AMX | AXU-MSP24 | Page 01-4472csearezki - La Nouvelle République

LA
NR
Mali
Après
Ansar Dine prêt à
prendre ses distances
avec Al-Qaïda
p. 6
L A NOUVELLE R É P U B L I Q U E
WWW .lnr-dz.com
Android Market sur
Google et iPhone,
Ligue
La NR lance
l’application
iPad
Quotidien d’information indépendant - n° 4472 - Dimanche 4 novembre 2012 - Prix : 10 DA
©New Press
Les partis
réussiront-ils
à convaincre ?
pp. 2-3
L’EDITO DE
SOFIANE IDJISSA
Quelle sécurité sans les devoirs civiques ?
Dans un contexte où les partis au pouvoir ou dans l’opposition subissent le processus de leur enracinement, la
société civile s’inscrit elle aussi dans une perspective de
démobilisation.Si la société civile éprouve une méfiance
à l’égard des partis, marque une distance par rapport à
l’administration, elle se désintéresse aussi du mouvement associatif.
Qu’en est-il de l’engagement civique ? Les nombreux
témoignages apportés de non-assistance à des femmes
agressées (ou de personnes âgées) traduisent le repli sur
soi et le refuge derrière l’adage «pourvu que ma tête
soit épargnée». Manque de solidarité ? Peur de se
retrouver dans un engrenage dont il est difficile de
sortir ? Une bagarre assez grave par ses conséquences ?
Les gens détournent la tête. Ils n’ont rien vu, rien
entendu. Ils ne faisaient que passer. Accepter de témoigner comporterait bien des désagréments. Le témoin est
convoqué à la barre même s’il habite à des centaines de
kilomètres. Comme ce dernier est obligé de se présenter,
il est alors «emmerdé». N’y a t-il pas une possibilité de
tout simplifier comme un témoignage devant huissier ?
La société civile échappe à tout encadrement. Elle n’est
pas organisée. Devant la faiblesse de la société civile,
c’est la criminalité qui s’organise. Mettre en place un
dispositif efficace de sécurité contre la criminalité organisée risque d’être de pure perte si la société civile ne
collabore pas et qu’elle ne développe pas des réseaux
d’exercice des devoirs civiques. Quelle police de proximité sans la mobilisation des populations ?
S. I.
actuel
Le chiffre du jour
La NR 4472 – Dimanche 4 novembre 2012
2
Plus de 400 participants aux premières Journées
internationales d’oncologie à Oran.
bâtiment
agriculture
électricité
aujourd’hui
Salon
Plus de 70 exposants attendus
au salon international «Oran
Expo».
Développement
22 000 hectares supplémentaires
pour les céréales à Batna.
Investissement
Près de 2 600 millions
de dinars seront investis
en 2013 à Aïn Defla.
Ouverture du Salon
du tourisme à la Safex.
Elections locales du 29 novembre
Début de la campagne aujourd’hui
, La campagne électorale
débute aujourd’hui pour
les 52 partis et candidats
indépendants en lice pour
les prochaines élections
locales. En prévision du
scrutin du 29 novembre
prochain, les différents
partis et les listes communes entameront des
rencontres marathons avec
les citoyens sur l’ensemble
du territoire national.
Les différentes formations politiques doivent convaincre, par
des discours bien façonnés, les
électeurs pour obtenir des
sièges dans les 1 541 Assemblées populaires communales
(APC) et les 48 Assemblées populaires de wilaya (APW). 8 562
listes ont été déposées, dont 8
383 présentés par les partis et
179 par les candidats indépendants pour les communales,
alors que 615 listes de partis et
neuf listes indépendantes l’ont
été pour les APW. En tête de peloton des listes APC, nous retrouvons le Front de libération
nationale (FLN) avec 1 520 listes,
suivi du Rassemblement national démocratique (RND) avec
1 477. Le Mouvement populaire
algérien (MPA) a présenté, quant
à lui, 632 listes.
Le Parti des travailleurs (PT),
521 seulement. Le Front national
algérien (FNA), 472 listes. Le
Mouvement de la société pour la
paix (MSP) a déposé 321 listes,
devançant le Front des forces
socialistes (FFS) avec 319 listes,
alors que le Rassemblement
pour la culture et la démocratie
(RCD) se retrouve à la traine
avec 63 listes. Pour le renouvellement des APW, le RND devance le FLN d’un cran par une
présence au niveau des 48 wilayas. Le PT est présent dans 43
wilayas, suivi par le FNA (38),
le MSP (24), le FFS (22) et le RCD
(10).
Les commissions veillent
au grain
Pour superviser ces élections
ainsi que le déroulement de la
campagne électorale, des commissions ont été installées à cet
effet. En vue de garantir la transparence, la Commission nationale de supervision des élections, présidée par Slimane
Boudi, a été installée. Composée de 311 magistrats dont 76
de la Cour suprême, 10 du
Conseil d'Etat, 188 de cours et 37
de tribunaux, elle comprend 69
sous-commissions locales réparties sur les circonscriptions
électorales.
Aussi, pour éviter des cas de
fraude, une Commission nationale de surveillance des élec-
REPÈRE
3 morts et un blessé
dans un accident
de la route à Tébessa
Trois personnes d’une même
famille ont trouvé la mort et
une autre a été blessée dans
un accident de circulation
routière survenu dans la nuit
de vendredi à samedi sur un
tronçon routier reliant la
RN16, entre les localités de
Chréa et Tlydjen (50 km au
sud de Tébessa), apprend-on
samedi auprès de la
Gendarmerie nationale. Cet
accident s’est produit à la
suite du renversement d’une
voiture de tourisme dans un
fossé après un dérapage, at-on fait savoir de même
source, en ajoutant que les
corps sans vie des victimes,
le père, son épouse et leur
fille, ont été évacuées à la
morgue de l’hôpital de
Chréa, et la personne blessée
a été transférée aux urgences
du même établissement de
santé publique. Une enquête
a été ouverte par les services
de la Gendarmerie nationale
de la wilaya de Tébessa pour
déterminer les causes
exactes de cet accident.
Le départ est donné. (Photo > New Press)
52 partis en lice
En prévision des élections locales prévues le 29 novembre prochain, la campagne électorale débutera officiellement
aujourd'hui. Les candidats des partis politiques et les indépendants en lice auront jusqu'au 26 de ce mois pour
convaincre les électeurs à leur faire confiance et choisir leurs représentants dans les 1 541 APC et 48 APW. Pour la réussite
de ce rendez-vous électoral, le gouvernement s’est engagé à garantir sa préparation matérielle et son organisation, et à
soutenir davantage les futures Assemblées populaires communales. L'ensemble des moyens nécessaires pour la réussite
de ce double scrutin ont été mis en place, a indiqué Abdelmalek Sellal. De son côté, le ministre de l’Intérieur et des
Collectivités locales a déclaré que toutes les dispositions administratives et techniques ont été prises pour assurer le bon
déroulement de la campagne électorale. Pour la réussite de ce scrutin, 4 313 structures, dont 2 122 salles, 943 stades, 960
espaces publics et 287 autres infrastructures ont été mis en place. Le jour J, 48 000 bureaux de vote dotés de deux urnes
seront mis à la disposition des électeurs pour le scrutin. Le nombre de listes des candidatures déposées au titre de ces
élections a atteint, à l’expiration du délai réglementaire requis le 10 octobre dernier, 8 383 pour les 52 partis en lice et 179
par les indépendants pour les APC, alors que pour les APW, les partis ont déposé 615 listes et les indépendants 9 listes, a
précisé le ministre de l’Intérieur.
M. Ould Kablia a fait état, également, de 20 673 818 inscrits sur les listes électorales. La commission a avalisé 5 saisines
en ordonnant l’acceptation de la candidature et la remise de l’accusé de réception et refusé 35 recours, la plupart pour
conflits partisans internes, 6 autres relevant de la compétence des tribunaux administratifs et une décision relevant
éventuellement du pénal transférée au parquet général, seul habilité à se prononcer sur le cas, a expliqué son président
, Slimane Boudi. Pour sa part, la Commission nationale de surveillance des élections locales (CNSEL) a organisé, mercredi,
le tirage au sort relatif à la distribution des numéros d’identification des listes électorales aux partis politiques et aux
indépendants en compétition, en élaborant deux listes de numéros d’identification qui seront soumises au ministère de
l’Intérieur, qui devra en choisir une. «La première liste comprend 53 numéros d’identification nationaux et la deuxième
57 numéros après la demande formulée par l’Alliance de l’Algérie verte et d’autres partis qui envisagent des alliances,
pour obtenir des numéros propres à eux, ce qui a nécessité un deuxième tirage au sort», a précisé M. Seddiki. D’autre
part, le président de la CNSEL avait annoncé mardi le «gel» de l’opération d’installation des commissions communales et
de wilayas de surveillance des élections à travers le territoire national.
Il a expliqué que ce gel intervient pour «protester contre l’attitude des pouvoirs publics» qui n’ont pas permis la mise
en place de la CNSEL à temps «d’où toutes les contraintes qui en découlent». Il a également estimé que les pouvoirs
publics réservent un «traitement différent à la CNSEL par rapport à celui dont bénéficie la Commission de supervision des
élections locales». M. Seddiki a souligné, en outre, que la CNSEL a été mise en place «tardivement», soit 47 jours après la
convocation du corps électoral, estimant que sa commission n’«a pas été associée notamment aux opérations de
révision des listes électorales et de dépôt des dossiers de candidature». Il avait déclaré, auparavant, que «la crédibilité
des élections est à l’épreuve» et les prochaines élections constituent «une opportunité pour redonner confiance aux
citoyens dans le scrutin», faute de quoi cette confiance sera «perdue à jamais». Les citoyens attendent avec impatience
les programmes des candidats ( s'ils en disposent) pour qu'ils puissent s'exprimer le 29 novembre prochain.
Moncef Rédha
tions locales (CNSEL) a été installée. Composée de représentant des partis en lice, elle est
présidée par Mohamed Seddiki,
représentant du parti AHD54.
Tout est prêt
Pour assurer le bon déroulement du double rendez-vous
électoral, des moyens importants ont été déployés par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales. Aussi, pour
les besoins de la campagne électorale, la tutelle a dégagés jusqu’à 4 313 structures dont 2 122
salles, 943 stades, 960 espaces
publics et 287 autres infrastructures.
Le ministère a installé 48 000 bureaux de votes dotés de deux
urnes, pour les électeurs, lesquels avoisinent, selon les autorités, les 20 673 818 inscrits
sur les listes électorales au 31
mars 2012, dont 520 128 nouveaux inscrits, tandis que
230 107 personnes ont été radiées des listes. Les observateurs donnent le FLN et RND
comme grands favoris de cette
course aux municipales.
En attendant les résultats le 29
novembre prochain, les candidats disposent de 22 jours, autrement jusqu’au 25 novembre
prochain, date de clôture de la
campagne, pour convaincre les
citoyens de leurs programmes
respectifs.
K ar ima H.
Voir sur Internet
www.lnr-dz.com
actuel
La NR 4472 - Dimanche 4 novembre 2012
3
Laskri sur les élections locales
RÉSEAU NADA
`
Sensibilisation
«La participation du FFS obéit au
processus engagé pour les législatives»
,Le Front des forces so-
cialistes prend part aux
élections locales, position
qui s’inscrit dans le même
sillage qui a été à l’origine
de sa participation aux législatives du 10 mai dernier. C’est avec 22 listes
APW et 319 autres pour les
communales que le parti
d’Aït Ahmed marque sa
présence à travers les 34
wilayas du pays.
M. Laskri, premier secrétaire national du FFS, a tenu une conférence de presse, hier, soit à la
veille du début de la campagne
électorale pour les élections locales. Dans sa déclaration préliminaire, il a été précisé que la participation du FFS aux élections locales est qualifiée de «modeste»
pour la formation politique d’Aït
Ahmed, conséquence directe du
BRÈVE
ECHANGES ENTRE LES
ASSOCIATIONS «LAMET
LAHBEB» ET «SMILE»
Une vingtaine
d’orphelins en visite
à Oran
?L’association caritative «Lamet
Lahbeb» d’Alger n’a pas
dérogé à la règle. Elle ne rate
aucune occasion pour se
rapprocher des enfants
orphelins et leur rendre le
sourire. Ella a été invitée, le
week-end passé, par
l’association oranaise «Smile»
pour une randonnée pédestre
en compagnie des petits
enfants abandonnés, dans les
montagnes de l’Oranie. Les
membres des deux
associations, qui ne sont pas à
leur première initiative de ce
genre, se sont déplacés sur les
hauteurs d’Oran. Sur place, des
spectacles ont été organisés.
Des danseurs et des chanteurs
ont égayé l’assistance l’espace
d’une demi-journée. Une
initiative très appréciée par les
enfants abandonnés. Les deux
associations veulent étendre
leurs actions communes à
l’avenir et organiser d’autres
sorties au profit d’enfants
orphelins et des personnes
nécessiteuses qui souffrent de
l’isolement et l’abandon. En
dépit de moyens matériels et
financiers très limités, «Smile»
et «Lamet Lahbeb» sont plus
que jamais déterminées à aller
de l’avant. A la fin de la
journée, après des moments
très agréables passés dans une
ambiance bon enfant à Oran,
les membres de l’association
ont repris le chemin vers Alger.
Cette sortie ne sera pas oubliée
de sitôt par les orphelins.
Na wel Hami
Ali Laskri, hier. (Photo > New Press)
refus des responsables du FFS de
«parrainer des candidats et des
listes de circonstances». Il s’agit
pour le Front des forces socialistes d’une participation «liée au
contexte et destinée à poursuivre
l’effort de réhabilitation du politique, de remobilisation du parti
et de la société». L’option politique promue par le parti d’Aït
Ahmed et traduite par sa participation aux dernières législatives
marque ainsi le divorce avec sa
démarche de boycott. Pour le
parti d’Aït Ahmed, les mutations
en cours dans le monde ont été
prises en compte dans la décision du FFS de se redéployer sur
la scène politique nationale, notamment par sa participation aux
élections. Le FFS, après avoir exprimé sa «préoccupation et son inquiétude» sur la situation prévalant au Sahel, a affiché ses inquiétudes quant à «des pressions
politiques et diplomatiques qui
pourraient être exercées sur l’Algérie».
Pour Ali Laskri, «aujourd’hui, nous
sommes forcés de constater que
la capacité d’intervention du gouvernement algérien pour infléchir
le cours de ces événements paraît
limitée et que l’Algérie risque
d’être entraînée dans une intervention militaire au Mali». A ce
propos, pour le FFS, la crise malienne risque d’ouvrir «la porte à
une remise en cause des frontières héritées de la période coloniale et de toutes les résolutions
prises au sein de l’OUA, actuellement l’Union africaine», d’autant
plus que les acteurs extra-régionaux sont motivés par leurs intérêts géostratégiques. Pour en revenir à la situation intérieure, vu
«la conjoncture d’une faiblesse
gouvernementale et d’une situation économique et sociale délétères et persistantes», la formation d’Aït Ahmed compte «poursuivre l’effort de réhabilitation du
politique, de remobilisation du
parti et de la société» engagé depuis sa décision de renouer avec
les élections. Tout en relevant
qu’«il faut beaucoup de courage,
de lucidité et d’exigence politique
pour demander aux électrices et
aux électeurs de se rendre aux
urnes», M. Laskri souligne qu’«aucune force partisane, aucune
équipe communale ou de wilaya
n’est en état de se battre efficacement pour l’intérêt de la collectivité, pour la gestion des affaires locales et pour le développement
économique, social et culturel des
populations». Pour lui, le prochain
scrutin local enregistrera un recul
du taux de participation des électeurs. Il est à noter que le FFS a fait
part d’une moyenne nationale de
représentation féminine sur ses
listes estimées à 40%, alors que
pour les universitaires, le taux est
de 58%.
rassemblements nationaux. Le
programme présenté par le parti,
comporte, selon l'interlocuteur, 7
axes principaux, composés de 57
propositions concrètes, sous le
slogan : «le développement local
est l'essor pour le progrès social
et la base de la stabilité nationale». Questionné sur la manière
d'amener les citoyens à voter plus
que dans les législatives, le président de cette commission a indiqué que ces dernières élections
différent complètement des locales, étant donné qu'elles «touchent de près au quotidien du citoyen». «La participation est toujours plus forte dans les locales»,
a-t-il informé. Interrogé sur le
spectre de la fraude, le conférencier a affirmé : «le RND a toujours
compté sur ses propres moyens
et sur la force de ses rangs. A
chaque rendez-vous électoral, le
RND s'investit sérieusement sans
tenir compte des rumeurs» et
d'ajouter «le parti qui n'est pas
présent dans toutes les communes et qui n'a pas d'observateurs partout, comment peut-il
prétendre à la fraude ?».
«L’enfant a, de par sa nature,
besoin d'une protection spéciale
où se conjuguent et se
complètent les efforts de la
famille, de l'école et de la
société, ainsi que les principes
de base de la religion et de la
morale, les moyens matériels et
pédagogiques, et les garanties
juridiques et réglementaires,
malheureusement, ces principes
on ne les voit pas aujourd’hui
dans notre pays, l’enfant
algérien est devenu la victime
principale des différents fléaux
de notre société», a déclaré,
M. Arar Abderrahmane,
président du réseau Nada pour
la défense des droits de
l’enfant, lors du séminaire tenu
hier en partenariat avec
l’association des Oulémas. Cette
rencontre a été organisée dans
le but de soulever l’intérêt que
porte l’islam à la bonne
protection des enfants, en
rappelant l’ensemble des
dispositions que consacrent les
instruments internationaux, ce
qui implique le respect des
droits de l’enfant mais aussi
l’importance d’établir un cadre
protecteur pour tous les enfants
afin de leur assurer une
meilleure protection.
M. Abderrazek, président des
Oulémas musulmans algériens,
a déclaré que «les parents sont
les responsables de la souffrance
de leurs enfants, le manque de
responsabilité et le nonapplication des lois légitimes et
les lois musulmanes ont créé
des problèmes flagrants dans
notre société». La naissance
d’enfants hors mariage reste un
tabou en Algérie ; l’Etat
enregistre plus de 3 000 bébés
abandonnés chaque année. Il
n'est pas établi, néanmoins, si
le chiffre incluait les enfants qui
voient le jour avant que
l'enregistrement du mariage de
leurs parents à l'état civil. La
maman, souvent jeune – la
majorité des mères célibataires
sont âgées de moins de 20 ans
et sont issues de couches
sociales défavorisées – se
retrouve donc seule à prendre la
décision de garder son enfant.
D’autre part, M. Arar a souligné
que plus de 41 000 cas de
divorce sont enregistrés chaque
année et plus de 11 000 enfants
âgés entre 13 ans et 19 ans sont
actuellement poursuivis en
justice, sans compter les
drogués. A ce titre, le
conférencier a appelé les
différents acteurs à se mobiliser
afin de mettre fin à cette
situation alarmante ; il faut
lancer également des enquêtes,
des contrôles et des campagnes
de sensibilisation par le biais
des médias pour dépasser ce
tabou et sauver nos enfants.
K. B.- H.
Salima Sid- Idr is
Kar ima B .
Elections locales
Le RND présente le programme de sa campagne
,Le président de la Commission
nationale chargée de superviser la
participation du RND aux élections locales prévues le 29 novembre prochain, Mohamed
Tahar Bouzeghoub, a animé une
conférence de presse hier, au
siège du parti pour informer sur
l'opération de préparatifs de ce
rendez-vous électoral, dont la
campagne débute aujourd'hui.
Selon M. Bouzeghoub, la première
lecture faite par cette commission
indique une forte présence des
femmes sur les listes de candidature, dont quelques unes seraient
têtes de liste avec également, la
présence «de la famille révolutionnaire», un nombre très élevé de
personnes très compétentes, des
victimes du terrorisme et un taux
élevé de jeunes. Le président de
cette Commission a indiqué, également que parmi les plus importants titres dans les statistiques de
la participation du RND sont la
participation du parti dans les 48
wilayas, ce qui fait de lui, le seul
parti qui a couvert toutes les wilayas du pays ainsi que l'augmentation du taux de participation du
parti dans les communes en com-
paraison avec les élections de
2007. Par ailleurs, il n'a pas omis
de souligner quelques remarques
concernant l'absence du parti
dans certaines communes, due
selon lui, aux procédures administratives et judiciaires ainsi
qu’au «militantisme jetable». A cet
effet, il a affirmé qu'une liste complète du RND a été achetée dans
la commune d'Aït Yahia, daïra de
Larbaa Nath Irathen. Interrogé sur
des accusations proférées par un
parti contre le RND, dénonçant
des pratiques de corruption, M.
Bouzeghoub répondra : «S'il y a un
parti qui n'a pas cette culture du
militantisme jetable, c'est bien le
RND. C'est un ramassis de mensonges (…) Qu'ils donnent leurs
preuves dans ce cas !». Concernant la campagne électorale, ce
militant RND a donné quelques
points du programme du parti
lors de cette période, à savoir l'implication du chef du parti, Ahmed
Ouyahia dans la campagne électorale dans toutes les wilayas, la
participation, également, des
membres de la Commission nationale et des candidats à travers
des rencontres de proximité et de
Ensemble
pour sauver
nos enfants
actuel
La NR 4472 - Dimanche 4 novembre 2012
4
Santé publique à Khenchela
De nouvelles infrastructures dans l'attente d'une meilleure
prise en charge du malade
,Le secteur de la santé
publique sera renforcé par
de nouvelles infrastructures, a-t-on appris de
sources dignes de bonne
foi. Si l'Etat ne ménage
aucun effort en matière
de structures, la prise en
charge des malades laisse
à désirer et ne répond en
aucun cas à leurs attentes.
Les mêmes sources ajoutent que
ces projets pour lesquels les choix
de terrains ont été effectués, portent sur la construction d’une
école de formation paramédicale
d’une capacité de 300 places et
de 28 salles de soins réparties sur
l’ensemble des zones rurales de la
wilaya, a précisé la même source.
Ce programme qui sera lancé au
début de l’année prochaine, donnera également lieu à la réalisation
de deux nouvelles polycliniques
Médicaments
Le programme
d’importation 2013
arrêté
Le ministère de la Santé, de la
Population et de la Réforme
hospitalière a annoncé hier, la
signature des programmes
d’importation des produits
pharmaceutiques pour l’année
2013. Il concerne
l’approvisionnement du réseau
des officines par tous les
produits pharmaceutiques. M.
Belkessam, responsable au sein
du ministère, a indiqué que la
commande des médicaments a
été dégagée «dans les temps,
suivant les instructions du
ministre» en précisant que cela
permettra aux opérateurs
pharmaceutiques d’engager
leurs commandes pour l’exercice
2013 à l’effet d’assurer une
disponibilité régulière de
l’ensemble des produits
concernés importés ou produits
localement. Notre interlocuteur
a affirmé que la remise des
programmes s’est faite auprès
de l’ensemble des opérateurs en
pharmacie, sauf à «cinq
producteurs, qui doivent
parfaire leurs dossiers». Dans le
même sillage, le responsable a
assuré qu’à «ces programmes
faudra ajouter des programmes
supplémentaires» pour garantir
la disponibilité des
médicaments pour les malades
atteints de cancer. Aussi,
l’importation concernera, très
prochainement, les produits
anticancéreux de forme sèche,
autrement dits les gélules et
comprimés, ainsi que les
antalgiques. Elle portera aussi
sur les nouveaux produits à
usage «officinale,
habituellement réservés aux
hôpitaux».
K. H.
L’hôpital central de Khenchela. (Photo > D. R.)
dans les communes de Babar et
de Kheirane, et à l’extension de la
maternité du chef-lieu de la wilaya, a ajouté la même source. Ces
structures sanitaires appelées à
améliorer la qualité des prestations médicales fournies aux patients de la région, ont nécessité
la mise en place d’une enveloppe
financière estimée à 620 millions
de dinars. L’année 2013 sera également marquée par la réception
de trois nouveaux hôpitaux d’une
capacité globale de 200 lits, en
réalisation dans les communes
de Chechar, de Bouhmama et
d’Ouled Rechache, a-t-il encore
ajouté, estimant que la réception
de ces infrastructures réalisées,
chacune, pour un coût de 700 millions de dinars, permettra d’alléger la pression exercée sur les
établissements de santé existants.
Il est également prévu l’équipement «avant la fin de l’année en
cours», de l’annexe de l’institut
Pasteur, du centre intermédiaire
de soins pour toxicomanes et de
la polyclinique, déjà réceptionnés. D’autres projets relatifs à l’extension de quatre hôpitaux dans
les communes de Khenchela, d’ElMahmel, d’Aïn Touila et de Babar,
et de 5 centres de santé dans les
communes de Lemsara, de Remila, de Khenchela et de Chelia,
sont en cours de réalisation, selon
la même source. Sur le plan de la
prise en charge des malades,
beaucoup reste à faire et les infrastructures ne servent à rien si toutefois cette situation persiste. Ce
constat a été fait par plusieurs citoyens mécontents de la prise en
charge dont les patients en font
l'objet. Des malades avec qui nous
nous sommes entretenus se plaignent non seulement de la qualité
des soins mais surtout du manque
d'hygiène. En plus du manque des
médicaments, les citoyens se plaignent également de la prise en
charge dans les structures publiques de la santé de la wilaya. «A
chaque fois, on nous fait savoir du
manque des médicaments et des
pannes de matériels dont les scanners», ont ajouté des patients.
«C'est fait explicitement afin de
forcer les malades à rejoindre les
infrastructures privées», ont-ils
accusé les mêmes malades. Au
niveau de la maternité, nous apprenons le départ de quatre gynécologues, leur contrat ayant pris
fin au mois d'octobre. Cette situation multipliera encore les souffrances non seulement des patients mais également du personnel paramédical et surtout des
sages femmes. Ces dernières sont
contraintes de travailler uniquement avec les deux médecins spécialistes qui restent. Il est à signaler que cette maternité est trop
exigue pour répondre à la demande non seulement aux patients de la wilaya mais également
des régions et communes limitrophes. «Le manque de place a
contraint les responsables de la
maternité de recevoir parfois les
malades dans des matelas par
terre», a indiqué une femme qui
venait d'accoucher. Cette situation s'ajoute également au
manque de la propreté dans plusieurs infrastructures de la wilaya. A en croire nos interlocuteurs, les souris, blattes, cafards et
autres insectes ont trouvé refuge
dans les structures de la santé.
«C'est un secret de polichinelle,
vous pouvez venir visiter vousmême et vous allez voir que les
hexapodes et les rongeurs partagent les matelas et les salles avec
les malades. Les personnes avec
qui, nous nous sommes entretenus souhaitent que des opérations de dératisation, désourasition, désinsectisation soient entreprises le plus rapidement dans
les divers structures de la santé
publique de la wilaya.
jeune entreprise algérienne participera à la compétition régionale des jeunes entrepreneurs,
Injaz El-Arab, prévue du 4 au 6
novembre prochain à Doha.
Pour ce faire, le Cercle d’action
et de réflexion autour de l’entreprise (Care) et Injaz El-Djazaïr ont lancé conjointement un
concours national auquel ont
participé onze entreprises algériennes venant de huit grandes
écoles : ESI ; Epau; ENP ; ENST
; ENSTP ; HEC ; ENCH et ISSMAL.
Le 7 octobre dernier, la jeune
entreprise «Algreenia» a été élue
meilleure entreprise algérienne
de l’année après la présentation
de son projet devant plusieurs
personnalités du monde de l’entreprise et de l’éducation. En
remportant le premier prix, elle
aura l’honneur de représenter
l’Algérie prochainement à Doha
à côté de 14 autres pays du
Mena (Middle East and North
Africa).
Madame Leen Abdel Jaber, directrice exécutive d’Injaz El-Djazaïr a affiché à cette occasion
une grande satisfaction. En effet,
après avoir mis en place le projet «Company Program», financé
par CitiBank Algeria et le Mepi
(Middle East Partnership Initiative), et après plusieurs mois de
travail et de proximité avec le
milieu universitaire, la directrice
a été persuadée des avantages
de ce genre de programme bénéfique à plus d’un titre pour les
jeunes universitaires, lesquels
pourvus de talents, d’idées et
de volonté peuvent désormais
aborder le marché du travail
avec optimisme grâce à un bon
encadrement et une orientation
Symposium
sur la gestion
de la steppe
à Djelfa
pour réaliser leurs objectifs.
Rappelons qu’Injaz El-Djazaïr est
une fraction de Injaz El-Arab,
une organisation qui aborde les
jeunes dans plusieurs pays du
Mena avec des programmes de
promotion de l'entrepreneuriat,
en partenariat avec le secteur
privé qui a engagé plus de 200
hommes d'affaires influents, afin
de s'assurer que les jeunes
arabes ont les compétences nécessaires pour entrer dans le
monde du travail.
Elle atteint actuellement plus de
200 000 jeunes chaque année
dans le Moyen-Orient et
l’Afrique du Nord. Injaz El-Djazaïr a entamé ses travaux en Algérie en octobre 2010 et est installée depuis sous l’égide du
club Care, une association à but
non lucratif.
Dans le cadre de la
célébration du
cinquantenaire de
l’indépendance de
l’Algérie, le ministre de
l’Agriculture et du
Développement rural,
Rachid Benaïssa, et le
Haut commissariat du
développement de la
steppe (HCDS), en
collaboration avec l’Union
internationale pour la
conservation de la nature
(UICN) et avec l’appui du
Mouvement écologique
algérien MEA), organise du
4 au 9 novembre 2012, au
siège du HCDS, à Djelfa, le
1er Symposium
international sur «La
gestion durable et
parcours et des nappes
alfatières».
Plusieurs experts algériens
et étrangers, issus de
Tunisie, de France,
d’Espagne, des États-Unis
et d’Argentine, prendront
part à cette rencontre
internationale qui portera
sur plusieurs axes, liés
notamment à la
présentation et
l’évaluation de
l’expérience de l’Algérie
dans le domaine de
restauration et la gestion
des parcours :
l’information sur succès
enregistrés dans d’autres
régions arides du monde
en matière de gestion
communautaire des
parcours : la
dissémination des
connaissances techniques
et scientifiques sur la
restauration
d’écosystèmes arides et la
lutte contre la
désertification. Les
travaux de ce Symposium
engloberont une série de
communications liées à la
gestion durable des
parcours et des nappes
alfatières, des ateliers de
travail et une sortie sur le
terrain afin d’apprécier
l’expérience algérienne
dans le domaine de la
restauration.
Aussi, les possibilités d’un
partenariat dans le
domaine de la
préservation et
développement des
parcours seront discutées
entre les institutions
nationales et
internationales
participantes à ce
Symposium.
Hassiba Abdall ah
Salima S .
Moncef Rédha
Injaz
Algreenia à la compétition régionale
des jeunes entrepreneurs
, Pour la première fois, une
HCDS
échos
La NR 4472 - Dimanche 4 novembre 2012
5
Publication
INFOS
EXPRESS
RELIZANE
Les usagers d’Algérie Poste
de Belacel Bouzegza
mécontents
Les usagers d’Algérie Poste de la
commune de Belacel Bouzegza,à
une douzaine de kilomètres du
chef-lieu de la ville de Relizane, ne
savent plus à quelle porte ils
doivent frapper dans le but
d’améliorer leur situation. Le siège
d’Algérie Poste de ladite commune
ne disposant que d’un seul
ordinateur, la recette postale de
Belacel Bouzegza peine à répondre
à la grande demande des citoyens
concernant les multiples opérations
postales. Cet état de fait a été
soulevé dans une lettre, dont nous
disposons une copie, envoyée au
premier responsable d’Algérie
Poste précisant que la commune de
Belacel Bouzegza, qui compte plus
de 20.000 habitants répartis sur
neuf douars, a plus que besoin de
l’élargissement du réseau postal, à
savoir l’ouverture d’une autre
agence postale afin de soulager
l’actuelle recette et par la même
améliorer les prestations de
services qui, selon eux, sont loin de
satisfaire leurs demandes. Ils
évoquent, entre autres, l’absence
répétée des agents de guichet, les
pannes à répétition de l’ordinateur
et l’accueil pas très cordial des
préposés aux guichets. Enfin, les
habitants de cette paisible localité
souhaitent l’intervention du
premier responsable de la wilaya
pour régler ce problème épineux
qui perdure.
N.- Malik
TLEMCEN
Huit agriculteurs primés
Huit producteurs de céréales de la
wilaya de Tlemcen viennent
d'intégrer le Club des 50 car ayant
dépassé une production de 50 q/ha
de blé. Ils ont été de ce fait
honorés par les autorités locales de
la wilaya lors d'une cérémonie qui
a eu lieu à la salle de réunions de
l'Assemblée populaire de wilaya. Le
premier prix est revenu à M. Zalegh
Kamel de Maghnia qui a à son actif
une production de 66 q/ha.
Des médailles et des diplômes ont
été remis à chacun des huit fellahs
pour les efforts qu'ils ont déployés
lors de la campagne agricole
2011/2012.
Il est à signaler que la wilaya a
enregistré durant cette campagne
une moisson jamais égalée depuis
l'indépendance et qui est estimée
à plus d'un million de quintaux.
Mohamed Hichem
BÉJAÏA
Un jeune homme s’est jeté
dans le vide
Alors que la mythique placette
Gueydon connaît une animation
particulière à l’occasion du festival
du théâtre professionnel et au 1er
Novembre, un drame est venu
entacher ces festivités. Hier aux
environs de 10 heures alors qu’elle
grouillait de monde, un jeune s’est
balancé du haut du balcon dans le
vide.
Transféré à l’hôpital KhellilAmrane, le jeune homme âgé de 35
ans mais dont l’identité n’a pas été
révélée a rendu l’âme en cours de
route. On attend plus de précisions
et des circonstances ayant entraîné
ce geste fatal dans les jours à venir.
B. M.- O.
Hommage : un site internet
dédié à Mohammed Arkoun
Un guide sur les sites
archéologiques
,Le fonds documentaire
historique de la wilaya de
Tissemsilt s’est renforcé
récemment par la publication
d’un guide sur les sites
archéologiques de la région,
intitulé El-Mourchid el-anis de
l’histoire et des monuments de
l’Ouarsenis, a-t-on appris
auprès de son auteur.
«Ce guide renferme à travers 70 pages
des explications scientifiques et historiques sur les sites archéologiques, en
aborde les différentes époques qui se sont
succédé dans la région», a indiqué à l’APS
le Dr Abdelkader Dahdouh, natif de Tissemsilt et professeur au département
d’histoire et d’archéologie de l’université
de Constantine.
Le livre, publié avec l’aide du commissariat du festival culturel local des cultures
et arts populaires de la wilaya, met en
exergue les 25 sites archéologiques avec
comme supports des fiches techniques.
Il s’agit notamment des sites de Kef Ellouz
à Aïn Tekria (Khemisti) qui est considéré
comme l’un des plus anciens sites archéologiques dans cette wilaya.
Le guide comporte également des sites liés
à l’époque de la résistance populaire de
l’Emir Abdelkader contre l’occupation
française dont le plus connu est la forteresse de Taza dans la commune de Bordj
Emir Abdelkader. Des photos de pièces de
monnaie anciennes, dont celles se rapportant à l’époque romaine trouvées dans
les environs de la commune de Sidi Lantri figurent également dans cette publication, outre celles en rapport avec l’époque
Ottomane et trouvées dans la localité de
Bordj Emir Abdelkader ainsi que deux
pièces datant de l’époque de l’Emir Abdelkader. La région de Tissemsilt nécessite
plus de recherches et de fouilles pour revaloriser d’autres sites archéologiques,
témoins d’autres civilisations, a fait remarquer le chercheur, le Dr Dahdouh à
cette occasion.
Un site internet dédié à l’œuvre et à la pensée de l’intellectuel algérien
Mohamed Arkoun, décédé en 2010, a été lancé jeudi par la fondation éponyme.
Le site de la Fondation Mohamed Arkoun pour la paix entre les cultures met en
ligne gratuitement une médiathèque de plus de 230 heures d’interviews et de
conférences de l’islamologue et près de 10 heures d’enregistrements vidéo ainsi
qu’une série de textes inédits du penseur. Photo > D. R.)
Emission d’un timbre consacré au
50e anniversaire du timbre-poste algérien
Tipasa
L’installation de la CWISEL
renvoyée aux calendes grecques
Après une attente de plus
de deux heures, les délégués de partis en lice dans
les élections locales dans
la wilaya de Tipasa ont
quitté la salle de réunions
de l’APW où en principe se
tenir une assemblée qui
avait pour objectif l’installation de la commission de
wilaya de surveillance des
élections locales (CWISEL).
La cérémonie d’installation
devait débuter à 14h, mais
la déléguée de la CWISEL
chargée de contrôler l’opération de la désignation de
ses membres n’a pas
donné signe de vie, du
moins jusqu’à 16h30. Selon
des indiscrétions, la responsable en question était intouchable par téléphone.
Vers 16h00, un des délégués
des partis politiques présents a révélé que la
concernée aurait pris part
à une réunion interne de la
CNISEL.
Algérie Poste a procédé jeudi à l’émission philatélique d’un
timbre à 15 DA consacré au 50e anniversaire du timbre-poste
algérien, a annoncé mercredi l’entreprise dans un
communiqué. (Photo > D. R.)
Oran : simulation d’un crash
d’avion à l’aéroport de Ghriss
M o h a m e d E l - Ouahed
LA CHRONIQUE DE
Chérif Abdedaïm
Cherchez l'erreur ! (I)
e Sarkozy à Hollande, l’affaire Merah
continue à faire couler beaucoup
d’encre. Pour ce dernier, l’alignement
sur la politique sarkozienne concernant la
gestion du dossier est assez significatif dans la
mesure où il a tenu des propos virulents en
réponse au père de Merah. Hollande devait
déclarer à l’époque que le père de Mohammed
Merah, qui a dénoncé le meurtre de son fils,
devait se taire, un message adressé surtout à
tous ceux qui cherchent à remuer les bas fonds
du dossier. Pourquoi donc ? Comme aurait dit
un analyste, «un mal rongerait l'Occident : le
terrorisme islamique». Dans ce sens, la lutte
anti-terroriste n’est-elle pas devenue un art de
masquer la réalité ? Suscitation de la peur du
musulman, incitation à la haine et au rejet, à
l’amalgame, détournement de l'attention des
vrais problèmes, des vrais combats, des vraies
cibles, tels sont les nouveaux ingrédients pour
polariser l’attention des masses occidentales sur
le terrorisme, la plupart du temps créé de toutes
pièces. Les expériences internationales sont
explicitement édifiantes en ce sens. A
commencer par ces fanatiques qui, hier,
prétendaient combattre l’ennemi «rouge» en
Afghanistan et auxquels la CIA portait une
assistance logistique impressionnante et que
ces mêmes services ont classé dans la case des
terroristes suite aux événements du 11
septembre. Les récents événements de Libye et
D
de Syrie avec le brandissement du spectre d’Al
Qaïda afin de mettre en place des lois
liberticides et justifier par la même occasion les
guerres économiques avec, notamment, la mise
en place de marionnettes assez dociles pour
permettre le pillage en toute quiétude. Pour
revenir aux propos de François Hollande qui
ordonne aux «autres» de se taire, n’est-ce pas
là une forme de dictature de la pensée ? Les
terroristes qui menacent la France ou un autre
pays euro-américain ne seraient-ils pas ces
prédateurs placés au sommet de la pyramide et
qui prétendent «semer la démocratie et la
liberté» ? Prenons le cas français. En France,
certains chiffres nous disent qu’il existe environ
350.000 à 500.00 juifs. Et ce sont leurs plus
illustres représentants qui modèlent la pensée
et les choix des français, via les médias, ou
encore gouvernent le pays avec des DSK, des
Sarkozy, des Copé, des Jacob, des Hollande, des
Delanoé-Hidalgo, des Huchon, des Harlem
Désir, des Valls....
D'où l'islamophobie galopante qui touche tous
les partis sans exception et, parallèlement, la
victimisation des citoyens juifs continue afin de
préparer les populations au fameux «choc des
civilisations mortifère» pour les peuples et
notamment juteux pour les multinationales
criminelles.
(A suivr e)
C. A.
L’Entreprise de l’aviation civile de la région d’Oran a procédé, en étroite
collaboration avec les services de la Protection civile de la wilaya de
Mascara et les éléments du Darak El Watani, à une opération de
simulation d’un crash d’avion avec 30 passagers à bord quelques minutes
seulement après son décollage du tarmac de l’aéroport de Ghriss vers
une destination déterminée. (Photo > D. R.)
Egypte : découverte de la tombe
d’une princesse de la Ve dynastie
Le ministre des Antiquités égyptien Mohamed Ibrahim a annoncé
vendredi la découverte de la tombe d’une princesse pharaonique datant
de la 5e dynastie (2500 ans avant J-C) dans la région d’Abou Sir, à 25
kilomètres au sud du Caire. (Photo > D. R.)
monde
La NR 4472 – Dimanche 4 novembre 2012
6
Mali
Syrie
Les rebelles multiplient les
attaques contre l'armée de l'air
,Les rebelles progressaient samedi en
Syrie, prenant des
positions des troupes
du régime de Bachar
al-Assad dans plusieurs régions du pays
en proie à un conflit
marqué par des exactions des deux belligérants, à la veille
d'une réunion cruciale de l'opposition
au Qatar.
Après la condamnation internationale de vidéos montrant
des rebelles tuant de sang
froid des soldats syriens, de
nouvelles images, tournées il
y a plusieurs mois, montrent
des partisans du régime achevant des prisonniers rebelles
à l'arme automatique et découpant les oreilles de cadavres.
Hier, les insurgés, qui tentaient de s'emparer des bases
aériennes pour ôter au régime son principal atout
qu'est la maîtrise du ciel,
avaient
pris
pendant
quelques heures le contrôle
d'une base de la défense aérienne et mené un assaut sur
l'aéroport militaire de Taftanaz, dans la région d'Idleb
(nord-ouest). Ils ont fait main
basse à l'aube sur le stock
d'armement de la base de
Douila, sans pouvoir s'emparer des missiles trop lourds,
puis ont dû se retirer quand
l'aviation avait bombardé le
camp, selon des vidéos postées par les militants. D'autres
brigades de l'opposition
armée ont de leur côté lancé
un assaut contre l'aéroport
militaire de Taftanaz. Une
vidéo diffusée par des militants montre le Front islamiste Al-Nosra, dont les combattants sont présents sur la
plupart des fronts syriens,
généralement en première
ligne, participer à l'attaque.
La rébellion a également progressé à Douma, près de
Damas, prenant le contrôle
de trois importants bâtiments
militaires ou tenus par l'armée, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme
(OSDH), qui précise que les
violents combats ont fait au
moins 21 morts parmi les soldats. Vendredi, 181 personnes ont péri à travers le
pays, dont 61 civils, 61 soldats et 59 rebelles, selon
l'OSDH, qui a recensé plus de
36 000 morts depuis le début
en mars 2011 d'une révolte
populaire qui s'est militarisée face à la répression. Si la
rébellion enregistre des succès sur le terrain, l'opposition peine à s'organiser. Au-
Des rebelles ou des criminels de guerre ? (Photo > D. R.)
jourd’hui s'ouvre à Doha une
conférence décisive qui réunira sa principale coalition
en exil, le Conseil national syrien (CNS), ainsi que d'autres
opposants, sous l'égide de la
Ligue arabe. Selon des informations non confirmées, ils
pourraient annoncer la formation d'un gouvernement
en exil avec à sa tête un vétéran de l'opposition, Riad Seif,
aujourd'hui en exil. A Amman,
une vingtaine d'opposants,
dont M. Seif, des représentants des Kurdes, des partis
de gauche, des Frères musulmans et des oulémas, ont
écarté cette semaine tout dialogue politique avec le régime
avant le départ du président
Assad, et réaffirmé leur volonté d'unir les rangs de l'opposition, selon un communiqué. De son côté, le quotidien
gouvernemental
As-Saoura a exclu toute négociation avec le CNS, le qualifiant de regroupement «de
mercenaires». A la veille de
Doha, les Etats-Unis, qui
comptent beaucoup sur cette
réunion, ont cherché à calmer les esprits vendredi, en
niant vouloir imposer ses
vues au CNS, comme l'en accuse la coalition après des
déclarations de la secrétaire
d'Etat Hillary Clinton appelant l'opposition à s'élargir
pour représenter «tous les
Syriens». Au lendemain du
tollé international suscité par
une vidéo montrant des rebelles achevant de sang-froid
des soldats blessés, l'OSDH
a diffusé des images montrant cette fois des combattants pro-régime découpant
les oreilles de cadavres et tirant sur des prisonniers. Une
première vidéo qui, selon le
directeur de l'OSDH, Rami
Abdel Rahmane, a été tournée en juillet dans la région
de Lattaquié (nord-ouest),
montre un homme en treillis
militaire brandissant une
oreille et un couteau en riant
face à la caméra.
«Voilà l'oreille d'un chien, on
va leur donner une leçon»,
dit l'homme, faisant allusion
aux rebelles. Un peu plus loin,
sept hommes aux corps très
mutilés, apparemment morts,
sont étendus sur le sol. Au
milieu d'un groupe d'hommes
habillés en tenue militaire, un
homme en treillis s'approche
d'un des cadavres et lui découpe l'oreille avec un couteau devant la caméra. «Fais
pas ça, nous sommes (avec)
le régime», dit un des
hommes du groupe, tandis
qu'un autre lance: «donne son
oreille aux chiens!». Une autre
vidéo, datant de février et
tournée à Deraa (sud),
montre des individus, certains en civil et d'autres en
treillis, achever à l'arme automatique des hommes qu'ils
présentent comme des rebelles.
R . I./Agence
L'opposant Riad Seif cherche à unir
le front anti-Assad
L'opposition syrienne se réunit aujourd’hui à
Doha dans l'espoir de bâtir une position commune
afin de gagner enfin en crédibilité et de se donner
les moyens militaires et politiques de renverser le
président Bachar al Assad.
«Il faut absolument une alternative à ce régime»,
martèle Riad Seif, une des figures majeures de la
dissidence, qui a quitté la Syrie en juillet après y
avoir été emprisonné. Il explique vouloir mettre en
place «une période provisoire qui commence par la
formation d'une direction politique jusqu'à ce
qu'une Assemblée nationale représentant
l'ensemble des Syriens se réunisse à Damas, après
la chute d'Assad». Agé de 66 ans et luttant
actuellement contre un cancer, l'ancien député
Riad Seif est une voix écoutée et espère réunir des
soutiens autour d'une initiative qui porte son nom
et vise à créer une Assemblée plus large que le
Conseil national syrien (CNS), la plus grande
instance de l'opposition en exil, critiquée pour son
manque de représentativité. Rencontré récemment
par Reuters à Amman, il a multiplié les contacts ces
derniers jours dans la capitale jordanienne en
prévision de la conférence au Qatar. L'opposant
s'est notamment entretenu avec l'ancien Premier
ministre Riad Hidjab, qui a fait défection il y a trois
mois, avec Souhair Atassi, organisatrice des
premières manifestations pacifiques au début du
soulèvement en mars 2011, ou avec Kamal
Labouani, ancien prisonnier politique désormais
ouvertement favorable à la lutte armée.
R . I./Agence
Ansar Dine prêt à prendre
ses distances avec Aqmi
,Le groupe islamiste radical malien Ansar Dine, dont
une délégation était attendue
à Alger, serait prêt à prendre
ses distances avec Al-Qaïda
au Maghreb islamique
(Aqmi), a rapporté samedi
le quotidien El-Watan citant
un «haut responsable algérien». Selon ce responsable,
le chef d'Ansar Dine, Iyad Ag
Ghaly, qui a toujours maintenu des liens avec Alger, «serait prêt à faire une déclaration dans laquelle il prendra
officiellement ses distances
d'Aqmi et acceptera de jouer
le jeu de la -démocratie-», liton dans le journal. Cette
source autorisée s'attend à
une sortie médiatique «dans
les tout prochains jours» du
patron de cette organisation
pour signifier son divorce
avec Aqmi et son soutien à
l'option internationale du dialogue politique.
Ansar Dine est un des
groupes islamistes armés qui
occupent le nord du Mali où
il applique brutalement la
charia (loi islamique) dans
les zones sous son contrôle.
Pour El-Watan, «sous réserve
de la concrétisation de cet
engagement d'Ansar Dine,
l'Algérie aura réussi son pari
de faire changer le fusil
d'épaule à un mouvement
qu'elle était la seule à consi-
dérer comme récupérable».
Selon la source algérienne,
la secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, aurait
accepté, lors de ses entretiens le 30 octobre à Alger,
«une sorte de sursis» à l'Algérie «pour réussir à faire entendre raison au controversé
mouvement avant de lancer
l'assaut». Un proche d'Iyad
Ag Ghali avait annoncé vendredi avoir envoyé à Ouagadougou et Alger des délégations pour négocier «la paix».
Les émissaires envoyés au
Burkina Faso sont arrivés
vendredi soir, mais Alger
n'avait toujours pas confirmé
samedi l'arrivée de l'autre délégation. Des experts africains, y compris algériens,
européens et onusiens étudient jusqu'à aujourd’hui à
Bamako le «concept d'opération» d'une intervention
armée destinée à reconquérir
le nord du Mali. Le Conseil de
sécurité de l'ONU avait
adopté le 12 octobre une résolution préparant le déploiement d'une force ouest-africaine de quelque 3 000
hommes au Mali donnant jusqu'au 26 novembre à la Communauté économique des
Etats d'Afrique de l'Ouest
(Cédéao) pour préciser ses
plans sur cette intervention.
R . I./Agence
Ansar Dine montre son inquiétude. (Photo > D. R.)
Libye
Des centaines de partisans
du fédéralisme manifestent à l’est
,Des centaines de partisans du
fédéralisme ont manifesté vendredi à Benghazi, dans l'est de la
Libye, pour réclamer l'autonomie
de cette région riche en pétrole et
berceau de la révolution contre le
colonel Mouammar Kadhafi. Plus
de 1 000 manifestants réclamant
une plus grande autonomie de la
région de la Cyrénaïque se sont
rassemblés devant l'hôtel Tibesti
après la prière hebdomadaire du
vendredi, selon un journaliste de
l'AFP. «Ignorer nos demandes de
fédéralisme aura de graves conséquences pour l'avenir de la Libye»,
pouvait-on lire sur une banderole.
Certains partisans du fédéralisme
voudraient que Benghazi devienne la capitale économique du
pays où seraient basées des institutions clés comme la Banque
centrale ou les ministères du Pé-
trole et des Finances.
Les manifestants ont fait circuler
une déclaration appelant à un retour à la Constitution de 1951 et
exprimant leur soutien au gouvernement du Premier ministre
Ali Zeidan, qui a été approuvé
mercredi par l'Assemblée nationale. «Nous déclarons notre plein
soutien au gouvernement élu, qui
a obtenu la confiance du Congrès
national général, afin de rédiger
une Constitution sur la base de la
Constitution légitime de 1951»,
selon ce texte. La Libye était dotée
d'un système fédéral de 1951 à
1963 sous le règne du roi Idriss alSénoussi renversé par Kadhafi en
1969. Elle était alors divisée en
trois régions administratives: la
Cyrénaïque (est), la Tripolitaine
(ouest) et le Fezzane (sud).
R . I./Agence
La NR 4472 – Dimanche 4 novembre 2012
économie
7
Energie
INFOS
EXPRESS
Le Canada prolonge le suspense sur le
plus gros rachat chinois à l'étranger
, Le Canada a annoncé
vendredi soir qu'il
prolongeait pour une
période supplémentaire
de 30 jours l'examen du
plus gros projet de
rachat d'une société
chinoise à l'étranger,
celui du groupe
pétrolier canadien
Nexen par la société
Cnooc, d'un montant de
15,1 milliards de dollars.
Ce projet, politiquement délicat pour
le gouvernement conservateur canadien, suscite la controverse au Canada depuis qu'il a été annoncé en
juillet. Nexen n'est que la dixième
compagnie pétrolière du pays par son
chiffre d'affaires, mais elle détient des
actifs dans les sables bitumineux de
l'Alberta, province de l'ouest du pays
qui abrite la troisième réserve de pétrole de la planète.
Une majorité de Canadiens, selon plusieurs sondages, considère qu'il s'agit
là d'actifs «stratégiques» que le Canada ne devrait pas laisser passer
sous contrôle étranger, d'autant que
l'acheteur est une société d'Etat, sur
laquelle de surcroît ils n'exercent
aucun contrôle. Néanmoins, Nexen
tire plus des deux tiers de son chiffre
d'affaires de ses projets à l'étranger,
notamment en mer du Nord, soulignent les analystes favorables à ce
rachat. Selon pratiquement tous les
Un projet qui suscite la controverse. (Photo > D. R.)
analystes, la décision du Canada dans
ce dossier jouera en grande partie, du
moins à court terme, un rôle majeur
dans l'avenir de ses relations économiques avec la Chine, qu'il souhaite
améliorer, Pékin étant son deuxième
partenaire commercial après les EtatsUnis. Après une période initiale d'examen de 45 jours, le ministre canadien
de l'Industrie, Christian Paradis, qui
doit décider si cet investissement est
profitable pour l'économie canadienne, avait déjà annoncé en octobre
qu'il prolongeait de 30 jours cette
étude. Une décision était attendue au
Bourse
Chaque soir de la semaine avant
de quitter le bureau, les 3 chiffres
du jour pour briller en société...
ou à la machine à café. À propos
de décrocher, selon le cabinet
Arthur D. Little, au cours des 5
dernières années, la croissance du
secteur des télécoms a été 7 à 9
fois plus faible en Europe qu'en
Asie et aux US, pour cause :
concurrence accrue et dissymétrie
fiscale. Particulièrement touchés,
les opérateurs français devraient
voir leur chiffre d'affaires et leur
marge baisser respectivement de
9% et 14% entre 2011 et 2014. À
propos de compétitivité, d'après
le rapport Gallois, entre 1996 et
mi-2012, les coûts salariaux ont
progressé de 58% en France
contre 25% en Allemagne. À
propos de changer (peut-être) de
locataire, selon le site
d'immobilier en ligne Zillow, la
valeur de la Maison Blanche est
estimée à 284,9 millions de
dollars, soit 1,5% de plus qu'à
l'arrivée de Barack Obama en
2008.
Le Qatar dépouille
Canal+ de la NBA
Agence
Zone euro
Paris concentrée sur le résultat
des élections américaines
,La Bourse de Paris qui a progressé
cette semaine en dépit des perturbations liées au cyclone Sandy, vivra
dans les prochains jours au rythme
de l'élection présidentielle américaine, sans oublier de nombreux
rendez-vous en Europe, avec la BCE
et les résultats des banques. Sur la
semaine écoulée, l'indice CAC 40 a
pris 1,67%, pour terminer vendredi
à 3 492,46 points. Ses gains depuis
le 1er janvier atteignent désormais
10,53%.
Le marché parisien est parvenu à
aller de l'avant, principalement
grâce des statistiques de bon augure pour l'économie américaine
et malgré des résultats d'entreprises
en demi-teinte. «La toile économique de fond reste terne mais on
sent que les opérateurs, sur de nombreux marchés, commencent à reprendre du risque. C'est un message qu'on n'avait pas vu depuis
très longtemps et qui peut être encourageant pour l'évolution du CAC
40 dans les prochains mois», observe Bertrand Lamielle, directeur
de la gestion chez B*Capital. Lundi
et mardi, le marché parisien avait
pourtant tourné au ralenti, en raison
de la fermeture de Wall Street, au
plus tard vendredi prochain. Cette
fois, M. Paradis a annoncé dans un
communiqué qu'il renouvelait l'étude
pour 30 jours, même si pour ce faire,
il a dû, conformément à la loi canadienne sur l'investissement, obtenir le
consentement de l'acheteur, le géant
chinois Cnooc. Il doit établir si l'investissement proposé représente un
avantage «net» pour l'économie du
pays. La décision finale «reposera sur
les six facteurs clairs décrits à l'article 20 de la loi (ndlr: sur les investissements étrangers), ainsi que sur les
lignes directrices sur les investisse-
ments au Canada par des entreprises
d'État étrangères», a indiqué M. Paradis. Depuis deux mois, l'opposition à
Ottawa s'évertue à faire la démonstration au Parlement que les critères
clairs invoqués par le ministre ne le
sont justement pas et que la décision
finale en sera une finalement politique avant tout. Cette annonce intervient une semaine après que le
gouvernement a rejeté, dans sa forme
initiale, le projet de rachat d'une autre
société pétrolière canadienne, Progress Energy, par une autre société
d'Etat étrangère, la malaisienne Petronas, pour près de 5,2 milliards de
dollars. «Tout le temps nécessaire
sera consacré à un examen minutieux
et approfondi de cette proposition
d'investissement», a répété M. Paradis
à propos du projet du géant Cnooc.
Considéré favorable à l'investissement étranger, le gouvernement du
Premier ministre Stephen Harper est
divisé sur ce rachat, des ministres
ayant exprimé publiquement leur réserve, tandis que des députés, notamment de la province pétrolière de
l'Alberta, fief du parti conservateur, se
sont prononcés contre, au même titre
que le principal parti d'opposition au
Parlement fédéral à Ottawa. Les
conservateurs ont déjà refusé deux rachats étrangers au Canada depuis
leur arrivée au pouvoir en 2006 et
c'était les premiers que le pays bloquait depuis la promulgation de sa
loi sur les investissements étrangers
en 1985.
284,9 millions
de dollars : la valeur
de la Maison Blanche
moment du passage sur New York
de l'ouragan Sandy, dont le coût
pourrait s'élever à 50 milliards de
dollars. «Si l'ouragan est sans doute
négatif pour la production à court
terme, (...), l'impact sur la croissance économique sera surmontable», indiquent les économistes
chez Unicredit. Les Etats-Unis vont
continuer à figurer en haut de
l'agenda sur les marchés avec l'élection présidentielle américaine, dont
les résultats seront connus dans la
nuit de mardi et mercredi, et qui
s'annonce serrée entre le démocrate sortant Barack Obama et le républicain Mitt Romney. «Je n'ai pas
l'impression que le marché ait un
candidat préféré», souligne Ralf Bruneau, directeur de la gestion actions chez OFI AM. Le nouveau président sera surtout attendu par les
investisseurs sur le «fiscal cliff», autrement dit sur la fin automatique à
partir de janvier d'une série d'abattements d'impôts. «Le président va
avoir besoin de reconduire certains
avantages fiscaux pour ne pas compromettre la croissance, mais également de faire le ménage dans les
mesures pour limiter l'envolée du
déficit», indique M. Lamielle.
Le Portugal demande l'aide du
FMI pour réduire ses dépenses
, Le Fonds monétaire international (FMI) et le gouvernement portugais ont
engagé des discussions
afin d'identifier de nouvelles coupes budgétaires
capables de contribuer à
résorber le déficit, a déclaré le gouvernement à
l'agence de presse Lusa.
Les créanciers internationaux du
Portugal, Union européenne et
FMI doivent démarrer fin novembre le sixième examen du
plan d'aide de 78 milliards d'euros octroyé à Lisbonne.
Le gouvernement a sollicité un
soutien technique du FMI avant
ce nouvel examen afin de trouver
le moyen de réduire ses dépenses publiques de 4 milliards
d'euros.
«Le gouvernement a pris l'initiative de demander le soutien et les
connaissances techniques du
FMI et de la Banque mondiale
sur ce problème (...)», a déclaré
jeudi le ministère des Finances
cité par l'agence de presse Lusa.
Les porte-parole du ministère
n'étaient pas disponibles pour
commenter cette information.
Mercredi, le Parlement a adopté
la plus importante hausse des
prélèvements obligatoires de
l'histoire récente du pays, mais le
texte doit encore être validé par
la Cour constitutionnelle.
VoirsurInternet
www.lnr-dz.com
BeIN Sport arrache les droits du
basket américain au groupe
Canal+, l'un des sports les plus
identifiants pour la chaîne
cryptée. Nouveau coup dur pour
Canal+, qui perd l'exclusivité de
la NBA (National Basket-ball
Association) au profit de beIN
Sport, la chaîne du Qatar. Le
basket américain sera désormais
l'apanage des équipes de
Charles Biétry appelées à
commenter plus de 200 matches
de saison régulière, soit 6
matches par semaine sur les
chaînes beIN Sport 1 et 2.
L'accord signé à Londres porte
sur plusieurs années et inclut le
All Star Game, les playoff NBA, les
finales NBA. BeIN Sport diffusera
aussi un résumé quotidien issu
de NBA TV. «Nous sommes ravis
de lancer ce nouveau partenariat
avec beIN Sport», annonce Heidi
Ueberroth, président NBA
International. «BeIN Sport est un
modèle d'excellence en termes
de production d'événements
sportifs et va fournir aux fans
NBA en France une large
couverture des matchs NBA ainsi
que des programmes originaux
tout au long de la saison.»
régions
INFOS
EXPRESS
Aïn Defla : hommage à
ceux qui se sont sacrifiés
pour une Algérie libre
Le 58e anniversaire du
déclenchement de la lute armée
s’est déroulé à travers toutes les
régions par des hommages et des
dépôts de gerbes de fleurs devant
les stèles des martyrs de la
révolution armée. A Aïn Defla, le
wali, accompagné des autorités
civiles et militaires, s’est rendu au
cimetière des chouhada pour
rendre hommage à ceux qui se
sont sacrifiés pour une Algérie libre
et indépendante. Le wali a présidé
deux cérémonies : la première
pour la distribution de 48
logements participatifs aidés (LPA),
la seconde s’est déroulée au siège
de la wilaya avec l’attribution de
diplômes et de cadeaux à 7 futurs
secrétaires de mairie, ayant subi
avec succès un stage de formation
à Bordj El Kiffan. «La lutte pour
l’indépendance n’a pas été facile
face à l’armée coloniale qui était
surarmée et qui laisse après
chaque opération des douars
ravagés et ses habitants torturés
puis abattus. Nous voulons
aujourd’hui rendre hommage à
ceux qui ont abandonné tous leurs
biens pour répondre à l’appel du
devoir sacré. Nous saluons aussi la
mémoire des femmes (mères,
sœurs, jeunes filles) qui à travers la
logistique, les services de santé, les
renseignements ont marqué en
lettres d’or l’histoire des régions du
Zaccar, de l’Ouarsenis et du
Z’barbar. Nous souhaitons que
cette jeunesse soit l’héritière de ses
aînés en reprenant le flambeau
pour une Algérie libre, grande et
fière», nous dira le président de
l’Association des anciens
moudjahidine et ancien chef de
commando dans la Wilaya IV. La
veille, plusieurs manifestations se
sont déroulées à Miliana, El
Khemis et El Attaf.
Hadj Mohamed
8
Tissemsilt
er
Un 1 Novembre célébré
par des acquis
, La cérémonie du 1er
Novembre 1954, date du
déclenchement de la lutte
de Libération nationale, est
toujours un moment
particulièrement solennel
pour tous. Algériennes et
Algériens unis dans un
moment exceptionnel du
souvenir. La
commémoration du 1er
Novembre, une date d’une
grandeur particulière dans
l’histoire du pays, est ce
long recueillement à la
mémoire de ceux qui ne
sont plus là.
Des moudjahidate et des moudjahidine
qui auront tout sacrifié pour la liberté
d’un peuple, longtemps privé du minimum vital et de ce qui est essentiel à la
vie, la fierté d’être libres.
De ceux aussi que l’usure du temps et
des épreuves a pu épargner, moudjahidate et moudjahidine, pour lesquels
de pareils événements, comme les commémorations, permettent de se retrouver, de se remémorer les grands
moments d’une solidarité dans le combat qui a terrassé l’ennemi.
Ce jeudi, la commémoration du 1er Novembre a été célébrée dans la wilaya de
Tissemsilt dans le recueillement, en
même temps que la joie des retrouvailles.
Réunis autour d’un frère de combat,
les autorités locales civiles et militaires,
des moudjahidine, des enfants des
moudjahidine et des enfants de chouhada ont goûté à la joie de se retrouver,
d’évoquer les grands moments du combat libérateur, la fraternité d’armes qui
a regroupé dans les maquis les Algériennes et les Algériens, unis dans la
Pour que nul n’oublie. (Photo > D. R.)
concrétisation d’un même idéal. A l'instar des autres régions du territoire national, la wilaya de Tissemsilt, capitale
de l'Ouarsenis, a, elle aussi, célébré ce
1er Novembre qui coïncide avec le 58e
anniversaire du déclenchement de la
guerre de Libération et du cinquantenaire de l’indépendance nationale.
Les commémorations de la date de déclenchement de la lutte de Libération
nationale ont été marquées par différentes manifestations programmées
par la wilaya de Tissemsilt.
Dans la journée du 31 octobre, les autorités civiles et militaires, à leur tête le
chef de cabinet du wali, accompagné
de l’inspecteur général au ministère de
la Culture, se sont rendues à la maison
de la culture pour procéder à l'inau-
Relizane
Les habitants dénoncent la
dégradation de leur environnement
,Après avoir longtemps patienté, les
habitants de la nouvelle ville Adda-Benada (ex
-Bermadia), ont pris attache avec notre
journal, exprimant ainsi leur ras-le-bol. En
effet, ils sont convaincus que leur cité est
carrément à l'abandon. Ils citent d'abord
l'absence d’un agent de nettoyage dans les
artères de la ville.
Depuis, c'est un jeune chômeur embauché dans le
cadre du filet social qui s'occupe de balayer les ruelles
de la cité moyennant une rétribution des habitants. Parfois, ces derniers organisent
des opérations de volontariat, mais le cœur n'y est plus
à présent. Il y a lieu de rappeler qu'une partie de la population de la cité est constituée par la classe moyenne
où l'on dénombre des enseignants, des avocats, des administrateurs et autres fonc-
L a N R 4 4 7 2— D i m a n c h e 4 n o v e m b re 2 0 1 2
tionnaires, ainsi que d'anciens agents administratifs
à la retraite. Le deuxième
point noir est l'absence
d'éclairage, car les sociétés
sous-traitantes chargées de
la maintenance délaissent
les poteaux défectueux. Or,
c'est le deuxième hiver que
cette situation existe, avec
toute l'insécurité qui en découle, tant pour les travailleurs (et travailleuses)
que pour ceux qui se dirigent tôt le matin vers les
mosquées. Et ceci sans
omettre que des hordes de
chiens errants rôdent en permanence. Enfin, au beau milieu de cette cité, entre la
route et le périphérique, à
200 m seulement du lycée,
existe un jardin d'enfants
abandonné depuis belle lurette. Il n'y a ni balançoires,
ni toboggans comme c'est le
cas dans d»autres jardins à
travers les diverses artères
de la ville. On se gardera
d'oublier l'effondrement des
plaques d'égouts qui obligent les passants ainsi que
les automobilistes à faire
preuve de prudence. Les habitants de la nouvelle cité
Adda-Benada souhaitent que
les autorités concernées y
accordent un minimum d'attention.
N.- Malik
guration du la 9e édition du Festival national de la poésie et de la chanson bédouines. Marqué par le sceau de la fraternité et du combat pour l'indépendance, la paix et la réconciliation
nationale, de joyeuses retrouvailles
entre les générations ont eu lieu à la
maison de la culture Mouloud-Kacem
Naït-Belkacem de Tissemsilt.
Une conférence sur l’histoire du pays
avec la participation de moudjahidine
de la région. Ainsi, donc, des centaines
de personnes ont eu à partager un moment de convivialité, où l'on a évoqué
les souvenirs entre anciens, entre enfants de la ville de Tissemsilt, capitale
de l'Ouarsenis. A minuit, les autorités locales civiles et militaires, à leur tête
Hocine Bessaih, wali de Tissemsilt
ainsi, que les personnes présentes ont
levé les couleurs, alors que résonnait
l'hymne national, une gerbe de fleurs a
été déposée sur la place Logab, suivi de
la lecture de la Fatiha à la mémoire de
nos valeureux combattants tombés au
champ d'honneur pour la libération de
notre pays du joug colonial. Pour la
journée du 1er Novembre, après un rassemblement, les autorités locales civiles et militaires se sont rendues au
carré des martyrs d’Aïn S’fa, lieu tristement célèbre pour avoir abrité les
tortionnaires français au cours des années 1958-1959 et où des dizaines de militants de la cause nationale y ont
laissé leur vie.
Du côté officiel, les traditionnels dépôts de gerbes de fleurs, levée des couleurs et la lecture de la Fatiha. La délégation officielle conduite par le wali a
inspecté le nouveau lycée en cours de
réalisation à la ZHUN.
Signalons que plusieurs chantiers à travers la wilaya, autant de réalisations
appelées à promouvoir les communes
et le cadre de vie des citoyens, comme
l'ont souhaité les martyrs, ont vu le
jour.
Par ailleurs, il serait souhaitable que ces
réalisations continuent à être suivies de
très près par le premier responsable de
la wilaya et les services techniques, en
vue de permettre au rythme des
constructions de se poursuivre dans
son élan initial.
Le wali de Tissemsilt, Hocine Bessaïh,
a organisé une collation au profit de la
famille révolutionnaire.
Abed Meghit
Mostaganem
Un réseau de prostitution
démantelé à Stidia Plage
, La délinquance sous toutes ses
formes s’est installée dans notre
société et touche notre jeunesse.
Un réseau de prostituions composé
de onze individus dont quatre
femmes a été neutralisé récemment par la Gendarmerie nationale
à Stidia, une station balnéaire, située à une dizaine de kilomètres
de Mostaganem.
Suite à des renseignements faisant
état du va-et-vient d'individus à l'allure louche au niveau d'un cabanon à proximité de la plage de Stidia, les gendarmes de la localité
ont décidé d'opérer une sur-
BRÈVE
Bordj Bou-Arréridj : distribution
des logements sociaux
en décembre
Le wali de Bordj Bou-Arréridj, Azzedine
Mecheri, a annoncé, lors de la session
extraordinaire de l’APW, le 30 octobre
dernier, la distribution durant le mois
de décembre prochain de tous les loge-
veillance qui s'est avérée fructueuse.
Dernièrement, les éléments de la
brigade de gendarmerie ont investi
l'endroit en question au bon moment et ont procédé à l’interpellation de pas moins de 11 personnes
en flagrant délit, dont 4 femmes.
Suite à la fouille opérée sur les
lieux, les gendarmes ont découvert
une quantité assez conséquente de
boissons alcoolisées.
N.- Malik
Voir sur Internet
www.lnr-dz.com
ments sociaux achevés à travers le territoire de la wilaya. Intervenant à l'occasion de la cette dernière session de
APW, le wali a insisté sur la nécessité de
distribuer ces logements «avant le 31 décembre prochain», rappelant que la wilaya de Bordj Bou Arréridj est pionnière
avec ses capacités de réalisation et pour
cette année 2012, pas moins de 26 000
logements, tous types confondus, ont
été lancés.
S.- K. B .
La NR 4472 — Dimanche 4 novembre 2012
régions
9
El-Tarf
Des atouts énormes, un tourisme à
l'arrêt et des contrebandiers partout
M'sila : 9 individus impliqués
dans 6 affaires de psychotropes
, La wilaya d’El-Tarf,
qui possède une population de plus de
450 726 habitants,
a une vocation tourisme et agricole,
avec un littoral de
90 km composé de 25
plages et cinq zones
d’expansion touristiques.
Cette wilaya est composée
de 7 daïras regroupant 24
communes.
Les plus peuplées étant
Besbes, Dréan, Ben M’hidi,
Chatt et El Kala avec une
densité dépassant les 500
habitants par km2 ses
lacs sont mondialement
connus notamment Oubeira, Mellah, Tonga et lac
des Oiseaux.
La population active est estimée à plus de 111 332
personnes pour un taux de
28, 36 % avec un niveau de
chômage plus élevé enregistré dans quelques communes comme Bougous, El
Aioun, Ramel Souk, Berrihane, Zerizer, Bouhadjar
et Lac des oiseaux pour un
taux dépassant les 35 %.
L’infrastructure des 1er et
2e cycle est composée de
258 écoles totalisant 1 885
classes pour une population scolarisée estimée à
plus de 49 732 élèves dont
47 % de filles.
Le taux de scolarisation représente 85,44% pour les
6-15 ans avec un effectif
d’enseignants qui s’élève à
22 73 professeurs.
Il faut dire que sur le plan
qualitatif beaucoup d’efforts restent à faire pour
améliorer le cadre scolaire
notamment par des actions
d’aménagement, de réhabilitation et d’équipement.
Pour ce qui concerne le 3e
cycle, il a été enregistré 58
écoles fondamentales d’une
capacité de 752 classes
pour un nombre de scolarisés estimé à plus de 26 959
élèves.
L’enseignement secondaire,
quant à lui, est constitué
de 15 lycées et 4 technicums pour un nombre de
12 740 élèves alors que
pour l’enseignement supérieur la wilaya dispose d’un
institut agrovétérinaire
d’une capacité de 600
places pédagogiques et 500
lits.
Sites et monuments
historiques
De nombreux vestiges historiques sont des empreintes ineffaçables du
passage des différentes civilisations par le passé qui
Les services de la Sûreté de wilaya ont traité 6 affaires se rapportant au trafic de stupéfiants
durant le mois d'octobre où ils ont pu saisir 69,8 g de kif traité contre 3,752 kg le mois passé et
792 comprimés de psychotropes, comme il a été mis fin aux agissements de 9 inculpés
arrêtés pour vente de drogue et leur confisquer le montant de 25 200 DA qui était en leur
possession, selon l'officier chargé de la communication. 5 autres individus en possession de
drogue ont été arrêtés. (Photo > D. R. )
Boumerdès : plusieurs sites nécessitent
protection et réhabilitation
Une wilaya où tout reste à faire. (Photo > D. R.)
s’étaient succédé dans
cette région du nord de l’Algérie. Parmi ces sites archéologiques, on trouve les
bastions de France datant
de 1 560, bastion de Cap
Roux du 12e siècle, l’ancien port de la messida, le
palais de Lalla Fatma, le
palais de Ali Bey construit
durant la période ottomane, les lignes Challe et
Maurice.
Ajouter à cela les stations
de Démet El Hassen et d’Aïn
Khiar qui relèvent de la civilisation caspienne ainsi
que les grottes portant des
gravures rupestres néolithiques de Ramel Souk. Son
parc national qui s’étend
sur une superficie de 76
438 ha regroupant 9 communes et formant un complexe humide et déclaré
zone de protection par la
convention de Ramsar. Cet
espace destiné à la préservation de la faune fut créé
en 1983 étant un refuge remarquable pour 267 espèces dont 56 de vertébrés
et 211 invertébrés. Par
ailleurs, cette belle région
détient un espace forestier
riche composé de chêne de
liège, de pins maritimes, eucalyptus, oléastres. Malgré
l’importance de son étendue, le patrimoine forestier
reste faiblement exploité
avec un rendement presque
moyen dans la production
de bois, soit 48 000 tonnes
dont 45 000 tonnes commercialisées vers la Tunisie. Il est à souligner que la
superficie forestière privée
est de 2505, 38 ha et celle
qui est domaniale est de
106 477, 38 ha.
Un tourisme au point
zéro
Le potentiel touristique renferme un long littoral de 90
km réparti sur cinq zones
d’expansion composées de
14 sites féeriques, 12
plages, des étendues lacustres représentées par 6
lacs notamment lac Tonga
et Oubeira et 6 sources
thermales. Cette belle région dispose d’une faible
infrastructure touristique,
soit 11 hôtels d’une capacité globale de 380
chambres et 777 lits seulement. Or, la richesse de la
wilaya se caractérise par
deux variétés importantes,
à savoir le corail et la
bruyère, la Cale et Kala regorgent de récifs coralliens
exploités illicitement par
des réseaux de trafiquants
algériens, tunisiens et italiens. Ses ressources hydrauliques sont constituées
de 3 barrages d’une capacité de 250 millions de
mètres cubes, 111 forages,
30 retenues collinaires.
Trafic de corail, une saisie
de 30 kg
Une saisie effectuée après
la fameuse descente dans le
milieu des trafiquants de
corail le 22 mars 2012
quand les éléments de la
police sous les ordres du
défunt chef de la Sûreté
Drai Abdelkrim qui était un
policier de terrain ayant accompli déjà des records
dans des affaires criminelles complexes à Annaba.
Ils avaient suivi une fiable
piste suite à des renseignements indiqués par des ci-
toyens faisant état d’un
vaste trafic de corail. Lors
une perquisition effectuée à
l’intérieur d’une maison située dans la localité Lahdada à Oum Tboul relevant du chef-lieu de la wilaya d’El Tarf, les
enquêteurs avaient découvert une grande quantité
de 100 kg de corail pour
une valeur de 1,5 milliard
de centime. La marchandise était déjà prête dans
des cartons pour être acheminée vers la frontière tunisienne. Un chef de bande
en possession d’un fusil de
chasse ainsi que des cartouches d’un calibre 12 mm
et deux complices ont été
arrêtés dans cette opération policière pour trafic de
corail. Une deuxième opération presque similaire est
survenue hier suite à de
précieuses informations
parvenues aux forces de
police de cette région frontalière, a-t-on appris de
sources policières. Suivant
la piste indiquée, la police
judiciaire d’El Kala est arrivée grâce à un mandat de
perquisition délivré par la
justice à mettre la main
dans un domicile d’un trafiquant de corail sur une
importante quantité prête à
être acheminée vers la Tunisie. Soit une marchandise
de 30 kg de corail a été découverte dissimulée dans
un sac dans l’appartement
d’un activiste dans le domaine. Trois trafiquants ont
été alors arrêtés et présentés devant le procureur de
la république près du parquet d’El Kala.
O k i Fa o u z i
La wilaya de Boumerdès compte de nombreux sites
nécessitant une attention particulière des autorités
locales pour leur restauration et réhabilitation, estime-ton à la Direction des moudjahidine. (Photo > D. R. )
Aïn Defla : l’incertitude des jeunes
éleveurs
Dans le cadre de l’Ansej, 155 jeunes éleveurs ont bénéficié des aides
de l’Etat, mais le manque et la cherté des aliments ont créé un
climat d’incertitude. M. Djelloul, un jeune bénéficiaire nous a
déclaré que la situation est devenue très difficile à travers les
marchés les prix sont montés en flèche comme la botte de maïs et
d’orge qui sont écoulées à 750 DA l’unité. (Photo > D. R. )
Ghardaïa : un cas de paludisme
autochtone dépisté
Un cas positif de paludisme autochtone a été dépisté,
mardi soir par les praticiens de l’hôpital Tirichine de
Ghardaïa, chez un jeune patient résident de la localité
d’El Atteuf (Ghardaïa), a-t-on appris mercredi auprès de
la Direction de la santé de la wilaya. (Photo > D. R. )
La NR 4472 – Dimanche 4 novembre 2012
histoire
10
Guerre d’occupation
Lutte de Libération au Clos Salembier (II)
, En ce mois de juin 1954,
Didouche Mourad était
dans son quartier de la
Redoute, actuellement
El-Mouradia, chez son ami
Lamrani Hassène dit «le
tailleur» qu’ il entretenait
de choses importantes,
puisque il était passé 18
heures lorsqu’il entra au
magasin.
Ce premier groupe d'actions du
Clos Salembier avait débuté sa
formation au mois de mars 1954,
dans un local appartenant au militant Serrir Abdallah. Une sorte
d'abri situé au Ravin de la femme
sauvage, donnant en bas sur la
route du ruisseau, et par le haut,
surplombé par la rue des Coquelicots. Parmi les éléments qui participèrent à ce stage, il y avait Saïd
Madani, Tadjrouni Omar, Boukhechba Ramdane, Menouar Arif,
et Safti Bachir. La couverture de
cette opération fut assurée par
Bouazza Méziane qui fut prématurément arrêté par la police française, ainsi que Serrir Abdallah.
Après cette arrestation, ce groupe
fut repris en main par Debbih Chérif dit Si Mourad qui s'occupa personnellement de former un noyau
de six éléments devant participer
aux opérations prévues au déclenchement de la lutte. Il s'agit de :
1- Ouarti Amar, dit Mohamed yeux
bleus, neveu de Hassène le tailleur.
2- Boukhechba Ramdane.
3-Tadjrouni Omar dit Ouamrat.
4-Amiri Amar.
Ainsi que trois éléments du secteur de la Redoute, qui sont :
5- Gacem Mohamed dit Lekhel.
6- Abdi Djaffar.
7- Medjkane Ali.
Les objectifs retenus à l’action du
déclenchement de l’insurrection
portaient :
- Incendie du dépôt de liège du
Ruisseau.
- Incendie des établissements Panhard du Ravin de la femme sauvage.
Au dernier moment un contreordre allait désigner d'autres éléments pour ces opérations, et
d'autres actions pour le groupe.
C'est ainsi qu'il en fut décidé, et
c'est ainsi qu'il en sera. Dès le
début de 1954, Bouadjadj s'était
rallié aux unionistes, activistes,
et s'employa à la diffusion clandestine du journal le patriote qui
n'est pas destiné à l'ensemble de
la population, mais aux militants
et sympathisants seulement, qui,
eux, le transmettaient à qui, ils jugeaient bon. Bouadjadj se lança à
corps perdu dans la préparation
de la lutte armée qu'il savait éminente, étant assez près des têtes
pensantes du mouvement pour
s'en convaincre. Et il dira :
«Tout ne se passe pas toujours
comme on l’aurait voulu, la préparation des explosifs notamment.
C'est un étudiant qui devait nous
les préparer, il était un petit peu
lancé dans la chimie, la physique,
il voulait nous faire de la nitroglycérine. On a eu une histoire terrible à la Redoute. La Redoute
c'est un fief nationaliste - surtout la rue des Mimosas – soulignera-t-il. On a fait une petite catastrophe, on n'avait pas respecté
les pourcentages des acides, et
ça a explosé, tout est parti en
l'air…. En tout cas, ce garçon était
de bonne volonté, et il avait du
cœur et du courage». Au rythme
de un groupe de cinq à neuf
membres tous les 45 jours, cet
étudiant fit le maximum en formant de janvier à septembre 1954,
pas moins de 5 groupes d’artificier, avec l’aide desquels il fit fabriquer plus de 100 kg de pâte explosive, et de vieilles boîtes d'huile
moteurs. Il a constitué des corps
de bombes bourrées de cette pâte
explosive. Rabah Bitat eu une entrevue avec les chefs des groupes
qui ont été formés, et après les
avoir félicités de leurs réussite, il
leur exposa les buts de l'action
envisagée à Alger la capitale du
pays. «Il fallait y faire une nécessaire et spectaculaire démonstration de la présence de l'organisation." Bouadjadj fin prêt, n’attendait plus qu'à déterminer avec
Bitat les cibles et les endroits où
devraient être placées les bombes,
et à attendre que soit fixée la date
de l'action. Il va sans dire que pour
tous les hommes qui allaient s’impliquer dans la lutte armée, il ne
s’agit pas là d'un choix fortuit ou
gratuit, d'une «préférence» pour
la violence, mais d'une situation
particulière d’insoumission à
l'ordre colonial, et où, après avoir
usé de toutes les formes de revendications passives et non violentes, ont été à chaque fois «les
dindons de la farce». Dupés et insultés, roulés dans la boue et humiliés, ces militants n’avaient plus
que ce mode d'expression «les
armes pour obtenir le droit à disposer de soi-même». La préférence
pour la violence dans le cas de
cette Algérie, et le Maghreb par extension, présente entre autres,
deux des plus importantes explications : la première raison et que
la lutte violente ne découle pas
d'une préférence gratuite, d'un
amour immodéré de la casse, mais
d'une stratégie penser qui a pour
finalité l'expulsion de l'autorité coloniale.
La seconde raison, au choix de la
violence, c'est que les actions violentes ne sont pas l'ensemble de
la lutte populaire de partisans,
mais seulement la forme qu'elle
revêt dans le plus part des cas.
En fin de compte, et finalement
l'essence même de la lutte populaire de partisans n'est pas la violence, mais l'illégalisme, dont la
violence est simplement la forme
d'expression la plus dure.
Dans le cas de figure de l'Algérie,
l'illégalisme, et une action illégale
selon la légalité de l'Etat français.
Car selon ceux qui revendiquent
l'indépendance de ce pays, la légalité est chez ceux qui ne reconnaissent pas l'Algérie française,
et c'est pour cela que se justifie la
lutte violente chez les partisans de
l'Algérie algérienne. Car en effet ce
pays est Algérien. Evidemment le
concept de lutte violente de partisans n'est pas la théorie de la
violence minoritaire, de la violence de petit groupe qui se substituerait au peuple. Au contraire
le concept entraîne à l'évidence le
développement populaire, de
masse, de la guérilla contre l'occupant.
(A suivr e)
Chabane Nor dine ,
Publicité
République Algérienne Démocratique et Populaire
Wilaya de Batna
Daïra d’Ichemoul
Commune de Foum-Toub
NIF : 098405315047523
République Algérienne Démocratique et Populaire
Commune de Boutaleb
Tél. : 036.95.31.25 – Fax : 036.75.31.16
Le président de l’Apc de Foum-Toub lance un avis d’appel d’offres national ouvert pour l’opération suivante
:
ACQUISITION D’UN RÉTRO-CHARGEUR
Les fournisseurs qualifiées pour fournir cet engin peuvent soumissionner et sont appelés à retirer le
cahier des charges auprès du Bureau des contrats et des marchés de la commune contre paiement de la
somme de 1.500 DA versée auprès du trésorier des communes d’Ichemoul. Les offres doivent être
accompagnées des pièces obligatoires suivantes :
Offre technique :
La déclaration à souscrire dûment signée et établie selon le modèle du cahier des charges
La déclaration de probité dûment signée et établie selon le modèle du cahier des charges
L’instruction aux soumissionnaires signée par le soumissionnaire avec la mention «Lu et approuvé» et
portant son paraphe sur chaque page
Le registre de commerce réimmatriculé
du soumissionnaire (copie légalisée)
L’extrait du casier judiciaire n° 03 du soumissionnaire, du gérant ou du directeur général de
l’entreprise datant de moins de trois mois (copie originale)
Un extrait de rôle apuré ou avec échéancier de paiement portant la mention «Non inscrit au fichier
national des fraudeurs» (copie originale)
Les statuts de l’entreprise dans le cas d’une Sarl, Eurl ou Spa
L’identification fiscale (copie légalisée)
Attestation de mise à jour Casnos (copie légalisée)
Offre financière :
La lettre de soumission dûment signée et établie selon le modèle du cahier des charges
Le CPS signé par le soumissionnaire avec la mention «Lu et approuvé» et portant son paraphe sur
chaque page
Le bordereau des prix unitaires dûment renseigné et signé
Le devis quantitatif et estimatif dûment renseigné et signé
Les offres doivent être adressées dans des enveloppes cachetées détaillées comme suit : enveloppe 1
contenant l’offre technique et enveloppe 2 contenant l’offre financière. Une troisième enveloppe
contiendra les deux enveloppes 1 et 2 cachetée et anonyme adressée à Monsieur le président de l’Apc de
Foum-Toub avec la mention «Soumission à ne pas ouvrir – Acquisition d’un rétro-chargeur». La durée de
préparation des offres est fixée à vingt et un (21) jours à compter de la date de la première parution dans
le Bomop ou dans les quotidiens nationaux. Le dépôt des offres est fixée au dernier jour de la durée de
préparation des offres, de 9h à 14h. L’ouverture des plis se fera le même jour du dépôt des offres, à partir
de 14h, au siège de l’Apc. Les soumissionnaires sont invitées à assister à la séance d’ouverture. Les
soumissionnaires resteront engagés par leurs offres pendant une durée de cent vingt (120) jours à
compter de la date limite de dépôt des offres.
Nlle République / 4/11/12 / ANEP 66439/25
AVIS D’APPEL D’OFFRES NATIONAL
OUVERT N° 01/2012
La commune de Boutaleb lance un avis d’appel d’offres national restreint pour :
RÉPARATION DES CHEMINS COMMUNAUX
INTITULÉ DU PROJET : RÉPARATION DU CHEMIN COMMUNAL 472 ET 472A RELIANT CW09 À GUENIFA SUR 2,7
KM
Retrait des DAO : les entreprises répondant aux conditions suivantes :
- avoir une qualification en activité principale dans le domaine des travaux publics, catégorie IV ou plus
- avoir réalisé au moins un cumul de 2 km de travaux de route certifié par des attestations de bonne
exécution délivrées par les maîtres d’ouvrages
Les intéressés par le présent avis peuvent soumissionner et retirer les cahiers des charges auprès de la
commune de Boutaleb contre paiement d’un montant de 1.500 DA libellé au compte de Monsieur le
receveur communal et ce, dès la parution du présent avis dans les quotidiens nationaux ou dans le
Bomop. Les offres doivent parvenir au plus tard quinze (15) jours calendaires à compter de la première
parution du présent avis sous enveloppe principale scellée ne portant aucune inscription extérieure autre
que l’objet de l’appel d’offres, le nom et l’adresse du maître d’ouvrage et la mention :
SOUMISSION À NE PAS OUVRIR
RÉPARATION DES CHEMINS COMMUNAUX
INTITULÉ DU PROJET : RÉPARATION DU CHEMIN COMMUNAL 472 ET 472A RELIANT CW09 À GUENIFA SUR 2,7
KM
Cette enveloppe principale comportera deux autres enveloppes scellées :
Première enveloppe portant la mention unique «Offre technique» et doit contenir les pièces suivantes :
La déclaration à souscrire signée, paraphée et datée par le soumissionnaire ou par une personne
dûment autorisée (cette autorisation fera l’objet d’une procuration écrite accompagnant l’offre) Toutes
les pièces justifiant la capacité technique et financière, l’expérience dans des marchés similaires, les
moyens et le plan de charge de l’entreprise Le planning d’exécution des travaux avec détail du mode
d’organisation et d’intervention en fonction des délais et des moyens utilisés Registre de commerce
approuvé par le Cnrc Certificat de qualification et de classification professionnelles dûment légalisé
(catégorie IV ou plus, activité principale travaux publics) Extrait de rôle (copie dûment légalisée) en
cours de validité apuré Mises à jour Cnas et Casnos (copies dûment légalisées) en cours de validité
Mise à jour Cacobatph (copie dûment légalisée) en cours de validité Statuts de l’entreprise légalisés
par le notaire Casier judiciaire du gérant de l’entreprise (copie dûment légalisée) en cours de validité
Liste du matériel sur laquelle figure l’immatriculation de chaque engin appuyée par des cartes grises
(copies légalisées) ou PV des Domaines avec assurances en cours de validité pour le matériel roulant +
PV de constat d’huissier de justice ou d’expert agréé de l’année en cours pour les autres matériels Les
qualifications et expériences des personnels clés qui dirigent le projet (chaque personne de l’équipe doit
présenter son diplôme (photocopie légalisée) et son affiliation à la Cnas) Références professionnelles de
l’entreprise (copies légalisées) appuyées par des attestations de bonne exécution Bilans financiers de
l’entreprise des trois dernières années (2009-2010-2011) dûment approuvés par les services des impôts,
audit ou validés par un commissaire aux comptes La présente instruction signée et paraphée
Attestation de dépôt légal des comptes sociaux pour les personnes morales (sociétés) pour l’année
2010 Déclaration de probité signée par le soumissionnaire Le numéro d’identification fiscale (NIF)
Deuxième enveloppe portant la mention unique «Offre financière» qui doit contenir :
La lettre de soumission signée, paraphée et datée par le soumissionnaire Devis quantitatif et estimatif
et bordereau des prix unitaires signés, paraphés et datés par le soumissionnaire
Les entreprises resteront engagées par leurs offres pendant trois (03) mois + quinze (15) jours à compter de
la date limite de dépôt des offres.
La date de dépôt des offres est fixée au quinzième (15e) jour à partir de la première parution dans les
quotidiens nationaux ou dans le Bomop, de 8h à 13h. Si ce jour coïncide avec un jour férié ou un jour de
repos légal, cette date sera reportée au premier jour ouvrable suivant, conformément à l’article 50 du
décret présidentiel n° 10/236 du 7/10/2010 portant réglementation des marchés publics, modifié et
complété. La séance d’ouverture des plis à laquelle les soumissionnaires sont invités à assister sera
publique et aura lieu le jour correspondant à la date limite de dépôt des offres, à 13h, au siège de la
commune de Boutaleb. Le maître d’ouvrage pourra prolonger exceptionnellement le délai de
préparation des offres, en cas de nécessité.
Nlle République / 4/11/12 / ANEP 66401/25
Avis d’appel d’offres national restreint
La NR 4472 — Dimanche 4 novembre 2012
débat
11
La bataille de l’euro
La gabegie des profits
, La présente crise de
l’euro et de l’Euroland
résulte d’une bataille
entre les ploutocrates
européens et leurs alliés
et concurrents
étatsuniens pour le
contrôle des marchés
internationaux. Quelle
sera la devise prochaine
du commerce
international, le dollar ou
l’euro ? L’isolement et la
décrépitude.
Il faut se rappeler que la classe capitaliste monopoliste dirige à la
fois l’économie, la politique et
qu’elle contrôle aussi l’idéologie, la
culture et les mass médias en Europe comme dans tous les pays
capitalistes. Le prolétariat n’a pas
voix au chapitre dans cette guerre
intercapitaliste, alors, de grâce,
que l’on cesse de blâmer les ouvriers pour cette gabégie des profits en chute libre !
La classe ouvrière, faute de son
parti de classe sûr, expérimenté, reconnu et influent, ne contrôle rien
et elle agit en observateur circonspect de ces tribulations politiques
et de cette saga économique, réagissant instinctivement au gré
des événements.
L’euro, la monnaie de l’Euroland,
est depuis longtemps un projet financier structurant voulu et imposé par un groupe d’oligarques financiers européens afin de doter
l’espace de Schengen d’un instrument économique et commercial
puissant leur permettant d’affronter leurs alliés et concurrents,
d’abord étatsuniens, ensuite asiatiques. Il importe peu qu’au commencement certains dirigeants
américains aient hypocritement
soutenu la construction de l’Euroland ; le parrain n’embrasse-t-il pas
le capot avant de l’assassiner ?
Dès l’origine, le plan de la caste
des financiers européens était
simple : forger l’unité commerciale,
industrielle, financière et politique
de l’Europe en créant un vaste marché unique (500 millions de citoyens-producteurs-consommateurs) et une vaste zone d’expropriation exclusive de la plus-value
ouvrière, avec répartition différentiée des moyens de production et
d’échanges (à l’Allemagne sont réservées les machines-outils et la
chimie, à la France l’aéronautique
et les produits d’opulence, à la
Suède la métallurgie, à la Pologne
le «cheap labour» et les plombiers,
à la Grèce les grands chantiers, à
l’Espagne le tourisme et l’immobilier...).
La crise des «subprimes» et la
rasque de la dette souveraine
La soudaine crise économique et
financière de 2008, qui a fait disparaître 2.000 milliards de dollars de
capitaux spéculatifs frauduleux et
détruit des millions d’emplois dans
le monde, a surpris les mandarins
de Bruxelles, les financiers de Paris
et les politiciens de Berlin et of-
fert aux Américains l’occasion d’attaquer leur allié et concurrent monétaire européen.
La surprise fut telle que le dollar,
dont la valeur reste inférieure à
l’euro, est encore présenté, par les
économistes patentés, comme une
valeur refuge. Les Chinois, eux, ne
s’y trompent pas, ils sont en voie
de liquider leurs derniers billets
verts plombés avant la grande dévaluation de ce numéraire par la
FED qui imprime 40 milliards de
nouveaux billets dévalués chaque
mois.
Le crash boursier de 2008 a donc
surpris les oligarques en plein processus de structuration, d’harmonisation, de réglementation et de
gestion de l’Euroland en cours
d’édification. L’ensemble des diktats politiques, des contraintes
budgétaires, des garde-fous administratifs, des mécanismes de
contrôle et de validation n’avaient
pas eu le temps d’être consolidés
en prévision de ce choc boursier.
Depuis, le système monétaire «européen» risque d’être emporté par
la tempête du surnuméraire (la
dette souveraine et l’argent spéculatif fictif).
Nonobstant ce danger, les politiciens et les mandarins de
Bruxelles, au service des capitalistes financiers européens, ont
d’abord tenté de colmater la
brèche athénienne, pompant les
crédits par milliards dans les
coffres des banques compromises
par cette dette souveraine, l’objectif étant de renflouer le rafiot
des armateurs et des banquiers.
C’est ce que les économistes bourgeois ont appelé la «mutualisation»
de la dette souveraine européenne,
avec en tête le projet de créer les
«eurobonds», ce qui surviendra le
jour où les canards boiteux auront
été chassés ou mis en coupe serrés. De ce fait même ils ont aggravé la crise de surproduction et
de surnuméraire inflationniste
dans ce que Richard McGuire, analyste chez Rabobank, appelle «la
spirale de la mort» et que l’économiste américain Joseph Stiglitz caractérise comme «l’économie vaudoue (…) Le système fait que le
gouvernement (grec, espagnol, ir-
landais, italien, NDLR) renfloue les
banques et que les banques renflouent le gouvernement».
Sur ces entrefaites les agences de
notation américaines s’invitèrent
dans cette galère et envenimèrent
la situation en abaissant la cote
de tous les pays du vieux continent, jusqu’à et y compris l’Allemagne, pourtant en excédent dans
sa balance des paiements. Ce faisant, le renard américain sema la
panique dans le poulailler européen. Cependant, la classe ouvrière
n’a pas à prendre parti pour l’une
ou l’autre des deux parties. Elle
serait toutefois bien avisée de
prendre acte de cette bisbille dans
le camp opposé.
Chasser la Grèce de l’Euroland
La première manche de la guerre
de l’euro se termina par un K.-O.
S’apercevant que d’autres pays
faillis hantaient les corridors de la
Banque centrale européenne, des
pays désavantagés par la division
internationale du travail au sein
de l’Union, les bonzes de Bruxelles,
de Paris et de Berlin décidèrent
d’abandonner l’épave grecque aux
flots de la mer Egée déchaînée. Ils
lui posèrent de telles conditions
pour demeurer au sein de l’Union
qu’ils espéraient que le peuple grec
allait répudier l’entente négociée
avec les malandrins athéniens.
Plus malin qu’eux, le 12 juin 2012,
le peuple hellénique décida de donner mandat à quelques malfrats
de renégocier le contrat d’austérité
préalablement signé. Le peuple
grec avisé estima qu’il valait mieux
mener sa guerre de classe de l’intérieur de l’Euroland plutôt qu’à
l’extérieur.
Aujourd’hui, les nababs de Paris,
Berlin et Bruxelles attendent patiemment que le gouvernement
grec remette le rapport sur ses efforts pour briser la résistance des
Partisans du Pirée contre la succession de plans d’austérité, tous rejetés par les ouvriers enragés.
Alors ils expulseront le larron grec
sans pardon comme ils le feront
pour toutes les nations qui refuseront les politiques d’austérité drastiques des centurions de l’Elysée.
Ces manants espèrent ainsi sau-
ver leur monnaie commune ; ce
projet de marché d’expansion impérialiste commun, d’abord sur
leur propre glacis de pays conquis
– ces néo-colonies ex-pays de l’Est
– puis d’appropriation des marchés internationaux face à leurs
concurrents étatsuniens, japonais,
chinois et indiens.
La Grèce s’enlise dans un long calvaire de cinq années de récession
dont une contraction du PIB de
6,8 % en 2011 et de 6,7 % en 2012.
Frappé par un taux de 23,1 % de
chômage officiel, une dette souveraine correspondant à 165,3 % du
PIB national pour laquelle l’exposition des banques françaises est
de 66 milliards d’euros.
De son côté, la dette souveraine de
l’Espagne se monte à 68,5 % de
son PIB, dette en hausse d’environ 10 % annuellement. Le chômage atteint 25 % et le PIB recule
de 1,5 % en glissement annuel, avec
un taux d’emprunt obligataire de
7,5 %. Les banques espagnoles
sont plombées par 176 milliards
d’euros de mauvaises créances
spéculatives. Au printemps 2012,
la Bankia, quatrième banque du
pays, a vu sa dette «nationalisé»
pour 23,5 milliards d’euros publics,
empruntés par le gouvernement
espagnol à un taux usuraire de 6,4
%. En riposte, ce dernier compte effectuer 102 milliards d’économies
dans les services publics et réduire l’allocation chômage de 60 à
50 % du salaire alors que la TVA
sera portée de 18 à 21 %. Et ce
n’est pas fini, il reste plusieurs banquiers espagnols à emmitoufler et
des millions d’ouvriers à surtaxer.
La situation n’est pas meilleure en
Italie. Pourtant, le Président chinois, en visite récemment à
Bruxelles, loin de calmer le jeu, a
confirmé qu’il endossait et soutiendrait de ses crédits ce projet de
redressement de l’euro et de l’Euroland qui contrevient directement
à l’hégémonie du dollar américain
en déclin.
La position politique ouvrière
Quelle doit être la position des ouvriers au regard de cette guerre
de l’euro qui fait rage dans le camp
ennemi ? Le problème ce n’est pas
la quantité, la qualité ou le coût
des services publics offerts à la
population. Le problème ce n’est
pas le niveau d’impôts payés par
les ouvriers ou par les privilégiés.
Le problème ce ne sont pas les
travailleurs immigrés que les capitalistes ont importés des pays affamés pour accentuer la concurrence sur le «marché» du travail
des esclaves salariés. Le problème
ce n’est pas la hauteur des barrières douanières et tarifaires visant à protéger les marchés d’exploitation libéralisés. Le problème
ce n’est pas de ployer sous la tyrannie de l’euro, du dollar, du franc
ou de la livre sterling. Tout ceci
s’avère des conséquences et non
pas des motifs de la bataille de
l’euro. Le problème c’est la politique impérialiste expansionniste
européenne et le système capitaliste de reproduction élargie qui
ne parvient plus à livrer les fruits
promis.
Le prolétariat, à travers son parti
de classe s’il existe, n’a pas à quémander la tenue d’un référendum
«citoyen», ni besoin d’appeler à
des consultations «populaires» à
propos des plans d’austérité. En
quoi est-il utile que les ouvriers se
brouillent et s’embrouillent sur la
réponse à servir à ces projets
d’austérité que la bourgeoisie présente chaque fois comme inévitables. La «solution finale» aux
maux du capitalisme c’est la fin
du capitalisme.
Que les capitalistes se débrouillent
et se brouillent avec leur guerre
monétaire contre le dollar, contre
le yuan et contre le yen et qu’ils
sauvent leur peau s’ils y parviennent ! Les ouvriers s’objectent à
tout programme d’austérité pour
faire payer le peuple et les travailleurs pour la crise de surproduction de ce système moribond
qui ne parvient plus à assurer sa reproduction et encore moins son
expansion. La bourgeoisie ne peut
sauver ce système sclérosé, alors
qu’ils s’écartent ces ploutocrates,
le prolétariat fera mieux que ces
scélérats !
Les partisans ne doivent pas berner les ouvriers ni les employés
avec cette pseudo «solution» que
présentent le Front national et le
Parti communiste Français et qui
consiste à prêcher la sortie de
l’Union européenne et de l’euro
pour favoriser le développement
d’un capitalisme vernaculaire français (bleu-blanc-rouge et coq gaulois). Le capitalisme primitif – national et concurrentiel – a évolué
naturellement vers le capitalisme
monopolistique, puis vers l’impérialisme triomphant, puis vers l’impérialissme décadent. Ce n’est pas
la mission de la classe ouvrière
d’inverser le cours de l’histoire
pour sauver le système capitaliste
en perdition. La mission historique
des ouvriers est plutôt de mettre
fin aux souffrances de la bête en
l’éradiquant. La solution ce n’est
pas de choisir un modèle quelconque de capitalisme, la solution
c’est de renverser le capitalisme.
Robert Bibeau
télévision
La NR 4472 — Dimanche 4 novembre 2012
12
Programme
CHRONIK
19.45 Les enquêtes de Murdoch
par Herbé
21.15 Les enquêtes de Murdoch :
11.50
12.00
12.55
15.10
16.05
16.35
18.15
18.25
19.50
21.50
00.10
Les 12 Coups de Midi !
Journal
Grand Prix d'Abu Dhabi
Les Experts : Le secret
de la Joconde
Les Experts
Sept à huit
Le journal
Opérations spéciales :
Election présidentielle
X-Men Origins :
Wolverine
Les Experts : Manhattan
: La grippe bleue
Preuve à l'appui
En mode Gossip
Tous différents
Que du bonheur !
Pour cent briques,
t'as plus rien !
21.20 La tempête du siècle
15.10
17.00
18.45
19.45
12.05 Les constructeurs de
l'extrême : Plate-forme
pétrolière
18.40 La minute de vérité :
Collision dans les Alpes
19.40 Les maîtres de l'humour
21.10 Laurent Gerra :
«Ça balance !»
15.20 Cauchemar en cuisine
11.05 Tout le monde veut
prendre sa place
11.55 Paris en plus grand
12.15 13h15, le dimanche
13.15 Vivement dimanche
15.25 Grandeurs nature : Sur
les terres du panda
16.30 Stade 2
17.50 Vivement dimanche
prochain
19.45 Comme les 5 doigts
de la main
21.40 Faites entrer l'accusé
23.21 Histoire belge
23.45 La grève des ventres
16.50 S.O.D.A
18.40 Les Simpson : La bataille
des deux Springfield
19.05 Les Simpson
19.45 Talent tout neuf
19.50 The Finder
22.05 The Glades
12.30 Nos plus belles images :
Cecile de Menibus
12.30 Nos plus belles images
15.10 Requins : L'armée
des profondeurs
18.00 Opération chaos
19.50 Nos plus belles images :
Jean-Pierre Pernaut
00.00 Docs de choc
10.40 Turbo
12.10 Nouveau look pour
une nouvelle vie
13.20 La France a un
incroyable talent
15.10 Un trésor dans votre
maison
17.30 66 minutes
18.45 Le journal
19.05 E = M6
19.50 Zone interdite :
Construire ou rénover
sa maison
21.45 Enquête exclusive :
Fêtes, opium et aventures
08.00 Bunny Tonic
09.45 C'est pas sorcier
10.10 Expression directe
10.35 Dimanche avec vous
11.25 Journal national
11.50 30 millions d'amis
12.20 Un crime oublié
14.25 Quand l'amour
s'emmêle
16.00 Chabada
16.55 Questions pour un
super champion
17.50 Ma maison
19.00 Tout le sport
19.15 Zorro
Dimanche +
Les nouveaux explorateurs
Nomades Land
Prime suspect
Championnat d'Angleterre
Le Canal football club
Championnat de
France Ligue 1
21.55 CFC le débrief
22.15 L'équipe du dimanche
17.00
19.45
21.45
23.50
13.25
14.10
14.11
15.10
15.55
18.40
20.00
15.00 American Horror Story :
L'aveu
16.25 American Horror Story :
Trois ans plus tard
17.15 Mission to Mars
19.45 Repo Men
21.35 Guet-apens
La forêt d'émeraude
Missing
Nashville Lady
French Connection II
14.56 Restauration française
15.50 Les dix plaies d'Egypte
16.46 Et si on changeait
le monde
16.50 C politique
18.05 On n'est pas que
des cobayes
18.45 Arte Journal
19.10 Le Blogueur : 14-18,
qui s'en souvient ?
19.45 Il était une fois en Amérique
23.25 Prohibition
Meurtre à la synagogue
22.30 Strip-tease :
Piercing et signe
23.20 Cinéma de minuit
02.35 Nous nous sommes tant
aimés : Serge Reggiani
23.21 Safe in hell (Un paradis
d'enfer)
00.35 Missions d'urgence
13.50
15.35
17.05
18.50
19.40
19.45
22.15
Un amour éternel
La vallée des tempêtes
Une femme d'honneur
Hell's Kitchen
Je peux le faire
New York, police judiciaire
C'est grave docteur ?
17.00 Championnat de France
de D1 dames
18.00 Championnat de France
de Pro D2e
20.00 Grand Prix d'Abu Dhabi
21.30 Dimanche F1
22.30 Intercontinental
Rally Challenge
23.00 Motorsports Weekend
Sélection
Ciné Frisson - 19.45
Repo Men
Thriller avec Jude law, Forest Whitaker
Une société vend des organes artificiels
,
qu'elle récupère quand les traites du crédit ne
sont plus honorées. Un de ses agents va en
faire les frais… Un sujet un peu usé et surexploité au point où l’on se lasse rapidement de
ce film qui devient presque ennuyeux.
TF1 - 19.50
X-Men Origins : Wolverine
Film fantastique avec Hugh Jackman
,Deux mutants qui partagent le même père se promettent de veiller l'un sur l'autre. Un jour, ils acceptent
d'intégrer une unité d'élite de l'armée américaine…
C’est vrai qu’on est en pleine overdose de super héros,
mais il faut quand même avouer que cette histoire est
prenante et que les effets sont bluffants.
Arte - 19.45
Il était une fois en Amérique
Drame avec Robert De Niro
Des années après un terrible drame, un
,
trafiquant se souvient de ses débuts dans le
milieu. Encore adolescent, il se lança dans le trafic
d'alcool… Règlements de comptes et passages à
tabac exemplaires dans un film, qui devient un
lent voyage dans une Amérique réinventée, qui se
déroule à la manière d'une longue rêverie sur les
sentiments, sur l'amitié et la trahison.
A LA RECHERCHE
DE LA NOUVELLE
STAR
Pour nombre d’Algériens, le 1er
novembre est un jour comme
les autres. Ils ne se sentent pas
du tout concernés, surtout les
jeunes. Pour cette nouvelle
génération, la date du 1er
novembre les ramène vers un
vague cours d’histoire… C’est
grave ! Mais la faute à qui ?
Les scandales, révélations et
contre-révélations qui ont,
depuis quelque temps, entaché
l’histoire de la révolution
algérienne ont aussi désorienté
cette jeunesse versée dans la
communication, très branchée
sur l’actualité mais aussi très
assoiffée de vérité. L’affaire
Mellouk, des rues débaptisées
par feu le président Boudiaf, les
différentes divergences et des
accusations sur la participation
de certains à la guerre de
libération laissent apparaître
des zones opaques. Ces brumes
sur l’histoire de la révolution
algérienne ont été, à diverses
occasions, évoquées par des
personnalités politiques, des
journalistes ou encore des
historiens.
A une certaine époque, des
rencontres ont été organisées
par les organes politiques à
travers l’ensemble du territoire
national et suivies par les
médias lourds comme la radio
et la télévision. Ces rencontres
consistaient à accorder la parole
aux citoyens qui voulaient
participer à l’écriture de
l’histoire… Sans le savoir, le FLN
venait de créer la première
émission de téléréalité. Mais au
lieu d’essayer de reconstituer
un puzzle, ces rencontres ont
permis la fabulation et les tissus
de sottises.
Des représentants du FLN
parcouraient le pays à la
recherche de témoignages,
mais, en réalité, ils cherchaient
surtout à mettre la main sur
cette «légitimité historique»
que presque tous voulaient
accaparer pour des raisons
qu’on connaît aujourd’hui.
Ce lourd brouillard sur la
révolution algérienne incite les
jeunes d’aujourd’hui à se
détourner et à se désintéresser
de son histoire. Des faits ont été
cachés, des noms ont été
effacés et des hommes ont été
victimes de ce qu’on appelle
aujourd’hui «la raison
d’Etat»…
Mais les Algériens attendent
avec grande impatience que la
France rende publiques ses
archives sur la période
coloniale. Là on saura alors si
Mellouk avait raison, si Boudiaf
avait bien fait de renommer les
rues, si les divergences et les
accusations étaient fondées…
Allez, à demain si je ne suis pas
viré !
culture
La NR 4472 — Dimanche 4 novembre 2012
13
Festival international du film de Vienne (Viennale)
AV I S
Fidaï de Damien Ounouri en lice
Ouverture à Jijel du 2e
Salon maghrébin des
arts plastiques
Quatre artistes peintres
maghrébins prennent part aux
côtés de nombreux artistes
algériens, au deuxième Salon
maghrébin des arts plastiques
inauguré jeudi, à Jijel à
l'occasion de la célébration du
58ème anniversaire du
déclenchement de la guerre de
Libération nationale, a-t-on
constaté sur place.
Le musée Kotama qui abrite la
manifestation sera, quatre jours
durant, un point de convergence
des amateurs d'arts plastiques
désireux de découvrir œuvres et
talents d'artistes nationaux et
maghrébins dont certains
jouissent d'une réputation qui
dépasse les frontières de leur
pays.
La cérémonie inaugurale de ce
Salon placé sous le thème
générique de «50 ans
d'Indépendance», a été présidée
par le wali, Ali Bedrici, en
présence des responsables
locaux, des invités et d'un
nombreux public.
Outre la riche exposition d'arts
plastiques organisée à cette
occasion, le Salon qui
ambitionne d'offrir aux
participants et aux visiteurs, un
espace d'échanges
d'expériences, d'idées et
d'information, donnera
également lieu à de nombreuses
communications dont une
animée par l'artiste marocaine
Rabia Lecheheb.
Mme Chafika Bendali Hacine, une
artiste de Constantine et
habituée de cette
manifestation, participe à
l'exposition avec des œuvres
inspirées de ses souvenirs
d'enfance et des traditions et us
et coutumes du pays qu'elle
ambitionne d'en perpétuer la
mémoire en les fixant sur ses
toiles aux couleurs vives et
chatoyantes. L'artiste marocain
Ahmed El Amine qui expose pour
la première fois en Algérie et à
Jijel, présente des œuvres
mettant en exergue les attitudes
des personnages plongés dans la
méditation, le recueillement ou
la transe qui, selon lui, « sont un
prétexte à une recomposition
picturale équilibrée».
De son côté, le Tunisien Moncef
Souabni a étonné les visiteurs
par ses toiles dont l'une
représente un saxophoniste aux
cheveux ébouriffés par le vent,
une autre œuvre jette la lumière
sur le vieux Bizerte avec ses
ruelles et dédales et son port par
temps d'hiver. Plus d'une
vingtaine d'artistes locaux, à
l'image de Mohamed Ali
Kherbouche, Daoud Bencharif,
Bouradjimi Djoumala, Mohamed
Manaa et Mahfoud Mouadji,
prennent part à cette
manifestation culturelle qui a
drainé, au premier jour, de
nombreux visiteurs.
R. C.
,Le film documentaire
Fidaï du réalisateur
franco-algérien Damien
Ounouri participe à la
compétition officielle du
Festival international du
film de Vienne (Viennale)
qui se poursuit jusqu’au 7
novembre 2012.
A travers ce film, le jeune
réalisateur retrace le
parcours du fidaï El-Hadi
Benadouda qui n’est autre
que son grand oncle. Le
réalisateur accompagne
l’ancien combattant et
militant de la Fédération
de France du FLN sur les
sentiers de la mémoire.
Projeté d’abord à la Cinémathèque
algérienne, dans le cadre de la troisième édition des «Journées cinématographique d’Alger» (JCA), le
film avait rencontré un grand succès parmi le public présent à la
projection.
Le public n’est pas le seul à avoir
apprécié ce film documentaire
puisque le jury lui a attribué le
premier prix des «3es Journées cinématographiques d’Alger». Partant
à la recherche de ce grand-oncle
dont l’engagement durant la guerre
de Libération nationale n’était un
secret pour personne, Damien Ounouri le retrouve dans son village
près de Annaba. Caméra en main,
le réalisateur titille la mémoire du
combattant et creuse dans ses souvenirs. Dans une ferme où étaient
torturés les moudjahidine et ceux
qui les soutenaient, la mémoire
est stimulée. Il raconte comment,
sa vie de jeune fermier a basculé le
jour où il a assisté impuissant à
l’exécution d’un combattant algérien sur la place publique. Peu
après, en 1958, il rejoint sa sœur à
Marseille. Commençant par payer
Le réalisateur Damien Ounouri en compagnie du fidaï El Hadi Benadouda. (Photo > D.R.)
les cotisations au FLN, le jeune ElHadi considère que ce modeste
apport financier est trop insuffisant pour la révolution. Aussi, il décide de devenir Fidaï à 19 ans, un
combattant offrant sa vie au FLN et
à la révolution sans jamais discuter, œuvrant seul, dans le secret et
la clandestinité pour accomplir
des opérations ponctuelles commanditées par les responsables
du front.
Poussé par un désir de transmettre
ses souvenirs à quelqu’un, El-Hadi
revient sur les lieux de son premier attentat et tourne une reconstitution de sa tentative d’assassinat sur un responsable du Mouvement national algérien (MNA)
qui a échoué à cause d’une arme
défectueuse.
Aujourd’hui, à plus de 70 ans, ElHadi, pistolet d’époque à la main,
revient sur les lieux de sa seconde
opération pour la reconstitution
de l’assassinat d’un tenancier de
café marocain accusé de détourner
les cotisations du FLN, un crime
pour lequel il va fuir le sud jusqu’à Paris où il finira par être arrêté par la police française.
Le réalisateur Damien Ounouri a,
à travers ce film documentaire effectué un travail de mémoire différent de celui des historiens. Il s’est,
en effet, éloigné des chiffres pour
se baser exclusivement sur les sentiments, en partant de l’humain,
grand père, père et époux pour arriver à généraliser son cas aux
autres «fidaïyin» en exacerbant la
sensibilité d’un vieil homme qui
prend à cœur ce tournage pour léguer ses souvenirs à la postérité.
Le réalisateur a souhaité par cette
œuvre «apporter un nouveau regard sur la révolution algérienne et
faire face à la disparition de ses
acteurs».
Damien Ounouri qui a déjà réalisé
«Changping, sonate d’une petite
ville chinoise» en 2007 et «Xiao Jia
rentre à la maison» en 2008 signe
ici une œuvre qui se veut un hom-
mage au combat et à l’engagement
de son oncle. A noter que Fidaï
inaugurera la 4e édition du Festival
du film arabe de Berlin, prévue du
5 au 11 novembre. Pour ce qui est
de sa participation à la Viennale,
Fidaï sera projeté en présence du
réalisateur parmi 300 films (longs
métrages, courts métrages et films
documentaires) de plusieurs pays,
dont le Japon, les Etats-Unis, la
Grande-Bretagne, la France, la
Chine, l’Espagne et le Chili.
La Viennale qui s’est ouverte avec
le thriller américain Largo de Ben
Affleck célèbre le cinquantième
anniversaire de sa création avec
une rétrospective des œuvres du
réalisateur allemand d’origine autrichienne Fritz Lang (1890-1976).
Créé en 1960 par des critiques de
cinéma, le Festival international
du film de Vienne fait la part belle
aux films documentaires, aux
courts métrages et aux films expérimentaux.
H. A.
Journées du court métrage et du documentaire
re
Mostaganem accueille la 1 édition
,La première édition des Journées du court métrage et du documentaire, organisée dans le cadre
de la célébration du cinquantenaire
du recouvrement de la souveraineté nationale et du 58ème du déclenchement de la guerre de Libération nationale, s'est ouverte jeudi
soir à la Maison de la culture «Ould
Abderrahmane Kaki» de Mostaganem.
La cérémonie d'ouverture de cette
manifestation a été marquée par la
projection d’un film documentaire
intitulé Sounaa ettarikh (Les artisans de l'histoire) du réalisateur
Tahar Khodja fait de témoignages
vivants de moudjahidine ayant participé à la guerre de Libération nationale, qui évoquent les pratiques
sauvages et brutales du colonialisme français dont les tortures
dans les centres de concentration
comme celui établi à Cassaigne
(Sidi Ali actuellement).
La directrice de la culture par intérim a souligné, lors de cette cérémonie à laquelle ont pris part des
autorités locales et un nombre d’acteurs de réalisateurs, que ce festival est une première expérience à
Mostaganem qui tend à l'officialiser
pour en faire un rendez-vous annuel notamment pour le film documentaire. Cette manifestation, qui
s'étale jusqu'au 6 novembre, comporte la projection de 16 courts
métrages et 6 documentaires dont
dix œuvres produites au Maroc,
France, Allemagne, Tunisie, Burkina Faso, Irak, Syrie, Egypte et Emirats arabes unis. Les organisateurs
ont programmé de nouveaux films
produits cette année, notamment
La fenêtre de Anis Djaad, Wakfa de
Youcef Mehsas Place Port Saïd de
Faouzi Boudjemaa et Sauce blanche
du réalisateur Hassan Belaid et Qal
li elleil (la nuit m'a dit) en langue
amazighe de Massinissa Ould El-
Hadj, Houlm hech (rève fragile) du
Marocain Houssam Azmani et El
amel el Akhir (Le dernier espoir) du
réalisateur émirati Ibrahim Melzouki.
Parmi les documentaires retenus
au concours, on citera Denane el
maout de Mustapha Abderrahmane, Sounaa ettarikh de Tahar
Khodja et L'Afrique fera son cinéma
de Hadj Fitas de l'Algérie et Ils ont
rejoint le front du réalisateur francoallemand Jean Asselmeyer et à
l'os... du Français Claude Hirsch.
Les courts métrages sont en lice
pour les prix de la meilleure réalisation, de la meilleure interprétation et de la meilleure image, et les
documentaires pour les prix de la
meilleure réalisation, de la
meilleure image et du meilleur
thème.
Le jury de cette première édition
est présidé par le réalisateur algérien Ghaouti Benbdeddouche.
D'autre part, il sera projeté à la bibliothèque centrale de l'université
Abdelhamid-Ibn Badis, 13 courts
métrages et documentaires hors
compétition dont Une femme pas
comme les autres de Mohamed Ghalem, Dounia Ring d’Abdelhafid Guellil, Zaoudja Mahgroura de Mohamed Amine Baghloul, Quand l'art
devient histoire de Mohamed Hamlili et Sur les traces de Sizarro en tamazight de Hocine Aknouche.
Des ateliers de formation sont prévus au profit des étudiants de l'Institut des arts dramatiques et de
micro-entreprises dans le domaine
de l'audiovisuel, sur l'écriture de
scénarios, le montage, le script et
la photographie ainsi que des
conférences abordant, entre autres,
les thèmes «55 ans de cinéma algérien (1957-2012)» et «formation
dans les professions du cinéma» et
«le réalisateur de cinéma».
R. C.
La NR 4472 — Dimanche 4 novembre 2012
vie pratique
INFOS
VOLS
HORAIRES
VALABLES
Tunis, 16h00
Paris vers
DÉPARTS
Annaba, 15h55,
16h50
Chlef vers
Marseille, 13h00
Paris vers
DÉPARTS
Paris vers
Tlemcen vers
Paris Orly, 08h45
Constantine, 16h35
DÉPARTS
DÉPARTS
Alger vers
Paris (Charles De
Gaulles), 07h35
Lille, 08h45
Lyon, 09h50
Marseille, 11h30
Bamako, 18h30
Dakar, 20h45
Genève, 18h11
Istanbul, 11h30,
12h00
Londres, 10h05
Genève, 10h00
Rome, 10h40
Barcelone, 16h45
Madrid, 09h55
Montréal, 14h45
Le Caire, 09h30
Dubaï, 16h30
Casablanca, 09h45
Tunis, 16h00
Damas, 20h00
Aman, 16h00
Beyrouth, 16h00
Francfort, 10h30
Moscou, 16h20
Niamey, 20h50
Nice, 08h10
Nouakchott, 21h15
DÉPARTS
Oran vers
Alicante, 1445
Bruxelles, 09h00
Casablanca, 07h45
Djeddah, 1700
Lyon, 08h50
Marseille, 09h00,
12h45
Oujda, 8h00, 18h25
Paris Orly, 08h30
Toulouse, 09h00
DÉPARTS
Annaba vers
Lyon, 11h00
Marseille, 08h00
Paris, 23h00
DÉPARTS
Sétif vers
Lyon, 09h30, 14h40
Paris Orly, 07h 55,
19h25
Tamanrasset vers
Paris Orly, 02h45
DÉPARTS
Béjaïa vers
Marseille, 08h30
Paris, 09h20
Lyon, 13h30
Dans la jour née :
,
Ciel voilé
min 20°C ressentie 20°C
max 26°C ressentie 28°C
Vent modéré de sudouest
Paris vers
Oran, 12h55
Bordeaux vers
Alger, 18h40
Alger, 14h15
Alger vers
Marseille vers
Annaba, 09h30,
15h50, 16h00, 17h30
Constantine, 06h00,
13h10, 14h50, 17h30,
20h00, 21h45, 22h10
Oran, 06h00, 11h00,
11h30, 17h45, 19h30,
20h50
Sétif, 08h00, 15h45
Ghardaïa, 07h00
18h30
Jijel, 08h10, 09h00
In Salah, 13h00
H.Messaoud, 06h45,
07h40, 18h00,
19h00, 20h45
Annaba, 10h30
Bejaïa, 11h00
Oran, 11h45, 15h40
Metz vers
Alger, 12h25, 15h30
Nice vers
Alger, 10h50
DÉPARTS
Lille vers
Alger vers
Alger, 12h30
Lyon vers
Alger, 13h00
Annaba, 13h50
Béjaïa, 10h40
Constantine, 16h15
Oran, 12h05
Sétif, 12h15
DÉPARTS
London vers
Alger, 14h05
Santé
Les 5 bienfaits du chocolat
Le chocolat a un ef fet anti-fatigue et anti-dé,
prime. Alors, n’hésitez plus à craquer pour un
car ré de chocolat noir, c’est bon pour le moral et
pour le corps en général.
Le chocolat est anti-str ess
Les chocolats noir et au lait renferment respectivement 112 mg et 60 mg de magnésium pour
100 g. Pour lutter contre le stress et l’anxiété, rien
de mieux que d’augmenter sa consommation en magnésium. De multiples études confirment que ce minéral est un élément majeur de la prévention des
conséquences négatives du stress, et qu’il est capable de réduire fortement les taux de cortisol
plasmatique dans le sang.
Un déficit de magnésium entraîne une baisse d’énergie. Ce manque peut être ressenti de différentes façons : sensation d’épuisement, fatigue chronique,
fatigabilité à l’effort… Le manque d’énergie a très
souvent des conséquences psychologiques car il
est anxiogène. Quand on se sent en forme, on a plus
confiance en soi et si des problèmes surgissent on
dispose de l’énergie nécessaire pour y faire face.
Différentes études ont montré qu’une alimentation enrichie en magnésium réduit les risques de
survenue d’un infarctus du myocarde ou d’un AVC,
permet d’abaisser la pression artérielle et diminue la probabilité de souffrir d’un diabète
de type 2. De plus, une alimentation riche en magnésium pourrait avoir un effet positif sur la prévention et l’évolution de l’ostéoporose chez la femme
ménopausée.
Le chocolat est bon pour le cholestér ol
Le sang transporte le cholestérol dans les vaisseaux sanguins. Ce sont les protéines qui permettent de réaliser cette opération. Certaines d’entre
elles amènent le cholestérol jusqu’au foie où il est
utilisé pour la digestion : c’est le bon cholestérol.
D’autres protéines mal programmées ont tendance
à laisser le cholestérol de côté : c’est le mauvais cholestérol qui peut boucher des artères. Le chocolat
et le cacao peuvent protéger l’organisme contre le
mauvais cholestérol. Grâce à leurs flavonoïdes
possédant des propriétés antioxydantes, ils diminuent la concentration de mauvais cholestérol et
favorisent la production de bon cholestérol. La vitamine B3 contenue dans le chocolat permet également de réduire l’encrassement des artères.
(S u i v r a )
CHU Mustapha :
CHU Ben Aknoun :
021.91.21.63
CHU Beni Messous :
CHU Baïnem :
021.81.61.13
Ambulances :
021.60.66.66
Dépannage Gaz :
021.68.44.00
Dépannage
Electricité :
021.68.55.00
Service des eaux :
021.58.32.32/58.37.37
SÉCURITÉ
Protection civile :
021.61.00.17
Sûreté de wilaya :
021.63.80.62
Gendarmerie :
021.62.11.99/62.12.99
ADRESSES UTILES
Aéroport HouariBoumediene
021.54.15.15
Air Algérie
DÉPARTS
Casablanca vers
(Réservation)
Recette du jour
021.28.11.12
Air France :
Casablanca vers
Oran,09h10
Rome vers
Alger, 13h40
Rimini vers
Alger, 11h00
021.73.27.20/73.16.10
TAJINE DE PETITS POIS
ET CARDONS FARCIS
ENMTV :
021.42.33.11/12
INGRÉDIENTS
DÉPARTS
Oujda vers
Madrid vers
Alger, 13h00, 12h30,
13h00
Alger, 18h15, 18h35
Barcelone vers
Alger, 19h05
Djeddah vers
Alicante vers
Oran, 16h45
Alger, 03h40
PRÉPARATION
Djeddah vers
Nettoyez les cardons, et coupez-les en
morceaux de 6 à 7 cm de long. Dans une
marmite faites revenir l'oignon râpé,
ajoutez les morceaux de poulet, le poivre
Dubaï vers
SNTF :
- 1 kg de cardons - 300 g de viande
hachée - 1 oignon et demi - des
morceaux de poulet ou viande - 2 c à s de
riz - sel - 1 oeuf -3 c à soupe d'huile 2 poignée de petits pois - 1 bouquet de
persil - poivre noir - cannelle - sel.
DÉPARTS
021.76.83.65/73.83.67
SNTR :
021.54.60.00/54.05.04
Hôtel El-Djazaïr :
Alger, 03h05
Oran, 01h45
Biskra vers
Paris, 10h10
DÉPARTS
DÉPARTS
Caire vers
DÉPARTS
Alger, 15h30
Tunis vers
Alger, 10h20, 15h50,
DÉPARTS
18h20
Paris vers
Constantine, 17h35
Alger, 08h05, 1h55,
19h10
021.67.16.16/67.00.88
021.58.90.14
Alger, 11h40
DÉPARTS
Samu :
CHU Kouba :
Marseille vers
Marseille vers
SANTÉ
021.93.11.90
Alger :
Lever : 07h16
Coucher : 17h48
Marseille vers
Constantine, 10h20
Paris (Charles De
Gaulles), 07h35
Lille, 08h45
Lyon, 09h 50
Marseille, 11h30
Bamako, 18h30
Dakar, 20h45
Genève, 18h11
Istanbul,
Londres, 10h05
Genève, 10h00
Rome, 10h40
Barcelone, 16h45
Madrid, 09h55
Montréal, 14h45
Le Caire, 09h30
Dubaï, 16h30
Casablanca, 09h45
Tunis, 16h00
Damas, 20h00
min 22°C ressentie 21°C
max 23°C ressentie 23°C
Vent fort de sud-ouest
Batna, 13h00
Constantine, 10h30,
15h15
numéros
utiles
021.23.55.55
Dans la nuit :
,
Ciel couvert
Marseille vers
Nice vers
DÉPARTS
Constantine vers
Marseille, 08 h 00
12 h 30
Paris, 13h00
Nice, 07h55
Mulhouse, 10h15
Lyon, 07h50
Dimanche 4 novembre :
2 7°C
Marseille vers
DÉPARTS
Batna vers
Marseille, 10h30
Paris, 10h15
Météo
Béjaïa, 12h55
LIGNES
INTÉRIEURES
14
Horaires des prières
Dimanche 19 dhoul el-hidja 1433 :
4 novembre 2012
Dhor............................12h32
Asser...........................15h26
Maghreb......................17h54
Icha.............................19h14
Lundi 20 dhoul el-hidja 1433 :
5 novembre 2012
Fedjr .........................05h40
noir, la cannelle et le sel, couvrez d'eau et
ajoutez les petits pois et le persil ciselé,
mélangez la viande hachée avec le 1/2
oignon râpé, le persil haché, le jaune
d'oeuf, une pincée de poivre noir et du
sel.Prenez un peu de farce et roulez-la en
forme de cigare,entourez-la de deux
morceaux de cardons en formant un petit
paquet, ficelez ce paquet avec un fil solide,
ou alors piquez avec deux cure-dents,
continuez l'opération jusqu'à épuisement
des morceaux de cardons, plongez-les
ensuite dans la sauce et couvrez et laissez
cuire 5 à 10 minutes. Lorsque les cardes
deviennent tendres,réduisez la sauce et
liez-la avec un jaune d'oeuf dilué dans un
jus de citron. Laissez réduire la sauce.
021.23.09.33/37
Hôtel El-Aurassi :
021.74.82.52
Hôtel Hilton :
021.21.96.96
Hôtel Sofitel :
021.68.52.10/17
Hôtel Sheraton :
021.37.77.77
Hôtel Mercure :
021.24.59.70/85
La NR 4472 — Dimanche 4 novembre 2012
détente
15
Page animée par Abderrachid — n° 2077
Mots croisés
Mots fléchés
Coup très
léger
Cachas
1
Adjoint de juge
Happé
Lettre
Page de
journal
Variété
d’’orange
Elimais
Pourpres
2
3
4
5
6
7
8
9 10
I
II
III
IV
Circonstance
Femelle
fidèle
V
Mit de
l’entrain
Sodium
VI
VII
Paresseux
Filin
VIII
IX
Test
Parfum
d’Apéro
Dorures
Nivelas
X
HORIZONTALEMENT
Pesa à vide
Vedette
I. Prédisant. II. Ange - Sous la croûte. III. Rivière allemande - Sentir mau-
Fin de
soirées
vais. IV. Irlande - Mesurer. V. Hurlement - Avec le couvert. VI. La tienne
- Amas de sporange - Grade. VII. Mammifère pinnipède - Pronom. VIII.
Alcaloïde
toxique
Armée
secrète
Avantage
Ville de France - Courriels. IX. Myriapode - Brunie. X. Le fait de s’isoler dans le mysticisme.
VERTICALEMENT
Pilastre
Deux romain
1. Stérillisation. 2. Balai électrique. 3. Mont suisse - Parti. 4. Classée X
- Péris (de b. en h.). 5. Partie de barbecue - Commune de Moselle.
Pesais le
contenant
Les miens
Préposition
6. Id est - Prononcer - En hâte. 7. Ami - Joli mois. 8. Anime - Raniment.
9. Réfutée - Monstre. 10. Terrifiée.
Pouffais
Mots croisés muets
1
L’escamot
Le premier mot
A partir de la première lettre, descendez l’escalier en
ajoutant à chaque fois une lettre pour trouver le mot
correspondant à la définition donnée horizontalement.
N. B. : D’un mot à l’autre, l’ordre des lettres peut être
différent.
II
Chapardeuse
E
Empreinte
R
Nonchalance
T
Moment
Cérémonial
E
Brisée
Canal
R
Héritier
E
Tentée
Après bis
IV
V
VI
Support de selle
VII
E
R
R
I
E
R
S
6
7
8
9 10
II
III
VI
VII
VIII
IX
X
HORIZONTALEMENT
I. Bruit de voix. II. Bleue - Espion d’Henri IV. III. De pêche ou de tennis - Tellement. IV. Bières dans le Gard - Soigne. V. Se larguent - S’en
va. VI. Petit cube - Lettres de famille - Note. VII. Têtu - Un à Berlin. VIII.
Partie d’un tout - Allure de cheval. IX. Laxatif - Plâtre. X. Naturels pour
la pilule.
S
Le mot manquant
Mots en carré
En partant de la lettre
donnée, complétez la grille
avec les lettres remises en
ordre pour obtenir quatre
(4) mots pouvant se lire
horizontalement et
verticalement
5
V
Définition : Grande cage à oiseaux
Enlever
VIII T
4
IV
E
Agent de liaison
III
3
I
Complétez la grille en répondant aux définitions horizontales.
Les initiales lues verticalement donnent «LE PREMIER MOT»
correspondant à la définition.
E
I
2
R
I
A
F
I
N
A
N
I
R
E
N
I
N
E
Dans la citation suivante, un mot a été supprimé :
VERTICALEMENT
«Rien ne nous rend si grands qu’une
grande.............................»
(Alfred de Musset)
Est-ce le mot :
A : Femme ? B : Douleur ? C : Amitié ?
1. Broie du noir. 2. Du mas d’Azil. 3. Vas en arrière sur l’eau - Attrappa.
4. Avec déjà (d’ ) - Célébrer. 5. Flatulence - Maisons groupées.
6. Interjection - S’évanouit - En rage. 7. Poids à vide - Assassine. 8. Rien
- Irlande. 9. Atomes - Bouteille. 10. Qui énivrent.
Solutions du numéro 2076
Mots en carré
Le premier mot
L’escamot
I
R
A
I
R
A
I
E
V
R
A
I
E
O
V
A
I
R
E
V
A
R
I
O
L
E
A
V
A
L
O
I
R
E
A
R
D
A
N
E
E
R
E
V
U
D
E
U
X
S
E
R
R
A
G
E
E
T
O
U
R
D
I
V
E
N
D
E
U
R
R
O
U
T
I
E
R
A
T
T
E
N
D
U
Le mot manquant
«La douleur de l’âme pèse plus
que la souffrance du corps.»
A
A
T
G
A
R
D
I
E
N
E
T
O
N
N
E
E
(Publilius)
Mots fléchés
Mots croisés
Mots croisés muets
Horizontalement :
MANSUETUDE - LETTRES - U
LEGER - SECR - TORIL - OT
SUC - CAILLE - VETUSTE - R
CISELEES - A - E - SERREES
TROT - SARI.
-
Horizontalement :
PHARMACIEN - RECOUD - ORE OSIDE - TRIP - SIDA - GAGEE OTE - NOTA - R - PA - CEDE - FI OTTAWA - CLE - PIONS - MIEN EOLE - CONAN - ENURETIQUE.
Horizontalement :
JAVELLISER - AMARIL - ENE - ROIDE
- ARTS - DURE - HUART - IRE - PANSER - NE - BRIE - TE - ITALIE - PEI ETRES - BONN - REAS - SALUT ESSARTAISE.
Verticalement :
M - L - S - C - T - PALETUVIER NEGOCES - O - ESTER - TEST UTRICULE - VER - LASERS - TES
- ITERA - MUSE - LESER - D COL - EI - HEURTERAS.
Verticalement :
PROSOPOPEE - HESITATION ACIDE - TOLU - RODA - CANER MUE - NEWS - E - AD - GODA - CT
- C - TATE - MOI - IORGA - CINQ
- ERIE - FLEAU - NEPERIENNE.
Verticalement :
JARDINIERE - AMOURETTES - VAIRE
- ARAS - ERDE - BLESA - LIE - PRIS - R
- LL - HAIE - ST - I - AUNE - BAA SERAS - POLI - ENTRETENUS - RESTREINTE.
courrier
La NR 4472 — Dimanche 4 novembre 2012
16
Lettre ouverte
Lettre ouverte
À Monsieur le garde des Sceaux
Objet : Demande en révision contre l’arrêt pénal de la cour
de Béjaïa n°1978/08, du 06.04.2008 sur fondement des pièces
nouvelles inexploitées des juges faisant apparaître mon innocence.
(Conformément à l’article 531-4 du Code de procédure pénale).
Monsieur le ministr e de la Justice, gar de des Sceaux de
la République,
J’ai l’honneur de solliciter très respectueusement de votre
haute justice une demande en révision et de rétractation contre
l’arrêt de condamnation rendu en dernier ressort à mon encontre par la chambre pénale de la cour de Béjaïa, référencié
n°1978/08, le 06/04/2008. Pour fondement et à base de pièces
nouvelles relatives aux agréments officiels faisant apparaître la
preuve de mon innocence après ma condamnation, conformément aux dispositions de l’article 531-4 du code de la procédure
pénale.
Ces nouvelles pièces à décharge ont été ignorées des juges
ayant prononcé une condamnation pénale m’inculpant à tort
pour délit d’escroquerie, prévue de l’article 372 du code pénal.
Cet arrêt de condamnation pénale est passé en force de chose
jugée et qui est devenu définitif en l’absence du pourvoi en cassation auprès de la Cour suprême dans les délais impartis par
la loi. En raison, j’ai l’honneur de vous prier très respectueusement, monsieur le Ministre de la Justice, garde des Sceaux, de
saisir monsieur le procureur général de la Cour suprême d’une
demande en révision et de rétractation contre l’arrêt de condamnation en question d’annulation.
Voici l’exposé des faits et du déroulement
de la procédure :
Les plaignants ont déposé plainte à mon encontre auprès du
parquet du tribunal de Sidi-Aïch pour faux sur documents administratifs et escroquerie.
(Article 222 et 372 du code pénal). Par exploit du juge d’instruction près de ce tribunal compétent qui a rendu un non-lieu
pour faux sur documents administratifs en ma faveur par décision judiciaire référenciée n°0202/07 du 19.01.2008.
Après le renvoi du deuxième volet relatif au délit d’escroquerie auprès de ce tribunal qui a rendu un jugement pénal me
condamnant pour une peine de 18 mois de prison ferme et 20
000 DA d’amende ainsi que des montants très excessifs en
dommages et intérêts pour la partie civile.
Ensuite, j’ai fait appel contre ce jugement préliminaire rendu par
tribunal de première instance auprès de la cour d’appel de Béjaïa qui a confirmé le verdict, entaché d’irrégularités de décision N°1978/08.
Selon les motifs du verdict prononcé par l’arrêt de la cour, il stipulé que [le condamné est incriminé pour avoir menti aux plaignants ; qu’il est agréé par l’association des anciens combattants
de l’armée française, ainsi que par la caisse de sécurité sociale française, sans aucune preuve].
Pour ces motifs [l’accusé est condamné pour délit d’escroquerie prévu à l’article 372 du code pénal], selon les motifs ayant
prononcé du verdict entaché d’irrégularités, en violation de cette
législation.
Il ne s’agit pas non plus pour les magistrats de l’affaire d’invoquer les dispositions de l’article 372 du code pénal sans apporter le moindre début de preuve officielle de chimérique fictif reproché. En l’état, aucun élément ni en fait ni en droit ne vient
corroborer les suspicions des magistrats basées sur les déclarations fictives des plaignants.
Opposé de l’article 212 du code de la procédure pénale. Par
contre, il est vrai en effet que je suis agréé par l’association des
anciens combattants de l’armée française le 24.11.2005 et agréé
par la caisse de sécurité sociale française, le 14.02.2002. Ces organismes officiels français ont reconnu ma qualité d’écrivain public agréé désormais par les autorités locales officielles de
mon pays le 23.02.1999. Ces deux agréments officiels sont des
pièces nouvelles faisant apparaître mon innocence. Par contre,
ils ont été ignorés des magistrats lors de l’audience ayant prononcé ma condamnation préjudiciable. C’est la raison pour laquelle cet arrêt est entaché d’irrégularités de motifs de décision.
En tout état de cause, il m’est impossible de présenter et de remettre ces agréments aux magistrats le jour de l’audience pour
prouver mon innocence car ils m’ont mis sous mandat de dépôt
au pénitencier. C’est la seule raison qui m’a empêché à la remise
des charges à décharge.
Or, en l’espèce, pour prononcer une décision de condamnation
pour délit d’escroquerie, les magistrats doivent apporter la
preuve du délit d’infraction des dispositions de l’article 372 du
C.P.
De ce fait, il s’avère que le raisonnement des magistrats compétents de l’affaire ne saurait en l’espèce prospérer, dès lors
qu’ils n’apportent aucune preuve à mon égard selon les dispositions de l’article 372 du code pénal.
Par contre, il est vrai qu’en réalité, je suis agréé officiellement
par les organismes officiels susmentionnés ; ce qui est d’ailleurs
prouvé par les agréments établis de nouvelles pièces prouvant
mon innocence me disculpant des faits reprochés pour lesquels je suis incriminé préjudiciable.
La preuve, après ma libération, j’ai bénéficié ensuite d’une succession de jugements de relaxes rendus en ma faveur sur
d’autres affaires succédées pour délit d’escroquerie, sur les
mêmes faits et les mêmes motifs de décision rendus en ma faveur en dernier ressort par les mêmes juridictions.
En conséquence, mon innocence est certainement prouvée,
ainsi, la violation de l’article 372 du C.P.
En effet, ma requête est fondée sur ces nouvelles pièces relatives aux agréments officiels ignorés par les juges. Ces nouvelles
charges sont des justificatifs fondés et prouvant mon innocence ; ce sont des éléments de soutien à la présente demande
en révision conforme à l’article 531-4 du C.P.P.
Dans ces conditions, je vous prie, Monsieur le ministre, de procéder à une demande de révision contre l’arrêt pénal n°1978/08,
par requête adressée à Monsieur le procureur général près la
Cour suprême. Sur la base de l’article 531-4 du C.P.P.
Par ces motifs :
J’ai l’honneur de solliciter respectueusement de Monsieur le ministre de la Justice, garde des Sceaux de saisir Monsieur le
Procureur de la Cour suprême d’une demande de révision
contre l’arrêt n°1978/08, rendu par la cour de Béjaïa le 06.04.2008
à base des nouvelles pièces relatives aux agréments ignorés des
juges. Prévu à l’article 531-4, du code de la procédure pénale.
Je vous en prie d’avance monsieur le ministre de la Justice
d’intervenir en ma faveur dans l’intérêt de la loi et le bon fonctionnement de la justice pour qu’il me soit rendu justice et
pour que je sois rétabli dans tous mes droits.
Comptant sur le bon sens de la justice et les droits de l’Homme
de ma patrie (Algérie), espérant que justice soit rendue, conformément aux dispositions de l’article 531-4 du C.P.P, je vous
prie respectueusement, monsieur le ministre de la Justice,
garde des Sceaux, d’agréer mes sentiments respectueux et
l’hommage de mon profond respect.
Le r equérant : M. Bendali Rabah – écrivain public agréé
n °0 0 1 / 9 9 0 6 7 5 1 - T é l : 0 5 6 0 5 2 4 3 5 3 , W. Béjaïa.
A Monsieur le ministre
de la Justice
Objet : expulsion et persécution
Monsieur,
Je vous informe que je fais l’objet d’une expulsion répétitive de mon propre domicile à la cité 225, Bt 02, n°09, Tamaris, Mohamadia. L’expulsion en question a été programmée pour le 23 septembre 2012.
Je ne comprends pas où est la justice dans tout ça, comment les juges ne voient-ils pas ces pauvres, des détails si
importants pour moi.
Je leur ai remis la conclusion du PV de la police scientifique
qui est clair quant à la falsification de mes documents
contresignés et l’imitation de ma signature par M. Fodil Bey,
mon ex-mari, l’auteur de mes tourments depuis 12 ans de
galère.
Jusqu’à quand la justice restera aveugle devant mes jugements en ma faveur dont jugements suivants ?
- 1er jugement à la cour qui règle l’expulsion en ma faveur
(jugement divorce du 20/07/2002 n°3269/01
- les deux autres en référé en ma faveur du 09/07/2005
n°2649/2005 et du 24/09/2005 n°3923/2005
- la quatrième définitif de la cour du 05/04/2006 n°612/06
- jugement d’acquittement du 07/04/2007 n°20426/2007
- le cinquième avec un non-lieu (pour faux et usage de
faux affaire classée).
Du 15/07/2007 n° d’instruction 0083/08, quatrième chambre
- le sixième pour effraction (j’ai eu un non-lieu définitif affaire classée)
- le septième pour faux et usage de faux du 23/02/2010
n°0019/10 sixième chambre
- le huitième jugement à l’encontre de Foudil Bey Hachemi,
qui m’a menacée de mort du 05/04/2006 n°05464/10 avec
effraction à 17h du 05/04/2006 date du jour où j’ai eu mon
jugement de la cour à 11h30 du matin.
- le neuvième jugement à l’encontre de Foudil Bey, accusé
de faux et usage de faux, abus de confiance et diffamation
du 30/12/2009 n°1385/2012 (affaire suspendue depuis ce
jour, pour décider de mettre mes affaires à la vente aux enchères et en fourrière dont ci-joint ordonnance sans entête
du tribunal d’El-Harrach notifiée sous le n°1267/2010 signé
par le président du tribunal, Monsieur Kamel Mesbah,
sans la griffe de celui-ci.
Je vous informe d’une opération irrégulière de la justice
pour troubler mon affaire en laissant mon dossier en instance au bureau d’ordre durant quatre ans sous un faux numéro, sans suite pour le reprendre selon leur convenance.
Plainte déposée le 29/05/2005 sous le n°935/05 pour être portée sous un autre numéro qui est le 23803 le 29/11/2008 et
reprendre vie le 13/01/2009 sous un autre numéro : 00825
(justice dans l’injustice, une injustice dans la justice).
Suite à tout cela, M. Fodil Bey Hachemi et le frère de son
beau-frère, M. Salah Abderahmane, demeurant à Cosider,
me persécutent en colportant des rumeurs de mauvaise
conduite à ma personne devant mon voisinage et même à
la mosquée de mon quartier histoire de me pousser à quitter mon logement. Comptant sur votre contribution à mon
égard, j’attends votre intervention sur ma situation de victime pour attirer l’attention des autorités compétentes.
Mme Ba ta ta Far ida
Cité 225, Bt 02, n°09
Tamaris, Mohamadia, Alger
Pièce jointe : lettre de la plainte au chef de sûreté
de la daïra de Bab Ezzouar
Lettre ouverte à Son Excellence le président de la République
Un investisseur crie à l’injustice
Votre Excellence,
J’ai l’honneur de venir par la présente vous exposer ce qui suit :
J’ai en ma possession un lot de terrain sis à la zone d’activité d’El-Achour (Alger)
lot n°13 ex-7, en vue de concrétiser une usine pour la conservation de la tomate et
fruits dénommée PRO.DI.TOM.Timgad.
J’ai bénéficié d’une décision d’octroi d’un lot de terrain par la commission spécialisée ad hoc, le chef de la commission, M. Hocine Châabane, chef de daïra de Draria. Je vous fais savoir qu’ils ont modifié le lot de la parcelle du n°7 au n°13, et j’ai
en ma possession l’ancien et le nouveau plan de situation et de masse en complicité avec l’agence foncière et AGRFA.
Je demande à cet effet une enquête très profonde, car nous sommes dans un pays
de loi et d’équité. Après accord pour le projet et la possession de la parcelle de terrain d’une superficie de 12 480 m2 en date du 20/3/1995, j’ai payé la somme intégrale
du terrain à la directrice de l’agence foncière, Mme Mameri Fatima Zohra, et depuis,
je suis victime de «hogra» et de «bureaucratie».
A cet effet, j’ai adressé des lettres ouvertes en 2005 dans les quotidiens nationaux
tels que El Khabar, El Watan, El Youm, El Biled, Algérie News, Le Jour d’Algérie et La
Nouvelle République. Suite à cela, j’ai été convoqué par le directeur des relations
publique de la présidence de la République, après une enquête qui a duré près de
30 jours. Après quoi, j’ai eu l’accord de cette dernière. Mais à ma grande surprise,
des personnes étrangères se sont accaparées illégalement du terrain enlevant la
plaque d’activité et le bornage du terrain, prétendant avoir le bras long, et que rien
ne les fera arrêter, alors que la loi est au-dessus de tout le monde. J’ose m’adresser à Votre Excellence, vous le symbole de l’équité et de la justice en votre qualité
de premier magistrat du pays, afin de récupérer mon bien et de voir mon projet se
concrétiser.
M. Abdelhamid Zer oual
Zone d’ac tiv ité d’ El Achour
Lot N° 13 ex 7
Tel : 07 98 81 43 79
La NR 4472 – Dimanche 4 novembre 2012
sport
22
Ligue 1
Ronaldo au PSG : un rêve !
, Le président du PSG, Nasser
al-Khelaifi, a démenti samedi
soir, mais un démenti de
président c’est tout sauf une
parole d’évangile. «Je n’ai aucun
contact avec le Real au sujet d’un
transfert de Ronaldo.».
Le Qatarien veut ainsi faire taire la rumeur lancée par le très sérieux La Gazzeta
dello Sport selon laquelle, l’attaquant portugais du Real pourrait rejoindre Paris
dès 2013 en même temps que son entraîneur actuel José Mourinho. Ce serait
d’après le même journal italien, le plus
gros transfert de l’histoire du football
avec 100 millions d’euros et 18 millions
net d’impôt par an pour le fameux CR7
(c’est son numéro à Madrid !). Zlatan
Ibrahimovic pourrait aller se rhabiller.
Alors info ou intox ?
Pour Mourinho, on ne croit pas une seule
seconde. Quel intérêt pour Leonardo qui
est un très proche d’Ancelotti de fragiliser le technicien italien qui était sa priorité de recrutement l’an dernier et qui, au
vu des résultats positifs du PSG, est loin
d’avoir démérité même si la qualité de jeu
n’est pas toujours au rendez-vous. Le
président Al-Khelaifi ne jure que par Leonardo et on le voit mal déjuger son directeur sportif. Ancelotti ne sera donc pas
déboulonné.
Concernant Ronaldo, faut-il prendre
au sérieux cette rumeur d’arrivée
de la star madrilène au PSG ?
Le montant du transfert tout d’abord,
100 millions ? Pour Qatar Sport Investissement, c’est dans ses cordes, et rien
n’est impossible. C’est aujourd’hui, le
Ronaldo au PSG, ce n’est pas difficile pour les Quataris. (Photo > D. R.)
seul groupe au monde à pouvoir s’offrir
un tel transfert, même si Michel Platini,
qui va mettre en place son fair-play financier à l’échelon européen l’an prochain, verrait d’un bien mauvais cette
folie, et nul doute que le PSG serait dans
l’œil du cyclone de l’UEFA et devrait imaginer de nouvelles recettes pour rester
dans les clous budgétaires.
du club parisien sur la planète foot prendrait une toute autre dimension. Le seul
hic, c’est sa collaboration avec l’autre
star du club Ibrahimovic qui n’est pas
du genre à partager. Etincelles en perspective… Mais Ancelotti est armé pour gérer
les égos boursoufflés.
Ronaldo, c’est la bonne cible ?
Pourquoi Ronaldo accepterait
de venir au PSG qui n’a toujours pas la
dimension galactique du grand Real ?
Oui. Car juste derrière Messie l’indétronable, c’est sans nul doute un des tous
meilleurs joueurs au monde et l’image
Tout d’abord son bras de fer avec les dirigeants espagnols. C’est un secret de
polichinelle, son contrat expirant en 2015
lui octroie une rémunération nette de
10 millions par an. Il en réclame avec son
fameux agent Jorge Mendes 18 millions.
Le président madrilène Perez lui a fait
une proposition mais ce serait sur les
droits d’image que le nouveau contrat
achopperait.
Pauvre Ronaldo qui ne serait plus payé
alors à sa juste valeur ! Au Real on se dit
que finalement un départ ne serait pas un
accident industriel car en coulisses des
approches seraient effectives avec la nouvelle star de l’Atletico Madrid le colombien Falcao, déjà auteur en Liga de 10
buts en 8 matchs, en contrat jusqu’en
2016 mais qui impose une clause libératoire à 60 millions d’euros. L’agent de Ronaldo joue en fait un jeu dangereux car
c’est sans doute lui qui fait fuiter cette rumeur pour mettre la pression sur les dirigeants madrilènes.
L’arrivée de Ronaldo en 2013 au PSG pourrait être prématurée quand on sait que
Lucas Moura autre star brésilienne en
provenance de Sao Paulo va déjà renforcer le secteur offensif parisien dès cet
hiver. Beaucoup d’interrogations donc, et
nous sommes dans un monde imaginaire,
le monde des Qatariens où avec des centaines de millions d’euros, tout est possible, où le football devient stratosphérique. Et puis finalement, un éclair de lucidité, un retour au réel. Avant hier, on a
vu Peggy Luyindula épaulé par le petit Rabiot à la tête de l’attaque du PSG face à
l’OM. Et le PSG a gagné sans Ibrahimovic.
Alors à quoi ça sert dans ce championnat
de France de se payer Ronaldo. Le PSG en
a-t-il réellement besoin pour être sacré
champion, sans doute pas. Pour la champions League, c’est une autre histoire !
R. S.
Roberto Carlos
«Ma place est au bord du terrain»
en positif – avec le titre de 2002 – comme en négatif, avec
la pression qu’entraîne chaque défaite. Ces moments en
Coupe du monde sont-ils ceux qui marquent le plus la
carrière d’un joueur ?
Au vu de sa forme physique et de son niveau technique à son
retour au Brésil pour défendre les couleurs de Corinthians en
2009, Roberto Carlos, alors âgé de 36 ans, donnait l’impression
qu’il ne s’arrêterait jamais de jouer. Quand il a finalement
raccroché les crampons, en août 2012, celui qui était alors capitaine de l’Anzhi Makhachkala l’a fait avec discrétion, pour
devenir dirigeant au club russe, ce qui ne l’a pas empêché de
continuer à participer aux entraînements afin d’atteindre le prochain objectif de sa carrière : devenir entraîneur. C’est de
tout cela que le légendaire latéral gauche de la Seleção parle
maintenant avec FIFA.com.
Toute Seleção qui réalise un grand tournoi, en particulier en
Coupe du monde, finit par être stigmatisée. La Seleção aide
beaucoup tous ceux qui y jouent, mais en même temps la tolérance pour l’erreur y est minime. J’ai joué en Seleção pendant plus d’une décennie et pour beaucoup de gens, mon nom
reste associé à un but concédé, qui soi-disant était de ma faute,
celui de l’élimination contre la France en 2006.
D’après ce que vous avez vu en Russie, quelles attentes
peut-on avoir par rapport à la Coupe du monde de la FIFA
2018 ?
Quel regard portez-vous sur le processus de rénovation de
la Seleção entamé par Mano Menezes ? Fait-on peser trop
de responsabilité sur un joueur comme Neymar ?
Sur le terrain, l’arrivée de plusieurs étrangers de qualité dans
le championnat russe a beaucoup aidé, tout comme la nomination à la tête de l’équipe nationale de Fabio Capello. En dehors de cela, c’est un pays fort économiquement, qui vit une
période faste. Moscou et Saint-Pétersbourg sont les deux
villes les plus connues, mais il y a beaucoup d’autres grandes
villes bien équipées en infrastructures : autoroutes, etc. Je
pense que ce sera l’une des Coupes du monde les mieux organisées à ce jour. Parlez-nous de votre rôle de dirigeant.
Un groupe a besoin de cadres. Pas un joueur mais plusieurs,
comme c’était le cas pour nous en 2002. Mano le sait très bien
et il ne va pas confier à Neymar la responsabilité de montrer
le chemin à suivre. C’est un rôle qui revient à Thiago Silva, ou
Kaká… Neymar doit pouvoir se concentrer seulement uniquement sur son football, sans s’occuper de diriger.
Vous l’avez rencontré au début de sa carrière.
Son ascension depuis vous a-t-elle surpris ?
Je voyage avec l’équipe et je travaille avec l’encadrement
technique. Je continue à participer aux entraînements, sur le
terrain. C’est une vie nouvelle, que j’apprécie beaucoup. Cela
dit, fin 2012, je vais devoir passer ma licence d’entraîneur. C’est
très bien d’être dirigeant et d’assumer ses responsabilités, mais
mon boulot est d’être au bord du terrain. C’est que je veux.
Je connais Neymar depuis qu’il a 14 ans, quand il était venu
en Espagne pour découvrir le Real Madrid. Depuis cette
époque, et mon impression s’est confirmée sur ce que j’ai vu
de lui à la télévision, il ne fait aucun doute qu’il a énormément
progressé. Il a évolué dans la bonne direction. Je pense que
c’est dû à son encadrement familial. Si vous n’avez pas la
tête sur les épaules et des gens de confiance à vos côtés,
comme ça a été le cas pour moi, pour Ronaldo ou pour Kaká,
le talent ne suffit pas toujours.
Vous avez vécu de très près tout ce qu’implique la Seleção,
Depuis que vous avez arrêté en équipe nationale, le vide
Avez-vous l’intention d’exercer ce type de fonction à long
terme, de commencer une vraie carrière ?
que vous avez laissé ne semble pas avoir été comblé.
Quelle en est la raison ?
Le fait est que lorsque je jouais en Seleção, il y avait une multitude de solutions, avec des joueurs à vocation très offensive :
Zé Roberto, Serginho, Júnior, Athirson, Felipe… Je crois que
j’ai bénéficié d’avoir été tôt à l’Inter Milan. Là, je jouais beaucoup en défense et je suis devenu un joueur plus complet. La
qualité de la concurrence était très élevée. Mais le fait d’avoir
d’abord été un peu écarté avant de m’imposer définitivement
a été un peu une coïncidence. Les générations vont et viennent.
Aujourd’hui, nous avons Marcelo, qui est un joueur de très
grande qualité. J’espère qu’il pourra tenir ce poste pendant
les dix prochaines années. Même au Real Madrid, Marcelo
souffre de la comparaison avec vous-même. Vous êtes resté
une véritable idole là-bas.
Quel aspect de votre football fascine autant les
supporters des clubs par lesquels vous passez ?
Je me suis toujours amusé sur un terrain et je pense que
c’était perceptible pour le public. C’est d’ailleurs comme ça
que j’ai pu arriver à 38, 39 ans en jouant des matchs entiers.
C’était la même chose à Corinthians. Je jouais tout le temps.
C’est Adilson Batista, l’entraîneur de Corinthians à l’époque,
qui me forçait à sortir pour m’économiser ! (rires)
Vous avez raccroché les crampons il y a peu de temps. Vous
rendez-vous compte que vous resterez pour beaucoup
parmi les meilleurs arrières gauches de l’histoire ?
Non ! Pensez à Nilton Santos, Junior, ou Branco… Ils ont été
des maîtres pour moi. Je suis flatté quand les gens me disent
des choses comme ça, mais je crois que ce sont les joueurs
dont je viens de parler qui méritent ce genre de distinction,
car ils étaient dans une autre catégorie. En tout cas, c’est
comme ça que je le vois.
R . S.
sport
La NR 4472 – Dimanche 4 novembre 2012
23
WAM 0 – RCR 1
EN
DEUX MOTS
Les lions de la Mina qualifiés
au prochain tour
, Les lions de la Mina, en
l’occurrence le Rapid de
Relizane, viennent de
décrocher le visa pour se
qualifier au prochain tour
de la Coupe d’Algérie de
football vendredi dernier
au stade la ville de
Bouguirat. La différence
était de taille entre le
Widad de Mostaganem et
le Rapid de Relizane car, à
vrai dire, les Widadis
auraient pu prendre le
dessus dès la première mitemps, où ils ont dominé
copieusement des
adversaires regroupés en
défense.
En effet pas moins de dix occasions de buts ont été gâchées par
le WA Mostaganem, en raison de
la précipitation de ses attaquants
dans la surface de réparation. Il a
fallu attendre la 21e minute de jeu
pour que Adda Bouziane parvienne à trouver le chemin des
filets en exploitant un tir puissant, tiré des dix huit mètres.
Après cette réalisation, pour les
poulains du coach égyptien Mohamed Saad El Bakari, l’excellent
Benhamed se trouvant face-à-face
avec le portier des lions de la
Mina, rata ainsi le but de l’égalisation. En face, le Widad de Mos-
Le WAM pouvait prétendre à mieux. (Photo > D. R.)
taganem en première mi-temps,
aurait pu remettre les pendules à
l’heure à plusieurs reprises, à
l’image de Khedim à la 34e qui
rata lamentablement le but de
l’égalisation, n’était-ce la bonne
organisation défensive des lions
de la Mina, qui ont profité de l’apport de leurs supporters qui se
sont déplacés à Bouguirat pour
garder leur cage vierge.
De retour des vestiaires, la rencontre devint encore plus disputée, les hommes de la ville de Mi-
FC Valence
Sofiane Feghouli, la
nouvelle star
, Le milieu international algérien,
Sofiane Feghouli, a été qualifié hier
de «nouvelle star» du FC Valence
(Liga espagnole de football), par le
quotidien sportif l’Equipe au moment
où il s’apprête à effectuer son retour
à la compétition après avoir purgé
une suspension de trois matchs.
«L’ailier international algérien est la
nouvelle star valencienne. Il ne sera
pas de trop samedi soir face au coleader de la Liga, l’Atletico Madrid»,
en match comptant pour la 10e journée du championnat d’Espagne,
ajoute l’Equipe. Suspendu pour trois
rencontres suite à une contestation
d’une décision arbitrale à Saragosse
(2-0), l’ailier international algérien
(deux buts en sept matchs) avait vu
les siens s’incliner à Levante et chez
le Betis (0-1 à chaque fois) tout en
arrachant une victoire contre Bilbao
(3-2). «Cette sanction était tout à fait
inappropriée», s’est lamenté son président, Manuel Llorente. «C’est n’importe quoi d’avoir perdu un joueur
aussi important parce qu’il a applaudi ironiquement une décision arbitrale. Mais je lui ai parlé pour que
cela ne se reproduise plus», a expliqué l’entraîneur, Mauricio Pellegrino. Selon l’Equipe, le FC Valence se
trouve dans une situation embaranssante à la veille de la Coupe
d’Afrique des nations CAN-2013 en
Afrique du sud (19 janvier-10 février),
qui verra Feghouli rejoindre les
«Verts» pour prendre part à cette
compétition. «L’ancien Grenoblois
sera absent pendant six semaines en
janvier : il sera présent à la CAN avec
les Fennecs et pourrait manquer jusqu’à onze matchs», écrit l’Equipe.
Evoquant l’avenir de Feghouli, dont
le contrat court jusqu’en 2014, l’Equipe affirme que l’international algérien attire l’œil d’autres clubs.
«L’été dernier, son ancien entraîneur
Unaï Emery a tenté de le recruter au
Spartak Moscou. Manchester United
le suivrait également comme le Paris
SG.
A la recherche de «joueurs arabes»,
selon le président El-Khelaïfi, le club
français serait intéressé par le joueur.
«Nous avons établi une liste de
joueurs de talent susceptibles de
nous rejoindre, et Feghouli en fait
partie», a expliqué le patron du club
parisien. Pour parer à toute mauvaise surprise, souligne l’Equipe, la
direction de Valence veut absolument «blinder» son contrat, pour éviter un nouveau «cas Jordi Alba», qui
a rejoint le «Barça» durant l’intersaison.
Le club avait été contraint de vendre
son latéral gauche 14 millions d’euros à Barcelone car il ne lui restait
qu’un an de contrat.
mosa cherchant à tout prix l’égalisation. Optant pour l’attaque à
outrance, les Khedim et consorts
donneront du fil à retordre à la défense adverse, mais sans pour autant parvenir à leurs fins. Piqués
au vif et pressés par leurs sup-
porters, les joueurs du Widad de
Mostaganem se lancèrent à l’assaut des bois du portier adverse
et gâchèrent des occasions
franches, notamment par Khedim. Les visiteurs pouvaient
«tuer» le match par Nacer, mais ce
dernier verra son lob passer légèrement au-dessus de la transversale des bois adverses. Par la
suite, le score n’évoluera pas,
même si les coéquipiers de Messaoudi, dans un dernier souffle,
essayèrent de pousser pour revenir au score. Les Widadis ont
pourtant fait preuve d’une farouche volonté lors de cette opposition, mais les lions de la Mina,
déterminés à remporter le gain
du match, ont compliqué la tâche
des poulains du coach égyptien
Mohamed Saad El Bakari.
D’ailleurs, on assista à un jeu plus
ou moins équilibré avec des mouvements collectifs de part et
d’autre. Le reste du temps n’apporte rien au tableau, et c’est sur
ce score de un but à zéro que la
partie fut sifflée par le referee
M. Bessili.
N.- Malik
ASO Chlef
Medouar : «Geiger a pour mission
de redresser la situation du club»
, Le futur entraîneur de l’ASO Chlef,
le Suisse Alain Geiger, aura pour mission de redresser la barre du club
pensionnaire de la Ligue 1 algérienne de football, auteur d’un parcours
des plus décevants après neuf journées de championnat, a indiqué hier
son porte-parole, Abdelkrim
Medouar. «J’ai tout conclu avec Geiger, qui a récupéré son visa d’entrée
en Algérie vendredi pour nous
rejoindre dans les prochaines
heures. Sa mission est bien claire, à
savoir redresser la situation», a
déclaré Medouar à l’APS. A la surprise générale, l’ASO, champion d’Algérie lors de l’exercice 2010-2011,
occupe la 13e place au classement
général avec 7 points seulement, ne
parvient à gagner qu’une seule fois,
lors de la première journée contre
l’USM Bel-Abbès (2-1). L’ASO a été
encore une fois accrochée à domicile par le CA Batna (1-1), vendredi
soir en ouverture de la 9e journée du
championnat.
«Il est clair qu’après la série des
mauvais résultats enregistrés depuis
le début de cet exercice, le doute
s’est emparé des joueurs perdant
ainsi confiance en eux, comme le traduit leur manque de réalisme devant
les buts adverses, un scénario répété encore une fois face au CAB», a
expliqué le responsable chélifien. «Je
fais confiance en Geiger, qui connaît
très bien le championnat algérien,
et je suis persuadé qu’avec lui, l’ASO
se remettra à gagner. Espérons seulement que ceux qui sont en train de
nuire au club de l’extérieur reviennent à la raison», a-t-il poursuivi.
Medouar faisant allusion à Brahim
Bentayeb qui se proclame comme
étant, «le président légal» du conseil
d’administration du club, a informé
que le conflit opposant les deux parties sera tranché aujourd’hui par la
justice, dans une affaire traitée «en
referee». «Les agissements du président déchu continuent de nous porter préjudice sur tous les domaines,
ils risquent même de faire capoter
la venue de Geiger», a averti le porteparole de l’ASO. Elu par ses pairs à
la tête d’administration de la SSPA
du club chélifien, en juillet dernier,
Bentayeb s’est vu récemment retirer la confiance, pour être remplacé
par Noureddine Sbaihia, rappelle-ton. Une décision non reconnue par
l’intéressé d’où la persistance de
cette confusion sur le plan administratif du club.
Medouar a fait savoir que cela
«inquiète» Geiger, qui souhaite travailler dans le calme et la stabilité,
surtout que la position actuelle de
l’équipe au classement ne prédit
guère à l’optimisme. C’est la raison
pour laquelle, le porte-parole de
l’ASO a tenu à rassurer de nouveau
l’ex-entraîneur de l’ES Sétif avec
lequel, il a eu une nouvelle conversation téléphonique vendredi, a-t-il
informé.
«Si tout marche comme convenu,
Geiger signera son contrat aujourd’hui, pour se mettre au travail dès
demain, d’autant plus que tout a été
conclu avec lui sur le plan financier.
Même son souhait d’être assisté par
son préparateur physique a été
exaucé», a conclu Medouar.
FC Grenade :
Hassan Yebda
indisponible trois
semaines
Le milieu international
algérien du FC Grenade
(Liga espagnole de
football), Hassan Yebda,
blessé de nouveau,
devra s'éloigner des
terrains pendant trois
semaines, rapporte hier
la presse locale. Le
milieu défensif des
Verts, qui a renoué avec
l'entraînement collectif
depuis quelques jours,
a rechuté après avoir
ressenti des douleurs
au niveau de son
genou. Yebda,
indisponible depuis
février dernier, a fait
l'impasse sur les deux
dernières séances de
son équipe, pour passer
un examen médical,
ajoute la même source.
L'ancien joueur de
Portsmouth et Benfica
Lisbonne, a subi deux
interventions
chirurgicales sur le
genou, rappelle-t-on.
Le joueur qui devrait
effectuer son retour à la
compétition au mois de
décembre prochain,
pourra faire un trait sur
sa participation à la
prochaine Coupe
d'Afrique des nations
CAN-2013 en Afrique du
sud (19 janvier-10
février).
Quotidien national d’information.
Edité par la Sarl SEDICOM au
capital social de 100 000 DA.
Rédaction - Direction Administration : Maison de la
Presse. 1, rue Bachir Attar,
Place du 1er-Mai - Alger.
Tél. : 021 67.10.44/67.10.46
Fax : 021 67.10.75.
Compte bancaire : CPA 103 400
08971.1 . 114, rue Hassiba-Ben
Bouali, agence Les Halles.
Membres fondateurs :
Gérant, directeur de la publication:
Abdelwahab Djakoune.
Directeur de la coordination :
Samir Sabek. Directeur
commercial : Ouahid Kouba.
Composition PAO La Nouvelle
République Impression Alger :
SIMPRAL.
Oran : SIO. Constantine : SIE.
Diffusion centre : SEDICOM.
Ouest : SPDO. Est : El Khabar. Sud :
Trag diffusion Publicité : La
Nouvelle République, Maison de
la Presse. Tél. : 021 67.10.72. Fax : 021
67.10.75. E-mail :
lnr98@yahoo.fr/E-mail pub :
lnr98publicite@yahoo.fr - ANEP
Spa : 1, avenue Pasteur, Alger. Tél. :
021 73.76.78 - 021 73.71.28. Fax : 021
73.95.59 - 021 73.99.19.
Conception : Studio Baylaucq,
Paris, France. Tél. : +331 44.90.80.40
Les manuscrits, photographies ou
tout autre document adressés à la
rédaction ne peuvent faire l’objet
d’une quelconque réclamation.
La NR 4472 – Dimanche 4 novembre 2012
LA
NR
L A NOUVELLE R É P U B L I Q U E
sport
en direct
le match à suivre
football
WAM 0 – RCR 1
Les Lions de la Mina
qualifiés au prochain
tour
ASO Chlef
Medouar : «Geiger a pour
mission de redresser
la situation du club»
FC Grenade
Hassan Yebda
indisponible
trois semaines
Al-Ahly du Caire - Espérance de Tunis :
pour une autre étoile africaine
, Al-Ahly du Caire –
Espérance de Tunis. Une belle
affiche sans le moral. Deux
grands clubs qui s’affrontent
aujourd’hui à Alexandrie en
finale aller de la Ligue de
champions (retour le 17
novembre). Deux géants
africains qui vont tenter de
séduire le continent.
Ce qui serait difficile, au regard de
leur dernière rencontre, notamment en octobre 2010, en demi-finale de la Ligue des champions :
qualification de l’Espérance (1-2) et
(1-0), avec un but de Michael Eneramo, longtemps contesté. Cet
après-midi, ces deux clubs qui
n’ont jamais touché le sommet de
la finale, vont tenter de démontrer leur capacité à faire de leur
confrontation, un espace de sportivité de niveau. Les sélectionneurs
tentent d’être discrets quant aux
pronostics, mais ils lâchent discrètement qu’il va falloir surmonter la peur qui est la première tranchée à éviter. Ensuite ne pas faire
répercuter le mauvais moral actuel sur la partie de football. Il
s’agit plutôt de relever le niveau
afin de garder cette image que
quelques clubs se font de ces deux
équipes africaines. Il faut dire que
les deux nations,«se partagent
entre la Ligue des champions, la
défunte Coupe des vainqueurs de
Coupe et la Coupe de la CAF, fusionnées depuis 2004 en une seule
épreuve (la coupe de la Confédération), pas moins trente-cinq
titres. Et Al-Ahly, avec quatorze
sacres, passe largement devant
l’Espérance de Tunis qui n’en
compte que quatre».
L’autre finale officielle est programmée pour le 17 novembre (phase
retour). Notre confrère de Jeune
Afrique rapporte des avis de professionnels et joueurs sur la rencontre d’aujourd’hui. Pour le foot-
La Der
Les joueurs de Tunis veulent assurer à l’aller. (Photo > D. R.)
balleur sénégalais, Lamine N’Diaye
: rappel au bon souvenir des uns
et des autres que son équipe avait
affronté les deux clubs finalistes
cette saison. Les Egyptiens lors
de la phase de groupes (1-2, 2-0) et
les Tunisiens en demi-finale (0-0, 01). L’entraîneur sénégalais des Cor-
beaux, Lamine N’Diaye, a beaucoup de mal à établir un pronostic.
«Honnêtement, les deux équipes se
valent. Al-Ahly est très forte dans
toutes ses lignes, très solide. Elle
manque parfois de vivacité car il y
a des joueurs assez âgés dans l’effectif, mais cela est compensé par
l’expérience. Elle a très peu de
points faibles.» Une analyse qu’il
étend à l’Espérance, dont il loue la
force collective. «Elle a des joueurs
capables de faire la différence
grâce à leur qualité individuelle.
L’Espérance prend peu de buts,
car elle a de gros travailleurs au de-
vant la défense. Cette finale va se
jouer à pas grand-chose…»
«C’est une finale très indécise, qui
se jouera sur des détails. Al-Ahly
est une équipe que nous connaissons bien, et nous savons à quoi
nous attendre», explique pour sa
part, Nabil Maaloul, l’entraîneur
espérantiste. «Comme nous, les
Egyptiens sont expérimentés, ils
comptent beaucoup d’internationaux (Geddo, Barakat, Moteab,
Moawad, Fathy, Soliman, Gomaa,
Aboutreika…) dont certains ont
été champions d’Afrique avec
l’Egypte en 2006, 2008 et 2010.
C’est une équipe très bien équilibrée et organisée, efficace sur les
coups de pied arrêtés, et qui peut
faire la différence grâce à ses individualités», ajoute-t-il. Pourtant, si
Al-Ahly, désigné en 2000 par la CAF,
«club africain du XXe siècle», en
impose par son palmarès national (36 titres et 35 coupes) et aussi
continental, l’Espérance est avec le
TP Mazembe – qu’elle a éliminé
en demi-finale (0-0, 1-0) – ce qui
se fait de mieux en Afrique depuis
quatre ans. «Même si nous
sommes les tenants du titre, il ne
faut pas faire de nous les favoris.
Nous respectons beaucoup cette
équipe égyptienne, mais nous
n’avons pas peur d’elle», affirme le
milieu de terrain Hocine Ragued.
«Je pense qu’Al-Ahly est une
équipe moins imprévisible que
Mazembe, moins forte individuellement. Mais collectivement, ils
sont impressionnants. Il n’y a pas
une énorme différence entre eux et
nous, et ce sera ouvert et indécis.
Si nous avons un avantage, c’est
peut-être celui de recevoir pour
le retour.»
H. Hichem et Jeune Afrique
A voir
Al Jazeera sport +4 : Ajaccio – O
Marseille à 13h30
Al Jazeera sport +3 : AS Rome –
Palerme à 20h45
Nostalgie
Parfois, quand le regard se pose sur le rétroviseur, on
voit défiler des images aussi succulentes les unes que
les autres. Autant elle sont magnifiques, autant un
profond sentiment de tristesse, mélangé à la
nostalgie, envahit tout notre être. Ces images, qui
remontent le temps, ne laissent pas indifférent tant
elles nous rappellent les moments magiques de notre
football. Elles nous bercent comme des enfants. On s’y
accroche tellement le voyage en arrière procure un
immense bonheur. Le football d’hier, les noms des
joueurs, des entraîneurs et des dirigeants remontent à
la surface d’une mémoire heureusement encore
intacte pour «déguster» les glorieux moments de cette
discipline. Pourquoi ce retour en arrière ? Tout
simplement, à l’époque, en plus d’un football
chatoyant, les principes étaient inébranlables et les
couleurs non négociables. Ce football a charmé toute
l’Algérie jusqu’à la consécration en 1982 et 1986 avec
les deux participations au Mondial. Comment peut-on
oublier cette équipe de 1982 qui, un soir d’été, a
ébloui le monde au stade El-Molinon à Gijon, en
Espagne. Assad, Belloumi, Madjer et Dahleb, pour ne
citer que ceux-là, ont administré une leçon de football
à la RFA de Breitner, Rumminige et Kaltz. Et l’Algérie de
1986 quand elle a tenu tête au Brésil et a même failli
créer la surprise n’était-ce la bévue partagée de Drid,
le gardien de but et Medjadi, le latéral droit. De ce
passé, on grade jalousement ces merveilleux souvenirs
bien ancrés dans notre mémoire. Malheureusement, la
bobine ainsi déroulée s’arrête sur le présent. Sur des
images aussi insipides les unes que les autres. Les
principes et les couleurs sont partis à vau-l’eau. Des
images pas nettes du tout.
Sur lesquelles on ne voit que l’argent qui passe d’une
main à l’autre alors que les pieds n'offre rien sur le
terrain.
Des images de joueurs riches comme cursus mais
pauvres comme pas un sur terrain de football. Zappez !
Assem Madjid
Download PDF

advertising