EMVT89_2 - Revue d`élevage et de médecine vétérinaire des

EMVT89_2 - Revue d`élevage et de médecine vétérinaire des
Retour au menu
Numéro
2 - 1989
SOMMAIRE
Pathologie
Alimentation-Nutrition
Virologie
Zootechnie
Bactériologie
Économie
Parasitologie
Productions
Protozoologie
Agropastoralisme
Helminthologie
Cartographie
Entomologie
TClédCtcction
dc
I’Clcvage
et industries
animales
Biologie
151
Actualité
PATHOLOGIE
Communication
153
OKOYE (J. 0. A.), GUGNANI
(H. C.), OKEKE (C. N.). Aspects cliniques et pathologiques
chez des volailles infectées par Aspergillus fùmigafus dans le Sud du Nigeria (en anglais)
VIROLOGIE
155
EYANGA
(E.), JETTEUR
(P.), THIRY (E.), WELLEMANS
(G.), DUBUISSON
(J.), VAN
OPDENBOSCH
(E.), MAKUMBU
(S.), PASTORET
(P. -P.). Recherche des anticorps dirigés
contre les BHV-1, BHV-2, BHV-4, le virus BVD-MD,
les adénovirus A et B, le rotavirus et le
coronavirus bovins chez des bovins de l’Ouest du Zaïre : résultats complémentaires
163
GUILLAUD
sérologique
(M.), FABRE (S. M.), IMADINE
(M.), BURON
contre la peste bovine du cheptel bovin tchadien
(S.). Évaluation
de la protection
BACTÉRIOLOGIE
169
EL SAWI MOHAMED
(O.), TAG EL DIN (M. H.), EL SANOUSI
(S. M.). Changements
cliniques chez les bovins infectés par la souche CH, et la souche locale Kadl de Clostridium
chauvoei. Valeurs hématologiques
(en anglais)
Communication
173
MARCHOT
(Ph.), AMANFU
Ghana (en anglais)
(W.), LEROY
(P. L.). Le farcin bovin dans les plaines d’Accra au
PARASITOLOGIE
177
DIAW (0. T.), SEYE (M.), SARR (Y.). Résistance à la sécheresse de Mollusques du genre
Bulinus vecteurs de trématodoscs humaines et animales au Sénégal. II. Étude dans les conditions
naturelles en zone Nord-soudanienne.
Écologie et résistance à la sécheresse de Bulinus
umbilicatus et B. senegalensis
169
KELA (S. L.), OGUNSUSI
(R. A.), OGBOGU
(V. C.), NWUDE (N.). Sensibilité
natu1en.si.s à quelques extraits de plantes, à l’âge de deux semaines (en anglais)
195
KELA (S. L.), OGUNSUSI
(R. A.), OGBOGU
(V. C.), NWUDE
molluscicide de quelques plantes nigérianes (en anglais)
de Lymnuea
(N.). Dépistage de l’activité
PROTOZOOLOGIE
205
KYEWALABYE
KAGGWA
(E.), LAWAL
vivax chez les ânes (en anglais)
(1. A.). Infections
à Babesia equi et Trypanosome
211
BOBADE
(P. A.), ODUYE
(0. O.), AGHOMO
(H. 0.). Prévalence
Babesia canis chez les chiens dans une zone endémique (en anglais)
des anticorps
contre
Communication
219
IGBOKWE
(1. O.), ANOSA
vivax (en anglais)
(V. 0.).
Leucopénie
chez les moutons
infectés par Trypanosoma
145
Retour au menu
/HELMINTHOLOGIE
Ci
i
223
ONYALI
(1. 0.) ONWULIRI
(C. 0. E.), AJAYI
(J. A.). Infestations
Strongyloides pupillosus dans l’État du Plateau, Nigeria (en anglais)
des agneaux par
227
OKAEME
(A. N.), AGBQNTALE
(J.). L’ivermectine
dans le traitement de l’helminthose
des pintades adultes (Numidu meleagris @eufa Pallas) élevées en cage (en anglais)
chez
ENTOMOLOGIE
231
RODRIGUEZ-DIEGO
(J.), JIMÉNEZ
Zxodidue) chez les bovins (en anglais)
(T.).
Phase parasitaire
d’Anocentor
nitens (Acurinu :
Communication
233
YERUHAM
(I.), HADANI
(A.), GALKER
(F.), ROSEN (Sh.). Note sur la biologie de la tique
Rhipicephulus bursu (Canestrini et Fanzago, 1877) en Israël (en anglais)
ALIMENTATION-NUTRITION
237
MANDRET
(G.). Régime alimentaire
des ruminants domestiques (bovins, ovins, caprins)
exploitant des parcours naturels sahéliens et soudano-sahéliens. III. Caractères épidermiques des
principales espèces végétales consommées au pâturage : constitution d’un atlas de référence en
vue de l’étude du régime alimentaire
245
PLANTON
(H.). Régime alimentaire
des ruminants domestiques (bovins, ovins, caprins)
exploitant des parcours naturels sahéliens et soudano-sahéliens.
IV. Essai de description du
régime par analyses micro-histologiques
d’échantillons de collectes du berger, bols oesophagiens
et fèces recueillis sur des bovins et des ovins
ZOOTECHNIE
253
HUART
actuelle
(A.), MATATU
(B.), KABONGO
(N.). L’élevage
ovin au Shaba (Zaïre) : situation
261
LAKHDISSI
(H.), HADDADA
(B.), LAHLOU-KASSI
(A.), THIBIER
(M.). Conduite de la
reproduction
en grands troupeaux laitiers dans les conditions marocaines. III. Reprise des
chaleurs et anoestrus post-insémination
naturelle
267
THYS (E.), HARDOUIN
(J.), VERHULST
(A.)! Influence
sur les performances de croissance et de conversion alimentaire
Nord Cameroun
275
MAILLARD
(J. C.)., KEMP (S. J.), LEVEZIEL
(H.), TEALE
(A. J.), QUÉVAL
(R.). Le
com lexe majeur d’histocompatibilité
de bovins ouest africains. Ty age d’antigènes lymphocytaires PBoLA) de taurins Baoulé (Bas tuurus) et de zébus Soudaniens PBas indicus) du Burkina Faso
(Afrique occidentale)
de la castration partielle et totale
de béliers Poulfouli de l’Extrême-
AGROPASTORALISME
146
263
SINSIN (B.), OLOULOTAN
(S.), OUMOROU
soudanienne du Nord-Est du Bénin
269
Note de réflexion
293
Analyses bibliographiques
(M.). Les pâturages de saison sèche de la zone
Retour au menu
Part 2 - 1989
1
CONTENTS
I
Animal
diseases
Feeding
Virology
Zootechny
Bacteriology
Livcstock cconomy
Parasitology
Animal products
Protozoology
Range
management
Helminthology
Mapping
Entomology
Rcmotc scnsing
Biology
l
151
Current
ANIMAL
topics
DISEASES
Short note
153
OKOYE (J. 0. A.), GUGNANI
Aspergillus jùmigatus infections
(H. C.), OKEKE (C. N.). Clinical
in poultry in Southern Nigeria
and pathological
features of
VI ROLOGY
155
EYANGA
(E.), JEITEUR
(P.), THIRY (E.); WELLEMANS
(G.), DUBUISSON
(J.)? VAN
OPDENBOSCH
(E.), MAKUMBU
(S.), PASTORET
(P. -PS). Occùrrence of anttbodies
directed against bovine BHV-1, BHV-2, BHV-4, BVD-MD virus, bovine adenovirus A and B,
rotavirus and coronavirus in cattle from western Zaire : complementary
results
163
GUILLAUD
serological
(M.), FABRE
(S. M.), IMADINE
(M.),
protection against rinderpest in Chadian cattle
BURON
(S.‘). Evaluation
of the
BACTERIOLOGY
169
EL SAWI MOHAMED
(O.), TAG EL DIN (M. H.), EL SANOUSI (S. M.). Changes in clinical
values of cattle infected with Clostridium
chuuvoei CH3 strain and a local Kadr strain.
Haematological
values
Short note
173
MARCHOT
(Ph.), AMANFU
(W.), LEROY
(P. L.). Bovine farcy in the Accra Plains of Ghana
PARASITOLOGY
177
DIAW (0. T.), SEYE (M.), SARR (Y.). Resistance to the drought of Bulinus molluscs, human
and animal trematodosis vectors in Senegal. II. Study under natural conditions in North-Sudanian
area. Ecology and resistance to the drought of Bulinus umbilicatus and B. senegalensis.
169
KELA (S. L.), OGUNSUSI
(R. A.), OGBOGU
(V. C.), NWUDE
week old Lymnaea nutalensis to some plant extracts
195
KELA (S, L.), OGUNSUSI
(R. A.), OGBOGU
Nigerian plants for molluscicidal activity
(V. C.), NWUDE
(N.). Susceptibility
(N).
Screening
of twoof some
PROTOZOOLOGY
205
KYEWALABYE
KAGGWA
infections in donkeys
(E.),
LAWAL
(1. A.).
211
BOBADE
(P. A.), ODUYE (0. O.), AGHOMO
Babesia canis in dogs in an endemic area
Babesia equi and Trypanosoma
(H. 0.).
Prevalence of antibodies
vivax
against
Short note
219
IGBOKWE
(1. O.), ANOSA
(V. 0.).
Leucopenia
in Trypanosome
vivax infection
of sheep
147
Retour au menu
HELMINTHOLOGY
223
ONYALI
(1. O.), ONWULIRI
(C. 0. E.), AJAYI
of lambs in Plateau State of Nigeria
227
OKAEME
(A. N.), AGBONTALE
raised adult guinea-fowl (Numidu
(J. A.). Strongyloidespupillosus
(J.). Ivermectin in the treatment
meleagris guleuta Pallas)
of helminthiasis
infestations
in caged
ENTOMOLOGY
(J.), JIMÉNEZ
(T.).
Parasitic phase of Anocentor
231
RODRIGUEZ-DIEGO
Zxodidue) in cattle
nitem
(Acurinu :
Short
note
233
YERUHAM
(I.), HADANI
(A.), GALKER
(F.), ROSEN (Sh.). Notes on the biology of the
tick Rhipicephalus bursu (Canestrini et Fanzago, 1877) in Israel
FEEDING
237
MANDRET
(G.). The dietary preferences of domestic ruminants (cattle? sheep and goats) on
Sahelian and Sudano-Sahelian ranges. III. Epidermic characteristics of main plant species grazed
on pastures : constitution of a reference atlas to study the dietary preferences
245
PLANTON
(H.). The dietary preferences of domestic ruminants (cattle, sheep and goats) on
Sahelian and Sudano-Sahelian ranges. IV. Diet description by mean of micro-histological
analysts
of samples of shepherd’s hand-picking, alimentary bolus and faeces from cattle and sheep as an ard
to characterize diet
ZOOTECHNY
253
HUART
situation
261
LAKHDISSI
(H.),
herds reproduction
natural insemination
267
THYS (E.), HARDOUIN
(J.), VERHULST
(A.). Influence of partial and full castration
growth and feed conversion performances of Poulfouli rams of the Far North Cameroon
275
MAILLARD
(J. C.), KEMP (S. J.), LEVEZIEL
(H.), TEALE (A. J.), QUÉVAL
(R.). The
major histocompatibility
complex of West African cattle. Lymphocyte antigens (BOLA) typing on
Baoule taurines (Bas tuurus) and Sudanian zebus (50s indicus) in Burkina Faso (West Africa)
RANGE
148
(A.),
MATATU
(B.), KABONGO
HADDADA
management
anoestrus
(N.).
Sheep breeding
in Shaba @aire) : current
(B.), LAHLOU-KASSI
(A.), THIBIER
(M.). Large dairy
under Moroccan conditions. III. Heat resumption and poston
MANAGEMENT
263
SINSIN (B.), OLOULOTAN
of North-East Benin
269
Reader’s
293
Book review
note
(S.), OUMOROU
(M:). Dry season pasture in the Sudanian zone
Retour
menu
Ntimero
2 -au1989
Patologia
SUMARIO
Alimentaci&
Virologia
Zootecnia
Bacteriologia
Economia dc la ganadcria
Parasitologia
Productos ahimalcs
Protozoolog~a
Agropecuaria
Helmintholog;a
Cartografia
Entomolog;a
Telcdetecckk
Biologia
151
Actualidad
PATOLOGIA
Breve nota
153
OKOYE (J. 0. A.), GUGNANI
(H. C.), OKEKE
aves de corral infectadas por Aspergillus fimigutus
(C. N.). Aspectos clfnicos y patologicos
en el sur del Nigeria
en
VIROLOGIA
155
EYANGA
(E.), JETTEUR
(P.), THIRY (E.), WELLEMANS
(G.), DUBUISSON
(J.), VAN
EPDENBOSH
(E.), MAKUMBU
(S.), PASTORET
(P. -P.). Investigaciones sobre la presencia
de anticuerpos contra 10s virus BHV-1, BHV-2, BHV-4, BVD-MD, adenovirus A y B, rotavirus y
coronavirus en 10s sueros de bovinos del oeste del Zaire : resultados complementarios
163
GUILLAUD
protection
(M.), FABRE
(S. M.), IMADINE
(M.), BURON
serologica contra la peste bovina de 10s bovinos del Chad
(S.).
Evaluation
de la
BACTERIOLOGIA
169
EL SAWI MOHAMED
(O.), TAG EL DIN (M. H.), EL SANOUSI
(S. M.). Modificaciones
clfnicas en bovinos infectados por la cepa CH, y la cepa local Kadr de Clostridium chauvoei.
Valores hematologicos
Breve nota
173
MARCHOT
(Ph.),
Accra en Ghana
AMANFU
(W.),
LEROY
(P. L.). El muermo
bovino en las llanuras
de
PARASITOLOGIA
177
DIAW (0. T.), SEYE (M.), SARR (Y.). Resistencia a la sequia de moluscos del genero Bulinus
vectores de trematodosis humanas y animales en Senegal. II. Estudio en las condiciones naturales
en zona norte-sudanesa. Ecologfa y resistencia a la sequia de Bulinus umbilicatus y B. senegalensis
169
KELA
(S. L.), OGUNSUSI
(R. A.), OGBOGU
(V. C.), NWUDE
(N.).
Lymnaea natalensis, de dos semanas de edad, a algunos extractos de plantas
195
KELA (S. L.), OGUNSUSI
(R. A.), OGBOGU
(V. C.),
actividad moluscicida de algunas plantas de Nigeria
NWUDE
(N.).
Sensibilidad
Deteccion
de
de la
PROTOZOOLOGIA
205
KYEWALABYE
KAGGWA
sema vivax en 10s asnos
(E.), LAWAL
211
BOBADE
(P, A.), ODUYE (0. 0.) AGHOMO
Babesia canis en perros en una zona endemica
(1. A.). Infecciones
por Babesia equi y Trypano-
(H. 0.). Prevalencia
de 10s anticuerpos contra
Breve nota
219
IGBOKWE
vivax
(1. 0.)
ANOSA
(V. 0.).
Leucopenia
en las ovejas infectadas por Trypanosoma
149
Retour au menu
HELMINTOLOGIA
223
ONYALI
(1. O.), ONWULIRI
(C. 0. E.), AJAYI (J. A.). Infestaciones
Strongyloides pupillosus, en el Estado del Plateau, Nigeria
227
OKAEME
(A. N.), AGBONTALE
(J.). La ivermectina para el tratamiento
pintadas adultas (Numidu meleagris guleutu Pallas) crfadas en gallinero
de 10s corderos por
de helmintosis
en
ENTOMOLOGIA
231
RODRIGUEZ-DIEGO
(J.), JIMÉNEZ
Zxodidue) en ganado bovino
(T.).
Fase parasitica
de Anocentor
nitens (Acurinu :
Breve
nota
233
YERUHAM
(I.), HADANI
(A.), GALKER
(F.), ROSEN (Sh.). Nota sobre la biologfa de la
garrapata Rhipicephulus but-su (Canestrini y Fanzago, 1877) en Israel
ALIMENTACION
237
MANDRET
(G.). Régimen alimenticio de 10s rumiantes domésticos (bovinos, ovinos! caprinos)
pastoreando pastos naturales sahelianos y sudano-sahelianos. III. Caracteres epidérnucos de las
principales especies vegetales pastoreadas : constitution de un atlas de referencia para el estudio
del régimen alimenticio
245
PLANTON
pastoreando
régimen por
de heces de
(H.). Régimen alimenticio de 10s rumiantes domésticos (bovinos, ovinos, caprinos)
pastos naturales sahelianos y sudano-sahelianos.
IV. Ensayo de description del
analisis micro-histologicos
de muestras de recogidas del pastor, de bolos esofagicos y
bovinos y ovinos
ZOOTECNIA
253
zutlRT
(A.), MATATU
(B.), KABONGO
(N.). La crfa ovina en Shaba @aire) : situacion
261
LAKHDISSI
(H.), HADDADA
(B.), LAHLOU-KASSI
(A.), THIBIER
(M.). Manejo de la
reproduction en hatos lecheros en las condiciones de Marruecos. III. Celos de nuevo y anestro
post servicio
267
THYS (E.), HARDOUIN
(J.), VERHULST
(A.). Influencia de la castration partial y total
sobre las performances de crecimiento y de conversion alimenticia de cameros Poulfouli del
extremo norte del Camertin
275
MAILLARD
(J. C.),
complejo
mayor de
linfocitarios (BoLA)
Burkina Faso (Africa
KEMP (S. J.), LEVEZIEL
(H.), TEALE (A. J.), QUÉVAL
(R.). El
histoeompatibilidad
de bovinos Oeste-africanos.
Tipa’e de anti enos
de taurinos Baule (Bas taurus) y de cebues Sudaneses 1Bas indicus 5 del
occidental)
AGROPECUARIA
150
263
SINSIN (B.), OLOULOTAN
(S.), OUMOROU
sudanesa del noroeste del Benin
269
Nota de reflexion
293
Comentarios
bibliograficos
(M.).
Los pastos de estacion seca de la zona
Retour au menu
ACTUALITE
État et Sahel
Les 29 et 30 septembre 1988, les chercheurs du Laboratoire d’Étude du
Développement
des Régions Arides (LEDQA) de /‘Université de Rouen, ont
organise un colloque sur le thème « Etat et Sahel » qui a réuni 85
participants représentant neuf pays.
Depuis sa création en 7984 une douzaine de chercheurs
permanence sur trois thèmes ou préoccupations
:
travaille
en
1. le suivi du milieu sahélien, dont l’évolution particulièrement
inquiétante
en 1983-1984 connaît depuis, une amélioration
qu’il convient de vérifier.
Plusieurs analyses de climatologie ou d’observations
écologiques ont été
publiées dans la revue Cahiers géographiques
de Rouen, Etudes sahéliennes ;
2. le suivi de communauté,
3. les migrations
Ces recherches
politique
des
interprétations
naturel accepté
en travaillant
et redéploiements
si possible sur le temps long ;
de populations.
nous ont engagés progressivement
à considérer le rôle et la
Etats. Ce faisant, nous suivions un peu les différentes
de la crise données par les Sahéliens eux-mêmes : du risque
à la responsabilisation
des pouvoirs publics.
Par ailleurs, il est bien évident que la pénétration
de la « modernité »,
concept à définir mais que chacun comprend, trouve dans /‘Etat son
principal outil et que cette pénétration est bien la grande question d’ici l’an
2000, même et surtout, si l’on en critique les formes observables. Symétriquement, si I’Etat est interpelé par les Sahéliens, existe-t-i! une perception
des Sahéliens et une définition de l’avenir du Sahel par les Etats ? Rien n’est
moins certain pour cette dernière ! Le Sahel ,conçu comme le rivage
menaçant du désert n’est-il pas utilisé par les Etats comme le moyen de
réanimer l’intérêt désabusé des pays riches pour l’Afrique ? Bref, quel rôle
I’Etat impartit-il à ses régions sahéliennes dans le cadre de /‘Etat national ?
Depuis 1985 un certain soulagement climatique accorde quelque répit, mais
risque également d’éloigner l’attention. On parle moins d’opérations
de
secours que d’aménagement
du Territoire. Dans ce cadre, quel avenir pour
le Sahel et quelle part les Sahéliens ont-ils dans la définition de cet avenir ?
)J Telle est la préoccupation
qui a incité les chercheurs du LEDRA àprganiser
ce colloque et à choisir quatre thèmes d’action privilégiée de I’Etat. II est
bien évident que chacun d’entre eux aurait suffi à deux jours de discussion.
Les exposés ont montré une certaine difficulté à concentrer l’analyse sur la
politique de I’Etat. On a parlé de sédentarisation, de désenclavement... sans
formaliser la stratégie et l’objectif de /‘Etat-nation. Que cette stratégie et cet
objectif soient souvent plus implicites qu’explicites, c’est évident. Qu’une
151
Retour au menu
réponse claire ne soit pas toujours possible, faute d’une géopolitique définie
de /‘Etat, c’est aussi évident. C’est pourtant dans le sens d’une prospective
appuyée sur cette géopolitique réelle que l’on peut reflechir sur le Sahel de
l’an 2000.
Si la plupart des communications
ont analyse
certaines ont porté à l’échelle nationale (impact
changement dans la répartition de la population
au Niger, au Cap-Vert...) ou sur des problèmes
sud dont la portée générale ne se discute pas.
des problèmes régionaux,
de la route mauritanienne,
du Mali, politique de I’Etat
de structure spatiale nord-
Les organisateurs se sont engagés à diffuser assez rapidement, d’ici octobre
1989, sous une forme sobre et peut-être condensée, la vingtaine de
communications
présen tées ainsi que les présen ta tions in troductives et les
conclusions.
Professeur
NDLR : Le lecteur
152
trouvera
en page 289 une note de réflexion
intitulée
J. GALLAIS
« Les enseignements
d’un colloque
»
~
Retour au menu
PATHOLOGIE
Communication
Clinical
and pathological
Aspergillus
poultry
fumigatus
hi Southern
features
of
infections
in
Nigeria
Sick birds were observed for clinical signs and dead
ones were examined for gross lesions. Affected organs
were fixed, processed and stained with haematoxylin
and eosin (H & E) and periodic acid-Schiff (PAS) or
Grocott stains.
J. 0. A. Okoye 1
Samples of the air sac, lung and abdominal nodules
were cultu&d in Sabouraud’s dextrose agar for fungal
isolation. Fungal identification was based on microscopie morphology and colony characteristics in Czapek’s solution agar. Samples were also cultured in
blood agar for bacterial isolation.
H. C. Gugnani 2
C. N. Okeke 2
OKOYE (J. 0. A.), GUGNANI (H. C.), OKEKE (C. N.). Aspects
cliniques et pathologiques chez des volailles infectées par Aspergillus
fùmigatus
dans le Sud du Nigeria. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop.,
1989, 42 (2) : 153-154.
Cette étude a été entreprise pour obtenir des informations sur
l’aspergillose à Aspergillus
fûmigatus
des volailles au Nigeria. La
maiadië se caractérisait chez les poussins de chair par de la
suffocation. de la orostration. de l’amaierissement et une forte
mortalité. Chez les poulettes de deuxième &e à l’engraissement on a
observé de l’amaigrissement, de la faiblesse, des diarrhées avec
17 p. 100 de morta&. La maladie était sporadique chez les pondeuses. Des nodules granulomateux ont été observés chez les oiseaux
morts à l’apparition de la maladie. Les nodules étaient nombreux et
affectaient principalement les poumons et les sacs aériens thoraciques
chez les poulets de chair alors que chez les pondeuses seuls quelques
gros nodules étaient observés, principalement dans les sacs aérrens
abdominaux. Mots clés : Poussin - Poulet - Aspergillose - Nigeria.
Among the broiler chicks at Ogwashi-Uku, the clinical
signs of A. fumigatus infection were poorly developed
and ruffled feathers, severe depression, droopiness,
diarrhoea and poor growth. Birds were also observed
to show respiratory distress in form of gasping.
Mot-tality was heavy, 76.8 per cent, and those that
survived up to 4 weeks after the onset of clinical
changes were severely emaciated and had to be
destroyed. The clinical changes in the Awka pullets
were emaciation, diarrhoea and weakness. Mortality
was 17 per cent. The sporadic cases in the Faculty of
Agriculture Farm were characterized by death of 1 or 2
birds out of 500-3,000 apparently healthy laying hens.
Avian aspergillosis is usually caused by Aspergihs
fumigatus (6). In Nigeria A. fumigatus infection has
been described in dogs (4), sheep (3) and humans (2).
However published reports on avian mycosis are very
few as mycotic infections have not attracted adequate
veterinary attention in Nigeria (5). In this paper the
clinico-pathological pattern of 3 field outbreaks of A.
fumigatus infection in chickens is described in
Southern Nigeria.
An outbreak that occurred in March 1966 at OgwashiUku, Bendel State of Nigeria affected 2 flocks of 6,000
and 23,000 broiler chicks of 3 weeks old in a broiler
breeder farm. Another outbreak was also observed in
a group of 3,000 l&week old pullets in a breeder farm
at Awka, Anambra State in March 1987. In both farms
rearing was by deep litter and feeds were compounded
with raw materials bulk-purchased and stored for
months. Sporadic deaths due to aspergillosis were
observed among laying hens in the Faculty of Agriculture Farm, University of Nigeria, Nsukka, Anambra
State on 5 occasions between 1983 and 1987.
1. Department of Veterinary Pathology and Microbiology,
sity of Nigeria, Nsukka, Nigeria.
2. Department
Nigeria.
of Microbiology,
Reçu le 04.08.88, accepté
Univer-
University of Nigeria, Nsukka,
le 13.09.88.
Revue Élev. Med. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 153-154
Fig. 1 : Granulomatous
(B) of dead pullets.
nodules
on the lungs
(A)
and parietal
pleura
The broiler chicks had tiny granulomatous nodules
mainly in the thoracic air sacs and lungs which were
also consolidated. The abdominal air sac and intestines were often affected. Similar lesions were found in
the pullets. But the granulomas were much larger in
size up to 0.5 cm in diameter (Fig. 1) and more
widespread on the serous surfaces than those of the
broiler chicks. Some of the nodules had depressed
centres some of which turned green after the carcass
had been opened and stored in the refrigerator for a
few days. The layers that died in t,he sporadic cases of
aspergillosis showed few but large nodules of up to 23 cm in diameter on mainly abdominal air sacs and
serous membranes of the abdominal region. The
153
Retour au menu
Communication
lungs and thoracic
ted.
air sacs were
not frequently
affec-
Microscopic
pathotogical
changes were similar in the
3 groups of chickens studied. The H & E sections of
the lungs and air sacs showed severe granulomatous
inflammation.
The granulomas
contained eosinophilic
debris, epithelioid cells, giant cells and poorly stained
eosinophilic
fungal hyphae or remnants
of dead
hyphae. Areas of fresh infection were characterized
by
necrosis and massive phagocytic activity. Granulomas
on the serous wall of the intestines were associated
with necrosis of the villus epithelial cells. Sections of
the lungs, thoracic and abdominal air sacs and intestines stained with PAS or Grocott showed well stained
septate, dichotomously
branching fungal hyphae (Fig.
2).
Fig. 2 : Air sac of broiler chicks
hyphae.
(H & E, x 400).
showing
septate
Aspergillus fumigatus
A. fumigatus was isolated from the lungs, air sac and
intestinal nodules of the broilers, pullets and layers.
The blood cultures yielded no bacterial growth.
The clinical and pathological changes observed in this
study are similar to those already described for brooder pneumonia in chicks and sporadic or chronic form
of aspergillosis in older birds (1). The necrosis of the
epithelium of the villi observed in this study could be
due to infarction caused by the granuloma in the
serosa of the intestinal wall. The results of this study
show that Aspergillus granulomas are smaller in size,
numerous and affect mainly the lungs and thoracic air
sac in Young birds leading to severe clinical signs and
high mortality. However in the adult the granulomas
are few but bigger in size and affect mainly the
abdominal air sac without much clinical signs and
mot-tality.
154
Acknowledgement
The authors are grateful to Mr. E. 0. ONUOHA of the Department
of Veterinary Pathology and Microbiology for preparing the histopathological sections.
OKOYE (J. 0. A.), GUGNANI (II. C.), OKEKE (C. N.). Clinical
and pathological features of Aspergillus
jùmigatus
infections in
poultry in Southem Nigeria. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989,
42 (2) : 153-154.
This study was undertaken to supply information on Aspergillus
infection of poultry in Nigeria. The disease in broiler chicks
was characterized by- gasping, droopiness, emaciation and heavy
mortality while affected grower chickens showed emaciation,
weakness, diarrhoea and 17 per cent mortality. The disease was
sporadic in laying flocks. Granulomatous nodules were observed in
birds that died in each outbreak. The nodules were numerous and
affected mainlv the lunes and thoracic air sacs in the broiler chicks
while only few large nodules were observed mainly in the abdominal
air sacs in the lavers. Key words : Chick - Chicken - Asnergillosis
L I
Nigeria.
_
.
fumigatus
References
1. CHUTE (H. L.). Fungal infections. In : Diseases of Poultry.
Ames, Iowa State University Press, 1978.
2. GUGNANI (H. C.), GUPTA (S.), TALWAR (R. S.). Role of
opportunistic fungi in ocular infections in Nigeria. Mycopathologia,
1978, 65 : 155-166.
3. IKEDE (B. 0.). The occurrence of deep mycoses in livestock at
the University of Ibadan Farm. Nigerian J. Anim. Prod., 1974, 1 :
127-131.
4. ISOUN (T. T.). Disseminated aspergillosis in a dog. Nigeriah vet.
J. > 1975, 4 : 45-48.
5. MOHAN (K.). Nocardiosis and some mycotic infections of
livestock in Nigeria. National Workshop on Diseases of Livestock
and Poultry, Vom, Nigeria, 1983.
6. WHITEMAN
(C. E.), BICKFORD (A. A.). Avian Disease
Mat-mal. Pennsylvania, American Association of Avian Pathologists,
1983.
Retour au menu
E. Eyanga ’
VIROLOGIE
P. Jetteur 1
E. Thiry 2
G. Wellemans 3
J. Dubuisson 2
E. Van Opdenbosch 3
S. Makumbu
1
P. -P. Pastoret 2
Recherche
des anticorps
dirigés
contre les BHV-1, BHV-2, BHV-4, le
virus BVD-MD, les adbnovirus
A et B, le
rotavirus et le coronavirus
bovins chez
‘des bovins de l’Ouest du Zaïre :
résultats complémentaires
EYANGA (E.), JETTEUR (P.), THIRY (E.), WELLEMANS
(G.),
DUBUISSON (J.). VAN OPDENBOSCH (E.), MAKUMBU
(S.),
PASTORET (P. -P.). Recherche des anticorps dirigés contre les
BHV-1, BHV-2, BHV-4, le virus BVD-MD, les adénovirus A et B, le
rotavirus et le coronavirus bovins chez des bovins de l’Ouest du
Zaïre : résultats complémentaires. Revue I%v. Méd. vét. Puys trop.,
1989, 42 (2) : 155-161.
Une ‘enquête sérologique a été réalii
sur 200 sérums de bovins de
l’Ouest du Zaïre envers 8 virus : BHV-1, BHV-2, BHV-4, virus BVD
MD, adénovirus bovins A et B, rotavin& bovin et corouavlrus bovin.
Des sérums positifs ont été trouvés vis-à-vis de tous ces virus. Pour les
animaux dont l’origine est certaine, les résultats les plus marquants
sont la haute fréquence des infections par le rotavlrus et le BHV-4 et la
rareté de celles par le virus BVD-MD et le coronavirus. Mors clés :
Bovin - Sérologie - Herpesvirus bovin - Diarrhée à virus des bovins Maladie des muqueuses - Adénovirus - Rotavirus - Coronavirus Zaïre.
INTRODUCTION
Lors d’une enquête précédente (12) les prévalences
des infections par le bovine herpesvirus 7 (BHV-l), le
virus de la maladie des muqueuses, le virus parainfluenza 3, le virus respiratoire syncytial bovin et le
virus bovipestique ont été déterminées dans la population bovine de l’Ouest du Zaïre. Cette enquête a été
étendue à d’autres virus. En conséquence, la présence
d’anticorps contre les virus suivants a été recherchée :
virus de la rhinotrachéite infectieuse bovine (bovine
herpesvirus 7, BHV-l), virus de la thélite herpétique
bovine (bovine herpesvirus 2, BHV-2) bovid herpesviI-US 4 (BHV-4) virus de la diarrhée virale bovine maladie des muqueuses (virus BVD-MD), adénovirus
bovins A et B, rotavirus bovin et coronavirus bovin.
Chaque sérum a été testé par deux ou trois méthodes
différentes qui ont été comparées. Les tests ont été
effectués à l’Institut National des Recherches Vétéri1. Laboratoire
Zaïre.
2. Service
vétérinaire,
Belgique.
Vétérinaire
de Kinshasa,
BP 8842, Kinshasa 1,
de Virologie-Immunologie,
Faculté de Médecine
lJ.La., 45 rue des Vétérinaires,
1070 Bruxelles,
-
3. Institut National de Recherches
berg, 1180 Bruxelles, Belgique.
Vétérinaires,
99 Groeselen-
Reçu le 02.08.88, accepté le 25.10.88
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2): 155-161
naires (INRV) à Bruxelles (Belgique) et au service de
Virologie de la Faculté de Médecine vétérinaire de
l’Université de Liège à Bruxelles (Belgique) et éventuellement comparés à ceux précédemment obtenus
(12) au laboratoire vétérinaire (Labovet) de Kinshasa
(Zaïre).
MATÉRIEL
ET MÉTHODES
Sérums
Les sérums examinés, au nombre de 208, proviennent
de 18 élevages privés de type extensif ; 159 sérums
sont originaires de 14 élevages du Bas-Zaïre et du
Bandundu (type 1): la taille de ces élevages varie ; elle
est connue avec certitude pour 8 d’entre eux : 16, 20,
50, 64, 67, 72, 800 et 2 142 animaux. Cinq élevages ont
une taille variant entre 100 et 400 têtes. Le dernier lot
de sérum provient de plusieurs élevages dont la taille
varie entre 150 et 300 animaux: Dix-neuf sérums ont
été prélevés dans 2 grosses exploitations de type
industriel du Bas-Zaïre (type Il) (de 15 000 et 30’000
animaux) et 30 sérums de 2 arrivages d’animaux
abattus à Kinshasa et déclarés originaires de Libenge,
ville de la région de l’Equateur située à la frontière de
la République Centrafricaine (type Ill). Dans cette
région, la taille des troupeaux est d’environ 500
animaux. Les sérums ont été prélevés sur le terrain
lors des visites dans les élevages et dans deux
abattoirs de Kinshasa. Après décomplémentation à
56 “C pendant 30 minutes, les sérums ont été conservés à -20 “C.
Bovine hefpeswifus
7
~
Les sérums ont été titrés par séroneutralisation en
microplaque avec la souche Los Angeles et la lignée
cellulaire Georgia Bovine Kidney (GBK) selon une
procédure déjà décrite (U.Lg., 28). Les titres égaux ou
supérieurs à 1/8 ont été considérés positifs. Les
résultats ont été comparés à ceux obtenus auparavant
par séroneutralisation en tube (Labovet, 12) sur ces
mêmes sérums testés à la dilution 1/5 avec la souche
IPV 3760 (2) et des cellules secondaires de rein de
veau. Les résultats repris dans les tableaux sont ceux
de la microméthode.
155
Retour au menu
E. Eyanga, P. Jetteur, E. Thiry, G. Wellemans,
Makumbu, P. -P. Pastoret
Bovine
herpesvirus
2
Les sérums ont été titrés par séroneutralisation
en
microplaque
à virus constant
(U.Lg.) et à sérum
constant (INRV). Pour la première méthode, les sérums
ont été testés avec la souche 69/lLO sur la lignée GBK
comme déjà décrit (28). Pour la seconde méthode, des
volumes de 50 ~1 de sérum dilué 10 fois sont mis en
contact dans un puits de microplaque
avec un même
volume de dilution d’ordre 10 de la souche TVA durant
deux heures à 37 “C, après quoi des cellules secondaires de testicule de veau sont ajoutées (32). La lecture
est effectuée après 4 jours et un indice de neutralisation est calculé d’après le titre du virus d’épreuve. Un
titre de 1/8 et un indice de neutralisation
de 1 ont été
considérés
positifs. Les tableaux ne reprennent
que
les sérums simultanément
positifs pour les deux tests.
Bovid herpesvirus
gélose (INRV, 33) l’antigène étant produit par multipli- ~
cation des souches WBR 1 et Mink respectivement
sur
cellules secondaires
de rein de foetus bovin et de
testicule de veau.
Rotavirus
,
Les sérums ont été testés par immunodiffusion
en
gélose (INRV) et par immunofluorescence
indirecte
sur lame à cupules (INRV). L’antigène pour immunodiffusion est obtenu avec des matières fécales de veau
et contrôlé selon VAN OPDENBOSH
et a/. (30). Les
lames pour immunofluorescence
indirecte (35) sont
préparées
par multiplication
de la souche
Q3 sur
cellules PK 15. Les tableaux reprennent
les sérums
positifs
à la dilution 1/20 en immunofluorescence
indirecte.
~
‘,
4
Les sérums ont été testés par immunofluorescence
indirecte
selon deux méthodes.
Pour la première
(U.Lg.), le sérum dilué 20 fois puis selon une raison
d’ordre 4, est titré au moyen de la souche V. Test (27)
multipliée sur la lignée GBK cultivée en microplaque
(28). Pour la seconde méthode (INRV), le sérum dilué
100 fois est testé au moyen de la souche LVR 140 (31)
cultivée sur cellules secondaires
de rein de foetus
bovin ou sur la lignée PK 15. Les cellules infectées
sont déposées sur des lames à cupules et le test est
réalisé comme déjà décrit (36). Les tableaux reprennent les sérums positifs à la dilution 1120 avec la
première méthode.
Virus de la diarrhée
virale
maladie des muqueuses
bovine
-
Les sérums ont été testés par immunodiffusion
en
gélose (INRV) et par immunofluorescence
indirecte
(INRV). L’immunodiffusion
a été effectuée
comme
déjà décrit (29) l’antigène étant préparé par multiplication de la souche NADL sur cellules secondaires
de
rein de foetus bovin. L’immunofluorescence
indirecte
a été réalisée sur lame à cupules avec la souche
Oregon C 24 multipliée sur culture de cellules secondaires de rein de foetus bovin ou de testicule de veau
(35). Les résultats ont été comparés à ceux obtenus
précédemment
par séroneutralisation
en microplaque
(Labovet, 12) sur les sérums testés à la dilution 115
avec la souche NADL et des cellules secondaires
de
rein de veau. Les tableaux reprennent les résultats de
I’immunodiffusion.
Adénovirus
A et B
Les sérums
ont été testés
156
J. Dubuisson, E. Van Opdenbosch, S.
par immunodiffusion
en
Coronavirus
Les sérums ont été testés par immunofluorescence
indirecte sur lame à cupules avec la souche EV800
(34) multipliée sur la lignée cellulaire HRT (Human
Rectal Tumeur)
selon une méthode
déjà décrite
(INRV, 35). Les tableaux reprennent les sérums positifs
à la dilution 1/20.
Analyse
des résultats
La sensibilité, la spécificité, la concordance
(kappa) et
le coefficient
de corrélation
entre deux tests ont été
estimés selon MARTIN et collab. (15) et SNEDECOR et
COCHRAN (25). Un effet de l’origine des animaux sur
les pourcentages
de sérums positifs a été recherché
par un test d’homogénéité
de proportions
(Chi carré)
selon SNEDECOR
et COCHRAN
(15). Un effet de
l’origine des animaux sur le titre des sérums positifs a
été recherché
par analyse de variante
et par la
méthode de Scheffe (25).
RÉSULTATS
Les comparaisons
de deux tests différents
pour un
même virus sont reprises
dans le tableau 1. Les
résultats de I’immunofluorescence
indirecte envers le
virus BVD-MD ne sont pas exposés, la concordance
avec la séroneutralisation
et I’immunodiffusion
étant
trop faible (kappa de 0,12 et 0,26 respectivement).
Les pourcentages
des troupeaux de type I présentant
au moins un sérum positif envers les divers virus sont
détaillés dans le tableau II. Les deux troupeaux positifs
pour le virus BVD-MD ne présentent
chacun qu’un
~
Retour au menu
VIROLOGIE
TABLEAU
I Comparaison des tests utilisés pour un même virus (n : nombre de sérums examinés, SN : séroneutralisation
; IFI :
immunofluorescence
indirecte, ID : immunodiffusion).
La sensibilité et la spécificité sont celles du premier test par rapport au
second.
Sensibilité
Concordance
Wppa)
Spécificité
BHV-1
SN en tube/
SN en microplaque
n = 191
0,66
0,95
BHV-2
SN virus var./
SN virus const.
n = 207 (kappa)
-
-
Coefficient
corrélation
-
0,63
l
0,99
de
(r)
1
0,81
et 44 (r)
I
/
BHV-4
IFI sur lame/
IFI sur microplaque
n = 203
0,80
0,98
0,70
-
Virus BVD-MD
IDISN en microplaque
n = 166
0,80
0,99
0,83
-
Rotavirus
IDIIFI sur lame
n = 206
0,62
0,89
0,42
-
L
TA BLEA U II Nombre de troupeaux de types I, Il, III présentant au moins un animal séropositif envers les différents
virus étudiés. n : nombre de troupeaux positifs ; N : nombre
total de troupeaux.
T
“
Virus
TYPE
\
ESHV-1
TYPE 1
N = 14
z. 100
Type II
N=2
Il
Type Ill
N=2
n
11
79
2
1T
3HV-i ! EIHV-4
3
21
Rota
Adénc
A
14
100
2
13
93
2
2
\déno
B
1
2
T
I
E
L
2
14
3
21
c
2
:
seul sérum positif en immunodiffusion, les deux
sérums étant par ailleurs négatifs en séroneutralisation et un seul positif en immunofluorescence indirecte à la dilution minimale testée (1120). Deux des
trois troupeaux positifs pour le coronavirus ne présentent chacun qu’un seul sérum positif (titres de 1/320 et
1/20). Pour le seul troupeau négatif envers le rotavirus,
trois sérums seulement ont pu être examinés. Le
tableau III reprend les pourcentages d’animaux infectés selon le type d’élevage et le virus.
Les titres moyens (log 2) obtenus sur les sérums
positifs ne dépendent pas du type d’élevage, sauf en
ce qui concerne le rotavirus où la moyenne des titres
pour les élevages de type I est inférieure (6,8,
P < 0,Ol) à celle des élevages de type II (8,5) et III (8,l).
A titre indicatif, les résultats moyens sont les suivants :
4,7 pour le BHV-1, 6,9 pour le BHV-2 (U.Lg.), 8,0 pour
le BHV-4, 7,3 pour le rotavirus et 7,2 pour le coronavirus.
Bien que les résultats du test d’immunofluorescence
indirecte envers le BVD-MD doivent être considérés
avec prudence, les élevages peuvent être répartis en 4
catégories : un élevage (type Ill) positif en immunodiffusion et séroneutralisation, 6 élevages (type 1)positifs
en immunofluorescence indirecte, un élevage (type Ill)
positif pour les trois tests et 10 élevages (types I et Ill)
négatifs pour les trois tests.
DISCUSSION
~
En ce qui concerne le BHV-1, la séroneutralisation en
microplaque était effectuée sur le sérum dilué 8 fois. II
y a donc peu de risque d’observer une neutralisation
157
Retour au menu
E. Evanga. P. Jetteur. E. Thiry, G. Wellemans,
MakimbÜ, ‘P. -P. Pastiret
TABLEAU
III Nombre de sérums examinés (n) et pourcentage de sérums positifs (p. 100) concernant les divers virus
selon le type d’élevage. Pour un même virus, deux pourcentages répertoriés par des lettres différentes ph3’) présentent une
différence statistiquement significative (P < 0,OI).
t
b-
!levage type l Elevage type I
-7
levage type Ill
Total
89b
19
i’3b
30
47
208
1oob
57c
30
21
208
100b
30
70
208
Ï’P
BHV-1
P. 100
n
37a
159
BHV-2
P. 100
n
15zIa
19
BHV-4
P. 100
n
60a
159
1oob
19
BVD-MD
P. 100
n
15A3
Adénovirus
P. 100
n
A
Adénovirus
P. 100
n
B
1
46a
158
19"
30
12
208
26a
19
436
30
44
207,
17a
30
35
207
100b
30
72
207
Rotavirus
P. 100
n
65a
158
95ab
19
Coronavirus
P. 100
n
4a
131
21a
19
~
66b
29
16
179
non spécifique et la concordance moyenne (kappa de
0.63) avec le test en tube doit être attribuée à une
moindre sensibilité de ce dernier. La méthode en
microplaque étant en outre moins exigeante en réactifs et en main-d’oeuvre, il y a tout lieu de la préférer.
L’infection par le BHV-1 est fréquente, comme déjà
observé, dans la région étudiée (12) et dans divers
pays limitrophes (8, 9, 13, 20, 22, 24) mais aucune
affection clinique, sinon des vaginites (VERGHEENST
et MARCHOT, communications personnelles), ne lui a
été attribuée jusqu’ici au Zaïre.
Pour les séroneutralisations en microplaque envers le
BHV-2, la concordance et la corrélation entre les deux
tests sont très satisfaisantes et il n’y a pas lieu de
préférer l’un à l’autre. L’infection et son expression
clinique ont été diagnostiquées dans des pays voisins
(7, 11, 17). Dans la région étudiée ici, l’infection
semble rare, du moins dans les élevages de type 1, et
son existence clinique reste à prouver d’autant qu’un
problème de diagnostic différentiel se pose avec la
158
J. Dubuisson,
maladie nodulaire
identifiée (14).
E. Van Opdenbosch, S.
cutanée
(lumpy
._
skin
disease)
I
déià
w
Au niveau individuel, le test d’immunofluorescence
indirecte sur lame à cupules envers le BHV-4 apparaît
très spécifique mais moins sensible que le test en
microplaque pris comme référence, mais il s’agit là
d’un choix arbitraire motivé par la plus grande facilité
de lecture. La sensibilité du test sur lame à cupules
pourrait être augmentée en testant le sérum à la
dilution 1/20 comme pour le test en microplaque mais
le résultat sur la spécificité est inconnu. Au niveau du
troupeau, le test sur lame à cupules a détecté 17 et 18
troupeaux positifs avec le test en microplaque mais la
spécificité n’a pu être estimée car tous les troupeaux
étaient positifs avec cette dernière méthode. La
méthode sur lame à cupules présente donc l’avantage
d’une préparation plus facile de l’antigène et d’une
très bonne spécificité tout en étant d’une sensibilité
acceptable. L’infection par le BHV-4 est extrêmement
fréquente au niveau de l’individu et du troupeau mais
son importance économique est inconnue.
Pour le virus BVD-MD, le test d’immunodiffusion
apparaît très spécifique et suffisamment sensible pour
être utilisé comme moyen de détection rapide et
simple (1, 23). D’après ce test et à l’exception des
troupeaux de type III, l’infection semble quasiment
inexistante comme déjà observé par séroneutralisation (12) et contrairement aux pays voisins (6, 19, 26).
Cependant, les résultats d’une enquête sérologique
réalisée par séroneutralisation pourraient dépendre
de la souche choisie (5). L’immunofluorescence indirecte est moins sensible à un effet souche que ja
séroneutralisation (16) et, de plus, les deux tests ont
été réalisés avec deux souches sérologiquement différentes (NADL et Oregon C 24) (4). En outre, I’immunofluorescence indirecte est habituellement plus sensible que I’immunodiffusion. Comme il semble enfin
exister des souches particulières au plan antigénique
en Afrique centrale (18, 21) on pourrait expliquer la
présence de troupeaux positifs uniquement en immunofluorescence indirecte, par l’excès de spécificité de
la séroneutralisation et le manque de sensibilité de
I’immunodiffusion (mais ceci ne peut expliquer I’existente d’un troupeau positif en immunodiffusion et en
séroneutralisation et négatif en immunofluorescence
indirecte). Néanmoins, dans l’état actuel des connaissances, il semble que les différences antigéniques
entre les souches de virus BVD-MD (10, 16) soient
insuffisantes pour expliquer que, parmi plusieurs
centaines d’animaux susceptibles d’être infectés par
une souche, quasiment aucun (12) ne présente un
sérum positif envers une autre souche, en I’occurrente celle utilisée dans le test de neutralisation.
Outre la trypanosomose, les diarrhées du nouveau-né
et surtout des animaux âgés de quelques mois sont
les affections graves les plus évidentes aux yeux des
éleveurs. Les infections à rotavirus et adénovirus A et
Retour au menu
VIROLOGIE
B sont fréquentes
dans la population
CONCLUSION
étudiée.
Un isolement d’adénovirus
bovin a d’ailleurs été réussi
au Soudan (3). En revanche, peu d’animaux séropositifs envers le virus BVD-MD et le coronavirus
bovin ont
été identifiés. Pour le rotavirus, la concordance
entre
les deux tests utilisés est faible et I’immunofluorescence indirecte est à préférer. Dans les élevages de
type 1, le rotavirus
pourrait utilement être recherché
lors de diarrhée néonatale tandis que le coronavirus
semble très rare.
Les deux élevages industriels
du type II se caractérisent, par rapport à ceux du type 1, par une plus grande
fréquence
d’animaux positifs pour les trois herpèsvirus (et le rotavirus,
O,Ol<P<O,O5)
sans qu’on en
connaisse
les causes et les conséquences.
Les élevages du type III se distinguent par la fréquence
élevée des infections par le coronavirus
et surtout par
le virus BVD-MD. En outre, ces animaux étant les seuls
à être séropositifs
pour la peste bovine (12),,maladie
inconnue actuellement
dans la région de l’Equateur
(Zaïre) et contre laquelle la vaccination
n’est pas
pratiquée, leur origine exacte reste incertaine.
EYANGA (E.), JETTEUR (P.), THIRY (E.), WELLEMANS
(G.),
DUBUISSON (J.), VAN OPDENBOSCII (E.), MAKUMBU
(S.),
PASTORET (P. -P.). Occurrence of antibodies directed against
BHV-1, BHV-2, BHV-4, BVD-MD virus, bovine adenovirus A and
B, rotavirus and coronavirus in cattle from western Zaire : complementary results. Revue Élev. Méd. vdt. Pays trop. ,-1989, 42 (2) :
155-161.
Two hundred bovine sera from western Zaii were screened for
antibodies to 8 viruses : BIIV-1, BIIV-2, BIIV-4, BVDMD virus,
bovine adenovirus A and B, bovine rotavirus and bovine cotonavirus.
Positive sera were found to a11these viruses. For anhnals wbose origin
was undouhted. the main features were the hioh mevalence of
infections by rotkhns and BIIV-4 and the low previence of infections
by coronavirus and BVDMD virus. Key words : Cattle - Serology Bovine herpesvirus - Bovine viral diarrhoea - Mucosal disea& Adenovirus - Rotavirus - Coronavirus - Zaire.
Les huit virus étudiés circulent tous dans la zone de
l’enquête, au moins parmi certains des types d’élevages abordés. II reste maintenant à évaluer leur importance clinique et économique, en particulier leur
intervention dans les diarrhées ‘du nouveau-né et du
jeune de quelques mois qui sont deux des affections
graves les plus fréquemment observées dans la pathologie courante.
REMERCIEMENTS
Nous tenons à remercier D. G. Mc KERCHER (Davies,
USA) pour la souche Los Angeles de BHV-1, C.
CASTRUCCI (Perugia, Italie) pour la souche 69/lLO de
BHV-2, R. GASKELL (Liverpool, Angleterre) pour la
souche TVA de BHV-2, J. H. DARBYSHIRE (Weybridge,
Angleterre) pour la souche WBR,l d’adénovirus A et A.
BARTA (Budapest, Hongrie) pour la souche Mink
d’adénovirus B. Nous remercions également M. MUYS
pour la dactylographie du manuscrit.
EYANGA (E.), JETTEUR (P.), THIRY (E.), WELLEMANS
(G.),
DUBUISSON (J.), VAN OPDENBOSCH (E.), MAKUMBU
(S.),
PASTORET (P. -P.). Investigaciones sobre la presencia de anticuerpos contra 10s virus BHV-1, BHV-2, BHV-4, BVD-MD, adenovirus
A y B, rotavirus y coronavitus en 10s sueros de bovinos del oeste del
Zaire : resultados complementarios. Revue Élev. Méd. vét. Pays
trop., 1989, 42 (2) : 155161.
Se hicieron investigaciones sobre 200 sueros de bovinos del oeste del
Zaire en relation con 8 virus: BIIV-1,’ BIIV-2, BIIV4, BVD-MD
virus, adenoviros A y B, rotavirus y coronavirus. Sueros positivos se
encontran en relation con todos esos virus. Para 10s animales cuyo
origen es cierto, 10s resultados nu& notables son la alta frecuencia de
las htfecciones por el rotavirus y el BIIV-4 asi que las rat-as htfecciones
por el BVDMD virus y el coronavin~s.
Palabras
claves : Bovino Serologia - Herpesvirus bovinos - Diarrea viral bovina - Enfermedad
de las mucosas - Adenovirus - Rotavirus - Coronavirus - Zaire.
BIBLIOGRAPHIE
1. BOLIN (S. R.), Mc CLURKIN (A. W.), CORIA (M. F.). Frequency of persistent bovine viral diarrhea virus infection in
selected cattle herds. Am. J. ver. Res., 1985, 46 (11) : 2385-2387.
2. BOUTERS (R.), VANDEPLASSCHE
tis bij fosktieren. Vlaams diergeneesk.
(M.), FLORENT (A.), LEUNEN (J.), DEVOS (A.). De ulcereuse balanoposthiTijdschr.,
1960, 29 (6) : 171-186.
3. EISA (M.). Isolation of bovine adenovirus type 1 in the Sudan. Bull.
epizoot.
Dis.
Afi.,
1973, 21 (4) : 411-416.
159
Retour au menu
~~
Ii
il
E. Eyanga, P. Jetteur, E. Thiry, G. Wellemans,
Makumbu, P. -P. Pastoret
J. Dubuisson, E. Van Opdenbosch, S.
4. FERNELIUS (A. L.), LAMBERT
(G.), BOOTH (D. G.). Bovine viral diarrhea virus-host ce11interactions : serotypes
and their relationship to biotypes by cross neutralization. Am. J. ver. Res., 1971, 32 (2) : 229-236.
5. HAFEZ (S. M.), LIESS (B.), FREY (H. -R.). Studies on the natural occurrence of neutralizing antibodies against six
strams of bovine viral diarrhea virus in field sera of cattle. Zentbl. VetMed.,
B., 1976, 23 (8) : 669-677.
6. HAMBLIN
(C.), HEDGER (R. S.). The prevalence of antibodies to bovine viral diarrhoea/mucosal
African wildlife. Comp. Immun. Microbiol.
infect. Dis., 1979, 2 (2-3) : 295-303.
7. HAMBLIN
Wildl.
(C.), HEDGER (R. S.). Prevalence of neutralizing
1982, 18 (4) : 429-436.
Dis.,
disease virus in
antibodies to bovid herpesvirus 2 in African wildlife. J.
8. HASSAN (A. K. M.), KHALDA
EL TOM. Combined natural infection with infectious bovine rhinotracheitis
rinderpest viruses. Trop. Arum. Hhh Prod., 1985, 17 (1) : 52.
and
9. HEDGER (R. S.), HAMBLIN
(C.). Neutralizing antibodies to bovid herpesvirus 1 (infectious bovine rhinotracheitis/
infectious pustular vulvo-vaginitis) in African wildlife with special reference to the cape buffalo (Syncerus [email protected]). J. camp.
Path., 1978, 88 (2) : 211-218.
10. HOWARD (C. J.), BROWNLIE (J.), CLARKE (M. C.). Comparison by the neutralisation assay of pairs of noncytopathogenic strains of bovine virus diarrhoea virus isolated from cases of mucosal disease. Ver. Microbiol., 1987, 13
(4) : 361-369.
11. HUYGELEN (C.). Allerton virus, a cytopathogenic agent associated with lumpy skin disease. 1. Propagation in tissue
cultures of bovine and ovine testis cells. Zentbl. VetMed.,
B., 1960, 7 (6) : 664-670.
12. JETIEUR (P.), EYANGA (E.), MAKUMBU
(S.). Enquête sérologique envers le virus bovipestique, IBR-IPV, RSB,
PI 3 et BVD-MD sur des bovins du Shaba et de l’Ouest du Zaïre. Revue Êlev. Méd. vét. Pays trop., 1988,41(2)
: 121-124.
13.
KAMINJOLO
(J. S.), PAULSEN (J.). The occurrence ‘of virus neutralising antibodies to infectious bovine rhinotracheitis
virus in sera from htppopotami and buffaloes. Zentbl. VetMed.,
B., 1970, 17 (8) : 864-868.
14.
LEFEVRE
(P. C.), BONNET (J. B.), VALLAT
(B.). La maladie nodulaire cutanée des bovins. 1. Situation
épidémiologique actuelle en Afrique. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1979, 32 (3) : 227-231.
15.
MARTIN
(S. W.), MEEK
(A. H.), WILLEBERG
(P.). Veterinary epidemiology. Ames, Iowa State University Press,
1987.
16. NETTLETON
17.
PLOWRIGHT
(W.), JESSET (D. M.). Investi ations of Allerton-type
animals and cattle. J. Hyg., Cumb., 1971, 69 (2 f : 209-222.
18. PROVOST
prat.
19.
(P. F.). Pathogenesis and epidemiology of border disease. Annls
Fr.,
Rech.
vét.,
1987,
18 (2)
: 147-155.
herpesvirus infection in East African game
(A.). Observations sur l’immunité dans la maladie des muqueuses en Afrique centrale. Bull. mens. Soc. vér.
61 (8) : 479-489.
1977,
PROVOST (A.), BOGEL (K.), BORREDON (C.), MAURICE (Y.). L a maladie des mu ueuses en Afrique centrale.
Observations cliniques et épizootiologiques. Revue ÉZev. Méd. vét. Pays trop., 1967, 20 (1P : 27-49.
20. PROVOST (A.), BORREDON (C.), FERREOL C.). Note sur la rhinotrachéite infectieuse bovine en Afrique centrale.
Isolement du virus ; enquête sérologique. Revue d lev. Méd. vét. Puys trop., 1964, 17 (2) : 187-196.
21.
PROVOST’ (A.), BORREDON (C.), MAURICE (Y.). Identité immunologique des souches isolées en Afri ue centrale
et des souches américano-européennes du virus de la maladie des muqueuses. Annls Znst. Pasteur, 1969, 117 (?) : 133-136.
22.
RAMPTON (C. S.), JESSETI (D. M.). The prevalence of antibody to infectious bovine rhinotracheitis
game animals of East Africa. J. Wildl. Dis., 1976, 12 (1) : 2-6.
23. REUTER (R.), BOWDEN (M.), ELLIS (T.), CARMAN
mucosal disease virus. Aust. vet. J., 1987, 64 (3) : 92-93.
(H.). Abortion,
stillbirth and illthrift in cattle associated with
24. RWEYEMAMU
(M. M.). The incidence of infectious bovine rhinotracheitis
cattle. Bull. epizoot. Dis. Afr., 1974, 22 (1) : 19-22.
25. SNEDECOR
(G. W.), COCHRAN
virus in some
antibody in Tanzanian game animals and
(W. G.). Statistical methods. Ames, Iowa State University Press, 1980.
26. TAYLOR (W. P.), RAMPTON (C. S.). A survey of cattle sera from Kenya and Uganda for antibodies to bovine virus
diarrhoea virus. Veet. Rec., 1968;83 (5) : 121-124.
27. THIRY (E.), PASTORET (P. -P.), DESSY-DOIZE (C.), HANZEN (C.), CALBERG-BACQ
(C. M.), DAGENAIS
(L.), VINDEVOGEL
(H.), ECTORS (F.). Réactivation d’un herpèsvirus en culture de cellules testiculaires prélevées
chez un taureau atteint d’orchite et d’azoospermie. Annls Méd. vét., 1981, 125 (3) : 207-214.
28. THIRY (E.), VERCOUTER
(M.), DUBUISSON
(J.), BARRAT
(J.), SEPULCHRE
(C.), GERARDY
(C.),
MEERSSCHAERT
(c.), COLLIN (B.), BLANCOU (J.), PASTORET (P. -P.). Serological survey of herpesvirus
infections in wild ruminants of France and Belgium. J. Wildl. Dis., 1988, 24 (2) : 268-273.
29. VAN AERT
160
(A.), DEGRAEF
(R.), WELLEMANS
(G.). Purification
and some properties of swine fever related
1~
l
Retour au menu
VIROLOGIE
mucosal disease precipitinogen.
Vluams diergeneesk. Tijdschr., 1975, 44 (11) : 339-348.
30. VAN OPDENBOSCH (E.), DEKEGEL (E.), WELLEMANS
(G.). De immunodiffusietest voor het opsporen van het
Rotavirus in meststalen en darfragmenten. Vlaams diergeneesk. Tijdschr., 1978, 47 (4) : 286-291.
31. WELLEMANS
(G.), ANTOINE (H.), BROES (A.), CHARLIER (G.), VAN OPDENBOSCH (E.). Isolement d’un
virus Herpès chez des bovins atteints de métrite posr-parcwn. Annki Méd. vét., 1983, 127 (6) : 481-482.
32. WELLEMANS
(G.), BIRONT (P.), VAN OPDENBOSCH (E.). Spécificite du test d’immunofluorescence indirecte
IFI) dans la recherche des anticorps IBR chez des bovins vaccinés avec un vaccin Aujeszky. Recl Méd. véf., 1980, 156
12) : 911-914.
33. WELLEMANS
LEUNEN
(J.). Adenovirussen
en ademhalingsstoornissen
bÿ runderen.
34. WELLEMANS
(G.), OYAERT (W.), MUYLLE (E.), THOENEN (H.), VAN OPDENBOSCH
coronavirus bij calveren. Vhzms diergeneesk. Tijdschr., 1977, 46 (4) : 249-255.
Vluams diergeneesk.
(E.). Isolatie van een
35. WELLEMANS
(G.), VAN OPDENBOSCH (E.). Posr-parfum antibody levels for rota, corona and BVD virus in the
cows milk. VZaams diergeneesk. Tijdschr., 1981, 50 (1) : 46-52.
36. WELLEMANS
(G.), VAN OPDENBOSCH(E.).
véc., 1987, 131 (6) : 487-491.
Transmission horizontale du virus BHV-4 ‘à des génisses. Annls Méd.
161
Retour au menu
VIROLOGIE
M. Guillaud l*
S. M. Fabre 1
M. Imadine 1
S. Buron ’ I
Évaluation
de la protection
sérologique
contre la peste
cheptel bovin tchadien
MATÉRIEL
GUILLAUD (M.), FABRE (S. M.), IMADINE (M.), BURON (S.).
Évaluation de la protection sérologique contre la peste bovine du
cheptel bovin tchadien. Revue Élev. Méd. vét. Puys trop., 1989, 42
(2) : 163-167.
2 544 sérums de bovin récoltés durant l’année 1986 au cours de cinq
missions sur le terrain et à l’abattoir de Farcha, ont pu être étudiés en
séroneutralisation contre la peste bovine. Cette enquête permet de
calculer le taux global d’immunité du cheptel tchadien vis-à-vis de la
peste bovine. Mots clés : Bovin - Peste bovine - Sérologie - Tchad.
INTRODUCTION
bovine
du
ET MÉTHODES
Prélèvements
Le but de l’enquête est d’évaluer l’état immunitaire du
cheptel bovin vis-à-vis de la peste bovine à l’aide d’un
sondage sérologique.
Des prélèvements sanguins furent réalisés à l’abattoir
de Farcha (1 434 sérums) de janvier à mai 1986 et au
cours de cinq missions (1 110 sérums) sur le terrain
(Carte 1).
Alors que la peste bovine était un fléau majeur depuis
le début du siècle au Tchad comme dans les autres
pays de la zone sahélienne,onserappelleque dès la fin
des années 1955, une des priorités du laboratoire de
Farcha fut de mettre au point un vaccin efficace
contre cette redoutable maladie. Conséquence de cet
effort, en 1971, A. PROVOST pourra écrire que la
peste bovine maladie a disparu du Tchad (6).
L’extension à partir du Soudan de foyers apparus en
1979, réintroduit ce fléau en décembre 1982 par le
Nord-Est du pays à l’occasion du commerce
d’animaux existant entre le Soudan et le Nigeria et
traversant le Nord du Tchad. Un programme de
vaccinations d’urgence est aussitôt mis en place avec
des vaccins importés (janvier à juin 1983). Dès décembre 1983, une mission de I’IEMVT permet la relance de
la production du vaccin antipestique au laboratoire de
Farcha. Depuis, cette production alimente les campagnes de vaccinations qui ont lieu chaque année.
Afin d’évaluer l’impact de ces campagnes de vaccinations, une enquête sérologique sur le cheptel bovin
tchadien a été menée par le laboratoire de Farcha. Les
résultats et les conclusions sont exposés ci-après.
1. Laboratoire
de Farcha, B.P. 433, Ndjamena, Tchad.
* Adresse actuelle : Institut Pasteur, B.P. 220, Dakar, Sénégal.
Reçu le 14.01.88, accepté le 24.06.88.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 163.167
. Moundou
\
RtPUBLICJUE
CENTRAFRICAINE
\
\
. .
--lr.sr
Carte
(2 ‘-,.
/
7..
II
Lx-G
1 : Localisation
.AJ--’
des lieux
f
d’enquêtes
des cinq
missions.
Au niveau des troupeaux sondés, le tirage aléatoire
des animaux à prélever ne put être réalisé. Beaucoup
d’éleveurs refusent d’assurer la contention des animaux les plus vifs. De ce fait, la structure de I’échantilIon se révèle significativement différente de la structure du troupeau. II sera nécessaire de réaliser un
rééchantillonnage par classe d’âge pour mener à bien
l’analyse des résultats.
Analyse
des sérums
II est entendu
que
la vaccination
des
bovins,
163
Retour au menu
M. Guillaud, S. M. Fabre, M. Imadine, S. Buron
il
~
lorsqu’elle est réalisée dans de bonnes conditions, sur
des animaux immunologiquement
compétents,
procure une protection définitive contre la peste bovine. II
est classiquement
admis que les bovins sont protégés
contre la maladie si leur sérum, dilué au dixième,
contient suffisamment
d’anticorps
neutralisants
(Acn)
pour inhiber le développement
d’une quantité de virus
pestique connue (100 DICT5J sur culture de cellules
embryonnaires
de reins de veau.
Des témoins (<cellule ». « sérum a, « virus * et « sérum
8’
positif » sont réalisés pour chaque série.
i ~1
RÉSULTATS
L’ensemble des résultats est donné dans le tableau 1.
L’insuffisance des effectifs de la classe d’âge de zéro
à un an impose de ne pas tenir compte de cette
catégorie d’animaux (ce qui explique l’absence de
résultat dans le tableau 1).
La technique
d’analyse utilisée est la séroneutralisation par la microméthode
en plaques (2, 7). Les
sérums congelés sont décomplémentés
puis dilués au
l/lOème dans du PBS. Le virus (RPOK 98e passage)
est titré sur microplaques
et utilisé à un titre de 2.103
DICT50/ml. Les sérums dilués sont répartis sous un
volume de 50 f-d, sur lesquels sont ajoutés 50 ~1 de la
suspension
de virus définie ci-dessus. Après agitation
des plaques, celles-ci sont laissées une heure à 37 “C,
puis une nuit à 4 “C. Une suspension
cellulaire contenant 105 cellules/ml est alors préparée à partir d’un
tapis complet sur boîte de Roux, de cellules embryonnaires de reins de veau, puis repartie dans chaque
puits sous un volume de 100 ~1.
TABLEAU
I
Résultats de l’enquête
DISCUSSION
Analyse
globale
Le pourcentage de séropositifs de l’abattoir est signifi- i
cativement différent de ceux des cinq missions sur le
terrain.
sérologique.
Abattoir
Classe
Mission
1
Mission
2
Mission
3
Mission
4
Mission
5
d'âge
+
-
+
-
+
-
+
-
+
-
+
-
O-l an
l-2 ans
3
14
6
12
3
21
13
22
5
13
33
26
2-3 ans
23
14
41
21
22
11
34
9
22
17
22
7
3-4 ans
48
23
41
6
16
6
42
6
13
5
19
1
4-5 ans
135
28
33
3
13
3
24
3
10
8
22
2
5-6 ans
59
17
25
0
14
2
28
4
17
1
16
1
6-7 ans
198
22.
24
4
18
3
31
5
21
1
10
0
7-8 ans
227
36
16
2
17
1
13
1
22
1
15
0
8-9 ans
214
34
15
3
10
1
8
2
14
0
11
1
9-10 ans
132
25
4
2
5
1
4
1
5
0
11
0
10-11 ans
83
13
8
1
7
0
2
1
6
0
4
0
11 et(+)
61
25
2
0
15
1
1
0
8
1
6
0
251
215
54
140
50
54
143
47
169
38
Totaux
1183
Séropositifs
82,5 p. 100
I
164
79,9 p. 100
I
200
73,7 p. 100
I
~~
1’
78,7 p. 100
I
,
75,3 p. 100
I
81,6 p. 100
I
1
Retour au menu
VIROLOGIE
Si pour les cinq missions
les pourcentages
globaux
sont homogenes,
la répartition
des séropositifs
au
sein des différentes classes d’âge montre des disparités. On peut isoler trois sous-échantillons
à partir de
ces résultats : l’abattoir, les 4 premières
missions,
la
mission 5.
Analyse
par classe
TABLEAU
4 premières
Classe
III Résultats de l’enquête sérologique
missions par classe d’âge.
l
Intervalle
de
confiance
d’âge
à 95 p. 100
pour
les
d’âge
Abattoir
L’analyse de la répartition des séropositifs
par classe
d’âge montre que le taux d’immunité évolue avec l’âge
(Tabl. II).
TABLEAU
II Résultat de l’enquête sérologique par classe
d’âge, à 1‘abattoir.
I
I
I
I
Intervalle
de confiance
Effectifs
Classe d’âge
à 95 p. 100
1-2 ans
-
2-4 ans
17
k 9,0 p. 100
108
4-11 ans
85,7 f 2,0 p. 100
1 223
11 et +
70,9 2 9,6 p. 100
86
* Effectifs
‘65,7
*
insuffisants
pour
établir
l’intervalle
de confiance
à 95 p. 100.
Le taux d’immunite s’accroît avec l’âge pour atteindre
un plateau vers 4 ans. Les animaux de plus de 11 ans
montrent une baisse du pourcentage de séropositifs
que l’on n’observe pas sur les animaux prélevés au
cours des cinq missions de terrain. On peut penser
que les éleveurs réforment en priorité les animaux
âgés les moins c<en forme ». On pourrait envisager de
mesurer les protéines sériques totales pour étayer
cette hypothèse.
Missions
1à 4
Une analyse similaire à la précédente aboutit aux
résultats présentés dans le tableau III.
Dans cet échantiflon, le taux de séropositifs augmente
avec l’âge pour atteindre un plateau vers 5 ans. II n’y a
pas de baisse de ce taux chez les animaux en fin de
carrière comme on l’observait à l’abattoir. On note
également le faible taux de séropositifs des jeunes
animaux.
Mission 5
Le faible effectif de ce sous-échantillonnage ne permet
pas d’aboutir à des résultats similaires à ceux des
sous-échantillons
précédents. On peut toutefois
comparer cette mission aux quatre premières.
II apparaît que les différences se situent au niveau de
la classe de un à deux ans. Le taux d’immunité des
animaux de cette classe d’âge pour cet échantillon est
significativement plus élevé (n = 3,4) que pour les
animaux de même âge des autres missions.
On remarque que cette « mission 5 D se déroule
durant la campagne de vaccination 1986-1987 alors
que les autres ont été effectuées auparavant. Cette
dernière campagne peut avoir une influence sur le
taux observé : peu visible sur les adultes, très visible
sur les jeunes (Tabl. 1).
Analyse
par sexe
L’ensemble des résultats est donné dans le tableau IV
pour l’abattoir et pour les cinq missions.
La différence entre le taux de séropositifs chez les
mâles et les femelles est significative à 100 000 (n =
4,14) pour l’abattoir et à l/l 000 (n = 3,8) pour les
missions.
l
Cependant, l’analyse de ces tau’x rapportés aux classes d’âge montre qu’à un âge donné, il n’y a pas de
différence significative entre mâles et femelles que ce
soit à l’abattoir ou pour les 5 missions.
TA BLEA Li IV Résultats de 1‘enquête sérologique
pour 1‘abattoir et 1‘ensemble des missions.
(
Sexe
( E~~~:x”
Mâles
1 Séropositifs
par sexe
Ip. 1001 E
234
171
73,l
1 200
1 012
84,3
Mâles
251
174
69,3
Femelles
859
693
80,7
Abattoir
4,14
Femelles
3,8
Missions
l
I
I
I
l
165
l
Retour au menu
M. Guillaud,
S. M. Fabre, M. Imadine, S. Buron
La liaison qui existe entre le taux global de séropositifs
et le sexe est due à la structure du troupeau. En effet,
le « troupeau femelle * est en moyenne plus âgé que
le « troupeau mâle ». C’est la liaison entre l’âge et le
taux de séropositifs
qui est responsable
de cette
différence apparente entre mâle et femelle.
Analyse
par mode
d’élevage
TABLEA ci V Résultats de l’enquête sérologique )ar mode
d ‘élevage.
EIzi!if
Séropositifs
p. 100
Sédentaire
590
456
77,3
Transhumant
520
411
79,0
E
0,70
Bien que cela puisse paraître étonnant, on ne constate
pas de différence significative entre les taux de séropositivité chez les sédentaires et chez les transhumants. II faut noter que l’enquête n’a atteint que les
transhumants « faciles * à rencontrer, ceux qui ne
s’éloignent pas « trop * des voies d’accès, et qui sont
également à portée des services de l’élevage.
L’analyse de la répartition des séropositifs dans les
diverses classes d’âge ne montre pas de liaison entre
taux de séropositifs et mode d’élevage (x2 : 4,65 à
ddl:4).
Calcul
VI
Calcul du taux d’immunité du cheptel tcha-
Effectif de la
classe d’âge
Effectif total
2
16
Les résultats
des taux globaux de séropositifs
en
fonction du mode d’élevage (sédentaire
ou transhumant) sont donnés dans le tableau V.
Modes-
TABLEAU
dien.
du tauk d’immunité
Le calcul du taux d’immunité est donné dans le
tableau VI. Les effectifs de classe d’âge, donnés dans
le tableau VI sous forme de pourcentage, sont issus
d’une enquête technico-économique
en cours de
traitement, enquête menée au Tchad sur l’élevage en
général et l’élevage bovin en particulier. Sur les bases
de cette étude, un rééchantillonnage par classe d’âge,
des animaux prélevés, est effectué. Ceci permet de
pallier le biais introduit par l’éleveur dans le choix des
animaux qui furent prélevés.
12,2
10,9
20,2
40,7
100 p. 100
1
Taux de
séropositifs de
la classe d’âge
3
1 = 2 x 3/100
28,4
67,2
82,8
90,2
Les taux de séropositivité par classe d’âge retenus ~
pour le calcul, sont ceux des missions 1 à 4. Le taux
d’immunité ainsi calculé est celui du cheptel bovin
tchadien entre mai et novembre 1986.
CONCLUSION
Le taux de séropositivité du cheptel bovin, tel que
défini précédemment, est d’environ 64,2 p. 100. Ce
taux global est relativement faible et on insistera sur le
fait que les jeunes animaux sont les moins protégés
en terme de couverture sérologique. II est difficile de
définir ici les responsabilités de cet état de fait.
Toutefois, il faut recommander que des efforts particuliers soient réalisés pour ces tranches d’âge afin
qu’elles soient mieux concernées par les campagnes
de vaccination.
Cette enquête constitue la première étape de la
surveillance sérologique qui doit être instituée au ~
Tchad dans le cadre de la campagne panafricaine de
vaccination
antibovipestique.
Souhaitons que les
résultats ultérieurs traduisent les efforts de tous les
services concernés par l’amélioration de la protection
du cheptel tchadien contre la peste bovine.
GUILLAUD (M.), FABRE (S. M.), IMADINE (M.), BURON (S.).
Evaluation of the serological protection against rinderpest in Chadian
cattle. Revue Élev. Méd. vét. Puys trop., 1989, 42 (2) : 163-167.
GUILLAUD (M.), FABRE (S. M.), ‘IMADINE (M.), BURON (S.).
Evaluation de la protection serologica contra la peste bovina de 10s
F;;-in;; del Chad. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) :
2,544 bovine sera, sampled during year 1986 eitber in the course of
five field missions or at Farcha’s abattoir have been studied by
Se estudiaron por seroneutralizac%n
166
contra la peste bovina 2 544
Retour au menu
VIROLOGIE
seroneutralization against rinderpest. This sorvey permits the determination of the overall rinderpest immunity rate in the Chadiin cattle.
Key words : Cattle - Rinderpest - Serology - Chad.
sueros de hovinos recogidos durante cinco misiones sobre terreno y en
el matadero de Farcha en 1986. Esta encuesta permite determinar la
tasa global de hmmnidad del hato del Chad para on la peste bovina.
Palabras claves : Bovino - Peste bovina - Serologa - Chad.
BIBLIOGRAPHIE
1. FAO. Cours régional de formation en diagnostic de laboratoire de la peste bovine. Conférence no 3 : la sérologie dans le
diagnostic. Rome, FAO, 1985. Pp. 60-107. (réf. TCP/RAF/4408).
2. IEMVT. Séroneutralisation de la peste bovine par microméthode
Pathologie infectieuse, section Virologie. 6 p.
sur plaque. Maisons-Alfort,
IEMVT,
Service de
3. Laboratoire de Farcha. Note de synthèse sur les activités du laboratoire de Farcha de sa création jusqu’en 1979. Farcha,
Tchad, 1985.
4. k;$xatoire
de Farcha. Rapport de mission de novembre 1986 à février 1987. Farcha, Tchad, Service d’kpidémiologie,
5. Laboratoire
de Farcha. Rapport d’activité 1986. Farcha, Tchad, 1987.
6. PROVOST (A.). Rapport sur l’état sanitaire du cheptel du Tchad, de la R.C.& et du Cameroun. Considérations relatives
à la création d’une communauté économique du bétail et de la viande. Union Douanière et Économique de l’Afrique
Centrale, Nations Unies, mai 1976.
7. TAYLOR (W.). A microneutralisation
37 (2) : 155-159.
test for detection of rinderpest antibody. Revue ÉZev. Méd. vét. Pays trop., 1984,
167
Retour au menu
BACTÉRIOLOGIE
0. El Sawi Mohamed ’
M. H. Tag El Din 1
S. M. El Sanousi 1
Changes
in clinical values of cattle
infected with Clostridium
chauvoei
CH3 strain and a local Kad, strain.
Haematological
values
I
EL SAWI MOHAMED (O.), TAG EL DIN (M. H.), EL SANOUSI (S.
M.). Changements cliniques chez les bovins infectés par la souche
CH, et la souche locale Kad, de Clostridium
chauvoei. Valeurs
hématologiques. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) :
169-172.
Le charbon symptomatique occasionné par les souches CH, et Kad,
de Clostridium cbauvoei a provoqué des changements marqués dans
les paramètres sanguins ; ces modifications ont été plus importantes
avec la souche CH, qu’avec la souche locale Kad,. Les résultats ont
révélé, dans les valeurs hématologiques des veaux infectés par l’agent
causal, une augmentation des globules rouges, de l’hématocrite, de
l’hémoglobine et du nombre de leucocytes. La concentration et la
teneur corpusculaires moyennes en hémoglobine sont restées dans les
limites des valeurs normales alors qu’une hausse significative du
volume corousculaire moven est auuarue en phase terminale. Aurès
l’infection, ies thrombocties ont f&ement chuté jusqu’à la mort-des
animaux. Mots clés : Bovin - Veau - Charbon symptomatique - Clostridium
chauvoei - Hématologie - Soudan.
INTRODUCTION
Blackleg occurs most frequently in cattle followed by
sheep and goats. STERNE (4) reported that blackleg in
pigs is almost invariably caused by C. septicum.
In the Sudan the disease is controlled by annual
vaccination
using a whole bacterial formalinized
culture.
Little work had been done on clinical changes that
might be exer-ted in cattle infected with C. chauvoei.
BARNES (1) reported a few clinical values in conjunction with his work on the pathologie effects of C.
chauvoei infection. Additional clinical values which
accompanied C. chauvoei infection were reported by
PEMBERTON et a/. (2).
We hereby report changes in haematological values
that follow blackleg disease.
MATERIALS
AND METHODS
Inoculum
An overnight
strains in reinforced clostridial medium (RCM) was
diluted to contain approximately 4.6 x 107 C.F.U./mI
and 3.4 x 108 C.F.U./ml respectively. Calcium chloride
(Analar) prepared in a sterile solution (5 per cent), was
used in the challenge test favouring germination and
growth of the spores.
Animals
Fifteen Kenana calves l-2 years old were used in this
study. They were divided equally into three groups A,
B and C. These calves were inoc,ulated deep intramuscularly in the left gluteal muscles. Each calf in group A
received 3 mls C. chauvoei CH3 suspended in 1 ml
calcium chloride. Each calf in group B was inoculated
with 3 mls C. chauvoei Kad, strain in 1 ml calcium
chloride. Calves in group C remained as controls and
each one received a dose of 3 mls normal saline.
Haematology
Blood was collected from the jugular veins of calves in
groups A, B and C in vacutainer tubes containing
EDTA as anticoagulant. Collection was performed 10
days pre-challenge at 3 day-intervals, immediately
before challenge and thereafter for 66 hours postchallenge at 6 hour-intervals.
Erythrocytic
Packed
cell
1. Veterinary Research Administration,
Khartoum, Sudan.
P.O. Box 8067, Elamarat,
Reçu le 04.08.88, accepté le 25.10.88.
Revue Élev. M&l. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 169-172
volume
(PCV)
The freshly collected blood samples were centrifuged
using a microhaematocrit centrifuge for five minutes.
The percentage of the PCV was read from the scaling
instrument attached with the centrifuge and the readings obtained were converted to litre per litre (1per 1).
Haemoglobin
growth of C. chauvoei CH3 and Kad,
series
concentration
(Hb)
By using haemoglobinmeter, the concentration of Hb
was determined by the method of cyanmethaemoglobin (3). The concentration of Hb was obtained in
grammes per 100 ml of blood and was then convetted
to grammes per decilitre (g/dl).
169
Retour au menu
0. El Sawi Mohamed,
M. H. Tag El Din, S. M. El Sanousi
RESULTS
Red blood cell Count (RBC)
Red blood cells were
bauer haemocytometers.
diluent.
Mean corpuscular
counted using improved NeuFormal citrate was used as a
volume
(MCV)
Mean corpuscular
volume in cubic microns (k3), was
obtained from values of PCV and RBC using the
following
formula :
MCV (p3) = (PCV percent
x lO)/(RBC)
Values of mean corpuscular
ned in femtolitres
(fl).
volume
Results of changes in the haematological
values in
calves infected with C. chauvoeiCH,,and
Kad, strains
are graphically
represented.
Although
the results
obtained
by these strains were similar, strain CH3
displayed
more changes in these values than Kad,
strain.
in millions/cmm
were
then obtai-
Mean corpuscular
haemoglobin
concentration
(MCHC per cent)
The MCHC was calculated
from PCV and Hb values :
MCH
MCHC (per cent) = (Hb in g per 100 ml x lOO)/(PCV
per cent)
The resultant
values
Mean corpuscular
were
haemoglobin
This expresses
the average
(pg) of a single RBC.
MCH = (Hb x lO)/(RBC)
then calculated
Hb content
in g/dl.
(MCH)
in picograms
pg.
5
0.8
0.6
0.4 1
0.2 j:~~=~~ge$
0
I
-240
0
Pre-infection
/<:$<d---r-d-..._
* *- + -*-.* -*- + J
12
24
36
48
Post-infection
PCV
60
(hours)
(hours)
Leukocytic
series
Fig. 1 : Values of Red blood cells, Mean corpuscular
haemoglobin
concentration,
Mean
cprpuscular
haemoglobin,
Mean ‘corpuscular
volume,
Haemoglobin
and Packed ce11 volume.
White blood cell Count (WBC)
Improved Neubauer haemocytometers
were also used
to determine the total Count of white blood cells. The
diluent used was Turk’s fluid (one per cent glacial
acetic acid, tinged with gention violet).
Differential
Count of white blood cells
Differential
leukocyte
Count was obtained using the
battlement
method (3). Blood films were prepared
from the freshly collected
blood using Leishman’s
stain. A minimum of 100 cells in each blood smear was
counted and the results were obtained average percentage.
170
Values of RBC, MCHC, MCH, MCV, Hb and PCV are
presented
graphically
in figure
1. A significant
increase
(P < 0.05) in RBC Count was obtained
between hours 30 and 42 post-infection
when compared with the control. This increase reached its maximum value at hour 36 post-infection
(10.8 x 1012/l). A
significant
decrease
(P < 0.05) in RBC Count was
detected
terminally.
Packed
cell volume
steadily
increased
immediately
post-infection
with a highly
significant
maximal value (P < 0.01). This increase
was almost throughout
the period of the experiment.
On the other hand, Hb concentration
also showed a
significant increase (P < 0.05) which continued to the
time of death of the animals. Values of MCHC and
~
Retour au menu
BACTÉRIOLOGIE
C. chauvoei
C. chauvoei
(CH,) .~
(Kad,) U
tion, reached the maximum of (6.8 x 10g/l) at hour 30.
Thereafter, the Count started to decrease significantly
towards death of the animals. Thrombocytes showed
a steady drop after infection with a minimal significant
value of (1.6 x 10g/l) at hour 30 post-infection. This
decrease continued to the time of death of the
animals.
.a
DISCUSSION
The main haematological changes in cattle which died
of blackleg disease were marked thrombocytopenia,
lymphopenia, leukopenia and neutropenia. However,
the increase in total leukocytes Count observed during
the first hours post-infection of calves with C. chauvoei
CH3 and Kad, strains was mainly due to neutrophilia
and moderate eosinophilia.
Fig. 2 : Thrombocytes
and the total and differential
leukocyte
Count.
MCH remained within normal range values, however,
a terminal significant increase (P < 0.05) of MCV was
obtained.
The increase in erythrocyte number, Hb concentration,
PCV and total plasma proteins might have been due to
a decrease in plasma volume resulting from dehydration. Our results indicate that oedema is a salient
feature of blackleg disease in calves. This might have
been due to hypoproteinaemia brought about by liver
damage in the terminal stage of the disease. The
decrease in RBC Count towards death is attributed to
haemorrhages and/or haemolysis due to toxaemia
caused by the organisms. Lymphocytes escape from
the blood to the site of infection resulting in lowered
lymphocyte Count. The increase in MCV may be due to
the engorgement of the cells.
ACKNOWLEDGEMENTS
Thrombocytes and the total and differential white
blood cell counts are shown in figure 2. A significant
increase (P < 0.05) in the total leukocyte Count occurred between hours 6-24 post-infection with a maximum of (15.4 x 10g/l) obtained at hour 18. Thereafter,
a highly significant decrease with a minimal value of
(5.9 x 10g/l) was obtained terminally. A significant
decrease in lymphocyte Count (P < 0.05) started immediately post-infection and continued throughout the
experiment with a minimum Count of. (1.3 x 10g/l)
obtained
terminally.
A significant
neutrophilia
(P < 0.05) occurred between hours 12-48 post-infec-
Thanks are sent to Dr. Ahmed EL TAHIR AHMED for
his help in the statistical analysis of the data. We are
also grateful to Director, Veterinary Research Administration, Soba for providingfacilities
to carry out this
work and to Prof. A. M. SHOMEIN for revising the
manuscript. We would like to thank the National
Council for Research and the Permanent UnderSecretary, Animal Resources, for their permission to
publish this paper.
EL SAWI MOHAMED (O.), TAG EL DIN (M. H.), EL SANOUSI (S.
M.). Changes in clinical values of cattle infected with Clostridium
chauvoei
CH, strain and a local Kad, strain. Haematological values.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 169-172.
EL SAWI MOHAMEQ (p.), TAG EL DM (M. H.), EL SANOUSI (S.
M.). Modificaciones chmcas en bovinos infectados por la cepa CH, y
la cepa local Kad, de Clostridium
chauvoei. Valores hematologicos.
Revue Élev. Méd. véf. Pays trop., 1989, 42 (2) : 169-172.
171
Retour au menu
0. El Sawi Mohamed, M. H. Tag El Din, S. M. El Sanousi
Clostridium cbauvoei CH, and Kad, strains were found to cause
marked changes in the blond parameters during the course of blackleg
disease. These changes diiplayed by CH, were found to be more
marked than the local Kad, strain. Results of changes in the
haematological values in calves infected with blackleg organisms,
showed an increase in RBC, PCV, Hb and the total leukocyte Count.
MCHC and MCH remained within normal range values, however, a
terminal sirmificant increase of MCV was obtained. Thrombocvtes
showed a steady drop alter infection to the time of death of”the
animals. Kev words : Cattle - Calf - Blackleg disease - Clostridium
chauvoei - Haematology - Sudan.
El carbunclo sintotitico
causado por las cepas CH, y Kad, de
Clostridium cbauvoei provoc0 modificaciones acentuadas de 10s parametros de la sangre. Las dichas fueron ~AS importantes con la cepa
CH, que con la cepa local Kadl. Los resultados observados en
terneros infectados mostraron un aumento de 10s eritrocitos, del
hematocrito, de la hemoglobina y del mimero de 10s leucocitos. La
[email protected] y la tasa corpusculares medias de hemoglobina quedaron en 10s hmites de 10s valores normales mientras aue un crecimiento
signifïcativo del volumen corpuscular medio apare& durante la fase
terminal. Después de la infeccSn, 10s trombocitos bajaron mucho
hasta la muerie de 10s animales. Palabras cluves : Bovino - Ternero Carbunclo sintomatico - Clostridium chuuvoei - Hematologa - Sudan.
REFERENCES
1. BARNES (D.). Mechanism of pathogenesis of clostridial myonecrosis. Ph. D. Thesis, University of Minnesota, St Paul,
MN, 1963.
2. PEMBERTON
(J. R.), BATES (F.), MATSON (R.), MACHEAK
(M. E.), HIGBEE (J.). Changes in clinical values of
cattle infected with Clostridium
chuuvoei
: Preliminary report. Am. J. ver. Res., 1974, 35 : 1037-1040.
3. SCHALM (0. W.), JAIN (N. C.), CARROL
Febiger, 1975.
4. STERNE
172
(E. J.). In : Veterinary Haematology. 3rd ed. Philadelphia,
(M.). Clostridial infections. Br. vet. J., 1981, 137 : 444-454.
Lea and
Retour au menu
BACTÉRIOLOGIE
Communication
Bovine
farcy in the Accra
Plains of Ghana
Cases of bovine’lymphangitis associated with lymphadenitis were studied in 5 herds around Aveyime which
is located in the Accra Plains, on the bank of the Volta
River about 90 km North East of’the capital City, Accra.
The survey was carried out on live animal% and cattle
of various ages were examined. Cattle breeds in the
plains are mostly West African Shorthorn, White Fulani
and Sangas.
Ph. Marchot 1
W. Amanfu 2
P. L. Leroy 3
MARCHOT (Ph.), AMANFU (W.), LEROY (P. L.). Le farcin bovin
dans les plaines d’Accra au Ghana. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop.,
1989, 42 (2) : 173-17.5.
Le farcin de boeuf est décrit pour la première fois au Ghana sur des
troupeaux pâturant dans les :q Accra-Plains » (région d’Aveyimé) à
l’Est du pays. Les raisons pour lesquelles son extension semble
géographi&ement
très limkée ne sont pas encore claires. Les
différentes races bovines en sont également atteintes. Aucune
déficience minérale n’a été observée dans les sérums analysés (Ca,
Mg, P, Na, K, Cl). Un examen limité portant sur les tiques affectant
le bétail a montré la prédominance d’A. variegatum.
Les facteurs qm
assurent la persistance et la pathogénicité du Mycobacterium
ne sont
pas encore élucidés. Une étude doit prochainement débuter. Mots
farcinogenes
- Tique clés : Bovin - Farcin - Mycobacterium
Amblyomma variegatum - Ghana.
The identity of causal agents of bovine farcy have
been for a long time a matter of controversy. But
today, it seems established that the pathogens involved in Africa are actinomycetes, classified in the
genus Mycobacterium as M. farcinogenes and M.
senegalense (4, 5, 6, 7, 14, 15, 16).
The infection has been frequently reported in East and
Central Africa but Senegal was the only country in
West Africa from where the disease wasfirst described
(9).
High losses have been registered by owners of herds
affected by bovine farcy in the Accra Plains. Sales of
emaciated cattle in extremis, poor values of hides due
to purulent skin lesions, meat condemnation due to
frequent confusion with tuberculosis lesions (2) and
poor reproductive performance of breeders presenting
genital lesions have been a great source of worry to
farmers. This study was therefore made in the locality
where the disease is prevalent with a view to understand the possible pathogenesis and extent of infection.
The epidemiology of the disease is not yet fully
understood and still requires more investigations, in
an effort to improve cattle productivity in the area.
1. Aveyime Livestock Development
PO Box 9505, Accra, Ghana.
2. Veterinary
Ghana.
Diagnostic
Project, cio EEC Delegation,
Laboratory,
PO Box M161, Accra,
3. Department of Genetics, Veterinaty College, University
Liège, 45 rue des Vétérinaires, B 1070 Brussels, Belgium.
Reçu le 04.0588,
accepté le 05.08.88.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 173-175
of
Samples for bacteriology were collected from abscesses located on the lymph nodes and lymph vessels.
Pus was squeezed out of the sinus tract in a lym,ph
node or lymphatic channel and aseptically collected
(n = 10). Surgical excision of purulo-granulomatous
nodules was done (n = 8). These two samples were
kept on ice and dispatched to the laboratory within 3
hours, after collection. The surgically excised nodules
were opened aseptically and pus material streaked on
5 p. 100 sheep blood agar and Corynebacterium agar
(Merck) and cultured aerobically. Pus material was
also streaked on glass slides and stained with modified
Ziehl-Neelsen and Gram stain. Squeezed pus was
treated Iikewise. Sera were analysed to compare levels
of principal minerals (n = 20). Considering that ticks
and skin lesions they create may play an important
role in the disease transmission, these parasites were
collected from a few cows and identified.
The condition is clinically characterised by typical
suppurative granulomatous inflammation of the superficial lymph nodes and vessels. About 22.7 p. 100
(49/212) of cattle from herds surveyed, were affected.
Lymph nodes with associated lymph vessels that were
commonly affected were the prticrural and the prescapular (Table 1).
The pus had a yellowish, stringy consistency and in
old lesions, insipisated pus was present. Smears from
the pus and abscess wal-l revealed masses of organisms with branching filaments’which were distinctly
beaded. This morphology was seen with Gram stain
and with modified Ziehl-Neelsen. On Gram stain, the
organisms were observed to be Gram positive and
surrounded by mononuclear and hisytiocytic cells.
Better results of identification of organisms was made
when abscess capsule wall was scrapped.
The condition was observed to progress very slowly,
to a chronic form but from over 8 years of age more
than 50 p. 100 of cattle were affected (Table II). The
percentage of positive cases from over 8 years is
significantly different from the percentage observed
for younger animals (P < 0.001). Swelling of lymph
nodes ranged in size from 2 cm diameter up to 30 cm.
All cattle breeds in a herd were equally affected and
there was no evidence of particular breed susceptibility.
There was no significant differences between the
levels of Ca, Mg, P, Na, K, Cl in the sera of healthy
173
Retour au menu
Communication
TABLE
I
Distribution
of bovine farcy lesions (externat).
6
16
Prescapular
and
shoulder
joint
Precrural
lymph node
Parotide
lymph node
Perineal region
Udder
Facial area
Submandibular
lymph
node
Thoracic
area
TABLE
ZZ Age incidence
Age in year
No. of Bovidae
No. of positive
Percent
cases
of positive
cases
of bovine farcy (n = 206).
O-l
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
65
8
19
17
13
16
18
16
7
13
7
7
1
1
2
5
2
5
4
7
4
7
4
4
12
10
30
15
31
22
44
57
54
57
57
1.5
cattle and animals with lesions of bovine farcy.
A limited tick collection and identification exercise
was performed in 5 cattle from a traditional herd and 5
cattle from Aveyime Cattle Ranch Ltd (Economie
European Community/Government of Ghana), where
regular spraying is practised. Three species of ticks
were identified : A. variegatum, H. rufipes and B.
decoloratus. The average tick burden was about
44.2/cow (traditional herd) and 17.2 (Aveyime Cattle
Ranch Ltd). A. variegatum was by far the most predominant tick species encountered. It represented 88
and 52 p. 100 of the ticks collected from the local
herds‘and from the Ranch respectively.
The pus consistency was identical tb that described by
MOSTAFA (11) and NASRI (12). Attempts to grow the
organism on blood agar, failed to yield lesults. Smears
from pus material revealed modified acid fast organisms with beaded appearance. Free forms and scattered forms of organisms were not observed. Morphology and staining properties of the Mycobacterium
were quite characteristic. It appears that these 2
factors Will suffice for all practical purposes to reach a
correct diagnosis of bovine farcy (12).
Purulent lymphangitis and lymphadenitis observed on
cattle around Aveyime are cases of bovine farcy. Only
« external lesions » (11) were described due to the fact
that investigations were carried out on living cattle.
The lesions observed were mainly localized in the
perineal, precrural and prescapular area. Lesions on
174
11 & more
the limbs which are repot-ted as a predilection site in
the literature (9, 11) were not a common feature, in
this study. Cattle breeds are equally affected. No
deficiencies in Ca, Mg, P, Na, K, Cl were present in the
sera sampled.
From an epidemiological point of view, the relationship between lesion sites and points of ticks attachment
was pointed out for the first time in 1888 (13). Since A.
variegatum has been undoubtedly the tick species
most often associated with bovine farcy transmission
in the literature (3,8, lO), the pathogen was suspected
to be mechanically transmitted through severe
wounds resulting from tick bite and attachment. The
experimental demonstration of trans-stadial transmission of the pathogen by A. variegatum was reported in
1975 (1). Trans-ovarial transmission has not yet been
demonstrated. Even though bovine farcy is not a tick
borne disease, the role of A. variegatum seems essential in its epidemiology. In our small scale survey, A.
variegatum was by far the predominant species of
ticks encountered and the lymphatics that were most
commonly affected were those draining sites where A.
variegatum species of ticks were usually attached. As
the disease is not present everywhere A. variegatum
species are observed, there may be other factors
enhancing the pathogenicity of the Mycobacterium.
Investigations on these factors have been commenced.
Retour au menu
BACTÉRIOLOGIE
Acknowledgements
The skillful technical assistance of Mr G. NETTEY,
Mr D.
AKRONG and Mr. E. AMEDZRO
technicians of the Veterinary
Diagnostic Laboratory, is gratefully acknowledged. Appreciation is
expressed to Dr Yaa NTIAMOA-BAIDU
of the University of
Ghana, Zoology Department, for tick identification. We are grateful
to the Ag Director of Animal Health & Production Department for
permission to publish this paper.
15. RIDELL (M.), GOODFELLOW
(M.), ABDULLE
(M. A.).
Identification of actinomycetes isolated from cases of bovine farcy .in
the Sudan. Zentbl. Bakt. ParasitKde,
1985, 259 : 43-50.
16. RIDELL (M.), GOODFELLOW
(M.), MINNIKIN (D. E.),
MINNIKIN (S. M.), HUTCHISON (1. G.). Numerical classification
of Mycobacterium
farcinogenes,
Mycobacterium
senegalense
and
related taxa. J. gen. Microbiol.,
1982, 128 : 1299-1307.
MARCHOT
(Ph.), AMANFU
(W.)
LEROY
(P. L.). Bovine farcy in
the Accra Plains of Ghana. Revue l$lev. Méd. vét. Pays trop., 1989,42
(2) : 173-175.
Bovine farcy is described for the first time in Ghana in herds kept in
the Ave ime area of the Accra Plains. Reasons why the disease seems
confine dy to a small geographical area are not yet clear. Different
breeds of cattle are equally affected. Minera1 deficiencies were not
observed in the samples taken for analysis (Ca, Mg, P, Na, K, Cl).
Limited examination of tick population on cattle showed a predominance of A. variegatum.
Factors enhancing the pathogenicity and
persistence of the Mycobacterium
are still not clear. A study is soon
to start. Key words : Cattle - Bovine farcy - Mycobacreriurn
farcinogenes - Tick - Amblyomma
variegatum
- Ghana.
References
1. AL-JANABI
(B. M.), BRANAGAN
(D.), DANSKIN (D.). The
trans-stadial transmission of the bovine farcv organism. Nocardia
farcinica,
by the ixodid Amblyomma
variegahm
TFabricius, 1974).
Trop.
Anim.
Hlth
Prod.,
1975,
7 : 205-209.
2. AWAD (F. I.), KARIB (A. A.). Studies on bovine farcy
(nocardiosis) among cattle in the Sudan. Zentbl. VetMed.,
1958, 5 :
265-272.
-__ -.-.
3. BERNARD
(M.). La médecine vétérinaire à la Guadeloupe.
Maladie des Bovidés. Farcin de nocard. Recl Méd. vét., 1924, 100 :
733-736.
4. CHAMOISEAU
(G.). De I’étiologie du farcin de zébus tchadiens :
nocardiose ou mycobactériose ? 1. Étude bactériolo ique et biochimique. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1969, 22 P2) : 195-204.
5. CHAMOISEAU
(G.).
Mycobacterium
farcinogenes,
agent causal
du farcin du boeuf en Afrique. Annls Inst. Pasteur, Paris, Sér. A,
1973, 124 : 215-22.
6. CHAMOISEAU
(G.). Etiology in farcy in African bovines :
nomenclature of the causal organisms Mycobacrerium
farcinogenes
Chamoiseau and Mycobacterium
senegalense
(Chamoiseau) Comb.
nov. Int. J. system. Bact., 1979, 29 : 407-410.
7. CHAMOISEAU
(G.), ASSELINEAU
(J.). Examen des lipides
d’une souche de Nocardia farcinica : présence d’acides mycoliques.
C. r. hebd. Séant. Acad. Sci., Paris, Sér. D, 1970, 270 : 2603-2604.
8. DAUBNEY (R.). Bovine lymphangitis or tropical actinomycosis.
J. camp. Parh., 1927, 40 : 195-216.
9. MEMERY (G.), MORNET (P.), CAMARA (A.). Premiers cas
authentiques de farcin du boeuf en Afrique Occidentale Française.
Note préliminaire. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1958, 11 (1) :
-_ *-.
Il-16
10. MOSTAFA
(1. E.). Studies on cattle nocardiosis « Bovine
Farcy » in the Sudan. Sudan J. vet. Sci. Anim. Husb., 1962, 7 : l-9.
11. MOSTAFA
(1. E.). Studies on cattle nocardiosis «Bovine
Farcy ». J. camp. Path., 1967, 77 : 223-229.
12. NASRI (E. M.). Some observations on bovine farcy. Vet. Rec.,
1961, 73 : 370-372.
13. NEUMANN
(L. G.). A treatise on the parasites and parasitic
diseases of the domestic animals. London, Baillière, Tindall & Cox,
1892.
14. RIDELL (M.), GOODFELLOW
(M.). Immunodiffusion analyses of Mycobacterium
farcinogenes,
Mycobacterium
senegalense and
some other mycobacteria. J. gen. Microbiol.,
1983, 129 : 599-611.
175
Retour au menu
Résistance
à la sécheresse
de
Mollusques
du genre Bulinus vecteurs
de trématodoses
humaines
et
animales
au Sénégal. II. Étude dans
les conditions
naturelles
en zone Nordsoudanienne.
Écologie et résistance
à
la sécheresse
de Bulinus umbilicatus
~et B. senegalensis
0. T. Diaw 1
M. Seye 1
Y. Sarr l
DIAW (0. T.), SEYE (M.), SARR (Y.). Résistance à la sécheresse de
Mollusques du genre Bulinus vecteurs de trématodoses humaines et
animales au Sénégal. II. Êtude dans les conditions naturelles en zone
Nord-soudanienne. lkologie et résistance à la sécheresse de Bulinus
umbilicatus
et B. senegalensis.
Revue klev.
Méd. vét. Pays trop.,
1989, 42 (2) : 177-187.
Les auteurs rapportent les résultats d’une étude de 2 ans sur l’écologie
et la résistance à la sécheresse de B. umbikatuset B. senegalenskdans
3 mares temporaires de la zone Nord-soudanienne (région de Tambacounda, Sénégal).
Les variations de certains facteurs abiotiques comme ia température et
le pH de l’eau ne semblent pas avoir une grande influence sur
l’écologie, alors que la pluviométrie a une grande importance sur la
distribution et la densité des Mollusques. En effet, la quantité d’eau et
la durée d’assèchement des mares dépendent des pluies et sont des
éléments qui gouvernent l’existence et la survie de cette faune
malacologique. C’est dans la 2ème partie de la saison des pluies,
période de reproduction, que la population atteint son maximum. Les
observations mensuelles montrent que l’abondance relative de B.
umbikxtus est supérieure à celle de B. senegalensk
Ces mares sont à sec 6 à 8 mois dans l’année, et cependant, les
populations de Mollusques se renouvellent régulièrement, ce qui laisse
supposer une capacité de résistance à la sécheresse. Certains traversent
avec succès cette période d’assèchement mais ce sont ceux de taille
moyenne (7 à 9,9 mm) qui résistent le mieux (70 à 80 p. 100 de la
population). Dès la remise en eau, ils reprennent leur activité et
pondent intensément afin de reconstituer ia population. B. umbihtus
et B. senegalensis sont des hôtes intermédiaires potentiels de trématodoses humaines, mais dans cette zone étudiée, seul B. umbikatus
intervient dans la transmission (S. haematobium, S. curassom) qui a
lieu entre septembre et novembre. Dans les conditions naturelles du
Sahel, le cycle épidémiologique est court, et tout se passe en 4 à 6 mots
avec renouvellement et accroissement de fa population de Mollusques,
infestation de ces derniers et transmission des trématodoses.
Le comportement écologique de ces Mollusques dans la zone Nordsoudanienne a une importance primordiale dans l’épidémiologie des
trématodoses humaines et animales et nécessite une nouvelle stratégie
de lutte. La destruction des Mollusques est plus effkace et plus
économique à la fin de la saison des pluies, début d’assèchement de la
mare, période où ils se concentrent dans des flaques d’eau rkiduefles.
Mots clés : Mollusque nuisible - Bulinus umbilicatus
- Bulinus senegalensis - Vecteur - Trématodose - Écologie - Sénégal - Sahel.
INTRODUCTION
Carte
1 : Le Sénégal
Reçu
Laboratoire
BP 2057,
le 02.05.88,
National
de
Dakar-Hann,
accepté
I’Élevage
Sénégal.
et de
Recherches
le 15.09.88.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 177-187
de la zone d’étude
(Tambacounda).
humaines et animales. B. umbilicatus et B. senegalensis font partie de ces gastéropodes basommatophores
(1, 4) (Carte 1).
Des observations sur le terrain ont montré que ces
bulins vivent surtout dans des points d’eau temporaires s’asséchant une bonne partie de l’année. Le
renouvellement de ces populations se fait grâce à la
capacité de résistance à la sécheresse de ces Mollusques.
Ce phénomène de résistance a fait l’objet d’études
expérimentales en laboratoire (3, 5, 10, 17) et sur le
terrain (7, 13, 15, 16) surtout avec les Mollusques de la
zone sahélienne.
Cette étude écologique est réalisée autour de 3 points
d’eau temporaires dans la région de Tambacounda en
pleine zone Nord-soudanienne (savane sèche). Ceci
permet de mieux comprendre les variations saisonnières de ces populations et d’étudier leur résistance à la
sécheresse.
Les Mollusques, en particulier les pulmonés, sont en
général les hôtes intermédiaires de trématodoses
1. ISRA,
vétérinaires,
: localisation
MATÉRIEL
Habitat
des Mollusques
ET MÉTHODES
(Carte
2)
Ces mares sont situées dans la région de Tamba177
Retour au menu
0. T. Diaw, M. Seye, Y. Sarr
P#hoto 1 : Mayel Dibi,
des pluies (septembre).
Carte
Mayel
2: Tambacounda.
Dibi, Fétéboké,
Localisation
Sinthiou
Malem.
des 3 points
d’eau
mure
temporaire,
en eau pendant
la saison
étudiés:
counda caractérisée
par 4 à 5 mois de pluie (juin à
octobre) et des températures
très élevées (32 à 41 “C).
Le réseau hydrographique
n’est pas dense, le Nioulé
et le Sandougou
sont les principaux
cours d’eau
affluents de la Gambie. Le Sandougou est temporaire,
de juin à octobre-novembre,
son lit à fond argileux est
sinueux. II arrose une bonne partie du département
de
Tambacounda
en passant à Sinthiou Malem et Mayel
Dibi.
Les points d’eau de Sinthiou Malem et de Mayel Dibi
ont l’aspect de grandes mares, ce sont des bas-fonds
de ruisseau alimentés par le Sandougou,
alors que
Fétéboké est une mare dans une dépression
naturelle
argilo-latéritique.
Sinthiou
Malem
La mare est située à 2 km avant le village de Sinthiou
Malem, à droite de la route de Tambacounda-Dakar.
Elle mesure 30 à 40 m de long sur 6 à 7 m de large et
05 à 1 m de profondeur.
Le fond est vaseux et les
abords argileux. L’eau est d’une couleur laiteuse. La
végétation
aquatique
est presque
inexistante
à
l’exception de quelques Nymphea lotusau milieu de la
mare. II y a une forte fréquentation
humaine et
animale.
Mayel
Dibi
(Photo
1)
C’est une grande mare de 60 à 70 m de long sur 6 à
10 m de large et 0,25 à 0,75 m de profondeur.
Elle est
située à 16 km de Tambacounda
sur l’axe routier
Tambacounda-Matam.
Comme Sinthiou Malem, elle
est alimentée par la pluie et par le Sandougou. Le fond
178
Photo 2 : Mayel
(janvier).
Dibi,
mare
temporaire,
à sec pendant
la saison
sèche
est vaseux avec des abords argileux. La végétation se
compose
de Nymphea
lotus. L’eau est de couleur
laiteuse. II y a surtout une forte fréquentation
animale.
Ces 2 mares communiquent
avec le Sandougou
en
pleine saison des pluies, mais s’en détachent vers la
fin et sont à sec à partir de novembre-décembre.
Fétéboké
(Photo
3)
L’accumulation
des eaux de pluies dans de vastes
dépressions
naturelles à fond plus ou moins imperméable (argilo-latéritique)
constitue
la mare de Fétéboké. Elle est située à 10 km de Mayel Dibi, à gauche
du même axe routier Tambacounda-Matam,
dans une
zone latéritique avec, par endroits, quelques affleurements rocheux.
Ce sont 3 à 4 dépressions
plus ou
moins circulaires de 5 à 12 m de diamètre et 0,5 à 1 m
de profondeur.
La végétation se compose de Nymphea
Retour au menu
PARASITOLOGIE
Abondance
relative
et densité
La récolte des Mollusques
se fait avec des pinces et
une épuisette munie d’un long manche qui permet de
racler le fond et d’atteindre
les spécimens
sur les
racines des nénuphars. Elle est faite par deux personnes expérimentées.
Le nombre total de Mollusques
récoltés pendant 1 heure constitue l’abondance
relative. On exprime la densité relative par le nombre de
Mollusques
récoltés
par personne
pendant 15 mn
(MoIIusques/personne/l5
mn) (14).
Identification
d’infestation
Photo
pluies
3 : Fétéboké,
(septembre).
mare
temporaire,
en eau pendant
In saison
des
des Mollusques
et taux
Tous les Mollusques
récoltés sont conservés dans des
pots de prélèvements
et rapportés au laboratoire.
L’identification
est faite suivant la clef de MANDAHL
BARTH (11) et de BROWN (2) et avec confirmation
par
le Danish Bilharziasis
Laboratory.
Les Mollusques
sont groupés par espèce et par point
d’eau, puis comptés et exposés sous la lumière (du
soleil ou d’une lampe) pour déterminer la nature et le
taux d’infestation
(6).
Mensuration
et âge des Mollusques
L’âge des Mollusques
est déterminé
par leur taille.
Pour identifier les Mollusques les plus aptes à résister
à l’assèchement
des mares, ceux récoltés après les
premières pluies sont mesurés sous la loupe binoculaire sur un papier millimétré. Ainsi, la hauteur de la
coquille permet de grouper les Mollusques
par taille.
Photo 4 : Fétéboké,
(janvier).
mare
temporaire,
à sec pendant
la saison
sèche
lotus surtout dans les zones profondes recouvrant
une eau claire et limpide. Bien que loin des villages,
c’est un point d’eau de saison sèche où les pasteurs
conduisent
régulièrement
le bétail. La fréquentation
humaine est faible.
Fétéboké
ne communique
autres points d’eau.
Étude
avec
aucun
marigot
ni
des Mollusques
Chaque point d’eau est visité mensuellement
pendant
2 années sauf celui de Sinthiou Malem où l’étude n’a
duré qu’une année.
Des
pour
sité.
sont
tion.
Mollusques sont récoltés, identifiés, puis comptés
déterminer
leur abondance
relative et leur denCeux récoltés après l’assèchement
des mares
mesurés afin de déterminer
l’âge de la popula-
RÉSULTATS
Climatologie
Cette zone d’étude a un climat sahélien avec une
saison sèche (novembre à mai) et une saison humide
(juin à octobre).
Les précipitations
annuelles sont
faibles, (590,l mm en 1964 et 553,6 mm en 1965). Les
pluies sont surtout abondantes entre juillet et septembre (Tabl. 1).
On enregistre
de fortes températures
à la fin de la
saison des pluies et pendant la saison sèche.
Durant la période d’étude, le pH de l’eau a très peu
varié, entre 6,0 et 6,5, alors que pour la température,
on observe aussi bien des fluctuations
saisonnières
que journalières.
Ceci rend très difficile l’évaluation
de son effet sur la distribution
des Mollusques.
Dans
la journée la température
minimale est de 19°C et la
température
maximale est de 37°C.
179
Retour au menu
0. T. Diaw, M. Seye, Y. Sarr
TABLEAU
I &viométrie
logie Nationale).
Mois
(en mm) et températures
J
F
(en “C) enregistrées à Tambacounda
M
A
M
Données climatologiques
J
J
en 1984 et 1985. (Données de la Météoro-
A
S
0
N
D
Année 1984
Température maxima
33,6
35,8
38,3
40,7
39,6
35,l
32,3
33,4
32,3
35,6
36,8
33,4
Température minima
17,9
19,5
23,5
25,8
27,4
24,5
23,0,
23,1
22,6
22,2
19,l
16,3
Tr
-
19,8
73,4 151,6
56,9
0,l
-
Précipitations
Total annuel
(précipitations)
-
125,6 162,7
590,l
Année 1985
Température maxima
32,6
37,l
38,l
39,7
40,4
37,l
33,l
31,3
31,9
35,9
36,8
32,l
Température minima
18,2
20,O
23,3
24,3
25,6
25,7
23,4
22,7
22,3
23,0
19,3
18,3
0,l
-
-
Tr
Tr
20,6
93,8 223,8 207,l
8,2
-
0,l
Précipitations
l
553,6
Dynamique
des populations
: abondance
relative
et densité de Mollusques
senegalensis et novembre pour B. umbilicatus (Graph.
1).
B. umbilicatus et B. senegalensis sont les seules
espèces rencontrées dans les mares étudiées. Mais
dans d’autres points d’eau de la zone, on signale la
présence de B. globosus, B. truncatus, Lymnaea
natalensis et Gyraulus costulatus. Cependant B. umbilicatus et B. senegalensis demeurent les espèces les
plus abondantes et les plus répandues dans la région
(Tabl. II, Graph. 1, 2, 3).
A Sinthiou Malem, le maximum est en septembre pour
B. umbikatus et en août pour B. senegalensis (Graph.
3).
C’est à Mayel Dibi qu’on observe la population la plus
dense avec 5 249 Mollusques, à Fétéboké elle est de
3 948.
A Mayel Dibi, Fétéboké et Sinthiou Malem, la population de B. umbilicatus est plus abondante que celle de
B. senegalensis.
Les Mollusques sont récoltés sur les feuilles et les
racines des nénuphars, sur des débris (végétaux et
autres), au fond des mares, d’autres nagent à la
surface de l’eau, surtout B. senegalensis.
D’un point d’eau à un autre, on observe des différences de populations, de même que des variations
annuelles. Les fluctuations saisonnières sont nettes
avec l’assèchement des mares. La période des pics de
population varie d’une mare à l’autre et d’une espèce
à l’autre.
A Fétéboké, il est atteint en septembre-octobre en
1984, alors qu’en 1985, il se situe en octobre, mais il
n’y a pas eu de prélèvements en août et septembre car
la mare était inondée (Graph. 3).
A Mayel Dibi, le pic se situe en septembre en 1984.
Mais en 1985, il a lieu en août-septembre pour B.
180
Dans l’ensemble, pour les 3 mares étudiées, le maximum se situe vers la fin des pluies (septembre-octobre).
C’est en juillet-août et septembre qu’on observe le
plus grand nombre de pontes. Ce sont les périodes de
grande reproduction, surtout août-septembre et octobre. La population se compose donc de Mollusques
de tous âges, Dès la mise en eau, ils pondent intensément ce qui donne le premier pic en août-septembre
dont la descendance va donner le 2ème pic en
octobre-novembre.
Infestation
des Mollusques
(Tabl.
II)
B. umbilicatus et B. senegalensis sont des hôtes
intermédiaires potentiels de trématodoses humaines
et animales. Mais dans la zone étudiée, seul B.
umbilicatuls intervient dans la transmission des trématodoses (S. haematobium et S. curassonr). Le taux
d’infestation est faible, il varie de 0,2 à 4 p. 100.
L’infestation a lieu en septembre, octobre et novembre. Le pic est observé en octobre 1983 à Mayel Dibi.
Retour au menu
PARASITOLOGIE
TABLEAU ZZ Abondance et densité relatives de B. umbilicatus
Sinthiou Malem) en 1984et 1985.
Mayel Dibi
I
B. umbilicatus
B. senegalensis
Période
Octobre
1983
Novembre
I
B. umbilica
AR
DR
TI
AR
DR
Tl
300
38
4 p. 100
150
19
0
198
Début. assèchement
1984
Juillet
Août 1984
Septembre
Octobre
94
120
256
32
1 200
150
100
TI
AR
DR
TI
597
75
0,83 p. 100
100
13
0
Abondance
lative annueilere-
Premières
pluies - Mise en eau
4 10
58 17101
32
0
350
44
0
340
43
0
150
19
0
2,46 p. 100
500
63
0
600
75
0,66 p. 100
350
44
0
80
10
0
907
113
0
300
38
0
Début assèchement
I
I
1048
1984 à mai 1985 *
Premières
Juin 1985
Juillet
Août
40
50
60
8
0
50
60
610
76
0
TI
AR
DR
45
I
I
à sec
pluies - Mise en eau
6 0
10
1
0
Pas de récolte
In ondation
100
13
50
6
0,
170
21
110
14
0
695
87
80 I ‘O
I o
Pas de récolte
In ondation
Septembre
p.
0,28
100
112
14
0
415
52
0
Octobre
157
20
0
53
7
0
770
96
0.25 p. 100
62
8
0
Novembre
880
110
135
17
0
270
34
0
54
7
0
à sec
à sec
Décembre
30
9
1
0
Début assèchement
à sec
à sec
965
240
Abondance
0,22 p. 100
40
TI
858
1 879
Décembre
DR
-7
0
1 650
AR
B. senegalensis
1983 a mai 1984 = a sec
15
Début assèchement
I
I
Malem
B. umbilicatus
118
13 0
Novembre
Sinthiou
DR
1
1984
Fétéboke
I
tus
B. senegclensis
AR
Décembre
/Juin
et B. senegalensis au niveau de trois mares(Mayel Dibi, Fétéboké,
Début assèchement
Début assèchement
re-
lative annuelle
AR = Abondance
1 269
relative
DR = Densité
1 282
relative
(Moltusques/Personne/15
1 085
minutes)
Le cycle épidémiologique est court, tout se passe en 5
à 6 mois entre la mise en eau (juillet) et l’assèchement
complet des mares (novembre-décembre).
Résistance
à la sécheresse
Ces mares sont dites temporaires et sont soumises à
une période « en eau » de 5 à 6 mois (juillet à
novembre-décembre) et une période « d’assèchement » de 6 à 7 mois (décembre à juin). Les Mollusques suivent donc ce rythme et réapparaissent dès les
premières pluies suffisantes pour recréer le biotope.
126
I
TI = Taux d’infestation
Cette « diapause * implique une résistance à I’assèchement du milieu.
En novembre-décembre, avant que les mares ne
s’assèchent complètement, on observe dans quelques
flaques d’eau résiduelles une bonne concentration
des Mollusques dont certains cherchent à s’enfoncer
dans la boue et entre les racines des nénuphars. A
cette période, la population diminue fortement et se
compose surtout de gros spécimens, les adultes de la
première et deuxième génération.
Un mois après l’assèchement, il a été observé des
Mollusques enterrés à 2 et 4 cm dans la boue, le corps
181
Retour au menu
0. T. Diaw, M. Seye, Y. Sarr
Abondance
relative
des Mollusques
I
I
I
I
1000
z
900
g
cn
=3
800
r”
600
%i
500
?
400
I
1983
700
f
300
zo
200
;
1984
FB Bulinus
umbilicatus
I
n Bulinus
u
senegalensis
I
1985
I
100
50
cg
/
T
250
I
I
200 1 1983
E
;
I
I
I
-
Pluviométrie
I
1984
1985
150
.z
.%
à
100
50
g-i
l
I
0
Graph.
1 : Mayel
TABLEAU
III
N D’J
Dibi.
FMA
Abondance
Estimation
relative
T
des Mollusques
de 1 ‘âge des Mollusques
en relation
Bulinùs
umbilica
tus
Bulinus
senegalensis
I Mois
1!
S 0
N Dl
avec la pluviométrie.
ayant résisté à la sécheresse (mesurés et groupés par classe de taille (en mm)).
Groupe I
5 à 6,9 mm
Nombre total
de k$$!!!~ues
Nombre de
Mollusques
138
9
247
33
rétracté au fond de la coquille. Les Mollusques qui
n’ont pas pu s’enterrer restent à la surface, l’ouverture
plaquée contre le sol et le corps rétracté. GRIDLAND
(3) observe les mêmes faits au laboratoire.
Après 2 à 3 mois, la mare se présente comme une
immense surface argileuse craquelée à plusieurs
182
l
A
ASONDIJFMAMJJ
Taille par
groupe
Espèces de Mollusques
J
Fréquence
relative
(en p. 100)
6,512
13,36
Groupe II
7 à 9,9 mm
Groupe III
10 à 13 mm
Nombre de
Mollusques
Fréquence
relative
(en p. 100)
Nombre de
Mollusques
Fréquence
relative
(en p, 100)
114
82,60
15
10,86
170
68,82
44
17,81
endroits du fait des fortes températures et de I’évaporation de l’eau (Photos 2, 4).
L’étude de la population de Mollusques de ces mares,
juste après la remise en eau, a montré qu’elle se
compose surtout de spécimens de grande taille, les
adultes.
Retour au menu
PARASITOLOGIE
i Abondance
relative
I
des Mollusques
1000
Bulinus
u Bulinus
900
I
umbilicatus
;
senegalensis
i
I
800
700
600
1985
500
400
300
200
250
200
1985
150
100
I
50
Graph.
2 : Fétéboké.
MAMJJASON
Abondance
relative
des Mollusques
en relation
Ces Mollusques sont comptés, mesurés et groupés en
classe de taille. Ce sont ceux de 7 à 9,9 mm qui sont
les plus nombreux aussi bien chez les 9. umbilicatus
que chez les 9. senegalensis
(69 à 83 p. 100) (Tabl. III).
HIRA (8) et SMITHERS (16) ont fait les mêmes observations respectivement
au Nigeria et en Gambie.
Des études expérimentales
au laboratoire aboutissent
aux mêmes résultats avec 9. globosus et 9. africanus,
9. nasutus, 9. truncatus,
9. umbilicatus
et Lymnaea
natalensis (3, 5, 17, 18).
DISCUSSION
Les conditions
écologiques
sont peu favorables surtout au niveau de ces points d’eau temporaires
de la
zone Nord-soudanienne,
domaine de la savane sèche.
Les précipitations
sont faibles (moins de 600 mm) et
les fortes températures
ne font qu’accélérer
I’assèche-
avec
-
j Mois
l
DI
c
la pluvionétrie.
ment des mares. La durée de la saison des pluies et la
quantité d’eau sont des éléments très importants
qui
gouvernent
le cycle de 9. umbilicatus et B. senegalensis.
Ces Mollusques s’adaptent aux variations écologiques
de leur environnement
en se dotant d’un cycle court
leur permettant d’avoir de fortes densités de populations et de jouer leur rôle d’hôtes intermédiaireset
surtout d’une capacité de résistance à la sécheresse
assurant
la pérennité de l’espèce.
En 1985, les pluies sont tardives et le maximum est
tombé en août-septembre
(430,9 mm soit les 4/5) alors
qu’elles sont précoces en 1984 avec un maximum en
juin-juillet (288,3 mm soit 1/2). Ainsi, les mares de 1985
sont restées en eau plus longtemps (jusqu’en novembre à Fétéboké et décembre à Mayel Dibi). Cependant,
l’abondance
relative est sensiblement
la même d’une
année à l’autre : 2 598 Mollusques
en 1984 contre
2 551 en 1985 à Mayel Dibi. La différence
que l’on
observe à Fétéboké, 1 211 Mollusques en 1985 contre
2 705 en 1984, s’explique par le fait qu’il n’y a pas eu
183
Retour au menu
0. T. Diaw, M. Seye, Y. Sarr
l
1
Abondance
relative
des Mollusques
I
I
1000 -
Bulinus umbilicatus
’I
’
I
I
1983
1985
1984
;
900 -
n Bulinus senegalensis
t
I
800 700
600.
500 400.
300.
200-
’ A sec
IOO-
I
L
I
1983
Malem.
’
I
/
I
.I
Ill-LASONDIJFMAMJJASONDI
OND’JFMAMJJ
3 : Sinthiou
1985
l
1
I
Graph.
Pluviométrie
1984
i
l
I
Abondance
relative
des Mollusques
en relation
de prélèvements en août et septembre (mare inondée
après une forte pluie, et les Mollusques dispersés).
C’est en septembre, octobre et novembre, période des
grandes eaux et des fortes fréquentations humaines et
animales qu’ont lieu les transmissions (infestation des
Mollusques et transmission). Ainsi, dans ces points
d’eau temporaires, la transmission est saisonnière et
dépend de plusieurs facteurs (pluies, densité de population des Mollusques, fréquentation, etc.).
KASSUKU et collab. (9) ont fait les mêmes observations en Tanzanie en comparant la transmission dans
une mare temporaire, une mare permanente et un
canal.
Mayel Dibi et Sinthiou Malem qui sont en relation avec
le Sandougou pendant les hautes eaux se comportent
comme des mares temporaires strictes s’asséchant à
la même période, sinon avant Fétéboké qui ne communique avec aucun marigot. En effet, le Sandougou est
entrecoupé à certains endroits et est à sec sur une
grande partie de son lit de novembre à juin.
7
1Mois
!>
avec la pluviométrie.
Tous les Mollusques récoltés en juillet, dès la remise
en eau des mares, ont donc traversé une période
d’assèchement de 6 à 7 mois. Ce phénomène de
résistance à la sécheresse est décrit par plusieurs
auteurs et est bien connu chez les Mollusques africains. En plus, ce sont les spécimens de grande taille
qui sont les plus aptes à résister. En Gambie,
SMITHERS (15) visite 3 points d’eau, 10 jours après
leur remise en eau et récolte un grand nombre de
Mollusques (200 en 15 mn) et surtout de grande taille.
II conclut qu’ils ne peuvent pas être introduits en si
peu de temps, et proviennent donc de la boue ayant
résisté à l’assèchement.
Cette étude dans la nature est plus nette, plus explicite
car les conditions atmosphériques sont plus rudes et
plus agressives que celles du laboratoire.
En plus de leur résistance à l’assèchement, certains
Mollusques peuvent conserver une infestation d’une
saison à une autre. En effet, des B. nasutus, au
Tanganyika, sont trouvés infestés après une période
~
Retour au menu
PARASITOLOGIE
de 5 mois d’assèchement
et ceci 21 jours après la
remise en eau (18). Les auteurs pensent que ceci n’est
valable qu’avec
une infestation
jeune. Dans cette
étude, il n’a pas été trouvé de Mollusques
infestés en
juillet et août.
Ce phénomène
est donc d’une grande
dans I’épidémiologie
des trématodoses.
importance
D’après la classification
de BROWN (2) B. senegalensis fait partie des Mollusques les plus aptes à résister à
la sécheresse.
II est possible de classer B. umbilicatus dans ce même
groupe, car dans cette étude, il a résisté aussi bien
que B. senegalensis.
II faudra reconsidérer
I’importance de ce bulin qui, souvent, est confondu avec B.
truncatus, quant à sa biologie et à son rôle épidémiologique.
Ce phénomène
de résistance
à la sécheresse
des
Mollusques
impose une nouvelle approche épidémiologique de ces trématodoses.
Ainsi, il faut adapter la
lutte contre les Mollusques au cycle de l’eau et de ces
gastéropodes.
Un traitement des mares vers la fin des
pluies, donc avec moins d’eau et avant que les
gastéropodes
restants ne s’enfoncent
dans la boue,
serait plus économique
et plus efficace.
II aurait
l’avantage d’être focalisé au niveau de points d’eau
résiduels et de cibler presque tous les Mollusques.
la densité des gastéropodes.
Une forte mortalité survient pendant la période d’assèchement,
mais quelques gastéropodes
traversent1
avec succès
cette
période d’estivation.
L’étude écologique
de ces mares de Mayel Dibi,
Fétéboké et Sinthiou Malem montre que B. umbihcatus et B. senegalensis
sont capables de résister dans
la nature à un assèchement
de 6 à 7 mois. Ce sont les
bulins de grande taille qui sont les plus aptes pour
assurer la pérennité de l’espèce.
Dès la remise en eau, ils reprennent
leur activité et
commencent
à pondre en grand nombre pour rétablir
la population. Ainsi, tous les processus
épidémiologiques s’adaptent
à ce cycle court de la « période en
eau * de ces mares pour entretenir la transmission
de
ces trématodoses
humaines et animales.
Ce phénomène très fréquent dans ces régions sahéliennes a une conséquence
primordiale dans I’épidémiologie de ces affections.
Une nouvelle stratégie
tous ces éléments.
de lutte doit tenir compte
de
REMERCIEMENTS
CONCLUSION
L’assèchement
régulier des habitats temporaires
est
le facteur essentiel qui provoque les fluctuations
dans
DIAW (0. T.). SEYE (M.1. SARR (Y.). Resistance to the droueht of
Bulinus‘molluscs, human and animal trematodosis vectors in Seiegal.
II. Study under natural conditions in North-Sudanian area. Ecologv
and resistance to the drought of Bulinus umbilicatus and B. senegale&
sis. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 177-187.
The authors report on the results of a 2 years study on the ecology and
resistance to drought of B. umbikatus
and B. senegalensis on 3
temporary ponds in the North-Sudanian area (region of Tambacounda,
Senegal).
The variations of some abiotic factors lie the temperature and the pH
of water do not seem to have a strong influence on the ecology while the
rainfall has a great importance on the distribution and the density of
molluscs. As a fact, the quantity of water and the drying out period of
these ponds depend upon rain factors which rule the existence and the
survival on the malacological faun. In the second part of the raln
season, the population reaches its maximum, Le. during the reproduc-
Nous remercions
le Dr A. GUEYE et son équipe pour
nous avoir indiqué la mare de Mayel Dibi, et pour avoir
pris les photos.
DIAW (0. T.), SEYE (M.), SARR (Y.). Resistencia a la sequia de
moluscos del genero Bulinus vectores de trematodosis humanas y
animales en Senegal. II: Estudio en las condiciones naturales en zona
norte-sudanesa. Ecologta y resistencia a la sequta de Bulinus umbilicatus
y B. senegalensis.
Revue
Élev.
Méd.
vét. Pays trop.,
1989,
42
(2) : 177-187.
Los autores dan 10sresult+dos de un estudio de 2 atïos sobre la ecolob
y la resistencia a la sequta de B. umbüiratus
y B. senegalensk
en 3
charcas temporales de la zona norte-sudanesa (region de Tambacunda,
Senegal). Las variaciones de ciertos factores abioticos como la
temperatura y el pH de la agua no parecen tener una grande influencla
sobre la reparticion y la densidad de 10s moluscos. En efecto, la
cantidad de agoa y la duracion de desecacion de las charcas dependen
de las lluvias Y son elementos aue determinan la existencia v la
supervivencia de esta fauna malacÔl6gica. Es durante la segunda p&e
de la estacion lluviosa, periodo de reproduction, cuando la poblacion
llega a su mkimo. &as observaciones ~mensuales muestran que la
185
Retour au menu
0. T. Diaw, M. Seye, Y. Sarr
tion period. Monthly observations show that the relative abundance of
B. umbilicatus is higher than that of B. senegalensis, These ponds are
dry during 6 to 8 months per year. However the populations of
molluscs regenerate regularly, a fact which presupposes a certain
ability to resist drought. Some corne through this period successfully,
but the middle sized ones (7 to 9.9 mm) resist better than other (70 to
80 per cent of the population). Immediately after the first tains they
resume their activity and lay intensivelv in order to reconstitute the
population. B. umbkatus and B. senegalensis are potential intermediate hosts for human and animal trematodosis, but in the studied
region only B. umbikatus intervenes in the transmission of S.
haematobium and S.curassoni which occurs between September and
November.
In the natural Sahel conditions the epidemiological cycle is short and
everything happens within 4 to 6 months with the regeneration and the
growth of the population of molluscs, its infestation and the transmission of the trematodosises.
The ecological behaviour of these molluscs in the North-Sudanian
region is very important in the epidemiology of human and animal
trematodosis and requires a new controlling strategy. The destruction
of molluscs is more effective and more economic at the end of the tain
season, which is the beginning of drying of ponds, a period in which
they concentrate in the residual water pools. Key words : Mollusc Bulinus
umbilicatus
- Bulinus
senegalensis - Vector - Trematodosis
Ecology - Senegal - Sahel.
abundancia relativa de B. umbilicatus
senegalensis
es superiora
a la de B.
Las chat-cas son secasdurante 6 a 8 meses en el aiio, y sin embargo, las
poblaciones de moluscos reaparecen regularmente, 10 que indica una
capacidad de resistencia a la seqma. Algunos atravesan con éxito este
periodo de desecacion pet-o son 10sde tamatïo medio (7 a 9,9 mm) que
resisten mejor (70 a 80 p. 100 de la poblacion). Luego las primeras
Iluvias, vuelven a su actividad y aovan de modo intensivo para
reconstituir la poblaci6n. B. umbilkatus y B. senegalensis son
huespedes intermediarios posibles de trematodosis humanas, pero en
esta zona estudiada, solo B. umbikatus interviene para la transmision
(S. haematobium, S. curassoni) que tiene lugar entre septiembre y
noviembre. En las condiciones naturales del Sahel, el ciclo epidemiol6.
gico es corte, y todo dura 4 a 6 meses con renovaci6n e incremento de
la poblaci6n de moluscos, infestaci6n de 10sUltimos y transmision de la
trematodosis.
El comportamiento ecol6gico de dichos moluscos en la zona nortesudanesa tiene una importancia primordial en la euidemioloa;a de las
trematodosis humanas y animales y necesita una estrategia de lucha.
La eliminaci6n de 10smoluscos es mas eficaz y mas econ6mica a1 f;n de
la estacion de las lluvias, principio de desecacion de la chat-ca, cuando
se concentran en charcos residuales. Palabras claves : Molusco Bulinus
umbilicatus
- Bulinus
senegalensis - Vector - Trematodosis Ecologra - Senegal - Sahel.
BIBLIOGRAPHIE
1. ALBARET
(J. L.), PICOT (H.), DIAW (0. T.), BAYSSADE-DUFOUR
(Ch.), VASSILIADES
(G.), ADAMSON
(M.), LUFAU (G.), CHABAUD (A. G.). Enquête sur les schistosomes de l’homme et du bétail au Sénégal à l’aide des
identifications spécifiques fournies par la chétotaxie des cercaires. 1. Nouveaux arguments pour la validation de S.
curassoni
BRUMPT, 1931, parasite de l’homme et des Bovidés domestiques. Annls Parasit. hum. camp., 1985, 60 (4) :
417-434.
~ 1,
~
2. BROWN (D. S.). Freshwater snails of Africa and their medical importance. London, Taylor and Francis Ltd., 1980.
Pp. l-487.
, ~~
3. CRIDLAND (C. C.). Resistance of Buhnus (P) globosus, B. (P) africanus,
to experimental desiccation. Bull. Wld Hlth Org., 1967, 36 : 507-513.
Biomphalariu
pfeiffri
and Lymnaea
natalensis
4. DIAW (0. T.). Présence de Bulinus umbilicatus,
MANDAHL
BARTH, 1973, au Sénégal et son rôle épidémiologiquc.
Société Ouest-Africaine de Parasitologie, 1984. P. 7. (Lettre circulaire no 1).
~
5. DIAW (0. T.). Résistance à la sécheresse de Mollusques du genre Bulinus vecteurs de trématodoses humaines ct
animales au Sénégal. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1988, 42 (3) : 289-291.
~
6. DIAW (0. T.), VASSILIADES
trop., 1987, 40 (3) : 265274.
(G.). Épidémiologie
des schistosomoses du bétail au Sénégal. Revue Élev. Méd.
vét. Pays
7. GRETILLAT
(S.). Épidémiologie de la bilharziose vésicale au Sénégal Oriental. Observations sur l’écologie de B. guernei
et B. senegalensis.
Bull. Org. mond. Santé, 1961, 25 : 459-466.
8. HIRA (P, R.). Studies on the capability of the snail transmitting urinary schistosomiasis in Western Nigeria to survive dry
conditions. W. Afr. med. J., 1968, 17 : 153-160.
9. KASSUKU (A.), CHRISTENSEN (N. O.), MONRAD (J.), NANSEN (P.), KNUDSEN
on Schistosoma
bovis in Iringa Region, Tanzania. Acta trop., 1986, 43 : 153-163.
10. LARIVIERE
douce Bulinus
(J.). Epidemiological
studies
(M.), HOQUET (P.), RANQUE (Ph.). Étude de la résistance à I’anhydrobiose des gastéropodes d’eau
guernei Dautzemberg et Biomphalaria
pfeiffri
gaudi Ranson. C. r. Séant. Soc. Biol., 1962, 156 (4) : 725.
11. MANDAHL
BARTH (G.). A field guide of African freshwater snails. 1. West African spccies (Senegal, Nigeria). WHO
snail identification Centre Danish Bilharziasis Laboratory, 1973. 29 p.
186
~ ~
Retour au menu
PARASITOLOGIE
12. MARTI
(H. P.), TANNER (M.), DEGREMONT
(A. A.), FREYVOGEL
(T. A.). Studies on the ecology of Bulinus
the intermediate host of Schistosoma haemutobium
in the Ifakara area, Tanzama. Acta trop., 1985, 42 : 171-187.
globosus,
13. ODE1 (M. A.). The behaviour and aestivating ability of Bulinus
condition, Ghann J. Sci., 1966, 7 : 50-54.
14. OLIVIER
Parusit.,
(L.), SCHNEIDERMAN
109-117.
(P) globosus
Morelet
(M~[~USC~) under drought
(M.). A method for estimating the density of aquatic snail populations.
Expl
1956, 5 :
15. SCHIFF (C. J.). Observations on the capability of freshwater vector snails to survive dry conditions. J. trop. Med. Hyg.,
1960, 63 (4) : 89-92.
16. SMITHERS
Trans.
(S. R.). On the ecology of schistosome vectors in the Gambia, with evidence of their role in transmission.
Med. Hyg.,
1956, 50 (4) : 354-365.
R. Soc. trop.
17. VASSILIADES
(G.). Capacité de résistance à la sécheresse de la Iimnée (Lymnaea
natalensis)
Mollusque
intermédiaire de Fasciola gigantica au Sénégal. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1978, 31 (1) : 57-62.
18. WEBBE
Parasit.,
(G.), MSANGI (A. S.). Observation on three species of Bulinus
1958, 52 : 302-304.
on the east coast;of Africa. Ann.
trop.
hôte
Med.
187
Retour au menu
PARASITOLOGIE
S. L. Kela 1
Susceptibility
of two-week old
Lymnaea
natalensis
to some plant
extracts
R. A. Ogunsusi 2
V. C. Ogbogu 2
N. Nwude 3 I
KELA (S. L.), OGUNSUSI (R. A.), OGBOGU (V. C.), NWUDE (N.).
Sensibilité de Lymnaea
natalensis
à quelques extraits de plantes, à
l’âge de deux semaines. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42
(2) : 189-192.
molluscicides (3, 8, 14). Techniques’ used for the
control of the one snail host may not be effective for
another, even for snails of the same genus (16).
Le pouvoir molluscicide de 17 extraits de plantes nigérianes a été
évalué sur des Lymnaea natalensis Krauss de 2 semaines (méthode par
extraction aqueüse sans évaporation). Cinq extraits ont été inactifs ; en
revanche les extraits de Balanites aeavtiaca. Blialda sauida. BosweHia
dalzielii, Cissampelos mucronata, hwiim
&ro&rpu~,
Kigelia
africana, Opilia celtidifolia, Parkia clappertoniana, Polygonum limbatum. Pseudocedrela kotsclwi, Nauclea latifolia et Securidaca lontiuedunculata avaient un effet -molluscicide. Cette capacité permettra-de
les utiliir à l’avenir dans la lutte intégrée contre Lyrnnaea natalensis,
ainsi que contre d’autres mollusques. Les données de mortalité pour
les valeurs de la concentration Iéthale (DL..) wur tous les extraits ont
été analysées par la transformation « probit, Les limites supérieures
et inférieures de confknce pour la DLsO (P = 0,OS) ont aussi été
déterminées. Mots clés : Lymnaea
natalensis
- Mollusque nuisible Molluscicide - Plante - Dicotylédone - Toxicité - Nigeria.
The present work reports the susceptibility of 2-week
old L. natalensis to different plant extracts whose
molluscicidal potency have been reported on 12-week
old L. natalensis (6). The main objective was to
discover indigenous plant extracts that have a wide
range of activity on both Young and adult L. natalensis
whose ideal habitats are on the increase in the ar/d
and semi-arid zones of Nigeria. These habitats are
being created by water conservation practices as a
result of the current period of reduced rainfall.
MATERIALS
AND METHODS
INTRODUCTION
Procedure
There has been increasing interest in the search for
cheaper and less polluting molluscicides of plant
origin, for use in the integrated control of snail-borne
helminths. Most of the work however, has been done
on Schistosoma (transmitting snails as reviewed by
KLOOS and McCOLLOUGH (7) with only a little work
being done on Fasciola) transmitting snails (14, 15).
This may be partly due to firstly lack of awareness of
the increasing economic loss caused by fascioliasis
(1,2,5,11) or secondly the assumption that such plant
screened on Schistosoma (transmitting snails may
also have activity on Fasciola) transmitting snails. This
may not be SO, as Lymnaea truncatula and some
strains of L. natalensis are semi-aquatic and may
exhibit different protective behaviour in test solutions
from the aquatic Biomphalaria and Bulinuswhich are
intermediate hosts of schistosomiasis. Moreover, different species of snails vary in susceptibility to different
1. Biology Programme,
(ATBU), Bauchi, Nigeria.
Abubakar
Tafawa
2. Department of Parasitology and
Veterinary Medicine, Ahmadu Bella
Nigeria.
Balewa
University
Entomology, Faculty of
University (ABU), Zaria,
3. Department of Physiology and Pharmacology,
Veterinary Medicine, (ABU), Zaria, Nigeria.
Faculty of
Reçu le 27.06.88, accepté le 30.08.88.
Revue Élev. Med. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 189-192
involving
mails
Egg-laying adult specimens of L. natalensis (shell
length 15 to 20 mm) were obtained from Ahmadu
Bella University Dam, Zaria. The maintenance and
rearing of the snails were done according to the
method described by SHONEKAN (12). Young snails
which hatched out of the egg masses were bred for’ 2
weeks and used for the susceptibility tests.
Procedure
involving
plants
Bark, fruit, pods and roots of 17 species of flowering
plants (Table 1) were colleoted in Northern Nigeria
(Kaduna and Bauchi States).
Pounded plant material was mixed with distilled water
in a ratio of 15 weight per volume (w/v) and allowed to
stand for 48 hours at ambient temperature. The
suspension was filtered first through two layers of
cheese cloth (inserted in 2.0 mm mesh gauze). For
each plant extract, a known volume of the filtrate was
concentrated to dryness in vacuo at 50 “C using a
rotary evaporator as described by IBRAHIM et a/. (4).
Yield of solid extract per volume of solution evaporated was calculated. This was used to estimate the
amount of extract in a known volume of unevaporated
crude water (UECW) extract to be used for susceptibility tests.
Retour au menu
S. L. Kela, R. A. Ogunsusi, V. C. Ogbogu, N. Nwude
TABLE I Summary of effect of 1OOppmunevaporatedcrude
water (UECW) extracts on 2-weekold Lymnaea natalensis (ten
mails exposedper replicate of eachtreatment).
Plant
species
Part
Acacia
nilotica
Aristolochia
albida
*Balanites
aegyptiaca
*Blighia
sapida
*Boswellia
dalzielii
*Cissampelos
mucronata
*Detarium
microcarpum
Gnidia
kraussiana
*Kigelia
africana
l Opilia celtidifolia
*Parkia
clappertoniana
* Polvqonum
limba tum
PseÜdocedrela
ko tschyi
* Nauclea
la tifolia
*Securidaca
longipeduncula
Ximenia
americana
Vetiveria
nigritana
CuS04(1 ppm)
Distilled
water
Untreated
Dam water
l
* Extracts
were molluscicidal
at 100 ppm based
on WHO
Susceptibility
tested
Pod
Root
Bark
Fruit
Bark
Root
Bark
Root
Root
(dry)
(dry)
(dry)
(wet)
(dry)
(dry)
(dry)
(dry)
(dry)
Ed
Leaves
Bark
Bark
id:;l
(dry)
(dry)
(dry)
Ba;i
Root
yA;/
(dry)
Percent
Inortality
at
100 ppm
0
10
100
100
100
100
100
0
100
100
100
100
100
100
100
0
10
100
0
0
ta
when 100 percent
(16, 17) standards.
mortality
were
Jlolluscicidal
No
No
Yes
Yes
Yes
Yes
Yes
No
Yes
Yes
Yes
Yes
Yes
Yes
Yes
N:
Yes
No
No
at 100 ppm on Young snails differ in their toxicity.
Cissampelos mucronata though not molluscicidal on
adult snails at 100 ppm was toxic to Young snails at
this concentration.
The LC5,, values of these extracts on 2-week old L.
natalensis presented in table II range from 0.46 ppm in
Parkia clappertoniana pods to 61 SO ppm in Boswellia
dalzielii bark and the LC& values from 1.33 ppm also
in Parkia clappetioniana to 166.68 ppm in Pseudocedrela kotschyi bark.
The slope function values for most extracts as presented in table II are all similar, ranging from 1.18 in Opilia
celtidifolia bark to 1.75 in Nauclea latifolia bark,
implying that similar mortalities may be produced with
similar propot-tionate increase in concentration of
extracts, except Parkia clappertoniana, Pseudocedrela
kotschyi and CuSO, which had values of 2.28, 3,32
and 6.27 respectively. Table II further shows that, all
the X2 values are not significant, suggesting that
mortality data observed are homogeneous.
DISCUSSION
recorded
tests
Hundred ppm solutions of the UECW extracts were
prepared by dilution based on information obtained
through
evaporating
known volumes of crude
aqueous extracts. Susceptibility tests were evaluated
by diluting each extract with distilled water to provide
a series 10 to 90 ppm and exposing 10 snails each to
the two replicates for all treatments. When mor-tality
data were not consistent for calculating lethal concentration (LC) values, the solutions were diluted fut-ther
to have spaced mor-tality. Mot-tality data for LC values
for all extracts were converted to probit as described
by LITCHFIELD and WILCOXON (10). The X2 test for
goodness of fit, between observed results and those
expected, was conducted for each plant extract found
to have molluscicidal activity.
One major problem in the control of snail-borne
diseases is that different species of snails vary in
susceptibility to different molluscicides (3, 8, 9, 14).
Most of the repot-ted work on trials of plant molluscicides has been on the genera Biomphalaria and Bulinus
which are intermediate hosts of schistosomiasis (7).
Balanites aegyptiaca, Parkia clappetfoniana and Securidaca longipedunculata have been reported to be
molluscicidal on these species of snails (7). The
present .work has confirmed that these plants also
have molluscicidal effect on Young Lymnaea natalensis. This is encouraging since these three plants and
Ambrosia maritima (14) cari be used in t he integrated
control of fascioliasis and schistosomiasis in endemic
foci. The molluscicidal potency of Blighia sapida,
Boswellia dalzielii, Cissampelos mucronata, Detarium
microcarpum, Kigelia africana, Nauclea latifolia, Opilia
celtidifolia, Polygonum. limbatum and Pseudocedrela
kotschyi have been elucidated for the first time using
Lymnaea natalensis, the snail intermediate host of
Fasciola gigantica.
RESULTS
As summarised in table 1,it cari be seen that five plants
i.e. Acacia nilotica, Aristolochia albida, Gnidia kraussiana, Ximenia americana and Vetiveria nigritana were
not active on Young snails at 100 ppm. The results also
revealed that the other extracts though molluscicidal
190
UECW extracts of Acacia nilotica, Aristolochia albida,
Gnida kraussiana, Vetiveria nigritana and Ximenia
americana were non-toxic to Young L. natalensis at
the concentration at which they were toxic to adult
snails (6). This suggest that Young L. natalensis are
less susceptible than adult to these extracts. For
effective control of L. natalensis with these extracts,
two applications spaced 2 months apart should be
Retour au menu
PARASITOLOGIE
TABLE
II
Lethal concentration
Plant
species
Parkia clappertoniana
Detarium
microcarpum
Opilia celtidifolia
Balanites
aegyptiaca
Kigelia africana
Nauclea la tifolia
Pseudocedrela
kotschyi
Securidaca
longipedunculata
Cissampelos
mucronata
Polygonum
limba tum
Blighia sapida
Boswellia
dalzielii
cuso,
NS = X2 not significant
(P = 0.05).
Average
number
of snails,
N, exposed
(LC) values of unevaporated
crude water (UECW)
extracts for 2-week old Lymnaea
(3i)
(P'PG)
(plk)
(P'Pti)
(P'Pfi)
(%)
0.16
1.54
5.77
5.73
3.17
5.64
7.58
23.92
17.73
26.97
42.61
48.26
0.00
0.20
1.73
6.06
6.09
6.03
6.62
10.72
26.42
21.01
30.86
45.17
50.95
0.00
0.46
2.60
7.17
7.51
10.33
11.60
35.54
37.26
37.82
47.19
55.30
61.50
0.03
1.05
3.91
8.49
9.25
17.70
21.17
117.91
52.55
68.09
78.41
67.69
74.22
0.17
1.33
4.40
8.92
9.82
20.67
23.69
166.68
58.04
80.68
89.71
71.77
78.36
0.29
1.80
5.10
9.42
10.60
25.16
29.04
258.29
65.80
100.01
106.37
77.27
83.93
0.57
per replicate
of each
treatment
Slope
f""cSjl""
2.28
1.50
1.18
1.23
1.71
1.75
3.32
1.41
1.60
1.59
1.22
1.21
6.27
natalensis.
rz
Lower & Upper
values,of
LCs,
W'M)
2.33
1.45
1.44
1.40
1.96
1.69
4.85
3.03
3.52
2.37
3.97
2.67
4.05
0.32- 0.66
2.02- 3.35
6.46- 7.96
6.75- 8.34
6.45-16.56
8.19-16.32
25.50-49.55
31.31-44.34
28.10-50.92
38.86-62.27
48.78-62.68
52.16-72.51
O.Ol- 0.14
is 10.
made SO that Young snails which survive the first
application are killed.
The LC values presented reveal that most of these
extracts have good potential for future use in integrated control of L. natalemis in endemic foci. Differences in slope function indicate the extent to which
increase in concentration of extracts should be made,
to secure an increase in mortality. Toxicological investigations on the cercaricidal, ovicidal and piscicidal
effects of these extracts at molluscicidal concentrations are currently
under investigation.
These,
together with the nature and mode of action of the
molluscicidal principles, may finally lead to selection
of less polluting extracts, which may be readily available, within the reach of most rural communities. Such
extracts would be used in the control of Lymnaea
KELA (S. L.), OGUNSUSI (R. A.), OGBOGU (V. C.), NWUDE (N.).
Susceptibility of two-week old Lymnaea
nutalensis to some plant
extracts. Revue Élev. Méd. vét. Puys trop., 1989, 42 (2) : 189-192.
The molluscicidal potency of 17 Nigerian plants extracted by the
unevaporated crude water (UECW) method was evaluated on twoweek old Lymnaea natalensisKrauss. Five extracts were not active but
extracts of Balanites aegytiaca, Blighia sapida, Boswellia dalzielii,
Cissampelos mucronata, Detarium mi~rocarpum, Kigelia africana,
Opilia celtidifoia,
Parkia clappertoniana, Polygonum limbatum,
Pseudocedrela kotschyi, Nauclea latifolia and Securidaca longipedunculata were molluscicidal. There ls potential for their future use in the
integrated control of Lymnaea natalemis, as well as other mails.
Mortality data for lethal concentration values for a11 extracts were
analysed by use of probit transformation. The Upper and lower
fiducial limits of the LC& (P = 0.05) were also determlned. Key
words : Lymnaea
natulensis - Noxious snail - Molluscicide - Plant Dicotyledon - Toxicity - Nigeria.
natalensis, other snails and the trematode diseases
they transmit.
ACKNOWLEDGEMENTS
We are grateful to Abubakar Tafawa Balewa University,
Bauchi and Ahmadu Bella University, Zaria for financial aid, to Professor B. J. HARRIS and Mrs. T. C. N.
BAKER both of Biology Programme, Abubakar Tafawa
Balewa University, Bauchi and Mr. A. 0. OHAERI of
the Department of Biological Sciences, Ahmadu Bella
University, Zaria for assisting in the identification of
the plants.
KELA (S. L.), OGUNSUSI (R. A.), OGBOGU (V. C.), NWUDE (N.).
Sensibilidad de Lymnaea
natalensis de dos semanas de edad a
algunos extractos de plantas. Revue hev. Méd. vét. Puys trop., 1989,
42 (2) : X39-192.
Se evalu la acci6n moluscicida de 17 extractos de plantas de Nigeria
sobre Qrnnaea nafalensis Krauss de 2 semanas de edad por medio del
método de extraction acuqsa sin evaporaci6n. Cinco extractos fueron
inactives ; en cambio teman un efecto moluscicida 10s extractos de
Balanites aegytiaca, Blighia sapkla, Boswellia dalzielii, Cissampelos
mucronata, Detarium microcarpum, Kigelia afi-icana, Opilia celtidifolia, Parkia clappertotina,
Polygonum limbatum, Pseudoced,rela
kotschyi, Naucka latifolia y Securidaca longilxdunculata.
A.SI se
pqdd utilizarlas para la lucha integrada contra Lymnaea natalen&
as1 como contra otros moluscos. Se analizaron por la transformation
« probit » 10sdatos de mortalidad para 10s valores de la concentraci6n
leta1 (DL,,) en todos 10s extractos. Se determinaron también 10s
hmites superiores e inferiores de confmnza para la DL,, (P = 0,05).
Palabras claves : Lymnaea
natalensis - Molusco dafiino - Moluscicida Planta - Dicotiledh - Toxicidad - Nigeria.
191
Retour au menu
S. L. Kela, R. A. Ogunsusi, V. C. Ogbogu, N. Nwude
REFERENCES
1. ALONGE
(D. O.), FASANMI
(E. F.). A survey of abattoir data in Northern Nigeria. Trop. Anim.
Hlth
Prod.,
1979,
(2) : 57-62.
2. BABALOLA
(D. A.), SCHILLHORN VAN VEEN (T. W.). Incidence of fascioliasis in cattle slaughtered in Bauchi
(Nigeria). Trop. Arum. Hlth Prod., 1976, (8) : 243-247.
3. DOSSAJI (S. F.), KAIRU (M. G.), GONDWE (A. T.), OUMA (J. H.). On the evaluation on
properties of Polygonum
senegalense forma Senegalense.
Lloydia,
1977, 40 (3) : 290-293.
4. IBRAHIM
(M. A.), NWUDE (N.), OGUNSUSI (R. A.), ALIU
anthelmintic activity. ht. Live Stk Afr. Bull., 1984, 17 : 19-23.
(Y. 0.).
molluscicidal
the
Screening of West African
plants for
5. KELA (S. L.). A post-mortem
evaluation of the prevalence and intensity of liver fluke infection of goats and sheep in Jos
abattoir. Nigeria, University of Jos, B.Sc. dissertation, 1982. 92 p.
6. KELA (S. L.). Screening of some Nigerian plants for molluscicidal activity. Ahmadu Bello University, Zaria, Nigeria,
Thesis M.Sc., 1987. 186 p.
7. KLOOS (H.), McCULLOUGH
(F. S.). Plant molluscicides, review article. Planta
Medica,
8. LEMMA (A.). Laboratory and field evaluation of the molluscicidal properties of Phytolacca
Org., 1970, 41 : 597-612.
1982, 46 : 195-209.
dodecandra.
9. LEMMA (A.), YAU (P.). Studies on the molluscicidal properties of endod (Phytolacca
dodecandra).
potency under different environmental conditions. Ethiopian
Med. J., 1974, 13 : 115-124.
10. LITCHFIELD
(J. T.), WILCOXON
Ther., 1949, 96 : 99-113.
11. OAKLEY
Wld HZth
III. Stability and
(F.). A simplified method of evaluating dose-effect experiments. J. Pharm.
(G. A.). The prevention of fascioliasis. Victorian
12. SHONEKAN
1961. 3 p.
Bull.
Vet. Proc.,
exp.
1978, 36 : 27-30.
(R. A. 0.). Fascioliasis. Annual report of the Federal Department of Veterinary Research. Vom, Nigeria.
13. TALLARIDA
(R. J.), MURRAY (R. B.). Methods of Litchfield and Wilcoxon confidence limits for EDSo. In : Manual
of pharmacology calculations with computer programs. New York, Berlin, Heidelberg, Spring-Verlag, 1981. Pp. 59-63.
14. VASSILIADES
laboratoire. Revue
15. VASSILIADES
Revue
ÉZev. Méd.
DIAW (0. T.). Action molluscicide d’une souche sénégalaise d’dmbrosia
Méd. vét. Pays trop., 1980, 33 (4) : 401-406.
(G.), DIAW (0. T.). Action molluscicide d’dmbrosia
vét. Pays trop., 1982, 35 (2) : 179-182.
16. WHO. Molluscicidal
screening and evaluation. Bull.
WZd HZth Org.,
maritima.
maritima.
II. Essais dans les conditions naturelles.
1965, 33 : 567-581.
17. WHO. Guidelines for evaluation of plant molluscicides. In : LEMMA (A.), HEYNEMAN
(D.), SILANGWA
Phytolacca
dodecandra
(Endod).
Dublin, Tycooly International Publishing limited, 1983. Pp. 121-124.
192
Essais en
(S.), eds.
Retour au menu
PARASITOLOGIE
S. L. Kela 1
‘R. A. Ogunsusi 2
Screening
of some Nigerian
molluscicidal
activity
V. C. Ogbogu 2
N. Nwude 3 I
KELA (S. L.), OGUNSUSI (R. A.), OGBOGU (V. C.), NWUDE (N.).
Dépista e de l’activité molluscicide de quelques plantes nigérianes.
Revue d lev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 195-202.
L’action molluscicide de 25 extraits de olantes niaérlanes ~rémrés
soit
au méthanol, soit avec de l’eau ordhu&, avec ou sans &apÔration et
utilisés pour différents emplois médicinaux et domestiques a été
contrôlée sur des Lhnnées élevées au laboratoire (Lvmnsea nataler&
Krauss). Sept plantes se sont révélées inactives ;-en revanche, les
extraits des 18 plantes restantes (72 p. BJO), dont quelques unes sont
connues pour leur effet nocif sur les poissons, ont montre une activité
molhtscicide. Il s’agit de Acacia nilotica. Aristokxhia albida. Balardtes
aegyptiaca, Bligldi sapida, Boswellia ‘oWzklii, Detarium ‘mknxarpum, Gnidia kraussiana, Kigelia africaua, Nauclea latifolia, Opilia
celtidefolia, Parkia clappertoniana, Polygonum limbatum, Pseudocedrela kotschyi, Sclennxrya birma, Securidaca longipeduncuhta,
ximenia americana, vetiveria m’gritana et ziziplms abyssim’ca. hs
DLa, de ces extraits ont été déter&tés. II est fortement recommandé
que leurs effets toxiques sur les poissons, les cet-cakes, les oeufs de
mollusques et les mammhêres fassent l’objet de recherches complémentaires afin de déterminer la concentration adéquate d’utilisation,
sp6clalement dans les étangs à @sscms. Mots clés : Plante - Dicotylédone - Molluscicide - Lymnuea natalensti - Toxicité - Nigeria.
Compared with many parasitic diseases, little overall
progress has been made in the control of snail-borne
diseases both in man and livestock. It is only in a few
areas that substantial progress has been made. The
objectives of control of any disease may be simple
containment of the spread of infection, a reduction in
morbidity, or a significant reduction in transmission
resulting in decreased morbidity, severity and prevalente. Available evidence indicates that snail control
is the most effective single measure of control of snailborne diseases. This is because the snail represents
the weakest link in the life-cycle of the parasite.
Complete eradication of the snail host may be extremely difficult because of the high intrinsic rate of
Abubakar
Tafawa
Balewa
University
2. Department of Parasitology and Entomology,
Faculty of
Veterinary Medicine, Ahmadu Bella [email protected] (ABU), Zaria,
Nigeria.
3. Department of Physiology and Pharmacology,
Faculty of
Veterinary Medicine, Ahmadu Bella University (ABU), Zaria,
Nigeria.
Reçu le 1810.88,
for
proliferation, dispersion capabilities and genetic variation. However, there is a possibility that transmission
could be prevented by reducing the snail population
density below a certain threshold. GOFFMAN and
WARREN (6) observed that if the density of susceptible
snails falls to the critical level, then the disease Will
decline. Some degree of control may be achieved by a
wide range of measures (20). Control by molluscicides,
either alone or in combination with other methods,
has been shown to be a rapid and effective means of
reducing or eliminating transmission. However, presently there are few molluscicides of acceptable efficacy and these tend to be generally biocidal, affecting
many of the plants and animals in the snail habitats.
Efforts are therefore being directed towards finding
cheaper, more readily available and less polluting
molluscicides which cari be obtained from local plant
materials.
The main objective of this study was to screen some
Nigerian plants for molluscicidal activity on Lymnaea
natalemis, the snail intermediate host of fasciola
gigantica (15, 17).
INTRODUCTION
1. Biology Programme,
(ATBU), Bauchi, Nigeria.
plants
accepté le 1512.88.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 195-202
MATERIALS
AND METHODS
Egg-laying adult L. natalensis were obtained from
Ahmadu Bella University resetvoir, Zaria. The maintenance and rearing of the snails was done according to
the method described by SHONEKAN (16). In 12
weeks, snails have reached 12 mm and these were
used for the screening tests.
Plant materials
Information on the plant materials was obtained by
interviewing traditional herbalists and Fulani herdsmen in some parts of Bauchi and Kaduna States.
Information was sought on plants used as soap, in
fishing and for traditional medicine. Vernacular names
and parts of the plants specified by the consultants
were documented. Samples of the various plants
indicated were collected with the aid of the local
consultants and preserved in a plant press. These
were sent to taxonomists at the Department of Biological Sciences, ATBU, Bauchi and ABU, Zaria for proper
identification.
195
Retour au menu
S. L. Kela, R. A. Ogunsusi,
Preparation
of plant
V. C. Ogbogu,
extracts
The plant parts collected were pounded either wet or
dry in a wooden
mor-tar. Methanolic
(MEOH) and
evaporated crude water (ECW) extracts were obtained
by mixing the processed
samples in a ratio -of 15
weight
per volume (w/v) with either methanol
or
distilled water. After soaking at room temperature
for
48 hours, they were filtered and evaporated to dryness
in a rotary evaporator
at 50 “C and 80 “C respectively,
according to the method described by IBRAHIM et a/.
(8). The solid extracts
obtained were removed and
weighed.
Preparation
of the stock
solutions
A gram from each extract (MEOH and ECW) was
dissolved in a litre of distilled water to give 1,000 ppm
stock solutions.
Cther concentrations
used for the
tests were serially diluted from the stock solutions.
For the UECW extracts, concentrations
were estimated
from the ECW data and dilutions to concentrations
of
10 to 1,000 ppm were made as appropriate.
Testing
for molluscicidal
activity
WHO (19, 21) standards
for preliminary screening
of
plants for molluscicidal
activity were followed.
For
each test concentration,
four replicates were used,
and the number of snails per test was five. Copper
sulphate (CuSO,) was used as a reference molluscicide and, distilled water and untreated dam-water
as
controls. Any peculiar protective behaviour of snails in
test solutions was noted. In all tests, 24-hour exposure,
and 48-hour recovery periods were used.
Determination
Concentration
of Median
(LC,,)
Lethal
Extracts from plants that had 100 per cent mortality at
100 ppm were diluted serially and further tests were
done as described by BAALAWY (2). Mortality data for
these tests were analysed by means of computerized
probit transformation
as described
by LITCHFIELD
and WILCOXON
(11). The fiducial limits of ttie Upper
and lower LC5,, (P = 0.05) were obtained as outlined
by TALLARIDA and MURRAY (18).
RESULTS
Toxicity
tests
Details of the results are given in table 1. Molluscicidal
activity does not appear to be limited to any morpholo196
N. Nwude
gical part of the plants tested nor restricted
to any
family. Extracts of 18 (72 per cent) of the plants were
found to have molluscicidal
activity on adult snails.
For the 25 plants, 35 per cent extracted
by ECW
method were active, 52 percent of the MEOH extracts,
and 64 per cent of the UECW extracts were active.
Five of the 25 plants were molluscicidal
with extracts
produced by all the three extraction methods. These
include the bark of Balanites aegyptiaca,
Boswellia
dalzielii, Detarium microcarpum,
Ximenia americana
and the pods of Parkia clappertoniana.
Ten of the
plants were molluscicidal
with extracts produced
by
two methods. These were bark of Kigelia africana,
Pseudocedrela
kotschyi,
Sclerocarya
birrea t he fruit
of Blighia sapida, the leaves of Polygonum limbatum,
the pods of Acacia nilotica and the roots of Aristolochia albida, Gnidia kraussiana,
Securidaca
longipedunculata and Vetiveria nigritana. Three of the plants
were molluscicidal
with extracts
produced
by one
extraction
method only. These include the bark of
Nauclea latifolia, Opilia celtidefolia and Ziziphus abyssinica. The remaining seven plants including the bark
of Anogeissus
leiocarpus,
the flowers
of Gmelina
arborea, the fruit of Luffa cylindrica, the leaves of
Vernonia amygdalina, the pods of Prosopis africana,
the roots of Cissampelos
mucronata and the stem of
Cissus quadrangularis
were not molluscicidal
with
either extraction method. However, all the seven plant
extracts
excluding
Vernonia amygdalina
appeared
molluscicidal
at higher concentrations
with at least
one of the extraction
methods.
Extracts from Nauclea latifolia, Vernonia amygdalina
and Vetiveria nigritana precipitated
after about an
hour of introduction
of snails. This phenomenon was
not observed
with extracts
from the remaining 22
plants.
It was observed
that most snails dropped to the
bottom of test solutions or crawled out of extracts and
became attach to the side of the beakers.
Poisoning with.extracts
caused the adult snails either
to retract into the shell or to become swollen
and
remain extended from the shell opening. The former
response was seen with extracts of Acacia nilotica,
Anogeissus
leiocarpus,
Aristolochia
albida, Cissus
quadrangularis,
Gmelina, arborea,
L,uffa cylindrica,
Nauclea latifolia, Sclerocarya
birrea, Vernonia amygdalina, Vetiveria nigritana, Ximenia americana
and
Ziziphus
abyssinica.
The latter response
was seen
particularly
with extracts
of Balanites
aegyptiaca,
Blighia sapida, Gnidia kraussiana,
Opilia celtidefolia,
and Securidaca
longipedunculata,
together
with
CuSO, control ; in addition to being swollen
and
extended out of their shell, snails expelled haemolymph.
Results of the statistical analysis of the lethal concentration values for extracts molluscicidal
with one or
Retour au menu
PARASITOLOGIE
TABLE
Z Results of the molluscicidal
screening
of plant extracts on Z2-week old Lymnaea
MEOH
Plant family
and species
Plant
(month
1. AMPELIDIACEAE
Cissus quadrangularis
Rich
1986)
extract
ECW
extract
UECW
extract
1-
Percentage
mortality
at 100 ppm
Fresh stem
(August,
1986)
Bark
(Oct.,
2. ANACARDIACEAE
(*) Sclerocarya
birrea
(A. Rich.) Hochst
part teste
collected
natalensis.
0
0
0
0
0
Percentage
mortality
at 100 ppm
Could
not be
concentrated
because
of its
mucoid
nature.
‘ercentage
mortality
at 100 ppm
100
100
45
25
20
1,000
500
100
50
10
100
100
100
100
0
100
100
100
100
0
20
0
0
:
3. ARISTOLOCHIACEAE
(*) Aristolochia
albida
Duch.
Dried roots
(Sept.,
1986)
1,000
500
100
50
10
100
100
5
0
0
100
100
100
100
0
100
100
100
20
0
4. BIGNONIACEAE
Bé;i;,e/ia
africana
(Lam.)
Bark
(Sept.,
1,000
500
100
50
10
100
100
45
0
0
100
100
100
55
0
100
100
100
0
0
1,000
500
100
50
10
100
100
100
100
10
100
100
100
100
30
100
100
100
100
0
1,000
500
160
50
10
100
100
0
0
0
100
100
20
0
85
80
45
0
0
1,000
500
100
50
10
0
0
5. CAESALPINIACEAE
(*) Detarium
microcarpum
Guill. & Perr.
6. COMBRETACEAE
Anogeissus
leiocarpus
& Perr.
7. COMPOSITAE
Vernonia
amygdalina
8. CUCURBITACEAE
Luffa cylindrica
9. BURSERACEAE
(*) Boswellia
10. GRAMINEAE
Vetiveria
nigritana
11.
MALIACEAE
(*) Pseudocedrela
Harms-Holl.
Bark
(Aug.,
1986)
Guill.
Bark
(Aug.,
1986)
Del.
Fresh
(Oct.,
leaves
1986)
Green
[Jan.,
Roem.
dalzielii
1986)
Hutch.
Stapf
kotschyi
fruits
1987)
Bark
:Sept.,
1986)
Dried
Sept.,
roots
1986)
Mark
:Oct.,
1986)
1,gg;
i
0
00
00
0
100
100
100
50
10
i
0
1 .ooo
500
100
50
10
100
100
100
100
35
100
100
100
100
20
100
100
100
100
0
1,000
500
100
50
10
0
0
100
100
100
100
0
100
100
100
55
0
1,000
500
100
50
10
100
100
100
10
0
100
100
50
0
100
100
100
0
:
0
0
0
0
FI
0
0
Retour au menu
S. L. Kela, R. A. Ogunsusi, V1 c. Ogbogu, N. Nwude
12. MENISPERMACEAE
Cissampelos
mucronata
Rich.
1,000
500
100
50
10
40
15
0
i
40
15
0
0
0
Dry pods
(Jan., 1987)
1,000
500
100
50
10
100
100
100
0
0
100
100
25
0
0
Dry pods
(May,
1986)
1,000
500
100
50
10
100
100
100
100
90
100
100
100
100
100
Dry pods
(Oct., 1986)
1,000
500
100
50
10
100
100
5
0
0
100
55
0
0
0
Bark
(Aug.,
1986)
1,000
500
100
50
10
100
100
100
100
0
100
100
100
100
0
OPILIACEAE
(*) Opilia
celtidefolia
(Fui1
& Perr.) Endl. Ex Walp.
Bark
(Aug.,
1986)
1,000
500
100
50
10
100
100
25
5
0
POLYGALACEAE
(*) Securidaca
culata
Fres.
Fresh
(Sept.,
roots
1986)
1,000
500
100
50
10
100
100
100
100
5
15
0
1,000
500
100
50
10
100
100
100
100
0
100
100
0
:
100
100
100
100
0
1,000
500
100
50
10
100
100
100
0
0
100
100
20
25
0
100
100
80
0
0
1,000
500
100
50
10
100
100
100
35
5
0
0
100
100
100
55
0
Could
not be
concentrated
because
of its
foamy
nature.
100
100
100
100
40
13. MIMOSACEAE
(i) (*)Acacia
nilotica
(ii) ( l ) Parkia
africana
14. OLACEAE
(*) Ximenia
16.
Del.
clappertoniana
(iii) Prosopis
15.
Dried
(Aug.,
Kea
Taub.
americana
Linr
longipedun-
17. POLYGONACEAE
(*) Polygonum
Meisn.
18. RHAMNACEAE
(*) Ziziphus
abyssinica
19.
20.
RUBIACEAE
(*) Nauclea
Dried
(Jan.,
limbatum
latifolia
SAPINDACEAE
(*) Blighia
sapida
Larr
Smith.
Koenig.
roots
1986)
leaves
1987)
Dried
(Aug.,
roots
1986)
Bark
(Sept.,
1986)
1,000
500
100
50
10
100
100
100
100
0
roots
1986)
1,000
500
100
50
10
100
100
100
100
30
100
100
0
0
0
100
100
100
60
0
1,000
500
100
50
10
15
0
100
100
0
i
0
:
100
100
0
0
0
1,000
500
100
50
10
100
100
100
100
100
100
100
100
100
100
Dried
(Sept.,
22.
VERBENACEAE
Gmelina
arborea
Dry flowers
(Jan., 1987)
Bark
(Sept.,
1986)
CuSO4 : Molluscicidal
at 2 ppm.
Untreated
dam-water
: non-molluscicidal
Distilled water : non-molluscicidal.
(*) Plants that have passed WHO (19,21) standards
198
100
100
100
80
25
i
0
i
0
100
100
100
100
25
fruit
1987)
THYMELACACEAE
(*) Gnidia
kraussiana
(=
Lasiosiphon
kraussia
nus) Meisn.
23. ZYGOPHYLLACEAE
(*) Balanites
aegyptiaca
(Linn.)
Del.
Could not be
concentrated
because
of its
foamy
nature.
Fresh
(Jan.,
21.
Roxb.
100
100
100
100
15
!.e. 100 per cent mortality
-
at 100 ppm (4 replicates
of 5 snails
100
100
100
100
100
tested).
Retour au menu
PARASITOLOGIE
TABLE II
Statistical analysis of median lethal concentrations (in ppm) of the three extracts on Il-week old Lymnaea natalensis.
LC,, values
Plant
UECW extract
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
-
Parkia clappertoniana
Balanites
aegyptiaca
Detarium
microcarpum
Blighia sapida
Polygonum
limba tum
Opilia celtidefolia
Acacia nilotica
Ximenia
americana
Securidaca
longipeduncula
Bos wellia dalzielii
Nauclea
latifolia
Vetiveria nigritana
Gnidia kraussiana
Aristolochia
albida
Kigelia africana
Pseudocedrela
kotschyi
Sclerocarya
birrea
Ziziphus
abyssinica
CuS04 (Control)
: No significant
molluscicidal
and fiducial
limits
(in ppm)
species
ta
3.40( 2.35 4.91)
3.53( 2.70- 4.63)
4.50( 3.60- 5.53)
11.60( 9.73-13.83)
13.09 (10.93-15.68)
15.74(13.37-18.53)
16.14(13.80-18.89)
17.06 (15.98-18.21)
21.11 (16.95-26.27)
32.21 (29.77-34.84)
41.60 (37.87-45.69)
47.69(44.52-51.07)
49.66(46.52-53.00)
57.61 (54.29-61.13)
68.30(64.02-72.86)
77.82(76.14-79.55)
0.75(
0;6-
MEOH
extract
6.40( 5.64- 7.26)
7.26( 6.46- 8.17)
11.42(10.87-11.99)
17.21 (14.72-20.12)
23.93 (21.48-26.63)
80.28 (78;4-81.85)
25.50(23.27-27.95)
22.23 (19.56-25.28)
11.23 ( 9.81-12.84)
-
ECW extract
7.21 ( 5.47- 8.03)
6.13( 5.48- 6.86)
15.11 (12.47-18.33)
21.49 (18<5-24.37)
22.64 (19;9-25.91),
14.98(14<0-15.81)
12.14 (10;8-14.07)
51.56(48>0-54.80)
22.88(21.03-24.89)
78.21 (72.25-78.28)
36.29(35<1-37.62)
45.37(41.92-49.11)
15.49 (14:0-16.78)
-
0.84)
effect.
more of the extraction methods, are charted in table II.
From the Iimited data, there appear to be some
differences in L& values for the different plant
extracts. These differences also exist for the same
plant with different extraction methods compared
with CuSO, controls.
Based on the computed LCsOfor the different extracts
as shown in table II, the UECW extracts have values
ranging from 3.40 ppm in Parkia clappertoniana to
77.82 ppm in Pseudocedrela kotschyi, while the
MEOH extracts have values varying from 8.40 ppm in
Parkia clappertoniana to 80.28 ppm in Acacia nilotica.
The ECW extracts have values of 6.13 ppm to
45.37 ppm in Balanites aegyptiaca and Kigelia africana
respectively ; with an L& value of 0.75 ppm for the
CuS04 controls. It is apparent that various levels of
non-significant differences exist within and between
extracts and controls as revealed by fiducial limits.
DISCUSSION
It seems generally agreed that control of the snail
intermediate host is one effective means of reducing
the transmission of trematode diseases. The possibility
that vegetable molluscicides may be of value in
control of snails was suggested by LEMMA (10) when
he made direct observation of the molluscicidal effect
of Phylolacca dodecandra on schistosome-transmit-
ting snails. The present results have confirmed this
possibility ; based on the standardized method proposed by WHO (19, 21) for preliminary screening of
potential plant molluscicides : 18 (72 per cent) of the
25 plants screened had a molluscicidal effect on L.
natalensis. One of the problems envisaged in use of
plant extracts, in the control of snails, is the choice of
solvent for extracting plant materials. From the results
obtained, activity recorded for the different types of
extraction method shows that 16 (64 per cent) UECW
extracts were active, 9 (36 per cent) ECW extracts
were active and SOwere 13 (52 percent) of the MEOH
extracts. This clearly shows that, water as a solvent
was superior to methanol, implying that the potential
active ingredients in these plants are water-soluble.
This is encouraging since the use of plant molluscicides is more likely to be undertaken in rural areas
where use of special solvents and sophisticated technology may not be feasible. MEOH extracts of Acacia
nilotica,
Blighia sapida, Detarium microcarpum,
Parkia clappertoniana, Securidaca longipedunculata
and Ximenia americana did not increase their potency
over water extracts.
On the other hand, it was observed that MEOH
extracts of Boswellia dalzielii, Gmelina arborea, Pseudocedrela kotschyi and Ziziphus abyssinica increased
their potency. It seems that molluscicidal activity of
some plants is either enhanced or diminished depending on the solvent used. This calls for using different
solvents during extraction and experimentation SO as
to determine the one that gives the best results.
Retour au menu
S. L. Kela, R. A. Ogunsusi, V. C. Ogbogu, N. Nwude
Results obtained in this study show that some of the
plants apparently
recorded as being non-molluscicidal at 100 ppm were however active at higher concent rat ions (e-g. Anogeissus
leiocarpus,
Cissampelos
mucronata,
Cissus quadrangularis,
Gmelina arborea,
Luffa cylindrica and Prosopis africana).
The potency of some extracts as molluscicides
may
have been affected by the high temperature
(80°C)
used during evaporation
and concentration
of the
ECW extracts.
It should be noted that although the
UECW extracts
of Acacia nilotica, Blighia sapida,
Gnidia kraussiana,
Nauclea latifolia, Opilia celtidefolia,
Polygonum
limbatum and Pseudocedrela
kotschyi
were effective
molluscicides,
none of these were
effective in the form of ECW extracts at 100 ppm. The
evaporation of the extracts at 80 “C could have denatured the active compounds
of the plants.
It has been reported that molluscicidal
activity of
plants is not restricted to any morphological
part (1).
In a preliminary screening test on Bulinus globosus,
these workers
reported 10 per cent mortality with the
MEOH extracts
of the fruit of Kigelia africana. The
results obtained from this study showed that MEOH,
ECW and UECW extracts of the bark of the same plant
had 45 per cent, 100 per cent and 100 per cent mortality respectively
on Lymnaea natalensis.
This may
suggest
that the active molluscicidal
compound
is
more concentrated
in the bark of this plant, or Bulinus
globosus is not SO susceptible
as L. natalensis. Lack
of activity in Prosopis
africana which FELKER and
BANDURSKI (5) reported to exhibit properties toxic to
snails may be due to two reasons. Firstly, the pods of
this plant used for this study might have contained
less molluscicidally
active compounds.
Another possibility is that L. natalensis may be less susceptible than
other snails to extracts of Prosopis africana.
Different species of snails differ in their susceptibility
to different molluscicides
(4). Most of the repot-ted
work on plant molluscicides
has been on the genera
Biomphalaria
and Bulinus, snail intermediate hosts of
schistosomiasis
(9). Balanites,
Parkia, Polygonum,
Securidaca
and Ximenia have been reported to be
molluscicidal
on these two genera of snails. The
present work
has confirmed
that these plants are
molluscicidal
to L. natalensis.
This is encouraging
since these five plants cari be used in the integrated
control of fascioliasis
and schistosomiasis
in endemic
foci.
Acacia nilotica, Cissus quadrangularis,
Luffa cylindrica and Ziziphus abyssinica
have not been tested
previously for molluscicidal activities, though activities
of Acacia dudgeoni, Cissus populnea, Luffa operculata
and Ziziphus jaozeiro have been reported. KLOOS and
McCULLOUGH
(9) citing BARBOSA
and MELLO
(1969) reported 30 per cent mortality of Biomphalaria
glabrata with water extract of the bark of Ziziphus
jaozeiro. The present work reports 100 percent morta200
lity on L. natalensis with the MEOH extract of the root
of Ziziphus abyssinica. Similarly, 100 per cent activity
reported with the MEOH and UECW extracts of the
pods of Acacia nilotica and 0 per cent mortality with
the MEOH extract of the stem of Cissus quadrangularis
on L. natalensissupport
the findings of ADEWUNI and
SOFOWORA
(1) on Bulinus globosus.
Hundred per
cent activity at 100 ppm reported with water extract of
the fruit of Luffa cylindrica contrasts
with the 60 per
cent activity of water extract of the fruit of Luffa
operculata
on Bulinus stramina (9). These variations
could be due to the ecotypes of the plants, and the
plant and snail species used.
According
to the local consultants,
Balanites aegyptiaca, Boswellia
dalzielii, Detarium
microcarpum,
Gmelina arborea, Parkia clappettoniana
and Ximenia
americana are used as fish poisons while Balanites
aegyptiaca,
Blighia sapida, Opilia celtidefolia
and
Securidaca
longipedunculata
are used as local laundry soap (3). This suggests
that most potent fish
poison plants and plants used as traditional
laundry
soap exhibit molluscicidal
activities, supporting
the
findings
of DOSSAJI et al. (4) and LUGT (12) who
separately
repot-ted similar observations
on different
plant molluscicides.
Sublethal doses apparently
irritated the snails, they
crawled
out of the test solutions
in order to avoid
contact with extracts. This could be protective behavior of L. natalensis to avoid contact with treated
water. It is suggested that for field trials, the concentration of such extracts and the duration of applic,ation, especially
in small pools of water and rice
paddies, be increased for desirable results.
It has been confirmed by McCULLOUGH
etal. (13) that
molluscicides
cause stress to the water-balance
system of snails by lowering the surface tension. This
could have accounted for the rapid submergence
of
snails in some extracts,
and to some extent be the
cause of snail mortality.
Poisoning,
which caused
snails to expel haemolymph, could be due to destruction of the blood system by extracts. Poisoning which
caused snails to remain extended
from the shell
opening could be due both to action on the central
net-vous system
(CNS),’ leading to loss of waterbalance control, and inhibition of the enzymatic activities of the snails (13). It has also been documehted
by
these workers
that death caused by CuSO, is due to
inhibition of the enzymatic sulfydryl group. It may be
speculated
that extracts of Boswellia
dalzielii, Detarium microcarpum,
Kigelia africana, Parkia clappettoniana and Pseudocedrela
kotschyi
whose mode of
action caused snails to remain extended out of the
shell opening could be neurotoxic
in action.
Toxicity of extracts
varied as revealed by the L&
values which though not superior to CuSO, controls
are potentially good, being natural products.
Retour au menu
PARASITOLOGIE
Some plant molluscicides
have been studied and the
chemical
basis of their action identified.
Flavonol
glycoside, a cyanogenic compound has been reported
as the active material of Polygonum senegalensis
(4).
Similarly, the triterpenoid
saponin oleanolic acid glucoside has been identified as the active material for
the molluscicidal
action of Polygonum
dodecandra
(7). A variety of other plants including
Balanites
aegyptiaca
have saponins
as their molluscicidal
compound
(13). Mortalities due to extracts of Acacia
nilotica, Balanites aegyptiaca,
Blighia sapida, Luffa
cylindrica,
Polygonum
limbatum, Opilia celtidefolia,
Securidaca
longipedunculata
and Vernonia amygdalina that had characteristic
foamy extracts were probably due to saponins.
It is probable that disterpenes
present in Gnidia kraussiana (14) could have been the
cause of snail mortality in extracts
of these plants.
There is however need to work on the chemical basis
of these plants.
CONCLUSION
Toxicological
and mammals
investigations
are strongly
of these extracts on fish
recommended
with a view
KELA (S. L.), OGUNSUSI (R. A.), OGBOGU (V. C.), NWUDE (X).
Screening of some Nigerian plants for molluscicidal activity. Revue
Élev. Méd. vét. Pays trop.,
1989, 42 (2) : 195-202.
Methanolic (MEOH), evaporated crude water (ECW) and unevaporated crude water (UECW) extracts of 25 Nigerian plants, used for
different medicinal and domestic purposes were screened for mollusçicidal activity on laboratory-reared Lymnaea natalensis Krauss. Seven
of the plants were not active ; extracts from 18 (72 per cent) of the
plants, some of which are reknowned fmh poisons, had molluscicidal
acitivity. These were Acacia nilotica, AristolorhU1 albida, Balanites
aegyptiaca, Blighia sapida, Boswehïa dalzielii, LMarium mictocarpum, Gnidia kraussiana, Kigelia africana, Nauclea latifolia, Opilia
celtidefolia, Parkia clappertoniana, Polygonum limbatum, Pseudocedrela kotschyi, Sclerocarya birrea, Securidaca longipedunculata,
Ximenia americana, Vetiveria nigritana and Ziziphus abysshtica. The
Lt&, of these extracts were determined. It ls strongly recommended
that the toxic effects of these extracts against fsh, cercariae, mail eggs
and mammals be further investigated so as to determine the right
concentration, especially for use in f=h ponds. Key words : Plant Dicotyledon - Molluscicide - Lymnaea natulensls - Toxicity - Nigeria.
to determining suitable molluscicidal concentration
especially for plants that are established fish poisons.
This together with fur-ther toxicity tests on the cercaricidal, larvicidal and ovicidal effects of these extracts
may lead to selection of more potent, less persistent,
naturally occurring plant molluscicides of acceptable
efficacy for future integrated control of snails and
snail-borne diseases especially in fish ponds.
ACKNOWLEDGEMENTS
We are very grateful for the invaluable technical
assistance of Messrs. A. A. ABAH, D. GIMBA and D. 0.
FOLARANMI as well as for the kind help of Professor
B. J. HARRIS, Mrs. T. C. N. BAKER and Mr. A. 0.
OHAERI for identifying the plants. We also appreciate
the help of Messrs. R. ANUMBA and S. EBELE, and Dr.
M. A. IBRAHIM for the computer analysis., Lastly, we
owe a lot to Professor DONALD HEYNEMAN for
providing relevant literature used for this Write-up.
This study was financed by fellowship funds of
Ahmadu Bella University, Zaria and Abubakar Tafawa
Balewa University, Bauchi.
KELA (S. L.), OGUNSUSI (R. A.), OGBOGU (V. C.), NWUDE (N.).
Deteccih de la actividad moluscicida de algunas plantas de Nigeria.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989,, 42 (2) : 195-202.
Se comprobu sobre limneas (Lynmaea nata1ens~ Krauss) criadas en
laboratorio la action moluscicida de 25 extractos de plantas de Nigeria
preparados .sea con metanol, sea con agua natural evaporado o no y
utilirados para varias empleos medicinales y domésticos. Siete plantas
fueron inactivas ; en cambio, 10s extractos de dem& 18 plantas
(72 p. lOO), de las que algunas se conocen a causa de su efecto nocive
sobre 10s peces, mostraron una actividad moluscicida. Se trata de
Acacia nilotica, .Aristok&ia
albida, Balam’tes aegvptiaca, Blighia
sapida, Boswell& dalzielii, Lktarium mictocarpum, Gnidia kraussiana, Kigelia africana, Nauclea latifotia, Opilia cehidefolia, Parkia
claowrtotina.
Polvaonum lhnbatum. Pseudocedtela kotschvi. Scletvcaria birrea, &XI~%&
longipeduoculata, Ximerna amer&&
Vetiveria nigritana y Ziziphus abyssinica. Se determlnaron las DL,, de
dichos extractos, Se aconseja mucho la reallzacion de investigaclones
complementarias sobre 10s efectos toxicos en 10s peces, las cercarias,
10s huevos de moluscos y 10s mamtferos para determinar la concentracion adecuada de utilixacion, en particular en las albuferas. Palabras
claves : Planta - Dicotiledh
- Moluscicida - Lymnaea
natalemis Toxicidad - Nigeria.
201
Retour au menu
S. L. Kela, R. A. Ogunsusi, V. C. Ogbogu, N. Nwude
REFERENCES
1. ADEWUMI
Planta
(C. 0.) SOFOWORA
1980, 39 : 57-65.
med.,
(E. A.). Preliminary screening of some plant extracts for molluscicidal activity.
l
2. BAALAWY
(S. S.). Laboratory evaluation of the molluscicidal potency of a Butanol extract of Phytolacca
(Endod) berries. Bull. Wld Hlth Org., 1972, 47 : 422-425.
3. DALZIEL
dodecandra
(J. M.). The useful plants of West Tropical Africa. London, Crown Agents, 1937. 612 p.
4. DOSSAJI (S. F.), KAIRU (M. G.), GONDWE (A. T.), OUMA (J. H.). On the evaluation of the molluscicidal
properties of Polygonum
senegalense forma senegalense.
Lloydia,
1977, 40 (3) : 290-293.
5. FELKER
Econ.
Bot.,
(P.), BANDURSKY (R. S.). Uses and potential uses of Leguminous trees for minimal energy input agriculture.
1979, 33 : 172-184.
6. GOFFMAN
(W.), WARREN (K. S.). An application of the Kermack-McKendrick
schistosomiasis. Am. J. trop. Med. Hyg., 1970, 19 : 278-283.
7. HOSTETTMAN
L. Helv. chim.
(K.), HOSTETTMAN-KALDAS
1978, 61 : 1900-1995.
(K.). Molluscicidal saponins from Cornus j’orida
Acta,
8. IBRAHIM
(M. A.), NWUDE (N.), OGUNSUSI
anthelmintic activity. Int. Live Stk Cent. Afr. Bull.,
9. KLOOS
(M.), NAKANISHI
theory to the epidemiology of
(H.), McCULLOUGH
(R. A.), ALIU (Y. 0.).
1984, 17 : 19-23.
(F. S.). Plant molluscicides, a review. Planta
Screening of West African plants for
med.,
1982, 46 : 195-209.
10. LEMMA (A.). A preliminary report on the molluscicidal properties of Endod (Phytolacca
J., 1965, 3 : 187-190.
11. LITCHFIELD
(J. T.), WILCOXON
1949, 96 : 99-113.
12. LUGT (C. B.). Phytolacca
Institute of Pathobiology,
Ethiopian
(F.). A simplified method of evaluating dose-experiments. J. Pharmac.
dodecandra
1981. 61 p.
exp.
med.
Ther.,
berries as a means of controlling Bilharzia transmitting snails. Addis Ababa, the
13. McCULLOUGH
(F. S.), GAYRAL (P. H.), DUNCAN
control. Bull. Wld Hlth Org., 1980, 58 (5) : 681-689.
14. NWUDE (N.). Toxicological
Nigeria, 1976. 137 p.
dodecandra).
investigations of Lasiosiphon
(J.), CHRISTIE
kraussianus
(J. D.). Molluscicides
in schistosomiasis
Meisn. Ph. D. Thesis, Ahmadu Bella University,
15. SCHILLHORN
VAN VEEN (T. W.), USMAN (S.). The limited ability of Lymnaea
natalensis
to survive drought
conditions. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1979, 32 (3) : 251-255.
16. SHONEKAN
(R. A. 0.). Fascioliasis. In : Annual Report of the Federal Department of Veterinary Research. Vom,
Nigeria, 1961. Pp. 33-40.
17. SMITH (J. D.). Introduction
Sloughton, 1976. 466 p.
to anima1 parasitology. 2nd ed. Sydney, Auckland,
Toronto,
London,
Hodder and
18. TALLARIDA
(R. J.), MURRAY (R. B.). Method of Litchfield and Wilcoxon confidence limits for LD,,. In : Manual
of pharmacological calculations with computer programs. New York, Berlin, Heidelberg, Spring-Verlag, 1981. Pp. 59-63.
19. WHO. Molluscicidal
screening and evaluation. Bull.
Wld
20. WHO. The promotion and development of traditional
(Technical Report Series Number 622).
Hlth
Org.,
1965, 33 : 567-581.
medicine. Geneva, World Health Organisation,
21. WHO. Guidelines for evaluation of plant molluscicides. In : LEMMA (A.), HEYNEMAN CD.), SILANGWA
Phytolacca
dodecandra
(Endod). Dublin, Tycooly International Publishing Limited, 1983. Pp. 121-124.
202
1978. 41 p.
(S.), eds.
~
l
,
~
Retour au menu
PROTOZOOLOGIE
E. Kyewalabye
Kaggwa ‘*
1. A. Lawal l I
KYEWALABYE
KAGGWA
Babesia equi et Trypanosoma
vét. Pays
trop.,
Babesia equi and Trypanosoma
infections
in donkeys
(E.), LAWAL (1. A.). Infections à
les ânes. Revue. Élev. Méd.
vivax chez
1989, 42 (2) : 205-210.
Six ânes (Equus asinus) ont été achetés sur des marchés locaux. Avant
et pendant les infections par Trypanosoma vivax, pour détecter B.
equi, les techniques suivantes ont été employées : étalement de sang et
gouttes épaisses, prise de température, centrifugation hématocrite,
volume globulaire total, numération globulaire et immunofluorescence
indirecte. Pour cette dernière épreuve, un conjugué anti-cheval a été
utilise. En déait des uarasitémies à T. eaui ou à 2’. vivax. la
température des ânes est restée inférieure *à 38,s “C. Le volume
globulaire total s’est abaisse davantage lors de l’infection à B. equi que
lors de celle à T. vivax. Quatre ânes sur 6 avaient des anticorps-contre
B. equi alors que 2 seulement présentaient une parasitémie décelable.
Le traitement, soit avec le BérénilND, soit avec I’ImixolND, a éliminé
la parasitémie décelable à B. equi, et le test d’immunofluorescence
indirecte était néaatif 35 à 45 iours aorès le traitement. Cewndant des
rechutes se sont produites 60”à 70 jÔurs après traitemeut: Dans deux
cas, les titres sérologiques étaient inférieurs à 1:40 (c’est-à-dire
négatifs) alors que la-parasitémie était manifeste. Mots clés : Ane Babesia
equi - Trypanosoma
vivax - Babésiose
Trypanosomose Technique immunologique - Infection expérimentale - Nigeria.
Babesia equi is a parasite of equine species while
Tfypanosoma vivax is of particular importance in
domestic ruminants. After an infection with either of
the parasites, some of the haematological changes
indicative of infection are parasitaemia, anaemia and
presence of serum antibodies. Therefore, these and
other parameters have been used in diagnosis and in
determination of pathogenicity of the various parasite
species in a given animal host, e.g. in cattle, sheep
and goats infected with Trypanosoma vivax (1, 4).
However, before such parameters cari be meaningful
in an experiment, it is important to star-t with animals
that are as much infection-free as possible. The
inadequacy of breeding centres of experimental large
animals in Africa does not allow all researchers to
have animals with known history. Thus in an experiment to determine the pathogenicity of 7. vivax in
donkeys (7) the animals used were bought in a
Parasitology
Ahmadu
(*) Current
Box 71769,
: Tropical
Zambia.
Reçu
address
Ndola,
le 06.10.88,
accepté
and Entomology,
Faculty
Bella University,
Zaria, Nigeria.
Diseases
market. Most donkeys in Nigeria have been repor-ted
to be carriers of B. equi (5, 8) a conclusion made
when experimental splenectomy of several donkeys,
or infection with 7. eiansi, resulted in patent B. equi
‘parasitaemia. Splenectomy, however, cannot be performed invariably prior to all experiments for screening purposes, since the operation might result in
altered hosts’ response to various infections.
Thus, methods which are more sensitive than the
blood smear examination, in intact animals, are most
useful for screening purposes. The indirect fluorescent antibody test (IFAT) has been found more reliable
than the complement fixation test (CFT) in detection
.of Babesia infections in horses (6, 11, 14). Its use in
donkeys has not been reported, but an anti-donkey
conjugate is not as easily available as the anti-horse
one.
The aim of this paper is to report on the occurrence of
B. equi parasites, the IFAT antibodies using a rabbit
anti-horse IgG conjugate, and the haematological
changes in donkeys experimentally infected with 7.
vivax.
INTRODUCTION
1. Department
of
Veterinary
Medicine,
vivax
Research
Centre,
le 06.12.88.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2): 205210
of
P.O.
MATERIALS
AND METHODS
Six donkeys (Equus asinus) 1.5 - 2 years old, were
bought locally. They were kept without grazing in flyproof but not tick-proof pens. They were examined for
blood parasites using thin and thick blood smears,
haematocrit centrifuge technique (HCT) and mice
inoculation. In an effort to eliminate other infections
before an experimental infection with 4 x 107 Trypanosoma vivax parasites (7), all donkeys were treated with
diminazene
aceturate
(BerenilTM,
Hoechst),
3.5 mg/kg, and perbendazole 20 mg/100 kg. After one
month, 3 of the donkeys were infected intravenously
with the trypanosomes while 3 were left uninfected.
Some of the tests performed and parameters monitored at various intervals during the 150 days period of
observation were HCT, parasitaemia using thin and
thick blood smears, packed cell volume (PCV), total
white blood cell counts, and B. equi antibody levels
determined with the indirect fluorescent antibody test
(IFAT).
205
Retour au menu
E. Kyewalabye Kaggwa, 1. A. Lawal
The IFA test was performed
following the method of
BROCKLESBY
et a/. (2) with minor modifications.
Two-fold
serum dilutions were used, starting at 1:40
up to 1:2560. However,
the conjugate
used was a
commercial
rabbit anti-horse
fluoresceine-labelled
immunoglobulin.
The negative and positive control
sera were from a horse. Antibody titres equal to or
below 1:40 were considered
negative in the test.
RESULT%
The temperatures,
total white
blood cell counts,
packed cell volume, reciprocal
antibody titre to B.
equiand parasitaemia for 13. equiand 7. vivax, in each
of the six donkeys, are given in figures 1, 2, 3, 4, 5, 6.
At the time of purchase, two donkeys (Nos. 3287
3289) were parasitologically
positive for B. equi
1, 2). The infection was accompanied
by a drop in
in No. 3289 though
not in 3287. Treatment
and
(Fig.
PCV
with
BerenilTM 3.5 mg/kg cleared detectable parasitaemia,
and antibodies were not detectable at 37 days posttreatment in the two donkeys.
Figures 1, 3 and 5 show donkeys (Nos. 3287, 3286,
3288 respectively) that were infected with 7, vivax.
During the days 15-80 post-infection none of these
donkeys showed B. equi parasitaemia, and only No.
3286 (Fig. 3) developed a low antibody titre. The PCV
values were slightly depressed at 50-70 days, coinciding with trypanosome parasitaemia. Other clinical
parameters during this period have been reported (6).
Also during this time the total white blood cell counts
were increased though not to abnormal ranges. There
was a comparable increase in No. 3289 (Fig. 2) which
animal had no 7. vivaxbut was treated with babesicidal
drugs against B. equi infection.
Beyond one month of infection, trypanosomes continued to be detected in blood, the highest parasitaemia, seen at only two occasions, was 10-15 trypanosomes per capillary haematocrit tube in the HCT method
during the 2nd and 3rd month of infection. Otherwise
‘0
Fig. 1 : Babesia equi serological
of donkey
No. 3287.
206
and other haematological
observations
1
Fig. 2 : Babesia equi serological
of donkey
No. 3289.
and other haematological
observations
Retour au menu
PROTOZOOLOGIE
h,
0
Fig.
Fig. 3 : Babesia equi serobgical
of donkey
No. 3286.
and other haematological
observations
parasitaemia was always very low and not detectable
on every occasion ,; no detectable haematological
abnormalities in donkey 3286 (Fig. 3) and only slightly
lowered PCV values in donkey 3288 (Fig. 5) while the
depression in PCV values in No. 3287 (Fig. 1) is due to
both T. vivax and B. equi.
At days 80 and 73 of observation, B. equi antibodies
and parasitaemia were detected in donkeys 3287 (Fig.
1) and 3289 (Fig. 2) respectively. The rise in antibodies
coincided with big drops in PCV, the drop being
greater than that in No. 3286 (Fig. 3) which showed
only T. vivax. This time the B. equi infection in 3287
(Fig. 1) was not treated ; the animal looked sick unlike
the others with T. vivax, and superficial lymphnodes
were swollen. Its antibody titres remained at 1 :1280.
No. 3289 (Fig. 2) was treated with ImizolTM (Wellcome
Foundation Ltd.), and its antibodies could not be
detected at day 45 post-treatment, while the PCV
values picked up better than in 3287.
10
(
20
,
30
,
‘0
50
,
60
(
70
4 : Babesia equi serological
of donkey
No.
(
80
,
90
,
,
(
,
100 110 120 130 1‘0
and other haematological
I.“D
150
IT,
observations
3290.
Two donkeys, 3286 (with T. vivax, Fig. 3) and 3290
(without T. vivax, Fig. 4), were serologically positive
for B. equi but parasitaemia was never detected. Their
titres ranged between 1:40 to 1:640. Their PCV dropped slightly, more in 3286 than in 3290, while the WBC
counts increased slightly in 3286.
Two donkeys Nos. 3288 (with T. vivax, Fig. 5) and 3291
(without T, vivax, Fig. 6) were serologically and parasitologically negative for B. equi throughout the period
of observation. In the T. vivax-irifected 3288, the PCV
values were slightly lower while the WBC counts
tended to be higher than in the non-infected one.
DISCUSSION
There was no definite pyrexia in spite of the varying
degrees of parasitaemia and anaemia due to either or
207
Retour au menu
E. Kyewalabye Kaggwa, 1. A. Lawal
‘0
391
‘
39
3
38
38.
37
37.
36-
3
i-
Fig. 5 : Babesia equi serological
of donkey
No. 3288.
and other haematological
obsewations
both of the infections. This is not very surprising
in
case of B. equi, since the donkeys may have been long
time S<healthy carriers », with, perhaps parasitaemic
relapses from time to time, and such relapses, in other
animal species, are not associated
with pyrexia. On
the other hand, the 7. vivax infection may have been
too mild to induce a temperature
reaction.
Babesia equi appeared to induce greater blood loss
than 7. vivaxduring
the period of observation.
Changes in the white cell counts seem to be inconclusive
in
this experiment
where a general increase during T,
vivax infections has been observed ; but the transient
leucopenia
repotted in B. equi infections
in horses
(10) would agree with the rising of counts in the
« treated * B. equi donkeys.
The findings of 4 out of 6 donkeys being serologically
positive for B. equi confirm earlier observations
(8)
that B. equi is common in donkeys in Nigeria.
208
Fig. 6 : Babesia
of donkey
No.
equi serobgical
3291.
and other haemitological
observations
The treatment with BereniITM or ImizolTM was just an
attempt, since we had no effective drug availablq
against this parasite. The low susceptibility
to babesicidal drugs is one of the arguments,
as reviewed by
UILENBERG
(12) that would support the reclassification of Babesia equi as Theileria spp. rather than
Babesia sp. Parasitaemia,
low in any case, disappeared however. .The fact that antibodies were not detected at 34-45 days post-treatment
is surprising,
especially when antibodies and relapse parasitaemia, believed to originate from recrudescent
infections,
were
detected in just 60-77 days post BerenilTM treatment.
Even if recovery were to have occurred, still within this
short period antibodies
should still be detectable.
Work in horses (14) showed antibodies to be detectable up to 3-4 months after successful
treatment of B.
cabaalli with BerenilTM. No work has been found using
IFAT in donkeys for detection of either B. caballior B.
equl In horses, however, the test is not repor-ted to
give false negatives, unlike the complement
fixation
test (CFT) (3, 6, 11).
Retour au menu
PROTOZOOLOGIE
The absence of detectable antibodies for that period
could be due to the use of an anti-horse
rather than
anti-donkey
conjugate,
leading to lower detection
level. This could be supported by the recording of only
1:1280 as the highest titre while in horses (our control
serum inclusive) titres above 15000 have been reported. Another probability
is that the IFA test (at least
when performed as it was) might sometimes give false
negative results for B. equi. This has been futther
exemplified by No. 3287, day 96, and No. 3290, day 62,
even when parasitaemia
was detectable in one case.
Similar observations
have been made with regard to
cattle Theileria sp. where antibodies would sometimes
disappear although the animals remained carriers of
either 7. mutaans (13) or T. parva (9). More recently
(EEC/RUU/ABU
Project Report,
unpublished
data),
field samples
had a relatively high percentage
of
parasitologically
positive but serologically
negative T.
mutans cases, and also an experimental
calf carried T,
mufaans but showed no detectable IFA antibodies.
The general efficacy of IFA test in the diagnosis
of
individual
cases of Theileria sp. cari therefore
be
difficult to state, but should B. equi be considered
to
be a Theileria SP., then this is another factor they
might have in common.
It could be concluded
from our observations
equi is a slightly more pathogenic
parasite
that B.
than T.
vivax in donkeys. The latter infection, after three
months, induced only gradua1 and slight drops in the
PCV, which did not go below normal ranges. The use
of an anti-horse conjugate allows detection of B. equi
infections in the donkey, giving titres of 1:80-l :1280. A
few weeks after therapy, however, it does not seem to
give realistic results in spite of the assumed presence
of recrudescent parasites. The IFAT test has shown
some false negative reactions (< 1:40) for B. equi, at
least when using the anti-horse conjugate in donkeys.
ACKNOWLEDGEMENTS
We acknowledge the support of Ahmadu Bella University, Zaria, Nigeria for the Research Grant No. 52073
from the University Board of Research. We are very
grateful to the following people : Prof. G. UILENBERG,
Professor and Head of Department of Tropical Medicine and Protozoology, State University of Utrecht,
The Netherlands, for his assistance in various ways,
including his useful comments on this manuscript ;
and also to MS N. M. PERIE and Mr. F. F. J. FRANSSEN,
of the same Department, for their technical help and
advice.
KYEWALABYE
KYEWALABYE
Trypanosoma
Pays trop.,
KAGGWA (E.), LAWAL (1. A.). Babesia equi and
vivax infections in donkeys. Revue Élev. Méd. vét.
1989, 42 (2) : 205-210.
Six donkeys (Equus asinus) were purchased locally. TO screen them
before and during Trypanomma vivax infection, thin and thick blood
smears, temperature, haematocrit centrifuge technique (HCT),
packed ce11 volume (PCV), white blood cell counts. and indiit
immunofluorescent antibody test (IFAT) were done for Babesia equi.
For the IFAT, an anti-herse [email protected] was used. In spite of patent B.
equi or T. vivax parasitaemla, the donkeys’ temperatures remained
below 38.5 “C ; PCV was depressed more in B. equi infection than in
T. vivax infection. Four out of the 6 donkeys had B. equi antibodies
while 2 of them had detectable parasitaemla. Treatment with either
BerenF” or ImixolTM cleared the detectable B. equi parasitaemia,
and IFAT was negative at 35-45 days post treatment. However,
relapses occurred within 60-70 days after the treatment. In 2
circumstances serological titres were below 1:40 (negative) while there
was detectable parasitaemia. Key words : Donkey - Babesia equi Trypanosoma
vivat - Babesiosis - Trypanosomosis - Immunological
test - Experimental infection - Nigeria.
KAGGWA
(E.), LAWAL
(1. A.). Infecciones por
Babesia equi y Trypanosoma
vivax en 10s asnos. Revue
vét. Pays trop..
1989, 42 (2) : 205-210.
Élev.
Méd.
Se compraron seis asnos (J$~US asinus) en mercados locales. Para
evidenciar B. equi antes y durante trlpanosomosis por T. vivax, se
utillzaron las técnicas siguientes : extenskut de sangre y gotas espesas,
toma de temperatura, centrlfugaci6n hematocrita, volumen globular
total, recuento de gl6bulos e inmunofluorescencia indirecta. Para la
ultima prueba, se utiliti un coujugado anti-caballo. A pesar de las
uarasitemias wr T. wuio T. vivax la temwratura de 10sasnos oued6
inferiora a 38,5 “C. Él volumen globular-total baj6 mas durante la
infecci6n por B. equi que durante la por T. vivax. Cuatro asnos de 6
teman anticuerpos contra B. equi mientras que 2 Solo mostraban una
uarasitemia uatente. El tratamiento. sea con el BerenilsD. sea con el
imizolZD, elimin6 la parasitemia a BI equi y la prueba de inmunofluorescencla indirecta fué negativa 35 a 45 dias después del tratamiento.
Sin embargo, recaidas ocu-rrieron 60 a 70 dias después del tratamiento.
En dos casos, 10s titulos serologlcos era inferiores a 1:40 (es decir
negativos) mientras que la parasitemia era evidente. Palabras claves :
Asno - Babesia equi - Trypanosoma
vivax - Babesiosis - Tripanosomosis - Técnica inmunologica - Infeccih experimental - Nigeria.
209
Retour au menu
E. Kyewalabye Kaggwa, 1. A. Lawal
REFERENCES
1. ANOSA (V. O.), ISOUN (T. T.). Experimental T. vivat infection in sheep and goats : the relationship between the
parasitaemia, the growth rate and the anaemia. J. Nig. vet. Med. A~S., 1974, 3 : 102-108.
2. BROCKLESBY (D. W.), ZWART (D.), PERIE (N. M.). Serological evidence for the identification of Babesiu major
Britain. Res. vet. Sci., 1971, 12 : 285-287.
in
3. DONNELLY (J.), JOYNER (L. P.), OLIVER GRAHAMJONES,
ELLIS (C. P.). A comparison of the complement
fixation and immunofluorescent antibody tests in a survey of the prevalence of Babesia equi and Babesiu caballi in horses
in the Sultanate of Oman. Trop. Anim. Hlth Prod., 1980, 12 (1) : 50-60.
4. FIENNES (R. N. T -W.). The cattle trypanosomiases. Some considerations of pathology and immunity. Ann. trop. Med.
Parasit.,
1950, 44 : 42-54.
5. ILEMOBADE
(A. A.). In : Proceedings of 13th Meeting of the International
Research, Lagos, 1971. Pp. 107-114. (CCTA Publications No. 105).
Scientific Council for Trypanosomiasis
(K. L.), GOFF (W. L.), GIBSON (C. A.), BLACKBURN
(B. 0.). Serologic response of Babesiu equi
6. KUTTLER
infected horses as measured by complement-fixation and indirect fluorescent antibody tests. Vet. Parusit., 1988, 26 : 199205.
7. KYEWALABYE
KAGGWA (E.), KWARI (H. D.), AJAYI (M. 0.) SHINGGU (P.). Clinical parameters of donkeys
before and after T. vivat infection. Revue Élev. Méd. vét. Puys trop., 1988, 41 (3) : 265-269.
8. LEEFLANG
(P.), ILEMOBADE
(A. A.). Tick-borne diseases of domestic animais in Northern Nigeria. II. Research
summary, 1966 to 1976. Trop. Anim. Hlth Prod., 1977, 9: 211-218.
(G.), ODEKE (G. M.). Theileriosis in Uganda. Parasitological and
9. ROBSON (J.), PEDERSEN (V.), UILENBERG
serological responses in cattle continually exposed to natural infection. Trop. Anim. Hlth Prod., 1981, 13 : l-11.
10. TAYLOR (W. M.), BRYANT (J. E.), ANDERSON (J. B.), WILLERS
States. A review. Am. vet. Med. A~S., 1969, 155 : 915-919.
(K. H.). Equine piroplasmosis in the United
11. TENTER (A. M.), FRIEDHOFF (K. T.), Serodiagnosis of experimental
infections. Vet. Parusit., 1986, 20 : 49-61.
and natural Bubesiu
equi
and B. cubulli
(G.). Highlights in recent research on tick-borne diseases of domestic animals. Invited review. J. Purusit.,
12 UILENBERG
1986, 72 (4) : 485-491.
(C.), TONDEUR (W.), TATCHELL (R. J.), SANGA (H. J. N.).
13 UILENBERG (G.), SILAYO (R. S.), MPANGALA
Studies on Theileriidue
(Sporozoa)
in Tanzania. X. A large-scale field tria1 on immunisation agamst cattle theileriosis.
Tropenmed.
Parasit.,
1977, 28 : 499-506.
14. WEILAND (G.). Species-specific serodiagnosis of equine piroplasma infections by means of complement fixation test ~
(CFT), Immunofluorescence (IIF), and enzyme linked immunosorbent assay (ELISA). Vet. Purusit., 1986, 20 : 43-49.
210
Retour au menu
PROTOZOOLOGIE
Prevalence
of antibodies
against
’ Babesia
canis in dogs in an endemic
1I area
P. A. Bobade 1
0. 0. Oduye
H. 0;’ Aghomo
MATERIALS
BOBAnE (P. A.), ODUYE (0. O.), AGHOMO (H. 0.). Prévalence
des ,anJicorps contre Bubesia CU~U chez les chiens dans une zone
enymlque. Revue &ev. Méd. vet. Puys trop., 1989, 42 (2) : 211Une recherche des anticorus contre Babesia tank Dar le test ELISA,
portant sur 287 chiens d’uñe zone endémique, a &&lé une prévalencé
de 43 p. 100. On a trouvé des anticorps dans toutes les classes d’âge
avec Üne prévalence significativement plus basse chez les chiens âgés
de 1 à 6 mois que chez les animaux plus âgés. Aucune différence entre
les chiens nigérians indigènes et les chiens n exotiques » ou étrangers,
ni entre les sexes, n’a été remarquée dans la prévalence des anticorps.
Les anticorps étaient plus fréquents chez les chiens parasités par B.
canis et chez ceux à haut risoue d’infection. De olus. des anticoras ont
été détectés chez quelques chiots nés de chiennes sékopositives. ÎX test
ELISA n’a pas détecté d’anticorps chez 36,l p. 100 de chiens atteints
de babésio&à B. ca&. Mots clés : Chien - Bâbésiosc - Babesia canis Anticorps - Sérologie - Test ELISA - Nigeria.
INTRODUCTION
Canine babesiosis caused by Babesia canis (Piana
and Galli Vallerio, 1895) is endemic in Nigeria (1, 2, 5,
7, il). In Ibadan, the prevalence of the infection
ranges from about 10 per cent to 26 per cent (7, 11).
The infection occurs throughout the year with peak
periods occurring at the peak of the rainy season
(June and July) and the beginning of the dry season
(October and November) (2). The parasite is believed
to be transmitted in this area by two ticks of dogs,
Rhipicephalus sanguineus and Haemaphysalis leachi
leachi (11).
Though canine babesiosis has been reported in different parts of the world (12) information regarding the
prevalence of antibodies against B. canis is scanty (9).
The enzyme-linked immunosorbent assay (ELISA) is
being increasingly used for the detection of antibodies
against B. canis (3, 4, 8, 9, 17, 18).
This study was conducted to determine the prevalence
of antibodies against B. canis in an endemic area and
to investigate the usefulness of ELISA in the diagnosis
of the infection in this area.
1. Department of Veterinary
Ibadan, Nigeria.
Medicine,
University
of Ibadan,
Reçu le 03.08.88, accepté le 1509.88.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 211-217
AND METHODS
This study was carried out in Ibadan area, which is
situated in South-western Nigeria (latitude 7”N and
longitude 3 “E). Dogs were sampled over a period of
one year.
The dogs used were those presented at the University
of Ibadan Veterinary Teaching Hospital, dogs in some
selected households, and dogs in a holding kennel. All
the dogs were subjected to detailed clinical and
haematological examinations. Some of the dogs were
ill at the initial examination, while others were clinically normal (healthy). Attempts were made to monitor
as many of these dogs as possible at intervals of 2
weeks during the first two months after the initial
examination and thereafter at inter-vals of 2 to 4 weeks
for 6 to 9 months.
Blood samples for parasitological examination and
serological studies were obtained by venipuncture.
Blood smears on clean grease-free glass slides weye
stained with Giemsa (13), the smears being stained for
45 minutes. The smears were examined in bright field
with oil immersion objective.
ELISA
The serum was separated from each blood sample
within 24 hours and stored at - 20 “C until assayed.
The ELISA test was performed as previously described
(3). The antigen, which was obtained from Laboratoire
IFFA (Lyon, France), was prepared from an in vitro
culture of 8. canis and lyophylised (10). The test sera
were diluted. 1:160, this being the dilution that gave
the maximal separation beiween the control positive
serum and the control negative serum in a checkerboard titration (16). Rabbit anti-canine immunoglobulin (IgG) conjugated with horseradish peroxidase
(Miles Laboratories, U.K.) was reacted with the enzyme
substrate, orthophenylene diamine, diluted with citrate
buffer, pH 5.0 with hydrogen peroxide. The optical
density (O.D.) was read by a spectrophotometer at
492 nm. The adjusted mean O.D. for each sample was
read off a curve constructed as previously described
(3) to obtain the antibody titre. Positive threshold for
211
Retour au menu
P. A. Bobade, 0. 0. Oduye, H. 0. Aghomo
the ELISA test was fixed at the O.D. value
control positive serum at 1:160.
of the
Data analysis
The results obtained in this study were subjected to
statistical
analysis, using the Chi-square
(X2) test with
P s 0.05 as the acceptable
level of significance.
The geometric mean antibody titres (GMT) (for seropositive dogs only) were calculated by dividing the titre
by 10 and expressing
the result as a code titre before
taking logarithms to base 2 (15).
RESULTS
Two hundred and eighty-seven
dogs made up of 202
indigenous
(Nigerian)
dogs and 85 exotic (foreign)
dogs were examined. There were 186 males and 101
females. The ages of the dogs ranged from 4 weeks to
14 years. Ninety-nine of the 287 dogs were clinically
normal (healthy).
Fifty-nine
of all the dogs were
monitored for periods varying from 2 to 12 months.
Antibodies
against
e. canis were detected
in 125
(43.6 per cent) of the dogs examined. Antibodies were
detected in all age groups (Table 1). Forty one of the
seropositive
dogs were healthy. There was no signifitant difference
(X2 = 0.16, P > 0.50) between
the
prevalence
of antibodies
against
8. canis in the
healthy dogs and the ill dogs.
The proportions
of seropositive
months, and 3 to 6 months were
TABLE I Age distribution
Babesia canis infection.
dogs aged 2-3
significantly
lower
of dogs with antibodies
against
212
= Not
significant
Percentage
of seropositive
dogs
A
80
70
60
50
40
30
20
P < 0.05
Age
N.S.
90
10
Seropositive dogs
1 .O-2.0 months
2.1-3.0 months
3.1-6.0 months
6.1-11.9 months
1.0-I .9 years
2.0-2.9 years
3.0-3.9 years
4.0-4.9 years
5.0-5.9 years
6.0-7.0 years
> 7 years
(X2 = 5.15, P < 0.05 ; and X2 = 4.20, P < 0.05 respectively) than those of the other age groups (Table 1).
When all dogs aged 1 to 6 months were compared
with those older than 6 months, the percentage of
seropositive dogs in the former group (27.9 per cent)
was significantly lower (X2 = 16.95, P < 0.001) than in
the latter group (53.4 percent). From 6 months of age
upwards, there were no significant differences in the
proportion of seropositive dogs in the different age
groups. The age prevalence of antibodies against 6.
canis declined initially in both indigenous and exotic
breeds of dogs, reaching the lowest level in dogs aged
2 to 3 months. It then rose and reached a peak in
indigenous dogs between the ages of 4 to 6 years.
Among exotic dogs, the prevalence increased with
age after 3 months and reached peaks in dogs aged 6 ~
to 12 months and those older than 6 years (Fig. 1). ~
28
20
63
52
39
29
12
10
9
12
13
Number
Percentage
10
3
18
27
19
14
6
7
35.7
15.0
28.6
51.9
48.7
48.3
50.0
70.0
55.6
58.3
69.2
N.S.
Significani
Significani
N.S.
N.S.
N.S.
N.S.
N.S.
N.S.
N.S.
N.S.
Age
O.lO-
0.18-
0.26-
0.17
0.25
0.50
Fig.
1 : Age-breed
OS-O.90
1.0-1.9
distribution
2.0-3.9
of dogs
4.0-6.0
with
(years)
>6.0
antibodies
against
B. ~
canis.
Antibodies were detected in 44.6 per cent of the males
and 41.6 per cent of the females, there being no
significant difference (X2 = 0.14, P > 0.50) between
the sexes. Also there were no significant differences
between the proportions of seropositive males and
females in each age group.
l
Retour au menu
PROTOZOOLOGIE
The seropositive
dogs consisted of 91 indigenous and
34 exotic dogs, giving prevalence percentages
of 45.1
and 40.0. The prevalence percentages were not significantly different (X2 = 0.43, P > 0.50). The proportions
of seropositive
indigenous
and exotic dogs in each
age group were also not significantly
different.
/3. canis parasitaemia was detected by Giemsa staining
in 36 of the dogs examined and these were made up of
23 indigenous and 13 exotic dogs. Antibodies against
B. canis were detected by ELISA in 23 (63.9 per cent)
of these while the 13 others had no detectable antibody at initial examination thus giving a false negative
result in 36.1 per cent of the parasitaemic
dogs. This
represented
4.5 per cent of all the dogs examined.
Figure 2 shows the proportions
of dogs with B. canis
parasitaemia
among the seropositive
ones in each age
group. The proportion
of seropositive
parasitaemic
dogs was significantly
(X2 = 6.01, P < 0.05) higher
than the proportion
of seropositive
non-parasitaemic
dogs.
80
xcentage
of seropositive
q
Wlth
0
Without
8. canis
parasitaemia
B. canis
parasitaemia
dogs
60
TABLE II Age distribution
of dogs with B. canis parasitaemia and the proportions
of these detected by ELISA ut initial examination.
Ï
False negative
Number
with
8. canis
Fjarasitaemia
Age
1 .O-2.0 months
2.1-3.0 months
3.1-6.0 months
6.0-I 1.9 months
1.0-I .9 years
2.0-2.9 years
3.0-3.9 years
4.0-4.9 years
5.0-5.9 years
6.0-7.0 years
> 7 years
Number
by
ELISA
As
percentagf
of infectec
Number
1 dw
3
2
4
6
1~
2
1
1
1
21
40.0
33.3
66.7
14.3
I
50.0
I
the proportions of parasitemic ,dogs that gave false
negative results among the dogs less than one year
old and those older than one year of age. Also there
was no significant difference (X2 = 0.02, P > 0.50)
between the proportions of seronegative parasitemic
indigenous (8/23) and exotic (5/13) dogs ; neither was
there any significant difference between the sexes
(X2 = 0.04, P > 0.50).
Twenty-one of the seropositive parasitemic dogs and
11 of the seronegative parasitemic dogs were ill at
initial examination. The proportion of ill dogs in the
two
g roups were
not significantly
different
(X2 = 0.0038, P > 0.95).
Two of the seronegative parasitemic dogs, a 3-month
old indigenous dog and the 4 1/2-year old German
Shepherd dog, seroconverted when re-examined two
weeks after the initial examination. The others were
still seronegative 85 days after the initial examination.
Also 3 non-parasitemic dogs, 2 indigenous dogs aged
1 and 3 months and a 2-month old German Shepherd
dog seroconverted two weeks after the initial examination.
0.5
1
2
4
5
7
6
Age
Fig. 2 : Age distribution
ofseropositive
and without parasitaemia.
(years)
dogs with B. canisparasitaemia
Table II shows the age distribution
of the dogs that
gave false negative ELISA results. Twelve of them
were aged 7 weeks to 10 months while the other was a
4 1/2 year old German Shepherd dog. There was no
significant
difference
(X2 = 2.68, P > 0.10) between
Multidog
households
The results of a study conducted in 8 households that
had more than one dog, and a holding kennel are
presented in table Ill. All the dogs had a history of
previous tick infestation. In household 5, there was a
strict program of tick control involving the use of
acaricides on the dogs and their quarters every fortnight. There were seropositive dogs in all the househoids except household 5. Dogs in households in
which a dog or more had current B. ,cani.s infection
213
Retour au menu
P. A. Bobade, 0. 0. Oduye, H. 0. Aghomo
TABLE
III
Occurrence
of B. canis antibodies
in multi-dog
7
Ca: je
NC1.
Household
1
3
4
5
6
7
8
;Y
22
z4
Same
TABLE
litter),
IV
against B. canis in offsprings
Serial
No.
Litter
1
1 (Dam)
Indigenous
Indigenous
Indigenous
Indigenous
Indigenous
Indigenous
Indigenous
German
German
German
German
German
German
Indigenous
Indigenous
Indigenous
Indigenous
Indigenous
German
German
German
3 (PUPPY)
4 (PUPPY)
5 (PUPPY)
6 (PUPPY)
7 (PUPPY)
8 (Dam)
9 WJPPY)
0 (PUPPY)
1 (PUPPY)
2 WPPY)
4 y&Y)
5 (PUPPY)
6 (PUPPY)
7 WJPPY)
8 y&Y’
-
214
(Positive
0 (PUPPY)
1 WPPY)
antibody
titre
of seropositive
M
M
M
M
F
F
M
F
M
M
F
M
M
M
M
M
M
M
F
M
F
M
M
M
threshold
= 160).
shepherd
shepherd
shepherd
shepherd
shepherd
shepherd
shepherd
shepherd
shepherd
>
>
>
I
>
>
>
>
>
640
640
640
640
320
640
160
320
40*
40*
40*
40*
160
5120
1 280
5120
5120
1 280
1 280
5120
5120
5120
5120
5 120
B. canis
parasitaemia
Positive
Positive
Positive
Positive
Positive
-
bitches.
Breed
2 WJPPY)
+ = Negative
6.5
1.5
0.5
0.5
1.5
1.5
2.5
2.5
4.0
1.5
3.0
0.2
0.2
6.5
13.0
14.0
6.0
2.0
0.5
1.0
0.8
1.0
1.0
1.0
* = Negative
Antibodies
Antibody
titre
(reciprocal)
Sex
Indigenous
Indigenous
Indigenous
,German shepherd
,German shepherd
,German shepherd
,Chow
Indigenous
Indigenous
Indigenous
/Great Dane
Indigenous
Indigenous
Indigenous
Indigenous
Indigenous
Indigenous
Indigenous
Indigenous
Indigenous
Indigenous
(KetYnel)
(+
Breed
lIndigenous
lGerman shepherd
lIndigenous
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12 +
13 +
14
15
16
17
18
19
2
households.
T
2.5
7.0
7.0
7.0
7.0
7.0
7.0
3.0
9.0
9.0
9.0
9.0
9.0
2.0
6.0
6.0
6.0
6.0
1.5
7.0
Age
Sex
years
days
days
days
days
days
days
years
days
days
days
days
days
years
weeks
weeks
weeks
weeks
years
weeks
F
F
M
F
F
F
F
F
F
F
F
M
M
F
M
F
F
M
F
Anti body
titre
(reciprocal)
160
-c 40*
< 40*
160
160
80*
160
320
40*
80*
80*
40”
40*
1 280
40”
40*
80*
< 40*
160
80*
160
Retour au menu
PROTOZOOLOGIE
dies against B. canis are more prevalent in dogs than
are current Et. canis infections. However, while up.to
85 per cent of the dogs sampled in an endemic area of
France had antibodies against B. canis (9) the percentage was much lower in Ibadan, Nigeria despite the
similarity in the prevalence of 6. canis infections in the
two areas. The reasons for this are not understood. It
may however be due to climatic factors and the
management of the breeds of dogs involved. It is
pertinent to draw attention to the fact that more than
70 per cent of the dogs in this study were indigenous
Nigerian breeds, while some of the breeds sampled’in
France were included in the remaining 30 per cent.
had high antibody levels even when such dogs did not
have a current infection.
Dam-offspring
Table
litters
tested
and
error.
study
IV shows the results of a study carried out on the
of 4 seropositive
bitches. These samples were
twice and each test was run with the positive
negative control sera to detect any technical
The results of both tests were similar.
Litter 1 was monitored weekly for the first 9 weeks of
life and thereafter at intervals of 4 weeks for 16 weeks.
One of the seronegative
puppies in this litter (No. 3)
seroconvet-ted
at 3 weeks of age and was seropositive
for 6 weeks thereafter.
Puppy Nos. 2 and 6 remained
seronegative
throughout
the 6 months of this study.
Puppy Nos 4,5 and 7 became seronegative
at 5 weeks
of age. Two of them (Nos. 5 and 7) remained seronegative till the end of the study while No. 4 became
seropositive
again at 17 weeks of age.
Antibodies
Babesia
against
gibsoni
B. canis
infection
in dogs
This investigation has also confirmed earlier reports
(2, 9, 14) that dogs from different parts of the world, as
well as both sexes are equally susceptible to f3. canis
infection. In addition, it has shown that both indigenous and exotic breeds of dogs, and both males and
females, are equally capable of responding to f3. canis
infection by producing antibodies against the parasites.
with
Babesia gibsoni (Patton, 1910) infection was detected
in 20 of the dogs examined and antibodies against 13.
canis was detected in 7 (35 per cent) of them (Table V).
They were all indigenous
dogs aged 2 months to 8
years. The antibody titres ranged from 1:160 in a 2
month old dog to 1:1280 in a 2 year old. The 2-year old
dog still had B. gibsoniparasitaemia
133 days after the
initial examination
but antibodies
against f3. canis
could not be detected on this occasion (< 1:40).
TABLE
Y Antibodies
B. gibsoni infection.
against B. canis in dogs with current
I
1 Number 1 No. with 1
l
I
I
I
DISCUSSION
This study has confirmed the findings of earlier
studies in France (8, 9) that in endemic areas, antibo-
I
The age-related differences in the prevalence of antibodies against B. canis is reflected in the higher
prevalence of B. canis parasitaemia in Young dogs (1
to 6 months old) than in older dogs in this study, a
situation that has been reported in other studies in
Nigeria (2, 5) and elsewhere (14): Dogs without antibodies against B. canis have been shown to be more
susceptible to the infection than those with antibodies
(9).
The reasons why some dogs which were clinically
infected with B. canis failed to produce antibodies
against the parasite are not known. A similar situation
was repot-ted in an endemic area in France (9). One
reason that cari be adduced from this study is that
these dogs were probably being infected for the first
time and needed some latent period to produce
antibodies against the parasite. This is borne out by
the facts that most of the seronegative dogs were less
than a year old, and that two of the seronegative dogs
seroconverted two weeks after the initial examination.
In a study with dogs experimentally infected with B.
canis, specific antibodies against the parasite were
not detected until 6 to 14 days post-infection (17).
Another reason for the seronegativity of infected dogs
could be that some dogs require a booster challenge
to produce specific antibodies against the parasite. In
such cases, there would be an anamnestic response
to the parasite. The explanations proposed are only
speculative and need to be substantiated by further
studies in view of the complexity of the host-parasite
relationship especially in naturally-occurring
infections.
The seroconversion observed in 3 non-parasitemic
dogs could probably have been due to a subclinical
infection, that did not produce patent parasitaemia or
215
Retour au menu
P. A. Bobade, 0. 0. Oduye, H. 0. Aghomo
which had
recognized
synthesize
absence’of
been eliminated by the host. It has been
that in endemic areas, dogs are able to
antibodies
against 13. canis even in the
clinical signs of infection (9).
The results of the limited study of multidog households confirm an earlier report that there is a positive
correlation
between
infection rate, and the level of
antibodies
against B. canis (9). Thus the higher the
risk of the disease, the higher the antibody level. In
this study, the antibody titres were higher in the dogs
within households
in which a dog or more had current
B. caris infection than those in which there were no
current infections.
Ver-y little is known about the transfer of antibodies
against B. canisfrom
dam to offspring. The finding of
antibodies
in some offsprings
of seropositive
bitches
in this study and the higher prevalence of antibodies
against B. canis in puppies aged 1 to 2 months than in
those aged 2 to 6 months, suggest the possibility of
such a transfer. This may probably be through colostrum since not all the puppies in the two litters had
antibodies against 8. canis. In this environment
some
puppies are unable to feed during the first few hours
of life and may not be able to obtain colostrum.
The
presence of maternally transmitted
resistance to Babesia infection in puppies has been suggested
by the
demonstration
of resistance
to Babesia infection in
puppies born to a bitch which had recovered from the
infection (6).
BOBADE (P. A.), ODUYE (0. O.), AGHOMO (H. 0.). Prevalence of
antibodies against Babesia unis in do s in an endemic area. Revue
Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 82) : 211-217.
A survey of 287 dogs for antibodies against Babesia canis in dogs in an
endemic area, using ELISA, produced a prevalence of 43 per cent.
Antibodies occurred in dogs of a11 age groups, the prevalence being
signiilcantly lower in dogs aged 1 to 6 months than in older does.
There werë no differen&s between indiaenous Niaerian doas aid
exotic (foreign) dogs; and between the sexes in tic prevalence of
antibodies. Antibodies were more prevalent in dons with B. canis
parasitaemia and in those with a- higher risk of infection. Also
antibodies were detected in some puppies born to seropositive bitches.
The ELISA test failed to detèct antibodies in 36.1 per cent of dogs with
B. canis parasitaemia. Key words : Dog - Babesiosis Babesia catz~s Antibody - Serology - ELISA test - Nigeria.
The antibodies against B. canisdetected in some dogs
with B. gibsoni infection were probably due to previous infections with /3. canis and not cross-reactivity.
The fact that the antibody level declined in a 2 year old
dog with persistent B. gibsoni parasitaémia suggests
this. If there had been cross-reactivity the antibody
level would have increased. It has been shown that
antibody levels would rise in the presence of persistent
6. canis parasitaemia in dogs older than one year (3).
This study has shown that while ELISA is a useful
technique for detecting and measuring levels of antibodies against B. canis it has limitations in the
diagnosis of current infections. It is therefore suggested that in endemic areas, demonstration of the
parasite in the blood and/or clinical observations
should be used in diagnosing individual cases while
for surveys, these cari be combined with serological
tests in order to obtain a complete picture of the
prevalence of the infection and the groups of animals
at risk.
ACKNOWLEDGEMENTS
We wish to thank Dr. Y. MOREAU of Laboratoire IFFA,
Lyon, for supplying us the i3. canis antigen. This study
was pat-tly funded by the University of Ibadan Senate
Research Grant.
BOBADE (P. A.), ODUYE (0. O.), AGHOMO (H. 0.). Prevalencia
de 10s anticuerpos contra Babesiu canis en perros en una zona
endemica. Revue Élev. Méd. vét. Puys trop., 1989, 42 (2) : 211217.
Una encuesta en 287 perros de una zona endemica, a1 utilizar la
prueba ELISA, demostro una prevalencla de 43 p. 100 de 10santicuerpas contra Babesia canis S& observaron antkmerpos en todos 10s
grupos de edad con una prevalencla significativamente mas haja en 10s
perros de 1 a 6 meses de edad que en 10s animales mas viejos. No se
not6 en la prevalencia de 10s anticuerpos ninguna diferencia entre 10s
perros de Nigeria y 10s « ex6ticos » (extraqjeros), 10 mismo entre 10s
sexos. Los anticuerpos et-an mas frecuentes en 10s perros parasitados
por B. canis y en 10s teniendo un riesgo elevado de [email protected] Adent&
se evidenciaron anticuerpos en cachorros nacidos de pet-ras seropositovas. La prueba ELISA no evidencta anticuerpos en 36,l p. 100 de
perros parasitados por B. canis. Palu~rus cluves : Perro - Babesiosis Babesia canis - Anticuerpo - Serologia - Prueba ELISA - Nigeria.
REFERENCES
1. ADEWUNMI
(C. O.), UZOUKWU (M.). Survey of haematozoon parasites of dogs in Enugu and Nsukka zones of
Anambra State of Nigeria. Nig. vet. J., 1979, 8 : 4-6.
216
Retour au menu
PROTOZOOLOGIE
2. BOBADE (P. A.). Studies on canine anaemia with particular reference to Bubesia infections. Ph. D. Thesis, University of
Ibadan, Nigeria, 1985.
‘3. BOBADE
Méd.
(P. A.), ODUYE (0. 0.). Antibody titres in naturally-occurring
trop., 1986, 39 (1) : 185188.
Eubesia
canis infections in dogs. Revue Élev.
vét. Pays
4. EBERT (I-J.). Enzymserologische Babesien antigens. Munich,
Maximillians, Maximillians-Universitat,
GFR, 1982.
5. EZEOKOLI
(C. D.), OGUNKOYA
(A. A.). Clinical and epidemiological
455-460.
Inaugural Dissertation, Tieraztliche
Fakultat, Ludwig-
(A. B.), ABDULAHI
(R.). TEKDEK (L. B.), SANNUSI (A.), ILEMOBADE
studies on canine hepatozoonosis in Zaria, Nigeria. J. sniall Anim. Pract., 1983, 24 :
6. IVANYUSHIN
(B. 1.). 0 piroplasmoze u sobak raznogo vozrasta. In : Materially II Vsesoyuznogo Sezda Protozoologov. Chast’3. Veterinarnaya
protozoologiya
Kiev, USSR, « Naukova Dumka ». 1976. Pp. 42-43.
7. LEEFLANG (P.), PIMENTEL (W. J.), BLOTKAM
(J.), BUYS (J.). P revalence and significance of blood parasites in
dogs in Zaria, Northern Nigeria. Bull. Anim. Hlrh Prod. Afi., 1976, 24 : 181-184.
8. MARTINOD
(S.), BROSSARD (M.), MOREAU
(Y.). Immunity of dogs against Baeesia
and Ixodes ricinus in endemic area. J. Parasit., 1985, 71 : 269-273.
Dermacentor
9. MARTINOD
(S.), LAURENT (N.), MOREAU
endemic area. Ver. Parasit., 1986, 19 : 245254.
10. MOREAU
vét.
Méd.
11. ODUYE
(Y.), SOULA
cornp.
Lyon,
(N.). B a b esia canis : la culture in vitro du parasite et son étude ultrastructurale.
1979, 81: 255-261.
(0. O.), DIPEOLU
(0. 0.). Blood parasites of dogs in Ibadan. J. stmzll Anim.
13. SCHALM (0. W.), JAIN (N. C.), CARROLL
1975. P. 31.
Parasit.,
its vector tick
(Y.). Resistance and immunity of dogs against Babesia
12. PURNELL (R. E.). Babesiosis in various hosts. In : RISTIC (M.),
Academic Press, 1981. Pp. 28-63.
14. SHORTI
canis,
reticulatus,
KREIER
Pract.,
canis
Bull.
(J. P.), eds. Babesiosis. New York,
(E. J.). Veterinary hematology. 3rd edition. Philadelphia, Lea & Febiger,
(H. E.). Babesia canis : the life-cycle and laboratory maintenance in its arthropod and mammalian hosts. lnt. J.
1973, 3 : 119-148.
15. THRUSFIELD
VetMed.,
Soc. Sci.
1976, 17 : 331-337.
(M.). Veterinary epidemiology.
London, Butterworths,
1986. Pp. 175-186.
16. VOLLER
(A.), BIDWELL (D. E.), BARTLETT
(A.), FLECK (D. G.), PERKINS (M.), OLADEHIN
microplate enzyme-immunoassay for toxoplasma antibody. J. clin. Parh., 1976, 29 : 150-153.
17. WEILAND
in an
(G.). Moglichkeiten
1982, 35 : 286-289.
18. WEILAND
(G.), KRATZER
Hundebabesiose. Berl. Miinch.
(B.). A
des serologischen Nachweises von Babesien infektionen bei Hund und Rind. Zentbl.
(1.). Fluoreszenz
tiertirztl.
und enzymserologishe
Wschr. ~ 1979,
Untersuchungen
zun Nachweis der latenten
20 : 398400.
217
Retour au menu
PROTOZOOLOGIE
Communication
Leucopenia in Trypanosoma
infection of sheep
wiwax
1. 0. Igbokwe l*
V. 0. Anosa 1
IGBOKWE (1. O.), ANOSA (V. 0.). Leucopénie chez les moutons
infectés par Trypanosom
vivax. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop.,
1989,
was harvested from heparinized blood by centrifuging
the blood at 3,000 g for 10 minutes. The plasma was
stored in sterile plastic tubes at -20°C for between a
few days and one week, after which the plasma from
each sheep was thawed and inoculated subcutaneously into 4 mice at the rate of 1.5 ml of plasma per
mouse in 3 divided doses of 0.5 ml per day for 3
consecutive days. At 72 hours after the last dose, the
mice were anaesthetized with ether, the chest opened
and the heart blood anticoagulated in EDTA, was
collected for total white blood cell counts.
42 (2) : 219-221.
L’infection expérimentale par Trypanosoma
vivax a provoqué chez
les moutons une leucopénie modérée associée à une lymphopénie et
une éosinopénie. Les numérations totales des leucocytes des souris
adultes n’ont pas significativement diminué lors de l’inoculation avec
le olasma de mouton infecté Dar T. vivax. Ces observations sueeèrent
que le plasma des moutons infectés ne possède pas un facteur capable
de réduire la leucopoïèse in vivo. Mors clés : Mouton - Trypanosomose - Trypanosoma
vivax - Leucopénie - Facteur plasmatique Nigeria.
Experimental
animals
Sheep : They were 1-2 years of age, weighing 10-20 kg
and were bought at the local markets in Ibadan. They
were blindly treated for bacterial and protozoan infections endemic in the area and were stabilized for more
than one month in fly-proof pens before infection.
Mice : They were in-bred Swiss albino mice above 8
weeks of age.
Trypanosomosis, a haemoprotozoan disease of animals and mat-r,constitutes a limiting factor to livestock
production in most parts of Africa (1, 10, 11). The
pathogens, which are transmitted biologically by Glossina sp and/or mechanically, include Trypanosoma
congolense, T. vivax, T. brucei, T. simiae, T. evansi
and T. equiperdum (8). The haematological changes
associated with the disease are anaemia, leucopenia
and thrombocytopenia (3, 7). The pathogenesis of the
leucopenia has been reviewed by ANOSA (3). The
serum of cattle infected with T. vivax has been
observed to depress the granulocyte/macrophage
colony formation in vitro and it is speculated that the
serum factor may have toxic effect on circulating
leucocytes (9). There appears to be no information on
the role of the plasma factor in vivo in the pathogenesis of the leucopenia.
The present study assesses the possible role of the
plasma factor in the pathogenesis of the leucopenia in
experimental T. vivax infection of sheep.
Out of 6 West African Dwarf sheep used for this study,
4 were experimentally infected intravenously with
5 x 106 of Trypanosoma Wvax strain V8 while 2 served
as controls. Blood was collected from each sheep by
jugular venipuncture at 0, 2, 3 and 4 weeks postinfection (PI). Blood for haematology was anticoagulated in ethylene diamine tetracetate (EDTA). Plasma
1. Department
Ibadan,
Nigeria.
of
(*) Present
address
versity
of Maiduguri,
Reçu
le 29.07.88,
Veterinary
Pathology,
: Department
Maiduguri,
accepté
University
of Veterinary
Nigeria.
of
Pathology,
le 27.09.88.
Revue Élev. Med. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 219-221
Ibadan,
Uni-
The aim of the study was to evaluate the presence or
absence of plasma factors in infected sheep which
may be responsible for induction of leucopenia. Itwas
therefore necessary to use mice which were not
susceptible to T. vivax infection SOthat changes in the
mice could be attributable to the effects of infected
sheep plasma and not to actual infection of mice by
the organism. Fut-thermore, the small size of the
mouse was suitable since the amount of plasma
injected would produce a greater effect than it would
have been the case if a larger animal was used.
Haematological
techniques
Packed cell volume (PCV) estimation was by microhaematocrit method while haemoglobin (Hb) estimation
was by cyanmethaemoglobin
method. Total white
blood cell Count was carried out by haemocytometry.
White blood cell differential Count was done on thin
blood smears stained with Wright’s stain.
The T. vivax-infected sheep developed a parasitaemia
at about 1 week Pl. The appearance of the parasites in
the blood was associated with a drop in PCV (Fig. 1).
Changes in the leucogram of the infected sheep is
presented in table 1. There was a depression of the
total WBC counts at 2, 3, and 4 weeks Pl. The total
WBC counts at 2 and 3 weeks PI did not significantly
differ from the pre-infection and control values. At 4
weeks PI, the total WBC Count was significantly lower
(P < 0.05) than the pre-infection value.
There was no significant change in the neutrophil
counts. The lymphocyte Count was significantly
decreased at 3 and 4 weeks PI (P < 0.05). The monocyte Count decreased progressively from its pre-infec219
Retour au menu
Communication
PCV (per
TABLE II The mean white blood ce11 counts of”the
blood of mice inoculated with plasma.
cent)
30
Mice
w-v
(*)
Number
of mice
(x
WBC
1031pl)
6
10
8
8
16
4.0
4.5
4.5
5.1
4.8
i 0.8**
f 2.2
f 2.1
f 1.2
f 1.6
NP
CP
TP-2
TP-3
TP-4
* NP = no
CP = mice
TP-2, 3, 4 =
weeks
Pl.
*’ mean
_c
20
Weeks
10
1
i
0
i
after
a
infection
4
tion value but the value attained was not significantly
different from that of the control. The eosinophil
Count dropped at 2 weeks PI, rose above the preinfection value at 3 weeks PI and dropped below the
pre-infection value at 4 weeks Pl. The drop at 2 weeks
PI and the rise at 3 weeks PI were significant
(P < 0.05).
Inoculation of mice with plasma : subcutaneous injection of the plasma into the mice produced an elevation
of the skin at the site of injection. The elevation
disappeared after a few hours without an obvious
inflammatory reaction. The mice were active and none
died during the period of inoculation. The mean total
WBC counts of the heart blood of the mice at 72 hours
after the last dose of plasma are presented in table II.
There were no significant difference between the
mean total WBC counts of the mice that received no
plasma inoculation (NP) and the mice inoculated with
Z Changes in the mean white blood ce11 counts (total and differential)
-
T
Weeks
0 ~
Total WBC (x 103$A) :
Neutrophils
(x 10 /pi)
Lymphocytes
(x 103/pl)
Monocytes
(x 102/kl) :
Eosinophils
(x 102/pl)
Basophils
(x i02/~l) :
* Mean
220
i
Standard
deviation
11.3
5.9
4.1
8.4
4.4
f
+
f
f
+
0
0.8*
1.0
0.1
0.2
2.9
f
+
f
f
f
0
sheep
at 2, 3, 4
deviation.
of sheep infected with T.
post-infecti’on
2
10.3
5.6
3.7
8.2
2.1
control
sheep.
from T. vivax intected
J
plasma from the control sheep (CP), on one hand, and
between the mice inoculated with plasma from the
control sheep and mice inoculated with plasma from
T. vivax-infected sheep (TP), on the other.
The T. vivax-lnfected sheep developed a progressive
anaemia which indicated a progression in the severity
of the disease. The leucopenia observed in the infected sheep was not very severe. Earlier workers who
reported leucopenia in T. vivax infection of sheep
observed the lowest values of the total WBC counts
between 2 and 4 weeks PI (1, 4). While ANOSA and
ISOUN (5) repot-ted that the leucopenia was associated
with lymphopenia, neutropenia, eosinopenia and
monocytosis, in this study, only lymphopenia and
eosinopenia were marked. The lymphopenia may have
arisen bedause of the depletion of lymphocytes from
the lymphoid nodules and the sequestration of many
lymphocytes in the inflammatory reactions in T. vivax
infection of ruminants (5). The eosinopenia was presumed to be due to depression of the granulocyte
precursors in the bone marrow by trypanosome toxins
(2). Neutropenia in T. vivaxinfection had been postulated to be caused by the depression of granulocyte
precursors in the bone marrow coupled with trapping
of neutrophils in the spleen due to hypersplenism
syndrome (2). Since the eosinopenia observed in this
study did not occur with neutropenia, the pathogene-
Fig. 1 : Changes in the mean PCV of sheep infected with T. vivax.
TABLE
plasma
inoculation.
recelved
plasma
from
mice received
plasma
standard
heart
1.7
1.2
0.3
1.4
0.3
10.1
5.5
3.1
6.8
8.5
f 1.0
f 1.8
E!z0.2
f 5.6
f 0.1
0
Controll
non-infected
4
3
8.3
4.1
3.1
6.6
3.9
f
2
r
+
r
0
vivax.
1.3
1.5
1.0
3.2
3.5
10.9
5.5
4.2
6.7
5.0
i
+
f
f
f
0
2.7
2.4
1.2
2.9
2.1
Retour au menu
PROTOZOOLOGIE
sis of the eosinopenia
may not be associated with the
depression
of granulocyte
precursors.
Monocytosis
is
consistently
repot-ted in trypanosomosis
(3, 4, 6) in
which it co-exists with marked oroliferation
of macrophages in the tissues (5). In th/s study, it is not clear
why monocytosis
was not apparent.
T. vivax or T. congolense.
Tropenmed.
Para&,
1979, 30 : 230-235.
10. TRAIL (J. C. M.), SONES (K.), JIBBO (J. M. C.), DURKIN
(J.), LIGHT (D. E.), MURRAY (M.). Productivity of Boran cattle
maintained by chemoprophylaxis under trypanosomiasis risk. Addis
Ababa. Ethiooia. ILCA. 1985. 76 D. (ILCA Research Reoort No. 9).
11. URQUHÀRT
(G. M.). ImmÙni‘zation against trypanosomiasis.
Paper presented at 3rd int. Congr. Parasit., Munich, 1974.
KAAYA et a/. (9) reported that serum from T. vivaxinfected cattle depressed granulocyte/macrophage
colony formation in vitro. The effect of the serum
factor in vivowas assessed in the mice subcutaneously
inoculated with plasma from T. vivax-infected sheep.
The total WBC Count of the mice inoculated with
plasma from the control sheep did not differ significantly from that of the mice inoculated with plasma
from the T. vivax-infected sheep. This may be an
indication that the plasma of the infected sheep does
not have a factor which could depress leucopoiesis in
vive. It may, however, be that the titre of this factor
was not high in the plasma and/or that it did not act for
long enough time to produce an observable effect on
the leucocyte counts of the mice.
IGBOKWE
(1. O.), ANOSA (V. 0.). Leucopenia in Trypanosoma
vivat infection of sheep. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989,
42
(2) : 219-221.
Experimental Trypanosoma
vivat
infection of sheep produced a
moderate leucooenia associated with a lvmnhooenia and eosinonenia.
The total white’blood ce11counts of adult mi& were not signifi’cantly
depressed when inoculated with plasma from T. vivat-infected sheep.
Thèse observations suggested that the plasma of the infected sheep
did not have a factor which could depress leucopoiesis in vivo. Key
words : Sheep - Trypanosomosis - Trypanosome
vivax -Leucopenia Plasma factor - Nigeria.
References
1. ANOSA (V. 0.). Diseases produced by Trypanosoma
vivux in
ruminants, horses and rodents. Zentbl. VetMed. (B), 1983, 30 : 717741.
2. ANOSA (V. 0.). Mammalian blood cells in health and in
trypanosomiasis. Trop. Vet., 1983, 1 : 177-199.
3. ANOSA (V. 0.). Haematological and biochemical changes in
human and animal trypanosomiasis. Revue Élev. Méd. vét. Pays
trop., 1988, 41 (1) : 65-78 ; 41 (2) : 151-164.
4. ANOSA (V. O.), ISOUN (T. T.). Haematological studies on T.
vivax
infection of goats and intact and splenectomized sheep. J.
camp. Path., 1980, 90 : 155-168.
5. ANOSA (V. O.), ISOUN (T. T.). Pathology of experimental T.
vivax infection of sheep and goats. ZentbZ. VetMed. (B), 1983, 30 :
685-700.
6. ISOUN (T. T.). The histopathology of experimental disease
produced in mice by T. vivax. Acta tro ., 1975, 32 : 267-272.
7. JENKINS (G. C.), FACER (C. A. 7 . Haematology of African
trypanosomiasis. In : TIZARD (1.). Immunology and Pathology of
trypanosomiasis. Boca Raton, Florida, CRC Press Inc., 1985.
8. JUBB (K. V. F.), KENNEDDY (P. C.). Pathology of domestic
animal% 2nd ed. New York and London, Academic Press, 1970.
9. KAAYA (G. P.), VALLI (V. E. O.), MAXIE (M. G.), LOSOS
(G. J.). Inhibition of bovine bone marrow granulocyte!macrophage
colony formation in vitro by serum collected from cattle mfected wtth
221
Retour au menu
HELMINTHOLOGIE
1. 0. Onyali l
21 Sfrongyloides
papillosus
infestations
Ajayl * 21 of lambs
in Plateau State of Nigeria
C. 0. E. Onwuliri
J. A.
ONYALI (1. O.), ONWULIRI (C. 0. E.), AJAYI (J. A.). Infestations
des agneaux par Strongyloides
papillosus,
dans l’État du Plateau,
Nigeria. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 223-226.
L’apparition fréquente d’infestations patentes par Strongy1oides papülosus chez des agneaux de moins d’une semaine est observée, et il est
suggéré qu’un court intervalle de génération ou qu’une infestation prénatale en soient la cause. Les effets pathogènes liés à de fortes
infestations chez les jeunes agneaux provoquent anorexie, perte de
poids, diarrhée et anémie modérée. Les agneaux sont généralement
très faibles, incapables de se tenir debout et restent prostrés. La mort
suit habituellement cet état et trois anneaux examinés ont révélé une
grave entérite. On a noté aussi de Gves dermatites sur les côtes et
l’abdomen. Les études d’épidémiologle, basées sur le comptage des
oeufs de vers récoltés mensuellement sur une période de 12 mois, ont
mis en évidence des nombres élevés en octobre et novembre, moyens de
mai à août et bas de février à avril. Les comptes d’oeufs par gramme
de fèces étaient de l’ordre de 100 à 18 000. Mots clés : Agneau Helminthose - Strongyloides
papillosus
- Épidémiologie - Nigeria.
comings in management, S. papillosus is becoming
common both in the older lambs and in lambs of one
week old or less (ONYALI, 1978, unpublished).
Although these parasite populations have been regarded as harmless, their presence together with concurrent parasitic infestations and the nutritional status of
the host determine the degree of pathogenicity.
Deaths of calves reported from the local Fulani cattle
owners in the Plateau, due to naturally acquirbd
infestations of S. papillosus, have resulted in increase
of awareness of its pathogenicity (3). This paper
reports on the observations made on Young lambs
during visits to the field and those brought in for postmortem examination. The occurrence and seasonal
incidence of S. papillosus are also reported.
INTRODUCTION
MATERIALS
Haemonchus contottus, Trichostrongylus colubriformis, Oesophagostomum columbianum, Strongyloides
papillosus, Trichuris ovis and Gaigeria pachyscelis are
the strongyle species of lambs in the Plateau State of
Nigeria, as they are encountered in lambs brought for
post-morfem examination at the National Veterinary
Research Institute, Vom. These are essentially parasites of older lambs since under conditions of good
management, younger lambs do not encounter these
infestations till later in life. Of these, H. contortus is
the main strongyle species seen and to a lesser extent
Trychostrongylus spp. There has therefore been the
tendency for much pre-occupation with these two
parasites and little attention has been paid to S.
papillosus. Under the free range management system,
this nematode is encountered usually as light infestations. Probably for this reason they have been considered harmless. With the increase in the Plateau area of
stationary sheep farms coupled with the short
1. Department of Parasitology, National
Institute, Vom, Plateau State, Nigeria.
Veterinary
Research
Current address : Department
of Parasitology/Entomology,
Anambra State University of Technology,
P.M.B. 5025, Awka
Campus, Awka, Anambra State, Nigeria.
2. Department
Nigeria.
of Zoology,
University
of JO~, Plateau
Reçu le 16.06.88, accepté le 01.07.88.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 223-226
State,
Post-morfem
AND METHODS
examinations
A total of 20 lambs (under 1 week to 2 months old)
were autopsied at the diagnostic department of the
National Veterinary Research Institute, Vom, between
March and December 1986. These included dead and
very weak, emaciated and dehydrated lambs submitted
to the laboratoty and those taken duiing field tri6.s.
They were examined for pathogenic effects associated
with strongyloidosis (7). Other examinations included
faecal worm egg counts and post-mortem worm
counts. Worms were identified by the criteria of
SOULSBY (5).
Epidemiology
studies
This was done to provide data on the occurrence and
seasonal incidence of S. papillosus, and was based on
worm egg counts. The lambs used in this study were
chosen from stationary flocks of five different sheep
farms around Vom. In each flock four lambs were
chosen from the youngest age-group after they have
been screened and found positive for Strongyloides
infestation. They were then identified by numbered
ear tag and faecal samples were collected from their
223
Retour au menu
1. 0. Onyali, C. 0. E. Onwuliri,
J. A. Ajayi
rectum each month for examination.
All the sheep
were less than two months at the start of the experiment. A total of 240 faecal samples were examined at
the rate of twenty per month from April 1986 to March
1987. The worm egg counts per g of faeces were done
by the McMaster method.
Geometric
10,ooc
mean
epg +SE
T
r
1 ,ooc
The maximum and minimum temperature
and rainfall
were obtained from the meteorological
station of the
National Root crops Research Institute, Vom.
A
100
1c
RESULTS
C
Of the 20 lambs examined at post-mortem,
75 percent
were positive for S. papillosus
worm counts which
ranged from 1252,520. Sixty-five per cent were positive for egg counts and this ranged from 1,000 to
30,000 eggs/g of faeces. Forty per cent of these had
enterities of the Upper small intestine and only 25 per
cent had both enterities and dermatitis.
3c
20
10
Pathogenic effects associated
with heavy infestations
in Young lambs consisted of anorexia, loss of weight,
diarrhoea and a moderate anaemia. The lambs were
usually very weak, unable to stand and laying prostrate. Death usually followed at this stage and three
such lambs (approximately
2-4 weeks old) examined
showed severe enteritis. There were also severe dermatitis noticed around the flanks and abdomen. The
high egg counts of S. papillosus
and the relative
absence of other strongyles,
the clinical picture of
helminthiasis
and the absence of any other recognizable disease strongly suggested that the deaths which
had occurred were due to this parasite.
The seasonal incidence of S. papillosus is summarised
in figure l(A). Although there were differences
in the
levels of worm egg counts between farms, the patterns
of seasonal fluctuations
in counts were closely parallel
for all the lambs within each farm.
The similarity
was considered
sufficient
to justify a
mean + S.E. result for all the lambs. The egg counts
per g of faeces ranged from 100 to 18,000. The
temperature
and rainfall pattern is shown in figure
l(B, C).
DISCUSSION
The Plateau State of Nigeria has two clearly defined
seasons : the rainy season and the dry season. During
the rainy season, which varies from ‘five to seven
months in the year, rapid development
of parasites
occurs and this results in the rapid spread of parasitic
224
30
Ralnfall
(mm)
20
10
0
IF
1967
1966
Fig.
1 : Relationship
Strongyloides
between
papillosus
group
mean
at Vom
in lambs
faecal egg counts of
and temperatures
and
rainfall.
infestations. During the dry season parasite infestations of sheep are minimal and the development of
parasite infestations Will depend on the interactions
between the ecological surroundings of the host and
the life histoty pattern of the parasite.
On the Plateau, S. papillosus infestations was seen all
the year round, the dry season conditions notwithstanding. Temperatures in the Plateau are adequate
throughout the year for the larval development and
survival. The main factor necessary for,their survival
would thus appear to be sufficient moisture. The
infective larvae are susceptible to dessication (lO), but
the sheep owners’ practice of stationing Young lambs
and adults together in a group on a piece of ground
continually moistened with their fresh faeces and
urine facilitates the rapid development of the eggs of
this parasite to the infective stage even at the height of
Retour au menu
HELMINTHOLOGIE
:he dry season. The occurrence
of patent infections in
lambs less than a week old contradicts
reports from
experimental
infections
in calves indicating that the
prepatent period of infection of this parasite ranges
between nine and eleven days (7, 8, 11) and fourteen
days in goats (2). In agreement with this report is the
observations
of IKEME (3) who found that the ages of
some calves showing
patent infections
observed
during field visits were under the accepted pre-patent
period of infection of the parasite. These observations
suggest that pre-patent period of infection is shor-tened by tropical
field conditions
or that pre-natal
infection contrary to accepted belief might be playing
an important
role in the spread of the parasite.
Experimental
studies in lambs to confirm these suggestions are being planned.
unclean surroundings and maintain poor sanitation
may experience up to 75 percent mortality, with death
occurring between ten to foutteen days of age (1).
Observations from the present study tends to show
that in the field where little attention is paid to the
management of lambs, where nutritional level of the
Young lambs is low due to the local practice of
depriving lambs of the bulk of essential milk which is
sold, these parasites tend to become very pathogenic.
The early season rise of S. papillosus may be accounted for by its exceptionally short generation inter-val of
about foutteen days and moderate fecundity (2). The
sudden fall in September coincides with the time
when infective larvae are expected to be high on
pastures. This fall was probably a manifestation of self
cure phenomenon first described by STOLL (6).
Infestations
with S. papillosus
have generally being
considered
to be non pathogenic.
Works reporting
deaths in sheep due to naturally acquired infestations
are few. TURNER and WILSON (9) repot-ted the death
of three lambs. ROUND (4) mentioned
deaths from
heavy natural infestations
in sheep in Kenya. Deaths
from experimental
infections
in sheep have been
reported by WOODHOUSE
(12) and TURNER (7). The
observations
of IKEME (3) showed that death of calves
may result from naturally acquired infestations
with
this parasite. Strongyloidosis
however is primarily a
disease of baby pigs. Producers
who farrow pigs in
The authors are grateful to the Director, National
Veterinary Research Institute, Vom for permission to
publish this paper and to Mr. Samuel Oc. OCHAI for
typing the manuscript.
ONYALI (1. O.), ONWULIRI
OhYALI (1. 0.). O%YULIRI (C. 0. E.), AJAYI (J. A.). Infestaciones de 10s corderos por Srrongyloides
papil[osus, en el Estado del
Plateau, Nigeria. Revue Élev. Méd. vét. Puys trop., 1989, 42 (2) :
des papillosus
infestations of
Élev. Méd. vét. Pays trop.,
(C. 0. E.), AIAYI (J. A.). Srrong.vloilambs in Plateau State of Nigeria. Rmte
1989, 42 (2) : 223-226.
The frequent appearance of patent infestations of Strongyloides
papillosus
in lambs under one week is observed, and it is suggested
that either the short generation interval or pre-natal infection is the
cause. Pathogenic effects assoclated with heavy infestations in young
lambs consisted of anorexia, loss of weiaht. diirrhoea and a moderate
anaemia. The lambs were’usually veri weak, unable to stand and
laying prostrate. Death usually followed at this stage and three such
lambs examined showed severe enteritis. There were also severe
dermatitis noticed around the flanks and abdomen, The epidemiology
studies which were based on worm egg counts taken at monthly
intervals for a twelve-month period showed high counts in October
and November, intermedlate counts in May to August and low counts
from February to April. The egg counts per g of faeces ranged from
100 to 18,000. Key words : Lamb - Helminthiasis - Strongyloides
papillosus
- Epidemiology - Nigeria.
ACKNOWLEDGEMENTS
733.736.
Se observa la aparicion
frecuente de infestaciones patentes por
en corderos de menos de una semana ; se
sugiere que la causa es un intervalo corte de generacion o una
infestacion prenatal. Los efectos patogenos ligados con importantes
infestaciones en 10s jovenes corderos provocan anorexia, pérdida de
peso, diarrea y anemia moderada. Los corderos son generalmente muy
debiles, incapaces de tenerse en pie y quedan postrados. Luego ocurre
habitualmente la muet-te y tres corderos examinados mostraron una
grave enteritis. !Se notaron también graves dermatitis sobre las
chuletas y el abdomen. Los estudios epidemiologicos, basados sobre el
recuento de 10s huevos de helmmtos recogidos cada mes durante 12
meses, evidenciaron numeros elevados en octubre y noviembre,
medios de mavo a aeosto v baios de febrero a abril. Los numeros de
huevos por grima dë heces llegaban a 100 a 18 000. Palabras claves :
Cordero - Helmintosis - Strongyloides
pupillosus
- Epidemiologia Nigeria.
Stron&oides
papillosus
225
Retour au menu
1. 0. Onyali,
C. 0. E. Onwuliri,
J. A. Ajayi
REFERENCES
1. BATTE (E. G.), MONCOL (D. J.). Colostral infection of new born pigs by Strongyloides
J. L.), ed. The reaction of the host to parasitism. Vet. Med. Rev., 1967 : 272-276.
ransomi.
In : SOULSBY (E.
2. FABIYI (J. P.). Seasonal fluctuations of nematode infestations in goats in the Savannah belt of Nigeria. Bull. epizoot.
Afr.,
1973,
Dis.
21 : 277-286.
3. IKEME (M. M.). Strongyloides
papillosus
and Neoascaris vitulorum
naturally acquired mixed infestations of calves in the
Plateau area of Northern Nigeria and the treatment given. Bull. epizoot. Dis. Afr., 1970, 18 : 339-349.
4. ROUND (M. C.). Observations on Strongyloides
papillosus
infections of sheep in Kenya. Br. ver. J., 1963, 119 : 253-262.
5. SOULSBY (E. J. L.). Textbook
Publications, 1965. (Vol. 1).
of Veterinary
Clinical
infection. The treatment of heavy naturally acquired
Parasitology.
1. Helminths.
Oxford,
Blackwell
6. STOLL (N. R.). The occurrence of self-cure and protection in typical nematode parasitism. J. Parasit.,
Scientific
1928, 15 : 147.
7. TURNER (J. H.). Experimental strongyloidiasis in sheep and goats. II. Multiple infections : Development of acquired
resistance. J. Parasit., 1959, 45 : 76-86.
8. TURNER (J. H.), SHALKOP
(W. T.), WILSON (G. 1.). Experimental strongyloidiasis in sheep and goats.
IV. Migration of Strongyloides
papillosus
in lambs and accompanying pathologie changes following percutaneous
infection. Am. J. vet. Res., 1960, 21 : 536-546.
9. TURNER
(J. H.), WILSON (G. 1.). An epizootic of strongyloidiasis in lambs. Vet. Med.,
1958, 53 : 242-243.
10. TURNER (J. H.), WILSON (G. 1.). Experimental strongyloidiasis in sheep and goats. V. The effect of certain
environmental conditions and chemicals on the infective larvae of Strongyloides
papillosus.
J. Parasit.,
1961, 47 : 30.
11. VEGORS (H. H.). Experimental infection of calves with Strongyloidespapillosus
(Nematoda).
Am.
J. vet. Res.,
1954,15 :
429-433.
12. WOODHOUSE
1948,
226
(C. A.). Observations on pathogenicity of Strongyloides
113 : 354-356.
parasites in ruminants. J. Am. vet. Med. A~S.,
Retour au menu
HELMINTHOLOGIE
A. N. Okaeme l
J. Agbontale 1
I
Ivermectin
in the treatment
of
helminthiasis
in caged raised adult
guinea-fowl
(Numida
meleagfis
galeafa Pallas)
OKAEME (A. N.), AGBONTALE (J.). L’ivermectine dans le traitement de l’helminthose chez des pintades adultes (Numida meleagris
galeata Pallas) élevées en cage. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop.,
1989, 42 (2) : 227-230.
Le traitement à l’ivermectine des hehninthoses naturelles chez les
pintades élevées en cage s’est révélé d’une grande efficacité dans
l’élimination de l’infection due aux stades juvénile et adulte de
Heterakis gallinarum, Ascaridia galli, Subuluh suctoria, Raillietina
spp. et Capillaria caudintlata aux doses de 0,07 mgkg et 0,14 mgkg
par volaille adulte, administrées par voie sous-cutanée. Il n’a été
observé aucun effet secondaire chez les pintades traitées qui sont
restées indemnes de toute infection helminthiaue nendant 6 semaines.
La largeur de spectre est discutée et le t-a&& coût-efficacité fait
l’objet d’une brève analyse. Mots clés : Pintade - Numida meleagris
galeata - Anthelminthique - Ivermectine - Nématodose - Nigeria.
INTRODUCTION
Gastrointestinal helminthiasis is a serious economic
disease in guinea-fowl production (1). The effect on
Young guinea-fowl is debilitation with usually low
mortality. Studies on the efficacy of PiperazineTM, a
drug of choice in the control of helminthiasis in
guinea-fowl has its limitation (2) as some helminths
remain unaffected.
This study attempts the use of broad-spectrum anthelmintic, ivermectin derived from avermectins, a family
of broad-spectrum antiparasitic agent (IvomecTM,
MSD Agvet, Hoddesdon, Herfordshire, U.K.). The use
has not been tested to our knowledge, in guinea-fowl,
in order to examine its level of efficacy and suitability
in an avian species.
MATERIALS
AND METHOD
Naturally clinically affected 28 weeks guinea-fowls
1.34-l .44 kg (mean weight 1.35 kg, n = 60) were selected based on repeated faecal Stoll’s dilution method
(8). The animals were divided into three groups, two of
1. Kainji Lake
Bussa,
Kwara
Reçu
Research
Institute,
State, Nigeria.
le 02.08.88,
accepté
Private
Mail
Bag
6006,
le 0510.88.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 227-230
New
which had 24 guinea-fowls per group and the third 12.
Treatment with ivermectin was administered subcutaenous at breast muscle region at dose rate of
0.07 mg/kg, group I ; 0.14 mg/kg, group II ; and no
treatment as control, group Ill, respectively. The calculated dosage levels were based on recommended
0.2 mg/1 kg or 10 mg/50 kg for other animals. However
33 and 70 per cent of the calculated dosage was
chosen considering the small blood volume and
weight of guinea-fowl.
Following treatment the faecal dropping were examined 24-28 hours after and subsequently weekly for a
period of 8 weeks for the presence of helminths and
their eggs. At the end of the experiment, two each of
the guinea-fowls from two groups of levels of treatment were sacrified and their gastrointestinal organs
examined for the presence of helminth. The selected
disease free guinea-fowls were those indicating no
helminths based on egg Count analysis.
RESULTS
It was observed that the guinea-fowls which were
treated with ivermectin improved in vitality. Initial
cases of helminthiasis no longer show signs of unthriftiness, diarrhoea and reduced food intake. It was
found that before treatment there were high prevalent
rates of Heterakis gallinarum, Ascaridia galli (Table 1).
Helminth egg Count per gram (epg) of faeces was very
high for H. gallinarum and Subulura suctoria with epg
2,364 (n = 60) epg 850 (n = 4) respectively. There
were also mixed helminth infections of combinations
H. gallinarum and A. galli ; H. gallinarum and Raillietina ; and H. gallinarum and S. suctoria.
Infection rate was greatly reduced within the first six
weeks following treatment with very few eggs in
faeces, 10-30 epg at 7 to 8 weeks (Table II). Examination of faecal dropping 24 and 48 hours following
treatment revealed the elimination of whole juvenile
and adult stages of worms (Table Ill). The high
percentage elimination of the various helminth species
correlated with the zero infection rates indicating a
high efficacy of the drugs. There is however no
significant difference (P > 0.05) on the efficacy of the
drug at double the dose level (Table Il). The absence of
227
Retour au menu
A. N. Okaeme,
J. Agbontale
TABLE
infection
I
Helminth
rate in adult guinea fowls
before treatment.
Helminth egg per gramm of faeces (epg)
Percentage infection
per cent (No)
Parasite type
lstweek
range
A
B
C
D
E
L
=
=
=
=
=
Heterakis
Ascaridia
Capillaria
Subulura
Raillietina
NS : Not
seen
TABLE
II
Treatment
dosage
c
gallinarum
galli
caudinflata
suctoria
60
267
3.3
6.6
38.3
spp.
(36)
(16)
(2)
(4)
(23)
lOO-10,700
100-200
50-200
700-900
mean
2nd week
range
mean
2,354
157
125
a50
100~5,300
100-400
NS
20-500
2,040
255
Not counted
in faeces.
Percentage
helminth
infection
following
ivermectin
Duration
No.
l
treatment.
in weeks
post treatment
and percent
infection
1 wk
i
2wk
3 wk
4 wk
5 wk
10:
75
1.256
a
~
= H. gallinarum
; AG
= A. galli;
SS
= S. suctoria
; CC
(HG)
(AG)
(SS)
3 (cc)
6 wk
0
0
75
66
16.6
a.3
(HG)
(AG)
(SS)
(cc)
7 wk
4.25
4.25
75
66
16.6
a.3
(SS)
(SS)
(HG)
(AG)
(SS)
(cc)
a wk
4.25
4.25
75
66.3
16.6
a.3
(HB)
(SS)
(HG)
(AG)
(SS)
(cc)
= C. caudinflata.
helminth following post-mortem examination at the
end of experiment further confirms the efficacy of
ivermectin.
DISCUSSION
The use of broad-spectrum anthelmintib in the raising
of guinea-fowls is an advantage to the farmer because
in most cases infections are usually; mixed. These
helminths known to reduce productivity due to their
pathologie effects (3) have to be eliminated or controlled in order to achieve economic gain and reduce
production losses.
The use of ivermectin from this experiment has shown
that the drug is a very effective anthelmintic with high
efficacy (Table II). Although minimum effective dosage
have not been established in poultry (3, 4) a dose rate
of 0.14 mg/kg b.w. have been found to control helminthiasis in guinea-fowl (7). The drug is effective
228
based on epg
Mean wt.
0
‘HG
620
Not counted
against Capillaria caudinflata, Subulura suctoria,
Acuaria sp, Ascaridia galli, Heterakis gallinarum and
Raillietina spp.
The effect on the tapeworm Raillietina spp. is unexpected, as the drug is known to have no effect on
tapeworms (4). A possible explanation of the observation from this study is that the detachment of several
nematodes from the gut system of the animal due to
drug action may lead to indirect deleterious effects
such as cell mediated reactions, lymphocyte attachment to the helminths and biotoxin release because of
the small gut size, leading to unconducive conditions
for any inhabiting worms, thus the elimination of the
Raillietina spp. PiperazineTM which is effective
against Raillietina spp. (1) compared to ivermectin are
both belieyed to affect GABA-mediated neurotransmission of helminths (3, ll), although ivermectin is
biochemically different with a wider spectrum of
efficacy.
The non appearance of either the egg or juvenile
stages following treatment is an indication of the drug
action against the juvenile stages and probably the
toxic inhibitory effect to egg production in adult
worms. The juvenile and adult worms were passed out
Retour au menu
HELMINTHOLOGIE
TABLE
III
!
Dosage
Adult
of drug
0.07 mglkg
0.14 mg/kg
AIJ : Adult
and juvenile
and
stages of helminths
Helminth
eliminated
Heterakis
Ascaridia
Subulura
Capillaria
Raillietina
gallinarum
(AIJ)
galli (A/J)
suctoria
caudinfla ta
spp.
Heterakis
Ascaridia
(AIJ)
gallinarum
galli (A/J)
sp.
Subulura
suctoria
Acuaria
Raillietina
spp.
juvenile
eliminated
with faeces following
No of faeces
examined
treatment.
No of positive
faeces
24
::
10
6
18
24
18
20
:
Percentage
infection
66.6
100.0
41 4
25.0
75.0
75.0
83.4
15.6
33.3
stages.
dead with faecal dropping. This confirms the mode of
action of paralysis and ultimate killing of the helminth
(4, 5). When ivermectin is compared to PiperazineTM
(1) it further confirms the broader spectrum of ivermectin by the elimination of C. caudinflata which were
not readily eliminated by PiperazineTM.
The use of ivermectin in avian species is limited, high
doses of 0.3-l 5 mg/bird have been used in the treatment of ascaridiosis and capillariosis in pigeon (9)
without any side effect. Toxic levels of 7.5-15 mg/bird
in pigeon were found to be eliminated fast (9) from
blood circulation, but it could have bioviability up to
35 days in ruminants (4, 8) and from this experiment
over 42 days (8 weeks). This wide margin of safety and
long residual effect of the drug make it a potential
curative and preventive drug. This study also further
revealed that half the calculated dosage is as effective
as the full dosage. The use of high doses in the field
for guinea-fowl is therefore not recommended as
lower doses are very effective and would be less
expensive from view point of cost benefit.
OKAEME (A. N.), AGBONTALE (J.). Ivermectin in the treatment of
helminthiasis in caged raised adult guinea-fowl (Numidu
mehgris
1989, 42 (2) :
galeata Pallas). Revue Élev. Méd. vét. Pays trop.,
227-230.
CONCLUSION
The significance of this study is,the successful use of
ivermectin in the control of helminth infection in
guinea-fowl. The very small quantity of drug, administered subcutaneously, to achieved desired result, in
terms of cost-benefit, and its efficacy is satisfactory if
computed into production cost. The effect of the drug
against the juvenile and adult worms removes the
problems of inhibitory stages of helminths post-treatment reinfection and repeated treated if hygiene
conditions are good. In cage raised guinea-fowl,
helminthiasis cari be efficiently controlled following
treatment, because of reduced risk of helminth reinfections.
ACKNOWLEDGEMENTS
We are grateful to Mr. K. L. AYORINDE for making the
guinea-fowls available, and the Director, Dr. J. S. 0.
AYENI, Kainji Lake Research Institute, New Bussa,
Nigeria for providing the fund for this study and the
permission to publish findings.
OKAEME (A. N.), ,AGBONTALE
(J.). La ivermectina para el
tratamiento de helmmtosis en pintadas adultas (Numidu
meleagris
galeata Pallas) criadas en gallinero. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop.,
1989, 42 (2) : 227-230.
229
Retour au menu
A. N. Okaeme, J. Agbontale
The treatment of natural infections of helminthiasis in caged raised
guinea-fowls indicates a high efkacy of ivermectin in the eliination
of infection due to both iuvenile and adult stanes of Heterakis
galharum,
Ascaridia galli,” Subulura suctoria, Raketina spp. and
Capillaria caudint7ata at dose levels of 0.07 mg/ka and 0.14 maIlce uer
adÛlt bird, subcutaneously administered. Guitka-fowls treated responded with no observable side effect and remamed clean of any hehuinth
infection for over 6 weehs. Discussion on the broad-spectrum and costeffectiveness of the drug are briefly mentioned. Key words : Guineafowl - Numida meleagris galeata - Anthelmintic - Ivermectin - Nematodosis - Nigeria.
El tratamiento con ivermectina de las helmkttosis naturales en las
pintadas criadas en gallinero se mostt-6 muy efïcaz para eliminar la
hrfecci6n causada por 10s estados juveniles y adultos de Heterakis
gaL!inarum, Ascaridia galli, Subulura suctoria, Raillietha spp. y
Capihria caudinnata a dosis de 0,W mgkg y 0,14 mgkg por ave
adulta, administradas por vta subcutAnea. No se observ6 ningtin efecto
segundario en jas pintadas tratadas que quedaron indemnes de
cualquiera helmmtosis durante 6 semanas. Se discute la anchura del
espectro y se analii brevemente la relaci6n costo-ekaqia.
Palabras
claves : Pintada - Numida
meleagris
galeata - Antihelmmtico - Ivermectina - Nematodosis - Nigeria.
REFERENCES
1. AYENI
(J. S. O.), DIPEOLU (0. O.), OKAEME (A. N.). Parasitic infections of the grey-breasted helmet guinea-fowl
meleagris galeata) in Nigeria. Vet. Parasit.,
1983, 12 : 59-63.
(Numida
2. AYENI (J. S. O.), DIPEOLU (0. O.), OKAEME (A. N.), AGBELUSI (E. A.). Effect of DavisolTM on Eimeria
infection and PiperazineTM on helminth in the grey-breasted guinea-fowl (Numida meleagris galeata Pallas). Bull. Anim.
Hlth Prod. Afr.,
1984, 32 : 293-297.
3. CAMPBELL
(W. C.). The chemotherapy of parasitic infections. J. Parasit.,
1986, 72 (1) : 45-61.
4. CAMPBELL
(W. C.), BENZ (G. W.). Ivermectin : a review of efficacy and safety. J. vet. Pharmac.
5. FABIYI (J. P.). Studies on parasites of grey-breasted helmet guinea-fowl (Numida
area of Plateau State, Nigeria. Bull. epizoot. Dis. Afi., 1972, 20 : 235-238.
6. LO (P. K. A.), FINK (D. W.), WILLIAMS (J. B.), ELODINGER
formulation. Vet. Res. Commun., 1985, 9 : 251-268.
meleagris
Sbir.,
I.), STANCHEVA
1985, 83 : 41.
(K. H.), NEDELCHEC
galeata
1984,7 : l-16.
Pallas) in the Vom
(J.). Pharmacokinetic studies of ivermectin : effects of
7. OKAEME (A. N.). Ivermectin in the control of helminthiasis in guinea-fowl (Numida
1986, 10 (1): 70-71.
8. RUSEV
Ther.,
meleagris
galeata
Pallas). Vet. Q.,
(L.). Comparative study of drugs against strongyles in goat. Vet.
SO $.,
9. SCHEPKENS (E.), DUCHATEL
(J. P.), VINDEVOGEL
pigeons. Annls Méd. vét., 1985, 129 : 475-485.
10. SOULSBY
(E. J. L.). Helminth, Arthropods
(H.). Ivermectin treatment of ascaridiosis and capillariosis in
and protozoa of domestic animals. London, Baillière, Tindall and Cassell,
1968.
11. VANDEN BOSSCHE (H.). Mode of action of anticestodal agents. In : CAMPBELL
Chemotherapy of parasitic diseases. New York, Plenum Press, 1986.
230
(W. C.), REW (R. S.), eds.
Retour au menu
ENTOMOLOGIE
Parasitic
(Acarina
J. Rodriguez Diego 1
T. Jiménez ’ I
phase of Anocentor
; lxodidae)
in cattle
RODRIGUEZ
DIEGO (J.), J-NEZ
(T.). Phase parasitaire
d’dnocentor nitens (Acarina : Ixodidae) chez les bovins. Revue Élev.
Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 231-232.
La phase parasitaire d’ Anocentor nitens (Neumann) chez les bovins a
été étudiée. Le stade larvaire est présent jusqu’à 15 jours après
l’infestation (post-infestation : p.i.) en même temps que les nymphes à
partir du @me jour p.i. Des nymphes ont été observées jusqu’au
23ème jour après l’tiestation et des adultes ont été vus à partir du
15ème jour p.i. Les tiques mâles se sont montrées actives à partir du
17ème jour p.i. et le détachement des femelles gorgées a commencé
entre le 22ème jour et le 24ème jour p.i. Un détachement massif est
apparu à partir du 2Sème jour p.i. Les sites préférentiels des stades
parasitaires étaient les oreilles et le cou (parois latérales). Mots clés :
Bovin - Anocentor nitens - Tique - Stade parasitaire - Cuba.
Three l-year-old calves were infested with f 16,000
larvae each. These animals were checked every 24
hours through the larval period by means of random
scraping of areas with major abundance, a total Count
of 40 individuals being performed. After nymphal
development, counts were made every 48 hours up to
the end of the experiment.
Data concerning preferential sites of attachment of
different tick stages on the animals were recorded.
Percentages of each sampling were calculated corisidering the average of the results obtained for the three
infested calves.
RESULTS AND DISCUSSION
INTRODUCTION
Different aumrs (3, 4, 6) have undertaken studies
regarding the biology of the tropical horse tick,
Anocentor Mens (Neumann). In Cuba the pre-parasitic phase of A. nitens in cattle has been documented
(1). However, studies of the parasitic phase are needed
in order to have an integral knowledge of the tick’s
biology. This would allow a more complete assessment of its behaviour in our environment and favour
the effectivity of tick control programmes.
MATERIAL
AND METHODS
Engorged females of A. Mens from naturally infested
cattle were collected and placed in optimal conditions
for oviposition (28 + 1 “C and 80 per cent relative
humidity). Eggs were collected in vials and maintained
under identical conditions ; 10 to 15day-old larvae
were used.
Mens
Figure 1 shows the development of the different
parasitic stages of A. nitens. Engorged larvae were
seen 5 days after hosts were exposed to the ectoparasite. The moulting process began 6 to 7 days post
infestation (p.i.) and the last moulting larvae were
observed 14 days p.i. HOOKER et a/. (1912) (cited by
STRICKLAND et a/., 6) found larvae moulting to
nymphae up to 16 days p.i. In the present study larvae
were mainly located on ear, neck (lateral side) and
anus.
L”
~.m.-.~
z,
,...................................a,
,:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.~ 5!
,...................................., -:j
$:::::::::::::::::::::::::y::::::
:.a
63+. .-.....-i.*.........-.*.-.*.*.a.*.
. . . . . . . . . . . . . . . . . . .:,<
.L......555555....55.........~
. . . . . . . . . . . . . . . . . / ....~
~:.~:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:, ;:::::::*
. . . *x . . .
c.:.~~.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.~ .*.*.......,.*.*
v:.*.%:-.:h
20 ~L’.‘.‘.‘.‘.‘.‘.‘.‘.‘.‘.‘;;;.‘.‘.’i
.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.~.,
. ....... ....
L:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:.:~ :::::y:::::::::::;::
,..‘.‘...............................~ .-.....-.-.*.*.*.*.-.*.
,oo..................,
........ ...
LARVAE
b/
NYMPHAE
60
1. Departamento de Parasitologia, Centro National de Sanidad
Agropecuaria (CENSA), Apartado 10, San José de las Lajas, La
Habana, Cuba.
2. Estacion Experimental de Parasitologia, Instituto de Medicina
Veterinaria (IMV), San Antonio de 10s Batïos, La Habana, Cuba.
Reçu le 05.09.88, accepté
le 27.09.88.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 231-232
Fig. 1 : Development of parasitic phases of A. nitens in catde.
231
Retour au menu
J. Rodriguez Diego, T. Jiménez
The first nymphae began to be seen 8 days post
infestation (p.i.), concomitant
with larvae in moulting
phase (Fig. 1). Moulting from nympha to adult was
evident .12 days p.i., more pronounced
15 days p.i.
This agrees with the day-range reported by HOOKER
et a/. (1912). After 14 days p.i. the nymphae coexisted
with adults. Last nymphal stages were seen 23 days
p.i. During this period nymphae were mainly located
on ears and neck (lateral side) ; ticks were scarce on
the perianal area.
Adult stages were detected 16 days p.i., mainly on the
ears, as well as on the lateral sides of the neck.
MOREL (5) states that A. nitens attaches
itself to
predilection sites according to the structural characteristics of the hypostome (short), the interior of the ear
being the best place. Males were observed with active
movements from day 17 p.i. ; the end of the parasitic
stage (beginning of detachment of the first engorged
females) was determined
as 22 to 24 days p.i. This
does not agree with HOOKER et a/. (1912) who report
different periods, although in accordance
with DRUMMOND et a/. (3) in cattle infested with A. nitens. This
phase is usually longer than the pre-imagina1 phases
of Ixodids (5) and this was also evident in our study.
The end of the parasitic phase with massive detach-
RODRIGUEZ
centor nitens
Puys trop.,
DIEGO (J.), JIMÉNEZ (T.). Parasitic phase of Ano: Ixodidae)
in cattle. Revue Élev. Méd. vét.
1989, 42 (2) : 231-232.
(Acarina
The parasitic phase of Anoeentor
nitens (Neumann) in cattle was
studied. Larval stage was present up to 15 days post-infestation (p.i.),
concomitant with nymphae from day 8 p.i. Nymphae were observed
up to day 23 p.i., adults being seeu from day 15 p.i. onwards. Male
ticks dlsclosed active movements from day 17 p.i. .and detachment of
engorged females began 22 to 24 days p.i. Massive detachment
occurred from day 28 p.i. Preferential sites of parasitic stages were ear
and neck (lateral side). Key words : Cattle - Anocentor
nitens - Tick Parasitic stage - Cuba.
REFERENCES
ment of engorged females of A. nitens occurred 28 to
34 days p.i. DRUMMOND et a/. (3) state that this phase
ended 35 days p.i.
The period from tick larval infestation to mature stage
development, in Ixodids, depends primarily upon environmental temperature (2, 5). In contrast with Argasid
ticks, Ixodids are affected by temperature in terms of
feeding and the complex development process of
different tick stages. This could explain that our
results are similar to those described by DRUMMOND
et a/. (3) under other environmental conditions, since
the body temperature of one-host ticks depends on
the host’s body temperature ; this is maintained relatively stable in a 5 to 40°C range of environmental
temperature because cattle are homoiothermal (2).
Several engorged females that seemed normal and
were expected to detach, failed to do SOand had to be
manually detached. Similar observations have been
reported for cattle infested with A. Mens (3) and
Dermacentor albipictus (4). This behaviour could be
caused by some type of disorder in Ixodid ontogenesis
(immune reaction, etc.). A few other females were
small and only partially engorged, similar to observations reported in the literature (3).
RODRIGUEZ
Anocentor
Méd. vét.
DIEGO
(J.), JIM&NEZ (T.). Fase parasnica de
en ganado bovino. Revue hlev.
: 231-232.
nitens (Acarina
: Ixodidae)
Pays trop., 1989, 42 (2)
Se estudio la fase parasuica de Anocentor nitem (Neumann) en ganado
bovino. IA fase huvaria del ixodido se encontr6 hasta 10s 15 dtas
posinfestation (p.i.), concomitante con las ninfas desde el dta 8. Las
ninfas estuvieron presentes basta 10s23 dtas p.i., ohservandose adultos
desde el dta 15. Los machos mostraron movimientos activas desde el
dur 17, mientras que el desprendhuiento de las tele6ginas se inicio
entre,los dtas 22 y 24 p.i. El desprendimiento masivo ocurri6 a partir
del dta 2% Los estadios parastticos del ixodido se localbaron preferencialmente sobre oreja y tabla del cuello. PuZabrus,~Zaves
: Ganado
bovino - Anocentor
nitem - Garrapata - Fase parasrttca - Cuba.
~
1. ABREU (R.), RODRIGUEZ DIEGO (J.), VILLALBA
en condiciones naturales. 1. Protiquia, y cotoquia. Revta
(G.). Anocentor
Salud anim.,
nitens (Acarina
1986, 8 : 31.
: Ixodidue).
Fase preparasitica
2. BALASHOV
(YU. S.). Bloodsucking ticks (Zxodidue),
vectors of disease of man and animals. Baltimore,
Entomology Society of America, Miscellaneous publications, 1972.
3. DRUMMOND
(R. O.), WHETSTONE
nitens (Neumann) (Acnrina
: Zxodidae),
(T. M.),ERNST
(S. E.), GLADNEY ,(W. J.). Laboratory study of Anocentor
the troptcal horse tick. J. med. Ent., 1969, .6 : 150.
4. DRUMMOND
(R. O.), WHETSTONE
(T. M.), ERNST (S. E.), GLADNEY
winter tick in the laboratory. J. econ. Ent., l969, 62 : 235.
(W. J.). Biology and colonization of the
5. MOREL (P.). Maladies à ti ues du bétail en .Afrique. Précis de Parasitologie Vétérinaire
France, IEMVT, 1981. (ri’ 104 .
6. STRICKLAND
(R. K.), GERRISH (R. R.), .HOURRIGAN
(J. L.), SCHUBERT
importance. In : Agriculture Handbook no 485. U.S. Dept. Agric., 1976.
232
MD,
Tropical.
(C. 0.).
Maisons-Alfort,
Ticks of veterinary
Retour au menu
ENTOMOLOGIE
Communication
Notes
on the, biology
of the tick
Rhipicephalus
bursa (Canestrini and
Fanzago, 1877) in Israel
Locality : The flocks are on permanent grazing
throughout the whole year, at the foot of the Shomron
hills at a distance of 4 km from each other. The area,
known to be infested by R.b., is located about lOO200 m above sea level with a Mediterranean climate,
characterized by a short winter and a long dry summer.
Annual rainfall ranges around 500 mm with 60-70 pqr
cent relative humidity and an average annual temperature of 17-20 “C. Climatic conditions during the obs$r.vation period are given in figure 1.
1. Yeruham 1
A. Hadani 2
F. Galker 2
Sh. Rosen 2
YERUHAM
(If),
sur la biologie
Fanzago, 1877)
ROSEN
(Sh.)., Note
de la tique Rhipicephalus bursa (Canestrnn et
en Israël. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42
HADANI
Animals : Two flocks of 120 local Awassi sheep each,
B.N. and K.Z., were checked in this study. One of the
flocks (K.Z.) included about 30 local black goats as
well.
(A.),
GALKER
(F.),
Numbers and species of ticks collected in the 2 flocks
of sheep during the observation period are detailed in
table 1.
(2) : 233-235.
La distribution saisonnière de Rhipicephalus
bursu a été étudiée
pendant un an sur 2 troupeaux de moutons voisins de race Awassi qui
se trouvaient dans un foyer enzootique de babésiose ovine. Les taux
d’infestation des deux troupeaux par les tiques ont été très différents.
Les stades pré-imaginaux de R.b. ont été trouvés pendant les mois
d’hiver (novembre-mars) alors que les adultes sont apparus en avril et
ont persisté jusqu’au début de juillet. Les premiers cas cliniques de
babésiose ovine ont été décelés 2 semaines après la découverte des
premières tiques adultes. Les stades pré-imaginaux ont été trouvés
principalement sur le pavillon des oreilles tandis que les sites
préférentiels des tiques adultes sont, par ordre décroissant: la queue,
le corps et la tête. Peu de tiques adultes ont été trouvees sur les
membres. Mots clés : Rhipicephalus
bursa - Distribution saisonnière Lieux de prédilection - Israël.
11
160
Precipitation
(mm)
120
80
Rhipicephalus
bursa (Canestrini and Fanzago, 1877)
(R-b.) is considered a major parasite of sheep in the
Mediterranean
basin and southern part of the
Palaearctis mainly due to the transmission of ovine
babesias (a. ovis and /3. motas/) (13). Despite its
economic importance R.b. has been incompletely
studied. Like other two host ticks, R.b. has been
considered adapted to a habitat characterized by a
low average precipitation and a long dry summer (7).
The distribution of this tick species in Israel is largely
limited to the Mediterranean phytogeographical zone,
between 400-600 mm isohyets in hilly areas with terra
rossa and rendzinas types of soil (16). The seasonal
distribution of R.b. in Israel and its predilection sites
on the sheep body have been studied in 2 flocks of
sheep during one year. The results are described in
the present communication.
The observations were carried out during the period
October, 1982-October, 1983.
1. Hahaklait,
Reçu le 07.04.88,
Institute,
100
90 1 Relative
humidity
30 1 Temperature
Beit Dagan, Israel.
accepté le 14.06.88.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 233-235
(per cent)
(“C)
Months
10
-1982
11
12
1
2
3456789
-’
Max = Maximum
Gedera, Israel.
2. The Kimron Veterinary
40
1983
A = Average
Min = Minimum
Fig 1 : Monthly
precipitation
and monthly
average
relative humidity
and light heurs (october 1982-october
supplied
by the Institute of Meteorology,
Beit-Dagan,
of temperature,
198-3) (kindly
Israel).
233
Retour au menu
Communication
TABLE I Ticks collected in the B.N. and K.Z. flocks
sheep in the period October, 1982-October, 1983.
L : larvae.
N : nymphs.
of
The predilection sites of R.b. on the body of the sheep:
are described in table Il.
A : adults.
A total of 5,716 adult ticks were collected in both
flocks, 405 (7 per cent) of which were R.b.. It seems
that R.b. is much more abundant
in its ecological
habitat in Israel than previously suspected (4). Most of
the R.b. ticks (1,378) were collected in the B.N. flocks
whereas
only 27 specimens
were found during the
same period in K.Z. Similar uneven geographical
distribution
of tick species
has been described
elsewhere
(11) and apparently depends on the specific
characters
of these two ecological nitches. Out of 403
adult R.b. ticks collected, 221 (55 percent) were males
and 182 (45 per cent) females.
The seasonal distribution
of R-b. in the B.N. flock is
presented in Graph 1. The pre-imagina1 stages of R.b.
were found on the animals in the period November,
1982-March, 1983 while the adult ticks appeared firstly
in the middle of April, reached a peak in May and
persisted on the animals until the end of July. Similar
results
were described
in studies
carried
out in
neighbouring
countries (8, 9, 10). In Turkey (5, 6, 15)
and in the Balkans (1, 2, 3, 6, 12, 14) appearance
of
R.b. adult ticks is delayed by l-l.5 months.
[7 = LU&%?
A Number
of tecks (monthly
1
Similar results were reported elsewhere (15). Sporadic
cases of sheep babesiosis have been detected outside
the adult tick period of activity (YERUHAM, personal’
communication) and might be attributed to erratic;
R.b. adult ticks or relapses of chronic latent cases due’
to stress factors such as food shortage and helminthia- ~
sis in autumn months.
meaniô
q
q
anlmals)
130.
120.
:
Nymphs
:
Adulte
1 :
100.
/
90
Standard
errer
of the mean
+ _ Cllnlcal
cases
of babeslosls
in sheep
TABLE II Distribution of R. bursa
sheep(B.N. and K.Z., 1982/83).
Legs
ND*
Total
* Not done
344
ND*
100
The legs were examined
658
only
100
ticks on the body of the ~
13
403
in the last 6 months
3.2
100
13
1,405
of the study
Larvae and nymphs were mostly found in the pinnas
while adult ticks seem to prefer the tail and in
decreasing order the body and head. Few adult ticks
were found on the legs and in the interdigital space.
Similar results were reported elsewhere (8, 9). As
mentioned above, legs were checked only in the last 6
months of the study (April-October 1983), well beyond
the period of larval and nymphal infestations. In a
more recent sun/ey (YERUHAM, persona1 communication) legs were found to be a predilection site for the
attachment of these stages. Corporal distribution of
Rb. should be considered in control programs of Rb.
in sheep.
YERUHAM
(I.), HADANI
(A.), GALKER
(F.), ROSEN (Sh.). Notes
on the biology of the tick Rhi icephalus bursa (Canestrini and
Fanzago, 1877) in Israel. Revue ÉpZev. Méd. vét. Pays trop.; 1989, 42
(2) : 233-235.
10
-1982
Graph
(B.N.,
11
12
1
2
-
1 : The seasonal
1982-83)
3
4
5
6
7
8
1 Y63
distribution
of Rhipicephalus bursa in sheep
First clinical cases of babesiosis in sheep were detected about 2 weeks after the appearance of /WI. adults.
234
The seasonal distribution of the tick Rhipicephalus
bursa in sheep has
been studied during one year in two neighbouring flocks of Awassi
sheep in an enzootic focus of sheep babesiosis. Rates of tick
infestation on the two flocks were very different. Pre-imagina1 stages
were found on the sheep during the winter months of November- ~
March while adult ticks appeared in the middle of April and persisted
until the end of July. First clinical cases of babesiosis in sheep were
diagnosed 2 weeks after finding the first adult ticks. The pre-imagina1
stages were found mainly in the pinnas while adult ticks preferred in ~
decreasing order the tail, body and head. Few adult ticks were found
on the legs. Key words : Rhipicephalus
bursa
Seasonal distribution - ~
Predilection sites - Israel.
Retour au menu
ENTOMOLOGIE
References
1. ANGELOVSKI
(T.), PETROVIC (Z.), TOMCOVA
(D.). Piroplasmosis
in sheep in SR Macedonia. Ver. Glasn., 1963, 17 : 861-867.
2. BADESCU (C.), POPOVICI (1.) MIHAI (S.). Contributions to
the study of the ecology of the ixodids (six species) of the Mihai Brava
pasture of the district of Giurgiu (Rumania). Lucr. Ses. sfiint. Insu.
agron. Nicolae Balcescu (C), 1968, 11 : 311-325.
3. FEIDER (Z.), RAUCHBACH
(C.), MIRONESCU
(1.). The
ticks of Rumania. Cslka Parasit., 1958, 5 : 71-87.
4. FELDMAN-MUSHAM
(B.). Rhipieephalus bursa in Israel. Bull.
Res. COU~. Israel, 1953, 3 : 201-206.
5. GOKSU (K.). Biological studies of Rhipicephalus
bursa Canestrini
and Fanzago, 1877 (Acarina : Ixodoidea)
under the field and laboratory conditions. A.U. Ver. Fakul. Dergisi, 1969, 16 : 269-312.
6. HOFFMAN (G.), HORCHNEN (F.), SCHEIN (E.), GERBER
(H. C.). Seasonal occurrence of ticks and oiroolasms in domestic
animais in the Asiatic provinces of Turkey.‘Ber?. Münch. tierürztl.
Wschr.,
1971, 84 : 152-156.
7. HOOGSTRAAL
(H.). Biology of ticks. In : WILDE (J. K. H.),
ed. Tick-borne diseases and their vectors. Proc. int. Conf. Univ.
Edinb,urgh, CTVM, 1978. Pp. 3-14.
8. KOLHER (G.), HOFFMAN (G.), JANITSCHKE
(K.), WIESENHUTTER (E.). Studies towards knowledee of the ticks found in
Syria. Z. Tropenmed.
Parasit.,
1967, 18 : 375381.
9. LE RICHE (P. D.), ALTAN
(Y.), CAMPBELL
(J. B.),
EFSTATHIOU
(G. C.). Ticks (Zxodoidea)
of domestic animais in
Cyprus. Bull. em. Res., 1974, 64 : 53-63.
10. LIEBISCH (A.), ZUKARI (M.). Biological and ecological
studies on ticks of the genera Boophilus,
Rhipicephalus
and Hyalomma in Syria. In : WILDE (J. K. H.), ed. Tick-borne diseases and
their vectors. Proc. int. Conf. Univ. Edinburgh, CTVM, 1978.
Pp. 150-162.
11. MILNE (M. A.). The ecoloav of the sheeo tick. Ixodes ricinus L.
Distribution of the tick in relat&r to geology’, soi1 and vegetation in
northern England. Parasitology,
1944, 36 : 186-197.
12. MONOV (M.), PETROV (D.), MILOUSHEV
(1.). The occurrence, species ‘composition and‘ seasonal activity of ixodidae family
ticks in northwest Bulgaria. Ver. Nauki, 1977, 14 : 48-54.
13. MOTAS (C. S.). La piroplasmose ovine « Carceag ». C. r. Séant.
Soc. Biol.,
1903, 54 : 1522.
14. OSWALD (B.). On Yueoslavian (Balkan) ticks (Ixodoidea).
Parasitology,
1939, ‘31: 271-2gO.
’
’
’
’
15. OZKOC (I-J.), ONAR (E.), DOGRU (C.). An investigation on
the relation of seasonal activitv of Rhiniceohalus
bursa (Ixodoidea)
with Babesia ovis infection in sheep inThe=Marmara region. Pendik
veteriner
Mikrobiyoloji
Enstitüsii
Dergisi,
1982, 14 : 44-52.
16. YERUHAM
(1.) HADANI (A.), GALKER (F.), MAUER
(E.), RUBINA (M.), ROSEN (Sh.). The geographical distribution
and animal hosts of Rhipicephalus
bursa (Canestrini and Fanzago,
:8&7) in Israel. Revue Elev. Méd. véf. Pays trop., 1985, 38 (2) : 173-
235
G. Mandret 1
Retour au menu
Régime alimentaire
des ruminants
domestiques
(bovins, ovins, caprins)
exploitant
des parcours
naturels
sahéliens
et soudano-sahéliens.
III. Caractères
épidermiques
des
principales
espèces végétales
~consommées
au pâturage :
‘constitution
d’un atlas de référence en
vue de l’étude du régime alimentaire
MANDRET CG.). Réeime alimentaire des ruminants domestiques
(bovins. ovins, caprins) exploitant des parcours naturels sahéliens et
soudano-sahéliens. III. Caractères épidermiques des principales espèces végétales consommées au oâturage : constitution d’un atlas de
référence en vue de l’étude du kgime-alimentaire.
Revue Élev. Kéd.
vét. Pays
trop.,
1989,
42 (2) : 237-243.
L’analyse microscopique des débris végétaux contenus dans les fèces
ou les bols oesophagiens est une méthode d’étude du régime alimentaire
des animaux au pâturage. Ce travail est mené dans le cadre d’une
étude du système d’alimentation des ruminants sur parcours sahéliens
et soudano-sahéliens au Sénégal. L’auteur décrit les caractères épidermiaues des arinciuales ulantes (28 esnèces) consommées au nâturage
en ;ue de la Eonstikttion-d’un atias de;éf&nce.
Il montre un-exemde
de clé d’identification de 19 dicotylédones à partir de leurs caractères
éaidermiaues. Cette clé devra être comalétée et uourra servir à la
reconnaiskmce des débris végétaux conteuus dans ks têces ou les bols
oesophagtens. Mots clés : Ruminant - Régime alimentaire - Dicotylédone Plante fourragère - Épiderme - Identification - Microscopie Sénégal.
Un catalogue photographique de référence sur les
carac;ères épidermiques de 28 espèces fourragères a
été constitué. Ce travail entre ‘dans le cadre d’un
programme d’études sur l’alimentation des ruminants
des régions sahélienne et soudano-sahélienne du
Sénégal (programme conjoint franco-sénégalais :
IEMVT-CIRAD, LNERV-HA*).
Des échantillons de plantes fournis par le service
d’agropastoralisme et d’alimentation du LNERV de
Dakar et le service de botanique de I’IEMVT ont
permis de constituer cet atlas.
Le principe, la méthode et les limites de ce travail sont
exposés ici.
PRINCIPE
INTRODUCTION
L’étude des épidermes repose sur :
L’étude du régime alimentaire des animaux peut être
abordée par plusieurs méthodes. Les plus fréquentes
sont l’observation directe sur le terrain des animaux et
l’analyse microscopique des débris végétaux recueillis
à différents niveaux du tube digestif.
L’analyse microscopique des débris végétaux est
basée sur l’observation des caractéristiques anatomiques de leurs cellules épidermiques. La constitution
d’un atlas de référence décrivant les caractères épidermiques des principales espèces fourragères présentes
est indispensable pour cette analyse.
Pour réaliser un atlas, il est nécessaire d’étudier des
fragments d’épidermes provenant de différentes parties de la plante (feuilles, tige...) car les caractéristiques de l’épiderme varient entre les organes. Des clés
d’identification de certaines espèces ont été établies
en tenant compte de ces différences (6, 9, 10).
1. Institut
Tropicaux,
France.
Adresse
Reçu
d’Élevage
et
10 rue Pierre
actuelle
le 07.03.88,
de Médecine
Curie,
94704
: LNERV,
BP 2057,
accepté
le 25.03.88.
Vétérinaire
Maisons-Alfort
Dakar-Hann,
des
Sénégal.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 237-243
- la spécificité des caractères épidermiques pour
constituer un catalogue de référence des espèces
présentes sur les sites,
- la résistance de ces épidermes au transit digestif
pour déterminer la composition botanique des échantillons de bols oesophagiens ou de fèces.
Les caractères les plus variables indiquent plutôt les
voies évolutives de la famille végétale à laquelle
appartiennent les espèces étudiées, ou la réponse à
des conditions écologiques particulières.
On tient compte par ailleurs des variations intraindividuelles dues à la manifestation du développement hétéroblastique des taxons’: de la germination à
la floraison, les espèces hétéroblastiques produisent
des feuilles juvéniles puis des feuilles adultes accompagnées de modifications morphologiques plus ou
moins brusques qui rendent quelquefois l’individu
méconnaissable (4).
Pays
Cedex,
(*) Laboratoire
res, BP 2057,
National
Dakar-Hann,
d’Élevage
Sénégal.
et de Recherches
Vétérinai-
237
Retour au menu
G. Mandret
Principaux
types de poils tecteurs
observes
Lisse en crochet
/
/
;
BI’
Lisse en touffe
étoilée
Arborescent,
unisérié
pour
chacune
des branches
Vermiformes,
Unicellulaire,
à insertion
en crypte
pilifère
échinulé
en rosette
Crochu
Principaux
types de poils
A pédoncule
tête unisériée
F
sécréteurs
observes
unisérié et
et bisériée
0
A pédoncule
court
et tête globuleuse
Amas de cellules
A tête en doigt
de gant et pédoncule
A base sphérique
Planche
238
1 : Principaux
types
de poils
observés.
Poils
tecteurs
et poils
secréteurs.
plurisérié
sécrétrices
Retour au menu
ALIMENTATION-NUTRITION
L’idéal serait de prélever les échantillons
de référence destinés à l’atlas à tous les
développement
des espèces.
Ce travail
lqurd, on s’attachera
au moins aux stades
de forte consommation
par les animaux.
de plantes
stades du
étant très
présumés
Les caractères
épidermiques
n’ayant pas tous la
même importance,
l’étude a porté plus particulièrement sur la forme et la position des trichomes
(poils)
(Planche l), des stomates (Planche 2) et des cristaux
(Planche 3). La forme des cellules épidermiques,
des
nervures
et l’aspect
du bord du limbe sont des
caractères
secondaires
qui peuvent éventuellement
permettre de différencier
deux espèces entre elles.
MÉTHODE
sée permet, en cas de doute, de les repérer
puisqu’ils sont réfringents.
Cette méthode
coloration.
est simple
L’organe étant maintenu entre le pouce et l’index, on
prélève l’épiderme en l’entamant légèrement à l’aide
d’une lame de rasoir, de bistouri ou de scalpel, puis en
le décollant avec des brucelles. Lorsque cette opération s’avère trop difficile, on peut gratter délicatement
l’épiderme de la face opposée à celle que l’on veut
observer jusqu’à l’obtention de l’épiderme désiré.
Le contenu cellulaire est ensuite détruit (à l’exception
des phytolithes
et cristaux) en plongeant l’épiderme
décollé dans un verre de montre contenant de l’eau de
Javel additionnée de 3 gouttes d’alcool à 90”. L’alcool,
utilisé en faible quantité, ne fait pas précipiter l’eau de
Javel et permet une meilleure destruction
du contenu
cellulaire.
Devenu transparent,
l’épiderme est rincé dans de l’eau
additionnée de saponine ou de teepol.
Le montage de la préparation s’effectue entre lame et
lamelle, dans une goutte d’eau glycérinée (50-50). On
évitera la glycérine pure qui favorise la formation de
bulles sous la lamelle.
Les préparations
sont alors observées au microscope
photonique
à faible grossissement
(x84), en lumière
directe ou en contraste de phase si l’épiderme est très
clair. Les phytolithes
(corps siliceux) et les cristaux
s’observent
de la même façon mais la lumière polari-
et ne fait appel à aucune
On notera que chez la plupart des dicotylédones,
le
maximum
d’informations
est obtenu
à partir de
l’épiderme
inférieur de la feuille (sans pour autant
négliger l’observation
des autres organes).
Pour les
graminées, il est nécessaire de prélever les épidermes
inférieur et supérieur
du limbe, de la gaine, de la
hampe florale, de I’épillet...
Bien que STACE (10) pense que l’épiderme situé sur la
partie médiane du limbe offre le maximum de renseignements,
il est préférable
d’observer
le bord du
limbe également.
RÉSULTATS
Les techniques
d’obtention
des épidermes sont nombreuses (3). La méthode utilisée dérive de celles-ci :
Lorsque la plante est fraîchement
récoltée, le prélèvement des épidermes peut être aisé. Ce n’est pas le cas
pour les échantillons
secs qui doivent d’abord être
ramollis. Pour cela, ils sont portés à ébullition dans
l’eau pendant 5 mn puis laissés durant 48 h dans une
solution « alcool à 90” et eau » (à parties égales) et
enfin portés à nouveau à ébullition pendant 15 mn.
facilement
ET DISCUSSION
Le mode de description
des monocotylédones,
et plus
particulièrement
des graminées,’ diffère de celui des
dicotylédones.
La distinction
entre ces deux groupes
s’effectue
selon plusieurs types ‘de critères que l’on
peut hiérarchiser
de la manière suivante :
-
l’organisation
des cellules
-
l’orientation
-
les types de stomates
épidermiques
des nervures
et de trichomes.
En suivant cette hiérarchie, on s’aperçoit que chez les
monocotylédones(*),
il est nécessaire, pour le premier
point, d’associer
aux critères de différenciation
des
critères d’organisation
des cellules épidermiques
:
- en « files * (succession
linéaire de cellules) homogènes (cellules identiques entre elles) ou mixtes (éléments de catégories
différentes : stomates, poil) ;
- en <<colonnes
guës et présentant
l
(files mixtes ou homogènes
une certaine répétition).
conti-
Les cellules épidermiques
des graminées sont généralement allongées et disposées
en files parallèles aux
nervures (parallèles entre elles) comme en témoigne
la planche 4.
Les cellules épidermiques
des dicotylédones
contours
irréguliers et sont, dans la majorité
disposées
en puzzle (Planche 5).
ont des
des cas,
En ce qui concerne
l’orientation
des nervures
des
monocotylédones,
on constate
que, contrairement
aux dicotylédones,
elles sont généralement
parallèles.
(*) Graminées
dans le cas de cette étude.
239
Retour au menu
G. Mandret
Type
anisocyiique
Type
anomocytique
La distinction
aisée :
entre
les stomates des deux groupes est
- les stomates de dicotylédones sont de 4 types
principaux (Planche 2) alors que chez les monocotylédones on distingue un type unique aux lèvres de
I’ostiole subérifiées (Planche 4).
Graminée
Type
diacytique
Type
(cellules
épidermiques
allongées
parall&s
aux nervures)
paracytique
Planche 2 : Principaux
types de stomates observés.
Type anisocytique
:
trois cellules compagnes
dont une plus petite que les autres.
Type
anomocytique
: les cellules voisines des stomates ne se distinguent
pas
des cellules épidermiques.
Type diacytique
: les deux cellules compagnes qui entourent
le stomate ont leur paroi commune perpendiculaire
à l’ostiole.
Une cellule compagne
est plus petite et C incluse » dans une
cellule épidermique.
Type paracytique
: le stomate est entouré de deux
cellules compagnes
disposées parallèlement
à l’ostiole.
Planche 4 : Organisation
des cellules épidermiques
cellules épidermiques
allongées en files parallèles
Dicotylédone
non paralleles)
(cellules
epidermiques
aux
contours
d’une graminée
aux nervures.
Irréguliers,
--- Réseau
:
nervures
de nervures
-- Stomate
.~. Cellule
En bâtonnets
En petits
épidermique
prismes
Planche 5 : Organisation
des cellules épidermiques
done : cellules épidermiques
aux contours
irréguliers,
parallèles.
En plaque
En gros
240
En gros mâcles
prismes
Couple
Planche
de raphides
3 : Principaux
silice-subéreux
types de cristaux
observés.
d’une dicotylénervures
non
II est difficile de différencier les espèces ou même les
genres de graminées en fonction de leurs trichomes.
Cette difficulhé se rencontre également chez les dicotylédones. Certains types de poils peuvent cependant
caractériser un genre comme le montre la clé de
détermination au tableau 1.
Chez les graminées, l’observation des phytolithes est
très utile. Très fréquemment une cellule subéreuse, se
distinguant par l’absence de prolongement saillant et
par des contours légèrement parallélépipédiques, est
associée à une cellule siliceuse ou à des poils tecteurs
dans un épiderme de graminée (7). Elle est située du
côté basa1 de l’organe et s’étend davantage par
rapport à la cellule siliceuse.
Cette association cellule subéreuse-cellule siliceuse
ne se rencontre pas sur les dicotylédones observées.
Les principaux types de cristaux reconnus sur ces
dernières sont sous forme de bâtonnets, de prismes,
de mâcles ou de raphides (Planche 3).
Retour au menu
ALIMENTATION-NUTRITION
TABLEAU
I
Clé d’identification
Type
de quelques espèces végétales appétées (dicotylédones)
Famille
des stomates
Caractères
I Cristaux
prismes
Description
des cristaux
en grains de sable
isolés
à partir
de caractéristiques
Espèces
correspondantes
des poils
Poils sécréteurs à pédoncule très développé et plurisérié,
tête sécrétrice
en
doigt de gant
+ gros
Poils tecteurs unicellulaires
échinulés
le limbe avec insertion en rosette
Frnisocytique
Fabaceae
1 Cnstaux
en bâtonnets
la nervure principale
navette
Cristaux
rhomboïdes
octaédriques
ronds dans les nervures
Cristaux
nombreux
mâcles sur le limbe
Cristaux peu
nombreux
A,nomocytique
Capparaceae
Caryophyllaceae
Combretaceae
Tiliaceae
en forme
En mâcles
isolés
Navettes branches
égales et souvent
repliées en U
ou Poils tecteurs vermiformes
échinulés’
tête en forme d’ancre à 3 branches
de gros Poils tecteurs arborescents
rares,
riés pour chacune des branches
groupés
Absence
Absence
Poils sécréteurs
cristaux
en prismes
aspera
Indigofera
diphylla
senegalensis
unisé- Polycarpaea
linearifolii
Combretum
Combretum
micranthun
nigricans
en champignons
-Poils tecteurs vermiformes
lisses avec Combretum
glutinosun
Guiera senegalensis
dans les cryptes pilifères aux contours réguliers
Poils, tecteurs yares
en aiguillons Ilsses
surla nervureprin.Corchorusmens
c,pale
poils tecteurs
lisses
en touffes étoilées Grewia
sur le limbe
de crlstaux
Poils tecteurs unicellulaires échinulés très
courts à très longs avec insertion dlrefte
sur le limbe
Blepharis
Poils sécréteurs
à pédoncule trés court
et tête globuleuse
de cristaux
Poils tecteurs unicellulaires
ou unisériés,/
échinulés avec insertion en rosette sur le
limbe
Leptadenia
Poils sécréteurs à base sphérique et plurisériés. tête globuleuse
Poils !ecleurs
Cristaux en grains de sable dans le limbe unice,lula,res
et en prismes alignés dans les nervures
échinu,és
laracytique
Indigofera
à Boscia
En mâcles isolés uniquement
t
Asclepiadaceae
Ceaesalpiniaceae
Fabaceae
Rubiaceae
ta
ou
poi,s sécréteurs
à
Cristaux en grains de sable et gros mâcles pédoncule unice,lusur le limbe, en prismes et mâcles alignés laire et allongé avec
dans les nervures
tête globuleuse pluricellulaire et cellule
Cristaux en gros prismes et petits macles apica,e
cloisonnée
sur le limbe
longitudinalement
Acanthaceae
glochidia
Absence de cristaux
Nombreux
nervures
l[Iiacytique
Zornia
sur
Navettes branches
inégales et souvent
Poils tecteurs échi- à plat
le long de nulés en forme de
alignés
épidermiques.
De long,ieurs différentes et à base élargie
Cassia
bicolor
linariifolia
hastata
mimosoides
-1
De mêmes longueurs
,~ à base non élargie
et Cassis
obtusifo,ia
Poils tecteurs unicellulaires lisses en crochets sur le limbe et longs échinulés sur
Nombreux cristaux en oetits prismes dans ,es nervures
le limbe et en prismes alignés dans les
Alysicarpus
nervures
Poils sécréteurs unisériés à tête pluricellulaire unisériée
et bisériée
Poils tecteurs et aiguillons séparés par
des micro-aiguillons
sur le bord du I~m~eiSpermacoce
plaques
Cristaux
Poils tecteurs
unicellulaires
contenant des cristaux
échinulks
Poils tecteurs
unicellulaires
en grains de sable dans le limbe uniquement sur ,es nervures
échinulés,
~Avec des prismes
I
ovalifolius
radiata
Spermacoce
stachyde,
1
3
-1
Feretia
apodanthera
241
Retour au menu
G. Mandret
Chaque partie de la plante possède une distribution
épidermique
qui lui est propre. Chez les graminées,
l’épiderme foliaire est d’autant plus différencié que la
feuille est située plus près de l’inflorescence
(9).
dues aux maladies bactériennes. De plus, la qualité de
l’information dépend de la taille du fragment observé.
l
CONCLUSION
L’utilisation
des caractères
épidermiques
permet
d’établir une clé d’identification.
On a, à titre d’exemple, reproduit au tableau l une clé de détermination
des dicotylédones
étudiées.
LIMITES
Certaines
particularités
de l’épiderme
peuvent être
caractéristiques
d’une famille, comme le type anomocytique des stomates de la famille des Tiliaceae, ou
encore permettre de différencier
le genre et l’espèce
comme c’est le cas pour les cristaux dans la famille
des Rubiaceae (8). Mais un caractère
isolé ne peut
suffire à déterminer
un taxon, ce caractère
pouvant
être commun à plusieurs genres.
II faut donc dégager
des groupes
de Caractères.
Lorsque l’étude porte sur une zone très étendue, un
ou plusieurs pays par exemple, il faut tenir compte des
variations possibles d’une même espèce. Les caractères épidermiques seront vérifiés sur l’aire de répartition de l’espèce étudiée.
D’après ces observations, on peut dire qu’aucun type
d’épiderme n’est lié à un milieu déterminé.
Un sol très humide peut, par exemple, entraîner une
modification du régime de l’élongation et de la maturation des épidermes, mais non le type de leur différenciation. Les variations dues au milieu portent surtout
sur les caractères quantitatifs (exception faite des
caractères quantitatifs dépendant de leur situation sur
l’organe considéré).
Ce type d’analyse présente certains avantages, confirmés par CHAPUIS (1) à propos d’un autre herbivore, le
lapin de garenne :
De plus, il est clair que les caractères épidermiques
d’une espèce végétale peuvent varier avec sa descendance ; la variation pouvant être attribuée à des
facteurs génétiques ou écologiques. II est donc souhaitable, dans l’éventualité d’une utilisation prolongée
de l’atlas, d’étudier l’effet de ces facteurs.
- la détermination des débris végétaux récoltés peut
être assez précise car elle s’appuie sur plusieurs
critères d’identification ;
- cette méthode permet d’étudier les variations du
régime alimentaire des animaux dans le temps et dans
l’espace.
Pour l’étude des débris végétaux, il faut aussi être
prudent dans l’identification, car des erreurs peuvent
être induites par des variations de l’épiderme qui sont
II est important que l’observateur soit toujours la
même personne, car la reconnaissance des caractères
épidermiques requiert une certaine habitude.
MANDRET (G.). The dietary preferences of domestic ruminants
(cattle, sheep and goats) on Sahelian and Sudano-Sahelian ranges.
III. Epidermic characteristics of main plant species grazed on pastures : constitution of a reference atlas to study the dietary preferences.
MANDRET (G.). Régimen alimenticio de 10s rumiantes domésticos
(bovinos, ovinos, caprinos) pastoreando pastos naturales sahelianos y
sudano-sahelianos. III. Caracteres epidérmicos de las principales
especies vegetales pastoreadas : constitution de un atlas de referencia
para el estudio del régimen alimenticio. Revue Élev. Méd. vét. Pays
trop.,
1989, 42 (2) : 237-243.
Élev.
Méd.
vét.
Pays trop.,
1989,
42 (2) : 231-243.
Microscope analysis of vegetal fragments debris contained in the faeces
and in the alimentary bolus is a method for studying the animals’ diet
on pastures. This work is conducted within the scope of a ruminant
242
~
~
L’analyse microscopique des caractères épidermiques ~ ~
permet dans la plupart des cas de différencier des
espèces entre elles.
Au niveau de la détermination des graminées, CHAPUIS (1) fait remarquer que certains épidermes ont
des structures très proches, empêchant une identification sûre. Ceci montre les limites de l’étude microscopique des épidermes recueillis sur des fragments
végétaux pendant ou après le transit digestif.
Revue
~
- l’animal n’est pas influencé dans son choix alimentaire par l’observateur ;
El analisis microscopico de 10s residuos vegetales contenidos en las
heces o 10s bolos esofagicos es un método de estudio del régimen
Retour au menu
ALIMENTATION-NUTRITION
diet enquiry over Saheliin and Sudano-Saheliin pastures in Senegl.
The author describes the epidermic cbaracters of the main grazed
alants (28 suecies) ‘MI as to constitute a reference atlas. An examale of
ihe ide&ïiation’
key is exposed for 19 dicotyledones from‘their
epidermic characters. This key Will have to be completed and Will help
t6 recognize the plant debris contained in the -faeces and in thë
alimentary bolus. Key words : Ruminant - Diet - Dicotyledon Fodder plant - Epidermis - Microscopy - Senegal.
alimenticio de 10s animales a1 pasto. Se realiza este trabajo en el
ambito de una encuesta sobre el sistema de alimentation de 10s
rumiantes sobre oastos saheliinos v sudann-sahelianos en Senegal. El
autor describe los’caracteres epidérmicos de las principales plan& (28
esuecies) pastoreadas para constituir un atlas de referencia. Da un
ejëmplo de clave de idêntifïcaci6n de 19 dicotiledones a partir de sus
caracteres epidérmicos. Se necesitad completar esta clave que podti
utilizarse para reconocer 10s residuos vegetales contenidos en las heces
o 10sbolos esof6gicos. Palabras claves : Rumiante - Régimen alimenticio - Dicotiledon - Planta forrajera - Epidermis -1dentificacion Microscopia - Senegal.
BIBLIOGRAPHIE
1. CHAPUIS (J. L.). Le régime alimentaire du lapin de garenne, Orycfolagus cuniculus (L.) 1758 dans deux habitats
contrastés : une lande bretonne et un domaine de l’Ile-de-France. Thèse 3ème cycle, Univ. Rennes, 1979. 210 p,
2. DILCHER
(D. L.). Approaches to the identification
of angiosperme leaf remains. Bof. Rev.,
3. FAGGION (M. H.). Comparaison des techniques utilisées pour l’identification
fèces des herbivores sauvages. D.E.A. Physiologie végétale, 1974. Pp. l-47.
4. GORENFLOT
(Actual bot).
(R.). Niveaux et diversité des variations intra-individuelles.
5. GUERIN (H.), RICHARD (D.), FRIOT (D.), MBAYE
sahéliens. Reprod. Nutr. Dev., 1986, 26 (1B) : 269-270.
6. LIVERSIDGE (R.). Identification
5). Pp. 153-165.
1974, 40 (1) : l-145.
des débris végétaux contenus dans les
Bull. Soc. bot. Fr.,
1985, 132 (2) : 7-17.
(H.). Les choix alimentaires des bqvins et ovins sur pâturages
of grazed grasses using epidermal characters. Proc. Grassld Soc. SH Afr., 1970. (Vol.
7. MANDRET
(G.). Bovins, ovins, étude de la valeur alimentaire des parcours naturels au Sénégal. Utilisation des
caractères épidermiques des contenus digestifs. Atlas épidermique. D.E.A. Systématique des Phanérogames, Univ. Paris
XI, 1985. 127 p.
8. METCALFE
(C. R.), CHALK
9. PRAT (H.). L’épiderme
326.
(L.). Anatomy of the Dicotyledone.
Oxford, Oxford University Press, 1950.
des graminées, étude anatomique et systématique. Annls
10. SOUEGES (R.), BONARD
Scientifique, 1913.
(E.). Tableaux
élémentaires
Sci. nat.,
d’analyse micrographique.
Sér. A Bof.,
Paris, Librairie
1932, 10 : 11%
Médicale
et
11. STACE (C. A.). Cuticular studies as an aid to plant taxonomy. 1965, 4: 21-23.
243
H. Planton 1
au menu
Le régime Retour
alimentaire
des ruminants
domestiques
(bovins, ovins, caprins)
exploitant
des parcours
naturels
sahéliens
et soudano-sahéliens.
IV. Essai de description
du régime par
analyses
micro-histologiques
d’échantillons
de collectes
du berger,
bols oesophagiens
et fèces recueillis
sur des bovins et des ovins
PLANTON (H.). Le régime alimentaire des ruminants domestiques
(bovins, ovins, caprins) exploitant des parcours naturels sahéliens et
soudano-sahéliens. IV. Essai de description du régime par analyses
micro-histologiques d’échantillons de collectes du berger, bols oesophagiens et fèces recueillis sur des bovins et des ovins, Revue Élev.
Méd.
vét. Pays
trop.,
1989, 42 (2) : 245-252.
Un programme de recherches sur l’utilisation des pâturages tropicaux
par le bétail domestique a été mis en place au Sénégal. Au cours des
études sur le terrain, de nombreuses informations ont été recueillies et
de nombreux prélevements effectués. Ces derniers visaient essentiellement trois buts: connaissance de la comnosition du uâturaae. de ia
composition du régime alimentaire et relaiions entre eux. La-methode
dite des épidermes, plus fréquemment utilii
en zone tempérée, a été
retenue pour analyser et comparer la composition botanique de 105
échantillons : collectes du berger, prélèvements oesopbagiens et Fies,
recueilli au cours d’un cycle de 12 mois. Au vu des résultats obtenus,
quelques problèmes méthodologiques sont soulevés et discutés. Mots
clés : Bovin - Ovin - Caprin - Comportement alimentaire - Régime
alimentaire - Bol oesophagien - Fèces - Composition - Histologie Sénégal.
INTRODUCTION
Dans le cadre d’un programme conjoint de recherches,
I’IEMVTCIRAD
(Maisons-Alfort)
et
le
LNERV/ISRA (Dakar) se sont proposé d’approfondir
leurs connaissances sur l’alimentation du bétail tropical au Sénégal.
Les prélèvements étaient :
- des échantillons « représentatifs * du régime : les
collectes du berger (CB) (9) ;
- des bols oesophagiens (BO) ou des contenus de
rumen (Cl?) recueillis sur des animaux fistulés ;
-
des fèces (F).
Mis à part quelques fèces, tous les échantillons ont
été séchés et broyés.
II a paru intéressant de rechercher, par l’analyse
microscopique des épidermes végétaux, la composition botanique de certains échantillons et de comparer
les résultats obtenus à ceux enregistrés sur le terrain
(10). II ne sera question ici que de l’analyse microhistologique, faite en 1986, de prélèvements effectués
sur bovins et ovins dans le secteur de Doli en 1982 et
1983.
Quelques éléments sur le travail de terrain et sur la
confection d’un atlas de référence seront rappelés
dans un premier temps. Puis les méthodes d’analyse
seront détaillées avant l’exposé des résultats obtenus.
Ces derniers seront commentés,
et quelques
réflexions en sont tirées dans la perspective de la
poursuite des travaux.
Les études visaient à mieux cerner, en fonction de la
composition floristique du pâturage disponible :
RAPPELS SUR LE DISPOSITIF
EXPÉRIMENTAL
DE
TERRAIN
- les compositions botaniques des régimes alimentaires sélectionnés par chaque espèce animale sur parcours naturel ;
-
leurs valeurs nutritives.
Les observations de terrain et les prélèvements ont été
réalisés au Sénégal dans les régions de Tessekre,
Vindou et Doli, en 1981, 1982 et 1983. La composition
botanique des collectes du berger (CB) a été déterminée au fur et à mesure de leur récolte. Nous l’appelons
I’« ingéré observé * (10). Tous les prélèvements ont
été analysés chimiquement en vue de déterminer la
valeur nutritive du régime, si possible en fonction de
sa composition botanique.
1. IEMVT,
France.
10 rue Pierre Curie, 94704 Maisons-Alfort
Adresse actuelle : Lanavet, BP 503, Garoua-Bokle,
Reçu le 08.03.88, accepté le 2503.88.
Cédex,
Cameroun.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2): 245252
Le milieu
et les animaux
Le pâturage appartenant au ranch de Doli (SODESP*)
couvrait une surface de 740 ha subissant une charge
de 7 ha/UBT.
La production de biomasse aérienne à la fin de la
saison pluvieuse 1982 a été en moyenne de 1 500 kg
MS/ha irrégulièrement répartis : les zones proches
des abreuvoirs, où poussaient surtout des Iégumineuses, n’ont produit que 600 kg MS/ha, tandis que plus
loin on enregistrait jusqu’à 2000 kg MS/ha.
(*) SODESP : Société de Développement
sylvo-pastorale.
de I’Élevage en zone
245
Retour au menu
H. Planton
Cette hétérogénéité
a conduit à distinguer
quatre
parcelles couvrant chacune 150 à 200 ha (secteurs A,
B, C, D) (9) aussi bien pour l’étude de la végétation
que celle du régime des animaux.
Le troupeau d’expérience
comprenait 30 ovins mâles
de race Peul-Peul, 3 à 5 ovins fistulés (oesophage
ou
rumen), 5 zébus mâles Gobra de 2 ans, 66 zébus de 1
an. II y avait en plus un zébu fistulé (rumen) jusqu’en
août 1982, et deux autres fistulés de l’oesophage
après cette date.
La reconnaissance
d’un épiderme résulte de l’étude
synthétique
des différents
éléments qui y sont visibles :
-
nervures
-
cellules
(orientation)
(orientation,
- sfomates (présence,
périphériques)
;
-
poils (présence,
autres
;
agencement,
forme,
type, organisation
aspect)
taille) ;
des cellules
;
détails : granulations,
cristaux...
Les prélèvements
Des analyses microscopiques
ont été effectuées
échantillons
récoltés aux périodes suivantes :
Bovins : septembre-octobre
Ovins : septembre
1982 ; mai-juin
1982 ; mai-juin
sur
d’un
atlas
de référence
Le premier temps d’une analyse de régime alimentaire
par la méthode des épidermes
consiste
obligatoirement en la réalisation d’un atlas de référence.
1983.
1983 ; août 1983.
Les collectes du berger ont porté sur l’ensemble
troupeau. Cette technique, basée sur l’observation
l’imitation des animaux, est détaillée par ailleurs
Constitution
du
et
(8).
Les bols oesophagiens
sont en revanche des prélèvements individuels
effectués simultanément
avec les
précédents.
Ils sont obtenus par fistulation incomplète
de l’oesophage de certains animaux, ce qui permet de
dévier du transit
normal une partie des aliments
ingérés.
Les séances
de prélèvements
duraient
une demiheure aux heures des grands repas et avaient lieu 8 à
12 fois par mois.
Les prélèvements
de matières fécales ont été effectués
sur six bovins ou huit petits ruminants et se composent du mélange de la totalité des fèces émises par
chaque espèce (récolte en sacs) pendant cinq jours.
Certains prélèvements
(BO, CB) peuvent être rattachés
à une zone (secteurs
A, B, C, D). En revanche, les
fèces sont a nriori représentatives
du régime moyen
ingéré sur I’ensemble’du
pâturage.
Celui-ci
se compose
d’un ensemble
d’épidermes
d’origine
connue montés entre lames et lamelles,
chaque lame ne comportant
qu’un type d’épiderme.
L’observation
de cette collection
de lames permet
d’apprendre
à reconnaître
les images qui seront
ensuite recherchées
lors de l’analyse des contenus
digestifs.
Lors d’une première étude (11) un atlas rassemblant
28 espèces
fourragères
a été constitué.
II a fallu
compléter cette collection et actuellement 64 espèces
y figurent.
Choix des épidermes
Espèces
végétales
Après réalisation d’un herbier de la flore disponible, le
mieux est de préparer des lames de référence à partir
de tous les organes de toutes les plantes. On peut se
limiter dans un premier temps à un nombre réduit de
végétaux dont la consommation
a été observée.
Prélèvement
des épidermes
L’aspect des épidermes varie selon le lieu où ils sont
situés sur la plante (4, 14). II faut donc essayer de
prélever des échantillons
d’épidermes
sur les organes
suivants :
MATÉR .IEL ET MÉ THODES
1. cas des Monocotylédones
-
Principe
de la méthode
Les épidermes
des plantes terrestres
(3) sont recouverts d’une cuticule, résistante à la digestion pour la
plupart
d’entre
eux.
Cette
cuticule
conserve
l’empreinte
des caractéristiques
anatomiques
de
l’épiderme sous-jacent
(1).
246
limbes
: faces supérieure
gaines : faces
rieure (= externe)
supérieure
-
hampes
épillets
(glumes,
-
graines
ou fruits
glumelles)
et inférieure
(= interne)
ou fleurs
et infé-
Retour au menu
ALIMENTATION-NUTRITION
2. cas des Dicotylédones
feuilles
supérieure
: faces
Après de nombreux rinçages, les fragments sont prêts
à être montés entre lame et lamelle dans une goutte
de glycérine.
:
inférieure
et éventuellement
pétioles de feuilles ou rameaux jeunes (assimilés aux tiges)
-
organes
fruits,
noyaux.
Obtention
floraux
graines
(pétales,
sépales)
et éventuellement
coques
de
Atlas photographique
A partir des lames de référence ainsi constituées,
des
clichés sont pris, montrant
un maximum d’aspects
différents
de chaque épiderme.
Le film
convient
des fragments
La technique
la plus utilisée consiste
à prélever
directement
sur une plante connue des fragments
d’épidermes
puis, après traitement
approprié,
à les
monter entre lames et lamelles,
La réalisation
pratique de cette opération
présente
presque autant de variantes que d’utilisateurs.
Une
étude comparative
de différentes méthodes a été faite
(6).
La méthode retenue ici, qui diffère légèrement
de
celle de MANDRET (11) peut être résumée comme
suit :
- si la plante est sèche, la réhydrater
par trempage
long (48 h) ou en la portant à ébullition durant 15
minutes ;
-en
ne s’intéressant
pour un organe donné qu’à une
face à la fois et décoller des lambeaux d’épidermes
en
notant soigneusement
leur provenance.
Kodak « Infocapture
AHU microfilm
particulièrement
à cet usage.
Pour pouvoir comparer entre elles les épreuves tirées
sur papier, toutes les photographies
sont prises au
même grossissement
(x 100) et agrandies sur papier
sans
recadrage,
toutes
à la même
dimension
(9 x 13 cm).
Les photographies
classeur à feuillets
Préparation
digestifs
sont ensuite
mobiles.
de contenus
Dans certains cas, la destruction
du contenu cellulaire
n’est pas assez poussée. On doit alors recourir à une
attaque chimique complémentaire
en quatre temps,
dérivée des méthodes de MARTIN (13) HEGG (10) et
ZETTIEL (15) :
-
- 10 mn à 6 “C dans
nitrique (10 ml d’acide
Les fragments
ainsi obtenus sont recueillis dans de
petits récipients
remplis d’eau en veillant à ne pas
mélanger des épidermes d’origines
différentes.
dans un
Avant montage entre lames et lamelles, ces échantillons doivent subir un traitement
éclaircissant
analogue à celui décrit plus haut pour les épidermes
de
référence.
- soit gratter l’épiderme situé sur la face visible
fragment végétal (côté objectif) ;
-soit
gratter toute l’épaisseur du limbe, pour dégager
l’épiderme sous-jacent
(côté platine).
regroupées
des échantillons
II arrive souvent que des épidermes
soient fragiles.
Dans ce cas, il est préférable de manipuler sous loupe
binoculaire et de tenter d’obtenir plusieurs fragments
d’épidermes
selon l’un des deux principes suivants,
en récupérant
tout lambeau arraché :
du
1454 R
10 mn à 60 “C dans une solution
potasse (10 pastilles pour 50 ml) ;
-
rinçages
rinçages
abondants
aqueuse
de
;
une solution aqueuse d’acide
fumant dans 50 ml) ;
abondants.
Quatre
lames
échantillon.
sont
ensuite
réalisées
pour
chaque
Choix des échantillons
Traitement
Une fois les épidermes décollés, il subsiste un peu de
parenchyme
sur leur face interne. Un traitement
à
l’eau de Javel (solution commerciale
à 48 “CI, dilution
1 + 4 dans l’eau, 1 minute maximum) permet d’éclaircir la préparation
en éliminant les composants
indésirables.
Le but de l’étude était de comparer la composition
des
régimes alimentaires déterminés sur le terrain (ingéré
observé (10) = description
macroscopique
de la collecte du berger) et celles déduites de l’analyse microscopique d’échantillons
représentant
le régime (collecte du berger (CB), bols oesophagiens
(BO) et fèces
(0).
Parmi les échantillons
disponibles,
les 105 retenus se
répartissent
comme suit :
247
Retour au menu
H. Planton
- bovins
: septembre-octobre
41 Dicotylédones
(dont 8 légumineuses
25 ligneux dont 8 légumineuses).
1982 :
11 BO, 6 CB, 2 F = 19
mai-juin
- ovins
: septembre
34
1982 :
Ceci montre les limites du catalogue qui a été constitué et souligne l’importance
de posséder un atlas de
référence le plus complet possible.
2 BO, 4 CB = 6
mai-juin
1983 :
18 BO, 15 CB, 2 F=
35
Diversité
août 1983 :
5CB,5BO,l
F=il
ce qui permet
- les types
observé ;
de comparer
:
d’échantillons
deux espèces
animales
entre
eux et à l’ingéré
extrêmes
d’un
entre elles.
Tous les échantillons
retenus avaient été séchés à
80 “C et broyés (grille de 1 mm) en vue de leur analyse
chimique.
Lecture
des lames-échantillons
Pour un échantillon,
100 fragments
végétaux sont
identifiés
en continu
au grossissement
x 100 sur
chacune des 4 lames préparées.
La moyenne des 4
valeurs est retenue comme composition
botanique de
l’échantillon.
Les épidermes
des catégories
pris en compte sont classés
de la figure 1.
Indetermlnees
<
Déterm,nées
dans une
Graminées
<
Monocoty’édo”es
floristique
On ne s’attache
régime c’est-à-dire
- une espèce animale à deux saisons
même cycle végétatif ;
-
et
Sur ces 64, 11 espèces ou groupes d’espèces ont été
identifiés sur les lames. En revanche, 69 images ne
figurant pas dans l’atlas ont été observées. Un numéro
d’indéterminées
leur a été attribué (1 à 69).
1983 :
19 BO, 12 CB, 3 F=
herbacées
<
Selon
du régime
ici qu’à
au nombre
l’aspect
d’items
qualitatif
du ~
(*) observés.
~
le lieu
Quatorze items seulement sont observés sur les quatre
zones. En revanche, 23 n’apparaissent
que dans une ~
seule zone : 7 dans les secteurs
A et C, 8 dans le I
secteur D, 1 dans le secteur B.
Selon
la saison
Quarante-neuf
épidermes sur 68 soit 72 p. 100 ne sont
observés
qu’à une seule saison : 9 (13 p. 100) en
saison sèche, et 40 (59 p. 100) en saison humide.
~
Si l’on compte
le nombre
d’items
observés
sur
l’ensemble des lames de chacune des 5 périodes de ~
prélèvement,
la même tendance se dégage : la variété
d’images est plus grande en saison des pluies qu’en ~
saison sèche.
Le régime alimentaire
semble plus varié durant la
période humide. Mais l’atlas constitué
ne permet pas
de préciser
s’il s’agit d’une gamme plus étendue
d’espèces
végétales ou d’une période où la diversité
des organes
disponibles
sur les plantes est plus
importante.
On ne sait pas non plus si les cuticules épidermiques
peuvent s’altérer au cours de la saison sèche.
Autres
Dicotylédones
Fig.
1 : Classement
des épidermes
par
Cas des fèces
catégorie.
Des mélanges de fèces ont été analysés pour les 4 ~
tests où il y en avait de disponibles
; 70 à 100 p. 100 ~
des fragments
observés
sur les lames étaient des
fibres, 15 p. 100 en moyenne étaient des épidermes.
RÉSULTATS
Parmi les végétaux appétés recensés sur le pâturage,
64 espèces figurent dans l’atlas de référence :
23 Monocotylédones
(dont 21 graminées)
;
Le taux d’épidermes
dans des échantillons
broyés est
inférieur à, celui que l’on observe sur la fraction non
brovée de ,ces mêmes échantillons.
-(*) Items : catégories
végétales
identifiées
lors de la lecture
lames-échantillons.
Le mot peut désigner
un embranchement,
une famille,
une espèce,
un genre ou une indéterminée.
des
~
;
~
Retour au menu
ALIMENTATION-NUTRITION
Moyennes
On peut penser qu’il y a eu altération du matériel
végétal entre sa récolte et son analyse et qu’il ne faut
pas trop se fier aux résultats obtenus.
Variabilité
toutes
zones
confondues
Le tableau I montre que les écarts-types
sont relativement plus petits lorsque l’on s’intéresse
à une vaste
catégorie de végétaux (graminées)
comparativement
à un genre (Indigofera).
des résultats
Les bols oesophagiens
sont des prélèvements
individuels. II est normal d’observer des variations imoottantes d’un échantillon à l’autre. On pourrait s’attendre à
une homogénéité plus grande en analysant des collectes du berger récoltées sur une même zone à la même
époque. Ce n’est pas le cas : les écarts-types
sont
importants dans près de la moitié des cas (Tabl. 1, II).
Les résultats qui sont brièvement exposés ci-dessous
sont donc à considérer
comme oréliminaires
et à
manier avec précaution.
Comparaison
des modes de prélèvements
Seule la contribution
des graminées occupe une place
comparable
dans les échantillons
de BO et de CB
analysés. Les autres items présentent
des variations
importantes
et il ne se dégage pas de tendance
générale nette. On peut à ce sujet invoquer des causes
encore mal contrôlées
:
. digestion
non arrêtée
après
prélèvement
?
TABLEAU
I Contributions
comparées (en p. 100) de quelques items dans le pâturage, le régime alimentaire observé par le berger
(ingéré observé, IO, pour les bovins et les ovins) et les échantillons représentant le régime (bols cpsophagiens, BO ; collectes du berge< CB), en saison des pluies.
Bo~ns = septembre-octobre
I
I
I
Items
BO
/
CB
1962
0~1s = septembre 1982
1
Ovins = a001 1983
T
BO
F
CB
BO
10
s
(""6)
Graminées
Indigofera
Alysicarpus
Autres Iégumineuses
Rubiacées
Llllacées
Drimia
Combretacées
Autres ligneul
Autres dicotylédones et
mdétetmlnées
Fibres (*)
173.5
6
0.1
16.5
5,4
0.1
12.6
2.1
0,2
19,9
i,a
<25)
0.5
10.6
1.4
326
i"i
4.6
5;
0.1
0,8
8
8
il,2
9.5
;,;
i ;,;j
10
7.2
2
+
0.2
0,3
10.4
10.9
3.1
( 1.1)
15.7
27
67.2
E.5
-
F
10
s
(“X=l),
11.5
5
21.9
2.3
5.2
20.1
1.3
4.9
17.1
0.8
2.4
6.7
1.5
a,2
16.5
21.5
39.9
2.9
24,9
1.8
14.7
16.7
5::
10
7.0
9.8
6.5
s
s
31,2
1
0,7
12.6
-
1.4
la.4
T
56.3
50.6
1 (19.2)
15.8
27
,::
84 p. 100
)
O2
65 p 100
a6 p. 100
t
(')
Le pourcentage
de fibres n'est indiqué que lorsqu'il
atte~nl une valeur anormalement
élevée
TABLEAU
II Contributions
comparées (en p. 100) de quelques items dans le pâturage, le régime alimentaire observé par le berger
(ingéré observé, 10, pour les bovins et les ovins) et les échantillons représentant le régime (bols ozsophagiens, BO ; collectes du berger, CB), en saison sèche.
r
Bovins
Disponible
Items
I:i2
1
BO
10
40
5
22
25
et
600f/ha
14/ha
7
GB
25,5
27,2
124.4
i
23
28,5
-
/
IL
115
4
~
F
O~I~S = mai-juin
~
BO
23.5
I 6
Ii.5
16
1
Il,5
4.4
24.7
3,9
15,9
p.
100
1983
CB
F
Ti
(n=?
X
(n=18)
23.5
0.1
7.9
38,2
4,O
48x6
75
~
l
1983
/ s
1
(nzl8)
Graminées
Indigofera
Alysicarpus
Autres légumineuses
Rubiacées
Liliacées Drimia
Combretacées
Autres ligneux
Autres dicotylédones
indéterminées
Fibres (*)
= mai-juin
75 p
0,3
0.5
9.4
20,4
1
0,3
100
99.5 p 100
3.5
+
8,5
1 3::z
I 15.5
~ 7,5
/ +
I 10,5
’
1.3 j
/
(n=x15)
’
1.1
3,2
4,8
1,2
2,1
75.4 1, 12,8
8,7
57,2
11.3
29,9
13,o
ia,o
2,1
/
1x9
77
4.1
17.5
I
p.
100
77
j
i
s
4
p.
100
249
Retour au menu
H. Planton
. effet berger
DISCUSSION
?
comparaison
des mélanges
de prélèvements
(CB et F) ?
. effet broyage
observé
(BO) à
Inventaire
?
Comparaison
des résultats
données
de terrain
Ingéré
individuels
et collecte
d’analyses
aux
du berger
II s’agit de deux analyses
différentes
d’un même
échantillon
mais à quatre ans d’intervalle
et après
broyage et stockage
pour les CB. Les graminées
conservent
des valeurs voisines dans les deux cas.
Les légumineuses
sont moins bien représentées
dans
les CB. Les autres items sont généralement
niieux
représentés
dans les CB.
Espèces
animales
La composition
botanique du pâturage n’a été étudiée
qu’en début de saison sèche. Le « disponible
de
départ » est la seule évaluation que l’on sache faire
ayant un intérêt pratique.
Dans la réalité, certains groupes végétaux (espèces ou
emplacements)
disparaissent
plus rapidement
que
d’autres ou apparaissent
plus tardivement
(fructification des ligneux, cycle de Drimia indica).
Puisqu’il n’est pas envisageable de refaire l’inventaire
de la végétation plusieurs fois par an, il serait utile de
connaître
la phénologie
des espèces en particulier
pour les ligneux, dont le cycle n’est pas synchrone
avec celui de la végétation herbacée.
et saisons
Ces deux comparaisons
ont déjà été effectuées
qui concerne
les observations
de terrain (7).
en ce
Les résultats
des analyses
micrographiques
ne se
superposent
pas à ces dernières, et seules quelques
constatations
générales
peuvent être avancées,
en
soulignant
qu’elles ont trait à un pâturage précis :
Doli, en 1982-1983 :
- Les contributions
des espèces végétales sont différentes dans le régime analysé et dans le pâturage
décrit.
- Les graminées
sont moins représentées
dans la
ration que dans le pâturage. En saison des pluies
1982, elles constituaient
20 p. 100 environ du régime
des bovins et 1 à 12 p. 100 (suivant la méthode) de
celui des ovins. A la saison sèche suivante (mai-juin
1983) les bovins en ont consommé
plus (25 p. 100) et
les ovins 3 p. 100 environ.
- Les rubiacées
qui en saison des pluies étaient
moins représentées
en PO et CB (10 p. 100) qu’en 10
et sur le pâturage (20-25 p. IOO), ont été très recherchées à la saison sèche suivante, surtout
par les
moutons chez lesquels elles ont totalisé 60 à 75 p. 100
des observations
sur lames (la moitié en 10).
- Les légumineuses
lames de PO et CB par
1983 constituent
une
étant inconnu, on ne
sont peu représentées
sur les
rapport à 1’10. Les ovins en août
exception,
mais le pâturage
peut rien conclure.
- Les combrétacées
sont plus recherchées
en saison
sèche, sans grande différence entre les bovins et les
ovins, et mieux représentées
dans les CB ‘Jue dans les
PO.
Ces différences
ne sont pas encore expliquées.
II est
seulement possible d’avancer quelques hypothèses et
de concentrer
les efforts futurs sur leur vérification.
250
floristique
Lecture
des lames-échantillons
En saison sèche et essentiellement
dans les fèces, on
note une sensible
diminution
de la proportion
d’épidermes
observables
et une augmentation
du taux
de fibres (Tabl. Ill).
TABLEA U III Nombre d’épidermes végétaux pour 100 fragments observés sur lames-échantillons
de fèces. Influence du
mode de conservation. Influence du milieu : à titre comparatif,
un ongulé européen est mentionné.
Date de
prélèvement
l’--
Pourcentage
Milieu de
conservation
I
d’épidermes
l
l
Cette constatation
n’est ‘pas actuellement expliquée,
cependant trois causes au moins pourraient être
invoquées :
La conservation des épidermes in situ : on ne sait pas
si au cours de l’avancée de la saison sèche la cuticule
épidermique se modifie, et dans l’affirmative si elle se
consolide ou s’effrite.
La conservation des échantillons : des fèces ont été
récoltées en décembre 1986 (début de saison sèche)
et placées dans trois milieux différents sans broyage.
Les résultats actuels semblent indiquer que la proportion d’épidermes reste élevée (50 p. 100 des fragments
Retour au menu
ALIMENTATION-NUTRITION
observés) avec un léger avantage pour ceux conservés
en milieu formolé (Tabl. II). Des conclusions
seront
tirées après un temps d’observation
plus long.
Le broyage : les 105 échantillons
analysés lors de
cette étude avaient été séchés puis broyés avant
stockage.
D’autres dénombrements
d’épidermes
ont
été effectués
sur des fèces : un même échantillon,
broyé dès sa récolte d’une part, conservé non broyé
d’autre part (Tabl. IV). Les échantillons
broyés présentent dans tous les cas des taux d’épidermes
inférieurs
et les graminées
semblent particulièrement
affectées
par ce traitement.
TABLEAU
IV
taux d’épiderme
Influence probable du broyage précoce sur le
: exemple de quatr’e échantillons de fèces.
Non
broyé
No d’échantillon
et nature
26898
Vindou : fin 10/82
ov
26910
Vindou : fin 5/83
ov
25692
Doli : 23 au 28/5/83
BV
Doli
26379
2 au 7/9/83
BV
Broyé
Epidermes
Epidermes
Epidermes
dont indéterminées
graminées
dicotylédones
Epidermes
dont indéterminés
graminées
dicotylédones
CONZON~~;ON,
On peut dès à présent chercher à améliorer les étapes
précédant la lecture des lames.
L’herbier
de référence
II doit être établi sur le lieu de recherches, en même
temps que les prélèvements, et comprendre un maximum d’espèces végétales avec leur différents organes
et tous les stades végétatifs.
L’échantillonnage
Pour chaque espèce animale et chaque biotope, il faut
au préalable déterminer la quantité et la fréquence
optimales des prélèvements.
Quantité :
dont indéterminées
graminées
dicotylédones
dont indéterminées
graminées
dicotylédones
Plutôt que d’apporter des précisions sur les régimes
alimentaires des ruminants dans le Ferlo, cette étude
a mis en évidence quelques difficultés dont il faudra
par la suite chercher à minimiser l’importance.
41
5
9
27
’
32
2
3,5
2635
12,5
2
6
4.5
60
4
50
6
CHOIX
quantité de contenu digestif nécessaire pour
caractériser la composition botanique des fèces
(ou du bol, ou du rumen...) d’un animal ;
nombre d’animaux à prélever pour caractériser le régime d’un groupe (exemple sur 30 animaux, comparer les compositions des bouses des
animaux 1 puis 2 et 3,4 à 6,7 à 10, 11 à 15 à celles
des animaux 16 à 30 (3).
A défaut de maîtriser cette variable, on ne peut que
préconiser des prélèvements en excès.
31
1,s
25
4.5
D’UNE
Fréquence :
aux périodes où la végétation et/ou le disponible évoluent peu, un prélèvement mensuel suffit
pour caractériser un régime ;
en saison des pluies ou à toute période où un
végétal appété change de stade phénologique,
l’intervalle entre deux récoltes doit être réduit à 15
jours.
Conservation
L’identification
des épidermes végétaux présents
dans les fèces est la seule méthode simple d’étude du
régime alimentaire des herbivores sauvages en liberté.
Dans le cas d’animaux domestiques que l’on peut
approcher sans les déranger, un prélèvement type
collecte du berger ou bol oesophagien, s’il est fait
souvent, consciencieusement et concerne de nombreux animaux, doit donner de bons résultats et éviter
le biais de la digestion différentielle.
II serait alors intéressant de comparer de tels prélèvements à des fèces de grand mélange bien conservés.
des échantillons
Les échantillons destinés à l’analyse histologique
seront prélevés frais et spécialement dans ce but. Le
conservateur le plus utilisé est une solution aqueuse
de formol à 5 à 10 p. 100.
Broyage
Cette opération peut être intéressante lorsque la taille
des particules à observer est très hétérogène (bols
oesophagiens, collectes du berger). On l’effectuera
alors peu avant l’analyse, après séchage de I’échantilIon à l’étuve, sur un tamis de maille 2 mm.
251
Retour au menu
H. Planton
PLANTON (H.). The dietary preferences of domestic ruminants
(cattle, sheep and goats) on Sahelian and Sudano-Sahelian ranges.
IV. Diet descriotion bv mean of micro-histoloeical analvsis of samoles
of shepherd’s hand-picking, alimentary bolus”and faeces from ca’ttle
and sheep as an aid to characterize diet. Revue Élev. Méd. vét. Pays
trop., 1989, 42 (2) : 245-252.
PLANTON (H.). El régimen’alimenticio de 10s rumiantes domésticos
(bovinos, ovinos, caprinos) pastoreando pastos naturales sahelianos y
sudano-sahelianos. IV. Ensayo de description del régimen por
analisis micro-histologicos de muestras de recogidas del astor, de
bolos esofagicos y de heces de bovinos y ovinos. Revue f lev. Méd.
A research programme to study tropical pastures used by domestic
livestock was implemented in Senegal. During field studies, numerous
informations were collected together with many samples with three
main aims : pasture composition, diet composition and relationship
between each other. The so-called method of epiderms, more often
used in temperate area, was chosen for analyzing and comparing the
botanical composition of 105 samples e.g. shepherd’s hand-picking,
alimentarv bolus and faeces collected alonu a twelve-month neriod. In
view of t”he results, some methodologicay problems are raised and
discussed. Key words : Cattle - Sheep - Goat - Feeding behaviour Dietary preference - Alimentary bolui - Faeces - Composition - Histology - Senegal.
Se realizo un programa de investigaciones sobre la utilizacion de 10s
pastos tropicales por el ganado doméstico en Senegal. Durante estudios
sobre el terreno, se reunieron numerosos datos y se sacaron numerosas
muestras principalmente para conocer la composition del pasto, del
régimen alimenticio y las relaciones entre ellos. Se elegio el método
llamado de 10s epidermos, mas frecuentemente utilizado en zona
templada, para analizar y comparar la composition botanica de 105
muestras : recogidas del pastor, muestras esofagicas y heces, tomadas
durante un ciclo de 12 meses. A partir de 10s resultados obtenidos, se
plantean y se discuten algunos problemas metodologicos. Palabras
claves : Ganado bovino - Ganado ovino - Ganado cabno - Comportamiento alimenticio - Régimen alimenticio - Bolo esofagico - Heces Composition - Histologia - Senegal.
vét. Pays
trop.,
1989,
~
i
i
~
i
42 (2) : 245-252.
BIBLIOGRAPHIE
1. BAUMGARTNER
(L. L.), MARTIN
1939, 3 (3) : 266-268.
(N. A. C.). Plant histology as an aid in squirrel food habits studies. J. Wildl.
2. CHAPUIS (J. L.). Contribution à l’étude du lapin de garenne, Oryctolagus
de son régime alimentaire. DEA d’Éco-Éthologie,
Rennes, 1976.
Mgmt,
cuniculus (L.), 1758 et plus particulièrement
3. CHAPUIS (J. L.). Le régime alimentaire du lapin de garenne, Oryctolagus
cuniculus (L., 1758) dans deux habitats
contrastés : une lande bretonne et un domaine de I’Ile de France. Th. Doct. Sème cycle, Univ. Rennes, 1979. 210 p.
4. DAVIES (1.). The use of epidermal characteristics for the identification of grasses in the leafy stage. J. Br. Grassld
1959, 14: 7-16.
Soc.,
5. DIENG (A.). Composition et productivité de la végétation herbacée et comportement alimentaire et pondéra1 des
ruminants domestiques dans les parcours naturels du Ferlo. Exploitation des résultats de 3 années (1981-1983)
d’expérimentations à Doli et Vindou Tiengoli. Dakar-Hann, LNERV, 1986. 32 p. (Rapport de stage, LNERVIISRA,
n”01. AL. NUT.).
6. FAGGION (M. H.). Comparaison des techniques utilisées pour l’identification des débris végétaux contenus dans les
fèces des herbivores sauvages.
DEA Physiologie animale, Université de Toulouse, 1974.
7. GUERIN (H.). L’alimentation
ing., Paris, 1987.
des ruminants domestiques sur les pâturages sahéliens et soudano-sahéliens. Th. Doct.
8. GUERIN (H.). Le régime alimentaire de ruminants domestiques (bovins, ovins, caprins) exploitant des parcours naturels
sahéliens et soudano-sahéliens. 1. Rappels bibliographiques sur les objectifs et les méthodes d’étude de la composition
botanique des régimes ingérés au pâturage. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1988, 41 (4) : 419-426.
9. GUERIN (H.), FRIOT (D.), MBAYE (Nd.), RICHARD (D.). Le régime alimentaire de ruminants domestiques
(bovins, ovins, caprins) exploitant des parcours naturels sahéliens et soudano-sahéliens. II. Essai de description du régime
par l’étude du comportement alimentaire. Facteurs de variation des choix alimentaires et conséquences nutritionnelles.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1988, 41 (4) : 427-440.
10. HEGG (0.). Analysen von Grosswildkot aus dem Schweizerischen Nationalpark
setzung. Revue suisse ZOO~., 1961, 68 : 156-165.
11. In98NDRET
(G.). Atlas épidermique
pour la détermination
botanique des
bols
zur Ermittlung des Nahrungzusammenoesophagiens. DEA, Univ. Paris XI,
12. MANDRET
(G.). Le régime alimentaire de ruminants domestiques (bovins, ovins, caprins) exploitant des parcours
naturels sahéliens et soudano-sahéliens. III. Caractères épidermiques des principales espèces végétales consommées au
pâturage : constitution d’un atlas de référence en vue de l’étude du régime alimentaire. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop.,
1989, 42 (2) : 237-243.
13. MARTIN (D. J.). Features of plant cuticule. An aid to the analysis of the natural diet of grazing animals, with special
reference to Scottish Hi11 sheep. Trans. Proc. bot. Soc. Edinb., 1955, 36 : 278-288.
14. STORR (G. M.). Microscopic analysis of faeces, a technique for ascertaining the diet of herbivorous mammals. Aust. J.
biol. Sci., 1961, 14 : 157-164.
15. 24hTTIEL
252
(J.). Nahrungsokologic
Untersuchungen
am Birkhuhn
in dem Schweitzer Alpen. Orn.
Beob.,
1974, 71 : 186- ~
Retour au menu
ZOOTECHNIE
A. Huartl”
L’élevage
situation
B. Matatu 1
N. Kabongo l I
ovin au Shaba
actuelle
MATÉRIEL
ET MÉTHODE
des recherches
et observations
HUART (A.), MATATU (B.), KABONGO (N.). L’élevage ovin au
Shaba (Zàiréj : situation a&élle. Revue Éle;. h4éd. vét. pays trop.,
1989, 42 (2) : 253-259.
Le niveau de productivité de l’élevage ovin au Shaba (Zaïre) est étudié
en fonction de quatre techniques d’élevage, qu’il s’agisse du mouton en
milieu rural ou d’unités alus intensives. La oroduction nondérale nar
mère à 9 mois s’établit à 4,s kg en élevage trâditionnel, contre 23 kg en
élevage dit de ranching et 30 kg en élevage intensif. La productivité
semble dépendre étrohement de l’alime&tion
dont la-qualité est
principalement conditionnée par la gestion des parcours (feu +
rotation). Vient ensuite un programme rigoureux de vermifugation et
enfin les conditions de logement aussi peu contraignantes que possible.
Le système d’élevage ovin en ranching (gardiennage) et en association
avec l’élevage bovin apparaît comme le plus intéressant pour la région.
Mots clés : Ovin - Mouton Dorper - Méthode d’élevage - Alimentation - Croissance - Reproduction - Zaïre.
INTRODUCTION
Suivant différentes estimations, le Shaba compterait
environ 120 000 ovins, chiffre dérisoire compte tenu
de la superficie de la région (près de 500 000 km2).
L’élevage du mouton dans le milieu rural est peu
répandu et c’est surtout la chèvre qui y est élevée (4,
6). On rencontre le mouton dans certaines sociétés
d’élevage de bovins en ranching et l’effectif y est, à
chaque fois, de plusieurs milliers de têtes.
Le mouton de race Dorper a été nouvellement réintroduit, il y a 3-4 ans (béliers reproducteurs), dans ces
grands élevages et a permis un net accroissement de
la productivité.
L’intérêt pour ce type d’élevage s’est parallèlement
accru et cette étude est destinée à dresser une
évaluation du niveau de productivité actuellement
atteint et à préciser les conditions d’exploitation les
plus rentables dans le cas du Shaba.
1. Faculté de Médecine
Zaïre.
Vétérinaire,
(*) Projet de « Production
Zaïre.
Université de Lubumbashi,
caprine *, BP 1313, Lubumbashi,
Reçu le 27.10.88, accepté le 08.11.88.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2): 253-259
Cadre
(Zaïre) :
Le Shaba est compris entre les degrés 5 et 14 de
latitude Sud et les degrés 24 à 30 de longitude Est.
La majeure partie de la région appartient au type
climatique AW:AW5 sur la plus grande partie, AW4 au
Sud-Ouest, AW6 au Sud-Est (1, 6). En outre, le climat
C.W se rencontre sur les plateaux (1 600-2 300 m) où
se trouvent d’ailleurs les élevages ovins de type
ranching dont il est ici question.
La saison sèche s’étale donc de mai à août-septembre
selon les régions ; la pluviométrie varie de 1 100 à
1 500 mm d’eau par an. La végétation du Shaba,
majoritairement en zone soudano-zambézienne, est
composée principalement de forêt claire entrecoupée
de nombreuses savanes à Acacia (1).
En outre, les hauts plateaux, où se trouvent concentrées les grandes unités d’élevage bovin de la région,
sont recouvertes de savanes herbeuses de type steppique.
La population du Shaba totalise environ 4 millions
d’habitants (soit une densité de 6 habitants au km”)
dont environ la moitié en milieu rural.
Méthodologie,
récolte
des données
L’étude a pu être réalisée grâce aux données récoltées
lors de sorties quotidiennes sur le terrain, depuis 3
ans, dans le cadre de la formation pratique des
étudiants en médecine vétérinaire. Les différents élevages suivis en périphérie de Lubumbashi et de Likasi
ont ainsi été classés en 3 types : l’élevage de type
traditionnel, l’élevage extensif collectif et l’élevage
intensif. Ils seront définis plus loin.
Pour les élevages de type ranching, étant donné leur
éloignement des grands centres urbains, les données
ont été récoltées lors de séjours prolongés sur place ;
en outre, il a été fait usage des statistiques d’élevage
en ce qui concerne l’état du cheptel, naissances,
mortalités et ventes et ce, pour une période de 5 ans.
Dans les fermes suivies, les animaux sont marqués et
fichés, ce qui permet l’enregistrement des différents
253
Retour au menu
A. Huart, B. Matatu, N. Kabongo
paramètres
de production.
En ranching,
là où les
animaux ne sont pas marqués, les paramètres
sont
considérés
au niveau des troupeaux
entiers ; les
animaux d’un troupeau représentatif
ont été marqués
pour suivre l’évolution
du poids ; tous les animaux
sont pesés à la vente.
Les résultats
présentés
correspondent
donc aux
moyennes
pondérées
des diverses données de production récoltées dans ces élevages. La rareté des
élevages dits de type traditionnel et leur faible effectif
n’ont pas permis la récolte de nombreuses
données,
contrairement
aux autres types d’élevage
décrits
(Tabl. Il).
Animaux,
types d’élevage
Le mouton local au Shaba se rapproche du mouton de
l’Est (2). II s’agit d’un ovin à poil ras et à queue grasse ;
le poil peut être frisé chez le jeune, caractéristique
qui
disparaît
généralement
avec l’âge. Les caractéristiques concernant
la queue sont très variables ainsi que
pour la robe. Cet animal est de taille moyenne et la
femelle pèse, à l’âge adulte, environ 30-35 kg (2, 4).
Les produits sont commercialisés
au poids de = 20 kg
à l’âge de 1 an.
Les ovins en élevage de type ranching sont I’aboutissement de plusieurs croisements
assez anciens (Dorper-Karakul-Persan-Van
Roy) ; depuis 3 ans, on y a
réintroduit
beaucoup de béliers de race Dorper. Les
femelles
pèsent environ 45 kg et les castrats
sont
vendus vers l’âge de 15 an au poids de 40-42 kg (6).
En élevage plus intensif, les femelles demi-Dorper
produisent
des agneaux qui seront vendus à = 9 mois
au poids de 30 kg (5).
Le prix de vente du mouton sur pied dans les grands
centres urbains est généralement 2 fois plus élevé que
le bovin et correspond
à = 1,4 U$/kg sur pied. La
demande pour ce type de viande est surtout élevée au
moment des festivités.
En milieu urbain, la viande
ovine est surtout consommée sous forme de grillades
dans les débits de boisson... les consommateurs
ne
faisant pas de distinction entre la chèvre et le mouton.
Concernant
la technique
distingués :
d’élevage,
4 systèmes
ont été
Ïraditionnel
: les ovins sont simplement « élevés » en
divagation et mis au piquet en saison des cultures,
Pour éviter les vols, les animaux sont souvent enfermés la nuit dans un logement petit et peu hygiénique
II n’y a pratiquement
aucune mesure prophylactique
appliquée
et les animaux
sont généralement
peu
productifs.
Concernant
l’alimentation,
les parcours
utilisés ne jouissent d’aucun entretien et le feu « villageois » y passe chaque année en saison sèche ; les
champs
après récolte sont exploités
par les petits
ruminants.
254
Extensif collectif : sont regroupés sous cette appellation des troupeaux
de 30 à 100 têtes, appartenant
généralement
à des associations
religieuses, coopératives... Les animaux sont le plus souvent sous gardiennage, mais là encore il n’existe ni mesures prophylactiques ni surtout, de gestion des parcours
(rajeunissement de la végétation) ; la productivité
est faible et
donc proche de celle du système traditionnel.
Ranching : il s’agit de sociétés
d’élevage
bovin
exploité en ranching. Le mouton y est élevé suivant la
même technique et succède au bovin sur les parcours
entretenus
par le feu et gérés en rotation ; les animaux
sont regroupés
en troupeaux
de = 200 unités et
conduits par des bergers. Ils passent la nuit dans des
paddocks
clôturés ou même en liberté. Une prophylaxie anti-vermineuse
est généralement
efficacement
appliquée et la complémentation
minérale est généralisée. Si les animaux ne sont pas marqués, on pratique
néanmoins la castration
et le sevrage.
~
(
~
~
~
I
~
~
Intensif : ce terme est certainement
exagéré pour
s’appliquer
aux élevages qui vont être décrits ; toutefois, son utilisation
marque la différence
avec les
autres types d’élevage. II s’agit généralement
d’exploitations agricoles voulant pratiquer l’élevage du mouton comme spéculation
supplémentaire.
Les animaux
sont marqués et fichés et le plus souvent, logés dans
une bergerie
pour la nuit. La reproduction
y est
souvent suivie rigoureusement
et la monte contrôlée a
été introduite
depuis 1 an et demi dans un de ces
élevages (200 femelles).
A la fois dans les élevages de type ranching et ceux de ;
type intensif, le mouton de race Dorper est de mieux
en mieux représenté.
Le tableau I reprend les différentes
ces 4 types d’élevage.
RÉSULTATS
caractéristiques
de I
ET DISCUSSION
Les principales performances
enregistrées
sont reprises au tableau II et en fonction des 4 types d’élevage
décrits, le tableau III réunit les principaux paramètres
zootechniques
de productivité.
A partir de ces résultats, on cherchera
à définir et évaluer les divers
facteurs qui influencent
la productivité.
Alimentation,
gestion
des parcours
En comparant
les résultats de productivité
du tableau
III, on constate
que la productivité
de l’élevage en
ranching
est 3 à 5 fois plus élevée que celle des
élevages de type traditionnel
extensif. La première
cause de cette énorme différence
se situe dans la
gestion des parcours
et donc de l’alimentation
: ,en
i
Retour au menu
ZOOTECHNIE
TABLEAU
I
Caractéristiques
des différents
Caractéristiques
Conduite
Logement
au pâturage
de nuit
Marquage
Castration
; sevrage
l
de reproduction
Entretien
et exploitation
des parcours
Présence de bovins
= Burdizzo,
T.4BLEA
-
Ranching
(semi-intensif)
gardien
bergerie
gardien
enclos
gardien
bergerie
non
non
non
B* ; 3 mois
non
B* ; 3 mois
oui
E* ; 2, 5 mois
non
non
1 à 2 xlan
1 à 2 xlan
1 xlmois (dip)
1 x/2-3 mois
monte
libre
monte
libre
monte
rien
rien
non (chèvres)
parfois
locale
locale parfois
un bélier Dorper
; rotation
et feu
presque toujours
brebis d’anciens
sements ; bélier
dip)
monte contrôlée
monte libre
savane
Performances
en fonction
croiDorper
savane ; rotation
et feu, fauche
parfois
béliers Dorper
,brebis 112 Dorper
des divers types d’élevage.
Types
Paramètres
I
T. = traditionnel
libre
1 xlmois (spray,
1 x12 mois
E* = Elastiator.
U II
Nombre
Nombre
Fertilité
Prolificité
IMB
Fécondité
Poids à
Poids à
G.P.Q.M.
Poids à
G.P.Q.M.
Mortalité
Mortalité
Intensif
divagation
« case »
Race utilisée
B*
-
Extensif
collectif
Traditionnel
Détiquage
Vermifuges
Mode
types d’élevage ovin au Shaba.
d’élevaaes
de bref%,
(p. 100)
(p. 100)
t
en moyenne
annuelle
(p. 100)
la naissance
(kg)
90 jours (sevrage) (kg)
(naissance-sevrage)
(g)
270 jours (kg)
(sevrage-270
j) (g)
naiss.-sevrage
(p. 100)
sevrage-l
an (p. 100)
individuel
; E.C.
= extensif
d’élevage
T
E.C.
FI
l
4
1 à5
60 à 70
105
f 1 an
60-80 p. 100
1,8-2,2
6-10
67
11-15
6
10 à 30
60 à 80
105
f 1 an
60-100 p. 100
2-2;5
8-10
75
12-17
20 (1208a 30)
5-10
15 (1303à 20)
5-10
1
1 500
i 90
101
f 8 mois
145 p. 100
$5
15
127
23
45
5
3-5
2
100 à 300
95100
101
8 mois
145 p. 100
‘4
16-20
155
30
66
5
3-5
collectif;
R. = ranching
milieu villageois, aucun entretien des parcours r-lest
réalisé et il n’y a donc aucune régénération de la
végétation. En revanche, en ranching, les pâturages
sont exploités en rotation et brûlés 4 à 6 semaines
avant la mise en charge afin de présenter aux animaux
une herbe jeune de bonne valeur bromatologique.
Avec un effectif réduit, au niveau villageois par exemple, la gestion du pâturage se réalise difficilement :
d’ailleurs, dans ces conditions, la chèvre, exploitant
beaucoup plus facilement les ligneux, est en général
considérée comme plus productive que le mouton.
S’il est possible d’assurer une bonne rentabilité avec
(semi-intensif)
L
; 1. = intensif
la chèvre en milieu villageois sans aucune gestion des
pâturages, cela s’avère utopique chez le mouton, vu
ses exigences alimentaires plus restrictives. Au Shaba,
compte tenu de la surface disponible en général non
limitante, de la faible extension des cultures et d’une
végétation souvent plus favorable aux caprins, surtout
s’il n’y a aucun entretien, la chèvre est apparue depuis
longtemps comme étant supérieure au mouton en
milieu villageois.
En revanche, et en considérant toujours la nature de
la végétation et l’association avec l’élevage bovin, le
255
Retour au menu
A. Huart, B. Matatu, N. Kabongo
mouton permet de profiter d’une bonne rentabilité
quand il est élevé en ranching ; la gestion du parcours
pour les ovins se trouve facilement résolue puisqu’elle
n’exige aucun supplément
par rapport à ce qui est fait
pour les bovins.
Prophylaxie,
maladies
II n’y a que 2 groupes d’affections
qui provoquent
jusqu’à
présent des pertes importantes
en élevage
ovin : les verminoses
gastro-intestinales
et les pneumonies.
En ranching,
lorsqu’on
applique
une prophylaxie
rigoureuse
contre les divers parasites gastro-intestinaux (strongles,
douves), les mortalités par maladies
représentent
à peine 1/4 du total des pertes ; les 3/4
restant sont donc à imputer aux causes de mortalité
accidentelle
(6). Si le mouton local apparaît capable
de supporter
une certaine infestation
parasitaire
en
l’absence de la prophylaxie
concernée,
il n’apparaît
pas être plus productif
lorsqu’il
est régulièrement
vermifuge
si les autres conditions
d’élevsge
restent
égales.
En ranching ou en élevage intensif, une bonne productivité ne peut être établie qu’à la suite d’un programme
rigoureux de vermifugations
; aucun des éleveurs ne
renoncerait
maintenant à ces traitements tant la différence est manifeste (3).
II est difficile d’évaluer l’importance
de la lutte contre
les tiques mais vu sa modicité, il convient de la mettre
en pratique à raison d’une fois tous les mois. En début
de saison des pluies et si l’on observe que les animaux
sont porteurs de tiques, cette fréquence
passera à 2
fois tous les mois.
Influence
de la saison
Au cours de l’année, deux périodes
l’alimentation
se manifestent :
- début
poids, peu
- moment
bénéficiant
favorables
de saison des pluies : rapide
de mortalités ;
de récolte des cultures
des déchets.
vivrières
reprise
pour
de
: animaux
En revanche, la deuxième partie de la saison sèche
apparaît comme étant difficile dans tous les types
d’élevage :
- dans une exploitation, on observe que le poids des
reproductrices
diminue
en moyenne
de 4 kg
(? 10 p. 100) à l’occasion
de la saison sèche ;
- les mortalités sans cause apparente,
symptôme
la cachexie, sont fréquentes
là ;
256
avec pour seul
à ce moment-
-
la lactation
des mères est médiocre
;
- les jeunes, sevrés durant la première moitié de la
saison sèche, voient leur croissance
sérieusement
retardée. C’est durant cette période que la complémentation fourragère,
essentiellement
aux brebis en
lactation et aux jeunes agneaux sevrés, est la plus
importante.
Le gain pondéra1 quotidien
moyen des
animaux d’un troupeau intensif (350 tètes) s’établit à
une moyenne par tête de :
-
45 g en saison
-
60-90 g en saison
Aliments
sèche
des pluies.
d’appoint
En ranch,ing et en élevage dit intensif, la complémentation minérale est constante ; le sel est mis à la
disposition
des animaux soit en vrac (mélange de
NaCI + Phosphate
tricalcique + Ca, CO...) soit sous
forme de blocs à lécher.
L’amélioration
des pâturages de même que les cultures fourragères
en sont encore à leurs débuts mais il
faut signaler toutefois :
des pâturages artificiels de Pennisetum
destinum + Trifolium repens ;
des cultures fourragères
cajan et Leucaena ;
l’utilisation
des
champs de maïs.
déchets
de Mucuna,
après
clan-
Cajanus
récolte
sur
L’intérêt d’une complémentation
de ce type se trouve
justifié en saison sèche lorsque les animaux perdent
du poids, mais surtout, pour les brebis en lactation.
La complémentation
sélective des brebis suitées est
donc préconisée
et pour ce faire, la monte contrôlée
s’avère beaucoup plus intéressante
: les périodes de
complémentation,
tant durant l’allaitement qu’en fin
de gestation ou en période de lutte, sont programmées
avec précision et concernent
des animaux du même
stade, ayant donc les mêmes besoins ; de plus, les
périodes de monte (et de naissances)
sont planifiées
de manière à profiter au mieux des ressources
fourragères disponibles.
Reproduction
En milieu villageois (traditionnel
ou extensif collectif)
il n’y a pratiquement
aucune gestion de la reproduction ; le sevrage et la castration ne sont pas pratiqués ;
les jeunes brebis sont saillies prématurément
et un
intervalle de mises bas minimum n’est pas respecté ;
Les agneaux naissent chétifs et leur viabilité, de même
que leur potentiel de croissance,
est réduite.
~
Retour au menu
ZOOTECHNIE
On remarque d’ailleurs que le désaisonnement est
complet, comme le montre le graphique 1, bien
qu’une majorité des saillies (- 60 p. 100) se réalise
d’octobre à février, soit en saison des pluies (en
fonction de la plus forte proportion de mises bas
observées de mars à août).
4
15-
141312_
Les performances de reproduction ne pourront. être
améliorées en milieu traditionnel que si un véritable
contrôle de la reproduction s’établit ainsi qu’une
forme de complémentation sélective.
ll_
lO_
9_
La monte contrôlée est mise en pratique dans un
élevage de type intensif, depuis près de 2 ans. Les
animaux sont séparés en 2 troupeaux qui ont chacun
leur cycle de monte ; période de monte de 1 mois, 3
cycles complets programmés sur 2 ans. La fertilité
apparente de ce troupeau s’est établie à 90 p. 100
pour la première période de monte, 97 p. 100 pour la
seconde.
a_
7-
6_
5-4
3
La gestion de la reproduction, telle qu’elle est réalisée
en ranching ou en élevage de type intensif, a évidemment permis au Dorper introduit dans ces élevages,
d’exprimer ses qualités, surtout en ce qui concerne sa
précocité (G.Q.M. naissance-sevrage deux fois plus
élevé que le mouton local) (Tabl. II, Ill).
2
1
I
J
Pic
F
M
A
M
J
en mars,
saillie effectuée
(l-2ème
mois de saison
Pic en octobre,
(ler
mois
saillie
s
0
J
U Temps
(mois)
On remarque que le Dorper garde une rusticité comparable au mouton local en ce qui concerne l’utilisation
de parcours pauvres et que du point de vue de la
fertilité, il est également totalement désaisonné.
en octobre
des pluies)
effectuée
de saison
N
en mai
sèche)
Graph.
1 : Répartition
des agnelages au cours
type ranching)
(1 920 naissances sur 2 ans).
de l’année
(élevage
de
En ranching, bien qu’on pratique la monte libre, ces
inconvénients n’apparaissent pas ; la castration et le
sevrage sont pratiqués et les animaux sont séparés en
différents troupeaux en fonction du sexe et de l’âge.
TA BL EA U III
Logement
II apparaît que le fait d’enfermer les animaux pour la
nuit et particulièrement dans une pièce mal aérée et
humide, constitue un facteur limitant très important
de la productivité (2,. 3). Les enclos de nuit, pour
autant qu’il n’y ait pas risque de vol, sont préférables à
une bergerie sans hygiène. C’est finalement, du moins
en ce qui concerne l’élevage ovin de type ranching, en
Productivité.
Types
Paramètres
zootechniques
Taux annuel de fécondité
(p. 100)
Mortalité
avant sevrage/O-3 mois (p. 100)
Poids au sevrage (kg)
Productivité
num./mère,
au sevrage (unité)
Productivité
pondérale/mère
au sevrage (kg)
Mortalité
de O-9 mois (p. 100)
Poids à 9 mois (kg)
Productivité
pondéralelmère
à 9 mois (kg)
T. = traditionnel
ou extensif
individuel
; E.C.
= extensif
collectif;
d’élevage
T.
E.C.
R.
70
20
8
0,56
435
25
12
633
80
15
3
0,68
145
5
15
1,38
20>7
10
23
30
R. = ranching
631
20
14
9
(semi-intensif)
1.
145
5
18
1,38
24,8
8
30
40
; 1. = intensif,
257
Retour au menu
A. Huart, B. Matatu, N. Kabongo
laissant les animaux libres la nuit que la productivité
est ,Ia meilleure, comme l’illustre le tableau IV.
TABLEAU
IV
reproduction.
Exploitation
de 3 500 ovins ; 2 sections de
Nombre de reproductrices
- Gardiennage
- Logement de nuit
- Vermifuge
- Détiquage
- Mode de reproduction
- Parcours
Section 1
Section 2
530
oui (bien suivi)
en liberté
1 x/mois
1-2 x/mois
monte libre
470
oui
enclos
1 x/mois
non
monte libre
Passage après les bovins ;
entretien par le feu ; rotation
-
Indice de fécondité
Mortalité avant sevrage (p. 100)
Mortalité sevrage-l an (p. 100)
Poids sevrage (kg)
Productivité num. au sevrage
Productivité
pondérale
au
sevrage (kg)
1,44
3
2
15
1,4
1,05
15
10
14
0,9
21
12,5
CONCLUSION
Dans la mesure où il n’y a pratiquement aucune
gestion des parcours ni complémentation alimentaire
et considérant la faible population du Shaba, où par
ailleurs les surfaces cultivées sont réduites, la chèvre
apparaît plus intéressante et plus productive en milieu
rural traditionnel que le mouton.
De plus, le mouton est plus grégaire et s’adapte mieux
que la chèvre à la conduite en grands troupeaux ; son
comportement alimentaire et sa prédilection pour des
pâturages assez ras, sont autant de caractéristiques
qui conviennent très bien aux conditions de végétation
des grands élevages bovins du Shaba, particulièrement si ovins et bovins sont élevés en association.
Sa productivité, dans ces conditions d’élevage en
ranching, est d’ailleurs nettement supérieure à celle
des bovins actuellement exploités : le taux d’extraction annuel (p. 100 d’animaux vendus par rapport au
cheptel total de l’élevage, stabilisé) atteint 15 à
17 p. 100 pour les bovins dans les meilleurs élevages
du Shaba... alors que le même taux atteint plus de
35 p. 100 chez le mouton pour l’élevage en ranching.
Ayant défini le type d’élevage où le mouton paraît, du
moins actuellement, le plus intéressant à développer,
il faudra tenir compte principalement, pour réussir cet
élevage, des critères suivants :
- il est absolument nécessaire d’entretenir les pâturages (feu + rotation) de manière à proposer aux animaux une herbe jeune et courte ; cet effort sera
d’autant plus facilement réalisé que l’effectif en ovins
est important ou qu’ils sont élevés avec des bovins.
Les animaux seront conduits au pâturage par des
bergers et passeront ainsi plus de 10 heures par jour
sur les parcours ;
- le programme de vermifugations sera respecté : au
moins 4 traitements par an contre les strongles,
contre les douves et les oestres si besoin, ainsi que
contre les cestodes chez les jeunes animaux. Un bain
acaricide aura lieu 1 à 2 fois chaque mois ;
- les conditions de logement des animaux seront
aussi peu contraignantes que possible du point de vue
hygiénique puisqu’il apparaît que laisser les ovins en
liberté la nuit accroît significativement leur productivité.
II faut noter que la productivité pondérale par mère à 9
mois atteint facilement le double chez la chèvre par
rapport aux résultats observés chez le mouton dans
ces conditions rurales (4).
II faut rappeler enfin que la bonne productivité observée est due également aux qualités indiscutables de la
race Dorper, actuellement utilisée en amélioration du
cheptel existant.
En revanche, en conditions plus intensives (type
ranching), l’élevage du mouton donne d’excellents
résultats : la rapidité de croissance du mouton, particulièrement avec le Dorper compense largement, par
rapport à la chèvre, sa faible prolificité.
Au-delà des critères de base définis, la gestion de
l’élevage et la productivité peuvent encore évoluer en
pratiquant la monte contrôlée associée à la complémentation fourragère, dans ce cas automatiquement
sélective.
HUART (A.), MATATU (B.), KABONGO (N.). Sheep breeding in
Shaba (Zaire) : current situation. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop.,
1989, 42 (2) : 253-259.
HUART (A.), MATATU (B.), KABONGO (N.). La &a ovina en
Shaba @aire) : situation actual. Revue Êlev. Méd. vét. Pays trop.,
1989, 42 (2) : 253-259.
258
Retour au menu
ZOOTECHNIE
Four sheep rearlng systems have been studied in Sbaba (Zaii) to
compare uroduction and arofit levels. weipht oroduction uer mother
at &e mÔnths of age is 45 kg under tradi?io&l breeding-conditions,
versus 23 kg in the ranch& system (with shepherd) and 30 kg under
extensive r&ring. Managerne& of range by- fm and rotation and
feeding habits, prhicipally explain variations in the production.
Interna1 parasite control and housing conditions are next important.
Extensive sheep breeding under the ranchlng system, sucœedii to
cattle on pasture, appears to be the most profitable rearing system ln
the region. Key words : Dover Sheep - Reacing method - Feeding Growth - Reproduction - Zaire.
Se estudii el nivel de productividad de la &a ovina en Shaba (Zaii)
con arreglo a 4 sistem& de &a. La producci6n de peso por ma& a 9
meses llega @43 kg en &a tradicional, fiente a 23 kg en ranching y
30 kg en-cria inte&va. La gesti6n de 10s pastos, p& el fuego y la
rotackjn, y la alhnentaci6n acondicionan principalmente la productividad. Luego la lucba contra 10s patisitos internos y las condiciones de
vivienda son n$s importantes. Parece mSs lnteresante para la regi6n ~1
sistema de cna ovina en ranchlng y en asoclaci6n con la ganaderm
boviv. Pakzbrus ckzves : Ganado ovino - Carnero Dorper - Método
de cria - Alimentacibn - Crecimiento - Reproduction - Zaire.
BIBLIOGRAPHIE
1. BAKIMA
(M.), HUART (A.), ESSELEN (L.), DE WIT (K. J.). Comparaison de deux systèmes d’exploitation
pâturages au Haut-Lomami, Shaba, Zaïre. Tropicuhru,
1985, 3 (2) : 44-50.
2. BRANCKAERT
(R.), HABONIMANA
des Sciences agronomiques, 1983.
(A. de G.). Caractéristiques de l’élevage ovin au Burundi. Bujumbura,
des
Faculté
3. CHARRAY (J.), COULOMB (J.), HAUMESSER (J. B.), PLANCHENAULT
(D.), PUGLIESE (P. L.). Synthèse des
connaissances sur l’élevage des petits ruminants dans les pays d’Afrique de l’Ouest. Maisons-Alfort, IEMVT, Paris,
Ministère de la Coopération, 1980.
4. HUART
(A.). Élevage caprin au Zaïre, synthèse des connaissances actuelles. Lubumbashi,
UNILU,
1987.
5. HUART (A.). Le mouton de race Dorper : résultats depuis son introduction dans divers élevages du Shaba. Vèmes
journées scientifiques de la Faculté de Médecine vétérinaire de Lubumbashi, Zaïre, l-2 juillet 1988.
6. KABONGO (N.). Le mouton au Shaba. Mémoire de fin d’études à la Faculté de Médecine vétérinaire de Lubumbashi,
Zaïre, juillet 1988.
7. VALLERAND
(F.), BRANCKAERT
(R.). La race ovine Djallonké au Cameroun.
conditions d’élevage, avenir. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1975, 28 (4) : 523-545.
Potentialités
8. VAN VLAENDEREN
(G.). Togo septentrional : l’élevage ovin. Revue
1985, 53 : 19-26.
9. VAN VLAENDEREN
(G.). Comment réussir l’élevage ovin. Kara, Togo, Prodepeka FAO, décembre 1987.
10. WILSON
(R. T.). L’élevage ovin dans le secteur traditionnel.
Revue
nwnd.
mond.
Zootech.,
Zoocech.,
zooiechniques,
1985, 53 : 8-14.
259
Retour au menu
ZOOTECHNIE
H. Lakhdissi 1
B. Haddada 1
A. Lahlou-Kapi
1
M. Thibier 2
Conduite de la reproduction
en grands
troupeaux
laitiers dans les conditions
marocaines.
Ill. Reprise des chaleurs
et anoestrus
post-insémination
naturelle
I
LAKHDISSI (H.), HADDADA (B.), LAHLOU-KASSI (A.), THIBIER
(M.). Conduite de la reproduction en grands trou eaux laitiers dans
les conditions marocaines.
post-insémination naturelle.
42 (2) : 261-266.
Cette étude vise à caractériser l’exactitude et le taux de détection des
chaleurs, ainsi que l’incidence de l’anoestrus post-insémination dans 4
grands troupeaux laitiers marocains dans lesquels l’insémination est
pratiquée par un système de monte en main. Un ensemble de 369
femelles (vaches et aénisses) a été l’objet de ces lnvestieations. ElIes
sont issues des 4 grañds troipeaux lait& dans lesquels & effectué un
Plan d’Action Vétérinaire Inté& de Reproduction hebdomadaire
(PAVIR).
La détection des chaleurs a été effectuée quotidiennement (plusieurs
observations par jour) par le personnel des élevages et des prises de
sang destinées à la mesure de la concentration de progestérone
plasmatique (P) ont été réalisées le jour de 1’insémi~tion naturelle, 12
jours plu% ta+& puis 21 jours apr& celle-ci.
L’exactitude (E) est définie comme le rapport du nombre d’oestrus
corrects sur le nombre des oestrus détectés lors de l’insémination. Le
taux de détection (T) est défti par le rapport du nombre d’oestrus
détectés sur le nombre d’oestrus attendus 21 jours après celle-ci, dans
le cas d’activité cyclique confirmée. L’incidence de l’anoestrus postinsémination est le complément de ce taux T.
Dans les conditions de ces troupeaux laitiers marocains, E = 91 p. 100
et T = 49 p. 100. L’incidence de l’anoestrus post-insémination est
donc supériëure à 50 p. 100. La répartition des &Ours en chaleurs des
vaches saillies inopportunément (9 p. 100) permet de reconnaître deux
populations à peu près égales d’animaux : ceux hwéminés en pleine
phase lutéale, et des femelles, ob.iet de décalage de 1-2 jours entre
phase folliculall et oestrus. Enfin; l’incidence &vée d’anoëstrus postinsémination démontre l’inadéquation du comportement d’oestrus
comme seul élément de diagnostic de présomption de gestation. Ce
travail permet de conclure à la bonne exactitude de la détection des
chaleurs. mais à IYnsuffwmce de son taux de détection wur assurer
une et&acité satisfaisante de la reproduction dans ce; troupeaux.
Mots ck% : Bovin laitier - Vache - Reproduction - Détection des
chaleurs - Cycle oestral - Maroc.
INTRODUCTION
Tout effort visant à améliorer l’efficacité de la reproduction du troupeau passe nécessairement par une
meilleure maîtrise des diverses étapes que comprend
cette reproduction. Un des tous premiers aspects à
considérer est la détection des chaleurs. L’importance
de l’impact économique du taux de détection de
celles-ci a été maintes fois démontré (2,3,6, 12, 14, 20,
22) dans le cas de l’insémination adificielle. II est
cependant tout aussi important lorsque la conduite du
troupeau repose, comme pour certaines grandes unités laitières marocaines, sur l’insémination naturelle
par saillie dite « en main *. La qualité de cette détection va en effet directement conditionner l’efficacité
immédiate de la reproduction : taux de fertilité et
délais de fécondation. Sa détermination est aussi un
élément fondamental d’appréciation de la possibilité
ultérieure de recourir à l’insémination artificielle.
THIBIER (23) a montré l’apport essentiel de la composante hormonale dans l’évaluation de l’activité cyclique des femelles de l’espèce bovine et en particulier
dans celle de la succession précise des phases folliculaire et lutéale. II a été ainsi démontré que l’oestrus,
pour être réel, devait être concomitant de l’absence de
concentrations plasmatiques supérieures à 1 ng/ml de
progestérone (11, 15, 22,25, 26). Le recours au dosage
de cette hormone permet donc de s’assurer de I’exactitude de l’oestrus voire de l’opportunité de la saillie
lorsqu’il y a insémination naturelle. La même démarche 21 jours après permet de déterminer le taux de
détection des chaleurs par rapport aux femelles dont
la phase lutéale s’est interrompue et pour lesquelles
un comportement de chaleurs est attendu (4, 16, 17,
24, 25, 26). Ces éléments, apparemment, n’ont jamais
été précisés dans le contexte de l’insémination naturelle avec saillie « en main n dans l’élevage laitier.
Le but du présent travail est donc de rapporter
l’exactitude et le taux de détection des chaleurs dans
de grandes unités laitières marocaines. Ces données
permettent aussi d’estimer l’incidence de l’anoestrus
post-insémination.
MATÉRIEL
ET MÉTHODES
2. Laboratoire pour le Contrôle des Reproducteurs, UNCEIA, 13
rue de Jouët, BP 65, 94703 Maisons-Alfort cédex, France.
Le travail s’est effectué sur un total de 369 vaches et
génisses faisant partie des 4 grands troupeaux laitiers
déjà décrits (13) et dans lesquels est pratiqué un Plan
d’Action Vétérinaire Intégré de Reproduction (PAVIR)
hebdomadaire.
Reçu le 04.11.67, accepté le 02.03.68.
II y a détection des chaleurs lorsqu’une ou plusieurs
1. Département de Reproduction
et d’lnsémination
Artificielle,
Institut Agronomique
et Vétérinaire Hassan II, BP 6202, Rabat,
Maroc.
Revue Élev. M&l. vét. Pays trop., 1989, 42 (2): 261-266
261
Retour au menu
H. Lakhdissi, B. Haddada, A. Lahlou-Kassi,
personnes
chargées de la surveillance
des animaux
observent
soit l’acceptation
du chevauchement,
soit
l’écoulement
de mucus abondant
aqueux et clair
caractéristique,
hors des lèvres vulvaires. Cette détection est effectuée plusieurs fois par jour, lors de la
traite, lors de mouvements
de vaches entre l’aire de
l’exercice (paddock) et l’étable, ou lors du séjour des
animaux aux paddocks.
Dès qu’il y a observation
d’oestrus,
la femelle est soumise, dans les 12 heures
qui suivent environ, à l’insémination
naturelle. Elle est
isolée dans un parc ou un large couloir dans lequel est
introduit le taureau. Le vacher s’assure du coït et de
l’éjaculation. II n’y a en général qu’un seul éjaculat par
femelle et par chaleur.
Lors de cette chaleur, la femelle est systématiquement
l’objet d’une prise de sang dont le plasma est centrifugé puis stocké pour le dosage de la progestérone
par la méthode radioimmunologique
(23). Vingt et un
jours après l’insémination,
une prise de sang est de
nouveau effectuée pour déterminer
la concentration
de progestérone.
Conventionnellement,
toute concentration
de progestérone inférieure ou égale à 1 ng/ml est considérée
comme concordante
avec une chaleur lorsque celle-ci
est détectée ou témoigne d’une absence de gestation
(21 jours après l’insémination).
Pour éliminer I’éventualité d’un oestrus
non accompagné
d’ovulation
et/ou de corps jaune, c’est-à-dire
d’une absence de
cyclicité, un prélèvement
de sang supplémentaire
a
été effectué 12 jours environ après l’insémination.
On définit l’exactitude (E) des chaleurs, appréciée
de l’insémination
par le rapport suivant :
E = Nombre
d’oestrus
correctement
tés/Nombre
d’oestrus
détectés
M. Thibier
la concentration
à 12 jours était élevée, témoin de leur
activité cyclique (succession
d’une phase foiliculaire à
l’insémination
et d’une phase lutéale ensuite).
L’exactitude
(E) est donc déterminée lors de I’insémination et le taux de détection (T) 21 jours après cette
dernière.
La confirmation
de gestation par palpation rectale a
été effectuée 50 à 60 jours après l’insémination.
RÉSULTATS
La figure 1 décompose
la distribution
des 369 femelles
de l’étude observées en chaleurs et inséminées selon
leur situation physiologique
lors de ces chaleurs, puis
21 jours plus tard et enfin selon leur gravidité confirmée. Le taux global de fertilité apparente et précoce à
21 jours
post-insémination
est égal à 66 p. 100
(244/369). II est cependant, après diagnostic à 60 jours
par palpation rectale, inférieur à ce dernier et égal à
48 p. 100.
369 femelles
I
I
332
33 (A)
4 ;B)
I
D.P.G.
lors
224
80
détec-
Le nombre d’oestrus détectés correctement
est déterminé par la concordance
entre d’une part les oestrus
observés et reconnus comme tels par le personnel et
donnant
lieu à une insémination
et d’autre
part
l’absence
de concentration
de progestérone
supérieure à 1 ng/ml le jour de cette chaleur.
II peut
demeurer une ambiguïté sur les femelles pour lesquelles il n’y avait pas d’augmentation
de la progestéronémie dans les 12 jours suivant les chaleurs. Pour éviter
celle-ci, les quelques femelles (n = 4) se trouvant dans
cette situation ont été Ôtées de l’effectif pour lequel
cette exactitude .a été calculée.
D.C.G.
-A
68
Vues en
chaleurs
non
1
l
45
A : saillie
B : sans
43
à un moment
activité
+ : présumée
- : non
176
oui
sexuelle
gestante
Inopportun
cyclique
(D.P.G.)
ou gestante
(D.C.G.)
gestante
Fig. 1 : Distribution
des femelles
selon leurs caractéristiques.
de cette étude mises à la reproduction
La taux de détection des chaleurs (T) est mesuré 21
jours après l’insémination.
II résulte du rapport suivant :
T = Nombre
attendus
d’oestrus
détectés/Nombre
d’oestrus
Le nombre d’oestrus attendus correspond
aux femelles dont la concentration
de progestérone
est inférieure à 1 ng/ml, 21 jours après l’insémination
et dont
262
Exactitude
de la détection
des chaleurs
Parmi les 369 femelles inséminées,
4 n’ont pas eu
d’élévation
significative
de la progestéronémie
bien
que leur taux de progestérone
à l’insémination
soit
inférieur à 1 ng/ml (Fig. 1). Elles sont ainsi considérées
~
~
~
~
Retour au menu
ZOOTECHNIE
comme étant dénuées d’activité cyclique et ne sont
pas prises en compte dans le calcul de l’exactitude.
Parmi les ,365 femelles
restantes,
33 avaient une
concentration
de progestérone
supérieure
à 1 ng/ml,
leur détection d’oestrus
est donc incorrecte
et leur
insémination
dite inopportune.
L’exactitude
91 p. 100
E est donc égale à (365-33)/365
x 100 =
Parmi ces 33 femelles dont l’oestrus était indûment
détecté, 3 étaient gestantes. Sur les 30 femelles non
gestantes,
16 ont été vues en chaleurs dans les 20
jours suivant l’oestrus,
5 au 21ème jour et 9 au-delà
dont 2 à plus de 70 jours (Fig. 2). Si l’on estime que
toutes les femelles avec plus de 3 ng/ml (n = 16) au
moment de l’insémination
étaient en réalité en phase
lutéale « avancée m (au-delà de la phase de croissance
du corps jaune), on s’aperçoit
que la majorité d’entre
elles (n = 11) est en effet observée en chaleurs dans
les 10 jours qui suivent, deux le sont aux 21ème et
22ème jours et 3 autour du 50ème jour. En revanche,
celles dont la concentration
était comprise entre 1 et
3 ng/ml (n = 14) ont été en chaleurs
au-delà du
20ème jour.
Nombre
de femelles
t
progestéronémie élevée au moment de l’insémination
et avec une activité cyclique. La mesure de la concentration de la progestérone 21 jours plus tard a permis
de recenser 66 femelles non gestantes (Fig. l),
dénuées de concentration de progestérone supérieure
à 1 ng/ml. Or seules 43 d’entre elles ont été effectivement observées en chaleurs. Ceci aboutit au taux de
détection de chaleurs (T) égal à 43/66 = 49 p. 100.
L’incidence de l’anoestrus post-insémination est donc
le complément de ce taux, égale ici à 51 p. 100. Le
nombre de vaches non vues en chaleurs, bien que
déjà non gestantes à cette date, permet aussi d’apprécier la part d’erreur faite lorsque, par simplicité, on
présume qu’une femelle non vue en chaleurs à 21-24
jours est gestante. Dans cet ensemble de 332 femelles,
269 d’entre elles n’étaient pas détectées en chaleurs
et 45 étaient non gestantes dès cette période. Ceci
indique donc que I’anoetrus post-insémination correspond environ à 1 femelle sur 6 non détectées en
chaleurs.
Enfin, on peut noter dans ce contexte que le nombre
de femelles détectées en chaleurs 21-24 jours après
l’insémination représente une très faible partie des
vaches qui ne sont pas réellement gestantes lors de
cette insémination. En effet, celles-ci représentent 43
des 156 (332-176) femelles non gestantes, soit seulement 27,6 p. 100 de ces dernières (Fig. 1).
DISCUSSION
1
6 7
1213
1819
2425
3031
36 >36
@
Taux de progestérone
< 3 ngiml
0
Taux
> 3 ng/ml
de progestérone
Fig 2 : Répartition
des 33 vaches
chaleur (j) et leur progestéronémie
vides selon
(nglml).
leur délai
de retour
en
II y a donc parmi les femelles inséminées inopportunément deux sous-populations : celles dont l’oestrus a
été inexactement observé en milieu de la phase
lutéale (16/30) soit 53 p. 100 et celles dont le décalage,
phase folliculaire-oestrus, a été de seulement quelques jours (14/30) soit 47 p. 100.
Taux de détection des chaleurs
anoestrus post-insémination
et
Parmi les femelles de l’étude, 332 ont été finalement
inséminées de manière opportune, c’est-à-dire sans
Le taux global de fertilité précoce apparent de
66 p. 100 est faible et se répercute d’ailleurs nég’ativement sur le taux de fertilité à 60 jours, égal à 46 p. 100,
valeurs bien inférieures à celles préconisées pour de
tels élevages (10, 16) et à celles attendues dans un tel
système de monte naturelle. L’insémination inopportune d’animaux non en chaleurs pénalise ce taux de
fertilité de 9 p. 100 dans la présente étude. Par conséquent, l’exactitude de la détection des chaleurs (91 p.
100) peut être considérée comme satisfaisante, surtout
si l’on tient compte du niveau modeste de connaissances techniques des personnes responsables de cette
tâche et des moyens qui y sont mis en oeuvre. Ainsi,
dans la situation de cette étude, le vacher détectant
les chaleurs a une probabilité de 0,l de se tromper
lorsqu’il identifie une vache comme étant en chaleurs.
II peut paraître surprenant d’observer près de
10 p. 100 d’inséminations inopportunes, dans le cas
de cette étude, en saillie en main. II a été rapporté que
des femelles, en dehors de la période d’oestrus,
peuvent exhiber le phénomène de chevauchement ;
27 p. 100 des chevauchements détectés seraient pratiqués par des femelles en pré- et post-oestrus, et
5,2 p. 100 par des femelles en pleine phase lutéale.
263
Retour au menu
H. Lakhdissi, B. Haddafla, A. Lahlou-Kassi,
Ceci, ajouté dans le cadre de cette étude, à une
connaissance
peu précise de la part du personnel des
signes de chaleurs et surtout au fait que le début de
celles-ci
n’est pas précisément
repéré, fait qu’une
partie des animaux est présentée à l’insémination
en
dehors de la période des chaleurs.
Le problème essentiel subsistant
dans les élevages
étudiés est représenté
par le faible taux de détection
des chaleurs : 49 p. 100. Le taux est loin d’être satisfaisant (8, 9, 19) et soulève le problème de l’organisation
de la détection des chaleurs dans ces types d’élevages
à l’échelle locale ou mondiale : 50 p. 100 des chaleurs
réellement survenues
sur les vaches non gestantes ne
sont pas détectées.
Ceci constitue
l’anoestrus
post
insémination.
Ce taux n’est cependant pas exceptionnel et des pourcentages
voisins ont déjà été rapportés
(9, 18, 27).
La négligence de la surveillance des chaleurs pour les
femelles inséminées
3 semaines au préalable est un
élément important
dans l’explication
de ce phénomène. De telles femelles sont simplement considérées
comme probablement
pleines.
LAKHDISSI (H.), HADDADA (B.), LAHLOU-KASSI (A.), THIBIER
(M.). Large dairy herds reproduction management under Moroccan
conditions. III. Heat resumption and post-natural insemination
anoestrus. Revue Êlev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) :261-266.
This study aims at detérmlning both the accuracy and the rate of heat
detection together with the so-calkxl post insemination anoestrus
incidence in four Moroccan dairy herds under natural or senti-hand
mating insemination.
369 females (CO~S and heifers) were involved from 4 large dairy units
in which a herd fertility survey took place on a weekly basis. Heat
detection was performed several times a day by the herdsman. Blood
was sampled for plasma progesterone (P) determination on the oestrus
and the mating day, on day 12 later as well as on day 21 after mating.
Accuracy (A) was deiïned as the ratio of correct oestrus on detected
oestrus during the mating days. Heat detection rate (R) was defmed as
the ratio of oestrus detected on oestrus expected, according to the P
values 21 days after mating when the females were coniïrmed to be
cycling. Post-insetnlnation incidence was the complementary ratio to
the latter.
In the Moroccan dairv unit conditions. A = 91 D. 100. and
R = 49 p. 100, the post-l&emlnation anoestrus incidence was’therefore just over 50 per cent. The distribution of the non-in-heat but
mated females (9 per cent) allows two roughly equal sub-populations to
be distinguished : those mated in mid-luteal phase and those with a 1-2
day overlapping between the follicular phase and the oestrus. Finally
the high incidence of post-insemlnation anoestrus demonstrates the
inadequacy of heat detection for pregnancy dllgnosls even under
natural or semi-band mating conditions. TO conclude, the heat
detection accuracy (A) was satlsfactory but not the heat detection rate
(R), thus preventing any significant improvement in the eftïciency of
the reproduction management in these herds. Key words : Dairy
cattle - Cow - Reproduction - Heat detection - Anoestrus -Morocco.
264
M. Thibier
II est à noter que contrairement à ce qu’on peut
supposer, le taux de fertilité à 60 jours peut être
pénalisé dans un tel système de monte en main.
CONCLUSION
Si l’exactitude de la détection des chaleurs dans les
élevages laitiers étudiés s’avère satisfaisante, en
revanche, ‘le taux de détection des chaleurs reste le
principal handicap pour une meilleure efficacité de la
reproduction.
L’amélioration de la qualité de la détection des chaleurs par l’utilisation de moyens physiques de marquage des femelles est une étape importante dans un
programme d’amélioration de l’efficacité reproductive
de tels élevages, en particulier pour la préparation de
l’utilisation de l’insémination artificielle.
LAKHDISSI (H.), HADDADA (B.), LAHLOU-KASSI (A.), THIBIER
(M.). Manejo de la reproduccidn en hatos lecheros en las condiciones
de Marruecos. III. Celos de nuevo y anestro post servicio. Revue
Élev.
Méd.
vét.
Pays trop.,
1989,
42 (2) : 261-266.
Este estudio tiene como objeto la exactitud y la tasa de detecci6n de
celos, y la incidencia del anestro post-servicio de grandes rodeos
lecheros en Marruecos en 10s cuales se realiza monta a mano.
369 hembras bovinas (multtparas y prlmtparas) provenientes de 4
establecimientos fueron controladas senuuutlmente. La detecci6n del
cela se realiz0 varias veces durante el dta por el persona1 a cargo del
rodeo. La determlnaci6n de progesterona plasmatica se realizo el dia
del servicio, el dta 12 y el dta 21 post-servicio.
La exactitud (E) deiïne como la relation de celos correctos sobre celos
detectados a1 servicio. La tasa de detecci6n de celos (TDC) define como
la relackm de celos detectados sobre celos esperados 21 dias postservicio cuando confirmada la actividad ctclica de las hembras. La
incidencia de anestro post-servicio es el complemento de la tasa TDC.
En las condiciones de Marruecos E = 91 p. 100 y TDC = 49 p. lOtI.La
incidencla del anoestro post-servicio fue superior a 50 p. 100. La
distribuci6n de las hembras servidas no en cela (9 p. 100) permite
dividirlas en 2 poblaciones : hembras set-vidas en la mitad fase luteal y
hembras desfasadas 1 o 2 dtas entre la fase folicular y el cela.
Finalmente la alta prevalencia de anestro post-servicio demuestra 10
inadecuado de la deteccion del cela como dllgn&ico
presuntivo de
preiiéz. Este estudio concluye que la certeza en la detecci6n del cela fue
satisfactoria, pero que la tasa de detecci6n de celos fue insuficiente
para una eilciencia satisfactoria de la reproducci6n en estos hatos.
Palabras
claves : Bovino lechero - Vaca - Reproduccidn - Deteccibn
de celos - Ciclo estral - Marruecos.
Retour au menu
ZOOTECHNIE
BIBLIOGRAPHIE
1. ALEXANDER
(S. D.), SENGER (P, L.)? ROSENBERG (J. L.), HAJEN (D. R.). The influence of the stage of then
oestrus cycle and novel cows upon mountmg activity of dairy cattle. J. Anim. Sci., 1984, 56 : 1430-1437.
2. FOOTE
(R. H.). Estrus detection and estrus detection aids. J. dairy
3. FLJLKERSON (W. J.), SAWYER (G. J.), CROTHERS
cattle. Appl. Anim. Etho., 1983, 10 : 199-208.
Sci.,
1974, 58 : 218256.
(1.). The accuracy of several aids in detecting oestrus in dairy
4. GOUFFE (D.). Cycle sexuel de la vache laitière. Applications pratiques à la maîtrise de la reproduction. Paris, Distrivet,
Roussel-Uclaf, 1988. Pp. 23-2.5.
5. GUNZLER (0. E.). Milk progesterone determination as applied to the confirmation of oestrus, the detection of cycling
and as an aid to veterinarian and biotechnical measures in CO~S. Br. vet. J., 1979, 135 : 541-549.
6. HACKETT (A. J.), BATRA (T. R.), ALLISTER (A. J.). Estrus detection and subsequent reproduction
continuously housed indoors. J. dairy Sci., 1984, 67 : 2446-2451.
in dairy cows
7. HELMER (S. D.), BRI’IT (J. H.). Mounting behavior as affected by stage of oestrus cycle in Holstein heifers. J. dairy
Sci., 1985, 68 : 1290-1296.
(P.), THIBIER (M.). Progesterone monitoring of anoestrus dairy cows and subsequent treatment with a
8. HUMBLOT
prostaglandin F2 analog or gonadotrophin releasing hormone. Am. J. ver. Res., 1980, 41 : 1762-1766.
9. HUMBLOT (P.), THIBIER (M.). Utilisation de schémas thérapeutiques dans un programme de contrôle de l’infécondité
dans un troupeau de vaches laitières. Recl Méd. vét., 1981, 157 : 91-104.
10. ITEB. Proposition d’un bilan annuel de la reproduction des troupeaux laitiers. Comment situer et gérer la fécondité d’un
troupeau laitier. Paris, Institut Technique dÉlevage Bovin, 1982. Pp. 43-52.
11. LAHLOU-KASSI
(A.), LAKHDISSI (H.). Radioimmunoassay techniques and reproductive management of livestock in
North Africa. In : Nuclear techniques in tropical animal diseases and nutritional disorders. Vienna, International Atomic
Energy Agency, 1984. Pp. 1648-1656.
12. LAKHDISSI
(H.). Approche clinique et thérapeutique de l’infécondité fonctionnelle chez la vache laitière. Maroc,
Rabat, Thèse Doct. vét. Institut Agronomique et Vétérinaire Hassan II, 1982. Pp. 44-74.
13. LAKHDISSI (H.), LAHLOU-KASSI
(A.), THIBIER (M.). Conduite de la reproduction en grands troupeaux laitiers
dans les conditions marocaines. 1. Influence du programme d’action vétérinaire intégré de reproduction sur les bilans de
fertilité. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1988, 41 (3) : 293-299.
14. LAUDERDALE
354.
(J. W.). Estrus detection and synchronization of dairy cattle in large herds. J. dairy Sci., 1973,57 : 348-
15. LEMON (M.), PELLETIER
(J.), SAUMANDE
(J.), SIGNORET
(J. P.). Peripheral
progesterone, oestradiol-17 and luteinizing hormone around oestrus in the cow. J. Reprod.
plasma concentrations of
1975, 42 : 137-140.
Fer?. ,
16. LOISEL (J.). Une anal se a posteriori
de la fécondité des troupeaux laitiers. Le bilan annuel de reproduction.
Institut Technique de 14 levage Bovin, 1982. Pp. 4-19.
Paris,
17. MARIE (M.), DEWULF (M.), THIBIER (M.), LAHLOU-KASSI
(A.). Mise en place au Maroc d’un diagnostic précoce
de gestation par dosage de la progestérone dans le lait de vache. Maghreb
vér., 1984, 1: 9-14.
18. MARTINEZ
(J.), THIBIER (M.). Reproductive disorders in dairy cattle. Respective influence of herds, seasons, milk
yield and parity. Theriogenology,
1984, 21 : 569-581.
19. MIALOT
(J. P.), BADINAND
(F.). L’anoestrus chez les bovins. Paris, Journées de Buiatrie 17-18 octobre 1985.
Maisons-Alfort, Société française de Buiatrie, 1985. Pp. 217-233. (Vol. 2).
20. O’FARREL (K. J.). Treatment for non detected estrus in CO~S. Proc. XIIth Wld Cong. Buatries, Amsterdam, 1982.
Pp. 1101-1105.
21. PACCARD
(P.), BROCHART
(M.). Détection des chaleurs et fertilité des vaches. ÉZevage bovin,
22. RO’ITENSTEN (K.), TOUCHBERRY
1957, 24 : 1457-1465.
23 . THIBIER
mens.
(M.).
1973, 7 : 17-21.
(R: W.). Observations of the degree of expression of estrus in cattle. J. dairy Sci.,
Hormonologie sexuelle de la vache et quelques conséquences pratiques en médecine vétérinaire. Bull.
Fr., 1976, 60 : 549-562.
Soc. vét. prat.
24. THIBIER
9-14.
(M.). Le diagnostic précoce de gestation et la mesure de la progestérone dans le lait. Elev. Insém.,
25. THIBIER
(M.). Programme d’action vétérinaire intégré de reproduction
et micro-informatique.
1980,
180 :
Proc. XIIth Wld Cong.
265
Retour au menu
H. Lakhdissi, B. Haddada, A. Lahlou-Kassi,
M. Thibier
Buatries, Amsterdam, 1982. Pp. 702-706.
26. THIBIER
(M.), CASTANIER
(M.), TEA (N. Y.), SCHOLLER
(R.). Concentrations plasmatiques de la 17 ~
hydroprogestérone au cours du cycle sexuel de la vache. C. r. hebd. Séant. Acad. Sci., Paris, Sér. D, 1973, 276 : 30493052.
27. WISHART
266
(D. F.). Early pregnancy diagnosis in cattle. Vet. Rec.,
197.5, 96 : 34-38.
Retour au menu
ZOOTECHNIE
E. Thys l
J. Hardouin 2
A. Verhulst 2 I
Influence
de la castration
partielle et
totale sur les performances
de
croissance
et de conversion
alimentaire
de béliers Poulfouli
de
I’Extrême-Nord
Cameroun
THYS (E.), HARDOUIN (J.), VERHULST (A.). Influence de la
castration partielle et totale sur les performances de croissance et de
conversion alimentaire de béliers Poulfouli de l’Extrême-Nord Cameroun. Revue klev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 267-274.
Les auteurs ont comparé les performances de croissance et de
conversion aliientaire de béliers entiers, de béliers castrés à la pince
de Burdizzo à 6 mois et demi et de béliers castrés partiellement à 2
mois par la méthode du short scmtum. Les poids moyens enregistrés
après 384 jours d’expérience sont respectivement de 49,24 kg,
39,44 kg et 47,lS kg. Les gains quotidiens moyens de la période de 244
jours suivant la castration à la pince, sont respectivement de 110 g,
75 g et 102 g (0,OS > p > 0,Ol). La castration totale a par conséquent
un effet dépressif sur la croissance pondérale. Aucune différence
significative n’est observée entre les mâles entiers et les castrés
partiels. Le périmètre thoracique et la hauteur au garrot n’ont pas été
significativement intluencés par ces traitements. L’indice de consommation et l’ingestion volontaire des castrés à la pince sont supérieurs à
ceux des 2 autres groupes, ce qui permet de conclure à une moins
bonne conversion des aliments et à un coût plus élevé de gain pondéral.
Mots clés : Bélier - Mouton Poulfouli - Castration - Méthode - Croissance - Conversion alimentaire - Cameroun.
INTRODUCTION
Au cours de la dernière décennie, l’intérêt pour
l’élevage des petits ruminants (PR.), ovins et caprins,
s’est régulièrement accru en Afrique subsaharienne.
Ces deux espèces, et le mouton en particulier,
s’avèrent en effet occuper une place importante dans
le contexte des spéculations animales pour leur rôle
socio-économique (c’est la banque du petit paysan) et
par leur rôle religieux (sacrifice). D’un point de vue
zootechnique, la capacité de ces animaux à valoriser
des pâturages médiocres en régions arides n’est pas
sans intérêt. Ils prennent ainsi le pas sur les bovins,
plus sensibles à la disette de saison sèche.
Au Cameroun 43,4 p. 100, soit près de la moitié des
petits ruminants, sont concentrés dans la province de
I’Extrême-Nord située en zone sahélo-soudanienne et
qui ne représente que 7,4 p. 100 de la superficie de la
République. La densité de PR. au km2 y est également
la plus élevée, ainsi que l’effectif de PR. par 1 000
1. Centre National de Formation
B.P. 56, Maroua, Cameroun.
Zootechnique
et Vétérinaire,
2. Service de Zootechnie tropicale, Institut de Médecine
cale, Nationalestraat,
155, B-2000 Antwerpen, Belgique.
Reçu le 13.07.88, accepté le 0508.88.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 267-274
Tropi-
habitants. Cela représente, à l’heure actuelle, environ
2 millions de têtes réparties plus ou moins en parts
égales entre les ovins et les caprins, avec un léger
avantage pour ces derniers (6).
Dans la région, la principale production est la viande,
le lait étant généralement réservé exclusivement aux
agneaux et chevreaux, sauf tout au Nord de la province où il est consommé en partie. La peau est
tannée et, en milieu rural, les déjections servent
d’engrais ou de source de sels alimentaires.
D’autre part, on constate que la pratique de la castration existe depuis longtemps dans I’Extrême-Nord, la
méthode traditionnelle la plus fréquente consistant à
marteler les cordons testiculaires à l’aide d’une pierre
et d’un bâton. Avec l’apparition de la médecine vétérinaire moderne, de nouvelles techniques sont introduites, dont la plus récente (194746) est l’utilisation de la
pince Burdizzo. Les éleveurs ne castrent en général
pas avant 6-7 mois, dans le but d’obtenir une conformation masculine et, en dehors de quelques rares
vieux béliers castrés tardivement pour cause d’agressivité, la majorité l’est avant 12 mois.
Une analyse des buts de la castration a été faite dans
le département du Diamaré et il en ressort que la
motivation des éleveurs se répartit comme suit :
66 p. 100 parlent d’engraissement, 29 p. 100 de limitation de la lutte et de la divagation et 3 p. 100 de
contrôle de la reproduction. Néanmoins, en approfondissant, il apparaît que le contrôle de la reproduction
sous-entend surtout contrôler l’instinct sexuel et éviter
que les mâles ne recherchent les femelles. En extensif,
la motivation principale est la suppression de l’instinct
sexuel mâle, de façon à réduire la divagation des
béliers à la recherche de femelles et d’améliorer leur
état de nutrition et d’engraissement.
Le service vétérinaire, lui, avance deux motifs : tout
d’abord favoriser l’engraissement et ensuite établir un
contrôle rationnel de la reproduction avec un souci de
sélection. Les intéresses et le Service d’encadrement
se rejoignent donc dans le souci de favoriser I’engraissement des animaux par la castration.
Par ailleurs, l’influence bénéfique de cette technique
sur la croissance et le gain de poids en général a été
contestée par plusieurs auteurs (5, 9, 10, 16, 16)
surtout en embouche intensive. Des ‘techniques de
castration partielle ont été alors testées, permettant
267
Retour au menu
E. Thys, J. Hardouin,
A. Verhulst
de garder l’effet anabolisant des hormones mâles tout
en contrôlant
la reproduction
(1, 2, 3, 4, 8, 11, 13, 14,
15, 17).
A partir de ces considérations
et des besoins toujours
insatisfaits
des populations
locales en matière de
protéines
d’origine
animale, il a paru intéressant
d’étudier
de plus près l’influence
de la castration
totale et partielle sur les performances
de moutons
mâles de la région.
Les animaux choisis pour l’étude sont de race Poulfouli, mouton à poil très fréquent dans la région et qui
est apparenté au Djallonké, dont il diffère surtout par
la taille. II se rapproche
également
beaucoup
du
mouton de l’Ouest de Mayo Kebbi, décrit par DUMAS
et collab. (7).
MATÉRIEL
ET MÉTHODE
pince à bords mousses. Le caillot de sang formé dans ~
l’artère testiculaire
provoque I’ischémie de la glande,
son atrophie et sa caséification.
Spermatogénèse
et
production
de testostérone
sont ainsi arrêtées
en
même temps. L’âge de 6 mois et demi a été retenu
(jour 140 de l’expérience).
Animaux,
mode
prophylactiques
d’élevage,
Vingt mères de race Poulfouli ont été achetées en
milieu rural alors qu’elles étaient suitées d’un agneau
mâle unique d’environ 2 mois. Les 20 agneaux ont été
divisés en 4 groupes homogènes de 5 animaux ; trois
de ces groupes
ont été inclus dans l’expérience
présente :
Le lot 1 : lot Témoin
Le lot 2 : lot Short
(T)
Scrotum
Le lot 3: lot Burdizzo
L’expérience
a duré 384 jours.
Méthodes
de castration
Castration
partielle
soins
(SS) à 2 mois
(B) à 6 mois’et
demi
Un des animaux du lot 2 s’étant révélé monorchide
naturel, il a été exclu de la comparaison.
appliquées
La méthode du short scrotum de RAY et BELLING (17)
a été retenue pour sa simplicité d’application
permettant une vulgarisation
éventuelle facile. La technique
consiste à repousser
les testicules
de l’animal dans
l’aine et à empêcher
qu’ils ne redescendent.
La
température
étant plus élevée contre la paroi abdominale, la spermatogénèse
est interrompue
mais
l’hormone mâle continue à être produite et distribuée.
Appliquée sur un très jeune animal, cette technique
s’avère très simple. La cryptorchidie
induite qui s’en
rapproche et qui permet de maintenir ainsi les testicules à l’intérieur de l’abdomen se révèle plus aléatoire
si la tunique vaginale n’est pas ouverte, ce qui rend
l’opération
plus délicate (2).
Pour maintenir les testicules
contre le ventre, on a
utilisé la pince Elastrator
qui permet de placer un
anneau sur le scrotum.
Le sevrage s’est effectué au jour 57 de l’expérience,
après retrait brutal des mères. Les agneaux ont été
ensuite gardés en claustration
jusqu’au jour 120 où ils
ont été mis pendant 7 heures par jour en pâturage de
saison des pluies. Du jour 154 à la fin de l’expérience,
ils ont été remis en claustration
permanente en groupes séparés.
Les animaux
ont été vermifugés
tous les 2 mois
environ au fenbendazole
(Panacu,rND) à la dose active
contre le ténia sauf en période de pâturage où ils ont
été vermifugés
à deux reprises à I’albendazole (ValbazenND) à la dose active contre les douves. Un ,autovaccin contre I’ecthyma contagieux a été appliqué à 3
mois.
Pesées
et mesures
corporelles
~
Une pesée unique fut effectuée toutes les 2 semaines
le matin à jeun, à l’aide de bascules dynamométriques
à cadran de marque Salter (jusqu’au jour 14 avec une ~
bascule d’une portée de 10 kg et précision
de 50 g ~
puis une de’50 kg avec précision de 200 g).
Après environ 15 jours, le scrotum desséché se détache et tombe, laissant une petite cicatrice. La technique a été appliquée à 2 mois (jour 0 de l’expérience).
Pour les animaux ayant dépassé 50 kg, une bascule de ~
type romain a été utilisée, après avoir été ajustée par ~
rapport-à la bascule de 50 kg. Les animaux sont pesés
dans un harnais de toile.
Castration
Le même jour que la pesée, le périmètre thoracique a ~
été mesuré à l’aide d’un mètre ruban souple gradué en ~
cm et derrière le garrot de l’animal mis d’aplomb. La i
hauteur au garrot a été relevée au même moment à
l’aide d’une toise graduée en cm.
l
totale
On applique la technique de Burdizzo, qui est d’utilisation courante dans la région et consiste à comprimer
les cordons
testiculaires
à travers la peau par une
Retour au menu
ZOOTECHNIE
Alimentation
Du jour JO de l’expérience
jusqu’au
sevrage
les
agneaux ont suivi leur mère au pâturage durant la
journée
et se sont progressivement
habitués aux
aliments de complémentation
distribués
le soir, c’està-dire des fanes d’arachide
et de I’Alibet (aliment
composé de 95 p. 100 de tourteau de coton déshuilé,
3 p. 100 de calcaire, 15 p. 100 de chlorure de sodium
et OS p. 100 d’un complément
minéral et vitaminé).
Du sevrage à la remise au pâturage (J57J120),
les
agneaux ont été nourris avec ces 2 derniers aliments.
Pendant la période où les moutons allaient sur pâturage de saison des pluies (J12OJ154), ils ont continué
à recevoir une complémentation
de 500 g d’Alibet.
Enfin, 14 jours après la castration
(J154), les animaux
ont été claustrés
définitivement
et nourris intensivement à l’auge avec de I’Alibet et des coques de coton,
aliment également disponible sur place.
Compte tenu du bas prix de ces deux aliments et de
leur appétibilité,
ils ont permis de couvrir, au début,
les besoins énergétiques.
Durant 2 périodes une petite
quantité de fanes d’arachide a été donnée en complément.
A partir du jour 241, du mil rouge en grain a été ajouté
à la ration comme source d’énergie.
Durant
cette période de 230 jours (J154 à J384)
d’alimentation
à haut niveau énergétique
et protidique, les refus ont été pesés journellement
pour chaque
groupe afin de déterminer
les quantités ingérées.
Des analyses bromatologiques
ont été effectuées sur
échantillon
(Tabl. 1), ce qui a permis de calculer
l’énergie
nette (exprimée
en UF) par la méthode
hollandaise, ainsi que les matières azotées digestibles
TABLEAU
I
Composition
des aliments
distribués
ALIBET
Matière
sèche
(p. 100)
(MAD). Pour chaque période écoulée depuis le début
de la claustration,
les indices suivants ont été calculés : indice de consommation
(IC), rapport MAD/UF et
ingestion volontaire (IV), cette dernière étant exprimée
en kg de matière sèche (MS) par 100 kg de poids vif.
La digestibilité
des protides
de coques étant très
faible, la quantité de MAD a été considérée
comme
nulle pour cet aliment.
Analyse
statistique
Pour les mesures faites individuellement,
les groupes
ont été comparés globalement par analyse de variante
après -équilibrage
des groupes
par l’estimation
de
YATES. La normalité de la distribution
a été contrôlée
à l’aide des coefficients
de PEARSON et l’égalité de
variante
par la méthode de BARTLElT.
Les résidus
suspects
ont été recherchés
par la méthode
de
GRUBBS.
Les moyennes
ont été comparées
entre
elles par le test de comparaison
multiple de NEWMANKEULS, dès que l’analyse de variante était significative à 5 p. 100 (12).
En ce qui concerne
les régressions,
la meilleure
formule a été retenue après essais multiples de transformation
(principalement
logarithmique).
La signification du coefficient de régression
a été mesurée par
un test F et les pentes ont été comparées par le test de
TUKEY-KRAMER
pour comparaison
multiple de pentes (19).
Les notations
sées :
conventionnelles
suivantes
sont
utili-
n.s. pour p > 0,05
* pour 0,05 2 p > 0,Ol
et leur valeur en UF et MAD.
Coques
de coton lot n” 1 Coques de coton
(jusqu’à J 269)
lot n” 2
mil rouge
Fanes
d’arachides
91,24
77,77
94.26
93,74
86,27
4570
8,60
7,87
41,Ol
4,43
530
5,80
51,64
3,00
2,83
8,88
257
1,88
3,31
16,69
22,76
4,99
13,78
1,025
59 9
0,594
95 9
Composition
chimique
(MS = 100)
Matières
Cellulose
Matières
Cendres
protéiques
totales
grasses
totales
36
Unités Fourragères (UF)*
0,824
350 g
Matière
* par kilogramme
7,36
azotée digestible*
WAD)
de matibe
0,454
og
0,620
og
séche.
249
Retour au menu
E. Thys, J. Hardouin,
TABLEA
A. Verhulst
Poids vif (en kg) des béliers des 3 groupes
CI II
Groupe
Jour
0
14
28
42
57
72
89
103
119
140
154
166
181
195
213
227
241
256
269
284
296
310
325
340
353
368
384
de l’expérience,
B
GroupeT
m
*
6,69
7,32
8,08
9,62
10,93
13,02
16,08
18,08
20,16
21,12
21,52
21,84
23,12
25,80
27,16
28,52
28,36
28,72
30,08
32,80
34,72
35,56
36,16
38,12
38,96
39,52
39,44
&
*
*
f
f
+
+
+
r
f
r
f
-c
f
+
*
k
f
f
k
+
f
*
r
+
+
*
S
1,269
1,736
2,381
2,318
2,343
3,164
3,141
3,294
3,377
3,294
3,339
2,495
2,791
3,535
3,368
2,975
3,011
3,879
3,477
3,532
3,827
3,742
4,104
4,153
4,382
3,751
4,396
m
-+
6,73
8,66
10,44
11,70
12,92
15,16
17,52
19,12
21,08
22,16
23,16
23,44
25,72
28,72
29,36
33,00
33,52
34,92
36,44
39,96
41,28
41,76
42,12
45,16
46,16
46,16
49,24
+
+
2
*
&
r
f
-I
i
+
f
f
f
r+
*
+
+
dz
r
f
f
+
f
r
f
f
f
*** pour 0,005 2 p > 0,001
**** pour p < 0,001
RÉSULTATS
pondérale
Le tableau II reprend les poids vifs moyens des 3
groupes pour les 27 pesées effectuées.
Les régressions poids-nombre de jours d’expérience
ont été calculées pour toute la durée de l’expérience
et pour les 3 groupes. La relation linéaire simple s’est
révélée la meilleure. La comparaison des pentes par le
test multiple de TUKEY-KRAMER indique une différence très significative entre les castrés à la Burdizzo
et les témoins d’une part, les Burdizzo et les short
scrotum d’autre part. Les témoins et les short scrotum,
en revanche, ne’présentent pas une pente significativement différente (Tabl. Ill).
Cette différence est confirmée par la comparaison des
270
(p = 0,OS).
Groupe
-
** pour 0,Ol 2 p > 0,005
Croissance
suivi de l’écart-type
SS
m
&
1,106
1,855
2,698
2,549
6,98
8,60
9,63
11,06
+
r
f
+
1,003
1,112
1,708
2,151
1,792
12,81
AZ
2,947
2,085
2,260
2,012
2,032
15,25
17,50
19,45
21,15
22,25
23,95
23,20
24,45
27,45
30,lO
32,05
33,25
34,75
35,70
39,65
41,15
39,90
41,oo
44,40
4510
46,70
47,15
r
*
r
k
f
f
f
f
+
z!z
+
k
f
f
+
+
f
&
-t
&
r!z
r
3,746
3,549
3,395
3,649
3,660
3,827
3,085
2,986
3,511
4,361
4,508
4,296
4,054
4,259
5,152
5,195
5,074
4,492
4,581
4,873
5,505
6,615
S
1,925
1,734
1,602
2,184
1,841
2,909
2,561
2,586
2,991
2,578
2,994
4,065
4,687
5,626
5,062
5,581
5,821
6,023
S
gains quotidiens moyens calculés pour 3 périodes : la
période avant la castration à la Burdizzo (de JO à
J140), la période après cette castration (J140 à J384) et
toute la durée de l’expérience. On constate ainsi que
ces gains quotidiens moyens ne diffèrent pas pour la
période avant le jour 140, mais bien pour celle après
ce jour. La différence apparaît également si on conjugue les deux périodes. Le test de NEWMAN-KEULS
montre que les ‘groupes T et SS forment un groupe
homogène significativement différent du groupe B
(Tabl. IV).
Mesures
corporelles
Les périmètres thoraciques et les hauteurs au garrot
des 3 groupes ont été comparés pour les jours 0, 140,
384. Aucune différence significative n’est apparue
(Tabl. V).
La relation mesure corporelle et nombre de jours
d’expérience est également linéaire. La comparaison
des pentes n’a montré aucune différence (Tabl. VI).
Les relations poids-mesures corporelles ont été égale- ~
ment analysées et se révèlent clairement du type
courbe allométrique. Les régressions ont été ajustées ~
Retour au menu
ZOOTECHNIE
TABLEAU
III
Droites
de régression poids nombre
Groupe
Régression
B
T
SS
Poids
Poids
Poids
TABLEAU
IV
= 7,0954
= 6,8909
= 7,1452
période
d’expérience
y = a + bx
+ 0,0899
+ 0,1113
+ 0,1077
Calculs des gains quotidiens
G.Q.M.
de jours
JO à J140
G.Q.M.
les 3 groupes B, T et SS.
Écart-type
du
coefficient
de régression
Test
F
Coefficient
de
détermjnation
V)
0,0019
0,0014
0,0016
2 220****
6 524****
4 670****
0,9889
0,9962
0,9947
(jours)
(jours)
(jours)
moyens (G.Q.M.)
pour
exprimés en g pour 3 périodes
période
de J140 à J384
et leur comparaison.
G.Q.M.
période
de JO à J384
Groupe
m
+
m
f
m
f
B
103,07
+r
18,344
75,08
f
12,692
85,28
f
Il ,087
T
110,21
f
7,295
110,98
f
24,614
110,70
f
16,259
SS
109,Ol
f
19,512
102,04
f
114,330
104,58
f
15,139
Valeur
F
m : moyenne
TABLEAU
0,30
S
n.s.
5,22*
S
4,33*
; s : écart-type
Y Périmètre
thoracique
et hauteur
Groupe
Périmètre
S
B
au garrot moyens des 3 groupes pour JO, J140 et J3M (en cm).
Groupe
T
Groupe
SS
Valeur
de F
thoracique
JO
45,4
J140
J384
45:O k 3,24
455
65,8 + 3,ll
65,8 i
356
66,7 f
4,19
0,12 “.s.
81,0
* 3,08
85:6 f
4,33
83,5 f
3,31
2,00 n.s.
JO
46,4
f
3,36
44,8 f
2,48
46,5 f
0,99
0,69 “.s
J140
61,4
f
2,96
62,8 f
3,70
62,5 f
1,29
0,31 “.%
J384
72,6 + 2,88
75,O f
6,40
72,2 2 3,30
0,54 “.s.
Hauteur
f
1,81
+ 2,08
0,06 “S
au garrot
par transformation
VII).
logarithmique de x et de y (Tabl.
Alimentation
Le tableau VIII reprend les 3 indices calculés pour les
3 groupes et pour la durée d’une période écoulée à
une certaine date, après la castration du groupe B et
la claustration. Cette méthode permet de voir, dans ce
cas présent,
quelle période est la plus économique.
DISCUSSION
Le gain pondéra1 obtenu par les 3 groupes avant la
castration à la pince du groupe B ne présente aucune
271
Retour au menu
E. Thys, J. Hardouin,
A. Verhulst
TABLEAU
VI Droites de régression périmètre
pour les 3 groupes B, T et SS.
Groupe
Régression
Périmètre
B
thoracique
(P.Th) ‘ou hauteur
Écart-type
du
coefficient
régression
b
y = a + bx
thoracique
P.Th = 49,4055
P.Th = 49,9772
P.Th = 51,2304
Hauteur
(H.G.)
et nombre
Test
F
de jours
d’expérience
Coefficient
de
détermination
(r’)
I
I
+ 0,0976
+ 0,1045
+ 0,0997
(Jours)
(Jours)
(Jours)
0,0051
0,004o
0,0045
371****
694****
492****
0,9368
0,9652
0,9517
au garrot
B
H.G. = 49,7099
+ 0,0684
(Jours)
0,0037
346****
0,9326
is
H.G. = 50,245l
50,4128
+ 0,0713
0,0667
(Jours)
0,004o
0,0034
274****
442****
0,9165
0,9465
TABLEAU
Groupe
VII
Régressions poids et périmètre
Régressions
Périmètre
B
T
SS
log poids
log poids
log poids
B
s’s
différence
opération
log poids
log poids
log poids
significative.
effectuée,
= = = -
thoracique
ou hauteur au garrot pour les trois groupes B, T, SS.
Écart-type
du
coefficient
régression
Test
F
‘Coefficient
de
détermination
(r*)
(log P.Th)
(log P.Th)
(log P.Th)
0,058l
0,0356
0,0395
2 479****
6 779****
5 905****
0,990o
0,9963
0,9958
+ 3,8713 (log H.G.)
+ 3,9079 (log H.G.)
+ 4,008l (log H.G.)
0,0543
0,0661
0,1110
5 075****
3 491****
1303****
0,9951
0,9929
0,9812
y = a + b log x
thoracique
= - 3,9468
= - 3,9892
= - 4,199l
Hauteur
+ 2,8912
+ 2,9287
+ 3,0354
au garrot
5,6124
5,6465
5,8142
En revanche,
une
fois
cette
la croissance pondérale du
groupe B est significativement ralentie, ce que prouve
la comparaison des GQM pour cette dernière période.
Ce ralentissement est tel que la courbe de croissance
pour toute la durée de l’expérience en est affectée
également.
Les groupes T et SS forment ainsi un groupe significativement distinct du groupe B, mais ne diffèrent pas
entre eux. On peut donc conclure qu’une castration
totale réalisée à 6 mois et demi exerce un effet
dépressif sur le gain de poids. Par rapport a?l maintien
du bélier entier, la castration partielle ne présente
aucun avantage.
Aucune influence de la castration totale ou partielle
n’est décelable sur l’évolution de la hauteur au garrot
272
au garrot
et du périmètre thoracique. Ces deux mesures corporelles présentent, par ailleurs, avec un fort coefficient
de détermination, une relation de type courbe allométrique (y = a.xb) avec le poids des béliers.
Pour les 230 jours de suivi alimentaire après la
castration totale du groupe B, celui-ci présente un
indice de consommation nettement plus élevé que
ceux des 2 autres groupes. En début de claustration,
les 3 groupes présentent un IC particulièrement ëlevé
dû à un faible gain de poids ou même (groupe SS) à
une perte de poids, consécutifs au retrait du pâturage
et à l’adaptation aux coques. Au jour 213, soit 73 jours
après la castration totale, les 3 groupes ont un IC
relativement similaire. A partir de cette date, I’IC du
groupe Burdizzo présente une augmentation importante. Une augmentation sensible ne se fera sentir
chez les groupes T et SS qu’à partir du jour 310, soit
Retour au menu
ZOOTECHNIE
TABLEAU VIII Indice de consommation, rapport MAD/UF et ingestion volontaire pour les 3 groupes B, T et SS et pour les
périodes ent?e la mise à la claustration définitive (5154) et les dates de pesées.
T
J166
181
195
213
227
241
256
269
284
296
310
325
340
353
368
384
59
i5
102
115
130
142
156
171
186
199
214
230
:
Indice consommation
T
B
SS
25,84
13,30
8,Ol
9,25
9,70
12,29
13,88
13,49
12,18
Il,83
12,74
13,49
13,19
13,51
14,49
16,18
29,86
8,64
6,48
8,84
7,31
8,63
9,35
9,71
9,12
9,55
10,69
11,50
10,99
11,38
11,53
12,24
T
41,74
9,70
8,41
8,43
9,38
9,82
10,48
9,32
9,63
11,91
12,25
11,29
11,78
12,25
13,28
97 jours après le groupe 8. Les animaux ont alors
environ 12 mois. Ces augmentations peuvent être
expliquées par la fabrication accrue de tissu adipeux
par rapport au muscle, fabrication qui nécessite nettement plus d’énergie que pour ce dernier tissu. Les
castrés à la pince deviennent donc plus vite plus
coûteux en alimentation que les béliers entiers et les
castrés partiels, et le restent jusqu’à la fin de I’expérience. Simultanément, au point de vue ingestion
volontaire, les castrés à la pince se situent légèrement
au-dessus des témoins et des shorf scrotum pour
toute la durée du suivi.
En ce qui concerne le rapport MADNF, les différences
sont peu marquées, quoique les valeurs soient toujours légèrement supérieures pour le groupe B. Ceci
peut être dû au fait que l’ingestion des coques est plus
importante chez les 2 autres groupes. Consécutif à
l’utilisation de tourteau à haute dose, particulièrement
au début de la claustration, le rapport MADNF est très
important. II diminue progressivement compte tenu de
l’augmentation d’autres sources d’énergie (coques et
mil) beaucoup moins riches en matières azotées
digestibles.
T
Rapport MADIUF
Ingèstion volontaire
B
T
SS
B
T
SS
336
316
303
290
285
282
277
278
270
258
247
239
231
224
218
212
335
304
289
276
270
266
257
255
218
237
226
220
215
210
206
202
335
312
299
288
280
274
268
267
259
249
236
229
223
218
214
209
3,89
4,44
$65
4,71
4,86
5,07
5,02
4,93
4,88
4,90
5,03
5,00
4,90
4,85
4,92
5,07
3,67
4,27
4,39
4,65
4,64
4,82
4,88
4,89
4,75
4,82
5,Ol
4,96
4,81
4,78
4,74
4,79
3,61
4,04
4,14
4,22
4,38
4,56
4,56
4,58
4,48
4,53
4,84
4,75
4,56
4,54
4,52
4,60
CONCLUSION
La castration totale à la pince de Burdizzo de béliers
âgés d’environ 6 mois et demi a un effet nettement
dépressif sur la croissance pondérale. Les indices
alimentaires étant par ailleurs supérieurs à ceux des
témoins, ces animaux sont donc économiquement
moins rentables en matière de prix de revient par kg
de gain et d’utilisation rationnelle des sous-produits
de la région.
Les béliers castrés précocement par la méthode du
short scf0rum
ont un comportement relativement
similaire au bélier entier aussi bien au point de vue
croissance pondérale qu’au point de vue alimentation.
Ils se placent par conséquent également au-dessus
des performances des castrés à la pince. L’intérêt à
utiliser des short scrotum résidera donc surtout dans
le domaine du contrôle de la reproduction, ce qui
reste à démontrer et doit être jugé par rapport aux
exigences du contexte local.
THYS (E.), HARDOUIN
(J.), VERHULST
(A.). Influence of partial
and full castration on growth and feed conversion performances of
Poulfouli rams of the Far North Cameroon. Revue Élev. Méd. véf.
Pays trop., 1989, 42 (2) : 267-274.
(E.), HARDOUIN
(J.), VERHULST
(A.).
Influencia de la
castrac& partial y total sobre las performances de crecimiento y de
conversion alimenticia de carneros Poulfouli del extremo norte del
Carnetin. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) :267-2X
The authors made the growth and feed conversion performances
comparison between groups of Burdizzo rams, castrated rams at an
Los autores baron compara las performances de crechniento y de
conversi6n alimenticia de cameros intactos (enteros), de carneros
THYS
273
Retour au menu
E. Thys, J. Hardouin,
A. Verhulst
age of 6.5 months and partially castrated rams at 2 months by the
short scrotum technique. After a 384 days experiment, the average
weights are respectively 49.24 kg, 39.44 kg and 47.15 kg. The daily
weight gains for the 244 days period following total castration are
respectively 110 g, 75 g and 102 g (0.05 > p > 0.01). Full castration
has consequently a depressive action on the weight gain. No signiBcative difference is observed between entire rams and partially castrated
ones. Heart girth and height at withers were not signitkatively
influenced by these treatments. Consumption index and voluntary feed
intake of the Bdly castrated rams are above those of the 2 other
groups, which means a lower feed conversion and a higher cost of the
weight gain. Key words : Ram - Fulani sheep - Castration - Method Growth - Feed conversion - Cameroon.
castrados a la pinra de Burdizzo a seis meses y medio, y de carneros
castrados parcialmente a 10s dos meses por el método short scdum.
Los pesos medios registrados a1 cabo de 384 dlas de experimentacion
son respectivamente de 4924 kg, de 39,44 kg y de 47,lS kg. Los
aumentos cotidianos medios en el periodo de 244 dlas siguiente a la
castration a la pinza son respectivamente de 110 g, 75 g y 102 g
(0.05 > D > 0.01). La castration total tiene uor 10 tant0 un efecto
depresivô sobre’ el crechniento ponderal. NÔ se observ0 ninguna
diferencia significativa entre 10s machos enteros y 10s castrados
[email protected] El pertmetro toracico y la altura a la cruz no fueron
inflmdo de modo signitlcativo por tales tratamientos. El indice de
consuma y la ingestion voluntaria de 10s castrados a la pinza son
superiores a 10s de 10s otros dos grupos, 10 que permite deducir una
conversi6n de alimentos menos buena en aumento ponderal, y un
mayor costo de ese aumento ponderal. Palabras claves : Carnero Poulfouli carnero - Castration - Método - Crecimiento - Conversion
alimenticia - Carnet&.
BIBLIOGRAPHIE
1. ALVI (A. S.). Der Einflup des Geschlechts auf das wachstüm und die Schlacht-korpereigenschaften
Fleischwircschuft, 1979, 59 (11) : 1721-1726.
von Schafen.
2. CORBE’IT (J. L.), FURNIVAL (E. P.), SOUTHCOTT
(W. H.), PARK (R. J.), SHGRTHOSE (W. R.). Induced
cryptorchidism in lambs : effects on growth rate, carcass and meat characteristics. Anim. Prod., 1973, 16 : 157-163.
3. CRESSWELL (E.), ASH (R. W.), BOYNE (A. W.), GILL (J. C.). Some effects of partial castration compared with full
castration on lambs growth and on the development of male characteristics. Vet. Rec., 1964, 76 (24) : 646-648.
4. CRESSWELL (E.), ASH (R. W.), BOYNE (A. W.), GILL (J. C.). The growth and carcass characteristics of entire cross
bred lambs compared with lambs partially or fully castrated. Vet. Rec., 1964, 76 (50) : 1472-1474.
5. DENIS (J. P.), CALVET
Dakar, LNERV, 1976.
(H.), FRIOT (T.), VASSILIADES
(G.). Embouche intensive du mouton Touabire sénégalais.
6. DINEUR (B.), OUMATE (0.) THYS (E.). Enquête préliminaire
Cameroun. Rapport final. Maroua, FONADER, 1985.
7. DUMAS (R.),,LEFEVRE
(P.), DESLANDES
Direction de TElevage, 1977.
sur l’élevage des ovins-caprins dans I’Extrême-Nord
(P.). Etude sur l’élevage des petits ruminants au Tchad. N’Djamena,
8. EGAN (J. P.), RUSSEL (D. W.). Growth and wool production of wethers and induced cryptorchids in a Pol1 Merino
flock. Aust. J. exp. Agric. Anim. Husb., 1981, 21 : 268-271.
9. FIELD (R. D.). Effect of castration on meat quality and quantity. J. Anim. Sci., 1971, 32 : 849-857.
10. GINISTY (L.). Amélioration
Minankro , 1977.
de la productivité des petits ruminants. Rapport Annuel 1977. Bouaké, IDESSACRZ
de
11. GLIMP (H. A.). Effects of sex alteration, breed, type of rearing and creep feeding on lamb growth. J. Anim. Sci., 1971,32
(5) : 859-862.
12. GOUET
(J. P.). Les comparaisons de moyennes et de variantes (application à l’agronomie).
13. HARDOUIN
Paris, ITCF, 1974.
(J.). Information sur une nouvelle méthode : la castration partielle. Annls Gembloux, 1964, 70 : 273-280.
14. HUDSON (L. W.)? GLIMP (H. A.), WOOLFOLK
(P. G.), KEMP (J. D.), REESE (C. M.). Effect of induced
cryptorchidism at dtfferent weight on performance and carcass traits of lambs. J. Anim. Sci., 1968, 27 : 45-47.
15. KIRTON (A. II.), CLARKE (J. N.), HICKEY (S. M.). A comparison of the composition and carcass quality of Kelly
and Russian castrate, ram, wether and ewe lambs. Proc. N.Z. Soc. Anim. Prod., 1982, 42 : 117-118.
16. PRESCOTT
341-357.
(J. H. D.), LAMMING
17. RAY (E. E.), BELLING
42.
18. ROBERTSON
19. SOKAL
(G. E.). The effect of castration in cattle, sheep and pigs. J. agric. Sci., 1964, 63 :
(T. H.). The effects of shortening the scrotum on growth rate in lambs. Growth, 1967, 31 : 39-
(1. S.). Castration in farm animal ; its advantages and disadvantages. Vet. Res., 1966, 78 : 130-135.
(R. R.), ROHLF (F. J.). Biometry. 2nd ed. New York, W. H. Freeman and CO., 1981
20. TURTON (J. D.). The effect of castration on meat production and quality in cattle, sheep and pigs. Anim. Breed. Abstr.,
1962, 30 : 447-456.
274
Retour au menu
J. C. Maillard 1
S. J. Kemp3
H. Leveziel 2
A. J. Teale 3
R. Quéval 1
ZOOTECHNIE
Le complexe
majeur
d’histocompatibilité
de bovins ouest
africains.
Typage d’antigènes
lymphocytaires
(BoLA) de taurins
Baoulé (Bos taurus) et de zébus
Soudaniens
(Bas indicus) du Burkina
Faso (Afrique Occidentale)
MAILLARD (J. C.), KEMP (S. J.), LEVEZIEL (II.), TEALE (A. J.),
QUÉVAL (R.). Le com lexe majeur d’histocompatibilité de bovins
ouest africains. Typage a antigènes lymphocytaires (BoLA) de taurins
Baoulé (Bas tuurus) et de zébus Soudaniens (Bas indicus) du Burkina
Faso (Afrique Occidentale). Revue ÉZev. Méd. vét. Pays frop., 1989,
42 (2) : 275-281.
Le typage des antigènes lymphocytaires (BoLA) chez 247 taurins
Baoulé @os taurus) et 106 zébus Soudaniens (Bos indicus), a permis de
déterminer les fréquences géniques de 43 spécificités de classe 1, aussi
bien offkielles mondiales * W » et européennes « EU », que locales
africaines du Kenya « KN » et du Burkina Faso * BF ». La comparaison de ces fréquences met en évidence le fait que certaines de ces
spécificités peuvent être considérées cdmme des marqueurs significatifs
de races taurine Baoulé et zébu. Mots clés : Bovin Baoulé - Zébu Marqueur génétique - Antigène lymphocytaire - Burkina Faso.
INTRODUCTION
Issues de l’étude expérimentale des phénomènes de
transplantations et de rejets de greffes, les recherches
sur les systèmes d’histocompatibilité
connaissent
depuis plusieurs années, un développement très
important.
Les modèles humain (HLA) et murin (H-2) furent les
premiers décrits et sont actuellement les mieux
connus. Ils permirent de donner une définition générale, selon laquelle on désigne par Complexe Majeur
d’Histocompatibilité (CMH), un segment chromosomique portant un ensemble de gènes, fonctionnellement
et topographiquement liés, codant pour des antigènes
présents sur les cellules nucléées de l’individu, intervenant entre autres dans divers mécanismes fondamentaux de l’immunologie. Ce complexe occupe environ l/lOOOe du génome entier avec une fréquence de
recombinaison d’environ 1 p. 100. Le chromosome
porteur varie selon l’espèce (6 chez l’homme, 7 chez le
1. Service Immunogénétique
du Centre de Recherche sur les
Trypanosomoses Animales (CRTA), 01 B.P. 454, Bobo-Dioulasso
01;.Burkina Faso.
2. Laboratoire
Jouy-en-Josas,
de Génétique
France.
Biochimique,
3. International
Laboratory for Research
(ILRAD), P.O. Box 30709, Nairobi, Kenya.
INRA-CRZ,
on Animal
Reçu le 13.04.89, accepté le 25.0889.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2): 275-281
porc, 17 chez la souris et 23 chez le bovin), ainsi que
l’agencement structurel. En général, on peut dire qu’il
existe 2 classes de gènes codant différents antigènes
lymphocytaires ; chaque classe ayant un nombre de
spécificités, une structure moléculaire et un rôle
immunologique différents :
- Les gènes de classe 1 codent des antigènes très
polymorphes, présents sur toutes les cellules nucléées
de l’organisme dont les lymphocytes du sang périphérique. Ils conditionneraient les mécanismes de I’immunité à médiation cellulaire.
- Les gènes de classe 2 codent des antigènes
également très polymorphes, présents surtout sur les
lymphocytes 8, mais absents de la majorité des
cellules T. Outre la réaction mixte lymphocytaire, ils
contrôleraient en grande partie la réponse immunitaire
humorale.
Au niveau des lymphocytes, ces antigènes régulent
donc la réponse immunitaire (10) et influencent la
sensibilité aux maladies (2, 12, 16).
Chez les bovins, les recherches sur le CMH se sont
développées d’abord en Occident (3, 4, 8, 14, 17) puis
dans le reste du monde y compris en Afrique (6, 15,
18). La coopération entre plusieurs équipes internationales ainsi que des réunions de travail ont contribué à
mieux définir ces antigènes lymphocytaires des bovins
(BoLA) (1, 7, 9, 11, 13).
Le premier objectif fut la caractérisation des antigènes
de classe 1, contre lesquels sont’dirigés des anticorps
cytotoxiques dont l’obtention est relativement aisée.
Plusieurs travaux de comparaisons internationales
ont mis en évidence un certain nombre de spécificités
officielles QW *, qui se dédoublent de plus en plus en
sous-spécificités. De plus, un certain nombre de
spécificités dites a locales * ont été décrites dans
divers pays du monde entier.. Chez les bovins, ces
antigènes de classe 1 se situent sur un locus A, mais la
présence d’un deuxième locus B semble de plus en
plus probable, vu le nombre de spécificités reconnues
chez certains individus.
78350
Diseases
Le CMH des bovins est comparable à celui des autres
espèces mammifères. Certaines corrélations avec des
maladies sont apparues, mais très peu encore avec
des caractères zootechniques.
275
Retour au menu
J. C. Maillard,
S. J. Kemp, H. Leveziel, A. J. Tede, R. Qu&a1
MATÉRIEL
Matériel
ET MÉTHODE
animal
Aussi bien pour la production
de réactifs que pour les
typages lymphocytaires,
deux races bovines, courantes au Burkina Faso, ont été utilisées :
- des zébus (Bos indicus) de type sahélo-soudanien
provenant
de plusieurs
régions de l’ensemble
du
territoire ;
- des taurins (150s taurus) courtes cornes de race
Baoulé, provenant des régions Sud et Sud-Ouest
du
pays.
L’ensemble du troupeau expérimental
était constitué
de 353 bovins répartis en 247 taurins Baoulé et 106
zébus, de tous âges, des deux sexes, très peu apparentés du fait de l’hétérogénéité
géographique
originelle,
et entretenus
pendant deux années en stabulation,
dans les mêmes conditions
sanitaires
et environnementales au ranch de Banankélédaga.
Production
- sérums foeto-maternels,
contenant
des anticorps
naturels cytotoxiques
contre les antigènes de I’haplotype du père, et absents de celui de la mère. En
général, les titres en sont faibles, et chez les multipares, ces sérums sont très polyspécifiques,
donc nécessitant un gros travail de purification.
De plus les titres
en sont souvent peu élevés.
d’immunisations
- 36 sérums furent donc éliminés,
ou de titres trop faibles.
. soit par greffe
car trop complexes
- 51 sérums furent purifiés (rendus
monospécifiques), par diverses techniques
: tableaux croisés et
absorptions
avec de grandes quantités de lymphocytes frais, ce qui fut facilité par le nombre et la
proximité des animaux de référence.
Résultats
Plusieurs sérums monospécifiques,
de titres convenables détectant 15 spécificités
ont été obtenus :
. 6 « W » mondialement
reconnues
W6-W7-W8-WlO-W25
(=G=FJDl)-FJXX
. 9 « BF * (Burkina
Faso) locales :
:
O-BF1 1
testés
dans
deux
- CRZ-INRA de Jouy-enJosas
(France), au service de
génétique biochimique du Dr LEVEZIEL, qui confirma
la monospécificité
et le bon titre de tous les sérums
anti W, mais ne reconnut aucun sérum de spécificités
locales « BF », ceci semblant confirmer leurs caractéristiques africaines.
- ILRAD de Nairobi (Kenya) au service des Drs TEALE
et KEMP, qui confirmèrent
également la bonne qualité
des sérums anti W, et qui de plus reconnurent
deux
spécificités
: KN 18 = FJXX et KN 4 = BF 9
:
. soit avec des lymphocytes
purifiés
de peau
Les sérums obtenus ont des titres plus élevés et sont
moins compliqués
à purifier si l’on peut orienter le
résultat en connaissant
les haplotypes des donneurs
et des receveurs.
Technique
L’étude a porté sur 87 sérums bruts, soit d’origine
naturelle (foeto-maternelle),
soit provenant de greffes
276
II a alors été possible de purifier un certain nombre de
ces sérums, après avoir jugé de leur qualité et de leur
titres potentiels, en les testant tous sur un pane1 de 56
lymphocytes
de référence connus (mission
Leveziel
1985).
Tous ces sérums furent ensuite
laboratoires
de référence :
La reconnaissance
des antigènes de classe 1 dépend
essentiellement
de la production
de bons réactifs
lymphocytotoxiques
dirigés
monospécifiquement
contre eux, et pouvant être obtenus de différentes
façons :
Sérums
à partir des animaux
BF1 -BF2-BF3-BF6-BF7-BF8-BFg-BFl
de réactifs
Principe
-
de peau mère-produit,
obtenus
zébus et Baoulé de la ferme.
Typage
lymphocytaire
Prélèvements
Les échantillons
de sang nécessaires
au typage lymphocytaire furent prélevés en tubes vacutainers
sous
vide (Venoject) de 20 ml avec comme anticoagulant,
de I’héparine de sodium à 10 ui/ml de sang total, dans
la veine jugulaire
externe
ou à l’artère
caudale
médiane.
Pendant leur transport,
les échantillons
furent conservés
en boîte isotherme.
Retour au menu
ZOOTECHNIE
Technique
Chi deux (X2)
Les lymphocytes
nécessaires
au typage doivent être
préalablement
purifiés
par centrifugation
du sang
total sur gradient de densité Ficoll-Paque (Pharmacia)
(Boyum 1968). Ils sont alors utilisés frais, ou congelés
en azote liquide pour des tests ultérieurs,
avec 75 à
95 p. 100 de reviviscence.
C’est la valeur de comparaison
d’un gène donné dans
deux populations
différentes.
Pour que cette comparaison soit significative,
le X2 doit être supérieur
à
3,841 pour un nombre de degrés de liberté égal à 2
avec une probabilité
(seuil de signification
observé)
inférieure à 5 p. 100 (Tabl. II).
Le typage est réalisé selon la technique standardisée
du test de lymphocytotoxicité
en boîte de Terasaki. Ce
test s’effectue en mettant en contact pendant 30 mn à
23-25 “C, 1 ~1 d’antisérum
monospécifique
à la dilution
appropriée,
avec 1 ~1 de suspension
lymphocytaire
à
2 500 lymphocytes
vivants/yl.
Puis on ajoute 5 ~1 de
complément
de lapin (Buxted Rabbit CO Ltd, Sussex,
TN22 4LR, England).
Après 60 mn, on ajoute 2 ~1
d’éosine
Y ou G à 5 p. 100 pendant 5 mn afin de
colorer les lymphocytes
tués. On arrête alors la réaction par ajout de 6 ~1 de formol pli = 7,4. Un témoin
« négatif » de non-lyse lymphocytaire
devra toujours
être effectué.
x2 _ [(a x dl - (b x C)I*x N
> 3,841
(a + b)(c + d)(a + c)(b + d)
Dans
deux
pour
Yates,
x2 _ [(ax
I
Stades d’intensité de la réaction.
P. 100 de lymphocytes
tués
négative
douteuse
positive
l
I
I
Traitement
statistique
Fréquence
phénotypique
des données
(5)
(FO)
C’est le rapport du nombre d’animaux positifs (n) pour
une spécificité antigénique donnée, sur le nombre
total d’animaux testés (N) :
F0 = n/N
Fréquence
génique Fg
La fréquence génique est calculée à partir de la
fréquence phénotypique selon la formule de Baur et
Danilovs (1980) :
Fg = l-dl-F0
= l- (1-F0)“.5
-N/2]*x
N
> 3,841
RÉSULTATS
Les 247 taurins Baoulé et les 106 zébus ont été typés
sur la batterie de 15 spécificités du CRTA. Parmi ces
animaux 65 taurins Baoulé et 14 zébus ont été retypés
sur la batterie complète de L’ILRAD. Pour chaque
spécificité, il a été calculé :
Réaction
O-50 p. 100
50-80 p. 100
BO-100 p. 100
d) -(bxc)
(a + b)(c + d)(a + c)(b + d)
La lecture du taux de mortalité
des lymphocytes
s’effectue
au microscope
inversé en contraste
de
phase. Les lymphocytes
tués ont pris la coloration et
apparaissent
« sombres » alors que les lymphocytes
vivants restent « clairs * et refringeants.
L’intensité de
la réaction est estimée à 3 stades (Tabl. 1).
TABLEAU
le cas où un gène donné présent dans une des
populations
est inférieur à 5 (d ou b < 5) il faut,
rester significatif,
appliquer
la correction
de
selon la formule :
-
les fréquences phénotypiques (FO)
-
les fréquences géniques (Fg)
-
le Chi deux (X2)
-
le degré de liberté
le pourcentage
signification
de probabilité
ou seuil de
Les fréquences géniques comparant les races taurine
Baoulé et zébu sont présentées sous forme d’histogramme et sont regroupées par types de spécificités :
officielles (W), européennes (EU), locales africaines
du Kenya (KN) et du Burkina Faso (BF) (Fig. 1, 2, 3).
II apparaît clairement que certaines spécificités présentent des différences de fréquences géniques très
importantes.
L’ensemble de ces résultats semble confirmer en
partie ceux déjà publiés sur les bovins africains (6, 15,
18).
Parmi ces 43 spécificités, celles qui sont statistiquement significatives, avec un X2 > 3,84 pour 2 degrés
277
Retour au menu
J. C. Maillard,
TABLEA
S. J. Kemp, H. Leveziel, A. J. Teale, R. Quéval
U II
2OFréwences
c
Nb de fois où
un gène donné est :
Population
Population
présent
Nb total d'individus
de la population
absent
i
nl-a=c
n2-b=d
a+b
c+d
1
2
I
sénisues
a+c=nl
b+d=n2
ni +n2=
N
(nb total d'animaux
testés)
I
l
I
BF1
BF3
BF2
UBaoulé
BF8
BF9 BF11 KK3 KM2 KN8 KN17
BF10 KKI
KK4 KN4 KN12 KN18
Spécificités
-zébus
20Frésuences
L
BF7
BF6
BoLR "B.F."
et
"KN"
génlsues
Fig. 3 : Fréquences
@niques de spécificités BoLA
(classe 1) africaines
du Burkina
Faso « BF » et du Kenya K KN » chez des zébus et des
taurins Baoulé du Burkina
Faso.
dl h C
~
3Baoulé
=Zébus
W3
W2
W5 W6.1 W7 W9 Wll
W13 W20
W4 W6 W6.2 W8 WlO W12 W16 W21
Spécificités
officielles
25
20
15
W
10
Fig. 1 : Fréquences
@niques de spécificités BoLA (classe 1) officielles
« W » chez des zébus et des taurins Baoulé du Burkina
Faso.
5
OBaoulé
1
0i
-zébus
~
WI0 W7 W6
BF7
BF10
40Fréwences
t
35
30
25
20
15
10
5
0
-zébus
Spécificités
@niques
Fig. 4 : Gènes BoLA
de classe 1 marqueurs
des zébus et des taurins Baoulé du Burkina
I
signifiatifi
Faso.
de race chez
n
EU1 EU12.W32
FJDi.W25
ED108
EU28
BgJJ Ta”n”s Anglas
ED28.99
H
Spécificités
BoLR européennes
Fig. 2 : Fréquences
géniques de spécificités
nes « EU » chez des zébus et des taurins
BoLA
Baoulé
Marna za,re
Ndama Gambie
OBaoulé
DZIKapitl
EBoran
-zébus
(classe 1) européendu Burkina
Faso.
de liberté et un seuil de signification inférieur à
5 p. 100, ont été regroupées dans un histogramme par
ordre décroissant de Fg des spécificités « marqueurs *
de taurins Baoulé et « marqueurs * de zébus (Fig. 4)
(Tabl. Ill).
278
BoLR
1
FJXX
OBaoulé
w25mGw20 BF2 KN8 w8
BF8
BF
KN
BF
KN8
Spécificité
Fig. 5 : Répartition
différentes
populations
BoLA
de la spéc$cité
bovines.
BoLA
classe
1 : KNB
dans
Retour au menu
ZOOTECHNIE
TABLEAU
III
Spécificités
Tableau
statistique
des spécificités
Fg Baoulé
BoLA
classe 1 « marqueurs
Fg zébu
» de races taurine
Baoulé et zébu.
Chi*
D.L.
Seuil
sign.
18,51
11,34
10,oo
9,33
581
4,08
1,86
4,81
5,81
2,37
1,40
0
35,89
10,lO
4,03
10,85
$68
7,64
2
2
2
2
1
1
o,oooo
0,0064
0,1332
0,0044
0,0172
0,0057
W25 = G
w20
BF2
KN8
9,77
3,09
2,84
0,75
W8
2,02
24,70
15,44
14,73
11,34
4,81
14,13
4,13
30,62
5,79
4,74
2
1
1,
1
2
0,0009
0,042O
~,OOOO
0,0161
0,0933
WlO
w7
W6
BF10
BF7
BF8
I
DISCUSSION
Marqueurs
de race taurine
liberté, et un seuil de signification
10 000.
Baoulé
La spécificité la plus intéressante semble être WlO,
car elle présente à la fois :
la fréquence
significative
(Fg = 1851) dans cette race,
la
plus
élevée
- et la plus grande différence de fréquences avec
l’autre race zébu (X2 = 3589 avec un seuil de signification inférieur à 1 pour 10000).
Ceci n’est pas surprenant car cette spécificité a déjà
été signalée chez les races taurines européennes,
américaines ou australiennes et chez le taurin africain
N’Dama.
Quant aux autres spécificités « marqueurs * de
Baoulé, elles restent intéressantes, bien que leurs
fréquences soient plus faibles. En effet, elles peuvent
avoir un rôle complémentaire dans d’éventuels programmes de recherche de métissage ou de sélection
raciale. II est à noter que la spécificité BF8 n’a jamais
été trouvée chez les zébus.
Marqueurs
de race zébu
La spécificité dont la Fg est la plus importante est W25
qui se dénommait précédemment FJDl ou G. Cependant cette fréquence proche de 25 p. 100 est aussi
présente chez près de 10 p. 100 des Baoulé.
Deux autres spécificités semblent plus intéressantes :
- BF2 qui présente à la fois une Fg proche de
15 p. 100, mais surtout une grande différence avec la
race Baoulé, pour un X2 de 30,62 avec 1 degré de
inférieur à 1 pour
- KN8 qui est présente chez plus de 10 p. 100 des
zébus, est pratiquement absente chez les taurins
Baoulé. Ceci vient confirmer les chiffres signalés par
l’équipe de I’ILRAD (6, 18) sur plusieurs populations
de taurins européens et africains (N’Dama) et sur deux
races de zébus d’Afrique de l’Est (Kapiti, Boran KN). Si
l’on ajoute à ces données celles que l’on a sur cette
autre race de taurins africains que sont les Baoulé, et
sur une autre race de zébus d’Afrique de l’Ouest, il
apparaît que cette spécificité est un excellent
« marqueur n de zébu, quelle qu’en soit la race, par
rapport aux races taurines, qu’elles soient européennes ou africaines (Fig. 5).
II serait intéressant de typer cette spécificité KN8 chez
d’autres races de zébus non africains.
CONCLUSION
L’étude du BoLA est donc une contribution à la
caractérisation de races bovines d’Afrique de l’Ouest,
qu’il s’agisse de taurins Baoulé ou de zébus Soudaniens du Burkina Faso, la pureté raciale semblant être
un préalable indispensable à toute étude génétique.
Les variations de fréquences de ces différentes spécificités d’antigènes lymphocytaires très polymorphes,
peuvent trouver plusieurs applications pratiques :
- comme moyen d’investigation, à l’intérieur de
oooulations soumises à des conditions éco-aéoaraphiques variables, d’éventuelles relations avëc des
maladies ou des caractères de productions zootechniques ;
279
Retour au menu
J. C. Maillard,
S. J. Kemp, H. Leveziel, A. J. Teale, R. Quéval
- comme marqueurs
génétiques
mes de sélection,
de contrôles
sauvegarde
des races ;
dans les programde filiations
et de
- comme moyen de dépistage et d’évaluation
degrés de métissage de populations
ou d’isolats.
ger une coopération franche et sincère. Nous souhaitons qu’elle puisse encore se renforcer afin de continuer à oeuvrer dans cette même voie.
des
Nous remercions
le Dr GRAY directeur de I’ILRAD de
Nairobi (Kenya), qui a bien voulu accepter et encoura-
Ce travail a, été réalisé avec le support financier de
l’Institut d’Elevage et de Médecine Vétérinaire des
Pays Tropicaux (IEMVT), département du Centre de
Coopération Internationale en Recherches Agronomiques pour le Développement (CIRAD, France) et la
Deutsche Gesellschaft für Technische Zuzammenarbeit
(GTZ,
République
Fédérale
d’Allemag#ne)
PN7722275.
MAILLARD
QUÉVAL
MAILLARD
QUÉVAL
REMERCIEMENTS
(J. C.), KEMP (S. J.), LEVEZIEL
(H.), TEALE
(R.).
The major histocompatibility complex
(A. J.),
(J. C.), KEMP
(S. J.), LEVEZIEL
(H.),
TEALE
(A. J.),
of West
African cattle. Lymphocyte antigens (BOLA) typing on Baoule
taurines (SOS taurus) and Sudanian zebus (Bas indicus) in Burkina
Faso (West Africa). Revue Élev. Méd. véf. Pays trop., 1989, 42 (2) :
275-281.
El complejo mayor de histocompatibilidad de bovinos
oeste-africanos. Tipaje de antigenos linfocitarios (BOLA) de taurinos
Baule (Bos taurus) y de cebues Sudaneses (SOS indicus) del Burkina
Faso (Africa occidental). Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42
(2) : 275-281.
Lymphocyte
antigens
(BoLA)
typing
on 247 Baoule taurines
(Bas
taurus) and 106 Sudanian
zebus (Bos indicus),
allowed to determine
gene frequencies
of 43 class 1 specificities,
as international
« W » and
European
« EU », as African
local from Kenya « KN » and Burkina
Faso «BF ». In comparing
these frequencies,
it appears that some
specificities
could be considered
as significant
breed markers
for
Baoule
taurines
and zebus. Key words : Baoule taurine - Zebu -
El tipaje de 10s antigenos
linfocitarios
(BoLA)
en 247 taurinos
Baule
(Bos taurus) y 106 cebues sudaneses (Bas indicus) permitio
determinar
las frecuencias
genicas de 43 especificidades
de clase 1, tanto oiïclales,
mundiales
* W » y europeas « EU », como locales africanas
del Kenya
« KN » y del Burkina
Faso « BF ». La comparacion
de estas frecuenclas evidencia
ciertas especifïcidades
que se pueden considerar
como
marcadores
signiikativos
de rasas taurinas
Baule o cebu. Palabras
claves : Bovino Baule - Cebu - Antigeno linfocitario - Marcador
Genetic marker
Lymphocyte antigen - Burkina Faso.
(R.).
~
genetico - Burkina Faso.
BIBLIOGRAPHIE
1. Abstracts of the 20th International Conference on Animal Blood Groups and Biochemical Polymorphism,
(Finland), 28 July to 1st August 1986. Anim. Genetics, 1987, 18 (suppl. 1).
2. ADAMS (T. E.), BRANDON (M. R.). Genetic aspects of disease resistance in cattle. In : BUTLER
ruminant system. New-York, London, Plenum Press, 1981. Pp. 451-473.
3. AMORENA
(B.), STONE (W. H.). Bovine lymphocyte antigens (BoLA)
analysis. Tissue Antigens,
1982, 16 (3) : 212-225.
4. CALDWELL
(J.). Polymorphism of BoLA system. Tissue Antigens,
5. FALCONER
(D. S.). Introduction
Helsinki
~
(J. E.), ed. The
’
: a serologic, genetic and histocompatibility
1979, 13 : 319-326.
to quantitative genetics. New-York,
London, Longman, 1981.
6. KEMP (S. J.), SPOONER (R. L.), TEALE (A. J.). A comparative study of major histocompatibility complex antigens in
East African and European cattle breeds. Anim. Genetics, 1988, 19: 17-29.
280
Retour au menu
ZOOTECHNIE
7. Joint Report of first international bovine lymphocyte antigens (BOLA) workshop : Analysis of alloantisera against bovine
lymphocytes. Anim. Blood Grps Bioch. Genet., 1979, 10 : 63-86.
8. LEVEZIEL
(H.). Le Complexe Majeur d’Histocompatibilité
Anim.,
1979, 11 (3) : 281-356.
chez l’homme et chez les animaux. Annls.
Genet.
Sel.
9. LEVEZIEL
(H.), RENARD (C.), TANGUY (D.). Report of 1982 BoLA European comparison test. France, Jouy-enJosas, INRA, 1982. Pp. 41-69. (Les Colloques de I’INRA n” 14).
10. LIE (0.) SOLBU (H.), LARSEN
cattle. Vet. Immun. Immunopath.,
(H. J.), SPOONER (R. L.). Evidence for MCH control of immune responsiveness in
1985.
11. Proceedings of the second international bovine lymphocyte antigens (BoLA) workshop. Anim.
1982, 13 : 33-53.
Blood
Grps
Bioch.
Genet.,
12. QUDDLJS (J.), PRAKASH (S.), BAHN (R.), BANERJEE (S.), DAVID (C.). Genetics of immune response and
susceptibility to disease. In : Proceedings 3rd World Congress on Genetics Applied to Livestock Production, Nebraska,
July 1986. Pp. 593-613.
13. SPOONER
(R. L.). the bovine MCH. BoLA
14. SPOONER (R. L.), LEVEZIEL
possible major histocompatibility
Newsletter,
1985, 1 : 3-9.
(H.), GROSCLAUDE
(F.), OLIVIER
complex (BpLA) in cattle. J. Immunogen.,
(R. A.), VAIMAN
(M.). Evidence for a
1978, 5 : 335-346.
15. SPOONER (R. L.), LEVEZIEL
(H.), HOSTE (C.), QUÉVAL (R.). Studies on the histocompatibility
indigenous cattle in the Ivory Coast. Vet. Zmmunopath.,
1987, 15 : 377-384.
16. SPOONER (R. L.), TEALE (A. J.). Breeding
disease genetics. A.B.R.O. Pp. 11-15.
for disease resistance : The Major
Histocompatibility
complex of
Complex and
17. STEAR (M. J.) et al. Breed differences in the frequency of bovine lymphocyte antigens. Expl clin. Immunogenet.,
1987,
4 : 27-36.
18. TEALE (A. J.), KEMP (S. J.). BoLA typing applications in the Gambia. In : Abstracts of African Trypanotolerant
Livestock Network meeting. Nairobi, Kenya, 1987.
281
Retour au menu
AGROPASTORALISME
Les pâturages
de saison sèche de la
l zone
soudanienne
du Nord-Est du
1I Bénin
B. Sinsin 1
S. Oloulotan
M; Oumorou
MILIEU
SINSIN (B.), OLOULOTAN (S.), OUMOROU (M.). Les pâturages de
saison sèche de la zone soudanienne du Nord-Est du Bénin. Revue
Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 283-288.
Dans la zone soudanienne du Bénin caractérisée par des formes assez
concurrentes d’utilisation des terres, les jachères et les savanes
représentent les milieux pâturés par les bovins en système d’élevage
traditionnel. Seulement, après le passage des feux de brousse annuels
en saison sèche, les savanes sont nettement plus fréquentées en raison
de leur réserve en fourrage ligneux qui est la principale source
d’alimentation des troupeaux en cette période. Les premiers pâturages
graminoïdes que l’on note après les premières pluies, s’installent aussi
dans les savanes. Leurs rendements en matière sèche ont été mesures
dans dix parcelles de deux mètres carres choisies au hasard dans cinq
sites. La récolte de la phytomasw herbacée au niveau d’un placeau de
100 m2 mis en défens contre les feux, a permis d’apprkier
l’effet
d’une politique de protection intégrale contre les feux de brousse. Mors
clés : Pâturages - Jachère - Savane - Feu de brousse - Exploitation
des herbages - Bénin.
D’ÉTUDE
L’étude s’est déroulée en 1988 dans les districts de
Nikki et Kalale à l’est de la province du Borgou, dans
les savanes pâturées du Nord Bénin (Fig. 1). Le
périmètre d’étude est situé entre 310’ et 350’ de
longitude est et entre 945’ et 11” de latitude nord à
IGER
RÉPUBLIQUE
AIRE
DU
BÉNIN\
I
\
INTRODUCTION
La zone soudanienne du Nord Bénin est la partie où se
pratique le plus l’élevage des bovins. Conduit de
façon traditionnelle, ce type d’élevage est caractérisé
par la transhumance de saison sèche pour les éleveurs
transhumants, et l’exploitation des pâturages naturels
situés aux alentours des villages pour les éleveurs
sédentaires. Les espèces élevées sont en majorité des
taurins (race Borgou de 230 kg de poids moyen),
quelques zébus M’Bororo étrangers et des métis de
ces deux espèces.
La zone soudanienne étant par excellence celle des
grands feux de brousse annuels, la quasi-totalité de la
phytomasse herbacée produite pendant l’hivernage
s’envole en fumée pendant la saison sèche. II s’ensuit
une diminution considérable de la masse de fourrage
disponible pour les bovins en cette période.
--
Le présent article expose les types de milieux exploités
par les animaux ainsi que les différentes espèces
herbacées et ligneuses consommées pendant la saison sèche. En outre, il fait état des premiers pâturages
graminoïdes des premières pluies et enfin, l’impact
sur la phytomasse d’une politique de pâturage naturel
sans feu de brousse a été abordé.
1. SEAPAIFWUNB,
Faculté des Sciences agronomiques,
versité Nationale du Bénin, B.P. 526, Cotonou, Bénin.
Reçu le 1508.88,
accepté le 27.09.88.
Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 283-288
Uni-
i.
Fig 1 : Localisation
de la zone
d’étude.
233
Retour au menu
B. Sinsin, S. Oloulotan,
M. Oumorou
une altitude de 350 m. Le milieu est sous l’influence
du climat soudanien
Ouest-africain
tant du point de
vue floristique
qu’anthropique.
300
Climat
Les températures
moyennes
annuelles varient peu
(26-27 “C). Les températures
les plus faibles se situent
entre décembre
et janvier, période au cours
de
laquelle I’harmattan, vent froid et sec, couvre toute la
zone. L’insolation
est de 3 000 heures en moyenne.
200
Les moyennes
pluviométriques
annuelles varient de
1 200 à 1 050 mm du sud au nord. Leur répartition
détermine les saisons au nombre de deux : la saison
sèche, caractérisée
par les feux de brousse annuels,
va d’octobre-novembre
à avril-mai et la saison pluvieuse d’avril-mai
à octobre-novembre
avec le maximum de précipitations
en août-septembre
(Fig. 2, 3).
100
L’évapotranspiration
(Bouchet) y est de 1 650 mm par
an avec un fort déficit des précipitations
sur 1’E.T.P. de
janvier à mai.
CC)
.--_
----Ill
1 rlI
Humidité
Températures
30
20
10
relative
-
-
1:
JFMAMJJASQND
(P. 100)
Fig. 3 : Précipitations
moyennes
mensuelles
à Nikki.
1 100
-_ 50
-- - -'
JFMAMJJASOND
-Températures
-----Humidité
Fig. 2 : Températures
les à Kalalé.
moyennes
relative
moyennes
moyenne
et humidité
relative
(Desv.) A. JU~S., le « lingué * Afzeha africana Sm., le
« baobab * Adansonia digitata L., Anogeissus
leiocarpus (DC.) Guill. et Perr., Daniellia oliveri (Rolfe) Hutch.
et Dalz., le « karité * Vitellaria paradoxa Gaertn. F. qui,
comme le « néré * Parkia biglobosa
(Jacq.) Benth.
sont les deux espèces épargnées
lors des défrichements. Toutes les savanes abritent une strate herbacée
à dominante
de graminées,
qui brûle chaque année
pendant la saison sèche.
mensuelles
mensuelle
moyenne
mensuel-
Végétation
La zone d’étude est couverte
par un ensemble de
formations
éco-floristiques
variant des forêts claires
(de faible importance) aux différents types de savanes
rayées de galeries forestières,
avec çà et là des plages
de jachères
plus ou moins arborées.
Les essences
dominantes
sont le « caïl-cédrat » Khaya senegalensis
Sols
Les sols les plus rencontrés
sont des sols ferrugineux
tropicaux.#Avec
un profil ABC ou A (B) C, ces sols sont
riches en sesquioxydes
individualisés
et marqués par
une coloration jaune, brune ou rouge des horizons B
ou (8) qui s’oppose à la coloration claire des horizons
A peu humifères et les teintes ternes ou tachetées des
horizons
C. La structure
est particulaire,
à peine
développée dans l’horizon A, massive en B, particulaire ou prismatique
riche en argile gonflante. L’horizon B renferme en proportion
variable des minéraux
illitiques résiduels et kaoliniques
de néoformation.
La
capacité d’échange varie de 10 à 30 méq/lOO g d’argile ~ i
avec un taux de saturation de 40 à 80 p. 100 (Fig. 4). ~
Retour au menu
Retour au menu
B. Sinsin, S. Oloulotan,
RÉSULTATS
Les milieux
M. Oumorou
ET DISCUSSION
exploités
Après le passage des feux, le sol est généralement
bien dégagé au point où il ne subsiste
plus que
2 p. 100 environ de la phytomasse
herbacée produite
pendant l’hivernage.
Cette situation varie selon qu’il
s’agisse de savane ou de jachère récente. En effet,
pendant la saison pluvieuse, les savanes et les vieilles
jachères abritent une strate herbacée en général très
continue avec parfois des recouvrements
très proches
de 100 p, 100 (6). Aussi, à la fin de cette période de
végétation,
la quasi-totalité
de cette strate s’assèche
et brûle avec les feux de brousse annuels. En revanche, dans les jachères récentes des espaces cultivés à
la dernière saison, la strate herbacée est très clairsemée, ce qui empêche ou limite la propagation
des
feux. Ces jachères peuvent ainsi abriter des touffes de
paille d’fragrostis
spp. souvent dédaignées
et quelques pieds verts d’Indigofera
pulchra Willd et d’autres
suffrutex.
On y rencontre surtout des jeunes recrûs
d’arbres et arbustes coupés lors de l’installation
des
champs de culture. II s’agit notamment des espèces
telles que Daniellia oliveri (Rolfe) Hutch. et Dalz.,
Combretum
spp., Terminalia spp. et Vitellaria paradoxa Gaertn. F. dont les souches
rejettent assez
vigoureusement.
Savanes
I
arbustives
+ savanes
arborées
59 0.100
Savanes
peuplements
\
boisées
d’Anoge/ssus
+
leiocarpus
Comme on peut le constater sur la figure 5, les
savanes sont les milieux les plus fréquentés pendant
la saison sèche. En effet, après la passage des feux de
brousse, la majeure partie du fourrage disponible
provient des ligneux. Ce type de fourrage, qualifié de
pâturage aérien, est assez bien connu des éleveurs
qui peuvent prendre tous les risques pour aller émonder ou étêter, à des altitudes périlleuses, des perchis
de Maya senegalensis (Desv.) A. JU~S., par exemple,
et cela dans le souci majeur de subvenir aux besoins
de leurs animaux.
Une trentaine d’espèces ligneuses sont ainsi consommées à des degrés et stades phénologiques divers.
Par exemple, seuls les fruits de Nauclea latifolia Sm.
seront consommés tandis que les feuilles de Daniellia
oliveri (Rolfe) Hutch. et Dalz. ne sont appétées qu’à
l’état très jeune. Sur des espèces comme Boscia
senegalensis (Pers.) Lam. ex Poir. et Perr., ce sont les
feuilles et les inflorescences qui seront prélevées.
Dans certains bas-fonds hydromorphes où l’eau du
sol est retenue plus longtemps, les maigres repousses
de graminées vivaces sont complétées par des feuilles
de Mitragyna inermis (Willd.) 0. Ktze.
Pour des espèces de choix telles que Khaya senegalensis (Desv.) A. JU~S. et Afzelia africana Sm., leurs
feuillages seront recherchés ou acceptés à tout
moment de I’annee. II en va de même pour Pterocarpus erinaceus Poir., mais ses feuilles sont consommées préférentiellement seulement avant l’installation
des pâturages herbacés.
En dépit d’une telle richesse floristique, la densité et la
production de ces ligneux sont faibles par rapport aux
taux de charge de ces milieux. Aussi, la transhumance
est-elle le seul moyen permettant de faire face au
problème de pâturage en saison sèche. Cette réaction
« éco-biologique n consiste alors à décongestionner
les pâturages en auréole aux agglomérations pour ~
aller s’éparpiller dans les savanes jusqu’à l’arrivée des
pluies. Derrière eux, seuls quelques éleveurs sédentaires resteront pour exploiter les maigres pâturages des ~
alentours de villages si des ressources hydriques le
leur permettent.
Quant aux jachères, elles sont en cette période des ~
zones de passage pour aller d’une savane à l’autre.
Toutefois, les recrûs d’arbres appétés ainsi que les
pieds de suffrutex et autres herbacées encore verts, ~
peuvent retenir les animaux dans les jachères.
Phytomasse
Fig. 5 : Répartition
formations
pendant
266
du temps de broutement
dans les différentes
une journée de 8 h 09 mn de pâturage en moyenne.
du pâturage
herbacé
~
Le premier pâturage herbacé du périmètre d’étude
n’apparaît véritablement qu’après les premières pluies
soit après 100 mm de pluie en moyenne. L’espèce’qui ~
le caractérise est Loxodera ledermannii (Pilger) W.D.
Clayton ex Launert, graminée à floraison précoce qui ~
Retour au menu
AGROPASTQRALISME
ne pousse que dans les milieux où les activités
agricoles sont absentes ou dans lesquels elles ont très
peu d’impact. En effet, on rencontre ce pâturage dans
les formations
assez évoluées, notamment
dans les
savanes arbustives
ou arborées à recouvrement
plus
ou moins important.
Cette graminée
se présente
comme un cespiteux
basiphylle à tiges grèles. Dans
une touffe isolée en pleine floraison (69 p. 100 de taux
d’humidité),
on note 68 p. 100 du poids sec pour les
feuilles contre 32 p. 100 pour les tiges et inflorescences. Ce dernier pourcentage
(32 p. 100) tend vers zéro
avec l’âge de la touffe qui finira par perdre toute trace
de tiges et d’inflorescences
après 25 à 30 jours de
floraison (Tabl. 1).
TABLEAU
I Rendements moyens exprimés
dans des limites de confiance de 95 p. 100.
Milieux
des sites de coupe
Replat de colline
Phytomasse
consommable
Refus
310,82
52,61
f 48,19
i
36,88
Plateau
en kg MS/ha
Moyenne
générale
361,15
k 11,59
330,95
k 52,57
27,32
k 13,03
42,5
f 13.94
Ces résultats montrent une variation de la phytomasse
consommable plus importante sur plateau que sur
replat de colline. En pratique, ce fait s’explique par la
grande variation des sols sur plateau ainsi que par la
préférence de l’espèce pour les sols profonds et
riches en matière organique (faute de mise en valeur)
notamment les sols sablo-argileux. En effet, c’est
particulièrement sur ces sols que l’espèce trouve son
meilleur développement
avec une p hytomasse
consommable de l’ordre de 554,9+ 149,13 kg de
matière sèche à l’hectare.
Les sols sur replat de colline, quoique peu travaillés,
sont en général de faible profondeur et hétéroclites.
Mais dans l’ensemble, la moyenne de phytomasse
consommable produite qui est de 330,95 + 52,27 kg
M.S./ha est encore faible pour supporter une charge
importante. En supposant que les deux tiers sont
consommables, celle-ci peut être estimée en cette
période à 0,58 UBT/ha sur deux mois avant la grande
croissance des autres graminées, ce dont les éleveurs
sont assez conscients. En effet, ces premières pluies
ainsi que l’installation de ce premier pâturage interviennent en général après 5 à 6 mois de transhumance
loin des agglomérations ou vers des isohyètes meilleures. Et quoique ces pluies marquent la fin de la
progression loin du campement d’origine, elles n’incitent qu’un petit nombre des transhumants au retour.
Par conséquent, s’il advient une période sèche prolongée après ces pluies, les retours de transhumance
constatés peuvent être suivis d’un nouveau départ
pour des milieux meilleurs.
En fait, l’intérêt écologique de ce premier pâturage est
que son installation engendre la diminution ou la fin
de la mutilation des ligneux par les éleveurs. Les
espèces les plus recherchées comme Maya senegalensis (Desv.) A. JU~S. n’arrivent déjà plus à fructification dans le périmètre d’étude, ce qui signifie aussi
l’absence de toute possibilité de régénération naturelle.
Effet des feux de brousse, antérieurs dans
le placeau mis en défens (100 m*)
La phytomasse consommable produite a été plus
importante dans le placeau mis en défens contre les
feux de brousse. Elle y est de 4 232 kg de matière
sèche à l’hectare dont 75 p. 100 de paille de l’année
précédente. En effet seuls les 25 p. 100 de fourrages
verts produits sont en réalité consommables. Mais
quoique non négligeable, cette dernière fraction traduit mal la situation de pâturage car, les talles-filles
qui la constituent viennent directement de l’intérieur
de la vieille touffe de paille qui abaisse voire annule sa
disponibilité pour les animaux en cette période. C’est
ainsi que, bien que ce placeau n’ait pas été protégé
contre le broutement ou contre l’accès des animaux, il
a été manifestement évité par ces derniers. Ceci
démontre qu’en système d’élevage traditionnel, une
politique sans feu en zone soudanienne, comme celle
du périmètre d’étude, permettra une augmentation
significative de la productivité herbacée. Seulement,
cette dernière sera peu disponible ou ne présentera
pas une bonne condition de pâturage pour les animaux dans les premiers mois de bonne repousse. A
cela, il faudra ajouter l’effet négatif d’un embroussaillement et d’une fermeture du couvert des ligneux sur
la strate herbacée.
CONCLUSION
La disponibilité de phytomasse pâturable pendant la
saison sèche est très faible. Cette situation est due
aux conditions écologiques (état de rétention très
faible du sol, pouvoir évaporant de l’air très élevé,
etc.), physiologiques (état de siccité des graminées
marquant leur sénescence), anthropiques (feux de
brousse), etc. Les seuls pâturages disponibles en
cette période sont constitués de-fourrage ligneux que
l’on retrouve dans les formations évoluées telles que
les savanes. Dès les premières pluies, le premier
pâturage graminoïde à Loxocfera lerdermannii (Pilger)
W.D. Clayton ex Launert s’installe mais sa production
287
Retour au menu
B. Sinsin, S. Oloulotan,
M. Oumorou
est encore faible pour assurer une capacité de charge
importante.
Enfin, une politique de mise en défens
contre les feux de brousse
n’est pas toujours
en
faveur d’un aménagement des pâturages naturels
dans un système d’élevage traditionnel en zone soudanienne.
SINSIN (B.), OLOULOTAN
(S.), OUMOROU (M.). Dry season
pasture in the Sudanian zone of North-East Benin. Revue Élev. Méd.
vét. Pays trop., 1989, 42 (2) : 283-288.
SINSIN (B.), OLOULOTAN (S.), OUMOROU (M.). Los pastos de
estacion seca de la zona sudanesa del noroeste del Benin. Revue Êlev.
In the Benin Sudanian zone, where rather competitive systems of land
use are encountered, fallow land and savanna vegetation are utilized
by cattle under the traditional rearing system. Yet, following the dry
season bushiïres, savannas are clearly more frequented, the reason
being their stock of ligneous tree fodder, as the main feeding source for
herds. The initial herbaceous pasture to appear after the fit-st rain may
also be observed in the savanna. The dry matter yields are measured
over ten patches of range randomized in Bve different locatious. After
harvestine the herbaceous uhvtomass of a 100 m* fire protected
exclosure-(grazing exclusioni the effects of a full protection policy
against bushfire have been appreciated. Key words : Pasture - Fallow
land - Savannah - Bushfire - Range management - Benin.
En la zona sudanesa del Benin caracterizada pot- formas diferentes de
utilizacion de las tierras se utilizan 10s barbechos y las sabanas como
pastos por 10s bovinos en sistema de ganaderta tradicional. Pero,
después de 10s fuegos de maleza anuales durante la estacion seca, las
sabanas son mucho mas frecuentadas a causa de sus reset-vas de
forraje lenoso que representan la principal fuente de alimentation de
10s hatos. Los pastos de grammeas que crecen después de las primeras
lluvias, aparecen también en las sabanas. Se midieron 10s rendimientos
de materia seca en diez parcelas de dos metros cuadrados eligidos a1
azar en cinco sitios. La cosecha de la iïtomasa herbacea a1 nivel de una
parcelita de 100 m2 protegida contra 10s fuegos permitio apreciar el
efecto de una pohtica de manejo de 10s pastos sin fuegos. Palabras
claves : Pasto - Barbecho - Sabana - Fuego - Manejo de 10s pastos Benin.
Méd.
vét.
Pays trop.,
1989,
42 (2) : 283-288.
BIBLIOGRAPHIE
1. BOUDET (G.). Manuel sur les pâturages tropicaux et les cultures fourragères. 4ème éd. Paris, Ministère
Coopération, 1984. (Coll. Manuels et Précis d’Élevage no 4).
de la
2. DAGNELIE
(P.). Théorie et méthodes statistiques. Applications agronomiques. Belgique, Les presses Agronomiques de
Gembloux, 1975.
3. GOUNOT
4. SANFORD
(M.). Méthodes d’études quantitatives de la végétation. Paris, Masson et Cie, 1969.
(W.), WANGARI
(E.). Dynamique et utilisation des prairies tropicales. Nature
et Ressources,
1985,
21 (3).
5. SINSIN (B.). Impact des activités anthropiques (agriculture, élevage, braconnage) sur la faune et la flore du Nord Bénin.
Bénin, Mém. Ing. Agro. FSAAJNB, 1985.
6. SINSIN (B.) et collab. Etude des pâturages naturels du Borgou. Bénin, lère année de recherche, FSAA.JNB, 1988.
(Bibliothèque FSA/UNB, Bénin).
7. SINTONDJI (B.). De l’évolution pondérale du bovin africain sur pâturages naturels en milieu fermier. Cas des types
lagunaires et Borgou au ranch de Samiondji au Bénin. Revue Élev. Méd. vét. Pays trop., 1986, 39 (1) : 103-106.
8. VIENNOT
288
(M.). Carte pédologique
de reconnaissance de la R.P.B. Feuille de Bembéréké. Paris, ORSTOM,
1978.
Retour au menu
Note de réflexion
Les enseignements d’un colloque
Quatre thèmes ont été débattus : la politique des États à i’égard du
pastoralisme, la lutte contre la désertification, le redéploiement des populations, le désenclavement
et l’intégration des régions sahéliennes.
Les exposés ont surtout porté sur le Mali, la Mauritanie, le Niger et le
Sénégal ; ils présentaient des études de cas au caractère ponctuel soulignant les particularités
régionales, sans qu’apparaisse à aucun moment
l’occasion d’une généralisation
des résultats à l’ensemble du Sahel, entité
géographique,
certes, mais d’une grande diversité politique.
Les atlas des États sahéliens, réalisés par I’IEVMT pour le compte du CTA
(Centre Technique Agricole) organisme international de diffusion de I’information, ont été présentés ; ils rassemblent des données qui se complètent
pour faciliter une connaissance globale du pastoralisme et de l’élevage.
Dans I’Adrar mauritanien, le nomadisme a dû s’adapter à la sécheresse mais
aussi aux difficultés
de circulation
causées par la guerre du Sahara
Occidental.
Au Mali, la sédentarisation semble favorisée par l’État, qui privilégie l’action
de certaines ,ONG agissant dans ce sens. D’une façon générale, l’existence
même de /‘Etat, dispensateur entre autres de services sociaux, pousse
inéluctablement
à une sédentarisation
autour de ports d’attache plus ou
moins permanents. Au Niger, une rétrospective de la politique de l’élevage
sur 60 ans révèle le passage progressif d’un objectif d’expansion
du
troupeau à des préoccupations
de gestion des ressources pour garantir une
certaine sécurité aux éleveurs. Mais les associations pastorales créées dans
ce but se heurtent à des blocages institutionnels et humains : la rigidité des
structures associatives qui ne peuvent s’adapter et évoluer suffisamment et
les phénomènes d’appropriation
par certains clans avec détournement des
objectifs initiaux conduisent à une paupérisation
des éleveurs.
L’État du Sahel manque de moyens humains et matériels pour définir et
appliquer à long terme une politique cohérente de l’élevage. Le voudrait-il,
qu’il serait d’emblée limité dans ses ambitions par son faible poids dans un
contexte international
d’excédents de viande et de produits laitiers qui
dépriment les cours mondiaux en pesant sur la rentabilité des élevages
nationaux, et par sa dépendance vis-à-vis de l’aide extérieure qui réduit sa
marge de manoeuvre pour la négociation des programmes de développement.
Même s’il s’en tient à des interventions sur l’environnement
économique des
éleveurs (fixation des prix des intrants ou des produits, maîtrise des circuits
commerciaux),
il bute sur des variables exogènes qu’il ne Contr&e pas et
dont l’influence est renforcée par la perméabilité des frontières : chacun sait
que la demande au Nigeria commande en fait les quantités et les prix des
exportations de bétail et de peaux des pays limitrophes, et donc indirecte289
Retour au menu
ment les prix du marché intérieur, quoi que puissent faire les gouvernements
à cet égard. L’exemple de la contrebande avec le Nigeria a été cité à maintes
reprises.
Enfin, les grandes périodes de sécheresse ont gravement altéré la notion
d’Etat en tant qu’unité territoriale
en intensifiant
les mouvements
de
transhumance trans-nationaux.
De fait, les frontières de la colonisation ont été très attaquées au cours des
débats, et une seule fois défendues ; et les différents gouvernements
ont été
critiqués pour leur attitude de pilotage a vue, caractérisée au mieux par des
initiatives de sauve-qui-peut.
L’aide internationale
n’a pas été oubliée
puisque les participants ont été d’accord pour constater la minceur de ses
résultats si on les compare aux efforts consentis.
Au cours des exposes sur la désertification,
une analyse de l’évolution des
paysages sur 30 ans a montré que l’estimation de son impact s’avère
difficile. La détérioration
du couvert végétal varie notamment avec la
granulométrie
des sols et un référentiel technique doit être établi pour
envisager des possibilités de réhabilitation
rationnelles. Les réserves et
parcs nationaux peuvent contribuer
à la restauration
des ressources
naturelles, surtout si les populations rurales sont incitées à y collaborer,
encore que rien de précis n’ait été recommandé à propos de ces incitations.
Enfin l’aide internationale
est indispensable à la réalisation des travaux de
lutte contre la dégradation de l’environnement
(cas de Cap-Vert).
Mais la capacité d’initiative des sociétés pastorales devrait davantage être
mise à contribution.
Les jeunes Etats cherchent à asseoir’leur emprise sur
les populations.
On aboutit à une confiscation des rôles de gestion du
milieu, traditionnellement
dévolus aux communautés
rurales, au profit
d’administrations
étroitement sectorialisées, centralisées et parfois rivales.
Les gardes des eaux et forêts n’auront jamais la même efficacité que les
« maîtres des eaux » pour la gestion des stocks de poissons dans les
rivières, pas plus qu’ils ne pourront s’opposer à l’abattage des arbres s’ils se
cantonnent
dans un rôle de policier... pas toujours au-dessus de tout
soupçon.
L’État n’est-il pas alors le premier responsable de la désertification
peut-être aller loin mais la question mérite qu’on sy arrête.
? C’est
Dans les zones sahéliennes se produit un redéploiement
manifeste des
populations avec déplacement des zones rurales vers les centres urbains
(sédentarisation)
et plus généralement du Nord vers les « pays d’accueil »
côtiers du Sud. Ces mouvements concernent essentiellement
les classes
d’âge actives et sont compensés par des transferts monétaires ou en nature,
parfois entravés d’ailleurs par le dysfonctionnement
des appareils des Etats
ou les rivalités entre ceux-ci.
Une analyse plus fine de la comparaison des recensements de 1975 et 1986
au Mali révèle un dépeuplement
des arrondissements
ruraux sahéliens au
Retour au menu
profit de la zone agricole soudanienne tandis que la frange Sud du pays se
dépeuple également sous l’effet de l’attraction des pays côtiers voisins.
Les grands aménagements, comme le barrage de Foum Gleita, en Mauritanie, provoquent des modifications géographiques
conduisant à une déstabilisation sociale lorsque les « déguerpis » ne se voient proposer aucune
compensation
et en sont réduits pour subsister à devenir dépendants
d’autres groupes plus favorisés, notamment les possesseurs des terres que
l’édification du barrage aura permis de mettre en culture. Le résultat d’un tel
projet de « développement » est certes d’augmenter le potentiel du pays
dans son ensemble, mais aussi d’opérer sans le dire des transferts
économiques entre groupes sociaux selon le bon vouloir de l’État.
Les aménagements de l’espace et le mode d’implantation
des administrations modernes en sous-unités territoriales ont eu également pour effet de
modifier les voies de circulation en les éloignant des points ~d’échange
traditionnels
situés sur des axes méridiens, à la jonction des modes
d’occupation
du sol (désert des nomades/Sahel des transhumants/savane
des cultivateurs),
au profit de pôles juxtaposés de concentration
des
décisions et des échanges, entraînant ainsi une désorganisation géographique et socio-économique
du peuplement humain.
En matière de désenclavement,
les effets des investissements
routiers
peuvent être divers : la route de Nouakchott à Néma, par exemple, a
accentué sur son parcours la sédentarisation autour de pôles secondaires
d’attraction (Kiffa) sans ajouter de façon significative aux flux démographiques déjà existants dirigés vers Nouakchott. Un de ses effets intangibles a
été notamment de contribuer au sentiment d’identité nationale parmi les
populations de l’Est mauritanien. En revanche, l’attrait de Dakar provoque
un appel de population au détriment des centres de moyenne importance
desservis par l’axe Dakar-Matam, sans pour autant améliorer la desserte des
villages agricoles environnants pour lesquels l’écoulement de la production
reste difficile.
En conclusion,
les rapports entre les États et les sociétés civiles se
caractérisent
au Sahel par une crise de confiance, les gouvernements
apparaissant comme des entités aux contours flous, plus ou moins coupées
des populations et non désireuses ou incapables de leur venir en aide à un
moment où leurs préoccupations
de subsistance ne font que grandir. Ceci
d’autant plus qu’à moyen terme les Etats sahéliens risquent d’être tiraillés
politiquement
entre les pôles d’attraction du Maghreb et des États côtiers,
chacun ayant valeur de référence pour des proportions
diverses de leur
population.
Les objectifs du développement
de l’élevage ont été esquissés en fin de
débat : la viande bovine du Sahel doit-elle concurrencer
les importations
d’Argentine et d’Europe ? L’avenir social du Sahel n’est-il pas la cellule
familiale où le rôle de la femme est important et dont les productions
resteront à base de petit élevage, de cultures vivrières et de jardinage ?
291
Retour au menu
Tout comme les techniciens du développement,
confrontés aux contraintes
issues du comportement et du mode de vie des éleveurs parmi lesquels ils
interviennent,
on a donc vu, à la fin de ce séminaire, les géographes buter
sur les réalités économiques, allant même jusqu’à proposer des solutions
très techniques aux problèmes du Sahel !
En fait, il est apparu une fois encore que la collaboration entre chercheurs
de sciences humaines et techniciens a souvent été souhaitée et rarement
réalisée. Les réflexions communes ayant présidé à la mise au point de l’Atlas
réalisé par I’IEMVT constituent une heureuse exception dont les suites se
font toujours sentir.
Les premiers, en étudiant de l’intérieur le milieu ou le système pastoral,
voient surtout les risques et les difficultés de toute intervention, alors que les
seconds proposent des solutions en vue d’un changement. Dans quelle
mesure les chercheurs de sciences humaines peuvent-ils être les porteparole des éleveurs et définir leurs besoins ? Dans l’organisation
des
associations d’éleveurs,
ils ont montré l’intérêt et les limites de leur
participation. N’est-ce pas cependant dans ce domaine que la collaboration
devrait se manifester, dans la mesure où toute organisation pastorale est
l’exploitation d’un espace par des éleveurs et combine l’étude des parcours
et de leur gestion par un groupe toujours difficile à circonscrire.
Mais si justice a été rendue aux capacités propres d’adaptation des sociétés
pastorales aux changements de leur environnement,
trop souvent négligées
par les techniciens, force est de reconnaître
qu’elles sont largement
dépassées par la rapidité des évolutions actuelles et que l’élaboration de
messages techniques adaptés et appropriés requiert d’urgence,les
efforts
conjoints des chercheurs de toutes disciplines ainsi que des Etats, Dans
cette perspective, la nécessité d’un bilan préalable des actions de développement menées au Sahel a été reconnue une fois de plus.
Ou bien serait-il en fin de compte plus judicieux de réduire ou de supprimer
les interventions
volontaristes, que les bailleurs de fonds jugent d’ailleurs
peu rentables, et d’assurer des suivis allant de la surveillance continue des
ressources renouvelables à une couverture en approvisionnement,
santé et
éducation des populations sahéliennes ?
II n ‘y aurait plus d’interventions perturba trices mais le Sahel ne deviendrait-il
pas une vaste réserve de biosphère ?
E. BERNUS
G. BOUDET
G. LAMARQUE
D. ROJAT
292
Retour au menu
I Analyses
bibliographiques
ALTON (G. G.), JONES (L. M.), ANGUS (R. D), VERGER (J. M.).
Techniques for the brucellosis laboratory. Paris, INRA, 1988. 190 D.
140 réf;
Ce manuel, écrit par des experts de renommée internationale, avec la
collaboration de spécialistes de nombreux pays, met à Jour les
diverses monographies déjà éditées par la FAO ou I’OMS. Les
auteurs traitent d’abord de l’isolement des brucelles à partir des
prélèvements, ainsi que des techniques d’identification (plus précisément de B. abortus. B. melitensis et B. suis) avant de oasser en revue
les diverses méthodes sérologiques, les tests allergiques et la production de vaccin. Enfin, 2 chapitres sont consacrés plus spécialement à
B. ovis et B. canis. Toutes les techniaues Y sont décrites dans le détail
avec une grande précision, type par type, y compris une note sur
l’interprétation des résultats.
Ce manuel, clair et abondamment illustré? est donc un document
absolument indispensable à tous les laboratotres désireux de oratiauer
des diagnostics de brucellose pour peu, comme le recommande& les
auteurs dès les premières pages, que les conditions de sécurité soient
respectées.
BERNARDET (P.). Vache de la houe, vache de la dot. Paris, édition
du CNRS, 1988. 230 p. ISBN 2-222-04171-6. Prix : 180 F.
Un livre, deux commentaires.
Cette étude, partie du programme MAB de I’UNESCO sur les
milieux herbacés en Afrique occidentale, a été réalisée en Côted’ivoire, dans le cadre du projet « Fonctionnement et utilisation des
savanes ». Dans son introduction, l’auteur rappelle fort justement
qu’un élevage bovin villageois a toujours existé dans les régions
guinéennes ou soudano-guinéennes mais que les récents épisodes de
sécheresse au Sahel « ont fait de ces dernières un lieu naturel de
refuge pour un grand nombre d’éleveurs traditionnels, tels les
Peuls ». Deux modes d’élevage y existent donc : l’un villageois,
sédentaire, déjà ancien, et l’autre peul,
transhumant ou semitranshumant, datant de 25 ans et dont la caractéristique essentielle est
d’être en voie de sédentarisation. A l’origine bien distinctes, les
fonctions de ces deux élevages tendent a se rapprocher en se
transformant. II faut y voir une évolution probablement inévitable
mais que les autorités ivoiriennes, soucieuses de s’affranchir progressivement de leur déficit structure1 en viande, ont encouragée et
accélérée par le jeu de programmes ambitieux de développement.
Pour les pays sahéliens, au contraire, ce ne peut être, à terme, qu’une
occasion perdue de conserver la haute main sur ce secteur de leur
économie.
La Côte-d’Ivoire, en revanche, a bien saisi la chance qui lui était
offerte et les aides extérieures ne lui font pas défaut, constatation qui
ne manque as d’une certaine cruauté par rapport à la misère que
connaissent Pes pays sahéliens. Il serait également erronné de croire
que l’État et ses institutions, notamment les sociétés de déveloooement, ont été les plus dynamiques dans le processus d’intégration.
Erreurs et contradictions n’ont cependant pas manqué. Devant des
paysans incultes et des éleveurs démorali&.
comment ne oas être
tenté de créer, quasi ex nihilo, un modèle académique de dé;eloppement, Immédiatement transposable.
Sédentaires et transhumants ont heureusement tisse des liens que la
houe et la dot rendaient inévitables. Les conflits n’ont pas manqué,
mais aujourd’hui chacun semble y avoir trouvé son compte. Les
paysans ont vu s’ouvrir un marché qui leur apporte l’énergie et la
force de traction nécessaires à leurs activités propres. Accessoirement, lait et viande ou revente des animaux réformés leur donnent
des revenus supplémentaires en espèces ou en nature. Le temps de la
cueillette est fini. Il faut apprendre à gérer son exploitation. Quant
aux Peuls ils ont été contraints de s’adapter et ont compris que dans
ce pays, au début réticent sinon hostile à les accueillir en raison des
antagonismes héréditaires, leur cheptel était en passe de devenir un
moyen de pression politique. La sagesse africaine a fait le reste’ en
créant entre les hommes des rapports socio-économiques devenus
inévitables, axés sur la nouvelle répartition du capital « bétail » et de
ses fruits.
Dans un style extrêmement vivant, BERNARDET
décrit avec
maîtrise et objectivité la nature et la portée de ces nouvelles relations,
détruisant au passage de nombreuses idées reçues sur le nouveau rôle
de la vache dans les deux sociétés et sur l’influence croissante de
l’Islam dans l’organisation des liens familiaux, notamment par la dot,
dont le cheptel reste la composante intangible et majeure. « Se
dessine tout un cheminement du changement social dont la vache est
le moyen, et qui, par delà les stratégies et les itinéraires individuels
traverse la soctété rurale villageoise, autochtone comme celle allochtone des éleveurs peuls, et révèle les potentialités des différents
modes d’élevage en milieu guinéen et soudano-guinéen ».
Un très bon livre riche d’expérience et d’enseignement pour le
présent comme pour l’avenir, bien rédigé par un chercheur qui s’est
donné pour tâche d’étudier sur le terrain les possibilités techniques et
les conditions sociales du développement de l’élevage en Afrique
tropicale humide.
A. H. ROBINET
BERNARDET (P.). Vache de la houe, vache de la dot. Paris, édition
du CNRS. 1988. 230 D. ISBN 2-222-04171-L. Prix : 180 F.
Vu par les macro-économistes et les faiseurs de projections, l’avenir
de l’élevage dans les pays en développement semble assez clair.
L’élasticité-revenu de la demande de produits animaux étant élevée,
tout accroissement du revenu par tête ne ‘manquera pas de provoquer
une forte augmentation de la demande de viande et de produits
laitiers. Un accroissement de la production domestique est donc
indispensable, faute de quoi il faudra importer. Une augmentation de
la production végétale accompagnera les progrès de l’élevage, pour
deux séries de raisons. D’une part les pâturages naturels ne suffiront
pas à des animaux mieux nourris, et il faudra recourir à des aliments
fabriqués à partir de matières premières végétales, produites localement ou importées. D’autre part, le développement de l’élevage
rendra possible la fourniture accrue de fumier et d’énergie animale,
donc une intensification à base de consommations intermédiaires et
de capital d’exploitation. On peut réfléchir à l’allure possible, sous
contraintes diverses, de ces évolutions Inter-dépendantes, et cela
donne des travaux comme ceux de J. S. SARMA et P. YEUNG,
publiés par I’IFPRI (1).
Mais qui dit élevage dit éleveurs, ou plutôt sociétés d’éleveurs. Ici
surgissent quelques complications. Il n’est pas certain que les
agriculteurs-éleveurs d’Afrique, par exemple, ou les pasteurs qui
pratiquent encore nomadisme ou transhumance, soient prêts à
prendre place dans un schéma qui fera de certains d’entre eüx (pas
tous) des producteurs commerciaux de viande et de lait. La transformation dë l’élevage requiert plus que des innovations techniques et
un calcul de coûts-bénéfices.
(1) SARMA (J. S.), YEUNG (P.).
World : Past trends and projections
IFPRI, 1985, 87 p. (Research Report
Food Markets. Washington, IFPRI,
Livestock products in the Third
to 1990 and 2000. Washington,
No 49). Voir aussi Third World
1988, 36 p. (IFPRI Policy Briefs
2).
293
Retour au menu
Pour se rendre compte des résistances probables, des délais prévisibles, des déviations inévitables, il n’y a pas d’autre moyen que
l’examen détaillé de ce qui s’est réellement passé dans un espace
donne; pendant une période précise. L’optique est celle de l’anthropologue-économiste, analysant et comparant « divers systèmes économiques réels et possibles » (GODELIER).
Ou encore celle de
l’économiste institutionnaliste dans la tradition de VEBLEN, étudiant
le changement d’habitudes de pensée qui ont acquis un pouvoir de
sanction prescriptive en matière de comportement humain.
C’est à ce difficile travail aue Ph. BERNARDET
s’est livré en Côted’ivoire, notamment à partir de la comparaison des rapports qui
caractérisent les divers systèmes d’élevage sédentaires villageois, et le
système d’élevage peu1 semi-transhumant, c’est ainsi, par exemple,
qu’il constate qu’en milieu villageois, le passage progressif à un
élevage productiviste semble aller de pair avec une modification des
règles successorales et/ou avec une certaine privatisation des unités
de production. S’agit-il de cheminements inévitables, de « lois » ?
Peu~ importe. L’étude sur le terrain a permis de repérer des
régularités à laouelle la théorie donne des noms et dont elle tire des
pr;positions. Rkumées en quelques paragraphes limpides (pp. 205210), ces propositions donnent du sens à l’histoire récente et
prochaine, à tel point que l’on gagnera à commencer la lecture de
l’ouvrage par la fin, c’est-à-dire par les pages 210-213 intitulées
« Retour à l’histoire ». On sera ainsi mieux armé pour entrer dans un
livre qui expose pas à pas les résultats d’investigations minutieuses.
Le chapitre 1 (les rapports de production) introduit abruptement la
notion essentielle de « parc communautaire villageois », qui ne
s’éclairera vraiment qu’au début du chapitre 3. Le parc matérialise
l’unité de production spécifique des systèmes d’élevage sédentaires, à
savoir le troupeau bovin, lequel rassemble le plus souvent les animaux
de plusieurs propriétaires. Selon l’auteur, les parcs d’abord familiaux,
puis communautaires, sont apparus à la fin du XIXe siècle pour
assurer la sécurité du bétail, éviter les dégâts aux cultures, faciliter la
traite et le détiquage... La gestion de ces troupeaux communautaires
impliquerait aujourd’hui une « dissociation des fonctions de propriété
entre agriculteurs et bouviers », les premiers contrôlant le croît
numérique du troupeau? et la production de viande qui en découle,
alors que les seconds retiennent la production laitière. Chez les Peuls,
qui sont entrés en RC1 à partir de 1960 et qui détiennent désormais au
moins le tiers du cheptel national, le bouvier est plutôt un exécutant
salarié, et ce sont les femmes de l’éleveur qui exploitent la production
laitière.
Le chaoitre 2 tire oarti des données recueillies par la SODEPRA (2)
ainsi que d’enquêies qualitatives et d’interviews réalisés en 1981‘et
1984 auprès des bouviers et des propriétaires. La structure de la
propriétk du bétail est décrite sans recourir aux courbes de concentration ni à l’indice de Gini mais au moyen de tableaux construits par
ethnie et articulés autour d’une catégorie « standard », qui regroupe
le même pourcentage du nombre total de propriétaires et du nombre
total d’animaux (3). On peut de la sorte faire apparaître une
réoartition générale des orooriétaires en trois catégories autour d’une
moyenne, et voir émerger’un modèle de struckre, passablement
arbitraire à vrai dire, qui est appliqué à l’ensemble des groupes
ethniques étudiés : secteur traditiônnei, secteur de transition, secteur
pionnier. En fait, les remarques significatives faites sur le « paradoxe
lobi » (p. 69) comme la réintroduction ad hoc dans le schéma d’un
« secteur peu1 » jugé « spécifique a, montrent bien qu’il n’est ni facile
ni opportun d’éliminer la référence ethnique. On s’en .doutait. La
suite du livre, plus convaincante que ce chapitre un peu laborieux,
revient d’ailleurs à la distinction initiale entre élevage sédentaire
villageois et élevage peul, la première de ces rubriques donnant
souvent lieu à une ventilation de type ethnique (pp. 111-116 par
exemple).
(2) Société Ivoirienne pour le Développement des Productions
Animales.
(3) Ainsi, chez les Baoulé, les 11 p. 100 de propriétaires « moyens »
qui détiennent 11 p. 100 du cheptel possèdent en moyenne 155
animaux par propriétaire, contre 3,5 chez 74 p. 100 de « pettts
propriétaires » et 76 chez les 15 p. 100 de « gros propriétaires ».
294
Le chapitre 3 déveioppe i’iciée que ie troupeau est i’uniré pertinente
pour l’étude des systèmes d’élevage (4). Mais cette « unité de
production », qui est assimilée au parc, peut comprendre plusieurs
unités de gardiennage et regroupe le plus souvent des bêtes provenant
de plusieurs unités de production agricole. La morphologie de ce
puzzle est étudiée en référence aux types de tâches à effectuer :
gardiennage de saison sèche et de saison des pluies, détiquage,
construction et entretien du parc, traite et gestion de la production
laitière. C’est bien ainsi qu’il convient de procéder, les structures
n’étant en somme qu’un « précipité » des comportements.
Il est question dans le chapitre 4 des rapports de distribution, c’est-àdire du oartaee du oroduit. En milieu sédentaire, on l’a vu, la
production de-viande reste acquise aux propriétaires et c’est la
production laitière qui constitue la principale rémunération des
bouviers. Les autres prestations ne font que-compenser l’éventuelle
insuffisance de cette production. En milieu peul, le lait est attribué
aux femmes de l’éleveur,, avec ce résultat que le bouvier, quel que soit
son mode de rémunération, se trouve très généralement désavantagé
par rapport aux bouviers de l’élevage villageois. Entre propriétaires,
les charges sont réparties proportionnellement au nombre d’animaux
possédés par chacun. Le confiage, sorte de bail à cheptel, est
rémunéré oar l’attribution d’une oartie du croît. Ces modalités de
distribution permettent ou non une accumulation par les bouviers,
qui fait d’eux, à terme, des propriétaires
susceptibles d’accéder à
_ _
l’autonomie.
L’articulation entre rapports de distribution et rapports de production
fonde une dynamique sociale inséparable d’une différenciation croissante entre petits et gros propriétaires, avec marginalisation inévitable
de certains éleveurs. Le nombre de ces « laissés-oour-compte du
développement » pourrait être relativement élevé, et’annuler au plan
global l’effet des progrès réalisés par les éleveurs prospères.
Après une digression sans nécessité d’une vingtaine de pages
descriotives (chaoitre 5) consacrées à la oooulation des bouviers. on
en ariive à Pétude de ia reproduction (5) lchapitre 6). Ce chapitre
traite de questions capitales : les modes d’acquisition du bétail et la
constitution des unités de production. S’agissant de l’achat, on
constate une fois de plus que la monétisation ne s’effectue que
progressivement. Que des biens puissent tous s’échanger contre de la
monnaie ne signifie pas, ou pas tout de suite, qu’ils puissent faire
l’obiet d’une sommation différenciée. alors aue Dom-tant. leur
conirepartie est constituée par le même instruments d’échange en
principe universel. Chez les Lobi, la distinction entre produits amers
êt froids continue apparemment d’avoir cours. La qualité amère,
celle des biens au’on ne saurait utiliser sans en sacrifier une oart aux
ancêtres agnatiques, s’attache au bétail acquis avec le produit de
récoltes amères (le sorgho par exemple). De même, les « vaches de la
houe » acquises’ par venté de produits agricoles ou utilisation de
revenus salariaux, sont d’usage libre et individuel jusqu’à la mort du
propriétaire, alors que les « vaches de la dot », fournies par l’oncle
utérin de l’époux, doivent en principe servir à doter ultérieurement
un membre mâle du matrilignage. Auquel cas le bétail n’est qu’un
su~oort
oermetta’nt le transfert de la valeur dans le temos. oour la
rep;oduc’tion des unités familiales’du lignage. S’agissant dé fbhtage,
qui se transmet chez les Lobi en lignée maternelle (d’oncle à neveu),
on rencontre le oroblème commun aux sociétés matrilinéaires virilocales, où les etriants vivant et travaillant avec leur père à Yentretien
et à l’exploitation d’un actif durable, savent qu’il n’hériteront pas.
Cette « dysharmonie » a été étudiée en économie de plantation
villageoise (6). Pour en revenir aux Lobi, la « matrilinéarité des droits
sur le bétail fait qu’un fils n’a pas de droits’sur le cheptel de son père
(4) On entend par troupeau un « groupe d’animaux conduits ensemble », caractérisés donc par la proximité physique et par la similitude
des interventions pratiquées sur eux par les éleveurs (É. LANDAIS,
Recherches
sur les Systèmes d’Élevage, INRA-SAD, Versailles, Déc.
1987. 75 p.).
(5) Laquelle ne succède donc pas au chapitre 4, comme on nous
l’annonce en page 153, ce qui semble témoigner de l’insertion tardive
et malencontreuse) du chapitre 5.
6) BOUTILLIER
(J. L.) avait posé le problème dès 1960 (Bongouanou, Côte-d’Ivoire,
Paris, Berger-Levrault, 224 p.). Voir ausst PILLET-SCHWARTZ
(A. M.). Aghien,
un terroir
ébrié, Atlas des
structures agraires, Paris, ORSTOM, 1982, 161 p.
Retour au menu
alors qu’il a contribué par son travail à son acquisition » (p. 179).
D’où une certaine réticence des enfants à participer aux tâches de
gardiennage dans le troupeau géré par leur père. -Les mêmes causes
produisant ou facilitant les mêmes effets, on voit se généraliser chez
les Lobi, comme en zone forestière ivoirienne, l’héritage de père à fils
(7).
Le chapitre 7 résume ies enseignements du livre à l’intention des
agents de développement. Les solutions envisageables sont clairement
formulées, en référence à certaines tendances de fond telles que la
volonté de nombreux propriétaires Senoufo de quitter la structure
communautaire traditionnelle (p. 195) ou, ce qui semble moins clair,
l’apparition dans le centre du pays d’une « mentalité de planteur » où
l’auteur voit un atout majeur pour le développement de l’élevage.
Ensuite vient la conclusion du livre, et c’est elle qu’il faut méditer. II
en ressort que la fonction principale de l’élevage, aujourd’hui encore,
n’est pas de produire de la viande comme le voudraient les
planificateurs, mais de stocker les surplus de valeur épargnée par les
unités de production agricole. Cette mise en réserve s’opère au sein
d’unités communes à plusieurs exploitations agricoles, ce qui ne
simplifie évidemment as les choses.
La gestion de cette réserve est
. ..
rémunérée par la pro 8.uction lartiere,
la production de viande n’étant
au’accessoire et. selon l’auteur. non recherchée en tant aue telle. Le
passage de l’élevage-thésaurisation à l’élevage-produciion
semble
s’accompagner d’une individualisation des parcs faisant coïncider
l’unité d’&vage avec l’unité de production agricole. Dans ce cas, qui
est celui des éleveurs-agriculteurs peuls installés en RCI, l’association
agriculture-élevage peut se nouer sur des bases solides.
Cette intéressante schématisation, que nous résumons à l’excès, est
particulièrement opportune. Elle devrait calmer bien des impatiences,
et corriger bien des malentendus. On pourra regretter qu’elle
comporte une erreur économique, consistant à qualifier d’improductif
le travail aue les bouviers fournissent oour eérer le fond de réserve
agricole. P*our BERNARDET,
qui cite ANDREANI,
n’est en effet
productif que le travail qui produit des valeurs d’usage. Est « improductif », en revanche., !e travail qui « crée les conditions formelles de
la consommation individuelle et productive, par exemple la comptabilité des procès de travail et des valeurs d’usage » (p. 206). Dès lors,
les fonctions de propriété et de distribution du produit sont considérées comme imoroductives. Cette facon de voir. oarfaitement idéologique, a déjà eu des conséquences catastrophiques, entre autres, sur
l’organisation de la fonction commerciale, les distributeurs privés
étant considérés comme des prédateurs qu’il fallait éliminer... II
convient donc de rappeler que dans le décompte des valeurs ajoutées
dont la somme équivaut à la production, le services comptent autant
que les biens matériels. A juste titre. Le travail consistant à assurer le
report d’une valeur dans le temps, ou son transport dans l’espace, est
tout aussi productif, ni plus, ni moins, que le travail consistant à
fabriquer le bien matériel support de la valeur.
Au surplus, la démonstration paraît bien laborieuse et ne convainct
uère, puisqu’il est impossible de distinguer concrètement les tâches
t jugées « improductives >)) de gestion du troupeau en tant que « fond
de réserve agricole », de celles qui permettent d’assurer les productions de lait et de viande. Ne faut-il pas plutôt s’engager sur une autre
voie. et reconnaître au bétail le statut d’un bien économiaue
particulier, à la fois bien de production et forme de réserve ?
Quoiqu’il en soit, l’ouvrage de Ph. BERNARDET
a l’énorme mérite
d’aller plus loin que les constats aujourd’hui classiques sur le rôle du
cheptel dans les sociétés traditionnelles en Afrique soudanienne et
soudano-guinéenne : il en part, pour s’interroger sur les conséquences
de cet état de fait en termes de développement, et proposer des
réponses concrètes. A ce titre, et en dépit de ses insuffisances (par
exemple, les développements sur les « gros tiques » et les « petits
tiques » pp. 97-99 ; ou à un autre plan, l’insuffisance criante de
l’appareil statistique utilisé), nous ne pouvons que le recommander à
tous les lecteurs soucieux du développement de l’élevage en Afrique.
La présentation matérielle du livre est séduisante, luxueuse même :
papier de qualité, seize planches photographiques, cartes spacieuses.
Ces agréments devraient rendre plus lisible un texte souvent rédigé
dans le style d’un rapport de recherche plus que dans celui d’un
(7) BERNARDET
note que chez les Lobi, ce passage à l’héritage en
ligne paternelle semble favorisé par une islamisation qui bien sûr, n’a
pas seulement des raisons religieuses. On peut préciser que la loi
ivoirienne consacre l’héritage de père à fils depuis 1964.
ouvraee de svnthèse. Malheureusement l’ouvraae fourmille d’erreurs
d’imp;ession; et offre un véritable florilège de-fautes d’orthographe
(8). Le travail créant les « conditions formelles » de la reconnaissance
dés signes linguistiques et de leur compréhension est pourtant tout
aussi productif que celui qui consiste à faire une enquête et à écrire un
livre !
Etienne LANDAIS
Philippe COUTY
CHALIAND (G.), RAGEAU (J. P.). Atlas stratégi ue. Géopolitique
des rapports de forces dans le monde. Belgique, %ition complexe,
1988. 223 p. ISBN 2-87027-259-6.
Instrument indispensable, selon H. CARRERE d’ENCAUSSE, à la
compréhension des phénomènes de notre temps, la réédition de cet
ouvrage, publié pour la première fois en 1983, constitue une aide
certaine pour tous ceux qui participent au développement par la
coopération et la recherche.
Les problèmes sont présentés en cartes et en tableaux clairs, d’une
lecture aisée, avec un texte court, très dense et surtout actuel,
complété par une projection à long terme. La géopolitique appréhendée et appréciée par la connaissance des grands courants stratégiques
mondiaux explique tel retrait historique; généralement militaire, au
profit d’une implantation économique dans un contexte moins
favorable en apparence. Ne sont évidemment concernés, pour le
présent comme pour l’avenir, que des ensembles de dimension
significative capables d’influer sur le destin du monde par un jeu de
décisions prévisibles.
Tel ne paraît pas être le premier souci de l’Europe occidentale,
réduite au rang de partenaire et non d’acteur. Ou encore du Japon
confronté à l’absence incontournable de matières premières et donc à
la nécessité d’une stratégie commerciale expansionniste mais nécessairement pacifique face aux gendarmes de la planète que sont les blocs
soviétique et nord-américain. S’agissant d’un ouvrage unique par sa
présentation et sa conception, (les auteurs emploient le terme de
« vision >>), on nous permettra de regretter l’absence d’une évocation
planétaire de la répartition « politique » des satellites scientifiques ou
militaires, habités ou non, qui pour les uns, inlassablement surveillent
la terre et pour les autres, annoncent la colonisation de l’espace, déjà
bien engagée.
N’y a-t-il pas là matière à une nouvelle vision du cosmos ?
FINE (J. C.), LATTIMORE
(R. G.). Livestock in Asia : Issues and
policies. Ottawa, International Developement Research Center, 1982.
192 p. ISBN O-88936-353-6. Édition sur microfiche disponible.
Cette monographie est la version révisée des documents présentés à
la conférence oraanisée en mars 1982 à Sineaoour oar le Centre
International
canadien de Recherche pou; ‘le Développement
(CRDIIIDRC).
Axée sur le thème de l’élevage en Asie et celui des
politiques suivies en ce domaine essentiellement à partir du cas
coréen, la conférence avait également pour but d’attirer l’attention
des responsables et des chercheurs de cette région du globe sur les
problèmes à court terme de l’agriculture au sens large et du
développement rural. Pour y parvenir, l’ouvrage dresse un inventaire
des recherches les plus porteuses d’espoirs et détermine leurs
priorités. Les aspects sociologiques et économiques, jusque là peu
étudiés par les chercheurs nationaux, ont été particulièrement
(8) Ces négligences, incompatibles avec le prix élevé du livre (180 F),
s’étendent à la bibliographie. Certains ouvrages cités au texte ne
figurent pas dans la liste bibliographique ; diverses références sont
incomplètes ou incorrectes. L’ouvrage d’HOFFMANN (0.) cité dans
une publication provisoire de 1983 a été publié sous forme définitive
en 1985 : Pratiques pastorales et dynamique
du couvert végétal en pays
lobi (Nord-Est
de la Côte-d’Ivoire),
Paris, ORSTOM, Travaux et
Documents N” 189. 335 p.). La note de GASTELLU
(J. M.),
intitulée « Mais où sont donc ces unités économiques
que nos umis
cherchent
tant en Afrique
? » a été publiée comme note AMIRA
(N” 26, Déc. 1978, 22 p.), reprise dans la’ Brochure AMIRA intitulée
« Le choix d’une unité », Paris, INSEE-Coopération,
Sept. 1979.
122 p.).
295
Retour au menu
analvsés ainsi aue les tendances des décisions aue les reoonsables de
l’agriculture et’de l’élevage seront amenés à prendre dans des pays
traditionnellement hantés par la famine céréalière et pour lesauels la
production directe de protéines animales restait confinée aÛ petit
élevage familial. Indirectement certes, le lait, le travail, le fumier
constituaient d’autres sources mais à une échelle sans commune
mesure avec les besoins croissants.
D’où la nécessité de nouvelles politiques et les perspectives de
nouvelles productions sur des marchés nationaux, régionaux et
internationaux dont les caractéristiques et les tendances sont examinées. Près de 200 références essentielles complètent cet ouvrage dont
on peut ainsi résumer l’objectif final : concevoir et décrire une
approche paysanne à partir de modèles de développement agricole
qui tiennent compte des contraintes et des exigences d’une recherche
intégrée en vue d’une production animale améliorée.
Le lecteur déià familier des thèses nord-américaines de I’apnroach
system et des “modèles mathématiques du développement intigré au
niveau fermier, ne sera nullement surpris par la lecture de ces
communications. Leur mérite, dans un contexte souvent méconnu en
Europe. est de faire le ooint et d’exooser la oroblématiaue d’un
développement dans 1eqÛel l’élevage est désotmais perçu’ comme
l’élément essentiel de l’activité économique régionale et non comme
un surplus fermier individuel.
IEMVT-CTA. Élevage et potentialités pastorales sahéliennes : synthèse
cartographique. Tchad, Niger, Burkina-Faso, Mali, Sénégal, Mauritanie. Pour chaque pays : 1 atlas de format 80 x 66 cm, 30 p. avec cartes
en coul. au 1/500 000 (pâturages, eau) et échelles plus petites pour les
autres thèmes, schémas, graphiques et texte.
Depuis les années 1960, de nombreuses études et enquêtes d’inventaire accompagnées de cartographies agropastorales ont été réalisées
en Afrique de l’Ouest, en particulier par I’IEMVT (environ 400).
Terminées en 1980, elles ont concerné plus de 3 500 OC0 km’. A ce
stade I’IEMVT se trouvait donc à la tête d’une documentation
importante mais disparate en raison de la variété des sujets abordés et
des différences d’échelle d’un pays à l’autre.
Un ouvrage synthétique sur les possibilités pastorales du Sahel
s’imposait donc pour répondre à la nécessité d’une diffusion cohérente de l’ensemble des acquis scientifiques vers les pays africains. II
permettrait ainsi de regrouper et d’harmoniser l’ensemble des
données recueillies pour que décideurs et bailleurs de fonds disposent
de l’ensemble des informations concernant l’élevage et son évolution.
C’est ourquoi le Centre Technique de Coopération agricole et rurale
(CTAP de W a geningen, organisme financier créé par la Convention
de Lomé pour la diffusion de l’information scientifique, et I’IEMVT
ont signé en 1984 un contrat qui prévoyait l’édition d’un ouvrage
présentant les principales composantes de l’élevage dans 6 pays du
CILSS : Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali, Sénégal, Mauritanie, sur
la portion de territoire comprise entre les isohyètes 100 et 600 mm.
Chaque pays fait l’objet d’un atlas séparé, où, après une présentation
géographique générale, les thèmes abordés se regroupent en 2
ensembles :
- alimentation des animaux : botanique, agropastoralisme,, ressources en eau, composition minérale des fourrages, utilisation par les
éleveurs ;
- thèmes vétérinaires : les races domestiques, pathologie animale,
parasitisme (glossines, tiques, helminthes) infrastructures vétérinaires.
Du point de vue méthodologique, une importante compilation de
travaux cartographiques a été réahsée, particulièrement pour ce qui
concerne l’agropastoralisme qui a fait l’objet d’une généralisation à
l’échelle du 1/500 000. Ce choix explique le format de l’ouvrage, car il
permettait l’insertion d’un maximum de données.
L’imagerie satellitaire a été utilisée dans un but d’actualisation
limitée aux principaux éléments du substrat : sables, limons, rochers.
La même approche cartographique de synthèse a été suivie par le
Bureau de Recherches géologiques et minières (BRGM) pour la
cartographie des ressources en eau. Les autres thèmes ont été
illustrés avec des cartographies originales à des échelles variant du
1/1 000 000 au 1/6 Ooo 000.
La réalisation technique et la coordination scientifique de l’ensemble
des 6 atlas est l’oeuvre du Service cartographique de 1’IEMVT (sous
la responsabilité de G. LAMARQUE,
Ingénieur cartographe) qui
s’est assuré le concours des agropastoralistes et zootechniciens de
I’IEMVT, très souvent auteurs des ouvrages de base, ainsi que celui
296
du BRGM. dont la collaboration est déià ancienne. De plus, des
structures nationales de recherche des universités et des’ services
d’élevage des pays concernés ont é& sollicités. De l’ensemble de ces
efforts 71 résulte Ün document cohérent et complet, base de réflexion
indispensable pour la surveillance continue des ressources naturelles
renouvelables, laissant apparaître les lacunes à combler pour certaines
régions.
11 intéressera les organismes nationaux de recherche et d’enseignement supérieur africains, les planificateurs, les aménageurs et les
services techniques des États. Le caractère synthétique de ces
ouvrages leur permet de s’adresser à des organismes régionaux
africains, à des agences bilatérales d’intervention, aux organismes
internationaux. Signalons enfin que les six atlas, après leur publication sénarée. seront rearouoés en un seul ouvraae avec une présentation g&térale sur chaqie thème abordé pour l’ensemble de la zone
sahélienne. Ils seront dès lors disponibles sous les deux présentations.
Déjà parus : Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali. A paraître,
fin 1989 :
Sénégal, Mauritanie. L’ouvrage complet relié.
CTA, Centre Technique de Coopération
Agricole,
« De Rietkampen
»
Galvanistraat
9, EDE Postbus 380, 6700 AJ Waeeningen
(Pays Bas).
IEMVT-CIRA fi,
10 Rue Pierre Curie, 94704 Maisons-Alfort
cédex,
France.
Tel. : (1) 43.68.88.73,
Telex 262017 F.
LEFEVRE (P. C.), DESOUTTER (D.). La fièvre catarrhale du
~
mouton (Blue tongue). Maisons-Alfort, IEMVT, 1988. 117 p. (Etudes
~
et synthèses de PIEMVT no 27).
Aucune synthèse n’existait en français sur cette arbovirose qui peut
représenter une réelle menace pour l’élevage ovin tant dans les pays
d’enzootie, si des races exotiques sont introduites, que pour certaines
régions indemnes mais où les conditions climatiques sont favorables à ~
l’apparition d’épizooties (bassin Méditerranéen
par exemple et ~
notamment les pays européens tels que le Portugal, l’Espagne ou la
Grèce). Cette monographie a pour objectif de présenter l’ensemble
des travaux, y compris les plus récents, sur le virus et l’épidémiologie.
Un chapitre détaillé fait le point sur les vaccins classiques disponibles
à l’heure actuelle ainsi que sur les orientations nouvelles en matière
de prophylaxie. La bibliographie comprend 154 références.
ORDNER (G.), LEFEVRE (P. C.). La dermatose nodulaire contagieuse des bovins. Maisons-Alfort, IEMVT, 1987. 99 p. (Etudes et
synthèses de I’DIMVT no 25).
La dermatose nodulaire contagieuse des bovins ou lumpy skin disease
des anglosaxons est une maladie virale qui a connu une extension
considérable dans les dix dernières années. Cette synthèse présente
sa répartition actuelle sur le continent africain et fait état des travaux
les plus récents en ce qui concerne notamment l’agent pathogène
(capripoxvirus impossible à distinguer du virus de la variole ovine) et
I’épidémiologie (plus particulièrement la transmission vectorielle).
La bibliographie comprend 73 références.
STORK (A. L.), LEBRUN (J. P.). Index des cartes de répartition des
plantes vasculaires d’Afrique. Complément 19351981. Supplément
19821985. Maisons-Alfort, Institut d’Élevage et de Médecine vétérinaires des Pays tropicaux, 1988. LXVII + 128 p. (Etude botanique
no 13). ISBN 2-85985-138-O. Prix : 100 F.
Ce troisième volume donne les références bibliographiques pour
toutes les cartes de répartition d’espèces de plantes vasculaires
présentes en Afrique, publiées entre 1982 et 1985 ; sont incluses dans
cette liste, établie par ordre alphabétique des noms latins, les
références antérieures portées depuis peu à la connaissance des
auteurs. Au total, on compte environ 9 240 références. Ce volume est
enrichi d’une étude originale retraçant l’histoire de la cartographie
des plantes vasculaires à l’échelle spécifique, sujet jusqu’ici peu
connu. Si la question reste posée, de savoir qui est le fondateur de la
phytogéographie, il est acquis que les premières cartes au rang
spécifique apparaissent à la fin du XVIIIème siècle ; mais elles
n’indiquent le plus souvent que des limites d’espèces. C’est à
SCHOUW que revient le,mérite d’avoir publié en 1823, les premières
véritables cartes de répartition. Ce sont ensuite les publications de
l’Institut Julius Perthes à Gotha. entre 1855 et 1860, qui ont une
grande importance. De plus, l’allemand HOFFMANN, ‘à partir de
1860, ioue un grand rôle. Cependant, avant 1880, les cartes sont rares
et elles le resteront pratiquement jusqu’en 1934. En ce qui concerne
l’Afrique il n’y a pas lieu de s’en étonner ; après tout, l’année de la
parution du premier volume de la Flora of Tropical Africa (1868), de
~
~
~ I
~
~ I
~
~
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement