Groupe opérationnel 2 du Predit 4 Qualité et sécurité des

Groupe opérationnel 2 du Predit 4 Qualité et sécurité des
Groupe opérationnel 2 du Predit 4
Qualité et sécurité des systèmes de
transport
Livre blanc pour le Predit 4
Version du 30 novembre 2009
1
Sommaire
Introduction ................................................................................................................................ 4
« Gestion des mobilités et du trafic »......................................................................................... 6
Contexte et enjeux .................................................................................................................. 6
État de l’art ............................................................................................................................. 8
Axes de recherche .................................................................................................................. 9
Equipes de recherche............................................................................................................ 19
« Accessibilité, ergonomie, confort »....................................................................................... 21
Contexte et enjeux ................................................................................................................ 21
Etat de l’art ........................................................................................................................... 24
Axes de recherche ................................................................................................................ 25
Equipes de recherche............................................................................................................ 27
« Sécurité et fiabilité dans le domaine routier »....................................................................... 29
Contexte et enjeux ................................................................................................................ 29
Etat de l’art ........................................................................................................................... 31
Axes de recherche ................................................................................................................ 31
Equipes de recherche............................................................................................................ 37
« Sécurité et fiabilité dans le domaine ferroviaire »................................................................. 39
Contexte et enjeux ................................................................................................................ 39
Etat de l’art ........................................................................................................................... 41
Axes de recherche : .............................................................................................................. 44
Equipes de recherche............................................................................................................ 46
«Sûreté».................................................................................................................................... 50
Contexte et enjeux ................................................................................................................ 50
Etat de l’art ........................................................................................................................... 51
Axes de recherche ................................................................................................................ 56
Equipes de recherche............................................................................................................ 58
Actions du GO2........................................................................................................................ 60
Références ................................................................................................................................ 61
2
Nous remercions l’ensemble des membres du GO2 qui
ont participé à la rédaction de ce livre blanc, et en
particulier les chefs de file de chacun des domaines.
3
Introduction
Le Predit est un programme de coordination des politiques françaises de recherche et
d’innovation sur les transports de surface. Il résulte d’un accord entre trois ministères
(MEEDDAT, MESR, MinEIE) et trois agences (ANR, ADEME, OSEO) pour unir leurs
efforts incitatifs sur les transports terrestres (routier, ferroviaire, fluvial), en réponse aux
enjeux de société actuels, notamment en termes de développement durable. Le Predit 4 couvre
la période 2008-2012, avec un objectif d’investissement public de l’ordre de 400 millions
d’euros en soutien à la recherche et à l’innovation, à destination tant des entreprises que des
acteurs académiques de la recherche.
Il est organisé autour de six axes de programmation de la recherche, chacun porté par un
groupe opérationnel (GO), qui traiteront tous des dimensions technologiques, de services et de
connaissances et outils pour les politiques publiques :
GO1 : énergie et environnement
GO2 : qualité et sécurité des systèmes de transport
GO3 : mobilités dans les régions urbaines
GO4 : logistique et transport de marchandises
GO5 : compétitivité de l'industrie des transports
GO6 : politiques de transport
En particulier, le GO2, qui traite de la qualité et de la sécurité des systèmes de transport, a
souhaité approfondir l’analyse proposée dans le programme de travail du Predit 4. Tout
d’abord, voici un bref rappel des éléments présentés dans le programme de travail.
Enjeux :
Au-delà de la continuité des problématiques et des enjeux abordés dans le Predit 3, sept
ruptures caractérisent la période qui s’ouvre et vont impacter durablement la recherche sur la
qualité et la sécurité des systèmes de transports, qu’ils concernent le transport de personnes ou
de fret :
le Grenelle de l’environnement : développement durable et démocratie participative
la crise financière et économique
l’évolution des mobilités et ses conséquences sur les congestions : accroissement de la
demande
le foisonnement croissant de l’offre de transport et des ruptures de mode qu’il entraîne
les nouveaux enjeux de la sécurité routière : objectif de moins 3 000 morts par an à
l’horizon 2012, deux-roues, usagers vulnérables, réduction du nombre de blessés,
effets collatéraux, droit à la mobilité
les effets générationnels : deux-roues motorisés pour les « jeunes », renoncement à la
mobilité pour les personnes âgées
la posture croissante de surveillance globale, porteuse d’enjeux autour du déploiement
à grande échelle sur des systèmes de masse, des acceptabilités individuelles,
économiques, juridiques et sociales des équipements, ou encore de leur vulnérabilité.
3 déterminants de l’approche :
Deux horizons temporels :
4
•
•
construction innovante : long terme (minimum 10 ans, et plus souvent 20).
enjeux à court terme : demandant des réponses adaptées, fussent-elles
transitoires, et donc de vraies solutions palliatives ou alternatives aux situations
et évolutions actuellement constatées les plus pénalisantes pour les usagers, la
société et le développement durable (« patchs » : moins de 10 ans)
Une approche centrée sur l’individu, acteur de ses choix de mobilité
L’appréhension des acceptabilités
Six axes de recherche :
Optimisation : gestion du trafic, chaîne du déplacement, maintien à la mobilité et
diminution des exclusions :
• Gestion du trafic
• Chaîne du déplacement : un point de vue sur les ruptures
• Maintien à la mobilité et diminution des exclusions
Sécurité et sûreté
• Sécurité routière : les enjeux du déploiement
• Ferroviaire : de l’innovation sécuritaire à l’optimisation sous contrainte
sécuritaire
• Sûreté et surveillance globale
Contribution à l’EER :
des coopérations franco-allemandes dans le cadre de Deufrako : questions ferroviaires,
gestion du trafic.
coopérations transnationales, dans le cadre d’Eranet-Transports (ENT).
avec le 7ème PCRD : certaines recherches pourront être le préalable à des projets
technologiques de plus grande envergure au niveau européen.
L’idée transversale du groupe est donc bien d’aborder le transport sous une approche
système, associant véhicules / infrastructures / environnement / usagers, territoires urbains /
périurbains / ruraux, ou encore véhicules particuliers / de transport en commun / modes
partagés.
De plus, il élargit les questions de recherche traitées dans le précédent Predit à une notion
globale de qualité, cherchant à répondre aux exigences à la fois de l’usager, de l’opérateur,
des collectivités et des services de l’Etat.
La qualité des systèmes de transport a été déclinée dans ce livre en cinq domaines généraux :
Gestion des mobilités et du trafic
Accessibilité, ergonomie, confort
Sécurité et fiabilité dans le domaine routier
Sécurité et fiabilité dans le domaine ferroviaire
Sûreté
Pour chacun de ces domaines, nous avons choisi de positionner le thème par rapport à son
contexte, puis de faire un état de l’art des recherches existantes, de développer les axes de
recherche envisagés, puis de lister les équipes de recherche impliquées dans ce type de
recherches, ou susceptibles de l’être.
5
« Gestion des mobilités et du trafic »
Contexte et enjeux
Parmi les thèmes traités par le G02 du PREDIT4, le sous groupe « Gestion des mobilités et du
Trafic » a développé ses travaux autour de quatre questions principales :
Que savons-nous et comment pouvons-nous progresser en vue d’une meilleure
compréhension et d’une évaluation plus opérationnelle des phénomènes de mobilité et
de trafic ?
Quelles solutions nouvelles peuvent être imaginées et intégrées aux systèmes et
infrastructures actuels de mobilité et de gestion du trafic ?
Quelles technologies convient-il de concevoir, de déployer et d’intégrer à des coûts
compatibles avec l’environnement économique actuel et les contraintes écologiques
qui s’annoncent ?
Enfin, quelles adaptations proposer en termes d’organisation de la gouvernance et du
dialogue entre volonté politique et solutions techniques et quels outils concevoir pour
rendre les décisions plus cohérentes et conformes aux objectifs visés ?
Ces quatre questions ont un caractère transversal par rapport à l’objectif principal de
développement d’une mobilité durable dans un contexte économique de crise bien plus
incertain que celui qui a présidé aux précédentes éditions du PREDIT depuis 30 ans.
A partir de cet objectif principal, sept objectifs détaillés ont été identifiés par le groupe ; ils
ont eux-mêmes servi de trame à une réflexion sans a priori et à la rédaction d’une liste de
thèmes pour des travaux de recherche en réponse aux quatre grandes questions évoquées plus
haut.
Après avoir brièvement positionné nos travaux par rapport à ceux du groupe 3 (mobilité dans
les régions urbaines) et avoir proposé notre lecture du contexte et notre perception des enjeux
économiques, sociaux et environnementaux, nous ferons un rapide retour sur l’existant et sur
le bilan des travaux et des résultats de recherche dans les domaines de la gestion du trafic.
Puis nous élargirons cette question traditionnelle de la gestion du trafic à celle plus large de la
gestion des mobilités, avec en corollaire un changement de point de vue : remettre l’individu
au centre de la problématique et soumettre celle de la gestion de chaque mode (automobile,
TC, modes doux) à une obligation de résultat, satisfaire la mobilité individuelle tout en
préservant les équilibres collectifs, économiques, sociaux, et environnementaux.
Ces dernières années ont vu une évolution rapide du marché, des technologies et même des
comportements dans le domaine de la mobilité. Plus récemment, la crise économique et la
prise de conscience de la rareté programmée des ressources fossiles ont accentué ces
évolutions et provoqué des bouleversements dans l’automobile (faillite de General Motors,
n°1 du secteur) dont les conséquences sont encore loin d’être clairement analysées.
Le marché tente ainsi de s’adapter face à une demande qui change et des besoins qui émergent
à la faveur :
D'une information accessible facilement, en tous lieux, y compris en situation de
mobilité.
6
D'une localisation quasi permanente procurant à l’usager un sentiment de n’être jamais
totalement égaré et de pouvoir communiquer.
D’un sentiment de flexibilité plus grande pour un accès spontané à différents modes en
cours de trajet (concept du « libre service » mis en avant par les nouveaux modes
partagés).
D’une prise de conscience par les usagers des problèmes de réchauffement climatique
liés à la mobilité.
En réponse, de nouvelles offres tentent d'anticiper les grands enjeux environnementaux et
énergétiques et s’inscrivent dans les grandes priorités tracées par le Grenelle de
l’environnement :
Engagement par l’état d’un programme d’investissement important dans les
Transports en Commun en Site Propre.
Ouverture par les collectivités locales de nouveaux "territoires" (modes nouveaux,
pôles d’échange, partage modal de la voirie…).
Apparition de nouveaux marchés et acteurs, gestionnaires de flottes (auto, vélo
partage, …) ou « médiateurs » d’informations et de services (co-voiturage,
information trafic mono ou multi-modes, guidage…).
Evolution des opérateurs traditionnels qui réagissent à ces évolutions et aux menaces
des nouveaux grands entrants (opérateurs de télécom, acteurs Internet…).
Il est incontestable que ces nouvelles offres ont été possibles, pour la plupart, du fait du
déploiement très largement entamé des technologies « nomades » et des TIC, Technologies de
l’information et de la Communication, développées au cours de la dernière décennie,
notamment dans le cadre des programmes européens, américains et japonais sur les ITS. Les
plus marquantes parmi ces technologies sont :
La géo localisation de plus en plus précise et de mieux en mieux géo référencée.
L'Internet mobile et des services adaptés ou dédiés à la situation de mobilité.
L'allocation de bandes de fréquences dédiées notamment à la communication entre
véhicules ou avec l’infrastructure (motivées initialement par des fonctions de sécurité).
D’autres technologies ne sont encore qu’en phase de test ou de projets, comme les systèmes
coopératifs, mais leur futur déploiement ne fait pas de doute (ces technologies entrent déjà,
par exemple, dans les systèmes d’alerte dédiés à la sécurité routière), ce qui conforte les
tendances des évolutions en cours.
Pour satisfaire ces nouveaux besoins, et parfois pour les promouvoir dans des opérations plus
larges de rénovation urbaine, les infrastructures se transforment avec pour principaux
objectifs :
Un partage de l'espace public volontariste et respectueux des caractéristiques plus ou
moins résidentielles ou commerçantes des quartiers.
Un équipement réseau et de télécommunication pour mieux gérer ces infrastructures
complexes (réseaux de fibres optiques, bornes WIFI, WIMAX…).
Un déploiement de nouveaux modes de transport en commun (tramways et trolleys
nouvelles générations, bus à haut niveau de services…) et l’intégration de modes doux
(piétons, vélos) et de la « conduite apaisée ».
Positionnement au sein du Predit :
Les questions de mobilité apparaissent comme une préoccupation stratégique au sein du
GO 2, mais aussi dans les objectifs du GO 3 « Mobilité dans les Régions Urbaines » et de la
7
PREDIM. Répondre aux questions posées en introduction de ce livre blanc exige d’élargir le
spectre de nos réflexions aux fondements mêmes des besoins de mobilité. Mais s’il est
indispensable pour le G02 d’apprécier avec le maximum de précision les évolutions en
marche, notamment en termes de choix (multi)-modal et de services attendus (information,
guidage, régulation…), celles-ci ne peuvent être analysées par notre groupe du point de vue
de ses facteurs explicatifs en termes de politique urbaine et de ses mutations ou de sociologie
des populations. Ces questions relèvent à nos yeux clairement du G03 qui seul est capable
d’envisager des formes nouvelles de gouvernance, des expérimentations avec les collectivités
locales et des évaluations de leurs politiques comme support de leurs travaux.
Par ailleurs, notre souci d’englober toutes les formes de mobilité doit être tempéré par le peu
de prise que notre sous groupe a vis-à-vis des modes non routiers de transport. C’est pourquoi
on constatera dans la suite que les thèmes mis en avant ressortent principalement des modes
« individuels » (automobile, deux-roues, piéton) et que les modes « collectifs » sont traités
presque exclusivement aux interfaces nécessaires que sont le partage de l’espace public,
l’inter-modalité, les pôles d’échange… Nous laisserons à la PREDIM le soin de traiter les
questions intrinsèques de conception de l’information multimodale.
État de l’art
Les recherches sur les questions de mobilité et de gestion du trafic ont de tous temps été
considérées soit comme relevant de la gestion d’une demande segmentée entre différentes
populations, captives chacune d’un seul mode, et à tenter d’ajuster les capacités physiques en
conséquence, soit comme le champ fermé de spécialistes de la régulation pour optimiser au
mieux les capacités disponibles. Les troubles générés par les phénomènes de congestion
étaient au mieux considérés comme un levier de gestion de la demande, au pire comme une
fatalité.
Au cours de ces dernières années toutefois, des expérimentations ou même des réalisations
techniques innovantes sous forme de projets pilotes ont été entreprises mais relèvent plutôt de
l’ingénierie sans que soit bien visibles les recherches sur lesquelles elles se fondent. Seuls les
outils technologiques utilisés, initialement d’ailleurs à des fins de sécurité routière, sont le
résultat de recherches très actives comme celles qui portent sur les systèmes de
communications véhicule/infrastructure, véhicule/véhicule et intra-véhicule (la notion de
réseaux embarqués et système enfouis est importante pour la gestion du trafic transport public
par exemple mais aussi automobile), la géo-localisation, les systèmes de dialogue avancé, les
interactions homme-système, les technologies de perception embarquées... On se réfèrera au
plan européen aux travaux de l’E-Safety et aux groupes 4 et 9 du PREDIT 3.
Les contraintes que font peser les questions de renchérissement à moyen et long terme du
pétrole et plus important encore celle de la réduction drastique à engager des émissions de
GES conduisent à rechercher toutes les sources de gain potentiel que pourraient constituer une
utilisation plus rationnelle des infrastructures de transport et une réduction des congestions,
phénomènes flagrants de gaspillage et d’atteinte à l’environnement. Et l’accès aujourd’hui par
tout un chacun d’une connectivité quasi permanente conduit les politiques comme les
industriels et les chercheurs à exploiter ces technologies ITS pour d’autres fins que celles pour
lesquelles elles ont été initialement conçues.
8
C’est ainsi que quelques projets, peu nombreux il est vrai, peuvent être signalés sous la
bannière « gestion du trafic ». Ces projets relèvent des thématiques suivantes :
L’information trafic, notamment par RDS-TMC, ou par PMV (panneaux à messages
variables).
L’information personnalisée, notamment par SMS.
La régulation d’accès.
La régulation des vitesses.
Les mains courantes.
Les échanges et la qualification des données.
Les problèmes liés au trafic lourd, et au fret en général.
Le pesage en marche.
Les problématiques d’environnement et de bruit, etc.
Il apparaît au total un bilan assez mitigé au sens où chacun des projets n’a qu’une portée très
limitée et peu démonstrative sur le plan de la recherche au regard des impacts sur la maîtrise
de la congestion et l’optimisation des déplacements en fonction de critères de durabilité.
Mais il pouvait difficilement en être autrement compte tenu d’une absence presque totale de
programmation structurée de la recherche dans ce domaine et un manque flagrant des bases
nécessaires à cette programmation comme la mise en œuvre des moyens de mieux connaître,
analyser, modéliser, évaluer les besoins et les pratiques de mobilité ou comme la recherche de
leviers pour influer sur les comportements ou améliorer les compétences. Dans le domaine du
recueil de données par exemple, les traditionnelles boucles électromagnétiques pourraient
cesser de représenter seules l’alpha et l’oméga de l’accès aux conditions de trafic. Bien des
aspects de ces conditions sont inaccessibles par ce seul moyen.
Enfin, jusqu’à présent, la question de l’impact sur l’environnement de la gestion du trafic était
pratiquement absente des programmes de recherche avec quelques exceptions (projet eurorégional Corvette, en Italie et en Autriche). Cette question prend pourtant de plus en plus
d’importance, notamment au plan européen (voir les prix de l’innovation à Intertraffic
Amsterdam en 2008 ou le concept un peu provocateur du « Zéro Congestion » dans la
« Vision 2020 » d’ERTRAC). En lien avec cette question, il est remarquable que nous ne
disposions d’aucune évaluation des impacts environnementaux de différents types
d’aménagement (giratoires, carrefours à feux, carrefours à niveau sans feux, etc.).
Axes de recherche
Sept objectifs principaux ont été identifiés pour à la fois répondre aux enjeux actuels et aux
lacunes et insuffisances des recherches antérieures :
Un premier objectif vise à une meilleure connaissance des caractéristiques de la
mobilité permettant de mieux comprendre les interactions entre l’offre et la demande.
Un corollaire important de cet objectif est d’organiser, par le développement d’outils
ou d’interfaces appropriés, le partage et la mise en œuvre de ces connaissances.
Le deuxième objectif vise à développer les outils technologiques permettant la mise au
point de systèmes d’aide à la mobilité et la conception de nouveaux systèmes de
gestion du trafic notamment multimodaux (outils de géo-localisation, de
communication, de perception et de surveillance de l’environnement).
9
Le troisième objectif répond aux besoins d’outils de modélisation et d’évaluation
adaptés aux enjeux de développement durable, aux nouvelles échelles de
développement et d’analyse et à la question de la validation de ces modèles.
Le quatrième objectif vise à infléchir la demande vers des pratiques de mobilité
économes en énergie et en émission de GES, à accroître les compétences et
développer des modes de gestion d'infrastructures adaptés et à intégrer les nouveaux
services de transport.
Le cinquième objectif répond aux besoins multiples de l’inter-modalité par la
promotion de pôles d’échanges et d’information usagers adaptés à des déplacements
« sans couture » pour toutes les populations.
Avec ce sixième objectif, il s’agit de rendre plus fiables, les offres de mobilité
actuelles et futures, du point de vue des conditions de déplacement, tout en veillant à
un équilibre et à une articulation organisés entre les différents modes.
Enfin le septième objectif répond aux besoins de nouvelles gouvernances en matière
de mobilité en proposant le développement de nouveaux outils d'aide à la décision
capables de traduire des objectifs politiques et sociaux, de les faire converger, de
rendre compte de leurs conséquences et de proposer des solutions pour les mettre en
oeuvre.
Axe 1 - Accroître la connaissance des déterminants de la mobilité individuelle et
collective, organiser le partage de cette connaissance
Ce premier objectif vise à une meilleure connaissance des caractéristiques de la mobilité
permettant de mieux comprendre les interactions entre l’offre et la demande. Un corollaire
important de cet objectif est d’organiser, par le développement d’outils ou d’interfaces
appropriées, le partage et la mise en œuvre de ces connaissances.
Une bonne connaissance de la mobilité est nécessaire pour pouvoir agir sur le couple offredemande de déplacements, en tenant compte des objectifs politiques fixés par ailleurs
(réduction du temps perdu dans les embouteillages, réduction des émissions de CO2, etc.) ;
mais derrière le mot « mobilité » se profilent, en fait, différents concepts :
La mobilité individuelle, c’est-à-dire les déplacements de chaque individu ou
marchandise ; bien entendu, ceci doit être compris comme la mobilité relative à des
personnes physiques ou des marchandises identifiées, mais rendues ensuite anonymes
(il ne s’agit pas de jouer à Big Brother !) ;
La mobilité collective, c’est-à-dire celle qui se traduit en flux de trafic (c’est celle qui
intéresse tout particulièrement les gestionnaires d’infrastructures) ; pour les voyageurs,
celle-ci peut résulter de déplacements professionnels, ou domicile-travail, ou encore
de loisir.
Bien que le groupe 2 soit plutôt tourné du côté de l’offre de déplacements, une bonne
connaissance de la demande de mobilité est nécessaire, de manière à pouvoir agir de manière
cohérente sur le couple offre-demande de déplacements.
Dans cette perspective, la gestion du trafic apparaît comme un moyen privilégié ; en effet, elle
permet d'impacter certains déterminants de la mobilité (dont font partie les coûts). Ces
déterminants sont en fait les variables explicatives des raisons et des modes de déplacement
et, par voie de conséquence, des trafics.
Par exemple, pour les personnes physiques, le choix modal et le choix des heures de
déplacement dépendent des conditions de circulation, et donc de la qualité de la gestion du
trafic et de l'information des usagers (régulation d'accès, régulation des vitesses, gestion
10
dynamique des voies, voies réservées, systèmes de priorité bus, informations réellement
multimodales des usagers...).
Pour le fret, le choix dépendra des mêmes facteurs, mais aussi très fortement des ruptures de
charge, du coût, de la régularité des temps de parcours, etc.
Mais les connaissances actuelles, en ce qui concerne la mobilité et ses déterminants, sont
encore très largement perfectibles :
D'une part, certaines enquêtes de déplacement n'ont pas toujours la qualité et la
précision suffisantes (milieu périurbain, déplacements de week-end...) et certaines
données sont trop rarement disponibles (origines-destinations, par exemple) ;
D'autre part, certains trafics ne sont pas connus avec précision (exemple : « 2R »
motorisés, ou modes doux en général, etc.) ;
En outre, on manque d'études faisant le lien entre les études de déplacement (qui sont,
par nature, des études sur une zone donnée) et les études de trafic (qui s'appuient
généralement sur des données ponctuelles) ;
Enfin, on est loin de tout savoir sur les déterminants et en particulier les « coûts » (en
temps, en énergie, en nuisance et encore moins en impact social) de la mobilité.
Compte tenu de ce contexte, il est particulièrement important que ces connaissances soient
partagées, entre les gestionnaires et autres acteurs du trafic, bien sûr, mais aussi entre tous
ceux qui, à des titres divers, travaillent dans le domaine des transports.
Les déterminants de la mobilité sont à considérer comme des leviers pour la mise en œuvre
des politiques publiques de déplacement ; cependant, si le rôle de certains de ces déterminants
est bien connu (ex : coût du péage), c'est beaucoup moins évident pour d'autres (exemples :
rôle des ruptures de charge ou rôle d’une forte irrégularité des temps de parcours). De plus,
pour un individu donné, certains facteurs conditionnent le fait qu'il y a, ou non, besoin de se
déplacer physiquement (par exemple l'existence de possibilités de télétravail).
Dans le but de progresser vers une meilleure connaissance de la mobilité et de ses
déterminants, il faudra mobiliser, en plus des connaissances traditionnelles relatives aux
déplacements et au trafic, de nombreuses disciplines insuffisamment, voire pas du tout
utilisées aujourd'hui (économie, psychologie, sociologie, etc.), si du moins on veut dépasser
les explications simplistes, au profit d'explications plus globales des comportements.
Enfin, les pratiques de mobilité évoluent beaucoup aujourd'hui, et d'une manière qui n'est pas
aisément prévisible, notamment dans le contexte de la crise actuelle ; il est donc important
que les évolutions soient évaluées en permanence, de manière à réajuster également en
permanence nos connaissances, et aussi à affiner nos modèles.
Thèmes de recherche :
Recueil des données sur les mobilités individuelles et collectives :
• Développer des méthodes nouvelles (utilisation des nouvelles technologies :
GSM, GPS, utilisation des requêtes sur des serveurs -sous réserve
d'anonymisation-, etc.) pour connaître les déplacements individuels depuis leur
origine jusqu'à leur destination ; ceci permettrait d'avoir un volume de données
conséquent et facilement actualisable.
• Développer aussi de nouvelles méthodes pour appréhender les flux (véhicules
traceurs, systèmes de lecture des plaques d'immatriculation, nouveaux
11
capteurs, mais aussi satellites -avec Galileo-, drones, etc.) des véhicules et des
poids lourds, en portant une attention particulière à certains types de véhicules
particuliers. De nouveaux paramètres pourraient aussi être pris en compte (ex :
temps de parcours).
Traitement des données
• Matrices origine-destination : comment les calculer (et les utiliser) de manière
simple ?
• Qualification des données.
• Organisation et fusion de données.
Analyse des mobilités individuelles et collectives : Déterminants de la mobilité (y
compris aspects psychologiques) :
• Approche qualitative.
• Essai de quantification.
• Prise en compte du contexte de crise.
o Mise en lien des résultats des différentes méthodes de connaissance de la
mobilité (créer des bases de données communes interopérables, faire des
analyses croisées de ces bases de données).
o Recherche des relations entre les études de déplacement (fondées sur des
comportements individuels) et les études de trafic (fondées sur des chiffres
globaux de circulation).
Modèles intégrés de régulation de l’offre et de la demande. Les capacités de plus en
plus grandes d’informer l’usager d’évolutions à court terme des situations de trafic
prévisibles (sur un mode ou entre les modes de déplacement) à l’échelle d’une ville,
d’une agglomération, ou d’une infrastructure autoroutière sont largement sous
exploitées faute de pouvoir produire des recommandations validées d’itinéraires, de
modes alternatifs ou de capacités de stationnement suffisantes. Des modèles multiéchelles et multi-modes seront donc à l’avenir nécessaires pour bâtir une véritable
infrastructure d’information et de guidage.
Axe 2 - Développer des briques technologiques pour une optimisation des trafics et des
mobilités
Ce deuxième objectif vise à développer les outils technologiques permettant la mise au point
de systèmes d’aide à la mobilité et la conception de nouveaux systèmes de gestion du trafic
notamment multimodaux (outils de géo-localisation, de communication, de perception et de
surveillance de l’environnement).
Les outils nécessaires au recueil de données, à l’information des usagers, à l’optimisation de
l’usage de l’infrastructure et à l’automatisation de certains processus reposent très fortement
sur les nouvelles technologies de l’information et de la communication.
Les systèmes TIC sont aujourd’hui largement présents dans nos déplacements. Il s’agit dans
un premier temps d’exploiter ces informations, de tirer profit de la multiplicité des
informations déjà disponibles et dans un deuxième temps de promouvoir de nouvelles
technologies de recueil de données ainsi que des systèmes d’aide à la mobilité et
d’optimisation du trafic.
La connaissance de la mobilité et de certains de ses déterminants peut être enrichie grâce aux
outils technologiques de communication, localisation et surveillance. Les véhicules, les
individus ou les biens sont en effet tous des informateurs potentiels, en temps réel ou différé,
en continu ou ponctuellement, des déplacements individuels ou collectifs.
12
Les systèmes de localisation permettent le géo-référencement des données ; les moyens de
communication assurent la transmission des données d’un point à un autre ou d’un point à une
multitude d’usagers.
Les systèmes de perception et de surveillance des environnements transports complètent le
dispositif et peuvent être couplés avec des techniques de détection d’événements particuliers.
Ils peuvent être locaux (surveillance d’une infrastructure donnée) ou globaux (surveillance
satellitaire). Les informations peuvent remonter vers l’infrastructure ou descendre vers
l’usager (conditions du trafic, correspondances intermodales, etc.), être échangées entre
véhicules ou être à destination des automatismes embarqués.
Ces systèmes de perception et de surveillance ne doivent pas se limiter aux situations de trafic
mais aussi à l’optimisation, tout aussi importante, du stationnement, notamment en parking.
On sait combien ce facteur peut influer sur la demande de déplacement, notamment celle des
poids lourds, et donc sur les conditions de trafic elles-mêmes.
La souplesse d’utilisation de ces systèmes doit leur permettre de s’appliquer à des
déplacements quotidiens ou habituels (domicile/travail) mais également des trafics
occasionnels (voyages, longs trajets avec passages de frontières etc.).
Thèmes de recherche :
Communications pour la mobilité. Des communications plus robustes, plus fiables et
très souvent disponibles doivent être recherchées. Les débits requis doivent être
optimisés pour minimiser les contraintes de qualité de service spécifiques. Les
conditions de fonctionnement sont également à intégrer pour prendre en compte les
contextes de mobilité, d’interopérabilité des systèmes et des applications, notamment
en termes d’environnements radioélectriques complexes (obstacles, masquages,
cohabitation des applications, interférences, rareté des ressources radioélectriques…).
Les recherches et développement portant sur des technologies et systèmes capables de
s’adapter et de se reconfigurer dynamiquement en temps réel présentent un intérêt
particulier dans ces contextes.
Technologies de localisation précise et intégrité. Des performances augmentées des
systèmes de localisation sont à rechercher en précision (distinction de la voie de
circulation), en disponibilité, en continuité du service et de l’intégrité de l’information
(confiance dans la mesure, en particulier indispensable pour des applications de type
péage). L’arrivée prochaine du système GALILEO permettra d’augmenter le nombre
de satellites disponibles et d’offrir une information sur l’intégrité des signaux. Les
apports de cette voie doivent être explorés pour proposer de nouvelles applications de
localisation à caractère sécuritaire qui présentent des exigences élevées de précision,
de disponibilité pour garantir des performances compatibles avec des applications
sécuritaires dans les transports. Les trajets multiples, le masquage du signal et le
mauvais positionnement des satellites ainsi que la connaissance de l’environnement
sont particulièrement à prendre en compte.
Perception de l’environnement et surveillance des infrastructures. De nouveaux outils
de surveillance peuvent être proposés ; ils pourront être fondés sur des capteurs passifs
ou actifs, qui peuvent être associés grâce à des techniques de fusion de données.
Différents traitements pourront être suggérés localement (au niveau du capteur) ou
après la mise en réseau des informations. Ils devront s’affranchir des conditions de
mobilité, d’occultation, de variations de luminosité, etc.
Intergiciels et protection des communications et des données. Des intergiciels,
permettant aux différentes applications de communication, de navigation et de
surveillance de s’adapter à l’environnement rencontré, aux exigences
13
d’interopérabilité et aux contraintes d’hétérogénéité des applications distribuées, sont
souhaités. La protection des informations des usagers et des opérateurs doit être
recherchée ; elle nécessite de proposer des techniques de protection de l’anonymat qui
incluent aussi la résistance à la modification volontaire ou non des informations.
L’utilisation et la prolifération des TIC dans les modes de transport demandent que
leur compatibilité électromagnétique (CEM) soit prise en compte pour réellement
améliorer la disponibilité, la fiabilité et l’intégration des technologies de
Communication-Navigation-Surveillance comme de nouveaux outils de gestion du
trafic.
Axe 3 - Développer des modèles adaptés aux nouveaux besoins et enjeux
et à l’évaluation des trafics et des mobilités
Ce troisième objectif répond aux besoins d’outils de modélisation et d’évaluation adaptés aux
enjeux de développement durable, aux nouvelles échelles de développement et d’analyse et à
la question de la validation de ces modèles. Le renouvellement en profondeur de la
thématique de la gestion des flux implique le développement de nouveaux outils d’évaluation
et d’analyse. La modélisation en est un passage obligé notamment pour l’évaluation a priori
de nouvelles solutions de trafic afin d’estimer leurs impacts.
Plusieurs éléments sont à prendre en compte dans cette perspective :
La modélisation multimodale est encore balbutiante et demande à être développée ;
au-delà des modèles classiques de choix modal, il s’agit d’outils capables d’évaluer le
fonctionnement d’un système multimodal avec l’ensemble des chaînes de
déplacements possibles ;
La nécessité d’analyser, et d’agir, de façon cohérente à des échelles différentes ; des
outils de modélisation multi-échelle sont ainsi nécessaires ;
La nécessité de prendre en compte, dans l’évaluation, des critères de natures diverses,
aussi bien techniques qu’économiques, qu’environnementaux ; si la question de
l’analyse multicritère est loin d’être inexplorée, de nombreuses dimensions restent à
améliorer : par exemple, intégrer la sécurité aux autres critères de qualité, prendre en
compte la diversité des usagers dans l’évaluation des systèmes… ;
Le besoin d’introduire dans les outils de modélisation et d’évaluation l’impact des
nouvelles technologies, mais aussi des nouveaux services de mobilité (véhicules en
libre service, alternatives à la mobilité…).
La question de la validation des modèles doit également être traitée, en liaison avec celle des
bases de données.
Thèmes de recherche :
Modélisation multi-échelle et évaluation des systèmes multimodaux. Des modèles et
des méthodes d’évaluation devront être spécifiquement proposés pour prendre en
compte les chaînes intermodales, pour mettre en cohérence les indicateurs entre les
modes de transport, pour intégrer les modes doux… Différents modèles devront être
développés pour représenter les systèmes aux différentes échelles : échelle locale ou
microscopique (l’individu, le carrefour…) jusqu’à l’échelle globale (le réseau,
l’agglomération) et leur cohérence devra être recherchée.
Evaluation multicritère de nouveaux services et infrastructures de transport. Des
critères de sécurité, sociaux, économiques et environnementaux sont à intégrer dans
l’évaluation a priori et a posteriori des systèmes. Des méthodes d’analyse multicritère
14
sont à proposer. Des évaluations qui prennent en compte de nouveaux services, de
nouvelles formes de partage de la voirie et les impacts des systèmes coopératifs sont à
privilégier. Elles doivent de plus intégrer les dimensions de l’intermodalité.
Validation des modèles et bases de données. La validation des modèles est essentielle
pour évaluer leur fiabilité et leur domaine d’emploi ; les techniques permettant d’y
parvenir sont particulièrement visées comme le croisement de bases de données
d’origine diverses, la constitution de bases de données multimodales, multi-échelles et
multi-indicateurs et le développement de sites pilotes.
Axe 4 - Promouvoir de nouveaux comportements et de nouvelles pratiques de mobilité,
accroître les compétences et intégrer les nouveaux services de transport
Ce quatrième objectif vise à infléchir la demande vers des pratiques de mobilité économes en
énergie et en émission de GES, à accroître les compétences et développer des modes de
gestion d'infrastructures adaptés et à intégrer les nouveaux services de transport.
Cet objectif recouvre plusieurs problématiques :
Celle des infrastructures physiques : construction, usage, partage. Le Grenelle de
l’environnement suffira-t-il à infléchir les tendances ? Quels outils peuvent conduire
aux ruptures nécessaires ? Quels modes de gestion, quelle gouvernance des
infrastructures peuvent permettre une optimisation environnementale de leurs usages ?
Celle des services de transport : quelle niveau d’intégration des services, quelle
interopérabilité entre services à la fois du point de vue des informations aux usagers
comme de la tarification et des moyens de paiement peuvent favoriser les flexibilités,
les performances et la qualité attendues d’une mobilité incluant tous les modes de
transport (TC, VP, modes doux…).
Celle des infrastructures TIC permettant de mettre en œuvre des services de mobilité
plus durable, voire d’offrir de véritables alternatives (virtualisation, télétravail…) à
certains types de déplacements ou facilitant des déplacements optimaux (« intelligence
ambiante »).
Celle des nouveaux équilibres économiques, sociaux, comportementaux entre modes à
mettre en place ; autrement dit, la recherche vers d’autres solutions de mobilité, d’un
optimum entre plusieurs dimensions touchant à l’acceptabilité sociale des mesures, à
leur coût, à la fiabilité de technologies convoquées.
Celle des modes d’action, de régulation, d’information, de formation, d’évaluation
consécutifs au déploiement des nouvelles offres, des nouveaux modes, des nouvelles
« valeurs » incluant l’encouragement, l’incitation, la séduction (la mobilité « plaisir »)
ou la coercition, l’obligation, l’interdiction, le péage. Cette problématique inclut aussi
l’apparition de nouveaux acteurs et l’évolution des métiers de la mobilité.
Thèmes de recherche :
Analyse, spécification, gouvernance des infrastructures et des services. Les méthodes
d’analyse et de spécification des infrastructures et des services doivent être adaptées
aux objectifs de durabilité. De nouveaux systèmes de gestion et de gouvernance
d’infrastructures partagées ou interdépendantes (gestion et affectation des capacités)
doivent être proposés.
Méthodes d’évaluation de l’usage des infrastructures (voir axe 3).
Nouveaux services de mobilité, d’accompagnement et de substitution au déplacement.
De nouvelles offres sont aujourd’hui proposées (auto, vélo en libre service,
covoiturage, services d’informations et de guidage…) qui utilisent des technologies
15
TIC aujourd’hui bien maîtrisées. De nouvelles technologies arrivent à maturité,
permettant d’envisager une substitution partielle ou totale au déplacement. D’autres
accompagnent l’usager dans sa mobilité pour le guider, l’informer sur son
environnement, l’assister pour le péage ou l’accès au mode souhaité (technologies
d’intelligence ambiante, RFID, NFC…)
Nouveaux modes de régulation et de partage dynamique de l’infrastructure. Des
expérimentations récentes ont montré tout l’intérêt d’une gestion dynamique des
infrastructures (régulation de vitesse, gestion dynamique des voies…). De nouveaux
systèmes, répondant aux spécificités de l’infrastructure et à la demande ponctuelle
d’une ou plusieurs catégories d’usagers à un moment donné, doivent pouvoir être
imaginés, conçus, validés pour optimiser l’usage de cette infrastructure et la qualité du
service offert.
Modes d’actions (information, formation, régulation) adaptés aux nouveaux usages et
services de mobilité. Les technologies et infrastructures en cours de déploiement
imposent de repenser l’information, l’accompagnement et la formation liés aux
comportements nouveaux et à l’usage de services nouveaux. D’autres technologies
permettent d’envisager de nouvelles approches pour la régulation de la demande par
l’incitation, la réglementation ou le péage.
Axe 5 - Accroître la flexibilité intermodale pour tous
Ce cinquième objectif répond aux besoins multiples de l’inter-modalité par la promotion de
pôles d’échanges et d’information usagers adaptés à des déplacements « sans couture » pour
toutes les populations.
Une mobilité sûre et de qualité n’est envisageable aujourd’hui qu’en concevant des systèmes
de transport « sans-couture ». Il est donc nécessaire d’accroître la flexibilité intermodale,
c’est-à-dire permettre le transfert modal, le passage entre les différents modes de transport
pour un individu et au total de faciliter le choix de la chaîne de déplacement la mieux adaptée.
Le transfert modal est possible grâce aux pôles d’échange, lieux de connections des différents
modes, à l’information voyageur pour connaître les possibilités de transfert, à une tarification
intermodale pour permettre un choix économique et aux meilleures conditions, notamment de
stationnement, offertes aux modes individuels (automobiles, vélos…).
Un transport « sans couture » requiert également une accessibilité de même niveau d’un mode
à l’autre. Les Personnes à Mobilité Réduite (PMR) devront être prises en compte dans toutes
les réflexions.
Thèmes de recherche :
Outils de modélisation et de simulation pour l’optimisation des correspondances et des
parcs relais. Les pôles d’échange sont conçus pour favoriser la transition entre modes.
Leur performance sera mesurée par la qualité des correspondances entre les modes en
présence. L’optimisation de ces correspondances utilisera des nouveaux outils de
modélisation et de simulation. La conception, le dimensionnement et la répartition des
parcs relais intégrant des services associés (consigne…) doivent également être
optimisés.
Systèmes d’aide à la décision adaptés aux situations de crise et à la gestion de
situations dégradées. Les incidents ou accidents et plus encore les situations
exceptionnelles de crise (météorologique, accidents graves...) provoquent des
congestions et des gênes d’autant plus importantes que les systèmes se trouvent, aux
heures de pointe, en limite de capacité. L’assistance aux usagers pour limiter ces gênes
et réduire ces congestions pourra exploiter les possibilités des produits nomades, afin
16
de les guider pas à pas sur des parcours alternatifs. Pour les situations de crise, des
moyens adaptés en termes d'outils d'aide à la décision, de systèmes d'information au
public, de coordination des moyens et des institutions sont indispensables à un retour
rapide à une situation nominale."
Intégration dans les projets de la marche à pied. La marche à pied doit être conçue en
tant que mode de transport à part entière, notamment dans sa fonction rabattement vers
les transports collectifs.
Systèmes d’information multimodale. Une mise en cohérence poussée de
l’information entre les modes et les opérateurs est la condition pour permettre un choix
raisonné de l’usager avant son déplacement mais également pendant son déplacement
(y compris l’info trafic). Des bases de données « interopérables » d’information trafic
tous modes et des modèles de comportements, de simulation et de prévision intégrant
le contexte et l’environnement sont des outils nécessaires aux gestionnaires
d’infrastructures pour produire une information de qualité.
Systèmes de tarifications harmonisées et systèmes de régulation par les tarifs, moyens
de paiement interopérables. Les moyens d’information et de paiements seront selon
toute vraisemblance fusionnés, via notamment les produits nomades équipés des
technologies RFID et NFC. Cette fusion permettra d’envisager de nouvelles approches
de régulation et de tarifications harmonisées.
Axe 6 - Améliorer la fiabilité des offres de mobilité et des articulations entre les offres
Avec cet objectif, il s’agit de rendre plus fiables, les offres de mobilité actuelles et futures, du
point de vue des conditions de déplacement, tout en veillant à un équilibre et à une
articulation organisés entre les différents modes. Les différents sujets intervenant dans cet
objectif sont relatifs :
Aux offres de mobilité, à leur caractérisation (notamment dans une vision
intermodale), leur évolution et leur évaluation.
Aux actions nécessaires à leur fiabilisation.
A l’équilibre entre les différentes offres.
Thèmes de recherche :
Offres de mobilité : caractérisation, évolution et évaluation.
• La mobilité est la propriété de ce qui peut se déplacer dans un espace. Plusieurs
types de mobilités existent : mobilité physique des hommes et des biens,
mobilités virtuelles.
• Qu’est ce qu’une offre de mobilité ? Doit- on la différencier par types de
réseaux : routiers, ferrés, urbains ? Est-elle liée aux acteurs qu’elle engage :
collectivité, gestionnaire de voirie, opérateur de transport … ?
• Que peut faire la recherche ? Définir les principaux indicateurs caractérisant
une offre de mobilité : réseau nécessaire (y compris les zones d’échanges :
stationnement, …), mode de transport (véhicules, énergie requise, technicité
des conducteurs, …), typologie du trafic (local, transit, international,
marchandises, voyageurs…), caractéristiques du trafic (valeurs extrêmes,
variabilité, …), prise en compte d’incidents / accidents (quelle information,
quelle alternative…). A quoi se rapporte cette caractérisation : un itinéraire
(origine / destination) ?
• Quel coût par rapport au service rendu ? Quels moyens, outils pour comparer
différentes offres de mobilité, par exemple pour des itinéraires équivalents ?
17
•
Ces recherches devraient permettre de répondre aux questions : Quels sont les
critères de choix d’un mode de transport ? Quelles sont les métriques propres à
chaque mode ?
• Partant de ces définitions et caractérisations, nous serions plus à même
d’évaluer les possibilités de nouvelles offres, soit pour un mode, soit en
combinant plusieurs modes et en optimisant l’espace, les déplacements des
véhicules ou l’occupation des véhicules.
• Il conviendra, en sus de la caractérisation et de l’évolution des offres de
mobilité, d’évaluer l’impact du système existant ou proposé sur
l’environnement et sur les consommations énergétiques. L’évaluation suppose
d’avoir des indicateurs de performances, de coût et de nuisances et les moyens
de les mesurer ou de les estimer. Elle doit aussi permettre de comparer
différentes offres entre elles. Concernant les effets du transport sur
l’environnement, différents aspects sont à prendre en compte : pollutions
sonores, visuelles, pollution de l’air, insécurité routière, énergie requise, GES,
service public ou service citoyen, …
Actions nécessaires à la fiabilisation des offres de mobilité.
Comme précédemment, une 1ère question est la définition de la fiabilité d’une offre de
mobilité (notamment lors des transferts d’un mode à l’autre) : respect des objectifs
fixés et prise en compte des contraintes liées au contexte et à l’environnement,
connaissance des facteurs influant sur la variabilité d’une offre et de leur sensibilité sur
les performances, impact environnemental, humain, social et économique incluant la
sécurité, la qualité, la durabilité, la tolérance aux erreurs (caractère prévisible) et aussi
les limites de cette fiabilité (gestion des situations dégradées : grandes congestions,
attentats, intempéries exceptionnelles, alternatives possibles ou solutions d’évitement).
Une deuxième question concerne la prévision des phénomènes récurrents et de leurs
impacts sur le trafic pour une offre de mobilité donnée. Le recours à des modèles de
prévision, intégrés dans les outils d’aide à la gestion utilisés par les opérateurs devrait
être plus systématique et encouragé : quels indicateurs, à partir de quelle variabilité de
ces indicateurs informer ou engager des actions, quelles actions engager ? Telles sont
les questions que de tels outils devraient permettre d’éclairer.
Parmi les actions à engager pour rendre des offres de mobilité plus fiables, comment
cette affirmation : « le décloisonnement des informations est une garantie de fiabilité »
peut-être intégrée et auprès de qui : utilisateurs, décideurs ?
De même, cette autre affirmation : « la mobilisation des technologies de l’information
au service des transports est intense pour la sécurisation des opérations
(positionnement dynamique, information trafic en temps réel) » peut-elle rendre plus
fiable une offre de mobilité ?
Cohérence, articulation entre les différents modes de transport.
Les incitations à développer et favoriser de nouvelles offres de mobilité ne peuvent
escamoter la question de l’équilibre entre les différents modes afin que les
changements ne soient ni radicaux vis-à-vis des modes existants ni trop brutaux vis-àvis des usagers et qu’ils reflètent correctement les aspirations de la société. Cette
recherche d’articulation entre les différentes offres ou différents modes est nécessaire
pour répondre aux demandes politiques et citoyennes.
La diversification des offres de transport est aussi une solution pour réduire une trop
forte occupation des réseaux, sous réserve de privilégier l’intermodalité et la
multimodalité.
Ces propositions pour être développées et déployées nécessitent l’adhésion des usagers
et des pouvoirs publics. Deux questions devraient être traitées à cette fin :
18
•
•
Afin d’estimer l’adhésion des usagers, quelle prévision du changement de
comportement ces nouvelles offres impliquent-elles ?
Quelle est l’interaction de toute nouvelle offre (ou d’une offre existante) avec
les autres et notamment quel sera son impact sur les autres offres et modes en
termes de performances, de qualité et de sécurité ?
Axe 7 - Assurer le lien entre objectifs politiques et systèmes techniques
Ce septième objectif répond aux besoins de nouvelles gouvernances en matière de mobilité en
proposant le développement de nouveaux outils d'aide à la décision capables de traduire des
objectifs politiques et sociaux, de les faire converger, de rendre compte de leurs conséquences
et de proposer des solutions susceptibles d'y répondre. Cet objectif peut être présenté sous
forme de deux chaînes de sens inverse :
Un objectif politique doit pouvoir se traduire par des critères à optimiser ou des
contraintes à respecter, qui doivent eux-mêmes se traduire par des exigences dans le
cahier des charges du système technique ; à ces exigences doivent être associés des
moyens de vérifier qu’elles sont satisfaites ;
Un système technique produit des mesures, à partir desquelles il est possible de
construire des indicateurs de satisfaction des critères de bon fonctionnement du
système et d’atteinte des objectifs politiques.
Par ailleurs le système technique est un lieu possible du dialogue entre plusieurs collectivités
pour coordonner leurs politiques respectives.
Il faut rajouter à ces deux questions celle de la communication, voire de la « négociation »
souvent nécessaire entre deux sphères utilisant souvent chacune son propre langage et sa
propre compréhension des phénomènes.
Thèmes de recherche :
Traduction technique d’objectifs politiques. Une recherche combinant science
politique et sciences de l’ingénieur sur la traduction technique d’objectifs politiques.
Ceci a par exemple été conduit dans le cadre de la sécurité routière, mais pourrait sans
doute s’étendre à d’autres sujets comme l’intermodalité : que veut dire par exemple un
« bon » fonctionnement d’un système multimodal et, une fois celui-ci défini, comment
y parvenir ? Des méthodes d’évaluation d’objectifs politiques dans ce domaine seront
nécessaires de même que des méthodes d’optimisation multicritère intégrant la
dimension « politique ».
Recherche sur les processus de décision à l’occasion de la mise en œuvre d’outils
techniques. De nouvelles approches peuvent améliorer les processus de décision grâce
à des outils dédiés de dialogue et de discussion (outils collaboratifs de négociation,
outils interactifs de simulation, méthodes de représentation,…) entre les donneurs
d’ordre (politique) et les services techniques.
Equipes de recherche
Pôles de compétitivité :
• MTA : Mobilité et transports avancés
• ADVANCITY : Ville et mobilité durables
• MOV’EO
• LUTB : Lyon Urban Truck&Bus
19
• Automobile haut de gamme
• Véhicule du futur
• System@tic, I-trans
Organismes de recherche :
• INRETS
• INRIA
• LCPC
• CEA
Universités, Enseignement supérieur :
• UTC Compiègne
• Blaise Pascal Clermont
• ESIGELEC Rouen
• Versailles Saint – Quentin en Yvelines
• ENPC
• ENTPE
• Ecoles des mines
• Groupe des écoles télécoms
• Ecole centrale de Lille, UVHC….
RST : CETE, ERA,
20
« Accessibilité, ergonomie, confort »
Contexte et enjeux
Les précédents PREDIT ont déjà abordé la question de l’accessibilité des transports publics
aux personnes handicapées et plus largement aux personnes à mobilité réduite. Les
orientations du PREDIT IV, l’accent mis sur la qualité des systèmes de transports, et
l’association innovante de l’accessibilité avec les approches ergonomie et confort pas ou peu
abordées jusqu’alors sur le plan de la recherche socio-économique des transports imposent de
construire des pistes de recherches nouvelles, et au préalable une « culture commune ».
L’énoncé des axes de recherche dans le programme de travail du GO2 du PREDIT IV,
« Chaîne de déplacement: point de vue sur les ruptures » et « Maintien à la mobilité et
diminution des exclusions », nécessite de préciser la définition des termes, des champs de
réflexion, et les approches sous-tendues par les différents concepts et leurs liens.
1/ Des systèmes de transport accessibles permettant le droit à la mobilité de tous, doivent être
conçus pour tous quelque soit le « handicap » (différence au regard de la « majorité ») lié à la
personne, au territoire de localisation ou à au niveau de revenu. L’accessibilité devra, par
conséquent, être réfléchie sous ses 3 acceptions :
accessibilité fonctionnelle des personnes à mobilité réduite (PMR), personnes
handicapées, personnes âgées, …(cf définition de l’Union Européenne),
accessibilité géographique des territoires mal desservis ou difficiles à desservir par les
systèmes de transport, en particulier de transports publics, parce que peu denses, ou
enclavés,
accessibilité sociale liée notamment à des niveaux de revenus insuffisants.
2/ Les 3 déterminants définis pour les travaux du GO2 correspondent bien à l’approche
globale et systémique du sous-groupe ,
2 horizons temporels (long terme et court terme),
centrée sur l’individu - acteur de ses choix de mobilité,
veiller aux acceptabilités, mais aussi aux usages.
3/ L’hétérogénéité des 3 termes de l’intitulé du groupe, et leurs liens, constituent une
difficulté à lever pour construire un cadre commun, par des explicitations « partagées » : ex.
l’ergonomie est une discipline, pouvant contribuer au confort, à l’accessibilité fonctionnelle…
C’est pourquoi il est proposé des premières définitions des termes :
ergonomie/confort/accessibilité et acceptabilité au regard de la problématique de la qualité des
systèmes de transport ; elles seront à enrichir avec les débats à venir.
21
Ergonomie :
Cette discipline est définie comme « l’étude scientifique de la relation entre l’homme et ses
moyens, méthodes et milieux de travail » et l’application de ses connaissances à la conception
de systèmes « qui puissent être utilisés avec le maximum de confort, de sécurité et d’efficacité
par le plus grand nombre »1
Les méthodes de l’ergonomie sont applicables/transposables à d’autres activités humaines que
le travail. Jusqu’à présent, dans le champ des déplacements/de la mobilité des personnes, elles
n’ont eu que des applications ponctuelles. Ces démarches demandent à être « consolidées » en
vue de leur reproductibilité et leur déploiement pour la conception des systèmes de
transport/déplacement.
Ces réflexions sont d’autant plus nécessaires qu’elles consolident les fondements d’approches
réellement centrées sur l’individu/utilisateur, et de la chaîne de déplacements perçue du point
de vue de celui qui se déplace et non pas de ceux qui le transportent : c’est pourquoi, il ne faut
pas confondre chaîne de déplacement et chaîne de transport ; l’individu se déplace en
employant le cas échéant un ou plusieurs modes de transport et l’opérateur de transport
« transporte ».
Confort :
A priori, il ne s’agira pas de démarche « marketing » cherchant à vendre un produit ou un
service supplémentaire rendu, mais de démarche ergonomique. On parlera de zone de confort
comme la zone des conditions permettant à une personne de réaliser son activité sans fatigue,
c’est-à-dire sans surcharge supplémentaire par rapport à la charge strictement nécessaire à la
tâche, la charge pouvant être physique et/ou mentale ; et la « surcharge » comporte des seuils :
perception, altération, douleur, pénibilité…
En tant que cadres d’activités de mobilité, les systèmes de transports, leurs aménagements et
équipements provoquant des difficultés d’accès et/ou d’utilisation engendrent des conditions
ne rentrant plus dans les zones de confort des personnes concernées. Les zones de confort des
PMR ou des personnes vieillissantes ne recouvrent pas celles des autres personnes, mais il y
des interférences importantes : c’est le niveau de confort attendu qui variera d’une population
à l’autre.
Dans une logique de conception universelle, conception pour tous des équipements,
aménagements, et des services (design for all), la satisfaction des PMR et des autres permet
un élargissement des zones de confort pour tous.
Accessibilité :
Quelle que soit l’acception, l’accessibilité implique une approche systémique et
pluridisciplinaire (ergonomie, économie, droit, sociologie, géographie, environnement,
techniques). Condition de l’exercice du droit à la mobilité, cette notion désigne le caractère
possible de la liberté de déplacements dans l’espace, de l’utilisation des outils, et de la
compréhension permettant d’atteindre un but ; il s’agit que toutes les personnes, y compris
celles ayant des déficits physiques, sensoriels, cognitifs ou mentaux, mais aussi financiers ou
isolées géographiquement, aient - si et quand elles le souhaitent - accès à des lieux , des
véhicules de transport public ou individuels, des informations, à toute activité liée à la
mobilité, à la conduite…
1
Source : Wikipédia , citant les définitions adoptées par le IVé congrès international d’ergonomie et la Sté
d’ergonomie de langue française
22
Au niveau du collectif et sous l’angle « développement durable », mêlant les approches
économiques, sociales et environnementales, il s’agirait aussi de refonder les conceptions
actuelles de mesures de l’accessibilité visant à évaluer les performances territoriales et
économiques des réseaux de transport.
Acceptabilité
En sciences humaines et sociales, le terme d'acceptabilité ne se réduit pas à « faire accepter »,
faire se conformer. L'acceptabilité combine plusieurs registres :
Celui du calcul qui fait référence aux seuils de "tolérance", autrefois apanage des seuls
techniciens, et inspiré par le raisonnement mathématique ou économique. Il se réfère
alors à la notion d’utilisabilité2, qui permet de repérer le degré selon lequel un
produit/service peut être utilisé, par des utilisateurs identifiés, pour atteindre des buts
définis avec efficacité, efficience et satisfaction, dans un contexte d’utilisation
spécifié.Celui de l’appropriation qui renvoie à la notion de négociation entre les
diverses parties prenantes engagées dans la création d’un produit/service technique
(depuis sa conception jusqu’à son utilisation). Cet angle requiert la prise en compte
des usages et passe par des approches culturelles en ayant recours notamment aux
disciplines ethnologiques, anthropologiques, sociologiques …
Pour les individus, cette notion d’acceptabilité renvoie au rapport plus ou moins
conscient qu’établit l’individu, acteur de ses choix de mobilité, entre les avantages
qu’il perçoit en termes de services rendus, et les charges/surcharges induites sur les
plans physiques, cognitifs , biomécaniques, économiques, sociaux.
Une fois ces termes définis, le groupe a listé les différents enjeux :
Développer les conditions du droit à la mobilité pour tous en sécurité et confort.
Assurer la continuité de la chaîne de déplacement en terme de mobilité,
d’accessibilité et d’information, quels que soient les territoires et les modalités.
Favoriser la prise en compte de toutes les accessibilités (physiques, géographiques,
sociales, économiques, servicielles, informationnelles,…) dans les projets de
développement de systèmes de transport.
Concevoir les conditions de pérennité des politiques publiques d’accessibilité des
espaces publics, des déplacements et des transports, en particulier donner les outils
pour une application optimale des principes de la loi du 11 février 2005, des lois
« Grenelle de l’Environnement » et des dispositions contre les territoires enclavés, y
compris en termes d’évaluation de leurs impacts.
Intégrer la variabilité des personnes et des situations dans tout processus de
conception de matériel, d’infrastructure ou de service.
Différencier l’adaptation de l’existant, de l’innovation dès la conception.
Maintenir la mobilité et éviter les renoncements liés à l’(in)sécurité, d’où la notion
d’accessibilité aux transports publics, aux véhicules individuels, à la conduite pour
usage personnel ou professionnel, aux infrastructures, à l’espace public et aux lieux
de transport, à l’information, aux services…
Guider les développements technologiques par des approches centrées sur les usages
2
la notion d’utilisabilité pose question : un système peut respecter tous les critères d’utilisabilité mais être
inutile ; c’est l’adéquation entre l’activité et le système (en tout ou partie) qui permettra de dire s’il est
utile
23
et l’ergonomie :
• faire évoluer des logiques « techno push » vers les logiques « need pull ou
user pull » centrées sur l’utilisateur et ses besoins.
• développer les acquis en ergonomie, confort et accessibilité ; assurer leur
continuité et leur pérennité.
• consacrer aux interfaces autant, si ce n’est plus, de moyens qu’aux dispositifs.
• vérifier l’utilisabilité/utilité des dispositifs, notamment des TIC.
• systématiser les évaluations itératives sur la base de méthodologies validées
ergonomiquement.
Évaluer la contribution au développement durable de l’accessibilité des personnes
handicapées ou vieillissantes = méthodologies d’évaluation de leurs apports
quantitatifs et qualitatifs pour tous et pour le système de transports, par exemple par
des études coûts / bénéfices.
Etat de l’art
Cet état des lieux est très centré sur la question de « l’accessibilité PMR », dont les recherches
se sont développées ces dernières années. L’accessibilité sous ses 2 autres acceptions n’a pas
fait l’objet d’appels identifiables, hormis le programme « Déplacements et inégalités » du
PUCA et « Economie de la sécurité routière » du PREDIT. Par ailleurs, il faut souligner que
la Caisse Nationale de Solidarité pour l’Autonomie (CNSA) et la MIRE de la DREES ont
lancé un appel d’offres permanent en matière de recherches sur le handicap et la perte
d’autonomie ; cet appel à projets ouvert à toutes les disciplines (de la science politique aux
sciences de l’ingénieur en passant par les sciences politiques…) s’intéresse aux populations, à
leurs besoins, aux équipements, aux services ou encore aux politiques publiques, mais sont
explicitement exclus les projets portant sur « l’accessibilité des lieux publics et des
transports ».
Les recherches financées par le PREDIT III / GO10 et GO23 et l’ANR ont concerné les
thématiques suivantes :
Méthodologies d’analyse et d’élaboration de diagnostic et de préconisation des
Schémas directeurs d’accessibilité des services de transport collectif (SDA).
Information et guidage des personnes handicapées sensorielles.
Nouveaux services à l’usager (porte à porte…).
Interface Quai-train (existant): SAS-VH.
Comparaisons France vs autres pays: Lyon/Stuttgart (INRETS).
Des projets ont été labellisés et non financés : HOMERE; Comparaisons de
l’Accessibilité des transports dans divers pays (Rachel Thomas –Cresson Grenoble).
Un état des lieux des recherches terminées ou encore en cours a été élaboré en janvier 2008,
3
il faut aussi rappeler que BIOVAM, recherche de l’INRETS -LESCOT sur les déplacements des personnes
aveugles et malvoyantes avait été financé par le PREDIT II , ainsi qu’une évaluation de la mise en accessibilité
d’une ligne de bus à Grenoble
24
support du colloque PREDIT « Accessibilité et conception pour tous » qui s’est tenu à Créteil
le 11 février 2008.
Au niveau européen, l’une des priorités du FP 6 (2002-2006) relevant de la DG Emploi était
relative aux personnes handicapées. 2 axes concernaient plus particulièrement l’accessibilité :
accessibilité des transports :
• projet EUROACCESS (for a european accessibility for public transport for
people with disabilities) : il s’est terminé fin 20084. Il a été piloté et coordonné
par Claude Marin-Lamellet, de l'INRETS-LESCOT.
• projet PT ACCESS (Public Transport systems Accessibility for people with
disabilities in Europe)5
accessibilité du cadre bâti :
• projet POLIS : dans le cadre de ce projet est recherchée une méthodologie de
mesure de l’accessibilité pour tous dans les transports publics commune aux
pays européens, MEDIATE (Methodology for describing the accessibility of
transport in Europe)6. Dans le FP 7, le projet EUROACCESS se poursuit en
lien avec POLIS/Mediate dans le projet ACCESS 2 ALL ( Mobility Schemes
Ensuring Accessibility of Public Transport for All Users a European project
promoting innovative technological concepts and mobility schemes to enable
high quality mobility and transportation services for all).
• projet Reasonable ACCESS.
• projet NICHES, plus lié au réseau de villes POLIS : il comporte un volet sur
l'accessibilité7.
D’autres projets concernent plus particulièrement la mobilité des personnes âgées :
UNIACCESS8, ANEAS, OASIS.
Axes de recherche
Axe 1 - Prospectives et méthodologies : le développement des systèmes selon les principes
de l’accessibilité pour tous, et du développement durable supposent de rénover les
cadres théoriques et pratiques sur plusieurs plans
évaluer les besoins et les activités aux niveaux individuel et collectif.
évaluer les dispositifs (retours d’usage).
4 4http://www.euro-access.org/
5
http://www.ptaccess.eu/
6
http://www.mediate-project.eu
7
http://www.niches-transport.org/index.php?id=1
http://www.age-platform.org/FR/spip.php?article26
8
25
évaluer les conditions économiques du maintien, voire du retour à la mobilité de
certaines catégories de personnes : ex. services d’aide à la mobilité versus services
spécialisés.
imaginer un idéal pour les espaces de transport liés aux réseaux ferrés, guidés ou
routiers, en termes de « design », de mise en œuvre et maintenance ; concevoir la
station idéale des futurs lignes de transport public.
Axe 2 - Accessibilité et Sécurité
des interfaces véhicules x aides techniques x personnes : systèmes d’information et
d’assistance à la conduite; systèmes d’arrimage de fauteuil…
de l’infrastructure, et des lieux de transport : signalétique implicite par
l’environnement et les matériaux, notamment aux sols en fonction de la classification
des espaces, optimisation des dispositifs de sécurité, notamment en situations
perturbées ou dégradées, outils de conceptions virtuelles adaptés à l’environnement…
Axe 3 - Aptitude à la conduite automobile et aides techniques
Nouvelles approches et conceptions ; évaluation des seuils pour les personnes handicapées ou
âgées, avec ou sans aides techniques ; usages personnels et professionnels.
Axe 4 - Accès et utilisabilité des véhicules et services à bord :
Pour tenir compte des déficiences, du vieillissement, et plus largement des modifications
anthropométriques de la population, des travaux d’ergonomie permettraient des conceptions
innovantes, pour :
les transports publics : relations mécaniques et bio-mécaniques entre véhicules et
personnes, stabilité des passagers debout, signalétique et système d’informationvoyageurs, transferts véhicule/infrastructure, adaptabilité et modularité des véhicules,
des places assises et des espaces de circulation pour une cohabitation confortable des
différents usagers « spécifiques » (fauteuils roulants, poussettes, bagages, vélos…).
la voiture particulière : conception de l’habitacle et des instruments de bord.
Axe 5 - Accessibilité
de l’information : priorité à l’information multimodale et intermodale, continuité de
l’information dans la chaîne de déplacement, robustesse de sa pertinence face à la
variabilité des publics et des lieux, lisibilité
des services :
• substituabilité des solutions d’assistance au déplacement (transport public à la
demande
ou
collectif/voiture
particulière,
technologie/humain,
technologies/déplacement ...).
• conception de robots d’aide au déplacement dans les lieux complexes.
• processus de suivi et de vérification du service rendu.
Axe 6 - Accessibilité territoriale et sociale
égalité/équité pour tous quelque soit le « handicap » : quelles approches et
implications ?
26
maillage des réseaux, fluidité et confort pour l’usager : intermodalité billettique,
information, cheminements de transit d’un mode à l’autre…
nouveaux services et qualité des dessertes des services publics en zones
« défavorisées » peu denses périurbaines ou rurales, mais aussi certains quartiers et
zones urbaines, développement des outils cartographiques temps/espace et SIG
permettant de qualifier les systèmes de transport disponibles9 (densité, adaptabilité…).
innovations juridiques et institutionnelles : « montage » de nouveaux types de
services, redéfinition des droits des passagers (impact des règlements européens) et
des « usagers » des services publics (obligation de concertation, droit de porter
plainte…).
Axe 7 - Qualité des espaces et lieux de rupture modale
Convergence des modes y compris marche à pied, services favorisant la multimodalité,
amélioration des espaces de transitions modales, qualité des espaces de stationnement, qualité
des solutions d’interopérabilité, services d’aide à la mobilité facilitant l’usage des espaces
publics et des transports.
Equipes de recherche
Les pôles de compétitivité :
• Advancity
• Mov’éo
• MINALOGIC
• Cap Digital
• Itrans
• Advancity (ville et mobilité durables)
• LUTB
Les réseaux de recherche :
• IFRATH
• IFRH
Laboratoires :
• INRETS
• INRIA
• UP-VIII (THIM)
• UP- Evry
• U-Metz
• UP- Sud
• UVSQ-CEREMH
• CEA/LID
• ParisTech
• MSH
• CNRS/P.A.R.I.S.
9
une remarque : les arrêts de bus ou car ne constituent pas un indicateur d’équipement de l’inventaire
communal de l’INSEE
27
•
•
•
ENTPE/LICIT
ESIEE-CCIP
COSTECH/CRED Compiègne
28
« Sécurité et fiabilité dans le domaine
routier »
Contexte et enjeux
Si la France a très sérieusement amélioré ses résultats en termes de sécurité routière, il y a
encore une forte marge de progrès. Le protocole d’accord du GO2 "Qualité et sécurité des
systèmes de transport" du PREDIT 4 souligne que : "Les progrès en termes de sécurité
routière appellent approfondissement et confirmation. Pour cela, il faut agir sur
l’aménagement, les technologies, les dispositifs de formation tout au long de la vie pour les
usagers les plus vulnérables et pour réduire l’accidentologie globale. Les liens entre santé et
sécurité seront poursuivis de façon à donner à la politique de sécurité routière les moyens
d’une véritable politique de santé publique. La fiabilité est un souci croissant à tous les
niveaux : véhicule (systèmes embarqués : contrôle interne, diagnostiques, aides à la
conduite) ; système (information routière et régulations). La pression de mobilité augmente
les exigences de fiabilité."
Le GO2 a structuré ses travaux autour de 4 axes qui visent à :
Approfondir les connaissances de l’accidentologie et de l’exposition au risque,
Améliorer la prévention et la fiabilité des interactions dans le système de sécurité
routière,
Œuvrer pour la cohésion sociale et le développement durable,
Développer des outils d’observation et d’évaluation.
Pour répondre à ces objectifs, il est nécessaire de développer des approches systèmes dans le
cadre de travaux pluridisciplinaires. Le système doit intégrer différentes dimensions,
notamment sociale, économique et environnementale. C’est dans une vision d’ensemble de ce
système que la richesse d’approches de la recherche doit pouvoir s’exprimer pleinement.
Souvent proclamée, parfois mise en œuvre, cette vision système représente un enjeu majeur
pour l’avenir.
Un contexte qui évolue fortement
Le contexte sociétal évolue et la recherche en sécurité routière doit tenir compte de ces
changements. Le développement durable en est une dimension essentielle, mais ce
changement comprend aussi des aspects économique, juridique, politique, technologique et
social. On peut ainsi s’interroger sur les effets sur la sécurité :
du développement de nouveaux comportements de mobilité (le covoiturage et le
recours aux transports à bas coûts, l’éco-conduite et les aides à la conduite, etc.) ;
de la conjoncture économique et notamment des arbitrages entre coûts et sécurité
(vieillissement du parc, défaut d’entretien des véhicules, des infrastructures, véhicules
à bas coûts, etc.) ;
de l’augmentation potentielle de la part des nouveaux véhicules dans le parc
(véhicules hybrides, électriques) ;
29
de l’aménagement du territoire (rural, périurbain et urbain) ;
de l’acceptation de l’innovation (technologique et organisationnelle) par l’ensemble
des acteurs impliqués ;
de la réforme de l’Etat et celle de son appareil administratif ;
des changements dans les modes et les niveaux de gouvernance ;
des exigences sociétales nouvelles en matière de sécurité et de sûreté ;
etc.
Ces interrogations sur les changements à prendre en compte ont fait émerger un
questionnement sur la pertinence d’une séparation des interrogations sur la sécurité d’autres
questionnements, tels que ceux consacrés à la mobilité et à son optimisation ou encore à la
sûreté. Il semble que l’approfondissement des connaissances attendues passe de plus en plus
par l’articulation de ces différents questionnements qui sont jugés encore trop cloisonnés.
Cette exigence d’une approche toujours plus systémique n’invalide cependant pas des
recherches plus spécifiquement centrées sur les problèmes de sécurité routière.
Des enjeux toujours importants
Même si la mortalité routière a diminué, elle reste encore trop importante, notamment pour
certaines catégories d’usagers de la route (les deux-roues motorisés), tandis que la morbidité
(le nombre de blessés graves) est loin d’avoir subi la même baisse que la mortalité (si tant est
que l’on puisse aujourd’hui définir précisément ce qu’est un blessé grave et en évaluer le
nombre de façon fiable).
Les grands thèmes de l’analyse et de l’action en sécurité routière doivent donc être
maintenus : l’analyse du risque routier, dans ses dimensions clinique et épidémiologique ; la
protection des usagers ; l’analyse et la modification des comportements et attitudes des
usagers ; la gouvernance de la sécurité routière, sous ses angles sociologiques, économiques,
politiques et juridiques et aux échelles locales, nationales et internationales.
La nécessité d’une approche système pluridisciplinaire
La sécurité et la fiabilité doivent être traitées dans un contexte d’approche système intégré
(véhicule, environnement - infrastructure, usagers et comportements, ergonomie, aspects
juridiques et économiques) prenant en compte le développement durable. Ceci nécessite le
développement d’approches pluridisciplinaires. La pluridisciplinarité est toujours difficile à
mettre en œuvre mais c’est une richesse car cela permet une véritable confrontation de
différentes visions. La pluridisciplinarité ne doit pas s’accompagner d’une baisse de niveau
d’exigence de l’excellence scientifique. Elle doit permettre de progresser à la fois tant dans le
domaine de la production académique qu’en termes de production de connaissances
finalisées.
Lien avec l’Europe
Enfin, le plan d’action pour la sécurité routière de l’Union Européenne à venir proposera une
hiérarchisation des enjeux qu’il pourra être intéressant de prendre également en compte dans
les orientations de recherche.
30
Etat de l’art
De nombreux travaux sur la sécurité routière ont été menés aux niveaux national, européen ou
international. Au niveau national, le PREDIT a permis de lancer un certain nombre de
recherches dans ce domaine, notamment dans le cadre des groupes de travail du PREDIT 3
GO3 « Nouvelles connaissances pour la sécurité » et GO4 « Technologies pour la sécurité ».
Ces actions menées au sein du GO3 et du GO4 ont abordé les thématiques suivantes :
Sécurité routière et politiques publiques
Approche territoriale de la sécurité routière
Aide à la conduite et éducation à la sécurité routière
Décision publique et sécurité : la question des responsabilités
Santé publique et insécurité routière
Contribution à la sécurité routière des systèmes d’assistance à la conduite
La sécurité des usagers vulnérables
Santé et sécurité routière, le réseau RESAT sur le sommeil
Economie de la sécurité routière
On trouvera une description détaillée et un bilan de ces recherches du PREDIT 3 dans les
ouvrages de synthèse publiés par les groupes opérationnels 3 et 4 du PREDIT et notamment
dans l’annuaire des recherches : « La sécurité des transports terrestres dans le PREDIT 3 : les
recherches des groupes opérationnels numéros 3 et 4 ».
Axes de recherche
Axe 1 - Approfondir les connaissances de l’accidentologie et de l’exposition au risque
Il s’agira de développer les connaissances relatives au risque routier, en particulier sur les
blessés graves et les usagers vulnérables (piétons, vélos, deux-roues motorisés, personnes
âgées, malades ou handicapées) et d’approfondir des notions telles que celle de risque
attribuable ou d’exposition au risque, dans une perspective systémique (ou au moins « multisystèmes »).
Accidentologie et épidémiologie :
Définir des indicateurs de morbidité, identifier et hiérarchiser les causes. Proposant
une approche santé publique de l’insécurité routière par le biais d’indicateurs
spécifiques (années de vie perdues, par exemple) et de techniques particulières
d’enquêtes (cohortes, cas-témoins) et d’analyse statistique (risque relatif, risque
attribuable, biais, etc.), l’épidémiologie a montré qu’elle pouvait contribuer
significativement à la définition des enjeux, à la quantification des risques et à
l’évaluation des mesures de prévention. Elle peut désormais être associée à deux
développements attendus de la connaissance en matière d’insécurité routière : la
définition d’indicateurs de morbidité réellement opérationnels (y compris au plan de la
communication institutionnelle) et l’identification des causes (et pas seulement des
facteurs de risque) d’accident et leur hiérarchisation par fractions de risque évitables
(d’accidents, de décès, de blessés et/ou de séquelles graves), éventuellement
complétée par une réflexion de type coût / bénéfice.
31
Développer l’acquisition de données. L’épidémiologie manque de données et les
mesures écologiques (du type « 100 cars studies ») peuvent être riches
d’enseignements. Il y a des facteurs aggravants et des vulnérabilités
interindividuelles (tout le monde n’est pas égal devant le risque) que l’on ne connaît
pas assez bien.
Etudier l’accidentologie des 2 roues (motorisés et non motorisés).
Prendre en compte l’évolution des méthodes d’analyse accidentologique (exploitation
de boîtes noires ou chronotachygraphes), la question étant de savoir si les boites noires
devraient être réservées le cas échéant aux usages scientifiques exclusivement, avec
une attention toute particulière sur les aspects de respect de la vie privée et de
protection des données à caractère personnel.
Etat de santé, maintien de la compétence de conduite et inaptitude à la conduite :
Etablir un inventaire des causes d’inaptitude ou d’états affaiblis de conduite
(pathologie, polyaddiction, polymédication, facteurs de risque comportementaux) et
les hiérarchiser en fonction de l’accidentologie observée suivant une analyse coûtbénéfice.
Développer des procédures discriminantes de diagnostic de l’inaptitude à la conduite
basée sur la compétence de la conduite et non pas seulement sur l’état de santé par une
approche multicritère et associant tests neuropsychologiques, tests sur simulateur et
sur route.
Etudier les conséquences sociales, économiques, organisationnelles et juridiques d’une
évaluation de l’aptitude à la conduite et des restrictions d'usage du permis de conduire
qui peuvent en découler.
Favoriser la récupération de la performance de conduite et la mise en place
d’autorégulations chez les conducteurs présentant des déficits à partir de la prise de
conscience de ces déficits et de l’entraînement des capacités fonctionnelles mobilisées
en conduite automobile.
En cas d’arrêt de la conduite, concevoir des services de mobilité alternatifs.
Populations exposées, facteurs environnementaux et contextuels associés :
Identifier des populations prédisposées (fragiles et vulnérables) et suivre leur
évolution ; identifier les facteurs expliquant la vulnérabilité interindividuelle. Des
éléments physiologiques comme le vieillissement normal et la variabilité des
composantes attentionnelles et/ou de l’éveil des sujets sains peuvent expliquer un
risque accru aux accidents de la circulation. Ce type de travaux doit permettre de
déboucher sur une personnalisation des messages de sécurité routière à l’attention des
conducteurs vulnérables.
Appréhender l’exposition des conducteurs aux défauts d’attention (distraction et
inattention) et détecter les seuils au-delà desquels l’activité de conduite se trouve
dégradée.
Mesurer le handicap lié aux privations de sommeil comportementales et des
pathologies de l’éveil. Evaluer l’impact des médicaments et des drogues sur la
capacité de conduite des patients.
Les interactions entre les substances éveillantes (café, boissons énergisantes,…) et
l’alcool lors de la conduite nocturne méritent d’être étudiées car cette combinaison de
substances est de plus en plus couramment utilisée dans les milieux festifs.
Analyser la vulnérabilité liée à l’alcool, aux drogues et aux médicaments. La
vulnérabilité des conducteurs à ces substances toxiques est très hétérogène au sein de
32
la population des conducteurs (comportement addictif et tolérance) et les marqueurs
du risque (dosages et cinétique, effets résiduels, effets chroniques, profil génétique,
comportements addictifs) méritent d’être beaucoup mieux définis.
Traiter les questions sur l’interpellation, la condamnation et la prise en charge des
conduites sous influence de drogues (stupéfiants / alcool) qui ne concernent d’ailleurs
pas spécifiquement la sécurité routière. Il y a matière à réaliser un état de la recherche
sur cette question du renvoi par le juge vers le médical. Dans ce champ, la lutte contre
l'insécurité routière présente la particularité de permettre l'interpellation de personnes
qui ne sont pas identifiées en raison de leur qualité de malades alcooliques ou drogués.
Dans ce contexte, la comparution devant un juge permet, suivant des modalités
procédurales qui peuvent prendre plusieurs aspects, de proposer ou d'imposer des
soins. Trois catégories de recherches peuvent être envisagées :
• L’articulation entre décision judiciaire et prise en charge médicale (et/ou
psychologique ?) des conducteurs interpellés sous influence de produits nocifs
illicites (alcool, stupéfiants).
• La conduite sous l’influence de l’alcool, notamment les disparités des pratiques
judiciaires.
• La conduite sous influence de stupéfiants, notamment l’analyse de l’histoire de
la gestion de ce risque, l’articulation des décisions judiciaires liées à une
interpellation pour conduite sous influence de produits stupéfiants et les
contentieux pour usage illicite de stupéfiants.
Axe 2 - Améliorer la prévention et la fiabilité des interactions dans le système de sécurité
routière ; déploiement d’innovations
Aujourd’hui, un certain nombre d’enjeux sont à prendre en compte de façon conjointe dans le
développement du système de transport routier, plus particulièrement les enjeux de sécurité,
de sûreté et de limitation des impacts environnementaux et énergétiques. Il s’agira donc de
mettre en place un système d’optimisation prenant en compte plusieurs types de critères et de
contraintes. Dans ce cadre, un certain nombre de développements technologiques mis en
œuvre pour améliorer la sécurité routière pourraient être revus et élargis de façon à intégrer
également des problématiques environnementales et d’économie d’énergie. D’autre part,
certaines évolutions technologiques (nouveaux véhicules urbains par exemple, hybrides et/ou
électriques) ou certaines évolutions d’accès à la mobilité (car-sharing) peuvent conduire à
repenser des normes de sécurité dans ce type particulier de véhicules, nécessitant donc un
effort de recherche.
La question du déploiement des innovations doit être au centre des réflexions. Il conviendra
ainsi, de manière coordonnée et globale, de prendre en compte les innovations liées aux
véhicules, mais aussi aux réseaux et infrastructures :
D’identifier, en s’appuyant sur les travaux de l’axe 1, les fonctions opérationnelles de
sécurité (anticollision véhicules, protection piétons, …) prioritaires et d’y associer des
situations et scénarii d’usage cibles (contextes ; infrastructures ; populations ;
véhicules).
De considérer des alternatives de distribution des fonctions techniques de sécurité
(détection-analyse-action) nécessaires aux fonctions opérationnelles. Il s’agit non
seulement d’optimiser cette distribution entre infrastructures et véhicules (ou encore
entre systèmes embarqués et conducteurs), ou encore entre acteurs de la gestion des
mobilités, mais également de considérer des modes émergents de la fiabilité des
33
interactions et les ressources associées qu’il conviendrait de mettre à disposition des
usagers (« Sécurité 2.0 »).
Cette question « systémique » permettra également :
De prendre en compte des critères autres que sécuritaires (par exemple : accès et
maintien de la mobilité, mais aussi les impacts environnementaux et énergétiques en
tenant compte des exigences communautaires, notamment des suites qui seront
données au paquet énergie-climat ainsi que des conclusions du sommet de
Copenhague prévu fin 2009, …).
D’englober les aspects juridiques de l’identification des responsabilités (interaction
homme machine, conducteur, infrastructure, véhicule et gestionnaire de flotte), en
particulier dans le cadre des aides à la conduite (informations, contrôles,
substitutions).
D’aborder une perspective « bas coûts » de ces fonctions techniques, aussi bien au
niveau « local » (développement d’un capteur par exemple) qu’au niveau « global »
(lien avec les schémas de distribution).
De traiter la question du déploiement dans ses dimensions temporelle et spatiale, de la
cohérence entre fonctions techniques redondantes (exemple des limitations de
vitesse signifiées dans l’infrastructure ou dans le véhicule) et d’envisager les
conséquences de l’hétérogénéité de la diffusion des innovations (et donc de la
prédictibilité des comportements induits).
De mener les travaux de définition et d’évaluation des fonctions techniques
d’amélioration de la sécurité afin d’assurer la fiabilité du couplage homme-machine
(critères d’ergonomie par exemple) et la fiabilité des interactions associées à la
fonction opérationnelle (perspective de la fiabilité des situations de conduite).
D’identifier les limites fonctionnelles et contextuelles des innovations, d’en anticiper
les usages raisonnablement prévisibles (en particulier extensions et dérives d’usage)
et de s’assurer de leurs conséquences en termes de comportements et de sécurité
(éviter les « déplacements de problèmes »). L’association des gestionnaires routiers
locaux est également indispensable pour contourner les freins au déploiement des
fonctions.
D’étudier l’impact des aides et de l’automatisation partielle de la conduite sur le
niveau de confiance accordé aux systèmes, sans perdre de vue l’importance de la
responsabilité du conducteur en tenant compte, par exemple, de l'impact des systèmes
sur ses fonctions cognitives (conducteur sain et conducteur souffrant de pathologies).
De déterminer l’acceptabilité et l’appropriation (individuelles et collectives), voire
l’attractivité, des contre-mesures technologiques ou organisationnelles par les usagers
du système routier. Il faudra pour cela insister sur les notions d’apprentissage et de
prise en main par le conducteur de ces différents systèmes.
De prendre en compte les besoins spécifiques de la population des seniors dans la
conception des véhicules et des aides à la conduite ; d’évaluer les conséquences du
déploiement des aides à la conduite sur la sécurité et la mobilité des seniors
(modification de la tâche de conduite et difficulté pour mobiliser savoir-faire et
expérience, impact sur la mobilité et l’exposition aux risques et leurs effets à terme).
De déterminer l'impact sur la santé du développement et de la multiplication des
champs électromagnétiques utilisés dans les aides à la conduite.
De déterminer les limites de l'usage des données à caractère personnel (accès,
transmission, exploitation, conservation …) dans le contexte juridique français et
communautaire, afin de respecter les exigences fondamentales de protection de la vie
privée. Ce cadrage permettra aux industriels de prendre les mesures technologiques
34
qui s'imposent, dès la conception des systèmes mettant en œuvre les techniques de
l'information et de la communication.
De réfléchir à la propriété intellectuelle/industrielle des données partagées ou mises en
commun, par exemple lors de la constitution de bases de données cartographiques ou à
l'occasion de l'autorisation d'accès à certains dispositifs par les fabricants (pour assurer
la gestion du système, pour exercer des missions de maintenance etc..).
Enfin, plus globalement, de réfléchir à la question des valeurs (aussi bien sociétale,
individuelle que marchande) que l’on peut associer aux fonctions opérationnelles et
techniques de sécurité doit être traitée.
L’ensemble de ces points peuvent constituer les bases d’une grille d’analyse de la qualité des
projets soumis. Ces travaux peuvent amener à développer de nouveaux outils d’analyse et
d’évaluation (axe 4). Ils doivent être reliés aux évolutions du « référentiel normatif »
(normalisation, recommandations, réglementations), aussi bien au niveau des « fonctions
opérationnelles » imposées qu’au niveau de la définition (voire du processus) des fonctions
techniques.
Exemples d’axes d’amélioration « technologiques » et de recherches associées :
Développement de solutions technologiques pour les différents types de populations /
véhicules concernés : VP, 2/3 RM, vélos, VUL, VU/VI, bus…
Sécurité routière et véhicules électriques et hybrides.
Développement de solutions technologiques pour pallier les ruptures sur
l’infrastructure (relais d’informations notamment).
Développement de solutions techniques pour le monitoring du conducteur en fonction
de la physiologie et des états attentionnels des usagers.
Amélioration de la qualité des réseaux routiers et urbains et de leur signalisation.
Qualité et cohérence de l’information communiquée au conducteur.
Axe 3 - Œuvrer pour la cohésion sociale et le développement durable
Dans un contexte de crise économique, la question de la vulnérabilité économique est
incontournable et conduit à s’interroger sur les liens entre mobilité et pauvreté, sur
l’accessibilité aux territoires pour tous et les inégalités d’exposition au risque routier.
Compte tenu de ces évolutions, il faudra également développer des analyses sur l’adaptation
du système routier de transport aux contraintes de mobilité, à l’évolution des modes de vie,
des modes de consommation, des modes de production et de travail et à leurs effets sur la
sécurité. Et il conviendra de prendre en compte les inégalités sociales et la protection des
usagers vulnérables (les deux-roues motorisés, les cyclistes et les piétons, les enfants, les
personnes âgées, les personnes avec handicap).
Equité sociale (personnes en difficultés matérielles et/ou physiques, maintien à domicile…) :
Prendre en compte l’impact de la privation de conduire en termes économiques,
d’inégalité sociale, de comportement et d’usage multimodal.
Prendre en compte l’impact des inégalités sociales et territoriales sur l’exposition au
risque et sur le risque routier.
Etudier la situation des sans permis, notamment sous l’angle médical associé à
l'approche juridique. On observe en France une résistance récurrente à l'instauration
d'un contrôle médical préalable à l'obtention du permis et de contrôles périodiques des
conducteurs. La réglementation a évolué dans le domaine des transports professionnels
de personnes et de marchandises, mais des divergences sont évoquées entre les
35
différents avis médicaux requis (commission médicale pour le maintien du permis /
avis médicaux rendus par la médecine du travail). Mais surtout, le conducteur
"ordinaire" reste seul face à son problème de santé, ses interrogations à propos de son
aptitude à la conduite et, le cas échéant, sa confrontation avec le milieu judiciaire en
cas d'accident. La question concerne les problèmes liés à la santé, mais aussi à l'âge
(vieillissement).
Cohérence des politiques publiques :
Prendre en compte l’évolution des modes de gouvernance. Le transfert d’une partie
des compétences et moyens de l’Etat aux collectivités locales entraîne un besoin de
renouveler l'analyse de la demande sociale, des politiques d’aménagement du
territoire. Par exemple, la prise en compte intégrée de la sécurité routière par les
collectivités locales sur leurs réseaux nécessite une analyse interdisciplinaire, à la fois
sociétale et technique, pour l’aide à la décision. Mais, parallèlement, et dans de
nombreux pays européens, est réaffirmée la volonté de développer une politique de
sécurité routière intégrée au plan national, souvent d’ailleurs grâce à des outils
technologiques innovants. Il convient donc de développer l’étude de l’action de l’Etat
et de son appareil administratif dans ce domaine, en l’intégrant dans une démarche
comparative et dans une réflexion sur les interactions entre différents niveaux de
gouvernement (local, national et européen).
Analyser la dispersion des pouvoirs pour accorder ou maintenir le droit de conduire.
Des travaux ont fait état des divergences et de "luttes de pouvoir" entre trois catégories
d'autorités à propos de l'octroi ou du retrait du droit de conduire : administratives,
judiciaires et médicales. Ces situations conflictuelles ne semblant toujours pas réglées,
deux catégories de recherche peuvent être proposées pour analyser le cœur des
problèmes et ouvrir des pistes pour proposer des solutions. D’une part l’analyse de la
dualité des compétences institutionnelles entre préfet et juge et d’autre part
l'articulation entre les décisions administratives ou judiciaires affectant le droit de
conduite et les décisions médicales permettant le retour à la conduite après exécution
de la mesure ou de la peine de suspension ou d'annulation du permis.
Analyser la gestion juridique et institutionnelle des situations aux interfaces, comme
par exemple celle des accidents du travail sur la route. Analyser la répartition des
responsabilités (spécialement responsabilités des employeurs et des donneurs d'ordre)
et l’imputation de la charge finale de l'indemnisation. Autre exemple, l’analyse des
accidents de la circulation dans les zones partagées et des responsabilités à fin
d'indemnisation des victimes (exemple transports guidés, notamment tramway).
Plusieurs aspects sont identifiables du point de vue juridique : notion de circulation en
site propre ou pas (selon le cas, les responsabilités mobilisables en cas d'accident ne
sont pas les mêmes), qualité du véhicule (routier ou guidé, le même véhicule pouvant
présenter successivement les deux caractéristiques).
Information, sensibilisation, éducation, formation :
Analyse du niveau de formation des conducteurs et spécificités des conducteurs
professionnels.
Mettre en évidence les actions de formation à développer.
Sensibiliser à l’éco-conduite.
36
Axe 4 - Développer des outils d’observation et d’évaluation
Il est nécessaire de se doter des outils et moyens permettant de faire plus d’évaluation des
mesures de sécurité et de leur impact. Il s’agit par exemple de recourir à des nouveaux modes
de collecte des données pertinentes (technique par le recours au GPS ou à des enregistreurs de
données par exemple ; méthodologique par le recours à l’économie expérimentale ou
l’histoire) ; de faire usage de données existantes mais non ou insuffisamment utilisées jusquelà ou d’affiner les modalités d’appréhension du risque routier et de ses effets. Il conviendra de
développer la capacité à produire des outils d’évaluation et d’aide à la décision (outils
d’évaluation multicritères, multi-échelle des technologies, des systèmes, des risques, des
politiques). Enfin il conviendra de développer la fertilisation croisée entre modes pour
apporter des éclairages pertinents.
Observatoire des situations, des comportements et des lieux accidentogènes :
Travailler sur un système d’information de données accidentologiques (tests et
évaluations), en relation avec l’Observatoire européen de la sécurité routière.
Approfondir les systèmes d'enregistrement de données routières (EDR de type
EMMA, développés dans le Predit 3), avec notamment le développement d'une
application ergonomique dédiée à l'exploitation des données, dans l'objectif d'une
amélioration de la sécurité routière et de la protection de l'environnement.
Appréhender les spécificités des comportements et de l’exposition aux risques pour
différentes populations d’usagers (novices, âgés, professionnels, motards, cyclistes,
piétons…).
Prolonger les actions d’évaluation de systèmes de présérie à grande échelle (FOT) sur
un territoire élargi en lien avec les collectivités.
Evaluation de l’efficacité des systèmes et de l’aptitude des utilisateurs à les maîtriser :
Prédiction du niveau de fiabilité des systèmes d’aide à la conduite.
Evaluation de la fiabilité et de ses interactions au niveau de la sécurité (scénario
d’accidents ou résultats de tests).
Evaluation multidimensionnelle (acceptabilité, appropriation).
Evaluation socio-économique :
Analyse coût-bénéfice.
Analyse du coût de l'accident en matière d'indemnisation des victimes (assurance,
justice …) .
Evaluation de concepts et systèmes.
Normalisation : homologation et tests consuméristes.
Développer et partager des outils et méthodes d’analyse.
Equipes de recherche
Industriels
• CEESAR
• ISIS, EGIS
• LAB PSA Peugeot-Citroën/Renault
• Michelin
37
• PSA
• Renault
• Renault Trucks - Volvo
Organismes de recherche
• CEA
• CNRS
• INRETS
• INRIA
• INSERM
• LCPC
Enseignement supérieur
• Ecoles des Mines
• EHESS
• ENTPE
• Université de Basse-Normandie
• Université de Bordeaux
• Université de Cergy-Pontoise
• Université de Lyon
• Université de Nantes
• Université de Provence
• Université de Technologie Compiègne
• Université de Toulouse
• Université de Tours
• Université de Valenciennes
• Université Paris V
• Université Paris X
• Versailles Saint-Quentin en Yvelines
Réseau technique du MEEDDM
• CETE, ERA, CERTU, SETRA, …
38
« Sécurité et fiabilité dans le domaine
ferroviaire »
Contexte et enjeux
Les réflexions ont porté sur le transport ferroviaire et guidé de voyageurs, de l’urbain à
l’interurbain (dans la mesure où les aspects relatifs au transport des marchandises « fret » sont
traités par le GO 4). Les champs investigués, débouchant sur quatre thèmes proposés ci-après,
ont concerné l’amélioration de la qualité et de la sécurité de l’offre de transport avec une
attention particulière sur les spécificités et failles du système ferroviaire et guidé de
voyageurs.
Les priorités proposées visent à obtenir à la fois :
des retombées rapides, notamment pour les besoins qui apparaissent les plus urgents.
des retombées plus lointaines, notamment pour contribuer aussi au maintien de la
place de la France dans le domaine.
Les 4 axes proposés sont les suivants :
Axe 1 - Politiques de maintenance innovantes : Basées sur des modèles de fiabilité,
l’acquisition de données pertinentes et des retours d'expérience partagés.
Domaines concernés: Matériel Roulant, Infrastructure, Interaction entre les deux.
La maintenance est un élément central de la qualité du produit et des services qui l’utilisent.
Elle influe fortement sur la fiabilité – et réciproquement10, la sécurité et la disponibilité
(performances SDF). Ces critères de performances sont de plus en plus associés à des
objectifs de coût de possession minimaux. La maintenance intelligente a donc comme
objectifs principaux :
d’améliorer la qualité du diagnostic pour la maintenance corrective ou la maintenance
prévisionnelle et donc :
• de minimiser le risque de fausses détections.
• de détecter les défauts de façon précoce.
• de re-disponibiliser le matériel au plus vite.
de prévenir les risques de défaillances anti-sécuritaires ou provoquant des
perturbations importantes.
de pousser le matériel au maximum de son potentiel (durée de vie) en ciblant les vrais
critères de dégradation.
d’enrichir le retour d’expérience sur le comportement du matériel en service pour les
concepteurs et l’ingénierie de maintenance mais aussi pour l’aide à la décision.
10
La fiabilité étant définie comme l’aptitude d’un dispositif à accomplir une fonction requise dans des conditions
données pour une période de temps donnée.
39
d’approfondir les connaissances nécessaires à l’analyse des causes racines dans les
programmes de croissance de fiabilité.
de diminuer le coût de la maintenance préventive et ainsi le temps d’immobilisation en
privilégiant l’intervention sur des critères de condition et non sur du systématique.
La maintenance intelligente doit pouvoir s’appuyer sur un certain nombre d’outils, parmi
lesquels les plus importants sont :
le diagnostic, si possible embarqué dans le système considéré.
une architecture de diagnostic adaptée à la complexité et la hiérarchie du système (i.e.
diagnostic distribué pour un système distribué), ou une infrastructure de diagnostic
dans le cas du diagnostic externe.
des modèles, permettant d’évaluer ou de prévoir l’état des éléments surveillés ou non
surveillés, de définir les données ou paramètres à acquérir, les traitements à leur
apporter et de simuler les procédés de diagnostic pour en optimiser la programmation
périodique.
l’insertion dès la conception des structures – à tous les niveaux – et des modules
hardware et software adéquats (« pour des systèmes complexes, la durée de vie n’est
garantie que si la maintenance est prévue dès la phase de conception »).
des stratégies de maintenance optimales, visant à identifier et traiter en priorité les
éléments les plus sensibles, ceux qui ont vieilli le plus rapidement ou qui ont un indice
de dégradation le plus élevé.
De ce fait, le bénéfice est :
direct pour les exploitants et gestionnaires d’infrastructures : sécurité, disponibilité
accrue et coût de maintenance diminué.
direct également pour les industriels qui peuvent profiter du retour d’expérience pour
proposer des produits plus performants.
indirect pour les usagers qui profitent d’un matériel plus efficace et plus sûr.
et également indirect pour les collectivités territoriales qui peuvent ainsi acquérir des
produits performants à moindre coût (maintenance et nombre éventuel d’engins
d’inspection).
La garantie du maintien en condition opérationnelle à moindre coût est donc un élément clé de
la politique de développement durable. En effet, un produit maintenu performant plus
longtemps permet de limiter les actions lourdes de maintenance consommatrices d’énergie et
de limiter le nombre de systèmes/matériels en attente pour compenser la défaillance.
Axe 2 - Optimisation des règles d’exploitation : Règles d’exploitation permettant
diminution des nuisances, de la facture énergétique, augmentation de capacité ; sur
infrastructures dédiées ou partagées.
Domaines concernés: Ensemble du système ferroviaire. Outils et technologiques,
organisationnels et réglementaires permettant d’exploiter le système.
L’enjeu de l’optimisation des règles de transport correspond aux deux enjeux du livre blanc,
le respect de l’environnement et la diminution des coûts. Par une optimisation des
infrastructures l’optimisation des règles d’exploitation permet pour un même investissement
d’améliorer la capacité de transport, de ce fait il diminue le coût de possession
environnementale de la construction des infrastructures et permet de dégager des
investissements utiles dans d’autres périmètres. En diminuant les coûts d’exploitation, il
permet de rendre plus accessible aux utilisateurs un mode de transport collectif ce qui facilite
40
le transfert modal vers des systèmes de transport collectifs plus sûrs, moins onéreux pour la
Collectivité et plus respectueux de l’environnement.
Axe 3 - Validation et sécurité : Homologation de sécurité par voies de simulation et/ou
modélisation: Mécanique (ex crash, déraillement), électronique, informatique, systèmes de
communication, facteurs humains. En phase de conception, de requalification…
Domaines concernés : Matériel roulant. Ensemble des installations au sol.
Certains aspects de la démonstration de la sécurité des systèmes ferroviaires (éléments inclus
dans les dossiers de sécurité qui de par l’évaluation EOQA / organisme notifié font donc
partie du processus d’homologation) passent encore aujourd’hui par des essais parfois
onéreux.
Cela vaut pour des aspects mécaniques (dimensionnement des structures, dynamique
ferroviaire…), mais aussi pour ce qui concerne les systèmes électroniques et
informatique de contrôle-commande et de communication dont la démonstration de
sécurité comporte bien souvent de très volumineux dossiers de tests (unitaires,
d’intégration, fonctionnels, essais site..).
Par ailleurs, le renouveau de tramways dans les villes étend la problématique des
collisions à la prise en compte de l’agressivité vis à vis des autres usagers de la voie
publique (piétons en particulier), domaine pratiquement ignoré des normes et
règlementations à l’heure actuelle alors que traité depuis très longtemps dans le
domaine automobile (normes Euro-NCAP).
Enfin, beaucoup reste à faire dans le domaine de la modélisation de l’interaction
homme-système ferroviaire dans l’objectif de la démonstration de sécurité incluant le
facteur humain (qu’il s’agisse de l’agent de conduite, de circulation ou de
maintenance).
Les enjeux sur ce thème sont donc de développer les démonstrations de sécurité basées sur
des modèles, des simulations ou des preuves, dans l’objectif du maintien d’un niveau élevé
d’exigence de sécurité en optimisant les coûts induits par la démonstration et l’homologation.
Axe 4 - Facteurs humains et organisationnels : Fonctions de vigilance automatisables.
Ce thème s’appliquera notamment dans l'interurbain en étudiant les impacts sur les individus
et la sécurité. Ce thème abordera également la compréhension des règles et consignes
notamment situations dégradées et en bordure ou frontière des systèmes.
Etat de l’art
Axe 1 - Politiques de maintenance innovantes :
L’état de l’art repose essentiellement sur :
les outils de la maintenance conditionnelle de plus en plus efficaces associés à la
meilleure compréhension des mécanismes de défaillances et dégradations.
l’amélioration de la précision des capteurs associés aux outils de comparaison, de
filtrage et de validation.
l’amélioration du traitement de l’information (outils statistiques et traitement de
données).
41
l’amélioration des modèles et des théories sous-jacentes au diagnostic (à base de
modèle, de reconnaissance des formes ou de système expert).
la capacité de stockage des données et la possibilité de transmission de ces données en
temps réel sur des bases déportées.
les méthodes d’analyse issues des techniques de la maintenance basée sur la fiabilité.
les banques de données de plus en plus importantes sur l’historique des défaillances.
Axe 2 - Optimisation des règles d’exploitation :
Les divers essais de fluidification des circulations ferroviaires n’ont pas dépassé le stade des
essais sans application pratique permanente. De même le pilotage automatique des trains
classiques, particulièrement pertinent dans les zones denses, n’a pas pu être mise en œuvre
(les métros automatique «Val » ou « Meteor » relevant d’une autre logique).
Divers laboratoires ont mis au point des systèmes expert de tracés des trains permettant de
simuler les effets des perturbations sur la marche réelle des trains, ce qui permet de définir des
critères de robustesse (et donc de régularité) pour les grilles horaires.
Axe 3 - Validation et sécurité :
L’état actuel est le suivant :
Pour la justification du dimensionnement des structures, les approches basées sur des
notes de calcul se sont considérablement développées pour devenir quasi
systématiques, mais certains essais sur sous ensembles (châssis etc.) sont souvent
maintenus pour vérifier le calibrage et les résultats du modèle prouvant que la situation
demeure perfectible.
Les démonstrations de stabilité de guidage : aspect Y/Q (rapport effort transversal /
effort vertical) et Q/Q (déchargement de roue) font classiquement l’objet d’essais
complexes, coûteux (pesées roue par roue, mesures d’efforts…) voire non dénués de
risque pour certains (essais réels en survitesse). Le remplacement de certains essais par
des simulations constituerait un important axe de progrès.
Les systèmes de contrôle-commande en particulier comportent maintenant de manière
pratiquement systématique des fonctions informatisées, dont la démonstration sécurité
s’avère également assez systématiquement complexe et donc coûteuse. Les tests au
moins de plus haut niveau (fonctionnels sur hôte puis cible) sont en effet
systématiquement maintenus (et rejoués pour des raisons de démonstration de non
régression en cas d’évolution). Certaines approches basées sur des modèles et des
preuves ont toutefois fait la preuve de leur efficacité (méthodes formelles dont
méthode B utilisée avec succès dans différents projets) et ont permis de s’affranchir
des tests unitaires et d’intégration mais de telles approches sont certainement à
développer et sans doute à adapter pour des fonctions dont les niveaux de SIL visés
sont inférieurs à 4.
Concernant l’agressivité des matériels roulants tramways vis à vis des piétons, tout est
à faire, le référentiel normatif et législatif étant pour l’instant totalement muet sur le
sujet. La norme existante (EN 15227 Applications ferroviaires — Exigences en
sécurité passive contre la collision pour les structures de caisses des véhicules
ferroviaires) ne traite en particulier que les aspects collision ferroviaire (vis à vis de la
sécurité des voyageurs) entre deux trains (anti-chevauchement…) et avec un obstacle
fixe (dispositifs d’absorption d’énergie). Sur le sujet de l’agressivité extérieure, le
42
ferroviaire est donc très en retard sur l’automobile (pour lequel ce sujet est l’objet d’un
des quatre critères de classement).
Enfin, concernant l’approche intégrée de sécurité d’un système socio-technique, si de
nombreuses méthodes existent (BCD, THERP, CREAM, FRAM…), elles demeurent
qualitatives pour la plupart, les approches visant à fournir des tendances quantitatives
n’existant pratiquement pas (hors certaines approches purement basées sur probabilité
dont on sent bien les limites pour un tel sujet).
Axe 4 - Facteurs humains et organisationnels :
Les facteurs humains interviennent à différents niveaux d'un système de transports urbain. Les
choix des différents exploitants conditionnent la politique d'exploitation et donc des choix
d'allocation des fonctions de sécurité. Par exemple, certaines lignes de métro peuvent être
entièrement automatisées ou non. C'est également l'exploitant qui va imposer les différents
modes de conduite (semi-automatisé, manuel, etc.). La politique de maintenance,
l'organisation des équipes, l'affectation des conducteurs aux lignes sont également du ressort
de l'exploitant. Parfois, c'est également l'exploitant qui forme son personnel. L'impact des
facteurs humains au niveau organisationnel est indéniable.
Quatre grandes catégories d'opérateurs humains peuvent être identifiées : les opérateurs de
conduite, les opérateurs de station, les opérateurs de supervision et les opérateurs de
maintenance. Les passagers pourraient être considérés comme une cinquième catégorie
d'opérateurs humains.
Par ailleurs, des analyses de sécurité doivent intégrer l'analyse des facteurs humains, comme
le suggère l’extrait de la norme CENELEC EN 50126 suivant : « 4.4.2.3 : Une analyse des
facteurs humains, du point de vue de leur effet sur la FDMS d’un système, fait
intrinsèquement partie de « l’approche système » exigée par la présente norme ». L’accident,
qui est l’événement redouté dans toute analyse de sécurité, implique dans la plupart des cas,
un ou plusieurs opérateurs humains. L’homme et la machine doivent par conséquent être
prémunis de moyens de protection et de prévention afin de limiter l’occurrence ou les
conséquences d’accident. Bien que la norme demande une analyse des facteurs humains, elle
ne préconise aucune méthode particulière permettant de classifier les erreurs humaines et/ou
de les quantifier.
Par ailleurs, il existe une panoplie de modèles et de méthodes permettant de classifier et de
déterminer ces erreurs :
Le modèle décisionnel de RASMUSSEN basé sur 3 types de comportement chez
l’opérateur humain : comportement basé sur les habilités (Skill Based Behaviour),
comportement basé sur les règles (Rule Based Behaviour), comportement basé sur les
connaissances (Knowledge Based Behaviour). Ces modèles de l’activité cognitive de
l’opérateur humain ont servi de cadre à un ensemble de méthodes visant à intégrer le
calcul de la fiabilité humaine dans les études de sécurité.
• La méthode THERP (Technique for Human Error Rate Prediction) est une technique
de prédiction de l’erreur humaine. Elle se base sur la formalisation d’une procédure
sous la forme d’un arbre d’événements.
• La méthode HAZAP propose une approche qualitative de l’erreur humaine. La
méthode HAZOP (HAZard OPerability) a été créée par la société Imperial Chemical
Industries (ICI). Elle est dédiée à l’analyse des risques des systèmes thermo43
•
•
•
•
•
hydrauliques pour lesquels il est nécessaire de maîtriser des paramètres comme la
pression, la température, le débit…
Le modèle BCD (Bénéfice-Coût-Déficit) propose un cadre explicatif du
franchissement de barrière. Pour ce faire, une approche multicritère est nécessaire. En
effet, l’opérateur humain, lors de la réalisation de ses tâches, tient compte de différents
critères tels que la productivité, la qualité des produits réalisés, sa charge de travail, la
sécurité,… Son objectif est d’optimiser son activité afin de maximiser ces critères.
Le modèle HCR. Le modèle Human Cognition Reliability (HCR) a été conçu pour
prévoir la probabilité qu’une équipe en salle de contrôle d’une installation industrielle
réponde à un événement majeur dans un temps donné. Le modèle HCR calcule la
probabilité de succès (ou d’échec) de l’équipe en fonction du temps et du type de
comportement humain requis.
La méthode CREAM (Cognitive Realiability and Error Analysis Model) se fonde sur
une classification du mode de contrôle de la cognition (COntextual COntrolModel–
COCOM) et divers facteurs de contexte liés aux technologies, à l’environnement
direct de l’opérateur et de l’organisation.
La Méthode FRAM développée par Eric Hollnagel permet de décrire le système
sociotechnique par ses fonctions et ses activités plutôt que par sa structure. L'objectif
de FRAM est d’identifier et d’analyser des scénarios d’accident impliquant des
interactions non linéaires complexes. Le modèle d’interaction des activités du système
repose sur le concept de résonance fonctionnelle qui est une analogie de la résonnance
stochastique en physique ondulatoire. Le principe de résonance stochastique consiste à
la surimposition d'un signal non linaire (bruit) sur un signal périodique de faible
amplitude difficilement détectable. L'addition du bruit permet alors d'établir une
résonance avec le signal de faible amplitude et de le rendre ainsi détectable.
L’ingénierie de la résilience. Cette notion de résilience a été empruntée à la physique
des matériaux. En physique, la résilience traduit la capacité d’un matériau à résister à
des chocs ou à retrouver son intégrité après ces chocs. Ce concept a été transporté dans
le domaine de la psychologie et notamment l’étude des traumatismes de l’enfance.
Cette théorie permet de décrire les phénomènes de reconstruction de la personnalité
d’un enfant suite à traumatisme grave. Un autre transfert de cette notion a été effectué
dans le domaine de l’écologie où la résilience est définie par l’habileté intrinsèque
d’un système écologique à résister et à se reconstruire après un traumatisme. Dans ce
domaine, la résilience a été associée à la théorie mathématique de la viabilité
introduite par Aubin.
Axes de recherche :
Axe 1 - Politiques de maintenance innovantes :
Les principaux thèmes de recherche de cet axe doivent porter sur le passage maîtrisé vers une
activité de maintenance conditionnelle. Des verrous scientifiques apparaissent en particulier
lorsqu’il s’agit de développer des processus complets de décision pour des systèmes
complexes en lieu et place des visions mono-composant. Les recherches doivent porter sur :
L’amélioration des capteurs et des éléments de validation sur les systèmes embarqués,
l’étude d’architectures et de stratégies de diagnostic basées sur ces éléments. Cet
aspect particulier est traité par le GO5.
44
Une meilleure maîtrise des dépendances entre composants et défaillances associées
(dépendances de structure ou temporelle) : développement de la fiabilité dynamique.
On notera que ces recherches nécessitent souvent l’établissement de nouveaux
modèles de fiabilité permettant de mieux appréhender les dynamiques réelles des
dégradations des composants. Cet aspect est également traité par le GO5.
L’amélioration de la détection et de la localisation des défauts (isolation), le
développement des modèles associés.
Le classement des défauts (identification) et la maîtrise de leur évolution par
l’utilisation renforcée du retour d’expérience, des analyses SDF, des états du système,
de modèles, de l’utilisation de systèmes experts ou de la reconnaissance des formes.
Le développement de modèles complets de l’exploitation des systèmes de transport
(infrastructure ou matériels roulants) intégrant modèles de dégradation, modèles de
diagnostic et modèles de maintenance.
La fiabilisation voire la sécurisation de l’information.
La meilleure prise en compte des analyses SLI sur les critères de décision.
Axe 2 - Optimisation des règles d’exploitation :
Développement de système d’exploitation ne faisant pas appel à la signalisation
latérale, permettant d’augmenter la capacité dans les zones d’exploitation dense.
Développement de système expert permettant par des indications de conduite en temps
réel de fluidifier les circulations ferroviaires aux abords des nœuds d’infrastructure.
Développement en temps réel de systèmes d’aide à la conduite en temps réel.
Développement de système d’exploitation économique pour les lignes ferroviaires
régionales à faible trafic.
Axe 3 - Validation et sécurité :
Dimensionnement des structures : amélioration des techniques de modélisation et de
calcul pour prendre en compte les configurations pour lesquelles les techniques
actuelles montrent leurs limites (configurations géométriques particulières…), ainsi
qu’une modélisation réaliste des scénarios de crash (prise en compte des critères de la
norme EN 15227 Applications ferroviaires — Exigences en sécurité passive contre la
collision pour les structures de caisses des véhicules ferroviaires).
Dynamique ferroviaire : sur ce domaine où beaucoup reste à faire, la difficulté est dans
la réalisation d’un modèle représentant de manière significative la répartition des
masses du véhicule ainsi que son comportement dynamique en alignement droit et en
courbe.
Agressivité extérieure des tramways : ce domaine où tout est à faire pourra s’inspirer
largement de ce qui est pratiqué dans l’automobile. L’enjeu est la conception de bouts
avant dont la forme et le comportement mécanique permettent de faire en sorte que les
blessures provoquées aux piétons en cas de collision soient les moins graves possibles.
L’industrie automobile tout en continuant largement à pratiquer des tests pour la
qualification EuroNCAP s’oriente maintenant largement sur des modélisations et
simulation d’ailleurs relativement complexes (modèles biomécaniques de la
dynamique du corps humain…).
Systèmes informatiques critiques : les approches visant à se substituer aux tests et en
particulier celles basées sur des techniques de preuves doivent être encore
développées. La méthode B a certes fait la preuve de son efficacité sur plusieurs
45
projets, mais nécessite une équipe de développement spécifiquement formée et son
haut niveau de technicité la rend encore peu répandue. Des méthodologies alternatives
basées sur des approches plus répandues (utilisation d’UML au moins dans sa partie la
plus formelle, réseaux de Petri colorés…) doivent être recherchées en recherchant
l’aspect formalisation des exigences de sécurité, traçabilité et prouvabilité, quitte à
établir des ponts avec des méthodes éprouvées dont la méthode B.
Approche sécurité intégrée pour systèmes socio-techniques : des méthodes innovantes
basées sur les approches existantes doivent pouvoir permettre de prendre en compte
l’aspect quantification du facteur humain. Des approches de type purement
probabilistes étant en un tel domaine manifestement inadaptées, d’autres types
d’approches (possibilistes, crédibilistes…) devront être recherchées afin de permettant
d’estimer les valeurs de croyance et de plausibilité qui peuvent être attribuées à une
liste d’erreur humaines type qu’il conviendra d’établir. Tous les aspects de l’erreur
humaine doivent être pris en compte (hors l’erreur humaine de conception qui ne
relève pas de telles approches mais de la méthodologie de la conception) : agent de
conduite bien sûr, mais également agent circulation / aiguilleur, sans oublier l’agent de
maintenance, l’estimation de la vraisemblance d’erreurs humaines en maintenance
étant certainement un point clé.
Axe 4 - Facteurs humains et organisationnels :
Connaître les caractéristiques des activités humaines qui contribuent à la sécurité des
installations de façon à concevoir les systèmes de vigilances en vue de préparer les
automatisations (exemple : surveillance de la voie…).
Développement des outils de formation (simulateur) permettant l’apprentissage des
procédures d’exploitation et le traitement des défaillances/accidents. Prise en compte
de la réalité virtuelle.
Ergonomie des centres de contrôle et de supervision : synthèse d’information et
traitement des alarmes (niveau et volume d’information à adapter à la capacité
cognitive).
Ergonomie du guide de dépannage des conducteurs ou des agents de
maintenance/exploitation.
Impact de l’organisation et du système de management de la sécurité d’une société
d’exploitation dans l’évitement des incidents/accidents. Mise en place du retour
d’expérience.
Equipes de recherche
Axe 1 - Politiques de maintenance innovantes :
Quelques éléments de contexte peuvent être énumérés :
les outils de maintenance conditionnelle (et les capteurs associés) sont de plus en plus
efficaces sur les systèmes non embarqués mais rarement efficaces sur le matériel
roulant. Ils sont de plus dédiés à la surveillance d’un composant ou d’une fonction
simple mais très rarement adaptés aux fonctions complexes,
les capacités de traitement, de stockage et de transmission des données sont de plus en
plus performants mais ne transmettent que très peu souvent les bonnes informations,
46
l’industrie aéronautique a largement développé l’activité de maintenance basée sur la
fiabilité (MSG3) mais celle-ci a du mal à être transposée à l’activité ferroviaire par
manque de retour d’expérience partagé,
l’industrie ferroviaire développe les activités Soutien Logistique Intégré (SLI) mais
n’utilise pas encore suffisamment cette technique pour l’aide à la décision.
La séparation des activités infrastructure et matériel roulant rend délicat le traitement
des problèmes apparaissant au niveau de l’interface
La recherche est donc à la fois industrielle et académique.
Au niveau académique national, les principaux acteurs du domaine du diagnostic sont liés au
GDR MACS (Groupe de Recherche – Modélisation, Analyse et Conduite des Systèmes
Dynamiques : http://www.univ-valenciennes.fr/GDR-MACS/) dont les objectifs sont de
faciliter la structuration de la recherche en développant les échanges afin d’amplifier les
actions de recherche en cours et aider au développement des liens avec les entreprises en vue
de faciliter la valorisation et le transfert. Les approches du diagnostic abordées au sein du
GDR-MACS sont principalement celles issues de l’automatique (diagnostic à base de
modèles). Parmi les groupes de travail du GDR-MACS, citons le GT MACOD (Modélisation
et optimisation de la maintenance coopérative et distribuée) et le GT S3 (Sûreté / Surveillance
/ Supervision). Dans ces GT, les équipes actives sont : CRAN, LAB, LAG, LAMIH, LGP,
UTT, LAGIS, mais on peut aussi citer les laboratoires ou universités suivants : UTC, LAAS,
LRI, INRETS.
D’autres équipes travaillent sur des approches du diagnostic par apprentissage statistique et
reconnaissance des formes (UTC-HEUDIASYC, INRETS, LITIS, CEA…) et sur des
approches « signal » du diagnostic (GIPSA-LAB, UTT, IRISA,…). Enfin on peut citer
également les approches du diagnostic par système expert (LIPN, LIP6…).
Le domaine connexe de la fiabilité est l’objet de recherche dans des laboratoires orientés
plutôt statistique et mathématiques appliquées (LAMA, UTT, UTC-LMAC, IMAG…)
Au niveau industriel, citons (liste non exhaustive) : Airbus, Renault, EDF, SNCF, ACTIA,
AC système, PREDICT, BOSCH, PSA, Cabinet GINALEX, RDLog, EBM, Eurocopter,
SPIRULA, GNI, SPS, I2D-SAS, SYLOB, ITK, Technilog, OSLO, Ligeron… ainsi que
l’institut fédératif IMdR SdF, 01 DB Metravib, Faiveley, Alstom , Bombardier, Siemens
Axe 2 - Optimisation des règles d’exploitation :
Centre de l’Ingénierie du Matériel de la SNCF
Direction de l’Ingénierie de l’Infrastructure de la SNCF
Direction de la Recherche et de l’Innovation de la SNCF
Laboratoire de l’UTC
LET de Lyon
L’INRETS
Axe 3 - Validation et sécurité :
Dimensionnement des structures, agressivité extérieure et dynamique ferroviaire : On Peut
citer Le LAMIH (université de Valenciennes) et la société CIMES (Valenciennes)
47
Plusieurs équipes des universités et instituts de recherche Français travaillent sur des thèmes
touchant la conception et la démonstration de sécurité des systèmes informatiques critiques, et
sont identifiés actuellement sur des projets autour de cette thématique, certains explicitement
pour le ferroviaire, d’autres pour l’aéronautique et dans une moindre mesure l’automobile
moins avancée sur le sujet. Citons sans prétention à l’exhaustivité : INRETS, dont ESTAS
avec Villeneuve d’Ascq explicitement ferroviaire, UTC / Heudiasyc (Compiègne), CEA /
LIST (Saclay), INRIA (Rocquencourt), UBS (Rennes), UHA (Mulhouse). Concernant
l’aspect facteur humain citons sans prétention non plus à l’exhaustivité l’UVHC / LAMIH
(Valenciennes) et l’UTC / Heudiasyc (Compiègne) avec des applications explicitement
ferroviaires, ainsi que Mines ParisTech Pôle CRC (Sophia Antipolis) et l’IRCCYN (Nantes).
Axe 4 - Facteurs humains et organisationnels :
Plusieurs laboratoires travaillent sur le thème des facteurs humains et pouvant s’appliquer au
domaine du ferroviaire.
LISTE DES LABOS intervenant sur le thème Facteurs Humains. Cette liste (non exhaustive)
rappelle les différents laboratoires intervenant dans le domaine des facteurs humains et pour lesquelles
les méthodes citées précédemment ont fait l’objet de recherche.
LAMIH : Laboratoire d'Automatique, de Mécanique, et d'Informatique industrielles et
Humaines
IRCCYN : Institut de Recherche en Communications et en Cybernétique de Nantes.
UTCHeudiasyc .
Mines ParisTech Pôle CRC (Centre de Recherche sur les Risques et les Crises)
INRETS : L'Institut National de Recherche sur les Transports et leur Sécurité.
Organisme / Laboratoire / Equipe
CEA / LIST : Laboratoire d’Intégration des
Systèmes et Technologies
Ville
Site web
C
Saclay
http://www-list.cea.fr
R
CIMES
Valenciennes
www.cimesfrance.com
Nancy
www.cran.uhp-nancy.fr/
Grenoble
www.gipsa-lab.inpg.fr
Grenoble
www.imag.fr
Marne la Vallée
www.inrets.fr/ur/ltn/poles/
Villeneuve d’Ascq
www.inrets.fr/ur/leost/
Villeneuve d’Ascq
www.inrets.fr/ur/estas/
CRAN : Centre de Recherche en Automatique de
Nancy
GIPSA-LAB : Grenoble Images Parole Signal
Automatique
IMAG : Institut d'Informatique et Mathématiques
Appliquées de Grenoble
INRETS / LTN Equipe Transport Guidé, Système
et Composants
INRETS / LEOST (Laboratoire Électronique,
Ondes et Signaux pour les Transports)
INRETS / ESTAS (Évaluation des Systèmes de
Transports Automatisés et de leur Sécurité)
INRIA
IRCCYN : Institut de Recherche en
Communications et en Cybernétique de Nantes.
IRISA : Institut de recherche en informatique et
systèmes aléatoires
LAAS : Laboratoire d'Analyse et d'Architecture des
Systèmes
48
A
+
A
+
J
T
G
3
P
+
M
+
E
+
Rocquencourt
Nantes
www.irccyn.ec-nantes.fr
Rennes
www.irisa.fr
Toulouse
www.laas.fr
M
+
C
+
M
(
LAG : Laboratoire d'Automatique de Grenoble
LAGIS : Laboratoire d'Automatique, Génie
Informatique et Signal
LAMA : laboratoire d’analyse et de mathématiques
appliquée
UVHC / LAMIH : Laboratoire d'Automatique de
Mécanique et d'Informatique industrielles et
Humaines.
LCPC : Laboratoire Central des Ponts et Chaussées
LET : Laboratoire d'Economie des Transports
LGP
Grenoble
www.lag.ensieg.inpg.fr
Lille
www. lagis.ec-lille.fr/lagis
Marne la Vallée
Valenciennes
www.univvalenciennes.fr/LAMIH
Paris/Nantes
Lyon
http://www.lcpc.fr
www.let.fr
LIP6 : Laboratoire d'informatique de Paris 6
Paris
www.lip6.fr
LIPN : Laboratoire d'Informatique de Paris-Nord
Paris
www-lipn.univ-paris13.fr
LITIS : Laboratoire d'Informatique, de Traitement
de l'Information et des Systèmes
Le Havre
www.litislab.eu
LRI : Laboratoire de Recherche en Informatique
Orsay
www.lri.fr/
Sophia-Antipolis
www.crc.ensmp.fr/fr/crc.ht
ml
Rennes
Mulhouse
http://www.univ-ubs.fr
http://www.uha.fr/
Compiègne
www2.hds.utc.fr/
Compiègne
www.utc.fr/recherche/utc_L
MAC.php
Troyes
www-lm2s.utt.fr/
Mines ParisTech Pôle CRC (Centre de Recherche
sur les Risques et les Crises)
UBS : Université de Bretagne-Sud
UHA : Université de Haute Alsace
UTC / Heudiasyc : Heuristique et Diagnostic
des Systèmes Complexes
UTC / LMAC : Laboratoire de Mathématiques
Appliquées de Compiègne
UTT/ LM2S: Laboratoire de modélisation et sûreté
des systèmes de l’Université de technologie de
Troyes
49
L
+
M
3
C
+
P
0
C
0
A
+
M
3
0
A
0
A
0
C
0
«Sûreté»
Contexte et enjeux
La sûreté des transports (prévention et protection contre les actes de malveillance), pour les
transports de voyageurs ou de marchandises, fait partie du protocole d'accord du Predit 4 : la
posture croissante de surveillance globale pour des objectifs de sûreté ou de sécurité (caméras,
suivi des déplacements, péage,...) est porteuse d’enjeux en termes de déploiement
technologique à grande échelle sur des systèmes de masse, ainsi qu’en termes d’acceptabilité
individuelle, économique, juridique et sociale.
La sûreté et la surveillance globale constituent l’un des six grands axes de recherche qui ont
été retenus par le GO2. La sûreté des infrastructures, des matériels, des zones d’échanges, est
abordée principalement sous l’angle de la perception du risque dans le Predit 3, et doit être
approfondie dans le Predit 4 en coordination étroite avec les actions déjà conduites : ANR
(terrorisme et délinquance), Era-Net Transport (perception du risque et économie),
INHES/INSEE (enquête de victimation). Le groupe concentre ainsi son action sur les
questions spécifiques de sûreté relatives aux actes de malveillance (impliquant l’utilisateur) –
même si le terrorisme n’est pas exclu des préoccupations.
Trois sujets structurent donc les travaux du Predit sur la sûreté :
l’intégration, le déploiement et les usages des technologies duales pour la sûreté, déjà
utilisées pour des fonctions de sécurité ou de maintenance : audio et vidéosurveillance
intelligente, surveillance et protection des infrastructures linéaires, sécurité des
systèmes d’information en général et spécifiques aux transports terrestres…
l’acceptabilité des technologies dans le cadre de leur déploiement à grande échelle,
face à la perception sociale des malveillances et de leurs conséquences.
l’économie de la sûreté, notamment le modèle économique du déploiement, de
l’exploitation et de la maintenance des équipements, ainsi que les approches
économiques de la fraude et du vandalisme.
Les travaux relatifs à la sûreté des biens transportés sont traités dans le groupe en charge de la
logistique et du transport de marchandises (GO4).
Positionnement au sein du Predit :
Sûreté : La sûreté des infrastructures de transport et la sûreté globale des systèmes de
transport relèvent des travaux du GO2. Le GO4 travaille sur la sûreté des
marchandises dans la chaîne du transport.
Transport des matières dangereuses : La gestion des matières dangereuses est prise en
compte dans les GO2 et GO4. La question liée à la logistique, au transport, au suivi
des matières dangereuses et aux questions de sécurité spécifiques sont du ressort du
GO4. L’intégration de cette question dans une problématique plus globale de sûreté et
de sécurité de l’ensemble du système de transports est prise en charge dans le GO2,
qui traite également de la gestion de crise.
Le spectre de la sûreté va de la délinquance à l'acte de terrorisme. Les principaux enjeux ici
sont de traiter l’acceptabilité et l’efficacité des mesures, et de veiller à la complémentarité
avec les actions déjà conduites et les programmes proches.
50
Etat de l’art
Economie
La théorie économique néo-classique a inspiré des modèles de la criminalité (Becker 1968,
Ehrlich 1973) ou du terrorisme (Becker et Rubinstein 2004, Enders et Sandler 2006) mais on
peut s’interroger sur leur portée pragmatique (Lericolais 2008).
L’économie des actes illégaux, improprement appelée “ économie du crime ”, fut fondée par
Gary Becker (1968) et Gordon Tullock (1969). Cette approche s’intéresse aux actes commis
par un individu ou un groupe d’individus qui désirent s’approprier une ressource détenue par
la victime. L’acte illégal est défini par le Code pénal (positivisme juridique). Dans le domaine
des transports, l’économie des actes illégaux peut concerner l’étude de la fraude dans les
transports publics, les agressions physiques, la dégradation des équipements des opérateurs, le
vol de marchandises dans les camions, la délinquance itinérante, ou la violation volontaire des
dispositions du Code de la route.
Cette approche se focalise sur les incitations à commettre, ou non, l’action illégale. Les
autorités peuvent intervenir sur ces incitations en définissant des sanctions (amende, peine de
prison…) et des mesures de surveillance (utilisation de caméras, création d’unités de
surveillance…). Les victimes peuvent également se prémunir en modifiant leurs habitudes de
déplacement (lieux et heures) et en s’équipant de mesures de protection (alarme, traçabilité
des marchandises…). Dans cette perspective, un usager des transports en commun effectue un
arbitrage entre sûreté et mobilité : il peut maîtriser en partie ses risques d’être agressé en
refusant de sortir à certaines heures, mais au détriment de la satisfaction de certaines activités.
Dans son allocution pour le prix de la banque de Suède en mémoire d’Alfred Nobel, Gary
Becker revient sur l’origine de la théorie économique du crime: “ J'ai commencé à réfléchir
sur le crime dans les années soixante après m'être rendu en voiture à l'université de Columbia
pour l'oral d'un étudiant en théorie économique. J'étais en retard et avais à décider rapidement
si je garais ma voiture à un emplacement autorisé ou risquais une contravention en la garant
illégalement dans la rue. J'ai calculé la probabilité d'avoir une contravention, l'importance de
l'amende, et le coût d'un parking autorisé. J'ai alors décidé qu'il étais opportun de prendre le
risque et de me garer dans la rue. En me rendant à la salle d'examen je me suis alors dit que
les autorités avaient vraisemblablement fait la même analyse que moi ” (1993, pp. 389-90). La
théorie économique du crime est fondée sur l’hypothèse que chaque agent se comporte ainsi.
Les tenants de l’économie du terrorisme définissent le terrorisme comme “ l’usage, ou la
menace de l’usage, de la violence par des individus ou des groupes sous-nationaux
[subnational groups] afin d’atteindre un but politique ou social par l’intimidation d’un large
public allant au-delà des victimes immédiates. Deux éléments essentiels caractérisent toute
définition moderne du terrorisme : la présence ou la menace de violence, et un motif politique
51
ou social ” (Enders and Sandler 2006, p. 3)11. Les prises d’otages, le détournement d’avions
civils pour atteindre des objectifs civils, politiques ou militaires, la destruction d’avions ou de
navires (civils ou militaires), mais aussi les atteintes portées aux transports collectifs (gare,
métro…) constituent des exemples aux conséquences très graves.
Le terrorisme vise aussi des organisations politiques, sociales et économiques. La
déstabilisation peut être obtenue en créant des situations d’incertitudes radicales, en
s’attaquant à la mobilité des individus ou aux moyens de transport cruciaux pour une
économie (avions, trains, tankers, gazoducs). La protection contre de tels actes s’avère
souvent très coûteuse (cellule anti-terroriste, contrôles scrupuleux des passagers et délais
d’attente…). Le coût s’avère ne pas être seulement d’ordre monétaire, mais aussi psychique
(peur des passagers, stress occasionné) et politique (arbitrage entre libertés individuelles et
sécurité par l’intermédiaire des mesures de fichage des données biométriques des passagers
par exemple).
Quand il s’agit de prendre en compte le comportement des terroristes, on retrouve toutefois le
problème évoqué au sujet de la théorie économique du crime. Comme le résume Marine
Lericolais, “ confrontée à son incapacité à prédire le terrorisme, la théorie économique a été
contestée par une littérature s’opposant parfois à un comportement d’homo oeconomicus des
terroristes ou dans une plus large mesure des criminels ” (2008, p. 2).
Des criminologues ont tenté d’appliquer la théorie du choix rationnel à la délinquance
routière, à l’aide de questionnaires et d’entretiens réalisés auprès de conducteurs inculpés ou
de consommateurs d’alcool (Corbett and Simon 1992).
Parmi les autres approches, on peut signaler des théories socio-psychologiques (Simmel
1908), des études du discours (Salama & Wheeler 2007) ou du “ label politique ” (Crenshaw
1995) des terroristes, ainsi que des approches sociologiques (Black 2004). Enfin, Robert Pape
analyse la genèse et les causes du développement des attentats suicides (2005).
Il existe des rapports sur l’évaluation des risques terroristes dans un mode de transport
spécifique. Dans Maritim Terrorism : Risk and Liability, le RAND12 présente une synthèse
concernant l’évaluation des différentes menaces terroristes (Greenberg et al. 2006, pp. 1-28),
de leurs conséquences (pp. 29-38) et des responsabilités (pp. 39-72), avant de décrire plus en
détails les risques propres aux bateaux de croisière (pp. 73-92), aux ferries13 (pp. 93-110) et
aux conteneurs (pp. 111-32).
L’évaluation de la sûreté du transport ferroviaire doit prendre en compte l’influence de la
dérégulation de ce secteur. Le rapport Benattar (2006) porte sur la sûreté du fret ferroviaire
dans le cadre de la libéralisation européenne (effective depuis le 30 mars 2006), en particulier
sur la question des prérogatives des services de police.
11
En réalité, un troisième élément apparaît dans cette définition : les terroristes sont soit des individus soit des “ subnational
groups ”, ce qui exclut l’existence de “ terrorisme d’Etat ”.
12
RAND Corporation a été créée en 1945 par l’US Air Force et la compagnie Douglas Aircraft afin de mener des recherches
concernant la sûreté nationale. En 1948, elle devient une “ institution indépendante à but non lucratif ”. Elle a progressivement étendu son
domaine d’étude.
13
L’exemple de l’attaque contre le “ Superferry 14 ”, aux Philippines en 2004, montre bien à quel point les dommages peuvent être
élevés pour un investissement minimal : “ ne coûtant que de 300 à 400$ et impliquant moins de 5kg de TNT, la bombe a tué 116 personnes,
en a blessé plus de 300 ” (Greenberg et al. 2006, p. 95).
52
Une autre possibilité est d’évaluer la vulnérabilité d’un réseau de transport donné en cas
d’attaque terroriste (Murray-Tuite 2008).
Enfin, l’évaluation du coût économique des actions terroristes a fait l’objet de plusieurs
travaux, par exemple (Gordon and Richardson 2005). L’évaluation porte souvent sur l’impact
économique de scénarios imaginaires, par exemple une attaque contre les deux ports de Los
Angeles (ibid., pp. 262-86.
Acceptabilité et perception du risque dans les transports.
La façon dont les usagers perçoivent le risque influence le choix modal. C’est à la suite
d’évènements marquants et médiatisés qu’il est le plus facile de mettre cet effet en évidence.
Ainsi, dans une enquête réalisée à New York deux ans après les attentats du World Trade
Center, on a demandé à des usagers de classer les différentes possibilités de transport
(méthode des préférences déclarées) pour réaliser certains trajets. Ils devaient également
répondre à plusieurs questions, notamment sur les risques liés aux services de transport.
L’étude révèle que les individus ayant une opinion positive concernant les mesures de sûreté
(“ efficaces ” ou “ très efficaces ”) expriment une préférence pour le mode aérien plus
importante que les autres individus (Srinivasan et al. 2006).
Les conséquences du report modal induit par un “ pessimisme ” concernant la sûreté d’un
mode de transport peuvent être très importantes. Ainsi, durant les trois mois ayant suivi les
attentats du 11 septembre, “ le nombre d’Américains tués sur la route en évitant le risque
aérien était plus élevé que le nombre total de passagers tués dans les quatre vols mortels ”
(Gigerenzer 2004). A plus long terme, on peut imaginer qu’une importante variation de la
perception des risques vienne amplifier les désincitations liées au coût (monétaire et temporel)
de la sûreté aérienne.
Les approches comparatives permettent de mettre en évidence l’influence des institutions et
des histoires nationales dans la perception du risque. L’Union Internationale des Chemins de
fer a publié une étude sur la perception du public et les attitudes vis-à-vis de la criminalité, de
la sûreté et de la sécurité dans trois gares internationales : Waterloo, la Gare de Lyon et Roma
Termini (Uzell et al. 2000). On peut aussi étudier la perception du risque par les opérateurs
eux-mêmes. Boyer (2000) a recueilli les témoignages de contrôleurs de la SNCF, qui sont les
personnels de cette entreprise les plus exposés aux agressions, afin de comprendre comment
ils perçoivent ces risques.
Enfin, la compréhension des facteurs influençant la perception du risque permet également de
favoriser la prévention des paniques. Pour toutes ces raisons, il est important de disposer
d’instruments permettant d’évaluer la perception des risques liés aux services de transport. Le
nombre d’études sur ce sujet demeure toutefois relativement faible.
Chaque année depuis 2007, l'Institut National des Hautes Etudes de Sécurité (INHES) en lien
avec l'INSEE réalise une enquête nationale de victimation. Cette enquête consiste à interroger
une partie de la population sur les faits dont elle aurait été victime sur une période déterminée
et notamment sur les conséquences de cette victimation en termes de sentiment d'insécurité.
53
Ces enquêtes annuelles, qui intègrent un module transport, revêtent par ailleurs l'intérêt direct
d'améliorer la connaissance du phénomène de délinquance sur les réseaux, tant au niveau de
sa structure que de ses évolutions.
Mesures de prévention et de protection.
La réponse à l’insécurité doit être unitaire mais n’est pas unique. En effet, et c’est ce qui rend
la question complexe, il n’existe pas une, mais de nombreuses réponses à la question de
l’insécurité car nous sommes confrontés à un phénomène qui relève d'un ensemble
d'interactions entre le monde des transports (espaces ouverts/clos, lieu de haute densité et
diversité sociale) et son environnement.
Les réponses s’articulent autour du triptyque prévention / dissuasion / répression et mettent en
œuvre trois types de moyens : les moyens humains (personnels dédiés à la sûreté par
exemple), techniques (vidéosurveillance, matériau anti-tag,…) et organisationnels (existence
de postes de commandement communs entreprises–police, procédures rapides de réparation
des dommages, renforcement des contrôles d'accès,...).
Nous allons voir que les modes routiers, guidés et urbains, car seuls ces modes font partis du
spectre du Predit.
Mode routier :
Concernant le transport de marchandise, la formation des personnels est un élément clef de la
prévention et de la protection contre le vol (Adam 2006). On peut noter également le recours à
des remorques dont l’aspect ne fournit pas d’indice quant à la nature de la marchandise
transportée, et l’utilisation de parkings sécurisés (il en existe 25 en France : Sanef, Park+,
Vinci Truck Etape etc.). Ils comprennent généralement un portail coulissant sous
vidéosurveillance, un accès piéton par tourniquet sous vidéosurveillance et des détecteurs de
présence infrarouge.
Les promoteurs des parkings sécurisés affirment l’existence d’un lien entre sûreté et sécurité :
ces lieux permettraient aux conducteurs de profiter au mieux de leur temps de repos, et ainsi
de conduire dans de meilleures conditions et de réduire les risques d’accidents routiers (dans
lesquels les poids lourds sont impliqués à hauteur de 3,8% des accidents corporels et de 9,6%
des accidents mortels).
Une autre piste concerne la traçabilité du fret durant le transport grâce à une liaison par GPS,
et des “ étiquettes ” ou des boîtiers insérés dans les colis14. Initialement prévue pour lutter
contre le vol de voiture, cette technique est désormais employée contre le vol de fret de
marchandises sensibles. Des capteurs de choc peuvent également détecter l’effraction du
véhicule. Le coût de ces mesures demeure assez élevé.
Transports guidés et urbains :
14
Lire le rapport de (Schlumberger, Perillat et Valle) sur les techniques permettant de tracer des marchandises:
http://www.predit.prd.fr/predit3/synthesePublication.fo?inCde=17414
54
Concernant la sûreté, l’inspection des passagers dans les transports publics peut utiliser une
grande variété de moyens, depuis l’utilisation de chiens jusqu’aux techniques biométriques en
passant par les rayons X (voir par exemple TCRP report n°86). Il serait intéressant de disposer
d’une évaluation des avantages et inconvénients (en termes de coût, d’efficacité et de
protection des droits) de chacune de ces techniques.
La vidéosurveillance a d’abord été défendue comme moyen de lutte contre la délinquance et
la criminalité (loi Pasqua de 1995). S’il existe peu d’études françaises sur le sujet15, les
travaux réalisés en Grande-Bretagne16 et au Québec17 se révèlent pour le moins circonspects
au sujet de l’efficacité des dispositifs étudiés.
Depuis quelques années, la vidéosurveillance est aussi présentée comme une aide à la lutte
contre le terrorisme. Le pouvoir politique annonce une multiplication des caméras de
surveillance en rappelant que le niveau d’équipement de la France n’est pas comparable à
celui de la Grande-Bretagne18 et que c’est en regardant des images de vidéosurveillance que
la police britannique a pu, en 2005, identifier rapidement les auteurs des attentats de Londres.
A l’inverse, les opposants font valoir que l’effet dissuasif est douteux puisque cela n’avait pas
empêché les attentats
Ces débats sur l’efficacité de la vidéosurveillance se doublent de controverses au sujet de son
encadrement démocratique. Depuis 1995, l’usage de la vidéosurveillance est contrôlé par la
CNIL dans les lieux privés et par la Préfecture dans les lieux publics ou ouverts au public19.
Un arrêté du 3 août 2007 définit les normes techniques de vidéosurveillance.
Concernant la perception des dispositifs de vidéosurveillance par l’opinion et la notion
“ d’acceptabilité de ces dispositifs, on peut consulter le travail mené par Stéphane Callens
selon un cahier des charges du Centre de Prospective de la Gendarmerie Nationale
(CGPN)20.
Plusieurs travaux de recherche portent sur l’augmentation du niveau de confiance dans les
alarmes grâce à la fusion des informations reçues par des capteurs différents (programme
SERKET21) ou à des systèmes “ intelligents ” d’aide à la surveillance (programme EVAS22,
in Ambellouis et Berbineau 2007). La SNCF développe avec l’INRETS (LEOST), le groupe
MARTEC et le CEA, le programme SURTRAIN (Surveillance des transports par analyse de
l’image et du son) afin de détecter des “ situations anormales ” pouvant mettre en danger les
passagers.
15
On peut signaler l’étude menée par l’Institut d’aménagement et d’urbanisme de la région d’Ile-de-France (IAURIF 2004). Elle
tend à relativiser l’efficacité des caméras dans les transports parisiens: “ D’un point de vue strictement quantitatif, la vidéosurveillance ne
traduit pas une baisse significative de la délinquance stricto sensu dans les réseaux ferrés et routiers franciliens, ni de changement de nature
des faits ”. Lire la synthèse :
http://www.iaurif.org/fr/ressources_doc/publications/publicationsrecentes/notesrapides/pdf/securite_comport/nr_366.pdf
16
Pour une synthèse des travaux britanniques sur l’impact de la vidéosurveillance sur la criminalité, cf. (Heilmann 2003) et
(Heilmann et Mornet 2003).
17
Voir l’enquête réalisée dans le métro de Montréal (Grandmaison et Tremblay, 1997).
18
La ville de Londres compte 4 millions de CCTV. En France, le nombre d’installations n’est pas connu avec précision car de
nombreuses caméras ne sont pas déclarées : on estime qu’il y a 2 à 3 millions de caméras de vidéosurveillance sur l’ensemble du territoire.
En Île-de-France, le réseau RATP-SNCF comporte environ 11 000 caméras.
19
http://www.cnil.fr/index.php?id=1302
20
http://www.marsouin.org/IMG/pdf/Callens_papier.pdf
21
Démarré en 2005, SERKET rassemble des partenaires d’Espagne, de France (Thalès, INRIA, EADS, Police Nationale, Bull,
CEA), de Belgique et de Finlande.
http://www.inrets.fr/ur/leost/projets/evas.htm
22
55
Le développement de ces dispositifs est partiellement assuré par les collectivités locales. Entre
2003 et 2007, plus de 70% du budget alloué par la région Île-de-France à la sécurisation des
transports en commun a été consacré à la vidéosurveillance.
Une étude de la DGITM, confiée au CETE Nord Picardie, est en cours sur la surveillance et la
protection des infrastructures linéaires, et la multiplication des dégradations sur les voies
ferrées, ont fait apparaître la nécessité de développer les recherches sur ce sujet, en
mutualisant les aspects sécurité et sûreté.
Une campagne de test de l'acceptabilité des mesures de sûreté dans les transports souterrains
est également à l'étude à la DGITM. Des travaux sont également en cours concernant la prise
en compte de la délinquance, des actes malveillance et des menaces terroristes dans la
conception des gares et des nouveaux centres intermodaux de transport.
De manière plus large, une étude franco-norvégienne (projet PETRIS) financée par la DRI
dans le cadre de l'Eranet-Transports 13, et portant sur la perception du risque dans les
transports (analyse comparée par sondages entre des villes françaises et norvégienne), est en
cours de réalisation.
Axes de recherche
Axe 1 - Thèmes liés aux spécificités du transport de masse.
Les transports terrestres ont une caractéristique dimensionnante en matière de lutte contre les
actes malveillants dans le nombre important de passagers transportés conjointement, que ce
soit au départ ou à l’arrivée des infrastructures ou dans les moyens de transport eux-mêmes.
Cette caractéristique impacte toutes les dimensions des moyens à mettre en œuvre :
coût assez rapidement élevé de toute mesure.
notamment, nécessité d’une inspection/filtrage à « grand débit » quel que soit son
objet.
méthodes de surveillance et de protection devant être adaptées à des environnements
publics et très fréquentés où les détections d’intrusions illicites sont difficiles et la
gestion des alarmes délicate (profiling – détection d’évènements « anormaux »).
traçabilité des déplacements des passagers difficile (malgré l’augmentation des
technologies nouvelles de type « billet électronique »).
problématiques de la justification et de l’acceptabilité des mesures.
détermination des liens entre fraude et délinquance.
mesure des coûts de l’insécurité (actes de délinquance + mesures de lutte).
amélioration de la connaissance du phénomène de délinquance dans l’ensemble des
modes de transport, préalable à la mise en œuvre de mesures efficaces : mieux
connaître pour mieux agir.
A noter que cette caractéristique du volume de passagers concernés pourrait ne plus être
spécifique aux transports terrestres à terme avec le développement des croisières bon marché
et l’émergence de très gros porteurs comme l’A 380 (à bientôt 1000 sièges), par exemple.
56
Axe 2 - Thèmes relatifs à la surveillance et la protection des moyens de transport.
La surveillance et la protection des moyens de transports comportent plusieurs thèmes de
recherche préalables dont notamment :
géolocalisation, d’un moyen de transport ou d’un contenant.
technologies de type vidéo/audiosurveillance embarquée.
intégrité, d’un moyen de transport ou d’un contenant.
gestion des matières dangereuses dans un contexte « sûreté ».
Axe 3 - Thèmes relatifs à la surveillance et la protection des infrastructures.
La surveillance et la protection des infrastructures de transport comportent aussi plusieurs
thèmes de recherche préalables dont notamment :
problématique spécifique des infrastructures linéaires.
technologies de type vidéosurveillance/audiosurveillance.
approche comportementale de type profiling.
gestion de crise en environnement public très fréquentés ; gestion des foules.
analyse des signaux faibles (presque évènement).
Il est aussi apparu des thèmes transverses :
transmission de données et sécurité ; agrégation de données multisources.
résilience (systémique ou structurelle).
réseaux et outils de gestion des déplacements en situation de crise.
Axe 4 - Intégration sécurité / sûreté et dualité.
Les différences de nature entre le risque et la menace et les modèles usuellement utilisés pour
caractériser ces notions rendent l’intégration de la lutte contre les risques accidentels et
technologiques et la lutte contre les actes malveillants complexe.
On peut néanmoins proposer d’entamer une réflexion en cette matière. Plusieurs raisons le
justifient, notamment :
utilisation des procédures existantes de sécurité à des fins de sûreté.
éviter les doublons méthodologiques.
assurer la minimisation des coûts.
permettre la définition d’outils communs de gestion de crise.
permettre de gérer des aspects parfois contradictoires entre les exigences de sécurité et
celles de sûreté (cas du transport des marchandises dangereuses devant être à la fois
transparent et caché).
Intégration : mesures contre la délinquance / terrorisme : la prise en compte en amont du large
spectre de la sûreté dans son ensemble (sabotage, délinquance, terrorisme...) permettrait, de la
même manière que pour l'intégration sécurité / sûreté, d'éviter les doublons, et au contraire de
mutualiser les moyens.
Axe 5 – Gouvernance.
La problématique principale de la gouvernance dans le domaine de la lutte contre les actes
malveillant réside dans la difficulté qu’il y a pour les pouvoirs publics d’assurer la pertinence
57
des mesures mises en place. En d’autres termes : quelles décisions sont à prendre et sur la
base de quels critères ?
La réponse à cette question nécessite une réflexion selon plusieurs aspects :
politiques envisageables.
partage des responsabilités entre acteurs à différents niveaux.
mesure de la perception du risque et de la menace.
outils de prise de décision relativement aux mesures envisageables.
outils d’évaluation des mesures (pertinence, acceptabilité, coût, etc.).
stratégie de communication.
acceptabilité des mesures et des nouveaux moyens de sûreté.
Equipes de recherche
Les travaux au sein du RST :
• une enquête à destination de toutes les unités de recherche du réseau
scientifique et technique du MEEDDAT a été réalisée par le CETE de Lyon.
Cette enquête entreprise par le SDSIE, en lien avec la DRI, dresse une
cartographie de la recherche sur les questions de sécurité au sein du RST.
• Les principaux commanditaires d'études portant sur la sûreté dans les
transports sont la DGAC, la DGITM, la DRI et le SDSIE.
• Les différents services techniques centraux du MEEDDAT se positionnent
petit à petit sur la thématique de la sûreté. Ils tâchent de s'appuyer autant que
possible sur les CETEs. Les travaux commencent à être conséquents, mais en
ordre dispersé.
Les travaux menés avec les acteurs du monde des transports. L’Observatoire National
de la Délinquance dans les Transports (ONDT), placé au sein de la DGITM, rassemble
l’ensemble des acteurs intervenant dans le champ de la délinquance dans les transports
(opérateurs de transports, autorités organisatrices des transports, services de
police,…). Son objectif est de piloter ou de réaliser des travaux au niveau local
(partage de bonnes pratiques), national (en lien avec l’INHES), européen
(normalisation européenne) ou encore international (réseau des observatoires de la
criminalité).
Les travaux menés par des laboratoires de recherche, sur le phénomène de
délinquance :
• CNRS / CERSA.
• CNRS / CERAT.
• CNRS / CESDIP.
• Centre d’Etudes et de Recherches sur la Police - Université Toulouse 1.
Les travaux dans les instances interministérielles.
• L’organisation mise en place au plan interministériel dans le domaine de la
sécurité/sûreté prend principalement la forme du groupe thématique national
« sécurité globale» (GTN). Ce groupe, placé sous l’égide du SGDN et
principalement administré par les ministères de l’intérieur, de la défense et de
la recherche, a pour objectif principal de coordonner les travaux nationaux de
recherche dans le domaine de la sécurité globale. Ainsi, il a notamment
vocation à assurer la veille scientifique ad hoc, à aider à la définition des axes
de recherche pertinents, à faire remonter les besoins pour les futurs appels à
58
proposition, à aider à l’élaboration des réponses aux appels à proposition et
donc aussi à susciter des partenariats, tant au plan national qu’européen. Ainsi,
le programme annuel de l'ANR, en partenariat avec la DGA et la DGPN
« Concepts, Systèmes et Outils pour la Sécurité Globale » est alimenté par le
GTN depuis son lancement en 2006.
• Certains travaux des ministères de l'intérieur, de la défense et de la recherche
peuvent également alimenter la réflexion concernant la sûreté des transports.
• L’ONDT travaille en étroite collaboration avec le Ministère de l’Intérieur, le
Ministère de la Justice ainsi qu’avec le Comité Interministériel de Prévention
de la Délinquance.
Les travaux au sein de l’industrie :
• Les travaux non-académiques sont conséquents chez les industriels concernés
par la sécurité, notamment au sein des pôles de compétitivité comme le pôle
System@tic en région parisienne.
• Les industriels se regroupent en consortium pour répondre aux appels à projet,
notamment dans le cadre de l'appel à projet CSOSG (concepts systèmes et outil
pour la sécurité globale) Ce programme vise quatre grands axes : la sécurité du
citoyen (protection contre le terrorisme et le crime), la sécurité des
infrastructures, des sites et des réseaux, la sécurité aux frontières (terrestres,
maritimes et aériennes), la gestion de crise, intervention et réparation.
• La réflexion chez les opérateurs est également importante, en particulier à la
RATP et à la SNCF.
59
Actions du GO2
Durant l’année 2009, des premières actions du GO2 ont été mises en place.
Séminaires de suivi et de valorisation des projets.
Quatre séminaires ont été organisés pour le suivi et la valorisation des projets du GO2, qu’ils
soient financés par l’ANR, le MEEDDM, ou le FUI :
juin 2009 : aides à la conduite et gestion du trafic
juillet 2009 : usagers vulnérables et santé
novembre 2009 : accessibilité, en lien avec le GO3
décembre 2009 : gouvernance de la sécurité et transports en commun
Appels à propositions.
Deux premiers appels à propositions ont été lancés pendant l’année 2009 :
Economie de la sécurité routière
Gestion du trafic et des mobilités
Montage de projets européens.
Montage de projets européens aidé par le GO2
Constitution d’un groupe de travail pour le portage au niveau européen de questions
soulevées par le groupe.
Suivi de 4 groupes d’Eranet-Transports (dont 2 en tant que leader).
Lancement d’un appel à propositions spécifiquement ouvert aux projets Deufrako.
60
Références
Le point sur : Quels avenirs pour les systèmes d’assistance technologiques à la conduite ? L.
Meillaud, M.L. Gallenne, J.M. Blosseville, J. Ehrlich, G. Malaterre – livre de la
documentation française – juillet 2008.
Recherche et sécurité routière. Pour une action publique renouvelée. Cahier MSH-Alpes.
Risques collectifs et situation de crise, n°6-novembre 2006. Prédit 3, groupe 3, Nouvelles
connaissances pour la sécurité C. Gilbert et al.
Etat de l'art Sécurité et Sûreté des Transports, INRETS, 2008, P. Légé.
Projet de format pour l’agenda stratégique de recherche INRETS, F. Coudon.
Site du Predit : « Pour des transports accessibles à tous :Le PREDIT et l’accessibilité des
transports des personnes à mobilité réduite », ainsi que le programme et les actes du colloque
de Créteil
61
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising