les parcs nationaux.
Avant les Leura Falls nous bifurquons et descendons
Fern Bower, un petit sentier qui suit la trace d’un petit
cours d’eau. Au menu beaucoup de marches à descendre, de jolis sous-bois et de moins en moins de touristes. Incroyable comme il suffit de marcher seulement trente minutes pour voir que personne ne
s’aventure au-delà des points de vue bondés, alors que
c’est justement là qu’on peut pénétrer dans le parc national et apprécier la forêt au mieux. Je me sens d’un
coup beaucoup moins fainéant que je ne le pensais.
Nous rejoignons la petite aire de pique-nique de Leura
Forest, un endroit bucolique avec ses tables, ses abri et
ses barbecues en pierre du siècle dernier. Mais un peu
sombre et frais pour nous, on préfère continuer sur Federal Pass et le temps de faire un peu de balançoire sur
les énormes lianes de la forêt nous rejoignons un endroit pour déjeuner sur des bancs à l’intersection avec
Dardenelles Pass.
À cet endroit nous retrouvons un flot de touristes descendant pour rejoindre un kilomètre plus loin le Scenic World. Comme le nom l’indique on est quasiment
ici dans un parc d’attraction. Cet endroit représente
l’entrée de l’ancienne mine de charbon de Katoomba. Il
y a donc un parcours dans la forêt, construit en acier et
plastique, qui permet de découvrir quelques panneaux
sur la faune et la flore locale mais aussi l’histoire minière et ses reliques. Le tout sur de la moquette. Oui de
la moquette en plein milieu de la forêt. Tout va bien.
L’endroit sert aussi de point de départ au train à crémaillère et aux télécabines qui permettent de remonter
jusqu’à Katoomba sans se fatiguer. Pour la modique
somme de 14 dollars vous rejoignez le haut de la falaise
en moins d’une minute, plutôt que de prendre une
quinzaine de minutes à grimper l’escalier et les Furber
Steps en admirant régulièrement la vue sur la vallée et
les Katoomba Falls.
C’est parce que les hordes de touristes se pressent dans
le train et les télécabines que l’escalier gravé dans la
falaise est quasiment désert… Si je pense être un touriste comme un autre, je crois que je ne suis définitivement pas le même type de touriste que tous les
autres. Ceci dit il y a une évolution : lors de mon précédent passage ici en 2009 j’avais emprunté le petit
train à crémaillère, moins par choix que par contrainte,
voyageant en tour organisé. À ce moment-là j’avais été
frustré de ne pas pouvoir rester me balader sur ces jolis
sentiers et être obligé de suivre le groupe, et surtout ne
pas avoir le temps de revenir ici pour explorer les ran-
données en solo. Aujourd’hui je suis heureux de pouvoir enfin réaliser cette envie que j’avais eu à l’époque.
Nous rejoignons ensuite Echo Point par les quartiers
riches de Katoomba, où semblent habiter de nombreux
millionnaires bénéficiant d’une belle vue sur le parc
national. C’est le moment où je me dis que j’aimerais
bien gagner au loto pour avoir une maison ici. Bon
faudrait juste que j’y joue. Et que je crois qu’on puisse
gagner. Bon, c’est pas gagné. On va randonner en attendant, c’est chouette aussi !
Nous passons ce soir discuter avec Benjamin à son auberge de jeunesse de Katoomba. On se dit que finalement on n’est pas si mal lotis dans notre van au milieu
de la forêt : l’auberge, pourtant grande, n’est chauffée
que par une petite cheminée dans le salon. Il fait froid
partout. Nous on a froid, mais au moins on ne paye pas
50 dollars la nuit ! Bon on n’a pas de douche non plus,
mais jusque-là on s’en passe bien… On se demande
bien pourquoi on avait besoin d’une douche par jour
avant, alors qu’une par semaine nous semble déjà un
luxe tout à fait dispensable.
Pour fêter notre absence de chauffage et de douche
chaude quotidienne nous décidons de réchauffer
l’atmosphère du van avec des crêpes, miam !
J+284 — Blue Mountains : retour à
National Pass, mais par Wentworth Pass
Aujourd’hui nous retournons se balader à National
Pass et Wentworth Falls mais accompagnés de trois camarades : Benjamin, Marre et Kes. Pour contraster nos
mauvais accents de franchouillards Marre (prononcer
Marie), néerlandaise, et Kes (prononcer Kayze), britannique pur souche, arborent un impeccable accent anglais. Ça nous change un peu de nos discussions en
français entre nous deux.
Nous commençons donc la balade du jour par National
Pass mais cette fois dans l’autre sens. En partant de
l’aire de pique-nique de Wentworth Falls on descend le
grand escalier pour parcourir le sentier sous un beau
soleil. Le beau temps et le fait que nous soyons samedi
a attiré de nombreux touristes, on a du mal à se sentir tranquilles cette fois-ci alors qu’il y a deux jours on
n’avait pas croisé grand monde.
Le sentier est toujours aussi chouette, et je crois que
ce sens-là permet de mieux apprécier les paysages et
donne des vues plus impressionnantes. Mais l’autre
sens apporte un point de vue différent. Le mieux est
donc de le faire dans les deux sens !
Nous traversons encore des tunnels de végétation sur
cette faille dans la falaise, nous nous faisons mouiller
par les chutes d’eau qui tombent sur le chemin, et
comme il y a deux jours nous avons le souffle coupé
par les paysages, et surtout les chutes d’eau de Wentworth, hautes de 187 mètres. Je crois que c’est un de
mes endroits préféré d’Australie…
Après National Pass nous rejoignons les Empress Falls
pour descendre prendre Wentworth Pass et revenir
dans l’autre sens, cette fois-ci par le pied des falaises.
Nous quittons le large sentier bien aménagé pour un
petit chemin étroit et non aménagé : c’est ici qu’on
prend le plus de plaisir, à sauter par dessus les ruisseaux, à s’accrocher aux arbres, à escalader quelques
rochers. On arrive finalement assez vite au pied des
Wentworth Falls, à l’intersection avec Hippocrate Falls
Track, un sentier historique sans marquage : un panneau indique qu’il ne faut pas aller plus loin sans une
boussole et un guide expérimenté. Bon on va donc éviter pour aujourd’hui, mais encore un truc qui nous
donne l’envie de revenir ici explorer la vallée et ces
sentiers.
Nous remontons par les Slack Stairs jusqu’à rejoindre
le début de National Pass pour rejoindre le grand escalier. En haut, à la tête des chutes d’eau de Wentworth, Benjamin et Kes décident de goûter à la fraîcheur de l’eau glaciale, sûrement encouragés par le
beau soleil qui nous réchauffe. Marre essaiera bien de
se tremper les pieds, mais n’aura pas la témérité des
garçons. Anne et moi connaissons la fraîcheur de l’eau
sans même la toucher : on préfère ne pas avoir à s’y
frotter sans y être contraints.
Une belle manière de conclure une belle balade et une
belle rencontre avant de laisser Kes et Marre repartir et
Benjamin prendre la direction du train pour Sydney où
il doit prendre son avion pour revenir en France dans
deux jours seulement.
On se retrouve tous les deux à manger notre salade de
riz et de thon sur le point de vue de l’aire de piquenique, à regarder les nuages poussés par le vent qui se
fait de plus en plus frais. On décide que nous aussi on
a droit de faire trempette aujourd’hui : on appelle donc
la piscine municipale de Katoomba pour savoir s’il est
possible d’y prendre une douche. C’est ainsi que pour
3$ nous allons prendre une bonne douche chaude bien
méritée, la première depuis 6 jours. Et mon beau discours d’hier sur la superficialité de ce luxe qu’est la
douche chaude ? Oh personne n’est parfait non plus…
Ce soir au camping de Blackheath nous partagerons
l’emplacement avec un groupe de campeurs du village
venus jusqu’ici à pied par un sentier de randonnée
avant d’entamer demain le célèbre Six-Foot Track, une
des plus connues et des plus difficiles de la région.
Nous avons profité de notre halte à Katoomba pour
faire le plein de viande et de légumes et le repas de ce
soir — à base de boulettes de bœuf, de champignons,
de penne et de crème — est simple mais succulent. On
se couche heureux d’avoir pu partager cette belle journée avec Marre, Kes et Benjamin.
J+285 — Blue Mountains : retour à Grand
Canyon par Rodriguez Pass
Aujourd’hui c’est dimanche et c’est notre dernier jour
de randonnée dans les Blue Mountains, demain nous
irons visiter Sydney en train. Nous commençons donc
par faire deux (très) petites balades que l’on voyait
tous les jours en passant sur Megalong Rd : Coachwood
Glen Forest, un petite boucle dans les sous-bois, et Mermaids Cave, qui après un escalier fait débouler dans un
grand cirque entouré de falaises. Nous y rencontrons
un couple habitant Blackheath qui admire avec nous
un oiseau-lyre qui gratte le sol de la forêt. Ils nous apprennent qu’à 55 ans c’est seulement la seconde fois
qu’ils en voient un dans leur vie et que la plupart des
Australiens n’en voient jamais car c’est très rare. Vu le
nombre qu’on a vu on doit être vraiment très chanceux
alors. Ça nous console un peu par rapport au nombre
d’animaux qu’on n’a pas pu voir : baleines, manchots,
ornithorynque, etc.
Mais aujourd’hui notre vrai objectif c’est de retourner
à Govetts Leap et Grand Canyon pour prendre un peu
mieux le temps d’admirer le canyon et surtout de faire
Rodriguez Pass, qui relie le fond du canyon au pied de
Govetts Leap et indiqué pour une durée de 8 heures…
aller. Pour 9,8 kilomètres à parcourir, ça nous semblait
un peu extrême mais bon on s’est dit que ça devait être
assez difficile. Surtout avec 610 mètres à descendre et
la même chose à remonter ensuite. Mais bon on a pas
eu peur. Comme on est super efficaces pour ne jamais
être à l’heure on commence notre balade à 12h30 au
sommet de Govetts Leap. Si vous savez compter, rien
qu’avec Rodriguez Pass on devrait pas rentrer avant
20h30, et ça ne compte pas les 4 kilomètres de Grand
Canyon, ni les autres kilomètres pour rejoindre Grand
Canyon. Bref on est à la bourre. Pas grave, c’est pas ça
qui va nous empêcher de flâner et d’admirer le canyon.
Non le moment où on commence à avoir un peu peur
c’est quand on arrive au pied du canyon, à
l’intersection avec Rodriguez Pass. Alors que je prend
une photo avant de nous lancer nous voyons débarquer un monsieur avec sa fille qui viennent de le faire
et qui nous indiquent qu’ils sont partis à 11h du pied
de la chute d’eau. Il est 14h50. Ils ont donc mis un peu
moins de quatre heures. Et dans deux heures et demi il
fait nuit noire.
On baisse pas les bras on se dit qu’on peut tracer et
qu’on peut le faire avant la nuit, ça doit pas être si
difficile que ça. Devant notre obstination le monsieur
semble un peu paniqué. On essaye de le rassurer, on lui
dit qu’on a des torches s’il fait nuit, et des vêtements
chauds, pas de problème, et on part quand même. Mais
juste après c’est nous qui ne sommes plus rassurés.
Nos téléphones portables ont bien une fonction torche,
et j’ai bien un k-way et une polaire, mais c’est tout.
Sur le coup je me demande si j’aurais pas dû lui laisser
nos numéros de téléphone au cas où. Ça aurait rassuré
tout le monde. Mais il est trop tard, on est lancés, malgré mes doutes soudains sur notre capacité à sortir de
là. Les Australiens sont très protecteurs certes on en a
l’expérience, mais ne serions-nous pas un peu inconscients aussi ? Et si nous étions bloqués dans la vallée
cette nuit ? Et si nous avions un accident ? Et si…
Cette panique soudaine ne nous aide pas. Quelques
centaines de mètres plus loin alors que nous traversons un éboulement ou le sentier n’est plus marqué
nous arrivons à nous perdre de vue, alors que nous
étions à quelques dizaines de mètres l’un devant
l’autre. Voilà qui n’aide pas ma panique, je me met
à crier pour retrouver Anne. Heureusement on se retrouve rapidement au milieu des rochers : j’avais pris
le nouveau tracé du sentier, et Anne l’ancien qui a
été emporté en contrebas par le glissement de terrain,
mais ils se rejoignaient plus loin. Ouf. Mais je constate
qu’Anne aussi n’est pas à l’aise, un peu plus loin elle
trébuche et manque de se tordre la cheville, alors que
le sentier est à une vingtaine de mètres en surplomb
d’une rivière. On est tout d’un coup à la fois paniqués,
pressés par le temps, et complètement maladroits.
Nous essayons de reprendre notre calme en marchant
sur le sentier et en relativisant : nous sommes équipés
de téléphones qui peuvent servir de lampes-torches,
d’un GPS, d’un peu de nourriture, de vêtements un peu
chauds et imperméables, on a déjà fait des centaines de
kilomètres de randonnée en Australie, et on est sur un
sentier balisé à seulement 3 kilomètres à vol d’oiseau
d’une ville. Bon, pas de quoi dramatiser. N’empêche on
réalise qu’il en faut peu pour perdre ses moyens et se
retrouver perdus bêtement : il faut être prudent et savoir garder la tête froide.
Nous marchons rapidement en vérifiant la distance
parcourue sur le GPS du téléphone : tout va bien, mais
on est un peu stressés quand même. Je ne prend plus
aucune photo, alors qu’il y aurait de quoi entre la
forêt et la rivière que nous longeons. Nous ne faisons
qu’une courte pause à Junction Rock pour manger et
boire avant d’entamer la seconde moitié de Rodriguez
Pass et remonter le long du cours d’eau qui provient
de Govetts Leap : normalement là on ne peut plus se
perdre. Finalement un peu avant 17h et après un sacré
effort physique à cavaler et sauter par dessus les ruisseaux on atteint le pied de Govetts Leap. On aura donc
mis à peine trois heures pour effectuer une randonnée
indiquée pour 8 heures. On est contents d’avoir réussis
et soulagés de ne pas avoir à marcher de nuit dans un
endroit qu’on ne connaît pas.
On peut se détendre un peu, faire une pause au pied
de la chute d’eau pour reprendre quelques forces et des
photos, être subjugués par l’immensité de la chute, et
enfin grimper tranquillement dans un chemin boueux
et particulièrement humide. En effet avec le vent l’eau
de la chute est projetée contre la falaise qui ruisselle et
inonde le chemin. Du bon côté des choses cela donne
une paroi rocheuse jonchée de petites plantes vertes
qui forment ainsi un mur végétal naturel du plus bel
effet.
Pour terminer de nous achever les marches des escaliers s’enchaînent avec les échelles en métal. Ainsi
quand on arrive tout en haut, nous sommes épuisés
mais nous ne pouvons nous empêcher d’admirer une
dernière fois le coucher de soleil sur la Grose Valley et
les Blue Mountains… Je crois qu’on est vraiment tom-
bés amoureux de ce coin de l’Australie, un peu comme
avec le sud-ouest et ses arbres géants. Et c’est d’autant
plus difficile de se résigner à partir et ne pas rester ici
quelques jours, semaines ou mois de plus. Il y a tellement à explorer et découvrir…
J+286 — Une journée à Sydney
Il nous en a fallu du courage pour nous rendre à Sydney. Surtout quand à 5h du matin le réveil sonne. Il fait
nuit et froid. Nous prenons le petit déjeuner dans le
noir à la seule lumière faiblissante de notre lampe solaire Ikea. Nous reprenons la route de la vallée de Megalong pour rejoindre la petite ville de Blackheath. Là
nous garons le van dans une rue vers la gare. Nous vérifions que nous avons bien fermé une fois, deux fois,
trois fois. On n’a pas l’habitude de laisser le van garé en ville si longtemps, alors on redevient paranos.
Et si on nous voilait le van ? Bon ça serait pas un cadeau pour les voleurs. Oui mais et nos affaires ? Bon
pas la peine d’y penser. Nous nous dirigeons vers la
gare, pour prendre le premier train de la journée vers
Sydney. Le billet pour la journée est à 22$, pour circuler sur tous les trains, bus et ferries de Sydney. Le
train arrive. Nous allons pouvoir nous reposer un peu
au chaud, avec les 2h15 de trajet qui nous attendent.
À défaut de réussir à dormir nous admirons le soleil
se lever en teintes rosées sur les Blue Mountains. Ça
ne serait pas suffisant pour me faire me lever aussi tôt
tous les jours, mais je suis content de m’être levé tôt
aujourd’hui pour avoir la chance de voir ça. Puis le
train se remplit de commuters, ces travailleurs qui habitent à distance de la capitale et vont y travailler tous
les jours. Au fur et à mesure que le train se remplit
nous quittons les montagnes, puis s’enchaînent sans
fin les zones résidentielles, industrielles et commerciales. Nous arrivons à la gare centrale et nous prenons
le métro pour rejoindre Circular Quay, d’où partent
tous les ferries. Pour commencer la journée du bon
pied nous décidons de troquer le centre-ville pour rejoindre Cremorne Point en ferry et y faire une balade.
Cela nous permet de traverser le havre sous le soleil et
profiter de jolies vues sur l’opéra et le centre-ville avec
ses gratte-ciels. Le tout dans un mythique ferry coloré
de Sydney, qui sont hélas progressivement remplacés
par des catamarans plus modernes et moins jolis.
Nous débarquons sur l’autre rive de la baie et nous
nous baladons pour rejoindre le zoo de Taronga, en
longeant la mer par des petits chemins goudronnés
qui serpentent entre de luxueuses propriétés, quelques
clubs de nautisme, et parfois des surprises. Comme ce
jardin aménagé en bord de mer par des habitants du
coin pour réhabiliter ce qui était auparavant une décharge sauvage. Bon pour moi ce n’est pas une vraie
surprise, j’étais déjà venu ici en 2009 et, comme les
habitants de Sydney qui viennent ici régulièrement,
j’apprécie toujours autant la promenade. Mais cette
fois-ci nous ne verrons pas de gros lézards, dommage,
il doit faire trop frais encore.
Nous reprenons le ferry pour revenir au cœur de la
ville. On cherche un fish & chips à Darling Harbour,
le quartier des restaurants. Il était indiqué sur le net
comme étant pas cher, mais on ne le trouve pas, il a sûrement déjà fermé. Pour se consoler on cherche quand
même et on se retrouve dans un centre commercial
dont l’un des nombreux fast food chinois fait aussi fish
& chips. Hélas c’est cher et le goût n’est pas au rendezvous. Bon l’essentiel est d’avoir mangé.
On essaye d’aller voir à quoi ressemble le fameux Harbour Bridge, ce pont géant qui traverse la baie et qui
sert de symbole à la ville. On savait déjà que pour
monter dans une des colonnes il fallait payer, et pour
monter sur le pont c’était encore plus cher, signe que
lieu est probablement un attrape-touriste sans intérêt.
On essaye donc quand même d’aller jeter un œil en
empruntant la passerelle pour les piétons. C’est encore
pire que ce qu’on en pensait. La passerelle ressemble
à une prison avec son grillage et ses caméras. Impossible d’apprécier la vue à travers le grillage. Pour ajouter au bucolique de l’endroit nous sommes juste à côté
de la route, seulement séparés par le grillage. Des camions, des bus, des taxis et autres véhicules roulent ici
dans un bruit assourdissant. L’endroit est si pollué que
ça prend à la gorge. Nous fuyons au plus vite pour retrouver une ville plus calme et accueillante.
Et même nous rejoignons la verdure des superbes jardins botaniques qui bordent le havre de la baie. C’est
le moment de se reposer un peu, car on marche dans la
ville depuis des heures, on est épuisés. On va donc sur
la pointe des jardins pour se poser un peu dans l’herbe.
Anne commence à en avoir marre mais je veux continuer je veux voir d’autres lieux. Je la traîne tant bien
que mal jusqu’à la bibliothèque de l’état du New South
Wales, mais il est déjà 17h et toutes les expos sont fermées, il n’y a que la bibliothèque elle-même à admirer,
ce qui est déjà pas mal.
Puis, malgré ses protestations, Anne m’accompagne
jusqu’à Hyde Park pour voir la cathédrale. Mais elle
n’en peut plus, et je dois dire que je suis aussi vané. En
plus il nous reste encore 2h15 de train pour rentrer jusqu’à Blackheath, et il fait encore retourner au camping
avec le van pour dormir. Nous retraversons le centreville et affrontons tant bien que mal la nuée d’hommes
en cravate et femmes en tailleur qui sortent du boulot.
Pour se reposer et profiter de notre billet de trainferry on décide de faire un aller-retour en ferry jusqu’à
Manly Beach, pour pouvoir observer la baie au coucher du soleil depuis le bateau.
Il ne nous reste plus qu’à profiter d’un coupon qui
nous a été offert dans la rue plus tôt dans la journée
pour deux menus gratuits à Mc Donald’s en guise de
dîner avant de reprendre le train jusqu’à Blackheath.
Arrivés là bas, à 23h, un froid glacial nous saisit. Le
vent est verglaçant : l’humidité s’est transformé en
glace sur le mobilier urbain. C’est grelottants qu’on rejoint le van, où nous enclenchons le chauffage à fond
pour les quelques kilomètres qui nous séparent du
camping, où nous nous réfugions au fond de nos sacs
de couchage pour aussitôt sombrer dans un profond
sommeil.
J+287 à J+289 — Bercés par les wombats
qui se frottent contre le van
Par Anne
On se décide enfin et un peu à contre-coeur de partir
de la merveilleuse région des Blue Mountains. Mais le
retour prévu sur Melbourne est pour bientôt et on a
encore d’autres coins à visiter en route. Prochaine destination sur notre liste : Morton National Park, situé à
environ 150 kilomètres au sud-ouest de Sydney, pas
très loin de la côte. Pour y accéder depuis Blackheath,
on a décidé de n’emprunter que les petites routes, ce
qui représente environ 200 kilomètres. C’est calme, bucolique et reposant sauf pour le van, grand habitué des
lignes droites sans relief et qui semble définitivement
les préférer aux montées et descentes qui serpentent
dans la région. On montre beaucoup moins de difficulté : tout nous plait dans ce pays !
On passe à Bowral nous ravitailler en bonbons, cheddar, nutella pommes, yaourts et haricots verts avant
de rejoindre dans l’obscurité de la nuit une immense
prairie qui sera notre camping : Bendeela Reserve. On
distingue des kangourous derrière les barrières qui entourent la zone autorisée pour camper (en été, une
deuxième partie de la même taille est également ouverte). Mais ce sont les petits points noirs qui jalonnent le gazon qui retiennent le plus notre attention : des dizaines de wombats viennent toutes les
nuits se rassasier de la bonne herbe verte et grasse.
Durant la nuit, ils viennent se frotter contre le van, le
faisant légèrement bouger. Viennent-ils soulager leurs
démangeaisons ou sommes-nous sur le brin d’herbe
qu’ils convoitaient ?
Le lendemain matin, plus de trace de marsupiaux, partis se reposer de leur festin nocturne jusqu’à ce soir.
Quelle belle vie ! À la place, les moins exotiques corbeaux et renards tentent de discrets rapprochements
afin d’essayer de grappiller quelques miettes de pain
que notre torpeur matinale auraient laissé s’échapper
sur le sol. Au visitor centre de Nowra, une employée
très aimable et serviable nous renseigne sur les balades
à faire dans la city of Shoalhaven, qui n’est pas une
ville comme on pourrait le penser mais une région et la
Kangaroo Valley située elle dans la région de Illawarra,
à l’ouest de Shoalhaven. La délimitation géographique
et administrative nous importe peu, tant que les paysages sont jolis.
Nous suivons les conseils de la dame et des nombreuses brochures que nous avons trouvées (enfin des
documents intéressants pour nous !) et nous nous rendons dans le tout petit Bomaderry Creek Regional Park :
une bande de 2 km sur 1,5 km, éloignée de seulement
2 kilomètres du centre-ville. On y fait une boucle de
4 km, une partie du She-Oak Crossing Walk qui suit la
Bomaderry Creek sur une rive puis l’autre, dans la forêt
tapissant le fond d’une petite gorge. Bien que courte et
sans difficulté, la balade est très agréable, nous laissant
le temps d’admirer les timides oiseaux-lyres et les facétieux kookaburras. En été, nombre de familles doivent
apprécier venir pique-niquer sous la canopée rafraîchissante de la rain forest et piquer une tête dans le
calme ruisseau.
Le point de vue n’a pas vraiment d’intérêt et le chemin
d’accès est bétonné, pratique pour les fauteuils roulants mais pas très naturel, du coup : on aurait pu
s’en passer aisément. On va ensuite faire une lessive
et un tour sur internet et on rentre tôt au camping
afin de pouvoir profiter des derniers rayons de soleil
afin de mieux observer qu’hier la faune qui nous fait
l’honneur de nous prêter un coin pour dormir. On
se rend compte du nombre impressionnant de wombats qui viennent apaiser leur insatiable appétit. Les
kangourous et wallabies, quant à eux, sont un peu
plus timides et préfèrent rester à une distance respectueuse pour grignoter les herbes hautes et plus sèches.
Kookaburras, canards, magpies (ces oiseaux blancs et
noirs que l’on croise partout) ne sont pas en reste et
viennent compléter le tableau fort plaisant du camping.
Après encore une nuit agrémentée de quelques secousses de wombats, on fait un détour de 40 km par
Mount Scanzi Road pour une balade d’environ 5 km
sur Three Views Trail. On aurait pu s’abstenir car ça n’a
rien de passionnant. On avait choisi cette balade, car
c’était la seule qui n’était pas marquée comme suivant
un fire trail (un chemin accessible par les véhicules de
patrouille de prévention des incendies). Raté, c’est également un chemin large, sablonneux, pas très naturel
et peu varié. Le dépliant le décrivait avec de magnifiques vues et bordé de belles fleurs à n’importe quelle
saison, on se demande si on a vraiment pris le bon chemin. On va à deux des trois points de vue proposés :
Yarrunga View et Tallowa Dam View, on ne peut pas
dire que ce soit déplaisant mais c’est franchement ennuyant.
On retourne ensuite à Nowra pour continuer nos évaluations sur les meilleurs fish burgers du pays. Celui-ci
proposait un filet de poisson blanc avec sa peau, et non
pané comme d’habitude, original et pas mauvais, bien
que j’aime beaucoup le croustillant de la panure.
On se dirige ensuite vers Jervis Bay, plage réputée
pour avoir le sable le plus blanc d’Australie. On y va
surtout parce que la dame de l’office de tourisme nous
a dit qu’une de ses amies y a vu des baleines pas
très loin du rivage. On arpente donc la côte jusqu’à
Hyams Beach sur White Sands Walk, en scrutant l’eau
à la recherche de formes mouvantes et de jets d’eau.
Nous ne sommes pas les seuls, apparemment à tenter
d’apercevoir des cétacés mais on repartira encore une
fois bredouilles après avoir passé une demi-heure à
s’abîmer les yeux, captivés par une forme noire qui
nage à la surface de l’eau et qui s’avérera être finalement des otaries. Sympa, mais on connaît !
Tant pis pour les baleines, la plage est magnifique
et le sable effectivement d’une blancheur étincelante,
grains minuscules qui crissent sous les pieds et se faufilent entre le plus petit sablier de nos doigts. Sûrement
très peuplé en été, le coin est plus que tranquille en
cette période et on prend le temps d’admirer les reflets rosés qui teintent l’horizon avant d’aller prendre
une douche glaciale au bord de la plage. Par 11°C, ça
demande du courage mais ça fait du bien (après). On
passe ensuite la nuit sur une aire de repos au bord
de l’autoroute (Tullarwalla Rest Area), à 30 km au sud
de Nowra, beaucoup moins charmant que le précédent
camping : les wombats ont cédé leur place aux matelas
et autres pneus crevés.
J+290 à J+292 — En passant par les alpes
australiennes
Pour notre dernière journée dans le New South Wales
nous nous rendons dans Morton National Park pour
gravir le sommet de Pigeon House, une petite randonnée connue et décrite dans notre livre « 40 Great
Walks in Australia ». Pour s’y rendre il faut parcourir
14 kilomètres de dirt road, en bon état, étroite et indiquée comme étant pour 4x4 seulement en cas de pluie.
Bon on croise les doigts pour qu’il ne pleuve pas. Beaucoup de virages, de ponts en bois à peine assez larges
pour le van ou de nids de poule qui exigent de ralentir
au 2 km/h pour ne pas s’envoler dans le décor. J’aime
bien conduire sur ces petites routes, cela demande une
conduite bien plus technique que sur route, beaucoup
d’attention et de prudence, car à tout moment peut
surgir un 4x4 dans l’autre sens, ou plus simplement
un arbre renversé en travers de la route, un gué infranchissable ou une flaque de boue transformant le
passage en patinoire. C’est crevant de porter autant
d’attention à la conduite et de regarder le moindre détail de la route mais c’est vraiment les moments de
conduite que je préfère. Qui eût cru que le convaincu
du vélo que je suis soit pris la main dans le sac à aimer
faire du 4x4 ? Pas moi en tout cas.
Le parking du départ de la balade, malgré qu’il soit
paumé dans les bois est comme d’habitude un exemple
même de l’organisation australienne : des toilettes
sèches quasiment neuves avec un toit transparent pour
admirer les arbres, un abri avec des tables, un réservoir
d’eau de pluie, des panneaux informatifs… Et le début
de la balade bien sûr. C’est une ascension difficile qui
nous accueille. Non pas que cela soit techniquement
complexe, le sentier étant copieusement aménagé de
marches faites avec des rondins de bois, mais c’est plutôt l’effort à fournir pour monter qui me fait souffler et
faire des pauses régulièrement. La montée n’était pas
très drôle et un peu ennuyante mais on arrive sur un
large col qui nous permet quelques kilomètres de détente au milieu de la forêt, avant de grimper jusqu’au
sommet avec de nombreuses échelles et escaliers en
métal. En haut nous bénéficions d’une jolie vue sur le
parc national : des monts Budawang à l’océan et les
plages de Jervis Bay, il y a de quoi profiter. Hélas la vue
est un peu ternie par le temps gris qui ne met pas en
valeur le paysage.
On redescend tranquillement, car il est encore tôt, la
balade n’était pas vraiment longue. Au final on est un
peu déçus, on trouve la rando un peu trop aménagée,
bétonnée et aseptisée pour apprécier pleinement. Sans
compter les multiples déchets laissés là, démontrant
la popularité du coin. C’est probablement la rando la
moins sympa que l’on ait fait dans le NSW.
Pour se consoler notre camping sera plus joli qu’hier
soir où nous étions coincés en bord de route. Ce soir
nous rejoignons Yadboro Flat, un camping gratuit que
l’on rejoint après 7 nouveaux kilomètres de dirt road.
Si la voiture à moitié désossée et abandonnée au bord
de la rivière à 200 mètres du camping nous refroidit
un peu, heureusement le camping lui-même est un peu
plus chouette, et surtout désert, enfin jusqu’à l’arrivée
d’un couple d’Australiens venu en 4x4 avec sa remorque de camping. Véritable institution australienne,
la remorque (camping trailer) est un peu la version locale de la tente Decathlon 2 secondes. Sauf qu’ici la
tente est contenue dans la remorque, et se déplie en
deux heures (si vous êtes doué) pour vous offrir selon les options une ou plusieurs chambres équipées
avec matelas (le matelas se déplie en même temps),
une pièce de vie avec cuisine, donnant au final une
installation énorme. Alors certes la remorque repliée
est petite, plus petite qu’une caravane pliante, mais
une fois dépliée on a l’impression qu’ils construisent
une maison Ikea en kit. Ajoutez à cette installation
grand luxe un groupe électrogène à essence pour faire
fonctionner la télé et la bouilloire, ainsi qu’une cabine
de douche pliante probablement équipée d’un chauffeeau électrique et vous avez le même confort que dans
une maison de ville, au milieu de nulle part. Bon c’est
une conception du camping, pourquoi pas, je trouve
juste que c’est un peu beaucoup pour juste camper une
ou deux nuits…
Nos voisins mettront donc près de trois heures à
s’installer, heureusement éclairés par leurs projecteurs
alimentés par leur groupe électrogène. Nous, nous
nous sommes installés en quelques minutes, le temps
habituel de ne pas nous mettre d’accord sur le meilleur
emplacement pour se garer. Et pendant ce temps-là
nous en avons profité pour lire un bon roman alors que
les vaches se promenaient librement sur le camping. Je
trouve que c’est une meilleure utilisation du temps…
Après une nuit de repos bien mérité nous reprenons
la route, cette fois en direction de l'Australian Capital
Territory, le plus petit état (en fait un territoire, comme
le Northern Territory, mais j’ai pas compris la différence) d’Australie qui accueille la capitale politique,
Canberra, et ses milliers de fonctionnaires. Historiquement Canberra a été créée, car le conflit d’égo entre
Sydney et Melbourne au sujet de quelle ville devait
être la capitale de la fédération n’était plus tenable, il
a donc été décidé de créer une capitale à mi-chemin
des deux villes et de lui adjoindre un petit territoire, au
bord des alpes australiennes.
C’est là que nous allons : dans les alpes, car Canberra
ne nous intéresse que peu en réalité. Nous voulions
avoir une expérience de ces montagnes, surtout en
cette saison hivernale où elles sont recouvertes de
neige, et pour cela il y avait trois possibilités. La première c’était Alpine National Park dans le Victoria.
Notre bouquin de randonnée nous indiquait une balade là-bas, mais à faire uniquement en été, à cause des
risques d’avalanche, des sentiers non marqués et des
températures polaires. De plus rien que pour atteindre
le départ de la balade il fallait se procurer des chaînes
pour affronter les routes enneigées et verglacées. Et les
chaînes ça coûte cher, sans compter qu’on ne se voyait
pas trop sur des routes enneigées de montagne avec
notre tas de ferraille qui tombait en panne à la moindre
occasion. La seconde possibilité c’était Kosciuszko National Park (on a renoncé à essayer de le prononcer)
dans le New South Wales, mais non seulement l’entrée
du parc est payante et relativement chère, mais de plus
se pose le même problème de chaînes. Il ne nous restait donc plus que le troisième et dernier parc national
des alpes australiennes : Namadgi National Park, situé
dans l’ACT. C’est donc notre direction, malgré le fait
que cela implique un bon détour sur la route de Sydney à Melbourne.
Mais avant de quitter le NSW nous passons à Ulladulla
pour faire un ravitaillement de nourriture et échanger
gratuitement les livres que nous avons lus pour de
nouveaux au book exchange de l’office de tourisme. On
arrive à Canberra sur le tard, vers 15h30, ce qui ne
nous laisse que peu de temps pour explorer le musée
national, dommage ça avait l’air si passionnant. On a
notamment vu un crâne momifié de tigre de Tasmanie,
vieux de 3.000 ans et découvert dans le Western Australia, à une époque où ces animaux étaient donc encore
répandus sur tout le continent australien. Je suis aussi tombé d’admiration devant le beau vélo de course
d'Ernie Old60 qui, en 1945 et a l’âge de 71 ans, décida de
faire l’aller-retour de Melbourne jusqu’à chacune des
capitales australiennes. En 5 ans il réalise ainsi près
de 25.000 kilomètres à vélo, et continuera à faire des
60. http://www.crazyguyonabike.com/doc/?doc_id=11946
voyages à vélo longue distance jusqu’à l’âge de 86 ans.
Et il y a encore des gens pour me dire que pour partir
à l’aventure il faut être jeune…
On quitte donc le musée un peu frustrés, surtout que le
temps presse, nous ne pouvons pas nous permettre de
rester une journée de plus à Canberra : nous sommes
le 24 août et dans quelques jours nous devons être à
Melbourne pour tenter de vendre le van. On se remet
derrière le volant pour se diriger vers le départ de la
randonnée de demain. On s’engage dans Namadgi National Park, sur Corin Road et nous trouvons refuge
pour la nuit sur le micro-parking de la balade menant
à Square Rock.
Le lendemain matin on ouvre les yeux à 7h avec la
sonnerie du réveil. J’ai mal à la nuque, je n’ai pas
très bien dormi à cause du froid. Je regarde le thermomètre, il indique -6°C. C’est confirmé nous sommes
bien dans les alpes. Tout est givré dans le van : les parois, le plafond, les vitres, et même le pare-brise, pour
la première fois. Heureusement le soleil réchauffe déjà l’atmosphère de ses rayons : la journée s’annonce
belle. Après un copieux petit déjeuner nous terminons
la route pour rejoindre le parking de Corin Dam, un
barrage renfermant l’une des plus importantes réserves d’eau potable de Canberra. Comme c’est de
l’eau de montagne, et qu’elle est donc relativement
pure, elle n’est même pas traitée avant d’être envoyée
vers les robinets des habitants de la ville. Il vaut donc
mieux éviter de faire pipi dans le lac artificiel pour ne
pas se retrouver avec les 300.000 habitants de Canberra sur le dos !
La randonnée que nous allons entreprendre aujourd’hui n’est pas un parcours de santé. Comme nous
partons d’un point suffisamment bas pour ne pas courir le risque de voir la route enneigée et impraticable
sans chaîne nous commençons à une altitude de 950
mètres pour atteindre le sommet de Mt Gingera, à
1857 mètres d’altitude. Le sentier implique donc de
marcher sur 20 kilomètres et de grimper un peu plus
de 1.100 mètres. Le pire ? Les 500 premiers mètres
d’ascension se font en seulement deux kilomètres. Inutile de dire que c’est une véritable épreuve qui nous
attend, même par temps sec, et sans compter sur ce
que nous sommes venus chercher : la neige.
Nous partons donc du parking pour monter en lacets
puis en lignes droites à travers la forêt d’eucalyptus,
et effectivement ça grimpe très fort, mais on tient le
choc, on y va tranquille, ça reste assez facile grâce au
sentier très bien aménagé. Il nous faudra quand même
un peu plus d’une heure pour terminer ces deux premiers kilomètres. À partir de là l’ascension est plus aisée et graduelle. En changeant légèrement de versant
et d’altitude nous apercevons les premières taches de
neige qui persistent dans la forêt. À ce point-là on se
dit que c’est tout ce qu’on va voir comme neige et on
est déjà heureux d’avoir vu ça.
Mais plus loin ça se corse un peu : la neige recouvre le
chemin, mais reste peu épaisse. En marchant dessus on
fait apparaître l’herbe qui se cache en dessous.
Puis on croise deux randonneurs équipés de bottes et
combinaisons de neige qui nous racontent qu’ils ont
passé la nuit à Pryors Hut, un refuge qui se situe un
peu plus haut sur le chemin, et que nous allons vite devoir faire demi-tour vu la neige qu’il y a plus haut. On
n’a pas encore les pieds trop mouillés on se dit qu’ils
doivent exagérer, comme les Australiens ont l’habitude
d’être un peu trop protecteurs. Nous arrivons à une
petite colline qui nous permet d’avoir de belles vues
sur les environs, et de faire une pause méritée dans
notre ascension. Anne décide de faire un bonhomme
de neige, mais modèle nain de jardin parce que sans
gants la neige ça fait froid sur les mains quand même.
Nous rejoignons ensuite la route de Mt Franklin, qui
est un simple chemin forestier. Hélas là à pied c’est
beaucoup moins drôle : le chemin est défoncé par les
voitures et forme de très larges flaques d’eau et de
boue, il faut souvent dévier du chemin pour les éviter,
au prix de s’enfoncer jusqu’aux genoux dans la neige.
À ce moment-là nous avons les pieds déjà bien trempés. Nous atteignons Pryors Hut, refuge historique qui
sert encore de refuge en cas d’urgence ou pour les randonneurs du coin qui n’ont pas peur de passer une nuit
dans la montagne dans un vieux refuge de bois qui n’a
qu’une maigre cheminée à bois pour se chauffer et aucun meuble hormis un matelas défoncé et une table
parsemée de cire de bougie. Ça a un charme certain visuellement, mais de là à y dormir, je ne suis pas sûr de
tenir avec le froid.
Il nous reste encore un peu de marche après Pryors Hut
pour rejoindre l’intersection du sentier vers le sommet de Mt Gingera. Celle-ci n’est indiquée que par un
caillou peint en bleu et posé sur un poteau. Il faut
le savoir. Heureusement les randonneurs croisés plus
tôt nous ont expliqué le chemin, en pensant sûrement
que nous n’irions pas jusque-là… mais c’est mal nous
connaître !
Nous embarquons donc dans ce sentier qui n’est plus
marqué que par les traces de pas dans la neige des précédents randonneurs. Rapidement nous nous retrouvons jusqu’aux genoux dans une neige fondante et humide, en ayant perdu de vue toute trace du sentier.
Nous suivons tout de même les traces de pas dans la
neige, on se dit qu’elles finiront bien par nous mener
quelque part. Plus loin nous rejoignons un randonneur
en raquettes qui entame l’ascension du sommet selon
une technique toute personnelle : tout droit, on s’en
fout d’où est le chemin. L’idée nous plaît, et en plus
suivre ses traces nous permet de ne pas nous enfoncer
dans la neige jusqu’au bassin. On finit par arriver au
sommet. Trempés, crevés d’avoir marché dans la neige
ainsi sans aucun équipement, en chaussures de marche
premier prix, trouées et usées, et même pire : en jeans.
On est les randonneurs du dimanche quoi, et les Australiens qu’on croise au sommet, équipés de skis, de raquettes et de combinaisons pour le grand froid, nous
regardent en rigolant. C’est sûr que nous en Australie
on n’avait pas pensé à prendre l’équipement pour une
expédition alpine !
Mais la récompense est à la mesure de l’effort : du
sommet nous voyons les alpes enneigées, les vallées
tout autour et même Canberra au loin. Quelle vue !
Malgré le soleil, le vent se fait frais au sommet et nous
ne pouvons rester longtemps. On avale rapidement
une barre de céréales pour avoir assez d’énergie pour
la descente et c’est parti pour tenter de descendre en
suivant le sentier cette fois. On y arrive presque malgré la fatigue qui se lit sur nos visages, mais on n’a
qu’une hâte c’est de s’asseoir sur du sec, enlever un
peu nos chaussures trempées et se reposer un peu.
C’est après quelques virages sur la route de Mt Franklin qu’on trouve un bel endroit d’herbe sèche ensoleillée qui nous semble idéal pour faire une bonne
pause après toutes ces émotions. Nous avons les pieds
trempés et frigorifiés, on enlève nos chaussures et on
essore nos chaussettes, on essaye de les faire un peu
sécher au soleil. Mais il doit faire à tout caser 7 ou 8°C
et ça ne marche pas beaucoup. On en profite quand
même pour manger notre salade de riz, thon et maïs.
De quoi reprendre quelques forces, et notamment nous
donner le courage de renfiler nos chaussettes froides et
mouillées.
Une fois passé le choc des chaussettes et chaussures
glacées et humides nous redescendons par le même
chemin : Pryors Hut puis Stockyard Spur, nous croisons une famille qui joue dans la neige, puis un bonhomme de neige et finalement la neige se fait de plus
en plus fondue, de plus en plus mince, de plus en
plus éparse, et ça y est nous retrouvons les sous-bois
d’Eucalyptus à l’herbe sèche. Comme nous l’a dit un
randonneur croisé au sommet ici la neige est rare et ne
reste pas longtemps, lui observe le sommet depuis chez
lui à Canberra avec des jumelles pour voir s’il peut venir profiter d’une rare occasion d’utiliser ses raquettes.
C’est parce que nous sommes en bordure et non au
cœur des Alpes que les sommets ici sont moins enneigés.
Une fois en bas nous pouvons enfin changer de chaussettes et chaussures et souffler un peu. Il ne fait pas encore sombre mais le barrage est déjà dans l’ombre des
montagnes et la température redescend. Nous avons
marché aujourd’hui pendant 8 heures sans compter les
pauses, nous sommes épuisés, sûrement plus par le fait
de devoir marcher dans la neige que de marcher tout
court.
Nous reprenons le volant pour rouler 125 kilomètres et
revenir dans le New South Wales à un camping gratuit
avec douche chaude, en pleine ville. Une bonne douche
chaude, c’est bien ce qu’il nous fallait après tous ces efforts ! Merci à la ville de Gunning, ces Australiens sont
vraiment accueillants et généreux…
On s’endort dans la fraîcheur nocturne, crevés et courbaturés, mais quelle balade. Si ce n’était pas le sentier
le plus intéressant, avec ses chemins forestiers, c’est
probablement l’expérience de randonnée sur neige la
plus accessible pour nous et une première expérience
dans les alpes australiennes dont on se souviendra
longtemps. La prochaine fois on reviendra mieux équipés quand même, histoire de ne pas marcher 6 heures
sur 8 avec les pieds mouillés…
J+293 à J+299 — Dernières balades
australiennes…
Après nos aventures à Namadgi nous continuons notre
route en direction de Melbourne. Avant d’y parvenir
il nous reste encore une étape : une randonnée indiquée dans le « 40 Great Short Walks ». Elle est un peu
à mi-chemin, juste après la frontière entre le NSW et
le Victoria, à Burrowa-Pine National Park. Avant de
nous y rendre nous devrons donc faire une journée de
conduite assez tranquille pour rejoindre une aire de repos près de Walwa, petit village niché au bord de la
Murray River. Nous y trouverons une aire de repos à
moitié submergée sous la rivière en crue. Ayant peur
que le niveau de la rivière monte j’insiste pour qu’on
se gare à un endroit avec assez de hauteur pour ne pas
se retrouver avec les roues dans l’eau pendant la nuit.
L’endroit est tranquille mais pas des plus intéressants.
On se dégourdit un peu les jambes en bord de rivière
pour oublier un peu les heures de conduite passées sur
des autoroutes monotones et trop fréquentées. C’est
cela de devoir conduire sur l’axe Sydney-Melbourne le
plus emprunté. Pour se consoler on se fait des crêpes le
soir, qu’on terminera au petit déjeuner avec du Twist,
sorte de Nutella néerlandais qu’on trouve ici à bas prix.
Nous reprenons le volant pour les quelques kilomètres
qui nous séparent de Burrowa-Pine Mountain National
park. On s’attendait à trouver un peu de dirt road à la
fin mais là c’était plus que ce qu’on pensait. En réalité
le parc national est tout petit, et la route qui y mène
est un simple chemin forestier, à peine assez large pour
une voiture. Aucun panneau n’indique que la route
est réservée aux 4x4 on continue donc sur le chemin
en voiture. Mais après avoir croisé quelques flaques
d’eau et de boue bien glissantes, puis plusieurs grosses
branches nous obligeant à nous arrêter et à les pousser
en dehors de la route pour pouvoir passer, je décide de
ne pas tenter les ennuis sur une route qui ne doit voir
passer que quelques voitures par mois : je me gare au
premier virage qui laisse assez de place pour cela. On
terminera à pied.
Une fois les chaussures chaussées et les sacs remplis
d’eau et de barres de céréales on reprend donc la
« route » du parc et on croise vite un premier parking,
probablement destiné aux voitures qui ne sont pas
4x4, car la suite est un chemin caillouteux qui monte
en lacets plutôt raides. Pourtant rien n’indique qu’on
peut rencontrer des soucis sans 4x4. Il faut visiblement
être prudent ici et ne pas attendre un panneau pour
s’arrêter. Après être montés sur le chemin on arrive à
un petit col où le parc jouxte des pâturages, c’est ici le
départ officiel de notre sentier. On grimpe dans la forêt
pendant un kilomètre jusqu’à rejoindre Rocky Knob,
un petit éperon rocheux caché dans la végétation. On
y croise de grosses fourmis à la couleur ambrée, très
jolies.
Suivent 3 kilomètres de grimpe dans le granit rose
pour arriver au sommet de Little Pine Mountain, un petit sommet rocheux juste avant Pine Mountain, et duquel nous bénéficions de superbes vues sur les montagnes alentour et même jusqu’aux alpes victoriennes
et leurs sommets enneigés.
Nous sommes seuls dans le parc, hormis un ranger
du parc venu faire un repérage des arbres qu’il faudra
tronçonner sur le sentier avant le début de la saison
d’été. Nous ne le croiserons que de loin, et nous avons
aujourd’hui l’impression d’être seuls au monde et
d’avoir tout le Victoria rien que pour nous. Seuls les
rapaces se laissant planer au-dessus de nous à la recherche de proies viennent troubler notre solitude,
mais pas le calme et la quiétude des lieux.
On retrace le chemin dans le sens inverse après avoir
mangé une pomme et une fois au van on croise les
doigts pour ne pas rester coincés dans une flaque de
boue glissante. Heureusement on passe sans encombre. On continue la route en espérant trouver un
coin pour se poser et manger au bord de la Murray River mais il faudra une centaine de kilomètres avant de
trouver une aire de pique-nique qui n’est pas noyée
sous l’eau de l’immense fleuve qui occupe toute la vallée large de plusieurs kilomètres. Il est 16 heures quand
on peut enfin manger. On se rend un peu sur Internet,
occasion de constater que notre annonce pour la vente
du van n’a pas encore rencontré de réponse.
50 kilomètres plus loin nous trouverons une aire de repos pour la nuit en bord de route. Le lendemain nous
passerons la journée à conduire, ne faisant une pause
que pour déjeuner et prendre une glace à 30 cents du
Mac Do. On arrive fatigués à 18h30 et après une heure
et demie dans les bouchons. On se gare à Elsternwick,
banlieue proche de Melbourne, où l’on avait déjà passé
quelques nuits sur le parking avant de partir. On sort
se promener un peu en bord de mer pour se changer
les idées et se dégourdir les jambes.
Le lendemain nous faisons le tour des auberges de jeunesse de Melbourne pour placarder l’annonce pour la
vente du van. Marcher en ville toute la journée est
épuisant. Nous ne sommes plus à notre élément dans
la circulation, la pollution, les gens pressés… on se sent
déjà dépassés.
Heureusement le soir nous sommes invités à manger
chez Elisa et Josh. Vu les maigres capacités de préparation de repas du van nous ne pouvons rien emmener
d’autre comme dessert que des crêpes. Bon il y a pire.
Le jour suivant on se rend à Inverloch récupérer nos
vélos et les remorques que nous avions achetés en janvier quand le van était cassé et que nous pensions
l’abandonner pour partir en vélo. On retourne dormir
à Elsternwick. Notre sommeil est agité. Le coin n’est
pas des plus bruyants, la circulation reste limitée la
nuit. Mais les bruits des ambulances, des voitures…
le son souterrain d’une ville qui dort nous apparaît
comme étranger et nous met mal à l’aise. Nous
sommes habitués au calme des étendues désertes où
nous sommes seuls, au son des insectes et des oiseaux
ou même aux wombats qui se frottent contre le van
pour nous bercer… Mais pas à cette civilisation qui ne
nous a pas manqué.
Un jour de plus et les démarches continuent, nous couvrons maintenant les auberges de jeunesse qui sont
plus éloignées du centre-ville. Mais certaines n’ont pas
de réception, et donc pas de possibilité d’entrer sans
être résident. Certaines ressemblent à des squats bordéliques, d’autres n’ont pas de possibilité de laisser
une annonce, certaines ne sont même pas des auberges… Nous ne pourrons déposer que trois annonces
ce jour. Le fait que la journée ait commencé par un appel pour venir voir le van qui s’est révélé être un lapin qu’on nous a posé n’a pas aidé à notre moral. Pour
terminer la journée le tram que nous prenions pour retourner au van a percuté une voiture qui a grillé un feu
rouge. Le conducteur, vieux et borgne, ne savait visiblement pas trop ce qu’il faisait. Heureusement plus de
peur que de mal, mais sur le coup c’est assez impressionnant quand même.
Après une journée comme ça nous ne pouvions supporter une nouvelle nuit en ville, il nous fallait nous
évader à nouveau de cette prison de béton. Nous avons
donc repris le volant pour affronter la circulation et
les bouchons de Melbourne et du West Gate Bridge, cet
immense pont à 2x5 voies qui permet de sortir de la
ville par l’ouest. Nous partons en direction de Macedon
Range National Park. Nous nous perdons dans Wombat
State Forest (où nous ne verrons d’ailleurs aucun wombat) à cause des coordonnées GPS erronées du cam-
ping dans le Camps 6. Il fallait bien qu’il nous fasse une
dernière crasse celui-là. On finit par trouver le camping caché au fond des bois, envahi de gens du coin
venus camper ici pour le week-end.
Le lendemain nous ferons donc notre dernière balade
en Australie, enfin avec le van en tout cas. Nous nous
rendons à Camel’s Hump, un petit sommet rondelet
gagnant bien son nom de « bosse du chameau ». La balade indiquée dans le « 40 Great Short Walks » fait 17
kilomètres et n’emprunte quasiment que des chemins
forestiers et 4x4, ça ne nous semble pas très passionnant on décide donc de couper en deux pour faire une
rando un peu plus tranquille.
Le sommet de Camel’s Hump est plutôt joli, mais c’est
surtout la nostalgie qui nous occupe. Nous nous arrêtons devant chaque eucalyptus, chaque touffe d’herbe,
chaque rocher usé aux formes si australiennes, en nous
disant que c’est probablement le dernier que nous
voyons. On prend des dizaines de photos. Toutes sans
intérêt. Simplement pour essayer de retenir un peu
plus longtemps ce qui de toute évidence nous glisse
des doigts.
Sur le sentier nous aurons droit à voir des terriers de
wombats, mais sans wombats, un vieux lac artificiel
créé pour une clinique psychiatrique au siècle dernier,
un petit sentier désaffecté qui nous fera faire un peu de
crapahutage dans la végétation luxuriante, et surtout
encore ces arbres géants et magnifiques, creusés par ce
fléau que sont les feux de forêt.
Malgré la foule de ce week-end et quelques gros chemins peu intéressants nous sommes soulagés de retrouver la nature, les cris des kookaburras et des
oiseaux-lyres, contents de reconnaître ici sur un chemin une trace de wallaby, ou là une déjection de wombat. À ce point une seule conclusion s’impose : nous
sommes tombés amoureux de l’Australie, et nous ne
pourrons vivre heureux sans pouvoir espérer y retourner un jour.
C’est ainsi qu’une fois l’évidence posée nous pouvons
reprendre le volant, quitter le parc national, retraverser le West Gate Bridge et retourner se garer à Elsternwick. Ainsi après 200 nuits passées dans ce lit c’est ce
soir la dernière fois que nous dormons dans le van.
En fermant les yeux nous essayons de nous remémorer
toutes les belles choses que nous avons vues. Les mo-
ments de doute, de dépression, mais aussi de profond
bonheur à tracer la route sans se poser de question.
À n’éprouver aucune crainte face à cette simple vérité
qui nous angoisse pourtant tous d’habitude : de quoi
sera fait demain.
J+300 à J+330 — Un mois à Melbourne
Ce mois de septembre est difficile pour nous. Parce
qu’après sept mois passés à voyager se retrouver sédentaires est un choc. Nous sommes heureux de retrouver quelques avantages de la civilisation : électricité, internet, douches chaudes quotidiennes, et même
faire du vélo. Mais le reste…
Nous sommes revenus à Melbourne un mois avant de
repartir d’Australie et cela coïncide avec le départ en
vacances aux États-Unis d’Elisa, Josh et leur bébé. Ils
nous ont donc demandé de veiller sur leur maison et
leur chien pendant ce temps-là. Nous sommes ravis
d’accepter évidemment, cela tombe parfaitement pour
nous. Au bout de quelques jours nous nous retrouvons
donc tous seuls dans leur grande maison.
Nous pensions essayer de travailler un peu avant de
repartir mais malgré des dizaines de démarches nous
n’aurons pas de réponse positive, à part Anne pour
un petit boulot dans un resto quelques jours. Nous
n’arrivons pas à vendre le van, le prix est trop haut.
Nous le baissons progressivement. Mais il est difficile
d’accepter de le laisser partir vu l’argent investi. Car
pour le vendre il nous faut lui faire passer le contrôle
technique. Lequel contrôle technique nous a encore
coûté 600$ à cause d’une direction à changer partiellement. Somme qui s’ajoute aux autres dépenses de réparation. Au final le van nous aura coûté près de 7.000
dollars dont 3.000 dollars en entretien et réparations.
Ça aurait pu être bien pire, mais tout de même.
Ne pas réussir à trouver de travail ni à vendre le van
nous est difficile. Je me plonge alors dans mon ordinateur à programmer, créer des choses, écrire le récit
du voyage, tous les jours, pour ne pas avoir à penser
trop. Anne ne supporte pas de rester à ne rien faire.
Nous profitons quand même de l’occasion pour aller
visiter les musées gratuits de Melbourne : l’ACMI qui
avait une expo sur un livre pour enfant transformé
en court-métrage d’animation, la National Gallery of
Victoria et ses nombreuses œuvres entre classique et
contemporain, ou même le musée Percy Grainger. Ce
compositeur de musique classique et folk un peu égocentrique fit construire un musée à sa gloire au milieu
de l’université de Melbourne. Dedans on peut y découvrir de tout : de son piano à queue jusqu’à sa collection
de fouets (étant grand amateur de sado-masochisme),
ses essais de création de premiers instruments électro-
niques, ou même une touffe de cheveux de sa mère.
Étrange et loufoque.
Hormis cela nous mettrons à profit le temps passé là
à revendre ce qu’on avait acheté pour notre périple
en vélo qui ne s’est pas fait, nous évitant de perdre
trop d’argent bêtement. En même temps nous observons la vie politique locale : c’est le moment des élections fédérales où on élit les députés. Leur système de
vote est très particulier, car tout fonctionne avec des
coalitions. Le vote est obligatoire, ce qui déjà en soit
est une idée particulière de la démocratie, mais c’est
aussi un système de vote préférentiel61. On indique
son ordre de préférence des candidats en inscrivant un
chiffre en face du nom des candidats. On compte ensuite le nombre de voix des candidats indiqués en premier choix. Si un candidat obtient la majorité absolue
des voix il est élu. Sinon on supprime le candidat qui
a obtenu le moins de voix, modifiant ainsi le rang des
autres candidats, et ainsi de suite jusqu’à obtenir un
candidat élu par majorité absolue. C’est étrange et pas
tellement plus avantageux que le système de vote français, car comme d’habitude ce sont les gros partis qui
61. https://fr.wikipedia.org/wiki/Système_électoral_australien
raflent la mise, sans réelle chance d’influencer la politique de l’État pour les petits partis.
Pour nous réjouir nous passons également une bonne
partie de notre temps à préparer notre mois de voyage
en Nouvelle-Zélande, car en octobre nous partons explorer les deux îles de ce pays. Nous ne ferons hélas
pas trop de balade dans ce mois, avec seulement un
passage dans les Dandenong Ranges où nous aurons la
chance de voir pour la dernière fois un échidné, un
wallaby et un kookaburra.
Nous finirons par vendre le van à un duo de français
pour 4100 dollars, et nous finirons par donner ou garder nos dernières possessions australiennes, afin de repartir simplement avec le même sac à dos avec lequel
nous étions arrivés.
Le reste du temps est passé à regarder des films en papouillant Ziva, la chienne d’Elisa qui est adorable et
nous réconcilie avec les chiens dont nous n’étions pas
de grands amateurs. Nous sommes dans une période
d’attente et de transition, nous avons terminé notre
voyage australien mais nous savons que bientôt nous
commençons un nouveau voyage…
Nouvelle-Zélande
Île Nord
J+332 — Arrivée en Nouvelle-Zélande,
découverte de Coromandel
Après un mois passé dans la maison de Josh et Elisa
nous renfilons nos sacs à dos qui ont pris un peu
d’embonpoint depuis notre arrivée ici il y a maintenant onze mois. Nous marchons dans la rue pour rejoindre l’arrêt de bus, et deux heures plus tard le bus
nous dépose à l’aéroport de Melbourne pour prendre
notre vol vers Auckland le matin à 8h10. Nous passerons donc la nuit dans l’aéroport, en mode camping
sur un banc. Cela nous évite de devoir nous lever tôt
et courir les transports entre train et navette hors de
prix, on préfère prendre le dernier bus du soir précédent, qui ne coûte que quelques dollars. On erre un
peu dans les grandes halles de l’aéroport avant de nous
installer dans un coin pas trop passant. Anne réussira à dormir trois à quatre heures, mais moi je ne réussis à arracher qu’une demi-heure de sommeil, hélas interrompue par les annonces des haut-parleurs. Je suis
jaloux de la capacité d’Anne à pouvoir dormir dans
n’importe quelles conditions. Le matin nous profitons
des douches chaudes (et gratuites !) de l’aéroport pour
nous réveiller un peu. Petit déjeuner rapide, puis enre-
gistrement des bagages, passage de la sécurité et enfin
nous embarquons dans l’avion pour 3h30 de vol.
À Auckland le temps de récupérer nos bagages, de passer l’immigration et déjà nous passons l’inspection de
sécurité biologique qui vérifie que nos chaussures de
marche sont bien propres. C’est qu’ici on ne rigole
pas avec les risques d’introduction de maladies et espèces végétales étrangères qui pourraient se révéler
vite dangereuses pour l’écosystème local. On appelle
la compagnie de location de voiture à qui on a réservé
un van pour le mois qui vient, pour qu’ils viennent
passer nous prendre avec leur navette pour rejoindre
leur entrepôt situé à quelques kilomètres de l’aéroport.
On prend possession du van. L’aménagement est spartiate : deux banquettes qui se transforment en couchette, une glacière, un réchaud et de la vaisselle en
plastique basique. C’est pas le grand luxe mais pour
le prix de 27 dollars néo-zélandais par jour c’est correct et propre, c’est l’essentiel. C’est moins bien que
notre van australien que nous avions aménagé nousmême, mais pour un mois on s’en contentera. Pour
améliorer le quotidien nous partons au centre commercial le plus proche pour acheter quelques ustensiles nécessaires, comme une passoire pour les pâtes
et le riz, ou des mugs pour le thé du matin. On ajoute
à cela des courses alimentaires qui nous font prendre
conscience que les tarifs ici sont complètement différents de l’Australie. Tout augmente de 30 à 40%. Et
même si le dollar néo-zélandais a en ce moment un
taux de change de 20% inférieur au dollar australien
cela reste prohibitif, déjà que l’Australie était hors de
prix pour nous pauvres Européens. Le lot de 4 bouteilles de gaz pour le réchaud nous coûte ainsi 12 NZD
contre 5 AUD, soit un prix doublé. Est-ce le fait que
nous soyons sur une île ? En tout cas même les enseignes australiennes profitent de cette flambée des
prix.
Après ce passage au « Pak’n’save », seule chaîne de
supermarché discount de Nouvelle-Zélande, et
l’impression d’avoir dû vendre un rein au marché noir
juste pour se nourrir, on passe dans une boutique du
seul opérateur de téléphonie mobile national pour
prendre une carte SIM prépayée et pouvoir passer des
appels et aller sur le net. On reprend ensuite la route,
car avec le décalage horaire et toutes ces activités il fait
déjà nuit. On quitte la banlieue surchargée d’Auckland
pour rejoindre un petit camping au bord de la mer, à
75 kilomètres de là. Nous pouvons enfin nous reposer
après 24 heures passées entre les bus, les avions, les aéroports et les centres commerciaux. Ouf.
Au réveil le petit déjeuner s’avère un peu compliqué
dans le van vu qu’il ne possède pas de table il faut
user de milles précautions pour manger sans tout se
renverser sur les genoux. Nous étions tellement habitués à notre confort dans le van bleu que dans celuici nous sommes presque perdus. Heureusement on reprend vite nos marques et on trouve facilement des astuces pour manger sereinement.
Aujourd’hui nous entamons la première étape de notre
itinéraire. En effet comme nous sommes des gens très
organisés… en fait non surtout à cause du fait que
nous n’ayons qu’un mois à passer en Nouvelle-Zélande, nous avons dû faire des choix sur ce que nous
allions voir. Nous avons donc fait une liste des endroits
que l’on voulait voir, des choses que l’on voulait faire,
et à partir de cela nous avons tracé un itinéraire en éliminant ce qui semblait le moins intéressant ou ce qui
demandait des détours trop importants. Pour cela j’ai
profité de mes compétences informatiques pour créer
un programme permettant de planifier chaque journée en calculant le temps de trajet entre chaque point
d’intérêt. Ainsi nous avions au final un itinéraire préparé au jour le jour, avec la liste des points d’intérêts,
leurs coordonnées GPS pour pouvoir se faire guider
par le GPS du téléphone, les temps de trajet, mais aussi
les campings etc. le tout sur 70 pages imprimées. Cela
nous éloigne hélas beaucoup de notre habitude et du
plaisir de suivre la route et de s’arrêter à chaque truc
qui semble intéressant, mais en un mois et avec tellement de choses à voir nous ne pouvions faire autrement. Mais comme l’imprévu peut surgir à tout moment nous avons aussi inscrit d’autres campings et
d’autres points d’intérêt.
Bref nous pouvions ainsi voyager sans trop se poser
de questions et simplement suivre ce qui avait été planifié. Notre première étape sur l’itinéraire aujourd’hui
était donc Broken Hills, une petite balade dans des collines trouées de tunnels par les mines du siècle dernier, sur la péninsule de Coromandel. Le sentier commence par suivre un canal creusé à flanc de montagne
afin d’amener de l’eau aux machineries des mines. Aujourd’hui le canal n’a plus d’eau et les ponts qu’il utilisait n’existent plus, mais les tunnels existent toujours,
et c’est par là que le chemin passe. C’est très joli et bucolique.
Après le troisième tunnel le sentier bifurque et grimpe
dans la montagne. Nous croisons de nombreux tunnels
en cul de sac cachés dans les recoins de la montagne.
Les explorer est un plaisir, malgré leur fraîcheur et le
sol boueux et humide. Il faut avoir l’œil car certains
sont véritablement dissimulés derrière la végétation.
On a un peu peur quand même de tomber sur un tunnel qui se termine par un trou béant, donc on avance
tranquillement à la lumière des torches, mais on se dit
surtout que si le chemin passe à côté le tunnel a probablement été aménagé et sécurisé pour empêcher les
visiteurs de tomber. En tout cas on espère !
L’un des tunnels se termine par deux grandes
chambres immenses dont le plafond est illuminé par
les vers luisants, ce qui nous fait rester là longtemps
à admirer ce fascinant spectacle. Même si cela ne ressemble pas vraiment au ciel étoilé qu’on a pu voir à
Wollemi National Park dans le New South Wales, les
vers étant ici moins nombreux et plus épars.
Nous atteignons finalement Collins Drive, le plus long
tunnel de la balade : 500 mètres qui traversent la montagne de part en part. Au milieu deux conduits partent
à gauche et à droite mais sont barrés de planches avec
un gros panneau « Danger ». Heureusement les néozélandais ont eu l’intelligence de laisser une fenêtre
dans les planches pour voir ce qu’il y a de l’autre côté.
D’un côté un étroit tunnel laisse voir des wagonnets
rouillés disparaître dans l’obscurité. De l’autre c’est un
gouffre immense qui apparaît. Au milieu on peut voir
des rails pendre à moitié dans le vide. Il faut croire
qu’ici le sol s’est effondré, peut-être sur un autre tunnel situé en dessous ? Après plusieurs séances photos
à tenter de retranscrire en image le tunnel nous terminons un peu plus rapidement la visite, nous commençons à sacrément nous refroidir ici avec le vent qui
s’engouffre et traverse le tunnel.
On ressort de l’autre côté de la montagne et nous
redescendons après une pause sur un point de vue
qui nous montre que la région semble quasiment sauvage et surtout superbe avec toutes ces collines verdoyantes, malgré le temps brumeux. Visiblement dans
notre excitation de découverte nous n’avons pas vu
qu’on avait pas mal grimpé car la descente n’en finit
plus.
On rejoint le van et la route goudronnée pour aller
à Hot Water Beach qui comme son nom l’indique est
une plage d’où jaillit de l’eau chaude, à marée basse.
Il suffit de creuser un peu dans le sable pour profiter
d’une eau chaude, voire très chaude. Nous marchons
un peu sur la plage, et effectivement en marchant à
certains endroits le sable est chaud, et voire même brûlant. Heureusement avec l’eau de mer qui va et vient
en même temps cela donne un contraste rendant la
température supportable. À un endroit de l’eau sort
même en bouillonnant du sable. C’est rigolo comme
phénomène. Mais pour ce qui est de se baigner… On
se doutait qu’il y aurait du monde, car c’est un endroit
très touristique. Mais la réalité est pire que notre imagination. La réalité c’est que la zone de la source d’eau
chaude est de quelques mètres carrés seulement. Ainsi
sur une immense plage on retrouve sur une zone très
réduite des dizaines de personnes, dans des mini trous
creusés dans le sable, qui leur permettent de barboter
dans le sable mouillé, et 2 à 3 centimètres d’eau tiède.
On se dit que ça ne vaut pas l’effort, surtout que pour
creuser nous n’avons qu’une casserole. Car qui a déjà
essayé de creuser dans du sable mouillé sait à quel
point il est impossible de creuser bien profond : tout
retombe aussitôt. Si le phénomène est intéressant, on
trouve que l’idée de creuser dans le sable pour être en-
tassés avec des dizaines d’autres personnes est proche
du ridicule.
Nous retournons donc au van pour déjeuner en profitant d’une table de pique-nique, en constatant que
bon au moins on sera venus voir à quoi ça ressemble,
mais que clairement ça ne vaut pas le détour comme
« attraction ». Nous quittons ensuite la plage pour rejoindre Cathedral Cove un peu plus loin. Cette plage
est également une attraction touristique célèbre. Une
grande arche s’ouvre dans une falaise pour laisser voir
l’océan de l’autre côté. C’est très joli, mais aussi surpeuplé.
L’endroit est très beau, et on comprend pourquoi il a
servi de décor au début du second film Narnia, réalisé
par le néo-zélandais Andrew Adamson, qui est
d’ailleurs un de mes films préférés (enfin un parmi mes
centaines de films préférés).
Mais on se dit que quand même ce matin on n’a croisé
personne, nous étions seuls dans les tunnels et les
mines, pour un lieu tout aussi beau mais aussi surtout
bien plus ludique avec tous ces recoins à explorer.
Alors pourquoi tout le monde vient ici et personne ne
va là bas ? Heureusement rares sont les lieux aussi tou-
ristiques que ceux-là que nous avons choisi d’inscrire
à notre itinéraire.
Nous terminons notre visite de la péninsule de Coromandel en s’arrêtant sur une aire au bord de la route,
au milieu des montagnes embrumées, pour y passer
une nuit hélas perturbée par des connards de touristes
français bourrés qui ne trouveront rien de mieux que
de venir taper aux vitres du van et crier au milieu de la
nuit pour demander des cigarettes. Grumpf.
J+333 — Rotorua : de la boue, de l'eau
chaude
Ces premiers jours en Nouvelle-Zélande nous laissent
un peu sur notre faim. D’abord parce qu’il y a tant à
voir, et des paysages si variés et des choses si étranges,
à seulement quelques kilomètres de distance, que nous
sommes vite frustrés de ne pas pouvoir rester et explorer plus profondément les régions visitées. Mais aussi parce que notre itinéraire planifié, tout utile et pratique qu’il soit, nous enlève pas mal du plaisir de voyager en suivant la route sans trop savoir ce qu’on fait le
lendemain, et sans se dire qu’il faut cumuler deux ou
trois endroits à voir dans la même journée pour rem-
plir le planning. Bon on n’est pas non plus si accrocs
que ça au planning au point de vouloir le respecter
à la minute, mais prendre du retard pourrait signifier
devoir faire une croix sur quelque chose de vraiment
intéressant et alléchant, et ça nous semble difficile à
accepter. Nous sommes donc curieux de découvrir ce
nouveau territoire mais frustrés de ne pas pouvoir le
faire mieux.
Les mauvaises surprises financières continuent : après
la nourriture dont le prix a encore augmenté par rapport à l’Australie qui était déjà chère, c’est l’essence
qui ici crève le portefeuille et le cœur. Notre premier
plein est fait dans une station dont le litre d’essence
coûte 2,12 $. Outch, et le van consomme un peu plus
de 10 litres au 100 kilomètres parcourus. Bon, c’est le
coût de voyager on va se dire. Une autre surprise nous
attend au second supermarché que nous visitons : ici
non plus il n’existe pas de jerrican d’eau avec un robinet comme il y en avait en Australie. Tous les jerricans
ont un bouchon immense ce qui les rend complètement impraticables pour notre utilisation en camping.
Que se passe-t-il dans ce pays ? Ne savent-ils donc pas
ce qu’est un robinet ? Étrange. Nous nous rabattons
sur des bouteilles d’eau, c’est le choix qui nous semble
le plus pratique.
Pour notre second jour de voyage nous partons explorer les tunnels de la mine abandonnée de Karangahake, creusés dans les falaises surplombant la gorge du
même nom. Ici nous retrouvons les rails rouillés et les
ruines bétonnées des bâtiments qui à une époque faisaient la puissance économique du pays. Ce ne sont
maintenant que des vestiges qui polluent la nature et
laissent des traces indélébiles sur le paysage, quel gâchis.
Mais puisque ce gâchis est fait autant en profiter : une
partie des tunnels est accessible à pied, il faut simplement s’armer d’une torche et faire attention où on
met les pieds, car entre flaque de boue et flaque d’eau
il y a de quoi sortir de là avec les chaussures défigurées et les pieds frigorifiés. Parfois le tunnel s’ouvre
en de larges fenêtres sur la gorge, laissant apercevoir
la rivière en contrebas. Quand les tunnels ont été
construits il était plus simple de creuser un trou et de
vider ce qui était creusé des tunnels directement dans
la rivière. Pourquoi s’embêter quand on peut utiliser la
rivière comme poubelle ?
Nous sommes un peu déçus de ne pas pouvoir voir
mieux que ça la pompe géante souterraine, abandonnée dans une immense grotte creusée au sein de la
montagne, car elle est séparée de nous par des grilles
et nos torches ne réussissent que peu à nous faire voir
l’immensité de ce monstre mécanique.
Nous quittons la gorge par de jolis chemins creusés
dans les falaises qui étaient autrefois utilisés par les
tramways de la mine et qui laissent apparaître parfois
de micro-tunnels sur le côté qu’il convient d’explorer
pour ne pas en perdre une miette.
De Karangahake nous reprenons le van pour rejoindre
la ville de Rotorua, plus au sud. Nous explorons Kuirau
Park, le seul parc municipal dont l’attrait principal
sont les très nombreux points d’activité thermale. Ici
il semble qu’il suffirait de creuser un trou de quelques
centimètres dans le sol pour en voir sortir un geyser.
En effet dans ce parc on peut voir des lacs d’eau
chaude dont la surface est embrumée de vapeur, mais
aussi des trous de boue bouillonnante, ou des cailloux
qui frétillent sous la chaleur de l’activité volcanique.
Incroyable, il y a tellement à voir qu’on s’y perd et
qu’on n’arrive pas à en faire le tour.
Comme c’est la région de l’activité thermale par excellence il ne nous faut que quelques kilomètres pour rencontrer un autre phénomène passionnant : Mud Pool.
Comme son nom l’indique cet endroit est un large
étang de boue qui bouillonne et s’élance en jets de
boue, le tout avec une poésie certaine, si toutefois
on est capable de faire abstraction de l’horrible odeur
d’œuf pourri liée à l’activité thermale. On reste longtemps à regarder la boue sauter, faire sploutch, retomber, et cela à l’infini. Le spectacle est tout aussi captivant qu’il est intriguant.
Nous ne pouvions passer dans une région thermale
comme celle-là sans en profiter pour se baigner dans
une source d’eau chaude, évidemment. Le problème
c’est qu’ici l’activité thermale est un formidable
attrape-touristes. Le coin est donc littéralement bondé
de parcs touristiques qui mêlent bains chauds aménagés et activité thermale naturelle ou provoquée, jusqu’à ce geyser qui s’élance tous les jours à 10h, heure
tapante. Le secret étant simplement que ce geyser est
provoqué par le parc à thème tous les jours, il n’y a
donc plus grand-chose de naturel là-dedans. Pour nous
si c’est pour se baigner dans un endroit bétonné et carrelé autant aller à la piscine, c’est moins cher. On ne
supporte pas cette marchandisation à outrance de la
nature. On a donc mis pas mal de temps à chercher sur
le net un endroit qui semblait tranquille et néanmoins
accessible pour se baigner.
Le coin, mentionné sur un site néo-zélandais, était à
deux pas d’un autre très prisé des locaux et des touristes, dont les dizaines de voitures encombraient la
route. Mais à quelques centaines de mètres plus personne. La route qui mène vers notre coin s’avère au final barrée par une lourde barrière, mais qu’à cela ne
tienne on ne va pas se décourager pour quelques centaines de mètres à parcourir à pied. On gare la voiture
et on marche sur la route jusqu’à trouver sur un côté
de la route un petit sentier discret à l’endroit exact des
coordonnées GPS que nous avions trouvées. 50 mètres
plus loin sur le sentier nous atterrissons dans un petit
coin de paradis : une cascade sur une petite rivière
donne dans un petit bassin dont l’eau est chauffée par
le sable en dessous.
En se baignant on se rend vite compte que le sable
chauffe effectivement beaucoup, en s’éloignant du
bord du bassin le sable au fond de l’eau devient brûlant, impossible de continuer. L’eau est vraiment
chaude et agréable, et surtout nous sommes seuls au
monde, à quelques centaines de mètres des endroits
bondés de touristes. C’est là que finalement on est
contents d’avoir préparé notre itinéraire…
J+334 — Ruapehu, volcan endormi
Le réveil. Cet ennemi éternel. Ce faux-frère. Cette crevure qui nous sort du sommeil le plus paisible. Ce vendu de la société du productivisme qui vous rappelle
insidieusement que vous êtes une sacrée feignasse et
qu’il va falloir vous bouger pour participer à la marche
du monde. Ce que je peux le haïr d’habitude. L’envie
de le balancer en travers de la pièce. De lui mettre
des coups de marteau et me rendormir tranquillement
comme si de rien n’était. Oui, mais aujourd’hui, malgré
qu’il nous abîme les oreilles dès 7h du matin je peux
bien le tolérer, au vu du programme qui s’annonce.
C’est donc le moment où à défaut d’apprécier cet outil
du diable je me résous à faire une trêve dans la guerre
d’usure qui nous oppose depuis des années.
En effet la journée commence plutôt bien, malgré le
ciel un peu grisâtre et la nuit un peu dérangée par les
campeurs écoutant de la musique fort et tard. Après
un petit déjeuner habituel composé de céréales, de jus
d’orange, de lait et de thé, nous nous dirigeons vers
notre première étape touristique du jour. Les Huka
Falls sont des petites chutes d’eau, d’une hauteur de
seulement dix mètres, mais qui sont précédées par un
étroit couloir d’eau par lequel s’écoule le lac Taupo
créant ainsi de très impressionnants rapides sur 100
mètres de longueur. L’eau est tellement chahutée
qu’avec les remous et les bulles d’air qui s’y infiltrent
elle prend une curieuse couleur bleue turquoise.
C’est un bel endroit, et en cette heure matinale nous
pouvons en profiter juste avant que les premiers cars
de touristes ne viennent inonder l’endroit. En effet
c’est l’un des lieux les plus touristiques du pays. En
plus des allées goudronnées et des ponts bétonnés qui
quadrillent le lieu on peut y voir des jetboats (bateaux
surpuissants) remplis de touristes faire des tours dans
les vagues du bassin en aval des chutes. Je pense
qu’avec un tel endroit on pourrait ainsi décrire le tourisme comme étant la méthode parfaite pour transformer un endroit sauvage et naturel en parc d’attraction
sans âme. Cela étant confirmé par la boutique de souvenirs, et les toilettes payantes, symbole d’une volonté
de vouloir soutirer le maximum de thunes aux visi-
teurs. On décolle donc à l’arrivée du premier car, après
avoir constaté qu’il n’y avait de toutes manières pas
grand-chose à faire ici hormis un petit tour rapide par
deux points de vue.
La route nous fait longer le littoral du lac Taupo, qui
nous offre sous une épaisse brume des airs de loch
écossais. On ne serait d’ailleurs même pas surpris si un
monstre préhistorique montrait sa silhouette à travers
le mur de coton blanc qui coupe le lac.
Nous continuons notre route qui s’éloigne du lac et
gagne les steppes désertiques qui bordent le parc national du Tongariro. Entre sable noir et herbe jaune
nous nous rendons compte qu’un char d’assaut roule
parallèlement à nous à travers la brousse. Le coin est
un terrain militaire et ça se voit, mais ça surprend toujours de voir un tank rouler à quelques centaines de
mètres de l’autoroute.
Au loin les sommets enneigés des volcans Ruapehu,
Ngauruhoe et Tongariro dominent l’horizon et offrent
un paysage magnifique. Ça tombe bien : c’est là qu’on
va. Nous passons par le petit village d’Ohakune, où les
boutiques de location de ski montrent que nous nous
dirigeons vers la station de ski Turoa située sur le flanc
de Ruapehu. Une petite route remonte d’Ohakune à
travers les bois pour la rejoindre. Régulièrement des
parkings invitent à se garer en bord de route et installer des chaînes aux pneus avant de continuer
l’ascension. Heureusement normalement ce n’est pas
le cas aujourd’hui et la route est praticable sans
chaînes.
Nous nous arrêtons au parking du départ de la balade
pour Waitonga Falls, qui nous emmènera au pied des
chutes d’eau après 40 minutes de marche, alternant
entre de jolis sous-bois et des marécages traversés par
des pontons de bois bordés de petits lacs de montagne.
Joli paysage, on est plutôt conquis, mais il est déjà un
peu tard et il nous reste à faire notre balade la plus ambitieuse de la journée, on rentre donc au parking pour
reprendre la route pour se garer sur un mini-parking
coincé entre la sinueuse route de montagne et le vide.
Nous sommes ici sur le « Round The Mountain Track »,
sentier qui comme son nom l’indique fait le tour de la
montagne de Ruapehu. Comme il fait 4 à 6 jours et autant de nuits en hutte et qu’on n’a que quelques heures
devant nous on va se limiter à un aller-retour plus
modeste : c’est « Surprise Lake », indiqué pour 9 kilo-
mètres et 5 heures de marche. Il est déjà 14h20 quand
nous partons, et le soleil se couche vers 19h mais on
n’a pas peur : habitués aux temps fantaisistes indiqués
sur les panneaux australiens on se dit que 5 heures
pour 9 kilomètres c’est un peu exagéré, on table plutôt
sur 3 heures. Sauf qu’en réalité en Nouvelle-Zélande
les temps indiqués correspondent plutôt à un temps
de parcours réel, voir même un peu sportif au pas de
course, et on va vite s’en rendre compte au long des
600 mètres de dénivelé à digérer.
On part donc assez tranquilles en admirant le sublime
paysage. Il faut dire qu’il y a de quoi apprécier ce
qui s’offre à nos mirettes ébahies. Le volcan Ruapehu
trône au-dessus de nous comme un monstre paisible
mais imprévisible, du haut de ses presque 2.800 mètres
d’altitude. D’ailleurs la dernière éruption a eu lieu en
2007 sans aucun signe avant coureur. Si nous sommes
également passionnés par le paysage surréaliste offert
par le sentier qui traverse ruisseaux, sable noir et végétation aux couleurs d’ocre nous ne pouvons que rester figés devant la majesté des immenses chutes d’eau
traversant les moraines d’anciens glaciers, à quelques
centaines de mètres de nous en amont. Nous descendons le long d’anciennes coulées de lave, nous devons
escalader, grimper, crapahuter dans des rigoles creusées par les intempéries, puis sauter par dessus torrents et ruisseaux dont les dépôts riches en silice
donnent cette couleur blanche si caractéristique du
lieu. L’eau des torrents est froide, mais d’une transparence telle que je n’en ai jamais vu auparavant.
Certains torrents sont même déjà des rivières suffisamment larges pour nous poser quelques problèmes
à la traversée. Si je réussis à traverser en sautant accroupi de rocher en rocher en rocher (pour abaisser le
centre de gravité et ne pas basculer dans l’eau) en restant au sec, ce n’est pas le cas de Anne qui finira les
pieds dans l’eau de Mangaturuturu River après un saut
manqué. Au retour elle a compris la leçon et traversera
dans l’eau glaciale en ayant pris soin de retirer chaussures et chaussettes. Alors que moi dans ma prétention
habituelle je refuserais de m’abaisser à une telle bassesse et continuerais à sauter de rocher en rocher, le
cœur palpitant de peur du risque de tomber, mais réussissant toujours à rester sec.
C’est aussi là que nous ferons notre premier contact
avec un refuge de randonnée néo-zélandais. Mangaturuturu Hut est une hutte de moyenne taille, offrant une
large baie vitrée avec vue imprenable sur Ruapehu et
tout le confort moderne : poêle à bois, bois de chauffage fourni, toilettes situées dans un cadre idyllique,
tables et bancs, évier, réservoir de récupération d’eau
de pluie, dortoir avec matelas, et même éclairage à
panneau solaire. Que demander de plus ?
Pour le prix de 15$ par nuit on comprend qu’ici faire
une randonnée de hutte en hutte est très loin de la
randonnée en bivouac qu’on pourrait faire ailleurs :
pas besoin de porter de tente, de matelas, ou de litres
d’eau. On profite de la hutte pour manger un morceau
avant de continuer jusqu’à Lake Surprise. Le sentier
nous fait escalader des pierriers et des cours de torrents (à sec cette fois) avant de rejoindre les classiques
passerelles en bois permettant de traverser les tourbières sans trop de soucis.
Arrivés à Lake Surprise nous ne sommes qu’à la moitié
de la randonnée, et nous sommes déjà crevés alors
qu’il faut maintenant remonter les 600 mètres de dénivelé jusqu’au parking où est garé le van. De plus il
est déjà 16h30 et le soleil se couche dans deux heures.
C’est donc un peu pressés par le temps, et malgré la
fatigue et l’épuisement qui se font sentir que nous
escaladons la montagne à travers la roche écorchée
vive aux couleurs rouges et noires. C’est ainsi qu’après
4 heures de marche et 10 traversées de torrents et
rivières que nous arrivons complètement lessivés au
parking. Lessivés mais heureux. Ce pays est définitivement un des endroits les plus beaux et les plus intéressants que nous ayons vu.
J+335 — Tongariro et Tama Lakes
Par Anne
Après les très jolies balades de la veille sur Okahune
Mountain Road, on décide de continuer à randonner
dans Tongariro National Park mais sur un autre versant
de la montagne. On rejoint Whakapapa Village, le village touristique du parc national. D’ici partent de
nombreuses balades dont le très connu Tongariro Alpine Crossing, un sentier de 19,4 km qui part de Mangatepopo Valley, se termine à Ketatahi Road et qui se
boucle en 7 à 9 heures de marche. Il nous plaisait bien,
les paysages ayant l’air absolument magnifique mais
plusieurs inconvénients nous ont fait renoncer : tout
d’abord, il faut prévoir un transport qui vous ramène
au point de départ compte tenu du fait qu’il ne s’agit
pas d’un aller et retour (à moins de rajouter une journée supplémentaire et une nuit très chère en hutte).
Comptez environ 25 NZD pour être re-déposé près de
votre véhicule. Certains diront que ce n’est pas cher
payé, mais notre côté radin nous empêche de penser
de même, d’autant plus que les vols sont fréquents sur
le parking du départ, peu fréquenté durant la journée.
À cela s’ajoute le fait que puisqu’il s’agit d’un des
coins les plus touristiques de l’île nord, un nombre incroyable de personnes empruntent le sentier tous les
jours. Selon une étude financée par la Fundation for
Research, Science and Technology et datant de 2007
(PDF62), le sentier attire 60.000 randonneurs tous les
ans, principalement entre octobre et mai. Les jours de
foule, jusqu’à 1.000 personnes viennent crapahuter sur
le chemin. Tous les ans depuis 1997, le nombre de visiteurs a augmenté entre 5 et 10%. En 2012, ce seraient 75.000 personnes qui auraient réalisé le trek. Il
faut également savoir que le Tongariro Alpine Crossing
est une étape dans le Tongariro Northern Circuit, une
des neuf great walks de Nouvelle-Zélande qui sont des
randonnées sur plusieurs jours (de deux à cinq jours)
mises en avant par le DOC, accessibles par un grand
nombre et très populaires. Autant vous dire que ce
n’est pas l’endroit idéal pour profiter de la solitude et
de la tranquillité ! À notre radinerie s’ajoutant notre
agoraphobie, on a préféré chercher une balade moins
fréquentée et ne nécessitant pas de frais de transport.
62. http://www.tba.co.nz/kete/case_studies/pdf/tongariro_crossing_case_study.pdf
Notre choix s’est tourné vers une randonnée de 17 km
aller-retour jusqu’à Upper Tama Lake. Une partie se
fait sur le fameux Tongariro Northern Circuit mais selon les emplacements des huttes et le fait qu’on soit tôt
dans la saison, on ne devrait pas croiser trop de monde.
Puisque nous sommes sur un great walk, on bénéficie
de l’aménagement peu naturel mais très complet : le
sentier est bien tracé, en gravier et assez large, tout
le contraire de notre marche d’hier à Lake Surprise.
C’est du coup beaucoup moins physique et plus facile à suivre mais plus ennuyant, on ne peut pas tout
avoir. Les deux types de sentier ont leurs avantages
et leurs inconvénients mais j’avoue une légère préférence pour les sentiers sauvages et peu aménagés
(même s’il m’arrive de jurer le contraire alors que je
suis empêtrée dans les ronces et que j’ai les pieds trempés !).
Fort heureusement, les paysages alentour sont tout
simplement renversants. Le soleil est bien présent et
le ciel est d’un bleu étincelant sauf dans les hauteurs
de Mount Ruapehu qui est orné d’une couronne d’un
blanc laiteux, lui conférant un petit air féerique. Sur
les pentes des monts environnants, il reste de la neige
mais il n’en subsiste aucune trace autour du chemin.
Nous aurons donc les pieds secs du début à la fin,
ce qui sera suffisamment rare durant ce mois en
Nouvelle-Zélande pour être souligné !
Les couleurs sont magnifiques, les vues splendides et
les volcans impressionnants. Tongariro National Park
compte en effet douze cônes volcaniques dont trois
toujours actifs : Mount Tongariro, Mount Ruapehu et
Mount Ngauruhoe. Les dernières éruptions de Tongariro datent de 2012, une première fois en août avec des
jets de blocs de pierre et de la cendre et la deuxième
fois en novembre sans jets de rocs cette fois-ci. Cela
n’était pas arrivé depuis 1897 pour Tongariro, alors
que Ruapehu et Naguruhoe connaissent des éruptions
régulières, tous les 5 ans environ.
Pour ce jour, pas d’éruption en vue, on peut se promener tranquillement. On se lève tôt, on fait la magnifique route jusqu’à Whakapapa Village. Contrairement au reste de l’île qui a une végétation dense et verdoyante grâce aux litres d’eau qui se déversent chaque
année des cieux nuageux (à titre d’exemple environ
1240 mm de pluie sont comptés par an pour Auckland contre 732 mm à Dijon), les alentours des volcans sont assez arides et la végétation est rare et basse,
un peu comme le désert australien. On a du mal à
imaginer des éruptions volcaniques ici mais le paysage nous rappelle que ces dernières arrivent régulièrement. On s’arrête plusieurs fois le long de la route
afin de garder une trace numérique de tous ces magnifiques paysages. Si les souvenirs seront toujours plus
précieux et savoureux que les photographies, celles-ci
nous aident parfois à retrouver les images dans nos
mémoires défaillantes. Elles nous font également mourir d’envie de retourner en voyage !
Une fois arrivés à Whakapapa Village, on se dirige
vers l’office de tourisme puis on part pour les 17 km
aller-retour jusqu’à Upper Tama Lake. Le premier kilomètre se fait dans la plaine autour du village où on
peut apercevoir l’énorme château/hôtel qui accueille
les touristes les plus aisés (comptez environ 200 NZD
la chambre pour deux en basse saison) puis l’on arrive
rapidement dans les sous-bois que l’on arpente jusqu’aux Taranaki Falls. Après cela, plus aucune ombre
au tableau jusqu’à la fin. Pour ce milieu de printemps,
le soleil nous réchauffe sans surchauffe, en été, je
pense qu’il faut impérativement prévoir les chapeaux
et réserves d’eau. Les chutes d’eau sont jolies, il est
possible de se rendre au-dessus d’elles afin de faire un
chemin d’aller (ou de retour) différent.
La marche est parfois un peu ennuyante mais les paysages alentour ne le sont aucunement. Entre les flancs
enneigés de Mount Ruapehu et le cône parfait de Mount
Ngauruhoe, on ne sait plus où tourner le regard.
Après les chutes d’eau, le sentier est plutôt plat et le
paysage est sub-alpin avec une végétation basse et ce,
quasiment jusqu’à la fin. On rejoint après environ une
heure de marche depuis les chutes d’eau le premier des
deux lacs : Lower Tama Lake. Le bleu turquoise de l’eau
transparente offre un contraste saisissant avec le blanc
étincelant des sommets environnants et le gris orangé
de la végétation. Mais c’est en montant de façon plutôt raide dans les graviers et en rejoignant Upper Tama Lake que l’on est vraiment ébahi par le paysage.
D’un côté Mount Ngauruhoe et Upper Tama Lake et de
l’autre Mount Ruapehu et Lower Tama Lake, où que
l’on regarde, on est époustouflés par la quiétude et la
majesté des images. Un vent entêtant et frisquet nous
empêche de savourer notre repas en profitant de cette
beauté sans pareille, on redescend donc un peu afin de
trouver un coin ensoleillé et plus à l’abri pour engloutir nos salades de riz et s’offrir une petite sieste.
On rentre au van vers 16h après 6h de balade (en comprenant la pause) et on profite du fait qu’il ne soit pas
trop tard pour conduire jusqu’à Tokaanu Pools, à une
cinquantaine de kilomètres de là où se trouve un petit complexe de bains thermaux. Celui-ci est payant et
bien que peu onéreux, on préfère partir à la recherche
de deux petites baignoires fabriquées par les locaux,
cachées derrière une haie de grands arbres et alimentées en eau bouillante par un geyser tout proche. L’eau
du premier bassin où se jette directement l’eau du
geyser est beaucoup trop chaude pour qu’on puisse y
tremper le moindre orteil mais le deuxième bassin où
une dérivation permet un écoulement plus lent nous
procure un fort agréable moment relaxant. Ce n’est
pas magnifique mais ça le mérite d’être gratuit, vide
de monde et plus qu’appréciable après ces quelques
heures de marche !
On part à contre-cœur rejoindre le quai à bateaux de
la ville où l’on passera la nuit.
J+336 et J+337 — La route du monde
oublié, dans les brumes de Taranaki
La seule et unique raison de parcourir la Forgotten
World Highway pour nous était de rejoindre le volcan
Taranaki par une route moins usitée et offrant
quelques attractions, plutôt que de simplement avaler
des kilomètres de goudron sans s’arrêter. Déjà que
nous rendre à Taranaki nous obligeait à un détour vers
l’ouest du pays alors que nous devions rejoindre le sud
dans quelques jours pour prendre le ferry vers l’île
sud, cette « autoroute du monde perdu » nous oblige
également à faire quelques détours. Pas de problème
en théorie, sauf si le temps à Taranaki est si mauvais
qu’il nous oblige à renoncer à toute balade sur place et
à tracer directement vers le sud. Ce qui sera hélas le
cas. Pour se consoler il y a quand même les attractions
de la Forgotten World Highway.
Cette route de 158 kilomètres est principalement réputée auprès des Néo-zélandais comme étant l’une des
plus accidentogènes du pays à cause d’un court passage sur graviers. Mais nous des gravel roads on en
a fait des tas en Australie, sur des centaines de kilomètres, alors ça ne nous fait pas plus peur que ça. Sauf
qu’ici la différence c’est que la route est loin d’être
plate et droite, c’est une sinueuse route de montagne
creusée dans une étroite gorge au-dessus de la rivière.
C’est joli mais parfois impressionnant.
Sur la route de nombreux points d’intérêts sont indiqués, mais en réalité peu d’entre eux présentent un
réel intérêt. Nous voyons surtout des prés, des moutons et des collines à perte de vue.
Certains points de vue promettaient une belle vue sur
les volcans de Tongariro, mais nous ne verrons que
des nuages aujourd’hui. La section de route non bitumée ne nous oppose pas de problème et s’avère même
agréable, l’impression de s’enfoncer au fond de la forêt. Entre les anciennes routes de scieries s’élève parfois une tombe célébrant la mémoire d’un paysan ou
d’un cartographe pionnier du coin. Nous quittons la
route principale pour faire un détour jusqu’à Mt Dampere Falls qui nous font traverser les prés de moutons
puis la forêt avant d’arriver à un effrayant point de vue
sur ces chutes d’eau de 74 mètres. Du haut des chutes
la rivière semble tout à fait calme et tranquille, mais
soudainement elle tombe dans le vide du haut d’une
falaise blanche et immense. Rien que penser à l’idée
de cette surprise si soudaine est effrayant vu l’ampleur
de la chute. Ce n’est pas le bon endroit pour aller se
baigner… Visiblement ce n’est pas l’endroit pour se
baigner pour les moutons non plus : au retour nous
voyons plusieurs cadavres de moutons flotter à la surface de la rivière, en amont des chutes.
Je ne compte plus les virages de la route tellement
ils sont nombreux, il n’y a pas de section droite plus
longue que quelques mètres tout au plus. La conduite
est compliquée et dans un virage on évite de près une
collision avec un véhicule à cause de notre voiture qui
s’est déportée, c’est ma faute j’ai pris le virage trop
vite. Rien de cassé, mais une grosse frayeur pour nous
et le conducteur de l’autre voiture qui commence à
nous engueuler. Je m’excuse et il s’en va. Je n’en mène
pas large, c’est la première fois que ma conduite me
fait peur. Je roule prudemment en général, mais un
moment d’inattention peu arriver et voilà quand ça arrive ça se passe en moins d’une seconde. À l’avenir je
serai encore plus prudent. En attendant Anne reprend
le volant pendant que je reprends mon souffle.
Nous traversons un tout petit tunnel, puis un autre, et
nous mangeons juste après le second : il est tard, on
a faim, on est fatigués. Ces tunnels sont très photogéniques et leur aspect miniature colle avec le décor qui
nous entoure, proche d’une histoire fantastique.
Nous passons à Whangamomona, minuscule village
qui a revendiqué son indépendance en 1989. On s’y
arrête pour voir un peu à quoi ça ressemble, mais ça
semble être surtout une raison de faire venir les touristes, car on est plus proches de l’exploitation commerciale que de croire réellement dans le projet politique. Contrairement à la principauté de Hutt River
dans le Western Australia, où la « famille royale » est
réellement investie, juridiquement, politiquement et
humainement dans leur projet, tout aussi fantaisiste
qu’il paraît, il colle complètement à la personnalité
fantasque de ses acteurs. Ici on est loin de là, on vend
simplement des passeports qui sont de simples photocopies papier d’un dessin un peu moche. On n’est
pas emballés, et ça semble confirmer les dires du
« prince » de Hutt River qui dénonçait ceux qui
créaient des micro-nations sans y croire simplement
pour faire parler d’eux.
Nous finissons par rejoindre la grande route de la côte
ouest et quitter ce monde oublié, où la Nouvelle-Zé-
lande a enterré ses projets industriels d’exploitation
des mines et des forêts et créé un parc national, Whanganui, qui suit la rivière du même nom. Encore un endroit sauvage qui semble extraordinaire et passionnant
à explorer. Mais déjà nous devons rejoindre les flancs
du mont Taranaki, le grand volcan au cône ceint de
blanc.
Enfin ça aurait été ce qu’on aurait pu voir si un épais
brouillard ne l’avait pas caché. Si sur la Forgotten
World Highway il faisait un temps nuageux mais que
ceux-ci étaient hauts dans le ciel, dès que nous commençons l’ascension vers North Egmont, le bureau
d’information du parc national, une brume épaisse recouvre la forêt et la route. Épaisse comme je n’en avais
jamais vu auparavant. Si dense que nous ne pouvons
rouler qu’à 30 km/h, à cause du risque de voir débouler
une voiture dans l’autre sens. Le paysage est inquiétant. Les arbres sont tordus et semblent vouloir lancer
leurs bras de bois et de feuilles pour nous attraper au
passage. Ils se cachent dans le brouillard, attendant le
moment le plus propice pour nous surprendre.
À North Egmont, alors que l’altitude n’est que de 962
mètres c’est encore pire. En sortant de la voiture un
froid saturé d’humidité nous agresse. Il fait si humide
que nos k-way se mouillent alors qu’il ne pleut même
pas. Comme il était déjà tard on savait qu’aujourd’hui
nous ne pourrions sûrement pas faire la randonnée
que nous avions prévue, mais là c’est sûr que c’est
impossible, surtout que la randonnée doit nous faire
grimper jusqu’à 1.200 mètres d’altitude, à Pouakai Hut.
Même si Taranaki est réputé pour régulièrement
prendre les vies des alpinistes et randonneurs qui
s’attaquent à son sommet, ce sommet est quand même
à 2.518 mètres. On ne s’attendait pas à de telles conditions à seulement 900 mètres d’altitude.
On décide d’attendre demain et d’aller dormir pour la
nuit sur un parking avec des toilettes plus bas sur la
route, où la brume est un peu moins épaisse. Mais il
fait tout aussi froid. Pour se consoler avant de repartir
se garer pour la nuit on fait une petite balade sur Nature Walk, autour du bureau d’information du parc national. La forêt est menaçante et inquiétante, mais aussi étrangement claire avec ce manteau blanc et impénétrable qui nous cache tout à plus de quelques mètres.
Le lendemain ça ne va pas mieux. La météo ne s’est
pas améliorée du tout. On redescend la route jusqu’au
village le plus proche pour se connecter au net et regarder les prévisions météo mais aucune amélioration
n’est prévue avant plusieurs jours. On décide donc
d’abandonner Taranaki, déçus mais soulagés de descendre en dessous de cet oppressant nuage blanc. Nous
passons par la grosse ville de Palmerston North, et on
se remet de notre déception avec un excellent fish and
chips à moins de 3 €. S’il y a bien un truc de pas cher
ici c’est le fish and chips, alors on ne va pas se priver !
Nous rejoignons le parc régional de Tararua, et après
une courte mais très impressionnante route creusée
dans le flanc de la gorge surplombant de très haut une
large rivière nous gagnons Otaki Forks, lieu de départ
d’une randonnée de 5 à 6 heures prévue pour demain,
devant nous mener dans les hauteurs du mythique plateau des Tararuas. Ce soir nous nous contentons d’une
petite boucle justement nommée Arcus Loop qui nous
fait visiter les alentours de la vallée en un peu moins
de 4 kilomètres. Nous sommes sous une pluie fine qui
ne nous empêchera pas de profiter un peu du majestueux paysage de la vallée. On se contente de ça, à défaut d’avoir pu marcher sur Taranaki ou même d’avoir
pu voir ce volcan. On espère que la randonnée de demain ne sera pas sous la pluie ou la brume au moins.
J+338 — Field Hut et (presque) Table Top
La chaîne de montagne des Tararuas est réputée pour
être une région sauvage et offrant de nombreuses possibilités de randonnées à quelques encablures de Wellington, capitale et troisième ville du pays, mais aussi
pour être un endroit inhospitalier, imprévisible et dangereux. Il est à l’origine de la première opération de
recherche et secours de randonneurs en Nouvelle-Zélande, en 1933. Mais ce qui semble le plus effrayant
à un randonneur du dimanche comme je le suis c’est
bien le décès du directeur du musée national de
Nouvelle-Zélande et de son amie en 2009. Quand on
cherche des infos sur le coin c’est l’une des premières
choses qu’on peut lire : nombre d’articles retracent les
derniers moments du duo sur le chemin entre Field
Hut et Kime Hut.
Pourtant sur le papier les Tararuas ne sont rien que des
petites collines sans danger. La plus haute montagne
ne fait que 1.500 mètres et le coin n’est pas particulièrement perdu, à moins de 100 kilomètres de Wellington, et comprenant de nombreux refuges et sentiers
balisés, on y capte même avec son téléphone portable
sur la grosse majorité du parc. Et cependant même
deux randonneurs aguerris comme eux ont pu se retrouver en difficulté, pris dans une tempête de neige
à moins d’un kilomètre de Kime Hut, et sont morts
d’hypothermie. Autant dire que lire une pareille histoire quand on ne connaît pas le coin est effrayant.
Mais c’est également désarçonnant, car en France nous
n’avons pas du tout les mêmes préoccupations et on
ne m’a jamais dit de faire attention et on ne m’a jamais
conseillé d’indiquer à un garde-forestier (park ranger
ici) par où j’allais passer en forêt et quand est-ce que
je comptais rentrer. Pourtant en Australie et ici en
Nouvelle-Zélande c’est courant. Parfois demander un
simple renseignement pour une balade de deux heures
dans une petite forêt ultra-fréquentée et vous vous retrouvez obligés de renseigner une fiche avec vos coordonnées, l’itinéraire prévu et trois personnes à contacter en cas d’urgence. Je ne sais pas si c’est qu’en France
on est inconscients ou qu’ici ils sont sur-protecteurs,
mais en tout cas il y a de quoi être troublé. Et donc
ici dans les Tararuas je ne pensais pas qu’il y avait
autant de dangers : les sentiers sont balisés, fréquentés, et des refuges sont présents à quelques kilomètres
d’intervalle. Bref je ne voyais pas le problème, jusqu’à
lire l’histoire de Seddon Bennington63 où on peut voir
qu’un simple enchaînement de détails et hasards peut
très mal se terminer.
Le sentier de Bennington et son amie c’est celui de
Kime Hut, qui passe par Field Hut, un petit refuge en
forêt, et Table Top, un point de vue à 1.047 mètres
d’altitude. Et c’est exactement ce que nous allons faire,
mais sans aller jusqu’à Kime Hut (400 mètres plus
haut) : aller voir si la vue est belle à Table Top. Temps
prévu aller-retour : 5 à 6 heures. Nous croisons le caretaker, qui est le gardien du parc, et qui nous annonce
que vu le beau soleil qu’il fait et qui est prévu jusqu’en
fin d’après-midi nous devrions pouvoir voir jusqu’à
l’île sud depuis Table Top. Voilà qui nous fait saliver
et qui nous donne des ailes, enfin tout du moins pour
quelques centaines de mètres car nous commençons
rapidement une longue ascension soutenue. Après
tout nous partons d’une altitude de 100 mètres, il va
donc nous falloir grimper 950 mètres d’altitude en 2 à
3 heures. Il faut donc y aller tranquillement, car l’effort
est important. Sur le sentier les vues sur les montagnes
des Tararuas sont magnifiques. Il fait soleil et presque
chaud avec l’effort physique que nous faisons. Une
63. http://www.stuff.co.nz/dominion-post/capital-life/features/4258473/
Lost-how-tramp-turned-to-tragedy
belle journée s’annonce et nous ne voyons même pas
les nuages sur les sommets alentour.
Puis c’est la forêt : épaisse, humide, encombrée de
lianes entremêlées dans tous les sens, impénétrable.
Des arbres moussus qui sont parfois si fertiles que
d’autres arbres poussent sur leurs troncs. En France
j’étais habitué aux forêts très claires et dégagées, fruit
de siècles d’exploitation forestière qui ont détruit
l’écosystème. Mais ici la forêt est encore sauvage et inhospitalière. Je commence à comprendre comment on
peut se perdre là-dedans et ne jamais retrouver son
chemin, ou mettre des jours à parcourir quelques kilomètres.
Après 2h15 de marche nous arrivons à Field Hut, une
des plus anciennes du pays, construite en 1924. La
hutte en elle-même a ce petit aspect de cabane de bûcheron qui nous plaît tellement ici. Autour du refuge
les arbres ont été coupés ce qui nous laisse apercevoir
un ciel blanc qui n’augure rien de bon. Mais pour le
moment nous faisons une pause bien méritée. Nous visitons la hutte, nous lisons le livre d’or où il faut écrire
la date de son passage et son itinéraire. Nous mangeons un bout mais nous ne nous éternisons pas, car
il fait bien plus froid dans la hutte que dehors. La température ne doit pas dépasser 5 ou 6°C et il fait très
humide. Rester statique dans ces conditions nous refroidit vite. On se dit que pour dormir ici il faut prévoir plusieurs épaisseurs de vêtements et un bon sac
de couchage. Heureusement il y a un poêle et des matelas, mais ça ne nous aide pas beaucoup dans notre
étape-déjeuner.
On reprend le chemin et 500 mètres plus loin nous
nous retrouvons déjà dans un épais brouillard. Il nous
semble évident que continuer ici ne nous permettra
pas de voir la vue promise par le caretaker mais nous
enfoncera simplement dans un brouillard de plus en
plus épais et froid. On décide donc de s’arrêter là et
de redescendre. Ce n’est pas que nous ayons peur de
subir le même sort que Bennington, surtout que Table
Top n’est pas vraiment la montagne aride et désertique
qui entoure Kime Hut donc le risque de s’y perdre
est moindre, mais on ne voit simplement pas l’intérêt
d’aller se cailler les miches pour rien. Donc tant pis on
n’aura pas eu beaucoup de vues au final, mais on aura
essayé au moins.
Nous retraçons le sentier jusqu’en bas et la forêt est
maintenant plongée dans la brume, ce qui nous replonge dans nos souvenirs de Taranaki : la brume nous
aurait-elle poursuivi depuis là-bas ?
En bas nous faisons nos adieux à Otaki Forks et reprenons la voiture pour atteindre Wellington. Nous retrouvons les joies des routes à voies rapides, des bouchons et de la pollution que nous avions laissées à Auckland. Nous visitons le musée national Te Papa, où
un simulateur de tremblement de terre nous amuse
beaucoup, enfin toujours plus qu’une pieuvre géante
conservée dans le formol !
On repart dormir pour la nuit à 25 kilomètres de Wellington, dans un camping gratuit au bord de la mer,
où un vent fort et une légère bruine nous rappellent la
météo peu clémente de ces derniers jours.
Nouvelle-Zélande
Île Sud
J+340 & J+341 — Dans l'enfer humide de
Kahurangi NP
Avant de prendre le ferry pour l’île sud nous avons
profité de l’attente à Wellington pour faire des courses,
prendre une douche (la première en NZ !) et visiter
la boutique Weta, le studio d’effets spéciaux de Peter
Jackson. Dans la boutique il y a quelques costumes
et accessoires réalisés pour les films de Peter Jackson,
mais aussi « District 9 » ou Narnia. Ce n’est pas très
passionnant, c’est surtout fait pour vous vendre des figurines et autres livres autour des films.
Le ferry est moins grand que celui pour la Tasmanie,
et la traversée est un peu longue vu la distance. Pour
92 kilomètres le ferry met plus de 3 heures, la faute à
l’étroit fjord qui permet d’atteindre Picton sur l’île sud.
L’avantage c’est que c’est suffisamment court pour que
je ne sois pas malade, ouf. L’arrivée à Picton nous refroidit : on pensait trouver une ville de moyenne taille
avec les services qu’on peut attendre d’une ville étape
aussi importante vu que c’est le seul point de passage
entre l’île nord et l’île sud. Mais nous nous retrouverons à batailler sous la pluie et tourner en rond pour
trouver une laverie et faire notre lessive. Finalement
c’est un petit motel qui accepte que nous utilisions
sa machine à laver et son sèche-linge. Le seul problème c’est qu’après deux heures au sèche-linge notre
linge n’est toujours pas sec. Il est déjà 22h30, on décide qu’il est quand même temps de partir rejoindre
notre camping pour la nuit avant d’être trop crevés
pour conduire la trentaine de kilomètres qui nous sépare du camping.
La route est étroite et serpente dans la montagne pour
rejoindre Mahau Sound. De plus les phares de notre
van de location sont fatigués et n’éclairent pas suffisamment, ce qui nous oblige à rouler au ralenti. Mais
c’est justement ce qui nous permettra d’éviter de justesse un kiwi traversant la route juste devant nous. Ce
célèbre oiseau est le symbole du pays, alors qu’il n’est
pourtant pas des plus gracieux avec sa démarche ridicule.
On arrive sous la pluie et dans la nuit noire au camping, dont l’herbe est gorgée d’eau. On a l’impression
de marcher sur une éponge et on se dépêche de se
brosser les dents avant de rejoindre l’humidité du van
où nos vêtements sèchent encore.
Au matin la pluie a cessé. Il fait froid mais le ciel est
dégagé et un beau soleil nous attend. La vue du bras
de mer au réveil est très belle, tellement que nous nous
tromperons en repartant et roulerons dans la mauvaise
direction sur trente kilomètres avant de faire demitour plutôt que de continuer en direction d’un cul de
sac à Charlotte Sound.
La journée est belle, on s’arrête un peu en cours de
route pour admirer un bras de mer. On part en direction de Kahurangi National Park, et la route nous fait
tourner la tête avec toutes ces montagnes à gravir en
sinueux lacets. Après une dernière descente et des virages qui obligent à ralentir à 10 km/h on arrive à Takaka où nous quittons la State Highway pour rejoindre
une petite route qui doit nous emmener 38 kilomètres
plus loin au départ de la première des deux randonnées
sur deux jours que nous avions prévues, à Cobb River.
Si le temps était particulièrement clément jusqu’ici
alors que nous longions de loin le littoral ça ne va pas
durer. Nous roulons des kilomètres et des kilomètres
sur la plus étroite des routes qu’on ait vu jusque-là.
Cette route gravillonnée est à peine assez large pour
une seule voiture et a été creusée au milieu d’une fa-
laise. Nous sommes donc bloqués entre la falaise d’un
côté et le gouffre de la gorge de l’autre. Comme la
route suit le relief souvent nous passons des virages
aveugles : impossible de savoir si une voiture va débouler de l’autre côté du pan rocheux qui nous cache
la vue. Oh et évidemment il n’y a aucune barrière de
sécurité. C’est un parcours stressant, mais c’est encore
pire après avoir passé la centrale hydroélectrique, où
nous rencontrons une flaque d’eau profonde de 25 centimètres au détour d’un virage. On s’arrête pour aller
sonder, alors qu’il y a à peine la place pour passer pour
une personne entre la voiture et la gorge, et on décide
de passer quand même, vu que de toutes manières il
est impossible de faire demi-tour ici, et pas question de
rouler en marche arrière plusieurs centaines de mètres
sur cette route. Bref la seule solution c’est d’avancer.
Et ça passe, ouf. Nous finissons par quitter le bord du
ravin pour entamer des virages en lacets pour grimper
jusqu’à un point de vue sur le lac artificiel de la Cobb
River.
Ici le temps semble s’être déjà largement dégradé et le
brouillard visible au loin ne laisse rien augurer de bon.
On est venus jusque-là, on va pas s’arrêter maintenant.
On redescend donc en lacets jusqu’à la rive du lac. On
se gare à côté de Trilobite Hut. Le temps est vraiment
moche. Il pleut, il fait froid et le brouillard entoure les
sommets enneigés des montagnes alentour. Mais on a
vraiment envie de faire cette balade, alors on s’équipe,
on charge les sacs à dos et on part sur le sentier. On se
dit qu’il ne pleut pas tant que ça.
C’est clairement une erreur. Le sentier est inondé. En
forêt il est transformé en ruisseau. Mais le pire c’est
quand on passe dans des clairières. Le sol est saturé
d’eau, et le sentier est sous 20 à 30 centimètres d’eau.
On a déjà les pieds mouillés à la première clairière
mais on tient le coup. Mais au bout de quelques passages marécageux où nous devons mettre les pieds
dans 30 cm d’eau froide on s’arrête et je propose de
faire demi-tour : nous ne sommes qu’à 45 minutes de
marche sur une rando de 4 heures et nous avons devant nous un torrent profond de 50 à 60 cm qui inonde
le sentier et bien sûr il n’y a aucun moyen de contourner. Il faut se rendre à l’évidence : les conditions sont
trop mauvaises, le sentier trop inondé et nous ne
sommes pas suffisamment équipés pour faire face à ça.
On fait donc demi-tour, déçus et frustrés. Notre idée
était de parcourir les 12 kilomètres dans la vallée pour
rejoindre Cobb Hut, un refuge de 4 places gratuit, et y
passer la nuit avant de revenir le lendemain. Sur le papier ça ne semblait pas une aventure extrême. En pratique c’est différent, et devant la météo néo-zélandaise
nous avons dû renoncer. Non pas que traverser un petit torrent soit impossible, mais c’est surtout penser à
la taille des cours d’eau qui pourraient suivre, et aussi
à la taille de ce même torrent demain après 24 heures
de pluie de plus, s’il s’avérait infranchissable nous aurions été bloqués. Et vu tous les avertissements néozélandais, on commence à être relativement prudents
quand même.
De retour à Trilobite Hut on se change et on fait sécher
nos chaussures trempées au-dessus du poêle allumé
par une famille qui passe quelques jours dans la hutte.
En discutant avec le monsieur on apprend que ça fait
des jours qu’il pleut ici, que les nuits sont très froides,
qu’il a même neigé le jour d’avant et que la rivière fait
cinq fois sa taille habituelle. Ah, bon on a peut-être
bien fait de ne pas aller là-bas alors. Oui mais on aimerait quand même bien faire une nuit en refuge dans ce
pays nous quand même.
On jette ce qui nous restait de courage et de motivation dans un nouveau projet improvisé : rallier Myttons Hut, sur le sentier pour Lake Peel. Cette autre
hutte gratuite n’est qu’à 15-20 minutes de marche du
parking, qui lui-même est à 10 minutes de marche de
Trilobite Hut. Et Myttons Hut a une cheminée, contrairement à Cobb Hut. Vu qu’il est 16h on a largement le
temps d’atteindre la hutte et voir si on peut y rester
pour la nuit. Dans un dernier élan d’espoir on renfile
nos chaussettes et chaussures trempées, on va garer le
van au départ du sentier de Lake Peel et on part marcher jusqu’à Myttons Hut avec nos gros sacs à dos. Le
sentier est un peu moins inondé que le précédent, mais
juste un peu. On arrive à la jolie cabane, un peu en
hauteur sur le flanc de la montagne, avec une petite
vue sur le lac et la vallée.
On laisse les sacs à dos à la hutte puis on s’occupe
de chercher du bois pour faire du feu. Comme on le
sait maintenant très bien le coin est saturé d’humidité,
alors il est évidemment impossible de trouver du bois
sec, mais à défaut on cherche le bois le moins gorgé
d’eau. On en trouve un peu. Anne scie un tronc d’arbre
mort pendant que je tente tant bien que mal de fendre
du bois à la hache. Ce n’est pas facile à avouer mais
je crois que définitivement je suis un mauvais bûcheron. Il m’est en effet très difficile de réussir à couper
ou fendre quoi que ce soit. Le seul avantage c’est que
je suis vite réchauffé, malgré le fait que je sois trempé
jusqu’aux os. Enfin sauf les mains. Elles sont rouges et
je ne les sens plus. Il est donc temps de faire du feu.
Mais malgré notre enthousiasme et l’énergie déployée
on n’y arrive pas. Déjà que j’avais du mal à allumer
une cheminée ou un poêle avec du bois sec, ici dans
une cheminée humide où il pleut avec du bois mouillé
c’est peine perdue. On essaye pendant une heure, on
y arrive un peu puis ça s’éteint. On finit par abandonner. On mange des nouilles chinoises cuites au réchaud
pour se réchauffer et on discute et on réfléchit : on a
froid, la température risque de tomber en dessous de
0°C cette nuit, si ce n’est pas déjà le cas. Or mon sac de
couchage ne va que jusqu’à 1°C et celui d’Anne jusqu’à
7°C, et ça c’est en étant complètement habillé dedans.
Autant dire qu’on a peur d’avoir un peu froid cette
nuit. Il fait encore un peu jour. On décide donc de jouer
la sécurité et rentrer dormir dans le van où nous avons
une couette de plus pour nous réchauffer. On remballe
nos affaires, on remet nos chaussures mouillées et on
revient au van, où on a toute la difficulté du monde à
trouver de la place pour étendre nos affaires mouillées.
On fait le lit et on se réfugie dans nos duvets pour la
nuit. On se dit qu’au moins on aura essayé et bien essayé de dormir en hutte cette nuit, mais que les éléments étaient contre nous. Mais ça commence à faire
beaucoup de balades auxquelles on doit renoncer…
Le lendemain le temps n’est pas plus clément. Si au
bout du lac Cobb on peut voir un beau ciel bleu et le
soleil, nous sommes toujours sous le brouillard, le gris
et le froid. Mais on décide de quand même suivre le
plan qu’on avait prévu et de grimper le sentier jusqu’à
Lake Peel : on ne s’est quand même pas tapés 40 bornes
de route étroite au bord du précipice pour repartir direct !
Pour la énième fois nous renfilons nos chaussureséponges et repartons marcher sur les sentiers inondés.
Comme ça grimpe au moins on n’a pas de passage avec
de l’eau profonde, le sentier est simplement devenu
un ruisseau et tout écart en dehors de celui-ci verra
votre pied englouti dans un épais et spongieux tapis de
feuilles mortes. Agréable.
Après avoir traversé plusieurs torrents en sautant de
rocher en rocher on finit par quitter la forêt et arriver
dans un alpage d’herbe jaunie et partiellement recouverte de neige. Le sentier reste donc un ruisseau, mais
un ruisseau surmonté de neige. La balade prend un
tournant montagnard et maintenant nous aurons non
seulement les pieds mouillés mais aussi les pieds
froids.
Arrivés sur la crête un vent glacial nous agresse et
rend notre progression plus lente. Vu le froid on décide
de ne faire qu’un petit détour pour avoir une vue sur
Lake Peel mais de ne pas continuer jusqu’au bord du
lac. Le temps de prendre quelques photos et on se dépêche de redescendre dans la forêt à l’abri du vent.
La vue sur le lac Cobb et la vallée en redescendant
est magnifique et nous récompense de nos efforts. De
l’autre côté ce sont les montagnes enneigées du parc
national qui nous saluent entre deux nuages. Une fois
redescendus au van nous chaussons enfin des chaussures et chaussettes sèches et mangeons un bon repas.
Nous sommes épuisés. Kahurangi nous a éreintés.
Nous avons réussi à faire une balade au moins, mais
même pas jusqu’au bout. Une nouvelle fois la
Nouvelle-Zélande nous montre à quel point nous
sommes dans un environnement hostile et différent de
ce que nous avons pu vivre en Australie.
J+341 & J+342 — Rawhiti Cave, Wharariki
Beach et Farewell Spit
Quitter Kahurangi était pour nous un soulagement,
mais nous ne pensions pas à quel point le contraste serait grand. Après avoir re-parcouru la minuscule route
de terre en bord de falaise pour quitter le parc national
nous atteignons Takaka où un beau soleil et un ciel
bleu nous attendent. Sommes-nous dans le même
pays ? Sur le même continent ? C’est incroyable le
contraste. Une heure plus tôt on était habillés de 3
couches de vêtement et d’un coup on se retrouve en tshirt. C’est décidé : la prochaine fois on va à la plage,
pas à la montagne !
Pour le moment nous terminons la journée par une visite à Rawhiti Cave. Après un dédale de petites routes
et la traversée d’un champ on arrive relativement surpris au début de la balade qui mène à la grotte. En effet
le parcours pour atteindre ce lieu est si incongru qu’on
a presque cru à une farce. Après une heure de marche
sous une chaleur de plomb on arrive à l’entrée de la
grotte.
En réalité Rawhiti Cave est une ancienne cavité en
dôme dont l’entrée s’est effondrée, laissant apparaître
au milieu d’une falaise une caverne en demi-dôme surplombée de milliers de stalactites. Le décor est stupéfiant. Une petite passerelle permet de s’aventurer un
peu plus loin vers le fond et le centre de la grotte.
En dessous on ne voit pas le fond, donnant ainsi
l’impression de se tenir au-dessus d’un gouffre donnant directement sur le centre de la terre.
Les stalactites sont légèrement courbées vers
l’extérieur, résultat des plantes et algues qui poussent
sur les stalactites en direction de la lumière et qui sont
ensuite transformées en roche par les minéraux présents dans l’eau. Le spectacle à l’intérieur de la grotte
est époustouflant, c’est immense et majestueux, carrément irréel. Une fois encore nos appareils photos ne
parviennent pas à rendre justice au lieu.
Le lendemain matin nous sommes réveillés par la pluie
qui martèle le toit du van. Ce n’était donc qu’une question de temps avant que le mauvais temps ne nous
suive depuis Kahurangi.
Nous prenons la route en direction de Farewell Spit, un
grand banc de sable en forme de bec de kiwi. Le banc
de sable lui-même n’est pas accessible au public, c’est
une réserve naturelle protégée. Nous nous garons sur
le parking de Wharariki Beach et on profite d’une accalmie pour partir se promener sur la plage. On traverse des prés remplis de moutons et de leurs déjections et on arrive dans les dunes. Au moment de franchir la dernière dune un vent marin très fort nous
agresse en nous projetant du sable dans les yeux. Le
vent est si fort que je serais obligé de mettre un vêtement devant mes yeux et marcher en tenant la main
d’Anne qui avait eu la bonne idée de prendre des lunettes de soleil, contrairement à moi, vu qu’il n’y avait
pas de soleil. Nous gagnons le bord de mer où l’eau salée remplace le sable dans les projections du vent, ce
qui rend les choses déjà plus supportables.
La plage est belle et ludique à explorer, entre les
arches, tunnels et autres grottes. Chaque détour dévoile de nouvelles surprises.
Dans certaines cavités les parois rocheuses sont
constituées de galets agrégés et compressés, ce qui
donne un effet granuleux à la roche de loin.
Sur le trajet du retour nous apercevons des otaries
jouer dans une petite rivière, c’est le moment de rester
là un moment à les observer. Puis sur le parking c’est
au tour d’un superbe paon de venir nous dire bonjour
pendant que nous mangeons. Puis sur la route se seront des chevaux qui nous empêcheront de passer. Ce
coin est surprenant.
J+343 — Sur les traces de la Buller River,
des sommets alpins à l'océan
Notre journée de ce mardi 15 octobre commence difficilement. Toute la nuit la pluie a martelé le toit du
van, nous réveillant régulièrement. Avant de quitter le
camping de Kawatiri qui n’est qu’un petit parking à
l’intersection de deux routes nous parcourons un court
chemin qui nous emmène visiter un ancien tunnel ferroviaire qui s’avère moyennement passionnant mais
cela nous fait toujours une occasion de se dégourdir les
jambes avant de reprendre la route. Mais la route ne
nous laissera pas progresser bien loin. Quelques kilomètres plus loin nous devons nous arrêter : la route est
jonchée de rochers et cailloux. À priori nous sommes
les premiers à emprunter l’autoroute aujourd’hui car
personne ne semble les avoir écrasés ou déplacés.
Anne se charge donc de faire le travail de la DDE en
ôtant les rochers de l’autoroute pendant que je rie de la
situation, et cinq minutes plus tard on est repartis. Encore une bonne raison de rouler paisiblement et prudemment sur les routes du pays, car ce genre de surprise peut surgir dans n’importe quel virage.
Nous atteignons le village de St Arnaud et les rives du
lac Rotoiti, source de la rivière Buller qui va ensuite rejoindre l’océan à 170 kilomètres de là, au niveau de la
ville de Westport. Comme il faut bien donner un intérêt touristique les guides du coin indiquent que c’est la
plus longue rivière sans barrage de Nouvelle-Zélande.
Oui. Bon, là comme ça sur le papier je trouve pas ça
très excitant.
Nous empruntons une petite route qui longe la rive
du lac avant de prendre un tout petit pont par dessus
l’impressionnante Buller River qui s’engouffre ici dans
un étroit lit avec une force étonnante. La route de terre
battue nous fait désormais monter un peu en altitude
avant d’atteindre un parking donnant de jolies vues
sur le lac et les vallées environnantes.
Notre randonnée du jour s’appelle Mt Robert Circuit et
va nous emmener grimper sur les flanc de Mt Robert
jusqu’à des vues sublimes sur les montagnes de la
chaîne de St Arnaud. Elle fait 10 kilomètres pour 4
heures de marche et commence par des lacets qui
mettent nos jambes à l’épreuve pour grimper les 500
mètres d’altitude jusqu’au sommet de Mt Robert. Une
heure plus tard nous atteignons le sommet et ses 1.400
mètres de haut. À partir de là ce n’est que du bonheur
pour nous : le sentier se promène en altitude dans la
végétation rase entre cabanes, refuges et vues à couper
le souffle. Au loin on voit même les montagnes de Kahurangi, malgré les nuages.
Nous profitons de l’abri du refuge de Bushline Hut
pour manger un encas avant de redescendre tranquillement en lacets dans un joli sous-bois jusqu’au
parking. Nous allons nous garer au bord du lac pour
déjeuner et faire la vaisselle.
Nous reprenons le van et la route pour rejoindre Westport, notre destination pour ce soir. En route nous
marquons une pause sous la bruine pour aller jeter un
œil aux Maruia Falls, ces chutes d’eau ne sont pas très
hautes mais particulièrement larges et puissantes.
Nous terminons notre journée sur un parking en bord
de mer à une quarantaine de kilomètres au nord de
Westport.
J+344 — Les tramways des mines
abandonnées de Charming Creek et
Denniston
La Nouvelle-Zélande et l’Australie ont connu une
époque prospère où il était très bien vu de trouer les
montagnes comme du gruyère, de tronçonner les forêts par régions entières ou de déverser des tonnes
de matériaux toxiques directement dans les rivières.
Cette époque c’est l’ère industrielle qui s’étendit depuis la fin du dix-neuvième siècle jusqu’au milieu du
vingtième. Mais depuis maintenant plus de soixantedix ans les mines d’or, de charbon et autres métaux
précieux se sont taries ou sont devenues trop peu rentables à exploiter, le bois est coupé et transporté par
camion plutôt que par train et les produits toxiques
sont partis polluer l’océan. Mais sont restées les traces
de cette époque d’euphorie capitaliste où l’on détruisait en quelques mois ou années ce que la nature a mis
des milliers ou millions d’années à créer, sans compter le nombre de vies détruites, le tout pour un salaire
de misère et des fortunes illusoires qui aujourd’hui ne
permettraient même plus de se payer un iPhone. C’est
dire à quel point tout cela fut vain.
En Australie la tendance a été de démonter les installations, refondre les rails des tramways des mines pour
fabriquer des tanks et des munitions pour la seconde
guerre mondiale, un autre moment de gloire du capitalisme où les fabricants d’armes réussirent à vendre leur
camelote aux deux camps. Mais cessons de diverger.
En Australie — où l’agression de l’Homme sur la nature continue de faire partie du quotidien via la puissante industrie minière — s’il n’est pas rare de se retrouver à randonner sur un sentier qui fut autrefois
une voie ferrée (voir par exemple notre balade à Wollemi National Park, à J+280), il n’en reste en général pas
grand-chose.
En Nouvelle-Zélande c’est différent : peut-être que
l’effort de guerre était moins important, ou qu’il était
trop coûteux de démanteler les milliers de voies de
chemin de fer semi-abandonnées qui jonchaient le
pays, en tout cas une chose est sûre : tout est resté en
place à de nombreux endroits. On l’a déjà vu à Broken
Hills (J+332) ou Karangahake (J+333) sur l’Île Nord.
Mais ici sur l’Île Sud c’est notre première découverte
d’un endroit de ce genre, enfin si on omet un petit tunnel ferroviaire sur le camping de Kawatiri hier.
Et nous allons même voir deux de ces endroits aujourd’hui. Le premier est Charming Creek. C’est une
ancienne voie de tramway qui servait aux mines et aux
scieries et qui suit le cours de la rivière Ngakawau sur
une dizaine de kilomètres. Ici quasiment tout est resté en place : tous les rails sont encore là, enfin quand
ils ne se sont pas effondrés au fond de la gorge, et il y
a même encore des wagonnets, des morceaux de locomotive, de ponts, et bien sûr des tunnels.
Aujourd’hui alors que nous partons pour effectuer la
moitié de Charming Creek Walkway (soit 10 km allerretour) le temps hésite entre grisaille insistante et légère pluie tranquille. En tout cas c’est humide, en attestent la rivière Ngakawau en contrebas et les nombreuses cascades qui traversent le sentier.
Malgré l’humidité la marche n’est pas déplaisante, et
nous nous arrêtons souvent pour contempler les rails
tombés au fond et qui restent échoués là, coincés dans
les rochers. Le paysage est singulier, avec les rails
rouillés, abandonnés et recouverts de végétation qui
donnent un aspect post-apocalyptique au paysage. En
un sens c’est effectivement un lieu qui montre la fin
d’une civilisation qui a tout abandonné sur place.
Après le passage d’un très long pont suspendu au-dessus de la rivière qui bouge dans tous les sens nous passons une partie où un troisième rail central en bois
vient compléter les deux autres rails en acier. Celuici servait à freiner les wagons dans une pente plutôt
importante. Le pont offre également une superbe vue
sur les grandes chutes d’eau de Mangatini dont le son
sourd résonne dans les tunnels traversés par le sentier.
Enfin nous arrivons au site de l’ancienne scierie, qui
marque notre point de retour et le point de divergence
entre le sentier qui suit les rives de Charming Creek et
les rails qui disparaissent dans une épaisse forêt moussue.
Nous redescendons la gorge entre les rails jusqu’au
parking. Là un immense train de l’autre mine de Charming Creek, celle qui est toujours active, s’engage sur
quelques mètres sur les rails que nous venons de parcourir pour faire demi-tour. Moi je serais conducteur
de train je serais pas rassuré de conduire une loco de
plusieurs centaines de tonnes vu qu’à peine quelques
dizaines de mètres plus loin ces rails ne sont plus
qu’un ancien souvenir coincé dans les tréfonds de la
gorge…
Nous reprenons la voiture pour la seconde mine semiabandonnée de la journée : Denniston. Semi-abandonnée car si le gisement de charbon historique n’est plus
exploité, d’autres gisements sont toujours exploités
sur le plateau. D’ailleurs il y a quelques mois une entreprise minière a obtenu le feu vert pour y créer la seconde plus grande mine à ciel ouvert de Nouvelle-Zélande, malgré l’opposition des groupes écologistes.
Nous nous dirigeons vers le bas de Denniston Incline,
qui fut un ingénieux système où les wagons vides
étaient hissés en haut par le poids des wagons pleins
qui descendaient, via des poulies et câbles. Fut, car depuis le bas et seulement quelques centaines de mètres
plus loin nous tombons sur un pont qui s’est effondré,
visiblement on ne peut pas suivre les rails ou ce qu’il
en reste sur toute la longueur du parcours.
En réalité le livre qui nous a amené jusque-là indique
un autre sentier, Bridal Track, utilisé pour transporter
personnes et matériel depuis le fond de la vallée jusqu’à la ville de Denniston en haut du plateau. Le sentier a été construit après plusieurs accidents où des
personnes transportées dans les wagons ont péri suite
à une rupture d’un câble ou au déraillement d’un wa-
gon. Aujourd’hui les wagons ne bougent plus, Denniston est une ville fantôme et le sentier n’est plus que
pratiqué par quelques randonneurs.
Vu que la pluie a redoublé d’efforts nous renonçons à
marcher des heures sous l’eau. Nous reprenons la voiture pour atteindre le haut, où nous nous retrouvons
plongés dans un épais brouillard givrant qui nous refroidit instantanément.
Nous passons pas mal de temps à lire les panneaux expliquant l’historique de la ville et la vie dans les mines,
c’est très intéressant. Il reste encore beaucoup de vestiges des équipements ici, plusieurs wagons, beaucoup
de rails, des vestiges du système de godets sur câble
qui remplaça les wagons en 1952, mais aussi des
grands tas de ferrailles non identifiées dans les coins.
Au milieu de tout ça la compagnie minière organise
des visites guidées payantes de l’ancienne mine.
Étrange. Le décor est inquiétant, surtout baigné dans
la brume, qui finit par disparaître et nous laisser entrevoir les plages du littoral de l’océan où il semble
briller un beau soleil. Encore une fois il semble que
nous avons fait le mauvais choix, mais c’est tellement
plus intéressant que de paresser sur la plage.
Comme il était encore assez tôt dans l’après-midi nous
pensions pouvoir terminer la journée avec une autre
balade. À 80 kilomètres de là nous atteignons donc
l’embouchure de la Fox River, nous nous garons et partons pour une balade prévue pour durer 2h30 allerretour. L’objectif est d’atteindre Fox Cave, une grotte
qu’il est possible d’explorer sans équipement de spéléologie. Mais pour y parvenir il faut traverser à deux
reprises la rivière. On a prévu le coup : on a enfilé nos
sandales et on a pris une serviette pour se sécher les
jambes. Au bout de 40 minutes de marche nous atteignons le premier passage. L’eau semble moyennement
profonde et le courant pas trop important, je m’y essaye donc : une fois le pantalon ôté et placé dans mon
sac à dos je commence à traverser, aidé d’un bâton.
Sauf qu’au milieu de la rivière j’ai déjà de l’eau jusqu’aux hanches et le courant est beaucoup plus fort
que je ne le pensais, il m’est difficile de lutter et garder l’équilibre. L’eau est froide et je ne souhaite pas
tomber dans l’eau, je décide donc d’abandonner la traversée à ce point. Si nous avions été en été avec un
beau soleil pourquoi pas, mais il doit faire 7°C et on
ne peut pas dire que ce soit une température très clé-
mente pour prendre un bain dans une eau qui doit être
à 3 ou 4°C.
Une fois de plus l’eau de la Nouvelle-Zélande nous
barre le chemin. On commence à s’habituer mais ça en
devient lassant.
J+345 — Les montagnes de crêpes de
Punakaiki
Après notre déception d’hier où nous n’avons pas pu
atteindre la grotte de Fox River pour l’explorer on se
rattrape un peu aujourd’hui avec Punakaiki Cavern,
une petite grotte longue de 130 mètres au bord de
l’océan. Ce n’est pas vraiment l’endroit le plus spectaculaire ou le plus agréable : la fréquentation soutenue du lieu l’a un peu privé de sa beauté naturelle au
détriment des graffitis. Il semble que les touristes se
prennent tous pour Neil Amstrong, sauf qu’au lieu de
planter un drapeau américain à chaque endroit qu’ils
visitent ils y gravent leur nom. Quel est l’intérêt ?
C’est dans ce genre de détails que je perds toute foi en
l’humanité.
Il faut dire que la grotte est située à quelques centaines
de mètres du mini-village de Punakaiki, au bord de
l’autoroute. Le lieu est particulièrement visité et célèbre pour ses Pancake Rocks, littéralement les
« rochers-crêpes ». Ces falaises à la forme particulière
ont effectivement mérité leur nom et ce n’est pas le
seul attrait du coin : la roche est creusée par l’océan
avec le temps, et celui-ci s’engouffre à marée haute
dans les failles, et à chaque grosse vague l’eau sous
pression ressort en une grande gerbe. C’est ce qu’on
appelle des blowholes. On en a déjà vu en Australie,
mais peu étaient si impressionnants. Et surtout ici il y
en a un certain nombre au même endroit. Les noms des
« trous soufflants » laissent rêveur le visiteur : Chimney Pot, Surge Pool et autres termes évocateurs de la
puissance visuelle de ces phénomènes naturels.
Malgré la fréquentation des cars de touristes (après
tout c’est pile sur l’autoroute, avec seulement 2 minutes de marche sur du goudron, l’endroit idéal donc
pour les touristes pantouflards) le lieu est intéressant,
et les falaises de crêpes surmontant l’océan complètent
le dramatisme du paysage.
Mais nous faisons vite le tour du lieu et repartons
maintenant sur Greymouth, petite ville de la côte
ouest de l’île sud. Là-bas nous profitons de la civilisation pour faire une lessive. Encore une fois les machines ne lavent qu’à l’eau froide. Tout comme en Australie il nous paraît impossible de trouver une machine
lavant à l’eau chaude. Du coup la propreté du linge
laisse toujours à désirer. Comment font les néo-zélandais font-ils pour garder leurs chemises propres ? Ontils dans leurs maisons des machines plus évoluées que
celles de leurs laveries ? Tant de questions restent sans
réponse ! Et on pourrait continuer avec : est-ce qu’il
y a un sèche-linge qui fonctionne dans ce pays ? Car
après 5 dollars dépensés dans cette machine diabolique
notre linge est toujours trempé. On va pas y passer la
journée, on repart donc en laissant le linge sécher dans
le van comme on peut.
Heureusement un peu plus loin sur la route, dans la
ville d’Hokitika nous pouvons nous consoler au soleil
avec un très goûtu fish & chips pour la modique
somme de 3$. Si ici un kebab coûte 15 ou 20$, un fish
& chips ne coûte en général que 3 à 5 dollars (2 à 4
€), une broutille. De quoi donner envie d’aller habiter
en bord de mer ! Mais les bonnes nouvelles ne sont
pas terminées : nous allons pouvoir profiter de notre
seconde douche du mois (car oui nous ne prenons
qu’une douche par semaine ici, on assume) à la piscine
municipale : pour 3$ on a ainsi accès aux vestiaires et
douches, mais aussi au spa. Ah la vie est parfois difficile… Par contre il faudra m’expliquer pourquoi les
vestiaires homme des piscines et gymnases sont toujours collectifs sans aucune intimité, pas même une
porte ou une cloison entre les douches, alors que les
vestiaires femmes sont tout à fait normaux : cabines
pour se changer, cabines pour se doucher. C’est un véritable sexisme qui insinue donc que nous les hommes
n’avons pas droit à un peu d’intimité, scandale ! Bon
y’a pire mais c’est vrai que je trouve ça désagréable et
injuste.
Nous quittons Hokitika pour réaliser un détour de 70
kilomètres dans les terres, jusqu’à Hokitika Gorge, ou
après moult détours nous arrivons, prêts à en prendre
plein les mirettes. En effet les guides touristiques vantaient ici une belle rivière d’une couleur bleu turquoise, alimentée par l’eau de fonte des glaciers des
alpes du sud. Le tout accompagné d’une photo à faire
saliver. Mais ce n’est que sur le parking qu’on explique
que la rivière peut changer de couleur d’un jour à
l’autre : de bleu profond à bleu turquoise à… gris ou
marron. Aujourd’hui pour nous ça sera donc une belle
rivière marron. Certes les remous sont rigolos à regarder, mais on a surtout l’impression de voir une coulée
de boue lisse. Niveau beauté à couper le souffle on est
un peu déçus.
Mais nous ne sommes pas au bout de nos mauvaises
surprises. Notre étape suivante était supposée être une
source d’eau chaude au bord de la Lower Wanganui
River, où des bassins permettaient de se baigner. Problème en arrivant sur place : la route a été à moitié balayée par de récentes inondations et nous devons nous
arrêter et faire demi-tour : on n’a pas de 4x4 et on ne
tient pas à abîmer la voiture de location.
Comme on est du genre tenaces on se gare un peu plus
haut sur la route et on traverse à pied le torrent qui
coupe la route. La route se termine et on suit un petit sentier dans l’herbe. L’herbe qui est mouillée. Après
à peine 50 mètres nos chaussures sont déjà trempées.
Pourtant il ne pleut quasiment pas, bon un peu, mais
c’est pour nous un peu de pluie légère c’est ce qu’on
considère maintenant comme du beau temps pour ce
pays. Mais après 2 minutes de marche le sentier
s’arrête net : visiblement les rives de la rivière ont disparu. Une inondation récente a dû tout ravager et il ne
reste rien du sentier, ni du pont que l’on était censés
traverser 100 mètres plus loin pour trouver la source
d’eau chaude. La clôture en barbelé qui pend dans l’eau
à 15 mètres en contrebas nous indique qu’il y avait
aussi un pré ici qui longeait le sentier. Mais plus de
sentier ni de pré. Donc pour trouver la source d’eau
chaude il aurait fallut pas mal de recherches, et trouver
comment descendre la berge de 15 mètres de eau creusée à la verticale. On renonce, on préfère rentrer au sec
dans le van et reprendre la route. C’est pas grave on
se dit qu’il nous reste encore une source d’eau chaude
prévue sur notre itinéraire, dans deux jours. Naïfs que
nous sommes…
Après quelques dizaines de kilomètres de route nous
trouvons un coin pour dormir, sur le parking désert
d’un terrain de décollage d’hélicoptères, au bord d’une
immense rivière. Le coin est désert, il y a des toilettes,
parfait. Sauf que des vents forts secouent le van toute
la nuit. Mais niveau vue difficile de rivaliser, de quoi
vous rendre malade à l’idée d’habiter à nouveau en
ville…
J+346 & J+347 — Des glaciers et des pieds
mouillés : Franz Josef, Fox Glacier et
Haast—Paringa Cattle Track
(Par Anne)
La nuit a été plus que venteuse (je suis bien contente
de ne pas dormir sous tente, parfois !) et la pluie s’en
est mêlé vers minuit. Le matin, il pleut tellement qu’on
dirait qu’il fait nuit et ça n’arrêtera pas de tomber
avant 15h30. On avait prévu d’aller voir les glaciers
Franz Josef et Fox mais on attendra que la tempête se
calme un peu avant de sortir un pied du van et d’aller
voir à quoi ressemble Franz Josef, appelé ainsi en hommage à l’empereur d’Autriche par un explorateur allemand. Il se trouve à cinq kilomètres du village Franz
Josef (oui oui, le patelin a le même nom que le glacier tout proche, original) où vous trouverez tout le
nécessaire pour touristes (hôtels, magasins de location
de matériel de randonnée, tours organisés, supérettes
avec des prix exorbitants …). Le glacier Fox se trouve
une vingtaine de kilomètres plus au sud sur la highway 6 et possède lui aussi son petit village touristique,
Fox Village (toujours dans l’originalité) bien que moins
important que son homologue à la consonance autrichienne.
Il n’est pas possible de marcher sur les glaciers à moins
d’être accompagné par un guide touristique. Comptez
environ 300 NZD pour avancer à la queue-leu-leu par
quinze avec au moins une dizaine d’autres groupes aux
alentours, pour seulement environ 30 minutes sur la
glace. C’est sûrement intéressant mais est-ce que ça
vaut vraiment le coup de débourser une telle somme
alors que les admirer gratuitement est déjà une belle
expérience ? Bon, au niveau de l’expérience, pour la
première journée dans la région des glaciers, on est
mal tombé. Les conditions climatiques ayant rendu les
cours d’eau assez gros, on ne peut pas s’approcher à
moins de 1,5 kilomètre de Franz Josef et à moins de 600
m de Fox. On est donc un peu déçu, on est trop loin
pour vraiment se rendre compte de l’immensité et de
la beauté des lieux. Pour les deux glaciers, les chemins
d’accès sont courts et très faciles, ils sont accessibles
à n’importe qui sauf en fauteuil roulant et celui pour
Fox est plus sympa, plus naturel que celui pour Franz
Josef. Bien qu’on ait pu aller plus près de Fox que de
Franz Josef, ce dernier est plus visible, Fox étant plus
caché par la montagne. Des immenses falaises noires
qui bordent la vallée de Fox Glacier dégringolent des
cascades, c’est impressionnant. On pourrait passer des
heures à regarder les énormes morceaux de glaces se
détacher et dévaler la rivière.
La fonte des glaciers est assez impressionnante, le long
de la route pour Fox Glacier, des panneaux indiquent
l’emplacement du glacier en fonction des années. Il
fait à l’heure actuelle 13 km de long et si on note une
avancée globale de la glace ces dernières années, elle
ne compense pas la perte des années précédentes. Les
deux glaciers ont perdu environ 2,5 kilomètres en un
siècle. On estime que Franz Josef aura perdu 5 kilomètres de longueur et 38% de sa masse en 2100.
Mais non, le réchauffement climatique, ça n’existe pas,
voyons !
On avait lu dans les brochures touristiques que le Lake
Matheson, situé à quelques encablures de Fox Village,
permettait d’admirer de magnifiques réflexions de
Mount Cook (le plus haut sommet de Nouvelle-Zélande). Comme le temps est plus clément (comprendre,
il vente, il fait froid mais il ne pleut plus) et que c’est
sur la route de notre camping, on y fait un saut. Toutefois, les nuages bas font qu’il ne s’agit aujourd’hui que
d’un lac banal avec plein de touristes. On reste donc
encore une fois sur notre faim.
Pour continuer dans les déconvenues (certes minimes
et sans grande importance), on reçoit vers 17h un appel de l’office du tourisme de Franz Josef nous apprenant que le Copland Track, le chemin de randonnée
que l’on voulait faire le lendemain, est fermé pour dix
jours à cause des fortes pluies d’aujourd’hui. Dommage, on aurait enfin pu faire notre première balade
sur deux jours, avec une nuit en hutte et en prime une
source d’eau chaude pour récompenser nos efforts !
On termine quand même la journée sur une note plus
positive et surtout ensoleillée (il était temps !) à Gillespie Beach, située à une vingtaine de kilomètres de
Fox Village, avec un un des plus beaux couchers de
soleil de notre voyage. Les teintes rosées qui éclairent
les dernières lueurs du jour sur Mount Cook, avec les
galets parfaitement lisses de la plage en premier plan
nous font rêver jusqu’à ce que tout devienne noir.
Le lendemain, le beau temps de la veille au soir se prolonge et on bénéficiera de cette clémence toute la journée. On commence la journée par un petit déjeuner à
Fox Glacier où on en profite pour appeler nos parents
qui dînent ensemble (les joies du décalage horaire !).
On profite du beau temps pour retourner au glacier
Fox où on a cette fois la chance de pouvoir s’en approcher à 200 mètres.
Sur le chemin, on croise un ranger construisant des petits ponts avec les rochers pour que les touristes ne se
mouillent pas les pieds. On voit que c’est un coin plus
que touristique, dans le reste de l’île, on se fiche bien
de savoir si les randonneurs se trempent les orteils !
En tout cas, il a dû beaucoup pleuvoir si le chemin a
été emporté. Le glacier a bien meilleure allure qu’hier,
ses parois sont d’un bleu étincelant et les pics de glace
s’élèvent vers le ciel avec majesté. Le seul bémol est le
nombre de marcheurs sur le glacier, ça le rend beaucoup moins sauvage.
Ensuite, comme nous n’avons pas pu nous élancer sur
le Copland Track et que bon sang de bonsoir, on veut
faire une balade sur deux jours avec nuit en hutte
avant de repartir, on se replie sur une portion du Haas
to Paringa Cattle Track. Le chemin se fait normalement
sur trois jours (aller). Il est possible de partir depuis
la highway 6 vers Lake Moeraki ou depuis son autre
extrémité sur la Haast Highway (l’autoroute qui longe
la côte ouest). Notre livre-guide de randonnée proposait une balade de 22 kilomètres aller et retour jusqu’à
Maori Saddle Hut depuis le départ sur la highway 6, faisable en une journée. Nous avions décidé de dormir à
Maori Saddle Hut et donc de faire une dizaine de kilomètres dans l’après-midi. Nous partons donc d’un pas
décidé après avoir empaqueté toutes nos affaires pour
le dîner, la nuit et le petit-déjeuner et bien caché nos
affaires dans le van parce qu’on laisse ce dernier sur un
petit parking désert au bord de l’autoroute. Certes, les
voleurs doivent bien savoir que les touristes laissent
toutes leurs affaires personnelles (et coûteuses) dans
leur véhicule mais ça nous rassure quand même !
On est plutôt contents d’entamer cette balade qui ne
promet pas d’être magnifique mais qui semble toutefois intéressante, d’autant plus que l’on bénéficie d’un
magnifique soleil. Cependant, on déchante assez rapidement, d’accord, il fait beau et chaud mais dans la
forêt où se passe le début de la balade, rien n’a eu le
temps de sécher en seulement une demi-journée. Le
guide de randonnée précisait que la première partie
pouvait être boueuse et humide et ce n’est rien de
le dire ! En deux minutes, on a les pieds trempés, on
glisse dans la boue et il faut parfois contourner le sen-
tier devenu un petit ruisseau. La progression est plus
que lente : malgré le fait que j’ai les chaussures détrempées, je ne peux m’empêcher d’essayer de trouver
un chemin plus sec. Ce qui est stupide, il faut le reconnaître ; puisque j’ai les pieds mouillés, qu’est-ce que
ça change de les replonger dans l’eau ? Le chemin ne
nous aide pas non plus : il faut parfois éviter des arbres
tombés en travers, passer sur des rochers lisses et glissants, se faufiler entre deux troncs …
Bref, je suis de mauvaise humeur assez rapidement et
je commence à en avoir marre peu de temps après le
départ, la patience n’étant pas ma première qualité.
Mon ras-le-bol (et celui de Sylvain) et la crainte de ne
pas être arrivés à Maori Saddle Hut avant la nuit nous
poussent à nous arrêter à Blowfly Hut (appelé également Blue River Hut), située à seulement trois kilomètres de notre point de départ ! On aura mis tout de
même 1h30 à les parcourir, soit environ le double de ce
que l’on met habituellement. Les derniers mètres avant
la hutte nous offrent un dernier cadeau typiquement
néo-zélandais : un passage dans un trou d’eau. Il y a
bien quelques cailloux censés nous épargner les désagréments aquatiques, mais ils sont sous l’eau ! Bref, on
se déchausse et on arrive pieds nus à la hutte qui est
très mignonne avec sa cheminée, sa petite terrasse et
son poêle à bois. La rivière n’est pas très loin et il doit
être agréable de s’y baigner en été (enfin, si toutefois
un été chaud et sec existe dans ce coin du monde !).
On part à la recherche de bois pour le feu après avoir
suspendu nos chaussures et chaussettes. Sylvain ne
trouve rien de plus malin que de fendre du bois pieds
nus. C’est vrai, ça doit être tellement simple de chercher du secours au milieu de la forêt sans réseau téléphonique ! Il ne se fend pas d’orteils mais il faut bien
le dire : il ne fend pas beaucoup de bois non plus ! De
mon côté, je n’essaie même pas : la masse émoussée ne
laisse présager rien de bien utile, je préfère ramasser
du bois plus fin mais qui rentre dans le poêle. Tant pis,
ça fera bien l’affaire pour cette nuit et on en laissera
également pour les prochains visiteurs.
Comme on est arrivé vers 15h30, ça nous laisse plein
de temps pour … et bien, pour ne pas faire grandchose. Ne voulant pas être trop chargée, je n’ai pas emporté l’énorme Stephen King que je suis en train de
lire ni mon carnet de bord. Bref, après avoir lu les deux
journaux locaux qui traînent et avoir fait le tour des
kermesses et mariages d’il y a deux ans, je m’ennuie
un peu. On mange donc assez tôt (moi, l’ennui, ça me
donne faim. L’activité aussi. En fait, j’ai tout le temps
faim) et on passe quelque temps à admirer le feu en
se réchauffant les pieds à la lumière d’une bougie. La
nuit n’est pas très froide, je dors plutôt bien sur mon
matelas, Sylvain est réveillé avant moi (c’est assez rare
pour être souligné) et on ré-enfile nos chaussures humides qui redeviennent trempées en moins de temps
qu’il n’en faut pour le dire pour retourner au van.
J+348 — Haast Pass
Après nos aventures humides sur le Haast-Paringa
Cattle Track nous étions heureux de retrouver le
confort du van et d’ôter nos chaussures trempées, enfin.
Nous reprenons la route pour rejoindre le petit village
de Haast et faire le plein d’essence à un prix indécent.
On en profite aussi pour payer notre nuit en hutte au
visitor centre. 5$/personne, soit 3 €, soit trois fois rien.
On peut dire que ça au moins c’est bon marché.
Nous remontons dans la voiture et montons le col
de Haast. La route du col est actuellement dans un
état plutôt mauvais. Un glissement de terrain il y a
quelques mois en a emporté une bonne partie. Depuis,
à chaque fois qu’il pleut elle est à nouveau ensevelie
sous des centaines de tonnes de roches et graviers, et
fermée pendant plusieurs jours le temps de nettoyer
tout cela. Et même après cela, la route n’est pas sûre :
elle n’est ouverte que la journée et des risques subsistent : le mois dernier le van d’un couple de canadien
a été projeté au fond de la gorge par un nouveau glissement de terrain pendant des pluies torrentielles. Une
chute fatale de 80 mètres.64 Peu rassurant. Mais aujourd’hui il ne pleut pas et nous sommes en bonne
compagnie : les ouvriers qui travaillent tous les jours
à refaire la route font la circulation. En effet il faut attendre 15-20 minutes entre chaque convoi sur l’endroit
le plus fragile de la route, et une seule voiture doit passer à la fois. On attend donc notre tour en discutant
avec les ouvriers. On se demande quand même si le
fait de ne faire passer qu’une voiture à la fois ne serait
pas pour limiter les pertes en cas de glissement de terrain… Du coup on n’est pas si rassurés que ça quand
même.
64. http://www.nzherald.co.nz/nz/news/article.cfm?c_id=1&objectid=11206211
Mais heureusement rien ne se passe, la route ne
s’écroule pas et on peut continuer notre chemin vers
le col de Haast. Nous faisons quelques arrêts en route,
car on peut faire un court détour depuis le bord de
la route pour admirer des chutes d’eau. Mais le plus
intéressant c’est bien les « Blue pools » qui comme le
nom l’indique est le confluent d’une rivière d’un magnifique bleu turquoise. Et cette fois nous ne sommes
pas déçus, et ça rattrape bien notre grande déception à
Hokitika Gorge !
Nous terminons la journée sur la rive du lac Matukituki, à côté de la ville de Wanaka. Encore un paysage
loin d’être désagréable…
J+349 — Le temps s'égrène inlassablement
sur les rives du lac-diamant
Les jours passent, les uns après les autres, avec plus
ou moins de surprises et de monotonie. Nous sommes
lundi, une semaine de plus vient de s’écouler. Dans
deux semaines nous reprendrons l’avion pour la
France, terminant notre périple d’un an. Mais on n’y
pense pas vraiment, en tout cas pas encore. Pour
l’instant nous essayons de profiter des magnifiques
paysages de la Nouvelle-Zélande entre deux averses,
entre deux nuages, entre deux journées de grisaille.
Aujourd’hui la journée commence bien : il ne pleut
pas. Non pas qu’il fasse soleil, ça serait trop en demander, mais simplement il ne pleut pas, et les nuages sont
encore hauts. Parfois un rayon de soleil arrive même
à percer l’indicible plafond gris qui nous surplombe.
Voilà un temps qui nous pousse à partir avec entrain
sur le sentier de notre première balade de la journée :
l’ascension du petit sommet de Rocky Mountain, audessus de Lake Diamond.
On grimpe un peu avant de rejoindre la rive du lac,
où l’on croise des toilettes installées là par le DOC.
Le souci de préservation de l’environnement est à ce
point : ici on met des toilettes le long des sentiers pour
éviter de transformer le lieu en décharge à ciel ouvert.
On continue ensuite à monter via des escaliers aménagés en bois, et on arrive à un point de vue où un couple
allemand profite de la vue sur le lac Matukituki entouré des montagnes de Wanaka. Ils auraient tort de se
priver.
On quitte les arbres pour rejoindre des prairies subalpines et inaugurer nos premiers pieds mouillés de
la journée. L’herbe qui semble sèche et jaunie, est en
réalité une éponge spongieuse qui engloutit nos pieds.
Mais ça va une fois qu’on s’est fait avoir une fois on est
prudents, alors nos pieds ne sont que légèrement humides. On parvient au sommet. La vue est magnifique,
évidemment.
Pour faire une boucle nous choisissons de redescendre
par le sentier du versant ouest, plutôt que celui de l’est
d’où nous venons. Sauf que le versant ouest doit recevoir beaucoup moins de soleil, visiblement. Nous devons crapahuter dans des rochers et ruisseaux quasiment à la verticale avant de descendre en lacets dans
la boue. Ça glisse mais on passe sans trop se casser la
gueule. On retrouve le bord du lac puis le parking et le
van et nous reprenons la route.
Notre seconde destination aujourd’hui c’est Rob Roy
Glacier, 40 kilomètres plus loin sur la route gravillonnée. La route était notée comme un peu chaotique
avec quelques passages de ruisseaux tranquilles, bon
on s’est dit ça doit passer, on va bien voir. Sauf que 10
kilomètres plus loin les rayons de soleil ont disparu.
10 kilomètres de plus et le temps doux mais nuageux
a fait place à une pluie torrentielle qui tombe à
l’horizontale. Comment est-ce possible ? Facile : le
vent est déchaîné. On arrive donc à la première traversée de ruisseau sous une tempête de pluie. Le ruisseau
est évidemment déjà un torrent, et même sans ça, la
« route » est en réalité composée d’un lit de gros galets. Si le ruisseau avait été à sec on ne serait sûrement pas passés sans taper le bas de caisse de la voiture du location, mais là, c’est carrément impossible.
Je descends quand même pour aller voir de près : on
vient de faire 30 kilomètres déjà quand même. En 30
secondes je suis trempé jusqu’aux os et je constate que
les gros galets de la route sont glissants : c’est impraticable sans 4x4, et encore, on courrait le risque de voir
le torrent devenir trop profond et trop puissant et rester bloqués plusieurs jours de l’autre côté.
On a cessé de compter les renoncements forcés de ce
genre, on a l’impression qu’il y en a tous les jours.
C’est déprimant. On repart sur la route et 10 kilomètres plus loin le beau temps est de retour, comme si
la météo avait décidé de nous empêcher de passer làbas, mais pas de problème pour faire de la route sous le
soleil, vous pourrez juste pas faire les randos prévues.
Rage. Désespoir. Et tout le reste.
Alors de la route on en fait. On revient à Wanaka, on
s’arrête faire quelques courses et on repart sur le bitume. On traverse un col alpin à plus de 1.000 mètres,
ça grimpe fort, on voit même un peu de neige. On
s’arrête à Arrowtown, où une autre balade était prévue, Sawpit Gully. Mais le temps et les frustrations
de ces derniers jours nous tapent sur le moral. On
s’engueule, on ne peut plus se voir en peinture. Pour se
changer les idées on décide de faire la boucle chacun
de notre côté, dans le sens inverse de l’autre.
Il pleut. Il fait gris. Je suis un peu déprimé et énervé,
mais je ne sais même plus pourquoi. Je pense que vivre
24h/24 et 7 jours sur 7 l’un sur le dos de l’autre mène
irrémédiablement à des situations comme celle-ci.
Le sentier grimpe le long d’une gorge au fond de laquelle des 4x4 traversent sans cesse la rivière de berge
en berge pour remonter la gorge jusqu’à un camping
plus loin : c’est l’attraction tout-terrain du coin. Heureusement il est déjà un peu tard et le flot de 4x4 cesse
bientôt. Heureusement car sans ça la gorge est assez
chouette, malgré la grisaille.
Puis suivent des lacets dans la montagne et enfin
d’interminables enjambements du ruisseau qui dé-
borde. Encore une fois je ne garde pas les pieds secs
bien longtemps. Je m’enfonce dans l’eau jusqu’à mimollet à certains endroits. Finalement je croise Anne
et débarque sur un large plateau à la végétation jaunie
et saturée d’humidité. Il ne reste plus qu’à redescendre
par l’autre versant dans la boue glissante sous les sapins.
Il ne reste plus qu’à se retrouver au van, se changer
pour des vêtements secs et reprendre la route pour
trouver un camping pour la nuit.
J+350 — Le sommet-clé, celui qu'il ne faut
pas manquer
Nous commençons ce mardi avec 200 kilomètres
d’autoroute pour rejoindre Te Anau, petite ville touristique, dernière étape de la civilisation avant
d’atteindre Milford Sound, première attraction touristique du pays, située dans une impasse à 120 kilomètres de là. Il y a pire comme autoroute vu les paysages qui se déroulent autour de nous, malgré les détours effectués pour contourner les montagnes. Nous
faisons une pause et quelques courses à Queenstown,
puis en arrivant à Te Anau on va au visitor centre du
DOC pour se faire rembourser notre nuit à Welcome
Flat Hut, annulée à cause des mauvaises conditions du
sentier pour s’y rendre.
C’est là que nous prenons la Milford Rd, qui après nous
faire longer le lac Te Anau nous emmène dans une
longue et superbe vallée cernée de pics plus majestueux les uns que les autres.
Notre balade de la journée, Key Summit, commence
sur le parking de « The Divide », point de départ de la
Routeburn Track, une des neuf Great Walks du pays.
Résultat : le sentier est une véritable autoroute : large,
bien tracé, et même gravillonné, avec ponts et aménagements pour tous les passages difficiles. Rien à voir
avec le joyeux chaos rencontré sur le Paringa Cattle
Track par exemple, où il fallait parfois quitter le chemin, coupé par des chutes d’arbre, pour traverser une
végétation incroyablement dense en espérant ne pas
se perdre. Pourquoi une telle différence entre ces deux
sentiers ? Les huttes du Routeburn coûtent 54$ par nuit
et par personne, contre seulement 5$ pour celles du
Paringa Cattle Track. Bon on ne va pas se plaindre,
pour une fois qu’on n’a pas les pieds mouillés. Et puis
le paysage vaut probablement le prix…
Signe que le lieu est touristique, juste avant d’arriver
au sommet nous croisons des toilettes, qui sont probablement les toilettes avec la plus jolie vue du pays.
Bon il manque juste une vitre pour profiter de la vue…
Mais on pourrait dire qu’à ce moment-là ça manquerait d’intimité.
Une fois au sommet un petit lac d’altitude nous gratifie
d’un joli miroir des impressionnants sommets qui nous
entourent, comme Mt Christina et ses plus de 2400
mètres. Une petite boucle au sommet nous emmène
sur le petit plateau, à zigue-zaguer entre les tarns.
Nous pouvons apercevoir au loin notre destination du
lendemain, Lake Marian, entouré de pics enneigés.
Dire que le coin est superbe est un euphémisme. À 360
degrés les montagnes aux découpes brutales se dessinent à l’horizon. Sublime.
Il ne nous reste plus qu’à redescendre tranquillement
sur le sentier en croisant quelques randonneurs chargés comme des baudets pour rejoindre la première
hutte de la Routeburn avant la nuit.
Nous regagnons le van et un camping pour la nuit, sis
dans la vallée, au pied des chaînes de montagnes, au
bord d’une forêt à moitié inondée. Pour 6$ la nuit par
personne il n’y a pas de douche chaude mais le paysage vaut le coût !
J+351 — Milford Sound, mais sans croisière
-5°C cette nuit. Cela se voit : le sol est gelé et un épais
brouillard froid nous enveloppe au réveil. Mais après
quelques minutes le ciel se dégage et avec le paysage
qui s’offre à nous on pourrait tout pardonner à ce froid
qui mord les doigts quand on va prendre de l’eau à la
rivière pour faire la vaisselle. Mais l’eau est si froide
que le produit vaisselle ne marche pas, la vaisselle
reste grasse et sale. On doit alors faire réchauffer l’eau
sur le gaz pour terminer la vaisselle. On se console
avec les couleurs du soleil qui se lève et la vue magnifique qui se déroule devant nous.
Nous rejoignons Hollyford Rd, qui est fermée à la circulation après un glissement de terrain, mais on peut
quand même parvenir jusqu’au parking du départ de
la balade vers Lake Marian. Nous commençons par traverser un pont suspendu au-dessus d’une rivière turquoise. Probablement un signe de la température très
fraîche de l’eau.
Après avoir vu les Marian Falls qui ne sont que
quelques rapides sur la rivière, le chemin perd ses plateformes en bois et ses gravillons pour adopter un
style plus néo-zélandais : un sentier étroit qui serpente
dans la forêt, où il faut sauter par dessus des torrents,
jonché de racines qui rendent la progression lente et
ardue, particulièrement quand la boue fait son apparition. Et c’est sans compter les passages dans des glissements de terrain où un panneau indique qu’il ne faut
pas s’arrêter à cause du risque de chute de pierre. Nous
grimpons ainsi pendant deux heures en escaladant les
rochers et en essayant de retrouver le sentier à chaque
glissement de terrain. Sans oublier de faire attention :
à l’endroit d’un glissement de terrain le sentier balisé
débarque sur une falaise abrupte de 3 mètres de haut :
le sentier a été emporté, balayé, disparu, il faut donc
trouver un chemin pour descendre et remonter. Nous
finissons par arriver au bord du lac, bordé de toilettes,
décidément la civilisation n’est jamais très loin. La vue
sur le lac est chouette, on reste un peu avant de se refroidir avec l’altitude et reprendre le sentier dans le
sens inverse et redescendre au parking.
En voiture nous atteignons le Homer Tunnel, seul
point de passage dans le mur vertical de 500 mètres
de haut qui coupe la vallée en deux. L’hiver la route
est souvent coupée à cet endroit où des avalanches
bouchent l’entrée du tunnel, isolant définitivement le
Milford Sound. Le tunnel étant à sens unique il faut patienter que le feu nous donne l’autorisation de passer,
après que les voitures venant de l’autre côté aient terminé la traversée de 1000 mètres.
En débarquant de l’autre côté le paysage est magnifique, et particulièrement impressionnant. Nous
sommes entourés de falaises rocheuses qui sont de
véritables murs, immenses et impénétrables. Difficile
d’imaginer ainsi les constructeurs du tunnel qui devaient escalader cette paroi verticale tous les jours
pour reprendre le travail. Incroyable.
Après un passage par The Chasm, une gorge étrange
aux formes arrondies et creusées par le torrent, nous
atteignons enfin Milford Sound et son parking rempli
de centaines de voitures et bus. Nous faisons les minibalades de quelques minutes qui sont proposées ici,
mais rien d’intéressant. Tout le monde vient ici pour
faire la croisière en bateau : quelques dizaines de minutes au milieu de la baie pour un tarif exhorbitant. Ça
ne nous tente pas plus que ça, du coup on ne trouve
pas trop vraiment d’intérêt au lieu. Ce qui ne fait que
confirmer le proverbe qui dit que ce qui compte dans le
voyage ce n’est pas la destination mais le trajet. C’est
particulièrement vrai ici : la route est sublime et fait
traverser des paysages et lieux extraordinaires. Mais le
Milford Sound lui-même ? Plutôt décevant.
Comme nous sommes au bout de l’impasse que représente la route de Milford, on repart dans l’autre sens,
nouvelle occasion d’admirer le paysage. Après avoir
re-traversé le tunnel nous nous arrêtons sur un petit
parking pour notre seconde balade du jour : Gertrude
Saddle. Ou plutôt Gertrude Valley, car le col (saddle en
anglais) n’est probablement pas praticable sans crampons vu la neige sur les versants alentours. Pas grave
ça nous épargne une ascension d’un mur rocheux de
500 mètres de haut, ça nous reposera.
Sauf qu’avant même de rejoindre le panneau indiquant
le début de la rando le terrain est déjà miné : une
flaque d’eau large de 200 mètres et profonde de 30 à 40
centimètres nous barre le début du sentier. Bon c’est
pas grave, c’est sûrement parce qu’on est dans une cuvette au pied des montagnes, ça ira mieux après.
Mais après avoir traversé une dune, et après à peine 50
mètres, se dresse une rivière d’un bleu profond. Très
jolie certes, mais sûrement glaciale. La bonne nouvelle c’est que le DOC a pensé à y ériger un pont. La
mauvaise nouvelle c’est que le pont est sous le niveau
de l’eau. Ah. Bon bah c’est parti pour la trempette,
en croisant les doigts pour ne pas tomber dans l’eau
froide.
Après cette traversée et vu que le sol est composé d’un
agréable sable fin je reste pieds nus et continue la pro-
gression. Nous parvenons après 100 mètres dans une
petite forêt. Puis une clairière avec des herbes hautes.
Le sol semble correct. On remet les chaussures. Trois
pas plus loin : sploutch sploutch. Le sol est en réalité très spongieux. On s’enfonce de plusieurs centimètres dans le sable humide. On se re-déchausse. On
progresse de 200 mètres dans l’eau froide puis dans
le sable légèrement tiède, chauffé par le soleil. Finalement on constate que le sentier ne fait que suivre le lit
d’un ruisseau, et le sable fait place à des cailloux. Ainsi marcher pieds nus devient compliqué. Malgré notre
détermination sans faille (ça fait 45 minutes qu’on bataille pour peut-être 500 mètres de parcourus) on décide de renoncer. Vu les paysages à couper le souffle
qui nous attendaient plus loin nous sommes passablement démoralisés. Mais là c’est clairement pas possible
pour nous.
Si les néo-zélandais acceptent de marcher des heures
avec les pieds trempés, on n’en est pas encore là. Ou
alors on commence juste à en avoir marre. En tout cas
pour nous la barrière psychologique des pieds froids et
mouillés n’est pas franchie. Les randonneurs néo-zélandais seraient-ils des super-héros qui ne sentent pas
le froid et l’humidité ? !
Nous reprenons la voiture pour rejoindre le camping
d’Henry Creek pour la nuit, le dernier avant la ville, au
bord du lac Te Anau.
J+352 — Luxmore Hut, un petit bout de
Kepler
Je traîne des pieds, je mets du temps à me décider,
j’hésite et remets à demain. Il ne reste plus qu’une douzaine de jours à raconter, mais je fais traîner. C’est
qu’en réalité quand j’aurai terminé de raconter ce
voyage, il sera vraiment terminé, pour de bon. Et j’ai
du mal à m’y résoudre. Cela explique en partie pourquoi je mets plus de temps à écrire ce récit qu’à voyager réellement. Mais ma lenteur à écrire s’explique
également par l’intensité de ce mois passé en
Nouvelle-Zélande, avec chaque jour des paysages magnifiques et des randonnées exceptionnelles. C’est très
dense et à chaque fois que je me replonge dans mes
souvenirs pour raconter une journée de plus tout m’est
incroyablement familier et proche, comme si c’était
encore hier.
Niveau intensité cette journée du jeudi 24 octobre 2013
n’est pas mal placée. Nous devions faire une partie du
Kepler Track, sentier de grande randonnée de 60 km
normalement réalisé sur 4 jours. Pour cela il faut juste
s’acquitter de 3 nuits en hutte, à 54$ la nuit ce n’est pas
donné pour dormir en dortoir avec des touristes qui
ronflent. Mais faire une partie de cette rando sur une
journée c’est gratuit, et ça tombe bien car dans notre
agenda serré on n’a pas le temps de faire 4 jours de
rando au même endroit. Notre plan pour ce jour est
donc de partir du parking à côté de Te Anau pour rejoindre Luxmore Hut, première étape du Kepler Track
et redescendre tranquillement.
Notre bouquin de randonnée (202 Great Walks in New
Zealand) nous indiquait une balade de 18 kilomètres
pour 7 à 8 heures aller-retour avec une ascension de
1.000 mètres. C’est pas mal mais ça nous semblait réalisable. Jusqu’à ce qu’on arrive au parking, où le panneau indique que la distance du parking à Luxmore
Hut est en réalité de 14 kilomètres, soit 28 kilomètres
aller-retour. Ce n’est pas la première fois que ce livre
donne des infos très hasardeuses et de mauvaise qualité, je suis déçu mais bon il en faut plus pour nous
décourager. On part donc pour grimper 14 kilomètres,
des rives du lac Te Anau aux crêtes désertiques du Mt
Luxmore.
Le temps est frais mais il ne pleut pas, et malgré que le
sentier soit parfois un peu humide cela reste gérable,
les premiers kilomètres sont même gravillonnés, et le
chemin est bordé de rigoles visant à drainer l’eau de
pluie pour ne pas transformer le sentier en bain de
boue. Alors c’est moins joli et agréable qu’un petit sentier discret mais au moins c’est tranquille, et c’est là
qu’on apprécie l’aménagement des Great Walks. On
progresse donc rapidement dans la forêt, c’est facile et
relativement plat. On rejoint un camping de randonnée au bord du lac (avec toilettes sèches et abri pour
faire la cuisine, pas mal), et juste après les choses commencent à devenir légèrement différentes.
Si des sources jaillissent d’entre les racines des arbres
qui jalonnent le sentier, ce n’est pas un problème grâce
aux tranchées creusées, mais le problème c’est plutôt
l’ascension : ça grimpe fort, et ça ne semble jamais
vouloir s’arrêter. On se fait dépasser par une joggeuse,
on se dit que vraiment ces néo-zélandais sont fous :
comment peut-on courir en montée, pendant près de
10 kilomètres ? ! Il faut être maso.
Les lacets s’enchaînent sans fin et puis peu avant la
traversée d’une petite falaise à l’aide d’un escalier on
croise une équipe du DOC qui creuse des tranchées,
mais en rejetant la terre sur le chemin, probablement
pour lutter contre l’érosion. Mais cela a pour effet de
transformer le chemin en magma boueux et glissant.
Bon on a vu pire, et on surmonte l’épreuve sans souci, et quelques kilomètres plus loin on voit enfin une
trouée dans l’épaisse forêt de lichens qui ressemblent
à de la barbe à papa verte. Ça y est on dépasse enfin le
bushline, cette ligne de démarcation entre forêt et végétation sub-alpine. En sortant de la forêt protectrice
un autre élément nous ralentit : le vent.
Certes les paysages sont magnifiques, à couper le
souffle, mais ce qui nous le coupe également ce sont les
bourrasques qui nous empêchent d’avancer. Le vent
est si fort que nous sommes souvent déséquilibrés
quand nous essayons d’avancer, et que parfois il réussit à nous faire reculer de trois pas quand nous venons
d’en faire un. Ce combat est épuisant et c’est avec soulagement que nous apercevons enfin Luxmore Hut, nichée à flanc de montagne.
La hutte est vide, déserte, aucun des 60 lits n’est occupé. Nous profitons de notre solitude pour manger et
nous reposer sur les banquettes dans la salle collec-
tive, qui est probablement la cantine avec la plus belle
vue du monde. Ah si j’avais eu ça au lycée, je serais
plus souvent venu en cours… Dans le refuge la température est encore douce, probablement le résultat du
poêle qui a été allumé ce matin par les randonneurs.
Même éteint depuis plusieurs heures il rayonne encore
légèrement. La chaleur nous berce et pour peu nous
pourrions bien faire une sieste réparatrice.
Mais il n’en est pas question, car nous voulons aussi
explorer une grotte proche d’ici. À 10 minutes de la
hutte se loge donc Luxmore Cave, trou sombre et inattendu dans le flanc de la montagne. Il faut s’enfoncer
dans les profondeurs à la lumière de la torche, en faisant attention au ruisseau qui passe sous nos pieds, et
surtout à ne pas toucher les parois, stalactites et autres
formations qui ont mis des milliers d’années à se former et pourraient être détruites au contact des germes
et bactéries présentes sur notre peau.
Nous ne sommes pas très rassurés, c’est notre première exploration de grotte, et s’enfoncer ainsi dans
un espace exigu, sombre et inquiétant. Un endroit où
notre seule survie est assurée par une petite torche. De
ce fait nous n’irons pas plus loin que quelques cen-
taines de mètres, mais nous sommes quand même ébahis par la beauté du lieu et la possibilité de l’explorer
sans aucun équipement. Un vrai plaisir.
De toutes manières le temps commence à se faire pressant, étant donner qu’il est déjà 15h20 et qu’il nous
faut encore 3 à 4 heures pour redescendre jusqu’au
parking. On se remet ainsi en route mais cette fois le
vent est dans notre dos, la marche est bien plus facile.
Nous croisons les premiers marcheurs qui vont passer
la nuit à Luxmore Hut et entamons une descente en forêt qui semble ne jamais vouloir finir. Puis finalement
nous parvenons au camping du bord du lac, signe qu’il
ne reste plus qu’une poignée de kilomètres de plat
avant de retrouver le van. Nous passons quelques instants pour manger une barre de céréales et admirer le
lac et surtout écouter le bruit de ses vagues, si grosses
qu’on se croirait presque en bord de mer.
Après 8 heures de marche nous retrouvons la voiture,
bien soulagés de pouvoir nous asseoir et nous reposer
enfin, après cette randonnée-marathon.
Nous reprenons la route vers le camping de Lake Monowai, un peu plus au sud, en repensant déjà avec nos-
talgie aux paysages de la journée, des souvenirs qui je
l’espère nous suivront toute notre vie…
J+353 — Grottes et manchots dans les
Catlins
Après notre super-rando d’hier on profite d’une journée un peu plus tranquille en faisant la grasse mat'.
Mais ce n’est pas une raison pour ne rien faire. Pour
continuer notre aventure grotte d’hier on va aujourd’hui tenter une traversée des Clifden Caves, un
système souterrain censé être particulièrement accessible. Il est normalement possible de commencer à
l’entrée 1 et de ressortir à l’entrée 3, soit 1,5 kilomètre
de tribulations souterraines. Même si en réalité à vol
d’oiseau il n’y a que 300 mètres entre ces deux points.
L’avantage c’est que c’est une grotte très connue, et visitée depuis plus d’un siècle. Ainsi une carte indique
le parcours à effectuer et à l’intérieur des catadioptres
indiquent le sens à suivre pour atteindre l’autre bout.
Aucun risque de se perdre ou de rester coincé, ce qui
nous rassure beaucoup.
À l’intérieur certains passages sont délicats, il faut
un peu se tordre et crapahuter entre les rochers dans
d’étroits passages pour continuer. Mais ce ne sont que
de très courts passages, pas de quoi réveiller une quelconque claustrophobie chez nous. La plupart du temps
nous déambulons dans de très hauts couloirs ou
d’immenses salles souterraines, laissant apparaître de
magnifiques formations. Évidemment en photo ça ne
rend absolument rien. Sans compter que pour pouvoir
crapahuter en toute tranquillité je n’emmène pas
l’encombrant et fragile appareil photo mais me
contente de la fonction photo de mon téléphone.
Hélas les parois sont parfois recouvertes de graffitis,
les plus anciens remontant même à 1890. C’est
l’inconvénient du lieu très accessible, situé au bord de
la route, et particulièrement connu.
Nous arrivons finalement sur un bassin rempli d’eau
qu’il nous semble impossible de traverser sans nager.
On renonce donc à ce point-ci et retraçons notre chemin, malgré le fait que le guide et la carte de la grotte
indiquent qu’il est possible de passer ce bassin en marchant sur le bord, on ne voit aucun passage. Probablement que l’eau est plus haute qu’en été, car visiblement tous les guides de la Nouvelle-Zélande ont été
écrits par des personnes n’ayant visité le pays que durant de longues périodes de sécheresse vu le décalage
entre leurs récits et notre expérience.
Nous ressortons un peu sales et boueux, et surtout
forts de quelques nouvelles bosses. On reprend la voiture jusqu’à Invercargill pour prendre notre troisième
douche néo-zélandaise, faire le plein de provisions (et
de pizza !) avant de nous diriger sous de multiples
arcs-en-ciel jusqu’à Curio Bay. L’occasion pour nous
de voir enfin des manchots, après nos nombreuses tentatives ratées en Tasmanie. Nous assistons donc à la
marche de deux manchots antipodes (yellow-eyed penguins) débarqués de l’océan pour aller se cacher dans
les rochers pour s’occuper de leur progéniture.
Nous quittons la plage de rochers glissants après une
chute mémorable, le froid commence à nous engourdir,
nous n’avons pas le courage de rester attendre d’autres
manchots. Il ne reste plus qu’à rejoindre le van et gagner un camping pour la nuit à quelques encablures de
là.
J+355 — Du soleil à la tempête de neige, au
lac Ohau
Après notre rencontre avec les manchots nous faisons
une journée tranquille, on en profite, vu qu’on a deux
jours d’avance sur notre planning de ministres du
voyage. À Jack’s Bay une petite promenade nous emmène à un énorme de trou de 55 mètres de haut sur
150 mètres de large, avec la mer au fond. Sauf que nous
sommes au milieu des moutons, dans un pré, à plusieurs centaines de mètres de la mer. C’est un endroit
intéressant mais pas époustouflant non plus. Nous tentons de rencontrer des lions de mer à Surat Bay où ils
sont réputés venir se prélasser sur le sable, mais nous
ferons choux gras. Pas de lions, et encore moins de
lion de mer. Juste du vent, du sable, de l’eau salée et
quelques promeneurs. On met à profit cet échec pour
faire une lessive à Balclutha avant de repartir pour un
camping pour la nuit.
Le lendemain nous abordons les alpes du sud par la
face est. Pour nous rendre à Lake Ohau, grand lac bleu
turquoise niché entre les montagnes nous devons traverser quelques crêtes et notamment le col de Lindis
ou malgré l’altitude de seulement 900 mètres un mince
manteau neigeux recouvre les abords de la route, au
milieu de touffes d’herbe jaunie.
Le paysage est très joli à cet endroit, mais il y fait aussi
plutôt frais malgré le soleil bien présent. Mais on se
dit qu’il est encore tôt et que la journée sera belle et
chaude.
Nous arrivons donc à Lake Ohau, dont la couleur est
effectivement complètement surréaliste, résultat des
eaux de fonte des neiges qui descendent des montagnes qui l’entourent.
Notre rando du jour s’appelle Freehold Creek et suit
le torrent du même nom. Selon notre livre de rando
elle doit faire 12 kilomètres pour 4 heures aller-retour,
mais on commence à se méfier de ce livre depuis qu’il
oublie de mentionner jusqu’à 10 kilomètres de parcours supplémentaire, sans compter les affreuses
cartes moches et tellement petites qu’elles s’en révèlent complètement inutiles.
On prépare nos sacs, quelques sandwichs pour ce midi,
on part marcher et on s’arrête après 400 mètres, pour
profiter d’une belle vue sur le lac pour manger nos
sandwichs. À cette allure on n’est pas arrivés c’est sûr,
mais autant profiter du soleil tant qu’il y en a !
Quand nous repartons une neige très légère et éparse
commence à tomber. Un kilomètre plus loin le sentier
s’avère passer dans une prairie inondée, sous plus d’un
mètre d’eau. On cherche à contourner, on se mouille
les pieds, mais la végétation est trop dense on ne passe
pas. On rebrousse un peu chemin et on emprunte un
large chemin tracé à coup de bulldozer. C’est un chemin VTT, une partie du célèbre « Alps 2 Ocean » taillé
pour les touristes : 300 kilomètres de chemin tranquille
et bien tracé réservé aux plus fortunés. En effet la première étape commence par 5,3 kilomètres de pédalage,
puis d’appeler un hélicoptère pour qu’il charge votre
vélo (et vous-même) et vous fasse traverser une moraine sur 5 kilomètres. Je vous laisse imaginer le prix.
Plus loin nous devons quitter le gros chemin pour un
petit sentier, qui après 50 mètres nous mène à une véritable pataugeoire : le sol est saturé d’eau, et quand le
sentier n’est pas un ruisseau, nos pas s’enfoncent dans
un sol-éponge qui sploutch-sploutch. On cherche un
détour et on arrive à ne pas trop se mouiller les pieds.
Plus loin ça va mieux, nous gagnons les sous-bois, le
sentier est correct, même si parfois entre deux racines
un trou laisse apercevoir et entendre une véritable rivière qui coule à quelques centimètres sous terre et
se met à apparaître et disparaître d’un rocher ou d’un
arbre à l’autre.
L’ascension est modérée mais continue et ne nous
laisse pas de repos. Parfois nous devons traverser des
éboulis et pierriers qui nous exposent à la neige, au
vent et au froid. Nous parvenons finalement à l’orée
du bois, au-dessus de la bushline, où un paysage magnifique nous accueille. Enfin on le devine magnifique
car avec la neige et le brouillard nous faisons principalement face à un mur blanc. Mais ce qu’on peut en voir
est plus qu’agréable.
Un tuyau marque l’emplacement d’une source d’eau
pure (et très fraîche) pour le campement situé un peu
plus bas, à l’abri des arbres. Et effectivement on sent
la protection que nous apportait la forêt : ici le vent
souffle fort et la neige nous fouette le visage. Le sentier
semble à nouveau inondé, puis plus loin même enneigé. On décide donc de s’arrêter ici et redescendre avant
que la neige ne tombe plus fort et ne rende notre retour trop difficile.
Et effectivement en retrouvant en contrebas le chemin
pour VTT la neige se fait plus épaisse, plus importante,
et la température se fait bien plus froide. Le chemin est
devenu boueux et glissant et nous commençons à nous
transformer en bonshommes de neige. La neige colle
et nous refroidit. Nous sommes trempés et grelottants
quand nous arrivons à la voiture, où la neige s’arrête
soudainement pour laisser place à un beau soleil bien
chaud.
Heureusement le chauffage de la voiture nous réchauffe et nous sèche, nous amenant à un doux réconfort quand nous atteignons une aire de repos au
bord de la route de Twizel, où nous passerons une
nuit confortable malgré la température négative à
l’intérieur et à l’extérieur du van.
J+356 — Aoraki Mt Cook : des montagnes,
des glaciers et de la neige…
La journée s’annonce bien : soleil et grand ciel bleu
nous accueillent et alors que nous longeons le lac Pukaki en direction du parc national d’Aoraki Mt Cook
nous pouvons admirer les cîmes enneigées des alpes
qui se découpent sur l’horizon. C’est annoncé : rien
ne pourra nous contrarier aujourd’hui, pas même les
moutons qui bloquent la route et retardent notre arrivée.
Au Visitor Centre on apprend que notre projet de monter les 1.000 mètres d’altitude jusqu’à Mueller Hut va
s’avérer compliqué, à moins d’avoir crampons et piolets et de traverser des couloirs d’avalanche. La faute
aux chutes de neige des derniers jours, inhabituelles en
ce mois d’octobre. Il y a même de la neige dans le petit
village où se situe le Visitor Centre et quelques hôtels.
Comme on est équipés comme des touristes plutôt que
comme des alpinistes on va se rabattre sur notre plan
de repli, car désormais on a toujours un plan de repli
pour ne pas avoir fait des kilomètres pour rien.
Le plan est simple et infaillible : une petite balade toute
simple, quasiment plate, dans Hooker Valley, jusqu’au
pied du glacier du même nom. Simple et sans accroc.
Enfin sans compter la neige encore fraîche, épaisse de
5 à 10 centimètres, qui recouvre le chemin et commence à fondre avec le soleil. Ainsi nous alternons
entre glissades et pieds mouillés dans la neige fondue.
D’autant plus que vu la fréquentation importante du
chemin la neige a vite fait de se transformer en boue.
Pas grave, on a connu pire !
Le chemin est parsemé de grands ponts suspendus qui
permettent de passer bien au-dessus de la Hooker River qui est alimentée par la fonte des neiges et des glaciers et qui semble grossir à vue d’œil. Malgré les pieds
trempés et froids on ne peut s’empêcher d’avancer en
direction d’Aoraki Mt Cook, le plus haut sommet du
pays, à 3.724 mètres d’altitude. Il faut dire que la vue
est si belle, avec plus de nuances de bleu qu’il ne serait possible de les nommer, que rien ne pourrait nous
arrêter dans notre balade. Rien, pas même le bruit de
tonnerre des avalanches qui se déclenchent dans les
montagnes alentour avec le réchauffement de la neige.
Nous croisons un abri de fortune, à l’intérieur duquel
il fait incroyablement froid comparé à la douceur extérieure, mais on peut dire que séjourner dans Stockings
Shelter ne doit pas être désagréable quand même étant
donner la vue qu’offre sa seule et unique fenêtre.
Enfin nous arrivons sur les berges du lac Hooker, là
où il y a quelques années seulement se dressait encore
un large et majestueux glacier. Aujourd’hui avec le réchauffement climatique la face terminale du glacier a
reculé de quelques kilomètres et fait place à un lac
peuplé d’icebergs qui craquent et s’entrechoquent.
Parfois on peut voir et entendre un énorme bloc de
glace se détacher de la face terminale du glacier et provoquer des remous dans l’eau. Puis après les remous
un craquement s’étend à tout le lac. Sinistre, inquiétant et mystérieux, comme si le lac tout entier était vivant et commençait à se réveiller.
Assis sur les rochers de la moraine nous profitons du
soleil pour réchauffer nos pieds et chaussures avant
de repartir vers le village et profiter d’une nouvelle
séance de piscine gratuite pour nos petons. Plus bas le
glacier Mueller est visible, mais semble avoir disparu
complètement. À la place d’immenses murs de cailloux
noirs marquent les moraines du glacier aujourd’hui
devenu lac. Alors qu’il y a quelques dizaines d’années
le sentier passait directement sur le glacier, aujourd’hui il faudrait parcourir des kilomètres pour le
voir de près.
Au parking nous faisons sécher chaussures et chaussettes au soleil avant de rejoindre le parking de la
Tasman Valley, quelques kilomètres plus loin. On part
faire une balade vers les Blue Lakes, mais ceux-ci sont
verts aujourd’hui en réalité et au bout de quelques centaines de mètres on se rend compte que le niveau du
lac est tellement haut que notre sentier est en réalité
sous un mètre d’eau. Forcément à un moment longer
la berge n’est plus possible et une forêt d’épines nous
barre le chemin et nous oblige à faire demi-tour, vu
que nous n’avons que peu de désir à piquer une tête
dans ces lacs de montagne.
Pas grave on prend donc le chemin de Tasman Glacier
Lake, qui doit nous emmener voir le glacier de Tasman,
le plus long du pays avec ses 27 kilomètres. C’est un
véritable monstre : 600 mètres d’épaisseur sur 4 kilomètres de large. Hélas encore une fois le réchauffement climatique travaille fort et la face terminale du
glacier est maintenant à des kilomètres de nous, laissant un large lac entre le glacier et nous. Ce lac est
apparu il y a 30 ans et fait désormais plus de 10 kilomètres de long, et ce n’est pas terminé, le glacier perdant presque 1 kilomètre par an. À ce rythme-là dans
un peu moins de 40 ans le glacier aura disparu.
Il est difficile de se rendre compte de l’immensité vertigineuse du paysage. Tout est gigantesque et lunaire.
Les icebergs échoués sur le lac donnent une idée de
la taille proprement incroyable du lieu. Un bateau touristique passe sur le lac, et à côté des icebergs il est
minuscule. Les blocs de glace sont hauts comme des
immeubles de 5 ou 6 étages. Je prends une photo de
l’hélicoptère qui survole la face terminale, de loin on
aurait dit un moucheron, mais en réalité il est si petit
qu’il est impossible de le distinguer en photo.
Plus loin les moraines désertiques forment de petits
plans d’eau aux couleurs surréalistes, et nous ne résisterons que quelques secondes à l’appel à descendre
du point de vue à travers les rochers pour rejoindre le
bord de quelques-uns de ces petits étangs turquoises.
Après pas mal de crapahutage dans les rochers on y
parvient, on fait quelques photos, on se rend compte
qu’en un kilomètre de marche nous ne nous sommes
quasiment pas rapprochés du glacier, et nous repartons vers la fin du lac où les plus petits icebergs
viennent s’échouer avant de se briser en blocs de glace
et descendre la rivière en roulant comme des billes.
Le soleil commence à disparaître derrière les montagnes, la température commence à descendre en dessous de zéro, on décide donc de rentrer passer une
nuit au camping à côté du village du parc national,
un peu cher, mais c’est le seul ici. La nuit sera froide,
m’empêchant de dormir confortablement, me réveillant régulièrement, recroquevillé en chien de fusil,
et ce malgré le sac de couchage et la couette. Malgré
tout je ne peux m’empêcher de retourner dans ma tête
les images de la journée, comme si j’étais l’acteur, le
réalisateur et le principal protagoniste d’un documentaire sur les plus beaux paysages au monde.
J+357 — Les pieds dans la neige, à mihauteur de Mueller Hut
Après une nuit particulièrement froide nous nous réjouissons de voir le soleil de retour pour nous réchauffer un peu.
Alors que nous venons de nous lever une ranger du
parc arrive au camping et gare son 4x4 en travers de
la route pour empêcher les campeurs de partir sans
avoir payé la note de 10$ par personne pour la nuit au
camping. Cela n’empêchera pas un téméraire cycliste
qui venait de finir de ranger ses affaires de quitter le
camping en faisant mine de ne rien entendre. Il faut
dire que vu le peu d’emplacements pour les tentes cela semble un peu excessif de payer autant simplement
pour planter sa tente sur une pente avec des cailloux,
sans compter sur l’attitude légèrement agressive de la
ranger. Bon nous pas de souci on avait bien payé, pas
un gros problème vu que depuis le début du mois nous
n’avons payé que 2 ou 3 nuits de camping cela reste
modique.
On se chausse (ah la douceur des chaussures et chaussettes sèches !), on charge les sacs à dos de quelques
fruits et barres de céréales et on attaque notre balade
de la journée : Sealy Tarns. Ces petits lacs d’altitude
sont à mi-chemin de Mueller Hut, et c’est la bonne
moitié, celle qui est aménagée avec escaliers etc. C’est
après Sealy Tarns que la zone présente des risques
d’avalanche et surtout un chemin non aménagé et non
signalé. C’est quand même 540 mètres d’ascension qui
nous attendent, et après un petit peu de marche tranquille on atteint le début des escaliers. Là une inscription sur la première marche annonce la couleur :
« seulement 1810 marches de plus ». OK. Pas de panique, c’est pas un escalier qui va nous arrêter. Mais
peut-être la neige alors ? Car après avoir soufflé
comme des otaries qui courent le marathon (vous avez
déjà vu une otarie courir ? Non ? Et bien cela donne
une idée de mon niveau d’endurance), et avoir gravi
les trois quarts du chemin les marches ne sont plus un
problème : elles sont désormais recouvertes de neige.
Au début ça va, des gens sont déjà passés avec des
snowshoes imperméables et il suffit d’imbriquer nos
pas dans leurs traces. Mais après quelques centaines
de mètres ils ont dû renoncer et faire demi-tour car le
sentier est vierge de toute trace. Devons-nous nous arrêter ici ou continuer au péril de notre vie jusqu’à Sealy Tarns ? Bon peut-être pas au péril de notre vie mais
au péril de nos pieds on peut dire au moins. En effet
nous on n’a pas de snowshoes, seulement des chaussures de marche fatiguées, à moitié trouées et pas du tout
imperméables. Mais pas de problème, on se décide d’y
aller.
On est quand même prudents. Ainsi dans les passages
un peu exposés où la neige semble particulièrement
épaisse et fondante nous passons chacun notre tour. Il
faut dire qu’on m’a raconté que la neige qui roule en
petites boules est un signe annonciateur d’avalanche.
Bon vu que la neige ne dépasse pas 50 à 60 centimètres
de profondeur ça ne risque pas beaucoup sur un sentier aussi large mais vaux mieux être prudent quand
même.
Nous finissons par arriver à Sealy Tarns, les pieds
trempés, mais heureux d’être arrivés jusque-là. Les
tarns sont gelés et quasiment invisibles sous la couche
de neige.
Mais quelle vue ! De Mueller Glacier à Lake Pukaki en
passant par Mt Cook ou Hooker Glacier toute la vallée
et les sommets environnants s’offrent à nos yeux pendant que nous récupérons en dévorant nos fruits. Il ne
reste plus qu’à redescendre prudemment par le même
chemin, en constant que effectivement le chemin pour
Mueller Hut n’était pas pour nous. Une seule trace de
pas dans la neige semble se perdre dans une immensité
de blanc.
Après 540 mètres de descente en faisant sploutchsploutch nous rejoignons le van et après avoir mis
chaussures et chaussettes à sécher nous reprenons la
route pour quitter le parc national d’Aoraki Mt Cook et
les magnifiques paysages qu’il nous a offerts pendant
deux jours. Un dernier coup d’œil en arrière sur les
montagnes et le lac Pukaki qui a maintenant pris une
couleur turquoise irréelle, et nous voilà partis pour
Christchurch…
J+358 — Une dernière journée sur l'île sud,
à Sign of the Packhorse
Vu que le mauvais temps a annulé ou écourté certains
de nos plans, nous avons une journée d’avance sur
notre itinéraire. Nous sommes désormais à côté de
Christchurch (ou « chch » comme l’écrivent les néozélandais), d’où nous devons prendre l’avion demain.
Mais plutôt que de reste à flâner aujourd’hui nous allons nous balader dans les collines de la Banks Peninsula, les hauteurs qui dominent la ville. À Kaituna Valley, notre point de départ, nous demandons à un paysan qui passait par là en quad si on peut emprunter
le sentier vu qu’il est indiqué qu’il est fermé pour la
période de reproduction des moutons (lambing en anglais), mais il nous dit que la période est terminée depuis longtemps donc pas de problème. OK allons-y
donc !
On prépare les sacs avec un petit changement : afin de
vider notre bouteille de gaz nous allons manger chaud
à la hutte sur le chemin à midi. De toute façon vu que
nous partons demain on a bien éliminé les restes et
à part des pâtes il n’y a plus grand-chose à se mettre
sous la dent.
Le chemin traverse de nombreux prés et bois habités
par les moutons, que nous croisons souvent et qui
fuient à notre approche. L’ambiance est ici plus civilisée, proximité de la plus grande ville de l’Île Sud
oblige. On est loin des grandes étendues désertes et
des immenses chaînes de montagnes. Ici tout le terrain, même le plus pentu, est exploité pour l’élevage
des moutons.
Finalement, après une heure et une bonne ascension
de 430 mètres, sous un ciel nuageux mais clément nous
atteignons Sign of the Pack Horse. Cette petite maison
au milieu d’une lande désertique, nichée dans un col,
loin de toute route, est une ancienne loge-hôtel. Bâtie
en 1920 avec les pierres volcaniques disponibles dans
les collines, elle fut conçue pour les voyageurs empruntant la route jusqu’au sommet plus lointain de Mt
Herbert. La route ne fut jamais construite, et le petit
hôtel éphémère devint un simple refuge de montagne,
ce qu’il est toujours.
Autour de la salle collective et de son poêle se situent
deux agréables petits dortoirs. Mais ici le prix de la
nuitée est un peu plus élevé : 15$ par personne. Le prix
à payer pour un refuge où le bois de chauffe est ap-
porté par les rangers en quad étant donner l’absence
d’arbres aux abords de la hutte. Bon sauf que sur place
il n’y a pas de bois et les toilettes débordent. Ça ne vaut
donc peut-être pas un tel investissement à priori.
Un groupe de quatre randonneurs néo-zélandais discutent à côté de la hutte. Je tente de rentrer en contact
avec eux pour leur offrir notre cartouche de gaz qui
n’est pas terminée, mais ils feignent de ne pas me voir.
Humpf. Grumpf. On a déjà remarqué que les néo-zélandais sont bien moins accueillants et agréables que
les australiens mais là c’est le pire.
Après notre festin de spaghettis dans la hutte on décide de continuer un peu notre randonnée en prenant
le sentier en direction de Mt Herbert Shelter, celui-ci
semblant grimper sur le sommet proche de Mt Bradley.
On en avait un peu marre des larges chemins de tracteurs qui nous ont mené jusqu’à la hutte, et Mt Herbert
Walkway semble être un sentier étroit et plus agréable.
Hélas après un kilomètre le sentier quitte les abords de
Mt Bradley et semble donc le contourner. On décide
alors de couper à travers une végétation rase de buissons à épines et de fleurs jaunes pour rejoindre le sommet. Après quelques culs-de-sac donnant à des petites
falaises nous finissons par trouver un passage et rejoignons enfin le sommet, nous offrant depuis ses 855
mètres d’altitude de belles vues sur la péninsule, la
baie de Whakaraupo / Lyttleton et même Christchurch
au loin.
Enfin nous décidons de redescendre vers la hutte en
coupant tout droit en descente. Idée qui s’avérera plus
compliquée qu’elle ne semblait, la faute à quelques
barres rocheuses qu’il nous faudra contourner en suivant les chemins tracés par les moutons. Notre idée de
couper vite s’est révélée être deux fois plus lente que
suivre le sentier de l’aller mais le plaisir n’était vraiment pas le même. Il ne nous restera ensuite plus qu’à
retracer les chemins de tracteurs jusqu’au niveau de la
mer pour retrouver notre van et rejoindre notre camping pour la nuit.
Le lendemain nous regroupons nos affaires dans nos
sacs à dos, nous nettoyons le van et je prends le volant
pour rejoindre le point de dépôt pour rendre la voiture
de location à Christchurch. Malgré mon aversion pour
la conduite en ville (encore plus en Nouvelle-Zélande
où ils conduisent n’importe comment), je n’ai pas le
choix : Anne n’ayant pas écouté mon conseil avisé de
ne pas manger le reste de cheddar moisi elle est maintenant malade. Moralité il faut toujours écouter la voie
de la sagesse, c’est-à-dire moi !
Tout se passe bien pour rendre le van, l’examen est
très rapide et ne dure que quelques secondes, on se
dit qu’on s’est peut-être fatigués à tout nettoyer pour
rien, mais le contrat indiquait une pénalité de 50$ si le
van n’était pas rendu propre. Bon on n’a rien perdu au
moins. Pour la seconde fois l’entreprise de location Lucky Rentals nous offre le transport jusqu’à l’aéroport,
alors que ce transport était censé être payant. Sympa.
À l’aéroport nous profitons d’une douche chaude gratuite, la dernière datant d’il y a déjà une semaine.
Comme je n’avais pas vu de Burger King depuis longtemps c’est là-bas que j’y déjeune d’un burger trop
maigre et d’un milk-shake trop gros et lourd. Bon c’est
pas comme si j’avais pas été prévenu.
Nous n’aurons pas le temps de visiter la ville de Chch,
détruite partiellement par un tremblement de terre il y
a deux ans. On se dit qu’on aura l’occasion une autre
fois… On ne peut pas tout faire.
Le vol en avion d’une heure et vingt minutes jusqu’à
Auckland se passe bien. Là-bas nous gagnons
l’auberge de jeunesse dans un bus hors de prix. Nous
marchons un peu en ville, histoire de faire un tour,
mais l’aéroport et l’avion nous ont épuisés et nous ne
tenons pas le coup : on a vite fait de rentrer à l’auberge
pour s’endormir profondément dans un vrai lit, le premier depuis un mois.
J+361 — La toute jeune île-volcan de
Rangitoto
Si à Paris vous pouvez prendre le bateau-mouche pour
admirer l’eau polluée de la Seine, à Auckland vous
pouvez prendre le ferry pour rejoindre une île-volcan
à quelques encablures de la capitale néo-zélandaise. Il
faudra juste vous lever à 5h30 pour prendre le premier ferry de 7h30 pour bénéficier du tarif le plus
bas. Mais un tel sacrifice est nécessaire : après seulement quelques jours à Auckland nous sommes déjà
usés par la vie citadine. Non pas qu’Auckland soit une
ville désagréable non. Ce qui nous a le plus surpris
c’est l’ambiance très asiatique de la ville, encore plus
qu’en Australie. D’ailleurs nous sommes littéralement
tombés amoureux d’un micro-restaurant sur un coin
d’immeuble qui fait des pancakes coréens, sortes de
grosses crêpes fourrées. C’est terriblement gras mais
aussi terriblement bon. Mais bref. Je ne sais pas si c’est
la pensée de retourner en France qui me déçoit, ou
le choc réel de passer entre une vie à l’extérieur en
contact avec la nature à une vie cernée de passagespiétons, de trottoirs, de boutiques, et autres artifacts
d’une vie qui va trop vite pour moi. Mais le fait est
qu’après seulement 2 jours à Auckland je suis enfin
heureux de me lever le matin, même si Rangitoto est
réputé être un lieu très touristique.
Rangitoto est une petite île de cinq kilomètres de large
dans la baie d’Auckland. Sur le papier rien
d’extraordinaire. Sauf que cette île a été formée par
une éruption, il y a seulement 550 ans, soit quasiment
avant-hier en termes géologiques. L’île étant très
jeune, la végétation commence à peine à s’installer, et
le sol est composé essentiellement de scories et lapillis,
des petites roches volcaniques particulièrement abrasives qui useront autant nos chaussures en une journée de marche que les mois précédents.
Ici la végétation est toute aussi récente : les arbres les
plus anciens n’ont que 200 à 250 ans, et de larges parties de l’île sont encore dépourvues de végétation. En
effet il faut un long cycle de lichens, mousses et décompositions avant d’avoir suffisamment de matières
organiques pour que la vie s’installe sur le sol stérile.
Marcher dans ces zones désertes est irréel et donne la
sensation de traverser la lune. Irréel et éprouvant. Un
soleil de plomb chauffe le sol qui par sa couleur noire
absorbe et restitue la chaleur, sans compter sur les sco-
ries qui offrent la sensation de marcher sur du papier
de verre en plus de nous tordre les chevilles à chaque
pas.
Nous faisons une grande boucle sur l’île en passant
par le cratère et ses anciens bunkers de la seconde
guerre mondiale puis nous atteignons des grottes de
lave. Nous y restons un petit moment à explorer les
tunnels avec nos torches, malgré quelques bosses et
risques de se râper la peau sur la roche. Je découvre
même par hasard une immense grotte loin de celles qui
sont entourées de touristes, et déserte.
Nous continuons notre exploration par Islington Bay
Wharf où des débris de bateaux abandonnés là depuis
des dizaines d’années terminent leur décomposition.
On profite de gros morceaux de bois flotté pour
s’asseoir sur quelque chose d’autre que la roche qui
fait mal aux fesses et manger notre déjeuner.
Malgré notre volonté nous n’aurons pas le temps
d’explorer également l’île de Motuapu, qui est reliée à
Rangitoto par un petit pont de béton et qui contraste
largement. Si Rangitoto est noire et inhospitalière Motuapu est une large prairie verdoyante et accueillante
avec ses plages de sable et son eau turquoise.
Le temps joue contre nous, et nous devrons donc nous
hâter de retourner à la jetée pour prendre le dernier
ferry à 17h, sinon on risquerait de passer une nuit un
peu forcée sur l’île. Et plutôt me noyer en nageant vers
Auckland que de devoir dormir sur ces horribles scories ! Bon elles sont belles, mais qu’est-ce qu’elles sont
désagréables sous les pieds…
J+363 — Adieu Océanie
Nous avons rempli nos sacs de souvenirs d’Auckland à
emmener à nos familles et ami-e-s. Nous sommes donc
chargés comme des baudets pour quitter la NouvelleZélande. Un petit déjeuner à l’auberge, on rend la
clé de la chambre et nous reprenons le bus pour
l’aéroport. La suite est très commune : attente, enregistrement des bagages, attente, embarquement, et plus
de 24 heures de vol pour revenir à Paris. Sans compter
plusieurs heures d’escale à Hong-Kong et des heures
de voitures pour rejoindre Dijon depuis Paris.
Ce qui est moins commun ce sont les pensées qui
me traversent alors que nous nous envolons vers la
France. Je ne peux m’empêcher de ressentir ce que je
n’avais pas ressenti depuis des mois : une profonde an-
goisse. Quand on voyage l’inconnu est omniprésent,
on ne sait pas où ont dort, par où on va passer, on ne
sait pas quelle est notre destinée, et cet inconnu, cette
incertitude nous l’embrassons chaque jour comme un
précieux cadeau.
Mais ce qui m’angoisse c’est l’inconnu de la situation
à venir. De revenir après un an d’absence dans un endroit qui m’a toujours été étranger, où je ne me suis
jamais vraiment senti à ma place. J’ai peur des remarques et des pressions, à vouloir encore et toujours
me faire rentrer dans un moule qui ne me convient
pas. Et qu’à nouveau je me sente déraciné, sans attache. Ce qui est probablement la raison-même de ma
tendance à ne jamais rester au même moment, à déménager une fois par an, à essayer de trouver un lieu où
je me sente chez moi.
Mais peut-être que le temps est venu pour moi de réaliser que chez moi c’est partout.
Ce récit est accompagné d'un journal photographique en
couleur disponible en téléchargement et en livre sur notre
site :
http://haere.net/
Retrouvez d'autres récits de voyage,
des topoguides, des cartes et des
randonnées à faire dans le monde
entier sur notre site :
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising