Aide à la conception, évaluation et démarche qualité pour le

Aide à la conception, évaluation et démarche qualité pour le
N° d’ordre 2002ISAL0047.
Année 2002
Thèse
Aide à la conception, évaluation et
démarche qualité pour le déploiement de
formations multimédias en milieu industriel
Présentée devant
L’institut National des Sciences Appliquées de Lyon
Pour obtenir
Le grade de docteur
Formation doctorale : Informatique
École doctorale : Informatique et Information pour la Société
Par
Laurent DUQUESNOY
Soutenue le 27 septembre 2002 devant la Commission d’Examen
JURY MM.
___________________________________________________________________________
Directeur
Patrick
PREVOT
Professeur
Françoise
SANDOZ-GUERMOND
Maître de Conférences
Rapporteur Guy
GOUARDERES
Professeur
Rapporteur Pierre
TCHOUNIKINE
Professeur
Jean-Luc
BERGER
Ingénieur (Thales)
Jean-Pierre PEYRIN
Professeur
Invité
Jacques
PERRIN
Professeur
Laboratoire Interaction Collaborative, Téléformation, Téléactivités (ICTT
Remerciements
Ce travail de recherche n’aurait pu aboutir sans une réelle collaboration et un échange d’idées
entre tous ceux qui y ont participé ; je tiens ici à les remercier.
En premier lieu, ma reconnaissance s’adresse conjointement à Jean-Luc Berger, Patrick
Prévôt et Françoise Sandoz-Guermond pour leur triple encadrement très efficace dans la
conduite de ces travaux.
Merci donc à Mr Prévôt, Professeur à l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon, et
responsable pour cette école du laboratoire ICTT, qui a encadré cette thèse. Sa confiance ne
m’a jamais fait défaut, et il a constamment porté un regard critique, ouvert et constructif sur
mes travaux. En dépit d’un emploi du temps fort chargé, j’ai conscience des efforts qu’il a du
fournir pour se rendre disponible, particulièrement durant la phase de rédaction de ce
mémoire.
Mes remerciements vont également à Mr Berger, responsable du Service Communication et
formation interne de Thales / TIV. En contrat Cifre, j’ai passé le plus clair de mon temps de
recherche dans l’entreprise, et je dois dire avec un véritable plaisir. Mr Berger a été à la fois
pertinent, pédagogue et enthousiaste dans son suivi quotidien de mes travaux. Il s’est
considérablement investi dans la réussite du projet SIMPA, et les résultats obtenus tiennent
essentiellement à son accompagnement.
Un grand merci à Françoise Sandoz-Guermond qui m’a accompagné dans mes démarches
scientifiques. Son aide a été extrêmement précieuse lors de la (pénible) rédaction de ce
mémoire : un grand nombre de ses remarques pertinentes a amélioré la structure et la
présentation de la thèse. Elle a toujours su faire preuve d’une grande sollicitude envers moi.
Je tiens ensuite à remercier Mr Guy Gouardères, Professeur à l’Université de Pau et des Pays
de l’Adour, pour avoir accepté d’être rapporteur de cette thèse. Merci pour ses conseils qui
ont participé à la pertinence et la clarification du mémoire.
Merci également à Pierre Tchounikine, Professeur à l’Université du Maine, pour avoir porté
une lecture attentive à mon mémoire. Par son évaluation, il a multiplié les remarques
constructives sur mes travaux.
Ma reconnaissance va également envers Mr Jean-Pierre Peyrin, Professeur à l’Université
Joseph Fourier de Grenoble, qui a bien voulu faire partie du Jury.
Je remercie Jacques Perrin, Professeur à l’Institut National des Sciences Appliquées de Lyon,
qui s’est montré très intéressé par cette thèse, et a souhaité être membre invité du Jury.
Il serait trop long de toutes les nommer, mais je remercie chaleureusement toutes les
personnes qui, aussi bien à TIV qu’au laboratoire ICTT, ont participé de près ou de loin à ce
travail. Je pense particulièrement à Francine Letrône, Christine Tremblay, Christiane Arlot ou
Catherine Kubenka chez Thales, merci pour leur intérêt, leurs conseils, et leur chaleur
humaine qui ont rendu mon travail très agréable. Merci également à toute l’équipe du
Page 5
laboratoire ICTT (secrétariat, doctorants, chercheurs et direction) pour son accueil, ses
relations à la fois professionnelles et amicales.
Enfin, je tiens à remercier particulièrement ma compagne Florence qui m’a soutenu,
« supporté » et encouragé tout au long de ces travaux ; c’est aussi grâce à elle que je me suis
épanoui durant ces trois années.
Page 6
Page 7
Notes au lecteur
Voici quelques informations utiles qui faciliteront la lecture de ce mémoire :
1
-
les caractères gras mettent en évidence les mots clés dans le texte,
-
les caractères italiques sont utilisés pour les expressions latines, mentionner des
traductions anglaises ou signifier un nom propre ou une expression de référence,
-
les caractères en police 10 dans le texte proposent au lecteur intéressé un
approfondissement sur une notion ou un problème ; ils ne sont pas indispensables à la
compréhension du document,
-
les notes de bas de page1 apportent des remarques ou précisions supplémentaires,
-
les sigles et acronymes sont explicités lors de leur première apparition dans le texte ; le
lecteur pourra les retrouver dans le glossaire en fin de document,
-
le genre masculin est utilisé à titre générique, en particulier lorsque les acteurs de la
formation sont mentionnés.
Dont voici un exemple.
Page 7
Page 8
Table des matières
INTRODUCTION GÉNÉRALE...........................................................................................15
PARTIE I
LES SYSTÈMES DE FORMATION ASSISTÉE PAR ORDINATEUR DANS
L’INDUSTRIE : EN RÉPONSE À QUELS BESOINS ? ...................................................17
I.1 L’ENTREPRISE ET LES STIC..........................................................................................19
I.2 FORMATION EN ENTREPRISE : DE L’EAO AU E-LEARNING............................................21
I.2.1 Du béhaviorisme au constructivisme....................................................................21
I.2.2 Le contexte actuel .................................................................................................23
I.2.3 Quelles applications à la formation industrielle ? ...............................................24
I.3 LES ACTEURS DE LA FORMATION ET LEURS BESOINS ....................................................25
I.3.1 Une typologie des besoins ....................................................................................25
I.3.2 Le point de vue de l’apprenant .............................................................................26
I.3.2.1
L’apprenant adulte .........................................................................................26
I.3.2.2
La motivation d’apprendre.............................................................................27
I.3.2.2.1 Créer le besoin ...........................................................................................27
I.3.2.2.2 Jouer sur la motivation...............................................................................28
I.3.2.2.3 Le rôle de la motivation .............................................................................29
I.3.2.3
L’encadrement adapté ....................................................................................30
I.3.2.3.1 Ressources humaines .................................................................................30
I.3.2.3.2 Ressources matérielles ...............................................................................30
I.3.2.4
L’atteinte des objectifs...................................................................................31
I.3.3 Le point de vue du formateur................................................................................32
I.3.3.1
Qu’est-ce que la médiation ?..........................................................................32
I.3.3.2
Le formateur est un médiateur .......................................................................34
I.3.3.3
Adapter la relation pédagogique ....................................................................34
I.3.4 Les points de vue de l’expert et de l’auteur..........................................................35
I.3.4.1
La conception des supports et des contenus ..................................................35
I.3.4.2
L’usage des supports et des contenus ............................................................36
I.3.5 Le point de vue du manager..................................................................................36
I.3.5.1
Des formations « à la demande » ...................................................................37
I.3.5.2
Des formations « juste à temps » ...................................................................37
I.3.5.3
Des formations à moindre coût ......................................................................38
I.3.5.4
Une mesure des résultats................................................................................38
I.3.5.5
Un enrichissement pour l’entreprise ..............................................................38
I.4 QUELS MODES PÉDAGOGIQUES EN RÉPONSE ? ..............................................................39
I.4.1 Apports et limites de la formation académique ....................................................39
I.4.1.1
Définition .......................................................................................................39
I.4.1.2
Les limites industrielles du modèle présentiel ...............................................40
I.4.1.3
Quelle efficacité pédagogique ?.....................................................................40
I.4.1.4
Un frein à l’activité de l’apprenant ................................................................41
I.4.1.5
La difficulté de diversifier les vecteurs d’apprentissage................................41
I.4.1.6
L’opportunité d’un apprentissage social ........................................................41
I.4.1.7
La variation du discours.................................................................................42
I.4.2 Apports et limites des STIC en formation.............................................................42
I.4.2.1
Définitions......................................................................................................43
Page 8
I.4.2.1.1 La e-formation ...........................................................................................43
I.4.2.1.2 Multimédia : éléments de précision ...........................................................45
I.4.2.1.3 Interactivité ou interaction ? ......................................................................46
I.4.2.2
Le suivi de la formation .................................................................................47
I.4.2.3
Un encadrement pédagogique à renforcer .....................................................47
I.4.2.4
Une richesse de contenus ...............................................................................48
I.4.2.5
Une formation personnalisée .........................................................................49
I.4.2.6
Des pratiques d’autoformation.......................................................................51
I.4.2.7
Vers un allègement des coûts de formation ? ................................................52
I.4.2.7.1 La réalité du marché de la e-formation ......................................................52
I.4.2.7.2 Le retour sur investissement en e-formation..............................................53
I.4.2.8
Un partage culturel.........................................................................................56
I.5 CONCLUSION ................................................................................................................58
PARTIE II
PROPOSITION MÉTHODOLOGIQUE DE DÉVELOPPEMENT
D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION TECHNIQUE À UN POSTE DE
TRAVAIL…............................................................................................................................59
II.1 INTRODUCTION .............................................................................................................61
II.2 MODÈLES GÉNÉRIQUES DE CONCEPTION .......................................................................62
II.2.1 Structurer les contenus .........................................................................................62
II.2.1.1 Identification des objectifs pédagogiques ......................................................62
II.2.1.1.1 Qu’est-ce qu’un objectif pédagogique ? ...................................................62
II.2.1.1.2 Comment définir un objectif ?..................................................................62
II.2.1.2 Structurer les contenus de formation .............................................................64
II.2.1.2.1 Comment décrire la compétence ?............................................................65
II.2.1.2.2 La métaphore du théâtre mental ...............................................................65
II.2.1.2.3 Représentation formalisée en diagrammes cause-effet.............................66
II.2.2 Formaliser les contenus multimédias ...................................................................68
II.2.2.1 Diversifier les médias ....................................................................................68
II.2.2.1.1 Un cerveau, deux hémisphères .................................................................68
II.2.2.1.2 Les canaux de perception..........................................................................70
II.2.2.2 Construire une pédagogie par l’action ...........................................................71
II.2.2.2.1 Quel type d’action ?..................................................................................72
II.2.2.2.2 Pour quelle rétroaction ?...........................................................................73
II.2.2.2.3 Avec quelle structure hypermédia ? .........................................................74
II.2.3 Personnaliser les parcours pédagogiques............................................................75
II.2.3.1 Le dilemme de la personnalisation ................................................................75
II.2.3.2 Éléments de contractualisation entre les acteurs............................................76
II.2.3.2.1 Le triangle des processus ..........................................................................76
II.2.3.2.2 La pyramide des objectifs.........................................................................77
II.2.3.2.3 Le contrat pédagogique.............................................................................79
II.2.3.2.4 Le carnet de route .....................................................................................81
II.2.4 Modéliser la conception des supports ..................................................................82
II.2.4.1 Quelques règles de conception.......................................................................82
II.2.4.2 Réutiliser nos modèles génériques.................................................................83
II.3 MISE EN ŒUVRE PÉDAGOGIQUE ....................................................................................84
II.3.1 Alternance théorie / terrain ..................................................................................84
II.3.2 Alternance synchrone / asynchrone......................................................................85
Page 9
II.3.2.1 Le modèle du briefing–débriefing..................................................................86
II.3.2.2 La pratique de la médiation............................................................................88
II.3.2.3 Un double niveau d’encadrement ..................................................................89
II.3.3 Faciliter l’utilisation des supports .......................................................................90
II.3.3.1 Familiariser l’apprenant avec l’outil multimédia : le galop d’essai...............90
II.3.3.2 Mettre à disposition les supports de formation ..............................................91
II.4 ÉVALUATION ET VALIDATION .......................................................................................92
II.4.1 Construire une évaluation équilibrée ...................................................................92
II.4.2 Qu’évalue-t-on ?...................................................................................................93
II.4.3 Qui évalue ?..........................................................................................................94
II.4.4 Quand évalue-t-on ? .............................................................................................94
II.4.5 Où s’effectuent les évaluations ? ..........................................................................95
II.4.6 Comment évalue-t-on ?.........................................................................................95
II.4.6.1 Evaluation initiale de l’apprenant (1).............................................................95
II.4.6.2 Evaluation finale de l’apprenant (2)...............................................................95
II.4.6.2.1 Évaluation informatisée ............................................................................96
II.4.6.2.2 Évaluation de terrain.................................................................................96
II.4.6.3 Evaluation du contenu de la formation (3).....................................................97
II.4.6.4 Evaluation du support de formation (4) .........................................................97
II.4.6.5 Evaluation du processus de formation (5)......................................................98
II.4.7 Pourquoi évalue-t-on ? .........................................................................................98
II.4.8 Tableau récapitulatif ............................................................................................99
II.5 CONCLUSION ................................................................................................................99
PARTIE III
SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMIAUTONOMIE.......................................................................................................................101
III.1
INTRODUCTION .......................................................................................................103
III.2
LE CONTEXTE INDUSTRIEL ......................................................................................103
III.2.1
Situation économique ......................................................................................104
III.2.2
Situation industrielle .......................................................................................104
III.2.3
Situation sociale ..............................................................................................105
III.2.4
Situation de la formation interne ....................................................................106
III.2.4.1 Qui sont les acteurs ? ...................................................................................106
III.2.4.2 Vision critique de la médiatisation ..............................................................107
III.2.4.3 Vision critique de l’animation .....................................................................108
III.3
CRÉATION DE SIMPA .............................................................................................109
III.3.1
Qu’est-ce que le « Six Sigma » ?.....................................................................110
III.3.2
Les étapes du Six Sigma ..................................................................................111
III.3.3
R0 : Définir......................................................................................................112
III.3.4
R1 : Mesurer....................................................................................................114
III.3.4.1 Recueil des besoins......................................................................................115
III.3.4.2 Définition des fonctionnalités de SIMPA....................................................116
III.3.4.3 Hiérarchisation des fonctionnalités..............................................................120
III.3.4.4 Analyse des risques de réalisation ...............................................................121
III.3.4.5 Mesure de la satisfaction client....................................................................123
III.3.5
R2 : Analyser ...................................................................................................124
III.3.5.1 Critères de la médiation et activité mentale.................................................124
III.3.5.2 Les acteurs de la médiation .........................................................................125
Page 10
III.3.5.3 Structure des supports SIMPA : ..................................................................126
III.3.6
R3 : Concevoir.................................................................................................127
III.3.6.1 L’outil d’intégration multimédia : TOOLBOOK ........................................127
III.3.6.2 Les livres créés pour SIMPA.......................................................................128
III.3.6.3 L’interface « SIMPA » ................................................................................129
III.3.6.4 Une bibliothèque d'activités pédagogiques..................................................130
III.3.6.5 Le mécanisme de la médiation ....................................................................131
III.3.6.6 Une plate-forme multi-usages......................................................................135
III.4
EXPÉRIMENTATION DE SIMPA (R4).......................................................................135
III.4.1
La roue de Deming ..........................................................................................135
III.4.2
Dispositif expérimental ...................................................................................137
III.4.3
Redéfinition de l’intervalle de confiance.........................................................137
III.4.4
Méthode d’analyse de données........................................................................138
III.4.4.1 Quand utiliser l’ACP ? ................................................................................139
III.4.4.2 Pourquoi utiliser l’ACP ? ............................................................................139
III.4.4.3 Mécanisme de l’analyse...............................................................................140
III.4.5
Résultats expérimentaux..................................................................................140
III.4.5.1 Préparation et sélection des données ...........................................................141
III.4.5.2 Choix des composantes de l’ACP ...............................................................142
III.4.5.3 Expérience 1 ................................................................................................143
III.4.5.4 Expérience 2 ................................................................................................145
III.4.6
Discussion des résultats ..................................................................................146
III.4.7
Consigne de transfert de SIMPA .....................................................................147
III.4.8
Test de robustesse............................................................................................148
III.5
CONCLUSION ...........................................................................................................149
PARTIE IV
RETOURS D’USAGES DE SIMPA ET PERSPECTIVES..............................................151
IV.1
UTILISATION DE SIMPA À TIV ..............................................................................153
IV.1.1
Plan prévisionnel de déploiement ...................................................................153
IV.1.2
Les formations « SIMPAtisées »......................................................................154
IV.1.3
Gains et retours d’usage .................................................................................157
IV.1.3.1 Satisfaction des acteurs de la formation ......................................................157
IV.1.3.1.1 Sur les besoins.......................................................................................157
IV.1.3.1.2 Sur la médiation ....................................................................................161
IV.1.3.2 Cas concrets d’application du Briefing–Débriefing ....................................163
IV.1.3.3 Amélioration de la productivité de conception/réalisation..........................164
IV.1.3.4 Exploitation des traces informatiques .........................................................166
IV.1.3.4.1 Le journal de la formation.....................................................................166
IV.1.3.4.2 L’intervalle de confiance sur la note.....................................................167
IV.1.4
Les limites observées de SIMPA......................................................................168
IV.1.4.1 Une prise en main inégale de la part des formateurs...................................169
IV.1.4.2 Des situations où la médiation reste inefficace ...........................................169
IV.1.4.3 Autres risques et points faibles....................................................................170
IV.2
QUELQUES PERSPECTIVES .......................................................................................171
IV.2.1
Optimisation de SIMPA...................................................................................171
IV.2.1.1 Elargir la bibliothèque d’activités ...............................................................171
IV.2.1.2 Accroître les capacités de médiation ...........................................................173
IV.2.1.3 Utiliser la synthèse vocale ...........................................................................175
Page 11
IV.2.2
Développement de SIMPA...............................................................................176
IV.2.2.1 À TIV : formation de formateurs.................................................................176
IV.2.2.2 Au sein du groupe THALES .......................................................................177
IV.2.2.3 À d’autres entreprises : de nouveaux types de formation............................178
IV.2.3
L’apport du travail coopératif.........................................................................179
IV.2.3.1 Les modèles coopératifs exploitables..........................................................179
IV.2.3.1.1 En situation de conception ....................................................................180
IV.2.3.1.2 En situation de formation......................................................................181
IV.2.3.2 Adaptation pour SIMPA..............................................................................182
IV.2.3.3 Cas des formations à distance......................................................................183
IV.3
CONCLUSION ...........................................................................................................185
CONCLUSION GÉNÉRALE..............................................................................................187
RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES ...........................................................................191
GLOSSAIRE.........................................................................................................................203
ANNEXES .............................................................................................................................207
Page 12
Table des Illustrations
Figures
FIGURE 1. LES STIC EN FORMATION : UNE TRIPLE REVOLUTION ...............................................20
FIGURE 2. LES FACETTES DE L’HOMME APPRENANT ..................................................................29
FIGURE 3. LES CONDITIONS ET LE ROLE DE LA MOTIVATION DANS L’APPRENTISSAGE ...............30
FIGURE 4. UNE RICHESSE DES CONTENUS SELON 3 AXES ORTHOGONAUX ..................................49
FIGURE 5. PERSONNALISATION DES TRAJECTOIRES DE FORMATION ...........................................50
FIGURE 6. LA BALANCE COMME MODELE DU RETOUR SUR INVESTISSEMENT EN E-FORMATION .55
FIGURE 7. LE NOUVEAU PARADIGME DU PARTAGE DES CONNAISSANCES ...................................57
FIGURE 8. MODELE D’ORGANISATION DES FORMATIONS SUR SUPPORTS MULTIMEDIAS .............61
FIGURE 9. DESCRIPTION ET ANALYSE DE RISQUES DES ACTIVITES D’UN POSTE DE TRAVAIL ......64
FIGURE 10. LA METAPHORE DE LA COMPETENCE PROFESSIONNELLE COMME UN THEATRE
MENTAL ..................................................................................................................66
FIGURE 11. D’UNE VISION CLOISONNEE DES SAVOIRS…............................................................67
FIGURE 12…A LA DESCRIPTION COHERENTE D’UNE COMPETENCE CIBLE...................................67
FIGURE 13. LE MODELE HEMISPHERIQUE DU CERVEAU ..............................................................69
FIGURE 14. LE TRIANGLE DES PROCESSUS .................................................................................77
FIGURE 15. LA PYRAMIDE DES OBJECTIFS (VUE DE DESSUS) ......................................................78
FIGURE 16. MODELE DE CONTRAT PEDAGOGIQUE POUR UNE FORMATION
AU POSTE DE TRAVAIL............................................................................................81
FIGURE 17. PERSONNALISATION DE LA FORMATION ..................................................................82
FIGURE 18. ORGANISATION DES FORMATIONS EN ALTERNANCE PRATIQUE / THEORIE ...............85
FIGURE 19. LE MODELE PEDAGOGIQUE DU BRIEFING–DEBRIEFING ............................................87
FIGURE 20. DOUBLE ENCADREMENT, LOCAL ET GLOBAL...........................................................90
FIGURE 21. LE TREFLE D’EQUILIBRE DANS L’EVALUATION D’UNE FORMATION .........................93
FIGURE 22. DU TAYLORISME AU MANAGEMENT PARTICIPATIF A TIV......................................105
FIGURE 23. LE « SIX SIGMA », PORTEUR DU CHANGEMENT .....................................................110
FIGURE 24. LES BESOINS PRESSENTIS DES CLIENTS ..................................................................114
FIGURE 25. MATRICE QFD DEDIEE AUX APPRENANTS.............................................................117
FIGURE 26. MATRICE QFD DEDIEE AUX EXPERTS ET FORMATEURS DE TERRAIN .....................118
FIGURE 27. MATRICE QFD DEDIEE AUX MANAGERS ...............................................................119
FIGURE 28. LE PARETO DES SIX FONCTIONNALITES PRIORITAIRES (SUR 21) ............................120
FIGURE 29. CORRELATION DES FONCTIONNALITES : LE « TOIT » DE LA MAISON
DE LA QUALITE .....................................................................................................121
FIGURE 30. LE TOIT DE LA MAISON DE LA QUALITE POUR SIMPA ...........................................122
FIGURE 31. LES CRITERES DE LA MEDIATION EN REPONSE A L’ACTIVITE MENTALE DE
L’APPRENANT .......................................................................................................125
FIGURE 32. STRUCTURE D'UNE FORMATION SUR SUPPORT SIMPA ..........................................126
FIGURE 33. HIERARCHIE DES SCRIPTS ATTACHES AUX ELEMENTS DANS TOOLBOOK ...............128
FIGURE 34. LES 7 LIVRES TOOLBOOK QUI COMPOSENT SIMPA..............................................129
FIGURE 35. L’ENVIRONNEMENT SIMPA DE MEDIATION .........................................................130
FIGURE 36. INTERVENTION DE REGULATION DU COMPAGNON .................................................133
FIGURE 37. MECANISME DE LA MEDIATION DANS SIMPA.......................................................134
FIGURE 38. LA ROUE DE DEMING ............................................................................................136
FIGURE 39. GRAPHIQUES DES VALEURS PROPRES ....................................................................142
FIGURE 40. EXPERIENCE 1 : PREMIER PLAN FACTORIEL DE L’ACP ..........................................143
Page 13
FIGURE 41. EXPERIENCE 2 : PREMIER PLAN FACTORIEL DE L’ACP ..........................................145
FIGURE 42. REPARTITION DES SCRIPTS DANS LES LIVRES SIMPA ...........................................148
FIGURE 43. MODULE SIMPA SUR L'AUTO-MAINTENANCE ......................................................149
FIGURE 44. PLAN DE DEPLOIEMENT DE SIMPA A TIV ............................................................153
FIGURE 45. ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES APPRENANTS .........................................158
FIGURE 46. ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES FORMATEURS ........................................159
FIGURE 47. ENQUETE DE SATISFACTION AUPRES DES MANAGERS ............................................160
FIGURE 48. QUESTIONNEMENT COMPLEMENTAIRE SUR LA MEDIATION ET L'INTERFACE
DE SIMPA ...........................................................................................................162
FIGURE 49. DECOMPOSITION DU TEMPS DE CONCEPTION D'UNE COMPETENCE CIBLE
AVEC SIMPA.......................................................................................................164
FIGURE 50. BILAN D'UNE COMPETENCE CIBLE (MODE TEST) DANS LE CARNET DE ROUTE ........167
FIGURE 51. SIMPA : UNE BIBLIOTHEQUE D’ACTIVITES PEDAGOGIQUES A ELARGIR ................171
FIGURE 52. SCRIPTS A RENSEIGNER DANS LE LIVRE SYSTEME POUR CHAQUE ACTIVITE
PEDAGOGIQUE .......................................................................................................172
FIGURE 53. INTERVENTION DE REGULATION DU COMPAGNON POUR ORIENTER
L’APPRENANT VERS UN ENDROIT PRECIS DE SON LIVRE DES RESSOURCES ............173
FIGURE 54. INTERVENTION EN CAS DE MAUVAISE COMPREHENSION DES INSTRUCTIONS .........174
FIGURE 55. COMPLEMENTARITE DES MESSAGES ORAL ET ECRIT DANS LA MEDIATION.............176
FIGURE 56. STRUCTURE DE BASE D'UNE ACTIVITE HUMAINE (D'APRES ENGESTRÖM) ..............179
FIGURE 57. LE TREFLE A QUATRE FEUILLE DES DOMAINES DE COLLABORATION .....................180
FIGURE 58. LES SITUATIONS DE COOPERATION INTER-APPRENANTS ........................................182
Tableaux
TABLEAU 1. DIFFERENCIATION DE TRAITEMENT PAR L’HG ET L’HD........................................69
TABLEAU 2. LES TYPES D’ACTIVITES PEDAGOGIQUES ET LEURS ELEMENTS DE CONTROLE
NECESSAIRES AU FEED-BACK ................................................................................73
TABLEAU 3. LA DOUBLE EVALUATION DE L’APPRENANT ET DU DISPOSITIF DE FORMATION.......99
TABLEAU 4. LES ACTEURS DE LA FORMATION A TIV...............................................................107
TABLEAU 5. PLANNING DU PROJET SIMPA .............................................................................112
TABLEAU 6. REVUE R0 DU PROJET SIMPA .............................................................................113
TABLEAU 7. RESULTATS DES EXPERIMENTATIONS SIMPA .....................................................146
TABLEAU 8. LES FORMATIONS SIMPA A TIV APRES 6 MOIS D’UTILISATION ..........................156
TABLEAU 9. ENQUETE SUR LES BESOINS POUR LA FORMATION SIMPA AU CLEAN CONCEPT ...161
TABLEAU 10. ENQUETE SUR LA MEDIATION POUR LA FORMATION SIMPA
AU CLEAN CONCEPT ............................................................................................162
TABLEAU 11. COMPARAISON ENTRE SIMPA ET UNE FORMATION ACADEMIQUE
EN ENTREPRISE ..................................................................................................165
TABLEAU 12. PROFILS TYPES DE RESULTATS SUR SIMPA.......................................................168
Page 14
Introduction générale
Contexte
Nos travaux se situent dans le domaine des Sciences et Technologies de l’Information et de la
Communication (STIC) appliquées à la formation professionnelle. Nous nous intéressons
plus précisément à l’usage du multimédia en tant qu’Environnement Interactif d’apprentissage
avec Ordinateur (EIAO) dans un contexte industriel de formation technique au poste de
travail. Ces besoins concernent beaucoup d’entreprises et posent de vrais problèmes
méthodologiques, économiques, pédagogiques et humains.
Les STIC appliquées à l’apprentissage ont produit, ces dernières années, des travaux de
recherche foisonnants, par exemple sur :
-
l’intégration de techniques d’intelligence artificielle pour piloter une séance
d’apprentissage, à travers des tuteurs intelligents,
l’élargissement aux applications de type micromonde, portées sur la simulation et
l’intégration de techniques hypermédias,
l’utilisation de la programmation (en robotique) pour un apprentissage par la
découverte,
l’introduction du multimédia (combinaison des textes, images et sons), puis de la
multimodalité dans les interfaces apprenant,
la perspective de la réalité virtuelle adaptée à des environnements d’apprentissage,
etc.
Mais tous ces environnements informatiques sont encore trop peu utilisés dans la formation
professionnelle. Pour quelles raisons ? Certes on peut mentionner le lourd investissement à
engager pour concevoir une formation, ou encore l’absence de modèle pédagogique
suffisamment éprouvé pour rassurer les structures privées. Mais à notre sens le principal
levier de développement de l’EIAO dans la formation professionnelle est la restauration du
dialogue entre les acteurs de la formation sur le terrain et les développeurs de dispositifs1 de
formation. Ce dialogue implique nécessairement de recueillir les besoins de ces acteurs, de les
analyser afin d’y apporter une réponse adaptée.
C’est cette démarche qui nous a guidés tout au long de notre travail. Nous avions pour objectif
de concevoir des environnements multimédias associés à des pratiques pédagogiques adaptées
à la réalité industrielle. Nous avons procédé selon une démarche de conception à la fois
participative (implication des acteurs de la formation) et itérative (amélioration continue, à
l’image de la Politique Qualité des entreprises).
1
A l’image de [Carré et al in thèse Rézeau], nous associons au « dispositif de formation » les domaines de
l’ingénierie (étude globale des différents aspects d’un projet pédagogique) et de la technologie (formalisation
spécifiques des « façons de faire »).
Page 15
Structure du document
Nous analysons dans une première partie les besoins des acteurs de la formation
professionnelle : l’apprenant bien sûr, entouré de son manager (responsable hiérarchique), du
formateur, de l’expert technique et de l’auteur des supports. Une fois ces besoins listés, nous
commençons par dégager les éléments de réponse que peuvent apporter d’un côté les
formations dites académiques, d’un autre côté l’usage des STIC (e-formation) et les
nouveaux modèles qu’elles véhiculent en terme d’organisation de la connaissance. Nous
verrons ainsi qu’il n’y a pas de solution stricte et complète dans l’une ou l’autre de ces
approches, mais plutôt qu’il faut privilégier leur complémentarité, en envisageant des
dispositifs de formation que nous appellerons hybrides.
La seconde partie du mémoire synthétise une proposition méthodologique de
développement d’environnements de formations techniques à un poste de travail. Elle
s’appuie sur des modèles génériques de conception dans la structuration et la formalisation
des contenus multimédias, la personnalisation des parcours pédagogiques (définition des
trajectoires de formation), l’utilisation de règles ergonomiques simples et l’utilisation d’un
galop d’essai (apprentissage de l’interface) pour garantir un usage correct du support de
formation quelle que soit la familiarité de l’apprenant avec le domaine informatique. Nous
montrons comment mettre en œuvre une pédagogie basée sur la double alternance
théorie/terrain dans le parcours d’apprentissage et présence/absence du formateur. Enfin, nous
soulignons l’importance d’inclure les outils d’évaluation (de l’apprenant, mais aussi du
dispositif) dès la phase de conception.
Nous mettons en troisième partie la méthode décrite en application dans le cadre d’une
convention Cifre avec TIV Moirans, l’un des quatre sites industriels de la société Thales
Electron Devices. Nous y avons développé un nouveau modèle de support pédagogique
multimédia, baptisé SIMPA (Support Interactif et Médiatisé Pour l’Apprentissage).
Développé lors d’un projet de type « Six Sigma » garantissant la prise en compte des besoins
des clients (démarche qualité), il se caractérise par la pratique d’une médiation pédagogique
pendant l’absence du formateur à travers deux tuteurs informatisés : le professeur et le
compagnon. Nous précisons les choix technologiques effectués ainsi que le mécanisme de
l’interaction entre l’apprenant et les tuteurs informatisés. Dans le cadre du projet, SIMPA a
été expérimenté par des volontaires en situation simulée de formation ; nous analysons les
données de ces expériences afin d’améliorer le produit.
Enfin, nous présentons dans une dernière partie les retours d’usage de SIMPA après 6 mois
d’utilisation dans l’entreprise. Nous avons recueilli la satisfaction des acteurs, vérifié
l’efficacité des fonctionnalités de médiation, et mesuré les performances liées à l’utilisation
de SIMPA. Les premiers résultats objectifs sont une réelle diminution du temps de présence
du formateur terrain et la réduction des délais de conception. Nous ouvrons pour conclure
quelques perspectives de déploiement et d’usage de SIMPA, en particulier selon des modes de
travail collaboratif et à distance.
Page 16
Partie I
Les systèmes de formation assistée
par ordinateur dans l’industrie : en
réponse à quels besoins ?
Page 17
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
Poser le problème de la mise en place de systèmes de formation assistés par ordinateur dans
l’industrie revient à effectuer une analyse précise de tous les acteurs concernés, et d’en
vérifier la concordance avec les apports pressentis ou avérés des Sciences et Technologies de
l’Information et de la Communication (STIC) dans ce contexte. Après une présentation des
STIC, de leur place en entreprise, et un bref rappel historique de leur usage en apprentissage,
nous menons cette analyse des besoins. Ils concernent cinq acteurs clés : l’apprenant, le
formateur, l’expert, l’auteur des contenus et le manager. En regard des besoins identifiés,
nous mettons en parallèle les apports et les limites d’une part de la formation traditionnelle,
que nous nommerons « académique », d’autre part de l’usage des STIC en formation
professionnelle. L’idée n’est pas tant de confronter deux modes pédagogiques que d’en
dégager les éléments pertinents et réutilisables en réponses aux besoins des acteurs de terrain.
I.1 L’entreprise et les STIC
Les STIC représentent l’utilisation de l'ordinateur et toutes ses applications (bureautique,
réseaux, multimédia, etc). Leur usage s’est généralisé en France durant les années 1980,
comme en témoignent le lancement du plan « Informatique Pour Tous »3 (IPT) en 1985 par
l’Education Nationale, et l’ouverture nationale du réseau télématique Minitel en 1981. Encore
parfois incorrectement qualifiées de « nouvelles », les technologies du traitement de
l’information et de la communication sont utilisées par le plus grand nombre depuis plus de
vingt ans (et aujourd’hui relativement maîtrisées par les jeunes générations). L’apparition du
terme « Sciences » dans l’acronyme marque une rupture quant à l’intégration de ces
technologies dans le quotidien : elles ne se suffisent plus à elles mêmes, mais portent une
nouvelle donne scientifique. Certes les STIC peuvent être considérées comme une simple
évolution technologique, en terme de rapidité et de volume de communication. Mais comme
le pressentent Pierre Lévy [Lev97] ou Nicholas Negroponte [Neg96], la numérisation des
données est de plus en plus reconnue comme le support de la 3ème grande révolution dans
l'histoire de l'humanité, après l'écriture et l'imprimerie, entraînant une véritable mutation des
usages, en communication bien sûr, mais aussi en apprentissage.
En entreprise, la révolution doit plus que jamais avoir lieu, en regard des profondes mutations
qui marquent le milieu industriel : flexibilité des structures de production, travail coopératif
en réseau, autonomisation et responsabilisation des salariés. Les STIC sont l’opportunité de
construire une véritable organisation apprenante, d’apporter les conditions de mise en œuvre
d’une vision managériale moderne du développement de l’entreprise. Certes aujourd’hui les
outils de gestion et de communication tels que les réseaux d’entreprise Intranet ou le courrier
électronique sont largement employés, mais il manque encore des outils amenant une
réorganisation des connaissances et des pratiques. L’insertion des STIC en formation
professionnelle en constitue assurément les prémices, puisque les pratiques professionnelles
se trouvent enrichies par les pratiques de formation et les outils qu’elles utilisent. Quelle est
aujourd’hui la réalité de cette insertion ?
Dans la dynamique de l’évolution des modes et des supports de formation, on discerne une
triple révolution, qu’illustre la figure 1. Il y a d’abord une révolution technologique des
3
Ce plan sera d’ailleurs prolongé en 1986 par l’opération « Télématique Pour Tous », qui vise l’installation de
serveurs télématiques dans 700 établissements scolaires, préfigurant les fonctionnalités de L’INTERNET.
Cependant, l’outil télématique n’a alors guère de prétention pédagogique ; on le confine à la gestion
administrative des établissements.
Page 19
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
supports ; l’histoire de ce siècle nous montre les progrès technologiques fulgurants avec
l’avènement de la micro-informatique. Le propre de la recherche est avant tout de proposer
sans cesse de nouveaux outils, de repousser leurs limites fonctionnelles. Mais les sciences
technologiques évoluent de pair avec les sciences humaines ; ainsi, les psychologies de
l’apprentissage ont également apporté les fruits de leur recherche, avec l’avènement de
nouveaux modes pédagogiques basés sur les nouveaux outils technologiques à disposition,
pour constituer une révolution pédagogique. On peut considérer que ces deux avancées se
sont naturellement entremêlées, l’une appelant l’autre. Mais il reste une troisième révolution à
mener : c’est celle de l’organisation des connaissances : passer de l’atomisation analytique
du savoir vers son organisation, de la séquentialité du discours vers sa pluralité. Et la simple
utilisation de nos nouveaux modes de communication et d’information n’y suffira pas…
Révolution
Révolution
technologique
technologique
Révolution
Révolution
pédagogique
pédagogique
• Évolution technologique du poste
de travail (rapidité, capacité de
stockage accrues)
• Avènement du multimédia
(graphismes, animations 3D, sons et
vidéos)
• Développement des réseaux
(systèmes répartis, distants,
coopératifs)
• Personnalisation électronique d’un cursus
(bases de connaissances, suivi de l’apprenant)
• Nouvelle qualité des Interfaces HommeMachine (interfaces intuitives, interactivité,
réalisme, simulation)
• Apprentissage à distance (communication
synchrone et asynchrone, télé-apprentissage
(cours, TD, projet), intranet pédagogique,
alternance pédagogique activité–bilan tutoré
Révolution
Révolution
culturelle
culturelle
• Réorganisation spatiale et temporelle des connaissances
(hiérarchisation, maillage des concepts)
• Motivation et plaisir d’apprendre (développement
métaphorique, environnements ludiques, méthode de la
découverte)
• Mutualisation des expertises et travail collaboratif
(résolution colective de cas, construction de classes
virtuelles, maîtrise technologique collective)
Figure 1. Les STIC en formation : une triple révolution
À ces considérations généralistes doit s’ajouter la réalité du monde de l’entreprise, et ses
contraintes : les parcs informatiques dédiés à la formation y sont bien souvent obsolètes, sousemployés, et hétérogènes. La constante et rapide évolution technologique évoquée plus haut
ne saurait en être la seule responsable ; c’est aussi paradoxalement dû à l’absence
d’identification des véritables besoins au travers de démarches de projet rigoureuses (pourtant
censées être un des points forts de l’entreprise).
Quelles causes rechercher à ce constat ? C’est certainement la politique de l’entreprise vis-àvis de la place qu’il convient d’accorder à la formation qui pose problème. Trop souvent
périphérique ou routinière (obligation légale, plan de formation décliné en volume d’heures
Page 20
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
plutôt qu’en terme de résultats), la formation professionnelle n’est pas mise au cœur du
processus industriel. C’est toute sa dimension enrichissante qui s’en trouve oubliée :
capitalisation des compétences (élément clé de la conformité par rapport aux attentes des
clients de l’entreprise), moteur d’une évolution des méthodes de travail, élément de
flexibilisation des organisations, levier de progression professionnelle pour les salariés.
Néanmoins, cette triple révolution est en marche ; si la révolution culturelle peut se décrire en
terme de rupture, la technologie et la pédagogie ont suivi jusqu’à aujourd’hui une évolution
constante et accélérée. Nous la décrivons brièvement dans les pages suivantes.
I.2 Formation en entreprise : de l’EAO au e-learning
À travers l’historique des concepts jusqu’à nos jours, nous présentons les applications
industrielles de formation intégrant l’outil informatique.
I.2.1
Du béhaviorisme au constructivisme
Bien avant l’apparition de la micro-informatique, l’idée d’instrumentaliser l’apprentissage
humain grâce à des machines est accréditée avec le développement de la cybernétique par
Wiener (1948). L’enseignement serait un processus pouvant être dirigé, à l’aide de la
circulation rétroactive de l’information, par des « machines à enseigner » [Bru97]. C’était
d’ailleurs l’idée, jusqu’aux années 1970, d’appliquer la pensée béhavioriste, en développant
l’enseignement programmé [Dem65], [Ofrateme74], où l’acte d’apprentissage était vu comme
un processus de réaction par rapport à l’environnement, mécanique et linéaire, et par
extension se prêtant tout à fait à une automatisation informatique.
Le béhaviorisme est un courant de recherche en psychologie dominant de la première moitié du XXème siècle.
Selon cette approche, l’apprentissage est une modification du comportement provoqué par les stimuli venant de
l’environnement. C'est surtout Burrhus F. Skinner (1904-1990) un psychologue américain qui en a tiré une
pratique pédagogique. Il affirme que l’efficacité de l’apprentissage relève des principes suivants : participation
active de l’élève, séquences courtes, progression graduée selon le rythme de l’élève, vérification immédiate,
réponse juste à la question posée. Selon lui, l'apprentissage est conditionné par l'utilisation de récompenses
appelées « renforcements positifs » (par exemple un poisson pour l’otarie au cirque, une bonne note pour un
élève à l’école) et de punitions appelées « renforcements négatifs » (par exemple des clôtures électrifiées pour
les vaches, une mauvaise note chez l’élève). L’individu adopte ainsi un comportement lui permettant d'éviter les
renforcements négatifs et d'augmenter la probabilité d’occurrence des renforcements positifs. Cette procédure
s’appelle le « conditionnement opérant ». Skinner a beaucoup critiqué un mode d'enseignement essentiellement
fondé sur des renforcements négatifs, et a proposé de remplacer ceux-ci par des renforcements positifs. Sa
théorie est à l’origine de l’enseignement programmé.
Les dispositifs d’EAO4 ont constitué, selon l’expression d’Albertini [Alb83], un mariage
parfait entre l’enseignement programmé et l’informatique. Mais petit à petit, ce courant est
apparu dépassé. On lui reproche notamment le découpage atomisé des savoirs, trop parcellaire
pour mettre en oeuvre une stratégie d’apprentissage, la rigidité des programmes, laissant une
faible initiative de création ou de recherche donnée aux apprenants. Il faut noter cependant
que l’utilisation de l’ordinateur n’a pas été remise en cause, de par ses capacités mémorielles
et adaptatives, mais également par ses fonctions de moyen d’expression ou
d’expérimentations pour les apprenants.
4
Enseignement Assisté par Ordinateur.
Page 21
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
Ce sont là les éléments fondateurs du constructivisme, issu des travaux de Piaget [Pia69].
L’activité de l’apprenant est la préoccupation essentielle de ce courant, l’objectif étant de
rendre cette activité productive, c’est-à-dire favorisant l’acquisition de nouvelles
connaissances.
Piaget (1896-1980) définit l'intelligence opératoire ou formelle (chez l’enfant à partir de douze ans) comme le
véritable accès à l'abstraction : c’est la capacité à raisonner sur un problème en posant des hypothèses a priori.
Selon lui, cette séquence est à la fois déterminée génétiquement et dépendante de l'activité du sujet sur son
environnement. L'intelligence se construit grâce au processus d’équilibration des structures cognitives, en
réponse aux sollicitations et contraintes de l'environnement. Deux actions y contribuent : l'assimilation et
l’accommodation. L’assimilation est l'action de l'individu sur les objets qui l'entourent, en fonction des
connaissances et aptitudes acquises par le sujet. Mais il y a inversement une action du milieu sur l'organisme,
appelée accommodation, provoquant des ajustements actifs chez ce dernier. On appelle « constructivisme » cette
approche basée sur l'interaction sujet-environnement.
Une limite du béhaviorisme est de considérer l’homme comme un organisme biologique, sans
prendre en compte sa dimension historique et sociale. Selon les théories de Vygotski, l’acte
d’apprentissage repose sur une relation interactionniste forgée par l’activité de l’apprenant
dans un environnement social déterminé5. Sur le plan des applications informatiques, cela se
traduit par l’émergence à la fin des années 1970 de ce que Papert appelle les micromondes
[Pap87] : l’ordinateur n’est plus considéré comme une machine à programmer l’apprenant,
mais plutôt un moyen d’expression contrôlé par l’apprenant, par lequel celui-ci formule des
hypothèses et les met à l’épreuve. On parle alors d’apprentissage par la programmation6, ou
par la simulation s’appuyant sur des techniques hypermédias [Gib93]. Le développement de
cette idée mène aux environnement ouverts d’apprentissage, où l’apprenant dispose d’une
panoplie d’outils7 dans sa démarche d’apprentissage par la découverte. Les quelques
expérimentations de formation en milieu industriel, que ce soient celles de Martial Vivet en
France [Viv00] ou celles de G. Fisher en Amérique [Fis88], ont pu montrer les potentialités
éducatives de tels environnements. Les résultats obtenus ont certes été encourageants, mais
ont également montré les limites des environnements ouverts d’apprentissage : il est
indispensable de fournir à l’apprenant un soutien constant et de bonne qualité dans son
parcours exploratoire. En effet, les risques d’utilisation inefficace, voire inappropriée, sont
inhérents à un système trop ouvert, c’est-à-dire sans « garde-fou ».
L’autre école de pensée, qui s’intéresse à la conception de tuteurs automatisés, va trouver un
support technologique avec le domaine de l’Intelligence Artificielle. L’enjeu des EIAO8 est de
concevoir un programme informatique capable de se substituer efficacement à un
enseignement effectué par un tuteur humain. C’est l’émergence des tuteurs intelligents, dont
les composantes ont été définies dès 1973 par Hartley et Sleeman [Har73] : connaissance du
domaine (expertise), connaissance de la personne à laquelle s’adresse l’enseignement (modèle
de l’apprenant), connaissance des stratégies d’enseignement (modèle pédagogique), et la
5
Contemporain de Piaget, Vygotski (1896-1934) insiste surtout sur la composante sociale de l’apprentissage.
Pour lui, la direction de nos pensées et de notre conscience « va du social à l’individuel » : il considère que
chaque fonction supérieure apparaît deux fois au cours du développement de l'enfant : tout d'abord dans une
activité collective soutenue par l'adulte et le groupe social (forme extérieure, matérialisée) ; dans un deuxième
temps, lors d'une activité individuelle (forme intérieure, psychique). Elle devient alors une propriété intériorisée.
6
Citons ici le langage LOGO [Viv82], le premier et le plus célèbre des micromondes. Sa tortue, pilotée par
l’apprenant, constitue le moteur ludique de l’apprentissage.
7
Deux grandes classes sont identifiées : les outils d’expression et les outils d’exploration.
8
Dans les années 1980, acronyme pour « Enseignement Intelligemment Assisté par Ordinateur », rebaptisé
« Environnements Interactifs d’Apprentissage avec Ordinateur » en 1991 par Baron en 1991 (Deuxièmes
journées EIAO de Cachan, Editions ENS de Cachan, p.7-8).
Page 22
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
façon de mettre en relation ces stratégies avec l’apprenant (interface). Là encore des
applications industrielles voient le jour, parfois très complètes, comme le développement du
dispositif de formation CECIL9 sur les unités de cuisson en cimenterie [Pre92], [Ben91],
[Ahm92] qui utilise les tuteurs intelligents pour une personnalisation des trajectoires de
formation. Ce courant est toujours d’actualité, particulièrement sous l’appellation anglaise
ITS (Intelligent Tutoring System), avec l’actuel développement des agents pédagogiques
[FMA97], [JRL00]. Force est de constater que la réalisation de tels tuteurs aux objectifs si
ambitieux s’avère difficile, et aujourd’hui encore incomplète. Pour reprendre l’expression de
Michel Alberganti [Alb00], l’ère des « professeurs en silicium » est encore dans un horizon
lointain, du moins en ce qui concerne la formation en entreprise.
Au début des années 1990, la généralisation de la technologie des hypertextes10, et par
extension des hypermédias11, donne un souffle nouveau à l’organisation des documents, et
dans le cas de l’apprentissage à la structuration des contenus. Ici, le contrôle est entièrement
donné à l’apprenant quant à sa navigation dans ce que l’on pourrait appeler « l’espace
documentaire ». Si les outils hypertextes ne sont pas prioritairement orientés vers l’éducation,
les activités qu’ils permettent ou induisent renferment un fort potentiel éducatif ; ce sont,
comme le suggère Mayes [May93], des outils cognitifs pédagogiques en puissance. Mais on
retrouve ici les mêmes limites rencontrées avec l’usage des micromondes : l’hypertexte offre
[…] une structuration certes ouverte mais sans repère ; il ne permet pas un transfert
d’information efficace et ne remplit plus sa mission pédagogique de construction de
connaissances. [Qua96].
Le risque de « picorage »12 est une des difficultés profondes auxquelles sont confrontés les
concepteurs d’applications hypertextes à but éducatif ; on retrouve ici l’inconvénient des
systèmes ouverts évoqués précédemment.
I.2.2
Le contexte actuel
Le progrès technologique pour ces dix dernières années s'est caractérisé par deux grands
axes : la capacité de stockage des données d'une part, et la vitesse de calcul des processeurs
d'autre part. Mais ces deux aspects ne sauraient constituer une révolution technologique, sans
une troisième dimension, qui en donne la pleine signification : la communication des
machines en réseau. L’évolution actuelle des technologies éducatives s’articule ainsi autour
de deux paradigmes : la « multi »-dimension et l’interaction « à distance » ; c’est le domaine
du e-learning.
Si les dispositifs de formation ont toujours été multi-médias (ne serait-ce que par l’adjonction
de la parole à un texte écrit au tableau), l’intégration informatique de texte, image, vidéo et
sons ravive la question de la pertinence de complémentarité entre ces médias.
9
CECIL est le didacticiel cimentier issu de l’expérimentation en situation d’usage de TUTORIN, gestionnaire
d’apprentissage destiné à un public industriel, développé par le laboratoire GRACIMP.
10
Dispositif informatisé permettant l’interconnexion de documents de types variés, par l’intermédiaire de
mécanismes associatifs, sans nécessairement de modèle hiérarchique.
11
On emploie ce terme pour désigner un hypertexte dans lequel les nœuds ne sont pas forcément textuels.
12
Ce terme employé par Quarteroni rejoint celui de « butinage », employé par les québécois pour décrire une
activité exploratoire et non structurée sur le réseau INTERNET.
Page 23
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
La multi-modalité est également un axe de développement actuel dans le domaine de
l’Interface Homme-Machine (IHM), et donc dans des applications éducatives. Il s’agit de
prendre en compte toutes les modalités sensorielles humaines ; c’est l’enjeu de la réalité
virtuelle, probablement le média de demain pour l’apprentissage.
Enfin, la dimension multi-utilisateur et l’interaction à distance prennent toute leur
signification avec le développement des réseaux informatiques, et en première ligne
INTERNET. On a ici l’opportunité de redonner à l’apprentissage informatisé un caractère
social, avec les processus de coopération.
I.2.3
Quelles applications à la formation industrielle ?
Si on assiste aujourd’hui à une appropriation forte des STIC par les entreprises dans leurs
dispositifs de formation, ce phénomène semble très récent. Les systèmes EAO ont été
construits en laboratoire, avec une mise en application industrielle parcellaire. En ce qui
concerne les micromondes appliqués en entreprise, citons plus en détail le stage conçu par
Martial Vivet en 1984 chez Renault. S’adressant à un groupe représentatif de certaines
fonctions de l’entreprise13, il avait pour objectif, par le biais du langage LOGO, d’élargir leur
« culture » informatique, d’amener à la compréhension « d’un certain nombre de mécanismes
de base et de contraintes liés à la programmation » [Viv00]. Si l’expérience a apporté des
résultats encourageants, ce n’était qu’un coup d’essai14. Basé sur les tuteurs intelligents, le
didacticiel CECIL a été développé par le groupe Lafarge ; il représente 60 heures
d’apprentissage interactif. Son accueil très favorable sur tous les sites de production a amené
une diffusion mondiale du produit (disponible en 10 langues), ce qui constitue une
remarquable exception dans le domaine. En revanche, les applications hypertextuelles, de par
leur relative facilité de conception, se sont mieux développées. Dans un rapport de recherche
en 1992, Brigitte de la Passardière et Yvette Fischer présentent les applications de
l’hypermédia comme outil d’apprentissage. S’il est précisé que l’utilisation de cet outil « fait
l’objet de nombreuses recherches, elle donne aussi lieu à de nombreuses réalisations »
[Pas92]. Des exemples dans le contexte de la formation professionnelle sont donnés, avec des
outils de simulation chez Matra-Espace, des vidéodisques interactifs 15 pour la formation aux
procédés industriels au Centre des Métaux Non Ferreux, etc. Les modalités de formation à
distance sur Internet sont celles qui se sont récemment le mieux développées en entreprise.
On peut citer quelques réussites d’envergure, comme la mise en place d’une autoformation en
ligne aux métiers et aux processus de travail concernant 6500 salariés chez GIAT Industries
par son école professionnelle, l’ECIT [Algora00], le projet allemand de formation en réseau à
la Qualité Totale (Total Quality Management, TQM) fondé en 1994 par le ministère fédéral
du travail et des affaires sociales, à destination des petites et moyennes entreprises qui
cherchent à innover [Algora99], ou encore le partenariat en 1997 des grandes entreprises
françaises EDF, GDF, France Télécom et Renault dans le cadre d’un projet commun de télétutorat [Cas98].
D’une manière générale, on peut considérer que l’entreprise est « acheteuse » de solutions
technologiques dans la formation à une triple condition. La première concerne bien sûr le
13
Services administratifs, maintenance et entretien, conducteurs d’ateliers automatisés et encadrement.
Martial Vivet rapporte d’ailleurs qu’il n’a pu renouveler l’expérience, suite au départ du Directeur du site du
Mans de Renault, avec qui il avait noué des relations de collaboration.
15
Le vidéodisque était employé à la même époque chez Thomson Tubes Electroniques pour ses premières
formations multimédias.
14
Page 24
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
facteur économique. L’entreprise ne souhaite pas engager des coûts dans une technologie qui
ne saurait lui apporter un retour sur investissement mesurable et conséquent. La deuxième
interdit la conception d’un dispositif de formation extrêmement complexe, à la fois au niveau
de l’utilisation et de l’évolutivité. La troisième impose la pleine intégration des besoins
spécifiques de l’entreprise dès la phase de conception du dispositif de formation ; en d’autres
termes qu’il ne soit pas issu d’une conception « in vitro » (en laboratoire), mais « in vivo »
(dans le milieu professionnel). C’est en identifiant les acteurs de la formation en entreprise et
en identifiant leurs besoins respectifs que l’on pourra seulement tenter d’y répondre.
I.3
Les acteurs de la formation et leurs besoins
Dans la définition d’un dispositif de formation en entreprise, l’écueil est de se baser sur des
spécifications technologiques ou organisationnelles (la durée de la formation, les moyens mis
à disposition, les méthodes pédagogiques, etc). Or, ces éléments ne sont que des moyens pour
répondre à la finalité d’un tel dispositif. Nous proposons de recentrer la démarche de
conception sur les acteurs humains de la formation.
On a souvent tendance à réduire une action de formation au bipôle formateur – apprenant.
Pourtant, dans un contexte industriel, on peut identifier cinq acteurs aux besoins contrastés :
l’apprenant, le formateur, l’auteur des supports, l’expert du domaine et le manager. Cette liste
n’est pas exhaustive ; les membres de l’équipe de conception/réalisation16 d’une formation ont
volontairement été rassemblés sous l’appellation « auteur ». Dans la suite de cet exposé, nous
allons décrire chacun des cinq acteurs retenus à travers leurs besoins spécifiques, que nous
noterons selon la double indexation :
-
I.3.1
Bap, Bfo, Bau, Bex et Bma pour les besoins apprenant, formateur, expert, auteur et
manager,
Bxxi pour le besoin i de l’acteur xx.
Une typologie des besoins
Sur un exemple de la vie courante, illustrons les multiples faces cachées d’un besoin. Un
homme entre dans un bar qu’il fréquente souvent, et s’adresse au patron, en commandant
« Un café, s’il vous plaît. ». On peut y voir là sa déclaration de besoin, mais elle est bien plus
complexe que cela. Etant donné le contexte, notre homme veut en réalité :
-
un café (c’est le besoin exprimé),
chaud, dans une petite tasse (c’est le café par défaut, contrairement au « café
frappé » ou au « grand café »),
avec un sucre, une soucoupe, une tasse et une petite cuillère propres (c’est la
norme),
avec un second sucre (c’est son goût),
16
Par exemple le cogniticien (pratique la maïeutique pour aider l’expert à exprimer et formaliser ses
connaissances), le scénariste (expert pédagogique), l’infographiste ou l’informaticien (dans le cas d’une
formation intégrant les STIC).
Page 25
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
-
avec un carré de chocolat à côté (c’est la pratique dans ce bar, il la connaît et il
l’apprécie beaucoup).
Le premier besoin est explicite, les deux suivants sont implicites, et les deux derniers sont
latents, c’est-à-dire implicites et hors normes. Tous ces besoins sont d’importance variable ;
notre client sera satisfait avec un seul sucre par exemple, puisqu’il sait qu’il a la possibilité
d’expliciter ce besoin par la suite si nécessaire. Mais il n’en serait peut-être pas de même si un
matin le carré de chocolat disparaissait : cette initiative du patron pourrait lui coûter un
client...
L’exemple du client au bar n’est pas anodin : il montre les conditions de l’expression de
besoin : ce sont celles d’une relation « client – fournisseur » au travers d’une démarche
qualité. Dans une action de formation, les quatre types d’acteur identifiés sont donc tous
clients de cette formation ; l’enjeu est de donner satisfaction à chacun, alors que leurs
besoins sont parfois contradictoires.
Pour généraliser, il convient dans une étude de besoins de prendre en compte ces trois
catégories, et particulièrement les besoins latents. En effet, ces derniers sont à la fois cachés et
inhabituels, donc imprévisibles. Concrètement, une action de formation devra intégrer en
amont pour chacun des acteurs un dispositif de recueil des besoins cachés pour les
expliciter et y apporter une réponse. Le fait de donner une réponse négative à un besoin reste
moins préjudiciable que d’ignorer ce besoin, à condition là encore d’apporter explicitement la
réponse, selon des conditions connues de tous les acteurs.
I.3.2
Le point de vue de l’apprenant
Nous désignons par apprenant celui qui s’engage dans un processus d’apprentissage. Ces
dernières années, on assiste à un recentrage des dispositifs de formation autour de
l’apprenant ; ceci devrait en toute logique impliquer que seuls ses besoins importent, en
d’autres termes qu’il est le seul client de l’action de formation. Si cette hypothèse semble
encore valable dans des environnements éducatifs publics, le domaine privé doit quant à lui
faire face à des enjeux économiques qui sous-tendent son activité. En explicitant en premier
lieu les besoins de l’apprenant, nous voulons montrer qu’il reste le premier client de la
formation.
I.3.2.1 L’apprenant adulte
Le contexte de notre recherche suppose des apprenants adultes, c’est-à-dire ayant une
personnalité déjà formée, une conscience de leur insertion sociale, leur situation, leurs
potentialités et leurs aspirations. En un mot, on parle de personnes « responsables » dans leur
milieu de travail. Cela signifie que l’apprenant adulte [Ost99], [Muc88] :
-
préfère apprendre ce qui est relevant de son domaine d’activité, à partir de
situations réelles,
contrôle son apprentissage avec sa responsabilité d’adulte,
privilégie un environnement de formation qui accommode sa personnalité, son lieu
et ses relations de travail,
oppose une certaine résistance à un « retour à l’école » en terme de pédagogie, en
raison de souvenirs désagréables et la crainte d’être noté, voire sanctionné,
Page 26
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
-
pense que les connaissances théoriques de type universitaires sont très peu utiles
dans la vie professionnelle ; en tout cas qu’elles n’ont aucune valeur si elles ne
sont pas directement (et rapidement) appliquées sur le terrain.
Bien sûr, ces caractéristiques ne résistent pas à l’analyse de toutes les catégories socioprofessionnelles, et seront plus ou moins marquées, mais elles résument globalement le profil
d’un apprenant dans une entreprise industrielle. Notons également que l’adulte, porteur d’un
projet, doit faire face à un certain nombre de freins ou handicaps qui s’accentuent avec
l’âge :
-
la curiosité naturelle de l’enfance s’estompe,
le champ imaginatif illimité et la confiance en soi de l’adolescence s’amenuisent,
la routine se substitue aux motivations, aux aspirations,
la plasticité mentale17 se fige, pour laisser place à un équilibre défensif ; les
résistances au changement se font de plus en plus fortes.
En réponse à ces considérations, des modalités pédagogiques comme l’étude de cas, la mise
en situation semblent plus pertinentes qu’un modèle académique de formation. Ainsi se
déclinent les enjeux d’un dispositif de formation destiné aux adultes :
Bap1 :
Les contenus, ressources et modes pédagogiques du
dispositif de formation doivent être étroitement liés à
l’environnement professionnel de l’apprenant.
Bfo1 :
La relation pédagogique durant l’action de formation
doit faire en sorte de surmonter les freins structurels à
l’apprentissage chez l’adulte.
I.3.2.2 La motivation d’apprendre
La motivation intrinsèque de l’apprenant est souvent citée comme condition sine qua non de
l’apprentissage. Pour l’apprenant, il s’agit d’avoir identifié des « raisons d’apprendre ». En
toute rigueur, le contexte de notre étude nous préserve d’une situation où l’apprenant n’a pas
identifié ces raisons. En effet, nous avons présenté ci-dessus l’apprenant adulte en entreprise
comme responsable de son projet professionnel, et donc naturellement motivé pour apprendre.
Cependant, les freins présentés au même paragraphe incitent également à discuter des moyens
à mettre en oeuvre pour parvenir à la motivation. Il est en effet possible de se retrouver
confronté au cas de « publics spécifiques sans objectifs spécifiques », signalé par Lehmann
(1993 : chap. 2). Dans ce type de contexte, « les besoins n’existant pas réellement », cet
auteur propose deux solutions : « créer le besoin » ou « jouer sur la motivation ».
I.3.2.2.1
Créer le besoin
Le formateur a la possibilité de créer le désir d’apprendre, par l’intermédiaire d’une
pédagogie de la motivation. Son rôle sera alors « d’appâter » l’apprenant, de créer ce
déséquilibre entre ce qu’il possède et ce qu’il n’a pas. On peut y trouver là, comme l’énonce
Perrin :
17
Reuven Feuerstein parle de la « modifiabilité cognitive » [FEU98] ; nous reviendrons sur cette notion dans le
chapitre sur la médiation dans le processus d’apprentissage.
Page 27
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
[…] la plus grande partie de l’activité du formateur […] : créer du manque, installer de
l’écart, produire du vide à partir du plein, de manière à ce que les apprenants soient mis
devant la nécessité […] de combler ces manques, réduire ces écarts, remplir ces vides
[Per99].
On se situerait alors dans une vision théorique de la motivation18, selon laquelle il faut créer,
pour provoquer celle-ci, un déséquilibre entre une situation perçue comme non satisfaisante et
une situation perçue comme satisfaisante. En d’autres termes, il faut provoquer le désir du
changement (l’idéal étant de ne pas avoir à le provoquer).
Bfo3 :
I.3.2.2.2
Le formateur doit pouvoir intervenir dans un contexte où
l’apprenant est client de son action, à travers sa
démarche volontariste d’apprendre.
Jouer sur la motivation
Lorsque Lehmann évoque cette option, nous comprenons qu’il est nécessaire de savoir
prendre en compte les multiples facettes mises en jeu par l’homme en situation
d’apprentissage. On peut les énumérer ainsi [Akk96] :
-
-
18
l’homme multisensoriel possède de multiples canaux de perception et de
représentation de son environnement et de ses connaissances,
l’homme acteur désire prendre pleinement part à son apprentissage, sans avoir à
le « subir »,
l’homme émotionnel trouve un renforcement (positif ou négatif) à sa motivation
par l’intermédiaire de ses sentiments et de leur évolution,
l’homme connaissant est naturellement curieux ; il est friand de nouveauté et
cherche systématiquement à comprendre les explications d’un phénomène qu’il
côtoie,
l’homme social s’épanouit par la communication avec ses pairs, s’enrichit de ces
échanges ; il supporte difficilement l’isolement,
l’homme joueur est réceptif à l’aspect ludique que peut revêtir son apprentissage.
Cf. Nuttin, J. (1984) Théorie de la motivation humaine, PUF, cité par Raynal et Rieunier, 1997 (p.238).
Page 28
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
L'HOMME
L'HOMME
MULTISENSORIEL
MULTISENSORIEL
L'HOMME
L'HOMME
ACTEUR
ACTEUR
L'HOMME
L'HOMME
JOUEUR
JOUEUR
L'HOMME
APPRENANT
L'HOMME
L'HOMME
EMOTIONNEL
EMOTIONNEL
L'HOMME
L'HOMME
SOCIAL
SOCIAL
L'HOMME
L'HOMME
CONNAISSANT
CONNAISSANT
Figure 2. Les facettes de l’homme apprenant
Si ces facettes ne sont pas consciemment intégrées par l’apprenant, elles n’en restent pas
moins liées à ses attentes les plus profondes. À cette partie inconsciente des besoins s’ajoute
naturellement les attentes exprimées par l’apprenant, qu’il convient de formaliser avec lui. Au
plus un dispositif de formation saura intégrer d’attentes (conscientes) et de facettes
(inconscientes), au plus la motivation de l’apprenant sera renforcée.
Bap2 :
I.3.2.2.3
L’apprenant doit pouvoir exprimer ses attentes vis-à-vis
de sa formation, et retrouver par la suite la réponse à
l’ensemble de ses besoins, exprimés ou non.
Le rôle de la motivation
Nous proposons de résumer le mécanisme de la motivation par la figure suivante. Le
rationnel d’une part, qu’il concerne des projets personnel ou professionnel, et l’affectif
d’autre part alimentent la motivation, nécessaire au processus d’apprentissage. Le « trépied de
la motivation » ainsi constitué reste fragile ; « on ne fait pas boire un âne... qui n’est pas
motivé »19. Y aurait-il un déséquilibre naturel, penchant vers l’amotivation ? Certes non, mais
la motivation, de même que la confiance, ne se décrète pas, elle s’entretient. Si la pédagogie
de la motivation est un moyen de créer le désir, les orientations intrinsèques du dispositif de
formation tournées vers les dimensions multiples de l’homme apprenant constituent le moteur
de ce désir. Elles apporteront à l’apprenant l’énergie indispensable à l’acte d’apprentissage.
Bap3 :
19
L’apprenant doit pouvoir trouver naturellement du désir
ou de l’intérêt vis-à-vis de la formation, de manière à
rester motivé dans la conduite de son apprentissage.
J. Cureau, dans le numéro spécial des Langues modernes consacré au thème de la motivation [Cur85].
Page 29
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
Apprentissage
Apprentissage
Énergie
nécessaire
pour
MOTIVATION
Affectif
Affectif
Rationnel
Rationnel
• Désir, plaisir
• Intérêt personnel
• Pédagogie de la motivation
• Projet professionnel
• Homme multi-facettes
Figure 3. Les conditions et le rôle de la motivation dans l’apprentissage
I.3.2.3 L’encadrement adapté
Lorsqu’on parle de « ressources pédagogiques », de « suivi de l’apprenant », ou bien de
« relation pédagogique », c’est l’importance de l’encadrement au sein d’un apprentissage (et
donc du point de vue de l’apprenant) qui est révélé. On distingue deux types de ressources :
les ressources humaines et les ressources matérielles. Elles ne sont pas seules garantes de la
qualité d’une formation ; c’est l’usage que l’on en fait qui le décidera.
I.3.2.3.1
Ressources humaines
L’apprentissage est un acte social ; si on s’accorde à penser qu’un dispositif de formation doit
être centré sur l’apprenant, l’acte d’apprendre ne doit pas pour autant être considéré comme
un processus interne et autonome. Il résulte toujours d’un échange au sein de ce que Daniel
Cornerotte [Cor00] appelle l’« espace pédagogique ». Ainsi,
[…] apprendre ne se fait jamais « dans le silence du monde » (Camus). [...] On ne peut
apprendre seul mais en interactivité.
I.3.2.3.2
Ressources matérielles
Si l’apprenant doit être accompagné humainement, il doit aussi l’être matériellement.
Monique Linard s’interroge sur l’organisation à donner à cette instrumentation du parcours de
formation [Lin90] :
- Au niveau global des dispositifs de formation : comment mettre utilement à [la]
disposition de l’apprenant les diverses ressources disponibles, les siennes, celles de son
Page 30
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
environnement humain (enseignants et pairs) et celles des TIC et comment les répartir de
façon appropriée aux divers moments du parcours d’action et l’apprentissage?
- Au niveau local des outils et des interfaces : comment concevoir des logiciels qui, sans
harasser ni abandonner à lui-même l’utilisateur-apprenant, l’aident à [résoudre] autant
que possible par ses propres moyens, les difficultés cognitives et socioaffectives
rencontrées ?
Ces questions pertinentes définissent de nouveaux besoins pour l’apprenant, à la fois sur la
présence de ressources, leur utilité et leur facilité d’utilisation :
Bap4 :
L’apprenant doit disposer de toutes les ressources
nécessaires (matérielles, documentaires et tutorales) à son
accompagnement durant l’apprentissage.
Bap5 :
Il doit pouvoir utiliser ces ressources de manière
intuitive, i. e. sans démarche initiatique.
I.3.2.4 L’atteinte des objectifs
Toute action de formation s’inscrit dans une perspective de changement pour l’apprenant,
traduit par la définition d’objectifs. Selon le type de formation, les résultats attendus peuvent
être de 4 niveaux :
-
-
-
apport d’informations sur un domaine, lorsque la formation n’est qu’une
présentation, c’est-à-dire lorsque le public (et non plus l’apprenant) ne fait
qu’écouter ou observer passivement20,
élargissement du champ de connaissances de l’apprenant, s’il s’agit d’une
formation universitaire, ou bien en entreprise lorsqu’elle destinée à élargir
l’employabilité (formation diplômante),
acquisition de compétences chez l’apprenant, si la formation porte concrètement
sur l’environnement direct de travail,
modification de la structure mentale de l’apprenant, s’il s’agit d’une formation de
développement personnel21.
Dans chacune de ces catégories, il est nécessaire de pratiquer tout au long de la formation une
évaluation du « chemin parcouru » dans la trajectoire, ceci permettant à la fois pour
l’apprenant et le formateur de se situer par rapport aux objectifs fixés initialement (en effet,
les objectifs sont « pédagogiques », et s’adressent également au formateur). Des questions
comme « ai-je progressé ? », « me suis-je enrichi ? » sont motivantes pour l’apprenant ; elles
le sont aussi pour le formateur, qui apprécie là le résultat de son travail.
20
Au Royaume-Uni, l’Institut of IT Training refuse de donner son accréditation à un dispositif de formation qui
laisse pour plus de 5% du cours la place aux présentations. A ce propos, Henry Stewart, président exécutif de
Happy Computers (société de e-formation basée à Londres) révèle que « PowerPoint, hors ligne ou en ligne, a
peu de place dans l’apprentissage ou l’e-formation. PowerPoint est intéressant pour faire une présentation, mais
une présentation n’est pas de la formation ».
21
Le Programme d’Enrichissement Instrumental du professeur Reuven Feuerstein en est un très bon exemple ;
nous aurons l’occasion d’y revenir dans la deuxième partie de ce mémoire.
Page 31
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
I.3.3
Bap6 :
L’apprenant doit disposer d’une visualisation claire de
l’évolution de ses compétences durant l’avancement de
son apprentissage.
Bfo2 :
Afin de réaliser un juste accompagnement de l’apprenant
dans sa progression, le formateur souhaite disposer
d’outils de suivi de la formation.
Le point de vue du formateur
Professeur, enseignant, formateur, tuteur, pédagogue… Bien des termes semblent définir
l’action d’accompagnement de l’apprenant dans son apprentissage. En réalité, ces mots ne
doivent pas être confondus et mal employés. Le professeur et l’enseignant introduisent
d’emblée un déséquilibre dans la relation pédagogique, puisque ce sont eux qui « détiennent
le savoir », et s’emploient à le divulguer à leurs « élèves », incultes par définition. Le tuteur
vient en ressource dans l’apprentissage ; ce terme, s’il traduit plus la véritable fonction d’aide
nécessaire à proposer à l’apprenant, masque d’une part son rôle pédagogique, et reste trop
impersonnel pour désigner une personne physique22. A l’inverse, le pédagogue n’évoque que
l’aspect d’accompagnement pédagogique (et bien souvent ce terme désigne l’expertise
pédagogique), sans pour autant montrer la fonction savante du formateur. Ainsi, le pédagogue
pourrait être celui qui sait comment expliquer des choses, sans savoir lesquelles ; comme le
rappelle Joseph Rézeau [Rez01] le modèle du pédagogue fait référence au sens historique de
ce mot, à l’esclave grec qui accompagnait à l’école les enfants de son maître. Le terme de
formateur nous semble plus approprié, car :
-
-
il ne véhicule pas nécessairement l’idée de transvasement de connaissance dans la
relation pédagogique (contrairement à « enseignant » ou « professeur ») ; le
formateur, au même titre que l’apprenant, est un acteur de l’action de formation,
il ne se limite pas à la seule fonction d’expertise ; le formateur n’est pas forcément
un pédagogue (au sens d’expert), ni forcément un savant,
il ne souffre pas d’ambiguïté quant à la personne qu’il désigne (l’ordinateur ne
saurait être pleinement considéré comme un « formateur ») ; ce métier est
clairement défini et reconnu en entreprise.
Pour Philippe Meirieu, le formateur est celui qui « met en place des stimulations, propose des
expériences que le sujet pourra traiter, intégrer ou, au contraire, auxquelles il restera
étranger » [Mer87]. Le succès de l’action du formateur est lié à son rôle et à la relation
pédagogique qu’il tisse avec l’apprenant, que nous nommons médiation.
I.3.3.1 Qu’est-ce que la médiation ?
L’idée d’intermédiaire dans la relation pédagogique n’est pas nouvelle. Mais qu’entend-on
par « médiation» ? Qu’est-ce que la « médiation pédagogique » ?
Parmi les définitions du terme proposées par le dictionnaire (Le Petit Larousse 2002),
retenons (i) une « entremise destinée à amener un accord ; arbitrage », (ii) une « procédure de
22
N’a-t-on pas nommé « tuteurs intelligents » les dispositifs de formation du domaine de l’EIAO ? Les tuteurs
« humains » (la précision est nécessaire) ne seraient-ils pas « intelligents » ?
Page 32
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
règlement des conflits qui consiste dans l’interposition d’une tierce personne (le médiateur)
chargée de proposer une solution de conciliation aux parties en litige », et (iii) l’« articulation
entre deux êtres ou deux termes au sein d’un processus dialectique ou dans un
raisonnement ». Quelle dimension pédagogique faut-il retirer des ces 3 définitions ? Peut-on
parler de « médiation pédagogique », et comment la caractériser ? Selon nous :
-
-
-
elle favorise la « négociation » dans un conflit, en donnant du sens et en créant
des liens, à l’image de ce que peut vivre l’apprenant dans sa relation difficile au
savoir ;
elle a une fonction de communication et une vocation à établir ou rétablir des
relations que ce soient des relation mentales qui vont entraîner de nouveaux
savoirs, de nouveaux éclairages, de nouveaux liens métaphoriques, voire de
nouveaux comportements ;
elle ne peut trouver sa pleine dimension qu’à travers un médiateur, qui idéalement
n’est pas « partie prenante » dans l’évaluation de l’apprentissage ; on parle
d’intermédiaire, de facilitateur.
Notons que le médiateur n’est pas nécessairement le formateur ; dans une situation
d’apprentissage en groupe, il y a potentiellement autant de médiateurs que d’apprenants.
Notre définition de la médiation pédagogique rejoint celle de Guy Avanzini [Ava96] :
Dans le registre de l’éducation, ce concept désigne l’entreprise de celui qui aménage et
facilite la mise en rapport de la culture avec un sujet qui a, jusqu’alors, échoué à
l’assimiler et à la situation duquel on cherche à remédier (re-médier). [La médiation] est
indispensable à l’activité d’apprentissage.
Les travaux de Vygotski et de Bruner ont principalement contribué à établir la médiation
comme facteur décisif du développement cognitif de l’enfant. Vygotski définit une « zone
prochaine de développement »23 (ZPD), qui met en évidence l’importance de la médiation du
maître, de la collaboration avec l’adulte [Vyg97] :
Cette disparité entre l’âge mental, ou niveau présent de développement, qui est déterminé à l’aide
des problèmes résolus de manière autonome, et le niveau qu’atteint l’enfant lorsqu’il résout des
problèmes non plus tout seul mais en collaboration détermine précisément la zone prochaine de
développement.
Après Vygotski, Jerome Bruner, théoricien de l’apprentissage par la découverte, a développé
le concept de médiation sous diverses appellations, dont le tutorat et l’étayage (scaffolding),
qu’il définit ainsi [Bru87] :
[Le Scaffolding] se réfère aux étapes nécessaires pour réduire les degrés de liberté dans
l’accomplissement d’une tâche difficile de telle manière que l’enfant puisse se concentrer sur son
acquisition.
Il ne faut pas voir cette réduction des degrés de liberté comme une atteinte à la liberté de
l’apprenant, mais plutôt comme une canalisation de la difficulté, un guide vers la
compréhension. Vygotski et Bruner s’accordent à reconnaître l’existence nécessaire d’une
zone « de décalage » entre la résolution d’un problème ou l’acquisition d’un savoir-faire par
l’enfant seul, et le succès du même type d’opération, mais à un niveau plus avancé, en
collaboration avec quelqu’un.
23
Souvent traduite par « zone de développement proximal ».
Page 33
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
I.3.3.2 Le formateur est un médiateur
Giordan définissait ainsi la pédagogie magistrale :
Apprendre semble ici comme le résultat d’empreintes que des stimulations sensorielles
laisseraient dans l’esprit de l’étudiant à la manière de la lumière sur une pellicule
photographique (cité par [Cor00]).
Il est évident que dans bien des cas de formation au poste de travail en milieu industriel, cette
vision des choses est beaucoup trop optimiste et mémorielle. De cette relation frontale24 avec
l’enseignant, l’apprenant ne peut espérer une formation, mais tout au plus une présentation.
Du côté du formateur, s’il apparaît qu’il considère souvent comme noble sa fonction de
transmettre des connaissances, cela ne signifie pas pour autant qu’il souhaite passer son temps
à exposer ses connaissances. Dans une formation utilisant les STIC, il a l’opportunité de
déléguer cette tâche à l’ordinateur, et se recentrer sur son rôle d’animateur, de médiateur nous
dit Emmanuelle Annoot [Ann96], entre l’apprenant et le produit pédagogique. Le formateur,
dans un tel contexte d’autoformation, reste indispensable à plusieurs titres :
-
il donne du sens à la formation, en liaison avec les expériences antérieures de
l’apprenant,
il soutient la motivation de l’apprenant,
il participe à l’élargissement de l’autonomie de l’apprenant dans son apprentissage.
D’autre part, les supports pédagogiques, qu’ils soient numériques ou non, seront préférables
au seul discours du formateur ; ils ont pour eux la répétabilité, voire l’exhaustivité, la
multiplicité des points de vue. Le formateur apporte le dialogue, l’interactivité qui rendent
chaque formation unique, puisque chaque apprenant est unique.
Bfo4 :
Le rôle du formateur est moins d’exposer ses
connaissances que de les mettre en scène, les mettre en
question, en provoquer une discussion ; en un mot, être le
médiateur entre l’objet d’apprentissage et l’apprenant.
I.3.3.3 Adapter la relation pédagogique
À d’anciens travaux cherchant à mettre en évidence des « invariants d’apprentissage », certes
pertinents mais incomplètement révélateurs de la relation pédagogique, on oppose aujourd’hui
une recherche sur les stratégies individuelles d’apprentissage. Il est ainsi un lieu commun de
dire aujourd’hui « qu’il existe des ‘stratégies cognitives’ spontanées, extrêmement différentes
selon les individus, qu’elles soient perceptives, conceptuelles ou psychologiques »25. Le
formateur doit idéalement pratiquer une pédagogie personnalisée (« différenciée » selon
Philippe Mérieu), s’adaptant au profil cognitif de l’apprenant. Ainsi Mérieu écrit-il que « la
pédagogie différenciée n’est pas un nouveau système pédagogique dont la mode pourrait
n’être que passagère : toute pédagogie qui a réussi a été différenciée, c’est-à-dire adaptée aux
individus à qui elle était proposée » [Mer87].
Nous parlerons d’une pédagogie individualisée ; ainsi la présentent Le Boterf, Barzucchetti
et Vincent [LBV92] :
24
25
Cette pédagogie est d’ailleurs également nommée « frontale »…
Monique Linard, « Des machines et des hommes, Apprendre avec les nouvelles technologies » (1996), p.130.
Page 34
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
Un des moyens pour augmenter la motivation et le plaisir d’apprendre consiste à
permettre un accès direct au savoir. C’est ce qu’on appelle une formation individualisée.
Dans ce type de formation, le formateur quitte son rôle de « diffuseur de savoir » ; il est un
guide, un conseiller pour l’apprenant. Mais comme l’indiquent les mêmes auteurs, ce n’est
pas parce qu’il y a accès direct au savoir « qu’il y a forcément prise en compte par le
formateur des attentes de la personne ou de son mode d’apprentissage ». C’est ici que l’on
peut définir une véritable personnalisation de la formation, comme le fait André Voisin dans
[Voi96] :
Les objectifs, attentes et motivations (a), les connaissances et compétences déjà détenues
(b), les rythmes et modes propres d’apprentissage (c) doivent être pris en compte de
manière personnalisée, et non seulement individualisée. La personnalisation du niveau
(b) est de l’ordre de la construction des parcours de formation, celle du niveau (c) est de
l’ordre de la méthode pédagogique, celle du niveau (a) relève d’une ingénierie de
formation (formation « sur mesure ») […].
De ces trois niveaux de personnalisation (a), (b) et (c) il serait imprudent de donner une stricte
hiérarchie. Nous considérons intuitivement que l’ordre (voulu ?) établi par l’auteur est celui
des priorités à respecter dans une pratique de la personnalisation d’une formation.
Bfo5 :
I.3.4
Le formateur doit avoir l’opportunité de pratiquer une
pédagogie individualisée afin de répondre aux spécificités
de l’apprenant.
Les points de vue de l’expert et de l’auteur
Nous avons choisi de regrouper l’expert et l’auteur de la formation car leurs besoins se
rejoignent particulièrement, l’un en tant que concepteur des contenus, l’autre en tant que
concepteur des supports. Ces deux acteurs sont d’ailleurs souvent physiquement (con)fondus
dans le rôle du formateur, notamment dans le système éducatif public26. En entreprise, la
situation est différente ; l’expert du domaine n’a pas nécessairement les compétences du
formateur, encore moins celles de l’auteur dans le cas d’une formation sur support
multimédia. Son rôle se recentre alors sur les contenus ; il doit les concevoir, en assurer la
maintenance dans le temps, en tenant compte de l’usage qui en sera fait. Il en va de même
pour l’auteur, qui conçoit et assure, lui, la maintenance des supports, en collaboration avec
l’expert.
I.3.4.1 La conception des supports et des contenus
D’une manière générale, on peut considérer à juste titre que l’expert d’une formation apporte
le plus grand soin à la conception de ses contenus. Il n’y aurait ainsi pas de contrainte
particulière de temps pour cet acteur. Mais la réalité du milieu industriel est tout autre : sa
fonction d’expertise ne le dispense pas, loin de là, de participer activement à la vie des ateliers
de production. En tant que « support technique », il est constamment sollicité, et son emploi
du temps s’en trouve fort chargé. Lui donner les moyens de gagner du temps lorsqu’il s’agit
26
Dans ce cadre, le formateur est d’ailleurs nécessairement un « homme-orchestre » : auteur des contenus,
producteur des supports de cours, animateur pédagogique, documentaliste (veille et bibliographie thématique), et
évaluateur.
Page 35
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
de définir le contenu technique d’une formation est un besoin primordial. Rappelons qu’en
entreprise plus qu’ailleurs, le temps c’est de l’argent : tout gain de temps est un gain
économique. C’est aussi vrai pour l’auteur, qui souhaite investir le moins de temps possible
dans la conception de nouveaux supports de formation.
Bex1 (Bau1) : La construction de contenus (supports) de formation ne
doit pas être source de préoccupation pour l’expert
(l’auteur) quant à la mise en forme pédagogique ; elle
devra à sa demande être effectuée en un minimum de
temps.
I.3.4.2 L’usage des supports et des contenus
L’expert, en tant que propriétaire intellectuel de ses contenus, est en charge de la mise à jour
des contenus de formation. Ces contenus étant indissociables des contenants (les supports,
conçus par l’auteur), l’expert peut choisir de déléguer leur mise à jour à l’auteur, ou préférer
assurer lui-même cette tâche. Dans tous les cas, cela implique que les outils de mise à jour
soient d’une part facilement accessibles et disponibles, d’autre part d’utilisation intuitive. Ces
deux facteurs conditionnent l’efficacité du processus de maintenance de la formation, et
parfois même son existence [Duq98]. En effet, l’expérience montre que bien des actions de
formation en entreprise, qu’elles soient mises en œuvre par des acteurs internes ou externes,
qu’elles soient sur supports numériques ou traditionnels, ne sont pas « entretenues » dans le
temps (au même titre qu’un jardin), faute de responsable du processus (le propriétaire du
terrain), ou d’outils de maintenance (le jardinier et son outillage).
Bex2 (Bau2) : Afin de mieux s’investir dans son rôle de propriétaire des
contenus (supports) de la formation, l’expert (l’auteur)
souhaite pouvoir les maintenir facilement au cours de
mises à jour successives.
Remarquons également que, dans une démarche qualité d’amélioration continue d’un
dispositif de formation, l’expert doit également avoir l’opportunité de réviser ses contenus à la
lumière de l’usage qu’il en est fait, en particulier dans le cas d’une formation récurrente (une
habilitation à renouveler chaque année par exemple). L’auteur est client d’un tel retour
d’usage pour améliorer la structure de ses supports.
Bex3 (Bau3) : L’expert (l’auteur) souhaite disposer d’un retour d’usage
à long terme des supports de formation afin d’en
améliorer le contenu (la structure).
I.3.5
Le point de vue du manager
Qu’est-ce qu’un manager ? Si le terme vient de l’anglais to manage, diriger, le rôle du
manager doit se comprendre à un sens plus élargi. Pour le Petit Larousse 2002, le manager est
un « spécialiste du management : ensemble de techniques de direction, d’organisation et de
gestion de l’entreprise ». Le manager est donc un décideur, selon des contraintes relatives à
l’environnement de l’entreprise. La formation apparaît à la fois comme un outil
d’organisation et de gestion de l’entreprise, puisqu’elle est étroitement liée avec la gestion des
Page 36
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
compétences ; nous y reviendrons. Serge Barzucchetti et Jean-François Claude nous brossent
le portrait du manager de la formation comme responsable :
[…] d’une réflexion stratégique concernant les ressources humaines (de quels métiers,
compétences, effectifs avons-nous réellement besoin et aurons-nous besoin demain ?), où
cette réflexion est relayée par les différents niveaux de la hiérarchie, où les actions de
formation sont décidées avec chaque chef de service […], où enfin une réelle analyse des
besoins individuels et collectifs a remplacé le fait de cocher aléatoirement des intitulés de
stage dans un catalogue standard de formation. [LBV92]
I.3.5.1 Des formations « à la demande »
De plus en plus, le manager doit faire face à une demande de flexibilité27 de l’outil de
production, sur des postes de travail spécifiques à l’entreprise et à son mode de fabrication.
En terme de formation, cela se traduit par une nécessaire adéquation à maintenir entre la
polyvalence du personnel et ses compétences. En réponse, la formation « à la demande » :
-
prend pleinement en compte dans son discours les spécificités de l’entreprise (un
contenu adapté),
emploie les termes, sigles et modèles habituels de l’entreprise (vocabulaire
adapté),
se dispense, pour plus de cohérence avec le contenu, dans les locaux même de
l’entreprise (une proximité avec le terrain),
est idéalement conçue en collaboration étroite avec les experts du domaine et
animée par des formateurs internes à l’entreprise (un accompagnement et une
expertise locale).
Bma1 :
Le manager de la formation souhaite, dans le cadre de sa
gestion des compétences, une formation « à la demande ».
I.3.5.2 Des formations « juste à temps »
Certes le manager ne doit pas prendre pour habitude de travailler dans l’urgence, mais il n’a
parfois pas même le choix ; la vie de l’entreprise impose une réactivité forte aux évolutions
organisationnelles (un achat d’équipement), économiques (un retard de production à combler)
ou sociales (un congé de longue maladie à gérer) qui la jalonnent.
Dans un tel contexte, on comprend aisément que la mise en place d’une action de formation
(vraisemblablement stratégique dans chacun des trois exemples ci-dessus) doit pouvoir
s’effectuer dans des délais « raisonnables » du point de vue de l’industriel. En clair, cela doit
être fait au plus vite, si ce n’est sur-le-champ. On parle alors de « formation juste à temps » ;
il s’agit d’« acquérir compétence et savoir dans le temps et l’endroit où ils sont nécessaires »
[OCDE96]. Il y a là un recouvrement avec la formation à la demande ; toujours est-il que le
juste à temps, c’est avant tout au moment où le besoin s’en fait sentir. Rappelons que dans le
cas de la formation d’opérateurs à leur poste de travail, les délais à tenir sont courts, et les
besoins parfois imprévisibles à moyen terme.
27
Évolution du poste, compétence face à des aléas (autonomie du salarié face à des situations changeantes).
Page 37
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
Bma2 :
Le manager de la formation souhaite également, dans le
cadre de sa gestion des compétences, une formation
« juste à temps ».
I.3.5.3 Des formations à moindre coût
Il n’y a pas besoin de long discours pour démontrer que les gains économiques soutendent
pleinement l’activité de l’entreprise. Certes en France, la loi oblige les entreprises de plus de
dix salariés à consacrer au moins 1,5% de leur masse salariale à la formation professionnelle.
Mais selon le manager, ce n’est pas une raison pour ne pas appliquer les règles de productivité
et de politique qualité au domaine de la formation. Il est d’ailleurs intéressant de noter qu’au
cours d’une enquête en mars 2001 menée sur la mise en place de la e-formation auprès de
responsables de formation, la réduction des coûts est citée comme premier retour sur
investissement attendu28.
Bma3 :
D’un point de vue managérial, la formation doit pouvoir
apporter le maximum d’efficacité avec le minimum de
ressources, c’est-à-dire au moindre coût.
I.3.5.4 Une mesure des résultats
Dans son bilan de gestion, le manager doit pouvoir justifier du bien-fondé d’une formation
par l’appréciation des résultats qu’elle a engendrés. Pour ce décideur, quels que soient les
objectifs pédagogiques de la formation, ses résultats doivent se chiffrer financièrement. Cela
implique une mesure du résultat à long terme de la formation.
Bma4 :
Le manager souhaite, en tant qu’outil d’aide à la
décision, une mesure fiable et si possible chiffrée des
résultats de la formation sur le long terme.
I.3.5.5 Un enrichissement pour l’entreprise
Le manager est l’acteur qui a la meilleure vision stratégique de l’entreprise. Il sait que, à
travers chaque apprenant, c’est toute l’entreprise qui enrichit ses compétences, selon le
mécanisme de l’arbre des connaissances décrit par Authier et Lévy. Cet arbre représente
l’ensemble des brevets (savoirs élémentaires identifiés et obtenus après certification) de la
communauté ; il pousse et se transforme au fur et à mesure de l’évolution des compétences de
la communauté [Aut93]. La constitution des ces brevets est donc une condition du
développement durable de l’entreprise ; c’est tout l’enjeu de la transmission du savoir faire,
mais également de l’histoire de ce savoir. Pour le manager, écrit Ray Stata29,
28
19% des réponses. Suivent l’efficacité de la formation (18%) et le gain de temps (14%). Enquête réalisée par
l’OFEM de la Chambre de Commerce et d’Industrie de Paris, du 27 février au 15 mars 2001 par téléphone,
auprès de 193 grandes entreprises (1000 salariés ou plus) ou organismes de formation français susceptibles de
pratiquer la e-formation.
29
« Organizational Learning – The Key to Management Innovation » Sloan Management Review, printemps
1989. Cité par David A. Garvin dans [HBR99].
Page 38
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
L’apprentissage de l’organisation se produit grâce à la mise en commun des visions, de
la connaissance et des schémas mentaux [et] se construit sur la connaissance et
l’expérience passée, c’est-à-dire la mémoire.
Bma5 :
Afin de développer l’enrichissement cognitif et les
compétences de l’entreprise, le manager souhaite mettre
en place des outils de conservation et de transmission du
savoir faire des experts.
Ce dernier besoin identifié illustre bien les enjeux d’un dispositif de formation : à travers son
usage, c’est toute l’organisation qu’il faut faire progresser. Cela revient à considérer, comme
l’écrit Pierre Caspar [Cas98], « la formation comme partie prenante des mutations
fondamentales de l’entreprise ». Certes la politique des décideurs joue un rôle déterminant
dans cette démarche, mais nous proposons dans un premier temps de découvrir quels modes
pédagogiques peuvent être mis en regard de cette vision stratégique de la formation.
I.4 Quels modes pédagogiques en réponse ?
Dans un contexte de formation au poste de travail, que peuvent apporter (ou apportent déjà)
les STIC aux différents acteurs de la formation ? C’est en dégageant les apports et les limites
des formations « académiques » d’une part, et des formations aux supports numérisés d’autre
part que nous pourrons dégager des éléments de réponse.
I.4.1
Apports et limites de la formation académique
Après avoir caractérisé ce type de formation, nous en dégagerons les implications
pédagogiques. Ce sont des limitations liées à son manque de souplesse, de modularité : une
présence continue du formateur, une efficacité pédagogique tributaire des compétences du
formateur, une faible activité des apprenants, un cadre limitant la diversification des vecteurs
d’apprentissage, l’opportunité certes d’exploiter la dimension sociale de l’apprentissage, mais
souvent inapplicable dans notre contexte industriel, et une variation du discours pédagogique
parfois préjudiciable.
I.4.1.1 Définition
Le terme « académique » est ici à prendre au sens du respect d’une tradition, voire même
d’une certaine convention. Nous définirons une formation de ce type par les caractéristiques
suivantes :
-
elle utilise comme support des ressources physiques (papier, transparent, objet de
démonstration ou d’expérimentation),
Page 39
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
-
-
elle nécessite la présence continue de formateurs, et relève donc d’une
communication exclusivement synchrone30,
elle a lieu dans une salle de formation dédiée, sans rapport nécessaire avec l’objet
de la formation,
elle utilise une communication unidirectionnelle (du formateur vers sa classe
d’apprenants), omnidirectionnelle (même message pour tous), et parfois
personnalisée (réponse ciblée du formateur à une demande d’un ou plusieurs
apprenants),
elle s’organise en général selon un planning fixe.
C’est typiquement le modèle de l’éducation scolaire (« académique » reprend ici tout son
sens), modèle souvent plaqué à la formation en entreprise sans réelle adaptation à ses
spécificités.
I.4.1.2 Les limites industrielles du modèle présentiel
La présence constante d’un formateur accompagnant la formation se justifie lorsque le
nombre d’apprenants est assez élevé (au moins une dizaine) et qu’ils sont simultanément en
situation d’apprentissage. Les conditions de rentabilité de la mobilisation à plein temps du
formateur seraient alors vérifiées. Ce n’est pas le cas en entreprise, où les besoins de
formation au poste de travail sont ponctuels et parfois imprévus, pour un public restreint
(bien souvent une seule personne). Cette solution n’est donc pas économiquement viable, en
rapport aux coûts d’une formation en face à face et en présentiel, qui plus est pour un seul
apprenant.
Il faut également considérer le cas d’un formateur interne à l’entreprise. Lorsque ce rôle de
formateur sollicité à la demande n’est pas inscrit dans ses missions, les moyens (en temps) ne
lui sont pas donnés pour accomplir à bien cette tâche. Il y a donc une incompatibilité avec sa
propre charge de travail31.
I.4.1.3 Quelle efficacité pédagogique ?
On peut aisément convenir que le formateur, par sa présence et la connaissance qu’il acquiert
des apprenants tout au long de la formation, est à même de pratiquer une pédagogie
adaptative32, donc individualisée. Une relation directe apprenant-formateur reste la meilleure
à ce jour pour que ce dernier ait la possibilité de donner du sens à son discours, et de l’adapter
dynamiquement en fonction des réactions et des interrogations de son public.
Mais, en dehors de son (in)disponibilité signalée plus haut, le formateur a-t-il suivi une
formation pédagogique ? Saura-t-il faire passer les messages essentiels ? Prenons l’exemple
d’un expert technique dans un atelier de production. Le problème du transfert de son savoirfaire se pose, surtout si notre homme approche de la retraite. L’entreprise dispose de
nombreux moyens pour ce faire : compagnonnage avec le remplaçant, interviews semidirigées, production écrite, films en situation d’expertise, etc [Ade01]. Cependant, quel que
soit le mode choisi, il y a une condition sine qua non au bon transfert de savoir de notre
30
Modalités d’échange d’informations en direct (exemples : face à face, téléphone, visioconférence, visiophonie,
audiophonie, etc.).
31
C’est particulièrement le cas lorsqu’il s’agit d’un opérateur habilité à dispenser des formations.
32
Nous entendons par ce terme la faculté de modifier réactivement ou proactivement sa stratégie pédagogique.
Page 40
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
expert : c’est sa faculté à prendre de la distance par rapport à ses connaissances, à trouver les
mots pour les exprimer, à décrire ses raisonnements, à s’adapter au niveau de connaissance de
son public. En un mot : c’est son aptitude de pédagogue qui est la clé.
I.4.1.4 Un frein à l’activité de l’apprenant
Il y a, dans une formation académique, un réel dialogue entre le formateur et les apprenants,
marqué par le caractère synchrone et transparent de leur communication. Mais cette
opportunité reste fragile, car soumise à la réunion de deux conditions clés de succès :
1.
2.
les apprenants doivent être motivés, c’est-à-dire deviennent curieux et aient
envie de dialoguer, de questionner. C’est ce que Philippe Mérieu appelle la
« gestion pédagogique du désir »33 ; nous verrons qu’en entreprise, sans parler de
« désir », on peut raisonnablement mettre en place une contractualisation entre
chacun des acteurs de la formation pour mettre en lumière leurs attentes ;
avoir chez les apprenants la volonté de s’exprimer est sans objet si on ne leur en
donne pas les moyens : il est nécessaire de mettre en oeuvre les conditions pour
qu’ils soient réellement actifs, et si possible, créatifs. L’image d’Épinal de l’élève
qui s’instruit assis sur sa chaise de salle de classe en écoutant son professeur ne
s’est pas encore éloignée ; la sagesse d’autrefois a simplement été remplacée par
la turbulence dans les salles de classe d’aujourd’hui. La formation académique ne
propose pas de canaliser, de mettre à profit ce besoin d’activité des apprenants,
pourtant apparent.
I.4.1.5 La difficulté de diversifier les vecteurs d’apprentissage
S’il devient courant d’utiliser des supports de formation variés (transparents, supports papier,
vidéos, témoignages, objets réels illustratifs, etc) pour diversifier les stimuli, il est en
revanche plus compliqué de les combiner harmonieusement durant l’apprentissage, ne seraitce que d’un point de vue pratique. Quelle source de confusion, combien de temps perdu à
mettre en route un magnétoscope, présenter des commentaires en parallèle sur un transparent,
tout en faisant passer dans le groupe un objet illustratif du cours (que la plupart du temps les
apprenants du fond de la classe ne verront pas) ? Si ces situations sont souhaitables pour
diversifier l’apprentissage, il y est fait recours trop peu souvent, peut être parce qu’elles
s’éloignent du « confort » de l’estrade et du tableau noir. La gestion stricte du temps est ainsi
une des limites du caractère synchrone d’une formation académique ; elle oblige le formateur
à préparer son cours comme une présentation, une conférence où le moindre imprévu (parfois
même une question dans l’assistance) serait considéré comme un obstacle à l’énoncé du
discours.
I.4.1.6 L’opportunité d’un apprentissage social
Nous l’avons vu, l’aspect multi-utilisateurs est une composante des STIC appliquées à
l’apprentissage ; mais c’est aussi vrai lors d’un apprentissage académique, puisque la
« classe »34 d’apprenants constitue une communauté à l’intérieur de laquelle les échanges et
les contributions sont de puissants facteurs de renforcement de l’apprentissage. Si on peut
33
34
« Apprendre... oui, mais comment », page 87
Au sens scolaire du terme.
Page 41
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
parler à l’école de dimension sociale de l’apprentissage, il n’existe pour autant pas un réel
comportement collaboratif entre les élèves. Pour ce faire, Philippe Mérieu propose de mettre
en place une médiation par le projet [Mer84]. La tâche collective à effectuer en groupe
constitue alors l’élément de médiation dans la relation duale35 entre l’élève et le maître. Si le
risque est de contourner l’apprentissage en répartissant des rôles à chacun des membres du
groupe en fonction de ses compétences pré-établies, l’enjeu est de donner du sens à l’objet de
l’apprentissage, de lier la théorie à la pratique. Dans la formation professionnelle des adultes,
il est indispensable de mettre à profit cette énergie intrinsèque au groupe, au travers de ce
qu’on appelle la pédagogie active [Muc88], à condition de briser l’organisation spatiale (des
pupitres séparés, alignés et orientés vers le formateur, sur une estrade) et temporelle (une
linéarité des sujets abordés, où le formateur « déroule » son cours) de la pédagogie
traditionnelle.
Si la notion de groupe d’apprenants est de fait plus une opportunité qu’une contrainte dans
l’acte d’apprentissage, rappelons ici qu’en entreprise on n’a pas le loisir de choisir le nombre
d’apprenants. De fait, l’industriel a plus souvent à gérer la formation d’une seule ou quelques
personnes successivement (nouvel arrivant à son poste de travail, polyvalence de 2 ou 3
salariés sur un poste) que d’un groupe ; les bénéfices identifiés ci-dessus sont alors gommés.
I.4.1.7 La variation du discours
Considérons une formation traditionnelle sous un angle mécanique. Dans le cas d’une même
formation apportée séquentiellement à des groupes d’apprenants successifs, on peut estimer sa
« répétabilité » comme faible, du fait de l’inévitable « bruit » engendré par :
-
une variation de la manière dont le formateur aborde la formation,
les éventuels oublis et coupures d’une session à l’autre,
la pluralité possible des formateurs,
la lassitude du formateur de répéter toujours la même chose, entraînant une baisse
de la qualité du discours pédagogique.
Si dans la plupart des cas tous ces aspects ne sont qu’anecdotiques, ils peuvent revêtir une
importance toute autre si la formation en question est destinée à homogénéiser des
connaissances ou des pratiques sur un grand public. Certes la réactivité des apprenants peut
localement « entraîner » le formateur sur un point particulier, mais l’ensemble du discours
doit pouvoir être homogène. C’est particulièrement le cas dans les ateliers de production,
pour la constitution d'un référentiel dans le cadre de formations à la conformité de fabrication.
I.4.2
Apports et limites des STIC en formation
L’évolution de l’usage des ordinateurs dans la formation a coïncidé nous l’avons vu avec un
changement fort de paradigme, passant du béhaviorisme au constructivisme. Dans le monde
industriel, ces modèles sont-ils applicables en formation technique au poste de travail ? Quels
sont les apports des STIC dans la modification du rapport à l’acte d’apprentissage ? Après
avoir cerné ce que recouvre la e-formation, nous tracerons les opportunités qu’elle suggère
dans l’organisation des connaissances en milieu industriel : un meilleur suivi de la formation,
35
En didactique, deux éléments en relation d’interaction ou de réciprocité. De « duale », c’est-à-dire facteur de
lien et d’enrichissement, la relation pédagogique devient trop souvent « duelle », facteur d’exclusion…
Page 42
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
un encadrement pédagogique à renforcer, une richesse des contenus, une formation
personnalisée, des pratiques d’autoformation, un allègement des coûts à long terme, un
partage culturel dans l’entreprise.
I.4.2.1 Définitions
L’offre technologique en e-formation est aujourd’hui extrêmement variée pour l’entreprise.
Que se cache concrètement derrière ce terme, et quelles en sont les composantes ?
I.4.2.1.1
La e-formation
La e-formation est le terme francophone (surtout employé au Québec) pour désigner le elearning, soit la « formation électronique »36. Cela couvre donc toutes les applications
numériques appliquées à l’apprentissage. On peut toutefois établir une double classification
des outils, selon qu’ils sont :
1. a. « en ligne » (on-line) : les formations dites en ligne supposent une
interconnexion d’ordinateurs communiquant via un réseau37. C’est le domaine de
la formation à distance (FAD / FOAD38), communément appelé par extension
WBT (Web-Based Training). Cela implique :
-
-
-
une rupture de l’unité de lieu de la formation, et éventuellement des unités
de temps (cas d’une formation en libre-service) ou d’action (si modalités
asynchrones),
un accès aux ressources pédagogiques considérablement élargi,
une disponibilité permanente desdites ressources, grâce aux caractéristiques
des réseaux informatiques, mais également liée aux limites de leur bande
passante39 en terme de transfert d’informations
une possibilité d’interactivité et de collaboration réaffirmée
une nécessaire transparence dans l’intégration des STIC et leur usage, afin
de réellement profiter des atouts précités.
b. « hors ligne » (off-line) : de telles formations, si elles utilisent bien des
ressources numériques, n’intègrent pas l’aspect réseau. C’est le domaine du CBT
(Computer-Based Training), désignant des dispositifs pédagogiques de formation
ou d'autoformation sur ordinateur à l'aide d'une ressource locale de type CDROM. Ses caractéristiques sont :
36
L’anglophone averti aura remarqué l’imprécision du terme ; nous devrions plutôt parler de « e-apprentissage ».
On peut regretter cette traduction qui n’est pas centrée sur l’apprenant, mais elle reflète bien l’usage du
vocabulaire industriel.
37
INTERNET, Extranet, Intranet ou réseau d’entreprise.
38
Formation Ouverte et À Distance. La FOAD met l’accent, par l’intégration des TIC, sur l’adaptation à
l’apprenant et la modularité de la formation. Le terme « ouvert » caractérise « une liberté d'accès aux ressources
pédagogiques mises à disposition de l'apprenant, sans aucune restriction, à savoir : absence de conditions
d'admission, itinéraire et rythme de formation choisis par l'apprenant selon sa disponibilité et conclusion d'un
contrat entre l'apprenant et l'institution » (définition UNESCO). La FOAD s’applique particulièrement bien au
télé-enseignement universitaire (« campus virtuel »).
39
Elle détermine physiquement la capacité d'échange sur une ligne reliant deux machines communicantes. La
largeur de bande passante d’un réseau correspond à la quantité maximale d’informations qu’il peut véhiculer ;
elle se mesure en Bauds, c’est-à-dire un débit de données informatiques : kbps ou mbps (kilo ou méga bits par
seconde).
Page 43
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
-
une facilité et une rapidité d’utilisation ; pas de contraintes de liaison à un
réseau et de transfert d’informations,
un cadre privilégié pour l’usage de ressources multimédias interactives,
une mise à jour des contenus délicate puisque non dynamique.
2. a. « synchrone » : une formation synchrone suppose des modalités d’échange
d’information en direct :
- soit par des moyens technologiques (téléphone, web-conférence ou
visioconférence, IRC chat40, etc.) en supposant une connexion simultanée
des acteurs de la formation au réseau considéré. Le travail collaboratif est
également possible sur des documents partagés avec des outils de type
collecticiel41 ;
- soit simplement par la présence physique des acteurs dans un même lieu.
b. « asynchrone » : les échanges d’information se font en différé. En e-formation,
les outils couramment utilisés sont le courrier électronique, les forums de
discussion, ou la messagerie téléphonique. Ce mode de formation repose souvent
sur un apprentissage dit "auto-dirigé" avec des cours, des exercices et des
évaluations automatisées, impliquant une certaine autonomie de l'apprenant.
Précisons ici que la e-formation n’est pas en soi une négation des pratiques
« traditionnelles » ; les STIC pénètrent nos systèmes éducatifs et nos dispositifs de formation
sans pour autant prétendre s’y substituer (le présent mémoire en est une illustration forte).
D’autre part, la e-formation véhicule certaines idées reçues, souvent réductrices, qu’il s’agit
de clarifier, comme l’a fait récemment Jacques Bahry, président du FFFOD42 :
- la e-formation n’est pas l’autoformation. Les dispositifs mis en place par les
entreprises aujourd’hui sont certes à vocation personnalisée, par une individualisation des
parcours de formation, mais la plupart du temps ils sont également munis d’un dispositif de
tutorat pour accompagner l’apprenant. Ce n’est donc pas le formateur qui a disparu, mais c’est
plutôt son rôle qui a évolué.
- la e-formation ne se réduit pas à la formation par l’Internet. Si beaucoup de
dispositifs développés aujourd’hui sont effectivement basées sur la communication par
réseaux de type Internet, les ressources hors-ligne font partie intégrante de l’offre de la eformation. Plus spécifique au contexte de chaque entreprise, ce type de ressource est un des
vecteurs de la personnalisation des parcours.
En résumé, la e-formation résulte de l'association de supports de distribution (PC,
INTERNET, Intranet, Extranet, CD-ROM), d'un ensemble d'outils logiciels de communication
et de gestion, et de contenus interactifs et multimédias. Mais qu’est-ce qui se cache derrière
le terme de « multimédia » ? Comment définir l’interactivité ?
40
International Relay Chat (« bavarder » en anglais). Système de dialogue textuel en temps réel entre deux
personnes distantes qui se retrouvent sur un espace de dialogue commun provisoire. Il peut s’avérer utile en
formation à distance comme moyen de communication synchrone entre apprenants ou avec le tuteur. Les initiés
parlent également de « clavardage » (clavier + bavardage).
41
Issu de la contraction de «collectif» et «logiciel». Désigne un applicatif informatisé permettant la mise en
commun d'informations numérisées (texte, son, image, fichier, etc...) à distance, synchrone ou asynchrone, en
vue d'un échange entre au moins deux interlocuteurs disposant d'un micro-ordinateur communicant.
42
Forum Français pour la Formation Ouverte et à Distance ; tiré de l’introduction au 2èmes rencontres du FFFOD
au Futuroscope de Poitiers les 29 et 30 mars 2001.
Page 44
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
I.4.2.1.2
Multimédia : éléments de précision
Le terme de « multimédia » s’est généralisée dans les années 1990, au point qu’il est
aujourd’hui « sur toutes les bouches » [Van94]. Il faut pourtant distinguer le nom commun de
l’adjectif. Ce dernier désigne une entité « qui utilise ou concerne plusieurs médias » ; si cette
définition semble trop peu précise43, l’emploi de l’adjectif est tout à fait justifié pour qualifier
un dispositif de formation, nous y reviendrons. Quant au nom commun, comme l’énonce
Françoise Demaizière [Dem96] :
Il semble aujourd’hui qu’un consensus se soit à peu près établi pour ne qualifier de
multimédia qu’un produit proposé sur un support informatique et regroupant en un seul
et même objet [c’est à dire une seule application informatique] plusieurs médias.
Mais cette caractéristique de regrouper plusieurs médias ne peut suffire pour mériter
l’appellation « multimédia ». Il faut nécessairement y rajouter la notion d’interactivité44.
Lancien caractérise ainsi les attributs du multimédia [Lan98] :
-
l’hypertexte45,
la multicanalité (différents canaux de communication sur un même support),
la multiréférentiabilité (diversification des sources d’information),
l’interactivité.
On constate ainsi un flou dans la littérature, même spécialisée, puisqu’on peut souvent lire des
articles évoquant le « multimédia interactif », ce qui constituerait selon Lancien un
pléonasme. Nous préférons parler d’un environnement d’apprentissage (ou un dispositif de
formation) multimédia. Il répond à la description qu’en fait [Rez01] :
Un environnement d’apprentissage multimédia se caractérise par le regroupement sur
un même support d’au moins deux des éléments suivants : texte, son, image fixe, image
animée [et donc séquence vidéo], sous forme numérique. Ces éléments sont accessibles
via un programme informatique (logiciel) autorisant un degré plus ou moins élevé
d’interactivité entre l’utilisateur et les éléments précités. […] Dans le cas où le produit
propose des activités de type « exercice », la qualité du feedback […] sera un critère
déterminant de la qualité du produit. Dans le cas d’un produit destiné à un usage
institutionnel, la possibilité de conserver une trace de l’activité de l’apprenant à
destination de l’enseignant sera considérée comme un atout supplémentaire. Dans le cas
d’un produit destiné à un usage « en ligne », la possibilité d’entrer en communication
synchrone ou asynchrone avec des pairs ou avec un enseignant sera considérée comme
une caractéristique souhaitable.
Nous apportons, dans notre contexte de recherche, quelques remarques à cette définition :
-
si la présence d’aide est indispensable, il n’est pas indispensable de la fournir « en
ligne » ; le formateur ou un manuel d’accompagnement peuvent jouer ce rôle,
43
À partir de cette définition, en considérant un médium (singulier de médias) comme un intermédiaire entre un
émetteur d’information (une chaîne de télévision par exemple) et un récepteur (le téléspectateur), nous
« pratiquerions » tous le multimédia tous les soirs devant le journal télévisé ! Il manque un concept fondateur,
celui de l’action.
44
C’est l’informatique qui peut apporter cette fonctionnalité. On s’accorde d’ailleurs à ne parler de multimédia
qu’en présence d’applications informatiques ; Petitgirard en fait même une condition sine qua non, en proposant
que les divers médias ne puissent être présentés sous forme numérique uniquement [Pet96].
45
A prendre, comme le font certains auteurs, au sens large du mot, c’est à dire en référence à la « technique
hypertexte ». Nous préférons parler quant à nous d’« hypermédia ».
Page 45
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
-
-
I.4.2.1.3
la qualité du feedback évoquée se reporte non pas à sa qualité visuelle ou sonore,
mais à sa pertinence (sous-entendu par rapport aux attentes de l’apprenant
permettant de situer la pertinence de ses actions),
nous préconisons un usage partiel du dispositif en autonomie ; dans ce cas, la trace
de l’activité de l’apprenant devient indispensable ; il en est de même pour la
fonctionnalité de communication asynchrone (cf. le besoin Bfo2).
Interactivité ou interaction ?
Selon Françoise Demaizière et Colette Dubuisson [Dem92], le terme d’interactivité
s’applique aux cas où sont impliqués un dispositif informatique et un ou plusieurs individus.
L’interactivité doit être vue comme une propriété intrinsèque de la communication entre
l’homme et la machine. Parmi les nombreuses définitions de l’interactivité, les deux suivantes
sont révélatrices de cet état de fait :
[L’interactivité technologique implique] la notion d’un dispositif capable de réponses
différenciées, en réaction à une intervention humaine. (Bélisle, Claire (1998) « Enjeux et
limites du multimédia en formation et en éducation », Les Cahiers de l’Asdifle. Citée par
[Lan98]
Interactivité : dans une relation homme-machine à influence réciproque, lorsque le
logiciel sollicite l’intervention constante de l’utilisateur ; la communication interactive
s’oppose à la communication univoque, unidirectionnelle, ou automatique. [Van Houcke
Le multimédia…]
On peut donc comprendre l’interactivité comme intégrée de fait dans un environnement
informatique46. C’est le concept d’interaction qui permet d’aller plus loin. Définie par
« l’influence réciproque de deux phénomènes, de deux personnes »47, l’interaction implique la
modifiabilité des deux acteurs. Si la modifiabilité cognitive humaine n’est pas à mettre en
cause48, peut-on parler de « modifiabilité informatique » ? Même en regard des avancées de
l’intelligence artificielle [Bru97], ce terme nous semble inapproprié. On peut en accepter
l’idée, en considérant comme certains auteurs que l’interaction est le degré ultime de
l’interactivité49. Mais nous préférons rester humbles sur ce point, en considérant que d’assurer
une interactivité de qualité (au sens défini ci-dessus) est un objectif nécessaire et suffisant
dans la conception d’environnements d’apprentissage multimédia. A l’image de Claire Belisle
et Monique Linard [Bel96], nous nous méfions de l’optimisme exagéré qui confond trop
souvent « l’interactivité technique » et « l’interaction humaine ».
En résumé, nous distinguons clairement l’interactivité d’un système informatique comme
sa capacité à se comporter différemment en réponse à la variété des actions de l’apprenant de
l’interaction entre les acteurs de la formation via le dispositif informatique (entre
apprenants, entre l’apprenant et le formateur, etc.).
46
Pour illustration, notons que le logiciel de traitement de texte utilisé pour rédiger ce mémoire sera à juste titre
qualifié d’interactif…
47
Le Petit Larousse illustré 2002 (outre les définitions des domaines physique et pharmaceutique).
48
Voir la partie 3 du mémoire.
49
Pour plus de détails sur ces essais de typologie de l’interactivité, voir [Dem92].
Page 46
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
I.4.2.2 Le suivi de la formation
L’atout majeur d’une formation mise en ligne est son accessibilité globale (partout, et a
fortiori sur le lieu de travail) et permanente. On imagine immédiatement la réponse que cela
offre aux contraintes de souplesse et de non-planification caractérisant les formations au poste
de travail. Il en va de même pour les ressources off-line et leur disponibilité immédiate. Mais
contrôle-t-on pour autant leur usage ? Les supports sont-ils pertinents pour chaque
apprenant ? Le suivi de la formation constitue l’élément indispensable de réponse. Pour
l’entreprise, nous distinguerons 4 niveaux de traçabilité :
-
-
-
-
gestionnaire : quel volume horaire a été consacré à la formation ? Sur quels
contenus ? Combien de personnes ont-elles été concernées ? (c’est le domaine du
plan de formation et son bilan annuel)
productif : quelles compétences sont nécessaires pour l’accomplissement des
tâches de production ? Lesquelles sont effectivement mises oeuvre dans les
ateliers ? Combien de personnes sont formées, et quel est leur niveau de
compétence respectif ? (c’est le domaine de la gestion et du support de production)
individuel : quel est l’historique de chaque personne ? Quelles sont ses
aspirations, ses souhaits de mobilité ? Quelles sont ses compétences, et son niveau
pour chacune d’entre elles ? (c’est le domaine de la Gestion des Compétences,
aspect managérial en soutien avec les Ressources Humaines)
pédagogique : quel a été le parcours de l’apprenant ? Quels éléments ont été
facteurs clé de succès ? Quels ont été les freins à l’apprentissage ? Quel
comportement des apprenants a-t-on observé ? (c’est le domaine caché de
l’efficacité pédagogique, qu’il s’agit de mettre en lumière)
On remarquera le caractère dégressif « d’obligation » dans ces quatre niveaux : si le premier
est légalement exigible des entreprises, le second est pratiqué de fait, afin de mettre en
adéquation les besoins industriels avec la formation du personnel ; quant au troisième, c’est
actuellement une prise de conscience dans les grandes entreprises, et des projets se
développent dans ce sens [Don94]. Mais pour avoir une vision qualiticienne de la
formation, il faut nécessairement pousser la traçabilité jusqu’au quatrième niveau, où il va
s’agir d’analyser finement le déroulement pédagogique de la formation, son contexte
organisationnel, matériel et humain, afin d’en définir les conditions d’une amélioration
continue.
I.4.2.3 Un encadrement pédagogique à renforcer
En formation à distance, le tout numérique entraîne non pas la déshumanisation, mais plutôt la
perte de la dimension sociale de l’apprentissage. Le contact humain reste certainement le
meilleur moyen pédagogique pour créer les conditions d’un apprentissage effectif. C’est
également l’aspect synchrone de la communication qui autorise une totale implication des
acteurs de la formation. Par exemple, les plates-formes de FOAD comprennent un accès
protégé au contenu des « leçons », un suivi pédagogique avec des outils parfois synchrones
(chat, visioconférence), mais le plus souvent asynchrones (courrier électronique, corrections
différée de devoirs). Il faut avouer que le contact humain et la relation à l'autre perdent alors
grandement de leur richesse et de leur subtilité, sans parler des moments privilégiés (pauses,
repas) au cours desquels des échanges d'informations, tout à fait informels, sont souvent
déterminants dans le déroulement du processus d'acculturation. Les résultats des
apprentissages de ce type ont montré, dans un contexte de formation diplômante à distance,
Page 47
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
que les taux de réussite des e-apprenants50 étaient comparables, voire inférieurs à ceux
d’apprenants classiques [Pre02]. Les entreprises n’envisagent d’ailleurs plus aujourd’hui de
déployer des solutions de FOAD sans tutorat : elles étaient en France 75% à le penser en
2001, elles sont 86% en 200151. En présentiel, cette fonction de tutorat reste utile pour animer
la relation pédagogique (le jeu d’entreprise en est l’illustration), par des moments de réflexion
collective et de dialogue plutôt qu’un enseignement uniforme.
I.4.2.4 Une richesse de contenus
Les progrès incessants en terme de compactage des données informatiques induisent des
fortes capacités de stockage des supports numériques52. Les STIC appliquées à la formation
offrent ainsi l’opportunité d’une richesse des contenus. Elle peut être :
-
-
horizontale, c’est-à-dire privilégiant la diversité des thèmes abordés (formation
pluridisciplinaire),
verticale, en donnant une profondeur descriptive à chaque thème (des concepts
généraux aux applications les plus complexes, de la théorie à l’étude de cas),
latérale, selon le point de vue désiré, à la fois sur la forme (diversité de
présentation des informations, multimodalité) et sur le contenu (même sujet traité
dans des contextes différents, par des auteurs différents),
hybride : à vocation horizontale (verticale), mais disposant de nombreux nœuds
orthogonaux de connexion, autant d’opportunité d’élargissement vertical
(horizontal) dans chaque thème abordé (dans chaque niveau de description), et
bien sûr latéral (changement de point de vue). C’est typiquement le cas de supports
de formation intégrant un accès à l’Internet.
50
Désignation de la personne qui se forme dans un dispositif de e-formation. Dans un dispositif de formation à
distance, le e-apprenant modèle :
- possède un matériel dernier cri et maîtrise parfaitement les STIC ;
- contribue régulièrement aux forums qui lui sont proposés ;
- répond rapidement à toutes ses e-mails ;
- participe à tous les chats et visiophonies programmés à l’heure h et au jour j ;
- télécharge sans problème tous les documents ou outils disponibles sur le réseau pédagogique ;
- publie, juste à temps, ses travaux.
51
Etude « E-learning, nouvel enjeu de la formation dans les entreprises françaises » réalisée en février 2001 par
Cegos-e-learning, avec le concours du cabinet H-Consultants auprès de 92 entreprises de plus de 1000 salariés.
52
Un CD-ROM correspond par exemple à 300 000 pages de texte.
Page 48
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
Axe
profondeur de
description
Axe
diversité des
thèmes
Axe
points de vue
Figure 4. Une richesse des contenus selon 3 axes orthogonaux
La tendance naturelle des concepteurs est d’utiliser au maximum les possibilités des
supports ; en terme de contenus, cela revient à construire des formations de type
encyclopédique, avec un savoir analytique. Le danger est alors de perdre la composante
contextuelle du savoir, seule porteuse de sens dans un dispositif de formation. En entreprise,
le contexte peut décrire les spécificités d’une organisation, le positionnement d’un poste de
travail dans un flux de production, la description des relations clients–fournisseurs, etc.
L’objectif visé étant la capitalisation et la construction cognitive des savoirs par l’apprenant,
l’enjeu est de créer les conditions d’une entreprise apprenante.
I.4.2.5 Une formation personnalisée
Les STIC donnent la possibilité d’avoir des trajectoires53 de formation personnalisées. On
peut en effet considérer les contenus pédagogiques comme des stocks en réseau, dans lesquels
on vient puiser pour personnaliser un programme, un discours de formation en réponse à des
besoins et en fonction des caractéristiques de l’apprenant.
53
Nous préférons ce terme à celui de « parcours », peu révélateur de la finalité d’une formation. La trajectoire
implique la notion d’objectif à atteindre, par un pilotage selon le chemin le mieux adapté, en fonction des
particularités de l’environnement.
Page 49
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
Trajectoire de
formation
G1
G2
G5
G3
G4
G6
Grains de connaissances
Figure 5. Personnalisation des trajectoires de formation
On peut distinguer deux limites à ce processus :
1. Les contenus numérisés dont on a besoin ne sont pas forcément tous disponibles, il est
nécessaire de les concevoir. Cela ne relève pas de la seule compétence du formateur
ou même de l’auteur des contenus, mais d’une équipe projet pluridisciplinaire,
réunissant les compétences en :
-
gestion de projet,
scénarisation pédagogique,
expertise du contenu,
infographie,
ergonomie des interfaces,
développement informatique,
psychologie cognitive,
expérimentation d’usage.
On parle alors de « projet multimédia », sous-entendant un travail de conception
généralement conséquent, dont le retour sur investissement doit être étudié (voir le
paragraphe I.4.2.7.2).
2. L’autre limite du processus de réinvestissement de « grains de connaissances » stockés
vient de la nécessité de donner du sens au discours pédagogique, autrement dit de
remplir les interstices entre ces éléments de connaissance. Si on aborde le problème
d’un point de vue systémique, l’enjeu pour l’apprenant est de lui offrir une trajectoire
qui corresponde à son besoin d’apprentissage. Pour le formateur, l’enjeu est de
l’autoriser à construire une articulation souple des éléments fixes du système que
constituent nos grains de connaissance, en donnant des degrés de liberté au système de
formation. En effet, le rôle du formateur est également d’agir en tant qu’agent
Page 50
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
structurant de l’acte d’apprentissage, tant au niveau pédagogique que relationnel, et
éventuellement technique, dans l’aide à l’utilisation des nouvelles technologies.
I.4.2.6 Des pratiques d’autoformation
Comment caractériser l’autoformation ? Philippe Carré propose un modèle pédagogique
désormais célèbre : les sept piliers de l’autoformation. Ce sont :
1. la définition du projet individuel d’apprentissage ;
2. le contrat pédagogique tripartite (apprenant, formateur, décideur) ;
3. le mécanisme de préformation (« apprendre à apprendre », propédeutique de
l’apprentissage) ;
4. l’environnement d’apprentissage ouvert ;
5. les « formateurs – facilitateurs » ;
6. la double alternance (individuel / collectif, réflexion / action) ;
7. le triple niveau de suivi (sujet, groupe, institution).
Ces piliers s’appuient sur un modèle ternaire de l’autoformation éducative, qui définit l’interaction entre trois
domaines :
-
Le domaine d’entrée, technico-pédagogique, est celui de l’ingénierie, des ingénieries (conception,
construction, conduite, évaluation) de l’autoformation ;
Le domaine psychopédagogique, celui des projets personnels, professionnels, de développement et
de transformations personnelles ;
Le domaine socio-pédagogique, celui de l’environnement social et professionnel.
Philippe Carré met en exergue le paradoxe de ce modèle, du point de vue « d’une institution de formation » : « Il
y a un paradoxe, car il s’agit de l’autoformation du point de vue des enseignants, des formateurs, des institutions
éducatives. (…). Cette approche prend en compte l’homme dans sa globalité de citoyen, de travailleur, de
consommateur, d’acteur impliqué dans une société. Mais il se limite aux pouvoirs et devoirs que l’institution
éducative ou formative peut mettre en œuvre, pour l’amélioration du dispositif pédagogique ».
Les sept piliers de l’autoformation permettent de saisir cette globalité, dans un dispositif d’accompagnement de
l’autoformation qui doit rester centré sur l’apprenant : « L’individualisation doit se caractériser par
l’accroissement du degré de contrôle de l’apprenant sur ses ressources d’apprentissage. Le caractère plus ou
moins propice à l’auto-direction du dispositif technico-pédagogique se mesurera par la variété, la flexibilité,
l’accessibilité des ressources et leur articulation » [Car97]. Force est de constater que les STIC s’inscrivent dans
ce modèle d’organisation de l’autoformation en entreprise.
Les STIC sont un vecteur privilégié pour la mise en place de pratiques d'autoformation dans
l'entreprise ; on pense à la richesse et à la disponibilité permanente des contenus sur l’Internet,
aux CD-ROMs éducatifs, ou encore à la mise en libre-service de supports pédagogiques sur
un réseau Intranet. Dans un contexte d’autoformation, il faut en effet donner à l’apprenant une
grande liberté dans son rythme d’apprentissage. Cela signifie lui répondre :
-
lorsqu’il en a besoin : c’est la condition de disponibilité des ressources,
dans ses plages horaires de disponibilité : l’accessibilité au système doit être
d’autant plus aisée que ces espaces de disponibilité sont restreints,
avec pertinence et ouverture.
Mais l’autoformation assistée par les STIC implique nécessairement 3 conditions, comme
l’expose [Ann96] :
-
l’existence d’un projet individuel de l’apprenant,
Page 51
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
-
la conclusion d’un contrat d’apprentissage avec le formateur ou l’institution,
la disponibilité de la ressource tutorale.
Monique Linard [Lin90] souligne le caractère irremplaçable du formateur, en tant que
concepteur de démarches, d’outils, de ressources, mais aussi dans le soutien de la motivation.
De fait, les expériences relatives à la mise à disposition par des entreprises de ressources
d’autoformation sans tutorat à leurs salariés donnent des résultats très décevants : l’incitation
unilatérale à l’autodidaxie est un échec54. Malgré les moyens et les libertés qu’offrent la
technologie dans la formation, on doit constater que le salarié ne s’auto-forme pas
spontanément55. Le changement de paradigme éducatif que provoquent les STIC n’est pas
spontané pour le salarié, et il s’avère nécessaire de mettre en place dans les entreprises de
véritables dispositifs d’autoformation éducative, en regard de l’évolution constante et rapide
des techniques et méthodes de travail, de l’autonomie et la réactivité croissante demandée aux
salariés. On rejoint ici le thème très actuel de la formation tout au long de la vie56 qui, s’il
n’implique pas forcément l’autoformation, en reprend tout à fait les fondements.
I.4.2.7
I.4.2.7.1
Vers un allègement des coûts de formation ?
La réalité du marché de la e-formation
Le développement des STIC bouleverse le paysage de la formation professionnelle, à tel point
qu’on parle aujourd’hui du marché de la e-formation avec des chiffres astronomiques. La
volonté des entreprises de réduire leurs coûts de formation explique aisément l’émergence
forte de ce marché57. Mais il convient de relativiser certains chiffres spectaculaires en
commençant par s’interroger sur les sources. Différents chiffres ont ainsi circulé récemment
sur le chiffre d’affaires global du e-learning aux Etats-Unis : 200 milliards de dollars (RH info
citant La Tribune), ce qui fait beaucoup ; un rapport américain, cité par Edubyweb dans la
même période, avançait quant à lui 4 milliards de dollars. Selon Andersen, 60% des dépenses
globales de formation professionnelles sont consacrées au e-learning58. Il paraît plus
raisonnable de se baser sur les chiffres de WR Hambrecht, portant le e-learning à hauteur de 7
à 10 % de l’ensemble des formations continues dans les entreprises59. Il n’en reste pas moins
vrai que 92% des grandes entreprises américaines ont déclaré développer en 2000 un projet de
formation e-learning.
54
Nous verrons que cela a également été le cas, dans une moindre mesure, à TIV par le passé.
Une étude sur ce thème menée par Global KW NetWork et présentée lors des rencontres du CAFOC (Centre
Académique de FOrmation Continue) en juin 2000 à Angers, sur le thème « Le développement des formations
ouvertes et à distance : Etat des lieux, enjeux et stratégies, contexte réglementaire et législatif » montre qu’il y a
85% d’abandons, pour cause de défaut de motivation ou manque de soutien humain, et que les 15% qui finalisent
leurs apprentissages sont des autodidactes.
56
Cette formule traduit simplement le besoin de réactivité aux évolutions de la société. Si elle semble triviale au
premier regard, elle peut être interprétée de différentes manières. En témoigne son utilisation malheureusement
incomprise comme argument électoral par Lionel Jospin lors des dernières élections présidentielles : la classe
ouvrière y a vu là un déni de son existence (puisqu’il faut à tout prix se former, c’est qu’aujourd’hui on a plus
besoin des ouvriers) et a sanctionné le candidat socialiste par un vote rejet [ASI02].
57
On prévoit pour ce marché un taux de croissance de 40% au cours des prochaines années, pour atteindre
244M¼ HQ SRXU FRPSDUDLVRQ : 30,5M¼ HQ 6RXUFH : cabinet IDC [JDN02].
58
Source : enquête du cabinet Arthur Andersen, « L'irrésistible ascension du e-learning » réalisée entre janvier et
mars 2000.
59
Source : rapport WR Hambrecht, cité par Philippe Morin dans [FFFOD01].
55
Page 52
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
En Europe aussi l’e-learning prend de l’ampleur. La Communauté Européenne voit naître des
initiatives e-learning aussi bien dans le monde universitaire qu’au sein des entreprises. Ainsi,
48% des entreprises britanniques qui disposent d’un réseau Intranet comptaient mettre en
place des services e-learning dans l’année 2001. L’enthousiasme a gagné la France, puisque le
pourcentage de grandes entreprises ayant mis en oeuvre des solutions de e-formation est passé
de 11% en 2000 à 60% en 200160. Mais les choses évoluent très vite, et un ralentissement
notable dans l’investissement e-learning à tout crin se fait sentir aujourd’hui, en regard des
inconvénients apparus : un lourd investissement à supporter pour les entreprises, des
limitations technologiques sur les débits des réseaux en formation à distance, un accueil froid
des salariés, craignant l’obligation de se former en dehors des heures de travail. Les
entreprises semblent désormais se tourner vers les « Blended Solutions », les dispositifs
mixtes. Ils se traduisent par un emploi non plus exclusif des STIC en formation, mais
harmonieusement combiné avec des pratiques académiques, afin de restaurer la motivation
des apprenants, le soutien de la hiérarchie et le tutorat [Bla01].
I.4.2.7.2
Le retour sur investissement en e-formation
Dans les communiqués de presse, on trouve de nombreuses informations, le plus souvent
d’origine nord-américaine, proclamant les avantages économiques de la e-formation par
rapport à la formation dite traditionnelle, exagérément optimistes en ce qui concerne les
retours sur investissements (ROI) effectifs :
« IBM estime une économie annuelle de 24 millions de dollars dans les coûts de transport
liés aux formations des managers. La société prévoit également une économie globale de
55% outre ces frais de transport.» ; « Procter & Gamble a déclaré que le e-learning a
accéléré le déploiement de la connaissance de ses produits, résultant en un gain annuel
de 8 millions de dollars » ; « EDS estime que son initiative en e-learning lui offrira 50
61
millions de dollars d’économies dans les 5 prochaines années » .
Quelle est la réalité des économies que peut entraîner la mise en place d’un dispositif de eformation ? Il n’y a bien sûr pas de réponse définitive, tant la diversité des solutions mises en
place et des contextes industriels ne peuvent autoriser une quelconque généralisation. Mais il
apparaît aujourd’hui que la e-formation n’est pas l’outil magique que l’on a pu décrire dans
un passé récent [Lew01]. D’un point de vue strictement économique, chacun des acteurs du
marché de la formation - fournisseur et/ou client - doit se préoccuper des coûts des dispositifs
qu’il développe et/ou utilise, de leur efficience, et plus précisément des retours sur
investissements. Une enquête nationale réalisée en 2001 par l’OFEM 62 montre que si 75% des
entreprises interrogées se sentent concernées par la e-formation (elles sont 27% à la mettre
effectivement en oeuvre), elles sont également 75 % à ne pas évaluer ses coûts. Dans cette
même enquête, 43% des entreprises estiment que la e-formation leur a été profitable, mais
elles ne sont que 8.7% à disposer d’une évaluation budgétaire comme outil de mesure du
ROI. Le paradoxe est entier, mais il est récurent dans le domaine de la formation : il est
difficile de construire un modèle complet et surtout applicable de mesure du ROI ; ceci est
60
Source : enquête du cabinet Arthur Andersen, « Efficient learning » : e-Learning et formation efficace »
réalisée entre janvier et février 2001 auprès de 74 entreprises françaises.
61
Témoignages glanés sur le site eduventures.com : Corporate e-Learning Scorecard, Eduventures.com, June
2001.
62
Observatoire de la Formation, de l’Emploi et des Métiers. Enquête réalisée par l’OFEM de la Chambre de
Commerce et d’Industrie de Paris, du 27 février au 15 mars 2001 par téléphone, auprès de 193 grandes
entreprises (1000 salariés ou plus) ou organismes de formation français susceptibles de pratiquer la e-formation.
Page 53
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
directement lié au caractère impalpable de la relation existante entre la construction de
compétence et les bénéfices qu’on peut directement (ou indirectement) lui associer.
Selon Moonen [Moo97], l’analyse de la performance d’un dispositif de formation peut se
faire selon la même démarche que celle faite dans tout système de production. Elle comporte
quatre angles : analyse des intrants, analyse du processus, analyse des extrants et des
retombées. En formation, les intrants sont les intervenants (concepteurs, formateurs et
apprenants). Le processus est l’ensemble des moyens qui transforment les intrants
(infrastructures et matériel pédagogique) ; l’ensemble (intrants + processus) détermine les
coûts du système. Les extrants sont les résultats directs et immédiats du processus sur les
individus participants (résultats chiffrables de la formation), alors que les retombées sont les
résultats indirects et différés sur l’environnement social (effets latents mais non chiffrables).
L’efficacité de la formation est le rapport entre les coûts et les effets :
Efficacité =
Coûts intrants + processus
=
Effets extrants + retombées
Ce modèle illustre la difficulté à mettre en pratique une mesure de l’efficacité d’une
formation, essentiellement à cause du caractère improbable et toujours imprécis de la mesure
des effets (ils intègrent des données non chiffrables). Cela dit, il est nécessaire de proposer un
modèle de schématisation du ROI en e-formation. Il doit à notre sens prendre en compte les
facteurs suivants :
-
-
l’investissement initial de conception de la formation,
le volume horaire de la formation (temps de formation et taille du public visé),
le degré de criticité du poste de travail concerné63 ; c’est un facteur
d’augmentation des effets de la formation,
la maintenance du dispositif,
les effets mesurables en conformité ou en performance, à court terme ou à long
terme ; c’est par exemple un gain de temps mesuré dans un cycle de production, un
taux de conformité qui augmente dans un atelier suite à l’action de formation, un
niveau de retard de livraison qui diminue,
les effets non mesurables ; ils englobent tout ce que l’on peut pas ou qu’on ne sait
pas chiffrer : une meilleure coopération dans le travail, l’effet d’adopter un
vocabulaire commun, l’impact d’une formation sur les produits, etc.
La balance nous semble être une bonne métaphore pour modéliser un ROI en e-formation ;
n’y a-t-il pas en effet un équilibre à respecter entre les coûts engagés et les résultats obtenus ?
La figure 4 illustre ce modèle. On distingue les poids fixes (représentés sur les plateaux de la
balance ; leur taille n’est qu’indicative) et les poids variables (représentés comme des
curseurs), fonctions du volume horaire. Le premier coût fixe est celui de la conception du
dispositif de e-formation (C1) ; s’y rajoute le coût de maintenance du dispositif, fixe dans le
temps (C2). Le coût de la e-formation (C3) est hybride : le coût horaire formateur (C3a) et le
matériel pédagogique nécessaire (C3b) sont fixes, alors que les coûts horaires des apprenants
(C3c) sont variables, proportionnels au volume horaire de la formation. Les effets mesurables
(E1) sont des curseurs (poids variables), puisqu’ils se rapportent à la fois au nombre
63
Il sera plus rentable de lancer une action de formation sur un poste défini comme critique par l’entreprise,
c’est-à-dire sur lequel la marge de manœuvre est étroite, que ce soit en terme de flux (« goulet d’étranglement »
dans le flux de production) ou de qualité (savoir faire très précis sur le poste).
Page 54
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
d’apprenants et au degré de criticité du poste. Par contre, les effets non mesurables ne peuvent
par définition entrer dans le modèle de calcul du ROI ; c’est pourquoi nous les faisons figurer
en pointillés.
Il faut remarquer que si la plupart des coûts sont fixes, les effets sont fonctions du nombre
d’apprenants et du degré de criticité du poste ; cela indique que, pour un même investissement
de conception, une e-formation sera d’autant plus rentable à terme qu’elle a été mise en place
pour un grand nombre d’apprenants et sur un poste à fort degré de criticité. La e-formation
s’appuie en outre sur des modèles génériques, structures informatiques réutilisables à souhait
et sans gros effort financier ; c’est l’élément fort de sa rentabilité sur le long terme.
RETOUR SUR
INVESTISSEMENT
-
+
C1
Volume
horaire
C3b
Nombre
d’apprenants et
degré de criticité
E2
C3a C
2
E1
C3c
C1 : Coût de conception du dispositif
C2 : Coût de maintenance du dispositif
C3: a) Coût horaire formateur (inclut le
temps de préparation)
E1 : Effets mesurables
E2 : Effets non mesurables
b) Coût de mise à disposition du
matériel pédagogique
c) Coût horaire apprenants
Figure 6. La balance comme modèle du retour sur investissement en e-formation
En terme de mesure des coûts, les acteurs de la formation s’entendent pour définir l’heure de
formation comme unité de base64. On peut alors définir un ratio temps de conception / temps
de formation ; pour illustration, le ratio habituel pour une réalisation professionnelle est de
200 (200 heures de conception et réalisation pour 1 heure de formation). Dès lors, on peut se
demander quelle organisation dispose à la fois du temps et du budget nécessaire à la
réalisation de telles formations multimédiatisées. Si certaines expériences ont eu lieu en
milieu universitaire ou dans des Ecoles d’ingénieurs, non sans quelques limites liées à
l’interdisciplinarité65 des compétences requises, à l’image de [CDG00], les entreprises ne
trouvent bénéfice à démarrer un projet multimédia adapté à la formation que sous certaines
conditions :
64
Dans la presse, on parle du coût de l’heure stagiaire.
Dans un contexte industriel, on peut même parler de l’interculturalité des acteurs, comme le fait Pierre Caspar.
Selon lui, regrouper des cultures différentes au sein d’un projet multimédia, comme pédagogie, technique,
universitaire, grande entreprise et PME, « passé le stade de la confrontation des cultures, [...] favorise les
synergies indispensables à la conduite du projet. » [Cas98].
65
Page 55
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
-
un sujet de formation stable dans le temps,
un public visé suffisamment large pour justifier l’investissement,
un projet intégré à une démarche volontariste de l’entreprise,
un environnement industriel technologiquement et culturellement favorable à
l’utilisation des STIC pour la formation, de manière à limiter les coûts directs
(de développement) et induits (mauvais accueil de la formation, problèmes
d’utilisation du multimédia).
Notons que les entreprises françaises communiquent peu sur leurs initiatives et leurs pratiques
de la e-formation, et les retours financiers qu’elles peuvent engendrer. Il est donc difficile de
bénéficier de la capitalisation de leurs expériences. Cependant, les lieux de pratiques
innovantes et de réflexion sur les coûts sont majoritairement les grandes entreprises, qui
constituent dans ce domaine de véritables laboratoires. Un contexte de réponse se développe
aujourd’hui, celui de partenariat entre plusieurs entreprises, qui ont alors l’opportunité de
regrouper leurs besoins et leurs moyens en vue d’un objectif commun. La synergie entre
grandes entreprises françaises décrite par Pierre Caspar dans [Cas98] est en un excellent
exemple. Le partenariat est indispensable dès lors que l’ampleur des investissements, la
nécessité pour un acteur d’élargir ses compétences, de compléter son professionnalisme, ou
que l’exigence de qualité le justifient.
I.4.2.8 Un partage culturel
La large diffusion des connaissances autorisée par les STIC définit un nouveau paradigme
quant au partage des connaissances. On passe du modèle du compagnonnage à celui de la
mutualisation des savoirs.
Dans le premier modèle, l’apprenant « parvient » à la connaissance par l’intermédiaire d’un
parcours défini par un certain nombre d’étapes thématiques, en allant trouver pour chaque
étape un expert, détenteur du savoir. Cela implique :
-
-
-
une stricte séquentialité dans le parcours d’apprentissage : les « visites » aux
experts sont chronologiquement organisées, selon un ordre bien souvent imposé
par des contraintes géographiques (si on fait référence au séculaire Tour de France
des compagnons) plutôt que pédagogiques ;
un cloisonnement des expertises et du contenu : chaque expert impose « en bloc »
son savoir, sans tenir compte de sa position dans le parcours de l’apprenant. Le
nombre d’experts limite le contenu de la formation ;
un déplacement physique de l’apprenant vers les lieux de connaissances ;
une formation qui s’installe dans la durée.
Page 56
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
Expert 2
Expert n
Expert 1
Du compagnonnage…
(séquentialité, durée, nomadisme)
Expertise 2
Expertise n
Expertise 1
…vers la mutualisation des savoirs
(simultanéité, richesse, accessibilité)
Figure 7. Le nouveau paradigme du partage des connaissances
Le modèle de la mutualisation des savoirs s’applique à mettre à l’entière disposition de
l’apprenant les bases de données héritées de multiples expertises. En entreprise, c’est le défi
du Knowledge Management, c’est-à-dire la gestion consciente, coordonnée et opérationnelle
de l’ensemble des informations, connaissances et savoir faire de l’organisation, au service de
cette organisation [Tis99]. Il s’agit concrètement de capitaliser le savoir des experts de
l’entreprise, en le stockant dans ce que l’on appelle les « bases de connaissances ». Ce
modèle implique :
-
-
un dispositif complet de captage du savoir des experts : interviews semi-dirigées,
films vidéos, productions écrites, etc. ;
une rigueur dans le traitement et l’organisation de la base de connaissances ;
une richesse des contenus, garantie d’une part grâce au stockage des éléments de
connaissances dans la base, d’autre part avec des mises à jour et ajouts
périodiques ;
une simultanéité des expertises, avec un éclairage aux multiples points de vue ;
une formation qui gagne en rapidité.
La formation en ligne par exemple, avec ses dispositifs pédagogiques intégrant la mise en
réseau des apprenants et des formateurs, favorisant l'inter-réactivité, l’accès à des bases de
connaissance partagées, la création d’un flux et un recueil d'information pour enrichir au fur
et à mesure les dispositifs de formation et d'évaluation, est un bon exemple de réponse à une
Page 57
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
problématique de gestion des connaissances en vue d’une intelligence collective, grâce à
l’homogénéité culturelle66.
I.5 Conclusion
Dans ce chapitre, les différents acteurs de la formation en entreprise ont été identifiés. De
l’analyse de leurs besoins, nous en avons tiré une liste de prescriptions à prendre en compte
en vue de la mise en place d’un dispositif de formation (le tableau récapitulatif des besoins est
présenté en annexe A).
Dans le cas de formation au poste de travail sur des contenus de formation techniques, les
contraintes sont fortes sur tous les acteurs :
-
-
l’apprenant doit appréhender les mécanismes concrets et abstraits de son nouveau
poste de travail ; son rôle va rapidement être de « fabriquer de la conformité » au
sens large du terme, voire de la vérifier,
le formateur doit souvent faire face à des groupes hétérogènes d’apprenants
(lorsque groupe il y a), et travailler dans des délais serrés,
l’auteur ne dispose que de peu de temps lors de la conception de la formation,
le manager doit faire face aux imprévus de la vie des ateliers de production, le plus
efficacement possible.
L’analyse des atouts et des faiblesses des formations dites traditionnelles par rapport aux
nouveaux types de formation dites numériques nous a fait pressentir qu’il n’existe
certainement pas de solution entièrement adéquate dans l’une ou l’autre de ces catégories. Par
solution adéquate, nous entendons la meilleure réponse possible à l’ensemble des besoins
énumérés ci-dessus. Certains apparaissent a priori contradictoires (cf les besoins de
l’apprenant versus ceux du manager) ; l’enjeu est donc de trouver un juste compromis. C'est
certainement vers une organisation hybride qu'il faut tendre pour bénéficier des points forts
de chaque courant. La notion de solution mixte apparaît ici ; son développement, au travers de
nos préconisations méthodologiques fait l’objet du chapitre suivant.
66
Un exemple parlant d’un partage culturel dans une logique d’intelligence collective est celui de la construction
du nouveau lanceur « Ariane 5 ». Avec le domaine spatial, on n’est pas dans une logique de production en série
comme dans l’automobile, mais plutôt dans d’incessantes mises au point précises sur des situations toujours
nouvelles. Les problèmes de fiabilité d’Ariane 5 (défaut de mise en orbite lors du vol 142 le 12 juillet 2001) ont
été identifiés, après analyse du processus de fabrication, comme relevant de la formation. Il est apparu que les
arrivants techniciens ou ingénieurs étaient formés sur le mode du compagnonnage auprès d’experts techniques.
La mise en place d’un dispositif de e-formation (autoformation tutorée) a entraîné une homogénéisation
culturelle dans les techniques de fabrication du lanceur.
Page 58
PARTIE I – LES SYSTEMES DE FORMATION ASSISTEE PAR ORDINATEUR DANS L’INDUSTRIE : EN REPONSE A QUELS BESOINS ?
Page 59
Partie II
Proposition méthodologique de
développement d’environnements de
formation technique à un poste de
travail
Page 59
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
II.1 Introduction
Notre travail de recherche a consisté à construire une méthodologie pour répondre aux besoins
des acteurs de la formation, et en vérifier la validité sur des applications de formation au poste
de travail pour des opérateurs. Nous commençons par présenter les modèles de conception
que nous avons développés : structurer et formaliser les contenus multimédias, personnaliser
les parcours pédagogiques. La phase de conception est basée sur la réutilisation des modèles
génériques et le respect de règles simples dans la construction des écrans. La mise en œuvre
pédagogique est ensuite décrite ; elle propose une double alternance théorie / terrain et
synchrone / asynchrone, avec la prise de dispositions pour faciliter l’utilisation des supports.
Enfin, le détail des phases d’évaluation et de validation est donné, à la fois pour les résultats
de l’apprenant et l’efficacité du dispositif de formation.
En guise de fil conducteur pour le lecteur, la Figure 8 présente, hormis les phases
d’évaluation, l’organisation d’un dispositif multimédia de formation au poste de travail
destinée à un public d’opérateurs, respectant l’ensemble des recommandations évoquées dans
cette partie.
Réseau
d’entreprise
Mot de
passe
Contenus multimédias structurés
et formalisés (modèles de conception)
1. Savoir théorique
et contextuel
2. Savoir faire
Bilan
avec le
formateur
Parcours Contrat
personna pédagogique
lisés
3. Savoir réagir
en cas d'aléas
Apprentissage
de l'interface
(galop d’essai)
Briefing
Feed-back
Ressources
Données
comportementales
Apprentissage en autonomie
Débriefing
Figure 8. Modèle d’organisation des formations sur supports multimédias
Page 61
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
II.2 Modèles génériques de conception
II.2.1 Structurer les contenus
Le premier besoin de l’expert et de l’auteur consiste à facilement construire et mettre en
forme pédagogiquement les contenus de formation (Bex1 et Bau1). Pour cela, ils doivent
pouvoir disposer d’environnements et d’outils d’aide à la conception et à l’organisation
pédagogique. Dans notre cas (formation technique à un poste de travail), nous avons élaboré
une fiche descriptive du poste amenant l’expert à identifier ses objectifs pédagogiques. Ces
objectifs sont ensuite finement décrits à travers des diagrammes de type cause-effet. Pour
l’auteur, ces modèles définissent l’ossature des contenus de la formation.
II.2.1.1 Identification des objectifs pédagogiques
II.2.1.1.1
Qu’est-ce qu’un objectif pédagogique ?
L’apprenant adulte a besoin de prendre conscience de l’utilité concrète de sa formation et
d’apprécier la progression de son apprentissage (Bap1 et Bap6). La pédagogie par objectifs
fournit le cadre de réponse à ces besoins. Formuler un objectif pédagogique revient à se poser
la question suivante :
« Que sera capable d’accomplir l’apprenant au terme de sa formation ? »
En répondant à cette question, on peut dégager des caractéristiques communes quant à la
définition d’un objectif pédagogique [Bar95], [LBV92], [Mei87] :
-
-
-
son atteinte concerne l’apprenant, et non le formateur, qui contribue cependant à le
définir,
il s’écrit en terme d’activité, de compétences dans notre cas (conduire une voiture,
par exemple), plutôt qu’en terme de connaissances (connaître le code de la route).
Nous préconisons d’utiliser directement un verbe d’action à l’infinitif pour décrire
la compétence visée (Brancher le tube sur le bâti de pompage par exemple),
il se réfère à un résultat, et non à un processus d’apprentissage (« apprendre le
fonctionnement de… » n’est pas un objectif ; « utiliser », « conduire » seraient plus
adéquats),
il décrit une activité identifiable par un comportement observable,
il décrit explicitement le cas échéant les conditions de cette activité (qui, quoi, avec
qui, comment, quand).
Seule l’évaluation concrète et réelle des compétences de l’apprenant autorise à dire que les
objectifs pédagogiques ont été atteints ; c’est pourquoi construire un objectif implique
nécessairement de définir en regard son évaluation.
II.2.1.1.2
Comment définir un objectif ?
Nous proposons d’identifier les objectifs pédagogiques d’une formation au poste de travail en
se basant sur la description fine de ce poste.
Page 62
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
II.2.1.1.2.1
Description des compétences cibles
Il ne s’agit pas ici de refaire le travail de classification des postes du Service des Ressources
Humaines de l’entreprise. De nombreux modèles existent (méthode Hay, Cegos ou Centor),
largement éprouvés [Don94]. Ils intègrent des volets de description « connaissances » ou
« compétences professionnelles » qu’il s’agit d’enrichir.
On distingue trois niveaux de la connaissance : le niveau mémoriel (se souvenir), le niveau de
compréhension (savoir expliquer) et le niveau de compétence (agir en autonomie). Dans la
fixation d’objectifs pédagogiques, nous introduisons la notion de compétence cible67. Pour
décrire les compétences cibles, nous nous attachons plus particulièrement à :
-
-
situer le poste de travail : intitulé, place dans le processus de travail,
le décomposer : description détaillée des actions procédurales ou des types
d’activité qui recouvrent la tenue du poste,
en préciser les règles d’autonomie : champ d’action du titulaire du poste,
identifier les incidents ou erreurs pouvant survenir sur le poste pour les traiter ;
une compétence met nécessairement en jeu l’adaptation à un contexte inconnu, la
réaction autonome à des aléas,
fixer les expériences ou aptitudes nécessaires à sa conduite : niveau de prérequis.
Pour décomposer le poste, il est nécessaire de procéder méthodiquement, d’une part pour
garantir le même niveau de description pour chaque poste, d’autre part pour obtenir la
meilleure exhaustivité possible au terme de cette étape.
II.2.1.1.2.2
Description de la conformité
Au poste de travail, la formation a comme méta-objectif « produire en conformité ». Qu’estce que produire ? Qu’est-ce que la conformité ? Ces notions dépendent du type de poste
concerné : un opérateur fabriquera des pièces (son produit) selon une consigne de poste
définie (ses critères de conformité). Un technicien mettra au point des équipements (son
produit) selon des spécifications de fabrication (ses critères de conformité). Un ingénieur
développera des produits et des méthodes de travail (son produit) en regard des besoins de
clients internes ou externes à l’entreprise (ses critères de conformité).
Nous procédons avec l’expert à une recherche systématique de toutes les sources de nonconformité. D’une manière générale, l’analyse des risques garantit le traitement durant la
formation des aléas identifiés68 au poste concerné. Nous distinguons ce que nous appelons les
67
La cible notifie les objectifs à atteindre. Quant au terme de compétence, on peut le discuter avec celui de
qualification. Lors de recherches sur la formation continue, D.Wautier et B. de Backer constatent que la notion
de compétence émerge en Europe dans les années 1980 [Wau00]. Si la qualification est liée au métier, la
compétence appartient au travailleur ; la compétence a donc une dimension individuelle (cela explique
l’appellation « Gestion des compétences » des projets menés par les Ressources Humaines en entreprise).
68
Le lecteur ne doit pas être surpris par cette expression d’« aléa identifié ». Si l’aléa est bien un événement
imprévisible, il doit se comprendre comme un risque ; ainsi le définit le Petit Larousse illustré 2002 : « Risque
d’incidents défavorables, d’inconvénients. » Dans la plupart des cas, nous ne prétendons pas traiter de situations
« imprévues » (au sens où l’expert lui-même ne saurait les prévoir). Cela impliquerait, comme l’expose Philippe
Perrenoud [Per99], un long processus d’apprentissage, qui passe par une relecture de l’expérience, un retour
réflexif sur l’événement et les réactions qu’il suscite. Il s’agit d’apprendre à : anticiper, chercher et à lire des
signes précurseurs, identifier des événements significatifs, interpréter l’ensemble de la situation, élaborer une
réponse appropriée, et activer le processus de réaction.
Page 63
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
« gestes qui tuent » (comportements du titulaire du poste fatals pour le produit69) et les
« situations critiques » (relevant des aléas de matière, de matériel ou d’environnement du
poste). La Figure 9 montre la fiche méthodologique d’aide à la description des activités en
vue de l’identification des objectifs pédagogiques.
POSTE DE TRAVAIL :
Activité :
1
Savoir-faire
Gestes qui tuent
Quoi faire ? Comment ? A quoi je sais
que je fais conforme ?
Quelles actions main-d’œuvre
peuvent être critiques ?
Situations critiques
Quelles sont les pannes,
non-conformités
ou événements critiques ?
'
/
Compétence(s) cible(s) déduite(s)
Figure 9. Description et analyse de risques des activités d’un poste de travail
À chaque poste est associée une liste de compétences cibles, qui constituent autant de
modules de formation, articulables et indépendants. La démarche n’est pas de parcelliser le
poste en des actions spécifiques et cloisonnées, à l’image d’Unités de Valeur (UV), mais
plutôt de décomposer les mécanismes opératoires complexes afin de mieux les recomposer
durant l’action de formation. Cibler une compétence répond à deux enjeux : garantir la
pertinence de la formation par rapport à l’existant en atelier, et donner un référentiel pour la
validation finale des résultats.
II.2.1.2 Structurer les contenus de formation
Une fois que les objectifs pédagogiques sont formalisés, l’expert et l’auteur ont le même
besoin de structuration générique des compétences (Bex1 et Bau1). Nous mettons à leur
disposition un modèle commun d’organisation des connaissances dans des diagrammes causeeffet.
69
Tel que défini précédemment selon le poste.
Page 64
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
II.2.1.2.1
Comment décrire la compétence ?
La compétence professionnelle peut être définie à la manière de [Leb95] comme un «savoiragir éprouvé et reconnu ». De cette définition sommaire, on peut tout de même tirer deux
observations :
-
la compétence ne se révèle pas immédiatement, mais émerge notamment par
l’expérience au fil du temps,
pour être reconnue, elle doit être validée explicitement comme telle.
En approfondissant le concept, la littérature nous présente classiquement la compétence non
pas comme l’application d’une connaissance théorique, mais un ensemble de savoirs, savoirfaire et savoir-être mis au service d’une situation de travail [Bar95]. Si cette répartition
tripartite semble fondée, nous excluons le concept de « savoir-être », non pas pour suivre un
courant de pensée généralisé ([Bri93] , [Dav91], [Sul99]) mais parce que nous l’avons
éprouvé dans un premier temps, sans qu’il apporte de valeur ajoutée à la description de
compétence. En outre, n’y aurait-il pas un risque de dérive idéologique et de conformisme
social à imposer un « savoir-être » ?
Nous avons bâti nos contenus de formation selon la décomposition en 3 types de savoir
génériques de la compétence au poste de travail :
Connaissances et contexte : quel est le contexte ? Pourquoi faire les choses
ainsi ?
Savoir faire : quoi faire ? Comment ? Quels sont les critères de conformité ?
Comportement en cas d’aléas : comment réagir si ce n’est pas conforme ?
Ces items sont complétés par deux éléments. Le premier concerne les pré-requis pour la
conduite du poste ; ils sont essentiellement descriptibles en termes de capacités spécifiques
(force physique par exemple). Le second précise, dans le cadre d’une gestion managériale des
compétences (en lien avec Bma1), la transversalité de la compétence dans l’entreprise. La
compétence est transversale si elle est capitalisable dans la formation d’un autre poste de
l’entreprise ; dans ce cas, le travail de définition des contenus liés à cette compétence cible
n’aura plus à être fait. Ainsi, l’application par exemple d’une démarche qualité sur un poste
pourra être directement réinvestie ailleurs.
II.2.1.2.2
La métaphore du théâtre mental
Illustrons notre description de la compétence par la métaphore de la scène théâtrale70. La
compétence de l’acteur peut s’exercer de manière intelligente aux conditions suivantes :
-
70
Le décor est-il bien planté ? C’est le contexte indispensable à connaître pour situer
son jeu (son poste de travail en entreprise) par rapport aux lieux, aux situations et
aux autres personnages.
Source : support de formation interne à Thales conçu par Jean-Luc Berger (formation de formateurs).
Page 65
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
-
Le texte et la mise en scène sont-ils connus ? C’est la consigne, définie par
l’autorité (la consigne en entreprise) ; elle guide l’activité.
La scène est-elle « éclairée » ? Au double sens : les projecteurs « mettent en
lumière » le jeu de l’acteur et lui permettent de le réguler ; le souffleur apporte une
aide « éclairante » à l’acteur victime d’un trou de mémoire.
L'opérateur évolue dans un
contexte lié au processus
de production (décor). La
connaissance de son
environnement lui donne
les éléments nécessaires
pour comprendre et
respecter les spécificités
du poste (mise en scène).
Culture
contextuelle
Au travail (en scène),
l'opérateur connaît son
rôle et respecte les
consignes de poste (le
texte de l'auteur).
Savoir faire
automatisé
Initiative et
improvisation en
cas d'aléas
Capacités
personnelles
L’opérateur (l’acteur) a les
capacités adéquates pour
tenir son poste (son rôle).
Selon son expérience en cas
d'aléas, soit l'opérateur dispose
des compétences pour faire face
de façon autonome (expérience
du rôle), soit il fait appel au
support technique (au souffleur).
Figure 10. La métaphore de la compétence professionnelle comme un théâtre mental
On peut mettre en correspondance ces éléments avec les 3 types de savoir décrits
précédemment (cf. Figure 10). Cette métaphore est utile à l’expert afin qu’il visualise la
structuration à donner aux compétences : à travers le théâtre mental, c’est l’intelligence de la
conduite d’un poste que l’on veut mettre en évidence, et non pas la stricte application de
règles et consignes sans en appréhender la portée.
II.2.1.2.3
Représentation formalisée en diagrammes cause-effet
Pour son aspect visuel et synthétique, nous avons choisi la forme du diagramme d’Ishikawa,
couramment appelé « arête de poisson » ou encore diagramme cause-effet71 pour
représenter chaque compétence cible.
Il y a deux façons de construire le diagramme cause-effet. La première consiste à considérer
les savoirs comme distincts, comme autant de catégories composant la compétence ; la Figure
11 illustre cette option. Nous avons rajouté aux savoirs le renseignements de capacités
personnelles, qualifiant le titulaire du poste de travail (c’est par exemple une nécessaire force
71
Cette appellation rend mieux compte du sens de tels diagrammes : la maîtrise des causes (toutes les catégories
de savoir) garantit la maîtrise des effets (la compétence cible).
Page 66
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
physique, un niveau de diplôme requis ou des aptitudes sur des compétences cibles
transversales).
Savoir
Savoirthéorique
théoriqueet
et
contextuel
contextuel
Savoir
Savoirréagir
réagiren
encas
cas
d'aléas
d'aléas
Savoir-faire
Savoir-faire
Capacités
Capacités
personnelles
personnelles
Figure 11. D’une vision cloisonnée des savoirs…
La seconde consiste à prendre en compte leur interdépendance : les connaissances et le
contexte sont nécessairement rattaché à une façon d’agir ou de réagir, en tant que réponse et
explication du savoir pratique. Les représenter de manière globale (cf. Figure 12) semble donc
plus réaliste, puisque à chaque item d’un savoir pratique on saura mettre en correspondance
l’élément du contexte ou la notion théorique qui le sous-tend.
POSTE DE TRAVAIL :
Compétence Cible :
Quoi faire ?
Comment ? Quels
sont les critères de
conformité ?
Savoir faire
Quel est le contexte ?
Pourquoi faire les
choses ainsi ?
Capacités
personnelles
Comment réagir
si ce n'est pas
conforme ?
Comportement
en cas d'aléas
Quel est le contexte ?
Pourquoi faire les
choses ainsi ?
Compétence
transversale ?
OUI
Figure 12…à la description cohérente d’une compétence cible
Page 67
NON
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
Les diagrammes cause-effet constituent pour chaque compétence cible un modèle commun de
travail pour l’expert et l’auteur. C’est une opportunité à leur collaboration : l’auteur peut
apporter son aide à l’expert lors du renseignement des diagrammes. Ils construisent ensemble
le matériel de base de la formation72, que l’auteur déclinera pédagogiquement en collaboration
avec le formateur. L’objectif d’une formation professionnelle étant moins l’exhaustivité que
la pertinence du propos liée à la pratique sur le terrain, ils sélectionneront les points essentiels
de la conduite normale du poste, et les aléas principaux (idéalement tirés d’un Pareto73).
II.2.2 Formaliser les contenus multimédias
Pour autoriser le formateur à quitter la séance de formation tout en répondant au besoin
d’encadrement de l’apprenant (Bap4), il y a trois conditions. La première est d’entretenir la
motivation de l’apprenant (Bap3) tout au long de son apprentissage. La deuxième nécessite des
interfaces Homme-Machine intuitives pour l’apprenant (Bap5). La troisième est de garantir la
continuité de la relation pédagogique pendant la phase autonome d’apprentissage. Si les outils
multimédias apportent une réponse appropriée, leur emploi nécessite d’être reconsidéré par
rapport à l’usage « encyclopédique » courant. Nous préconisons une utilisation des exposés
multimédias comme ressource par rapport à une mise en situation simulée dans le cadre
d’activités pédagogiques. D’autre part, les différences inter-personnelles entre les apprenants
imposent d’avoir des modes de représentation des contenus équilibrés.
II.2.2.1 Diversifier les médias
Parmi tous les modèles descriptifs de la structure cognitive humaine, nous en retiendrons
deux, étroitement liés, pour garantir l’équilibre des médias dans la construction d’interface de
produits multimédias à vocation pédagogique. C’est d’une part le modèle de séparation
hémisphérique du cerveau (propre à tous les êtres humains), et d’autre part la classification de
la Programmation Neuro-Linguistique (PNL) pour les canaux de perception et de
représentation (caractéristiques de chaque individu).
II.2.2.1.1
Un cerveau, deux hémisphères
Des recherches initiées dans les années 1960 sur des personnes atteintes de lésion cérébrale
ont rendu possible l’étude des deux hémisphères cérébraux de manière séparée74. Elles ont
révélé que nous possédons deux façons différentes et complémentaires de traiter
l’information : l’une linéaire, procédant pas à pas, analysant les éléments constitutifs d’un
ensemble, et l’autre globale, qui détecte et construit les structures. Chacun des hémisphères
de notre cerveau prend en charge ces deux modes de traitement. L’hémisphère gauche (HG)
traite l’information analytiquement, et l’hémisphère droit (HD) globalement.
72
On peut noter avec humour, mais non sans pertinence, que les « arêtes de poisson » renseignées constituent
l’ossature des actions de formation…
73
Diagramme en barres selon une hiérarchisation descendante (loi des « 80–20 » ; voir en xx).
74
C’est notamment grâce aux études du chirurgien Roger Sperry (Prix Nobel en 1981), sur des patients atteints
d’épilepsie grave, qui ont mis en évidence la séparation des « deux cerveaux ». En pratiquant une
commissurotomie (section du réseau de fibres reliant les deux hémisphères) sur ces patients, il a réussi à
« isoler » les symptômes sur un seul des hémisphères.
Page 68
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
Traitement par l’HG
Traitement par l’HD
S’intéresse aux composantes
S’intéresse aux ensembles
Détecte les traits pertinents
Intègre les parties en un tout
Analyse de manière logique
Fonctionne intuitivement
Traite en séquence
Recherche les structures, les relations
Respecte une ligne temporelle
Traite simultanément, par analogie
Décrit verbalement
Décrit de manière visuo-spatiale
Tableau 1. Différenciation de traitement par l’HG et l’HD
A partir de ces constatations, on a pu élaborer dans les années 1980 un modèle hémisphérique
du cerveau, décrit par le tableau ci-dessus [Wil86]. Au-delà de cette représentation binaire et
séparative, il est important de souligner que c’est la complémentarité des hémisphères qui
donne à la pensée toutes ses facultés et sa flexibilité : nous ne pensons pas exclusivement avec
l’un ou l’autre des hémisphères, et on ne peut pas dire que l’un ou l’autre des traitements soit
supérieur à l’autre. Pour mieux cerner les implications de ce modèle, nous proposons qu’il
s’illustre lui-même au lecteur, à travers la Figure 13.
5
L.O.U.P.E
HG
HD
Figure 13. Le modèle hémisphérique du cerveau
Le modèle hémisphérique peut intégrer les préférences cérébrales définies par Ned Hermann
[Her82] : il distingue les activités corticales (liées au raisonnement) et limbiques (liées aux
émotions). Sur les quadrants du cerveau ainsi constitués, chacun d’entre nous peut se
positionner. Dès lors, on peut chercher à en déduire des implications pédagogiques. C’est
notamment ce qu’a fait Patricia Davidson pour l’étude de l’apprentissage des mathématiques
[Dav82]. Elle a ainsi identifié deux profils d’apprentissage chez les élèves ; il y a d’un côté
ceux qui :
[…] préfèrent une démarche qui leur fournit une « recette », qui leur permet de suivre
une suite d’opérations pas à pas vers la solution. […] Ils ont un très grand besoin de se
parler au cours de leur raisonnement.
D’un autre côté, le second profil décrit des élèves qui :
[…] savent évaluer et sont capables de donner une réponse juste sans savoir comment ils
y sont arrivés. Ils peuvent aussi, mieux que les autres, reconnaître des structures de
grandes dimensions.
Page 69
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
Elle suggère que les formateurs adaptent leur discours et leur méthode pédagogiques afin de
s’adresser aux deux profils simultanément. C’est par exemple faire une démonstration pas à
pas au tableau noir, tout en la décrivant oralement de façon plus globale. Ces préceptes
doivent être appliqués en conception d’interfaces pédagogiques sur supports multimédias : il
faut en toute circonstance préserver l’équilibrage entre les composantes. C’est par
exemple :
II.2.2.1.2
accompagner de façon sonore les textes affichés à l’écran,
prévoir, dans les outils de navigation, le double affichage (symbolique et
graphique),
autoriser, dans les modalités de visualisation de l’information, une vue à la fois
globale et descriptive [FHRT01],
etc.
Les canaux de perception
Pour garantir l’équilibre des médias dans des supports de formation informatisés, nous faisons
appel au système de représentation sensorielle défini par la Programmation NeuroLinguistique75 (PNL). Selon ce modèle, chacun d'entre nous possède un système dominant qui
définit la manière dont nous appréhendons le monde, accédons à l'information, et qui régit nos
processus mentaux [Lab87]. On distingue :
-
Les visuels (environ 50% de la population) : rapport à l'image
Les auditifs (environ 20%) : rapport aux sons, au vocabulaire
Les kinesthésiques (environ 30%) : rapport au toucher, aux sensations
Idéalement, ces trois canaux doivent être utilisés sur un support multimédia selon leur
importance relative76. Ceci afin de s’assurer, à défaut de concevoir des interfaces adaptatives
sachant détecter les préférences de l’utilisateur, d’émettre un message efficacement
perceptible par tous les apprenants, quel que soit leur profil.
D’autre part, ce modèle comporte une seconde recommandation intrinsèque : il ne faut en
aucun cas faire passer plusieurs messages par le même canal de façon simultanée. En effet, il
y aurait alors surcharge cognitive pour l’apprenant. Ces règles simples garantiront l’efficience
des modalités employées :
-
pas de vidéos ou d’animations dynamiquement (textuellement) légendées en
parallèle, mais plutôt (oralement) commentées (comme suggéré dans [Dub01]),
pas de différence sémantique entre un son qui se rapporte à un texte à l’écran et ce
texte ; un son d’accompagnement (sans message propre) sert cependant de
renforcement cognitif,
75
Pourquoi cette appellation ? Elle s’explique ainsi :
- P comme Programme : si notre structure du cerveau est identique, ce sont nos « programmes », nos
« logiciels » de décodage qui diffèrent selon les individus. Cela dépend de la psychologie
personnelle.
- N comme Neurologie : c’est notre activité neurologique, nerveuse, qui nous fait percevoir,
appréhender, décoder les données de notre environnement. Penser, sentir, ressentir, percevoir, se
rappeler, oublier, organiser, combiner des données sont des activités neurologiques.
- L comme Linguistique : le langage structure notre pensée ; il reflète ce que l’on est.
76
Il existe également un quatrième canal, inopérant dans notre cas, puisqu’il concerne les sensations olfactives et
gustatives.
Page 70
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
-
le mouvement (animations) doit être pédagogiquement utile ; il doit être employé
uniquement dans ces cas-là, sans venir interférer le message,
les explications sonores ne doivent pas être longues et encombrées de détails
(comme montré par [Poy98]),
les modalités ludiques et participatives conviendront d’emblée aux kinesthésiques,
les messages sonores de notification sont aussi importants que le texte qui les
accompagne éventuellement ; ne pas les négliger,
La diversification et l’équilibrage des médias répond en partie au besoin de l’apprenant
d’utiliser ces ressources de manière intuitive. En outre, ces modèles de conception font appel
à quatre facettes de « l’homme apprenant » (multisensoriel, acteur, émotionnel et joueur)
déterminantes dans l’entretien de la motivation de l’apprenant.
II.2.2.2 Construire une pédagogie par l’action
En opposition avec un enseignement intégralement de type transmissif (voire « magistral »),
nous proposons un apprentissage plus participatif, grâce d’une part au modèle pédagogique du
briefing-débriefing, où l’apprenant contrôle une partie de sa séance d’apprentissage, d’autre
part grâce à l’emploi du multimédia selon les préceptes énoncés ci-dessus.
De nombreux textes font référence à différents niveaux de rétention de l’information par un
sujet, en situation d’apprentissage ou non, selon son implication dans ce que l’on peut
nommer « l’action médiatique ». Selon les chiffres ([Muc88], [Pre98] ou [Mas99]), on peut
estimer en moyenne un taux de rétention de :
-
20 à 30% de ce qu’on voit,
40 à 50% de ce qu’on voit et entend,
70% de ce qu’on voit, entend et fait,
90% de ce qu’on fait en le disant.
Sans croire que ces résultats tiennent lieu de vérité77, nous en concluons, comme nous le
pressentions avec l’évocation de l’homme multisensoriel78, que l’engagement personnel de
l’apprenant dans son apprentissage est un facteur déterminant de sa réussite. Ainsi le résume
[Mas99] :
[…] plus les sens de l’apprenant sont impliqués, plus grand sera le taux d’apprentissage,
de transfert et de rétention de la connaissance.
Apprendre par l’action signifie également pour l’apprenant sortir du traditionnel schéma
didactique « top-down » (ou descendant) :
[présentation des concepts] → [applications sur le poste] → [tests d’évaluation]
en mettant au cœur du discours des cas qui, par leur résolution, constituent les points d’entrée
aux concepts et aux savoirs concrets. Plutôt que répondre à la question du choix entre liberté
77
Dans les références, ces chiffres ne sont pas discutés ni contextualisés : quelles ont été les conditions des
expériences ? Combien de temps après ont été pratiquées les mesures de rétention ? Peut-être ne sont-ce que des
estimations ?
78
Voir la partie 1.
Page 71
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
de navigation ou guidage pédagogique [Ber98], il convient de mixer les deux pratiques par
une alternance permanente :
[questionnaires et mises en situation] ↔ [recherche motivée d’explications]
Cela s’appuie sur le principe bien connu selon lequel « on n’apprend bien que ce qu’on
cherche à comprendre » [Cle91]. C’est donc par une mise en situation permanente que l’outil
multimédia dévoile ses potentialités en matière d’apprentissage. Cette mise en situation doit
refléter au mieux les situations réelles au travail. En effet, il apparaît que la majorité des
apprentissages se produisent lors de la conduite du poste ; [Dic02] annonce même :
Des études ont montré que près de 85% des apprentissages ont lieu sur les lieux de
travail. […] Les salariés qualifiés semblent mieux apprendre dans la pratique de leur
profession.
C’est ici que l’alternance pratique–théorie prend tout son sens dans le processus
d’apprentissage. Mais puisque même la théorie se révèle être « action », comment la
caractériser ?
II.2.2.2.1
Quel type d’action ?
Nous privilégions l'activité autonome de l'apprenant ; son parcours, pour chacune des
compétences cibles, consiste en une série cohérente de questionnaires (sur des notions
théoriques, ils sont conçus pour vérifier l’acquisition de concepts et d’éléments de contexte)
ou de mises en situation (présentation de cas, reproduction éventuellement schématique du
réel ; elles sont utilisées en particulier pour présenter les aléas) appelés activités
pédagogiques. Ces activités sont à la fois variées et équilibrées sur les modalités qu’elles
impliquent. Il ne s’agit donc pas de numériser de simples Questionnaires à Choix Multiples
(QCM) papier, mais plutôt d’utiliser toutes les ressources de l’ordinateur dans l’intégration
des médias sur un même support. En effet, si les QCM ont pu être jugés utiles, ils sont à la
fois délicats pour l’auteur, et « dangereux » pour l’apprenant. Dans leur conception, l’auteur
doit trouver des « faux-frères » appropriés (les mauvaises réponses), qui doivent proposer des
alternatives vraisemblables à la bonne réponse (ou bien des propositions farfelues, mais dans
ce cas le QCM est trop facile et n’apprend rien). Quant à leurs effets sur les apprenants, on
évoque souvent l’effet négatif de ces perturbateurs, comme le souligne par exemple Cazade
[Caz95] :
[...] le temps passé par un apprenant à envisager hypothétiquement des possibilités
erronées de constructions lexicales ou syntaxiques peut laisser dans son esprit des traces
fâcheuses et persistantes que même l’arrivée de la bonne réponse au bout d’un certain
temps n’efface pas complètement.
Il y a un équilibre à respecter dans la difficulté des activités (vue du côté de l’expert) : si
l'apprenant répond sans effort ni réflexion, il n’appréhende pas les concepts clés de la
formation. A l'inverse, si le problème s’avère trop ardu, l'apprenant sera constamment en
situation d'échec, et un sentiment de découragement apparaîtra bien vite. Si on ajoute à ces
dangers la désorientation possible de l'apprenant au sein de l'environnement d'apprentissage,
ou son incompréhension éventuelle du mode d'emploi des activités, on admet sans hésitation
la nécessité d’établir une médiation en l'absence du formateur, à travers des fonctionnalités
de rétroaction évoluées.
Page 72
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
II.2.2.2.2
Pour quelle rétroaction ?
Christian George [Geo83] envisage, sans réduire le terme à une activité motrice, des actions
finalisées dont le résultat, conforme ou non à l’objectif poursuivi, est connu de l’apprenant
grâce à des informations en retour. Nous voyons ici apparaître la notion de feedback79 (alimentation en retour). Majeur dans le thème de l’interactivité, voire même
unique80, le terme de feed-back est pourtant issu des domaines technologiques. Son approche
dans le domaine de l’automatisme nous fournit une passerelle avec nos préoccupations
pédagogiques : plus qu’un simple message de notification, il désigne alors le processus de
base d’un dispositif de régulation d’un système : on ne peut atteindre un objectif (consigne)
que si en retour on lui compare les effets obtenus, afin d’entreprendre une action corrective.
De là à considérer l’apprenant comme un système, et sa régulation comme une médiation dans
son processus d’apprentissage, il n’y a qu’un pas, que nous serons tentés de franchir.
Activité
élémentaire
Contrôles nécessaires au feed-back
Applications
génériques
spécifiques
parmi une collection
Nombre et valeur des
d’objets ceux qui satisfont des
éléments extraits et
Choisir
critères données (ex. : tri)
non extraits
la bonne réponse d’un QCM
un ensemble de faits
observés en les associant à l’état
d’un système qui les a produits (ex. :
demande de diagnostic)
deux familles d’éléments en
Points de
Organiser,
les associant (ex. : appariement
réorganisation
lier,
d’objets)
incorrects
construire
un système en le
reconstruisant à l’aide de soussystèmes proposés (ex. : puzzle)
une suite d’opérations en
retrouvant leur séquentialité
une zone de réponse ouverte
(ex. : donner une valeur numérique
Ecart entre le
issue d’un calcul à partir d’un
remplissage donné et
Compléter
ensemble de données),
le remplissage attendu
une grille de mots croisés
une phrase à trous
les éléments d’un
simulateur pour réaliser une mission
Détection de
Piloter,
manipulations
donnée (mise en situation)
agir,
un mécanisme schématisé
incorrectes ou mal
déclencher
pour en comprendre le
ordonnées
fonctionnement
Tableau 2. Les types d’activités pédagogiques et leurs éléments de contrôle nécessaires
au feed-back
Ecart de performance entre les résultats et les objectifs annoncés
Prise en compte de critères, contraintes ou précautions dans la prise de
décision de l’apprenant (alarmes)
Temps pris et ressources utilisées pour l’analyse et l’action
Historique des résultats
-
79
Certains auteurs canadiens parleront de rétroaction.
Dans le sens « au-dessus des autres ». En effet, le feed-back est souvent considéré comme le seul élément
d’interactivité d’un environnement d’apprentissage multimédia.
80
Page 73
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
On peut élaborer une typologie des activités pédagogiques en parallèle avec une classification
des contrôles nécessaires à la construction d’un feed-back. Nous définissons les types
d’activités pédagogiques autour de quatre activités élémentaires : choisir, organiser (lier,
construire), compléter et piloter (agir, déclencher). Si cette liste n’est certainement pas
exhaustive, on peut décliner à partir de ces activités élémentaires un très grand nombre
d’applications, dont quelques exemples sont donnés dans le Tableau 2. Il est bien sûr possible
de combiner plusieurs activités élémentaires dans un même écran. Par une analyse
comportementale de l’apprenant via les éléments de contrôle génériques (quelle que soit
l’activité élémentaire) et spécifiques, on peut construire un feed-back qui assure une réelle
gestion des erreurs de l’apprenant, trop peu exploitée par la majorité des dispositifs de
formation multimédias81.
II.2.2.2.3
Avec quelle structure hypermédia ?
Dans son parcours des activités pédagogiques, l’apprenant doit pouvoir disposer des
ressources d’information nécessaires (rappelons-nous Bap4). C’est ici qu’intervient l’aspect
hypermédia de nos environnements d’apprentissage. Un large espace de l’application
multimédia doit être réservé aux ressources documentaires. En lien avec les activités
pédagogiques, elles sont librement consultables par l’apprenant. D’aucuns mettent en garde
sur les dangers de dispersion et de désorientation de l’apprenant dans de tels environnements
hypermédias [Car01], [Bru97]. Ainsi Philippe Quarteroni évoque-t-il la surcharge cognitive
liée à l’exploration d’un système hypermédia [Qua96] :
[…], la surcharge cognitive et la désorientation de l’utilisateur au sein d’un hypermédia
demeurent des problèmes essentiels. […] On peut dire que l’hypermédia est alors pris à
son propre jeu, car donnant l’accès à une quantité trop importante de données avec une
structuration certes ouverte mais sans repère, il ne permet pas un transfert d’information
efficace et ne remplit plus sa mission pédagogique de construction de connaissances.
Nous avons conscience de ces dangers, mais ils sont à critiquer selon deux situations
d’évolution dans un système hypermédia. La consultation d’un hypertexte se fait soit par
navigation, soit par recherche [Bro88]. Dans le premier cas, il s’agit d’aller « de où à quoi »,
et dans le second « de quoi à où ». Nous prétendons que la surcharge cognitive évoquée plus
haut est quasiment effacée dans ce dernier cas. Certes, comme le rappellent Jean-François
Rouet et André Tricot [Rou95], il n’y a pas un seul modèle de l’activité de recherche
d’informations, mais une grande diversité, et pour chaque cas la modélisation cognitive doit
être reconsidérée. Ces mêmes auteurs évoquent les 3 métaphores que l’on doit à Bernstein
[Ber93], généralement employées pour caractériser le traitement d’informations
documentaires82 : (i) le travail de la mine (extraction d’informations), (ii) le travail de la
manufacture (gestion industrielle), (iii) le travail du jardinier (entretien et culture). Si les deux
dernières classes sont du ressort de l’auteur et du formateur en concertation, l’apprenant enfile
81
Dans le domaine des logiciels grand public de soutien scolaire, Christophe Gazeau effectue dans le magazine
Multimédia & éducation (N°4 – décembre 1997/janvier 1998) une étude comparative sur la « gestion difficile
des erreurs » entre quatre logiciels :
- Graines de génie, distribué par Édusoft,
- Adi, distribué par Coktel,
- Atout clic, distribué par Hachette Multimédia Éducation,
- Tim 7, distribué par Ubi Soft.
L’auteur conclut qu’aucun produit (hormis éventuellement Graines de génie) ne pratique une réelle gestion des
erreurs, à savoir « signaler l’erreur, donner une aide ou un indice, proposer une deuxième chance pour répondre,
puis commenter précisément la réponse, bonne ou mauvaise ».
82
Ces métaphores sont détaillées dans [Nan95].
Page 74
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
quant à lui son habit de mineur, pour « aller au charbon »83. Pour l’aider dans cette tâche, nous
proposons de :
-
-
privilégier une « recherche d’informations spécifiques » à une « exploration
d’un corpus d’informations »84 de manière à cibler la stratégie de l’apprenant,
limiter les niveaux hypertextuels à trois nœuds maximum, de manière à éviter la
désorientation de l’apprenant tout en conservant une relative complexité des
informations, qui existe de fait,
introduire systématiquement un élément de réponse dans la mine par rapport à
l’activité pédagogique en cours, de manière à maintenir la motivation de
l’apprenant à poursuivre son activité de recherche.
Nous misons sur le fait que l’exploration d’un hyperdocument est facilitée lorsque l’apprenant
y recherche une information bien définie. Quelques travaux de recherche le confirment
[Zel97].
II.2.3 Personnaliser les parcours pédagogiques
Le formateur souhaite (Bfo5) pratiquer une pédagogie adaptée à l’apprenant (spécificités
(cognitives et comportementales, préférences pédagogiques, etc.). De son côté, l’apprenant
désire exprimer ses besoins (tout au moins exprimer son accord sur les objectifs
pédagogiques) à l’initialisation de la formation, notamment en ce qui concerne son parcours
(cf. Bap2). Les deux cas relèvent de la personnalisation du parcours pédagogique.
II.2.3.1 Le dilemme de la personnalisation
La question est de savoir jusqu’où il faut aller dans cette démarche à la rencontre de
l’apprenant et de ses spécificités. Il n’y a pas de réponse à la fois simple et complète. Les
éléments à prendre en compte sont en effet nombreux85 :
-
attentes professionnelles et personnelles, explicites et implicites vis-à-vis de la
formation,
niveau d’éducation,
profil cognitif86 et stratégie d’apprentissage,
prédominances hémisphériques,
canaux de perception et de représentation87,
etc.
Mais il y a un risque à trop systématiser la différenciation entre chaque apprenant, comme
l’explique Philippe Meirieu [Mei87] :
83
N’est-ce pas en effet l’état d’esprit général, en conviendra le lecteur, lorsque nous entamons une recherche
documentaire sans garantie d’aboutir ?
84
Selon la classification de Rouet et Tricot (ibid.).
85
Le lecteur trouvera une liste plus exhaustive et détaillée dans l’article de Xavier Kremer, (Trans)-formation de
l’apprenant et qualité de la formation, paru dans le numéro 147/2001-2 de la revue Education Permanente,
pp.87-97.
86
Voir à ce sujet l’ouvrage de M.Huteau, Les conceptions cognitives de la personnalité, PUF, Paris, 1985.
87
La Programmation Neuro-Linguistique (PNL) distingue 3 canaux principaux : visuel, auditif et kinesthésique.
Voir le chapitre xx pour plus de détails.
Page 75
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
[…] à trop respecter les stratégies individuelles, ne risque-t-on pas l’enfermement,
l’appauvrissement méthodologique de l’individu, une intolérance inquiétante à toute
proposition légèrement décalée et qui pourrait être systématiquement rejetée ?
Sans être aussi pessimistes, nous gardons simplement à l’esprit le caractère « autonomisant »
de la formation en entreprise : elle doit être l’occasion pour l’apprenant de s’ouvrir à de
nouvelles pratiques, de gagner en niveau de responsabilité. La différenciation est également
un frein au développement d’une méthodologie à la fois pertinente pour tous et
économiquement industrialisable. Pour ces raisons, nous nous concentrons sur les attentes
explicites et implicites de l’apprenant tout en gardant une souplesse de notre dispositif de
formation et un équilibrage des médias, pour susciter le désir et le plaisir d’apprendre chez
tous les apprenants.
Mais l’apprenant n’est qu’un maillon de la chaîne qualité de la formation. Il faut clarifier la
pertinence collective des prestations de chacun afin de développer la responsabilité solidaire
de l’ensemble des acteurs de la chaîne de la formation [Masingue, éducation permanente N°
147]. Cela passe par une contractualisation entre les acteurs.
II.2.3.2 Éléments de contractualisation entre les acteurs
Quelles relations faut-il contractualiser ? Pour répondre à cette question, il est nécessaire
d’établir une modélisation de ces relations. Elles peuvent s’envisager selon une double
approche : le triangle des processus, intime à la relation pédagogique entre le formateur et
l’apprenant, et le triangle des objectifs, qui élargit la vision inter-relationnelle aux autres
acteurs.
II.2.3.2.1
Le triangle des processus
Dans une tentative de définition de la relation pédagogique, on hésite souvent entre des termes
qui semblent similaires ou approchants : l’entretien des connaissances, l’apprentissage, la
formation. En fait, ces notions sont toutes parties constituantes de la relation pédagogique,
chacune selon un processus défini, mais qui ne peut à lui seul la définir complètement. Nous
proposons un triangle des processus inspiré du modèle de Jean Houssaye (en redéfinissant un
des processus) [Hou93].
Nous identifions trois processus (cf. Figure 14) :
-
former, qui caractérise l’axe formateur–apprenant,
apprendre, qui caractérise l’axe apprenant–savoir,
entretenir, qui caractérise l’axe formateur–savoir.
Page 76
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
su
es
sa
pp
ren
oc
Pr
dr
e
Savoir
Savoir
Pr
oc
es
su
nir
ete
ntr
se
Apprenant
Apprenant
Processus former
Formateur
Formateur
Figure 14. Le triangle des processus
Houssaye définit la situation pédagogique sur le mode du tiers-exclu : jugeant nécessaire de
privilégier l’un des axes, au détriment des deux autres. Mais alors, quel processus privilégier ?
Nous pensons au contraire que les trois processus sont complémentaires, et doivent trouver
leur place dans le déroulement de la formation. Peut-on définir des moments attribués aux
différents processus ? Comment construire alors le dispositif de formation ? Les réponses à
ces questions relèvent de la mise en œuvre pédagogique, que nous aborderons en partie III du
mémoire.
Cette vision ternaire de la relation pédagogique néglige la notion d’objectif, seule apte à faire
émerger le besoin de contractualisation entre les acteurs de la formation.
II.2.3.2.2
La pyramide des objectifs
La littérature nous offre de nombreux modèles du processus de formation en entreprise
mettant en jeu les 3 acteurs naturels que sont l’apprenant, le formateur et le manager [Bar95],
[Gal78], [Car92]. Il faut rajouter à ces schémas relationnels l’expert du domaine et l’auteur
des supports pédagogiques, puisque la plupart du temps cette modélisation suppose des
contenus de formations déjà conçus et disponibles, ce qui ne va pas, hélas, dans le sens de la
chaîne qualité déjà évoquée [Mas01].
Le modèle triangulaire devient donc pyramidal, les acteurs représentant les 5 extrémités (nous
avons naturellement placé l’apprenant au sommet de la pyramide) comme le montre la Figure
15. Chaque arête correspond à un objectif :
-
l’axe manager–expert : il porte des objectifs de capitalisation des savoir faire.
En quoi le savoir faire détenu immatériellement par l’expert va-t-il, en
s’exprimant, enrichir de manière pérenne le capital compétence de l’entreprise ?
Page 77
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
-
-
-
l’axe expert–auteur : il porte des objectifs d’expression (par la maïeutique), de
validation et de mise à jour des contenus. Comment l’auteur « accouche-t-il »
l’expert ? Comment l’expert valide-t-il les contenus mis en forme par l’auteur ?
l’axe auteur–formateur : il porte des objectifs d’appropriation des supports :
quels degré de liberté l’auteur laisse-t-il au formateur afin qu’il s’approprie les
supports de formation ?
l’axe formateur–manager : il porte des objectifs métiers : quels sont les métiers de
l’entreprise ? Quels sont les déficits de compétence ? Quelles sont les formations
prioritaires à déployer ?
Objectifs d ’expression, de
validation et de mise à jour
des contenus
Auteur
Auteur
r
ou rts
t
re ppo
e
d su
it fs es
ec d
bj ge
O sa
u
d’
Apprenant
Apprenant
Manager
Manager
s s
tif e
ec qu
bj gi
O go
da
pé
s
ire
o
t
ra ent
é
op gem
s
if n
ct ha
e
bj c
O de
Objectifs métiers
Objectifs d’appropriation
des supports
ur s
to u
re ten
de con
s
tif es
ec d
bj e
O sag
u
d’
Objectifs de capitalisation
des savoir faire
Expert
Expert
Formateur
Formateur
Figure 15. La pyramide des objectifs (vue de dessus)
Les 4 autres objectifs sont centrés sur l’apprenant :
-
-
-
88
l’axe manager–apprenant : il porte des objectifs opératoires de changement.
Qu’attend le manager de l’apprenant en terme de changement (niveau de
responsabilité, mise en œuvre des nouvelles compétences, mobilité interne88) ? En
retour, quels changements attend l’apprenant à l’issue de la formation vis-à-vis de
sa reconnaissance par l’encadrement ?
l’axe expert–apprenant : il porte des objectifs de retour d’usage des contenus. En
quoi les comportements de l’apprenant sont-ils capitalisés pour améliorer les
contenus de formation ?
l’axe auteur–apprenant : il porte des objectifs de retour d’usage des supports.
Comment l’interactivité de l’apprenant est-elle prise en compte afin de mesurer la
qualité des interfaces ?
Désigne un changement de poste de travail au sein de l’entreprise.
Page 78
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
-
l’axe formateur–apprenant : il porte des objectifs pédagogiques. Qu’attend-on de
l’apprenant au terme de la formation en terme d’acquis, de compétences ?
En toute rigueur, chacun de ces axes appelle une contractualisation. Ainsi pourrait-on
préconiser la signature de « contrats d’objectifs » [Bar95] entre les acteurs pris deux à deux.
Mais cette pratique n’est pas souhaitable (elle impliquerait 8 contractualisations !), et somme
toute pas nécessaire. En effet, l’engagement des acteurs ne doit pas se parcelliser en relations
bipolaires, mais trouver sa force dans l’engagement collectif.
C’est pourquoi nous définissons deux types de contrats, nommés « engagements tripartites »
[Gal01] : l’un est conclu entre le formateur, l’auteur et l’expert, définissant les règles de
développement et d’entretien du dispositif de formation. Il s’inscrit dans la durée, à la manière
d’une charte classique de collaboration entre les acteurs. L’autre est conclu entre l’apprenant,
le formateur et le manager, définissant l’organisation et les résultats attendus de la formation.
Il est propre à chaque action de formation, voire à chaque apprenant si nécessaire. Ce dernier
est intéressant à détailler ; il constitue le contrat pédagogique de la formation.
II.2.3.2.3
Le contrat pédagogique
Si la notion de contrat pédagogique n’est pas nouvelle89, elle n’en reste pas moins
indispensable à l’initiation d’une action de formation responsabilisant chacun des acteurs,
facteur clé de succès. C’est l’américain M.Knowles qui en a posé les bases d’application
méthodologique pour des contextes d’autoformation dans les années 1970 ; ainsi écrit-il :
Le contrat pédagogique, point de mire de l’apprentissage autodirigé, est un moyen
d’harmoniser les nécessités du poste et les buts de l’entreprise avec les objectifs et buts
personnels de l’individu. Il rend visibles les responsabilités mutuelles du manager, de
l’employé et de celui qui est responsable de la facilitation de la formation en ce qui
concerne l’atteinte des objectifs. (M.Knowles & Associates, Andragogy in action, JosseyBass, 1984)
On trouve de nombreux exemples de contrats pédagogiques dans des contextes
d’autoformation, comme dans [Car92]. Ceci n’est pas anodin : la contractualisation prête un
cadre tout à fait utile dans les pratiques d’apprentissage auto-dirigé. Notre proposition
méthodologique n’en est pas si éloignée, nous allons le voir.
Concrètement, le formateur dispose avec les diagrammes cause-effet d’un matériau de qualité
pour établir des parcours de formation. Pour personnaliser un parcours pédagogique,
l’apprenant, sa hiérarchie directe au sein de l’atelier de production (le manager) et le
formateur rédigent ensemble le contrat pédagogique propre à l’action de formation, en
définissant :
-
-
les attentes de l’apprenant quant à sa formation, en termes d’organisation pratique,
d’objectifs ou de reconnaissance de ses nouvelles compétences (évolution de sa
carrière professionnelle),
les attentes de la hiérarchie : résultats attendus, critères de validation,
les modalités pratiques de la formation (durée, lieu(x), planning de base),
son organisation pédagogique (méthode et moyens mis en œuvre),
89
On en trouve les racines dans les travaux de formateurs français des années 1950. (voir à ce sujet l’ouvrage de
Burguière et al., Contrats et éducation, l’Harmattan, 1987)
Page 79
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
-
-
la liste des compétences cibles retenues ainsi que leurs « spécifications » : ce sont
les scores à obtenir pour l’apprenant au cours d’un test multimédia à l’issue de sa
trajectoire de formation,
les modalités de mise en pratique directe des enseignements sur le poste; c’est un
engagement pris par le manager,
le choix des critères d’évaluation (théorique et pratique) de la formation.
Nous répondons ainsi clairement à des besoins identifiés chez plusieurs acteurs : Bap2, où
l’apprenant exprime ses attentes à travers la construction du contrat (c’est d’ailleurs son
objectif principal) ; Bap3 et Bfo1 en partie, mais surtout Bfo3, puisque le désir et la démarche
volontariste d’apprendre naissent nécessairement à partir des objectifs que l’apprenant s’est
fixés en concertation avec ses partenaires de formation (c’est bien ainsi qu’il faut considérer
le formateur et le manager) ; Bma1 enfin, car le contenu de la formation est décidé « surmesure » pour chaque contrat, en accord avec les attentes du manager.
Page 80
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
Apprenant :
M. LENOIR
Manager :
Formateur(s) :
BERGER Jean-Luc
Me BLANC (RUP)
Intitulé de la
formation
Le clean concept à TIV
Compétences
Cibles
retenues :
1. Mettre les chaussures Salle Propre
2. Mettre la tenue Salle Propre
3. Communiquer en Salle
4. Porter le masque et les gants
5. Nettoyer son poste de travail
6.
7.
Organisation
pratique de la
formation :
Sur poste multimédia en salle propre
3 séances de 1h30
Date de démarrage
de la formation :
Date de prise
complète du poste :
Date d’évaluation
au poste :
15/1/01
25/1/01
15/2/01
Modalités de mise en pratique
sur le terrain (engagement du
manager) :
Modalités d’évaluation
sur le poste :
La charge de travail de M.LENOIR sera aménagée le temps
de la formation (4h30 libérées)
Respect des règles comportementales en vigueur à TIV ;
observation du nettoyage du poste par le formateur et le STP sur
la période du 25/1/01 au 15/2/01
Attentes de l’apprenant
Attentes du formateur
Attentes du manager
Je souhaite obtenir une
habilitation au travail en Salle
Propre.
Tester le mode briefing–
débriefing avec le module
SIMPA du clean concept
Garantir la compétence des
personnes en Salle Propre ;
actualiser la grille de
polyvalence
Signature
Signature
Signature
Figure 16. Modèle de contrat pédagogique pour une formation au poste de travail
Ainsi, le contrat est l’élément fédérateur qui donne à la fois les grandes orientations et les
aspects pratiques de la formation. Plus qu’un simple outil d’aide à l’évaluation interactive
(comme suggéré dans [Per98]), il est le garant de la cohérence et de la prise en considération
de la formation.
II.2.3.2.4
Le carnet de route
Suite à l’entretien pédagogique, il reste à matérialiser la trajectoire de formation définie. C’est
le rôle du carnet de route, rédigé par le formateur et validé par tous les acteurs.
Indifféremment construit sous forme électronique ou papier, il est constitué du contrat
pédagogique, du contenu de toutes les compétences cibles retenues et des éventuelles feuilles
de relevés relatives aux procédures d’évaluation associées. Si la formation nécessite plusieurs
formateurs (formateur interne, techniciens, ou opérateurs habilités), la question se pose, pour
chaque compétence cible, de savoir qui va intervenir et à quels moments. Ces informations
Page 81
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
viennent compléter le carnet de route ; elles précisent clairement la répartition des rôles de
chacun. Plus qu’un simple apparat de mise en forme, ce carnet est un véritable outil de
personnalisation de la formation. En effet, si nous procédons selon le modèle des stocks (de
compétences cibles, de contenus via les diagrammes cause-effet, de procédures d’évaluation),
c’est la combinaison originale de tous ces éléments en fonction de la situation de formation
qui va assurer la personnalisation du parcours pédagogique de l’apprenant. De plus, le carnet
de route peut contenir des éléments spécifiques si besoin : nouvelles compétences cibles,
contenus approfondis ou allégés, évaluation spécifique à l’apprenant, etc.
Liste
Listede
deprocédures
procéduresd’évaluation
d’évaluation
Apprenant 1
CONTRAT
PÉDAGOGIQUE 1
Carnet de route 1
CONTRAT
PÉDAGOGIQUE 2
Apprenant 2
Carnet de route 2
Compétences
Compétencescibles
ciblessous
sousforme
formede
de
diagrammes
cause-effet
diagrammes cause-effet
Figure 17. Personnalisation de la formation
S’il est sous forme papier, le carnet de route est remis à l’apprenant, qui en est le propriétaire ;
au cours de la formation, il l’utilise pour prendre des notes, répondre à des questionnaires, ou
reporter des éléments d’évaluation. Si le carnet est sous forme électronique, il est hébergé sur
le réseau d’entreprise ; protégé par un mot de passe, seuls l’apprenant et le formateur y ont
accès. Le contrat pédagogique est alors également généré informatiquement ; un espace de
prise de notes est en outre réservé à l’apprenant. Dans tous les cas, le carnet de route est le
véritable outil de suivi de la formation.
II.2.4 Modéliser la conception des supports
La modélisation de la création des environnements multimédias de formation repose d’une
part sur la prise en compte de règles ergonomiques simples, d’autre part sur la réutilisation
systématique des architectures informatiques.
II.2.4.1 Quelques règles de conception
Outre les recommandations déjà énoncées pour équilibrer les médias et les modalités
hémisphériques, on trouve dans la littérature de (très) nombreuses « règles d’or » de
Page 82
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
conception et d’ergonomie des Interfaces Homme-Machine (IHM), dont le nombre de critères
à prendre en compte est inversement proportionnel à leur aspect fonctionnel : 10 principes
heuristiques chez [Nie94], 18 règles ergonomiques pour [Bas94] et [Tri97], jusqu’à 3000
critères (!) dans le guide de Vanderdonckt [Van94]. Nous préférons exploiter des règles
génériques simples, à l’image de celles énoncées par Joëlle Coutaz [Cou90], sur :
-
la cohérence : les mêmes actions doivent produire les mêmes résultats dans des
contextes similaires,
la concision : il ne faut pas en dire plus que nécessaire, ni dépasser les limites
d’assimilation humaine90,
les retours d’information : il faut adapter les messages de notification et les feedback au contexte,
la structuration des activités : donner une organisation claire au système,
la flexibilité : préserver des espaces de contrôle pour l’utilisateur.
Toutes ces considérations s’inscrivent dans une chaîne qualité globale du dispositif de
formation. Il s’agit de garantir la crédibilité du système [Fog99] selon quatre facettes :
1.
2.
3.
4.
Crédibilité du produit : c’est l’aspect subjectif de sa forme, sa présentation
Crédibilité de l’interface : ne pas décevoir l’utilisateur dans ses attentes
Crédibilité fonctionnelle : quelles sont les possibilités offertes par le système ?
Crédibilité des informations : quelles sont les éléments de référence ? Y a-t-il
des contradictions ou faiblesses dans le contenu ?
II.2.4.2 Réutiliser nos modèles génériques
Dans une entreprise, quel meilleur moyen de familiariser les apprenants avec leur outil
d’apprentissage multimédia, que de garder pour n’importe quelle formation au poste (du
moins pour n’importe quelle formation effectuée sur supports multimédias) la même structure
générique de ces outils ? Non seulement cela contribue à l’acceptation de tels outils par les
apprenants, mais c’est également un excellent moyen de conserver de faibles coûts et des
délais réduits de conception des supports multimédias. Rappelons ici que le contexte
industriel impose en toile de fond la rentabilité de chaque action engagée.
Bien connue des informaticiens, la « réutilisation » [DAO01] de tout ou partie d’un
programme (à commencer par le basique « copier/coller » de nos traitements de texte) est
l’apport évident de l’informatique aux activités de conception et de mise en forme. Ici, la
généricité consiste en un modèle de contrat à remplir, une bibliothèque d’activités
pédagogiques directement réutilisable, et un fichier modèle de ressources à compléter.
Ainsi :
-
l’apprenant qui a déjà suivi une formation au poste avec ces modèles les intègrera
plus rapidement (Bap4),
le formateur n’aura qu’un seul type d’environnement à maîtriser ; les freins à
l’apprentissage seront diminués (Bfo1),
90
Nous adoptons à ce propos la « règle des 7 » [Boy88], communément admise. Elle préconise une limitation à 7
items sur un écran (liste, menu, etc.) de manière à en autoriser la perception globale (HD) par l’apprenant.
Page 83
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
-
l’auteur aura un temps de conception des supports grandement diminué (Bau1) et
saura facilement mettre à jour les contenus (Bau2),
le manager aura la garantie de formations « juste à temps » (Bma2) et à moindre
coût (Bma3).
II.3 Mise en œuvre pédagogique
D’un côté, l’apprenant souhaite une formation proche de son environnement de travail
(contenus, ressources et modes pédagogiques ; cf. Bap1). Nous avons vu comment lui proposer
des contenus adaptés. Qu’en est-il des modes pédagogiques et des ressources ? D’un autre
côté, l’enjeu du formateur est à la fois de surmonter les freins à l’apprentissage chez
l’apprenant adulte (Bfo1) et concentrer son action plus sur la médiation pédagogique que sur
l’exposition des connaissances selon un mode magistral (Bfo4). Comment y parvenir ? Enfin,
le manager souhaite une efficacité maximum de la formation pour un coût de conception et de
mise en œuvre minimum (Bma3).
Tous ces besoins semblent contradictoires. On peut cependant trouver des modes
d’organisation pédagogique qui les satisfont ; nous avons retenu celui de la double
alternance : entre la formation théorique et la mise en pratique d’une part, entre des modalités
de dialogue formateur–apprenant synchrone et asynchrone d’autre part. De plus, la mise en
œuvre pédagogique doit aussi se traduire par la pratique continue de la médiation91 entre
l’apprenant et l’objet de l’apprentissage.
II.3.1 Alternance théorie / terrain
Si le cadre de notre étude n’englobe pas ce que l’on appelle les « formations-actions »92, nous
en reprenons un des préceptes fondateurs, celui d’une alternance constructive entre situation
de travail et compétence. Idéalement, la formation pour une personne nouvelle sur un poste de
travail doit intervenir après un certain temps de pratique, fonction de la nature et de la criticité
de ce poste. L’apprenant en ressentira d’autant plus un besoin de formation formalisée (en lien
avec Bap3 et Bfo3), puisque auront surgi des questions, des remarques et des besoins
d’explication contextuelles. Nous prétendons qu’une partie de la formation traditionnelle de
type métier ou compagnonnage reste toujours valable. Quelles que soient les modalités des
séquences de formation théorique, les retours sur le poste constituent pour l’apprenant autant
de « respirations » dans son apprentissage : cette variation des stimuli évite la surcharge
cognitive. Cependant, afin de garder un lien étroit entre la théorie et la pratique, il est
préférable d’en minimiser la distance (à la fois physique et temporelle) ; ainsi, le formateur
doit pouvoir dispenser systématiquement la formation en atelier. L’aspect « service » à
l’apprenant est clairement manifesté, en venant le trouver dans son environnement de travail.
Dans les entreprises industrielles, le fait de se déplacer dans les ateliers est à la fois un
symbole et une rupture avec les pratiques habituelles.
91
Voir la définition au chapitre xx.
Egalement appelée « formation en alternance » ou « formation qualifiante », voire « diplômante », la
formation-action est un élément de la formation continue en entreprise. Elle accroît la base de connaissances des
travailleurs en liaison directe avec les caractéristiques de leur environnement professionnel.
92
Page 84
Contrat
pédagogique
Parcours de
formation
Phase
d’évaluation
Pratique
Mise en situation
simulée
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
Décalage
temporel CC 1
avec la
pratique
Types de
savoirs :
CC 2
......
•Pourquoi
OK
•Contexte
•Simulations
savoir-faire et
aléas
OK
Temps de
pratique sur
le poste
Temps de
pratique sur
le poste
Début de l’action
de formation
Validation / fin
de formation
Savoirs
pratiques
Compétence
Cible
CC
Figure 18. Organisation des formations en alternance pratique / théorie
La Figure 18 retrace l’alternance nécessaire entre la pratique et la mise en situation
simulée lors de la formation. Les phases d’évaluation mentionnées sont spécifiques à chaque
période de formation : l’une porte sur les savoirs théoriques (sur support multimédia), l’autre
sur la pratique au poste de travail ; elles seront détaillées au dernier chapitre de cette partie.
II.3.2 Alternance synchrone / asynchrone
Le développement d’une compétence sur un poste implique de favoriser l’autonomie de
l’apprenant :
-
-
en situation de travail, puisque l’opérateur doit être apte à travailler seul et à faire
de la qualité, en régulant son comportement et ses actions de manière à produire en
conformité en toute situation,
en situation d’apprentissage, où l’autonomie est reproduite par des pratiques
d’autoformation93.
Mais nous avons vu dans la première partie de ce mémoire que l’autoformation, si elle
nécessite le projet de l’apprenant et la contractualisation entre les acteurs, requiert également
une ressource tutorale. Nous ne la supprimons pas, mais l’enjeu est d’en garder la
« substantifique moelle », en accord avec les besoins du formateur (rappelons ici Bfo4, où le
rôle du formateur est plus d’encadrer l’apprenant que de « l’enseigner »).
93
Le carnet de route contient des prémices de cette pratique, par des questions ouvertes auxquelles l’apprenant
est amené à réfléchir seul. En outre, ce dernier a la responsabilité de contacter ses interlocuteurs dans l’atelier
dès qu’il en éprouve le besoin.
Page 85
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
Tout en conservant le schéma éprouvé de la planification de la formation en une série de
« séances », où apprenant et tuteur se retrouvent, nous proposons pour développer
l’autonomie de l’apprenant, la mise en place de séquences94 asynchrones.
II.3.2.1 Le modèle du briefing–débriefing
Pour définir quel mode pédagogique peut répondre de la meilleure manière à tous les besoins
des acteurs, nous nous sommes basés sur les préceptes du jeu pédagogique d’entreprise95.
Dans une formation de ce type, outre les phases d’accueil et d’évaluation, on peut décrire
l’animation pédagogique par le cheminement suivant [Gib93], [Akk96] :
1. la mise en place d’une séquence du jeu : l’animateur présente le scénario et les
rapports entre les acteurs,
2. l’exploitation du jeu par les participants (mise en situation, décision, action),
3. la séance de mise au point : les apprenants découvrent mutuellement la variété
des réactions du groupe face à une situation similaire. L’animateur récapitule
l’expérience acquise, reformule clairement les concepts, et répond aux
interrogations des apprenants, en y associant de nouvelles illustrations. C’est au
cours de cette étape, à travers un débat, que les apprenants s’approprient la
connaissance.
Un jeu comporte ainsi un certain nombre de séquences (une dizaine) organisées selon ce
modèle. Comme évoqué par [Pre97], nous réinvestissons ces principes pour construire le
modèle pédagogique du briefing–débriefing. Ainsi, le rôle du formateur dans les séquences
asynchrones de la formation théorique rejoint celui de l’animateur du jeu d’entreprise :
encadrer la formation, par une séquence introductive, qui pose les objectifs de la séance et
les moyens pour les atteindre (le briefing), et par un bilan final, pour discuter, récapituler, et
vérifier l’atteinte de ces objectifs (le débriefing). Entre ces deux séquences, le formateur se
met en retrait, de manière à garantir un apprentissage en autonomie par l’apprenant96.
94
Nous nommons « séquence » une partie de la séance de formation.
Réunissant plusieurs équipes autour d’un plateau de jeu (concret ou informatisé), et encadrées par un
« animateur », le jeu d’entreprise est une simulation stratégique des problèmes de concurrence où les dimensions
de l’espace et du temps sont contractées. On pourra consulter à ce sujet [Bev86] ou [KFL60].
96
Cela ne suppose pas pour autant un abandon pédagogique de l’apprenant pendant cette phase ; nous allons le
voir au chapitre suivant.
95
Page 86
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
Synchrone
Introduction
Introduction
tutorée
tutorée
Asynchrone
Apprentissage
Apprentissageen
en
autonomie
autonomie
Synchrone
Conclusion
Conclusion
tutorée
tutorée
Temps
Figure 19. Le modèle pédagogique du briefing–débriefing
Ce modèle est d’autant plus recommandable que le formateur est interne à l’entreprise et que
la formation n’est pas sa principale mission. Le gain de temps occasionné pour lui peut aller
jusqu’à la moitié du temps total de la séance.
Voici les quelques facteurs de réussite identifiés pour la mise en place de ce mode
d’encadrement pédagogique :
-
-
-
l’acceptation par l’apprenant de rester seul (ou en groupe) pendant un certain
temps, sans la présence rassurante du formateur, qui doit pour sa part accepter de
perdre sa « toute-puissance » d’enseignant,
l’instauration effective d’un mode de dialogue asynchrone de communication
entre l’apprenant et le formateur pendant la phase centrale,
la qualité des ressources didactiques mises à la disposition de l’apprenant
pendant sa phase d’autonomie,
la conservation de la trace des actions et du comportement de l’apprenant
pendant cette phase, pour que le formateur puisse pratiquer un débriefing efficace
et adapté (en lien avec Bfo3),
l’organisation de courtes séances de formation (1h30 semble un maximum),
le respect global de l’équilibre entre les 3 séquences : la moitié consacrée au
briefing et au débriefing, l’autre moitié à l’apprentissage en autonomie.
Enfin, la pratique de la médiation est le facteur clé de succès du briefing-débriefing. La
relation ternaire entre l’apprenant, le formateur et le savoir est en constante recherche
d’équilibre (cf. le triangle des processus en Figure 14) ; la médiation représente cet équilibre.
Elle est en quelque sorte le « méta-processus » par lequel chaque pôle du triangle doit
chercher à atteindre l’autre en s’appuyant sur le troisième. Si elle n’est qu’un des 3 axes du
triangle pédagogique, la relation apprenant–formateur n’en demeure pas moins déterminante
pour la réussite de la formation. La communication synchrone en face à face reste aujourd’hui
la meilleure d’un point de vue pédagogique. Elle suppose en effet une interactivité naturelle (à
condition bien sûr de la susciter), une qualité d’échange adaptatif97 incomparable (le
97
Une interface adaptative incorpore un modèle de l’utilisateur (ici l’interlocuteur) lié avec des procédures
dynamiques d’adaptation à cet utilisateur. En comparaison, l’interface adaptable est figée par défaut, elle propose
des options d’adaptation, modifiées intentionnellement par l’utilisateur.
Page 87
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
« processeur humain »98 [Ost99] restant encore bien plus adaptatif que celui des machines). Il
convient donc, tout en limitant au mieux la présence du formateur, de conserver ces échanges
« en direct ». Mais la médiation ne doit pas se limiter à la phase synchrone de la formation ;
elle doit également pouvoir être pratiquée en l’absence du formateur, durant la phase
d’apprentissage en autonomie par l’apprenant.
II.3.2.2 La pratique de la médiation
Le professeur Reuven Feuerstein a développé dans les années 1940 une théorie de la
« modifiabilité cognitive structurale » (MCS), issue d’expériences répétées sur des enfants.
Il prétend que l'être humain, quels que soient son âge ou sa condition, est modifiable du point
de vue émotionnel, comportemental et intellectuel. Cette théorie est aujourd’hui
scientifiquement prouvée grâce aux récents apports de la science neurologique : des études
ont montré que la diversité de nos activités intellectuelles, cognitives et émotives modifient
structurellement le fonctionnement du cerveau99 [Feu01]. La modifiabilité cognitive trouve
son application dans la pratique du Programme d’Enrichissement Instrumental (PEI)
[FRR88].
Inspiré des épreuves des tests d'intelligence non verbaux, le PEI procède à la modifiabilité cognitive par un
processus de « remédiation ». Son but est d'améliorer les compétences instrumentales de l'élève en vue
d'accroître ses capacités d'apprentissage :
-
corriger les fonctions cognitives déficientes,
faire acquérir les concepts, le vocabulaire, les relations, les opérations qui sous-tendent les activités
mentales,
développer la motivation personnelle à un fonctionnement mental adapté et favoriser le recours
systématique à un traitement intellectuel des problèmes,
faciliter la prise de conscience des processus de son propre fonctionnement mental,
proposer une activité qui développe la motivation à réussir,
permettre l'autonomie du comportement en évitant les attitudes passives ou simplement réceptrices,
et en favorisant les attitudes actives et créatrices.
Le PEI comprend plus de 500 exercices regroupés à l'intérieur de 14 instruments présentés sous forme
d’exercices papier-crayon de difficulté progressive ; ils ne nécessitent aucune connaissance scolaire ou
technique. Ce sont : 1) organisation de points, 2) orientation spatiale I, 3) orientation spatiale II, 4) comparaison,
5) perception analytique, 6) classification, 7) relations familiales, 8) relations temporelles, 9) progression
numérique, 10) consignes, 11) syllogismes, 12) relations transitives, 13) représentation, stencils et design, 14)
illustrations ou histoires sans parole.
Développé en France par l'Université de Paris V, qui y a substitué un PEM (Programme d'Entraînement à la
Mobilité) adapté à l'entreprise, cet outil est arrivé en France en 1983 dans les sections d’éducation spécialisée SES aujourd’hui devenues SEGPA- de l’Education Nationale, puis à partir de 1986 pour la formation continue.
Le PEI demande une solide formation au médiateur qui l’utilise ; il ne doit pas s’intéresser pas à la « bonne
réponse », mais aux stratégies mentales que chacun a mis en oeuvre pour se sortir de la situation de problème
proposée par la tâche. Ce qui oblige à résoudre le problème en prenant conscience des actes de pensée demandés
pour élaborer une réponse, de sa façon de travailler, de ses dysfonctionnements, de ses compétences. Ensuite, il
faut trouver les mots pour les exprimer et les partager. Enfin, il faut se mettre en projet de réutiliser ces stratégies
dans des situations de toutes sortes qui peuvent arriver et avoir ainsi une panoplie d’habitudes de pensée
réutilisables selon le type de problème.
98
Le lecteur pourra consulter pour plus de détails sur cette notion l’ouvrage visionnaire de Kennteh Craik, The
nature of explanation, Cambridge UK : Cambridge University Press, 1943.
99
Le professeur Feuerstein a rapporté le cas évocateur d’un jeune garçon de 16 ans, Alex, qui a montré après un
long travail médiatisé, des capacités langagières et intellectuelles malgré une hémisphérectomie gauche.
Page 88
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
Feuerstein définit des fonctions cognitives (par exemple : « le besoin de précision dans la
collecte des données », « le besoin de planifier sa conduite ») à activer par le médiateur lors
d’un apprentissage. Notre contexte n’est pas celui du PEI, où ces fonctions sont à réactiver via
la médiation ; nous partons de l’hypothèse que les fonctions cognitives sont disponibles chez
les apprenants, mais peu ou mal investies à cause de la nouveauté de la situation ou d'autres
paramètres liés à l'environnement ou aux intentions de la personne. L’objectif du formateur
est de solliciter ces fonctions cognitives pour que la tâche proposée puisse être accomplie
avec succès.
Dès lors, on peut se demander comment pratiquer la médiation en situation concrète
d’apprentissage, dans une relation pédagogique. Feuerstein nous révèle les actions du
médiateur, qu’il classe selon les « critères de la médiation ». On compte douze critères, mais
nous en retiendrons dix dans notre pratique, recomposés selon la classification d’Alain Moal
en 3 types d’intervention [PEI90] :
1. Interventions de repérage :
- sur les objectifs pédagogiques (nécessaire réciprocité entre les objectifs de la
formation et les attentes de l’apprenant),
- sur la signification de l'apprentissage (révéler l’intérêt du sujet de formation, le
relier à un contexte connu),
- sur le parcours et les moyens employés (organisation pédagogique, usage des
supports employés).
2.
-
Interventions de régulation :
maîtrise de l'impulsivité (laisser le temps de la réflexion),
médiation de la concentration (pointer l’objet d’apprentissage),
médiation de l'implication (proposer des activités : questionnement, recherche
d’informations, reformulation),
médiation de la planification (fragmenter la difficulté).
3. Interventions de reconnaissance :
- médiation du sentiment de compétence (signifier à l’apprenant qu’il est capable,
qu’il a appris),
- médiation de la quête de nouveauté et de complexité (encourager
l’approfondissement ou l’élargissement du contenu de la formation),
- gestion positive des erreurs (les utiliser pour faire progresser l’apprenant).
Ces interventions se font par le médiateur dès que le besoin s’en fait sentir, c’est-à-dire dès
que l’apprenant rencontre des difficultés dans son apprentissage : incompréhension, blocage
face à une difficulté, erreur lors d’un test, etc.
II.3.2.3 Un double niveau d’encadrement
Si chaque séance est encadrée pédagogiquement selon le modèle du briefing–débriefing, il est
intéressant d’élargir cette structure. Ainsi, nous avons deux niveaux d’encadrement :
1. Local, au sein de chaque séance (voir ci-dessus)
2. Global, pour l’action de formation toute entière.
Dans ce second niveau, le briefing est constitué de l’entretien préalable entre tous les acteurs
Page 89
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
de la formation, et concrétisé par le contrat pédagogique. Le débriefing est lui aussi organisé
avec tous les acteurs ; il portera sur l’évaluation concertée des résultats à l’issue de la
formation sur le poste100.
Apprentissage
Apprentissage
en autonomie
en autonomie
Introduction
Introduction
tutorée
tutorée
Conclusion
Conclusion
tutorée
tutorée
Séances
Séancesde
deformation
formation
Contrat
Contrat
pédagogique
pédagogique
Apprentissage
Apprentissage
en autonomie
en autonomie
Introduction
Introduction
tutorée
tutorée
Conclusion
Conclusion
tutorée
tutorée
Validation
Validation
concertée
concertée
Temps
Figure 20. Double encadrement, local et global
II.3.3 Faciliter l’utilisation des supports
Notre contexte de recherche s’intéresse à des formations techniques d’opérateurs à leur poste
de travail. Cette population d’apprenants est aujourd’hui en renouvellement. On trouve d’un
côté les opérateurs expérimentés, à fort niveau d’ancienneté, mais pour qui l’informatique
reste encore un univers méconnu ; de l’autre, des jeunes embauchés ou intérimaires
inexpérimentés, mais pour qui l’utilisation des outils informatiques est presque naturelle,
sinon séduisante. Il faut pouvoir trouver une réponse à ces différences pour garantir la
motivation pour tous devant un outil d’apprentissage multimédia (c’est le besoin Bap5), qui
plus est dans un contexte comme le nôtre, en autoformation encadrée. Pour cela, nous mettons
à disposition de l’apprenant une séquence de familiarisation avec cet environnement.
II.3.3.1 Familiariser l’apprenant avec l’outil multimédia : le galop d’essai
Tous les apprenants n’étant pas égaux face à l’outil informatique, nous proposons
systématiquement à l’apprenant, lors de la signature du contrat pédagogique, un galop d’essai
sur ces outils.
Ce galop d’essai, effectué avec le formateur en préalable à la première séance de formation
théorique, consiste pour l’apprenant à découvrir son environnement de formation
multimédia : quelle est sa structure ? Comment y navigue-t-on ? Il ne porte sur aucun contenu
« réel » (en terme de formation), mais sur un contenu « factice » (qui n’a aucun lien avec la
formation). C’est d’ailleurs l’occasion de proposer un contenu totalement ludique, de façon à
mettre en confiance et à motiver l’apprenant qui découvre son nouvel environnement. Certes
100
Il est également envisageable de faire un premier débriefing partiel à l’issue des séances de formation
théorique ; l’évaluation porte alors sur ces aspects uniquement.
Page 90
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
le besoin Bap5 demandait idéalement l’absence de démarche initiatique pour l’apprenant ; nous
pensons qu’elle est obligatoire dans certains cas. Une autre solution, sujet de récents travaux
de recherche [Vau00], serait certes de développer une interface adaptative par génération
dynamique. Nous écartons cette option, pour des raisons de coûts de développement et de
délai de mise à disposition des produits.
Sans décréter le galop d’essai comme un facteur d’adhésion sine qua non au dispositif de
formation, on peut y voir essentiellement un outil de prise en main ergonomique, afin
d’éviter ce que Hugues Choplin et Arnaud Galisson appellent les « débordements de la
didactique sur l’ergonomie ». Il s’agit d’éviter à l’apprenant des efforts « inutiles » (c’est-àdire ne correspondant pas à l’objectif d’apprentissage) en terme de charge mentale, pour
laisser l’entière place à des efforts « utiles » au processus d’apprentissage [CDG00]. S’il est
difficile d’évaluer la proportion de temps passé à de tels efforts « inutiles », certaines études
ont montré qu’elle ne saurait être négligée. Ainsi, Lise Desmarais et son équipe ont constaté,
dans un contexte d’apprentissage des langues sur un environnement multimédia [DDLLR97] :
on peut penser que les sujets consacrent environ le quart de leur temps à des activités
qui visent principalement la maîtrise de l’environnement plutôt qu’à un apprentissage
centré sur les objectifs du programme. Le temps de familiarisation est un aspect dont le
concepteur doit tenir compte dans le développement d’un tel système [multimédia]
Si la pratique du galop d’essai est déjà largement utilisée, en formation ou pour d’autres
interfaces informatiques101, nous soulignons ici l’importance d’officialiser ce moment même
s’il est de courte durée (entre 5 et 15 minutes), en le proposant systématiquement à
l’apprenant.
II.3.3.2 Mettre à disposition les supports de formation
Un des avantages des supports de formation informatisés est leur disponibilité (et leur
patience sans limite…) que ce soit sur support CD-ROM ou sur réseau, avec les
recommandations suivantes :
-
-
-
Accès en réseau : mettre à disposition les applications multimédias (carnet de
route s’il est informatisé, modules des activités pédagogiques selon les trois types
de savoir (savoir théorique et contextuel, savoir-faire et savoir réagir en cas
d’aléas) sur le réseau d’entreprise.
Sécurité et confidentialité : contrôler l’accès aux activités pédagogiques et aux
carnets de routes personnalisés (trajectoires définies par les contrats pédagogiques)
par un mot de passe connu de l’apprenant et du formateur.
Exhaustivité documentaire : mettre en place et ouvrir l’accès à un référentiel de
formation pour chaque poste de travail, rassemblant l’ensemble des ressources
documentaires (des consignes de poste par exemple) et les solutions aux activités
pédagogiques ; ce référentiel constitue la mémoire de l’expert.
101
Le lecteur amateur de jeux vidéos a certainement fait faire à Lara Croft ses premiers pas, bonds, et tirs au
revolver dans la grotte d’entraînement prévue à cet effet au début du jeu Tomb Raider…
Page 91
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
II.4 Évaluation et validation
Si elle est traditionnellement située en fin du processus de formation, nous avons vu que
l’évaluation se prépare en amont, lors de la conception même du dispositif.
Notre recherche s’inscrit dans un contexte industriel dynamique : celui de la mobilité interne
des personnels, et de la gestion des compétences. Trop souvent les formations au poste de
travail ne sont pas considérées à leur juste valeur. Pour les apprenants opérateurs, cela se
traduit par une organisation dictée par l’urgence (voire aucune organisation, l’entreprise
pouvant être « prise de cours » par une formation non planifiée), et surtout une Validation des
Acquis Professionnels (VAP) négligée, voire inexistante. Il en résulte une démotivation de
l’apprenant, et une non prise de conscience par l’entreprise de richesses non révélées
(n’oublions pas que la première richesse de l’entreprise, c’est la compétence de ses salariés).
Mais que signifie évaluer une formation au poste de travail telle que nous l’avons décrite ?
Une première approche pour définir ce que doit être l’évaluation est de se poser la triple
question que posent Christian Depover, Max Giardina et Philippe Marton dans leur ouvrage
sur la conception et l’analyse de produits multimédias de formation [DGM98]. Ces
interrogations sont :
-
Qu’évalue-t-on ?
Qui évalue ?
Quand évalue-t-on ?
Mais répondre à ces questions ne suffit pas, même si on met en œuvre pour cela une matrice
détaillée de dimension 3 et d’ordre 90 ( !)102, comme le proposent ces auteurs. Il convient
d’adopter une démarche qualité dans la conduite de l’évaluation, en posant un véritable
QQOQCP103. Nous rajoutons ainsi trois questions essentielles :
-
Où s’effectuent les évaluations ?
Comment évalue-t-on ?
Pourquoi évalue-t-on ?
Nous pensons que les modèles d’évaluation doivent être à la fois pertinents (qualité de la
mesure) et simples (gage d’une réelle mise en œuvre)104. C’est cet équilibre à respecter que
nous allons d’abord présenter.
II.4.1 Construire une évaluation équilibrée
Les actions d’évaluation sont des actions de compromis, d’équilibre. Cet équilibre est décrit
autour de trois pôles par Serge Barzucchetti et Jean-François Claude [Bar98] :
102
Leur grille porte sur 5 niveaux d’intervention (perceptif, transactionnel, cognitif, pédagogique, évaluatif), 6
« critères généraux » (la clarté, la cohérence, la pertinence, l’analogie, la redondance, le contrôle) et 3 éléments
structuraux (les stratégies, les représentations et les objectifs), soit 90 cases (5 x 6 x 3).
103
Il s’agit d’une série de questions que l’on doit se poser pour cerner tous les aspects d’une situation, d’un
problème. L’outil est connu en anglais sous le nom de 5W2H (Why ? What ? Whese ? When ? Who ? How ?
How much ?).
104
Selon la phrase populaire, « le mieux est l’ennemi du bien » ; c’est particulièrement vrai en entreprise…
Page 92
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
1. Faisabilité pratique et centrage sur l’essentiel (évite les risques de bureaucratie,
lourdeur des procédures)
2. Pertinence, exhaustivité et fiabilité (s’affranchit d’une certaine « légèreté », non
signification des résultats)
3. Implication et adhésion des acteurs (pour qu’ils ne rejettent pas l’évaluation)
Faisabilité et
centrage sur
l’essentiel
Zone
d’équilibre
Implication et
adhésion des
acteurs
Pertinence
Exhaustivité
Fiabilité
Figure 21. Le trèfle d’équilibre dans l’évaluation d’une formation
C’est précisément cette zone d’équilibre que nous visons, dans un souci de pertinence et de
simplicité à la fois. Nous encourageons également l’implication des acteurs.
II.4.2 Qu’évalue-t-on ?
Les motivations de l’entreprise dans l’évaluation s’expriment à travers les besoins du
manager : vérifier les retours sur investissements, statuer sur l’efficacité du dispositif, attester
de la compétence de ses salariés. Une évaluation complète porte donc à la fois sur les résultats
de l’apprenant et sur le dispositif de formation. Alors, qu’évalue-t-on ?
1. Le niveau initial de l’apprenant : ses connaissances avant toute utilisation
des produits de formation.
2. Le niveau final de l’apprenant : ses compétences acquises, ses nouveaux
comportements.
3. Le contenu de la formation : sa clarté, son exhaustivité, sa pertinence, sa
structuration, sa progressivité.
4. Le support de formation : qualité des interfaces et des fonctionnalités mises à
disposition.
5. Le processus de formation : son déroulement, l’adaptation de la méthode
pédagogique, le bien-fondé des outils de conception utilisés, la communication
entre les acteurs, la compétence du formateur.
Page 93
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
Nous allons décrire pour les questions suivantes chacun de ces objets d’évaluation, en
conservant la numérotation ci-dessus.
II.4.3 Qui évalue ?
Nous avons vu, en première partie de ce mémoire, que chacun des acteurs de la formation en
est également le client. Dès lors, on convient que chaque client doit pouvoir participer à
l’évaluation.
1. L’apprenant s’auto-évalue grâce au support multimédia en présence du formateur.
2. Les compétences acquises par l’apprenant sont évaluées par le formateur (B fo2), mais
aussi par l’apprenant lui-même (Bap6) ; le manager participe également à la vérification de
l’atteinte des objectifs, précisés dès la signature du contrat pédagogique (Bma4).
3. L’expert et l’auteur sont clients de l’évaluation du contenu de la formation (Bex3 et
Bau3) à partir du résultat et du comportement de l’apprenant.
4. Le support de formation et ses fonctionnalités sont évalués par le premier concerné :
l’apprenant, mais également par le formateur qui en aussi l’utilisateur.
5. Le processus de formation peut être évalué par tous les acteurs, chacun à son niveau :
l’apprenant évalue la compétence du formateur, l’adaptation de la méthode pédagogique
et les moyens employés, le formateur juge l’adaptation de la méthode pédagogique à ses
souhaits et à ses contraintes (notamment en terme de temps passé), l’auteur peut évaluer la
qualité relationnelle entre les acteurs (notamment ses rapports avec l’expert), et le
manager vérifie l’efficacité globale du processus, en terme de délais et de retours sur
investissement.
L’évaluation est donc plurielle ; chacun de ces besoins est une pièce de l’évaluation globale
de la formation.
II.4.4 Quand évalue-t-on ?
Chaque objet d’évaluation est lié à un moment particulier du processus de formation :
1. Le niveau initial de l’apprenant s’évalue grâce à un pré-test avant chaque action de
formation. Ce test s’effectue avant d’établir le contrat pédagogique.
2. Le niveau final de l’apprenant s’évalue à la fin du parcours de formation, après un
temps de pratique sur le poste, fonction de la complexité de la formation : plus les
compétences sont riches, plus le temps de pratique avant l’évaluation sera long. Cette
évaluation s’effectue durant le débriefing de niveau global (le briefing global étant
constitué par le contrat pédagogique) évoqué au chapitre II.3.2.3 (page 89).
3. Le contenu de la formation est évalué après une expérimentation statistiquement
représentative (grand nombre d’apprenants).
4. Le support de formation peut être jugé à l’issue du parcours de l’apprenant, qui a alors
une meilleure vision critique des fonctionnalités et de l’interface.
5. Le processus de formation s’évalue à la fois en continu et à l’issue de la formation (lors
du débriefing final) ; nous avons vu que tous les acteurs y contribuent ; et ce à des
moments différents.
Page 94
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
II.4.5 Où s’effectuent les évaluations ?
Le lieu de l’évaluation est lié à sa nature : on vérifiera par exemple des compétences sur le
terrain, et on discutera d’amélioration de processus autour d’une table.
1. Le pré-test s’effectue sur un poste multimédia de formation ; il peut se trouver soit en
libre-service dans l’entreprise, soit dans une salle dédiée.
2. L’évaluation finale de l’apprenant se partage en deux lieux : sur support multimédia pour
l’évaluation théorique à partir de mises en situations simulées (le post-test), sur le terrain
pour la validation des compétences acquises.
3. Le contenu de la formation est évalué à partir des données statistiques stockées par le
poste multimédia de formation.
4. Le support de formation peut également être évalué sur le lieu de formation.
5. Pour évaluer le processus de la formation, il est nécessaire de prendre du recul, par
exemple dans un lieu totalement étranger à la formation.
II.4.6 Comment évalue-t-on ?
Pour chaque objet d’évaluation, les indicateurs seront différents : capteurs informatiques,
retours d’enquêtes ou observations sur le terrain. Nous utilisons des critères d’évaluation
(indicateur + échelle de valeur), par exemple : un pourcentage de bonnes réponses à un test
multimédia (spécification), un niveau de satisfaction à un retour d’enquête, un nombre
d’anomalies observées sur le terrain.
II.4.6.1 Evaluation initiale de l’apprenant (1)
Le pré-test est conçu par l’expert en collaboration avec l’auteur. Il est constitué d’un ensemble
d’activités pédagogiques portant sur la compétence cible à acquérir. L’apprenant réalise le test
en présence du formateur. Celui-ci intervient lorsque l’apprenant rencontre un problème dans
l’utilisation de l’interface informatique, mais ne guide pas l’apprenant dans le choix de ses
réponses.
II.4.6.2 Evaluation finale de l’apprenant (2)
Notre modèle de formation propose une alternance entre la pratique et la théorie. Il est
pertinent de conserver ces deux dimensions pour évaluer les compétences de l’apprenant, sans
pour autant les cloisonner pour conduire à une évaluation par « matières » (de type scolaire),
où chaque phase de la formation (pratique, théorie) conduit à une évaluation étrangère à celle
des autres « matières ». Comme le suggérait la Figure 18 (en page 85), il faut plutôt
considérer l’évaluation des connaissances « théoriques » comme une condition nécessaire
mais pas suffisante pour valider la formation. Ce n’est que par des considérations de terrain
que les compétences peuvent être effectivement éprouvées (c’est d’ailleurs une partie
intégrante de la définition de la compétence). Au poste de travail, on peut résumer avec
pragmatisme que l’entreprise ne forme pas uniquement des têtes bien faites, mais plutôt des
personnes visiblement compétentes à leur poste puisque sachant expliquer leurs actions. À ce
propos, la métaphore du théâtre mental (cf. page 66) donne un modèle évocateur de la
compétence au poste de travail : il s’agit d’expliquer, réguler, modifier, contextualiser « ce
que l’on a dans les mains » grâce à « ce que l’on a dans la tête ».
Page 95
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
Comment ainsi valider une compétence ? Dans notre contexte, cela implique de :
-
-
vérifier que les connaissances théoriques correspondent aux objectifs fixés quant
à l’apprentissage sur support multimédia (évaluation informatisée),
attester ensemble (apprenant, formateur et manager) de l’atteinte de toutes les
compétences cibles après une période conséquente de pratique sur le poste, en
mettant en œuvre les procédures de validation définies dans le contrat
pédagogique,
planifier des actions d’entretien de compétence si nécessaire.
Détaillons ce que doivent être les phases théorique (évaluation informatisée) et pratique
(évaluation de terrain).
II.4.6.2.1
Évaluation informatisée
Au terme de son parcours consigné dans le carnet de route, l’apprenant effectue un post-test
sur chaque compétence cible. En fonction de la concordance de ces résultats avec les
spécifications fixées pour chaque compétence cible dans le contrat pédagogique, le formateur
prend la décision de poursuivre la formation théorique, ou bien de la clôturer. Le post-test
consiste pour l’apprenant à résoudre toutes les activités pédagogiques en série, en un seul
essai, sans ressources documentaires, et bien sûr sans feed-back. En effet, si nous avons vu
que le feed-back est indissociable de l’apprentissage, il est à proscrire pour toutes les phases
de test105. Cela implique un outil multimédia bi-fonction : apprentissage et évaluation106.
Différents critères d’évaluation sont à prendre en compte : le pourcentage de bonnes réponses,
mais aussi le temps mis pour donner une réponse, la qualité de l’argumentaire de l’apprenant
dans le choix de ses réponses, le nombre de recours à l’aide pour répondre, etc.
II.4.6.2.2
Évaluation de terrain
Pour véritablement clôturer l’action de formation, la présence de l’apprenant, du formateur et
du manager est indispensable ; il s’agit là encore d’un élément d’officialisation (voire même
de « célébration ») de l’évaluation, favorisant l’implication des acteurs.
Cette évaluation comporte une double originalité :
-
-
les critères d’évaluations sont construits ad hoc (issus le plus souvent du contrat
pédagogique). La validation des compétences doit respecter les caractéristiques de
chaque poste de travail : un nombre de pièces conformes à fabriquer, une opération
à faire en un temps imparti, un niveau de qualité à atteindre dans la conduite du
poste.
l’évaluation est concertée entre tous les acteurs. L’autonomisation de
l’apprenant lui permet d’effectuer plus facilement son auto-évaluation. Celle-ci est
105
Cette assertion fait d’ailleurs partie de la liste de 12 recommandations (Principles for designing feedback)
établie par Isabelle Kreindler en 1998 [Kre98].
106
Pour reprendre une terminologie canadienne (Université Laval), nous donnons ainsi au SAMI (Système
d’Apprentissage Multimédia Interactif) de [Mar94] une dimension supplémentaire, que l’on pourrait qualifier de
« SEAMI », Système d’Évaluation de l’Apprenant Multimédia Interactif (vu phonétiquement comme un
acronyme anglais, « see me » peut se comprendre « see in me » pour l’apprenant, un moyen d’évaluer ses
représentations mentales, ses connaissances).
Page 96
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
alors discutée avec le formateur et le manager, qui disposent nécessairement
d’éléments de suivi et de critères de décision (résultats chiffrés, valuation du
comportement, niveau de conformité).
II.4.6.3 Evaluation du contenu de la formation (3)
Le système informatique enregistre au fur et à mesure de la progression de chaque apprenant
des comportements (recours à l’aide, hésitations, retours arrière, temps de réponse, etc.) et des
résultats (erreurs systématiques, mauvaise compréhension, compétences non acquises, etc.).
Des traitements statistiques de ces enregistrements font apparaître les points discutables ou
lacunaires du contenu. L’expert doit être vigilant dans l’identification de ces points, qui
peuvent également relever de la qualité des interfaces, et donc du support de formation.
II.4.6.4 Evaluation du support de formation (4)
Il n’y a pas de validation finale pour un dispositif de formation ; la vision que l’on doit en
avoir est celle d’une démarche d’amélioration continue, par un bilan de chaque action de
formation effectué par tous les acteurs. A ce titre là, Depover évoque les limites d’une telle
« évaluation a posteriori » :
Le gros reproche que l’on pourrait faire à cette forme de validation a posteriori réside
dans le fait qu’elle n’a que très rarement un effet sur le dispositif de formation lui-même.
Une fois le produit terminé, il est rare que le concepteur accepte d’y apporter des
modifications autres que mineures.(op. cit.)
Nous discutons les raisons de cet état de fait : si peu de produits multimédias de formation
évoluent après leur « validation », c’est principalement parce qu’une fois utilisé (« mis sur le
marché », dirait-on en terme d’édition), il y a un réel problème de compatibilité et de
cohérence par rapport aux évolutions informatiques que l’on serait tenté d’y apporter. Ainsi,
une des fonctionnalités essentielles de l’informatique, son évolutivité, est « muselée » dès le
départ. Nous proposons une mise à jour des supports multimédias sur les contenus de
formation bien entendu, mais également sur leurs fonctionnalités, leur structure informatique
s’il le faut, qui concerne automatiquement tous les produits alors « sur le marché » (en
utilisation dans l’entreprise). Cela implique une architecture centralisée : toute modification
est effectuée en un seul endroit du réseau informatique « parent » pour se répercuter sur toutes
les applications « enfants ». Cette démarche d’amélioration est à la fois progressive (tirer les
enseignements de chaque action de formation) et rétroactive (briser les « versions » des
logiciels, en les faisant évoluer tous en bloc).
Concrètement, c’est pendant la phase de débriefing que l’apprenant fait part de ses retours au
formateur, qui les transmet lui-même à l’auteur (premier intéressé par l’amélioration du
support). S’il est disponible, l’auteur participe directement au débriefing de la formation, où le
bilan est fait sur la qualité des interfaces. Remarquons qu’il est souvent intéressant d’intégrer
dans le support de formation des espaces dédiés à la récupération des remarques pertinentes
de l’apprenant à propos de l’interface. Ces remarques seront prises en compte pour
l’améliorer sans cesse. Il est nécessaire d’interroger chaque acteur (y compris le formateur)
sur sa satisfaction a posteriori par rapport à ses besoins généraux (ceux définis en partie I) et
spécifiques (ceux définis lors de chaque contrat pédagogique). Il convient de définir avec lui
les critères de satisfaction sur chacun des besoins. L’atteinte ou non de ces critères définit les
enseignements à reconsidérer lors d’actions futures.
Page 97
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
II.4.6.5 Evaluation du processus de formation (5)
Il est très difficile de donner à cette évaluation un caractère « régulatif », c’est-à-dire qui
donne les alertes pour ajuster « en cours de route » le processus de formation [DGM98]. .
Néanmoins, grâce au suivi de l’apprenant, le formateur peut, en concertation avec le manager,
réajuster le dispositif en modifiant l’organisation pédagogique des séances, l’utilisation faite
du multimédia, ou rectifier un niveau de communication insuffisant entre les acteurs.
Les acteurs se réunissent à l’issue de la formation pour évoquer les points positifs et les axes
de progrès du processus.
II.4.7
Pourquoi évalue-t-on ?
La question peut sembler saugrenue ; il est entendu que toute démarche d’évaluation dans
notre contexte est une action fondatrice pour l’amélioration continue du dispositif de
formation. Nous expliquerons plutôt à qui profite chaque type d’évaluation.
1. L’évaluation initiale a pour double objectif de s’assurer que l’apprenant vérifie bien les
éventuels pré-requis de la formation, et de réaliser un test initial sur les contenus grâce au
support multimédia. Cet « état des lieux » est indispensable pour que le formateur
définisse la trajectoire de formation, et donc le contrat pédagogique. Le test est
également source de motivation pour l’apprenant, qui peut mieux se situer par rapport aux
objectifs, et mesurer pleinement les progrès qu’il va effectuer par la suite.
2. Le post-test ne doit en aucun cas être perçu comme une sanction pour l’apprenant ; au
contraire, on évalue ses compétences en fin de formation pour lui signifier son parcours et
sa progression. Quant à l’évaluation sur le terrain, est elle indispensable car c’est le
seul endroit où la compétence se manifeste en situation réelle. C’est aussi l’occasion pour
les acteurs d’échanger leurs impressions, leur bilan personnel de l’action qui se termine.
3. Les contenus de formation sont évalués pour être améliorés pour mieux atteindre (plus
rapidement, avec une meilleure efficacité) les compétences cibles (fait partie de la
démarche de maintenance).
4. Le support de formation est évalué afin de réduire les aspérités d’utilisation qui peuvent
rebuter ou freiner l’action de l’apprenant, et donc le détourner de ses objectifs (autre volet
de la démarche de maintenance).
5. L’objectif principal de l’évaluation du processus est de capitaliser les enseignements
tirés de chaque expérience insatisfaisante de formation. Evaluer (donc améliorer) le
processus de formation profite naturellement à tous les acteurs : l’apprenant trouvera un
environnement pédagogique mieux adapté à ses attentes, le formateur verra le fruit de son
travail mis en évidence, l’auteur aura la certitude de concevoir des supports performants,
l’expert verra son savoir transmis dans de bonnes conditions, et le manager disposera de
personnes correctement formées dans des délais plus faibles.
Page 98
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
II.4.8 Tableau récapitulatif
Le Tableau 3 apporte les réponses synthétisées aux six questions du QQOQCP relatives à
l’évaluation.
Qu’évaluet-on ?
Qui
évalue ?
Où
Comment
Quand
évalue-tévalue-t-on ? évalue-t-on ?
on ?
Pourquoi
évalue-ton ?
Vérifier des
pré-requis
1. Le niveau
Apprenant
Pré-test
Poste
Etablir le
initial de
Formateur
informatisé
multimédia
contrat
l’apprenant
pédagogique
A la fin du
Signification
Poste
Post-test
parcours de
de la
Apprenant
multimédia
2. Le niveau
informatisé
formation,
progression
Formateur
Poste de
final de
Concertation
après un temps
de l’apprenant
Manager
travail
(sur
l’apprenant
sur le terrain
de pratique sur
Validation de
le terrain)
le poste
la compétence
Observation des
Mieux
Après plusieurs A partir du
3. Le contenu
Expert
résultats et
atteindre les
sessions
poste
de la
Auteur
comportements
compétences
d’apprentissage multimédia
formation
de l’apprenant
cibles
Mettre les
Questionnaires
Sur le lieu
4. Le support
Apprenant
A la fin du
interfaces au
critériés de
de la
de la
Formateur
parcours
service de la
staisfaction
formation
formation
formation
Apprenant
Capitaliser
En continu,
Lieu non lié
5. Le
Formateur
toutes les
Réunion–bilan mais aussi en
à la
processus de
Manager
expériences
final
formation
formation
Auteur
de formation
Tableau 3. La double évaluation de l’apprenant et du dispositif de formation
Avant d’établir
le contrat
pédagogique
Une vision globale du dispositif d’évaluation à mettre en place nous montre son caractère
hybride, entre la mesure (via le multimédia) et la subjectivité (auto-évaluation concertée entre
les acteurs), entre la théorie et la pratique, entre la mise en situation et l’action.
II.5 Conclusion
Une entreprise qui choisit de développer des supports multimédias pour ses formations
internes au poste de travail doit nécessairement définir au préalable la place qu’il convient de
leur donner, et les intégrer à l’organisation de l’entreprise. Il convient notamment de mettre en
place un encadrement humain à l’utilisation du multimédia, Tout le travail préparatoire est
effectué en accord avec les pratiques de formation désirées, surtout lorsqu’il s’agit
d’autoformation.
Page 99
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
Si l’objectif final est de mettre en place des produits multimédias de formation utilisables en
autonomie, cela implique comme le suggèrent Carré et Pearn [Car92] un suivi rigoureux :
L’un des multiples paradoxes de l’autoformation dans une organisation
socioprofessionnelle est que, loin d’entraîner un relâchement des pratiques de suivi et
d’évaluation, elle exige un plus haut degré d’attention pédagogique tout au long du
processus.
Concernant l’évaluation, son caractère hybride est une première garantie de son bien-fondé ;
nos recherches ont conduit, pour une confrontation de la méthodologie au contexte industriel,
une application des concepts et méthodes présentées ici sur un site de production d’une
grande entreprise française de haute technologie, Thales Electron Devices.
Page 100
PARTIE II – PROPOSITION METHODOLOGIQUE DE DEVELOPPEMENT D’ENVIRONNEMENTS DE FORMATION
Page 101
Partie III
SIMPA : un environnement interactif
de formation en semi-autonomie
Page 101
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
III.1 Introduction
Notre méthodologie de conception et de suivi des actions de formation a été expérimentée sur
le site industriel de Moirans (Isère) de la société THALES ELECTRON DEVICES (TED).
Nos objectifs étaient de :
-
-
confronter notre analyse des besoins aux besoins exprimés et observés sur des
actions réelles et répétées de formation au poste de travail,
valider des modèles d’utilisation des Technologies de l’Information et de la
Communication sur des formations soumises aux contraintes du monde industriel,
aboutir, au sein de l’entreprise, à des actions d’amélioration concrètes et durables,
aussi bien sur la pratique des outils multimédias utilisés en formation interne, que
sur leur forme ou leur contenu,
mettre à l’épreuve le modèle du briefing–débriefing en formation, afin de
mesurer la réduction effective du temps du formateur (50% escomptés),
réduire le temps des auteurs pour concevoir leurs contenus.
Après une présentation du site de TED Moirans, nous décrivons le dispositif de formation,
supporté par un nouvel environnement multimédia, nommé SIMPA (Support Interactif et
Médiatisé Pour l’Apprentissage) [DBPS02]. Il a été conçu selon une démarche itérative
(améliorations successives à la lumière d’enquêtes de besoins et d’expérimentations) et
participative (tests d’usage avec des volontaires). Sont présentés en particulier les éléments
fondateurs de SIMPA : une pratique de la médiation informatisée, une diversité d’activités
pédagogiques proposées à l’apprenant, le recueil de post-it informatiques. Ces fonctionnalités
ont été construites autour d’éléments validés au cours d’un premier projet Six Sigma, ayant
abouti à la création de SEAMI : Système d’Évaluation de l’Apprenant Multimédia Interactif
[DBPS00]. Ces éléments sont un double mode d’utilisation (apprentissage et test),
l’organisation du contenu selon trois types de savoir (connaissances et contexte, savoir faire,
comportement en cas d’aléas), la priorité donnée aux mises en situation vidéo, l’édition
automatique d’un journal de la formation, le calcul de l’intervalle d’incertitude sur la note
attribuée à l’apprenant lors de l’utilisation du support en mode test.
III.2 Le contexte industriel
Comme beaucoup de grands groupes industriels de haute technologie, le groupe THALES 107
est profondément marqué par une évolution économique, sociale et organisationnelle, qui fait
de la formation au poste de travail (transmission de savoir-faire) une condition identifiée et
reconnue de sa pérennité. Le site de TIV108 de la société Thales Electron Devices (TED)
produit ses propres supports de formation multimédias ; c’est pourquoi nous l’avons choisi
pour y mettre en application notre méthodologie de conception et d’évaluation.
107
108
Anciennement THOMSON-CSF.
Unité Tubes Intensificateurs d’images et de Visualisation.
Page 103
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
III.2.1 Situation économique
La société TED est leader sur le marché mondial des tubes intensificateurs d’image, les IIR109.
Cette position commerciale est à reconquérir chaque année en terme de coût, qualité et service
aux clients. La nature même de sa production (très spécialisée) fait que TIV traite seulement
avec quelques gros clients. Profitant de cette situation de marché captif, ces mêmes clients
sont de plus en plus exigeants, demandant à TIV des prix de plus en plus bas, des livraisons
de plus en plus en plus rapides, sur des commandes de moins en moins planifiées, et des
spécifications techniques sur la qualité finale des images radiologiques toujours plus pointues.
Le problème qui se pose à l’entreprise est à la fois celui de la flexibilité (traiter les
commandes à la demande, avec des accroissements ponctuels de charge à gérer), de la
productivité (baisser les prix de revient des produits), et de la qualité (garantir la satisfaction
du client). Dans ce contexte, il est indispensable d’optimiser à la fois l’outil de production et
les méthodes qui le sous-tendent.
La qualité des produits est en relation directe avec la formation du personnel : ainsi, par
exemple, le comportement du personnel opérateur en salle propre110 est décisif pour se
prémunir des défauts d’aspects de l’image des tubes. Cette maîtrise de la qualité fait donc
l’objet d’une action spécifique.
III.2.2 Situation industrielle
En réponse à ces enjeux économiques, TIV a mis en place depuis 1997 une nouvelle
organisation industrielle pour rationaliser le système de production, réduire les distances
parcourues par les matières et les hommes et simplifier le système d’approvisionnement.
Comme l’expliquent Michèle Millot et Jean-Pol Roulleau, c’est désormais « la fin du modèle
unique » qui s’impose [Mil91], celui du taylorisme :
Pour gagner la compétition, ces entreprises qui ont fait le pari de valoriser le cerveau de
leurs salariés ont abandonné le système taylorien, conçu pour faire travailler des
analphabètes. Elles inventent de nouvelles structures. […] Ici on supprime l’agent de
maîtrise, là on le garde, ailleurs on crée des ingénieurs postés… A la diversité des
situations, des productions, des besoins du marché, répond la diversité des organisations.
En opposition avec le modèle taylorien, la nouvelle organisation se caractérise à TIV par
l’instauration de la qualité totale, le juste à temps, un sur-effectif limité, et la mise en place
d’équipes de production orientées produit. Ainsi, l’entreprise est passée d’une organisation
hiérarchique, avec une répartition classique des tâches et des responsabilités en différents
ateliers, à une structure fondée à la fois sur la polyvalence et l’autonomie des opérateurs.
Au plan managérial, cela se traduit d’une part par une simplification des niveaux
hiérarchiques (ils sont désormais limités à 3 entre un salarié et le comité de direction de
l’entreprise) ; d’autre part, par un développement des responsabilités dites fonctionnelles (en
opposition avec hiérarchiques) : chefs de projets, animateurs d’équipes, supports techniques,
etc.
109
Intensificateur d’Image Radiologique.
La salle propre (également appelée « salle blanche ») désigne un ensemble protégé d’ateliers de production
dont la qualité de l’air est régulée en ce qui concerne la présence de particules (poussières, gaz, copeaux, etc). Le
milieu est également contrôlé en température et en pression.
110
Page 104
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
COMITÉ DE
DIRECTION
COMITÉ DE
DIRECTION
Direction
Industrielle
Responsable
d’Unité de
Production (RUP)
Responsable
d’atelier
Coordinateur
Assurance
Qualité
(CAQ)
Agent de
maîtrise
Support
Technique
de Proximité
(STP)
Opérateurs
EPIA
(opérateurs)
Figure 22. Du taylorisme au management participatif à TIV
Pour symboliser ce changement, l’entreprise a constitué 17 équipes de production suivant le
processus de fabrication des IIR. Ces équipes sont des EPIA :
-
Equipes : travail collectif et dynamisme de groupe.
Pluridisciplinaires : polyvalence et capacité d’évolution.
Intégrées : prise en charge de la totalité des opérations.
Autonomes : responsabilisation de chacun.
Les membres des EPIA sont les opérateurs ; ils acquièrent de nouvelles compétences
(polyvalence), avec un niveau de responsabilisation et d’implication dans leur travail élargi
(autonomie). La production est organisée en unités de production, sous la responsabilité
hiérarchique d’un Responsable d’Unité de Production (RUP). Chaque unité regroupe
plusieurs EPIA, ce qui implique une redéfinition des périmètres d’activités. Ainsi, les tâches
de l’ancien agent de maîtrise sont réparties dans chaque équipe entre les opérateurs qui la
constituent. Dans son activité de production, l’équipe est soutenue fonctionnellement par un
expert technique : le Support Technique de Proximité (STP) et un Coordinateur
Assurance Qualité (CAQ). L’outil de formation au poste de travail à TIV doit être capable
d’accompagner efficacement ce changement culturel pour les opérateurs.
En parallèle avec sa réorganisation industrielle, TIV a entamé une démarche de Gestion des
Compétences. Elle donne un cadre pour l’adéquation entre les aspirations professionnelles
des salariés et les besoins évolutifs de l’entreprise, en cohérence avec les démarches de
polyvalence et d’autonomie évoquées.
III.2.3 Situation sociale
Dans le contexte du marché des équipements de radiologie en faible progression (évolution à
moyen terme vers une nouvelle génération de produits état solide), la production des tubes IIR
doit baisser ses coûts de production pour rester compétitive. Face à la concurrence, TIV
s’emploie donc aujourd’hui à limiter ses effectifs tout en maintenant, voire augmentant si
nécessaire, sa capacité de production pour répondre à une demande fluctuante. Durant la
Page 105
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
dernière décennie, le nombre d’embauches a été très restreint, au profit d’une population
d’intérimaires répondant aux besoins ponctuels de flexibilité.
D’un point de vue démographique, comme ailleurs en France et en Europe, la pyramide des
âges se déplace de plus en plus vers le vieillissement, et il est à prévoir de nombreux départs à
la retraite pour les années à venir. À TIV, plus des deux tiers des opérateurs (71.5%)
dépassent les quarante ans. Ils côtoient une population jeune en progression. Ces deux profils
forment ce que les sociologues appellent des « bosses » démographiques. Cela n'est pas sans
conséquence quant aux actions de changement mises en œuvre, tant globalement dans
l’entreprise que sur l’organisation des formations : il ne faut exclure personne de ce
mouvement. En particulier, un effort est à fournir dans le cadre de cette recherche sur
l’implication des acteurs dans la démarche de conception et l'ergonomie des produits : il faut
rendre attrayant aux opérateurs plus âgés l'outil informatique, qui peut encore leur faire peur,
ou du moins être pour certains un obstacle à l’apprentissage ; la population jeune a quant à
elle globalement intégré la révolution informatique.
Ce vieillissement du personnel implique le départ à court terme des experts ; puisque TIV
maîtrise des technologies pointues et complexes, il est vital d’assurer la mémoire de son
expérience grâce à des supports pédagogiques performants où le savoir-faire des experts est
capitalisé, régulièrement mis à jour et mis à disposition des populations suivantes.
III.2.4 Situation de la formation interne
Le service de la communication et de la formation interne (que nous nommons par la suite
« cellule multimédia ») du personnel de TIV a pour mission d’assurer la formation technique
et humaine des nouveaux arrivants ou des intérimaires travaillant sur le site. Depuis 1990, il
s’est engagé dans la réalisation de produits pédagogiques sur les métiers de base de
l’entreprise, ainsi que sur certains postes de travail de grande complexité. Plusieurs dizaines
de modules multimédias de formation existent ; ce sont par exemple la formation aux
techniques du vide, aux différents types de soudage, au dépôt de couches minces. Ces
modules111 sont utilisés de deux manières :
-
lors de séances de formation : ils servent alors de base à l’exposé du formateur,
en libre-service accessible sans restriction à l’ensemble du personnel, sur
différents micro-ordinateurs répartis dans l’usine.
III.2.4.1 Qui sont les acteurs ?
Au vu de l’organisation industrielle présentée ci-dessus, l’apprenant est un opérateur, le
formateur et l’expert sont réunis en une seule personne (le Support Technique de Proximité,
ou STP), l’auteur est un membre de la cellule multimédia (parfois également formateur), et le
manager un Responsable d’Unité de Production, ou RUP (et parfois un Responsable de
Service Soutien, ou RSS). Le Tableau 4 donne des précisions sur les caractéristiques des
acteurs à TIV.
111
Un module de formation désigne le support pédagogique multimédia sur un contenu précis, lié soit à un poste
de travail (« activation de la photocathode »), soit à un thème (« comportement en salle propre »).
Page 106
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
Acteur
Identité
Remarques
Apprenant
Opérateur
Formateur
STP / Cellule
multimédia
Expert
STP
Auteur
Cellule
multimédia
Détenteur du savoir, le STP collabore avec la cellule
multimédia pour formaliser ses connaissances.
La cellule multimédia récupère les savoirs de l’expert
(cogniticien), les organise et les met en scène.
Manager
RUP / RSS
Il est le responsable hiérarchique de l’apprenant.
Salarié ou intérimaire, il vient d’être embauché, est en
situation de mobilité interne, ou encore se forme à la
polyvalence au sein de son EPIA.
Il peut y avoir un ou plusieurs formateurs.
Tableau 4. Les acteurs de la formation à TIV
Notons que le formateur n’est jamais un responsable hiérarchique de l’apprenant (le STP est
un responsable fonctionnel), ce qui respecte « l’intégrité » de la relation pédagogique. Il se
peut qu’il y ait plusieurs formateurs, par exemple la cellule multimédia pour la partie
théorique, et le STP en pratique sur le poste. Il est souvent fait appel à cette répartition des
tâches lorsque le poste de travail demande la compréhension de concepts qui ne sont pas
faciles à expliquer et où la cellule multimédia apporte son expertise pédagogique.
III.2.4.2 Vision critique de la médiatisation
Les modules multimédias existants sont construits selon la logique « top-down» que nous
présentions en 2ème partie (voir chapitre II.2.2.2) : présentation et explication des concepts
suivies d’exercices d’évaluation. Il y a donc deux séquences dans l’implication de l’apprenant
dans la formation : celle où il reçoit de l’information, puis celle où il agit (toujours dans le
même ordre). Par ailleurs, si ces modules sont mis à disposition sur le réseau d’entreprise, ils
ne sont pourtant pas conçus en vue d’un tel usage. En effet, aucun élément d’aide ou de
médiation n’y est intégré d’une part, aucune trace des actions de l’apprenant en situation
d’autoformation n’est conservée d’autre part.
Dans ces modules, l’accent est mis sur les animations pédagogiques pour exposer des
concepts ou des mécanismes : schéma animé d’une séquence de soudage, fonctionnement
synoptique d’un bâti de pompage, etc. Cependant, ces animations ne sont pas en lien direct
avec leur contenu cognitif : sont-elles bien utiles ? Or, Mireille Betrancourt et son équipe ont
montré que dans la plupart des cas, elles ne sont pas plus efficaces qu’une représentation
statique construite avec les mêmes éléments graphiques [BBT01]. Ainsi concluent-ils que :
Dans la mesure où les animations sont coûteuses à produire pour le concepteur et
coûteuses à traiter pour l’utilisateur, un principe préliminaire serait de ne les utiliser que
lorsqu’elles sont pertinentes, c’est-à-dire lorsque le phénomène à communiquer induit
une notion de changement dans le temps.
Lorsqu’une animation est décrétée « coûteuse à traiter » pour l’apprenant, cela rejoint la
notion de charge mentale. Que se passe-t-il si les animations sont oralement commentées sur
toute leur durée, comme dans les modules multimédias de TIV ? S’il est généralement admis,
comme de nombreuses études semblent le montrer, que c’est bénéfique à l’apprentissage
Page 107
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
([Fer99], [Dub01]), il n’y a pas de règle stricte dans le domaine. Il convient donc de nuancer
ce propos, ou plutôt de le préciser, comme le fait Françoise Poyet. Elle montre qu’il y a
surcharge mentale dans le cas de longs messages explicatifs sonores sur des notions
techniques ; la modalité visuelle est alors mieux adaptée [Poy98]. Les messages sonores sont
plus efficaces s’ils sont ciblés ; on évite alors la surcharge cognitive puisque ce ne sont pas les
mêmes zones du cerveau qui sont sollicitées dans l’appréhension de longs messages visuels
combinés à de courtes explications auditives :
Lorsque le sujet est amené à fournir un raisonnement complexe sur l’ensemble d’un
dispositif, la présentation auditive de certaines informations (labels) améliore la
mémorisation de messages explicatifs présentés visuellement.
Mais ce qui est important d’exploiter dans les illustrations (dynamiques ou non), c’est leur
aspect métaphorique, véritable moteur de l’organisation des connaissances chez l’apprenant :
une métaphore bien trouvée (la canalisation d’eau par exemple pour expliquer l’intensité d’un
courant électrique) constitue un « germe de connaissance », que le formateur doit « cultiver »
pour complexifier les notions à acquérir (garder la métaphore de la canalisation pour
expliquer la tension électrique, qui se présente comme une chute d’eau).
À propos du contenu, les modules recherchent l’exhaustivité, voire le discours
encyclopédique, plutôt que la pertinence. Ils s’apparentent ainsi plus à un « cours »
universitaire, parfois ponctué de « Travaux Pratiques » qu’à une véritable prise en main de la
formation par l’apprenant, à la fois sur son organisation et sur son contenu, qu’il souhaite
rappelons-le plus proche de son vécu, du terrain (Bap1). Il est nécessaire de traduire
l’autonomie demandée à l’opérateur sur son poste de travail par une autonomisation de son
processus de formation.
III.2.4.3 Vision critique de l’animation
Au cours d’un travail préparatoire, nous avons observé, sur une année112, des séances de
formation utilisant ces supports multimédias. Le formateur était à chaque fois interne à
l’entreprise [Duq98]. Cette observation, présentée en annexe B, peut se résumer de la façon
suivante :
-
-
112
demandes de formation très irrégulières et imprévisibles, selon les besoins
exprimés par la production,
nombre variable d’apprenants, de 1 (cas fréquent) à 8 personnes (cas rare), avec
une moyenne autour de 2 personnes,
chaque séance dure 1h30 ; une formation complète demande en moyenne 5 à 6
séances,
pas de salle réservée à la formation dans l’usine ; le lieu et les conditions
pédagogiques varient donc selon le planning d’occupation des salles,
présence permanente du formateur durant la formation, quel que soit le nombre
d’apprenants ; il est parfois aidé de surcroît par l’expert technique sur le sujet de
formation,
les capacités interactives des modules multimédias ne sont pas exploitées, dans le
sens où le formateur les diffuse grâce à un vidéo-projecteur (installé dans les
De novembre 1998 à août 1999.
Page 108
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
-
formations pour plusieurs apprenants) ; le formateur commente et explique les
images ou animations qui constituent une illustration au « cours »113,
les apprenants n’ont une participation active (via la souris) que lors des exercices
(il n’y a qu’un seul ordinateur pour tous).
Les formations au poste ne représentaient qu’une faible partie des actions du service
formation de l’entreprise (et donc de la cellule multimédia). Dans la plupart des cas, les
formations s’effectuent directement sur le poste de travail avec le tutorat d’un opérateur
confirmé. La validation est subordonnée à la conformité des pièces produites et les
compétences acquises sont répertoriées sur une « grille de polyvalence » attachée à l’EPIA.
Le point faible de cette organisation est la déficience de formation sur le contexte, les aspects
théoriques et la prise en compte des aléas qui surviennent dans la pratique quotidienne du
poste.
Ces constats rendent pertinente la mise en œuvre d’une nouvelle méthodologie de conception
et d’organisation des actions de formation par la cellule multimédia. Cette mise en œuvre
répond en effet aux contextes économique et industriel, ainsi qu’à la situation insatisfaisante
de la formation interne au poste de travail.
III.3 Création de SIMPA
En entreprise, toute action de changement de grande ampleur est gérée comme un projet. A
TIV, c’est le cas avec la réorganisation industrielle (projet sur l’efficacité collective) et la
gestion des compétences (projet associé, de même intitulé). En ce qui concerne les formations
au poste de travail, l’enjeu est conséquent, puisqu’il s’agit de les replacer au cœur du système
de gestion de la production et des compétences des opérateurs. C’est pourquoi il était
nécessaire de construire des liens entre ces projets d’entreprise114 et le déploiement de la
méthodologie exposée en 2ème partie.
Dans cette optique, nous avons naturellement choisi de développer nos travaux selon une
démarche en gestion de projet. Le « Six Sigma », en usage à TIV depuis 1999, en a constitué
le cadre, agissant comme méthodologie de développement, porteuse du changement
organisationnel des formations internes sur supports multimédias à TIV.
113
114
En ce sens, on peut considérer que les modules multimédias sont utilisés comme transparents de luxe.
Un projet d’entreprise est un projet dont le périmètre et les répercutions concernent l’ensemble des salariés.
Page 109
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
Personnalisation des
parcours
Outils
multimédias
Structuration
des contenus
Six
Sigma
Briefing–
Débriefing
Procédures
d’évaluation
Vers de
nouveaux
usages en
formation
Figure 23. Le « Six Sigma », porteur du changement
III.3.1 Qu’est-ce que le « Six Sigma » ?
La méthode « Six Sigma » est une démarche structurée de conduite de projet utilisée dans
l’industrie soit pour améliorer des procédés de fabrication ou des processus organisationnels,
soit pour développer de nouveaux produits ou processus. L’objectif principal de la méthode
est de réduire la variabilité des résultats obtenus des procédés ou processus par rapport aux
résultats attendus par les clients. Développée tout d’abord dans l’industrie des semiconducteurs chez Motorola en 1987, qui en a vendu les droits à de nombreux groupes115, la
méthode est aujourd’hui du domaine public, contrôlée par une « Académie Six Sigma » aux
Etats-Unis.
L’idée de base de la méthode Six Sigma est la nécessité de disposer de points de repère
stables pour progresser dans la compréhension et la maîtrise d’un processus. Le terme
« sigma » désigne une unité de mesure statistique qui est le reflet de la capabilité d’un
processus116 ; dans l’idéal, une capabilité de 6 sigma assure un niveau de conformité de
99.99966 %. Centrée sur la mesure, son souci permanent est la satisfaction du besoin client,
par la prise en compte de toutes ses exigences des spécifications du produit ou du processus
[Pil01].
En résumé, on peut caractériser le Six Sigma par six idées :
1.
2.
Une philosophie : diminuer les surprises dans un processus de production ou
de développement. Les clients n’aiment pas les surprises.
Un symbole : « σ », celui de l’écart type qui définit la variabilité d’un
processus117.
115
Par exemple : Texas Instrument (1988), General Electric (1995), Kodak (1995), Siemens (1997), Sony
(1997).
116
La capabilité reflète la fréquence d’apparition des défauts dans le processus : plus la capabilité est élevée, plus
le processus est performant.
117
Un processus idéalement construit en 6σ aura une probabilité de défauts de 3.4 ppm (partie par million).
Page 110
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
3.
4.
5.
6.
Une métrique : celle de la capabilité du processus ; mesure de la qualité, elle
reflète la satisfaction du client.
Un objectif : atteindre le Six Sigma, par un temps de développement
éventuellement plus long et plus cher, mais un coût de fabrication assurément
moins cher et plus sûr. L’enjeu est donc de déployer la méthode de plus en plus
vers l’amont des produits.
Une méthode : elle fait le lien entre une philosophie de la qualité (faire bien,
du premier coup, pour le client) et des outils qualité et d’analyses statistiques.
Des outils : largement partagés, ce sont à la fois ceux de la démarche qualité et
ceux de l’analyse statistique.
III.3.2 Les étapes du Six Sigma
Dans le cadre de nos travaux, il ne s’agit pas d’optimiser un processus existant (type
« DMAIC »118), mais de développer une nouvelle organisation et de nouveaux outils de
formation. La méthode adéquate est appelée « DMADV »119 ; elle se déroule selon les étapes
suivantes :
-
-
Mise en évidence du besoin ; définition des objectifs, du périmètre,
de l’équipe et du planning du projet. Revue R0.
« Mesurer » Transcription de la voix du client en terme de besoins critiques ;
hiérarchisation et établissement de spécifications pour ces besoins ;
définition des moyens pour les mesurer. Revue R1.
« Analyser » Séances de créativité pour définir le design global du produit ;
estimation de sa capabilité. Revue R2.
« Concevoir » Réalisation des tâches de conception détaillée ; analyse des risques
d’échec ; plan de test en situation. Revue R3.
« Vérifier » Vérification de la robustesse du produit en situation d’usage ; plan
de transfert du produit ; leçons à tirer du projet. Revue R4.
« Définir »
Toutes ces étapes donnent lieu à des revues de validation120 (en présence des clients pour les
revues R0, R2 et R4), pour lesquelles une liste de fournitures est attendue. Le point fort de la
méthode est d’encadrer chaque projet par des étapes de définition en amont et de vérification
en aval très rigoureuses, l’une pour cibler les objectifs et les moyens mis en œuvre dans le
projet, l’autre pour capitaliser et mettre sous contrôle les résultats du projet.
Déployée dans une entreprise, la force de la méthode Six Sigma est son organisation
structurante ; le programme, lié aux priorités et aux stratégies de l'entreprise, est soutenu par
le comité de direction et par des employés formés qui, à temps plein, facilitent le processus
d'amélioration. Tous les projets sont encadrés par un « Champion », responsable du
déploiement de la méthode. Il valide ou non, avec le « Master Black Belt » (expert, chargé de
la formation) les revues de projets présentées par les « Black Belt » (100% de leur temps
consacré au Six Sigma) ou les « Green Belt » (20% de leur temps minimum). Si cette
118
Selon les étapes, en anglais : Define / Measure / Analyse / Improve / Control.
En anglais : Define / Measure / Analyse / Design / Verify. La méthode est également connue sous le nom de
DFSS : Design For Six Sigma.
120
Par abus de langage, les acteurs du Six Sigma nomment chaque étape du projet par le titre de la revue qui la
sanctionne (par exemple, « la phase R2 »). Nous conserverons pour plus de lisibilité cette notation dans la suite
du texte.
119
Page 111
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
organisation peut paraître lourde, c’est pourtant la garantie pour l’entreprise d’en retirer des
gains. Parce qu'il ne fait appel qu'à un seul et même jeu d'outils et de techniques, Six Sigma
instaure dans une société un vocabulaire commun permettant le partage de l'information sur
les meilleures pratiques. Au fur et à mesure que les projets sont terminés, les résultats aux
chapitres de la qualité et des coûts sont suivis à la trace et l'information sur les meilleures
pratiques est systématiquement partagée.
Le Six Sigma propose deux démarches de projet : développement (DMADV) ou amélioration
(DMAIC). SIMPA étant une évolution de SEAMI (voir introduction page 103), il aurait été
logique de choisir la démarche DMAIC. Cependant, nous avons considéré qu’il était
nécessaire de reprendre le travail de conception à sa base, c’est-à-dire faire une enquête de
besoins approfondie parmi tous les acteurs de la formation, ce qui était un point faible du
premier projet. De plus, la démarche DMADV nous était alors familière, puisque éprouvée
lors de la conception de SEAMI ; nous avons capitalisé ces enseignements pour le
déroulement du second projet. Ceci explique que, malgré des difficultés techniques de
réalisation informatiques supérieures et l’enquête de besoins, le projet SIMPA a tenu ses
délais industriels121 (10 mois, contre 16 pour SEAMI).
Projet SIMPA (année 2001)
R0
R1
Jan
Fév
R2
Mars
Avr
R3
Mai
Juin
Juil
R4
Août
Sep
Oct
Tableau 5. Planning du projet SIMPA
Le Tableau 5 résume la chronologie du projet SIMPA ; c’est surtout dans le passage des
premières revues (R0, R1 et R2) que la capitalisation sur la méthode a joué. Techniquement, il
a été nécessaire de concevoir de nouveaux modèles informatiques, ce qui explique la durée
des phases R3 et R4. Nous décrivons ci-après le projet SIMPA en respectant le déroulement
des étapes Six Sigma.
III.3.3 R0 : Définir
La phase R0 a consisté à décrire l’état des lieux à l’issue du développement de SEAMI, afin
de poser les bases fonctionnelles de SIMPA. Le Tableau 6 résume cette analyse. Nous avons
limité le cadre de ce projet à deux sujets de formation interne : le clean concept pour la phase
R3 et l’auto-maintenance122 pour tester la robustesse du produit en phase R4.
121
Le temps moyen d’un projet Six Sigma à TIV est de 9 mois.
Méthode de travail donnant aux opérateurs les moyens d’effectuer une maintenance de premier niveau
(actions préventives ou curatives de faible complexité) sur leur poste de travail. Son application assure une
meilleure gestion globale de la maintenance dans l’entreprise, notamment en ce qui concerne la mobilisation des
techniciens de maintenance pour des tâches préventives ou curatives d’un niveau de complexité plus élevé.
122
Page 112
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
Revue R0
L’outil de formation SEAMI est limité :
- son mode de questionnement est rigide : seuls des QCM sont
utilisés,
- son ergonomie actuelle ne garantit pas une utilisation en
Quel est le problème ?
complète autonomie
- la réduction du temps de présence du formateur à hauteur de
50% n’est pas atteinte
Le RUP, le STP et l’EPIA concernés, ainsi que la cellule
Qui sont les clients ?
multimédia.
Augmenter à hauteur de 50% le temps d'autonomie de l’apprenant
Quels
sont
les
pendant les phases de pré-test, d’apprentissage, et de post-test dans
objectifs ?
les actions de formation interne.
Quel est le champ Le clean concept pour la conception et la réalisation de l’outil, et
l’auto-maintenance pour son développement (phase R4).
d’application ?
Quelles
sont
les Ce sont les résultats du projet SEAMI : à la fois le produit réalisé et
les données expérimentales recueillies.
données initiales ?
Quel est le coût du
25.1 K¼FIDQQH[H&
projet ?
Quels sont les effets Economies de 13.8 K¼SDUDQVXU.¼GHFRûts de qualité annuels
principaux attendus ? (cf. annexe C).
Meilleure efficacité des formations : réduction du temps passé en
formation par le(s) formateur(s) et les apprenants.
Raccourcissement de l'apprentissage : réduction du temps entre la
Quels sont les autres
date d'arrivée d'un nouvel opérateur sur un poste et la date à laquelle
effets attendus ?
il est complètement opérationnel.
Adéquation des compétences aux spécifications du poste : réduction
des coûts de non-qualité.
Tableau 6. Revue R0 du projet SIMPA
L’estimation des gains financiers a pris en compte d’une part la stricte comptabilisation
horaire de conception et d’animation des formations (« coût de la qualité »), d’autre part
l’estimation d’un « coût de non-qualité », à partir de données historiques de l’entreprise ; ce
coût décrit des cas de retour sur investissement quasiment nul (un opérateur est formé sur un
poste qu’il n’occupera finalement jamais, pas de mise en pratique suite à une formation
théorique). Le détail des calculs du coût du projet ainsi que du retour financier attendu est
donné en annexe C.
Page 113
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
• Pouvoir mettre en pratique sur le
terrain ce qui a été appris
• Répondre à ses attentes dans le
contenu de la formation
APPRENANTS
(Opérateurs)
• Restituer dans la formation le contexte
de la pratique quotidienne
EXPERT +
FORMATEUR
(STP)
• Suivre une formation adaptée à son
rythme et à sa façon d’apprendre
• Prendre conscience de sa
progression et de ses nouvelles
compétences
• Être encouragé et accompagné tout
au long de l’apprentissage
SIMPA
MANAGER
(RUP ou RSS)
• Avoir une garantie sur les résultats de
la formation : atteinte des
compétences cibles
• Disposer d'une liste précise de
compétences cibles à atteindre
• Disposer d'un indicateur chiffré sur les
résultats de la formation, pondéré par un
indicateur de confiance
• Obtenir la création d’un nouveau support
multimédia en une semaine sur un sujet, si
les compétences cibles ont déjà été
identifiées
• Intervenir dans un contexte où l'apprenant
et l‘entreprise sont réellement clients de
son action de formateur
• Pouvoir modifier simplement le contenu du
support multimédia
AUTEUR
(Cellule
Multimédia)
- Disposer de supports modulaires et
adaptables
- Réduire le temps de conception des
supports
- Conserver un degré de liberté dans la
créativité
• Que les STP disposent de moyens
pédagogiques efficaces pour remplir
leur tâche de formation en un
minimum de temps et un maximum
de résultat
• Disposer rapidement de personnes
formées
• Disposer d’une attestation de
compétence fiable pour gérer les
grilles de polyvalence
• Réduire les coûts de formation
Figure 24. Les besoins pressentis des clients
Dans le cadre du R0, nous avons également procédé à une estimation des besoins des clients,
c’est-à-dire de tous les acteurs de la formation : opérateurs (apprenants), STP (expert et
formateur), RUP et RSS123 (manager) et cellule multimédia (auteur et quelquefois formateur).
Cette estimation est directement issue de la liste des besoins construite en partie I de ce
mémoire, adaptée au contexte de TIV. La Figure 24 montre le caractère disparate des besoins
pressentis, convergeant néanmoins vers les supports SIMPA. L’enjeu de la phase R1 est de
vérifier la réalité de ces besoins, et résoudre les divergences identifiées, de manière à
satisfaire dans la suite du projet l’ensemble des acteurs.
III.3.4 R1 : Mesurer
Nous avons effectué une réelle démarche de définition des « CTQ »124, les éléments critiques
pour la qualité : qu’est-ce qui est déterminant pour les clients dans la réussite du projet ? C’est
en donnant la parole à une population représentative de ces clients, en particulier pour
exprimer leurs besoins, que l’on obtient la réponse. La phase R1 s’est décomposée en quatre
étapes: (i) recueil et traitement des besoins clients, (ii) définition et priorisation des
fonctionnalités en réponse à ces besoins, (iii) analyse des risques de réalisation, et (iv)
définition des outils pour mesurer la satisfaction des clients.
123
Le RSS est un Responsable de Service Soutien (informatique, logistique, maintenance, etc.). Le RSS élargit
notre cadre d’étude, puisqu’il ne manage pas directement des opérateurs.
124
De l’anglais « Critical To Quality ».
Page 114
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
III.3.4.1 Recueil des besoins
Un questionnaire a été proposé à un panel représentatif de chaque type de client125 : 11
opérateurs (apprenants), 10 STP (experts et formateurs) et 6 RUP ou RSS (managers). Ce
questionnaire comportait 2 volets : le premier listant les besoins pressentis que nous avons
évoqués en R0, le second élargissant le recueil à d’autres besoins non mentionnés (réponse
libre). Chaque personne interrogée a donné un degré d’importance à chaque besoin. Cette
pondération nous a permis d’établir une hiérarchie entre les différents besoins exprimés. Les
résultats complets de l’enquête sont consignés dans l’annexe D ; voici pour illustration le
tiercé des besoins de chaque acteur :
Apprenants :
1. Pouvoir mettre en pratique sur le terrain ce que j’ai appris
2. Suivre une formation répondant à mes attentes
3. Retrouver dans la formation le contexte de ma pratique quotidienne
Experts et formateurs terrain :
1. Disposer d'une liste précise de compétences cibles à atteindre
2. Disposer d'un indicateur chiffré sur les résultats de la formation, pondéré par
un indicateur de confiance
3. Obtenir la création d’un nouveau support multimédia en une semaine sur un
nouveau sujet, si j’ai déjà identifié les compétences cibles
Managers :
1. Avoir une garantie sur les résultats de la formation : atteinte des
compétences cibles
2. Que les STP disposent de moyens pédagogiques efficaces pour remplir leur
tâche de formation en un minimum de temps et un maximum de résultat
3. Disposer rapidement de personnes formées
Il est surprenant au premier regard de constater que les STP (experts et formateurs terrain) ne
sont pas eux-mêmes clients d’une réduction de leur temps de formateur ; ce besoin est
uniquement exprimé par leur hiérarchie managériale, les RUP. Or, la pratique à TIV montre
que les STP n’assurent pas entièrement leur rôle de formateur de terrain, précisément par
manque de temps ! Ce résultat mettrait-il en doute notre enquête ? On ne peut pas l’expliquer
uniquement en remarquant que la proposition « réduction du temps formateur » ne faisait pas
partie des besoins pressentis, mais également par des considérations psychologiques. C’est
inconsciemment que les STP n’ont pas retenu ce besoin, car il relevait d’une auto-critique
insupportable : la dévalorisation de leur travail de formateur. Demander de passer moins de
temps sur une tâche n’est pas compatible, dans l’imaginaire collectif, avec une valorisation
sur cette tâche126. L’efficience (les résultats obtenus en regard des investissements) est
pourtant un des enjeux critiques de l’entreprise ; une prise de conscience reste à faire chez
chacun des acteurs (du manager à l’opérateur).
125
Hormis la cellule multimédia, pilote du projet ; ses besoins « pressentis » évoqués plus haut résultent en fait
d’une analyse de ses besoins.
126
Dans cet esprit, faire du bon travail est trop souvent considéré, aujourd’hui encore, comme y passer beaucoup
de temps. Mais ceci n’est pas propre à l’entreprise : combien de parents se plaignent de leurs enfants, pourtant
brillants élèves, qui « ne passent pas assez de temps à faire leur devoirs »…
Page 115
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
On peut faire une seconde remarque, concernant le tiercé des besoins des opérateurs : les
craintes vis-à-vis du multimédia n’y apparaissent pas. Cela s’explique de deux manières :
-
-
l’outil informatique est de plus en plus utilisé en production, et tous les opérateurs
sont désormais formés aux outils bureautiques ainsi qu’à l’environnement
Windows ;
les opérateurs estiment prioritaires la réponse à leurs attentes (objectifs de
formation) et la qualité du contenu (en adéquation avec la réalité du terrain) par
rapport à l’interface.
Notons cependant que les besoins relatifs au support multimédia apparaissent juste derrière,
en quatrième (« Suivre une formation adaptée à mon propre rythme et à ma façon
d’apprendre ») et cinquième position (« Convivialité et clarté du module multimédia », qui ne
faisait d’ailleurs pas partie des besoins pressentis).
III.3.4.2 Définition des fonctionnalités de SIMPA
Chaque liste complète et pondérée des besoins (classée par ordre de priorité décroissante)
constitue pour chaque client ses éléments critiques (CTQ). Le Six Sigma va déduire les
fonctionnalités du produit en réponse à ces CTQ. Il s’agit de construire pour chaque client une
matrice QFD (Quality Function Deployment), également appelée « Maison de la Qualité »,
dans laquelle il est obligatoire d’associer une fonctionnalité à chaque besoin critique du client
[Bre99].
Nous avons ainsi construit 3 matrices QFD ; elles sont présentées dans les pages suivantes.
Les besoins critiques hiérarchisés (pondérés par les personnes interviewées) en ligne
constituent les données d’entrée de la matrice ; en réponse à chacun d’eux, le concepteur de la
matrice127 définit en colonne des fonctionnalités caractéristiques (Fi) selon trois niveaux de
prise en compte (faible, moyenne ou forte, soit 1, 3 ou 9 pts) qu’il évalue, éventuellement
accompagnées de spécifications. L’objectif est d’affecter au moins une fonctionnalité forte
(9 pts) à chaque besoin critique. On chiffre l’importance locale (pour le client auquel la
matrice est dédiée, soit la somme des prises en compte de la colonne) et globale (pour tous les
clients, soit la somme des importances locales de la colonne) de chaque fonctionnalité au bas
de la matrice. De plus, le concepteur de la matrice attribue à chaque fonctionnalité un indice
de difficulté (de 1 à 5) de réalisation technique ; la difficulté est soit d’ordre informatique
(comment l’application multimédia va-t-elle pratiquer la médiation par exemple), soit d’ordre
organisationnel (comment mettre en oeuvre le contrat pédagogique par exemple). Dans le
premier cas, nos critères d’affectation ont été liés à notre connaissance du logiciel ToolBook
et à ses possibilités ; dans le second, nous nous sommes basés sur l’expérience de la cellule
multimédia en terme d’organisation d’actions de formation interne.
127
Celui qui construit la matrice QFD est le pilote du projet Six Sigma, c’est-à-dire la cellule multimédia dans
notre cas.
Page 116
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
Figure 25. Matrice QFD dédiée aux apprenants
Page 117
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
Figure 26. Matrice QFD dédiée aux experts et formateurs de terrain
Page 118
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
Figure 27. Matrice QFD dédiée aux managers
Sur chaque matrice, nous avons coloré pour mieux les identifier les fonctionnalités réalisées
spécifiquement pour chaque type de client, c’est-à-dire celles dont l’importance locale est
égale à l’importance globale.
Page 119
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
III.3.4.3 Hiérarchisation des fonctionnalités
La démarche de conception Six Sigma utilise le Pareto comme outil de planification dans la
réalisation des fonctionnalités définies dans les matrices QFD. Outil de visualisation,
d’analyse et d’aide à la décision, le Diagramme de Pareto permet de représenter l'importance
relative de différents phénomènes lorsqu'on dispose de données quantitatives. Il prend la
forme d'un histogramme en barres classées par ordre décroissant, déterminant l'importance
relative des différents faits et en établissant des ordres de priorité sur les causes. Statisticien
italien, Wilfredo Pareto (1848-1923) a montré que dans une large majorité des situations, un
petit nombre de facteurs a une influence majeure sur les résultats. C'est la loi dite des 80-20,
où 20% des facteurs sont responsables de 80% des effets. Cette répartition inégale se retrouve
souvent et permet de distinguer les problèmes importants de ceux qui le sont moins. Cette
priorisation des problèmes a pour but de choisir les actions prioritaires à effectuer et donc de
concentrer son attention sur les difficultés importantes à prendre en compte.
Les matrices QFD donnent une première hiérarchie de nos 21 fonctionnalités ; elles sont
nommées de la plus importante pour le client (F1 : fonctions de médiation intégrées
informatiquement) à la plus anecdotique (F21 : rédaction d’une charte normalisant la
navigation dans tous les supports multimédias). Mais l’intérêt du Six Sigma est de fournir des
outils d’aide à la conception, en particulier un planning intégrant à la fois l’importance pour le
client et la difficulté de réalisation. Les fonctionnalités sont donc classées dans un Pareto
multipliant leur importance globale par leur indice de difficulté de réalisation. Ainsi,
l’exploitation de la matrice QFD structure la démarche de conception en donnant un tableau
de marche sur l'ordre des opérations. La Figure 28 en donne les six premières étapes.
c
1200
1000
800
600
P o id s(
s
c
o
400
200
0
F1
F3
F5
F2
F4
F9
sc o re
i n d ic e
c l ie n ts d iffic u lté
F1
Fo nc tion s d e méd iation in té gr é e s inf o r ma tiq u emen t ( c o mp a gn o n / pr of )
201
5
F3
O r ga n is a tio n e t div e r s if ic ation d u p ar c o u r s s elo n les c omp é ten c es c ib le s
137
5
F5
Ca lc u l d 'un in ter v a lle d e c o n f ia n c e s u r le s c o r e à p ar tir d es do n né e s c o mpo r te me nta le s
104
4
F2
Pr o c éd u r e d e mis e e n o e uv r e et d e s uiv i d es a c tion s d e f or mation
144
2
F4
Ca lc u l d 'un s c o r e à pa r tir de s r ép on s es d on n ée s p a r l'ap p r e na n t
118
2
F9
S tr u c tur e du s up p or t ind é pe n da n te d u c on te nu
55
4
Figure 28. Le Pareto des six fonctionnalités prioritaires (sur 21)
Page 120
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
III.3.4.4 Analyse des risques de réalisation
Outre la priorisation des fonctionnalités Fi, la revue R1 demande une étude de leurs
compatibilités croisées, afin de cibler les risques éventuels dans la réalisation de
fonctionnalités contradictoires. Pour cela, on construit ce que le Six Sigma appelle le « toit de
la maison de la qualité », qui correspond à une matrice de corrélation entre toutes les
fonctionnalités [Bre99]. Elle peut se construire directement sur la matrice QFD, en croisant
les Fi comme indiqués sur la Figure 29. On note les corrélations de la manière suivante (une
case vide dans le toit correspondant à une situation d’indépendance) :
z
« Toit » de la
maison
{
« Maison »
de la Qualité
Besoins clients
Fonctionnalités
z
F1
{
1
z
z
{
z
1
Fi
{
z
z
z
{
1
Équivalences
Points communs
Contradiction
Fn
B1
Bi
Bn
Figure 29. Corrélation des fonctionnalités : le « toit » de la maison de la qualité
Étant donné le grand nombre de nos fonctionnalités (21), il était important de pratiquer une
telle analyse, afin de mieux apprécier la convergence de certaines fonctionnalités, et
l’isolement de certaines autres. Mais l’intérêt est surtout de révéler des contradictions, qu’il
faudra résoudre lors de la phase de réalisation. Nous avions, dans notre cas, 3 aspects a priori
incompatibles (voir la Figure 30) :
1. développer des fonctions de médiation intégrées informatiquement (F1) tout en
garantissant une structure du support indépendante du contenu (F9),
2. diversifier les types d'activités pédagogiques proposées (F3) tout en autorisant un
usage du produit en autonomie par les apprenants grâce au galop d’essai (F11),
3. assurer une mise à jour facile des supports SIMPA (F19), tout en conservant la
diversité des activités pédagogiques et la créativité de l’auteur des contenus (F3).
Page 121
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
3 dangers
=
3 challenges
z Équivalences
{ Points communs
1 Contradiction
Figure 30. Le toit de la maison de la qualité pour SIMPA
Nous verrons en phase R3 comment « effacer » ces 3 contradictions, du moins s’en
accommoder au mieux, notamment par l’intermédiaire d’autres fonctionnalités.
Page 122
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
III.3.4.5 Mesure de la satisfaction client
Grâce au Six Sigma, nous décelons très tôt dans la phase de conception les points essentiels
de la satisfaction future des clients, et donc de la réussite du projet. Cela se traduit
naturellement par la mise en place d'indicateurs de satisfaction client, chacun accompagné
d’une spécification (seuil de satisfaction). Les axes de satisfaction client sont directement
issus des objectifs du projet. C’est premièrement répondre durablement aux besoins des
clients sur SIMPA récoltés en phase R1, deuxièmement valider l’efficacité sur le terrain d’une
formation effectuée sur support SIMPA, troisièmement vérifier la réduction effective de la
moitié du temps d’animation du formateur. Nous avons indicé ces 3 axes de satisfaction Yi :
1. Acceptabilité d'une formation en terme de besoins spécifiques (Y1) : nous proposons à
chaque client un questionnaire sur ses 5 besoins principaux, selon 5 niveaux de satisfaction
(les questionnaires sont présentés en partie IV, page 158 et suivantes) :
« Au terme de cette formation mise en œuvre avec support multimédia, sur mon besoin N°... ,
j'ai été : »
0
Jamais satisfait
1
Peu satisfait
2
Moyennement satisfait
3
Satisfait
4
Très satisfait
Nous avons fixé la spécification à Y1 ≥ 2 en moyenne : tous les questionnaires qui nous
seront renvoyés devront refléter sur les 5 besoins du client une note moyenne de 2 sur 4.
2. Acceptabilité d'une formation en terme de résultats (Y2) : nous organisons une réunion
bilan entre l’opérateur apprenant, le STP, le RUP et le formateur (si différent du STP),
après quelques semaines de mise en pratique terrain ; elle se traduit par une validation
concertée des compétences sous la forme d’une évaluation à 6 niveaux, séparément sur 3
thèmes : conformité, aisance et autonomie au poste de travail :
« Au terme de cette formation, après mise en pratique, sur le thème (Conformité / Aisance /
Autonomie), le niveau de compétence atteint se révèle : »
0
1
2
3
4
5
Niveau débutant
Insuffisant
Moyennement satisfaisant
Satisfaisant
Très satisfaisant
Exemplaire
Nous avons fixé la spécification à Y2 ≥ 2 sur chaque thème.
3. Acceptabilité d'une formation en terme de réduction du temps du formateur : nous
vérifions que son temps global de présence n’excède pas 50% de la durée de la formation.
Page 123
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
Apprentissage
en autonomie
Introduction
tutorée
T1
Y3 =
T2
T2
T1 + T2 + T3
Conclusion
tutorée
T3
temps de formation en autonomie
=
temps total de formation
Comme cela avait été défini dans le cahier des charges du projet SIMPA, nous avons fixé la
spécification à Y3 ≥ 0.5.
III.3.5 R2 : Analyser
Définir le design global du produit s’est articulé autour de la fonctionnalité principale F1 de
SIMPA, à savoir intégrer informatiquement des fonctions de médiation. Il n’a pas été
nécessaire d’organiser un brainstorming avec les futurs utilisateurs de SIMPA, étant donné le
nombre d’idées et de suggestions (sous forme de besoins) qu’ils avaient déjà exprimés lors de
l’enquête de la phase R1 (cf. annexe D). On peut compiler ainsi ces suggestions :
-
présenter le fonctionnement de chaque exercice nouveau (donner les règles du jeu),
faire les transitions entre les écrans, en proposant une suite de navigation logique,
expliquer et exploiter les erreurs commises par l'apprenant,
capter les éventuels blocages ou incompréhensions, les identifier et les traiter.
Pour ce faire, nous nous sommes basés sur la pratique pédagogique de la médiation en
réponse à l’activité mentale de l’apprenant. Nous proposons un modèle d’application sous la
forme de 2 tuteurs pédagogiques informatisés : le professeur et le compagnon ; il s’ensuit
l’architecture globale du dispositif.
III.3.5.1 Critères de la médiation et activité mentale
Pour adapter informatiquement les critères de la médiation (repérage, régulation et
reconnaissance ; voir le chapitre II.3.2.2), nous les avons classés chronologiquement. Annie
Cardinet décrit 3 phases de l'activité mentale de l'apprenant lors de la résolution des activités
pédagogiques qui lui sont proposées [Car95] :
1. « J'instruis » : l'apprenant prend connaissance de l'environnement, de la nature et
des données du problème posé.
2. « J'élabore » : l'apprenant met en jeu ses mécanismes cognitifs pour résoudre la
difficulté ; cette phase ne se traduit pas forcément par une activité
comportementale observable.
3. « J'agis » : l'apprenant déclare, matérialise sa réponse.
Page 124
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
Besoin d'être guidé
Besoin d'être accompagné
Interventions
Interventions
de
derégulation
régulation
Interventions
Interventions
de
derepérage
repérage
J’instruis
-Où en sommes-nous dans le parcours ?
- Présentation de l'objectif pédagogique
local
- Adhésion à l'objectif
- Mode d'emploi de l'activité proposée
- Indication des ressources disponibles
J’élabore
- Guidage en cours d'activité
J’élabore
- Laisser le temps de la réflexion
- Recadrage par rapport à l'objectif
- Maîtrise de l'impulsivité
- Fragmentation de la difficulté
- Invitation à utiliser la doc. proposée
J’agis
- Maîtrise de l'impulsivité
Besoin d'être encouragé
Interventions
Interventions
de
dereconnaisreconnaissance
sance
J’agis
-Médiation du sentiment de
compétence:
Félicitation graduée à la difficulté
Reflet de la compétence acquise
- Utilisation positive des erreurs
Qu'est-ce qui s'est passé ?
Pourquoi ?
Que vient-on d'apprendre ?
Temps
Figure 31. Les critères de la médiation en réponse à l’activité mentale de l’apprenant
Ce découpage temporel nous fournit un modèle simple et exploitable informatiquement pour
définir les fonctionnalités de médiation à incorporer aux supports SIMPA ; elles sont décrites
par la Figure 31, qui intègre les critères de la médiation.
III.3.5.2 Les acteurs de la médiation
Comme l’organisation pédagogique de SIMPA se décompose en deux séquences, les acteurs
de la médiation seront de deux types : les formateurs humains et les tuteurs informatisés.
Les premiers restent les principaux médiateurs dans les formations au poste de travail ; ils ont
un rôle de planification, d’organisation pédagogique (briefing), de discussion finale et
d’évaluation de l’apprentissage (débriefing). Mais intéressons-nous à la période d’absence du
ou des tuteurs humains, période durant laquelle il demeure indispensable de prolonger la
médiation pédagogique.
Pour pallier l'absence du formateur en cours de séance d'apprentissage, nous avons créé 2
tuteurs informatisés : le professeur et le compagnon. Ce binôme a une double fonction : d'une
part dynamiser les interventions des personnages (qui va intervenir ? à quels moments ?) en
ménageant des possibilités de dialogue entre eux, d'autre part révéler pleinement la dualité du
médiateur idéal : à la fois se mettre à la place de l'apprenant, et le guider dans sa réflexion et
son parcours de formation. Ainsi :
Page 125
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
Le professeur est à l'image des guides classiques développés dans des
environnements d'apprentissage interactif ou dans les CD-ROM éducatifs :
c’est le « juge de paix » qui donne le mode d'emploi de chaque activité, et
connaissant les solutions, manifeste sa joie lors des bonnes réponses de
l'apprenant.
Le compagnon est le régulateur « complice » (il ne juge pas) du
comportement de l'apprenant : il s'inspire du modèle pédagogique du «
learning companion » [ABO 98]. Il n'a pas la réponse aux exercices, mais
dispose toujours de son livre des ressources, accessible en permanence. Très
curieux, il ne manque pas de demander au professeur l'utilité de chaque
nouvel écran (objectifs pédagogiques).
Afin de réagir aux actions de l’apprenant, le professeur et le compagnon disposent de capteurs
comportementaux classiques : mesure de temps, nombre d’essais pour répondre à une
question, pages consultées dans le livre de ressources, aides consultées, etc. Nous les
détaillerons par le biais d’un exemple de médiation dans la description de la phase R3.
III.3.5.3 Structure des supports SIMPA :
Réseau
d’entreprise
Scores
Données
comportementales
Activités pédagogiques
1. Savoir théorique
et contextuel
Mot de
passe
2. Savoir faire
conforme
Trace
Carnet
de
route
Contrat
pédagogique
3. Savoir réagir
en cas d'aléas
Galop d’essai
Ressources
Fonction de
médiation
(F1)
Critères de la
médiation
Types d'activités
pédagogiques
Figure 32. Structure d'une formation sur support SIMPA
Le cœur d'une formation de type SIMPA est constitué du carnet de route informatisé, qui
contient le contrat pédagogique et le suivi de l’action de formation (journal de la formation,
traceurs informatiques, scores). Grâce à son carnet de route sécurisé par un mot de passe,
l'apprenant navigue pour chaque compétence cible dans les livres dédiés aux activités
pédagogiques. Les données comportementales de l’apprenant sont exploitées pour lui fournir,
Page 126
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
via le professeur et le compagnon, un feedback spécifique à chaque activité pédagogique. La
fonction de médiation F1 puise ainsi dans deux bases de données : les critères de la médiation
et la bibliothèque d’activités pédagogiques (détaillée au paragraphe III.3.6.4). Enfin, un livre
est dédié à toutes les ressources documentaires, sous forme textuelles ou multimédia ; elles
sont élaborées par l'expert technique du domaine en concertation avec l’auteur et le formateur.
III.3.6 R3 : Concevoir
Le design détaillé de SIMPA s’est effectué en construisant un prototype traitant des
compétences cibles de base pour le clean concept : (i) « Mettre les chaussures Salle Propre »,
(ii) « Mettre la tenue Salle Propre », (iii) « Port du masque et des gants », (iv)
« Communiquer en Salle Propre ». Les 4 prototypes ont été testés par des volontaires en
situation de formation simulée, et améliorés à la lumière des résultats de ces expériences.
Après une présentation du logiciel d’intégration multimédia utilisé, nous détaillons
l’environnement de formation et la bibliothèque d’activités pédagogiques nécessaires à la
conception de supports. Enfin, nous décrivons le mécanisme caché de la médiation et les
modes d’utilisation de SIMPA : test, apprentissage et solution.
III.3.6.1 L’outil d’intégration multimédia : TOOLBOOK
Comme bien souvent dans le domaine de la recherche en pédagogie, le choix du logiciel
d’intégration multimédia n’est pas issu d’une étude comparative raisonnée de la valeur
intrinsèque du produit par rapport à d’autres produits du marché. Historiquement, ToolBook
est l’outil utilisé avec bonheur à TIV depuis 1995 ; s’il n’y a pas eu de choix, c’est parce que
nous savions pertinemment que le logiciel correspondait à ce que nous attendions
implicitement d’un tel outil.
Le logiciel ToolBook, conçu à l’origine par la société américaine Asymetrix128, est basé sur la
métaphore du « livre »129 : chaque livre ToolBook est composé d’une suite de pages à travers
lesquelles l’utilisateur navigue, en cliquant sur des boutons, des liens hypertextuels et autres
objets. Bien qu’il soit ainsi relativement aisé de créer rapidement un didacticiel de type
présentation comme sous PowerPoint de Windows, le recours à la programmation s’impose
dès que l’on souhaite introduire une dose significative d’interactivité. Pour cela, ToolBook
dispose de son propre langage orienté objet : l’OpenScript. Il offre de multiples possibilités :
créer et gérer entièrement des boîtes de dialogue, animer tous types d’objets à l’écran, piloter
une application. On peut par exemple contrôler Excel depuis ToolBook par le script (cela a
été très pratique pour construire automatiquement nos tableaux de données pour les phases
expérimentales de recueil des données). Voici résumés les principaux atouts de ToolBook à
nos yeux :
-
128
129
une totale liberté de mise en page,
une intégration multimédia très fonctionnelle : compatibilité graphique maximale,
option transparence des objets très utile, fonctions son et vidéo intégrées,
un langage de programmation très puissant et simple à utiliser, qui intègre le code
source de Windows,
Aujourd’hui rachetée par la société Click2Learn.
Métaphore que ToolBook reprend à l’environnement HyperCard, développé pour Macintosh.
Page 127
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
-
une structure hiérarchique (voir figure ci-dessous ; les niveaux en pointillés ne sont
pas présents par défaut) pour élever dès que possible le niveau de rédaction des
scripts, qui deviennent partagés par plusieurs objets (gérés par le même code) : il
s’ensuit une simplification des mises à jour,
Hiérarchie des
scripts pouvant
traiter cet
événement
6
Livre système
5
Livre
4
Arrière-plan
3
Page
2
Groupe d’objets
Événement
1
Objet
(bouton, zone de texte, etc.)
Figure 33. Hiérarchie des scripts attachés aux éléments dans ToolBook
-
-
-
pas de limite quant à la taille d’une application, puisqu’il est très facile d’ouvrir un
livre depuis un autre de manière transparente pour l’utilisateur ; il est recommandé
de décomposer une application « lourde » en plusieurs entités interdépendantes
plus « légères »,
une « boîte à outils » (les widgets) offrant une grande variété de types d’activités
directement utilisables (et modifiables à volonté), tels que QCM, glisser/déplacer,
appariements d’objets,
la possibilité d’enregistrer la trace des actions effectuées par les apprenants
(fonctionnalité indispensable pour nos travaux de recherche),
l’existence d’une base de connaissance très fournie et vivante sur Internet,
régulièrement alimentée par les programmeurs du monde entier.
III.3.6.2 Les livres créés pour SIMPA
Nous avons exploité l’avantage de ToolBook à pouvoir morceler une application en de
nombreux livres. Ainsi, chaque formation SIMPA ne comporte pas moins de 7 livres
ToolBook, mais cette structure modulaire est transparente pour l’apprenant et le
formateur. On distingue (cf. Figure 34) :
-
Démarrer : c’est le livre d’ouverture d’une session SIMPA. L’apprenant s’y
identifie, afin de créer ou poursuivre sa formation.
Carnet de route : on y retrouve tous les éléments déjà décrits : contrat
pédagogique, parcours, journal de la formation.
Page 128
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
-
-
Les 3 livres d’activités pédagogiques (contexte, savoir-faire et aléas) : ils
constituent le cœur de la formation ; l’apprenant doit les parcourir en totalité pour
acquérir une compétence cible.
Ressources : c’est le livre de référence pour l’apprenant ; il contient la plupart des
réponses aux questions posées.
Autoform : ce dernier livre est particulier, c’est un livre système. Unique sur le
réseau informatique de l’entreprise, il contient les scripts et ressources (fenêtres de
dialogue, dessins des médiateurs, etc.) de fonctionnement de tous les supports
SIMPA du réseau.
AUTOFORM (livre système)
Savoir faire
Démarrer
Ressources
Carnet de
route
Contexte
Aléas
Figure 34. Les 7 livres ToolBook qui composent SIMPA
III.3.6.3 L’interface « SIMPA »
Chaque écran qui propose une activité pédagogique reprend la même interface ; pour donner
un repère supplémentaire à l’apprenant, la couleur de fond est caractéristique du type savoir :
vert pour les connaissances et le contexte, bleu pour le savoir faire, jaune pour le
comportement en cas d’aléas. L’interface est constituée d’éléments directement issus des
besoins en fonctionnalités révélés par la matrice QFD des apprenants. On y retrouve (cf.
Figure 35) :
c l’espace réservé à l’activité pédagogique (voir la liste des activités au paragraphe
suivant) ;
d le professeur et le compagnon ; seul leur visage est animé ;
e la boussole du professeur : elle symbolise la navigation. C’est le moyen pour l’apprenant
de retourner à son carnet de route à la fin du parcours de chaque compétence cible afin de
se réorienter vers une autre compétence ;
f le livre des ressources du compagnon ; il rassemble toutes les ressources documentaires
utiles au parcours des activités pédagogiques ;
Page 129
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
g le score : il permet à l’apprenant de situer sa progression (en petits caractères est
mentionné le score maximal que l’apprenant peut atteindre ; il varie en fonction de la
page en cours) ;
h le post-it : c’est le moyen de communication asynchrone entre l’apprenant et le formateur
momentanément absent ; ce dernier prend connaissance des questions ou remarques
formulées par l’apprenant sur les post-it pour y répondre dans la phase de débriefing ;
i la décomposition Contexte / Savoir faire / Aléas ; chaque icône est un lien vers le type
de savoir correspondant, au sein de la compétence cible traitée (ici « Mettre la tenue Salle
Propre à TIV ») ;
j le plateau : tenu par le professeur, il est le moyen récurrent de démarrer chaque activité
pédagogique.
6
5
1
2
2
8
7
3
4
Figure 35. L’environnement SIMPA de médiation
Les livres démarrer, carnet de route et ressources ont des interfaces spécifiques (normalisée
pour les 2 premiers livres, libre pour le livre des ressources) ; tous ces livres ne disposent pas
des fonctions de médiation (le professeur et le compagnon sont absents).
III.3.6.4 Une bibliothèque d'activités pédagogiques
Les modules SIMPA sont conçus autour d'une structure fixe de décomposition des savoirs sur
laquelle l’auteur vient greffer, en concertation avec l'expert technique, une collection
d'activités pédagogiques adaptées. Elles sont extraites d'une bibliothèque de modèles,
composée des types suivants :
-
Glisser–déplacer des étiquettes (textes, photos, vidéos ou sons) sur des
emplacements, de façon :
Page 130
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
-
ƒ séquentielle (respecter un ordre d'opérations)
ƒ catégorielle (toutes sortes de classements en plusieurs catégories)
Répondre directement à un Questionnaire à Choix Multiples (QCM)
Répondre à un QCM déclenché par un mot clé proposé au clavier
Compléter une phrase à trous
Reconstruire un puzzle
Remplir une grille de mots croisés*
Reconnaître des zones actives sur une image*
Relier par paires*
Valider ou infirmer une assertion*
Extraire les bons éléments d'une liste donnée*
Les activités marquées d’un astérisque (*) sont modélisées, mais restent à être instrumentées
en vue de la médiation130. Cette liste évolutive nous donne un large champ d'application et de
création. À chaque activité sont liés des paramètres utiles au mécanisme de médiation que
nous allons détailler.
III.3.6.5 Le mécanisme de la médiation
Les deux tuteurs informatisés se répartissent les interventions de médiation. Nous les avons
doté d’une dimension réaliste (life-like behaviour), dont certaines études montrent les
implications positives au niveau de la motivation de l’apprenant [MML00]. Le professeur et
le compagnon présentent donc les fonctions suivantes :
-
-
-
Une attention permanente aux actions de l'apprenant : les yeux des tuteurs
suivent les trajets de la souris, ils apportent conseils et informations sur des zones
actives de l'écran ou sur l'activité pédagogique en cours.
Une diversité des expressions faciales : les tuteurs sont immobiles (chacun dans
un coin en bas de l'écran), mais disposent d'un panel d'une vingtaine d’expressions
différentes131. Les éléments animés sont les yeux, les cils, les sourcils, la bouche et
une main. Pour le moment, ils ne s'expriment pas directement par la parole, mais
par des bulles à l'écran.
Une interactivité dans le parcours de l'apprenant : correction des activités,
évolution dans les interventions de médiation données, guidage automatique vers
d'autres écrans du parcours ou les ressources documentaires si la résolution de
l'exercice en cours le nécessite.
Nous avons misé sur l'effet « personne » décrit par l'équipe de James Lester [LCK97] : la
simple présence d'un tuteur animé dans un environnement d'apprentissage interactif stimule
non seulement la motivation intrinsèque des apprenants, mais également leur processus de
réflexion individuelle. Notre but est moins de concevoir un agent intelligent qui s'adapte petit
à petit au comportement de l'apprenant que de mettre à contribution l'adaptabilité humaine
face à un environnement médiatisé, dès lors que les conditions d'interaction et de crédibilité
des tuteurs informatisés sont suffisantes.
130
Cela signifie que la définition de leur code-barre pédagogique attaché n’a pas été faite (cf. mécanisme de la
médiation).
131
Elles expriment des émotions (la joie, la curiosité, la déception, la perplexité), la réflexion (lors d’une réponse
inattendue de l’apprenant), la complicité avec l’apprenant ou encore l’explication (d’un mode d’emploi, de la
suite du parcours).
Page 131
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
Mais on ne peut pas considérer que nos tuteurs sont à proprement parler des agents
pédagogiques, définis selon James L. Lester par trois caractéristiques [JRL00] :
-
adaptation : l'agent est capable de construire un modèle de l'apprenant et de le
prendre en compte dans ses interventions ;
autonomie : l'agent prend des décisions sur la base de ses connaissances ;
mobilité : l'agent peut élargir son espace de recherche sur Internet par exemple,
dialoguer avec d'autres agents pour rechercher des informations manquantes.
Les agents pédagogiques font partie de la famille des tuteurs intelligents, dont la conception s’organise autour
de 4 modules : le domaine (expertise du contenu), le modèle de l’apprenant, l’expertise pédagogique et
l’interface. Claude Frasson parle lui d’un tuteur intelligent « acteur » [FMA97], qui doit être réactif (réponses
immédiates aux stimuli ou réaction contrôlée), avoir des capacités de progrès personnels (instructable), adaptatif
(adapter à la fois leur perception et leurs décisions au contexte) et cognitif (capacité d'apprendre par l'expérience
et découvrir de nouveaux faits ou améliorer sa connaissance pour une meilleure utilisation).
Afin de ne pas provoquer de surcharge cognitive, nos tuteurs ne s’animent qu’à la demande de
l’apprenant (clic sur leur visage), ou lors de clics souris sur des zones actives de l’écran. En
somme, les tuteurs ne s’interposent que rarement sur la « scène pédagogique », à moins
que la situation le nécessite : guidage en fin d’activité, exploitation d’une erreur, détection
d’un comportement « à risque », pré-identifié pour l’activité pédagogique en cours132. On
distingue les interventions poussées (par les tuteurs) et tirées (par l'apprenant). Dans le
premier cas, le tuteur s'interpose dans l'action en délivrant son message à l'écran ; nous
réservons ce type d'intervention à des cas bien définis : répétitions d'une même erreur, suite
d'erreurs lors d’une même activité. Dans le second cas, les moyens pour attirer l'attention de
l'apprenant sont gradués, du plus subtil (un clin d'œil du tuteur) au plus attractif (le tuteur tape
à la vitre). Le tuteur signifie son intention d'intervenir par un symbole représentant le type de
message qu'il veut donner. Le dessin disparaît dès lors qu'il n'est plus d'actualité, ou bien
lorsqu'il remplacé par un autre message. La Figure 36 montre un exemple d’intervention de
régulation (ici la maîtrise de l’impulsivité, par un feedback d’analyse d’erreur) lors d’une
activité de glisser–déplacer sur des vidéos. Chaque petite vignette photo à l’écran est une
vidéo que l’on visionne en double-cliquant dessus (ou un clic avec le bouton droit de la
souris) ; les vignettes retournées sur le plateau (deux dans ce cas) ont été mal positionnées.
132
C’est par exemple vouloir poser deux éléments au même endroit lors d’un glisser–déplacer, oublier le
caractère séquentiel des étiquettes à classer, valider la réponse à une phrase à trous sans l’avoir entièrement
recomposée.
Page 132
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
Figure 36. Intervention de régulation du compagnon
Le compagnon suggère ici de visionner entièrement les vidéos (il a détecté grâce aux traceurs
que ce n’était pas le cas). Comment fait-il cette intervention de médiation ?
Nous voulions doter les tuteurs informatisés d'un « sens de la répartie » crédible, sans pour
autant faire appel aux techniques de l'Intelligence Artificielle (IA) : nos contraintes
industrielles en terme de délais et de coût de conception ne le permettent pas. Grâce au
caractère cyclique de nos parcours de formation (une formation est divisée en plusieurs
Compétences Cibles, chacune étant une collection d'activités pédagogiques), nous gérons un
nombre limité de situations pédagogiques. Nous avons donc construit un mécanisme de
médiation à partir d'un comportement de base de l'apprenant, en y ajoutant le traitement de cas
particuliers, en fonction de l’éloignement du comportement attendu. Ces cas particuliers ont
été identifiés par une série de tests sur un panel de 25 personnes à TIV.
Comment pratiquer une médiation efficace avec des tuteurs informatisés, de surcroît
construits selon une structure comportementale indépendante du contenu de la formation
(fonctionnalités F1 et F9) ? Feuerstein nous donne une piste lorsqu’il écrit [PEI90] :
La médiation n’a rien à voir avec le « quoi », elle n’a rien à faire avec le contenu ou le
langage, elle ne représente que la qualité de l’interaction
Mis à part le repérage, les interventions des tuteurs sont donc indépendantes du contenu de la
formation. Elles sont construites selon les critères de la médiation :
-
Repérage : à chaque arrivée sur un nouvel écran, sur demande du compagnon, le
professeur présente les objectifs pédagogiques. Si une même page comporte
Page 133
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
-
plusieurs activités, il donne aussi un message de transition pour présenter l'activité
qui suit.
Régulation : il s’agit d’interventions des tuteurs si l’apprenant donne ses réponses
sans réfléchir (temps de réponse comparé à un temps de référence calculé
dynamiquement133), si rien ne se passe dans un temps anormalement long, dans le
cas d'une mauvaise compréhension du mode d'emploi des activités (suite d'actions
illogiques), etc.
- Interventions de
repérage (objectifs
pédagogiques, mode
d'emploi)
- Intervention de
- Interventions
de régulation
reconnaissance
si besoin
selon le code-barre
Oui
J'instruis
J'agis
J'élabore
OK ?
Non
Génération du
code-barre
Mode
test ?
Résultat
OK ?
Doc.
consultée
?
Inversion
conforme
nonconforme ?
Trop
rapide
?
Inversion
2à2?
Tout
faux
?
- Intervention de
régulation
(gestion de l'erreur
selon le code-barre)
Etc...
Figure 37. Mécanisme de la médiation dans SIMPA
-
133
Reconnaissance : à chaque clic de l'apprenant sur le bouton « J'ai fini » (moyen
invariable donné à l'apprenant pour signifier sa réponse lors d’une activité
pédagogique), ToolBook génère un code-barre interne de la situation
pédagogique : informations sur le contexte et sur le comportement (voir la Figure
37). Un script spécifique à chaque activité pédagogique gère le traitement de ce
code-barre. Le professeur donne dans le cas d'une bonne réponse une
reconnaissance graduée, fonction de la difficulté de l'exercice et du nombre
d’essais pour trouver la réponse. Dans le cas contraire, l’erreur est explicitement
signifiée à l’apprenant, et le compagnon lui apporte des conseils appropriés en
fonction du code-barre.
Le temps de référence TR est calculé à partir d’un temps de base T B et de variables contextuelles :
- Coup : nombre d’essais de réponse
- Diff : difficulté de l’activité pédagogique (définie selon un indice de 1 à 3 par l’expert)
- Pass : nombre de fois que l’apprenant fait l’activité pédagogique
TR = TB + (TB * (3/7*(1-Coup) + 2/7*(Diff-2) + 2/7*(1-Pass)))
Page 134
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
III.3.6.6 Une plate-forme multi-usages
Les modules SIMPA ont été conçus en vue d'une triple utilisation :
-
-
-
Mode apprentissage : c'est le mode le plus riche en terme de médiation ; les 2
tuteurs sont présents pour accompagner l'apprenant, et les ressources
documentaires sont accessibles en permanence. Chaque activité proposée doit être
menée à son terme pour que l'on puisse déclarer complet le parcours de formation.
Mode test : les mêmes activités sont proposées, mais l'apprenant n'a pas le feedback de ses actions : il n’a qu’un seul essai pour répondre, sans connaître la
justesse de ses réponses (le score est donc caché). Seul le professeur est présent (il
n'y a en effet pas de gestion positive des erreurs à effectuer) pour gérer la
navigation.
Mode solution : il est accessible à la fin du mode apprentissage ; toutes les
activités sont alors corrigées, et l'apprenant peut librement venir revoir les
solutions de chaque écran, en cas de besoin au cours de son activité ultérieure. Ce
document constitue un référentiel mis en permanence à disposition sur le réseau
d’entreprise. Il n'y a pas de médiation pour ce mode d'utilisation.
La plate-forme reconnaît deux types d'utilisateurs : l'apprenant et le formateur. Ce dernier
dispose de fonctions utiles pour contrôler la session de l'apprenant : tableau de bord des
compétences, intervalles d'incertitude sur les scores attribués, post-it informatiques. Notons
également que le formateur est le seul à pouvoir modifier le contrat pédagogique dans le
carnet de route ; en pratique, il établit ce contrat en présence de l'apprenant.
III.4 Expérimentation de SIMPA (R4)
Nous avons procédé à une double expérimentation des supports SIMPA dans une démarche
itérative d’amélioration, appliquant le principe qualité de la « roue de Deming ».
III.4.1 La roue de Deming
Dans le Manuel Qualité de TIV est décrit le principe d’action retenu pour l’Assurance
Qualité. Il s’agit du schéma d’amélioration continue dit « roue de Deming », également
appelé « cycle de Shewhart »134. Ce principe d’action est constitué de quatre
étapes (PAVR) [Dem82] :
-
Prévoir : « Dire ce que l’on va faire ». Au cours de cette première phase, on fait le
point sur l’enchaînement théorique des opérations : on prévoit des procédures, des
consignes, des plans, des objectifs précis, etc.
134
C’est Walter A. Shewhart, ingénieur-statisticien considéré comme le père des statistiques modernes, qui est
l’auteur de ce cycle dans les années 1930, vite repris par W. Edwards Deming. Il collabore d’ailleurs à l'ouvrage
qui rendra Shewhart célèbre : « Statistical Methods from the viewpoint of quality control », publié en 1939 et
sans cesse réimprimé depuis.
Page 135
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
-
Agir : « Faire ce qui a été dit ». Ici, on réalise le changement ou l’essai qui a été
décidé, en gardant une trace de ce que l’on a fait. Il est préférable d’effectuer cela
sur une petite échelle, pour des raisons de mesure et de répercussion contrôlée.
-
Vérifier : « Prouver ce qui a été fait ». C’est la phase d’observation des effets du
changement ou de l’essai. Les résultats sont étudiés : on compare l’action avec la
prévision, et on définit l’écart. Concrètement, on utilise des enregistrements, des
cartes de contrôle, des cahiers de poste, des fiches suiveuses, etc.
-
Réagir : « Corriger les écarts ou améliorer ». A la lumière des résultats obtenus
lors de la phase de vérification, on détermine une action d’amélioration. Pour cela,
on a le choix entre mettre effectivement en œuvre le changement étudié,
l’abandonner, ou bien reprendre le cycle PAVR en utilisant les connaissances
accumulées dans les cycles précédents. Dans ce dernier cas, l’amélioration peut
intervenir à deux niveaux différents de correction : sur les prévisions, ou sur les
actions menées.
Obligation de
moyens
q
n
RÉAGIR
PRÉVOIR
VÉRIFIER
AGIR
p
o
Obligation de
résultats
Figure 38. La roue de Deming
Le cycle définit deux axes symétriques. Dans les phases P et V, il s’agit d’observer et
d’outiller ; c’est l’axe d’obligation de moyens. Dans les phases A et R, l’accent est mis sur
l’action ; c’est l’obligation de résultats.
La terminologie américaine de Deming est la suivante : Plan / Do / Check / Act (PDCA). Le
cycle est en fait une spirale, une hélice. C’est une procédure analytique et critique qui permet
d’apprendre et d’améliorer un produit, un processus ou un service. Ainsi, la roue de Deming
fait partie intégrante d’une planification générale de l’action pour traiter les problèmes et
exploiter les possibilités entourant les processus de l’amélioration continue [Wal88]. Notons
que ce processus est très proche de la spirale bien connue de Juran135, appelée le cycle du
produit. Pour Juran, la fin du cycle du produit (de la phase de recherche à celle de l’aprèsvente) correspond à l’identification de nouveaux besoins du client.
135
Statisticien américain, Joseph Juran est responsable avec son compatriote Edwards Deming de l’introduction
de la philosophie de la qualité dans les industries. Il est avec ce dernier le co-inventeur du concept TQM (Total
Quality Management). Son principal ouvrage de référence, « Juran's Quality Handbook » publié en 1951 en est
aujourd’hui à sa cinquième édition.
Page 136
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
L’adaptation du PAVR au thème de nos travaux est immédiate ; dans notre cas, nous avons un
besoin industriel auquel on répond par une action de formation. L’amélioration continue de la
réponse à ce besoin (à savoir la définition du dispositif de formation) est une ligne de conduite
qui nous a guidés tout au long de la conception du dispositif, mais également lors de son
usage en situation réelle. Ainsi, le cycle est appelé à ne jamais s’arrêter.
III.4.2 Dispositif expérimental
Des 4 modules sur le clean concept, les compétences cibles « Mettre la tenue Salle Propre »
et « Communiquer en Salle Propre » ont été testés en mode apprentissage selon le protocole
expérimental suivant : 25 personnes volontaires de l’entreprise (dont 2 totalement étrangères à
TIV), de tous âges, secteurs et niveaux d’expertise sur cette compétence ont parcouru en
autonomie complète (après un court briefing) la première compétence, puis la seconde 20
jours plus tard. Nous avons équilibré le panel selon 2 classes d’expertises, définies en accord
avec les personnes : les « initiés » au clean concept, et les « non-initiés ». L’objectif des
expériences était de confronter les scores des personnes avec leur niveau d’expertise, et
pratiquer entre les deux expériences des améliorations sur l’interface en fonction des
observations faites et des suggestions des apprenants.
Outre les capteurs informatiques et les questionnaires PNL (que nous avons d’ailleurs
informatisés sous ToolBook afin de faciliter le travail des personnes interrogées), nous avons
proposé aux volontaires de noter l’efficacité des médiateurs informatisés. Les volontaires
ont défini ce qu’ils retenaient des actions de chacun des médiateurs ; ceci nous a permis
d’estimer leur « popularité » respective. Nous avons fixé un objectif d’appréciation moyenne
de 2 sur 4 pour chacun des médiateurs informatisés. Les apprenants volontaires se sont
également prononcés sur le mode pédagogique de l’apprentissage en autonomie (appréciation
de la pédagogie SIMPA en briefing–débriefing). Pour affiner les données comportementales
des apprenants, nous n’avons pas utilisé de caméra vidéo, mais placé un observateur humain
sur toute la durée du test. Les volontaires ont été placés dos à une paroi vitrée de la salle
d’expérimentation, de manière à ce que l’observateur puisse apprécier la scène et le
comportement des utilisateurs sans pour autant influer le déroulement du test.
III.4.3 Redéfinition de l’intervalle de confiance
Si les expériences sur SEAMI avaient validé le modèle de calcul d’un indice comportemental
de l’apprenant (lire [DBPS00]), il persistait un inconvénient majeur à sa lisibilité. L’indice
d’incertitude était obligatoirement symétrique, c’est-à-dire centré sur la note de l’apprenant,
sans que l’on puisse savoir si ce dernier avait été plutôt « sur-noté » ou « sous-noté ». Nous
avons tenté de remédier à cet état de fait en développant un mode de calcul asymétrique pour
SIMPA, avec deux intervalles (« bas » et « haut ») distincts, dont la liaison constitue
l’intervalle de confiance complet. Pour cela, il a été nécessaire d’identifier les cas où :
1. L’apprenant a obtenu des points qui ne reflètent pas nécessairement sa
compétence : c’est par exemple lorsqu’il consulte systématiquement toutes les
ressources avant de répondre aux questions136, lorsque la probabilité d’erreur est très
faible (peu de propositions à un QCM), lors d’un comportement d’essai–erreur
136
Ceci n’étant par ailleurs pas un comportement préjudiciable, bien au contraire. Nous distinguons simplement
ici le comportement de l’expert de celui du novice.
Page 137
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
chanceux (après une erreur, nouvelle réponse de l’apprenant très rapidement donnée,
sans réflexion).
2. L’apprenant a perdu des points non pas par incompétence, mais à cause de
l’interface ou d’un manque de concentration : par exemple lorsqu’il a répondu
précipitamment, lorsqu’il se déconcentre manifestement, en proposant une réponse
déjà jugée fausse, ou bien lorsque le mode d’emploi de l’activité pédagogique n’a
manifestement pas été compris (glisser/déplacer des vidéos sans les consulter, valider
une phrase à trous sans la compléter, etc.).
Ces situations sont propres à chaque activité pédagogique ; il y a donc un volet consacré à
l’ajustement de l’intervalle de confiance dans chacun des scripts ToolBook construisant le
code-barre spécifique à chaque activité. L’analyse comportementale faite sur SEAMI selon 3
pôles (adaptation à l’interface, construction de la réponse et utilisation de l’outil) est
maintenue, mais elle n’intervient plus dans le calcul ; c’est un élément d’information
supplémentaire pour le formateur dans l’élaboration de son débriefing.
L’expérimentation de SIMPA sur 25 personnes a grandement participé à la mise au point de
l’intervalle de confiance asymétrique, par l’identification de nouvelles situations à prendre en
compte, mais aussi dans le calcul même de l’intervalle. À la première expérience, les
intervalles bas et haut n’avaient pas une taille proportionnelle au nombre de points
vraisemblablement « mal » perdus ou gagnés. Cette imprécision de calcul tendait à
uniformiser les intervalles ; cela a été corrigé pour la seconde expérience. Désormais, chaque
fois par exemple que l’apprenant perd 3 points par manque de concentration, ces 3 points sont
affectés à son intervalle « haut ». En respectant ainsi strictement la notation, les intervalles
sont plus révélateurs du comportement de l’apprenant.
III.4.4 Méthode d’analyse de données
La méthode Six Sigma, qui consiste à optimiser un processus existant, est centrée sur
l’analyse statistique de données. Il serait fastidieux et inutile de présenter ici tous les outils
utilisés : corrélation, t-test, loi normale, analyse de la variance (ANOVA), etc. Bien des
ouvrages de statistiques appliquées en proposent une description complète, comme [Bre99],
[Sap90], ou [Fen82].
Retenons simplement qu’en analyse de données, deux démarches sont généralement adoptées
selon l’objectif poursuivi [Abd92] :
-
Une description, comme élément de compréhension. Elle peut s’effectuer de deux
manières :
1. Visualisation des données : il s’agit de résumer toute l’information
disponible pour trouver des structures interprétables. On utilise alors des
méthodes factorielles : Analyse en Composantes Principales (ACP) ou
Analyse Factorielle des Correspondances (AFC). Elles mettent en lumière
la proximité entre les variables ou les observations, ce qui conduit soit à la
confirmation d’une connaissance intuitive, soit à sa formalisation.
2. Structuration des données : c’est une activité de nature typologique qui fait
appel aux techniques statistiques de classification.
Page 138
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
-
Une explication, comme élément de l’action : il s’agit d’expliciter les relations
entre une ou plusieurs variables (variables à expliquer) et les autres (variables
explicatives). On peut spécifier la forme analytique de la relation, construisant un
modèle (Y = ax + b par exemple).
Dans notre contexte, l’analyse de données est utile à la phase de test des supports multimédias
sur une population volontaire. Sans prétendre expliquer mathématiquement l’apprentissage ou
non des personnes en fonction des conditions expérimentales, nous nous sommes orientés vers
une méthode descriptive : l’Analyse en Composantes Principales (ACP). Nous avions
adopté la même démarche pour valider les supports SEAMI [DBPS01].
III.4.4.1 Quand utiliser l’ACP ?
L'Analyse en Composantes Principales fait partie de la famille des analyses factorielles. Ces
méthodes d'analyse de données s'appliquent dans tous les domaines scientifiques dès qu'il
s’agit de faire émerger des éléments forts d'un grand nombre de données : définir un modèle
comportemental d’apprenant dans un EIAO [Dub91], réguler automatiquement des
températures dans la grotte de Lascaux [Mor98], conduire un four rotatif de cimenterie
[PDV81]. Méthode graphique avant tout, l’ACP offre une lisibilité de centaines ou milliers de
données, la détermination d'une hiérarchie d'influence, des prémisses pour construire de
véritables modèles de dépendance. L’avantage de l’ACP est de traiter le cas de variables
hétérogènes (unités de mesure différentes). On parle d’une ACP normée : toutes les variables
sont centrées réduites (moyenne = 0 ; variance = 1) ; elles ont alors le même poids pour
l’analyse.
III.4.4.2 Pourquoi utiliser l’ACP ?
Les objectifs d’une ACP doivent porter à la fois sur les individus observés et les variables
mesurées. On répond à trois types de questions :
1. Quelles sont les ressemblances entre les individus ? (groupes homogènes, recherche
d’individus atypiques, mise en évidence d’une typologie d’individus)
2. Quelles sont les liaisons entre les variables ? (détermination de variables corrélées ou
opposées, regroupement de variables, représentation visuelle des liens)
3. Quelles sont les dépendances individus–variables ? (visibles par le regroupement des
variables et des individus sur un même graphique)
L’ACP a pour objet de regrouper individus et variables sur les mêmes axes lorsqu'ils
dépendent ou sont représentatifs des mêmes phénomènes (on peut alors qualifier les axes des
noms de ces phénomènes). La finalité de l’analyse est de décrire l’ensemble des données, de
dimension D, dans un espace de dimension réduite d (en général, on choisit d ≤ 4 afin de
« voir » directement les dépendances et ressemblances), tout en conservant le maximum
d’information descriptive. C’est dans cette optique que nous utiliserons l’ACP dans notre
démarche itérative (2 expériences successives) de conception des supports de formation
multimédias. Nous formulerons une série d’hypothèses que l’analyse viendra confirmer ou
infirmer.
Page 139
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
III.4.4.3 Mécanisme de l’analyse
Représentons l'ensemble des données brutes comme un nuage de n points (n étant le nombre
d’individus) distribués dans un espace à p dimensions (p étant le nombre de variables, 11 dans
notre cas). L'analyse factorielle consiste à projeter ce nuage sur un hyperplan factoriel formé
par un certain nombre de facteurs, inférieur à p. À l'issue de cette projection, la dispersion du
nuage diminue. On minimise la perte d'information en réduisant la dimension de l’espace de
représentation. Une interprétation sur les inter-relations entre variables est alors possible, en
fonction de leur situation par rapport au centre de gravité du nuage, et de la quantité
d'information qu'elles représentent dans l'espace retenu. À chaque facteur (nouvelle variable
résumant l'information portée par un des axes d'inertie du nuage) est associée une valeur
propre, la somme de toutes les valeur propres étant égale au nombre de variables p. Dans le
cas d'une ACP normée, cette somme des valeurs propres correspond également à la variance
totale du nuage. Chaque facteur, ou composante, représente un certain pourcentage de
variance expliquée. Dès lors, on peut s'interroger sur le nombre de facteurs à retenir pour
l'analyse des données. Citons deux méthodes parmi les plus courantes :
-
-
Le critère de Kaiser, qui consiste à ne retenir que les facteurs dont la valeur propre
est supérieure à 1 ; cela revient à conserver les facteurs qui décrivent le nuage
d'une manière supérieure à celle des autres facteurs.
Le test de Cattell, basé sur l'analyse de la courbe des valeurs propres (le screegraph) : on ne retient que les facteurs situés avant la première cassure de la pente.
De nombreuses autres méthodes existent, sans pour autant apporter une réponse inflexible et
définitive au problème du choix de dimension en ACP [Abd92] ; l’essentiel est de conserver
l’aspect visuel de la méthode, en limitant les dimensions aux interprétations graphiques
significatives.
Les variables sont qualifiées par leur communalité et leur saturation. La communalité d'une
variable est la proportion de sa variance expliquée par les facteurs retenus ; elle prend des
valeurs comprises entre 0 et 1. La saturation représente la corrélation entre la variable et
chacun des facteurs. Parfois, il est nécessaire d'effectuer une rotation des facteurs, de manière
à maximiser ces saturations (ou inversement pour les rendre proches de 0). On étudie l'angle
formé par les variables dans le plan factoriel : un angle faible indique une corrélation positive,
un angle proche de p indique une corrélation négative, et un angle droit une indépendance.
L’ACP génère deux types de graphique : on peut représenter les individus par leur score
factoriel sur chacun des facteurs (respectivement sur deux dimensions), et les variables par
leur corrélation avec ces mêmes facteurs. Lorsqu'on croise les deux graphiques, on peut
interpréter le positionnement des individus sur le plan factoriel ainsi : plus un individu est à la
périphérie du nuage dans la direction (la direction opposée) d'une variable, plus il prend des
valeurs fortes (faibles) sur cette variable. Ainsi, un individu situé au centre de gravité du
nuage aura des valeurs moyennes sur l'ensemble des variables. On peut ainsi faire apparaître
des groupes d'individus ayant des caractéristiques communes ou opposées.
III.4.5 Résultats expérimentaux
Nous avons exploité l’ACP pour donner de la signification aux données brutes et hétérogènes
des 2 expériences.
Page 140
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
III.4.5.1 Préparation et sélection des données
L’étape de préparation des données, habituellement fastidieuse dans une analyse, ne nous a
pas posé de problèmes particuliers, si ce n’est l’effort de transcription des données brutes
stockées dans des champs de texte ToolBook sur un tableur137, puis un logiciel de statistiques
spécialisé138. Les volontaires s’étant consciencieusement acquittés de leur tâche de réponse
aux divers questionnaires, et ToolBook s’étant tout aussi « consciencieusement » acquitté de
tracer les comportements139, nous n’avons pas eu d’autres pertes de données à déplorer. La
seule difficulté a consisté à choisir les variables actives de l’ACP. Il nous a semblé intéressant
d’analyser l’appréciation qu’ont eu les personnes du professeur et du compagnon, puisqu’ils
représentent l’efficacité de la médiation. De même, l’équilibrage PNL, la classe d’expertise, le
score obtenu au test et les temps de consultation des ressources (uniquement le livre des
ressources du compagnon) et l’intervalle de confiance ont été intégrés à l’analyse. Puisque
nous avons vu que l’âge et le niveau informatique se trouvaient structurellement corrélés
négativement, seul l’âge a été conservé. Nous obtenons 11 variables actives (p = 11), ainsi
réparties :
Variables structurelles :
Donnée
Age
Score sur le canal visuel
Score sur le canal auditif
Score sur le canal kinesthésique
Classe d'expertise
Valeur
Nom de la variable
De 1 (- de 25 ans) à 5 (+ de 55 ans)
age
De 0 à 45 (résultat test PNL)
visu
De 0 à 45 (résultat test PNL)
audi
De 0 à 45 (résultat test PNL)
kine
1 (non initié) ou 2 (initié)
expert
Variables comportementales (indicées 1 et 2 pour chaque expérience) :
Donnée
Note obtenue au test
Intervalle de confiance
Temps
de
consultation
livre des ressources
Temps total du test
Note attribuée au professeur
Note attribuée au compagnon
Valeur
De 0 à 7
De 0 à 7
du
Nom de la variable
score
interval
Temps en secondes
tps_res
Temps en secondes
De 0 à 4
De 0 à 4
tps_tot
prof
comp
Avant même de révéler les résultats de l’ACP, nous devons en évoquer les limites, et imposer
la prudence quant à ses conclusions, compte tenu du faible nombre de personnes mobilisées
pour constituer l’échantillon représentatif (n = 25), néanmoins considérable en regard des
contraintes industrielles. Si les règles admises en statistiques demandent une taille
d’échantillon 10 fois supérieure au nombre de variables (n ≥ 10 × p), nous sommes loin de ces
calibres. Plus que la rigueur de l’analyse, nous voulons montrer son bien-fondé dans une
démarche exploratoire de conception.
137
Nous avons utilisé Microsoft Excel 97 pour la construction des tableaux et des graphiques.
Disponible à TIV avec la méthode Six Sigma, nous avons utilisé le logiciel Minitab For Windows 12.23.
139
Sans aucun plantage en 30 expériences, c’est à signaler…
138
Page 141
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
III.4.5.2 Choix des composantes de l’ACP
Nous avons deux expériences distinctes, donc deux « photos comportementales » à comparer.
La Figure 39 montre le graphique des valeurs propres de chaque expérience, servant à définir
le nombre de composantes à retenir.
Scree-graph - Exp.1
Scree-graph - Exp.2
4
4
3
3
2
2
1
1
0
0
1
2
3
4
5
6
7
8
9
1
11
1
2
3
4
5
6
7
8
9
1
11
N °facteurs
N °facteurs
Figure 39. Graphiques des valeurs propres
On voit très nettement une cassure dans la pente de la courbe de l'expérience 1, au niveau du
troisième facteur. Le test de Cattell conduirait donc à ne retenir que ces trois premiers
facteurs. Cependant, le second graphe ne comporte pas une telle cassure mais une pente assez
régulière jusqu'à une valeur propre de 1, seuil auquel le critère de Kaiser nous limiterait. Quel
critère privilégier ? Puisque c'est l'aspect visuel de la méthode qui lui donne tout sont intérêt,
nous avons retenu 4 composantes (3 représentations tridimensionnelles ou 6 représentations
bidimensionnelles). Ce faisant, nous expliquons respectivement 86% et 83% de la variance de
chaque expérience.
Nous ne présenterons que le premier plan factoriel de l’ACP (plan 1–2) de chaque expérience
afin de ne pas surcharger le discours (les 5 autres graphes sont consignés en annexe E) ;
l’interprétation graphique est la plus significative sur ce plan 1–2 ; dans la première
expérience, il représente 53.6% de la variation totale des données, et 51% dans la seconde. En
retenant quatre composantes, nous expliquons respectivement 76% et 73% de la variance de
chaque expérience. Le cas échéant, les interprétations partielles des autres plans factoriels
significatifs seront données.
Page 142
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
III.4.5.3 Expérience 1
Plan factoriel 1–2 - Exp 1
23%
1
audi
0,5
20
22
kine
8
4 9
expert 24
score1
6
0
23 19
21
11
172
25
age
14
18
tps_tot1
tps_res1
15
5
10
16
1213
1
interval1
prof1
-0,5
3
comp1
7
visu
30,6
-1
-1
-0,5
0
0,5
1
Figure 40. Expérience 1 : premier plan factoriel de l’ACP
On remarque sur tous les graphiques une structure en trièdre, plus ou moins régulier selon la
qualité de représentation du plan, formée par les 3 variables visu, audi et kine (voir également
les graphes en annexe E). Ce résultat s'explique par la structure du questionnaire PNL proposé
aux participants140. Les observations sur les variables et les individus du plan factoriel 1–2
sont les suivantes :
-
Le premier axe factoriel représente 30.6% de la variance expliquée, ce qui est un
bon score. Il oppose des personnes ayant obtenu un bon score au test à des
personnes plus âgées (prudence cependant : age est faiblement saturé sur l’axe 1),
qui ont passé plus de temps sur SIMPA. Cela s’explique facilement : plus
l’apprenant trouve rapidement les bonnes réponses et sans consulter les ressources,
140
Il leur était demandé de répartir un crédit de 45 points entre 15 trios d'affirmations - une affirmation par canal
sensoriel - selon qu'elles leur correspondent ou pas (cf. annexe xx). Il y aurait donc en toute rigueur une relation
linéaire entre les trois variables, qui rendrait l'ACP impossible (une des valeurs propres serait nulle) : visuel +
auditif + kinesthésique = 45. En réalité, cette relation n'est pas exactement vérifiée dans nos données, puisque
lors de la restauration d’une donnée manquante, la relation linéaire a disparu.
Page 143
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
-
-
-
-
-
-
meilleure sera sa note finale.
Le second axe (23%) est celui des visuels ; ils ont mieux noté le compagnon que le
reste de la population (corrélation positive entre visu et comp1, visible également
sur les plans 2–3 et 2–4). C’est peut-être simplement parce qu’ils ont plus
remarqué les interventions de ce tuteur.
Le trièdre PNL est légèrement déséquilibré en faveur des visuels, mieux saturés
dans ce plan ; mais on peut remarquer que cela n’a pas d’incidence sur l’obtention
d’une bonne note ou d’un fort intervalle de confiance (interval1 est faiblement
saturé par rapport aux variables PNL).
La classe d’expertise n’a pas été discriminante dans cette première expérience,
puisque expert est faiblement saturé dans le plan. De même, le mode de calcul de
l’intervalle de confiance est à ajuster : il n’intervient pas dans l’analyse de ce
premier plan factoriel. L’étude des plans supplémentaires montre que interval1 est
le mieux saturé dans le plan 2–3 (voir en annexe E), avec une relative corrélation
positive avec l’âge. Ces éléments ne permettent pas de caractériser l’intervalle de
confiance : il a une trop faible variabilité (son écart type est de 0.6 seulement pour
cette première expérience).
Le nuage des individus n’est pas uniformément réparti dans le plan, mais étiré
selon l’axe 1. Cela signifie que les comportements n’ont pas été discriminés par le
temps passé ou le score obtenu : il y a en effet un faible écart type sur le score. Le
contenu particulier du test (clean concept) mettait plus en jeu leur bon sens que
leur stricte compétence sur le domaine.
On remarque dans le nuage un groupe d’individus au comportement similaire (n°1,
16, 5, 12, 13) : en moyenne âgés, ils ont tendance à consulter souvent les
ressources, sans pour autant obtenir un bon score au test.
L’individu 22 se démarque clairement du reste du groupe ; ayant passé beaucoup
de temps sur SIMPA, il a obtenu une faible note. L’observation de son test en
temps réel a révélé des problèmes de navigation et de compréhension du mode
d’emploi (puzzle) ; le faible intervalle de confiance attribué à cet individu n’est pas
satisfaisant. C’est un indice supplémentaire en vue de l’optimisation du calcul de
cet intervalle. Mais c’est également un avertissement sévère sur l’efficacité de nos
médiateurs informatisés (l’individu 22 a attribué à chacun un zéro pointé !).
Sur les autres plans factoriels, on peut interpréter les corrélations entre les variables fortement
saturées. Par exemple, les variables structurelles age et expert se trouvent fortement corrélées
dans le plan 3–4141 ; on retrouvera logiquement ce résultat à la seconde expérience. L’axe 4
oppose les auditifs aux kinesthésiques, sans autre interprétation possible. Enfin, le plan 1–3
montre une relative indépendance (angle droit) entre expert et score1 : les « initiés » n’ont pas
obtenus un meilleur score en moyenne que les « non-initiés ». Ce résultat ne doit inquiéter,
étant donné le faible niveau de difficulté du contenu déjà évoqué.
141
Ce résultat n’était pas visible dans le premier plan factoriel, pourtant globalement mieux représentatif de la
variabilité des données. Toute l’importance d’interpréter uniquement les variables fortement saturées est ici
révélée.
Page 144
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
III.4.5.4 Expérience 2
Plan factoriel 1–2 - Exp 2
17,6
1
kine
20
21
0,5
audi
24
22
interval2
11
14
19
9
tps_res2
8
23
expert
6
2
score2
0
1825
age
1
12
1615
5
10
17
4
prof2
3 comp2
tps_tot2
-0,5
13
7
33,4
visu
-1
-1
-0,5
0
0,5
1
Figure 41. Expérience 2 : premier plan factoriel de l’ACP
L’analyse du premier plan factoriel amène les interprétations suivantes :
-
-
Comme à l’expérience 1, l’axe 1 oppose les personnes ayant obtenu un bon score à
ceux qui ont passé plus de temps sur SIMPA. Cependant, il y a maintenant une
nouvelle signification portée par cet axe : c’est la variabilité de l’intervalle de
confiance (interval2 fortement saturé), corrélé avec le temps de consultation des
ressources tps_res2. Le nouveau mode de calcul et la prise en compte de situations
supplémentaires pour déterminer l’intervalle (voir le paragraphe III.4.3) ont porté
leurs fruits : l’écart type de l’intervalle a d’ailleurs doublé (de 0.6 à 1.2) pour cette
seconde expérience.
L’axe 2 représente toujours les visuels. Notons que comp2 n’est pas corrélé avec
visu, comme c’était le cas à la première expérience : les visuels ne sont plus les
seuls à bien noter le compagnon. Nous avons en effet augmenté les manifestations
du compagnon, en cours d’activité pédagogique pour prévenir d’une éventuelle
incompréhension du mode d’emploi, ou bien après une erreur avec un meilleur
Page 145
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
-
guidage vers son livre des ressources.
Bien que légèrement étiré perpendiculairement à l’axe 1, le nuage de points des
individus se répartit mieux dans le plan : cela signifie que les comportement du
panel sont mieux différenciés ; on retrouve cependant le groupe des individus n°1,
16, 5, 12, et 13 qui ont gardé un comportement similaire. De même, l’individu 22
se démarque toujours de la population. Même si c’est un cas unique, c’est quelque
part un constat d’échec de la médiation dans des cas « extrêmes » d’inadaptation à
l’interface. Même si le galop d’essai pourrait y remédier, il pourra être nécessaire
d’abandonner le briefing–débriefing dans certains cas, et revenir à un mode de
formation en présentiel, en conservant les supports SIMPA.
L'analyse des autres plans factoriels n’apporte aucune interprétation sûre. On retrouve tout de
même la corrélation structurelle entre age et expert sur les plans 2–3 et 3–4. Les variables
prof2 et comp2 ne sont jamais fortement saturées (à part prof2 sur le plan 1–4, perpendiculaire
avec score2 : le professeur a été noté indifféremment du score obtenu) ; cela s’explique par le
fait que les médiateurs ont été globalement mieux notés lors de cette seconde expérience, avec
un faible écart type (0.8).
III.4.6 Discussion des résultats
Le tableau ci-dessous résume les résultats des 2 expériences. On y retrouve notamment les
notes de popularité des médiateurs, ainsi que leur capabilité Z. La capabilité est définie par la
formule :
Z.σ
µ − s
Z =
Sigma σ
σ
Moyenne µ
Spécification s
Si le calcul de cette capabilité n'a pas de sens en absolu (il est lié au caractère subjectif de
notre outil de mesure, qui consistait en une enquête à chaud auprès des participants), les
résultats sont significatifs en relatif ; on visualise l'évolution positive de la capabilité entre les
2 expériences.
Durée moyenne du test
Score moyen au test
Appréciation moyenne du prof
Appréciation moyenne du compagnon
Appréciation moyenne de la pédagogie
Expérience 1
Valeurs
Z
43 min
5.3
3.1
1.06
1.6
-0.14
2.6
0.61
Expérience 2
Valeurs
Z
25 min
5.7
3.3
1.53
2.5
0.42
3.3
1.62
∆Ζ
0.47
0.56
1.01
Tableau 7. Résultats des expérimentations SIMPA
Une analyse de variance sur l’évolution des appréciations montre que la différenciation n’est
pas significative pour le professeur, en limite de signification pour le compagnon, et
Page 146
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
significative pour la pédagogie (cf. annexe E). Le professeur était déjà fortement apprécié à la
première expérience ; il a donc peu gagné en popularité. Par contre, les nouvelles
interventions du compagnon ont été remarquées et appréciées. Enfin, dès la seconde
expérience le mode Briefing–Débriefing est entièrement apprécié par tous les apprenants
(l’écart type sur la note est de 0.8). L’annexe E présente également les rôles principaux des
médiateurs que les apprenants ont remarqués. Pour le professeur, ce sont (i) le guidage dans la
navigation, (ii) l’apport du mode d’emploi des activités pédagogiques, et (iii) informations sur
le parcours. Les rôles perçus du compagnon sont (i) l’incitation à utiliser le livre des
ressources, (ii) l’invitation à consulter le professeur, et (iii) la pertinence interventions en cas
d’erreur.
À propos de l’intervalle de confiance, nous avons vu que son calcul a été affiné entre les 2
expériences ; les résultats ne sont donc pas strictement comparables. Cependant, on peut
comparer la différenciation des classes « initiés » et « non-initiés » au sein de chaque
expérience. Il apparaît (voir l’annexe E) que cette différenciation est significative pour
l'expérience 2 (elle ne l'est pas pour l'expérience 1) : l'intervalle de confiance sur le score des
experts est resserré, ce qui est une preuve de leur compétence. Ainsi, entre 2 scores identiques
sur des apprenants, le formateur consulte pour son débriefing les intervalles de confiance
respectifs : le niveau de compétence est d’autant plus révélé que l’intervalle de confiance est
étroit. Cela a été vérifié lors de situations réelles de formation (voir la partie IV).
III.4.7 Consigne de transfert de SIMPA
En phase R4, nous avons également réalisé la consigne de transfert de SIMPA en vue de sa
réutilisation pour d’autres formations. Les modules SIMPA ont été développés avec un large
recours au langage de programmation OpenScript de ToolBook ; pour la formation au clean
concept par exemple, ce sont 355 objets dont le comportement a été dicté par un script, pour
13027 lignes de code au total. Cependant, il est intéressant de regarder la répartition de ces
scripts parmi les 7 livres ToolBook qui constituent la formation. La Figure 42 donne ce
profil : la grande majorité des scripts142 (75%) sont contenus dans le livre système autoform,
qui constitue ainsi le « cerveau » de SIMPA. Ce livre est unique sur le réseau d’entreprise ; le
modifier signifie modifier du même coup l’ensemble des formations SIMPA déjà conçues. Ce
mécanisme est essentiel dans la facilité d’amélioration continue des supports au fil du temps :
nous qualifions cette amélioration de rétroactive, puisque chaque nouvelle évolution dans le
comportement de SIMPA englobe systématiquement tous les supports existants.
142
Et parmi eux la totalité des scripts liés au comportement des tuteurs informatiques.
Page 147
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
10000
Nombre de lignes
de script
8000
6000
4000
2000
Fa
ire
C
on
te
xt
e
D
em
ar
re
r
s
ce
ur
so
es
R
Au
to
fo
rm
0
Figure 42. Répartition des scripts dans les livres SIMPA
D’autre part, nous avons pourvu SIMPA d’une structure informatique qui autorise une
réutilisation facile sans aucune modification de ses scripts, grâce à l’utilisation d’une
bibliothèque de modèles des activités pédagogiques « préfabriquées », au recours à de
nombreux scripts partagés, et à la définition de propriétés sur les objets agissant comme des
leviers de commande sur les scripts. Par exemple, créer une activité glisser/déplacer sur des
vidéos143 demande simplement de copier le modèle de l’activité dans la bibliothèque, le coller
sur la page souhaitée, remplacer les photos des étiquettes, et affecter pour chaque étiquette ses
nouvelles propriétés, dont le chemin réseau du fichier vidéo correspondant. La consigne de
transfert des modules SIMPA décrit finement chacune de ces opérations dans chaque cas
possible ; c’est pourquoi elle comporte 24 pages. Cela dit, à partir du deuxième transfert de
SIMPA, l’auteur l’utilisera plus comme un « pense-bête », les opérations étant simples et
répétitives. Ce sont les dernières pages de la consigne qui sont pour lui les plus importantes ;
elles résument dans des tableaux l’ensemble des propriétés à affecter aux objets pour chaque
activité pédagogique. On y trouve également les raccourcis clavier utiles à l’auteur comme au
formateur. Ainsi, l’auteur d’une formation SIMPA n’est pas nécessairement confirmé en
programmation sur ToolBook.
III.4.8 Test de robustesse
Afin de vérifier la robustesse de notre produit, nous l’avons confronté à un autre domaine
d’apprentissage, celui de l’auto-maintenance. En collaboration active avec l’expert du service
Maintenance à TIV, nous avons élaboré selon notre modèle informatique un module SIMPA
de formation à l’interface d’un guide de dépannage auto-maintenance informatisé, spécifique
à TIV144. La figure ci-dessous en présente quelques écrans : carnet de route, contexte, savoir
faire et livre de ressources.
143
Activité où chaque étiquette à glisser et à positionner est une photo qui symbolise une vidéo, que l’utilisateur
visionne en double-cliquant dessus.
144
Ce guide est lui-même conçu avec ToolBook, mais selon une architecture spécifique, totalement différente de
celle de SIMPA.
Page 148
PARTIE III – SIMPA : UN ENVIRONNEMENT INTERACTIF DE FORMATION EN SEMI-AUTONOMIE
Figure 43. Module SIMPA sur l'auto-maintenance
La consigne de transfert a montré son efficacité : ce module d’une compétence cible
(« Utiliser le guide de dépannage Auto-maintenance ») a été réalisé en 16h seulement. Il a été
utilisé en situation de formation par 5 opérateurs à ce jour, avec le parcours du galop d’essai
en préalable, en présence du formateur. L’expérience montre que sans utiliser le galop d’essai,
il est pratiquement nécessaire d’avoir un formateur avec chaque utilisateur lors du premier
contact.
III.5 Conclusion
Le projet Six Sigma a pu montrer, sur un champ expérimental réduit, la relative capabilité des
médiateurs informatiques, ainsi que la critique positive des utilisateurs volontaires de SIMPA
à propos de l’interface et du mode pédagogique laissant place à l’activité autonome de
l’apprenant. Nous avons également constaté la rapide adaptation du modèle SIMPA à un
nouveau domaine d’apprentissage, grâce à l’utilisation de la consigne de transfert par les
auteurs.
Mais ces résultats positifs vont-ils résister à une analyse plus suivie dans le temps de l’usage
du produit dans l’entreprise ? Tous les acteurs (en particulier les formateurs terrain et les
managers) seront-ils satisfaits de SIMPA à l’usage ? Nous apportons dans la dernière partie
des éléments de réponse, basés sur les retours après 6 mois d’usage du produit à TIV.
Page 149
Partie IV
Retours d’usages de SIMPA et
perspectives
Page 151
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
En quoi SIMPA a-t-il changé les pratiques de TIV ? Peut-on dégager des tendances de gain
durables ? Enfin, quelles perspectives peut-on dégager ? Cette dernière partie tente d’apporter
les réponses à ces questions, à la lumière d’une expérimentation d’usage de 6 mois dans
l’entreprise. Certes cette durée n’est pas encore suffisante pour tirer des conclusions
définitives, mais elle est révélatrice de l’accueil de cette nouvelle organisation pédagogique
dans la formation des opérateurs à leur poste de travail.
Nous verrons alors comment améliorer les supports, aussi bien en capacité de médiation qu’en
diversification des activités pédagogiques proposées. Nous donnerons également quelques
pistes de développement du produit, aussi bien à TIV qu’à l’extérieur, en particulier en
développant des situations de travail collaboratif et à distance.
IV.1 Utilisation de SIMPA à TIV
Le projet Six Sigma s’est achevé le 30 octobre 2001. A cette date, TIV disposait de deux
prototypes éprouvés de SIMPA, l’un de 4 compétences cibles sur le clean concept, l’autre
d’une compétence cible sur l’auto-maintenance, ainsi que d’un module de galop d’essai. Un
plan de déploiement du produit a été proposé ; nous le présentons dans un premier chapitre.
Nous vérifierons sa mise en place 6 mois plus tard, avec la liste de l’ensemble des formations
traitées selon SIMPA, suivi d’un bilan sur les gains et retours d’usage recueillis. Enfin, nous
dégageons les limites de SIMPA à la lumière de ce premier bilan.
IV.1.1 Plan prévisionnel de déploiement
Les données historiques récentes évaluent à 9600h par an le volume de la formation interne au
poste de travail. L'hypothèse est que les formations sur support multimédia peuvent concerner
20% de ce « marché interne » : savoirs « théoriques », réactions à des aléas simulés,
entretien et validation récurrentes de compétences. Ceci correspond à un volume de 1920 h de
formation par an. La Figure 44 illustre le plan économique de déploiement de SIMPA.
La demande
(le « marché interne »)
L’offre (Cellule Multimédia)
Capacité de
production
annuelle :
960h
Formation au poste TIV
9600h en 2001
avec
SIMPA
48 CC pour 10
personnes, soit
480h de formation
480 h apprenant
+ 200 h formateur
sans
SIMPA
20 %
(1920 h)
12h pour 10
personnes, soit
120h de formation
seulement
Part de la formation
effectuée avec SIMPA
Au lieu de…
480 h apprenant
+ 480 h formateur
Économies récurrentes : 280 heures (7,8 K• ) qui donnent un retour
sur investissement de 3 ans (coût du projet SIMPA : 25 K• )
Figure 44. Plan de déploiement de SIMPA à TIV
Page 153
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
La cellule multimédia peut consacrer 960 h par an à la conception et réalisation de produits de
formation multimédias. De 1995 à 2000, ce volume horaire a permis de produire en moyenne
12 h de formation apprenant par an. L’utilisation du support pédagogique SIMPA doit
multiplier par 4 cette performance, soit 48 heures de formation (sur une moyenne de 48
compétences cibles, en comptant pour l’apprenant un parcours d’une heure par CC). En tenant
compte du nombre de personnes par EPIA (10 opérateurs en moyenne) et la possible
transversalité d’une compétence, on évalue que chaque CC peut s’adresser en moyenne à 10
personnes. Ce sont donc 480 heures de formation par an qui pourront être réalisés sur les
modules SIMPA. Toutes ces heures sont actuellement tutorées en individuel (1 formateur
pour 1 apprenant, en permanence) ; elles représentent donc 960h de formation au poste, soit
50% du volume total de formation.
Nous identifions deux manières d’utiliser SIMPA :
1. en mode Briefing–Débriefing dans le cas d’une formation individuelle (pour un seul
apprenant) ou en petit groupe (4 apprenants maximum),
2. en mode « centre de ressources » pour 5 apprenants ou plus. Dans ce cas, le
formateur reste présent tout au long de la formation, mais accompagne
individuellement chaque personne dans un parcours personnalisé. Des séquences de
résolution commentée d’activité pédagogique (avec l’utilisation d’un vidéo-projecteur)
ou de bilan d’une compétence cible sont effectuées collectivement, accompagné d’un
dialogue entre le formateur et le groupe.
Etant donnée la taille souvent réduite des groupes d’apprenants à TIV, nous prévoyons une
utilisation en Briefing–Débriefing dans 75% des cas, et 25% des cas en centre de ressources.
Dans ces conditions, le temps d’animation du formateur passe de 480h à :
(480 x 0,25 / 5) + (480 x 0,75 / 2),
soit 200h, totalisant une économie annuelle de 280h. En équivalent coût horaire TIV, cela
correspond à 7.8 K¼/HSURMHW6L[6LJPDGHFUpDWLRQGH6,03$D\DQWFRûté 25 K¼le retour
sur investissement est de 3 ans.
IV.1.2 Les formations « SIMPAtisées »
Les supports SIMPA deviennent la nouvelle référence à TIV, et tendent à normaliser le
déroulement des formations au poste de travail. La cellule multimédia a ainsi élaboré un
contrat avec ses clients : les acteurs internes de la formation (RUP et STP, mais aussi le
Service des Ressources Humaines, pour garantir le lien avec la gestion globale des
compétences de l’entreprise) ; le contrat systématise l’utilisation de SIMPA pour toute
nouvelle formation qui nécessite le développement d’un support multimédia. Mais quels sont
les critères qui déterminent cette décision ?
Nous avons tenté d’adopter la méthode producticienne de l’AMDEC145 pour définir un
planning de réalisation de nouveaux supports SIMPA. Elle décrit tout besoin de formation
selon trois critères quantifiés par un entier entre 1 et 3 :
145
Analyse des Modes de Défaillance, de leurs Effets et de leur Criticité. C’est une technique d'analyse
prévisionnelle qui permet d'estimer les risques d'apparition de défaillances ainsi que les conséquences sur le
processus de fabrication.
Page 154
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
-
Gravité (G) : le besoin de formation est-il lié à un problème de conformité grave ?
o 1 : l’EPIA seule est concernée
o 2 : l’entreprise entière est concernée
o 3 : le client est directement concerné
-
Occurrence (O) : quelle est l’occurrence du problème lié au besoin de formation ?
o 1 : apparaît dans moins de 20 % des cas
o 2 : apparaît entre 20 et 80 % des cas
o 3 : apparaît dans plus de 80% des cas
-
Non Détectabilité (ND) : qui peut détecter le problème ? (sans parler de sa
résolution)
o 1 : l’expert ou le contrôleur, mais pas l’opérateur
o 2 : l’expert seulement
o 3 : personne ne sait le détecter
On multiplie les 3 indices « GOND » (G × O × ND) pour obtenir le coefficient de chaque
sujet de formation envisagé. Les sujets les plus urgents (maximum de 27) sont traités en
priorité dans le planning annuel de réalisation de la cellule multimédia. Nous avons établi
début 2002 un tel planning pour 17 sujets de formation, en collaboration avec les STP, validé
par les RUP. Cela dit, ce planning n’est qu’indicatif ; la méthode « GOND », bien
qu’intéressante pour définir des priorités, oublie des critères importants dans la décision de
« SIMPAtiser » une formation, tels que :
-
-
-
quelle est la taille du public prévu ? Il est plus intéressant de développer des
formations SIMPA pour un grand nombre de personnes ;
o 1 : moins de 5 personnes concernées
o 2 : entre 5 et 20 personnes
o 3 : plus de 20 personnes
quelle est la criticité du poste de travail considéré ? Elle concerne un poste où le
process est d’une mise au point délicate, sur laquelle l’expert a une grande valeur
ajoutée en terme de savoir spécifique, d’expérience ;
o 1 : poste non critique
o 2 : poste peu critique
o 3 : poste critique
quelle est la complexité des notions à expliquer pédagogiquement : le support
multimédia est-il réellement nécessaire ?
o 1 : une formation académique serait équivalente
o 2 : le multimédia a une valeur ajoutée sur certains points
o 3 : le multimédia est nécessaire
Nous avons ainsi complété les coefficients GOND avec ces 3 critères, définissant un nouveau
score noté « GOND+ » (dont le maximum est de 729). Mais au-delà de tous ces critères, la
décision de développer une nouvelle formation SIMPA relève plus des circonstances, le plus
souvent imprévues et urgentes, que d’un planning fixé : ce ne sont pas les formations les
mieux cotées « GOND+ » qui sont forcément réalisées en premier sous SIMPA. Ainsi en
atteste le Tableau 8 ; il résume les formations actuellement disponibles dans le catalogue
SIMPA de TIV. Celles marquées d’un astérisque (*) sont en chantier (mai 2002). Lorsqu’il
est mentionné, le temps de conception comprend l’ensemble des réunions entre l’auteur et
Page 155
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
l’expert, le tournage et la numérisation des vidéos nécessaires, l’intégration du contenu dans
SIMPA ainsi que les tests et corrections.
Sujet de
formation
Galop d’essai
Nbre
Temps de
de
conception
CC
1
18h
Clean
Concept
7
-
Prépotting
1
-
AutoMaintenance
1
26h
Chargement
des Ecrans
Primaires
2
112h
Public visé
Toute personne
découvrant SIMPA
85 personnes (dont 50
opérateurs) planifiées
en 2002
13 personnes (dont 10
opérateurs) formées à
fin mai 2002
Tout utilisateur du
guide informatique
d’auto-maintenance à
TIV
12 personnes formées
à fin mai 2002 (dont
5 opérateurs de
l’EPIA Ecrans
Primaires)
Score
GOND+
-
108
72
4 opérateurs formés
début 2002
96
2 opérateurs formés
en avril 2002
72
-
EPIA Pompage
24
-
EPIA Montage
64
3
47h
Collage du
plateau-guide
des IIR (*)
1
Brasure (*)
3
Contenu futile
(préparer le thé)
Formation de rappel
des règles
comportementales
pour tout le
personnel travaillant
en Salle Propre
Poste de préparation
à l’habillage du tube
IIR
8
Tous les arrivants en
production
(notamment les
intérimaires)
Utilisation de
SAP
Remarques
Formation au
nouveau logiciel de
gestion de
production (5
personnes formées à
début juin)
Livraison du support
SIMPA prévue en
septembre 2002
Diagrammes causeeffet des 3 CC
validés fin mai 2002
Connaissance
Tous les nouveaux
Réalisation prévue
3
36
de l’entreprise
arrivants à TIV
pour l’été 2002
(*)
Tableau 8. Les formations SIMPA à TIV après 6 mois d’utilisation
Dans cette liste, l’utilisation de SAP et la connaissance de l’entreprise ne faisaient pas partie
du planning prévisionnel « GOND+ ». En outre, le collage du plateau-guide et la brasure,
malgré leur faible coefficient (respectivement 24 et 64 sur 729), ont vu leur réalisation
SIMPA accélérée par l’apparition de nouveaux problèmes de conformité. Ceci illustre la
difficulté à vouloir planifier une formation en entreprise, qui plus est lorsqu’elle est liée à « la
mouvance du terrain », c’est-à-dire les besoins changeants de la production.
Page 156
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
IV.1.3 Gains et retours d’usage
Comment les supports SIMPA sont-ils utilisés à TIV ? Après 5 mois d’usage, quelle
satisfaction en ont les apprenants, les auteurs, les formateurs et les managers ? Nous
formulons ici un premier bilan critique de SIMPA en situation réelle de formation. Après une
vue de l’accueil réservé à SIMPA par les acteurs de la formation, nous identifions et
quantifions des cas concrets où le modèle pédagogique du Briefing–Débriefing est appliqué.
Les bilans horaires de la cellule multimédia nous conduiront à dégager un net gain en
productivité dans la conception d’un support de formation. Enfin, nous verrons comment les
traces informatiques constituent un suivi systématique des formations au poste de travail.
IV.1.3.1 Satisfaction des acteurs de la formation
L’enquête de satisfaction porte d’une part sur les besoins identifiés des clients, d’autre part sur
la médiation apportée par le professeur et le compagnon.
IV.1.3.1.1
Sur les besoins
Comme cela a été prévu lors du projet Six Sigma, nous avons proposé, pour chaque nouvelle
formation SIMPA, une enquête de satisfaction client. Cette enquête porte sur leurs 5 besoins
principaux, issus des matrices QFD146. Les figures suivantes présentent ces enquêtes : celle
destinée aux apprenants (Figure 45), celle destinée aux formateurs (Figure 46), et celle
destinée aux managers (Figure 47).
146
Voir les matrices pages xx à xx.
Page 157
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
ENQUÊTE DE SATISFACTION DES APPRENANTS SUR
LES MODULES DE FORMATION "SIMPA" À TIV
Date.............................................
1 – Pensez-vous pouvoir mettre en pratique sur le terrain ce que vous avez appris ?
0
1
2
3
4
Il me paraît impossible
d'appliquer sur le terrain
ce que j'ai appris durant
cette formation.
Je pense pouvoir
appliquer une petite
partie seulement de ce
que j'ai appris.
En moyenne, je vais
pouvoir appliquer ce que
j'ai appris.
La majorité des choses
que j'ai apprises vont être
applicables sur le terrain.
Je vais pouvoir appliquer
sur le terrain tout ce que
j'ai appris durant cette
formation.
Cochez la case
de votre choix
2 – Cette formation a-t-elle été en lien avec vos attentes ?
0
1
2
Cette formation n'a
répondu à aucune de
mes attentes.
Cette formation n'a
répondu qu'à une petite
partie de mes attentes.
Cette formation a
répondu en moyenne à
mes attentes.
3
4
Cette formation a
répondu à la majorité de
mes attentes.
Cette formation a
répondu à toutes mes
attentes
Cochez la case
de votre choix
3 – Avez-vous retrouvé dans cette formation le contexte de votre pratique quotidienne ?
0
1
2
3
4
Non, à aucun moment.
Seulement à certains
moments bien précis.
Dans l'ensemble, j'ai
retrouvé des éléments de
ma pratique quotidienne.
La plupart du temps, j'ai
retrouvé les éléments de
ma pratique quotidienne.
La formation collait en
tout point avec ma
pratique quotidienne.
Cochez la case
de votre choix
4 – Cette formation a-t-elle été adaptée à votre rythme et à votre façon d'apprendre ?
0
1
2
3
4
Pas du tout ; je n'ai pas
apprécié le déroulement
de la formation.
La formation m'était
adaptée sur certains
points seulement.
Dans l'ensemble, j'ai été
assez satisfait(e) du
déroulement de la
formation.
Je suis globalement
satisfait(e) du
déroulement de la
formation.
C'était parfait ; je me suis
senti(e) toujours à l'aise
pour apprendre.
Cochez la case
de votre choix
5 – Qu'avez-vous pensé de la convivialité et de la clarté du module multimédia ?
0
1
2
3
Je l'ai trouvé complexe,
difficile à utiliser. C'est
un frein à la formation.
La clarté et/ou la
convivialité est à revoir
sur certains points.
C'est dans l'ensemble
assez clair et convivial.
J'ai apprécié le module
multimédia ; c'est
ludique, et bien expliqué.
Cochez la case
de votre choix
Figure 45. Enquête de satisfaction auprès des apprenants
Page 158
4
Tout était clair,
extrêmement ludique, et
d'une utilisation intuitive.
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
ENQUÊTE DE SATISFACTION DES FORMATEURS TERRAIN
SUR LES MODULES DE FORMATION "SIMPA" À TIV
Date.............................................
1 – Avez-vous disposé d'une cible précise de formation (compétences à atteindre) ?
0
1
2
3
4
Je n'avais aucune cible
d'identifiée.
Les objectifs de la
formation n'ont pas été
assez bien définis.
Dans l'ensemble, les
compétences à atteindre
ont été correctement
ciblées.
La formation a été bien
ciblée ; la majorité des
compétences a été
identifiée
Toutes les compétences
ont été bien ciblées au
préalable.
Cochez la case
de votre choix
2 – Êtes-vous satisfait(e) de l'indicateur chiffré (niveau sur 7) sur les résultats de la formation,
pondéré par un intervalle de confiance ?
0
1
2
3
4
Pas du tout ; il me donne
des résultats incohérents
avec la réalité.
Je trouve que ces
chiffres ne
correspondent pas
vraiment avec la réalité.
En moyenne, ces
indicateurs m'ont semblé
refléter le niveau des
apprenants.
Ces indicateurs sont
assez crédibles quant à
l'appréciation du niveau
des apprenants.
Le score et son intervalle
de confiance sont
cohérents et très
crédibles.
Cochez la case
de votre choix
3 – Avez-vous obtenu dans les délais (15 jours) votre module "SIMPA", une fois que les
Compétences Cibles aient été identifiées ?
0
1
2
3
4
J'ai dû attendre
beaucoup plus
longtemps...
Il y a eu un certain retard
dans la livraison de mon
module de formation.
Le module de formation
m'a été livré avec un
léger retard.
Le module de formation
m'a été livré dans les
délais.
J'ai eu mon module en
avance par rapport aux
délais fixés.
Cochez la case
de votre choix
4 – Avez-vous eu le sentiment d'intervenir dans un contexte ou l'apprenant et l'Entreprise ont
été vraiment clients de votre action (le contrat pédagogique a-t-il été efficace) ?
0
1
2
3
4
Il m'a semblé que je n'ai
servi à rien. Il n'y a pas
eu de contrat (ou alors il
a été inefficace).
J'ai le sentiment d'une
certaine impuissance
dans l'apport de mon
action de formation.
Dans l'ensemble, le
contrat a donné des
bases correctes à mon
action.
Je suis satisfait(e) de
l'apport du contrat
pédagogique dans cette
formation.
Le contrat pédagogique
est indispensable ; il a
motivé tous les acteurs
de la formation.
Cochez la case
de votre choix
5 – Êtes-vous satisfait(e) du découpage de cette formation en "Compétences Cibles" ?
0
1
2
3
4
Ce découpage ne
correspond à rien.
Les Compétences Cibles
auraient dû être mieux
définies.
Dans l'ensemble, ces
Compétences Cibles
collent assez bien à mes
attentes.
Je suis satisfait(e) de ce
découpage ; il respecte
globalement le contenu
de la formation.
Cochez la case
de votre choix
Figure 46. Enquête de satisfaction auprès des formateurs
Page 159
Ces Compétences
Cibles sont très
pertinentes ; elles
clarifient même le
contenu.
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
ENQUÊTE DE SATISFACTION DES MANAGERS (RUP / RSS)
SUR LES MODULES DE FORMATION "SIMPA" À TIV
Date.............................................
1 – Avez-vous eu une garantie sur les résultats de la formation (atteinte des Compétences
Cibles) ?
0
1
2
3
4
Je n'ai eu aucun retour
de cette formation et de
ses résultats.
J'ai eu des résultats
partiels sur l'atteinte des
objectifs.
En moyenne, je peux
estimer quels sont les
résultats de cette
formation.
J'ai une garantie assez
forte sur l'atteinte des
objectifs.
Je suis complètement
rassuré(e) sur les
résultats de cette
formation.
Cochez la case
de votre choix
2 – Selon vous, le STP a-t-il disposé de moyens pédagogiques efficaces (via "SIMPA") pour
remplir sa tâche de formation ?
0
1
2
3
4
Non ; je ne l'ai pas senti
soutenu dans cette
tâche.
En partie seulement ; sa
charge en terme de
formation reste trop
élevée.
Dans l'ensemble, des
moyens plutôt efficaces
ont été mis à sa
disposition.
Oui, j'ai relevé un net
apport des moyens
pédagogiques mis en
place pour aider le STP.
Grâce à "SIMPA", le
STP a rempli
efficacement son rôle de
formateur, sans
surcharge de travail.
Cochez la case
de votre choix
3 – Avez-vous disposé rapidement de personnes formées ?
0
1
2
La formation a duré
beaucoup trop
longtemps.
La formation n'a pas été
assez rapide à mon goût.
En moyenne, la rapidité
de la formation me
semble acceptable.
3
4
J'ai trouvé la formation
assez rapide.
Les délais de formation
sont très réduits ; je suis
tout à fait satisfait(e).
Cochez la case
de votre choix
4 – Disposez-vous d'une attestation de compétence fiable pour gérer les grilles de
polyvalence ?
0
1
2
3
Pas du tout ; je ne
dispose pas d'attestation
de compétence.
Les attestations sont
rarement faites (ou bien
elles ne sont pas
crédibles).
Dans l'ensemble, je
dispose d'attestations
assez fiables.
4
J'ai systématiquement
Ces attestations me
des attestations de
semblent très pertinentes
compétences ; je leur fait pour gérer les grilles de
confiance.
polyvalence.
Cochez la case
de votre choix
5 – Le référentiel des formations est-il disponible pour tous ?
0
1
2
Non ; je ne sais même
pas où le trouver.
Il n'y a pas assez
d'information sur ce
sujet.
Dans l'ensemble, on peut
se débrouiller à retrouver
ce référentiel.
3
4
Je sais où trouver ce
référentiel ; je suppose
qu'il en est de même
pour mes collègues.
Le référentiel est très
accessible ; tout le
monde sait bien sûr où le
consulter.
Cochez la case
de votre choix
Figure 47. Enquête de satisfaction auprès des managers
Rappelons que nous nous étions fixé comme objectif d’avoir un score moyen de 2 sur 4 pour
chacun des acteurs. Étant donné le faible nombre de formations SIMPA déjà effectuées, nous
avons seulement pu récolter les appréciations des apprenants à une formation sur les 7 CC du
clean concept. Cependant, le nombre déjà conséquent de retours (36) nous donne une
tendance significative. Les premiers résultats obtenus sont révélateurs d’un très bon accueil
Page 160
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
de SIMPA par les opérateurs, ce qui constitue un facteur de réussite du projet Six Sigma. Le
Tableau 9 donne le bilan de satisfaction pour la formation clean concept.
Questions
Note moyenne sur 4
Écart type
1. Pensez-vous pouvoir mettre en pratique sur
3.3
0.7
le terrain ce que vous avez appris ?
2. Cette formation a-t-elle été en lien avec vos
3.2
0.7
besoins ?
3. Avez-vous retrouvé dans cette formation le
2.8
0.9
contexte de votre pratique quotidienne ?
4. Cette formation a-t-elle été adaptée à votre
3.4
0.6
rythme et à votre façon d’apprendre ?
5. Qu’avez-vous pensé de la convivialité et de
3.2
0.8
la clarté du module multimédia ?
Tableau 9. Enquête sur les besoins pour la formation SIMPA au clean concept
Sur l’ensemble des 5 questions, la note moyenne donnée par les opérateurs apprenants est de
3.2 sur 4. Le détail du dépouillement (non présenté ici) montre que des personnes qui se
montraient réticentes à l’utilisation de l’ordinateur en formation ont elles aussi une bonne
appréciation des supports SIMPA ; pour preuve le faible écart type sur les appréciations.
Ces résultats démontrent-ils que SIMPA répond entièrement à l’ensemble des besoins des
acteurs de la formation ? Pas nécessairement. Tout d’abord, il faut considérer que l’attrait de
la nouveauté joue ici un rôle non négligeable dans l’accueil des supports. Mais c’est surtout le
simple fait d’enquêter qui bruite la mesure ; le phénomène est bien connu : les personnes
sondées ont systématiquement tendance à aborder le questionnaire avec indulgence, comme si
inconsciemment ils attendaient une reconnaissance en retour. Ainsi, un utilisateur pas
vraiment enthousiasmé par SIMPA aura malgré tout tendance à bien noter le support. Dans
ces conditions, pour qu’un utilisateur donne une mauvaise appréciation (c’est-à-dire en
dessous de la moyenne), il faut vraiment qu’il soit très mécontent de ce qu’il a vécu.
On pourrait également objecter qu’un jugement critique sur un produit ne peut être porté par
des personnes qui ont participé à sa création, par l’intermédiaire d’un recueil de besoins. Cela
n’est pas le cas ici : les personnes interrogées à l’issue d’une formation SIMPA ne sont pas
celles qui ont participé à l’étude des besoins dans le cadre du projet Six Sigma.
IV.1.3.1.2
Sur la médiation
À chaque questionnaire de satisfaction présenté dans les pages précédentes, nous avons ajouté
une sixième question sur l’appréciation des tuteurs informatisés. Nous voulons savoir s’ils
apportent une aide efficace à l’apprenant. Comme l’utilisation des tuteurs est liée à
l’utilisation de l’interface SIMPA en général, nous avons également demandé aux apprenants
combien de temps (ou combien d’activités pédagogiques) a été nécessaire pour qu’ils se
familiarisent complètement avec l’interface, c’est-à-dire se sentent à l’aise dans les phases
d’autonomie lors d’un Briefing–Débriefing.
Page 161
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
6 – Quelle aide avez-vous reçue des 2 personnages situés au bas des écrans?
0
1
2
3
Cochez les
cases de votre
choix
Je n'ai pas reçu d'aide
appréciable de ce
personnage
J'ai été quelquefois
guidé(e) par ses
interventions. D'autres
fois elles étaient
superflues, peu claires
ou gênantes.
En moyenne ses
interventions m'ont été
utiles pour savoir ce qu'il
fallait faire et où aller.
La plupart de ses
interventions m'ont été
utiles et motivantes pour
me guider
4
J'ai apprécié toutes ses
interventions. Elles m'ont
été à la fois utiles,
motivantes et agréables.
De la part du
« Prof »
De la part du
« Compagnon »
Au bout de combien de temps (ou d’exercices) vous êtes-vous senti autonome dans l’usage du support multimédia :
10 min – 20 min – 30 min – 45 min – 1h – 1h 30 – 2h – Plus de 2h...
Entourez la réponse de votre choix
1 – 2 – 3 – 4 – 5 – 6 – 7 – 8 – 9 – 10 – 11 – 12 – Plus de 12 exercices...
Figure 48. Questionnement complémentaire sur la médiation et l'interface de SIMPA
Là encore les résultats sont flatteurs pour nos tuteurs ; les appréciations ne sont jamais
inférieures à 2 sur 4, pour une moyenne de 3.1 pour le professeur et 2.7 pour le compagnon
(sur 36 retours d’enquête ; voir le Tableau 10). Précisons que dans le cas d’une personne
déclarant n’avoir reçu aucune aide de la part du compagnon (0 sur 4) et ayant obtenu la note
maximale de 7 sur 7 sur SIMPA, nous ne tenons pas compte de sa note. En effet, le
compagnon n’intervient pas dans ce cas (rappelons qu’il exploite positivement les erreurs de
l’apprenant). Nous faisons de même pour tout questionnaire portant sur l’utilisation de
SIMPA en mode test, puisque le compagnon est absent de l’écran dans ce mode d’utilisation.
On remarque que si l’appréciation est encore légèrement inférieure à celle du professeur,
l’écart est beaucoup moins marqué que lors des expériences en phase R4 du projet Six Sigma.
Il reste néanmoins un travail à mener sur le renforcement du rôle du compagnon.
Questions
6. Quelle aide avez-vous reçue des deux personnages situés
au bas des écrans ?
- Professeur
- Compagnon
Au bout de combien de temps vous êtes-vous senti(e)
autonome dans l’usage du support multimédia ?
Au bout de combien d’activités vous êtes-vous senti(e)
autonome dans l’usage du support multimédia ?
Moyenne
Écart type
3.1
2.7
0.9
1.2
28 min
30.6
3
2.1
Tableau 10. Enquête sur la médiation pour la formation SIMPA au clean concept
Page 162
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
En moyenne, les utilisateurs déclarent être autonomes sur SIMPA au bout de 28 minutes, ou
de 3 activités pédagogiques. De fait, nous utilisons le galop d’essai beaucoup moins souvent
que nous l’avions prévu ; grâce à l’application des règles ergonomiques, l’apprentissage de
l’interface est assez rapide147. Cela dit, le fort écart type sur le temps nécessaire à l’autonomie
nous rappelle l’inégalité des apprenants quant à la familiarisation avec l’environnement
informatique (certaines personnes se sont déclarées autonomes sur SIMPA après 2h
d’utilisation, alors que d’autres l’étaient en 10 min !) ; l’emploi du galop d’essai, en présence
du formateur, reste indispensable pour les opérateurs les moins familiarisés.
IV.1.3.2 Cas concrets d’application du Briefing–Débriefing
Toutes les formations ne peuvent pas se dérouler selon le Briefing–Débriefing ; dans le plan
de déploiement de SIMPA, nous l’avions prévu dans 75% des cas, mais il s’avère que ce
chiffre reste aujourd’hui au-dessus de la réalité.
Pour le clean concept par exemple, ce sont la moitié des formations qui sont réellement
effectuées en Briefing–Débriefing ; l’autre moitié est pratiquée en mode « centre de
ressources » en groupe. Le Briefing–Débriefing se prête très bien à la formation des arrivants
en Salle propre, qui plus est s’ils sont jeunes et à l’aise avec l’outil informatique. Dans ces cas
précis, nous observons une diminution de 50% du temps de présence du formateur (le STP
responsable du clean concept à TIV), et une satisfaction des apprenants, qui déclarent
apprécier une formation motivante et ludique. Les supports SIMPA, même parcourus en
autonomie, se révèlent être « prenants », de par l’action permanente qu’ils engendrent. Ainsi,
nous effectuons des séances de formation de 2h30 sans susciter de lassitude chez les
apprenants.
Il est intéressant de remarquer que de telles appréciations commencent à apparaître chez des
personnes plus âgées, opérateurs depuis plusieurs dizaines d’années à TIV, et peu attirés par
l’informatique. L’action de formation entamée pour l’ensemble du personnel intervenant en
Salle Propre (85 personnes, à raison de 2 × 7 personnes par semaine), débutée en centre de
ressources SIMPA avec un formateur en permanence, est faisable en mode Briefing–
Débriefing. Mais dans ce cas, comme dans d’autres148, le choix du mode centre de ressources
est délibéré de la part de l’entreprise : d’une part cela permet de regrouper 7 personnes dans
un même créneau horaire, d’autre part l’enjeu de ces premières formations avec SIMPA est de
susciter la discussion de groupe, par exemple sur l’explication des règles comportementales
en Salle Propre, mais aussi de faire découvrir en groupe l’environnement SIMPA au
personnel opérateur en poste depuis longtemps à TIV.
Notons également que SIMPA a un effet bénéfique sur la prise en compte par les experts
techniques de terrain, les STP, de leur rôle de formateur interne au poste de travail. Grâce aux
supports ludiques et entièrement documentés, les STP retrouvent eux-mêmes le goût de
former les opérateurs, chose pour laquelle ils ne ressentaient que peu de reconnaissance
jusqu’alors.
147
Cet apprentissage peut ainsi se faire sur les premières CC de la formation (par exemple pour le clean concept,
où les 4 premières CC sont les compétences de base, à faible niveau de difficulté).
148
Notamment pour les formations à la gestuelle EP et au prépotting.
Page 163
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
IV.1.3.3 Amélioration de la productivité de conception/réalisation
La Figure 44 illustrant le plan de déploiement de SIMPA à TIV mentionnait la réalisation de
48 Compétences Cibles pour une capacité de production annuelle de 960h par la cellule
multimédia (cf. p.153). Cela fait 20h de conception/réalisation en moyenne par CC. Cette
estimation s’appuie à la fois sur une décomposition type des tâches (conception/réalisation
inhérente à SIMPA) et sur nos premiers retours d’expérience dans ce domaine149. Nous
estimons que chaque CC équivaut à une heure de formation, que ce soit en mode Briefing–
Débriefing ou en mode centre de ressources.
Pour calculer le temps de conception d’une CC avec SIMPA, notre hypothèse de départ est
que les diagrammes cause-effet sont rédigés ; le contenu de la formation est donc défini.
D’autre part, nous nous plaçons dans le cas le plus courant où il est nécessaire de tourner et
numériser des vidéos qui interviendront dans les activités pédagogiques (dans un
glisser/déplacer par exemple) ou dans le livre des ressources. On compte 6 étapes dans la
conception/réalisation d’une CC (voir Figure 49) :
1. Définition en collaboration avec l’expert des activités pédagogiques :
- choix des types d’activités pédagogiques pour traiter le contexte, le savoir faire et
la réaction aux aléas,
- définition du contenu des vidéos,
- définition du contenu des commentaires et ressources
2. Tournage des vidéos sur le terrain
3. Numérisation et montage des vidéos
4. Implémentation des activités pédagogiques dans SIMPA
5. Intégration des ressources documentaires
6. Tests et corrections avec l’expert et un opérateur confirmé
Tests et corrections : 2 x 1h
Définition des activités
pédagogiques : 2 x 2h
Intégration des
ressources
documentaires : 2h
6
1
5
2
4
Implémentation dans
SIMPA : 5h (au lieu de
65h de programmation
multimédia)
Tournage des
vidéos : 2 x 2h
3
Numérisation des
vidéos : 3h
TOTAL : 20h par
compétence
Figure 49. Décomposition du temps de conception d'une compétence cible avec SIMPA
149
Un calcul à partir du Tableau 8 sur les premières réalisations SIMPA donne en moyenne 30h par CC ; avec la
pratique, ce temps va baisser.
Page 164
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
Notons que la productivité en tournage et montage vidéo augmente d'environ 20% quand
plusieurs compétences d'un même sujet sont traitées en même temps, ce qui est souvent le cas
dans la pratique. Dans le cas d’une CC ne nécessitant pas de vidéos, le temps est raccourci de
la quasi-totalité des heures consacrées au tournage et montage vidéo ; elles sont
éventuellement remplacées par un temps très faible de prises de vues photographiques, avec
un appareil numérique (temps de numérisation réduit à zéro).
Les 20h obtenues sont à comparer aux 80h nécessaires à la conception/réalisation d’une heure
de formation avant l’usage de SIMPA (données des années 1995–2000). C’est donc d’un
facteur 4 qu’est améliorée la productivité de la cellule multimédia dans son activité
d’auteur de supports de formation interactifs. Remarquons de surcroît que les produits
multimédias réalisés jusqu’en 2001 à TIV (qualifiés « pré-SIMPA ») étaient de qualité
pédagogique équivalente à celle obtenue dans SIMPA, mais sans aucune médiation intégrée,
c’est-à-dire sans outillage pour mener à bien la consultation des supports de formation en
autonomie. Pour illustration en terme de coûts de conception :
-
1h de formation SIMPA coûte 558 ¼
1h de formation « pré-SIMPA » coûte 2230 ¼
1h de formation multimédia conçue par un organisme de prestation externe à
l’entreprise coûte 6000 ¼ HVWLPDWLRQ HIIHFWXpH à partir de notre expérience du
marché grenoblois de la formation).
C’est clairement la réutilisation de ses modèles informatiques qui rend SIMPA compétitif.
Ainsi, l’opération où le gain en productivité est le plus marqué est celle de l’implémentation
multimédia ; elle est simplifiée par l’usage systématique de la consigne de transfert et des
livres ToolBook modèles des activités pédagogiques. Le Tableau 11 compare une méthode de
formation académique et la méthode SIMPA pour répondre à un besoin de formation au poste.
Méthode
académique
Méthode SIMPA
Avec vidéos
Sans vidéos
(texte et photos)
Contrat pédagogique
Exposé oral sur support
systématique. Tests
PowerPoint (comprenant
informatisés avec
Idem ci-contre, mais
textes et photos).
évaluation de l'intervalle de
sans le recours aux
Evaluation sur QCM
confiance. Pédagogie active
Prestations
séquences vidéos pour
papier. Simulation
sur activités pédagogiques
fournies
la mise en situation des
ou mises en situation
monopolisant le poste de
non-conformités et des
travail. Traçabilité non
médiatisées.
aléas.
systématique.
Traçabilité systématique du
parcours et des résultats.
5 à 6h pour une heure
20 h pour une heure
5 à 6h pour une heure
Temps de
d'animation
d'animation
d'animation
conception
Temps de
1h
0.5 à 1h
0.5 à 1h
formateur
Temps
6 à 7h
20.5 à 21h
5.5 à 7h
total
Tableau 11. Comparaison entre SIMPA et une formation académique en entreprise
Page 165
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
La comparaison révèle que pour des prestations de base identiques sur des documents
pédagogiques (textes, graphismes et photos sans vidéos), il ne faut pas plus de temps pour
réaliser les supports avec SIMPA qu'avec PowerPoint. Nous avons vu que l’ajout de
vidéos ne posait aucun problème supplémentaire quant à l’implémentation multimédia, mais
demandait uniquement du temps de montage et de numérisation. Pour de nombreux postes de
travail de type procéduraux, la gestuelle est primordiale dans la formation ; c’est pourquoi les
vidéos ne sont pas un luxe dans ces cas-là, et doivent être insérées au contenu pédagogique150.
Nous ne savons pas comparer l’efficacité de ces 2 méthodes de formation ; sans étude précise
réalisée sur ce point, nous partirons du principe qu’une formation SIMPA est au moins aussi
efficace qu’une formation académique. Cela dit, la fiabilité des évaluations obtenues avec
SIMPA est sans commune mesure avec celles que l'on déduit d'un QCM papier. Les traceurs
informatiques, ainsi que l’intervalle de confiance sur la note attribuée contiennent de
nombreuses informations ; détaillons-les à partir de cas vécus.
IV.1.3.4 Exploitation des traces informatiques
Les traces informatiques intégrées à SIMPA nous servent en premier lieu à établir
automatiquement un historique des formations suivies. Ce dernier se compose d’un tableau
qui indique, pour chaque sujet de formation :
-
les nom et prénom de l’apprenant,
la date de conclusion du parcours de formation,
le titre des compétences cibles,
les notes obtenues par l’apprenant sur chacune de ces compétences.
Un tel tableau est généré à la demande par une application ToolBook à partir des données des
carnets de route enregistrés sur le réseau d’entreprise ; il est utilisé par le service Ressources
Humaines dans le cadre de la gestion des compétences.
Mais on relève deux autres types d’informations utiles, qui s’attachent plus particulièrement
au comportement de chaque apprenant face à SIMPA : le journal de la formation et
l’intervalle de confiance sur la note.
IV.1.3.4.1
Le journal de la formation
Pour l’instant, le journal est encore trop rarement exploité par les formateurs, car ils n’ont pas
eu une formation complète sur les supports SIMPA (voir chapitre IV.2.2.1). Mais quelques
cas concrets nous ont déjà prouvé l’utilité de ce journal. Rappelons qu’il y a deux niveaux de
lecture du journal. Le niveau macroscopique résume les grandes étapes chronologiques
suivies par l’apprenant (enchaînement des activités pédagogiques et des CC), ainsi que, en
mode test, le détail de ses erreurs éventuelles. Le niveau microscopique liste la chronologie
des actions de l’apprenant (dans un glisser/déplacer par exemple, chaque déplacement
d’étiquette est tracé, avec le nom de l’étiquette concernée et l’endroit où elle a été posée).
150
Remarquons tout de même que l’emploi de plusieurs photos numérotées chronologiquement remplace
honorablement dans certains cas une vidéo ; avant de se lancer dans le tournage, il convient de s’assurer de la
valeur ajoutée de la vidéo.
Page 166
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
Lors d’une formation au prépotting, en consultant le carnet de route d’un opérateur confirmé,
le STP a été surpris de voir que tous les points n’avaient pas été obtenus. Il a consulté le
journal de la formation macroscopique, ce qui lui a permis de constater sans ambiguïté que
l’erreur commise avait été répétée plusieurs fois consécutivement. Grâce à l’identification de
l’endroit précis de l’erreur (dans ce cas précis, le libellé de l’étiquette mal placée dans
l’activité glisser/déplacer), le STP a pu échanger avec l’opérateur sur ce point précis de la
formation, et corriger avec lui cette lacune. Le journal s’est révélé utile dans de nombreux
autres cas de formation en mode Briefing–Débriefing ; cependant, il faut noter que la relation
entre l’apprenant et le formateur est basée sur la confiance : plutôt que de consulter le journal
SIMPA à son retour, le formateur demande le plus souvent directement à l’apprenant quel a
été son parcours, et vérifie les notes attribuées.
IV.1.3.4.2
L’intervalle de confiance sur la note
Nous avons construit les supports SIMPA de telle façon qu’un novice sur le sujet de
formation traité puisse répondre à l’ensemble des questions, par l’intermédiaire du livre des
ressources. De cette manière, le risque était de ne plus faire de distinction dans la notation
d’un expert et d’un novice. L’intervalle de confiance sur la note est utilisé aussi bien en mode
test qu’en mode apprentissage ; pour une même note attribuée (par exemple 5 sur 7), la
largeur de l’intervalle est révélatrice du niveau d’expertise sur la compétence. Un
intervalle étroit associé à une note élevée indique au formateur que l’apprenant est un expert ;
la même note avec un intervalle plus large est caractéristique d’un apprenant moins
expérimenté, mais autonome : il a su prendre son temps pour réunir toutes informations
nécessaires pour donner les bonnes réponses.
Figure 50. Bilan d'une compétence cible (mode test) dans le carnet de route
La Figure 50 montre un exemple d’intervalle de confiance tel qu’il apparaît au
formateur après un pré-test. À gauche de l’écran est donné le profil de l’apprenant dans ses
Page 167
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
bonnes réponses sur chaque type de savoir ; à droite apparaît la note sur la balance (entre 0 et
7) ainsi que l’intervalle, matérialisé par les 2 drapeaux bleus. On y remarque son caractère
asymétrique (intervalle bas de 0.5 point, intervalle haut de 2.2 points). La zone grisée de la
balance correspond aux notes en-dessous de la spécification fixée dans le contrat
pédagogique ; dans ce cas, la spécification était de 5 sur 7. On remarque que si la note est hors
spécification (4 sur 7), l’intervalle nous indique que l’apprenant a perdu beaucoup de points
par manque de consultation des ressources ou par manque de concentration (largeur de
l’intervalle haut). Le formateur doit être prudent quant à la validité de cette note, puisque
potentiellement, l’apprenant aurait pu atteindre 6.2 sur 7. Nous avons certainement affaire à
une personne expérimentée sur son poste de travail, mais qui n’a pas su traduire sa
compétence lors du test sur SIMPA : on peut qualifier ce profil « expert sous-évalué ». Nous
avons ainsi modélisé 7 profils types d’apprenants en fonction de la corrélation entre leur note
(faible, moyenne ou élevée), la largeur et l’orientation de l’intervalle de confiance (étroit,
large orienté vers le bas, large orienté vers le haut). Le Tableau 12 résume ces profils :
-
-
une personne « sur-évaluée » obtient une note supérieure à sa classe d’expertise
(novice, initié ou expert) ; cela est dû à son comportement sage (prise en compte
des conseils des médiateurs, recherche systématique d’aide ou de ressources avant
de donner une réponse incertaine) ou chanceux (bonne réponse trouvée au hasard
d’un essai–erreur) sur SIMPA ; c’est un résultat positif, puisque la personne a su
montrer des qualités d’autonomie et de recherche d’informations, qu’elle pourra
réinvestir à son poste de travail,
une personne « sous-évaluée » obtient une note inférieure à sa classe d’expertise ;
ce sont les cas typiques d’un mauvais apprentissage de l’interface ou d’un blocage
profond face à l’informatique.
Intervalle
Note
Faible
Moyenne
Élevée
Large orienté
vers le bas
Étroit
Large orienté vers le
haut
Initié sous-évalué
Expert sous-évalué
Novice
Novice sur-évalué
Initié
Initié sur-évalué
Expert
Tableau 12. Profils types de résultats sur SIMPA
Selon les cas, le formateur peut juger nécessaire d’abandonner le mode Briefing–Débriefing
pour accompagner l’apprenant durant son parcours. Cet exemple montre toute l’utilité de
l’intervalle de confiance dans l’appréciation critique des résultats informatiques de
l’apprenant, et plus particulièrement en mode test (pré-test ou post-test), où l’apprenant ne
dispose pas de la médiation pour réguler son comportement.
IV.1.4 Les limites observées de SIMPA
Certes, l’utilisation élargie des supports SIMPA à TIV depuis 6 mois reçoit un accueil très
favorable de la part des acteurs de la formation, mais certains points d’ombre (que nous
appellerons plutôt axes d’amélioration) subsistent. Il en est ainsi de : la prise en main inégale
de SIMPA par les STP, la tendance de l’environnement SIMPA à imposer la numérisation de
vidéos, et l’inefficacité de la médiation existante dans certaines situations.
Page 168
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
IV.1.4.1 Une prise en main inégale de la part des formateurs
Destinés à la formation des opérateurs, les supports SIMPA sont l’outil privilégié des STP
afin de mener à bien leur mission de transfert de leur savoir. Jusqu’alors, ils n’assumaient pas
entièrement ce rôle, faute de temps « libre » dans leur occupation quotidienne. L’arrivée de
SIMPA a donné pour certains l’envie de se réinvestir dans ce rôle ; c’est pour eux une forme
de reconnaissance : ils participent activement à la conception des supports, à leur validation,
et enfin à l’organisation pédagogique des formations (les STP signent le contrat pédagogique
avec les apprenants).
Nous avons provoqué quelques réunions d’information ou de sollicitation avec l’ensemble des
STP durant la mise au point de la méthodologie d’organisation des actions de formation, et
bien sûr durant le projet Six Sigma de conception de SIMPA. Ces réunions ont surtout mis en
lumière le besoin de support pour les STP dans leur responsabilité de formateur. Aujourd’hui,
ce support est assuré par la cellule multimédia de TIV, qui prend en charge la réalisation de
nouveaux supports, la réunion des acteurs pour signer le contrat pédagogique, l’organisation
pratique des formations, et parfois même l’animation pédagogique.
Certes, quelques STP sont demandeurs d’une certaine autonomie dans leur charge de
formation, et gardent ainsi leur part de travail et de responsabilité, mais le risque est que les
STP ne se sentent pas « propriétaires » des supports SIMPA, et délèguent
systématiquement leur responsabilité à la cellule multimédia. Par « propriété », nous
entendons propriété du contenu (justesse et mise à jour des informations, évolution des
compétences cibles et des activités pédagogiques attachées), mais également de l’usage qu’ils
pourront faire de SIMPA en formation. Cela est certainement dû au fait qu’ils n’ont pas
encore une connaissance approfondie des supports. En ce qui concerne leur mise à jour, la
cellule multimédia recueille des demandes de création de nouvelles CC de la part des STP,
mais assez peu concernant l’évolution d’une CC existante ; notre fenêtre d’observation est
peut-être encore trop courte, mais il conviendra de lutter contre une tendance naturelle à
laisser se creuser un écart entre les informations contenues dans les supports multimédias à
disposition sur le réseau et la réalité du terrain. Certes l’évolutivité de SIMPA a été
démontrée, mais il n’existe pas de réelle interface auteur qui permette aux STP de pratiquer
eux-mêmes des modifications sur SIMPA.
IV.1.4.2 Des situations où la médiation reste inefficace
Lors des expériences du projet Six Sigma, nous avons mentionné le cas d’une personne
(individu n°22) pour laquelle les interventions du professeur et du compagnon n’ont eu aucun
effet bénéfique, voire même le contraire : cette personne nous a dit combien les personnages
l’avaient « exaspérée » parce qu’ils ne faisaient pas les interventions qu’elle attendait. Mis à
part le caractère exceptionnel d’un tel accueil de la médiation de SIMPA (un seul cas sur 25
personnes dans les tests, plus aucun depuis), ceci est un aveu d’échec des fonctionnalités de
médiation quant à leur capacité à faire face à des comportements extrêmes de la part des
utilisateurs. Nous ne prétendons certes pas avoir réponse à une utilisation volontairement
irrationnelle de SIMPA, mais nous aurions souhaité voir l’individu n°22 aidé par les
interventions des tuteurs, d’autant plus que son profil correspond à celui de nombreux futurs
apprenants potentiels sur SIMPA : un âge supérieur à 50 ans, des habitudes de travail bien
ancrées, et une certaine appréhension face à l’outil informatique.
Page 169
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
Si aucun problème équivalent ne s’est présenté à nouveau, c’est peut-être que l’on a,
consciemment ou non, proposé le Briefing–Débriefing uniquement à des personnes pour
lesquelles on savait que cela allait bien se passer, et qu’on a préféré accompagner
intégralement les autres. Manque de confiance envers SIMPA ? Volonté pour le formateur de
se mettre en valeur plutôt que de (dé)laisser sa tâche à une application informatique ?
Toujours est-il que, dans une perspective d’évolution de la médiation intégrée à SIMPA, il
sera nécessaire de se mettre délibérément dans des conditions difficiles (c’est-à-dire d’échec
potentiel), comme nous l’avions fait au cours du projet Six Sigma ; on comprend que ce choix
n’est pas facile dans le cas d’une situation réelle de formation.
C’est par le questionnement continu des utilisateurs de SIMPA et le déploiement des
pratiques de Briefing–Débriefing que l’on se donnera les moyens de rendre le professeur et
le compagnon plus pertinents, et mieux adaptés à chaque situation, c’est-à-dire à chaque codebarre (cf. page 131).
IV.1.4.3 Autres risques et points faibles
Nous avons effectué, dans le cadre de la phase R4 du projet Six Sigma, une double analyse
« points forts / points faibles » et « risques / opportunités » sur les supports SIMPA. Nous
avons déjà évoqué les risques ; outre l’appropriation mitigée des supports par les formateurs
de terrain et la mise à jour non suivie des contenus, nous avons identifié la production à tout
crin de nouveaux modules au détriment de l’évolution de la médiation.
Les points forts sont ceux décrits en 3ème partie de ce mémoire : temps de réalisation et de
mise à jour particulièrement courts, progrès de la médiation avec effet rétroactif sur les
supports déjà créés, pédagogie autorisant un apprentissage en semi-autonomie, évaluation des
résultats de formation avec intervalle de confiance, objectifs et parcours ciblés par pré-test et
contrat pédagogique, et usage d’un galop d'essai facilitant l'appropriation de l'interface. Les
points faibles de SIMPA sont principalement liés à son architecture informatique :
-
-
-
-
le contenu est organisé de façon rigide (découpage systématique contexte /
savoir faire / traitement des aléas), pas directement transposable à tout type de
formation ; développé spécifiquement pour des formations techniques et
procédurales, SIMPA demande un travail de développement supplémentaire pour
être utilisé dans des contextes différents,
le carnet de route est limité à 7 compétences cibles, pour des raisons de lisibilité
du contrat pédagogique et du parcours de formation ; il est obligatoire de créer un
second carnet de route pour une formation qui comporterait un plus grand nombre
de CC,
aucun support papier n’est imprimé ; on peut considérer que ce n’est pas un
point faible, mais certains apprenants préfèrent avoir un carnet de route physique
plutôt qu’informatique. Ils le consulteraient plus volontiers entre les séances de
formation ; on remarque en effet que les apprenants ne consultent pratiquement
jamais sur leur carnet de route SIMPA de leur propre chef,
l’environnement SIMPA n’est pas directement partageable sur l'intranet de
l’entreprise.
Quant aux opportunités, elles sont étroitement liées aux points forts de SIMPA, sa structure
évolutive et ouverte. Nous allons les évoquer ci-dessous, dans un dernier chapitre qui va
ouvrir quelques perspectives d’amélioration et de déploiement du produit.
Page 170
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
IV.2 Quelques perspectives
Nous proposons dans un premier temps des grand axes d’optimisation de SIMPA, tant dans la
diversité des activités pédagogiques, les capacités de médiation, que dans des
perfectionnements technologiques, telle la synthèse de la parole, qui permettront d’envisager
l’utilisation des supports dans de nouveaux contextes de formation. Un regard sera ensuite
donné sur les trois niveaux de déploiement du produit : à TIV, au sein du groupe Thales, et à
l’extérieur. Nous discuterons enfin de l’apport des situations de travail collaboratif, que nous
avons peu exploitées dans notre travail de recherche. Quels modèles collaboratifs déjà
éprouvés par ailleurs sont exploitables avec SIMPA ? Comment cela se traduirait-il dans la
conception ou l’usage des produits en formation ? L’idée de mettre en œuvre des formations à
distance sera également discutée.
IV.2.1 Optimisation de SIMPA
Les supports de formation peuvent être l’objet de nombreuses améliorations : élargissement
de la bibliothèque des activités pédagogiques, des capacités de médiation, ou encore
amélioration de la qualité interactive, avec l’apport de la synthèse de la parole pour les
médiateurs.
Note : dans les pages suivantes, nous appelons « groupe-activité » le groupe des objets
ToolBook composant à l’écran une activité pédagogique (pour un puzzle par exemple, le
« groupe-activité » contient les pièces du puzzle ainsi que les emplacements de chacune
d’entre elles).
IV.2.1.1 Elargir la bibliothèque d’activités
Image
Image
active
active
SIMPA
Glisser
Glisser //
déplacer
déplacer
Liste
Liste
déroulante
déroulante
Phrases
Phrases
àà trous
trous
QCM
QCM
standard
QCM
QCM
indirect
indirect
Mots
Mots
croisés
croisés
Relier
Relier
par
par paires
paires
Puzzle
Puzzle
OUI
NON
Vrai
Vrai //
Faux
Faux
Etc…
Etc…
Figure 51. SIMPA : une bibliothèque d’activités pédagogiques à élargir
Des 10 activités modélisées (voir liste page 130, et la figure ci-dessus), la moitié reste à
développer sous SIMPA : la grille de mots croisés à remplir, les zones actives à découvrir
sur une image, les paires à relier, le vrai/faux et l’extraction d’une liste d’éléments demandés.
Mais cette liste n’est pas exhaustive ; toutes les évolutions sont possibles. Le livre système
autoform comporte une page spécifique pour chaque activité pédagogique ; développer les 5
Page 171
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
activités énumérées demanderait de créer pour chacune d’elles une page dans ce livre, et d’y
créer les 3 boutons suivants (cf. Figure 52) :
-
-
-
Script du groupe-activité (environ 180 lignes) : c’est le script qui décrit le
comportement de l’activité pédagogique. On y retrouve les handlers151 suivants :
(i) réinitialisation de l’activité, (ii) démarrage de l’activité, (iii) correction
(comportement des objets lors du clic de l’apprenant sur le bouton « J’ai fini »),
(iv) solution (affichage direct des bonnes réponses, déclenché par un raccourci
clavier connu seulement par le formateur) et (v) vérification préalable au
déclenchement de la correction (par exemple dans un glisser/déplacer, le script
vérifie que toutes les étiquettes ne sont plus à leur place initiale).
Code-barre de la médiation (environ 120 lignes) : c’est le script qui construit le
code-barre de la situation pédagogique au moment du clic de l’apprenant sur le
bouton « J’ai fini ». Ce script n’est pas commun à toutes les activités, puisque les
informations utiles qui constituent leur code-barre ne sont pas les mêmes.
Choix de la médiation (environ 300 lignes) : c’est le script qui définit le
comportement des médiateurs en fonction du code-barre. Il est constitué d’une
grande boucle « conditions », qui traite chacune des situations prévues ; un
comportement par défaut des médiateurs est prévu si le code-barre ne correspond à
aucune de ces situations.
Figure 52. Scripts à renseigner dans le livre système
pour chaque activité pédagogique
Il conviendra également de créer un groupe-activité modèle de chaque nouveau type
dans un livre qui contient déjà les modèles des autres activités ; c’est dans ce livre que
vient « piocher » l’auteur pour ajouter une activité à un module SIMPA qu’il est
entrain de créer. Il ne s’agit pas là de rédiger des scripts (cela a été fait dans le livre
système), mais d’organiser géographiquement les éléments du groupe-activité sur
l’écran, et de définir les propriétés ToolBook à renseigner pour les éléments utiles qui
le constituent (par exemple, le chemin réseau d’une vidéo, l’affectation du nom d’un
objet qui apparaîtra dans le journal de la formation, ou un texte d’aide attaché à une
étiquette).
Enfin, il reste à augmenter la consigne de transfert de SIMPA des chapitres
correspondant aux nouvelles activités disponibles, ainsi que les tableaux récapitulatifs
en fin de consigne. Une fois toutes ces opérations effectuées, les auteurs auront le
151
Partie de script ToolBook qui répond à un événement précis ; par exemple, le handler « to handle
mouseenter » répond à l’événement de survol de l’objet par le pointeur souris.
Page 172
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
loisir d’élargir l’offre d’activités pédagogiques, et de les implémenter très
rapidement dans les supports SIMPA du futur.
IV.2.1.2 Accroître les capacités de médiation
Nous avons vu que chaque activité comporte son propre script de médiation. Il est certes
souhaitable d’élargir le choix des activités comme décrit ci-dessus, mais il convient
certainement de vérifier au préalable pour les activités existantes la pertinence et une relative
exhaustivité dans les réponses à des situations nécessitant de la médiation (rappelons-nous
l’individu n°22). Ainsi, nous avons débuté des actions dans ce sens, en créant une propriété
supplémentaire affectée aux groupes-activités, nommée lien_ressources. Cette propriété
donne le nom des pages du livre de ressources utiles à la résolution de l’activité. Ainsi, si
lien_ressources est renseigné, et que l’apprenant bute sur une réponse (détection du nombre
d’erreurs faites), le compagnon intervient comme le montre la Figure 53, pour aider
l’apprenant en nommant les pages à consulter dans les ressources.
Figure 53. Intervention de régulation du compagnon pour orienter l’apprenant
vers un endroit précis de son livre des ressources
Cette intervention de régulation renforce le rôle du compagnon, il faut le reconnaître encore
trop discret par rapport au professeur. Dans les rares fois où nous avons pu l’observer en
situation, elle s’est avérée très efficace : si l’apprenant oublie l’existence du livre des
ressources, elle lui est rappelée ; s’il se décourage à parcourir ce livre sans vraiment savoir
quoi chercher, l’information lui est clairement donnée. Inutile de préciser que les points
acquis immédiatement après cette intervention, si elle a été entendue par l’apprenant (c’est-àdire s’il est effectivement allé consulter le livre des ressources) sont intégrés à l’intervalle bas
de confiance sur la note finale.
Page 173
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
Cet exemple est révélateur des évolutions possibles et nécessaires quant aux interventions
des médiateurs ; citons quelques autres idées à mettre en œuvre :
-
-
-
diversifier les signes par lesquels les médiateurs manifestent leur intention
d’intervenir (actuellement, ils sont 3, du plus discret au plus attractif : clin d’œil,
signe de la main, et tapement à la vitre de l’écran) ; on remarque en effet que la
répétition d’un même signe (jusqu’à 20 fois dans une séance d’une heure de
formation) attire moins l’attention et agace l’apprenant,
faire en sorte que chaque médiateur ne puisse pas donner consécutivement deux
fois le même message, même si le code-barre l’imposerait. Pour l’apprenant, le
second message n’est d’aucune utilité ; de plus, c’est un facteur négatif quant à la
crédibilité et la pertinence du professeur et du compagnon,
prévoir des interventions poussées du compagnon si les instructions d’une
activité pédagogique ne sont manifestement pas comprises par l’apprenant. Nous
l’avons uniquement développé pour le cas d’un glisser/déplacer avec des vidéos
(voir Figure 54) : le compagnon intervient si l’apprenant commence à placer les
étiquettes sans avoir compris qu’il s’agissait de vidéos (rappelons que les vidéos
sont représentées par une photo ; la confusion est donc possible), et donc sans les
avoir visionnées,
Figure 54. Intervention en cas de mauvaise compréhension des instructions
-
prévoir des démonstrations visuelles pour certaines instructions peu évidentes à
comprendre, comme par exemple le clic sur le bouton droit de la souris
(actuellement symbolisé par le dessin
). Par démonstration visuelle, nous
entendons soit une petite vidéo qui s’ouvre et se ferme automatiquement, montrant
Page 174
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
-
en gros plan un utilisateur faire l’opération en question, soit la simulation sur
l’écran de l’opération, où la souris et les objets s’animent automatiquement152,
pratiquer une médiation « dégressive », c’est-à-dire faire en sorte que les
médiateurs s’interposent de moins en moins au fur et à mesure que l’utilisateur
apprend à se servir correctement de l’interface. Cela nécessite de détecter dès les
premières activités pédagogiques (au court d’un galop d’essai raccourci) les
difficultés rencontrées par l’utilisateur, et définir la part d’aide à lui fournir.
IV.2.1.3 Utiliser la synthèse vocale
Nos analyses ACP des expériences sur SIMPA avaient montré un léger déséquilibre des
canaux PNL en faveur des visuels. Certes les personnes à préférence auditive que nous avions
testées s’étaient bien comportés face à l’environnement SIMPA, mais ils étaient trop peu
nombreux (5 personnes sur 25) pour nous autoriser à penser que l’interface actuelle
conviendra à tous les apprenants, particulièrement aux auditifs.
Des études ont montré l’apport au niveau de la motivation, si ce n’est au niveau pédagogique,
de l’utilisation de la parole dans un contexte interactif [MML00]. Aujourd’hui, les
ordinateurs sont capables de lire un texte à l’écran (synthèse de la parole, Text To Speech
synthesis (TTS) en anglais), et reconnaître la voix d’une personne dictant un texte
(reconnaissance de la parole, Automatic Speech Recognition (ASR) en anglais). Utiliser les
technologies informatiques de la parole reviendrait à se rapprocher du formateur idéal :
l’ordinateur peut alors écouter, comprendre, et répondre à l’apprenant [Fer99]. Certes la
simple utilisation de ces technologies n’améliore pas automatiquement l’apprentissage, mais
on peut raisonnablement penser que la qualité interactive de SIMPA s’en trouverait
augmentée, à condition que ces technologies soient fiables. Aujourd’hui, les logiciels de
reconnaissance de la parole atteignent en théorie des taux de reconnaissance autour de
99%, mais d’expérience153 nous les situons à 80%. Des problèmes de compréhension
interviennent en effet en fonction de l’intonation, du niveau sonore ou de la vitesse des
phrases énoncées par l’utilisateur. De plus, le logiciel a besoin de se familiariser à la voix de
l’utilisateur pendant 15 à 20 minutes avant de pouvoir obtenir des résultats satisfaisants154.
Nous ne doterons pas SIMPA de la reconnaissance de la parole dans un avenir proche ;
cependant, nous pensons qu’à moyen terme, une fois que les technologies seront pleinement
maîtrisées (comme aujourd’hui l’usage de la souris), cette fonctionnalité supplémentaire
apportera un confort et une meilleure qualité d’interaction en auto-formation.
En ce qui concerne la synthèse de la parole, son intégration dans SIMPA est envisageable dès
à présent. Elle donnera un caractère encore plus vivant au professeur et au compagnon. Nous
aurons deux options d’implémentation :
1. enregistrer avec des comédiens (un comédien pour le professeur, et un autre pour
le compagnon) autant de messages que nécessaire pour pratiquer la médiation.
152
Cette façon de faire est notamment utilisée dans les fichiers d’aide des logiciels de bureautique grand public ;
nous l’avons nous-mêmes utilisée dans le module de formation sur le logiciel SAP, en enregistrant des séquences
d’écrans grâce au logiciel ScreenCam.
153
Nous avons rédigé un article de 5000 mots (8 pages) grâce au logiciel Dragon NaturallySpeaking 5.0.
154
Tout cela n’est pas vraiment compatible avec une utilisation en situation de formation : que dirait un
apprenant auquel on demanderait de lire les Fables de La Fontaine (le genre de texte utilisé pour l’apprentissage
de la voix) pendant 20 minutes à un ordinateur, pour que par la suite ce même ordinateur interprète faussement 1
mot sur 5 ?
Page 175
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
L’avantage est de conserver la chaleur humaine de la voix (très utile par exemple
si on s’adresse à des enfants), mais cela alourdit considérablement le
développement du produit, et limite ses évolutions (réenregistrements fastidieux),
2. intégrer à SIMPA une technologie de synthèse de la parole, aujourd’hui bien
maîtrisée155. L’avantage est de conserver la souplesse d’évolution du produit (il
suffirait de taper au clavier les messages), mais en contrepartie de produire une
« voix » robotisée et peu expressive. Cette option conviendrait mieux à un
déploiement industriel du produit.
Écrit
(sobre)
Oral
(théâtral)
Ooooh… Mais il me semble
que vous avez oublié
quelque chose…
Regardez bien !
Attention !
Ces étiquettes
sont des vidéos ;
regardez-les avant
de les placer.
Les étiquettes
représentent des vidéos.
Et si les visionniez avant
de les placer ? Pour cela,
un petit clic avec le bouton
droit de la souris, et c’est
parti !!
Figure 55. Complémentarité des messages oral et écrit dans la médiation
Mais dans tous les cas, d’une part le message oral du médiateur sera sémantiquement le
même que son message écrit, mais syntaxiquement différent : la modalité orale a une
fonction théâtrale, émotionnelle qui passe beaucoup moins bien par l’écrit. La Figure 55
illustre ce que pourrait apporter la parole dans le cas précis de l’intervention de médiation
présenté en Figure 54. D’autre part, le choix sera toujours laissé à l’apprenant en début de
formation d’activer ou non la synthèse de la parole ; les bulles écrites doivent pouvoir
suffire pour pratiquer la médiation.
IV.2.2 Développement de SIMPA
Les supports SIMPA ne sont qu’en début de vie à TIV, et nous croyons à leurs capacités de
développement, qui sauront les faire s’imposer dans l’entreprise, le groupe Thales, et
pourquoi pas dans d’autres structures, entreprises industrielles ou non.
IV.2.2.1 À TIV : formation de formateurs
Les formations SIMPA sont en plein essor à TIV depuis la fin du projet Six Sigma en
novembre 2001. Nous l’avons vu, ce sont aujourd’hui (mai 2002) 9 sujets de formation traités,
pour 22 CC au total. Mais nous avons également soulevé un manque d’appropriation des
supports de la part des STP. Actuellement, ce manque n’est pas préjudiciable, car la cellule
multimédia s’implique beaucoup dans le développement de SIMPA ; elle est l’acteur
initiateur de la création de nouveaux supports, de la mise à jour des contenus, de la
155
Certains produits multimédias grand public utilisent déjà une telle technologie (comme ADI). En outre, le
système d’exploitation Windows XP propose en équipement standard une synthèse de la parole très correcte.
Page 176
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
proposition d’améliorations. Afin que le développement de SIMPA à TIV se poursuive dans
de bonnes conditions, il est indispensable que les formateurs soient formés à l’usage du
produit, pour se réapproprier une partie de ces responsabilités.
C’est pourquoi TIV a prévu en 2002 la formation d’une dizaine de STP à leur rôle de
formateur, donc à l’utilisation de SIMPA. Comment pourront se dérouler ces formations ? Il
serait dommage de ne pas profiter de SIMPA en l’utilisant pour son propre apprentissage.
Cela constituerait alors une « méta-formation » : on utiliserait la récursivité du système, outil
de formation ayant lui-même pour objet. Pour ce faire, nous construirons, à l’image du galop
d’essai pour les apprenants, un galop d’essai pour les formateurs :
-
-
-
le contenu ne sera plus « Préparer le thé », mais « Utiliser les supports SIMPA en
tant que formateur »,
on pourra prévoir plusieurs compétences cibles, distinguant les situations de
rédaction du contrat pédagogique (CC1), utilisation en Briefing–Débriefing (CC2),
utilisation en centre de ressources (CC3), évaluation des résultats (CC4), mise à
jour du contenu (CC5),
les formateurs seront formés en groupe, afin de susciter des discussions sur leur
manière de travailler, des suggestions quant à l’outillage de SIMPA, des idées
d’améliorations,
les trois types de savoir seront conservés :
o contexte : quelle est l’utilité de SIMPA, pour le formateur mais aussi pour
l’apprenant ?
o savoir faire : vidéos montrant un formateur utiliser SIMPA, à classer
« conformes » ou « non conformes »
o réaction aux aléas : traitement des situations problématiques les plus
souvent rencontrées en formation : manque de motivation apparente de
l’apprenant, traitement des questions dont on n’a pas immédiatement la
réponse, ou encore réaction à des problèmes techniques (comme par
exemple le bug non corrigé dans la sauvegarde de certains carnets de
route).
Utiliser SIMPA avec les formateurs sera un facteur déterminant dans leur appropriation
future des supports. D’autre part, la satisfaction des managers (RUP et RSS) vis-à-vis des
premières utilisations de SIMPA laissent présager qu’ils n’hésiteront pas à demander
désormais la création de nouveaux supports dès lors que cela sera jugé utile (application de la
méthode GOND+ ; voir en page 155).
IV.2.2.2 Au sein du groupe THALES
Même si aujourd’hui SIMPA n’a pas quitté les limites de TIV, nous sommes optimistes quant
à son développement dans d’autres entreprises du groupe Thales. En effet, la relative
réputation que le produit est entrain d’acquérir à Moirans, relayée dans le journal multimédia
d’entreprise, aura bientôt des échos dans les 3 autres sites qui constituent la société TED.
Mais nous estimons que le développement de SIMPA se fera d’abord avec les sociétés
géographiquement proches de TIV. C’est ce qui est entrain de se produire avec TRIXELL,
joint-venture entre Thales, Philips et Siemens, qui produit des détecteurs numériques de
radiologie, constituant à terme le produit de remplacement sur le marché de l’IIR. La société
est basée à Moirans, sur le même site industriel que TIV, et nombre de ses managers sont en
Page 177
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
lien étroit avec ceux de TIV, certains en étant issus. Un projet de formation SIMPA sur la
qualité est actuellement discuté avec TRIXELL ; une autre opportunité de collaboration avec
cette société serait le transfert sur SIMPA d’un support de formation multimédia sur le clean
concept à TRIXELL réalisé il y a quelques années par la cellule multimédia de TIV. De
même, des collaborations sont possibles avec la société Thales Avionics, fabricant d’écrans à
cristaux liquides pour des applications aéronautiques, elle aussi basée sur le site de Moirans.
Le frein au développement de SIMPA reste sa structure informatique, non directement
transférable sur le réseau intranet du groupe Thales. Nous devrons y remédier pour espérer
voir un jour le professeur et le compagnon ailleurs qu’à Moirans…
IV.2.2.3 À d’autres entreprises : de nouveaux types de formation
L’élargissement de SIMPA à d’autres entreprises, étrangères au groupe Thales, est rendu
possible par l’autorisation qu’a donnée TIV aux concepteurs du produit de l’utiliser pour leur
propre compte, c’est-à-dire dans le cadre d’une activité créée à leur nom.
Il est important de souligner que si SIMPA a été développé dans un contexte industriel, sa
structure autorise bien d’autres ouvertures de formation dans de nouveaux domaines. Ainsi,
les potentialités de médiation qu’il contient place SIMPA comme support d’avenir (à
condition de pouvoir le développer dans ce sens) quant à des formations de type
comportemental, que ce soit en entreprise (formation de managers en situation simulée),
dans les collectivités locales (préparation à un entretien, accueil téléphonique par une hôtesse,
etc.) ou en milieu scolaire (comportement face à la violence, exposé de situations pour
discussion commune avec les élèves).
Envisager d’utiliser SIMPA dans de nouveaux contextes impose d’assouplir sa structure :
-
-
-
abandonner le découpage strict en contexte / savoir faire / traitement des aléas, qui
ne sera pas adaptée à tous types de formation ; les titres des 3 thèmes seront
désormais une propriété du carnet de route, que l’on définira selon les besoins,
avoir la possibilité, outre les renommer, de choisir le nombre de thèmes : cette
modification est beaucoup plus lourde à mettre en œuvre, car elle modifie à la fois
de nombreux scripts de gestion de la navigation entre les livres et le calcul du
score, mais également l’organisation spatiale des objets dans le carnet de route,
élargir le nombre maximal de compétences cibles par formation,
pouvoir modifier l’apparence des médiateurs, ainsi que leur nom,
modifier le modèle du contrat pédagogique : le manager n’existera pas forcément,
on ne parlera plus de mise en application sur le poste de travail, etc.
Cette liste n’est pas exhaustive, elle est conditionnée par le contexte : en milieu scolaire par
exemple, il pourra être souhaitable de calculer une note finale sur 20, comme le veut l’usage,
et non sur 7 ; dans un cadre plus convivial, il conviendra au contraire de supprimer le score
(présentation des activités d’une administration par exemple).
Page 178
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
IV.2.3 L’apport du travail coopératif
Notre cadre de recherche n’a pas été l’étude d’un mode de travail collaboratif156 dans la
conception ou l’usage de supports de formation multimédias, mais cela pourrait fort bien faire
l’objet de prospections futures, tant l’environnement SIMPA, par son organisation
pédagogique (Briefing–Débriefing) et sa structure (échanges de données via un réseau
informatique), peut être adapté à de telles pratiques. Nous pratiquons dans un premier
paragraphe un rapide tour d’horizon des modèles de coopération qui nous semblent
compatibles avec l’utilisation de SIMPA, pour définir ensuite quelles adaptations ou
modifications seraient nécessaires, d’une part en conception (conception collaborative),
d’autre part en formation (apprentissage coopératif). Enfin, nous évoquerons le cas des
formations à distance, et s’intéressant à la place de la coopération dans ce nouveau contexte.
IV.2.3.1 Les modèles coopératifs exploitables
Avant d’évoquer certaines modèles de coopération humaine, nous devons évoquer leur
fondement, à savoir la Théorie de l’Activité (TA). Cette théorie a été développée au sein de
l’école psychopédagogique russe par A.N. Leontiev, enrichissant les travaux sur l’activité
initiés par Lev Vygotski [Leo78]. Elle véhicule l’idée selon laquelle la connaissance se
construit socialement. S’appuyant sur cette théorie, Engeström a proposé une modélisation
de l’activité collective [Eng87], construite autour du triangle sujet–outil–objet défini par
Vygotski. Le sujet accomplit un objet (ou objectif) en utilisant un outil ; cette relation s’élargit
en considérant que le sujet fait partie d’une communauté, qui partage le même objet. Des
règles (sociales, culturelles, usuelles) viennent conditionner les rapports entre l’individu et la
communauté, qui contribue pour sa part à l’objet grâce à une division du travail (cf. Figure
56).
Outil
Résultat
Sujet
Règles
Objet
Communauté
Division
du travail
Figure 56. Structure de base d'une activité humaine (d'après Engeström)
Cette structure se retrouve dans toute forme d’activité collaborative, que ce soit dans un
objectif de conception ou de formation. Elle n’est applicable157 bien entendu que lorsque
l’objectif de chaque individu est confondu avec celui de la communauté ; dans le cas
contraire, nous ne pouvons parler de collaboration.
156
Nous emploierons indifféremment les termes de collaboration ou coopération, sans chercher à les distinguer ;
si le lecteur est intéressé par une telle distinction, il pourra consulter [Geo01].
157
Voir un exemple d’application informatique de la TA dans [Bou00].
Page 179
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
Le modèle structurel de l’activité peut également être décliné selon les 4 domaines qui
constituent la sphère de toute collaboration :
1. Le domaine de production regroupe les moments durant lesquels les sujets,
individuellement ou en communauté, réalisent l’objet.
2. Le domaine de communication regroupe les moments durant lesquels les
individus s’échangent des données persistantes (durablement disponibles).
3. Le domaine de coordination assure l’efficacité de la communauté dans la
réalisation de l’objet.
4. Le domaine de conversation regroupe les moments de dialogue (échange de
données non persistantes) entre les membres de la communauté.
om
Pr
od
uc
tio
n
C
ic
un
m
io
at
n
Objet
n
tio
na
C
on
ve
rs
at
io
n
i
rd
oo
C
Figure 57. Le trèfle à quatre feuille des domaines de collaboration
La Figure 57 représente le trèfle à quatre feuille de ces domaines de coopération [Via98], où
on retrouve au centre l’objet (au sens d’Engeström) de l’activité. Nous retrouverons ces 4
domaines dans la déclinaison des modèles coopératifs appliqués aux formations SIMPA.
IV.2.3.1.1
En situation de conception
Dans le cadre d’un Travail Coopératif Assisté par Ordinateur158 (TCAO) devant aboutir à une
production effective, le modèle le plus répandu est celui de la conduite de projet en équipe.
Le projet a le triple avantage d’être une activité ayant un objectif précis (le cahier des
charges), qui engage la totalité des personnes à qui il est confié, et qui occasionne la création
de véritables liens sociaux. Durant le projet, les membres de l’équipe définissent ensemble
leurs méthodes de travail et la gestion de leur temps. Les outils informatiques utilisés dans un
tel cadre sont appelés collecticiels : ils permettent à plusieurs utilisateurs de travailler
158
Ou Computer-Supported Cooperative Work (CSCW) en anglais.
Page 180
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
ensemble et de manière synchrone à une même tâche dans un environnement partagé.
[Dav93].
Notons que ce modèle est également appliqué en situation de formation, sous le nom de
« pédagogie par projet » ; elle a été développée en France par Freinet en situation scolaire, par
l’expérimentation de « classes-coopératives » [Leg91].
IV.2.3.1.2
En situation de formation
Les modèles coopératifs en formation sont nombreux ; nous citerons les plus couramment
utilisés, à savoir le jeu pédagogique (ou jeu d’entreprise), la méthode « jigsaw » et la
résolution collective de problème.
Le jeu d’entreprise est une variante des jeux de rôle. Il place en concurrence des groupes
d’apprenants autour d’un enjeu commun (gagner de l’argent, relever un défi, conquérir un
marché, etc.). Cet enjeu n’est qu’un leurre utilisé par le formateur pour faire comprendre et
maîtriser en situation d’action des concepts, des règles, etc. Basé sur une pédagogie de la
découverte, le jeu d’entreprise reproduit en général une situation proche de la réalité
[BMP00].
La méthode « jigsaw159 » consiste à former plusieurs groupes d’apprenants (que l’on appelle
groupes jigsaw) en assignant à chaque individu des sujets d’études complémentaires. Par
exemple, dans une formation aux risques corporels sur un poste de travail, chaque sujet
d’étude sera une situation particulière de risque ; l’ensemble des sujets d’étude doit
rassembler tout le contenu de la formation. Les apprenants se regroupent par sujet d’étude,
dans des groupes d’expert (constitués avec un apprenant de chaque groupe jigsaw). Après ce
travail, chacun rejoint son groupe jigsaw d’origine, et y présente son sujet. Cette méthode
encourage les relations entre les apprenants, fait participer tout le monde, et valorise le travail
de chacun.
La résolution collective de problème (Problem-Based Learning en anglais) consiste à
fournir à un groupe d’apprenants un problème à résoudre ensemble. L’apport peut être de 2
niveaux : chacun peut bénéficier de la résolution du problème bien sûr, mais également de la
méthode adoptée (et discutée en groupe) afin d’y parvenir [Geo01].
159
Que l’on peut traduire par « puzzle » ou « découpage ».
Page 181
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
TUTORAT
ENTRAIDE
A
A
B
B
A devient le formateur de B :
possibilité de conflit.
Situation coopérative
favorable pour A et B.
DIFFÉRENCE
CO-APPRENTISSAGE
A
A=B
B
Les apprenants sont très différents :
ils ne travaillent pas ensemble.
Pas d’enrichissement mutuel
entre A et B.
Figure 58. Les situations de coopération inter-apprenants
Même s’il n’y a pas de contrordre pour l’appliquer, la formation coopérative est bénéfique en
entreprise si elle reproduit des situations de coopération sur le terrain. Il convient
également de vérifier la composition des groupes d’apprentissage : leur niveau
d’hétérogénéité définit des conditions d’application plus ou moins favorables. La Figure 58
illustre les 4 cas de coopération inter-apprenant possibles en fonction de leur profil : la
meilleure situation est celle de l’entraide, où les connaissances et les méthodes des
apprenants sont assez proches, comportant même une zone de « recouvrement » qui leur
permettra de se comprendre mutuellement.
IV.2.3.2 Adaptation pour SIMPA
Aujourd’hui, nous n’exploitons réellement aucun des modèles coopératifs présentés ci-dessus
en situation de formation avec SIMPA : nous ne pratiquons pas (encore) de l’Apprentissage
Coopératif Assisté par Ordinateur160 (ACAO). Certes le modèle de Briefing–Débriefing est
ressemblant au jeu d’entreprise, mais il est pratiqué dans le cas d’un seul apprenant, et
lorsqu’il y en a plusieurs, nous ne formons en aucun cas des équipes ayant des enjeux
communs. Cependant, il nous arrive d’utiliser SIMPA en groupe, lors du mode centre de
ressources. Mais les apprenants ne communiquent que très peu entre eux (ils ont même
chacun un casque audio sur les oreilles pour ne pas se gêner !) ; en outre, la définition du
centre de ressources est incompatible avec celle du travail coopératif, puisque chaque
apprenant en centre de ressources n’a pas forcément les mêmes objectifs pédagogiques que
ses voisins. Seules les interventions du formateur et les discussions collégiales qu’elles
provoquent exploitent la sociabilité de la formation en groupe.
Un premier pas vers la coopération avec SIMPA consisterait à encourager la constitution de
binômes devant chaque PC dans la salle de formation lors d’un centre de ressources (il y a
160
Ou Computer-Supported Collaborative Learning (CSCL) en anglais.
Page 182
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
actuellement un apprenant par machine), l’idéal étant de créer des binômes correspondant à
une situation coopérative d’entraide (cf. Figure 58). Il y aurait création d’un objet commun
par binôme ; cependant, on ne retrouve seulement 2 des 4 feuilles du trèfle des domaines de
collaboration au sein du binôme : la conversation et la production (la coordination et la
communication seraient absentes).
La résolution collective de problème et le jigsaw ne sont pas directement adaptables avec
SIMPA. Il faudrait dans un cas prévoir des activités pédagogiques beaucoup plus complexes,
de manière à les transformer en « problèmes », dans l’autre cas disposer de groupes
d’apprenants plus importants : si on applique le jigsaw en proposant les 7 compétences cibles
d’une formation comme sujets d’études complémentaires, cela nécessiterait un groupe de
départ de 14 personnes minimum, ce qui n’est jamais le cas en entreprise. Autre inconvénient,
appliquer le jigsaw signifie que chaque apprenant ne parcourrait qu’une seule CC au lieu des
7 prévues, et se verrait enseigner les 6 autres ; nous perdrions l’un des atouts majeurs de
SIMPA, son apprentissage par l’action, et non par l’assimilation.
Le modèle coopératif qui s’adapte le mieux à SIMPA est celui du jeu d’entreprise. Nous
l’avons vu, le Briefing–Débriefing n’en est que les prémices, mais il constitue une bonne base
de départ. Il conviendra d’y ajouter l’enjeu : gagner le plus de points possibles au cours de la
session. Les équipes pourront être formées par les binômes évoqués ci-dessus ; nous sommes
limités en nombre d’apprenants, et il convient de multiplier le nombre d’équipes afin
d’augmenter le nombre d’adversaires, et donc l’enjeu. Le formateur devra acquérir de
nouvelles compétences spécifiques au jeu de rôle : faire jouer un scénario, favoriser la
communication, contrôler la partie.
À TIV, les pratiques collaboratives en conception se réduisent à la relation STP – Cellule
multimédia ; elles sont encadrées par un contrat de collaboration entre ces deux acteurs. On ne
peut donc pas à proprement parler d’une gestion de projet ; il conviendra de l’instaurer, avec
le STP comme pilote du projet. C’est en effet lui, l’expert technique, qui doit se sentir
responsable de la création d’un nouveau support de formation, et ensuite « propriétaire » de
son contenu, c’est-à-dire responsable de sa mise à jour ; ce n’est pas le cas aujourd’hui. En
situation de formation, la collaboration devra être mise en œuvre si elle rappelle une véritable
collaboration sur le terrain. Par exemple, il y a un travail d’équipe au sein de certaines EPIA
qui se caractérise par une relation client – fournisseur interne entre les opérateurs. Ainsi, une
EPIA rassemble des opérations de (i) traitement mécanique (mise en forme de la matière), (ii)
traitement chimique de surface et (iii) assemblage par soudage. On demande aux opérateurs
de cette EPIA des compétences d’analyse des défauts en équipe ou de partage des
informations sur ces postes de travail. En formation, nous accueillerons par exemple en
centre de ressources et en simultané trois binômes sur chacune des trois opérations. Le
formateur présentera les enjeux : chaque équipe fera un post-test sur sa compétence cible, et
les trois binômes devront ensuite commenter les réponses données par leurs collègues, et les
corriger ensemble. Nous recréerons ainsi en formation la collaboration indispensable sur le
terrain.
IV.2.3.3 Cas des formations à distance
Par formation à distance, nous entendons la mise en relation de groupes d’apprenants sur des
sites industriels différents, le formateur étant présent avec l’un des groupes, ou bien le cas
d’un formateur distant avec des apprenants rassemblés en un même lieu. La coopération
Page 183
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
prend alors une dimension essentielle, puisqu’elle est l’unique moyen d’organiser la séance de
formation.
Comment adapter notre jeu d’entreprise SIMPA ? Précisons tout d’abord que pour utiliser
SIMPA à distance, il faudra assurer sa compatibilité avec un environnement HTML : nous
avons pratiqué des tests qui montrent que ToolBook est bien compatible avec un
environnement html, grâce à « Neuron ».
Neuron est un plug-in ou un contrôle ActiveX adapté aux principaux navigateurs internet
(Internet Explorer de Microsoft, et Navigator de Netscape) qui autorise l’exécution de livres
ToolBook via tout réseau de type TCP/IP. Neuron se charge d’exécuter à distance le livre,
incluant le transfert des medias, des livres systèmes et des éventuelles DLLs du serveur sur la
machine client. Neuron inclut un choix entre deux modes d’exécution : sécurisé ou non. Dans
le mode non sécurisé, Neuron lance ToolBook en autorisant toutes ses fonctionnalités. Dans le
mode sécurisé, les possibilités autorisées de ToolBook sont restreintes aux actions autorisées
sur la machine client. L’interface auteur de ToolBook est équipée d’une fonction de transfert
du contenu du livre en vue d’une édition sous environnement internet (la fonction « Publish to
Web »). Neuron est disponible en deux formats : plug-in pour Netscape Navigator 2.0 ou
versions ultérieures, contrôle ActiveX pour Internet Explorer 3.0 ou versions ultérieures.
Pour faire démarrer un livre ToolBook sur internet, il suffit de créer un fichier HTML qui
contient le chemin de référence au livre, ce qui peut se faire automatiquement avec l’interface
auteur de ToolBook, ou bien traditionnellement sous format HTML en intégrant au script
HTML de la page créée des balises <EMBED> emboîtées dans des balises <OBJECT>,
référence au livre ToolBook. Les utilisateurs doivent simplement installer le plug-in Neuron
sur leur machine pour voir le livre s’exécuter. L’exécution d’un livre en local et en réseau
internet est comparable, mis à part les temps de transfert des données (subordonnées à la
bande passante du réseau). En ce qui concerne SIMPA, les vidéos utilisées (entre 5 et 30
secondes en moyenne) ont une taille relativement importante (de 500 Ko à 3 Mo) ; leur temps
excessif de chargement constitue un frein considérable au développement du produit dans cet
environnement. De plus, les mécanismes particuliers de SIMPA (transferts de propriétés entre
les livres ToolBook, chemins réseau de sauvegarde) seraient à revoir pour une exécution à
distance.
Cette difficulté mise à part, nous n’instrumenterons certainement pas la coopération par
l’ajout d’une fonction collecticielle à l’environnement SIMPA. En effet, cela poserait des
problèmes insurmontables d’organisation spatiale des écrans : comment positionner à la fois
l’environnement SIMPA (développé en dimension 800 × 600), les fenêtres de contrôle vidéo
de chaque équipe et du formateur, ou encore un outil collaboratif comme le tableau blanc161 ?
Nous nous inspirerons plutôt de la solution technique adoptée par [TRP00] dans une
problématique similaire (animation à distance de jeux d’entreprise multimédias coopératifs).
Ils ont expérimenté avec succès un double poste de travail pour les utilisateurs : il comporte
deux ordinateurs, l’un dédié au jeu lui-même et l’autre réservé à la communication audio
(micro-casque pour chaque apprenant) et vidéo (caméra à plans programmés filmant chaque
équipe) entre les équipes et le formateur. Certes la distance impose l’utilisation de moyens
technologiques parfois contraignants, mais elle a la faculté de crédibiliser le réalisme du jeu,
et par conséquent de valoriser l’enjeu aux yeux des apprenants. Comme on sait que la
volonté de « gagner » au jeu implique la motivation d’apprendre, on en tire la conclusion que
161
Application visible et partagée par tous les acteurs distants ; elle correspond à leur espace public de travail.
Page 184
PARTIE IV – RETOURS D’USAGE DE SIMPA ET PERSPECTIVES
la modalité du jeu d’entreprise à distance est un support d’avenir pour la formation
professionnelle.
IV.3 Conclusion
SIMPA est un produit fini en usage industriel depuis 6 mois à TIV. L’accueil favorable qui lui
a été réservé par les acteurs de terrain laisse penser qu’il va rapidement se développer dans
l’entreprise, et même en dehors vraisemblablement. Mais ce sont ses atouts économiques et
ergonomiques qui sont remarquables : la cellule multimédia est désormais capable de tenir
des délais de 2 semaines (soit 10 jours ouvrés) pour concevoir entièrement un nouveau
support de formation multimédia ! Enfin, grâce au mécanisme d’amélioration rétroactive, on
s’affranchit grandement des problèmes d’usage liés à des versions obsolètes des supports
(compatibilité des applications selon leur date de création).
Mais nous estimons que la plus grosse somme de travail reste à fournir pour (i) doter SIMPA
d’une médiation efficace avec un public non initié à l’informatique, (ii) élargir la diversité des
activités pédagogiques proposées, (iii) élever le niveau de généricité de l’interface, de manière
à pouvoir utiliser SIMPA dans tout type de formation, et (iv) expérimenter de nouvelles
pratiques de formation favorisant la coopération entre les apprenants, que ce soit sur le site ou
à distance.
Page 185
Conclusion générale
Notre objectif dans cette thèse était de développer et expérimenter des méthodes et modèles
en réponse à des besoins industriels de formation exprimés par divers acteurs de l’entreprise :
apprenants, formateurs, managers, experts techniques et auteurs des supports de formation.
Nous avons essayé de :
1. Adapter et appliquer des concepts sur l’utilisation pédagogique des STIC en
formation en réponse aux contraintes du monde industriel.
2. Redéfinir dans ce cadre aussi bien la pratique des outils multimédias utilisés,
que leur forme ou leur contenu.
3. Modéliser des procédures de mesure des effets de la formation sur le terrain
(validation des compétences).
Nous présentons ici un bilan de nos travaux, comparant point par point nos réalisations et
résultats aux objectifs initialement visés. Nous mettons ensuite en lumière les plus originaux
avant d’évoquer un certain nombre de perspectives d’évolution..
Bilan des travaux
Le premier objectif s’est traduit par un besoin de rentabilité économique par la réduction
du :
-
temps global de formation,
temps de conception des supports.
Notre analyse des besoins (cf. partie I) a également mis en lumière un nécessaire
accompagnement de l’apprenant tout au long de son processus d’apprentissage, la place de
médiateur à accorder au formateur, la nécessité de proposer des formations « à la demande »
et « juste à temps ». Après avoir montré que la meilleure réponse à ces besoins s’obtient en
combinant les avantages respectifs d’une organisation pédagogique dite « académique » avec
ceux portés par les pratiques en e-formation, nous appuyons chaque élément de réponse
méthodologique en partie II sur des modèles éprouvés : la contractualisation autour des
objectifs pédagogiques (en réponse à la prise en compte des attentes de l’apprenant et de
l’entretien de sa motivation durant l’apprentissage), la structuration des contenus de
formation en trois thèmes : contexte, savoir faire et réaction aux aléas (en tant qu’aide à la
conception pour l’expert et l’auteur), la diversification des médias respectant la
complémentarité hémisphérique du cerveau (comme élément de compatibilité avec la
structure cognitive humaine), la construction d’une pédagogie par l’action, la
personnalisation des parcours pédagogiques. Nous avons défini une mise en œuvre
pédagogique reprenant les points forts de l’animation des jeux d’entreprise : le BriefingDébriefing, couplée à une alternance de la formation entre la théorie (sur support
multimédia) et la pratique (sur le poste de travail). Si cette organisation ne réduit pas
globalement le temps de formation, elle diminue de moitié le temps de présence du
formateur, avec la même efficacité. Quant à la réduction du temps de conception, nous avons
largement atteint notre objectif, puisque la productivité des auteurs de formations
Page 187
multimédias à TIV s’est vue multipliée par quatre grâce à la réutilisation de nos modèles
génériques de conception.
Le deuxième objectif s’est traduit par la conception et la réalisation de SIMPA (Support
Interactif et Médiatisé Pour l’Apprentissage) pour créer de nouveaux supports de formation
multimédias conformes aux éléments méthodologiques précédents. Afin d’autoriser le
Briefing-Débriefing en l’absence du formateur, les supports SIMPA intègrent des
fonctionnalités de médiation pédagogique sous la forme de deux tuteurs informatisés (le
professeur et le compagnon) qui interagissent avec l’apprenant. Nous avons défini cette
interaction à partir d’une étude cognitive de l’activité mentale de l’apprenant lors d’un
apprentissage. La pratique des critères de la médiation se traduit par des interventions de
repérage (donner des informations, des instructions sur l’environnement d’apprentissage), de
régulation (conseiller l’apprenant en cas de difficulté, exploiter positivement ses erreurs,
maintenir sa concentration, etc.) et de reconnaissance (féliciter l’apprenant, lui signifier ses
nouvelles compétences). SIMPA est également basé sur la pratique d’activités pédagogiques
par l’apprenant (mises en situation simulées sous la forme de jeux interactifs : glisser/déplacer
des étiquettes, reconstituer un puzzle ou une phrase à trous, etc.) associée à une recherche
d’informations, si l’apprenant en éprouve le besoin, dans un espace documentaire
hypermédia. Pour autoriser des pratiques de semi-autonomie en formation dans de bonnes
conditions, nous avons mis en place un galop d’essai sur SIMPA pour les apprenants peu
familiarisés avec l’outil informatique.
Nous avons pris en compte le troisième objectif dès la phase de conception du dispositif de
formation. L’évaluation porte à la fois sur les résultats de l’apprenant (validation de ses
compétences) et sur l’efficacité du dispositif. La validation des compétences de l’apprenant
respecte l’alternance théorie/terrain : un test sur support multimédia fournit une note de
l’apprenant sur le contexte, le savoir-faire et la réaction aux aléas simulés. Conscients que
l’utilisation de l’ordinateur peut parasiter l’évaluation, nous avons équipé cette notation d’un
intervalle de confiance, calculé dynamiquement à partir d’une analyse comportementale de
l’apprenant sur SIMPA. La validation de terrain se fait en concertation entre tous les acteurs
de la formation.
Notre immersion de 3 ans dans le milieu industriel explique le caractère fortement appliqué de
cette recherche ; comment prétendre répondre aux besoins de l’entreprise sans être confronté à
sa réalité quotidienne ? Le bon accueil de SIMPA à TIV et la satisfaction des acteurs après 6
mois d’usage nous autorisent à penser que les objectifs industriels de la thèse ont été atteints.
Voyons maintenant quel apport scientifique peut être dégagé de nos travaux.
Apports originaux
L’un des apports importants de cette recherche nous semble être la pratique d’une médiation
pédagogique via des tuteurs informatisés en l’absence du formateur humain. Certes ce
modèle existe déjà, sous des formes plus sophistiquées (tuteurs intelligents ou agents
pédagogiques réalistes, faisant appel à la modélisation en trois dimensions), mais nous
estimons justement que la réelle avancée réside dans la simplicité et la généricité du modèle :
le professeur et le compagnon peuvent intervenir sur n’importe quel sujet de formation,
puisque leur discours n’est pas relié au contenu technique de la formation, mais uniquement
aux interventions de médiation, par définition indépendantes du contenu. La conception de
SIMPA a intégré une véritable démarche qualité : la « Maison de la Qualité » de la méthode
Page 188
« Six Sigma » donne l’assurance de répondre à tous les besoins critiques des clients. Ainsi, le
modèle SIMPA est pleinement opérationnel dans l’entreprise, et déclinable sur un nouveau
sujet dans un temps réduit (les délais de conception/réalisation à TIV sont en moyenne de 20h
pour 1h de formation apprenant).
Le modèle pédagogique du Briefing-Débriefing se révèle également un enseignement positif
de la thèse : couplé à l’usage de SIMPA, il autorise le formateur à s’absenter en milieu de
session d’apprentissage, ce qui constitue un besoin fort dans le cadre d’une formation
technique au poste de travail. Mais au-delà de ce contexte, le Briefing-Débriefing est un
élément de motivation pour l’apprenant, puisqu’il le responsabilise, le met en situation
d’atteindre lui-même les objectifs fixés au départ. Le contrat pédagogique, étape de fixation
des objectifs, est une leçon supplémentaire à tirer de cette thèse. S’il est correctement rédigé
(c’est-à-dire s’il contient la liste de objectifs pédagogiques, la description du parcours et des
moyens pour les atteindre, et le détail des procédures d’évaluation qui seront utilisées pour les
vérifier), le contrat constitue le meilleur outil d’implication de tous les acteurs. Ceci a été
vérifié en formation professionnelle, où la contractualisation de généralise comme relation de
travail, mais nous estimons que cette pratique est généralisable à tout contexte
d’apprentissage, notamment en milieu scolaire.
Enfin, le calcul d’un intervalle de confiance sur la notation de l’apprenant lors de tests sur
supports multimédias est un modèle lui aussi généralisable à toute situation d’évaluation par
outil informatique. On craint souvent la raideur d’une évaluation de ce type, et le crédit qu’on
y apporte est souvent faible. L’intervalle de confiance est un élément qualitatif indispensable
à l’appréciation d’une évaluation quantitative.
Perspectives
Nous avons mentionné en partie IV les axes de déploiement et d’amélioration de SIMPA à
TIV, mais aussi en dehors de l’entreprise. Nous avons prévu d’optimiser SIMPA en
élargissant sa bibliothèque d’activités pédagogiques (modéliser des nouvelles activités
comme les mots croisés ou l’appariement d’éléments, pour s’adapter mieux encore à tous
types de formation), en augmentant ses capacités de médiation (prise en comptes de nouvelles
situations de blocage que peuvent rencontrer les apprenants, identifiées par les retours
d’usage du produit), ou en utilisant des technologies de synthèse vocale pour améliorer
l’interaction des tuteurs informatisés avec l’apprenant. Nous avons discuté du déploiement de
SIMPA à d’autres entreprises du groupe Thales via l’Intranet de la société ; cela passera par
une adaptation technologique du produit (utilisation du plug-in Neuron par exemple) pour se
conformer à un environnement html.
Enfin, après un tour d’horizon des modèles de coopération qui nous semblent compatibles
avec l’utilisation de SIMPA, nous avons défini quelles adaptations ou modifications seraient
nécessaires, d’une part en conception (conception collaborative), d’autre part en formation
(apprentissage coopératif). Il serait intéressant d’étudier l’adaptation de SIMPA à des
pratiques de formations à distance, en analysant la place de la coopération dans ce nouveau
contexte. Le modèle du Briefing-Débriefing y serait-il applicable ? Quelle serait la nouvelle
place du formateur ? Autant de questions auxquelles d’autres recherches répondront bientôt.
Page 189
Références bibliographiques
Les références disponibles sur internet ont été vérifiées à la date du 1er juillet 2002.
[Abd92]
ABDALI Abdelkébir. Systèmes experts et analyse de données industrielles :
ALADIN. Thèse en informatique et automatique appliquées : Institut
National des Sciences Appliquées de Lyon, 1992, 265 p.
[Ade01]
ADENIS Jean-Claude. Le projet CEC de gestion des compétences à la
Direction des Applications Militaires. Conférence invitée au colloque
NîmesTIC’2001, Nîmes, 2001.
[Ahm92]
AHMED-OUAMER R. Un atelier de génie didacticiel pour les applications
industrielles : AGEDI. Thèse en informatique et automatique appliquées :
Institut National des Sciences Appliquées de Lyon, 1992, 292 p.
[Akk96]
AKKOUCHE Imen. Téléenseignement : Formation professionnelle à
distance et formation coopérante. Thèse en ingénierie informatique : Institut
National des Sciences Appliquées de Lyon, 1996, 232 p.
[Alb00]
ALBERGANTI Michel. À l’école des robots ? L’informatique, l’école et
vos enfants. Paris : Calmann-Lévy, 2000, 302 p.
[Alb83]
ALBERTINI J.M. Vers une informatique de formation. Education
permanente, 1983, N°70-71, p.51-72.
[Algora00]
Formation en ligne aux métiers et aux processus de travail. L’ECIT, école
professionnelle de GIAT Industries [en ligne]. Ressources Algora, 2000.
Disponible sur :
http://ressources.algora.org/ressources/environnements/tel/ecitgiat.pdf
[Algora99]
TQM - gestion de la qualité totale [en ligne]. Ressources Algora, 1999.
Disponible sur : http://www.algora.org/observat/df/tel/t2apme1.pdf
[Ann96]
ANNOOT Emmanuelle. Les formateurs face aux nouvelles technologies : le
sens du changement. Paris : éditions OPHRYS, 1996, 199 p.
[ASI02]
Arrêt sur Images, La cinquième, émission télévisée du 12 mai 2002.
[Aut93]
AUTHIER M., LEVY P. Les arbres de connaissances. Paris : Editions La
découverte / essais, 1993, 173 p.
[Ava96]
AVANZINI Guy. « Petit Lexique ». In : Médiation éducative et éducabilité
cognitive, p. 14.
[Bar95]
BARJOU Bruno. Savoir transmettre son expertise et son savoir-faire.
Paris : ESF éditeur, 1995, 245 p.
Page 191
[Bar98]
BARZUCCHETTI Serge, CLAUDE Jean-François. Evaluation de la
formation et performance de l’entreprise. Rueil-Malmaison : Editions
Liaisons – Collection Diagnostic d’Entreprise dirigée par Alain Meignant,
1998, 141 p.
[Bas94]
BASTIEN J.M.C., SCAPIN D.L. Evaluating a user interface with
ergonomic criteria. Rocquencourt : Rapport de recherche, INRIA, N°2326,
1994.
[BBT01]
BETRANCOURT M., BAUER-MORRISON J., TVERSKY B. Les
animations pédagogiques sont-elles vraiment plus efficaces ? Revue
d’intelligence artificielle, Vol 14 N°1-2, 2000, p.149-166.
[Bel96]
BELISLE Claire, LINARD Monique. Quelles nouvelles compétences des
acteurs de la formation dans le contexte des TIC ? Education permanente,
n° 127/1996-2, p.19-47.
[Ben91]
BENSEBAA T. Conception et réalisation d’un tuteur pour la formation en
milieu industriel. Application à la gestion d’un didacticiel cimentier. Thèse
en informatique et automatique appliquées : Institut National des Sciences
Appliquées de Lyon, 1991, 153 p.
[Ber93]
BERNSTEIN M. Enactment in Information Farming. In : Proceedings of
Hypertext’93, Seattle, Washington, 1993, p.242-249.
[Ber98]
BERTIN Jean-Claude. Conception de leçons multimédia : liberté ou
guidage ? [en ligne]. Actes du colloque SAES 1998. Disponible sur
http://www.mshs.univ-poitiers.fr/saes/congres/rennes98/BERTIN.htm
[Bev86]
BEVILLE G. Jeu de formation. Paris : Editions d’organisation, 1986, 123 p.
[Bla01]
BLANDIN Bernard. Le fameux modèle américain existe-t-il ? Impressions
de Floride [en ligne]. Ressources, n°63, juin/juillet 2001. Disponible sur
http://www.algora.org/kiosque/actu/floride.htm
[BMP00]
BABARI Mounir, MAHI Abdelkader, PREVOT Patrick. Approche
générique pour la conception et l’ingénierie de jeux d’entreprise
multimédias coopératifs. In : Actes du colloque international TICE’2000,
Troyes, 2000, p.377-384.
[Bou00]
BOURGUIN Grégory. Un support informatique à l’activité coopérative
fondé sur la Théorie de l’Activité : le projet DARE [en ligne]. Thèse en
informatique : Université des Sciences et Technologies de Lille, 2000,
217 p. Disponible sur :
http://trg03.univ-lille1.fr/~gbourguin/TheseGregoryBourguin.pdf
[Boy88]
BOY G. Assistance à l’opérateur : une approche de l’intelligence
artificielle. Toulouse : Teknea, 1988, 360 p.
Page 192
[Bre99]
BREYFOGLE III F.W. Implementing Six Sigma – Smarter solutions using
statistical methods. Whiley : Interscience Publication, 1999, p 240-255.
[Bri93]
BRIEN Robert. Apport des sciences cognitives à la technologie éducative
[en ligne]. Revue Educatechnologiques, volume 1, N°1, février 1993.
Disponible sur :
http://www.fse.ulaval.ca/fac/ten/reveduc/html/vol1/no1/scco.html
[Bro88]
BROWN P. Linking ans searching within hypertext. Electronic Publishing,
1, 1, 1988, p.43-53.
[Bru87]
BRUNER Jerome S. Comment les enfants apprennent à parler. Paris :
Retz. Traduit de W. Norton & Company, 1983.
[Bru97]
BRUILLARD Eric. Les machines à enseigner. Paris : Editions Hermès,
1997. 319 p.
[CAR01]
CARTONNET Yves et HUCHETTE Michaël. Difficultés d’étudiants à
trouver des archétypes de machines lors d’une recherche dans un
hypertexte. In : DE VRIES E., PERNIN J-P et PEYRIN J-P. (Eds.) Actes
du 5ème colloque Hypermédias & Apprentissage, Grenoble, avril 2001,
p.283-290.
[Car92]
CARRE Philippe, PEARN M. L’autoformation dans l’entreprise. Paris :
éditions Entente, 1992, 163 p.
[Car95]
CARDINET Annie. Pratiquer la médiation en pédagogie. Paris : Dunod,
1995, 184 p.
[Car97]
CARRE Philippe. L’Autoformation,
sociologie. Paris : PUF, 1997, 277 p.
[Cas75]
CASPAR Pierre. Pratique de la formation des adultes. Paris : Editions
d’organisation, 1975, 181 p.
[Cas98]
CASPAR P. (Dir.). Nouvelles technologies éducatives et réseaux de
formation : Des entreprises parlent de leurs expériences. Paris : Editions
d’organisation, 1998, 231 p.
[Caz95]
CAZADE Alain. Multimédia, Monometa, pour faire le portrait d’un
Hypertexte. ASp n°7/10, 1995, p.421-441.
[CDG00]
CHOPLIN H., DEGRUGILLIER D., GALISSON A. Comment réaliser un
simulateur pédagogique ? Un exemple conçu et développé par le Groupe
des Écoles des Télécommunications. In : Actes du colloque international
TICE’2000, Troyes, 2000, p.333-341.
[Cle91]
CLERGUE G. Les ateliers de la Connaissance. Paris : INJEP, Dossiers
Pédagogiques, 1991, 336 p.
Page 193
Psychopédagogie,
ingénierie,
[Cor00]
CORNEROTTE Daniel. La relation pédagogique comme espace de reconnaissance. Education permanente, N°145, 2000, p.93-102.
[Cou90]
COUTAZ Joëlle. Interfaces homme-ordinateur : Conception et réalisation.
Paris : Bordas, 1990.
[Cur85]
CUREAU Jean. On ne fait pas boire un âne… qui n’est pas motivé ! Les
Langues Modernes, n°5, 1985, p. 29-40.
[DAO01]
DAO Michel et DONY Christophe (Dir.). La réutilisation. Techniques et
Sciences Informatiques, Volume 20, N°4/2001, Editions Hermès Science
Publications, 2001.
[DAV82]
DAVIDSON Patricia. Exploring the Neuropsychology of Math. San
Francisco : Workshop presented by CANHC-ACLD, 1982.
[Dav91]
DAVIGNON Henri. La gestion prévisionnelle des compétences. In :
L’enjeu humain. Paris : Créations Editions Productions Publicitaires,
volume 2, 1991, p.265-267.
[Dav93]
DAVID Bertrand, ROLAND J-P et VIAL Christian. L’enseignement assisté
par ordinateur : une démarche d’étude. In : Actes des cinquièmes Journées
sur l’Ingénierie des Interfaces Homme-Machine, Lyon, 1993, p.87-94.
[DBPS00]
DUQUESNOY Laurent, BERGER Jean-Luc, PREVOT Patrick, SANDOZGUERMOND Françoise. Méthode de conception et de suivi d’actions de
formation multimédia en milieu industriel. In : Actes du colloque
international TICE’2000, Troyes, 2000, p.305-313.
[DBPS01]
DUQUESNOY Laurent, BERGER Jean-Luc, PREVOT Patrick, SANDOZGUERMOND Françoise. L’Analyse en Composantes Principales au service
de la conception et la mise en oeuvre d’un support de formation multimédia.
In : Actes du colloque international NîmesTIC’2001, Nîmes, décembre
2001, p.103-108.
[DBPS02]
DUQUESNOY Laurent, BERGER Jean-Luc, PREVOT Patrick, SANDOZGUERMOND Françoise. SIMPA : A training platform for operator’s stands
including computerized tutors. In : Proceedings of the international
Conférence ITS’2002, Biarritz, 2002.
[DDLLR97]
DESMARAIS Lise et al. L’évaluation des apprentissages et des
interactions dans un environnement multimédia en L2 [en ligne].
Conférence de l’Association for Computers and the Humanities and the
Association for Literary & Linguistic Computing (ACH-ALLC’97), 1997.
Disponible sur : http://www.qucis.queensu.ca/achallc97/papers/s010.html
Page 194
[Del01]
DE LIEVRE Bruno et DEPOVER Christian. Apports d’une modalité de
tutorat proactive ou réactive sur l’utilisation des aides dans un hypermédia
de formation à distance. In : DE VRIES E., PERNIN J-P et PEYRIN J-P.
(Eds.) Actes du 5ème colloque Hypermédias & Apprentissage, Grenoble,
avril 2001, p.323-330.
[Dem65]
De MONTMOLLIN M. L’enseignement programmé. 1ère édition, Editions
PUF, collection Que sais-je ? n° 1171, 1965, 128 p.
[Dem82]
DEMING W. Edwards. Out of the crisis. SPC PRESS (Statistical Process
Control), 1982, 507 p.
[Dem92]
DEMAIZIERE Françoise, DUBUISSON Colette. De l’EAO aux NTF.
Utiliser l’ordinateur pour la formation. Paris : éditions OPHRYS, 1992,
389 p.
[Dem96]
DEMAIZIERE Françoise. Multimédia et enseignement des langues : rêves,
craintes et réalités nouvelles. Les langues modernes, n°1, 1996, p.19-27.
[Des01]
DESPRÉS Christophe. Modélisation et conception d’un environnement de
suivi pédagogique synchrone d’activités d’apprentissage à distance. Thèse
en informatique : Université du Maine, 2001, 284 p.
[DGM98]
DEPOVER Christian, GIARDINA Max, MARTON Philippe. Les
environnements d’apprentissage multimédia, Analyse et conception. Paris :
L’Harmattan, 1998.
[Dic02]
DICKOVER Noel T. The Job is the Learning Environment : PerformanceCentered Learning to Support Knowledge Worker Performance. Journal of
Interactive Instruction Development, Volume 14, Number 3, Winter 2002,
p.3-9.
[Don94]
DONNADIEU G., DENIMAL P. Classification Qualification. De
l’évaluation des emplois à la gestion des compétences. 2ème édition
actualisée et enrichie. Rueil-Malmaison : Editions Liaisons, 1994, 198 p.
[Dub01]
DUBOIS Michel et TAJARIOL Frederico. Présentation multimodale de
l’information et apprentissage. In : DE VRIES E., PERNIN J-P et PEYRIN
J-P. (Eds.) Actes du 5ème colloque Hypermédias & Apprentissage, Grenoble,
avril 2001, p.197-209.
[Dub91]
DUBOIS J-B., DURAND N. Etude préalable à l’implantation d’un modèle
comportemental d’apprenant dans un système d’enseignement
intelligemment assisté par ordinateur en environnement industriel. Mémoire
de DEA spécialité Informatique Appliquée, INSA de Lyon, 1991, p.109123.
Page 195
[Duq98]
DUQUESNOY Laurent. La formation par l’outil multimédia : Prise en
compte des pratiques et des supports en réponse à des besoins industriels.
Rapport DEA Productique, Organisation économique et Génie informatique
pour l’entreprise, INSA / UCBL1, 1998, 70 p.
[Eit90]
EITINGTON Julius E. Utiliser les techniques actives en formation.
Exercices et documents. Paris : les éditions d’organisation, 1990 (traduction
française par Sophie Marnat), 361 p.
[Eng87]
ENGESTRÖM Y. Learning by expanding : an activity-theorical approach
to developmental research. Helsinky : Orienta – Konsultit Oy, 1987.
[Fen82]
FÉNELON J-P. Qu’est-ce que l’Analyse des Données ? Paris : Lefonen,
1982, 311 p.
[Fer99]
FERRELL Joe. Use of computer speech Technologies to enhance Learning.
Journal of Interactive Instruction Development, Volume 12, Number 1,
Summer 1999, p.11-15.
[Feu01]
FEUERSTEIN Reuven. La théorie de la modifiabilité cognitive structurale
et les neurosciences : actualité d’un courant éducatif. In : Colloque sur les
pédagogies de la médiation, actualité d’une pensée éducative, Aix-les-Bains,
2001.
[FFFOD01]
FOAD : transition, mutation, rupture ? e-illusions & réalités [en ligne].
2èmes rencontres du Forum Français pour la Formation Ouverte et à
Distance au Futuroscope de Poitiers, mars 2001. Disponible sur :
http://www.algora.org/kiosque/ff_publ.htm
[FHRT01]
FERU Frédéric et al. Des interfaces pour améliorer les performances
d’exploitation d’un Système d’Information complexe. In : Actes du congrès
scientifique NîmesTIC’2001, Nîmes, 2001, p.115-120.
[Fis88]
FISCHER G. Enhancing Incremental Learning Processes With KnowledgeBased Systems. Learning Issues for ITS. Edited by H.Mandl and A.Lesgold,
Springer, 1988, p.138-163.
[FMA97]
FRASSON C., MENGELLE T. and AÏMEUR E. Using Pedagogical Agents
In a Multi-strategic Intelligent Tutoring System [en ligne]. Workshop on
Pedagogical agents in AI-ED World Conference on Artificial Intelligence
and Education, Japan, 1997. Disponible sur :
http://www.iro.umontreal.ca/~frasson/FrassonPub/Acteurs-final.doc
[Fog99]
FOGG B.J., HSIANG T. The Elements of Computer Credibility. In :
Proceedings of CHI’99 Conference, 1999, p.80-87.
[FRR88]
FEUERSTEIN R., RAND Y., RYNDERS J.E. Don’t accept me as I am.
Helping « retarded » people to excel. New York : Plenum Press, 1988.
Page 196
[Gal78]
GALLIGANI François. Préparation et suivi d’une action de formation.
Paris : Les éditions d’organisation, 1978, 150 p.
[Geo01]
GEORGE Sébastien. Apprentissage collectif à distance. SPLACH : un
environnement informatique support d’une pédagogie de projet [en ligne].
Thèse en informatique : Université du Maine, 2001, 355 p. Disponible sur :
http://www-ic2.univ-lemans.fr/~george/these/thse_sebastien_george.pdf
[Geo83]
GEORGE Christian. Apprendre par l’action. Paris : éditions PUF, 1983,
236 p.
[Gia01]
GIARDINA Max, OUBENAÏSSA L. Elaboration d’une structure de
médiation pédagogique distribuée. In : DE VRIES E., PERNIN J-P et
PEYRIN J-P. (Eds.). Préactes du 5ème colloque Hypermédias &
Apprentissage, Grenoble, avril 2001, p.135-144.
[Gib93]
GIBAUD Olivier. Contribution au Concept de Micro-Monde pour
l’Enseignement Assisté par Ordinateur. Thèse en ingénierie informatique :
Ecole Centrale de Lyon, 1993, 402 p.
[Har73]
HARTLEY J.R. and SLEEMAN D.H. Towards more intelligent teaching
systems. Int. Jl of Man-Machine Studies, 2, 1973, p.215-236.
[HBR99]
Harvard Busines Review. Le Knowledge Management. Paris : Editions
d’organisation ,collection HBR, 1999, 277 p.
[Her82]
HERMANN L. The creative Brain. In : NASSP, Bulletin, Septembre 1982,
p.36
[Hou93]
HOUSSAYE Jean (Dir.). La pédagogie : une encyclopédie pour
aujourd'hui. Paris : ESF, 1993.
[JDN02]
L’e-learning : des solutions denses pour un marché encore jeune… [en
ligne], 2002. Disponible sur :
http://solutions.journaldunet.com/0011/001121introlearning.shtml
[JRL00]
JOHNSON W.L., RICKEL J.W., LESTER J.C. Animated Pedagogical
Agents: Face-to-Face Interaction in Interactive Learning Environments [en
ligne]. The International Journal of Artificial Intelligence in Education,
N°11, 2000, p.47-78. Disponible sur : :
http://www.csc.ncsu.edu/eos/users/l/lester/www/Public/apa-ijaied-2000.pdf
[KFL60]
KAUFMANN A., FAURE R., LE GARFF A. Les jeux d’entreprises. Paris :
Editions PUF, collection Que sais-je ?, 1960, 126 p.
[Kre98]
KREINDLER Isabelle. Designing feedback that is hard to ignore. In :
Multimedia CALL: Theory and Practice. Cameron, Keith (Eds). Exeter :
Elm Bank Publications, 1998, p.243-249.
Page 197
[Lab87]
LABORDE G. Influencer avec intégrité. Programmation
Linguistique dans l’entreprise. Paris : Inter Éditions, 1987.
[Lan98]
LANCIEN Thierry. Le multimédia. Paris : CLE International, 1998.
[LBV92]
LE BOTERF Guy, BARZUCCHETTI Serge, VINCENT F. Comment
manager la qualité de la formation. Paris : Editions d’Organisation, 1992.
[LCK97]
LESTER J.C., CONVERSE S.A., KAHLER S.E. et al. The Persona Effect:
Affective Impact of Animated Pedagogical Agents [en ligne]. In :
Proceedings of Conference on Computer-Human Interaction (CHI), Atlanta,
1997. Disponible sur :
http://www.acm.org/sigs/sigchi/chi97/proceedings/paper/jl.htm.
[Leb95]
LE BOTERF Guy. De la compétence. Essai sur un attracteur universel.
Paris : éditions d’organisation, 1995.
[Leg91]
LE GAL Jean. Classe-coopérative et personnalisation des apprentissages.
In : Réussir par l’école, comment ? LE GAL, J. et MATHIEU, A. (Eds),
Institut Coopératif de l’Ecole Moderne (ICEM), 1991, p.205-214.
[Leo78]
LEONTIEV A.N. Activity, consciousness, and personality. Englewood
Cliffs : Prentice-Hall, 1978.
[LEV97]
Neuro-
LEVY Pierre. Cyberculture. Paris : Éditions Odile Jacob, 1997.
[Lew01]
LEWANDOWSKI J-C. E-Learning : beaucoup de promesses pour des
résultats mitigés. Les Échos du 10 juillet 2001.
[Lin90]
LINARD Monique. Des machines et des hommes. Apprendre avec les
nouvelles technologies. Paris : Editions Universitaires, 1990, 240 p.
[Mar94]
MARTON P. et HARVEY D. L’évaluation des systèmes d’apprentissage
multimédia interactif [en ligne]. Revue Educatechnologiques, volume 1,
N°3, septembre 1994. Disponible sur :
http://www.fse.ulaval.ca/fac/ten/reveduc/html/vol1/no3/evalsam.html
[Mas01]
MASINGUE Bernard. Travailler sur la « chaîne qualité ». Education
permanente, N°147, 2001-2, p.111-116.
[Mas99]
MASUMIAN Bijan. Return on Investment and Technology-Based Training.
An introduction and a Case Study at Advanced Micro Devices. Journal of
Interactive Instruction Development, Volume 12, Number 1, Summer 1999,
p.23-30.
[May93]
MAYES T. Hypermédias et outils cognitifs. In : BARON, G-L., BAUDÉ, J.
et DE LA PASSARDIERE B, Hypermédias et apprentissages 2, INRP,
1993, p.39-47.
Page 198
[Mel01]
MELLET D’HUART Daniel. La réalité virtuelle : un média pour
apprendre. In : DE VRIES E., PERNIN J-P et PEYRIN J-P. (Eds.) Actes
du 5ème colloque Hypermédias & Apprentissage, Grenoble, avril 2001,
p.331-338.
[Mer84]
MERIEU Philippe. Itinéraire des pédagogies de groupe, Apprendre en
groupe ? Lyon : Chronique Sociale, 1984.
[Mer87]
MERIEU Philippe. Apprendre… oui, mais comment. Paris : ESF éditeur,
1987, 193 p.
[Mil91]
MILLOT M., ROULLEAU J-P. Transformer l’organisation du travail.
L’autonomie créatrice. Paris : Les éditions d’orgaznisation, 1991, 218 p.
[MML00]
MORENO R., MAYER R.E., LESTER J.C. Life-Like Pedagogical Agents
in Constructivist Multimedia Environments: Cognitive Consequences of
their Interaction. In : Proceedings of the World Conference on Educational
Multimedia, Hypermedia, and Telecommunications (ED-MEDIA),
Montreal, 2000, p.741-746.
[Moo97]
MOONEN Jef. The efficiency of telelearning, Faculty of Educational
Science et Technology [en ligne]. University of Twente, Enschede, The
Netherlands, JALN, Volume 1, Issue 2, august 1997.
Disponible sur : http://www.aln.org/alnweb/journal/issue2/moonen.pdf
[Mor98]
MORINEAU A., ALUJA-BANET T. Analyse en Composantes Principales
(avec illustrations SPAD). Saint-Mandé : Cisia-Ceresta Éditeur, 1998,
142 p.
[Muc88]
MUCCHIELLI Roger. Les méthodes actives dans la pédagogie des adultes.
6ème édition. Paris : Les éditions ESF, 1988, 174 p.
[Nan95]
NANARD M. Les hypertextes : au-delà des liens, la connaissance. Sciences
et Techniques Educatives, vol 2, N°1, 1995, p.31-59.
[Neg96]
NEGROPONTE Nicholas. Being digital. New York : Vintage Books, 1996.
[Nie94]
NIELSEN J. Heuristic Evaluation, In : J.Nielsen and R.L Mack (Eds),
USABILITY Inspection Methods, John Wiley, 1994.
[Nie94]
NIELSEN J. Heuristic Evaluation. In : NIELSEN J and MACK R.L. (Eds).
Usability Inspection Methods. John Wiley, 1994.
Perspectives de la science, de la technologie et de l’industrie. Paris :
Publications de l’Organisation de Coopération et de Développement
Economiques (OCDE), 1996.
[OCDE96]
[Ofrateme74]
Banque d’information sur l’enseignement programmé. OFRATEME (Office
français des techniques modernes d’éducation), 1974, 36 p.
Page 199
[Ost99]
OSTAHIE Lucia (épouse GRADINARIU). Évaluation de la communication
dans le travail coopératif sur des situations de téléformation en
téléprésence. Thèse en ingénierie informatique : Institut National des
Sciences Appliquées de Lyon, 1999, 253 p.
[Pap87]
PAPERT S. Microworlds : Transforming Education. Artificial Intelligence
and education : Learning environments and tutoring systems. Edited by R.
Lawler and M. Yazdani, Vol.1, Norwood, NJ : Ablex, 1987, p.79-94.
[Pas92]
DE LA PASSARDIERE B. et FISCHER Y. Les hypermédias comme outils
d’apprentissage : des expérimentations en France. Rapport MASI 92.73,
1992, 11 p.
[PDV81]
PREVOT P., DUFOUR J., VITRY G. Data analysis and structural analysis
methods applied to an industrial process : comparative study. In : Control
Science and Technology for the Progress of Society, Akashi, H. (Ed.),
Vol.5. Pergamon, Oxford, 1981, p.2529-2530.
[PEI90]
MARTIN J., PARAVY G. (Dir.): Pédagogies de la médiation – Autour du
PEI. Programme d’Enrichissement Instrumental du Professeur Reuven
Feuerstein. Lyon : Editions Chronique Sociale, 1990, 210 p.
[Per98]
DE PERETTI André, BONIFACE Jean et LEGRAND Jean-André.
Encyclopédie de l’évaluation en formation et en éducation – Guide
pratique. Paris : ESF éditeur, collection Pédagogies / Outils, 1998, 556 p.
PERRIN Michel. Le plus vieux métier du monde n’est pas celui qu’on
croit. La Tribune Internationale des Langues Vivantes, n° 25, Mai, 1999,
p.5-15.
[Per99]
[Per99]
PERRENOUD Philippe. Gestion de l’imprévu, analyse de l’action et
construction de compétences. Education permanente, N°140, 1999-3, p.123144.
[Pet96]
PETITGIRARD. Le multimédia. Les Langues Modernes, n°1, 1996, p. 6-13.
[Pia69]
PIAGET Jean. Psychologie et pédagogie. Paris : Denoël, 1969.
[Pil01]
PILLET M., DURET D. Qualité en production : de l’ISO 9000 à Six Sigma.
Paris : Editions d’organisation, 2001, 368 p.
[Poy98]
POYET Françoise. Formats de présentation et complémentarité modale
dans les logiciels éducatifs. Sciences et Techniques Educatives, Vol.5,
n°3/1998, p.245-262.
[Pre02]
PREVOT Patrick. Les Ecoles d’Ingénieurs et le e-learning. Nouvelles
organisations et nouvelles pédagogies. Poitiers - Futuroscope, CEFI –
CNED, janvier 2002, p.52-62.
Page 200
[Pre92]
PREVOT Patrick. Un tuteur intelligent pour la formation industrielle.
Application à l’intégration d’un Didacticiel Cimentier. In : Thunder Bay :
Proceedings of the Workshop of Thunder Bay, 1992, p.20-39.
[Pre97]
PREVOT Patrick, AKKOUCHE Imen. Les Nouvelles Technologies
Educatives et leurs usages. In : Connaissances et savoir-faire en entreprise :
intégration et capitalisation. Paris : Editions Hermès, 1997, p.343-380.
[Pre98]
PREVOT Patrick. Nouvelles technologies et formation : usages et
perspectives. Rencontres des responsables formation, journée du 27 janvier
1998.
[Qua96]
QUARTERONI P. Un hypermédia pédagogiquement efficace [en ligne].
1996. Disponible sur :
http://www.fse.ulaval.ca/fac/ten/reveduc/html/hyppeff.html.
[Rez01]
REZEAU Joseph. Médiatisation et médiation pédagogique dans un
environnement multimédia. Le cas de l’apprentissage de l’anglais en
Histoire de l’art à l’université. Thèse en didactique de la langue : Université
de Bordeaux 2, 2001, 617 p.
[Rou95]
ROUET Jean-François. et TRICOT Alain. Recherche d’informations dans
les hypertextes : des représentations de la tâche à un modèle de l’activité
cognitive. Sciences et Techniques Educatives, Vol.2, n°3/1995, p.307-331.
[Sap90]
SAPORTA Guy. Probabilités, Analyse des Données et Statistique. Paris :
Technip. 1990, 493 p.
[SBP00]
SANDOZ-GUERMOND Françoise, BEUCHOT Gérard et PREVOT
Patrick. RACE : un environnement de travail coopératif à distance
adaptatif. In : Actes du colloque international TICE’2000, Troyes, 2000,
p.385-391.
[Sul99]
SULZER Emmanuel. Objectiver les compétences d’interaction. Education
permanente, N°140, 1999-3, p.51-59.
[Tis99]
TISSEYRE René-Charles. Knowledge Management, théorie et pratique de
la gestion des connaissances. Paris : Hermès Science Publications, 1999,
185 p.
[Tri97]
TRIGANO Philippe. Evaluation de l’Interface Homme-Machine des
logiciels éducatifs. Le Journal du Multimédia, N°18, 1997, p.12-15.
[TRP00]
TARPIN-BERNARD Frank, RAMEL Jean-Yves, PREVOT Patrick.
Animation à distance de jeux d’entreprise multimédias coopératifs. In :
Actes de la conférence ERGO-IHM’2000, Biarritz, octobre 2000, p.271278.
Page 201
[Van94]
VAN HOUCKE Christian. Le multimédia en entreprise. Paris : Editions
Hermès, 1994, 188 p.
[Van94]
VANDERDONCKT J. Guide ergonomique de la présentation des
applications hautement interactives. Namur : Presses Universitaires, 1994.
[Vau00]
VAUDRY C., CRAMPES M. Architecture Agents pour la Composition
Adaptative. In : Actes du congrès scientifique international
NîmesTIC’2000, Nîmes, 2000, p.330-337.
[Via98]
VIAL Christian. La place de la coopération dans l’enseignement à distance.
Thèse en informatique : Ecole Centrale de Lyon, 1998, 272 p.
[Viv00]
VIVET Martial. Des robots pour apprendre. Sciences et Techniques
Educatives, Education et informatique – Hommage à Martial Vivet, 2000,
Vol.7, n°1/2000, p.17-60.
[Viv82]
VIVET Martial. LOGO : un environnement informatique pour la formation
d’adultes. In : Actes du premier colloque LOGO, Clermont-Ferrand, 1982,
p.19-27.
[Voi96]
VOISIN André. La qualité de la formation, une nouvelle chance pour
l’évaluation ? Education permanente, N°126, 1996, p.177-188.
[Vyg97]
VYGOTSKI Lev. Pensée et Langage, Paris : La Dispute (édition originale
en russe publiée en 1934), 1997 (traduction française).
[Wal88]
WALTON Mary et DEMING W. Edwards. The Deming Management
method. Perigee Books, 1988.
[Wau00]
WAUTIER D. et BACKER B. Compétences professionnelles et formation
continuée des intervenants sociaux. ISAJH, 2000, p.67-74.
[Wil86]
WILLIAMS Linda V. Deux cerveaux pour apprendre. Le gauche et le droit.
Paris : Les éditions d’organisation, 1986 (traduction française par Hélène
Fabre-Trocmé), 204 p.
[Zel97]
ZELLER P. et DILLENBOURG P. Effet du type d’activité sur les stratégies
d’exploration d’un hyperdocument. STE, Vol.4, n°4/1997, p.413-435.
Page 202
Glossaire
Activité
pédagogique
Mise en situation sous forme de jeux multimédias utilisées dans SIMPA
comme parcours de formation. Plusieurs types d’activités pédagogiques ont
été développés : glisser/déplacer, puzzle, phrase à trous, etc.
Briefing–
Débriefing
Modèle pédagogique, comparable à celui des jeux d’entreprise, où le
formateur interagit fortement avec l’apprenant ou le groupe d’apprenants lors
de deux séquences : la mise en place de la formation au début (briefing) et la
discussion collective pour mise au point en conclusion (débriefing).
CC
Compétence Cible ; elle correspond aux objectifs pédagogiques des
formations au poste de travail.
CTQ
Critical To Quality. Dans un projet de conception « Six Sigma », les CTQ
sont les besoins le plus critiques des clients ; ils sont hiérarchisés dans la
matrice QFD.
E-formation
La e-formation (ou e-learning) résulte de l'association de contenus interactifs
et multimédias, de supports de distribution (PC, Internet, Intranet, Extranet),
d'un ensemble d'outils logiciels qui permettent la gestion d'une formation en
ligne et d'outils de création de formations interactives. L'accès aux ressources
est considérablement élargi, ainsi que les possibilités de collaboration et
d'interactivité. La tendance actuelle est à l'hybridation des dispositifs de eformation (blended solutions), c'est-à-dire vers une complémentarité entre
une pédagogie présentielle et des approches plus exclusivement liées aux
réseaux technologiques.
EIAO
Environnement Interactif d’Apprentissage avec l’Ordinateur. Cet acronyme a
désigné jusqu’en 1991 l’Enseignement Intelligemment Assisté par
Ordinateur.
EPIA
Équipe Pluridisciplinaire Intégrée et Autonome. C’est le nom donné aux
équipes de production orientées produit mises en place en 1997 à TIV. Leur
fonctionnement est basé sur la polyvalence et l’autonomie.
GOND
Méthode intégrée à l’AMDEC (Analyse des Modes de Défaillance, de leurs
Effets et de leur Criticité ; c’est une technique d'analyse prévisionnelle qui
estime les risques d'apparition de défaillances et les conséquences sur le
process de fabrication), dont l’objectif est de calculer un coefficient fonction
de la gravité (G), l’occurrence (O) et la Non-Détectabilité (ND) d’une
situation.
GOND+
Désigne la méthode GOND augmentée de 3 critères : la taille du public de
formation prévu, la criticité du poste de travail et la complexité des notions à
expliquer pédagogiquement.
Page 203
IIR
Intensificateur d’Image Radiologique. Le tube IIR est l’appareil qui fournit
au radiologue l’image du corps du patient modifié par les rayons X qui l’ont
traversé. Les IIR sont la production principale de TIV, dont il est le leader
mondial.
Matrice QFD
Outil d’application de la méthode Six Sigma dans un projet de conception ;
la matrice QFD (Quality Function Deployment) met en correspondance les
besoins pondérés de chacun des clients du projet avec les fonctionnalités à
mettre en œuvre en réponse.
Médiation
pédagogique
Pratique du formateur (le médiateur) dont le but est d’aider l’apprenant à se
dégager d’une situation de blocage dans son apprentissage. On distingue
trois types d’interventions de médiation : le repérage, la concentration et la
reconnaissance.
PEI
Programme d’Enrichissement Instrumental, développé par le professeur
Reuven Feuerstein. Basé sur la théorie de la modifiabilité cognitive par un
processus de remédiation, son but est d'améliorer les compétences
instrumentales d’une personne en vue d'accroître ses capacités
d'apprentissage.
QFD
(matrice)
Quality Function Deployment. La matrice QFD (également appelée
« Maison de la Qualité ») est l’outil de prise en compte de l’ensemble des
besoins critiques (CTQ) des clients dans une démarche de conception « Six
Sigma ».
ROI
Return On Investment (retour sur investissement).
RSS
Responsable de Service Soutien. Ce terme désigne à TIV les managers des
services gravitant autour de la production : maintenance, informatique,
personnel, etc.
RUP
Responsable d’Unité de Production. Responsable hiérarchique des STP et
des opérateurs, le RUP est le manager des actions de formation. Chaque RUP
a plusieurs EPIA sous sa responsabilité.
SEAMI
Système d’Évaluation de l’Apprenant Multimédia Interactif. Nous avons
choisi cet acronyme en adaptant le SAMI (Système d’Apprentissage
Multimédia Interactif) de Philippe Marton et son équipe de l’Université
Laval, lui donnant une dimension d’évaluation.
SIMPA
Support Interactif Médiatisé et Personnalisable pour l’Apprentissage.
Développé avec le logiciel ToolBook, il se caractérise par le recours à deux
personnages animés (le professeur et le compagnon) pour pratiquer une
médiation pédagogique en l’absence du formateur.
Six Sigma
Méthodologie de management de projet qui met le client au centre de toutes
les démarches et actions du projet. Basé sur la mesure, le Six Sigma (6σ)
désigne un processus de production conforme à 99.99966 %.
Page 204
STIC
Sciences et Technologies de l’Information et de la Communication. Cet
acronyme symbolise l’intégration des technologies dans la société : elles ne
sont plus « Nouvelles » (NTIC), mais s’organisent autour d’une nouvelle
science.
STP
Support Technique de Proximité. C’est l’expert technique des ateliers de
production (on compte une vingtaine de STP à TIV), dont une des missions
est d’assurer la formation des opérateurs à leur poste.
TED
Thales Electron Devices. Une des sociétés du groupe Thales, anciennement
Thomson Tubes Électroniques.
Page 205
Annexes
ANNEXE A
LES BESOINS DES ACTEURS DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE..........209
ANNEXE B
OBSERVATION DES SÉANCES DE FORMATION :
ÉTAT DES LIEUX À TIV EN 1999 ...................................................................................211
ANNEXE C
PROJET SIMPA : ANALYSE DES COÛTS ET RETOURS FINANCIERS ................214
ANNEXE D
ENQUÊTE DE BESOINS DES CLIENTS SIMPA...........................................................216
ANNEXE E
BILAN DES EXPÉRIENCES SUR LES SUPPORTS SIMPA ........................................219
Page 207
ANNEXES
Annexe A
Les besoins des acteurs de la
formation professionnelle
Apprenant
Bap1 : Les contenus, ressources et modes pédagogiques du dispositif de formation doivent
être étroitement liés à l’environnement professionnel de l’apprenant.
Bap2 : L’apprenant doit pouvoir exprimer ses attentes vis-à-vis de sa formation, et retrouver
par la suite la réponse à l’ensemble de ses besoins, exprimés ou non.
Bap3 : L’apprenant doit pouvoir trouver naturellement du désir ou de l’intérêt vis-à-vis de la
formation, de manière à rester motivé dans la conduite de son apprentissage.
Bap4 : L’apprenant doit disposer de toutes les ressources nécessaires (matérielles,
documentaires et tutorales) à son accompagnement durant l’apprentissage.
Bap5 : Il doit pouvoir utiliser ces ressources de manière intuitive, soit sans démarche
initiatique.
Bap6 : L’apprenant doit disposer d’une visualisation claire de l’évolution de ses compétences
durant l’avancement de son apprentissage.
Formateur
Bfo1 : La relation pédagogique durant l’action de formation doit faire en sorte de surmonter
les freins structurels à l’apprentissage chez l’adulte.
Bfo2 : Afin de réaliser un juste accompagnement de l’apprenant dans sa progression, le
formateur souhaite disposer d’outils de suivi de la formation.
Bfo3 : Le formateur doit pouvoir intervenir dans un contexte où l’apprenant est client de son
action, à travers sa démarche volontariste d’apprendre.
Bfo4 : Le rôle du formateur est moins d’exposer ses connaissances que de les mettre scène,
les mettre en question, en provoquer une discussion ; en un mot, être le médiateur
entre l’objet d’apprentissage et l’apprenant.
Bfo5 : Le formateur doit avoir l’opportunité de pratiquer une pédagogie individualisée afin de
répondre aux spécificités de l’apprenant.
Page 209
ANNEXES
Expert
Bex1 : La construction de contenus de formation ne doit pas être source de préoccupation
pour l’expert quant à la mise en forme pédagogique, et devra à sa demande être
effectuée en un minimum de temps.
Bex2 : Afin de mieux s’investir dans son rôle de propriétaire des contenus de la formation,
l’expert souhaite pouvoir les maintenir facilement au cours de mises à jour successives
Bex3 : L’expert souhaite disposer d’un retour d’usage à long terme des supports de formation
afin d’en améliorer le contenu.
Auteur
Bau1 : La construction de supports de formation ne doit pas être source de préoccupation
pour l’auteur quant à la mise en forme pédagogique, et devra à sa demande être
effectuée en un minimum de temps.
Bau2 : Afin de mieux s’investir dans son rôle de propriétaire des supports de la formation,
l’auteur souhaite pouvoir les maintenir facilement au cours de mises à jour successives
Bau3 : L’auteur souhaite disposer d’un retour d’usage à long terme des supports de formation
afin d’en améliorer la structure.
Manager
Bma1 : Le manager de la formation souhaite, dans le cadre de sa gestion des compétences, une
formation « à la demande ».
Bma2 : Le manager de la formation souhaite également, dans le cadre de sa gestion des
compétences, une formation « juste à temps ».
Bma3 : D’un point de vue managérial, la formation doit pouvoir apporter le maximum
d’efficacité avec le minimum de ressources, c’est-à-dire à moindre coût.
Bma4 : Le manager souhaite, en tant qu’outil d’aide à la décision, une mesure fiable et si
possible chiffrée des résultats de la formation sur le long terme.
Bma5 : Afin de développer l’enrichissement cognitif et les compétences de l’entreprise, le
manager souhaite mettre en place des outils de conservation et de transmission du
savoir faire des experts.
Page 210
ANNEXES
Annexe B
Observation des séances de
formation : état des lieux à TIV en 1999
Voici la synthèse d’un travail d’observation de la majorité des actions de formation interne au
poste de travail menées par la cellule multimédia de TIV entre novembre 1998 et août 1999.
Au total, ce sont plus de 50 heures de formation sur support multimédia qui ont été suivies.
Organisation
Les séances se font en salle de formation, équipée d’un micro-ordinateur et d’un vidéoprojecteur. Le nombre d’opérateurs apprenants varie entre 1 et 8 personnes. On distingue 2
types de formations :
-
obligatoires et génériques, comme le comportement en salle propre (clean
concept) ou protection des produits contre les décharges électrostatiques (ESD),
à la demande et personnalisées, comme les techniques de soudage ou la
mise sur pompe.
Chaque séance a une durée de 1h30 à 2h ; une formation complète peut demander jusqu'à 6
séances, pour une durée totale de 6h en moyenne.
Déroulement
Les séances suivent généralement le déroulement suivant :
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
Questionnement sur la séance précédente : reformulation verbale
Objectifs pédagogiques de la séance du jour : repérage de la cible
Mise en situation initiale par un questionnement ou une manipulation pratique :
création du besoin de savoir
Apport d’informations nouvelles par des TP si possible, avec complément
théorique par des séquences multimédias : phase d’apprentissage
Demande de synthèse aux apprenants : reformulation verbale
Mise en situation lors d’exercices demandant l'utilisation des connaissances :
reformulation active, verbale ou écrite (exercices informatisés)
Bilan des acquis de la séance : vérification que les objectifs du jour sont atteints
Durant les phases d’apport théorique, le formateur s’efface pour laisser la place à une
animation sonore. Durant les phases d’exercices, il fait participer les apprenants en leur
confiant la souris et suscite la réflexion à voix haute pour amener le choix des réponses.
Page 211
ANNEXES
Enseignements
Quelles conclusions, interrogations, pistes de recherche peut-on tirer de cette somme
d’observations ? Nous les classons selon les critères de la médiation [ref feuerstein] :
Repérage
Objectifs pédagogiques :
- Une formation est pratiquement inutile si les attentes de chaque personne n’ont
pas été prises en compte au départ.
- Les apprenants sont trop souvent prêts à « apprendre n’importe quoi », à partir du
moment où le tuteur le juge bon.
- Il y a souvent un sentiment d’impuissance qui ressort, face à des groupes dont on
« sent » bien qu’on ne répond pas à leurs attentes...
- La diversité de « niveau » d’un groupe n’est pas vraiment un problème ; le
problème, c’est la diversité des besoins de chacun.
Réciprocité avec la demande :
- Il n’y a pas vraiment de réciprocité, dans le sens où les apprenants sont venus pour
écouter (pas toujours de leur propre volonté), et il n’existe pas de « contrat de
formation » concernant les objectifs pédagogiques.
- Le formateur pose bien la question « est-ce que cela vous convient comme
objectif ? », mais sans trouver d’échos dans l’assistance, ou alors un écho
« consensuel », sans grande conviction.
- Le discours du formateur est décrédibilisé s’il n’est pas en lien direct avec des
aspects de terrain.
Parcours et moyens employés :
- Le contenu des formations n’est pas toujours assez concret ; on se soucie trop peu
du vécu quotidien des apprenants.
- La constitution d’un groupe ne nuit pas à l’apprentissage, au contraire ; les
personnes s’aident entre elles avec leur propre vocabulaire.
Questionnements préalables :
- Bonne fréquence de questionnement ; selon la taille du groupe, il est difficile
cependant de recueillir les réponses de chacun des apprenants.
Régulation
Médiation de la concentration :
- Il ne faut pas excéder des durées de 1h30 par séance, à moins de prévoir une
grande diversité de supports et de sources de motivation.
Variation des stimuli :
- Il est impératif de mettre en place une partie « Travaux Pratiques » dans le
déroulement de la formation, l’idéal étant de la dispenser sur le poste même.
Répétitions sous plusieurs formes :
- Assez peu développé aujourd’hui, sinon par une ré-explication si nécessaire de la
part du formateur. Le multimédia ne propose pas de reformulation.
Phases d’activités des auditeurs :
- L’efficacité des QCM proposés est limitée, dans le sens où la modalité de la
question introduit trop de bruit par rapport à la mesure.
Page 212
ANNEXES
-
L’emploi de la souris n’est généralement pas une gêne ; il peut le devenir lors de
manipulations délicates lors de simulateurs.
- L’activité intermittente des apprenants est trop minoritaire en comparaison du
temps de parole du formateur ou du multimédia, utilisé uniquement comme
« transparent de luxe » pour exposer les connaissances.
Maîtrise de l’impulsivité :
- En règle générale, le formateur laisse le temps de réflexion aux apprenants lors
des questionnements ; ce sont plutôt eux qui ne le prennent pas, en comblant
inconsciemment le silence qui s’était créé.
- Afin d’éviter des réponses trop impulsives, il est impératif de « sécuriser »
l’apprenant lors des questionnements, en lui rappelant systématiquement qu’il a
tout son temps pour réfléchir.
Invitations à reformuler :
- Les apprenants ne retiennent généralement qu’une très faible partie des notions
théoriques abordées les séances précédentes.
- Dans l’ensemble, il y a un manque de reformulation orale demandée aux
apprenants par rapport à la masse d’informations donnée : l’essentiel ne ressort
pas suffisamment.
Synthèses de l’acquis :
- L’emploi du paperboard est trop rare ; il est grandement à développer, notamment
lors de reformulations (noter ou faire noter les points principaux).
Guidage dans le parcours :
- La majorité du public observé n’est pas prête à une utilisation autonome des
produits multimédias proposés tels qu’ils existent en 1999.
- Pour effectivement obtenir l’autonomie d’une personne face à la machine, des
explications complémentaires du tuteur sont souvent indispensables ; il faut
développer les messages d’aide et clarifier les écrans.
Fragmentation de la difficulté :
- Si en général le programme est bien réparti sur l’ensemble des séances de
formation, il arrive souvent qu’une ou plusieurs séances soient plus « lourdes »
par rapport aux autres.
Reconnaissance
Médiation du sentiment de compétence (aspect cognitif) :
- Cet aspect n’est pas assez développé : il manque souvent un bilan clair sur les
nouvelles compétences acquises (« vous êtes maintenant capable de... »).
- Un bon moyen de pratiquer ce bilan serait de revenir sur les objectifs
pédagogiques qui avaient été fixés.
Signes de félicitations, d’encouragements (aspect affectif) :
- Le feed-back qu’apporte le multimédia lors des exercices est souvent pris « à
cœur » par les apprenants : l’aspect affectif face à une bonne ou une mauvaise
réponse est toujours visible.
- Le formateur doit faire preuve d’enthousiasme dans ses signes de reconnaissance
afin que les apprenants soient motivés par leurs résultats.
Utilisation positive des erreurs :
- S’il y a eu erreur de l’apprenant, le multimédia ne fait que donner la bonne
réponse éventuellement ; c’est au formateur d’exploiter cette erreur, en suscitant
la réflexion, le plus souvent en rappelant ce qui a été dit durant le cours.
Page 213
ANNEXES
Annexe C
Projet SIMPA : analyse des coûts et
retours financiers
Coût du projet
Equivalent en
heures sur 10 mois
Membres de l’équipe projet
Responsable cellule multimédia
145
Ingénieur doctorant CIFRE
1200
Membre de la cellule multimédia
60
STP du clean concept
Clients participants aux revues (3 personnes, dont le STP automaintenance)
Volontaires pour le plan de test SIMPA
16
Total horaire
30
48
1499
Le coût horaire chargé d’un salarié à TIV est en moyenne de 28 ¼
Le coût horaire chargé du doctorant CIFRE est de 14 ¼
Le projet a demandé 1499 heures, dont 1200 heures du doctorant, pour un coût total de :
[28 × (1499 – 1200)] + [14 × (1200)] = 25172 ¼
soit 25.1 K¼
Les coûts matériels et logiciels ne sont pas répertoriés ; ils sont pris en compte dans les frais
de fonctionnement de l’entreprise.
Retour financier (d’après projection de l’année 2000)
Coût de qualité
Heures formateur (hors cellule multimédia, en supposant des formations individuelles) :
- 24 opérateurs en mobilité
- 26 nouveaux intérimaires à former
- 50 personnes environ en polyvalence
Soit 100 personnes à former, en 6h en moyenne :
600h
Page 214
ANNEXES
Heures apprenant (formations de 6h) :
600h
Heures de formation Cellule multimédia :
- 50h d'animation de formations
- 250h environ de temps de préparation au total, soit le quintuple
Soit
300h
TOTAL :
1500h.
A 28¼KHXUHFHODpTXLYDXWà 42K¼
Coût de non-qualité
1. Personne ayant suivi une formation sans mise en pratique derrière :
On évalue à 80% la perte de l'investissement de formation.
2. Formation ne conduisant pas à une garantie de résultat en terme de compétence sur le
poste :
- Perte en production par manque d'autonomie
- Perte en pièces non conformes
Economies
1. Gains sur le temps du formateur :
Nombre d'heures de formation au poste dans l'usine (chiffres 2000) :
- Cellule Multimédia : 50h
- STP + Formateurs occasionnels : 600h
Total : 650h par an ; on en gagne 50%, soit 325h.
Gain = 325 × 28 = 9100¼
2. Gain sur les cas de non-qualité de formation :
Une formation dure en moyenne 6h ; on évalue le temps de préparation pour le formateur au
quintuple, soit 30h. On gagne donc 0.8[30 + (6x2)] = ~34h sur chaque cas.
En évaluant ces cas à 5 par an :
Gain = 34 × 5 × 28 = 4760¼
Total des gains : 9100 + 4760 = 13860¼VRLW.¼
Page 215
ANNEXES
Annexe D
Enquête de besoins des clients SIMPA
Apprenants
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
Pouvoir mettre en pratique sur le terrain ce que j’ai appris
Pouvoir suivre une formation en lien avec mes attentes
Retrouver dans la formation le contexte de ma pratique quotidienne
Suivre une formation adaptée à mon propre rythme et à ma façon
d’apprendre
Convivialité et clarté du module multimédia
- Accès et utilisation simples des supports multimédias
- Support multimédia ludique et encourageant, grâce à un petit personnage sympa
qui accompagne l'apprenant
- Clarté et précision dans le contenu des modules multimédias, pour
assurer une
formation efficace en autonomie
- Poser des questions courtes sur le support multimédia
- Prévoir des modules multimédias pas trop longs
- Animation et coloration dans les modules pour les rendre
sympathiques,
attractifs
- Avant la formation proprement dite, former à l'outil informatique les apprenants
qui le désirent ou qui le nécessitent
Pouvoir prendre conscience de ma progression, et avoir conscience de mes nouvelles
compétences
Être encouragé et accompagné dans mon apprentissage
Guidage et analyse des erreurs par l'outil multimédia
- Que l'outil multimédia analyse les mauvaises interprétations des prises vidéos, les
erreurs
- Indiquer par un signal lumineux ou sonore à l'apprenant lorsque plusieurs réponses
sont attendues
- Ne pas être découragé lorsqu'on fait une mauvaise réponse
- Prévoir une démonstration, un exemple de réponse juste au démarrage de chaque
exercice
Avoir des réponses précises et rapides à mes questions
- Avoir des réponses rapides et précises via le multimédia sur des problèmes
typiques
- Avoir des réponses rapides et précises via le formateur sur des problèmes typiques
10. Combiner la pratique et la théorie
- Se former avec l'outil multimédia sur le terrain
- Combiner la pratique et la théorie
Page 216
ANNEXES
Formateurs terrain
1.
2.
3.
4.
5.
6.
7.
8.
9.
Pouvoir disposer d'une cible précise de formation (compétences à atteindre)
Pouvoir disposer d'un indicateur chiffré sur les résultats de la formation, pondéré
par un indicateur de confiance
Pouvoir obtenir la création d’un nouveau support multimédia en une semaine sur le
sujet qui m’intéresse, si j’ai déjà identifié les compétences cibles
Pouvoir intervenir dans un contexte où l'apprenant et l'Entreprise sont réellement
clients de mon action
Découper la formation en compétences cibles
Disposer d'outils aidant à la décomposition du poste en compétences cibles
Que l'apprenant puisse lui-même organiser son parcours à partir du moment où il
connaît ses compétences cibles
Répertorier au préalable (concertation STP / BE / Opérateurs formateurs) les points
critiques
Disposer d'un "pense-bête" sur les points importants à traiter ou à valider sur
chaque compétence cible
Conserver le découpage de la formation en compétences cibles, dans un ordre
modulable
Pouvoir modifier moi-même le contenu du support multimédia
Connaître le niveau de l'apprenant pour adapter la formation
Avoir un support multimédia adaptable selon le niveau de l'apprenant (expérience
dans le poste, formation initiale...)
Mettre en place facilement des tests préliminaires (pré-tests) par compétence cible
pertinents aux apprenants afin de cibler le contenu de la formation
Disposer en fin de formation d'un bilan par compétence entre le pré-test et le posttest
Assurer un suivi des actions de formation
Développer des pratiques de formation continue (2h / mois par exemple)
Mettre en place un suivi systématique de toutes les formations
Intégrer dans le questionnaire de départ la qualité de l'apprenant (Intérim, CDI,...)
et sa société si autre que TIV
Former à l'établissement d'un reporting sur des actions déléguées suite à une
formation
Pouvoir retrouver dans le module multimédia (test) le point critique qui a donné
lieu à une non-conformité
Générer et tester la motivation chez tous les acteurs de la formation
Générer et tester la motivation chez tous les acteurs de la formation
Présenter les infos et les explications selon les centres d'intérêt (et donc de
motivation) des apprenants
Managers
1.
2.
3.
4.
Avoir une garantie sur les résultats de la formation : atteinte des compétences cibles
Que les STP disposent de moyens pédagogiques efficaces pour remplir leur tâche de
formation en un minimum de temps et un maximum de résultat
Disposer rapidement de personnes formées
Disposer d’une attestation de compétence fiable pour gérer les grilles de polyvalence
Page 217
ANNEXES
5.
6.
7.
Pouvoir réduire les coûts de formation
Référentiel de formation disponible pour tous
Assurer que la formation a été complète, c'est-à-dire que tous les sujets ont bien été
abordés
Disposer d'un référentiel commun et disponible en permanence pour des
rafraîchissements du savoir
L'accès aux modules de formation doit être ouvert à tout le monde
Positionnement sur les compétences
Connaître le niveau d'acquisition de chaque compétence
Un outil qui détecte les éventuelles lacunes, et mette en place des actions
personnalisées pour les compléter
Page 218
ANNEXES
Annexe E
Bilan des expériences sur les
supports SIMPA
1. Analyse en Composantes Principales
Rappel des données
Donnée
Age
Score sur le canal visuel
Score sur le canal auditif
Score sur le canal kinesthésique
Classe d'expertise
Note obtenue au test
Intervalle de confiance
Temps de consultation du
livre des ressources
Temps total du test
Note attribuée au professeur
Note attribuée au compagnon
Valeur
Nom de la variable
De 1 (- de 25 ans) à 5 (+ de 55 ans)
age
De 0 à 45 (résultat test PNL)
visu
De 0 à 45 (résultat test PNL)
audi
De 0 à 45 (résultat test PNL)
kine
1 (non initié) ou 2 (initié)
expert
De 0 à 7
score
De 0 à 7
interval
Temps en secondes
tps_res
Temps en secondes
De 0 à 4
De 0 à 4
tps_tot
prof
comp
Page 219
ANNEXES
Graphes de l’expérience 1
Plan factoriel 1–3 - Exp 1
12%
1
8
0,5
25
4
19 7
visu
15
prof1
0
12
18
comp1
audi
score1
2
tps_res1
1
23
5
9
6
kine
3
14
16
24
-0,5
22
tps_tot1
13
20
17
11
10
interval1
21
age
expert
30,6
-1
-1
-0,5
0
0,5
1
Plan factoriel 1–4 - Exp 1
10,7
1
audi
6
0,5
4
13
17
prof1
0
score1
age
expert
8
3
10
24
9
11
comp1
15
18
7
1623
22
tps_tot1
1
interval1
tps_res1
5
20
visu
12
19
2
25
21 14
-0,5
kine
30,6
-1
-1
-0,5
0
Page 220
0,5
1
ANNEXES
Plan factoriel 2–3 - Exp 1
12%
1
8
0,5
25
12
7
comp1
18
2 4
19
tps_res1 score1
visu
1
15
0
5
22
tps_tot1
13
prof1
audi
23
9
6
17
11
10
3
20
kine
14
16
24
interval1
-0,5
21
expert
age
23%
-1
-1
-0,5
0
0,5
1
Plan factoriel 2–4 - Exp 1
10,7
1
audi
6
0,5
4
13
17
visu
prof1
0
3
interval1
comp1
7
1
tps_res1
5
expert
age
tps_tot1
20
22
score1
10
16
8
24
9
11
1215
18
2
23
19
25
14
-0,5
21
kine
23%
-1
-1
-0,5
0
Page 221
0,5
1
ANNEXES
Plan factoriel 3–4 - Exp 1
10,7
1
audi
6
0,5
4
13
tps_tot1
17
age
5
expert
0
3
24
1
tps_res1
score1
10
interval1
8
20
visu
prof122
9
16
11
23
15
comp1
7
1812
19 2
25
21
-0,5
14
kine
12%
-1
-1
-0,5
0
Page 222
0,5
1
ANNEXES
Graphes de l’expérience 2
Plan factoriel 1–3 - Exp 2
12,4
1
19
0,5
8
comp2
18
tps_res2
25
12
interval2
4
1
2
7
kine
9
0
score2
23
22
prof2
audi
14
20
15
tps_tot2
5
17
10
13
visu
11
6
3
24
21 16
-0,5
age
expert
33,4
-1
-1
-0,5
0
0,5
1
Plan factoriel 1–4 - Exp 2
10,3
1
prof2
22
0,5
tps_tot2
age
9
7
19
0
interval2
13
14
tps_res2
comp2
24
15
18
audi
4
6
expert
20
kine
173 8
1
11
16
5
23
2
visu
10
score2
12
-0,5
21
25
33,4
-1
-1
-0,5
0
Page 223
0,5
1
ANNEXES
Plan factoriel 2–3 - Exp 2
12,4
1
19 8
comp2
0,5
18
tps_res2
25
12
prof2
interval2
audi
4
2
1
7
9
kine
score2
0
23
17
14
visu
3 10
5
13
-0,5
20
22
15
tps_tot2
6
11
24
21
16
age
expert
17,6
-1
-1
-0,5
0
0,5
1
Plan factoriel 2–4 - Exp 2
10,3
1
prof2
22
0,5
13
tps_tot2
comp2
7
1
24
19
18
17
3
audi
expert
15
0
9
age
4
14
tps_res2 6
interval2
20
kine
8
11
16
5
visu
23
2
10
score2
12
-0,5
21
25
17,6
-1
-1
-0,5
0
Page 224
0,5
1
ANNEXES
Plan factoriel 3–4 - Exp 2
10,3
1
prof2
22
0,5
tps_tot2
age
13
9
4
audi
14
6
24
expert
0
15
comp2
tps_res2
7
18 19
20
kine
17
3
8
interval2
1
11
16
5
23
10
visu
2
score2
12
-0,5
21
25
12,4
-1
-1
-0,5
0
0,5
1
2. Analyse de variance (ANOVA) des appréciations
Prof
• Analysis
Source
indiceP
Error
Total
Level
1
2
of Variance for Prof
DF
SS
MS
1
0.500
0.500
48
42.220
0.880
49
42.720
N
25
25
Mean
3.0600
3.2600
StDev
1.0239
0.8431
F
0.57
P
0.455
Individual 95% CIs For Mean
Based on Pooled StDev
-+---------+---------+---------+----(------------*------------)
(------------*-----------)
-+---------+---------+---------+-----
Page 225
ANNEXES
Compagnon
• Analysis
Source
indiceC
Error
Total
of Variance for Compagnon
DF
SS
MS
F
P
1
3.83
3.83
3.31
0.076
41
47.53
1.16
42
51.36
Individual 95% CIs For Mean
Based on Pooled StDev
Level
N
Mean
StDev ---+---------+---------+---------+--1
21
1.857
1.039
(--------*---------)
2
22
2.455
1.112
(--------*--------)
---+---------+---------+---------+--Pooled StDev =
1.077
1.50
2.00
2.50
3.00
Pédagogie SIMPA
• Analysis
Source
indicePe
Error
Total
of Variance for Pédagogie
DF
SS
MS
F
P
1
5.780
5.780
7.02
0.011
48
39.540
0.824
49
45.320
Individual 95% CIs For Mean
Based on Pooled StDev
Level
N
Mean
StDev -----+---------+---------+---------+1
25
2.6000
1.0000
(--------*--------)
2
25
3.2800
0.8047
(--------*--------)
-----+---------+---------+---------+Pooled StDev =
0.9076
2.40
2.80
3.20
3.60
3. Analyse de variance (ANOVA) entre les classes A et B
(expérience 2)
One-way Analysis of Variance
Analysis of Variance for delta2
Source
DF
SS
MS
Classe
1
9.73
9.73
Error
23
24.19
1.05
Total
24
33.91
Level
A
B
N
15
10
Mean
1.107
2.380
StDev
0.833
1.268
F
9.25
P
0.006
Individual 95% CIs For Mean
Based on Pooled StDev
---+---------+---------+---------+--(-------*-------)
(---------*---------)
---+---------+---------+---------+---
Page 226
ANNEXES
4. Rôles des médiateurs perçus par les apprenants
Prof
Formation et mesure de compétence en autonomie à TIV
Bilan
Bilandu
duplan
plande
detest
test
R4
➋ Rôles perçus des médiateurs (prof) :
Voici les paretos comparatifs des rôles du prof, tels que l'ont perçus les participants :
og
iq
Fé
ue
lic
s
i ta
tio
n
gr
In
ad
di
ué
ca
ti o
e
n
re
ss
ou
rc
es
pé
da
g
m
en
ta
i re
s
ou
rs
bj
ec
tif
s
O
Pe
r ti
ne
nc
e
co
m
Pa
rc
d'
em
M
od
e
G
ui
da
ge
og
iq
Fé
ue
lic
s
i ta
tio
n
gr
In
ad
di
ca
ué
tio
e
n
r
Pe
es
rti
so
ne
ur
ce
nc
s
e
co
m
m
en
ta
ire
s
pé
da
g
ou
rs
O
bj
ec
tif
s
Pa
rc
ui
da
ge
oi
G
d'
em
pl
M
od
e
Expérience
Expérience11
Expérience
Expérience22
Total : 93 pts (+ 38.8%)
Total : 67 pts
Projet N°JLBe920180
pl
oi
20
18
16
14
12
10
8
6
4
2
0
20
18
16
14
12
10
8
6
4
2
0
Modifié le 30/10/01
Page 227
Page 38
ANNEXES
Compagnon
Formation et mesure de compétence en autonomie à TIV
Bilan
Bilandu
duplan
plande
detest
test
R4
➋ Rôles perçus des médiateurs (compagnon) :
Voici les paretos comparatifs des rôles du compagnon, tels que l'ont perçus les participants :
ne
nc
e
En
si
co
er
ur
re
ag
ur
em
en
ts
id
iff
icu
lté
Pr
en
dr
e
so
n
C
te
on
m
sc
ps
ie
nc
e
co
m
pé
te
nc
e
co
à
Pe
rti
er
til
is
U
ita
ti o
n
In
v
En
co
ur
Expérience
Expérience11
Expérience
Expérience22
Total : 47 pts (+ 17.5%)
Total : 40 pts
Projet N°JLBe920180
ns
ul
te
rP
ro
f
Do
c
ag
em
ur
en
ts
id
iff
icu
Pr
lté
en
dr
e
so
Co
n
ns
te
ci
m
en
ps
ce
co
m
pé
te
nc
e
e
ne
nc
Ut
il is
er
D
si
er
re
oc
20
18
16
14
12
10
8
6
4
2
0
Pe
rti
In
vi
ta
ti o
n
à
co
ns
u
lte
rP
ro
f
20
18
16
14
12
10
8
6
4
2
0
Modifié le 30/10/01
Page 228
Page 39
FOLIO ADMINISTRATIF
THESE SOUTENUE DEVANT L’INSTITUT NATIONAL DES SCIENCES APPLIQUEES DE LYON
NOM : DUQUESNOY
Prénoms : Laurent, Stéphane
DATE DE SOUTENANCE : 27 septembre 2002
TITRE : Aide à la conception, évaluation et démarche qualité pour le déploiement
de formations multimédias en milieu industriel
NATURE : Doctorat
Formation doctorale : Informatique
Cote B.I.U.- Lyon : T 50/210/19
/
Numéro d’ordre : 02 ISAL
et
bis
CLASSE :
RESUME :
Un grand nombre d’entreprises de haute technologie sont aujourd’hui confrontées au problème de la
transmission de leur savoir-faire technique, condition majeure de leur pérennité. En réponse à ces enjeux,
nous proposons d'une part une méthodologie de conception de supports dédiés à la formation technique
d’opérateurs ou intérimaires en entreprise, et d'autre part les modèles et outils d’évaluation et de suivi qui en
sont issus.
Nous analysons dans une première partie les besoins des acteurs de la formation professionnelle, et en quoi
les formations dites académiques ou des pratiques de e-formation peuvent y répondre.
La seconde partie propose une méthodologie de développement d’environnements de formations techniques
à un poste de travail. Cette dernière exploite des modèles génériques de conception, met en œuvre une
pédagogie basée sur la double alternance théorie/terrain et présence/absence du formateur, et inclut les outils
d’évaluation dès la phase de conception.
La troisième partie témoigne de la mise en œuvre de cette méthode sur un site industriel (TIV - Thales
Electron Devices) en suivant une démarche qualité (Six Sigma). Elle conduit à proposer un nouveau modèle
de support pédagogique multimédia, baptisé SIMPA (Support Interactif et Médiatisé Pour l’Apprentissage).
L’originalité de ce modèle consiste en une médiation personnalisée par deux tuteurs informatisés : le
professeur et le compagnon.
Enfin, nous présentons dans une dernière partie les retours d’usage de SIMPA après 6 mois d’utilisation dans
l’entreprise : satisfaction des acteurs, efficacité des fonctionnalités de médiation. Les premiers résultats
témoignent d’une diminution importante du temps de présence du formateur terrain et la réduction des délais
de conception. En conclusion, nous proposons quelques pistes de développement de SIMPA, en particulier
selon des modes de travail collaboratif et à distance.
MOTS-CLES : e-formation, médiation, aide à la conception, formation professionnelle, validation de
compétences, démarche qualité, Six Sigma.
Laboratoire(s) de recherches : ICTT (Interaction Collaborative, Téléformation, Téléactivités)
Directeur de thèse : Pr. Patrick PREVOT
Président de jury :
Composition du jury :
Patrick PREVOT
Françoise SANDOZ-GUERMOND
Guy GOUARDERES
Pierre TCHOUNIKINE
Jean-Luc BERGER
Jean-Pierre PEYRIN
Jacques PERRIN
Professeur
Maître de conférences
Professeur (rapporteur)
Professeur (rapporteur)
Ingénieur Thales
Professeur
Professeur (invité)
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising