Cahier n 3 : partie b dimensionnement du moteur d

Cahier n 3 : partie b dimensionnement du moteur d
CAHIER N° 3 : PARTIE B
DIMENSIONNEMENT DU MOTEUR D’ENTRAINEMENT DE
LA POMPE « WDX E7 »
9
9
9
9
9
Couplage du moteur
Bilan énergétique
Dimensionnement du moteur asynchrone
Caractéristique couple – vitesse du moteur asynchrone
Alimentation par démarreur progressif
Ce dossier contient les documents suivants :
4 4 pages numérotées de B1 à B4
4 3 pages numérotées de DT B1 à DT B3
INTRODUCTION
Objectifs généraux de l’étude :
¾ Effectuer un bilan énergétique de la chaîne de motorisation de la pompe d’enneigement.
¾ Etudier le fonctionnement du moteur alimenté par un démarreur électronique.
La pompe d’enneigement est entraînée par un moteur asynchrone triphasé à cage d’écureuil dont
les caractéristiques sont données ci-dessous :
LEROY SOMER
PLS 315 MG2 – 315 kW – 553 A D / 319 A Y – 2 970 trs/min– 400 / 690 V
cos ϕ = 0,86 – rendement η = 0,95 - IP23 – classe F – 940 kg –
Id / In = 6,4 – Cd / Cn = 1,9 - Cm / Cn = 2,6 - J = 2,375kg.m 2
Le réseau est triphasé 3 x 400 V – 50 Hz
B1 COUPLAGE DU MOTEUR
B1.1 Préciser comment doit être couplé le moteur et représenter la plaque à bornes normalisée avec
les barrettes de couplage. Justifier votre réponse.
B2 BILAN ENERGETIQUE
Les essais suivant ont été effectués sur la machine couplée en triangle.
Essai en moteur à vide, sous tension variable à fréquence f = 50 Hz et vitesse N = 3 000 tr/min
Tension U (V)
Courant absorbé I (A)
Puissance absorbée à vide P
10
(W)
415
155
6 600
400
128
6 100
380
110
5 800
360
95
5 300
300
69
4 500
Essai en charge au point nominal de fonctionnement
Tension U (V)
Courant I (A)
Puissance absorbée Pa (W)
400
553
329 300
À chaud, la résistance entre phases du stator est r = 0,0103 Ω
B2.1 Pour le cas de l’essai à vide effectué pour différentes valeurs de tension, écrire le bilan des puissances et en déduire la somme des pertes fer stator Pfs et des pertes mécaniques pméca .
Lors de l’essai à vide, on étudie comment évolue la quantité P 10 lorsque la tension varie.
B2.2 Déduire de cet essai une séparation possible des pertes fer stator Pfs et des pertes mécaniques pméca .
Pour la suite du problème on prendra Pfs = 3950 W et pméca = 1900 W.
Lors d’un fonctionnement en moteur de la machine, on note Pa la puissance active absorbée, Ptr la
puissance active échangée entre le stator et le rotor via l’entrefer, Pu la puissance mécanique, Pjs les
pertes Joule au stator, Pfr les pertes fer au rotor, Pjr les pertes Joule au rotor.
B2.3 Effectuer un bilan des puissances en faisant apparaître les termes :
B1
Pa, Ptr , Pfs, Pjs, Pfr , Pjr , pméca, Pu .
B2.4 Calculer les pertes Joules au stator Pjs en charge nominale.
B2.5 Dans le cas de l’essai en charge, calculer le glissement g et la fréquence des courants rotoriques fr .
B2.6 Calculer la puissance transmise au rotor à travers l’entrefer Ptr .
B2.7 En considérant que les pertes fer au rotor Pfr = 0 (le rotor tourne lentement dans le flux) calculer
les pertes Joule au rotor Pjr .
B2.8 Calculer la puissance utile Pu .
B2.9 En prenant en compte les pertes supplémentaires Psup ll = 1 600 W, calculer le rendement du moteur et comparer la valeur trouvée à celle donnée par le constructeur.
B2.10 Calculer, pour le point de fonctionnement nominal, la valeur Tem du couple électromagnétique.
B3 DIMENSIONNEMENT DU MOTEUR ASYNCHRONE
La relation donnée ci-dessous montre que les dimensions du rotor sont inversement proportionnelles à
la vitesse de rotation de la machine, pour une puissance électrique donnée.
0,2P
n.A
Volume du rotor =
On note respectivement :
♦ P
puissance en Watts
♦ n
vitesse en trs/seconde
♦ A
charge linéique du stator en A/m (ampère - conducteurs par unité de longueur périphérique d’entrefer)
A=
3.Nc.Is
= 27 072 A/m
π .D
♦
Nc
nombre de conducteurs en série par phase = 28
♦
D
diamètre de l’alésage du stator en m
♦
Is
courant statorique dans un enroulement en A
B3.1 Exprimer Ωs en fonction de f et de p .
B3.2 Calculer le volume du rotor en m 3 et en déduire le diamètre et la longueur du rotor en m.
B4 CARACTERISTIQUE COUPLE – VITESSE DU MOTEUR
ASYNCHRONE
Pour la suite du problème on donne l’expression du couple électromagnétique
Cem =
♦
3. p.Vs
ωs
R' 2
g
2
⎛ R' 2
⎜⎜
⎝ g
2
⎞
⎟⎟ + X 2 2
⎠
R' 2 résistance d’une phase au rotor ramenée au stator
B2
♦
X 2 réactance des fuites au rotor ramenée au stator (à la fréquence nominale de 50 Hz)
♦
VS tension simple en volt
♦
ω S pulsation en rad/sec
⎛ R'
Lorsque le glissement g est faible, le terme ⎜⎜ 2
⎝ g
2
⎞
⎟⎟ est grand devant X 2 2 .
⎠
B4.1 En déduire dans ce cas, que la courbe Cem = f ( N ) est une droite pour N voisin de Ns ( N fréquence de rotation de la machine, N S fréquence de rotation au synchronisme).
⎛ R'
Lorsque g est proche de 1, le terme ⎜⎜ 2
⎝ g
2
⎞
2
⎟⎟ est négligeable devant X 2 .
⎠
B4.2 En déduire dans ce cas, que la courbe Cem = f ( N ) est une hyperbole pour les valeurs de g élevées.
B5 ALIMENTATION DU MOTEUR D’ENTRAINEMENT PAR UN
DEMARREUR PROGRESSIF
B5.1 Calculer le courant au démarrage du moteur dans le cas d’un démarrage direct sur le réseau.
B5.2 Préciser quelle serait la conséquence de cette valeur de courant au niveau de l’installation.
•
Dans le cas d’un démarrage direct, sous la tension nominale V , le moteur absorbe le courant
Id et développe un couple Cd .
•
Au démarrage avec le démarreur, sous la tension V ' , le moteur absorbe le courant Id ' et développe un couple Cd ' .
•
On suppose que la réduction de couple pendant le démarrage est égale au rapport du carré des
courants.
Cd ' ⎛ Id ' ⎞
=⎜ ⎟
Cd ⎝ Id ⎠
•
2
Le démarreur est réglé pour avoir une limitation du courant à 3.In
B5.3 Calculer le nouveau couple de démarrage avec le démarreur en vous aidant des caractéristiques
du moteur et du document DT B1.
B5.4 Compléter sur le document réponse DR B5, la courbe de couple Cd ' / Cn = f ( N ) obtenue par
l’intermédiaire du démarreur électronique.
Le moteur asynchrone triphasé est alimenté par le démarreur électronique dont le schéma synoptique
vous est donné dans l’annexe DT B2.
Ce démarreur électronique est constitué par :
-
trois paires de deux semi-conducteurs tête-bêche mis en série sur les phases statoriques du moteur.
-
une carte électronique de contrôle réalisant la commande de phase des semi-conducteurs, les
surveillances et protections de l’ensemble démarreur – moteur et l’interface utilisateur.
B5.5 Identifier le type de semi-conducteurs utilisés dans ce montage.
B5.6 Décrire en quelques lignes, le principe de fonctionnement de la partie puissance.
B3
B5.7 Préciser sur quel(s) paramètre(s) électrique(s) le montage intervient afin de démarrer le moteur
progressivement.
B5.8 Préciser quels sont les critères qui conditionnent le choix du démarreur électronique.
B5.9 En vous aidant des caractéristiques du moteur et de son environnement, choisir le démarreur
électronique qu’il convient d’utiliser dans cette application. Préciser la désignation complète de l’appareil
choisi (document DT B3).
B5.10 Donner les avantages et les principaux inconvénients de ce procédé de démarrage.
B4
DOCUMENT TECHNIQUE B1
Ci-dessous, la courbe du couple moteur en fonction de la vitesse, dans le cas d’un démarrage direct.
C/Cn
g=1
g=0
DT
B1
DOCUMENT TECHNIQUE B2
Schéma synoptique du DIGISTART STV 2313
(Document LEROY SOMER)
DT
B2
DOCUMENT TECHNIQUE B3
Désignation du démarreur DIGISTART
DT B 3
CAHIER N° 4 : PARTIE C
ÉTUDE DES AUTOMATISMES
9
9
9
9
Etude du démarrage des groupes compresseurs d’air
Choix de l’automate permettant la gestion de l’automatisme
Etude du système de régulation de pression des départs d’eau
Etude de la production de neige Î poste local
Ce dossier contient les documents suivants :
4 4 pages numérotées de C1 à C4
4 15 pages de documents techniques
C0
INTRODUCTION
Objectifs généraux de l’étude :
¾
¾
¾
¾
Etude du démarrage des groupes compresseurs air.
Choix de l’automate permettant la gestion de l’automatisme.
Etude du système de régulation de pression des départs d’eau.
Etude de la production de neige poste local.
C1 Etude du démarrage des compresseurs
La commande du démarrage des compresseurs est effectuée au 3éme temps de la mise en service.
Les moteurs asynchrones triphasés des compresseurs ont un démarrage de type « ETOILE
TRIANGLE ».
C1.1 Donner l’avantage de ce type de démarrage.
C1.2 Donner les contraintes liées à ce type de démarrage.
C1.3 Donner le schéma de multifilaire de la partie puissance de l’installation, préciser sur le schéma les
références de tension du moteur choisi.
C2 Choix de l’automate permettant la gestion de l’automatisme
C2.1 Identification des différents capteurs délivrant une information analogique :
Relever sur le schéma général de l’installation ainsi que sur le schéma de principe [document
technique C1] les capteurs analogiques :
♦ dans le bac froid,
♦ sur les départs d’air,
♦ sur les départs d’eau,
♦ sur la température et l’hygrométrie atmosphérique.
Les capteurs de températures sont de type NI1000. Les capteurs de débit pression donnent une
information de type 4-20 mA.
C2.2 Identification des différents capteurs délivrant une information logique
Relever sur le schéma général de l’installation ainsi que sur le schéma de principe les capteurs
logiques à compléter avec ceux nécessaires à l’automatisme décrit dans le dossier technique.
C2.3 Identification des différentes sorties logiques de l’automate
Lister les différentes sorties logiques de l’automate nécessaires à l’automatisation du procédé.
C2.4 Choix de l’automate
En vous aidant des différentes informations des questions précédentes et des notices techniques du
constructeur [documents techniques C2 à C6] :
Choisir la structure de l’automate qui permet de réaliser l’automatisme.
Donner la référence de l’ensemble des éléments qui concourent à la solution.
C1
C3 Etude du système de régulation de pression des départs d’eau.
Cette régulation a pour but de maintenir constante la pression d’eau dans le collecteur d’eau.
Capteur de pression 0-100 bars, vanne CAMFLEX.
Une vanne de régulation maintient la pression d’eau, d’enneigement des pistes, constante. Cette
commande de la vanne est réalisée par un régulateur électronique qui reçoit le signal d’un transmetteur
de pression raccordé sur le collecteur d’eau. La sortie modulée du régulateur, qui est fonction de l’écart
mesure/consigne et des actions proportionnelles et intégrales programmées sur le régulateur, positionne
directement la vanne automatique.
A l’arrêt de l’installation la vanne est ouverte impérativement pour vidanger le collecteur d’eau.
Le capteur de pression fonctionne entre 0 et 100 bars et sa sortie est du type analogique 4-20 mA.
C3.1 Donner la correspondance en mA pour une pression de 60 bars.
La régulation de ce procédé est de type P.I. Quand la pression d’eau en sortie diminue par rapport
à la consigne :
C3.2 Préciser comment est commandée la vanne de régulation. Déduire le sens d’action du régulateur.
C3.3 Préciser quel est le rôle de l’action intégrale du correcteur en statique et en dynamique.
C3.4 Réglage du régulateur PI par l’expérience.
On souhaite régler les paramètres P et I du correcteur de la boucle de régulation de pression.
On utilise la méthode de réglage à partir des oscillations Tout ou Rien, décrite ci-dessous. Celle-ci
à l’avantage d’être utilisée avec le système en boucle fermée. Les actions intégrale et dérivée sont
préalablement annulées et l’action proportionnelle est augmentée jusqu’au moment ou apparaît une
oscillation entretenue. Toutes les précautions sont prises pour que le système puisse entrer en
oscillation sans dommage pour l’installation.
Bande proportionnelle
C2
Relever l’amplitude crête à crête des oscillations (2 A) et la période T des oscillations. Ces deux
opérations peuvent se faire même sans enregistreur, en notant grâce à l’indicateur numérique les
valeurs maximale et minimale de la mesure et en chronométrant le temps séparant deux valeurs
maximales successives de la mesure.
Calculer les paramètres de régulation à l’aide du tableau ci-dessous (critère de ZIEGLER et NICHOLS).
Xp
Fonctionnement
P
P. I.
P. I. D.
2. A
.100 (%)
E
2. A
1,2.
.100 (%)
E
2. A
0,8.
.100 (%)
E
Ti
Td
0
0
3
.T
4
T
2
0
0,1 T
L’enregistrement donné ci dessous représente la réponse du système à une mise en oscillation
entretenue de faible amplitude.
♦ L’échelle de pression est E = 0/100 bars.
♦ La base de temps est de 5 s/carreau.
♦ Le calibre est de 2 bars/carreau
40 bars
Enregistrement effectué sur le système
C3.4.1 A partir du relevé effectué sur le système pour trouver les réglages de la boucle de régulation.
Déterminer pour une boucle PI :
- la période T de l’oscillation,
- la valeur crête à crête 2A de l’oscillation.
C3.4.2 À partir de la méthode des oscillations Tout Ou Rien décrite ci-dessus, déterminer les valeurs de
la bande proportionnelle Xp , du temps d’intégrale Ti .
C3
C4 Etude de la production de neige poste local.
NOTA : la description complète de l’automatisation du procédé fait l’objet du document technique
C7.
Localement, par zone géographique, dans les abris situés au pied des canons, un automate gère
la commande spécifique des trois sorties des buses par rapport à la température humide extérieure
locale.
La distance entre l’automate principal et les automates locaux est de 1,2 km.
Schéma de principe des installations locales :
C41 Etude de l’automatisme local
Le débit d’eau des canons « YORK RUBIS 10m » à induction varie de 5,1 à 12,7 m3/h.
Suivant l’évolution de la température humide extérieure l’automate local commande de une à trois
électrovannes.
La commande commence :
♦ à partir de - 4°C pour un débit de 5,1 m3/h (Vanne 1)
♦ à partir de - 5°C commande des vannes 1 et 2
♦ à partir de - 6°C commande des trois vannes.
La commande est également assujettie à la tarification EDF.
Pour la journée du 12/02/2002 l’opérateur a fixé un fonctionnement en heures creuses hiver
[HCH]. Pour la journée du 13/02/2002 l’opérateur a fixé un fonctionnement en heures creuses hiver
[HCH] et heures pleines hiver [HPH].
Compléter le chronogramme document réponse de la question C41.
C42 Etude de la liaison informatique
Afin de rendre compte à l’automate de la station d’enneigement des informations de
fonctionnement, une liaison informatique est réalisée entre l’ensemble des automates du site. A l’aide
des documents techniques C8 et C9.
C421 Choisir la structure de communication.
C422 Justifier votre choix.
C4
DOCUMENT TECHNIQUE C1
DT
C1
DOCUMENT TECHNIQUE C7
Description de l’automatisation du procédé.
1 GENERALITES
Les circuits des installations d'enneigement automatique principaux YORK peuvent être divisés en
trois circuits principaux :
♦ Le circuit d'eau de réfrigération,
♦ Le circuit d'air comprimé,
♦ Le circuit d'eau d'enneigement.
Par zones géographiques, une adaptation du fonctionnement des buses est réalisée par rapport à
la température locale. Un automate local permet de réaliser l’automatisation. Cet automate est en liaison
informatique avec l’unité centrale.
Un choix manuel de l’opérateur sélectionne les instants de fonctionnement durant chaque journée
suivant la tarification Vert EDF.
♦ HCH heure creuse hiver de 22 h à 6 h.
♦ HPH heure pleine hiver de 6 h à 8 h, de 10 h à 18 h, de 20 h à 22 h.
♦ HP heure de pointe de 8 h à 10 h et de 18 h à 20 h.
11 Le circuit d'eau de réfrigération :
Ce circuit a plusieurs fonctions :
♦ L’évacuation des calories dégagées par les unités de compression d'air,
♦ Le refroidissement de l'air comprimé,
♦ Le refroidissement de l'eau d'enneigement.
Pour ce faire, le circuit est équipé :
♦ D’une pompe basse pression, immergée dans le bac chaud, qui assure la circulation
d'eau dans les réfrigérants d'air et des compresseurs. L'eau de refroidissement est
ensuite rejetée à l'égout ou dirigée vers un circuit annexe afin d'utiliser les calories
récupérées dans différents réfrigérants.
♦ D'un réfrigérant atmosphérique composé d'une tour maçonnée reposant sur un
réservoir d'eau à deux bacs.
Le bac chaud recevant l'appoint d'eau au travers d'un système régulateur de niveau. Le bac froid
servant de réserve d'eau pour l'enneigement.
Une pompe immergée dans le bac chaud, entraîne l'eau en partie haute de la tour, où un système
de répartition pulvérise l'eau en fines gouttelettes sur les surfaces d'échange. Un ventilateur placé en
bas de la tour souffle l'air frais à l'intérieur du réfrigérant. L’eau ainsi refroidie tombe en pluie dans le bac
froid.
12 Le circuit d'air comprimé
Le circuit d'air comprimé est constitué de :
♦ De deux centrales de compression d'air pour enneigement des pistes.
♦ D’une centrale auxiliaire qui alimente l'ensemble du réseau de commande et de
régulation de la station d'enneigement.
13 Le circuit d'eau d'enneigement
Le circuit d'eau d'enneigement est constitué de deux réseaux :
♦ Le premier réseau est constitué de deux groupes motopompes immergés dans le bac
froid du réservoir, les deux motopompes sont montées en parallèle. Elles compriment
à haute pression l'eau (240 mCE) groupes motopompes P1 et P2.
DT C10
♦ Le deuxième réseau est constitué de deux groupes motopompes, l'une est immergée
dans le bac froid, la deuxième est montée en série est compresse à haute pression
l'eau (600 mCE).
Les deux réseaux envoient dans les tuyauteries souterraines l'eau afin d'alimenter les abris où
sont raccordés les canons à neiges groupe motopompes P3 et P4.
2 SECURITES ET ALARMES
Les différents circuits sont protégés par différentes sécurités à accrochage électrique positif
(mémoire). Certains défauts entraînent l'arrêt total de l'installation, d'autres stoppent uniquement
l'élément défectueux. Un réarmement est impossible tant que l'un des défauts subsiste. Les sécurités
doivent être accrochées par une action manuelle sur le bouton poussoir de réarmement (BPREAR).
21 Défaut du circuit d'eau de réfrigération
Un défaut électrique des moteurs électriques d'entraînement des pompes à eau et ventilateur. Ce
défaut provient des chaînes de puissance des moteurs électriques :
♦ défauts thermiques (DERTH),
♦ défaut fusion fusible (DEQ XX),
♦ Défaut niveau d'eau trop bas dans le réservoir (80LSL01).
22 Défaut du circuit d'air
Chaque unité de compression est protégée par un certain nombre de sécurité intrinsèques.
♦
♦
♦
♦
♦
♦
Défaut température d'air trop élevée,
Défaut pression d'air trop élevée,
Défaut électrique du moteur d'entraînement,
Alarme encrassement du filtre à huile,
Défaut niveau trop haut dans le séparateur,
Défaut pression d'air trop basse.
L'ensemble des alarmes se traduit par une information logique présente en sortie de chaque
compresseur (DECOMPXX). Une information de fonctionnement normal est présente en sortie de
chaque compresseur (MACOMPXX).
23 Défaut du circuit d'eau d'enneigement
231 Défauts électriques des moteurs d'entraînement
Chaque moteur est protégé contre les surintensités par une protection thermique (DETHXX), et
contre la marche en monophasé défaut fusible (DEQ XX).Une information fonctionnement normal est
présente sur chaque départ moteur (COMM XX).
232 Défaut de température d'eau excessif
La température d'eau dans le collecteur de distribution est surveillée en permanence par un
indicateur à colonne lumineuse. Lorsque la température d'eau s'élève au dessus du seuil fixé,
l’installation est mise à l'arrêt (thermostat HORS GEL 100 TSL01).
233 Défaut débit d'eau excessif et débit insuffisant
Un indicateur compare en permanence le débit d'eau réel et le nombre de canons en service. Soit
un seuil haut indique un débit excessif (trop de canons ouverts, rupture de flexible) soit un seuil bas
indique un débit insuffisant (pas assez de canons ouverts, canons obstrués).
Des capteurs de débit existent sur chaque départ (FT XX). L'apparition du défaut DEBIT
EXCESSIF provoque l'arrêt de l'installation. Le défaut DEBIT INSUFFISANT ne provoque pas l'arrêt
mais prévient l'opérateur par une alarme sonore.
234 Défaut d'eau trop bas dans le réservoir
Un capteur contrôle le niveau d'eau dans chaque réservoir. L'installation est mise a l'arrêt lorsque
le niveau d'eau devient trop bas.
24 Alarme sonore
DT C11
A l'apparition de chaque sécurité, une alarme sonore est mise en route sous la dépendance d'un
système clignotant. Un bouton poussoir permet d'interrompre cette alarme (BPREALAR).
3 MISE EN SERVICE
L'ordre de mise en service est obtenu, par abaissement de la température des zones à enneiger
en dessous du seuil programmé dans le régulateur d'automaticité à condition que cet ordre se
maintienne au moins cinq minutes.
Toutefois, pour permettre le démarrage il faut :
♦
♦
♦
♦
♦
♦
♦
♦
Température de l’air convenable : -4°C humide,
Sélectionner les pistes à enneiger (hautes, basses),
Réarmer toutes les sécurités et que toutes les sécurités soient validées,
Mettre les commutateurs d'ordre des organes à commander sur la position AUTO (Ma
AUTOR réfrigérant, Ma AUTOC compresseur, Ma AUTOP pompes à eau),
Ouvrir les vannes des canons nécessaires (vannes d'air et vannes d'eau ouvertes),
Afficher le nombre de canons en service sur l'indicateur,
Afficher la qualité de la neige désirée,
Choisir les heures de fonctionnement :
o Marche permanente tant que le programme d’automatisme le demande (MP),
o Délestage heures de pointe (HP),
o Marche en heures creuses en général des heures de nuit (HC).
Si toutes les conditions sont requises, l'installation est mise en service en respectant la séquence
suivante :
1er temps : Demande de mise en service
La demande du régulateur qui doit se maintenir impérativement cinq minutes.
2éme temps : Mise en service du circuit de réfrigération
Cinq minutes après la demande, signalisation de démarrage en cours, démarrage du réfrigérant
atmosphérique (pompe, ventilateur) réfrigération tour (Rtour) puis réfrigération ventilation (Rvent),
démarrage de la pompe du circuit de refroidissement des compresseurs (Rcomp).
3éme temps : Mise en service du circuit d'air
Trente secondes après le démarrage du premier compresseur, démarrage du deuxième
compresseur s'il a été sélectionné. En décalage afin de répartir les pointes d'intensité.
Le fonctionnement du premier compresseur donne l'ordre de fermeture des vannes de vidange
des points bas du collecteur d'air et du séparateur d'air et met en service la séquence cyclique de purge
de séparateur, ce qui revient à ouvrir la vanne du séparateur pendant quelques secondes toutes les cinq
minutes. La fermeture de chaque vanne de vidange est contrôlée par un capteur logique ZSL XX. La
commande et l’arrêt des compresseurs s’effectuent suivant un fonctionnement de type bistable
(MaComp, ArComp).
4éme temps : Mise en service du circuit d'eau d'enneigement
Le démarrage de la première pompe d'enneigement est autorisé quelques minutes après le
démarrage du premier compresseur. Le démarrage de la pompe doit intervenir quand le collecteur d'air
est sous pression et que les vannes de vidange sont fermées. Dans le cas contraire, l'installation est
mise à l'arrêt. Les autres pompes sélectionnées reçoivent l'ordre de marche toutes les quinze secondes
et ceci afin d'éviter de superposer les pointes d'intensités dues aux démarrages.
La marche d'une pompe à eau d'enneigement provoque :
♦ La mise en service des indicateurs (température d'eau, débit, alarmes débit),
♦ La mise en service de l'alarme débit d'eau insuffisant.
5éme temps : Fin de démarrage
La séquence de mise en service prend fin quelques minutes après le démarrage des pompes
d'enneigement. L'ordre de fin de démarrage est donné lorsque tous les circuits sont en fonctionnement
stabilisé. À cette dernière phase, les sécurités jusqu'à présent inhibées :
DT C12
♦ température d'eau d'enneigement,
♦ débit d'eau excessif.
sont libérées et peuvent intervenir à tout moment pour stopper l'installation.
4 MISE A L'ARRET DE L’INSTALLATION
L'ordre de mise à l'arrêt peut être obtenu par l'automatisme, lorsque la température des zones à
enneiger détectée par les sondes sélectionnées, s'élève jusqu'au seuil programmé dans le régulateur et
que cette demande d'arrêt se maintient au moins cinq minutes.
L'ordre d'arrêt peut être obtenu aussi par l'opérateur qui met sur ARRET, ou bien pendant les
heures de pointe, ou pendant les heures pleines si le fonctionnement est sur marche durant les heures
creuses. Enfin, l'ordre d'arrêt peut être obtenu par l'apparition d'une sécurité.
L'installation est mise à l'arrêt en respectant la séquence suivante :
er
1 temps : Demande d'arrêt en automatique, la demande du régulateur doit se maintenir
impérativement cinq minutes. Dans les autres cas, la procédure de mise hors service est démarrée
instantanément.
2éme temps : Ouverture impérative de la vanne de régulation d'eau, et inhibition des sécurités pour
préparer la vidange du circuit d'eau.
3éme temps : Environ dix secondes après le 2éme temps, arrêt des pompes d'enneigement. Début de la
vidange du circuit d'eau.
4éme temps : L'arrêt des unités de compression interviendra plusieurs minutes après l'arrêt des pompes,
pour laisser le temps de vidanger le collecteur d'eau. Le circuit de réfrigération est mis à l'arrêt, en même
temps que les compresseurs d'air.
5éme temps : Ouverture des vannes de vidange du circuit séparateur et éventuellement des points bas
du collecteur d'air. Ce décalage entre l'arrêt des compresseurs est réalisé dans le but de poursuivre la
phase de séchage du circuit et des canons en profitant au maximum de la pression d'air subsistant dans
le collecteur après l'arrêt des unités de compression d'air.
DT C13
DOCUMENT TECHNIQUE C8
Standards et normes des principales liaisons séries
EIA RS-232 C
Liaison série asynchrone de type point à point.
Les données sont transmises en mode asymétrique sur deux conducteurs dont l’un est la masse, ce qui
limite le débit et la longueur maximale de la liaison.
Le signal génère des tensions de -3/-25 Volts (1 logique) et de +3/+25 Volts (0 logique).
Câble recommandé : pas de recommandation.
Cette liaison est définie pour une longueur maximale de 15 mètres et un débit au plus égal à 20 kB/s.
E
R
E
R
EIA RS-485
Liaison série asynchrone de type multi - points « maître – esclave ».
Les données sont transmises en mode symétrique sur deux conducteurs, de qui élimine la référence à
un niveau de masse électrique.
Ces signaux génèrent des tensions comprises entre - 7 et +12 Volts. L’état logique 0 ou 1 n’est pas lié à
la tension du signal mais à sa transition (mode différentiel). La différence entre les signaux + et –
(encore appelés A et B) définit l’état logique :
♦ A - B >0 signifie l’état logique 1.
♦ A - B <0 signifie l’état logique 0.
Généralement, on trouve deux résistances de charge à chaque bout de ligne (100 ohms chacune).
La transmission et la réception se font sur la même ligne et les signaux sont à l’état haute impédance au
repos. Le nombre maximum de transmetteurs/récepteurs est de 32.
Câble recommandé : 1 paire torsadée blindée.
R
R
E
E
R
E
R
R
Caractéristiques
RS 232 - C
RS 485
Mode pour les données
Un fil
Différentiel
Longueur max du câble
17 m
1 333 m
Vitesse de transmission maximum
(Bit/seconde)
20 kB/seconde
10 MB/seconde
Tension max de sortie en circuit ouvert (V)
± 25
6 en différentiel
Tension min de sortie en circuit ouvert (V)
± 5 à ± 15
2 en différentiel
R de sortie min ( Ω ) ou courant (mA)
R0 = 300Ω
100µA de +6 à 0,25 V
Seuil max du récepteur (V)
-3 à +3
-0,2 à 0,2
DT C14
DOCUMENT TECHNIQUE C9
Topologie des réseaux
Liaison POINT A POINT
Liaison MULTIPOINT
Comparaison MULTIPOINT/POINT A POINT sur un exemple
Point à point
Multipoint
DT C15
CAHIER N° 5 : PARTIE D
ÉTUDE DE LA PROTECTION DU MATERIEL ET DU
SCHEMA DES LIAISONS À LA TERRE
9
9
9
9
Justification du choix de l’appareillage de protection
Sélectivité des protections
Chute de tension
Schéma de liaison à la terre
Ce dossier contient les documents suivants :
4 3 pages numérotées de D1 à D3
4 7 pages numérotées de DT D1 à DT D7
INTRODUCTION
Objectifs généraux de l’étude :
¾ Justifier le choix des dispositifs de protection de la salle des machines.
¾ Etudier le schéma de liaison à la terre.
Le document DT D1 donne le schéma unifilaire du Tableau Général Basse Tension de l’installation
d’enneigement.
D1 BILAN DES PUISSANCES AU NIVEAU DE LA SALLE DES
MACHINES DE L’USINE A NEIGE
Le schéma général du TGBT fait apparaître quatre actionneurs principaux dont les caractéristiques
sont rappelées ci-dessous :
Actionneurs
Compresseur 1
Compresseur 2
Pompe immergée 1
Pompe immergée 2
Moteur + Pompe d’enneigement
Pu
200 kW
200 kW
92 kW
75 kW
315 kW
Rendement
0,90
0,90
0,93
0,91
0,95
Cosinus φ
0,87
0,87
0,88
0,88
0,86
Tension
400 V
400 V
400 V
400 V
400 V
D1.1 Calculer pour chaque branche, le courant d’emploi.
D1.2 Justifier le choix du calibre des disjoncteurs repérés Q2, Q3, Q4 et Q5.
D1.3 En tenant compte d’un coefficient global de simultanéité et d’utilisation Ksu = 0,75 , calculer le courant d’emploi total à l’arrivée du jeu de barres de l’usine à neige et justifier le choix du calibre du disjoncteur repéré Q1.
D.2 CALCUL DES COURANTS DE COURTS-CIRCUITS
L’intensité du courant de court-circuit est à calculer au niveau du jeu de barres de la salle des machines, ceci afin de déterminer les caractéristiques du matériel qui doit supporter ou couper ce courant
de défaut.
D2.1 Calculer les courants de courts-circuits triphasés au niveau du jeu de barres B2 et au niveau du
moteur de pompes. Compléter littéralement et numériquement le tableau du document réponse DR D2.
D2.2 Justifier le choix du pouvoir de coupure des disjoncteurs Q1, et Q4.
D3 REGLAGE DU DISJONCTEUR Q4 ET SELECTIVITE AVEC Q1
Le disjoncteur Q4 qui alimente le départ terminal de la pompe d’enneigement est un appareil de
type « COMPACT NS 630N » muni d’un déclencheur électronique STR23SE dont les caractéristiques
sont données sur le document DT D4 et suivants.
On trouve sur le déclencheur électronique les paramètres :
ƒ
I 0 = K 0 xIn avec K 0 ayant une des valeurs suivantes :
0,5 – 0,63 – 0,7 – 0,8 – 0,9 – 1.
ƒ
I R = K R xI 0 avec K R ayant une des valeurs suivantes :
0,8 – 0,85 – 0,88 – 0,9 – 0,93 – 0,95 – 0,98 – 1.
D1
D3.1 Déterminer la valeur de réglage du déclenchement long retard LR contre les surcharges pour un
fonctionnement nominal de la pompe d’enneigement. Le document DT D6 vous donne les courbes de
fonctionnement des disjoncteurs Q1 et Q4.
D3.2 Préciser en quoi consiste la sélectivité des protections.
D3.3 Nommer au moins deux techniques pouvant être mises en œuvre pour assurer une bonne sélectivité dans la protection d’un réseau électrique.
D3.4 Préciser s’il y a sélectivité entre les disjoncteurs Q4 et Q1 et justifier votre réponse.
D3.5 Déterminer la valeur de réglage du déclencheur court retard CR contre les courts-circuits pour que
la sélectivité soit assurée lors d’un court circuit en aval de Q4. Justifier votre réponse.
D4 CALCUL DE LA CHUTE DE TENSION A L’EXTREMITE DU
CABLE C3
La norme tolère une chute de tension maximale de 5%, entre l’origine de l’installation BT et
l’utilisation dans le cas d’une application de force motrice alimentée par le réseau BT de distribution publique.
D4.1 Calculer la chute de tension dans le câble C3 (en volts et en % de Un) à partir de l’expression :
L
∆U = 3.( ρ . cos ϕ + X .L sin ϕ ) I B
S
♦ ∆U
chute de tension en volts
♦ IB
courant d’emploi en A.
♦ L
longueur de la canalisation en m
♦ ρ
résistivité des conducteurs à 20°C, (0,0225 Ω·mm²/m pour le cuivre).
♦ S
section des conducteurs en mm².
♦ Cos φ
facteur de puissance pris égal à 0,8 (sin φ = 0,6).
♦ X
réactance linéique du câble, soit 0,15 mΩ/m (câbles unipolaires espacés).
D4.2 Sachant que la chute de tension en fonctionnement normal dans la liaison électrique entre le transformateur et le disjoncteur Q4 est de 3,5 V. Calculer la chute de tension relative à l’extrémité du câble
(en volts et en % de Un).
D4.3 Commenter le résultat obtenu.
D5 SCHEMA DE LIAISON A LA TERRE (SLT)
En France, les Schémas de Liaison à la Terre basse tension sont régis par la norme NFC 15 100.
Le terme « Schéma de Liaison à la Terre » est à utiliser plutôt que le terme « régime de neutre » couramment employé.
Le Schéma des Liaisons à la Terre de l’usine à neige est TNS.
D5.1 Définir chacune de ces trois lettres.
D5.2 Rappeler les caractéristiques du S.L.T de l’installation notamment en ce qui concerne :
♦ les techniques d’exploitation,
♦ les dispositifs de protections,
♦ les contraintes et avantages.
D5.3 Définir le nombre de pôles des disjoncteurs Q1 et Q4.
D2
D5.4 Définir la notion de contact indirect et indiquer les mesures de protection mises en œuvre dans ce
schéma de liaison à la terre pour protéger les personnes de ce type de défaut.
Un schéma multifilaire simplifié de l’installation est représenté document DT D7. Un défaut
d’isolement (défaut franc Rd = 0Ω ) met en contact une phase et la masse métallique de la pompe à
l’intérieur de la salle des machines.
On suppose qu’en cas de défaut :
♦ les impédances en amont du départ considéré provoquent une chute de tension de 20 %.
La tension au niveau du dispositif de protection est donc égale à 80 % de la tension assignée Vn , tension simple en volts, en service normal à l’endroit ou est installé le dispositif
de coupure.
♦ les caractéristiques du réseau amont au dispositif de protection sont représentées par
l’impédance de la boucle de défaut Zb = 15 mΩ . Cette impédance tient compte de la réactance linéique des conducteurs et des résistances et réactances équivalentes aux
conducteurs de phase et aux conducteurs de protection parcourus par le courant de défaut.
D5.5 Dessiner sur le document réponse DR D6, la circulation du courant de défaut et représenter un
schéma équivalent de la boucle de défaut.
D5.6 Calculer le courant de défaut I CC1 à l’extrémité du câble C3.
La norme NF C 15 – 100 impose pour le schéma TN que le seuil de déclenchement magnétique
du disjoncteur soit inférieur au courant de court-circuit minimal.
Pour le disjoncteur Q4, il existe une longueur maximale de circuit LMAX respectant la contrainte de
déclenchement par le magnétique. Cette condition est imposée pour assurer la protection des personnes contre les contacts indirects.
Lmax=
0,8.Vn
ρ.I m( 1 + 1 )
S PH S PE
♦ Vn
tension simple en volts
♦ SPH
section du conducteur de phase en mm²
♦ SPE
section du conducteur de protection en mm²
♦ Im
courant de fonctionnement du déclencheur magnétique ou court retard de Q4
♦ ρ
résistivité du conducteur en Ω·mm²/m
Afin de tenir compte de l’influence des réactances des conducteurs pour les fortes sections, on augmentera la résistivité des conducteurs de 1,5 fois celle à 20°C.
D5.7 Calculer la longueur maximale de circuit L max respectant la contrainte de déclenchement par le
magnétique.
D5.8 Commenter votre résultat.
D5.9 Préciser quelles solutions pourraient être envisagées dans le cas où la longueur de circuit dépasserait la longueur maximale calculée.
D3
DOCUMENT TECHNIQUE D1
Tableau T.G.B.T.
DT D1
DOCUMENT TECHNIQUE D2
Détermination du courant de court-circuit
Calcul du courant de court-circuit en un point quelconque du réseau
1. Calculer la somme des résistances situées en amont de ce point
Rt = R1 + R 2 + R3 + ...
2. Calculer la somme des réactances situées en amont de ce point
Xt = X 1 + X 2 + X 3 + ...
3. Calculer le courant de court-circuit :
ICC3=
U 20
3. ΣR²+ΣX²
Avec :
ICC 3 = Intensité de court-circuit sur 3 phases en kA.
U 20 = Tension nominale entre phase à vide = 410 V.
ΣR = Somme des résistances situées en amont en mΩ .
ΣX = Somme des réactances situées en amont en mΩ .
DT D2
DOCUMENT TECHNIQUE D3
Résistances et réactances d’une installation BT ( mΩ )
Jeux de
Réseau amont
Transformateur
barres
Câbles
2
U
Z = 20
Scc
Résistances mΩ
2
Z impédance ramenée au secondaire.
Scc : puissance de
court-circuit du réseau amont en
MVA
R = Z cos ϕ .10
avec cos ϕ = 0,15
−3
Réactances mΩ
X = Z sin ϕ .10 −3
avec sin ϕ = 0,98
R=
PCU .U 20
.10 −3
2
S
R ramenée au secondaire
PCU : pertes cuivre en
W
S : puissance apparente du transformateur en kVA
X = Z ² − R²
2
U CC .U 20
Z=
100.S
U CC: tension de courtcircuit du transformateur en %
R = ρ.
L
S
L en m
S en mm²
X = 0,15.L
R = ρ.
Cuivre :
ρ = 22,5mΩ.mm² / m
Aluminium :
ρ = 36mΩ.mm² / m
Câble triphasé
X = 0,08L en mΩ
Câbles unipolaires
espacés
X = 0,15L en mΩ
Pour les disjoncteurs, les résistances et réactances sont supposées négligeables.
Données complémentaires :
♦ Le transformateur est du type « immergé dans l’huile ».
♦ La puissance de court-circuit du réseau amont est S CC = 500MVA
DT D3
L
S
DOCUMENT TECHNIQUE D4
DECLENCHEUR ELECTRONIQUE STR 23 SE
EXEMPLE DE REGLAGE
DT
D4
DOCUMENT TECHNIQUE D5
STR 23 SE
DT D5
DOCUMENT TECHNIQUE D6
Courbes de déclenchement des disjoncteurs :
Q1 : C1251N + déclencheur électronique STR35SE
Q4 : NS630N + déclencheur électronique STR23SE
Réglage du déclencheur court retard
CR réglé à 5 600 A
DT D6
DOCUMENT TECHNIQUE D7
A
Q1
Ph1
Ph2
Ph3
N
D
PE
Q4
C
B
Rd
Démarreur + groupe
moto – pompe
Couplage triangle
DT D7
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement