AUTOMOBILES DE PRESTIGE & DE COLLECTION AUTOMOBILIA

AUTOMOBILES DE PRESTIGE & DE COLLECTION AUTOMOBILIA
AUTOMOBILES DE PRESTIGE & DE COLLECTION
AUTOMOBILIA
Samedi 9 novembre 2013
à 14h30
Lyon-Brotteaux
1
2
3
EXPERTS
LIVRES :
Alain Cambon
Gaëlle Cambon
30, rue Monsieur Le Prince
75 006 PARIS
06 10 31 53 64 / 01 43 25 76 25
cambona@club-internet.fr
AUTOMOBILIA – AUTOMOBILES :
Consultant pour la vente
B. Arnaud
06 13 55 05 29
CONTACT ETUDE
Louis-Maxence Palisson
04 37 24 24 24
voitures@aguttes.com
Réalisation : Elisabeth de Vaugelas - Marie de Villefranche : 01 47 45 93 05
Photographe : Erik Lasalle - Imprimeur : Corlet - 02 31 59 53 16
Neuilly
Drouot
Ly o n
AUTOMOBILES DE PRESTIGE
& DE COLLECTION, AUTOMOBILIA
Samedi 9 novembre 2013 à 14h30
Hôtel des Ventes de Lyon-Brotteaux
Expositions publiques :
Hôtel des Ventes de Lyon-Brotteaux
13 bis place Jules Ferry - 69006 Lyon
Jeudi 7 novembre 2013 de 10h à 18h
Vendredi 8 novembre 2013 de 10h à 18h
Catalogue et résultats visibles sur www.aguttes.com
Vente en live sur www.drouotlive.com
Important :
Les conditions de vente sont visibles en fin de catalogue
Hôtel des Ventes de Neuilly
164 bis, avenue Charles de Gaulle
92200 Neuilly-sur-Seine
Tél. : 01 47 45 55 55
Fax : 01 47 45 54 31
Claude Aguttes
Commissaire-Priseur
AGUTTES SAS (S.V.V. 2002-209)
www.aguttes.com
Hôtel des ventes de Lyon Brotteaux
13 bis, place Jules Ferry
69006 Lyon
Tél. : 04 37 24 24 24
Fax : 04 37 24 24 25
6
AUTOMOBILIA
PREMIÈRE PARTIE
LIVRES
DEUXIÈME PARTIE
AUTOMOBILIA , AERONAUTIQUE
«Automobilia : Ce mot désigne de manière
générale tous les objets ou produits ayant un lien
avec le thème automobile ou son industrie.
Les objets dits d’Automobilia, se distinguent de
la pièce détachée à proprement parler si cette
dernière ne présente pas à elle seule un intérêt
artistique ou stylistique. Ainsi une mascotte
de radiateur est un objet d’Automobilia couru,
tandis que des plaquettes de freins ou des
jantes, à moins d’être détournées de leur fonction
mecanique dans un but artistique ou décoratif ne
seront pas considérées comme tel.
De nombreux objets rentrent dans la catégorie
automobilia. Les plus couramment recherchés
sont par exemple les plaques de rallye et badges
de pilotes (rallyes et compétitions automobiles),
les peintures et lithographies sur le thème
automobile (Geo Ham, Rob Roy…), tous les objets
publicitaires des constructeurs, fournisseurs ou
équipementiers, (plaques émaillées, bibendums
Michelin, pompes à essence…) et toute
documentation ou livre sur l’automobile. Plus
largement, l’Automobilia englobe aussi tous les
jeux et jouets présentant un lien avec l’automobile
comme les voitures à pédales et les miniatures
automobiles.
Certains objets peuvent atteindre des valeurs très
élevées. A l’instar de l’automobile de collection,
tout dépend de leur rareté et de l’intérêt historique.
De nombreux collectionneurs retracent ainsi
l’histoire des marques et de la compétition
automobile.»
7
LIVRE
: Bibliothèque de Monsieur V. et à divers
Les Croisières Citroën (1923-1934)
Expéditions à portée politique, culturelle et scientifique, les
longs raids routiers organisés par André Citroën au cours
des premières années du XXème siècle ont marqué d’une
façon inaltérable l’histoire de l’automobile.
De 1923 à 1934, le brillant polytechnicien met sur pieds
quatre missions à travers l’Afrique, l’Asie et l’Amérique
du Nord pour éprouver et promouvoir sa production.
Cependant, loin de se limiter au seul intérêt technique et
commercial, l’industriel y voit la possibilité d’explorer des
territoires encore méconnus et d’en étudier les différentes
cultures. Les gouvernements français successifs le
soutiennent et, mus par un esprit humaniste, songent à
apporter la civilisation européenne aux confins de l’empire
colonial. Ainsi, à chaque expédition, prennent part
ingénieurs, mécaniciens, médecins, écrivain, cinéaste,
peintre, archéologue, géologue, naturaliste…
- La première expédition, « Première traversée du Sahara
en autochenilles », a lieu du 17 décembre 1922 au 7 janvier
1923. Dirigée par Georges-Marie Haardt, collaborateur et
ami d’André Citroën, et Louis Audouin-Dubreuil, ancien
officier méhariste, elle assure en moins d’un mois la
première liaison automobile transsaharienne de Touggourt
à Tombouctou à bord des autochenilles conçues par
l’ingénieur Kégresse.
- La deuxième expédition, connue sous le nom de
« Croisière Noire » ou « Expédition Citroën Centre-Afrique »
se déroule du 28 octobre 1924 au 26 juin 1925. Elle a pour
objectif l’ouverture d’une ligne régulière motorisée sur le
continent africain. Ses 17 membres, menés par Haardt et
Audouin-Dubreuil à bord de leurs autochenilles « Scarabée
d’or » et « Croissant d’argent », parcourent plus de 28 000
km à travers l’Afrique, de Colomb Bechar à Madagascar.
Le rayonnement scientifique et
culturel de cette « 2e Mission Haardt
Audouin-Dubreuil » est immense. A
son retour, les photographies, les
spécimens rapportés, et les croquis
réalisés par le peintre Alexandre
Iacovleff sont exposés
à Paris. Un an plus
tard, sort le film muet
de l’expédition réalisé
par le cinéaste Léon
Poirier qui rencontre
un grand succès chez
un public français en
quête d’exotisme.
- La troisième
expédition,
communément appelée
« Croisière Jaune »
ou « Mission CentreAsie », doit ouvrir l’antique
« Route de la Soie » à la
8
circulation automobile. Partie de Beyrouth le 4 avril 1931,
la « 3e Mission Haardt Audouin-Dubreuil » rallie Pékin le
12 février 1932. Deux groupes d’autochenilles ont été
constitués, «le Groupe Pamir » et « le Groupe Chine ».
Placés respectivement sous la direction de Haardt Audouin-Dubreuil et Victor Point, ils emmènent chacun
une vingtaine de participants comme André Goerger,
secrétaire de l’expédition, l’écrivain Georges Le Fèvre, le
Conservateur du Musée Guimet Joseph Hackin, le peintre
Alexandre Iacovleff, l’ingénieur Charles Brull, le cinéaste
André Sauvage, ou encore le Père Teilhard de Chardin,
philosophe et géologue. Emaillée de nombreux incidents,
la Croisière Jaune se révèle très difficile. Prise d’otages,
traversées de cols et de rivières, et grands froids rendent
les conditions extrêmes. Victime d’une pneumonie,
Georges-Marie Haardt y perd la vie. Cette expédition est
toutefois un succès à beaucoup d’égards.
- La Quatrième expédition, dite « Croisière Blanche »,
est confiée à Charles Bedaux. Du mois de juillet au
mois d’octobre 1934, cinq Citroën-Kégresse tentent la
traversée du Nord-Ouest du Canada. Cette expédition
sur le continent américain est rapidement abandonnée en
raison du climat et se solde par un échec.
A l’image d’André Citroën, nombre de constructeurs ou
aventuriers solitaires, à la recherche de quelque exploit,
se sont lancés à l’assaut de terres réputées hostiles.
Ces pionniers de l’automobile, parfois méconnus,
ont largement contribué au progrès technique et à la
connaissance du Monde.
La bibliothèque présentée du lot n°1 au lot n°68,
rassemble de nombreux documents et ouvrages
relatifs à ces expéditions. La plupart des volumes
ont été reliés ou protégés par des emboitages dus
à l’atelier Laurenchet, conférant à ce formidable
ensemble une grande qualité de conservation.
4
La croisière jaune, sur la route de la soie.
La croisière noire, sur la trace des
explorateurs du XIXème. La croisière des
sables. Sur les pistes de Tombouctou.
Glénat. 3 vols. in-4. Reliure éditeur, sous
jaquette.
Présentée par la société de Géographie.
50 / 60 €
5
SABATES Fabien
1
1
BOUTET de MONVEL
(Attribué)
Portrait de Haardt.
Encadrement stylisé, marie-louise de papier
rose.
Crayon. 19,5 x 19,5 cm.
Mission Citroen : La croisière jaune Citroën.
La croisière noire Citroën.
Editions Eric Baschet. 1979 - 1980.
2 vols. in-4. Reliure éditeur entoilée,
jaquette. Sous emboitage bleu, pièce de
titre et sigle Citroën en pied.
Collection Aventures du XXème siècle, les
grands reportages photographiques de
l'Histoire.
50 / 80 €
200 / 300 €
Provenance : Galerie Chrétien.
2
LE FEVRE Georges
La Croisière Jaune. Troisième mission
Georges-Marie Haardt - Louis AudouinDubreuil.
Plon, Paris, 1933.
1 vol. in-4. Reliure éditeur, plein maroquin
moutarde, décor de calligraphie chinoise
repeint à la gouache rouge au centre
du premier plat. Etui bordé de maroquin
moutarde.
Avec 123 photographies et 6 cartes dont 3
hors-texte. Tirage à 2350 exemplaires dont
350 sur papier madagascar.
Exemplaire non numéroté sur papier Alfa.
Exemplaire réservé à «Monsieur Henri de
Sudre», écrit à l’encre de chine.
Envoi au faux-titre de monsieur André
Citroën «A Henri de Sudre, en souvenir de la
croisière noire, auprès de laquelle il participa
comme mécanicien».
Joint programme de la soirée de gala pour la
représentation du film «La Croisière jaune».
600 / 800 €
3
THARAUD Jérôme et Jean
Par dessus le toit du monde.
1 vol. in-4. Demi maroquin moutarde à coins,
étiquette de titre de maroquin moutarde
au centre du plat supérieur. ATELIER
LAURENCHET.
Manuscrit de 20 pages signé d’un article sur
la croisière jaune.
400 / 500 €
6
DESCHAMPS Eric, SCHWEITZER Sylvie
La croisière jaune. Journal de bord.
E.T.A.I, 1996.
Reliure éditeur entoilée, jaquette.
Sous emboitage bleu, pièce de titre et sigle
Citroën en pied.
80 / 100 €
7
GOERGER André
En marge de la croisière jaune.
Paris, éditions Rieder, 1935.
1 vol. in-8. Broché, couverture éditeur bleue
illustrée. Sous emboitage bleu, pièce de titre
et sigle Citroën en pied.
Avec 121 gravures et une carte hors-texte.
Avec un envoi de l'auteur : "A mademoiselle
Pommart avec les respectueux hommages
de l'auteur Goerger".
Joint une enveloppe timbrée adressée à M.
Goerger à Pekin.
50 / 80 €
8
WOLGENSINGER Jacques
L'épopée de la croisière jaune.
Editions Robert Laffont, Collection plein
vent, Paris 1970.
1 vol. in-8. Reliure éditeur.
Sous emboitage bleu, pièce de titre et logo
Citroën en chagrin noir.
20 / 30 €
9
Georges-Marie HAARDT et Louis
AUDOUIN-DUBREUIL
La croisière jaune.
Plon, Paris, 1933.1 vol. in- 8.
Reliure entoilée bleue, pièce de titre et logo
Citroën en chagrin noir, couvertures et dos
conservés.
Edition originale sur papier d’ alfa. Carte
dépliantes, illustrations hors-texte.
Joint :
André Goerger
2
En marge de la croisière jaune
Editions Rieder, Paris, 1935.
1 vol. in-8. Reliure entoilée, piece de titre et
logo Citroën en chagrin noir.
80 / 100 €
10
Louis AUDOUIN-DUBREUIL
Sur la route de la soie
Plon, Paris, 1935.
1 vol. in-8. Broché, couverture imprimée,
sous emboitage bleu, pièce de titre et logo
Citroën en chagrin noir.
E.O.
Envoi de l'auteur à Madame Germaine
Beaumont.
Avec 17 gravures et une carte hors-texte.
Joint :
diverses lettres des divers membres de
l'expédition.
50 / 80 €
11
Résultats scientifiques de l'expédition
Citroën centre-Asie
In-8. Brochés. Sous emboitage bleu, pièce
de titre et logo Citroën en chagrin noir.
Réunion de 6 bulletins de la Société
entomologique de France. 1932 - 1933.
ainsi que 2 exemplaires de Revue de
géographie physique et de géologie
dynamique. vol 5, fasicule 4 1932. Contenant
l'article de Pierre Teilhard de Chardin :
Observations géologiques à travers les
déserts d'Asie centrale, de Kalgan à Hamin.
15 figures dans le texte, 4 planches et 2
cartes géologiques en couleurs
hors-texte.
Joint :
Pierre Teilhard de CHARDIN
Cahiers 2. Réflexions sur le
bonheur. Inédits et témoignages.
Editions du seuil, Paris, 1960.
1 vol. in-8. Broché, couvertures
imprimées, sous emboitage bleu,
pièce de titre et logo Citroën en
chagrin noir.
Edition originale tirée à 300
exemplaires sur vélin neige
(n°1).
150 / 200 €
12
Henri VIARD, Dominique EUDES
11
La cloche thibétaine
Robert Laffont, Paris 1975.
1 vol. in-8. Broché, couvertures éditeur.
Sous emboitage bleu, pièce de titre et logo
Citroën en chagrin noir.
Joint :
La cloche thibétaine
Réalisation de Michel Wyn et Serge Friedman
Mémoire de la télévision, 1974. 2 cassettes
VHS. Sous emboitage bleu, pièce de titre
et logo Citroën en chagrin noir.
50 / 80 €
13
WADDY
Lueurs d'Asie
Librairie Picart, Paris, 1935.
1 vol. in-8. Reliure entoilée bleue, couvertures
et dos conservés, sous emboitage bleu,
pièce de titre et logo Citroën en chagrin noir.
Edition originale. Tirage à 100 exemplaires,
un des 74 exemplaires sur velin bulky,
n°69.
50 / 80 €
9
18
18
14
14
REYMOND André.
Résultats scientifiques d'un voyage en
Asie Centrale (Mission Haardt - HaudouinDubreuil 1931).
Paris, Revue de géographie physique, 1938.
1 vol. in-8. Broché. Sous emboitage bleu,
pièce de titre et logo Citroën en chagrin noir.
Illustrations h.t.
Cartes dépliantes et illustrations h.t.
Joint :
Recherches archéologiques en Asie
centrale.
3 revues et un journal, sous emboitage in-4
bleu, pièce de titre
et logo Citroën en chagrin noir.
HACKIN, J.
Recherches archéologiques en Asie Centrale
(1931).
Paris, les éditions d'art et d'Histoire, 1936.
Revue des Arts asiatiques.
Annales du musée Guimet. Tome IX. Numéro
III. Paris, les éditions d'art et d'Histoire.
1935.
Revue des Arts asiatiques.
Annales du musée Guimet. Tome X. Numéro
II. Paris, les éditions d'art et d'Histoire, 1936.
Journal asiatique.
Recueil trimestriel de mémoires et de notices
relatifs aux études orientales. Paris,
Librairie orientaliste Paul Geuthner,
janviers-Mars 1932. N°1.
15
Expédition Citroën Centre Asie. IIIeme
Mission G-M Haardt Audouin-Dubreuil.
1 vol. in-8 oblong. Reliure éditeur de feutre
noir avec le sigle de calligraphie chinoise en
rouge et noir, titre doré au plat supérieur.
Carte, texte et nombreuses photographies.
Joint :
Extrait de l’Illustration du 28 février 1931.
Expédition Citroen Centre-Asie. 1 vol. infolio. Couverture entoilée noire.
17
Henry BARUÉ
De Saïgon à Paris par voie de
terre. A.C.S.I., Saïgon, 1936.
1 vol. in-12. Dos de tissu brun, plats
cartonnés, auteur et titre sur le plat, sous
emboitage bleu, pièce de titre et logo Citroën
en chagrin noir.
Illustrations h.t.
50 / 80 €
80 / 100 €
18
AMIGUET, Marcel
16
Revues
La Politique de Pekin, 1932, n°7 19e
année, in-4 broché joint 5 Bulletins
Citroën dont n°25,29,100,102.
Seul vers l'Asie. Quatre ans en camion
automobile.
Avec 52 dessins en noir, une carte, 25
illustrations en héliogravure, et 4 eaux-fortes
originales de l'auteur.
Paris et Neuchatel, Editions Victor Attinger,
1934. 1 vol. in-4. Broché, couverture
illustrée en rouge et noir. Tirage à 100
exemplaires sur papier de hollande chamois
van gelder, n°98.
50 / 80 €
Très bon état.
100 / 150 €
100 / 200 €
16
10
21
19
Louis BARZINI
De Pékin à Paris en soixante jours par le
prince Borghèse.
Paris, Hachette, 1908.
1 vol. in-8. Reliure entoilée éditeur. Ouvrage
illustré de 129 gravures et une carte.
Joint :
J.B SAUMONT
Sur les routes d'Annam. Hanoï, 1913.
1 vol. in-8. Broché, couverture illustrée.
MONTPENSIER, Duc de
La ville au Bois dormant. De Saigon a AngKor en automobile.
Avec 89 illustrations dans le texte et hors
texte d'après des photographies de l'auteur
et deux cartes.
Paris, Plon-Nourrit et Cie, 1910.
1 vol. in-8. Demi-chagrin rouge à coins, dos
à nerfs, titre doré.
Coiffe supérieure abimée, mors fragiles.
100 / 150 €
20
Ensemble de volumes sur la Croisière
Jaune.Principalement
des
livres
modernes.
Très bon état.
100 / 120 €
21
HAARDT, Georges-Marie
AUDOUIN-DUBREUIL, Louis
La Croisière noire. Expédition Citroën Centre
Afrique.
Paris, Plon, 1927.
1 vol. in-4. Plein box noir et blanc mosaïqué
représentant le profil d'une femme africaine,
tête dorée, garde ornée de dessins africains
peints à la main, chemise en demi maroquin
noir à bande, étui bordé en maroquin noir,
couvertures et dos conservés.
J.P. LAURENCHET.
Tirage à 2 500 exemplaires, celui-ci un des
500 exemplaires sur Madagascar.
Très bel exemplaire.
1 000 / 1 200 €
21
22
HAARDT, Georges-Marie et AUDOUINDUBREUIL, Louis
Les Nuits du Hoggar, poèmes Touareg.
Ornés de bois gravés par Galanis, d'après
les dessins de Robert-Raphaël Haardt.
Editions d'art Devambez, Paris, 1926.
1 vol. grand in-8. Broché, couverture
illustrée, sous chemise et étui avec
décor africain. [BIRGITTE DALL].
Tirage à 500 exemplaires, un des
50 sur papier spécial Madagascar
avec suite des bois gravés, n°46.
Fentes à l'étui.
400 / 500 €
22
11
25
CROISIÈRE NOIRE
extraits de L'ILLUSTRATION
1vol. in-folio, demi percaline bordeaux,
étiquette de titre sur le plat.
80 / 100 €
26
Ensemble de 2 programmes :
Programme du film La Croisière noire soirées
des 4 et 9 mars. matinées des 7 et 14 mars.
2 feuillets in-4.
Théâtre national de l'Opéra.
Avec une illustration de IACOVLEF en noir au
premier feuillet.
Itinéraire de l'expédition au dos du premier
feuillet, programme au second feuillet,
association d'aide aux veuves des militaires
de la grande guerre, au dos.
23
23
Charles BRULL
On joint :
Carnet de route du 4ème groupe de
l'expédition Haardt - Audouin-Dubreuil.
Depuis Tabora jusqu'à Marseille. Tapuscrit
avec corrections manuscrites.
1 vol. petit in-4. Demie percaline verte, sous
emboitage, dos de maroquin noir, plats de tissu
représentant le profil d'une femme africaine.
ATELIER LAURENCHET.
Sur un feuillet indépendant, "de la part de
Monsieur brull, prière de bien vouloir me
retourner ce document dès que vous en
aurez pris connaissance. le secrétaire de Mr
brull. Candelier."
2 ilustrations volantes en couleurs de
IACOVLEF.
Programme de la soirée de gala du 24 mars
1923.
Théâtre des Champs-Elysées. Au profit de
l'association d'aide aux veuves des militaires
de la grande guerre. première représentation
du film Raid Citroën la traversée du sahara en
auto-chenilles - mission HAARDT-AUDOUIN
DUBREUIL.
Grande illustration en noir et or par LEPAPE,
1923.
Avec deux photographies de la traversée.
Exclusivité Gaumont.
400 / 500 €
Rousseurs dans la pliure.
50 / 80 €
24
24
Georges-Marie HAARDT
AUDOUIN-DUBREUIL
25
27
et
Louis
Le Raid Citroën. La première traversée du
Sahara en automobile. De Touggourt à
Tombouctou par l'Atlantide.
Introduction de Monsieur André Citroën.
Paris, Plon, 1924.
1 vol. in-4. Plein veau maroquiné bordeaux,
dos à nerfs orné, titre doré, triple filet doré
encadrant les plats avec fleurons d'angles
et motif central, tête dorée, couvertures et
dos conservés, sous emboitage de demimaroquin brun, dos à nerfs orné.
ATELIER LAURENCHET.
Mors frottés, dos épidermé, dos de
l'emboitage légèrement insolé.
Edition originale.
Illustrations hors-texte et intexte, carte dépliante reliée infine.
Envoi de Georges-Marie
HAARDT
à
Marcel
LOURDE.
600 / 800 €
27
Georges-Marie HAARDT et
Louis AUDOUIN-DUBREUIL
La croisière noire. 2è épreuve et bon à tirer.
2 vols. in-8. En feuillets, sous deux pochettes
cartonnées, sous emboitage bleu, pièce de
titre et logo Citroën en chagrin noir.
Cachet Plon Nourrit & Cie, Fabrication 1926.
Avec notes au crayon.
Manque fascicule 23, de la page 353 à
368.
200 / 300 €
28
Georges-Marie HAARDT et
Louis AUDOUIN-DUBREUIL
La croisière noire.
Plon, Paris, 1927.
Reliure entoilée bleue, piece de titre et logo
Citroën en chagrin noir. Couvertures et dos
conservés.
Edition originale sur papier d’ alfa.
150 / 200 €
12
29
33
29
29
Missions Citroën
32
une vidéo VHS d'enregistrement portant le
titre Croisière Noire. Croisière jaune
D'Alger a Tamanrasset.
Mars 1934.
1 vol. in-4. Demi-chagrin rouge à la bradel,
plats entoilés.
63pp. Carte d'itinéraire.
Présenté sous forme d'un tapuscrit.
Sur papier BFK. Nombreuses illustrations.
J. de Moustier. Sommier.
30 / 50 €
50 / 80 €
Ensemble de photos, cartes postales et
documents divers. sous emboitage in-4
bleu, piece de titre et logo Citroën en
chagrin noir.
Joint :
30
Missions Citroën.
catalogues et divers. Tome I et Tome II.
Sous 2 emboitages in-4 bleu, pièce de titre
et logo Citroën en chagrin noir.
Ensemble de revues diverses dont :
La croisière jaune. Relation cinégraphique.
Les expéditions Citroën entre Asie et Centre
Afrique.
30 / 50 €
31
S.A.R. La princesse Hélène de France.
Duchesse d'Aoste.
Vie errante. Sensation d'Afrique.
Ditta Francesco Viassone, Ivrea, 1921.
Portrait-frontispice de la princesse en
phototypie.
1 vol in-4. Reliure éditeur cartonnée,
couverture imprimée en rouge et noire.
20 / 30 €
33
Mission en Afrique occidentale française.
Janvier - Avril 1929. Les Automobiles Saurer.
1 vol. in-4. Reliure à la bradel de papier
brun à motif noir, sigle Saurer doré en bas à
droite. Déchirure à un mors.
Titre imprimé, avec au dos, la carte de
l'itinéraire de la mission.
Exemplaire non numéroté.
Album de photographies légendé à la
main. 35 pages contenant chacune 5 à 6
photographies de 6 x 11 cm environ. On
joint un ensemble de 18 photographies de
6,5 x 11 cm.
33
Chasseur et son cady
500 / 600 €
34
Circuit des Oasis.
28 janvier - 5 février 1939.
1 vol. in-4 oblong. Broché éditeur, avec
ruban d'attaches.
Album de 52 photographies légendées et
datées.
Avec un envoi "A Madame de Benoist
en souvenir des journées lybiennes, Ch.
Kuentz".
34
11 - Ensablement
300 / 400 €
34
34
49 - Midi, roi des étés...
13
35
P. Barbade & Pisani-Borg, Dr P. Pradal
& A. Renaud
Vacances au Sahara.
Lafolye & J. de Lamarzelle, Vannes, 1934.
1 vol. in-8. Broché, couvertures illustrées,
sous emboitage bleu, pièce de titre et logo
Citroën en chagrin noir.
Illustrations h.t.
30 / 40 €
36
COURTOT, Lieutenant-Colonel
Du golfe des Syrtes au Golfe du Bénin par le
lac Tchad. Journal de marche de la mission
Tunis - Tchad.
Maison française d'Editions, Albert Guénard,
Tunis, 1926.
1 vol. in-8. Broché, couvertures imprimées,
sous emboitage bleu, pièce de titre et logo
Citroën en chagrin noir.
Illustrations h.t.
A travers le désert avec les 6 roues Renault
1 vol. in-4. Broché, couverture illustrée d'un
décor doré arabisant.
Illustrations hors et in-texte.
50 / 60 €
Joint :
37
PROUST, Louis
50 / 60 €
39
39
Uun second exemplaire incomplet du titre.
Visions d'Afrique.
Paris, Aristide Quillet, 1924.
1 vol grand in-8. Broché, couvertures
illustrées. Dos en partie décollé.
Préface de M. Le Gouverneur Général
Roume. Illustrations originales de Jean
Maurice Bouillot.
Tirage à 25 exemplaires sur rapha
Madagascar, n°21.
Avec un envoi de l'auteur à Paul
Métadier.
40 / 50 €
42
MISSION DU
BOURBON
PRINCE
SIXTE
DE
D'Alger au lac Tchad. Mission du prince
Sixte de Bourbon avec voitures.
Delahaye, 1928.
1 vol. in-8. Broché, couvertures illustrées.
Illustrations in-texte.
Rousseurs aux premiers et derniers feuillets
blancs.
50 / 80 €
40
Lot de 36 livres sur le Sahara :
PEYRÉ, Jospeh.
Sahara éternel.
Paris, Grasset, 1944
Tirage à 591 exemplaires, un des 10
premiers exemplaires sur Madagascar, n°6.
Non rogné.
WAUTHIER, Magdeleine.
Connaissance des sables.
Paris, Plon, 1934.
Avec un envoi de l'auteur.
SILBERT, Alfred.
Transafrique notes et souvenirs d'équipée.
Hanoi, I.D.E.O, 1932. Envoi de l'auteur. E. O.
110 exemplaires.
Un des 100 exemplaires sur papier bambou
d'Indochine.
2 exemplaires de la Croisière Bleue et
les missions d'Afrique. Bruxelles, edition
Universelle, 1932.
Joint :
31 autres volumes brochés et reliés sur le
Sahara et l'Afrique.
38
100 / 150 €
41
DELINGETTE
38
MERCIER, Gustave
2 vols. in-4. Broché, couvertures imprimées. Dos
du tome 1 en partie décollé.
Légères rousseurs éparses.
D'Oran au Cap en six roues par le
commandant et madame Delingette.
Draeger,
1 vol. in-8 carré. Broché, couvertures
illustrées en vert et noir.
Orné de bois de Jacques Boullaire.
Tirage à 100 exemplaires. Exemplaire non
numéroté.
Avec un envoi de Delingette.
80 / 100 €
50 / 60 €
Le Centenaire de l'Algérie exposé
d'ensemble. Gouvernement général de
l'Algérie. Commissariat général de l'Algérie.
Alger, Soubiron, 1931.
14
43
43
ESTIENNE, G.
18 000 kil. de désert et de brousse en
trente-six jours avec une 6 chevaux Renault.
1 vol. in-8 carré. Broché, couvertures
illustrées.
30 / 40 €
44
Carnet de route de la 8744-E6
1 vol. in-8. Broché, couverture illustrée en
couleurs.
La 10 HP de Dion Bouton au Maroc.
Nombreuses illustrations in-texte.
30 / 40 €
45
Lot de livres sur l'Afrique :
VALLÉE, Jean.
Images d'Afrique.
Notes prises au cours du raid Alger - Dakar
- Alger.
Préfacées par Mac Orlan.
Paris, éditions Berger-Levraut, 1931.
THOMAS, Jean.
A travers le sud tunisien.
Paris, Société d'éditions géographiques
maritimes et coloniales, 1930.
48
Bugatti - LIEUTENANT LOISEAU,
46
À cent à l'heure à travers le sahara,
1 vol. in-12
Joint :
LOISEAU, Frederic.
Interdit aux moins de cinq ans. 1 vol.
in-12 broché. n°112. Avec un envoi de
l’auteur.
100 / 150 €
BOUTET, Robert.
Caravanes d'acier.
Casablanca, éditions du Moghreb, 1935.
Envoi d l'auteur.
PALHORIES, Lucien.
Alger Ouagadougou.
Paris, Jean Vitiano.
Envoi de l'auteur..
ARRACHAT.
Paris - Dakar Tombouctou - Alger Casablanca - Paris.
Quelques impressions de route. Paris, 1925.
Bois de Boullaire.
BOTTU, H.
Aperçus d'Afrique en quatrième vitesse.
Paris, Paul Vulin, 1934.
Tirage à 1000 exemplaires sur japon, n°148
réservé à Monsieur Clément Vautel.
Nombreux autres volumes sur le thème de
l'Afrique.
60 / 80 €
46
TRANIN, Edmond.
Sur le dixième parallèle
Paris, Grasset, 1926.
1 vol. in-12 broché. Un des 8 exemplaires
sur Lafuma., n°5.
Joint :
DUVERNE, G.
De l'Atlantique à l'océan Indien. Avec la
mission Tranin-Duverne
1 nov. 1924 - 9 avril 1925.
Paris, Gianoli & Valentin, 1926. 1 vol. in-8
broché. 12 bois dessinés et gravés par
Marcel Arthaud.
Tirage à 210 exemplaires, un des 200
exemplaires sur Alfa, n°24
46
49
Henry VALLOTON-WARNERY
50
MOLE, André Capitaine
Sur une six-roues.
Lausanne, éditions Spes 1927. 1 vol. in-1é
broché.
Edition originale
Envoi à Paul Morand : « Cordial hommage
d’un chauffeur vagabond incurable, à un
brillant écrivain. Montana janvier 1930 »
Les sources inédites de l'Automobilisme
Saharien. 1916-1921.
Impr. Busson, 1928. In-8, 125pp., photos
in-t., 1 lettre fac-similé, reliure pleine toile
bleue roi couverture conservée (ateliers
Laurenchet) Edition originale sur pate photo
Sorel-Moussel
Joint :
Roger Crouquet
50 / 80 €
Croisière blanche.
1 vol. in-12, broché. Envoi de l’auteur.
+ un autre exemplaire
50 / 80 €
100 / 150 €
47
Bugatti - LIEUTENANT LOISEAU,
À cent à l'heure à travers le sahara.
1 vol. in-12, broché, couvertures illustrées.
Avec un envoi de l'auteur
Joint :
LOISEAU, Frederic.
Interdit aux moins de cinq ans.
1 vol. in-12. Broché. Avec un envoi de
l’auteur.
Tirage à 500 exemplaires de luxe,
n°265
48
100 / 150 €
48
15
56
61
55
Major-General Sir Ernest D. Swinton
59
Georges-Marie HAARDT
AUDOUIN-DUBREUIL
53
51
Ensemble de volumes de voyage sur
l'Afrique,
dont 4 avec envoi de l'auteur, plaquettes
publicitaires de la Transatlantique.
50 / 60 €
52
LE FÈVRE, Georges
An eastern Odyssey.
Boston, Little, Brown, 1935.
1 vol. in-8. Percaline éditeur, avec sa jaquette
illustrée, sous emboitage bleu, pièce de titre
et logo Citroën en chagrin noir. Déchirure à
la jaquette.
Edition originale américaine.
Cartes dont une dépliante et illustrations
hors-texte.
80 / 100 €
Over my shoulder. The autobiography of
Major-General Sir Ernest D. Swinton.
Oxford, George Ronald, 1951.
1 vol. in-8. Percaline éditeur, jaquette
imprimée, sous emboitage bleu, piece de
titre et logo Citroën en chagrin noir.
Illustrations h.t.
50 / 60 €
56
Georges-Marie HAARDT
AUDOUIN-DUBREUIL
Louis
The black journey.
New-York, Cosmopolitan book corporation,
1927.
1 vol. in-8.
Reliure percaline éditeur, sous couverture
imprimée bicolore, sous emboitage bleu,
pièce de titre et logo Citroën en chagrin noir.
Edition originale de la traduction américaine.
Illustrations hors-texte.
53
Roy Chapman Andrews
40 / 60 €
On the trail of ancient man.
G. P. Putman's sons, Londres, 1926.
1 vol. in-8. Percaline verte éditeur. Sous
emboitage bleu, pièce de titre et logo Citroën
en chagrin noir.
Envoi de l'auteur à Victor Point, cachet de
Louis Audouin-Dubreuil.
Carte dépliante in-fine.
57
Georges-Marie HAARDT
AUDOUIN-DUBREUIL
80 / 100 €
et
et
Louis
The black journey.
London, Geoffrey Bles, 1928.
1 vol. in-8. Cartonnage éditeur. Sous
emboitage bleu, pièce de titre et logo Citroën
en chagrin noir.
Edition originale de la traduction anglaise.
Illustrations hors-texte.
Rousseurs aux premiers feuillets.
54
W. PETRO
Triple commission
John Murray, Londres 1968.
1 vol. in-8. Reliure entoilée éditeur, sous
jaquette.
Envoi de l'auteur.
Boite en percaline bleue piece de titre et
logo Citroën en chagrin noir.
10 / 20 €
60 / 80 €
58
Georges-Marie HAARDT
AUDOUIN-DUBREUIL
Louis
Across the Sahara by moto car. Translated
from the french by E.E. Fournier d'Albe.
Introduction de André Citroën. Illustrations
de Boutet de Monvel.
London, T. Fisher Unwin Ltd, Adelphi
Terrace, 1924.
1 vol. in-8. Reliure entoilée éditeur. sous
emboitage bleu, piece de titre et logo Citroën
en chagrin noir.
Edition originale anglaise.
Envoi des auteurs à Sir Coryndon.
60 / 80 €
16
et
et
Louis
Across the Sahara by moto car. Translated
from the french by E.E. Fournier d'Albe.
Introduction de André Citroën. Illustrations
de Boutet de Monvel.
New-York, D. Appleton and Company, 1924.
1 vol. in-8. Reliure entoilée éditeur. Sous
emboitage bleu, pièce de titre et logo Citroën
en chagrin noir.
Edition originale américaine.
Rousseurs sur les tranches. Accrocs aux
coiffes.
60 / 80 €
60
Georges-Marie HAARDT
AUDOUIN-DUBREUIL
et
Louis
Die erste Durchquerung der Sahara im
Automobil.
Berlin, Grunewald, 1924.
1 vol. in-8. Reliure entoilée éditeur. Sous
emboitage bleu, pièce de titre et logo Citroën
en chagrin noir.
Traduction de Paul Fohr.
Edition originale allemande.
Illustrations hors-texte.
50 / 60 €
61
Georges-Marie HAARDT
AUDOUIN-DUBREUIL
et
Louis
La prima traversata del sahara in automobile.
Roma - Milano, S.E.A.I, 1926.
1 vol. in-8. Reliure cartonnée éditeur,
couvertures imprimées en rouge et noir,
sous emboitage bleu, pièce de titre et logo
Citroën en chagrin noir. Accident à la coiffe
supérieure.
Edition originale italienne. Avec illustrations
hors-texte.
Tirage à 100 exemplaires, n°40. Proprieta
letteraria riservata.
80 / 100 €
66
Ensemble de 5 vols modernes :
DESCHAMPS
La cuisine des croisières Citroën ,
GOURLAY, Patrick
Regards sur la croisière jaune, DAULIAC
La croisière jaune,
DESCHAMPS
Croisière jaune chroniques 1929 - 1933,
ROUXEL
Renault en Afrique croisières automobiles et
raids aériens 1901-1939.
Très bon état général.
30 / 50 €
67
Ensemble de vols en anglais :
62
Stella COURT TREATT.
63
The National geographic magazine. Missions
Citroën.
1 vol. in-8. Reliure entoilée bleue, pièce de
titre de chagrin noir, logo Citroën en pied.
Divers numéros reliés : January 1924.
June 1926. June 1931. November 1932.
December 1933. October 1935. january
1936.
Joint
GRANDIDIER, G.
:
La Géographie. Revue mensuelle.
Tome XLI. Janvier à Mai 1924.
Société de géographie, 1924.
1 vol. in-8. Demie percaline bleue. Dos
épidermé. Cartes dépliantes.
30 / 40 €
63
GOERGER, Hélène-Albert
Paysages du monde.
Poèmes. Préface de Louis AudouinDubreuil. Bois originaux de Noël Santon.
Collection "le Sorbier", Editions Corymbe,
1938.
1 vol. in-8. Broché, couvertures imprimées.
Tirage à 350 exemplaires, celui-ci un des
20 premiers exemplaires sur japon impérial
n°XIV.
60 / 80 €
64
Revue. L'automobiliste. n°1 Octobre
1966 - n°60 Mai 1982.
Cape to Cairo.
London, Calcutta, Sydney, George G.
Harrap & Compagny Ltd, 1927. Illustrations
Isabel ANDERSEN.
From Corsair to Riffian.
Boston, N Y, HougtonMiflin Company, 1927
Emma BURBANK AYER.
A motor Flight through Algeria and Tunisia.
Seconde edition. Chicago, A.C. McClurg &
Co, 1911. Avec un envoi de l'auteur
M.H. ELLIS. Express to Hindustan. N Y,
Dodd, Mead & Co, 1929. Illustrations
T.R. NICHOLSON.
The wild Roads.
London, Jarrolds, 1969
E. Alexander POWELL.
By camel and car to the peacock throne.
N Y, London, The Century Co, 1923. Kathryn
HULME. Arab interlude.Illustrations by
Helene VOGT. Philadelphie, Macrae. Smith
compagny, 1930. Avec un envoi de l'auteur.
et 20 autres volumes de littérature de voyage
en anglais ...
65
69
BAUDOT (J.-C.), SEGUELA (J.). CESAR
La Terre en Rond. 100.000 kilomètres en 2
CV Citroën.
Servant-Crouzet, 1960. Petit in-8 oblong,
broché, couverture illustrée, 36 pp.
Amusante
plaquette
émaillée
des
commentaires désinvoltes des auteurs,
Jean-Claude
BAUDOT
et
Jacques
SEGUELA. Illustré de 10 photos hors-texte
et de 10 dessins de CESAR la plupart horstexte.
Joint :
10 photographies originales du raid (format
130 x 180 mm. à 160 x 240 mm.) la 2 CV à
Angkor, incidents du parcours divers, gens
rencontrés…
350 / 400 €
70
BRASIER
Expéditions et divers. revues Renault.
Diverses photographies.
Automobiles Brasier 1913.
Paris, Draeger, 1913, broché, brochure
publicitaire crème, grille Brasier en médaillon
rouge.
Les voitures Brasier pour 1913 bien
présentées dans cette publicité signée
Draeger. Pliure médiane.
30 / 50 €
100 / 120 €
100 / 150 €
68
Lot de vols divers de voyages.
Revue in-8 oblong. Le premier n° en reliure
éditeur cartonnée, les autres
numéros, brochés tels que parus,
dans des classeurs bleus.
6 classeurs.
Joint
:
les Revues n°61, n°62, 64, 66, 67 et
double n°71-72.
150 / 200 €
65
Revue. Anthologie de l’automobile
sous 2 classeur de skivertex bleu n°1
septembre 1968 au n° 38 quatrième
trimestre 1975 collection complète
100 / 150 €
70
17
75
71
AUTOMOBILES-DELAUNAY
BELLEVILLE
L'Auto, la route et l'homme.
Paris, Draeger, [1920], cartonnage gris,
couverture imprimée en relief.
Tome I qui n'a pas connu de suite. Déchirures
et manques au dos, petits accidents à la
couverture.
160 / 180 €
72
PANHARD et LEVASSOR
Si......! S'ils avaient eu l'automobile.
S.l., Vidal & Coqueret, 1913, in-4 oblong,
cartonnage brun marbré.
Catalogue d'automobiles à prix marqués.
Le texte humoristique de Paul Arosa met
en scène des événements historiques qui
auraient trouvé un autre dénouement si les
automobiles Panhard et Levassor avaient
pu intervenir à temps (la fuite de Varenne,
Roland à Roncevaux...). Chacun des
huit modèles présentés est accompagné
d'une reproduction contemporaine de
l'événement. L'aquarelle mettant en scène
l'automobile salvatrice lui fait face.
Petites usures aux bords, frottements aux
coins.
74
AUTOMOBILES - PEUGEOT
76
GOURDON, Michel
Raid Alger-Dakar. 1931. Mission ProustPeugeot. Seize photographies originales
d'époque.
sous étui cart. jaune.
Maquette de la couverture du roman de
Mario Ropp, aux Editions Fleuve Noir sous
le titre "Une entourloupe royale".
Gouache signée en bas à droite, titrée au
verso, 1978,
Magnifique représentation d’une Bugatti
Royale.
120 x 166 mm.
200 / 250 €
44 x 32 cm.
75
ALFIERTI, LACROIX
600 / 700 €
Autoinaffiatrici e carri botte S.P.A. /
Autoambulanze S.P.A. / Automobili industriali
S.P.A.
Milan, 1914. 3 catalogues in-8 carré,
brochés de la société S.P.A. (Società
Piemontese Automobili), un des principaux
constructeurs automobiles turinois, mais
aussi de moteurs pour avions et véhicules
industriels. Dans les années 20, elle passera
sous le contrôle du groupe Fiat.
250 / 300 €
250 / 300 €
73
RUDGE WHITWORTH
PALMARES, La roue métallique à rayons, les
roues détachables.
Paris, Office d'éditions d'art, 1924,
couverture estampillée au logo en rouge et
or de Rudge-Whitworth.
80 / 100 €
74
18
77
76
77
BELLENGER, Jacques
"Marchera mieux avec les accus Fulmen".
Maquette d'affiche gouachée, signée et
datée, 1929,
40 x 26.5 cm,
encadrée
160 / 180 €
78
CITROEN ; BAILLY (Christian). GILLON,
JUILLARD, MARTIN (Jacques), ARNO,
BLANC-DUMONT,
CABANNES,
DADELLO, DARROW, GIGI, LOISEL
82
Panhard - Levassor
1986. Les Chevrons voient rouge.
Paris, 1985, in-folio, portfolio de 10
planches, sous chemise et étui toilés
blanc, logo Citroën imprimé en rouge, deux
chevaux dressés imprimés en noir.
Tirage limité à 650 exemplaires et 150
exemplaires épreuve d'artiste. Un des 650,
N°557.
Bien complet des 10 planches en couleurs,
toutes signées à la main par le dessinateur..
37 x 56 cm
Usures
Catalogue pour l’année 1914 contenant
sept planches en couleurs
Couverture au sigle PL en métal doré
180 / 220 €
83
Ferrari Yearsbook 1958
On joint une carte de visite Enzo Ferrari
1 000 / 1 100 €
Petites usures et frottements à la couverture.
400 / 500 €
79
La France Automobile
78
Année 1903
2 vols. – demi-reliure
84
Catalogo Bolaffi Delle Fiat 1970
200 / 250
300 / 400 €
80
La France Automobile
Année 1905
2 vols. – demi-reliure
300 / 400 €
81
COURTEAULT, Pascal
Automobiles Voisin -1919/1958
White Mouse édition – 1991
Exemplaire numéroté 2836
Calandre automobile plastique sur le premier
plat. Emboîtage carton
79
81
500 / 1 000 €
19
89
85
Encyclopédie Giorgio
de 1885 à nos jours, complète, neuve,
emballage d'origine (avec Gag Achille Talon)
40 / 45 €
86
Votre Peugeot 203,
Editions pratiques automobiles
Votre DS 19, Editions pratiques automobiles
2 vols.
On joint :
deux Guides Bergougnan : La Côte d’argent
et les Pyrénées; La Route des Alpes
30 / 50 €
87
Ensemble de catalogues de pièces
détachées Lancia :
Flavia 815-818-819-820, Beta II, Beta
828, Autobianchi A112, Superjolly 315,
Coupé Flaminia
On joint :
Un catalogue d’outillage Lancia
30 / 40 €
88
Ensemble de manuels de réparation
Porsche :
911 / 912 - 7 classeurs; 924 / 928 - 10
classeurs; 930 Turbo - classeurs; 944 - 1
classeur; 2 classeurs service après-vente
On joint :
Un manuel de réparation BMW 1500 à
2000
180 / 220 €
89
Automobile Quarterly
Collection de 51 volumes de 1962 à 1979
Années 1962, 1963, 1964, 1967, 1968,
1970, 1973 complètes
50 / 80 €
90
Le Mécanicien Moderne
95
Ensemble de revues
Description d’une automobile à pétrole. La
locomotive Compound. 3 vols, reliure en
toile (usures)
Science et Vie, Cavallino et divers
Allo Paris…Ici piston
Revue ECP 1933
96
Lot de brochures
20 / 30 €
Ferrari, Bugatti et Porsche et photographies
91
Valise du jeu
« Les 24 heures du Mans » (Incomplet)
On joint :
deux maquettes en papier à réaliser.
Jouets Ellen Reproduction d’une Série A
modèle n°2, type « coach décapotable »
15 / 20 €
92
Ensemble de 12 volumes Renault,
Peugeot et Citroën
René BELLU, Toutes les Renault; MONCET,
DUDOT, SAGE, Renault F1, Les années
turbo; RENAULT, Un siècle de tradition
haut de gamme et l’album de la Formule
1; Dominique PASCAL, R8 Gordini; Olivier
BRETON, Histoire de victoires; SEDILLOT,
Peugeot de la crinoline à la 404; Jacques
WOLGENSINGER, André Citroën; René
BELLU, Toutes les Citroën; Bernard
LAURENT, Citroën 5HP
60 / 80 €
10 / 15 €
97
Une revue Nurburgring 1968
10 / 15 €
98
Automobiles Classiques
Ensemble d'environ 60 revues
10 / 15 €
99
Ensemble de 14 volumes divers :
Almanach du Touring Club de France, 1932;
Guide Michelin, 1906; L’Europe en
automobile, 1934; André LENÉ, Dictionnaire
de l’aviation; Marcel ASTRUC, L’automobile
à la portée de tous; Henri PETIT, Les
moteurs; Philippe GIRARDET, Voyage
autour de ma voiture; Guy de LARIGAUDIE,
Paris Saigon; Les albums du petit mécano,
l’avion; et divers
80 / 100 €
93
Ensemble de 10 volumes relatifs au
sport automobile :
J.H LARTIGUE, Les autos; DINGO, Dix
ans de tôle; Gérard CROMBAC, Colin
CHAPMAN, L’épopée Lotus en Formule;
Gérard
CROMBAC,
Matra;
Michael
FROSTICK, A history of Monte Carlo Rally;
David Douglas DUNCAN, Grand prix of
Monaco; Pierre FOUQUET-HATEVILAIN,
Gordini vécu par Robert Manzon; Pierre
GARY, Le Tour de France Auto
1994; G.M FRAICHARD,
Le sport automobile; Alain
PROST, Vive ma vie
40 / 60 €
94
Ensemble de catalogues de
ventes automobiles
10 / 15 €
93
20
10 / 15 €
On joint :
100
Ensemble de 14 volumes sur le thème
de l’automobile:
Bruno RIHET, Au fil de l’huile II;George
BARRIS, Cars of the Stars; Peter
ROBERTS, Le Monde fascinant des Autos;
Claudes ROUXEL, Chenard & Walcker; P.A
MILLEREAU, Jaguar « E »; Ray MILLER,
Thunderbird; Jean SAUVY, Les automobiles
Aries; American Cars of the 1930s;
American Cars of the 1940s; P. CASUCCI,
Le guide des voitures anciennes 1905 à
1939; et divers
40 / 60 €
101
SALVAT Bernard
Terrot - Magnat-Debon
1 vol. numéroté HC 47 avec envoi de l'auteur
Emboîtage entoilé
30 / 40 €
AUTOMOBILIA
DEUXIÈME PARTIE
AUTOMOBILIA &
AERONAUTIQUE
21
103
103
102
Lot d'objets automobilia comprenant :
Une mascotte de radiateur en régule signée
H. Fuger, figurant une hirondelle, une tête de
cheminot en faïence formant pot à tabac,
un tacot en verre moulé, deux assiettes en
faïence fine à décor de scènes humoristiques,
un briquet Mobiloil, sept porte-clefs divers,
trois médailles commémoratives, et divers
Accidents
20 / 30 €
103
Ensemble de trois portfolios :
- Portfolio du centenaire Ettore Bugatti
contenant 8 planches imprimées
- Portfolio Alfa Romeo contenant 7 planches
imprimées
- Portfolio Oldtimer contenant 30 planches
imprimées
30 / 50 €
104
Porsche - Volkswagen
103
106
103
110
Dossier du 4ème Grand Prix de France
Le Tour que j'aime et une revue Shell.
Dessins illustrés sur le Tour Auto
2 juillet 1971
70 / 80 €
50 / 60 €
107
Lot d'automobilia comprenant :
111
Drapeau du journal l'Equipe
Quatre reproductions d’après Geo Ham;
ensemble de 21 Hors série de la revue
Science et Vie entre les années 1948 et 1972;
une brochure TR4 A, une revue technique
CX, une brochure BMW 1800 TI, un livret de
bord et deux carnets d’instructions
On joint un badge tissu de l'Automobile Club de
Nice Côte d'Azur
On joint
publicitaire
six
porte-clefs
et
une
règle
60 / 70 €
112
Revue France Porsche
Février 1967, n°3
20 / 30 €
35 / 40 €
108
Programme du 32ème Grand Prix d'Italie
113
Programme et ticket d'entrée pour le
Grand Prix d'Italie
Monza 1961
45 / 50 €
Portfolio contenant 24 planches imprimées
10 septembre 1961
50 / 60 €
Taches, pliures
20 / 30 €
105
Ensemble contenant des diapositives et
des photographies
109
Disque 45 tours
Coccinelle - Volkswagen
100 / 120 €
114
Programme du Grand Prix de Monaco
1961
On joint les temps des qualifications
100 / 120 €
70 / 80 €
22
104
115
Walter BOSSAERTS
(1908-2001)
Course automobile
Huile sur toile signée en bas à droite
38,5 x 48 cm
3 000 / 3 500 €
23
116
116
Géo HAM
(Georges Hamel, 1900-1972)
Circuit de Saint Cloud 9 juin 1946
Rare affiche pour une course de motos
Entoilée
159 x 115 cm
5 000 / 5 500 €
24
117
N.V.
118
MB Automobile
Automobiles La Buire - Lyon - E-Pur-SiMuove, 1910
Affiche publicitaire
Entoilée
157 x 116,5 cm
1 200 / 1 500 €
25
121
120
123
119
"Le Mans"
Affiche pour le film "Le Mans" avec
Steve Mc Queen et Elga Andersen,
1971
Imprimerie Lalande-Courbet
Entoilée
155 x 115 cm
122
124
125
122
Les 24 Heures du Mans 1966
Affiche, photo Delourmel
Imprimerie Thivillier
Entoilée
57 x 39 cm
600 / 800 €
1 500 / 1 800 €
120
«Les 24 Heures du Mans 1964»
Affiche, photo Paris- Match (Ferrari
dans les esses)
Imprimerie Thivillier
Entoilée
57 x 38 cm
123
Les 24 Heures du Mans 1967
Affiche, photo Delourmel
Imprimerie Oberthur
Entoilée
58 x 37 cm
600 / 800 €
600 / 800 €
121
«Les 24 Heures du Mans 1965»
Affiche, photo Delourmel
Imprimerie Oberthur
Entoilée
60 x 39,5 cm
600 / 800 €
26
124
Les 24 Heures du Mans 1968
Affiche, photo Delourmel
Imprimerie Oberthur
Entoilée
52,5 x 40 cm
600 / 800 €
119
125
Les 24 Heures du Mans 1969
Affiche, photo Delourmel (Les Alpine au
départ) Imprimerie Oberthur Entoilée
59 x 40 cm
600 / 800 €
131
129
129
126
Ensemble de trois affiches
135
Photographie de presse
139
Cravate des 24 Heures du Mans
Paris-Nice 1967; Le Tour de France
Automobile 1979; 22ème Grand Prix
automobile Monaco 10 mai 1964
Déchirures
pour le lancement de la Triumph 2000
en 1966
40 / 50 €
Pacault-chemises au Mans
30 / 40 €
140
Foulard des 24 Heures du Mans
10 / 15 €
Hermès - Paris
127
Ensemble de trois photographies
70 / 80 €
de presse Jean-Pierre Beltoise
141
Foulard du Rallye d'Alençon
30 / 35 €
25 mars 1956
128
Ensemble de trois photographies
30 / 40 €
de Jackie Stewart, l'une portant un
autographe
45 / 50 €
129
Ensemble de dix photographies
136
136
Photographie autographe
du Raid Afrique 1973
de Jean Behra le 19 juin 1956,
victorieux des 1000 km de Paris sur
Mazerati 3 litres avec Rosier
40 / 45 €
180 / 220 €
130
Ensemble de trois photographies
des essais Roadster Mercedes 300 SL
par Stirling Moss
142
Cravate Mobil Economy Run
Hermès-Paris
35 / 40 €
143
Invitation et cravate du Grand Prix
d'Espagne - 1969
45 / 50 €
137
Autographe de Jim Clark
144
Foulard en soie Gamme Fiat
100 / 120 €
150 / 180 €
50 / 60 €
145
Foulard en soie Mille Miglia
131
Ensemble de quatre photographies
138
Cravate de la FFSA
de Stirling Moss sur Cooper
Dave Malkay
retraçant le parcours de l'épreuve 30
avril-1er mai 1955
50 / 60 €
35 / 40 €
250 / 280 €
132
Photographie de presse
pour le lancement de l'Austin Healey
Sprite MK III
40 / 45 €
133
Photographie de presse
pour le lancement
Interceptor
de
la
Jensen
40 / 45 €
134
Photographie de presse
pour le lancement de l'Austin Healey MK
III
50 / 60 €
27
146
Chrysler
Montre bracelet homme en forme de
volant d’automobile.
30 / 40 €
147
Stratos - Bertone
Montre bracelt homme à cadran digital
On joint :
un écrin Tissot 2005
200 / 250 €
148
Opel
Montre bracelet homme
15 / 20 €
147
146
148
149
149
Gruen - Oldsmobile
Montre bracelet homme
30 / 40 €
149 bis
Vide poche - Montre de bord
d’automobile
Placage de bois de loupe dans des
encadrements à filet.
Au centre, une montre de bord «8
jours
Dim : 12 x 27,5 x 10,5 cm
300 / 400 €
149 ter
Montre de bord,
150
l’aiguille des secondes à 6 heures
On joint une plaque photographique
représentant une automobile
Diam : 5 cm - Dim : 13 x 18,5 cm
150 / 200 €
153
MIG 29 - Cytok
151
150
Monoplan de compétition - circa 1930
Montre de bord - chronographe
Belle maquette de direction en bois et métal
sur socle
200 / 300 €
D. : 8 cm
31 x 42 x 40 cm
2 500 / 3 000 €
151
Biplan Heinkel de compétition - circa
1930
154
MIG 21 - Cekyhqomeo
Montre de bord
153
D. : 8,5 cm.
150 / 200 €
Belle maquette de direction en bois et métal
sur socle
43 x 39 x 42 cm
2 500 / 3 000 €
152
Deux serre-têtes
en cuir fourré
20 / 30 €
28
154
155
155
Chronomètre de bord
Le Mans
100 / 150 €
156
158
159
157
160
161
156
Lalique France
Trophée du concours d’élégance MonteCarlo 2013 au modèle de la mascotte
« Victoire » en cristal moulé, signé et
numéroté 056
159
R. LALIQUE
Mascotte "Tête d'Aigle"
Verre blanc moulé-presse. Signée. Modèle
créé en 1928
H. : 11 cm
H. : 14 cm - P. : 23 cm
Catalogue raisonné F. Marcilhac, ref : 1138
On joint :
1 000 / 1 200 €
un presse-papier en verre gravé Le Mans
Classic – Autoretro 2006
D. : 20 cm
100 / 150 €
157
Claude Nicolas - Paris
Peugeot 205 T16 en cristal moulé
H. : 8,5 cm ; L. : 11 cm ; P. : 25 cm
80 / 120 €
160
M. PODIEBRAD
Mascotte "La Flèche", circa 1920 - 1940
Bronze argenté. Signée. Montée sur un
socle en marbre
H. : 22 cm
700 / 800 €
161
M. GUIRAUD-RIVIERE
Mascotte "Boxeur", circa 1920
Bronze patiné. Signée
H. : 14,5 cm
158
R. LALIQUE
1 500 / 1 800 €
Mascotte "Coq Nain"
Verre blanc moulé-pressé. Signée. Modèle
créé en 1928
162
Mascotte Voisin
H. : 21 cm
Catalogue raisonné F. Marcilhac, ref : 1135
800 / 900 €
Grande cocotte Voisin, emblème de la
marque des automobiles et avions Voisin
Feuilles de métal découpées
Travail contemporain
H. : 92 cm
4 500 / 5 500 €
162
29
171
163
164
169
171
170
165
172
170
166
163
Gargoyle
168
Toneline
Plaque émaillée
Plaque émaillée
100 x 175 cm Petits accidents
500 / 700 €
164
Mc Kormick
H. : 40 cm - L. : 60 cm
Petits accidents
300 / 400 €
100 / 150 €
165
La Turin - Assurances
Plaque émaillée
45 x 60 cm Petits accidents
30 / 50 €
167
31 x 48 cm Petits accidents
50 / 100 €
167
Accumulateurs Fulmen
Plaque émaillée
58 x 38 cm Petits accidents
168
30
169
Ensemble de deux plaques
émaillées :
50 / 100 €
H. : 63 cm - L. : 47,5 cm
Engrais PEC (deux plaques)
50 / 100 €
Talons Wood-Line 20 x 40 cm
Antargaz 45 x 60 cm
Petits accidents
30 / 50 €
172
Jaeger - Appareils de
bord - Commutateurs
Plaque
166
Huiles Labo
Plaque émaillée
Engrais Complets Saint
Gobain
H. : 57 cm - L. : 50 cm
Petits accidents
Plaque émaillée
80 X 120 cm Petits accidents
171
Ensemble de trois
plaques émaillées :
170
Ensemble de deux plaques
émaillées :
Clapion - Prince des Vins
H. : 30 cm - L. : 60 cm
Groupement des Epiceries
Viennoises
D. : 45 cm Petits accidents
50 / 70 €
34 x 49 cm
Corrosion
30 / 50 €
173
177
175
176
174
178
173
Badge
du XIIème Rallye Automobile
Monte Carlo 1933
D. : 8,5 cm
100 / 200 €
177
Badge
du XVIIème Rallye Automobile
Monte Carlo 1952
D. : 9 cm
100 / 200 €
174
Badge
178
Badge
du XIIIème Rallye Automobile
Monte Carlo 1934
du XIXème Rallye Automobile
Monte Carlo
D. : 9 cm
D. : 9 cm
100 / 200 €
175
Badge du XIVème Rallye
Automobile
Monte Carlo 1935
D. : 9 cm
Petits accidents
100 / 200 €
100 / 200 €
179
Badge
du XXème Rallye Automobile
Monte Carlo
de
badges
accès
1000 km Paris 1962, Grand Prix de
Grande Bretagne 1961, Grand Prix
de Monaco 1963, Grand Prix de
Paris 1970, Coupe Vitesse Montléry
1965
On joint : un carnet de ravitaillement
100 / 200 €
Tour de France Automobile
50 / 60 €
180
Deux badges de calandre
du XVème Rallye Automobile
Monte Carlo 1936
"La Préservatrice"
100 / 200 €
181
Ensemble
courses :
D. : 9 cm
176
Badge
D. : 9 cm
179
40 / 45 €
182
Un disque et trois
photographies du 9 ème Rallye
des Gaves -1965
35 / 40 €
31
183
191
184
188
185
192
193
189
186
194
190
183
Plaque
187
Plaque
191
Plaque
du Rallye des Mille Pistes 1979
n°131 - Equipage Mandjian-Richaert sur
Mini Cooper
Métal
du Rallye des Violettes
n°23
Formica
du Rallye Lorraine-Alsace - années 1950
n°34
Métal
40 / 50 €
70 / 80 €
184
Plaque
188
Deux plaques
192
Plaque
du Rallye des Forêts - années 1950
n°26
Isorel
du Rallye du Languedoc
n°140 - 1978 - métal
n°61 - 1980 - plastique
du Rallye Monte-Carlo - 1983
Invité
Métal
70 / 80 €
50 / 60 €
50 / 60 €
70 / 80 €
185
Plaque
189
Plaque
193
Plaque
du Rallye des Six Heures de Saint Cloud
- années 1960
n°27
Métal
du Rallye de Sablé - 1952
n°193 - Equipage Schelmann et Colas
sur Panhard Callista 6398 AG 75
Métal
du Rallye du Dauphiné - années 1950
n°56
Métal
70 / 80 €
130 / 140 €
186
Plaque
190
Plaque
194
Plaque
du Rallye d'Aix-en-Provence - années
1950 - n°152
Métal
du Tour de Corse - 1980
n°211
Plastique
70 / 80 €
100 / 110 €
du Rallye Mobil Economy Run - années
1960 n°58
Métal
On joint : un badge émaillé de 1960
70 / 80 €
75 / 80 €
32
202
195
199
203
196
204
200
197
198
201
205
195
Plaque
199
Deux plaques
203
Plaque
du Rallye de l'Yonne - années 1950
n°42 - Raynaud sur Renault 4cv
du Rallye de Lozère
n°106 - 1977 - métal
n°43 - 1980 - plastique
du Rallye Monte-Carlo - 1989
Télévision
Métal
70 / 80 €
50 / 60 €
196
Plaque
200
Plaque
204
Plaque
du Rallye Mobilgas economy Run - 1961
du Rallye de Dieppe Années 1950
n°8
Métal
du Rallye Monte-Carlo - 1982
n°352 - Assistance
Métal
70 / 80 €
On joint :
un badge émaillé de 1961
75 / 80 €
50 / 60 €
50 / 60 €
197
Plaque
201
Plaque
205
Bracelet du pilote
du Rallye de la Vigne et du Vin - années
1950 n°130
Isorel
du Rallye de Saint Ambroix années 1950
n°55
Métal
de la voiture 22 pour les 24 heures du Mans
1974 Porsche Carrera RSR Turbo, groupe
5, équipage Van Lennep - Müller, 2ème du
classement à la distance
Métal et poinçon plombé
On joint : une diapositive de la voiture
70 / 80 €
50 / 60 €
198
Plaque
202
Plaque
du Rallye de Dax - Années 1950
n°8
Métal
du Rallye Monte-Carlo - 1993
n°517 - Assistance
Métal
70 / 80 €
50 / 60 €
500 / 550 €
206
Plaque
du Tour de France Automobile - 1964
n°56 - Equipage Patte-Charlier sur Volvo
1225. 10ème au classement Tourisme
Ruban Blanc
On joint : une photographie
170 / 250 €
33
211
207
Badge
Mobil Economy Run 1963
On joint :
une écharpe
40 / 45 €
208
Ensemble de trois disques
du Rallye Lyon - Charbonnières - 1956,
1958, 1960
120 / 130 €
209
Automobiles Classiques - Bagatelle
Coupe en métal argenté Puiforcat, Prix
du Trianon 1990
Plateau en métal argenté Puiforcat,
Bagatelle 1999
Programme et plaque du Rallye des 8 et
9 septembre 1990
On joint :
213
Coupe
218
Cendrier
gagnée par Corinne Koppenhague Coupe des Dames 1978 sur Alfa Sud
en métal Renault
Un petit cendrier en forme de roue, Kleber
à Colombes
50 / 60 €
10 / 15 €
214
Coupe
gagnée par Corinne Koppenhague
- Championnat Automobile de HauteSavoie 1968 - Coupe de l'ESCA
30 / 40 €
210
Trophée FFSA-Pilote Corinne
Tarnaud
215
Coupe
gagnée par Corinne Koppenhague Championnat Automobile de HauteSavoie 1968 - 1ère place toutes
catégories
50 / 60 €
gagnée par Corinne Koppenhague circuit de vitesse de Dijon Coupe Dunlop
30 / 35 €
Rallye du Limousin - 1960
Dans sa boîte
220
Série de 5 Jantes
Ferrari en aluminium.
300 / 400 €
220 bis
Série de 5 Jantes
Ferrari en aluminium.
216
Trophée Esso
Rallye
1971
Paris-Saint
40 / 45 €
300 / 400 €
Raphaël
féminin
221
Suite
de quatre roues de Ford T
80 / 120 €
50 / 80 €
211
Coupe
219
Cendrier
30 / 40 €
une coupe en métal
50 / 80 €
On joint :
217
Trophée
automobile 1970
- Journalistes
sportifs
35 / 40 €
212
Coupe
Corinne Koppenhague - Tour de France
Automobile 1974 - Offert par Nice
Matin
50 / 60 €
209
34
131
35
36
AUTOMOBILES &
AERONAUTIQUE
37
222
1959 - Hélicoptère SO 1221 DJINN
Hélicoptère biplace au fuselage métallique tubulaire, le
DJINN est un appareil d’observation et de liaison conçu
pour un usage militaire à la demande des services officiels
français. Il est muni d’un train d’atterrissage à patins avec
roues amovibles, et de pales en acier et aluminium. Produit
à 178 exemplaires, il effectua son premier vol en 1956. Il
s’agit du premier hélicoptère à réaction à être fabriqué en
série.
Son fonctionnement, fruit des recherches techniques
menées par les ingénieurs Pescara, Doblhoff et Laufer
depuis les années 20 et Paul Morain en 1948, repose sur
le principe de l’éjection par l’extrémité des pales, du gaz
produit par la turbine.
Sa structure simple et ultra légère (360 kg) et ses
proportions raisonnables permettent de l’utiliser dans des
conditions extrêmes comme pour le secours en Montagne
ou les expéditions polaires. Le SO 1221 établit, dès ses
débuts, des records en montant à plus de 8000 mètres
d’altitude et en survolant la Jungfrau.
Cependant, c’est surtout au cours de la Guerre d’Algérie
qu’il s’illustre, parcourant le ciel du djebel pour des missions
d’observation, d’évacuation des blessés et plus rarement
de combat.
Premier hélicoptère à réaction à avoir reçu le certificat de
navigabilité américain, il fut aussi utilisé par l’armée suisse
et la Bundeswehr.
Sorti d’usine en 1959, notre exemplaire est livré à l’armée
française en janvier 1960 dans le cadre d’une commande
de cent Djinn. Confié aux ERGM (Établissements de
Réserve Générale du Matériel d’Aviation Légère de l’Armée
de Terre & Aéroportée) de Montauban puis de Chéragas,
il est expédié, dès le mois de février, en Algérie pour le
service du 2ème PMAH 13ème DI (2ème Peloton mixte
avions hélicoptères de la 13ème Division d’infanterie),
basé à Sidi-Bel-Abbès. A la fin de la guerre, il est rapporté
en métropole et passe, au gré des besoins, par plusieurs
établissements de l’ALAT (Aviation Légère de l’Armée de
Terre).
Après 10 ans d’usage militaire, il est réformé en 1972 et
entre dans la collection de l’actuel propriétaire. Il se trouve
aujourd’hui en très bel état de conservation.
Réglé à l’état stationnaire, cet hélicoptère pourra être remis
en vol moyennant une révision et une modification de pales
« C91 ».
Véritable pièce de musée, cet appareil fera la fierté du
collectionneur ou le plaisir de l’amateur de voltige aérienne.
Sont joints, à titre indicatif et documentaire, une fiche
de caractéristiques générales, les fiches de mutations,
le carnet de contrôle des opérations (1969) et un carnet
d’entretien.
Un appareil historique
Un symbole de l’innovation technique de l’aéronautique française des années 1950
Un hélicoptère à piloter
38
« Un appareil emblématique de l’industrie aéronautique française des
années 1950 »
Constructeur :
Modèle :
Millésime:
Heures de vol :
Atterrissages :
Motorisation :
Puissance :
Poids V. :
Exemplaires produits :
SNCASO - Société Nationale de
Constructions Aéronautiques du Sud-Ouest
SO 1221
1959
1599,45
2375
Turbine Turbomeca Palouste IV
240 ch à 31 000 t/mn
360 kg
178
13 000 / 15 000 €
39
223
1973 - Volkswagen Coccinelle 1303
Première auto construite par le constructeur allemand
Volkswagen, la coccinelle connaitra une carrière
sans précédent, de 1938 à 2003. Véritable icône de
l’automobile, la Cox est conçue par Ferdinand Porsche
en 1938. En 1972, elle dépassera le record de modèles
vendus jusqu’alors détenue par la Ford T de l’autre côté
de l’Atlantique. Produite à plus de 21 529 461 exemplaires
à travers le monde, la « Cox » a traversé toutes les
générations.
Le « scarabée » a d’abord été conçu dans l’optique de
satisfaire les classes populaires en leur proposant un
produit bon marché, testé à toute épreuve. Un moteur de
4 cylindres à plat, refroidi par air en porte à faux arrière, un
châssis poutre, des roues indépendantes et la présence
de barres de torsion représentent autant d’éléments
synonymes de modernité. Dévoilée publiquement en mai
1938, la Cox traverse une période d’arrêt pendant les
évènements de la seconde guerre mondiale. Connaissant
après-guerre un succès populaire sans précédent, la plus
grande partie de la production est exportée vers le continent
Américain. Aux Etats Unis, la petite Volkswagen séduit
la jeunesse américaine et les jeunes femmes coquettes,
préférant une petite auto sympathique et ingénieuse, bien
plus pratique et maniable que les berlines de l’époque. La
position du moteur en porte à faux arrière, dont le même
principe a été lancé sur la Porsche 356, permettait à la Cox
40
d’obtenir une réduction des coûts de production, évitant
ainsi d’ajouter sur le modèle un arbre de transmission
qui se serait révélé assez coûteux et complexe. Tout au
long de sa carrière, la coccinelle a connu de nombreuses
évolutions, retouches esthétiques, amélioration techniques
et montée en puissance de moteurs.
En 1973, la 1303 dite «Panorama» vient remplacer la 1302.
Elle doit son nom à l’agrandissement discret de la surface
vitrée, le pavillon ayant été modifié. La 1303 se distingue
aisément par ses optiques arrière très rondes et bien
plus grandes et dispose de deux motorisations : 1300 ou
1600 qui fournissent 44 ou 50 chevaux. Equipée du 1600,
l’appellation est 1303 S. Une boite de vitesse à 4 rapports
et une puissance totale de 44 chevaux rendent cette auto
très agréable à conduire.
Le modèle présenté est de 1973. Il s’agit d’une 1303.
Il s’agirait d’une deuxième main achetée en 1991 par
l’actuel propriétaire. La voiture arbore une couleur jaune
d’origine, particulièrement seyante. Son intérieur est en
vinyle noir, avec sur tapis à passepoil jaune. Le moteur a
été changé au cours de son histoire. Les deux ailes avant
ont été changées et repeintes mais quelques travaux de
carrosserie seraient encore à prévoir pour la rendre parfaite.
Carte grise française
La très célèbre « voiture du peuple »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Volkswagen
Coccinelle
1973
151 000 km au compteur
4 cylindres à plat, refroidissement par air
1300 cm3
133 241 9841
2 500 / 4 500 €
La surnommée : « Cox » « Choupette » « Beetle » « the Ping »
Un mythe automobile international
Une voiture de collection facile et abordable
41
224
1968 - Sunbeam Alpine Série V
En 1959, le groupe britannique Rootes lance la Sunbeam
Alpine afin de concurrencer notamment les marques MG
et Triumph, participant ainsi à la légende des roadsters
anglais. La production cessera en 1968 après le rachat
du constructeur Rootes par le groupe Chrsyler. Conçue
en 1957, l’Alpine est équipée du quatre cylindres de 1,5
litres de la Rapier série II lancée au même moment. Par
rapport à cette dernière, elle bénéficie toutefois d’une
culasse en aluminium, d’un nouveau pont arrière et de
freins à disque à l’avant. Avec deux carburateurs, la
puissance atteint 78 chevaux qui permettent à la voiture
de dépasser les 155 km/h.
La série V est lancée en 1965, avec un nouveau
moteur d’une cylindrée de 1 700 cm3. Alimentée par
deux carburateurs Stromberg, elle développe alors 92
chevaux. C’est au total 19 122 exemplaires de la série
V qui seront produits jusqu’en janvier 1968. Plus rare et
mieux construite que ses concurrentes MG et Triumph
de l’époque, elle est cependant moins puissante. L’agilité
42
légendaire de son châssis lui permet pourtant de figurer
devant des autos bien plus performantes.
Le modèle présenté est d’août 1968, certainement
produit en 1967 puisque le modèle ne sera plus produit
en janvier de l’année d’après. Il est de couleur blanche
avec un intérieur en simili rouge. Son propriétaire actuel
l’a achetée en 2008 chez un professionnel, chez qui
elle avait été révisée. La voiture est en bon état et
très facile à conduire. Des frais ont été engagés avec
notamment la réfection de la sellerie. La voiture a aussi
connu une réfection mécanique importante avec remise
en état complète du moteur chez un professionnel.
La capote devra être remplacée afin d’assurer une
meilleure étanchéité. Cette voiture, plaisante à conduire,
est le parfait instrument de promenade des dimanches
ensoleillés.
La voiture est livrée avec son dossier d’entretien.
Carte grise française
« La plus aboutie des Sunbeam Alpine »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Sunbeam
Alpine Série V
1968
22 353 km au compteur
4 cylindres
1 700 cm3
B 395 000 917 LRO
10 000 / 13 000 €
Une des dernières Sunbeam Alpine produite
Un rapport prix/plaisir inégalable
Le charme d’un roadster anglais.
43
225
1958 - Triumph TR3
La Triumph TR3 va faire le succès et la fortune du
constructeur anglais de 1955 à 1962. Dans la lignée de
son aînée la TR2, la TR3 est une évolution logique tant
esthétique que mécanique de la TR2. Produite de 1955 à
1962, la TR3 se révèle être une TR2 légèrement retouchée,
conservant ainsi l’ensemble de ses qualités sans dénaturer
son dessin. Extérieurement, la proue évolue avec une grille
de radiateur avancée surnommée « egg box » ou « boite à
œufs », et des joints d’ailes en acier au lieu d’être peints.
Seul un nouvel écusson sur le capot moteur complète
l’identification. Sur la poupe, les charnières de coffre sont
chromées et non peintes. De nouvelles options tels que le
hard top en fibre de verre et un siège arrière occasionnel
pour une troisième personne viennent compléter l’évolution
de la gamme.
Malgré peu d’évolutions, la TR3 confirme un succès
commercial évident. La puissance du moteur gagne 5
cv par rapport à la TR2 grâce à deux carburateurs SU,
augmentant la puissance à près de 95 cv. Souplesse du
moteur, vivacité à bas régime et sonorité mélodieuse, ses
qualités sont évidentes. Ses défauts restent un manque
de puissance à haut régime et des carburateurs délicats
à régler sans pour autant affecter le comportement très
agréable de l’auto. Elle sera la première voiture de sport
du marché à être équipée en série de freins à disques à
44
l’avant. La TR3 A est une légère évolution de la TR3 avec
des poignées de portes extérieures, une calandre agrandie
et des phares moins proéminents.
Véritable collector, la TR3 voit sa côte d’amour continuer de
progresser. Sa fiabilité et la vraie disponibilité de pièces de
rechange permettent d’envisager une utilisation fréquente
ou une restauration sans trop de difficultés. Sensations au
rendez-vous, coude à la portière et position de conduite au
ras du sol expliquent la popularité de ce modèle.
TRIUMPH TR3 A (1957 - 196
Le modèle présenté est une TR3A, toute première produite
en 1958. Produite en janvier 1958, elle est la 1257e
TR3A sortie de la chaine sur plus de 58 000. La voiture a
conservé sa couleur d’origine rouge Colorado. La sellerie
noire complète parfaitement cette livrée très appréciée.
Dans son jus, cette TR3 a une pompe à eau ainsi que des
pistons de freins récents. Elle représente une opportunité
d’accéder au plaisir des roadsters anglais.
Son acquéreur devra prévoir une restauration de certains
éléments de carrosserie et l’achat d’une capote, les side
screens étant eux livrés avec la voiture.
Carte grise française
« Egérie de la marque pendant les années 50 et 60 »
Marque :
Modèle :
Millésime :
kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Triumph
TR3
1958
33 500 miles au compteur
4 cylindres
1 991 cm3
TS 23271 L
20 000 / 23 000 €
Des sensations et un look uniques
La voiture des sixties par excellence
Un pur roadster so british
45
226
1969 - Peugeot 504 Cabriolet
En 1968, Peugeot souhaite remplacer sa 404. La marque
propulse donc la 504, une berline plus grande et puissante.
A l’instar des anciennes berlines Peugeot, celle-ci sera
déclinée en coupé et en cabriolet. La firme sochalienne
confie au bureau de style Pininfarina la réalisation d’un
très élégant cabriolet. En cabriolet comme en coupé, la
504 est esthétiquement une toute autre voiture que la
berline. Elégant et racé, le cabriolet 504 connaîtra une
longue carrière commerciale. Au cours de son histoire, le
cabriolet 504 a connu trois types de design qui concernent
essentiellement une modification de la face avant. Lancée
en 1969, sa carrière s’arrêtera au mois d’août 1983.
Le cabriolet reprend la structure de la berline.
L’empattement a toutefois été réduit de 19 centimètres et
la voie arrière élargie de 5 centimètres. Il bénéficie d’un
généreux coffre à bagages d’une capacité supérieure
à 300 dm3. Capable de transporter 4 personnes, ce
cabriolet est vraiment polyvalent. La capote se révèle d’un
maniement aisé. Le moteur du cabriolet reprend celui de
la berline, le quatre cylindres de 1,8 litre, mais uniquement
dans sa version à injection développant 90 chevaux. Grâce
à un pont légèrement plus long, la vitesse de pointe est
améliorée et atteint 170 km/h. A l’instar de la berline, le
cabriolet reçoit le moteur de deux litres au salon de Paris de
46
1970. Légèrement réalésé, il développe 104 chevaux. La
version V6 à carburateur, plus prestigieuse, ne restera pas
longtemps au catalogue à cause d’un moteur gourmand et
peu dynamique. Il y aura ensuite un retour à un 4 cylindres
car le cabriolet contrairement au coupé, ne bénéficiera pas
du nouveau V6 PRV à injection. C’est au total un peu plus
de 7 000 cabriolets 4 cylindres qui seront produits.
Le modèle présenté est un cabriolet de 1969, un des
premiers modèles reconnaissables notamment à la
présence des feux de position situés dans les ailes
avant et qui seront supprimés la même année à partir de
septembre. Le moteur 1.8 litres est accouplé à une boite
mécanique à 4 vitesses. Il combine une carrosserie bleu
clair, une sellerie en skaï et une capote noire. La voiture
totalise 106 000 kms. Elle vient de faire l’objet d’une
révision complète et ses 4 pneus sont neufs. La voiture se
présente dans un excellent état et, fait rare, elle a conservé
son autoradio d’origine. Elle sera livrée avec son dossier
d’entretien. Les 504 coupés et cabriolets, à l’instar de
leurs ainés connaissent une hausse régulière de leur cote.
Cet exemplaire est une excellente opportunité d’accéder
au modèle et ce d’autant plus qu’il est dans une version
rare et dans un état très satisfaisant.
Carte grise française
« Une ligne intemporelle signée Pininfarina »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Peugeot
504 cabriolet
1969
106 000 km au compteur
4 cylindres
1 800 cm3
1028072
16 000 / 18 000 €
Un des tout premiers cabriolet 504
Le dernier modèle d’une lignée prestigieuse
Un cabriolet à partager à quatre
47
227
1940 - Citroën Traction 11 BL
En avril 1934 sort la première Traction type 7A, premier
modèle de la lignée des tractions avant qui se prolongera
jusqu’en 1957. La traction rompt radicalement avec son
ancêtre Rosalie. Sa ligne aérodynamique, en réponse à
la mode du Streamline moderne, la distingue des autres
voitures de l’époque et lui donne une large audience.
Flaminio Bertoni a en effet signé un superbe dessin,
dans un style élancé et dynamique. La sortie de cette
voiture bouleverse aussi le monde de l’automobile par la
nouveauté et la variété de ses caractéristiques : carrosserie
aérodynamique, caisse monocoque autoporteuse tout
acier sans châssis, absence de marche pied, suspension
par barres de torsion, quatre roues indépendantes, roues
avant motrices et directrices procurant une tenue de route
inconnue jusqu’alors, freins à commande hydraulique,
moteur flottant quatre cylindres à soupapes en tête,
culbuteurs et chemises amovibles humides.
Commercialisée avec un moteur de 1,3 litre et 32
ch, puis de 1,5 litre, en berline, cabriolet et coupé, la
Traction 7 connaît de nombreux déboires en raison d’un
lancement précoce imposé par les difficultés financières
de l’entreprise. En juillet 1934, Michelin prend la direction
de la marque et, au salon de Paris, une nouvelle Traction
est présentée : la 11 CV. Les dirigeants de Michelin ayant
une approche financière plus pragmatique mettent un frein
aux initiatives trop coûteuses des techniciens de Citroën.
C’est ainsi qu’ils pérennisèrent l’entreprise. Citroën modifia
la 7 et lui adjoignit la 11. La dernière version de la « 7 »
ne fut pas remise en fabrication après la guerre pas plus
48
que les cabriolets et faux cabriolets « 11 « et « 11 légère
«. En février 1937, la 11BL prend la suite de la 11AL et la
11B celle de la 11A. À part la taille de la carrosserie, les
voitures sont techniquement identiques. En février 1939, le
moteur subit une importante évolution et gagne 10 ch pour
un total de 56 ch. La voiture devient la 11 Performance. En
1941, la production s’arrête et recommencera en 1945.
La production de la traction se poursuivit jusqu’en juillet
1957, sous forme de 11 légère, 11 commerciale, et 11
familiale remise sur chaîne en 1952; le moteur avait reçu
en 1955 un certain nombre de modifications qui justifièrent
sa nouvelle appellation de 11 D.
La voiture présentée est une 11 BL mue par le quatre
cylindres de 56 chevaux. Elle est exceptionnelle à plus d’un
titre. D’abord parce qu’elle est dans un état rarissime que
l’on pourrait qualifier de « proche du neuf », ensuite parce
qu’elle est accompagnée d’un dossier de restauration
complet, comprenant factures et photographies des
différents états. Acquise en 2009 par son propriétaire
actuel, la voiture a été progressivement démontée pour
être totalement reprise. Le moteur, la carrosserie, les trains
roulants, la sellerie, et la peinture ont donc été réfectionnés.
Au total c’est plus de 50 000 euros qui ont été investis
dans cette voiture, faisant d’elle un produit unique. Peinte
en deux couleurs bleues, elle possède une magnifique
sellerie en skaï bleue elle aussi. Dans un état fabuleux,
elle représente une occasion unique de rouler dans une
traction comme sortie d’usine.
Carte grise française
« Une traction comme sortie d’usine »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Citroën
11 BL
1940
1 000 km depuis restauration
4 cylindres
1911 cm3
451 349
30 000 / 35 000 €
Une 11 BL introuvable dans cet état
La bien nommée «reine de la route »
Premier modèle emblématique de la marque Citroën
49
228
1952 - Citroën Traction 11 BL
Mythe de l’automobile française s’il en est, la Citroën
Traction est le symbole de toute une époque. De 1934 à
1957, la Traction a accompagné la vie des français. Elle
remplaça avantageusement la Rosalie et proposa, comme
souvent chez Citroën, des solutions très novatrices pour
l’époque : roues avant motrices, caisse monocoque,
ligne aérodynamique. Devenue une référence en matière
de tenue de route, Citroën proposait en effet une voiture
révolutionnaire au comportement routier bien supérieur aux
classiques propulsions à châssis séparé de l’époque; on
l’appela également «reine de la route». D’abord proposée
en 7, puis en 11 et enfin en 15 chevaux 6 cylindres, la
Traction symbolise à elle seule tout un pan de l’Histoire de
France.
La traction avant fut conçue, essayée, mise au point et
lancée en fabrication de série en 18 mois ! Un record
absolu dans l’histoire de l’automobile mondiale. La Traction
11 BL de 1952 est mue par un moteur 4 cylindres en ligne
d’une puissance de 56 CV à 3800 tours minute, avec une
boîte de vitesses à 3 rapports, une direction à crémaillère
et 4 freins à tambours. Sa vitesse maximale est de 120
Km/h. Dans les années d’après-guerre la traction s’endort
50
sur ses lauriers : successivement voiture préférée des
occupants, des résistants et des gouvernants, elle joue
aussi au gendarme et au voleur tout en conservant son
aimable silhouette et ses qualités routières.
Le modèle présenté est du 18 septembre 1952 et porte
son numéro d’immatriculation d’origine. Il s’agit d’un
véhicule de deuxième main totalisant 65 000 Km depuis
sa sortie. Le premier propriétaire était un habitant de la
région de Flers (Orne), le second propriétaire, une femme,
normande également, l’a acquise en mai 1972 et lui a
prodigué quarante et un ans de bons soins. La voiture a
d’ailleurs conservé son immatriculation d’époque dans
l’Orne. La voiture est dans un état qu’on pourrait qualifier
de « pur jus ». L’intérieur gris perle est d’origine et présente
une belle patine, la carrosserie de couleur noire est en bon
état ainsi que les soubassements. Il est rarissime de trouver
un tel véhicule n’ayant connu que deux propriétaires. La
voiture se conduit facilement et c’est un plaisir d’être à son
volant. Un dossier d’entretien complet permet de retracer
l’histoire de cette voiture.
Carte grise française
« La voiture qui révolutionna le monde de l’automobile »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Citroën
11 BL
1952
65 000 km au compteur
4 cylindres
1911 cm3
601 846
11 000 / 15 000 €
Une voiture à l’histoire unique à conserver avec amour
Une icône de la marque Citroën et du patrimoine automobile français
Une renommée internationale
51
229
1968 - Morris Minor 1 000 Tourer R.H.D.
La Morris Minor est un monument de l’histoire automobile
britannique en raison de son chiffre de production, mais
aussi parce que Alec Issigonis avait réussi à créer une auto
modernisable en gardant ses caractéristiques de départ.
Plus de 1,6 million de Morris Minor furent construites de
1948 à 1971, et il en reste environ 150 000 sur les routes
du Royaume-Uni. Cette automobile est devenue un objet
de culte outre-Manche, notamment le modèle décapotable
et la Traveller, un joli break à montants de bois.
Le logo Morris représente un bœuf rouge posé sur des
vagues bleues. Le fondateur de la marque avait choisi ce
visuel reprenant le blason de la ville d’Oxford où l’usine Morris
était installée. Née juste après la seconde guerre mondiale,
la Morris Minor visait le marché de la classe ouvrière. Elle
devait être simple, robuste et bon marché. Propulsée par
un moteur de 918cc et 27.5cv, elle a été développée par
une équipe dirigée par Alec Issigonis. C’est ce dernier qui,
une dizaine d’années après, « inventa « la Mini qui lui valut
d’ailleurs, d’être anobli par la Reine d’Angleterre. La Morris
Minor fut présentée en 1ère mondiale au salon de Londres
en 1948. Son prototype portait le nom de «Mosquito». En
1970, la production s’arrête, à l’exception des modèles
«utilitaires» Van et Traveller qui cesseront d’être fabriqués
en 1971. La Morris Minor fut produite en limousine 2 et
4 portes, en cabriolet, en van, en pick-up et en version
52
break appelée Traveller. Lancée en 1956, la Minor 1000
reçoit un nouveau dessin de pare-brise. Ce dernier, d’une
pièce bombée, remplace le pare-brise en 2 parties plates.
La cylindrée du moteur est augmentée à 950cc. En 1961,
la Minor devient la 1ère voiture anglaise produite à plus
d’un million d’exemplaires.
En 1962, la Minor 1000 est équipée d’un moteur plus
important de 1 098 cm3. Sa vitesse de pointe passe
alors à 124 Km/h. D’autres modifications sont apportées
comme le nouveau tableau de bord, le nouveau chauffage,
et des clignoteurs plus grands. Progressivement, la voiture
est dépassée et les ventes baissent sensiblement. Le 18
août 1969 sort des chaînes de production la dernière
Minor cabriolet. La dernière Minor limousine sortira un an
plus tard et, en 1971 la production cesse totalement avec
l’arrêt des versions Van et Traveller.
Le modèle présenté est une version découvrable dite
« Tourer ». La voiture est d’une jolie livrée combinant une
carrosserie bleu foncé avec un intérieur bleu clair assorti
à la capote. Son poste de conduite est à droite avec
un compteur en miles. Version convertible, ce modèle
est en bon état et propose une vraie manière de rouler
différemment. Il est d’avril 1968.
Carte grise française
« L’utile et l’agréable »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Morris
Minor 1 000
1968
90 600 miles au compteur
4 cylindres
1 100 cm3
HAT5D1218169M
11 000 / 13 000 €
La 1 000 avec le soleil en plus
Un look inégalable
Un modèle collector So British
53
230
1963 - Morris Minor 1 000 Coach R.H.D
Peu connue en France, la Morris Minor fait pourtant partie
du patrimoine automobile britannique. Ce fut la première
voiture anglaise produite en grande série et la première à
dépasser le million d’exemplaires produit. Au total c’est
près de 1,6 million d’automobiles qui furent construites
à Cowley dans l’Oxfordshire et exportées dans le monde
entier jusqu’à l’arrêt des chaînes de production en 1971.
En 1910, William Morris fonde la Morris Motor Company.
Il s’était d’abord consacré à la réparation de bicyclettes
avant de se spécialiser dans la motocyclette puis
l’automobile. En 1913, l’entreprise fabrique sa première
voiturette à 2 places. 12 ans plus tard, son entreprise
devient la première fabrique d’automobiles d’Angleterre.
En 1948, il lance la célèbre Morris Minor, créée par Alec
Issigonis, le génial inventeur de la Mini Austin. En 1938,
le groupe absorbera les marques MG, Riley et Wolseley
devenant ainsi la Nuffield Organisation. Cette dernière sera
à l’origine de la Mini après avoir fusionné avec Austin en
1952. La nouvelle entité devient British Leyland en 1968 et
la marque Morris s’éteint en 1984. MG Rover conserve les
droits sur la marque. Le dernier modèle Morris à être sorti
des usines est la « Ital » produite en 1984. Une quinzaine
54
de modèles ont été produits par Morris entre 1910 et 1984.
La Minor 1 000 voit le jour en en 1956 lorsque le moteur
atteint une cylindrée à 948 cm3 pour délivrer 37 ch. Le
pare-brise initialement en deux parties, a été remplacé
par une seule pièce et la fenêtre arrière a été élargie. Un
demi-million de Morris Minor plus tard, le moteur subit une
nouvelle cure de vitamines. En septembre 1962, il voit sa
cylindrée atteindre 1.098 cm3 et sa puissance atteindre 48
ch. Boîte et embrayage sont renforcés et c’est la dernière
amélioration significative d’une gamme qui s’étiole
progressivement. Dès juin 1969, le cabriolet s’éclipse,
suivi des berlines en 1970, le seul à perdurer étant le break.
La toute dernière Minor, un Traveller, sortit en avril 1971.
Le modèle présenté est conduite à droite. Il s’agit d’un
coach de 1963. Sa couleur de peinture bleu ciel lui sied
très bien, sa ligne étant rehaussée d’un liseré bleu foncé.
Son intérieur bleu clair est assorti. Cette voiture propose
une autre manière d’aborder la route, avec le charme
« made in England » à bord.
Carte grise française
« Le best seller anglais »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Morris
Minor 1 000
1963
42 500 miles compteur
4 cylindres
1100 cm3
MA2S51021493
7 000 / 10 000 €
Un mythe de l’histoire automobile anglaise
Une voiture peu connue en France
Un collector encore très « abordable »
55
231
1991 - Daimler Double Six
Jaguar, à la réputation grandissante depuis l’apparition de
la fabuleuse MK II raflant de nombreux titres en compétition
automobile, continue sur une lancée qui a fait son succès.
Synthèse magique et accomplie du sport et du luxe, la
berline XJ6 sort en 1968. Ce modèle servira de base aux
Jaguar XJ12 et Daimler double six. William Lyons décide
d’implanter le moteur V12, inauguré pour la première fois
avec la Type E, dans la nouvelle berline en date. Voici le
pari gagnant faisant des deux sœurs jumelles Daimler
Double Six et XJ12, les seules berlines au monde à être
équipée d’un V12. La face avant affiche une large calandre
aux fines barrettes typiques de la marque de Coventry,
arborant des pare chocs fins et chromés pour les premiers
modèles.
La carrière des berlines se fera en 3 série XJ12 et Daimler
Double Six. Après la première présentation de la berline
XJ6 en 1968, la nouvelle Jaguar XJ12 et sa sœur jumelle
la Daimler Double Six sont commercialisées en 1972. Dès
l’année suivante, toute la gamme XJ passe à la deuxième
génération qui dispose de légères modifications. C’est en
1979 que démarre la troisième série modifiée par Pininfarina
avec pour incidence, une modification du pavillon et des
pare-chocs. En 1981, afin de réduire la consommation
de carburant, Jaguar révise son moteur en profondeur.
Ces nouveaux V12 portent la mention H.E. pour « High
Efficiency ». Dès 1989, les Jaguar XJ12 et Daimler Double
Six doivent supporter la pose d’un catalyseur qui provoque
une chute de leur puissance de plusieurs dizaines de
chevaux. Deux ans plus tard, l’ABS est monté en série
56
pendant deux ans, jusqu’à l’arrêt de la production du
modèle.
Rare V12 à production mondiale, il sera aussi le seul à être
monté sous le capot d’une berline dans les années 70. Ce
V12 Jaguar développe une cylindrée de 5,3 L. Il autorise
de franches accélérations sans pour autant en faire une
sportive. La Double Six est comme toutes les Jaguar depuis
de nombreuses années. Elle possède une structure à roues
indépendantes, propulsion exclusivement à transmission
automatique à 3 rapports. Le cuir est omniprésent et, si
on la compare à sa «petite sœur» Jaguar, la Daimler arbore
le légendaire cannelé de sa calandre et de sa poignée de
coffre, un jonc chromé de tour de caisse, une ronce de
noyer marquetée supérieure, une moquette de laine à poils
longs et une banquette arrière à deux assises et dossiers
séparés.
Le modèle présenté est une Daimler Double Six de 1991.
Bleu marine avec un intérieur crème, cette voiture se
présente dans un bon état général. Son propriétaire a
acheté la voiture chez Jaguar à Lyon en 2012. Propriété
d’un médecin lyonnais pendant 20, elle n’aurait donc eu
que deux propriétaires. Il s’agit de la dernière évolution
du modèle, série la plus fiable. Assortie de pare-chocs en
plastique bordés de chrome, le style est racé et élégant.
La voiture offre un sentiment unique de confort et de
puissance pour un prix très attractif compte tenu de ses
prestations.
Carte grise française
« Un Douze cylindres dans une berline de luxe »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Daimler
Double Six
1991
148 000 km compteur
12 cylindres en V
5 300 cm3
DDALW4CM484540
7 000 / 11 000 €
Un V12 mythique digne des plus grandes sportives
Le chic supplémentaire de la Daimler
Un cocktail associant luxe, plaisir de conduire et volupté
57
232
1964 - Bentley S3 RHD
La prestigieuse marque automobile, aujourd’hui propriété
de Volkswagen et connue pour ses voitures de luxe et de
course, est fondée le 18 janvier 1919 par Walter Owen
Bentley. Son siège est à Cricklewood, au nord de Londres.
Bentley obtiendra cinq victoires aux 24 Heures du Mans
dans les années 1920 avec une voiture propulsée par un
redoutable moteur de 3 litres muni de pistons en aluminium,
d’un arbre à cames en tête et de quatre soupapes par
cylindre. Les conséquences de la crise de 1929 auront
raison de l’indépendance de Bentley qui tombe dans le
giron de Rolls-Royce en 1931. Dès lors le développement
des deux marques sera indissociable.
C’est en 1955 une nouvelle Bentley: la S1. Cette
dénomination S1 ne fut attribuée que rétrospectivement
pour la distinguer des S2 et S3 qui allaient lui succéder. La
Bentley S1 fut la dernière voiture de la marque animée par
un moteur 6 cylindres en ligne. Esthétiquement, la S1 était
très proche de sa cousine la Rolls Royce Silver Cloud. Sa
remplaçante, la S2, sera lancée en août 1959. La principale
innovation de la nouvelle version résidait dans son moteur
V8 tout aluminium d’une cylindrée de 6230 cm3. Ce
nouveau moteur fut une arme pour séduire le marché
américain. Plus compact et léger, il équipera longtemps les
modèles de la marque. La S3 succédait à la S2 en octobre
58
1962. Avec ses quatre projecteurs, ses clignotants intégrés
aux ailes, ainsi que sa grille de radiateur légèrement plus
basse, elle présentait un aspect modernisé. Le confort
intérieur est exceptionnel, l’alliance du cuir et des boiseries
permettent d’envisager sereinement des promenades au
long court et la boite de vitesse automatique à 4 rapports
vient prolonger cette douceur.
Le modèle présenté est très séduisant. Importée par
un exploitant viticole de Bourgogne il y a une dizaine
d’années, cette voiture était utilisée pour véhiculer ses
clients depuis la gare de Dijon jusqu’à la propriété, et lui
permettait de faire visiter son domaine. Son précédent
propriétaire a entrepris une importante restauration de la
carrosserie. La livrée associe un extérieur gris superbe
avec un intérieur en cuir vert typiquement anglais. Cette
voiture est équipée, à l’arrière, de tablettes en placage de
bois précieux et de miroirs de courtoisie encastrés dans
les montants, assurant ainsi un véritable confort à ses
passagers. La voiture fonctionne parfaitement et offre tout
le confort qu’on peut attendre d’une telle berline de luxe.
Cette voiture à la ligne sublime propose un raffinement
incomparable, et reste une valeur sûre sur laquelle investir.
Carte grise française
« Le raffinement à l’état pur »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Bentley
S3
1964
5 160 miles au compteur
8 cylindres
6230 cm3
B50 EC
40 000 / 45 000 €
Une Bentley sinon rien
Une ligne mythique
Une valeur sûre
59
233
1967 - Jaguar MK2 3.4 L
En 1957, la firme Jaguar est à son apogée après cinq
succès aux 24 Heures du Mans. L’idée de greffer un moteur
typiquement sportif de XK sous le capot d’une berline voit
le jour à Coventry. Dévoilée en 1959 au Salon de Londres et
commercialisée l’année suivante, la MKII devient un modèle
très prisé en compétition : Bernard Consten gagnera le
Tour de France automobile à 3 reprises de 1960 à 1963
avec une Jaguar MKII 3,8. « Grace, pace and space »
pour grâce, rythme et espace. C’est sous cette maxime
que William Lyons innove en créant une berline de grand
sport rapide, puissante et luxueuse. Plusieurs moteurs ont
vu le jour, un 2,4L, un 3,4L et un 3,8L de cylindrée. Le
moteur le plus abouti et réputé restera le 3,8L grâce à de
multiples victoires en course automobile.
Puissant et robuste, le moteur XK fera la fortune de Jaguar.
Nouveauté importante dès sa sortie, la MKII est équipée
de quatre freins à disques de série. Cette Jaguar se révèle
être une véritable berline de grand sport mais arbore aussi
un design aux lignes délicieusement dessinées et d’une
ambiance intérieure très britannique, d’une élégance
rare. L’habitacle très luxueux et magnifiquement disposé
est bordé de ronce de noyer. Cette berline confortable
et puissante est présentée à Londres avec de nombreux
équipements modernes : direction assistée, freins à
disques aux quatre roues, différentiel autobloquant, boite
60
de vitesse Moss bien étagée avec un agrément overdrive
sur le dernier rapport. La noblesse de son moteur associé
à un design racé et élégant font de ce modèle une
véritable « vintage classic car », au point que 40 ans après
sa disparition elle marque encore les esprits et fait partie
des automobiles anciennes les plus prisées. La MK II sera
retirée en septembre 1967, après que 83.980 exemplaires
aient été construits, dont 30.141 en version 3,8 litres.
Le modèle présenté est une MKII 3.4L est de 1967. Il
s’agit d’un modèle provenant des Etats-Unis, sans doute
un des derniers produits. Sa peinture extérieure bicolore
rajoute à cette Jaguar une exclusivité supplémentaire.
Son propriétaire actuel l’a achetée aux enchères en 1990.
Bien que cette voiture arbore un monogramme « 340 »
correspondant à une voiture postérieure, il s’agit bien en
réalité d’une MKII avec ses gros pare-chocs et ses couvre
arbres à cames polis. L’intérieur est en simili cuir de couleur
rouge rehaussé de boiseries. Cette voiture est équipée
d’un échappement en inox. Son 6 cylindres développe 210
chevaux et est accouplé à la boite de vitesses automatique
Borg Wagner. Souple et douce à conduire, cette voiture
distille un vrai plaisir à son bord. Elle est accompagnée de
son manuel d’entretien de l’époque.
Carte grise française
« La berline de série la plus rapide du monde »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Jaguar
MKII
1967
30 000 miles compteur
6 cylindres
3 400 cm3
JP67P180623BW
15 000 / 20 000 €
Fruit du génie de William Lyons
Reine des berlines de sport
Sportivité, luxe et élégance
61
234
1961 - Jaguar MK2 3.4 L
Présentée en 1959, la Mark II se définit à l’époque comme
la berline de série la plus rapide du monde. Elle est une
évolution de la MK I qui fut la première berline Jaguar
monocoque. La MK II réussit à faire évoluer une ligne
déjà très réussie, à la fois chic et sportive. L’automobile
est homogène, beaucoup plus sportive que sa ligne
élégante et cossue ne le laisse supposer. La MK II sera
d’ailleurs engagée dans de nombreux rallyes prestigieux
dans lesquels elle étoffera son palmarès. La production
s’est étendue de 1959 à 1971 avec quelques évolutions
mineures. La Mk II existait en trois cylindrées : 2.4, 3.4
et 3.8 litres, avec des transmissions manuelles, avec ou
sans overdrive, ou automatiques, surtout pour les USA.
La version 2.4 était une bonne berline mais son manque
de puissance ternissait l’agrément de conduite. Ce n’était
en revanche pas le cas avec la 3.4L. La 3.8L était la plus
sportive, elle a couru et gagné de nombreux rallyes dont le
Tour de France auto.
La Mk II a permis le développement par les ingénieurs de
quelques innovations techniques marquantes. Elle fut en
effet la première automobile à coque autoporteuse de la
marque, munie de suspension à roues indépendantes
à l’arrière et des freins à disques aux quatre roues. Le
62
châssis et le moteur XK étaient les mêmes pour les trois
modèles Mk II et disposaient de la même finition. La voie
arrière plus large que celle de la Mk I améliorait la tenue
de route de l’auto. Tous ces développements techniques
permettaient des performances impressionnantes pour
l’époque et offrent encore aujourd’hui à la voiture une vraie
polyvalence. La Mk II arriva aussi au moment de la mise en
service du réseau autoroutier qui permettait de “croiser” en
tout confort à plus de 160 km/h. Son luxe et son confort
intérieur offraient standing et volupté. Dotées de moteurs
vigoureux, ces berlines de luxe offraient les performances
des voitures de sport.
Le modèle présenté est de 1961. C’est une version 3.4L
délivrant 210 chevaux. La voiture se présente dans un bel
état. Sa couleur blanche « old English white » extérieure
est associée à une sellerie en cuir rouge et des boiseries.
L’intérieur cuir a d’ailleurs été refait en 1992, peu de temps
après son acquisition par l’actuel propriétaire. Elle est
équipée de la boite mécanique ainsi que de l’overdrive.
Son propriétaire la possède depuis plus de 20 ans et son
faible kilométrage sans être garanti semble d’origine. La
voiture n’aurait en effet connue que trois propriétaires.
Carte grise française
« Une allure de berline, des performances de sportive »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Jaguar
MKII
1961
90 500 km au compteur
6 cylindres
3 400 cm3
176625DN
18 000 / 20 000 €
Un félin en habit d’apparat
Un modèle indémodable et recherché
Des performances encore actuelles
63
235
1950 - Delahaye 135 M Carrosserie VanVooren RHD
Fondée en 1894 par Emile Delahaye, la société commence
son activité par la construction de moteurs ce qui lui permit,
dès 1895, de produire le type 1, première voiture à recevoir
l’allumage électrique. Lorsqu’Emile Delahaye disparaît
en 1905, l’entreprise peut compter sur des hommes
talentueux dont Charles Weiffenbach, qui la fait prospérer
en construisant des voitures de grande qualité, fiables et
rapides. En 1933, la firme s’oriente vers la production de
grandes routières à caractère sportif. En 1935 Delahaye
devient propriétaire de la marque Delage et en fin de cette
même année, la société démarre la production du type 135.
Issu du type 138, le type 135, apparu fin 1935 est proposé
sur un nouveau châssis surbaissé avec un moteur 3,5 litres.
Le type 135 va connaître une carrière exceptionnellement
longue de voiture à la fois solide, endurante, luxueuse
et sportive qui donnera lieu à des versions de course et
de rallye et à des cabriolets et coupés carrossés par les
meilleurs stylistes de la période 1936-1952.
Le type 135 MS pour « modifiée spéciale » est présenté
au Salon de Paris 1938. Elle vient en plus du type 135
M conservant le même empattement de 2,95 m mais
bénéficiant d’une puissance supérieure grâce à son moteur
directement dérivé du type 135 Spécial réservé jusqu’ici
aux châssis « course «. La 135 MS en plus de ses trois
carburateurs est en principe équipée de roues fils Rudge à
serrage central, équipements disponibles en option sur les
135 M. La Delahaye 135 MS représente en 1938 le haut de
gamme de la marque pouvant atteindre 160 km/h /h. La
production est ralentie pendant la guerre mais les qualités
techniques de la voiture lui permettent d’être relancée en
production au sortir du conflit. Ainsi la construction des
135 M et MS reprend en 1946, mais avec les difficultés
64
d’approvisionnement en matière première, Delahaye ne
livre plus que des châssis nus, munis simplement d’une
calandre. sa carrière se terminera en 1952.
Le modèle présenté est d’une livrée bleu soutenu couplée
à un intérieur en cuir rouge. Ce coach élégant est une
très belle illustration de la « carrosserie française ». Notre
exemplaire est en effet carrossé par les Etablissements
VanVooren. Ce dernier se fit connaître pour sa carrosserie
de berline quatre portes sans pilier central, créée avec la
société Repusseau et qui a équipé de nombreux châssis
luxueux. Une collaboration importante unit la carrosserie
Van Vooren à Hispano-Suiza puis à Rolls-Royce. De
même, de nombreuses Bugatti furent habillées par cette
importante maison basée à Courbevoie. La voiture se
présente dans son « jus », avec une patine extrêmement
séduisante. L’intérieur semble d’origine, la patine du cuir
est belle mais si certains éléments sont à reprendre. Elle
possède un toit ouvrant. Son moteur 6 cylindres est équipé
de 3 carburateurs délivrant 115 chevaux. Il est accouplé à
la fameuse boite Cotal électromagnétique à 4 rapports. La
voiture est équipée de roues à rayons avec moyeu central
Rudge Il est à noter que la vitre arrière a été remplacée par un
plexi. La voiture fonctionne très bien, son moteur coupleux
accepte volontiers les montées en régime et la boite de
vitesse est douce, le « petit pot à moutarde » se manie
avec deux doigts. Il s’agit d’un exemplaire extrêmement
rare, modèle racé, véritable symbole de l’époque lointaine
de la grande carrosserie française, il n’existerait que 2 ou 3
modèles de ce coach carrossé par VanVooren.
Carte grise française
« Le meilleur de Delahaye et de la carrosserie française »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Delahaye
135 M
1950
72 000 km au compteur
6 cylindres
3 557 cm3
801621
60 000 / 80 000 €
Une voiture absolument rarissime
Une 135 alliant sportivité, confort et élégance
Une carrosserie du maître VanVooren
65
236
1934 - MG J2
La MG J2 fait partie de la lignée des MG Midget d’avantguerre. Après la M, la C, puis la D, la J a été présentée
en juillet 1932. La série J sort en août 1932 et a été la
première vraie «sport-car» grand public de la marque. Elle
est déclinée en plusieurs versions : version sports pour la
J1 et la J2 offrant respectivement 4 et 2 places, et version
compétition pour les modèles J3 et J4. Dotée d’un châssis
efficace, et mue par un moteur de 4 cylindres de 847 cm3
à arbre à cames en tête, autorisant 5500 t/min, culasse
cross-flow, 2 carburateurs SU, elle revendiquait 36 CV
pour un poids de 650 Kg et une vitesse maximale de 80
miles à l’heure.
Une petite série de J2 préparée par l’usine, munie d’un
compresseur, devient donc J3, le moteur étant ramené à
746 cm3 pour cause de réglementation. Enfin la version
J4 de compétition atteignait une vitesse de 160 Km/H. Elle
obtient une 6ème place aux 24 Heures du Mans en 1933.
Avec la Midget J, Cecil Kimber donne aux MG certaines
caractéristiques de style qui deviendront les signes
distinctifs de la marque : la planche de bord à double
arrondi, le pare-brise rabattable, les portes échancrées, le
réservoir et la roue de secours à l’arrière. A l’origine, le type
66
J est équipé de garde-boue, mais rapidement toutes les
MG recevront des ailes en forme de vague. Dotée d’une
boite de vitesse courte pour les deux premiers rapports
et plus longs pour les deux autres, la J2 très agile et
dynamique permettait de participer aux petites courses sur
les routes anglaises mais aussi de prendre la route pour de
plus grands périples.
La voiture présentée est superbe, noire avec un intérieur
en cuir beige d’origine. Conservée dans ses déclinaisons
d’origine la voiture a cependant été optimisée notamment
en ce qui concerne le freinage. Son propriétaire actuel
a entrepris des travaux extrêmement importants sur le
moteur, entièrement réfectionné. De plus, la capote et le
couvre capote en Alpaga sont neufs. Un dossier complet
détaillant les travaux et appuyé de factures sera fourni
avec la voiture. Cette MG est une véritable invitation à la
ballade. Racée, équilibrée et élégante, ce modèle, symbole
de toute une époque automobile, trouvera parfaitement sa
place dans une belle collection.
Carte grise française
« Une très belle et rare MG sports-car »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
MG
J2
1934
48 000 miles au compteur
4 cylindres
847 cm3
J 2629
50 000 / 55 000 €
Il n’existerait qu’un peu plus de 2000 J2
Une voiture à sensations pour Gentleman Driver
Le charme inégalable d’un roadster anglais des années 30
67
237
1968 - Aston Martin DBS
L’ère des mythiques DB sera inaugurée par le modèle
surnommé DB1, seulement produit à 19 exemplaires. C’est
en cette même année de production de la DB1 qu’Aston
Martin gagne les 24 Heures de Spa Francorchamps. La
réputation sportive de la marque est lancée, donnant lieu à
la production de divers modèles aussi racés qu’élégants,
qui feront de la marque une icône d’exception dans le
monde de l’automobile. L’Aston Martin DBS est le dernier
modèle conçu sous l’autorité de David Brown. Continuant
sur sa lancée cinématographique, c’est une Aston Martin
DBS que James Bond conduira dans les films « On Her
Majesty’s Secret Service » et « Diamonds Are Forever ».
Lord Brett Sinclair, incarné par Roger Moore dans la
série culte « Amicalement Vôtre », pilote également une
magnifique DBS de couleur jaune. Véritable chef d’œuvre
de la marque, les lignes si particulières de la DBS seront
pourtant significatives d’un changement radical souhaité
par David Brown en personne.
L’évolution d’Aston Martin qu’avait décidée David Brown
consiste en un élan de modernisation des modèles de la
marque, notamment à travers le dessin de nouvelles lignes,
complètement en rupture avec les précédents modèles
des années 50. La DBS se veut être plus luxueuse que ses
ainées. L’avant, qui conserve la fameuse calandre Aston,
troque les phares à simple optique carénés pour une grille
68
plus rectangulaire intégrant à ses extrémités quatre phares
et clignotants.
Le modèle présenté, 6 cylindres en ligne et 4 L de cylindrée,
est le dernier modèle produit sous l’ère Brown. Il développe
286 chevaux et se distingue par sa mélodie particulière
signée Aston Martin. Cette Aston Martin DBS est l’une des
25 vendues en France et à Monaco entre septembre 1967
et mai 1972 par Georges Mirabeau, importateur exclusif
de la marque. En octobre 1968, le modèle est acquis
par British Motors Wright Monte Carlo pour un client
monégasque. De Monaco, cette DBS arrive sur les bords
du lac Léman au milieu des années 90 ou elle est acquise
par un collectionneur suisse qui la possèdera jusqu’en
2003. Depuis 2003 son propriétaire actuel a procédé à
de nombreux travaux de restauration. Ces travaux sont
réalisés par Jacques Savoye et par deux spécialistes
d’automobiles anglaises de collection, Jean-Pierre Meyer
et Carmania à Bagnolet. Une peinture complète sera
effectuée sur cette DBS venant parfaire différents travaux
de carrosserie. Très désirable avec son cuir Connolly noir
et sa peinture grise, cette Aston Martin dont 72 seulement
ont été construites conduite à gauche devrait certainement
voir sa cote s’envoler dans les prochaines années.
Carte grise française
« Power, Beauty and Soul : une automobile d’exception à
l’élégance racée »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Aston Martin
DBS
1968
92 000 km au compteur
6 cylindres
3995 cm3
DBS/5111/L
80 000 / 100 000 €
Une élégance intemporelle
Une mécanique racée galvanisée par un 6 cylindres mythique
Un modèle imaginé par David Brown
69
238
1958 - Porsche 356 Speedster 1600 A
Le 8 juin 1948, le prototype tiré de l’imagination de Ferdinand
Porsche est homologué. La Porsche 356 incarne magnifiquement
le rêve d’un homme passionné de voitures de sport.
La conception initiale de la première Porsche : moteur quatre
cylindres à plat en position de porte à faux arrière, refroidissement
par air, carrosserie profilée, donne au modèle un tempérament
agile et sportif. Lancée dans sa première version 356 pre-A,
Ferry Porsche produit la première voiture de sport de la marque.
Etroitement dérivé de la VW Coccinelle, le caractère bien trempé
de la 356, associé à une fabrication de très bonne facture
vaudra à Porsche une solide réputation et un succès commercial
évident. Présenté au salon de Genève de 1959, la Porsche 356
marque le point de départ de la production des automobiles
Porsche. Les premières années de production dédiées à la 356
se font de manière artisanale, à la main. Abandonnant le châssis
tubulaire pour une coque autoporteuse permettant de décaler le
moteur vers l’arrière, la Porsche 356 présente le célèbre porte
à faux dont bénéficiera la 911. Elle offre une tendance naturelle
au survirage lié au surpoids du train arrière si particulier. Elle
collectionne rapidement les succès en compétition notamment
aux 24 Heures du Mans qui vont contribuer à la faire connaître
des automobilistes sportifs.
Aux Etats-Unis, un homme d’affaire, grand amateur d’automobiles,
se charge d’importer les voitures de sport qui sont en train de
naître en Europe et suggère aux constructeurs les modèles qu’il
aimerait pouvoir distribuer. Chez Porsche, il suggère une version
dépouillée de la 356, dont le prix de vente serait inférieur à 3000
dollars. Porsche met alors au point celle qui va prendre le nom
de Speedster, voiture aussi délicate qu’appréciée, aussi sportive
que racée. La 356 série A roadster voit sa motorisation évoluer,
portant sa puissance à 60 CV pour la version 1600 et 75 CV
pour la version 1600 S. Accompagnée d’une nouvelle boite de
vitesse synchronisée et de freins à commande hydraulique, la
356 arbore plusieurs modifications esthétiques : une baguette
70
chromée le long du bas de caisse, un nouveau pare-brise,
une poignée de porte sous le capot avant intégrant le blason
Porsche. L’habitacle, plus confortable, accueille une nouvelle
planche de bord dont la partie supérieure est
rembourrée,
et davantage d’accessoires tels que le lave glace et les sièges
avant au dossier inclinable. La modification des trains roulants
subit d’importantes transformations avec des jantes de quinze
pouces, des suspensions revues, des voies élargies, et une
nouvelle direction à vis brevetée par Porsche. Ces évolutions de
la Porsche 356 tendent à accroitre sa stabilité et sa précision à
grande vitesse.
Notre voiture, entièrement matching numbers, est présentée dans
une livrée « rouge indien » d’origine. Construite par le carrossier
Reutter de Stuttgart, elle a été achetée il y a 6 ans en Italie par un
véritable passionné. Ce dernier en a confié la restauration à Gilles
Morel Automobile à Belleville. Après 5 années de restauration
complète, le moteur 1600 d’origine développant 60 CV a été
entièrement reconditionné, les sièges baquets enveloppant en
cuir noir présentent un état exceptionnel. Pendant ces 5 années,
la caisse a été mise à nu et les soudures reprises à l’étain. Option
assez rare de l’époque, l’autoradio est d’origine et en excellent
état de fonctionnement. Les pares chocs US ont été retirés et
une ligne d’échappement a été posée afin d’obtenir une version
« coursifiée » de la Porsche 356. Les pares chocs et la ligne
d’échappement d’origine seront remis à l’acquéreur. Un dossier
de restauration sera également fourni.
Cette voiture x désirable est sans doute encore en dessous de sa
véritable cote. Presque introuvable dans ces conditions, il s’agit
d’une véritable opportunité d’acquérir un modèle absolument
emblématique qui offrira plaisir et sensations à son futur
propriétaire.
Carte grise française
« La première Porsche et la naissance d’un mythe »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Porsche
356 Speedster
1958
96 000 km au compteur
4 cylindres à plat
1 600 cm3
84858
180 000 / 220 000 €
La naissance d’une légende automobile
Un speedster dans un état « exceptionnel »
Un modèle de plus en plus recherché
71
239
1960 - Alfa Roméo a Sprint 1750
Présentée en 1955, la première génération de Giulietta
Sprint est l’œuvre de Felice Boano qui marque un design très
inspiré et d’une grande pureté. Cette Giulietta, construite
chez Bertone, représente l’archétype de la berlinette de
sport italienne des années 50 et 60 et a véritablement
propulsé la marque vers son renouveau d’après Guerre.
L’année 1960 marque la seconde génération de la Giulietta
Sprint se caractérisant par un nouveau dessin de feu, une
calandre avant avec grille et ajout de clignotant latéraux.
Le « Mascarone », moustache enchâssant la célèbre
calandre en V de la firme milanaise, la planche de bord
d’une élégance intemporelle en tôle peinte rouge assortie
de ses trois cadrans placés devant le volant en bakélite
bicolore noir et blanc, ainsi que le « biscione » séparé du
blason milanais au centre du volant, rappellent les gènes
sportifs de la marque italienne.
Ce modèle marquera l’avènement d’une nouvelle ère chez
Afla Romeo caractérisé par une griffe unique qui en fait une
ancienne d’exception. La Giulietta Sprint est considérée
72
aujourd’hui, compte tenu de sa rareté et de son histoire,
comme un modèle incontournable de la marque italienne et
fait partie des plus beaux coupés milanais jamais produits.
Le modèle présenté est un coupé Giulietta Sprint de 1960.
Il appartient à la série 10105 car il provient des Etats-Unis.
Notre exemplaire aurait été construit en janvier 1960.
Equipé à l’origine d’un moteur 1300 de cylindrée N° AR
1315, il a été remplacé par le moteur N° AR 1829 d’une
cylindrée de 1750 CC. Le moteur qui développe alors
100 CV est assorti d’une boite de vitesse à 5 rapports au
lieu de 4 d’origine. Son précédent propriétaire a acheté la
voiture aux enchères en 2003. Ce dernier l’a entièrement
restaurée. La sellerie entièrement refaite et les panneaux
de porte en demi-teinte rouge et crème rappellent le rouge
vif de la carrosserie. Cette voiture est particulièrement
désirable et sa côte ne devrait faire que progresser.
Carte grise française
« Le diable roule en Alfa »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Alfa Romeo
Giulietta Sprint
1960
72500 miles au compteur
4 cylindres
1750 cm3
AR 1493-21907
55 000 / 65 000 €
Un symbole du sport italien
Les gênes de la compétition
Une ligne magnifique et intemporelle
73
240
1961 - Alfa Roméo Giulietta Spider 1 300
Alfa Romeo Giulietta : ce nom, à lui seul, évoque la « dolce
vita », l’insouciance des années 50, le cœur sportif de
la marque au blason milanais. Chef d’œuvre de l’aprèsguerre, la Giulietta allie une mécanique pétillante à une
carrosserie légère, élégante et sportive, l’ensemble
réunissant tous les ingrédients d’une irrésistible séduction.
Planche de bord en tôle peinte, cardans ronds, levier
de vitesse incliné au plancher, sièges en cuir de grande
manufacture, la Giulietta fait rêver la jeunesse de son
époque ! Etudiée en 1952 sous le nom de code 750, la
Giulietta est d’abord commercialisée en Sprint. Lancée à
l’initiative de Max Hoffman qui se fait fort de la vendre à
la clientèle américaine, Bertone et Pininfarina ont proposé
chacun leur version du Spider. En raison de ses formes
particulières, le premier prototype de Bertone et son style
signé Scaglione aurait été très coûteux à fabriquer, et
la maison Bertone se trouve déjà très occupée par la
fabrication des coques de la Giulietta Sprint. Un an après
la présentation du coupé Sprint dessiné par Bertone, la
Giulietta apparaît en version Spider, avec une carrosserie
signée cette fois Pininfarina.
La Giulietta Spider reprend les mêmes bases techniques et
le même moteur que le coupé Giulietta Sprint. L’amélioration
technique apportée à la Giulietta et son moteur 1300 cm3
lui permettent de brillantes performances, surclassant
même à l’époque les moteurs de plus grosse cylindrée.
74
Quatre cylindres en ligne, un carburateur double corps
développant 65 chevaux, une boite de vitesse à quatre
rapports, des jantes de quinze pouces, un poids plume de
885 kg, le rapport poids - puissance associé au caractère
racé et élégant en font un modèle particulièrement sportif
et mélodieux. A côté du modèle classique de la Spider
est bientôt présentée une version à la mécanique plus
affutée baptisée « Veloce », développant la puissance de
91 chevaux pour un poids identique. Au total, près de 36
000 exemplaires de Giulietta Sprint et versions dérivées
telles que le Spider ont été produits. Un véritable succès
qui a dépassé très largement les attentes du départ du
constructeur italien.
Cette Giulietta Spider est de 1961, de couleur d’origine
rouge, elle dispose d’un moteur quatre cylindres de 1300
cm3. Muni d’une boite de vitesse mécanique à 4 rapports,
la voiture est très plaisante à conduire. Son intérieur allie
harmonieusement le noir et le rouge et les sièges noirs sont
sublimés par un passepoil rouge. Exportée aux USA pour
être vendue dans le New Jersey, elle a ensuite été achetée
par Mme Elisabeth Cushman. Dans un état exceptionnel,
cet exemplaire a remporté de nombreux concours
d’élégance ce qui en fait un modèle rare et extrêmement
désirable.
Carte grise française
« La dolce vita »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Alfa Romeo
Giulietta Spider
1961
88 000 miles compteur
4 cylindres
1 290 cm3
AR 1495-10374
60 000 / 70 000 €
Un modèle dans un état rare
Un palmarès en concours d’élégance
Un modèle de plus en plus prisé
75
241
1991 - Alfa Roméo 2000 Spider
Produit de 1966 à 1993, l’Alfa Romeo Spider occupe
une place prédominante dans la marque et dans l’histoire
des petits cabriolets sportifs. Né sous le nom de Duetto,
le petit roadster d’Alfa Romeo a profité d’une carrière
exceptionnelle puisqu’il n’a disparu du catalogue que
depuis 1993. Logé dans une belle carrosserie signée
Pininfarina, ce Spider connaitra plusieurs évolutions
dont la dernière, en 1990, a été l’une des plus abouties.
Présenté au salon de Genève 1966 sous le nom de Spider
Duetto, le Spider d’Alfa Romeo est tiré du modèle de la
Giulia 105 et succède alors au mythique Spider Giulietta
présenté au salon de Genève 1955. Les flans creusés,
un capot plongeant, un arrière élancé, le Spider d’Alfa
Romeo rencontrera un premier changement esthétique en
1969, qui marque la fin du célèbre arrière « os de Seiche »
caractérisant si bien la Duetto, pour un arrière tronqué ou
« coda tronca ». La quatrième et dernière version de ce
Spider au passé mythique lui redonnera race et élégance,
autant de qualités pour lesquelles ce petit roadster d’Alfa
Romeo avait connu ses plus grandes heures de gloires
dans les années 60.
En 1990 est dévoilé le Spider de 4e série. Cette ultime
évolution apporte quelques modifications esthétiques :
des boucliers et des bas de caisse entièrement redessinés,
l’arrière abandonne l’aileron en plastique noir adopté en
1985 au profit d’un arrière plus élégant et moderne, inspiré
de l’Alfa Romeo 164. Le nouveau Spider est également
plus moderne, puisqu’il reçoit une alimentation par injection
électronique ainsi qu’une direction assistée. La production
76
du Spider se poursuit jusqu’en 1993. Depuis toujours la
marque Alfa Romeo allie comportement sportif et plaisir
de conduire. L’Alfa Romeo Spider série 4 possède donc la
même motorisation que les séries précédentes à savoir le
fameux quatre cylindres en ligne double arbre, entièrement
en alliage léger, monté initialement sur la Giulietta, en 1954.
D’une cylindrée de 1962 cm3 en version deux litres, le
moteur est alimenté par injection Bosch Motronic, et
l’arbre à cames d’admission reçoit un variateur de phase,
qui permet d’améliorer le rendement à bas régime. La
puissance atteint désormais 126 chevaux. La vitesse
maximale reste inchangée proche de 190 km/h.
Le modèle présenté est de couleur grise avec une capote
noire. Sa sellerie de couleur fauve est assortie au couvre
capote et l’ensemble est en bon état. L’intérieur est bicolore
noir et fauve. Ce Spider n’accumule que 98 000 kms et
se présente dans un bel état esthétique et mécanique.
Depuis 2008, d’importants travaux d’entretien ont été
entrepris, notamment au niveau des amortisseurs, de la
commande d’embrayage, de l’arbre de transmission. Des
pièces d’usure telles que le silencieux ou les pneus sont
aussi récentes. Bénéficiant d’un entretien régulier afin de
lui garantir une fiabilité, ce modèle est une belle occasion
d’acquérir un descendant d’une lignée qui a fait la fierté
de la marque au blason milanais pendant de nombreuses
décennies.
Carte grise française
« Le Spider moderne aux charmes rétros »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Alfa Romeo
Spider 2000
1991
98 000 km au compteur
4 cylindres
1 962 cm3
AR 115 0000 6010655
13 000 / 15 000 €
La 4ème génération d’un modèle à succès
Un modèle polyvalent facile à rouler
Le dernier cabriolet Alfa à propulsion
77
242
1969 - Alfa Roméo Spider 1750 Veloce
Le Spider Duetto signé de la main du maitre italien
Pininfarina est présenté en 1966 et vient succéder aux
modèles mythiques sortis quelques années avant comme
la Giulietta Spider ou en plus tard la Giulia. D’une ligne
novatrice, ce modèle donne un élan de modernisme à la
marque milanaise. En effet, si l’architecture du Duetto reste
classique, ses lignes sont réellement novatrices avec des
flans creusés et un arrière recourbé en forme d’ « osso di
seppia » ou « os de seiche » en français. A la suite d’un
concours, elle est baptisée Duetto. L’appellation n’est
pas retenue officiellement sur les carrosseries même si
elle restera cependant utilisée dans le langage commun.
Le Spider 1600 est d’abord motorisé avec le 1600 de la
Giulia. En janvier 1968, le Duetto cède la place à la 1750
Spider Veloce, modèle à la carrosserie identique mais
équipé d’un moteur de 1800 cm3. Quelques mois plus
tard est lancée une version plus économique, baptisée
Spider 1300 Junior.
Avec 118 chevaux, le Spider 1750 Veloce s’offre 180 km/h
en vitesse de pointe. Le 4 cylindres propose de belles
montées en régime, il est associé à une boite de vitesse à
5 rapports. La voiture innove techniquement : à l’avant, les
roues sont indépendantes avec des triangles superposés,
des ressorts hélicoïdaux, des amortisseurs télescopiques
et une barre anti-roulis. A l’arrière, on trouve un essieu
rigide, avec des ressorts hélicoïdaux et des amortisseurs
télescopiques coaxiaux. A l’arrière, une barre anti-roulis est
montée pour la première fois sur la version 1750 en 1968.
Le levier de vitesse recourbé vers le volant autorise une
78
conduite plus sportive. A l’intérieur, Le Duetto est équipé
d’un tableau de bord en métal peint couleur carrosserie.
Les sièges, munis de dossiers réglables sont en skaï noir.
La capote est de couleur noire quelle que soit la teinte de la
carrosserie. Elle est relativement facile à utiliser. Désirable,
le Duetto s’offrira même un passage au cinéma dans le
célèbre film « The Graduate » de 1967 avec Anne Bancroft
et Dustin Hoffman. A la fin de l’année 1969, le Spider fait
l’objet d’un profond restyling, avec l’adoption d’une partie
arrière à pan coupé, c’est le lancement de la deuxième
série, dite coda tronca,
Le modèle présenté est une Alfa Romeo Spider Veloce
de mai 1969, dotée du moteur 1778 cm3. Sa couleur
extérieure blanche est associée à un intérieur en skaï noir
et bien entendu une capote noire. Il est équipé des jantes
Cromodora qui contribuent au dynamisme du design de la
voiture. Dans la même famille depuis 1980, ce spider est
en bon état général, ayant bénéficié de soins continus. Il
est rare de pouvoir trouver un exemplaire ayant eu peu de
propriétaires. Utilisé pour les balades en famille, ce spider
est dans un état satisfaisant. Le système de freinage a été
récemment revu. Le Duetto à l’instar des autres Spider de
la marque voit sa cote progresser régulièrement. Le « Coda
Longa » en déclinaison Véloce, produit à un peu plus de
3 000 exemplaires seulement, suit la même tendance et
est à acquérir dès maintenant.
Carte grise française
« Un coda longa nommé désir »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Alfa Romeo
Spider Veloce 1750
1969
74 000 km au compteur
4 cylindres
1 778 cm3
AR 10557 1410622
21 000 / 25 000 €
Le meilleur du charme italien dans une décapotable
Une ligne infinie, superbe et originale
Une version rare d’un modèle de plus en plus recherché
79
243
2000 - Debora LMP 2000
Didier Bonnnet, disparu en janvier 2011, s’illustra pendant
plus de 10 ans en course de côte en pilotant protos
et monoplaces. Il fut vice-champion de France de la
Montagne seconde division en 1983 et s’orienta ensuite
vers l’endurance en créant l’écurie Bonnet Auto Racing
en 1989. Dans la foulée, il crée sa propre voiture, avec
l’aide d’anciens du constructeur britannique Tiga dont il
a eu l’occasion de piloter les voitures. C’est la naissance
de Debora, acronyme de Didier Bonnet Racing. En 1992,
il participe aux 24 Heures du Mans au volant de la voiture
assemblée dans ses ateliers du Doubs. En 1995, la
Debora LM 295, équipée d’un moteur Ford à 4 cylindres
turbocompressé s’impose en catégorie LM P2 et termine
20ème au classement général.
Plusieurs Debora ont participé au 24 Heures du Mans :
1992 Debora Alfa N°61 Didier Bonnet Racing avec Bonnet,
Heuclin, Tremblay
1993 Debora Alfa SP 93 N°34 Didier Bonnet Racing avec
Tessier, Tremblay, Muller
1994 Debora Alfa LM P2 94 N°20 Didier Bonnet avec
Santal , Tessier, Dro
1995 Debora Ford Turbo LMP 295 N°14 Didier Bonnet
Santal, Sezionale, Roussel : 20 ème et 1er LMP2
1996 Debora Ford Turbo LMP296 N°9 Didier Bonnet avec
Sezionale, Basso, Lecerf
1998 Debora LMP2 BMW N°22 Didier Bonnet Robert,
Sezionale, Bruneau
2000 Debora LMP 2000 BMW N°30 Didier Bonnet Didier
80
Goudy, Lemarié, Yvon.
Le modèle présenté a participé aux essais et à la course
des 24 Heures du Mans en 2000, il s’agit de la dernière
participation d’une Debora au Mans. Elle était engagée
dans la catégorie LMP675, catégorie dans laquelle le poids
était au minimum 675 Kg. Cette LMP2000 aurait été pesée
à 719 Kg. Le châssis 01 est équipé d’un 6 cylindres en ligne
BMW préparé par Mader et développant 360 chevaux.
Pour cette édition du Mans, elle était pilotée par Patrick
Lemarié, Yann Goudy et Jean François Yvon. Ce dernier
sera victime de la casse du moteur, peu après Mulsanne
seulement deux heures après le départ. Performante, la
voiture avait réalisé un temps de 4’08’’935 aux essais. Il
s’agit donc d’une opportunité unique d’acquérir un des
chefs d’œuvre du regretté Didier Bonnet, constructeur
pugnace et talentueux reconnu par ses pairs et par le
milieu de la course automobile. Cet exemplaire unique par
son histoire ravira son futur propriétaire. Il ne demande
qu’à reprendre la piste pour exprimer tout son potentiel.
En plus de la voiture, l’acheteur se verra livrer un moteur
BMW complet à réviser, 4 roues équipées « Slick » en 18’’
(2 Michelin / 2 Dunlop), 4 roues équipées « Pluie » (Dunlop),
une carrosserie peinte complète, un moule de capot avant,
un moule de capot arrière, un moule de bas de caisse
gauche et droit.
Carte grise française
« Une œuvre de Didier Bonnet »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de chassis :
Debora
LMP 2000
2000
6 cylindres en ligne de marque BMW
(préparation Mader)
3 600 cm3
LMP 2000 -01
110 000 / 130 000 €
Une pièce rarissime aux performances exceptionnelles
Une voiture ayant couru le Mans
Un modèle charnière, « collector » en puissance
81
244
1992 - Lamborghini Diablo
La Lamborghini Diablo, présentée en 1990 au Salon de
Détroit comme la première Lamborghini sous l’ère Chrysler
depuis le rachat de la marque en 1987, relance le petit
fabriquant en leader sur le marché des Supercars. Elle a
pour mission de succéder à la Countach et à la mythique
Miura, véritables fers de lance de la marque depuis 1974.
L’idée est simplement de proposer la meilleure Supercar
du marché et de prendre le dessus sur sa principale rivale,
la Ferrari Testarossa.
Signé Marcelo Gandini, le dessin de la Diablo est le
fruit d’une coopération italo-américaine Lamborghini –
Chrysler. Retouchée par les ingénieurs de Chrysler au
niveau de l’aérodynamisme, la ligne de la Diablo est un
délicieux cocktail entre modernité, bestialité et élégance.
L’aérodynamique parfaitement étudiée est caractérisée
par une ceinture de caisse plongeante vers l’aile avant et
un capot arrière démesuré camouflant un V12 Bizzarrini
issu de l’un des plus nobles moteurs italiens qui équipait
la Lamborghini 350 GT au début des années 60. Fidèle
à l’esprit de la Countach, la Diablo arborant un châssis
tubulaire « space-farme » et une carrosserie en aluminium
surplombé de son V12, est une évolution logique de celle
dont elle devait prendre la suite. Installé dans le dos du
pilote, le moteur V12 à 4 arbres à cames en tête et 48
soupapes d’une cylindrée de 5,7 L est d’une noblesse
rageuse, un véritable pur-sang italien développant 492 CV.
Ce monument de l’automobile arbore une transmission
82
arrière deux roues motrices, une boite de vitesse à 5
rapports. Terriblement bestiale et performante, la Diablo
est un monstre brut animé par un monumental V12
Bizzarrini. Les quatre sorties d’échappement et le système
de refroidissement animé par les deux radiateurs d’eau
derrière les roues arrière sont caractéristiques de la Diablo,
embellissant cette ligne à l’aérodynamique parfaite. Durant
ses 11 années de carrière, la Lamborghini Diablo va évoluer
à plusieurs reprises. La première Diablo est produite de
1990 à 1998 dans sa version 2 roues motrices, soit environ
980 exemplaires.
Le modèle présenté est de 1992, il s’agit donc de l’un
des premiers modèles parmi les plus bruts. La voiture
a été vendue neuve en France. D’une superbe couleur
jaune, cet exemplaire a été repeint. Son intérieur en cuir
noir comme le reste de la voiture est lui aussi en excellent
état. Le merveilleux son du 12 cylindres est sublimé par
une sortie d’échappement en inox. La dernière révision a
été réalisée chez le spécialiste Ferrari Calderoni à Lyon,
la voiture avait alors 29000 kilomètres. Son propriétaire
actuel l’a entretenu avec soin, le carnet est à jour et il
possède la trousse à outils et l’autoradio d’origine. Véritable
« collector » dès aujourd’hui, cette voiture, symbole de sa
génération, devrait certainement voir sa côte grimper dans
les prochaines années.
Carte grise française
« Un véritable monstre de l’automobile »
Marque :
Modèle :
Millésime :
kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Lamborghini
Diablo
1992
31 500 km au compteur
12 cylindres
5 707cm3
ZA9DEAO7AON LA12766
75 000 / 85 000 €
La descendante d’une lignée prestigieuse
Une musique enchanteresse à l’âme italienne
Un tonnerre mécanique à l’état brut
83
245
1988 - Porsche 911 3.2L Targa
Au salon de Francfort 1983 apparait la 911 3.2L. Son
succès sortira Porsche des difficultés financières et
contribuera à perpétuer à travers le monde la légende 911.
La 3.2 L conserve la ligne et les suspensions originelles de
la 911 avant le passage aux pare-chocs enveloppant et à
l’électronique, elle est esthétiquement très proche de sa
devancière la SC. Modernisée par l’installation de l’injection
électronique, le modèle est devenu plus facile d’utilisation.
Son 6 cylindres en ligne boxer porté à une cylindrée de
3.2 litres, développe désormais 231 chevaux et permet de
dépasser les 240 Km/h. Le système de distribution est doté
d’un nouveau tendeur de chaine hydraulique qui supprime
les problèmes rencontrés sur les précédents modèles.
La 3.2 L fera aussi honneur à la réputation de Porsche
en matière de freinage, dotée de 4 freins à disques sans
l’aide de l’ABS. L’évolution la plus importante au cours de
sa carrière est l’adoption en 1987 de la boite de vitesse
G 50 Gertrag avec commande de débrayage hydraulique.
A l’intérieur, elle reçoit un de système de chauffage plus
performant et des bouches de ventilation plus larges.
Fiable et robuste, la 3.2 est un modèle idéal pour accéder
84
au monde des sportives. La 3.2 L a été produite jusqu’en
1989 79 649 exemplaires, elle sera remplacée par la 964.
Le modèle présenté est une version Targa de septembre
1988, elle est donc équipée de la boite G50. Sa livrée lui
va très bien en associant une peinture verte foncée et un
intérieur cuir de couleur beige claire. Elle est équipée d’un
essuie-glace arrière. Belle et polyvalente, la version Targa
propose les avantages du Coupé et du cabriolet. Le toit se
replie pour se loger dans le coffre avant et vous faire profiter
du ciel sans trop de remous. Une fois fermé, il donne le
sentiment de rouler en coupé. Son propriétaire l’a possède
depuis 2007, il lui a prodigué les soins nécessaires à son
entretien, les disques et plaquettes sont récents. Le ciel de
toit a été refait, le silencieux est un Dansk 60. La voiture
sera livrée avec un set complet de tapis de sol, sa housse
de protection et son dossier d’entretien.
Les 3.2 L sont de plus en plus recherchées, c’est une
occasion de s’offrir un des derniers modèles sortis dans
une livrée peu courante.
Carte grise française
« Une sportive indestructible »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Porsche
911 type 3.2L Targa
1988
206 000 km au compteur
6 cylindres à plat «Flat 6»
3 164 cm3
WPOZZZ91ZKS140151
23 000 / 28 000 €
Une Porsche à sensations sans assistances
Une côte en hausse régulière
Un modèle réputé très fiable
85
246
1994 - Porsche 911 type 993
La Porsche 993 est révélée à la presse en aout 1993
et entre sur le marché à la fin de la même année. Elle
remplace la Porsche 964 et sera la dernière 911 refroidie
par air. Esthétiquement très réussie, elle est le fruit d’un
travail aérodynamique engendrant une modification de la
forme des ailes avant mais en conservant les «yeux de
grenouille » qui manqueront à la 996. Les rétro «cup» sont
désormais de série. La voiture est nouvelle pour 80 % de
ses éléments. L’intérieur subit lui aussi quelques évolutions
tout en conservant la disposition générale bien connue des
Porschistes.
Equipée du célèbre Flat 6 «Boxer» de 3.6 litres de cylindrée,
elle dispose jusqu’en 1995 de 274 chevaux. L’apparition du
VarioRam permettra aux modèles ultérieurs de développer
285 chevaux. Elle fut la première Porsche équipée d’une
boite de vitesse mécanique à 6 rapports. De nombreux
aménagements techniques, notamment sur les trains
roulants et le châssis permettent à cette Porsche d’offrir
un comportement plus précis et efficace. Aujourd’hui
encore cette génération de 911 reste performante et sûre,
suffisamment moderne pour être utilisée quotidiennement.
86
La 933 se décline bien sûr en Targa et cabriolet. La boite
Tiptronic S qui permet de changer les vitesses au volant,
vient compléter la boite mécanique. Le succès est au
rendez-vous pour cette série vendue à près de 68 000
exemplaires à travers le monde. Les années écoulées
depuis son lancement ont permis de démontrer la fiabilité
de ce modèle qui possède toutes les qualités pour devenir
une pièce incontournable dans toute collection. Clin d’œil
de l’histoire, la 993 naitra l’année des 30 ans de la 911 qui
fête en 2013 sa 50ème année.
Le modèle présenté est de février 1994. Sa livrée lui va très
bien en associant une peinture noire et un intérieur cuir de
couleur sable. Elle est équipée d’un toit ouvrant ainsi que
d’un essuie-glace arrière. La climatisation fonctionne et les
sièges sont électriques. Son propriétaire actuel qui n’est
autre que le père du célèbre pilote français Eric Comas, la
possède depuis 2004. Cette bonne provenance explique
sans doute le très bon état général de cette Porsche.
Carte grise française
« La dernière Porsche refroidie par air »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Porsche
911 type 993
1994
151 000 km au compteur
6 cylindres à plat «Flat 6»
3 600 cm3
WPOZZZ99ZRS312432
31 000 / 34 000 €
La dernière «vraie» Porsche
Unanimement l’une des plus belles générations de 911
Un modèle charnière «collector» en puissance
87
247
1994 - Ferrari 456 GT
Présentée en 1992, la Ferrari 456 GT, dont le design est
une nouvelle fois l’oeuvre de Pininfarina, marque le retour
de Ferrari à la tradition des coupés 2+2 doté d’un 12
cylindres à l’avant. Elle perpétue ainsi la possibilité d’offrir
4 vraies places dans un coupé depuis l’arrêt de la 412 fin
1989. Elle est pour certains, considérée comme la plus
belle des Ferrari jamais produite par la firme de Maranello,
ce qui n’est pas rien, compte tenu de la production de
la marque jusque-là. D’une cylindrée de près de 5.5
litres, cette nouvelle Ferrari développe 442 chevaux. La
distribution est assurée par 2 doubles arbres à cames en
tête. Munie d’une boite de vitesse mécanique à 6 rapports
la voiture peut atteindre une vitesse de pointe de 309 km/h,
une première pour une voiture à 4 places. Le 0 à 100 km/h
est lui abattu en à peine 5,3 secondes. Avec un poids total
de 1690 Kg, la Ferrari 456 GT dispose donc d’un rapport
poids/puissance de 3,82 Kg/CV.
Point de passage obligé pour élargir sa clientèle, elle
pourra aussi être équipée d’une transmission automatique
à quatre vitesses et prendra dans ce cas l’appellation
GTA. Le système de freinage est doté de l’antiblocage
ABS et de l’anti patinage ASR. Construite sur un classique
châssis tubulaire en acier, la 456 GT reçoit une carrosserie
88
en aluminium. Combinant confort et sportivité, cette Ferrari
peut être utilisée au quotidien et distille à son bord une
ambiance unique. Elle a marqué sa génération par un
design sobre et très pur et s’impose dès lors comme un
très beau collector à acquérir dès maintenant.
Le modèle présenté est de livrée extérieure noire avec
un intérieur en cuir noir. Il se présente dans un bon état.
Son propriétaire actuel la possède depuis une dizaine
d’années, ce qui signifie qu’il s’en ait occupé pour la
moitié de son histoire. La voiture a été entièrement révisée
en mars 2013 chez un spécialiste de la marque. Outre le
remplacement très important des courroies, la vidange
de la boite de vitesses ainsi que du circuit de freinage ont
aussi été effectuées. Affichant près de 68 000 Kms soit
une moyenne annuelle inférieure à 4 000 kms, la voiture
fonctionne bien et propose de très belles montées en
régime. Cette 456 GT offre désormais un rapport prix/
plaisir extrêmement compétitif, permettant de surcroît de
partager cette passion à quatre. Elle sera livrée avec son
dossier d’entretien.
Carte grise française
« La fabuleuse sonorité du V 12 Ferrari et 4 vraies places »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Ferrari
456 GT
1994
68 000 km au compteur
12 cylindres en V
5472 cm3
ZZFSD44B000097951
28 000 / 33 000 €
Une vraie Ferrari 2+2 à un prix très abordable
Une ligne signée Pininfarina indémodable
Un modèle dont la côte sera certainement corrigée à la hausse à l’avenir
89
248
1959 - Mercedes 190 SL
Présentées côte à côte au New York Motor Show de
février 1954, la Mercedes 190 SL aurait pu pâtir de l’ombre
que lui faisait la mythique 300 SL. L’une est une bête de
course à peine civilisée, l’autre est une automobile d’usage
quotidien, robuste et fiable, d’entretien réduit, remarquable
en confort, sécurité et vitesse de croisière. Son dessinateur
Karl Wilfret travaillait au département compétition des
fameuses “Flèches d’argent”. L’objectif était de concevoir
un véhicule se rapprochant le plus possible des lignes de
la 300SL, tout en offrant une voiture plus confortable à un
coût plus accessible. Dans sa configuration finale, la 190
SL est la réponse parfaite à ces deux impératifs.
Très prisée par les cinéastes et les photographes de mode
elle apparaît dans de nombreux films et aujourd’hui dans
beaucoup de publicités. La voiture s’autorise une allure
de croisière soutenue dans les meilleures conditions de
confort. Elle vire parfaitement à plat, un zeste survireuse
mais toujours contrôlable grâce à son boîtier de direction
d’une excellente précision. Avec une ligne racée, un
freinage efficace, un tableau de bord élégant et complet,
un beau volant ivoire, des sièges en cuir, elle rend heureux
celui qui la possède. Sans être très sportif, son moteur
4 cylindres 1.9 litres développe 105 chevaux et propose
90
souplesse et endurance. Il est même possible de voyager
à trois dans ce cabriolet. En effet, un strapontin transversal
est proposé en option. Mercedes en a produit 25 881
exemplaires de mai 1955 à février 1963. La belle carrière
de cet élégant cabriolet confortable et silencieux, qui savait
se montrer rapide et stable sur route, comme souple et
maniable en ville, se prolonge aujourd’hui dans le monde
de la voiture de collection dont elle est une star.
La voiture présentée est d’une belle livrée, de couleur
grise, avec un intérieur cuir de couleur rouge. La capote en
Alpaga est en bon état. Elle possède son hard top à petite
lunette, la montre intérieur et son couvre capote. L’élégance
de ses courbes est soulignée par des pneus à petits flancs
blancs. La voiture se présente dans un bon état général.
Son propriétaire actuel la possède depuis plus de 25 ans.
La voiture a été restaurée au cours de la décennie 90,
avec plusieurs phases de travaux successifs. Un dossier
complet de cette restauration sera fourni avec la voiture.
La 190 SL a vu sa côte progresser de manière significative
ces dernières années, preuve que ce modèle a toutes les
qualités pour séduire les collectionneurs exigeants.
Carte grise française
« Un des cabriolets les plus désirables »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Mercedes
190 SL
1959
24 200 km au compteur
4 cylindres
1897 cm3
121 040 10 95 00612
70 000 / 80 000 €
Une voiture belle et simple à l’usage
Un très élégant cabriolet luxueux
La star des films publicitaires
91
249
1969 - Mercedes Pagode 280 SL California
Reprenant la dure lignée des mythiques SL, la « Pagode »,
par son design très élégant et à la pointe de la modernité,
parvient à se faire une place auprès des icônes MercedesBenz que sont la 300 SL et la 190 SL. Emmené par un
Paul Bracq inspiré, le design de la 280 SL s’avère être
assez réussi, tant il sort des lignes classiques de l’époque
en s’imposant par une ligne alliant dynamisme et pureté.
Véritable mythe sur roues, la 280 SL trouve à l’origine
de son surnom de « Pagode » son hard-top intégrant
parfaitement les traits de sa ligne racée et élégante. Très
moderne, cette auto n’en est pas moins performante. Doté
d’un nouveau moteur 6 cylindres à plat plus puissant et
plus souple à bas régime et d’une injection directe Bosch
procurant 170 cv, ce coupé aborde les routes dans un
climat de sécurité et de confort optimal. Remportant
une victoire au Rallye Rome-Lière-Rome en 1963 pilotée
par Bohringer-Kaiser, les performances sportives en
compétition automobile sont au rendez-vous. Le hardtop est idéal, apportant une élégance naturelle au coupé
et rendant l’habitacle très lumineux tout en laissant une
bonne visibilité de l’intérieur. L’habitabilité est de premier
ordre, loin des standards des petits roadsters anglais ou
italiens des années 60. Les sièges en cuir et la qualité
de finition Mercedes-Benz marquée de détails d’époque
aussi surprenants qu’agréables comme les petites buses
d’aération. Placées de chaque côté de la voiture, la grande
buse ronde à volet sert aux occupants tandis qu’une petite
trappe à basculer trouve son utilité pour supprimer la
buée des vitres latérales. Autre détail préservant la ligne
92
élancée de la SL, le bouchon du réservoir d’essence a été
discrètement mais originalement placé sur la malle arrière.
Avec son moteur associant couple et puissance, la prise en
main est agréable, d’un confort quasi parfait. Etonnamment
moderne à la conduite et bénéficiant de l’avance technique
de la technologie SL, ce coupé peut même se conduire
de manière quotidienne sans que cela ne procure à son
conducteur une sensation quelconque de fatigue liée à
la lourdeur du bolide qui accuse près de 1400 kilos sur
la balance. Différente du mythique 300 SL réservé à une
certaine élite, mais plus performante et moderne qu’une
190 SL, la 280 SL parvient à trouver une place entre ces
deux stars Mercedes-Benz, sans pour autant avoir la
prétention d’en être une remplaçante. Dans la lignée des
coupés SL, cette « Pagode » s’inscrit dans le cercle très
fermé des voitures d’exception signées Mercedes-Benz.
Le modèle présenté est une 280 SL « Pagode » de 1969,
il s’agit d’une version California avec un hard top et sans
capote. Une banquette arrière permet d’emmener deux
passagers supplémentaires. La voiture est en bon état
général, régulièrement entretenue chez Mercedes Benz à
Valence. De couleur blanche avec un hard top noir, elle est
équipée d’une boite mécanique à 4 rapports. Son intérieur
beige est en bon état. Arrivée à la vente par la route, cette
pagode fonctionne bien et vous procurera beaucoup de
plaisir à son bord.
Carte grise française
« La tradition des SL perpétuée »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Mercedes-Benz
280 SL Pagode California W113
1969
56 877 km au compteur
6 cylindres en ligne, 170 cv
2770 cc
113 044 10-010228
28 000 / 33 000 €
Une ligne intemporelle signée Paul Bracq
Une voiture de qualité née sous une bonne étoile
Une cote toujours en hausse
93
250
1969 - Mercedes Pagode 280 SL California
La Mercedes Benz Pagode 280 SL type W113 a été
conçue et dessinée par le designer français Paul BRACQ.
Ses formes et surtout son toit lui valurent le surnom de
pagode. L’intérêt de ce toit « Pagode « concave permettait
d’améliorer la visibilité intérieure, avec des montants plus
fins, des vitres plus hautes. L’accès à bord était également
facilité. Les pagodes ont été commercialisées de 1963 à
1971 et présentées en 1963 au salon de Genève. Il y a
trois modèles : la 230 SL fabriquée de 1963 à 1967, la 250
SL fabriquée de 1966 à 1968 et la 280 SL de 1967 à 1971.
La silhouette de la Pagode n’a pas beaucoup changé
durant les 8 années de production, on trouve néanmoins
trois variantes : le cabriolet, voiture avec capote repliable
dans son logement arrière, le coupé, voiture sans capote,
avec hard top, et le cabriolet « California », voiture sans
capote, avec hard top et banquette arrière 2 places
repliable. Cette version sera développée à l’origine pour
le marché américain, et plus particulièrement pour la
côte ouest où le climat tempéré rendait l’usage d’une
capote souple «demi-saison» inutile. La suppression de
celle-ci permit alors de proposer 4 vraies places, tout en
conservant le hard top démontable pour rouler en hiver.
Côté moteur on distingue 3 cylindrées différentes qui
alimentent un 6 cylindres en ligne : 2281 cm3 pour la 230
SL, 2496 pour la 250 SL et 2770 pour la 280 SL. Cette
dernière bénéficie de 170 chevaux, ce qui lui permet de
flirter avec les 200 Km/h. Côté transmission, elle était
équipée de série d’une boîte mécanique à 4 rapports,
ou en option d’une boîte mécanique ZF à 5 rapports ou
d’une boîte automatique à 4 rapports. Cette voiture, très
bien construite, est agréable à conduire et fait tourner
encore aujourd’hui beaucoup de têtes sur son passage.
Il est à noter que les pièces d’origine Mercedes Benz sont
disponibles dans le réseau de la marque.
Le modèle présenté est une Pagode 280 SL California de
1969, équipé d’une boite de vitesses à 4 rapports. Ses
propriétaires actuels l’ont achetée au Musée de Chaufailles
en 1991. La voiture avait alors 79 000 kms au compteur.
Elle a parcouru depuis 10 000 km. La voiture a connu en
2013 une réfection totale de la carrosserie, complétée
d’une peinture neuve grise. L’intérieur bleu, partiellement
restauré, est en bon état. Côté mécanique, il est à noter le
remplacement de la ligne d’échappement.
Carte grise française
94
« La Mercedes élégante »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Mercedes
280 SL Pagode California W113
1969
90 000 km au compteur
6 cylindres en ligne
2770 cm3
113 044 10-007181
30 000 / 35 000 €
La Mercedes recherchée pour son style remarquable et son image de marque
Un bon placement pour l’avenir
Un plaisir à chaque tajet
95
251
1979 - Mercedes 280 SL
La R107 succède à la W113 dite Pagode. Elle laisse
tomber le toit pagode pour un hard top concave tout
aussi élégant. Il s’agit de la troisième génération des SL
Mercedes présentée en 1971. Sa carrière sera d’une
longévité exceptionnelle, elle restera au catalogue pendant
18 ans. Ce roadster sera l’adoration des américains qui
absorberont à eux seuls les deux tiers de sa production.
Elle sera l’apanage des réussites sociales dans les endroits
les plus huppés du globe. La firme de Stuttgart a conçu
ce roadster pour répondre aux normes sécuritaires
d’outre atlantique, le dotant d’une grande capacité
d’absorption des chocs, ce qui lui vaut d’être surnommée
la « Panzerwagen » ou « voiture blindée ».
Comme souvent chez Mercedes, la W107 fut une
plateforme qui accueillit différents moteurs. En effet, née
avec le V8 de 3,5 litres des 280 et 300 SE/SEL 3,5 de
l’ancienne classe S, elle reçut par la suite l’excellent 6
cylindres double arbres des 280 SE dès juillet 1974 et le V8
de 4,5 litres de la 450 SEL en avril 1973. L’histoire du SL
type R107 est celle d’une montée en puissance. Jusqu’en
1980, les SL vont voir leur puissance progressivement
augmenter au fil des millésimes avec des améliorations
96
techniques mineures. A partir de 1980, le SL 280 hérite
d’une boîte mécanique à 5 rapports, tandis que de
nouveaux moteurs sont montés. C’est ainsi que le V8 3,8
litres remplace le 3,5 litres, et le V8 5 litres remplace le
4,5. Les puissances et couples progressent. En 1989,
après une production de 237 387 unités, la R107 SL est
remplacée par la nouvelle R129. La génération de SL 107,
du fait de sa longue production en volume, reste encore
financièrement très abordable mais les cotes ne devraient
que monter dans les prochaines années.
Le modèle présenté est un 280 SL type R107. Il est
propulsé par un moteur six cylindres en ligne de 2746 cm3
de cylindrée pour une puissance de 185 CV équipé de la
boite mécanique. La voiture peut s’approcher de la vitesse
symbolique de 200 Km/h. Blanche avec une sellerie en
cuir noir, et une capote noire, la voiture est dans un bon
état général. L’alternateur de la voiture a été récemment
changé. Son propriétaire la possède depuis plus de 10 ans
et a pris beaucoup de plaisir à la conduire. Si cette auto
n’est pas une sportive proprement dite elle répond plutôt à
l’exigence de fiabilité et de confort de conduite.
Carte grise française
« La voiture des séries TV américaines »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Mercedes
280 SL R107
1979
129 000 km au compteur
6 cylindres en ligne
2746 cm3
107 042 1000 6321
14 000 / 16 000 €
Un style intemporel et une qualité germanique
Une des classiques modernes les plus utilisables
Un modèle dont la valeur ne fait que progresser
97
252
1965 - Mercedes 190 C
Surnommée de son numéro de série W110, cette berline
Mercedes a été fabriquée de 1961 à 1968. Sans être la
démonstration du savoir-faire de Mercedes en matière
d’automobile haut de gamme, elle fait partie de la classe
moyenne supérieure. Elle a remplacé la série W120 &
W121 dites «Ponton ». Côté moteur, la W110 proposait
deux alternatives, un moteur essence ou un moteur diesel,
tous deux, dotés des quatre cylindres en ligne.
Les signes distinctifs des W110 sont les ailerons arrière
venant prolonger les ailes. L’inspiration vient bien entendu
des Etats Unis. Novateur, le châssis a été conçu par les
ingénieurs allemands de manière à offrir pour la première
fois une sécurité passive. Elle sera en effet la première
berline milieu de gamme soumise aux fameux crash-tests
étendus. Elle fut par exemple projetée à 80 Km/h sur une
rampe de frappe.
Autre nouveauté, un tableau de bord inhabituel car l’aiguille
du compteur de vitesse se déplaçait alors verticalement.
Selon la vitesse, la couleur d’affichage passait du jaune
au rouge. Ce changement de couleur était généré par
98
un rouleau tournant sur son axe. La trappe à carburant
était située, sur tous les modèles, derrière la plaque
d’immatriculation rabattable. La version essence en 1.9
litres à quatre cylindres commercialisée sous l’appellation
190 C développe 80 CV, elle a été produite de 1961 à 1965
à 130 554 exemplaires. Equipée d’une boite de vitesse à 4
rapports, elle permettait d’atteindre 145 km/h.
La voiture présentée a été achetée pour la direction
d’une entreprise à Saint-André les Vergers (Troyes) le 26
septembre 1965. C’est une Mercedes ayant toujours vécu
en France. Elle est en très bon état, saine et fiable, son
intérieur d’origine témoigne de la qualité de fabrication de
l’époque ainsi que des soins qu’elle a reçus tout au long de
son histoire. Elle est équipée de son poste Becker d’origine
et offre, aujourd’hui encore, un confort très appréciable à
son bord. Régulièrement entretenue, la voiture n’aurait,
selon nos informations, connu que trois propriétaires. La
voiture est livrée avec son crochet d’attelage.
Carte grise française.
« Le confort et la fiabilité inégalables d’une berline Mercedes »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Mercedes
190 C
1965
23 300 km au compteur
4 cylindres
1 897 cm3
110 010 - 10 11 7200
6 000 / 9 000 €
Une Berline de marque prestigieuse à un prix très attractif
Un rapport prix/plaisir inégalable
Un témoignage roulant du savoir-faire allemand
99
253
1955 - Fiat 500 C Belvedere Ex SAS le prince Rainier III de Monaco
La Fiat 500 de la première génération, surnommée Topolino
désignant souris en italien, est un modèle conçu par Fiat et
produit entre 1936 et 1955. Conçue et construite comme
une véritable automobile, structure monocoque, vraie
suspension, freins hydrauliques largement dimensionnés
et circuit électrique de 12 volts, la Fiat 500 «Topolino»
obtiendra un beau succès commercial. Bien que sa
fabrication fut très ralentie durant les années de guerre, elle
reprit à la fin du conflit avec la série C jusqu’en 1955, en
Italie comme en France, où elle s’appelait Simca 5 d’abord,
puis Simca 6. Au total ce sont 519 847 exemplaires qui
sortirent des chaînes Fiat en Italie.
La nouvelle mécanique des 500 introduite après la guerre
a besoin d’une nouvelle carrosserie, plus proche des goûts
esthétiques de l’époque. La nouvelle 500 C est présentée
à Genève en 1949. Le style est nouveau, notamment la
calandre à développement horizontal, les feux encastrés
dans les ailes, le coffre intégré avec ouverture commandée
de l’intérieur. Proposée en alternative à la Berline, la version
Giardiniera avec des panneaux et portière en bois, aura
la préférence des acheteurs. En 1951 la Giardiniera est
remplacée par un modèle dénommé Belvédère.
La Belvédère possède des indicateurs de direction
clignotants avec des feux sur les ailes en remplacement
des vieux indicateurs à baguette, solution ensuite
appliquée en1952 à la Berline. Même les pare-chocs
chromés, en option sur la berline, sont en série. Elle sera la
première Fiat à bénéficier d’un chauffage lui aussi en série.
100
La version Belvédère a connu un succès extraordinaire,
capable de transporter 4 personnes et des bagages et
offrant la possibilité, en rabattant la banquette arrière, de
se transformer en véhicule commercial à bonne capacité
de chargement. Cette double personnalité a marqué
le paysage routier, urbain et extra urbain de l’Italie de la
reconstruction et bien au-delà de la fin de sa production.
Le modèle présenté est tout simplement « unique » d’abord
parce que son pédigrée est princier et ensuite parce que
son état est exceptionnel. En effet, il a appartenu à SAS
le Prince Rainier III de Monaco et son propriétaire actuel
l’a directement acheté à la principauté du rocher auprès
de SAS le prince Albert II. La voiture proposée est dans
un excellent état. Sa peinture biton joue sur deux nuances
de vert et lui donne un charme certain. Du point de vue
mécanique, la voiture est tout aussi désirable puisque
son moteur a connu une réfection totale après avoir été
démonté. Les freins, l’embrayage et les pneus ont eux
aussi bénéficié d’une cure de jouvence. Ce Belvédère
princier est donc capable de vous emmener à près de 90
Km/h et représente une opportunité unique d’acheter une
page d’histoire. Preuve de l’intérêt porté au modèle par
les collectionneurs autour du monde, la maison de vente
Gooding & Company a vendu cette année une 500 C à
26 400 $. A vos enchères.
Carte grise française
« Une 500 au destin princier »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Fiat
500 C Belvédère
1955
4590 km au compteur
4 cylindres
569 cm3
518584
18 000 / 20 000 €
Un symbole de la marque Fiat
Un pedigree Princier
Un modèle toujours plus désiré
101
254
1969 - Fiat 500 L 110F
La Fiat 500, cette dénomination commerciale connue
dans le monde entier a fait la popularité internationale
de Fiat. Aussi célèbre que la Coccinelle ou la 911, sa
renommée est telle qu’elle est réapparue ces dernières
années sous une forme moderne. La toute première série
de Fiat Nuova 500 est présentée à Turin le 4 juillet 1957.
Elle était équipée d’un moteur bicylindre vertical refroidi
par air de 479 cm³, disposé à l’arrière, délivrant 13 ch et
autorisant une vitesse maximale de 85 km/h, avec une
consommation de seulement 4,5 litres aux 100 km. Simple
et économique, elle se vend à 28.438 exemplaires. L’auto
est cependant presque trop spartiate et sous motorisée.
Fiat présente alors pour y remédier en 1957, deux versions
Economique et Normale dont la puissance du moteur a
été portée à 15 ch. Alors que la version Economique est
proche de la première version, la version Normale voit sa
finition nettement améliorée et son équipement complété.
L’année suivante, en 1958, Fiat lance une version Sport
équipée d’un moteur porté à 499,5 cm³ et développant 21
ch. D’autres modèles Abarth verront le jour dans les années
suivantes. En 1960, la 500 devient 500 D. Une déclinaison
«utilitaire» voit aussi le jour, la Fiat 500 Giardiniera. La lettre
D correspond à la 4 ème version après la base « A », la
Normale « B » et la Sport « C ». Elle propose quelques
retouches esthétiques et atteint désormais la vitesses de
95 km/h. Fiat dévoile la 500 F cinq ans plus tard. « F » et
non pas « E » car la version « E » correspond à une finition
102
« America » de la 500 D. Son pare-brise grandit, un nouvel
intérieur est installé et la puissance est portée à 18 ch.
Fort du succès de cette version, alors même que l’on
s’attend au lancement d’une nouvelle 500, Fiat dévoile
en août 1968 la version luxueuse de la 500, la « L ». A
l’extérieur, la nouveauté consiste en une barre cintrée qui
double les pare-chocs avant et arrière. L’intérieur est lui,
complètement modifié. La planche de bord, les compteurs
et instruments ainsi que les sièges sont modifiés. La 500
L connaîtra un succès commercial sans précédent. Ce
sera le modèle le plus produit avec le record de 407.365
exemplaires en 1970, dont plus de la moitié exportée. Lors
du Lancement de la Fiat 126 en fin d’année 1972, Fiat
décida de lancer une dernière version de la 500, la « R ».
Le modèle le plus produit fut le type 110 F qui regroupait
alors la 500 F et la 500 L
Le modèle présenté est une série L de 1969. Elle est de
couleur bleu canard et son intérieur est beige. Ce dernier,
identique à celui d’origine a été restauré en simili. La
voiture dispose aussi d’une capote neuve. Son propriétaire
la possède depuis 10 ans, et sans être parfaite, cette
500 a fait l’objet de soins réguliers. Ses 18 chevaux vous
emmèneront dans une ambiance unique à travers les
routes de France ou d’ailleurs.
Carte grise française
« Le légendaire pot de Yaourt »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis:
Fiat
500 L type 110 F
1969
47 000 km au compteur
2 cylindres
499,5 cm3
2316573
6 500 / 8 500 €
Une popularité internationale sans égale
Une allure irrésistible
Un prix d’entrée attractif et des pièces disponibles
103
255
1966 - Ford Mustang Convertible GT
C’est le 17 avril 1964 que Ford, alors second constructeur
mondial, présente à New York sa Mustang. Ford met sur
roues le concept de Pony Car, créé au départ comme un
coupé deux places dans la plus pure tradition européenne.
Ce génial projet est dû à un jeune visionnaire nommé Lee
Iaccoca qui souhaite, contre l’avis général des dirigeants
de l’époque, redynamiser la marque. La Mustang est
alors dotée en série d’un moteur de 6 cylindres en ligne
de 2,8 L ou, en option, d’un V8 de 260 ci de 4,2 L ou
d’un 289 ci de 4,7 L. Elle est disponible en coupé hard
top ou en cabriolet, la carrosserie fastback n’apparaissant
qu’en 1965. De nombreuses options sont disponibles
pour agrémenter la voiture, le but étant que chacun puisse
concevoir sa Mustang de manière unique. Devant le
succès des ventes, le constructeur propose alors chaque
année des évolutions de son modèle. C’est ainsi que
virent le jour les séries spéciales, équipées de moteurs
plus ou moins puissants et d’ajouts esthétiques telles
que les « Boss », les « Shelby » ou encore les « California
Special ». Dès l’année 1966, la Ford Mustang a dépassé
le million d’unités produites. Un record pour une voiture
de sport en si peu de temps. Presque une marque à part
entière, la Mustang arbore son propre insigne et non les
emblèmes de Ford. Forte d’une carrière d’une longévité
104
exceptionnelle, la Mustang a marqué de nombreuses
générations d’automobilistes.
Le modèle présenté est un Convertible GT de 1966. Ce
modèle provenant des Etats-Unis a été acheté par son
propriétaire actuel en Californie en 2006. La voiture, dans
un excellent état, propose une livrée bleue « Ice Blue »
et un intérieur Pony noir. Il s’agit d’un modèle V8 289 Ci
« A Code » muni d’un carburateur 4 corps permettant de
délivrer 225 chevaux. Les montées en régime du moteur
sont sublimées par une ligne d’échappement entièrement
en inox et réalisée spécialement pour cette voiture. Sa
capote noire en excellent état est électrique. Il est important
de noter que la voiture est équipée d’une avantageuse
boite mécanique à 5 rapports permettant une plus faible
consommation à vive allure et une polyvalence accrue.
La voiture n’a parcouru que 116 000 miles, ce qui
représente une moyenne de moins de 2500 miles ou
par an. Elle a fait la joie de son propriétaire actuel qui l’a
conservée dans un très bel état et représente aujourd’hui
une belle opportunité pour acquérir l’un des modèles les
plus désirables.
Carte grise française
« L’American Dream »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Ford
Mustang
1966
117 000 miles au
compteur
8 cylindres en V
4 700 cm3
6R08A199068
33 000 / 38 000 €
Une version ultra désirable
Un mythe automobile
Le rêve américain cheveux au vent
105
256
1966 - Ford Mustang Convertible
Toujours très prisée, la Mustang marque les années 60
par son image décalée, jeune et dynamique. Désignant
un avion de chasse du nom de North American P-51, la
« Mustang » bénéficie d’une belle côte d’amour auprès des
jeunes des années Sixties. En 1962, le nom de « Mustang »
est définitivement établi. La Mustang devra avoir une allure
sportive, des performances convaincantes, des pièces de
grande série, et être vendue à un prix abordable. Elle est
proposée en deux carrosseries : coupé et cabriolet. Ford
va doter sa Mustang d’une troisième variante dite coupé
Fastback. Développant toute une gamme de moteurs,
allant des small bloks ou big blocks développés par Shelby,
la Ford Mustang se distingue par un nombre d’options
quasi infini, rendant chaque modèle de Mustang unique.
L’idée de Ford est réellement de relancer les ventes en
proposant un produit entièrement personnalisable mais
restant abordable. Le coupé de base, équipé du 6 cylindres
en ligne et de sa boîte mécanique à 3 rapports coûte en
effet un peu moins cher qu’une Coccinelle à l’époque!
Grâce notamment à une grande campagne publicitaire,
Ford met en avant son nouveau modèle. La Mustang
ressuscite l’image de Ford et idéalise « the american
life », dont elle deviendra un symbole fort et indestructible
de la marque jusqu’à des décennies plus tard. Les
106
chiffres de ventes sont excellents. Après 12 mois de
commercialisation, ce sont 417 000 Ford Mustang qui
sont sorties des chaînes de production ! Dès l’année 1966,
la Ford Mustang a dépassé le million d’unités produites.
Un record pour une voiture de sport, qui restera longtemps
inégalé. La Mustang sera aussi remarquée à l’écran dès
1969, mettant en scène un Steve McQueen au volant
d’une magnifique Ford Mustang chassant une Dodge
Charger dans les rues de San Francisco.
Le modèle présenté est une Ford Mustang convertible
289CI code C de 1966, développant 200 cv. Elle est
équipée d’une boite automatique à 3 rapports. Les
deux cache-culbuteurs, le filtre à air et les barres anti
rapprochement sont chromés. La carrosserie est de couleur
rouge, l’intérieur est blanc tout comme la capote. Importée
du Massachussetts en Mai 2008 par SL Automobiles à
Strasbourg, la voiture a alors été remise en état et équipée
d’un allumage électronique. Le précédent propriétaire l’a
dotée d’un couvre capote neuf. La voiture fonctionne aussi
bien qu’elle présente. Avec son dessin originel et sa livrée
très racée, elle propose à son acquéreur tous les plaisirs
du mythe américain.
Carte grise française
« L’Appel de la route 66 »
Marque :
Modèle :
Millésime :
kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Ford
Mustang
1966
79900 miles
au compteur
8 cylindres
4 700 cm3
6R08C108038
30 000 / 35 000 €
L’esprit de liberté des sixties
Un cabriolet pour mieux profiter du son du V8
Une voiture 100 % plaisir
107
257
1979 - Chevrolet Corvette
La Chevrolet Corvette C3 est lancée en 1968. Elle se décline
en deux versions, coupé ou cabriolet. Dans les deux cas,
le style reste inimitable et agressif. La troisième génération,
inspirée du concept car Mako Shark dessiné par Larry
Shinoda fut produite de 1968 à 1982. La carrosserie et
l’intérieur furent complètement redessinés en 1968. Pour
la première fois le coupé possède 2 demi-toits amovibles
et une vitre arrière verticale coulissable. En 1969, le small
block de 327ci est remplacé par un nouveau moteur de
350 ci c’est à dire de 5,7 litres, cylindrée utilisée jusqu’à
aujourd’hui, et le nom Stingray réapparaît mais en un seul
mot.
La carrière de la corvette est une suite d’évolutions. En
1970 la carrosserie est modifiée et le big block augmente de
cylindrée en passant à 454 ci. L’année 1972 est la dernière
année des pare-chocs chromés avant et arrière. 1973
est la seule année ou se mélangent un pare-chocs teinté
dans la masse à l’avant et un pare-chocs arrière chromé.
Aussi, en 1974, les 2 pare-chocs sont teintés. C’est aussi
la dernière année du big block avant les nouvelles normes
anti-pollution. L’année 1975 marque la fin du cabriolet pour
12 ans et l’apparition du pot catalytique. L’intérieur du
modèle 1977 a été légèrement modifié et la carrosserie est
la dernière avec la vitre arrière verticale. L’année 78 célèbre
le 25ème anniversaire de la Corvette : pour cette occasion,
le design de l’auto est revu avec l’adoption d’une lunette
108
arrière qui permet d’augmenter de manière significative le
volume du coffre. L’intérieur est aussi revu en profondeur
: l’instrumentation, la boîte à gants et d’autres éléments
sont modernisés. 1979 est la date des records de ventes
pour Corvette avec 53 807 ventes. Dernière année pour la
C3 en 1982 qui ne propose plus qu’une BVA au catalogue.
Le moteur repasse à 200 chevaux. La fin de carrière est
fêtée par le biais d’une série spéciale Collector Edition. Fort
de son succès commercial, la Chevrolet Corvette C3 sera
produite durant 14 années.
Le modèle présenté est une Corvette C3 de 1979 de
couleur coquille d’œuf et d’origine américaine. La sellerie
est en cuir de couleur beige. Son moteur de 190 chevaux
est couplé à une boite automatique à 3 rapports. Cette
voiture a été entièrement révisée depuis le châssis par
Auto Passion dans le puy de Dôme en 1990, 300 heures
de restauration ont été passées sur la voiture, un dossier
complet du démontage pourra être fourni. Son propriétaire
la possède depuis 15 ans et lui a prodigué de bons soins.
La voiture est régulièrement entretenue à Lyon par l’Atelier
Automobile. La voiture est en très bon état, équipée d’un
silencieux en inox et d’un T Top, elle offrira à son futur
acquéreur des moments de vrai plaisir.
Carte grise française
« Le 3ème Opus du mythe américain »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Chevrolet
Corvette C3
1979
103 000 miles au compteur
8 cylindres en V
5 700 cm3
1Z8789S429206
18 000 / 22 000 €
Une voiture à sensations
La référence américaine en matière de voitures sportives
Un look sans égal
109
258
2006 - Maserati quatroporte sport GT
« Quattroporte » Cette appellation italienne désigne chez
Maserati la dynastie des berlines à 4 portes de la marque.
Le constructeur italien a en effet été le seul à son époque
à s’intéresser au créneau étroit des limousines sportives.
La première déclinaison date de 1963, avec un modèle
V8 4.2 L dessiné par Frua. Aucune autre berline de série
n’est alors capable à l’époque d’atteindre une vitesse de
230 km/h. La version II, lancée en 1975 sous la robe de
Bertone, est moins performante pour son époque avec un
V6 de 210 chevaux. La 3ème génération, née en 1978,
marque le retour au 8 cylindres en V, d’une cylindrée de
4.9 L. Il recevra une carrosserie de Giugiaro permettant
à Maserati de réaliser de bonnes ventes. La quatrième
génération connaitra une carrière tumultueuse. Le rachat
de la marque par Fiat en 1998 influencera les travaux
d’évolution et de perfectionnement du modèle. Dessinée
par Gandini, mais principalement motorisée par des V6,
elle ne connaitra qu’un succès mitigé.
Lancée en 2003 au Salon de Francfort, la cinquième
génération de la Quattroporte a été entièrement conçue
en collaboration avec Ferrari. Elle symbolise la renaissance
de Maserati grâce notamment au design magistral de
Pininfarina. Elle est motorisée par le fabuleux moteur V8
4,2 L de la Ferrari Modena développant 400 chevaux
légèrement retravaillé. Côté transmission, elle reçoit une
boîte de vitesses séquentielle, type F1 à 6 rapports, gérée
de manière «automatique» ou manuelle via les palettes
au volant. Dès 2006, elle existe en 3 versions : standard,
110
Executive GT et Sport GT. Dès 2007, chacune de ces
trois exécutions seront également disponibles en boîte
automatique classique à convertisseur de couple de 6
vitesses. Une répartition des masses étudiée à la manière
des meilleures GT permet à cette auto avoisinant les
1930 kg de faire oublier son poids. L’habitacle, dont la
montre centrale signée Maserati reprend place au centre
du tableau de bord, est homogène et harmonieux, la
qualité des matériaux sans être parfaite est en hausse.
Cette Quattroporte offre une alternative de charme à l’offre
allemande plus aseptisée.
Le modèle présenté est de 2006, de couleur noire, il
possède un intérieur en cuir noir lui aussi réhaussé d’inserts
en carbone. Il s’agit d’une version Executive Sport GT doté
de la boite F1. D’origine italienne, la voiture a été importée
par le garage Gauduel de Lyon en 2011. Elle possède
son dossier de factures. Parmi les entretiens récents, on
peut signaler le remplacement de l’embrayage en 2011,
et une révision en juin de cette année. La liste des options
est impressionnante parmi lesquelles on peut noter l’aide
au stationnement, les phares xénon, le toit ouvrant, les
sièges électriques, le système audio Bose et les jantes
20 pouces. En bon état, cette Quattroporte bénéficie en
plus d’une garantie auprès des établissements Gauduel de
Lyon jusqu’en juin 2014.
Carte grise française.
« La cinquième génération du mythe italien à quatre portes »
Marque :
Modèle :
Millésime :
Kilométrage :
Motorisation :
Cylindrée :
N° de châssis :
Maserati
Quattroporte
2006
98 000 km au compteur
8 cylindres en V
4 244 cm3
ZAMCD39B000025483
25 000 / 30 000 €
Une Maserati magnifique symbole du renouveau de la marque
Un modèle déjà Collector à acquérir maintenant
Une manière de rouler « différent »
111
ADMINISTRATION
ET GESTION
Claude AGUTTES
Commissaire-Priseur
AGUTTES SAS (S.V.V. 2002-209)
www.aguttes.com
HÔTEL DES VENTES DE NEUILLY
164 bis, avenue Charles de Gaulle
92200 Neuilly-sur-Seine
Tél. : 01 47 45 55 55
Fax : 01 47 45 54 31
HÔTEL DES VENTES
DE LYON BROTTEAUX
13 bis, place Jules Ferry
69006 Lyon
Tél. : 04 37 24 24 24
Fax : 04 37 24 24 25
PRÉSIDENT
Claude Aguttes
DIRECTRICE GÉNÉRALE
NEUILLY - LYON
Charlotte Reynier-Aguttes
DIRECTEUR DÉLÉGUÉ LYON
Gérald Richard
COMMISSAIRE-PRISEUR
JUDICIAIRE ET HABILITÉ
Claude Aguttes
aguttes@aguttes.com
COMMISSAIRES-PRISEURS
HABILITÉS
Antoine Aguttes, Séverine Luneau,
Sophie Perrine, Gérald Richard,
Diane de Karajan, Louis-Maxence Palisson
INVENTAIRES ET PARTAGES
Neuilly
ACCUEIL
GESTION DES DÉPÔTS
Neuilly
Richard Lefebvre des Noettes
desnoettes@aguttes.com
Marie Rastrelli
rastrelli@aguttes.com
Lyon
Valérianne Pace
04 37 24 24 28
pace@aguttes.com
COMPTABILITÉ GÉNÉRALE
Responsable
Alexandra Baranger
baranger@aguttes.com
Avec la collaboration de :
Facturation vendeurs
Neuilly-Lyon
Patricia Biasioli
biasioli@aguttes.com
Facturation acheteurs Neuilly
Catherine Bodard-Aulanier
01 41 92 06 41
bodard@aguttes.com
Facturation acheteurs Lyon
Jérémy Sarelo
04 37 24 24 26
sarelo@aguttes.com
COMMUNICATION
GRAPHISME
Élisabeth de Vaugelas
01 47 45 93 05
vaugelas@aguttes.com
Marie de Villefranche
ACCUEIL TÉLÉPHONIQUE
Neuilly
Marie du Boucher
01 47 45 55 55
duboucher@aguttes.com
Lyon
Jessica Vuillet-à-Ciles
04 37 24 24 24
vuilletaciles@aguttes.com
Séverine Luneau - 01 41 92 06 46
Sophie Perrine - 01 41 92 06 44
Lyon
Claude Aguttes
Gérald Richard - 04 37 24 24 27
DÉPARTEMENTS D’ART
EXPERTISES GRATUITES
ARGENTERIE, CHASSE
Neuilly-Lyon
Sans rendez-vous le lundi après-midi
de 14h à 18h
Sur rendez-vous du mercredi au jeudi
de 10h à 13h et de 14h à 18h
Le vendredi de 10h à 13h
Expertises sur photos par mail :
expertise@aguttes.com
112
Neuilly - Lyon
Guillaume Delon
01 47 45 93 01
delon@aguttes.com
ARTS D’ASIE
Neuilly-Lyon
Aude Louis
01 41 92 06 43
louis@aguttes.com
ART NOUVEAU
ART DÉCO
Neuilly
Sophie Perrine
01 41 92 06 44
perrine@aguttes.com
Avec la collaboration de :
Antonio Casciello
01 47 45 91 50
casciello@aguttes.com
Lyon
Gérald Richard
04 37 24 24 27
richard@aguttes.com
AUTOMOBILES
DE COLLECTION,
AUTOMOBILIA
Neuilly-Lyon
Louis-Maxence Palisson
04 37 24 24 24
palisson@aguttes.com
BIJOUX
HORLOGERIE
Philippine Dupré la Tour
01 41 92 06 42
duprelatour@aguttes.com
Avec la collaboration de :
Claire Barrier
barrier@aguttes.com
Lyon
Marion Quesne
04 37 24 24 23
quesne@aguttes.com
DESSINS &
TABLEAUX ANCIENS
TABLEAUX XIXE
& MODERNES
ÉCOLES RUSSES
& ORIENTALISTES
Charlotte Reynier-Aguttes
01 41 92 06 49
reynier@aguttes.com
Neuilly
Diane de Karajan
01 41 92 06 48
karajan@aguttes.com
Administration
Cyrille de Bascher
bascher@aguttes.com
Anne Jouannet
tableaux@aguttes.com
Lyon
Louis-Maxence Palisson
04 37 24 24 29
palisson@aguttes.com
HAUTE COUTURE
Neuilly
Marie Rastrelli
01 47 45 93 06
rastrelli@aguttes.com
Lyon
Marion Quesne
04 37 24 24 23
quesne@aguttes.com
HAUTE EPOQUE
Neuilly-Lyon
Louis-Maxence Palisson
04 37 24 24 24
palisson@aguttes.com
INSTRUMENTS DE
MUSIQUE
Neuilly-Lyon
Richard Lefevre des Noettes
desnoettes@aguttes.com
01 47 45 93 06
LIVRES ANCIENS
ET MODERNES
AUTOGRAPHES ET
DOCUMENTS ANCIENS
CARTES POSTALES,
AFFICHES,
TIMBRE-POSTE
Neuilly
Laurent Poubeau
01 41 92 06 45
poubeau@aguttes.com
Lyon
Gérald Richard
04 37 24 24 27
richard@aguttes.com
MOBILIER ET
OBJETS D’ART
Neuilly
Séverine Luneau
01 41 92 06 46
luneau@aguttes.com
Avec la collaboration de :
Guillaume Delon
01 47 45 93 01
delon@aguttes.com
Organisation et coordination
de la vente
Laurent Poubeau
01 41 92 06 45
poubeau@aguttes.com
Lyon
Gérald Richard
04 37 24 24 27
richard@aguttes.com
NUMISMATIQUE
Neuilly
Guillaume Delon
01 47 45 93 01
delon@aguttes.com
Lyon
Gérald Richard
04 37 24 24 27
richard@aguttes.com
VINS ET SPIRITUEUX
Lyon
Marion Quesne
04 37 24 24 23
quesne@aguttes.com
VENTE AUX ENCHÈRES
ÉLECTRONIQUES
www.gersaint.com
Richard Lefebvre des Noettes
desnoettes@aguttes.com
Marie Rastrelli
rastrelli@aguttes.com
01 47 45 93 06
ORDRE D’ACHAT / ABSENTEE BID FORM
Choisissez le type d’enchère / choose bid form :
ORDRE D’ACHAT / ABSENTEE BID FORM
ENCHÈRE PAR TÉLÉPHONE / TELEPHONE BID FORM
Remplissez le formulaire / fill in the form :
NOM / NAME
PRÉNOM / FIRST NAME
ADRESSE / ADDRESS
CODE POSTAL / ZIP CODE
AUTOMOBILES DE PRESTIGE
& DE COLLECTION,
AUTOMOBILIA
SAMEDI 9 NOVEMBRE 2013
Hôtel des Ventes
de Lyon-Brotteaux
VILLE / CITY
PAYS / COUNTRY
TÉLÉPHONE 1
TÉLÉPHONE 2
MAIL
LOT
N°
DESCRIPTION DU LOT /
LOT DESCRIPTION
LIMITE EN EUROS /
TOP LIMIT OF BID IN EUROS
À renvoyer avant le
VENDREDI 8 novembre 2013 à 18h
par mail à / please mail to :
voitures@aguttes.com
ou par fax / please fax to :
(33) 04 37 24 24 25
Les ordres d’achat ne seront pris en
compte qu’accompagnés d’un RIB et
d’une pièce d’identité.
Après avoir pris connaissance des
conditions de vente décrites dans le
catalogue, ainsi que des conseils aux
acheteurs, je déclare les accepter et
vous prie d’acquérir pour mon compte
personnel aux limites
indiquées en euros, les lots que j’ai
désignés ci-dessous.
(Les limites ne comprenant pas les frais légaux).
La demande d’une ligne téléphonique
implique que l’enchérisseur est preneur
à l’estimation basse dans le cas d’une
mauvaise liaison téléphonique.
I have read conditions of sale and the
guide to buyers and agree to abide by
them. I grant your permission to purchase
on my behalf the following items within the
limits in euros. (These limits do not include
fees and taxes).
The telephone bidder agrees to bid up to
the low estimate.
Date & signature :
113
CONDITIONS DE VENTE
Il est précisé que la SAS Claude Aguttes agit en tant que mandataire et
pour le compte seul du vendeur. Le contrat de vente du bien présenté aux
enchères publiques est conclu exclusivement entre le vendeur et l’acheteur.
Les relations entre la SAS Claude Aguttes et l’acheteur sont régies par les
présentes conditions générales. En aucun cas, la SAS Claude Aguttes ne
saurait être tenue pour responsable d’une faute commise par le vendeur
ou par l’acheteur.
La vente sera faite expressément au comptant et conduite en Euros. Les
acquéreurs paieront, en sus des enchères, les frais suivants :
- Automobilia : 20% HT + TVA au taux en vigueur soit 23,92 % TTC
- Véhicules : 16,72% HT + TVA au taux en vigueur, soit 20 % TTC
GARANTIES
Conformément à la loi, les indications portées au catalogue engagent la
responsabilité du Commissaire-Priseur, compte tenu des rectifications
annoncées au moment de la présentation de l’objet, portées au procèsverbal de la vente.
Les attributions et désignations ont été établies compte tenu des
connaissances scientifiques et artistiques à la date de la vente et des
renseignements communiqués par le vendeur. Toute information, retenue
par le vendeur et qui n’aurait pas été portée à la connaissance de la SAS
Claude Aguttes ne saurait être à l’origine d’une quelconque réclamation.
Pour les véhicules, seule l’identification du modèle est garantie. Les
désignations (modèle, type, année,…) portées au catalogue reproduisent,
sauf exception, les indications figurant sur les titres de circulation. Les
éléments constituant les fiches descriptives du catalogue sont donnés à
titre indicatif. Il en est de même du kilométrage, reposant sur la simple
lecture des compteurs, comme de l’état de conservation, appréciation
subjective de la SAS Claude Aguttes et de son consultant.
Les véhicules sont vendus dans l’état dans lequel ils se trouvent au jour
de la vente.
Une exposition préalable a lieu, permettant aux acquéreurs d’examiner
chaque lot et de se rendre compte de l’état des biens mis en vente et de
leurs éventuelles restaurations, manques ou accidents. Il leur appartient de
prendre connaissance des documents attachés à chaque véhicule (titre de
circulation, contrôle technique,…), mis à leur disposition par la SAS Claude
Aguttes, et de vérifier avant la vente la conformité de chaque véhicule aux
mentions du catalogue.
Il ne sera admis aucune réclamation une fois l’adjudication prononcée.
La responsabilité des visiteurs de l’exposition pourra être engagée en cas
de dommage aux tiers ou aux objets et véhicules présentés, résultant de
la manipulation de ces derniers sans accord préalable et surveillance de la
SAS claude Aguttes.
Les reproductions au catalogue des objets et véhicules, aussi fidèles que
possible, ne sont pas contractuelles.
Les dimensions ne sont données qu’à titre indicatif.
Le texte en français est le texte officiel qui sera retenu en cas de litige.
Les descriptions en anglais et les indications de dimensions en inches
ne sont données qu’à titre indicatif et ne pourront être à l’origine d’une
réclamation.
ENCHÈRES
L’ordre du catalogue sera suivi.
Le plus offrant et dernier enchérisseur sera l’adjudicataire. En cas de
double enchère reconnue effective par le Commissaire-Priseur, le lot
sera remis en vente, tous les amateurs présents pouvant concourir à
cette deuxième mise en adjudication.
Important : Le mode normal pour enchérir consiste à être présent dans la
salle de vente. Toutefois, la SAS Claude Aguttes accepte gracieusement
de recevoir des enchères par téléphone d’un acquéreur potentiel qui se
sera manifesté avant la vente. La responsabilité de la SAS AGUTTES
ne pourra être engagée notamment si la liaison téléphonique n’est pas
établie, est établie tardivement, ou en cas d’erreur ou omissions relatives
à la réception des enchères par téléphone.
114
La SAS Claude Aguttes accepte gracieusement les ordres d’enchérir qui
ont été transmis. La SAS Claude Aguttes n’engage pas sa responsabilité
notamment en cas d’erreur ou d’omission de l’ordre écrit. La demande
d’une ligne téléphonique implique que l’enchérisseur est preneur à
l’estimation basse dans le cas d’une mauvaise liaison téléphonique.
En portant une enchère, les enchérisseurs assument la responsabilité
personelle de régler le prix d’adjudication, augmenté des frais à la charge
de l’acheteur et de tous impôts ou taxes exigibles. Sauf convention
écrite avec la SAS Claude Aguttes, préalable à la vente, mentionnant
que l’enchérisseur agit comme mandataire d’un tiers identifié et agréé
par la SAS Claude Aguttes, l’enchérisseur est réputé agir en son nom
propre.
RETRAIT DES ACHATS
Tout objet ou automobile ne sera délivrée qu’après règlement complet
du prix par l’acheteur. En cas de paiement par chèque ou par virement,
la délivrance des objets pourra être différée jusqu’à l’encaissement. Il est
conseillé de régler par carte bancaire.
Dès l’adjudication, l’objet ou véhicule sera sous l’entière responsabilité de
l’adjudicataire, à ses risques et périls. L’acquéreur sera lui-même chargé
de faire assurer ses acquisitions, et la SAS Claude Aguttes décline toute
responsabilité quant aux dommages que l’objet ou véhicule pourrait
encourir, et ceci dès l’adjudication prononcée.
Les lots qui n’auraient pas été délivrés le jour de la vente seront à enlever à
l’Hôtel des Ventes de Lyon Brotteaux à partir du mardi 12 novembre 2013
et au plus tard le vendredi 15 novembre 2013.
Passé ce délai, des frais de gardiennage seront prélevés, à hauteur de 100
par jour. Il est precisé que le gardiennage n’entraîne pas la responsabilité
de la SAS Claude Aguttes ou de son expert à quelque titre que ce soit.
Toutes les formalités liées à l’acquisition d’un véhicule, de quelque nature
qu’elles puissent être (formalités administratives, révision technique…),
permettant l’utilisation de ce véhicule sur la voie publique conformément
à la législation en vigueur, demeurent sous la seule responsabilité de
l’acheteur. En aucun cas la responsabilité de la SAS Claude Aguttes ou
de son consultant ne saurait être engagée en cas de non respect de ces
formalités ou de dommage en résultant.
REGLEMENT DES ACHATS
Nous recommandons vivement aux acheteurs de nous régler par carte
bancaire ou par virement bancaire.
Conformément à l’article L.321-14 du code du commerce, un bien adjugé
ne peut etre délivré à l’acheteur que lorsque la société en à perçu le prix
ou lorsque toute garantie lui a été donnée sur le paiement du prix par
l’acquéreur.
Moyens de paiement légaux acceptés par la comptabilité :
- Espèces : (article L.112-6 ; article L.112-8 et article L.112-8 al 2 du code
monétaire et financier)
· Jusqu’à 3 000 €
· Ou jusqu’à 15 000 € pour les particuliers qui ont leur domicile fiscal à
l’étranger (sur présentation de passeport)
- Virement :
Du montant exact de la facture (les frais bancaire ne sont pas à la charge
de l’étude) provenant du compte de l’acheteur et indiquant le numéro de
la facture
Banque de Neuflize, 3 avenue Hoche 75008
Titulaire du compte : Claude AGUTTES SAS
Code Banque 30788 – Code guichet 00900
N° compte 02058690002 – Clé RIB 23
IBAN FR76 3078 8009 0002 0586 9000 223 –
BIC NSMBFRPPXXX
- Carte bancaire (sauf American Express)
- Chèque : (Si aucun autre moyen de paiement n’est possible)
· Sur présentation de deux pièces d’identité
· Aucun délai d’encaissement n’est accepté en cas de paiement par chèque
· La délivrance ne sera possible que vingt jours après le paiement
·Les chèques étrangers ne sont pas acceptés
115
VENTES EN PREPARATION
ARTS D’ASIE
13 DÉCEMBRE 2013
Drouot-Richelieu
HAUTE COUTURE & VINTAGE
AVRIL 2014
Deauville
Contact : Aude Louis
01 41 92 06 43
louis@aguttes.com
____
Contact : Marie Rastrelli
01 47 45 93 06
rastrelli@aguttes.com
ARTS DECORATIFS DU XXème
13 NOVEMBRE 2013
Drouot-Richelieu
Contact : Sophie Perrine
01 41 92 06 44
perrine@aguttes.com
____
AUTOMOBILE DE COLLECTION
AUTOMOBILIA
9 NOVEMBRE 2013
Lyon-Brotteaux
Contact : Louis-Maxence Palisson
04 37 24 24 29
palisson@aguttes.com
____
BIJOUX
AVRIL 2014
Deauville
13 DÉCEMBRE 2013
Neuilly-sur-Seine
19 DÉCEMBRE 2013
Lyon-Brotteaux
Contact : Philippine Dupré la Tour
01 41 92 06 42
duprelatour@aguttes.com
____
CABINET D’AMATEUR
ARCHÉOLOGIE
ARGENTERIE
CHASSE
OBJETS DE CURIOSITÉS
AVRIL 2014
Deauville
8 DÉCEMBRE 2013
Drouot-Richelieu
4 DÉCEMBRE 2013
Lyon-Brotteaux
Contact : Marion Quesne
04 37 24 24 23
quesne@aguttes.com
____
HAUTE EPOQUE
11 DÉCEMBRE 2013
Drouot-Richelieu
Contact : Louis-Maxence Palisson
04 37 24 24 29
palisson@aguttes.com
____
HORLOGERIE
AVRIL 2014
Deauville
20 NOVEMBRE 2013
Drouot-Richelieu
12 DÉCEMBRE 2013
Neuilly-sur-Seine
Contact : Philippine Dupré la Tour
01 41 92 06 42
duprelatour@aguttes.com
____
INSTRUMENTS DE MUSIQUE
AVRIL 2014
Neuilly-sur-Seine
Contact : Richard Lefebvre des Noettes
desnoettes@aguttes.com
01 47 45 93 06
____
LIVRES & AUTOGRAPHES
TIMBRES
5 NOVEMBRE 2013
Lyon-Brotteaux
Contact : Guillaume Delon
01 47 45 93 01
delon@aguttes.com
Contact : Gérald Richard
04 37 24 24 27
richard@aguttes.com
19 DÉCEMBRE 2013
Lyon-Brotteaux
10 DÉCEMBRE 2013
Neuilly-sur-Seine
Contact : Gérald Richard
04 37 24 24 27
richard@aguttes.com
Contact : Laurent Poubeau
01 41 92 06 45
poubeau@aguttes.com
MOBILIER & OBJETS D’ART
6 DÉCEMBRE 2013
Drouot-Richelieu
19 DÉCEMBRE 2013
Neuilly-sur-Seine
Contact : Séverine Luneau
01 41 92 06 46
luneau@aguttes.com
AVRIL 2014
Deauville
19 DÉCEMBRE 2013
Lyon-Brotteaux
Contact : Gérald Richard
04 37 24 24 27
richard@aguttes.com
____
TABLEAUX XIXème & MODERNES
AVRIL 2014
Deauville
20 NOVEMBRE 2013
2 DÉCEMBRE 2013
Drouot-Richelieu
Contacts :
Charlotte Reynier
01 41 92 06 49
reynier@aguttes.com
Diane de Karajan
01 41 92 06 48
karajan@aguttes.com
19 DÉCEMBRE 2013
Lyon-Brotteaux
Contact : Louis-Maxence Palisson
04 37 24 24 29
palisson@aguttes.com
____
TABLEAUX ANCIENS
AVRIL 2014
Deauville
19 DÉCEMBRE 2013
Lyon-Brotteaux
Contact : Gérald Richard
04 37 24 24 27
richard@aguttes.com
6 DÉCEMBRE 2013
Drouot-Richelieu
19 DÉCEMBRE 2013
Neuilly-sur-Seine
Diane de Karajan
Charlotte Reynier
01 41 92 06 48
karajan@aguttes.com
____
VINS
JANVIER 2014
Lyon-Brotteaux
____
www.aguttes.com
____
116
Contact : Louis-Maxence Palisson
04 37 24 24 29
palisson@aguttes.com
PALACE GARAGE
LY O N
PALACE GARAGE, met aujourd’hui à votre disposition un parking automobile de
grande qualité vous permettant de bénéficier d’un service de Conciergerie Haut de
gamme 24h/24h et de nombreux services annexes.
PALACE GARAGE
Pierre-Laurent Gallo
31, rue Coignet
69003 Lyon
09 73 50 51 71
Mail : contact@palace-garage.com
117
HORLOGERIE
Ventes en préparation
Fin novembre 2013
Drouot-Richelieu
Clôture des catalogues mi-octobre
Chronographe Rolex Daytona de 1966
en version Paul Newman ref 6239
(le modèle que portait l’acteur pendant Indianapolis)
adjugé 67 500 € ttc
Chronographe de poche CARTIER
vers 1920
adjugé 24 225 € ttc
Pendulette "chevalet" Cartier,
en cristal de roche en forme de borne.
Adjugé 46 700 € ttc
118
Expertises sur photos ou sur rendez-vous
à l’étude ou à votre domicile
Philippine Dupré la Tour
01 41 92 06 42
duprelatour@aguttes.com
GRANDS VINS ET SPIRITUEUX
Vente en préparation
Janvier 2014
Lyon-Brotteaux
Expertises sur photos ou sur rendez-vous
à l’étude ou à votre domicile
Contact Etude
Marion Quesne
04 37 24 24 23
quesne@aguttes.com
119
AUTOMOBILIA & AUTOMOBILES DE COLLECTION
Vente en préparation - Mai 2014
à l’hôtel des ventes de Lyon-Brotteaux
Contact Etude
Louis-Maxence Palisson
04 37 24 24 29
palisson@aguttes.com
1960 - Alfa Roméo Giulietta Sprint 1750
120
1961 - Alfa Roméo Giulietta Spider 1 300
121
122
123
Hôtel des Ventes de Neuilly - 164 bis, av Ch. de Gaulle - 92200 Neuilly-sur-Seine - Tél. : 01 47 45 55 55
Hôtel des Ventes de Lyon Brotteaux - 13 bis, place Jules Ferry - 69 006 Lyon - Tél. : 04 37 24 24 24
124
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising