VICTOR SEGESVARY
LE RÉALISME
KHROUCHTCHÉVIEN
La politique soviétique
à l’égard du nationalisme arabe, 1953-1960
2. éd. révisée
Mikes International
La Haye, la Hollande
2005
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
Kiadó
'Stichting MIKES INTERNATIONAL' alapítvány, Hága, Hollandia.
Számlaszám: Postbank rek.nr. 7528240
Cégbejegyzés: Stichtingenregister: S 41158447 Kamer van Koophandel en Fabrieken Den Haag
Terjesztés
A könyv a következő Internet-címről tölthető le: http://www.federatio.org/mikes_bibl.html
Aki az email-levelezési listánkon kíván szerepelni, a következő címen iratkozhat fel:
mikes_int-subscribe@yahoogroups.com
A kiadó nem rendelkezik anyagi forrásokkal. Többek áldozatos munkájából és adományaiból tartja fenn magát.
Adományokat szívesen fogadunk.
Cím
A szerkesztőség, illetve a kiadó elérhető a következő címeken:
Email: mikes_int@federatio.org
Levelezési cím: P.O. Box 10249, 2501 HE, Den Haag, Hollandia
_____________________________________
Publisher
Foundation 'Stichting MIKES INTERNATIONAL', established in The Hague, Holland.
Account: Postbank rek.nr. 7528240
Registered: Stichtingenregister: S 41158447 Kamer van Koophandel en Fabrieken Den Haag
Distribution
The book can be downloaded from the following Internet-address: http://www.federatio.org/mikes_bibl.html
If you wish to subscribe to the email mailing list, you can do it by sending an email to the following address:
mikes_int-subscribe@yahoogroups.com
The publisher has no financial sources. It is supported by many in the form of voluntary work and gifts. We kindly
appreciate your gifts.
Address
The Editors and the Publisher can be contacted at the following addresses:
Email: mikes_int@federatio.org
Postal address: P.O. Box 10249, 2501 HE, Den Haag, Holland
_____________________________________
ISSN 1570-0070
ISBN 90-8501-032-2
NUR 754
© Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005, All Rights Reserved
First published in Switzerland by
Éditions de la Baconnière (Neuchâtel)
in the series
“Histoire et société d’aujourd’hui”
Reprinted by permission. All rights reserved.
A mű eredeti francia nyelvű kiadása Svájcban a
neuchâteli La Baconnière nevű kiadónál jelent meg,
a “Korunk története és társadalma”
nevű sorozatban.
Engedélyezett újrakiadás. Minden jog fenntartva.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- II -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
PUBLISHER’S PREFACE
Today we publish the Ph.D. dissertation of Victor Segesvary in political science that was prepared at the
University of Geneva’s Graduate School for International Studies.
Present volume was first published in Switzerland by the well-known publisher, Editions de la Baconnière
de Neuchâtel. We publish electronically this volume with their permission.
Other works of Victor Segesvary published by Mikes International:
♣ DIALOGUE OF CIVILIZATIONS – An Introduction to Civilizational Analysis
♣ CIVILIZÁCIÓK DIALÓGUSA – Bevezetés a civilizációk tanulmányozásába (Hungarian version of
‘Dialogue of Civilizations’)
♣ INTER-CIVILIZATIONAL RELATIONS AND THE DESTINY OF THE WEST – Dialogue or
Confrontation?
♣ EXISTENCE AND TRANSCENDENCE – An Anti-Faustian Essay in Philosophical Anthropology
♣ WORLD STATE, NATION STATES, OR NON-CENTRALIZED INSTITUTIONS – A Vision of the
Future in Politics
♣ FROM ILLUSION TO DELUSION – Globalization and the Contradictions of Late Modernity
♣ HISTORY OF THE FEDERATIVE IDEA FOR CENTRAL-EASTERN-EUROPE FROM THE LATE
TH
18 CENTURY UNTIL 1945 (in Hungarian)
♣ L'ISLAM ET LA REFORME - Etude sur l'attitude des réformateurs zurichois envers l'Islam 1510-1550
(ISLAM AND REFORMATION - A Study Concerning the Zurich Reformers' Attitude towards
Islam 1510-1550)
♣ AZ ISZLÁM ÉS A REFORMÁCIÓ - Tanulmány a zürichi reformátorok Iszlámmal szembeni
magatartásáról 1510-1550 (Hungarian version of ‘L’Islam et la Réforme)
The Hague (Holland), April 6, 2005
MIKES INTERNATIONAL
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- III -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
Depuis la Deuxième Guerre mondiale, le Proche-Orient est au centre des préoccupations politiques et humaines des
hommes d'Etat et des peuples par les conflits qui y réapparaissent périodiquement et par les souffrances humaines qui
en résultent. La « guerre de six jours » a une nouvelle fois jeté une lumière cruelle sur la situation régnant dans cette
partie du monde et a attiré l'attention de l'opinion publique mondiale sur le rôle joué par les grandes puissances dans les
crises proche-orientales.
La présente étude de la politique soviétique à l'égard des pays arabes du Proche-Orient révèle les circonstances
dans lesquelles l'Union Soviétique a fait son entrée sur la scène proche-orientale pendant les premières années de l'ère
poststalinienne. Cette entrée retentissante est d'autant plus importante qu'elle constitue le prélude et la première phase
de toute la politique soviétique envers le Tiers-Monde émancipé.
L'auteur brosse un tableau complet de l'action soviétique sous ses divers aspects — politique, économique,
idéologique et propagandistique — et démontre que la diplomatie soviétique est, en effet, une diplomatie totale qui
emploie à la fois tous les moyens appropriés pour atteindre les buts qu'elle s'est fixés.
L'analyse de la politique au Proche-Orient entre 1953 et I960 indique clairement l'identification de l'URSS, pour ce qui
est des objectifs de l'action soviétique, avec le nationalisme arabe qui représente la force émotionnelle et politique la
plus puissante de la région, identification qui devait naturellement promouvoir les véritables buts de la diplomatie
soviétique : l'effacement de l'emprise des anciennes puissances coloniales ainsi que l'affirmation de l'intérêt fondamental
et la présence permanente de l'Union Soviétique dans cette région. Toutefois, cette identification a, en même temps,
largement contribué au renforcement du mouvement authentiquement nationaliste du monde arabe. Au cours de la
lecture de ce livre, il devient évident que les intérêts et objectifs primordiaux de l'URSS et du nationalisme arabe ne sont,
par eux-mêmes, pas identiques et que l'alliance entre les deux ne peut être que temporaire.
Sur le plan idéologique, l'auteur évoque le dilemme auquel devaient faire face les dirigeants du Kremlin au cours de
leur premier rapprochement des pays qui ont récemment acquis leur indépendance ; dilemme engendré par le divorce
entre la révolution nationale et la révolution sociale. De même, il retrace l'évolution qui s'est manifestée dans la pensée
soviétique vers une synthèse de ces deux mouvements et expose le résultat de cette évolution, la doctrine de la
démocratie nationale.
Cette étude est basée sur de vastes recherches menées en Europe et au Proche-Orient, sur le dépouillement de
toute la documentation soviétique — y compris les quotidiens et les périodiques — relative aux questions traitées ainsi
que sur des interviews personnelles effectuées dans les pays arabes concernés. Ainsi, cet ouvrage représente une
contribution sérieuse à la connaissance des problèmes proche-orientaux de notre temps.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- IV -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
Victor Segesvary
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
-V-
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
TABLE DES MATIÈRES
Publisher’s Preface ..................................................................................................................... III
Summary in English ..................................................................................................................... X
INTRODUCTION.......................................................................................................................... 1
1. LES FACTEURS DE CHANGEMENT ........................................................................................................... 1
a) L’évolution polycentrique....................................................................................................................................... 1
b) La puissance militaire de l’URSS ........................................................................................................................... 2
c) L'émancipation du Tiers-Monde ............................................................................................................................. 3
2. LES LEÇONS D’APRÈS-GUERRE ............................................................................................................... 5
a) Le concept du Proche-Orient ................................................................................................................................. 5
b) Négociations avec Hitler ........................................................................................................................................ 6
c) Les tentatives de 1945/1946.................................................................................................................................... 7
d) Les signes précurseurs d'une nouvelle politique .................................................................................................... 8
PREMIÈRE PARTIE
LA NOUVELLE APPROCHE POLITIQUE ............................................................................... 11
CHAPITRE Ier
Les objectifs d’ordre général ........................................................................................................ 12
1. PRÉSENCE AFFIRMÉE ET NEUTRALISATION ........................................................................................ 12
2. LE MAINTIEN DU STATU QUO ................................................................................................................ 13
CHAPITRE II
L'empêchement des pactes défensifs et des alliances, ou l'appui au neutralisme politique.......... 16
1. UN PRÉLUDE : LE PROJET DE MIDDLE EAST COMMAND .................................................................... 16
2. LA GRANDE CONFRONTATION : LE PACTE DE BAGDAD...................................................................... 18
a) L'opposition soviétique à la création du Pacte..................................................................................................... 18
b) L'offensive décisive de 1955 ................................................................................................................................. 22
L'entrée « à découvert » .................................................................................................................................... 23
Les arguments invoqués : « nouvelle forme du colonialisme » ........................................................................ 24
Les arguments invoqués : la division du monde arabe...................................................................................... 26
Les arguments invoqués : la solidarité islamique ............................................................................................. 27
Epilogue............................................................................................................................................................ 27
CHAPITRE III
Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe .............................................................. 28
1. LA QUESTION DE L’ARMEMENT............................................................................................................ 28
L'Egypte............................................................................................................................................................ 29
La Syrie............................................................................................................................................................. 31
L'Arabie Saoudite ............................................................................................................................................. 32
Le Liban............................................................................................................................................................ 32
Le Yémen.......................................................................................................................................................... 32
L'Irak................................................................................................................................................................. 33
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- VI -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
2. LES CRISES ARABO-OCCIDENTALES ET L'URSS ................................................................................. 33
a) La controverse égypto-britannique sur le Soudan................................................................................................ 34
b) Les « escarmouches » en Arabie méridionale ...................................................................................................... 35
c) Le seul conflit armé : Suez.................................................................................................................................... 39
La nationalisation du Canal .............................................................................................................................. 39
L'affaire devant les Nations Unies et l'attaque tripartite ................................................................................... 45
L'action diplomatique parallèle de l'URSS ....................................................................................................... 48
d) La crise syrienne de 1957..................................................................................................................................... 50
L'évolution intérieure de la Syrie...................................................................................................................... 50
La doctrine Eisenhower .................................................................................................................................... 53
La réplique soviétique....................................................................................................................................... 54
La riposte arabe................................................................................................................................................. 58
L'internationalisation de la crise ....................................................................................................................... 59
La réaction nationaliste arabe ........................................................................................................................... 61
e) La guerre civile au Liban en 1958........................................................................................................................ 63
L'évolution politique au Liban en 1957-1958 ................................................................................................... 64
La position soviétique ....................................................................................................................................... 66
Les Soviétiques et les Nations Unies ................................................................................................................ 68
Epilogue............................................................................................................................................................ 71
DEUXIÈME PARTIE
LA NOUVELLE APPROCHE ÉCONOMIQUE.......................................................................... 72
CHAPITRE IV
Le contexte général : les Soviétiques et les pays nouvellement indépendants .............................. 73
Le caractère capitaliste de l’approche soviétique.............................................................................................. 75
Le modèle offert par les Soviétiques................................................................................................................. 76
Rentabilité politique aux dépens de la rentabilité économique ......................................................................... 77
CHAPITRE V
La nouvelle approche et le Proche-Orient.................................................................................... 78
1. BRÈVE DESCRIPTION GÉNÉRALE DE LA SITUATION ÉCONOMIQUE DES PAYS ARABES
DU PROCHE-ORIENT ............................................................................................................................ 78
2. LES DÉBUTS DE LA NOUVELLE APPROCHE, 1954-1955........................................................................ 79
3. LES RELATIONS COMMERCIALES SOVIÉTO-ARABES........................................................................... 81
Le volume des échanges ................................................................................................................................... 82
La structure des échanges ................................................................................................................................. 83
Le bilatéralisme................................................................................................................................................. 87
Les points de friction ........................................................................................................................................ 89
CHAPITRE VI
L'assistance financière soviétique ................................................................................................ 92
1. LA POLITIQUE DE CRÉDIT DES SOVIÉTIQUES EN GÉNÉRAL ................................................................ 92
2. L’ASSISTANCE À DES PAYS INDIVIDUELS ............................................................................................. 95
La République Arabe Unie ............................................................................................................................... 95
La Syrie........................................................................................................................................................... 100
L’Irak .............................................................................................................................................................. 102
Le Yémen........................................................................................................................................................ 102
Le Liban et le Soudan ..................................................................................................................................... 103
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- VII -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
TROISIÈME PARTIE
LA NOUVELLE APPROCHE IDÉOLOGIQUE ....................................................................... 104
CHAPITRE VII
Nationalisme et bourgeoisie nationale ....................................................................................... 105
1. LES SOVIÉTIQUES ET LE NATIONALISME ARABE .............................................................................. 105
a) Les problèmes posés par l'idéologie naissante du Tiers-Monde ........................................................................ 105
b) La notion soviétique du nationalisme et de l'unité arabes.................................................................................. 106
c) L'option fondamentale ........................................................................................................................................ 108
2. LES SOVIÉTIQUES ET LA BOURGEOISIE NATIONALE......................................................................... 111
a) La période léniniste ............................................................................................................................................ 111
b) La période stalinienne ........................................................................................................................................ 113
c) Le maoïsme ......................................................................................................................................................... 115
d) La conception post-stalinienne........................................................................................................................... 116
e) Définition et critères de la bourgeoisie nationale .............................................................................................. 117
3. LA POSITION DES PARTIS COMMUNISTES PROCHE-ORIENTAUX....................................................... 119
CHAPITRE VIII
La doctrine de la démocratie nationale ...................................................................................... 123
a) La démocratie..................................................................................................................................................... 124
b) La bourgeoisie nationale .................................................................................................................................... 125
c) La voie non capitaliste du développement .......................................................................................................... 126
QUATRIÈME PARTIE
LES POINTS NÉVRALGIQUS DE LA POLITIQUE SOVIÉTIQUE AU PROCHE-ORIENT 129
CHAPITRE IX
L’unification et ses dangers ....................................................................................................... 130
1. L’UNITÉ ARABE.................................................................................................................................... 130
a) La position des communistes syriens après la création de la République Arabe Unie ...................................... 131
b) La position des Soviétiques après la création de la République Arabe Unie ..................................................... 134
c) La grande crise ................................................................................................................................................... 135
2. L'URSS ET LES PARTIS COMMUNISTES LOCAUX .............................................................................. 138
a) Distinction entre politique soviétique et action des partis communistes locaux ................................................ 138
b) L'attitude arabe et la distinction entre l'URSS et les partis communistes locaux............................................... 141
CHAPITRE X
Le conflit arabo-israélien ........................................................................................................... 143
1. LES SOVIÉTIQUES ET ISRAËL APRÈS LA SECONDE GUERRE MONDIALE ......................................... 143
2. L'ÉPOQUE POST-STALINIENNE ........................................................................................................... 145
a) Les manifestations pro-arabes............................................................................................................................ 145
Prises de position officielles ........................................................................................................................... 145
Appui soviétique en faveur de la cause arabe au sein des Nations Unies ....................................................... 147
b) La recherche d'un désengagement du conflit ..................................................................................................... 149
c) Les critiques arabes au sujet de l'attitude soviétique ......................................................................................... 151
BIBLIOGRAPHIE..................................................................................................................... 153
INDEX ....................................................................................................................................... 173
Note sur l’Auteur ....................................................................................................................... 177
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- VIII -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
A Genève, cité de refuge,
avec ma reconnaissance
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- IX -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
SUMMARY IN ENGLISH
The Realism of Khrushchev
Soviet Foreign Policy versus Arab Nationalism, 1953 – 1960
[THIS STUDY WAS THE AUTHOR’S DOCTORAL DISSERTATION IN POLITICAL SCIENCE
AT THE GRADUATE SCHOOL FOR INTERNATIONAL STUDIES, GENEVA, SWITZERLAND]
The study deals with the epoch-making change in Soviet foreign policy after the death of Staline,
initiated by Khrushchev between 1953 and 1960. This new approach in Soviet policy towards States which
already obtained independence from the colonial powers (including those which were not colonies but were
so-called protectorates before), in the first place the Arab States of the Middle East, was an essential part of
the worldwide movement of de-colonization. Therefore, its conclusions point to future Soviet policy initiatives
in respect of the Third World – designating the rest of the world falling outside the orbit of Western
civilization’s two hostile camps, the capitalist and anti-totalitarian, on the one hand, and the socialistcommunist blocks, on the other.
It is also evident from the lecture of the book that the Soviet Union, as any other great power in any
period of history, pushed aside, whenever necessary, its ideological convictions and the defense of the
parties related to it as banner-holders of the world revolution, in order to safeguard and promote her own
interests as a State and aspiring world power. This was like an earthquake after the long reign of Staline
who, as his attitude towards the Iranian bourgeois-nationalist reformer Mossadeq in 1953 proved it, rejected
such an approach to emerging nation-states whose independence was menaced by the former ‘imperialist’
powers. In one word: the new approach meant giving priority to the objectives of the national revolt in former
colonies or protectorates over the realization of the aims of the social revolution, the radical changes to be
achieved in society.
What were the most important elements which influenced Soviet policymakers in their decisions? One
can mention here, briefly, three:
– The polycentric evolution on the international plane which followed from the Soviet military role at the
end of the Second World War, on the one hand, and the polycentric evolution in the orbit of the Communist
world (mainly illustrated by China’s rising to eminence), on the other.
– The enormous military power of the USSR which was a new phenomenon in the international
system, and,
– The gradual emancipation of Asian and African countries hitherto colonized by the West.
1. THE NEW APPROACH OF SOVIET POLICY IN THE THIRD WORLD
The new approach towards nationalist movements in the Third World was overtly adopted at the 20th
Congress of the Russian Communist Party, following the success of the Egyptian revolution in 1952, the
Bandung Conference declaring the principle of peaceful coexistence in April 1955, and Egyptian President
Gamal Abdel Nasser’s radical attitude when he nationalized the Suez Canal. In fact, the Supreme Soviet
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
-X-
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
ratified in February 1955 already the Pancha Shila, the five principles on which peaceful coexistence was to
be based – mutual respect of each State’s territorial integrity; non-aggression; non-intervention in the affairs
of other States; acknowledgment of the equal status of different States on the international plane, and their
outcome: the peaceful coexistence of States – spelled out in the 1954 Treaty between China and India.
E. Zhukov, member of the Soviet Academy of Sciences, formulated the ideological justification of the
new approach when writing that “this great [nationalist] movement aims at the destruction of imperialist
domination and therefore represents, objectively, the forward march of history.” To explain his
argumentation, Zhukov naturally referred to the Leninist tradition according to which “it is mandatory for the
politically awakened proletarian class of every country to give particular attention to the national sentiment, in
particular in countries which suffered from the oppression [by colonial powers].”1
If Third World nationalism was accepted with, however, some reservations, civilizational differences,
and the consequences engendered by them, were subject of a serious debate. Soviet adherence to the bloc
of the Bandung group of States raised naturally the question whether she belongs to Occident or Orient (the
latter designating all non-Western countries)? In fact, Soviet representatives never admitted that such a
question could even be considered. According to Bagramov, one of the specialists in this matter, “Occident
and Orient are geographical concepts and do not contribute at all to an understanding world civilization and
the history of social development.”2 In his writings, Bagramov nevertheless reveals the Soviet point of view
that Occident and Orient are for the Soviets political concepts, ephemeral because disappearing after the
worldwide triumph of the working class and of Communism. In addition, it is also evident from reading Soviet
authors that they are defending the cause of African and Asian States from the outside, that is, as
Europeans as much as the French or English. Several writers, like the already mentioned E. Zhukov,
vehemently criticizes the point of view of many Orientals who are convinced that their cultures are superior to
the Western on the spiritual plane, especially protagonists of the theses of non-violence, although they
recognize the moral superiority of the Orient as compared to the morals of the imperialist Occident.
In respect of Third World nationalisms, the major preoccupation of the Soviets was that their
representatives claimed to possess an independent and autonomous ideology, satisfying the just aspirations
of their people, as the prophecy of Stalin concerning the role of the October revolution in bridging the divide
between a socialist Occident and an Orient subdued by the colonialists, did never become a reality.
The Soviet Union therefore established a temporary, though strategic, alliance with some States in
Africa and Asia, but could not handle and dissipate the contradictions between human beings belonging to
different civilizational worlds. This antagonism of the theses of Marxism-Leninism, on the one hand, and
political realities on the other, became already evident during the year 1959 in Iraq in the conflict between
Arab nationalists and Iraqi communists.
This explains why Soviet politicians and writers never spoke of Arab nationalism, but of the national
liberation movement of Arab peoples. In the same vein, “Arab unity” has for the Soviets also a different, but
very precise meaning of the one attributed to it by the Arabs, namely the unity of the Arabs in the merciless
fight against the colonialists and imperialists. Consequently, Arab nationalism as such does not possess, in
their eyes, a proper value; its historical function is nothing else but the preparation of the triumph of the
Socialist revolution and the joining by the Arab countries the bloc of Communist states. This means, then,
that Arab nationalism and aspirations towards unity can only be accepted if they serve the interests of the
Soviet State in the immediate future, and the objectives of world revolution in the long term.
Even in this perspective, however, it became inevitable to take a stance towards the national
bourgeoisie of the Arab and other African and Asian countries, because in the neutralist political orientation
of these countries this bourgeoisie played the leading role. The propagation of a social revolution, even of
some socialist reforms, could only hinder the fight against the colonialists as the bourgeoisie could have
been afraid by such efforts and make a deal with the bourgeoisie of the colonial powers. The Soviet dilemma
of the epoch after Stalin’s death was therefore whether to give preference to the national liberation
movements or to the activities of the local Communist parties and other political groups on the extreme left
1
ZHUKOV, E. The Bandung Conference of African and Asian Countries and Its Historic Significance. International Affairs,
Moscow, 1955, N 5, p. 28.
2
BAGRAMOV, E. Miff protivopolojnosti Zapada i Vostoka. Moskva, Gospol., 1958. Mizan Newsletter, 1960, N 6, p. 9 (all
translations from the Russian original were made by the author).
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- XI -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
which, inevitably, were promoting the socialist revolution against the bourgeoisie of their respective
countries? In face of this fundamental choice Khrushchev realistically chose to support the national liberation
movement in order to gradually weaken the Western powers’ grasp on Middle Eastern Arab States. Real
interests are more important than ideological principles. This is what I call in the study under review the
fundamental option of Soviet policy during the Khrushchev years.
It must be added that the decision was not an entirely original one. Already Lenin recognized that in
the ideology of national liberation movements there is always “a general democratic content,” consequently
3
the communists have to support such movements. His views are clearly stated in his “theses on the
international revolutionary movement:” He points out in this text that “the revolutionary movement [in the
colonies] finds itself in the democratic-bourgeois phase, that is, in the phase of preparation for the
establishment of the dictatorship of the proletariat and of launching the societal revolution... The democraticbourgeois revolution there differs from the revolution in independent countries mainly in that that it is
organically linked to the fight for national liberation from imperialist domination. The national element
considerably influences the revolutionary process in all colonies, as well as in the semi-colonies, where the
people suffer from the slavery maintained by the imperialists though, in some disguised forms, and arouses
4
the masses to revolt against it.”
E. Zhukov, one of the outstanding experts on questions related to newly independent countries, in a
tirade against the “dogmatists” and “sectarians” published by Pravda in August 1960 situated the new
approach favoring the national liberation struggle instead of societal revolution and, consequently, the
acceptance of political regimes dominated by the national bourgeoisie, in the worldwide context of pacific coexistence. He recognized that the socialist transformation cannot be achieved automatically and
simultaneously in all countries.5
The clearest definition of the national bourgeoisie was given by G.I. Levinson in a debate which took
place in Tashkent in 1957: “The national bourgeoisie is a class, of which the interests coincide, during a
given period, with the interests of the nation, that is, with the realization of the objectives of economic and
social progress in the country. However, it should not be forgotten that the identification of the interests of the
national bourgeoisie with those of the nation can never be complete. The class divisions and the
contradictions are not eliminated. It is possible to say that normally the national bourgeoisie can only exist in
colonies or other dependent countries.”6
In order to show the importance of the realist choice made by Khrushchev in regard to Third World
nationalism and the role of the national bourgeoisie in the liberation movements, it is necessary briefly to
mention one of the greatest mistakes Stalin made before his death in 1953. This was his decision not to
support the Mossadeq government in Iran against Western efforts aiming to eliminate it – with success. It is
well known today that Stalin at the end of his life adopted more and more ideologically conservative policies.
He decided, as became evident in the Mossadeq case, that the capitalist classes, that is, the national
bourgeoisie in developing countries cannot be reliable allies in the fight against imperialism. This bourgeoisie
is a virtual traitor whatever its role may be in the nationalist movement. Only the working class can lead the
struggle for national liberation under the leadership of the Communist parties. Mossadeq personified, in the
eyes of Stalin, this type of questionable nationalism, and he decided not to support him in the face of
Western attacks. Soviet policies at this time, as well as the policies of the Communist party of Iran, the
3
LENIN, V. I. Sotchinenija, Moskva, Gos-izd-vo polit. lit-ry, 1941, vol. 20, p. 384
4
The Communist International, 1919-1943; documents. Selected and edited by Jane Degras. London, Royal Institute for
International Affairs, 1956, p. 537. The subtitle of the section is: Thesis on the Revolutionary Movements in the Colonies.
Mao Tsé-Toung as well divided the Chinese revolution in two distinct phases: “The nature of the Chinese society being
colonial, semi-colonial, semi-feudal, it is evident that the revolution has to have two phases. The first is constituted by the
transformation of this colonial, semi-colonial, semi-feudal society into an independent and democratic society; the second
is constituted by the revolutionary development towards the construction of a socialist society.” MAO TSÉ-TOUNG, La
nouvelle démocratie. Paris, Editions Sociales, 1951, p. 47.
5
ZHOUKOV, E. Znamjenatel'nyj faktor nasego vremeni. Pravda, 26 August 1960.
6
Diskoussija ab ekonomitcheskih i politicheskih pozitzija natzional’noj-bourjouazii v strana Vostoka. Sovjetskoje
vostokovedenije, 1957, No.1, p.176.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- XII -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
Tudeh, indicate that Stalin’s intention was to discredit the bourgeois nationalism of Mossadeq and his
government in the eyes of the West and of his own people.”7 The divorce between an authentic nationalistic
orientation of Soviet policy and the communist movements in Middle Eastern Arab countries became, at least
temporarily, complete.
2. THE DOCTRINE OF “NATIONAL DEMOCRACY”
The realistic approach initiated by Khrushchev finally took the form of the so-called “doctrine of
national democracy.” I explained in the study under review the essence of the “doctrine of national
democracy” as follows: “Thus, the concept of national democracy has to satisfy two requirements of Soviet
policy. First, it was designated to reduce the distance between Moscow’s foreign policy [the new approach]
and the position of local communist parties. Second, and simultaneously to this reconciliation of divergent
interests, it had to preserve the position and interests of the Soviet Union as a great power. In other words,
once independence achieved and the problems of development and the future of the liberated countries
have to be considered, Soviet policy will again need the Communist forces in these countries in order to be
able to influence, from the inside, the evolution of the Third World. This will have to happen without
jeopardizing the State to State relations between the Soviet Union and the newly independent countries. In
this perspective, national democracy, which was expected to be the instrument for the realization of these
8
objectives, is a concretization of pacific co-existence as much in the external as in the internal domains.”
The democratic regime is the most fundamental characteristic of this type of State, and its description
does not differ in anything from the one given, in general of European parliamentary democracies. Its main
function is to secure the vital freedom of action for the local Communist parties and extreme left movements,
but in addition it has also an important intermediary function as the momentary framework of national unity.
In the words of Khrushchev himself, the national democratic state “serves the interests not only of one class
but of the widest strata of the population,” with a view to entirely realize “the tasks of the anti-imperialist
revolution and of national liberation.”9
The doctrine of national democracy, finally, consisted as well in the adoption of the non-capitalist way
of development, an indispensable corollary of the democratic regime in the eyes of Soviet politicians and
writers. This particular term implied:
– First, the complete economic independence, that is, the liquidation of the strongholds of foreign
capital and of all foreign economic assistance (except, of course, the assistance given by the Communist
bloc); in the language of the Soviets economic independence equals the adoption of the non-capitalist was of
development.
– Second, some structural reforms of the economy oriented towards socialism.
– Third, an ever-increasing role of the State in the country’s economic life.
10
7
DALLIN, D. J. Soviet Foreign Policy after Stalin, p. 206. See also: W HEELER, Geoffrey, Russia and the Middle East.
Political Quarterly, 4 June 1957, pp. 132-133.
8
SEGESVARY, Victor. Le réalisme khrouchtchévien; la politique soviétique
Neuchâtel, Ed. de la Baconnière, 1968, p. 153.
9
l’égard du nationalisme arabe, 1953-1960.
KHRUSHCHEV, N. S. Le programme, pp. 126-127.
10
“The creation of an industrial State sector is the most efficient way to secure economic independence... The constant
increase of the State sector in a national democracy, its becoming a decisive element in the country’s economic future,
may prepare the material basis for the gradual adoption of the non-capitalist way of development.” PONOMAREV, B. O
gosudarstve natzional’noj demokratzii. Kommunist, May 1961, p. 44.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- XIII -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
One has to be conscious of the great difference between the non-capitalist way of development and
what one called frequently then “socialism of a national type.” The nuance is of importance. These particular
socialisms were vehemently criticized by the Soviets because reflecting petty bourgeois illusions and not
having recognized the inevitability of war between classes. It was pointed out that this kind of socialisms is
not identical with the Marxist-Leninist conception of socialism, and is frequently in contradiction with the
latter.
3. THE IMPLEMENTATION OF THE NEW SOVIET APPROACH IN THE MIDDLE EAST
a) Prevention of the Creation of Defensive Pacts or Alliances
In strictly strategic terms, the changing Soviet policy framework aimed principally at
(i) Affirming the presence of the USSR in the Middle Eastern region, (ii) Accelerating the process of adoption
of a neutral stance by the Arab States between the evolving two power blocs; and (iii) Maintaining the status
quo, that is, the colonial parceling out of territories between these States.
These general objectives meant in practice: the preservation of peace in the region through
negotiations with the participation of the Soviet Union; the non-intervention in the internal affairs of the Arab
States and respecting their sovereignty and independence; the abandonment of any effort trying to imply
Middle Eastern countries in military blocs in which the great powers are participating; the liquidation of
foreign military bases and the retreat of all foreign military forces from the territories of the countries
concerned, and, finally, the promotion of economic development in the region without imposing on the States
which request assistance, any political or military conditions.
The realization of these objectives made it mandatory to Soviet politicians to prevent or to hinder the
creation of any military blocs and alliances through the promotion of political neutralism among the States
constitutive of the region. The first step in this direction was the successful action to impede the Middle East
Command to become efficient and to attract a great number of States as members. But the great
confrontation between the Soviets and the Western powers came with the creation of the Baghdad Pact
which the USSR opposed with all the means at its disposal. From the end of the Korean War in 1953, the
Soviet Union tried to influence the events in the Middle Eastern region in order to avoid the creation of a
military alliance of Western powers and regional States.
The Baghdad Pact covered a vast territory from the southern frontiers of the Soviet Union at the Black
See to the highest peaks of the world, the Pamir, but its creation offered to the USSR an excellent
opportunity to implement its new policy in the Middle East, because the apparent success of the Western
initiative contained already the elements of future crises and tensions between the Arab world and the West.
In fact, only the former allies of the United States and of European countries adhered to it, extremely weak
from political, economic and social point of views and surviving only with the West’s material assistance and
political support. From among the Arab countries only Iraq joined it, whose regime was attacked and rejected
by the nationalists. As a consequence, Iraq’s joining of a regional defensive pact created at the proposal of
the former colonial powers or their allies, provoked a unanimous condemnation of the Arab States – with the
exception of Lebanon – and the division of the Arab world into two blocs became reality. Furthermore, this
division gave a new inspiration and a new strength to the regional unification efforts encompassing all Arab
countries and fought for by all nationalists, – an opportunity for the new Soviet policy which it exploited to the
utmost A triple argumentation was put forward by the Soviets: first, they argued that the Baghdad Pact is a
new form of colonialism; second, that it divides the Arab States instead of uniting the, and, third, that t is
entirely contrary to the principle of Islamic solidarity.
Militarily, the USSR having become a nuclear power, it did not have to be afraid of an “encircling,” an
eternal obsession of Soviet leaders in the past, and the emphasis was rather put on the establishment of
foreign military bases possessing nuclear armament near the southern frontiers of the USSR. The Baghdad
Pact’s role was only that it gave the legal justification to the setting up or continued maintaining of these
bases.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- XIV -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
b) Unconditional and Overt Support to Arab Nationalism
The Soviet’s support to Arab nationalism is dealt with under two headings:
(i) Delivery of arms and other military equipment; and (ii) Diplomatic intervention in conflicts between Arab
States and Western powers and, at these occasions, extensive propaganda campaigns at international level,
though mainly concentrated in the region, in favor of independentist and nationalist policies.
(i) Deliveries of arms and military equipment
The arms delivery to neutralist Arab States, like Egypt and Syria, started in 1955 when
Czechoslovakia, on behalf of the Soviet Union (as it happened many times later), delivered to Egypt some
armament. This delivery was, in effect, the very first manifestation of Gamal Abdel Nasser’s policies of nonalignment and positive neutralism as defined at the Bandung Conference. This was an undeniable challenge
in the face of the West and a resolute rejection of the Western mentality and politics which did not want to
acknowledge, after the emancipation of formerly colonized or “protected” countries, that not only the regional
political scene but the entire configuration in world politics fundamentally changed. The States which
acquired sovereignty wanted to establish their own armies, to affirm their own personality and to satisfy the
exigencies of their national pride. In addition, they were eager to compensate psychologically for the
humiliations suffered in the past. The Lebanese daily, Le Matins, concluded in a few words: “Of all the stirring
caused by the acquisition of arms, the most important phenomenon is the entry of the USSR in the Middle
Eastern political game.”
The bilateral accord concerning the delivery of Czech arms to Egypt was never published, nor exact
information and figures about their types and value. However, some observers estimate the total value of this
arms purchase by an Arab country in the autumn of 1955,11 at between 80 to 150 million US dollars, and it
was also known that they had to be paid for by cotton of which the quantity was determined in advance. The
conclusion was nevertheless justified, in the eyes of the observers of the Middle Eastern political scene, that
this was not a commercial affair for the Soviets, but a gesture towards Arab nationalism.
The study contains some more detailed information about arms sales to Egypt and Syria, and brief
indications for Saudi Arabia, the Lebanon, Yemen, and Iraq following the 14 July 1958 nationalist revolution
which abolished the Hashemite Kingdom with the assassination of the king and of his prime minister, Nouri
Said.
(ii) Intervention in Conflicts between Arab States and Western Powers
It is not possible to review here in detail the intervention of the USSR in all the political crises
juxtaposing Arab countries to Western powers, in which the Soviet Union intervened vigorously and thereby
affirmed her presence in this vital region of the world. The various crises which took place during the period
under review were:
– The controversy between Egypt and Great Britain in respect of Sudan;
– The skirmishes in the southern part of the Arabian Peninsula;
– The only armed conflict: Suez
– The Syrian crises in 1957 during which President Eisenhower declared his “doctrine,” and
11
The Middle Eastern Journal gave in its issue of Winter 1955, p. 65, different estimates of the total value of Czech arms
delivery; in addition, the Washington Star published some figures on 11 May and 2 September 1956, as well as the
official publication, Foreign Assistance Activities of the Communist Bloc and their implications for the United States,
Washington Government Printing office, 1957, p. 92. Walter Laqueur indicated the amount of 300 millions to 350 millions
dollars in his article published by the Problems of Communism, 1957, N 4, p. 22, whereas the February 1957 issue of
Middle Eastern Affairs, p. 77, put the value of the transaction in autumn 1955 at 100 million to 250 million US dollars.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- XV -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
– The Lebanese Civil War in 1958.
I shall deal here, only briefly, with the armed conflict of Suez, the Eisenhower Doctrine declared during
the Syrian crisis in 1957 and the Lebanese Civil War in 1958.
The Eisenhower Doctrine. It was proclaimed in January 1957, at the occasion of the political crisis in
Syria, requesting the Congress of the United States some special authorizations with a view to confront the
Soviet advance in the Middle East. This doctrine spelled out the following objectives:
– Cooperation with, and assistance to, any Middle Eastern State enhancing its economic development
and safeguarding its national independence;
– Military cooperation, including assistance, with any Middle Eastern State requesting help;
– In the framework of military cooperation, the possibility of using American forces in order to censure
and protect its territorial integrity and political independence, whenever a nation requests help against an
armed aggression from a State under control of international Communism;
– Elimination of restrictions on the use of funds which were included in the Mutual Security Pact of
1954, in order to be accessible for the realization of the above objectives; and, finally.
– Additional funding, up to 200 million dollars, for the years 1958 and 1959 at the disposal of the
President, for eventual needs in the Middle East.
In fact, the Eisenhower doctrine made official the concept of a “vacuum” in the Middle East by pointing
out that, following the process of de-colonization, there is a lack of leading powers in the area. It goes without
saying that no country, no people with national pride could accept such an insult; therefore, the Arab States
resolutely opposed it. This, of course, offered a new opening to Soviet policy to attack the imperialists’
meddling in the affairs of the region.
The nationalization of the Suez Canal. Egypt nationalized all possessing of the Companies Maritime
Universally due Canal de Suez on 26 July 1956, intending, by this gesture, to take the leadership in the Arab
world. It was most important for President Nasser that he could count on the support of the Soviet bloc and,
thus, declare his independence in his relationship with Occident, at a time when the Western powers were
more and more recalcitrant to grant her the requested military and financial assistance. The Egyptian and
Western positions concerning this act of sovereignty were completely contradictory. For the first, the
concessions granted by Egypt to the Companies and the Convention of Constantinople were two entirely
different things, and Egypt had its sovereign right to nationalize the Companies, however, maintaining, in
accordance with the Convention, free shipping on the Canal. For the second, the Suez Canal and the
Companies which is in charge of its management, possess an international status guaranteed by the
Convention of Constantinople, therefore, the nationalization was an illegal act unacceptable to the so-called
international community.
The first Soviet declaration in respect of the Suez crisis came from Khrushchev personally: “We
consider that nothing illegal happened. What is the subject of discord? The Suez Canal. Where is it?
In Egypt. On whose territory does it pass through? On Egyptian territory. By whose hands was the Canal
constructed? By the hands of the Arabs who live in Egypt. However, it does not belong to Egypt... However,
today we live in an age in which relations established by conquest and occupation are not anymore
12
considered to be sufficient reasons to maintain people in subjugation.” There were many diplomatic notes
exchanged between the USSR, on the one hand, and the Western powers and Turkey, on the other hand,
and Chepilov, the Soviet minister of foreign affairs, participated in the two London Conferences which
preceded the tripartite attack of Egypt by Israel, France and Great Britain. In the Soviet diplomatic and
propaganda offensive the Middle Eastern Communist parties, first of all the Syrian Communist party, played
an important role.
The Security Council of the United Nations took up the matter already at the end of September, but, as
negotiations did not produce any results, Israel’s, France’ and Great Britain’s tripartite attack was launched
against Egypt, officially to maintain the freedom of navigation on the Canal. The moment for the attack was
well chosen because at the same time took place the Hungarian Revolution against Soviet domination, the
12
st
Izvestia, l of August, pp. 1-2. Khrushchev repeated almost word by word President Nasser’s declaration in
Alexandria: “The Suez Canal is located on Egypt’s territory and is Egypt’s possession.” Survey, 1956-1958, p. 5.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- XVI -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
greatest shock ever experienced by the Communist world, and it could be thought that the Soviet Union will
be just to occupied to repress the revolt occurring in its empire, instead of dealing with the Suez crisis.
However, the Soviets remained as active as before in their support of the Arab cause, and condemned the
attack, together with the United States, on 30 October as gravely discrediting the international organization’s
efforts. Nevertheless, the diplomatic action outside the UN and the propaganda campaign aiming at the
public opinion of Arab countries never ceased.
The Lebanese Civil War. The Lebanese Civil War of 1958 was in the making since the September
1952 elections, when the radical Christian leader, Camille Chamoun, who confessed a strongly nationalist
stance, was elected president of the republic. From 1956, the Lebanese government adopted a pro-Western
foreign policy, contrarily to previous governments that attempted to maintain equilibrium between the two
power blocks. In the July 1957 elections, the opposition, consisting mainly of Muslim parties, which preferred
absolute neutrality taking into account the evolving interarab relationships dominated by the idea of a United
Arab Republic (created by Egypt and Syria at the beginning of 1958), suffered an unexpected and heavy
defeat. The civil war between the two opposing sides broke out in May 1958 as, according to reliable
sources, there was interference into the country’s internal affaire by Egypt and Syria. The Lebanese
Government requested the intervention of the United Nations during the same month, and also asked the
United States to send their troops into Lebanon to protect the country’s independence against foreign
interference. The American forces consequently landed there on 15 of July, but left the country already on 20
October 1958. The arrival of American soldiers in Lebanon was accompanied by the landing of British troops
in Jordan that also sent itself menaced.
Again, this event, inspired by hostilities between local political forces, offered the Soviet Union a new
avenue for intense diplomatic action and propaganda campaigns. The opportunity was too tempting not to
intervene as protector of Arab interests and of the region’s States against the colonial powers of Occident.
The opposing camps fought against each other in the Security Council and in the General Assembly of the
United Nations, and provoked the revelation of an entirely new attitude of the Americans: the United States
was no longer opposed to Arab nationalism as such, if it affirmed itself in the UN and other international fora.
The UN was, once again, incapable to find a solution to the crisis which was finally resolved by the peaceful
evolution of the Lebanese domestic situation. The United States announced that it will contribute a
substantial aid package to the development of the country, and this showed that they are not only supporting
the regime of Camille Chamois, but signaled their interests in Lebanon’s internal stability as well.
4. THE NEW ECONOMIC APPROACH AS COROLLARY OF THE NEW POLICY
The new economic approach of the USSR towards the Arab States had a clearly capitalistic character,
though the role assigned to it was to enhance the success of the new policies favoring the establishment of
national democracies. The principle adopted in setting up a new type of economic relationships was to
“achieve maximum political advantage with minimum economic investment.” It is, of course, very difficult to
evaluate whether the increase if both ways of foreign trade represents a value in this regard, or whether the
growing percentage of the Soviet Union in the total imports or exports of a country is a contributing factor to
her political influence – only, naturally, if this percentage is above a certain threshold.
The three main principles of the new Soviet economic policy towards nationalist and neutral regimes
were the following:
(i)
(ii)
(iii)
It is disinterested – without taking into account the long term perspectives;
It is very advantageous for the partners – low interest rates; payment to be made during a long
period, generally 12 or 15 years, in the principal products of the country concerned; and,
finally, economic advantages offered have to be framed in development plans;
It has to have a political effect, that is, economic cooperation with the Soviet Union has to
enhance the international esteem enjoyed by the partner State.
In accordance with the model prescribed by the Marxist-Leninist doctrine, industrialization is the main
element in economic development because only it can serve the reconstruction of national economies
devastated by colonial exploitation. In addition, industrialization also meant nationalization of all means of
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- XVII -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
production, including agriculture that is expected to be mechanized as rapidly as possible. As a corollary,
industrialization guaranteed the rapid increase of the working class which would then assume a growing role
in the society. All this was also covered by the designation mentioned above, the non-capitalist way of
development and had to be realized in the course of democratic-bourgeois reforms. As a result, Soviet
economic policy aimed always at promoting economic relationships in the framework of development plans,
giving priority to political profitability instead of economic profitability.
The study analyzes Soviet-Arab trade during the period under review in value terms, from the point of
view of structural changes in commercial transactions, the framework of bilateralism with its advantages and
disadvantages for the Arab partners, and, finally, the main points of eventual contestations.
The last problem to be dealt with from the point of view of Soviet economic policies is the financial
assistance granted to various Arab countries. A detailed analysis is given of the conditions on which credit
could be obtained from the USSR, especially the interests paid and the time span generally prescribed for
reimbursement. A particular feature of Soviet financial assistance was, because of the political undertones,
that the Soviets did not interfere with the elaboration and execution of the projects they financed, except in
cases when the credits granted covered financing of technical assistance through their own experts and
personnel. A country by country enumeration of financial assistance given to Arab recipients closet the
charter on the new economic approach, indicating some special cases which were extensively reported in
the world press, like the construction of the Aswan High Dam in Egypt.
5. THE SORE POINTS OF THE NEW SOVIET POLICY IN THE MIDDLE EAST
The new Soviet foreign policy towards Arab nationalism, though enormously successful, had its sore
points as well. In the political, economic and social conditions that prevailed in the Middle Eastern region at
the time, the Soviet policy makers were mainly preoccupied by three intractable problems. These were:
– Arab unity as reality and not as an ideal, a theoretical construct;
– The Arab-Israeli conflict, and
– The reconciliation of the regional interests of the USSR as a great power and of the Communist
parties in some Arab countries.
We dealt already to some extent with the first and the third of these problems in the preceding pages,
therefore I shall elaborate here more in detail only Soviet attitude concerning the Arab-Israeli conflict.
The Soviet attitude was, in fact, very hesitant and undecided in respect of this conflict during all the
years following the Second World War, with a slight inclination towards promoting the Arab position. In
theory, the conflict for them was nothing else but a result of Western imperialist policies, that is, artificially
13
created by the British before and when they left Palestine, and then aggravated by the Sionist bourgeoisie .
V. B. Loutskij summarized well the Soviet opinion in a lecture he gave in August 1946 in Moscow where he
categorically declared that “the Palestine is an Arab country,” immediately qualifying his judgment that Arabs
and Jews could live in peace and friendship on the same land because “the fundamental interests of the
Jewish population are not at all contradictory to the interests of the Arab masses.”14
The Soviet attitude changed radically, in comparison to the former statements, during the debate
about Palestine in the General Assembly of the United Nations in 1948. The speeches of Andrei Gromyko,
Minister of Foreign Affairs of the USSR, clearly show that his country supports unconditionally the Jewish
claim to create an Israeli State in Palestine. His words reflect a true, human compassion and he concluded
that “the legitimate interests of Jews and Arabs in Palestine cannot be protected without the establishment of
a democratic Jewish-Arab State, independent, reflecting a double character, but homogenous. This State
13
K. IVANOV et Z. CHEJNYS, The State of Israel, its Situation and its Policies. Moscow, 1958. Quoted in: Mizan
Newsletter,N° 11, November 1959.
14
st
st
United Nations, General Assembly. 1 session. Official Documents, Vol. 2, 121 session, 14 May 1947, pp. 131-134.
The reference is evidently to the Palestinian communists who were in favor of such a solution.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- XVIII -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
has to be founded in the respect of the equal rights of the Jewish and Arab populations, which would lead to
a cooperation of the two peoples in the service of their mutual interests and at the benefit of both. It is known
15
that protagonists of such a solution exist even in Palestine.” He also suggests that if, but only if, such a
solution could not be realized, then two independent States should be created, a Jewish State and an Arab
State.16
Thus, the USSR not only agreed to the partition of Palestine as proposed by a commission in which
Western nations had the majority, but suggested this solution herself. Gromyko, refuting accusations that
such a decision was against the Arabs, by affirming that the decision was in conformity with the Charter of
the United Nations and that it is the only one which meets the interests of both ethnic groups. In addition, the
Soviet Minister of Foreign Affairs emphasized that it is a historic decision because it satisfies the legitimate
claims of the Jews.
When the Israeli State was proclaimed in 1948, the Soviet Union recognized it de facto as well as de
jure even before the United States, and immediately exchanged diplomatic representatives with the new
State. It supported the young State during the months of fight between the Jewish and Arab armies from May
1948 until February 1949, and supplying it with arms, through Czechoslovakia as intermediary, and assisting
17
it in its economic development with considerable deliveries of oil.
It is almost certain that the attitude of the USSR towards Israel was influenced by the fact – one should
not forget that at this time Stalin was still alive – that there was in Palestine a Jewish Communist party,
though numerically not strong but entirely following Moscow’s ideological orientation, which could be useful
in the framework of an orthodox Marxist approach to promote the Soviet Union’s internationalist policies in
the Middle East. In this perspective, an independent State of Israel could have been useful against the
growing nationalist movement in Arab countries especially that its Communist party was a European-type of
organization which could rapidly acquired a great influence in an increasingly industrialized society and, from
this base, extend its activities to the whole of the region. This hypothesis may be correct and its effect clearly
was that the pro-Israeli stand of the USSR had a disastrous effect on the situation of the Communist parties
in the Arab world.
The new Soviet policy towards Arab nationalism initiated during the years 1954-1955, coinciding with
the arguments of the Arab States, designated Israel as the obedient tool of imperialism, and thus gave an
ideological justification of the policy change decided in the post-Stalin era. The volte-face of the Soviets went
so far that, despite their known support for the partition of Palestine, Khrushchev pretended that the Western
powers were responsible for the creation of the Jewish State as they wanted to have an outpost in the middle
of Arab populations, which could be a bulwark against the latter’s’ ever increasing nationalist claims. The
1956 Suez crisis constituted the apogee of the rapprochement between the USSR and the Arab nations and,
simultaneously, the lowest point ever reached in the relations between the Soviet Union and Israel.
However, as of spring 1957, the Soviet-Israeli relations improved and were slowly normalized. The
Soviet ambassador in Tel-Aviv, Abramov, recalled during the Suez crisis, returned to his post and negotiated
with the Israeli authorities the resumption of oil deliveries. This attitude showed that the Soviet leadership
never really wanted to be part of the insoluble conflict between two peoples claiming their right to live on the
same land.
Khrushchev’s policy in favor of Arab nationalism starter in 1954 was expected to erase the effects of
the policies followed during the Stalin era, especially the Soviet attitude in 1947 when the State of Israel was
created. However, as it was mentioned above, Soviet policy remained always hesitant between the two
parties of the Palestinian conflict: on the one hand, a pro-Arab stand in bilateral relations and at international
fora, conveyed to the Arab populations and international public opinion by an intense propaganda campaign;
15
Ibid.
16
BERNARD, L., The Middle East Reaction to Soviet Pressures. ME Journal, Spring 1956, pp. 125-126.
17
Ibid.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- XIX -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
on the other hand, a quiet support of Israel, without any publicity, in particular by deliveries of oil and of
industrial products necessary for its development. This stance of non-engagement was clearly evidenced by
the declaration of the Soviet Government in April 1956 as well as during the visit of Khrushchev and Bulganin
in Great Britain during the same year. This declaration spells out the Soviet view that “one has to find a
solution to the question of Palestine on a mutually acceptable basis, taking into account the justified national
interests of both parties.”18
18
Pravda, 18 April 1956.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- XX -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
- Introduction -
INTRODUCTION
1. LES FACTEURS DE CHANGEMENT
Le dynamisme de la politique étrangère soviétique au Proche-Orient et dans tout le Tiers-Monde, est
incontestablement un des faits les plus marquants des relations internationales contemporaines. Il est
d'autant plus frappant que pendant presque deux décennies (1928-1945) l'URSS fut absente des pays
d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine, exception faite des tentatives avortées à la fin de la Deuxième Guerre
mondiale en Iran et en Turquie, et des exigences concernant la Libye et la Somalie formulées par Molotov
devant les grandes puissances à l'occasion de l'attribution des anciens territoires italiens.
Trois facteurs nouveaux influencent profondément la politique soviétique étrangère des deux dernières
décennies. Leur effet se manifeste graduellement et si des changements s'annonçaient déjà pendant les
dernières années de Staline, la nouvelle orientation n'est évidente que depuis 1955. Ces trois facteurs sont
les suivants : a) l'évolution interne du bloc communiste ; b) la modification de l'équilibre des forces
stratégiques ; c) l'avènement du Tiers-Monde sur la scène mondiale en tant que force politique
indépendante.
a) L’évolution polycentrique
Lénine et ses successeurs ont reconnu que le triomphe de la révolution en Occident devait être réalisé
par l'union des forces qui luttent contre l'impérialisme pour la liberté des colonies et des pays dépendants :
« la question nationale est un aspect du problème général de la révolution prolétarienne, un aspect du
1
problème de la dictature du prolétariat ». Toutefois, dans l'optique stalinienne, les intérêts de l'édification du
socialisme dans un seul pays ont prévalu sur les intérêts de la révolution mondiale, c'est-à-dire qu'il y a eu
une identification des deux. Dès les premières années de l'établissement de l'Etat socialiste, le problème de
sa sécurité stratégique, de son développement économique et de son renforcement politique a conditionné
toute l'orientation de ses dirigeants. L'Internationale communiste fonctionne apparemment d'une manière
indépendante, mais effectivement, elle est un organe de l'Etat soviétique. Les mouvements communistes
nationaux, les partis communistes des démocraties parlementaires ne peuvent justifier leur raison d'être que
par les services qu'ils rendent au seul pays socialiste.
Ils sont donc totalement subordonnés à la direction de celui-ci. Aucune indépendance n'est tolérée ;
même les oppositions nationales dirigées contre les puissances capitalistes et colonisatrices ne sont
admises que sous le contrôle direct de l'URSS. Mais dans le cas d'un conflit d'intérêts, l'URSS n'a pas
forcément soutenu, comme on s'y attendait, certains mouvements communistes nationaux ou les partis
communistes engagés dans une lutte contre d'autres formations politiques.
A la fin de la Deuxième Guerre mondiale, l'Union Soviétique apparaît comme une puissance de premier
ordre, et fait preuve à la fois d'un patriotisme intransigeant et d'une volonté tenace de mener à bien son
développement économique. En s'affirmant ainsi elle a pu faire valoir ses exigences et obtenir la domination
— par la force, de facto et parla reconnaissance tacite des autres puissances, de jure — sur toute une partie
de l'Europe. Ce succès lui assure une ceinture stratégique importante à l'ère pré-nucléaire, et lui permet en
même temps de créer un empire : le bloc socialiste, « camp de la paix et de la démocratie ». Par la suite ce
camp s'est agrandi ; quelques pays asiatiques nouvellement indépendants s'y sont joints et, en 1949,
instaurant un régime communiste, la Chine s'est liée au bloc.
1
STALINE, J. V., Voprosy leninizma. Moskva, Gos. izd.-vo polit, lit-ry, 1926, p. 102.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
-1-
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
- Introduction -
Outre cet élargissement géographique et l'accroissement imprévu de l'influence du bloc communiste, des
développements intérieurs inattendus se sont manifestés. L'Union Soviétique commence à perdre son
autorité traditionnelle et, non sans de nombreux retours en arrière, une évolution menant vers un
polycentrisme du mouvement communiste mondial s'amorce. Lorsqu'il apparut que l'Union Soviétique ne
pouvait plus prétendre édifier seule le socialisme, que d'autres interprétations du marxisme-léninisme
conformes aux conditions d'autres pays socialistes se firent sentir, et surtout lorsque l'interprète infaillible de
la doctrine eut disparu, le monolithisme idéologique et politique du bloc devait se désintégrer. Dans une
optique marxiste conséquente, cette évolution ne peut apparaître que normale, répondant aux conditions
objectives.
e
Au 20 Congrès déjà, le Parti communiste russe admet qu'il existe plusieurs formules de transition vers le
socialisme, transition réalisable par d'autres voies que celle de la révolution russe ; c'est là une innovation
capitale. Une résolution du 22e Congrès a confirmé cette déclaration : « Toute l'évolution sociale et la
croissance irrésistible du socialisme par l'adhésion des forces les plus diverses confirment que les
e
conclusions du 22 Congrès — concernant les différentes formes de transition vers le socialisme adoptées
suivant les pays — ont été correctes ... Les modalités de la réalisation de la révolution socialiste dépendront
toujours de la corrélation existant entre les forces des classes dans les différents pays, le degré
d'organisation et de maturité de la classe ouvrière et de son avant-garde, et l'intensité de la résistance des
classes dominantes. La dictature du prolétariat peut prendre n'importe quelle forme, mais cette transition
d'une démocratie bourgeoise à une démocratie authentique, c'est-à-dire démocratie des ouvriers, sera
toujours un progrès 2 ».
Il existe donc une diversité de tendances, une diversité de voies possibles menant à la réalisation du
socialisme, une diversité de points de vue entre les Etats socialistes. Il en résulte que la base commune de
la politique étrangère d'un empire monolithique disparaît. Ainsi, la phase polycentriste de l'évolution interne
du bloc se caractérise par la contradiction qui surgit entre les intérêts nationaux de différents Etats — en
premier lieu l'Union Soviétique et la Chine — et par la différence entre leurs intérêts et les intérêts des
groupes communistes nationaux luttant encore contre les Etats « bourgeois » pour le pouvoir.
Ainsi, la politique étrangère soviétique a traversé trois phases successives :
1. L'époque léniniste : une politique étrangère orientée vers la victoire de la révolution mondiale.
2. L'époque stalinienne : une politique étrangère correspondant aux seuls intérêts du seul pays
indépendant socialiste, fondée sur l'identification des intérêts de cet Etat et de ceux de la révolution
socialiste mondiale.
3. L'époque khrouchtchévienne : une politique étrangère motivée par des considérations qui découlent du
statut de grande puissance, et s'éloigne du fondement doctrinal qui se trouve modifié sous l'apparence d'un
retour aux sources léninistes. La victoire de la révolution mondiale revêt une forme eschatologique, et les
mouvements nationaux — s'ils ont une assise populaire assez forte — retrouvent une certaine
indépendance.
b) La puissance militaire de l’URSS
Avec ses alliés, l'Union Soviétique est sortie victorieuse de la Deuxième Guerre mondiale. Ce fait mis à
part, sa future politique de grande puissance sera influencée par le développement de ses forces
stratégiques et, surtout, par l'acquisition d'armes nucléaires.
Dès les premières années d'existence de l'URSS, ses dirigeants ont été hantés par ce qu'ils appelaient
« l'encerclement capitaliste ». Assurer la sécurité du jeune Etat a été la préoccupation primordiale de Staline,
d'autant plus qu'il était indispensable d'obtenir un sursis pour la consolidation du régime et pour la
reconstruction de son économie et de son système social sur une base socialiste. Ce sentiment d'insécurité
2
Rezoljoutzija XXII sjezda KPSS po ottchemou tzentral'nogo Komiteta KPSS. Materialy XXII sjezda KPSS. Moskva,
Gospolitizdat, 1961, pp. 300-301.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
-2-
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
- Introduction -
conditionnant toute la politique étrangère soviétique d'antan, a disparu depuis l'avènement de l'URSS sur la
scène mondiale comme puissance nucléaire.
A elle seule, la formation du camp socialiste agit comme un facteur de redressement moral et
psychologique sur les Soviétiques. Quoique les satellites n'aient, du point de vue militaire, qu'une valeur
douteuse, leur existence, signe de l'expansion du communisme international, a rehaussé le facteur moral.
e
Dans son discours prononcé au 21 Congrès du Parti communiste russe, Khrouchtchev résume ainsi ce
changement fondamental dans la politique soviétique à l'ère poststalinienne : « Après avoir édifié le
socialisme, notre pays resta pendant longtemps le seul pays socialiste au monde et se trouva encerclé par
un capitalisme hostile. Il ne pouvait pas se sentir à l'abri des interventions militaires et du danger de la
restauration du capitalisme ... Les puissances capitalistes qui ont encerclé alors la patrie du socialisme ont
joui d'une supériorité économique et militaire écrasante. A présent la situation mondiale a radicalement
changé. Il n'y a plus d'encerclement capitaliste de notre pays. Il y a deux systèmes sociaux mondiaux —
le capitalisme suranné et le socialisme qui est en pleine force ... Etant donné le rapport des forces réelles
dans le monde d'aujourd'hui nous sommes capables de repousser n'importe quelle attaque venant de
n'importe quel ennemi. Il n'y a pas, de nos jours, de force dans le monde qui soit capable de restaurer le
capitalisme dans notre pays ou de vaincre le camp socialiste. Il n'y a plus de danger de restauration du
3
capitalisme en URSS ».
Le fait de s'être délivrée de cette peur, d'avoir pris conscience de sa force réelle, a permis à l'URSS de
poursuivre désormais une politique d'expansion, une politique de plus grande envergure qu'à l'époque
stalinienne. Le développement de ses moyens stratégiques l'a élevée au rang de « super » grande
puissance dans la communauté des Etats et sa politique extérieure devait être adaptée à cette nouvelle
situation.
c) L'émancipation du Tiers-Monde
Le réveil et l'émancipation du Tiers-Monde constituent l'un des phénomènes les plus importants de notre
temps. A l'heure actuelle, on considère la bipolarisation du monde, le conflit Est-Ouest, comme étant
superposés à tous les autres problèmes mondiaux. Ce conflit constitue la tension fondamentale dans les
relations interétatiques. Mais l'avènement du Tiers-Monde sur la scène internationale nous oriente vers une
nouvelle évolution ; à l'horizon, un nouveau conflit se prépare, celui des civilisations.
Le succès soviétique dans le monde décolonisé hante les puissances occidentales depuis le début de
l'ère poststalinienne. Il se présente comme le résultat de l'existence même de l'URSS et de la situation
bipolarisée d'après-guerre. Le processus de décolonisation a commencé immédiatement après la Grande
Guerre — certains signes l'avaient déjà préfiguré pendant les combats — et a pris toute son ampleur au
début de la dernière décennie. Que les pays colonisés et dépendants se soient libérés et aient obtenu leur
indépendance n'est pas un fait qui doive surprendre ; le développement économique, politique et social du
monde moderne y a contribué. L'un des facteurs les plus importants qui a concouru à favoriser cette
émancipation est certainement la formation, au sein même de la civilisation occidentale, d'un pôle de
développement opposé. L'apparition d'une nouvelle puissance européenne appuyant, dans son propre
intérêt, l'émancipation complète du Tiers-Monde, a bouleversé l'équilibre de jadis entre nations dominantes
et dominées. Son idéologie a eu d'autant plus d'effet qu'elle a bénéficié d'une diffusion extrêmement large,
4
grâce au développement de moyens de propagande encore jamais imaginés .
3
KHROUCHTCHEV, N. S. O kontrol'nyh tzifrah razvitija narodnogo hozjajstva SSSR na 1959-1965 godou. Pravda,
28 janvier 1959.
4
L'Union Soviétique issue d'un des courants politique et idéologique de l'Occident moderne, n'est pas le premier Etat qui
se dresse contre les vieilles puissances d'Europe au nom de la libération des peuples opprimés, C les Etats-Unis
d'Amérique l'ont précédée de plus d'un siècle, C mais le contexte de la naissance de ces deux pays a été très différent.
Le développement de l'Etat des Soviets a coïncidé avec le développement des techniques modernes et en particulier
avec le développement miraculeux des moyens d'information.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
-3-
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
- Introduction -
Les dirigeants soviétiques en sont conscients, même s'ils ne se représentent pas le processus
d'émancipation tel qu'il s'est produit : « Dans l'évolution historique est apparu un nouveau facteur, l'immense
Union Soviétique, située entre l'Est et l'Ouest, entre la zone de domination coloniale et le centre de
l'exploitation financière du monde, l'Union Soviétique qui, par le seul fait de son existence, révolutionne le
5
monde entier », écrivait Staline en 1924 . Aujourd'hui le thème a un peu changé et la propagande souligne
surtout que le capitalisme occidental et le colonialisme — deux phénomènes parallèles — chancellent sous
les coups conjugués du jeune nationalisme des peuples d'Afrique et d'Asie et surtout sous ceux de l'Union
Soviétique. On voit donc clairement l'intention de lier étroitement les buts de la politique soviétique à
l'actuelle vague du nationalisme afro-asiatique. Pourtant la considération fondamentale reste la même : la
Révolution d'octobre qui, la première, a engagé la lutte contre le colonialisme, l'a vaincu. La victoire
remportée en Russie a ouvert la voie à la lutte menée à l'heure actuelle par les peuples d'Asie et d'Afrique
pour leurs libération 6.
Cela dit, et en reconnaissant — toutes proportions gardées — le rôle de l'URSS dans l'émancipation du
Tiers-Monde, il est nécessaire d'examiner également les conséquences imprévues d'un tel rôle et les
modifications qu'il allait imposer à la politique étrangère soviétique. La plupart des difficultés, tâtonnements
et brusques volte-face de l'ère poststalinienne s'expliquent par les effets des récentes évolutions des pays
d'Asie et d'Afrique — effets qui ont surpris les dirigeants communistes.
Selon la vision stalinienne de l'univers, l'opposition de l’impérialisme à l’anti-impérialisme divise le monde
en deux camps tournés vers Washington ou Moscou. Il n'y a pas de troisième voie possible. Le tableau est
donc d'un manichéisme parfait dont Jdanov avait, en juin 1947, posé les maximes qui sont restées valables
7
jusqu'en 1953 .
L'accès des pays afro-asiatiques à l'indépendance a brisé les cercles de ce manichéisme stalinojdanovien. Il est alors apparu clairement que cette conception réduisait la politique soviétique à l'impuissance
et lui faisait courir le risque de perdre tous les avantages qu'elle avait virtuellement acquis en favorisant le
processus d'émancipation. Les dernières années du règne de Staline en ont fourni de multiples preuves. Les
nouveaux dirigeants de l'Etat soviétique, et plus particulièrement Khrouchtchev, ont réalisé qu'il fallait
apporter certaines modifications à la ligne politique intransigeante de Staline, si l'URSS voulait poursuivre
une politique plus active hors de l'Europe et sortir du cadre de la lutte Est-Ouest. Khrouchtchev a reconnu —
première correction — l'existence, entre les deux pôles, d'une zone neutre, pacifiste, ni socialiste, ni
8
capitaliste, et il a ainsi rompu avec le dualisme simpliste de l'époque précédente .
Cette thèse a entraîné une deuxième concession sur le plan juridico-politique : Khrouchtchev a déclaré
qu'un pays, même capitaliste, peut jouir aussi de la souveraineté nationale et de l'indépendance.
9
Or, jusqu'en 1955, on avait dénié toute indépendance réelle aux pays d'Orient théoriquement souverains .
L'émancipation du Tiers-Monde a apporté encore un changement capital pour les dirigeants moscovites.
Elle a fait naître une puissance mondiale communiste qui, sur le plan économique, technique et militaire a
beaucoup de retard sur l'Union Soviétique, mais qui est devenue une rivale extrêmement dangereuse. Si l'on
se place à l'échelle supérieure du conflit des civilisations, on s'aperçoit que le problème de la Chine
populaire au sein du bloc communiste se pose tout naturellement. Outre le rôle qu'elle joue dans un monde
polycentrique où elle constitue un pôle d'attraction et de rayonnement de même intensité que l'URSS,
5
STALINE, J. V. Oktjabrskaja revoljoutzija i taktika rousskih kommounistov. (Predislovije k knige * Na poutjah k
Oktjabrjou +.) 1924. Sotchinenija, Tom. 6. 1924. Moskva Gos. izd. -vo polit, lit. -ry, 1947, p. 397.
6
Article d'E. JOUKOV paru dans le journal Partiznaja Jizn, cité par Hélène CARRERE-D'ENCAUSSE dans sa contribution :
The Background of Soviet Policy in the Middle East ; in : The Middle Eastern Transition. Ed. by W. Z. LAQUEUR. London,
Routledge-Kegan, 1958, pp. 360-369 ; 388-397.
7
Discours de Jdanov à la séance inaugurale du Kominform, le 22 septembre 1947, publié dans la Pravda du 22 octobre
1947. Voir en outre : BENNIGSEN, A. Le Front National dans la nouvelle stratégie communiste au Moyen-Orient. Politique
e
étrangère, N° 5, 1956, pp. 615-616, et LAURENT, François, L'URSS et le Moyen-Orient. Orient, 3 trim. 1957, pp. 17-18.
8
Ottchetnyj doklad tzentral'nogo Komiteta KPSS XX sjezda partii - Doklad Pervogo Sekretarja CK KPSS tovarichtcha N.
S. Khrouchtcheva. Pravda, 15 février 1956.
9
* Les concessions faites aux dominions de l'Inde, du Pakistan et du Ceylan n'ont apporté aucune modification à leur
situation réelle ... Ces mesures ne sont qu'une manœuvre de l'impérialisme anglais ... +, écrit Voprosy Ekonomiki en
juillet 1948 ; in : Bennigsen, loc. cit., p. 616.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
-4-
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
- Introduction -
la Chine populaire offre aux pays nouvellement indépendants d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine
une idéologie plus adaptée à leur condition, une politique économique d'une efficacité plus séduisante,
une identité d'intérêts et de problèmes frappante et indéniable, en somme, un exemple plus fascinant
que l'URSS.
2. LES LEÇONS D’APRES-GUERRE
a) Le concept du Proche-Orient
Il n'est pas possible d'aborder l'étude de la politique soviétique vis-à-vis des pays arabes du
Proche-Orient sans définir auparavant le terme. En effet, le « Proche-Orient » n'est pas une conception
clairement définie, et dans les divers documents on utilise en lieu et place l'expression « Moyen-Orient ».
Il est évident que son contenu doit être précisé, en chaque occasion, en fonction du problème particulier
considéré. Le New York Times publia, il y a plusieurs années, quatre cartes du Moyen-Orient, établies
chacune selon les définitions différentes données respectivement par John Foster Dulles, par le British
10
Foreign Office et par deux dictionnaires encyclopédiques . Aucune ne lui attribuait la même étendue.
La conception soviétique du Proche-Orient diffère — naturellement — de celle des diverses puissances
occidentales. Elle reflète la position géographique de l'Union Soviétique vis-à-vis de l'Orient 11. L'Orient tout
d'abord est divisé en un Orient soviétique et un Orient non soviétique (littéralement, l'« Est au-delà des
frontières ») ; l'Asie, en Asie occidentale, centrale, orientale et méridionale. L'Asie occidentale, généralement
12
connue comme « Perednaja Azija », comprend le Proche-Orient et le Moyen-Orient. Le Proche-Orient se
rapproche de la conception occidentale de la même région, tandis que le Moyen-Orient est formé de l'Iran et
de l'Afghanistan. L'« Est » comprend, en général, les pays de l'Asie et de l'Afrique qui ont eu pendant
longtemps le statut de colonie ; mais pour les idéologues il existe deux Orients qui ne se trouvent pas au
même stade d'évolution : les pays d'Orient où la bourgeoisie n'est plus au pouvoir, et les autres où le
capitalisme se maintient et où l'oppression impérialiste sévit encore 13.
La pratique politique soviétique est de classer les pays selon leur contiguïté avec l'URSS. Cette
distinction entre voisins immédiats et pays plus lointains est d'une extrême importance dans la politique
14
soviétique d'après-guerre. Le professeur Dallin, dans ses travaux fort instructifs à cet égard , a démontré
comment, depuis des siècles, la politique expansionniste russe n'avait visé que les territoires immédiatement
voisins tels que l'Ukraine, la Pologne, la Finlande, le Caucase, l'Asie centrale et la Sibérie. Contrairement
aux pays occidentaux, la Russie fut — de tous temps — conditionnée par sa continentalité. Pendant que la
Grande-Bretagne, la France, l'Espagne, le Portugal et la Hollande acquéraient des territoires lointains et des
îles dans toutes les mers et dans tous les océans, la Russie se développait comme une unité territoriale
massive.
Les facteurs géographiques qui ont conditionné la croissance de la Russie tsariste sont demeurés d'une
importance aussi décisive à l'époque de la Russie soviétique. L'expansion spectaculaire de l'Union
Soviétique après la guerre et la formation d'une sphère d'influence, n’a affecté que des territoires contigus au
sien. Même durant sa plus brillante période d'expansion, de 1944 à 1948, l'URSS n'a acquis aucune
possession outre-mer. Il est à noter que les efforts de Staline pour s'introduire dans une Espagne faible, ont
10
BADEAU, J. S. Conflict in Priorities : the Middle East, Foreign Affairs, Vol. 36, janvier 1958, pp. 232-240.
11
Voir : BOLTON, A. R. C. Soviet Middle East Studies : An Analysis and Bibliography. Oxford, 1959, vol. 1-8. Ronéotypé,
vol. 1, pp. 1-2.
12
Le Dictionnaire linguistique de la Langue russe de B. M. VOLIN et D. N. USAKOV, définit la région appelée par cette
désignation comme la partie de l'Asie qui se trouve entre le golfe Persique et le Méditerranéen, la mer Noire et la mer
Caspienne.
13
BOLTON, op. cit., p. 2.
14
DALLIN, D. J. Soviet Policy in the Middle East. Middle Eastern Affairs (désormais : MEAff), vol. 6, 1955, pp. 337-338,
341.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
-5-
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
- Introduction -
échoué, tandis qu'il obtenait un énorme succès en Chine, pays adjacent. Ainsi faut-il faire au Proche-Orient
une distinction entre voisins immédiats de l'Union Soviétique d'une part — Turquie, Iran, Irak et Afghanistan
— et, d'autre part, les pays plus distants.
Dans cette perspective, on comprend les initiatives staliniennes visant la Turquie et l'Iran après 1945, et
l'irritation des dirigeants soviétiques à la suite de la mise sur pied de la fameuse alliance irako-turcopakistanaise, la « ceinture nordique » de Dulles. L'URSS ne peut pas permettre aux pays limitrophes,
importants du point de vue de sa sécurité, tels que la Turquie, l'Iran et l'Afghanistan, d'appartenir à des
coalitions antisoviétiques, de mener une politique étrangère indépendante, et de méconnaître les exigences
de leur puissante voisine.
Il en va autrement du second groupe des pays du Proche-Orient, c'est-à-dire de ceux qui ne sont pas
voisins immédiats de l'URSS. La politique soviétique les place devant un autre dilemme. Les pays arabes et
Israël doivent choisir entre s'attacher au bloc occidental ou rester neutres. L'URSS soutient les mouvements
nationalistes et s'efforce surtout de détacher ces Etats, en règle générale petits, de toute alliance avec l'une
ou l'autre des puissances occidentales. Ainsi, les pays les plus éloignés des frontières russes ne sentent-ils
pas la menace directe comme les pays limitrophes ; la politique soviétique les traite avec beaucoup
d'aménité en employant à leur égard les seuls moyens diplomatiques afin d'influencer leurs gouvernements.
Le conflit Est-Ouest domine donc tous les autres intérêts et sert de ligne directrice à la politique soviétique
dans cette région.
Notre concept du Proche-Orient englobe les territoires se situant entre le bassin méditerranéen, la mer
Noire, l'Iran, le golfe Persique et la mer Rouge, en y ajoutant l'Egypte et le Soudan, quoique ces deux
derniers Etats se trouvent sur le continent africain, car leurs innombrables liens historiques, politiques et
économiques avec les pays proche-orientaux justifient leur inclusion dans ce concept.
b) Négociations avec Hitler
La volonté de l'URSS de faire valoir ses exigences au Proche-Orient se manifeste déjà pendant la
première année de la guerre, précisément au cours des délibérations germano-soviétiques secrètes.
En novembre 1940, Molotov arrive à Berlin où Hitler et von Ribbentrop lui proposent une série d'accords et
de protocoles. Un des accords secrets délimite « les futures sphères d'intérêt ». Selon cet accord, la sphère
de la Russie soviétique s'étendrait dans « la direction du golfe Persique et de la mer Arabe ». En outre,
l'Allemagne reconnaît la nécessité d'une révision de la Convention de Montreux dans un sens favorable à
l'URSS. Von Ribbentrop indique à la fin des négociations que la sphère d'intérêt soviétique comprendrait les
territoires « au sud de Batoum et de Bakou, dans la direction de l'océan Indien », ce qui signifie une
extension de la sphère d'influence soviétique. Les propositions allemandes sont discutées à Moscou ;
Staline ne les trouve pas assez précises et change les termes du texte établi à Berlin, en disant que la
sphère en question s'étendrait « au sud de Batoum et de Bakou, dans la direction générale du golfe
Persique ». Elle comprendrait donc l'Irak, l'Iran, une partie de la Turquie et de la Syrie, ainsi que — si
possible — le Liban, la Jordanie et l'Arabie Saoudite. Staline demande en outre le droit d'établir des bases
15
militaires « sur le Bosphore et les Dardanelles ».
On sait quel fut le sort de ces accords. Leur importance vient, toutefois, de ce qu'ils indiquent un
revirement de la politique soviétique, tournée à nouveau vers le Proche-Orient après une longue période de
désintérêt total. Ils montrent aussi dans quel esprit la politique d'après-guerre sera menée dans cette région.
C'est une politique de puissance du type classique que Staline emploiera au cours des années 1945, 1946,
1947, en reprenant à son compte les objectifs les plus traditionnels de l'impérialisme tsariste. Dès 1943,
Churchill avait pressenti que l'Union Soviétique ferait sa réapparition dans le monde proche-oriental et il
avait réagi, lui aussi, selon les méthodes éprouvées de la politique britannique dans la lutte contre
l'expansionnisme russe. Néanmoins, la Grande-Bretagne ne pouvait plus espérer fournir, à elle seule, le
contrepoids à la puissance soviétique, et Churchill tenta de mettre les Etats-Unis dans son jeu. Mais le
président Roosevelt n'a pas cru à la réalité de la menace russe.
15
DALLIN, D. J. Soviet Foreign Policy After Stalin. Philadelphia, Y. B. Lippincott, 1961, p. 104.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
-6-
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
- Introduction -
c) Les tentatives de 1945/1946
Le rôle de la Russie à côté de ses alliés pendant la Deuxième Guerre mondiale, et l'occupation de l'Iran,
exercée conjointement par la Grande-Bretagne, les Etats-Unis et l'Union Soviétique, ont offert à cette
16
dernière une « introduction respectable » au Proche-Orient d'où elle a été absente pendant vingt-cinq ans.
Rappelons brièvement les faits :
Le 29 janvier 1942, fut signé un traité d'alliance entre l'Angleterre, l'URSS et l'Iran, par lequel l'Iran
permettait aux deux autres puissances d'utiliser et de contrôler son territoire en vue des nécessités de la
guerre. Les lignes de transport du programme américain d'aide à l'URSS passaient par la partie
septentrionale du pays ; en contrepartie de cette concession, les puissances alliées s'engageaient à évacuer
leurs troupes au cours des six mois qui suivraient la signature de l'armistice avec l'Allemagne et ses alliés.
Une déclaration de la Conférence de Téhéran signée par Roosevelt, Staline et Churchill, reprit et confirma
solennellement l'« indépendance, la souveraineté et l'intégrité territoriale de l'Iran ». La signature de
l'armistice avec le Japon, le 2 septembre 1945, inaugura la période de six mois stipulée par le traité de
1942 ; toutes les troupes anglaises, américaines et soviétiques devaient avoir quitté l'Iran en mars 1946.
Cependant, les espoirs des nationalistes iraniens furent vite déçus, car le mois de décembre 1945 révèle
déjà les intentions de Staline. Une révolution communiste éclate à Tebriz, capitale de l’Azerbaïdjan où,
pendant la guerre, les Soviétiques avaient établi un contrôle presque complet en fermant l'accès de la
province au gouvernement de Téhéran. La république autonome de l'Azerbaïdjan se déclare indépendante
sous la présidence du leader du Parti démocratique de l'Azerbaïdjan, Jafar Prishavari, ainsi que la
république de Maharabad ; elles deviennent ainsi toutes deux des satellites de l'URSS. Les troupes
soviétiques barrent les routes aux troupes du gouvernement légal iranien, lequel porte l'affaire devant le
Conseil de sécurité des Nations Unies (ce fut la première cause portée devant cette instance publique
internationale). La ferme attitude des puissances occidentales lors des débats du Conseil de sécurité, la
désapprobation de l'opinion publique internationale et l'habileté du nouveau Premier ministre iranien, Ahmed
Qavam, réussirent à amener Staline à retirer ses troupes au début de mai 1946. Qavam devait poursuivre
durant toute l'année sa voie extrêmement habile, mais semée d'embûches, en donnant diverses assurances
à l'URSS, entre autres en accordant un régime autonome à l'Azerbaïdjan, en promettant de former une
société d'exploitation pétrolière irano-russe, etc. L'Iran ne tint jamais les assurances et les promesses faites
à l'URSS, et l'acte final de la crise eut lieu en octobre 1947 quand le Majlis, le parlement iranien, refusa de
ratifier l'accord conclu par le gouvernement concernant la société pétrolière irano-russe.
En mars 1945 également commence la deuxième aventure soviétique de l'après-guerre, lorsque l'Union
Soviétique dénonce l'accord de non-agression et de neutralité avec la Turquie. Voyant que ses alliés
occidentaux seraient encore occupés par la guerre contre le Japon, l'URSS fit état de ses revendications sur
la Turquie. Elle demandait à cette dernière de lui rendre les provinces de Kars et d'Ardahan (rattachées à la
Turquie par le traité de Brest-Litovsk), et exigeait une révision des conventions des détroits en sa faveur. Le
gouvernement turc repoussa ces exigences. La question fut discutée à la Conférence de Potsdam, où les
trois puissances représentées décidèrent que la Convention de Montreux devait être révisée et qu'elles
devaient tour à tour consulter la Turquie. En 1945-1946, la Turquie, l'URSS, les Etats-Unis et la GrandeBretagne échangèrent des notes — notes qui cristallisèrent les prises de position antérieures, et ne
modifièrent en rien la situation. A partir de novembre 1946, on ne parle plus de revendications soviétiques,
mais l'évolution des événements a poussé la Turquie à prendre une position antisoviétique intransigeante et
l'a obligée à recourir aux puissances occidentales pour sa défense, et à accepter l'offre américaine, formulée
par la doctrine Truman.
L'URSS veut aussi sa part des anciennes possessions italiennes en bordure de la Méditerranée. Elle
demande, lors de la Conférence des ministres des Affaires étrangères en juillet 1946, un mandat sur
l'Erythrée, les territoires nord-africains de la Tripolitaine, de la Libye, et quelques îles du Dodécanèse. Le
secrétaire d'Etat américain, Byrnes, s'oppose immédiatement à de telles revendications et propose de
considérer séparément les arrangements concernant l'Italie proprement dite — où l'URSS peut faire
16
W HEELER, George, Russia and the Middle East. Political Quarterly, 1957, N° 2, p. 131.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
-7-
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
- Introduction -
entendre sa voix —, et les arrangements concernant les anciennes colonies de cette puissance vaincue —
qui ne regardent que les pays ayant déjà des possessions sur la côte méditerranéenne. Dans les
conclusions qu'il tire à cette occasion, Walter Lippmann, le célèbre commentateur américain, exprime la
conviction que l'Union Soviétique ne saurait être exclue plus longtemps du bassin méditerranéen, que les
Occidentaux n'avaient que provisoirement triomphé et devaient s'attendre à de nouvelles tentatives russes
17
dans le futur — et dans un futur sans doute très proche .
L'échec des tentatives de pénétration en Iran, en Turquie, et dans le bassin méditerranéen, a
certainement eu des répercussions au sein des milieux dirigeants à Moscou et probablement aussi parmi les
hauts fonctionnaires du Ministère des Affaires étrangères. Certes, tant que Staline était en vie, on ne pouvait
espérer des changements importants, mais la nouvelle orientation que prendra la politique soviétique à
l'époque poststalinienne se dessinait déjà dans la pensée des hommes de l'avenir. S'il est difficile de
retracer l'évolution interne de cette pensée, on peut toutefois affirmer que la brusque apparition d'une
nouvelle conception soviétique implique une fermentation préalable des idées.
d) Les signes précurseurs d'une nouvelle politique
L'URSS commence à bénéficier du fait qu'elle a été absente du Proche-Orient entre 1946 et 1950. La
propagande soviétique saisit toutes les occasions de mettre l'accent sur le contraste « évident » qui existe
entre une politique de non-intervention dans les affaires des peuples indépendants de la région, la leur, et
celle des Occidentaux dont les efforts impérialistes incessants tendent à entraîner divers pays dans des
blocs de défense suspects. Le danger soviétique devient ainsi pour toutes les populations des Etats non
limitrophes de l'URSS, un mythe, ou plutôt un prétexte au moyen duquel les puissances européennes jadis
dominantes au Proche-Orient, tentent de maintenir leur influence. Le prestige soviétique en sortira
énormément grandi 18.
Après la mort de Staline, Molotov, devenu ministre des Affaires étrangères du gouvernement Malenkov,
s'emploie immédiatement à améliorer les relations soviéto-turques. Il envoie une note à la Turquie le 30 mai
1953, désavouant — dans une démarche sans précédent dans la pratique diplomatique soviétique — le
programme d'expansion territoriale de Staline. Par cette note il informe le gouvernement turc que l'URSS a
l'intention de tourner définitivement la page sur les inimitiés précédentes entre les deux pays et qu'elle
prendra un nouveau départ. Il déclare au nom de la Géorgie et de l'Arménie soviétiques —- pour le compte
desquelles le programme d'expansion territoriale avait été lancé — qu'elles renoncent à leurs prétentions, et
que l'URSS n'a pas la moindre revendication territoriale sur la Turquie. Naturellement Molotov ne peut et ne
veut pas céder sur tous les points. Aussi ne souscrit-il pas dans sa note au statu quo dans la mer Noire et
dans les Détroits, basé sur la Convention de Montreux, mais il fait allusion, en termes vagues, à un
arrangement dont les conditions seraient acceptables tant pour l'URSS que pour la Turquie. En effet, la note
soviétique propose à la Turquie un traité bilatéral sur toutes les questions controversées, écartant par cet
arrangement les cosignataires de la Convention de Montreux ; c'est, en somme, une alliance
antioccidentale. Cette action n'a pas été couronnée de succès. La réponse turque a été froide et réservée.
Elle enregistrait avec satisfaction l'annulation des revendications territoriales, mais déclarait que la question
des Détroits avait déjà été réglée par la Convention de Montreux 19.
Cette initiative de Molotov prouve que les demi-mesures ne servent à rien ; un revirement soviétique au
Proche-Orient ne pouvait s'accomplir que sur de nouvelles bases. « C'est Staline qui avait corrompu les
relations de l'Union Soviétique avec l'Iran et la Turquie », déclare Boulganine au printemps 1955 et il donne
l'assurance que l'intention des nouveaux dirigeants soviétiques n'est autre que de « retourner à la politique
léniniste du respect fondamental de la souveraineté des autres pays 20 ». A la fin de la même année,
17
Le Figaro, 16 juillet 1946.
18
LAQUEUR, W. Z. The Soviet Union and the Middle East, London, Routledge-Kegan, 1959, pp. 190-191.
19
DALLIN, op. cit. pp. 198-200.
20
KAHIN, George McTurman, The Asian-African Conference, Bandung, Indonesia, April 1955. Ithaca (N. Y.), Cornell
University Press, 1956, p. 20.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
-8-
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
- Introduction -
Khrouchtchev s'adressant au Soviet Suprême, reconnaît publiquement les torts de l'URSS envers la
Turquie : « Nous ne pouvions pas dire qu'en ce qui concerne la détérioration de nos relations, la faute
incombe entièrement à la Turquie ; nous avons fait de notre côté des déclarations peu appropriées qui ont
contribué à assombrir ces relations 21 ».
Dans cette perspective, il faut aussi considérer comme signes d'apaisement le changement de l'attitude
soviétique envers les pays du Proche- et Moyen-Orient autres que la Turquie, plus particulièrement envers
ceux qui sont limitrophes à l'URSS. Dès août 1953, les émetteurs soviétiques cessent de diffuser leurs programmes en langue kurde en vue de tranquilliser les gouvernements irakien, iranien et turc ; en décembre
1954, un arrangement met fin à la querelle de frontières entre l'Union Soviétique et l'Iran. L'URSS a fait des
ouvertures à l'Inde et à l'Afghanistan. Elle a renoué ou intensifié ses relations diplomatiques avec les pays
arabes. Face à Israël, son attitude commence à se durcir 22 Les programmes soviétiques radiodiffusés
destinés aux pays du Proche-Orient donnent les premières indications sur la nouvelle approche politique et
idéologique. En avril 1951 déjà, le Jerusalem Post se préoccupe des changements de positions soviétiques :
« Une nouvelle politique soviétique se dessine au Moyen-Orient. Elle consiste à appuyer les Arabes
opposés à la politique occidentale ». Il constate, plus loin, qu'il y a « une légère différence de ton entre les
allocutions radiodiffusées venant de Moscou et celles qui proviennent des pays satellites. Dans les
émissions en provenance de pays satellites, les partis communistes locaux des pays arabes et d'Israël sont
présentés comme étant à l'avant-garde du combat populaire. Dans les émissions venant de Moscou au
contraire, l'accent est mis bien moins sur l'action des partis communistes locaux que sur le sentiment
général anti-impérialiste et sur l'ampleur du mouvement de paix au Moyen-Orient 23 ». On note donc pour la
première fois la mise en place d'une nouvelle tactique de propagande, correspondant au divorce des intérêts
soviétiques et communistes : les stations satellites diffusent la propagande idéologique agressive tandis que
les émetteurs soviétiques soutiennent et servent les objectifs de la politique de l'Etat soviétique.
Cependant, l'initiative ne vient pas seulement du côté soviétique. Les cercles nationalistes arabes de
l'Egypte et de la Syrie s'étaient tournés vers Moscou afin de trouver un contrepoids aux puissances
coloniales de l'Europe occidentale. Dans certaines prises de position de l'époque, on retrouve les racines du
neutralisme arabe d'aujourd'hui. Ainsi, dès 1946, le Wafd égyptien avait préconisé un rapprochement avec
l'URSS. Mais alors Moscou avait fait la sourde oreille, malgré les tentatives répétées des Wafdists. Le
journal al-Misr avait même proposé en 1950 d'envoyer Abdulrahman Azzam pacha, secrétaire général de la
Ligue arabe, à Moscou, pour amorcer un rapprochement arabo-soviétique.
A Damas aussi, certains journaux évoquaient la possibilité d'un rapprochement avec l'URSS afin de faire
échec aux projets de défense commune des Anglo-Saxons. Le Dr Dwalibi, homme d'Etat syrien connu et à
l'époque membre du cabinet, demanda la conclusion d'un pacte de non-agression avec l'URSS ; de plus, il
24
préconisait dès 1950, l'achat d'armes en Union Soviétique pour faire face à la menace israélienne . Même
les Frères musulmans, organisation à base religieuse, ont appuyé avec force ces initiatives et réclamé eux
aussi la conclusion d'une alliance avec l'URSS puisque les Etats-Unis s'obstinaient à soutenir Israël 25.
Ainsi, la politique de la main tendue menée par le nationalisme arabe a donné une nouvelle impulsion à la
politique soviétique au Proche-Orient. Les échecs des tentatives de rapprochement avec les pays
limitrophes d'une part, et le succès — dans ces mêmes pays — de l'Occident qui avait réussi à les constituer
en une alliance antisoviétique d'autre part, ont amené les dirigeants de Moscou à se ranger définitivement
du côté des Arabes.
Cette décision est la plus importante de l'histoire des relations soviéto-proche-orientales de l'époque
poststalinienne. La politique soviétique qui s'esquisse à partir de 1955 est la rencontre de deux tendances
21
Pravda, 30 décembre 1955. Voir aussi la polémique d'A. MILLER contre Ahmad Chou-krou ESMER in Mejdounarodnaja
Jizn, Vol. 2, 1958, p. 103 et sq.
22
Jerusalem Post, 18 mai 1951, qui note aussi que la presse et la radio de Moscou commencent à attaquer Israël et le
sionisme et célèbrent la lutte commune des peuples arabes et de l'Union Soviétique contre leur ennemi commun,
l'impérialisme.
23
Ibid.
24
13 avril 1951. Tiré d'un document inédit.
25
Al Manar, Damas, 16 juin 1950.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
-9-
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
- Introduction -
convergentes : la poussée russe vers le sud, et l'orientation arabe vers le nord. Il n'y a rien d'exceptionnel
dans ce phénomène, le gouvernement d'un pays étant toujours désireux d'unir ses forces à celles des
adversaires de son propre ennemi.
En termes de géopolitique, le rapprochement soviéto-arabe se présente comme le rapprochement de
deux puissances unies contre une troisième qui se situe entre les deux. La Russie tsariste fut, de 1890 à
1917, l'alliée de la France contre l'Allemagne, comprise entre les deux. La Pologne obéit à la même loi
lorsqu'elle tendit la main à la France afin de constituer une alliance contre le pays d'Hitler. Dans le cas de la
Russie soviétique, les Etats arabes dont elle est séparée par la fameuse « ceinture nordique », Turquie, Iran,
Irak, sont pour elles des « amis lointains » unis dans l'opposition à un voisin commun qui leur est hostile.
L'Egypte, le plus vaste des Etats arabes, est ainsi devenue l'alliée numéro un de l'URSS ; elle a d'ailleurs
perdu de son importance lorsque l'un des pays limitrophes de la Russie, l'Irak, s'est montré susceptible de
collaboration avec l'URSS.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 10 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
PREMIÈRE PARTIE :
LA NOUVELLE APPROCHE POLITIQUE
PREMIERE PARTIE
LA NOUVELLE APPROCHE POLITIQUE
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 11 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre Ier. - Les objectifs d’ordre général -
CHAPITRE Ier
Les objectifs d’ordre général
1. PRESENCE AFFIRMEE ET NEUTRALISATION
La nouvelle orientation soviétique au Proche-Orient cadre parfaitement avec la tendance générale de la
politique khrouchtchévienne et les conditions de la coexistence pacifique. L'un de ses objectifs principaux est
de faire accepter aux puissances occidentales l'URSS comme un partenaire de plein droit dans les
règlements proche-orientaux. En même temps, un appui inconditionnel doit être accordé au processus de
décolonisation afin de détacher les territoires coloniaux du potentiel militaire, économique et politique de
l'Occident.
Au printemps 1956, dans le climat favorable qui suivit la réussite d'une transaction d'armes entre l'Egypte
et la Tchécoslovaquie, l'URSS insiste sur la nécessité d'un accord concernant la limitation ou l'interdiction
des livraisons d'armes dans cette région, accord devant se faire par l'intermédiaire des organes compétents
des Nations Unies, ou « autrement », c'est-à-dire en associant à la Déclaration tripartite les autres grandes
puissances intéressées. En un mot : faire de la Déclaration tripartite une déclaration quadripartite, avec la
participation de l'Union Soviétique. Cela équivaudrait à la reconnaissance, par les puissances ayant une
influence traditionnelle considérable, de l'URSS comme partie à consulter dans les développements
politiques et économiques proche-orientaux 1.
Le désir des Soviétiques de faire accepter et d'affirmer leur présence au Proche-Orient, est devenu
évident lors de la visite de Khrouchtchev et de Boulganine en Grande-Bretagne à la même époque. Dans
leurs discussions avec le Premier britannique Eden, ils se sont défendus des accusations portées par ce
dernier, selon lesquelles l'URSS envenime la situation proche-orientale par des livraisons d'armes aux pays
arabes, en citant le Pacte de Bagdad en général, et les armements livrés à ses membres par la GrandeBretagne et les Etats-Unis, en particulier. Les deux leaders soviétiques ont indiqué que leur pays serait
d'accord de cesser ces envois d'armes au Proche-Orient si les puissances occidentales s'engageaient dans
le même sens ; ils se sont prononcés en faveur d'un embargo total sur la livraison d'armements en cette
partie du monde, mesure effectuée par le truchement des Nations Unies. Khrouchtchev a exposé très
clairement la position de l'URSS, dans sa réponse à une question posée lors de la conférence de presse
tenue à l'issue de sa visite londonienne. Cette question était : « Est-ce que l'Union Soviétique va réduire ellemême, ou user de son influence sur les gouvernements amis pour qu'ils réduisent les livraisons d'armes au
Moyen-Orient ? ». Khrouchtchev a répondu : « C'est une question très délicate, mais je ne veux pas passer
outre. En fait, notre pays ne livre pas d'armes à qui que ce soit. Et nous aimerions que de telles livraisons
n'eussent pas lieu, mais elles existent. Je crois que nous aurions tort si nous disions que nous ne vendons
pas d'armes à des Etats qui nous prient instamment de le faire, pour la bonne raison que les livraisons
seraient alors effectuées par d'autres pays. S'il était possible de se mettre d'accord, par l'intermédiaire des
Nations Unies ou autrement, pour que cela n'ait pas lieu, nous accepterions avec plaisir et serions prêts à
participer à une telle entreprise qui amènerait la réalisation des conditions pacifiques dans les régions
troublées du monde 2 ».
1
En réponse au communiqué commun du président Eisenhower et du premier ministre Macmillan. Pravda, 14 février
1956.
2
Cité par Isaac LONDON dans MEAff 1956, p. 178. La position des dirigeants soviétiques a causé une grande déception
parmi les Arabes. Ils se consolent, toutefois, car l'URSS a continué à leur fournir des armes tant que le Pacte de Bagdad
er
exista. Arab World, paraissant à Beyrouth, (désormais : AW), 1 mai 1956.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 12 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre Ier. - Les objectifs d’ordre général -
Les organes communistes ou sympathisants proche-orientaux ont, naturellement, suivi cette nouvelle
ligne de la politique soviétique. Il suffit d'en citer seulement un exemple : l'Alef Ba, journal des réfugiés
jordaniens en Syrie, constate dans son éditorial du 29 août 1957, que la Méditerranée est beaucoup plus
voisine de l'Union Soviétique que des Etats-Unis et que les mouvements effectués à cette époque par la
sixième flotte américaine en raison de la situation intérieure syrienne constituent une grossière provocation
3
pour l'URSS « dont la présence en Méditerranée est absolument justifiée du point de vue géographique ».
L'action de l'équipe khrouchtchévienne a pleinement réussi et à partir de 1955, le monde doit compter
avec l'Union Soviétique comme facteur politique à ce carrefour des civilisations qu'est le Proche-Orient.
4
Sa présence reconnue sème la panique dans les milieux occidentaux . De l'automne 1955 jusqu'en 1958,
on a beaucoup exagéré l'étendue et la portée de la pénétration russe en cette partie du monde.
Les pays arabes du Proche-Orient se sont rendus compte de l'intérêt que l'Etat soviétique porte à leur
région et la reconnaissance de ce fait est certainement l'un des motifs qui a poussé un grand nombre d'entre
eux vers le neutralisme. Ces pays ont compris que, si l'intérêt que représentent les territoires, limitrophes,
comme la Turquie et l'Iran, est vital pour l'URSS, ils peuvent, eux aussi, être importants pour sa politique
envers le Tiers-Monde. Ceci d'autant plus qu'ils ont été parmi les premiers à accéder à l'indépendance.
L'identité des objectifs politiques de l'Union Soviétique et du nationalisme arabe, soit l'éviction totale des
puissances occidentales de la région, est devenue évidente et la nouvelle approche khrouchtchévienne s'est
surtout fondée sur la reconnaissance de ce fait.
Contrairement aux exagérations occidentales, l'opinion publique des pays concernés a ramené
l'importance de l'apparition russe sur la scène proche-orientale à sa juste proportion : « Si l'on s'en tient aux
contrats militaires et civils que Moscou et ses satellites viennent de signer avec l'Egypte et la Syrie, écrit le
journal libanais l’Orient, il est encore trop tôt pour clamer que les Cosaques campent au bord du Nil. Certes
les signes de la progression soviétique se multiplient depuis le sensationnel contrat de fourniture d'armes
entre Prague et Le Caire annoncé le 27 septembre dernier ». Et le commentateur de conclure
5
sommairement : « Rapide montée d'influence : oui ; raz de marée : non ».
2. LE MAINTIEN DU STATU QUO
En plus de cet objectif prioritaire de la politique soviétique qu'est la neutralisation du Proche-Orient, il y en
a un autre qui semble être aussi fondamental : c'est le maintien du statu quo, politique et économique, de la
part des pays indépendants de cette région. Jusqu'ici l'opinion générale et en particulier celle des auteurs les
mieux renseignés 6, a été contraire à cela. En confondant la politique soviétique avec l'activité des partis
communistes locaux et en se basant sur une vieille croyance, on a affirmé que l'URSS a créé
intentionnellement la confusion partout et favorisé la dissolution des entités politiques existantes. Or il est
clair que pendant les années 1950 à 1960 l'intérêt de l'Etat soviétique au Proche-Orient ne pouvait être que
le maintien des unités politiques établies, car l'issue de n'importe quel bouleversement était imprévisible et
incertaine. La division actuelle du Proche-Orient, résultat du morcellement colonial, facilite dans une large
mesure le jeu de la diplomatie soviétique entre les entités de tendances différentes et, en même temps, le
statu quo assure la stabilité nécessaire en cette période de neutralisation. Les Soviétiques ont tenu compte
3
AW, 3 août 1957.
4
Un communiqué publié à l'issue des travaux du Conseil ministériel de l'OTAN déclare en 1955 que * les récentes
mesures et déclarations de l'Union Soviétique concernant le Moyen-Orient et l'Asie ont créé un nouveau défi au monde
er
libre +. Paris, 16 décembre 1955. NATO Letter, 1 janvier 1956, p. 3.
5
13 décembre 1955.
6
Ainsi, par exemple, W. Z. LAQUEUR in : World Today, 1955, N° 12, pp. 527-528 ; ou Barid ABUETAN dans MEAff, vol. 7,
1956, Nos 8-9, p. 270. La différence entre nos opinions découle du fait que ces auteurs ont considéré le statu quo du
point de vue de la paix sociale dans les différents pays proche-orientaux, tandis que nous l'envisageons sous l'angle des
rapports interétatiques de la région.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 13 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre Ier. - Les objectifs d’ordre général -
du fait que les puissances occidentales conservent encore quelques positions importantes dans la région, et
peuvent être contraintes, à la suite de bouleversements retentissants, à l'emploi de la force et à la révision
de leur politique jusqu'ici assez maladroite. Par conséquent, la politique soviétique n'est pas favorable à la
formation de grandes unités — c'est ce qu'on a vu d'ailleurs au moment de la création de la République
7
Arabe Unie . En effet, le bouleversement de la configuration politique actuelle n'est pas avantageux non
plus pour les partis locaux, car rien ne prouve que dans un grand Etat unifié, ce ne soit pas la tendance
nationaliste, c'est-à-dire anticommuniste, qui viendrait au pouvoir. La division de la région en plusieurs Etats
leur assurait au contraire une plus grande liberté d'action et une possibilité de manœuvre entre les diverses
entités.
La diplomatie soviétique nous fournit de nombreuses preuves de ses intentions concernant le maintien du
statu quo, c'est-à-dire la conservation temporaire du morcellement issu de l'époque coloniale. On trouve des
actions sporadiques, comme celle relatée par le journal libanais Al Nahar, qui rapporte que le représentant
diplomatique russe à Beyrouth donna, le 10 mai 1955, une assurance explicite au gouvernement libanais —
en précisant le sens de la déclaration soviétique faite au cours du mois d'avril sur la sécurité au
Moyen-Orient — que l'URSS est partisan de la stabilité de la région et soutient le maintien du statu quo
parmi les Etats qui la composent 8. Mais les démarches de grande envergure menées par le chef de la
politique extérieure russe constituent des preuves plus convaincantes. De telles démarches ont eu lieu plus
particulièrement au cours de l'année 1957 et ont été lancées par le ministre des Affaires étrangères,
Chepilov, limogé quelques mois plus tard à cause de son appartenance au groupe antiparti.
Les propositions concernant une déclaration quadripartite sur le Proche-Orient entre l'URSS, les
Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France, font l'objet de la note du 11 février 1957, adressée par le
gouvernement soviétique aux Etats-Unis. Cette note constitue en effet une réplique à la doctrine Eisenhower
proclamée un mois auparavant. Mais elle a acquis une importance dont l'intérêt dépasse celui d'une
protestation ordinaire, par la proposition d'un véritable accord connu sous le nom de plan Chepilov. Le projet
d'une déclaration commune des quatre grandes puissances s'engageant à poursuivre une politique
concertée au Proche-Orient, devrait se baser sur six principes, notamment :
1. La préservation de la paix au Proche- et au Moyen-Orient grâce à la solution de toutes les questions
controversées par des moyens pacifiques et des négociations.
2. La non-intervention dans les affaires intérieures des pays moyen-orientaux et le respect de leur
souveraineté et de leur indépendance.
3. La renonciation à toute tentative pour entraîner ces pays en des blocs militaires dont font partie les
grandes puissances.
4. La liquidation des bases étrangères et le retrait des troupes étrangères des territoires des pays du
Moyen-Orient.
5. Un refus commun de livrer des armes aux pays du Moyen-Orient.
6. La promotion du développement économique des nations moyen-orientales sans imposer de conditions
9
politiques, militaires ou autres, incompatibles avec la dignité et la souveraineté de ces pays .
L'affaire de Suez et sa solution inspirèrent certainement le ministre soviétique des Affaires étrangères, car
elle a été le premier exemple d'une action sinon concertée, du moins allant dans le même sens, de deux
grandes puissances, l'Union Soviétique et les Etats-Unis. Le plan Chepilov a donc jeté sur la scène
internationale l'idée d'une coopération possible des grandes puissances au Proche-Orient en vue du
maintien de la stabilité.
Le plan Chepilov a survécu à l'élimination de son auteur comme chef de la diplomatie soviétique. Aussi
son successeur, Andrei Gromyko, renouvela-t-il la suggestion concernant une déclaration solennelle
commune des grandes puissances, s'engageant à ne pas intervenir dans les affaires des Etats du
7
Voir la dernière partie sur les points névralgiques de la politique soviétique proche-orientale
8
AW, 11 mai 1955.
9
Note soviétique du 11 février 1957 aux Etats-Unis. Pravda, 13 février 1957 ; Documents on International Affairs,
London, Royal Institute of International Affairs (désormais : Documents), 1957, p. 70.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 14 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre Ier. - Les objectifs d’ordre général 10
Proche-Orient . Ce refrain de la politique soviétique après Suez est d'autant plus significatif qu'il faisait son
chemin chez les hommes politiques du Proche-Orient à l'époque effervescente de la préparation de l'union
égypto-syrienne. Le représentant de l'Imam d'Oman, par exemple, s'est adressé en août 1957 aux
gouvernements des Etats-Unis et de l'Union Soviétique en demandant l'« intervention de ces deux
11
gouvernements pour en finir avec les actes agressifs des forces britanniques contre les forces d'Oman ».
De même, le ministre des Affaires étrangères libanais, Charles Malik, a déclaré à la fin de 1957 devant le
parlement de son pays : « Aucune solution ne paraît être possible au Moyen-Orient tant que la Russie et les
Etats-Unis n'arriveront pas à un accord concernant cette région 12 ».
13
A l'exception des publications d'extrême gauche , les journaux, pour la plus grande partie des quotidiens
nationalistes, reprochent à Chepilov et à d'autres diplomates soviétiques, de s'adresser seulement aux trois
grandes puissances occidentales, et non aux nations intéressées. Ils reconnaissent que la doctrine
Eisenhower se tournait au moins vers les Arabes, l’Al Hayat de Beyrouth objecte à la proposition du ministre
soviétique des Affaires étrangères qu'à travers le plan Chepilov l'URSS veut serrer la main des Occidentaux
14
par-dessus la tête de Nasser .
10
Al Goumhourija, 30 septembre 1957. AW, 1 octobre 1957
er
11
AW, 6 août 1957.
12
Cairo Press Review, publié par le Middle Eastern News Agency (désormais : CPR) 23 décembre 1957.
13
Selon le quotidien syrien, Al Rai Al Aam ; * La base du plan soviétique a été entièrement différente de celle de la
doctrine Eisenhower. Il a réclamé que personne C ni l'Est, ni l'Ouest C ne se mêle des affaires moyen-orientales. Un tel
plan est bien accueilli par tout le monde, car il permet aux intéressés de vivre librement en tant que neutres, sans courir
le risque de l'intervention. La doctrine Eisenhower est conçue en vue d’une guerre, la proposition soviétique est fondée
sur la paix +. AW, 15 février 1957.
14
AW, 18 février 1957. L'Orient de Beyrouth compare aussi les propositions de Chepilov avec la doctrine Eisenhower :
* Eisenhower s'est adressé aux Etats arabes ainsi qu'aux Soviets. Au contraire, les Soviétiques se sont adressés aux
trois grandes puissances occidentales en ignorant les Arabes. Ce que Chepilov propose n'est autre chose qu'un contrôle
commun soviéto-occidental de la région dont les Etats auront la permission de rester neutres +. AW, 15 février 1957.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 15 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre II. L’empêchement des pactes défensifs et des alliances, ou l’appui au neutralisme politique -
CHAPITRE II
L'empêchement des pactes défensifs et des alliances,
ou l'appui au neutralisme politique
1. UN PRELUDE : LE PROJET DE MIDDLE EAST COMMAND
Dès le début de l'année 1950, les Etats-Unis adoptent une attitude dynamique dans leur politique
proche-orientale en opérant certains changements importants. Cette nouvelle attitude s'exprime, en premier
lieu, par les efforts déployés en vue de la mise sur pied d'un dispositif militaire défensif. L'absence soviétique
dans la région semblait leur offrir une possibilité réelle après le retrait graduel des anciennes puissances
colonisatrices. C'est à cette époque que la théorie du « vacuum » a vu le jour.
Ce tournant de la politique américaine, jusqu'alors visiblement hésitante, s'affirme avec plus de netteté
après les élections partielles de novembre 1950 qui ont amené au Congrès une majorité républicaine.
Le chef de file reconnu des républicains en matière de politique étrangère n'est autre que le futur secrétaire
d'Etat, John Foster Dulles. Ce dernier estime que les Etats-Unis ont pratiqué une politique par trop favorable
à l'égard d'Israël et méconnu l'importance du facteur arabe. Selon lui, il convient dès lors de resserrer les
liens d'amitié américano-arabe et aussi de pousser plus énergiquement l'assistance militaire aux pays déjà
acquis à l'alliance américaine. La conception de Dulles est donc diamétralement opposée à celle du
président Truman qui préconisait un appui inconditionnel à l'Etat d'Israël.
En mai 1950, les Etats-Unis, inquiets, ont envoyé en Iran des armes et des équipements militaires afin de
renforcer le pays contre la menace communiste 1. Le 18 juin 1951, Washington s'engage à fournir des armes
2
et du matériel de guerre à l'Arabie Saoudite qui, en échange, met à sa disposition l'aéroport de Dahran .
3
A fin septembre de la même année, la Turquie est officiellement invitée à adhérer à l'OTAN Pour couronner
ces efforts, le 13 octobre 1951, les Etats-Unis proposent à l'Egypte de participer à la création d'un Middle
East Command, qui aurait pour mission d'organiser la défense de la zone en accord avec les autres pays de
4
la région .
Parallèlement à ces efforts d'organisation militaire, les Etats-Unis signent d'octobre 1950 à mai 1951, des
accords d'assistance financière ou technique avec tous les pays du Proche- et Moyen-Orient, à l'exception
de la Syrie et du Yémen.
Tous ces projets apparaissent aux dirigeants soviétiques comme une menace directe dirigée contre
l'Union Soviétique elle-même. A cette époque-là, c'est-à-dire avant le développement rapide et étonnant de
l'armement nucléaire soviétique, la peur d'un encerclement possible, « le cauchemar bismarckien des
coalitions » demeure un facteur dominant de la politique extérieure russe. L'URSS et ses dirigeants n'ont pas
encore cette assurance qui caractérise l'époque khrouchtchévienne et sa nouvelle orientation politique.
Ainsi, n'ayant pu empêcher la naissance de l'Alliance Atlantique sur les frontières occidentales du bloc
socialiste, ils sont très sensibles face à toute tentative des Occidentaux de créer au Proche-Orient des
pactes de sécurité mutuelle, soit sous la forme d'un Middle East Defense Command, soit dans le cadre du
Pacte de Bagdad, plus tard.
1
Documents, 1949-1956, p. 297 ; 1951, pp. 44-52.
2
Department of State Bulletin (désormais : DSB), 23 juillet 1951, p. 50
3
Note d'ACHESON à l'ambassadeur turc à Washington le 19 septembre 1950. DSB, 16 octobre 1951, pp. 632-633.
4
DSB, 22 octobre 1951, pp. 647-648
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 16 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre II. L’empêchement des pactes défensifs et des alliances, ou l’appui au neutralisme politique -
Moscou se décide alors à sortir de sa réserve et à s'intéresser de très près à l'évolution de la situation.
Le gouvernement soviétique s'adresse aux gouvernements des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de la
France et de la Turquie, initiateurs du projet d'un commandement commun, dans une première note du
24 novembre 1951, et dans une deuxième du 28 janvier 1952.
Ces notes se ressemblent, mais les arguments évoqués indiquent cependant une évolution vers une
position plus explicite de la politique soviétique. La peur de l'encerclement et les intérêts stratégiques de
l'URSS occupe une place primordiale dans ces documents. La note du 28 janvier 1952 fait état, sans
ambages, des intérêts nationaux soviétiques : « L'organisation du Middle East Command et l'établissement
éventuel de nouvelles bases militaires au Moyen-Orient sont intimement liés aux plans agressifs du groupe
anglo-américain des puissances d'Europe et d'Asie. Ceci apparaît plus clairement encore, après l'entrée de
la Turquie et de la Grèce dans le bloc atlantique. L'encerclement de l'Union Soviétique et des Etats à
démocratie populaire n'est qu'une étape précédant l'extension des plans en vue d'une troisième guerre
5
mondiale ».
Il est de règle, dans la pratique soviétique, que l'URSS se présente comme protectrice des intérêts
nationaux des peuples nominalement indépendants. Ainsi a-t-elle rejeté les explications fournies par les
puissances adverses, selon lesquelles l'organisation du Middle East Command se faisait sur une base
volontaire comme une « coordination des efforts coopératifs en vue de la défense de la région et pour y
6
promouvoir la paix et la sécurité ainsi que le développement économique et social », et a affirmé que les
propositions occidentales étaient imposées par les grandes puissances. Les notes soviétiques insistent, en
outre, sur le fait que la présence des troupes étrangères faciliterait une intervention continuelle dans les
7
affaires intérieures des pays respectifs et les priverait de leur indépendance nationale .
Commentant le danger d'infiltration, d'attaque ou d'invasion soviétique, qui menace prétendument les
pays proche-orientaux, le gouvernement soviétique considère que les allusions à un danger fictif ne sont
qu'un moyen pour détourner l'attention de l'opinion publique arabe des plans agressifs occidentaux.
Il réplique que s'il existe un danger qui menace les pays de la région, c'est bien celui représenté par les
8
propositions concernant le Middle East Command, car elles les entraînent dans la guerre froide . L'URSS
n'accepte pas non plus l'argumentation évoquant l'article 51 de la Charte des Nations Unies, qui autorise la
défense légitime. Elle affirme que cet article ne peut être appliqué qu'en cas d'une attaque armée — et les
Etats du Proche-Orient n'ont certainement pas subi une attaque, à moins que la présence et l'action
entreprise par les troupes britanniques en Egypte doit être considérées comme telle. En effet, les
Soviétiques prétendent que les propositions occidentales contredisent d'une façon flagrante la Charte des
Nations Unies, et ont été intentionnellement faites, à l'instar du bloc atlantique, derrière le dos de cette
9
grande organisation internationale .
A la fin de 1951, l'Union Soviétique a également adressé des notes à l'Egypte, à la Syrie, à l'Irak, au
Liban et à Israël. Elles concernent leur éventuelle adhésion au projet du Middle East Command 10.
Ces notes n'ajoutent rien de substantiel à ce que nous avons relaté des missives envoyées aux puissances
ayant pris l'initiative. Toutefois, elles profèrent quelques menaces à l'égard de ces pays. Elles n'ont produit
aucun résultat ; les gouvernements concernés n'ont pas été impressionnés et la presse officielle a stigmatisé
les messages soviétiques comme une intervention dans les affaires intérieures de leurs pays 11.
Cependant, le projet du Middle East Command n'a jamais été réalisé. L'attitude égyptienne a, en fin de
compte, décidé de son sort. Le mouvement nationaliste égyptien, dirigé par le Wafd, attaque avec succès le
régime colonial combiné avec le système féodal de la société, et le gouvernement a d'autres soucis que de
5
MEAff, vol. 7, 1956, p. 188.
6
Référence à la note britannique du 18 décembre 1951 dans la note soviétique au Royaume-Uni du 28 janvier 1952,
ibid.
7
Note soviétique du 24 novembre 1951. MEAff, vol. 3, 1952, p. 13.
8
Ibid., p. 14.
9
MEAff, vol. 7. 1956, p. 190.
10
Ibid., p. 189.
11
Voir G. W HEELER, loc. cit., pp. 132-133.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 17 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre II. L’empêchement des pactes défensifs et des alliances, ou l’appui au neutralisme politique -
s'engager dans un projet qui provoque la résistance du nationalisme arabe tout entier, et le met en difficulté
également sur le plan international à cause de l'opposition marquée du bloc soviétique. Ainsi, le plus grand
pays du Proche-Orient rejette la proposition des quatre puissances, le 15 octobre 1951. Cette prise de
position qui démontre pour la première fois l'identité provisoire des intérêts politiques de l'Union Soviétique et
du nationalisme arabe précède de quelques jours une autre, celle qui allait devenir le prélude à la révolution
égyptienne : la dénonciation du traité anglo-égyptien de 1936.
Il n'y a là rien de surprenant dans l'attitude arabe. Le projet concernant le Middle East Command s'inspire
des intérêts vitaux et immédiats des pays occidentaux, mais il méconnaît — selon les habitudes de la vieille
politique européenne — ceux qui sont propres aux pays arabes. On ne s'est pas aperçu que les intérêts des
pays occidentaux et ceux des colonies en voie d'émancipation, automatiquement identiques auparavant,
n'étaient plus les mêmes. Les nouveaux pays d'Asie et d'Afrique se détachent du bloc occidental
et s'efforcent de constituer entre les deux groupes opposés, un troisième, celui des non-engagés.
Nous sommes à l'époque de la naissance du neutralisme du Tiers-Monde.
2. LA GRANDE CONFRONTATION : LE PACTE DE BAGDAD
Le projet du Middle East Command ayant échoué et la guerre de Corée retenant l'attention de toutes les
puissances, une courte trêve s'est installée au Proche-Orient dans le conflit Est-Ouest entre 1951 et 1953.
Toutefois, du point de vue de l'évolution intérieure, ces années revêtent une importance considérable,
surtout à cause de la victoire remportée par la révolution égyptienne de 1952.
Après les élections américaines de 1952, et à la suite de la nomination, à la tête du Département d'Etat
de John Foster Dulles, la politique proche-orientale de l'Occident change. Elle est devenue plus dynamique
et a redoublé d'efforts pour l'organisation de la défense de la région. Le voyage de Dulles au Proche-Orient,
effectué au début de l'été 1953, a eu une importance capitale dans l'évolution de la politique occidentale. Il a
été suivi par une période d'activité intense, caractérisée par des accords bilatéraux ou multilatéraux qui ont,
en fin de compte, constitué ce qu'on appelle le Pacte de Bagdad. Cette période s'est ouverte par la signature
du pacte turco-pakistanais le 12 avril 1954 et s'est terminée par celui conclu entre la Turquie et l'Irak le
25 février 1955, l'Irak étant le seul pays arabe ayant adhéré à la défense organisée par l'Occident.
a) L'opposition soviétique à la création du Pacte
Dès novembre 1953, c'est-à-dire dès le début de la reprise des efforts occidentaux, le gouvernement et la
presse soviétiques les ont dénoncés en y voyant surtout le premier signe avant-coureur d'une nouvelle
alliance proche-orientale : les pourparlers turco-pakistanais en vue de la conclusion d'un accord militaire.
Des notes soviétiques ont été adressées au Pakistan 12, à la Turquie 13, et aux Etats arabes 14. Dans la
dernière note, l'URSS a informé les Etats arabes qu'elle considérerait l'adhésion à un pacte militaire du
Proche- et Moyen-Orient, parrainé par les puissances occidentales, comme un acte inamical, voire hostile,
dirigé contre elle.
Du printemps 1954 au début de l'été de cette même année, on remarque un effort désespéré de l'Union
Soviétique pour empêcher les pays du Proche- et Moyen-Orient à adhérer au bloc occidental par
l'intermédiaire d'un système d'alliances. La politique soviétique de l'époque a été entièrement dominée par
12
Note du gouvernement soviétique au Pakistan le 30 novembre 1953. Pravda, 1er décembre 1953.
13
Note du gouvernement soviétique à la Turquie le 18 mars 1954. Pravda, 20 mars 1954.
14
Par exemple à l'Irak, le 26 mai 1954. Pravda, 27 mai 1954.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 18 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre II. L’empêchement des pactes défensifs et des alliances, ou l’appui au neutralisme politique -
cet impératif, et tous les moyens directs ou indirects ont été mis en œuvre. Des avances officielles étaient
prodiguées aux pays arabes, même à ceux dont le gouvernement s'était montré violemment
anticommuniste, comme par exemple l'Egypte.
Parallèlement à un changement d'orientation des partis communistes locaux vers une politique dite du
« Front national », la propagande soviétique a subordonné tous ses thèmes traditionnels et notamment celui
de la « lutte des classes » au thème unique « d'opposition nationale à l'impérialisme ».
Les points saillants de cette propagande peuvent être groupés comme suit :
— Le caractère militaire de l'axe Ankara-Karachi, dirigé en premier lieu contre l'URSS. Cet axe n'est donc
15
qu'un pas vers la troisième guerre mondiale .
— L'axe Ankara-Karachi est une mainmise américaine sur les richesses et les bases stratégiques du
Proche- et Moyen-Orient. « Les Etats-Unis veulent s'emparer de tout le pétrole du Moyen-Orient 16 », et « la
politique américaine est destinée à assurer aux Etats-Unis l'usage et la possession des points stratégiques
17
du Moyen-Orient et en premier lieu du Pakistan ». La conclusion est naturelle, selon le raisonnement
18
soviétique : « pillage des ressources, pillage des bases, destruction de la souveraineté ».
— L'axe Ankara-Karachi menace les pays voisins du Pakistan, l'Inde et l'Afghanistan, et — ce qui est
encore plus important — il repose sur une Turquie hostile aux Arabes. « La Turquie, asservie à l'Occident »,
tel est le slogan diffusé dans une émission arabe par la radio de Moscou au début 1954, « s'oppose à
l'évacuation du canal de Suez par la Grande-Bretagne, affirmant que la présence britannique à Suez garantit
seule la sécurité du Moyen-Orient 19 ». On voit donc en application le vieux principe politique divide et
impera, selon les meilleures traditions de la diplomatie tsariste et soviétique, jouant sur l'hostilité entre
Arabes et Turcs. Les Soviétiques essaient, tout au long des années qui ont vu la formation du système de la
« ceinture nordique », d'exploiter l'animosité de ces deux peuples.
— La politique de l'Union Soviétique est une politique pacifiste, donc les intentions arabes et soviétiques
sont identiques 20. De nombreux faits témoignent de l'attitude amicale de ces derniers à l'égard des peuples
du Proche- et Moyen-Orient : l'URSS a dénoncé tous les traités impérialistes signés par la Russie tsariste ;
elle soutient les pays arabes dans les conférences internationales ; elle a soutenu la Syrie et le Liban en
1946, l'Egypte en 1947, la Tunisie et le Maroc en 1953-1954 dans leurs efforts pour obtenir l'indépendance.
L'Union Soviétique a aussi empêché les Anglo-Américains d'utiliser le conflit syro-israélien à l'ONU pour
21
imposer leur domination, etc., affirme la propagande aux auditeurs à l'écoute des émissions soviétiques .
— Enfin apparaît, à cette époque déjà, un sujet amplement exploité plus tard : l'URSS est prête à aider
économiquement les pays du Proche- et Moyen-Orient sans « contrepartie militaire », contrairement aux
Occidentaux 22.
La politique conciliante et la propagande intense de l'Union Soviétique doivent toutefois se solder par un
échec provisoire. L'Egypte, ayant signé avec la Grande-Bretagne un accord qui règle la question du canal de
Suez 23, passe ainsi, aux yeux soviétiques, dans le bloc occidental. A cette époque, les dirigeants de
Moscou considèrent la propagande antioccidentale du nouveau régime comme purement démagogique et
visant à dissimuler l'adhésion du pays à la politique américaine. L'Irak, sous l'égide de Nouri Said et la
15
Radio Moscou (désormais : RM), 18 février 1954.
16
RM, en persan, 25 janvier 1954.
17
RM, en anglais, 12 février 1954.
18
RM, 20 février 1954.
19
RM, en arabe, 20 février 1954.
20
Emissions innombrables : en turc, 8 février 1954 ; en persan, 9 février 1954 ; en arabe, 12 février 1954 ; en anglais,
8 février 1954 ; sur la politique neutraliste égyptienne, 12 février 1954.
21
RM, 16 janvier 1954.
22
RM, en anglais, 18 janvier 1954.
23
L'accord a été signé entre l'Egypte et la Grande-Bretagne le 12 février 1953.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 19 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre II. L’empêchement des pactes défensifs et des alliances, ou l’appui au neutralisme politique 24
Jordanie, avec Abdul Huda, sont redevenus des « bastions de l'Occident ». En outre, l'Iran s'est lié au
25
Consortium , et on parle déjà de son adhésion à un éventuel « pacte de défense du Moyen-Orient » dont
l'axe Ankara-Karachi est un signe avant-coureur.
Au sein des gouvernements arabes, autrefois volontiers neutralistes, apparaît une tendance d'hostilité à
peine dissimulée envers l'URSS et les déclarations des leaders arabes contre Moscou et le bloc communiste
26
se multiplient . La répression impitoyable qui frappe les mouvements communistes, neutralistes et tout ce
qui s'y apparente, conduit aux mêmes conclusions et devait sembler, à l'époque, comme une prise de
position politique en faveur de l'Occident.
Répondant aux Soviétiques menant une politique à deux visages, relations interétatiques excellentes de
pair avec un appui accordé aux partis communistes locaux, les gouvernements des pays arabes considèrent
leurs bonnes relations avec l'URSS comme un élément de la vie internationale n'ayant aucun rapport avec
leur politique intérieure face aux mouvements de gauche subversifs. Cette attitude est loin d'être comprise
par les leaders soviétiques, pas plus que par les milieux dirigeants occidentaux.
L'URSS a donc joué pendant la première moitié de l'année 1954 la carte du neutralisme. En perdant
momentanément, elle a subi un échec diplomatique certain qui risque d'affecter profondément toute sa
politique. Au cours des mois suivants, ses réactions, d'ailleurs jamais immédiates, n'apparaissent pas
encore. La diplomatie soviétique semble être à la recherche d'une riposte qui ne saurait probablement
tarder. Les services de propagande et les partis communistes locaux tâtonnent, eux aussi, sans avoir reçu
une nouvelle orientation précise. On peut constater la fin du rapprochement diplomatique qui a été amorcé
au début de l'année.
Les efforts déployés par les puissances occidentales au cours des derniers mois de 1954 ont atteint leur
but avec la signature du pacte Ankara-Bagdad au début de l'année 1955. Une organisation (restreinte) de la
défense du Proche- et du Moyen-Orient a été mise en place, provoquant, au sein du monde arabe, une
scission. L'Irak, devenu membre et donnant même le nom au Pacte de Bagdad, a vu son attitude
désapprouvée par l'Egypte et par l'Arabie Saoudite. Dans cette crise, le Liban a cherché à s'imposer en
médiateur. Seule la Syrie a gardé une position de neutralité. Parmi les pays non arabes, la Turquie s'est
totalement engagée en faveur de l'Occident, l'Iran devait suivre tandis que l'Afghanistan restait neutre et
constituait un redoutable handicap pour le système d'alliances patronné par l'Occident.
La future stratégie diplomatique de l'URSS repose donc sur cette situation ; pour elle le Proche- et le
Moyen-Orient se divise en trois groupes :
— Les pays qui ont opté pour l'Occident sont classés parmi les « laquais de l'impérialisme » et les
« fauteurs de guerre » à l'égard desquels l'Union Soviétique a adopté une attitude résolument et
ouvertement hostile. Il s'agit surtout de la Turquie et de l'Irak.
— Les pays tentés par l'Occident, mais qui ne sont pas encore engagés définitivement et n'adhèrent pas
au système d'alliance militaire. L'URSS leur présente deux visages, comme le dieu Janus, les avances et les
menaces à peine déguisées alternent et se succèdent pour l'Arabie Saoudite, le Liban et l'Iran.
— Certains pays enfin qui cherchent à sauvegarder leur neutralité. L'URSS tente de les gagner en leur
promettant un soutien à la fois moral et économique. La Syrie et l'Afghanistan appartiennent à ce troisième
groupe. Toutefois, l'attitude soviétique est tempérée en ce qui concerne ce premier pays, par une défiance à
l'égard du gouvernement de Damas ; aussi l'URSS renforce-t-elle son effort diplomatique par un soutien
efficace du communisme syrien, qui est le seul parti communiste alors au Proche-Orient à bénéficier d'un tel
appui. En ce qui concerne l'Afghanistan, la diplomatie soviétique profite habilement du conflit qui oppose ce
pays au Pakistan, une des clefs du système occidental.
24
A cette époque, le chef du gouvernement des deux pays a changé et Nouri Said ainsi qu'Abdul Huda, connus pour
leur intransigeance et leur radicalisme face au communisme, sont revenus au pouvoir.
25
Accord signé avec le consortium des grandes compagnies le 5 août 1954.
26
Par exemple Alef Ba (syrien), 1 septembre 1954.
er
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 20 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre II. L’empêchement des pactes défensifs et des alliances, ou l’appui au neutralisme politique -
La politique soviétique de l'époque envers l'Egypte constitue un cas particulier. Elle a été hostile à ce
27
pays jusqu'à la fin de l'année 1954 , mais à partir du début de 1955, elle a manifesté un changement
d'attitude spectaculaire par suite de la prise de position égyptienne contre le système de défense proposé
par l'Occident 28. Le désir russe de voir l'Egypte opter pour une politique neutraliste apparaît clairement dans
27
En effet, quand le régime Néguib-Nasser a pris le pouvoir en juillet 1952, il fut d'abord dénoncé comme réactionnaire,
anti-démocratique, cruel et terroriste (Voir l'étude de L. VATOLINA in : Imperialistitcheskaja borba za Afrikou i
osvoboditjelnoje ddjenienaroàov. Sbornik statjei. Moscou, Akademija Nauk SSSR, 1953, pp. 123-127). A la même
époque, une autre étude définit la politique du nouveau gouvernement comme * démagogique +, * dirigée contre la
classe ouvrière +, et avance l'argument que les dirigeants militaires * progressistes + qui primitivement appartenaient à la
junte, en ont été exclus. (Voir S. S. GOHDONOV, Egipet. Moscou, Gosizdat geografitcheskij literatury, 1953, p. 120.) La
Grande Encyclopédie soviétique, publiée en 1952, décrit la révolution égyptienne comme une action * d'un groupe
d'officiers réactionnaires liés aux Etats-Unis + qui s'est lancé dans * une répression sauvage du mouvement ouvrier +
(vol. 15, p. 460). Il est intéressant de noter que pendant les années 1952-1953, les Frères musulmans, qui sont d'ailleurs
toujours considérés par les Soviétiques comme un groupement réactionnaire et terroriste, trouvent grâce à leurs yeux et
sont qualifiés de * patriotes +, * victimes de la terreur des impérialistes +, * traqués sans pitié +. L'oraison funèbre des
Frères musulmans paraît avoir été confiée à l'émetteur * La Voix de l'Indépendance Nationale + qui y consacre plusieurs
émissions, notamment les 15, 28, 29, 30 octobre 1954. Selon les chroniqueurs, les Frères sont très nombreux et
cherchent à se regrouper au sein du Front national. Les émissions de ce poste clandestin énumèrent aussi les groupes
de résistance contre le nouveau régime : le Mouvement démocratique de libération nationale (MDLN), l'un des
mouvements communistes du pays ainsi que la Ligue des communistes égyptiens, recrutant ses membres surtout dans
le Sud ; ensuite le Front national et le Mouvement des partisans de la paix ayant pour mission de regrouper les forces
non communistes de la résistance. A la suite de la signature du traité anglo-égyptien, les cercles dirigeants de l'URSS
ont même envisagé que l'Egypte adhère au bloc occidental. Ainsi, on consacre de plus en plus d'émissions au
mouvement révolutionnaire contre le régime issu du coup d'Etat de juillet 1952, sur les ondes de la * Voix de
l'Indépendance Nationale + d'abord, puis sur celles de Radio Moscou. Le 22 décembre 1954, au cours d'une émission, le
commentateur LAPITZKIJ analyse les * possibilités révolutionnaires + du mouvement ouvrier égyptien et conclut : * La lutte
contre l'impérialisme étranger et la tyrannie locale exige le recours à l'agitation révolutionnaire +.
28
Des signes précurseurs du changement d'attitude soviétique vis-à-vis du gouvernement Nasser se manifestent au
cours de l'année 1954 même. Aussi, A. SOULTANOV rendant compte de l'oeuvre d'un auteur arabe, tout en rejetant la
thèse selon laquelle la révolution de juillet 1952 serait le résultat de la lutte du mouvement ouvrier contre les
réactionnaires et les impérialistes, admet, néanmoins, que la réforme agraire entreprise par le nouveau régime est une
véritable mesure progressiste. (Revue par Soultanov, Voprosy Istorii, 1952. N° 11, pp. 150-152.) Les critiques
soviétiques du gouvernement nassérien ont totalement disparu au cours des premiers mois de 1955. La propagande se
modifie ; on peut dire en fait que durant cette période il n'y a pas eu de propagande, l'URSS ayant adopté une attitude
discrète et amicale propre à lui gagner une certaine confiance. Elle cherche manifestement à se distinguer par son
attitude * détachée + et * respectueuse + des volontés * nationales +, de la * pression lourde et voyante + des puissances
occidentales, en premier lieu des Etats-Unis. Même les émissions sur la répression des activités communistes en Egypte
montrent une remarquable impartialité de ton (par exemple RM, le 9 février 1955 en russe). Il devient évident qu'à partir
de cette époque la politique de l'URSS à l'égard de l'Egypte est déterminée par le refus opposé par le régime nassérien
aux alliances militaires prônées par l'Occident.
Le deuxième élément qui a influencé l'attitude de l'Union Soviétique a été le rôle que l'Egypte a joué à la
conférence de Bandoeng et son orientation vers une politique de neutralisme. Dans le rapprochement égypto-soviétique,
la Chine a certainement été un facteur important ; cette dernière a aussi tenté de gagner l'Egypte à la cause du
neutralisme. Les deux entretiens Nasser-Chou en-Lai à Bandoeng marquent les points culminants de cette évolution.
En juin 1955, les dirigeants égyptiens, Gamal Abdel Nasser en particulier, sont traités comme des héros à
Moscou ; leur métamorphose, dans l'optique soviétique, de tyrans cruels en champions de la lutte contre les pactes de
défense occidentaux et en faveur du neutralisme, est accomplie. Les commentateurs soviétiques s'accordent à penser
que le leader égyptien a grandement contribué * au succès de Bandoeng en défendant le principe de la coexistence
pacifique +. (Mejdounarodnaja Jizn, vol. 7, 1955, p. 84.) Les milieux politiques égyptiens voient, à cette époque, encore
avec une certaine méfiance les tentatives soviétiques de gagner à la cause neutraliste leur gouvernement. Le quotidien
officiel, Al Goumhourija, écrit le 27 avril 1955 : * Qu'est-il arrivé ? Les peuples du Moyen-Orient penchent-ils maintenant
vers l'URSS ? Ou bien l'URSS croit-elle que l'occasion est favorable pour intervenir et chercher à gagner l'amitié de ces
peuples ? Il se peut que l'URSS croie qu'il en est ainsi, ce qui est tout faux ... En tout cas, devant la pression exercée par
les puissances occidentales sur les peuples du Moyen-Orient, l'URSS est intervenue pour jouer le rôle de sauveteur ... Il
en résultera que ces peuples continueront de croire que l'Occident ne veut pas renoncer à ses visées impérialistes.
L'intervention soviétique, dans ces circonstances, fera répéter aux peuples orientaux un dangereux refrain : Pourquoi,
diront ces peuples, faut-il que nous ayons à l'égard du camp soviétique une attitude de haine et d'inimitié ? Quel intérêt y
avons-nous ? Telle est la conséquence très grave à laquelle l'Occident tient à aboutir ... Le rôle que la Russie a
commencé à jouer dans le Moyen-Orient est très important. Si les puissances occidentales persistent à ne pas faire cas
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 21 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre II. L’empêchement des pactes défensifs et des alliances, ou l’appui au neutralisme politique -
l'attitude conciliante et amicale de Moscou, bien que transparaisse encore une certaine défiance envers le
gouvernement du Caire, défiance que justifie la précarité de la position extérieure de ce dernier face à la
Grande-Bretagne. Toutefois, l'Union Soviétique accepte — pour maintenir l'hostilité égyptienne envers la
politique de la Turquie et de l'Irak — de soutenir les revendications de l'Egypte sur le Soudan, s'opposant
ainsi aux intérêts et aux thèses du Parti communiste soudanais. Bien entendu, on peut aussi supposer que
l'opposition apparente entre la diplomatie soviétique et les revendications communistes soudanaises
constitue une menace voilée envers l'Egypte au cas où celle-ci renoncerait au neutralisme.
b) L'offensive décisive de 1955
La conclusion du Pacte de Bagdad, s'étendant des frontières soviétiques sur la mer Noire aux sommets
du Pamir, a créé un climat extrêmement favorable pour une intervention de l'URSS. En effet, le succès
occidental n'a pas été complet ; l'apparente victoire de l'alliance cache en son sein les germes de crises et
de contradictions futures entre le monde arabe et l'Occident.
En effet, ce sont surtout les anciens alliés des Etats-Unis et de l'Europe qui y adhèrent, régimes faibles
sur le plan intérieur, économique et social, subsistant grâce à l'assistance matérielle et à l'appui politique de
leurs puissants protecteurs. Les pays arabes ne se sont pas joints à l'alliance, à l'exception de l'Irak, qui
poursuit depuis quelques années déjà une politique différente des autres, reniée par les nationalistes. Ainsi,
l'Irak a dressé contre lui, le Liban mis à part, tous les autres Etats arabes qui étaient opposés à l'idée d'un
pacte régional défensif patronné par les anciennes puissances colonisatrices ou leurs alliés, — la division du
monde arabe a donc été consommée. Cette division a rendu toute son actualité au problème de l'unité arabe
pour qu'il puisse être amplement exploité par la propagande soviétique.
Le président égyptien, Gamal Abdel Nasser, a résumé d'une façon authentique la tendance majoritaire et
neutraliste. Le pacte d'Ankara-Karachi à peine signé, il a aussitôt pris position contre celui-ci lors d'une
conférence de presse, en déclarant : « L'adhésion d'un pays arabe au pacte turco-pakistanais ruinerait
l'unité des pays arabes, dans la mesure où elle marquerait leur inféodation à l'impérialisme anglo29
américain ». Il a défini, rétrospectivement, les traits distinguant les points de vue arabes et occidentaux de
la façon suivante : « Le premier point est que nous avons voulu une défense, mais une défense telle qu'elle
aurait assuré la sécurité du Moyen-Orient contre n'importe quelle agression d'où qu'elle vienne ; tandis
qu'eux, les Occidentaux, voulaient organiser la défense contre l'Union Soviétique, et seulement contre
l'Union Soviétique. Le deuxième point est que nous avons voulu une défense qui soit née des initiatives
provenant de la région elle-même, et qui serait restée entièrement entre les mains de ses peuples. Eux
voulaient une défense commune, qui leur donnerait la possibilité de contrôler la région et d'y puiser comme
30
dans un réservoir humain, au cours de leurs guerres ». En effet la conviction a été acquise dans la plupart
des milieux arabes en automne 1955 — et avec le temps elle s'est encore plus ancrée dans les esprits —,
que le Pacte de Bagdad était dirigé contre le nationalisme arabe et, par conséquent, contre l'unité arabe 31.
Aussi la conclusion a-t-elle été nette : si l'Occident persiste dans sa politique « qui vise à la division du
monde arabe par la création de pactes, la seule voie qui nous reste serait d'obtenir l'appui de la Russie »,
de la volonté des peuples, elles perdront beaucoup plus que ne perdront les pays du Moyen-Orient ... L'avertissement
russe a donné l'alarme. Que l'Occident soit sur ses gardes ! +.
29
Pravda, 15 avril 1954.
30
CPR, 23 juillet 1957.
31
Salah Salem, ministre égyptien de l'orientation nationale, a déclaré au moment où l'Irak s'est joint au pacte AnkaraKarachi que cette décision * menace l'existence même de la Ligue arabe et met en danger la sécurité de tous les Etats
arabes +. Déclaration faite le 16 janvier 1955, citée par RM le 17 janvier 1955. Quelques années plus tard, le 5 juin 1957,
l’Al Ahram, du Caire, montre ce que l'expérience du Pacte de Bagdad a signifié pour les Arabes en ces termes :
* L'impérialisme a recours à la méthode qui consiste à ligoter les Etats de la région dans un réseau de pactes étrangers.
L'expérience la plus remarquable est le Pacte de Bagdad destiné à imposer de nouveau la domination impérialiste aux
pays déjà libérés du joug étranger. Il devait arriver à son but en semant la discorde parmi les pays arabes afin
d'empêcher la solidarité arabe d'oeuvrer à la création d'un formidable front commun avec lequel il faudrait compter dans
les relations internationales + .CPR, 5 juin 1957.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 22 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre II. L’empêchement des pactes défensifs et des alliances, ou l’appui au neutralisme politique -
telles sont les paroles du major Salah Salem, ministre de l'orientation nationale égyptienne, lors de
32
l'interview accordée au correspondant de l'Associated Press en juin 1955 .
Pour constituer un contrepoids au Pacte de Bagdad, les gouvernements égyptien, syrien et saoudien se
sont consultés en vue d'une collaboration étroite et ont publié une déclaration tripartite au début de mars
1955. Les principaux points sont les suivants :
— Engagement solennel des gouvernements signataires de ne pas se joindre à l'alliance turco-irakienne
ou à n'importe quelle autre alliance.
— Création d'une organisation de défense commune des Etats signataires, qui s'obligent à coopérer en
cas d'une attaque contre n'importe quel membre de l'organisation afin de la repousser par la force
commune, et créent un commandement permanent qui doit disposer de troupes spécialement assignées et
stationnées en des lieux différents, sur le territoire des pays signataires.
— Les Etats membres se sont également engagés à ne conclure aucun accord international de caractère
militaire ou politique sans le consentement des autres membres.
La déclaration tripartite arabe contient encore certaines clauses concernant la coopération sur le plan
politique et économique 33.
L'entrée « à découvert »
La déclaration du Ministère soviétique des Affaires étrangères, publiée le 16 avril, marque l'entrée
officielle de l'URSS sur la scène proche-orientale et revêt ainsi une importance capitale. Elle a été complétée
par un deuxième acte significatif, la livraison d'armes, par la Tchécoslovaquie, à l'Egypte en septembre,
événement dont nous parlerons au chapitre suivant.
Ce document est la preuve de l'intérêt soviétique pour la région et affirme plus clairement que les notes
des années précédentes, le droit de l'URSS à faire entendre sa voix dans les affaires moyen-orientales. En
outre, dans le contexte de 1955, elle a eu un retentissement entièrement différent de celui que les notes de
1951-1952 ont provoqué. Cette déclaration constitue la première manifestation officielle de la nouvelle
approche politique soviétique, c'est-à-dire de la politique khrouchtchévienne, envers les problèmes des pays
arabes de la région du Proche-Orient.
En répétant les arguments précédents contre « les plans visant la création de blocs agressifs au Procheet au Moyen-Orient » et en reprenant la réfutation des arguments occidentaux sur une prétendue « menace
soviétique » qui n'est qu'une pure invention, la déclaration met en relief l'intérêt que porte l'URSS aux
affaires proche-orientales : « Il est naturel que l'Union Soviétique ne peut rester indifférente à l'évolution de
la situation au Proche- et au Moyen-Orient puisque la formation des blocs et l'établissement de bases
militaires étrangères sur le territoire des pays du Proche- et du Moyen-Orient touchent directement à la
sécurité de l'URSS. La position du gouvernement soviétique doit être d'autant plus compréhensible que
l'Union Soviétique est située à proximité immédiate de ces pays, ce qui ne peut pas être dit des autres
puissances étrangères comme les Etats-Unis, lesquels se trouvent à des milliers de kilomètres de cette
région ... Si la politique de pression et les menaces proférées à l'adresse des pays du Proche- et du
Moyen-Orient continuent, cette question devra être portée devant les Nations Unies 34 ». Naturellement,
cette déclaration retentissante a provoqué un fleuve de commentaires dans toute la presse arabe. Il est,
toutefois, suffisant de n'en citer qu'un, celui paru dans le quotidien de Beyrouth, Le Jour, sous le titre :
« L'intervention russe était prévisible ». Il présente une évaluation réaliste et clairvoyante de cette entrée en
scène soviétique : « Nos maladresses et celles des Occidentaux devaient fatalement être couronnées par
une intervention soviétique dans les affaires arabes », peut-on lire dans ce texte rédigé avec une sincérité
étonnante, mais aussi reflétant les craintes de beaucoup de milieux arabes qui s'inquiètent de l'apparition sur
32
AW, 24 juin 1955.
33
AW, 7 mars 1955.
34
Pravda, 17 avril 1955.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 23 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre II. L’empêchement des pactes défensifs et des alliances, ou l’appui au neutralisme politique -
la scène proche-orientale de ce nouveau facteur qu'est la puissance soviétique. « En menaçant de porter le
débat devant l'ONU, Moscou n'espère point obtenir du tribunal international qu'il condamne la politique
proche-orientale des Anglo-Américains. Cependant, l'URSS marquerait un point le jour où elle parviendrait à
instituer, sur le plan mondial, une controverse qui aurait pour thème les démêlés des Arabes avec les
démocraties de l'Ouest. — Le neutralisme de l'Egypte, les rivalités irako-saoudiennes et le pro-sionisme
systématique des Etats-Unis sont autant de motifs qui appellent une immixtion russe. — Qu'on le remarque :
les Soviétiques offrent de nous aider non contre Israël, mais contre leurs propres adversaires. Le sort de la
Palestine ne les intéresse pas. Ils préfèrent même que la tension arabo-israélienne persiste. N'ont-ils pas
voté le partage et reconnu l'Etat sioniste ? — Nous avons toujours pensé et écrit que la partialité de
l'Amérique dans la question palestinienne favorisait le communisme. Les communistes ne peuvent souhaiter
mieux que de voir l'incompréhension et la méfiance troubler les rapports entre l'Orient arabe et le bloc
occidental 35 ».
Les arguments invoqués : « nouvelle forme du colonialisme »
Ce thème est déployé en variantes multiples, surtout dans le contexte irakien. Le Pacte de Bagdad est
présenté comme le moyen d'asservir les Etats ayant adhéré à l'impérialisme anglo-américain. « Nouri Said
soumis à ses maîtres occidentaux » tient, naturellement, la vedette 36, et les pressions irakiennes sur la Syrie
sont fréquemment évoquées. Dans la presse soviétique apparaissent l'une après l'autre des attaques contre
l'Irak et les colonialistes occidentaux. A titre d'exemple, on peut citer le violent article de K. Petrov dans les
Izvestia du 7 avril 1955 : « L'Irak pris dans les filets des blocs militaires », et un autre signé par Medvedev,
paru dans la Pravda 37, sous le titre : « Le colonialisme sous le couvert de la défense ». Ce dernier a été
largement diffusé en arabe par Radio-Moscou le 11 avril, et par l'agence TASS le même jour en anglais et
en persan. V. Medvedev déclare que « le nouveau traité anglo-irakien dévoile le véritable sens du traité
turco-irakien hypocritement présenté par ses auteurs comme une alliance régionale, mais qui est en réalité
un bloc agressif dominé par les puissances impérialistes est une filiale de l'OTAN ... La hâte de Londres à se
joindre au pacte turco-irakien s'explique par l'anxiété des impérialistes en face des protestations croissantes
de l'Orient arabe contre la politique agressive des puissances colonialistes. Les Etats-Unis ont décidé
d'utiliser l'expérience et les principes de la Grande-Bretagne : diviser pour régner ; en divisant les peuples
arabes on affaiblit leur résistance aux plans de guerre élaborés sous le couvert de la défense du
Moyen-Orient 38 ». Il faut donc considérer les pactes comme l'une des formes du « colonialisme collectif ».
En Irak, où le Parti communiste n'existe pas légalement, et où de sévères répressions policières ont
même réduit son activité clandestine, les Partisans de la Paix, en collaboration avec les partis défendant la
conception neutraliste — le Parti national démocratique et le Parti de l'indépendance —, seront les porteparole des thèses communistes. Le Saout al-Ahali — organe du Parti national démocratique — ouvre ses
colonnes à leurs appels et communiqués. Il publie, entre autres, un document préparé par les Partisans de
la Paix. Ce document est un véritable réquisitoire contre « l'activité des puissances impérialistes au
Moyen-Orient » et invite « tous les patriotes à s'unir et à se dresser d'un seul bloc afin de faire échouer les
tentatives d'alliances impérialistes dangereuses 39 ». Le premier Congrès des Partisans de la Paix irakiens
s'est réuni le 15 juillet 1954 à Bagdad et a pris des résolutions contre les efforts des puissances occidentales
en reprenant tous les thèmes bien connus de l'anti-impérialisme. La sixième de ces résolutions concerne
plus particulièrement les pactes de défense : « Le Congrès désapprouve les blocs militaires et les pactes
guerriers dans le Moyen-Orient, et dans le monde entier. Il voit en eux un danger qui menace la paix du
35
18 avril 1955.
36
Par l'accord anglo-irakien, les Soviétiques désignent l'adhésion de la Grande-Bretagne au Pacte de Bagdad en avril
1955, car les relations qui sont liées dans le cadre de ce pacte, ont remplacé les dispositions du traité anglo-irakien de
1930.
37
19 janvier 1955.
38
Voir aussi les émissions de RM des 28, 30 avril et 30 mai 1955, et un communiqué de l'Agence Tass du 24 juin 1955.
39
Saout Al-Ahali, mars 1954.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 24 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre II. L’empêchement des pactes défensifs et des alliances, ou l’appui au neutralisme politique -
monde, la liberté des peuples et qui accroît la tension internationale. Le Congrès invite tous les citoyens
irakiens à faire échouer les projets de défense commune quel que soit l'aspect sous lequel ils se présentent.
Il faut faire échouer en particulier le pacte turco-pakistanais qui est un danger direct pour l'Irak et pour les
autres pays arabes. Il invite l'Irak à demander l'évacuation des troupes étrangères et à annuler le traité de
40
1930 encore en vigueur ».
En Syrie, Chaled Begdache mène la lutte contre le système de défense prooccidental. Il a déclaré après
son élection comme unique représentant du Parti communiste au parlement syrien : « La politique neutraliste
en Syrie et dans les pays arabes a, dans les circonstances actuelles, une seule signification pratique, qui est
41
le rejet de toute tentative destinée à entraîner notre pays dans des alliances et des groupes similaires ... ».
Al Rai Al Aam, l'organe de l'extrême gauche syrienne, affirme au début de mai 1955, donc quelques
semaines après la publication de la déclaration soviétique sur la sécurité au Proche-Orient, que la Russie
répondra par les mêmes moyens à n'importe quelle mesure entreprise par les puissances occidentales à
l'encontre de la Syrie, pour déjouer les coups préparés contre l'indépendance syrienne. « Le gouvernement
de l'Union Soviétique, dit ce quotidien, a manifesté dernièrement un intérêt aigu pour les affaires du
Moyen-Orient et se préoccupe, beaucoup plus qu'auparavant, de l'avenir de la Syrie. L'Union Soviétique suit
avec une attention particulière la pression étrangère exercée par l'Occident sur la Syrie, malgré l'opposition
42
de son peuple ».
Les Partisans syriens de la Paix, très actifs au cours des années 1954-1955, s'élèvent déjà au moment
de la conclusion du pacte Ankara-Karachi contre toute idée d'alliance militaire au Proche-Orient, contre tous
les projets qui risquent « de mener la Syrie à la guerre et à l'occupation étrangère 43 ». En été 1954, ils
publient un appel adressé au peuple syrien sous le titre : « Sauvons la Syrie d'une nouvelle guerre mondiale,
44
des plans, blocs et aides impérialistes ». Il est significatif que cet appel ait paru dans le journal Al-Manar ,
organe du mouvement des Frères musulmans, qui collaboraient à cette époque avec les mouvements paracommunistes, sur la base de l'anti-impérialisme. Il faut aussi noter que Barada, porte-parole des
groupements dits progressistes syriens, défend avec ferveur la politique du rapprochement avec l'URSS,
affirmant que « les Syriens préfèrent mille fois conclure un traité d'amitié avec l'URSS qu'un pacte semblable
à l'entente turco-irakienne, le premier ayant pour effet la satisfaction d'intérêts mutuels, tandis que le second
escamoterait leur liberté 45 ».
46
En Jordanie existe aussi, selon le spécialiste soviétique de ce pays, Lebedjev , un mouvement de
résistance contre le Pacte de Bagdad, qui se compose des forces politiques les plus diverses et prend ainsi
la forme d'un Front national. Parmi les participants à ce mouvement anti-impérialiste, Lebedjev mentionne
les Frères musulmans, le Haut Comité Arabe de Palestine, le Parti national-socialiste Baas, ainsi que les
47
groupements des réfugiés arabes palestiniens .
Même au Koweit, on décèle à cette époque une agitation reflétant une combinaison des forces et des
exigences similaires à celle constatée dans les autres pays arabes. A la fin mars 1954, les Partisans de la
Paix de Koweit, dont on ignorait auparavant l'existence, — ont publié un manifeste dans lequel ils appellent
40
Tiré d'un document inédit.
41
Orient, Beyrouth, 1er janvier 1954.
42
Al Rai Al Aam, 9 mai 1955. AW, 10 mai 1955
43
Manifeste des Partisans de la paix en Syrie, publié par Al Barada le 6 avril 1954. Diffusé par RM le 7 avril en arabe, le
9 avril en persan.
44
6 juillet 1954.
45
Al Barada, 19 mai 1955.
46
LEBEDEV, E. A. Jordanija v bor'bje za nezavisimost’. Moskva, Gospol, 1956 ; chapitre sur la Jordanie dans Araby v
borb'je za nezavisimost'. Moskva, Gospol, 1957 ; Jordanija. Moskva, Gospol, 1958.
47
Mizan Newsletter, novembre 1960, pp. 8-11. Al Charkhat, de Beyrouth, a publié les points essentiels du Manifeste du
Front national jordanien qui a été signé par soixante-douze personnes et dont les copies ont été envoyées dans tout le
Proche-Orient. Ce manifeste déclare que : 1. Les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sont responsables de la situation
arriérée du peuple jordanien ; 2. Les alliances militaires avec les impérialistes aggravent le joug que ces derniers font
peser sur le pays, et menacent de plonger la Jordanie dans les * horreurs de la guerre + ; 3. Fait appel à tous les
citoyens quelles que soient leurs opinions, pour lutter contre * l'impérialisme et la réaction + Tiré d'un document inédit.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 25 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre II. L’empêchement des pactes défensifs et des alliances, ou l’appui au neutralisme politique -
à la lutte contre les « complots tendant à transformer le pays en une base militaire anglo-américaine ». Dans
48
le cadre des efforts visant à une alliance militaire , Radio-Moscou n'a pas manqué de commenter ce
manifeste et de relever le fait que « même les peuples des pays où les impérialistes se considèrent comme
maîtres absolus, tels l'Arabie Saoudite, Bahrein et le Koweit, commencent à lutter pour la libération nationale
49
et à coopérer avec les autres pays arabes opposés aux plans agressifs des impérialistes ».
Les arguments invoqués : la division du monde arabe
Le second aspect de la situation politique proche-orientale mis à profit par les Soviétiques et exploité
vraiment à fond, a été la division des pays arabes, division consécutive à la création du Pacte de Bagdad.
Le danger qui menace l'unité arabe est naturellement l'œuvre des colonialistes qui se servent de la
Turquie, dont le rôle est amplement souligné. « Le communiqué affirmant le désir de la Turquie d'assurer la
« stabilité » et la « sécurité » dans le Moyen-Orient n'est que mensonge et hypocrisie », s'exclame
Medvedev, et il continue : « On sait que les Turcs n'ont jamais renoncé à leurs prétentions territoriales à
l'égard des pays arabes ... L'adhésion des pays arabes aux blocs impérialistes d'agression implique
inéluctablement pour ces pays la perte de leur souveraineté et transforme l'Orient arabe en une proie facile
pour les puissances impérialistes et leurs agents qui rêvent de s'emparer, en premier lieu, des territoires
arabes. Tous les moyens semblent bons pour diviser les pays arabes et aggraver les rapports aussi bien
entre les pays arabes qu'entre les Arabes et les autres peuples 50 ».
Cette propagande axée sur la division intentionnelle des pays arabes a atteint sa plus grande intensité au
cours des mois de janvier et février 1955 — entre le communiqué officiel publié après la visite d'Adnan
Mendérès en Irak et la signature du traité le 25 février —, sans doute pour empêcher la conclusion de ce
dernier. Radio-Moscou diffuse tous les jours des émissions en arabe, en turc et en persan pour les pays
proche-orientaux, émissions qui traitent de ce problème. Elle évoque les effets des délibérations officielles
turco-irakiennes sur l'opinion publique des principaux pays arabes et affirme la résistance des peuples.
Le commentateur Losev a exposé la position soviétique dans un article intitulé « La raison de la visite de
M. Mendérès en Irak » paru dans l’Izvestia et diffusé par Radio-Moscou le 14 janvier 1955 : « Le
communiqué publié à la fin de la visite de Mendérès montre que les milieux dirigeants irakiens ont accepté
d'assumer le rôle honteux qui leur est imposé par les puissances occidentales, c'est-à-dire de devenir un
outil dans leurs mains pour briser l'unité des pays arabes, unité qui aide les pays arabes à accroître leur
résistance aux plans impérialistes visant à transformer le Proche- et le Moyen-Orient en un champ de
bataille ».
Les réactions provoquées par le pacte de défense tripartite dans les milieux soviétiques et communistes
proche-orientaux se fondent sur la même argumentation. En effet, cet accord entre trois Etats arabes n'est
que le prolongement des efforts entrepris en 1949-1950 pour la création d'un pacte de défense collectif
interarabe, alors fortement attaqué par les observateurs moscovites et les dirigeants communistes locaux 51.
On peut donc s'attendre à ce que la déclaration tripartite subisse le même sort. Il n'en est rien. La
propagande soviétique a suivi l'affaire avec une sympathie prononcée, déplorant, entre autres, les pressions
irakiennes exercées sur la Syrie en vue d'empêcher la signature, par cette dernière, du pacte de défense
avec l'Egypte et l'Arabie Saoudite 52. Toutefois, ce sont les mouvements locaux qui ont appuyé publiquement
l'initiative des trois gouvernements. Ainsi, le comité exécutif du Parti communiste syro-libanais a adopté une
résolution selon laquelle le parti luttera contre le gouvernement « au parlement, dans les rues et dans les
colonnes des journaux », car le ministre des Affaires étrangères, Chaled el Azm, s'était montré récalcitrant à
48
Le manifeste a été reproduit par le journal libanais Al Tariq et cité par RM le 7 avril 1954 en arabe et le 9 avril 1954 en
persan.
49
Commentaire en arabe de RM, 9 avril 1954.
50
Pravda, 19 janvier 1955. Voir aussi les passages correspondants de la déclaration soviétique d'avril.
51
Par exemple G. OSIPOV dans un article publié par Izvestia, 5 décembre 1949.
52
RM en arabe, le 18 mai 1955.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 26 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre II. L’empêchement des pactes défensifs et des alliances, ou l’appui au neutralisme politique 53
signer le pacte de défense . Au Soudan, le Front anti-impérialiste a demandé que ce pays unisse ses
efforts à ceux de l'Egypte, de l'Arabie Saoudite et de la Syrie, « afin de s'opposer aux plans dits de défense
qui mettent en danger la paix au Moyen-Orient 54 ».
Les arguments invoqués : la solidarité islamique
Le troisième aspect de la nouvelle approche soviétique est l'intensification d'une campagne religieuse,
commencée déjà au cours de l'année précédente, mais se développant surtout après la décision prise par la
majorité des pays arabes de ne pas s'engager dans le système de défense du Pacte de Bagdad. Cette
campagne cherche à démontrer la solidarité des musulmans vivant au Proche-Orient et en URSS, et à
exploiter ensuite cette solidarité pour appuyer une politique neutraliste des pays proche-orientaux. Les hauts
dignitaires de l'Islam et du judaïsme s'associent à la prédication neutraliste des politiciens, et c'est avec une
certaine ironie que l'on voit la presse soviétique qualifier les tenants de la guerre froide, ou d'une politique
agressive de « Sans Dieu ».
Epilogue
La résistance accrue des Etats arabes aux tentatives d'incorporation dans une alliance patronnée par
l'Occident a été évidente après la signature du pacte turco-irakien, et il ne faisait aucun doute que le projet
d'un système de défense étendu à tout le Proche- et Moyen-Orient, était voué à l'échec. Il a ainsi perdu de
son importance aux yeux de la politique soviétique, surtout avec l'évolution de la technique nucléaire. En
possédant des armes nucléaires puissantes, l'URSS ne devait plus beaucoup se soucier de la « ceinture
nordique ». Ainsi, l'accent a été mis plutôt sur le problème des bases d'armes nucléaires situées aux
alentours des régions frontalières russes, et le système de défense du Pacte de Bagdad n'a gardé qu'un
certain intérêt, dans la mesure où il a conféré un caractère légal au maintien de ces bases sur le territoire
des Etats membres.
En été 1955 déjà, dans les discours que D. T. Chepilov, alors président de la Commission des Affaires
étrangères du Soviet suprême, a prononcés au cours de son voyage effectué dans les pays arabes du
Proche-Orient, on peut déceler que l'accent n'est plus porté sur le système d'alliance mais sur les bases
militaires — lesquelles se trouvent naturellement, en vertu de pactes bilatéraux ou multilatéraux sur le
territoire de certains Etats. Il a notamment déclaré, au banquet offert en son honneur à Damas, que « le
secret de ma mission est que l'Union Soviétique ne possède pas de bases militaires au Proche-Orient et
55
s'oppose fermement à l'établissement de telles bases n'importe où dans des pays étrangers ».
Toutefois on considère encore le Pacte de Bagdad comme une sorte de « bête noire », évoquée de
temps en temps par les leaders soviétiques pour rappeler aux peuples du Proche-Orient les « menaces et
les machinations des impérialistes », le « danger colonialiste 56 ». Il est aussi fréquemment cité, dans les
milieux communistes ou « fellow traveller », comme référence pour illustrer l'intervention des puissances
occidentales dans les affaires intérieures de la région. Les dirigeants neutralistes ont recouru maintes fois
aussi à cet argument pour essayer d'augmenter les tensions populaires anti-occidentales.
53
Rapporté par le journal syrien Al Kifah. AW, 13 avril 1955.
54
Diffusé par RM en arabe, le 23 décembre 1955.
55
AW, 25 juin 1956.
56
Voir, entre autres, le discours de Khrouchtchev prononcé le 31 octobre 1959 sur les problèmes internationaux et la
politique extérieure soviétique ; de même l'article de VOROVSKIJ dans la Pravda du 12 octobre de la même année.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 27 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
CHAPITRE III
Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe
1. LA QUESTION DE L’ARMEMENT
La présence soviétique au Proche-Orient s'est affirmée d'une façon incontestable au cours de l'année
1955, par la livraison d'armes tchèques à l'Egypte nassérienne. Cette affaire a causé une grande surprise et
une agitation encore plus grande dans le monde occidental, en dépit des signes qui, déjà au cours des mois
d'été, indiquaient cette évolution. Les puissances occidentales ont trouvé presque incompréhensible, et
certainement inacceptable, que les Soviétiques se donnent au Proche-Orient la position d'une puissance de
premier ordre par un simple geste « commercial », et qu'ils essaient d'exploiter à fond le « vacuum » créé
par la retraite des forces anglaises et la diminution de l'influence occidentale.
Le choix du moment de l'intervention a été un coup de maître de la diplomatie soviétique. Le
Proche-Orient s'est trouvé en été et au début de l'automne 1955 en pleine effervescence. La signature du
pacte turco-irakien, le dernier acte de la création du Pacte de Bagdad, a consacré la division du monde
arabe. Les relations entre les Arabes et Israël — si l'on peut parler de relations dans ce contexte — n'ont
jamais été aussi mauvaises depuis 1948. Les incidents entre les forces égyptiennes et israéliennes sont
devenus quotidiens dans la région de Gaza 1, et les élections, en juillet, ont donné plus d'influence aux
éléments intransigeants en Israël 2. Les Etats membres du Pacte de Bagdad éprouvent des difficultés
d'ordre intérieur. En Turquie, surtout, la situation économique s'est détériorée graduellement. Dans le cadre
de la situation politique méditerranéenne, la tension augmente entre la Turquie et la Grèce au sujet du
problème de Chypre, ce qui préoccupe beaucoup la Grande-Bretagne 3. On peut même dire que la situation
proche-orientale de 1955 est une occasion exceptionnelle pour le dynamisme politique soviétique, et
l'invitation de l'entrée en scène lui a été adressée par le neutralisme arabe, en crise constante avec
l'Occident.
En effet, la livraison d'armes à l'Egypte par le bloc communiste a été la première manifestation de la
politique de non-alignement définie à Bandoeng et, en même temps, du neutralisme positif du président
Nasser. C'est un véritable défi lancé à l'Occident et, du côté arabe, le rejet délibéré d'une mentalité et d'une
certaine politique occidentales, qui ne veulent pas comprendre qu'avec l'émancipation des pays
anciennement dépendants, toute la scène proche-orientale et mondiale a changé. Les Etats devenus
souverains veulent créer et posséder une forte armée, en affirmant leur propre personnalité et en satisfaisant
4
l'exigence de leur fierté nationale. De plus, ils prennent une revanche psychologique de l'humiliation subie .
Le président Nasser a déclaré en maintes occasions que « l'Egypte n'a pas réussi à obtenir des armes de
la Grande-Bretagne, alors même qu'une partie de celles-ci avait déjà été payée, ou n'a pas eu de succès
non plus auprès des Etats-Unis. Il n'y avait pas d'autre alternative que de se mettre en rapport avec l'Union
Soviétique pour la livraison de ces armes. Nous les avons achetées avec beaucoup de gratitude et nous
1
Le Conseil de sécurité s'occupe des incidents de Gaza en février-mars 1955 sur plainte égyptienne ; en avril et aoûtseptembre de la même année sur plainte israélienne.
2
La distribution des sièges au parlement israélien, le Knesseth, est la suivante, à la suite des élections de 1955 (entre
parenthèse le nombre des sièges obtenus en 1951) : Mapai (parti de Ben Gurion) 40 (45) ; Mapam (social-démocrate)
19 (15) ; Herut (groupe Irgun) 15 (8) ; Zionistes généraux (parti du centre et bourgeois) 13 (20), et Maki (parti
communiste) 6 (5).
3
FISHER, S. N. The Middle East, Londres, Routledge-Kegan, 1959, p. 495.
4
Voir l'histoire racontée par Ralph IZZARD dans le Daily Mail. AW, 18 avril 1956 ; aussi, 3, 6 et 10 octobre 1955.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 28 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe5
avons apprécié ce geste qui couvrait nos besoins pour la défense nationale
». En effet, pour les
nationalistes égyptiens, l'attitude de l'Occident dans l'affaire des armes est « une question de vie ou de
mort 6 », car, comme le dit le président au cours de son entretien avec le commentateur de la télévision,
Robin Day, « créer notre armée nationale, capable de défendre l'Egypte, est notre droit incontestable 7 ».
Quand son interlocuteur américain lui a reproché d'avoir accepté pour la marine égyptienne des sous-marins
russes, Gamal Abdel Nasser lui a répondu : « Pourquoi ne pourrions-nous pas posséder des sousmarins ? 8 », — et la deuxième partie de la réponse restée sous-entendue, est une question que l'on peut
formuler ainsi : « ... si n'importe quelle autre nation souveraine peut en posséder si elle le veut ? ».
Même un pays jadis pro-occidental sans réserve, comme le Liban, a accordé un appui total à la position
égyptienne. La presse libanaise a annoncé le 4 octobre 1955 que « le Parlement libanais décide d'appuyer
l'attitude de l'Egypte dans sa décision de recevoir des armes de la Tchécoslovaquie ». La presse,
à l'unisson avec le nationalisme arabe, lui fait écho dans l'opinion publique, en affirmant le droit des Arabes
au non-alignement : « En achetant des armes à l'URSS et à la Tchécoslovaquie, les Arabes font tout
simplement ce que les Anglais et les Américains font eux-mêmes depuis longtemps. Ils traitent avec l'Est,
mais cela ne veut pas dire qu'ils se rangent aux côtés du communisme. Nous entendons coopérer avec les
puissances occidentales comme avec les puissances orientales. Nous n'admettons pas des interventions qui
9
tendent à nous empêcher de nous défendre ». Et c'est Le Matin qui conclut : « De tout le remue-ménage
suscité par l'affaire des achats d'armes, il faut retenir un phénomène important : l'entrée en jeu de l'URSS
au Moyen-Orient 10 ».
L'Egypte
Le gouvernement égyptien a, en réalité, négocié parallèlement avec les Etats-Unis 11 et l'URSS. Du côté
12
soviétique les négociations ont été menées par l'ambassadeur Daniel Solod , mais dans leur phase
5
Discours du cinquième anniversaire de la Révolution, CPR, 23 juillet 1957.
6
Interview de William ATTWOOD avec le président Nasser pour le périodique américain, Look. En répondant à la question
de savoir s'il n'était pas inquiet de la pénétration économique et politique des Russes au Moyen-Orient, Nasser dit : * La
logique des Américains est différente de la nôtre. L'Occident ne veut pas faire des échanges avec nous et ne veut pas
nous vendre des armes. Il a aussi bloqué nos fonds. Qu'est-ce qu'il attend de moi ? C'est une question de vie ou de mort
+. CPR, 15 juin 1957.
7
CPR, 2 juillet 1957.
8
L'Egypte est, en effet, le premier pays du Proche- et Moyen-Orient et de l'Afrique à posséder des sous-marins.
9
Du journal Al Amal. Tiré d'un document inédit. Al Nasr du 17 octobre 1955 constate que : * L'Amérique considère
l'initiative du colonel Gamal Abdel Nasser comme étant la crise la plus grave après celle de Formose +, et ajoute que
* les résultats de la Conférence de Bandoeng apparaîtront peu à peu +.
10
Tiré d'un document inédit.
11
Il est certain que l'Egypte nassérienne, après la signature de l'accord sur le canal de Suez en 1953, a attendu des
Etats-Unis qu'ils fassent un effort similaire à celui entrepris à l'égard de la Turquie, pays qui a reçu dans le cadre du
programme Truman une aide militaire considérable. Le gouvernement du Caire a présenté plusieurs demandes à
Washington en vue de livraisons d'armement, mais l'administration Eisenhower a fait la sourde oreille. Les 40 millions de
dollars, promis après la signature de l'accord anglo-égyptien, sont des crédits destinés au développement économique,
et une infime partie seulement à couvrir quelques fournitures d'armes. Les groupes de pression pro-israéliens
d'Amérique ont exercé une telle influence que l'administration ne pouvait risquer d'être accusée du renversement de
l'équilibre établi au sens de la déclaration tripartite.
12
Solod, Daniel Semjenovitch, ambassadeur extraordinaire et ministre plénipotentiaire. Ses lieux de service durant la
période que nous étudions, sont les suivants : 1944-1950 : ministre à Beyrouth pour le Liban et la Syrie ; 1950-1953 : en
service au Ministère soviétique des Affaires étrangères ;octobre 1953-avril 1954 : chargé d'affaires en Egypte ; avril
1954-février 1956 : ambassadeur en Egypte ; février 1956-septembre 1956 : chef adjoint de la division des pays du
Proche- et du Moyen-Orient au Ministère des Affaires étrangères à Moscou, dont il devint le chef en octobre 1956 ; en
novembre 1956 cette division a été scindée en division du Proche-Orient et division du Moyen-Orient (constitué par
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 29 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
décisive, en juillet 1955, par le chef de la diplomatie soviétique, Chepilov, lui-même. Les puissances
occidentales sont conscientes et soucieuses des tractations soviéto-égyptiennes et le secrétaire d'Etat
Dulles déclare lors d'une conférence de presse, à fin août, qu'il est au courant de l'offre soviétique
concernant l'armement et l'équipement militaires des armées arabes, mais il exprime l'espoir que cette offre
13
ne sera pas acceptée .
Après de laborieuses tractations, les représentants américains se montrent enclins, au mois d'août, à
livrer des armes d'une valeur d'environ 27 millions de dollars à l'Egypte. Toutefois, aucun accord n'a été
signé, car les deux parties divergent quant aux modalités de paiement 14.
La décision égyptienne a été prise autour du 20 septembre, et l'accord est conclu entre l'Egypte et la
Tchécoslovaquie. Cette dernière a sûrement été utilisée comme intermédiaire, les Soviétiques connaissant
la susceptibilité occidentale et prévoyant que dans l'orage qui suivrait la première livraison d'armes
communistes au Proche-Orient, leur position serait beaucoup plus confortable vis-à-vis des Occidentaux, et
face aux cercles et gouvernements réticents des pays arabes eux-mêmes, s'ils n'étaient pas partie dans
cette affaire. Comme les négociations qui ont précédé cet accord égypto-tchèque ont été menées
exclusivement par les Soviétiques et comme les offres successives faites aux autres pays arabes viennent
pour la plupart de l'URSS, on peut affirmer, même sans preuves écrites, que le rôle des Tchèques leur a été
assigné par Moscou.
L'accord complet égypto-tchèque n'a jamais été publié in extenso. Il est connu qu'il concerne la livraison
de quantités considérables d'avions de chasse à réaction, du type MIG, de bombardiers à réaction type
IL-28, de chars, de véhicules blindés, de canons de tous les calibres, de canons antiaériens automatiques,
de canons légers antichar, de mitrailleuses, de bazookas, etc. Le paiement doit se faire en grande partie en
produits égyptiens, surtout en coton ; le remboursement en espèces n'est pas considérable. L'accord
représente en effet une sorte de troc : une série d'armes contre une quantité fixe de coton ; le prix des
différentes unités n'est pas indiqué ; seuls les totaux ont été fixés. La livraison de coton égyptien a été
répartie sur un certain nombre d'années, une livraison annuelle ne pouvait pas excéder 5 % de l'exportation
égyptienne du coton. Il est très hasardeux de faire des estimations sur la valeur totale de la livraison tchèque
de l'automne de 1955 — certains donnent le chiffre de 80 millions à 150 millions de dollars 15 —, car une
partie des armes fournies à l'Egypte étaient déjà périmées à l'époque de la livraison. Ce qui est certain, c'est
que les prix fixés sont de beaucoup inférieurs aux prix originaux. Il est donc clair que, pour Moscou, l'affaire
des armes livrées à l'Egypte n'est pas du tout une affaire commerciale, mais en premier lieu un geste
politique à l'adresse du nationalisme arabe 16.
Au cours des années suivantes, l'Egypte a reçu du bloc soviétique, surtout de l'URSS, des armes et des
équipements militaires au fur et à mesure qu'elle en a eu besoin. Les accords n'ont jamais été publiés, mais
des informations paraissant dans les journaux égyptiens ou étrangers, en particulier dans les journaux
israéliens qui suivent avec une attention alarmée toutes les nouvelles livraisons, donnent certaines
indications 17. Le rythme de fourniture des armes soviétiques à l'Egypte suit naturellement les fluctuations
des relations politiques entre celle-ci et l'URSS.
l'Iran, l'Afghanistan, le Pakistan). Solod a été nommé chef adjoint de la première division. Après 1960, il part pour
l'Afrique en tant que ministre à Conakry.
13
DSB, 31 octobre 1955, pp. 688-689.
14
DALLIN, op. cit. p. 394.
15
Différentes estimations sont données dans le Middle Eastern Journal, (désormais : ME Journal) hiver 1955, p. 65 ;
Washington Star, 11 mai 1956 et 2 septembre 1956 ; Foreign Assistance Activities of the Communist Bloc and their
implications for the United States, Washington Government Printing office, 1957 (désormais : Foreign Assistance
Activities), p. 92. LAQUEUR parle d'un montant de 300 millions à 350 millions de dollars dans son article publié par le
Problems of Communism, 1957, N° 4, p. 22, tandis que le ME Aff février 1957, p. 77, estime la valeur de la transaction
de l'automne 1955 à 100 millions à 250 millions de dollars.
16
DALLIN, op. cit. p. 395.
17
Al Davar, de Tel Aviv, AW, 17 février 1956 ; journaux libanais, AW, 12 novembre 1956. En outre, pour l'année 1956 :
Journal American. 2 mai ; Washington Star, 11 mai et 2 septembre; The New York Times, 11 juin et 17 août ;
Washington Post et Times-Herald, 11 juillet ; Jerusalem Post, 19 août. Pour 1957 : The New York Times, 7 février,
19, 21 et 22 juin ; New York Herald Tribune, 10 avril ; Christian Science Monitor, 20 juin.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 30 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
Pendant les négociations qui ont précédé la conclusion de l'accord égypto-tchèque, Le Caire a toujours
tenu au courant les autres Etats arabes, indiquant par là que l'affaire ne concerne pas seulement l'Egypte,
mais tous les pays arabes en général, opposés dans leur nationalisme aux tentatives de domination de
l'Occident 18. Les Soviétiques sont conscients de toutes les perspectives que leur geste peut ouvrir, et sont
décidés à l'exploiter à fond. Après l'annonce de la livraison d'armes à l'Egypte, une période d'activité
fiévreuse a commencé au Proche-Orient et la diplomatie soviétique s'efforce de tirer le plus grand profit d'un
climat extrêmement favorable 19.
La Syrie
A la suite de leurs succès en Egypte, les Soviétiques se sont tournés aussitôt vers la Syrie et des
négociations sont engagées en vue de fournir des armes soviétiques « sans condition et à des termes
20
strictement commerciaux ». Les livraisons effectuées à la fin de 1955 et au cours de l'année 1956 ont été
quantitativement presque insignifiantes 21. Sous l'impulsion de l'attaque tripartite de Suez, les négociations
sont reprises au cours de l'automne 1956. Le président syrien, Ch. al-Kouatly, s'est rendu en personne à
Moscou à la tête d'une importante délégation et il est revenu à Damas avec de grands espoirs. Toutefois, la
presse occidentale de l'époque qui fournit les renseignements les plus détaillés sur les livraisons d'armes
soviétiques à la Syrie 22, précise que ces livraisons ne sont pas d'une importance considérable.
De nouvelles négociations ont été entamées en été 1957. Ces contacts se situent dans le climat de
l'influence grandissante, sinon dominante, des forces politiques de gauche, y compris un parti communiste
très actif, sur le plan intérieur, et d'une crise se développant rapidement entre la Syrie et les puissances
occidentales, sur le plan extérieur. Le texte de l'accord conclu à cette époque n'a jamais été publié 23, mais
la date de l'accord de principe sur la coopération économique entre les deux pays est, vraisemblablement, la
même que celle de l'accord sur les livraisons d'armes : le 6 août 1957. Les détails de cet accord ressortent
des éclaircissements obtenus par le correspondant londonien du quotidien cairote Al Ahram qui cite, dans un
article du 8 octobre, les milieux diplomatiques comme source de ses renseignements. L'accord porte, au
total, sur une somme de 240 millions de dollars et les livraisons d'armes comprises dans cette transaction se
composent de la façon suivante : 120 chars blindés du type T-34 ; 350 unités d'artillerie, y compris 100
canons automatiques, des centaines de canons antichars ; un grand nombre de mortiers ; 60 ou 70
chasseurs du type MIG, 6 torpilleurs et 2 sous-marins : tout cet armement était déjà livré à l'époque. En plus,
18
AW, 25 juin 1956.
19
Al Jom et Al Tiligraph rapportent que le 3 octobre les délégués arabes et soviétiques se sont rencontrés pour une
réunion secrète, d'une heure environ, aux Nations Unies. (AW, 5 octobre 1955.) Au début octobre, l'ambassadeur
soviétique a demandé une audience au Premier libanais (AW, 13 octobre 1955) et l'Al Qabas fait même état d'une
réunion de tous les ambassadeurs et ministres soviétiques accrédités auprès des Etats du Proche-Orient au Caire à la
fin octobre. (AW, 27 octobre 1955.)
20
AW, 30 septembre 1955.
21
Concernant les livraisons d'armes reçues par la Syrie voir : Al Ahram, 19 février et 26 juin 1956 ; Foreign Assistance
Activities, p. 123 ; Chicago Daily News, 9 avril 1956 ; The New York Times, 24 mai 1956 ; Washington Post et TimesHerald, 5 septembre 1956. La presse libanaise se référant à des sources britanniques avance que l'armement acheté
par la Syrie s'élève à 20 millions de dollars. Les fournitures doivent comprendre un minimum de cent chars blindés
moyens, cent voitures blindées militaires, entre cinquante et cent automitrailleuses, des fusils, des petites armes et des
munitions. (AW, 12 novembre 1956.)
22
Daily Telegraph, 24 novembre 1956 ; New York Herald Tribune, 31 décembre 1956 (repris par Al Hayat de Beyrouth,
er
1 janvier 1957) ; Daily Mail, 14 janvier 1957 ; voir aussi : The New York Times, 4, 6, 10 et 15 décembre 1956 ;
15 janvier, 7 février et 11 août 1957 ; Christian Science Monitor, 26 et 28 novembre 1956 ; 22 juin 1957 ; Washington
Post et Times-Herald, 25 novembre 1956.
23
Khaled el-Azm a déclaré au début août que, * désormais les achats d'armes resteront un secret, car les informations
concernant de telles transactions ont été utilisées dans le passé comme un prétexte de livrer une quantité équivalente
d'armes à Israël +. AW, 12 août 1957.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 31 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
restent à livrer au cours des mois d'automne : 50 chasseurs MIG, des petits vaisseaux, des chars blindés et
24
des véhicules de transport militaire .
L'importance accrue de ces livraisons est vivement ressentie et augmente la tension dans les relations
entre la Syrie et les puissances occidentales, et la crise qui s'est développée autour d'elle sur la scène
internationale. C'est encore une victoire du nationalisme arabe et de la tendance neutraliste. Selon les
paroles du chef d'Etat, Ch. el-Kouatly, prononcées à l'aube du dénouement de la crise, la politique syrienne
du neutralisme positif a permis au pays « d'obtenir des armes qui garantissent notre pleine souveraineté.
C'est une victoire politique décisive ... 25 ».
L'Arabie Saoudite
En automne 1955, le roi de l'Arabie Saoudite ou ses représentants, ont eu des entretiens avec les
diplomates de plusieurs pays du bloc communiste en vue de livraisons d'armes. Les contacts entre l'Arabie
Saoudite et l'URSS coïncident avec les efforts déployés pour rétablir leurs relations diplomatiques 26, efforts
qui resteront, toutefois, sans résultat.
Le Liban
Par l'intermédiaire de Daniel Solod, accrédité également à Beyrouth, l'Union Soviétique a offert de même
des armes à la République libanaise. Cette initiative, malgré la déclaration de sympathie du ministre des
Affaires étrangères, Selim Lehoud, pour l'acte d'indépendance égyptien 27 n'a apporté aucun résultat, car le
Liban n'a pas voulu recourir à l'aide du bloc oriental.
Le Yémen
Le Yémen a eu des tractations avec l'URSS en mars 1956 et janvier 1957, et une déclaration de sa
légation au Caire indique que ce pays a acheté des armes soviétiques afin de « sauvegarder son unité, sa
liberté et son indépendance » mais seulement en août 1957 28. Une année après, le prince héritier d'alors,
Mohammed El-Badr lui-même, a confirmé l'achat d'armes soviétiques par son gouvernement, en constatant :
« Les pays occidentaux nous accusent d'être communistes, bien qu'ils connaissent notre véritable politique,
dont le principe est le non-alignement à l'Est ou à l'Ouest, et notre adhésion au neutralisme positif entre les
24
Al Ahram, 8 octobre 1957 ; CPR, 8 octobre 1957.
25
CPR, 7 octobre 1957. En expliquant pourquoi la Syrie achète des armes à l'URSS, le général el-Din, chef d'état-major,
a déclaré que les puissances occidentales ont refusé pendant quatre ans de fournir des armes à la Syrie. Les offres
tchèque et soviétique n'ont pas été accompagnées de conditions politiques. (CPR, 14 juin 1957.) Khaled el-Azm a fait
une déclaration dans le même sens. Documents, 1957, p. 322.
26
AW, 16 novembre 1955.
27
Information tirée d'un document inédit. Deux ans plus tard un débat a eu lieu au parlement libanais sur l'armement
quand le ministre des affaires étrangères, le Dr Charles Malik, a envisagé l'éventualité de fourniture d'armes américaines
à son pays. L'opposition proteste violemment ; Philippe Takla a résumé ainsi la position de cette opposition : non au
marxisme, non même aux missiles. AW, 28 novembre 1957.
28
AW, 14 août 1957 ; voir aussi ME Journal, été 1956, p. 299 ; Foreign Assistance Activities, p. 128; rapport de
l'Associated Press cité par ALLEN, Robert Longring : Middle Eastern Economic Relations with the Soviet Union, Eastern
Europe et Mainland China. Charlottesville, University of Virginia, 1958, p. 50.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 32 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe29
deux blocs en conflit ». Selon des sources britanniques, le Yémen a reçu, en août 1957, sept cargaisons
30
d'armes, y compris des chars blindés, des armes antiaériennes et des chasseurs .
L'Irak
L'Irak de Nouri Said n'entre certainement pas en lice pour les armes de provenance soviétique, mais
après la révolution du 14 juillet 1958, le problème s'est rapidement posé. Les négociations ont commencé en
31
automne , et le quotidien de Bagdad, Al-Zaman, rapporte déjà en décembre qu'un accord irako-soviétique
concernant l'achat d'armes, est en voie de conclusion. En même temps, il dément officiellement qu'une
mission militaire soviétique viendrait en Irak pour former les cadres de l'armée irakienne. L'information se
termine par la constatation que si l'Occident avait offert des armes au gouvernement irakien à des conditions
32
favorables, l'offre aurait certainement été acceptée . L'accord a vraisemblablement été conclu, car des
journaux cairotes ou libanais annoncent dans le courant du printemps 1959, l'arrivée d'armements divers en
Irak 33. On a même parlé de la fourniture d'armes nucléaires soviétiques à ce pays 34, nouvelle qui n'est
certainement pas exacte, mais qui a été lancée à des fins de propagande.
2. LES CRISES ARABO-OCCIDENTALES ET L'URSS
Les crises qui se sont développées de 1955 à 1958, entre les pays arabes du Proche-Orient et les
puissances occidentales, sont, pour la diplomatie soviétique, autant d'occasions magnifiques à exploiter.
L'action et la propagande bien concertées s'efforcent de rappeler aux peuples intéressés les maux du
colonialisme et les nouveaux « dangers » d'une politique impérialiste adaptée aux circonstances, c'est-à-dire
les tentatives dites néo-colonialistes. En même temps, les diplomates essaient aussi de montrer la
sympathie que l'URSS et son peuple éprouvent envers les Arabes menacés, et leur compréhension pour les
problèmes arabes, politiques ou économiques. La propagande soviétique ne traite pas toujours de la même
façon la politique « impérialiste » des diverses puissances. L'élément constant, c'est la condamnation de la
politique américaine, prototype de l'impérialisme sans scrupule qui est toujours le même, bien que revêtant
des aspects différents, adaptés aux circonstances. Les impérialismes britannique et français sont
quelquefois « ignorés », selon les nécessités dictées par les événements de l'heure, et ces pays sont
considérés eux-mêmes comme « victimes » de l'impérialisme « dévorant » des Etats-Unis.
29
er
CPR, 1 juillet 1958.
30
The New York Times, 9 et 13 août 1957. Selon un représentant yéménite, la valeur des transactions était de 8,5
millions de dollars en janvier 1957, selon AP, 10 janvier 1957, cité par ALLEN, op. cit., p. 51.
31
Selon une information obtenue par l’Orient de Beyrouth, le colonel Aref a été écarté de l'équipe dirigeante, parce qu'il
s'est opposé à l'acceptation de l'offre d'armes soviétiques. AW, 17 octobre 1958. Cette supposition paraît aujourd'hui
invraisemblable.
32
Al Zaman, de Bagdad, 14 décembre 1958. Un mois auparavant, l' Al Ahram affirmait que l'Irak a rejeté l'offre
américaine, car elle était conditionnée par la demande d’adhésion de ce pays au pacte de défense proche-oriental, ou,
plutôt, par la demande du respect des engagements pris par le gouvernement précédent. CPR, 11 novembre 1958.
33
Al Nahar, de Beyrouth. L'Irak reçoit cent cinquante-six chars en plus d'autres armements. AW, 31 mars 1959. Le
correspondant d’Akhbar el Jom signale l'arrivée d'un certain nombre d'avions type MIG, pilotés par des Russes. CPR,
11 avril 1959.
34
AW, 22 juillet 1959.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 33 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
a) La controverse égypto-britannique sur le Soudan
Le 12 février 1953, l'Egypte et la Grande-Bretagne ont conclu, à la suite de plusieurs mois de
délibérations, un accord sur le Soudan. Cet accord compte parmi les premiers succès du jeune régime
révolutionnaire égyptien dirigé alors par le général Néguib, lui-même d'origine soudanaise. Cet accord
prévoyait que le peuple du Soudan obtiendrait le droit de l'autodétermination à la fin d'une période
transitoire, ne dépassant pas trois ans, pendant laquelle l'administration existante devait être démantelée.
Durant cette période transitoire, le Gouverneur général était l'autorité constitutionnelle suprême, exerçant
ses pouvoirs avec l'aide d'une commission de cinq membres — deux Soudanais, un Britannique, un
35
Egyptien et un Pakistanais pour président . La période transitoire débute à la date indiquée par l'article 2
des statuts établis et les deux gouvernements — anciens condominium égyptien et anglais — se sont
engagés à la mener le plus vite possible à bonne fin, en tout cas pas au-delà du délai de trois ans. Cette
période devait, toutefois, se terminer au moment où le parlement soudanais aurait exprimé son désir
d'accéder sans délai à l'autodétermination. Cette décision représentant la volonté populaire devait être suivie
de la retraite immédiate des troupes britanniques et égyptiennes et de la promulgation d'une loi électorale en
vue des élections législatives sous contrôle international. L'assemblée constituante issue de ces élections
aurait ensuite décidé de l'avenir du Soudan « en tant qu'entité intégrale » en le dotant d'une constitution
appropriée. L'option se situait entre l'union avec l'Egypte sous une forme quelconque, et l'indépendance
complète. Toutefois, cet accord n'a satisfait entièrement ni les Egyptiens ni les Anglais. Les premiers veulent
à tout prix s'assurer l'adhésion du Soudan, et ont exercé une influence en ce sens, en s'appuyant sur le Parti
unioniste du premier ministre Al-Azhari pendant toute la période transitoire, mais ils ont finalement poussé
les choses à l'extrême et ils ont échoué. Les Britanniques, eux, sont conscients des exigences de la
population noire du Soudan du Sud aspirant à l'autonomie, et préfèrent que l'ancien condominium choisisse
l'indépendance totale. Cette situation offre donc aux Soviétiques un champ d'action très prometteur.
Au début de 1954, leur position est encore hésitante. Un thème apparaît déjà dans la propagande, celui
des « manœuvres britanniques » visant à empêcher l'union du Soudan et de l'Egypte. Les Soviétiques se
montrent favorables aux thèses du Parti unioniste et du gouvernement Al-Azhari, tandis qu'ils dénoncent les
Britanniques qui se préparent à détacher le Soudan méridional en l'annexant au Kenya et à l'Ouganda, et
favorisent les tendances séparatistes des tribus non musulmanes 36. Toutefois, à cette époque, Moscou
attaque, visiblement sous l'impulsion du communisme soudanais très actif, la politique intérieure
réactionnaire du même gouvernement Al-Azhari qui a réprimé énergiquement les activités subversives —
donc communistes 37. Cette attitude a évolué au cours des mois suivants. Plusieurs émissions en arabe
diffusées par Radio-Moscou défendent sans réserve les thèses égyptiennes ainsi que la politique du
gouvernement Al-Azhari et dénoncent le parti d'opposition Umma, comme « agent de l'impérialisme ».
Ces thèmes sont restés constants au cours des années 1954-1955 sous une triple variation : a) le
Soudan est menacé de devenir une base militaire 38 b) la Grande-Bretagne tente de diviser le Soudan en
deux blocs ennemis, de dresser le Nord contre le Sud 39 ; c) l'unification de la vallée du Nil est souhaitable 40.
L'évolution intérieure du Soudan a naturellement modifié la position soviétique, qui cependant est restée
toujours pro-égyptienne. L'attitude du gouvernement Al-Azhari a sensiblement changé au cours de l'année
1955. Au début, il préconisait l'union avec l'Egypte, tout comme le Parti unioniste qui l'avait formé, mais par
35
Deux autres commissions ont été aussi mises sur pied : une commission de sept membres C trois soudanais,
désignés par le Gouverneur général, un président indien, et respectivement un membre britannique, égyptien et
américain C pour préparer et contrôler les élections générales ; puis une seconde commission, appelée de la
* soudanization +, avec cinq membres C trois soudanais, un britannique et un égyptien C pour achever le processus de
remplacement des cadres anglais et autres étrangers par des soudanais dans les services publics. Survey of
International Affairs, London, Oxford University Press (désormais Survey), 1953, p. 160.
36
RM, 18 février 1954 ; communiqué de Tass, 19 février 1954 ; Pravda, 19 février 1954.
37
RM, 8 mars 1954.
38
RM, 16 février 1954, émission en arabe par Volodin.
39
Ce thème reparaît d'innombrables fois dans les émissions.
40
Radio Erevan, 21 janvier 1954, en arménien.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 34 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
suite de l'insistance exagérée des Egyptiens, ce gouvernement nationaliste a modifié ses intentions. Il est
devenu partisan d'une indépendance complète. Il ne veut plus entendre parler de l'unité de la vallée du Nil.
Parallèlement à cette évolution soudanaise intérieure, des difficultés ont surgi entre les points de vue
britannique et égyptien en ce qui concerne la composition de la commission de contrôle des élections
soudanaises. Vers la fin de juillet 1955, l'Egypte propose l'inclusion, dans cette commission, de l'URSS et de
l'Ukraine. Cette initiative est, bien entendu, exploitée par la propagande soviétique qui attaque de nouveau le
gouvernement récalcitrant d'Al-Azhari dont le président et quatre membres ont été expulsés, pour une courte
période, de leur propre parti encore fidèle à l'union avec l'Egypte 41. Finalement, l'Egypte ne s'est pas
adressée aux deux puissances indiquées ci-dessus, mais elle a demandé à la Tchécoslovaquie de faire
partie de la commission de supervision des mesures d'autodétermination au Soudan. Ce dernier pays a
accepté l'invitation et a effectivement participé au contrôle des élections devant déterminer l'avenir du peuple
soudanais. Cette mesure — d'ailleurs unilatérale — n'a provoqué aucune réaction à Moscou, et on peut
supposer que la participation tchèque dans l'affaire soudanaise a été proposée par l'URSS qui mettait à ce
moment-là la Tchécoslovaquie au premier plan dans les relations du bloc soviétique avec l'Egypte, comme
en témoigne la livraison d'armes tchèques.
L'indépendance complète du Soudan — sans aucun rattachement à l'Egypte — a été saluée par l'URSS
et les organes de la propagande communiste, dans une de leurs volte-face habituelles, comme « une
42
nouvelle preuve de la désagrégation du système colonial de l'impérialisme ». Le gouvernement Al-Azhari
a retrouvé ses mérites nationalistes et patriotiques aux yeux des Soviétiques, bien que le rôle « libérateur »
de l'Egypte ait toujours été souligné 43.
b) Les « escarmouches » en Arabie méridionale
La mosaïque de petits Etats — dits émirats — se trouvant sur la péninsule arabique, n'inspire pas
beaucoup de respect aux Soviétiques, qui mettent en doute leur intégrité nationale et n'acceptent pas leur
raison d'être. Pour eux, l'existence de ces Etats séparés est uniquement le résultat de la politique
britannique. E. Primakov, dans son étude intitulée Les pays arabes et le colonialisme démontre comment le
mouvement du renouveau islamique du XIXe siècle, le Wahabisme, s'est efforcé de rétablir l'unité des tribus
arabes, mais n'a pas pu surmonter l'obstacle principal, la politique anglaise, qui s'opposait « au processus
progressif de la liquidation du morcellement des émirats arabes et de la formation d'Etats possédant un
44
gouvernement central et autonome
». En outre, dans l'Arabie du Sud, la propagande soviétique se sert
inlassablement d'un thème qui définit le cadre de toute l'action politique : « L'impérialisme anglo-saxon pille
les richesses de l'Arabie du Sud par les compagnies capitalistes 45 ». Ce pillage est la conséquence
41
RM, 15 août 1954.
42
Citation du journal du Kominform, Pour une paix durable, pour une démocratie populaire, 6 janvier 1956.
43
Un des commentaires diffusés en arabe par RM, 18 août 1955, intitulé : Un pas en avant sur la route de la liberté : * Le
gouvernement national, formé après les élections, a rendu un grand service à la patrie. L'attitude de l'Egypte et son aide
apportée au Soudan ont joué un rôle important dans la libération du peuple soudanais. Cette attitude est fondée sur les
liens historiques solides entre les deux pays et sur une longue lutte commune pour le retrait des forces d'occupation
étrangère de la vallée du Nil. L'accord de 1953 a préparé les événements dont nous sommes témoins aujourd'hui +.
44
Mizan Newsletter, janvier 1959, p. 7.
45
Tass, 12 juillet 1955. RM diffuse, en arabe, le 14 juillet 1955, un commentaire sous le titre : L'impérialisme et les
incidents d'Aden mentionnant quelques faits relatifs à la * prétention occidentale + selon laquelle l'impérialisme n'existe
plus. « Des rapports provenant de la partie sud-est de la péninsule Arabique dispersent l'épais nuage de mensonges qui
enveloppe les monopoles pétroliers anglo-américains. La tragédie du peuple qui vit sous le joug des usurpateurs
étrangers prouve que toute prospérité matérielle lui est interdite, et que sa vie même est contrôlée par ses maîtres
impérialistes. United Press et Reuter parlent dans leurs dépêches du besoin de maintenir l'ordre. De quel ordre parlentils ? De l'ordre que les impérialistes, les voleurs et les exploiteurs étrangers ont obtenu au moyen d'avions à réaction
semant la mort dans les déserts d'Aden, du Hadramout et du Lahej ? De l'ordre nécessaire pour assurer d'énormes
profits aux compagnies pétrolières anglo-américaines ? +.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 35 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe46
naturelle de l'ingérence politique et économique des Etats-Unis dans les affaires de la région , ingérence
47
qui revêt parfois des formes brutales . Aux moments propices, comme c'est le cas durant la crise d'Oman,
on a fait allusion à la rivalité anglo-américaine 48 et même on a parlé d'une rivalité des Etats-Unis et de
l'Allemagne fédérale, cette dernière étant en quête de marchés 49.
En 1954 et 1955 surtout, l'affaire de l'oasis de Buraimi, guerre locale entre Mascate et Oman, ainsi que la
tension entre le Yémen et la Grande-Bretagne ont donné l'occasion à l'URSS de se rallier au point de vue
des nationalistes arabes et de soutenir les opposants de la politique occidentale.
Le ton adopté par les Soviétiques à l'égard de l'Arabie Saoudite a beaucoup changé, à partir de 1954
déjà. Résolument hostile à ce pays, la propagande russe feint désormais de le considérer comme la victime
des agissements des puissances impérialistes, la responsabilité de cet état de choses étant tout entière
rejetée sur lesdites puissances. Mais c'est surtout la politique neutraliste poursuivie par le royaume saoudien
qui a motivé la sympathie soviétique : «On aurait pu penser que les importantes ressources pétrolières
assureraient à l'Arabie Saoudite de belles perspectives de développement économique et une amélioration
des conditions de vie du peuple », dit le commentateur de Radio-Moscou dans un programme « réponse aux
auditeurs » et il continue : « Les compagnies étrangères cependant ne pensaient qu'à accroître leurs profits
et ne faisaient rien pour résoudre les problèmes économiques du pays ... Il était évident que pour résoudre
ces problèmes économiques et sociaux complexes, l'Arabie Saoudite avait besoin d'une atmosphère de
stabilité et de paix. Se fondant sur les intérêts nationaux du pays, le gouvernement avait pris position contre
le pacte turco-irakien et les autres alliances militaires. A la conférence de Bandoeng, la délégation
saoudienne avait approuvé les cinq principes de coexistence pacifique ... La politique de neutralité de
l'Arabie Saoudite et de non-participation à des alliances militaires, entraîne la compréhension de l'URSS.
Une telle politique, qui s'accorde avec les intérêts vitaux de l'Arabie Saoudite, joue un rôle positif dans le
maintien de la paix et de la sécurité au Proche- et au Moyen-Orient 50 ».
Le conflit de Buraimi a opposé, de 1953 à 1955, l'Arabie Saoudite à la Grande-Bretagne. Cette oasis se
situe entre la partie méridionale du royaume d'Ibn Saoud et le territoire appartenant au cheik d'Abu Dabi
placé sous protectorat britannique. Pendant les années précédant le conflit, les environs de l'oasis avaient
été inspectés et on y avait trouvé des gisements pétrolifères importants 51. Par la suite, les deux parties ont
revendiqué le territoire de Buraimi et, ne pouvant se mettre d'accord, les deux puissances passèrent aux
hostilités. Au cours de celles-ci, les troupes britanniques occupèrent l'oasis. Pour les nationalistes arabes,
l'affaire était claire : une grande puissance voulait profiter de la richesse du sol arabe ; un Etat arabe était en
conflit avec un Etat impérialiste, donc tous les pays arabes s'uniraient derrière l'Arabie Saoudite. L'affaire fut
portée devant une Cour d'arbitrage. Celle-ci n'a toutefois pas réussi à résoudre le problème et, après avoir
constaté la contrainte pesant sur les Saoudiens, et leur corruption, elle s'est dissoute.
46
Voir par exemple les attaques menées par la propagande soviétique contre le projet lancé par les Américains de
construire une autoroute de la côte méditerranéenne au Golfe Persique ; émissions de RM les 5 et 9 janvier 1955.
47
TASS, 27 mai 1955 ; RM, 28 mai 1955.
48
RM, 14 juin 1955, DRAMBJANTZ traite de la rivalité anglo-américaine dans la péninsule Arabique et de ses
conséquences. Aussi une information de Tass en anglais, 25 mai 1955.
49
RM, 26 mai en arabe ; le remplacement de Sir John Philby par un conseiller allemand (comme le prétend cette
émission) apparaît au commentateur comme une nouvelle preuve de la rivalité sourde qui oppose au Moyen-Orient les
Etats-Unis à l'Allemagne de l'Ouest toujours en quête de marchés.
50
RM, 3 septembre 1955. Concernant l'attitude soviétique à l'égard de l'Arabie Saoudite et l'appréciation du mouvement
de Wahabisme par les idéologues voir la Grande Encyclopédie soviétique ; l'article de A. I. PERCHITZ dans Sovjetskaja
Etnografija, 1955, N° 3 ; E. PRIMAKOV, Strany Arabii i kolonializm. Moskva, Gospol, 1956 ; E. BELJAJEV, Amerikanskij
imperialism v Saoudovskoj Arabii. Moskva, Gospol, 1957, et les deux études de N. I. PROCHIN, Le mouvement d'Ikhwan
en Arabie, 1912-1930 dans le volume: Arabskije strany, istorija, ekonomika, literatura; Moscou, 1960 et Les pays de la
péninsule Arabique, Moscou, Gospol, 1958.
51
Les années qui se sont écoulées depuis la crise de Buraimi ont amplement prouvé que l'enjeu est d'une importance
que l'opinion publique n'a pas réalisée à l'époque, car les champs pétroliers d'Abu Dabi sont parmi les plus riches.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 36 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe52
L'Union Soviétique a appuyé les thèses saoudiennes par une campagne de propagande . Radio53
Moscou a diffusé en arabe les communiqués saoudiens , ainsi que les déclarations ou prises de position
54
des hommes d'Etat arabes et déclare « légitime la lutte des nationalistes arabes contre les menées des
agresseurs britanniques 55 ». La question de Buraimi sert généralement à illustrer le grand thème favori des
Soviétiques : la rivalité anglo-américaine pour le pétrole de la péninsule Arabique. A leurs yeux, il ne fait
aucun doute que la Grande-Bretagne préfère régler la question par la force et, qu'à cet effet, dès le début du
conflit, elle a donné au sultan d'Oman des instructions pour attaquer l'oasis. Les deux émirats ne sont pas
intéressés à l'occupation de celle-ci mais ce sont les compagnies pétrolières britanniques qui veulent mettre
56
la main sur les puits de pétrole . Une autre version accuse les Américains d'avoir l'intention d'établir sous
leur égide une alliance régionale groupant l'Arabie Saoudite, les émirats du Golfe, Koweit, Bahrein et
Oman 57. La troisième interprétation explique les événements comme étant des représailles des impérialistes
contre l'Arabie Saoudite à cause de son orientation neutraliste. En effet, Radio-Moscou a diffusé un
commentaire sur la situation politique arabe et sur la session du Comité politique de la Ligue arabe sur
Buraimi en constatant : « A la suite de cette résolution prise en comité, une attaque fut lancée contre Buraimi
par des milieux britanniques accoutumés à l'emploi de la force. Le moment choisi mérite d'être noté. Le
journal de Damas, Al Nidal, a déclaré que « quelques heures s'étaient écoulées entre la signature de
l'accord militaire égypto-saoudien et l'occupation de l'oasis par les militaires britanniques ». Ceci révèle
clairement le désir d'exercer des pressions sur le royaume saoudien qui a pris récemment un certain nombre
de mesures pour garantir sa sécurité en poursuivant, avec d'autres Etats arabes, une politique étrangère
indépendante 58 ».
L'Oman, imamat situé tout à fait au sud de la péninsule Arabique, avait été placé — depuis l'arrivée des
Britanniques — sous l'autorité du Sultan de Mascate. A son tour, cet imamat est devenu un protectorat
britannique. De ce fait, les ouvrages soviétiques de référence n'ont pas reconnu le statut indépendant du
sultanat, en le considérant comme une colonie de la Grande-Bretagne 59.
Dès le début de la lutte qui oppose en 1955 le Sultan à l'Imam d'Oman, lutte qui s'est terminée par le
succès du premier, et surtout depuis la révolte de juillet 1957, la littérature russe a présenté la résistance
omanaise comme une lutte nationaliste contre l'impérialisme étranger. Les auteurs soviétiques, oubliant la
situation intérieure féodale, affirment que l'indépendance complète d'Oman a été déjà reconnue en 1920,
dans l'accord conclu entre l'Imam, le Sultan de Mascate et le représentant britannique. Le calme a régné
dans la région jusqu'en 1955 — selon leur commentaire — époque où de riches terrains pétrolifères ont été
découverts dans l'Imamat, et que l'Imam a refusé aux compagnies pétrolières britanniques les concessions
demandées. En conséquence, le Sultan incité par les Anglais, et avec leur assistance, a envahi l'Oman.
60
En juillet et août 1957 , l'agence TASS a publié des communiqués exposant le point de vue soviétique
sur l'affaire d'Oman. On y retrouve les attaques coutumières contre l'impérialisme occidental, et la sollicitude
toute fraîche de Moscou pour l'Imam Ghaleb Ben Ali. Tout au long du mois d'août, et d'une manière moins
intense, jusqu'au printemps suivant, une violente campagne de la presse et des radios soviétiques sur le
problème d'Oman s'est ajoutée à l'attaque générale contre la doctrine Eisenhower. A l'encontre de la
propagande égyptienne, c'est moins à la Grande-Bretagne qu'aux Etats-Unis que la propagande russe s'en
52
Selon des nouvelles non confirmées, l'Union Soviétique aurait aussi offert des armes aux chefs de la révolte contre
l'autorité du sultan d'Oman, donc contre les Britanniques. Times (Moscou), 16 novembre 1955.
53
Ainsi, par exemple, RM diffuse le 28 octobre 1955 en arabe le communiqué de l'émir Feyçal.
54
Aussi le 4 novembre 1955 RM, en arabe, cite la lettre du président égyptien au roi Saoud condamnant l'occupation de
l'oasis de Buraimi et exprimant l'appui total de l'Egypte à l'Arabie Saoudite.
55
RM, les 9 et 12 juin 1954 en arabe.
56
L'article en Novoje Vremja commenté par RM le 12 juin 1954.
57
RM, en arabe, le 4 juin 1954.
58
Commentaire de RM du 10 novembre 1955, sur la situation arabe et la session du Comité politique de la Ligue arabe
sur Buraimi.
59
Voir Mizan Newsletter, mars 1959.
60
Par exemple les 25, 26, 29 et 31 juillet 1957.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 37 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe61
prend. Le thème de la rivalité anglo-saxonne réapparaît . A l'occasion de la signature d'un traité
consulaire entre les Etats-Unis et le Sultanat de Mascate on peut lire que, par cet acte, le Sultan, « conscient
du déclin inévitable de l'empire proche-oriental de la Grande-Bretagne, a décidé de se ranger aux côtés
des Etats-Unis 62 ».
En ce qui concerne les mouvements nationalistes d'Aden et la controverse qui se poursuit depuis des
années entre la Grande-Bretagne et le Yémen au sujet de ce protectorat, les Soviétiques appuient, bien
entendu, les groupes qui résistent aux Anglais et s'alignent sur la politique yéménite.
Au cours des années 1950, la politique britannique s'était efforcée de créer une fédération des territoires
63
autonomes composant le protectorat d'Aden . Les Soviétiques ont attaqué ce projet avec véhémence en le
64
qualifiant de « nouveau truc des colonialistes
» et ils ont exprimé l'avis que la constitution d'une telle
fédération prive les territoires qui en font partie, de toutes les libertés sur le plan extérieur, car ils sont obligés
d'obtenir l'approbation des Britanniques dans les questions touchant leurs relations interétatiques. Pour les
idéologues moscovites, les bases sociales pour une résistance effective au colonialisme britannique sont
réunies. L'intelligentsia nationale fait déjà son apparition et la bourgeoisie nationale a renforcé ses positions.
Les partis politiques — parmi lesquels la Ligue arabique du Sud qui semble être le plus fort et gagne ainsi la
sympathie russe 65 — ont étendu leur activité jusqu'aux tribus vivant dans les coins les plus reculés du
protectorat et possèdent ainsi une base populaire suffisamment représentative. Les révoltes tribales — déjà
fréquentes avant la guerre — prennent, d'après les comptes-rendus soviétiques, la proportion d'un
« mouvement général pour l'indépendance d'Aden » dont l'ampleur atteint même les couches supérieures et
dominantes de la société qui partagent aussi des sentiments antibritanniques 66. Pour les Soviétiques, le
plan britannique de fédération du Sud-Arabique n'est — tout simplement — qu'« une conséquence directe
des événements de 1951 en Iran. Les Anglais veulent trouver de nouvelles sources de pétrole pour résister
à la compétition américaine. Pour pouvoir prospecter le pétrole dans l'Arabie du Sud, les Anglais doivent, au
préalable, y asseoir leur autorité ... La Fédération des Emirats du Protectorat Occidental d'Aden sera un
empire de « l'I.P.C », et permettra aux compagnies pétrolières anglaises de lutter contre leurs concurrents
67
américains qui dominent l'Arabie Saoudite ».
Les revendications yéménites sur les territoires du protectorat d'Aden sont généralement reconnues, les
Anglais ayant conquis et détaché ceux-ci de l'Imam du Yémen 68. Toutefois, à partir de 1959 on remarque
une certaine hésitation — probablement à la suite des expériences faites par l'URSS avec la République
Arabe Unie de Nasser — en ce qui concerne les droits yéménites sur l'empire des cheiks d'Aden, et l'article
déjà cité de Nilskij n'énumère pas, parmi les objectifs des partis nationalistes du protectorat, l'union avec le
Yémen et ne suggère pas non plus — fait significatif — que cette union doive figurer parmi ses objectifs.
61
L'article de DRAMBJANTZ dans Sovremennyj Vostok, mars 1958.
62
RM, 19 janvier 1958.
63
Selon le projet de constitution de 1957, mais qui a été accepté seulement en 1959, une fédération des émirats du
Sud-Arabique fut créée en février de cette année. La fédération qui signa un traité d'amitié et de protection avec la
Grande-Bretagne, avait inclus six sultanats, Beihan, Dhala, Audhali, Fadhli, le Bas-Yafa et l'Aulaqui supérieur. En
octobre 1959, Lahej joint la fédération dans laquelle l'Aulaqui inférieur, la confédération de Dathina et Akrabi avaient été
intégrés en février 1960. Ainsi, en 1960, la fédération se compose de dix sultanats et émirats du Protectorat occidental
d'Aden. (Il n'y avait en effet aucun Etat du Protectorat oriental.) Le traité conclu avec le gouvernement britannique prévoit
une assistance financière et technique du Royaume-Uni en vue du développement de la nouvelle fédération.
64
FOUZEJEV, V. Colonialists' New Trick. International Affairs (Moscou), juin 1959, pp. 106-107.
65
Article de A. NIL'SKIJ dans Sovremennyj Vostok, septembre 1959, pp. 39-41.
66
Mizan Newsletter, octobre 1959.
67
RM, 9 janvier 1954.
68
RM, en arabe, 25 janvier 1954 ; les interventions britanniques à Aden font l'objet de commentaires incessants de
l'Agence Tass, 28 juin, 10 et 18 juillet 1955 ; les agressions britanniques contre Buraimi, 7, 9 et 15 juillet 1955 ;
RM reprend le 20 juillet, en arabe, la protestation yéménite à la Ligue arabe contre * l'agression des impérialistes anglais
dans le Sud yéménite +.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 38 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe69
En rapport avec les événements intérieurs du Yémen , la Pravda, reprenant un article du journal cairote
Al-Goumhourija, se prononce en faveur de l'Imam Ahmed présenté comme une victime des manœuvres
étrangères et comme le champion de la politique indépendante arabe : « Ce complot est l'œuvre de
l'étranger ... Les impérialistes, mécontents de la politique du souverain, ont décidé — violant la souveraineté
de cet Etat — de le remplacer par leur agent l'Emir Abdallah. Tout sépare ces deux hommes et explique le
choix des impérialistes : l'Imam Ahmed défend l'indépendance de son pays et s'oppose aux pactes dont
l'étranger est seul bénéficiaire ... Le ministre des Affaires étrangères, Abdallah, soutenu par les Anglais,
s'oppose à la politique de l'Imam qui est aussi la politique de l'Egypte 70 ».
Cette appréciation soviétique de la situation yéménite montre la contradiction entre approche politique et
idéologique. L'inconsistance de la position de Moscou saute aux yeux de l'observateur impartial, à la lumière
des événements yéménites de 1962 — la révolution du général Sallal —, moment où l'URSS a prodigué tout
son appui au régime révolutionnaire 71.
c) Le seul conflit armé : Suez
La crise la plus aiguë qui a éclaté entre l'Occident et les pays arabes est celle de l'automne 1956.
L'attaque tripartite contre l'Egypte et tous les développements qui l'ont amenée, constituent une menace
directe envers le nationalisme arabe, mettent au défi ses idéaux et réalisent un front uni — même si ce n'est
que temporairement — du monde arabe autrefois divisé. L'Union Soviétique a de nouveau pris la défense
des intérêts arabes et a joué un rôle très actif dans les événements.
La nationalisation du Canal
L'accord de 1954 sur le canal de Suez entre Britanniques et Egyptiens, réalise l'objectif primordial du
nationalisme égyptien : le retrait des troupes britanniques du canal. Mais, en même temps, il reconnaît à la
Grande-Bretagne le droit de reprendre ses positions en cas de guerre, ou en cas d'attaque contre un pays
72
arabe ou contre la Turquie . Certes, ces faits sont restés sujets à révision aux yeux des nationalistes
arabes, mais ne devaient pas conduire à un conflit armé.
Pour l'URSS l'accord conclu au sujet de Suez a une signification fondamentale : il est l'aboutissement des
efforts américains pour dominer le Proche-Orient et y substituer leur propre influence à l'influence
69
Un coup d'Etat a éclaté au Yémen en avril 1955 contre l'Imam Ahmed. Le chef de la révolte est le prince Abdallah qui
a beaucoup voyagé en Occident et a représenté son pays aux Nations Unies. Le mouvement a été rapidement écrasé
par le fils aîné de l'imam, le prince el-Badr. Celui-ci a libéré son père de Taiz où il avait cherché refuge devant les
troupes de son frère. Le prince Abdallah et un autre frère, le prince Abbas, ont été pendus ; six autres conspirateurs
décapités et le premier ministre obligé de rester au Caire où il séjourna au moment du complot.
70
Pravda, 8 avril 1955.
71
Les relations soviéto-yéménites avant la révolution de 1962 contiennent, en effet, tous les éléments de contradiction
reprochés par les orthodoxes à l'équipe khrouchtchévienne. L'imam du pays et sa famille ont été soutenus par les
Soviétiques, en raison de leur position anti-impérialiste, c'est-à-dire anti-britannique, malgré le féodalisme arriéré régnant
dans le pays et le système absolutiste du gouvernement. Il est vrai que la Grande Encyclopédie soviétique a condamné
sans ambages cet état de choses, mais les publications parues entre 1955 et 1960 parlent de l'imam Yahia comme d'un
chef patriotique. Un des auteurs, SOULTANOV, décrit le palace du prince héritier à Hodeidah comme * modeste + et aucun
des ouvrages ne traite du mouvement démocratique, de la prise de conscience des ouvriers, donc des signes d'une
fermentation sociale au Yémen, comme c'était le cas concernant l'Arabie Saoudite. Le Yémen et l'Union Soviétique ont
déjà conclu un traité d'amitié en 1929 qui a été renouvelé en 1939. Un nouveau traité est signé entre les deux pays le 31
octobre 1955, au Caire, et un accord commercial, le 8 mars 1956.
72
Le texte de l'accord se trouve, Documents, 1953, pp. 315-316.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 39 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe73
britannique . La mauvaise humeur soviétique à l'égard de l'Egypte n'a disparu qu'après la prise de position
très nette du gouvernement du Caire contre le pacte turco-irakien.
Les raisons de l'éclatement de la crise de 1956 ne se trouvent donc pas dans la situation créée par
l'accord de 1954, mais ailleurs. Par la nationalisation de tous les biens appartenant à la Compagnie Maritime
Universelle du Canal de Suez, décrétée le 26 juillet 1956, l'Egypte veut, par ce geste unique, s'emparer du
leadership du monde arabe. Ce qui est plus important encore, c'est que, assurée de l'appui total de la part
du bloc soviétique, elle a fait acte de son indépendance vis-à-vis de l'Occident, à un moment où celui-ci se
montre de plus en plus récalcitrant pour lui accorder l'aide militaire et l'assistance financière sollicitées.
En effet, l'attitude occidentale a été extrêmement hésitante au cours des délibérations qui ont suivi la
requête égyptienne d'armement. Concernant la question du financement du barrage d'Assouan — projet
spectaculaire, et vital au régime — la procédure a été encore pire. Les négociations sont entreprises dès
l'automne 1955, et se poursuivent jusqu'au printemps de l'année suivante. Les Américains et les
Britanniques, de concert avec la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement,
semblent vouloir consentir à l'Egypte le prêt nécessaire pour commencer les travaux. Simultanément, le
gouvernement nassérien entreprend des démarches pour obtenir l'assistance soviétique, selon ses principes
de non-alignement et en vue de répartir les frais de cette énorme entreprise parmi ses créditeurs.
74
Finalement, les Occidentaux refusent les crédits sollicités
en espérant porter un coup dur à la politique
générale du président Nasser. Tout en reconnaissant que le barrage est une question de vie ou de mort
pour le peuple égyptien, le New York Times exprime ainsi l'opinion occidentale : « Ils (les Egyptiens) ne
peuvent que blâmer les ambitions outrecuidantes et la politique aventurière du président Nasser qui a
essayé d'opposer l'Est à l'Ouest au nom de l'indépendance nationale et du neutralisme positif, et qui se
trouve maintenant assis entre deux chaises. Pour se faire puissant, il a hypothéqué l'avenir économique de
l'Egypte, non pour obtenir du pain pour son peuple, mais pour se procurer des armes et devenir le chef d'un
empire panarabe s'étendant de l'Atlantique au golfe Persique en anéantissant Israël ... C'est au peuple
égyptien à tirer les conséquences de la politique suivie par le président Nasser et d'en adopter une nouvelle
75
qui leur apportera le pain et la liberté ». L'intention de faire éclater le régime révolutionnaire égyptien —
devenu trop indépendant — est donc bien claire.
Le refus occidental a envenimé la situation et devait obligatoirement mener à l'éclatement d'une crise
entre l'Egypte et l'Occident. La nationalisation de la compagnie du canal de Suez est survenue dans ce
climat. Elle a provoqué naturellement une réprobation générale dans le monde occidental et les trois
puissances les plus intéressées, la Grande-Bretagne, la France et les Etats-Unis ont envoyé au
gouvernement égyptien un mémorandum 76 qui met en cause la légalité de cette décision. Les positions
occidentale et égyptienne sont diamétralement opposées : la première affirme que le canal de Suez et la
compagnie gérante ont un caractère international établi et garanti par la Convention de Constantinople de
1888, tandis que selon la seconde, la concession accordée par l'Egypte à la Compagnie Maritime
Universelle de Suez et la Convention de Constantinople sont deux choses différentes et qu'il appartient aux
73
Izvestia, 8 août 1954. Voir aussi les articles dans la Pravda, 15 et 22 juillet 1954.
74
Retrait de l'offre américaine : 19 juillet 1956 ; retrait de l'offre britannique : 20 juillet 1956.
75
The New York Times, 22 juillet 1956. Cité par plusieurs journaux arabes, voir : AW, 24 juillet 1956. Le journal Al Anba
publie le message envoyé au président Eisenhower par le Comité américain de la sécurité et de la justice et qui est
signé par Alfred Lilienthal (auteur de What Price Israël) : * Le gouvernement égyptien a toujours préféré traiter avec
l'Ouest. Mais présentement dans l'affaire du barrage d'Assouan et dans l'affaire des armes tchèques, dans le passé,
nous nous sommes conduits comme si nous voulions pousser réellement Abdel Nasser dans les bras du Kremlin ... La
question à laquelle nous devons répondre maintenant est la suivante : est-ce que l'Union Soviétique a mis seulement un
pied au Moyen-Orient, ou est-ce que cette région est devenue une part entière du bloc des Etats se trouvant derrière le
rideau de fer +. AW, 26 juillet 1956.
76
Déclaration des gouvernements de la Grande-Bretagne, de la France et des Etats-Unis sur la nationalisation de la
Compagnie maritime universelle du canal de Suez, Londres, 2 août 1956. Documents, 1956, pp. 138-139.
77
Discours du président Nasser, à Alexandrie, le 26 juillet 1956. Malgré sa protestation et sa participation à l'action
concertée de la Grande-Bretagne et de la France, le gouvernement des Etats-Unis a autorisé depuis le 5 août les
bateaux battant pavillon américain à payer les droits aux agents de l'autorité nationalisée du canal. Ainsi, avant la
conférence de Londres, l'Egypte a encaissé 35 % des droits dus par les bateaux traversant le canal, provenant
principalement des cargos américains. Survey, 1956-1958, pp. 18-19.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 40 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
droits souverains de l'Etat égyptien de nationaliser la première à sa convenance, à la condition qu'elle
77
assure la libre navigation sur le canal . Le président Nasser justifie la décision prise à l'égard de la
Compagnie par la nécessité de couvrir les frais de construction du barrage d'Assouan, à l'aide des revenus
que le trafic sur le canal de Suez peut fournir à l'Egypte. Créée par les maladresses occidentales, une
situation idéale s'offre à la diplomatie soviétique, pour intervenir une fois encore dans les affaires
proche-orientales aux côtés des Arabes, et pour démontrer, sans équivoque, l'identité des intérêts
soviétiques et arabes. Le 30 juillet déjà — avant qu'une déclaration officielle ait vu le jour — la Pravda a
promis un appui total aux efforts entrepris par le gouvernement égyptien pour se débarrasser de toute
dépendance étrangère. Du côté soviétique, une activité fiévreuse a suivi l'annonce du 26 juillet. Le président
Nasser s'est entretenu avec l'ambassadeur Kiselev au moins quatre fois pendant les premiers jours d'août,
et en l'espace de quarante-huit heures il a reçu de lui toutes les assurances requises 78.
La première prise de position officielle soviétique est venue de Khrouchtchev en personne. Il a déclaré :
« Nous considérons qu'en effet rien d'illégal ne s'est produit. De quoi s'agit-il ? Du canal de Suez. Où est-il ?
En Egypte. Par le territoire de qui passe-t-il ? Par le territoire égyptien. Par les mains de qui ce canal a-t-il
été construit ? Par les mains des Arabes, les habitants de l'Egypte. Mais il n'appartient pas à l'Egypte ...
Aujourd'hui nous vivons à une époque où les relations établies par la conquête et par l'occupation ne
constituent plus une raison pour maintenir les autres peuples en état d'assujettissement. Les peuples
coloniaux se sont libérés du joug colonial et proclament leurs droits ... Je crois que la nationalisation du
canal de Suez est un acte auquel un gouvernement souverain — comme le gouvernement égyptien — peut
recourir de plein droit. Il faut souligner que l'Egypte a pris l'engagement de respecter la libre navigation sur le
79
canal de Suez et de payer une compensation aux actionnaires delà Compagnie
».
80
La déclaration soviétique , faite en réponse à la déclaration tripartite —- franco-anglo-américaine — du
2 août et qui contient aussi l'invitation à la Conférence de Londres de tous les Etats signataires de la
Convention de Constantinople, suit, en partie, l'argumentation du premier ministre soviétique. En outre, elle
se fait l'écho de la position égyptienne et souligne la différence entre la nationalisation de la Compagnie
tombant sous la juridiction égyptienne et le maintien de la libre navigation sur le canal de Suez : « Les
gouvernements des puissances occidentales, quoiqu'ils reconnaissent à l'Egypte en tant que nation
entièrement souveraine et indépendante le droit de nationaliser les biens sous sa juridiction, essaient
cependant de mettre en cause la légalité de l'acte du gouvernement égyptien qui a nationalisé la Compagnie
du Canal de Suez. La déclaration contient l'affirmation, dénuée de tout fondement, que cette Compagnie est
une « agence internationale » dont le statut ne peut être changé par le gouvernement égyptien. Elle ne tient
pas compte du fait que la Compagnie du Canal de Suez, depuis sa fondation, a toujours été considérée,
même aux termes de l'accord de 1866 dont l'Egypte n'était pas un partenaire à égalité avec les autres,
comme une compagnie égyptienne qui opérait sous les lois et les coutumes égyptiennes. La nationalisation
de la Compagnie du Canal de Suez ne concerne en rien la question de la libre navigation à travers le canal
qui est réglée par la convention spéciale de 1888. Toute tentative visant à faire apparaître une compagnie
privée, sujette aux lois égyptiennes, comme une sorte d'agence internationale assurant la navigation sur le
Canal de Suez, n'a pas la moindre base légale. La nationalisation des biens des entreprises situées sur le
territoire de telle ou telle nation n'est — selon les principes généralement reconnus en droit international —
qu'une affaire intérieure de cette nation ». Sous ce rapport, la déclaration soviétique cite une résolution de
l'Assemblée générale des Nations Unies datant de décembre 1952, concernant le droit des peuples à
disposer de leurs richesses et de leurs ressources naturelles, et demandant aux Etats de ne pas
entreprendre des actions qui peuvent enfreindre en ce domaine les droits souverains des autres 81.
Toutefois, les Soviétiques sont d'accord que « les questions concernant la libre navigation sur le canal de
Suez » peuvent être objet de délibérations et d'un accord à l'échelle internationale. L'Union Soviétique s'est
78
79
er
AW, 1 et 7 août 1956.
er
Izvestia, 1 août 1956, pp. 1-2. Khrouchtchev n'a fait que répéter, presque mot par mot, les paroles de Nasser qui a
dit à Alexandrie : * Le canal est situé sur territoire égyptien, qui est une partie intégrante de l'Egypte et qui est une
propriété égyptienne +. Survey, 1956-1958, p. 5.
80
Déclaration du Ministère soviétique des Affaires étrangères du 9 août 1956. Pravda, 10 août 1956.
81
Pravda, 10 août 1956.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 41 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
montrée prête à participer à la Conférence de Londres et a exprimé l'espoir de trouver un arrangement
« acceptable pour la nation égyptienne comme pour les autres nations intéressées ».
A la première Conférence de Londres qui s'est ouverte le 16 août 1956, l'Union Soviétique est présente
— malgré une série d'objections exprimées dans les déclarations officielles. Ces objections semblent être
aujourd'hui incontestablement valables. Tout d'abord l'URSS a souligné son droit en tant que successeur de
la Russie tsariste et signataire de la Convention de Constantinople d'être parmi les puissances invitantes de
la conférence, droit méconnu par les Occidentaux. Son représentant, le ministre des Affaires étrangères,
Chepilov, constate, au moment de l'ouverture, que la conférence a été convoquée « d'une manière
82
arbitraire », et fait objection à sa composition . Selon le point de vue soviétique, en plus des vingt-quatre
nations invitées, un autre groupe de vingt-deux Etats aurait dû être présent aussi, mais les invitations ont été
faites de façon à assurer une majorité favorable aux propositions avancées par la France et la
Grande-Bretagne. « Selon la déclaration tripartite, dit la déclaration soviétique du 9 août, la composition de
la conférence s'est faite selon deux principes : les parties à la Convention de 1888 et les nations « les plus
intéressées à l'usage du canal ». Toutefois, aucun de ces principes n'a été observé. L'Autriche-Hongrie et
l'Allemagne ont été parmi les signataires de la convention de 1888. L'Autriche, la Hongrie, la
Tchécoslovaquie et la Yougoslavie sont les Etats successeurs de l'Autriche-Hongrie. Aucune de ces nations
n'a été invitée à la conférence. Seule une partie de l'Allemagne, la République Fédérale Allemande, a été
invitée, tandis que l'autre partie, la République Démocratique Allemande, ne l'était pas ... Les nations arabes
— la Syrie, le Liban, l'Arabie Saoudite, la Jordanie, le Soudan, la Libye, le Yémen, l'Irak, le Maroc et la
Tunisie dont les territoires sont directement voisins du canal et qui ont un intérêt vital à une solution définitive
de la question — n'ont pas non plus été invitées. Il faut constater que la majorité des nations arabes sont
aussi des Etats successeurs de l'Empire Ottoman, signataire de la convention de 1888 ».
En effet, Chepilov a répété à la Conférence de Londres les arguments développés auparavant dans la
note rédigée par son Ministère, évoquant l'irréconciliabilité du respect occidental du droit souverain de
83
l'Egypte et du projet visant à l'établissement d'une autorité internationale sur le canal . Il n'a pas mis en
question les intérêts particuliers de la France et de la Grande-Bretagne, et a spécifié un par un les
engagements à prendre par l'Egypte en vue d'assurer que le canal soit ouvert pour toujours aux vaisseaux
commerciaux et aux bâtiments de guerre de toutes les nations. Il a toutefois souligné que cet objectif ne
pouvait être atteint que par des négociations franches et menées sur un pied d'égalité avec le gouvernement
égyptien. Il s'est montré favorable quant à la proposition du 12 août de ce dernier concernant la convocation
d'une autre conférence avec une participation plus complète des pays intéressés, et a suggéré la
désignation d'un comité de préparation composé de six membres : l'Egypte, l'Inde, les Etats-Unis,
84
la France, la Grande-Bretagne et l'Union Soviétique . Chepilov n'a soumis aucune proposition à la
85
conférence, mais il a donné son appui entier au projet de résolution déposé par l'Inde le 20 août . La
position indienne est tout à fait concordante avec celle des Soviétiques et des Egyptiens ; tandis que la
résolution votée par dix-huit nations ne peut être acceptée par l'URSS, car elle veut imposer un comité de
gestion à l'autorité égyptienne, donc limiter la souveraineté de ce pays, reconnaissant en même temps
l'obligation, au gouvernement du président Nasser, de payer une compensation équitable à la Compagnie
Maritime Universelle du Canal de Suez 86.
Cette première Conférence de Londres a laissé une vague impression de coopération russo-américaine
dans les affaires proche-orientales, impression qui se confirmera pendant les développements ultérieurs de
87
l'affaire de Suez .
82
AW, 17 août 1956.
83
Discours prononcé le 17 août. Orient, N° 1. 1957, p. 153.
84
Ibid., p. 154.
85
Ibid., p. 158.
86
Ibid., pp. 159-160.
87
Selon une information de l’AP, Dulles a été encouragé par l'attitude des Soviétiques dans la recherche d'une solution
pour le problème du canal, AW, 16 août 1956 ; des rumeurs circulaient aussi affirmant que la Russie a même conseillé,
après la première Conférence de Londres, la modération au gouvernement du Caire et a influencé le décision de Gamal
Abdel Nasser à recevoir Menzies, président du Conseil australien, et président de la Commission des cinq. Survey,
1956-1958, p. 26.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 42 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
La propagande officielle suit, bien entendu, la ligne habituelle anticolonialiste et anti-impérialiste. « La
rapide montée du mouvement de libération nationale en Orient avait forcé les puissances colonialistes, y
compris la Grande-Bretagne, à accorder certaines concessions aux pays s'efforçant d'obtenir leur
indépendance complète, constate un communiqué de l'Agence TASS, mais la réaction de Londres envers la
88
nationalisation du canal de Suez a précisément démontré le contraire ». Quant au plan occidental visant à
créer une association des utilisateurs du canal de Suez, l'accent a été mis sur la solidarité américaine avec
les colonialistes : « La Conférence de Londres a dissipé le mythe que la position des Etats-Unis concernant
l'affaire de Suez a été différente de celle de la Grande-Bretagne et de la France. Les trois alliés atlantiques
ont agi de concert pour imposer à l'Egypte le contrôle international du canal de Suez, révélant ainsi leurs
89
desseins colonialistes
». En plus de leur jeu politique sur les deux plans — propagande hostile et
coopération avec l'autre puissance de même grandeur que l'URSS —, les Soviétiques ont donné des
assurances secrètes aux gouvernements arabes et en premier lieu au gouvernement nassérien.
Après l'échec de la première Conférence de Londres, la position soviétique s'est considérablement durcie
et tous les moyens furent mis en œuvre pour influencer les décisions du gouvernement égyptien. Telle a été
l'impromptue conférence de presse de l'ambassadeur Kiselev, enregistrée par tous les milieux avec surprise,
au cours de laquelle celui-ci a déclaré que l'Egypte est « le seul maître, propriétaire et administrateur » de ce
canal et que seul le plan proposé par Krishna Menon peut satisfaire les légitimes revendications
égyptiennes. A ce propos, le quotidien de Beyrouth, l’Orient, remarque — non sans malice — que Kiselev
est « plus arabe que Nasser et que tous les Arabes réunis » dans la défense des intérêts arabes.
L'éditorialiste exprime le sentiment qu'ont eu beaucoup de proche-orientaux à l'époque. En effet, l'URSS ne
voit pas d'un bon œil la souplesse montrée par les deux parties en conflit, car un arrangement à l'amiable
peut décevoir ses espoirs d'une crise grave entre l'Occident et l'Egypte. L’Orient compare les deux attitudes :
soviétique et indienne. Il remarque l'insistance de Kiselev sur le plan Menon — alors que ce dernier a déjà
déclaré qu'il ne tient pas à ses propositions spécifiques, mais recherche seulement un compromis
acceptable aux deux parties — et conclut que tandis que l'Inde veut laisser la porte ouverte à n'importe quel
arrangement qui puisse convenir au gouvernement égyptien, l'URSS veut pousser Nasser dans une position
intransigeante, surtout par une propagande intense et violente 90.
Ce raidissement de la position de l'URSS ressort aussi de la note envoyée aux ambassades occidentales,
le 15 septembre, à la veille de la deuxième Conférence de Londres. Elle réaffirme l'intérêt de l'Union
Soviétique dans la région proche-orientale, en se référant particulièrement à l'impératif de la sécurité de
l'URSS 91. Aux préparatifs militaires de la France et de la Grande-Bretagne, dont Moscou est naturellement
au courant et auxquels sont automatiquement associés les Etats-Unis 92, l'URSS oppose deux arguments :
l'un de la force, l'autre du droit. La note ne fait pas seulement allusion au danger d'une conflagration
mondiale à laquelle les préparatifs de guerre au Proche-Orient peuvent aboutir, mais attire l'attention des
puissances occidentales sur les éventuelles menaces contre leurs intérêts vitaux dans la région : destruction
totale du canal de Suez, voie maritime indispensable entre l'Asie et l'Europe, ainsi que des puits pétrolifères
se trouvant en Orient arabe et des oléoducs acheminant le pétrole aux ports méditerranéens. Tout cela a été
93
présenté comme une riposte légitime des peuples solidaires de l'Egypte au cas où ce pays serait attaqué .
En outre, le gouvernement soviétique déclare que les préparatifs militaires contre l'Egypte sont en
« contradiction flagrante » avec la Charte des Nations Unies et avec la qualité de membre du Conseil de
sécurité de ces deux pays. Il réfute l'argument britannique justifiant les préparatifs militaires par l'emploi de la
88
Cité dans AW, 2 août 1956.
89
The New York Times, 30 août 1956.
90
Concernant la conférence de presse de Kiselev et le commentaire de l’Orient voir AW, 30 août 1956.
91
Pour le texte de la note voir Documents, 1956, pp. 229-230.
92
La note évoque aussi la session extraordinaire de la OTAN, réunie en septembre ; cette réunion est considérée
comme un signe sûr de l'implication des Etats-Unis dans toute l'affaire.
93
Al Jaksa, quotidien irakien, écrit, à ce moment, au sujet des grèves qui ont lieu un peu partout dans le monde arabe
en signe de sympathie et comme une manifestation de la volonté populaire d'aider l'Egypte : * La grève a été différente
des grèves ordinaires dont nous entendons généralement parler. Une grève qui s'étend sur tout le monde arabe est
décidément quelque chose d'important. L'aspect important de la grève, c'est que les grévistes voulaient participer à la
victoire sur l'ennemi commun ... Les Arabes suivront certainement Nasser comme leader. Ils feront de même avec
n'importe quel autre dirigeant arabe qui suivra son exemple +. AW, 24 août 1956.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 43 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
force du côté égyptien et aussi l'argument français évoquant la protection de ses ressortissants dans ce
pays.
La note soviétique du 15 septembre tire parti des expériences acquises à la première Conférence de
Londres. Elle se réfère au fait, évident selon toutes les sources, qu'à la conférence « la légalité de l'action du
gouvernement égyptien, en nationalisant la Compagnie du Canal de Suez, a été admise par la majorité des
participants ». Par conséquent, cette même majorité a préféré une solution à l'amiable et par voie de
négociations, en faisant échouer les tentatives qui visent à forcer l'Egypte à se retirer du canal de Suez et à
abandonner sa souveraineté sur cette partie de son territoire national.
Il est tout à fait naturel que les communistes proche-orientaux, avec, à leur tête, le Parti communiste syrolibanais et son leader, Chaled Begdache, aient soutenu inconditionnellement la position égyptienne.
Begdache avait déjà déclaré quelques jours après l'annonce de la nationalisation du canal que « le coup de
l'Egypte est un grand saut vers la libération entière de tous les Arabes. La position audacieuse qu'a prise le
président Nasser contre l'impérialisme coupe l'herbe sous les pieds des promoteurs du Pacte de Bagdad et
des alliances étrangères. Elle montre, en outre, à la Syrie et aux autres Etats arabes le chemin allant vers la
liberté 94 ». La presse a publié en Syrie et au Liban, au début de septembre, des extraits d'un long manifeste
du Parti communiste syro-libanais 95, dont le texte complet se trouve dans l’Al Akhbar de Beyrouth du
96
9 septembre . Ses conclusions, tirées de la situation après la première Conférence de Londres, sont les
suivantes :
— Les impérialistes sont au bout de leurs nerfs et ne savent plus ce qu'ils font. Leur prétention que la
nationalisation constitue une menace de la libre navigation, prouve seulement qu'ils s'efforcent d'étouffer,
sous n'importe quel prétexte, le mouvement de libération des Arabes.
— L'Egypte et les Arabes ne doivent pas être effrayés par ces intentions occidentales menaçantes, car
l'opinion publique mondiale, en premier lieu l'Union Soviétique et les démocraties populaires, les
soutiennent. Le manifeste exprime, tout particulièrement, des remerciements à l'URSS, à la Chine Populaire,
à l'Inde, à l'Indonésie et à Ceylan, pour avoir pris la défense des intérêts arabes.
— Le Parti communiste syro-libanais souligne, en outre, avec force, l'attitude « honteuse » adoptée par le
Pakistan, l'Iran et la Turquie à la Conférence de Londres, où ils se sont désolidarisés des pays arabes
proche-orientaux menacés.
— Finalement, le manifeste insiste sur l'importance de la coopération des forces populaires en Syrie et au
Liban qui doivent tout tenter pour appuyer l'Egypte. Comme exemple à suivre, on désigne le Comité pour
l'aide à l'Egypte, formé en Syrie, et dont Chaled Begdache est l'un des inspirateurs.
Dans l'intervalle qui sépare les deux réunions de Londres, l'Egypte a renouvelé sa proposition le
10 septembre, selon les lignes déjà exposées dans sa note du 12 août, concernant la convocation d'une
conférence plénière en vue de la révision de la Convention de 1888. Pour renouveler cette proposition,
l'Egypte s'est appuyée sur le fait que vingt-cinq nations — dont cinq : Ceylan, l'Indonésie, le Pakistan,
l'Espagne et l'Union Soviétique, représentées à la première Conférence de Londres —, l'avaient déjà
acceptée. En outre, comme geste de bonne volonté, elle a supprimé, le 26 septembre, la surtaxe
d'affrètement pour les cargos allant en Extrême-Orient. De leur côté, les puissances d'Europe Occidentale
veulent, avant la deuxième conférence, mettre l'Egypte au pied du mur. La Compagnie Maritime Universelle
du Canal de Suez a révoqué ses pilotes le 15 septembre pour paralyser le trafic sur le canal. Cette mesure
n'a pas été couronnée de succès, un nombre considérable de pilotes égyptiens s'étant mis à la disposition
du gouvernement, ainsi que des pilotes étrangers. Au début d'octobre, cinquante pilotes égyptiens et cent
trente employés européens et américains sont à la disposition des autorités 97.
Ainsi, à la deuxième conférence de Londres, tenue entre le 17 et le 21 septembre 1956, seules les
dix-huit nations ayant voté la résolution majoritaire à la première réunion, sont présentes. Avec l'Union
94
AW, 30 juillet 1956, citant Al Akhbar, l'hebdomadaire communiste de Beyrouth.
95
AW, 4 septembre 1956.
96
AW, 10 septembre 1956.
97
L’Orient, N° 1, 1957, pp. 171-173. La mesure du 26 septembre est mentionnée par Survey, 1956-1958, p. 35.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 44 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
Soviétique, l'Inde, Ceylan et l'Indonésie ont été aussi laissés à l'écart par les organisateurs. Il va sans dire
98
que Moscou n'a pas reconnu la représentativité de cette conférence .
L'affaire devant les Nations Unies et l'attaque tripartite
L'intervention des Nations Unies dans la solution du problème de Suez a été demandée, en premier lieu,
par une lettre commune de la France et de la Grande-Bretagne adressée au Président du Conseil de
sécurité le 23 septembre 1956. La requête égyptienne est arrivée un jour plus tard. Mettant les deux
demandes à son agenda, le Conseil de sécurité s'attaque au problème, pour la première fois, le 5 octobre.
Après des discussions réitérant les points de vue déjà connus, le Conseil vote, le 13 octobre, une résolution
présentée par la France et la Grande-Bretagne. Elle se compose de deux parties : la première énumère six
principes devant être appliqués au cours de la solution du problème. Cette partie de la résolution, contenant
des généralités, a été votée à l'unanimité ; la seconde partie qui exige de l'Egypte des garanties efficaces en
vue de la sauvegarde des droits de la Compagnie du Canal de Suez et du droit de libre navigation sur le
canal, n'a obtenu que neuf voix, la Yougoslavie votant contre, et l'URSS opposant son veto. Chepilov a
résolument repoussé l'idée d'une internationalisation du canal de Suez et a soutenu la proposition
égyptienne, présentée par le Docteur Mahmoud Faouzi, sur la formation d'un organisme spécial qui
s'occuperait du problème au nom des Nations Unies 99.
Etant donné que les négociations n'ont pas apporté les résultats escomptés par la France et la GrandeBretagne, ces deux pays, précédés par Israël, ont attaqué l'Egypte, dans le but avoué d'assurer la libre
navigation sur le canal de Suez. Les détails de ces jours critiques — se déroulant parallèlement à la plus
grande secousse qui n’ait jamais ébranlé le monde communiste, la révolution hongroise —, sont trop connus
pour être répétés ici. L'éclatement simultané des deux crises a, certes, contribué au fait que la diplomatie
soviétique n'a pas été à la hauteur de sa tâche et n'a pas pu mettre entièrement à son profit le seul conflit
armé qui opposât les pays occidentaux à un pays arabe, voire à tout le nationalisme arabe.
Dès le 30 octobre, les gouvernements américain et soviétique reprochent aux alliés d'avoir, par leur
initiative, porté un grave préjudice à l'Organisation des Nations Unies. Néanmoins, il y a un très sensible
écart entre les positions des deux grandes puissances. La note du gouvernement soviétique, publiée le
31 octobre, souligne qu'il s'agit en l'occurrence « d'une violation des obligations solennellement assumées
par les Etats membres de l'Organisation des Nations Unies ». Les Soviétiques considèrent que l'intervention
des troupes israéliennes est « manifestement destinée à être utilisée comme prétexte par les puissances
occidentales ... pour faire entrer leurs troupes sur le territoire des Etats arabes, en particulier dans la zone de
Suez ». En outre, la note soviétique condamne résolument les actes agressifs commis par la GrandeBretagne, la France et Israël, et exprime l'« ardente sympathie » du peuple soviétique à l'égard du peuple
égyptien qui défend, par un juste combat, son « indépendance nationale ».
Du côté américain, le président Eisenhower a fait savoir à la France et à la Grande-Bretagne qu'il
conserve « le ferme espoir que l'on donnera toutes les possibilités aux Nations Unies » pour résoudre la
crise « par des moyens pacifiques et non par la force ». Tout en faisant grief à ses alliés de ne pas les avoir
tenus au courant de leurs intentions, les Etats-Unis affirment, en effet, que l'action entreprise « par erreur »
par la France et la Grande-Bretagne, « n'amoindrit en rien l'amitié et la détermination des Etats-Unis de
100
maintenir et de renforcer les liens existant avec ces nations
».
Quoi qu'il en soit, les deux gouvernements, américain et soviétique, sont tombés d'accord pour réclamer
une intervention immédiate du Conseil de sécurité. Dans ce but, le représentant américain au Conseil, Cabot
Lodge, dépose au cours de l'après-midi du 30 octobre, un projet de résolution qui demande à l'Egypte et à
Israël de mettre fin aux hostilités et de revenir au statu quo. Il recommande ensuite à tous les Etats de
98
AW, 30 août 1956.
99
Sur le débat au Conseil de sécurité, et à l'Assemblée générale extraordinaire, Orient, N° 2, 1957, pp. 131-137.
La proposition égyptienne est reproduite par AW, 10 octobre 1956.
100
Les deux notes se trouvent dans l’Orient, loc. cit. p. 130.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 45 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
s'abstenir « de la menace ou de l'emploi de la force dans la région, d'une manière incompatible avec les buts
des Nations Unies », de s'abstenir également « d'apporter une aide économique, militaire ou financière à
Israël tant que cet Etat ne se serait pas conformé à la présente résolution », et d'aider les Nations Unies « à
faire respecter intégralement les conventions d'armistice ». Dans le débat qui a suivi, les délégués de l'Union
Soviétique et de la Yougoslavie ont affirmé que l'action de la France et de la Grande-Bretagne « constituait
un recours unilatéral à la force » et « une tentative destinée à exploiter la situation créée en Egypte par
l'agression d'Israël pour se saisir, par la force, du canal de Suez ». Les interventions des délégués français,
britannique et israélien montrent qu'un rapprochement des points de vue n'est pas possible. Le vote
intervenu à l'issue des débats en est la preuve évidente : la résolution américaine qui a recueilli sept voix et
deux abstentions (Australie et Belgique), s'est heurtée au veto de la France et de la Grande-Bretagne.
Un texte simplifié est alors déposé par le représentant soviétique, reprenant toutefois les principales
recommandations du projet américain, à l'exception du paragraphe invitant les Etats membres « à s'abstenir
de la menace ou de l'emploi de la force dans la région du conflit ». Malgré l'insistance de l'URSS pour qu'une
décision soit prise avant l'expiration de l'ultimatum franco-britannique, cette résolution se heurte, à son tour,
au veto des alliés. Le lendemain, 31 octobre, le Conseil décide, sur proposition de la Yougoslavie et malgré
l'opposition de la Grande-Bretagne et de la France, de convoquer une réunion d'urgence extraordinaire de
l'Assemblée générale.
er
A la suite de cette décision, l'Assemblée générale des Nations Unies s'est réunie le 1 novembre : elle a
siégé pratiquement sans interruption durant toutes les hostilités. Le caractère extraordinaire de cette session
lui a permis de se saisir, sans renvoi préalable devant la Commission politique, et selon une pratique établie
à l'époque de la guerre de Corée, de la question inscrite à son ordre du jour. Les Etats-Unis ont simplement
reconduit leur projet de résolution rejeté par le Conseil de sécurité. Il a été adopté par soixante-deux voix
contre deux (France et Grande-Bretagne) et neuf abstentions.
Les débats qui s'ouvrent ensuite devaient en principe se limiter à l'examen de la question palestinienne et
« des mesures à prendre pour la cessation immédiate de l'action militaire d'Israël en Egypte ». Ce qui est
particulièrement intéressant pour nous dans ce débat, ce sont les accusations que le délégué britannique,
Sir Pierson Dixon, et le délégué français, M. Louis de Guiringaud, ont porté contre l'Union Soviétique, en
rejetant sur elle la responsabilité des événements proche-orientaux. Selon Sir Dixon, l'URSS est
responsable parce qu'elle entretient, sciemment, des sentiments extrémistes dans les pays arabes. M. de
Guiringaud est allé plus loin en constatant la culpabilité soviétique dans l'encouragement donné à l'Egypte
pour réaliser ses plans agressifs et aussi d'avoir, par son veto au Conseil de sécurité, « assuré l'impunité
aux voisins arabes d'Israël ». Le représentant soviétique a, de son côté, réitéré le point de vue de son
gouvernement, en affirmant que l'Assemblée générale se trouvait bien en présence d'une « agression
caractérisée ... incompatible avec les buts et les principes de l'Organisation des Nations Unies ».
Les critiques adressées à l'Union Soviétique par les deux puissances d'Europe occidentale montrent,
d'une façon éclatante, leur maladresse sur la scène internationale d'alors — maladresse qui a toujours été
une des meilleures cartes dans les mains des diplomates russes. Dans leurs interventions, les représentants
britanniques et français ont, bien qu'indirectement, reconnu l'identité des intérêts soviétiques avec ceux des
pays arabes en général, et de l'Egypte en particulier.
Leur reconnaissance a grandement contribué à ce que ces pays prennent conscience de cette identité.
En tout cas, l'attitude franco-britannique à l'égard de l'URSS a renforcé les positions de cette dernière dans
la région proche-orientale.
Les Etats-Unis, tout en déplorant d'être en désaccord « avec trois pays auxquels ils sont alliés par une
amitié solide » et « deux de leurs alliés les plus fidèles et les plus sûrs », affirment que « l'attaque armée par
trois membres des Nations Unies contre un quatrième membre n'est rien d'autre qu'une faute grave,
incompatible avec les buts et les principes de la Charte ». Le secrétaire d'Etat, John Foster Dulles, a
toutefois reconnu aux autorités du Caire une certaine part de responsabilité dans le conflit, par les
provocations constantes aux confins d'Israël, le blocus du trafic maritime israélien, etc. Il a cependant
déclaré qu'il est inacceptable que les pays qui se trouvent victimes d'une injustice aient recours aux armes,
car cela signifie que la Charte des Nations Unies pourrait être bientôt déchirée. En conséquence, il a soumis
à l'Assemblée, pour approbation, des recommandations (plus détaillées que la résolution précédente)
demandant un cessez-le-feu immédiat, l'arrêt des envois d'armes ou de forces militaires dans la région, le
retrait des forces sur les lignes de démarcation, l'application, dès le cessez-le-feu effectif, de mesures pour
la réouverture du canal et le rétablissement de la liberté et de la sécurité de la navigation. Le secrétaire
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 46 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
général des Nations Unies devait être chargé de surveiller l'application de cette résolution et en rendre
compte, sans délai, au Conseil de sécurité et à l'Assemblée générale. Soumis au vote, sur la proposition du
Pakistan le 2 novembre, ce projet a recueilli soixante-quatre voix contre cinq (Australie, France, Israël,
Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni) et six abstentions.
Toutefois, ce vote n'a pas suffi à mettre fin aux opérations militaires qui se poursuivent au Proche-Orient.
Au cours d'une séance convoquée le 4 novembre à la demande de l'Egypte, dix-neuf pays représentant le
groupe afro-asiatique déplorent que « les parties intéressées n'aient pas encore accepté de se conformer
aux dispositions de la résolution du 2 novembre » et ils ont fait voter un projet plus original que le précédent,
car il est plus impératif : le secrétaire général est chargé de « faire les arrangements nécessaires avec les
parties intéressées » pour obtenir un cessez-le-feu dans les douze heures. Le vote a été acquis par
cinquante-neuf voix contre cinq (Australie, France, Israël, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni) et douze
abstentions.
De l'aveu même de leurs promoteurs, ces résolutions répondent à une nécessité immédiate : celle
d'obtenir l'arrêt des hostilités et le retrait des troupes du territoire égyptien. Elles ne suggèrent aucune
solution pour aboutir à un règlement durable du conflit. La remarque en fut faite dès le 2 novembre par un
certain nombre de délégués qui s'étaient abstenus de participer au vote du projet américain. L'un d'entre
eux, Lester Pearson, délégué canadien, présente à l'Assemblée, le 4 novembre, une motion « priant le
secrétaire général de lui soumettre de toute urgence et dans les quarante-huit heures, un plan en vue de
constituer, avec l'assentiment des nations intéressées, une force internationale des Nations Unies pour
assurer et surveiller la cessation des hostilités conformément à la résolution du 2 novembre ». Mis au vote,
son projet a été adopté sans opposition par cinquante-sept voix et dix-neuf abstentions (y compris les pays
socialistes).
Conformément à cette décision, M. Hammarskjôld a exposé, le 5 novembre, les grandes lignes d'un plan
d'organisation d'une force armée internationale. Ses propositions ont ensuite fait l'objet d'une
recommandation présentée par le représentant de la Norvège, au nom de son pays, du Canada et de la
101
Colombie
. Soumise à l'approbation de l'Assemblée, elle a reçu un accueil favorable dans l'ensemble.
Toutefois, le représentant de l'URSS, Arkadij Soboljev, exprime des doutes sur la nécessité de créer une
force internationale. A son avis, il suffirait d'ordonner « aux agresseurs de l'Egypte » un retrait inconditionnel.
En revanche, Cabot Lodge approuve sans condition le projet norvégien. Celui-ci est immédiatement mis aux
voix, en dépit des protestations des représentants français et britanniques, qui demandent un délai pour
obtenir des instructions de leurs gouvernements. Cinquante-sept Etats se sont prononcés en sa faveur, et
les mêmes dix-neuf, comme lors du vote précédent, se sont abstenus.
Enfin, le 5 novembre, quelques heures à peine après le débarquement à Port-Saïd, les gouvernements
de Londres et de Paris annoncent que la France et la Grande-Bretagne cesseront toute action militaire
« aussitôt que les gouvernements israélien et égyptien auront donné leur acceptation à un plan instituant
une force internationale ». Dans la soirée du même jour, l'Egypte informe le secrétaire général des
Nations Unies qu'elle donne son accord à la résolution prévoyant la création d'une force armée
internationale. Celle-ci, précise-t-elle, devrait être chargée « d'empêcher la poursuite des hostilités entre
l'Egypte et Israël, d'assurer le prompt retrait des forces israéliennes, de rétablir la circulation à travers le
canal de Suez et de promouvoir une solution des problèmes de la région ». Pour éviter le retour « à un
système qui, dans le Proche-Orient, a conduit au chaos », la note égyptienne suggère la convocation du
Conseil de sécurité, au niveau des ministres, « en vue d'élaborer un règlement international susceptible
d'être permanent ». En même temps, Israël notifie au secrétaire général des Nations Unies qu'il accepte
également la résolution.
101
Cette résolution a prévu notamment la création d' * un commandement des Nations Unies + pour une force
internationale d'urgence chargée d'assurer et de surveiller la cessation des hostilités conformément à toutes les
dispositions de la résolution de l'Assemblée générale du 2 novembre 1956. Elle désigne le général Burns comme chef
de ce commandement et l'autorise à recruter immédiatement des officiers dans tous les Etats qui ne sont pas * membres
permanents du Conseil de sécurité +.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 47 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
L'action diplomatique parallèle de l'URSS
Parallèlement au développement des délibérations aux Nations Unies, la diplomatie soviétique a tout mis
en œuvre pour obtenir un cessez-le-feu sans condition des trois « agresseurs » de l'Egypte.
er
La première action entreprise visait la mobilisation des puissances de Bandoeng. Le 1 novembre,
Boulganine, président du Conseil de l'URSS, s'est adressé à l'initiateur de la politique du neutralisme, le
Premier indien, Nehru, en lui proposant la convocation d'une nouvelle Conférence de Bandoeng pour régler
l'affaire de Suez. Simultanément, le président de l'Etat soviétique, le maréchal Vorochilov, a adressé une
102
missive semblable au président de l'Indonésie Soekarno
. Ces deux pays ont rejeté ces propositions.
Dans sa réponse, Nehru a insisté auprès de Boulganine pour que l'URSS évite « toute démarche qui
pourrait amener à une conflagration mondiale 103 ».
En rétrospective, on a le droit de s'étonner de ces initiatives qui ne devaient pas apparaître comme
réalistes même à l'époque, vu que la lutte armée avait déjà été engagée. Elles indiquent que la diplomatie
soviétique « à la Chepilov » n'était pas du tout préparée à une telle tournure des événements et qu'elle s'est
trouvée désemparée.
Le 5 novembre, le Premier Boulganine envoya des lettres analogues aux présidents du Conseil des
puissances belligérantes — MM. Eden, Mollet et Ben Gourion — et au président des Etats-Unis,
M. Eisenhower 104. Ces messages n'apportent guère d'éléments nouveaux par rapport aux argumentations
soviétiques précédentes. L'URSS n'accepte pas comme motif valable de l'intervention française et
britannique, la sauvegarde des intérêts des Etats utilisant le canal de Suez et, surtout, ne reconnaît pas les
intérêts particuliers de ces puissances dans cette région. Elle a accusé les deux puissances d'Europe
Occidentale de la transformer en un théâtre de guerre, et de mettre elles-mêmes en danger, par leurs actes
agressifs, la libre navigation sur le canal, ce que l'Egypte a toujours garanti. Boulganine exprime la
conviction que l'attaque tripartite n'a eu aucun autre but que « le désir des colonisateurs de réduire à
nouveau à l'esclavage colonial les peuples de l'Orient arabe luttant pour leur indépendance nationale et leur
liberté ». La différence dans la teneur des lettres adressées aux différents chefs de gouvernement consiste
surtout dans les formules de menaces proférées à leur endroit.
Boulganine pose à Eden la question suivante : « Quelle serait la situation de la Grande-Bretagne si elle
était attaquée par d'autres Etats plus puissants, possédant toutes sortes d'armements destructifs et
modernes ? Il y a aujourd'hui des pays qui n'ont pas besoin d'envoyer leur flotte ou leur armée de l'air sur les
côtes de la Grande-Bretagne, mais pourraient employer d'autres moyens comme par exemple la technique
des fusées ... ». Dans la lettre à l'adresse de Guy Mollet, l'allusion aux fusées manque ; il y est toutefois
souligné que « d'autres Etats plus puissants que la France pourraient engager des représailles ».
Le gouvernement d'Israël est traité tout simplement comme un instrument des puissances impérialistes
étrangères. Il détruit l'avenir de son pays par cette aventure insensée perpétrée d'une manière criminelle et
irresponsable. A l'intention de Ben Gourion, le Premier Boulganine n'a pas estimé nécessaire de proférer
une menace particulière ; il constate seulement qu'« étant intéressé d'une façon vitale dans la préservation
de la paix et la sauvegarde de la tranquillité au Proche- et au Moyen-Orient, le gouvernement soviétique
prend actuellement des mesures en vue d'arrêter la guerre et de retenir les agresseurs ». Il en appelle donc
au gouvernement israélien de « retrouver le bon sens » avant qu'il ne soit trop tard et d'arrêter les opérations
militaires contre l'Egypte. Il ressort clairement de tout ceci que l'URSS a prétendu être « entièrement résolue
à écraser les agresseurs et restaurer la paix en Orient par l'emploi de la force ».
La note de Boulganine au président Eisenhower contient une nouvelle initiative de Moscou, proposant
105
aux Etats-Unis une action commune . Au refus américain qui insiste sur le fait que les Etats-Unis agiront
106
seulement par l'intermédiaire des Nations Unies et ne sont pas disposés à des actions unilatérales
,
102
DALLIN, op. cit., p. 416.
103
The New York Times, 2 et 3 novembre 1956.
104
Pravda, 6 novembre 1956.
105
The NewYork Times, 7 et 8 novembre 1956.
106
DSB, 19 novembre 1956, pp. 795-796.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 48 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
Chepilov répond, indirectement, que sa suggestion n'implique aucune action de cette sorte, mais
107
uniquement dans le cadre des Nations Unies . Considérant cette proposition soviétique avec un recul de
quelque dix années, il est évident qu'elle s'avère comme un faux calcul. Ceci, avec toutes les autres
maladresses commises à cette époque par la diplomatie soviétique, doit être imputé à Chepilov, démis de
ses fonctions au printemps 1957. A sa décharge, toutefois, il faut tenir compte du désarroi que la révolution
hongroise a créé au Kremlin.
En plus de ces actions diplomatiques, l'URSS est aussi intervenue dans la crise par d'autres moyens
encore plus spectaculaires, ralliant avec certitude l'enthousiasme des pays arabes. Elle a envoyé des armes
et des équipements militaires à l'Egypte comme à la Syrie. Ses sous-marins ont fait mouvement en
108
Méditerranée afin de rassurer l'opinion publique arabe
; en septembre elle a dépêché à Suez des pilotes
pour prendre la relève de ceux qui avaient quitté leur service à la demande de la Compagnie 109. Ses
organes de propagande ont lancé l'idée de l'envoi de volontaires soviétiques en Egypte 110. La presse,
surtout dans les pays arabes, a abondamment publié des informations à ce sujet, mais il n'a jamais été
confirmé que ces volontaires fussent effectivement débarqués sur les bords du Nil. On a aussi fait état de la
sympathie du peuple soviétique à l'égard de la victime de l'attaque impérialiste, l'Egypte, sympathie qui s'est
exprimée par le geste des ouvriers soviétiques décidés à verser leur salaire de deux heures de travail aux
111
fonds destinés à l'Egypte .
L'attitude occidentale qui a suivi la nationalisation du canal de Suez, et surtout l'attaque tripartite contre
l'Egypte, ont amalgamé le monde arabe divisé 112 entraînant même les alliés les plus sûrs de l'Occident, la
Jordanie et l'Irak, qui ont pris le parti de leur « grande sœur ». Les prises de positions soviétiques ont donc
suscité beaucoup de reconnaissance ; « la nation arabe est enchantée par la juste position que l'URSS a
adoptée en vue de mettre fin à l'agression barbare des impérialistes français et anglais contre l'Egypte »,
écrit le président de la République syrienne, Ch. el-Kouatly, dans un télégramme adressé au maréchal
Boulganine 113. Le délégué égyptien s'est abstenu, dans le vote aux Nations Unies concernant le problème
hongrois, en signe de remerciement envers l'URSS pour son appui donné à la cause égyptienne au Conseil
114
de sécurité .
Mais l'enthousiasme des neutralistes arabes suit la fluctuation de la conjoncture politique. Cela a été
démontré avec netteté par une déclaration faite par le président Nasser en mars 1959 : « Nous avons lutté
seuls dans la bataille de Suez et n'avons reçu de promesse d'assistance d'aucun pays étranger, l'Union
115
Soviétique y comprise. L'ultimatum de la Russie n'est survenu que le jour du cessez-le-feu
».
107
Note de Chepilov au président du Conseil de sécurité, 5 novembre 1956. Documents, 1956, pp. 286-287.
108
AW, 2 octobre 1956. .
109
Au milieu de septembre il y avait déjà quinze pilotes russes à Ismailia pour assurer le bon fonctionnement du canal,
selon AFP. AW, 16 septembre 1956.
110
Après le cessez-le-feu du 6 novembre, les Occidentaux et les Israéliens n'ayant pas commencé tout de suite le retrait
de leurs troupes, la Pravda menace, 11 novembre 1956, d'envoyer des volontaires soviétiques dans la région troublée.
Des rumeurs courent déjà depuis septembre que l'URSS va envoyer des volontaires à la demande de l'Egypte, voir AW,
14 septembre et 15 novembre 1956, mais une telle intervention directe n'a jamais été sérieusement envisagée. On parle
même de volontaires chinois C avançant le nombre de 250 000 C, et selon des informations de presse, le FLN s'est fait
le porte-parole des Chinois auprès de Nasser. Toutefois, le dirigeant égyptien aurait carrément refusé l'intervention de
Pékin dans le conflit, en voulant éviter une implantation communiste en Afrique du Nord. AW, 8 janvier 1960.
111
AW, 3 novembre 1956.
112
Le recteur d'Al Azhar, l'université islamique du Caire, a publié un appel en demandant aux Egyptiens, musulmans et
coptes, d'être prêts à la guerre sainte, contre les forces d'invasion. Le mufti de Damas a déclaré lui aussi, la guerre
sainte. AW, 3 août 1956.
113
Pravda, 9 novembre 1956.
114
Interview de Nasser avec William ATTWOOD, correspondant du périodique américain Look. CPR, 15 juin 1957.
115
CPR, 23 mars 1959.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 49 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
d) La crise syrienne de 1957
En analysant les raisons de la crise syrienne de 1957, on relève deux facteurs importants, l'un intérieur et
l'autre extérieur, tous deux allant dans le même sens. L'évolution vers la gauche de la vie politique syrienne
depuis 1955 a créé les conditions requises pour faire de ce pays l'allié principal de l'URSS dans la région du
Proche-Orient ; tandis que la réplique occidentale, sous la forme de la doctrine Eisenhower, a donné une
impulsion plus grande au nationalisme montant.
L'évolution intérieure de la Syrie
L'orientation vers la gauche apparaît lors des élections législatives de 1954 qui permettent au leader
communiste Chaled Begdache, d'entrer au parlement. Ces élections sont marquées par le succès du Parti
Baas créé par la fusion du Parti socialiste d'Akram Hourani et du Parti de la résurrection arabe dirigé par
Michel Aflak et Salah Bitar. Depuis cette date, les dirigeants du Parti Baas ont mis tout en œuvre pour
accéder au pouvoir et y ont en grande partie réussi, grâce à l'appui rencontré auprès de jeunes officiers
progressistes groupés autour du lieutenant-colonel Abd el-Hamid Serraj, et grâce aussi à l'alliance avec les
nationalistes et les groupements dits progressistes. Le Parti nationaliste évolue rapidement vers la
constitution d'un front commun avec les groupes qui militent pour une politique arabe indépendante dans les
affaires extérieures et pour une politique d'équité sociale à l'intérieur 116.
Les élections d'octobre 1954, outre le succès de Chaled Begdache devenu député de Damas, ont vu
beaucoup d'autres victoires retentissantes de la coalition de gauche, comme celle d'Ahmed Hajj Younès à
Homs, qui a battu le candidat populiste 117 grâce aux votes des adhérents au Parti nationaliste 118.
A partir de 1955, le renforcement des tendances vers la gauche se manifeste aussi dans le fait que les
syndicats augmentent constamment le nombre de leurs membres et à la fin de l'année, les 208 syndicats
ouvriers en comptent 12 782 ; en plus des 7 fédérations de syndicats ouvriers, il y a 3 syndicats
professionnels et on trouve aussi 63 caisses coopératives qui fonctionnent parmi les travailleurs 119. Une
certaine agitation règne dans les milieux ouvriers, et également parmi les employés de l'Etat qui présentent
120
toute une série de revendications
. Sous l'impulsion du Parti communiste, très actif, on a même fait
121
quelques efforts pour créer une fédération ouvrière syro-libanaise . Tous ces développements ont beaucoup inquiété les milieux syriens de droite et la presse, exprimant leur opinion, attaque continuellement les
forces de gauche, qu'elles soient nationalistes, progressistes ou communistes 122.
En hiver 1955/1956, la situation entre Israël et ses voisins arabes s'est de nouveau détériorée, plus
particulièrement avec la Syrie. Cette situation extérieure tendue, ainsi que les exigences de l'évolution
intérieure, ont nécessité une entente nationale des différents groupes politiques syriens autour d'un pacte
national. Au cours des débats concernant ce pacte, les partis de droite et du centre ont proposé l'inclusion,
parmi les objectifs du Front national uni, de la lutte contre le communisme, ennemi de la nation. A cette
123
proposition, d'ailleurs jamais acceptée, le Parti communiste syro-libanais a répondu par un manifeste
qui
montre déjà très clairement l'identité des objectifs communistes et nationalistes. Il dénonce le danger
116
Al Rai Al Aam, 8 décembre 1955, AW, 9 décembre 1955.
117
AW, 14 novembre 1955.
118
Article dans Saout al-Arab, 17 novembre 1955. AW, 18 novembre 1955.
119
Statistique des syndicats ouvriers. Tirée d'un document inédit.
120
Al Kifah, 18 octobre 1955, AW, 19 octobre 195
121
Al Alam, 20 octobre 1955, AW, 21 octobre 1955.
122
AW, 2 mai et 5 juillet 1955.
123
AW, 23 février 1956.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 50 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
impérialiste et sioniste qui — en dépit des défaites essuyé — menace toujours le pays. L'unification des
forces de tous les Syriens est indispensable pour qu'ils puissent faire face à toute éventualité. Le manifeste
fait allusion à l'appui que le peuple de la Syrie peut espérer obtenir de la part de l'URSS et des puissances
représentées à Bandoeng 124. En outre, il résume les propositions des communistes syriens en quatre
recommandations :
— Rejet des pactes impérialistes tels que le Pacte de Bagdad, ainsi que d'autres projets impérialistessionistes comme le plan Johnston.
— Une coopération plus large avec l'Egypte et les pays arabes dont la ligne politique s'accorde avec la
politique patriotique de la Syrie, ceci afin d'accélérer leur accession à l'indépendance complète et la
libération des chaînes de l'occupation et des pactes étrangers.
— L'adoption d'une politique économique développant à la fois l'agriculture et l'industrie, les libérant en
même temps de la dépendance de l'Ouest — et exploitant à fond les transactions commerciales avec les
pays socialistes. Les relations économiques avec les pays de l'Est délivreront la Syrie de toutes sortes
125
d'engagements qui limitent son indépendance et sa souveraineté .
— Les libertés démocratiques doivent être assurées et la base de la vie parlementaire renforcée.
La question des relations avec les pays du bloc communiste reste le point de cristallisation des deux
camps antagonistes dans la politique intérieure syrienne. En octobre 1956, avant la visite du président
el-Kouatly à Moscou, c'est sur le problème des relations économiques avec l'URSS et les démocraties
populaires que roulent les discussions. En effet, à ce moment-là une crise se développe au sein de la
coalition gouvernementale, concernant une offre tchèque pour la construction d'une raffinerie de pétrole. Les
populistes et leurs organes de presse ne croient pas que les Tchèques puissent mener à bien ce travail,
126
n'étant pas spécialisés dans ce domaine , tandis que les deux membres du cabinet représentant le Parti
syrien de la renaissance socialiste arabe (Baas), Salah Bitar et Khalil Kallas, se sentent obligés de
démissionner si l'offre tchèque — à leurs yeux, la seule avantageuse — n'était pas acceptée 127. L'affaire a
été compliquée par le fait qu'une partie de l'équipement devait être fournie par d'autres pays, éventuellement
l'Allemagne de l'Ouest, car la Tchécoslovaquie ne la produisait pas. La crise a été enfin dénouée par
l'annonce que ce dernier pays pourrait, en fin de compte, fournir même cet équipement, manifestement avec
l'assistance soviétique. En outre, l'URSS a informé le gouvernement syrien qu'elle était prête à garantir l'offre
128
tchèque et mettre à disposition quelques techniciens soviétiques hautement qualifiés .
Les déboires de la vie politique syrienne à cette époque ont été complétés par une série de complots
réels ou imaginaires. En novembre 1956 un complot et une tentative de coup d'Etat ont été découverts,
fomentés — selon les autorités syriennes — par les Irakiens 129. Tous les accusés, dont certains ont
manifesté leur sympathie pour la politique de Nouri Said, appartiennent aux organisations politiques et aux
partis conservateurs ou de droite : Parti social nationaliste syrien, communément appelé Parti populaire
syrien ; Mouvement de la libération, fondé par le général Adib Chichakly ; Front constitutionnel ; Bloc
nationaliste 130. Ils veulent, selon l'acte d'accusation, renverser le gouvernement et assassiner le président
124
Begdache s'est beaucoup servi de la conférence de Bandoeng dans ses discours, par exemple au parlement syrien,
le 12 avril 1955. AW, 14 avril 1955.
125
* La Syrie est unanime pour rejeter toute aide impérialiste, économique ou militaire, dont le but est de renforcer
l'influence impérialiste dans notre pays et de l'attacher à la remorque des programmes militaires étrangers +, a déclaré,
en 1954 déjà, Chaled Begdache. L'Orient, de Beyrouth, 1er octobre 1954.
126
AW, 16 octobre 1956.
127
D'après Al Rai Al Aam, AW, 10 octobre 1956.
128
AW, 16 octobre 1956. L'Agence ANA le 6 décembre 1956 ; l'URSS a même proposé à la Syrie de construire une
raffinerie en territoire syrien.
129
Communiqué de la Radio de Damas le 23 novembre 1956. Orient, N° 2, 1957, pp. 170-171.
130
A ne pas confondre avec le Parti nationaliste de Sabri-el-Assali.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 51 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
de la République et quelques hommes politiques de gauche, comme Akram Hourani, Chaled Begdache et le
131
colonel Serraj .
A Damas les conséquences politiques de la découverte du complot n'ont pas tardé à se faire sentir. Les
accusations portées contre leurs membres ont rapidement rejailli sur les partis conservateurs et notamment
sur le Parti du peuple. En revanche les groupements de gauche et d'extrême gauche, surtout le Baas, sont
sortis renforcés de la crise. Aussi bien n'ont-ils pas hésité, sans même attendre le verdict du tribunal, à
exploiter les résultats d'un procès qui servait directement leur cause.
Dès les premiers jours de décembre, le Baas lance l'idée de la création d'un « Front parlementaire
national » qui grouperait tous les partis politiques soucieux d'assurer la défense de l'indépendance et de la
souveraineté de la Syrie, donc de suivre la ligne politique du neutralisme positif, par un programme d'action
commun reprenant le chemin tracé par le Pacte national. Le point de vue de la gauche syrienne a été fort
bien exposé par le journal Al Rai Al Aam : « En Syrie deux politiques sont possibles, celle de la libération
arabe et celle de l'entente avec l'impérialisme. Le Front parlementaire national est l'incarnation de la
première, tandis que la tendance qui lui est opposée est celle de la réaction. La constitution du Front
national ou son échec déterminera laquelle des deux politiques finira par l'emporter 132 ». Le Baas, le
Mouvement de la libération arabe et le Parti communiste y ont tout de suite adhéré ; le Parti national
seulement après quelques hésitations et non sans réserve, tandis que le Parti populiste et le Front
constitutionnel ont refusé d'y participer. En décembre, après avoir présenté sa démission au président elKouatly, le Premier ministre sortant, Sabri el-Assali a été chargé immédiatement de former le nouveau
cabinet, sans la participation des deux partis qui n'adhéraient pas au Front national.
133
Le 3 janvier, le président du Conseil Assali donne lecture de sa déclaration ministérielle . Après avoir
flétri « l'agression impérialiste contre l'Egypte » et le complot « tramé contre l'indépendance, la souveraineté
et la sécurité de la Syrie », le Premier ministre annonce qu'il mettra tout en œuvre pour réaliser « l'union
avec l'Egypte, sœur, premier pas vers une plus grande collaboration de tous les Etats arabes » en vue de
réaliser « leurs aspirations à l'unité totale et à la liberté complète ». Il proclame en outre son fidèle
attachement aux principes du Pacte national. Ce programme est approuvé, le 4 janvier, par 69 voix contre 4
avec 46 abstentions. Sur 142 députés, 119 ont pris part au vote.
Au cours de 1957, la tension monte à un rythme accéléré sur la scène politique syrienne. En août, le
gouvernement découvre un complot dans lequel plusieurs membres de l'ambassade américaine à Damas
seraient impliqués. Ce complot — sur lequel on ne trouve d'ailleurs ni précisions ni détails exacts dans les
documents et dans la presse quotidienne — a suscité une vague de protestation dans tout le pays. Elle se
reflète dans tous les journaux jusqu'à l'organe des Frères musulmans. On propose, de divers côtés,
l'introduction de la loi martiale. On affirme que la Syrie ne deviendra pas un autre Guatemala ou une autre
Jordanie et, d'une manière générale, toutes les opinions s'accordent sur le principe que la sécurité du pays a
la priorité sur toutes les libertés démocratiques ou nationales. Il est extrêmement significatif que l'organe des
Frères musulmans, qui ne peut être accusé, malgré maintes collusions entre cette organisation et les forces
de l'extrême gauche, de servir les intérêts communistes, propose, tout simplement, l'interruption des
134
relations diplomatiques entre la Syrie et les Etats-Unis . La démission du général Tefwik Nizam el-Din,
chef d'état-major de l'armée syrienne, et la désignation à sa place, par décret gouvernemental, du colonel
Afif Bizri coïncident étrangement avec ce complot antigouvernemental 135. Le général Nizam el-Din était
considéré auparavant comme un partisan de la politique nationaliste et il avait fait des déclarations très
amicales envers l'Union Soviétique, où il était allé avec Chaled el-Azm et une délégation gouvernementale.
Les journaux de droite et du centre affirment que le colonel Bizri est très proche du Parti communiste
131
Une fois maître de la situation, les conjurés auraient établi un régime * dévoué à la cause de l'impérialisme +. Les trois
clans conspirateurs : Parti populaire syrien, partisans du général Chichakly et du colonel Safa auraient alors constitué un
gouvernement présidé par le député Mounir Adjlani. Ce dernier aurait prononcé la dissolution du parlement, l'abolition du
régime démocratique et constitutionnel, la suppression du deuxième bureau et de la police militaire. Aucune candidature
socialiste ou communiste n'y aurait été tolérée. Orient, N° 2, 1957, p. 174.
132
Al Rai Al Aam, 11 décembre 1956. Le texte du Pacte national, AW, 12 décembre 1956.
133
L’Orient, N° 2, 1957, p. 181.
134
Déclaration dans l’Al Manar, organe des Frères musulmans, AW, 15 août 1957.
135
AW, 16 août 1957.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 52 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe136
syro-libanais
et que le général el-Din a été forcé de démissionner. Cette manœuvre aurait fait partie d'un
plan plus vaste qui visait à confier les plus importantes fonctions de l'armée et du service de sécurité à des
éléments pro-soviétiques et communistes. En effet, parallèlement à l'avènement du colonel Bizri, une série
de transferts et de nominations a eu lieu au sein de la police, de la gendarmerie et du département de la
sécurité qui avaient tous joui, auparavant, d'une certaine autonomie vis-à-vis de l'armée. Toujours selon les
dires de ces mêmes organes de presse, toute l'histoire du complot aurait été montée dans le but de justifier
ces mesures aux yeux de l'opinion publique nationale et internationale, et de terroriser l'opposition pour
qu'elle ratifie les accords économiques et d'assistance militaire passés avec Moscou 137. La tournure prise
par la politique intérieure syrienne a beaucoup inquiété l'opinion publique occidentale, israélienne et turque.
Les journaux consacrent une grande place au phénomène dit d'« infiltration communiste » qui, à leurs yeux,
tend à s'accentuer de plus en plus.
La doctrine Eisenhower
Dans son message annuel adressé le 5 janvier 1957 au Congrès des Etats-Unis, le président Eisenhower
demande certaines autorisations spéciales afin de pouvoir faire face à l'avance soviétique au Proche-Orient.
Il désire intervenir dans l'éventualité d'une agression communiste. Ses propositions contiennent les points
suivants :
— Coopération avec, ou assistance à n'importe quel Etat du Proche-Orient en vue de son développement
économique et le maintien de son indépendance nationale.
— Coopération militaire, assistance effective y comprise, avec n'importe quel pays qui demande une aide.
— Inclusion, dans cette coopération militaire, de l'emploi des forces armées des Etats-Unis, afin d'assurer
et de protéger l'intégrité territoriale et l'indépendance politique des nations qui sollicitent une aide contre une
agression armée évidente de la part d'une nation sous le contrôle du communisme international.
— L'emploi — à des fins défensives et économiques — de sommes attribuées, à des conditions précises,
par le Mutual Security Pact de 1954, pour la promotion de ces objectifs, en levant les restrictions imposées.
— Attribution d'un crédit supplémentaire de 200 millions de dollars pour les années 1958 et 1959, à la
discrétion du président, et en vue des besoins éventuels au Proche-Orient, en plus des sommes mises à sa
disposition par le programme de sécurité mutuelle qui devait être également voté par le Congrès.
En effet, les propositions du président Eisenhower, acceptées par le Congrès, ont une portée énorme et
l'ont investi de pouvoirs spéciaux qui étaient, autrefois, les prérogatives de l'autorité législative suprême du
pays. Elles ne pouvaient être acceptées que dans l'atmosphère tendue du lendemain de l'affaire de Suez.
Bien que les Etats-Unis aient joué le rôle d'intermédiaire dans cette affaire, et qu'ils se trouvent ainsi aux
côtés de l'Union Soviétique, les succès et l'influence de la politique proche-orientale de leurs adversaires
choquent les législateurs et tout le peuple américain. La prise de conscience de la présence active de
l'URSS au Proche-Orient n'a été entièrement accomplie dans le pays qu'après la crise de Suez. Ce qui fait
que la justification présentée au Congrès par le président Eisenhower pour obtenir les pouvoirs étendus qu'il
sollicite, rencontre une approbation générale. Selon le texte du message présidentiel « la législation
proposée est en premier lieu destinée à contrrecarrer une agression communiste, directe ou indirecte.
C'est une nécessité impérative que de remédier à la carence du pouvoir dans la région, non pas par une
force extérieure ou étrangère, mais par la vitalité accrue et la sécurité des nations indépendantes de
la région 138 ».
136
Fait confirmé par les informations que nous avons recueillies sur place en 1962.
137
AW, 16 août 1957.
138
MEAff, vol. 8, 1957, N° 2, pp. 62-68.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 53 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe139
Les propositions du président des Etats-Unis ou plutôt l'esprit
dans lequel elles sont conçues, ont été
désignées par « doctrine Eisenhower ». Il est naturel que les Soviétiques et les mouvements communistes
locaux l'aient condamnée et attaquée à cause de son anticommunisme résolu et aussi parce qu'elle vise à
affirmer la présence des Etats-Unis dans la région et à rassurer ses alliés. Il est encore plus compréhensible
qu'elle ait été accueillie froidement, et même avec hostilité, dans la plupart des pays arabes. Le nationalisme
arabe l'a considérée comme un affront direct et un effort réitéré des impérialistes occidentaux pour
s'immiscer dans les affaires intérieures de leurs pays. Cette attitude est étonnante si l'on ne tient pas compte
du contexte psychologique et social proche-oriental dans lequel la doctrine Eisenhower se situe et qui la
rend inefficace — non pas dans le cas de pays comme le Liban et la Jordanie, déjà alliés de l'Occident —,
mais des autres, l'Egypte, la Syrie, l'Arabie Saoudite, à tendance neutraliste plus marquée. En outre, les
dirigeants américains, méconnaissant totalement les facteurs psychologiques contemporains, ont commis
une faute grave, sans excuse, envers le nationalisme arabe. Le message d'Eisenhower, en parlant de la
carence du pouvoir au Proche-Orient, a officialisé la thèse dite du « vacuum », caractérisant la situation dans
cette région après la décolonisation. Aucun peuple, aucune fierté nationale ne peut supporter une telle
humiliation et les gouvernements des Etats arabes s'opposent résolument — suivant leur propre conviction
ou sous la pression des masses — à la doctrine Eisenhower.
La réplique soviétique
La carte jouée par l'Occident va donner à la diplomatie et à la propagande soviétiques, des arguments
qu'elles utiliseront à fond. La ligne suivie n'est pas nouvelle ; la doctrine Eisenhower a été présentée comme
la manifestation la plus récente de la tentative des Etats-Unis pour s'emparer de l'hégémonie mondiale en
subjuguant les peuples à peine sortis de l'état colonial. Quelques jours après la publication du message
présidentiel, le 12 janvier, une réponse de routine avait été donnée par l'agence officielle russe, TASS, dans
140
une longue déclaration
s'attaquant, entre autres, à la théorie dite du « vacuum ». « Les milieux
gouvernementaux des Etats-Unis considèrent que l'affaiblissement des positions des colonialistes anglais et
français au Proche-Orient et les succès obtenus par les pays arabes dans le processus de consolidation de
leur indépendance, ont créé un « vacuum » — dit cette première réplique soviétique —, qu'ils ont l'intention
de remplir par leur intervention militaire et économique dans les affaires intérieures de ces pays. Mais de
quel « vacuum » peut-on parler concernant cette région ? Depuis quand les pays qui se sont libérés de
l'oppression coloniale et se lancent sur le chemin d'un développement national indépendant, constituent-ils
un « vacuum » ? Il est évident que le renforcement de l'indépendance nationale des pays arabes,
l'intensification de leur lutte contre l'oppression coloniale ne crée d'aucune façon une sorte de « vacuum »,
mais signifie la restitution de leurs droits nationaux aux peuples proche-orientaux. De plus, cela constitue un
facteur de progrès pour le développement social. Les Etats-Unis essayent de donner à leur politique un
caractère anticolonialiste. Il n'est toutefois pas difficile de découvrir l'ambiguïté de ces affirmations ».
Sur le plan diplomatique proprement dit, l'initiative américaine a été suivie, avec beaucoup de retard et
bien après la déclaration de l'agence TASS, par une chaîne de réactions soviétiques officielles. Il est permis
de penser que ce retard est dû à la préparation des propositions faites aux Etats-Unis d'Amérique suggérant
un engagement commun des quatre grandes puissances d'appliquer dans leur politique proche-orientale
certains principes. Ces propositions deviendront célèbres sous le nom de plan Chepilov. Elles sont incluses
dans une note soviétique adressée aux gouvernements occidentaux, le 11 février 1957. L'Union Soviétique y
fait valoir la tension extrême de la situation au Proche-Orient à la suite des intentions « d'une grande
puissance » d'employer ses forces armées d'une manière unilatérale et sans le consentement des
Nations Unies, pour intervenir arbitrairement dans les affaires intérieures des pays de la région.
De même, l'URSS accuse la « prétendue assistance économique » prévue par le président des Etats-Unis,
139
John Foster Dulles a dit à une de ses conférences de presse, le 23 avril 1957 : * Vous dites peut-être que la doctrine
Eisenhower n'est pas assez tangible, n'est pas saisissable. C'est une attitude, un point de vue, un état d'esprit +.
Documents, 1957, p. 285.
140
Déclaration de l'Agence Tass du 12 janvier 1957. Pravda, 13 janvier 1957.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 54 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
qui devrait servir à imposer des conditions incompatibles avec la dignité et la souveraineté des pays
141
proche-orientaux .
Le plan Chepilov a fait l'objet de nombreux échanges de notes entre les exécutifs soviétique et américain.
Ce dialogue a révélé l'incroyable habileté des Soviétiques qui réussissent à présenter leurs efforts comme
une politique favorable aux peuples arabes, alors qu'en réalité ils les méprisent. La réponse américaine du
3 mars démontre clairement que l'offre russe concernant une politique coordonnée des quatre grandes
puissances, propose aux Etats-Unis ce que le gouvernement soviétique reproche toujours aux Occidentaux.
Cette offre formule une politique visant à passer des accords par-dessus la tête des Etats proche-orientaux.
« Les modalités de la coopération qui devrait prendre forme au Moyen-Orient ... doivent être réglées en
consultation avec les Etats moyen-orientaux, déclare sans ambages la réponse américaine. En raison de
leur respect du principe de la non-intervention dans les affaires intérieures des autres Etats, les Etats-Unis
ne désirent pas faire partie d'une tentative des grandes puissances, comme le suggérait l'URSS, pour
s'arroger le droit de prendre des décisions dans des questions d'importance vitale pour les nations du
Moyen-Orient ; ou d'empêcher ceux qui se sentent menacés de s'associer volontairement à d'autres nations
en prenant des mesures légitimes de sécurité collective, en concordance avec les principes de la Charte des
Nations Unies. Donc, quand il s'agit des affaires comme celles des « blocs » militaires, la liquidation des
bases étrangères et la retraite des troupes étrangères, exposées dans les considérations présentées par
l'URSS, le gouvernement des Etats-Unis se voit obligé de déclarer que les Etats moyen-orientaux sont
entièrement capables de décider quelle sorte de coopération leur est nécessaire pour qu'ils puissent remplir
leur rôle dans la défense de la région 142 ». Il est étonnant que cette attitude compréhensive dont le refus
américain opposé au plan Chepilov témoigne envers les peuples arabes du Proche-Orient soit passée tout à
143
fait inaperçue
. Les Occidentaux réagissent, d'ailleurs d'une manière unanime, mais avec certaines
nuances, à l'initiative de la diplomatie russe. Il est intéressant de relever que la réponse française donne la
préférence à la solution des problèmes concrets — le conflit arabo-israélien, la libre navigation sur le canal
de Suez — au lieu de discuter avec l'URSS de grands principes, considérant que de telles solutions
144
constitueront la base nécessaire à une coopération des grandes puissances dans la région .
L'URSS a répondu à la note américaine en avril 1957 145. Le gouvernement soviétique se montre
beaucoup plus explicite et on peut constater, comme d'ailleurs tout au long de la période février-septembre
1957, combien le ton monte entre les deux grandes puissances. Réfutant l'argument américain, Moscou
affirme de nouveau que ce sont précisément les bases et la présence des troupes étrangères sur le territoire
des pays du Proche-Orient, et les obligations militaires, politiques et économiques imposées à leurs peuples,
qui privent ces Etats de leur indépendance nationale et de la libre décision dans des questions qui sont
d'importance vitale pour la région. « Par le refus d'accepter les principes de la déclaration et par la carence
de propositions concrètes de sa part, le gouvernement des Etats-Unis rejette, en substance, les efforts
déployés afin de rechercher la base acceptable d'une solution des questions controversées » — déclare
catégoriquement le deuxième document soviétique. Il laisse sous-entendre qu'une prise de position
commune des quatre grandes puissances pourrait être la condamnation de « l'emploi de la force en tant que
moyen de résoudre les problèmes en suspens dans la région, d'autant plus qu'il est en contradiction
flagrante avec les principes de la Charte des Nations Unies 146 ». Cette insistance russe sur l'engagement
solennel des grandes puissances de ne pas intervenir par la force au Proche-Orient révèle clairement
l'inquiétude causée aux dirigeants moscovites par la doctrine Eisenhower. Celle-ci affirme l'attitude
déterminée des Etats-Unis, et leur résolution de ne pas laisser évoluer le grand flirt soviéto-proche-oriental
en une emprise définitive sur la région.
141
Pravda, 13 février 1957.
142
Documents, 1957, pp. 71-73.
143
Voir, par exemple, l'article de Chaled Mohieddin dans le journal cairote Al Massa, intitulé : * L'Occident rejette la
proposition soviétique concernant le Moyen-Orient +. CPR, 7 juin 1957.
144
Echange de notes entre les Etats occidentaux et l'URSS. Paris, Ministère des Affaires étrangères, 1958 (désormais :
Echange de notes), pp. 203-205.
145
Note soviétique du 19 avril 1957. Documents, 1957, pp. 73-77.
146
Pravda, 21 avril 1956.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 55 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
Les Américains n'ont point accepté cette proposition « minimum », et les autres puissances occidentales
147
l’ont aussi refusée. La réponse américaine
fait remarquer que le principe de non-emploi de la force est un
élément majeur de la politique des Etats-Unis, et se trouve également incorporé dans la Charte des
Nations Unies, à laquelle toutes les grandes puissances ont adhéré. Une nouvelle déclaration n'est donc pas
nécessaire. « Plutôt que de répéter les engagements déjà pris, c'est l'observation loyale des principes de la
Charte qui serait nécessaire », note le gouvernement américain à l'intention des Soviétiques.
La période s'étendant de juillet à octobre 1957 peut être considérée comme le point culminant des
relations soviéto-syriennes. En effet, dès le début de la crise qui s'est développée entre la Syrie et l'Ouest,
l'URSS s'est affirmée comme protectrice de ce pays « menacé par les impérialistes et leurs laquais
proche-orientaux », en l'occurrence les Turcs. En septembre, Andrej Gromyko, ministre des Affaires
étrangères, a accordé une interview au journal cairote, Al Goumhourija 148 dans laquelle il s'est montré
ferme, mais ne s'est pas lancé dans une attaque trop violente et sans retour. Se référant aux accusations
américaines et anglaises selon lesquelles l'URSS fomente des troubles dans la région du Proche-Orient et,
en l'occurrence, en Syrie, Gromyko a déclaré que l'Union Soviétique ne désirait pas voir les nations arabes
en opposition avec les puissances occidentales. Toutefois, il a esquissé quelles pourraient être, à son avis,
les conditions préalables d'une coopération — ou, plutôt d'une coexistence, — des pays arabes avec
l'Ouest : a) que ce dernier renonce à son ingérence dans les affaires intérieures des Etats arabes ;
b) qu'il abandonne ses manœuvres « de menace, d'intimidation et de pression pour les forcer à renoncer à
leur politique indépendante et à suivre celle du bloc occidental ». Gromyko a, en outre, réitéré la suggestion
d'une déclaration de non-intervention des grandes puissances dans les affaires proche-orientales. Kiselev,
ambassadeur au Caire, ne s'est pas montré aussi nuancé que le chef de la diplomatie soviétique. Il a mis en
évidence, pour le correspondant du même journal cairote, l'identité des intérêts soviétique et arabe dans la
lutte antiimpérialiste : « C'est l'intérêt de la Russie et de tous les peuples que de liquider l'impérialisme
international ainsi que d'unifier les efforts des peuples d'Asie, d'Afrique et des pays arabes contre ce
149
monstre
».
L'intervention du premier ministre Boulganine auprès de la Turquie constitue un épisode révélateur, mais
isolé, qui vise à dresser les Etats arabes contre la Turquie, alliée sûre des Occidentaux. Des ressentiments
séparaient et séparent encore les Turcs et les Arabes en raison de leurs origines et de leurs caractères
différents. Mais cet état de choses résulte avant tout de la longue domination turque sur les territoires
habités par une population arabe. Le problème de l'actuel Sandjak d'Alexandrette, faisant anciennement
partie de la Syrie, mais cédé par les autorités françaises à la Turquie avant la Deuxième Guerre mondiale,
demeure une pomme de discorde entre les deux pays. Que la Turquie fût le point d'appui de toute la
stratégie proche-orientale des Occidentaux, cela ne fait aucun doute, et dans l'éventualité de l'aggravation
de la crise, les puissances européennes et les Etats-Unis ont certainement compté sur la force militaire de
leur alliée. Les informations concernant les concentrations de troupes turques à la frontière syrienne ainsi
que les nouvelles sur la préparation d'une attaque imminente — parues dans la presse en septembre 1957
— sont toutefois incontrôlables. On peut même dire avec certitude qu'elles sont exagérées et dues à
l'atmosphère tendue de ces jours critiques. La diplomatie soviétique met à profit avec une habileté
extraordinaire, la nervosité des gouvernements et de l'opinion publique arabe.
Dans sa lettre au Premier turc, Adnan Mendérès, le maréchal Boulganine met la Turquie en garde contre
n'importe quelle opération militaire envers la Syrie. Il affirme l'intérêt que son pays porte à cette région et se
déclare convaincu que la Turquie s'attirerait « de grandes calamités » et des « souffrances » en suivant les
conseils de certains milieux étrangers, souhaitant une aggravation de la situation dans leurs propres
147
Note américaine du 11 juin 1957. Documents, 1957, pp. 77-78. La réponse britannique a souligné l'importance du
Pacte de Bagdad du point de vue de la politique occidentale et a rejeté les allégations russes que * les puissances
occidentales ont favorisé pendant les années précédentes l'une ou l'autre des parties dans la dispute palestinienne en
ce qui concerne les livraisons d'armes +. La réponse française a encore une fois insisté sur le règlement des problèmes
concrets.
148
Al Goumhourija, 30 septembre 1957, CPR, 30 septembre 1957.
149
Al Goumhourija, 7 septembre 1955. CPR, 7 septembre 1957 ; AW, 9 septembre 1957.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 56 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe150
intérêts
. Le texte de son message a été largement diffusé dans le monde arabe et officiellement
151
communiqué au gouvernement syrien .
En plus de cette démarche diplomatique, l'URSS donne les preuves de sa résolution en adoptant
certaines mesures militaires. Les journaux turcs d'Ankara ont rapporté, au milieu d'octobre, qu'il y avait des
152
concentrations de troupes russes aux frontières turques . Quoique ces nouvelles aient été démenties par
la presse soviétique, la nomination du maréchal Rokossowski comme commandant en chef des forces
soviétiques stationnant en Transcaucasie, a convaincu les observateurs proche-orientaux que l'URSS
considère la situation comme grave et qu'elle est prête à intervenir aux côtés des Arabes 153. Le 2 septembre
déjà, les journaux syriens signalent que des unités de la flotte soviétique se dirigent vers la Méditerranée
et ont mouillé dans certains ports yougoslaves, en réponse aux mouvements de la sixième flotte
américaine 154.
Parallèlement à ces mesures militaires et à l'action diplomatique, une campagne de propagande suit les
événements. A côté des articles publiés dans les journaux soviétiques lançant des attaques anti155
impérialistes sur le ton habituel , une initiative de Khrouchtchev, alors secrétaire du Parti communiste de
l'Union Soviétique, mérite d'être mentionnée. Il a adressé au Parti social démocrate danois une lettre par
laquelle il invite tous les socialistes d'Europe occidentale à œuvrer « pour le maintien de la paix et de la
sécurité au Proche- et au Moyen-Orient ». Il attire l'attention des socialistes occidentaux sur le fait que, selon
l'opinion du Parti communiste russe, une « aventure militaire » avait été préparée contre la Syrie par certains
membres de l'OTAN, notamment les Etats-Unis et la Turquie 156. Toutes les organisations sympathisantes,
dites « fellow-travellers », ont été mises en marche. Le comité des Partisans de la Paix du Liban a envoyé
un message au président de l'Assemblée générale des Nations Unies, demandant la condamnation unanime
157
des « préparatifs de guerre » dans la région du Proche-Orient .
On trouve, parmi ces manifestations, des réflexes certes authentiques de nationalistes arabes, comme
celle des ouvriers irakiens informant le président du Conseil syrien qu'ils feraient sauter tous les oléoducs en
158
cas d'une attaque contre la Syrie
. Mais le caractère exact de ces manifestations populaires est
extrêmement difficile à déceler, ainsi que les éléments qui sont à leur origine. Il en est tout à fait autrement
des manifestations devenues habituelles en Union Soviétique à l'occasion de grands événements
internationaux, car elles sont certainement orchestrées par les organisations officielles « de masses ». Ainsi,
lors de la crise syrienne, une délégation d'étudiants russes de l'Université de Moscou est allée à
l'ambassade syrienne de la capitale soviétique pour exprimer leur appui à la résistance héroïque de la Syrie
contre l'impérialisme. Ils ont même offert des volontaires, l'offre étant plutôt un geste symbolique que
l'expression d'une réelle détermination 159.
150
Lettre de Boulganine adressée à Menderès le 10 septembre 1957. Documents, 1957, pp. 335-336.
151
AW, 16 septembre 1957 ; CPR, 15 septembre 1957.
152
AW, 18 octobre 1957. Al Ahram, le quotidien cairote, a publié déjà quelques semaines auparavant le plan d'invasion
de la Syrie préparé par les Américains. Ce plan a été repris par le périodique indien Taj de l'organe officiel de l'armée
soviétique, l’Etoile rouge, qui fut * en mesure + de donner d'amples détails. Al Ahram, 19 septembre 1957 ; CPR,
19 septembre 1957.
153
Editorial d’Al Akhbar, 25 octobre 1957 ; CPR, 25 octobre 1957.
154
Information de Al Rai Al Aam. AW, 3 septembre 1957. Deux semaines plus tard Al Akhbar parle d'un croiseur, de trois
destroyers et de plusieurs sous-marins qui ont visité Lattaquié. Al Akhbar, 19 septembre 1957 ; CPR, 19 septembre
1957.
155
Dans la Pravda, le 20 octobre, article intitulé : Que les provocations contre la Syrie touchent à leur fin ; le 22 octobre,
article sous le titre : Le complot impérialiste contre la Syrie doit échouer , et le 24 octobre une page entière du journal qui
comprend quatre pages en tout, est consacrée à la * menace qui pèse sur la Syrie et sur la paix +.
156
Manchester Guardian, 16 octobre 1957.
157
AW, 22 octobre 1957.
158
Paru dans 1’Al Goumhourija ; CPR, 23 octobre 1957.
159
CPR, 11 novembre 1957.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 57 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
La riposte arabe
Il est naturel que la théorie de « vacuum » des Occidentaux ait soulevé une vague de protestation de la
part des gouvernements, des hommes politiques et de l'opinion publique arabes, de même que toute la
doctrine Eisenhower. Celle-ci a été considérée comme l'aveu public de l'intention américaine d'intervenir
dans les affaires intérieures des pays indépendants du Proche-Orient. L'identité entre les points de vue et
les intérêts de l'URSS, et ceux des pays arabes de cette région, s'est à nouveau révélée. Cette identité
constitue la base de l'action soviétique.
Quelques jours après que la doctrine Eisenhower a été connue, le gouvernement syrien a riposté. Il a
rendu publique une déclaration 160 dans laquelle il conteste le droit au gouvernement américain d'intervenir
dans les affaires intérieures d'un pays étranger sous prétexte qu'il a lui-même en tant qu'Etat, ou par
l'intermédiaire de ses ressortissants, des intérêts économiques dans le pays concerné. En outre, le
gouvernement syrien qualifie d'artificielle la théorie du « vacuum », servant de prétexte aux impérialistes
pour rétablir leur domination sur des peuples anciennement asservis. Il affirme qu'un « vacuum » ne peut
pas exister au Proche-Orient, depuis que les pays de cette région se sont libérés et ont accédé à
l'indépendance. Seuls ces pays possèdent le droit naturel de décider, en pleine souveraineté, de leurs
problèmes communs, et de s'organiser en vue d'assurer leur propre défense. Salah Bitar, ministre syrien des
affaires étrangères, suivra la même ligne d'argumentation dans une conférence de presse, six mois plus
tard, et constatera que : « Parler d'un « vacuum », c'est porter un coup contre les peuples de la région 161 ».
Il considère la condition américaine préalable à toute aide — condition obligeant le pays receveur à
combattre le communisme international — comme une intervention dans la politique extérieure des pays
concernés, et parle d'une attaque directe contre la politique du neutralisme positif et du non-alignement,
d'une extension de la guerre froide au Proche-Orient. Il a résumé les résultats de la fameuse doctrine en
quatre points :
1. L'apparition d'une dissension et de divergences parmi certains pays arabes.
2. L'application de mesures de pression et de terreur dans les pays qui ont adhéré à la doctrine. Ces pays
ont perdu leur liberté d'action dans leurs affaires intérieures, résultat de la perte des rênes du pouvoir dans
leur politique étrangère.
3. Un des résultats de la mise en œuvre de la doctrine Eisenhower a été le renforcement des forces
réactionnaires. Par conséquent, la réaction s'est livrée à la chasse et à la persécution des éléments
nationalistes libres, sous prétexte de combattre le communisme et les doctrines subversives. Quant au «
communisme international », les pays impérialistes savent bien que ce terme n'est pas sérieux. La preuve
en est que les Etats-Unis eux-mêmes poursuivent des négociations avec les pays socialistes.
4. La doctrine Eisenhower cherche à résoudre le problème de la Palestine par des moyens non
pacifiques 162.
Pour le président Nasser, tout le problème se situe dans la signification que l'on donne au nationalisme
arabe face au communisme. Dans une interview accordée à Robin Day, commentateur à la radio et TV
américaines 163, il s'est dit convaincu qu'une politique nationaliste rend totalement inefficace et isole le
mouvement communiste. L'erreur fondamentale est justement la méconnaissance du rôle et de la force du
nationalisme dans l'Orient arabe. C'est une erreur d'appréciation et c'est cette erreur qui conduit à une
opposition au nationalisme sous le prétexte de la lutte contre le communisme. Ainsi, dans nombre de pays,
ils obligent le mouvement nationaliste à se réfugier dans l'illégalité, où il est véritablement exposé à
l'influence communiste 164.
160
Déclaration du gouvernement syrien du 10 janvier 1957. Summary of World Broadcasts publié par la BBC
(désormais : SWB), Part IV, 12 janvier 1957, pp. 5-6.
161
Conférence de presse de Salah Bitar, 19 août 1957. Documents, 1957, p. 326.
162
Documents, 1957, pp. 326-327.
163
CPR, 2 juillet 1957.
164
Editorial de l’Al Chaab, 1 juillet 1957 ; CPR, 1 juillet 1957
er
er
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 58 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
En se tournant vers la presse arabe, on peut constater qu'elle proteste avec une véhémence tout à fait
naturelle contre la théorie de « vacuum » des Occidentaux. Elle condamne unanimement cette conception et
repousse l'affront jeté au visage du nationalisme arabe. Toutefois, il y a une nuance entre les réactions.
Du côté syrien et égyptien les critiques et les condamnations ont été dirigées vers le seul Occident, et ont
blâmé la mentalité impérialiste qui était à la source de cette idée inacceptable. Les journaux égyptiens
considèrent même les troubles survenus au Liban au début de l'été de 1957, avant les élections législatives,
comme un exemple de la résistance du peuple arabe à la doctrine Eisenhower, et affirment qu'on ne peut
pas séparer l'une des parties constitutives de la patrie arabe des autres 165. De plus, ils voient dans cette
fameuse doctrine, un moyen utilisé par les gouvernements antipopulaires au pouvoir, pour réprimer
166
l'opposition envers leur politique pro-occidentale
. Quand certains signes apparurent que la doctrine
Eisenhower — selon l'optique des Américains — ne pouvait pas remplir la mission voulue et, surtout, après
la conférence de presse au cours de laquelle le président des Etats-Unis déclara qu'il ne voulait pas
l'étendre à des pays qui ne l'avaient pas acceptée jusqu'à ce moment —, la presse égyptienne a
167
naturellement triomphé .
Du côté des pays tournés vers l'Occident, la critique ne s'adresse pas aux seules puissances
impérialistes, mais également à l'Union Soviétique, en tenant compte des efforts qu'elle fait, depuis 1954,
pour fortifier ses positions proche-orientales. Pour illustrer cette tendance de l'opinion publique arabe, nous
citerons un éditorial d'Al-Jarida, journal indépendant de Beyrouth, qui semble être un des plus objectifs dans
la critique de la théorie du « vacuum » : « Les Etats-Unis ont essayé de combler le vacuum qui aurait été
créé dans la plus grande partie de cette région après la retraite des impérialistes britanniques et français,
comme le disent certains. L'Union Soviétique n'était pas moins pressée de le faire que la Russie (tsariste), et
c'est ce qui a provoqué ce terrible choc entre les deux géants. Les Occidentaux et les Soviétiques vont-ils
comprendre, à la longue, que ce sont les peuples de cette région qui doivent remplir le « vacuum », à
supposer même qu'un vacuum existe 168 ».
Ainsi, peut-on dire, en reprenant les paroles d'Al Nahar, de Beyrouth, l'URSS veut que « l'Ouest renonce
à ce qu'il possède au Moyen-Orient, en contrepartie de la renonciation russe à ce que la Russie n'a jamais
possédé 169 ».
L'internationalisation de la crise
Le 15 octobre 1957, la Syrie s'est adressée aux Nations Unies en demandant d'inclure à l'ordre du jour de
e
170
la 12 Assemblée générale sa plainte contre les Etats-Unis, la Turquie et d'autres puissances
. Cette
e
171
plainte a été mise sur l’ordre du jour par l'Assemblée générale lors de sa 706 séance, le 18 octobre .
165
Editorial de l’Al Akhbar, 2 juin 1957 ; CPR, 2 juin 1957.
166
Editorial de l’Al Chaab, 9 juin 1957 ; CPR, 9 juin 1957. * La doctrine Eisenhower a échoué et tous les projets
semblables des Américains vont aussi échouer, simplement parce qu'ils défient la volonté des peuples +. Anouar
EL-SADAT dans l’Al Goumhourija, 4 septembre 1957 ; CPR, 4 septembre 1957.
167
Editorial de l’Al Ahram, La fin d'une doctrine, 31 octobre 1957 ; CPR, 31 octobre 1957.
168
AW, 18 avril 1958. Voir aussi un article de l’Al Jarida dans AW, 21 janvier 1957.
169
AW, 14 février 1957.
170
La délégation syrienne auprès des Nations Unies a déjà adressé une lettre au secrétaire général le 8 octobre 1957 ;
mais la plainte syrienne n'a été officiellement formulée que dans la lettre de Salah Bitar, ministre syrien des Affaires
étrangères, le 15 octobre 1957. Cette plainte a été intitulée comme suit : Plainte concernant la menace à la sécurité de la
Syrie et à la paix internationale dans Documents, A-3699, Nations Unies, Assemblée générale, Archives. Documents
officiels, vol. 4, Ag. 69. Gromyko adresse seulement un jour plus tard, le 16 octobre, une lettre au président de
l'Assemblée générale dans Document A-3700 ; ibid.
171
er
e
e
Les débats sur la Syrie ont lieu les 22, 25, 28, 29 et 30 octobre, et le 1 novembre, aux 708 et 710-714 séances de
l'Assemblée générale, ibid. 1957, vol. 3, pp. 351-372 ; 389-403 ; 405-424 ; 425-435 ; 437-443 ; 445-446.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 59 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
C'est Salah Bitar, ministre syrien des Affaires étrangères, qui a exposé les vues de son gouvernement. Il
a évoqué les préparatifs militaires de la Turquie, lesquels — à sa connaissance — se déroulent à la frontière
syrienne en vue de déclencher au moment opportun, la machine de guerre turque contre son pays.
Parmi les arguments (soi-disant) avancés par les Turcs et les Américains pour justifier leur action, il a
surtout dénoncé l'affirmation que la Syrie soit devenue un dépôt d'armes, sans que la défense du pays ait
nécessité un tel armement, et qu’il soit devenu un repaire d'activités subversives — fait qui aurait entraîné
l'application de la doctrine Eisenhower 172.
Les vraies raisons de l'action occidentale sont, selon le gouvernement syrien :
—
L'opposition au mouvement nationaliste et unitaire arabe.
— La volonté de conserver la région du Proche-Orient comme une zone d'influence occidentale
traditionnelle, y maintenir la présence occidentale et, à cet effet, entretenir les peuples et les gouvernements
de cette région en état d'infériorité et de tutelle économique, politique et militaire, en leur déniant tout droit à
une existence indépendante, libre et souveraine.
Pour atteindre ces deux buts l'Occident veut diviser les pays de la région et les embrigader dans des
camps et des blocs militaires, en vertu de considérations dites stratégiques et vitales 173.
Finalement, la Syrie refuse résolument la médiation proposée par le roi Saoud et évoquée à l'Assemblée
générale des Nations Unies par le représentant turc. Elle considère que l'unité des points de vue des pays
arabes exclut qu'un souverain arabe puisse être médiateur entre la Syrie et ses adversaires non arabes. Par
conséquent, la médiation est sans objet 174.
La position turque n'a pas évolué depuis l'échange de lettres entre le Premier Boulganine et le Premier
175
Mendérès en septembre 1957
. Ankara a prétendu que les activités subversives en Syrie ont atteint la
limite extrême et que son armement a progressé bien au-delà des exigences « raisonnables » de sa
défense. En fait, la Syrie est considérée comme étant devenue un réservoir d'armes qui pourrait servir à
l'URSS, en cas de besoin.
Pour ce débat aux Nations Unies, c'est le ministre des Affaires étrangères, Andrej Gromyko, qui
représentait l'Union Soviétique. Dans son intervention, il a dit que, selon le point de vue soviétique, la Syrie
s'est avancée en première ligne dans la lutte pour l'indépendance de tous les Etats arabes et il s'est dit
d'accord avec le ministre syrien, Salah Bitar, pour affirmer que les événements concernant ce pays sont la
176
conséquence de l’application de la doctrine Eisenhower
. A la fin des délibérations de l'Assemblée
générale, Gromyko a fait deux propositions : que les Nations Unies désignent une commission d'enquête qui
serait envoyée à la frontière turco-syrienne pour renseigner les autres nations sur la véritable situation ;
ensuite, qu'elles prennent les mesures nécessaires dans le cas d'une éventuelle agression 177.
Fin octobre, la politique soviétique en Syrie a brusquement changé, amorçant un tournant à la fois
étonnant et incompréhensible. Après deux mois de campagne orchestrée, de déclarations menaçantes, de
livraisons d'armements, de mouvements spectaculaires de la flotte et de concentrations de troupes
172
Ibid. p. 335.
173
Ibid. p. 354.
174
Ibid. p. 355.
175
Le premier ministre turc a écrit à son homologue Boulganine le 30 septembre : * Les activités subversives en Syrie
ont atteint la limite extrême. En outre, la Syrie s'arme rapidement bien au-delà de ce qu'exigerait raisonnablement sa
défense. En fait, la Syrie devient un dépôt d'armes qui sera probablement utilisé par d'autres en cas de besoin +.
Passage cité par le délégué turc, Esin, dans les débats do l'Assemblée générale. Ibid. pp. 363-364. L'opinion publique
turque n'est pas unanime, et le chef de l'opposition, Ismet Inönü, exprime ses doutes quant à l'opportunité et la nécessité
r
des démonstrations à la frontière syrienne. Evoqué par le ministre égyptien des Affaires étrangères, D Faouzi, dans les
débats. Ibid. p. 357.
176
Ibid. pp. 358-359.
177
Ibid. pp. 355-356. Véritablement, les mesures militaires prises semblent n'avoir eu qu'un but psychologique ; leur
valeur opérationnelle réelle n'entre probablement pas en ligne de compte.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 60 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe178
tambourinées dans toute la presse moyen-orientale , après des séries d'articles violents publiés dans les
quotidiens soviétiques, l'URSS tourne la tête et montre à cette région son autre visage. Le 29 octobre,
Khrouchtchev fait une apparition sensationnelle à la réception offerte par l'ambassade turque de Moscou,
geste réellement surprenant à une époque où les relations étaient extrêmement tendues entre les deux
pays. En réponse à la question de savoir si son geste exprime une volonté de paix, il déclare : « Oui, c'est
un geste menant vers la paix ». La coïncidence de la chute du maréchal Joukov avec ce tournant dans la
politique proche-orientale de l'URSS, s'offre tout naturellement comme une explication probable, d'autant
plus que le Premier soviétique a annoncé lors de la même réception où il tendit la main aux « laquais des
impérialistes », le limogeage du héros de la Grande Guerre.
Toutefois, l'hypothèse qui veut que l'élimination du parti et de la hiérarchie militaire du maréchal Joukov
soit la conséquence directe des bévues commises par lui dans l'affaire syrienne, ou qu'on fasse de lui le
bouc émissaire d'une politique qui a échoué — comme le constate entre autres Dallin 179, — relève de la
plus pure spéculation. Il n'a jamais été démontré que Joukov avait eu la responsabilité de la politique
soviétique proche-orientale, ni que Moscou, au cours de la crise syrienne, n'ait pas atteint certains objectifs.
La lutte intestine au sein du Kremlin a ses propres lois, et l'affaire syrienne n'est pas de taille à pouvoir servir
de raison au limogeage de Joukov.
Les documents ne permettent pas d'établir quelles sont les raisons exactes de la volte-face soviétique de
l'automne 1957, mais on peut dire avec beaucoup de certitude qu'à côté des éléments d'ordre intérieur, deux
facteurs extérieurs ont influencé la décision russe. Le gouvernement soviétique ne voulait certainement pas
s'avancer plus loin dans une voie qui pouvait l'amener à perdre la position favorable qu'il s'était acquis au
Proche-Orient depuis 1955. Une crise plus aiguë aurait pu provoquer une réaction énergique de la part des
Occidentaux menaçant les pays à tendance neutraliste, et l'URSS ne voulait pas entrer en guerre pour eux,
comme elle ne voulait pas non plus perdre la face. D'un autre côté, les dirigeants soviétiques se sont
aperçus que trop d'insistance de leur part pourrait choquer et éveiller la méfiance des nationalistes arabes
qui, bien entendu, répudiaient l'idée que n'importe quelle grande puissance puisse dominer la région. Donc,
un Proche-Orient aux pays à tendance neutraliste semble préférable à l'URSS à un allié sûr. Le progrès des
communistes et sympathisants syriens ne vaut pas un conflit avec le mouvement nationaliste arabe.
La réaction nationaliste arabe
L'intense activité diplomatique soviétique, les mesures militaires et la campagne de propagande ont
provoqué un double effet dans le monde arabe. Les leaders syriens — ainsi que ceux des autres pays
neutralistes — et l'opinion publique arabe en sa presque totalité, ont affirmé une gratitude et une appréciation sincères pour ce que l'URSS a fait pour la cause du nationalisme arabe. Sabri el-Assali, le premier
ministre syrien, commente la première déclaration de Gromyko au début de septembre 180, exprimant
l'admiration et la gratitude suscitées dans la population syrienne. Il décrit les paroles du ministre soviétique
des Affaires étrangères comme représentant « une nouvelle et honorable attitude pro-arabe adoptée par
l'Union Soviétique ». Naturellement, les communistes sont parmi les premiers à se joindre aux autres dans le
sentiment de reconnaissance exprimé à l'égard de Moscou. Chaled Begdache affirme sa conviction — dans
l'interview accordée au journal Al Nour — que le nationalisme arabe triomphera en Syrie comme en Egypte
et il énumère les trois facteurs importants contribuant à cette victoire : a) le solide front intérieur des
nationalistes ; b) la solidarité inébranlable de l'Egypte et l’appui soutenu de tous les peuples arabes ; c) l'aide
178
Cette presse n'a pas réalisé que derrière les paroles et les gestes spectaculaires, il n'y a que la volonté d'exploiter la
crise du point de vue de la propagande, ainsi la déception au moment de la brusque volte-face des Soviets a été assez
sensible C exception faite pour ceux qui sont effrayés par l'immixtion de Moscou dans les affaires arabes et qui, par
conséquent, sont soulagés.
179
DALLIN, op. cit., p. 471.
180
CPR, 12 septembre 1957.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 61 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
énorme apportée à la Syrie par l'opinion publique mondiale, en premier lieu, par la position résolue adoptée
181
par l'URSS .
Parallèlement à ce courant d'opinion arabe — en somme favorable à l'intervention soviétique dans la
crise syrienne —, une autre réaction se fait de plus en plus sentir au fur et à mesure que la crise se
développe. Les nationalistes arabes, avant tout les mêmes leaders syriens au pouvoir, commencent à être
gênés par le rôle que l'URSS a joué et s'efforce d'assumer dans toute l'affaire. L'inquiétude provoquée par le
ressentiment qu'une grande puissance étrangère prenne la défense des intérêts nationalistes arabes 182 —
qui, en conséquence, sembleraient n'être pas en mesure de se défendre valablement —, et aussi le souci de
ne pas pousser trop loin, aux yeux de l'opinion publique internationale, l'identification des intérêts arabes et
soviétiques, ont obligé les dirigeants syriens à faire une série de déclarations affirmant que, ni le
gouvernement de coalition de gauche, ni la tendance de l'évolution intérieure, ne sont communisants.
Le pro-soviétisme n'est qu'un aspect de la politique neutraliste sur le plan international.
Ainsi, le président de la République syrienne, Ch. el-Kouatly, est-il amené à dire, dans son discours
prononcé à l'occasion de l'ouverture de la Foire internationale de Damas, au début de septembre, que la
Syrie « suivra notre politique nationaliste prudente et que le pays ne servira jamais de base à des plans
stratégiques, ouverts ou secrets, ni à l'Ouest, ni à l'Est 183 ». Il est encore plus explicite quelques jours plus
tard, dans une interview accordée à l'Agence du Moyen-Orient, sur les relations soviéto-syriennes : « Quant
à nos relations avec l'Union Soviétique, ce sont des relations d'amitié qui servent nos intérêts communs, en
vue de bénéfices communs. Il n'existe pas d'accord secret entre ce pays et l'URSS ... Nous ne sommes pas
communistes et personne ne nous a demandé de le devenir. Nous sommes des nationalistes arabes 184 ».
Aussi le premier ministre Sabri el-Assali et le président de la Chambre des Députés, Akram el-Hourani, se
sont-ils opposés à l'idée que la Syrie puisse devenir communiste et el-Hourani a nettement tracé la ligne
séparant le socialisme syrien du mouvement communiste mondial 185.
Les déclarations confuses et contradictoires d'un homme d'Etat, Chaled el-Azm, qui joue, à l'époque de la
séparation de l'Egypte, un rôle prépondérant dans la vie politique de son pays, constituent un chapitre
particulier en cette revue de la position des dirigeants syriens. Au cours de la crise il a exprimé son opinion
que l'Union Soviétique, en accordant son aide économique à la Syrie, a effectivement contrecarré le progrès
du communisme dans le pays, et il a aussi rassuré les hommes d'affaires en disant : « Je suis moi-même un
homme riche, et je ne permettrai jamais que ma fortune soit distribuée ou nationalisée. Nos projets ne nous
186
mèneront jamais vers le communisme
». Une dizaine de jours plus tard — apparemment au moment de
l'arrivée des experts soviétiques — Chaled el-Azm a donné une leçon instructive de ce qu'est l'opportunisme
politique. Il a confié au correspondant de La Stampa, quotidien italien connu, qu'il ne se ferait aucun souci si
l'influence de ces experts transformait la Syrie en un satellite soviétique : « En serait-il comme vous le dites,
que la Syrie devienne un membre du bloc soviétique, je ne vois là aucun mal, ni pour la Syrie, ni pour le
reste du monde ». Et il a ajouté : « Nous ne voulons rien avoir à faire avec les impérialistes et les
colonialistes 187 ».
181
AW, 25 septembre 1956.
182
Le Soir, de Beyrouth, a titré déjà en décembre 1956 un article : La Syrie sur le chemin de devenir un satellite. AW,
27 décembre 1956 ; voir l’Orient, de Beyrouth, et l’Al Jarida au début de juin 1957 AW, 3 juin 1957. Le Soir sonna aussi
la cloche d'alarme en août 1957 : * Nous devons faire quelque chose tout de suite ... le Rideau de Fer est à moins de
20 km de nos frontières +. Al Amal parle à cette époque de la * grippe rouge +, et Al Hayat s'attendait à la nomination
d'un sympathisant communiste comme ministre syrien de l'Intérieur. AW, 19 août 1957.
183
CPR, 2 septembre 1957.
184
CPR, 8 septembre 1957.
185
Interviews dans l’Al Akhbar, de Damas, CPR, 2 septembre 1957 ; voir aussi la conférence de presse de Khalil
el-Kallas, ministre syrien des Affaires étrangères ad intérim, AW, 19 octobre 1957.
186
AW, 9 septembre 1957. Le journal syrien Barada, en défendant Chaled el-Azm contre les attaques l'accusant d'être
un communiste, observe, au printemps 1955, que * le véritable communiste, c'est Nouri Said, qui a créé des générations
de communistes militants en gouvernant le pays par le sabre britannique durant trente-cinq années et en versant le sang
des héros libéraux du pays +. 19 mai 1955.
187
AW, 18 septembre 1957.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 62 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
Les leaders militaires syriens, ceux qui ont pris en main les leviers de commande après le limogeage du
général el-Din, ont aussi, à plusieurs reprises, affirmé leurs convictions nationalistes et dénié qu'il existât une
influence communiste quelconque au sein de l'armée. Le colonel Serraj — le véritable chef de la Syrie,
province septentrionale de la République Arabe Unie, un an plus tard —, a confessé au correspondant
d'Al Akhbar du Caire : « Je ne suis pas communiste et il n'y a pas un seul officier communiste dans l'armée
syrienne. Je suis un nationaliste arabe syrien. Mon but est de servir mon pays et de maintenir le
nationalisme arabe. C'est à cause de cela que j'ai été accusé d'être communiste et qu'on a prétendu que
l'armée syrienne était devenue une armée communiste ... Tous les sentiments nationalistes authentiques
sont considérés par les impérialistes occidentaux comme communistes et tous les hommes travaillant en
188
faveur de leur pays respectif ne peuvent être que des agents russes
». Serraj s'oppose à l'idée que la
Syrie puisse devenir le satellite de n'importe quelle puissance occidentale ou orientale, mais affirme que des
liens culturels très importants rattachent son pays à la culture occidentale 189. Son collègue, le général
Afif Bizri, successeur d'el-Din, se prononce dans le même sens. Il est d'accord avec son collègue pour dire
que l'armée est nationaliste, mais non pas communiste, les activités politiques ayant été, en effet, interdites
au sein de la force nationale. « La Grande-Bretagne et les Etats-Unis ont des relations politiques et
économiques avec la Russie. Etes-vous inquiet qu'ils deviennent communistes ? », a-t-il demandé au
correspondant stupéfait de la Columbia Broadcasting Co. à l'issue de l'interview qu'il lui a accordée au début
190
de novembre 1957 .
Des inquiétudes sont donc nées au sein du mouvement nationaliste arabe qui, à peine libéré de la
domination coloniale, tomberait sous une autre domination. C'est la raison des déclarations réitérées des
représentants de divers groupes politiques syriens participant à la coalition gouvernementale. C'est aussi la
raison pour laquelle les dirigeants du Parti nationaliste syrien, dont Sabri el-Assali, et ceux du Parti socialiste
Baas, dont Akram Hourani et Salah Bitar, avec l'appui et la coopération active du président el-Kouatly,
cherchent à réaliser à tout prix l'union avec l'Egypte du président Nasser. Il semble incontestable que, pour
l'opinion publique arabe, la cause de la création (peut-être hâtive) de la République Arabe Unie, soit le
danger de l'influence grandissante des communistes et la possibilité d'un glissement définitif vers l'extrême
gauche en Syrie. Il apparaît également certain que l'Egypte veut priver les dirigeants soviétiques du rôle de
défenseurs de la nation arabe, et réduire à sa juste proportion l'identification des intérêts nationalistes
arabes et soviétiques, ainsi que le soutien que l'URSS pouvait apporter à la cause arabe. Au début de
l'année 1958, le conflit — qui deviendra ouvert en 1959 — entre le nationalisme arabe et les communistes,
projette déjà son ombre dans la lutte que ces derniers ont entreprise contre le projet de République Arabe
Unie, lutte dont les journaux se sont fait déjà l'écho à l'époque 191. Ainsi, la crise syrienne de l'automne 1957
a marqué une étape très importante dans les relations soviéto-proche-orientales. Elle égale, sur ce point,
l'importance qu'on accorde généralement à l'affaire de Suez.
e) La guerre civile au Liban en 1958
Au Liban, il ne s'agit pas d'un conflit entre le nationalisme arabe et les puissances occidentales, mais à
proprement parler d'une crise intérieure au sein du monde arabe. Le débarquement des troupes américaines
au Liban et des soldats britanniques en Jordanie ne lui a pas conféré le caractère d'un tel conflit, quoiqu'il ait
été considéré comme une immixtion dans les affaires intérieures de la région. La diplomatie soviétique a
observé l'évolution de la crise avec une grande attention et essayé de l'exploiter à ses propres fins. Elle n'y
est pas parvenue, car même si quelques gouvernements et une partie de l'opinion publique arabes ont
cherché l'appui de l'URSS sur le plan international, ils ne voulaient sûrement pas et n'auraient jamais voulu
188
Déclarations parues dans l’Al Akhbar et l’Al Ahram du 13 septembre 1957. CPR, 13 septembre 1957. Le Saout elArab a cité Serraj qui expliqua : * Je ne sais rien du communisme +. Il existe en France, en Israël et au Liban. * Si nous
devenions communistes avec Israël, ils (les Occidentaux) ne reprocheraient pas à la Syrie d'être communiste +. AW,
4 octobre 1957.
189
CPR, 24 septembre 1957.
190
CPR, 3 novembre 1957.
191
L'Orient, de Beyrouth ; AW, 13 janvier 1958.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 63 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
accepter que l'Union Soviétique puisse avoir voix au chapitre quant aux relations inter-arabes. Dans cette
perspective, le conflit de 1958 est instructif et laisse prévoir certaines lignes de l'évolution future.
L'évolution politique au Liban en 1957-1958
Pendant toute la période de la grande « ouverture » soviétique vers le Proche-Orient, donc depuis
l'automne 1955, le Liban a poursuivi une politique extérieure qui a évité les frictions avec l'URSS, et a même
gagné la sympathie de Moscou. A l'issue des élections de septembre 1952, Camille Chamoun est devenu
président du Liban et Abdullah al-Yafi, avocat à Beyrouth, premier ministre. Ce dernier appartient à l'aile
radicale et nationaliste des politiciens libanais, comme la majorité des membres de son cabinet, tel Saeb
Salem. La tendance politique du gouvernement al-Yafi a été démontrée par son attitude envers l’Irak
Petroleum Co. et le Trans-Arabian Pipelines (TAP), ainsi que par sa position prise pendant la crise de Suez.
En effet, le parlement libanais, sur la proposition du gouvernement, a voté, en 1956, une loi selon laquelle
toutes les compagnies étrangères propriétaires des oléoducs qui empruntent le territoire du Liban, doivent
payer de lourds impôts, non seulement au cours des années à venir, mais aussi rétroactivement, à partir de
l'année 1952. Cette loi a touché deux compagnies, l'Irak Petroleum Co., qui possède des oléoducs amenant
son pétrole au port de Tripoli, et le TAP desservant les champs pétrolifères de l'Arabie Saoudite et
aboutissant en Méditerranée près de Sidon, au Liban. Les négociations, au cours desquelles le Liban a
exigé 50 % des bénéfices pour permettre aux oléoducs de passer sur son territoire, ne pouvaient donner de
résultats. L'affaire n'a été résolue qu'en 1958. Toutefois, l'attitude ferme du gouvernement libanais et sa
politique d'intérêt national lui ont acquis une sympathie et un soutien non seulement à l'intérieur du pays
même, mais dans tout le monde arabe. Au moment de la crise de Suez, le président Chamoun a donné son
appui total au pays frère menacé. Il a décrété l'état d'urgence et invité les chefs d'Etat arabes à Beyrouth afin
qu'ils puissent concerter leur action.
Cette politique nationaliste et neutraliste du Liban a gagné la sympathie des pays du bloc communiste.
Dès 1954, l'URSS a conclu un accord économique avec ce pays, et en 1955, l'Allemagne de l'Est en fait
autant. En 1956, des techniciens russes y sont envoyés en vue d'examiner les possibilités du
développement économique et industriel. Cette sympathie soviétique a été particulièrement évidente lors de
la visite du ministre soviétique des Affaires étrangères, Chepilov, en juin 1956 192.
Toutefois, à peine le danger imminent qui a mis en émoi le monde arabe était-il passé, et les parties au
conflit avaient-elles accepté les résolutions des Nations Unies, qu'une crise intérieure éclate au Liban,
déclenchant l'évolution politique qui mènera directement aux événements du printemps et de l'été de 1958.
En novembre 1956, Abdullah al-Yafi est remplacé à la tête du gouvernement par Sami al-Suhl et
r
le D Charles Malik devient ministre des Affaires étrangères en remplacement de Selim Lehoud.
Ce gouvernement est nettement pro-occidental et rejette les exigences du nationalisme radical et du
neutralisme positif. Le gouvernement de Sami al-Suhl, qui a eu l'entière confiance du président de la
République, a fait adopter une nouvelle loi électorale en élargissant la Chambre des députés ; désormais,
elle compte soixante-six membres et son terme d'exercice est de quatre ans.
La campagne électorale a aussitôt commencé et l'opposition a formé un Front de l'union nationale.
Abdullah al-Yafi, Saeb Salem, Hussein Oweini, président de la Chambre des députés, font partie de ce
Front, lequel présente un programme en cinq points :
1. pas d'amendement constitutionnel permettant au président Chamoun de se représenter aux élections
présidentielles de l'automne suivant ;
2. neutralité absolue ;
3. refus de l'établissement de bases militaires étrangères et rejet de pactes comme celui de Bagdad ;
192
AW, 26 juin 1956.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 64 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
4. rejet de n'importe quelle assistance économique qui serait incompatible avec la souveraineté et
l'indépendance du pays ; et enfin,
5. coopération étroite et impartiale avec les autres pays arabes 193.
Les élections de juillet 1957 ont déçu l'opposition et amené à la Chambre cinquante députés progouvernementaux, neuf du Front de l'union nationale, et quelques indépendants. Parmi les dirigeants du
Front, Saeb Salem, Abdullah al-Yafi, Kemal Jumblat et Rachid Karamé ont été battus.
En dépit de cette bataille perdue, l'opposition ne s'est pas résignée et continue la lutte. Il est naturel que,
dans le contexte des relations interarabes, la Syrie et l'Egypte soutiennent activement les forces qui sont
favorables à leur politique neutraliste.
Selon les informations fourmes par le gouvernement, il y avait un trafic illicite d'armes d'une ampleur
considérable entre le Liban et la Syrie. Les actes de terrorisme se multiplient, des bombes ont été jetées sur
le parlement et les bâtiments du gouvernement. L'adhésion publique du Liban à la doctrine Eisenhower est
devenue la cible principale de l'opposition, malgré la réserve faite par Charles Malik que le Liban serait
toujours aux côtés des Arabes lorsqu'il s'agirait de la défense de leurs aspirations légitimes face aux
puissances occidentales 194. Il est intéressant de noter que l'opposition, durant toute la lutte qu'elle a menée
contre le gouvernement Sami al-Suhl et le président Chamoun, s'est toujours attaquée, en premier lieu, à
leur politique extérieure, en les accusant de créer la crise intérieure par leur politique étrangère prooccidentale. En fait, les vraies raisons de l'opposition sont d'ordre intérieur et personnel, et résident surtout
dans la tentative du président Chamoun de se faire élire une seconde fois. La mise au premier plan des
questions de politique extérieure et des relations interarabes, les slogans du neutralisme positif, ne sont
qu'un camouflage et une nécessité psychologique, car les masses, particulièrement celles appartenant à la
religion musulmane, sont avant tout sensibles à ceux-ci.
La création, au début de l'année 1958, de la République Arabe Unie, a fait monter la tension au Liban et
autour du Liban. Les groupes nationalistes et radicaux se sentent justifiés et comptent sur une aide décisive
venant de l'extérieur ; les autres, qui soutiennent le gouvernement et le président Chamoun, craignent un
encerclement du pays et une pression accrue pour associer le Liban à la politique intérieure et extérieure du
nationalisme de type nassérien. Par conséquent, les leaders libanais ont tout de suite annoncé que leur
pays ne se rallierait à aucune des nouvelles formations étatiques arabes, ni à la République Arabe Unie, ni à
la Fédération des Etats Arabes. Selon les rapports gouvernementaux, l'infiltration des armes et des hommes
de Syrie et d'Egypte augmente constamment, et le gouvernement, se sentant menacé, cherche un soutien
du côté occidental. Le ministre des affaires étrangères, Charles Malik, annonce que les Etats-Unis ont
promis toute l'aide militaire et économique nécessaire afin de maintenir l'indépendance du Liban 195.
L'agitation politique atteint son point culminant en mai, lorsqu'une guerre civile éclate par des
démonstrations et des batailles dans les rues de Beyrouth et de Tripoli. Toujours selon les rapports des
autorités, les rebelles — parmi lesquels se trouvent Saeb Salem, Kemal Jumblat, Rachid Karamé et autres,
— ont été aidés par des commandos et des armes en provenance de Syrie et d'Egypte. Néanmoins, cette
guerre civile s'est vite éteinte, car le général Fouad Chehab, le commandant en chef de l'armée, s'est
obstinément refusé, et pour de très bonnes raisons, à engager cette dernière. Il s'est borné à intervenir pour
maintenir l'ordre public.
Le gouvernement libanais s'est adressé au Conseil de sécurité le 22 mai 1958, en déposant une plainte
196
contre la République Arabe Unie
mais a aussi demandé aux Etats-Unis d'envoyer leurs troupes au Liban
pour défendre son indépendance contre les ingérences étrangères. Celles-ci débarquèrent le 15 juillet et ne
quittèrent le pays que le 20 octobre 1958. Entretemps, le 31 juillet, le général Chehab a été élu président de
193
er
FISHER, op. cit., p. 555. Aussi AW, 1 juillet 1957. Objectifs réaffirmés par Saeb Salem en juin 1958, AW, 6 juin 1958.
194
En effet, lors de la crise syrienne, le gouvernement a déclaré qu'une attaque quelconque contre la Syrie sera
considérée comme une attaque contre le Liban.
195
FISHER, op. cit., p. 556.
196
Le document porte la cote S-4007 ; la plainte a été adoptée par le Conseil de sécurité le 27 mai 1958. Commentaire
de l'opposition : CPR, 10 juin 1958.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 65 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
la République, et un gouvernement national restreint a été constitué sous la présidence de Rachid Karamé.
Il se compose, en nombre égal, de représentants des communautés chrétienne et islamique.
La position soviétique
En annonçant une volte-face de la politique soviétique à l'égard du Liban, l'agence TASS a publié une
197
déclaration bien avant les événements de juillet
, dans laquelle elle a condamné « l'application » de la
doctrine Eisenhower au Liban. Toutefois, l'activité soviétique a pris son essor surtout après la déposition de
la plainte libanaise devant le Conseil de sécurité et, bien entendu, après le débarquement des troupes
américaines sur les plages de Beyrouth. L'affaire libanaise a été placée dans un cadre très large, comme
faisant partie d'un programme embrassant l'Afrique et l'Asie et visant à faire obstacle au mouvement de
libération nationale. Ce programme de « revirement colonialiste » et de « revanche contre l'Egypte et la
Syrie » est, en outre, qualifié d'intervention étrangère dans les affaires intérieures du Liban 198.
L'argumentation soviétique au Conseil de sécurité ainsi que celle des organes de propagande consiste,
en effet, en deux éléments :
a) L'URSS considère la crise libanaise comme une affaire intérieure ne justifiant pas l'intervention, car elle
nie qu'il y ait une quelconque immixtion des pays voisins. Toutefois, elle s'est déclarée en faveur des
groupes d'opposition s'attaquant au régime du président Chamoun.
b) Elle n'a pas accepté la légalité de l'intervention américaine sur la base d'une demande adressée par le
gouvernement libanais au gouvernement des Etats-Unis, car elle considère que seul le Conseil de sécurité
est compétent pour établir s'il y a vraiment eu une agression qui mette en danger la paix et la sécurité
internationales.
Avant le débarquement des troupes américaines au Liban, le représentant soviétique au Conseil de
sécurité, Arkadij Soboljev, a contesté vivement que l'Egypte et la Syrie, les deux provinces de la République
Arabe Unie, aient intervenus dans les affaires intérieures libanaises. Il a aussi affirmé que la guerre civile
opposant le camp nettement pro-occidental du président Chamoun, qui recrute ses partisans en majorité
dans la communauté chrétienne, à celui des nationalistes-progressistes, tourné vers une collaboration plus
étroite avec les autres pays arabes, et dont la plupart des membres proviennent de la communauté
islamique, n'est qu'un conflit intérieur. Naturellement, les puissances occidentales ont été coupables, aux
yeux des Soviétiques, d'une intervention indirecte dans les affaires libanaises en soutenant le gouvernement
199
au pouvoir .
L'enjeu politique est l'évolution future du Liban, la place qu'il occupera dans le monde arabe. Les
Occidentaux sont, sans doute, engagés aux côtés du président Chamoun et de son gouvernement, mais ne
semblent pas être décidés à le défendre in extremis. Ils n'ont pas rejeté l'idée de collaborer même avec un
gouvernement constitué par les forces de l'opposition, le Front de l'union nationale, comme les événements
postérieurs l'ont prouvé. Sous le président Fouad Chehab et le gouvernement Rachid Karamé, les relations
du Liban avec l'Occident sont aussi bonnes que sous le régime précédent. Pour les puissances
occidentales, la principale source d'inquiétude a été, certes, la possibilité que le Liban soit englouti dans la
République Arabe Unie, étant donné que les deux provinces de cette dernière l'entourent de deux côtés.
A leurs yeux, cette annexion aurait augmenté outre mesure, l'influence et le pouvoir du nationalisme arabe
intransigeant, plus particulièrement de son porte-parole le plus en vue, le président Nasser, et aussi aurait
197
Pravda, 2 mai 1958. Dans une déclaration précédente, publiée le 22 janvier 1958, les Soviétiques s'attaquent surtout
au Pacte de Bagdad, * instrument des colonialistes +, dont le principal rôle est de maintenir la division entre les pays
arabes et de la perpétuer.
198
Pravda, 26 juin 1958 ; commenté dans la presse arabe, voir CPR, 27 juin 1958.
199
Par exemple l'article de KHOKHLOV dans l’Izvestia, 12 juillet 1958. On a menacé le gouvernement américain avec
l'affirmation que le sort des armes livrées au Liban serait le même que celui réservé aux armes fournies au régime
Tchang Kaï-chek en Chine.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 66 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
facilité l'accroissement des possibilités d'action de la politique soviétique — assistance économique et
activités de propagande — dans un pays qui était resté jusqu'ici un fief occidental incontestable.
Moscou, au contraire, s'est montré un adversaire irréductible du régime Chamoun et a appuyé sans
réserve l'opposition. Pour l'URSS, il est naturellement préférable d'avoir au Liban un gouvernement de
200
tendance neutraliste
qui suit les traces du nationalisme et du socialisme nassériens. Néanmoins, il
semble que, dans le contexte de la politique globale proche-orientale de l'Union Soviétique, cette dernière
n'aurait pas souhaité non plus que la République Arabe Unie absorbe le Liban, ayant les mêmes réserves,
quoique basées sur des considérations différentes, que les Occidentaux. En effet, il est plus que douteux
que les Soviétiques aient entière confiance dans le président Nasser et dans les diverses tendances du
nationalisme arabe, même pendant le grand « flirt », et ils préfèrent maintenir le morcellement colonial de la
région. En outre, les partis communistes locaux veulent certainement garder le Liban comme un centre de
regroupement, de réorganisation et de propagande, tandis que dans les autres pays arabes, y compris
l'Egypte, ils doivent travailler dans l'illégalité, ou sont impitoyablement persécutés. Donc, l'enjeu concret pour
les Soviétiques n'a pas grande importance ; ce qui compte avant tout, c'est de se montrer encore une fois le
champion des intérêts arabes, le défenseur des pays de la région, face au colonialisme et à l'exploitation des
Occidentaux.
L'expédition des parachutistes britanniques en Jordanie deux jours après le débarquement américain au
Liban, c'est-à-dire le 17 juillet, n'a pas provoqué d'aussi profonds remous dans les milieux politiques
soviétiques et n'a pas pris la même ampleur dans l'action politique et la propagande, que l'affaire libanaise.
L'explication réside certainement dans le fait que cet événement est le deuxième d'un même ordre ; on l'a
donc associé à l'intervention américaine dans les attaques lancées contre celle-ci. En tout cas, on ne
s'intéresse plus autant à la Jordanie — surtout à son mouvement de libération nationale — qu'au printemps
1957. On parle de l'étendue de ce mouvement qui embrasse des sections très larges de la population
« même quelques féodaux d'esprit patriotique ». Les objectifs de ce mouvement sont l'indépendance
201
nationale, les libertés démocratiques et l'unité avec les autres peuples arabes .
La révolution du 14 juillet en Irak justifie les arguments soviétiques et augmente les chances d'atteindre
leurs objectifs. Certes, le renversement du régime de Nouri Said et l'établissement consécutif d'un
gouvernement à tendance neutraliste représentent un grand pas en avant pour la majorité des Irakiens
appartenant aux différents groupes d'opposition. Pour les communistes, le nouveau régime offre un
avantage exceptionnel, en assurant à leurs activités le plus grand territoire parmi les pays proche-orientaux.
A la diplomatie et à la propagande russes, cette révolution en Irak, conjointement avec l'incompréhension et
l'attitude injustifiable des Occidentaux, ont offert une chance tout à fait exceptionnelle — qui a été exploitée à
fond. Rétrospectivement, on peut même dire que l'URSS a accru les assises de sa politique au sein du
monde arabe, pendant la crise libano-irakienne, sur un point jamais atteint jusque-là.
Les Soviétiques ont réussi à juxtaposer l'Occident au nationalisme arabe comme en aucun autre conflit
auparavant. Ils s'appuyent sur les informations parues dans les journaux américains reflétant la stupeur et
l'effroi des milieux occidentaux après la révolution irakienne. C'est ainsi que Soboljev cite au Conseil de
sécurité le New York Times : « En théorie notre décision a été prise simplement pour répondre à la demande
urgente du président du Liban, M. Chamoun, et pour protéger les citoyens américains. En réalité, nous
avons agi pour contenir la révolte en Irak et pour empêcher que l'infection ne s'étende ». Le grand quotidien
poursuit, cité aussi par Soboljev, que les événements d'Irak sont certainement inspirés par le nassérisme et
202
que « l'on peut supposer que les agents soviétiques ont joué leur rôle habituel
». Une autre fois, c'est la
Pravda qui reprend l'opinion du Christian Science Monitor dont le commentateur considère que « l'expédition
des parachutistes britanniques en Jordanie et des fusiliers marins américains au Liban s'est révélée une
entreprise audacieuse et décisive afin d'éliminer les conséquences possibles de la révolte irakienne ... cette
200
Voir l'appréciation de VIKTOROV et SACHKO, dans leurs articles parus dans Mirovaja ekonomika i mejdounarodnaja
otnochenija, janvier 1960, p. 117.
201
Voir l'article déjà cité de PERCHITZ. Toutefois, depuis la création de la République Arabe Unie et les expériences
amères des communistes, on ne parle plus de l'unité de la Jordanie avec les autres pays arabes. C'est le Front national
qui tient la vedette, la presse cite régulièrement ses déclarations et il est souligné que le Parti communiste jordanien
cherche à rallier toutes les forces opposées au régime actuel. Mizan Newsletter, novembre 1960.
202
e
Cité par Soboljev. Nations Unies, Conseil de Sécurité, Documents, 1958, 829 séance.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 67 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe203
intervention peut être le prélude à une opération militaire beaucoup plus étendue au Moyen-Orient
».
Soboljev, dans son analyse, tire les conclusions de ces réactions occidentales : les débarqueents américain
et britannique n'ont d'autre but que de « prévenir une nouvelle expansion de l'infection » venant d'Irak. Cette
infection « porte un nom très précis. Il s'agit, en langage clair, du nationalisme arabe 204 ».
Le retentissement des prises de position soviétiques dans les organes internationaux ainsi que dans la
presse, a eu un écho des plus favorables dans le monde arabe, surtout en Egypte. Déjà à la fin du mois de
mai, quelques jours après que le Liban eut déposé plainte contre la République Arabe Unie au Conseil de
sécurité, les journaux égyptiens expriment avec une grande confiance leur espoir que l'URSS contrecarrera
les « machinations » des puissances impérialistes de l'Occident. Al Ahram exprime l'espoir que le délégué
permanent soviétique, Soboljev, ira même jusqu'à demander l'audition par le Conseil des leaders de
l'insurrection nationale libanaise, et causera l'échec de n'importe quelle décision que les pays appuyant le
gouvernement Chamoun, pourraient proposer à l'encontre de la République Arabe Unie 205. On affirme qu'il
n'y a pas de danger de communisme au Liban et que tous les dirigeants des différents groupes d'opposition
sont partisans de la coopération avec l'Ouest sur une base franche, à l'exclusion de toutes intentions
cachées et révélées seulement ultérieurement 206. L’Al Kahira, du Caire, établit un parallèle, à rebours, entre
l'attitude américaine face à l'insurrection libanaise et face à la révolte hongroise de l'automne 1956.
L'éditorialiste ne comprend pas pourquoi les dirigeants des Etats-Unis n'appliquent pas les mêmes principes
dans les deux cas : s'ils ont considéré et déclaré qu'en Hongrie le gouvernement gouvernait contre le peuple
et se maintenait seulement par la force des armes, pour quelle raison ne considèrent-ils pas et ne peuventils pas considérer, que la même situation se soit reproduite au Liban ? 207 ».
On trouve quelquefois aussi des expressions de méfiance à l'égard de l'URSS. Ainsi, le vice-président
syrien de la République Arabe Unie, Akram Hourani, a déclaré publiquement qu'il était probable que l'Union
Soviétique utilise son droit de veto afin d'écarter même les solutions acceptables pour les Arabes, seulement
afin de prolonger aussi longtemps que possible la crise dont elle a voulu tirer le plus grand profit politique.
Les Soviétiques et les Nations Unies
Dans la deuxième moitié de juillet, c'est-à-dire pendant la seconde phase de la crise libanaise
commencée par le débarquement des troupes anglo-saxonnes, l'attitude soviétique a changé, dans une
certaine mesure, vis-à-vis des Nations Unies. L'accent est mis plutôt sur une entente entre les grandes
puissances, sur les décisions prises entre elles, que sur l'action de l'organisation internationale. La raison
que l'on donne à ce changement d'attitude, c'est la menace imminente d'une guerre, provoquée, selon
Moscou, par l'intervention militaire occidentale, et l'impossibilité de trouver des moyens efficaces de
règlement par l'intermédiaire du Conseil de sécurité, où l'entente ne peut se réaliser.
En tout cas, il est vrai que les délibérations au Conseil de sécurité n'ont donné aucun résultat, ni avant le
débarquement des troupes américaines et britanniques, ni après. Avant la révolution irakienne et
l'intervention occidentale, le Conseil avait décidé d'envoyer un groupe d'observateurs au Liban pour vérifier
s'il existait ou non une infiltration d'hommes et d'armes de la Syrie et, aussi, pour donner un rapport précis
de la situation en général. Le groupe n'a pas constaté les faits qui avaient été exposés par le ministre des
Affaires étrangères du Liban, Charles Malik, et se vit obligé de conclure que la subversion venant de
l'étranger, dénoncée par le gouvernement libanais, était inexistante. L'infiltration semblait être d'ordre
203
Ibid., 18 juillet 1958, cité par la Pravda, 30 juillet 1958
204
Ibid., pp. 7-8.
205
Al Ahram, 27 mai 1958. AW, 29 mai 1958.
206
CPR, 17 juin et 21 juillet 1958.
207
CPR, 19 juin 1958.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 68 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe208
négligeable
. Ainsi, une situation confuse s'est produite au sein de l'organe responsable des
Nations Unies, car les parties respectives évoquent soit les données fournies par le gouvernement
(les Occidentaux), soit le rapport des observateurs (les Soviétiques et les Egyptiens).
En vue de régler cette crise du Proche-Orient, susceptible de provoquer une conflagration plus générale,
le secrétaire général des Nations Unies, Dag Hammarskjöld, s'est rendu personnellement sur place et a eu
des conversations d'abord à Beyrouth, puis au Caire. Malheureusement, sa mission n'a pas donné les
résultats escomptés, car les positions respectives des gouvernements libanais et égyptien montrèrent alors
un raidissement considérable. Toutefois, le rapport du secrétaire général est optimiste. Il n'a pas estimé
nécessaire, tout comme le groupe d'observation des Nations Unies dirigé par le général Bull, d'envoyer sur
place une force de l'organisation internationale. Cette prise de position a déçu le gouvernement libanais qui
attendait une intervention des Nations Unies.
Dans ces circonstances, Nikita Khrouchtchev a pris les devants. Il propose, le 19 juillet, qu'une réunion
des chefs de gouvernement de l'URSS, des Etats-Unis, du Royaume-Uni, de la France et de l'Inde soit tenue
sans délai, n'importe où et n'importe quand, avec la participation du secrétaire général des Nations Unies,
afin de prendre les mesures immédiates pour mettre fin au conflit qui a éclaté 209.
Il est d'accord d'aller n'importe où et n'importe quand et le plus vite possible. Certes, l'URSS a voulu
ménager les susceptibilités occidentales et n'a pas suggéré l'invitation de la Chine Populaire et de la
République Arabe Unie, comme elle a proposé de joindre le secrétaire général des Nations Unies aux chefs
d'Etat réunis afin de garder intacte l'apparence du respect de l'Organisation internationale.
Toutefois, la missive hâtive de Khrouchtchev démontre clairement, une fois de plus, la tentative soviétique
de faire accepter sa voix au chapitre dans les affaires proche-orientales, non pas au Conseil de sécurité,
mais dans un sommet avec les Occidentaux en tant que grande puissance intéressée.
La lettre du Premier soviétique a déclenché une volumineuse correspondance entre son gouvernement et
ceux des grandes puissances occidentales. Cette correspondance s'est révélée totalement infructueuse, car
les positions ne pouvaient être rapprochées. Les puissances anglo-saxonnes ont refusé toute idée d'une
réunion convoquée en dehors du cadre de l'Organisation internationale. Seule, la France s'est déclarée
d'accord à participer à une conférence au sommet, car le général de Gaulle se méfiait déjà à cette époque
de l'inefficacité des Nations Unies 210.
Entretemps, Khrouchtchev fait une visite de trois jours à Mao Tsé-Toung à Pékin et la position soviétique
a été approuvée par les dirigeants de la Chine Populaire. Le communiqué publié à l'issue de la rencontre
des deux hommes d'Etat 211 réaffirme la nécessité d'une réunion, sans délai, des chefs de gouvernement
des grandes puissances afin de discuter de la situation au Proche-Orient. Ce document a, bien entendu,
sévèrement condamné « l'agression flagrante » des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne et a insisté sur le
retrait immédiat des troupes de ces deux puissances. La pression chinoise a certainement joué un rôle dans
le raidissement de la position soviétique que reflète une troisième lettre de Khrouchtchev. Il est aussi
intéressant de constater qu'au moment de l'acceptation, par l'URSS, de la modification occidentale en faveur
de sa propre proposition, plaçant la réunion au sommet dans le cadre du Conseil de sécurité, la radio et la
presse chinoises ont ouvertement critiqué le chef du gouvernement soviétique, affirmant que presque tous
les membres de ce Conseil sont, plus ou moins, sous le contrôle de l'Amérique 212. Après la rencontre à
208
1. Rapport du Groupe d'Observation des Nations Unies au Liban. Nations Unies, Conseil de Sécurité, Documents,
1958, S-4040 et Add. 1, pp. 3-13. 2. Rapport, ibid., S-4069, pp. 79-94. 3. Rapport ibid., S-4085, pp. 127-137. 4. Rapport,
ibid., S-4100, pp. 156-169.
209
Ibid., S-4059 ; voir pour les débats, 835e séance, p. 18. Les premières réponses se trouvent : celle de Nehru, Times
22 juillet 1958 ; celle de Hammarskjöld, ibid., S/4062 ; celles de de Gaulle et d'Eisenhower, Times, 23 juillet 1958 ; celle
de MacMillan, Manchester Guardian, 22 juillet 1958.
210
Les deux autres missives de Khrouchtchev se trouvent dans Nations Unies, Conseil de Sécurité, Documents, S/4064
et S/4067. Les deuxième et troisième réponses des Occidentaux : pour les Etats-Unis : DSB, vol. 39, pp. 233 et
274-275 ; pour le Royaume-Uni : Command Paper, Londres, H. M. S. O., 1959, p. 516 ; pour la France : Le Monde,
23 juillet 1958 et Nations Unies, Conseil de Sécurité, Documents, S/4075.
211
Pravda, 4 août 1958.
212
Survey, 1956-1958, p. 389.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 69 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
Pékin, Khrouchtchev a envoyé le 6 août un nouveau message aux chefs des gouvernements occidentaux,
dans lequel il les accuse d'avoir intentionnellement fait tout leur possible pour saboter le projet d'une réunion
au sommet hors des cadres du Conseil de sécurité. Il déclare que le Conseil « dont la majorité se compose
d'Etats appartenant à des blocs agressifs, et dans lequel la grande République Populaire Chinoise n'est pas
représentée, est un organe qui ne peut pas arriver à des conclusions objectives concernant la question de
213
l'intervention militaire étrangère dans les pays de l'Orient arabe
». Il propose, dans cette même lettre, la
convocation de la session extraordinaire de l'Assemblée générale des Nations Unies. Cette proposition
transmise officiellement par Arkadij Soboljev a été unanimement acceptée par le Conseil.
La session extraordinaire s'est donc ouverte le 8 août. Elle était enveloppée de polémiques inextricables
et consistait d'interventions sans intérêt. Seules les propositions du secrétaire général des Nations Unies ont
été constructives pendant les longs débats des premiers jours 214, mais leur sérieux a échappé aux
délégués. Le président Eisenhower est monté le 13 août à la tribune de l'Assemblée, pour exposer le plan
215
américain destiné à résoudre le problème complexe du Proche-Orient
. Il est à noter que ce plan
Eisenhower porte déjà le signe d'une nouvelle orientation politique des Etats-Unis. Il constitue un abandon
partiel des principes dont s'est inspirée lu doctrine Eisenhower de 1957. La diplomatie américaine ne
cherche plus à convaincre les pays proche-orientaux que leur avenir se trouve aux côtés de l'Occident. Les
Etats-Unis semblent être prêts à accepter le neutralisme arabe sous les auspices des Nations Unies ce qui
est un fait absolument nouveau. Le 21 août, le délégué soudanais, au nom des dix Etats arabes, soumet à
l'Assemblée générale un projet de résolution. Les deux pays qui ont présenté auparavant d'autres projets de
résolution, la Norvège et l'Union Soviétique, ont été d'accord pour donner la priorité à ce dernier qui fut voté
unanimement par l'Assemblée générale. La résolution arabe n'a pas condamné l'intervention angloaméricaine, et n'a pas suggéré une date limite au retrait des troupes étrangères. Ses deux caractéristiques
les plus importantes sont qu'elle a mis en évidence le fait que les pays arabes se rapprochent, et ce
rapprochement est devenu unanimement manifeste lors des préparations de la résolution ; et qu'elle a laissé
toute initiative entre les mains du secrétaire général, Dag Hammarskjôld. Celui-ci devait présenter un
rapport, le 30 septembre lors de la session ordinaire.
Dans la crise libanaise, l'Organisation des Nations Unies a encore une fois prouvé son incapacité à
résoudre un problème à propos duquel les grandes puissances, les deux blocs, prennent des positions
diamétralement opposées. Le dénouement de la crise s'est produit par une évolution favorable de la
situation intérieure au Liban, et aussi parce que les Occidentaux ont compris qu'avec le changement de
président et de gouvernement, la politique pro-occidentale du pays ne serait pas marquée par un
changement dans son orientation de politique extérieure.
213
e
Nations Unies, Conseil de Sécurité, Documents, 1958, 838 séance, p. 16. Gromyko a développé à la session
extraordinaire de l'Assemblée générale le même argument et sur le même ton. Nations Unies, Assemblée générale,
Session extraordinaire. Documents officiels, 1958, p. 13.
214
Le secrétaire général des Nations Unies a rappelé les efforts déjà déployés par l'organisation internationale dans la
région. Il traite des problèmes particuliers, comme le Liban et la Jordanie, et souligne l'importance de la coopération
économique des pays du Moyen-Orient, surtout celle de la création des institutions financières. Il expose aussi ses vues
en ce qui concerne les arrangements entre pays producteurs de pétrole et pays distributeurs, ainsi que sur les
possibilités de solutions communes et satisfaisantes pour tout le monde dans le domaine de l'utilisation des ressources
de la houille blanche.
215
Le plan Eisenhower comprend six points : a) L'intérêt des Nations Unies dans les affaires libanaises ; b) L'intérêt de
l'organisation internationale de sauvegarder la paix en Jordanie; c) Mettre fin aux activités extérieures pouvant mener à
une guerre civile en n'importe quel pays ; d) L'envoi d'une force des Nations Unies pour préserver la paix dans la région ;
e) La nécessité d'un plan de développement régional ; et f) La prise de mesures susceptibles d'éviter une course
continuelle aux armements.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 70 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Première partie. La nouvelle approche politique - Chapitre III. Soutien inconditionnel et ouvert au nationalisme arabe-
Epilogue
Les derniers mois de 1958 ont vu un retour à la vie normale au Proche-Orient. Le général Fouad Chehab,
élu à la présidence fin juillet, a été installé dans ses fonctions le 23 septembre, à la satisfaction des deux
camps adverses. Rachid Karamé, chef des groupes d'opposition à Tripoli, est devenu premier ministre, et
les Etats-Unis ont assuré le nouveau régime qu'ils continueraient d'accorder leur aide économique au Liban.
Ce geste signifie que l'intérêt américain pour la stabilité intérieure du Liban n'a pas été limité au seul soutien
du président Chamoun. Les troupes américaines ont terminé l'évacuation du pays le 25 octobre, et les
dernières troupes britanniques avaient quitté la Jordanie le 2 novembre.
Un rapprochement des pays antagonistes s'est alors dessiné : le Liban a cherché surtout à améliorer ses
relations avec la République Arabe Unie. Dans ce but, le gouvernement libanais a demandé au Conseil de
sécurité, le 16 novembre, de retirer de son ordre du jour la plainte libanaise contre la RAU, plainte adressée
au Conseil le 22 mai. Cela fut fait. Le groupe d'observation des Nations Unies, constatant l'amélioration
continuelle de la situation intérieure libanaise a suggéré sa propre dissolution. Les derniers observateurs
militaires ont quitté Beyrouth le 9 décembre. La veille, le premier ministre Rachid Karamé, dans une mise au
point, a définitivement rassuré l'opinion en déclarant que le Liban resterait neutre et considérait la doctrine
216
Eisenhower comme inexistante en ce qui le concerne .
216
CPR, 9 décembre 1958.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 71 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
DEUXIÈME PARTIE :
LA NOUVELLE APPROCHE ÉCONOMIQUE
DEUXIEME PARTIE
LA NOUVELLE APPROCHE ECONOMIQUE
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 72 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre IV. Le contexte général : les Soviétiques et les pays nouvellement indépendants -
CHAPITRE IV
Le contexte général :
les Soviétiques et les pays nouvellement indépendants
La nouvelle approche économique soviétique est une partie intégrante d'une politique menée depuis le
début de l'ère khrouchtchévienne dans le Tiers-Monde, au sens de la Grande Encyclopédie Soviétique :
« La politique du commerce extérieur de l'URSS est partie intégrante de la politique extérieure soviétique
globale 1 ».
Il est bien connu que l'économie des anciennes colonies devenues indépendantes est intimement liée à
celle des métropoles. La colonie est fournisseur de matières premières à l'industrie du pays colonisateur, en
même temps que marché pour les produits de cette dernière. L'une des conséquences de cette situation est
qu'un grand nombre des pays du Tiers-Monde possède une économie basée sur une ou deux monocultures
extensives, et leur revenu national dépend ainsi, d'une façon inquiétante, de la fluctuation sur le marché
mondial du prix de ces matières premières. Il est évident que cette caractéristique de leur économie oblige
ces pays à s'attaquer sans retard à la tâche difficile de la diversifier et de se lancer dans une industrialisation
poussée. Le développement nécessite en outre la construction progressive d'une infrastructure, car un
réseau satisfaisant de routes et de moyens de communication en général, est une condition sine qua non de
ce développement. Les problèmes de l'agriculture ne peuvent pas être résolus sans une réforme agraire
raisonnable, réalisant la justice sociale. Ces problèmes doivent avoir, eu égard aux conditions locales, la
priorité dans de nombreux pays.
Les pays du Tiers-Monde sont donc obligés de réaliser, dans les limites du possible, un développement
équilibré, à un rythme beaucoup plus rapide que ne fut celui du développement des pays occidentaux dans
le passé. Seule une production agricole et industrielle en croissance constante pourra absorber la masse
des chômeurs d'une part, et la vague des générations nouvelles issues de l'explosion démographique
d'autre part, en assurant de plus, une augmentation sensible du niveau de vie.
Le développement économique est aussi apparu comme une nécessité politique, car, l'indépendance
étatique obtenue, il fallait encore la compléter par une indépendance économique réelle. Cette vérité est
reconnue par les peuples d'Asie et d'Afrique, à la Conférence de Bandoeng en 1955, où ils tombent d'accord
pour axer leur politique future sur les deux points suivants :
1. Libérer tous les pays encore colonisés du joug du colonialisme ;
2. S'aider mutuellement dans la lutte contre la pauvreté afin d'accéder à une émancipation économique
réelle 2.
La nouvelle approche économique soviétique a tiré profit de l'agrandissement du fossé séparant les
nations riches et les nations pauvres, les « have » et les « have-not » et s'efforce de s'introduire sur des
marchés jusque-là fermés aux produits russes. Elle est doublée d'une politique de soutien des aspirations
nationalistes et évolue parallèlement à l'application politique de la politique du Moscou en faveur de la
révolution nationale, aux dépens de la révolution sociale.
1
Bolsoja Sovjetskaja Entziklopedija, 2. izd., vol. 8. Moscou, Gos. naoutch. izd.-vo, 1951, p. 286.
2
Résolutions de la Conférence de Bandoeng. Documents, 1955, pp. 429-436.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 73 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre IV. Le contexte général : les Soviétiques et les pays nouvellement indépendants -
La politique économique post-stalinienne a, en premier lieu, contribué à l'action menée contre la formation
des alliances militaires et politiques pro-occidentales. Dans les pays faisant partie de ces organisations
existent des groupes d'opposition puissants, à tendance neutraliste ou même pro-soviétique, mais qui sont
gênés, dans leur lutte pour le pouvoir, par la crainte de perdre l'assistance économique occidentale, et plus
particulièrement américaine. Cette perte peut avoir des effets désastreux pour leurs pays respectifs ; l'offre
d'aide soviétique les a délivrés de cette hypothèque, et l'avenir semble ainsi assuré, même en cas d'une
rupture avec l'Ouest.
En second lieu, les dirigeants de l'URSS peuvent espérer que l'action économique leur offrira de
nouvelles possibilités d'exercer une pression indirecte sur les pays et leurs gouvernements qui, membres ou
non des systèmes d'alliances d'inspiration occidentale, accepteront l'assistance russe.
De plus, le programme d'aide de l'URSS doit sans doute rendre plus attrayante, surtout par un éventuel
détachement économique de l'Occident, une politique de non-alignement aux pays devenus récemment
indépendants. Leurs possibilités de négociation étant accrues, ils se sentiront plus libres dans le choix du
meilleur partenaire possible.
Finalement, la nouvelle politique économique soviétique ouvre un champ d'action tout à fait nouveau et
très prometteur dans la lutte contre l'influence des puissances occidentales dans les régions en voie de
développement. Les meilleures conditions offertes par les Soviétiques, leur empressement à accepter
n'importe quel projet ou proposition, même s'ils ne sont pas économiquement justifiés, et l'insistance sur leur
désintéressement politique sont et seront réellement payants.
La nouvelle politique économique russe, sortant de l'isolement d'antan, a donc contribué à la destruction
de l'image de l'URSS que l'on conservait souvent de l'époque stalinienne ; on la présente maintenant comme
une puissance dynamique, bénévole, comprenant et appuyant les aspirations des pays en voie de
développement.
Pour les Soviétiques l'objectif a été de gagner « le maximum d'avantages politiques possibles avec le
3
minimum d'investissements économiques ». Naturellement, l'URSS a employé des techniques différentes
dans les divers pays, son rôle a été conditionné par la grandeur du pays, par les circonstances locales et par
la place qu'il occupe sur la scène internationale. Ainsi, dans le cas de la Syrie (ou de l'Afghanistan), une aide
importante par rapport à l'économie nationale peut-elle assurer à l'URSS une influence politique
considérable. Acquérir une telle position dans des pays immenses comme l'Inde ou l'Indonésie, serait non
seulement extrêmement coûteux, mais aussi impensable.
La question se pose donc ainsi : quels sont les avantages politiques que la diplomatie russe peut tirer
d'une aide ou d'une assistance limitées ? C'est en effet en fonction de ce bénéfice politique que les
dirigeants soviétiques semblent décider si un investissement économique vaut la peine ou non. En termes
absolus, les crédits accordés à l'Inde sont beaucoup plus importants que ceux mis à la disposition de la
Syrie ou de l'Afghanistan. Si Moscou ne tient compte que de la position proportionnelle que son aide lui
assure dans l'économie d'un pays, elle doit automatiquement retirer son assistance à l'Inde ou à l'Indonésie
et concentrer ses disponibilités sur des Etats moins grands. Toutefois, la position économique
proportionnelle, qui signifie aussi une prédominance politique, ne peut être le seul élément de décision pour
les Soviétiques. Tout un éventail d'autres facteurs géographiques, psychologiques, publicitaires, etc. entrent
en ligne de compte au moment de la décision. Néanmoins, si par exemple l'influence psychologique de l'aide
accordée à un pays est renforcée par une prépondérance relative dans l'économie nationale de celui-ci, les
effets combinés assureront un avantage plus marqué, calculé ou non, à la politique soviétique.
Il est aussi extrêmement difficile de déterminer à quel point l'augmentation des échanges commerciaux
d'un pays donné avec l'URSS assurerait à celle-ci une prédominance équivalente à une dépendance
politique de ce pays à son égard. Moins encore, un pourcentage représentant la position qu'occupe la
Russie dans les exportations ou les importations de ce pays, ne peut être le signe d'une telle dépendance.
Certains auteurs admettent que si 10 % du total des échanges d'un pays se fait avec un autre, ou avec un
groupement considéré comme une entité (par exemple le bloc socialiste), il n'y a pas lieu de parler de
dépendance politique. Si toutefois cette proportion dépasse 20 %, on considère que le pays assisté est
exposé aux pressions politiques de celui avec lequel il entretient un tel volume d'échanges, en supposant
3
LAQUEUR, W. Z. dans World Today, N° 12, 1955, p. 524.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 74 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre IV. Le contexte général : les Soviétiques et les pays nouvellement indépendants -
qu'il ne s'agisse pas de deux économies de même grandeur, et que le ou les pays dominants conservent
une certaine marge de manœuvre sur le plan économique.
La signification de ces pourcentages dépend aussi du « prix » que le pays en position favorable demande
à l'autre ; de la possibilité pour le pays en position inférieure de trouver d'autres marchés ou d'autres offres ;
du degré d'ajustement que nécessiterait dans son économie la perte du consommateur ou du fournisseur
exerçant une pression politique.
En ce qui concerne le Proche-Orient et plus particulièrement l'Egypte et la Syrie, beaucoup de gens très
compétents ont cru que la place occupée par l'URSS dans les échanges de ces pays, lui a donné une forte
influence politique. Pendant la période de l'augmentation rapide de leurs échanges avec le bloc socialiste —
en 1956/1957— les pourcentages peuvent facilement donner cette impression. En 1957, l'Egypte a fait
environ 20 % de son commerce extérieur avec le bloc socialiste. La part du bloc dans les exportations
égyptiennes est de 49 % en 1957, dont 21 % à l'Union Soviétique. Au cours de la même année, 22 % des
exportations syriennes sont allées aux pays de l'Est européen. En même temps les pourcentages des
importations provenant du bloc ou de l'URSS sont moins élevés ; pour l'Egypte ils sont respectivement de 29
% et de 15 % du total 4. On pourrait croire que l'URSS peut, à n'importe quel moment, pousser l'Egypte dans
une faillite économique totale, et que la politique égyptienne s'est engagée inévitablement sur le chemin
5
d'une adhésion au camp socialiste .
Ce n'est pas le cas. A la suite des événements d'Irak, le régime du président Nasser a évolué d'une façon
inattendue et. tout en maintenant des échanges plus ou moins réguliers avec l'URSS et le bloc, il s'est mis à
normaliser ses relations avec l'Occident. L'Egypte n'est pas devenue un satellite soviétique mais reste sur
la voie du non-alignement, tout en profitant largement de l'assistance occidentale, particulièrement
6
américaine .
Le caractère capitaliste de l’approche soviétique
Par un étrange paradoxe, tandis que les puissances occidentales, libérales et capitalistes, cherchent à
assurer leur influence au Tiers-Monde ainsi qu'au Proche-Orient en confondant l'économique et le politique,
l'URSS, socialiste, attire ces pays dans son sillage par des procédés capitalistes traditionnels. En soulignant
les avantages réciproques de l'expansion des échanges, effectués surtout par des accords de troc, en
évitant toute apparence d'une relation « have » à « have-not », le commerce extérieur soviétique, contrôlé
par l'Etat et obéissant à des impératifs politiques, concurrence d'une manière efficace la politique
commerciale désorganisée du monde capitaliste.
Les trois principes majeurs de cette politique économique peuvent être résumés ainsi :
1. Elle est désintéressée (si on ne tient pas compte des perspectives à long terme) ;
2. Elle est avantageuse (l'intérêt est très bas ; le remboursement est toujours échelonné sur une période
assez longue, généralement douze ou quinze ans, et se fait surtout en des produits du pays auquel l'aide est
accordée ; elle sert, en règle générale, à la réalisation des plans de développement) ;
3. Elle produit un effet politique : l'accord avec l'URSS rehausse sur la scène internationale la position des
nouveaux Etats 7.
4
BERLINER, J. S. Soviet Economie Aid. New York, F. Praeger, 1958, pp. 91-93.
5
AW, 8 mai 1957.
6
Editorial d'Al Goumhourija, 15 juillet1957. CPR, 15juillet 1957. Aussi AW, 30 avril 1958 qui cite le Commerce du Levant.
La presse soviétique dénonce violemment tous les efforts de coopération entre les Etats-Unis et l'Egypte, par exemple
Izvestia, 21 mai 1959 ou Pravda, 18 juin 1959.
7
BRUN, C., L'analyse soviétique du sous-développement. Orient, 1960. N°16 pp. 170-171.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 75 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre IV. Le contexte général : les Soviétiques et les pays nouvellement indépendants -
Le modèle offert par les Soviétiques
Le modèle recommandé par les dirigeants et la propagande de l'URSS aux pays nouvellement
indépendants est d'abord celui d'un développement non capitaliste, mais à un stade ultérieur, celui d'une
évolution socialiste.
Selon la doctrine communiste « la production prime tout autre genre d'activité. Que les échanges et la
consommation ne soient pas d'importance primordiale, cela se comprend parfaitement. La même règle
concerne aussi la distribution du travail et des produits. C'est une production bien déterminée seulement qui
8
conditionne la consommation, la distribution et les échanges ». C'est sur cette idée de la primauté de la
production sur toute autre activité économique que Lénine a basé sa doctrine concernant la réalisation du
socialisme dans la pratique quotidienne. « Une industrie lourde des moyens de production ainsi que la
mécanisation de l'agriculture constituent — selon Lénine—les fondements du socialisme 9 ». Ainsi, seule
l'industrialisation peut créer une base solide pour la reconstruction de toute l'économie nationale, ceci dans
le sens d'une appropriation nationale de tous les moyens de production, y compris l'agriculture. L'agriculture
doit être fondée sur la technique moderne, sur la machine agricole, car c'est à ce moment qu'elle fera partie
intégrante de l'économie socialiste. En outre, l'industrialisation assure l'accroissement rapide de la classe
ouvrière, détermine son rôle dans la direction de la société, et renforce les liens entre la classe ouvrière et la
paysannerie. L'industrialisation socialiste est dirigée vers l'indépendance économique et technique par
rapport au monde capitaliste et doit constituer la base principale pour la « défense de la patrie socialiste ».
Donc, dans cette optique, la voie non-capitaliste du développement comprend la réalisation d'une réforme
agraire ainsi que l'introduction d'un système de coopératives. Il est d'un intérêt tout particulier que les
dirigeants soviétiques ne recommandent pas aux pays d'Afrique et d'Asie la forme collectiviste, mais la
forme coopérative.
Les partis communistes locaux se chargent, naturellement, de développer et de propager ce système 10.
Tant dans le domaine de l'industrialisation que dans toute l'économie nationale, ils se font les avocats d'une
planification étendue. Ils n'apparaissent pas pour autant comme les propagandistes du socialisme, car le
système planifié s'impose à tous les pays en voie de développement. Il en est de même en ce qui concerne
l'élargissement du secteur étatique de l'économie, phénomène qui, dans un pays sous-développé, est aussi
11
indispensable que la planification elle-même .
Toutefois, l'orientation socialiste apparaît en toute clarté lorsque les théoriciens et les experts russes
insistent sur la primauté du développement de l'industrie lourde qui créera les assises du futur Etat
socialiste, et du point de vue social (la classe ouvrière), et du point de vue économique (indépendance
12
économique vis-à-vis des pays capitalistes « colonialistes »).
La voie non-capitaliste du développement économique doit être complétée sur le plan intérieur par des
réformes, appelées dans l'Est européen démocratiques-bourgeoises. Elles comprennent l'instauration d'un
régime démocratique assurant la liberté de mouvement, d'organisation, de parole et de propagande. Ainsi, le
Parti communiste, les syndicats et toutes les organisations agissant sous l'égide du parti peuvent s'établir,
renforcer leurs assises et se préparer à la prise du pouvoir. Dans la politique extérieure, cette phase
correspond à une politique de non-alignement, à une position anti-colonialiste et anti-impérialiste
8
Marx, K., Introduction à la critique de l'économie politique. Œuvres complètes t. XII, pp. 189-190.
9
LENINE, V. I. Sotchinenija, Vol. 33, Moskva, Gos-izd-vo polit. lit-ry, 1942, p. 27.
10
En automne 1959, une session d'étude a rassemblé à Tachkent les coopérateurs d'Asie et d'Afrique. Pravda,
3 septembre 1959.
11
Voir au chapitre IV de la Troisième Partie les paragraphes sur * la voie non capitaliste de développement + et aussi
l'article de L. VATOLINA qui y est cité.
12
Non seulement les économistes soviétiques sont des protagonistes de la primauté du développement de l'industrie
lourde, mais également beaucoup d'économistes du Tiers-Monde ;voir SADAK, G. Economic Neutrality and Foreign Trade
of the UAR . The Scribe, vol. III, N° 2. Sept. -Oct., 1961, pp. 58-60.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 76 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre IV. Le contexte général : les Soviétiques et les pays nouvellement indépendants -
intransigeante et à une coopération étroite, dans une atmosphère de sympathie mutuelle, avec les pays
socialistes.
L'exemple du développement rapide de l'URSS et les débuts difficiles, mais prometteurs, de la Chine
Populaire, ont énormément contribué au succès des conceptions soviétiques dans le Tiers-Monde. On
trouve un grand nombre de témoignages à ce sujet et on ne peut en être surpris, si l'on considère que
l'Union Soviétique est devenue, en quarante ans, du pays arriéré qu'était la Russie tsariste, une des plus
grandes puissances industrielles du monde. Ce succès, il est vrai, ne peut pas éblouir si l'on compte
l'inexorable prix humain, en termes de souffrances, d'injustices, et de carence de biens de consommation de
première nécessité, prix payé par plusieurs générations.
L'influence de la doctrine soviétique est d'autant plus grande que les théoriciens et porte-parole officiels
de l'Occident, à cette époque, n'ont pas su trouver de solution plus enthousiasmante quant à l'avenir
économique des pays sous-développés. Les Occidentaux semblent attacher une moindre importance aux
avantages de l'industrialisation, surtout dans le domaine de l'industrie lourde. Pour eux, ce qui est évident,
c'est la nécessité d'une spécialisation et d'une répartition internationales du travail. Le seul moyen de
surmonter les difficultés économiques des pays en voie de développement est, dans cette optique,
d'intensifier l'exportation de leurs ressources disponibles en produits de base, et de continuer d'importer les
produits manufacturés des pays industrialisés. Cette argumentation n'exclut pas, cependant, l'établissement
d'industries moins complexes pour lesquelles les facteurs de production (travail surtout) d'ores et déjà à la
disposition des pays sous-développés, sont utilisables. L'aide financière sous forme de capitaux étrangers
investis dans les entreprises affectées à l'exploitation des matières premières, serait augmentée.
Rentabilité politique aux dépens de la rentabilité économique
Après un bref aperçu de la conception générale de la nouvelle approche économique soviétique dans les
contacts avec les pays du Tiers-Monde, on se demande si cette action, motivée par des considérations
politiques, n'est pas nuisible, du point de vue de la rentabilité, à l'économie soviétique elle-même. Certes, les
rapports commerciaux avec les pays d'Asie et d'Afrique constituent un débouché pour la production de
machines et d'équipements industriels de l'Union Soviétique et des autres pays du bloc socialiste ; de plus,
les sources de matières premières sont intéressantes pour leur développement et leur équilibre économique.
Ainsi, en théorie, cette nouvelle approche est profitable pour les deux parties et il ne semble pas y avoir
d'obstacle au développement des relations commerciales. En pratique pourtant, les résultats sont tout à fait
différents, et les dirigeants soviétiques en ont tiré les conclusions au cours de la présente décennie.
Sur le plan des échanges économiques entre pays socialistes et pays en voie de développement, il y a
une différence nette et très révélatrice entre l'Union Soviéique et les Etats d'Europe centrale et orientale,
différence dont les conséquences sont extrêmement importantes. L'URSS est un pays riche en matières
premières, mais l'exploitation de ses richesses n'est pas à la mesure du développement de son industrie.
Aussi se produit-il quelquefois une pénurie temporaire, et seulement temporaire, en matières premières. Au
contraire, les démocraties populaires n'ont pas autant de matières premières que l'URSS. Ainsi, elles sont et
seront toujours largement dépendantes de cette dernière, et du monde extérieur pour l'importation de
matières premières industrielles et agricoles (par exemple le coton), en plus de certains produits
alimentaires.
Depuis l'inauguration de l'ère que nous caractérisons par la nouvelle approche économique, l'URSS
achète en grandes quantités les matières premières des pays en voie de développement, même si elle n'en
a pas besoin elle-même ; elle les réexporte dans les démocraties populaires en s'assurant un profit marginal.
Ce fut le cas du coton égyptien et du riz birman. Si les démocraties populaires ne peuvent pas les absorber,
l'URSS doit revendre une partie de ces matières premières sur le marché mondial, procédure qui a
beaucoup nui aux échanges des pays en voie de développement en les privant des devises indispensables,
et qui peut être qualifiée, selon les termes habituels, de néo-colonialiste.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 77 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre V. La nouvelle approche et le Proche-Orient -
CHAPITRE V
La nouvelle approche et le Proche-Orient
1. BREVE DESCRIPTION GENERALE DE LA SITUATION ECONOMIQUE
1
DES PAYS ARABES DU PROCHE-ORIENT
Quoique les pays dont nous traitons ici soient vastes et aient des particularités très prononcées, leur
situation économique individuelle présente de nombreuses caractéristiques communes.
Tout d'abord, il y a le manque de pluie et les variations saisonnières, phénomènes constituant de sérieux
handicaps pour l'agriculture. Le premier résultat en est une limitation considérable des terres cultivables, qui
ne représentent que 5 à 7 % de l'ensemble du territoire. Les terres irriguées représentent approximativement
1,5 %. Comme la très grande partie de la population de ces pays vit de l'activité agricole, la proportion des
terres arables au nombre d'habitants est nettement défavorable. La situation la meilleure se trouve en Syrie
et en Irak où la proportion est respectivement de 0,240 et 0,245 personne par acre de terre cultivable, la pire
est en Egypte avec une proportion de 2,4 personnes par acre. Les autres pays se rangent entre ces deux
extrêmes. Un autre handicap, résultant du manque chronique de pluie et des variations saisonnières, est la
vulnérabilité de la production agricole : entre une bonne et une mauvaise année, elle peut varier d'un tiers. Il
faut en outre mentionner la faible productivité des paysans, les techniques de fermage arriérées, et la
participation très limitée des fermiers dans l’exploitation, ou les bas salaires des ouvriers agricoles, ces deux
catégories constituant la grande masse de la population rurale. En Irak et en Egypte, le manque de pluie est,
dans une certaine mesure, compensé par les fleuves qui sont à la base du système d'irrigation. En Egypte,
toutes les terres cultivables sont irriguées, en Irak environ 55 %. Ainsi, en Irak, la possibilité d'expansion des
terres irriguées et cultivables est encore considérable ; tandis qu'en Egypte, cette expansion est limitée,
même si les projets gouvernementaux de construction d'énormes réservoirs artificiels en vue d'une irrigation
plus poussée, sont réalisés. L'expansion des terres cultivables escomptée par la construction du barrage
d'Assouan qui est en cours, serait, selon les estimations, d'un million d'acres, et on espère gagner un autre
million d'acres par des transformations dans le système d'irrigation (ces deux millions d'acres représentant le
tiers des terres cultivables actuellement). Cette expansion ne signifie pas, toutefois, un progrès réel, car elle
suffira juste à compenser l'accroissement prévu de la population pendant la décennie durant laquelle la
construction sera achevée.
Le revenu national per capita n'est pas très bas dans la région, si on le compare à celui des autres pays
afro-asiatiques ; il se situe entre 125 et 150 dollars environ par an. Mais l'inclusion des territoires producteurs
de pétrole comme le Koweit, Qatar et l'Arabie Saoudite, trois pays où le revenu annuel moyen est de
1150 dollars, rend les montants de 125 et 150 dollars illusoires. Fait encore plus grave, la distribution du
revenu national est inégale et la majorité des habitants de ces pays dépense tout son argent pour la
satisfaction de ses besoins vitaux. Néanmoins, des indices divers et des calculs approximatifs ont établi que
la formation nationale brute de capital a augmenté d'une manière considérable au cours des dernières
années ; elle se situe entre 10 et 20 % de la production nationale brute dans la plupart des pays
(à l'exception peut-être des parties méridionales de la péninsule arabique). Cela rendrait possible un taux de
croissance de 3-4 % à 7-8 % per annum dans toute cette région, ce qui serait remarquable si l'on ne devait
pas compter avec l'accroissement de la population à un taux annuel de 2-3%.
1
Toutes les données concernant la région qui sont incluses dans cette section ont été gracieusement mises à notre
disposition par M. Youssef A. Sayegh, professeur de l'Université américaine de Beyrouth.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 78 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre V. La nouvelle approche et le Proche-Orient -
C'est la production de produits de base qui représente la part la plus importante du revenu national, à
l'exception du Liban, où c'est le commerce qui joue ce rôle. Pourtant, même au Liban, le poste principal des
exportations est constitué par les fruits : pommes et citrons. En Irak, Arabie Saoudite, Koweit, Qatar et
Bahrein, la production pétrolière occupe la première place en tant que générateur du revenu national ;
en Irak son rendement en fournit la moitié, en Arabie Saoudite les trois quarts.
En dépit du fait que de nombreux pays tirent une part essentielle de leur revenu des ventes de pétrole
brut, l'agriculture est cependant l'épine dorsale de toutes les économies nationales, parce qu'elle occupe
50 à 70 % de la population. Une quasi-monoculture étant la caractéristique dominante, la stabilité
économique dépend d'un seul, ou d'un nombre très restreint de produits, destinés en partie à l'exportation.
Le commerce à l'intérieur des frontières d'un pays donné s'est accru d'une manière considérable depuis
les années 1940-1945 à la suite de l'augmentation du revenu national, de l'amélioration des moyens de
transport et de communication, et d'un degré plus élevé de monétisation des économies nationales.
Le commerce extérieur montre une croissance beaucoup plus marquée ; cela est tout à fait normal dans une
période de développement poussé, nécessitant l'importation de certaines matières premières industrielles,
de machines, d'installations, etc. Parallèlement, l'importation de biens de consommation a aussi augmenté,
quoique en une proportion moindre. L'accroissement des exportations est encore plus remarquable que la
croissance des importations. Elle s'explique surtout par l'augmentation des exportations de pétrole, neuf fois
plus importantes qu'avant la guerre ; sans les recettes provenant de ces exportations, la balance des
paiements des pays arabes proche-orientaux serait largement déficitaire.
La tendance généralement dominante depuis 1945, visant à réaliser une industrialisation rapide, a été
accompagnée d'une forte augmentation des importations qui absorbent toutes les devises disponibles.
Pendant les premières années de l'après-guerre, le déficit de la balance des paiements a été facilement
couvert, surtout en Egypte, en Syrie, au Liban, en Irak, par les disponibilités accumulées durant la guerre
mondiale dans les pays métropolitains, France et Grande-Bretagne. Mais ces réserves ayant été épuisées,
le besoin de devises étrangères en monnaies fortes devient de plus en plus pressant. Les dons et les prêts
accordés par les puissances étrangères industrialisées doivent donc établir l'équilibre ; malgré l'assistance
très considérable reçue au cours de la dernière décennie, les pays de la région ont encore constamment
manqué de capital étranger, compte tenu des programmes de développement extrêmement ambitieux et des
besoins de consommation accrus.
Le manque de cadres constitue l'obstacle majeur à une croissance accélérée, quoique les pays arabes
semblent encore avoir une situation privilégiée en comparaison avec certains pays africains. Les besoins de
cadres dans l'administration, dans les professions libérales et surtout dans le domaine technique,
augmentent rapidement, tandis que la formation ne peut pas tenir ce rythme. Ainsi, la brèche s'ouvre de plus
en plus entre les besoins et les disponibilités de cadres. Il serait toutefois injuste de ne pas reconnaître les
grands efforts déployés par les gouvernements respectifs et autres autorités, ainsi que les résultats tangibles
déjà acquis.
Du point de vue social, les changements sont encore plus lents que dans les domaines économique ou
politique. La société arabe proche-orientale reste encore une société à prédominance rurale. Malgré une
urbanisation assez poussée en comparaison avec l'ère d'avant-guerre, malgré l'évolution lente vers une
situation où la manufacture, les transports, la finance et les services impersonnels débordent largement
l'agriculture et les services personnels dans la structure occupationnelle du pays, les sept dixièmes des
populations vivent actuellement d'activités agricoles, dans des régions rurales, quelquefois fort éloignées
des centres urbains. Toutefois, la migration de la campagne vers la ville prend une ampleur jusqu'ici jamais
atteinte, et l'industrie absorbe toute cette main-d'œuvre.
2. LES DEBUTS DE LA NOUVELLE APPROCHE, 1954-1955
Les signes précurseurs de la nouvelle approche se manifestent au Proche-Orient déjà tout au long de
1954, sous forme de propagande. Tous les organes d'information russe, les émetteurs de radio, la presse,
les agences d'information, dans leurs messages dirigés vers les pays de l'Orient arabe, font état de
l'infiltration des capitaux étrangers, de l'exploitation des richesses des pays arabes par l'impérialisme rapace,
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 79 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre V. La nouvelle approche et le Proche-Orient -
et de l'asservissement total où les puissances occidentales jettent les pays récemment émancipés par les
moyens de leur politique économique. Naturellement, on met toujours en évidence, parallèlement à la
condamnation de l'attitude occidentale, la générosité et l'efficacité de l'aide économique russe, les relations
sur un pied d'égalité proposées par l'Union Soviétique, et les principes, entièrement différents de ceux des
Occidentaux, qui inspirent l'action de cette dernière.
A cette époque, l'URSS vise surtout l'Egypte et le Liban. La propagande soviétique s'efforce de provoquer
une réaction des autorités égyptiennes contre ce qu'elle appelle « l'infiltration des capitaux étrangers en
Egypte », dont la présence ressemble, pour les commentateurs soviétiques, à une invasion réelle. On
attaque avant tout la pénétration américaine qui « ruine l'indépendance du pays et porte à sa souveraineté
2
une atteinte aussi sérieuse que la présence de troupes étrangères sur le sol égyptien », mais les
infiltrations des autres capitaux étrangers, en particulier des capitaux provenant de l'Allemagne de l'Ouest,
sont aussi mises en relief 3.
Même cette grande institution respectable qu'est la Banque Internationale pour la Reconstruction et le
Développement, n'échappe pas aux critiques violentes des Soviétiques. A l'occasion des négociations
libano-occidentales concernant le projet de régularisation du fleuve Litani et l'exploitation de son potentiel
énergétique, Moscou a lancé une attaque virulente contre la Banque Mondiale en l'identifiant à la politique
impérialiste américaine :
« Cette banque est en réalité une entreprise américaine ... un autre moyen pour les Etats-Unis de
s'immiscer dans les affaires intérieures des pays à qui sont offerts des prêts. Elle demande des
renseignements complets sur les conditions économiques et sociales des pays intéressés, et sert à élargir la
sphère d'influence américaine et à favoriser les investissements américains. La nature impérialiste de la
Banque se fit jour en 1947, quand la Hollande se vit offrir des prêts pour les plans de développement en
Indonésie ; mais cette offre fut retirée quand l'Indonésie fut libérée. En Iran aussi, la Banque fut un moyen
d'établissement pour les monopoles étrangers 4 » Radio Moscou évoque même une forte résistance de la
5
classe ouvrière libanaise contre la pénétration du capital étranger représenté par la Banque Mondiale .
Au moment de l'inauguration de sa nouvelle politique économique vis-à-vis des pays arabes,
l'Union Soviétique a clairement défini ses intentions, en particulier à l'occasion de la visite de Chepilov, alors
président de la Commission des Affaires étrangères du Soviet Suprême, en Egypte, au Liban et en Syrie, en
été 1956. L'URSS a suggéré que le capital accumulé à l'intérieur de ces différents pays fût investi dans les
projets de développement agricole et dans l'industrie produisant des biens de consommation. En ce qui
concerne l'industrie lourde, la Russie s'est engagée à fournir les crédits nécessaires à son développement,
sous forme de crédits à long terme, remboursables en étapes successives étalées sur de nombreuses
années. De même, l'Union Soviétique s'est montrée prête à accorder des crédits à long terme et à intérêt
très bas, en vue de constructions susceptibles de développer ou de compléter l'infrastructure des pays
intéressés, ou de contribuer de façon décisive à l'augmentation générale du niveau de vie de leurs
populations.
Quelques mois auparavant, Daniel S. Solod, ambassadeur russe au Caire, a démontré dans une
déclaration retentissante l'importance politique que les Soviétiques attachent à la nouvelle approche
économique et a, sans délai, exploité l'effet psychologique de la transaction d'armes tchèques. Solod a
proclamé la volonté de son gouvernement de venir en aide aux pays arabes pour la réalisation de leurs
plans de développement respectifs, car, a-t-il dit, « la politique soviétique favorise l'établissement d'étroites
relations politiques, économiques et culturelles avec les pays de l'Orient arabe, attitude qui implique
naturellement l'échange d'experts, de missions et de délégations ». L'aide offerte devait être générale, c'està-dire s'étendre à n'importe quel domaine de l'activité économique des nations intéressées. Les
gouvernements arabes n'avaient qu'à adresser leurs demandes à Moscou, selon le représentant soviétique,
2
RM, 18 mars 1954
3
Tass, 12 février 1954 ; aussi 6 mai 1954 ; RM, 15 mai 1954.
4
RM, 15 décembre 1954.
5
RM en arabe, 17 novembre 1954.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 80 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre V. La nouvelle approche et le Proche-Orient 6
pour que leurs souhaits fussent exaucés . On conçoit aisément que cette action publicitaire de Solod ait
soulevé une vague d'enthousiasme dans l'opinion publique arabe et ait aussi réussi à inquiéter fortement les
milieux occidentaux. Les éditoriaux publiés par les journaux arabes parlent de nouvelles perspectives
ouvertes à leurs pays devant la réalisation de projets constructifs, sans l'aide impérialiste ; on pensait que
l'offre russe allait encourager les gouvernements à rejeter le plan Johnston et à élaborer un plan arabe
concernant les eaux du Jourdain ; on espérait aussi que l'URSS allait financer d'autres projets qui seraient
réalisés en commun par les pays arabes, comme par exemple le projet concernant le fleuve Husbani 7.
Même les journaux les plus modérés parlent d'une éventuelle offre soviétique d'assistance et d'échanges
8
9
commerciaux à tous les pays arabes , sauf l'Irak , et les rumeurs les plus fantaisistes circulent parmi les
populations excitées. Ainsi, au Liban, les gens parlent de la possibilité que la Russie absorbe tous les
produits agricoles libanais en excédent, en plus des crédits mis à la disposition du pays, sans demander
aucune contrepartie 10.
3. LES RELATIONS COMMERCIALES SOVIETO-ARABES
Deux faits caractérisent les relations économiques des pays proche-orientaux avec le monde extérieur :
1. D'abord, le commerce régional est infime en comparaison de celui pratiqué avec le monde extrarégional ;
2. Ensuite, l'expansion du commerce entre les pays de la région et ceux à planification centralisée, c'està-dire les pays du bloc soviétique, est restée entre 1950 et 1960 superficielle et sans influencer d'une
manière décisive la distribution géographique du commerce extérieur de la région. Dans cette optique,
l'affolement occidental des années 1955-1960 semble avoir été exagéré. Car, malgré le fait que les
transactions entre ces pays à système de planification centralisée et les économies proche-orientales aient,
grosso modo, doublé entre 1953 et 1959, elles ne représentent guère plus que le huitième du commerce
entretenu avec les pays occidentaux, et le quatorzième du commerce total de la région 11.
Les chiffres suivants donnent une idée du développement du commerce soviétique avec les pays arabes
du Proche-Orient en le plaçant dans le cadre de l'évolution générale des échanges de l'URSS avec le
Tiers-Monde et avec le monde extérieur en sa totalité.
6
AW, 11 octobre 1955. C Pour éviter des malentendus découlant de différences de termes, il faut préciser que les
terminologies soviétique et occidentale interprètent différemment ce qu'on entend par * aide +. Pour les Soviétiques, elle
ne consiste pas en des dons et des services techniques d'assistance sans contrepartie, mais elle embrasse toute forme
de relations économiques, et en premier lieu, la disposition d'une économie industrialisée à échanger ses produits
manufacturés contre des matières premières fournies par les pays moins développés.
7
AW, 12 octobre 1955.
8
AW, 19 octobre 1955.
9
A la suite de la suspension des relations diplomatiques avec l'URSS par le régime irakien, le gouvernement de Moscou
a annulé toutes les commandes et réduit à néant les échanges commerciaux. AW, 23 février 1955.
10
AW, 19 octobre 1955.
11
Informations obtenues du professeur Sayegh, mais voir aussi Berliner, op. cit., p. 94. Selon R. L. Allen les transactions
entre l'URSS, l'Europe de l'Est et la Chine continentale, d'une part, et le Proche-Orient, d'autre part, ont atteint le niveau
le plus élevé en 1956 en comparaison des années précédentes, car la valeur des échanges de cette année, 400 millions
de dollars, représente le double des totaux des années 1952 ou 1953, et le quadruple de la valeur des transactions de
1938 (sans inclure la valeur des livraisons d'armes). Du total de 400 millions de dollars, 89 millions seulement
représentent le montant des échanges entre l'URSS et le Proche-Orient. Allen estime que la part du commerce avec les
pays communistes représente 10 % du total des échanges des pays proche-orientaux et 7 % du total du commerce
extérieur de l'URSS, de l'Europe de l'Est et de la Chine populaire. ALLEN, op. cit., p. 61.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 81 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre V. La nouvelle approche et le Proche-Orient -
Le volume des échanges
En comparaison avec les échanges à l'intérieur du bloc socialiste, la proportion du commerce de l'URSS
12
avec les pays du Tiers-Monde est demeurée infime. Selon Zolotarev , en 1955/1956 le commerce
soviétique avec le monde non socialiste est de 20 à 24 % du total, dont 15 à 26 % seulement avec le
Tiers-Monde ; les échanges soviétiques avec ce dernier ne représentent donc que 3 à 6 % du total du
commerce extérieur de l'Union Soviétique.
Le commerce extérieur soviétique de 1955 à 1960
(en millions de roubles)
13
14
1955
1956
1957
1958
1959
1960
25,936
28 897
33 277
34 589
42 056
44 440
exportations
13 694
14 446
17 526
17 190
21 763
22 000
importations
12 242
14 451
15 751
17 399
20 293
22 440
20 565
21 861
24 520
25 513
31 654
31 680
exportations
10 892
10 918
13 218
12 545
16 496
16 280
importations
9 673
10 943
11 302
12 968
15 158
15 400
5 370
7 036
8 757
9 076
10 401
12 760
exportations
2 801
3 528
4 308
4 645
5 267
5 720
importations
2 569
3 508
4 449
4 431
5 134
7 040
Total des échanges
15
Echanges avec les pays socialistes
Echanges avec les pays capitalistes
1955
1956
1957
1958
Taux de croissance
(1955 = 100)
1 083
1 713
2 702
3 159
292
avec l’Asie
493
992
1 315
1 954
396
avec l’Afrique
190
461
1 024
889
468
avec l’Amérique latine
400
260
363
316
79
Echange avec les pays en voie de
développement 16
12
ZOLOTAREV, V. Torgovyje svjazi Sovjetskogo Sojouza sotzialistitcheskimi stranami. Vnjechnaja Torgovlja, N° 11, 1957,
p. 46.
13
er
Tous ces chiffres concernent l'époque antérieure à 1960, donc à la réforme monétaire du 1 janvier 1961. Ainsi,
pendant la période étudiée, la valeur du rouble vaut, selon l'ordonnance du 28 février 1950, $0. 25 ou, 0/1/9, c'est-à-dire
0, 22 onces d'or.
14
Les chiffres concernant les totaux de 1955 à 1959, ainsi que les échanges effectués avec les pays socialistes ou
capitalistes, se trouvent dans Vnjechnaja Torgovlja, N° 8, 1960, p. 41.
15
Résultats du commerce extérieur pour 1960, Vnjechnaja Torgovlja, N° 11, 1961, p. 34.
16
KIESEWETTER, B., Der Ostblock. Aussenhandel des östlichen Wirtschaftsblockes einschliesslich China. Berlin,
Safari-Verlag, 1960, p. 131. Vnjechnaja Torgovlja, N° 2, 1958, pp. 34-35.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 82 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre V. La nouvelle approche et le Proche-Orient -
Ce tableau démontre qu'à partir de 1956 un véritable tournant s'est produit dans les relations
commerciales de l'URSS et des pays du Tiers-Monde. Tandis que les échanges de la première
n'augmentent que de 65 % avec les pays capitalistes, entre 1955 et 1958, ils quadruplent avec les pays
coloniaux ou indépendants d'Asie et d'Afrique pendant la même période, justement à cause de la
surprenante relance survenue en premier lieu dans les rapports soviéto-égypto-syriens.
Parmi les pays arabes du Proche-Orient, l'Egypte vient incontestablement en tête ; elle est le principal
partenaire de l'Union Soviétique. Les échanges entre les deux pays se sont multipliés par 7 de 1955 à 1958,
mais leur augmentation est de 5,7 % seulement de 1959 à 1960. Ce sont avant tout les exportations
égyptiennes en direction de l'URSS qui se sont accrues, aux dépens des exportations dirigées auparavant
17
vers les pays occidentaux, tandis que les importations proviennent encore en grande partie de l'Ouest .
Toutefois, l'URSS a remplacé dans les échanges extérieurs égyptiens le Royaume-Uni comme partenaire
individuel le plus important, et en 1957, elle s'assure plus de 20 % du total des échanges du pays des
18
Pharaons, proportion qui n'est que de 4,1 % en 1956 .
19
La Syrie s'est rangée en deuxième position derrière l'Egypte , tandis qu'avec le Liban, le Soudan et le
Yémen, les contacts commerciaux restent à leur niveau initial 20. Après la révolution abolissant la dynastie
des Hachémites, les relations économiques de l'Irak avec l'URSS se développent à une rapidité foudroyante,
mais l'accent est surtout mis sur l'assistance technique, car l'URSS ne constitue pas un marché pour le
produit d'exportation le plus important de l'Irak, le pétrole. Finalement, il est à noter que la Jordanie,
l'Arabie Saoudite et les petits pays, producteurs de pétrole, longeant la côte du golfe Persique sur la
péninsule arabique, ainsi que les protectorats britanniques, ne font pas d'échange avec l'Union Soviétique.
La structure des échanges
Les gouvernements des pays arabes émancipés ont manifesté, tous, la volonté de briser le cercle vicieux
dans lequel les pays sortant de l'état colonial se débattent, et de transformer l'économie nationale à
prédominance agricole et dépendant de l'exportation de quelques matières premières ou produits de base,
en une économie diversifiée. Ils espèrent avant tout conduire leurs pays respectifs vers une rapide
industrialisation.
Leurs efforts coïncident avec le revirement de la politique soviétique envers le Tiers-Monde, politique qui
préconise elle aussi, pour des raisons différentes de celles des leaders des nations indépendantes, une
industrialisation accélérée des pays en voie de développement. Quoique les Soviétiques aient accepté la
conception de la distribution du travail à l'échelle mondiale, ils ne l'ont pas conçue en tant q'une division
insurmontable entre les pays produisant des matières premières et les Etats hautement industrialisés.
La nouvelle politique économique soviétique de l'ère khrouchtchévienne a mis un accent particulièrement
prononcé sur la livraison de machines et d'installations industrielles complètes aux pays en voie de
17
Parlant des pourcentages du commerce égyptien avec les pays du bloc socialiste, et non avec l'URSS seulement, le
professeur Sayegh indique que la moyenne des exportations égyptiennes en direction du bloc et des pays occidentaux
sont respectivement de 35 et 29 % ; tandis que l'Egypte a importé trois fois plus de l'Ouest, les pourcentages
correspondants étant de 18 et 56 %. Selon le Voprosy Ekonomiki, N° 1, 1957, p. 23, la part des pays communistes dans
le total des exportations égyptiennes a été de 15 % en 1955 et de 35 % en 1956, tandis qu'ils fournissent seulement 7 %
et 15 % des importations égyptiennes au cours des années indiquées.
18
Vnjechnaja Torgovlja, N° 2, 1958, pp. 34-35.
19
Le professeur Sayegh estime que 10 % des exportations syriennes se dirigent vers l'Est et 41 % vers l'Ouest. Quant
aux importations, 7 % et 59 % étaient les chiffres respectifs. Voir aussi ALLEN, op. cit., pp. 23-24.
20
Le commerce soudanais avec les pays socialistes a été toujours de quantité négligeable. Depuis 1953 l'accroissement
du pourcentage de ces derniers dans les échanges soudanais a été considérable, mais les chiffres absolus, 6 millions et
7 millions de dollars des exportations et des importations soudanaises, respectivement, restaient très bas. Le commerce
du Liban avec les pays du bloc communiste est aussi très restreint et n'atteint guère les 10 millions de dollars dans les
exportations et importations libanaises. ALLEN, op. cit., pp. 25-26.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 83 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre V. La nouvelle approche et le Proche-Orient -
développement à partir de 1955-1956. Rien qu'entre 1955 et 1956, les exportations soviétiques vers le
Tiers-Monde augmentent de 200 % pour les métaux, de 75 % pour le pétrole et les produits pétrolifères. En
1956, par exemple, 35 % des livraisons russes de biens d'équipement sont composées d'installations
industrielles complètes 21, dont la proportion passe de 6 % en 1955 à 45 % en 1958 22. Il s'agit
essentiellement du développement des industries métallurgiques, minières, électriques, mais aussi
d'industries chimiques et alimentaires, de construction de machines et de fabrication d'articles de
consommation courante.
Quelques pays arabes du Proche-Orient sont les premiers bénéficiaires de cette politique. Ainsi,
l'intensification des échanges entre l'Union Soviétique et ses alliés socialistes, d'une part, et ces pays,
d'autre part, contribue considérablement à une restructuration du commerce extérieur de la région, et non
seulement à un changement de direction du commerce, comme certains auteurs l'affirment 23.
Dans les échanges entre l'URSS et son principal partenaire proche-oriental, l'Egypte, on voit s'amorcer un
changement dès 1955. A partir de cette date, non seulement le volume et la valeur des échanges ont
augmenté rapidement, mais encore, leur composition a commencé à se modifier. En 1948, par exemple,
l'Egypte achète 235 000 tonnes de blé et de maïs russes, en échange de 38 000 tonnes de coton 24.
Des transactions de ce type caractérisent le commerce des deux pays avant 1955 ; tandis qu'à partir de
cette date, un large éventail de produits industriels et miniers apparaît : pétrole et ses dérivés, machines et
équipements, produits sidérurgiques et chimiques. Le blé occupe une place importante jusqu'en 1959, puis il
disparaît des échanges soviéto-égyptiens (ayant été fourni, à l'Egypte, plus tard, par le programme d'aide
américaine).
Les livraisons soviétiques à l'Egypte de machines et d'équipements ont augmenté de 50 % entre 1957 et
1960 ; le rythme d'accroissement étant de 46 % pour les machines agricoles (tracteurs y compris), de 255 %
pour les équipements de l'industrie chimique, du papier et de la construction ; mais le plus grand bond en
avant a été réalisé par les exportations soviétiques en installations industrielles complètes dont la valeur est
montée de presque 2 millions de roubles en 1957 à 63 millions en 1960. Déjà en 1957, l'Union Soviétique
avait fourni une partie considérable du total des importations égyptiennes : 43 % des importations de blé,
37 % de celles de pétrole, environ 37 % également des produits de bois, et 27 % des tracteurs 25.
Avec la Syrie, les échanges n'ont acquis une certaine importance qu'à partir de 1956, et ils se sont
développés à un rythme plus rapide dès le début de 1958. La structure des exportations russes vers ce pays
26
est sensiblement la même que celle des exportations vers l'Egypte . En 1960, les Soviétiques ont livré cinq
fois plus de produits pétroliers à la Syrie qu'en 1957, tandis que l'accroissement des exportations de
machines et d'équipements n'a été que de 48 %. Les installations industrielles complètes apparaissent
en 1958 pour la première fois dans les statistiques du commerce extérieur soviétique avec la Syrie, et se
chiffrent, en 1960, à 8 millions de roubles.
L'Irak entre comme partenaire dans les relations commerciales soviéto-arabes après la révolution de
juillet 1958. L'Irak reçut en premier lieu des machines et des biens d'équipement, des installations
complètes, des métaux ferreux, des produits de bois et une quantité considérable de blé ; donc ses
importations en provenance de l'URSS présentent la même composition que les achats égypto-syriens, avec
la seule exception du pétrole et ses dérivés. En ce qui concerne le Liban, les exportations russes de
machines et d'équipements occupent une place très modeste et les articles les plus importants sont les
minerais et le bois ; ce phénomène trouve certainement son explication dans les rapports politiques
21
SCOTT, N. B. Soviet Economie Relations with the Underdeveloped Countries. Soviet Studies, vol. 10, juillet 1958,
pp. 43-44.
22
KIESEWETTER, op. cit., p. 133, brosse aussi un tableau intéressant des différents groupes de marchandises dans
l'exportation soviétique vers les pays d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine.
23
ALLEN, op. cit., p. 26.
24
Vnjechnaja Torgovlja, N° 5, 1958, p. 7.
25
Ibid., p. 8.
26
En 1957, 47 % des exportations soviétiques à destination de la Syrie se composaient de machines et d'équipement
industriel ; 24 % de produits du pétrole ; 13 % de produits sidérurgiques et d'environ 4 % de produits du bois. Ibid.,
pp. 9-10.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 84 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre V. La nouvelle approche et le Proche-Orient -
différents que l'URSS entretient avec le Liban. Au Yémen, le pourcentage des machines et des équipements
par rapport au total des importations en provenance de l'URSS oscille entre 66 et 82 %, ces fournitures ont
donc une priorité absolue. A côté d'elles, le seul article qui mérite d'être mentionné, est le sucre raffiné.
Contrairement aux autres pays, les exportations se dirigeant vers le Soudan, quoique montrant une
proportion croissante de livraisons de machines et d'équipements, se composent en grande partie de fibre
ou de tissu de coton, de bois et de sucre raffiné.
Quant aux importations de l'URSS en provenance des pays arabes du Proche-Orient, leur composition
n'est pas très différente de celle des importations des pays industrialisés de l'Occident en provenance de la
même région.
La concentration des importations soviétiques sur certains groupes de produits est encore plus marquée
que dans le cas des exportations vers le Tiers-Monde. Cela s'explique d'une part, par la structure
économique des Etats nouvellement indépendants, notamment par la prédominance de la monoculture,
d'autre part, par le caractère politique des achats soviétiques. L'URSS vient en aide à ceux qui ne peuvent
pas écouler leurs produits principaux sur le marché mondial et qui risquent de ce fait de graves crises
économiques (tels les achats massifs de coton égyptien). Elle soutient également les pays qui se rangent
dans le camp non aligné ou suivent une politique anti-impérialiste, et qui perdent, pour cette raison, leurs
anciens clients (ce fut le cas de Cuba pour le sucre, et de la Guinée après son accession à l'indépendance).
Ces éléments de l'attitude russe nous expliquent les raisons des excédents d'importations soviétiques en
provenance des pays en voie de développement, phénomène consécutif à une décision politique et non pas
fondée sur le principe d'une rentabilité économique 27. C'est pour cette raison que les pays intéressés
d'Afrique et d'Asie tombent dans une dépendance économique de plus en plus grande à l'égard de Moscou,
dépendance d'autant plus dangereuse qu'elle réduit notablement leurs possibilités de se procurer des
devises convertibles. Les Soviétiques ont bien compris les avantages du principe « le pavillon suit la
marchandise », et leur action est une parfaite illustration de la coordination du politique et de
28
l'économique .
Les achats soviétiques en Egypte consistent presque exclusivement en coton (en 1960 ils atteignent
478 millions de roubles), à côté duquel le riz joue un rôle mineur. L'Egypte offre donc l'exemple typique d'un
pays dont l'économie est basée sur une monoculture, avec tous les dangers corollaires. Dans l'ensemble
des exportations du pays, le coton a dépassé, depuis 1951, 80 %. Cela a influencé non seulement son
évolution économique, mais également ses rapports politiques.
La vulnérabilité de cette monoculture devient surtout visible aux moments d'une crise sur le marché du
coton. Par exemple, entre 1951 et 1953, une nette diminution des recettes d'exportation égyptiennes
apparaît en même temps qu'une augmentation des quantités exportées, augmentation quantitative qui
29
n'arrive pas à compenser la chute des prix . En effet, la valeur moyenne de la tonne de coton a passé de
27
Toutefois, certains auteurs estiment que les importations en provenance des pays du Tiers-Monde ont pris déjà une
importance considérable. Ainsi, 100 % des importations soviétiques de petites peaux animales, de la jute et de la laque,
97 % du coton brut, 74 % du raisin, 37 % d'épices, 28 % du riz et 20 % de la laine, du thé et des citrons proviennent des
pays du Proche-Orient et du Sud-Est asiatique. SCOTT, loc. cit. pp. 44-45. Voir aussi KIESEWETTER, op. cit., p. 134, et
BERLINER, op. cit., pp. 90-91.
28
Ainsi en témoignent l'émission de RM, 27 novembre 1954, ou l'éditorial d’Al Kahira signé par Hafez MAHMOUD le 8
juillet 1957. CPR, 8 juillet 1957.
29
1951
1952
1953
200,64
142,83
135,86
C en millions £ E,
164,10
126,41
116,35
C en milliers de tonnes
244,90
270,40
346,50
Exportations totales de l'Egypte en millions £ E
Exportations de coton :
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 85 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre V. La nouvelle approche et le Proche-Orient -
67 livres égyptiennes à 45, puis à 33,5. Les causes de la baisse des prix sont multiples : récession de la
production des textiles en Europe ; baisse du niveau général des prix après le boom coréen ; utilisation sur
une plus grande échelle de la rayonne artificielle dont les prix restent stables et inférieurs à ceux du coton ;
concurrence des Etats-Unis qui récoltent plus de la moitié de la production mondiale de coton et possèdent
30
d'énormes stocks .
L'URSS, tout en étant un pays producteur et même exportateur de coton, en importe cependant. Deux
raisons expliquent cela : 1. la qualité du coton égyptien à longues fibres, nécessaire à toute industrie textile,
est supérieure à celle du coton russe ; 2. les besoins considérables de l'URSS et du marché socialiste.
L'industrie textile soviétique ne parvient pas à couvrir les besoins du pays, tandis que l'industrie des fibres
artificielles et synthétiques n'est encore qu'embryonnaire. Enfin, la production de coton soviétique progresse
lentement et ne se développe qu'à partir de 1955-1956. L'URSS reste néanmoins un pays exportateur de
coton, surtout vers les démocraties populaires dont les industries textiles plus développées manquent de
31
matières premières, mais également vers l'Europe occidentale . La réexportation du coton acheté dans des
pays en voie de développement, et, avant tout, en Egypte, doit aussi occasionner quelques profits
marginaux aux entreprises soviétiques du commerce extérieur, même si elle se fait au-dessous des prix
pratiqués sur le marché mondial.
A partir de 1957, l'URSS devient aussi un acheteur important de coton syrien et absorbe entre 1957 et
32
1960, 70 % des exportations de ce produit .
Une grande partie du coton égyptien et syrien est allée en Union Soviétique en paiement des livraisons
d'armes. En effet, ces paiements devaient absorber une proportion substantielle des recettes d'exportations
de ces deux pays pour plusieurs années. Selon les calculs du professeur Berliner, et en supposant que le
remboursement des crédits accordés pour les livraisons d'armements serait étalé sur dix ans, les obligations
de l'Egypte s'élèveraient à 25 millions de dollars par an, c'est-à-dire au tiers du total de ses exportations vers
l'URSS et vers la Tchécoslovaquie en 1956 (75,7 millions de dollars). Les paiements annuels de la Syrie
pour l'armement peuvent être estimés à 10 millions de dollars, ce qui dépasse de 40 % la valeur des
33
exportations syriennes en 1956 à destination de l'URSS et de la Tchécoslovaquie (7 millions de dollars) .
Le montant du remboursement annuel dû par la RAU en contrepartie de l'armement, s'élève, en 1956, à
10 % de la valeur de toutes ses exportations vers le monde non soviétique ; le même pourcentage pour la
Syrie est d'environ 8 %. En conséquence, une bonne partie du principal bien d'exportation de ces deux pays,
qui autrefois était dirigé vers le monde non soviétique, doit être réorienté vers le bloc socialiste. Ainsi, les
exportations de l'Egypte et de la Syrie vers l'URSS et les démocraties populaires, bien qu'elles puissent
United Nations. Yearbook of International Trade in 1954, p. 175. En 1938, les quantités exportées s'élevaient encore à
358, 000 tonnes, donc la diminution est encore plus nette par rapport aux années d'avant-guerre. Voir KAWAN, L.,
La nouvelle orientation du commerce extérieur soviétique. Asie, Afrique, Amérique latine. Bruxelles, Centre national pour
l'étude des pays à régime communiste, 1958, p. 185.
30
La concurrence américaine amène l'Europe occidentale à acheter davantage aux Etats-Unis ; les principaux pays
d'Europe augmentent de 20 % leurs achats dans la zone dollar et les diminuent de 30 % dans la zone sterling d'outremer au cours de la période 1952-1953 à 1953-1954. Situation économique de l'Europe en 1955. Tableau B 24. Division
des Etudes et des Programmes de la Commission Economique pour l'Europe. Genève, 1956. KAWAN, op. cit., p. 184.
31
En Europe occidentale elle s'est heurtée aux efforts de la US Commodity Corporation qui, en 1956, réussit à freiner
les ventes soviétiques. Les exportations soviétiques du coton se chiffraient pendant cette période critique de la vente du
coton égyptien comme suit (en milliers de tonnes) :
1938
1948
1950
1955
1956
Exportations
20
163
216
337
310
Importations
15
22
45
20
51,4
5
141
171
317
258,6
Solde
Ibid., p. 185
32
Vnjechnaja Torgovlja, N° 5, 1958, p. 10.
33
BERLINER, op. cit., pp. 48-49 ; ALLEN, op. cit., p. 55.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 86 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre V. La nouvelle approche et le Proche-Orient -
absorber d'éventuels excédents de la production du coton au moment d'une saturation du marché mondial,
hypothèquent les ressources disponibles de ces pays, ressources qui devraient assurer des importations
commerciales régulières ou le remboursement d'autres crédits consacrés au développement économique.
Quant aux autres pays, la structure de leurs exportations à destination de l'URSS n'a pas subi beaucoup
de modifications. L'article principal reste le coton, suivi de produits agricoles comme les fruits, le tabac, le
café. Des quantités moins importantes de laine y figurent aussi. Ce qui est à noter, c'est la tactique russe, la
même que celle analysée dans le cas du coton égyptien et syrien : l'URSS est prête notamment à venir en
aide à un pays donné, en achetant les produits que celui-ci ne peut pas écouler sur le marché mondial, mais
demande à les hypothéquer pour quelques années. Ainsi, al Dyar, al Tiligraph et d'autres journaux
annoncent en automne 1955 que la Russie a offert au Liban d'acheter tout son excédent de tabac pendant
cinq ans consécutifs 34.
Le bilatéralisme
Les échanges effectués entre l'Union Soviétique et les pays arabes du Proche-Orient se déroulent, en
général, dans le cadre d'accords bilatéraux. On trouve toutefois des exceptions : l'URSS a conclu des
accords tripartites avec l'Egypte et la Roumanie, ou avec l'Egypte et la Tchécoslovaquie, mais ce sont des
cas rares ; le bilatéralisme domine.
Les accords bilatéraux peuvent être de deux catégories : les accords commerciaux et les accords de
paiement. Les premiers règlent les échanges de marchandises, les seconds les mécanismes de paiements,
et stipulent le délai pour le règlement des soldes résiduels. Ces deux sortes d'accords sont souvent réunis
dans le même document, qui peut aussi contenir certaines clauses spécifiques fixant la nature et les
quantités des produits échangés ; prévoyant des crédits à court et à long terme ; stipulant les conditions de
l'établissement sur une base mutuelle de représentations commerciales sur le territoire des parties
contractantes, etc. Les accords sont généralement conclus pour une période de un à trois ans. A leur
expiration, ils sont automatiquement reconduits, s'il n'y a pas de renonciation écrite de la part d'une des
parties, trois mois avant l'échéance.
Les accords commerciaux, ou la partie commerciale des accords globaux, sont aussi de deux sortes.
D'abord, et c'est le cas le plus fréquent, on trouve l'accord où les conditions de l'échange et les quantités à
livrer ne sont pas fixées d'avance, des négociations futures sont prévues pour les définir. Dans ce cas,
l'accord primitif ne constitue qu'un cadre général et le point de départ de négociations sur les questions de
détail. Des protocoles annuels ou de simples échanges de lettres établissent alors la liste des produits à
échanger pendant l'année suivante, ou ajoutent à celle-ci des marchandises n'y ayant pas figuré
primitivement. Deuxièmement, il y a les accords de troc. Dans ceux-ci, la nature et la quantité des
marchandises à livrer se trouvent spécifiées. Néanmoins, des décomptes détaillés sont tenus concernant
l'exécution de ces accords, le règlement des soldes éventuels (découlant de retards dans les délais de
livraisons, ou de défaillance dans la qualité des produits livrés) est fait en vertu de dispositions spéciales.
L'ère khrouchtchévienne a vu dans les relations économiques soviéto-proche-orientales un foisonnement
invraisemblable d'accords commerciaux ; 30 % seulement des accords en vigueur entre 1953 et 1960
avaient été conclus avant la mort de Staline, et environ 50 % de tous les accords passés avec les pays de la
région datent de 1955-1956 35.
Les accords commerciaux bilatéraux doivent être considérés comme des déclarations d'intentions plutôt
que de véritables accords. N'étant pas pourvus de sanctions, rien n'assure que les livraisons atteindront le
niveau prévu, et on les a qualifiés, à juste titre, avec un humour typiquement anglo-saxon, de « permis de
34
35
AW, 2 novembre 1955.
er
er
Accords bilatéraux conclus entre le 1 janvier 1954 et le 1 janvier 1957. Egypte 21 (y compris 3 trilatéraux) ; Liban 7 ;
Soudan 1 ; Syrie 4 ; Yémen 1 ; Iran 10 ; Israël 7 ; Turquie 10. ALLEN, op. cit., pp. 28-29.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 87 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre V. La nouvelle approche et le Proche-Orient 36
chasse
». Ils constituent uniquement un cadre dans les limites duquel les missions commerciales
soviétiques ou arabes chercheront à vendre ou à acheter. Le volume des échanges dépendra entièrement
de la qualité des biens offerts et de la structure de l'offre par rapport à la demande ainsi que des conditions
de livraison et de prix. Dans de nombreux cas, les échanges réalisés sont restés, de très loin, en-deçà du
37
38
volume stipulé . Selon les estimations de Robert Longring Allen qui a analysé vingt-cinq accords passés
au cours des années 1954-1956 — ne tenant pas compte de l'accord soviéto-turc car le volume des
échanges fixé est négligeable, mais incluant dans son analyse tous les pays du Proche-Orient, non
seulement les Etats arabes —, les objectifs d'importation soviétique stipulés par les accords, n'ont été
atteints ou dépassés qu'en 20 % des cas. Un quart des objectifs fixés est rejoint dans le cadre de 30 %
des accords, et la moitié dans 50 % des cas. En ce qui concerne les exportations de l'URSS, les objectifs
n'ont été atteints ou dépassés que par 15 % des accords analysés. Dans un tiers des cas, moins de la moitié
du volume prévu a été exporté ; concernant le reste, les échanges prévus n'ont pu être menés à bien
qu'à 75 %.
Les défaillances dans l'exécution des accords commerciaux conclus prennent encore plus d'ampleur si
l'on tient compte du fait qu'une partie des échanges s'est effectuée en dehors du cadre de ces accords, par
exemple livraisons de matières premières en remboursement de crédits accordés à l'occasion d'achats
d'armements. La différence entre les importations et les exportations soviétiques explique aussi les balances
accumulées en faveur de certains pays arabes en URSS. La crise causée par cet excédent de la balance
commerciale avec l'URSS et les pays du bloc socialiste est devenue aiguë en Egypte en 1958 déjà. Un des
experts financiers égyptiens les plus réputés, le Dr Emari, a été appelé à préparer un rapport sur la situation,
et dans ce rapport il a établi que « les échanges avec l'Union Soviétique et ses satellites ont produit un
volume si excessif de la circulation monétaire que cette situation a créé un problème insoluble du point de
vue de la convertibilité », et ceci à une époque où « l'Egypte ne peut pas se passer des importations en
provenance de l'Ouest. Nous ne pouvons pas survivre sans l'Occident », affirme-t-il en conclusion. La presse
39
égyptienne a publié des extraits de ce rapport sans y ajouter de commentaires .
Les accords de paiement sont caractérisés, avant tout, par un fait extrêmement important : tenant compte
de constantes difficultés de balance des paiements éprouvées par les pays en voie de développement,
l'Union Soviétique s'est montrée prête à accepter le règlement des soldes résiduels dans leur propre
monnaie nationale. Cette attitude est plus que bienvenue pour les intéressés, car elle permet une réduction
considérable du déficit chronique de leur balance des paiements.
On peut distinguer deux genres d'accords de paiement :
a) Des accords, comme par exemple celui conclu avec le Yémen, qui stipule que les comptes ouverts
respectivement dans les banques centrales des parties contractantes, doivent être établis en une monnaie
forte, librement convertible sur le marché mondial (en l'occurrence c'était la livre sterling), et que les soldes
résiduels doivent être réglés en cette monnaie.
b) Des accords dans lesquels les parties contractantes conviennent d'établir leurs comptes respectifs en
une monnaie définie, généralement celle du pays sous-développé, qui a servi comme unité aux transactions
courantes. A l'expiration de l'accord, le solde résiduel net doit être réglé par des livraisons de produits
agricoles ou industriels, ou par paiement dans une monnaie convertible 40. Afin de maintenir les balances en
36
BERLINER, . op. cit, p. 81 .
37
Voir, par exemple, les accords de troc passés avec la Birmanie. L'accord conclu entre l'Egypte et l'URSS en mars
1954 et couvrant la période entre cette date et mars 1955, a prévu une valeur totale des échanges entre les deux pays
de 42, 9 millions de dollars. En reconstituant rétrospectivement, à l'aide de statistiques publiées, les échanges réalisés,
on s'aperçoit que leur valeur ne dépasse guère 18 millions de dollars. Toutefois, les prévisions de l'accord couvrant la
période entre mars 1956 et mars 1957, se sont avérées trop modestes. Le montant de 30 millions de dollars que
devaient totaliser les échanges égypto-soviétiques en chaque direction, a été largement dépassé ; d'un tiers pour les
exportations égyptiennes vers l'URSS, et de 50 % pour les importations en provenance d'elle. ALLEN, op. cit., p. 32.
38
Ibid., p. 33.
39
AW, 31 mars 1958. Voir aussi CPR, 19 juillet 1957.
40
De tels accords ont été conclus avec les pays suivants et dans les monnaies suivantes : Egypte, livres égyptiennes ;
Afghanistan, dollars américains ; Liban, compte soviétique en roubles, compte libanais en livres libanaises ; Syrie, livres
sterling. SCOTT. loc. cit., p. 46.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 88 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre V. La nouvelle approche et le Proche-Orient -
un équilibre raisonnable, les accords commerciaux et de paiement fixent un plafond au montant que
41
chacune des parties peut accumuler comme créancier . Quand le déficit dépasse la limite prévue, le
débiteur doit le régler en monnaie convertible, ou payer un intérêt annuel de 2 %.
Les bénéfices que l'URSS tire de ses échanges avec les Etats arabes du Proche-Orient, certainement
moins attrayants pour elle que pour ses partenaires, sont entre autres, l'avantage de s'assurer l'importation
nécessaire de matières premières, de produits tropicaux, etc. sans qu'elle soit obligée de puiser dans ses
réserves d'or ou de devises étrangères ; la possibilité d'écouler ses biens d'investissement qui ne seraient
pas compétitifs sur le marché mondial ; ou, en dernier lieu, que les prix de ses marchandises étaient
légèrement supérieurs à ceux du marché mondial dans le commerce avec les pays arabes. Ceci est le
résultat d'une procédure qui consiste en la révision périodique des prix des marchandises, révision en fin de
compte, toujours favorable à Moscou. En conséquence, on peut conclure que la poussée économique
soviétique a été surtout motivée par des considérations politiques.
Les pays arabes proche-orientaux ont également préféré, pour de multiples raisons, les accords
bilatéraux. Il leur est apparu que ceux-ci leur permettent d'éviter la dépendance des marchés mondiaux
contrôlés par les anciennes puissances colonisatrices, ou les actuelles puissances « impérialistes ». Ils sont
convaincus que les accords bilatéraux élargissent et stabilisent les marchés de leurs principaux produits, en
offrant une solution partielle à leurs problèmes les plus aigus. Ils n'ont pas tenu compte de l'expérience du
passé et, particulièrement, de celle faite dans le domaine du commerce bilatéral depuis la Deuxième Guerre
mondiale 42.
On a espéré, et c'est un autre argument en faveur du bilatéralisme, que les accords bilatéraux allaient
assurer aux pays intéressés des crédits commerciaux à court terme et ouvrir la voie à des crédits à long
terme. En fait, cet espoir ne s'est jamais réalisé : les pays arabes du Proche-Orient restent généralement
créditeurs de l'URSS, leur balance commerciale étant toujours excédentaire vis-à-vis de ce pays.
Une troisième considération entrant en ligne de compte a été leur croyance que par les accords bilatéraux
ils pourraient maintenir les prix de leurs biens d'exportation vitaux. Mais, précisément parce que les relations
commerciales des pays arabes et de l'URSS sont régies par des accords bilatéraux, il est difficile de
déterminer si les premiers ont obtenu un avantage relatif en comparaison avec les prix généralement
pratiqués sur les marchés mondiaux. Les prix et les quantités négociées sont tellement détachés de la loi de
l'offre et de la demande que toute comparaison semble être hasardeuse. L'espoir que ces accords assurent
des prix se situant au-dessus de ceux du marché mondial doit s'effondrer au cours des négociations qui
fixent les prix des livraisons soviétiques : la fixation des prix pour les marchandises des pays ne possédant
que quelques matières premières ou produits agricoles exportables, ne peut jamais être avantageuse sans
risque ; le prix fixé peut sembler excellent quand il y a une baisse sur le marché mondial, mais s'il y a une
hausse, les avantages deviennent une condamnation sans appel, peut-être plus grave que n'importe quelle
mesure « néo-colonialiste ».
Les points de friction
Entre l'URSS et ses partenaires commerciaux proche-orientaux, des frictions se sont produites
concernant la qualité et le prix des biens livrés par les Russes. Une autre source de mésentente c'est la
revente, par l'URSS en Occident, des produits achetés auprès des pays arabes. L'éternel problème des
délais de livraison, toujours très longs et maintes fois dépassés, a été un corollaire constant des échanges
soviéto-arabes et a aussi suscité beaucoup de difficultés.
41
Pour les mêmes pays, les plafonds établis sont les suivants : Egypte, 1 million de livres égyptiennes ; Afghanistan,
700 000 dollars américains ; Liban, 2 millions et demi de livres libanaises ; Syrie, 300 000 livres sterling. SCOTT, loc. cit.,
pp. 46-47.
42
Voir ALLEN, op. cit., pp. 34-35. D'autre part, il faut prendre en considération l'effondrement des prix de beaucoup de
matières premières et de produits agricoles sur le marché mondial en 1957.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 89 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre V. La nouvelle approche et le Proche-Orient -
On peut citer, entre autres, quelques exemples en ce qui concerne les divergences sur la qualité des
biens soviétiques : le blé russe n'a pas satisfait les acheteurs égyptiens ; les livraisons de pétrole brut
contiennent une telle proportion de sulfure que les raffineries égyptiennes ont été endommagées ;
du kérosène a été livré avec un tel retard, également à l'Egypte, qu'il a dû être à nouveau raffiné. En
automne 1956, quand ce même pays souffrait d'une pénurie de ciment, il a placé un ordre urgent en
Union Soviétique qui a promis de lui venir en aide. Toutefois, la livraison arriva de nouveau après le délai
prévu et le pays n'en avait plus besoin, car la production nationale avait suffisamment augmenté.
Les autorités soviétiques ont insisté pour que l'Egypte accepte leur livraison ; l'excédent qui en est résulté a
obligé le gouvernement égyptien à ralentir, temporairement, la production nationale jusqu'au moment où
43
cette quantité de ciment a pu être absorbée .
La question des prix pose aussi un problème délicat. Ceux-ci semblent primitivement, aux yeux des
négociateurs proche-orientaux, très avantageux ; les offres soviétiques sont toujours moins élevées que
44
celles des Occidentaux . Seulement, après avoir remporté sur leurs adversaires une victoire qui leur a
permis d'obtenir les contrats, les Russes ont procédé à une augmentation des prix, atteignant parfois 40 %,
en invoquant diverses raisons et circonstances. La preuve de tels procédés a été donnée, indirectement, en
automne 1957, quand les Egyptiens ont négocié un crédit de 175 millions de dollars qui devait couvrir les
frais d'un nombre considérable de projets. Au cours des négociations, ils ont exigé, avec insistance, des
45
garanties préalables sur le maintien des prix des livraisons effectuées dans le cadre de l'accord éventuel .
Naturellement, les Soviétiques n'ont jamais reconnu avoir recouru à des pratiques « malhonnêtes et
capitalistes », et ils ont prétendu que durant les négociations qui ont suivi la conclusion des accords-cadres,
les prix ont été établis sur la base des cotations en vigueur sur le marché mondial, en admettant quelques
46
variations marginales selon la qualité des produits en question .
Aussi, la concurrence entre les prix payés par les Soviétiques et par les acheteurs occidentaux pour
certaines matières premières exportées par les pays arabes, devait entraîner ces derniers dans une
expérience amère à partir de 1955-1956. A cause de la concurrence russe qui offre des prix
considérablement au-dessus de ceux pratiqués sur le marché mondial, les acheteurs de coton égyptien
venant du monde non communiste, se tournent vers d'autres marchés pour s'approvisionner. En 1953,
l'Europe occidentale était l'acheteur le plus important de coton égyptien, absorbant plus de la moitié de la
47
production de ce pays ; cette part est réduite en 1956 à moins de 30 % . La perte progressive de ces
débouchés, naguère les plus importants, inquiète considérablement les dirigeants égyptiens qui ont compris
le danger d'être à la merci de l'Union Soviétique et des autres membres du bloc socialiste, qui acquièrent
lentement une formidable position d'oligopoles sur le marché du produit principal de leur économie.
Cette situation a été encore aggravée par une attitude de l'URSS et de ses alliés, attitude qu'ils ne
cessent de stigmatiser chez les capitalistes, mais qui est admise lorsqu'il s'agit d'intérêts soviétiques : c'est
la revente, sur le marché mondial, du coton livré par l'Egypte. Sans aucun doute, ni l'URSS, ni la
Tchécoslovaquie ne peuvent absorber les très grandes quantités achetées pendant les années 1955-1956 ;
43
ALLEN, op. cit., p. 23. Concernant un cas concret, l'offre russe des fournitures d'aluminium, voir Al Goumhourija,
3 septembre 1957. CPR, 3 septembre 1957.
44
Les pays socialistes ont payé, en effet, à l'Egypte un premium sur le coton au marché d'Alexandrie. Selon l'Annuaire
du GATT de 1956 : * Les prix du coton cotés sur le marché d'Alexandrie pendant l'année 1956 ne concordent pas du tout
avec ceux prévalant sur les marchés de Liverpool ou de New York. En 1956, les prix moyens enregistrés sur les deux
derniers marchés, avaient été respectivement de 16 % et de 1 % au-dessus du niveau de 1955, tandis que les prix
égyptiens étaient monté d'un dixième +. Commerce International, Genève, GATT, juin 1957, p. 161. Tenant compte en
plus du fait que Moscou et ses alliés achètent du coton à courte et à moyenne fibre, non à longue fibre, on peut estimer
qu'ils paient un premium de 20 % sur le coton égyptien. En outre, l'URSS a aussi cherché à vendre à l'Egypte certains
biens d'équipement au-dessous des prix du marché mondial. ALLEN, op. cit., pp. 20-21. L'accord tripartite entre l'URSS,
la Roumanie et l'Egypte, a prévu la fourniture à ce dernier pays des produits pétroliers 15 % moins cher que les prix
mondiaux. LAQUEUR, article dans World Today, N° 12, 1955, p. 524. C'était aussi le cas avec la vente du blé à l'Egypte en
hiver 1957. The New York Times, 3 janvier 1957.
45
BERLINER, op. cit., p. 146. ALLEN, op. cit., p. 23.
46
Vnjechnaja Torgovlja, N° 2, 1958, pp. 34-35.
47
The New York Times, 4 juin 1957.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 90 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre V. La nouvelle approche et le Proche-Orient -
ce coton a dû être écoulé dans des pays, clients traditionnels de l'Egypte : la France, l'Allemagne de l'Ouest,
etc.
Il est probable que l'URSS, comme maintes autres fois, s'est servie de la Tchécoslovaquie comme agent.
Des informations paraissent déjà au début de 1956, et plus tard, en 1957, sur le dumping du coton égyptien
48
par la Tchécoslovaquie . A cette époque, le secrétaire général de la Chambre de commerce égyptoallemande a déclaré que la Tchécoslovaquie a vendu à l'Allemagne de l'Ouest du coton égyptien avec 10 %
de rabais 49. L'Administration égyptienne de la culture du coton a réfuté ces allégations et a affirmé que dans
tous les contrats conclus avec les pays de l'Est, une clause est insérée qui interdit la revente des matières
50
premières livrées . Le Bulletin Economique de la Banque Nationale d'Egypte se fait aussi l'écho de ces
informations : « Des rumeurs tenaces circulent concernant la réexportation de coton égyptien avec un rabais
allant de 20 à 30 % 51 ». Toutefois, le Bulletin ne dément nullement ces rumeurs. Il paraît donc
vraisemblable, mais on ne peut pas l'affirmer avec certitude, que du coton égyptien a été réexporté par les
pays socialistes et, en raison de considérations politiques évidentes, les Egyptiens ne l'ont jamais reconnu.
Il apparaît que le prix du coton n'a pas été rajusté sur les marchés mondiaux après les forts achats
soviétiques ; l'URSS ne s'est d'ailleurs pas efforcée de stabiliser les prix des matières premières dans les
autres secteurs non plus.
Ces pratiques commerciales — révélant de véritables contradictions internes de la politique économique
de Moscou à l'égard de partenaires politiques aussi importants que les pays arabes —, ne peuvent être
expliquées que par les différentes conceptions prévalant parmi les dirigeants et fonctionnaires soviétiques
prenant et exécutant les décisions. Parmi ces groupes de pression puissants à l'influence fluctuante, celui
des dirigeants khrouchtchéviens a lancé, à l'échelon le plus élevé, la nouvelle approche économique. Ils sont
convaincus de l'importance politique d'une aide économique étendue aux pays en voie de développement, à
tel point qu'ils sont prêts à sacrifier, dans une certaine mesure, la satisfaction des besoins intérieurs
considérés comme primordiaux par les autres groupes de fonctionnaires (se situant, à cette époque, à un
échelon inférieur). Ceux-ci ne peuvent pas admettre la privation de l'économie nationale des biens
d'équipement, sachant que le bloc socialiste a encore ses propres pays « sous-développés ». Le sentiment
populaire souvent manifesté 52 a soutenu cette argumentation en attribuant la carence de biens de
consommation à une politique d'aide accrue au profit du Tiers-Monde.
48
Chicago Daily News, 17 février 1956 ; Washington Post et Times-Herald, \% février 1956.
49
The New York Times, Washington Post et Times-Herald, 7 mars 1957.
50
The New York Times, 8 mars 1957. On peut, toutefois, se référer à d'autres exemples aussi : les activités soviétiques
sur le marché du caoutchouc, ainsi que sur le marché australien du lainage, etc.
51
Vol. X. 1957, N° 1, p. 29. Voir aussi le Commerce du Levant du 22 août 1957, commentant l'accord soviéto-syrien,
où ce journal réputé fait allusion à la revente soviétique du coton proche-oriental. AW, 23 août 1957.
52
ALLEN, op. cit. p. 62. Les considérations concernant les groupes de pression en URSS ne peuvent être
qu'hypothétiques mais elles offrent des explications probables à certains phénomènes. Il est à noter que la plupart des
étudiants afro-asiatiques venant de l'URSS rapportent que le peuple soviétique n'est pas toujours content de la politique
d'assistance à l'échelle mondiale poursuivie par le gouvernement, car il considère que c'est lui qui en paye les frais.
On voit donc l'apparition en URSS d’une certaine forme d'égoïsme national, particulièrement à l'égard de Cuba.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 91 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre VI. L’assistance financière soviétique -
CHAPITRE VI
L'assistance financière soviétique
1. LA POLITIQUE DE CREDIT DES SOVIETIQUES EN GENERAL
Une des caractéristiques des pays en voie de développement est que leurs disponibilités financières sont
limitées : faible revenu national par tête, pénurie des capitaux, exportations basées sur un nombre restreint
de produits naturels. Les difficultés d'écoulement de ces produits et l'instabilité des cours mondiaux rendent
attrayantes les offres de contrats d'achat à long terme faites par les pays communistes. Ils peuvent, en
retour, acheter à l'Est des denrées ou des machines sans entamer leurs réserves de devises fortes. Ces
accords à long terme constituent pour les Etats du Proche-Orient, et pour ceux du Tiers-Monde en général,
une garantie de stabilisation, bien que par ailleurs, en acceptant qu'une partie considérable de leur
commerce dépende du bon vouloir des Soviétiques, ils s'exposent à d'éventuelles pressions. En outre, le
blocage des produits d'exportation les plus importants pour les années à venir, prive de couverture les
importations régulières et indispensables en provenance de l'Ouest, créant ainsi, pour les pays engagés
dans cette voie, un problème insoluble. Les crédits à long terme accordés par l'Union Soviétique et les
démocraties populaires sont destinés à remédier à cette situation. Ils permettent aux pays bénéficiaires
d'équilibrer leur balance des paiements, tout en absorbant un plus grand volume de produits et en profitant
des services qu'ils ne pourraient pas s'assurer par leurs seules exportations.
L'objectif officiel du programme des crédits soviétiques est d'aider « les pays sous-développés à établir
1
les bases de leur industrie nationale », de les lancer sur la voie non-capitaliste du développement, et
parallèlement, de préparer les conditions d'une évolution socialiste future. Ces crédits sont accordés à des
conditions commerciales, car les Soviétiques ont compris que n'importe quelle autre forme d'assistance,
apparentée à la charité, heurterait la fierté nationale des peuples récemment devenus indépendants. Ainsi,
l'URSS ne conçoit pas une partie de son programme sous forme de dons comme c'est le cas pour les
puissances occidentales, particulièrement les Etats-Unis ; le don n'existe dans la pratique soviétique qu'à
l'occasion de cérémonies à l'adresse de personnalités étrangères en vue, comme geste d'amitié.
Une autre caractéristique très importante du programme soviétique de crédit à l'ère de Khrouchtchev est
la renonciation des dirigeants du bloc socialiste au contrôle de l'élaboration et de l'exécution des plans
prévus par les Etats bénéficiaires dans le cadre de ce programme. Ils laissent l'entière responsabilité de
l'utilité et de la rentabilité des projets proposés entre les mains des leaders des nations nouvelles, ne portant
aucun jugement sur leur gestion et leurs initiatives. Cette attitude contraste de façon évidente avec la
pratique occidentale — poursuivie non seulement par les différentes puissances mais aussi par la Banque
Internationale pour la Reconstruction et le Développement —, qui consiste à refuser les crédits demandés
pour la réalisation de projets jugés économiquement non rentables, et qui exige que les experts envoyés sur
2
place puissent contrôler l'emploi de ces crédits et l'exécution des travaux . Ainsi, les Soviétiques ont pris un
3
risque économique « calculé », afin de tirer tous les avantages psychologiques possibles de leur attitude .
Il est extrêmement difficile d'établir avec exactitude le total des crédits soviétiques accordés d'année en
année ainsi que les livraisons effectuées et l'assistance technique réellement mise à la disposition des pays
intéressés dans le cadre des accords. L'établissement des totaux est d'autant plus inextricable que parfois
1
KIRJOUCHIN, V. Kredity sovjetskogo Sojouza slaborazvitnym stranam. Vnjechnaja Torgovlja, N° 6, 1959, p. 18.
2
Il y a d'innombrables cas où les pays solliciteurs de crédits occidentaux ont reculé à cause de ces conditions
imposées ; l'Egypte en a offert maints exemples. Même un pays aussi attaché à l'Occident que la Jordanie, s'est montré
mécontent du comportement des fonctionnaires américains qui ont dépassé leur fonction technique et de supervision.
The New York Times, 26 août 1956.
3
L'éditorial de l’Al Rai Al Aam du 8 août 1957, montre, par exemple, que les Soviétiques ont réussi dans leurs efforts.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 92 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre VI. L’assistance financière soviétique -
les offres concernent le financement de projets spécifiques ; parfois les crédits accordés peuvent être
dépensés à discrétion par les dirigeants du Kremlin selon les besoins politiques ou psychologiques du
moment. En outre, les publications officielles soviétiques ne distinguent pas, comme le font les rapports du
gouvernement des Etats-Unis 4 entre « allocations », « obligations » et « dépenses ». Selon les termes
américains, l'allocation signifie une somme mise à la disposition d'un pays pendant une période définie ;
l'obligation comprend la part de cette somme qui est assignée à un projet spécifique déjà approuvé ; tandis
que les dépenses comprennent les montants effectivement déboursés au cours de l'opération engagée 5.
Les crédits accordés par les Soviétiques pourraient être classés — selon cette terminologie — sous les
rubriques « allocations » et « obligations ». Par exemple, le crédit accordé par l'URSS à la RAU à la fin de
1957 (175 millions de dollars, c'est-à-dire 700 millions de roubles), doit être considéré comme une allocation,
car il n'est indiqué nulle part à quels objectifs spécifiques cette somme a été assignée. Il n'est pas non plus
précisé pendant quelle période le crédit sera utilisable, et si le pays bénéficiaire a l'intention ou non de
l'utiliser entièrement. Ainsi, on peut dire que le total du crédit indiqué dans un accord sert à des buts de
propagande et exerce une influence politique considérable, mais ne signifie pas grand-chose du point de
vue économique ; les précisions, si elles existent, concernant les dépenses annuelles effectives, sont les
seules à montrer la réalité.
Selon les données publiées le 30 juillet 1961 par le Kierunki (Directions), hebdomadaire du mouvement
« Pax » en Pologne, l'URSS a accordé entre 1953 et 1961 à la RAU un crédit de 2544 millions de roubles,
dont 1860 millions à l'Egypte et 684 millions à la Syrie ; 730 millions à l'Irak ; 164 millions au Yémen ; et,
enfin, 20 millions au Soudan 6. Il ressort des statistiques occidentales que parmi les dix-sept pays en voie de
4
Voir les Operation Reports de l'International Cooperation Administration.
5
BERLINER, op. cit., pp. 40-41.
6
Le total des crédits accordés aux pays sous-développés par le bloc socialiste (en millions de roubles) :
Bénéficiaire
URRS
Asie
Inde
Indonésie
Afghanistan
Irak
Birmanie
Ceylan
Yémen
Népal
Cambodge
Pakistan
Afrique
RAU total
RAU Egypte
RAU Syrie
Ethiopie
Guinée
Ghana
Soudan
7 504
3 675
1 502
987
730
153
120
164
30
24
119
3 291
2 544
1 860
684
419
140
168
20
1 520
400
520
600
—
—
—
12 315
Amérique latine
Cuba
Argentine
Bolivie
Colombie
Paraguay
Brésil
Total
Tchécoslovaquie
819,4
346
210
56
134,4
—
73
—
—
—
—
422,4
375,4
322
53,4
47
—
—
—
308
80
68
—
100
60
—
1 549
Chine
Pologne
Hongrie
1 082
—
263
—
—
377
106
64
134
138
—
120
20
20
—
—
100
—
—
240
240
—
—
—
—
—
1 442
384
148
236
—
—
—
—
—
—
—
—
28
8
8
—
—
—
20
—
40
—
24
—
—
—
16
452
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
28
28
28
—
—
—
—
—
60
60
—
—
—
—
—
88
Roumanie
56
48
8
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
—
56
Total
9 845,4
4 217
2 219
1 043
864,4
530
299
228
164
162
119
3 889,4
2 975,4
2 238
737,4
466
240
188
20
2 168
780
612
600
100
60
16
15 902,8
Voir aussi DOMDEY, K. M. Zwischenbilanz sozialistischer Kredithilfe. Die Wirtschaft, 22 mars 1961.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 93 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre VI. L’assistance financière soviétique -
développement recevant des crédits soviétiques entre 1953 et 1958, quatre ont bénéficié de 75 % du total :
la Yougoslavie et l'Inde ont absorbé chacune un quart, tandis que l'Egypte et la Syrie ont obtenu, ensemble,
le reste. En excluant la Yougoslavie — qui est tout de même un pays socialiste —, les proportions sont
restées les mêmes. Quatre pays — Inde, Egypte, Syrie, Afghanistan — ont reçu les trois quarts des crédits ;
en y ajoutant l'Indonésie, la part de ces cinq pays a été de 90 %. Après 1958, la part de la République Arabe
Unie, le deuxième accord sur Assouan conclu, s'est élevée à un tiers du total des crédits soviétiques
accordés aux pays en voie de développement 7.
La répartition géographique des crédits et la démonstration que l'URSS les a concentrés dans certains
pays « modèles » n'indiquent pas encore l'importance des crédits soviétiques pour chaque pays ; il faut
donc, pour compléter ce tableau, comparer le montant des crédits accordés aux dimensions économiques
des pays bénéficiaires. C'est ce que le professeur Berliner a fait dans son étude remarquable concernant les
années 1953-1957. Nous reproduisons intégralement son tableau comparatif des crédits soviétiques relatifs
aux revenus nationaux globaux et per capita des pays proche-orientaux et de quelques autres pays du
Tiers-Monde :
Le volume total des crédits accordés entre 1953-1957
8
comparé aux revenus nationaux de 1955 et à la population respective des pays
Pays
Crédits
Revenu national
de 1955 (estimation)
(en millions de US dollars)
Crédits en %
du revenue national
Population
en 1955
(millions)
Crédits
per capita
en US dollars
Egypte
213
2 500*
9
22.0
9.30
Syrie
184
400*
46
4.1
45.00
Liban
2
500
moins de 1
1.4
1.40
Yémen
2
200
1
4.5
–.40
Soudan
5
pas de données statistiques pour le pays
Inde
362
20 800
2
381.7
–.95
Afghanistan
115
500
23
12.0
9.60
Indonésie
113
5
81.9
1.40
*
**
21 100**
Notes au tableau :
calculé selon les données concernant 1954
calculé selon les données concernant 1952
Il ressort à l’évidence de ce tableau que la Syrie, avant son union avec l'Egypte, constitue l'exemple, par
excellence, de l'importance prise par les crédits soviétiques pour un pays. Le total du volume de ces crédits
atteint 46 % du revenu national (base 1955). Naturellement, l'utilisation des crédits doit être étalée sur un
certain nombre d'années ; le fait est, néanmoins, qu’ils représentent un pourcentage beaucoup plus élevé du
revenu national que dans n'importe quel autre pays. Ainsi, la Syrie a tiré un très grand profit du programme
d'assistance soviétique et une cessation de ces crédits entraînerait les conséquences les plus graves pour
elle. Les conditions auxquelles l'Union Soviétique a accordé des crédits sont, en effet, très avantageuses.
L'intérêt demandé oscille entre 2 et 3 % par an, mais généralement il se fixe à 2 à 2 ½ % 9, tandis que
7
BERLINER, op. cit., pp. 35-36. Du même auteur, dans MEAff, vol. 10, 1959, N° 8/9, p. 288.
8
Le tableau du professeur Berliner concerne les crédits accordés par les pays du bloc en général. Toutefois, nous avons
vu que plus de 80 % des crédits venaient de l'URSS, c'est pourquoi ce tableau comparatif trouve sa place dans notre
étude. BERLINER, op. cit., p. 38.
9
Le seul cas où l'URSS n'a demandé aucun intérêt concerne le Yémen.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 94 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre VI. L’assistance financière soviétique -
l'intérêt demandé par les Occidentaux se situe à un niveau plus élevé ; la Banque Internationale pour la
Reconstruction et le Développement demande un intérêt environ deux fois plus important, son taux
dépendant de ceux auxquels la Banque elle-même emprunte. Les crédits sont toujours liés et doivent être
utilisés pour l'achat en Union Soviétique de biens d'équipement à des prix légèrement plus avantageux que
ceux du marché mondial. Le remboursement commence seulement quelques années après que le crédit
initial a été accordé, au moment où les investissements réalisés commencent à porter leurs fruits, facilitant
ainsi les paiements annuels des pays bénéficiaires. Le remboursement est étalé sur une période allant de
dix à trente ans, le délai le plus fréquemment fixé étant de douze ans. En outre, afin de faciliter la tâche des
pays débiteurs, l'URSS accepte le remboursement en biens d'exportation traditionnels de ces pays. Aussi,
les crédits soviétiques sont-ils accordés à des gouvernements. Ils doivent être consacrés au financement
des projets spécifiques de développement ou d'équipement et d'installations industrielles, prévus par les
deux parties 10.
On peut poser la question : pourquoi au juste les Soviétiques demandent-ils un intérêt ? Certainement
pas pour des raisons économiques. Le taux généralement pratiqué de 2 à 2,5 % remplit deux fonctions :
d'abord, il est assez bas pour être compétitif avec ceux demandés par les Occidentaux et faire que ces
derniers, comparés aux Soviétiques, paraissent porteurs d'intentions d'exploitation ; ensuite, il est assez
élevé pour donner aux bénéficiaires l'impression que l'assistance soviétique est basée sur l'intérêt
économique mutuel, qu'elle est rentable pour l'URSS elle-même, et qu'ainsi elle ne peut être assimilée à de
la charité internationale.
2. L’ASSISTANCE A DES PAYS INDIVIDUELS
La République Arabe Unie
L'Union Soviétique et l'Egypte ont conclu à Moscou, le 29 janvier 1958, un accord d'aide financière et de
coopération économique (deux jours plus tard, l'Egypte fusionne avec la Syrie dans la République Arabe
Unie). Cet accord 11 a été à la base de toute l'assistance soviétique prodiguée au gouvernement du
président Nasser, et même le désaccord politique séparant les deux pays à la suite des événements d'Irak
du printemps 1959, n'en a pas empêché l'application. Fait toutefois significatif, moins de quatre mois après
sa conclusion, Gamal Abdel Nasser réussit, à l'occasion de sa visite à Moscou, à y apporter certaines
modifications : mise à part une réduction considérable des versements annuels en paiement des achats
d'armes égyptiens et syriens, il obtient des leaders soviétiques une réduction de 15 % des prix de toutes les
installations complètes et de tous les équipements fournis par l'URSS dans le cadre de l'accord de
coopération économique, ainsi qu'une assurance que les équipements d'exploitation pétrolière seront livrés
dans un avenir proche 12.
Le champ de l'assistance soviétique offerte à l'Egypte s'étend aux projets de développement dans les
domaines géologique, d'exploitation minière, de prospection pétrolière, des industries métallurgique,
mécanique, électrique, chimique, industries légères, textile, alimentaire, équipement médical, et recherche
nucléaire. L'URSS s'engage à livrer les machines et équipements nécessaires ; ses experts l'aideront dans
l'élaboration des divers projets, superviseront les travaux, dirigeront le montage des machines et mettront en
activité les diverses entreprises, les menant jusqu'à un certain niveau de production, et' formeront, enfin, les
cadres égyptiens.
L'article 4 de l'accord stipule que le nombre des spécialistes soviétiques qui pourront se rendre en Egypte
ainsi que le nombre des Egyptiens qui profiteront de l'enseignement technique soviétique, fera l'objet
10
BERLINER, op. cit., p. 158 ; SCOTT, loc. cit., pp. 48-49 ; KIRJOUCHIN, loc. cit., p. 15.
11
Son texte complet a été reproduit par Mitteilungen der Bundesstelle für Aussenhandelsinformation BFA. Cologne, juin
1958.
12
Al Ahram, 17 mai 1958, CPR, 17 mai 1958.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 95 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre VI. L’assistance financière soviétique -
d'accords spéciaux. Le nombre des clauses, en outre, relatives aux paiements des services, à l'échange de
techniciens et à leur formation, est fort élevé et montre bien l'importance que les deux parties accordent à ce
domaine et aussi la volonté soviétique d'être intégralement remboursée pour toute aide technique fournie 13.
Pour couvrir les fournitures et les frais de divers services, l'URSS a offert un prêt de 700 millions de
14
roubles payables en douze annuités à 2,5 % d'intérêt . Il a été prévu que le remboursement se ferait en
monnaies librement convertibles ou en marchandises y compris le coton ; toutefois, le remboursement doit
seulement commencer un an après que la totalité des machines et matières premières destinées à chaque
projet soit livrée. Le crédit doit être utilisé au cours d'une période de quatre ans. L'article 6 de l'accord
précise la destination des montants :
— Pour payer les machines et équipements nécessaires à la construction des divers projets, et qu'on ne
trouve pas en Egypte, sur base f.o.b., port soviétique 15.
— Pour couvrir les frais des travaux de prospection et d'étude géologiques, les frais d'établissement des
plans et projets, et pour payer l'enseignement technique qui sera donné par les organisations soviétiques.
— Pour couvrir les frais réels résultant de la reproduction de documents techniques.
Il est intéressant de noter que l'accord prévoit en son article 4 la possibilité, pour l'URSS, de demander la
collaboration d'organismes économiques des démocraties populaires pour l'élaboration de projets, pour la
fourniture de machines, d'équipements et de matériel.
A la suite de la signature de cet accord, la presse égyptienne annonce, jour après jour, la conclusion de
contrats concernant différents projets individuels. L'ensemble du plan de coopération s'étend à soixante-cinq
projets ; au moment où le parlement égyptien vote la ratification du traité, c'est-à-dire le 10 février 1958,
16
quarante accords provisoires ont déjà été conclus entre l'URSS et l'Egypte .
Le voyage du président Nasser à Moscou, en mai 1958, indique une nouvelle étape dans la coopération
soviéto-égyptienne. Il réussit à convaincre les dirigeants soviétiques d'amalgamer les conditions et les
différentes dispositions des accords passés séparément avec les deux régions de la RAU, de même qu'avec
17
le Yémen qui s'est joint à l'Etat arabe unifié .
En août 1958, l'URSS signe avec l'Egypte l'accord sur la construction de l'usine sidérurgique d'Hélouan
dont on parle depuis l'été 1955 18 et le protocole du 22 décembre stipule la construction de quinze nouvelles
unités industrielles avec l'assistance russe 19.
Le rythme des protocoles signés, des livraisons et des constructions s'est sensiblement ralenti en 1959,
année de la première crise entre le nassérisme et le communisme proche-oriental, et partant, avec l'URSS.
Dans la presse, on trouve quelquefois des nouvelles concernant la participation soviétique à la réalisation de
certaines constructions égyptiennes entreprises en 1959 ou 1960, ainsi par exemple, l'offre russe pour la
13
Il semble que le gouvernement égyptien a eu même l'intention de fixer officiellement le nombre des experts
soviétiques et de le limiter. Les nationalistes savent pertinemment que les experts et techniciens sont les propagateurs
d'une idéologie, opposée aux convictions islamo-arabes. Quelques-uns de nos interlocuteurs en Egypte, nous ont fait
part des craintes éprouvées par les Egyptiens à cause de l'activité d'éducation idéologique exercée par les Soviétiques
parmi le personnel local travaillant au barrage d'Assouan.
14
Si ce crédit s'avère insuffisant, les livraisons soviétiques dépassant le montant du crédit seront payées en
marchandises égyptiennes, en conformité avec l'accord de paiement existant entre les deux pays. Voir interview
accordée par Abdel Moneim El Kaissouny à Akhbar S'aa, 27 novembre 1957. CPR, 27 novembre 1957.
15
La spécification relative au calcul fob port soviétique du prix des marchandises, est complétée par l'article 12 qui
précise que * nonobstant l'article 6 qui prévoit que le crédit servira à payer les livraisons de machines, d'équipements et
de matériaux calculés fob port soviétique, les machines, équipements et matériaux seront livrés cif port égyptien +.
Les autorités égyptiennes devront donc couvrir le fret et l'assurance.
16
CPR, 31 janvier 1958 ; KIRJOUCHIN, loc. cit., p. 17.
17
Akhbar el Yom, 3 mai 1958, CPR, 3 mai 1958.
18
Voyage de Fathi Radouan, ministre des communications, en Europe orientale et sa déclaration au mois d'août 1954 ;
l'accord d'assistance sur la construction de l'usine métallurgique d'Hélouan signé le 11 août 1960.
19
CPR, 23 décembre 1958.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 96 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre VI. L’assistance financière soviétique -
construction du chantier naval d'Alexandrie a-t-elle été acceptée par les autorités égyptiennes
et l'enthousiasme de 1958 sont définitivement brisés.
20
, mais l'élan
Il est intéressant de noter que la part soviétique dans l'ensemble de l'industrialisation de l'Egypte se
révèle bien moins importante qu'on ne pouvait le croire en 1958. Le Dr Aziz Sidky, ministre de l'industrie de
la RAU à l'époque, a brossé un tableau détaillé de la participation des pays étrangers à la réalisation des
projets d'industrialisation, Syrie comprise. Les statistiques qu'il a citées ont été publiées par le Middle East
Economist, en mai 1961 :
La participation étrangère aux projets d"industrialisation de la RAU
Etats
Nombre de projets
Valeur des contrats passés
(en livres égyptiennes)
Union Soviétique
53
46 889 154
Allemagne Orientale
23
6 508 006
Tchécoslovaquie
13
3 565 760
Hongrie
1
100 000
Chine Populaire
1
180 000
Etats-Unis
28
10 018 341
Pays-Bas
8
728 441
Italie
28
19 534 902
Japon
11
3 920 541
Allemagne Occidentale
76
53 890 272
Belgique
2
310 350
Suède
6
516 620
Suisse
23
4 202 082
5
195 750
19
5 615 370
Irlande
8
194 000
France
1
200 000
306
156 569 589
Autriche
Grande-Bretagne
Total
21
Le haut-barrage d'Assouan constitue avec les aciéries de Bhilai aux Indes, la réalisation la plus
spectaculaire dans laquelle l'Union Soviétique ait assisté un pays du Tiers-Monde. Certes, ce barrage
présente une importance toute particulière pour l'Egypte, en augmentant la surface de ses terres arables
d'une façon considérable et en offrant du travail à des milliers de chômeurs égyptiens pendant de longues
années, mais les prises de position, les hésitations, les événements politiques qui emplissent son histoire,
retiennent tout autant l'intérêt.
20
CPR, 19 janvier 1959.
21
The Middle East Economist (Cairo), mai 1961, p. 234. 2,80 dollars américains valent à cette époque 1 livre
égyptienne.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 97 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre VI. L’assistance financière soviétique -
Juste après l'affaire de l'armement qui marque l'entrée de l'URSS sur la scène proche-orientale et à la
suite de prétendues ouvertures faites par les dirigeants égyptiens à Moscou, le gouvernement soviétique
s'est montré prêt à entreprendre les travaux afin de construire un haut-barrage dans la vallée du Nil, près
d'Assouan, et a offert dans ce but, un crédit de 200 millions de dollars à 2 % d'intérêt, pour une durée de
22
trente ans, payable par des livraisons de coton et de riz . En même temps que l'offre soviétique parvenait
au Caire, le gouvernement égyptien a engagé des pourparlers avec les puissances occidentales et la
Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement. Selon les rapports de l'AFP publiés dans
la presse libanaise, il est question d'un crédit américain de 200 millions de dollars, dont une partie comme
don, et d'un crédit du même montant accordé par la Banque, avec la participation éventuelle de plusieurs
23
pays occidentaux, entre autres, le Royaume-Uni . Toutefois, les négociations qui traînent en longueur
pendant tout l'hiver 1955-1956, ne peuvent aboutir à un accord. Les créditeurs, les Etats-Unis, la GrandeBretagne, les autres puissances occidentales et la Banque Mondiale insistent, selon Simon Michau,
correspondant de l'AFP à Washington, pour que l'institution internationale puisse contrôler l'emploi des
crédits pour le projet et les travaux prévus par les parties contractantes, ainsi que la politique monétaire et
économique, et plus particulièrement les finances du gouvernement égyptien ; on veut ainsi s'assurer qu'une
inflation ne suivra pas l'opération et que toutes les mesures seront prises pour que le gouvernement du
président Nasser puisse tenir ses obligations annuelles de remboursement.
Bien que de telles conditions puissent être jugées raisonnables du point de vue occidental en tenant
compte de l'envergure des travaux projetés, il est clair que le gouvernement de Nasser ne peut y consentir.
D'autant plus que cette première condition a été assortie d'une seconde selon laquelle les puissances
occidentales et la Banque exigent que l'Egypte leur cède le droit d'adjuger les travaux à des entreprises de
leur choix. Cette manière arbitraire d'attribution des contrats et cette privation de ses compétences ne sont
pas acceptables pour le gouvernement égyptien 24. Le nationalisme arabe triomphant, un pays souverain et
fier de son indépendance récemment acquise ne saurait se soumettre à une telle humiliation ; la rupture des
négociations est inévitable. En nous tournant vers le passé, il semble pour le moins curieux que les
Occidentaux aient pensé pouvoir imposer à l'Egypte des conditions tellement humiliantes dans le contexte
politique surchauffé du Proche-Orient de 1955-1956. La seule explication de cette attitude occidentale
semble être l'espoir de briser la puissance de ce représentant du nationalisme intransigeant qu'était le
président Nasser. Une lecture attentive de la presse occidentale de l'époque nous autorise à tenir cette
supposition pour vraie. La position ferme du Caire a été certainement encouragée par les Soviétiques et leur
offre a assuré l'alternative ; néanmoins, les rumeurs persistent selon lesquelles l'Egypte aurait préféré un
financement occidental du barrage 25.
En été 1956, les bruits les plus divers circulaient autour du problème du barrage d'Assouan. Même des
sources généralement bien informées comme les agences AP, Reuter, et AFP, ont annoncé que le ministre
des Affaires étrangères, Chepilov, à l'occasion de sa visite en Egypte en juin 1956, aurait offert tout le
financement nécessaire à la réalisation du barrage, c'est-à-dire 1 milliard 200 millions de dollars, à 2 %
26
d'intérêt . Il ne fait pas de doute que cette somme astronomique n'aurait jamais pu être négociée entre les
interlocuteurs égyptiens et soviétiques. Il est aussi certain que dans les discussions, à cette époque, entre le
gouvernement égyptien, les puissances occidentales et la Banque Mondiale, on ne parle plus du montant
avancé auparavant, mais de celui de 100 à 130 millions de dollars. Les informations concernant l'offre russe
ont été démenties plus tard et l'accord conclu au même moment entre l'URSS et Israël, portant sur des
exportations de pétrole russe payables en produits agricoles et industriels israéliens, a choqué l'opinion
publique et les leaders arabes 27.
Le 19 juillet 1956, les Etats-Unis annoncent officiellement qu'ils retirent leur offre faite précédemment à
l'Egypte. Cette offre concerne le financement d'une partie des dépenses de construction du haut-barrage
22
Voir, par exemple, la déclaration faite par l'ambassadeur soviétique à New York le 17 octobre 1955. Kawan, op. cit.,
p. 195.
23
AW, 9 décembre 1955.
24
AW, 6 janvier 1956.
25
AW, 20 juin 1956.
26
AW, 20 juin 1956.
27
AW, 19 juillet 1956.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 98 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre VI. L’assistance financière soviétique -
d'Assouan. Le Royaume-Uni a suivi son allié le 20 juillet. On peut donc prévoir que l'Union Soviétique va
prendre la relève et accorder, avec une publicité retentissante, son assistance à la construction du barrage.
Ce serait méconnaître la maîtrise de la diplomatie russe. Elle a su encore mieux exploiter la situation. On
peut supposer que le président Nasser a obtenu l'approbation russe avant qu'il en ait informé le monde,
dans son fameux discours d'Alexandrie sur la nationalisation du canal de Suez. Ce geste, par lequel il a
répliqué au refus occidental, a beaucoup mieux servi les objectifs russes qu'une offre spectaculaire pour le
financement des travaux du barrage. D'où les prises de position inopinées et les réfutations soviétiques : la
déclaration de Chepilov à Moscou le 22 juillet, lorsqu'il a expliqué publiquement que l'URSS ne pensait pas
au financement du haut-barrage, mais serait prête à contribuer aux autres projets de développement du
28
gouvernement égyptien . Les déclarations de l'ambassadeur soviétique au Caire, Kiselev, ont créé — peutêtre intentionnellement — beaucoup de confusion, car ce dernier ne veut pas reconnaître un refus net de la
part de son gouvernement, mais insiste sur la validité des promesses russes dans l'avenir 29. Par lui, Moscou
est en contact permanent avec Nasser pendant ces jours agités et l'ambassadeur russe a été reçu par le
chef du gouvernement du Caire à plusieurs reprises en l'espace de quelques jours.
La crise de Suez et les développements qui ont menacé le monde d'une conflagration générale relèguent
le problème de la construction du haut-barrage d'Assouan à l'arrière-plan. Il n'est entré dans l'actualité
internationale qu'en été 1958.
Le gouvernement du Caire projette plusieurs étapes dans la réalisation de ce travail gigantesque et ses
experts estiment que la première étape durera quatre ans en absorbant 112 millions de livres égyptiennes
du total des dépenses prévues, dont 37 millions en devises étrangères. Le crédit soviétique a couvert
exactement cette somme. Selon l'accord annoncé le 24 octobre 1958, ce crédit porte sur 400 millions de
roubles, soit 37,5 millions de livres égyptiennes, à un intérêt de 2,5 %. Le crédit doit être remboursé pendant
une période de douze ans, mais le remboursement devra commencer seulement lorsque les travaux de la
première étape achevés, l'Egypte jouira déjà des premiers fruits de la construction (2 millions de feddans
additionnés à ses terres arables et son revenu national accru de 35 %). Naturellement, comme pour les
autres crédits, l'Egypte payera avec ses propres produits.
Pendant la crise soviéto-nassérienne de 1958-1959, les travaux n'ont pas avancé beaucoup. A partir de
l'automne 1959 ils ont pris une certaine ampleur, mais n'ont pas progressé au rythme prévu 30.
Le gouvernement soviétique a donc dépêché sur place, en vue de trouver un meilleur arrangement, le
ministre soviétique de la construction des stations génératrices, Ignatij Novikov, qui a assisté, officiellement,
à la célébration de la fin de la première année des travaux du barrage. La conclusion de Novikov, qui
demeura une dizaine de jours en Egypte, a été que la construction devait se faire en une seule étape ; que
les étapes prévues par les experts égyptiens devaient être réalisées parallèlement. Pour cette raison, il a
proposé de conclure un nouvel accord par lequel l'URSS ouvrirait de nouveaux crédits afin de rendre
possible le commencement des travaux prévus pour la deuxième période 31. L'affaire a été vite réglée ;
l'accord fut conclu pendant le séjour même de Novikov en Egypte, par un échange de lettres entre
32
Khrouchtchev et Nasser .
Aux termes de la communication officielle, la RAU a accepté l'offre russe concernant un nouveau crédit
pour la totalité de la construction du haut-barrage d'Assouan 33. Les dépenses prévues pour la deuxième
étape ayant été de 130 millions de livres égyptiennes, dont 90 millions en devises étrangères, l'Union
Soviétique s'est engagée à couvrir cette dernière somme. Les conditions stipulées par l'accord sont les
28
AW, 23 juillet 1956.
29
AW, 24 et 25 juillet 1956. D'ailleurs, Kiselev a eu deux longues conversations pendant ces jours avec le président
Nasser.
30
Fait significatif : encore en été 1961 un accord a été signé entre l'URSS et l'Egypte en ajoutant 11 millions de roubles
de crédit aux frais de la première phase de construction du barrage et fixant à 570 le nombre des techniciens soviétiques
qui devaient y travailler. Pravda, 4 août 1961. Selon l’Arab Observer, 4 juin 1962, p. 8, jusqu'à la fin d'avril 1962 près de
33 millions de livres égyptiennes ont été dépensées au cours des travaux effectués sur le barrage d'Assouan.
31
CPR, 21 janvier 1960.
32
La lettre de Khrouchtchev est datée du 15 janvier, celle de Nasser du 17. CPR, 20 janvier 1960.
33
CPR, 14 et 19 janvier 1960.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 99 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre VI. L’assistance financière soviétique -
mêmes que celles concernant le premier crédit, à l'exception de deux clauses. D'abord, l'URSS insiste, en
tenant évidemment compte des raisons économiques, pour que la construction se fasse en une seule étape,
la deuxième étape primitivement prévue étant partiellement télescopée dans la première ; en second lieu, la
période de construction est raccourcie et fixée à sept ans. Selon les experts, les travaux de la deuxième
étape ne peuvent être commencés avant 1962 ; toutefois, les générateurs de la station électrique fourniront
du courant (1,5 milliard Kwh selon Al-Goumhourija) déjà à la fin de 1964 ou au début de 1965.
La Syrie
Avant 1957, les relations économiques entre la Syrie et la Russie soviétique n'étaient pas très
importantes, malgré l’excellente coopération politique des deux pays depuis 1955. Cependant, la politique
extérieure du gouvernement nationaliste, a suscité une série de problèmes et de difficultés économiques.
Tout d'abord le commerce avec la France et la Grande-Bretagne, pays qualifiés par le gouvernement
d'« agresseurs », et avec qui il a rompu les relations diplomatiques pendant la crise de Suez, a décliné dans
une très grande mesure. Ce déclin a été d'autant plus grave que la récolte s'est avérée exceptionnellement
bonne et que la Grande-Bretagne et la France étaient parmi les meilleurs acheteurs des produits agricoles
syriens. Puis, par le sabotage des oléoducs de l'Irak Petroleum Company, résultat de la guerre de Suez, la
Syrie s'est trouvée non seulement privée de pétrole mais aussi d'une partie de ses revenus. Les pertes en
redevances provenant de l'IPC n'ont pourtant pas été aussi grandes qu'on a pu le penser, car sur les
6.5 millions de livres syriennes à verser 4.89 millions avaient été versés à la date du 2 novembre, donc avant
l'interruption des activités de la société. Néanmoins, l'arrêt de l'activité pétrolière réduisit au chômage
environ 3000 employés de l'IPC. Finalement, des difficultés budgétaires se sont manifestées et ont rendu
précaire la position du gouvernement ; la mobilisation syrienne a coûté fort cher et, en outre, la Syrie a
accordé, pour les raisons politiques que l'on sait, une aide de 2,5 millions de livres égyptiennes à la
Jordanie. Aussi dès 1955, la Syrie projette différentes réalisations en vue de son développement
économique. Trois projets tiennent particulièrement à cœur aux dirigeants syriens : la modernisation du port
de Lattaquié, la construction d'un réseau de communications, et le projet Ghab. Ces réalisations devaient
s'étaler sur une période de sept ans et leur budget était de 659 500 000 livres syriennes. Tout d'abord, le
pays s'est adressé à l'Export-Import Bank des Etats-Unis pour une assistance financière, mais la banque
posa les habituelles conditions inacceptables aux pays arabes. Ensuite, le gouvernement syrien présenta
une requête à la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement, en demandant un crédit
de 30 millions de dollars. L'institution internationale a hésité à approuver les projets envisagés, et, comme
d'habitude, a voulu que la Syrie adjuge les contrats pour les travaux uniquement à des entreprises
appartenant à ses propres Etats membres, ce qui aurait signifié l'exclusion des Etats du bloc socialiste.
Considérant cette condition comme portant atteinte à sa liberté économique, la Syrie a rompu les
34
négociations .
Elle a cherché au cours de 1957 à développer ses contacts commerciaux avec les pays du bloc socialiste
; le Commerce du Levant, journal économique libanais jouissant d'une certaine autorité, constate que « l'Est
s'est montré un partenaire excellent, absorbant les excédents syriens de coton et de céréales, fournissant
des matériaux avec des facilités de crédit appréciables ; ce qui ne l'a pas empêché de tirer un avantage
35
certain de la nouvelle coopération qui a vu le jour sous le ciel oriental ». Il est vrai qu'à partir de l'été 1957
les relations syriennes avec les pays du bloc socialiste ont atteint les proportions d'une telle dépendance que
cela choque non seulement les observateurs occidentaux, mais aussi un grand nombre de leaders
nationalistes arabes.
34
AW, 12 septembre et 5 décembre 1957. Selon une autre source, l'institution financière internationale a approuvé les
projets de l'aménagement de l'Euphrate, de la construction des barrages ainsi que celui de la construction de la ligne
Lattaquié-Kamichli, mais a refusé les crédits nécessaires à cause du manque de capitaux de contrepartie. KAWAN,
op. cit., p. 266. Il faut remarquer que lors du débat sur la ratification du traité syro-soviétique, le ministre des Travaux
publics, Kayali, a insisté sur les efforts que le gouvernement syrien a déployés pour trouver des fonds tant auprès de la
Banque Mondiale qu'en Italie, en Suisse et en Belgique ; de même il a souligné la gravité du dilemme qui s’est posé
ensuite au gouvernement : accepter l'aide soviétique ou abandonner les grands projets. KAWAN, op. cit., pp. 266-267.
35
AW, 22 août 1957. Le Commerce du Levant a aussi publié la répartition du crédit à différents projets.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 100 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre VI. L’assistance financière soviétique -
En juillet 1957, une délégation syrienne dirigée par Chaled el-Azm, ministre de la Défense, s'est mise en
route pour Moscou afin de négocier une aide militaire russe et de présenter une requête de crédit et
d'assistance au nom de son gouvernement. La délégation a obtenu entière satisfaction en ce qui concerne
l'armement ; il est, toutefois, certain que la mission d'el-Azm s'est soldée par un échec partiel quant au reste.
Il sollicite de l'URSS un crédit exagéré : un milliard ou un milliard 300 millions de livres syriennes, donc
320 millions à 400 millions de roubles. Le gouvernement soviétique refuse d'accorder un tel montant, mais
se montre prêt à mettre à la disposition de ses interlocuteurs la somme de 400 milllions de livres
(125 millions de roubles) 36. Il est plus que probable que des raisons économiques se sont trouvées à la
base de cette décision ; peut-être a-t-on douté, aussi à Moscou, du bien-fondé des projets syriens.
37
Néanmoins, les allégations de certains journaux libanais, Al-Hayat et autres , selon lesquelles l'URSS avait
posé comme condition de son aide la constitution d'un gouvernement syrien à majorité communiste, ne
peuvent être qualifiées que de fantaisistes. Une telle attitude aurait été tout à fait hors de la ligne de la
politique suivie jusqu'alors par les dirigeants russes. Naturellement, il était impossible à la mission el-Azm de
mener à terme toutes les négociations concernant les détails des projets financés par l'assistance
soviétique. Le traité conclu le 6 août n'est qu'un accord de principe pour une coopération économique dont
les modalités devaient être précisées ultérieurement. L'accord de coopération économique et technique
38
syro-soviétique est finalement signé le 28 octobre 1957 à Damas
et les instruments de ratification
échangés le 20 décembre à Moscou. L'annexe de l'accord comprend la liste des projets et des travaux,
dix-neuf en tout, qui bénéficieront de l'aide technique soviétique, formant « une unité indivisible ».
L'URSS alloue à la Syrie, selon l'article 5, un crédit — probablement la contrepartie en roubles du
montant déjà prévu dans le traité d'août, 400 millions de livres syriennes — à 2,5% d'intérêt, et pouvant être
39
utilisé pendant sept ans . Le remboursement s'effectuera en douze annuités à partir de l'année suivant
l'utilisation de chaque tranche du crédit. Comme certains travaux nécessitent une durée de sept ans, on peut
dire que l'amortissement s'étendra dans certains cas sur dix-neuf ans. Le remboursement se fera soit en
marchandises syriennes, soit en devises librement convertibles. L'accord stipule aussi que les matériaux et
équipements à livrer par l'URSS feront l'objet de contrats spécifiques où les prix seront fixés « suivant le
barème des prix pratiqués sur les marchés mondiaux ». En outre, au début de chaque année, un protocole
spécial fixera la nature, la quantité et les délais de livraison des marchandises syriennes à fournir à titre de
remboursement.
Il n'y a pas de rapports ou de statistiques sur le nombre de projets du gouvernement syrien qui ont été
mis en œuvre au cours des années suivantes, avec l'aide soviétique. Certes, la création de la RAU a exigé
une période d'adaptation, et quelques projets primitivement envisagés ont dû être abandonnés 40. Une série
d'informations paraît en 1959 dans la presse concernant la signature d'accords partiels entre l'URSS et la
région septentrionale de la RAU, et visant à la réalisation de projets individuels ayant fait partie de
l'accord-cadre de 1957 41. En 1960-1961 suivent quelques déclarations et des signatures de protocoles. Il
est curieux cependant qu'on parle toujours des mêmes projets : barrage de l'Euphrate, chemin de fer
Hamichli-Lattaquié, etc., on peut donc se demander, à juste titre, si quelque chose a vraiment été réalisé
42
entre temps .
36
AW, 29 juillet et 1 août 1957.
37
er
AW, 29 juillet 1957.
38
Texte complet publié par Le Commerce du Levant du 30 octobre 1957 ; texte abrégé par AW, 31 octobre 1957.
39
Toutefois, concernant le montant du crédit, une incertitude règne. Certains l'ont estimé à 60 millions de livres sterling,
The Economist, 31 août 1957, p. 690 ; d'autres à 200 millions, ME Journal, hiver 1958, p. 92. Voir aussi AW, 22 août
1957 et la déclaration d'al Kallas du 6 novembre 1957. CPR, 7 novembre 1957. La différence des calculs pourrait aussi
découler du fait que les uns additionnent les crédits économiques à ceux servant aux achats d'armes, les autres non.
40
Al Nahar, de Beyrouth ; AW, 30 décembre 1958.
41
CPR, 21 février et 14 septembre 1959.
42
Déclaration de l'ambassadeur soviétique au Caire à Al Ahram concernant le financement de la première phase de
construction du barrage de l'Euphrate, CPR, 26 mars 1960 ; accord sur la ligne ferroviaire de Lattaquié-Kamichli, CPR,
8 août 1960 ; échange des instruments de ratification de l'accord de 1957, AW, 4 janvier 1961, etc.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 101 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre VI. L’assistance financière soviétique -
L’Irak
Après la révolution de 1958 qui a renversé le régime de Nouri Said, l'Union Soviétique s'est montrée
naturellement prête à venir en aide à ce pays, soutien potentiel de la politique neutraliste au Proche-Orient,
ou éventuellement prototype de ce qu'on a appelé plus tard « démocratie nationale ». Déjà en octobre 1958
un accord économique a été signé entre les deux pays 43. Quatre mois plus tard, le Docteur Ibrahim Kubbah,
ministre des Affaires économiques du régime Kassem, a pris le chemin de Moscou, d'où il revint avec un
accord de coopération économique et technique portant sur 550 millions de roubles, crédit accordé pur la
44
Russie à son nouveau partenaire et protégé . Au début do l'été I960, l'URSS a complété ce crédit d'un
45
montant de 180 millions de roubles .
Dans quelle mesure les travaux ont-ils avancé ? Ceci est, comme dans les autres cas, assez difficile à
46
établir. Selon les informations de l'Agence TASS , il est certain que, jusqu'au début de 1961, certains
projets ont été réalisés, tels la construction de plusieurs centres d'entretien et de distribution de machines
agricoles dans la campagne irakienne, l'organisation et la mise en marche de fermes d'Etat pour la culture
du coton et du riz ainsi que de plantes médicinales. Les travaux préparatoires pour différents projets
d'irrigation, de drainage et de stations génératrices de courant, ainsi que la prospection géologique auraient
également fait des progrès considérables.
Mais tout ne va pas pour le mieux dans la coopération soviéto-irakienne. En août 1960, des informations
paraissent dans la presse irakienne et occidentale selon lesquelles les organes dirigeants de l'économie
nationale ne sont pas du tout satisfaits du travail accompli par les experts soviétiques, l'Al Bayar de Bagdad
reproche aux experts de n'avoir pas fourni les estimations nécessaires sur le prix des machines et
d'équipements indispensables à l'exécution du plan de développement ; de cette façon, les autorités
compétentes n'ont pas pu comparer les prix soviétiques avec ceux du marché mondial. Le correspondant du
Daily Mail relate en détail les fautes commises par les techniciens, médecins russes, etc. ; il constate que
l'éclipse du Parti communiste en Irak et l'évolution politique en général n'ont rien à voir avec ces faits, qui
découlent uniquement de l'incompétence du personnel envoyé dans le cadre de l'assistance soviétique 47.
Le Yémen
L'accord commercial conclu le 8 mars 1956 entre l'URSS et le Yémen, présente certains aspects
d'assistance. Les Soviétiques s'engagent à fournir des usines complètes et l'assistance économique, entre
autres, aux travaux de modernisation du port de Hodeida.
Un véritable accord de coopération et d'assistance a été conclu à la fin de l'année 1959 48, portant sur un
crédit de 80 millions de roubles. Le Yémen ne paie pas d'intérêt, le remboursement a été prévu par annuités,
étalées sur une longue période. Les Soviétiques se sont engagés à fournir, pour ce montant, de
l'équipement agricole, à assister le gouvernement yéménite dans la réalisation des projets d'irrigation, et
pour le quart du crédit accordé, à construire des barrages dans les hautes montagnes du Yémen afin de
retenir les eaux torrentielles de la saison pluvieuse au profit du système d'irrigation. (La création de ce
système est essentielle pour les cultures de coton, de tabac, etc.) Le port de Hodeida construit avec
l'assistance soviétique a été solennellement remis au gouvernement yéménite par les autorités soviétiques
le 2 avril 1961 49.
43
11 octobre 1958. Al Ahram, 12 octobre 1958 ; CPR, 12 octobre 1958.
44
Al Ahram, 17 mars 1958 ; CPR, 17 mars 1958 ; AW, 18 mars 1958.
45
AW, 1 juin 1960.
46
Kommounist Tadjikistana, 18 mars 1961.
er
47
Concernant les informations transmises par le correspondant du Daily Mail, Ralph IZZARD, voir AW, 5 août 1960 ;
autres nouvelles dans Al Bayar par exemple. AW, 9 août 1960.
48
Al Ahram, 15 décembre 1959 ; CPR, 15 décembre 1959.
49
Mizan Newsletter, avril 1961.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 102 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Deuxième partie. La nouvelle approche économique - Chapitre VI. L’assistance financière soviétique -
Le Liban et le Soudan
Ces deux pays ont des contacts commerciaux avec l'URSS, mais ils n'ont pas conclu d'accords de
coopération et d'assistance technique du type égypto-syrien. L'URSS leur a cependant fait des ouvertures ;
mais le Liban a refusé les crédits et l'assistance soviétiques 50, tandis qu'entre 1953 et 1960, le Soudan s'est
limité aux négociations sans aboutissement concret 51.
50
Selon Al Nahar, Kitkejev, l'ambassadeur soviétique, a fait l'offre d'une aide inconditionnelle au Liban en mai 1958, AW,
8 mai 1958 ; cette première offre a été renouvelée en novembre, CPR, 5 novembre 1958.
51
AW, 8 avril 1958 ; CPR, 19 juin 1958. Concernant la prise de position des partis soudanais, CPR, 22 juin et 2 juillet
1958 ; demande de ces derniers d'annuler l'accord d'assistance avec les Etats-Unis, CPR, 21 octobre 1958. Voir aussi,
KAWAN, op. cit., p. 257.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 103 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
TROISIÈME PARTIE :
LA NOUVELLE APPROCHE IDÉOLOGIQUE
TROISIEME PARTIE
LA NOUVELLE APPROCHE IDEOLOGIQUE
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 104 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
CHAPITRE VII
Nationalisme et bourgeoisie nationale
1. LES SOVIETIQUES ET LE NATIONALISME ARABE
a) Les problèmes posés par l'idéologie naissante du Tiers-Monde
Entre les années 1953 et 1956, une évolution profonde marque la politique soviétique, préparant l'option
fondamentale en faveur du nationalisme. Cette option a pris forme et a été sanctionnée au 20e Congrès du
Parti communiste russe au début de 1956. Les leaders soviétiques se sont aperçus assez tôt, à la suite de
l'expérience chinoise, et en tout cas après le succès de la révolution égyptienne en 1952, qu'une nouvelle
idéologie était en gestation : celle des pays libérés du joug colonial. Ils ont été obligés de prendre position,
de l'accepter ou de la rejeter. Cela est devenu plus urgent encore après la Conférence de Bandoeng en avril
1955, qui a, pour la première fois, formulé clairement les vues et les principes du Tiers-Monde. L'ajustement
idéologique, reflétant les nécessités politiques, a donc été inévitable.
Le principe concernant la coexistence pacifique n'a pas donné lieu à beaucoup de difficultés. Le Pancha
Shila, les Cinq Principes — le respect mutuel de l'intégrité territoriale ; la non-agression ; la non-intervention
dans les affaires intérieures des pays ; la reconnaissance de l'égalité des différents Etats, et finalement
l'admission du principe de la coexistence pacifique — consignés dans le Pacte sino-indien de juin 1954, ont
été ratifiés par le Soviet Suprême dans sa déclaration du 9 février 1955. Il a été établi que ces principes sont
conformes à la doctrine léniniste 1.
L'aide aux mouvements nationalistes pose — par sa complexité même — de plus grandes difficultés.
Leur accorder un appui sans réserve et inconditionnel semble impossible, car, comme l'académicien Joukov
l'a fait observer, « le mouvement contemporain anti-impérialiste et anti-colonialiste des masses
révolutionnaires n'est pas homogène en Asie et en Afrique. Y participent également des personnes qui
s'opposent aux mesures révolutionnaires. De plus, d'authentiques agents de l'impérialisme et toutes sortes
d'aventuriers s'y rattachent ». Il conclut toutefois qu' « objectivement, ce grand mouvement écrase la
domination impérialiste et c'est pour cette raison qu'il est l'expression de la marche en avant de l'histoire ».
Les communistes doivent coopérer avec le mouvement nationaliste parce que « dans la lutte commune
contre le colonialisme, la coopération des partis et des organismes les plus divers, communistes et
nationalistes inclus, n'est pas seulement possible, mais, en effet, nécessaire ». La base de l'appui accordé
se trouve, naturellement, dans la tradition léniniste selon laquelle « il est obligatoire pour le prolétariat
communiste politiquement évolué de tous les pays, d'accorder une attention particulière au sentiment
national, tout spécialement dans les pays qui ont le plus souffert de l'oppression 2 ».
Si le nationalisme du Tiers-Monde a été accepté avec moins d'enthousiasme que de réserve, la
différence entre civilisations et les conséquences qui en découlent devaient susciter beaucoup de
controverses. La dispute s'est trouvée placée dans le cadre de l'antagonisme Orient-Occident. L'adhésion de
l'Union Soviétique au bloc afro-asiatique à la Conférence de Bandoeng, a soulevé cette question :
1
DOURDJENEVSKIJ, V. Pjatj principov. Mejdounarodnaja Jizn 1956, N° 3, pp. 44-49. Voir aussi le discours de
Khrouchtchev à la rencontre de l'amitié des peuples de l'Union Soviétique et de la RAU, le 15 mai 1958. KHROUCHTCHEV,
N. S. For Victory and Peaceful Competition With Capitalism. Moscou, Foreign Languages Publishing House, 1959,
p. 377.
2
JOUKOV, E. The Bandung Conférence of African and Asian Countries and Its Historic Significance. International Affairs,
Moscou, 1955, N° 5, p. 28.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 105 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
l'URSS appartient-elle à l'Orient ou à l'Occident ? Définissant par ces termes le monde de la civilisation
occidentale et le monde dit oriental ou plutôt non-occidental, uni dans sa diversité par cette nonappartenance. Du côté soviétique, le dilemme n'est pas ouvertement admis. Bagramov, l'un des auteurs que
ce problème préoccupe, déclare que « l'Occident et l'Orient sont des concepts géographiques qui, en euxmêmes, ne contribuent en rien à la compréhension du destin de la civilisation mondiale et de l'histoire du
3
développement social ».
Il veut démontrer le non-sens du concept occidental d'un Ouest libre et civilisé — face à un Est non
civilisé et, en partie, communiste. Il parle avec fierté de la place que l'URSS occupe dans un Orient
communiste s'étendant de l'Europe orientale jusqu'à la Chine. Son argumentation trahit néanmoins qu'il a
tout à fait changé de perspective. Ses concepts de l'Est et de l'Ouest sont des concepts politiques
contemporains et, certainement, éphémères, tandis que le vrai problème est celui de l'appartenance ou non
de l'URSS à la civilisation occidentale. En outre, parlant de la civilisation orientale, il l'aborde de toute
évidence en observateur, du dehors, et défend la cause des Asiatiques ou des Arabes, en tant qu'Européen.
D'autres auteurs n'éludent pas le problème à la façon de Bagramov et sont beaucoup plus explicites.
Pour eux, il y a une grande différence entre les mots d'ordre habituels concernant la supériorité morale des
nations orientales en face des colonisateurs occidentaux, et la revendication de l'Orient en ce qui concerne
sa supériorité spirituelle sur l'Europe. Ainsi, E. Joukov attaque dans son article sur la Conférence de
Bandoeng, les délégués qui, en faisant remarquer « le haut niveau de la culture spirituelle qui caractérise le
développement historique des peuples d'Asie », se sont efforcés « d'expliquer d'une manière unilatérale le
processus historique contemporain, le revirement d'après-guerre en Asie en particulier, comme étant dû à ce
phénomène ». Cet angle, a-t-il constaté, les a amenés à tirer « des conclusions lourdes de conséquences
4
concernant la supériorité spirituelle de l'Orient sur l'Occident ».
Il est naturel que les critiques émises par les idéologues soviétiques soient dirigées en premier lieu contre
les partisans de la doctrine de la non-violence. A côté de Joukov, Potekhin s'est élevé contre cette doctrine,
surtout dans les articles où il parle de la conférence du mouvement pan-africain à Accra. Il a dénoncé
« l'esprit de non-résistance à la violence qui avait pénétré les déclarations de beaucoup de dirigeants de ce
mouvement 5 ».
La préoccupation la plus profonde des idéologues soviétiques a été la revendication par les nationalistes
afro-asiatiques, d'avoir créé, ou de posséder, une idéologie autonome, indépendante et satisfaisant les
aspirations des peuples de leur pays. Car la prophétie de Staline ne s'est pas révélée exacte, la Révolution
d'Octobre n'a pas réussi à jeter le pont, comme il l'avait prédit en 1918, « entre l'Occident socialiste et
l'Orient asservi, en constituant un nouveau front des révolutions qui va des prolétaires de l'Occident, par la
6
révolution russe, aux peuples opprimés de l'Orient, contre l'impérialisme mondial ».
L'URSS a réussi à réaliser une alliance stratégique et temporaire avec certains pays ou certains
groupements du Tiers-Monde, mais elle n'a pas pu surmonter les contradictions qui opposent les hommes
appartenant aux différentes civilisations. Au Proche-Orient, les difficultés suscitées par cet antagonisme qui
n'entre pas dans les catégories de la théorie marxiste-léniniste, apparaissent déjà en 1959. Dans le conflit
entre le nationalisme arabe et le communisme en Irak, on retrouve les mêmes éléments : les forces
profondes et vraies brisent les alliances politiques éphémères.
b) La notion soviétique du nationalisme et de l'unité arabes
Dans les documents et les divers écrits soviétiques on trouve très rarement l'expression « nationalisme
arabe ». En effet, les Soviétiques préfèrent parler du mouvement de libération nationale des peuples arabes,
3
BAGRAMOV, E. Mif protivopolojnosti Zapada i Vostoka. Moskva, Gospol., 1958. Mizan Newsletter, 1960, N° 6, p. 9.
4
JOUKOV, E., loc. cit., p. 29.
5
POTEKHIN, I. Africa Shakes off Colonial Slavery. International Affairs, Moscou, 1959, N 2, p. 88.
6
STALINE, J. V. Le marxisme et la question nationale et coloniale. Paris, Editions Sociales, 1949, p. 92.
o
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 106 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
ou du mouvement pour l'unité arabe. Toutefois, l'expression « unité arabe » a elle aussi un sens particulier,
mais très précis. Par ce vocable, on entend l'unité arabe dans la lutte contre les colonialistes. « Les peuples
arabes parlent une langue commune, dit K. Ivanov, mais habitent un territoire extrêmement vaste s'étendant
sur 5000 km de la côte atlantique de l'Afrique du Nord, jusqu'au golfe Persique et à la mer Arabe. Il y a une
trentaine d'Etats arabes différents, des émirats, des sultanats et des territoires encore sous la domination
coloniale. Les conditions économiques et politiques, les mœurs et coutumes et le passé de ces divers pays
sont différents. Cependant, comme leurs peuples sont tous animés d'un même sentiment patriotique, ils ont
ce trait en commun, qui les unit dans leur histoire, leurs pensées et leurs aspirations. Ce facteur d'unité agit
sur les différentes classes sociales et les divers groupes politiques, les amenant à poursuivre le même but.
Combattre les oppresseurs étrangers, les colonialistes et les envahisseurs qui exploitent cruellement la
population arabe, voilà le besoin éprouvé par tous 7 ».
Les raisons de l'emploi de ces différentes expressions et de leur connotation particulière s'expliquent par
la manière différente qu'ont Soviétiques et Arabes d'aborder les problèmes du nationalisme et de l'unité.
Pour les Arabes, le nationalisme est une force émotive qui lie des peuples de même origine, ou ayant une
histoire et des traditions communes, qui sont également unis dans leur aspiration à l'indépendance et portent
ensemble l'espoir d'un avenir meilleur 8. Pour les Soviétiques, la tâche principale du nationalisme arabe est
d'affaiblir la position des anciennes puissances colonisatrices ainsi que le système « impérialiste », en
général, et d'éliminer l'influence occidentale au Proche-Orient et en Afrique du Nord, en particulier.
Le nationalisme arabe ne se justifie en tant qu'idéologie que s'il remplit cette tâche. Donc, il n'a aucune
valeur en soi, mais il peut remplir une fonction historique dans la mesure où il prépare les conditions propres
à l'avènement du socialisme et l'éventuel rattachement au bloc socialiste des pays se trouvant sous son
emprise. L'unité est utile, souhaitable même, si elle constitue un moyen pour atteindre ces objectifs, et si elle
facilite la transplantation d'une politique neutraliste et d'une orientation socialiste étatique d'un pays à l'autre.
Autrement dit, le nationalisme arabe et les efforts vers l'unité ne sont acceptés que s'ils cadrent avec les
intérêts de l'Etat soviétique, à court terme, et avec les objectifs à long terme de la révolution socialiste
9
mondiale . Sur ce point, l'ancienne et la nouvelle approche soviétique se rencontrent. Leur différence réside
7
IVANOV, K. The Middle Eastern Situation. International Affairs, Moscou, 1959, N° 1, p. 80. Il constate aussi que * les
mots d'ordre populaires d'aujourd'hui concernant l'unité arabe se sont manifestés déjà pendant la conquête coloniale des
pays arabes de la péninsule Arabique et de l'Afrique du Nord et ont permis aux peuples d'exprimer leur désir profond de
lutter en commun contre les colonialistes turcs, britanniques, français et autres ... C'était dans l'amertume de la lutte antiimpérialiste que l'idée de la liberté nationale et de l'unité avait vu le jour. Ensuite, elle avait pénétré les générations
successives qui s'étaient transmis ce symbole, cet idéal de l'indépendance arabe +, loc. cit., p. 79. R. Schulz, participant
au colloque de Leipzig sur la bourgeoisie nationale, dévoile lui aussi, la conception communiste du nationalisme arabe :
* ... certains aspects du nationalisme bourgeois C telle que l'idéologie panarabe est représentée par la République Arabe
Unie C retarde la lutte des peuples arabes pour une libération du joug impérialiste. Tout en critiquant et en condamnant
les manifestations du nationalisme dominant, nous devrons, concernant les pays arabes, accorder notre appui, au
moment présent, aux idées progressistes du nationalisme arabe, qui éveillent et développent la conscience nationale
des masses, renforcent le front unifié anti-impérialiste et favorisent l'intensification du mouvement de libération nationale
des peuples arabes +. The National Bourgeoisie and the Liberation Movement (Exchange of Views) (désormais The
National Bourgeoisie) dans World Marxist Review, septembre 1959, N° 9, p. 74. De plus, il est utile de rappeler les
interprétations du nationalisme de leurs peuples que donnent les communistes arabes. Chaled Begdache définit
clairement, dans un article ce qu'il entend par nationalisme arabe : * L'expérience a démontré que le nationalisme arabe
ne peut se transformer en force considérable que dans la lutte des peuples arabes pour leur libération. L'unité arabe a
une base réelle. Les Arabes ont une origine commune, parlent une langue commune et possèdent une culture
commune ; peu à peu, ils acquièrent aussi les autres traits caractérisant la formation d'une nation ... (toutefois) l'unité
des pays arabes dépend de leur libération +. Two Trends in the Arab Nationalist Movement, loc. cit., p. 29. Voir aussi
Mizan Newsletter, N° 4, 1959.
8
Voir le compte rendu de Hassanein Heikal sur la visite d'Abdel Hakim Amer en URSS. Al Akhbar, 21 novembre 1957 ;
CPR, 21 novembre 1957. Saied Abdel Kader Hatem, ministre adjoint à la présidence, définit le nationalisme arabe dans
une conférence prononcée devant l'Association égyptienne de science politique. * Le nationalisme se fonde, dit-il, sur
trois facteurs : une histoire commune, des éléments fondamentaux et un objectif +. Le nationalisme de 80 millions
d'Arabes est une réalité et une croyance, ou, selon les paroles du président Nasser que Hatem a cité, * une nécessité
stratégique +. CPR, 26 janvier 1959.
9
Lénine a accordé une attention toute particulière C lisons-nous dans les Problemy Vostokovedenija C * à l'étude des
destins historiques des peuples d'Orient qui forment la majeure partie de l'humanité et sont appelés à jouer sous la
direction de la classe ouvrière, un rôle très important dans la lutte des forces du socialisme contre les forces de
l'impérialisme. Les peuples de l'Orient passent de l'état de réserve et d'arrière-front de l'impérialisme à celui de
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 107 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
dans la rigidité d'application de cette conception, dans l'importance donnée à l'un ou l'autre de ces aspects :
intérêts à court terme ou prophéties à long terme.
c) L'option fondamentale
L'émancipation des pays du Tiers-Monde a placé l'Union Soviétique devant une option politique et
idéologique. Elle devait se décider si elle va soutenir les pays nouvellement indépendants en dépit du fait
que la classe ouvrière n'a pas pu s'emparer du pouvoir. Il faut se résigner à accepter ou à repousser le rôle
déterminant de la bourgeoisie. Le même problème s'est posé concernant les pays encore sous domination
coloniale. Ces pays ont lutté pour obtenir leur indépendance. Ils devaient y accéder, selon toute
vraisemblance, en l'espace de quelques années. Les mouvements de libération ayant été généralement
dirigés par la bourgeoisie nationaliste, l'agitation sociale révolutionnaire ne peut que retarder leur succès et
favoriser les puissances dites colonialistes.
Donc, le choix impératif du début de l'ère post-stalinienne peut être résumé ainsi : l'Union Soviétique doitelle accorder sa préférence aux mouvements de libération nationale ou aux partis communistes et
mouvements d'extrême-gauche luttant pour la révolution sociale ? L'URSS a opté en faveur d'une politique
de soutien du grand courant de libération nationale, reléguant, momentanément, la promotion de la
révolution sociale au second plan. Cette option a été motivée par les intérêts particuliers de l'Etat des
10
Soviets, et la justification idéologique n'a fait que suivre la décision politique ; elle a permis à l'URSS une
entrée retentissante sur la scène proche-orientale, après neuf ans d'absence, et sa présence permanente
dans cette région.
La décision des dirigeants de l'époque post-stalinienne n'est pas une décision tout à fait originale. Lénine
déjà avait reconnu que dans les mouvements nationalistes des pays opprimés, il y a toujours « un contenu
démocratique général » et que les communistes doivent soutenir ces mouvements 11. Sa directive à
l'Internationale communiste précise qu'elle « doit contracter une alliance provisoire avec la démocratie
12
bourgeoise des colonies et des pays arriérés
» Elle est clairement définie dans ses « thèses sur le
mouvement révolutionnaire international » : « Le mouvement révolutionnaire se trouve là (dans les colonies)
au stade de la révolution démocratique-bourgeoise, c'est-à-dire au stade de la préparation des conditions
préalables à l'établissement de la dictature du prolétariat et de la révolution sociale ... La révolution
puissantes réserves du socialisme +. Za gloubokoje izoutchenij a leninskogo teoretitcheskogo nasledija o Vostoke.
Problemy Vostokovedenije, N° 2, 1960, p. 5. La contradiction entre les points de vue marxiste-léniniste et nationaliste
arabe est démontrée avec clarté dans la thèse de doctorat du docteur Hazem Nuseibeh ; * La question du nationalisme
n'est pas traitée (par les communistes) comme étant un but désirable en soi, mais seulement comme un moyen de
promouvoir les conditions nécessaires à la réalisation, avec succès, du socialisme. Leur programme ne fait aucun effort
sérieux C à cause de l'étroitesse de vue ou par une volonté délibérée C pour s'adapter au nationalisme arabe. Il est
profondément conscient de l'importance du nationalisme en général ; mais c'est un nationalisme stéréotypé, un
phénomène abstrait, sans vie et sans couleur, qui n'est appliqué que d'une manière fortuite et seulement à l'occasion,
aux aspirations d'un peuple particulier, habitant sur un territoire géographique défini et partageant un héritage culturel
unique. En effet, aucun Arabe ne peut se rallier à une telle idéologie et s'attacher, en même temps, à son arabisme. La
croyance communiste est monolithique à tel point que s'y convertir implique beaucoup plus qu'un simple attachement
idéologique. Elle s'arroge une emprise totalitaire sur la personne humaine et domine tous les aspects de la pensée et de
la foi. Le nationalisme et le communisme ne peuvent pas coexister sous le même toit ; l'un va supplanter l'autre
définitivement +. NUSEIBEH, Hazem Zaki, The Ideas of Arab Nationalism. Princeton, Princeton University Press, 1956,
pp. 176-177.
10
Walter Z. LAQUEUR écrit : * Le fait qu'il y avait une justification idéologique de la nouvelle ligne d'action et qu'il existait
un concept général de l'évolution des choses au Moyen-Orient, est d'un intérêt certain et d'une grande importance.
Toutefois, il ne signifie pas que telles ou telles considérations idéologiques ont causé les changements de la politique
soviétique moyen-orientale ; ils les ont suivies. L'évolution qui a eu lieu en 1955peut s'expliquer, sans référence aux
schémas idéologiques +. Soviet Prospects in the Middle East. Problems of Communism, 7 août 1957, p. 21. Voir aussi
ZINNER, Paul-E. The Ideological Basis of Soviet Foreign Policy. World Politics, vol. IV, 1952, No 4, p. 489.
11
LENINE, V. I. Sotchinenija, Moskva, Gos-izd-vo polit. lit-ry, 1941, vol. 20, p. 384
12
LENINE, V. I. Œuvres complètes, Paris, Editions sociales internationales, 1928, vol. 25, p. 343.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 108 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
démocratique-bourgeoise dans les colonies se distingue principalement de celle des pays indépendants par
le fait qu'elle est organiquement liée à la lutte pour la libération nationale contre la domination impérialiste.
Le facteur national exerce une influence considérable sur le processus révolutionnaire dans toutes les
colonies, de même que dans les semi-colonies, où l'esclavagisme impérialiste apparaît déjà sous une forme
13
déguisée et excite les masses à la révolte ».
L'ajustement de la politique soviétique aux réalités des pays du Tiers-Monde est aussi une conséquence
de la victoire communiste en Chine. Il est évident que l'expérience chinoise a été une excellente leçon pour
les dirigeants du Kremlin ; Staline avait été peu disposé à en tirer les conclusions, mais l'équipe poststalinienne l'a incontestablement fait.
Mao Tsé-Toung a divisé la révolution chinoise en deux phases historiques qui doivent s'accomplir sous la
direction du Parti communiste. La première est celle de la nouvelle démocratie, la deuxième celle de la
transformation socialiste : « La nature de la société chinoise actuelle étant coloniale, semi-coloniale, semiféodale, il est clair que la révolution chinoise doit s'accomplir en deux temps. Le premier, c'est la
transformation de cette société coloniale, semi-coloniale, semi-féodale, en une société démocratique et
indépendante ; le second, c'est le développement de la révolution vers la construction de la société
socialiste 14 ».
En juxtaposant la ligne orthodoxe marxiste-léniniste et la nouvelle approche post-stalinienne, on doit se
rendre compte, toutefois, combien l'initiative prise par la politique soviétique après la mort de Staline a été
audacieuse et « révolutionnaire ». L'auteur déjà maintes fois cité, E. Joukov, démontre avec clarté les
arguments d'ordre politique et évoque les perspectives que la nouvelle approche ouvre à l'action soviétique.
Dans une diatribe lancée contre les « dogmatiques » et « sectaires » dans les colonnes de la Pravda en
15
août 1960 , il situe l'option fondamentale des Soviets en faveur des mouvements de libération nationale et
sa conséquence, la reconnaissance des régimes dominés par la bourgeoisie nationale, dans le contexte de
la politique de la coexistence pacifique entre les divers systèmes économiques et sociaux. Il s'appuie sur
e
e
l'approbation donnée à cette politique par les 20 et 21 Congrès, lesquels ont aussi manifesté leur appui
aux peuples en lutte pour leur libération nationale et aux pays nouvellement indépendants, et ont rejeté
« les notions dogmatiques selon lesquelles la bourgeoisie nationale des pays coloniaux et dépendants s'est
partout et toujours employée comme une force réactionnaire, n'étant pas capable de participer à la lutte antiimpérialiste, ni d'y jouer un rôle déterminant ». Joukov reconnaît que dans la plus grande partie des Etats
nouvellement indépendants d'Afrique et d'Asie, le régime nationaliste est dirigé par la bourgeoisie nationale,
mais ce fait — et on voit clairement que la politique l'emporte sur les considérations idéologiques —
« ne peut pas diminuer l'importance de la percée du front impérialiste ».
Il s'oppose aux « doctrinaires » et « gauchisants » qui se permettent de se moquer des mouvements de
libération nationale, « lesquels ne s'accordent pas sur les schémas sociologiques habituels et oublient qu'il
n'existe pas, dans la nature, des processus révolutionnaires idéalement purs. Il est logique que dans les
mouvements de libération nationale, le front des participants soit beaucoup plus large que dans celui d'une
révolution sociale ... L'incapacité de comprendre cette multiplicité et une attitude méprisante pour des
actions anti-impérialistes entreprises dans des conditions historiques définies, par des éléments dirigeants
non prolétariens, sont la manifestation du plus dangereux sectarisme qui mène à une isolation inévitabl ».
Ce compromis réaliste — continue Joukov — se justifie par le déroulement de l'histoire. La transformation
socialiste ne peut être appliquée automatiquement et simultanément à tous les pays. La plupart des Etats
récemment libérés sont constitués par une grande majorité de paysans et la tâche principale restera pendant
13
The Communist International, 1919-1943 ; documents. Selected and edited by Jane Degras (désormais :
International). London, Royal Institute for International Affairs, 1956, p. 537. Sous-titre : Thesis on the Revolutionary
Movements in the Colonies. Le point de vue de l'Internationale communiste concorde parfaitement avec celui de
e
Moukhitdinov, qui, au XXI Congrès du Parti communiste soviétique, déclara, en parlant des mouvements de libération
nationale : * Le contenu anti-impérialiste C c'est le critère principal +. Pravda, 31 août 1959.
14
MAO TSE-TOUNG, La nouvelle démocratie. Paris, Editions Sociales, 1951, p. 47. On en revient donc, insensiblement,
aux thèses soutenues dès 1920 par les communistes musulmans de Russie, qui dissociaient la libération nationale de la
libération sociale. (Voir la théorie et l'activité de Sultan Galiev.) Les Russes, et plus particulièrement Staline, ont
confondu, au contraire, et volontairement, les deux mouvements afin d'enlever aux communistes indigènes la direction
de la révolution en terre islamique.
15
JOUKOV, E. Znamjenatel'nyj faktor nasego vremeni. Pravda, 26 août 1960.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 109 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
longtemps la lutte contre les vestiges du féodalisme et non contre le capital. Une longue coopération des
ouvriers, des paysans, des intellectuels et de la bourgeoisie progressiste sera donc nécessaire. Les
caractéristiques de cette période seront, du point de vue intérieur, la réforme agraire, la création d'une
industrie nationale et le développement général du pays. Au point de vue extérieur, l'abrogation des traités
limitant la souveraineté et une politique étrangère favorisant la paix et la non-participation à des blocs
militaires, constituent la base d'une collaboration fructueuse entre les pays du Tiers-Monde et l'Union
Soviétique.
Seuls « les gauchisants petits-bourgeois et les dogmatistes obstinés » peuvent nier « la grande
importance historique de la formation d'Etats nationaux en Asie et en Afrique, même si un certain nombre de
ceux-ci n'ont pas encore acquis l'indépendance économique et n'ont pas résolu la plupart des problèmes
sociaux urgents posés par la vie ». L'existence du bloc communiste puissant assure des chances
inestimables aux pays qui ont récemment accédé à l'indépendance. Ils peuvent compter, dans l'élaboration
de leur politique économique, sur le marché mondial socialiste. Les Etats socialistes sont prêts à leur
accorder les crédits nécessaires pour l'industrialisation. Ils ont un très grand besoin de crédits à des
conditions équitables et avantageuses. Par conséquent, de réelles possibilités s'offrent à ces pays de
liquider les positions économiques fortes des capitaux étrangers 16.
Pour l'orthodoxie marxiste-léniniste, c'est la réalité qui doit s'adapter à l'abstraction des préceptes
idéologiques. Elle met l'accent sur le côté idéologique, au détriment des intérêts politiques immédiats et
concrets de l'URSS. Enfin, elle place les problèmes contemporains dans la perspective de la révolution
socialiste mondiale, en traitant la réalité dans ce cadre « eschatologique » à l'instar de Spinoza qui étudiait
les phénomènes de ce monde immanent sub specie eternitatis. La nouvelle approche — issue de l'évolution
récente et conforme à la transformation de la scène internationale — s'affirme beaucoup plus réaliste.
Le « dictat » des intérêts concrets l'emporte sur les principes. La perspective lointaine s'estompe, la
révolution mondiale se présente comme un but éloigné, tandis que la perspective immédiate sert de cadre
aux décisions. D'aucuns prétendent qu'aujourd'hui l'idéologie a perdu de son importance dans la politique
soviétique, qu'elle n'est plus qu'une façade ; d'autres prétendent qu'elle en est toujours l'élément décisif.
Ni l'un ni l'autre de ces points de vue ne représente la vérité, car il s'agit d'un décalage de perspectives
entraînant, il est vrai, un considérable remaniement hiérarchique dans l'idéologie. Naturellement, on peut
imaginer que ce décalage entre les deux perspectives, l'immédiate et la lointaine, prépare une crise, dans
laquelle la perspective eschatologique, vidée de son contenu, disparaîtra définitivement.
Ainsi, la nouvelle approche idéologique, en réalité, ne diffère pas de l'ancienne dans son évaluation
fondamentale de la révolution nationale, mais reconnaît son importance dans la perspective immédiate de
l'évolution politique et essaie de l'exploiter dans l'intérêt de l'Union Soviétique. A la faveur de celle-ci, on
relègue au second plan les exigences de la révolution sociale, jusqu'au moment où l'identité des intérêts —
la lutte contre les puissances occidentales — cessera. Le divorce deviendra alors inévitable. Quand les pays
ayant accédé à l'indépendance auront commencé à se construire, le pouvoir central s'attaquera à tous les
mouvements d'obédience étrangère cherchant à renverser l'ordre établi. Alors, du côté soviétique et
communiste, réapparaîtra la revendication des droits démocratiques, ce qui signifiera le retour à la promotion
de la révolution sociale. Ainsi, la rupture entre l'identité des intérêts sera consommée.
Toutefois, cette recrudescence des visées sociales ne se présente pas sous la forme d'un simple retour
aux anciennes conceptions. L'importance des mouvements nationalistes est toujours reconnue, mais la
revendication des droits démocratiques c'est la revendication de la liberté d'action des mouvements
communistes et d'extrême-gauche préparant les conditions favorables à la révolution sociale. La trêve
existant depuis le début de la grande vague d'émancipation des pays du Tiers-Monde devrait se transformer
en une sorte de coexistence pacifique intérieure, aux modalités différentes selon les divers pays. La doctrine
de la démocratie nationale, proclamée à la conférence des quatre-vingt-un partis communistes en novembre
1960 à Moscou, cristallise ce compromis idéologique entre mouvements nationalistes et mouvements
révolutionnaires de gauche. On arrive, en fait, à une synthèse de l'ancienne et de la nouvelle approche.
16
Diskoussija ob ekonomitcheskih i polititcheskih pozitzijah natzional'noj bourzouazii v stranah Vostoka. Sovjetskoje
Vostokovedenije, 1957, N° 1 (désormais : Diskoussija), p. 181.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 110 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
2. LES SOVIETIQUES ET LA BOURGEOISIE NATIONALE
L'évaluation du rôle que la bourgeoisie nationale des pays émancipés joue dans la lutte pour
l'indépendance est une question à laquelle les théoriciens ou les hommes politiques soviétiques n'ont jamais
répondu avec la netteté habituelle d'une idéologie monolithique. Il existe des réponses multiples, orthodoxes
ou sectaires, dogmatiques ou réalistes. L'accession de la plupart des anciennes colonies à l'indépendance a
rendu une telle évaluation encore plus compliquée. Etant donné la coexistence de « variations sur le même
thème », l'analyse de la réponse réaliste donnée par la nouvelle approche post-stalinienne sera précédée de
l'analyse des considérations de type dogmatique.
a) La période léniniste
Les thèses de l'Internationale communiste affirment que les partis communistes des pays colonisés ou
semi-colonisés doivent lutter contre la démocratie bourgeoise et dénoncer son caractère hypocrite. Elles
précisent que les partis ne doivent pas appliquer « des principes formels et abstraits concernant la question
nationale, mais entreprendre d'abord une analyse exacte des conditions concrètes, historiques et avant tout,
économiques. De plus les partis doivent prêter une attention particulière à la distinction à faire entre l'intérêt
des classes opprimées et le concept de l’« intérêt national », qui ne signifie en fait que les intérêts de la
classe dominante. Enfin, ils doivent distinguer, avec la même clairvoyance, les nations opprimées et
dépendantes, vivant en état d'infériorité par rapport aux nations qui les exploitent ... afin de faire éclater la
vérité concernant les mensonges bourgeois démocratiques qui dissimulent le fait de l'asservissement
colonial et financier de la majorité de la population mondiale, par une infime minorité de pays capitalistes,
17
riches et développés — phénomène qui caractérise l'époque du capital financier et de l'impérialisme
».
Il faut éviter la fausse distinction entre la démocratie bourgeoise et la domination d'éléments féodauxbureaucratiques ou féodaux-agrariens. Les mouvements de libération nationale ont obligatoirement un
caractère bourgeois, car la grande majorité de la population des pays colonisés est composée de paysans,
18
groupe social caractéristique des relations bourgeoises capitalistes .
Lénine en bon tacticien, avait tendu la main à la bourgeoisie nationale en soulignant qu'on ne doit pas
confondre le rôle de la bourgeoisie des pays impérialistes, où cette bourgeoisie est monopoliste et
réactionnaire, avec le rôle joué par la bourgeoisie nationale dans les pays dépendants et coloniaux. Là, la
19
bourgeoisie n'a pas encore épuisé ses possibilités révolutionnaires . Il a placé ce phénomène dans le
cadre plus large des contradictions internes du capitalisme, en démontrant qu'« il existe deux tendances au
sein du capitalisme, concernant la question nationale. L'une d'elles trouve son expression dans le réveil de la
vie nationale, dans la lutte des peuples subjugués contre le joug oppresseur, dans la formation d'Etats
nationaux. La deuxième s'exprime par la destruction des cloisons nationales et par la création de tous les
liens internationaux possibles (économiques, politiques, culturels, etc.) sur la base de l'unité du capital
international. La contradiction de ces deux tendances est irréconciliable dans les conditions capitalistes 20 ».
En raison de ces considérations, Lénine a propagé l'idée d'un front unifié anti-impérialiste, qui est aussi
e
recommandée par les thèses du 4 Congrès de l'Internationale communiste. Tandis que pour le monde
occidental un front unifié prolétarien est une nécessité historique, constatent ces thèses, « dans l'Orient
colonial, le mot d'ordre qui doit être donné actuellement est le front uni anti-impérialiste. Son utilité découle
de la perspective d'une lutte prolongée et continue contre l'impérialisme mondial, lutte qui rend nécessaire la
21
mobilisation de tous les éléments révolutionnaires
». La bourgeoisie nationale des pays coloniaux
17
International, vol. I, p. 140.
18
Ibid., p. 385.
19
LENINE V. I. O natzional'no-osvoboditjel'naja bor'ba narodov Vostoka. Dans Sovjetskoje Vostokovedenije, 1957,
N° 2, p. 4.
20
LENINE, V. I. Sotchinenija, Moskva, GIPL, 1948, Tom. 20, p. 11.
21
LENINE, V. I. Selected Works, 2 éd., vol. I. Moscou, Foreign Languages Publ. House, 1960, p. 565.
e
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 111 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
représente le « réveil national des peuples opprimés » ; son rôle doit être reconnu et accepté par les
travailleurs. Lénine a établi ce critère politique en déclarant que « si la bourgeoisie d'une nation opprimée
lutte contre celle de la nation dominante, nous sommes toujours de son côté, en tous lieux et avec une
résolution plus ferme que celle des autres, car nous sommes les ennemis loyaux et déclarés, de
l'oppression. Mais si la bourgeoisie de la nation opprimée défend son propre nationalisme bourgeois, nous
22
nous dressons contre elle ».
Au sein de l'Internationale communiste des divergences ont surgi concernant un appui éventuel du
mouvement bourgeois démocratique. Elles ont été résolues par un expédient verbal qualifiant les
mouvements qui pourraient être soutenus, de « nationaux révolutionnaires ». Ces derniers avaient été
considérés comme distincts des mouvements dits réformistes, lesquels s'étaient montrés enclins à
collaborer avec les impérialistes, contre les groupements révolutionnaires locaux. En effet, la condition
posée pour que ces mouvements « authentiquement révolutionnaires » puissent bénéficier de l'aide
communiste n'a pas d'autre but que de permettre au parti de manœuvrer les masses paysannes en faisant
miroiter des mots d'ordre révolutionnaires, de les organiser en vue de ses propres objectifs et d'entraîner des
groupes d'avant-garde 23. Les thèses de 1920 font une obligation aux partis communistes des pays sousdéveloppés « de soutenir l'action des mouvements de libération nationale de ces pays » — en tenant
toujours compte des conditions locales — mais aussi de mener une lutte acharnée contre ce qui reste de la
société féodale, contre l'influence réactionnaire et moyenâgeuse du clergé, des missionnaires, des
mouvements pan-islamique, pan-asiatique et autres 24.
La question nationale coloniale doit être considérée comme faisant partie intégrante de la question
générale de la révolution sociale et de la dictature du prolétariat. De ce fait, la doctrine du rôle dirigeant du
prolétariat dans les révolutions coloniales a été maintenue, bien que cette classe soit presque inexistant
dans les pays colonisés. Un auteur — représentant de l'orthodoxie classique — a défini avec une netteté
extraordinaire le cadre d'application de ce principe : « La lutte que mènent les peuples des pays coloniaux et
dépendants ... se caractérise par la variété des formes et des dimensions dans les divers pays. Cette variété
est déterminée individuellement pour chaque pays. Elle est due à la corrélation des forces sociales, au degré
de leur développement indépendant, au stade que la conscience révolutionnaire et l'organisation du
prolétariat ont atteint, aux succès du prolétariat obtenus dans la lutte pour l'hégémonie au sein du
25
mouvement de libération nationale et pour s'assurer des alliés, la paysannerie avant tout ».
Face aux tacticiens qu'ont été Lénine et son groupe, les radicaux intransigeants de l'Internationale ont
considéré comme mouvement bourgeois « authentiquement révolutionnaire » celui qui dirigeait son action
non seulement contre l'exploitation bourgeoise étrangère, mais aussi contre l'exploitation intérieure des féodaux indigènes et de la grande bourgeoisie nationale. Selon M. N. Roy, le mouvement révolutionnaire dans
les colonies devrait être indépendant des mouvements nationalistes de la classe moyenne. Aussi a-t-il voulu
que l'importance de la paysannerie, constituant la base de toute activité populaire, fût plus accentuée 26,
sans quoi on ne pourrait pas parler de la lutte des classes, mais d'une rivalité capitaliste : « Les mouvements
nationalistes révolutionnaires de ces pays, où des millions et des millions aspirent à la liberté nationale, et
qui doivent se libérer politiquement et économiquement de l'emprise de l'impérialisme avant de réaliser le
moindre progrès, n'auront aucun succès sous la conduite de la bourgeoisie, » car celle-ci abandonnera et
22
International, vol. I, p. 390. Staline a remarqué, dans ce contexte, qu'à * surestimer les possibilités révolutionnaires du
mouvement de libération et à sous-estimer l'alliance de la classe ouvrière avec la bourgeoisie révolutionnaire contre
l'impérialisme ... c'est une déviation de gauche qui menace d'isoler le Parti Communiste des masses et de le transformer
en secte +. STALINE, J. V. Le marxisme et la question nationale et coloniale, Paris, Editions Sociales, 1949, pp. 246-247.
23
International, vol. I, pp. 138-139. * L'idée de l'organisation dans la forme des Soviets est simple ; elle peut être
appliquée non seulement dans les conditions prolétariennes mais également dans les situations féodales ou semiféodales des paysans. Les Soviets des paysans, les Soviets des exploités, conviennent aussi aux conditions
précapitalistes +, disent textuellement les thèses.
24
Ibid., p. 143.
25
MASLENNIKOV, V. O. Roukovodjastchej roli rabotchego klassa v natzional'no-osvoboditjel'nom dvijenii kolonialnyh
narodov. Voprosy ekonomiki, 1949, N° 9, p. 63. Voir aussi l'article de Vatolina dans l’Izvestia, le 12 mai 1950, sur le rôle
de la classe ouvrière dans la formation de la situation égyptienne.
26
International, vol. I, p. 139.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 112 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
trahira la révolution nationale. C'est alors que les partis communistes prendront la tête du mouvement vers la
27
victoire et mèneront au succès la lutte du peuple .
b) La période stalinienne
Dans l'optique stalinienne, les masses laborieuses de l'Orient colonisé souffrent d'une double
oppression : le joug imposé par la bourgeoisie étrangère et l'exploitation par leur propre bourgeoisie.
Le mouvement de libération nationale n'est donc pas « un front solide des forces nationales 28 ».
La bourgeoisie des pays dépendants est divisée en deux catégories : la bourgeoisie nationale et la
bourgeoisie réactionnaire. Cette dernière se compose des couches supérieures de la bourgeoisie qui se
29
sont alliées à l'impérialisme et ont trahi les intérêts nationaux de leur peuple .
Staline a attribué à la bourgeoisie nationaliste un rôle limité et temporaire ; elle « peut soutenir le
mouvement révolutionnaire de son pays contre l'impérialisme à un certain stade de l'évolution et pendant
30
une période déterminée ». L'idéologie de cette bourgeoisie est une sorte de réformisme nationaliste, qui,
comme tous les autres réformismes « rejette la voie révolutionnaire qui libère le pays de l'oppression
impérialiste. Les réformistes nationalistes dupent les ouvriers, en prétendant qu'il est possible d'arriver à la
liberté et à l'indépendance par la réalisation progressive de réformes 31 ».
Pour les idéologues de l'ère stalinienne, l'importance des événements qui ont suivi la Deuxième Guerre
mondiale se réduit à une sorte de grande impulsion donnée au développement de l'industrie nationale des
pays coloniaux et dépendants. La bourgeoisie nationale a non seulement crû en nombre et fortifié ses
positions, mais un véritable prolétariat national a été créé. Cette constatation s'applique tout d'abord au
Proche- et au Moyen-Orient : « A l'encontre des vœux des impérialistes, l'industrie nationale est devenue
récemment plus forte dans beaucoup de pays du Proche- et du Moyen-Orient. Le prolétariat et
l'intelligentsia 32 se sont développés, la lutte pour la libération s'est intensifiée, et la crise du système colonial
est devenue de plus en plus profonde. La classe ouvrière de ces pays est, elle aussi, entrée dans l'histoire et
possède déjà une expérience considérable dans la lutte des classes contre les oppresseurs étrangers et
33
nationaux ».
27
Ibid., pp. 382-383. En janvier 1921, la session du Comité exécutif de l'Internationale communiste a aussi constaté que
les nationalistes bourgeois sont des alliés peu sûrs et dans lesquels on ne peut pas avoir confiance.
28
Verhontzev, S. Vydajan sessija proiz vedenija po natzional'nom voprosom. Pravda, 22 mai 1950.
29
Ibid. Voir aussi les thèses de l'Internationale communiste, Documents, p. 537.
30
STALINE, Sotchinenija, t. X, p. 11.
31
Maslennikov, loc. cit., p. 67.
32
On emploie le terme * intelligentsia + dans les écrits soviétiques concernant les groupes sociaux différents en Europe,
et dans le Tiers-Monde. Il désigne, dans ce dernier, les éléments radicaux qui sont en général jeunes, ont accompli leurs
études et sont imbus des notions occidentales. Ce sont ceux qu'on appelait au Proche-Orient, avant la Deuxième Guerre
mondiale, les jeunes * effendis +. L'emploi de ce terme nous semble, toutefois, fondé sur une conception idéologique
formée en Occident et non adaptée aux réalités du Tiers-Monde.
33
AKOPJAN, G. Rastant demokratitcheskije sily narodov Bliznego i Srednogo Vostoka. Pravda, 27 octobre 1949. Il faut
noter l'importance donnée par la propagande soviétique, même en 1954, aux indices en provenance du Proche-Orient et
témoignant d'une agitation ouvrière naissante. C'est ainsi que l'attention soviétique a été attirée au début de 1954, par la
découverte du premier réseau communiste parmi les ouvriers de l'Aramco. Le journal Pour une paix durable, pour une
er
démocratie populaire a publié un long article, le 1 janvier de cette année, analysant la situation des ouvriers de
l'Aramco et les conséquences de leurs revendications. L'espoir évident est que l'Arabie Saoudite puisse devenir, dans
quelque temps, l'avant-garde du mouvement ouvrier proche-oriental. Aussi, Radio Moscou a-t-elle consacré plusieurs
émissions aux événements de Koweit, en particulier au problème ouvrier, car Koweit est une véritable pépinière de
cadres ouvriers. Naturellement, cette attention est assortie de fréquentes attaques contre le gouvernement de l'émirat.
Dans l'été de 1954, pour la première fois Radio Moscou s'intéresse ouvertement à la situation intérieure du Soudan et
tout spécialement à l'agitation ouvrière. Le journal cité ci-dessus publie un article Sur la lutte des travailleurs du Soudan
le 16 juillet 1954, et Radio Moscou analyse, entre autres, les causes de la grève des ouvriers de l'électricité à Khartoum,
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 113 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
Une seule forme d'organisation étatique et sociale, la démocratie populaire, est concevable pendant la
période transitoire qui relie l'époque capitaliste à l'époque socialiste. Elle aura avant tout un caractère
anti-impérialiste et antiféodal. Elle assurera l'exécution des réformes démocratiques bourgeoises, réformes
essentielles au premier stade de la transformation des structures (par exemple la réforme agraire), ainsi que
la démocratisation politique des pays. Les tâches à accomplir par la démocratie populaire sont considérées
comme beaucoup plus nombreuses et complexes dans les pays anciennement colonisés que dans les pays
plus développés. Pendant cette période transitoire, la bourgeoisie moyenne accordera son appui au
nouveau régime et s'unira aux autres forces nationales et populaires, car elle profitera de l'élimination
de la compétition étrangère sur le marché intérieur, mais sa collaboration ne durera que peu de temps et
elle n'est pas reconnue comme un facteur important dans l'accomplissement des objectifs de la
démocratie populaire 34.
Le déroulement de la révolution nationale et sociale dans le Tiers-Monde est aussi déterminé par la
situation internationale : la division du monde en deux camps, la démocratie et l'impérialisme. Cet état de
choses tend à accentuer la lutte des classes, non seulement dans les pays d'Amérique et d'Europe, mais
également dans les pays coloniaux et dépendants, où se développe une opposition nette et positive des
forces sociales. Le même E. Joukov, qui, après le tournant des années 1954-1955 devient un des porteparole les plus réputés de la nouvelle approche, présentait en 1949, dans le périodique Voprosy Ekonomiki,
une appréciation authentiquement orthodoxe de la lutte nationale coloniale, en la situant dans le cadre des
événements internationaux de l'après-guerre. « L'impérialisme s'appuie de plus en plus sur la grande
bourgeoisie des colonies et semi-colonies, en plus des éléments féodaux et des propriétaires terriens.
Epouvantée par la lutte des peuples pour la libération nationale, lutte qui atteint actuellement une phase
particulièrement aiguë sous le leadership de la classe ouvrière, la grande bourgeoisie de ces pays, face à
l'activité révolutionnaire croissante des larges masses ouvrières, passe maintenant de façon décisive dans le
camp de la réaction impérialiste, trahissant ainsi les intérêts de ces pays et de ces peuples ... La
propagande bourgeoise nationaliste joue un rôle essentiel dans l'accomplissement des plans cupides des
impérialistes. Elle s'acharne, dans l'intérêt de l'impérialisme, à désunir les peuples des colonies et semicolonies et s'octroie également la tâche de neutraliser le mouvement de libération nationale, le guidant sur le
chemin d'un faux nationalisme sous le leadership de la bourgeoisie réactionnaire et des nationalistes
réformistes, qui détournent les masses des méthodes et des objectifs révolutionnaires de la lutte ... Le
nationalisme bourgeois vise plus particulièrement à empêcher les mouvements de libération nationale des
pays coloniaux ou semi-coloniaux de s'aligner sur le camp anti-impérialiste et démocratique. Le nationalisme
bourgeois est l'arme idéologique la plus importante qu'utilise le bloc agressif anglo-américain en vue de
renforcer le système colonial branlant de l'impérialisme. L'attaque impitoyable de l'idéologie de la
bourgeoisie nationaliste et réactionnaire sous ses diverses formes — kémalisme ou gandhisme, sionisme ou
pan-arabisme — contribue à accélérer le processus de libération nationale et sociale des peuples coloniaux
et dépendants et à faire échouer les desseins de provocation des impérialistes et de leurs agents 35 ».
La conséquence pratique de la conception stalinienne est que les Soviétiques n'ont considéré ni l'Inde ni
les pays du Proche-Orient comme étant vraiment indépendants, mais comme vivant toujours au stade
colonial puisque la bourgeoisie nationale a fait un compromis avec l'impérialisme britannique, par crainte du
prolétariat local. L'affranchissement est impossible, tant que l'emprise du capital étranger ne sera pas
36
détruite .
La plus grande erreur politique découlant de la conception stalinienne, est l'attitude envers le
gouvernement Mossadegh, en Iran. Il faut évoquer ici cet événement — bien que les relations soviétoiraniennes dépassent le cadre de cette étude — car il montre clairement où la politique de l'URSS en est
arrivée avec des idées conçues aux dépens d'un réalisme indispensable. La politique de Staline à l'égard de
ses voisins proche- et moyen-orientaux a traversé plusieurs phases, comme le constate le professeur Dallin
le 3 août. A la fin de l'année, Bahrein occupe une place particulière dans les émissions radiophoniques à cause des
deux grèves qui y ont eu lieu (les 10 et 25 décembre 1954).
34
JOUKOV, E. Voprosy natzional'no-kolonial’noj bor'by poslje vtoroj mirovoj vojny. Voprosy ekonomiki, 1949, N° 9, pp.
54-61. Voir aussi les thèses de l'Internationale sur les mouvements révolutionnaires.
35
Ibid.,
36
Voir l'étude dans Doklady Akademij Nauk SSSR, 1960, N° 3.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 114 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale 37
dans son analyse sur l'attitude soviétique face à Mossadegh . Mais à la fin de son « règne», il s'attache de
plus en plus à sa propre orthodoxie. Les classes capitalistes des pays sous-développés, donc la bourgeoisie
nationale également, ne constituent pas des alliés sûrs dans la lutte anti-impérialiste. Ce sont des traîtres
virtuels. Seule la classe ouvrière peut mener le combat sous la conduite du Parti communiste. Mossadegh
est la personnification de ce nationalisme douteux et Staline n'a pas accordé à son régime le soutien qu'il
fallait. La politique soviétique officielle ainsi que l'activité du Parti Tudeh en Iran démontrent que Moscou a
voulu discréditer le bourgeois nationaliste Mossadegh auprès de l'Occident et aux yeux de son peuple. Les
Soviétiques lui ont donné le coup de grâce en l'abandonnant au moment où il n'avait que l'appui des
communistes et des organisations d'extrême-gauche.
c) Le maoïsme
L'argumentation de Mao Tsé-Toung est certes analogue à celle de Lénine, mais elle a été enrichie par
l'expérience de la réalité chinoise, profondément différente des conditions existant en Russie en 1917.
Les conditions chinoises sont proches de celles rencontrées dans les pays récemment libérés. La
bourgeoisie nationale possède, selon Mao, une « idiosyncrasie dualiste 38 » qu'il décrit de la façon suivante :
« Du fait que la bourgeoisie chinoise est une bourgeoisie coloniale ou semi-coloniale opprimée par
l'impérialisme, elle garde, même à l'ère impérialiste, dans une période donnée et dans un degré donné, un
caractère révolutionnaire dressé à la fois contre l'impérialisme étranger et contre le gouvernement de son
propre pays ... Aussi peut-elle s'allier au prolétariat et à la petite bourgeoisie contre ses ennemis.
C'est la différence entre la bourgeoisie chinoise et la bourgeoisie de l'ancien empire russe. L'impérialisme de
l'ancien empire russe, militariste et féodal peut être qualifié d'envahisseur. Aussi la bourgeoisie russe n'avaitelle pas un caractère révolutionnaire et le rôle du prolétariat était de se dresser contre cette bourgeoisie et
non de s'allier à elle ... La bourgeoisie chinoise est une bourgeoisie coloniale ou semi-coloniale, de ce fait,
sa faiblesse économique et politique est extrême. Elle en a tiré un autre caractère : c'est l'esprit de
compromis avec les ennemis de la révolution ... D'une part, le caractère révolutionnaire, de l'autre, l'esprit de
compromis : voilà les deux visages de la bourgeoisie chinoise ... Quoi qu'il en soit, le prolétariat, les
paysans, les intellectuels et la petite bourgeoisie constituent la force principale qui déterminera la destinée
de la nation 39 » C'est pourquoi la révolution démocratique au cours de laquelle une partie de la bourgeoisie
s'est alliée au prolétariat, aux paysans et aux intellectuels, ne peut être dirigée que par l'avant-garde des
masses, le Parti communiste.
Selon Mao, la grande bourgeoisie (dans la terminologie soviétique la « compradore » bourgeoisie),
composée des trafiquants au service des capitalistes étrangers et liés aux éléments semi-féodaux des
districts ruraux, est aussi divisée en plusieurs groupes, suivant les liens la rattachant aux diverses
puissances impérialistes. Lorsque ces puissances se confrontent, par groupes interposés, dans la vie
intérieure d'un pays, cette division permet à certains de ces groupes de la grande bourgeoisie de remplir une
fonction utile. Ainsi, au moment d'une révolution qui vise le renversement du régime soutenu par l'une de ces
puissances extérieures, les fragments grand-bourgeois rattachés aux autres puissances peuvent, dans une
mesure limitée et pendant quelque temps, participer à la révolution anti-impérialiste, toujours aux services de
leur maître 40.
37
DALLIN, D. J. Soviet Foreign Policy After Stalin, p. 206. Voir aussi W HEELER, Geoffrey, Russia and the Middle East.
Political Quarterly, 4 juin 1957, pp. 132-133.
38
MAO TSE-TOUNG, op. cit., p. 28.
39
Ibid., pp. 54-55.
40
Ibid., p. 27.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 115 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
d) La conception post-stalinienne
Le dilemme, dont les dirigeants soviétiques se trouvent prisonniers au début de l'ère post-stalinienne, est
tranché par la décision historique de donner la priorité à la révolution nationale aux dépens de la révolution
sociale. Cette attitude se manifeste par la reconnaissance du rôle de la bourgeoisie nationale,
reconnaissance qui justifie le soutien accordé aux Etats sous son leadership. Cette innovation capitale du
marxisme-léninisme signifie, en d'autres termes, que l'Union Soviétique et le prolétariat mondial se sont
alliés à la bourgeoisie de certains pays dans une offensive contre la bourgeoisie d'autres pays, ceux-ci
impérialistes, bien entendu 41. A première vue, cette décision semble suivre certains énoncés de Lénine qui
a affirmé la nécessité de coopérer avec la bourgeoisie nationale des pays dépendants et colonisés.
Toutefois, la différence fondamentale entre ce point de vue léniniste et l'approche de la nouvelle équipe
poststalinienne réside dans le fait que cette dernière a étendu son appui à des gouvernements bourgeois
nationalistes de pays qui ont accédé à l'indépendance à une époque où le prolétariat et la paysannerie
peuvent déjà prétendre au pouvoir et commencer la transformation socialiste de la vie politique et
économique du pays.
Cette concession idéologique favorise le réalisme politique. Elle n'a pu être faite que par des détours
considérables. Il a fallu appliquer des principes léninistes sur la modification du modèle communiste de
l'évolution selon les données nationales. Cette modification n'est ni occasionnelle ou partielle, ni provisoire
ou virtuelle. Il s'agit bien d'une révision des principes fondamentaux eux-mêmes. Ainsi, l'académicien Joukov
a déclaré en 1960 : « Le marxisme-léninisme condamne résolument comme une utopie réactionnaire la
prétendue possibilité de l'exportation de la révolution dans d'autres pays, et rejette toute forme d'imposition
par la contrainte des systèmes et des institutions sociales aux autres pays, lorsque cela ne résulte pas de
42
leur développement intérieur ». Ceci n'aurait pas pu être dit avant la mort de Staline.
Les premiers indices de cette tournure idéologique amorcée par l'équipe poststalinienne se sont
manifestés dans le domaine des études orientales soviétiques qui jouent un rôle important dans l'évolution
de la pensée nouvelle. Au printemps de 1955 déjà, des articles qui annoncent des changements importants
sont publiés. Ils ne sont plus dans la ligne orthodoxe de jadis. Ainsi, le Sovjetskoje Vostokovedenije
reconnaît que les efforts déployés par les mouvements de libération nationale ont conduit plusieurs pays
asiatiques à l'indépendance. Il reconnaît implicitement, par cette constatation, que ces pays ont acquis la
souveraineté nationale d'une manière imprévue pour la doctrine marxiste-léniniste, et sans l'aide directe des
43
pays socialistes . Pendant la même période, le Kommounist constate dans un éditorial que « des fautes
sérieuses ont été quelquefois commises dans l'évaluation du rôle de la bourgeoisie nationale des pays
orientaux dans le mouvement anti-impérialiste. L'aspect progressiste de la lutte de Kemal Atatürk et de ses
44
e
partisans contre l'impérialisme, pendant les années 1920, a été ignoré ». Aussi, le 20 Congrès du Parti
communiste de l'URSS a-t-il défini le devoir des orientalistes soviétiques comme étant l'étude approfondie de
la désagrégation du système colonial de l'impérialisme et celle de la lutte pour la libération nationale des
peuples d'Orient 45. Cela implique — selon le compte-rendu publié par Sovjetskoje Vostokovedenije au
printemps 1956 — une réévaluation du rôle politique de la bourgeoisie nationale des pays orientaux,
laquelle, en Inde par exemple et dans les pays arabes du Proche-Orient, lutte dans les premiers rangs du
front anti-impérialiste. « Il est regrettable, continue le périodique, que la conception dialectique de la double
nature de la bourgeoisie nationale ait été remplacée par une autre prenant en considération seulement un
de ses aspects, celui qui la présente comme une alliée fidèle de l'impérialisme dans la lutte contre les
masses ouvrières ». De même, N. Moukhitdinov, premier secrétaire du Comité central du Parti communiste
41
DALLIN, op. cit., pp. 387-388.
42
JOUKOV, E. Znamjenatel'nyj faktor nasego vremeni. O nekotoryh voprosah sovremmenogo natzional'noosvoboditjel'nogo dvijenija. Pravda, 26 août 1960.
43
L'éditorial, Sovjetskoje Vostokovedenije, 1955, N° 2.
44
L'éditorial du Kommounist en mai 1955, cité par W. Z. LAQUEUR, The Shifting Line In Soviet Orientology. Problems of
Communism, vol. V, N° 2, mars-avril1956, pp. 20-26.
45
XX sjezd kommounistitcheskoj partii Sovjetskogo Sojouza i zadatchi izoutchenija sovremennogo Vostoka. Editorial,
Sovjetskoje Vostokovedenije, 1956, N° 1, pp. 3-12.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 116 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
d'Ouzbékistan, et autorité en la matière, s'est prononcé, une année plus tard, dans le même sens. Il a
déploré l'attitude orthodoxe qui déforme la véritable image de cette bourgeoisie et l'accuse d'être purement
réactionnaire et antinationale. Il qualifie d'ahistorique le concept stalinien qui n'a pas tenu compte des
circonstances objectives et des particularités du développement interne des pays orientaux 46.
L'abandon de l'orthodoxie se manifeste également dans le domaine économique, plus particulièrement en
ce qui concerne l'emprise du capital étranger, car la réévaluation du rôle de la bourgeoisie nationale
suppose une nouvelle estimation de ce problème aussi. Les thèses moins strictes qu'Eugène Varga, célèbre
économiste soviétique d’origine hongroise, avait déjà proposées en 1948, sont ainsi reprises. C'est une
véritable hérésie du marxisme-léninisme : « La Deuxième Guerre mondiale, a entraîné la modification
radicale du rapport des forces internationales. De ce fait, la situation prééminente du capital étranger dans
certains pays d'Orient ne signifie plus que l'impérialisme domine inévitablement leur vie politique. Des pays
comme l'Indonésie ou l'Arabie Saoudite, qui sont encore sous l'emprise de l'impérialisme occidental, n'en
47
mènent pas moins, à l'heure actuelle, une politique souveraine ». On pourrait encore multiplier les citations
prouvant que la position idéologique officielle de l'URSS, entre 1955 et 1959, est basée sur l'appréciation
très favorable de la bourgeoisie nationale des pays déjà libérés et neutralistes. Cette position est prise en
fonction du choix politique qui a été fait en faveur du nationalisme. La doctrine commence à évoluer vers une
synthèse avec le concept plus réservé de l'époque léniniste, à partir du début de l'année 1959. Cette
e
évolution s'est déjà reflétée dans les directives données au 21 Congrès du Parti communiste.
e) Définition et critères de la bourgeoisie nationale
Quel est finalement le sens du terme « bourgeoisie nationale » chez les idéologues soviétiques
contemporains ? La réponse a été donnée, mis à part des remarques occasionnelles contenues dans des
documents divers, au cours de deux importantes discussions qui ont traité de ce problème. La première,
organisée par le département de l'Académie des sciences d'Ouzbékistan, a eu lieu en 1956 à Tachkent, la
deuxième au cours de l'été 1959 à Leipzig.
La définition la plus claire et la plus orthodoxe a été donnée au cours de la discussion de Tachkent par
G. I. Levinson : « La bourgeoisie nationale est celle dont les intérêts de classe coïncident, pendant une
certaine période, avec les intérêts nationaux, c'est-à-dire avec les intérêts du progrès économique et social
du pays. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que l'identification des intérêts de la bourgeoisie nationale
avec ceux de la nation ne peut jamais être complète. Elle n'abolit pas la division des classes et ne fait pas
disparaître les contradictions. On peut dire, à titre indicatif que, normalement, la bourgeoisie nationale ne
48
peut exister que dans les pays coloniaux et dépendants ».
En effet, tous les participants à la discussion ont reconnu que cette bourgeoisie est hétérogène. Selon
leurs conditions économiques, les groupes la composant peuvent être rangés en trois catégories : la grande,
la moyenne et la petite bourgeoisie. A la grande bourgeoisie nationale appartiennent les propriétaires de
grosses entreprises capitalistes (fabriques, établissements commerciaux, banques, etc.) ; à la moyenne, les
propriétaires des entreprises plus modestes ; à la petite bourgeoisie nationale, les artisans, les petits
commerçants et ceux qui possèdent des ateliers avec un équipement rudimentaire 49. La bourgeoisie
agricole — les paysans riches — ne peut pas être classée dans la catégorie de la bourgeoisie nationale 50.
Une partie des interlocuteurs de Tachkent considère la bourgeoisie nationale comme un phénomène
transitoire, comme une notion utile dans l'analyse des caractéristiques d'une époque précise, mais elle
46
MOUKHITDINOV, N. K novym ouspeham sovjetskogo vostokovedenija. Pravda, 14 juin 1957.
47
Sovjetskoje Vostokovedenije, loc. cit., p. 7.
48
Diskoussija, p. 176.
49
Ibid., p. 175.
50
Ibid., p. 183.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 117 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
perdra son importance lorsque cette période sera révolue. Elle traduit donc les tendances momentanées du
développement capitaliste des pays qui ont récemment accédé à l'indépendance. D'autres se sont opposés
à une telle explication — unilatérale et incomplète — de la notion de bourgeoisie nationale et ont affirmé
qu'elle est une classe ayant ses intérêts économiques et politiques propres et qu'elle est un concept stable.
Levinson, champion de cette deuxième conception, l'a défendue en développant la seconde partie de sa
définition et il a affirmé que la bourgeoisie nationale est incapable de résoudre le problème agricole par la
réalisation d'une réforme agraire efficace. Il s'est déclaré convaincu qu'avec le développement des
contradictions de classes, cette bourgeoisie se rapprochera de l'impérialisme pour s'entendre finalement
avec lui. Elle utilisera aussi tous les moyens administratifs et idéologiques à sa disposition et « par les mots
d'ordre de l'unité nationale, la bourgeoisie nationale essayera de répandre l'idée de la paix entre les classes,
idée qui est susceptible de désarmer la classe ouvrière 51 ».
Une version mettant l'accent sur l'aspect économique de la définition, a été évoquée au débat de Leipzig
par un représentant iranien, M. Eskandari. Il a inclus dans cette catégorie les couches luttant contre
l'emprise des puissants intérêts extérieurs afin de développer l'industrie du pays et le marché intérieur, donc
les industriels et les commerçants, qui participent à la production nationale et au commerce des produits
domestiques 52. On peut discerner deux tendances au sein de la bourgeoisie nationale ainsi définie : l'une
qui préconise la planification économique, l'autre qui préfère collaborer avec les impérialistes et subsister
53
grâce à leur aide .
La définition du rôle de la bourgeoisie dans les pays nouvellement indépendants a encore été compliquée
par les divergences de jugement porté sur la soi-disant « compradore » bourgeoisie. Dans la conception
orthodoxe, cette bourgeoisie, composée des grands commerçants et banquiers qui trafiquent avec l'extérieur
et qui, surtout, ont collaboré avec les impérialistes, ne peut que trahir la cause nationale et les objectifs fixés
par la révolution bourgeoise démocratique. Elle continuera à collaborer avec l'ennemi du pays. Elle ne
saurait échapper à son sort : l'élimination de la vie nationale. A l'époque post-stalinienne, cette opinion
intransigeante s'est modérée. On distingue entre la bourgeoisie « compradore » et la grande bourgeoisie
nationale, car les deux sont au même niveau comme résultat de leur activité d'exploitation. Le second de ces
groupes n'étant pas lié par ses intérêts économiques au capital étranger, aux impérialistes, peut participer à
la révolution nationaliste en vue d'augmenter ses profits par l'exclusion des monopoles étrangers 54. Il n'est
pas, non plus, un critère absolu du phénomène « compradore » — comme l'a établi l'un des théoriciens
soviétiques, A. A. Gruber — d'avoir des liens avec le capital étranger tels que l'importation de matières
premières ou des autres produits. La classification rigide faite selon cet indice ne tient pas compte des
conditions existantes et ne correspond pas aux réalités actuelles 55. Ainsi, même la bourgeoisie
« compradore » peut s'allier, pour une période définie et dans certaines limites, au mouvement
56
anti-impérialiste .
Le critère selon lequel on définit la bourgeoisie nationale, n'est donc que politique. Ce fait a été admis par
V. I. Pavlov qui a déclaré qu'en cherchant une définition il faut classer la bourgeoisie selon son caractère
anti-impérialiste ou pro-impérialiste, sans omettre toutefois, l'analyse proprement dite des facteurs
économiques. Il s'est élevé, par conséquent, contre le terme de bourgeoisie nationale qui a été inventé au
cours de l'analyse de la situation économique de la bourgeoisie indienne. Pavlov affirme qu'à l'époque de la
crise générale du capitalisme aux Indes coloniales, le développement capitaliste a eu pour résultat le déclin
total du volume des opérations « compradore », d'une part, et — dans une plus grande mesure encore —
la diminution de l'importance relative de telles opérations dans l'économie indienne, d'autre part. « Pour
l'instant, a-t-il dit, nos définitions de la bourgeoisie nationale et de la bourgeoisie « compradore »
51
LEVINSON, G. TWO Trends of the National Bourgeoisie. World Marxist Review, N° 8, p. 77.
52
ESKANDARI, What Do We Mean By the National Bourgeoisie ? Ibid., N° 9, p. 73.
53
HARMEL, Mohammed, The National Bourgeoisie of Tunisia Before Coming To Power and After. Ibid., N° 9, p. 77.
54
Diskoussija, p. 178.
55
Ibid., p. 181.
56
KIA-NOURI, The National Bourgeoisie. Their Nature and Policy. Ibid., N° 8, p. 62.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 118 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
ne conviennent pas à l'analyse du développement capitaliste des pays dépendants, d'autant plus qu'elles ne
57
correspondent pas aux réalités des pays qui sont entrés dans la phase du développement indépendant ».
Deux faits ressortent clairement des discussions concernant le problème de la bourgeoisie nationale :
l'insuffisance des notions préfabriquées ou adaptées ainsi que l'hésitation des Soviétiques dans leurs
explications des nouveaux régimes du Tiers-Monde. L'émancipation des pays anciennement colonisés et
l'apparition de nouveaux Etats nationaux dans le Tiers-Monde ont brisé définitivement les anciens schémas
théoriques du marxisme-léninisme. Empruntant le langage léniniste on peut dire qu'aucune modification des
principes fondamentaux selon les données individuelles des différents pays, ne remédie aux carences de
l'approche marxiste-léniniste et à son incapacité à assimiler les faits nouveaux.
La conception de la bourgeoisie nationale est trop rigide pour être applicable aux pays du Tiers-Monde en
général, et à ceux du Proche-Orient arabe en particulier. Il serait, en effet, hasardeux de dire que c'est cette
classe qui est au pouvoir dans l'Egypte nassérienne ou qu'elle a voix au chapitre dans la politique du
gouvernement actuel. Ainsi, afin d'éviter les difficultés, on a créé des termes ad hoc comme par exemple l'«
intelligentsia militaire », pour désigner le groupe des dirigeants égyptiens — terme que ni Lénine ni Marx
n'auraient approuvé et, surtout pas inventé.
En second lieu, il est évident que le choix fait en 1954-1955 a été une option politique à laquelle on a
cherché une justification idéologique, mais celle-ci restera toujours bancale. Les débats théoriques sur le
rôle de la bourgeoisie nationale ne relèvent que très peu de la situation proche-orientale et ne représentent
pas un facteur déterminant de la formation de la politique soviétique dans la région.
3. LA POSITION DES PARTIS COMMUNISTES PROCHE-ORIENTAUX
Les partis communistes proche-orientaux et en premier lieu le Parti syro-libanais, jouent un double rôle
dans l'évolution idéologique concernant la bourgeoisie nationale.
Tout d'abord, ils ont admis l'importance de cette classe dans la lutte « anti-impérialiste » des divers pays
arabes. Ils ont tendu la main aux mouvements nationalistes et ont préconisé la création d'un Front national
englobant toutes les formations politiques et tous les groupes sociaux engagés dans cette lutte. Toutefois, ils
n'étaient pas d'accord de sacrifier entièrement leur programme de révolution sociale en faveur du
nationalisme et, par conséquent, ils se sont trouvés en conflit avec Moscou.
Déjà avant l'accession de la Syrie et du Liban à l'indépendance, au début de 1944, Chaled Begdache
écrit dans un manifeste : « Nous honorons le capitaliste de chez nous qui lutte pour la libération nationale à
l'égal de l'ouvrier combattant pour la même cause. Nous assurons les propriétaires fonciers que nous ne
demandons pas, et que nous ne demanderons pas au parlement, la confiscation de leurs terres et de leurs
propriétés. Nous voulons, au contraire, les aider en exigeant la construction d'ouvrages destinés à l'irrigation,
en facilitant l'importation d'engrais et de machines agricoles modernes 58 ».
Au début de l'ère poststalinienne, Begdache écrit au journal du Cominform : « Le mouvement de
libération nationale, le mouvement démocratique et le mouvement pour la paix s'amalgament en un
mouvement unique absorbant tout ... Nous, les Arabes, nous n'avons pas d'autre moyen que celui d'un large
Front national qui doit unir les ouvriers, les paysans, les couches moyennes de la population urbaine et des
sections considérables de la bourgeoisie nationale 59 ». Il se déclare prêt à soutenir un gouvernement
réalisant les aspirations nationales et démocratiques, mais refuse de collaborer avec les féodaux et avec la
57
Diskoussija, p. 180. Voir aussi MESSAOUAK, Hadi, The Working Class and the National Bourgeoisie. Ibid., N° 9, p. 70.
58
LAURENT, François, L'URSS et le Moyen-Orient. Orient, 1957. N" 2, p. 58.
59
Dans l'article intitulé : L'URSS rempart et l'espérance des peuples de l'Orient arabe dans leur lutte pour
l'indépendance nationale, publié le 20 novembre 1953.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 119 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale 60
grande bourgeoisie financière . Ses propos ont été d'actualité surtout pendant la période précédant les
élections, lorsque le Parti communiste syrien avait fait appel à un regroupement de toutes les forces
nationales et de tous les partis, « en vue de barrer la route à toute tentative de mainmise américaine sur la
future chambre et le futur gouvernement, par le jeu d'interventions cachées dans la compétition
61
électorale ». Parmi les déclarations de Begdache, la plus révélatrice a été celle qui le montre comme un
précurseur des développements idéologiques futurs, en le situant à l'avant-garde de la lutte pour une
révolution sociale : « Quant au socialisme, il constitue une étape plus élevée qui sera réalisée dans l'avenir,
après l'achèvement de la libération nationale et démocratique 62 ».
Begdache a été fidèle à ces principes, même dans les propos concernant la politique économique
immédiate préconisée par le Parti communiste syro-libanais : « Les mesures de nationalisation, par
exemple, ne peuvent être appliquées actuellement en Syrie, dit-il, qu'aux institutions dominées par les
capitaux impérialistes étrangers. La nationalisation devient ainsi un geste patriotique ... La réforme agraire
qui est aussi une réforme démocratique, est une nécessité en Syrie. Distribuer la terre aux paysans, par
63
exemple, est une mesure démocratique et non socialiste
».
Parmi les communistes du pays des pharaons, Khaled, l'ancien secrétaire général du Parti communiste
égyptien se cachant sous ce prénom dans la clandestinité, s'est particulièrement occupé du problème de la
bourgeoisie nationale. Dans un article d'un intérêt exceptionnel publié en septembre 1957 dans le bulletin du
64
nouveau Parti communiste égyptien uni , il a pris une position plus nuancée que celle de Chaled Begdache
et s'est montré plus proche de la nouvelle conception soviétique dans son appréciation de la bourgeoisie
nationale d'un pays indépendant. C'est en partant de l'idée de la nécessité d'un renouveau profond à la
60
Tiré d'un document inédit. Les propositions de Begdache ont été plusieurs fois reproduites dans des tracts comme,
par exemple, L'appel au peuple libanais.
61
Déclaration de Begdache à al-Tiligraf et reprise par plusieurs journaux syriens dont Al Hadara et Al Rai al Aam, le 23
mai 1954.
62
er
Orient, Beyrouth, 1 octobre 1954. Il est significatif qu'une conférence des mouvements communistes des pays de
l'Islam, du Pakistan à l'Afrique du Nord, a eu lieu au bord de la mer Noire, à Batoum, au début des années 1950. Il y a
peu d'information sur cette rencontre qui a été entourée d'un silence total et il est impossible d'évaluer avec précision ce
qui s'est passé au cours des débats. Il est toutefois connu qu'une série d'organisations religieuses ou nationalistes,
d'éventuelles alliées dans la lutte anti-impérialiste, ont été associées aux partis communistes présents. Parmi ces
organisations, on peut citer les Frères musulmans d'Egypte, l'organisation islamique des Fedayeens d'Iran, les
représentants des minorités arméniennes, kurdes et azerbajdjaniennes de différents pays. De nombreuses personnalités
politiques ont également pris part à la conférence, mais leurs noms n'ont jamais été révélés. Somme toute, tous les
groupes d'intérêt en présence comptaient ou sur une intervention directe de l'URSS, ou sur son aide indirecte, pour
évincer les puissances occidentales de leurs pays respectifs et, éventuellement, écarter du pouvoir les dirigeants. Une
ligne politique générale avait été établie pour assurer la priorité aux revendications nationales sur les revendications
sociales, afin de faciliter la collaboration des communistes avec les sections progressistes de la bourgeoisie et des
intellectuels ainsi qu'avec les classes dominantes qui s'étaient décidées à lutter contre les Etats impérialistes
occidentaux. BECHTOLD, H. Russlands Präsenz im Orient. Aussenpolitik, 1952, Heft 5, pp. 295-296. L'ANA, agence estallemande, a aussi affirmé qu'en juin 1954 un Congrès des dirigeants du Moyen-Orient s'est tenu à Bakou. Selon un
journal iranien, Partcham Khavar Mianeh, du 21 juin, une conférence a eu lieu dans une ville du Caucase (Tbilissi en
Géorgie, ou Erevan ou Leninokan en Arménie), présidée par Sadtchikov, chef du Département du Proche- et du
Moyen-Orient au Ministère des Affaires étrangères soviétiques, et ancien ambassadeur de l'URSS à Téhéran. Elle
groupait des experts soviétiques de cette région et des représentants des comités centraux des partis communistes des
six républiques soviétiques contiguës aux Etats du Proche-Orient, d'une part, et des délégués des partis communistes,
d'autre part. Le congrès a été convoqué officiellement pour étudier * les possibilités du développement du mouvement
communiste au Moyen-Orient et en Turquie +. Les débats et les décisions n'ont évidemment jamais été publiés et restent
secrets. Cependant certains renseignements (tirés de la presse et des publications communistes ou para-communistes
du Liban, d'Irak, d'Iran et d'Israël) permettent de conclure que les décisions suivantes ont été prises : a) Organisation ou
renforcement des fronts nationaux, dont le pivot doit être partout le mouvement des Partisans de la Paix ; b) Tactique de
la main tendue à l'égard de la bourgeoisie nationale et les organisations musulmanes ; c) Importance nouvelle accordée
au communisme arabe au détriment du communisme turc et persan ; d) Lutte renforcée contre les tendances
* nationalistes + dans divers partis communistes locaux, etc. (Toutes ces informations sont tirées d'un document inédit).
63
Orient, Beyrouth, le 1er octobre 1954.
64
RODINSON, Maxime, Les problèmes des Partis communistes en Syrie et en Egypte, Cahiers internationaux, 10e année,
février 1958, pp. 76-86. La liste des textes tirés du Bulletin intérieur du Parti communiste égyptien uni, se trouve dans cet
article aux pages 84-85.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 120 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
lumière des enseignements fondamentaux du marxisme, que Khaled stigmatise à la fois les empiristes et les
dogmatistes, et expose quelques faits concernant la révolution égyptienne, la bourgeoisie nationale et la
classe ouvrière de son pays. « La révolution égyptienne, dit-il, est une révolution bourgeoise nationale
démocratique d'un caractère original qui s'est accomplie dans des circonstances internationales et locales
avancées ». La bourgeoisie nationale égyptienne est une bourgeoisie d'un genre nouveau dans l'histoire.
« Elle est progressiste dans un monde où agonise le capitalisme ». Il est vrai qu'elle est fondée sur
l'exploitation du travail salarié, mais il lui est impossible de réaliser l'accumulation du capital autrement que
l'ont primitivement fait les bourgeoisies françaises et anglaises aux dépens du peuple travailleur. De même,
elle ne peut, ni ne veut se transformer en monopole. Au contraire, elle s'oppose aux monopoles et leur
impose des limites. « C'est une bourgeoisie qu'envahit la pensée socialiste, qui est liée au socialisme
mondial par le fait que celui-ci est le seul régime qui peut et veut l'aider dans la tâche de développer son
pays. Ce n'est pas une classe qui tend au socialisme ou qui lutte pour lui. Mais c'est une bourgeoisie qui a
appris, par expérience, qu'elle ne peut progresser dans son pays sans le soutien du camp socialiste à
l'extérieur et des classes populaires à l'intérieur ... Sa voie de croissance est celle du capitalisme d'Etat, non
celle de la croissance capitaliste ni celle de la croissance socialiste ».
Quant aux relations de cette bourgeoisie avec la classe ouvrière Khaled constate : « Entre la bourgeoisie
nationale et la classe ouvrière, il y a la lutte des classes, mais cette lutte se déroule dans les limites d'une
alliance nationale entre les deux classes ». Cette lutte et cette alliance sont deux aspects du même
phénomène. Au cours de cette lutte, la classe ouvrière éduque la bourgeoisie tout en défendant contre celleci ses intérêts propres. Peu à peu, elle affirme son rôle dirigeant au sein du Front national, affermit son
alliance nécessaire avec les masses paysannes, prépare les conditions du passage au socialisme sous sa
direction et celle de son Parti communiste. Ce rôle dirigeant s'acquiert seulement « par la lutte calme et
infatigable au sein des masses et à leur tête dans tous les domaines, en notre qualité de patriotes
semblables à tous les patriotes, ne se différenciant d'eux que parce que nous sommes, grâce à la lumière du
marxisme-léninisme, des patriotes plus fermes et plus courageux, voyant plus loin et ayant une plus grande
confiance dans les masses ».
Toutefois, tous les partis proche-orientaux ne sont pas d'accord avec la nouvelle approche politique et
idéologique et, surtout, avec la définition du rôle de la bourgeoisie nationale. Les prises de position des
communistes soudanais pendant la période 1952-1956 ont démontré que ce parti est resté fidèle aux thèses
de l'Internationale et n'a pas écarté son objectif d'une révolution sociale.
A cette époque, le Soudan évolue vers l'indépendance sous le gouvernement bourgeois d'Al Azhari avec
lequel les communistes ont refusé de collaborer, même sous une forme négative, c'est-à-dire en s'abstenant
65
de faire de l'agitation sociale . Pour eux, comme pour les dogmatiques soviétiques, la libération nationale et
la libération sociale vont de pair.
Ils ont proposé la création d'un front national, mais ils lui ont donné un tout autre contenu que celui de la
nouvelle approche. Le manifeste publié par le Mouvement soudanais de libération nationale en avril 1953 a
ainsi défini le sens d'un front unifié : « L'unité est la condition essentielle pour le succès de la lutte armée
dans notre pays et pour l'accession de notre peuple à la souveraineté nationale. Voilà pourquoi notre parti
met au premier plan la question de l'unité de notre peuple et lutte pour cette unité qui doit briser tous les
complots impérialistes qui visent à semer la mésentente en son sein. Ainsi notre parti combat en une lutte
armée contre l'impérialisme, en unissant, avant tout, les rangs du peuple dans un solide front antiimpérialiste ... Le front qui peut unir les rangs du peuple soudanais, et amener le mouvement national à la
lutte armée contre l'impérialisme, est celui qui représente les intérêts des paysans, des ouvriers, des
habitants des villes et des intellectuels patriotes. Au cas où le front ne représente pas ces intérêts, il se
65
Il y avait trois groupements communistes au Soudan : L'organisation communiste soudanaise ; le Parti démocrate
soudanais ; le Mouvement Soudanais de libération nationale. Ils s'efforçaient de constituer un Front national autour du
Front anti-impérialiste. Ce dernier était un groupement politique progressiste, officiellement autorisé, dominé par les
communistes. Il a présenté aux élections treize candidats et a obtenu un siège au parlement, celui des diplômés. Son
organe s'appelait al-Saraha, dirigé par Abdallah Ragab comme rédacteur en chef. Voir la Revue Soudanaise du
14 mai 1954, revue clandestine publiée à Khartoum en 1953-1955 en arabe par le Mouvement soudanais de libération
nationale.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 121 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VII. Nationalisme et bourgeoisie nationale -
transforme en un instrument visant à réaliser des profits pour une minorité de Soudanais, et non pour
66
défendre les intérêts de la majorité ».
Les communistes soudanais ont aussi lancé une grande campagne de réorganisation syndicale et se sont
efforcés de stimuler et de « politiser » le mouvement syndical. Ils n'acceptent pas la trêve sociale, proposée
67.
par le programme du syndicat des cheminots d'Atbara . A l'encontre de cette position, les communistes ont
dénoncé le caractère réactionnaire du gouvernement Al-Azhari, les persécutions des ouvriers, la répression
patronale, les renvois abusifs, le chômage, qui existent comme par le passé, etc. 68. Qasem Amin, dirigeant
syndicaliste soudanais, déclare catégoriquement qu'il faut « accorder la priorité absolue aux revendications
69
de la classe ouvrière dans les domaines économique, social, national et international
».
66
Ce manifeste a été distribué à environ 3500 exemplaires. Il représente le premier document officiel émanant d'un
groupement communiste soudanais. Tiré d'un document inédit.
67
Le syndicat des cheminots d'Atbara a été sans couleur politique.
68
Brochure éditée à Khartoum par la Fédération soudanaise des syndicats ouvriers, en mai 1954.
69
Al-Taliah, le 3 mai 1954.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 122 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VIII. La doctrine de la démocratie nationale -
CHAPITRE VIII
La doctrine de la démocratie nationale
Cette doctrine a été formulée avec netteté pour la première fois dans le manifeste publié le 6 décembre
1960, à la fin de la conférence réunissant à Moscou au cours du mois de novembre, cette même année, les
représentants des quatre-vingt-un partis communistes. Avec le recul des années, l'importance de la
démocratie nationale apparaît de plus en plus grande, car elle signifie un nouveau tournant dans l'idéologie
et la politique soviétiques. Elle est à la base de l'attitude de l'URSS, et du monde communiste dans son
ensemble, à l'égard du Tiers-Monde émancipé.
Cette formule date de bien avant 1960 lorsqu'elle est devenue officielle par la déclaration de la
Conférence de Moscou. Elle est née au cours de l'évolution émancipatrice des pays colonisés, mais les
1
Soviétiques l'ont assez rarement utilisée . Ce sont surtout les leaders révolutionnaires irakiens et les
2
dirigeants communistes indonésiens qui se servent de la dénomination de démocratie nationale afin de
définir le cadre qu'ils préconisent pour la vie future de leur pays.
L'orientation prise au cours des années 1954-1955 marque le début d'une nouvelle époque par l'option en
faveur du nationalisme. Par son contenu social, c'est-à-dire la reconnaissance du rôle dominant de la
bourgeoisie nationale et des régimes gouvernés par elle, cette tournure a engendré une série de nouvelles
difficultés pour les dirigeants de l'URSS. Le divorce entre les intérêts du mouvement nationaliste authentique
et ceux du mouvement communiste s'est préparé par la divergence croissante entre l'attitude soviétique et
celle des communistes locaux, particulièrement au Proche-Orient. En outre, la ligne idéologique adoptée en
1954-1955, correspond — selon la conception des Soviétiques eux-mêmes — à une période historique
définie, à des conditions particulières de l'époque de la libération des pays d'Asie et d'Afrique du joug
colonial. Cette époque touchant à sa fin vers 1960, une nouvelle stratégie et une tactique différente ont dû
être adoptées.
La formule de la démocratie nationale doit donc satisfaire à la fois deux exigences de la politique
soviétique. D'abord, elle doit réduire l'écart entre la politique extérieure de Moscou et la position des partis
communistes locaux. Ensuite, elle doit servir, parallèlement à cette « réconciliation », la préservation des
intérêts de l'URSS en tant que grande puissance. En d'autres termes, l'indépendance politique ayant été
acquise, les problèmes du développement des pays et de leur avenir se posent et la politique soviétique a
de nouveau besoin de forces d'obédience communiste pour influencer de l'intérieur l'évolution future du
Tiers-Monde. La prise en mains de ces leviers de commande doit, toutefois, se faire de telle façon que les
relations étatiques de l'URSS et des pays nouvellement indépendants, ne soient pas trop troublées.
La démocratie nationale, qui doit être l'instrument de la réalisation de ces objectifs, est ainsi une forme de la
coexistence pacifique sur le plan extérieur comme sur le plan intérieur.
e
Au 21 Congrès, qui a tenu ses assises de janvier à février 1959, les dirigeants soviétiques sont
conscients qu'une nouvelle orientation de leur politique à l'égard des pays récemment libérés est nécessaire.
Elle répondrait aux besoins de cette nouvelle phase de l'histoire. Cette prise de conscience a donc lieu avant
l'éclatement de la première grande crise soviéto-nassérienne due aux persécutions et aux massacres de
nationalistes arabes en Irak. Khrouchtchev définit le caractère inévitable de la révolution sociale comme
suit : « Depuis l'expulsion des colonialistes, les tâches nationales essentielles étant achevées, les gens
cherchent une réponse au problème social imposé par la réalité. C'est, en premier lieu, la question agraire et
paysanne et le problème de la lutte entre le capital et le travail. Des processus sociaux, suscitant
inévitablement des vues différentes concernant les mesures ultérieures du développement, surgissent dans
1
Par exemple, RM, le 20 novembre 1954.
2
Mizan Newsletter, N° 1, 1961, et KROEF, Justus M. van der, On National Democracy. Evolution of a Concept. Survey,
N° 4, 1963, p. 144, n. 17.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 123 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VIII. La doctrine de la démocratie nationale -
les rangs du mouvement de la libération nationale. Comme les autres pays socialistes, notre pays a soutenu
et continuera à soutenir le mouvement de libération nationale. Mais l'Union Soviétique n'est pas intervenue
et ne se propose pas d'intervenir dans les affaires intérieures des autres pays 3 ».
La déclaration des quatre-vingt-un partis communistes reprend la ligne indiquée par Khrouchtchev et
affirme qu'« après la conquête de l'indépendance, les peuples cherchent des solutions aux problèmes
sociaux posés par la vie et aux problèmes du renforcement de l'indépendance nationale. Les diverses
classes et partis recommandent des solutions différentes. Quelle voie de développement les peuples vont-ils
choisir ? C'est leur problème intérieur 4 ».
La réserve manifeste exprimée dans ces déclarations afin d'éviter de heurter les susceptibilités,
correspond à la souplesse avec laquelle la formule de la démocratie nationale a été conçue : « La thèse sur
l'état de la démocratie nationale est une thèse marxiste-léniniste. Cela ne signifie pas que tous les Etats
libérés en sont à telle ou telle étape définie et que les uns doivent être rangés dans une catégorie, les autres
dans une deuxième ou une troisième. Une telle conception serait schématique et pernicieuse. Il faut plutôt
souligner que l'Etat de la démocratie nationale ouvre la voie à la consolidation de l'indépendance politique et
économique, au progrès social 5 ».
Le mouvement de libération nationale, désigné comme étant celui « d'une révolution anti-impérialiste,
anti-féodale et démocratique », mène ainsi à l'Etat de la démocratie nationale. Les mots clefs de cette
formule sont : démocratie et voie non-capitaliste de développement.
a) La démocratie
Le régime démocratique est la caractéristique fondamentale du nouvel Etat, car c'est « le moment le plus
décisif du développement de la révolution nationale démocratique. La stabilisation de ses succès et son
essor à un rythme accéléré se manifestent par l'octroi des droits et des libertés démocratiques à la nation —
la liberté de parole, de presse, d'assemblée, de démonstration, le droit de fonder des partis politiques et des
6
organisations sociales et de participer à la conduite de la politique gouvernementale ». La description de
cet Etat ne diffère guère en effet de celle que l'on donne généralement des démocraties parlementaires
3
Pravda, 28 janvier 1959.
4
Le rapport de Khrouchtchev adressé au Comité central du Parti communiste soviétique. Coll. Etudes Soviétiques,
Paris, s. d., pp. 19-20.
5
6
PONOMAREV, B. O gosoudarstve natzional'noj demokratzii. Kommounist, N° 8, 1961. p. 43.
e
Ibid., p. 45. La déclaration de Chaled Begdache au 20 Congrès du Parti communiste soviétique en 1956, concorde
parfaitement avec ce que dit Ponomarev : * La nation syrienne, comme toutes les autres nations arabes, désire l'unité
des pays arabes sur la base de la démocratie, et de la liberté complète de l'impérialisme +. Pravda, 10 février 1956.
Le plus grand souci a certainement été causé aux Soviétiques par la politique intérieure de la République Arabe Unie.
Après l'union avec l'Egypte, tous les partis syriens, Parti communiste inclus, ont été supprimés ; cela signifie que le parti
le plus en vue du Proche-Orient a dû entrer dans l'illégalité. Toutefois, les critiques ne sont pas nombreuses. L'édition
de 1958 de la Grande Encyclopédie Soviétique a seulement mentionné le fait, sans aucun commentaire. I. BELJAJEV,
dans son article publié dans le Sovremennyj Vostok, en mai 1958 (p. 8), devait tout de même constater que * Le succès
du nouvel Etat et son rôle dans la lutte contre le colonialisme, dépendra largement de la mesure dans laquelle les
masses populaires et toutes les forces patriotiques de la république participeront à la défense de leur liberté et de leur
indépendance +. Il est connu aussi que le nouveau régime du maréchal Abboud, ayant pris le pouvoir en automne 1958
au Soudan, n'a pas restauré la liberté d'organisation des partis soudanais. CPR, 5 décembre 1958. L'exemple le plus
frappant des inquiétudes soviétiques entraînant des changements d'attitude, a été la politique de Moscou vis-à-vis du
nouveau régime révolutionnaire irakien. Après les premiers mois d'une sympathie inconditionnelle témoignée par les
Soviétiques, lorsqu'il est devenu évident que dans le nouvel Etat tout n'irait pas pour le mieux pour les communistes et
les mouvements d'extrême gauche, l'attitude des autorités irakiennes envers les syndicats et les organisations de masse
ont été maintes fois vivement condamnées dans la presse et les périodiques russes. Voir Mizan Newsletter, Soviet Ideal
and Iraqi Reality. Janvier 1961.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 124 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VIII. La doctrine de la démocratie nationale -
européennes. Du point de vue idéologique orthodoxe, il ne s'agit donc que d'une concession, d'une formule
provisoire.
La tâche primordiale du régime démocratique est d'assurer l'espace vital aux activités des partis
communistes et des mouvements d'extrême-gauche. La démocratie nationale doit ouvrir « la voie à la
formation et à une délimitation plus libre des classes de l'Etat capitaliste. Ce fait crée de nouvelles conditions
7
à la croissance de la force du prolétariat », dit Balabouchevitch, expert soviétique de la « nouvelle vague ».
En effet, ce tournant idéologique signifie une relance de la révolution sociale, mise en veilleuse pendant la
lutte pour l'indépendance.
Toutefois, on assigne aux régimes bourgeois démocratiques une fonction : celle de servir comme cadre
d'unité nationale temporaire, car il est reconnu que les tâches urgentes de la renaissance nationale ne
peuvent être accomplies sans une lutte résolue « de toutes les forces patriotiques de la nation, unies dans
un front unique national démocratique 8 ». Khrouchtchev lui-même s'est prononcé dans le même sens en
définissant l'Etat de la démocratie nationale comme celui « qui traduit les intérêts non pas d'une seule
classe, mais ceux des larges couches de la population » afin d'accomplir « entièrement les tâches de la
révolution anti-impérialiste et de la libération nationale 9 ».
Sur le plan de la politique extérieure, où le comportement des nouveaux Etats est de la plus grande
importance pour les objectifs à court terme de l'URSS, puissance mondiale, la formule inaugurée à la
conférence des quatre-vingt-un partis communistes prescrit une politique neutraliste, déjà suivie
antérieurement par la majorité des pays afro-asiatiques. On s'attend, à Moscou, de la part des Etats de la
démocratie nationale, à une prise de position non alignée dans les grandes questions contemporaines, à la
condamnation des blocs militaires créés par l'Occident, à un refus opposé à l'établissement des bases
10
militaires sur leur territoire .
b) La bourgeoisie nationale
Le rétablissement, au moins partiel, des droits de la révolution sociale ne peut qu'entraîner une
modification profonde de la position soviétique envers la bourgeoisie nationale. Son caractère ambigu et sa
politique de contradiction sont désormais amplement soulignés — caractéristiques sur lesquelles on n'a pas
insisté pendant la lutte anticoloniale et libératrice.
La réévaluation la plus nette du caractère et du rôle de la bourgeoisie nationale se trouve chez le même
auteur, Balabouchevitch, dont l'opinion concernant la démocratie a été déjà évoquée : « La bourgeoisie
nationale s'attache à la solution des problèmes nationaux, mais elle est guidée en cela par ses propres
aspirations économiques et politiques. La bourgeoisie nationale, en tant que classe exploitante, et, en
particulier, ses catégories supérieures, tend à résoudre les difficultés communes, avant tout aux dépens des
travailleurs. Ce fait crée, par conséquent, les conditions objectives pour le futur développement de la lutte
des classes. L'amplitude de la lutte du prolétariat et, en général, des classes ouvrières, effraie la bourgeoisie
nationale. C'est pour cela que, tout en menant une politique anti-impérialiste, elle s'efforce en même temps,
par diverses méthodes, principalement par des manœuvres dans la vie publique, de paralyser l'influence des
forces de gauche naissantes, recourant même à la limitation des libertés démocratiques, afin de ralentir et
de réprimer la lutte des classes au sein des masses laborieuses. La duplicité politique inhérente à la
bourgeoisie nationale, se révèle beaucoup plus vite sous l'indépendance, en créant, d'une part, des
7
BALABOUCHEVITCH, V. V. O nekotoryh osobennostjah rabotchego dvijenija v stranah Vostoka na sovremennom etappe.
Problemy Vostokovedenije, N° 2, 1959, p. 50.
8
The World Communist Plan. An examination of the statement issued after the meeting of 81 Communist parties in
Moscow in December 1960, s. l. d., p. 25.
9
KHROUCHTCHEV, N. S. Le programme, pp. 126-127.
10
Voir le compte rendu sur le travail accompli par le Parti communiste irakien en vue d'influencer et d'orienter la politique
e
extérieure du gouvernement Kassem, présenté par Salem Adil, secrétaire du parti, au 20 Congrès du Parti communiste
soviétique. Pravda, 25 octobre 1961.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 125 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VIII. La doctrine de la démocratie nationale -
contradictions entre elle et l'impérialisme, et en suscitant, d'autre part, des rivalités de classes à l'intérieur du
pays. De cette façon, dans les pays ayant accédé à l'indépendance sous le leadership de la bourgeoisie,
l'identité des intérêts de la bourgeoisie nationale et des masses ouvrières est certaine en ce qui concerne la
sauvegarde de la paix, la lutte contre le colonialisme et la consolidation de l'indépendance politique et
économique, mais les conditions objectives de la future aggravation de la lutte des classes se développent
en même temps. La classe ouvrière et son parti défendent les intérêts de la classe des travailleurs, luttent
pour l'extension des libertés démocratiques, pour la réalisation ultérieure de la transformation bourgeoise
démocratique, mais aussi pour la liquidation de l'emprise économique du capital étranger et pour la
révolution agraire. Simultanément, ils soutiennent et stimulent la politique anti-impérialiste de la bourgeoisie
nationale, sa lutte pour la consolidation de l'indépendance et pour un développement économique
autonome, son ambition d'avoir une politique étrangère inspirée par l'amour de la paix et de manifester une
attitude amicale envers les pays socialistes 11 ».
Ce rôle de serviteur docile d'une partie de la bourgeoisie nationale, concorde parfaitement avec la notion
de néo-colonialisme. Celui-ci est, entre autres, défini comme une tentative des impérialistes pour priver le
mouvement de libération nationale de sa substance socio-politique et démocratique et de créer, où elle
n'existe pas encore, de renforcer, où elle existe déjà, l'élite économique, la bourgeoisie nationale, afin de
12
sauvegarder les privilèges de l'ancienne caste colonialiste dominante . Les néo-colonialistes essaient aussi
d'utiliser la bourgeoisie comme un instrument pour maintenir à tout prix la prédominance de l'entreprise
privée dans le développement de l'économie nationale 13.
En tant que corollaire aux modifications survenues dans l'évaluation de la bourgeoisie nationale, l'activité
économique de cette dernière est présentée sous un double aspect correspondant à la duplicité de son
caractère. Selon cette argumentation, la bourgeoisie participant à la lutte anti-coloniale, s'efforce d'affaiblir le
contrôle des monopoles étrangers et, en même temps, elle renforce ses liens économique » avec les
puissances impérialistes et ouvre des perspectives à l'afflux futur de leurs capitaux. La bourgeoisie nationale
veut également réprimer et affaiblir le féodalisme, mais, parallèlement, elle fait des concessions aux grands
industriels et forme avec eux une alliance contre les forces démocratiques. Elle joue donc la carte de
l'industrialisation du pays et de la nationalisation du capital étranger, pour en profiter ensuite. Elle est même
prête à encourager l'élargissement du secteur étatisé, en vue de profits accrus qu'elle encaissera plus tard.
Mais la bourgeoisie, et surtout ses couches supérieures, mènent toute la politique économique sur la base
des méthodes capitalistes et, par conséquent, soutiennent les capitalistes dans leur exploitation des
travailleurs 14.
c) La voie non capitaliste du développement
La formule économique de l'Etat de la démocratie nationale, c'est-à-dire de la voie non-capitaliste du
développement, implique :
1. L'obtention de l'indépendance économique complète, donc la liquidation de l'emprise des capitaux
étrangers, et de toute assistance étrangère, sauf, bien entendu, le soutien des pays du bloc socialiste.
Le renforcement de l'indépendance fragile et maintes fois fictive n'est possible qu'avec l'aide de ces
derniers ; ainsi, en langage soviétique, l'indépendance économique équivaut au choix de la voie
non-capitaliste de développement.
2. Certaines réformes de structures à l'orientation socialiste.
3. Un rôle toujours grandissant de l'Etat dans la vie économique.
11
BALABOUCHEVITCH, loc. cit., pp. 50 et 57. Voir aussi Projekt programmy KPSS i nekotoryje problemy natzional'no
osvoboditjel'nogo dvijenija narodov Azii i Afriki. Narody Azii i Afriki, N° 5, 1961, p. 9.
12
Path of Development of the Newly Emergent Countries. Exchange of Views. Contribution by Romano Ledda. World
Marxist Review, Avril 1962, p. 71.
13
Ibid.
14
PONOMAREV, loc. cit., p. 42.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 126 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VIII. La doctrine de la démocratie nationale -
Le préambule du programme national du Parti communiste d'Irak adopté en 1960, définit dans ce sens
les devoirs économiques de la révolution irakienne, comme l'indique Aziz Al-Hajj : « Les tâches
fondamentales de notre révolution en tant que révolution nationale démocratique de libération, sont : extirper
les restes de l'exploitation impérialiste, conquérir l'indépendance du pays et de la renforcer, abolir les restes
du féodalisme et obtenir la liberté pour le peuple ... Le programme ne fixe aucun but socialiste, mais sa
15
réalisation créera les conditions matérielles qui ouvriront la voie menant au socialisme ».
L'importance du secteur étatique dans la politique de la démocratie nationale a été rendue évidente par
Ponomarev : « La mise en place du secteur étatique de l'industrie offre un moyen efficace d'assurer
l'indépendance économique. Dans les pays libérés, il joue un rôle progressiste. Il permet de concentrer les
forces sur les branches les plus déterminantes de l'économie nationale, d'accélérer le rythme de l'essor
économique dans une mesure considérable ainsi que de liquider les positions monopolistiques impérialistes.
L'accroissement du secteur étatique dans le régime national-démocratique, sa conversion en un facteur
décisif de l'économie du pays, peuvent préparer les bases matérielles d'un passage graduel par la voie
16
non-capitaliste du développement ».
Annoncé comme un exemple à suivre, le capitalisme d'Etat naissant de la République Arabe Unie a été
accueilli favorablement par les milieux soviétiques. En 1958, L. Vatolina, expert réputé des affaires
17
proche-orientales, a analysé, dans un article, les perspectives du développement industriel de la RAU .
L'établissement d'un secteur étatique dans l'économie nationale de ce pays est présenté comme une
mesure de « caractère progressiste », car elle « affaiblit la position du capital étranger ». Cette politique ne
sert pas seulement les intérêts de la bourgeoisie au pouvoir, mais aussi ceux du peuple. Elle ouvre à la RAU
la voie non-capitaliste du développement par l'orientation résolue vers le socialisme, par l'élévation du
niveau de vie des masses laborieuses, et, surtout, par le grand nombre de nouveaux emplois créés dans
l'industrie qui permet l'élargissement et le renforcement des cadres du prolétariat.
Malgré les efforts déployés par les régimes bourgeois démocratiques des pays nouvellement
indépendants, malgré leur avance sur la voie non-capitaliste du développement, la formule économique de
l'Etat de la démocratie nationale n'est qu'une période préparant les conditions préalables à la construction
socialiste. Les Soviétiques critiquent souvent les théories du « socialisme de type national », reflétant les
illusions des petits-bourgeois, qui ne reconnaissent pas la lutte des classes 18. En effet, ce prétendu
socialisme est faux, car, dans la perspective soviétique, « le socialisme présenté par les leaders bourgeois
et petits-bourgeois des pays libérés n'est pas identique et est souvent même en contradiction totale avec la
conception marxiste-léniniste du socialisme. Il est toutefois significatif qu'aujourd'hui, les hommes politiques
désireux de gagner la sympathie du peuple, ne puissent pas éviter de reconnaître le socialisme comme étant
la voie qui garantit le mieux le développement des pays recherchant l'indépendance nationale, et
19
l'épanouissement complet de la nation. C'est « l'esprit du temps ».
15
Aziz AL HAJJ, ABDELKADDER EL QUAHRANI et Adnan SAFI, The True and the False Friends of Arab peoples.World Marxist
Review, Mai 1962, p. 37.
16
PONOMAREV, loc. cit., p. 44.
17
VATOLINA, L. Perspektivy promychlennogo razvitija Ob'edinennoj Arabskoj Respoubliki. Sovremennyj Vostok, 1958, N°
6, pp. 11-15.
18
Projekt programmy KPSS, loc. cit., p. 11. CHEPILOV aussi, au cours de sa visite en Egypte en été 1955, commente la
politique économique du gouvernement révolutionnaire en disant : * La politique égyptienne est axée vers le socialisme.
C'est la meilleure tendance pour un pays qui aspire aux réformes et au progrès +. Interview accordée à un correspondant
de l'AFP. Toutefois, depuis 1960, les Soviétiques ont de plus en plus manifesté leur doute en ce qui concerne le
socialisme nassérien. Il suffit de se référer à un article de V. MAJEVSKIJ publié dans la Pravda le 29 août 1961, où il
combat les prétendues variations sur le thème du socialisme, ce qu'il appelle le * socialisme lyrique + de certains pays
africains, C en exprimant une opinion catégorique : il n'existe pas différents types de socialisme, le seul socialisme qui
l'est réellement, est celui qui est fondé sur les principes marxistes léninistes. Socialisme signifie C dit Majevskij C la
liquidation des classes exploitantes et des causes qui mènent à l'exploitation de l'homme par un autre homme. La voie
qui y conduit est la révolution socialiste et la démocratie authentique, c'est-à-dire la domination de la classe ouvrière qui
marche en avant en union avec la paysannerie et avec l'intelligentsia qui se met au service du peuple. Dans cette
perspective, le socialisme arabe n'a aucune valeur et les Arabes doivent être mis en garde de ne pas se tromper.
19
PONOMAREV, loc. cit., p. 47.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 127 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Troisième partie. La nouvelle approche idéologique - Chapitre VIII. La doctrine de la démocratie nationale -
L'emploi alternatif des notions de bourgeoisie, de bourgeoisie nationale et de couches bourgeoises
supérieures, permet aux idéologues et aux politiciens de s'assurer toute latitude pour satisfaire en même
temps les exigences de l'idéologie et celles de la politique. Car, ce serait une conséquence logique de toute
l'argumentation développée depuis 1959, que de déclarer l'incapacité de la bourgeoisie nationale — grande,
moyenne ou petite, progressiste ou « compradore » — à diriger les pays libérés du joug colonial et son
inaptitude à revendiquer le droit au leadership dans le mouvement démocratique et révolutionnaire.
Toutefois, cette condamnation nuira beaucoup aux intérêts politiques de l'URSS qui a acquis une position
très favorable aux yeux des pays du Tiers-Monde au cours du processus d'émancipation, par son soutien
quasi inconditionnel de la révolution nationale. Une attitude intransigeante rendra la situation des partis
communistes et des mouvements de gauche de ces pays beaucoup plus difficile et portera ainsi préjudice au
mouvement communiste mondial. Le Proche-Orient est certainement, parmi toutes les autres régions celle
qui présente le plus grand intérêt, du point de vue de la politique extérieure soviétique, et de celui des partis
communistes locaux menacés. Les problèmes que les événements contemporains proche-orientaux posent
aux dirigeants du Kremlin ont largement contribué à l'attitude oscillante de ceux-ci à l'égard de la bourgeoisie
nationale et du dilemme que pose la prééminence de la révolution nationale sur la révolution sociale.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 128 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
PREMIÈRE PARTIE :
LA NOUVELLE APPROCHE POLITIQUE
QUATRIEME PARTIE
LES POINTS NEVRALGIQUES
DE LA POLITIQUE SOVIETIQUE
AU PROCHE-ORIENT
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 129 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre IX. L’unification et ses dangers -
CHAPITRE IX
L’unification et ses dangers
1. L’UNITE ARABE
Pour terminer cette étude de la politique soviétique post-stalinienne au Proche-Orient, il nous apparaît
utile de résumer les problèmes auxquels cette politique doit constamment faire face et qui la mettent, d'une
façon évidente, dans le plus grand embarras. Ces points névralgiques de la politique khrouchtchévienne ont
provoqué une constante oscillation de la position soviétique qui essaie d'éviter les options sans retour et les
prises de position rigides et irrévocables.
Dans le contexte politique, économique et social du Proche-Orient contemporain, trois problèmes
préoccupent plus particulièrement les dirigeants de l'URSS. Ce sont :
1. L'unité arabe en tant que réalité (non comme un idéal théorique) ;
2. Le conflit arabo-israélien ;
3. La conciliation des intérêts régionaux de l'Union Soviétique en tant que grande puissance et de ceux
des partis communistes des pays concernés.
Nous avons établi cet ordre en raison du fait que les deux premiers points névralgiques contribuèrent au
développement de la contradiction entre les intérêts de l'Etat soviétique et des partis communistes locaux,
donc à une rupture dans le mouvement communiste international, quoique nous traiterons dans un chapitre
séparé le conflit arabo-israélien.
Le chapitre concernant la nouvelle approche idéologique résume la position soviétique face aux efforts
arabes tendant à réaliser l'unité des divers Etats issus du morcellement colonial.
Cette position a considérablement évolué au cours de la période étudiée. Son tournant décisif a été la
création de la République Arabe Unie, la première réalisation, à l'époque moderne, d'une unité entre deux
Etats arabes. A partir de la naissance de cet Etat unifié, un changement fondamental survient dans l'attitude
soviétique et communiste face au problème de l'unité arabe. On verra apparaître ensuite une divergence de
vues entre les positions soviétiques officielles et celles des partis communistes locaux, en l'occurrence du
Parti communiste syro-libanais. L'unité arabe n'a jamais acquis de valeur intrinsèque, aux yeux des
Soviétiques. Elle n'est qu'un moyen d'affaiblir l'emprise occidentale dans la région et, d'une façon plus
générale, d'affaiblir le système impérialiste tout entier. Aussi, l'unité doit-elle être l'antichambre du socialisme
en encourageant les Etats associés à poursuivre une politique neutraliste et en favorisant la transmission de
l'orientation socialiste d'un pays à l'autre. Autrement dit, les efforts en vue de l'unité ne sont acceptés que
s'ils cadrent avec les intérêts à court terme de l'Etat soviétique et avec les visées de la révolution socialiste
mondiale à long terme.
Dans la première phase qui précède la création de la République Arabe Unie, les intentions des
nationalistes arabes, des communistes moyen-orientaux et des Russes concordent parfaitement. A cette
époque, l'unité arabe n'existe qu'en théorie. De ce fait, du côté soviétique, on peut la propager sans aucun
risque. En outre, les Arabes eux-mêmes, ont conçu cette unité de la même façon que les Soviétiques,
soulignant dans l'idée d'unité, l'élément anti-impérialiste. Un des dirigeants du Parti de la renaissance arabe,
Baas, le ministre des Affaires étrangères syrien de jadis, Salah Bitar, a défini ainsi l'importance de l'unité,
dans une interview accordée aux Izvestia : « ... le problème clé pour le monde arabe d'aujourd'hui c'est la
lutte contre deux types d'impérialisme qui sont en corrélation : l'impérialisme étranger de l'Occident et
l'impérialisme sioniste qui est, du point de vue territorial, au centre de ce monde. Cette lutte a deux aspects
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 130 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre IX. L’unification et ses dangers 1
distincts : l'émancipation des pays arabes de l'impérialisme et la réalisation de l'unité de la nation arabe ».
V. B. Loutskij, un des spécialistes les plus réputés de l'URSS dans les questions arabes, a écrit, au début de
1957 un article intitulé « Le problème de l'unité arabe ». Dans cet article, le stimulant le plus important du
mouvement vers cette unité est défini par « la solidarité fraternelle des peuples arabes dans leur lutte
anti-impérialiste, leur unité essentielle concernant leurs intérêts politiques, et leurs efforts communs pour
défendre l'indépendance nationale 2 ».
a) La position des communistes syriens après la création de
la République Arabe Unie
Les mouvements de gauche des pays arabes, le Parti communiste syro-libanais avant tout, se sont
toujours vivement opposés aux plans d'unification, ou de fédération d'Etats arabes, comme par exemple le
projet de la Grande-Syrie. Ils se sont surtout opposés à la proposition d'une union Syrie-Irak, avancée en
3
1954 par le Premier irakien, Al-Djamali . En 1955, au moment de la signature du pacte turco-irakien, ils se
sont toutefois prononcés pour une collaboration plus étroite des pays suivant une politique extérieure
neutraliste. Ils ont insisté surtout pour que le Pacte tripartite arabe — Egypte, Syrie et Arabie Saoudite —
4
devienne une réalité, ceci toutefois, à la condition qu'un cabinet d'union nationale soit constitué en Syrie .
Le Pacte de Bagdad ayant perdu son caractère menaçant et la crise qu'il avait engendrée ayant passé,
une rupture se manifeste au sein de la gauche du Proche-Orient, plus particulièrement en Syrie. Les
nationalistes et les baassistes se sont montrés de plus en plus favorables à une union de l'Egypte et de la
Syrie — la fusion du début de 1958 a été, en effet, leur œuvre — tandis que les communistes paraissent
beaucoup moins enthousiastes devant cette perspective. Les attaques menées contre eux dans la presse
nationaliste juste après la création de l'Etat unifié, montrent clairement la scission 5.
Malgré l'appui soviétique accordé au nouvel Etat unifié, le Parti communiste syro-libanais a manifesté très
tôt son désaccord. Il a défini sa position face à la fusion égypto-syrienne dès la mi-janvier 1955, donc avant
la proclamation officielle de la RAU. Il a proclamé, dans une déclaration diffusée et commentée dans toute la
presse 6, qu'il ne s'oppose pas à une union, mais qu'il préconise une autre forme. Cette forme serait l'union
— ou la fédération — de deux Etats arabes séparés, qui maintiendraient leur propre personnalité et leur
orientation distinctes. Il est aussi nécessaire, dans l'optique des dirigeants communistes syriens, de tenir
compte « des conditions particulières dans chacun de ces deux pays ». Ils ont surtout souligné qu'en Syrie,
tous les partis politiques peuvent poursuivre librement leur activité, ce qui n'est pas le cas en Egypte. Ils ont
dit ouvertement leur crainte que la création de la RAU entraîne automatiquement la disparition de cette
liberté dont les mouvements politiques ont joui jusqu'ici en Syrie. Leur conception est identique à celle que
les Soviétiques proclameront deux ans plus tard sous la forme de la démocratie nationale. La déclaration
communiste n'a, naturellement, fait aucune proposition concernant le système constitutionnel à adopter par
le nouvel Etat, présidentiel ou parlementaire, car les deux entités unies devaient conserver leur propre
système.
1
Propos recueillis par Kondrachov et Koratejev ; Izvestia, 5 murs l'J57.
2
LOUTZKIJ, V. B., Problema arabskogo edintstvo. Sovjelskaja Etnogra/ia, 1957, N°l, pp. 116-117.
3
er
L’Orient cite Chaled Begdache le 1 octobre 1954 : * Le peuple syrien sait bien que ce qu'on entend par projet d'union
avec l'Irak n'est qu'une forme adoptée par l'impérialisme pour le retour de l'occupation étrangère en Syrie +. Déjà le
13 mars 1954, l’Al Tiligraf publie une déclaration de Begdache dans le même sens. Elle a été reproduite intégralement le
14 mars par les journaux syriens Al Manar et Barada.
4
AW, 9 septembre 1955. Aussi, dans l'atmosphère d'agitation de l'incident de Ghaza, de la publication du Johnston Plan
et des efforts américains en vue de la mise en place de la fameuse * ceinture nordique +, on parle même d'un vacuum
militaire dans lequel se trouvait la Syrie. Cet argument favorise, lui aussi, la signature du pacte tripartite comme l’expose,
par exemple, un éditorial de l’Al Rai Al Aam. AW, 18 octobre 1955.
5
Al Incha, AW, 17 février 1958.
6
AW, 15 janvier 1958.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 131 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre IX. L’unification et ses dangers -
Les commentateurs dont, par exemple, l'éditorialiste de Al Rai Al Aam, journal baassiste, se sont
vivement étonnés de cette prise de position et, en particulier, de l'insistance des communistes sur la liberté
future des partis politiques 7. Les divergences de vues entre nationalistes, baasistes et progressistesindépendants (groupement de Chaled el-Azm), d'une part, et des communistes, d'autre part, sont devenues
évidentes et la scission inévitable.
Selon la conception nassérienne, l'Etat créé par le nationalisme arabe doit être, par définition,
monolithique et la volonté populaire ne peut être représentée que par le pouvoir. Ainsi, les partis ont dû être
dissous en Syrie comme en Egypte — exigence à laquelle les partis nationaliste et socialiste de la gauche
syrienne se sont plies volontiers. Le Parti communiste syro-libanais, toutefois, ne s'est pas incliné et s'est vu
obligé de se retrancher dans l'illégalité. Tout ce qu'il avait construit s'est écroulé, et les organisations de
masses ont dû disparaître. La création de la RAU a donc porté aux communistes syriens un coup très dur.
Après la remarquable déclaration de janvier, dont les thèmes ont été maintes fois repris par des
8
publications communistes , la résistance du Parti communiste syrien à la mise au pas nassérienne devient
de plus en plus ouverte et résolue. Chaled Begdache, qui a quitté son pays pour des « raisons de santé », a
donné une interview à l'organe communiste tchécoslovaque, Rude Pravo, au début de mars 1958.
Begdache a constaté que « l'unification des pays arabes sur la base de leur libération totale de
l'impérialisme et de leur démocratisation, a été depuis longtemps un des principes essentiels de notre
parti 9 », mais il n'a pas encore attaqué de front l'expérience tentée en Syrie par les nationalistes et
baassistes. Six mois plus tard, dans un article publié par le World Marxist Review, il n'a plus caché
l'opposition fondamentale entre la position communiste et le régime du président Nasser : « Une tentative a
été faite pour nous convaincre, a-t-il écrit, de laisser se dissoudre notre parti — au moins formellement et
temporairement — et de voter la nouvelle Constitution, laquelle est loin d'être basée sur les principes
démocratiques. Nous avons déclaré que nous sommes partisans de l'unité arabe, mais que nous ne
voterons jamais pour des principes anti-démocratiques et ne consentirons jamais à dissoudre notre parti.
10
D'ailleurs, le Parti communiste n’à aucun organe possédant l'autorité pour prononcer sa dissolution ».
A la fin de la même année, Chaled Begdache a publié un manifeste dans lequel il a clairement formulé le
point de vue de son parti 11. Après un long préambule, au cours duquel il a exposé les dangers de
l'impérialisme et insisté sur la nécessité d'unir tous les patriotes dans un front commun, Begdache se
prononce à nouveau pour une fédération avec l'Egypte, mais contre la fusion. Les deux pays doivent avoir
des parlements et des gouvernements séparés et des organes centraux pour les affaires communes
(défense, affaires étrangères, etc.). La formation de toutes ces institutions doit suivre la procédure
démocratique d'élection générale. Les libertés démocratiques et, en particulier, le droit des masses et
d'autres forces politiques nationales de s'organiser, sont à la base d'une future évolution normale. Sur le
plan extérieur, il préconise des relations fraternelles avec l'Irak ; liens amicaux avec l'URSS, la Chine
populaire et les autres républiques socialistes ; opposition farouche à l'impérialisme, y compris les
investissements de capitaux étrangers (américains, italiens, allemands, japonais, etc.). Sur le plan
économique, les revendications des communistes syriens sont les suivantes : trouver de nouveaux
débouchés aux produits agricoles syriens les plus importants (coton, maïs) ; coopération entre les deux
régions dans le seul but d'une industrialisation poussée ; réforme agraire ; augmentation des salaires
d'ouvriers ; amélioration du niveau de vie et de l'instruction.
7
Ibid.
8
Al Akhbar, de Beyrouth, 2 février et 8 mars 1958 ; AW, 3 février et 10 mars 1958 ou Al Nour de Damas, 12 avril 1958 ;
AW, 14 avril 1958. De nouveaux manifestes ont été publiés en février, AW, 16 février 1958 ; en mars, AW, 23 et 28 mars
1958, et en juillet, AW, 20 juillet 1958.
9
L'interview que Begdache a accordée à Rude Pravo, a été reproduite dans AW, 3 mars 1958. Voir aussi son article
dans la revue Poland and the World, cité par l'Agence France-Presse le 22 mars 1958. Concernant la disparition de
Begdache, CPR, 13 février 1958.
10
BEGDACHE, CH., The Crisis and the Problems of the Middle East. World Marxist Review, vol. 1, septembre 1958, p. 70.
Voir la déclaration de Begdache fin janvier dans laquelle il a déjà affirmé que son parti va continuer son travail et ne
cessera d'exister sous aucune pression. AW, 30 janvier 1958. Concernant les attaques des nouvelles autorités syriennes
et, surtout, d'Abdel Hamid Serraj, chef des partisans nasséristes, contre les partis, voir AW, 19 mars et 28 avril 1958.
11
AW, 15 décembre 1958.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 132 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre IX. L’unification et ses dangers e
En reprenant les arguments de ce manifeste, les communistes syriens ont présenté au 21 Congrès du
Parti communiste soviétique un programme. Celui-ci n'a, évidemment, pas proposé des mesures pour
consolider l'union entre l'Egypte et la Syrie ; au contraire, il a suggéré le retrait de la Syrie de cette union 12.
Ce qu'il entend par unité authentique, pour laquelle son parti a dû lutter, Begdache l'a expliqué dans son
e
intervention au 22 Congrès du Parti de l'URSS, après la rupture : « L'unité ne peut être réalisée par
l'annexion, l'expansion et la domination, pas plus que par l'asservissement d'un pays arabe par un autre.
Notre parti a et aura toujours la conviction qu'un pays arabe ne peut considérer les autres pays frères
comme son « territoire vital », qu'il ne peut pas s'efforcer de les transformer en une colonie intérieure de sa
propre bourgeoisie, que le chemin de l'unité arabe n'est pas celui de la dictature, du caprice et de la tyrannie,
qu'il ne passe pas par la spoliation, la misère et l'ignorance. L'unité arabe authentique, comme l'unité de
n'importe quel autre pays, se fera et se développera seulement sur la base de la fraternité et de l'égalité
entre les peuples arabes, tenant compte des particularités objectives de chaque pays. Elle se fera seulement
sur la base de la lutte contre les impérialismes américain, britannique et français, sur la base du maintien du
développement économique et culturel individuel de chaque Etat arabe, sur la base d'une politique nette
dont les éléments principaux sont la démocratie, la lutte résolue pour une libération nationale complète et
13
pour la paix entre les nations ».
e
A l'occasion du 21 Congrès, Khrouchtchev lui-même s'est occupé des doléances des communistes
syriens en réfutant les accusations portées contre eux mais il a aussi mis en évidence que le gouvernement
soviétique n'a eu aucun intérêt, partant aucune intention, à réviser sa politique à l'égard de la RAU 14.
On constate donc, pour la première fois, une sérieuse divergence entre les intérêts d'Etat soviétiques et
les intérêts d'un parti communiste local. Il est devenu évident que le soutient offert par les Soviétiques à
leurs camarades est conditionnel : la politique de grande puissance que poursuit l'URSS doit l'emporter sur
les considérations touchant au mouvement communiste international.
Malgré cela, les communistes syriens ne perdent pas l'espoir et continuent la lutte anti-nassérienne et
15
anti-fusionniste . Ils se sont appliqués, selon toute vraisemblance, à travailler les masses paysannes et
ouvrières du pays. Un manfeste publié en avril de la même année et distribué en Syrie, appelle ouvertement
— pour mettre un point final à l'évolution — la population à la révolte contre la domination et le régime
16
égyptiens .
Dans un article de janvier 1961, faisant allusion au troisième anniversaire de la République Arabe Unie,
Begdache a réitéré son appel aux Syriens « d'entreprendre la lutte ... pour la libération du colonialisme
égyptien », et dans ce but il propose la formation d'un front national réunissant toutes les forces saines de la
17
résistance .
12
Dans le discours de Begdache, Pravda, 3 février 1959. A ce même congrès, Salam Adil, représentant le Parti
communiste irakien, a constaté : * Toute action dirigée contre le mouvement communiste de n'importe quel pays arabe,
introduit la discorde et le schisme dans les mouvements nationaux d'autres pays arabes et détruit la solidarité de ces
pays liés par la lutte contre l'impérialisme +. Pravda, 4 février 1959.
13
Pravda, 25 octobre 1961. Déjà deux ans auparavant : * On prétend que le nationalisme arabe est supérieur aux
intérêts des Etats arabes séparés et aux intérêts des classes différentes de la population des pays arabes. Sans doute,
les intérêts de la majorité des Arabes sont inséparables au cours de la lutte contre le joug colonial. Mais,
après la libération d'un pays de la domination étrangère, les intérêts du peuple ne peuvent être ignorés. Les intérêts
de tous les Arabes ne peuvent coïncider. Pour cette raison, les tentatives qui, sous le drapeau du nationalisme, ignorent
les intérêts séparés des diverses classes de la population et les intérêts des travailleurs, demeureront inefficaces +.
Pravda, 30 mars 1959.
14
15
Voir aussi la troisième section de ce chapitre.
e
AW, 20 avril 1959. Voir son discours prononcé au 3 Congrès du Parti des travailleurs polonais, dont le texte intégral
fut publié par Al Nida et Al Beiraq, AW, 18 mars 1959 ; la déclaration citée par la France Nouvelle, AW, 6 avril 1959, et
sa déclaration donnée à l'Agence hongroise MTI, AW, 23 avril 1959. Egalement les articles parus dans la presse
libanaise, par exemple, l'article d’Al Nida, 16 février 1960 ; AW, 16 février 1960.
16
Le Parti communiste syro-libanais a publié le manifeste à l'occasion de l'anniversaire de l'évacuation de la Syrie par
les troupes françaises, donc le 17 avril. Il a été reproduit par Al Akhbar, de Beyrouth ; AW, 26 avril 1960.
17
The Agrarian Problem and the National Liberation Movement. World Marxist Review, vol. 4, janvier 1961, p. 62. Dans
e
son discours prononcé devant le 22 Congrès du Parti communiste soviétique, alors que la rupture entre l'Egypte et la
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 133 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre IX. L’unification et ses dangers -
b) La position des Soviétiques après la création de
la République Arabe Unie
Un des principes fondamentaux de la politique soviétique extérieure a été, depuis toujours, de s'opposer
par tous les moyens possibles au rapprochement, à l'alliance, et, surtout, à la fusion des Etats dans des
régions limitrophes d'importance vitale, ou de prévenir une telle éventualité. Ce principe a guidé, plus
particulièrement, la diplomatie de Moscou en Europe et au Proche-Orient. Il faut donc empêcher à tout prix
l'apparition d'une nouvelle puissance là où avant n'existaient que de petites nations impuissantes, la
naissance d'une force militaire qui peut être le résultat d'une telle intégration et la perspective d'une alliance
de cette nouvelle puissance avec l'Occident.
Au Proche-Orient, les divers pays arabes — l'Egypte, la Syrie, la Jordanie et même l'Arabie Saoudite et
l'Irak — sont tous les bienvenus, individuellement, comme alliés de l'URSS, mais une fusion entre eux ne
peut être que contraire aux intérêts d'Etat de l'Union Soviétique, car elle bouleverserait l'équilibre qui assure
la marge de jeu à sa diplomatie. Ce que l'URSS redoute le plus c'est la création d'une forte puissance arabe
au Proche-Orient, laquelle — alliée à l'Occident — pourrait lui faire face avec succès. En outre, et c'est la
seconde raison de l'opposition soviétique à l'unification des Etats arabes, un Etat arabe fédéré ou uni,
possédant un gouvernement central fort, pourrait extirper ou affaiblir l'influence des groupes pro-soviétiques.
Déjà avant la création de la République Arabe Unie, les Soviétiques sont conscients du fait qu'une
suprématie nassérienne peut entraîner la suppression, voire la simple disparition, dans la marée nationaliste,
des groupes communistes relativement stables qui existent — la plupart clandestinement — dans les pays
arabes les plus proches de l'URSS, en Syrie, en Jordanie et en Irak.
La faillite virtuelle de la Ligue arabe, considérée comme une création britannique, a, bien entendu, causé
une vive satisfaction aux dirigeants russes. Après l'échec de cette tentative ils ne sauraient facilement
accepter l'apparition d'une nouvelle unité, plus forte que ne l'était l'instable ligue précédente. Ainsi, la
naissance de la République Arabe Unie a plongé les dirigeants soviétiques dans un dilemme très
embarrassant. Aider le gouvernement nassérien et maintenir des relations amicales avec le nouvel Etat
signifie sacrifier des espoirs et des projets relatifs à une éventuelle « communisation » de la Syrie et de la
Jordanie, mais aussi, et c'est encore plus grave, la perte des meilleurs amis et des fidèles soutiens de la
politique soviétique au Proche-Orient. Après la mainmise de Nasser sur la Syrie, les groupes de gauche non
nationalistes vont se démanteler sous la pression du pouvoir et le Parti communiste doit se retirer dans
l'illégalité. Par conséquent, selon la politique marxiste orthodoxe, un appui inconditionnel permanent est
devenu impossible.
En toute logique, on aurait dû reconnaître que l'attitude adoptée envers le nationalisme arabe ne s'avérait
pas justifiée ; que l'option en faveur de ce nationalisme n'était qu'une faute — et que toute la politique
khrouchtchévienne vis-à-vis du Proche-Orient se présentait comme une série de bévues. En plus des
conséquences qu'elle entraînerait sur le plan intérieur, une telle volte-face soviétique aurait coupé court à
toutes les possibilités, pour l'URSS, d'intervenir et d'influencer le processus de décolonisation. L'abandon de
la politique poursuivie depuis 1955 signifie donc un retour à l'isolement.
Tout au long des premiers jours qui ont suivi la proclamation de la nouvelle République Arabe Unie, la
presse soviétique garde un silence profond. La décision visant à maintenir le soutien offert au nationalisme
arabe et au régime nassérien a été toutefois, assez vite prise. Les organes officiels et les organes de
propagande ont repris « l'attitude amicale » à leur égard 18. L'URSS est parmi les premières puissances
étrangères à reconnaître la RAU.
Syrie était déjà consommée, Begdache a déclaré : * La chute de l'union entre l'Egypte et la Syrie n'est pas la chute de
l'idée de l'unité arabe, mais la débâcle de la politique anti-démocratique, de la politique anti-communiste +. Pravda,
25 octobre 1961.
18
DEMTCHENKO, P. Raskrytije imperialistitcheskogo zagovora v Sirii. Pravda, 15 février 1958 ; Obozrevatel',
Mejdounarodnoje obozrenije : Vaznyj vklad v edinstvo arabskih narodov, Pravda, 15 février 1958. Halid MOHI ED-DIN,
OAR i jejo rol' v bor'bje protiv imperializma, Pravda, 25 avril 1958.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 134 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre IX. L’unification et ses dangers -
Par la suite, et parallèlement à l'évolution de la situation dans la RAU, évolution en tous points
défavorable aux communistes syriens mais acceptée, malgré elle, par l'URSS, un nouveau facteur est
intervenu dans le contexte proche-oriental : la révolution irakienne du général Kassem. Bien qu'il s'agisse
d'une révolution militaire victorieuse, elle représente, néanmoins, la volonté populaire et instaure un régime
sinon démocratique, du moins extrêmement favorable aux mouvements de gauche et, particulièrement, au
Parti communiste irakien. Désormais, une base de comparaison existe : aux yeux des communistes
l'expérience kassémiste est plus authentiquement nationaliste que celle de Nasser.
De plus, les événements d'Irak ont offert à l'Union Soviétique une alternative au régime nassérien.
Désormais, rompre avec Nasser ne signifie pas rompre avec le nationalisme arabe, mais seulement
désapprouver une des tendances du mouvement. Entre les conceptions des deux dirigeants nationalistes
décrites avec une admirable perspicacité par Benjamin Shwadran 19, celle du général Kassem convient
incontestablement mieux à l’Union Soviétique que le radicalisme impitoyable et intransigeant de Gamal
Abdel Nasser.
L'opposition croissante du Parti communiste syrien à l'égard de la politique intérieure du gouvernement de
la RAU, a sans doute fortement influencé sinon la politique officielle, du moins la pensée et l'opinion publique
soviétiques. K. Ivanov a écrit deux articles dans d’International Afjairs de Moscou, en 1958 et au début de
1959. Il y présente un bilan des efforts entrepris pour créer l'unité arabe, à la lumière de la leçon tirée de
l'évolution de la RAU. Il réaffirme que le mouvement pour l'unité, qui en raison des données objectives
différentes des pays arabes prend diverses formes, ne peut avoir qu'une seule base valable et un but
20
unique : la lutte contre l'impérialisme ennemi principal des Arabes . « En tant que marxistes, dit en
conclusion Ivanov, nous ne sommes, en aucun cas, disposés à faire de l'unité arabe comme telle un fétiche
(encore moins du panarabisme), ou à ignorer qu'en des circonstances particulières, elle puisse être
exploitée, d'une façon temporaire, par des forces réactionnaires qui s'efforcent d'empêcher le
21
développement et le progrès des peuples arabes ».
On peut aussi déceler le changement de l'attitude soviétique à l'égard du Parti Baas. En tant que porteparole de la gauche nationaliste ce parti jouissait auparavant de la sympathie et de l'appui moral soviétiques.
A la suite de la campagne anticommuniste dans la RAU, et, surtout, après le complot avorté (désigné
comme la « conspiration des Baassistes ») d'Abd es-Salem Aref, colonel à l'époque, le Parti Baas
est devenu la cible de toute attaque soviétique dans le monde arabe. Son hostilité envers le communisme
en général a été, naturellement, la raison principale de cette volte-face. Toutefois, comme ce parti
a aussi propagé des idéaux panarabes, les Soviétiques l'ont d'autant plus suspecté. Milovanov et
Sejfoul'-Mouljoukov considèrent, dans leur étude sur l'Irak, les dirigeants baassistes comme téléguidés par
l'étranger, mécontents de la politique indépendante poursuivie par le général Kassem et prêts, à tout
moment, à trahir les intérêts du peuple. Les Soviétiques ont particulièrement accusé le coup, étant donné
que ce parti se considérait comme l’avant-garde du mouvement de libération nationale. C'est pourquoi, ils
écrivent que le Baas « adopte une position ultranationaliste accusant les autres forces nationales de
22
modération dans la lutte qu'il mène contre les organisations progressistes de l'Orient arabe ».
c) La grande crise
La première grande confrontation entre le nationalisme arabe et les forces communistes, aura des
répercussions dans tout le Proche-Orient. Elle s'est produite au début de 1959. En effet, le régime
19
SHWDRAN, B., The Power Struggle In Iraq. MEAff, vol. 11, 1960, N° 5, pp. 160-161.
20
IVANOV, K., The Middle Eastern Situation. International Affairs, Moscou, janvier 1959, p. 80.
21
IVANOV, K., A New Arab State. International Affairs, Moscou, mars 1958, p. 57.
22
MILOVANOV, I., SEJFOUL'-MOULJOUKOV, F., Irak vtchera i segodnja. Moscou, Gospol, 1959. La dénonciation du parti
Baas comme * ultra-nationaliste + et * panarabe + (cette dernière expression étant utilisée au sens péjoratif se trouve
aussi dans l'article de VIKTOROV. L., Baasisty na slouzbe reaktzii. Sovremennyj Vostok, N° 1, 1960, pp. 27-28). Voir aussi
l'article révélateur paru dans l’Orient de Beyrouth, en octobre 1959 ; AW, 10 octobre 1959.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 135 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre IX. L’unification et ses dangers -
révolutionnaire irakien a rendu des services considérables aux communistes et à la politique soviétique. Il a
assuré l'espace vital indispensable aux mouvements de gauche et au Parti communiste 23 et, en outre, a
offert à la diplomatie russe une alternative face à la tendance nassérienne.
En hiver 1958-1959, la situation en Irak est devenue extrêmement tendue et les relations entre
nationalistes arabes, dont les nassériens en premier lieu, et les groupements communistes ou
sympathisants, se sont rapidement détériorées. Une guerre civile éclate. Certaines couches de la population,
tels les minorités et les groupes communistes bien armés, y compris une milice puissante, se sont livrés à
24
des massacres de nationalistes .
La réaction, très violente, ne s'est pas fait attendre dans toute la RAU. Ces événements provoquent une
réelle déception dans les milieux qui auparavant ont fait preuve d'une vive sympathie envers l'URSS. Le
président Nasser s'est livré à des attaques véhémentes contre « le terrorisme communiste qui règne à
25
Bagdad aux dépens du nationalisme arabe
». Il a dénoncé les communistes arabes comme les agents
d'une puissance étrangère et le général Kassem comme le serviteur docile des communistes.
En condamnant également l'athéisme, Nasser s'est surtout élevé contre le communisme qui « élimine le
patriotisme et le nationalisme au nom d'une fausse démocratie 26 ».
En Union Soviétique, il n'y eut pas de commentaire immédiat. La réponse est donnée par Khrouchtchev,
le 16 mars 1959, lors d'une réception en l'honneur d'une délégation irakienne. Le discours de Khrouchtchev
est une pièce maîtresse de la diplomatie. Réfutant les allégations de Nasser, il ne coupe toutefois pas les
ponts avec la République Arabe Unie. Il est évident qu'il prend la défense du communisme et rejette les
accusations portées contre les communistes arabes. Il s'insurge surtout contre l'accusation qui fait des
27
communistes arabes les agents d'une puissance étrangère et non de bons patriotes . Le chef du
gouvernement soviétique se montre surpris que les liens entre l'Irak et l'Egypte, deux pays frères, puissent
se détériorer à un tel point, bien que tous deux poursuivent une politique de neutralisme et d'indépendance
nationale. Khrouchtchev attribue la raison d'un tel état de fait aux conceptions erronées de Nasser sur l'unité
et à ses efforts pour forcer l'Irak à se joindre à la République Arabe Unie. « Il est clair que le problème de
l'union entre Etats doit être résolu par une décision prise par les peuples des pays concernés. C'est à eux de
décider s'ils veulent former une unité ou maintenir leur développement national indépendant ; s'ils veulent ou
non former une fédération ou une confédération. L'Union Soviétique n'intervient ou n'interviendra pas dans
de telles affaires. Cependant, nous ne pouvons pas nous montrer indifférents à une situation qui se
développe dans une région non loin de nos frontières, et nous pouvons exprimer notre attitude concernant
les événements qui y ont lieu ... La fusion de plusieurs Etats en un seul est une question complexe.
L'expérience de l'histoire montre que les peuples, en particulier quand ils se sont libérés tout récemment de
la dépendance étrangère, sont jaloux de leurs droits souverains et sont extrêmement sensibles à toutes les
tentatives violant leurs droits. La fusion des Etats n'est avantageuse pour les peuples que lorsque les
conditions économiques et politiques sont mûres et que toutes les caractéristiques des Etats à unir sont
prises en considération ... Une union prématurée ne mène pas à la consolidation de l'unité des peuples,
mais la sape ... Il n'y a pas une consolidation de l'unité mais une désunion des forces. Qui tire profit d'un tel
état de choses? Seuls les ennemis de la liberté, seuls les impérialistes 28 ».
Khrouchtchev a donc entièrement accepté et reconnu les doléances de ses camarades malchanceux,
mais il n'est pas allé plus loin. Il s'est prudemment gardé d'identifier les intérêts soviétiques à ceux des
communistes syriens persécutés. Par ce discours, la rupture entre les deux est consommée. Le maintien
des relations avec la RAU s'est avéré plus important. Il a aussi nettement affirmé que les relations
23
Voir l'article de RALEIGH, J. S. The Middle East in 1959: A Political Survey. MEAff, vol. 11, 1960. N° 1, pp. 4-5.
24
Voir la presse cairote de l'époque, CPR, février-mars 1959. Selon certains journaux, les avions qui ont bombardé
Mossoul, étaient pilotés par des Russes, CPR, 5 et 13 avril 1959.
25
Discours du président Nasser à Damas, 11 mars 1959. NASSER, Gamal Abdel, Speeches. Cairo, UAR Inf. Dept. 1960,
Vol. 1, p. 122.
26
Voir le discours cité précédemment et ceux prononcés les 12, 13, 14 et 15 mars. Ibid., pp. 121-154.
27
Pravda, 17 mars 1959.
28
Voir aussi Pravda, 30 mars 1959.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 136 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre IX. L’unification et ses dangers -
URSS-RAU « seront à l'avenir ce qu'elles étaient jusqu'ici. Quand nous avons établi des relations amicales
avec la République Arabe Unie nous étions conscients des vues anti-communistes du président Nasser ».
On ne saurait parler plus clairement.
Après cette réponse du Premier soviétique et, surtout après la réplique du président Nasser dans laquelle
il a déclaré que l'Egypte s'est trouvée seule au moment de l'attaque tripartite, ne recevant même pas
l'assistance de l'Union Soviétique 29, une controverse violente oppose les organes officiels de presse russe
et ceux de la RAU. Le discours de Khrouchtchev est considéré par les quotidiens cairotes comme une
attaque fondamentale contre le nationalisme arabe, tandis que la Pravda parle d'un malentendu, en
30
répétant, toutefois, les thèmes développés par le chef du gouvernement soviétique .
Les informations soviétiques ont été, à partir du moment de la scission entre l'Egypte et la Syrie en 1961,
d'une impartialité scrupuleuse. Les événements des premiers jours sont rapportés ainsi que le discours
31
prononcé par le président Nasser, sans commentaires . La Pravda s'est largement étendue, sur la base
d'une dépêche de l'agence Reuter, sur le programme du nouveau gouvernement syrien : restauration des
libertés démocratiques, réforme de l'armée, programme économique, amélioration des relations avec « tous
les pays tendant vers la Syrie la main de l'amitié », etc. 32. Toutefois, on ne mentionne rien de la prétendue
résistance populaire dont parle l'émetteur du Caire.
Du point de vue idéologique, la leçon de la fusion égypto-syrienne sera tirée, de la façon la plus claire,
avant la scission déjà. En décrivant les problèmes de l'unité en Afrique, Plychevskij remarque, en juillet
1961 : « Les peuples africains qui s'efforcent de réaliser l'unité ... ont devant eux le déplorable exemple de
l'Egypte et de la Syrie. Comme on le sait généralement, l'union, dans ce cas n'est autre qu'une subordination
33
de la Syrie à l'Egypte ».
29
* Nous avons compté seulement sur Dieu et sur nous-mêmes. Neuf jours entiers durant, nous avons lutté contre la
Grande-Bretagne, la France et l’Israël, en nous appuyant uniquement sur Dieu et sur notre propre force. La seule nation
qui ait insisté pour lutter dans la bataille à nos côtés fut la Syrie ... Du 29 octobre jusqu'au 6 novembre, nous n'avons
reçu l'aide de personne, à l'exception d'une consolation morale et spirituelle. Toutefois, des journaux communistes
prétendent aujourd'hui que nous nions la vérité ... J'aimerais que le monde entier sache la vérité : il n'y avait pas de
soutien de Moscou, même pas une promesse d'aide +. AW, 31 mars 1959. Voir aussi : CPR, 1er avril 1959. Ces propos
du président Nasser semblent contredire d'autres qu'il a tenus, par exemple, au correspondant du périodique Look, dans
une interview donnée le 16 juin 1957 ; CPR, 16 juin 1957. Il explique qu'un seul pays est venu à l'aide de l'Egypte lors
des délibérations au Conseil de sécurité et c'est l'Union Soviétique.
30
Dépêche de KONDRACHOV du Caire, Pravda, 18 mars 1959 ; article dans la Pravda, le 30 mars 1959.
31
Le premier rapport a paru dans la Pravda du 29 septembre 1961 ; la Pravda et l’Izvestia ont publié un compte rendu
de 800 mots du discours du président Nasser, le 7 octobre 1961.
32
Pravda, 1er octobre 1961.
33
PLYCHEVSKIJ, I. Some Problems of the Independence Struggle In Africa. World Marxist Review, vol. 4, juillet 1951, p.
36.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 137 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre IX. L’unification et ses dangers -
2. L'URSS ET LES PARTIS COMMUNISTES LOCAUX
Pendant la première période de l'ère poststalinienne, on assiste à un divorce inévitable entre les intérêts
d'Etat soviétiques et les intérêts des divers partis communistes qui ne sont pas au pouvoir : c'est la fin du
mythe stalinien tendant à établir l'identité entre les deux. L'évolution accomplie durant cette phase est un
prélude à la restructuration polycentrique du communisme mondial. Elle a plongé le bloc soviétique dans une
crise générale dont la manifestation la plus évidente est le conflit sino-soviétique. Les relations entre
l'Union Soviétique et les partis communistes des différents pays arabes — le troisième point névralgique de
la politique soviétique au Proche-Orient — s'insèrent donc dans cette époque critique du mouvement
communiste international.
D'aucuns pourraient dire que les changements évoqués ne sont pas réels, mais illusoires, car les intérêts
de l'Etat des Soviets ont toujours prévalu, selon la formule de Staline, sur les intérêts des partis
communistes dans d'autres pays. Ils citeraient à l'appui de cette thèse le soutien stalinien accordé au
mouvement de Tchang Kaï-Chek au lieu de l'accorder aux communistes chinois. Toutefois, il ne nous
semble pas que cet argument soit valable, car même s'il y a une parallèle historique apparente, les motifs en
sont différents. A l'époque stalinienne, il y a une identité réelle entre les intérêts du communisme mondial et
ceux de l'Union Soviétique, le seul Etat où le prolétariat ait saisi le pouvoir. L'action concertée au sein du
Komintern s'est justifiée. Mais la Russie soviétique de Khrouchtchev n'est plus ce qu'était l'Union Soviétique
de Staline : sur les plans militaire, politique et économique, elle est une des deux grandes puissances
mondiales. Elle suit ses propres objectifs, sans trop s'appuyer sur les partis communistes en Europe
occidentale et dans les pays du Tiers-Monde. Elle ne tient pas compte de leurs intérêts quand ils ne servent
pas ses propres buts, car l'espoir de lancer la révolution mondiale est déjà du passé. La force nucléaire de
l'URSS la dispense, en réalité, de prendre en considération la position et l'opinion de ses partenaires
communistes et l'état de son économie diversifiée et hautement développée la contraint à s'entendre avec
les pays capitalistes au même stade de développement. Conséquence de cette évolution, les problèmes se
posent pour l'URSS plutôt au niveau d'Etat à Etat que de parti à parti.
L'accession des pays du Tiers-Monde à l'indépendance influence aussi la politique de l'URSS.
Ce phénomène l'oblige à transformer ses relations extérieures, et à mettre l'accent sur les rapports entre
Etats plutôt qu'entre partis communistes. Les jeunes Etats émancipés de la domination coloniale sont très
susceptibles à tout ce qui paraît ou peut paraître menacer leur indépendance, à toute intervention dans leurs
affaires intérieures. Ils ont acquis cette indépendance par une révolution nationaliste et non pas par une
révolution socialiste dans le sens marxiste-léniniste du terme. Ils sont dirigés par des éléments qui
proviennent, en général, de la classe moyenne. Ces éléments constituent l'élite nationaliste des pays en
question. Leur politique intérieure, économique et sociale même si elle se réclame de socialisme, n'a pas
permis l'action des partis communistes locaux qui, par définition, visent au renversement des
gouvernements nationalistes.
Enfin, ces nouveaux Etats se sont tournés vers l'URSS, tendant ainsi la main à l'adversaire de leurs
anciens oppresseurs et lui offrant par là même une possibilité d'action inespérée. Le climat est donc là pour
un changement d'attitude soviétique.
a) Distinction entre politique soviétique et action des partis
communistes locaux
Logiquement, les dirigeants soviétiques s'efforcent de faire valoir aux yeux des communistes arabes une
distinction entre la politique de l'Etat des Soviets et l'action des différents partis communistes nationaux.
Cette intention est diamétralement opposée à celle qui régissait auparavant les relations de l'URSS et des
partis communistes, quand la dépendance de ces derniers à l'égard de Moscou a été considérée comme
naturelle. Toutefois, au moment de la révolution d'Atatürk, Staline adopte une attitude semblable à celle que
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 138 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre IX. L’unification et ses dangers -
nous décelons à l'ère poststalinienne. L'attitude soviétique à l'égard du nassérisme pose les mêmes
dilemmes que la position russe face au kémalisme 34.
De 1955 à 1957, il existe encore une corrélation incontestable entre la position soviétique et les
déclarations des dirigeants communistes proche-orientaux, au sujet des affaires de la région.
Cette corrélation se manifeste par le fait que les journaux russes citent en abondance les déclarations de
Chaled Begdache et de ses homologues.
En même temps, on trouve à cette époque déjà les signes d'une intention de marquer la différence entre
la politique soviétique et le communisme local. En 1955, dans le contexte de la préparation psychologique à
l'accord égypto-tchèque sur les livraisons d'armes, l'ambassadeur soviétique au Caire, Daniel Solod, a fait
une déclaration citée par le journal syrien Bark al Chimal le 14 septembre. Il affirme que la politique de
l'URSS consiste à établir une coexistence pacifique, et qu'elle est prête à donner des garanties afin
d'assurer les pays arabes que « la Russie et les Etats du bloc oriental n'entreprendront aucune action ayant
pour but de propager les idéologies communistes ; que toute action communiste à l'intérieur d'un pays arabe
n'a rien à voir avec l'Union Soviétique ».
Une décision intervient lors de la création de la République Arabe Unie, c'est-à-dire au moment où le
gouvernement du président Nasser s'est tourné contre le Parti communiste syro-libanais, le plus important
au Proche-Orient. A la suite de la création de la RAU et des expériences faites au cours de son existence, le
divorce entre les intérêts d'Etat soviétiques et les intérêts des partis communistes nationaux est consommé.
Khrouchtchev déclare dans son rapport au 21e Congrès du Parti soviétique que « tous les partis
communistes sont indépendants et conçoivent leur politique selon les conditions concrètes de chaque pays
35
». Il affirme à plusieurs reprises que l'URSS n'a aucune intention d'intervenir dans les affaires intérieures
des pays arabes et que malgré ce qui s'est passé, elle continuera sa politique d'aide et d'assistance à l'égard
de la République Arabe Unie 36. Lors d'une interview accordée en novembre 1959 à Salah Salem, à l'époque
37
rédacteur en chef d’Al Goumhourija , le Premier soviétique a de nouveau et encore plus nettement défini la
position de son pays face aux problèmes des communistes arabes : « Nous avons une sympathie partagée
avec ceux qui adoptent nos idéaux. C'est tout à fait naturel. Mais il n'existe pas le moindre lien direct entre
nous et eux. Je crois que la situation actuelle dans les pays arabes ne favorise pas la mise en place d'un
système communiste ». Khrouchtchev se réfère, bien entendu, à la coexistence, le grand mot d'ordre de sa
politique, en disant : « Il n'y a pas de crise dans nos relations avec vous. Certes, nos croyances, nos idéaux
politiques sont différents. Votre croyance diffère de la nôtre. A mon avis, des nations à diverses croyances et
à divers systèmes peuvent vivre côte à côte en paix 38 ».
Les développements qui suivent la fusion de l'Egypte et de la Syrie et, plus particulièrement, la crise qui
éclate après les événements d'Irak entre nationalistes et communistes arabes, ont donné lieu à un dialogue
34
Voir LAQUEUR, W. Z. The * National Bourgeoisie +, A Soviet Dilemma in the Middle East. International Affairs, London,
juillet1959, pp. 325-326 ; Mizan Newsletter, vol. 2, janvier 1960.
35
KHROUCHTCHEV, N. S. O kontrolnyh tzifrah razvitija narodnogo hozjajstva SSSR na 1959-1965 godou. Pravda,
28 janvier 1959.
36
Interview avec R. K. KARANGIA, rédacteur d'un périodique indien ; NASSER, Gamal Abdel, Speeches, 1959,
pp. 532-548.
37
Interview avec Salah Salem au début de novembre 1959. CPR, 10 novembre 1959. Il y a certainement une hésitation
dans les milieux soviétiques : en avril encore des milieux diplomatiques de Berlin Est C selon la presse arabe C émettent
l'opinion que si la République Arabe Unie ne cesse pas la persécution des communistes, l'URSS va suspendre
immédiatement son assistance. AW, 13 avril 1959. Toutefois, il semble que la raison d'Etat ait prévalu sur la solidarité.
38
Dans un discours prononcé devant l'électorat d'un district de Moscou, Khrouchtchev a dit : * Le colonel Nasser est un
nationaliste arabe et moi, je suis un communiste soviétique. Il est évident que lorsque nous parlons des sujets touchant à
l'idéologie nous exprimons des vues différentes. C'est naturel ... Nous n'avons jamais considéré, toutefois, que les
relations entre Etats à systèmes sociaux différents soient envisagées du point de vue de la position idéologique de leurs
dirigeants respectifs. S'il en était ainsi, il serait impossible C vous le concevez bien C d'assurer la coexistence pacifique
entre divers Etats. Les questions relevant de la politique intérieure regardent chaque gouvernement et chaque nation.
Ce que chacun d'eux désire ou rejette C c'est leur affaire intérieure. Il peut même se produire qu'une nation ne soit pas
contente de l'état de choses existant, mais elle le supporte car les conditions données ne permettent pas de le changer
C c'est la raison pour laquelle la nation continue à vivre en ces conditions +. Pravda, 25 février 1959.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 139 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre IX. L’unification et ses dangers 39
véhément entre la presse soviétique et égyptienne . De cette campagne de presse nous ne citerons que
l'article de I. Alexandrov qui a paru dans la Pravda du 17 juin 1959, sous le titre « Interprétation déformée ».
Il présente d'une façon nuancée la position soviétique et démontre la distinction introduite par les dirigeants
russes entre la politique soviétique et l'action des communistes arabes. Selon Alexandrov, tout le monde sait
que l'Union Soviétique poursuit son orientation politique léniniste qui consiste dans le respect scrupuleux du
principe de la non-intervention dans les affaires intérieures des autres pays. Plusieurs pays d'Asie et
d'Afrique ont des systèmes politiques entièrement différents de celui de l'URSS, mais ce fait n'a toutefois pas
empêché les Soviétiques de coopérer avec eux sur le plan des relations interétatiques. Mais la politique de
non-intervention dans les affaires intérieures d'autres pays ne signifie pas, déclare Alexandrov, que le public
et la presse soviétiques n'aient pas le droit de se prononcer sur tel ou tel événement. Il est naturel que les
gens, en Russie, sympathisent avec ceux qui luttent pour les intérêts du peuple. Les communistes sont au
premier rang, et ils obéissent en cela à l'esprit de l'internationalisme prolétarien. Cette sympathie ne doit pas
mener à une querelle idéologique. Comme Kondrachov, correspondant de d’Izvestia l'a remarqué, les
Soviétiques se proposent « de laisser le règlement des controverses idéologiques à l'histoire 40 ».
La politique soviétique et les organes de propagande russe suivent donc cette nouvelle orientation et ne
se lancent plus dans des attaques proprement dites contre le régime nassérien et contre l'action entreprise
dans la RAU à l'égard du Parti communiste. Ils ne font que défendre l'Union Soviétique contre l'accusation
qu'elle aurait l'intention d'intervenir dans les affaires intérieures du nouvel Etat arabe unifié. Naturellement,
les communistes et en premier lieu, Chaled Begdache, continuent leur lutte contre la « tyrannie », et leur
position est défendue par l'émetteur de Sofia, cela vraisemblablement parce que le numéro un des
41
communistes proche-orientaux réside en Bulgarie . Certes, le divorce entre les intérêts soviétiques et les
intérêts communistes ne s'impose pas à l'égard d'un pays comme la Jordanie — où Soviétiques et
communistes condamnent sans réserve le régime du roi Hussein — et comme l'Irak de Nouri Said. Ce
dernier pays a obtenu, après la révolution de juillet 1958, l'appui entier de Moscou. Les communistes locaux
y ont déployé une activité fébrile et intense, pouvant mener, à en croire les journaux cairotes de l'hiver 1959,
à une prise de pouvoir des communistes 42. Toutefois, l'action insensée et précipitée des communistes
irakiens a tellement desservi et les intérêts soviétiques, et leurs propres intérêts, qu'ils sont obligés,
également sous la pression des dirigeants russes, de faire marche arrière et de procéder à une autocritique.
Ils dénoncent leurs « erreurs politiques qui découlent d'une déviation à gauche » et de l'opportunisme de
certains éléments « infiltrés » dans le parti 43. Ainsi, bien que la dictature du général Kassem ait restreint
leurs activités, les communistes proche-orientaux sont prêts à lui accorder leur soutien 44, sans doute pour
des raisons tactiques et pour pouvoir s'appuyer sur l'Irak, face au nationalisme arabe nassérien.
39
Du côté soviétique on peut mentionner entre autres la Komsomolskaja Pravda du 8 février ; la Pravda du 19 février,
répondant à un article de Fikri ABAZAH publié dans Al Moussawar ; un autre article de la Pravda, le 31 mai ; les attaques
parues dans le Bakinskij Rabotchij (18 novembre), et dans les Nouveaux Temps, N° 42, 1959. Du côté arabe, le Cairo
Press Review comme The Arab World reproduisaient d'innombrables articles traitant des relations soviéto-arabes ou
attaquant le communisme sous toutes ses formes, mais en le distinguant toujours de l'URSS. Ainsi, il faut feuilleter le
CPR du 3 janvier ; des 14, 18, 19, 24, 26 et 28 mars ; des 4, 6, 11 et 16 avril ; du 5 septembre et du 12 octobre 1959 ;
l’AW du 30 décembre 1958 ; des 8, 28 et 29 janvier ; du 20 février ; des 2 et 6 avril ; du 12 mai et du 17 septembre 1959.
40
Izvestia, 8 janvier 1960.
41
CPR, 25 avril 1959 ; AW, 29 janvier 1960.
42
Le nouveau complot, Al Ahram, CPR, 27 décembre 1958 ; rumeurs sur l'agitation communiste en Irak, Akhbar El Yom,
CPR, 10 janvier 1959 ; article de Moustafa AMIN dans Akhbar El Yom, intitulé : Le téléphone rouge gouverne Bagdad.
Juifs et étrangers sont les dirigeants des partis communistes arabes, CPR, 21 mars 1959 ; collaboration entre sionistes
et communistes dans Rosa el-Youssef, CPR, 13 avril 1959 ; Orient, Beyrouth : c'est Nasser qui pousse Kassem dans les
armes des communistes, AW, 13 avril 1959 ; communistes syriens se réorganisent en Irak, Al Chaab, CPR,
14 avril 1959 ; contradiction entre communistes et les démocrates en Irak, de Kamel Jaderji, Al Sahafa, AW,
15 mai 1959 ; et Les instructions secrètes du parti communiste irakien, dans l’Al Sahafa et plusieurs autres journaux
damascènes, AW, 29 juin 1959.
43
Dans l'organe du parti communiste irakien, Ittihad Al-Chaab, 3 août 1959 ; publié in extenso dans le Kommounist,
N° 12, 1959, et en version abrégée dans la Pravda, 17 août 1959.
44
Begdache a, malgré tout, insisté auprès de la gauche irakienne de ne pas empêcher le cours normal de la révolution
dans le pays, AW, 20 mai 1959.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 140 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre IX. L’unification et ses dangers -
A la lumière de cette évolution, on peut tomber d'accord avec le journal libanais Al Sahafa, qui déjà en
1958 suggère que la différence entre la politique soviétique et l'action des partis communistes locaux, réside
dans le fait que les derniers sont encore des stalinistes, c'est-à-dire qu'ils suivent la ligne de l'idéologie
orthodoxe et politique, tandis que les Soviétiques adoptent une attitude réaliste, mais apparemment
45
hérétique . Par conséquent, il n'est pas étonnant que les Chinois aient pris parti en faveur des
communistes proche-orientaux et, selon une information parue dans les quotidiens égyptiens, le parti chinois
a revendiqué à cette époque le contrôle des partis communistes arabes, dont la Bulgarie 46 avait été
chargée, à en croire les quotidiens cités. Les germes du conflit sino-soviétique apparaissent dès 1959. Ils se
manifestent par l'attitude différente adoptée par les Russes et par les Chinois à l'égard du problème des
partis communistes proche-orientaux. L'option en faveur du nationalisme aux dépens de la révolution
sociale, est devenue une hérésie, mais elle est conforme aux intérêts de l'Etat des Soviets.
b) L'attitude arabe et la distinction entre l'URSS et les partis
communistes locaux
La nouvelle politique soviétique de distinction entre l'action de Moscou sur le plan interétatique et l'action
des partis communistes locaux, est véritablement une œuvre maîtresse. Elle témoigne du réalisme de
l'équipe post-stalinienne. Elle est aussi la réponse aux espérances proche-orientales qui reflètent les
besoins politico-psychologiques des pays arabes.
L'opinion publique arabe est consciente de toutes les erreurs que les communistes ont accumulées dans
les pays arabes, soit concernant l'Algérie (voir la prise de position du Parti communiste français en 1956), la
Palestine, ou la révolution de 1941 en Irak, soit durant le mandat français en Syrie et au Liban, ou à l'égard
du nationalisme égyptien et de la révolution de juillet 1958 en Irak 47. Elle se rend compte de la dépendance
des partis communistes proche-orientaux vis-à-vis d'une puissance étrangère, et refuse d'admettre cette
48
ingérence .
On pourrait dire que les Arabes, ceux protagonistes du neutralisme positif, avaient conçu avant les
Soviétiques cette nouvelle approche politique en les invitant à se dissocier des communistes
proche-orientaux. Le président Nasser déclare en 1955, au sujet de sa visite projetée en URSS : « Cette
visite n'est pas en contradiction avec nos principes anticommunistes. Le communisme en Egypte est
considéré comme une violation de la loi. D'ailleurs, l'ambassadeur soviétique m'a assuré que son
gouvernement n'avait aucun rapport avec les communistes se trouvant en Egypte. Rien ne nous empêche
de resserrer les liens économiques avec la Russie, même si nous internons les communistes et si nous les
49
déférons devant nos tribunaux
». En été 1957, dans l'interview déjà plusieurs fois citée, accordée à
William Attwood, correspondant du périodique américain Look, Gamal Abdel Nasser répond par l'affirmative
à la question de savoir s'il pense toujours, comme en 1954, que les communistes représentent un danger
pour le monde arabe. Il a expliqué que le but du parti communiste local n'a pas du tout changé : il reste
toujours la prise du pouvoir et l'instauration, en Egypte, du système collectif. C'est pour cela que le parti doit
45
AW, 23 décembre 1958.
46
CPR, 3 octobre 1959. Selon une déclaration du ministre des Affaires étrangères de l'Irak à l’époque de Kassem,
Jawad, la Chine populaire a incité les communistes de son pays à la révolte ouverte contre le régime révolutionnaire,
CPR, 26 septembre 1959. Concernant les attaques contre la Chine populaire dans la presse nationaliste, voir, entre
er
autres, CPR, 1 octobre, et AW, 8 octobre 1959 ; pour le point de vue communiste, AW, 6 octobre 1959.
47
Voir CPR, 24 mars 1959.
48
Voir CPR, 30 décembre 1958 ; 19 et 20 mars 1959 ; l'article dans Akhbar El Yom, intitulé : Ordres de l'étranger aux
partis communistes de l'Orient arabe, CPR, 23 mars 1959 ; dans le même journal, 5 millions de livres égyptiennes afin
de créer des désordres dans les Etats arabes, CPR, 28 mars 1959 ; aussi AW, 21 avril et 7 septembre 1959, ainsi
qu'une série d'articles dans Al Thaoura, journal irakien, AW, 2 septembre 1959 et 2 juin 1960.
49
Cette déclaration est tirée d'un document inédit. Le général Kassem a aussi fait des déclarations en ce sens, par
exemple le 14 mai 1959 devant la Conférence industrielle de Bagdad. SHWADRAN, loc. cit., p. 51.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 141 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre IX. L’unification et ses dangers -
être interdit. Toutefois, l'acceptation du communisme en tant qu'idéologie et en tant que système politicoéconomique n'est pas une condition préalable, de l'avis du président égyptien, au maintien des relations
amicales avec l'URSS pour laquelle les Egyptiens éprouvent une sympathie sincère 50. Dans les discours
plus importants prononcés pendant la crise irakienne, Nasser réitère l'affirmation sans réserve de l'amitié
envers l'Union Soviétique, malgré une condamnation véhémente et sévère des activités communistes en
Irak et en Syrie 51. De même, dans l'échange de lettres avec Khrouchtchev en hiver 1959, il souligne que le
maintien de bonnes relations entre l'Egypte et l'URSS ne doit pas dépendre de différences idéologiques 52.
Hassanein Heikal, porte-parole officieux du nassérisme, est toutefois beaucoup plus explicite. Il pose le
problème déjà au début de janvier 1959 : « La question est maintenant de savoir si les forces nationalistes
arabes livrent une bataille uniquement contre les communistes locaux pour des raisons particulières, ou
contre le communisme mondial en tant que mouvement ... La réponse est nette : la lutte n'est pas engagée
contre le communisme lui-même, dont les résultats acquis dans certains pays, autres que ceux de l'Orient
53
arabe, ne peuvent être ignorés
». Dans son article « Reproches de Khrouchtchev et reproches à
54
Khrouchtchev
», il a mis clairement en relief que les accusations des nationalistes arabes contre les
communistes ne sont nullement des accusations contre l'idéal communiste, mais contre les membres d'un
parti communiste local, le parti syro-libanais ou irakien. En conclusion, Heikal déclare : « Les amis de l'Union
Soviétique sont beaucoup plus nombreux en notre pays que les communistes qu'il compte. Tous nos gens
aiment l'URSS, à cause de son attitude à notre égard, et la respectent. Ils ne l'aiment et ne la respectent pas
grâce aux communistes du pays. Ils le font malgré les communistes locaux. Les gens qui aiment et
respectent l'Union Soviétique dans ce pays sont les mêmes qui croient au nationalisme arabe et au
neutralisme positif. Ce sont les mêmes gens qui ne croient pas au communisme en tant qu'idéologie et en
tant que système convenable à leur pays ».
50
CPR, 16 juin 1957. Dans cette interview, le président s'est aussi attaqué aux partis qui, au nom de la démocratie et de
la liberté, servent des intérêts étrangers et non les intérêts du peuple égyptien.
51
NASSER, Gamal Abdel, Speeches, pp. 121-155.
52
CPR, 22 février 1959.
53
CPR, 10 janvier 1959.
54
CPR, 29 janvier 1959.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 142 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre X. Le conflit arabo-israélien -
CHAPITRE X
Le conflit arabo-israélien
1. LES SOVIETIQUES ET ISRAËL APRES LA SECONDE GUERRE MONDIALE
La position soviétique face au conflit arabo-israélien a été, tout au long des années de l'après-guerre,
hésitante, indécise, mais penchant plutôt du côté arabe. La politique de l'URSS manifeste ainsi un soutien
permanent des thèses arabes, à l'exception de rares sursauts de sympathie envers Israël. Nous pensons ici
au partage de la Palestine où l'URSS refuse, toutefois, d'adopter l'attitude radicale et sans réserve que les
Arabes voudraient obtenir de leur alliée.
Théoriquement, ce conflit ne relève, dans l'optique soviétique, que de la politique occidentale,
des « machinations » impérialistes. L'étude publiée par K. Ivanov et Z. Chejnys, L'Etat d'Israël, sa situation
et sa politique 1, le démontre clairement. En effet, la position soviétique concernant le problème de la
Palestine s'est déjà cristallisée avant la Seconde Guerre mondiale. Le conflit a été considéré comme ayant
été créé artificiellement par les Britanniques. Les Arabes ont bénéficié des sympathies moscovites dans la
mesure où la politique occidentale leur a fait du tort. Le problème a été volontiers transposé sur le plan social
et les aspirations des masses arabes ont gagné l'appui soviétique, car elles ont été présentées comme les
victimes de la bourgeoisie sioniste. V. B. Loutskij a donné une conférence publique sur le problème de la
Palestine en août 1946 à Moscou. Au cours de cet exposé qui est un véritable résumé du point de vue
soviétique à cette époque, il déclare catégoriquement que « la Palestine est un pays arabe 2 ». Voulant tout
de suite préciser cette déclaration, il affirme que les Arabes et les Juifs pourraient vivre ensemble en paix et
en amitié, sous un gouvernement démocratique, car « les intérêts fondamentaux de la population juive en
Palestine ne sont pas en contradiction avec les intérêts fondamentaux des masses arabes ».
L'attitude pro-arabe des Soviétiques subit un changement brusque lorsque le problème de la Palestine
est débattu aux Nations Unies. Les interventions faites par Andrej Gromyko, ministre des Affaires
étrangères, prouvent que l'URSS appuie sans réserve la revendication juive visant à créer un Etat israélien
en Palestine. Son argumentation est conforme à l'atmosphère de l'après-guerre alors que le souvenir des
cruautés commises par l'Allemagne nazie à l'égard du peuple juif est encore très vif 3. Une vraie compassion
humaine se dégage des paroles de Gromyko et c'est regrettable qu'elles doivent dégénérer en une attaque
politique contre les pays occidentaux. Gromyko conclut que « Les intérêts légitimes tant des Juifs que des
Arabes de Palestine ne peuvent être protégés, comme il convient, que par la création d'un Etat judéo-arabe
démocratique, indépendant, double mais homogène. Cet Etat doit se fonder sur des droits égaux accordés
aux populations juive et arabe, ce qui pourrait conduire à une coopération entre les deux peuples, au mieux
de leurs intérêts communs et au profit de l'un et de l'autre. On sait qu'une telle solution du problème
4
palestinien a ses partisans en Palestine même » S'il se trouve que cette solution est irréalisable en raison
des relations de plus en plus tendues entre Juifs et Arabes, « il faut alors étudier une deuxième solution qui,
1
Moscou, 1958. Cité dans Mizan Newsletter, N° 11, novembre 1959.
2
Mizan Newsletter, N 11, 1959.
3
Nations Unies, Assemblée générale, 1
o
ère
e
session, Documents officiels, vol. 2, 77 séance, 14 mai 1947, pp. 131-132.
4
L'allusion est faite, d'une manière évidente, aux communistes palestiniens qui préconisent une telle solution.
Naturellement, la désignation * l'Etat judéo-arabe démocratique et indépendant + ne signifie pas autre chose qu'un Etat à
régime communiste, où, selon les préceptes idéologiques infaillibles, les revendications nationalistes, les différences
humaines et politiques doivent disparaître, et la paix et l'amitié prolétarienne régneront.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 143 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre X. Le conflit arabo-israélien -
comme la première, compte des partisans en Palestine, et qui prévoit le partage de ce pays en deux Etats
indépendants : un Etat juif et un Etat arabe. Je le répète, cette solution n'est justifiée que s'il s'avère que les
relations entre Juifs et Arabes de Palestine sont si tendues qu'il est impossible de les améliorer, et s'il est
5
impossible d'assurer la coexistence pacifique des Arabes et des Juifs » .
L'Union Soviétique est non seulement d'accord avec la proposition du partage de la Palestine, préparée
par une commission à majorité occidentale, mais elle a, elle-même, avancé cette solution. Gromyko s'est
appliqué à réfuter les « accusations » disant que cette décision de l'ONU aurait un caractère anti-arabe et
serait dirigée contre les Etats arabes en général. Il réaffirme que la décision est conforme à la Charte des
Nations Unies ; qu'elle répond — de l'avis de la délégation soviétique — « aux grands intérêts nationaux des
deux groupes (ethniques), aux intérêts du peuple arabe aussi bien qu'à ceux du peuple juif 6 ».
Toutefois, Gromyko souligne que cette décision a une portée historique toute particulière, car « elle
7
donnera satisfaction aux revendications légitimes des Juifs ».
Lors de la proclamation de l'Etat d'Israël, en mai 1948, l'Union Soviétique, reconnaît le nouvel Etat de
facto et de jure avant même que les Etats-Unis n'aient procédé à cette reconnaissance, et elle échange des
représentants avec lui. Le soutien soviétique ne faiblit pas tout au long des hostilités israélo-arabes de mai
1948 à février 1949. A plusieurs reprises, par l'intermédiaire de la Tchécoslovaquie, l'URSS livre des armes
au jeune Etat et contribue, par la suite, à la consolidation économique de celui-ci par des livraisons
importantes de pétrole 8. A la lumière des déclarations faites par les auteurs soviétiques, avant la crise de
1946-1947, on peut s'attendre à ce qu'ils décrivent la guerre entre Arabes et Juifs comme une lutte justifiée
des premiers pour la défense de leurs droits. Toutefois, ils n'ont jamais manqué depuis, de mettre en
évidence que la guerre a été commencée par les Etats arabes et, selon leurs explications habituelles, ils
imputent l'éclatement du conflit aux Britanniques et aux Américains 9.
En cherchant les raisons de la politique soviétique pro-israélienne au moment de la crise de Palestine, il
faut se rappeler tout d'abord que le problème d'Israël est, pour les Soviétiques, constamment lié à la
question des Juifs et du mouvement sioniste en URSS même. Mais le motif immédiat de la prise de position
de Gromyko, dans les débats de l'ONU, n'est autre que celui de vouloir susciter des ennuis à la GrandeBretagne et de hâter son éviction de la région.
Il semble cependant qu'il y ait eu une autre raison à cette attitude de Moscou. En 1947-1948, de
nouvelles chances d'expansion communiste au Proche-Orient apparaissent dans l'esprit des dirigeants
soviétiques, chances représentées par le nouvel Etat juif plutôt que par les pays arabes. Parmi les Israéliens
en majorité d'origine européenne, beaucoup sont socialistes, sinon communistes. Ils ont généralement de la
sympathie pour l'URSS. Le Parti communiste israélien n'est pas très important numériquement, mais bien
organisé et idéologiquement solide. Pour le développement de la propagande marxiste en Orient., Israël
peut, dans la perspective stalinienne, devenir un centre privilégié et une excellente base de rayonnement
vers les pays arabes. Enfin et surtout, c'est un communisme du type européen qui, à partir d'Israël dont
l'industrialisation rapide pourrait être prévue d'avance, se répandra au Proche-Orient. Ce n'est donc pas un
communisme de type local, à tendance nationaliste, dont la seule perspective inquiète, à l'époque, les
dirigeants soviétiques. Cette hypothèse explique aussi que Staline et ses conseillers n'ont pas tenu compte
des effets désastreux que la politique soviétique pro-israélienne pouvait avoir sur les partis communistes
10
arabes. Au fait, tous les témoignages recueillis au Proche-Orient
indiquent que l'affaire palestinienne
marque une débâcle totale pour ces derniers. Ils ont perdu la grande majorité de leurs effectifs et doivent
être réorganisés au cours des années à venir sur des bases tout à fait nouvelles.
5
Nations Unies, Assemblée générale, 1
ère
e
6
Ibid., 121 séance, 26 novembre 1947, pp. 1359-1360.
7
Ibid., p. 1361.
8
Voir BERNARD, L., The Middle East Reaction To Soviet Pressures. ME Journal, printemps 1956, pp. 125-126.
9
Mizan Newsletter, N° 11, 1959.
session, Documents officiels, vol. 2, 77 séance, 14 mai 1947, pp. 133-134.
e
10
Par exemple, selon M. Selim Sweiss, journaliste, ancien membre du parti communiste jordanien et proche
collaborateur de Fouad Nassar, secrétaire général du parti, ce parti a cessé d'exister, après que l'URSS eut voté la
résolution sur le partage de la Palestine.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 144 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre X. Le conflit arabo-israélien -
Après le tournant amorcé par la politique soviétique au cours des années 1954-1955, on espère que
l'appui apporté par l'URSS à la cause arabe fera oublier ce qui s'est passé en 1947. Toutefois, les contacts
personnels avec les dirigeants des pays arabes du Moyen-Orient ainsi qu'avec l'homme de la rue, peuvent
convaincre l'observateur que l'affaire de la Palestine et l'attitude des Soviétiques ne sauraient être oubliées.
Elles ont laissé une profonde blessure dans la conscience collective des Arabes et le choc a été d'autant
plus puissant qu'on s'attendait à une attitude toute différente de la part de l'URSS qui n'est pas une
puissance coloniale.
2. L'EPOQUE POST-STALINIENNE
La politique dynamique de l'ère post-stalinienne, l'option en faveur du nationalisme arabe auquel les
Soviétiques ont accordé un appui de plus en plus évident, entraînent obligatoirement un changement de
position de Moscou vis-à-vis d'Israël Ce changement s'est opéré à partir de 1954. Toutefois, il ne s'est
jamais soldé par une rupture totale avec Israël. C'est précisément cette oscillation de la politique soviétique
entre une prise de position pro-arabe, des menaces proférées à l'adresse d'Israël et un soutien de la cause
arabe à l'ONU, le tout largement diffusé par une propagande intensive, d'une part, et des gestes non
spectaculaires, accomplis sans publicité, à l'égard de l'Etat juif, comme des livraisons de pétrole, d'autre
part, qui démontre clairement l'hésitation et l'embarras des dirigeants de l'Union soviétique face au conflit
arabo-israélien.
a) Les manifestations pro-arabes
Prises de position officielles
La nouvelle attitude envers l’Israel apparaît en 1954. On voit alors les premières assurances données aux
11
gouvernements arabes : « L'URSS soutiendra la cause arabe dans la lutte contre Israël », tandis que sur
le plan diplomatique, Russes et Israéliens s'entretiennent encore sur un ton amical. A partir de 1955 déjà, la
propagande soviétique juge l'Etat juif d'une manière souvent peu amène et déplore violemment l'attraction
12
qu'exerce sur lui le bloc « militariste-fasciste des fauteurs de guerre
». La préoccupation principale des
commentateurs est la « tentation occidentale » d'Israël, et, particulièrement, le pacte projeté entre Israël et
les Etats-Unis. « Les faits prouvent que le cercle des dirigeants israéliens veut faire entrer leur pays dans les
blocs militaires des puissances occidentales », écrit l’Izvestia consacrant tout un article au discours
er
prononcé le 1 juin 1955 par le premier ministre israélien, Moshe Sharett, et conclut : « Tout nouveau pacte
militaire au Moyen-Orient ne peut servir, en fin de compte, qu'à augmenter la suspicion entre Israël et les
pays arabes, ce qui fait le jeu des puissances agressives 13 ».
La soudaine intervention de Moscou dans la bataille diplomatique entre l'Egypte et Israël — c'est ainsi
que la presse libanaise qualifie la visite de Daniel Solod, ambassadeur soviétique, auprès du ministre
égyptien de l'orientation nationale, le commandant Salah Salem, à l'occasion de l'incident de Gaza —
préoccupe vivement les milieux politiques des capitales arabes qui s'interrogent sur la portée réelle de cette
visite. Aux yeux des observateurs occidentaux, le caractère exceptionnel de cette démarche laisse prévoir
que Moscou prépare une offensive diplomatique, se présentant comme le seul défenseur du monde arabe
menacé. Toutefois, l'impression prévaut que le diplomate russe exprime le profond intérêt de son
gouvernement pour le maintien du statu quo proche-oriental et promet le soutien de l'URSS à la cause arabe
11
Radio Beyrouth, 9 avril 1954.
12
RM, 27 avril 1955.
13
Izvestia, 11 juin 1955. Réaction arabe : par exemple, Bayzak, journal libanais, du 14 juin 1955.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 145 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre X. Le conflit arabo-israélien -
dans une éventuelle tentative israélienne à Gaza
entreprend une démarche similaire.
14
. Le représentant diplomatique russe à Beyrouth
L'orientation pro-arabe de la politique soviétique a pour conséquence un certain affaiblissement des
relations entre Israël et le bloc socialiste en automne 1955. Ce relâchement « officiel » s'est fait sentir surtout
à partir du mois de décembre, car à cette époque, les dirigeants de l'URSS prennent sévèrement parti contre
Israël. En effet, au cours des deux grands discours adressés au Soviet Suprême à Moscou, Boulganine et
Khrouchtchev prononcent un réquisitoire sévère contre Israël, « pion de l'Occident ». Ils affirment que le
peuple soviétique suit avec beaucoup de sympathie les efforts déployés par les pays arabes pour conquérir
et consolider leur indépendance. Khrouchtchev a notamment déclaré que « dès les premiers jours de son
existence, Israël a adopté une attitude menaçante et provocante envers ses voisins arabes », et que
« derrière Israël se tiennent les puissances impérialistes qui se servent de lui pour essayer de parvenir à
15
leurs fins vis-à-vis des pays arabes ».
Le retentissement de cette prise de position a longuement résonné dans le monde arabe, ainsi que
l'attend Moscou. Le Beyroulh-Massa, quotidien de la communauté musulmane libanaise, écrit entre autres
dans son commentaire : « Les Arabes ne peuvent pas ignorer que l'Union Soviétique est maintenant avec
eux contre Israël et contre l'impérialisme anglo-américain. Ils constatent qu'ils ne sont plus seuls sur le
16
champ de bataille et qu'une partie assez importante du monde les soutient . On décèle facilement les traits
communs de l'argumentation soviétique et arabe. Israël est identifié à l'impérialisme occidental, et, par ce
biais, le soutien russe de la position arabe devient explicable en des termes idéologiques. Une surenchère
de propagande commence et porte très vite ses fruits : « L'Ouest aura les plus grandes difficultés à gagner à
sa cause les peuples arabes. Les Arabes n'ont plus le droit de tourner le dos à l'Union Soviétique qui
proclame le caractère nuisible d'Israël 17 », s'exclame l'éditorialiste d’Al Jarida en analysant le célèbre
discours de Khrouchtchev.
A partir de 1956, les déclarations officielles et les prises de position politiques se multiplient. Les
dirigeants de l'Union Soviétique dénoncent Israël comme l'agent exécutif des plans impérialistes et assurent
les Arabes de leur appui total 18. Khrouchtchev lui-même mène l'attaque et dans une interview accordée à
l’Al-Ahram au début de juillet il dit ceci : « Le temps travaille pour les Arabes en Palestine. Ils doivent avoir
de la patience pour le moment. Ils doivent se renforcer et unir leurs efforts. Les résultats seront, par la force
des choses, en leur faveur. L'impérialisme a créé Israël au milieu de vos pays et vous a mis devant un fait
accompli ... N'oubliez pas que l'intérêt d'Israël est de maintenir l'état de tension au Moyen-Orient, car il veut
acquérir les sympathies des hommes d'Etat occidentaux et, particulièrement, leur assistance. C'est la raison
pour laquelle il attaque de temps en temps les frontières arabes, en ne tenant compte ni des résolutions des
Nations Unies, ni de l'armistice. Il est à souligner qu'une guerre entre Israël et les Arabes signifierait une
guerre mondiale 19 ». Il faut remarquer l'habileté des Soviétiques à ignorer volontairement et avec facilité
certaines vérités quand elles ne servent pas leurs intérêts, ou plus encore, quand elles sont embarrassantes.
Que l'Union Soviétique ait été un des promoteurs du partage de la Palestine n'empêche aucunement
Khrouchtchev de déclarer que l'existence d'Israël est la faute des Occidentaux qui sont responsables de sa
création. En outre, il faut aussi constater, dans cette interview, le dosage minutieux d'appels au calme
adressés aux Arabes et de menaces proférées à l'adresse des « impérialistes ». L'intention est donc claire :
maintenir le statu quo, mais satisfaire les nationalistes arabes par des déclarations tapageuses.
14
La presse libanaise, 16 juin 1955.
15
Pravda, 30 décembre 1955.
16
Le journal continue : * Mais pendant ce temps, ils constatent aussi que les Occidentaux persistent à vouloir impliquer
de nouveaux Etats arabes dans l'alliance de Bagdad. Nous répétons que nous ne sommes pas communistes, mais nous
n'hésiterons pas à collaborer avec Satan lui-même s'il nous aide à mettre fin à l'impérialisme occidental +. Tiré d'un
document inédit.
17
Tiré d'un document inédit. Le Saout el Arab observe : * Le leader de l'Union Soviétique remporte un nouveau succès
dans la lutte qui s'engage entre l'Orient et l'Occident au Moyen-Orient +.
18
Par exemple, l'article de M. Mikhajlov dans L’Izvestia, 8 avril 1956, ou l'article dans l'International Affairs, Moscou mai
1956, intitulé : Way to Relaxation of Middle East Tension.
19
AW, 2 juillet 1956 ; The New York Times, 2 juillet 1956.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 146 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre X. Le conflit arabo-israélien -
La crise de Suez de 1956 marque le point culminant du rapprochement arabo-soviétique. L'URSS prend
ouvertement parti pour l'Egypte et ses relations avec Israël se détériorent comme jamais auparavant. Ivanov
et Chejnys constatent, dans leur ouvrage déjà cité, que l'Union Soviétique n'a pas eu d'autre choix.
20
L'agression commise par l'Etat juif l'a obligée à prendre une position pro-arabe sans équivoque .
Ces auteurs considèrent que dans un monde où les nations se divisent en oppresseurs et opprimés, Israël
doit être classé avec les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la France dans la catégorie des pays
oppresseurs. Les missives adressées par le Premier soviétique Boulganine à son homologue israélien, Ben
Gourion, témoignent du glissement important de la politique soviétique du côté des Arabes.
En 1957, au cours des crises jordanienne et syrienne, l'Union soviétique suit cette même ligne dans sa
politique proche-orientale, ce qui lui vaut un tremplin convenable pour lancer ses attaques contre les
puissances occidentales et contre l'impérialisme en général. Ainsi en janvier 1957, une déclaration de
l'agence TASS indique que, malgré l'apaisement de la tension autour de Suez et de l'Egypte, l'attitude russe
reste inchangée face à Israël. « L'intervention des Etats-Unis dans les affaires intérieures des pays arabes,
et la menace brutale de l'usage de la force contre ces pays ne peuvent qu'encourager les tendances
agressives des cercles dirigeants d'Israël à l'égard des Arabes. Ces cercles extrémistes, associés
étroitement aux monopoles américains, tenteront — avec le soutien des Etats-Unis — de mettre en œuvre
leur plan rapace, en aggravant encore plus la situation au Moyen-Orient et en faisant accroître le danger que
court la paix dans cette région 21 ». On se trouve donc en pleine guerre froide.
Toutefois, à partir du printemps 1957, les relations soviéto-israéliennes commencent à redevenir
normales. L'ambassadeur soviétique à Tel-Aviv, Abramov, rappelé durant la crise de Suez, retourne à son
22
poste. Il négocie avec les autorités israéliennes la reprise des livraisons de pétrole soviétique à ce pays .
Ces mesures peuvent certainement être considérées comme un avertissement sérieux pour les Etats arabes
qui penchent vers l'acceptation de la doctrine Eisenhower. Ils montrent aussi la volonté soviétique d’éviter de
ne pas être entièrement considéré comme renonçant à l’impartialité dans le conflit.
Appui soviétique en faveur de la cause arabe au sein des Nations Unies
Contrairement à l'attitude adoptée en 1951 — attitude basée sur le principe de la non-intervention — les
représentants soviétiques sont plusieurs fois intervenus, à partir de 1954, auprès du Conseil de sécurité des
Nations Unies en faveur des thèses arabes.
En janvier 1954, Andrej Vichinskij, ministre des Affaires étrangères soviétique d'alors fait siennes les
thèses syriennes dans l'affaire des eaux du Jourdain et use de son droit de veto en faveur de ce pays 23.
Au mois d'avril de la même année, la délégation soviétique prend une position en faveur de la Jordanie dans
24
l'affaire de Nahalin , au cours des débats du Conseil de sécurité.
Cette attitude pro-arabe de l'URSS manifestée au sein de l'institution internationale, laisse une impression
extrêmement favorable dans le monde arabe. La Chambre des députés jordaniens vote, le 20 avril,
une résolution remerciant Andrej Vichinskij, et le président du Conseil jordanien déclare à cette occasion :
« L'attitude de M. Vichinskij nous est bien plus précieuse, que toute l'aide qui pourra nous être fournie par
l'Amérique et la Grande-Bretagne réunies ». Au cours du printemps 1954, l'URSS est en vedette dans la
20
Mizan Newsletter, N° 11, 1959.
21
Déclaration de l'Agence Tass du 12 janvier 1957, Pravda, 13 janvier 1957. Voir aussi Pravda, 21 avril 1957,
Al Goumhourija, 7 septembre 1957, CPR, 7 septembre 1957.
22
AW, 29 mars 1957.
23
Nations Unies, Conseil se Sécurité, Documents, 1954. 655e séance, 21 janvier 1954, pp. 17-20 ; 656e séance,
22 janvier 1954, pp. 10-17 ; 25-27.
24
e
e
e
Ibid., 1954. 666 séance, 12 avril 1954, pp. 6-12 ; 667 séance, 22 avril 1954, pp. 15-21 ; 669 séance, 3 mai 1954,
pp. 6-9 ; 18-21 ; 24-25, 27, etc.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 147 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre X. Le conflit arabo-israélien 25
presse jordanienne qui adopte à son égard un ton particulièrement chaleureux Les mêmes réactions ont
lieu au Liban. Ainsi Adnan Hakim, chef des Najjades, groupement nationaliste libanais, a adressé un
télégramme à Beljajev, ministre soviétique à Beyrouth, en exprimant la gratitude des nationalistes arabes
26
libanais pour l'attitude de l'URSS aux Nations Unies .
Au cours des années suivantes l'Union Soviétique persiste dans son attitude pro-arabe et soutient
continuellement les thèses arabes au Conseil de sécurité. On peut citer pour exemple, le projet de résolution
concernant l'incident de la Galilée, projet soumis par la délégation soviétique le 10 janvier 1956 27, ou encore
28
les amendements proposés par le représentant russe à la résolution du Conseil de sécurité le 3 avril .
L'attitude soviétique au Conseil de sécurité en avril et mai 1956 est entièrement différente de celle
exprimée par le communiqué des gouvernements soviétique et britannique publié à Londres le 26 avril 1956.
Dans celui-ci, les deux gouvernements affirment la nécessité d'un règlement du conflit arabo-israélien sur «
une base mutuellement acceptable » par les intéressés. Ce « compromis avec l'impérialisme » cause une
profonde déception dans les milieux nationalistes arabes et leurs réactions hostiles obligent l'URSS à
changer de position, à désavouer les termes du communiqué et à souscrire entièrement aux thèses arabes.
Les délégations arabes présentes aux débats notent avec une satisfaction évidente, le retour de Moscou à
sa position précédente.
Cet épisode révèle clairement l'oscillation de la politique soviétique au sujet du conflit arabo-israélien et
on voit la diplomatie de l'URSS, parallèlement à l'action entreprise à l'ONU, déployer de gros efforts dans les
capitales proche-orientales afin de rétablir la confiance des gouvernements arabes.
En 1957, au cours des débats au Conseil de sécurité sur la crise syrienne, Gromyko n'épargne pas Israël.
Il l'accuse de faire figure de pion sur l'échiquier des puissances de l'Ouest et de se prêter comme base à des
activités hostiles envers la Syrie. Gromyko déclare notamment : « L'expérience montre qu'en poursuivant sa
politique actuelle, Israël ne songe guère à son avenir, ni même à son existence en tant qu'Etat. On dirait qu'il
29
est en train de scier la branche sur laquelle il est assis ».
L'attitude des Soviétiques dans le conflit opposant les Arabes à l'Etat d'Israël, ainsi que le rapprochement
dont nous avons tracé déjà les étapes et qui a atteint son apogée en 1957-1958, portent simultanément des
fruits. Même les dirigeants politiques arabes les plus fidèles à l'Occident se tournent vers l'URSS et lui
accordent leur confiance en vue d'une éventuelle solution du problème de la Palestine. Ils affirment que la
politique occidentale face à Israël ouvre la porte au communisme et à l'influence soviétique au Proche-Orient
en essayant « de récolter l'amitié arabe et la satisfaction des Juifs 30 » à la fois. La politique de Moscou
gagne à un tel point les esprits que le Dr Charles Malik, ministre libanais des Affaires étrangères d'alors,
soutien le plus fidèle de la politique occidentale dans la région, évoque dans un discours, prononcé en
décembre 1957 devant les correspondants étrangers à Beyrouth, l'éventualité d'une solution surprise du
problème palestinien avancée par les Soviétiques. Cette solution serait entièrement favorable aux Arabes,
mettant les puissances occidentales au défi. « Si cette éventualité se réalise, alors un élément nouveau et
dynamique serait introduit dans la situation moyen-orientale, a-t-il constaté en reconnaissant que le monde
31
arabe n'est pas moins ouvert aujourd'hui vers l'Asie et vers le monde communiste que vers l'Occident ».
25
Ainsi l'article d’Al-Baas du 23 mai 1954.
26
Le texte du télégramme est le suivant : * L'attitude du délégué soviétique au Conseil de sécurité a produit la meilleure
impression dans le monde arabe. Nous remercions votre gouvernement d'avoir appuyé les résolutions arabes +.
27
Nations Unies, Conseil de Sécurité, Documents, Suppléments 1956, Doc. S/3528.
28
Nations Unies, Conseil de Sécurité, Documents, Suppléments 1956, Doc. S/3528.
29
Ibid., vol. 3, 1957, 767e séance, 21 octobre 1957, p. 360.
30
Al Difaa, de Jérusalem, AW, 28 août 1957. Voir aussi CPR, 24 mai 1957, reproduisant les commentaires des journaux
cairotes sur la démission de quatre ministres israéliens dans le cadre de la lutte contre la doctrine Eisenhower.
31
Discours prononcé devant l'Association des correspondants étrangers à Beyrouth, AW, 23 décembre 1957.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 148 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre X. Le conflit arabo-israélien -
b) La recherche d'un désengagement du conflit
Malgré les déclarations retentissantes, les gestes spectaculaires et une propagande intense en faveur
des thèses arabes, la volonté soviétique de rester en dehors du conflit arabo-israélien a été évidente.
La recherche d'une position non engagée se manifestait dans une oscillation rendant Israéliens et Arabes
tour à tour méfiants.
Au début de la période étudiée, donc avant l'option soviétique en faveur du nationalisme arabe, les
relations entre l'Union Soviétique et Israël se sont développées et améliorées. En 1954, Moscou n'a pas
ménagé ses efforts pour gagner la sympathie de l'Etat juif afin de reléguer à l'arrière-plan le problème
toujours épineux de sa propre position à l'égard du sionisme. En outre, le clergé israélite en URSS a
32
également contribué à améliorer les relations avec Israël .
Cependant, le gouvernement israélien semble avoir voulu rester sur sa réserve aussi longtemps que le
problème des Juifs (« du sionisme ») en URSS n'aurait pas été réglé. Cette position a été définie par le
premier ministre, Moshe Sharett, dans le débat de la politique étrangère au Knesseth, le 31 août 1954.
Toutefois, le premier ministre a souligné l'importance prise par le commerce avec l'URSS. Par rapport à
l'année 1950-1951, en 1954 le volume des exportations israéliennes a augmenté de quarante fois, et celui
des importations de douze fois. Les perspectives d'avenir s'annoncent donc excellentes.
Israël cherche, de surcroît, à développer ses relations avec la Chine populaire 33. A la session d'automne
1954 de l'assemblée générale des Nations Unies, Israël vote avec le bloc soviétique en s'opposant à
l'ajournement du débat sur la proposition soviétique de mettre à l'ordre du jour la plainte contre les
Etats-Unis relative à une ingérence navale dans les eaux de la Chine. Israël figure parmi les six Etats qui
rejettent l'ajournement (43 nations votent pour, et 9 autres s'abstiennent). Israël s'abstient lors de la
deuxième plainte soviétique, affirmant que les Etats-Unis ont commis une agression contre la Chine
populaire, de même qu'à l'occasion de la confirmation du mandat de la Chine nationaliste.
Les relations entre l'URSS, les démocraties populaires et Israël sont encore menées sous les auspices de
la cordialité et de « l'amitié entre les peuples » pendant les six premiers mois de l'année 1955 34. Cependant
elles deviennent quelque peu tendues au moment précis où les gouvernements des pays communistes
négocient des livraisons d'armes avec l'Egypte. Le rapprochement soviétique avec le monde arabe exige
une prise de position dont Israël fait momentanément les frais. Toutefois, les pays arabes éprouvent une
certaine inquiétude. Ils craignent que le bloc socialiste livre aussi des armes à Israël. Il n'existe aucune
preuve d'une telle transaction. Cependant, l'URSS s'est engagée à livrer du pétrole à Israël. L'ambassade de
ce dernier pays à Moscou annonce, le 4 novembre 1955, la conclusion d'un accord pétrolier. Aux termes de
cet accord, l'URSS livrera à Israël, avant l'été 1956, 400 000 t de pétrole brut et raffiné en échange de
15 000 t d'agrumes. En application de cet accord, 55 000 caisses d'agrumes et 50 t de bananes ont été
expédiées de Haïfa en direction de l'URSS, le 19 décembre 1955.
Deux exemples frappants caractérisent les réticences des Soviétiques à donner des assurances formelles
aux Arabes concernant le problème d'Israël.
Le premier concerne la visite d'une délégation parlementaire syrienne en URSS en été 1955. C'est une
occasion providentielle de demander l'adhésion formelle des dirigeants de Moscou aux thèses arabes.
Les différents députés présents, entre autres Refîk Bachour, essaient de lier la question de la Palestine au
32
Voir Hamichmar, 7 janvier 1955.
33
Hamichmar, 13 décembre 1954 et 6 avril 1955. En effet, les perspectives prometteuses de commerce soviétoisraélien, évoquées par M. Sharett, ne se sont pas réalisées. Entre 1954 et 1957, on peut constater un net déclin ; tandis
que la valeur totale des transactions était de 11,5 millions de dollars en 1954, elle n'était plus que de 8,5 millions de
dollars en 1956. Ces chiffres portent sur l'ensemble des échanges entre Israël et les pays du bloc communiste, donc la
part de l'Union Soviétique devait être infime. ALLEN, op. cit., p. 19.
34
Le 29 juin 1955, l'Agence TASS a même affirmé que selon la presse israélienne, le gouvernement d'Israël aurait
décidé d'accepter l'aide technique de l'URSS dans le cadre de l'aide technique de l'ONU.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 149 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre X. Le conflit arabo-israélien -
soutien soviétique des « exigences légitimes arabes ». Mais ils n'y réussiront pas. Ils se sont heurtés à un
« mur blanc » et le député Abdel Latif Younès note que les dirigeants soviétiques évitent d'engager des
entretiens au sujet de l'affaire palestinienne, se contentant d'assurer que l'URSS n'autorisera jamais une
35
agression d'Israël contre les pays arabes .
Le second exemple concerne la visite faite par Chepilov en été 1956 aux différents pays arabes. Elle
donne une indication précise quant à la position soviétique. Sa valeur est d'autant plus grande qu'elle a lieu
juste avant la crise de Suez. Elle complète aussi les impressions que la visite de Khrouchtchev et de
Boulganine à Londres et la déclaration soviétique d'avril 1956 ont laissées dans l'opinion publique.
Chepilov atterrit tout d'abord au Caire. Selon les informations de presse, il met en évidence le fait que
l'URSS ne pourra pas souscrire aux exigences arabes vis-à-vis d'Israël 36. Dans son discours du 18 juin,
il indique clairement que « l'URSS n'a pas l'intention d'encourager l'agitation hostile des peuples arabes
contre les puissances occidentales. Au contraire, a-t-il déclaré, nous ferons tout notre possible pour arriver à
une détente internationale dans cette partie du monde ». Selon Chepilov, l'Union Soviétique ne veut pas se
mêler aux rivalités proche-orientales des puissances de l'Occident 37. A Damas, Chepilov est accueilli par
l'opinion publique qui est loin d'être unanime. Deux tendances s'affrontent : selon l'une, sa visite doit être
considérée comme un geste de politesse, sans aucune signification particulière — c'est, entre autres, le
38
point de vue du premier ministre Said el Ghazzi . Selon l'autre tendance, il faut exploiter la venue de
Chepilov, alors président de la commission des Affaires étrangères du Soviet suprême, en engageant les
Soviétiques entièrement aux côtés des Arabes dans le conflit avec Israël et dans la question algérienne 39.
Les protagonistes de cette deuxième attitude espèrent surtout obtenir une correction de la position russe
exprimée dans la déclaration d'avril 1956.
Chepilov déçoit ceux qui attendent de lui une définition nette de la position soviétique face à la Palestine
et des déclarations retentissantes. Quoiqu'il exprime des vues particulièrement favorables à la cause arabe,
il exhorte toutefois ses hôtes et tous les autres Etats arabes à avoir de la patience, « à contrôler leurs nerfs
40
41
et à écouter la voix de la raison », car l'ouverture des hostilités ne servirait que l'intérêt des impérialistes .
Pour adoucir les effets de cette douche froide, il promet que l'URSS empêchera toujours, par son veto au
Conseil de sécurité, les résolutions tendant à autoriser Israël à dévier les eaux du Jourdain 42. Au Liban, la
visite de Chepilov est un échec. Les entretiens manquent d'harmonie et de confiance mutuelle, et ses offres
d'une assistance économique et technique, sous condition de l'abstention libanaise de tous les pactes
bilatéraux et pro-occidentaux, sont jugées inacceptables 43. Sur le problème de la Palestine, Chepilov est
encore plus évasif à Beyrouth que dans les autres capitales. Il se limite à des déclarations comme celle-ci :
« L'Union Soviétique s'attache particulièrement au droit d'autodétermination des peuples qui devront être les
44
seuls maîtres de leur destin », etc. .
La déclaration du gouvernement soviétique d'avril 1956 45, ainsi que la visite de Khrouchtchev et de
Boulganine en Angleterre, prouvent la réticence soviétique à envisager une solution nettement pro-arabe.
35
Al Tiligraf et Al Nahar, AW, 2 août 1955 ; Al Alam, 8 août 1955 ; aussi AW, 12 août 1955.
36
Observer, 17 juin 1956.
37
Le Monde, 20 juin 1956.
38
Déclaration de Ghazzi à ce sujet, AW, 12 juin 1956.
39
AW, 14 et 21 juin 1956.
40
Discours prononcé le 24 juin, AW, 25 juin 1956.
41
Salah Bitar, ministre syrien des Affaires étrangères, dans son rapport présenté au parlement sur les échanges de vue
avec Chepilov. AW, 11 juin 1956. Voir aussi le compte rendu sur les réactions de la presse damascène, AW, 26 juin
1956.
42
Selon le journal Al Nasr, AW, 27 juin 1956.
43
AW, 27 juin et 4 juillet 1956.
44
AW, 27 juin 1956.
45
Pravda, 18 avril 1956.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 150 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre X. Le conflit arabo-israélien -
Reprenant les thèmes bien connus de la position soviétique face au mouvement de décolonisation au
Proche-Orient et avançant, comme d'habitude, des arguments concernant les cercles étrangers et
impérialistes qui essaient d'exploiter le conflit des peuples arabe et juif, cette déclaration définit, on ne peut
plus clairement, les intentions russes en vue de la solution de ce conflit :
L'URSS promet de soutenir, sans équivoque, les mesures prises par les Nations Unies et avec
l'approbation du Conseil de sécurité, afin de rétablir et de renforcer la paix dans la région de la Palestine.
Moscou accepte que des mesures immédiates soient prises sans une intervention extérieure contraire à
la volonté des peuples de la région et aux principes de la Charte des Nations Unies. En même temps,
l'Union Soviétique fait appel aux intéressés pour qu'ils s'abstiennent de toute action susceptible d'aggraver la
situation sur les lignes de démarcation établies par les accords d'armistice et, aussi, pour qu'ils fassent de
leur mieux pour améliorer le sort lamentable des milliers de réfugiés arabes privés de moyens d'existence.
Enfin, et c'est la partie la plus importante de la déclaration, l'Union Soviétique considère qu'en vue de
rétablir la paix et la sécurité en cette région, « il faut trouver une solution durable et pacifique de la question
de la Palestine sur une base mutuellement acceptable, tenant compte des intérêts nationaux justifiés des
parties intéressées ».
Quelles sont les raisons de cette nouvelle orientation de la politique soviéique ? L'attitude impartiale
affichée dans cette déclaration, en contraste évident avec l'appui accordé aux thèses arabes en différentes
occasions, une position « positive et constructive » au lieu d'une polémique : pourquoi ? Certes, l'URSS veut
démontrer que les arguments avancés en Occident en faveur des actions en dehors du cadre des
Nations Unies sont sans objet, mais, plus encore, elle a l'intention de renforcer les tendances de la politique
américaine qui proposent l'abandon de la déclaration tripartite de 1950 pour laisser le terrain exclusivement
aux Nations Unies. Naturellement, cette nouvelle volte-face doit aussi servir l'un des objectifs permanents de
la politique soviétique au Proche-Orient, c'est-à-dire affirmer la présence de l'URSS dans la région et la faire
accepter par les autres grandes puissances comme un partenaire dans toutes les décisions prises au sujet
des problèmes politiques et économiques.
Une telle interprétation de la déclaration du 17 avril 1956 se confirme à la lumière de la visite effectuée à
la même époque par Khrouchtchev et par Boulganine au Royaume-Uni. Le communiqué publié à l'issue de
cette visite reprend, un par un, tous les thèmes déjà évoqués dans la déclaration du Ministère soviétique des
Affaires étrangères, et insiste sur la nécessité d'une solution pacifique sur une base mutuellement
acceptable aux deux parties 46.
c) Les critiques arabes au sujet de l'attitude soviétique
Les critiques les plus vives, dues à la position hésitante de l'URSS face au problème israélien,
proviennent, tout naturellement, des chefs d'Etat, des hommes politiques ou des journaux qui sont connus
pour leur attitude intransigeante envers le communisme, ou qui n'ont pas été séduits par les mirages du
neutralisme. Ainsi, le roi Hussein de Jordanie, donc le premier intéressé dans le conflit arabo-israélien n'a,
bien entendu, jamais oublié que « le camp oriental a accordé le plus grand soutien à notre ennemi quand il
l'a aidé à usurper une partie importante de la patrie arabe, c'est-à-dire de la Palestine bien-aimée. La juiverie
mondiale et le sionisme criminel ont reçu une assistance efficace des satellites russes en particulier, et des
47
puissances impérialistes de l'Est et de l'Ouest en général ».
Les fournitures soviétiques de pétrole à Israël ont toujours inquiété les Arabes, mais pour des raisons
d'ordre politique — appui russe aux Nations Unies, etc. — il n'y eut pas beaucoup d'attaques publiques en
ce sens. Comme exemple, nous citerons un article publié en novembre 1955 par Al Manar, organe des
Frères musulmans en Syrie. Cet article est d'autant plus significatif que les Frères musulmans luttent, au
cours des années 1954-1955, pour des raisons tactiques, aux côtés des communistes contre les puissances
46
MEAff, vol. 7, 1956, NJ 8-9, p. 280
47
Documents, 1957, p. 263.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 151 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN — Quatrième partie. Les points névralgiques de la politique soviétique
au Proche-Orient - Chapitre X. Le conflit arabo-israélien -
coloniales et les féodaux égyptiens et syriens, sans avoir épousé les thèses prosoviétiques. Sous le titre :
« Un mot sincère à l'intention de l'Union Soviétique », l’éditorial d’Al Manar du 28 novembre 1955, accuse les
dirigeants soviétiques de jouer « sur les deux scènes », se référant surtout à la quantité de pétrole déchargé
par les pétroliers soviétiques dans les ports israéliens. Le journal donne même des précisions sur ces
livraisons et souligne l'importance de l'élément pétrolier pour les avions de guerre israéliens. Il accuse
ouvertement les Soviétiques de faire une brèche dans ce blocus, parallèlement à une propagande pro-arabe
retentissante.
La publication de la déclaration du Ministère soviétique des Affaires étrangères et du communiqué
anglo-soviétique à la suite de la visite de Khrouchtchev et Boulganine en Grande-Bretagne, a soulevé une
tempête au Liban et en Syrie. La commission des Affaires étrangères du parlement libanais aurait voulu
rencontrer Chepilov, lors de son voyage, deux mois plus tard, dans les capitales arabes du Proche-Orient
pour lui exposer les griefs arabes. Ils n'ont pas réussi à le voir, mais le mémorandum préparé à son intention
48
a été publié et constitue un document résumant clairement la position arabe . Hommes d'Etat et journaux
libanais réalisent que l'Union Soviétique n'est d'accord avec l'Occident que sur un point : la question de la
Palestine, comme une lettre ouverte adressée par Pierre Gemayel, chef des Phalanges libanaises, à
49
Chepilov et publiée par Al Amal le met en évidence . On constate aussi que la politique pro-arabe de
l'Union Soviétique ne sert que ses objectifs à long terme, c'est-à-dire sa présence dans la région et son désir
de se faire accepter comme interlocuteur dans les affaires proche-orientales 50 . En Syrie, une grande partie
de la presse considère que l’objectif principal de l'URSS, dans le conflit arabo-israélien, est d'écarter la
possibilité d'une quelconque intervention des Etats occidentaux dans l'affaire et même dans d'éventuelles
51
hostilités, se réservant la « protection » des intérêts arabes uniquement au sein des Nations Unies .
48
AW, 28 juin 1956.
49
AW, 27 juin 1956.
50
Orient, Beyrouth, et Al Nahar, AW, 19 avril 1956 ; déclaration du député libanais, Raymond Eddé dans l’Al Jarida, AW,
24 avril 1956; réactions libanaises après les premiers discours de Chepilov au Caire, AW, 18 juin 1956.
51
Déclaration d'un député du Parti populaire dans l’Al Chaab, AW, 24 février 1956.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 152 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
BIBLIOGRAPHIE
SOURCES
Œuvres, documents et recueils
BOLTON, A. R. C. Soviet Middle East Studies : An Analysis and Bibliography (ronéotypé). Vol. 1-8, Oxford, 1959.
CHEPILOV, D. T. Soujetskij vopros. Moskva, Gospol, 1956.
The Communist International, 1919-1943 ; documents. Selected and ed. by Jane Degras. Vol. 1-2. London, Royal Institute of
International Affairs, 1956.
La crise de Suez. Chronique et documents. Orient, 1957, NE 1, pp. 1-315 ; NE 2, pp. 207-254.
Deklaratzii, zajavlenija ... Sovjetskogo Pravitjel’stva s pravitjel’stvami inostrannyh gosoudarstv, 1954-1957 gg. Moskva,
Gospol, 1957, p. 328.
Documents on USSR Policy in the Middle East. Ed. by D. Folliot. Middle Eastern Affairs, vol. VII, mai 1956, pp. 169-179.
EDEN, A. The Memoires of Sir Anthony Eden, vol. 1-3. London, Cassell, 1960-1965.
The Foreign Policy of the Soviet Union. Ed. by A. Z. Rubinstein. New York, 1960, p. 457.
KHROUCHTCHEV, N. S. For Victory and Peaceful Competition with Capitalism. Moscou, Foreign Languages Publ., 1959,
p. 783.
KHROUCHTCHEV, N. S. O vnechnej politike Sovjetskogo Sojouza, 1960 g. Moskva, Gospol, 1961.
LENINE, V. I. O vnechnej politike Sovjetskogo Gosoudarstva. Moskva, Gospol, 1960, p. 592.
MAO TSE-TUNG, La nouvelle démocratie. Paris, Editions Sociales, 1951, p. 207.
Materialy vnjeotcherednogo XXI s'jezda KPSS. Moskva, Gospol, 1959, p. 259.
Materialy XXII s'jezda KPSS. Moskva, Gospol, 1961, p. 363.
Mejdounarodnyje otnochenija i vnechnaja politika SSSR ; Sb. dokoumentov (1871-1957 gg). Moskva, Gospol, 1957, p. 430.
The Middle East : Soviet Statements, January-August 1958. Soviet Booklets, NE 35, S. l. d.
MOLOTOV, V. O. Voprosy vnechnej politiki ; retchi i zajavlenija. Moskva, Gospol, 1948, p. 586.
NASSER, G. A. Speeches, 1958-1960, vol. 1-3. Le Caire, 1958-1960.
SLUSSER, R. M. A Calendar of Soviet Treaties, 1917-1957. Stanford, 1959, p. 530.
Soviet Documents on Foreign Policy. Selected and ed. by Jane Degras. London, Royal Institute of International Affairs,
1951-1953, vol. 1-3.
STALINE, J. V. Le marxisme et la question nationale et coloniale. Paris, Editions Sociales, 1949, p. 337.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 153 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
STALINE, J. V. O revoljoutzionnom dvijenii na Vostoke. Sotchinenija T. 7. 1925. Moskva, Gos-izd.-vo polit, lit-ry, 1947,
pp. 227-231.
STALINE, J. V. Voprosy leninizma. Izd. 11. Moskva, Gos-izd-vo polit, lit-ry, 1952, p. 651.
Souetskij kanal. (Sb. dokoumentov) Moskva, Izd. in. lit., 1957, p. 246.
Suez. The Soviet View. London, Soviet News, 1956, p. 70.
The Suez Canal. A Selection of Documents Relating to the International Status of the Suez Canal and the Position of the
Suez Canal Company, Nov. 30, 1854-July 26, 1956. Suppl. of International and Comparative Law Quarterly. London,
Society of Comparative Legislation and International Law, 1956, p. 78.
Communiqués, déclarations, discourse
BEGDACHE, CH. Vystouplenije ... Vnjeotcherednoj XXI s'jezd KPSS. Pravda, 28 janvier et 3 mars 1959.
BITAR, S. Conférence de presse du 19 août 1957. Documents on International Affairs, 1957, pp. 324-328.
BITAR, S. Lettre au Secrétaire Général des Nations Unies, 15 octobre 1957. Documents on International Affairs, 1957,
pp. 343-345.
BOULGANINE, N. A. Poslanije Predsedatjelja Sovjeta Ministrov SSSR N. A. Boulganina Prezidentou SCHA D. Ejzenhauerou ...
Antoni Idenou ... i Gi Molle ... i Ben Gourionou. Pravda, 6 novembre 1956.
BOULGANINE, N. A. Obmen poslanijami mejdou Predsedatjelem Sovjetov Ministrov SSSR N. A. Boulganina i Prem'erMinistrom Izraela Ben Gourion. Pravda, 16 novembre 1956.
BOULGANINE, N. A. Lettre à Sir Anthony Eden, 15 novembre 1956. Soviet News, 16 novembre 1956.
BOULGANINE, N. A. Obmen poslanijami mejdou Predsedatjelem Sovjetov Ministrov SSSR N. A. Boulganina s Prem'erMinistrom Veljikobritanii A. Idenom i Predsedatjelem Sovjeta Ministrov Frantzii Gi Molle po souetzkomou voprosou.
Izvestia, 23 avril 1957.
CHEPILOV, D. T. Vystouplenije ministra inostrannyh djel SSSR D. T. Chepilova po voprosou o Souetzkom kanale 17 avgousta
na Londonskoj konferentzii. Pravda, 17 août 1956.
CHEPILOV, D. T. Discours les 16 et 17 août 1956 à Londres. Orient NE 1, 1957, pp. 139-142 ; 147-157.
CHEPILOV, D. T. Lettre au Président du Conseil de Sécurité, 5 novembre 1956. Documents, pp. 286-287 ; Orient 1957, NE 2,
pp. 221-222.
CHEPILOV, D. T. Voprosy mejdounarodnogo polojenija i vnechnej politiki Sovjetskogo Sojouza. Doklad ministra inostrannyh
djel SSSR. Pravda, 13 février 1957.
Communiqué commun du premier ministre soviétique, N. Boulganine et du premier ministre chinois, Chou En-Laj, Moscou,
18 janvier 1957. Documents on International Affairs, 1957, pp. 467-473.
Communiqué commun publié à la suite des délibérations entre le Président Nasser, le Roi Ibn Saoud, le Roi Hussein et le
premier ministre Sabri El-Assali, 19 janvier 1957. Documents on International Affairs, 1957, pp. 257-258.
Communiqué commun publié à la suite des délibérations entre le Président Nasser, le Président Qouatly, le Roi Ibn Saoud et
le Roi Hussein, 27 février 1957. Documents on International Affairs, 1957, pp. 265-267.
Communiqué commun soviéto-syrien, 3 novembre 1956. Orient, 1957, NE 2, p. 208.
Communiqué commun soviéto-syrien, Moscou, 20 décembre 1957. Documents on International Affairs, 1957, pp. 369-371.
Communiqué égypto-soviétique, 22 juin 1956. Documentation française, Articles et documents, 28 juin 1956.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 154 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
Correspondance Khrouchtchev-Macmillan sur la crise au Liban et en Jordanie. Documents on International Affairs, 1958,
pp. 300-303 ; 305-306 ; 307-309 ; 309-310 ; 315-316, 317-320 et 324-327.
Déclaration américaine, 5 novembre 1956. Orient, 1957, NE 2, pp. 222-223.
Déclaration commune libano-américaine, Beyrouth, 16 mars 1957. Documents on International Affairs, 1957, pp. 275-276.
Déclaration complète des 4 puissances sur le Middle East Command. Department of State Bulletin, vol. XXV, 19 novembre
1951, pp. 817-818.
Déclaration du gouvernement de la République populaire de Chine demandant la retraite des troupes américaines du Liban,
16 juillet 1958. Peking Review, 22 juillet 1958.
Déclaration du gouvernement de la République populaire de Chine demandant la retraite des troupes britanniques de la
Jordanie, 18 juillet 1958. Peking Review, 22 juillet 1958.
Déclaration du gouvernement soviétique, 5 août 1956. Orient, NE 1, 1957, pp. 101-105.
Déclaration du gouvernement syrien concernant le message du Président Eisenhower, 10 janvier 1957. Documents on
International Affairs, 1957, p. 241.
Déclaration du gouvernement syrien, 10 octobre 1957. Documents on International Affairs, 1957, p. 241.
Déclaration de M. Selwyn Lloyd au Parlement britannique sur la question de Muscat et Oman, 29 juillet 1957. Documents on
International Affairs, 1957, pp. 306-308.
Décret de la nationalisation du Canal de Suez. Orient, 1957, NE 1, p. 62.
DULLES, J. F. Conférence de presse sur l'application de la Doctrine Eisenhower au cas du Liban, 20 mai 1958. Documents on
International Affairs, 1958, pp. 272-273.
EISENHOWER, D. L. Déclaration à l'occasion de l'envoi des troupes américaines au Liban, 14 juillet 1958. Documents on
International Affairs, 1958, pp. 287-288.
EISENHOWER, D. L. Message au Congrès américain, 5 janvier 1957. Documents on International Affairs, 1957, pp. 233-240.
GROMYKO, A. Lettre à Sir Leslie Munro, Président de l Assemblée Générale des Nations Unies concernant la situation à la
frontière soviéto-turque, 16 octobre 1957. Documents on International Affairs, 1957, pp. 345-347.
Irakskoje-sovjetskoje kommounike. Pravda, 17 mars 1959.
KHROUCHTCHEV, N. S. Ottchetnyj doklad ... Tzentral'nogo Komitjeta KPSS XX s'jezda partii. Pravda, 15 février 1956.
KHROUCHTCHEV, N. S. Prazdnik stroitjelej Moskvy. Tzentral'nyj stadion v Louznikah otkrym. Retch' tovarichtcha
Khrouchtcheva. Izvestia, 1er août 1956.
KHROUCHTCHEV, N. S. Zavtrakou Predsedatelja Sovjeta Ministrov N. S. Khrouchtchev v tchest' Prezidenta OAR G. A. Nasera.
er
Retch' N. S. Khrouchtcheva. Pravda, 1 mai 1958.
KHROUCHTCHEV, N. S. Poslanije Predsedatelja Sovjeta Ministrov SSSR N. S. Khrouchtcheva Presidentou SCHA D.
Ejzenhauerou, i Prem'er-Ministrou Veljikobritanni G. Makmillanou, i Prezidentou Frantzii Ch. de Golljou. Pravda,
20 juillet 1958.
KHROUCHTCHEV, N. S. Obmen poslanijami mejdou N. S. Khrouchtchevom i D. Ejzenhaouerom, G. Makmillanom,
Ch. de Gollom i D. Nerou. Pravda, 24 juillet 1958.
KHROUCHTCHEV, N. S. Otvety N. S. Khrouchtcheva na voprosy vitze-prezidenta i generai' nogo direktora agentstva “ Jounajted
Press Internajsnl “ Kingberi Smita. Pravda, 24 juillet 1958.
KHROUCHTCHEV, N. S. Prijem vitze-presidenta OAR Abdel Hakim Amera. Retch' N. S. Khrouchtcheva. Pravda,
22 octobre 1958.
KHROUCHTCHEV, N. S. O kontrol'nyh tzifrah razvitija narodnogo hozjajstva SSSR na 1959-1965 godou. Pravda,
28 janvier 1959.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 155 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
KHROUCHTCHEV, N. S. Vstretcha tovarichtcha N. S. Khrouchtcheva s izbiratjeljami Kalininskogo izbiratel'nogo okrouga gorody
Moskvy. Pravda, 25 février 1959.
KHROUCHTCHEV, N. S. Prijem v Kremlje v tchest' previtjel'stvennoj delegatzii Irakskoj Respoubliki. Retch' tovarichtcha
N. S. Khrouchtcheva. Pravda, 16 mars 1959.
KHROUCHTCHEV, N. S. O mejdounarodnom polojenii i vnechnej politike Sovjetskogo Sojouza. Doklad na tret'ej sessii
er
Verkhovnogo Sovjeta SSSR, 31 oktjabrja 1959 g. Pravda, 1 novembre 1959.
Kommounike o podpisanii Soglachenija ob ekonomitcheskom i tehnitcheskom sotroudnitchestve mejdou SSSR i
Respoublikoj Egipet. Izvestia, 30 janvier 1958.
Kommounike o prebyvanii v Sovjetskom Sojouze pravitjel'stvennoj delegatzii Sirijtzkoj Respoubliki. Pravda, 7 août 1957.
Kommounike o vstretche N. S. Khrouchtcheva i Mao Tze-Tounga. Pravda, 4 août 1958.
MENDERES, A. Lettre au premier ministre soviétique, N. Boulganine, 5 octobre 1957. Documents on International Affairs,
1957, pp. 337-341.
Message du roi Hussein au premier ministre de la Jordanie, Soulejman Naboulsi, 2 février 1957. Documents on International
Affairs, 1957, pp. 261-264.
MOLOTOV, V. O. O mejdounarodnom polojenii i vnechnej politiki pravitel'stva SSSR. Doklad Pervogo zamjestitjelja
predsedatelja Sovjeta Ministrov inostrannyh djel SSSR depoutata V. M. Molotova. Pravda, 9 février 1955.
Nota Sovjetskogo Pravitjel'stva pravitjel'stvou Tourtzii. Pravda, 20 mars 1954.
Nota Sovjetskogo Pravitjel'stva pravitjel'stvou Irana. Pravda, 27 novembre 1955.
Nota Sovjetskogo Pravitjel'stva pravitjel'stvou Irana. Pravda, 7 février 1956.
Nota Pravitjel'stva SSSR pravitjel'stvami Anglii i Frantzii. Pravda, 5 novembre 1956.
Nota Sovjetskogo Pravitjel'stva pravitjel'stvou Egipta. Pravda, 28 août 1956.
er
Note du gouvernement britannique au gouvernement soviétique, N. A. T. O. Letter, 1 avril 1957, pp. 9-10.
Note du gouvernement britannique au gouvernement soviétique. The Times, 13 juin 1957.
Note du gouvernement des Etats-Unis au gouvernement soviétique, 11 mars 1957. Documents on International Affairs,
1957, pp. 71-73.
Note du gouvernement des Etats-Unis au gouvernement soviétique, 11 juin 1957. Documents on International Affairs, 1957,
pp. 77-78.
Note du ministère libanais des affaires étrangères à l'Union soviétique, 24 juin 1957. Documents on International Affairs,
1957, pp. 303-305.
Notes du gouvernement français au gouvernement soviétique. Echanges de notes entre les Etats occidentaux et l'URSS
(1956-1957). Paris, Ministère des Affaires étrangères, 1958, pp. 205-206, 230.
Noty Sovjetskogo Pravitjel'stva pravitjel'stvam SCHA, Veljikobritanni, Frantzii i Tourtzii. Pravda, 25 novembre 1951.
Noty Sovjetskogo Pravitjel'stva pravitjel'stvam SCHA, Veljikobritanii i Frantzii. Pravda, i 28 janvier 1953.
Noty Sovjetskogo Pravitjel'stva pravitjel'stvam SCHA, Veljikobritanii i Frantzii. Pravda, 16 septembre 1956.
Noty Sovjetskogo Pravitjel'stva pravitjel'stvam SCHA, Veljikobritanii i Frantzii, 11 février 1957. Pravda, 13 février 1957.
Obmen notami mejdou Sovjetskim Pravitjel'stvom i pravitjel'stvami SCHA,Veljikobritanii i Frantzii, 19 avril 1957. Pravda,
21 avril 1957.
Obmen notami mejdou Sovjetskim Pravitjel'stvom i pravitjel'stvami SCHA, Veljikobritanii i Frantzii po voprosou o polojenii na
Bliznjem i Srednjem Vostoke, 3 septembre 1957. Pravda, 5 septembre 1957.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 156 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
Pacte militaire entre l'Egypte, l'Arabie Saoudite et le Yèmen, 21 avril 1956. Documents on International Affairs, 1956,
pp. 43-46.
Proclamation de la révolution irakienne, Bagdad, 14 juillet 1958. Documents on International Affairs, 1958, pp. 258-286.
er
Programme du Parti Communiste irakien, 1 février 1960. Pravda, 13 février 1960.
Proposition des quatre puissances à l'Egypte concernant le Middle East Command. Dept. of State Bulletin, vol. XXV,
22 octobre 1951, pp. 647-648.
Rejet égyptien de la proposition des quatre puissances. Dept. of State Bulletin, vol. XXV, 29 octobre 1951, pp. 702-703.
Sovmjestnoje zajavljenije o rezoul'tatah peregovorov mejdou Pravitjel'stvom SSSR i pravitjel'stvom Objedjinjennoj Arabskoj
Respoubliki v svjazi s prebyvanijem v SSSR Prezidenta Gamal'Abdel'Nasera. Pravda, 16 mai 1958.
Zajavlenija Ministerstva Inostrannyh Djel SSSR : 16 avril 1955, Pravda, 17 avril 1955 ; 13 février 1956 ; 14 février 1956 ;
17 avril 1956 ; 18 avril 1956 ; 29 avril 1957 ; 30 avril 1957 ; 16 juillet 1958 ; 17 juillet 1958.
Zajavlenije peredannoje Poslom SSSR v Bejroutje ministrou inostrannyh djel Libana. Pravda, 12 juin 1957.
Zajavlenije Sovjetskogo Pravitjel'stva po voprosou o Souetskom kanale. Pravda, 10 août 1956.
Zajavlenije Sovjetskogo Pravitjel'stva o neobhodimostimirnogo rechenija souetzkogo voprosa. Pravda, 16 septembre 1956.
er
Zajavlenije Sovjetskogo Pravitjel'stva o vooroujennoj agressii protiv Egipta. Pravda, 1 novembre 1956.
Zajavlenija TASS : Pravda, 11 novembre 1956 ; 14 janvier 1957 ; 26 mai 1957 ; 21 août 1957 ; 19 octobre 1957 ;
22 janvier 1958 ; 2 mai 1958 ; 25 juin 1958 ; 31 juillet 1958 ; 25 janvier 1959.
TRAVAUX
a) Monographies
ADAMS, M. Suez and After ; Year of Crisis. Boston, Beacon press, 1958, p. 225.
AJRAPETJAN, M. - KABANOV, P. Leninskije printzipy vnechnej politiki Sovjestkogo i Gosoudarstva. Moskva, Gospol, 1957,
p. 221.
AKADEMIA NAOUK SSSR. Institout narodov Azii. Arabskije strany, istorija, ekonomika litjeratoura. Moskva, Izd-vo vostotchnoj
lit-ry, 1960, p. 150.
ALEXANDROV, V. L'URSS à l'heure * K +. Paris, Fischbacher, 1960, p. 139.
ALLEN, R. L., Middle East Economic Relations With the Soviet Union, Eastern Europe and Mainland China. Charlottesville,
Univ. of Virginia, 1958, p. 128.
ALTMAN, G. Moscou au tournant ; du rapport de Khrouchtchev à l'insurrection hongroise. Paris, Ed. Spes, 1957, p. 334.
Araby v bor'bje za nezavisimost'. (Natzional'no-osvoboditjel'nye dvijenie v arabskih stranah poslje vtoroj mirovoj vojny.)
Red. L. N. Vatolinoj i E. A. Beljaieva. Moskva, Gospol, 1957, p. 414.
AVARIN, B. J. Raspad kolonial'noj sistemy. Moskva, Gospol, 1958, p. 460.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 157 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
BAGRAMOV, E. Mif o protivopolojnosti Zapada i Vostoka. (Ob odnoj reaktzionnoj kontzeptzii kolonizatorov.) Moskva, Gospol,
1958, p. 40.
BALACHOV, A. - BOJENKO, A. - KAZAKOV, B. Egipet v bor'bje i troudje. Poutjevye zametki. Moskva, Gospol, 1957, p. 63.
BANERJI, J. K. The Middle East in World Politics. Calcutta, World Press, 1960, p. 390.
BASISTOV, Ju. B. Arabskije strany. Taskent, Obedin izd., 1958, p. 76.
BASKIN, V. S. Neftjanye monopolii na Bliznjem i Srednjem Vostoke. Moskva, Gospol, 1957, p. 180.
BELJAJEV, E. A. Amerikanskij imperializm v Saoudovskoj Arabii. Moskva, Gosdol, 1957, p. 207.
BERLINER, J. Soviet Economic Aid ; The New Aid and Trade Policy in Underdeveloped Countries. New York, F. A. Praeger,
1958, p. 232.
BROMBERGER, M. Les secrets de l'expédition d'Egypte. Paris, Ed. 4 fils Aymon, 1957, p. 269.
CARRERE-D'ENCAUSSE, H. The Background of Soviet Policy in the Middle East. Dans : The Middle East in Transition. Ed. by
W. Z. Laqueur, London, Routledge and Kegan, 1958, pp. 360-369 ; 388-397.
CHYVAKOV, A. - BOGOSLOVSKIJ, V. Nezavisimyj Egipet. Moskva, Gospol, 1956, p. 64.
DALLIN, A. Soviet Conduct In World Affairs ; A Selection of Readings. Compiled by D. J. Dallin. New York, Columbia Univ.
Press, 1960, p. 318.
DALLIN, D. J. Soviet Foreign Policy After Stalin. Philadelphia, J. B. Lippincott, 1961, p. 543.
FISHER, S. N. The Middle East. London, Routledge & Kegan, 1959, p. 650.
GALLEAN, G. Des deux côtés du Canal, Egypte-Israël. Paris, Calmann-Lévy, 1958.
GATAOULLIN, M. F. Agrarnyje otnochenija v Sirii. Moskva, Izd-vo AN SSR, 1957, p. 134.
GATAOULLIN, M. F. Sirija. Moskva, Gospol, 1956, p. 40.
GORDONOV, L. S. Egipet. Moskva, Gosizdat geogr. lit-y., 1953, p. 160.
HAINES, G. The Threat of Soviet Imperialism. Ed. by G. Haines. Baltimore, Johns Hopkins Press, 1954, p. 402.
HERMES, TH. Der Aussenhandel in den Ostblockstaaten. Hamburg, Cram. de Gruyter 1958, p. 177.
HOURANY, A. H. The Middle East and the Crisis of 1956. St. Anthony's Papers NE 4. London, 1958, pp. 9-92.
Imperialistitcheskaja bor'ba za Afrikou i osvoboditjel'noje dvijenie narodov ; sbornjik statej. Moskva, Akad. Naouk SSSR,
1953, p. 341.
KAHIN, G. M. T. The Afro-Asian Conference, Bandung, Indonesia, April 1955. Ithaca (N. Y.), Cornell Univ. Press, 1956.
KAWAN, L. La nouvelle orientation du commerce extérieur soviétique ; Asie, Afrique, Amérique latine. Bruxelles,
Centre National pour l'étude des pays à régime communiste, 1958, p. 317.
KIESEWETTER, B. Der Ostblock. Aussenhandel des östlichen Wirtschaftsblockes einschliesslich China. Berlin, Safari-Verl.,
1960, p. 386.
KISELEV, V. I. Pout’ Soudana k nezavisimosti. Moskva, Izd. vost. lit., 1958, p. 189.
KOHN, H. Theorie, Taktik, Technik des Weltkommunismus ; eine Zitatensammlung von Marx bis Chruschtschew. Hrsg. von
Hans Kohn. Pfaffenhofen-Ilm, 1959, p. 504.
KONDRACHOV, S. Na beregah Nila. (Ob anglo-franko-izrail’skoj agressii v Egipte.) Moskva, Izvestia, 1958, p. 128.
KOTLOV, L. N. Sovremennaja Sirija. Moskva, Izd. vost. lit., 1958, p. 325.
KOUGACHEV, L. N. - ROZANOV, G. L. Vnechnaja politika SSSR. Moskva, Izd-vo IMO, 1958, p. 64.
KOUNINA, A. Doktrina Ejzenhaouera. Moskva, Gospol, 1957, p. 80.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 158 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
KRAKOWSKI, E. Chine et Russie ; l'Orient contre la civilisation occidentale. Paris, Ed. du Vieux Colombier, 1957, p. 412.
KULSKY, W. W. Peaceful Coexistence ; An Analysis of Soviet Foreign Policy. Chicago, Regnery, 1959, p. 662.
LAQUEUR, W. Z. Communism and Nationalism in the Middle East. London, Routledge & Kegan, 1957, p. 375.
LAQUEUR, W. Z. The Soviet Union and the Middle East. London, Routledge and Kegan, 1959, p. 366.
LEBEDJEV, E. A. Jordanija. Moskva, Gosizdat. geogr. lit-y, 1958.
LEBEDJEV, E. A. Jordanija v bor'bje za nezavisimost'. Moskva, Gospol, 1956, p. 128.
LEONT'JEV, A. Zagovor protiv Sirii. Moskva, Gospol, 1957, p. 32.
LEONT'JEV, B. L. Vnechnaja politika Sovjetskoje gosoudarstva ; politika mira. Moskva, Gospol, 1956, p. 84.
LEVIN, Z. I. Araby v bor'bje za nezavisimost'. Moskva, Gospol, 1957.
L'HUILLIER, F. Fondements historiques des problèmes du Moyen-Orient. Paris, Sirey, 1958, p. 122.
LOUTZKIJ, V. B. Arabskije strany. Moskva, Geografîz, 1947, p. 136.
Otcherki po istorii arabskih stran. Ed. by V. B. Loutzkij. Moskva, Izd-vo Mosk. Oun-ta, 1959, p. 255.
MARLOWE, J. Arab Nationalism and British Imperialism. London, Cresset press, 1961, p. 236.
MILOVANOV, I. - SEJFOUL'-MOULJOUKOV, F. Irak vtchera i segodnja. Moskva, Gospol, 1959, p. 127.
MIRSKIJ, G. Arabskije narody prodoljajout bor'bou. Moskva, Izd-vo Mejdounarodnyje otnochenija, 1965, p. 134.
MIRSKIJ, G. Bagdadskij pakt - oroudjie kolonializma. Moskva, Gospol, 1956, p. 56.
MOSELY, P. E. Kremlin and World Politics ; Studies In Soviet Policy and Action. New York, Vintage, 1960, p. 557.
Narody Perednej Azii. Pod red. N. A. Kislova i A. I. Perchitza. Moskva, Geografîz, 1957, p. 615.
NOVE, A. - DONNELLY, D. Trade With Communist Countries. London, Hutchinson, 1960, p. 183.
NUSEIBEH, H. Z. The Ideas of Arab Nationalism. Princeton, Princeton Univ. Press, 1956.
PERCHITZ, A. I. Araby arabijtzkovo polouostrova. Moskva, Geografîz, 1958, p. 56.
PERCHITZ, A. I. Jordanija. Moskva, Gosizdat. geogr. lit-y, 1958.
POSSONY, S. A Century of Conflict ; Communist Techniques of World Revolution. Chicago, Regnery, 1953.
PRIMAKOV, E. Strany Arabii i kolonializm. Moskva, Gospol, 1956, p. 111.
PRIMAKOV, E. - AROUTJOUNOV, R. Poutchitel'nyj ourok. (Vooroujenija agressija protiv Egipta.) Moskva, Gospol, 1957, p. 56.
Problems of Soviet Foreign Policy. Symposium. Munich, Institout po izoutchenijou SSSR, 1959, p. 141.
SAMARSKIJ, S. P. Vnechnaja politika SSSR i mejdounarodnyje otnochenija na sovremennom etape. Moskva, Izd-vo VPCH i
AON, 1959, p. 76.
SANDS, W. ed. Middle Eastern Report. 1959. Washington, Middle East Institute, 1959, p. 111.
SEJFOUL'-MOULJOUKOV, F. Irak v bor'be za nezavisimost' i progress. Moskva, Znaniie, 1959, p. 32.
Souetzkij vopros i imperialistitcheskaja agressija protiv Egipta (I. Lemin i drougyje). Moskva, Izd.-vo Akad. Naouk SSSR,
1957, p. 143.
SOULTANOV, A. F. Polojenie egipetskogo krest'janstva pered zemel'noj reformoj 1952. g. Moskva, Gospol, 1958, p. 83.
UTLEY, F. Arabische Welt - Ost oder West ? Göttingen, Plesse, 1958, p. 232.
VAJDA, I. A szocialista külkereskedelem ; A KGST és a szocialista nemzetközi munkamegosztàs. Budapest, Közgazdasàgi és
Jogi Könyvkiadó, 1963, p. 327.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 159 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
Voprosy vnechnej politiki SSSR i sovremennyje mejdounarodnyje otnochenija. Pod. obch. red. L. F. Il'jitcheva ... i drougyje.
Moskva, Gospol, 1958, p. 350.
VYGODSKIJ, S. Vnechnaja politika SSSR - politika mira i mejdounarodnogo sotroudnjitchestva, Moskva, Gospol. 1958, p. 336.
WHEELOCK, K. Nasser's New Egypt ; A Critical Analysis. London, Stevens, 1960, p. 326.
YALL, W. The Near East ; A Modern History. Ann Harbor, Michigan Univ. Press, 1958, p. 435.
ZYKOV, S. V. Solnetchnoj Sirii ; Iz zapisok sovjetskogo journalista. Moskva, Gospol, 1957, p. 64.
b) Articles
ABDALLAH AN-NOUVAR. Britanskij kolonializm v Arabii. Azija i Afrika segodnia, 1961, NE 8, pp. 19-20.
ABVETAN, B. East-West Middle East Policies. Middle Eastern Affairs, (désormais : MEAff.) août-septembre 1956, pp. 269-285.
The Agrarian Problem and the National Liberation Movement (Exchange of Views : Chaled Begdache). World Marxist
Review, Vol. 4, janvier 1961, pp. 58-62.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 160 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
AIRAPETJAN, M. The Periodication of the History of Soviet Foreign Policy. International Affairs (Moscou), février 1958, NE
2, pp. 63-70.
AKOPJAN, G. Ekspansija amerikanskogo imperializma na Bliznjem i Srednjem Vostoke. Voprosy ekonomiki, Vol. 6,
janvier 1949, pp. 42-59.
AKOPJAN, G. Bor'ba Egipta protiv kabal'nyh dogovorov. Izvestia, 20 octobre 1951.
AKOPJAN, G. O natzional'no-osvoboditjel'nom dvijenii narodov Bliznjego i Srednjego Vostoka. Voprosy ekonomiki,
janvier 1953, NE 1, pp. 58-75.
AKOPJAN, G. Rastant demokratitcheskije sily narodov Bliznjego i Srednogo Vostoka. Pravda, 27 octobre 1949.
Akt agressii protiv narodov Arabskogo Vostoka. (Obljoudatel’.) Pravda, 16 juillet 1958.
ALAN, R. New Blocs for Old in the Middle East. Commentary, August 1957, pp. 132-138.
ALEXANDER, M. (pseudonyme de W. Z. Laqueur), Communist Strategy in the Middle East. The 20th Century, novembre
1951, pp. 394-400.
ALEXANDER, M. The Near East's Communist-Fascist Front. Commentary, vol. 13, mai 1952, pp. 456-462.
ALEKSANDROV, I. Anglo-egipetskoje soglachenije i plany na Srednjem Vostoke. Pravda, 8 août 1954.
ALEKSANDROV, I. Soudan ; nezavisilaja respoublika. Pravda, 5 janvier 1956.
Amerikanskije monopolii za intjeresovany v prodoljenin vojny na Arabskom Vostoke. Izvestia, 8 août 1958.
ANATOL'EV, A. Jordanija za tjouremnoj rechetkoj. Sovremennyj Vostok, 1959. NE 11, pp. 22-23.
ANDREASJAN, R. Middle Eastern Oil ; Present and Future. International Affairs (Moscou), juillet 1960, NE 7, pp. 22-30.
ANDREJEV, I. Monopolii SCHA v Libane. Sovremennyj Vostok, 1958, NE 7, pp. 24-26.
ANDREJEV, Ju. N. Njeftjanaja politika Irakskoj respoubliki. Narody Azii i Afriki, NE 1, 1961, pp. 94-105.
ANDREJEV, S. Zagovor protiv bezopasnosti i nezavisimosti arabskih stran. Izvestia, 7 janvier 1955. 231
ANDREJEV, T. Narody arabskih stran protiv doktriny Ejzenhaouera. Sovremennyj Vostok, 1957, NE 2, pp. 40-41.
APREMONT, B. La pénétration des pays du bloc soviétique au Moyen-Orient et dans le Sud-Est asiatique. Politique
étrangère, avril 1956, pp. 201-214.
ARBAMOV, Ju. - SEDIN, L. Leninskije printzipy sotzialistitcheskoj vnechnej politiki. Mirovaja ekonomika i mejdounarodnyje
otnochenija, NE 5, mai 1960, pp. 3-18.
ARISMENDI, R. The Programme of Communism and the National-Liberation Movement. World Marxist Review,
novembre 1961, pp. 17-25.
ARZOUMANJAN, A. Novyj etap obchtchego krizisa kapitalizma. Mirovaja ekonomika i mejdounarodnyje otnochenija, NE 2,
février 1961, pp. 3-19.
BADEAU, J. B. Conflict In Priorities, the Middle East. Foreign Affairs, janvier 1958, pp. 232-240.
BALABOUCHEVITCH, V. V. 0 nekotoryh osobennostjah rabotchego dvijenija v stranah Vostoka na sovremennom etappe.
Problemy vostokovedenije, NE 2, 1959, pp. 49-60.
BAROV, A. - TZERSKIJ, A. Proitzki CENTO na Arabskom Vostoke. Sovremennyj Vostok, 1960, NE 1, pp. 41-42.
BECHTOLDT, H. Russland's Präsenz im Orient. Aussenpolitik, Vol. 3, mai 1952, pp. 291-304.
BEGDACHE, Ch. For the Successful Struggle For Peace, National Independence, and Democracy We Must Resolutely
Turn Toward the Workers and The Peasants. Report of the Central Command of the Communist Party in Syria
and Lebanon. January 1951. Middle Eastern Journal (désormais : ME Journal), Spring 1953, pp. 206-221.
---. Oktjabr'skaja revoljoutzija i Arabskij Vostok. Pravda, 10 novembre 1957 (publié en arabe dans Al Nour,
12 novembre 1957).
---. The Crisis and the Problems of the Middle East. World Marxist Review, vol. 1, septembre 1958, pp. 68-70.
BELJAJEV, I. Obrazetz droujestvennogo vzaimovygodnogo sotroudnitchestva. Pravda, 22 décembre 1957.
BELJAJEV, I. Kontoury novogo gosoudarstva. Sovremennyj Vostok, 1958, NE 5, pp. 7-9.
BELJAJEV, I. Vosen' let spoustja. Pravda, 23 juillet 1960.
BELJAJEV, I. Boudnji trechmillionnogo goroda. Azija i Afrika segodnja, 1961, NE 8, pp. 32-34.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 161 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
BELOFF, M. Russian Diplomacy. Listener, 23 août 1951.
BELOFF, M. The Theory of Soviet Foreign Policy. Soviet Studies, avril 1952, pp. 345-350.
BENJAMINSOV, S. SSSR - importer traditzionnyh tovarov ekonomitcheski slaborazvityh stran. Vnechnaja Torgovlja, 1960,
NE 5, pp. 18-20.
BENNIGSEN, A. Le Front national dans la nouvelle stratégie communiste au Moyen-Orient. Politique étrangère, 1956, NE
5,
pp. 614-624.
BERLINER, J. S. Soviet Economic Policy in the Middle East. ME Aff., vol. 10, août-septembre 1959, pp. 286-291.
BERREBY, J. J. Nasserisme contre communisme. L'Afrique et l'Asie, 1959, NE 46, pp. 3-9.
BINDER, L. The Middle East As a Subordinate International System. World Politics, avril 1958, pp. 408-429.
BJELOCHAPKIN, D. The USSR and the Economic Development of the Arab Countries. International Affairs (Moscou),
juillet 1958, pp. 41-46.
BJELOCHAPKIN, D. - SMIRNOV, V. The OU Monopolies - the Instigators of Agression. International Affairs (Moscou),
septembre 1958, NE 9, pp. 63-67.
BOHKARYOV, Y. Report From Cairo. New Times, février 1960, pp. 25-27.
BOROVSKIJ, V. Nastouplenije SCHA na pozitzii svoih jevropejskih sojouznikov. Pravda, 26 août 1954.
BOROVSKIJ, V. Bagdadskij pakt v planah agressivnyh krougov SCHA. Pravda, 19 décembre 1956.
BOROVSKIJ, V. Irak pod ougrozoj agressii. Pravda, 26 juillet 1958.
BOROVSKIJ, V. Zatchem sobiralas' sessija CENTO v Vachingtone ? Pravda, 12 octobre 1959.
BOUHALI, L. The Building of Communism and the Liberation Struggles of the Arab Peoples. World Marxist Review,
janvier 1962, pp. 19-24.
BOURGUIBA, H. Nationalism : Antidote to Communism. Foreign Affairs, juillet 1957, pp. 646-657.
BRUN, Ch. L'analyse soviétique du sous-développement. Orient, 1960, NE 16, pp. 155-179.
BRUTENZ, K. Révolution d'Octobre et l'écroulement du colonialisme. Temps nouveaux, NE 31, juillet 1957, pp. 15-18.
BRZEZINSKI, Z. Communist Ideology and International Affairs. The Journal of Conflict Resolution, vol. IV, NE 3,
septembre 1960, pp. 266-290.
BYLININ, V. Jordan. An Occupied Country. International Affairs (Moscou), septembre 1958, pp. 95-96.
CAMPBELL, J. C. From *Doctrine+ to Policy in the Middle East. Foreign Affairs, avril 1957, pp. 441-453.
CARMICHAEL, J. The Nationalist-Communist Symbiosis. Problems of Communism, vol. VII, NE 3, mai-juin 1959, pp. 35-41.
CATROUX, Général. Aspects actuels des problèmes du Moyen-Orient. Politique étrangère, 1956, NE 1, pp. 5-20.
CHABIB, K. Chto proishodjit v Egipte? Pis'mo iz Kaira. Pravda, 3 février 1952.
CHAOUI, N. Libanskoj narod protiv imperializma i reaktzii. Sovremennyj Vostok, NE 6, 1959, pp. 9-10.
e
COLOMBE, M. Après Suez : le Moyen-Orient entre Moscou et Washington. Orient, vol. I, 4 trim., 1957, pp. 186-195.
COLOMBE, M. La presse arabe et le lancement du premier satellite artificiel de la terre. Orient, vol. I, 4e trim., 1957,
pp. 204-207.
Dal'chejcheje razvitije marksistsko-leninskogo outchenija o natzional’no-kolonial'nom voprose. Narody Azii i Afriki, NE 1,
1961, pp. 3-12.
DALLIN, D. J. Soviet Policy in the Middle East. ME Aff., novembre 1955, pp. 337-344.
DANILOV, S. Saudi Arabia ; Positive Neutrality. International Affairs (Moscou), juin 1958, p 91-92
DANILOV, S. Provocation In Kirkuk. International Affairs (Moscou), septembre 1959, pp. 92-93.
DEMTCHENKO, P. Obchtchestvennost' Libana dajot otpor imperialistitcheskoj propaganda. Pravda, 9 septembre 1957.
er
DEMTCHENKO, P. Irak pristoupajet k rechenijou natzional’nyh problem. Pravda, 1 août 1958.
DEMTCHENKO, P. Raskrytije imperialistitcheskogo zagovora v Sirii. Pravda, 15 février 1958.
DEMTCHENKO, P. Zametki ot agrarnoj reforme v Irakskoj respoublike. Sovremennyj Vostok, NE 2, 1959, pp. 24-25.
DEMTCHENKO, P. Fellahi iz Abu-Suka. Sovremennyj Vostok, NE 1, 1961, pp. 20-21.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 162 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
DILLON, C. D. The Challenge of Soviet Economic Expansion. Department of State Bulletin, vol. 41, 1959, pp. 759-764.
Diskoussija ob ekonomitcheskih i polititcheskih pozitzija natzional’noj-bourjouazii v strana Vostoka. Sovjetskoje
Vostokovedenije, 1957, NE 1, pp. 174-183.
Diskoussija o goskapitalizme v ekonomitcheski slaborazvityh strana Vostoka. Sovremennyj Vostok, NE 4, 1958, pp. 213225.
D'JAKOV, A. M. - SORKIN, G. Z. Natzional’no-kolonial'nyj vopros v rechnijah kongressov Kominterna. Problemy
vostokovedenija, NE 2, 1959, pp. 61-74.
DOMDEY, K. H. Die wirtschaftliche Unterstützung des Befreiungskampfes der Völker Afrikas, Asiens und Latein-Amerikas
durch die sozialistischen Staaten. Der Aussenhandel, 1961, NE 3, pp. 32-35.
DOMDEY, K. H. Zwischenbilanz sozialistischer Kredithilfe. Die Wirtschaft, 22 mars 1961.
DONSKOJ, P. Echtcho raz irakskoj petchami. Azija i Afrika segodnja, 1961, NE 7, pp. 56-57.
DOUGHERTY, J. E. The Ashwan Decision In Perspective. Political Science Quarterly, vol. 74, NE 1, mars 1959, pp. 21-45.
DOURDJENEVSKIJ, V. Pjat' principov. Mejdounarodnaja jizn', 1956, NE 3, pp. 44-49.
DRAMBJANTZ, G. Anglo-amerikanskoje sopernjitchostvo na Arabijskom poloustrove. Sovremennyj Vostok, NE 3, mars
1958, pp. 8-10.
DBAMBJANTZ, G. Soviet-Iraqi Economic Contacts. New Times, NE 16, avril 1960, pp. 18-19.
Droujba vo imja mira i progressa. Izvestia, 29 avril 1958.
Edinstvo arabskih narodov v bor'bje za nezavisimost' zalog pobjeda. Pravda, 30 mars 1959.
EGGERS, W. Die wirtschaftliche Aktivität des Ostblockes in den Entwicklungsländern. Osteuropa Wirtschaft, août 1956,
pp. 12-22.
EZOV, L. - SEJFOUL'MOULJOUKOV, F. Torgovyje otnochenija SSSR s ob'jedinennoj arabskoj respoubliki. Vnechnaja
Torgovlja, 1958, NE 5, pp. 7-11.
Faktam vopreki ; Po povodou denta otveta prezidenta SCHA D. Ejzenhaouera na poslanie N. S. Khrouchtcheva. Pravda,
24 juillet 1958.
FARAGO, L. The Sources of Soviet Policy in the Middle East. United Nations World, vol. 2, août 1948, pp. 17-22.
FEDTCHENKO, A. - KOTLOV, L. Irak na pouf natzional=no go vozrojdnija. Mirovaja ekonomika i mejdounarodnyje
otnochenija, juillet 1957, NE 7, pp. 44-55.
FITZSIMONS, M. A. The Suez Crisis and the Containment Policy. Review of Politics, vol. XIX, octobre 1957, pp. 419-445.
FITUNI, L. Ob ekonomitcheskoj pomochtchi slaborazvitnym stranam. Voprosy ekonomiki, 1953, NE 11, pp. 80-95.
FOUZEJEV, V. Lebanon : Under the Heel of American Occupation. International Affairs (Moscou), septembre 1958, pp. 9394.
FOUZEJEV, V. Colonialists' New Trick. International Affairs (Moscou), juin 1959, pp. 106-107.
FROUMKIN, A. Bourjouaznaja teorija vnechnej torgovlji i problemy slaborazvityh stran. Vnechnaja Torgovlja, 1959, NE 4,
pp. 6-14.
GAFOUROV, B. Douh Bandounga jivet i pobezdaet. Sovremennyj Vostok, NE 1, juillet 1957, pp. 8-10.
GAFOUROV, B. O perspektivah razvitija sovjetskogo vostokovedenija. Sovjetskoje vostokovenije, 1957, NE 3, pp. 7-16.
GAFOUROV, B. Natzional’no-osvoboditjel'noje dvijenie na sovremennom etape. Polititcheskoje samoobrazovanije,
septembre 1961, pp. 27-37.
GALA Y, N. The Soviet Breakthrough in the Middle East and in Southern Asia. Bulletin of the Institute for the Study of the
USSR, vol. 3, mars 1956, pp. 12-19.
GALA Y, N. The Influence of Military Factors on Soviet Foreign Policy. Bulletin of the Institute for the Study of the USSR,
vol. 6, septembre 1959, pp. 3-20.
GATAOULLIN, M. F. - MALJOUKOVSKIJ, M. V. Egipetskaja Respoublika na pouti v ekonomitcheskoj nezavisimost'.
Sovjetskoje vostokovedenije, NE 3, 1956, pp. 119-129.
GEFFEN, M. The USSR in the Middle East. New Outlook, vol. I, octobre 1957, pp. 11-16.
GEORGIJEV, A. Iraq : On the Road to Progress. International Affairs (Moscou), septembre 1958, pp. 89-90.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 163 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
GEORGIJEV, A. Middle East ; Fresh Imperialist Intrigues. International Affairs (Moscou), décembre 1958, pp. 90-91.
GOUBER, A. A. Glouboko i vsestronnoje izoutchat' krizis i raspad kolonial'noj sistemy imperializma. Sovremennyj Vostok,
NE 3, 1956, pp. 3-14.
GOULANOVA, O. Novyje manevry imperialistiicheskaja djerjav na Bliznjem i Srednjem Vostoke. Mirovaja ekonomika i
mejdounarodnyje otnochenija, juin 1959, NE 6, pp. 21-32.
GRIGOR'JAN, CH. Njeft i imperialistitcheskaja agressija na Arabskom Vostoke. Izvestia, 9 août 1958.
HAIRI, Z. The Agrarian Reform Law in the Republic of Iraq. World Marxist Review, vol. 2, avril 1959, NE 4, pp. 55-60.
AL-HAJJ
AZIZ - QUAHRANI, ABDELKADER - SAFI, ADNAN. The True and the False Friends of the Arab peoples. World Marxist
Review, mai 1962, pp. 36-43.
Halt Imperialist Agression in the Arab East. International Affairs (Moscou), août 1958, pp. 13-17.
HARBISON, F. Tvoo Centres of Arab Power. Foreign Affairs, juillet 1959, pp. 672-683.
e
HEYWORTH-DUNNE, I. Partis politiques et gouvernements dans l'Iraq d'aujourd'hui. Orient, 3 trim., 1960, pp. 69-95.
HOSKINS, H. L. Soviet Economie Pénétration in the Middle East. Orbis, hiver 1960, pp. 458-468.
HUEBBENET, G. von. Der ôstliche Einfluss auf Kairo. Aussenpolitik, mai 1960, pp. 348-353.
HUDSON, G. F. Balance Sheet on Bandung. Commentary, 1955, vol. 19, pp. 562-567.
HUREWITZ, J. C. Our Mistakes in the Middle East. International Conciliation, mai 1952, pp. 199-260.
Jemen - zertva imperialistitcheskogo sgovora. Pravda, 16 décembre 1949.
ILJICHOV, I. The Sputniks and International Relations. International Affairs (Moscou), mars 1958, pp. 7-17. Iraq. Parti
Communiste. Glavnaja zadatcha - oukreplenije nezavisimosti. Polititcheskaja platforma kommounistitcheskoj partii
Iraka. Pravda, 13 février 1960.
Iraq. Parti Communiste. On the Communist Party of Iraq. Daily Worker, London, 25 février 1960. Iraq. Parti Communiste.
V zachtchitou respoubliki, za oukreplenije jedinstva natzional=nyh syl. ... plénum CK Kompartii Iraka. Pravda,
17 août 1959, et Kommounist, 1959, N+ 12.
IVANOV, K. A New Arab State. International Affairs (Moscou), mars 1958, pp. 53-58.
IVANOV, K. Novyje gosoudarstvo na Arabskom Vostoke. Mejdounarodnaja jizn, NE 3, 1958, pp. 70-78.
IVANOV, K. The Middle Eastern Situation. International Affairs (Moscou), janvier 1959, pp. 76-81.
IVANOV, K. Crossroads in the Middle East. International Affairs (Moscou), mai 1959, pp. 24-31.
JAFRI, F. S. Communism in the Muslim World. Journal of the Royal Central Asian Society, 40 Apt. 1953, pp. 161-168.
JAKOUBOV, N. Souelzkaja problema i bliznjevostotchnaja njeft. Troud, 29 septembre 1956.
JARGY, S. Le patriarcat de Moscou et les Eglises d'Orient. Orient, 1961, NE 1, pp. 25-35.
JARGY, S. DU neutralisme positif au non-alignement. Orient, 1961, NE 2, pp. 15-22.
JEGOROV, P. Njedobrojelatjeli nje boudout imet ouspjeha. Pravda, 19 septembre 1959.
JOUKOV, E. Velikaja Oktjabrskaja sotzialistitcheskaja revoljoutzija i kolonial'nyj Vostok. Bol'chevik, octobre 1946, NE 20,
pp. 38-47.
JOUKOV, E. Voprosy natzional'no-kolonial’noj bor'by poslje vtoroj mirovoj vojny. Voprosy ekonomiki, 1949, NE 9, pp. 5461.
JOUKOV, E. The Bandung Conférence of African and Asian Countries and its Historié Significance. International Affairs
(Moscou), mai 1955, pp. 18-32.
JOUKOV, E. From Bandung to Cairo. International Affairs (Moscou), février 1958, pp. 52-57.
JOUKOV, E. Y ougoudou neftjanym koroljam. Pravda, 18 août 1958.
JOUKOV, E. Middle East : The Crisis and the US Economy. International Affairs (Moscou), septembre 1958, pp. 91-93.
JOUKOV, E. Anniversary of the Révolution in Iraq. International Affairs (Moscou), août 1959, pp. 14-18.
JOUKOV, E. Priznanija i poloupriznanija. Mirovaja ekonomika i mejdounarodnyje otnochenija, 1960, NE 5, pp. 61-65.
JOUKOV, E. Solidarnost' stran Azii i Afriki - velikaja sila. Pravda, 26 mars 1960.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 164 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
JOUKOV, E. Znamjenatjel'nyj faktor nachego vremeni.
osvoboditjel'nogo dvijenija. Pravda, 26 août 1960.
O
nekotoryh
voprosah
sovremennogo
natzional’no-
JOUKOV, E. Polnyj krah kolonializma neminoujet. Pravda, 5 mai 1961.
K tchemou vedet touretzko-pakistanskij pakt. (NabljoudateV.) Izvestia, 27 février 1954.
KAREV, N. Otvetstvennyj etap v djejatjel'nosti OON. Izvestia, 14 novembre 1956.
KASTER, H. L. Russlands Einbruch in den Mittleren Osten. Aussenpolitik, janvier 1956, pp. 32-40.
KERBELAY, H. La pénétration économique des pays du bloc soviétique au Moyen-Orient. Orient, 1er trim. 1960, pp. 169174.
KIIADDUUI, M. The Problem of Régional Security in the Arab East. ME Journal, vol. XI, hiver 1957, pp. 12-22.
KHOKIILOV, N. Novyj provokatzionnyj trjouk kolonizatorov. Izvestia, 12 juillet 1958.
KHOKIILOV, N. Stranje voujouchtchij korol'. (Mejdounarodnyje zametki.) Izvestia, 28 mars 1959.
KIRDAR, N. S. Zametki o profsojouznom dvijenii v Irake. Sovremennyj Vostok, NE 5, mai 1959, pp. 35-36.
KIRJOUCHIN, V. Kredity Sovjetskogo Sojouzaslaborazvitnym stranam.VnechnajaTorgovlja, 1959, NE 6, pp. 15-18.
KIRK, G. The Syrian Crisis of 1967. International Affairs (Moscou), janvier 1960, pp. 58-61.
KISELEV, V. I. Natzional’no-osvoboditjel'noje dvijenie v Soudane posle vtoroj vojny.
Sovremennyj Vostok, NE 5, 1956, pp. 35-47.
KODATSCHENKO, A. S. Die Wirtschaftbeziehungen mit den sozialistischen Staaten - eine wichtige Bedingung zur
Sicherung der ökonomischen Selbständigkeit der schwachentwickelten Länder. Sowjetische Wissenschaft,
Gesellschaftwissen-schaftliche Beiträge, 1961, NE 2, pp. 133-152.
er
Kolonizatory brosajout vyzov narodam Vostoka. (NabljoudatjeV). Izvestia, 1 novembre 1956.
Komou noujno prodoljenie agressii protiv Egipta ? Pravda, 25 février 1957.
KOMZIN, I. Asouan - svjetlaja nadjejda narodov OAR. Pravda, 21 février 1961.
er
KONDRACHOV, S. Bratskaja solidarnost'. Izvestia, 1 août 1958. KONDRACHOV, S. Pis'mo iz Bejrouta. Izvestia, 17 octobre
1958.
KONDBACHOV, S. Souchtchestvo Bagdadskogo pakta v agressii. Izvestia, 31 juillet 1958.
KONDBACHOV, S. Dva dhja v Asjoule. Sovremennyj Vostok, NE 6, juin 1960, pp. 29-30.
KOBJONOV, V. K sobytijam v Egipte. Pravda, 22 octobre 1951.
KOBJONOV, V. Arabskije strany - dlja Arabov. Pravda, 25 mai 1953.
KOROVIN, E. The Problem of Neutrality Today. International Affairs (Moscou), mars 1958, pp. 36-40.
KOTKOVSKY, Y. A New Phase in the Economie Compétition Between Two Systems. International Affairs (Moscou),
février 1959, pp. 6-11.
KOUDRJAVTZEV, V. Proiski imperialistov na Bliznjem Vostoke. Izvestia, 23 février 1952.
KOUDBJAVTZEV, V. Staryj plan pod novyrn nazvaniem. Izvestia, 11 mai 1952.
KOUDRJAVTZEV, V. Anglija i Egipta. Izvestia, 23 mai 1953.
KOUDRJAVTZEV, V. SCHA isilivajout nazim na Iran. Izvestia, 19 juin 1954.
KOUDRJAVTZEV, V. Agressivnoje zamysly SCHA na Bliznjem Vostoke. Izvestia, 23 octobre 1954.
KOUDRJAVTZEV, V. V. Novyj nazim na arabskije strany. Izvestia, 3 novembre 1955.
KOUDRJAVTZEV, V.. Novaja diversija SCHA v stranah Vostoka. Izvestia, 20 décembre 1956.
er
KOUDRJAVTZEV, V. SCHA spasajout Bagdadskij pakt. Izvestia, 1 août 1958.
KOUDRJAVTZEV, V. Propagandistkoje istochenije. Izvestia, 3 août 1958.
KOVEB, J. F. La Russie et le Proche-Orient. Revue politique et parlementaire, vol. LU, avril 1950, pp. 39-51.
KOZARCZ, K. Bor'ba monopolii Anglii i SCHA za blinznjevostotchnoujou njeft. Pravda, 11 juin 1953.
KROEF, J. M. van der. Evolution of a Concept. (On National Democracy, 11.^ Survey, avril 1963, pp. 134-145.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 165 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
LAQUEUR, W. Z. Middle Eastern Battle. The New Leader, vol. XXXVIII, 14 novembre 1955, pp. 3-5.
LAQUEUR, W. Z. Soviet Policy in the Middle East. World Today, 1955, NE 12, pp. 518-529.
LAQUEUR, W. Z. The Appeal of Communism in the Middle East. ME Journal, vol. IX, hiver 1955, pp. 17-27.
LAQUEUR, W. Z. Communism in Jordan. World Today, vol. XII, mars 1956, pp. 109-119.
LAQUEUR, W. Z. The Moscow-Cairo Axis. Commentary, vol. XXI, mai 1956, pp. 409-417.
LAQUEUR, W. Z. Nasserism and Communism. World Today, vol. XII, octobre 1956, pp. 390-398.
LAQUEUR, W. Z. Soviet Russia and the Arabs. Midstream, vol. II, hiver 1956, pp. 24-33.
LAQUEUR, W. Z. The Shifling Line in Soviet Orientology. Problems of Communism, vol. IV, NE 2, mars-avril 1956, pp. 2026.
LAQUEUR, W. Z. Dilemma of the Left Wing in Egypt. Conférence on “ Egypt Under the Military Regime.” St-Anthony's
Collège, Oxford. 15-16 juin 1957.
LAQUEUR, W. Z. Syria on the Move. Ascendancy of the Left Wing. World Today, vol. XIII, janvier 1957, pp. 17-26.
LAQUEUR, W. Z. Soviet Prospects in the Middle East. Problems of Communism, vol. V, 7 août 1957, pp. 20-25.
Laqueur, W. Z. Arab Unity versus Soviet Expansion. Problems of Communism, vol. VII, NE 3, mai-juin 1959, pp. 42-48.
LAQUEUR, W. Z. Middle Eastern Irréconciliables. New Republic, 5 janvier 1959, pp. 15-19.
LAQUEUR, W. Z. The *National Bourgeoisie+ ; a Soviet Dilemma in the Middle East. International Affairs (Londres),
juillet 1959, pp. 324-331.
LAUFER, L. Communist Party Strategy and Tactics in the Arab World. Problems of Communism, vol. II, NE 1,1954 et
Ostprobleme, Jg. 6, NE 18, 8 mai 1954, pp. 717-723.
LAURENT, F. Aspects nouveaux de la pénétration soviétique au Moyen-Orient. Orient) 4e trim. 1957, pp. 149-158.
LAURENT, F. L'URSS et le Moyen-Orient. Orient, 2e trim. 1957, pp. 53-67 ; 3e trim., pp. 15-30.
LAVRENT'JEV. A. Kolonializm - glavnoj brag narodov Azii i Afriki. Izvestia, 18 avril 1959.
LAZAREV, M. Strategija “Vsemirnogo kol'sa ” vojennyh baz i bezopasnost' narodov. Mirovaja ekonomika i
mejdounarodnyje otnochenija, décembre 1959, NE 12, pp. 34-43. LEMIN, I. M. Doktrina Ejzenhaouera programma kolonial'nogo zakabalenija Bliznjego
Vostoka. Sovjetskoje vostokovedenije, 1957, NE 1, pp. 3-22.
LEMIN, I. M. Ekonomitcheskaja souchtchnost' sovremennogo kolonializma. Problemy vostokovedenija, 1959, NE 4, pp. 825.
LENCZOWSKI, G. Literature on the Clandestine Activities of the Great Powers in the Middle East. ME Journal, printemps
1954, pp. 205-211.
LENCZOWSKI, G. Soviet Policy in the Middle East ; a Summary of Developments Since 1945. Journal of International
Affairs, vol. VII, 1954, NE 1, pp. 52-61.
Leninskije principy vnechnej politiki SSSR i strany Vostoka. Sovremennyj Vostok, 1957, NE 2, pp. 1-3.
LEONIDOV, A. Atlantitcheskaja oligarhija i Persidskij zaliv. Sovremennyj Vostok, octobre 1958, N+ 10, pp. 11-14.
LEONTJEV, B. Amerikanskije plany zakabalenija arabskih stran. Pravda, 20 novembre 1951.
LESHEM, M. Soviet Propaganda to the Middle East. ME Aff., vol. 4, 1953, NE 1, pp. 1-10.
LEWIS, B. The Middle Eastern Reaction to Soviet Pressures. ME Journal, vol. X, printemps 1956, pp. 125-137.
LICHTHEIM, G. Soviet Expansion Into the Middle East. Commentary, novembre 1955, pp. 435-439.
LICHTHEIM, G. Nationalism, Révolution and Fantasy in Egypt Behind the Arms Deal with Czechoslovakia. Commentary,
vol. XXI, janvier 1956, pp. 33-40.
LONDON, I. Evolution of the USSR Policy in the Middle East, 1950-1956. ME Aff., mai 1956, pp. 169-178 ; 188-195.
LONGRIGG, S. H. New Groupings Among the Arab States. International Affairs (Londres), juillet 1959, pp. 305-317.
LOEWENTHAL, R. Ils Function In Communist Policy. (On National Democracy, I.) Survey, avril 1963, pp. 119-133.
LOSEV, S. Popytki SCHA raschirit' agressivnyj tourtzko-pakistanskij blok. Izvestia, 30 juin 1954.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 166 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
LOSEV, S. Sobytija v Soudane. Troud, 26 mars 1954. LOSEV, S. Dlja tchego Menderes posetil Irak. Izvestia, 14 janvier
1955.
LOSEV, S. Imperialism and the Arab Countires. New Times, 1955, NE 2, pp. 12-14.
LOUTZKIJ, V. B. Oktjabrskaja revoljoutzija i arabskije strany. Sovjetskoje vostokovedenije, mai 1957, pp. 87-98.
LOUTZKIJ, V. B. Problema arabskogo jedinstva. Sovjetskaja etnografla, 1957, NE 1, pp. 106-117.
LOUTZKIJ, V. B. Ijoulskaja revoljoutzija 1952 goda v Egipte. Sovjetskoje vostokovedenije, NE 2, 1957, pp. 31-48.
LUDLOW, J. M. Soviet Strategy in the Arab-Israel Problem : Lesson for the Free World. Department of State Bulletin,
vol. XXXVII, 23 décembre 1957, pp. 994-999.
MAJEVSKIJ, V. Organizatory provokatzii protiv Sirii ne ounjimajoutsja. Pravda, 15 octobre 1957.
MAJEVSKIJ, V. Prazdnjik boudnji na beregah Nila. Pravda, 29 août 1961.
MAMUKOV, E. Soviet Eastern Policy. Bulletin of the Institute for the Study of the USSR, vol. III, janvier 1956, pp. 44-48.
MARK, M. The Eléments of Soviet Strategy in the Middle East. World Affaire Interpréter, vol. XXV, automne 1954,
pp. 278-289.
MARTIN, H. G. The Soviet Union and the Middle East. ME Aff., février 1956, pp. 49-56.
MASLENNIKOV, V. O. Roukovodjastchej roli rabolchego klassa v natzional'no-osvoboditjel'nom dvijenii kolonialnyh
narodov. Voprosy ekonomiki, 1949, NE 3.
MASLENNIKOV, V. O. Velike istoritcheskije sobytija v stranah Vostoka. Sovjetskoje vostokovedenije, NE 1, 1956, pp. 13-21.
MATVEJEV, V. Poslje peregovorov treh derjav v Londone. Izvestia, 4 août 1956.
MAXIMOV, E. Evil Theory. New Times, NE 42, octobre 1959, pp. 15-17.
MAZOUR, A. C. Russia, the Middle East and OU. World Affairs Interpréter, vol. XXII, janvier 1952, pp. 415-423.
MEDVEDEV, V. Kto ougrozajet narodam Arabskogo Vostoka. Pravda, 28 décembre 1954.
MEDVEDEV, V. O tjeh, kto sejet smoutou na Bliznjern i Srednjem Vostoke. Pravda, 2 février 1958.
Mejdounarodnoje obozrenije. Voznyj klad v jedinstvo arabskih narodov. (ObozrevateV.) Pravda, 15 février 1958.
MELIKJAN, Ob. - ZTINGEH, Ja. Vnechnaja politika miroljoubivyh stran Azii i Ajriki I jejo bourjouaznye kritiki. Narody Azii i
Afriki, NE 6, 1961, pp. 60-70.
MEURER, F. Moscow's Allies in the Near East. Bulletin of the Institute for the Study of the USSR, vol. 4, mai 1957, NE 5,
pp. 19-26. The Middle East Background to the Russian Intervention. World Today, novembre 1955, pp. 463-471.
MIKHAJLOV, M. K polojenijou v Egipte. Izvestia, 2 février 1952.
MIKHAJLOV, M. Kto sozdajet ougrozou bezopasnosti narodov Vostoka. Izvestia, 20 mars 1954.
MIKHAJLOV, M. Plany vooroujennogo vmechatel'stva pod predlogom * oumirotvorenjija +. Izvestia, 8 avril 1956.
MIKHAJLOV, M. Podopleka amerikanskogo provokatzionnogo plana. Izvestia, 20 septembre 1956.
MIRSKIJ, G. Konjetz kar'ery generala Glabba. Troud, 8 mars 1956.
MIRSKIJ, G. Neft i agressija. Pravda, 25 juillet 1958. MIRSKIJ, G. The USA and the Middle East. International Affaire
(Moscou), septembre 1958, pp. 17-23.
MIRSKIJ, G. Iraqi Republic : The First Year. New Times, NE 28, 1959, pp. 10-12.
MOUKHITDINOV, N. K novym ouspeham sovjetskogo vostokovedenija. Pravda, 14 juin 1957.
MOUKHITDINOV, N. Velikij Oktjabr' i Vostok. Sovjetskoje vostokovedenije, mai 1957, pp. 15-26.
NASSAR, F. O natzional'no-osbvoboditjel'nom dvijenii na Arabskom Vostoke. Sovremennyj Vostok, NE 2, 1961, pp. 10-12.
The National Bourgeoisie and the Liberation Movement. Exchange of Views. World Marxist Review, N08 8-9,
1959.
NIELSEN, W. - ZORAN, S., etc. Sino-Soviet Bloc Technical Assistance - Another Bilatéral Approach. Annals, NE 323, 1959,
pp. 40-49.
NIL'SKIJ, A. Chto proishodjit v Joujnoj Arabii. Sovremennyj Vostok, NE 9, 1959, pp. 39-41.
NOVIKOV, N. Drouj'ba podlinnye i mnimye. Izvestia, 2 avril 1959.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 167 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
Novyje plany zakabalenija Egipta. Pravda, 17 octobre 1951.
O narouchenii profsojouznyh prav v Irake. Troud, 13 novembre 1961.
O podlinno i mjnimoj ougroze Egipty. (ObozrevateV.) Pravda, 8 septembre 1954.
Oil and US Foreign Policy. International Affairs (Moscou), 1957, pp. 129-131.
OL'GIN, I. Proiski agressivnyh krougov SCHA na Bliznjem i Srednjem Vostoke. Pravda, 18 juillet 1954.
er
Opportounisty razoblatcheny. Pravda, 1 mars 1960.
ORESTOV, O. Kto ougrozaet mirou na Bliznjem i Srednjem Vostoke. Pravda, 27 septembre 1953.
ORESTOV, O. Popytki sprovotzirovat' novyj konflikt na Bliznjem Vostoke. Pravda, 27 novembre 1956.
ORESTOV, O. Opasnye zamysli SCHA. Pravda, 14 novembre 1957.
ORESTOV, O. Droujba po-amerikanski. Pravda, 25 juillet 1958.
ORESTOV, O. Narody Vostoka - za sozdanije zony mira. Pravda, 10 février 1958.
ORESTOV, O. Politika sabolaja obremena na proval. Pravda, 4 septembre 1958.
Osnovyje problemy sovremennogo razvitija stran Vostoka. Problemy vostokovedenije, NE 1, 1960, pp. 3-11.
PAL, K. C. An Estimate of the Eisenhower Doctrine for the Middle East. The Egyptian Economie and Political Review,
vol. 107, janvier 1960, pp. 21-29.
Path of Development of Newly Emergent Countries (Exchange of Views). World Marxist Review, avril 1962, pp. 60-79 ;
mai 1962, pp. 66-74.
Patriots persecuted in Iraq. New Times, NE 14, avril 1961, pp. 20-21.
PERCHITZ, A. I. Araby Iraka. Sovjetskaja etnografîa, 1958, NE 5, pp. 77-90.
PERCHITZ, A. I. Plemja narodnost' i natzija v Saudovskoj Arabii. Sovjetskaja etnografîa, NE 5, 1961, pp. 52-61.
PERLMANN, M. In the Shadow of Lunik. ME Aff., vol. 10, février 1959, pp. 73-78.
PERLMANN, M. Iraqi Developments. ME Aff., vol. 10, Nos 6-7, juin-juillet 1959, pp. 228-232.
PETROV, K. Pod flagom amerikanskoj * pomochtchi +. Izvestia, 16 novembre 1954. PETROV, K. Irak v tenetah vojenyh
blokov. Izvestia, 7 avril 1955. PETROV, K. V interesah razvitija droujestvennyh vzaimootnochenii mejdou SSSR i
Egiptom. Izvestia, 21 août 1955.
PLYCHEVSKIJ, I. Proiski kolonizatorov. Zagovory i provokatzii imperialistov na Bliznjem i Srednjem Vostoke. Pravda,
16 août 1957.
PLYCHEVSKIJ, I. Some Problems of the Independence Struggle in Africa. World Marxist Review, vol. 4, juillet 1961, pp. 3138.
PLYCHEVSKIJ, I. - MEDVEDEV, B. - BELJAJEV, I. Narody Azii i Afriki demonstriroujout svoje jedinstvo v bor'bje za
nezavisimost' i mir. Pravda, 29 décembre 1957.
Plodotvornyj rezoultat obsoujdenija souetzkogo voprosa v Sovjete Bezopasnosti. Pravda, 16 octobre 1956.
POLJAKOV, V. Arabskije strany na poutji k ekonomilcheskoj nezavisimosti. Vnechnaja Torgovlja, 1956, NE 9, pp. 3-7.
POLJAKOV, V. Ekonomitcheskoje sotroudnjitchestvo SSSR so stranami Arabskogo Vostoka. Vnechnaja Torgovlja, 1960,
NE 4, pp. 28-33.
POLJAKOV, V. Sirija v bor'bje za ekonomitcheskoujou nezavisimost'. Vnechnaja Torgovlja, 1961, NE 11, pp. 14-19.
PONOMAREV, B. O gosoudarstve natzional'no j demokratzii. Kommounist, mai 1961, pp. 33-48.
Popytka outopit' soderjanie forme. (NabljoudateV.) Izvestia, 27 juillet 1958.
POSTOLENKO, M. Sovjetsko-irakskije ekonomitcheskije otnochenija. Vnechnaja Torgovlja, 1961, NE 11, pp. 15-18.
POTEKHIN, I. Sovremennye rabotorgovsy. Izvestia, 7 avril 1949.
POTEKHIN, I. Africa Shakes Off Colonial Slavery. International Afïairs (Moscou), 1954, pp. 84-90.
POTEKHIN, I. Harakternye tcherty raspada kolonial'noj sistemy imperializma v Afrike.
Problemy vostokovedenija, 1960, NE 1, pp. 12-29.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 168 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
POTEKHIN, I. Stalinskaja teorija koloniaVnoj revoljoutzii i natzional'no-osvoboditjel'noje dvijenie v Tropitcheskoj i Joujnoj
Afrike. Sovjetskaja etnografija, NE 1,1960, pp. 22-40.
POTEKHIN, I. Mogoutcheje idejnoje oroujie. Pravda, 13 octobre 1961. Pouf k ouprotchenijou vseobchtchego mira. Pravda,
7 août 1958.
PRIMAKOV, E. “Doktrina Ejzenhaouera “ - tzep neoudatch. Sovremennyj Vostok, NE 2, 1958, pp. 11-14.
PRIMAKOV, E. Zapadnye derjavy doljny dat' nemedlennyj i jaskij otvet. Zaroubejnye otkliki na poslanie N. S.
Khrouchtcheva ot 28 ijoulja. Izvestia, 30 juillet 1958.
Proekt programmy KPSS i nekotorye problemy natzional’no-osvoboditjel'nogo dvijenija narodov Azii i Afriki. Narody Azii i
Afriki, NE 5, 1961, pp. 3-14.
Programma imperîalistitcheskogo kolonializma SCHA na Bliznjem Vostoke. Vystouplenije Ejzenhaouera v amerikanskom
kongresse. Pravda, 6 janvier 1957.
RALEIGH, J. S. Middle East Politics : The Past Ten Years. ME Afï., vol. 10, NE 1, janvier 1959, pp. 3-24.
RALEIGH, J. S. The Middle East in 1959 - A Political Survey. ME Afï., vol. 11, I960, NE 1, pp. 3-20.
RATIANI, G. Novyje ougrozy po adresou Egipta. Pravda, 18 octobre 1956.
RODINSON, M. Les problèmes des partis communistes en Syrie et en Egypte. Cahiers internationaux, 10e année, février
1958, pp. 76-86.
09
RONDOT, P. The Minorities in the Arab Orient Today. ME Aff., vol. 10, 1956, N
6-7, pp. 214-228.
e
RONDOT, P. Conflits en Orient et neutralisme arabe. L'Afrique et l'Asie, 2 trim. 1957, pp. 15-25.
e
Rondot, P. Quelques aspects de l'affaire de Mossoul. L'Afrique et l'Asie, 2 trim. 1959, pp. 39-43.
Rouki protch ot Egipta_ Pravda, 2 novembre 1956.
RUBINSTEIN, A. Z. Soviet Policy Toward X]nderdeveloped Areas in the Economie and Social Council. International
Organization, vol. 9, mai 1955, pp. 232-243.
Russia and the Middle East. The Atlantic Monthly, vol. CXCVII, avril 1956, pp. 20-24.
RYMALOV, V. Economie Compétition of the Two Systems and the Struggle of the Underdeveloped Countries for Genuine
Indépendance. International Affairs (Moscou), janvier 1959, pp. 31-35.
RYMALOV, V. Soviet Assistance to U'nderdeveloped Countries. International Affairs (Moscou), septembre 1959, pp. 23-31.
RYMALOV, V. Ekonomitcheskoje sorevnovanije dvouh sistem i problema pomochtchi slaborazvitym stranam. Mirovaja
ekonomika i mejdounarodnyje otnochenija, NE 2, 1960, pp. 30-42.
S nog na golovou ... (NabljoudateV'.) Izvestia, 24 juillet 1958.
e
SABLIER, E. La tension en Proche-Orient et la politique des grandes puissances. Politique étrangère, 21 année, 1956,
NE 1, pp. 21-26.
SADAK, G. Economie Neutrality and Foreign Trade in the UAR. The Scribe, vol. III, NE 2, septembre-octobre 1961,
pp. 58-60.
SAMYLOVSKIJ, I. Bor'ba proletariata arabskih stran za svobodou i nezavisimost'. Azija I Afrika segodnja, NE 5, 1961,
pp. 6-7.
SCHWARZ, S. Revising the History of Russian Colonialism. Foreign Affairs, avril 1952, pp. 488-499.
SCOTT, N. B. Soviet Economie Relations With the Underdeveloped Countries. Soviet Studies, vol. 10, N+ 1, juillet 1958,
pp. 36-53.
SEALE, P. The UAR and the Iraqi Challenge. World Today, juillet 1960, pp. 295-305.
Senator Kefauver's Speech. International Affairs (Moscou), juin 1957, p. 132.
SERGEJEV, V. Vopreki interesom irakskogo naroda. Pravda, 10 janvier 1955.
SHARP, S. L. The Soviet Position in the Middle East. Social Sciences, vol XXXII octobre 1957, pp. 225-231.
SHWADRAN, B. The Power Struggle in Iraq. ME Aff., vol. 11, 1960, NE 1, pp. 38-63. No_4, pp. 106-123 ; N_o 5,
pp. 150-161.
XX Sjezd Kommounistitcheskoj Partii Sovjetskogo Sojouza i zadatchi izoutchenija sovremennogo Vostoka. Sovjetskoje
vostokovedenije, NE 1, 1956, pp. 3-12.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 169 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
XXI Sjezd KPSS i zadatchi vostokovedenija. Problemy vostokovedenija, NE 1, 1959 pp. 18-20. '
SKATZKOV, S. Ekonomitcheskoje sotroudnjitchestvo SSSR so stranami Azii iAfriki. Pravda, 9 février 1960.
SKOROV, G. Torjestvo leninizma i narody Vostoka. Mirovaja ekonomika i mejdounarodnyje otnochenija, avril 1960, NE 4,
pp. 22-35.
SKOROV, G. Krouchenie kolonial'noj sistemy. Mirovaja ekonomika i mejdounarodnyje otnochenija, mars 1961, NE 3,
pp. 3-18.
SKOROV, G. - STEPANOV, L. Two Worlds - Two Types of Aid. International Affairs (Moscou), décembre 1959, pp. 43-51.
SMEJONOV, V. Raspad kolonial'noj sistemy imperializma i voprosy mejdounarodnyh otnochenii. Kommounist, NE 18,
décembre 1956, pp. 97-114.
SMOLANSKY, O. M. Soviet Policy in the Arab East : 1945-1947. Journal of International Affairs, vol. 13, NE 2, 1959,
pp. 126-140.
Souetzkij vopros i manevry zapadnah derjav. Pravda, 8 août 1956.
SOULTANOV, A. Na dvernej zemlje Arabskogo Vostoka. Sovremennyj Vostok, NE 6, juin 1958, pp. 34-36.
SOVETOV, A. Leninist Foreign Policy and International Relations. International Affairs (Moscou), avril 1960, pp. 3-9.
SPANDAR'JAN V. Torgovlja sblizaet raschirim torgovlou. Troud, 4 décembre 1958.
SPECTOR, I. Russia in the Middle East. Current History, vol. XXXII, février 1957 pp. 83-88.
SPECTOR, I. Soviet Cultural Propaganda in the Near and the Middle East. Survey juin-juillet 1957.
Spravedliyaja bor'ba egipstskogo naroda protiv kolonizatorov vstretchaet podderskou vseh miroljoubivyh narodov.
Zaroubeznaja obchtchesvennost' privetsoujet predlojenija SSSP pooustanovljenno mira na Bliznjem Vostoke.
Pravda, 7 novembre 1956.
STEPANOV, L. Istoritcheskaja dilemma ekonomitcheski slaborazvityh stran Vostoka. Sovremennyj Vostok, NE 2, 1960,
pp. 14-16.
STEPANOV, L. Leninskije principy sovjetskoj ekonomitcheskoj politiki i otnochenija nezavisimyh stran Vostoka. Problemy
vostokovedenije, 1960, NE 2, pp. 29-38.
STEVENS, G. G. Arab Neutralism and Bandoeng. ME Journal, vol. XI, printemps 1957. pp. 139-152.
STOUPAK, A. Znamjenatjel'naja data v istorii Iraka. Pravda, 13 juillet 1960.
TALENSKY, N. Military Strategy and Foreign Policy. International Affairs (Moscou) mars 1958, pp. 26-30.
TCHERNOV, L. N. Kommounistitcheskije partii Vostoka v avangarde bor'by za svobodou i nezavisimost'. Sovremennyj
Vostok, 1960, NE 3, mars, pp. 8-11.
TCHERNOV, L. N. Kommounisty stran Azii i Afriki - v avangarde bor'by za svobodou inatzional'noujou nezavisimost'.
Narody Azii i Afriki, NE 5, 1961, pp. 15-31.
TCHERNOV, F. Splotchenie sil mejdounarodnogo kommounistitcheskogo dvijenija. Azija i Afrika segodnja, juin 1961, NE 6,
pp. 32-34.
Tekouchtchie problemy mirovoj politiki. Mirovaja ekonomika i mejdounarodnyje otnochenija, NE 7, juillet 1959, pp. 3-42.
TEPLINSKY, B. Military Bases and American Stratégie Doctrine. International Affairs (Moscou), septembre 1959, pp. 79-85.
TEPLINSKY, B. - SURRUN, F. The Missile Business in the USA. International Afiairs (Moscou), avril 1960, pp. 37-44.
TEPLOV, L. Novyj etap v bor'bje za iranskoujou njeft. Sovremennyj Vostok, juillet 1958, No 7, p. 63.
TITOV, G. The Eisenhower Doctrine and the Peoples of the East. International Affairs (Moscou), mai 1958, pp. 38-41.
TJAGOUNJENKO, V. Nekotorye problemy bor'by narodov slaborazvityh stran za nezavisimost'. Mirovaja ekonomika i
mejdounarodnyje otnochenija, NE 3, mars 1959, pp. 83-93.
TOMICHE, N. L'évolution du pan-arabisme après la deuxième guerre mondiale. Documentation française. Notes et études
documentaires, NE 2423, 12 juin 1958, p. 35 ; NE 2424, 14 juin 1958, p. 12.
Trade With the Soviet Bloc. ME Afï., vol. 9, 1957, NE 2, pp. 76-80.
TRET'JAKOV, P. Soviet Technical Assistance to Underdeveloped Countries. Internationa Affairs (Moscou), février 1960,
pp. 46-50.
TUCKER, R. C. The Psychology of Soviet Foreign Policy. Problems of Communism, vol. VI, NE 3, mai-juin 1957, pp. 1-8.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 170 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
TZELICHTZEV, A. Sotroudnjitchestvo na osnove ravenstva i vzaimnoj vygody. Pravda, 14 mars 1955.
ULAM, A. B. Soviet Ideology and Soviet Policy. World Politics, vol. XI, NE 2, 1959, pp. 153-173.
V bor'bje za natzional'noje jedinstvo. Sovremennyj Vostok, 1959, NE 9, pp. 5-8.
VANDEWEGHE, L. Le neutralisme afro-asiatique. Chronique de la politique étrangère, vol. XIII, mars 1960, pp. 179-224.
VARGA, E. Anglo-amerikanskaja bor'ba za njeft na Bliznjem Vostoke. Pravda, 22 octobre 1951.
VASIL'JEV, I. Trevoznye vesii iz Iraka. Troud, 16 mai 1961.
VATOLINA, L. N. Manevry imperialistov v Egipte. Izvestia, 12 mai 1950.
VATOLINA, L. N. Perspektivy promychlennogo razvitija Ob'jedinnoj Arabskoj Respoubliki. Sovremennyj Vostok, 1958,
NE 6, pp. 11-15.
Vaznyj vklad v jedinstvo Arabskih narodov. (ObrazovateV.) Pravda, 15 février 1958.
VERHONTZEV, S. Vydajan sessija proiz vedenija po natzional'nom voprosam. Pravda, 22 mai 1950.
VIKTOROV, JA. Novye proiski imperialistov. Pravda, 18 novembre 1951.
VIKTOROV, L. Baasisty na sloujbe reaktzii. Sovremennyj Vostok, janvier 1960, NE 1, pp. 27-28.
VIKTOROV, V. - SACHKO, N. Liban napoutji njejlraliteta. Mirovaja ekonomika i mejdounarodnyje otnochenija, janvier 1960,
pp. 117-118.
VISSCHER, P. DE. Les aspects juridiques fondamentaux de la question de Suez. Revue générale du droit international
e
public, 3 série, vol. XXIX, 1958, pp. 400-443.
VOLOCHIN, F. Obchtchestvennyje organizatzii Irakskoj respoubliki. Sovremennyj Vostok, juillet 1959, NE 7, pp. 23-24.
VOLSKY, D. Arab Trade Unions. New Times, NE 42, 1958, pp. 15-16.
VRONSKIJ, B. Imperialistitcheskoje intrigy v Kouvejte. Izvestia, 31 octobre 1953.
VUCINICH, W. S. Russia and the Near and Middle East. Current History, vol. XXVIII, février 1955, pp. 80-88.
WHEELER, G. Russia and the Middle East. Political Quarterly, 4 juin 1957, pp. 127-136.
WHEELER, G. Russia and the Middle East. International Affairs (Londres), juillet 1959, pp. 295-304.
WHEELER, K. Russia's Ominous Threat to the Arab World. Life, vol. XLII, avril 1957, pp. 135-152.
WHRIGHT, E. Defence and the Bagdad Pact. The Political Quarterly, avril-juin 1957, NE 2, pp. 158-167.
WRAGA, R. Methods and Means of Soviet Foreign Policy. Bulletin of the Institute For the Study of the USSR, vol. 6, NE 8,
août 1956, pp. 3-19.
WRIGHT, Q. US Intervention in the Lebanon. American Journal of International Law, vol. 53, 1959, NE 1, pp. 112-115.
A Year of Republican Iraq. World Today, vol. 151, juillet 1959, pp. 286-301
Za droujby i sotroudnjitchestvo mejdou Sovjetsko Sojoùzom i Iemenom. Pravda 11 juin 1956.
Za gloubokoe izoutchenie leninskogo teoretitcheskogo nasledija o vostoke. Problemv vostokovedenija, NE 2,
mars-avril 1960, pp. 3-14.
Za obespetchenie mira i bezopasnosti na Bliznjem Vostoke. (NabljoudateV.) Izvestia, , 1 civrij. 1 yoo,
Zagovor agressorov. (ObozrevateV.) Pravda, 30 juillet 1958.
Zapadmje derjavy sorvali obsoujdenie sovjetskogo predlojenija v Sovjete Bezopasnosti. Pravda, 7 novembre 1956.
ZINNEK, P. E. The Ideological Basis of Soviet Foreign Policy. World Politics vol. IV NE 4, juillet 1952, pp. 488-511.
ZOLOTAREV, V. Torgovyje svjazi Sovjestkogo Sojouza sotzialistitcheskimi stranam Vnechnaja Torgovlja, 1957, NE 11.
ZVJAGIN, J. Padjem antiimperialistitcheskogo dvijenija na Bliznjem Vostoke. Troud 18 septembre 1951.
ZVJAGIN, J. Sredizemnomorskij blok - ougroza mirou i bezopasnosti na Bliznjem Vostoke Troud, 31 octobre 1951.
ZVJAGIN, J. Bor'ba imperialistov za srednjevostotchnoujou njeft. Troud, 19 avril 1953.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 171 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
REVUES DES REVUES
THE ARAB W ORLD. Beyrouth, Arab World, 1952-1961.
THE CAIRO PRESS REVIEW. Cairo, Middle Eastern News Agency, 1953-1961
CURRENT SOVIET POLICIES. Ed. by Léo Gruliow. New York, 1953-1960.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 172 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
INDEX
A
Abazah, F., 140
Abbas, prince d'Oman, 39
Abboud, M., 124
Abdallah, Emir d'Oman, 39
Abramov, S., 147
Abuetan, B., 13
Acheson, D.G., 16
Adil, S., 125, 133
Adjlani, M., 52
Aflak, M., 50
Ahmed, Imam d'Oman, 39
Akopjan, G., 113
Al-Azhari, I., 34, 35, 121
Al-Djamali, A., 131
Alexandrov, I., 140
Al-Hajj, A., 127
Allen, R.L., 32, 33, 81, 83, 84, 86, 88-91
Al-Suhl, S., 64, 65
Al-Yafi, A., 64
Amin, M., 140
Amin, Q., 122
Aref, A.S., 135
Atatürk, K., 116, 138
Attwood, W., 29, 49, 141
Azzam, A. Secrétaire général. Ligue arabe, 9
B
Bachour, R., 149
Badeau, J. S, 5
Bagdad, Pacte de, 12, 18, 22, 23, 25-28, 44, 56, 64, 131
Bagramov, E., 106
Balabouchevitch, V.V., 125, 126
Bandoeng, Conférence de, 21, 28, 29, 36, 48, 51, 73, 105,
106
Bechtold, H., 120
Begdache, Ch., 25, 44, 50-52, 61, 107, 119, 120, 124, 131134, 139, 140
Beljajev, E., 36
Beljajev, I., 124, 148
Ben Ali, Gh., Imam d'Oman, 37
Ben Gourion, D., 48, 147
Bennigsen, A., 4
Berliner, J., 75, 85, 86, 88, 90, 93-95
Bernard, L., 144
Bitar, S., 50, 51, 58, 60, 63, 130, 150
Bizri, A., 52, 63
Bolton, A. R. C., 5
Boulganine, N., 8, 12, 48, 49, 56, 60, 146, 147, 150, 152
Brun, C., 75
Bull, O., 69
Burns, Ch., 47
Byrnes, J.F., 7
C
Carrère-d'Encausse, H., 4
Chamoun, C., 64, 66, 67, 71
Chehab, F., 65, 71
Chejnys, Z., 143, 147
Chepilov, D.T., 14, 15, 27, 30, 42, 45, 48, 49, 54, 64, 80, 98,
99, 150, 152
Chichakly, A., 51, 52
Chou en-Lai, 21
Churchill, W.S., 6
Compagnie Maritime Universelle du Canal de Suez, 40, 42,
44
Conflits des civilisations, 106
URSS et Chine, 4
Constantinople, Convention de, 1888, 40, 42, 44
D
Dallin, D.J., 5, 6, 8, 30, 48, 61, 115, 116
Day, R., 29, 58
Degras, J., 109
Demtchenko, P., 134
Doctrine Eisenhower, 14, 15, 37, 53-55, 58, 60, 66, 71, 147,
148
Domdey, K.M., 93
Dourdjenevskij, V., 105
Drambjantz, G., 36, 38
Dulles, J.F., 5, 6, 16, 18, 30, 42, 46, 54
Dwalibi, H., 9
E
Eddé, R., 152
Eden, A., 12, 48
Eisenhower, D.D., 29, 40, 45, 48, 53, 69, 70
El Ghazzi, S., 150
El Kaissouny, A.M., 96
El Quahrani, A.K., 127
El-Assali, S., 52, 61, 63
El-Azm, Ch., 26, 31, 32, 52, 62, 101, 132
El-Badr, M., 32
El-Badr, prince d'Oman, 39
El-Din, T.N., 32, 52, 63
El-Hourani, A., 62, 63, 68
El-Kouatly, Ch., 31, 32, 49, 51, 52, 62, 63
El-Sadat, A., 59
Emari, R., 88
Encerclement, peur d’, 2, 16, 17
Esin, M., 60
Eskandari, M., 118
Esmer, A.Ch., 9
F
Faouzi, M., 45, 60
Fisher, S.N., 28, 65
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 173 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
Fouzejev, V., 38
Frères musulmans, 9, 21, 25, 52, 120, 151
Front national, politique de, 19, 21, 25, 119-121
G
Galiev, S., 109
Gaulle, Ch. de, 69
Gemayel, P., 152
Gohdonov, S.S., 21
Gromyko, A., 14, 56, 59, 61, 70, 143, 144, 148
Gruber, A.A., 118
Guiringaud, L. de, 46
H
Hakim, A., 148
Hammarskjöld, D., 47, 69, 70
Harmel, M., 118
Hatem, A.K., 107
Haut Comité Arabe de Palestine, 25
Haut-barrage d'Assouan, 78, 97-99
Heikal, H., 142
Hitler, A., 6, 10
Hourani, A., 50, 52
Huda, A., 20
Hussein, roi de Jordanie, 140, 151
I
Ibn Saoud, 36, 37, 60
Ivanov, K., 107, 135, 143, 147
Izzard, R., 28, 102
J
Jaderji, K., 140
Jawad, I., 141
Jdanov, A.A., maréchal, 4
Johnston, A., 51, 81
Joukov, E., 4, 105, 106, 109, 114, 116
Joukov, G.K., 61
Jumblat, K., 65
K
Kahin, G. M., 8
Kallas, Kh., 51, 101
Karamé, R., 65, 66, 71
Karangia, R.K., 139
Kassem, A.K., 102, 125, 135, 136, 140, 141
Kawan, L., 86, 98, 100, 103
Kayali, Y., 100
Khaled (nom en clandestinité), Secrétaire général du parti
communiste égyptien uni, 120, 121
Khokhlov, I., 66
Khrouchtchev, N.S., 3, 4, 9, 12, 27, 41, 57, 61, 69, 92, 99,
105, 123-125, 133, 136, 138, 139, 142, 146, 150, 152
Kia-Nouri, 118
Kiesewetter, B., 82, 84, 85
Kirjouchin, V., 92, 95
Kiselev, V.I., 41, 43, 56, 99
Kitkejev, J., 103
Kondrachov, S., 131, 137, 140
Koratejev, N., 131
Kroef, J.M.v.d., 123
Kubbah, I., 102
L
Lapitzkij, J., 21
Laqueur, W.Z., 4, 8, 13, 30, 74, 90, 108, 116, 139
Laurent, F., 4, 119
Lebedjev, E.A., 25
Ledda, R., 126
Lehoud, S., 32, 64
Lénine, V.I.O., 1, 76, 107, 108, 111, 112, 115, 116, 119
Levinson, G.I., 117, 118
Ligue arabe, 37, 38, 134
Lilienthal, A., 40
Lippmann, W., 8
Lodge, C., 45, 47
London, I., 12
Londres, Conférences de 1956, 41, 42, 44
Losev, S., 26
Loutskij, V.B., 131, 143
M
MacMillan, H., 69
Mahmoud, H., 85
Majevskij, V., 127
Malenkov, G.M., 8
Malik, Ch., 15, 32, 64, 65, 68
Mao Tsé-Toung, 69, 109, 115
Marx, K., 76, 119
Maslennikov, V.O., 112, 113
Medvedev, V., 24
Mendérès, A., 26, 56, 60
Menon, K., 43
Menzies, J., 42
Messaouak, H., 119
Michau, S., 98
Mikhajlov, M., 146
Milovanov, I., 135
Mohieddin, Ch., 55, 134
Mollet, G., 48
Molotov, V.S., 6, 8
Montreux, Convention de, 7, 8
Moscou, Conférence de, 1960, 123
Mossadegh, M.H., 114, 115
Moukhitdinov, N., 109, 116, 117
N
Nassar, F., 144
Nasser, G.A., 15, 21, 22, 28, 29, 38, 40-43, 49, 58, 63, 66, 75,
95, 96, 98, 99, 132, 134-137, 139, 141
Nationalisme arabe, 39, 54, 58, 61, 64, 67, 68, 98, 105-110,
116, 124, 132, 139, 140
Bourgeoisie nationale, 111-114, 116, 119, 120, 123, 125,
126, 128
Bourgeoisie nationale, définition, 117, 118
Compradore bourgeoisie, 115, 118
Intelligentsia militaire, 119
Néguib, M., 21
Nehru, J., 48, 69
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 174 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
Neutralisme, 20-22, 24, 27, 32, 40, 65, 70, 117
Nilskij, A., 38
Novikov, I., 99
Nuseibeh, H. Z., 108
O
Osipov, G., 26
Oweini, H., 64
P
Partis
Bloc nationaliste syrien, 51
Front constitutionnel syrien, 51, 52
Ligue arabique du Sud d'Aden, 38
Mouvement de la libération arabe, 52
Mouvement soudanais de libération nationale, 121
Organisation communiste soudanaise, 121
Parti
communiste soudanais, 22
Parti communiste chinois, 109
Parti communiste d'Ouzbékistan, 116
Parti communiste égyptien uni, 120
Parti communiste irakien, 24, 102, 125, 127, 135
Parti communiste israélien, 144
Parti communiste jordanien, 67
Parti communiste soviétique, 2, 57
Parti communiste soviétique, 20e Congrès, 105, 116, 124
Parti communiste soviétique, 21e Congrès, 3, 117, 123,
133, 139
Parti communiste soviétique, 22e Congrès, 2, 133
Parti communiste syro-libanais, 25, 26, 44, 50, 52, 119,
120, 130-132, 135, 139
Parti de l'indépendance d'Irak, 24
Parti démocrate soudanais, 121
Parti des travailleurs polonais, 3e Congrès, 133
Parti national démocrate d'Irak, 24
Parti nationaliste syrien, 50, 52, 63
Parti national-socialiste jordanien Baas, 25
Parti social nationaliste syrien (Parti populaire syrien), 51
Parti social-démocrate danois, 57
Parti syrien de la renaissance socialiste arabe Baas, 50,-52,
63, 130, 135
Parti Tudeh d’Iran, 115
Parti Umma soudanais, 34
Parti unioniste du Soudan, 34
Parti Wafd égyptien, 9, 17
Partis et organisations pro-communistes
Front anti-impérialiste, 121
Front anti-impérialiste soudanais, 27
Mouvement de la libération, 51
Partisan de la paix en Koweit, 25
Partisan de la paix en Syrie, 25
Partisans de la paix au Liban, 57
Partisans de la paix d’Irak, 24
Pavlov, V.I., 118
Pays arabes, situation économique
Disponibiltés financières limitées, 92
Primauté de la production, 76
Primauté du développement de l'industrie lourde, 76
Réexportation du coton moyen-oriental par l’URSS, 86, 90
Revente du coton égyptien sur le marché mondial par la
Tchécoslovaquie, 91
PAYS ARABES,SITUATION ÉCONOMIQUE, 78, 79
Pearson, L., 47
Perchitz, A.I., 36, 67
Petrov, K., 24
Philby, J. Sir, 36
Plychevskij, I., 137
Ponomarev, B., 124, 126, 127
Potekhin, I., 106
Primakov, E., 35, 36
Prishavari, J., 7
Prochin, N.I., 36
Q
Qavam, A., 7
R
Radouan, F., 96
Ragab, A., 121
Raleigh, J.S., 136
Ribbentrop, J. von, 6
Rodinson, M., 120
Rokossowski, C., 57
Roosevelt, F.D., 7
Roy, M.N., 112
S
Sachko, N., 67
Sadak, G., 76
Sadtchikov, M., 120
Safa, A., 52
Safi, A., 127
Said, N., 19, 24, 33, 51, 62, 67, 102, 140
Salem, S., 23, 64, 139, 145
Sayegh, Y.A., 78, 81, 83
Schulz, R., 107
Scott, N.B., 84, 85, 88, 89
Sejfoul'-Mouljoukov, F., 135
Serraj, A.H., 50, 52, 63
Sharett, M., 145
Shwadran, B., 135, 141
Sidky, A., 97
Soboljev, A., 47, 66, 67, 70
Soekarno, A., 48
Solod, D.S., 29, 30, 32, 80, 139, 145
Soultanov, A., 21, 39
Spinoza, B., 110
Staline, J. V., 1
Staline, J.V., 2, 4, 6-8, 106, 109, 112, 113, 115, 116, 138, 144
Sweiss, S., 144
T
Takla, Ph., 32
Tchang Kaï-chek, 66, 138
U
Unité arabe, 22, 107, 130-133, 136
Usakov, D.N., 5
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 175 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
V
Vacuum, théorie de, 16, 28, 54, 58, 59
Varga, E., 117
Vatolina, L., 21, 76, 112, 127
Verhontzev, S., 113
Vichinskij, A., 147
Viktorov, L., 135
Viktorov, V., 67
Volin, B.M., 5
Vorochilov, K., 48
Vorovskij, G., 27
W
Wheeler, G., 7, 17, 115
Y
Younès, A.H., 50
Z
Zinner, P.E., 108
Zolotarev, V., 82
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 176 -
VICTOR SEGESVARY : LE RÉALISME KHROUCHTCHÉVIEN
NOTE SUR L’AUTEUR
Né en Hongrie qu’il avait quitté après la Révolution de 1956, Victor Segesvary avait travaillé avec
l’Organisation des Nations Unies dans le domaine de développement économique et social pendant 25 ans.
Son long séjour en Asie et en Afrique l’a nécessairement rendu conscient de l’existence de multiple mondes
humains et l’a amené B réaliser que la compréhension de l’Autre et la tolérance sont indispensables dans les
relations humaines. Il a obtenu B l’Université de Genève un doctorat en science politique et relations
internationales de l’Institut de Hautes Etudes Internationales, et un doctorat en théologie réformée de la
Faculté de Théologie Protestante. L’étendu de ses connaissances est très vaste embrassant les domaines
de la sociologie, de l’économie, de l’histoire et de la philosophie – en plus de la “nouvelle” science de l’étude
comparative des civilisations. Il a publié un grand nombre de livres et d’articles, entre autres,
Inter-Civilizational Relations and the Destiny of the West : Dialogue or Confrontation? (Les relations intercivilisationnelles et le destin de l’Occident: Dialogue ou confrontation ?); From Illusion to Delusion:
Globalization and the Contradictions of Late Modernity (De l’illusion B la désillusion : La globalisation et les
contradictions de la modernité tardive); Dialogue des Civilisations: An Introduction to Civilizational Analysis
(Dialogue des civilisations : Introduction B l’analyse des civilisations); Existence and Transcendence:
An Anti-Faustian Study in Philosophical Anthropology (Existence et transcendance: Une étude
anti-Faustienne en philosophie anthropologique), et, finalement, World State, Nation States or NonCentralized Institutions? A Vision of the Future in Politics (L’Etat mondial, Etats-nation ou des institutions non
centralisées ? Une vision de l’avenir en politique). La carrière de Victor Segesvary figure dans le dictionnaire
biographique de Marquis’ dans les séries Who Is Who in America et Who is Who in the World.
______________________________________________________________________________________
© Copyright Mikes International 2001-2005, Victor Segesvary 1968-2005
- 177 -
Download PDF