1. Introduction au Guide du bureau d`Ubuntu

1. Introduction au Guide du bureau d`Ubuntu
Guide du bureau d'Ubuntu
Projet de documentation d'Ubuntu <ubuntu-doc@lists.ubuntu.com>
Guide du bureau d'Ubuntu
par Projet de documentation d'Ubuntu <ubuntu-doc@lists.ubuntu.com>
Copyright © 2004, 2005, 2006 Canonical Ltd. et les membres du projet de documentation d'Ubuntu
Résumé
Bienvenu(e) dans le Guide du bureau d'Ubuntu, un guide complet qui traite de l'utilisation d'Ubuntu
dans un environnement de bureau.
Remerciements et licence
Les auteurs de l'équipe de documentation d'Ubuntu suivants maintiennent ce document :
• Brian Burger
• Matthew East
Les personnes suivantes ont contribué à ce document :
• Naaman Campbell
• Milo Casagrande
• Robert Stoffers
Le Guide du bureau d'Ubuntu est basé sur le travail original de :
• Chua Wen Kiat
• Tomas Zijdemans
• Abdullah Ramazanoglu
• Christoph Haas
• Alexander Poslavsky
• Enrico Zini
• Johnathon Hornbeck
• Nick Loeve
• Kevin Muligan
• Niel Tallim
• Matt Galvin
• Sean Wheller
Ce document est disponible sous une double licence : la licence GNU Free Documentation (GFDL) et la licence Creative
Commons ShareAlike 2.0 (CC-BY-SA).
Vous êtes libre de modifier, d'étendre et d'améliorer le code source de la documentation d'Ubuntu sous les conditions de ces
licences. Tous travaux dérivés de cette documentation doivent être publiés sous au moins une de ces deux licences.
Cette documentation est distribuée dans l'espoir qu'elle sera utile, mais SANS AUCUNE GARANTIE de quelque nature que
ce soit ; expresse ou implicite, y compris, mais sans y être limité, les garanties D'APTITUDE À LA VENTE ou À UN BUT
PARTICULIER COMME EXPOSÉ DANS L'AVERTISSEMENT. (N.B. : en cas de litige, seule la version anglaise fait foi)
Des copies de ces licences sont disponibles dans les annexes de ce guide. Des versions en ligne peuvent être trouvées à ces
adresses (URL) :
• Licence de documentation libre GNU [http://www.gnu.org/copyleft/fdl.html]
• Attribution-ShareAlike 2.0 [http://creativecommons.org/licenses/by-sa/2.0/]
Avertissement
Tous les efforts ont été mis en œuvre pour s'assurer que l'information présente dans cette publication est précise et correcte.
Cependant, cela ne constitue en aucune façon une garantie absolue. Ni Canonical Ltd., ni les auteurs, ni les traducteurs ne
peuvent être tenus responsables des erreurs éventuelles ou des conséquences qui en découleraient.
Certaines des descriptions logicielles et matérielles citées dans cette publication sont peut-être des marques enregistrées et
tombent peut-être sous le coup de restrictions au droit de copie (copyright) et de lois de protection du commerce. Les auteurs
ne proclament en aucun cas la possession de ces noms.
CETTE DOCUMENTATION EST FOURNIE PAR SES AUTEURS « EN L'ÉTAT » ET SANS AUCUNE GARANTIE
DE QUELQUE NATURE QUE CE SOIT, EXPRESSE OU IMPLICITE, Y COMPRIS, MAIS SANS Y ÊTRE LIMITÉ,
LES GARANTIES D'APTITUDE À LA VENTE OU À UN BUT PARTICULIER. EN AUCUN CAS, LES AUTEURS
NE PEUVENT ÊTRE TENUS RESPONSABLES POUR DES DOMMAGES GÉNÉRIQUES, SPÉCIFIQUES,
SECONDAIRES, OU CONSÉCUTIFS (Y COMPRIS, MAIS SANS Y ÊTRE LIMITÉ, LA FOURNITURE DE BIENS
OU SERVICES DE SUBSTITUTION ; LES INTERRUPTIONS D'UTILISATION ; LES PERTES DE DONNÉES OU
MANQUES À GAGNER ; OU LES INTERRUPTIONS D'AFFAIRES COMMERCIALES) MÊME PROVOQUÉS
ET FONDÉS SUR QUELQUE THÉORIE DE RESPONSABILITÉ QUE CE SOIT, QU'IL S'AGISSE D'UNE
RESPONSABILITÉ CONTRACTUELLE, RELATIVE À DES VICES CACHÉS, OU À UN DÉLIT (Y COMPRIS,
MAIS SANS Y ÊTRE LIMITÉ, LES NÉGLIGENCES) SURVENANT DE QUELQUE FAÇON QUE CE SOIT DE
L'UTILISATION DE CE PROGRAMME, MÊME AVISÉS DE L'ÉVENTUALITÉ DE TELS DOMMAGES. (N.B. : en cas
de litige, seule la version anglaise fait foi)
Table des matières
À propos de ce guide .........................................................................................
1. Introduction au Guide du bureau d'Ubuntu ...............................................
2. Conventions ...........................................................................................
3. Contribution et retour d'expérience ..........................................................
1. Prise en main .................................................................................................
1. À propos d'Ubuntu .................................................................................
2. Se procurer Ubuntu ................................................................................
3. Les bases de Linux .................................................................................
2. Ajouter, retirer et mettre à jour des applications ...............................................
1. Introduction ...........................................................................................
2. Ajouter/enlever des applications ..............................................................
3. Gestionnaire de paquets Synaptic ............................................................
4. Gestion des paquets en ligne de commande ..............................................
5. Installation d'un seul paquet ....................................................................
6. Dépôts supplémentaires ..........................................................................
7. Mises à jour ...........................................................................................
3. Tâches courantes ............................................................................................
1. Musique .................................................................................................
2. Vidéo .....................................................................................................
3. Codecs multimédia .................................................................................
4. Internet ..................................................................................................
5. Bureautique ............................................................................................
6. Graphisme et dessin ...............................................................................
7. Jeux .......................................................................................................
8. Développement ......................................................................................
4. Configuration de votre système .......................................................................
1. Astuces pour le bureau ...........................................................................
2. Partitions et démarrage ...........................................................................
3. Matériel .................................................................................................
4. Réseau ...................................................................................................
5. Obtenir plus d'aide .........................................................................................
A. Creative Commons by Attribution-ShareAlike 2.0 ...........................................
B. GNU Free Documentation License .................................................................
iv
v
vi
vii
viii
9
10
15
16
23
24
25
26
27
28
30
32
33
34
37
40
41
46
48
50
52
55
56
63
66
71
72
73
79
À propos de ce guide
v
À propos de ce guide
1. Introduction au Guide du bureau d'Ubuntu
Bienvenu(e) dans le Guide du bureau d'Ubuntu, un guide complet qui traite de l'utilisation
d'Ubuntu dans un environnement de bureau.
Le guide est composé des chapitres suivants :
1. Prise en main - Présentation de l'univers d'Ubuntu et de quelques concepts de base
utiles à sa prise en main.
2. Installer, désinstaller et mettre à jour des applications - Comment gérer vos logiciels
sous Ubuntu.
3. Tâches courantes - Effectuer des tâches courantes sur Ubuntu telles que lire de la
musique et des vidéos, surfer sur Internet, faire de la bureautique ou du graphisme et
bien d'autres choses encore.
4. Configuration du système - Changer les réglages de votre système Ubuntu selon vos
besoins.
5. Obtenir de l'aide supplémentaire - Où trouver de l'aide si ce guide ne fournit pas la
réponse.
Les versions HTML et PDF de ce manuel sont disponibles en ligne sur le site web de la
documentation d'Ubuntu [http://help.ubuntu.com].
Vous pouvez acheter le livre correspondant à ce guide sur notre espace de vente Lulu
[http://www.lulu.com/ubuntu-doc]. En achetant ce livre, vous ne payez que les frais
d'impression et d'envoi.
vi
À propos de ce guide
2. Conventions
Vous trouverez la signalitique suivante tout au long de cet ouvrage :
Une note met en relief un élément d'information intéressant, parfois technique, en
rapport avec le thème abordé.
Une astuce présente un conseil ou une méthode plus simple.
Un avertissement signale au lecteur les problèmes potentiels et l'aide à les éviter.
Une alerte avertit le lecteur d'un risque lié à la réalisation d'un scénario donné.
Les conventions d'affichage des références croisées seront les suivantes :
• Les liens vers d'autres documents ou sites web auront cet aspect : site web d'Ubuntu
[http://www.ubuntu.com].
Les versions PDF, HTML et XHTML de ce document utiliseront des liens
hypertextes pour manipuler les références croisées.
Les conventions typographiques seront les suivantes :
• Les noms de fichiers ou les chemins d'accès aux répertoires seront affichés avec la
police de caractères monospace.
• Les commandes à saisir dans l'invite de commande d'un terminal seront affichées ainsi :
commande à saisir
• Les options à cliquer, à sélectionner ou à choisir dans une interface utilisateur seront
affichées avec la police de caractères monospace.
Sélections de menu, actions de la souris et raccourcis clavier :
• Une séquence de sélection de menu sera affichée comme suit : Fichier → Ouvrir
• Dans la suite de ce document, nous supposerons que la souris est configurée pour les
droitiers. Les termes « cliquez » et « double-cliquez » renvoient à l'utilisation du bouton
gauche de la souris. Le terme « clic-droit » renvoit à l'utilisation du bouton droit de la
souris. Le terme « clic-molette » renvoit à l'utilisation du bouton central de la souris
qui s'obtient, selon le modèle de votre souris, par pression sur la molette centrale ou par
pression simultanée des boutons de droite et de gauche.
• Les raccourcis clavier seront présentés comme suit : Ctrl-N. Par convention, les touches
« Contrôle », « Majuscule » et « Alternative » seront respectivement abrégées en Ctrl,
Maj et Alt. En outre, cette représentation des raccourcis signifiera que la première
touche devra être maintenue tout en enfonçant la seconde.
vii
À propos de ce guide
3. Contribution et retour d'expérience
Ce guide est développé par l'équipe de la documentation d'Ubuntu
[https://wiki.ubuntu.com/DocumentationTeam]. Vous pouvez contribuer à ce document
en envoyant des idées ou des commentaires à la liste de diffusion de l'équipe de
documentation d'Ubuntu. Vous pourrez trouver des informations sur l'équipe, sa
liste de diffusion, ses projets etc. sur le site de l'équipe de documentation d'Ubuntu
[https://wiki.ubuntu.com/DocumentationTeam].
Si vous trouvez une anomalie dans ce document ou souhaitez faire une suggestion, vous
pouvez tout simplement envoyer un rapport de bogue au traqueur de bogues d'Ubuntu
[https://launchpad.net/products/ubuntu-doc/+bugs]. Votre aide est primordiale pour que
notre documentation soit un succès !
Mille mercis,
Votre équipe de documentation d'Ubuntu
viii
Chapitre 1. Prise en main
Ce chapitre présente l'univers d'Ubuntu et quelques concepts de base utiles à sa prise en
main.
9
Prise en main
1. À propos d'Ubuntu
Merci de l'intérêt que vous portez à Ubuntu 6.06 LTS - aussi appelée Dapper Drake.
Ubuntu est un système d'exploitation entièrement libre construit autour du noyau Linux.
La communauté d'Ubuntu adhère à l'idéal sous-tendu par la philosophie d'Ubuntu
[http://www.ubuntu.com/ubuntu/philosophy]: le logiciel doit être disponible gratuitement,
les outils doivent être utilisables dans la langue de l'utilisateur et ce, en dépit de tout
handicap, enfin l'utilisateur doit avoir la liberté de personnaliser et de modifier le logiciel à
sa guise. Pour toutes ces raisons:
• Ubuntu sera toujours gratuit et il n'y aura pas de coût supplémentaire pour une « version
entreprise » : nous offrons notre travail à tout le monde et avec les mêmes conditions de
gratuité.
• Afin de rendre Ubuntu utilisable par le maximum de personnes, Ubuntu inclut les
meilleures traductions et outils d'accessibilité que la communauté du logiciel libre puisse
offrir.
• Les versions d'Ubuntu sortent de façon régulière et planifiée: tous les six mois. Vous
pouvez utiliser la dernière version stable ou bien la version en cours de développement.
Chaque version est supportée au moins durant 18 mois.
• Ubuntu adhère entièrement aux principes de développement des logiciels libres ; nous
vous encourageons à utiliser les logiciels libres, à participer à leur amélioration et à leur
diffusion.
La communauté Ubuntu est constituée de développeurs, programmeurs, testeurs, rédacteurs
techniques, relecteurs, traducteurs et avant tout, de personnes qui utilisent Ubuntu chaque
jour. Nous vous invitons à rejoindre cette communauté et à y participer pour faire d'Ubuntu
le système d'exploitation que vous, votre famille, vos amis, et vos collègues aimeront
utiliser. Aidez-nous à traduire Ubuntu dans votre langue, essayez-le sur du matériel neuf et
inhabituel, améliorez l'expérience qu'en ont les autres utilisateurs avec vos trucs et astuces,
les questions fréquement posées, ou encore, aidez-nous à choisir la direction qu'Ubuntu
doit prendre en partageant votre retour d'expérience sur votre logiciel préféré.
Découvrez-en d'avantage sur le site web d'Ubuntu [http://www.ubuntu.com] (NdT:
communauté francophone [http://www.ubuntu-fr.org]).
1.1. À propos du nom
Ubuntu est une éthique sud-africaine mettant l'accent sur la réciprocité et les relations
entre les gens. Le mot vient des langues zulu et xhosa. Ubuntu (prononcez "ou-boun-tou")
est un concept africain traditionnel et est considéré comme l'un des principes fondateurs
de la nouvelle République d'Afrique du Sud. Elle est associée à l'idée d'une Renaissance
Africaine.
10
Prise en main
Une traduction grossière du principe sur lequel se base Ubuntu serait « humanité envers les
autres ». Une autre traduction pourrait être: « la croyance en une adhésion universelle au
partage qui relie toute l'humanité ».
« Une personne qui utilise Ubuntu est ouverte, disponible aux autres et
dévouée, elle ne perçoit pas comme une menace le fait que les autres
puissent êtres compétents et bons, elle puise son assurance dans le fait qu'il
ou elle se sait appartenir à un tout et est affecté(e) lorsque les autres sont
humiliés ou diminués, torturés ou opprimés. »
—(Archevêque Desmond Tutu)
En tant que plate-forme basée sur GNU/Linux, le système d'exploitation Ubuntu apporte
l'esprit d'Ubuntu au monde logiciel.
1.2. Logiciel libre
Le projet Ubuntu adhère entièrement aux principes de développement du logiciel libre ;
toute personne est encouragée à utiliser le logiciel libre, à l'améliorer et à le diffuser. Cela
signifie qu'Ubuntu est et restera toujours gratuit.
Cependant, cela signifie bien plus qu'être disponible à titre gracieux. La philosophie
du logiciel libre implique que les personnes doivent être libres d'utiliser le logiciel à
toutes fins « utiles à la société ». « Logiciel libre » ne signifie pas uniquement que vous
n'avez pas à payer pour l'obtenir, cela signifie aussi que vous pouvez utiliser le logiciel
comme bon vous semble : le code qui constitue le logiciel libre est librement disponible
au téléchargement, à la modification, à l'amélioration et à toute forme d'utilisation. Mis à
part le fait que le logiciel libre est souvent disponible gratuitement, cette liberté a aussi des
avantages techniques : lorsque les programmes sont développés, le travail des autres peut
être réutilisé et enrichi. Avec les logiciels propriétaires, cela n'est pas possible et lorsque
des programmes sont développés, on doit repartir de zéro. C'est pour cette raison que le
développement de logiciels libres est rapide, efficace et passionnant !
Vous trouverez plus d'informations au sujet de la philosophie du logiciel libre ici
[http://www.gnu.org/philosophy/].
1.3. La différence
Il y a de nombreux systèmes d'exploitation différents basés sur GNU/Linux : Debian, Suse,
Gentoo, RedHat et Mandriva en sont des exemples. Ubuntu est encore un autre concurrent
dans ce qui est déjà un monde hautement compétitif. Alors qu'est-ce qui rend Ubuntu si
différent ?
Basée sur Debian, l'une des distributions les plus reconnues, les plus technologiquement
avancées et des mieux supportées, Ubuntu vise à créer une distribution qui fournit un
système Linux à jour et cohérent pour les machines de bureau et les serveurs. Ubuntu inclut
11
Prise en main
de nombreux paquets rigoureusement choisis et issus de la distribution Debian, et conserve
aussi son puissant gestionnaire de paquets qui permet l'installation facile de programmes
et leur suppression de façon propre. Contrairement à la plupart des autres distributions
fournies avec de nombreux logiciels plus ou moins utiles, la liste des paquets d'Ubuntu est
réduite à un nombre d'applications de haute qualité.
En se focalisant sur la qualité, Ubuntu produit un environnement informatique robuste
et riche en fonctionnalités qui peut convenir aussi bien à une utilisation domestique que
commerciale. Le projet prend aussi tout le temps nécessaire pour pauffiner les détails et
est capable de sortir une nouvelle version contenant les derniers et les meilleurs logiciels
du moment une fois tous les 6 mois. Ubuntu est disponible sous différentes saveurs
pour les architectures i386 (386/486/Pentium(II/III/IV) et Athlon/Duron/Sempron),
AMD64 (Athlon64, Opteron et les nouveaux processeurs 64-bits d'Intel) et PowerPC
(iBook/Powerbook, G4 et G5).
1.4. Support à long terme
Toutes les versions d'Ubuntu sont supportées pendant au moins 18 mois (mises à jour
de sécurité notamment). Ubuntu 6.06 LTS est une version spécialement conçue pour les
entreprises, supportée pendant 3 ans pour les postes de travail et 5 ans pour les serveurs. Le
processus de développement d'Ubuntu 6.06 LTS a été légèrement plus long que d'habitude
afin de se concentrer sur un certain nombre de points :
• Assurance qualité ;
• Localisation ;
• Certification.
Par conséquent, il sera possible de compter sur Ubuntu 6.06 LTS pendant plus longtemps
que d'habitude. C'est pourquoi cette version d'Ubuntu est estampillée « LTS » pour «
Long-term support » (support à long terme).
1.5. Le bureau
L'environnement de bureau par défaut d'Ubuntu est Gnome [http://www.gnome.org/], un
gestionnaire de bureau et une plate-forme de développement phare du monde UNIX et
Linux.
KDE [http://www.kde.org/] est un des autres acteurs majeurs des bureaux du monde UNIX
et Linux. Le projet Kubuntu [http://www.kubuntu.org] offre aux utilisateurs d'Ubuntu une
alternative à l'environnement Gnome installé par défaut. Grâce aux efforts de l'équipe
Kubuntu, les utilisateurs d'Ubuntu ont à présent la possibilité d'installer et d'utiliser
facilement le bureau KDE sur leur système. Pour obtenir une installation fonctionnelle de
Kubuntu à partir d'une installation Ubuntu, installez le paquet kubuntu-desktop. Une fois
celui-ci installé, vous pouvez choisir entre l'environnement de bureau Gnome ou KDE.
12
Prise en main
1.6. Version et numéros de version
Le principe de numérotation des versions d'Ubuntu se base sur leur date de sortie. Le
numéro de version est constitué de l'année et du mois de sortie et n'est pas le reflet de la
version actuelle du logiciel. Notre première version (Warty Warthog) est sortie en octobre
2004, son numéro de version était donc 4.10. Cette version (Dapper Drake) est sortie en
juin 2006, son numéro de version est donc 6.06 LTS.
1.7. Support et assistance
Ubuntu est maintenue par une communauté qui croît rapidement. Le projet est
sponsorisé par Canonical Ltd. [http://www.canonical.com], une holding fondée par Mark
Shuttleworth. Canonical emploie le noyau dur des développeurs d'Ubuntu et propose des
services de support et de conseil pour Ubuntu.
Canonical Ltd. sponsorise aussi de nombreux autres projets de logiciels libres au
sujet desquels vous pouvez obtenir des informations sur le site web de Canonical
[http://www.canonical.com].
1.8. Qu'est-ce-que Linux ?
Le noyau Linux [http://www.kernel.org], prononcez « li-nuxe », est le cœur du
système d'exploitation Ubuntu. Un noyau est une composante importante d'un système
d'exploitation, il permet la communication entre le matériel et les logiciels.
Linux a été créé en 1991 par un étudiant finlandais nommé Linus Torvalds. À cette
époque, il ne fonctionnait que sur les architectures i386 et était essentiellement un clone
indépendant du noyau UNIX, conçu pour tirer parti de la nouvelle architecture i386.
De nos jours, grâce à un effort de développement considérable de personnes du monde
entier, Linux fonctionne sur presque n'importe quelle architecture moderne.
Le noyau Linux a gagné une importance aussi bien idéologique que technique. Il existe
une communauté entière de personnes qui croient aux idéaux du logiciel libre et mettent à
profit leur temps pour aider à rendre la technologie libre aussi bonne que possible.
Certains membres de cette communauté sont à l'origine d'initiatives telles qu'Ubuntu, les
comités de normalisation qui modèlent le développement de l'Internet, des organismes tels
que la Fondation Mozilla, qui a créé Mozilla Firefox, et d'innombrables projets de logiciels
dont vous avez certainement bénéficié par le passé.
L'esprit du libre, souvent attribué à Linux, influence les développeurs et les utilisateurs
de logiciels partout dans le monde et regroupe des communautés ayant des objectifs
communs.
13
Prise en main
1.9. Qu'est-ce-que GNU ?
Le projet GNU, prononcez « gnou », a été lancé en 1984 afin de développer un système
d'exploitation complet proche d'UNIX mais uniquement constitué de logiciels libres : le
système GNU. Des variantes du système d'exploitation GNU, qui utilisent le noyau Linux,
sont aujourd'hui très largement utilisées ; bien que ces systèmes soient souvent appelés par
erreur « Linux », ils devraient plutôt être nommés « GNU/Linux ».
Le projet GNU est étroitement lié à la philosophie du logiciel libre qui est omniprésente
dans les projets qui en découlent tel que celui d'Ubuntu. Le concept du logiciel libre est
exposé dans la rubrique Section 1.2, « Logiciel libre » [11]
.
14
Prise en main
2. Se procurer Ubuntu
Il existe de nombreuses façons de se procurer une copie d'Ubuntu, elles sont toutes décrites
sur la page de téléchargement [http://www.ubuntu.com/download] du site web d'Ubuntu.
La première méthode consiste à télécharger une image ISO depuis un serveur mirroir
proche de chez vous et à créer un CD afin d'installer Ubuntu. Deux types de CD sont
disponibles :
• CD de bureau - le CD de bureau vous permet d'essayer Ubuntu sans avoir à modifier
quoi que ce soit sur votre ordinateur tout en vous laissant la possibilité de l'installer de
façon permanente par la suite. C'est ce type de CD que la plupart des gens souhaitent
utiliser.
• CD d'installation en mode texte - le CD d'installation en mode texte vous permet
d'effectuer certaines installations spécialisées d'Ubuntu. Ce type de CD est destiné à des
situations telles que la création de systèmes pré-configurés OEM ou le paramétrage de
déploiements automatisés ; cela peut aussi être utilisé en tant que paquet source en vue
de mettre à jour de plus vieilles installations.
Si vous n'avez pas de graveur de CD ou que vous êtes limité en bande passante ou qu'elle
coûte trop cher, nous pouvons vous envoyer gracieusement des copies pressées du «
CD de bureau ». Demandez vos CDs via Shipit [http://shipit.ubuntu.com], le sytème de
distribution de CD d'Ubuntu.
La réception de CDs commandés peut prendre plusieurs semaines.
Vous pouvez également contacter une communauté Ubuntu locale (LoCoTeam) près
de chez vous. Il s'agit de groupes indépendants d'utilisateurs passionnés qui veulent
développer la communauté Ubuntu au plan local. La plupart de ces groupes ont des copies
gratuites d'Ubuntu et les distribuent librement. Une liste de ces groupes peut être trouvée
sur le wiki Ubuntu [https://wiki.ubuntu.com/LoCoTeamList].
Enfin, vous pouvez contacter un groupe d'utilisateurs de Linux (LUG) et leur demander
s'ils peuvent vous en faire une copie. Vous devrez probablement vous acquitter du coût du
CD (coût du support vierge) ainsi que des frais de port.
Si vous ne connaissez pas de LUG près de chez vous, vous pouvez consulter la liste des
groupes d'utilisateurs de Linux à travers le monde [http://lugww.counter.li.org/].
15
Prise en main
3. Les bases de Linux
Linux est inspiré du système d'exploitation Unix, apparu en 1969, couramment utilisé et en
constant développement depuis cette date. Beaucoup de conventions adoptées par Unix le
sont aussi par Linux et sont essentielles pour la compréhension des bases du système.
Unix était essentiellement conçu pour être utilisé en ligne de commande, et cet héritage se
ressent encore dans Linux. Ainsi, l'interface graphique avec ses fenêtres, ses icônes et ses
menus est construite au-dessus d'une interface en ligne de commande. De plus, cela signifie
que le système de fichiers de Linux est structuré pour être facilement gérable et accessible
en ligne de commande.
3.1. Répertoires et systèmes de fichiers
Les systèmes de fichiers Linux et Unix sont organisés selon une structure hiérarchique, en
forme d'arbre. Le niveau le plus élevé du système de fichier est /, encore appelé répertoire
(ou dossier) racine. Sous Unix ou Linux, tout est vu comme des fichiers - disques durs,
partitions, supports amovibles, etc. Cela signifie que tous les autres fichiers et répertoires
(y compris les autres disques et partitions) sont placés en-dessous du répertoire racine.
Par exemple, /home/jebediah/fromages.odt est le chemin absolu du fichier
fromages.odt qui se trouve dans le répertoire jebediah, lui-même situé dans le répertoire
home qui se trouve lui aussi dans le répertoire racine (/).
En-dessous du répertoire racine (/) se trouve un ensemble de répertoires système
importants et communs à la plupart des distributions Linux existantes. Ci-après sont listés
les répertoires trouvés habituellement en dessous du répertoire racine (/) :
• /bin - applications binaires importantes ;
• /boot - fichiers de configuration du boot (amorçage) ;
• /dev - fichiers de périphériques (devices) ;
• /etc - fichiers de configuration, scripts de démarrage, etc. ;
• /home - répertoires personnels (home) des utilisateurs ;
• /lib - bibliothèques (libraries) système ;
• /lost+found - fournit un système d'objets perdus+trouvés (lost+found) pour les fichiers
se trouvant dans le répertoire racine (/) ;
• /media - media montés (chargés) et éjectables commes des CDs, appareils photo
numériques, clés USB, etc. ;
• /mnt - systèmes de fichiers montés ;
• /opt - emplacement pour installer des applications optionnelles ;
• /proc - répertoire dynamique spécial qui tient à jour des informations sur l'état du
système, y compris les processus actifs ;
16
Prise en main
• /root - répertoire personnel du super-utilisateur (root), prononcez « slash-route » ;
• /sbin - binaires système importants ;
• /sys - fichiers système ;
• /tmp - fichiers temporaires ;
• /usr - applications et fichiers généralement accessibles à tous les utilisateurs (users) ;
• /var - fichiers variables tels que journaux et bases de données.
3.2. Droits d'accès
Tous les fichiers d'un système Linux sont liés à un système de gestion de droits
(permissions) qui autorisent ou empêchent d'autres personnes de les ouvrir, de les
modifier ou de les exécuter. Le super-utilisateur (encore appelé administrateur ou «
root ») a la possibilité d'accéder à tous les fichiers du système. Chaque fichier a des
restrictions d'accès, des restrictions par rapport aux utilisateurs et est associé à un couple
propriétaire/groupe.
Tous les fichiers sont sécurisés par les trois jeux de permissions suivants, par ordre
d'importance :
• Utilisateur
S'applique à l'utilisateur propriétaire du fichier.
• Groupe
S'applique au groupe associé au fichier.
• Autres
S'applique à tous les autres utilisateurs.
Les permissions d'accès réelles figurent dans chacun de ces trois jeux de permissions. Les
permissions, ainsi que leurs différences d'application selon qu'il s'agit d'un fichier ou d'un
répertoire, sont précisées ci-dessous :
• Lecture
Les fichiers peuvent être affichés/ouverts ;
Le contenu du répertoire peut être affiché.
• Écriture
Les fichiers peuvent être modifiés ou supprimés ;
Le contenu du répertoire peut être modifié.
• Exécution
17
Prise en main
Les fichiers exécutables peuvent être lancés en tant que programme ;
Il est possible de parcourir les répertoires.
Pour voir et éditer les permissions des fichiers et des répertoires, ouvrez Raccourcis →
Dossier personnel et cliquez avec le bouton droit sur un fichier ou un répertoire. Choisissez
ensuite Propriétés. Les permissions sont visibles dans l'onglet Permissions et vous pouvez
toutes les modifier à cet endroit si vous êtes le propriétaire du fichier.
Pour en savoir plus sur les permissions dans Linux, lisez la page sur les permissions
[https://wiki.ubuntu.com/FilePermissions] du wiki d'Ubuntu.
3.3. Super-utilisateur et sudo
Le super-utilisateur dans GNU/Linux est l'utilisateur qui a les droits d'administration
du système. Les utilisateurs normaux n'y ont pas accès pour des raisons de sécurité.
Cependant, Ubuntu désactive par défaut le compte root. À la place, les droits
d'administration sont accordés à des utilisateurs donnés, qui peuvent utiliser « sudo »
pour administrer le système. Le premier compte créé aura accès par défaut à sudo. Vous
pouvez restreindre ou activer l'accès des utilisateurs à sudo avec l'application Utilisateurs et
groupes (voir Section 3.6, « Utilisateurs et groupes » [21]
pour plus d'informations).
Au moment de lancer une application nécessitant les droits d'administrateur, sudo vous
demandera de donner le mot de passe de votre compte utilisateur. Cela permet de s'assurer
que des applications malicieuses n'endommageront pas votre système. Ceci sert également
à vous rappeler que vous allez réaliser des actions d'administration qui doivent requérir
toute votre attention !
Pour utiliser sudo en ligne de commande, il suffit de saisir « sudo » suivi de la commande
que vous désirez lancer. Sudo vous demandera votre mot de passe.
Sudo se rappelera de votre mot de passe durant un certain laps de temps. Ceci a été mis
en place afin de pouvoir effectuer des opérations successives sans avoir à taper le mot de
passe à chaque fois.
Faites attention lorsque vous effectuez des tâches administratives, vous pourriez
endommager le système !
Quelques autres astuces concernant l'utilisation de sudo :
• Pour utiliser un terminal « root » (« super-utilisateur »), saisissez « sudo -i » à l'invite de
commande ;
• Tous les outils de configuration graphiques de base d'Ubuntu utilisent déjà sudo et vous
demanderont votre mot de passe lorsque ce sera nécessaire ;
18
Prise en main
• Pour plus d'information sur le programme sudo et l'absence d'un utilisateur root dans
Ubuntu, lisez la page sudo [http://doc.ubuntu-fr.org/applications/sudo] sur le wiki
francophone d'Ubuntu.
3.4. Terminaux
Travailler en ligne de commande n'est pas aussi effrayant qu'on pourrait le penser.
Il n'y a pas de connaissance particulière exigée pour savoir comment utiliser la ligne
de commande, c'est un programme comme un autre. La plupart des opérations sous
Linux peuvent être effectuées en ligne de commande, et même s'il existe des interfaces
graphiques pour de nombreux programmes, celles-ci ne permettent pas toujours de tout
faire. C'est là que la ligne de commande devient utile.
Le terminal est souvent appelé invite de commande ou shell. Par le passé, c'était par ce
moyen que l'utilisateur agissait sur l'ordinateur ; les utilisateurs de Linux ont découvert
qu'il était parfois plus rapide d'utiliser le shell qu'une interface graphique, et le terminal
garde donc ses partisans aujourd'hui. Vous allez maintenant apprendre à utiliser le
terminal.
L'utilisation première du terminal était la navigation dans le système de fichiers, et
c'est toujours une utilisation fréquente lorsque l'environnement graphique est défaillant.
Vous pouvez utiliser le terminal comme un navigateur de fichiers et pour annuler des
modifications.
3.4.1. Lancement du Terminal
Pour lancer le Terminal, choisissez Applications → Accessoires → Terminal.
3.4.2. Commandes les plus utilisées
Afficher le contenu des répertoires : ls
La commande ls liste les fichiers avec du texte mis en forme en différentes couleurs.
Créer des répertoires: mkdir (nom du répertoire)
La commande mkdir permet de créer un répertoire (make directory en anglais).
Changer de répertoire : cd (/répertoire/emplacement)
La commande cd permet de passer du répertoire courant au répertoire que vous
spécifiez (change directory).
Copier des fichiers/répertoires : cp (nom de fichier ou de répertoire) (vers un nom de
fichier ou un répertoire)
La commande cp va copier tous les fichiers spécifiés. La commande cp -r va copier
tous les répertoires spécifiés.
Supprimer des fichiers/répertoires : rm (nom de fichier ou de répertoire)
La commande rm supprime (remove) tout fichier spécifié. La commande rm -rf
supprime tout répertoire spécifié.
19
Prise en main
Renommer des fichiers/répertoires : mv (nom de fichier ou répertoire)
La commande mv renomme ou déplace (move) tout fichier ou répertoire spécifié.
Trouver des fichiers/répertoires : locate (nom de fichier ou de répertoire)
La commande locate recherche dans l'ordinateur tout nom de fichier spécifié.
Elle utilise un index des fichiers présents sur l'ordinateur pour accélerer son
fonctionnement. Pour mettre à jour cet index, exécutez la commande updatedb. Cette
commande s'exécute automatiquement chaque jour si l'ordinateur reste allumé. Elle
doit être exécutée avec des droits d'administrateur (voir Section 3.3, « Super-utilisateur
et sudo » [18]
).
Il est également possible d'utiliser des caractères joker pour trouver un ou plusieurs
fichiers, comme « * » (tous fichiers) ou « ? » (pour trouver un caractère).
Pour une introduction plus approfondie à la ligne de commande
sous Linux, lisez l'introduction à la ligne de commande
[http://doc.ubuntu-fr.org/console/ligne_de_commande] sur le wiki d'Ubuntu.
3.4.3. Basculer en mode console
La méthode classique pour accéder à la ligne de commande sous Ubuntu est de lancer un
terminal (voir Section 3.4.1, « Lancement du Terminal » [19]
ci-dessus). Cependant, il
est parfois utile de basculer vers une véritable console :
1.
Utilisez le raccourci clavier Ctrl-Alt-F1 pour basculer sur la première console ;
2.
Pour revenir au mode bureau, utilisez le raccourci clavier Ctrl-Alt-F7.
Six consoles sont disponibles. Chacune d'elles est accessible par les raccourcis
clavier Ctrl-Alt-F1 à Ctrl-Alt-F6.
3.4.4. Désactiver le bip en mode terminal
1.
Démarrez une session terminal, selectionnez Applications → Accessoires → Terminal
depuis la barre de menus du bureau.
2.
Édition → Profil courant…. Choisir l'onglet Général. Décocher la case « Bip » du
terminal.
3.5. Édition de texte
Sous Linux, tout ce qui est relatif à la configuration et aux réglages est stocké dans des
fichiers texte. Même si la plupart du temps vous pouvez modifier la configuration au
moyen d'une interface graphique, vous pouvez occasionnellement être amenés à les éditer à
la main. Gedit est l'éditeur de fichiers texte par défaut sous Ubuntu, vous pouvez le lancer
en cliquant à partir de la barre de menus du bureau sur Applications → Accessoires →
Éditeur de texte.
20
Prise en main
Au fil de la lecture de ce guide vous verrez parfois que Gedit est lancé en ligne
de commande en utilisant gksudo, ceci a pour effet de lancer Gedit avec les droits
d'administrateur en vue de modifier des fichiers de configuration.
Si vous avez besoin d'un éditeur de texte en ligne de commande, vous pouvez vous servir
de nano qui est simple à utiliser. Lorsque vous le lancez en ligne de commande, utilisez
systématiquement la commande suivante pour être sûr que l'éditeur n'introduise pas de
sauts de ligne :
nano -w
Pour plus d'informations concernant l'utilisation de nano, référez-vous au guide sur le wiki
[http://doc.ubuntu-fr.org/applications/nano].
Différents éditeurs sont disponibles en mode terminal sous Ubuntu. Les plus populaires
sont notamment VIM et Emacs (les avantages et inconvénients de chacun sont une source
de nombreux débats amicaux au sein de la communauté Linux). Ils sont en général plus
difficiles à utiliser que nano, mais sont également plus puissants.
3.6. Utilisateurs et groupes
Pour ajouter des utilisateurs ou des groupes à votre système, vous pouvez utiliser
l'application Utilisateurs et groupes qui se trouve dans Système → Administration →
Utilisateurs et groupes.
Pour ajouter un nouvel utilisateur, cliquez sur Ajouter un utilisateur…, saisissez les
informations dans les différents champs, puis cliquez sur Valider. Pour modifier les
propriétés d'un utilisateur donné, sélectionnez-le dans l'onglet Utilisateurs de la fenêtre
principale puis cliquez sur le bouton Propriétés.
Pour ajouter un nouveau groupe, sélectionnez l'onglet Groupes et cliquez sur Ajouter un
groupe…. Choisissez un nom pour le nouveau groupe et, si vous le souhaitez, changez la
valeur par défaut de l'ID Groupe. Si vous tentez d'attribuer un ID Groupe déjà utilisé, le
système vous en informera.
Vous pouvez ajouter des utilisateurs au groupe nouvellement créé en en sélectionnant un
depuis le menu de gauche puis en cliquant sur le bouton Ajouter. Enlever un utilisateur
d'un groupe est aussi simple que d'en ajouter un : sélectionnez-en un dans le menu de droite
et cliquez sur Enlever. Lorsque vous avez fini, cliquez sur Valider, et le nouveau groupe,
avec, le cas échéant, ses utilisateurs, sera créé.
Pour ajouter des utilisateurs ou des groupes à votre système, vous pouvez utiliser
l'application Utilisateurs et groupes qui se trouve dans Système → Administration →
Utilisateurs et groupes.
21
Prise en main
Pour supprimer un utilisateur ou un groupe du système, sélectionnez l'utilisateur ou le
groupe que vous désirez enlever et cliquez sur Supprimer.
22
Chapitre 2. Ajouter, retirer et mettre à
jour des applications
Ce chapitre explique de façon détaillée comment ajouter, retirer et mettre à jour des
applications sur un système Ubuntu.
23
Ajouter, retirer et mettre à jour des applications
1. Introduction
Pour ajouter ou enlever des applications dans Ubuntu, vous devez utiliser un gestionnaire
de paquets. Un gestionnaire de paquets est un outil qui rend l'installation et la
désinstallation d'applications très aisées en ne manipulant que des logiciels préalablement
préconfigurés dans des paquets optimisés pour Ubuntu. Nous aborderons dans ce chapitre
l'utilisation des gestionnaires de paquets suivants :
• Ajouter/enlever des applications - c'est la façon la plus simple qui soit de gérer ses
programmes ;
• Synaptic - c'est une interface graphique qui fournit des outils avancés de gestion de
programmes ;
• APT - c'est un très puissant gestionnaire de programmes en ligne de commande.
Vous pouvez être amenés à vouloir augmenter le nombre de programmes disponibles à
l'installation dans votre gestionnaire de paquets. Tous les programmes qui existent pour
Ubuntu ne le sont pas par défaut. Vous pouvez donc être amenés à ajouter des dépôts
supplémentaires afin de les rendre disponibles : ceci est aussi décrit dans ce chapitre.
Enfin, ce chapitre explique comment mettre à jour le système.
Il ne peut y avoir plusieurs gestionnaires de paquets à fonctionner en même
temps. Par exemple, si vous avez ouvert Ajouter/enlever des applications et
que vous essayez de lancer le gestionnaire de mises à jour, vous obtiendrez
une erreur. Fermez l'application en cours de fonctionnement avant de lancer la
nouvelle.
24
Ajouter, retirer et mettre à jour des applications
2. Ajouter/enlever des applications
Ajouter/enlever des applications est une manière simple et graphique d'installer ou de
supprimer des applications dans Ubuntu. Pour lancer Ajouter/enlever des applications,
cliquez sur Applications → Ajouter/enlever… à partir de la barre de menus du bureau.
Le lancement de Ajouter/enlever des applications requiert les droits
d'administrateur (voir Section 3.3, « Super-utilisateur et sudo » [18]).
Pour installer de nouvelles applications, sélectionnez la catégorie sur la gauche, puis
cochez à droite la case correspondante à l'application que vous souhaitez installer. Cliquez
ensuite sur Appliquer et les programmes sélectionnés seront automatiquement téléchargés
et installés, ainsi que les éventuelles applications supplémentaires requises pour leur
fonctionnement.
Si vous connaissez le nom du programme, vous pouvez aussi utiliser la fonction Recherche
en haut à droite de la fenêtre.
Si vous n'avez pas activé l'archive en ligne des paquets, vous pouvez être amenés
à insérer votre CD-ROM d'Ubuntu pour l'installation de certains d'entre eux.
Certaines applications et paquets ne peuvent être installés en utilisant Ajouter/enlever
des applications. Si vous n'êtes pas en mesure de trouver le paquet que vous recherchez,
cliquez sur le bouton Avancé afin de lancer le gestionnaire de paquet Synaptic (voir
ci-après).
25
Ajouter, retirer et mettre à jour des applications
3. Gestionnaire de paquets Synaptic
Synaptic est une application avancée de gestion de paquets qui permet d'installer ou de
supprimer n'importe quel paquet de votre système. L'interface est graphique, comme
pour Ajouter/enlever des applications, mais l'information à disposition de l'utilisateur est
beaucoup plus riche dans le sens où Synaptic apporte un contrôle complet sur la gestion
des paquets du système.
Le lancement de Synaptic nécessite les droits d'administrateur (voir Section 3.3,
« Super-utilisateur et sudo » [18]).
Pour lancer Synaptic, choisissez Système → Administration → Gestionnaire de paquets
Synaptic à partir de la barre de menus du bureau.
L'écran de Synaptic est divisé en 4 parties, les deux plus importantes étant les catégories de
paquets à gauche, et à droite, les paquets.
Pour installer des paquets, il suffit de choisir une catégorie, de trouver le nom du paquet
dans la liste, de cliquer-droit dessus et de choisir Sélectionner pour installation. Lorsque
vous avez terminé vos sélections, cliquez sur Appliquer dans la barre d'outils du haut.
Synaptic va ensuite télécharger et installer les paquets requis à partir des dépôts en ligne
et/ou du CD d'installation.
Il est aussi possible de cliquer sur le bouton Rechercher dans la barre d'outils, de saisir
le nom du paquet ou un mot-clef dans le champ de recherche et de cliquer sur le bouton
Rechercher.
Synaptic affichera alors une liste d'applications à installer bien plus concise. Cette méthode
est en principe plus simple que de parcourir soi-même une longue liste d'applications.
26
Ajouter, retirer et mettre à jour des applications
4. Gestion des paquets en ligne de commande
4.1. APT
APT (Advanced Packaging Tool) est un puissant système de gestion de paquets sur lequel
se basent les programmes graphiques décrits précédemment, comme Ajouter/enlever des
applications et Synaptic. APT gère automatiquement les dépendances et effectue d'autres
opérations sur les paquets du système pour permettre l'installation des paquets souhaités.
Le lancement d'APT exige les droits d'administrateur (voir Section 3.3,
« Super-utilisateur et sudo » [18]).
Voici quelques commandes courantes qui peuvent être utilisées avec APT :
• Installer des paquets :
sudo apt-get install nomdupaquet
• Retirer des paquets :
sudo apt-get remove nomdupaquet
• Recouvrer la nouvelle liste des paquets :
sudo apt-get update
• Mettre à jour le système avec les mises à jour disponibles :
sudo apt-get upgrade
• Lister des commandes et des options supplémentaires :
apt-get help
Pour obtenir des informations supplémentaires sur l'utilisation
d'APT, lisez le manuel détaillé d'APT pour l'utilisateur de Debian
[http://www.debian.org/doc/user-manuals#apt-howto].
27
Ajouter, retirer et mettre à jour des applications
5. Installation d'un seul paquet
La méthode à privilégier pour installer des programmes est l'utilisation des gestionnaires
de paquets décrits dans ce chapitre. Cependant, et même si les archives de paquets Ubuntu
sont très bien fournis, il peut arriver que vous deviez installer un paquet qui n'est pas
disponible dans les archives Ubuntu. Dans ce cas, il est aussi possible de télécharger et
d'installer des fichiers à partir de sites Web.
Il est important, avant de les installer, que vous vous assuriez que tous les fichiers
que vous téléchargez proviennent d'une source sûre.
Il existe plusieurs sortes de formats de paquets pour Linux. La plupart sont associés à un
gestionnaire de paquets spécifique à une distribution Linux. Par exemple, les fichiers de
paquets Debian (fichiers .deb), les fichiers Redhat Package Manager (fichiers .rpm) et les
archives (fichiers .tar).
Ce chapitre présente l'installation de ce type de fichiers.
Rien ne peut garantir que ces fichiers soient compatibles avec votre système
et vous ne bénéficierez pas des mises à jour de sécurité correspondantes si
vous installez ces fichiers. C'est pour cette raison que vous devez toujours
privilégier, pour autant qu'il existe, l'installation d'un paquet Ubuntu équivalent
par l'intermédiaire d'un gestionnaire de paquets.
5.1. Installation/désinstallation de fichiers .deb
Ces fichiers sont des paquets Debian. Les paquets de fichiers associés à Ubuntu
possèdent l'extension .deb en raison de leur similarité avec ceux de la distribution Debian
GNU/Linux. Il est nécessaire de disposer des droits d'administrateur pour installer un
fichier .deb (Voir Section 3.3, « Super-utilisateur et sudo » [18]).
1.
Pour installer un fichier .deb, il suffit de double-cliquer dessus et de sélectionner
Installer le paquet.
2.
Il est également possible d'installer un fichier .deb en ouvrant un terminal et en
saisissant :
sudo dpkg -i paquet.deb
3.
Pour désinstaller un fichier .deb, il suffit de le désélectionner dans le gestionnaire de
paquets, ou de saisir :
sudo dpkg -r nom_du_paquet
5.2. Convertir des fichiers .rpm au format de fichiers .deb
Les fichiers Red Hat Package Manager (extension .rpm) sont un autre type de paquets. Il
n'est pas recommandé de les installer sur un système Ubuntu. On trouve presque toujours
28
Ajouter, retirer et mettre à jour des applications
un paquet .deb équivalent pour Ubuntu. Cependant, dans le cas où ce serait absolument
indispensable, un fichier .rpm peut être converti en un fichier .deb à l'aide du programme
alien.
1.
Installez l'application alien (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des
applications [23]).
2.
Saisissez la commande suivante dans un terminal, avec les droits d'administrateur :
sudo alien fichier_paquet.rpm
5.3. Installer des archives
Les fichiers qui ont pour extension .tar.gz ou .tar.bz2 sont des fichiers empaquetés, connus
sous le nom d'archives (ou tarballs) et sont très largement utilisés sous Linux et Unix.
S'il n'existe aucun paquet Ubuntu correspondant dans aucun dépôt Ubuntu, il est possible
d'utiliser la ligne de commande pour installer ou désinstaller le fichier archive en suivant
les instructions accompagnant le paquet.
Les archives contiennent souvent le code source du programme, et doivent être compilées
pour être utilisables. Pour ce faire, il est généralement nécessaire de disposer de logiciels
supplémentaires. (voir Section 8.1, « Compilateurs de base » [52]
).
29
Ajouter, retirer et mettre à jour des applications
6. Dépôts supplémentaires
6.1. Qu'entend-on par dépôts ?
Des milliers de programmes peuvent être installés sur Ubuntu. Ces programmes sont
stockés dans des archives logicielles appelées dépôts et sont librement disponibles depuis
Internet. Ceci rend leur installation sous Linux vraiment simple et sécurisée, car chaque
programme que vous installez est spécialement compilé pour Ubuntu et vérifié avant d'être
installé. Afin d'organiser la distribution, les dépôts d'Ubuntu sont classés en quatre groupes
: Main, Restricted, Universe et Multiverse.
La méthode utilisée pour déterminer à quelle catégorie de dépôts le logiciel appartient
prend en compte deux aspects :
• Le niveau de support offert par les équipes de développement de logiciels pour un
programme ;
• Le niveau de conformité du programme à la philosophie du logiciel libre
[http://www.ubuntu-fr.org/ubuntu/philosophie.html].
Vous trouverez davantage d'informations sur les dépôts disponibles sur le site d'Ubuntu
[http://www.ubuntu.com/ubuntu/components].
Le CD d'installation standard d'Ubuntu contient certains logiciels des catégories Main
et Restricted. Dès que le système connaît l'emplacement de tous ces dépôts sur Internet,
beaucoup plus de logiciels peuvent être installés. À l'aide du gestionnaire de paquets
installé sur votre système, vous pouvez rechercher, installer et mettre à jour toutes sortes de
logiciels directement par Internet, sans avoir besoin d'insérer le CD.
6.2. Ajout de dépôts supplémentaires
Pour avoir accès aux dépôts supplémentaires :
1.
Ouvrez Système → Administration → Préférences du logiciel.
2.
Sélectionnez Ajouter.
3.
Pour activer le dépôt Universe, cochez la case Maintenu par la communauté
(Universe).
L'ajout de ce dépôt implique que la majorité de l'univers des logiciels
libres seront disponibles à l'installation sur votre système. Ces logiciels
sont supportés par un groupe de volontaires soigneusement sélectionnés
dans la communauté Ubuntu, mais ils ne sont pas supportés par l'équipe
de développement de base d'Ubuntu et les mises à jour de sécurité
correspondantes ne sont pas toujours appliquées.
4.
Pour activer le dépôt Multiverse, cochez la case Non-libre (Multiverse).
30
Ajouter, retirer et mettre à jour des applications
L'ajout de ce dépôt implique que des logiciels qui ont été identifiés comme
non-libres pourront être installés sur votre système. Ces logiciels peuvent
être interdits par certaines législations. Vous devriez vérifier, avant toute
installation d'un logiciel de ce dépôt, que les lois de votre pays vous
permettent de l'utiliser. Encore une fois, les mises à jour de sécurité de ces
logiciels ne sont pas toujours disponibles.
5.
Cliquez sur sur le bouton Fermer pour sauvegarder et quitter.
6.
Pour appliquer les changements, sélectionner Recharger.
31
Ajouter, retirer et mettre à jour des applications
7. Mises à jour
Les développeurs d'Ubuntu publient de temps en temps des mises à jour pour les
applications et le système Ubuntu (nouvelles fonctionnalités, sécurité accrue).
Lorsque ces mises à jour sont disponibles, Ubuntu vous prévient par l'apparition d'une
boîte de dialogue et d'une icône dans la zone de notification. Pour mettre à jour le système,
cliquez sur l'icône, entrez le mot de passe et cliquez sur Valider.
Le gestionnaire de mises à jour affiche la liste des mises à jour disponibles : pour les
télécharger et les installer cliquez sur Installer les mises à jour. Ubuntu télécharge alors les
mises à jour depuis Internet et les installe.
Une fois que le gestionnaire de mises à jour a terminé la mise à jour du système, fermez la
boîte de dialogue, puis fermez le gestionnaire de mises à jour.
Après une mise à jour importante, il peut être nécessaire de redémarrer votre
ordinateur. Dans ce cas, Ubuntu vous en informera par une boîte de dialgogue et
par une icône dans la zone de notification.
32
Chapitre 3. Tâches courantes
Ce chapitre contient des informations relatives aux tâches courantes.
33
Tâches courantes
1. Musique
1.1. Jouer et extraire des CDs audio
Lorsque vous insérer un CD audio, le lecteur/extracteur de CD Sound Juicer se
lance automatiquement. Pour lire le CD, cliquez sur le bouton Lecture ou utilisez la
combinaison de touches Ctrl-P. Pour lire une piste donnée, double-cliquez sur la piste ou
sélectionnez-la et cliquez sur Lecture.
Pour extraire votre CD audio, assurez-vous que les pistes que vous souhaitez extraire soient
bien toutes sélectionnées, cliquez alors sur le bouton Extraire ou utilisez la combinaison de
touches Ctrl-Entrée.
Si vous êtes connecté à Internet, Sound Juicer récupérera les données
relatives au CD (artiste, titre de l'album et des pistes) depuis MusicBrainz.org
[http://musicbrainz.org] qui est une base de données maintenue par la
communauté et qui contient des données sur plus de 360 000 albums.
Pour lancer Sound Juicer manuellement, choisissez Applications → Son et vidéo →
Extracteur de CD audio Sound Juicer.
La fenêtre des préférences vous permet de choisir l'emplacement où les fichiers audio
extraits seront enregistrés, le nom et le format de nom des fichiers extraits ainsi que le
codec à utiliser. Dans la fenêtre principale, sélectionnez Édition → Préférences.
Sound Juicer peut extraire les fichiers audio aux formats suivants :
• Ogg Vorbis - Ogg Vorbis est un format de compression audio avec pertes, non breveté
et qui produit généralement des fichiers musicaux d'une meilleure qualité et mieux
compressés que le MP3. Voir le site de Vorbis [http://www.vorbis.com/faq/] pour plus
d'informations.
• FLAC - FLAC est le codec audio libre sans perte (Free Lossless Audio Codec). Il
peut compresser les fichiers audio jusqu'à 50% sans perte d'information dans le flux
audio. Pour plus d'informations, voir la page de FLAC [http://flac.sourceforge.net/] sur
sourceforge.net.
• WAV - Utilisez le format WAV pour enregistrer de la voix. Sound Juicer utilise ce
format pour les fichiers audio mono de faible qualité.
Vous pouvez également extraire vos CDs audio au format propriétaire MP3. Des
instructions à ce sujet sont disponibles dans l'aide de Sound Juicer. Sélectionnez Aide →
Sommaire et lisez le chapitre appelé Préférences.
34
Tâches courantes
1.2. Gravure de CDs
À l'insertion d'un CD vierge dans le lecteur, Ubuntu vous demandera si vous préférez
graver un CD audio ou bien un CD de données. En cliquant sur Graver un CD audio,
vous lancerez l'application Serpentine. Pour ajouter de la musique à votre CD audio, vous
pouvez indifféremment glisser de la musique depuis votre navigateur de fichiers ou utiliser
le bouton Ajouter. Vous devrez de plus sélectionner la taille de votre CD (21, 74, 80 ou 90
minutes). Serpentine vous avertira si jamais vous dépassez la limite fixée.
Pour réaliser un CD de photos ou de données, cliquez sur Graver un CD de données.
Ubuntu ouvrira alors une fenêtre de création de CD/DVD. Le Créateur de CD fait partie
intégrante du navigateur de fichiers et il permet d'ajouter n'importe quel fichier ou dossier
à condition que vous ayez les droits d'accès nécessaires. Lorsque vous êtes prêt à graver
le CD, cliquez sur Graver sur le disque. Ubuntu vous demandera alors de sélectionner le
lecteur contenant le CD vierge et vous donnera l'opportunité de le nommer ainsi que de
choisir la vitesse d'écriture. Enfin, cliquez sur Écrire afin de créer le nouveau CD de photos
ou de données.
1.3. Lire et organiser des fichiers musicaux
Afin de lire et d'organiser votre musique, Ubuntu est livrée avec le lecteur audio
Rhythmbox qui a une interface et une ergonomie tout à fait similaire au logiciel iTunes.
Lors de la première exécution de Rhythmbox, celui-ci analysera votre dossier personnel à
la recherche de tous vos fichiers musicaux dont le format est supporté, et les ajoutera à la
base de données. Pour démarrer Rhythmbox, choisissez Applications → Son et vidéo →
Lecteur de musique Rhythmbox
Ubuntu ne peut pas directement supporter le format MP3 puisqu'il est breveté et
propriétaire. En revanche, Ubuntu gère dès l'installation le format Ogg Vorbis. Il s'agit
d'un format complètement gratuit, libre et qui n'est soumis à aucun brevet. Les fichiers Ogg
Vorbis sont aussi d'une qualité auditive bien meilleure que les fichiers MP3 de même taille
et sont supportés par la plupart des lecteurs de musique populaires (une liste de ces lecteurs
est disponible ici [http://wiki.xiph.org/index.php/PortablePlayers]).
Vous pouvez toujours lire vos vieux fichiers MP3 en installant le support
pour le MP3 (voir Section 3, « Codecs multimédia » [40]
). Les directives
relatives à d'autres formats, tels que Windows Media Audio (wma/wmv) et
autres formats brevetés contraignants, peuvent être trouvées sur le wiki d'Ubuntu
[http://wiki.ubuntu.com/RestrictedFormats].
L'éditeur de marqueurs ID3 Cowbell permet la modification des méta-données de vos MP3
et de d'autres fichiers musicaux. Pour lancer Cowbell, procédez comme suit :
1.
Installez le paquet cowbell depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer
et mettre à jour des applications [23]).
35
Tâches courantes
2.
Pour lancer Cowbell, choisissez Applications → Son et vidéo → Organisateur de
musique Cowbell.
1.4. Utiliser votre Ipod
Vous pouvez facilement jouer de la musique depuis votre Ipod avec le lecteur de musique
Rhythmbox. Branchez simplement votre Ipod sur l'ordinateur et ouvrez le lecteur de
musique Rhythmbox.
Pour transférer des fichiers musicaux depuis/vers un IPod, vous pouvez utiliser
l'application gtkpod :
1.
Installez le paquet gtkpod depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer
et mettre à jour des applications [23]).
2.
Pour lancer gtkpod, choisissez Applications → Son et video → gtkpod.
1.5. Montage audio
Audacity est un logiciel libre et gratuit qui permet l'enregistrement et le montage audio.
Pour utiliser Audacity :
1.
Installez le paquet audacity depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer
et mettre à jour des applications [23]).
2.
Pour lancer Audacity, sélectionnez Applications → Son et vidéo → Audacity.
3.
Pour obtenir de l'aide supplémentaire sur l'utilisation d'Audacity, veuillez consulter
l'aide de l'application en suivant Aide → Table des matières….
36
Tâches courantes
2. Vidéo
Pour lire des vidéos, Ubuntu est livré avec Totem, qui a une interface et une ergonomie
tout à fait similaire au logiciel Windows Media Player. Totem regroupe de nombreuses
fonctions parmi lesquelles les listes de lecture personnalisées, la lecture de DVD et bien
plus encore. Vous pouvez lancer Totem en cliquant sur : Applications → Son et vidéo →
Lecteur vidéo Totem depuis la barre de menus du bureau.
Pour lire des fichiers vidéo, Totem utilise le framework Gstreamer. Pour pouvoir
lire certains formats, vous aurez éventuellement besoin d'installer quelques codecs
supplémentaires (voir Section 3, « Codecs multimédia » [40]
).
Bien d'autres applications multimedia sont aussi disponibles, comme par exemple,
Mplayer, Xine et Totem-xine (qui utilise le framework Xine à la place de Gstreamer).
Certains utilisateurs gagneront à essayer d'autres lecteurs vidéos.
2.1. Lecture de DVD
Les lecteurs de films fournis avec Ubuntu ne peuvent lire que les DVDs qui ne sont pas
cryptés. Cependant, la plupart des DVDs commerciaux sont cryptés avec CSS (the Content
Scrambling System) et il est actuellement, pour des raisons légales, impossible d'inclure
le support pour ce type de DVDs dans Ubuntu. Cependant, il est tout à fait possible de
l'activer en procédant comme suit :
Le statut légal de cette bibliothèque n'est pas tout à fait clair. Dans certains
pays, il est possible que l'utilisation de cette bibliothèque pour lire ou copier des
DVDs ne soit pas autorisée par la loi. Vérifiez que vous êtes dans votre droit en
l'utilisant.
1.
Installez le paquet libdvdread3 (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des
applications [23]).
Vous aurez besoin d'utiliser le gestionnaire de paquets Synaptic pour
installer ce paquet.
2.
Pour rendre effectif le décryptage de DVDs, saisissez la ligne suivante dans une invite
de commande :
sudo /usr/share/doc/libdvdread3/examples/install-css.sh
3.
Afin de lire vos DVDs avec Totem, vous aurez besoin d'installer certains codecs
supplémentaires (see Section 3, « Codecs multimédia » [40]
).
4.
Cependant, le framework Gstreamer (utilisé par Totem) ne supporte ni les menus ni
les sous-titres durant la lecture de DVDs. C'est pour cette raison que vous pouvez
installer un autre lecteur de DVD, Xine, qui lui les supporte. Pour installer Xine,
37
Tâches courantes
installez le paquet gxine depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et
mettre à jour des applications [23]).
5.
Vous pouvez ensuite ouvrir gxine depuis le menu « Son et vidéo».
2.2. Sauvegarder les DVDs
Il est possible de sauvegarder vos DVDs dans des fichiers ou sur des DVDs+/-R avec
DVD::RIP. Pour installer DVD::RIP :
Avant de sauvegarder un DVD, vous devez vous assurer que vous en avez
légalement le droit.
1.
Installez les codecs multimédia (voir Section 3, « Codecs multimédia » [40]
).
2.
Activez la lecture de DVDs vidéo (voir Section 2.1, « Lecture de DVD » [37]
3.
Installez dvdrip et transcode depuis le dépôt Multiverse (voir Chapitre 2, Ajouter,
retirer et mettre à jour des applications [23]).
4.
Vous pouvez lancer le programme en invoquant la commande dvdrip (voir
Section 1.2, « Lancer un programme manuellement » [56]
). Si vous le
souhaitez vous pouvez ajouter une entrée dans le menu pour le programme dvdrip
(voir Section 1.1, « Édition des menus » [56]
). Nous vous recommandons
de l'ajouter dans le menu « Son et vidéo » et d'utiliser comme icône le fichier
/usr/share/perl5/Video/DVDRip/icon.xpm.
5.
Pour lancer dvd::rip, choisissez Applications → Son et vidéo → dvd::rip.
).
2.3. RealPlayer 10
1.
Installez le paquet libstdc++5 (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des
applications [23]).
Vous aurez besoin d'utiliser le gestionnaire de paquets Synaptic pour
installer ce paquet.
2.
Téléchargez le paquet Realplayer à cette adresse [ftp://ftp.nerim.net/debian-marillat/
pool/main/r/realplay/realplayer_10.0.6-0.0_i386.deb].
3.
Installez le paquet que vous venez de télécharger (voir Section 5.1,
« Installation/désinstallation de fichiers .deb » [28]).
4.
Pour lancer Real Player 10, choisissez Applications → Son et vidéo → RealPlayer 10.
2.4. Montage vidéo
Kino est un monteur vidéo avancé. Il fournit une excellente intégration avec la norme
IEEE-1394 (firewire) pour la capture, le contrôle VTR et l'enregistrement de caméra. Il
peut capturer des vidéos sur le disque dur dans les formats RAW DV et AVI, dans les
deux types d'encodage « type-1 DV » et « type-2 DV » (flux audio séparé). Pour plus
38
Tâches courantes
d'informations, consultez le site web de Kino [http://www.kinodv.org/article/static/2]. Pour
l'utiliser :
1.
Installez le paquet kino package (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des
applications [23]).
2.
Pour lancer Kino, choisissez Applications → Son et vidéo → Kino.
Vous pouvez aussi essayer le monteur vidéo PiTiVi en installant le paquet pitivi depuis le
dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des applications [23]).
PiTiVi est un monteur video pour le bureau Gnome. Pour être honnête, le développement
en est encore à ses débuts, mais cela vaut vraiment la peine de l'essayer.
39
Tâches courantes
3. Codecs multimédia
De nombreuses applications sous Ubuntu utilisent le framework multimedia GStreamer,
qui est libre. Les greffons de codecs pour GStreamer sont organisés en différents paquets
qui dépendent de la licence qui s'applique aux divers codecs. Vous pouvez voir quels
codecs sont contenus dans quel greffon en vous rendant sur le site web de GStreamer
[http://gstreamer.freedesktop.org/documentation/plugins.html].
D'autres applications, telles que Mplayer et Xine, n'utilise pas le framework
Gstreamer. À cause des brevets et des restrictictions dues au copyright, les
codecs pour ces programmes ne sont pas du tout inclus dans Ubuntu. Pour plus
d'informations à ce propos, lisez la page du wiki sur les formats soumis à des limitations
[https://wiki.ubuntu.com/RestrictedFormats].
3.1. Ajouter des codecs à Gstreamer
Pour installer des codecs supplémentaires à Gstreamer :
•
Installez les paquets suivants depuis les dépôts Universe et Multiverse (voir
Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des applications [23]) :
gstreamer0.10-plugins-ugly
gstreamer0.10-plugins-ugly-multiverse
gstreamer0.10-plugins-bad
gstreamer0.10-plugins-bad-multiverse
gstreamer0.10-ffmpeg
Vous allez avoir besoin du gestionnaire de paquets Synaptic pour installer
ces paquets
L'utilisation de certains de ces paquets peut ne pas être autorisée dans
certains pays : vous devriez vérifier que vous avez bien l'autorisation de les
utiliser avant de les installer.
40
Tâches courantes
4. Internet
4.1. Connexion à Internet
Pour se connecter à Internet, procédez comme suit :
1.
Si vous avez une connexion par modem ou ADSL, veuillez d'abord prendre
connaissance de ceci Section 3.5, « Modems » [69]
.
2.
Système → Administration → Réseau
3.
Sélectionnez l'onglet Connexions. Sélectionnez dans la liste l'interface de connexion
ethernet, puis cliquez sur le bouton Propriétés. Assurez-vous que la case Activer
cette connexion est bien cochée. Sélectionnez, depuis la liste déroulante de
Configuration, l'option appropriée entre DHCP/Adresse IP statique et cliquez
ensuite sur Valider.
4.
Dans l'onglet DNS, ajoutez ou supprimez les serveurs DNS dans la liste des Serveurs
DNS.
Pour activer ou désactiver les connexions réseau, procédez comme suit :
1.
Système → Administration → Réseau
2.
Sélectionnez Activer/Désactiver dans Réseau+Onglet Connexions+Connexion
Ethernet.
4.2. Parcourir le voisinage réseau
1.
Pour afficher le voisinage réseau, ouvrez :
Raccourcis → Serveurs réseaux
2.
Vous pourrez éventuellement être amenés à devoir saisir un nom d'utilisateur, un mot
de passe et un nom de domaine. Votre administrateur réseau devrait être en mesure de
vous fournir ces informations.
3.
Une liste des ressources réseau sera ensuite affichée.
4.3. Courriel
Le groupware Evolution peut prendre en charge tous vos besoins en terme de courriels,
listes de contacts, tâches et calendrier. Il peut aussi lire les nouvelles de Usenet et s'intégre
parfaitement avec l'horloge du tableau de bord de Gnome, vous donnant, en un seul clic,
accès à votre liste des tâches.
Evolution peut être lancé en cliquant sur Applications → Internet → Messagerie
d'Evolution à partir de la barre de menus du bureau.
Le client de messagerie Mozilla Thunderbird est lui aussi disponible et constitue une
très bonne alternative. Pour installer ce célèbre client de messagerie, installez le paquet
41
Tâches courantes
mozilla-thunderbird (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des applications
[23]).
Pour lancer Thunderbird, choisissez Applications → Internet → Thunderbird mail à partir
de la barre de menus du bureau.
4.4. Web
Le très puissant et sécurisé navigateur Internet Mozilla Firefox est inclus dans Ubuntu.
Parmi les fonctionnalités de Firefox, on peut noter la navigation par onglets, le bloquage
des pop-ups, plusieurs systèmes de recherche intégrés, les marques-pages dynamiques et
bien plus encore. Les greffons populaires tels que Java, Macromedia Flash et Real Player
sont également supportés. Firefox peut être lancé en cliquant sur Applications → Internet
→ Navigateur web Firefox à partir de la barre de menus du bureau.
4.4.1. Profiter en ligne de contenus audio et vidéo avec Firefox
Afin de profiter en ligne de flux audio et vidéo dans Firefox, vous devrez probablement
installer certains greffons. Le greffon à installer dépend du lecteur de contenu multimedia
que vous préférez (voir Section 2, « Vidéo » [37]).
1.
Pour le greffon de Totem Gstreamer (lecteur vidéo par défaut d'Ubuntu), installez
le paquet totem-gstreamer-firefox-plugin depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2,
Ajouter, retirer et mettre à jour des applications [23]).
2.
Pour le greffon de Totem Xine, installez le paquet totem-xine-firefox-plugin depuis
le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des applications
[23]).
3.
Pour le greffon Mplayer plugin, installez le paquet mozilla-mplayer depuis le dépôt
Multiverse (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des applications [23]).
4.
Les changements prendront effet lorsque vous aurez fermé puis relancé Firefox.
Les étapes qui suivent permettront d'installer les greffons pour Firefox.
Cependant, pour lire certains formats, vous pourrez avoir besoin d'ajouter certains
codecs supplémentaires (voir Section 3, « Codecs multimédia » [40]).
4.4.2. Macromedia Flash pour Firefox
Pour afficher des animations « flash » avec le navigateur Internet Mozilla Firefox :
1.
Installez le paquet flashplugin-nonfree depuis le dépôt Multiverse (voir Chapitre 2,
Ajouter, retirer et mettre à jour des applications [23]).
2.
Pour télécharger et installer le greffon, saisissez la commande suivante dans un
terminal :
sudo update-flashplugin
3.
Le greffon sera actif la prochaine fois que vous lancerez Firefox.
42
Tâches courantes
4.4.3. Greffon Java pour Mozilla Firefox
Certains sites Web ont besoin du greffon Java pour Mozilla Firefox. Pour installer ce
greffon, installer le paquet sun-java5-plugin (pour les machines i386) ou le paquet
j2re-1.4-mozilla-plugin (pour les machines amd64) à partir du dépôt Multiverse.
4.4.4. Système d'édition de pages web NVU
NVU est une application graphique de création de pages web WYSIWYG (What You See Is
What You Get) tout à fait semblable à Dreamweaver.
1.
Installez le paquet nvu depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et
mettre à jour des applications [23]).
2.
Pour lancer Nvu, choisissez Applications → Programmation → Nvu à partir de la
barre de menus du bureau.
4.4.5. Studio de développement web Bluefish
Bluefish est un puissant éditeur destiné aux créateurs de pages web ainsi qu'au
programmeurs. Bluefish supporte de nombreux langages de description et de
programmation, il inclut par ailleurs de nombreux utilitaires.
1.
Installez le paquet bluefish depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer
et mettre à jour des applications [23]).
2.
Pour lancer Bluefish, choisissez Applications → Programmation → Bluefish Editor.
4.5. Messagerie instantanée
4.5.1. Gaim
Gaim est le client de messagerie instantanée par défaut d'Ubuntu. Grâce à Gaim, vous
pouvez discuter avec des personnes utilisant AIM/ICQ, Gadu-Gadu, GroupWise, IRC,
Jabber, MSN, Napster et Yahoo. Son gros avantage est de n'avoir à utiliser qu'un seul client
au lieu de plusieurs. Cela vous permet d'avoir tous vos contacts dans une seule fenêtre et
de n'avoir qu'à cliquer sur un nom pour directement commencer à discuter. Pour lancer
Gaim, choisissez à partir de la barre de menus du bureau Applications → Internet → Gaim
Internet messenger.
4.5.2. XChat-GNOME
Xchat-GNOME est un client IRC (Internet Relay Chat) évolué, graphique et
multi-plateformes. Parmi ses fonctionnalités, on compte un support évolué des langages de
script perl et python ainsi qu'une interface épurée et simple à utiliser.
1.
Installez le paquet xchat-gnome depuis le dépôt Main (voir Chapitre 2, Ajouter,
retirer et mettre à jour des applications [23]).
43
Tâches courantes
2.
Pour lancer XChat-GNOME, choisissez Applications → Internet → Discussion IRC
Xchat-GNOME.
4.5.2.1. Rejoindre #ubuntu avec XChat-Gnome
Une excellente manière d'obtenir de l'aide à propos d'Ubuntu ou de vous familiariser avec
l'IRC est de rejoindre le canal officiel d'aide d'Ubuntu sur le réseau Freenode.
1.
Lancez XChat-Gnome comme indiqué ci-dessus.
2.
Lorsque vous lancez XChat-Gnome pour la première fois, il vous demandera de saisir
un surnom IRC ainsi que votre vrai nom. Mettez ce que vous voulez pour le surnom
(l'initiale de votre prénom et votre nom peuvent convenir ou bien quelque chose
de plus imaginatif), mettez votre vrai nom ou une partie de celui-ci, et cliquez sur
Validez.
3.
Dans la fenêtre des serveurs qui vient de s'ouvrir, sélectionnez Ubuntu Servers et
cliquez sur Connecter.
4.6. Peer To Peer (P2P)
4.6.1. BitTorrent
Le support de BitTorrent est inclus par défaut dans Ubuntu. Il vous suffit de trouver en
ligne un fichier BitTorrent (extension .torrent), de cliquer dessus dans Firefox, et le client
BitTorrent de Gnome démarrera automatiquement.
Vous pouvez aussi télécharger un fichier .torrent et double-cliquer dessus.
4.6.2. Client de partage de fichiers aMule
1.
Installez le paquet amule depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et
mettre à jour des applications [23]).
2.
Pour lancer aMule, sélectionnez Applications → Internet → aMule à partir de la barre
de menus du bureau.
4.7. Lecteurs de nouvelles
4.7.1. Lecteur de nouvelles Pan
1.
Installez le paquet pan (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des
applications [23]).
2.
Pour ouvrir le lecteur de nouvelles Pan, choisissez Applications → Internet → Lecteur
de nouvelles Pan.
4.7.2. Lecteur de nouvelles Liferea
1.
Installez le paquet liferea depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et
mettre à jour des applications [23]).
44
Tâches courantes
2.
Pour ouvrir le lecteur de flux Liferea, choisissez Applications → Internet → Liferea ,
lecteur de flux.
45
Tâches courantes
5. Bureautique
5.1. Introduction
Ubuntu est livré avec une suite bureautique complète pré-installée - OpenOffice.org. Le
succès du projet libre OpenOffice.org est l'un des plus grands dans le monde, il fournit un
très puissant traitement de texte, un tableur, un créateur de présentations, un gestionnaire
de base de données, et supporte la plupart des langues. La suite offre une excellente
compatibilité avec les autres grandes suites, telles que Microsoft Office.
Pour plus d'informations sur OpenOffice.org, consultez le site Internet francophone
d'OpenOffice.org [http://fr.openoffice.org].
Vous pouvez cependant avoir envie d'ajouter des programmes supplémentaires à votre
système. Ce chapitre offre un aperçu d'un certain nombre d'autres applications bureautiques
elles aussi très utiles.
5.2. Gnome Office
Le bureau Gnome offre sa propre suite bureautique. Ces programmes sont généralement
bien plus légers et rapides que ceux de la suite OpenOffice.org et ont par conséquent,
quelques fonctionnalités en moins. Mais cela peut tout à fait correspondre à ce que vous
recherchez. La suite offre une excellente compatibilité avec les autres grandes suites, telles
que Microsoft Office.
La suite bureautique Gnome inclut les logiciels suivants :
• Une application de traitement de texte (Abiword) ;
• Un tableur (Gnumeric) ;
• Un gestionnaire de base de données (GNOME-DB) ;
• Un éditeur de diagramme (Dia) ;
• Deux applications de manipulation de fichiers graphiques (Inkscape et The GIMP) ;
• Une application de gestion de projet (Planner).
Chacune de ces applications peuvent aussi être installées de façon séparée.
Pour installer la suite Gnome Office :
1.
Installez le paquet gnome-office depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter,
retirer et mettre à jour des applications [23]).
2.
Les applications d'Office peuvent être trouvées à partir de la barre de menus du
bureau en suivant Applications → Bureautique, et les applications graphiques peuvent
être trouvées en suivant Applications → Graphisme.
46
Tâches courantes
5.3. Gestionnaire de comptes GnuCash
GnuCash est un programme de gestion de comptabilité personnelle ou professionnelle.
Conçu pour être simple à utiliser, mais aussi puissant et souple, GnuCash vous permet
de suivre vos comptes bancaires, vos actions, vos revenus et vos dépenses. Aussi rapide
et intuitif à utiliser qu'un livre de comptes, il se base sur les principes comptables
professionnels pour garantir des journaux équilibrés et des rapports précis.
Pour plus d'informations sur GnuCash, consultez le site web de GnuCash
[http://www.gnucash.org/].
Pour utiliser GnuCash :
1.
Installez le paquet gnucash à partir du dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter,
retirer et mettre à jour des applications [23]).
2.
Vous pouvez ouvrir GnuCash en saisissant la commande gnucash (voir Section 1.2,
« Lancer un programme manuellement » [56]
). Si vous le souhaitez, vous pouvez
ajouter une entrée dans le menu pour le programme GnuCash (voir Section 1.1,
« Édition des menus » [56]
).
5.4. Programme de PAO Scribus
Scribus est un programme professionnel de publication assistée par ordinateur. Pour plus
d'informations à son sujet, consultez le site web de Scribus [http://www.scribus.net/].
1.
Installez le paquet scribus (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des
applications [23]).
2.
Pour ajouter des maquettes supplémentaires, installez le paquet scribus-template
depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des
applications [23]).
Vous aurez besoin d'utiliser le gestionnaire de paquets Synaptic pour
installer ce paquet.
3.
Pour lancer Scribus, choisissez Applications → Bureautique → Scribus.
47
Tâches courantes
6. Graphisme et dessin
Ubuntu possède quelques applications de graphisme et de dessin extrêmement puissantes et
de renommée mondiale.
6.1. Visionneuse d'images gThumb
gThumb est à la fois une visionneuse et un navigateur avancé d'images. gThumb possède
plusieurs fonctionnalités très utiles, telles que la navigation dans le système de fichiers,
le mode diaporama, les catalogues d'images, la création d'album photo pour le web,
l'importation depuis un appareil photo, la gravure d'images sur CD, l'automatisation
d'opérations sur les fichiers et des fonctionnalités de modification rapide d'images comme
la transformation et la manipulation des couleurs.
gThumb est inclus par défaut dans Ubuntu. Pour le lancer, choisissez Applications →
Graphisme → Visionneur d'images gThumb.
De très bons fichiers d'aide sur gThumb sont disponibles depuis Aide → Aide.
Pour une manipulation plus avancée d'images et de photos, voyez plutôt The GIMP
ci-dessous.
6.2. The GIMP (Gnu Image Manipulation Program)
The GIMP vous permet de dessiner, peindre, modifier des images et bien plus encore ! The
GIMP inclut aussi les fonctionnalités et les greffons d'autres programmes renommés de
modification et de traitement d'images.
The GIMP est installé par défaut sur Ubuntu et peut être lancé en choisissant Applications
→ Graphisme → GIMP Image Editor.
Vous pourrez trouver plus d'informations sur la page d'accueil de GIMP.
[http://www.gimp.org/]
6.3. Illustrateur vectoriel SVG Inkscape
Inkscape est un très puissant puissant éditeur de fichiers au format SVG (Scalable Vector
Graphics).
1.
Installez le paquet inkscape (voirChapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des
applications [23]).
2.
Pour lancer Inkscape, sélectionnez Applications → Graphisme → Illustrateur
vectoriel SVG Inkscape.
48
Tâches courantes
6.4. Blender modeleur 3D
Blender est une suite intégrée d'outils 3D de modélisation, d'animation, de rendu, de
post-production , de lecture et de création intéractive.
1.
Installez le paquet blender (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des
applications [23]).
2.
Pour lancer Blender choisissez Applications → Graphisme → Blender 3D modeller.
49
Tâches courantes
7. Jeux
Ubuntu est livré par défaut avec une large offre de jeux, au nombre desquels on trouve
Solitaire AisleRiot, Gnometris, et Mines.
Parcourez le menu « Jeux » d'Ubuntu en suivant Applications → Jeux.
7.1. Frozen-Bubble
Dans Frozen-Bubble vous devez essayer de faire éclater les groupes de bulles de même
couleur en tirant dessus.
1.
Installez le paquet frozen-bubble depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter,
retirer et mettre à jour des applications [23]).
2.
Pour lancer Frozen-Bubble, choisissez Applications → Jeux → Frozen-Bubble.
7.2. PlanetPenguin Racer
Tux, la mascote de Linux, descend une montagne recouverte de neige et de glace aussi vite
que possible, évitant les arbres et les rochers qui pourrait le ralentir.
Assurez-vous que vous avez installé les pilotes pour la prise en charge de
l'accélération matérielle 3D de votre carte video. Pour des informations
complémentaires, référez-vous à Section 3, « Matériel » [66]
.
1.
Installez le paquet planetpenguin-racer depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2,
Ajouter, retirer et mettre à jour des applications [23]).
2.
Pour lancer PlanetPenguin Racer, choisissez Applications → Jeux → Planet Penguin
Racer.
7.3. Scorched3D
Scorched3D est la nouvelle version 3D du jeu Scorched Earth, un duel d'artillerie.
Assurez-vous que vous avez installé les pilotes pour la prise en charge de
l'accélération matérielle 3D de votre carte video. Pour des informations
complémentaires, référez-vous à Section 3, « Matériel » [66]
.
1.
Installez le paquet scorched3d depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter,
retirer et mettre à jour des applications [23]).
2.
Pour lancer Scorched3D, choisissez Applications → Jeux → Scorched 3D.
7.4. Jeux pour Microsoft Windows
De nombreux jeux disponibles pour Windows peuvent tourner sous Linux grâce à des
émulateurs au nombre desquels ont peut par exemple citer Wine et Cedega.
50
Tâches courantes
1.
Pour plus d'informations sur Wine, référez-vous au wiki d'Ubuntu
[https://wiki.ubuntu.com/Wine].
2.
Pour plus d'informations sur Cedega, référez-vous au wiki d'Ubuntu
[https://wiki.ubuntu.com/Cedega].
51
Tâches courantes
8. Développement
8.1. Compilateurs de base
1.
Afin de pouvoir compiler des programmes, certains paquets additionnels sont
nécessaires. Ces derniers peuvent tous être installés en même temps en procédant
comme suit :
2.
Installez le paquet build-essential (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour
des applications [23]).
8.2. Java (1.5)
Les instructions suivantes ne concernent que les ordinateurs basés sur des
processeurs i386 et amd64. Pour les machines PowerPC, veuillez vous référer au
wiki d'Ubuntu [https://wiki.ubuntu.com/JavaPPC].
1.
Pour installer le Java Runtime Environment (pour lancer des programmes java),
intaller le paquet sun-java5-jre à partir du dépôt Multiverse (voir Section 6, « Dépôts
supplémentaires » [30]).
2.
Pour installer le Java Development Kit (pour compiler des programmes Java),
installer le paquet sun-java5-jdk à partir du dépôt Multiverse (voir Section 6, « Dépôts
supplémentaires » [30]).
3.
To choose which java installation you want to use, run:
sudo update-alternatives --config java
and pick the option which you prefer.
8.3. Outils de développement
Liste d'outils de développement libres utilisables sur Ubuntu, tels que des environnements
de développement intégrés (IDE) et des éditeurs puissants.
• Anjuta [http://anjuta.sourceforge.net/] est un environnement de développement intégré
(IDE) pour les langages C et C++ ;
• Bazaar-NG [http://www.bazaar-ng.org/] est un outil de contrôle de version décentralisé
utilisé pour le développement d'Ubuntu ;
• Bluefish [http://bluefish.openoffice.nl/index.html] est un éditeur puissant pour les
créateurs de pages web et les programmeurs expérimentés ;
• Eclipse [http://www.eclipse.org/] est un IDE pour Java et d'autres langages de
programmation. Des programmes propriétaires comme JBuilder se basent dessus ;
• Eric [http://www.die-offenbachs.de/detlev/eric3.html] est un environnement de
développement complet pour Python et Ruby ;
52
Tâches courantes
• Glade [http://glade.gnome.org/] est un créateur d'interface utilisateur pour construire des
applications Gnome ;
• IDLE [http://www.python.org/idle/] est l'IDE de Python construit avec la boîte à outils
graphiques Tkinter ;
• KDevelop [http://www.kdevelop.org/] est un IDE pour KDE qui supporte de nombreux
langages de programmation ;
• MonoDevelop [http://www.monodevelop.com/Main_Page] est un IDE pour écrire des
applications mono/.net en C# et d'autres langages ;
• NetBeans [http://www.netbeans.org/index.html] est un IDE Java qui offre le support de
CVS et un créateur de formulaires.
8.4. Documentation de programmation
Quelques ressources utiles pour programmer avec Ubuntu.
8.4.1. Dive into Python (Plongez au cœur de Python)
Dive into Python est un livre d'apprentissage de la programmation du langage préféré
d'Ubuntu, Python. Destiné aux programmeurs disposant d'une certaine expérience, il est
présent par défaut dans chaque système Ubuntu.
Vous pouvez consulter Dive into Python ici
[file:///usr/share/doc/diveintopython/html/toc/index.html] (ou encore la version française
[http://python.developpez.com/cours/DiveIntoPython/php/frdiveintopython/]).
8.4.2. Tutoriel PyGTK
Le tutoriel PyGTK est un didacticiel sur le développement avec la boîte à outils graphique
qui est fréquemment employée pour développer des applications Ubuntu. Il suppose une
connaissance préalable de Python, mais pas forcément de GTK.
1.
Installez le paquet python-gtk2-tutorial (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à
jour des applications [23]).
Vous aurez besoin d'utiliser le gestionnaire de paquets Synaptic pour
installer ce paquet.
2.
Pour accéder à la documentation, rendez-vous sur python-gtk-tutorial
[file:///usr/share/doc/python-gtk2-tutorial/html/index.html].
8.4.3. Autre documentation
Devhelp est une application qui permet de consulter la documentation que vous avez
installée et d'y effectuer des recherches.
1.
Installez le paquet devhelp (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des
applications [23]).
53
Tâches courantes
2.
Choisissez Applications → Programmation → Devhelp
54
Chapitre 4. Configuration de votre
système
Ce chapitre vous explique comment configurer votre système.
55
Configuration de votre système
1. Astuces pour le bureau
Cette partie donne des trucs et astuces pour utiliser et personnaliser l'environnement de
bureau d'Ubuntu (appelé Gnome) ainsi que le gestionnaire de fichiers (appelé Nautilus).
1.1. Édition des menus
Ubuntu fournit l'éditeur de menus Alacarte pour que vous puissiez personnaliser vos menus
et ajouter des entrées pour les applications qui ne sont pas automatiquement ajoutées après
leur installation.
Pour ajouter une nouvelle entrée aux menus :
1.
Ouvrez Alacarte en allant dans Applications → Accessoires → Éditeur de menu
Alacarte ou cliquez avec le bouton droit sur la barre du menu et choisissez Éditer les
menus.
2.
Dans le panneau gauche d'Alacarte, sélectionnez le sous-menu dans lequel le nouvel
élément sera affiché.
3.
Choisissez Fichier → Nouvelle entrée. Dans la fenêtre Nouvelle entrée, choisissez
un Nom, un Commentaire, une Commande et une Icône. La Commande correspond
habituellement au nom du paquet, le Nom à ce qui apparaîtra dans le menu et le
Commentaire à ce qui s'affichera dans la bulle d'aide qui apparaîtra près de l'entrée du
menu. Les Icônes proposées sont par défaut celles du répertoire /usr/share/pixmaps
mais vous pouvez utiliser n'importe quel autre fichier.
Pour changer l'ordre des éléments du menu, utilisez les flèches « monter » et « descendre »
à droite de la fenêtre d'Alacarte.
Pour cacher temporairement un élément du menu, utilisez la case à cocher à côté de chaque
élément. Cela n'efface pas l'élément, vous pourrez donc le réactiver plus tard en procédant
de la même façon.
1.2. Lancer un programme manuellement
Parfois, il peut être utile de démarrer un programme manuellement, par exemple lorsque ce
programme n'a pas d'entrée dans le menu. C'est facile à faire grâce à la fenêtre Lancer une
application.
Pour une application que vous allez utiliser souvent et qui n'a pas d'entrée dans le menu, il
est également très facile d'ajouter une entrée manuellement. (voir Section 1.1, « Édition des
menus » [56]
)
1.
Ouvrez la fenêtre Lancer une applications en saisissant : Alt-F2
2.
Saisissez le nom du programme que vous désirez lancer et appuyez sur la touche
Entrée.
56
Configuration de votre système
1.3. Lancer automatiquement des programmes lors du démarrage de Gnome
1.
Choisissez Système → Préférences → Sessions.
2.
Cliquez sur l'onglet Programmes au démarrage.
3.
Utilisez les boutons Ajouter, Éditer et Supprimer pour gérer les programmes à lancer
au démarrage. Quelques programmes seront automatiquement ajoutés à cette liste
quand vous les configurerez.
1.4. Authentification automatique à Gnome au démarrage de l'ordinateur
Il est possible de connecter automatiquement un utilisateur au démarrage de l'ordinateur.
La plupart du temps, ce n'est pas recommandé pour des questions de sécurité puisque cela
permettrait à d'autres personnes d'accéder à vos informations personnelles.
1.
Système → Administration → Fenêtre de connexion
2.
Sélectionnez l'onglet Sécurité. Vérifiez que la case de l'option Activer les connexions
automatiques est bien cochée.
3.
Choisissez l'utilisateur qui sera connecté automatiquement.
1.5. Changer le mode d'affichage dans Nautilus
Le gestionnaire de fichiers Nautilus permet d'intéragir avec votre système de fichiers de
deux façons différentes : le mode Spatial et le mode Navigateur.
• Dans le mode Navigateur, le gestionnaire de fichiers affiche une fenêtre de navigation
qui peut afficher n'importe quel emplacement. L'ouverture d'un dossier raffraîchit la
fenêtre courante pour montrer le contenu du nouveau dossier.
• Dans le mode Spatial, la fenêtre du gestionnaire de fichier représente un dossier donné.
L'ouverture d'un dossier ouvre une nouvelle fenêtre correspondante. À chaque fois que
vous ouvrirez un dossier donné, une fenêtre correspondante placée au même endroit sur
l'écran et ayant la même taille que lors de sa dernière ouverture, sera affichée (c'est ce
qui a donné son nom à ce mode).
Le mode Navigateur est le mode par défaut sous Ubuntu mais vous pouvez bien sûr avoir
envie de le changer :
1.
Dans Nautilus, choisissez Édition → Préférences.
2.
Cliquez sur l'onglet Comportement.
3.
Désélectionnez la case Toujours ouvrir dans des fenêtres de navigation.
4.
Fermez et ré-ouvrez Nautilus.
1.6. Afficher les fichiers et les dossiers cachés dans Nautilus
1.
Dans Nautilus, utilisez le raccourci Ctrl-H pour afficher ou masquer les dossiers et
fichiers cachés, ou sélectionnez Affichage → Afficher les fichiers cachés.
57
Configuration de votre système
2.
Pour afficher de manière permanente les fichiers et dossiers cachés, choisissez Édition
→ Préférences.
3.
Cliquez sur l'onglet Vues.
4.
Sélectionnez la case à cocher Afficher les fichiers cachés et de sauvegarde.
1.7. Ouvrir la barre d'emplacement dans Nautilus
La barre d'emplacement du navigateur de fichiers permet d'entrer une adresse.
Affichez/masquez-la grâce à : Aller à → Emplacement…. Vous pouvez aussi le faire grâce
au raccourci clavier Ctrl-L.
1.8. Accéder à des serveurs distants SSH, FTP et SFTP grâce à Nautilus
1.
Assurez-vous que la barre d'emplacement de Nautilus est bien affichée (voir
Section 1.7, « Ouvrir la barre d'emplacement dans Nautilus » [58]
).
2.
Dans la barre d'emplacement, saisissez ce qui suit :
Pour du SSH, la syntaxe est :
ssh://username@ssh.server.com
Pour du FTP, la syntaxe est :
ftp://username@ftp.server.com
Pour du SFTP, la syntaxe est :
sftp://username@sftp.server.com
Remplacez « username » par votre nom d'utilisateur et remplacez ce qui suit le
symbole « @ » par l'adresse du serveur auquel vous souhaitez accéder. Vous serez
invité à fournir votre mot de passe si nécessaire. S'il n'y a pas de nom d'utilisateur
(connexion anonyme), omettez le nom d'utilisateur ainsi que le symbole « @ ».
Si vous le souhaitez, vous pouvez spécifier votre mot de passe dès le début, pour ce
faire, modifier l'une des lignes précédentes de la façon suivante (exemple pour un
serveur ftp) :
ftp://username:password@ftp.server.com
3.
Afin d'accéder facilement à des servers distants grâce à Nautilus, vous pouvez ajouter
de façon permanente un favori à la liste des serveurs en sélectionnant Raccourcis
→ Se connecter à un serveur… et en saisissant les informations nécessaires à la
connexion au serveur distant.
58
Configuration de votre système
1.9. Modifier, pour un type de fichier donné, le programme utilisé par défaut
dans le menu contextuel « Ouvrir avec »
1.
Dans Nautilus, cliquez droit sur le fichier et choisissez Propriétés dans le menu qui
apparaît. La boîte de dialogue des Propriétés s'ouvre.
2.
Cliquez sur l'onglet Ouvrir avec. Une liste d'applications apparaît.
3.
Choississez l'application par défaut que vous désirez assigner à ce type de fichier. Si
l'application n'est pas présente dans la liste, utilisez le bouton Ajouter pour ajouter une
application à la liste.
1.10. Ouvrir des fichiers avec les droits d'administrateur depuis le gestionnaire
de fichiers
Afin de pouvoir ouvrir des fichiers avec les droits d'administrateur à partir du gestionnaire
de fichiers, vous devez ajouter un script Nautilus :
Notez que vous vous exposez à des risques au niveau de la sécurité en ouvrant
un fichier avec des droits d'administrateur. Vérifiez toujours que vous connaissez
bien le fichier que vous ouvrez.
1.
Créez un nouveau fichier et éditez-le dans le dossier approprié :
gedit $HOME/.gnome2/nautilus-scripts/Ouvrir\ en\ tant\ qu\'administrateur
2.
Ajoutez les lignes suivantes dans le nouveau fichier :
for uri in $NAUTILUS_SCRIPT_SELECTED_URIS; do
gksudo "gnome-open $uri" &
done
3.
Sauvegardez le fichier d'exemple [../sample/nautilus_open_as_administrator] que vous
venez de modifier.
4.
Rendez le fichier modifié exécutable :
chmod +x $HOME/.gnome2/nautilus-scripts/Ouvrir\ en\ tant\ qu\'administrateur
5.
Vous pouvez maintenant ouvrir des fichiers en tant que root en cliquant droit et en
sélectionnant Scripts → Ouvrir en tant qu'administrateur
1.11. Installer des polices de caractères supplémentaires
Cette section décrit l'installation de polices supplémentaires depuis les archives Ubuntu.
1.
Pour les polices de caractères internationales, installez les paquets suivants depuis
le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des applications
[23]) :
xfonts-intl-arabic
xfonts-intl-asian
59
Configuration de votre système
xfonts-intl-chinese
xfonts-intl-chinese-big
xfonts-intl-european
xfonts-intl-japanese
xfonts-intl-japanese-big
xfonts-intl-phonetic
2.
Pour les polices de caractères Microsoft TrueType, installez le paquet msttcorefonts
depuis le dépôt Multiverse (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des
applications [23]).
3.
Pour les polices de caractères Ghostscript, installez le paquet gsfonts-x11 (voir
Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des applications [23]).
4.
Après toute installation de nouvelle police de caractères, regénérez le fichier
d'information des polices de caractères en saisissant la commande suivante dans un
terminal :
sudo fc-cache -f -v
Si vous préférez télécharger une à une les polices de caractères, vous pouvez les installer
simplement et facilement en ouvrant un gestionnaire de fichiers et en saisissant fonts:///
dans la barre d'emplacement (voir Section 1.7, « Ouvrir la barre d'emplacement dans
Nautilus » [58]
). Vous pouvez alors simplement glisser et déposer la police de
caractères que vous venez de télécharger dans le groupe de polices de caractères existantes.
1.12. Archiveur RAR
1.
Installez le paquet rar depuis le dépôt Multiverse (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et
mettre à jour des applications [23]).
2.
Lancez :
sudo ln -fs /usr/bin/rar /usr/bin/unrar
3.
Pour ouvrir un fichier rar, double-cliquez dessus.
1.13. Applets pour une utilisation avancée du bureau
gDesklets est un outil qui permet d'afficher sur le bureau des mini-programmes (desklets),
comme les prévisions météo, les dernières nouvelles, des informations système ou encore
une interface pour contrôler la musique, en associant utilité et beauté visuelle.
1.
Installez les paquets gdesklets et gdesklets-data depuis le dépôt Universe (voir
Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des applications [23]).
2.
Sélectionnez Applications → Accessoires → gDesklets
3.
Pour plus d'informations, visitez le site Internet de gDesklets
[http://www.gdesklets.org/]
60
Configuration de votre système
1.14. Masquer les documents récents dans le menu Raccourcis
Pour masquer les Documents récents dans le menu Raccourcis, ouvrez un terminal et
saisissez la commande :
chmod 400 ~/.recently-used
Pour l'activer de nouveau, saisissez la commande :
chmod 600 ~/.recently-used
1.15. Faire apparaître les icônes « Poste de travail », « Dossier personnel » et «
Corbeille » sur le bureau de Gnome
1.
Ouvrez l'Éditeur de configuration en lançant le programme gconf-editor (voir
Section 1.2, « Lancer un programme manuellement » [56]
).
2.
Choisissez apps → nautilus → desktop.
3.
Cochez les cases en face de computer_icon_visible, home_icon_visible et de
trash_icon_visible. Les modifications sont immédiatement effectives.
1.16. Faire de Mozilla Thunderbird mon client de courriel préféré
1.
Sélectionnez Système → Préférences → Applications préférées
2.
Cliquez sur la liste déroulante Lecteur de courrier et sélectionnez l'option
Personnalisé.
3.
Dans la zone de texte Commande saisissez mozilla-thunderbird %s, puis fermez la
boîte de dialogue.
1.17. Redémarrer Gnome sans avoir à redémarrer l'ordinateur
1.
Enregistrez et fermez toutes les applications en cours.
2.
Utilisez le raccourci clavier Ctrl-Alt-Retour arrière pour redémarrer Gnome.
3.
Si Ctrl-Alt-Retour arrière est désactivé, saisissez
sudo /etc/init.d/gdm restart
(Voir Section 1.18, « Empêcher le raccourci clavier Ctrl-Alt-Retour arrière de
redémarrer X » [61]
pour désactiver Ctrl-Alt-Retour arrière).
1.18. Empêcher le raccourci clavier Ctrl-Alt-Retour arrière de redémarrer X
1.
Faites une copie de sauvegarde de votre fichier /etc/X11/xorg.conf existant :
sudo cp /etc/X11/xorg.conf /etc/X11/xorg.conf_backup
2.
Ouvrez, pour le modifier, le fichier /etc/X11/xorg.conf :
gksudo gedit /etc/X11/xorg.conf
61
Configuration de votre système
3.
Ajoutez les lignes suivantes à la fin du fichier :
Section "ServerFlags"
Option "DontZap" "yes"
EndSection
4.
Sauvegardez le fichier modifié (exemple de fichier
[../sample/xorg.conf_disablectrlaltbackspacegnome]).
5.
Les changements prendront effet à la prochaine connexion à Gnome. Si vous voulez
qu'ils prennent effet immédiatement, redémarrez Gnome manuellement. (voir
Section 1.17, « Redémarrer Gnome sans avoir à redémarrer l'ordinateur » [61]
.)
62
Configuration de votre système
2. Partitions et démarrage
2.1. Éditeur graphique de partitions
Gparted est un outil graphique pour modifier les partitions du disque dur.
1.
Installez le paquet gparted (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des
applications [23]).
2.
Vous pouvez exécuter cette application depuis Système → Administration → Éditeur
de partition de Gnome.
2.2. Rendre des partitions disponibles depuis Ubuntu
Les partitions, Windows ou autres, devraient automatiquement être disponibles
depuis n'importe quel système Ubuntu. Dans le cas contraire, vous pouvez les activer
manuellement grâce aux outils graphiques de gestion des disques.
1.
Ouvrez Système → Administration → Disques
2.
Sélectionnez le bon disque dur et cliquez sur l'onglet Partitions.
3.
Sélectionnez la partition appropriée et cliquez sur Activer.
4.
Pour démonter la partition, cliquez sur Désactiver.
2.3. Rendre des partitions automatiquement disponibles
Répétons-le, les partitions, Windows ou autres, devraient automatiquement être disponibles
depuis n'importe quel système Ubuntu. Dans le cas contraire, la procédure suivante
corrigera ce problème :
1.
Lire Section 3.7.1, « Vérifier l'utilisation de l'espace disque et voir la table des
partitions » [69]
2.
Créez tout d'abord un dossier depuis lequel la partition sera disponible (« montée ») :
sudo mkdir /media/windows
3.
Ensuite, sauvegardez votre fichier de configuration du disque et ouvrez-le dans un
éditeur de texte avec les droits d'administrateur :
sudo cp /etc/fstab /etc/fstab_backup
gksudo gedit /etc/fstab
4.
Ajoutez la ligne suivante à la fin du fichier :
/dev/hda1 /media/windows ntfs umask=0222 0 0
63
Configuration de votre système
Remplacez /dev/hda1 par le périphérique désignant votre partition.
Si votre partition Windows utilise le système de fichiers FAT32, remplacez
ntfs par vfat dans la commande ci-dessus.
Si vous avez un système de fichiers FAT32, il est tout à fait sûr de permettre
l'accès en lecture et en écriture. Pour cela, changez la valeur de umask à
0000.
5.
Sauvegardez le fichier modifié (exemple [../sample/fstab_automountntfs]).
6.
Les changements prendront effet après le redémarrage de l'ordinateur.
2.4. Lancer automatiquement une commande système au démarrage
Parfois, il peut être utile d'ajouter une commande personnalisée au processus de démarrage,
de sorte que votre ordinateur l'exécutera à chaque fois. Pour ce faire :
1.
Éditez le fichier crontab avec les droits d'administrateur (voir Section 3.3,
« Super-utilisateur et sudo » [18]) :
sudo crontab -e
2.
Insérez la ligne suivante :
@reboot /home/user/command
Remplacez /home/user/command par le chemin complet de votre
commande.
3.
Sauvegardez le fichier et quittez.
2.5. Changer le système d'exploitation par défaut au démarrage
Pour changer le système d'exploitation sur lequel l'ordinateur démarre par défaut, il est
nécessaire de modifier le fichier de configuration du démarrage.
1.
Faites une sauvegarde de votre fichier de configuration et ouvrez-le dans un éditeur de
texte :
sudo cp /boot/grub/menu.lst /boot/grub/menu.lst_backup
gksudo gedit /boot/grub/menu.lst
2.
Cherchez cette ligne :
...
default 0
...
3.
Remplacez-la par la ligne suivante :
default Xème_entrée
4.
Sauvegardez le fichier modifié (exemple [../sample/menu.list_changedefaultosgrub]).
64
Configuration de votre système
2.6. Désactiver/activer de façon permanente des services au démarrage
Cette action requiert les droits d'administrateur (voir Section 3.3, « Super-utilisateur et
sudo » [18]).
1.
Lancez l'application Services : Système → Administration → Services.
2.
Saisissez votre mot de passe.
3.
Cochez/décochez les services que vous voulez activer/désactiver puis cliquez sur
Valider lorsque vous avez terminé.
4.
Pour un contrôle plus fin des services lancés au démarrage, installez bum depuis le
dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des applications
[23]) et exécutez-le : Système → Administration → BootUp-Manager.
65
Configuration de votre système
3. Matériel
3.1. Appareils photo numériques
La plupart des appareils photo numériques USB seront automatiquement reconnus par
Ubuntu. Branchez simplement votre appareil sur le port USB et allumez-le, Ubuntu vous
demandera alors si vous voulez importer les photos. Cliquez sur Importer, Ubuntu affichera
alors les aperçus de vos photos. Choisissez un emplacement pour sauvegarder vos photos,
puis cliquez sur Importer. Ubuntu sauvegardera alors vos photos sur le disque dur.
Si aucune fenêtre d'importation ne s'affiche automatiquement quand vous branchez
votre appareil, lancez gThumb et sélectionnez Fichier → Importer des photos…. Voir
Section 6.1, « Visionneuse d'images gThumb » [48] pour plus d'informations sur gThumb.
3.2. Cartes graphiques 3D
3.2.1. Introduction à l'accélération vidéo 3D
La plupart du matériel devrait fonctionner automatiquement avec Ubuntu. Cependant, avec
quelques cartes vidéo, l'accélération 3D (requise pour certains jeux) n'est pas directement
supportée. Cette section explique comment activer cette fonctionnalité avec le matériel
courant.
La première étape consiste à vérifier si l'accélération 3D fonctionne.
1.
Pour ce faire, saisissez dans un terminal :
glxinfo | grep rendering
2.
Si l'accélération 3D fonctionne, l'information suivante sera affichée :
direct rendering: Yes
3.
Dans le cas contraire, suivez les instructions dans les sections suivantes pour activer
l'accélération 3D.
3.2.2. Pilote graphique 3D Nvidia
L'accélération 3D des cartes graphiques basées sur une puce Nvidia n'est jamais
automatiquement activée sous Ubuntu ; ceci est dû au fait que les fabricants ne fournissent
pas de pilote libre. Cependant il est tout à fait possible d'activer l'accélération 3D. La
marche à suivre dépend de votre type de carte video.
1.
Si vous avez une vieille carte TNT, TNT2, TNT Ultra, GeForce1 ou GeForce2,
installez les paquets nvidia-glx-legacy et nvidia-settings depuis le dépôt Restricted
(voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des applications [23]).
2.
Sinon, si vous avez une carte récente, installez le paquet nvidia-glx depuis le dépôt
Restricted (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer et mettre à jour des applications [23]).
66
Configuration de votre système
3.
Pour activer le nouveau pilote, lancez la commande suivante dans un terminal :
sudo nvidia-glx-config enable
4.
Vous pouvez ajuster les paramètres du nouveau pilote en lançant l'application
nvidia-settings (voir Section 1.2, « Lancer un programme manuellement » [56]). Si
vous le souhaitez, vous pouvez ajouter une entrée de menu pour ce programme (voir
Section 1.1, « Édition des menus » [56]).
3.2.3. Pilote graphique 3D ATI
De nombreuses cartes graphiques ATI fonctionnent automatiquement avec Ubuntu. Pour
vérifier que l'accélération 3D fonctionne avec votre carte, référez-vous à Section 3.2.1,
« Introduction à l'accélération vidéo 3D » [66]
. Si elle ne fonctionne pas, la procédure
qui suit devrait permettre de l'activer.
1.
Installez le paquet xorg-driver-fglrx depuis le dépôt Restricted (voir Chapitre 2,
Ajouter, retirer et mettre à jour des applications [23]).
2.
Vous devez maintenant configurer votre ordinateur pour utiliser le nouveau pilote.
Saisissez cette commande dans un terminal :
sudo dpkg-reconfigure xserver-xorg
3.
Lorsque la boîte de dialogue apparaît et vous demande si le système doit procéder ou
non à une détection automatique du matériel, sélectionnez Oui.
4.
Au moment où l'on vous demande de choisir un pilote, sélectionnez fglrx.
5.
Suivez ensuite les instructions.
6.
Redémarrez votre machine pour que les modifications prennent effet.
3.3. Agencements du clavier
Cette section vous permettra d'ajouter à votre système d'autres agencements de clavier et de
facilement basculer entre eux.
3.3.1. Ajouter un agencement
Pour ajouter un agencement de clavier à votre système :
1.
Allez dans Système → Préférences → Clavier
2.
Choisissez Agencements
3.
Cliquez sur Ajouter… pour ajouter des agencements de clavier supplémentaires. Il est
plus simple d'avoir deux agencements ; on ne peut pour le moment en avoir plus de
quatre.
4.
Fermez la boîte de dialogue.
67
Configuration de votre système
3.3.2. Basculer entre différents agencements du clavier
Pour basculer d'un agencement de clavier à un autre, vous pouvez définir une combinaison
de touches :
1.
Allez dans Système → Préférences → Clavier
2.
Pour configurer vos agencements, choisissez Options de l'agencement
3.
Développez l'option Comportement de la touche Verrouillage majuscule
4.
Choisissez la combinaison de touches qui vous permettra de basculer entre différents
agencements de clavier. La combinaison par défaut est la pression simultanée sur
les deux touches « Alt ». Une solution courante consiste à utiliser la combinaison
Alt-Shift.
5.
Fermez la boîte de dialogue
6.
Vous pouvez dès à présent utiliser votre combinaison de touches afin de basculer
entre les différents agencements de clavier.
3.3.3. Indicateur de claviers
Au lieu d'utiliser des combinaisons de touches, vous pouvez ajouter à votre tableau de bord
l'applet Indicateur de claviers :
1.
Cliquez-droit dans un espace vide du tableau de bord, si possible à l'endroit où vous
souhaitez ajouter l'applet.
2.
Cliquez sur Ajouter au tableau de bord…
3.
Choisissez dans la section « Utilitaires » Indicateur de claviers
4.
Vous pouvez maintenant, en cliquant-droit sur l'Indicateur de claviers, gérer vos
agencements de clavier.
3.4. Cartes réseaux sans-fil
De nombreuses cartes réseaux sans-fil sont automatiquement détectées
par Ubuntu lors de l'installation. Une liste complète des cartes
qui fonctionnent avec Ubuntu est disponible sur le wiki d'Ubuntu
[https://wiki.ubuntu.com/HardwareSupportComponentsWirelessNetworkCards]. Merci
d'ajouter votre carte à cette liste si elle fontionne avec Ubuntu.
Certaines cartes peuvent ne pas fonctionner automatiquement avec
Ubuntu. Si c'est le cas, allez voir le guide de dépannage du sans-fil
[https://wiki.ubuntu.com/WirelessTroubleshootingGuide] sur le wiki d'Ubuntu. C'est une
excellente ressource pour résoudre vos problèmes avec les cartes réseaux sans-fil.
Toutes les informations concernant les réseaux sans-fil dans Ubuntu sont regroupées dans
le centre de réseaux sans-fil [https://wiki.ubuntu.com/WifiDocs] du wiki d'Ubuntu.
68
Configuration de votre système
3.5. Modems
3.5.1. Winmodems
La plupart des winmodems ne sont pas supportés par Ubuntu, mais vous pouvez trouver
des pilotes pour pouvoir les utiliser. Vous devez d'abord identifier la puce utilisée dans
votre modem :
wget -c http://linmodems.technion.ac.il/packages/scanModem.gz
gunzip -c scanModem.gz > scanModem
chmod +x scanModem
sudo ./scanModem
gedit Modem/ModemData.txt
Consultez ce fichier, la puce de votre modem devrait y être listée. Une fois que vous
connaissez le nom de la puce, allez sur http://www.linmodems.org/ et suivez les
instructions pour votre modem. Vous pouvez trouver plus d'informations sur comment
configurer les modems [https://wiki.ubuntu.com/SettingUpModems] dans le wiki
d'Ubuntu.
3.5.2. Modems ADSL
Tous les modems ADSL qui utilisent une connexion ethernet (PPPoE ou ceux qui font
fonction de routeurs), ainsi que quelques modems ADSL USB sont supportés par Ubuntu.
Pour un modem faisant fonction de routeur, vous n'avez qu'à le connecter et à le configurer
comme votre fournisseur d'accès à Internet (FAI) vous l'a indiqué ; configurez ensuite le
réseau dans Ubuntu. Pour plus d'informations sur les modems PPPoE, référez-vous à ce
guide [https://wiki.ubuntu.com/ADSLPPPoE] sur le wiki d'Ubuntu.
3.6. Imprimantes
Certaines imprimantes seront automatiquement détectées par Ubuntu ; pour celles qui
ne le seraient pas, choisissez Système → Administration → Impression puis choisissez
Imprimante → Ajouter une imprimante et exécutez l'assistant d'installation d'imprimantes.
Certaines imprimantes nécessitent un réglage supplémentaire.
Faites une recherche dans la base de données de LinuxPrinting.org
[http://www.linuxprinting.org/] ou consultez la page du wiki d'Ubuntu sur les imprimantes
[https://wiki.ubuntu.com/HardwareSupportComponentsPrinters] pour d'éventuels
compléments d'information sur la vôtre.
3.7. Autres astuces
3.7.1. Vérifier l'utilisation de l'espace disque et voir la table des partitions
1.
Lancez Système → Administration → Disques
69
Configuration de votre système
2.
Sélectionnez le disque dur, puis l'onglet Partitions
3.
Chaque partition sera affichée sous la Liste des partitions avec l'espace disque et le
point de montage correspondant.
3.7.2. Liste des périphériques
1.
Afin d'obtenir une liste des périphériques montés, lancez la commande suivante dans
un terminal :
mount
La liste affiche le périphérique (une partition du disque dur par exemple), le point de
montage (là où les fichiers sont accessibles), le système de fichiers et les options de
montage.
Cet exemple montre la partition hda2 montée dans « / » qui utilise le système de
fichiers ext3. La partition est montée avec 2 options, la première autorise la lecture
et l'écriture sur la partition, la seconde indique qu'en cas d'erreurs, la partition ne sera
montée qu'en lecture seule.
/dev/hda2 on / type ext3 (rw,errors=remount-ro)
2.
Pour lister les périphériques PCI :
lspci
3.
Pour lister les périphériques USB :
lsusb
3.7.3. Monter/démonter manuellement les CD/DVD-ROMs et afficher tous les fichiers/dossiers
cachés associés.
1.
En supposant que /media/cdrom0/ est l'emplacement du lecteur CD/DVD-ROM
2.
Pour monter un CD/DVD-ROM, procédez comme suit :
sudo mount /media/cdrom0/ -o unhide
3.
Pour démonter un CD/DVD-ROM :
sudo umount /media/cdrom0/
70
Configuration de votre système
4. Réseau
4.1. Changer le nom de l'ordinateur
1.
Système → Administration → Réseau
2.
Sélectionnez l'onglet Général. Saisissez le nom de l'ordinateur dans le champ Hôte.
3.
Cliquez sur Valider, fermez les applications ouvertes et redémarrez.
4.2. Utilitaires réseau
4.2.1. Pare-feu Firestarter
Un pare-feu protège un ordinateur des accès non autorisés. Il n'est habituellement pas utile
d'installer un pare-feu sur un système Ubuntu étant donné que les accès sont par défaut
tous bloqués. Cependant, si vous faîtes fonctionner un service qui a besoin d'autoriser
d'autres personnes à accéder à votre ordinateur (le serveur web Apache, par exemple), il
est conseillé d'en installer un. Firestarter fait partie des programmes qui vous permettent de
contrôler un pare-feu à travers une interface graphique.
1.
Installez le paquet Firestarter depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter,
retirer et mettre à jour des applications [23]).
2.
Après l'installation, lancez Applications → Outils système → Firestarter pour
configurer votre pare-feu. Le pare-feu fonctionnera dorénavant en arrière-plan après
chaque démarrage de votre ordinateur.
4.2.2. Moniteur graphique de réseau
EtherApe affiche l'activité du réseau entre différents ordinateurs en utilisant des cercles de
différentes tailles.
1.
Installez le paquet etherApe depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter,
retirer et mettre à jour des applications [23]).
2.
Choisissez Applications → Internet → Etherape.
4.2.3. Analyseur de trafic réseau
Ethereal est un analyseur/renifleur de trafic réseau qui est capable de capturer des paquets
sur le réseau en temps réel et d'en afficher le contenu.
1.
Installez le paquet ethereal depuis le dépôt Universe (voir Chapitre 2, Ajouter, retirer
et mettre à jour des applications [23]).
2.
Sélectionnez Applications → Internet → Ethereal.
71
Chapitre 5. Obtenir plus d'aide
Il existe différentes ressources qui vous permettent d'obtenir de l'aide pour votre système
Ubuntu, on compte parmi celles-ci :
• Le site Internet de la documentation d'Ubuntu [http://help.ubuntu.com] - Il propose
notamment ce guide ainsi que d'autres guides produits par l'équipe de documentation
d'Ubuntu et de Kubuntu ;
• Le wiki d'Ubuntu [https://wiki.ubuntu.com/UserDocumentation] - Il contient de
nombreux guides proposés par la communauté ;
• Forums [http://www.ubuntu.com/community/forums] - Vous pouvez poser vos
questions sur un forum et obtenir des réponses de la communauté ;
• Listes de diffusion [http://lists.ubuntu.com] - Vous pouvez poser vos questions par
courriel et obtenir des réponses de la communauté ;
• Chat IRC : irc.freenode.net channel #ubuntu - Pour discuter en temps réel avec la
communauté IRC. Vous aurez besoin d'un client IRC pour vous connecter. Ubuntu vous
fournit par défaut un client de messagerie, ouvrez Applications → Internet → Gaim
Internet messenger.
Pour plus d'informations, rendez-vous sur la page du wiki intitulée Comment obtenir de
l'aide ? [https://wiki.ubuntu.com/HowToGetHelp]
72
Annexe A. Creative Commons by
Attribution-ShareAlike 2.0
CREATIVE COMMONS CORPORATION IS NOT A LAW FIRM AND DOES NOT
PROVIDE LEGAL SERVICES. DISTRIBUTION OF THIS LICENSE DOES NOT
CREATE AN ATTORNEY-CLIENT RELATIONSHIP. CREATIVE COMMONS
PROVIDES THIS INFORMATION ON AN "AS-IS" BASIS. CREATIVE COMMONS
MAKES NO WARRANTIES REGARDING THE INFORMATION PROVIDED, AND
DISCLAIMS LIABILITY FOR DAMAGES RESULTING FROM ITS USE.
License
THE WORK (AS DEFINED BELOW) IS PROVIDED UNDER THE TERMS OF THIS
CREATIVE COMMONS PUBLIC LICENSE ("CCPL" OR "LICENSE"). THE WORK
IS PROTECTED BY COPYRIGHT AND/OR OTHER APPLICABLE LAW. ANY USE
OF THE WORK OTHER THAN AS AUTHORIZED UNDER THIS LICENSE OR
COPYRIGHT LAW IS PROHIBITED.
BY EXERCISING ANY RIGHTS TO THE WORK PROVIDED HERE, YOU ACCEPT
AND AGREE TO BE BOUND BY THE TERMS OF THIS LICENSE. THE LICENSOR
GRANTS YOU THE RIGHTS CONTAINED HERE IN CONSIDERATION OF YOUR
ACCEPTANCE OF SUCH TERMS AND CONDITIONS.
1. Definitions.
a. "Collective Work" means a work, such as a periodical issue, anthology or
encyclopedia, in which the Work in its entirety in unmodified form, along with
a number of other contributions, constituting separate and independent works
in themselves, are assembled into a collective whole. A work that constitutes a
Collective Work will not be considered a Derivative Work (as defined below) for the
purposes of this License.
b. "Derivative Work" means a work based upon the Work or upon the Work and
other pre-existing works, such as a translation, musical arrangement, dramatization,
fictionalization, motion picture version, sound recording, art reproduction,
abridgment, condensation, or any other form in which the Work may be recast,
transformed, or adapted, except that a work that constitutes a Collective Work
will not be considered a Derivative Work for the purpose of this License. For the
avoidance of doubt, where the Work is a musical composition or sound recording,
the synchronization of the Work in timed-relation with a moving image ("synching")
will be considered a Derivative Work for the purpose of this License.
c. "Licensor" means the individual or entity that offers the Work under the terms of
this License.
73
Creative Commons by Attribution-ShareAlike 2.0
d. "Original Author" means the individual or entity who created the Work.
e. "Work" means the copyrightable work of authorship offered under the terms of this
License.
f. "You" means an individual or entity exercising rights under this License who has
not previously violated the terms of this License with respect to the Work, or who
has received express permission from the Licensor to exercise rights under this
License despite a previous violation.
g. "License Elements" means the following high-level license attributes as selected by
Licensor and indicated in the title of this License: Attribution, ShareAlike.
2. Fair Use Rights. Nothing in this license is intended to reduce, limit, or restrict any
rights arising from fair use, first sale or other limitations on the exclusive rights of the
copyright owner under copyright law or other applicable laws.
3. License Grant. Subject to the terms and conditions of this License, Licensor hereby
grants You a worldwide, royalty-free, non-exclusive, perpetual (for the duration of the
applicable copyright) license to exercise the rights in the Work as stated below:
a. to reproduce the Work, to incorporate the Work into one or more Collective Works,
and to reproduce the Work as incorporated in the Collective Works;
b. to create and reproduce Derivative Works;
c. to distribute copies or phonorecords of, display publicly, perform publicly, and
perform publicly by means of a digital audio transmission the Work including as
incorporated in Collective Works;
d. to distribute copies or phonorecords of, display publicly, perform publicly, and
perform publicly by means of a digital audio transmission Derivative Works.
e. For the avoidance of doubt, where the work is a musical composition:
i. "Performance Royalties Under Blanket Licenses." Licensor waives the
exclusive right to collect, whether individually or via a performance rights society
(e.g. ASCAP, BMI, SESAC), royalties for the public performance or public
digital performance (e.g. webcast) of the Work.
ii. "Mechanical Rights and Statutory Royalties." Licensor waives the exclusive
right to collect, whether individually or via a music rights society or designated
agent (e.g. Harry Fox Agency), royalties for any phonorecord You create from
the Work ("cover version") and distribute, subject to the compulsory license
created by 17 USC Section 115 of the US Copyright Act (or the equivalent in
other jurisdictions).
f. "Webcasting Rights and Statutory Royalties." For the avoidance of doubt,
where the Work is a sound recording, Licensor waives the exclusive right to collect,
whether individually or via a performance-rights society (e.g. SoundExchange),
royalties for the public digital performance (e.g. webcast) of the Work, subject to the
74
Creative Commons by Attribution-ShareAlike 2.0
compulsory license created by 17 USC Section 114 of the US Copyright Act (or the
equivalent in other jurisdictions).
The above rights may be exercised in all media and formats whether now known or
hereafter devised. The above rights include the right to make such modifications as are
technically necessary to exercise the rights in other media and formats. All rights not
expressly granted by Licensor are hereby reserved.
4. Restrictions. The license granted in Section 3 above is expressly made subject to and
limited by the following restrictions:
a. You may distribute, publicly display, publicly perform, or publicly digitally perform
the Work only under the terms of this License, and You must include a copy of, or
the Uniform Resource Identifier for, this License with every copy or phonorecord
of the Work You distribute, publicly display, publicly perform, or publicly digitally
perform. You may not offer or impose any terms on the Work that alter or restrict
the terms of this License or the recipients' exercise of the rights granted hereunder.
You may not sublicense the Work. You must keep intact all notices that refer to this
License and to the disclaimer of warranties. You may not distribute, publicly display,
publicly perform, or publicly digitally perform the Work with any technological
measures that control access or use of the Work in a manner inconsistent with the
terms of this License Agreement. The above applies to the Work as incorporated
in a Collective Work, but this does not require the Collective Work apart from the
Work itself to be made subject to the terms of this License. If You create a Collective
Work, upon notice from any Licensor You must, to the extent practicable, remove
from the Collective Work any reference to such Licensor or the Original Author,
as requested. If You create a Derivative Work, upon notice from any Licensor You
must, to the extent practicable, remove from the Derivative Work any reference to
such Licensor or the Original Author, as requested.
b. You may distribute, publicly display, publicly perform, or publicly digitally perform
a Derivative Work only under the terms of this License, a later version of this
License with the same License Elements as this License, or a Creative Commons
iCommons license that contains the same License Elements as this License (e.g.
Attribution-ShareAlike 2.0 Japan). You must include a copy of, or the Uniform
Resource Identifier for, this License or other license specified in the previous
sentence with every copy or phonorecord of each Derivative Work You distribute,
publicly display, publicly perform, or publicly digitally perform. You may not offer
or impose any terms on the Derivative Works that alter or restrict the terms of this
License or the recipients' exercise of the rights granted hereunder, and You must
keep intact all notices that refer to this License and to the disclaimer of warranties.
You may not distribute, publicly display, publicly perform, or publicly digitally
perform the Derivative Work with any technological measures that control access or
use of the Work in a manner inconsistent with the terms of this License Agreement.
The above applies to the Derivative Work as incorporated in a Collective Work, but
75
Creative Commons by Attribution-ShareAlike 2.0
this does not require the Collective Work apart from the Derivative Work itself to be
made subject to the terms of this License.
c. If you distribute, publicly display, publicly perform, or publicly digitally perform
the Work or any Derivative Works or Collective Works, You must keep intact all
copyright notices for the Work and give the Original Author credit reasonable to
the medium or means You are utilizing by conveying the name (or pseudonym if
applicable) of the Original Author if supplied; the title of the Work if supplied;
to the extent reasonably practicable, the Uniform Resource Identifier, if any, that
Licensor specifies to be associated with the Work, unless such URI does not refer
to the copyright notice or licensing information for the Work; and in the case of a
Derivative Work, a credit identifying the use of the Work in the Derivative Work
(e.g., "French translation of the Work by Original Author," or "Screenplay based
on original Work by Original Author"). Such credit may be implemented in any
reasonable manner; provided, however, that in the case of a Derivative Work or
Collective Work, at a minimum such credit will appear where any other comparable
authorship credit appears and in a manner at least as prominent as such other
comparable authorship credit.
5. Representations, Warranties and Disclaimer
UNLESS OTHERWISE AGREED TO BY THE PARTIES IN WRITING,
LICENSOR OFFERS THE WORK AS-IS AND MAKES NO REPRESENTATIONS
OR WARRANTIES OF ANY KIND CONCERNING THE MATERIALS,
EXPRESS, IMPLIED, STATUTORY OR OTHERWISE, INCLUDING, WITHOUT
LIMITATION, WARRANTIES OF TITLE, MERCHANTIBILITY, FITNESS FOR
A PARTICULAR PURPOSE, NONINFRINGEMENT, OR THE ABSENCE OF
LATENT OR OTHER DEFECTS, ACCURACY, OR THE PRESENCE OF ABSENCE
OF ERRORS, WHETHER OR NOT DISCOVERABLE. SOME JURISDICTIONS
DO NOT ALLOW THE EXCLUSION OF IMPLIED WARRANTIES, SO SUCH
EXCLUSION MAY NOT APPLY TO YOU.
6. Limitation on Liability. EXCEPT TO THE EXTENT REQUIRED BY APPLICABLE
LAW, IN NO EVENT WILL LICENSOR BE LIABLE TO YOU ON ANY LEGAL
THEORY FOR ANY SPECIAL, INCIDENTAL, CONSEQUENTIAL, PUNITIVE OR
EXEMPLARY DAMAGES ARISING OUT OF THIS LICENSE OR THE USE OF
THE WORK, EVEN IF LICENSOR HAS BEEN ADVISED OF THE POSSIBILITY
OF SUCH DAMAGES.
7. Termination
a. This License and the rights granted hereunder will terminate automatically upon any
breach by You of the terms of this License. Individuals or entities who have received
Derivative Works or Collective Works from You under this License, however, will
not have their licenses terminated provided such individuals or entities remain in
76
Creative Commons by Attribution-ShareAlike 2.0
full compliance with those licenses. Sections 1, 2, 5, 6, 7, and 8 will survive any
termination of this License.
b. Subject to the above terms and conditions, the license granted here is perpetual (for
the duration of the applicable copyright in the Work). Notwithstanding the above,
Licensor reserves the right to release the Work under different license terms or to
stop distributing the Work at any time; provided, however that any such election will
not serve to withdraw this License (or any other license that has been, or is required
to be, granted under the terms of this License), and this License will continue in full
force and effect unless terminated as stated above.
8. Miscellaneous
a. Each time You distribute or publicly digitally perform the Work or a Collective
Work, the Licensor offers to the recipient a license to the Work on the same terms
and conditions as the license granted to You under this License.
b. Each time You distribute or publicly digitally perform a Derivative Work, Licensor
offers to the recipient a license to the original Work on the same terms and
conditions as the license granted to You under this License.
c. If any provision of this License is invalid or unenforceable under applicable law,
it shall not affect the validity or enforceability of the remainder of the terms of this
License, and without further action by the parties to this agreement, such provision
shall be reformed to the minimum extent necessary to make such provision valid and
enforceable.
d. No term or provision of this License shall be deemed waived and no breach
consented to unless such waiver or consent shall be in writing and signed by the
party to be charged with such waiver or consent.
e. This License constitutes the entire agreement between the parties with respect to the
Work licensed here. There are no understandings, agreements or representations with
respect to the Work not specified here. Licensor shall not be bound by any additional
provisions that may appear in any communication from You. This License may not
be modified without the mutual written agreement of the Licensor and You.
Creative Commons is not a party to this License, and makes no warranty whatsoever
in connection with the Work. Creative Commons will not be liable to You or any party
on any legal theory for any damages whatsoever, including without limitation any
general, special, incidental or consequential damages arising in connection to this license.
Notwithstanding the foregoing two (2) sentences, if Creative Commons has expressly
identified itself as the Licensor hereunder, it shall have all rights and obligations of
Licensor.
Except for the limited purpose of indicating to the public that the Work is licensed under
the CCPL, neither party will use the trademark "Creative Commons" or any related
trademark or logo of Creative Commons without the prior written consent of Creative
77
Creative Commons by Attribution-ShareAlike 2.0
Commons. Any permitted use will be in compliance with Creative Commons' then-current
trademark usage guidelines, as may be published on its website or otherwise made
available upon request from time to time.
Creative Commons may be contacted at http://creativecommons.org/.
78
Annexe B. GNU Free Documentation
License
Version 1.2, November 2002
Copyright © 2000,2001,2002 Free Software Foundation, Inc.
Free Software Foundation, Inc.
51 Franklin St, Fifth Floor,
Boston,
MA
02110-1301
USA
Everyone is permitted to copy and distribute verbatim copies of this license document, but
changing it is not allowed.
Version 1.2, November 2002
PREAMBLE
The purpose of this License is to make a manual, textbook, or other functional and useful
document "free" in the sense of freedom: to assure everyone the effective freedom to copy
and redistribute it, with or without modifying it, either commercially or noncommercially.
Secondarily, this License preserves for the author and publisher a way to get credit for their
work, while not being considered responsible for modifications made by others.
This License is a kind of "copyleft", which means that derivative works of the document
must themselves be free in the same sense. It complements the GNU General Public
License, which is a copyleft license designed for free software.
We have designed this License in order to use it for manuals for free software, because free
software needs free documentation: a free program should come with manuals providing
the same freedoms that the software does. But this License is not limited to software
manuals; it can be used for any textual work, regardless of subject matter or whether it
is published as a printed book. We recommend this License principally for works whose
purpose is instruction or reference.
APPLICABILITY AND DEFINITIONS
This License applies to any manual or other work, in any medium, that contains a notice
placed by the copyright holder saying it can be distributed under the terms of this License.
Such a notice grants a world-wide, royalty-free license, unlimited in duration, to use
that work under the conditions stated herein. The "Document", below, refers to any such
79
GNU Free Documentation License
manual or work. Any member of the public is a licensee, and is addressed as "you". You
accept the license if you copy, modify or distribute the work in a way requiring permission
under copyright law.
A "Modified Version" of the Document means any work containing the Document or a
portion of it, either copied verbatim, or with modifications and/or translated into another
language.
A "Secondary Section" is a named appendix or a front-matter section of the Document
that deals exclusively with the relationship of the publishers or authors of the Document
to the Document's overall subject (or to related matters) and contains nothing that could
fall directly within that overall subject. (Thus, if the Document is in part a textbook of
mathematics, a Secondary Section may not explain any mathematics.) The relationship
could be a matter of historical connection with the subject or with related matters, or of
legal, commercial, philosophical, ethical or political position regarding them.
The "Invariant Sections" are certain Secondary Sections whose titles are designated, as
being those of Invariant Sections, in the notice that says that the Document is released
under this License. If a section does not fit the above definition of Secondary then it is not
allowed to be designated as Invariant. The Document may contain zero Invariant Sections.
If the Document does not identify any Invariant Sections then there are none.
The "Cover Texts" are certain short passages of text that are listed, as Front-Cover Texts or
Back-Cover Texts, in the notice that says that the Document is released under this License.
A Front-Cover Text may be at most 5 words, and a Back-Cover Text may be at most 25
words.
A "Transparent" copy of the Document means a machine-readable copy, represented in a
format whose specification is available to the general public, that is suitable for revising
the document straightforwardly with generic text editors or (for images composed of
pixels) generic paint programs or (for drawings) some widely available drawing editor,
and that is suitable for input to text formatters or for automatic translation to a variety of
formats suitable for input to text formatters. A copy made in an otherwise Transparent file
format whose markup, or absence of markup, has been arranged to thwart or discourage
subsequent modification by readers is not Transparent. An image format is not Transparent
if used for any substantial amount of text. A copy that is not "Transparent" is called
"Opaque".
Examples of suitable formats for Transparent copies include plain ASCII without markup,
Texinfo input format, LaTeX input format, SGML or XML using a publicly available
DTD, and standard-conforming simple HTML, PostScript or PDF designed for human
modification. Examples of transparent image formats include PNG, XCF and JPG. Opaque
formats include proprietary formats that can be read and edited only by proprietary word
processors, SGML or XML for which the DTD and/or processing tools are not generally
80
GNU Free Documentation License
available, and the machine-generated HTML, PostScript or PDF produced by some word
processors for output purposes only.
The "Title Page" means, for a printed book, the title page itself, plus such following pages
as are needed to hold, legibly, the material this License requires to appear in the title page.
For works in formats which do not have any title page as such, "Title Page" means the
text near the most prominent appearance of the work's title, preceding the beginning of the
body of the text.
A section "Entitled XYZ" means a named subunit of the Document whose title either
is precisely XYZ or contains XYZ in parentheses following text that translates XYZ in
another language. (Here XYZ stands for a specific section name mentioned below, such
as "Acknowledgements", "Dedications", "Endorsements", or "History".) To "Preserve the
Title" of such a section when you modify the Document means that it remains a section
"Entitled XYZ" according to this definition.
The Document may include Warranty Disclaimers next to the notice which states that
this License applies to the Document. These Warranty Disclaimers are considered to be
included by reference in this License, but only as regards disclaiming warranties: any other
implication that these Warranty Disclaimers may have is void and has no effect on the
meaning of this License.
VERBATIM COPYING
You may copy and distribute the Document in any medium, either commercially or
noncommercially, provided that this License, the copyright notices, and the license notice
saying this License applies to the Document are reproduced in all copies, and that you
add no other conditions whatsoever to those of this License. You may not use technical
measures to obstruct or control the reading or further copying of the copies you make
or distribute. However, you may accept compensation in exchange for copies. If you
distribute a large enough number of copies you must also follow the conditions in section
3.
You may also lend copies, under the same conditions stated above, and you may publicly
display copies.
COPYING IN QUANTITY
If you publish printed copies (or copies in media that commonly have printed covers)
of the Document, numbering more than 100, and the Document's license notice requires
Cover Texts, you must enclose the copies in covers that carry, clearly and legibly, all
these Cover Texts: Front-Cover Texts on the front cover, and Back-Cover Texts on the
back cover. Both covers must also clearly and legibly identify you as the publisher of
these copies. The front cover must present the full title with all words of the title equally
prominent and visible. You may add other material on the covers in addition. Copying with
81
GNU Free Documentation License
changes limited to the covers, as long as they preserve the title of the Document and satisfy
these conditions, can be treated as verbatim copying in other respects.
If the required texts for either cover are too voluminous to fit legibly, you should put the
first ones listed (as many as fit reasonably) on the actual cover, and continue the rest onto
adjacent pages.
If you publish or distribute Opaque copies of the Document numbering more than 100, you
must either include a machine-readable Transparent copy along with each Opaque copy,
or state in or with each Opaque copy a computer-network location from which the general
network-using public has access to download using public-standard network protocols a
complete Transparent copy of the Document, free of added material. If you use the latter
option, you must take reasonably prudent steps, when you begin distribution of Opaque
copies in quantity, to ensure that this Transparent copy will remain thus accessible at the
stated location until at least one year after the last time you distribute an Opaque copy
(directly or through your agents or retailers) of that edition to the public.
It is requested, but not required, that you contact the authors of the Document well before
redistributing any large number of copies, to give them a chance to provide you with an
updated version of the Document.
MODIFICATIONS
You may copy and distribute a Modified Version of the Document under the conditions
of sections 2 and 3 above, provided that you release the Modified Version under precisely
this License, with the Modified Version filling the role of the Document, thus licensing
distribution and modification of the Modified Version to whoever possesses a copy of it. In
addition, you must do these things in the Modified Version:
GNU FDL Modification Conditions
A. Use in the Title Page (and on the covers, if any) a title distinct from that of the
Document, and from those of previous versions (which should, if there were any, be
listed in the History section of the Document). You may use the same title as a previous
version if the original publisher of that version gives permission.
B. List on the Title Page, as authors, one or more persons or entities responsible for
authorship of the modifications in the Modified Version, together with at least five of
the principal authors of the Document (all of its principal authors, if it has fewer than
five), unless they release you from this requirement.
C. State on the Title page the name of the publisher of the Modified Version, as the
publisher.
D. Preserve all the copyright notices of the Document.
E. Add an appropriate copyright notice for your modifications adjacent to the other
copyright notices.
82
GNU Free Documentation License
F. Include, immediately after the copyright notices, a license notice giving the public
permission to use the Modified Version under the terms of this License, in the form
shown in the Addendum [86
]
below.
G. Preserve in that license notice the full lists of Invariant Sections and required Cover
Texts given in the Document's license notice.
H. Include an unaltered copy of this License.
I. Preserve the section Entitled "History", Preserve its Title, and add to it an item stating at
least the title, year, new authors, and publisher of the Modified Version as given on the
Title Page. If there is no section Entitled "History" in the Document, create one stating
the title, year, authors, and publisher of the Document as given on its Title Page, then
add an item describing the Modified Version as stated in the previous sentence.
J. Preserve the network location, if any, given in the Document for public access to a
Transparent copy of the Document, and likewise the network locations given in the
Document for previous versions it was based on. These may be placed in the "History"
section. You may omit a network location for a work that was published at least four
years before the Document itself, or if the original publisher of the version it refers to
gives permission.
K. For any section Entitled "Acknowledgements" or "Dedications", Preserve the Title
of the section, and preserve in the section all the substance and tone of each of the
contributor acknowledgements and/or dedications given therein.
L. Preserve all the Invariant Sections of the Document, unaltered in their text and in their
titles. Section numbers or the equivalent are not considered part of the section titles.
M.Delete any section Entitled "Endorsements". Such a section may not be included in the
Modified Version.
N. Do not retitle any existing section to be Entitled "Endorsements" or to conflict in title
with any Invariant Section.
O. Preserve any Warranty Disclaimers.
If the Modified Version includes new front-matter sections or appendices that qualify as
Secondary Sections and contain no material copied from the Document, you may at your
option designate some or all of these sections as invariant. To do this, add their titles to
the list of Invariant Sections in the Modified Version's license notice. These titles must be
distinct from any other section titles.
You may add a section Entitled "Endorsements", provided it contains nothing but
endorsements of your Modified Version by various parties--for example, statements of peer
review or that the text has been approved by an organization as the authoritative definition
of a standard.
You may add a passage of up to five words as a Front-Cover Text, and a passage of up
to 25 words as a Back-Cover Text, to the end of the list of Cover Texts in the Modified
83
GNU Free Documentation License
Version. Only one passage of Front-Cover Text and one of Back-Cover Text may be added
by (or through arrangements made by) any one entity. If the Document already includes
a cover text for the same cover, previously added by you or by arrangement made by the
same entity you are acting on behalf of, you may not add another; but you may replace the
old one, on explicit permission from the previous publisher that added the old one.
The author(s) and publisher(s) of the Document do not by this License give permission
to use their names for publicity for or to assert or imply endorsement of any Modified
Version.
COMBINING DOCUMENTS
You may combine the Document with other documents released under this License, under
the terms defined in section 4 [82]
above for modified versions, provided that you
include in the combination all of the Invariant Sections of all of the original documents,
unmodified, and list them all as Invariant Sections of your combined work in its license
notice, and that you preserve all their Warranty Disclaimers.
The combined work need only contain one copy of this License, and multiple identical
Invariant Sections may be replaced with a single copy. If there are multiple Invariant
Sections with the same name but different contents, make the title of each such section
unique by adding at the end of it, in parentheses, the name of the original author or
publisher of that section if known, or else a unique number. Make the same adjustment to
the section titles in the list of Invariant Sections in the license notice of the combined work.
In the combination, you must combine any sections Entitled "History" in the various
original documents, forming one section Entitled "History"; likewise combine any sections
Entitled "Acknowledgements", and any sections Entitled "Dedications". You must delete
all sections Entitled "Endorsements".
COLLECTIONS OF DOCUMENTS
You may make a collection consisting of the Document and other documents released
under this License, and replace the individual copies of this License in the various
documents with a single copy that is included in the collection, provided that you follow
the rules of this License for verbatim copying of each of the documents in all other
respects.
You may extract a single document from such a collection, and distribute it individually
under this License, provided you insert a copy of this License into the extracted document,
and follow this License in all other respects regarding verbatim copying of that document.
AGGREGATION WITH INDEPENDENT WORKS
A compilation of the Document or its derivatives with other separate and independent
documents or works, in or on a volume of a storage or distribution medium, is called an
84
GNU Free Documentation License
"aggregate" if the copyright resulting from the compilation is not used to limit the legal
rights of the compilation's users beyond what the individual works permit. When the
Document is included in an aggregate, this License does not apply to the other works in the
aggregate which are not themselves derivative works of the Document.
If the Cover Text requirement of section 3 is applicable to these copies of the Document,
then if the Document is less than one half of the entire aggregate, the Document's Cover
Texts may be placed on covers that bracket the Document within the aggregate, or the
electronic equivalent of covers if the Document is in electronic form. Otherwise they must
appear on printed covers that bracket the whole aggregate.
TRANSLATION
Translation is considered a kind of modification, so you may distribute translations of the
Document under the terms of section 4. Replacing Invariant Sections with translations
requires special permission from their copyright holders, but you may include translations
of some or all Invariant Sections in addition to the original versions of these Invariant
Sections. You may include a translation of this License, and all the license notices in the
Document, and any Warranty Disclaimers, provided that you also include the original
English version of this License and the original versions of those notices and disclaimers.
In case of a disagreement between the translation and the original version of this License or
a notice or disclaimer, the original version will prevail.
If a section in the Document is Entitled "Acknowledgements", "Dedications", or "History",
the requirement (section 4) to Preserve its Title (section 1) will typically require changing
the actual title.
TERMINATION
You may not copy, modify, sublicense, or distribute the Document except as expressly
provided for under this License. Any other attempt to copy, modify, sublicense or
distribute the Document is void, and will automatically terminate your rights under this
License. However, parties who have received copies, or rights, from you under this License
will not have their licenses terminated so long as such parties remain in full compliance.
FUTURE REVISIONS OF THIS LICENSE
The Free Software Foundation may publish new, revised versions of the GNU Free
Documentation License from time to time. Such new versions will be similar in spirit to
the present version, but may differ in detail to address new problems or concerns. See
http://www.gnu.org/copyleft/.
Each version of the License is given a distinguishing version number. If the Document
specifies that a particular numbered version of this License "or any later version" applies
to it, you have the option of following the terms and conditions either of that specified
85
GNU Free Documentation License
version or of any later version that has been published (not as a draft) by the Free Software
Foundation. If the Document does not specify a version number of this License, you may
choose any version ever published (not as a draft) by the Free Software Foundation.
ADDENDUM: How to use this License for your documents
To use this License in a document you have written, include a copy of the License in the
document and put the following copyright and license notices just after the title page:
Sample Invariant Sections list
Copyright (c) YEAR YOUR NAME. Permission is granted to copy,
distribute and/or modify this document under the terms of the GNU Free
Documentation License, Version 1.2 or any later version published by the
Free Software Foundation; with no Invariant Sections, no Front-Cover
Texts, and no Back-Cover Texts. A copy of the license is included in the
section entitled "GNU Free Documentation License".
If you have Invariant Sections, Front-Cover Texts and Back-Cover Texts, replace the
"with...Texts." line with this:
Sample Invariant Sections list
with the Invariant Sections being LIST THEIR TITLES, with the
Front-Cover Texts being LIST, and with the Back-Cover Texts being
LIST.
If you have Invariant Sections without Cover Texts, or some other combination of the
three, merge those two alternatives to suit the situation.
If your document contains nontrivial examples of program code, we recommend releasing
these examples in parallel under your choice of free software license, such as the GNU
General Public License, to permit their use in free software.
86
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising