Version PDF de ce document - Bulletin des bibliothèques de France

Version PDF de ce document - Bulletin des bibliothèques de France
BULLETIN DE DOCUMENTATION BIBLIOGRAPHIQUE
2e PARTIE
ANALYSES
D'OUVRAGES
FRANÇAIS
ET D'ARTICLES
ET ÉTRANGERS
PRÉPARÉES
PAR
LA DIRECTIONCHARGÉEDES BIBLIOTHÈQUES
ET DE LA LECTUREPUBLIQUE
I. LES DOCUMENTS
PRODUCTION ET REPRODUCTION
607. - DE LA MARE (Albinia). - Catalogue of the collection of medieval
manuscripts bequeathed to the Bodleian library Oxford by James P. R. Lyell.
- Oxford, Clarendon press, 1971. - 24 cm, XXXIV-466p., XLI pl. h.t.
Lorsqu'il mourut en 1949, JamesP. R. Lyell légua à la Bibliothèque Bodleienne
d'Oxford cent manuscrits à choisir dans sa collection qui en comptait alors un peu
plus de deux cent cinquante. De plus, lors du règlement de la succession, une
soixantaine d'autres manuscrits et documents d'archives furent achetés aux exécuteurs de Lyell par la direction de la Bibliothèque. C'est cet ensemble réunissant
une très grande majorité de manuscrits médiévaux - les plus anciens datent du
XIe siècle - qui est décrit dans le présent catalogue.
Bien que ces manuscrits aient été rassemblésen un court laps de temps - entre
1936 et 1946 - et pour des sommesrelativement peu élevées- Lyell ne consacrait
jamais plus de 200 livres à l'achat d'un manuscrit; les prix, hélas! ont beaucoup
augmenté depuis lors - tous présentent de l'intérêt à un titre ou à un autre. Il
faut d'abord signaler une grande variété de langues. Si la plupart des manuscrits
sont écrits en latin, il s'y rencontre toutefois des textes en anglais, en français, en
allemand, en italien, en espagnolet en portugais auxquels s'ajoutent cinq manuscrits
grecs, trois hébreux et un arabe. Parmi les textes conservésune mention particulière
doit être faite du Cartulaire de l'abbaye anglaise d'Abingdon et d'un manuscrit du
De anima et de Deo d'Honorius Augustodunensis, oeuvre dont on ne connaît qu'un
seul autre témoin. L'auteur du catalogue, Mlle De La Mare a apporté tous sessoins
à retracer l'histoire de chacun de ces manuscrits et c'est sans doute là que réside
l'un des intérêts majeurs de la collection. Pour ne donner que quelques exemples,
relevons que Lyell avait pu acquérir sept manuscrits de l'abbaye de Melk, six de
celle d'Admont, deux de celle de Lambach. Parmi les manuscrits d'origine française,
il possédait un manuscrit de l'abbaye de Royaumont et un Missel de Saint-Malo.
Un manuscrit de la Sommele Roi de frère Laurent, sans doute écrit à Bruges dans
la seconde moitié du xve siècle, pourrait avoir appartenu à William Caxton. Ce
*204
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
manuscrit a conservé sa reliure d'origine et il n'est pas le seul. La collection Lyell
compte, en effet, plusieurs autres reliures médiévales, principalement d'origine
anglaise et germanique. De plus, un manuscrit copié en 1466 par un moine de
l'abbaye Sainte-Justine de Padoue est recouvert de velours rouge et décoré sur
chaque plat d'un portrait en médaillon du cardinal Pietro Bembo.
Nous avons déjà fait allusion à la précision du cataloguepour tout ce qui concerne
l'histoire des manuscrits. Les descriptions du contenu et de la forme de chacun
d'entre eux sont elles aussi fort développées et fréquemment accompagnéesde
références à des travaux imprimés ou même à d'autres manuscrits qui permettent
soit d'identifier une oeuvre,soit de fixer la place du témoin dans une tradition textuelle. Elles sont complétéespar une illustration abondante, quarante et une planches
fournissant des fac-similés de près de la moitié des manuscrits et justifiant l'appréciation de certaines données, surtout d'ordre paléographique. A ce sujet, il faut
espérer que l'habitude qui commence à se répandre d'illustrer de fac-similés les
catalogues de manuscrits deviendra bientôt une règle malgré les incidences financières d'un tel procédé.
Pierre GASNAULT.
608. - French and Flemish illuminated manuscripts from Chicago collections.
- Chicago, The Chicago university, I969. - 28 cm, 56 p. (non paginées), ill.
en coul. et en noir.
[$ 2.50]
A l'occasion de la 44erencontre annuelle de la « Mediaeval academy of America »
tenue en avril I969 à l'Université de Chicago, fut organisée à la «Newberry library »
une exposition centrée sur quelques manuscrits à peintures du xve siècle d'origine
française et flamande conservésdans les collections publiques et privées de Chicago.
Bien que de dimension modeste, (elle ne comprenait que vingt-trois pièces), cette
exposition a été préparée avec soin et a fait l'objet d'un excellent catalogue où est
analysé avec précision le style des différents manuscrits exposés. Le catalogue
s'articule autour de quatre sections successives : enluminure pré-bourguignonne,
l'atelier de Vrelant, enluminure flamande tardive, une dernière section étant
réservée à la' France. Pour respecter la chronologie, deux manuscrits d'origine
française, un Jeu desÉchecsmoralisés,oeuvreparisienne des environs de I370-I380,
et un Livre d'heuresà l'usage de Châlons-sur-Marneont été classésdans la première
section.
Si elle ne comptait pas de pièces exceptionnelles, l'exposition a eu le mérite
de révéler quelques oeuvresintéressantes : signalons notamment la Piéta d'un livre
d'heures composite, exécuté dans l'atelier du maître de Catherine de Clèves, et les
enluminures dues à Guillaume Vrelant d'un livre d'heures de la « Newberry library »
dont deux autres fragments sont conservés à Bruxelles. Pour le domaine français,
mentionnons les illustrations d'un livre d'heures à l'usage de Rouen (Cat. n° 14)
dues à un excellent émule du Maître de Boucicaut, baptisé depuis M. Otto Pächt,
« maître de sir John Falstolf » (une liste des oeuvresactuellement connues de cet
artiste, dont l'activité se partageaentre Rouen et l'Angleterre, vient d'être récemment
publiée par M. J. J. G. Alexander dans la revue The Bodleian library record,
ANALYSES
*205
vol. VIII, 1971, pp. 249-25I). A remarquer également les peintures détachéesd'un
livre d'heures, dues à l'artiste des Heures d'Adelaïde de Savoie, du Musée Condé de
Chantilly. Contrairement à ce qui est affirmé dans le catalogue, cet enlumineur des
annéesI460-I470 n'a probablement jamais travaillé à Paris,mais en Anjou-Touraine,
comme le confirment ses affinités très nettes avec l'art du maître de Jouvenel des
Ursins. Signalons enfin aux rédacteurs du catalogue que la main de l'artiste qualifiée
par eux de « bourdichonesque » du livre d'heures exposé sous le n° I9, se retrouve
dans deux autres livres d'heures, l'un conservé à la Bibliothèque nationale (ms
lat. I202) le second ayant figuré à la seconde partie de la vente de la Collection
Dyson Perrins (Sotheby, Ier déc. 1959, lot 85). La meilleure oeuvre de cet artiste
est un manuscrit de saint Bernard (Bibl. nat., ms. fr. 9I6) copié en 1474 pour
Jacques d'Armagnac, duc de Nemours.
Du point de vue de la méthode, les rédacteurs des notices et des « chapeaux »
introduisant chaque section, ont été manifestement influencés par la pensée du
Pr Delaissé le
: résultat est, nous l'avons dit, excellent. Regrettons cependant qu'ils
aient repris à leur compte certaines idées trop systématiques et peu convaincantes
de cet auteur, tendant à opposer le « maniérisme » et la sophistication des artistes
français au naturalisme direct et sans artifice qui serait le propre du tempérament
flamand, ou pour mieux dire, néerlandais. Plus de nuance dans le jugement serait
préférable.
François AVRIL.
609. - KOLB (Albert). - Bibliographie des französischen Buches im 16. Jahrhundert : Druck, Illustration, Einband, Papiergeschichte. Neuerscheinungen 19651970 und Nachträge aus früheren Jahren. - Wiesbaden, O. Harrassowitz,
I97I. - 25 cm, XVI-I33 p. (Beiträge zum Buch- und Bibliothekswesen. Bd 16.)
[44 DM.]
Nous avons rendu compte en son temps 1 de la monumentale bibliographie que
M. Kolb consacrait, en 1966, au livre français du XVIe siècle; nous avons alors présenté le plan de l'ouvrage et réfléchi sur plusieurs aspects de son contenu. Depuis
ces cinq dernières années,alors que l'usage nous permettait d'apprécier les grandes
qualités de ce répertoire, de nouvelles publications voyaient le jour en ce domaine.
Aussi M. Kolb a-t-il eu l'heureuse idée de rédiger un supplément à sa bibliographie,
afin de fournir aux chercheurs une documentation à jour, et de combler les quelques
lacunes inévitables du premier volume.
Ce supplément contient 740 notices, réparties selon le même plan que dans
l'ouvrage principal. Il se compose donc de deux parties essentielles. La première
rassemble les études générales sur l'imprimerie et les répertoires bibliographiques,
classés par matières; la seconde répartit les études locales par provinces et par
villes. Un ensemble de tables facilite l'utilisation de l'ouvrage : index des auteurs,
table alphabétique et table topographique des imprimeurs et des libraires, index des
I. Voir : Bull. Bibl. France, IIe année, N°
5, mai
1966, pp. *377-*379,
n° II02.
*206
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
matières. La présentation n'a pas été modifiée; les notices sont claires et bien détachées ; le cas échéant, elles sont accompagnées d'une brève analyse.
En feuilletant ce répertoire, on découvre sa richesse documentaire, et on peut se
rendre compte de l'orientation de la recherche contemporaine en bibliologie. On
s'aperçoit ainsi que grandit très vite la part des réimpressions et des reproductions
d'ouvrages épuisés : 175 références sur 740. Comme les autres références renvoient
en majorité à des articles de périodiques, on voit combien est faible la part des
ouvrages originaux. Certes, il n'est pas question de nier l'intérêt de ces reproductions,
ni de sous-estimer les services qu'elles rendent aux nouvelles bibliothèques et à la
génération actuelle de chercheurs. Mais les ouvrages réimprimés sont souvent
anciens; depuis leur publication, bien des progrès ont été réalisés en bibliologie;
en les reproduisant tels quels, on ignore délibérément ces progrès et on court le
risque de scléroser la recherche. C'est justement ce qu'a voulu éviter M. Kolb
en donnant un supplément à un ouvrage pourtant récent et excellent. Qu'il en
soit remercié.
Albert LABARRE.
6I0. -
LAROCHE (Emmanuel).
I97I. -
24 cm, XII-275 p.
-
Catalogue des textes hittites...
-
Klincksieck,
(Études et commentaires. 75.)
Dans sa Préface, l'auteur indique que ce Catalogue des textes hittites est la refonte
d'une esquisse parue il y a plus de dix ans dans la Revue hittite et asianique
fasc. 58-62. Le nouveau Catalogue, enrichi par les éditions récentes de textes,
regroupe quelque 684 numéros (alors que l'ancien en contenait 628) qui sont répartis
selon des sections qui forment les chapitres suivants: I. Textes historiques; 2. Textes
administratifs
et techniques;
3. Droit;
4. Textes scolaires; 5. Mythologie;
6. Hymnes et prières; 7. Rituels; 8. Administration
religieuse; 9. Divination;
I0. Fêtes et cultes; II. Langues étrangères; 12. Littérature suméro-akkadienne;
13. Varia.
Chaque groupe est lui-même cloisonné, serrant ainsi de près une documentation
très diversifiée. Ainsi l'auteur, sous la rubrique « Textes historiques » différencie-t-il
les textes antérieurs à l'Empire, les textes impériaux, les textes d'époque incertaine,
les lettres, enfin, les fragments historiques. Chaque document porte un numéro
d'ordre et les additions pourront être insérées sans difficulté par les utilisateurs
entre chaque section et dans chaque chapitre car l'auteur a pris la précaution de
réserver dans tous les cas des numéros vacants. Cette numérotation simple était
nécessaire en raison de très précieux « Tableaux de concordance », entre les inventaires et les éditions, placés en fin de volume. Ceux-ci permettent de retrouver sans
difficulté les références cherchées.
Il reste encore à signaler le quatorzième chapitre de l'ouvrage, intitulé « Débris
de fichier ». L'auteur reprend la catégorie « Bibliothèque » appartenant à la division
« Textes administratifs et techniques ». Les tablettes rangées à cet endroit recèlent
les restes du répertoire antique et contiennent des centaines de titres. Nous trouvons
ainsi aux p. I54-I92, une transcription provisoire et une traduction des exemplaires
les mieux conservés. La consultation de l'antique fichier de Hattusa (l'actuelle Bo&jadnr;az-
ANALYSES
*207
köy, Turquie) nous permet ainsi de mieux connaître les préoccupations immédiates
du peuple hittite et les genres littéraires qui prévalurent en cette cité. De plus, elle
nous donne une idée des méthodes et des soins que prodiguèrent ces lointains
bibliothécaires à leurs collections.
Nous devons enfin louer l'auteur pour son travail, ingrat certes - il le note luimême - mais combien utile aux jeunes chercheurs.
Michel VALLOGGIA.
6II. -PAULHART(Herbert). - Mittelalterliche Bibliothekskataloge Österreichs
hrsg. von der Österreiehischen Akademie der Wissenschaften. V. Bd. Oberösterreich. - Wien, H. Böhlau, 1971. - 24,5 cm, I60 p.
Avec le présent volume consacré à la province de Haute-Autriche se termine la
publication des documents de l'époque médiévale relatifs aux bibliothèques d'Autriche 1. Il comprend l'édition commentée de vingt-six textes dont les dates s'échelonnent entre le XIe et le xve s. Il s'agit le plus souvent d'inventaires plus ou moins détaillés
de bibliothèques, mais aussi de mentions de dons ou de legs de manuscrits et également de la liste des livres lus par un moine de Mondsee vers le milieu du xve s.
Presque tous ces documents concernent des établissements religieux (abbayes,
couvents, chapitres). Il a été possible d'y joindre l'inventaire, datable du milieu du
xve s., de la bibliothèque d'Elisabeth de Volkenstorff, personnagemalheureusement
assezdifficile à identifier avec précision. Cet inventaire rédigé en allemand énumère
une quarantaine d'ouvrages (textes bibliques et commentaires, vies de saints, manuels
de droit, chansons de geste et romans de la Table ronde, chroniques) et fournit
un témoignage sur la culture des laïcs à la veille de l'apparition du livre imprimé.
Un certain nombre de manuscrits signalés dans les documents ici publiés sont
parvenus jusqu'à nous. C'est pourquoi on peut regretter que les responsables, en
fixant les règles de cette collection, ne se soient pas astreints à les identifier systématiquement. Il est vrai que pour y parvenir avec plus de sûreté, il aurait été nécessaire de publier non seulement les inventaires de l'époque médiévale, mais aussi
ceux de l'âge moderne souvent plus précis et que certains manuscrits ne sont plus
conservés dans les limites actuelles de l'Autriche; ainsi la Bibliothèque nationale
et universitaire de Strasbourg possèdeplusieurs manuscrits de l'abbaye de Ranshofen. Il n'empêche que l'on comprend difficilement l'absence d'une liste des manuscrits cités dans l'index qui termine le présent ouvrage.
Pierre GASNAULT.
I. Le tome premier était paru, rappelons-le, en I9I5. Nous avons déjà rendu compte
du t. IV dans Bull. Bibl. France, I2e année, N° 8, août 1967, pp. *654-*655, n° I976 et du
supplément au t. I dans Bull. Bibl. France, I5e année, N° I, janv. I970, p. *61, n° 174.
*208
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
612. - PREISIGKE (Friedrich).
Griechische Papyrus der... Universitätsund
Landesbibliothek zu Strassburg... - Leipzig, Zentralantiquariat,
1969. - 30,5 cm,
2 parties en I vol., II-252 et IV-88 p., fig. dans le texte, 14 pl. h.-t. (Réimpr. I9I2
et 1920.)
Nous avons eu l'occasion, il y a quelques années, d'exposer dans le Bulletin 1
les étapes qu'a traversées jusqu'à présent la publication du fonds des papyrus grecs
de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg. Trois noms, successivement, sont attachés aux divers moments de ce grand travail encore inachevé, ceux
de Friedrich Preisigke pour les 125 premiers numéros, de Paul Collomp pour les
nos 126-168, et de Jacques Schwartz pour les nos 169-300 - édités à Strasbourg
en 1963 - ainsi que pour la suite (car ce dernier savant a, depuis lors, publié à
plusieurs reprises, par groupes d'une vingtaine, dans le Bulletin de la Faculté des
lettres de Strasbourg, des papyrus portant les numéros d'ordre 30I et suivants).
La tranche traitée par P. Collomp et ses élèves a vu le jour à Paris en 1948. En
ce qui concerne le début de la série, les deux parties dues à F. Preisigke étaient depuis
longtemps introuvables et avaient été insuffisamment diffusées en dehors d'Allemagne, notamment en France. Aussi convient-il d'accueillir favorablement l'initiative du « Zentralantiquariat » de la République démocratique allemande, qui réédite
en un seul volume, sans apporter aucun changement au texte, les deux tomes de
Preisigke. Rappelons que la matière du tome I (P. Strasb. I à 80) avait d'abord paru
à Strasbourg en plusieurs fascicules, à partir de I906, avant d'être reprise en un
volume édité à Leipzig en I9I2, par les soins de la « J. C. Hinrichs'sche Buchhandlung » ; le texte était accompagné de 14 planches reproduisant dix-sept papyrus.
Quant au tome II (P. Strasb. 8I-I25), c'est en I920 qu'il fut publié par le même
éditeur de Leipzig; il ne comporte pas de planches hors-texte. Il faut noter que les
deux volumes offrent, dans le texte, pour la plupart des documents, des spécimens
de l'écriture, sous forme de fac-similés de quelques lignes. Dans la réimpression
de I969, on a reporté les planches du tome I après le tome II.
Les P. Strasb. I à 125 ne comptent parmi eux aucun papyrus littéraire (il en est
de même pour les P. Strasb. I26 à 300), mais de nombreuses variétés de papyrus
documentaires sont représentées dans la collection. Chronologiquement,
ces documents s'échelonnent du IIIe siècle avant J.-C. jusqu'aux débuts de la période arabe.
Les excellents index systématiques de Preisigke, placés à la fin de chacun des deux
tomes, facilitent l'étude de cette admirable publication, que l'on est heureux de voir
commencer, sous une présentation plus commode, une seconde carrière.
Charles ASTRUC.
I. Voir : Bull. Bibl. France, I0e année, N° 5, mai I965, pp. *33S-*339, n° 944.
ANALYSES
613. - Répertoire bibliographique
8e livraison. 27. Caen (4e partie);
Baden-Baden, Valentin
phica Aureliana, IXL).
Koerner,
*209
des livres imprimés en France au XVIe siècle 1,
I30. Rouen (Ire partie) par Pierre Aquilon. I97I. --
25 cm, 60 p. (Bibliotheca
Bibliogra[D. M. 40]
Caen et Rouen ont été au XVIe siècle, en dehors de Lyon, parmi les villes de province, celles où l'activité typographique a été la plus remarquable. L'ouvrage classique de Léopold Delisle, son Catalogue des livres imprimés ou publiés à Caen avant
le milieu du XVIe siècle, constituait pour M. Aquilon une excellente base de départ.
Ce fascicule décrit 53 volumes imprimés par ou pour le libraire Robert Macé (1498I507) et un volume publié pour Guillaume Tuveel, en 1521. Les recherches que
M. Aquilon poursuit avec méthode dans les bibliothèques françaises lui ont permis
de retrouver un ouvrage qui avait échappé à l'enquête de L. Delisle, le Doctrinale
florum de Stephanus Marcil (1503).
La partie la plus importante de ce répertoire est consacrée à des imprimeurs de
Rouen et s'ouvre avec la production de Guillaume Gaullemier, en I502. Parmi les
notices les plus intéressantes, on relève celle consacrée au « Maître J. G. », qui serait
Jacques Le Gentil selon Claudin, ou Jean Goupil, d'après Lepreux; celle aussi
concernant Abel Clémence sur lequel les travaux de George Clutton et de H. de la
Fontaine Verwey avaient attiré l'attention.
On souhaite que M. Aquilon dont les descriptions des pages de titre sont très
précises nous donne bientôt la suite de ce travail qui permettra
la production des imprimeurs de Rouen et de Caen.
de mieux connaître
Louis DESGRAVES.
614. -- SAWYER(Frederick C.). -- A Short history of the libraries and list of manuscripts and original drawings in the British Muséum (Natural History) (in : Bulletin
of the British Museum (Natural History), Historical series, vol. IV, n° 2, I97I,
79-204, portr.).
La bibliothèque du « British Museum (Natural History) » dont le premier noyau
fut constitué par les collections de livres de Sir Hans Sloane et Sir Joseph Banks,
n'eut d'existence autonome qu'à partir du moment (I880) où les collections de
sciences naturelles du « British Museum », séparées des autres, furent déménagées
de Bloomsbury vers leur emplacement actuel de South Kensington. B. B. Woodward,
qui les avait accompagnées, fut le premier responsable de la nouvelle bibliothèque
ainsi créée et le resta quarante ans, jusqu'en I920. B. H. Soulsby lui succéda et
fut remplacé à son tour en I930 par A. C. Townsend, tragiquement disparu en 1964.
Les divers départements du Museum :
Botanique, Minéralogie, Paléontologie,
Zoologie, Entomologie (depuis 1935), possèdent eux-mêmes d'importantes bibliothèques utilisant des méthodes de classement assez diverses; celles de Minéralogie
et de Botanique, par exemple, emploient la C.D.U. Tout cet ensemble - bibliothèque centrale (ou : « General library
») et bibliothèques
de départements -
I. Voir : Bull. Bibl. France, I6e année, N° 6, juin 1971, p. *535, n° I508.
s'est
*2I0
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
considérablement accru depuis la fin du siècle dernier, grâce à l'effort des trois
hommes nommés ci-dessus et de quelques autres, au premier rang desquels doit
figurer Ch. D. Sherborn, le grand bibliographe qui débuta à quatorze ans comme
vendeur dans une librairie de New Bond Street, à 7 shillings par semaine. D'importantes publications ont jalonné cet effort : citons d'abord le Catalogue of the books,
manuscripts, maps and drawings, dont les 8 volumes, publiés de I903 à I940, sont
universellement
considérés comme un excellent instrument de travail; puis le
Catalogue of the works of Linnaeus... preserved in the libraries of the British Museum,
monument de l'érudition bibliographique
paru en I929; enfin, tout récemment,
en I968, la List of serial publications in the British Museum (Natural History)
library 1,
répertoire d'environ I2 500 titres dont nous avons rendu compte ici-même.
Le présent répertoire de manuscrits et dessins originaux est trop sommaire pour
être mis en parallèle avec ces grands ouvrages. Il rendra cependant de réels et de
fréquents services puisqu'il englobe les pièces conservées non seulement dans la
« General library » du British Museum (Natural History) », mais dans celles des cinq
départements, du « Zoological museum » de Tring et du « Directorate ». Les notices
y sont disposées en une seule série, dans l'ordre alphabétique des noms des auteurs
ou des artistes. Ces noms sont accompagnés des dates de naissance et de décès.
La description des documents, limitée à quelques lignes, est très sommaire.
Yves LAISSUS.
615. - SCHEFFLER(Walter) et FIEGE (Gertrud). Buchumschläge I900-I950,
aus der Sammlung Curt Tillmann. [Vorwort von Bernhard Zeller.] - Marbach
am Neckar, Schiller Nationalmuseum, 1971. - 20,5 cm, 235 p., fig., pl.
Libraire à Mannheim, Curt Tillmann avait réuni une importante collection de
couvertures illustrées de livres, qui a été presque entièrement détruite par les bombardements de 1944. Sans se décourager, il a recommencé son oeuvre, et sa collection
rassemble aujourd'hui 70 000 couvertures illustrées et jaquettes de livres, ainsi
que 3 500 projets et esquisses. Acquise en I964 par le Musée Schiller à Marbach
sur le Neckar, cette collection est largement ouverte aux chercheurs; elle a déjà
servi de base à plusieurs travaux, comme l'étude de G. K. Schauer dont nous avons
rendu compte ici-même 2.
Pour mieux la faire connaître au public, le Musée Schiller a organisé une exposition qui en présente un choix nécessairement limité (535 pièces), mais caractéristique. Comme la collection Tillmann est surtout consacrée au livre allemand, c'est
la couverture illustrée dans l'Allemagne de I900 à I950 que cette exposition a
choisie pour thème; ce qui n'empêche pas d'y voir apparaître les noms de Chéret et
de Steinlen. Son plan est systématique; après avoir évoqué la pré- et la protohistoire
de la couverture illustrée, il en présente les fonctions : publicité et collections; puis
I. Voir : Bull. Bibl. France, I3e année, N° II, nov. I968, p. *824, n° 2309.
2. Voir : Bull. Bibl. France, 9e année, N° I, janv. 1964, pp. *15-*16, n° I60.
ANALYSES
*2II
une recherche de typologie classe les couvertures en publicitaires, décoratives et
illustratives ; enfin, les thèmes et la forme sont étudiés par des exemples appropriés.
Le catalogue rédigé pour cette exposition dépasse évidemment les besoins de sa
visite. Il demeurera un excellent instrument de travail pour l'étude des couvertures
illustrées, tant par le choix judicieux qui est fait ici que par la qualité des introductions
et des notices. A cela s'ajoute une illustration abondante : 26 reproductions dans le
texte et 92 hors texte. Enfin une annexe d'une soixantaine de pages donne une liste
précieuse des illustrateurs de couvertures représentés dans l'ensemble de la collection Tillmann, avec le nom des éditeurs pour qui ils ont travaillé et la date de leurs
oeuvres. Cet intéressant catalogue est recouvert d'une couverture dessinée pour la
circonstance par Hap Grieshaber.
Albert
LABARRE.
616. - STALLA (Gerhard). Bibliographie
der Ingolstädter
Drucker des 16.
Jahrhunderts. I. Lief. - Baden Baden, V. Koerner, I97I. - 25 cm, 79 p. (Bibliotheca bibliographica Aureliana, 34.)
[D. M. 40]
La Bibliotheca bibliographica Aureliana s'est spécialisée dans l'étude et le recensement de la production imprimée du XVIe siècle. Parmi d'autres publications, on y
remarque l'Index Aureliensis, qui essaie
époque, et le Répertoire bibliographique
dont neuf fascicules sont déjà parus.
C'est maintenant la première livraison
au public, celle des éditions d'Ingolstadt
de rassembler toutes les éditions de cette
des impressions françaises du XVIe siècle 1
d'une nouvelle bibliographie qui est offerte
au XVIe siècle. Cette ville bavaroise était le
siège d'une université depuis 1472, et l'imprimerie y apparut en 1484. Une introduction historique présente brièvement l'activité et le matériel des imprimeurs du xve
et du XVIe siècle. Ce fascicule décrit ensuite les 273 éditions des quatre premiers
d'entre eux. Si l'on ne connaît qu'une édition d'Hartmann Biber (1505), on en a
conservé quarante d'Andreas Lutz (1519-1524). Peter Apianus était un personnage
original, car il était d'abord mathématicien, géographe et astronome; mais il avait
ouvert avec son frère Georg, une imprimerie qui produisit une quarantaine d'éditions de 1526 à I540. Outre ses propres oeuvres, Apianus publia des ouvrages concernant les mêmes disciplines, et aussi des traités de l'adversaire de Luther, Jean Eck,
qui était professeur à l'Université
d'Ingolstadt. Au temps de la Réforme, la ville
était en effet restée fidèle à la foi catholique, l'université devenait un centre de la
Contre-Réforme, et ce mouvement orientait la production des presses locales. Cela
se manifeste très bien à travers les I90 éditions que publia Alexandre I Weissenhom,
de 1539 à 1549, et qui sont d'un grand intérêt pour la connaissance des débuts de
la Réforme catholique.
Les descriptions sont faites de la manière habituelle : transcription du titre et du
colophon avec coupures de lignes, collation, avec foliotation et indication des signatures. Les localisations d'exemplaires renvoient surtout à des bibliothèques alle-
I. Voir : Bull. Bibl. France, I6e année, N° 6, juin I97I, p. *535, n° I508.
*212
BULLETIN
DE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
mandes; le catalogue du « British Museum
» a pourtant été dépouillé,mais celui de
la Bibliothèque nationale semble ignoré. Les notices se terminent par des références, et le cas échéant, par de brèves annotations.
Albert LABARRE.
617. - VORSELMAN (Gheeraert). Eenen nyeuwen coock boeck... uitgegeven
en van commentaar voorzien door Elly Cockx-Indestege. - Wiesbaden, G. Pressler, I97I. --
25,5 cm, 284 p., fac-sim.
[Rel. 198 DM.]
Les fonctions les plus nobles du livre ne doivent pas faire oublier les services qu'il
rend dans les tâches plus humbles. Les livres à usage domestique ont d'ailleurs
suscité un intérêt que manifestent des recherches bibliographiques
nombreuses
sur les livres de cuisine, et l'appétit que ce type d'ouvrage a éveillé chez les collectionneurs.
Quelques livres de cuisine ont même fait l'objet de reproductions anastatiques,
mais M. Cockx-Indestege nous offre ici une publication d'un intérêt bien supérieur,
puisqu'il s'agit de l'édition critique d'un vieux livre de cuisine flamand, précédée
d'une introduction ample et solidement documentée.
Eenen nyeuwen coock boeck a été imprimé à Anvers, en I560, par la veuve Hendrik
Peeterssen. On n'en connaît plus qu'un seul exemplaire, qui est entré il y a quelques
années à la Bibliothèque du Congrès de Washington avec la collection Rosenwald,
après avoir appartenu à des bibliophiles belges. Dans l'introduction,
l'éditeur étudie
d'abord l'impression de l'ouvrage, ainsi que la destinée du bois gravé qui orne
la page de titre et que l'on trouve déjà dans un ensemble d'autres livres de cuisine,
allemands notamment. Il présente l'auteur, Gheeraert Vorselman, médecin d'Anvers,
ce qui ne veut pas dire que le livre soit un ouvrage de diététique. C'est bien un livre
de cuisine traditionnel, comme le montre l'analyse minutieuse du contenu de ses
16 chapitres; on y trouve des conseils généraux et environ 500 recettes qui sont
caractérisées par d'énormes quantités de viandes, d'oeufs et de condiments, et par
la grande diversité des soupes, potages, sauces et brouets. L'éditeur recherche
ensuite les sources où Vorselman a puisé une bonne partie de ses recettes : Platina,
Martino, Taillevent etc., et il matérialise cette recherche par un tableau comparatif
détaillé des recettes de Vorselman, tableau qui révèle combien de fois et pour quelles
recettes il a consulté ses prédécesseurs. L'éditeur consacre enfin quelques pages à
des remarques lexicographiques sur le vocabulaire de l'ouvrage et sur des termes peu
connus, puis il explique sa façon d'éditer le texte.
Celui-ci se complète d'un glossaire qui renvoie au nom des matières et des ingrédients entrant dans les recettes, à la dénomination de ces recettes, aux poids et
mesures, et aux termes qui ne figurent pas dans les dictionnaires d'ancien néerlandais. Le titre, quelques pages de l'ouvrage, et le titre de cinq autres ouvrages voisins
sont reproduits en fac-similé. Une bibliographie de I70 références témoigne des
recherches bibliographiques
et philologiques poussées que l'éditeur a dû mener,
ainsi que de l'intérêt qui a déjà été porté aux livres de cuisine. Enfin, des résumés
en français, en anglais et en allemand permettent à un public plus large d'apprécier
ANALYSES
la saveur de ce texte et de profiter
dont l'éditeur l'a entouré.
de l'intérêt
*2I3
documentaire
de l'appareil
Albert
critique
LABARRE.
TRAITEMENT ET CONSERVATION
INFORMATIQUE
618. BUREAU INTERGOUVERNEMENTAL
POUR L'INFORMATIQUE. Rome. The
International directory of computer and information system services... - London,
Europa publications. - 25 cm.
2nd ed. 1971. - x-475 P.
[£ 4.]
Il est inutile de décrire à nouveau cet annuaire commode et bien fait des entreprises
et administrations de « Service à façon » d'ordinateurs dans le monde entier puisque
la Ire édition, I969, a été présentée en détail ici 1, et qu'il n'y a pas de différences
de forme entre les deux éditions, si ce n'est quelques variantes peu importantes
dans le sous-classement. L'édition 1971 comporte un plus grand nombre de notices
pour chaque pays et surtout un certain nombre de pays nouveaux, ou tout au moins
nouvellement venus à l'informatique :
Bulgarie, Ceylan, Indes occidentales, Indonésie, Islande, Irak, Malawi,
Malaisie,
Maurice,
Tanzanie,
Viet-Nam.
Marie-Thérèse
LAUREILHE.
6I9. - CHECROUN(Alain) et ROCHE (Claude). - Les Langages de programmation.
Le BASIC et le temps partagé. - Dunod, I970. - 27 cm, XII-I32 p. (Université
et technique).
Ouvrage concernant l'utilisation à distance et en temps partagé des ordinateurs.
Cette utilisation se fait en mode conversationnel, par l'intermédiaire d'un langage
de programmation évolué : le BASIC, permettant le dialogue avec la machine. Les
notions principales qui interviennent dans la conception et l'utilisation des ordinateurs sont présentées sur des exemples.
L'ouvrage est divisé en quatre parties : I. Description de la structure interne d'un
ordinateur fictif élémentaire et procédé d'utilisation; pour cela, on définit les notions
de programme, de décomposition d'un problème avec des algorithmes et des organigrammes, de langages machines et de langages évolués. 2. Définition des notions
d'interruptions
et des notions de système d'exploitation
des ordinateurs, surtout
l'exploitation en temps partagé (time-sharing) en particulier le système utilisé par
BULL - G.E. 3. Le langage BASIC (« Dartmouth College », « General Electric »)
qui est adapté au temps partagé. 4. Problèmes et exercices dont certains avec
solution.
Niveau : utilisateur
d'un terminal avec compilation BASIC, pas de formation
particulière.
Philippe
VASSEUX.
I. Voir : Bull. Bibl. France, I4e année, N° 9-I0, sept.-oct. I969, pp. *757-*758, n° 2I72.
*214
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
620. - Computer programs in science and technology. Vol. I. N° I. - New York,
Sciences associates international, July I97I →. --28 cm (trimestriel).
[Abonnement
Ce périodique
est destiné à fournir
des renseignements
annuel $ 95; £
40.]
sur les programmes
susceptibles d'intéresser les scientifiques, les chercheurs, les techniciens et les
ingénieurs. Chaque programme fait l'objet d'une notice comportant le nom de
l'organisme éditeur, le nom de l'auteur, le titre, la date, une description générale,
les caractéristiques du hardware et du software, le moyen de se le procurer, le prix,
le responsable auquel on peut s'adresser pour avoir des renseignements supplémentaires. Un index alphabétique des organismes éditeurs et un index alphabétique
de matières facilitent les recherches. Chaque fascicule comporte, en outre, une
bibliographie internationale des articles, rapports et ouvrages concernant les programmes scientifiques.
Il faut préciser que plusieurs programmes décrits dans le Ier fascicule de ce
périodique intéressent directement les bibliothèques et les centres de documentation car ils concernent le stockage et la recherche automatique de l'information,
la confection automatique d'index, la réalisation de catalogues collectifs, l'obtention
de statistiques, la gestion des périodiques, etc.
Yvonne
GUÉNIOT.
62I. - DAWSON (Clive B.) et WooL (Thomas C.). - From bits to if's. An introduction to computers and Fortran IV. - New York, Harper and Row, I97I. -- 20 cm,
164 p., fig.
Ce manuel se compose de deux parties d'importance très inégale. Dans la première partie réduite à trente pages, les auteurs présentent sommairement les notions
fondamentales indispensables à la compréhension du fonctionnement d'un ordinateur. Cette introduction est complétée par une description, illustrée de photographies, des principaux organes constituant une installation classique.
Le reste de l'ouvrage est consacré à la présentation du langage FORTRAN. Les
règles d'écriture des expressions arithmétiques et des diverses instructions (entréesortie, itération...), sont examinées avec le plus grand soin et sont illustrées par de
nombreux exemples. On accorde une importance toute particulière à l'écriture
des sous-programmes et à leur utilisation pratique.
De nombreux exercices et problèmes d'application dont les solutions sont données
en appendice, permettent au lecteur de contrôler sa progression. Quelques références
bibliographiques renvoient à des ouvrages plus complets. Pour conclure, et sans
contester ni l'utilité ni la qualité de ce travail, nous reprocherons aux auteurs
d'avoir écrit dans la préface qu'il s'agit des principes et applications des « computer
systems », sujet sans conteste plus vaste que la programmation
en FORTRAN.
Michel
DUPLESSY.
ANALYSES
622. - FREY (Arthur A.). - Wie werden
Eine kritische Beleuchtung der Erfahrungen
Verlag Industrielle
Organisation,
I970. -
*2I5
Computer wirtschaftlich
eingesetzt ?
in den letzten I0 Jahren... - Zürich,
21 cm, 132 p.
[24 FS]
Ce petit ouvrage est une étude de l'expérience acquise dans le domaine de l'introduction des ordinateurs dans les entreprises, fondée sur l'analyse d'un certain
nombre de statistiques et le dépouillement de questionnaires envoyés à des firmes
industrielles et commerciales.
L'auteur passe successivement en revue la phase de planification, la phase de
préparation et la phase d'installation.
La deuxième partie de l'ouvrage étudie les répercussions de l'installation
de
l'ordinateur sur le fonctionnement de l'entreprise.
La conclusion de l'auteur est assez pessimiste puisqu'il constate que la plupart
des ordinateurs installés sont mal utilisés, tant à cause de l'absence de toute étude
préalable, qu'à cause du manque d'imagination
et du manque de personnel qualifié.
des utilisateurs,
de leur pusillanimité
Jacques HEBENSTREIT.
623. - GITEAU (Cécile). - Manuel de catalogage : auteurs-titres... -École
nationale
supérieure des bibliothèques, 1971. - 2 vol., 21 X 30 cm, 246 p., fac-sim., tabl.
I. [Généralités, exemples commentés, annexes, exercices.]
2. Corrigés des exercices.
Le Bulletin des bibliothèques de France a souvent présenté à nos collègues des
manuels de catalogage anglais, américains, espagnols, italiens, mais très rarement
des français, les futurs bibliothécaires n'ont à leur disposition que le volume Bibliothèques, traitement, catalogage..., en principe destiné aux candidats au C.A.F.B. La
lacune est maintenant comblée et notre collègue Cécile Giteau vient de publier, pour
l'École nationale des bibliothèques, un très bon manuel. L'auteur a repris un ouvrage
antérieur, que connaissent bien tous ceux qui ont eu à préparer des candidats aux
examens, Travaux pratiques de catalogage, en l'élargissant et en le rendant plus
pratique. La présentation matérielle a été très améliorée, les fiches sont reproduites
en fac-similé à grandeur, la typographie soignée contribuera à rendre l'ouvrage
clair, des onglets facilitent les recherches, détails matériels très appréciables.
Le premier volume est divisé en 4 parties : Généralités, donnant la disposition
des éléments de la fiche avec brève bibliographie des outils du catalogueur; la partie
la plus longue, exemples commentés, examine un grand nombre de cas typiques.
Des fac-similés de pages de titre sont donnés à gauche; à droite, sur deux colonnes,
les fiches sont présentées avec un commentaire qui examine tous les cas voisins.
Ouvrages simples, auteurs individuels
et multiples, collections, extraits, thèses,
ouvrages en plusieurs volumes, anonymes, titres de regroupement, vedettes de
forme, collectivités-auteurs et ouvrages en langues étrangères sont présentés, traités
et commentés.
La partie intitulée « annexes » traite sommairement des vedettes d'auteurs, indique
les particules qu'il faut, ou ne faut pas, rejeter, donne le traitement des noms compo25
*216
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
sés, de ceux posant des problèmes particuliers, ecclésiastiques, souverains, auteurs
médiévaux, latins, grecs, de ceux écrivant sous un pseudonyme. Les principaux
pièges tendus par les adresses sont également passés en revue; quelques tableaux
très utiles d'abréviations, formats, caractères gothiques, etc... et quelques notes
pour l'intercalation,
terminent cette partie essentiellement pratique.
Le tome se termine par 60 pages d'exercices, fac-similés de pages de titre et de
pages caractéristiques d'ouvrages. Le tome II donne les corrigés commentés en
détail. Utilisé depuis plusieurs années à l'étranger, ce procédé pédagogique l'est, à
notre connaissance, pour la première fois en France. Nous devons insister sur
l'excellence du choix des exemples, en particulier tous ceux qui concernent les
ouvrages émanant de collectivités publiques parfois difficiles à traiter. Cécile Giteau
enseigne le catalogage depuis de nombreuses années, elle fait bénéficier de sa grande
expérience ses collègues qui ont à former des élèves, et ces derniers posséderont
un bon instrument de travail. L'ouvrage permettra en outre à beaucoup de bibliothécaires de se recycler, il sera apprécié, car si bon catalogueur que l'on soit, on
se pose toujours des problèmes; écrit avec des vues nouvelles, l'ouvrage de Cécile
Giteau aidera à les résoudre.
Ceux qui font passer examens et concours savent que le premier manuel de
Cécile Giteau, Travaux pratiques de catalogage était apprécié particulièrement
des
candidats qui en faisaient de nombreuses citations à leurs examinateurs en l'appelant
« Le Giteau », gloire suprême pour son auteur! Désormais le Manuel de catalogage
connaîtra cette même gloire et sera « Le Giteau » si apprécié de tous.
Marie-Thérèse
LAUREILHE.
624. - GUTTROPF
(Walter) et STRICKER
(Ulrich). - Fortran mit Pfiff. Bd 2. Indizierte Variablen und weitere Ergänzungen zur Programmiersprache Fortran IV.
- Mainz, Krausskopf, 1971. - 24 cm, 128 p., ill.
Le tome 2, consacré aux variables indicées, aux tableaux et à la boucle DO,
commence par un exercice de récapitulation sur le contenu du tome I.
L'ouvrage, très détaillé, donne un nombre considérable d'exemples entièrement
traités avec reproduction du listing, des cartes et des résultats.
Un glossaireet un tableau des instructions FORTRANainsi qu'une brève bibliographie terminent cet ouvrage d'initiation facile à lire, très clairement rédigé et
dont les illustrations humoristiques racontent les aventures de M. Pfiff.
Jacques HEBENSTREIT.
625. - IMMROTH(John Phillip) et DAILY (Jay E.). - Library cataloging, a guide
for a basic course... - Metuchen (N.J.), Scarecrow press, 1971. - 2I,5 cm,
202 p., fig., bibliogr.
Les changementsapportés aux règles de catalogagepar les essaisde normalisation
de celui-ci sur le plan international et par l'intervention de plus en plus fréquente
ANALYSES
*217
de l'ordinateur qui oblige à revoir certaines conceptions, ont rendu nécessaire la
confection de nouveaux manuels de catalogage. Le Bulletin des bibliothèquesde
France a présenté plusieurs d'entre eux. Le dernier reçu des États-Unis est dû à
nos collègues J. P. Immroth et J. E. Daily, tous deux professeurs de bibliothécologie à l'Université de Pittsburgh.
Il se divise classiquement en deux parties : catalogagedes auteurs et catalogage
par sujets. Chacune est divisée en chapitres, et chacun de ceux-ci divisés selon un
plan constant, introduction, plan détaillé, bibliographie, questions et exercices,
annexes,le plus souvent modèles de fiches.
La simple lecture du livre suffit à nous convaincre qu'il ne suffirait pas à former
un catalogueur, ce n'est pas un manuel général, mais un complément à un enseignement, c'est d'ailleurs ainsi que les auteurs le présentent : « Le but de ce guide est
d'aider l'étudiant bibliothécaire débutant à comprendre l'organisation des moyens
de la bibliothèque. Il a été établi pour être utilisé avec le premier cours de catalogage
et de classification. Il ne se propose pas de remplacer un cours ou un manuel. Il
sera un supplément à l'un ou l'autre. »
Cet ouvrage a plusieurs élémentsoriginaux sur lesquelsil faut insister : il commence
par une série d'organigrammes décomposant le travail de la bibliothèque. Cela
suppose des études préalablesplus tournées vers l'analyse qu'on ne le fait en France.
Un chapitre est consacré au calculateur et au catalogage; il suffira de dire que ce
vaste sujet est traité en 7 pages.A la suite des chapitres sur le catalogageet la recherche de très nombreux exemples de fiches sont donnés, contenant des difficultés
et des pièges variés semés sous les pas du catalogueur et du chercheur. Ces fiches
types seront utiles partout.
La 2e partie est beaucoup plus brève et les classifications sont limitées à celle
de Dewey et à celle de la « Library of Congress» et les vedettes de matières sont celles
de la même bibliothèque et de la liste de Sears. C'est bref, mais suffisant, pour les
systèmespris en exemples, il n'y a rien sur les autres...
On voit qu'en France l'utilité de cet ouvrage est assez limitée, cependant les
nombreux exemples de fiches américaines pourront être utiles dans les centres de
formation professionnelle.
Marie-Thérèse LAUREILHE.
626. - JONES(K. Sparck) et JACKSON
(D. M.). - The Use of automatically obtained
keyword classifications for information retrieval. - Oxford, Pergamon press,
I970. - 24,5 cm, [26] p., fig. (Repr. from Information storage and retrieval,
vol. 5, 1970, pp. 175-201. - Final report of a project supported by the Office
for scientific and technical information of the United Kingdom department
of education and science.)
Cet article présente une série d'expériencesde classification automatique réalisées
sur un fonds documentaire qui ne comprenait que 200 documents. Ces expériences
portent sur la classification automatique des 712 mots-clés significatifs caractéristiques de ce fonds.
Les différents modes de classification sont testés d'après les paramètres suivants :
*218
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
- le vocabulaire de base (réduit ou non); - la définition du coefficient de similitude inter-Items; - la méthode de classification elle-même, c'est-à-dire le genre
de graphe utilisé pour représenter les classes (string, star, clique, clumps) ; - et la
recherche elle-même.
On mesure pour cela le rapport « Recall/Precision ». Il est à noter que cet article
ne fait pas état d'une comparaison avec un thesaurus manuel.
Les conclusions sont les suivantes :
- on travaille mieux sur un vocabulaire réduit que sur l'ensemble du vocabulaire ;
- le coefficient de similitude de Taminoto est un bon élément; les résultats ne
diffèrent pas si ce coefficient est pondéré ou non;
- les différents types de classesdonnent les mêmes résultats.
Cet ouvrage est intéressant dans la mesure où il donne des résultats concrets en
fonction de paramètres précis. Le problème essentiel semble être cependant celui
d'étendre ces possibilités à un fonds documentaire plus riche.
Michel DUPLESSY.
627. - KANEFF(S.). - Picture language machines. Proceedings of a conference
held at the Australian national university, Canberra on 24-28 feb. I969. - London, Academic press, I970. - 23 cm, XIV-425 p.
[£ 4.50]
Cette publication représente les actes d'une conférence internationale tenue à
Canberra en février I969 sur le thème du traitement automatique des images,
elle groupe une quinzaine de communications touchant aux aspects multiples du
problème.
Un certain nombre de communications portent sur la formalisation de certaines
classesd'images en vue de leur reconnaissanceet de leur traitement par ordinateur
(certains auteurs tentent de construire des grammaires). D'autres portent sur les
outils de traitement (langages de programmation et matériel). D'autres auteurs
voient encore une analogie importante entre le traitement automatique des images
et celui du langage naturel. Cinq communications traitent de problèmes spécifiquement linguistiques : construction d'un dictionnaire contenant des informations
sémantiques,construction d'analyseurs syntaxiques, et utilisation de ces mécanismes
dans des systèmesde question-réponse.
Toutes les communications restent d'actualité et permettent au lecteur d'évaluer
les progrès faits dansun domaine en pleine expansion.
Maurice GROSS.
628. - Manuel du discothécaire.ill., fig.
Discothèque de France, I97I. -
26 cm, III p.,
Pour la première fois en France paraît un Manuel du discothécaire,fruit d'une
commission de bibliothécaires constituée à Saint-Dié en juin I970. Il offre une
ANALYSES
*2I9
expérience pratique à tous ceux qui, à leur tour, désirent fonder une discothèque de
prêt.
Le plan de l'ouvrage, en trois parties, est celui de tous les manuels de bibliothéconomie : acquisitions, traitement et conservation, local et mobilier.
Outre de grands principes de constitution d'un fonds, on trouvera des adresses
de maisons de disques et une bibliographie dont l'élément le plus directement utile
est le bulletin Sillon publié par la Discothèque de France, discographie critique de
l'essentiel de la production du mois.
En vue d'une présentation en libre accès les disques sont classés et cotés par
grandes rubriques : musique classique,jazz, folklore, etc... Les disques de musique
classique, qui constituent l'essentiel du fonds, sont classés par genre et dans ce
cadre par ordre alphabétique d'auteurs. La cote comporte un élément numérique
correspondant au genre de l'oeuvre (deux listes différentes répertoriant les genres
nous sont proposées) suivi des trois premières lettres du nom de l'auteur. Un
assemblage de 3 lettres dont la liste figure en annexe permet par exemple de
distinguer entre Schubert et Schumann. Pour les collections plus importantes, la
Discothèque de France propose une cote comportant deux éléments supplémentaires relatifs au classement de l'oeuvre et à l'interprète. Par contre, sont très
précisément indiquées les techniques de conservation : chaque disque est muni
d'une « fiche de santé » que l'emprunteur peut consulter et sur laquelle sont
inscrits le nombre d'emprunts et les détériorations éventuelles. Les disques sont
vérifiés à chaque retour et les pointes de lecture des adhérents périodiquement
examinées au microscope. A part ces contrôles spécifiques, la réglementation
du prêt s'apparente à celle que l'on utilise dans les bibliothèques publiques.
Cette partie, avec exemples et tables, est l'une des plus neuves de l'ouvrage.
Le systèmede catalogageen revanche,est assezsuccinct. Il est vrai que cesproblèmes
asseznouveaux et complexes ne sont pas encore tous résolus : il faut attendre les
projets de l'A.I.B.M. (Association internationale des bibliothèques musicales) dont
la publication est prévue pour fin 1972, ou l'éventuelle publication d'une norme française de catalogagedes disques.
La troisième partie propose un plan-type de discothèque de prêt qui permet
de se faire une idée d'ensemble du mobilier à prévoir et de sa disposition : bacs à disques avec intercalaires pivotants, ou, si l'on ne disposepas de place suffisante, rayonnagesmuraux, fichiers, éclairages,banque de prêt, dont on trouvera croquis détaillés
et dimensions. Ce plan doit bien sûr être adapté, selon les locaux et les moyens
disponibles. Il est probable, par exemple, que peu de discothèques pourront posséder une salle d'écoute de dimensions presque équivalentes à celles de la salle de prêt.
Il serait regrettable que l'on renonçât pourtant à une zone d'écoute sur place, fûtelle de dimensions moins importantes que la salle de prêt. L'une et l'autre en tous
cas doivent pouvoir servir d'instrument d'animation culturelle. Si la discothèque
possède le personnel nécessaire, des cabines ou des casques individuels pourront
rendre de grands services aux emprunteurs et permettront même aux personnes
qui ne possèdentpas d'appareil d'écouter des disques.
Ce manuel apporte donc des réponses très complètes et pratiques aux problèmes
d'organisation et de fonctionnement d'une discothèque. De plus, cet ouvrage
*220
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
comportant de nombreuses photos, reproductions et schémas est vivant et d'accès
facile. Espérons que ce Manuel du discothécaire contribuera à une plus large
diffusion de musique et de textes de qualité, par l'intermédiaire
des futures
discothèques qui s'implantent
publiques.
progressivement
dans de nombreuses bibliothèques
Sylvie SPECKet Pierre GAILLARD.
629. - NATIONAL COMPUTINGCENTRE.Manchester. - APSE user manual, FORTRAN
version. - Manchester, National computing centre, I970. - 30 cm, pag. mult.
Cet ouvrage décrit les versions FORTRAN du programme
APSE (Automatic
Pro-
gramming and Scaling of Equations) écrit à l'origine en Algol.
Les applications de APSE sont essentiellement celles des calculateurs analogiques :
tout problème qui peut être représenté par un système d'équations différentielles
ordinaires assorti de conditions initiales et qui peut être résolu par un calculateur
analogique donné pourvu qu'un assez grand calculateur digital soit disponible.
Ce sont des problèmes de recherches spatiales, de génie chimique, de génie civil,
d'électrotechnique,
médecine.
de mécanique
appliquée,
de science nucléaire
Yvonne
ainsi que de
GUÉNIOT.
630. - The New technologies. International computer state of the art report.
- Maidenhead (Berks.), Infotech information, 1971. - 30 cm, 486 p., fig.
Cet ouvrage appartient
5.
à une série de onze titres dont chacun regroupe un très
grand nombre d'articles dus aux meilleurs spécialistes; le but de cette série est de
présenter d'une manière quasi exhaustive l'état actuel des recherches relatives aux
ordinateurs. En effet, tous les thèmes importants y sont abordés, que ce soit en
hardware, en software de base ou d'application; de plus, les problèmes particuliers
posés par les réseaux d'ordinateurs et les calculateurs géants y sont présentés.
Le volume 5 est entièrement consacré aux nouvelles technologies. Les articles
qu'il contient peuvent être classés en trois catégories :
I. Recherche appliquée (exploitation possible des lasers et des hologrammes,
utilisation des céramiques ferro-électriques...).
Les méthodes et les principes physiques sont décrits succinctement et une bibliographie renvoie le lecteur aux publications de référence.
2. Synthèse : les différentes techniques qui concernent un organe particulier
sont analysées brièvement (écrans de visualisation, sortie directe du film...), puis
comparées entre elles sur le plan économique et d'après les développements industriels actuels ou prévisibles à court terme.
3. Développement :
des techniques connues depuis quelques années, éprouvées
en laboratoire (« Large scale integration », cryotrons) et qui n'ont pas encore conduit
ANALYSES
*221
aux résultats escomptés sont présentées dans leur état actuel : difficultés rencontrées,
progrès réalisés, perspectives nouvelles...
Malgré la diversité des articles, ce recueil d'excellente présentation permet,
après avoir pris connaissance des tendances de l'évolution technologique (réduction
des coûts, amélioration des périphériques, extension des capacités mémoire, fiabilité
accrue) d'entrevoir des modifications possibles au niveau de la structure des ordinateurs : déplacement de l'équilibre actuel entre hardware et software pour les organisations classiques et peut-être, réalisation industrielle
de machines originales
dans lesquelles les fonctions de traitement et de contrôle sont distribuées de façon
toute différente au sein des différentes unités.
Michel
DUPLESSY.
631. - SLAGLE (James R.). - Artificial intelligence : the heuristic programming
approach. - Maidenhead (Berks.), Mc Graw-Hill, 1971. - 23 cm, X-I96 p.
Cet ouvrage constitue un cours d'intelligence artificielle professé dans plusieurs
universités américaines, accessible à l'étudiant
de second cycle.
L'auteur a choisi des exemples dans des domaines très divers : programmes de
jeu d'échecs, de dames, de cartes, résolution de problèmes de géométrie, de calcul
formel (intégration, calcul algébrique). Il traite encore de la démonstration automatique de théorèmes, de la reconnaissance des formes, de la production automatique
de programmes et de musique, des systèmes de questions-réponses en langage
naturel, etc. Les méthodes heuristiques sont très variées, elles semblent dépendre
de chaque application. Chaque chapitre comporte la description des algorithmes
employés. L'auteur n'utilise pas de langage de programmation spécifique, il donne
des exercices en grand nombre ainsi que la bibliographie relative à chaque programme.
Ce livre constitue un panorama des plus complets et des plus compacts, sur
l'intelligence
artificielle.
Maurice
632. - STOCKTON(R. S.). - Introduction
to linear programming.
(Ill.), Richard D. Irwin, I97I. - 22,5 cm, I50 p., fig.
Dans cet ouvrage, qui ne suppose pratiquement
-
GROSS.
Homewood
aucune connaissance mathéma-
tique préalable, l'auteur s'efforce de présenter tout d'abord les objectifs de la programmation linéaire, puis les méthodes les plus couramment utilisées. L'exposé
est clair et facile à suivre grâce aux exemples qui illustrent les explications. L'auteur
qui s'intéresse plus aux principes qu'aux raffinements, développe soigneusement
le passage du problème réel au système d'inéquations linéaires et le traitement de
ce système par l'introduction
de variables fictives. D'une manière générale, les
algorithmes de traitement sont explicités progressivement, dans leur mécanisme
et dans leur signification par rapport au problème réel traité.
A la fin de chaque paragraphe des exercices d'application (avec corrigés) sont
proposés au lecteur et doivent lui permettre
de contrôler
sa progression.
*222
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
Il nous semble que ce livre devrait trouver un accueil favorable auprès de tous
ceux qui désirent s'initier à la programmation linéaire. En particulier, les responsables de la gestion des entreprises trouveront l'essentiel des connaissances qui leur
permettront de dialoguer efficacement avec les spécialistes chargés du développement
de ces méthodes.
Michel DUPLESSY.
DIFFUSION
633. - SCHUR (H.) et SAUNDERS(W. L.). - Education and training for scientific
and technological library and information work. - London, H. M. Stationery
office, I968. - 24 cm, VIII-79 p. (Department of education and science).
L' « Office for scientific and technical information (O.S.T.I)
» a entrepris, dès
sa création en 1965, une étude sur le personnel qui se consacre à la recherche et à
l'exploitation de la documentation scientifique. La publication, en I966, du rapport
d'Edwards 1 a mis en relief son insuffisance quantitative, le manque de renseignements
sur les qualifications requises et sur la formation des bibliothécaires des bibliothèques
scientifiques et techniques et des documentalistes (« information officers »).
L'O.S.T.I.
a décidé de lancer une vaste enquête. Les résultats en sont ici sérieusement commentés.
En liaison avec l' « University of Sheffield postgraduate school of librarianship
and information science », l'O.S.T.I. a envoyé, en 1966, un questionnaire à toutes les
bibliothèques universitaires de Grande-Bretagne,
aux professeurs de sciences
fondamentales et appliquées, aux bibliothécaires en chef des bibliothèques techniques
publiques, à des bibliothécaires de collèges techniques, au personnel des bibliothèques et services de documentation de l' « Atomic energy authority » ainsi qu'aux
bureaux agricoles du Commonwealth et aux principales institutions de recherche.
Toutes les associations professionnelles intéressées ont aussi été consultées, ainsi
que les éditeurs de vingt-quatre revues professionnelles dans le monde, de vingt-neuf
journaux touchant les milieux industriels. Les anciens élèves de l'École de Sheffield
n'ont pas été oubliés. Au total, plus de mille personnalités ont fait part de leur
expérience et donné leur avis en insistant sur ce qu'aurait d'artificiel une délimitation
trop nette des fonctions des bibliothécaires spécialisés, des documentalistes et de
ceux qui sont chargés de la recherche de l'information scientifique à titres divers.
L'étude des statistiques est d'un très grand intérêt pour les responsables de la
formation d'un corps scientifique de bibliothécaires et de documentalistes (Diplôme
supérieur des sciences et techniques de l'information et de la documentation, selon
la terminologie de l'I.N.T.D.),
compte tenu des différences d'appellations des deux
côtés de la Manche, de la multiplicité des centres de formation en Angleterre, d'une
hiérarchie de fonctions plus large qu'en France. On notera que l'abondance de la
documentation a surpris, comme partout, des spécialistes insuffisamment préparés
aux subites exigences des usagers de la documentation, en particulier dans le domaine
I. EDWARDS
(A. P. J.).-
A National survey of staff employed
cal information work. (In :Journal
on scientific and techni-
of documentation, I966, 123 (3), pp. 2I0-244.)
ANALYSES
*223
scientifique. Ceux, et ils sont nombreux, qui ont su s'adapter, avaient cependant
reçu une culture plus « littéraire » que scientifique ou technique. D'autre part les
« scientifiques » n'étaient pas, pour la plupart d'un niveau assez élevé pour faire
face à la demande, et ceux qui auraient été qualifiés par leurs études théoriques,
manquaient de bases sur le plan de la technique professionnelle.
La formation souhaitable du personnel est ensuite remise en question en ayant
en vue ce difficile alliage d'une excellente formation technique et d'une connaissance
approfondie du sujet qui fait l'objet des recherches de l'organisme considéré. Pour
remédier aux déficiences signalées, les auteurs précisent le domaine à couvrir, les
buts à atteindre, et ce que devrait devenir la scolarité, les programmes, les diplômes,
l'expérience pratique, le corps professoral, l'étude des langues étrangères, l'attribution de bourses pour l'étranger.
L'ensemble des questions traitées est particulièrement instructif, puisqu'il s'agit
d'un pays où l'informatique est très développée, même dans les bibliothèques universitaires, et où la coopération entre des organismes ayant des intérêts scientifiques
communs, est plus active qu'en France. (Références : pp. 77-79).
Aline PUGET.
CONSTRUCTIONET ÉQUIPEMENT
634. - Dictionnaire technique du bâtiment et des travaux publics par M. Barbier,
L. Cadiergues, G. Stoskopf... 4e éd. - Eyrolles, 1971. - 18 cm, 146 p., ill.
-
CENTRE SCIENTIFIQUEET TECHNIQUEDU BÂTIMENT. Paris.
Dictionnaire des sigles et abréviations dans les domaines de la construction,
de la sociologie, de l'urbanisme, 3e éd. - 1971. - 29 cm, 214 p.
- Liste des principaux annuaires français. - I970. - 29 cm, 15 p.
- Liste d'abréviations et symboles. - I970. - 21 cm, 57 p.
Dans cette 4e édition,
en tout point semblable à la précédente, il n'a pas été tenu
compte des critiques - mineures certes - formulées par nous à l'encontre de la
Ire édition 1. En dépit de ses lacunes, cet ouvrage, nous l'avons dit, apporte au
non-spécialiste la possibilité de déchiffrer un langage technique, de connaître les
procédés de construction, l'emploi des matériaux, de comprendre le contenu des
dossiers de travaux.
Dans le domaine du bâtiment, il vient d'être heureusement complété par plusieurs
publications du C.S.T.B. Tout d'abord, le Dictionnaire des sigles et abréviations
dans les domaines de la construction, de la sociologie, de l'urbanisme, apporte une
contribution à la connaissance des sigles accompagnés des adresses et des numéros
de téléphone d'établissements publics, services administratifs,
banques et autres
organismes de crédit, de bureaux d'études, de groupements d'architectes et des
éditeurs spécialisés. Ce dictionnaire est lui-même complété par une Liste d'abréviations et de symboles établie à partir de documents reçus par la bibliothèque du C.S.T.B.
ainsi que par celles des principaux annuaires français (annuaires généraux, annuaires
I. Voir : Bull. Bibl. France, 8e année, N° 12, déc. I963, p. *750, n° 2434.
*224
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
spécialisés, catalogues des foires et salons édités par des organismes publics ou
privés).
Loin de nier l'intérêt de cette entreprise, une critique cependant s'impose : la
sélection des notices ne semble pas avoir été opérée de façon rigoureuse et les deux
premières publications en particulier sont encombrées d'éléments sans rapport
ou très lointain - avec la construction, la sociologie et l'urbanisme.
Marie-Thérèse
-
POUILLIAS.
635. - HARRISON (K. C.). Libraries in Scandinavia... znd ed. ent. revised
and rewritten. - London, A. Deutsch, I969. - 22 cm, 288 p., front., pl., photogr.
Depuis la publication en I96I de Libraries in Scandinavia par M. K. C. Harrison,
directeur de la Bibliothèque publique de Westminster, un nombre croissant de
réalisations scandinaves a conduit son auteur à faire paraître une nouvelle édition.
Comme dans la première, l'ouvrage est divisé en 6 chapitres : Danemark, Suède,
Norvège, Finlande, Islande, le dernier, assez court, tirant la leçon de l'exemple
donné pour ces pays, en particulier dans le domaine de la collaboration qui s'est
établie entre eux. A l'intérieur de chaque chapitre, l'auteur passe en revue les bibliothèques nationales et universitaires, les bibliothèques scientifiques et de recherche,
la législation en matière de bibliothèques et l'aide de l'État, la formation du personnel, l'organisation des services centraux, les bibliothèques publiques et enfin
les bibliothèques qui ne rentrent pas dans les catégories ci-dessus (bibliothèques
pour malades, entre autres). 50 photographies de bâtiments ou d'aménagements
intérieurs, ce qui permet d'en apprécier le fini, illustrent cet ouvrage. Il est dommage
cependant qu'aucun plan ne les accompagne étant donné la qualité architecturale
de bien des réalisations, en Finlande, par exemple. Peut-être aussi peut-on regretter
que le texte ne soit pas davantage aéré, et la typographie plus variée, ce qui faciliterait
les recherches, bien qu'il existe un index des noms cités.
Mais ce sont là détails en regard de l'abondance de renseignements recueillis par
M. Harrison qui, sans négliger la partie historique, apporte beaucoup de précisions,
cite des chiffres, traite de sujets aussi divers que l'importance des collections, la
durée des études des bibliothécaires, le coût des constructions, l'organisation des
catalogues collectifs, le rôle des services centraux, etc... Il ne peut être ici question
de rendre compte d'une façon détaillée de tous les sujets abordés. Il paraît intéressant
toutefois de donner quelques indications concernant les bibliothèques publiques,
domaine dans lequel les Scandinaves se sont particulièrement illustrés et ce depuis
bien avant I9I0, ainsi qu'en témoignent les dates de création de nombreuses bibliothèques.
Il est remarquable par exemple de voir l'importance accordée dans les récentes
constructions aux sections destinées aux adolescents et aux enfants, le souci de leur
offrir un milieu où ils ne se sentent pas dépaysés, mais où, au contraire, ils puissent
recréer une ambiance dans laquelle ils aiment se retrouver, lire, jouer aux échecs
écouter de la « pop-music »... Bien entendu toutes ces réalisations mettent à la
disposition
de leurs lecteurs un cadre toujours
confortable
et souvent raffiné;
il
ANALYSES
est vrai que les prix indiqués
semblent -
*225
mais ceci demanderait
une étude plus
poussée - sensiblement plus élevés qu'en France. Dans plusieurs cas (à Gôteborg
et à Stocidiolm par exemple), ces bibliothèques sont jumelées avec le théâtre, le
musée, une salle de concerts, etc... s'insérant ainsi dans un véritable ensemble
culturel.
Chaque fois que cela lui est possible, l'auteur indique la population d'une ville,
la superficie de sa bibliothèque, l'importance des collections, le nombre de prêts
annuels, ce qui permet évidemment d'intéressantes comparaisons. A titre d'exemple,
la bibliothèque de Stockholm (800 000 habitants environ) possède un million d'ouvrages et consent 4 millions de prêts par an.
Signalons enfin que cet ouvrage est essentiellement descriptif et que M. Harrison
émet peu de jugements sur les établissements visités, les structures existantes, les
résultats obtenus. Mais ce n'était pas son propos, ainsi qu'il nous l'indique d'ailleurs
lui-même. Tel qu'il est, ce guide apportera des renseignements indispensables à
tout bibliothécaire curieux des réalisations scandinaves.
Jacqueline
II.
BIBLIOTHÈQUES
ET
CENTRES
DE
LEROY.
DOCUMENTATION
636. - BIBLIOTHÈQUE FORNEY. Paris. Catalogue matières. Arts décoratifs,
beaux-arts, métiers, techniques. [Préf. de Gabriel Fagu et Jacqueline Viaux.]
- Société des amis de la Bibliothèque Forney, 1970 →. --30 cm.
2. Chi-Kyo.
-
I97I. -
III6
p.
Un an à peine après la sortie du volume I du « Catalogue matières... » de la Bibliothèque Forney, nous recevons le tome 2, qui nous mène à la fin de la lettre
K. Mme Viaux et ses collaborateurs sont donc en bonne voie de tenir la promesse,
faite lors de la parution du premier volume, d'éditer les tomes 2 et 3 en 1972. Félicitons nos collègues de cette célérité qui met à la disposition des spécialistes d'art
un instrument de travail incomparable et remercions-les d'avoir pris la décision de
reproduire les fiches telles qu'elles se trouvent dans leurs fichiers, à l'exemple du
« British Museum », qu'importe que soient reproduits des caractères différents de
machines à écrire, l'essentiel est que le catalogue paraisse vite. Nous ne décrirons
pas davantage cet instrument, puisque nous l'avons fait à l'occasion de la publication
du tome I 1, signalons cependant un service possible qu'il peut rendre et que nous
n'avions pas mentionné alors. Les fiches portent, selon la section de la bibliothèque
à laquelle elles appartiennent, tantôt une cote particulière à la Bibliothèque Forney,
tantôt l'indice, pas très poussé, de la Classification décimale universelle. Dans ce
dernier cas le catalogue pourra servir d'instrument d'indexation. Il peut permettre
l'établissement de concordances entre vedettes de matières et indices C.D.U. C'est
le seul instrument
qui soit à notre disposition pour cette utilisation
dans le
domaine de l'histoire de l'art.
I. Voir : Bull. Bibl. France, I6e année, N° 5, mai I97I, pp. *453-454, n° 1237.
*226
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
Parmi les tranches importantes
de ce volume, signalons : Christ (gravure, icono-
graphie), Cinéma, Coiffure, Collectionneur (avec une très importante liste de renvois
Voir aussi donnant plus de 200 noms de collectionneurs), Construction, Costume,
Décoration, Ébénisterie et Ébéniste, Église (édifice), Électricité, Émail et Émaillage,
Enluminure,
Faïence, Gravure, Imprimerie,
Jardin, Jeu, etc... Une photocopie
des pages consacrées à chacun de ces arts ou techniques, constituerait une excellente
bibliographie.
La Bibliothèque Forney a maintenant publié la moitié de son catalogue, l'instrument de travail est donc déjà très efficace. L'an prochain, quand il sera terminé,
nous aurons un moyen de travail qui sera, sans doute pour longtemps, le seul de
cette spécialité en France. Dès maintenant, avec la moitié de l'alphabet, il peut
rendre de notables services.
Marie-Thérèse
LAUREILHE.
637. - Canadian locations of journals indexed in Index Medicus. Bibliothèques
canadiennes détenant les périodiques répertoriés dans l'Index Medicus. 2e éd. Ottawa, Centre bibliographique des sciences de la santé - Bibliothèque scientifique nationale. Conseil national de recherches du Canada, I97I. - 27,5 cm,
VIII-I34 P.
[$ 5]
Faisant suite à la première édition 1 publiée en juillet 1970 par le Centre bibliographique des sciences de la santé de la Bibliothèque scientifique nationale et qui
faisait état de 2 300 périodiques dépouillés dans l'Index Medicus, la 2e édition de
cet ouvrage se fonde sur le répertoire enregistré sur bande magnétique du « Catalogue collectif des publications scientifiques dans les bibliothèques canadiennes »
remis à jour sous la direction de Mme Marjorie Meleghy en vue d'une quatrième
édition ainsi que sur tous les changements apportés par la Bibliothèque nationale
de médecine de Bethesda jusqu'en mai 1971.
Ce répertoire annuel, publié sous la direction de Jack E. Brown, directeur de la
Bibliothèque scientifique nationale, offre, par ses suppléments en cours d'année
et en fonction des nouveaux périodiques dépouillés et de la liste des bibliothèques
canadiennes détenant ces périodiques, un service continu. 221 établissements
sont actuellement associés à cette publication qui comporte uniquement les titres
des périodiques (avec les lieux d'édition) et la liste des établissements. Comme
tous les travaux collectifs, ce catalogue présente un intérêt général et, plus particulièrement,
pour le service prêt inter-bibliothèques.
Dr André
I. Voir : Bull. Bibl. France, I7e année, N° I, janv. 1972, pp. *36-*37, n° 175.
HAHN.
ANALYSES
*227
638. - European law libraries guide prep. by the International association of law
libraries under the auspices of the Council of Europe. Guide européendes bibliothèquesde droit prép. par l'Association internationale des bibliothèquesde droit sous
les auspicesdu Conseil de l'Europe. - London, Morgan-Grampian, I97I. 24 cm, 678 p.
Sous l'égide du Conseil de l'Europe et sur ses recommandations, l'Association
internationale des bibliothèques de droit a entrepris sur une base nationale l'élaboration d'un guide européen des bibliothèques de droit. Ce guide a été réalisé à
partir d'un questionnaire adresséà près de 900 bibliothèques de 18 pays européens
(Autriche, Belgique, Chypre, Danemark, France, Grèce, Irlande, Islande, Italie,
Luxembourg, Malte, Pays-Bas, Norvège, Suède, Suisse, Turquie, République
fédérale Allemande, Royaume-Uni), 600 réponses ont été dépouillées et 522 bibliothèques ont été retenues dans ce présent guide à la suite d'un examen effectué en
fonction des critères suivants : - importance des collections; - rythme de croissance de la bibliothèque; - spécialisation de la bibliothèque; - qualification du
personnel.
Du fait de la nationalité anglaise du responsable de rédaction, cette publication
paraît en anglais avec toutefois pour les pays francophones (France, Belgique,
Luxembourg, Suisse) des notices bilingues. Le classementsuit l'ordre alphabétique
des pays et pour chaque pays l'ordre alphabétique des villes. Pour chaque ville, s'il
existe moins de 4 bibliothèques, celles-ci sont classéespar ordre alphabétique.
S'il en existe plus de 4, elles sont regroupées sous 5 rubriques :
- Bibliothèques des organisations internationales;
- Bibliothèques officielles (à l'exception des bibliothèques des tribunaux);
- Bibliothèques de tribunaux et bibliothèques juridiques;
- Bibliothèques des universités et instituts de recherche (la Bibliothèque centrale de l'Université précède les bibliothèques de facultés, instituts ou séminaires
de cette Université);
- Autres bibliothèques.
Outre des informations d'ordre général concernant les adresses, les horaires
d'ouverture, chaque notice donne des renseignements sur l'importance des collections juridiques, le nombre de places offertes par la bibliothèque, sur les catalogues
collectifs.
Ce répertoire est complété par un index analytique bilingue (anglais et français)
ainsi que par une liste des organismes inventoriés qui comportent des renvois aux
pays désignéspar le numéro minéralogique suivi du numéro de la notice. Il eût été
préférable d'utiliser la pagination, ce qui en aurait facilité la consultation. En fait,
cette lacune est corrigée par l'index des villes suivies des paginations correspondantes.
En tête du volume, se situe la liste des sigles des différentes organisations.
Il est certain que cette publication ne revêt pas le caractère exhaustif qu'on aurait
pu attendre d'elle. Elle présente cependant le mérite de constituer une heureuse
tentative de répertorier des organismesqui ont les mêmes buts de collecter, d'exploiter et de diffuser l'information juridique.
Marie-Thérèse POUILLIAS.
*228 BULLETIN
DE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
639. - GLORIEUX(P.). - La Faculté des arts et ses maîtres au XIIIe siècle. Vrin, 1971. - 26 cm, 552p. (Études de philosophie médiévale, LIX).
La Faculté des arts, second volet du diptyque que constitue le grand répertoire
de Mgr Glorieux, doit son nom aux sept arts libéraux, base de l'enseignement
universitaire du Moyen âge. Elle englobe toutes les disciplines autres que la théologie, la médecine et le droit. Elle peut constituer une fin en soi, mais elle est surtout
une propédeutique, puisque nul ne peut s'inscrire dans une autre Faculté sans
avoir, au préalable, conquis la maîtrise-ès-arts.
Dans les cinquante pages de la première partie, l'auteur rappelle à quoi correspondaient les sept arts. On leur donne le nom de « libéraux », par opposition aux
arts « mécaniques», parce que ceux-ci étaient exercésà l'origine par des esclavesou
des serfs, alors que les arts libéraux s'adressent aux hommes libres et qu'ils ont
pour but de les conduire à l'épanouissement de leurs aptitudes intellectuelles. La
méthode d'enseignement est la lecture des grands auteurs qui ont excellé dans
chacun des arts, et le commentaire de leurs oeuvres.
Le premier degré est le trivium qui enseigne à formuler clairement la pensée et
à lui donner une forme susceptible de convaincre l'auditeur : la grammaire (Donat et
Priscien), la rhétorique (Quintilien et Cicéron) et la logique ou dialectique (Aristote).
Le second degré ou quadrivium, déborde l'expression pour atteindre la nature des
choses : l'arithmétique |(Euclide),
la musique (Boèce), la géométrie (Archimède),
l'astronomie (Ptolémée).
Ce bel équilibre, qui trouva sa parfaite expression au XIIIe siècle, est rompu par
l'apport massif des traductions d'auteurs arabeset grecs au XIVe siècle. Roger Bacon
et d'autres ne se contentent pas d'analyser Aristote. Ils se pénètrent de sa pensée au
point de la dépasseren appliquant ses méthodes à des champs nouveaux. On voit
apparaître les sciences expérimentales : cosmologie, optique, mécanique, géologie,
biologie et chimie.
Malgré cette évolution, l'enseignement reste dans le cadre des sept arts pendant
tout le Moyen âge, aussi bien dans l'enseignement élémentaire que donnaient les
chapitres cathédraux, les monastères et les paroisses, que dans l'enseignement
supérieur dispensé par la Faculté des arts de l'Université. Celle-ci, selon l'origine
des étudiants, se divise en quatre « nations », la Picarde, la Normande, l'Anglaise
et la Française. Cette dernière s'étendait à la Provence, l'Italie et l'Espagne.
La deuxième partie, qui compte près de 450 pages, est le répertoire alphabétique
des maîtres et de leurs oeuvres,dans l'ordre alphabétique (469 notices) puis des
« maîtres sans oeuvres» énumérésdans l'ordre chronologique (1 305 notices), enfin
les « oeuvressans maîtres », c'est-à-dire les traités anonymes (657 notices). Prenons,
pour être plus concrets, l'exemple de Roger Bacon, classé bien entendu à Roger
et non à Bacon. Le célèbre Franciscain ayant partagé ses activités entre la théologie
et les arts libéraux, sa notice renvoie d'abord au Répertoire des Maîtres en théologie,
publié par Mgr Glorieux en 1934, puis elle donne pour chacune de ses 36 oeuvres :
a) l'incipit, b) la cote des manuscrits dans les diverses bibliothèques, c) la référence
aux meilleures éditions. Elle est suivie de la notice du « PseudoRoger Bacon » qui
ne compte pas moins de 23 oeuvres.
ANALYSES
*229
La troisième partie contient, outre la table des maîtres et celle des incipit, une
table « idéologique », particulièrement précieuse, sous forme d'une table systématique des oeuvresgroupées dans chacune des disciplines du trivium et du quadrivium.
André MASSON.
640. - HUNNISETT(Basil). - A History of fine art libraries in France... - Brighton,
Brighton college of technology, School of librarianship, I97I. -30 cm, [II-]
99 ff., [4] cartes h.t. (Thesis. Brighton. School of librarianship. 1971).
Notre collègue Basil Hunnisett a consacrésa thèse de sortie de l'École des bibliothécaires de Brighton à une histoire des bibliothèques d'art en France. Il se limite
d'ailleurs aux beaux-arts et par là il entend peinture, sculpture, dessin, gravure,
arts décoratifs et appliqués, costume, à l'exclusion de l'architecture, de l'archéologie
et de l'art du livre. Voilà qui ne fera pas plaisir aux architectes ravalés au rang de
techniciens et aux spécialistesd'art qui ne font pas de différences entre eux. Heureusement, comme la plupart des bibliothèques d'art comprennent l'architecture au
même titre que la peinture et la sculpture, les principaux fonds architecturaux se
trouveront dans l'ouvrage, à l'exclusion de quelques bibliothèques strictement
professionnelles. On ne trouvera pas non plus, et c'est bien normal, la plupart des
petites, mais très riches, bibliothèques de sociétés savantesarchéologiques, ni celles
consacréesà l'art du spectacle.Par contre on trouvera toutes sortes de bibliothèques
encyclopédiques, mais qui ont des fonds d'art importants : Bibliothèque nationale,
Arsenal, grandes bibliothèques municipales de province et quelques bibliothèques
universitaires.
Le livre n'est pas destiné à orienter le lecteur spécialiste d'art dans le monde
des bibliothèques, c'est un ouvrage théorique, histoire d'une spécialité. Après une
introduction générale sur l'administration des bibliothèques en France, B. Hunnisett
suit un plan chronologique : avant le XVIIIe siècle,XVIIIeslècle,dela Révolution à I8I5,
1815-1863, I864-I899, I899-I9I9, I9I9-I944 et I945-I97I. Pour chaque tranche
l'auteur étudie l'histoire des diverses bibliothèques qui se sont fondées à l'époque.
Il commence, bien entendu, par la Bibliothèque nationale, ou plutôt la Bibliothèque
royale, avec Jean II et Charles V, continue par la bibliothèque des Capucins de
Salins fondée en 1593, celle de la Chambre de commerce de Marseille fondée en
I599, qui ont des fonds d'art, etc... Comme l'auteur suit un plan strictement chronologique, quelques pagesplus loin on retrouve la Bibliothèque nationale avec l'entrée
de la collection de Marolles en 1667. On retrouve les mêmes institutions plus loin,
plus les nouvellement créées, dans chacun des chapitres suivants. Si l'on veut
connaître l'histoire complète d'une bibliothèque d'art, ou des collections d'art d'une
bibliothèque encyclopédique, il faut parcourir tout le livre : à la fin, il y a bien un
tableau des bibliothèques, mais il est suivi d'indications démographiques et chronologiques, à l'exclusion de tout renvoi au texte. Le livre ne comporte aucun index,
c'est une lacune importante.
L'ouvrage est sérieusement établi, l'auteur a lu beaucoup et son livre est très
intéressant; chaque bibliothèque a bénéficié d'au moins un article sur son histoire
*230
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
ou ses fonds, M. Hunnisett nous fait profiter de ses nombreuses lectures, dont il
indique les références, il a interviewé quelques conservateurs de bibliothèques
d'art qui ont complété sa documentation; le fait que presque toutes les grandes
bibliothèques d'art sont aux mains d'un personnelscientifique presque exclusivement
féminin le laisse perplexe, mais approbatif. A propos du couturier-mécène Jacques
Doucet, l'auteur descend même jusqu'à la petite histoire, en qualifiant toutefois
ce qu'il raconte de « fanciful story » (p. 59).
L'ouvrage se termine par un tableau des bibliothèques, où nous nous étonnons
de ne pas voir figurer celles des instituts d'art de plusieurs universités. Il rendra
cependant service car on ne sait pas toujours que telle bibliothèque municipale de
province a des fonds d'art, que tel musée a une bibliothèque assezaccessible. Ce
tableau est suivi de références que nous ne pouvons pas qualifier de bibliographie
car l'auteur ne cite que les deux « Répertoires » des bibliothèques et des musées,
il est vrai que les notes comportent des référencesplus utilisables. Des cartes de la
répartition des bibliothèques, en particulier à Paris, sont jointes à l'ouvrage.
Malgré quelques reproches de détail, nous avons là un travail sérieux et aussi
bien documenté qu'il était possible de le faire sans consulter une multitude de
cartons d'archives. Les bibliothèques d'art sont un sujet actuel, l'Association des
bibliothécaires français a une vivante section des bibliothèques d'art dont les projets
sont moins « vagues » que ne le pense (p. 9) M. Hunnisett, nos collègues anglais
ont fondé une « Art libraries society » qui publie une journal trimestriel. La thèse de
M. Hunnisett est donc actuelle, elle intéressera vivement les spécialistes d'art
et nos collègues qui s'intéressent à l'histoire des bibliothèques. Cette dernière
science n'a pas donné lieu récemment à beaucoup de publications. Puisse le livre
de M. Hunnisett en susciter d'autres sur d'autres spécialités.
Marie-Thérèse LAUREILHE.
641. - INTERUNIVERSITY
COMMUNICATIONS
COUNCIL.Symposium. I969. Durham.
- The Computer utility : implications for higher education. Ed. by Michael
A. Duggan, ...Edward F. Mc Carten, ...Manley R. Irwin, ... - Lexington (Mass.),
Heath Lexington books, I970. - 23 cm, XVIII-294 p., fig., bibliogr. (Studies in
social and economic processes.)
Ce symposium sur l'utilité du calculateur pour l'enseignement supérieur est
de grand intérêt, mais la plupart des questions qui y ont été abordées ne sont pas
de notre domaine professionnel. Deux sections seulement du congrès nous intéressent directement : l'utilité du calculateur pour les banques de données, 2e section
de l'ouvrage, et l'utilité pour les bibliothèques et services d'information, 3e section.
Sont décrites les banques de données pour les sciencesphysiques, la technique, la
biologie, la médecine et dans les universités; c'est assezsommaire, nous pouvons
lire cescommunications, mais nous n'en tirerons qu'un profit relatif. Dans la 3e partie
qui nous intéresseplus directement, le titre de la première communication est un peu
énigmatique Disciplinary libraries, l'auteur nous déclare à la première ligne qu'il
ne sait pas ce que c'est. En fait il nous parle des Chemical abstracts, où il occupe
ANALYSES
*23I
un poste de direction, mais sa communication reste assezgénérale. La 2e communication, utilité du calculateur dans les bibliothèques techniques, apporte la démonstration de cette utilité dans ces établissements,très voisins des centres de documentation : fichier toujours à jour, plusieurs recherches documentaires menées simultanément, mise de côté de la documentation périmée, sortie directe du renseignement
demandé sous forme de texte, compilation de bibliographies, dialogue possible
entre l'ordinateur et l'utilisateur. Le 3e exposé traite de la même question dans les
bibliothèques universitaires, enfin la 4e étude, les 3 bibliothèques nationales des
États-Unis, décrit très sommairement ce qui s'est fait à la « Library of Congress »,
la « National agricultural library » et la « National library of medicine » qui se sont
tournées résolument vers la mécanisation. Après ces exposés l'ouvrage publie les
interventions des auditeurs, certaines précisions sont ajoutées au texte des communications.
Une bibliographietrès importante termine l'ouvrage; bien qu'elle ignore les travaux
autres qu'anglais, elle peut nous apporter beaucoup avec ses quelque I 000 notices,
elle est complétée sur bien des points par les notes rejetéesin fine. Enfin les courtes
biographies des participants du colloque peuvent rendre service aux catalogueurs.
Bien que ne traitant que d'une manière superficielle le problème qui est le nôtre,
le livre peut être utile à beaucoup d'entre nous, les bibliothèques d'université devront
se le procurer et il leur sera certainement demandé par tous ceux qui sont intéressés
par les nouvelles méthodes d'enseignement et de recherche.
Marie-Thérèse LAUREILHE.
642. - LACHANCE(Andrée) et GAUDREAULT
(Delphis). - Le Service des périodiques. - La Pocatière (Québec), Collège de Sainte-Anne, I970. - 27 cm,
IX-72 p., multigr., fig. (Collège de Sainte-Anne-de-la-Pocatière. Stage en bibliothéconomie. Coll. Guides du personnel. 6.)
[$ 2,50]
Depuis le premier volume, consacré au Service despublications gouvernementales,
une dizaine de guides ont paru dans cette collection. Celui que nous analysons
est consacréau Servicedespériodiques.Il s'inspire largement, nous dit l'avant-propos,
de l'ouvrage anglais de D. Greenfeld, Periodicals and serials, their treatment in
special libraries. En 72 pages les auteurs définissent le périodique et abordent tous
les problèmes que posent son acquisition, son traitement et sa conservation; un
dernier chapitre traite brièvement de l'analyse des périodiques et de leur place dans
la recherche documentaire; quatre pages de bibliographie terminent l'ouvrage. Ce
petit manuel se veut pratique : les définitions, les explications, les conseils s'appuient
sur de très nombreux exemples et sur beaucoup d'illustrations. Bien que destiné à
des bibliothécaires canadiens, il peut rendre service à des bibliothécaires français,
puisque, à ma connaissance,il n'a pas été publié en France de travail équivalent.
A la lecture on remarquera - par rapport à la France - quelques différences de
terminologie, auxquelles il faudra prendre garde, mais qui donnent parfois à ces
pages une saveur particulière.
Jean-Claude POITELON.
26
*232
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
643. - Libraries and the arts, a symposium ed. by David E. Gerard. C. Bingley, I970. - 22 cm, 216 p.
London,
Résultat très important d'un séminaire qui s'est tenu au « College of librarianship
Wales » en septembre 1969.
Le colloque auquel ont pris part notamment Alexander Wilson, directeur des
bibliothèques et musées de Coventry, et le critique d'art Edward Lucie-Smith, a
émis des réflexions qui pourront paraître révolutionnaires : l'importance de la
communication plus grande que celle de la conservation; l'intérêt des non-books,
c'est-à-dire des disques et des images; le regret du manque de formation des bibliothécaires d'art, qu'on devrait remplacer par des Art administration officers (qui
existent déjà à Londres); la certitude que les bibliothèques sont les seulesinstitutions
capables de devenir des centres culturels.
Jean ADHÉMAR.
644. - Münchener Bibliotheksentwicklungsplan. [Vorwort von Alfons Ott.] Berlin, Deutscher Büchereiverband, I97I. -- 20,5 cm, 5I p. (Bibliotheksdienst.
Beiheft 61.)
- Öffentliche Bibliothek, Bildungsplanung und Gesetzgebung : 4 Vorträge.
[Vorwort von Dietrich Hoffmann.] Berlin, Deutscher Büchereiverband,
I97I. -- 20,5 cm, 47 p. (Bibliotheksdienst. Beiheft 62.)
- Buchmarktforschung. 5. internationale Tagung : Wien, April 1971, Bericht
und Vorträge. - Berlin, Deutscher Büchereiverband, I97I. -- 20,5 cm, 49 p.
(Bibliotheksdienst. Beiheft 64.)
L'Association allemande des bibliothèques publiques édite régulièrement des
cahiers où sont consignésles résultats des recherches entreprises dans les domaines
qui lui sont propres. Le premier de ces trois cahiers récents présente un plan de
développement des bibliothèques de Munich, approuvé le I0 mars I97I par le
Conseil municipal. Après l'exposé de principes généraux, ce plan fait l'inventaire
de ce qui existe actuellement, présente la conception du développement, le projet
global et les réalisations particulières à effectuer. Quelques documents annexes
éclairent les données du problème.
Le secondcahier reproduit quatre exposésfaits aux journées de la lecture publique
à Würzburg, en I970. B. Weinberger essaied'abord de montrer comment les fonctions des bibliothèques publiques ont évolué d'une organisation des loisirs en
marge de notre société à un rôle central dans notre système d'éducation. L'exposé
d'U. Lohmar poursuit sur le même thème. Ceux de H. Kaspers et de J. Deimer
s'intitulent chacun « Bibliothèque publique et législation »; il s'agit en fait de contributions à un code des bibliothèques publiques.
Quant au dernier cahier, il rend compte des cinquièmes journées de recherche
sur le marché du livre, qui se sont déroulées à Vienne, les Ier et 2 avril 1971. Le
rapport général de H. Steinberg est suivi de trois exposés, celui d'E. Gehmacher
sur la lecture en Autriche, celui de P. H. Mann sur les aspectssociaux de la lecture
en Grande-Bretagne, et celui de R. E. M. Van den Brink, directeur général des
ANALYSES
*233
éditions Elsevier, qui montre quelle tâche d'avenir constituent pour la librairie les
recherches sur le marché du livre.
Albert LABARRE.
645. - Suffolk county. Union list of serials I970. rative library, I970. - 28 cm, VIII-I50 p.
Bellport (N.Y.), Suffolk coope-
Ce catalogue collectif recense les périodiques conservés dans 5I bibliothèques
publiques, universitaires ou spécialisées.Sont exclues de cette liste les bibliothèques
de la « State university of New York » et de la « Suffolk academy of medicine »,
qui ont déjà publié d'autre part des catalogues de leurs périodiques. Le présent
répertoire suit l'ordre alphabétique des titres, tel qu'il apparaît dans la World list
of scientific periodicals 1. Chaque notice donne le titre complet, le titre codé, et le
sigle des bibliothèques intéresséesavec un état sommaire des collections. On trouve
en tête la liste en clair des bibliothèques participantes, leur adresseet des indications
sur les possibilités de prêt à l'extérieur ou d'obtention de photocopies.
Cette liste est la première réalisée sur ordinateur qui utilise le code mis au point
par l' « American society for testing and materials ». Comme telle, elle peut donc
faire figure de prototype. Dans leur introduction, les éditeurs annoncent la publication d'un rapport technique sur leur méthode.
Yves LAISSUS.
III.
BIBLIOGRAPHIE
ET DOCUMENTATION
GÉNÉRALES
646. - Grande (La) encyclopédie. - Larousse, 1971 →. --29 cm, ill. en coul.
I. Aalto-Afrique. - 1971. - [IV-] 233 p.
Soixante-seize ans après la publication du dernier volume de la Grande Encyclopédiepubliée sous la direction de Marcelin Berthelot et quelques années après
l'Encyclopédie françaised'A. de Monzie, L. Febvre et G. Berger, la Librairie Larousse
lance une Grande Encyclopédiequi sera appelée à remplacer ces deux entreprises
dont la première est périmée. La conception de MM. Febvre et Monzie était
d'ailleurs assez différente de celle de M. Berthelot; alors que ce dernier disposait son ouvrage, comme les grandes encyclopédies étrangères, en une succession
alphabétique d'articles, L. Febvre et A. de Monzie adoptèrent une présentation
systématique. Larousse revient à la présentation du dictionnaire, mais alors que le
Grand Larousse encyclopédiqueen I0 volumes comprend I20 000 « entrées », en
diminution sur ses prédécesseurs,l'entreprise dont nous recevons le tome I, en
comprendra seulement 8 000. Pour réduire les notices à ce nombre, les éditeurs
ont dû faire un choix, donner un traitement de faveur à la technologie, et aux sciences
de l'homme (biologie, psychologie, linguistique, etc.), aux sciences sociales et à
celles économiques aux dépens de techniques périmées, d'articles de bref intérêt,
I. Voir : Bull. Bibl. France, I6e année, N°
I2, déc. I97I, p. *I090, n° 2872.
*234
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
aux dépens aussi de l'histoire
« par trop anecdotique », ici il faudra voir où le « par
trop » commence, et où il s'arrête, c'est une distinction subtile et subjective, il faut
veiller à ce que toute histoire événementielle, et érudite, ne disparaisse pas car
c'est la base de l'histoire économique, sociale, littéraire, artistique, etc. Rien
d'ailleurs dans ce fascicule I ne justifie cette crainte. L'ouvrage comprendra 60 volumes, à raison d'un par mois.
Les éditeurs ont voulu « assurer à la Grande Encyclopédie un double aspect
d'information
et de synthèse » en utilisant « un système d'articles-dossiers », c'està-dire que les principaux articles sont considérés comme des ensembles complets,
juxtaposant, pour les plus importants,
mentaire. Beaucoup sont scientifiques,
idées générales et documentation complémais pas tous. L'article « Achéménides »,
par exemple, comprend d'une part des notions générales, débuts, conquêtes de
l'armée perse, gouvernement et administration, religion et politique, legs et souvenirs des Achéménides, et de l'autre des documents annexes : arbre généalogique,
indication de textes historiques et sources, article détaillé séparé sur Artaxerxès Ier,
notes bibliographiques et renvois aux articles complémentaires. L'article « Acier »
juxtapose un texte général (élaboration, traitement, les différents aciers et leur emploi,
historique et localisation de la production) à des documents annexes (tableaux des
caractéristiques, notes bibliographiques et renvois à d'autres articles, cartes économiques).
Le premier volume, qui vient de paraître, nous donne un bon exemple de l'éclectisme du choix des collaborateurs, on y trouve des professeurs en majorité, mais
aussi des chercheurs, des médecins, des juristes, des ingénieurs, des journalistes,
des officiers supérieurs, et même un bibliothécaire. On a donc eu le souci de s'adresser
au spécialiste. Quant au choix des articles, il reflète les préoccupations contemporaines : beaucoup plus de sciences exactes et de techniques que de sciences humaines.
Ces dernières ne sont cependant pas absentes avec quelques biographies d'écrivains, d'artistes, d'hommes politiques, etc. des articles artistiques, philosophiques,
sociologiques, géographiques, archéologiques. Il faut attendre la publication de
plusieurs volumes pour voir si la proportion des sciences humaines par rapport
aux sciences exactes est équitable. Dans l'introduction
les auteurs font allusion à
un article « Brecht (Bertolt) » qui semble devoir être important, ceci est caractéristique : il est juste que Brecht ait une place qui corresponde à la faveur dont il jouit
auprès de nos contemporains, il faut attendre la publication des articles « Shakespeare », « Eschyle », « Molière », « Beaumarchais » et de quelques autres pour savoir
si la proportion est juste et la place de chacun équitable. Dès maintenant on peut
estimer que la Grande Encyclopédie s'adresse plus au grand public cultivé et souvent
déjà spécialisé, mais dont les préoccupations sont liées à l'actualité, qu'à un universitaire plus en dehors du temps. C'est d'ailleurs ce que l'on reproche parfois à l'universitaire.
L'illustration
est magnifique, entièrement en couleur, la mise en page très réussie.
L'ouvrage est imprimé par les propres presses de l'éditeur, au point de vue technique
c'est une très belle réussite qui fera honneur aux fabrications françaises, tout comme
la substance de l'ouvrage fera honneur à notre pays. Le souci de s'adresser au « spécialiste » a d'ailleurs parfois amené les auteurs à faire appel à des spécialistes
ANALYSES
*235
étrangers. Le cartonnage est attrayant, il paraît assezsolide, sinon pour une bibliothèque, au moins pour un utilisateur moyen. La jaquette du tome I représente le LEM
prêt à se poser sur la lune, avec à l'horizon, le lever de la terre, il est caractéristique
qu'on ait choisi ce qui est probablement la plus grande découverte d'un siècle qui
en a pas mal d'importantes à son actif. Cela change de la traditionnelle « Semeuse»
et indique qu'il y a des concepts trop timides et que l'oeuvre est résolument de son
temps.
Il n'y a aucun doute que cette belle réussite de l'édition française n'ait sa place
dans toutes les bibliothèques à la suite chronologique des Encyclopédies britanniques,
américaines, soviétiques, italiennes, espagnoles, portugaises, etc. Dernière parue
elle sera plus consultée que celles-ci, l'éclectisme du choix de ses articles et de ses
collaborateurs, leur qualité, la minutie des vérifications et corrections, l'excellence
de la présentation font que nous ne tromperons pas les lecteurs à qui nous la recommanderons.
Marie-Thérèse LAUREILHE.
IV. BIBLIOGRAPHIE
ET DOCUMENTATION
SPÉCIALISÉES
SCIENCES HUMAINES
647. - Die Arbeiterfestspiele in der Deutschen Demokratischen Republik. Bibliographische Hinweise zu Geschichte und Gegenwart-Bibliographischer Informationsdienst der Deutschen Bücherei. Nr 17. - Leipzig, Deutsche Bücherei,
I97I. -- 21 cm, 64 p.
Cette bibliographie présente systématiquement, sur les aspects culturels du
théâtre et des entreprises théâtrales en République démocratique allemande, un recensement des articles et ouvrages publiés dans ce pays depuis I959.
Peu connues à l'extérieur, productions et conceptions font l'objet, dans cette plaquette, d'un ensemble de références très utilement assemblées.
André VEINSTEIN.
648. - BAUD-RUZMANY
(Karin R. M.). - Glossary of the theatre (English, French,
Italian and German). - Amsterdam, Elsevier, I969. - 20 cm, 130 p.
[Dfl. 30]
La collection Glossaria interpretum dans laquelle cet ouvrage a été publié, lui a
imposé son objet et seslimites. Il offre aux traducteurs des congrèsou des conférences
internationaux, auxquels il ne peut être reproché le défaut de connaissancestechniques très poussées dans chacune des disciplines qu'ils sont appelés à connaître,
une contribution qui leur permettra d'éviter les erreurs par trop fréquentes que tout
spécialiste a pu constater.
I I00 termes ont été choisis par l'auteur de ce glossaire, en prenant l'anglais
comme langue-guide, un index étant prévu pour le français, l'italien et l'allemand.
Nécessairement limité par son objet et son sujet - le théâtre - auquel il paraît
pouvoir répondre avec efficacité, cet ouvrage trouve dans le Dictionnaire des arts du
*236
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
spectacle publié récemment par Cécile Giteau, aux éditions Dunod, un précédent qu'il ne saurait remplacer 1. Ce dictionnaire, dans le cadre du théâtre
proprement dit répond, en effet, aussi bien aux préoccupations les plus poussées des hommes de pratique que des théoriciens; en outre, il couvre, en plus du
théâtre, l'ensemble des arts du spectacle et des moyens modernes de communication : cinéma, radio, télévision, danse,marionnettes, cirque, music-hall, notamment.
Enfin, il accorde la place qui lui revient à la terminologie documentaire.
André VEINSTEIN.
649. - BAUDOT(J. A.). - Information, redondance et répartition des lettres et des
phonèmes en français. - Montréal, Université de Montréal, 1968. - 40 cm,
[II-] I55 ff.
Ce travail, effectué pour le séminaire de culture générale linguistique dirigé
par M. le Pr G. Bibeau, concerne la mesure de l'importance de la redondance dans
l'utilisation des signes en français écrit et parlé.
Pour des raisonstechniques l'étude est limitée à un alphabet de 27 signes (z6 lettres
+ I signe séparateur représentant l'espace entre les mots graphiques ou tout signe
de ponctuation qui sépareles mots entre eux) pour la langue écrite. Les statistiques
des fréquences individuelles des lettres, des digrammes et des trigrammes ont été
compilées à partir d'un corpus de 4 millions de lettres, celui-ci étant constitué d'un
échantillon de textes contemporains de tous genres. De même une importante étude
a été faite de la fréquence des phonèmes, digrammes et trigrammes phonologiques
en français parlé, les statistiques ayant été compilées à partir d'un corpus d'un peu
plus de 50 000 phonèmes sans compter les séparateurs.Toutes les fréquences sont
présentées sous forme de tableaux.
Yvonne GUÉNIOT.
Yvonne GUÉNIOT.
650. - Bibliographie internationale de l'Humanisme et de la Renaissance... V.
Travaux parus en 1969. - Genève, Droz, 1971. - 24,5 cm, x-6I8 p. (Fédération internationale des sociétéset instituts pour l'étude de la Renaissance.)
Depuis 1965, La Fédération internationale des sociétés et instituts pour l'étude
de la Renaissancepublie chaque année, grâce à une exemplaire coopération internationale, une Bibliographie internationale de l'Humanisme et de la Renaissancequi
recenseles ouvrageset les articles parus dans le monde entier sur ce sujet. Le terme
« Humanisme » y est entendu dans son sens le plus large et embrassetoute l'activité
humaine aussi bien économique, juridique, scientifique et technique que littéraire,
philosophique, religieuse et artistique, au cours des xve et XVIe siècles,tout en conservant une certaine souplesseà ces limites chronologiques. L'ampleur de la matière
embrassée,le souci des rédacteurs de donner une physionomie aussi exacte que
possible de la production mondiale en ce domaine ont, dès la publication de son preI. Voir : Bull. Bibl. France,I5e année,N° 9-I0, sept.-oct.I970, p. *8I9, n° 2II8.
ANALYSES
*237
mier volume, imposé cette bibliographie comme un instrument de référence indispensable.
Avec cette cinquième année,la bibliographie a, en quelque sorte atteint sa majorité, affirmé sa méthode. Ses éditeurs se sont assuré la collaboration de vingt et
un pays; dans chacun des pays où la Fédération est représentéepar un ou plusieurs
instituts ou sociétés et dans ceux où elle a des correspondants, les participants
établissent annuellement la bibliographie des études publiées dans leur pays, en
dépouillant les périodiques, les recueils (Mélanges, Actes de congrès, etc.) et les
bibliographies d'ouvrages. La Section de l'Humanisme de l'Institut de recherche et
d'histoire des textes, dirigée par Mlle Edith Bayle, assurela coordination des dépouillements, centralise les fiches, prépare le manuscrit et l'index.
Ces indications de la méthode utilisée par les éditeurs ne sont pas inutiles, car elles
permettent de mieux juger de l'ampleur du travail accompli, de la massedes dépouillements effectués et de l'importance de la documentation mise ainsi à la disposition
des chercheurs.
Comme les précédents, ce 5e volume se présente sous la forme d'une liste qui
suit l'ordre alphabétique des auteurs et qui groupe en une série continue les travaux
publiés en I969 et le complément à la bibliographie des ouvrages et articles publiés
depuis I965, d'un index alphabétique des noms de personnages,des noms de lieux
et de matières. La bibliographie proprement dite est précédéed'une liste des revues
dépouillées qui occupe 65 pages et d'une liste des volumes de Mélanges et d'Actes
de congrès dépouillés.
Au total, 6 193 notices offrent une ample documentation qu'un index rédigé avec
soin permet de consulter aisément. On aurait sans doute pu concevoir une autre
économie du volume et préférer une présentation systématique des notices. Mais
la solution retenue, grâce à l'index, permet au spécialiste de retrouver très rapidement les articles qui l'intéressent.
Si d'une année à l'autre, le nombre des notices demeure à peu près stable
(6 038 pour I968, 6 I93, pour I969), l'importance de la documentation ainsi réunie
prouve à l'évidence que les études consacréesà l'Humanisme et à la Renaissance
suscitent toujours un très vif intérêt. On ne peut donc que souhaiter la continuation
de cette entreprise et formuler le voeu que, dans toute la mesure du possible, les
volumes se succèdent à un rythme plus rapide.
Louis DESGRAVES.
651. - BURICH(Nancy J.). - Alexander the Great. A bibliography. (Ohio), The Kent State university press, I970. - 22 cm, XXIII-I53 p.
Kent
Cette bibliographie, critique et sélective, rendra des services à quiconque désire
étudier la personnalité et la fulgurante carrière d'Alexandre de Macédoine, dont les
conquêtesbouleversèrent la face du monde. Le présent travail n'a retenu que ce qui
peut apporter une contribution effective à la connaissanced'Alexandre; il exclut
tout ce qui relève de la légende médiévale, de la littérature pour enfants, du roman,
du théâtre, de la poésie; il laisse également de côté les articles d'encyclopédies,
les chapitres des histoires générales, les articles de journaux et les notices des dic-
*238
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
tionnaires de biographie. Ces exclusions ont permis de ramener à des dimensions
maniables une masse bibliographique qui eût été d'une ampleur désespérante si
l'on avait visé à l'exhaustivité.
L'Introduction présente et caractériseles principales sources classiques(pp. XIIIXX), ainsi que les travaux de cinq historiens modernes de premier plan (pp. XXIXXIII). La bibliographie proprement dite est divisée en cinq sections, à l'intérieur
desquelles on a disposé la matière selon l'ordre alphabétique des auteurs (ou des
titres, dans le cas d'ouvrages collectifs). Viennent d'abord (pp. 1-20) les outils bibliographiques, ouvrages de référence, collections de textes, etc. (96 numéros); ici, les
descriptions sont suivies d'appréciations dues à N. J. Burich elle-même ou inspirées
de comptes rendus de spécialistes connus. La deuxième partie (pp. 21-24) contient
une simple énumération des sources classiques(60 numéros). La troisième (pp. 2528) réunit de même, sans commentaires, des ouvrages historiques publiés en Occident depuis la fin du xve jusqu'à la fin du XVIIIe siècle (38 numéros). Les monographies modernes occupent la section IV A (pp. 29-84), où, comme dans la première,
chaque ouvrage fait l'objet d'une courte évaluation critique (338 numéros). Enfin,
la section IV B (pp. 85-153) recenseles articles de revues (691 numéros) sans porter
de jugement sur leur valeur.
Le livre n'est certes pas parfait, et l'auteur en a bien conscience(voir p. x de la
Préface). Destiné avant tout aux lecteurs américains - un astérisque signale les
ouvrages qu'on ne peut consulter aux États-Unis -, il a souffert d'une certaine hâte
(avouée également p. x). La description des monographies ne mentionne pas le
format, ni, ce qui est plus grave, le nombre de pages. La transcription des titres
français ou grecs (ceux-ci translittérés) offre bien des inexactitudes; il y a des confusions (p. 40, deux ouvrages tout à fait distincts de Paul Cloché sont traités, sous le
n° 62, comme un seul); il y a enfin des omissions discutables, notamment dans la
dernière partie, où des articles manquants auraient dû trouver place à côté de ceux
du même auteur qui ont été retenus (ainsi, p. 98, on pourrait ajouter aux nos 134136 deux autres études d'A. B. Daskalakis). Telle qu'elle est, cette bibliographie
constitue néanmoins un instrument de travail commode, qui aidera bien des chercheurs à ne pas trop s'égarer dans la forêt des publications consacréesà Alexandre
le Grand.
Charles ASTRUC.
652. - COSTA(Sarino Armando) et Lo VOI (Salvatore).- Libri nei secoli. Antologia
italiana per il Ginnasio... - Bologna, Zanichelli, I970. - 24,5 cm, XVI-I02I p.,
ill.
Cette anthologie a été composée à l'intention des jeunes étudiants des lycées
italiens dans le but de les inviter à la lecture en leur donnant une vision panoramique des thèmes les plus importants ayant inspiré la civilisation humaine au cours
des siècles, exprimés par les meilleurs poètes et prosateurs du monde occidental.
Bien que les écrivains italiens tiennent la première place (sur 2I3 auteurs cités, 98 sont
italiens), on y trouve des textes (traduits en italien) de 3 anglais, de 23 français, de
16 allemands et de 45 autres nationalités : russes, polonais, hongrois, roumains,
ANALYSES
*239
espagnols,etc., ce qui constitue un éventail de la littérature européenne.Malheureusement les traductions ne peuvent être qu'une image, souvent assez éloignée, de
l'original, surtout pour la poésie.
Le plan n'est pas chronologique et les diverses parties sont très disproportionnées,
les auteurs de cette anthologie ayant volontairement accordé une beaucoup plus
grande importance à la littérature des XIXe et xxe siècles, pensant que celle-ci serait
mieux comprise des adolescents, parce que plus actuelle. Ils ont commencé par le
romantisme et le réalisme qui occupent à eux seuls la moitié du volume; ensuite
l'époque contemporaine est aussi très largement représentée, après quoi, à peine le
quart de l'ouvrage est consacré à « la Poésie et la culture en Europe du Moyen âge
au XVIIIe siècle » (inclus). Le XVIIe siècle en particulier semble presque méprisé.
Composer une anthologie est toujours une tâche difficile, et il semble bien hardi
d'avoir tenté d'offrir pour chaque époque et pour chaque pays des exemples caractéristiques. Il est certain que le goût personnel des compilateurs et leurs vues critiques
ont dicté en partie leur choix, mais ils ont aussi tenu compte d'un point de vue didactique, voulant donner aux jeunes auxquels ils s'adressent un idéal moral et social.
La présentation est très scolaire : les différentes parties comportent un exposé sur
la période étudiée, puis chaque morceau choisi est précédé d'une analyse critique de
l'oeuvre de l'écrivain (quelquefois plus longue que le texte lui-même), et suivi d'une
note bibliographique indiquant, pour les étrangers, le nom du traducteur. De plus
des notes explicatives figurent au bas des pages.Le volume se termine par un appendice bio-bibliographique très utile et par un index alphabétique des auteurs.
De nos jours où tout semble être envahi par la technique et les ordinateurs, il est
rassurant de penser que la littérature a encore ses fervents. Avoir voulu faire découvrir à la jeunesse une partie de la richesse de penséeset de sentiments accumulée
au cours des ans et exprimée par la plume des plus grands écrivains européens est
un louable but. Ce livre donne faim, et ceux qui le liront éprouveront le désir de
pénétrer plus avant dans l'univers passionnant des ouvrages de l'esprit.
Elisabeth HERMITE.
653. - DES COUDRES
(Hans Peter). - Bibliographie der Werke Ernst Jüngers
[Zeittafel von Gerhard Loose]. -Stuttgart, E. Klett, 1970.- 24 cm, 86 p., portr.,
fac-sim.
La présente bibliographie, claire, précise et visant à l'exhaustivité, est une adaptation, revue et augmentée, d'un index bibliographique paru en I960 dans le Philobiblon (année4, fasc.3). L'ouvrage répertorie les oeuvresde Jünger dans leurs diverses
éditions, ses contributions aux recueils, ses articles publiés dans des périodiques,
ainsi que sesoeuvrestraduites en langues étrangères.
Le répertoire bibliographique est suivi d'un index de titres et du tableau chronologique qui peut être considéré comme une biographie succincte de Jünger.
Marie GIRARDDEVILLARS.
*240
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
654. - ERBACHER
(Hermann). - Bibliographie der Fest- und Gedenkschriften
für Persönlichkeiten aus evangelischer Theologie und Kirche, I88I-I969. Neustadt an der Aisch, Verlag Degener, I97I. -- 24 cm, 334 p. (Veröffentlichungen
der Arbeitsgemeinschaft für das Archiv- und Bibliothekswesen in der evangelischen Kirche. 8.)
De plus en plus, l'érudition, dans le monde moderne, s'enrichit d'un nouveau
genre de publications. Il s'agit en effet de cesvolumes de «mélanges», réunis par des
spécialistes, dans une discipline particulière, en l'honneur d'un « récipiendaire »,
qui s'est distingué par sestravaux dans cette discipline, et qui est honoré à l'occasion
d'une étape importante de son existence, au seuil d'une décennie ou d'une demidécennie à moins que ce ne soit pour un départ définitif à la retraite.
Cet état de chose est d'ailleurs particulièrement sensible en Allemagne, où les
Festschriften et les Gedenkschriftenne se comptent plus. D'un point de vue plus
bibliographique, l'abondance de ces contributions à des « mélanges », ne devait pas
manquer de soulever, tôt ou tard, un problème de répertoriage, pour qui souhaitait
retrouver, et retrouver rapidement, telle ou telle étude dans tel ou tel volume de
ces miscellanea.
C'est pour remédier à cette lacune que Hermann Erbacher s'est livré à un important
travail en dépouillant des « mélanges » parus de 1881 à 1969, c'est-à-dire pendant
plus de quatre-vingts ans, pour honorer des personnalités dans les pays d'expression
allemande et dans le monde de l'Église évangélique et de la théologie protestante.
Pour toute cette période, l'auteur n'a pas dénombré moins de 439 de ces ouvrages.
Il explique d'ailleurs, dans sa préface, qu'il aurait volontiers souhaité, au départ,
étendre sa prospection aux autres confessionset aux travaux sur les religions; mais
une telle entreprise l'aurait entraîné trop loin; de plus il ne perdait pas de vue l'important travail réalisé par Gustave Thils, paru à Louvain en I960 et intitulé Theologica e miscellantis,où cet autre compilateur a déjà réuni les notices pour 300 personnalités et 3 440 études relatives au monde catholique, de I9I8 à 1958; il y aurait
donc eu risque de double emploi.
Erbacher a donc oeuvrépour le plus grand bien de l'érudition, d'autant plus que
la recherche s'y trouve être, à travers ses différents chapitres, facilitée au maximum.
En effet, il donne d'abord une liste de ces mélangespar ordre alphabétique de récipiendaires, de titres abrégéspar ordre alphabétique de matières et par sujets sériés
et titres de revues, où les études ont aussi paru, égalementclassésalphabétiquement.
Après quoi, l'auteur donne, par le détail, le cadre de son classement; il y insère,
et cela forme un nouvel et important chapitre, les articles de ces « mélanges », suivant leur appartenance à l'une des 70 sous-sections réparties en 14 sections plus
importantes, mais en donnant l'auteur comme première mention de chacune de ces
notices, lesquellessuivent un ordre chronologique. Puis un nouveau chapitre apporte
l'index alphabétique des auteurs et des personnes,des pays, des lieux et des matières,
ainsi que despassagesbibliques ayant fait l'objet d'une étude, en renvoyant au numéro
affecté, dans la première partie, à chaque notice de ces innombrables contributions
à des mélanges,dans le cadre d'une numérotation unique.
C'est pourquoi la « Arbeitsgemeinschaft für das Archiv- und Bibliothekswesen in
ANALYSES
*24I
der evangelischenKirche », a jugé bon de voir paraître ce travail comme n° 8 de ses
publications. Il ne fait pas de doute qu'un tel dépouillement, né d'un besoin pratique de recherche, est le bienvenu pour qui se propose de se constituer une documentation dans le dédale de ces mélanges, qui paraissent en nombre toujours plus
élevé, suivant ainsi un nouvel usageet en y voyant la juste rançon d'une gloire, quelquefois passagère,mais toujours appréciée du récipiendaire.
Jacques BETZ.
655. - España
eremitica. Actas de la VI Semana de estudios monásticos. Abadfa
de San Salvador de Leyre, I5-20 de septiembre de 1963. - Pamplona, 1970. 24,5 cm, 686 p. (Analecta legerensia.I.)
L'érémitisme bénéficie depuis un certain nombre d'années d'un regain de faveur
dans le monde monastique, phénomène qui a incité les historiens à ouvrir des enquêtes
(en France, par exemple) ou à réunir des congrès destinés à mieux connaître le passé
de cette forme de la vie religieuse, non sans difficultés puisque les ermites, de par
leur vocation même, en se retirant du monde, ne devraient guère laisser de traces de
leur existence! En Italie, dès 1962, l'Université catholique du Sacré-Coeur,à Milan,
organisa un congrès à la Mendola, congrès dont un volume, L'Eremitismo in Occidentenei secoliXI e XII a recueilli les travaux. Au cours de cette assemblée,un moine
français, Dom J. Leclercq, manifesta son étonnement de l'absence de toute participation espagnole, alors que la péninsule ibérique avait été un foyer d'érémitisme.
L'idée fut retenue par la Société espagnoled'études monastiques pour sa VIe session,
qui devait avoir lieu en Navarre, dans un prieuré appartenant à la Congrégation
bénédictine de France, San Salvador de Leyre, où des moines de Silos avaient depuis
quelques annéesréveillé la vie monastique éteinte en 1836.
Les Actes - un volume contenant le texte de 28 communications - ont été publiés
il y a quelques mois, grâce à la ténacité du bibliothécaire de Leyre, D. Tomàs Moral,
historien bien connu du monachisme espagnol, qui a réussi à surmonter tous les
obstacles, soutenu par la « Diputación foral » de Navarre; ils constituent le premier
volume d'une collection, les Analecta legerensia,qui sera consacrée à des travaux
sur l'histoire de la Navarre et particulièrement à son histoire monastique.
Dans l'introduction, D. T. Moral signale qu'on ne trouvera pas dans le volume
l'histoire complète de l'érémitisme espagnol, dont certains aspectscomme l'iconographie de l'érémistisme dans l'art ou la place des ermites dans les littératures espagnoles,
n'ont pas été traités, faute de spécialistes compétents. Par contre, l'ensemble des
communications constitue déjà une bonne introduction, appuyée sur des enquêtes
locales approfondies, à l'histoire du courant érémitique depuis sesorigines (peut-être
dès la fin du IVe siècle) jusqu'àson déclin au XIXesiècle,aprèsl'invasion napoléonienne
et surtout les lois de 1835. Elles ont porté soit sur des thèmes généraux(l'érémitisme
dans le monde occidental, dans le royaume wisigoth ou dans certains ordres et congrégations : carmes, chartreux, franciscains), soit sur des études régionales ou locales :
l'érémitisme dans les diocèsesde Tarragone, Lerida, Astorga, dans la région de Murcie, en Extrémadoure, Castille, Navarre, Galice, à Cordoue et enfin à Montser-
*242
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
rat (Dom Garcia M. Colombas et Dom C. Baraut) et à Majorque (J. N. Hillgart
et D. B. Guasp). Montserrat constitue un cas particulièrement attachant, puisque
dès le XIe siècle des ermites se fixèrent sur la « Sainte Montagne »; au XVIe siècle,
au temps du célèbre abbé D. Garcia Jiménez de Cisneros, le monastère établit leur
statut dans des constitutions qui réglaient les relations réciproques. Une riche
documentation iconographique (reproduite dans l'ouvrage) illustrait l'exposé de
D. Baraut. Un autre centre important d'érémitisme, qui persistejusqu'à maintenant,
se trouve dans l'île de Majorque.
Dans certainesrégions, l'étude est encore peu avancéeet il faut reconnaître qu'elle
pose beaucoup de problèmes de terminologie (sens des mots « yermo », « ermita »,
« ermitaño
») et d'archéologie. La bibliographie est déjà riche cependant, si l'on en
juge par les nombreuses références données par les auteurs de communications,
en l'absence d'une bibliographie générale. Grâce à la Société espagnole d'études
monastiques, alors présidée par D. José Orlandis, professeur aux Universités de
Saragosseet de Navarre, canoniste et l'un des meilleurs spécialistes de l'époque
wisigothique, une lacune sérieuse a été partiellement comblée et une vive impulsion donnée à un courant de recherches qui permettra un jour de dresser la carte
complète des centres d'érémitisme en Espagne. Tous ceux qui ont suivi les travaux
de la sessiongardent un souvenir ému de l'accueil qui leur fut réservé par les moines
de Leyre et du cadre prestigieux - paysageet monument - où se déroulèrent les
séancesde travail. Le signataire de cette recension en a donné un compte rendu
détaillé dans Studia naonastica(Vol. VI, fasc. 1, I964).
René RANCoeUR.
656. - FOX-DAVIES(A.-C.). - A Complete guide to heraldry. Rev. and annot.
by J. P. Brooke-Little. - London, Nelson, I969. - 27 cm, XII-5I3 p., fig.,
pl. en coul. (Réimpr. I909.)
[I0 gns]
Il n'y a rien d'étonnant à ce que ce magnifique ouvrage paru en I909 ait connu
plusieurs réimpressions d'une 2e édition révisée par A. Franklyn en I949, avant cette
mise à jour nouvelle qui ne doit pas manquer de connaître à son tour un très large
succès,quand on sait qu'en Grande-Bretagne l'héraldique n'est pas comme en France
distraction d'amateurs ou matière d'érudition (combien peu recherchée), mais tout
au contraire élément vivant des institutions coutumières, surtout en Écosse.
Ouvrage classique dès son apparition, le guide souffrait néanmoins de remarques
dépasséeset aussi de son absencede références,à laquelle Brooke-Little s'est efforcé
de remédier en note, sans vouloir altérer, sauf en cas de nécessité,le texte original.
Tout ce que l'on peut souhaiter connaître sur l'héraldique anglaise est envisagé,
depuis l'organisation administrative du système, jusqu'à l'héraldique royale, en
passantnaturellement par la description des brisures et des meubles, par les heaumes
(véritable chapitre d'histoire de l'armement), avec d'innombrables exemples et des
figures au trait presque à chaque page. Une bibliographie essentielle d'environ
quatre-vingts titres, à jour, et un index alphabétique détaillé concluent l'ouvrage.
Il est à peine besoin de recommander ce traité à toutes les grandes bibliothèques
ANALYSES
*243
ayant l'histoire de l'Angleterre dans leur spécialité, et l'obstacle linguistique surmonté, ce guide est à même de passionnerjusqu'aux plus jeunes lecteurs.
Jean-Claude GARRETA.
657. - GATHORNE-HARDY
(Robert) et WILLIAMS (William Proctor). - A Bibliography of the writings of Jeremy Taylor to 1700. With a selection of Tayloriana.
2nd ed. - DeKalb (Ill.), Northern Illinois university press, 1971. - 23,5 cm,
XII-I59 p.
Remaniement et mise à jour de la bibliographie publiée en 1930 par R. GathorneHardy, cette nouvelle édition permettra à ceux qui voudront identifier les textes
du grand prédicateur de se faire une idée précise des éditions qui existent ou qui
furent rééditées, et fait autorité en la matière.
Sylvie THIÉBEAULD.
658. - HUXLEY(Renira) et INGRAM(Elisabeth). - Language acquisition : models
and methods... - London, Academic press, 1971. - 23 cm, XIII-3II p. (Centre
for advanced study in the developmental sciences.)
[$ I4.50]
Cet ouvrage constitue les actes d'un colloque ayant eu lieu à Londres en mai 1968,
sur les mécanismes d'apprentissage des langues naturelles. Douze auteurs, parmi
les spécialistes internationaux les plus représentatifs de leur domaine ont fait des
contributions à ce volume. Chaque communication mériterait d'être analysée en
détail, nous ne mentionnerons ici que les sujets principaux qui ont été abordés :
la sociolinguistique (Dell Hymes, etc.), la grammaire (H. Sinclair, de l'École de Piaget,
U. Bellugi et J. Mehler utilisateurs de la grammaire générative de Chomsky), la
connaissanceet le langage (T. G. Bever), et les aspectscliniques (H. Hecaen).
Les discussions entre spécialistes ont été largement reproduites.
Ce livre donne une excellente couverture d'un domaine difficile où les recherches
évoluent rapidement.
Maurice GROSS.
659. - International Homeric symposium I969. The communications. International society for Homeric studies, 1970. - 23,5 cm, 91 p.
Athens,
Parmi les réunions internationales, les colloques, qui vont se multipliant, sont peutêtre celles où s'accomplit le travail le plus sérieux et le plus riche en résultats. Encore
faut-il qu'ils groupent les savants qui, dans le monde, font autorité sur le sujet ou
l'auteur choisi. On ne peut dire que ce soit le cas du Symposium dont sont publiées
ici, les communications : son but, comme celui de la Société internationale des
études homériques fondée à cette occasion, est bien plutôt de magnifier un grand
poète, père de toute poésie. Quelques articles sont dus à d'éminents hellénistes
étrangers qui avaient accepté de participer à cette manifestation : relevons en parti-
*244
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
culier celui de D. Page, Odysseusand the Laestrygonianset celui de F. Chamoux,
Echoshomériquesdans la céramiquegéométrique ils
; ont été sans doute revus par leurs
auteurs, ce qui les met à l'abri de choquantes coquilles (en voici une toutefois bien
amusante,p. 32, note I «Pestschrift B. Schweitzer»-- dénomination assezbien trouvée
pour ce genre de publication!) Quant aux traductions du sommaire en anglais,
allemand, français, ainsi que les notices, rédigées dans ces trois langues, qui renseignent le lecteur sur la nature du Symposium et la fondation de la Société, elles
fourmillent des fautes les plus grossières.On ne saurait donner une grande importance scientifique à ce petit recueil, dont on louera cependant l'aimable diversité.
Juliette ERNST.
660. - JOHNSON(Elmer D.). - Thomas Wolfe. A checklist. - Kent (Ohio),
the Kent State university press, I970. - 22 cm, XIV-278 p. (The Serif series.
Bibliographies and checklists. I2.)
Quoique intitulé « checklist », le douzième ouvrage de la série Serif pourrait, par
ses dimensions, passer plutôt pour une véritable bibliographie. On y retrouve les
ouvrages, les articles ou parties d'articles écrits par Thomas Wolfe, les ouvrages
et brochures écrits sur lui, les thèses dont il a été l'objet, des articles ou parties
d'articles écrits à son sujet, les sections de livres qui lui furent consacrées,les poèmes
et les romans qu'il inspira, plus un chapitre intitulé « divers », un supplément pour
des textes dont le bibliographe n'avait pas eu connaissance,et un index.
E. D. Johnson a cherché à être exhaustif sur son sujet sanss'imaginer qu'il y avait
réussi, mais je doute qu'on ait pu mieux faire en la matière et je souhaiterais que les
précédents bibliographes de la même collection aient travaillé comme lui.
Sylvie THIÉBEAULD.
661. - JUNG (C. G.). - Psychologie et alchimie. Trad. de l'allemand et annoté
par Henry Pernet et le Dr Roland Cahen. - Buchet-Chastel, I970. - 2I cm,
XVI-707p., 270 ill.
L'influence de cet ouvrage, d'abord paru en langue allemande (Zürich, Rascher
Verlag, I944), a été considérable, tant sur la psychologie et sur la psychanalyse,
que sur l'histoire des idées. La présente traduction s'est servi de la seconde édition
allemande (Zürich, Rascher Verlag, I952). Elle rendra plus aisée la compréhension
de cette oeuvre,d'une extrême densité, qui apporte des réponsesaux énigmes posées,
depuis un millénaire et demi, par l'alchimie.
L'intuition essentielle de Jung est l'assimilation des processus inconscients
aux opérations alchimiques. Ainsi, le psychique était-il projeté dans la nature par
l'alchimiste ; le mysterium,qu'il croyait lentement déchiffrer, n'était pourtant pas illusoire : c'était lui-même qui recherchait la libération et la spiritualisation progressives,
c'était lui-même que révélaient des opérations en apparence strictement chimiques.
Un autre thème apparaît alors dans la penséede Jung, celui d'un psychisme com-
ANALYSES
*245
mun à tous les hommes, qui surgit parallèlement dans l'alchimie et dans les rêves.
Cette « psyché humaine sous-jacente..., au contraire de la conscience,se transforme
à peine au cours des siècles... » (p. 598). Son étude apporte donc, en particulier aux
médiévistes aux prises avec une logique souvent déroutante, une clé ouvrant sur
les infra-structures, sur les « archétypes », en nombre limité et d'un symbolisme
déchiffrable, cachés par le dédale de l'opus alchemicum.
Pour les bibliographes, cet ouvrage offre un autre intérêt : il comporte une bibliographie très copieuse de l'alchimie. Elle signale, non seulement les livres imprimés,
mais aussi des manuscrits que Jung a consultés. Elle donne l'inventaire de collections aussi complexes que la Bibliotheca chemica curiosa, de Manget, le Theatrum
chemicum,le Musaeum hermeticum...,mentionnant les diverses éditions, les traductions, les pages. Elle ne remplace pas, certes, les bibliographies de Ferguson et de
Duveen, mais elle rendra de grands services pour une recherche rapide et aisée.
Les notes, en bas de page, renvoient à la bibliographie numérotée, ce qui allège l'apparat critique sans le diminuer.
Quelles que soient les appréciations portées sur les théories psychanalytiques
jungiennes, on ne peut qu'apprécier les nouvelles et profondes méthodes d'investigation historique proposéesici, au long d'un ouvrage original et riche, mais maniable
et commode.
Suzanne COLNORT-BODET.
662. - Lexikon der Antike. Religion, Mythologie, Bd I : A-H; Bd II : I-Z. München, Deutscher Taschenbuch Verlag, I970. - 18 cm, 3I9 et 323 p.,ill.
En 1965 l' « Artemis-Verlag » publiait à Zurich et Stuttgart un gros Lexikon der
Alten Welt (LAW), qui reçut un accueil assezréservé (voir en particulier l'important
compte rendu du Gnomon,XXXIX,1967, pp. 737-758, qui attirait l'attention sur de
nombreuses imperfections de l'ouvrage, tant dans la présentation que dans la rédaction des articles et dans la conception générale). Le Lexikon der Antike que présente
le « Deutscher Taschenbuch Verlag » est librement extrait de son aîné, c'est-à-dire
qu'il s'est réservé d'y apporter des modifications, sans toutefois tenir compte des
recensions qui lui avaient été consacrées;la matière a été répartie entre cinq disciplines communes aux études grecques et latines, les deux tomes dont il s'agit ici
traitant de la religion et de la mythologie hellénique et romaine, auxquelles on a
ajouté le christianisme des premiers siècles et les religions orientales dans leurs rapports avec la Grèce et Rome : c'est là précisément le sujet que M. Fuhrmann, le
recenseur du Gnomon,considérait comme le mieux venu du LAW. Ce petit dictionnaire comporte des notices non seulement sur les dieux et les héros, mais aussi sur
les différentes religions elles-mêmes,sur certains mouvements (ainsi «Manichaismus»,
« Mysterien », « Orphik »), sur des manifestations religieuses ou des rites particuliers,
sur des genres (ainsi «Apokalyptik »), des concepts ou des pratiques (ainsi « Askese»).
Bien que réduit au format « de poche », il n'est pas un ouvrage à proprement parler
élémentaire, car il fournit pour chaque article une bibliographie scientifique (qui
toutefois ne m'a pas paru systématiquement mise à jour depuis la confection du
LAW), englobant celle des représentations dans les arts figurés du dieu, du person-
*246
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
nage ou de l'institution étudiés. Ainsi donc il s'adresse,plutôt qu'au grand public,
aux étudiants auxquels il offre le moyen d'approfondir leurs connaissances,d'entreprendre une recherche par le recours aux sources, aux grands instruments de travail, à la lecture des articles de revues abondamment cités. La note de consultation
et la liste des abréviations, qui ne comptent pas moins de 59 pages, rendent aisée
l'utilisation des notices bibliographiques, pourtant fort succinctes. Il n'est pas question, pour un dictionnaire de ce type, de rivaliser avec celui de M. H. Hunger 1,
mais, son prix le mettant à la portée de tous, ce « Lexikon » rendra de grands services
et contribuera à initier les étudiants à une saine méthode de recherche.
Juliette ERNST.
663. - LORTZ(Joseph).- La Réforme de Luther. Tome III. Bibliographie et tableau
chronologique. Trad. de l'allemand par R. Givord. Avertissement de Daniel Olivier. - Ed. du Cerf, I97I. - 19,5 cm, I06 p.
L'auteur a consacréà Luther une véritable somme. La bibliographie qui constitue
le tome III montre l'étendue de ses recherches. Les éditeurs français y ont ajouté
quelques ouvrages de référence. Cette publication éclaire avant tout l'oeuvre de
Luther, d'autant mieux que cette bibliographie est sommairement commentée.Naturellement Luther ne pouvait être isolé de son temps; des humanistes, d'autres réformateurs, de même que l'Église catholique sont présents dans l'ouvrage. Cependant
la bibliographie n'est pas exhaustive mais sélective. C'est ainsi par exemple que les
périodiques suissesou les travaux des Allemands de l'Est n'y figurent pas.
Ce tome III est donc nécessaire comme complément aux deux premiers. On
comprend d'ailleurs mal pourquoi il n'est pas inséré dans le second volume. Pris
isolément c'est une orientation intéressantepour la découverte de Luther, telle qu'elle
a été renouvelée par les récents travaux des théologiens et historiens catholiques.
Lise DUBIEF.
664. - MINIS (Cola). - Bibliographie zum Karlmeinet. - Amsterdam, Rodopi NV,
I97I. - 22,5 cm, 35 p. (BeschreibendeBibliographien. i. H.)
La présente bibliographie accompagnela réédition par l'éditeur Rodopi NV du
tome 45 de la collection « Bibliothek des literarischen Vereins in Stuttgart », qu'il a
d'ailleurs republiée en entier. Le tome 45 était l'édition par Adelbert Keller en 1858
du Karlmeinet, classique anonyme allemand du Moyen âge chantant les louanges du
jeune Charlemagne, Carolus magnitus.
Mais qu'est-ce qu' «accompagner» enl'occurrence ?L'éditeur a peut-être réimprimé
en un seul volume Karlmeinet et la présente bibliographie qui aurait donc été publiée
d'autre part isolément. Deux arguments plaident en faveur de cette interprétation.
I. Voir : Bull. Bibl. France, I5e année, N°
7, juil. 1970, pp. *630-*63I,
n° 1576.
ANALYSES
*247
D'abord on lit en page I que la bibliographie accompagne la réimpression du Karlmeinet sans que la référence de cette réimpression soit indiquée, comme si elle était
bien évidemment connue. C'est finalement en page IV qu'on la trouve. Cette
imprécision de la page I s'explique plus facilement si le fascicule est la publication
sous forme d'extrait d'une bibliographie qui par ailleurs est comprise dans le même
volume que le Karlmeinet lui-même. Puis la pagination du fascicule est en chiffres
romains, ce qui est caractéristique d'une préface ou d'une postface. Peut-être aussi
la réédition du Karlmeinet n'est-elle pas accompagnée de la bibliographie. Qu'importe ! Si on a la première édition du Karlmeinet, on peut commander uniquement la
bibliographie. Et si on ne l'a pas, on choisira peut-être de commander la réédition
du Karlmeinet pour vérifier si elle contient la bibliographie en supplément et décider
si celle-ci doit être acquise séparément ou non.
C'est à d'autres conjectures, moins matérielles, que se livrent les auteurs qui
éditent Karlmeinet ou lui consacrent livres, contributions, articles, en tout 56 références, dont C. Minis fait le résumé critique. On reconnaît les plus grands noms de
la linguistique allemande et française du Moyen âge, Karl Bartsch, Theodor Frings,
Gaston Paris, etc., qui étudient l'histoire des textes et des manuscrits et leurs pérégrinations en France, en Italie, aux Pays-Bas et en Allemagne. Leurs avis divergent
fréquemment et C. Minis les expose sans passion en les éclairant de commentaires
parfois longs de plusieurs pages, nourris de l'expérience d'un spécialiste du Karlmeinet.
Outre qu'elle est annotée la bibliographie est plus complète que celle du tome I
de la Geschichte der deutschen Literatur. Internationale Bibliographie 1. Rappelons
cependant que cette bibliographie de la littérature allemande contient des références
sur l'ensemble des classiques allemands du Moyen âge.
Pierre BAUDRIER.
665. - MosER (Gerald M.). - A Tentative Portuguese-African
bibliography :
Portuguese literature in Africa and African literature in the Portuguese language
... [Foreword by W. Carl Jackson.] - University Park (Pa.), The Pennsylvania
State university libraries, 1970. - 28 cm, XII-I48-3 p., ill. (Bibliographical series.
3.)
La bibliographie
portugaise-africaine
de M. G. M. Moser, appelée modestement
essai, recense les écrits d'auteurs portugais, ayant vécu un temps substantiel en
Afrique, ou y résidant, sur des thèmes africains. Elle exclut les auteurs ayant écrit
occasionnellement sur ces sujets, à l'occasion, par exemple, d'un voyage, ou même
sans y avoir jamais résidé. Ce sont des auteurs blancs, noirs ou métis, se considérant
avant tout comme de culture portugaise, et écrivant dans cette langue, bien que parmi
eux il se trouve des autonomistes ou des séparatistes.
Elle se divise en trois grandes sections, littérature populaire, littérature proprement dite, de loin la plus fournie, histoire et critique littéraires. Chacune est subdiI. Voir : Bull. Bibl. France, I6e année, N° 2, févr. I97I, p. *I69, n° 462.
27
*248
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
visée en territoires :
Iles du Cap Vert, Guinée portugaise, Iles de Sâo Tomé et Prin-
cipe, Cabinda, Angola, Mozambique. A l'intérieur de ceux-ci les auteurs sont classés
alphabétiquement. Il n'y a que des livres littéraires à l'exclusion de ceux scientifiques, historiques, juridiques, etc... et à l'exclusion des simples articles s'ils n'ont
pas été tirés à part. Un index des écrivains donne quelques renseignements
biographiques : dates, profession s'il y a lieu (parmi les Portugais métropolitains
il y a bon nombre d'enseignants, de missionnaires, d'officiers) et territoire de
résidence. Les notices sont assez brèves, ne comportant pas toute la pagination,
des indications telles que P : Poésie, N : Roman, T : Théâtre, E : Essai, etc...
les complètent utilement. L'auteur a essayé de remonter aux origines de cette
littérature au XVIIe siècle, mais la presque totalité des ouvrages recensés est du
XXe siècle, et surtout de la période I920-I940, où les intellectuels découvrirent
l'Afrique. Après 1940 les mouvements d'émancipation
production.
Outre l'intérêt de cette bibliographie pour l'histoire
africaine ont diminué
de la littérature
cette
portugaise,
signalons que les bibliothécaires chargés de ce domaine apprécieront l'index très
bien fait des auteurs, il sera très précieux pour les recherches et les identifications,
ils mettront l'ouvrage dans leurs usuels.
Marie-Thérèse
666. - NAAMAN (Antoine).
diennes de I92I à I969. -
LAUREILHE.
- Guide bibliographique des thèses littéraires canaSherbrooke (Qué.), Ed. Cosmos; Paris, Nizet, I970. --
24 cm, 342 p.
[$ I0]
M. Naaman s'est efforcé de recenser toutes les thèses canadiennes de littérature
canadienne et française et de présenter un échantillonnage de thèses littéraires
d'autres domaines linguistiques. Son travail est fait avec le plus grand soin et il
explique longuement dans un avant-propos ses méthodes de recherches et de classement. Il fait également une première approche statistique, université par université,
des tendances de la recherche. Un chapitre intitulé « auxiliaires de la recherche »
énumère les organismes offrant des bourses d'études supérieures, les centres canadiens de recherche, les périodiques canadiens d'expression française, les principaux éditeurs canadiens, les prix et concours littéraires. Bibliographie et sources
des littératures canadienne et française sont énumérées dans le chapitre suivant.
La deuxième partie du livre forme un répertoire systématique des thèses. Elle se
subdivise en trois chapitres : thèses en lettres françaises et de langue française,
thèses en lettres anciennes et étrangères (échantillonnage).
Au total, près de
3 000 thèses figurent dans ce volume qui s'achève par un index analytique des mots
clefs figurant dans les titres des thèses, un index des auteurs et des directeurs de
thèses, un index des auteurs traités. Cette excellente bibliographie est malheureusement déparée par une typographie trop souvent fautive.
Alfred
FIERRO-DOMENECH.
ANALYSES
667. - NOEL (Bernard). 23 cm, 367 p., ill.
*249
Dictionnaire de la Commune. -
F. Hazan, 1971. -
1971 a vu toute une floraison d'ouvrages sur la Commune de 1871, les expositions
se rabattant prudemment sur Napoléon. C'est là un signe de l'intérêt que l'on
porte encore aujourd'hui à un mouvement dont l'ambiguïté n'a pas toujours été
bien soulignée. Mais le livre de M. Noël présente un intérêt exceptionnel dans cette
littérature du centenaire. C'est un ouvrage de grande valeur scientifique et c'est un
dictionnaire. 800 articles, classésdans l'ordre alphabétique, permettent de trouver
instantanément ce que l'on cherche, que ce soient des biographies, des institutions,
des journaux, des idées abstraites comme la liberté ou la paix, ou des choses plus
concrètes comme le ravitaillement, le pain... Toutes ces notices sont remarquables
de concision et de clarté. Il convient aussi de noter un certain nombre d'articles
qu'on n'attendrait pas dans un dictionnaire et qui, tirés de propos de contemporains,
sont du plus grand intérêt. Prenons, par exemple, trois d'entre eux :
- Modéré. « Nous l'avons remarqué souvent, il n'y a que les modérés pour être
impitoyables. Si encore ils n'étaient que féroces, mais ils sont stupides. C'est du
reste ce qui nous sauve. » (Henri Rochefort.)
- Ravissement. « Paris est un vrai paradis; point de police, point de sottises,
point d'exaction d'aucune façon, point de dispute. Paris va tout seul comme sur des
roulettes... Il faudrait pouvoir rester toujours comme cela. En un mot, c'est un vrai
ravissement. » (Gustave Courbet, lettre à ses parents, 30 avril 1871.)
Et enfin le prophétique :
- Oui. « Oui, nous serons dépecés vivants. Morts, nous serons traînés dans la
boue. On a tué les combattants, on tuera les prisonniers, on achèvera les blessés.
Ceux qu'on épargnera, s'il en reste, iront pourrir au bagne. Oui, mais l'histoire
finira par voir clair et dire que nous avons sauvé la République. » (Eugène Varlin,
le 27 mai.)
Alfred FIERRO-DoMENECH.
668. - NOUEL(André). - Contribution à l'étude de la géographie préhistorique :
Répertoire illustré des nouvelles découvertes préhistoriques de I969 à 1970,
pour les départements du Loiret, du Loir-et-Cher, de l'Eure-et-Loir, partie Sud,
de la Seine-et-Marne, Sud et de l'Essonne, Sud. - Gien, Impr. Jeanne-d'Arc,
I97I. - 24 cm, 55 p., ill., bibliogr.
[I0 F]
L'abbé André Nouel, professeur à Orléans, a fait paraître un bon nombre d'études
sur la préhistoire des départements du Sud du Bassin parisien et du Val-de-Loire,
partie des circonscriptions préhistoriques du Centre et de la Région parisienne.
Son Répertoire illustré des nouvellesdécouvertespréhistoriquesde I969 à I970... pour
ces régions est la suite d'un travail antérieur : Inventaire desdécouvertes
préhistoriques
de I963 à I968... Tous deux sont écrits dans un double but, d'abord géographique,
fournir les éléments nécessairesà la composition de cartes de répartition où l'on
puisse lire l'implantation locale d'une civilisation déterminée, ensuite d'ordre
typologique, fournir au préhistorien un répertoire abondant d'objets qu'il groupera
*250
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
selon leur nature, leur époque, etc... L'auteur a laissé à d'autres l'exploitation des
donnéeset l'établissement des synthèses.Il s'est limité, en principe, aux découvertes
de deux années,mais en fait il a ajouté des trouvailles antérieures restéesinédites.
L'ouvrage de l'abbé Nouel est donc avant tout documentaire, c'est un répertoire
classé selon un plan topographique, par département, à l'intérieur, s'il y a lieu,
par région et enfin par commune. Pour chaque notice les objets sont décrits sommairement, mais avec précision, le lieu exact de la découverte est donné, ainsi que celui
de la collection où ils sont conservés,et quand il y a lieu les indications bibliographiques. L'ouvrage est largement illustré, bon nombre des objets sont représentés,
ce qui est plus parlant qu'une description. L'ouvrage comprend d'autres éléments
documentaires : une courte bibliographie de 9 études importantes, une liste des
préhistoriens dont les collections sont citées et une liste des périodiques archéologiques locaux. Tout cela contribue à faire de l'ouvrage ce que son auteur a voulu
qu'il soit, un bon instrument de travail. La conclusion est brève puisque le P. Nouel
a voulu laisser à d'autres l'établissement dessynthèses.Il fait appel aux collectionneurs
pour qu'ils ne gardent pas jalousement leurs trouvailles, pour qu'ils évitent qu'elles
tombent entre des mains incompétentes après eux et pour qu'ils les répertorient
de façon utilisable. Il conclut en réfutant les théories de ceux qui disent ne s'intéresser
qu'à l'avenir et récusent le passéen montrant que celui-ci explique le présent. Le
P. Nouel est mort au début de I97I, avant la parution de son ouvrage, il faisait
partie de ces érudits locaux dont les recherchessur un terroir qu'ils connaissentbien,
sont indispensables et permettent seules les grandes synthèses. Jusqu'ici beaucoup
d'entre eux étaient ecclésiastiques,espérons que les mutations qui transforment en
ce moment le clergé ne les empêcheront pas de continuer cette oeuvreutile, car, dit
l'abbé Nouel, « C'est en étudiant l'histoire des civilisations antiques qu'on peut
prétendre participer à la construction du monde moderne ».
Marie-Thérèse LAUREILHE.
669. - PALADILHE(Jean). - Gustave Moreau, suivi de Gustave Moreau au regard
changeant des générations, par J. Pierre. - F. Hazan, I97I. -- 29 cm, 176 p., ill.
Le livre est bon, bien informé, faisant état de sourcesinédites, et montrant bien
les différentes périodes de la vie artistique du maître, les six ans qu'il passe chez
Picot en même temps qu'il admire Delacroix et Chassériau (I844-I850), son alternative de gaieté et de mondanité avec sa tristesse, son désir de communication
destiné à faire comprendre son art dont il sait lui-même qu'il est un difficile attelage
entre « une imagination sans frein et un esprit critique jusqu'à la manie », sa souffrance d'être « trop littéraire pour un peintre ». JoséPierre montre ce qu'on a dit de
Moreau, et étudie la place de la femme dans son oeuvre.
Jean ADHÉMAR.
ANALYSES
*25I
670. - PEIXOTO(Jorge). -- Notas sobre Francisco Gomes de Amorim. -- Porto,
Póvoa de Varzim, 1970. -- 24 cm, 75 p., portr. et fac-sim. (Separata do Boletim
cultural « Póvoa de Varzim », vol. IX, n° 1, I970.)
Dans cette note sur Francisco Gomes de Amorim, bibliothécaire de la Bibliothèque de la marine portugaise, M. Peixoto publie un journal qu'Amorim écrivit
lors de son entrée à la Bibliothèque de l'École navale et quelques lignes d'une biographie écrite par Henrique de Campos Ferreira Lima, mais l'essentiel de l'étude
est une très importante bibliographie de Amorim comprenant ses oeuvrespoétiques,
dramatiques, et autres, ses travaux d'histoire littéraire, ses éditions de textes, une
liste des journaux et revues auxquels il collabora, les manuscrits restés inédits et
enfin les articles sur lui. Cette bibliographie devra être notée par tout bibliothécaire
chargé du domaine portugais.
Marie-Thérèse LAUREILHE.
671. - PINE (Leslie Gilbert). - The Genealogist's encyclopedia. Abbot (Devon), David and Charles, I969. - 25 cm, 360 p.
Newton
Avec cette encyclopédie le savant éditeur du Burke's Peeragenous donne en fait
plutôt qu'un traité, un manuel à l'usage du grand public avecdesindications pratiques
pour la recherche en Europe et en Amérique (adressesd'organismes divers) qu'un
auteur non anglo-saxon eût hésité à faire figurer dans un ouvrage d'érudition; que
M. Pine en soit remercié.
L'auteur retrace l'histoire de la généalogie depuis la tradition orale familiale
jusqu'aux registres des temps modernes, ne négligeant jamais à l'intention du
néophyte l'explication étymologique des termes techniques, parfois au prix d'une
simplification rudimentaire (« suzerain » p. 52) mais décrivant au passagetoutes les
sources célèbres (le « Domesday Book », les Piperolls, etc.).
La généalogie dans les îles britanniques est particulièrement bien traitée : un
chapitre spécial pour l'Écosse, un pour le pays de Galles, Man et les îles anglonormandes, un pour l'Irlande; comme pour les pays européens qui suivent, on y
trouve l'organisation des archives publiques et privées, le système nobiliaire et
l'histoire de l'état civil. Les lecteurs étrangers ne manqueront pas de relever ici et là
de menues inexactitudes en ce qui concerne leur pays (les Archives nationales en
France ne relèvent plus du Ministère de l'éducation nationale) : l'auteur semble en
effet s'être contenté d'interroger pour son enquête les attachés culturels des ambassades à Londres. Une correspondance directe aurait sans doute été de meilleur
fruit : Pine conseille précisément d'écrire aux archives départementales pour les
recherches en France, car, assure-t-il, il faut connaître le département d'origine du
sujet cherché et l'archiviste indiquera la ou les communes (où se rencontre une
famille du nom). L'expérience suggère une démarche un peu différente : la ville
ou le village de provenance d'un individu (pour les époques anciennes, simplement
le diocèse) est connue, et le travail consiste à localiser le toponyme, mais en fin de
compte le recours à l'archivisite départemental - malheureusement pour celui-ci!
*252
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
- s'impose pour connaître l'état des archives communales et notariales, comme
n'oublie pas d'y songer L. Pine.
La première partie se termine par un chapitre sur la généalogiejuive, bien à jour,
qui renvoie au répertoire de R. Blumenthal, C. Fraenkel et J. Raba (en règle générale,
Pine traduit les titres cités en référence et ne donne pas leur date : négligences
fâcheuses même dans un ouvrage de vulgarisation). Dans une seconde partie, le
livre offre une présentation succincte sur l'héraldique (amplement traitée dans
d'autres ouvrages de l'auteur) avec un lexique, puis un exposé sur les titres nobiliaires avec leur usagedans le style épistolaire, sansoublier les abréviations courantes
en Angleterre : ce sont là des indications que l'on a peine à trouver ailleurs. Les
ordres et décorations font l'objet d'un chapitre, mais on ne saurait dire là encore
que les renseignementspour les pays étrangers soient aussi sûrs que pour la Grande
Bretagne : en France sont citées la Légion d'honneur - mais ni l'Ordre de la libération, ni l'Ordre national du mérite - la croix de guerre et « la médaille militaire
accordéeaux officiers pour une conduite distinguée pendant la guerre » !Reconnaissons que l'auteur avoue qu'il faudrait tout un livre pour ce chapitre des ordres et
décorations et n'omettons pas de citer en appendice une étude sur la pairie et une
autre sur le système des clans, où L. Pine est plus à l'aise.
Au total c'est un livre plus qu'estimable, ouvrage de vulgarisation qui, en traduction, trouverait aussi un large public sur le continent, à condition de revoir de
près toutes les parties non britanniques. Il faut de ce fait le signaler à tous les généalogistes qui assiègentnos bibliothèques d'étude où il prendra place à côté du Guide
des recherchesgénéalogiques...de J. Meurgey (qu'on aurait aimé voir mentionner
dans les pages sur la France) car une recherche d'ascendancedéborde vite hors des
frontières de l'hexagone.
A condition qu'une étude généalogique, comme le réclame entre autres M. Perronnet, situe les générations dans les sociétés de leur temps, bref, soit un élément
de l'histoire sociale, elle ne peut être qu'encouragée et des ouvrages comme celui
de Pine facilitent indubitablement de telles recherches.
Jean-Claude GARRETA.
672. - RAMSEY(Richard David). - Edmund Wilson, a bibliography. - New
York, D. Lewis, I97I. -- 22 cm, x-345 p.
[$7.50]
Première véritable bibliographie (exhaustive et à jour en mars I970) du critique
Edmund Wilson, le travail de R. D. Ramsey, tout à fait classique dans son organisation en sections consacréesaux différentes catégoriesd'ouvrages écrits par Wilson,
est d'une présentation tout à fait soignée.
Bizarrement, cependant, vue de près, la disposition typographique n'est peut-être
pas aussi commode qu'élégante et aurait tendanceà mal permettre de saisir l'essentiel.
Ce n'est sans doute qu'un effet de perspective, comparable à celui que l'on peut
observer dans certaines écritures, mais cela peut devenir fatigant pour l'utilisateur.
Sylvie THIÉBEAULD.
ANALYSES
*253
673. - SERMAN(William). - La Commune. - Pressesuniversitaires de France,
I97I. - 19 cm, 96 p. (Dossiers Clio).
- HEFFER(Jean). - Les Origines de la Guerre de Sécession.- Presses universitaires de France, 1971. - 19 cm, 94 p. (Dossiers Clio).
On ne publie qu'assezrarement des recueils de textes, ils sont par suite souvent
difficiles à se procurer, en outre ils reproduisent généralement des textes assez
connus. Aussi la collection « Dossiers Clio », dirigée par Claude Fohlen, professeur
à la Sorbonne, dont les travaux sur l'histoire américaine et sur l'histoire économique
font autorité, devrait-elle connaître un vif succès. Chaque volume présente un
dossier, c'est-à-dire un ensemble de textes concernant une grande question. On
trouve dans ce dossier une introduction qui situe le sujet dans son contexte historique, des documents peu connus s'y rapportant, des textes dus à des historiens
apportant des interprétations divergentes, parfois même contradictoires, et enfin
une chronologie et une bibliographie sommaires.
Commençant par deux volumes concernant Les Origines de la guerre de Sécession
et La Commune,la collection continuera par d'autres volumes relatifs aussi bien à
l'histoire moderne et contemporaine qu'à l'histoire du Moyen âge et à l'histoire
ancienne.
Après les nombreuses publications intéressant la Commune de Paris de 1871
parues à l'occasion de son centenaire s'ajoutant à une bibliographie déjà considérable, il semblait que tout eût été dit à son sujet. Dans un ouvrage de ce genre, il ne
pouvait évidemment être question de renouveler celui-ci, W. Serman a cependant
réalisé un recueil très utile, contenant des textes relativement peu connus, éclairés
par une introduction objective, fait assezpeu fréquent à propos d'événements qui,
cent ans après, soulèvent encore des controverses passionnées.
La Guerre de Sécessionest peu connue en France, surtout parce que sa bibliographie en français est restreinte et comprend peu d'ouvrages de valeur. Le livre de
Jean Heffer qui se révèle aussi bon historien qu'excellent traducteur, aborde un
sujet plus complexe encore que la guerre elle-même, sesorigines à propos desquelles
on n'a pas fini de discuter. « Depuis l'attaque du fort Sumter (I2 avril 1861), écrit-il,
les contemporains, puis les historiens ont cherché à démêler l'écheveau de la causalité
et à faire la part du hasard et de la nécessité.» La plupart des documents qu'il reproduit sont publiés pour la première fois en français. Leur lecture attentive est à
recommander non seulement à des spécialistesmais même à tous ceux qui essaient
de comprendre le rôle des États-Unis dans la politique mondiale.
Albert KREBS.
*254
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
674. - TERNES(Charles Marie). - Répertoire archéologique du Grand-Duché de
Luxembourg... -- Bruxelles, I970. - 2 vol., 25 cm. (Centre national de recherches
archéologiquesen Belgique. Série C.)
[750 F.B.]
I. Texte. - 208 p., 4 cartes, bibliogr.
2. Planches.- 256 p., 404 ill.
L'ouvrage que nous recevons s'insère dans un cadre général de recherches sur la
topographie antique du Grand-Duché de Luxembourg. L'auteur rassemble ici,
pour chaque localité, les objets découverts et publiés, du paléolithique à la fin de
l'époque mérovingienne sur le territoire actuel du Grand-Duché de Luxembourg.
Les communes sont classéespar ordre alphabétique de la forme française, celle
luxembourgeoise est indiquée à la suite. Les notices comprennent le, ou les, sites,
les objets découverts et les références bibliographiques indiquées de façon très
abrégée. Une liste des ouvrages cités est, elle-même, une véritable bibliographie,
qui comprend livres et articles. L'ouvrage est suivi de cartes, très schématiquesmais
donnant les lieux des trouvailles préhistoriques, protohistoriques, romaines et
mérovingiennes et les voies romaines. Les index sont pratiques : noms de personnes,
de lieux et d'objets.
Le tome II est entièrement occupé par les planches, 404 illustrations représentent
un corpus très complet du Luxembourg gallo-romain, la plupart sont des dessins
extraits de l'ouvrage écrit par le Père Alexandre Wiltheim, Luxemburgum Romanorum, vers le milieu du XVIIe siècle et resté manuscrit. Ce sont de bonnes reproductions, d'autant plus intéressantes que certaines de ces sculptures ont disparu.
Il est dommage que le bon père, ou un de ses collaborateurs vraisemblablement,
ait eu le ridicule de crayonner ou voiler certaines nudités, mais l'ensemble de
la documentation est bonne et, autant qu'on peut s'en rendre compte, paraît
fidèle.
Cet ouvrage est un excellent instrument de travail, il nous fait regretter que la
Forma Orbis Romani paraissesi lentement en France où le recensementarchéologique
systématique n'est pas très avancé.
Marie-Thérèse LAUREILHE.
675. - TIXIER (Geneviève). - Les Arts décoratifs, les arts graphiques, les arts du
spectacle des années I920-I930... - Société des amis de la Bibliothèque Forney,
[I97I]. - 27 cm, 39-XXIVp., ill., bibliogr. (La couv. porte I920-I925.)
Poursuivant ses intéressantespublications, la Société des amis de la Bibliothèque
Forney, met à notre disposition, sous une bien jolie couverture, une étude de notre
collègue Geneviève Texier, sur l'art des années I920-I930, qui vit son 'apogée à
l'Exposition des arts décoratifs et industriels modernes de 1925. Mme Texier,
conservateur à la Bibliothèque Forney, nous donne une étude générale s'étendant à
tous les arts décoratifs, graphiques et du spectacle : architecture, mobilier, livre,
ballet, théâtre, cinéma, bijouterie, ferronnerie, orfèvrerie, papier peint, toile imprimée,
verrerie, céramique, reliure, tapisserie, tout est passéen revue brièvement, mais on
ANALYSES
*255
ne trouvera guère d'équivalent ailleurs, la plupart des grandes histoires générales
de l'art se limitant à l'architecture, la peinture et la sculpture.
Le Bulletin des bibliothèquesde France doit attirer particulièrement l'attention
de nos collègues sur la bibliographie qui occupe 25 pages. Simplement signalétique
elle regroupe systématiquement 4 à 500 notices de livres et articles. Elle est certainement à peu près complète. Chaque art est traité séparément, et pour chacun
l'auteur a mis en tête les ouvrages généraux puis les articles, puis les monographies
d'artistes (livres ou articles), avec chaque fois que cela a été possible, les cotes de la
Bibliothèque Forney. On ne regrette nullement l'index absent, car le plan est simple,
clair et les recherches faciles. Voilà donc un très utile instrument de travail sur une
époque qui mérite mieux que le dédain un peu ironique dans lequel la tiennent
trop souvent les histoires générales de l'art. Elle a laissé quelques grands noms et
des oeuvres qui embellissent encore le décor de notre vie quotidienne : vases de
Lalique, ferronneries de Subes et Brandt, orfèvrerie de Puiforcat, joaillerie de tous les
grands noms de la rue de la Paix et de la place Vendôme, affiches de Cassandre,
Colin, Carlu, papiers et toiles peintes et tapisseriesde Lurçat, Dufy. La bibliographie
de Mme Texier et l'étude générale qui la précède aideront à mieux connaître cette
époque.
Marie-Thérèse LAUREILHE.
676. - VERRIER(Anatole-Joseph) et ONILLON (R.). - Glossaire étymologique et
historique des patois et des parlers de l'Anjou. - Genève, Slatkine, I970. 23 cm, XXXII-530-587p., ill., carte. (Réimpr. I908.)
[F 200]
Paru en deux volumes en I908, le Glossaireétymologiqueet historiquedespatois et des
parlers de l'Anjou, méritait une réimpression. Très complet, précis, rempli de citations, ce glossaire n'a pas encore été remplacé et ne le sera pas avant longtemps.
Le deuxième volume contient aussi de très nombreux dialogues, récits, contes et
nouvelles en patois édités pour la première fois ainsi qu'une partie systématique
sur le folklore, l'onomastique, la musique.
Alfred FIERRO-DOMENECH.
677. - WOLGAST(Eike). - Die Wittenberger Luther - Ausgabe, zur Überlieferungsgeschichte der Werke Luthers im 16. Jahrhundert. - Nieuwkoop, B. de
Graaf, 1971. - 27 cm, 336 p.
L'ouvrage d'Eike Wolgast, consacré à la première édition des oeuvrescomplètes
de Martin Luther, parue à Wittenberg, apporte une importante contribution à la
recherche sur la Réforme et son Réformateur. C'était un travail d'autant plus
difficile que bien des vicissitudes sont venues entraver la vie de Luther et le cours
de la publication de ses écrits, ainsi que des éditions de ses oeuvres complètes.
L'auteur en fait d'ailleurs état dans une préface très documentée, qui fait prendre
conscience au lecteur des difficultés qu'il a dû rencontrer et de l'intérêt que ces
pages présentent pour qui souhaite approfondir ses connaissancessur l'histoire
des impressions collectives de l'oeuvre écrite de Luther.
*256
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
Ainsi, et selon Eike Wolgast, jusqu'à présent, l'histoire du Corpus des oeuvres
complètes de Martin Luther n'a pas encore fait l'objet d'une étude approfondie, et,
pourtant, la succession,dans ces éditions, des textes, de leurs emplacements et des
circonstancesde leur élaboration, offrent un grand intérêt et peuvent éclairer d'un
jour nouveau aussi bien l'héritage spirituel de Luther que l'échiquier politique,
alors bien changeant. En effet, comme le souligne l'auteur, les éditions du Réformateur, publiées au XVIe siècle, ont une importance d'autant plus grande qu'elles
coïncident avec la genèse même de ses écrits et avec une conjoncture historique
assezparticulière. Celle-ci est alors marquée par la guerre de Schmalkalden et la
cession de parties importantes du « bastion » évangélique de la Saxe; le dogme,
pour sa part, apporte sa querelle autour de la successionthéologique de Luther
entre les Gnéssioluthériens, ces théologiens du XVIe siècle attachés à défendre
l'enseignement conforme à l'esprit du Réformateur, et les Philippistes, partisans
de Melanchthon et soutenus par les Majoristes, adeptes du théologien luthérien
Major, qui faisait dépendre le salut des oeuvresnon point méritoires, mais nécessaires.
Une telle conjoncture ne pouvait, en effet, qu'influencer et modifier les contenus
des éditions successivesdes écrits de Luther. Ainsi, commencée du vivant de leur
auteur, rédigée par ses élèves et ses collaborateurs, riche de nombreux inédits, une
première édition des oeuvrescomplètes de Luther a paru à Wittenberg, de 1539 à
1559. Mais, entre-temps, et ce de 1555 à 1558, donc plus rapidement et avant même
que la première édition eût fini de paraître, une seconde édition paraissait à Jena.
Elle allait devenir et rester la plus connue, la plus consultée, la plus citée. Fort
de ce qu'il avance ainsi, Wolgast se propose donc de redonner, dans ces pages,
toute son importance à l'édition de Wittenberg, en la replaçant dans son contexte
théologique, littéraire et historique.
Il n'y a pratiquement pas de travaux préparatoires, comme le souligne plus loin
l'auteur dans sa préface, et seuls d'occasionnelsdébats sur des problèmes particuliers
relatifs à la transmission d'un texte ont apporté des références à cette édition de
Wittenberg, dont la conception générale et le plan d'ensemble n'ont pas davantage
été étudiés dans leur lien, l'un par rapport à l'autre. Qui plus est, restés dans l'ignorance des dispositions et des principes rédactionnels ayant présidé à l'établissement
de l'édition de Wittenberg, les éditeurs de l'édition critique définitive des oeuvres
complètes de Luther, publiées à Weimar, se sont contentés, toujours selon l'auteur,
d'éclaircir certaines questions particulières et spécialement épineuses, et ont ainsi
abouti à des conclusions inexactes. C'est pourquoi, la première édition des oeuvres
de Luther offre un intérêt intrinsèque certain, quant à sa genèse,son plan, le contenu
de chacun de ses tomes, et les textes de premier jet, qui en forment la matière
imprimée.
Ainsi Eike Wolgast débute sur une étude des éditions complètes au cours du
Ier siècle de l'imprimerie, cet âge d'or des incunables, et entraîne son lecteur sur la
voie, qui s'est ouverte à la première des éditions des oeuvrescomplètes de Luther.
Puis, entrant dans le vif de son sujet, il consacre un chapitre à la rédaction, aux
rédacteurs, car ils furent plusieurs, et à la genèsede l'édition de Wittenberg, dont
il signale les sources et les thèmes. L'auteur entreprend alors l'historique de son
impression et fait état de son contenu, tome après tome. S'il n'y mentionne d'ailleurs
ANALYSES
*257
que les textes remaniés par rapport aux originaux, il donne plus loin, dans son
ouvrage, un état complet de la matière. Puis il en arrive aux difficultés soulevées
par les éditeurs de cette Ire édition, dont les imbrications avec les autres éditions font l'objet du chapitre suivant. On trouve ensuite une description bibliographique de cette édition et des documents la concernant, avant d'arriver à deux
listes sous la forme tabellaire. La première donne par le détail le contenu de chaque
tome de cette édition wittenbergeoise, titre par titre, avec sa concordance dans
l'édition de Weimar, ou, moins souvent, dans le « Corpus Reformatorum ». Dans le
second tableau, l'auteur établit la liste des écrits et des prédications du Réformateur
ayant ensuite fait l'objet d'une impression dans l'édition en quelque sorte « princeps », analyséepar Wolgast. L'ouvrage s'achève sur une bibliographie des sources
manuscrites et imprimées utilisées par l'auteur pour pouvoir mettre un point final
à sa contribution si fouillée à l'étude des éditions complètes des oeuvresde Luther,
sujettes, de l'une à l'autre, à des modifications nées des fluctuations humaines et des
circonstances historiques. Aussi faut-il être reconnaissant à Eike Wolgast d'avoir
éclairé, comme il l'a fait, d'un jour nouveau, cette première des éditions complètes,
qui forment le chaînon initial de l'important Corpus des oeuvresde Martin Luther.
Jacques BETZ.
SCIENCES
SOCIALES
678. - L'Année politique, économique, sociale et diplomatique
Presses universitaires de France, 1971. - 24 cm, 452 p.
en France. 1970. -
L'Année politique, économique, sociale et diplomatique en France, n'a plus besoin
d'être présentée. C'est depuis I948 un guide incomparable pour l'histoire contemporaine de la France. Le volume se divise en 3 parties : analyse chronologique des
politiques intérieure, économique, sociale et extérieure, partie documentaire et
textes. Ce sont les politiques intérieure et extérieure qui occupent le plus de place
avec II0 et I30 pages, tandis que les politiques économique et sociale se limitent
à 50 et 60 pages. Mais la partie documentaire compense largement ce déséquilibre
grâce notamment à ses nombreux tableaux statistiques. Les textes sont pour l'essentiel des extraits de conférences, d'entretiens et de discours du Président de la République. Ce volume donne un excellent tableau de la vie française en I970.
Alfred
FIERRO-DOMENECH.
679. - AUFFRET
(Max), HERVÉ(Edmond) et MENY (Yves). - La Déconcentration.
- A. Colin, I97I. - I6,5 cm, II2 p., bibliogr. (Coll. U2. Droit public interne).
L'on ne peut qu'être reconnaissant à l'égard de MM. Auffret, Hervé et Meny
d'avoir dirigé leurs recherches dans le domaine de la déconcentration.
Conduits par une analyse rigoureuse de la notion même de déconcentration,
variante de la centralisation, des modalités de son exercice et des difficultés de sa
mise en oeuvre, ils aboutissent à donner à ce recueil de documents un éclairage
*258
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
objectif certes mais suffisamment puisé à différentes sources pour informer son
lecteur.
Nous nous permettons d'en recommander la lecture à tous ceux qui sont peu ou
prou intéressésà la fois par cette doctrine et cette technique.
Marie-Thérèse POUILLIAS.
680. - BORMUTH
(J. R.). - On the theory of achievementtest items. With an appendix by P. Menzel. - Chicago, University of Chicago press, 1970. - 23 cm,
x-I63 p.
Ce petit livre contient 2 parties distinctes mais complémentaires.
La première est un exposé critique des limites, des insuffisances, des dangers des
méthodes habituelles de construction d'épreuves destinéesà s'assurer de l'acquisition
des connaissances.La critique est constructive; elle débouche en effet sur des
propositions, qui certes ne donnent pas encore les recettes détaillées utilisables
immédiatement par le pédagoguede telle ou telle discipline, mais qui ont au moins
cet avantage de constituer un « programme » cohérent et opérationnel. L'auteur se
fonde sur les théories modernes de la linguistique pour construire ces items, c'est-àdire ces questions élémentaires, dont la valeur est sans doute supérieure à celle
des épreuves élaboréesintuitivement, avec souvent beaucoup d'aléas, et qui sont le
fait de la plupart des pédagoguesaujourd'hui encore.
La seconde partie est un « appendice ». Mais à dire vrai cette appellation nous
semble bien modeste : il s'agit d'un exposé assezdétaillé d'une théorie linguistique
générative et transformationnelle (parente de la théorie de Chomsky). Cette théorie
sert de fondement aux « applications » qu'en fait Bormuth dans la Ire partie. Elle
est rédigée par le linguiste Menzel.
En résumé cet ouvrage apparaît particulièrement stimulant pour les pédagogues
soucieux de docimologie et préoccupés notamment par la difficile question de
l'efficacité de leur enseignement.Signalons toutefois que l'enseignement dont il est
question doit pouvoir se traduire par des expressions linguistiques, ce qui élimine
pour le moment les enseignementsmanuels (manipulation d'un scalpel, ou conduite
d'une fraiseuse dans un atelier par exemple).
Jean BOUILLUT.
681. - The Communist International, I9I9-I943. Documents selected and ed.
by Jane Degras. Originally issued under the auspices of the Royal institute of
international affairs. - London, Frank Cass, I97I. -- 3 vol., 24 cm, XVI-463 +
XV-589 + XVI-594 p.
L'ouvrage est consacré aux documents de la 3eInternationale Communiste
depuis sa naissance en I9I9 à sa dissolution en 1943. L'éditeur a fait un énorme
travail de recherches et surtout de sélection et de présentation. En effet, chaque
document est brièvement replacé dans son contexte historique. Chaque volume
ANALYSES
*259
possède de plus une préface générale, un appendice, une bibliographie et un index
auteur et matière permettant une consultation plus rapide.
Le classement est chronologique, chaque volume étant consacré à une période
particulière de l'histoire de la 3eInternationale. Le premier englobe les années I9I9I922, et les documents peuvent être répartis en plusieurs catégories : - La constitution de l'Internationale (sesbuts, statuts, sa politique). - La prise de position du
Komintern vis-à-vis des événements politiques du moment comme le traité de
Versailles, la conférence de Washington, l'intervention étrangère en Russie etc...
A travers ces documents apparaît la position du Komintern en faveur d'un renforcement du pouvoir soviétique, l'espoir de voir ce pouvoir s'implanter hors de Russie.
- Les lettres et résolutions adresséesaux partis communistes, socialistes, à la
deuxième Internationale et aux organisations syndicales. La majorité de ces
documents concerne les partis communistes d'Allemagne, Italie et France - pays
qui semblaient offrir les plus grandes perspectives pour le développement d'actions
révolutionnaires. - Enfin, quelques documents se référant à l'organisation interne
du Komintern.
La période traitée dans le deuxième volume (I923-I928) correspond à l'entrée
des troupes françaises dans la Ruhr, et à la prise de position du Komintern sur cet
événement. Les nombreux documents sur le mouvement communiste allemand
montrent l'intérêt de l'URSS et du Komintern. Viennent ensuite les documents
concernant les crises dans les relations anglo-soviétiques, les controverses entre les
Trade-Unions et le Komintern, et ceux sur la situation en Chine et la révolution de
I925-I927. Contrairement à la période précédente, l'intérêt pour la France et l'Italie
faiblit pour se porter sur l'Asie. Ce volume montre enfin les débuts de la lutte
contre les trotskystes et leur expulsion.
Le tome III couvre la période 1929-1943 - période de déclin dans l'activité du
Komintern. Il n'y a plus de prise de position officielle sur les événementsmondiaux
d'importance comme la guerre civile en Espagne, l'incorporation de l'Autriche au
3e Reich, l'éclatement de la 2e guerre mondiale etc... Un seul congrès du Komintern
a lieu pendant cette période en 1928, et les documents ne sont pas tous publiés.
Beaucoup des documents présentés ont été reproduits de textes anglais (et non
traduits comme pour les autres); ils intéressent la Chine, l'Espagne, les dangers de
guerre, et en 1943 donnent les résolutions du Comité exécutif de l'Internationale
recommandant sa dissolution.
Dans les appendices l'éditeur donne la liste des membres composant pour chaque
période le Comité exécutif.
Cet ouvrage ne prétend pas donner la totalité des documents existants (un grand
nombre d'entre eux n'ont d'ailleurs jamais été publiés), mais plutôt une sélection
très large retraçant l'histoire de la 3e Internationale à travers ses textes, qui évite
ainsi aux chercheurs s'intéressant à ces problèmes un travail de recherche et de
compilation rendu très complexe par la dispersion des sources, et la diversité des
langues utilisées.
Alexandre SZUREK.
*260
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
682. - Dictionnaire du capitalisme, sous la dir. de Gilbert Mathieu. sitaires, I970. -- 2I,5 cm, 562 p., phot. (Dictionnaires de culture.)
Éd. univer[F 49.90]
- Dictionnaire du mouvement ouvrier, sous la dir. de André Nataf. -
Éd. uni-
versitaires, I970. -- 2I,5 cm, 543 p., phot. (Dictionnaires de culture.)
Les Éditions universitaires publient deux très élégants petits volumes, abondamment illustrés, avec une belle illustration sur papier glacé. Le premier, relié en bleu,
le Dictionnaire du capitalisme, est dû à une équipe nombreuse, dont font partie
notamment MM. Pierre Bleton, Gilbert Mathieu, Roland Delcour, Étienne Mallet,
François-Henri de Virieu, dirigée par Gilbert Mathieu. Trois exposés précèdent
le dictionnaire proprement dit. Ils s'intitulent : essor et diversité du capitalisme,
le capitalisme aujourd'hui, quel avenir pour le capitalisme ?Le dictionnaire commence
par Pierre Abelin, Hermann Abs, A. E. G. Telefunken et se termine sur Henri
Ziegler, Zone monétaire, Zones de salaires. Lorsqu'on veut s'informer sur Singer,
la S.A.V.I.E.M., la Banque de l'Indochine, Esso ou les Galeries Lafayette, l'on
trouve une demi-page en moyenne qui donne une excellente mise au point. Nous
apprenons par exemple, pour les Galeries Lafayette, que « malgré son dynamisme,
ce grand magasin éprouve depuis quelques années de sérieuses difficultés... les
difficultés des Galeries Lafayette s'expliquent aussi par différentes erreurs : le
rachat à partir de 1964 des magasinsInno... »
Le Dictionnaire du mouvementouvrier, relié en rouge, lui fait pendant. Il est
l'oeuvre de MM. Gérard Adam, René Furth, André Monjardet, Gilbert Mury et
André Nataf, anarchistes, cégétistes, chrétiens conciliaires, marxistes-léninistes se
côtoient. Mais c'est le point de vue anarchiste qui est le plus abondamment représenté. Alors que le premier dictionnaire n'en donnait pas, le Dictionnaire du mouvement ouvrier comporte des indications bibliographiquesà la fin des notices. Il compte
moins de notices mais elles sont plus développées.Staline, Thorez, Gramsci ont
droit à des articles mais Togliatti, Duclos, Mao Tse Toung sont omis. Ces deux
dictionnaires présentés avec un souci esthétique louable sont malheureusement
un peu défigurés par une typographie trop souvent fautive.
Alfred FIERRO-DoMENECH.
683. Entwicklungslander-Studien. Bibliographie der EntwicklungsländerForschung. [Vol. 7. Préédition]. - Bonn, Deutsche Stiftung für Entwicklungsländer, I970. - 29,5 cm, pag. div.
La République fédérale allemande a créé une très remarquable institution pour
l'étude des pays en voie de développement. Cette « Deutsche Stiftung für Entwicklungsländer », installée à Bonn, publie des études sur les pays en voie de développement. Les trois premiers volumes concernaient les travaux faits aux États-Unis et
en Allemagne ainsi que les projets et possibilités d'investissements dans les pays
en voie de développement entre 1958 et I964. Les trois volumes suivants couvrent
les travaux allemands de 1964 à 1967, en 1968 et en I969. Cette collection tend
ainsi à se transformer en bibliographie annuelle des travaux allemands sur le « Tiers
ANALYSES
*26I
Monde ». Afin de faire mieux connaître ces travaux est diffusée cette préédition du
tome 7 qui comporte 200 références. La première partie est constituée par cinq
index : abréviations, instituts de recherche, auteurs, matières avec sous-classement
géographique, géographique avec sous-classementpar sujets. Les notices couvrent
les travaux effectués ou en cours aussi bien dans la République fédérale que dans
la République démocratique. Elles contiennent une analyse précise quoique brève
du contenu de ces travaux. Cette bibliographie est excellente et dispose d'index
remarquablement nombreux et bien faits qui rendent aisée toute recherche.
Alfred FIERRO-DoMENECH.
684. - Journal de l'année. Ier juillet I970-30 juin 1971. 24 cm, 480 p., ill.
Larousse, 1971. -
Voici le cinquième Journal de l'année 1
qui contient l'index des cinq premiers
volumes. La formule est maintenant tout à fait au point. L'ouvrage se décompose
suivant de grandes sections : vie politique en France (90 pages), relations internationales (20 pages), vie politique à l'étranger (II0 pages), puis vie intellectuelle
(I00 pages),vie religieuse (I0 pages) et vie quotidienne (65 pages). Cette répartition
fait bien apparaître la part importante accordée aux pays autres que la France.
Le chapitre consacréà la France contient un excellent dossier sur Charles de Gaulle
ainsi qu'une remarquable rétrospective sur l'économie et la régionalisation. Notons
aussi la valeur des rétrospectives sur l'économie mondiale, les ventes d'armes dans
le monde, la politique en Italie. Dans le domaine scientifique, les notices sont claires,
concises, accessiblesà tous, notamment celles sur la tectonique des plaques, sur
les origines de la notion d'État à l'époque préhistorique et sur l'origine de l'écriture.
Parmi les faits divers sont retenus : la tragédie de Saint-Laurent-du-Pont, l'affaire
Bolo, le naufrage du paquebot « Antilles ». Le volume contient aussi des rubriques
sportives et une nécrologie internationale. Comme d'habitude, illustration et cartographie sont d'une qualité remarquable. Le Journal de l'année est une rétrospective
de valeur et plus qu'un simple ouvrage de vulgarisation. Il allie qualité et précision,
agrément et information.
Alfred FIERRO-DOMENECH.
685. - MACDONALD(Teresa). - Union catalogue of the government of Ceylon
publications held by libraries in London, Oxford and Cambridge. - London,
Mansell, I970. - 25,5 cm, 42 p. (Centre of South Asian studies, University of
Cambridge.)
-
DATTA(Rajeshwari). -
Union catalogue of the central government of India
publications held by libraries in London, Oxford and Cambridge. -
I. Voir : Bull. Bibl. France, I6e année, N°
II, nov. I97I, pp. *963-*964,
London,
n° 2588.
*262
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
Mansell, I970. of Cambridge.)
25,5 cm, 240 p. (Centre of South Asian studies, University
Le « Centre of South Asian studies » de Cambridge fait paraître deux excellents
catalogues collectifs des publications officielles de l'Inde et de Ceylan depuis leur
indépendance. Leurs auteurs ont eu de grandes difficultés en raison de la variété des
modes de catalogage des publications officielles suivant les bibliothèques. Ils ont
utilisé les
restreints
officielles
aux deux
ressources d'un nombre important de bibliothèques anglaises mais se sont
pour leurs catalogues collectifs à 18 bibliothèques pour les publications
de Ceylan et à I2 pour celles de l'Inde. Parmi celles-ci I0 sont communes
catalogues : « British Museum », « Foreign and Commonwealth
office
library », « Institute of Commonwealth studies library », « Royal institute of
international affairs », « India office library », « British library of political and
economic science », « Royal Commonwealth society library », « Centre of South
Asian studies library » de Cambridge, « School of Oriental and African studies »,
« University library » de Cambridge. Ces catalogues donnent aussi bien les publications isolées que les collections, les suites et les périodiques. Ils sont classés dans
un ordre alphabétique unique d'auteurs, de collectivités et de titres. Il n'existe pas
d'index analytique. Ces deux volumes aux notices bibliographiques bien faites sont
précieux pour l'étude de Ceylan et de l'Inde ces vingt dernières années.
Alfred
FIERRO-DOMENECH.
686. - MINARIK (Étienne). - Les 50 mots-clés de la psycho-sociologie. E. Privat, I97I. -24 cm, 220 p. (Les 50 mots-clés).
La collection
« les 50 mots-clés » a pour
Toulouse,
but de définir les termes essentiels à
l'intelligence d'une science humaine, d'un domaine technique, d'un courant de
pensée. Il s'agit ici de sociologie appliquée à l'étude des relations au sein d'un
même groupe ou entre les différents groupes dans des domaines aussi variés que la
vie économique, politique, scolaire, religieuse et familiale. Après un rappel des
autres oeuvres du même auteur et une courte introduction, on trouve, répartis sur
192 pages, les 50 mots-clés : de l'adaptation au « T » groupe. Chaque mot, largement
défini et commenté, comporte de nombreux renvois, parfois des schémas. Une
bibliographie « ne relevant que les ouvrages consultés » fournit 68 références, dont un
travail allemand, trois hongrois, un tchèque et un polonais. Une table des matières,
un index des noms propres et un index de mots matière complètent l'ouvrage.
Grâce à l'expérience tant théorique que pratique de l'auteur, professeur à l'Université de Budapest, puis chargé de cours aux universités de Lyon et de Strasbourg,
et qui exerce actuellement, en France, la fonction de psycho-sociologue d'entreprise,
cet ouvrage groupe l'essentiel du vocabulaire de cette discipline.
Régis RIVET.
ANALYSES
*263
687. Science, conflict and society. Readings from Scientific American. With
introductions by Garrett Hardin. - Reading, W. H. Freeman, I969. - 28 cm,
vI-348 p.
[$ 5.75]
Cet ouvrage, comme le titre le suggère, présente 47 textes parus dans Scientific
American de 1948 à I969. Ils sont regroupés sous 5 grandes rubriques introduites
chaque fois par un court texte de présentation qui fournit un fil directeur à la lecture.
Ceci est bien utile d'ailleurs car l'ouvrage commence avec un texte relatif à la « Science
fiction » et se termine par des considérations techniques sur les abris anti-aériens,
les missiles, la détection des explosions nucléaires etc... Pris entre ces 2 pôles, des
rubriques plus sociologiques ou psychosociologiques (« les racines du comportement
social », « population et hétérogénéité ») et aussi un curieux regroupement intitulé
« le progrès à quel prix? », où voisinent les mutations provoquées par radiations,
les effets de la fumée, les drogues hallucinogènes, les conséquences de l'usage des
insecticides, la pollution de l'air...
Bref, sans le fil d'Ariane dont nous avons signalé la présence, le lecteur trouverait
là un chaos de textes sans liens. Heureusement il est toujours possible de trouver
des relations entre n'importe quoi et n'importe quoi. A dire vrai, il s'agit sans doute
par ces rapprochements inattendus de frapper le lecteur, de créer chez lui une prise
de conscience quasi politique à l'égard du devenir de la société, de sa science, de sa
technologie. Cet ouvrage témoigne ainsi à sa façon de la mauvaise conscience actuelle
de certains intellectuels américains.
Cela dit la qualité des textes est inégale : on passe de l'essai journalistique à des
articles plus nettement technologiques ou scientifiques.
Un index-auteur et matière, de courtes biographies des auteurs et des bibliographies
terminent l'ouvrage.
Jean BOUILLUT.
SCIENCES FONDAMENTALES
ET APPLIQUÉES|
688. - Advances in marine biology. Vol. 9. Ed. by Sir F. S. Russell and Sir M. Yonge.
- London, Academic press, 1971. - 23,5 cm, XIII-567 p., fig., tabl.
[£ 8.50]
Advances in marine biology 1 est une excellente série annuelle consacrée à des
mises au point sur des questions de biologie marine ou d'océanographie biologique.
Ce neuvième volume, le plus copieux publié jusqu'ici, est, comme les tout premiers,
pluridisciplinaire :
cinq sujets traités, tandis que plusieurs des tomes récents n'en
comportaient qu'un ou deux.
Le premier article (R. H. Millar, The biology of Ascidians) traite de la biologie des
Ascidies :
nutrition,
croissance, reproduction,
fonctions écologiques diverses et
rôle économique; ce dernier, restreint, concerne surtout le problème des « salissures »
marines (fouling). Sous le titre Plankton as a factor in the nitrogen and phosphorus
cycles in the sea, E. D. S. Corner et A. G. Davies abordent le cycle de l'azote et du
I. Voir : Bull. Bibl. France, I4e année, N°
6, juin I969, pp. *5I7-*5I8,
n° 1464.
28
*264
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
phosphore (phase organique en suspension et phase minérale dissoute) sous un
aspect limité, celui du rôle joué dans ce cycle par le plancton; dans cette optique, les
auteurs traitent des relations eau-phytoplancton,
phytoplancton-zooplancton
et
zooplancton-eau. Vient ensuite un sujet de biochimie, Taurine in marine invertebrates
par J. A. Allen et M. R. Garrett (la taurine est un produit du métabolisme du soufre,
assimilable aux acides aminés; elle se trouve impliquée, chez les invertébrés marins,
dans la régulation osmotique, la phosphorylation
et la transmission de l'influx
nerveux). Avec la quatrième contribution,
Upwelling and the production of fish, la
science fondamentale débouche dans le domaine pratique : D. H. Cushing expose la
répartition, la dynamique et la productivité des régions d' « upwelling », c'est-à-dire
(une périphrase étant en français inévitable) de remontée d'eaux profondes; aspect
pratique s'il en est, puisque de ces zones provient l'essentiel du produit des pêches
entre les latitudes 40° N et 40° S; par là se trouve posé le problème de la limitation
de l'exploitation
par l'homme des richesses alimentaires de la mer. Le dernier
chapitre, le plus long (175 p.), est de N. B. Nair et M. Saraswathy, The biology of
wood-boring Teredinid Molluscs : il est également d'un grand intérêt économique
puisque les Mollusques perforants causent chaque année des dommages considérables aux coques des navires et aux installations portuaires.
On peut, bien sûr, se demander : pourquoi ces cinq sujets, plutôt que d'autres ?
En effet, il n'est pas assuré que les thèmes ici abordés soient ceux dans lesquels la
biologie marine a le plus progressé au cours des dernières années. Mais c'est là un
point accessoire, qui n'enlève rien à l'intérêt des cinq chapitres pris isolément.
La présentation est irréprochable. Une large place est réservée à l'illustration
(124 figures) et à la bibliographie (77 pages), et trois index facilitent l'utilisation
l'ouvrage (index des auteurs, des genres et espèces, et des matières).
Alain
de
SOURNIA.
689. - Advances in microbial physiology, ed. by A. H. Rose et J. F. Willdnson,
vol. 5. - London, Academic press, 1971. - 23 cm, IX-302 p.
[£ 5]
Comme les précédents, ce cinquième volume de la série fait le point des connaissances avancées dans le domaine de la physiologie microbienne.
Les cinq chapitres concernent l'utilisation
des hydrocarbones aliphatiques par
les micro-organismes, les aspects biochimiques et physiologiques de la différenciation chez les champignons, les propriétés électroniques des bactéries (haute énergie, système de transport d'électrons) et la génération et l'utilisation
d'énergie
pendant la croissance.
Il va sans dire que les différents problèmes évoqués sont au centre des préoccupations d'un grand nombre de microbiologistes et que ce volume leur sera utile comme
source d'information.
Paul FORLOT.
ANALYSES
*265
690. - Advances in photochemistry. Vol. 8. Ed. by J. N. Pitts Jr, G. S. Hammond
and W. A. Noyes Jr. - Chichester, Wiley, I97I. - 23 cm, 365 p., fig.
[£ I0.55]
Nous avons précédemment 1 signalé les sept premiers volumes de cette collection
sur la photochimie. Il paraît à peu près un volume par an, le premier remontant
lui-même à 1963. Depuis cette époque, relativement lointaine, le visage de la collection est demeuré presque inchangé. On trouve dans chaque volume, et de même
dans le présent huitième volume, une série de revues de mise au point sur des
sujets touchant à la photochimie. Leur choix dépend essentiellement de leur intérêt
au moment considéré; il ne découle donc pas d'un programme initial a priori, bien
au contraire. Chaque article est évidemment l'oeuvre d'un ou plusieurs spécialistes
notoirement connus dans leur domaine.
En général, chaque article joue aussi le rôle de mise au point bibliographique, mais,
autant que faire se peut, sans donner dans le genre pure compilation. Les auteurs
font preuve au besoin de sens critique et proposent des vues synthétiques. Chaque
chapitre est suivi de sa bibliographie propre, en général abondante et récente, qui
renvoie principalement à des périodiques scientifiques très connus et faciles à trouver.
Dans le présent volume 8 il y a ainsi environ I000 références bibliographiques.
On y trouve sept articles. Ceux-ci traitent des atomes d'halogènes excités électroniquement, de la photochimie des composés α-dicarbonylés,
de la réaction « photoFries » des groupes carbonyles et sulfonyles, de la photo-association dans les systèmes
aromatiques, de la photochimie dans les métallocènes, des complications qui peuvent
se produire dans les réactions photosensibilisées et enfin de la photochimie et des
propriétés spectroscopiques des molécules organiques adsorbées ou perturbées
par des environnements polaires.
On trouve à la fin de l'ouvrage un index d'auteurs, un index analytique et un index
cumulatif donnant les titres des chapitres parus dans les volumes I à 8.
Michel
DESTRIAU.
69I. - DELEPINE(Claudette). - Introduction à la cristallographie. 1971. - 24 cm, XII-242 p. (C.E.A. Audio-visuel.)
Dunod,
Enseignement, initiation, documentation vont maintenant de pair. Si ce présent
ouvrage est probablement destiné essentiellement à l'enseignement supérieur, nul
doute que beaucoup d'autres lecteurs en feront un excellent usage. La réalisation
sous l'égide du Commissariat à l'énergie atomique, pour la formation professionnelle,
d'une série d'enregistrements audio-visuels que le livre de Mme Cl. Delepine est
destiné à accompagner, indique bien la large signification de cette édition.
Publié très simplement en offset, le texte, accompagné de schémas très clairs
et démonstratifs, comprend deux parties équilibrées : le cours proprement dit et
une série d'une cinquantaine d'exercices avec leurs corrigés.
I. Voir : Bull. Bibl. France, I5e année, N°
9-I0, sept.-oct. 1970, pp. *838-*839,
n° 2I40.
28*
*266
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
Le cours montre fort clairement que la simplicité
fondamentale
du milieu
cris-
tallin, permet d'expliquer, en partant de l'échelle atomique, les propriétés de la
matière à l'échelle macroscopique par un mécanisme de pensée commun aux physiciens, aux chimistes et aux biologistes.
L'enseignement que dispense cette « introduction
» prépare parfaitement à la
compréhension des quelques ouvrages français (ou anglais) plus spécialisés indiqués
dans la bibliographie, en même temps que des ouvrages d'initiation mathématique.
Jean ROGER.
692. - Dictionary (A) of science [by] E. B. Uvarov et D. R. Chapman. Rev. for
the 3rd and 4th ed. by Alan Isaacs. Harmondsworth,
Penguin books,
1971. -
18 cm, 443 p., fig., tabl. (Penguin reference books).
Dans sa collection de poche, bien connue outre-Manche, la « Penguin Books Ltd »
nous présente la quatrième édition de son petit « Dictionnaire de la science » dont la
première sortit en 1943. Déjà revu à trois reprises, réimprimé quatorze fois, ce livre
vient d'être refondu en tenant compte de la marche galopante de ce qu'on nomme
la Science en général ainsi que des transformations amenées par l'introduction
en
Grande-Bretagne des unités S. I.
Les techniques nouvelles ont fait grossir le vocabulaire
employé. Cependant le
principe général a été conservé pour rester dans un domaine plus scientifique que
technologique. Si le lecteur trouve quelques ouvertures sur les calculateurs électroniques, par exemple, leur technique n'est pas abordée, pas plus que celles concernant l'électronique, la biologie, l'astronomie, etc. Ces dernières font l'objet de
dictionnaires spécialisés.
Ce sont surtout les entrées chimiques qui offrent des additions (600 nouveaux
composés) compte tenu des recommandations des British Standards. De nouvelles
tables ont été ajoutées, soit dans le corps du livre, soit in fine, et le nombre des illustrations doublé. Les noms déposés sont indiqués par un astérisque. Les termes
anglais de chimie, de physique, d'électricité, de mécanique, etc. sont suivis d'une
explication plus ou moins longue, situant fort bien la définition de l'élément, du
produit, du composé, de l'effet du mot considéré.
C'est l'un des premiers ouvrages anglais où le système S. I. est intégralement
employé : degrés °C, m2, Hz, etc. ainsi que l'emploi judicieux
des puissances, comme,
par exemple : I MeV = I06 electron-volts, I GeV = I09 electron-volts ou le parsec,
unité astronomique de distance, correspondant à la parallaxe d'une seconde d'arc,
soit 3,26 années-lumière ou 3,084 X I016 m. Des rappels d'anciennes unités britanniques permettent au lecteur anglais de ne pas être trop dépaysé. D'ailleurs, les
tables de conversion qui terminent le volume donnent toutes indications utiles :
longueurs, surfaces, volumes, facteurs de conversion divers entre les systèmes S. I.,
C. G. S. et F. P. S. (système anglais foot-pound-second).
Nous y trouvons aussi
le tableau des I03 éléments avec leur abréviation, le numéro et le poids atomiques,
celui des particules élémentaires, les configurations électroniques et potentiels d'ionisation des éléments courants, le spectre des radiations électromagnétiques en m et
en kH, etc.
ANALYSES
*267
Une connaissance, même élémentaire, de l'anglais, rendra ce petit volume précieux pour les techniciens de maintes disciplines, qui n'auront pas à avoir recours à
des ouvrages peut-être plus complets, mais volumineux et difficiles à emporter
dans la serviette ou dans la poche.
Daniel-Yves GASTOUÉ.
693. - Dictionnaire des techniques.
(Focus international).
-
Bordas, 1971. -
24,5 cm, I034 p., fig.
« Conduire le lecteur dans le domaine fort vaste et mouvant des techniques contemporaines, lui en signaler les pièces maîtresses, vulgariser sans l'altérer la vérité scientifique, telle est, en quelques mots, l'intention de l'édition française du Dictionnaire
des techniques ». Ainsi s'exprime, dans une intéressante préface, M. Marcel Syre,
Inspecteur général de l'Instruction
publique, présentant cet ouvrage. Deux avantpropos lui succèdent. Le premier, intitulé L'Énergie, comporte seize pages presque entièrement composées de très belles photos en couleur : taches solaires, le vent,
les barrages, la vapeur, le gaz naturel, le pétrole, l'énergie nucléaire, les photopiles, le laser. Le second - quarante pages - est un exposé général des techniques,
de la préhistoire à l'ère spatiale. De la première roue à la conquête du cosmos, c'est
là un texte dense et bien documenté, agrémenté de reproductions de vieux documents
ou de photographies.
Nous trouvons ensuite le dictionnaire proprement dit, largement illustré en noir
et en couleur, depuis les « accélérateurs de particules » jusqu'au Zirconium. Chaque
mot retenu est accompagné d'un texte très complet avec photos et schémas, s'il y a
lieu. Les plus récentes techniques y sont décrites : atome, électricité, automobile,
aviation, travaux publics, navigation, métallurgie, physique et chimie, etc. Nous
avons noté avec plaisir l'emploi exclusif des unités de mesure conformes au décret
de mai I06I, alors que trop d'auteurs - même techniciens - parlent encore en I972
de chevaux-vapeur au lieu de kW ou confondent les degrés et minutes d'arc avec
les degrés Celsius des thermomètres ou les aiguilles d'une montre.
Cependant, il n'est pas de rose sans épines et les collaborateurs français du Focus
international ne nous tiendront pas rigueur de leur signaler quelques omissions.
Par exemple (p. 24) Seguin et sa chaudière tubulaire, qui fit le succès de Stephenson
est ignoré (1829). Le monopole de la construction des locomotives est attribué à
l'Angleterre jusqu'au début du xxe siècle, alors qu'en 1835, le Belge Cockerill construisait sa première machine suivi par les Français à Denain, au Creusot et à Mulhouse.
Pour la navigation (p. 28), Sauvage qui appliqua le premier avec succès son hélice
à un bateau (1832) n'est pas cité. Rien non plus sur les travaux de Fourneyron
qui mit au point (1827) la première turbine hydraulique. Le premier barrage-voûte
fut construit en France en 1843 et la conception française du barrage-poids est de
1853. La turbine de Fourneyron et ses dérivés permit l'équipement des barrages,
et c'est Bergès qui créa dans l'Isère la première utilisation de la houille blanche,
méritant son surnom de « père des barrages » (1869). A « automobiles » (p. 38), le
nom de F. Forest est ignoré. Une place à Paris porte son nom rappelant qu'il mit
au point le premier moteur à essence 4 cylindres avec allumage par magnéto.
*268
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
Si nous nous arrêtons à « catalyse », c'est pour constater l'oubli de Sabatier (prix
Nobel chimie I9I2) qui a mis au point la catalyse vers I906, faisant ce don magnifique à l'industrie et mourant pauvre... On nous permettra enfin de noter - au fil
des pages - quelques remarques comme (p. I08) les ascenseursdits pater noster.
Il eût fallu signaler qu'ils ne sont pas autorisés en France. Au chapitre Beryllium
(p. 174), nous lisons « les alliages cuivre-beryllium, appelés parfois bronze au Be »...
alors qu'il fallait écrire : « appelés parfois, par erreur, bronze »...
Mais nous ne voudrions pas gâcher le plaisir du lecteur, car nous avons admiré
la remarquable présentation de ce dictionnaire et le volume de la documentation
fournie. La perfection de la typographie, la richesse de l'iconographie et la qualité
des reproductions font de ce livre un complément précieux à la collection déjà bien
remplie des « BORDAS». Nous envions les jeunes générations ayant en mains un
si bel ouvrage. Il pourra leur donner des lumières précieuses et peut-être orienter
eur future carrière. Quant aux moins jeunes, ils reliront toujours avec plaisir ces
belles pages.
Daniel-Yves GASTOUÉ.
Daniel-Yves GASTOUÉ.
694. - Dictionnaire permanent : Entreprise agricole. Feuillets n° 9; bulletins
n° 2-7I, 3-7I. -- Ed. législatives et administratives, I97I.
Les bulletins ci-dessus du Dictionnaire permanent, dont les livraisons antérieures
ont été signaléesen leur temps dans notre Bulletin 1, indiquent diverses dispositions
de droit rural récemment intervenues, notamment dans les domaines suivants :
baux ruraux; bénéfices agricoles; forêts et reboisement; revenus fonciers; T.V.A.
agricole (assujettissementobligatoire à la T.V.A. du négocedu bétail).
Les feuillets n° 9 comportent un certain nombre de bulletins modifiés, assurant
la mise à jour du dictionnaire au 31 juin I97I, sur les sujets suivants notamment :
assurancessocialesen agriculture; baux ruraux; imposition des bénéfices agricoles;
expropriations; fruits et légumes; législation phytosanitaire; pêche; droit de propriété;
imposition des revenus fonciers; S.A.F.E.R.; successionset partages; T.V.A. agricole. Ils contiennent, en outre, une refonte complète de l'étude Marché commun
agricole et deux études nouvelles : Bail rural à long terme et Groupement foncier
agricole (G.F.A.).
Désiré KERVÉGANT.
Désiré KERVÉGANT.
695. - Encyclopedia of industrial chemical analysis. Ed. by F. D. Snell and
L. S. Ettre. Vol. XII : Dyes to flour. - Chichester (Sussex), Wiley, 1971. 26 cm, XIV-6I8 p., fig.
[ £ 2I,25]
Depuis 1966, nous présentons régulièrement dans le présent Bulletin l'analyse
des tomes successifs2 de cet ouvrage de poids. Le douzième volume vient de nous
I. Voir : Bull. Bibl :France, I5e année, N°
N°
5, mai
II. nov. I970, p. *945. n° 2478 et I6e année,
1971, p. *496, n° 1300.
2. Voir : Bull. Bibl. France, I6e année, N°
7, juil. 1971, p. '*683, n° I825.
ANALYSES
*269
parvenir, qui va - dans l'ordre alphabétique anglais - des teintures aux farines.
Vingt chapitres, auxquels ont collaboré 33 spécialistes américains, allemands et
anglais, étudient dans le détail l'analyse chimique industrielle des produits suivants :
teintures, EDTA, et ses composés, les oeufs, les élastomères de synthèse, les époxy,
les huiles essentielles, les éthers, l'éthylène, l'europium, les explosifs, les graisses,
le feutre, les ferrites, les films photographiques, les farines. Les références bibliographiques, au nombre total de I248, terminent chacun des chapitres, ajoutant ainsi à la
richesse de l'information.
Il faudra que nos confrères chimistes s'arment de patience
et préparent encore quelques mètres de rayons dans leur bibliothèque d'ici I980
pour y recevoir la collection de cette encyclopédie qui n'en est encore qu'à la lettre
F. Ils en seront récompensés par les qualités de l'oeuvre: technique, documentation
et présentation.
Daniel-Yves
GASTOUÉ.
696. - Encyclopedia of polymer science and technology. Vol. 13. Ed. by H. F. Mark,
N. G. Gaylord and N. M. Bikales. - Chichester, Wiley, I970. - 27 cm, XIII843 P., fig.
£[
23.50]
Nous avons signalé précédemment 1 la publication des douze premiers volumes
de cette collection monumentale sur la science et la technologie des polymères.
Comme ses devanciers, le présent treizième volume est une oeuvre collective, produite par une quarantaine de spécialistes chevronnés, praticiens de grandes sociétés
fabriquant des polymères ou les utilisant et, plus rarement des professeurs.
On trouve dans le treizième volume treize articles, traités de la même façon que
dans les douze premiers volumes, c'est-à-dire qu'après un éventuel rappel théorique
sérieux, mais bref, sont développées des considérations sur les procédés mis en
oeuvre dans les fabrications, sur les appareillages, sur l'intérêt pratique de tel ou tel
produit, de tel ou tel traitement, sur les prix de revient et leur évolution etc. Des
tableaux récapitulatifs présentent souvent ces renseignements de manière à faciliter
leur assimilation et leur analyse. On trouve également beaucoup de schémas d'appareillage, souvent même des photographies et un grand nombre de courbes.
Chaque article est évidemment suivi de sa bibliographie propre, abondante et
sérieuse. Les références renvoient en général à des périodiques spécialisés et quelquefois à des ouvrages plus généraux ou à des brevets d'invention. Leur nombre dans le
volume 13 est d'environ 3 000.
Un certain nombre d'articles traitent de procédés ou d'opérations : la polymérisation par étapes, le revêtement des surfaces, la polymérisation en suspension, la synthèse et le contrôle de l'équilibre, les méthodes de tests, le travail des textiles, la
polymérisation thermique, le formage à chaud. D'autres sont relatifs à des propriétés :
propriétés superficielles, propriétés thermodynamiques,
structures des polymères.
Les autres enfin sont consacrés à des polymères ou groupes de polymères : les poly-
I. Voir : Bull. Bibl. France, I5e année, N° 9-I0, sept.-oct. I970, pp. *84I-*842,
n° 2146.
*270
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
mères linéaires stéréoréguliers - article assez long et très documenté -, ceux contenant du soufre, les polystyrènes, les résines terpéniques, les fibres textiles etc.
Michel
DESTRIAU.
697. - Essays in biochemistry, vol. VII. Ed. by P. N. Campbell and F. Dickens.
- London, Académie press, 1971. - 23 cm, X-228 p., fig.
Cette collection,
bien connue 1, est fort appréciée pour le choix des monogra-
phies traitées et pour la qualité des exposés. Le 7e volume présente 5 sujets très
intéressants.
Le Ier est consacré à la biochimie de la peau humaine, dont jusqu'ici les seuls
précurseurs de kératinisation et de la sécrétion sébacée ont été surtout étudiés.
L'auteur montre que la peau est le siège d'une intense activité de biosynthèse, en
particulier de lipides, de stérols et que ce métabolisme est sous dépendance hormonale. L'intérêt de ces connaissances est évident non seulement du point de vue
théorique mais aussi sous son aspect clinique.
Un 2e chapitre reprend le problème du métabolisme hépatique et de son contrôle
par le compartimentage de la répartition des enzymes, notamment entre le cytosol
et les mitochondries. C'est là un aspect original d'un problème fort étudié, qui lui
confère un intérêt nouveau et contribue à l'extension de nos connaissances dans ce
domaine.
Les 3 autres sujets ont un point commun; beaucoup d'acquisitions de la biochimie
moderne ont été obtenues par l'étude d'organismes unicellulaires, bactéries, levures.
A la grande complexité du métabolisme de ces cellules s'ajoute le problème de la
différenciation
cellulaire chez les Métazoaires. Qu'il s'agisse du développement
de la moisissure Dictyostelium discoideum, prise comme modèle « simple », de l'adaptation métabolique dans le cerveau ou de la différenciation enzymatique dans les
tissus de Mammifères, il s'agit donc d'envisager la question fort d'actualité de la
différenciation à l'échelle moléculaire qui nous permet d'envisager le métabolisme
non plus au niveau de la cellule mais à celui de l'organe, puis de l'organisme entier.
Comme toujours ces articles sont exposés par des spécialistes éminents; la présentation en est claire et agréable, bien illustrée. La bibliographie est abondante et à jour.
Deux index, des auteurs et des sujets traités, terminent ce petit ouvrage qui doit
intéresser les chercheurs, les enseignants, et aussi les étudiants d'un certain niveau.
Jacques BARAUD.
698. - FISHER (J. W.). - Kidney hormones. 22,5 cm, XVIII-665 p., fig.
London,
Academic press, 1971. [£ 8.]
Cet ouvrage décrit les propriétés physico-chimiques
et biologiques de tous les
composés élaborés par le rein ou isolés de cet organe. L'action physiologique sur
tissu-cible de ces produits isolés n'est pas connue.
I. Voir : Bull. Bibl. France, I6e année, N°
5, mai
I97I, p. *497, n° I302.
ANALYSES
*271
Après une étude consacrée au courant sanguin rénal et à l'utilisation de l'oxygène,
l'ouvrage passe en revue les hormones rénales et les substances isolées de cet organe.
Les composés du système rénine-angiotensine font l'objet de plusieurs chapitres
dans lesquels sont exposés les techniques d'extraction, de purification, les propriétés
selon les espèces, le rôle du système dans le contrôle de la sécrétion de l'aldostérone
et dans l'hypertension. Par ailleurs, la rénine et l'angiotensine sont étudiées séparément et en détail. L'activité de la rénine, sa localisation cellulaire, les inhibiteurs de
cette hormone sont ainsi précisés. L'angiotensine I, décapeptide, est formée par
action de la rénine sur une globuline plasmique. L'angiotensine II, octapeptide est
produite par action d'une enzyme plasmique sur la précédente et a un rôle
important sur l'aldostérone, la corticosurrénale, et surtout les muscles lisses.
Une partie importante de l'ouvrage est consacrée à l'érythropoietine
et au facteur
érythropoietique
rénal (F.E.R.) (Erythrogenine).
Leur dosage, leur purification,
leur répartition, leur inhibition,
l'étude immunologique
de l'érythropoietine
et la
relation F.E.R. avec les hormones sexuelles, sont présentés. Dans une suite logique,
une place est faite aux maladies rénales, polycythémies, hypertension, au sujet
desquelles les rôles des hormones ne sont pas déterminés d'une manière absolue.
D'autres substances rénales à activité biologique établie, sont traitées. Il s'agit
des lipides neutres antihypertenseurs de la zone médullaire.
Les phospholipides isolés du rein entier inhibent l'action de la rénine, les lipides
neutres extraits de la medulla et les prostaglandines ont un rôle antihypertenseur.
Enfin le dernier chapitre est consacré à l'étude de la kininogénine du rein de rat
ou enzyme permettant la formation des « kinin-hormones
», dont la bradykinine,
la lysyl-bradykinine
et la méthionyllysyl-bradykinine
dont les effets vasodilatateurs
sont bien connus.
L'ouvrage est très bien présenté, chaque chapitre est suivi d'une abondante bibliographie. Il se termine par 2 index des auteurs et des sujets.
Son niveau est tel qu'il s'adresse plus particulièrement à des chercheurs ou à des
spécialistes
avertis.
Jacques BARAUD.
699. -- KLEMM (Michael). -- Zoologisches Wörterbuch. Paläarktische Tiere. Deutsch/
Lateinisch/Russisch-Russisch/Lateinisch/Deutsch,
mit einem lateinischen Register. Teil II : Wirbellose. 6. [et 7.] Liefg. - Berlin, Paul Parey, 1971. - 28 cm,
80 [+ 80] p. à 2 col.
[DM. I9.60]
La deuxième partie (invertébrés) de cet ouvrage dont la publication en livraisons
est commencée depuis I969, est construite de façon rigoureusement identique à la
première, que nous avons décrite au fur et à mesure de sa publication 1. Elle s'ouvre
par le lexique Allemand-Latin-Russe,
qui s'étendra à la huitième livraison. Matériellement très bien présenté, ce vocabulaire trilingue de la faune paléarctique rend
déjà de nombreux
services.
Yves LAISSUS.
I. Voir : Bull. Bibl. France, I6e année, N°
5, mai
I97I, pp
*500-*50I,
n° I308.
*272
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
700. - KRÜSSMANN (G.). - Handbuch der Nadelgehölze.
Berlin, P. Parey, I97I. -- 28 cm, 366 p., ill.
Nous avons déjà signalé dans notre Bulletin
1
Liefg. 5,
6, 7, 8... [350 DM]
les premiers fascicules de ce remar-
quable dictionnaire descriptif consacré aux conifères et genres apparentés (Taxus,
Ephedra et Gingko), forestiers ou ornementaux, existant dans les jardins botaniques.
Comme nous l'avons indiqué, les plantes sont classées dans l'ordre alphabétique
des genres et, à l'intérieur de ces derniers, dans l'ordre des espèces et, finalement
des clones. La nomenclature retenue tient compte des dernières décisions en matière
internationale.
L'identification
est grandement facilitée par les clefs descriptives existant au début
des différents genres et se rapportant aux espèces botaniques d'une part et aux formes
cultivées d'autre part, ainsi que par de nombreux dessins au trait. De belles photographies (dont un certain nombre en couleurs), la plupart prises par l'auteur luimême au cours de ses visites aux jardins botaniques d'Europe, d'Amérique du Nord
et d'Afrique du Sud, aident aussi à effectuer l'identification
des plantes, en même
temps qu'elles rendent agréable la consultation de l'ouvrage.
Signalons enfin que ce dernier est complété par une liste des plus importants
arboretums d'Europe, du Canada, des États-Unis et d'Afrique du Sud possédant
des collections de conifères, une liste des synonymes latins non retenus et une liste
des noms vernaculaires allemands courants.
Désiré KERVÉGANT.
701. - Larousse de la médecine. Santé, hygiène, sous la dir. du Pr A. Domart,...
et du Pr J. Bourneuf. Tome I : A-E... - Larousse, I97I. - 26 cm, 576 p., ill.
Différent
du Larousse médical qui ne comporte qu'un volume de quelque
1 250 pages, cet ouvrage fait partie de la collection des dictionnaires encyclopédiques.
Le premier volume de 576 pages (Lettres A à E) comprend 2 346 articles, sans
bibliographie, avec de nombreuses illustrations, des schémas et des tableaux en noir
et en couleur. Non seulement la médecine, mais aussi ce qui concerne les sciences
fondamentales ou les professions paramédicales y sont traités. De plus, on peut trouver des renseignements concernant le droit médical, l'aide sociale, l'assurance
maladie, les accidents du travail et la médecine du travail. Un index est prévu à la
fin de l'ouvrage pour définir les termes non expliqués à leur place alphabétique et
cet index renverra à l'article ou aux articles où ces mots sont traités.
Indispensable donc dans les bibliothèques générales, où le lecteur peut se renseigner, grâce à des schémas en couleur, aussi bien sur la composition des aliments
que les principaux antibiotiques et leur activité sur les principales espèces microbiennes et maladies, utile aussi au personnel des professions paramédicales, et, éventuellement, aux étudiants en médecine, cette encyclopédie est destinée essentiellement au lecteur non spécialiste.
Régis RIVET.
I. Voir : Bull. Bibl. France, I6e année, Ne 12, déc. I97I, pp. *I085-*I086,
n° 2864.
ANALYSES
702. - MARTIN (Edward A.). - A Bibliography
and antiquarian of Selborne, with a biography
village of Selborne. I897).
London,
*273
of Gilbert White, the naturalist
and a descriptive account of the
Dawsons, 1970. -
22,5 cm, VIII-20I
p. (Réimpr.
On connaît l'attachement des Britanniques pour tout ce qui touche la nature,
et le goût qu'ils ont depuis longtemps manifesté pour les livres de sciences naturelles.
Peu d'ouvrages, cependant, ont connu un succès aussi vif et durable que The Natural
history and antiquities of Selborne in the county of Southampton, publié à Londres en
1789 en un volume in-4° et, depuis, réédité ou traduit plus de cent fois sous diverses
formes. Le nom de son auteur, le Révérend Gilbert White, est devenu, outreManche, plus célèbre encore que celui de l'Abbé Pluche dans notre pays.
Né à Selborne en I720, Gilbert White avait fait d'assez brillantes études à Oxford.
Maitre-ès-arts en 1746, il renonça pourtant à faire une carrière pour retrouver la
douceur de vivre dans son village natal. Bienveillant et pieux, il fut ordonné et
devint curé de Selborne (I75I), où il passa presque toute sa vie. Il y mourut en
1793, dans sa maison natale, n'ayant, dit son biographe, « guère connu d'autres vicissitudes que celles des saisons ». Son livre, rédigé sous forme de lettres, décrit avec sagacité et un charme qui en a fait le succès, les principaux monuments et tous les aspects
de la vie de la nature dans sa petite paroisse.
La deuxième édition (I934) de l'excellente bio-bibliographie
de Edward A. Martin décrit avec un grand luxe de détails toutes les éditions du livre de White, et donne
les prix atteints en vente publique ou sur catalogue par certains exemplaires. Elle
était depuis longtemps introuvable. La présente réimpression, augmentée d'une
courte mise à jour, est donc la bienvenue.
Yves LAIssUs.
703. -
oeuvres de Maurice Gevrey. -
C.N.R.S., I970. -
24 cm, XVI-575 p.
Cet ouvrage rassemble la totalité des oeuvres de Maurice Gevrey (I894-I957)
dans l'ordre chronologique depuis sa première communication à l'Académie des
sciences (I9II), en passant par sa thèse (I9I3), jusqu'à sa dernière publication en
I947. Consacréspour l'essentiel aux équations aux dérivées partielles de type parabolique linéaires et non linéaires, ses travaux ont également porté sur des classes
de fonctions indéfiniment différentiables (classesde Gevrey) et sur les quasi-fonctions
de Green dans les problèmes aux limites linéaires elliptiques.
Jacques HEBENSTREIT.
704. - Plant agriculture. Readings from Scientific American. -- Reading, Freeman,
I970. - 28 cm, VIII-246 p.
[42 s.].
La publication est constituée par une série de 25 articles parus dans la revue
Scientific American entre I950 et I969, et concernant les différents aspects de la
production des plantes cultivées.
*274
BULLETINDE DOCUMENTATION
BIBLIOGRAPHIQUE
Ces articles sont groupés en 5 parties. La première, consacrée aux débuts de
l'agriculture, explore les origines de cette dernière à la fois dans l'Ancien Monde
et le Nouveau Monde. La physiologie des plantes vivantes constitue le sujet général
des articles de la secondepartie, croissanceet développement des plantes (rôle de la
chlorophylle dans la photosynthèse,contrôle de la croissance,germination, processus
de la floraison, maturation du fruit). La troisième partie, environnement des plantes,
est constituée par des études sur la lumière, le sol, l'eau et le climat. La quatrième
partie, technologie de la production, traite de l'utilisation du sol, de l'amélioration
des plantes, des engrais, de la lutte contre les déprédateurs, de la récolte et de la
technologie des denréesrécoltées. Les sujets particulièrement traités sont : la remise
en valeur des déserts provenant de l'action de l'homme, le maïs hybride, les engrais
chimiques, les antiparasitaires hormonaux, la récolte mécanique et le vin. Enfin,
la cinquième partie, besoins et possibilités alimentaires, donne une esquissedu problème alimentaire dans le monde, en étudiant successivementl'écosphère, l'accroissement de la population humaine, la production des aliments, les méthodes classiques
et non classiquesdestinéesà pourvoir aux besoins mondiaux.
La publication, abondamment illustrée, est complétée par de courtes notices
biographiquesconcernant les auteurs des articles, une bibliographie choisie et un
index des sujets traités.
Cette mise au point de nos connaissanceset conceptions actuelles en matière
de production agricole sera lue avec beaucoup d'intérêt par toutes les personnes
s'intéressant, à un titre quelconque, à l'agriculture et à l'alimentation.
Désiré KERVÉGANT.
705. -- Progress in polymer science. Vol. 3. Ed. by A. D. Jenkins. - Oxford,
Pergamon press, I97I. -- 23,5 cm, 303 p., fig.
[ £ 8.50]
Nous avons déjà signalé dans le présent Bulletin 1 les deux premiers volumes
de cette collection consacréeaux polymères. C'est bien sûr une oeuvre collective,
rédigée par des spécialistes chevronnés, qui essaiede faire le point sur le progrès
scientifique et technique dans le domaine des polymères. Les promoteurs ont voulu
faire face à la prolifération des mémoires nombreux, variés et disséminésqui paraissent tous les ans sur le sujet. Le problème soulevé par ce phénomène est tout à fait
général : comment peut-on se tenir au courant de toute cette littérature ? Il faut faciliter le travail de documentation des utilisateurs potentiels de cette littérature en
la présentant sujet par sujet de manière condensée.Ainsi donc dans chaque volume
on trouve des revuesde mise au point sur quelques thèmes choisis pour leur intérêt
scientifique ou technique.
Le premier chapitre du présent troisième volume est relatif à la résonancemagnétique nucléaire à haute résolution des polymères. Il traite principalement de la structure des polymères vinyliques, ceci dans le cas des solutions seulement; l'étude par
cette méthode physique des polymères biologiques est omise volontairement, le
I. Voir : Bull. Bibl. France, I3e année, N° 4, avril I968, p. *322, n° 905.
ANALYSES
*275
sujet méritant qu'un chapitre propre lui soit consacré. Le deuxième chapitre passe
en revue la question des copolymères contenant dans leurs chaînes des séquences
d'homopolymères (« block copolymères »); on y traite de leurs préparations et des
propriétés qui leur sont propres. Le troisième chapitre est relatif au sujet très classique
de la polymérisation en émulsion; la littérature sur la question est donc abondante
et les auteurs ont choisi dans cette masse les mémoires qui leur paraissaient avoir
contribué de manière plus significative à la compréhension du mécanisme du phénomène. Le quatrième chapitre enfin est consacré à la polymérisation
cationique;
celui-ci aussi ne prétend pas traiter le sujet dans son intégralité; il ne considère en
effet que les domaines dans lesquels les progrès sont les plus considérables.
Chaque chapitre est naturellement suivi de sa bibliographie propre. On trouve
ainsi dans l'ouvrage plus [de II00 références. Le tout est complété par un index des
auteurs cités et un index analytique.
Michel
DESTRIAU.
706. - SOULAIRAC(A.), CAHN (J.) et CHARPENTIER(J.). -- Pain. Proceedings of the
international symposium on pain, org. by the Laboratory of psychophysiology
(Faculty of sciences, Paris-April
23,5 m, VII-562 p., fig.
II-I3
I967). -
London, Academic press, I968. [s. 126].
Réunis dans ce volume de comptes rendus, les travaux présentés par des spécialistes, psychophysiologistes,
neurologues, neuro-psychiatres,
pharmacologues, au
Symposium international tenu à Paris en avril 1967 au Laboratoire de psychophysiologie de la Faculté des sciences, à l'initiative du Pr André Soulairac, sur le thème
de la « Douleur » et ses éléments neurobiologiques chez l'homme et l'animal, montrent assez l'intérêt d'un sujet où la revue des acquisitions récentes physiologiques,
pharmacologiques et pathogéniques et cette confrontation
inter-disciplinaire
en
un forum unique ont laissé apparaître une diversité de théories dont la justification
expérimentale doit assurer la valeur.
A l'exception des conclusions générales (par A. Soulairac), tous ces exposés sont
présentés en langue anglaise et accompagnés de références bibliographiques. L'ordre
de présentation suit une progression logique. D'abord, l'étude des Bases neurophysico et psychologiques : contrôle des voies de pénétration et rapports avec le système sensoriel cutané en général; structures sous-corticales; rôle du rhinencéphale,
aspects neuro-psychiatriques;
psychologie de la douleur persistante (« L'homme
douloureux »). Ensuite, l'exposé des Méthodes expérimentales pour l'étude de la douleur
et de l'analgésie. En troisième partie, l'analyse des Bases biochimiques de l'analgésie :
activité chimique et morphinomimétique;
rôles du Dibenz (b, f) Azepine, de la Sérotine ; rapports du Bay I470 avec l'analgésie morphinique. Le chapitre IV fait état de
la Psychopharmacologie des analgésiques : psychotropes, inhibition des réponses nociceptives par des substances actives sur les systèmes centraux cholinoceptifs, antipyrétiques.
Les deux derniers chapitres sont consacrés, l'un aux Bases électrophysiologiques et
électroencéphalographiques : effets des analgésiques, des narcotiques et de leurs antagonistes sur l'activité électrique cérébrale et la réaction à la douleur; action de
29
*276
BULLETIN DE DOCUMENTATIONBIBLIOGRAPHIQUE
l'anesthésie locale sur les structures corticales du cerveau -
l'autre, aux Applications
cliniques et thérapeutiques : rapports physiologiques des syndromes douloureux
cliniques; neuroleptanalgésie; risques de l'influence médicamenteuse; interventions
sur le torse et les extrémités; syndrome thalamique et douleur d'origine centrale.
Il semble résulter de ces travaux que deux opinions se sont exprimées dans l'explication des phénomènes douloureux. Pour les uns, la théorie périphérique conduit
à une analgésie dont les bases se trouvent sur la section des voies de transmission;
pour les autres, partisans de la théorie centrale, l'action analgésique se transforme
en action narcotique par blocage des mécanismes d'informations
douloureuses au
niveau des structures nerveuses centrales intégratives. L'expérimentation
soulignera la valeur relative de ces théories, mais au-delà, il convient de se consacrer à
une analyse plus totale des réponses de l'organisme entier au phénomène douloureux par une étude systématique des réponses compartirnentales. L'importance des
niveaux de vigilance dans l'appréciation de la douleur et son intégration est plus
spécialement apparue au cours de ce symposium à la lumière des actions pharmacologiques intervenant au niveau des structures centrales où se réalise l'intégration
affective de la douleur.
Cet ouvrage constitue pour les spécialistes un volume de référence pour tous les
aspects de la douleur. Il doit retenir l'attention par son caractère de mise au point
des connaissances générales sur un problème qui nous intéresse tous et encore soumis
à la controverse et à l'expérimentation.
Dr André HAHN.
707. - SYKES(J. B.). 22 cm, XVII-I73 p.
Technical translator's manual. -
Douze traducteurs britanniques
London, Aslib, 1971. -
ont collaboré à la réalisation de ce manuel. Tous,
gradués de diverses universités ou auto-didactes, ont de longues années d'expérience
de la traduction dans des disciplines très diverses. Ils font part de leurs méthodes,
des écueils à éviter, des progrès possibles ou espérés.
Avant I900, il n'y avait que relativement peu de publications techniques et - partant - peu de traductions. Aujourd'hui c'est une marée à progression géométrique,
s'étendant à presque toutes les langues de l'univers. Certains croient pouvoir prédire
qu'après l'an 2000, les traductions techniques seront superflues, soit par l'adoption
d'une langue universelle et/ou par l'emploi de machines à traduire... Voire, aurait dit
Rabelais...
La diversité des techniques, les nouveaux procédés et matériels, l'argot acquérant
droit de cité, rendent très difficile la tâche des traducteurs. On constate que les
femmes sont nombreuses qui se sont consacrées à cette profession. On trouve trois
d'entre elles parmi les auteurs de ce manuel, qui ont derrière elles une très belle
carrière dans la traduction technique.
Voici comment se présentent les divers chapitres : Qu'est-ce qu'un traducteur
technique? Traduction orale directe ou sur bande, manuscrit, abrégé (extracts) ;
entraînement des traducteurs, étude des langues à l'école, au collège, à l'université,
dans l'exercice des professions, dans les voyages; méthodes de travail - le traduc-
ANALYSES
*277
teur free-lance 1 ou celui attaché à une firme -. Les outils : dictionnaires traditionnels ou spéciaux, glossaires, catalogues, notices et les instruments : magnétophones,
machine à écrire (avec échange de claviers), photocopie, microfiches, etc. - Outillage intellectuel :
expérience, connaissance des grammaires et styles - Relations
entre langues : transcription,
translittération (cyrillique, arabe, japonais, chinois...),
les groupes latins, le français en anglais, l'espagnol en anglais, les langues germaniques,
les langues slaves, la géographie, les susceptibilités nationales - Traductions spéciales : brevets, marques déposées, contrats, notions de droit national et international.
- Présentation et reproduction des traductions, correction d'épreuves, textes mathématiques, indexation. - Problèmes divers : impossibilité fréquente de la traduction
mot à mot (ce qui condamne la machine) d'où nécessité d'une connaissance approfondie, non seulement de la technique mais aussi des finesses des langues à traduire.
Une centaine de références bibliographiques en toutes langues aideront le lecteur,
qu'il soit débutant ou vétéran de la traduction. De plus, en dehors des traducteurs
de profession, un grand nombre de techniciens, dirigeants, ingénieurs, documentalistes, bibliothécaires, commerçants, consacrent une partie de leurs activités à
déchiffrer des documents étrangers. Ce manuel, fort bien fait et agréable à lire, leur
sera précieux.
Daniel-Yves GASTOUÉ.
708. Transpress-Handbuch
Eisenbahn. Berlin, Transpress-VEB
Verlag
für Verkehrwesen, I970. - 2 vol., 22 cm, 653 et 8II p., fig.
[M. 75.]
Ce manuel des chemins de fer est le premier de ce genre paru en R.D.A. Sous
la direction de H. Hahn, E. Oberthür, E. Weidner et H. Zesewitz, trente spécialistes
de diverses disciplines, docteurs en sciences économiques, Dr ingénieurs et Dipl.
ingénieurs ont rédigé cet imposant traité agrémenté de plus de 900 figures et de très
nombreux schémas et graphiques. Chacune des huit divisions principales comportent
des références bibliographiques (307 au total). Elles étudient successivement : I° Code
des désignations du matériel des D. R. (chemins de fer de la R.D.A.);
notations
qualitatives et quantitatives, calcul des coûts d'exploitation. 2° Le trafic marchandises
et voyageurs, contrôle des wagons, tarifs. 3° L'exploitation,
formation des trains,
horaires, triages. 4° Machines et wagons. 5° Sécurité : signaux, aiguilles, systèmes
automatiques. 6° Télécommunications
avec et sans fil sur les réseaux, dans les gares,
dans les ateliers. 7° Les voies, plateformes, ballast, gares, tunnels. 8° La géodésie
de l'ingénieur des chemins de fer : étude des projets, levés sur le terrain. Un index
des sujets - plus de 7 000 mots-clefs - termine le second tome, avec une annexe
des abréviations utilisées dans les divers chapitres.
Cet ouvrage dense s'adresse aux techniciens de la voie ferrée et nécessite - outre
une parfaite connaissance de l'allemand - une bonne formation mathématique.
Daniel-Yves
GASTOUÉ.
I. Au Moyen âge, le free-lance était un guerrier mercenaire; le terme s'applique aujourd'hui au journaliste indépendant ou au politicien libre, sans idée péjorative.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising