Leroy-Somer Moteurs synchrones LSRPM-PLSRPM

Leroy-Somer Moteurs synchrones LSRPM-PLSRPM
Installation et maintenance
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones
à aimants permanents
Référence : 4155 fr - 2015.02 / f
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
AVERTISSEMENT GENERAL
Au cours du document des sigles
apparaîtront chaque fois que des précautions particulières importantes devront
être prises pendant l’installation, l’usage, la maintenance et l’entretien des moteurs.
L’installation des moteurs électriques doit impérativement être réalisée par du personnel qualifié, compétent et habilité.
La sécurité des personnes, des animaux et des biens, en application des exigences essentielles des Directives CEE, doit être ­assurée
lors de l’incorporation des moteurs dans les machines.
Une attention toute particulière doit être portée aux liaisons équipotentielles de masse et à la mise à la terre.
L’intervention sur un produit à l’arrêt doit s’accompagner des précautions préalables :
• absence de tension réseau ou de tensions résiduelles
• examen attentif des causes de l’arrêt (blocage de la ligne d’arbre - coupure de phase
- coupure par protection thermique - défaut de lubrification...)
Même non alimenté, un moteur synchrone à aimants en rotation présente une tension à ses bornes.
En conséquence, bien s’assurer que le moteur ne soit plus en rotation avant toute intervention.
Seulement dans le cas du démontage du moteur à aimants permanents
L’assemblage ou la maintenance du rotor ne doivent pas être réalisés par des personnes ayant des stimulateurs
cardiaques, ou d’autre dispositifs électroniques implantés médicalement.
Le rotor du moteur contient un champ magnétique puissant. Lorsque le rotor est séparé du moteur, son champ peut
affecter des stimulateurs cardiaques ou dérégler les dispositifs digitaux comme des montres, des téléphones
portables, etc.
2
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
Cher client ,
Vous venez de prendre possession d’un moteur LEROY-SOMER.
Ce moteur bénéficie de l’expérience d’un des plus grands constructeurs mondiaux, utilisant des technologies de pointe – automa­tion,
matériaux sélectionnés, contrôle qualité rigoureux – qui ont permis aux Organismes de Certification d’attribuer à nos usines moteurs
la certification internationale ISO 9001, Edition 2008 par le DNV. De même notre approche environnementale a permis l’obtention
de la certification ISO 14001 : 2004.
Les produits pour des applications particulières ou destinés à fonctionner dans des environnements spécifiques, sont également
homologués ou certifiés par des organismes : CETIM, LCIE, DNV, ISSEP, INERIS, CTICM, UL, BSRIA, TUV, CCC, GOST, qui véri­fient
leus performances techniques par rapport aux différentes normes ou recommandations.
Nous vous remercions de votre choix et souhaitons attirer votre attention sur le contenu de cette notice.
Le respect de quelques règles essentielles vous assurera un fonctionnement sans problème pendant de longues années.
MOTEURS LEROY-SOMER
Conformité CE
Les moteurs sont conformes à la norme CEI 34, donc à la Directive Basse Tension 2006/95/CE et à ce titre sont marqués du sigle
MOTEURS LEROY-SOMER
USINE
DECLARATION DE CONFORMITE ET D'INCORPORATION
Le constructeur MOTEURS LEROY-SOMER déclare que les composants :
sont en conformité avec la norme harmonisée EN 60 034 (CEI 34) et répondent ainsi
aux exigences essentielles de la Directive Basse Tension 2006/95/CE et à ce titre sont
marqués CE.
Les composants ainsi définis répondent aussi aux exigences essentielles de la Directive
Compatibilité Electromagnétique 2004/108/CE, s'ils sont utilisés dans certaines limites de
tension (CEI 34).
Ces conformités permettent l'utilisation de ces gammes de composants dans une machine
soumise à l'application de la Directive Machines 2006/42/CE, sous réserve que leur intégration
ou leur incorporation ou/et leur assemblage soient effectués conformément entre autres aux
règles de la norme EN 60204 "Equipement Electrique des Machines" et à nos instructions
d'installation.
Les composants définis ci-dessus ne pourront être mis en service avant que la machine
dans laquelle ils sont incorporés n'ait été déclarée conforme aux directives qui lui sont
applicables.
Nota : Lorsque les composants sont alimentés par des convertisseurs électroniques adaptés
et/ou asservis à des dispositifs électroniques de contrôle et de commande, ils doivent être
installés par un professionnel qui se rendra responsable du respect des règles de la compatibilité
électromagnétique dans le pays où la machine est utilisée.
Emetteur de la déclaration
Directeur Qualité
MOTEURS LEROY-SOMER
Fait à
le
Signature
MOTEURS LEROY-SOMER (SIEGE SOCIAL BD MARCELLIN LEROY - 16015 ANGOULEME CEDEX) SOCIETE ANONYME AU CAPITAL DE 411 800 000 F - RCS ANGOULEME B 338 567 258 - SIRET 338 567 258 00011
NOTE :
LEROY-SOMER se réserve le droit de modifier les caractéristiques de ses produits à tout moment pour y apporter les derniers déve­
loppements technologiques. Les informations contenues dans ce document sont donc susceptibles de changer sans avis préalable.
Copyright 2003 : MOTEURS LEROY-SOMER
Ce document est la propriété de MOTEURS LEROY-SOMER.
Il ne peut être reproduit sous quelque forme que ce soit sans notre autorisation préalable.
Marques, modèles et brevets déposés.
3
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
SOMMAIRE
1 - RECEPTION............................................................................................................................................................5
1.1 - Identification........................................................................................................................................................................ 5
1.2 - Stockage............................................................................................................................................................................ 6
2 - POSITION DES ANNEAUX DE LEVAGE................................................................................................................6
3 - RECOMMANDATIONS DE MONTAGE ET DE MISE EN SERVICE.......................................................................7
3.1 - Vérification de l’isolement.................................................................................................................................................... 7
3.2 - Emplacement - ventilation................................................................................................................................................... 8
3.3 - Accouplement................................................................................................................................................................... 10
3.4 - Protections des moteurs.................................................................................................................................................... 12
3.5 - Raccordements................................................................................................................................................................. 14
4 - MISE EN SERVICE MOTOVARIATEUR................................................................................................................21
5 - MAINTENANCE COURANTE...............................................................................................................................21
5.1 - Contrôle............................................................................................................................................................................ 21
5.2 - Roulements et graissage................................................................................................................................................... 22
5.3 - Maintenance des paliers................................................................................................................................................... 22
6 - MAINTENANCE PREVENTIVE.............................................................................................................................23
7 - GUIDE DE DEPANNAGE......................................................................................................................................24
8 - PIECES DE RECHANGE......................................................................................................................................25
4
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
1 - RECEPTION
A la réception de votre moteur, vérifiez qu’il n’a subi aucun dommage au cours du transport.
S’il y a des traces de choc évident, émettre des réserves au niveau du transporteur (les assurances de transport peuvent être ame­nées
à intervenir) et après un contrôle visuel faire tourner le moteur pour déceler une éventuelle anomalie.
1.1 - Identification
S’assurer de la conformité entre la plaque signalétique et les spécifications contractuelles dès réception du moteur.
Définition des symboles des plaques signalétiques :
Repère légal de la conformité
du matériel aux exigences
des Directives Européennes.
3 ~
RI
: Roulement isolé
DE
: Drive end
Roulement côté entraînement
NDE :Non drive end
Roulements côté opposé à
l’entraînement
12 g :Quantité de graisse à chaque
relubrification
2200 h : Périodicité de relubrification
(en heures) pour la température
ambiante (Ta)
QUIET BQ 72-72 : Type de graisse
: Moteur triphasé alternatif
LSRPM : Série
200
: Hauteur d’axe
L
: Désignation du carter et indice
constructeur
TC
: Repère d’imprégnation
Moteur
772333 : Numéro série moteur
B
: Mois de production
15
: Année de production
001
: N° d’ordre dans la série
IP55 IK08 : Indices de protection
Ins. cl. F : Classe d’isolation F
A
Ta 40°C: Température d’ambiance
contractuelle de fonctionnement
S
: Service
%
: Facteur de marche
1000m : Altitude maximum sans
déclassement
kg
: Masse
A
: Niveau
de vibration
H
H
: Mode d’équilibrage
Inverter settings : Paramétrage à entrer
dans le variateur
EMF (v / kmin-1) : Force électromotrice
Lq/Ld %
: Rapport de saillance
min.Fsw (kHz) : Fréquence de
découpage minimale
Imax/In % : Rapport du courant
maximum / Courant nominal
V
: Tension
Hz
: Fréquence d’alimentation
min-1
: Nombre de tours par minute
pol.
: Polarité
Ld (mH) : Inductance transitoire
A
: Intensité nominale
Motor performance : Caractéristiques
moteur
V
: Tension
Hz : Fréquence d’alimentation
min-1 : Nombre de tours par minute
kW : Puissance nominale
Eff % : Rendement
A
: Intensité nominale
Inverter mains supply (v) : Tension du réseau d’alimentation du variateur
Nmax (min-1) : Vitesse maximum
5
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
1.2 - Stockage
En attendant la mise en service, les moteurs doivent être entreposés :
- à l’abri de l’humidité : en effet pour des degrés hygrométri­ques
supérieurs à 90 % l’isolement de la machine peut chuter très
rapidement pour devenir pratiquement nul au voisinage de
100 % ; surveiller l’état de la protection antirouille des par­ties
non peintes.
Pour un stockage prolongé supérieur à 3 mois, enfermer la
machine dans une enveloppe imperméable scellée (plastique
ther­mosoudable par exemple) avec sachets déshydrateurs à
l’intérieur correspondants au volume et au degré d’humidité du
lieu :
- à l’abri des variations de température importantes et fréquen­
tes pour éviter toute condensation ; pendant la durée du stoc­
kage, seuls les bouchons d’évacuation doivent être retirés pour
éliminer l’eau de condensation (placés au point bas suivant la
position de fonctionnement).
Ce local doit être sec, à l’abri des intempéries, du froid (tempé­
rature comprise entre – 15 °C et + 80 °C), exempt de vibrations,
de poussière et de gaz corrosifs.
- en cas de vibrations environnantes, s’efforcer de diminuer
l’effet de ces vibrations en plaçant le moteur sur un support
amortissant (plaque de caoutchouc ou autre).
Tourner le rotor d’une fraction de tour tous les 15 jours pour
éviter le marquage des bagues de roulement.
- ne pas supprimer le dispositif de blocage du rotor (cas des
roulements à rouleaux).
Même si le stockage a été effectué dans de bonnes condi­tions,
certaines vérifications s’imposent avant mise en route :
2 - POSITION DES ANNEAUX
DE LEVAGE
Position des anneaux de levage pour levage
du moteur seul (non accouplé à la machine).
Le Code du Travail spécifie qu’au delà de 25 kg, toute charge
doit être équipée d’organes de levage facilitant sa
manutention.
Nous précisons ci-dessous la position des anneaux de levage
et les dimensions minimum des barres d’élinguage afin de vous
aider à préparer la manutention des moteurs. Sans ces précautions, il existe un risque de déformer ou de casser par écrasement certains équipements tels que boîte à bornes, capôt et
tôle parapluie.
Des moteurs destinés à être utilisés en position
verticale peuvent être livrés sur palette en position
horizontale. Lors du basculement du moteur, l’arbre ne
doit en aucun cas toucher le sol sous peine de destruction
des roulements ; d’autre part, des précau­
tions
supplémentaires et adaptées doivent être prises, car les
anneaux de levage intégrés sur le moteur ne sont pas
conçus pour assurer le basculement du moteur.
• Position horizontale
Graissage
Roulements non regraissables
Stockage maximal : 3 ans. Après ce délai remplacer les roule­
ments.
A
Durée de stockage
Roulements regraissables
Graisse
grade 3
inférieure
à 6 mois
inférieure
à 1 an
e
Le moteur peut être mis en service
sans regraissage
supérieure
à 6 mois
inférieure
à 1 an
supérieure à Procéder à un regraissage avant la
1 an
mise en service selon le § 5.2
inférieure à
2 ans
supérieure
à 1 an
inférieure à
5 ans
supérieure Démonter le roulement
à 2 ans
- Le nettoyer
inférieure à - Renouveler la graisse en
5 ans
totalité
supérieure
à 5 ans
supérieure
à 5 ans
Changer le roulement
- Le regraisser complètement
Graisses utilisées par LEROY-SOMER : se reporter à la plaque
signalétique
6
2 x Øt
h
Graisse
grade 2
Type
100 L
132 M
160 MP/LR
200 L/L1/L2
200 LU/LU2
225 ST1/ST2/MR1/SR2
225 SG
250 MY
250 SE/SE1/ME/ME1
280SC/SC1/SD/SD1/SCM/MD
280 MK
315 SN
315 SP1/MP1/MR1
315 LD1
Position horizontale (mm)
A
e mini
h mini
Øt
165
165
150
9
200
180
150
14
200
180
110
14
270
260
150
14
270
260
150
14
270
260
150
14
360
380
200
30
270
260
150
14
400
400
500
30
400
400
500
30
360
380
500
17
400
400
500
30
360
380
500
17
385
380
500
30
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
3- RECOMMANDATIONS DE
MONTAGE ET DE MISE EN SERVICE
• Position verticale
e
C
h
Dans tous les cas, il faut s’assurer de la compatibilité du
moteur vis-à-vis de son environnement, avant son
installation et aussi pendant sa durée d’utilisation.
n x ØS
D
Les moteurs électriques sont des produits
industriels. A ce titre, leur installation doit
être réalisée par du personnel qualifié, compétent et
habilité. La sécurité des personnes, des animaux et des
biens doit être assurée lors de l’incorporation des
moteurs dans les machines (se référer aux normes en
vigueur).
E
Vue de dessus
Type
200 L/L1/L2
200 LU/LU2
225 ST1/ST2/
MR1/SR2
225 SG
250 MY
250 SE/SE1/ME/
ME1
280SC/SC1/SD/
SD1/SCM/MD
280 MK
315 SN
315 SP1/MP1/
MR1
Vue de côté
Position verticale (mm)
D
n** ØS e mini * h mini
295
2
14
410
450
295
2
14
410
450
C
410
410
E
300
300
480
360
405
4
30
540
350
480
480
360
360
405
405
4
4
30
30
500
590
500
550
480
360
405
4
30
500
500
480
360
405
4
30
500
500
630
480
360
570
405
2
4
30
30
630
500
550
500
630
-
570
2
30
630
550
* Si le moteur est équipé d’une tôle parapluie, prévoir 50 à 100 mm de
plus afin d’en éviter l’écrasement lors du balancement de la charge.
** si n = 2, les anneaux de levage forment un angle de 90° par rapport
à l’axe de la boîte à bornes. Si n = 4, cet angle devient 45°.
3.1 - Vérification de l’isolement
Avant la mise en fonctionnement du moteur, il est
recommandé de vérifier l’isolement entre phases
et masse.
Cette vérification est indispensable si le moteur a été stocké
pendant plus de 6 mois ou s’il a séjourné dans une atmos­phère
humide.
Cette mesure s’effectue avec un mégohmmètre sous 500 V
continu (attention de ne pas utiliser un système à magnéto). Il
est préférable d’effectuer un premier essai sous 30 ou 50 volts
et si l’isolement est supérieur à 1 mégohm effectuer une deuxième
mesure sous 500 volts continu pendant 60 secondes, entre le
bobinage et la masse (prendre n’importe quelle borne du
moteur). La valeur d’isolement doit être au minimum de
10 mégohms à froid.
Dans le cas où cette valeur ne serait pas atteinte, ou d’une
manière systématique si le moteur a pu être soumis à des
aspersions d’eau, des embruns, à un séjour prolongé dans un
endroit à forte hygrométrie ou s’il est recouvert de condensa­tion,
il est recommandé de sécher le moteur en utilisant les résistances de réchauffage optionnelles si le moteur en est équipé
(cf. §3.4.3) ou suivre les méthodes décrites ci-après.
Ne pas appliquer le mégohmmètre aux bornes des
sondes thermiques sous peine de les détériorer.
Séchage par chauffage externe
- Placer le moteur dans un four à 70°C pendant au moins 24
heures jusqu’à l’obtention de l’isolement correct (100MW).
- Faire attention d’augmenter graduellement la température
pour évacuer la condensation.
- Après séchage à température ambiante pendant la phase
de refroidissement, faire des contrôles réguliers de la valeur
d’isolement qui aura tout d’abord tendance à baisser puis
augmenter.
7
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
Séchage par chauffage interne
Connexion des bobinages pour le séchage par réchauffage
interne
U1
Idc < 50% In
Udc
V1
W1
- Connecter les bobinages de moteurs V1 et W1 en parallèle
par rapport à U1.
- Relever la résistance entre U1 et V1/W1.
- Les alimenter avec un courant continu à faible tension (pour
obtenir 10% du courant nominal calculé avec les résistances du
bobinage), augmenter la tension jusqu’à ce que le courant
atteigne 50% du courant nominal.
- Alimenter pendant 4 heures, la température du moteur doit
légèrement augmenter.
Le moteur sera installé dans un endroit aéré, l’entrée et la sortie
d’air étant suffisamment dégagées.
L’obturation même accidentelle (colmatage) du circuit de ventilation est préjudiciable au bon fonctionnement du moteur.
Dans le cas des moteurs ouverts, ne pas obstruer l’entrée d’air
par un cache-accouplement, prévoir une tôle ajourée.
Il est nécessaire également de vérifier qu’il n’y a pas recyclage
de l’air chaud ; s’il en était autrement, pour éviter un échauffement anormal du moteur, il faut prévoir des canalisations
d’amenée d’air frais et de sortie d’air chaud.
Dans ce cas et si la circulation de l’air n’est pas assurée par une
ventilation auxiliaire, il faut prévoir les dimensions des
canalisations pour que les pertes de charge y soient négligeables
vis à vis de celles du moteur.
3.2.1 - Moteurs fermés
Nos moteurs sont refroidis selon le mode IC 411 (norme CEI
34-6) c’est à dire « machine refroidie par sa surface, en utili­sant
le fluide ambiant (air) circulant le long de la machine ».
Le refroidissement est réalisé par un ventilateur à l’arrière du
moteur ; l’air est aspiré à travers la grille d’un capot de ventila­
tion (assurant la protection contre les risques de contact direct
avec le ventilateur suivant norme CEI 34-5) et soufflé le long
des ailettes de la carcasse pour assurer l’équilibre thermique
du moteur quelque soit le sens de rotation.
1/4 H min
H
- NB : Il convient de contrôler le courant continu avec un
ampèremètre à shunt. Ce courant ne doit pas dépasser 60 %
du courant nominal. Il est recommandé de mettre un
thermomètre sur la carcasse du moteur :
si la température dépasse 70 °C, réduire les tensions ou cou­
rants indiqués de 5 % de la valeur primitive pour 10° d’écart.
Pendant le séchage toutes les ouvertures du moteur doivent
être dégagées (boîte à bornes, trous de purge).
3.2 - Emplacement - ventilation
M
3.2.2 - Moteurs ouverts
Attention : L’essai diélectrique ayant été fait en
usine avant expédition, s’il devait être reproduit, il
sera réalisé à la tension : 0,8 x (2U + 1 000V). S’assurer
que l’effet capaci­tif dû à l’essai diélectrique est annulé
avant de faire le raccordement en reliant les bornes à la
masse.
entrée
d'air
ØH
maxi
H
La solution de réchauffage par alimentation en
courant alternatif est à proscrire.
Nos moteurs sont refroidis selon le mode IC 01 (norme
CEI 34-6) c’est à dire «machine refroidie, en utilisant le
fluide ambiant (air) circulant à l’intérieur de la machine».
Le refroidissement est réalisé par un ventilateur à l’arrière
du moteur ; l’air est aspiré à l’avant du moteur et soufflé au
travers du capot pour assurer l’équilibre thermique du moteur
quelque soit le sens de rotation.
8
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
3.2.3 - Mise en place
Le moteur sera monté, dans la position prévue à la com­
mande, sur une assise suffisamment rigide pour éviter les
déformations et les vibrations.
Lorsque les pattes du moteur sont pourvues de six trous de
fixation, il est préférable d’utiliser ceux qui correspondent aux
cotes normalisées de la puissance (se référer au catalogue
technique des moteurs) ou à défaut à ceux cor­respondant à B2.
B
Prévoir un accès aisé à la boîte à bornes, aux bouchons d’éva­
cuation des condensats et selon le cas aux graisseurs.
Utiliser des appareils de levage compatibles avec la masse du
moteur (indiquée sur la plaque signalétique).
Lorsque le moteur est pourvu d’anneaux de levage,
ils sont prévus pour soulever le moteur seulement
et ils ne doivent pas être utilisés pour soule­ver l’ensemble
de la machine après fixation du moteur sur celle-ci.
Nota 1 : Dans le cas d’une installation avec moteur sus­
pendu, il est impératif de prévoir une protection en cas
de rupture de fixation.
Nota 2 : Ne jamais monter sur le moteur.
1
B
2
3.2.4 - Option glissières normalisées (conformes à la norme NFC 51-105)
Ces glissières en acier sont fournies avec les vis de tension, les 4 boulons et écrous de fixation du moteur sur les glissières, mais sans
les boulons de scellement des glissières.
X
Z
Y
ØJ
H
A
L
Hauteur d’axe
moteur
90
100 et 132
160
200 et 225
250 et 280
315
K
E
Type
glissiere
G 90/8 PM
G 132/10 PM
G 180/12 PM
G 225/16 PF
G 280/20 PF
G 355/24 PF
A
355
420
630
800
1000
1250
E
395
530
686
864
1072
1330
H
40
49,5
60,5
75
100
125
Encombrement
K
L
X
2.5
50
324
7
60
442
7
75
575
28,5
90
35
112
36
130
-
Y
264
368
475
623
764
946
Z
294
405
525
698
864
1064
ØJ
13
15
19
24
30
30
Masse paire
glissieres (kg)
3
6
11
16
36
60
9
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
3.3 - Accouplement
Préparation
Faire tourner le moteur avant accouplement afin de déceler
une éventuelle avarie due aux manipulations.
Enlever l’éventuelle protection du bout d’arbre.
Remarque : les aimants du rotor engendrent une résistance
à la rotation.
MONTAGES CONFORMES
Accouplement adapté à la
longueur de la clavette
Usinage des parties visibles et
débordantes de la clavette
Partie à usiner
MONTAGE NON CONFORME
Clavette débouchante non usinée.
Accouplement non adapté à la
longueur de clavette
Evacuer l’eau qui a pu se condenser par effet de rosée à
l’inté­rieur du moteur en retirant les bouchons qui obturent les
trous d’évacuation.
Dispositif de blocage du rotor
Pour les moteurs réalisés sur demande avec roulements à
rouleaux, supprimer le dispositif de blocage du rotor.
Dans les cas exceptionnels où le moteur devrait être déplacé après le montage de l’organe d’accouplement, il est
néces­saire de procéder à une nouvelle immobilisation du
rotor.
En cas de mise en route d’un moteur sans qu’un
organe d’accouplement ne soit monté, immobili­
ser soigneusement la clavette dans son logement.
Attention au dévirage lorsque le moteur est hors tension. Il
est indispensable d’y apporter un remède :
- pompes, installer un clapet anti retour.
- organes mécaniques, installer un anti-dévireur ou un frein
de maintien.
- etc.
Equilibrage
Les machines tournantes sont équilibrées selon la norme
ISO 8821 :
- demi clavette lorsque le bout d’arbre est marqué H,
- sans clavette lorsque le bout d’arbre est marqué N,
- clavette entière lorsque le bout d’arbre est marqué F.
donc tout élément d’accouplement (poulie, manchon, bague
etc.) doit être équilibré en conséquence. Pour connaître
l’équilibrage moteur, se reporter à sa plaque signalétique.
Tolérances et ajustements
Les tolérances normalisées sont applicables aux valeurs des
caractéristiques mécaniques publiées dans les catalogues.
Elles sont en conformité avec les exigences de la norme CEI
72-1.
- Se conformer strictement aux instructions du fournisseur
des organes de transmission.
- Eviter les chocs préjudiciables aux roulements.
Utiliser un appareil à vis et le trou taraudé du bout d’arbre
avec un lubrifiant spécial (graisse molykote par ex.) pour faciliter l’opération de montage de l’accouplement.
Les moteurs sont équilibrés ½ clavette en standard sauf
indication contraire. Par conséquent, il faut adapter l’équilibrage
de l’accouplement à l’équilibrage du moteur, et adapter
l’accouplement à la longueur de la clavette ou usiner les
parties visibles, débordantes de la clavette. Il est possible
d’utiliser une clavette adaptée.
Le non-suivi de ces recommandations peut
entraîner une usure prématurée des roulements
et remettre en cause la garantie légale.
10
Il est indispensable que le moyeu de l’organe de transmission :
- vienne en butée sur l’épaulement de l’arbre ou en son absence, contre la bague de butée métallique formant chicane
et prévue pour bloquer le roulement (ne pas écraser le joint
d’étanchéité).
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
- soit plus long que le bout d’arbre (de 2 à 3 mm) pour permet­tre
le serrage par vis et rondelle ; dans le cas contraire il sera nécessaire d’intercaler une bague entretoise sans couper la clavette
(si cette bague est importante il est nécessaire de l’équilibrer).
Accouplement direct par manchon rigide
Les deux arbres doivent être alignés afin de respecter les tolé­
rances du constructeur du manchon.
Respecter la distance minimale entre les bouts d’arbre pour
tenir compte de la dilatation de l’arbre du moteur et de l’arbre de
la charge.
Ø (mm)
A
Ø
28 à 55
60
65
75 à 85
Appui
sur épaulement d’arbre
Appui
sur bague de butée
Les volants d’inertie ne doivent pas être montés directement
sur le bout d’arbre, mais installés entre paliers et accouplés par
manchon.
Accouplement direct sur machine
En cas de montage directement sur le bout d’arbre du moteur
de l’organe mobile (turbine de pompe ou de ventilateur), veiller
à ce que cet organe soit parfaitement équilibré et que l’effort
radial et la poussée axiale soient dans les limites indiquées
dans le catalogue pour la tenue des roulements.
Accouplement direct par manchon
Le manchon doit être choisi en tenant compte du couple nomi­
nal à transmettre et du facteur de sécurité fonction des condi­
tions de démarrage du moteur électrique.
L’alignement des machines doit être réalisé avec soin, de telle
sorte que les écarts de concentricité et de parallélisme des
deux demi-manchons soient compatibles avec les recomman­
dations du constructeur du manchon.
Les deux demi manchons seront assemblés de façon provi­
soire pour façiliter leur déplacement relatif.
Régler le parallélisme des deux arbres au moyen d’une jauge.
Mesurer en un point de la circonférence l’écartement entre les
deux faces de l’accouplement ; par rapport à cette position ini­
tiale faire tourner de 90°, 180°, et 270° et mesurer à chaque
fois. La différence entre les deux valeurs extrêmes de la cote
«x» ne doit pas dépasser 0,05 mm pour les accouplements
courants.
A (mm)
mini
1
1,5
1,5
2
Transmission par poulies courroies (jusqu’aux Séries 2400)
Le diamètre des poulies est choisi par l’utilisateur.
Mise en place des courroies
Pour permettre une mise en place correcte des courroies, pré­
voir une possibilité de réglage de plus ou moins 3 % par rap­port
à l’entraxe E calculé.
Il ne faut jamais monter les courroies en force.
Pour les courroies crantées positionner les crans dans les rai­
nures des poulies.
E
Alignement des poulies
Vérifier que l’arbre moteur est bien parallèle à celui de la pou­lie
réceptrice.
x
Pour parfaire ce réglage et en même temps contrôler la coaxialité des deux arbres, monter 2 comparateurs suivant le schéma
et faire tourner lentement les deux arbres.
Les déviations enregistrées par l’un ou l’autre, indiqueront la
nécessité de procéder à un réglage axial ou radial si la dévia­tion
dépasse 0,05mm.
Protéger tous les organes en rotation avant de
mettre sous tension.
11
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
Réglage de la tension des courroies
Le réglage de la tension des courroies doit être effectué
très soigneusement en fonction des recommandations du
fournisseur de courroies et des calculs réalisés lors de la défi­
nition du produit.
Rappel :
- tension trop importante = effort inutile sur les paliers pouvant
entraîner une usure prématurée de la pivoterie (palier-roule­
ments) jusqu’à rupture d’arbre.
- tension trop faible = vibrations (usure de la pivoterie).
entraxe fixe :
mettre un galet tendeur sur le brin mou des courroies :
- galet lisse sur la face externe de la courroie ;
- galet à gorges dans le cas de courroies trapézoidales sur la
face interne des courroies.
entraxe réglable :
Le moteur est généralement monté sur glissières ce qui per­met
le réglage optimal de l’alignement des poulies et de la ten­sion
des courroies.
Mettre les glissières sur un socle parfaitement horizontal.
Dans le sens longitudinal, la position des glissières est déter­
minée par la longueur de courroie et dans le sens transversal
par la poulie de la machine entraînée.
Bien monter les glissières avec les vis tendeur dans le sens
indiqué par la figure (la vis de la glissière côté courroie entre le
moteur et la machine entraînée).
Fixer les glissières sur le socle, régler la tension de courroie
comme vu précédemment.
Vis tendeur
Vis tendeur
12
3.4 - Protections des moteurs
3.4.1 - Recommandations dues à la vitesse
variable
L’utilisation des moteurs synchrones avec une alimentation par
variateur de fréquence, oblige à des précautions particulières :
en fonctionnant en service prolongé à basse vitesse, la venti­
lation perdant beaucoup de son efficacité, il est conseillé de
monter une ventilation forcée à débit constant indépendant de
la vitesse du moteur.
Attention : Bien respecter les tensions d’alimentation variateur plaquées sur le moteur à ± 10 %.
Au-delà de ces tolérances, il y a un risque d’échauffement.
3.4.2 - Protection thermique
La protection des moteurs est assurée par le variateur de vitesse,
placé entre le sectionneur et le moteur.
Réglage de la protection thermique
Elle doit être réglée à la valeur de l’intensité relevée sur la
pla­que signalétique du moteur pour la tension et la fréquence.
Le variateur assure une protection globale du moteur contre les
surcharges mécaniques.
Protections thermiques indirectes incorporées
Les moteurs sont équipés en standard de sondes CTP. En
option des sondes spécifiques (cf. tableau ci-après) peuvent
être montées sur le moteur permettant de suivre l’évolution de
la température aux « points chauds » :
- détection de surcharge,
- contrôle du refroidissement,
- surveillance des points caractéristiques pour la maintenance
de l’installation.
Il faut souligner qu’en aucun cas, ces sondes ne
peuvent être utilisées pour réaliser une régulation
directe des cycles d’utilisation des moteurs.
Il est impératif de raccorder les sondes CTP moteur afin
de maintenir une protection optimale.
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
Type
Protection thermique
à ouverture
PTO
Protection thermique
à fermeture
PTF
Principe du
fonctionnement
Bilame à chauffage
indirect avec contact
à ouverture (O)
Courbe de
fonctionnement
T
surveillance globale
surcharges lentes
2.5 A sous 250 V
à cos j 0.4
surveillance globale
surcharges lentes
0
surveillance globale
surcharges rapides
TNF
T
Résistance variable
non linéaire à
chauffage indirect
2.5 A sous 250 V
à cos j 0.4
I
F
Thermistance
à coefficient de
température positif
CTP
Protection assurée
I
O
Bilame à chauffage
indirect avec contact
à fermeture (F)
Pouvoir
de coupure (A)
R
Thermocouples
T (T < 150 °C)
Cuivre Constantan
K (T < 1000 °C)
Cuivre Cuivre-Nickel
Effet Peltier
Sonde thermique
au platine
PT 100
Résistance variable
linéaire à
chauffage indirect
2 ou 3 en série
Montage dans circuit
de commande
2 ou 3 en parallèle
R
0
T
V
0
T
0
- TNF : température nominale de fonctionnement.
- Les TNF sont choisies en fonction de l’implantation de la
sonde dans le moteur et de la classe d’échauffement.
* Le nombre d’appareils concerne la protection des bobinages.
Alarme et préalarme
Tous les équipements de protection peuvent être doublés
(avec des TNF différentes) : le premier équipement servant de
préalarme (signaux lumineux ou sonores, sans coupure des
circuits de puissance), le second servant d’alarme (assu­rant la
mise hors tension des circuits de puissance).
Attention : selon le type de protecteur, le moteur
peut rester sous tension. Il faudra s’assurer de la
coupure du réseau avant toute intervention dans la
boîte à bornes ou dans l’armoire.
surveillance continue
de grande précision
des points chauds
clés
surveillance continue
ponctuelle
des points chauds
Montage dans les tableaux
de contrôle avec appareil
de lecture associé (
ou enregistreur)
1/point à surveiller
Montage dans les tableaux
de contrôle avec appareil
de lecture associé
(ou enregistreur)
1/point à surveiller
R
T
Montage avec relais
associé dans circuit
de commande
3 en série
TNF
Sonde thermique
KT U
Montage dans circuit
de commande
TNF
T
Résistance variable
linéaire à
chauffage indirect
Montage
Nombre d’appareils*
surveillance continue
de grande précision
des points chauds
clés
Montage dans les tableaux
de contrôle avec appareil
de lecture associé
(ou enregistreur)
1/point à surveiller
3.4.3 - Protection contre la condensation :
option résistances de réchauffage
Repérage : 1 étiquette rouge
Une résistance en ruban tissé avec de la fibre de verre est fixée
sur 1 ou 2 tête(s) de bobines et permet de réchauffer les machines à l’arrêt donc d’éliminer la condensation à l’intérieur des
machines.
Alimentation : 230V monophasé sauf spécifications contraires
demandées par le client.
Si lors de l’installation, les bouchons de purge situés au point
bas du moteur n’ont pas été retirés, ils doivent être ouverts tous
les 6 mois environ.
Attention : s’assurer que les résistances de
réchauffage sont hors tension avant toute inter­
vention dans la boîte à bornes ou dans l’armoire.
13
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
3.5 - Raccordements
3.4.4 - Isolation renforcée
Les moteurs standards sont compatibles avec des
alimentations caractérisées de la façon suivante :
• U efficace = 480V max.
• Valeur des pics de tension générés aux bornes : 1500V max.
Cependant ils peuvent être alimentés dans des conditions plus
sévères moyennant des protections supplémentaires.
Isolation renforcée du bobinage
Le principal phénomène lié à l’alimentation par variateur
électronique, est un sur-échauffement du moteur dû à la forme
non sinusoïdale du signal. En outre, cette dernière peut avoir
pour conséquence, une accélération du vieillissement du
bobinage de part les pics de tension générés à chaque créneau
du signal d’alimentation. Pour des valeurs supérieures à
1500V crête, une option de surisolation du bobinage est
disponible sur toute la gamme.
Tension
réseau
≤ 480 V
> 480 V
et ≤ 690 V
Longueur
du câble
< 20 m
> 20 m
et < 100 m
< 20 m
Hauteur d’axe
Toutes hauteurs
d’axes
< 315
≥ 315
< 250
≥ 250
< 250
≥ 250
Protection
du bobinage
Standard*
Standard*
SIR ou filtre variateur**
Standard*
SIR ou filtre variateur**
SIR ou filtre variateur**
SIR ou filtre variateur**
> 20 m
et < 100 m
*Isolation standard = 1500V crête et 3500V/ms
** SIR : Système d’isolation renforcé. Ne pas utiliser de filtre variateur
en mode Sensorless (sans capteur).
Isolation renforcée de la mécanique
L’alimentation par variateur peut influencer la mécanique et
entraîner une usure prématurée des roulements. Il existe, en
effet, dans tout moteur une tension d’arbre par rapport à la
terre. Cette tension due aux dissymétries électro-mécaniques
engendre une différence de potentiel entre le rotor et le stator.
Ce phénomène peut générer des décharges électriques entre
billes et bagues et entraîner une diminution de la durée de vie
des roulements.
Dans le cas d’une alimentation par variateur MLI, un deuxième
phénomène vient s’additionner : des courants haute fréquence
générés par les ponts IGBT de sortie des variateurs. Ces
courants « cherchent » à repartir vers le variateur et passent
donc par le stator et par la terre dans le cas où la liaison
carcasse / châssis de la machine / terre est correctement
effectuée. Certains moteurs sont équipés de roulements isolés
en standard, se reporter au § 5.2.1.
Dans le cas où la liaison à la masse n’est pas sûre, une option
roulement isolé est proposée sur toute la gamme à partir de la
hauteur d’axe 200. Pour les instructions de raccordement de la
masse du moteur, se reporter au §3.5.5.2.
14
Avant mise en service pour tous les moteurs :
Faire tourner le moteur à vide, sans charge
mécanique, pendant 2 à 5 minutes, en vérifiant qu’il n’y
a aucun bruit anormal ; en cas de bruit anormal voir § 7.
3.5.1 - Environnement moto-variateur
Influence du réseau d’alimentation
Chaque réseau d’alimentation électrique industriel possède
des caractéristiques intrinsèques propres (capacité de courtcircuit, valeur et fluctuation de tension, déséquilibre de phase …)
et alimente des équipements dont certains peuvent déformer
sa tension de manière permanente ou temporaire (encoches,
creux de tension, surtension, etc.). La qualité du réseau
d’alimentation a un impact sur la performance et la fiabilité des
équipements électroniques et particulièrement des variateurs
de vitesse. Les variateurs Emerson Industrial Automation sont
conçus pour fonctionner avec des réseaux d’alimentation
typiques des sites industriels à travers le monde. Toutefois,
pour chaque installation, il est important de connaître les
caractéristiques du réseau d’alimentation afin d’effectuer des
mesures correctives en cas de conditions anormales.
Surtensions transitoires
Les origines des surtensions sur une installation électrique
sont multiples :
• connexion/déconnexion de batteries de condensateurs de
relevage de facteur de puissance,
• équipement de forte puissance à thyristors (four, variateur
DC, etc.),
• alimentation par caténaire.
Connexion/déconnexion d’une batterie de condensateurs
de relevage de cos φ
La connexion de condensateurs de relevage du facteur de
puissance en parallèle sur la ligne d’alimentation du variateur
lorsque celui-ci est en fonctionnement, peut générer des
surtensions transitoires qui sont susceptibles de déclencher
les sécurités du variateur, voire de l’endommager dans les cas
extrêmes. Si des batteries de condensateurs de relevage de
facteur de puissance sont utilisées sur la ligne d’alimentation,
s’assurer que :
• le seuil des gradins est suffisamment faible pour ne pas provoquer de surtension sur la ligne,
• les condensateurs ne sont pas connectés de manière permanente.
Présence d’encoches de commutation sur la ligne
Lorsqu’un équipement de forte puissance équipé de thyristors
est connecté sur la même ligne que le variateur, il est indispensable de s’assurer que les harmoniques générées par les
encoches de commutation ne déforment pas excessivement la
tension du réseau et ne créent pas de pics de tension dont
l’amplitude serait supérieure à 1,6 x Vrms du réseau. Si tel est le
cas, il est indispensable de prendre des mesures correctives
pour garantir la qualité du réseau.
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
Alimentation déséquilibrée
A l’image de ce qui est observé sur un moteur électrique, le
déséquilibre des tensions de ligne d’un variateur peut avoir
des conséquences sur son fonctionnement. Se reporter à la
notice d’installation du variateur.
Liaison des masses
L’équipotentialité des terres de certains sites industriels n’est
pas toujours respectée. Cette non-équipotentialité conduit à
des courants de fuite qui circulent via les câbles de terre (vert/
jaune), le châssis des machines, les tuyauteries… mais aussi
via les équipements électriques. Dans certains cas extrêmes,
ces courants peuvent déclencher les mises en sécurité du
variateur. Il est indispensable que le réseau de terre soit étudié
et mis en oeuvre par le responsable de l’installation pour que
son impédance soit la plus faible possible, afin de répartir les
courants de défaut ainsi que les courants hautes fréquences
sans que ceux-ci passent au travers des équipements
électriques. Les masses métalliques doivent être reliées
entre elles mécaniquement avec la plus grande surface de
contact électrique possible. En aucun cas les liaisons de
terre destinées à assurer la protection des personnes, en reliant
les masses métalliques à la terre par un câble, ne peuvent se
substituer aux liaisons de masse (voir CEI 61000-5-2).
L’immunité et le niveau d’émission radio-fréquence sont
directement liés à la qualité des liaisons de masses.
3.5.2 - Bonnes pratiques de câblage
Il est de la responsabilité de l’utilisateur et / ou de l’installateur
d’effectuer le raccordement du système motovariateur en
fonction de la législation et des règles en vigueur dans le pays
dans lequel il est utilisé. Ceci est particulièrement important
pour la taille des câbles et le raccordement des masses et
terres.
Le câblage motovariateur doit se faire de façon symétrique
(U,V,W côté moteur doit correspondre à U,V,W côté variateur)
avec mise à la masse du blindage des câbles côté variateur et
côté moteur sur 360°.
Lorsque l’installation est conforme à la norme d’émissions
CEM 61800-3 catégorie C2 (si un transformateur HT/BT
appartient à l’utilisateur), le câble blindé d’alimentation du
moteur peut être remplacé par un câble à 3 conducteurs + terre
placé dans un conduit métallique fermé sur 360° (goulotte
métallique par exemple). Ce conduit métallique doit être relié
mécaniquement à l’armoire électrique et à la structure
supportant le moteur. Si le conduit comporte plusieurs
éléments, ceux-ci doivent être reliés entre eux par des
tresses afin d’assurer une continuité de masse. Les câbles
doivent être plaqués au fond du conduit.
La borne de terre du moteur (PE) doit être reliée directement à celle du variateur. Un conducteur de protection PE
séparé est obligatoire si la conductivité du blindage du câble
est inférieure à 50% à la conductivité du conducteur de phase.
3.5.2.2 - Raccordement du blindage des câbles de contrôle
du variateur et des câbles codeur
ATTENTION : Dénuder le blindage au niveau des colliers
de serrage métalliques afin d’assurer le contact sur 360°.
Raccordement au variateur
Blindage raccordé
au 0V
Paires torsadées
blindées
Blindage du câble
3.5.2.1 - Raccordements de puissance
Les informations ci-après sont données à titre indicatif, en
aucun cas elles ne se substituent aux normes en vigueur ni à
la responsabilité de l’installateur. Pour de plus amples
informations il est recommandé de se référer à la note
technique CEI 60034-25.
Pour des raisons de sécurité des personnes, les câbles de mise
à la terre seront dimensionnés au cas par cas en accord avec
la réglementation locale.
Le blindage des conducteurs de puissance entre variateur et
moteur est impératif pour être en conformité avec la norme EN
61800-3. Utiliser un câble spécial variation de vitesse : blindé à
faible capacité de fuite avec 3 conducteurs PE répartis à 120°
(schéma ci-dessous). Il n’est pas nécessaire de blinder les
câbles d’alimentation du variateur.
PE
PE
Colliers de serrage
métalliques sur le
blindage
Paires torsadées
blindées
Blindage raccordé
au 0V
Raccordement au moteur
U
W
PE
V
Scu
15
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
3.5.2.3 - Installation type d’un moto-variateur
Les informations ci-après sont données à titre indicatif, en
aucun cas elles ne se substituent aux normes en vigueur ni à
la responsabilité de l’installateur.
En fonction de l’installation, des éléments complémentaires
optionnels peuvent venir s’ajouter à l’installation :
Interrupteur à fusibles : un organe de coupure consignable
doit être installé pour isoler l’installation en cas d’intervention.
Cet élément doit assurer les protections thermiques et de
court-circuits. Le calibre des fusibles est indiqué dans la
documentation variateur. L’interrupteur à fusible peut être
remplacé par un disjoncteur (avec un pouvoir de coupure
adapté).
Filtre RFI : son rôle est de réduire les émissions
électromagnétiques des variateurs et de répondre ainsi aux
normes CEM. Nos variateurs sont, en standard, équipés d’un
filtre RFI interne. Certains environnements nécessitent l’ajout
d’un filtre externe. Consulter la documentation variateur pour
connaître les niveaux de conformité du variateur, avec et sans
filtre RFI externe.
Câbles d’alimentation du variateur : ces câbles ne
nécessitent pas systématiquement de blindage. Leur section
est préconisée dans la documentation variateur, cependant,
elle peut être adaptée en fonction du type de câble, du mode
de pose, de la longueur du câble (chute de tension), etc.
Self de ligne : son rôle est de réduire le risque d’endommagement des variateurs suite à un déséquilibre entre phases ou
à de fortes perturbations sur le réseau. La self de ligne permet
également la réduction des harmoniques basses fréquences.
Une liaison équipotentielle entre le châssis, le moteur, le
variateur, le transformateur et la masse faite dans les
règles de l’art contribuera fortement à atténuer la tension
d’arbre et de carcasse moteur, ce qui se traduira par une
diminution des courants de fuite haute fréquence. Les
casses prématurées de roulements et d’équipements
auxiliaires tels que des codeurs, seront ainsi évitées en
grande partie.
Réseau d’alimentation
Interrupteur
à fusibles
Option
Filtre RFI
PE
Option
Self de ligne
L1
Câbles d’alimentation du moteur : ces câbles doivent être
blindés pour assurer la conformité CEM de l’installation. Le
blindage des câbles doit être raccordé sur 360° aux deux
extrémités. Côté moteur, des presses étoupes CEM adaptés
sont proposés en option. La section des câbles est préconisée
dans la documentation variateur, cependant, elle peut être
adaptée en fonction du type de câble, du mode de pose, de la
longueur du câble (chute de tension), etc.
Câbles codeur : le blindage des câbles des capteurs est
important en raison des interférences avec les câbles de
puissance. Ce câble doit être disposé à 30cm minimum de tout
câble de puissance.
Dimensionnement des câbles de puissance : les câbles
d’alimentation du variateur et du moteur doivent être
dimensionnés en fonction de la norme applicable, et selon le
courant d’emploi, indiqué dans la documentation variateur.
Les différents facteurs à prendre en compte sont :
- Le mode de pose : dans un conduit, un chemin de câbles,
suspendus ...
- Le type de conducteur : cuivre ou aluminium
Une fois la section des câbles déterminée, il faut vérifier la
chute de tension aux bornes du moteur. Une chute de tension
importante entraîne une augmentation du courant et des
pertes supplémentaires dans le moteur (échauffement).
16
PE
L2
L3
PE
VARIATEUR
EMERSON
U
V
W
PE
Câble
codeur
Option
codeur
Tresse plate HF
(cf. §3.5.5.2)
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
3.5.3 - Boîte à bornes
Placée en standard sur le dessus et à l’avant du moteur, pour
les formes IM B3, B5, elle est de protection IP 55.
ATTENTION :
Même pour les moteurs à bride, la position de la boîte à
bornes ne peut pas être modifiée simplement, les trous
d’évacuation des condensats devant rester à la partie
basse.
Pour utilisation de presse étoupe
(Normes NFC 68 311 et 312)
Dans le cas où la position des presse-étoupes n’aurait pas été
correctement spécifiée à la commande, ou ne conviendrait
plus, la construction symétrique de la boîte à bornes permet de
l’orienter dans les positions 1 et 3.
Un presse-étoupe ne doit jamais être ouvert vers le haut.
S’assurer que le rayon de courbure d’arrivée des câbles évite à
l’eau de pénétrer par le presse-étoupe.
A Position
standard
3
2
4
1
Position
standard
Les moteurs sont livrés en standard avec boîtes à bornes pré-percées et taraudées sans presse étoupe ou plaque support
démontable non percée suivant les types de moteurs.
Capacité de serrage des presse-étoupe
(Normes NFC 68 311 et 312)
Type et capacité de serrage des presse-étoupes
Ø maxi
Ø mini
Adapter le presse-étoupe
et son réducteur éventuel
au diamètre du câble utilisé.
Pour conserver au moteur sa
protection IP55 d’origine, il est
indispensable d’assurer l’étanchéité du presse-étoupe en le serrant correctement (il ne
peut être dévissé qu’avec un outil).
Dans le cas où il y a plusieurs presse-étoupe et si des
presse-étoupe sont inutilisés, s’assurer qu’ils sont tou­
jours operculés et les resserrer pour qu’ils ne puissent
être également dévissés qu’avec un outil.
Type
de presse-étoupe
Capacité de serrage
Ø mini du câble
(mm)
Ø maxi du câble
(mm)
ISO 16
6
11
ISO 20
7,5
13
ISO 25
12,5
18
ISO 32
17,5
25
ISO 40
24,5
33,5
ISO 50
33
43
ISO 63
42,5
55
Dans certains cas d’application, il est nécessaire d’assurer une continuité de masse entre le câble et la masse moteur pour assurer
une protection de l’installation conforme à la directive CEM 89/336/CEE. Une option presse-étoupe avec ancrage surcâble armé est
donc disponible sur toute la gamme de moteurs synchrones à aimants.
3.5.4 - Section des câbles d’alimentation
La chute de tension dans les câbles (Norme NFC 15.100 ou norme du pays utilisateur final) sera d’autant plus importante que le courant sera élevé. On fera donc le calcul pour la valeur du courant nominal plaqué moteur et l’acceptation se fera en fonction de
l’application et du type de câble.
17
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
3.5.5- Raccordements moteur
3.5.5.3 - Branchement des câbles d’alimentation à la
planchette
3.5.5.1 - Moteurs
Les câbles doivent être équipés de cosses adaptées à la sec­
tion du câble et au diamètre de la borne.
Elles doivent être serties conformément aux indications du
fournisseur de cosses.
Le raccordement doit s’effectuer cosse sur cosse (voir sché­
mas ci-après) :
Hauteurs d'axe < 160
U1
U
V1
W1
V
W
Vers variateur
Hauteurs d'axe > 160
U1-2 V1-2 W1-2
U1-1
V1-1
U
V
W1-1
W
Vers variateur
Ne pas changer les barrettes de position, ce ne
sont pas des barrettes de couplage.
Pour inverser le sens de rotation, se référer à la notice
du variateur correspondant.
ATTENTION :
Pour les moteurs avec antidévireur : un démarrage dans
le mauvais sens détruit l’antidévireur (voir flèche sur carcasse moteur).
Taille des écrous des planchettes à bornes :
• Moteurs HA ≤ 160
Hauteur
d’Axe
90
100 et 132
160
Exemple de raccordement de la masse du moteur au
châssis :
M5
M6
M6
M8
Courant moteur
(A)
≤ 63
63 < I ≤ 125
200 < I ≤ 320
I > 320
Elle est située sur un bossage à l’intérieur de la boîte à bornes ;
dans certains cas, la borne de masse peut être située sur une patte
ou sur une ailette (moteurs ronds). Elle est repé­rée par le sigle :
La mise à la terre du moteur est obligatoire et doit
être assurée conformément à la règlementation en
vigueur (protection des travailleurs).
Bornes
• Moteurs HA ≥ 200
3.5.5.2 - Borne de masse et mise à la terre
La liaison du carter moteur à la masse du chassis doit être
réalisée par une tresse plate haute fréquence.
Vitesse
(min-1)
toutes
toutes
N ≤ 2400
N > 2400
Bornes
M6
M10
M12
M16
Couple de serrage (N.m) sur les écrous des planchettes à
bornes
Borne
M4
M5
M6
M8
M10
M12
M14
M16
Acier
2
3,2
5
10
20
35
50
65
Laiton
1
2
3
6
12
20
-
50
Dans le cas du raccordement des câbles sans cosses, mettre
des étriers.
Sur les planchettes à bornes en laiton si des écrous de
planchette s’égarent, il ne faut pas les remplacer par des
écrous en acier mais impérativement par des écrous en lai­ton.
À la fermeture de la boîte, veiller à la mise en place correcte du
joint.
D’une façon générale s’assurer que ni écrou, ni
rondelle, ni autre corps étranger n’est tombé et ne
soit entré en contact avec le bobinage.
Tresse plate HF
18
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
3.5.5.4 - Option ventilation forcée
VENTILATION FORCÉE MONOPHASÉE 230 ou 400V
pour HA ≤ 132
VENTILATION FORCÉE TRIPHASÉE
pour HA > 132
Marron
U
Type moteur
CP1
CP2
LS 90 à 132
3 µf
2 µf
1
Noir
L1 - L2 - L3
Z
CP
Bleu
1 VITESSE - 2 TENSIONS
Condensateurs
V
W
U = 230 V
U = 400 V
Alimentation sur U et W
Alimentation sur V et W
U2
U1
L1
CP2
230 V
W2
V2
V1
L2
W1
L3
400 V
W2
U2
V2
U1
V1
W1
L1
L2
L3
3.5.5.5 - Protections
Lorsque le moteur comporte des accessoires (protection ther­mique ou résistance de réchauffage), ceux-ci sont raccordés sur des
dominos à vis ou des planchettes par des fils repérés (voir § 3.4).
Sonde
19
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
3.5.6 - Raccordements codeur
3.5.6.1 - Raccordement avec retour par codeur incrémental avec voies de commutation standard, piloté par un variateur
Powerdrive MD2 ou Powerdrive FX
Codeur avec voies de
commutation (1)
1
11
12 10
3 13 17 16 9
4 14 15 8
5 6 7
2
LSRPM
Connecteur 17 broches
côté codeur (fiche mâle)
Désignation
Repère
Fil
x
1
x
2
x
3
Blanc/vert
U
4
Blanc/rose
U\
5
Blanc/jaune
V
6
Blanc/bleu
V\
7
Blanc/gris
W
8
Blanc/brun
W\
9
Vert
A
10
Gris
C ou O ou Z
11
Rouge
C\ ou O\ ou Z\
12
Rose
A\
13
Jaune
B
14
Bleu
B\
15
Brun
+5V ou +15V
16
Blanc
0V
17
Blindage (2)
Bornier
MDX-Encoder (3)
Désignation
x
x
x
U
U\
V
V\
W
W\
A
x
x
A\
B
B\
+
MDX-ENCODER (3)
- + A A B B O O
T1 T2 U U V V W W
_
La sonde thermique raccordée dans la boîte à bornes moteur doit être connectée aux bornes T1,T2 de l’option MDX-ENCODER (se référer aux notices
variateur).
(1) Les références de codeur KH05 et KHK5S sont montées en standard sur les moteurs Dyneo®.
(2) Utiliser du câble blindé par paire (U,U\), (V,V\), (W,W\) etc. Raccorder le blindage à 360° au niveau du connecteur.
(3) Option du Powerdrive MD2 et FX permettant de gérer le retour vitesse du moteur.
3.5.6.2 - Raccordement avec retour par codeur incrémental avec voies de commutation standard, piloté par un variateur
Unidrive M700/701/702
Codeur avec voies de
commutation (1)
1
11
12 10
13
16 9
3
17
4 14 15 8
2
5
6
7
LSRPM
Connecteur 17 broches
côté codeur (fiche mâle)
Repère
Désignation
Fil
1
x
2
x
3
x
Blanc/vert
4
U
Blanc/rose
5
U\
Blanc/jaune
6
V
Blanc/bleu
7
V\
Blanc/gris
8
W
Blanc/brun
9
W\
Vert
10
A
Gris
11
C ou O ou Z
Rouge
12
C\ ou O\ ou Z\
Rose
13
A\
Jaune
14
B
Bleu
15
B\
Brun
16
+5V ou +15V
Blanc
17
0V
Blindage (2)
Connecteur
15 broches
côté variateur
Pr 03.038
AB.Servo
Repère
x
x
x
7
8
9
10
11
12
1
5
6
2
3
4
13
14
(3)
La sonde thermique raccordée dans la boîte à bornes moteur doit être connectée aux bornes 8 et 11 du bornier de contrôle du variateur. Pour modifier
le contrôle de la sonde, se reporter au paramètre 7.15 (0.21).
(1) Les références de codeur KH05 et KHK5S sont montées en standard sur les moteurs Dyneo®.
(2) Utiliser du câble blindé par paire (U,U\), (V,V\), (W,W\). Raccorder le blindage à 360° au niveau du connecteur.
(3) Raccorder le blindage à 360° sur le support de blindage du variateur.
20
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
4 - MISE EN SERVICE MOTOVARIATEUR
5 - MAINTENANCE COURANTE
Pour la mise en route de l’ensemble moto-variateur, se reporter
à la notice du variateur utilisé. Une mise en service rapide est
décrite suivant le mode de fonctionnement choisi (avec ou sans
capteur).
Rodage des roulements des séries 4500 et 5500
A la mise en service du moteur et à chaque remplacement des
roulements, il est nécessaire d’effectuer un rodage des paliers
pour obtenir une durée de vie optimum.
Régler la vitesse de rotation à 4 000 min–1, puis à chaque fois
que la température du palier est stable, incrémenter la vitesse
de 500 min–1 jusqu’à la vitesse max. Pendant cette période,
vérifier que la température du palier soit toujours inférieure à
110 °C.
5.1 - Contrôle
Contrôle lors de la mise en route,
Vérifier : - bruit,
- vibrations,
- action des boutons/ interrupteurs,
- contrôler aussi l’intensité et la tension sur la machine
en fonctionnement avec la charge nominale.
Contrôle après environ 50 heures de fonctionnement,
Vérifier : - le bon serrage des vis de fixation du moteur et de
l’organe d’accouplement,
- en cas de transmission par chaîne ou courroie,
contrôler le bon réglage de la tension.
Contrôle tous les ans
Vérifier : - le bon serrage des vis de fixation du moteur,
- les connexions électriques,
- les vibrations.
Nettoyage
Pour le bon fonctionnement du moteur, éliminer poussières et
corps étrangers pouvant colmater la grille du capot et les ailet­
tes du carter.
Précaution à prendre : s’assurer de l’étanchéité (boîte à bor­
nes, trous de purge...) avant d’entreprendre toute opération de
nettoyage.
Un nettoyage à sec (aspiration ou air comprimé) est toujours
préférable à un nettoyage humide.
Le nettoyage doit toujours s’exercer à pression
réduite du centre du moteur vers les extrémités
pour ne pas risquer d’introduire poussières et particu­les
sous les joints.
Vidange des condensats
Les écarts de température provoquent la formation de con­
densats à l’intérieur du moteur, qu’il faut éliminer avant qu’ils ne
soient préjudiciables au bon fonctionnement du moteur.
Des trous d’évacuation des condensats situés aux points bas
des moteurs en tenant compte de la position de fonctionne­ment
sont obturés par des bouchons qu’il faut tous les six mois enlever puis remettre (s’ils n’étaient pas remis le degré de pro­tection
du moteur ne serait plus respecté).
Nettoyer les orifices et les bouchons avant le remontage.
Nota : En cas de forte humidité et de fort écart de température,
nous préconisons une période plus courte.
Lorsque cela ne risque pas de nuire à la protection du moteur,
les bouchons de vidange des condensats peuvent être retirés.
21
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
5.2 - Roulements et graissage
5.3 - Maintenance des paliers
5.2.1 - Types de roulements
Dès que vous détectez sur le moteur :
- un bruit ou des vibrations anormales,
- un échauffement anormal au niveau du roulement alors qu’il
est graissé correctement, il est nécessaire de procéder à une
vérification de l’état des roulements.
Les roulements détériorés doivent être remplacés dans
les plus brefs délais pour prévenir des dommages plus importants au niveau du moteur et des organes entraînés.
Lorsque le remplacement d’un roulement est nécessaire, il
faut remplacer aussi l’autre roulement.
Les joints d’étanchéité seront changés systématiquement à
l’occasion du changement des roulements.
Le roulement libre doit assurer la dilatation de l’arbre rotor (s’assurer de son identification pendant le démontage).
Les roulements sont définis sui­vant le tableau ci-dessous :
Tension
< 460 V
≥ 460 V
Roulement Roulement
AR
AV
N ≤ 900
Toutes
Standard
< 160
Standard
Standard
900 < N ≤ 2400
Isolé Bague
≥ 160
Extérieure
< 145
Standard
Standard
145 ≤ P < 325
2400 < N ≤ 3600
Isolé Bague
Extérieure Isolé Bague
≥ 325
Extérieure
< 55
Standard
Standard
3600 < N ≤ 4500
Isolé Bague Isolé Bague
≥ 55
Extérieure Extérieure
< 55
Standard
Standard
N > 4500
Isolé billes Isolé billes
≥ 55
céramiques céramiques
Vitesse
(min-1)
Puissance
(kW)
N ≤ 900
Toutes
< 55
Standard
Standard
≥ 55
Isolé billes
céramiques
N > 900
Standard
Standard
Standard +
bague de
mise à la
masse
5.2.2 - Type de graisse
Lorsque les roulements ne sont pas graissés à vie, le type de
graisse est indiqué sur la plaque signalétique.
Eviter tout mélange.
HA
< 225
≥ 225
Vitesse
(min-1)
Toutes
N ≤ 3600
N > 3600
Type de graissage
Graisse
Paliers graissés à vie ENS, WT ou BQ 72-72
Paliers à graisseur
Polyrex EM 103
Paliers à graisseur
BQ 72-72
5.2.3 - Paliers à roulements graissés à vie
Dans les conditions normales d’utilisation, la durée de vie
(L10h) en heures du lubrifiant est de 25 000 heures pour une
machine installée horizontalement et pour des températures
inférieures à 25 °C.
5.2.4 - Paliers à roulements avec graisseur
Les roulements sont graissés en usine
Les paliers sont équipés de roulements graissés par grais­seurs
de type Técalémit.
Les périodicités de lubrification, quantité et qua­lité
de graisse sont indiquées sur les plaques
signalétiques auxquelles on se réfèrera pour assurer le
graissage correct des roulements.
En aucun cas, même s’il s’agit d’une période de
stockage ou d’arrêt prolongé, l’intervalle entre 2
graissages ne doit dépasser 2 ans.
22
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
6 - MAINTENANCE PREVENTIVE
M 01V
Consulter LEROY-SOMER qui propose à travers son réseau
de services, un système de maintenance préventive.
Ce système permet la prise de données sur site des différents
points et paramètres décrits dans le tableau ci-dessous.
Une analyse sur support informatique fait suite à ces mesures
et donne un rapport de comportement de l’installation.
Ce bilan met, entre autres, en évidence les balourds, les désa­
lignements, l’état des roulements, les problèmes de structure,
les problèmes électriques, …
M 02V
E01
E02
E03
3
4
1
2
M 02A
5
M 01H
Détecteur
Mesure
1 - Accéléromètre
Mesures vibratoires
2 - Cellule photo-électrique
Mesure de vitesse
3 - Pinces ampèremétriques
Mesure d’intensité (triphasé ou continu)
4 - Pointes de touche
Mesure de tension
5 - Sonde infrarouge
Mesure de température
M 02H
Position des points de mesures
M 01V M 01H M 02V M 02H M 02A Arbre E01
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
E02
E03
•
•
•
•
23
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
7 - GUIDE DE DÉPANNAGE
Incident
Bruit anormal
Moteur bruyant
Moteur chauffe
anormalement
Moteur ne démarre pas
24
Cause possible
Origine moteur ou machine entraînée ?
Remède
Désaccoupler le moteur de l’organe entraîné
et tester le moteur seul
La cause est mécanique si le bruit persiste après
coupure de l’alimentation électrique, avec
paramétrage du variateur en mode « roue libre »
- vibrations
- vérifiez que la clavette est conforme au type
d’équilibrage (voir & 3.3)
- roulements défectueux
- changer les roulements
- frottement mécanique : ventilation,
accouplement
- vérifier l’installation
La cause est électrique si le bruit cesse après
coupure de l’alimentation électrique
- vérifier l’alimentation aux bornes du moteur
- vérifier le paramétrage variateur
- tension normale et 3 phases équilibrées
- vérifier le branchement planchette et le serrage
des barrettes
- tension anormale
- vérifier la ligne d’alimentation
- déséquilibre de phases
- vérifier la résistance des enroulements
Autres causes possibles :
- mauvais paramétrage
- dysfonctionnement variateur
- se référer à la notice du variateur
- ventilation défectueuse
- contrôler l’environnement
- nettoyer le capot de ventilation et les ailettes de refroidissement
- vérifier le montage du ventilateur sur l’arbre
- fréquence de découpage inadaptée
- respecter la fréquence de découpage minimale mentionnée
sur la plaque signalétique du moteur
- tension d’alimentation défectueuse
- vérifier la tension
- erreur couplage barrettes
- vérifier que les barettes sont bien positionnées comme
décrits au §3.5.5.1. Ce ne sont pas des barettes de couplage
- surcharge
- vérifier l’intensité absorbée par rapport à celle indiquée sur
la plaque signalétique du moteur
- court-circuit partiel
- vérifier la continuité électrique des enroulements et/ou de
l’installation
- déséquilibre de phases
- vérifier la résistance des enroulements
Autres causes possibles :
- mauvais paramétrage
- dysfonctionnement variateur
- se référer à la notice du variateur
à vide
- blocage mécanique
Hors tension :
- vérifier que l’arbre n’est pas bloqué en rotation
(Nota : les aimants du rotor engendrent une résistance à la
rotation)
- ligne d’alimentation interrompue
- vérifier fusibles, protection électrique,dispositif
de démarrage
- retour de position (message variateur)
- vérifier câblage, paramétrage du variateur,
fonctionnement du capteur de position
- protection thermique
- vérifier
en charge
- déséquilibre de phases
Hors tension :
- vérifier la résistance et la continuité des enroulements
- vérifier la protection électrique
- variateur
- vérifier paramétrage, dimensionnement (courant Max que
peut délivrer le variateur)
- retour de position (message variateur)
- vérifier câblage, paramétrage du variateur, fonctionnement
du capteur de position
- protection thermique
- vérifier
Installation et maintenance
4155 fr - 2015.02 / f
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
8 - PIECES DE RECHANGE
Pour toute commande de pièces de rechange, il est
nécessaire d’indiquer le type complet du moteur, son
numéro et les informations indiquées sur la plaque signa­
létique (voir § 1).
Dans le cas de moteur avec bride de fixation, indiquer le type
de la bride et ses dimensions (voir ci-dessous).
Un important réseau de services est à même de fournir
rapidement les pièces nécessaires.
Afin d’assurer le bon fonctionnement et la sécurité de nos
moteurs, nous préconisons l’utilisation des pièces de
rechange d’origine constructeur.
A défaut la responsabilité du constructeur serait dégagée
en cas de dommages.
IM 3001 (IM B5)
T
NJ6
M
P
LA
nØS
L’assemblage ou la maintenance du rotor ne doivent pas être
réalisés par des personnes ayant des stimulateurs cardiaques
ou d’autres dispositifs implantés médicalement.
IM 3601 (IM B14)
P
M
NJ6
T
n Ø M.S
Le rotor du moteur contient un champ magnétique puissant.
Lorsque le rotor est séparé du moteur, son champ peut affec­ter
des simulateurs cardiaques ou dérégler les dispositifs digi­taux
comme des montres, des téléphones portables, etc.
L’installation, le service et l’entretien ne doivent être assurés
que par un personnel qualifié.
Le non respect ou une mauvaise application des consignes
données dans la présente notice dégage le constructeur de sa
responsabilité.
Le produit est sous garantie tant qu’il n’a pas été
partiellement ou totalement démonté sans l’assistance de
LEROY-SOMER (ou son approbation) durant la période de
garantie.
25
Installation et maintenance
LSRPM - PLSRPM
Moteurs synchrones à aimants permanents
NOTES
26
4155 fr - 2015.02 / f
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising