Rpt9 SDAU version 250708 - Les Jardins de Nouaceur

ROYAUME DU MAROC
MINISTERE DE L’INTERIEUR
AGENCE URBAINE DE CASABLANCA
PLAN DE DEVELOPPEMENT STRATEGIQUE ET
SCHEMA DIRECTEUR D’AMENAGEMENT URBAIN
DE LA WILAYA DU
GRAND CASABLANCA
SCHEMA DIRECTEUR
D’AMENAGEMENT URBAIN
DU GRAND CASABLANCA
Rapport Justificatif
Juillet 2008
Agence Urbaine de Casablanca (AUC), 18 Boulevard Rachidi, Casablanca
Directeur : M. le Gouverneur Allal SAKROUHI
Institut d’Aménagement et d’Urbanisme de la Région Ile-de-France (IAURIF), 15 rue Falguière 75015
Paris
Directeur Général : M. François DUGENY
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
SOMMAIRE
SOMMAIRE
Avant-Propos : Le cadre juridique du SDAU
Introduction : L’ambition d’une grande métropole mondiale
1
I - Les Défis pour une métropole mondiale
3
I.1. Le défi du développement économique
I.2. Le défi de la cohésion sociale
I.3. Le défi démographique : Logements, Emplois et Equipements
I.4. Le défi des Transports
I.5. Le défi du développement urbain
I.6. Le défi environnemental : nature, nuisances, assainissement, déchets
I.7. Le défi de l’équipement d’une grande métropole
II - Les Objectifs pour un développement durable
II.1. Economique : demeurer la locomotive économique du Maroc
II.2. Social : vivre mieux dans une métropole mieux équilibrée
II.3. Environnemental : un cadre de vie nettement amélioré
II.4. Une Vision d’avenir pour une métropole exemplaire
III. Le Parti d’Aménagement
3
19
29
37
55
71
99
109
109
113
114
117
121
III.1. S’inscrire dans les orientations nationales d’aménagement du territoire
III.2. S’articuler avec la région voisine Chaouiya - Ourdigha
III.3 mettre à niveau la ville centre (Casablanca)
III.4. Organiser la croissance à partir des pôles périphériques
III.5. Organiser le développement économique le long de nouveaux axes et de
pôles spécifiques
III.6. Implanter des équipements majeurs de dimensions régionale, nationale et
internationale
III.7. Doter la métropole d’un réseau de transports de masse complet et
cohérent
III.8. Mailler le réseau routier en cohérence avec l’organisation polycentrique
III.9. Equiper la métropole pour l’assainissement et organiser le secteur des
déchets
III.10. Prévenir les risques et préserver la nature par une trame régionale
d’espaces ouverts
122
122
125
125
126
127
127
128
128
135
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
SOMMAIRE
IV. L’organisation du territoire
IV.1.Un développement urbain de qualité et polycentrique
IV.2.Un développement économique sur des axes majeurs et des pôles
spécifiques
IV.3.Une offre de transports complète et cohérente
IV.4.Des équipements majeurs de dimensions régionale, nationale et
internationale
IV.5.Des solutions durables pour l’assainissement et les déchets
IV.4.Une trame verte qui structure le développement métropolitain
V.3. L’utilisation des sols
137
137
168
185
196
205
209
216
V.1. Présentation générale de la carte de destination des sols
V.2. Signification des postes de légende de la carte de destination des sols
V.3. Les chiffres de l’utilisation des sols par Préfecture et Province
VI – La mise en œuvre du SDAU
VI.1.Les phases de mise en œuvre et les actions programmées
VI.3. Les mesures légales, administratives et institutionnelles recommandées
ANNEXES
216
219
228
233
233
241
249
A.1. Les phases d’élaboration du schéma directeur
A.2. La démarche d’élaboration du schéma directeur
A.3. L’équipe technique
250
252
255
Liste des Tableaux
T1. Principaux chiffres de l’occupation des sols dans le Grand Casablanca en 2004
T2. L’urbanisation en 2004 dans le Grand Casablanca par Préfecture et par Province
T3. Indicateurs de densité en 2004 dans le Grand Casablanca
par Préfecture et par Province
T4. Les besoins non satisfaits en établissements destinés à la jeunesse en 2004
T5. Les équipements culturels dans la région du Grand Casablanca en 2004
T6. Evolution de la population 2004 – 2030 par Préfecture et Province
T7. Utilisation des sols dans la Préfecture de Casablanca
T8. Utilisation des sols dans la Préfecture de Mohammedia + Mansouria
T9. Utilisation des sols dans la Province de Nouaceur
T10. Utilisation des sols dans la Province de Mediouna
T11. Utilisation des sols dans le Grand Casablanca (Total)
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
63
63
63
103
105
142
228
229
230
231
232
SOMMAIRE
Liste des Cartes
01. Emprises industrielles et commerciales en 2004
02. Principaux pôles commerciaux à Casablanca en 2006
03. Qualité agronomique des sols
04. Les bidonvilles en 2004
05. Evolution de la population entre 1994 et 2004
06. Evolution du nombre de ménages entre 1994 et 2004
07. Trafic routier à l’heure de pointe du matin en 2005
08. Infrastructures portuaires et ferroviaires au Maroc
09. Un siècle d’expansion urbaine
10. Pression urbaine entre 1986 et 2004
11. Patrimoine architectural du centre de Casablanca
12. Patrimoine et enjeux de paysage
13. Littoral, séquences : les dominantes actuelles
14. Forêts et espaces verts urbains
15. Enjeux de trame verte
16. Principales nuisances et pollutions industrielles
17. Etablissements potentiellement à risques technologiques
18. Options fonctionnelles et axes de développement du SOFA
19. Parti d’aménagement : cadrage sur Casablanca
20. Parti d’aménagement : les pôles périphériques
21. Organisation du territoire en 2030
22 Structure urbaine en 2030
23 Un développement urbain de qualité pour Casablanca
24 Une nouvelle ambition pour Mohammedia
25 Un littoral préservé et mis en valeur
26 Schéma de développement stratégique du littoral
27 Schéma de verticalité
28 Déploiement des activités
29 Nouvelles centralités économiques dans la ville de Casablanca
30 Infrastructures logistiques et portuaires
31. Schéma routier à terme
32. Réseau de transports de masse, à terme
33. Réseau de transport de masse et voirie, à terme
34. Grands équipements structurants, implantations retenues
35. Espaces verts
36. Assainissement et déchets
37. Trame verte
38. Des espaces boisés et des espaces préservés
39. Destination générale de sols
40. Phasage, situation en 2004
41. Phasage, situation en 2020
42. Phasage, situation en 2030
5
9
13
21
33
35
39
47
57
61
67
69
73
75
79
91
97
123
129
131
133
143
147
149
153
155
161
173
175
183
187
191
193
201
203
207
211
213
217
235
237
239
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
AVANT-PROPOS
Dahir portant loi n° 1-84-17 du 25 janvier 1984 (21 rebia II 1404)
relatif au Schéma Directeur d'Aménagement Urbain du Grand
Casablanca
Article 1 - Le territoire de la Wilaya de Casablanca est soumis à l'obligation d'établissement
d’un schéma d'urbanisme et d'aménagement couvrant l'ensemble des préfectures comprises
dans son périmètre.
Article 2 - Le schéma directeur d'urbanisme et d'aménagement urbain sus-visé est un
document graphique et d'orientation du développement urbain qui définira notamment :
1° Les choix et les options d'aménagement qui doive nt régir le développement harmonieux
économique et social de la zone ;
2° L'affectation des espaces réservés à des modes d 'utilisation déterminés ;
3° Les normes et les règles administratives et tech niques devant présider à l'établissement
des plans de zonage et des plans d'aménagement ;
4° Les instruments institutionnels nécessaires à la bonne exécution des options du schéma
directeur ;
5° La programmation des actions inhérentes à la réa lisation des objectifs arrêtés.
Article 3 - Le schéma directeur et d'aménagement de la Wilaya de Casablanca est établi par
le ministre de l'intérieur après avis des assemblées préfectorales et du conseil de la
communauté urbaine. La délibération portant avis est prise dans un délai de deux mois à
partir de la date de notification du projet par l'administration aux présidents de ces
collectivités.
Les extraits des délibérations sont transmis au Wali de Casablanca à charge pour ce dernier
de les présenter au ministre de l'intérieur dûment assortis de ses appréciations.
Le défaut de transmission de ces documents équivaut à l'acquiescement tacite.
Article 4 - Le schéma directeur et d'aménagement de la Wilaya de Casablanca est approuvé
par décret pris sur proposition du ministre de l'intérieur après avis du ministre de l'habitat et
de l'aménagement du territoire, du ministre de l'équipement et du ministre des finances.
Article 5 - Les plans d'aménagement des communes urbaines et les plans de développement
des centres ruraux objet du schéma directeur et d'aménagement, tels qu'ils sont définis et
régis par la réglementation en vigueur, sont mis à l'étude au plus tard trois mois à compter
de la date de publication du décret d'approbation.
Article 6 - Le ministre de l'intérieur est chargé de l'exécution du présent dahir qui sera publié
au Bulletin officiel.
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
AVANT-PROPOS
Avant – Propos : Le cadre juridique du SDAU
Le Schéma Directeur d’Aménagement Urbain (SDAU) du Grand Casablanca est régi par les
dispositions du Dahir portant Loi n° 1-84-17 du 25 janvier 1984 (21 rebia II 1404).
Périmètre
Le périmètre couvert par le présent Schéma Directeur d’Aménagement Urbain comprend la
totalité du territoire de la Wilaya du Grand Casablanca telle qu’il était délimité au 1er janvier
2008 ainsi que le territoire de la commune de Mansouria relevant la province de Benslimane.
Elaboration
La Loi dispose que le projet de SDAU de la Wilaya du Grand Casablanca est établi par le
Ministre de l'Intérieur.
Avis des collectivités
L’administration notifie le projet de SDAU ainsi élaboré aux présidents des assemblées
préfectorales et du conseil communal de Casablanca. Les assemblées préfectorales et les
conseils communaux de Casablanca et de Mohammedia disposent alors d’un délai de deux
mois, à partir de la date de notification, pour émettre, par une délibération, leur avis sur le
projet de SDAU qui leur est soumis. Les extraits des délibérations sont transmis au Wali du
Grand Casablanca qui les présente au Ministre de l'Intérieur dûment assortis de ses
appréciations. Le défaut de transmission de ces documents équivaut à l'acquiescement
tacite.
Approbation
Le SDAU du Grand Casablanca est approuvé par décret pris sur proposition du Ministre de
l'Intérieur après avis du Ministre de l'Habitat et de l'Aménagement du Territoire, du Ministre
de l'Equipement et du Ministre des Finances.
Effets juridiques
L'Etat, les collectivités locales, les établissements publics et les personnes morales de droit
privé dont le capital est souscrit entièrement par les personnes publiques précitées sont
tenus de respecter les dispositions du schéma directeur d'aménagement urbain.
Aucun projet de lotissement ou de groupe d'habitations ni aucun projet de construction ne
peut être autorisé en l'absence d'un plan d'aménagement ou d'un plan de zonage compatible
avec les dispositions relatives aux zones nouvelles d'urbanisation et à la destination
générale des sols édictées par le SDAU.
Les plans de zonage, les plans d'aménagement et les plans de développement doivent
respecter les dispositions du SDAU.
Les plans d'aménagement, les plans de zonage et les plans de développement applicables à
des territoires faisant l'objet d'un schéma directeur d'aménagement urbain et homologués à
la date de publication du texte approuvant ce schéma directeur, continuent à produire leurs
effets sous réserve que leurs dispositions soient compatibles avec les options du SDAU.
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
INTRODUCTION
Introduction :
L’ambition d’une grande métropole mondiale
Casablanca et sa région occupent depuis plus d’un siècle une place centrale dans le
développement du Maroc, aussi bien sur le plan économique que sur le plan culturel.
Ils ont conquis, au fil des ans, le statut de locomotive économique du Maroc, de
principal centre d’innovation et création, de principal lieu d’intégration et d’échanges,
et de symbole de l’ouverture du pays sur le monde.
Un enjeu majeur pour le Maroc
Le développement futur du Grand Casablanca, surtout au cours des 20 prochaines
années, représente de ce fait un enjeu majeur pour le Royaume. Car le Grand
Casablanca va être, en quelque sorte, le fer de lance de la stratégie mise en place
par l’Etat marocain – dans le contexte de la mondialisation et des aléas énergétique
et climatique - pour moderniser le pays, attirer des investissements et des
entreprises, rehausser le niveau de formation et de technicité, assoir une harmonie
sociale durable et affronter les défis énergétiques et environnementaux.
Une stratégie ambitieuse au niveau régional
C’est pourquoi les acteurs du Grand Casablanca se sont accordés sur une stratégie
ambitieuse, visant à hisser Casablanca au rang d’une grande métropole mondiale,
exemplaire par son dynamisme, sa créativité et son attractivité.
La stratégie consiste à créer une offre métropolitaine nouvelle intégrant les
dimensions économique, sociale, environnementale et de gouvernance, corrigeant
les faiblesses héritées du passé, et développant de nouvelles possibilités pour
l’activité et la vie sociale, dans le respect de l’environnement et dans un esprit de
durabilité.
Le territoire du Grand Casablanca est un support important de cette stratégie. Il faut
y créer une offre foncière nouvelle, supérieure sur les plans aussi bien quantitatif que
qualitatif, pour accueillir le développement des entreprises et de l’habitat. Il faut aussi
inscrire dans le territoire de nouveaux équipements, de superstructure (grands
équipements structurants) et d’infrastructure (transport, logistique, assainissement,..).
Il faut corriger les faiblesses héritées du passé en résorbant l’habitat précaire et les
sites économiques dégradés. Il faut enfin réhabiliter et préserver le patrimoine naturel
et bâti.
Un SDAU en rupture avec les approches passées
Le Schéma Directeur d’Aménagement Urbain constitue la transcription spatiale de
cette ambition et de cette stratégie. Et c’est parce que le contexte a changé et que
l’ambition et la stratégie sont nouvelles, que ce nouveau SDAU est foncièrement
différent des plans d’urbanisme qui l’ont précédé.
1
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
INTRODUCTION
Les plans de la première moitié du XXème siècle (Plan Tardif 1912, Plan Prost 1917
et 1930) devaient essentiellement prendre en compte l’impératif de développer le
port, la fonction commerciale, l’habitat des populations européennes, et l’affirmation
du pouvoir et du style du protectorat.
Les plans des années 1940 et 1950 (Courtois 1944, Ecochard 1946 à 1952) devaient
organiser le développement industriel de la ville et trouver des solutions pour
répondre à la croissance forte de la démographie et de l’habitat (trame 8 x 8 et
extension linéaire).
Le SDAU de 1985 (le dernier en date) devait quant à lui assurer les conditions d’une
meilleure maîtrise de la ville à travers un maillage du tissu urbain par des centres
administratifs et des équipements et par une première ligne de transport urbain de
masse, et affirmer le pouvoir de l’Etat par des projets phares.
Le nouveau SDAU doit assurer le hissage du Grand Casablanca au rang d’une
grande métropole mondiale, harmonieuse et « durable ». C’est un challenge très
différent de ceux des schémas passés.
La réalisation de cette ambition passe par un effort d’équipement sans précédent –
notamment
transports
et
grands
équipements
structurants-,
par
le
décongestionnement de la ville-centre, la déconcentration de l’activité et de l’habitat
en périphérie, une offre foncière à la hauteur des besoins, la correction des
déséquilibres spatiaux (en faveur de l’Est), et des projets de développement urbain
qui améliorent l’image de la métropole (Anfa, Sidi Moumen, Zenata..).
Un schéma de l’intégration sociale
L’impératif de « durabilité » qui est dicté par la nouvelle stratégie donne une grande
priorité à la question sociale. Le Grand Casablanca ne peut conquérir durablement le
statut de grande métropole mondiale s’il ne fonde pas son projet sur la mise en place
d’une véritable harmonie sociale.
C’est la raison pour laquelle cette question a été mise au cœur du nouveau SDAU
qui préconise un ensemble de dispositions à cet égard, notamment :
- L’équilibre entre l’Est et l’Ouest : à l’opération de développement du site de
l’ancien aérodrome d’Anfa doivent répondre des opérations tout aussi ambitieuses
à Sidi Moumen et à Zenata ;
- L’équilibre entre le centre et la périphérie : les nouveaux pôles urbains en
périphérie doivent être dotés de grands équipements structurants et bénéficier
d’une qualité urbaine du meilleur niveau ;
- La résorption de l’habitat précaire, des bidonvilles, des bâtiments menaçant de
ruine, en totalité sur la période couverte par le SDAU ;
- La préservation de la santé publique à l’échelle urbaine et régionale par
l’instauration de coupures vertes systématiques entre les zones d’habitat et
d’activités industrielles nuisantes, par la préservation contre les risques naturels et
industriels, et par des solutions radicales des questions d’assainissement et de
déchets.
2
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
I - Les Défis pour une métropole mondiale
Pour accéder à un développement qualitativement nouveau et durable, le Grand Casablanca
doit affronter un ensemble de défis fortement corrélés entre eux, et qui sont ceux :
- du développement économique ;
- de la cohésion sociale ;
- de la croissance démographique ;
- des transports des personnes et des marchandises ;
- du développement urbain ;
- de l’environnement ;
- du niveau d’équipement.
La présente section présente ces différents défis et décrit, pour chacun d’entre eux, les
paramètres qu’il faut prendre en considération.
I.1. Le défi du développement économique
Des perspectives globales positives dans le cadre de la mondialisation
Le Maroc a profondément modernisé son économie au cours des 20 dernières années, en
développant des activités industrielles et de services et en libérant l’initiative privée par une
série de réformes qui se poursuivent encore. Il a également réalisé un ensemble de grandes
infrastructures – routes, ports, électricité, …- pour mieux accompagner les changements
structurels en cours. Le Maroc a enfin conclu un ensemble d’accords de partenariats et de
libre échange, notamment avec l’Union Européenne, les Etats-Unis et un ensemble de pays
arabes et méditerranéens.
Ces avancées ont été réalisées dans le cadre de la stratégie mise en place par l’Etat
marocain pour mieux positionner le pays dans le contexte de la mondialisation.
De fait, les perspectives économiques qui s’ouvrent au Maroc dans le cadre de la
mondialisation s’annoncent prometteuses compte tenu du chemin parcouru et des avantages
comparatifs par rapport aux autres pays de la région. Ainsi le Maroc peut ambitionner de
jouer au moins un rôle de plate-forme arrière pour le grand marché européen.
Ce positionnement ouvre pour les deux prochaines décennies de nouvelles perspectives de
développement pour le Grand Casablanca qui devront être prises en compte afin d’inscrire la
métropole dans la compétition mondiale. La capitale économique du Maroc est en effet la
seule grande métropole du pays qui soit capable de rivaliser avec les places concurrentes de
la région.
Pour ce faire, elle doit offrir une meilleure qualité d’accueil des entrepreneurs et des
investisseurs, par un immobilier d’entreprise et des parcs d’activités modernes, une fluidité
de l’offre, une main d’œuvre de qualité, des synergies renforcées et une forte attractivité
aussi bien pour les investisseurs et les touristes que pour la main d’œuvre la plus qualifiée.
3
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
Mieux accueillir le redéploiement de l’activité industrielle
70% des emplois industriels du Maroc se trouvent concentrés sur 130 km de côte sur l’axe
urbain Casablanca – Kenitra. La moitié environ de ces emplois sont affectés aux secteurs
textile et agro-alimentaire qui se caractérisent par une main d’œuvre abondante et peu
qualifiée et des moyens de production peu développés.
Dans cet espace économique, le Grand Casablanca pèse de manière déterminante, avec la
moitié des exportations et des emplois industriels du pays.
L’industrie connaît des mutations importantes dans le Grand Casablanca, à la fois sur le plan
des branches d’activités, du déploiement géographique et de la qualité des implantations.
Sur le plan des branches, les secteurs à main d’œuvre abondante peu qualifiée et à moyens
de production rudimentaires (textile, agro-alimentaire) se restructurent et perdent des
emplois alors que des activités plus sophistiquées (électronique, électricité) sont en
développement.
Sur le plan spatial, les plus anciennes zones industrielles très proches du centre de
Casablanca font apparaître des bâtiments en friche alors que de nouvelles installations
industrielles se développent en périphérie.
Sur le plan de la qualité des installations, les nouvelles zones d’activité sont de mieux en
mieux conçues et accueillent de plus en plus d’entreprises internationales.
Bien que ce mouvement soit encore mal maîtrisé (implantations industrielles non
réglementaires, nouvelles ZAE projetées sur des sites inappropriés,..), il témoigne d’une
vigueur et d’un potentiel bien réel. La maîtrise de ce mouvement, notamment sur le plan
spatial et sur celui de la qualité des ZAE représente un enjeu majeur pour l’avenir.
Il convient notamment de :
-
-
-
Mieux équiper les quartiers industriels anciens en infrastructures de base (voirie,
assainissement, réseaux de télécommunication, aménagements et services
divers…) ;
Mieux maîtriser la chaîne de réalisation des nouvelles ZAE – documents
d’urbanisme, autorisations administratives, conception, aménagement, réalisation,
accueil...- ;
Maîtriser les coûts du foncier dans les sites prévus pour accueillir des ZAE ;
Freiner les implantations « sauvages » non prévues dans les documents
d’urbanisme ;
Le SDAU organise le déploiement des ZAE en cohérence avec les voies de communication
qui conduisent aux plateformes logistiques et au port, en cohérence avec les implantations
de l’habitat, et avec le schéma d’assainissement et de préservation des espaces naturels et
agricoles.
4
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
Carte n°01 Emprises industrielles et commerciales e n 2004
5
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
6
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
Accueillir le développement rapide de l’activité tertiaire
L’économie du Grand Casablanca est aujourd’hui largement tertiarisée. Le secteur des
services y occupe deux emplois sur trois.
Les activités tertiaires identifiées au regard des opérations de bureaux développés à
Casablanca, sont diversement localisées, tout en privilégiant des localisations au cœur de
l’agglomération, généralement positionnées le long de larges avenues desservant le centreville, ou profitant d’une position de carrefour (places, rond-points etc.).
Mais ces activités disposent aujourd’hui de nouvelles possibilités de développement à la
périphérie de l’agglomération
Les pôles d’affaires de Casablanca comprennent globalement :
-
Le cœur de ville délimité par le boulevard Zerktouni, et qui comprend l’essentiel des
activités d’affaires, des administrations publiques, des professions libérales, des
commerces, des hôtels, des ambassades : les grands axes sont les lieux
d’implantation privilégiés de ces activités.
-
L’axe de Sidi Maarouf en direction de l’aéroport, notamment autour du Technopark et
du Zenith Millenium, où s’est constitué un quartier de bureaux d’une nouvelle
génération accueillant plusieurs entreprises internationales. Cet axe accueille
également le nouveau centre Casashore ainsi que des établissements de formation
importants notamment l’Université de Aïn Chock et l’ISCAE.
Pour l’avenir, le mouvement de tertiarisation va se poursuivre et des centaines de milliers
d’emplois prendront place dans ce secteur, appelant une offre accrue de bureaux.
Un des enjeux majeurs du développement économique du Grand Casablanca consiste à
organiser cette offre nouvelle de quartiers et de bâtiments tertiaires d’une manière qui puisse
répondre aux demandes des entreprises et qui puisse bénéficier au développement de la
métropole toute entière, en cohérence avec les impératifs d’accessibilité et de transport.
Le centre d’affaire historique de Casablanca pourra s’étendre vers l’Est. Mais c’est surtout
l’axe de Sidi Maarouf qui présente le plus grand potentiel de développement grâce à
l’aménagement du site de l’ancien aérodrome d’Anfa et des possibilités offertes le long de
l’axe en direction de Bouskoura et de Nouaceur.
Mais il faudra également étendre le développement tertiaire hors des limites de la ville de
Casablanca, notamment à Mohammedia et dans les villes nouvelles de Zenata et de
Nouaceur.
Les enjeux de développement du grand commerce
Casablanca figure parmi les villes les plus commerçantes du Maroc, elle dispose d’une offre
commerciale très dense dans laquelle les réseaux traditionnels demeurent largement
prépondérants. Après un démarrage timide dans les années 1980, le développement de la
distribution moderne s’accélère à Casablanca, avec l’ouverture de plusieurs hypermarchés,
supermarchés et points de vente franchisés.
Le commerce est implanté dans trois zones de fortes concentrations : la médina, les
boulevards et le centre-ville. D’autres pôles commerciaux jouent un rôle important, comme
7
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
les Habous ou Derb Ghalef. Les grandes surfaces - hypermarchés et surfaces spécialiséesforment elles aussi des pôles à part entière.
Dans le commerce spécialisé, on observe un développement important des réseaux
d’enseignes étrangères (Master Franchises) ou d’enseignes marocaines (franchises) sur des
formats petits ou grands et dans des secteurs de plus en plus variés.
Les évolutions à moyen et long terme tant socio-démographiques qu’économiques devraient
favoriser le développement de la grande distribution : urbanisation rapide, émergence d’une
classe moyenne, travail des femmes, bonne maîtrise de l’inflation, développement de la
consommation non alimentaire et de la consommation à l’extérieur du domicile,
démantèlement des barrières douanières.
La croissance du commerce moderne est donc inéluctable. Cela aura des conséquences
majeures au niveau économique et spatial.
Aussi, l’enjeu majeur des prochaines années dans ce domaine consistera à organiser
l’accueil, non seulement des grandes surfaces en ville, comme le préconise à juste titre le
plan RAWAJ mais également les grands parcs commerciaux en périphérie immédiate, qui
concentreront plusieurs grandes surfaces spécialisées, complémentaires ou non. Ces parcs
peuvent en effet occuper des dizaines d’hectares et poseront des problèmes spécifiques
d’accessibilité et de stationnement.
Les enjeux du tourisme
Le tourisme est une activité stratégique pour le Maroc dans la mesure où elle est la première
source de devises du pays devant les transferts des Marocains de l’étranger et que c’est une
activité qui emploie une main d’œuvre à tous les niveaux de qualification et qui peut
intéresser de nombreuses régions.
Avec plus d’un million de nuitées par an, le Grand Casablanca occupe la troisième place
parmi les destinations touristiques du Maroc derrière Marrakech et Agadir (qui totalisent
chacune trois fois plus de nuitées).
43 % des nuitées dans le Grand Casablanca sont le fait d’Européens, 22 % de Marocains, le
reste étant constitué par les nuitées en provenance des pays d’Afrique et des pays arabes.
D’après le Conseil Régional du Tourisme (CRT), Casablanca est devenue la première
destination marocaine des touristes arabes.
L’offre hôtelière (environ 6000 chambres) est en progression, bien qu’elle demeure toujours
fortement concentrée dans le cœur de ville de Casablanca.
Cette offre est complétée par d’autres types d’hébergement : hôtels non classés destinés à
de longs séjours, résidences touristiques, auberges de jeunesse, campings, maisons
d’hôtes, résidences balnéaires et gîtes ruraux.
Par ailleurs, un certain nombre de résidences secondaires sont localisées sur le littoral,
notamment dans les complexes balnéaires situés le long des plages.
La principale filière du tourisme à Casablanca est le tourisme d’affaires qui, d’après le CRT,
représenterait 65 % à 70 % des taux d’occupation des hôtels casablancais.
8
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
Carte n°02 Principaux pôles commerciaux à Casablanc a en 2006
9
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
10
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
Le tourisme culturel est peu développé, Casablanca ne disposant pas d’attrait comparable
aux principales villes touristiques du Maroc. Peu de sites se visitent et la ville ne propose
plus d’équipements culturels susceptibles d’offrir une programmation justifiant un séjour à
Casablanca (musée, théâtre, opéra…). Le périple des touristes se limite à une visite de la
Grande Mosquée Hassan II et éventuellement des Habous.
Le patrimoine bâti n’est pas non plus valorisé pour le tourisme culturel. Pourtant, Casablanca
présente comme peu de villes au monde, des quartiers à l’architecture exceptionnelle et
d’une réelle homogénéité (quartiers Art Déco, notamment).. Néanmoins ce patrimoine
architectural est menacé par la spéculation immobilière et le manque d’entretien et il n’existe
pas de « produit touristique » le valorisant (circuits, animations…).
L’absence de grands équipements culturels oriente l’offre de loisirs vers les loisirs ludiques
et les loisirs de plein air : Plages, golfs, hippodrome, centres équestres, stades sportifs,
parcs de jeux et établissements de soins corporels.
Pour les Casablancais, le littoral constitue le principal lieu de promenade et de loisirs. La
Corniche de Casablanca est la seule artère plus ou moins fréquentée le week-end et en
soirée. Cependant, la vétusté de certains équipements « abandonnés » (piscines, clubs
nautiques…) tout comme l’occupation d’une partie du front de mer par du bâti non valorisant
et la faible mise en valeur des corniches qui ne sont bien aménagées que sur les parties
dominant la mer (Aïn Diab) ne permettent pas une réelle « mise en tourisme » du littoral. De
plus, les problèmes de circulation et de stationnement sont importants.
Mohammedia quant à elle était une station très prisée dans la première moitié du 20ème
siècle et ses plages de sable fin continuent à attirer les Casablancais l’été et le week-end.
Mohammedia présente également l’un des yacht clubs les plus dynamiques du Maroc et un
parcours de golf de 18 trous.
Outre le littoral, un autre type de loisirs se développe avec l’évolution des modes de vie : les
loisirs verts et de nature. Casablanca propose quelques massifs forestiers comme ceux des
Ziaïdas à Ben Slimane, la forêt de l’Oued Mellah et les cascades d’Aïn Maâzi ou plus à
proximité de l’agglomération, la forêt de Bouskoura, très fréquentée par les Casablancais.
Cependant le manque d’aménagements et d’équipements de ces espaces ne permettent
pas d’en faire un véritable attrait touristique et de développer une offre de tourisme vert.
Le potentiel touristique du Grand Casablanca apparaît ainsi largement sous-utilisé. C’est sur
la base de ce constat que le Comité Régional du Tourisme a lancé un vaste plan d’action
décliné en une vingtaine de projets propres à renforcer l’attractivité de la métropole.
Au-delà, c’est une mise en valeur de l’ensemble du potentiel qu’il faudra rechercher : littoral,
espaces naturels, grands parcs, grands équipements, architectures remarquables. Le
secteur privé sera d’autant plus motivé pour créer une offre nouvelle qu’il percevra une réelle
valorisation de l’environnement général de son activité.
11
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
Le développement de l’artisanat
L’artisanat est le deuxième employeur au niveau national après l’agriculture. Il joue un rôle
particulièrement important comme vecteur de transmission de la culture marocaine dans le
monde. Il est potentiellement très créateur d’emplois mais c’est un secteur qui connaît des
difficultés et est sous-exploité sur le plan économique. On y observe :
-
une prépondérance de l’informel ;
une absence d’organisation sectorielle qui limite la production en volume des produits
et les débouchés à l’export ;
un manque de coordination entre les acteurs institutionnels en charge de ce secteur
et des budgets modestes ;
un déficit de formations aux métiers de l’artisanat ;
à Casablanca, un déficit important d’espaces dédiés à la création, la production, la
vente et le routage des produits artisanaux.
Face à ce constat et eu égard au potentiel exceptionnel de développement de l’artisanat
d’art à contenu culturel, un Plan de Développement de l’Artisanat a été engagé par Le
Ministère du Tourisme, de l’Artisanat et de l’Economie Sociale, qui prévoit la mise en place
de politiques ciblées vers trois catégories de producteurs : les entreprises de taille
importante capables de produire des volumes conséquents et orientées principalement vers
l’export ; les PME-PMI, et les mono-artisans ruraux. Des actions transversales sont par
ailleurs prévues touchant à la labellisation (Label National), la promotion et la formation
(système de certification des artisans).
Le développement de l’artisanat constitue un enjeu important pour le Grand Casablanca
mais les solutions à y apporter relèvent davantage des politiques économiques que des
dispositions spatiales qui peuvent être apportées à l’échelle d’un document d’urbanisme
régional comme le SDAU.
Il est toutefois souhaitable que, dans le cadre des politiques de développement local, un
effort soit consenti pour mettre en valeur les complexes artisanaux déjà existants, de
rehausser l’environnement général des bazars et de créer, le cas échéant, un nouveau
grand complexe artisanal qui pourrait s’implanter sur un site de renouvellement urbain
(reconversion de friches industrielles) ou en limite de ZAE.
La sauvegarde de l’activité agricole
L’agriculture quant à elle apparaît, dans le Grand Casablanca, comme une activité marginale
voire marginalisée à côté des puissants secteurs industriel, commercial et des services, il
n’en demeure pas moins que l’espace de la région du Grand Casablanca est dominé par
l’agriculture, et que cette activité reste une source de revenus essentielle à des milliers de
ménages.
La surface agricole utile de la Wilaya de Casablanca représente 67 874 ha1 soit 58 % des
117 398 ha qui constituent la surface totale de la Wilaya. À cela s’ajoute sur l’aire du SDAU
la commune de Mansouria avec ses 7 434 ha dont plus des trois quarts sont constitués de
surface agricole utile.
1
Les chiffres relatifs à la wilaya de Casablanca proviennent des données fournies par la direction
régionale du ministère de l’agriculture
12
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
Carte n°03 Qualité agronomique des sols
13
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
14
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
La surface agricole utile de la wilaya est constituée à 58 % de sols de bonne valeur
agronomique (sols châtains et sols fersiallitiques, ou de type tirs et hamri) et à 16 % de sols
de qualité moyenne (sols calcimagnésiques, ou de type hrach).
Certains secteurs ont une vocation maraîchère traditionnelle, c’est le cas d’une large bande
littorale touchant tout ou une grande partie des secteurs agricoles des communes de Dar
Bouazza, de Aïn Harrouda, de Mansouria et des fonds de vallée (surtout Maleh et Haçar).
La superficie irriguée représente 5 489 ha, soit 8 % de la surface agricole utile, avec deux
bassins principaux d’irrigation, que sont les vallées de l’oued Maleh (600 ha irrigués) et de
l’oued Haçar, son affluent (415 ha irrigués). Ces réseaux souffrent de dégradations ; mais
beaucoup d’exploitations sont irriguées par l’intermédiaire de puits et forages,
particulièrement développés dans le sud de la région et sur l’ensemble de la plaine de
Berrechid, où l’on trouve de grandes exploitations industrielles.
Les cultures pratiquées dans la Wilaya sont principalement les céréales (69 % des surfaces
cultivées), puis les fourrages (20 %) et le maraîchage (9 %). Les céréales représentent une
part relative plus forte que la vocation réelle des sols et ne fournissent que des rendements
faibles en moyenne et peu concurrentiels. Ces rendements ne sont pas favorisés par les
structures des exploitations qui restent très petites.
La très grande majorité des surfaces exploitées (80 %) le sont en faire-valoir direct et plus de
90 % sont en propriété privée. Ce qui montre que les terres sont extrêmement divisées (plus
de la moitié des exploitations sont inférieures à 5 ha) et ne correspondent pas à des
structures de grandes cultures céréalières. Ce sont au total environ 11 000 exploitations qui
emploient environ 11 000 exploitants.
L’image satellite montre un parcellaire très divisé dans toute la bande littorale. Dans ce
secteur où alternent parallèlement au littoral rides et dépressions, les terres fertiles propices
au maraîchage sont localisées dans les dépressions. Les parcelles sont découpées en forme
de lanière orientées dans le sens de la pente, sans doute pour une répartition assez
équilibrée des qualités de sol entre parcelles d’exploitations. Les parcelles ont une
dimension moyenne de l’ordre de 1 hectare.
En revanche, vers le sud et en particulier sur la plaine de Berrechid, le parcellaire devient
plus compact, diversement orienté car la qualité du sol est assez homogène sur la plaine.
Les exploitations sont beaucoup plus grandes et la dimension moyenne des parcelles
d’exploitation est d’environ 5 ha.
La région a la chance de disposer à ses portes des sols de bonne qualité susceptibles, s’ils
sont préservés, de fournir à la population locale les moyens de sa survie alimentaire en cas
de crise. Le maintien d’une agriculture de subsistance permet aussi de limiter les
conséquences sociales pour une catégorie de la population, défavorisée, qui ne saurait être
employée dans les services ou l’industrie dans un contexte de sous-emploi.
L’agriculture offre par ailleurs de nombreux services indirects à la collectivité, protection des
paysages et des espaces ouverts, ruptures d’urbanisation, protection contre des risques
naturels ou technologiques (inondations, rayon de protection pour les installations à risques),
zones de calme, etc. Autant de services qui doivent conduire à prendre en compte l’espace
rural comme une composante à part entière de l’aménagement du territoire.
C’est la raison pour laquelle le SDAU prévoit la sauvegarde des meilleures terres agricoles,
qu’il intègre dans la trame régionale des espaces ouverts à préserver, et qu‘il prévoit un
développement adapté des noyaux urbains en milieu rural.
15
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
Sur le plan économique, des politiques a-spatiales sont à développer pour corriger un certain
nombre de faiblesses de l’agriculture régionale, notamment au niveau des structures
d’exploitation, de la gestion des ressources, de la formation des agriculteurs et de la
diversification.
La résorption du secteur informel
L’économie informelle tient une place importante dans les économies des pays en
développement, le Maroc et le Grand Casablanca ne font pas exception.
Il ressortait d’une enquête effectuée par le Haut Commissariat au Plan en 1999-2000 que le
secteur informel représentait – à l’époque - au niveau national 20 % de l’emploi total (y
compris agriculture et administration) et moins de 1 % du PIB.
Selon l’enquête précitée, les unités de production informelles exercent majoritairement leur
activité dans le commerce (56 %), viennent ensuite l’industrie et l’artisanat (21 %), les
services (21 %) et plus loin derrière le BTP (6 %). L’emploi y est très majoritairement
masculin (13 % seulement des emplois sont occupés par des femmes). L’économie
informelle est un fait principalement urbain puisque 72 % des unités ont été recensées en
milieu urbain.
Dans la région du Grand Casablanca, un actif sur 4 soit plus de 250 000 personnes
travailleraient dans 157 000 unités informelles. Le Grand Casablanca totalise 13 % des
emplois et du nombre des unités de production informelle et 18 % du chiffre d’affaires du
Maroc.
La répartition par activité y est sensiblement la même qu’au niveau national : Plus de la
moitié des unités sont sans local (57 %), 37 % avec local et pour 6 % des unités, l’activité
s’effectue à domicile.
Entrepreneurs et employés sont confrontés à des difficultés nombreuses : immobilières
(inadaptation et coût des locaux), financières (difficultés d’accès au crédit), sociales
(absence de protection sociale pour une grande majorité des actifs qui y travaillent).
La très faible productivité constatée dans ce secteur montre à quel point les forces
employées dans ce secteur sont sous valorisées par rapport au potentiel qu’elles
représentent. Sans doute parce que la part de capital dans la production informelle est très
réduite et la qualification des actifs qui y travaillent très faible.
Aussi, si le secteur informel apparaît aujourd’hui comme un palliatif aux problèmes du
chômage, une autre allocation des ressources qui y sont employées permettrait une
meilleure valorisation en termes de création de richesses et de revenus.
La résorption du secteur informel est un enjeu majeur du développement durable du Grand
Casablanca de demain. Elle pourra se faire par la croissance économique créatrice
d’activités et de véritables emplois, et par l’adéquation entre les formations et les besoins de
l’économie, les mesures purement « spatiales » (déplacement de sites d’activités
informelles) n’apportant pas en elles mêmes de solutions de fond.
16
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
Vers un doublement du nombre total des emplois
La croissance démographique dans le Grand Casablanca et les évolutions dans les modes
de vie, avec notamment la croissance du taux d’activité des femmes, produiront dans les
prochaines années une croissance forte du nombre d’actifs, et l’économie régionale devra y
répondre par une croissance encore plus importante du nombre d’emplois – car il faudra de
surcroît résorber les emplois informels.
Au recensement général de 2004, la population du Grand Casablanca comptait 3,6 millions
d’habitants dont 1,3 million d’actifs.
Le taux d’activité sur la population totale était de 37%, nettement supérieur chez les hommes
(53,7%) que chez les femmes (19,7%). A titre indicatif, le taux d’activité sur la population
totale en France est de 50% chez les hommes et 40% chez les femmes.
Le scénario de croissance démographique retenu pour le SDAU est de 5,1 millions
d’habitants en 2030, et un taux d’activité sur population totale de 53% pour les hommes et
33% pour les femmes, soit un taux moyen de 43% et un nombre total d’actifs de 2,2 millions
en 2030.
La croissance du nombre d’actifs sera donc de près de 70%. On peut espérer, dans le même
temps, qu’un maximum d’actifs de 2030 occupe effectivement un emploi. Avec un taux de
chômage inférieur à 10%, ce sont quelques 2 millions d’emplois qu’il faudra prévoir en 2030
contre 1 million en 2004 !
Des besoins importants en foncier et en immobilier d’entreprises
En 2004, les emplois se répartissaient pour 61% dans le tertiaire et 37% dans l’industrie et le
BTP.
En 2030, l’hypothèse retenue par le SDAU est de 68% des emplois dans le tertiaire et 30%
dans l’industrie.
La croissance des emplois tertiaires serait plus forte : le nombre d’emplois dans ce secteur
passerait de 0,61 million en 2004 à 1,36 millions en 2030.
L’industrie accueillera elle aussi davantage d’emplois mais sa progression serait moindre,
de: 370 000 en 2004 à 600 000 en 2030.
Les besoins en surfaces pour les activités seront importants. Certes, tous les emplois
tertiaires ne prendront pas place dans des bureaux (les emplois commerciaux, l’hôtellerie,
les services à la personne et d’autres), et les emplois industriels ne se localiseront pas tous
dans des parcs d’activités industriels (PME sans activité nuisante dans des locaux en ville,
ouvriers sur les chantiers, etc.). Il n’en demeure pas moins que la croissance forte des
emplois appelle une prévision large de surfaces d’accueil dans le SDAU.
Aussi, est-il prévu dans le SDAU une offre de parcs d’activités de 9600 hectares sur
l’ensemble du périmètre, contre 4600 ha d’emprises industrielles (ZI homologuées ou non)
en 2004, soit plus d’un doublement alors que l’emploi industriel progressera « seulement »
d’un peu plus de 60% à l’horizon 2030. Cette offre abondante est rendue nécessaire, d’une
part, par l’évolution vers des ratios d’occupation (m² au sol par emploi) plus importants et,
d’autre part, par le fait qu’une partie de ces parcs d’activités vont mixer des fonctions
industrielles et des fonctions de grande distribution.
17
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I- LES DEFIS / ECONOMIE
S’agissant de l’immobilier de bureau, il est probable que les besoins à l’horizon 2030 se
chiffrent par plusieurs millions de m² de plancher. Mais compte tenu de la densité des
constructions de bureaux (un emploi de bureau représente en général 10 m² à 20 m² de
foncier, contre 170 m² pour un emploi industriel) et des possibilités de les insérer dans les
tissus résidentiels (en plus des centres d’affaires proprement dits), le SDAU ne leur affecte
pas un volume particulier de terrains. Tout au plus, les nouveaux immeubles de bureaux
consommeront 2% de l’offre foncière nouvelle ouverte par le SDAU.
18
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / SOCIAL
I.2. Le défi de la cohésion sociale
Des progrès indéniables
Généralisation de l’enseignement en primaire, forte progression des effectifs scolarisés dans
le secondaire et dans le supérieur, taux d’activité des femmes en hausse, recul de l’âge au
mariage, de l’analphabétisme et de la fécondité, espérance de vie en hausse, mortalité
infectieuse et infantile en recul, ... : les signes que le Maroc en général et la région du Grand
Casablanca en particulier progressent dans la voie du développement humain sont
indéniables.
Pourtant, il subsiste un décalage entre le développement économique du Maroc, qui se
place à la 108ème place mondiale en terme de revenu par habitant, et son développement
social. Le Maroc est en effet relégué au 126ème rang pour l’Indice de Développement Humain
(rapport PNUD 2007-2008) et même au 150ème rang pour le seul indicateur d’éducation.
En dépit des progrès accomplis ces dernières années, le développement du capital humain
reste un enjeu majeur pour permettre au Maroc comme à sa capitale économique d’avancer
dans la voie d’un développement durable.
Mais des indicateurs toujours insatisfaisants
Car même si la région du Grand Casablanca, véritable cœur économique du pays, paraît
souvent plus avancée sur la voie du développement humain que le reste du Maroc, les
marges de progression restent grandes :
-
l’analphabétisme y est plus modéré qu’ailleurs mais concerne encore un quart de la
population totale et même un tiers des femmes ;
-
la participation des femmes à l’activité économique y est plus importante qu’ailleurs mais
reste modérée : elles représentent moins du tiers des actifs alors qu’elles forment la
moitié de la population ;
-
les inégalités sociales y sont aussi plus fortes qu’ailleurs comme en témoignent
l’importance des ménages vivant dans l’habitat précaire (16 % dans la région du Grand
Casablanca contre 7 % en moyenne au Maroc) ;
-
en matière de santé, la région du Grand Casablanca présente des spécificités propres
aux grandes métropoles, comme une prévalence plus élevée des infections sexuellement
transmissibles ou du SIDA (25 % des IST, 17 % des cas de SIDA alors qu’elle ne
représente que 12 % de la population marocaine) ou un nombre important d’accidents de
la voie publique (plus de 10 000 par an). D’autres, en revanche, témoignent plutôt d’une
dualisation forte de la société casablancaise, comme par exemple la prévalence plus
élevée de la tuberculose (142 cas pour 100 000 habitants en 2004 pour une incidence
nationale est de 87 pour 100 000 habitants).
Un problème majeur : l’habitat digne pour tous
L’habitat demeure un sujet de préoccupation majeur pour les pouvoirs publics malgré une
amélioration notable des conditions de logement pour nombre de ménages. L’offre
insuffisante de logements, notamment pour les ménages à bas revenus et la présence
importante de logements de qualité très médiocre constituent toujours les deux problèmes
majeurs dans le domaine de l’habitat.
19
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / SOCIAL
On peut y ajouter un surpeuplement encore élevé des logements même si le nombre de
personnes par logement est en baisse régulière.
En dépit de la mise en place de financements spécifiques tels que le FOGARIM, les
ménages aux revenus les plus bas, c’est-à-dire qui disposent de moins de 1,5 le SMIG et qui
représentent de l’ordre du tiers des ménages, ont beaucoup de mal à accéder à des
logements décents correspondant à leurs moyens financiers. Ils nourrissent en partie
l’occupation des bidonvilles et de l’habitat non réglementaire ainsi que le surpeuplement.
Malgré des besoins très pressants, il faut noter la présence d’un parc de logements vacants
assez important, de l’ordre de 40 000 logements dont 12 500 sont liés à une mévente,
probablement par inadaptation du parc aux acquéreurs potentiels, qu’il s’agisse
d’inadéquation financière, de taille ou de confort du logement ou encore de localisation. La
vacance des autres logements peut avoir plusieurs explications : vacance de rotation
(changement de locataire, vente du bien), nécessité de travaux, etc.
Le parc de logements du Grand Casablanca
- Environ 400 000 constructions
- Environ 750 000 logements dont près de 60% concentrés dans les arrondissements les
plus denses de Casa-Anfa, Ain Sebaa-Hay Mohammadi, Moulay R’chid et Ben Msick.
- 84% de résidences principales, 1,5% de résidences secondaires, 6% de logements vacants
et 8% à usage professionnel.
- 55,5% de propriétaires, 31,5% locataires, 13% autres statuts.
Le parc de logements se caractérise par une proportion de ménages propriétaires de leur
logement en progression. Elle est très différenciée selon les arrondissements et va de 26% à
Sidi Belyout à 82% à Sidi Moumen. La tendance du secteur locatif est à la baisse car les
propriétaires des logements et les promoteurs immobiliers favorisent la vente à la location
(absence d’incitations fiscales, contraintes juridiques…). Le parc locatif est très présent dans
le parc ancien du cœur de la ville de Casablanca (64 % à Sidi Belyout et dans la Municipalité
de Mechouar, 60 % à El Fida).
L’habitat insalubre, un problème de grande ampleur
On estime qu’environ 28 % des ménages, c’est-à-dire autour de 212 0002, de la région de
Casablanca sont actuellement logés dans de l’habitat insalubre. Leur répartition selon les
types d’habitat est la suivante :
Bidonvilles : 11 % des ménages (82 413) répartis dans 411 noyaux dont 270 dans la
seule Préfecture de Casablanca (qui regroupe 55% des ménages bidonvillois de la
Wilaya). Plus de 34 000 ménages sont concernés par le programme mis en place dans le
cadre de l’initiative nationale pour le développement humain, la moitié d’entre eux étant
d’ores et déjà concernée par des opérations en cours de réalisation dont certaines
connaissent toutefois des difficultés de mise en œuvre (Bachkou, Izdihar, Nassim, etc.)
-
2
Source : Direction régionale de l’Habitat et de l’Urbanisme
20
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / SOCIAL
Carte n°04 Les bidonvilles en 2004
21
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / SOCIAL
22
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / SOCIAL
-
Habitat vétuste et menaçant de ruine : 9 % des ménages (72 000), localisé
essentiellement dans trois arrondissements de la Préfecture de Casablanca (Mers
Sultan, Anfa et dans une moindre mesure Moulay Rachid). Ce type d’habitat mérite une
plus grande attention compte tenu des problèmes de sécurité qu’il pose aux habitants.
-
Habitat non réglementaire : 8 % des ménages (58 000), localisé en particulier dans
les communes périphériques de la Préfecture de Casablanca : Dar Bouazza, Bouskoura
et Lahraouiyine. Certains quartiers sont en cours de restructuration : Lahraouiyine à
Mediouna, Lamkansa à Nouaceur, Ferrane Lhaloua et Sidi Ahmed Ben Lahcen à Ben
M’Sick.
La dispersion de l’habitat insalubre sur l’ensemble du territoire du Grand Casablanca (avec
quelques concentrations fortes comme dans les arrondissements d’Ain Sebaa et de Sidi
Moumen pour les bidonvilles en plus des secteurs cités précédemment) montre l’étendue
spatiale de la question de la résorption de ce type d’habitat.
Il faut également évoquer les questions de l’environnement et de l’habitat. En effet, près de
276 000 logements (39 % du parc) sont dans un environnement nuisible, une zone infestée
ou polluée.
Quatre principaux problèmes d’environnement ont été relevés3 :
-
-
les zones infestées concernent 18 % des logements de la région dans toutes les
préfectures et tous les types d’habitat ;
la pollution atmosphérique concerne 46 % des logements (notamment la totalité du parc
d’Ain Sebâa Hay Mohammadi) avec les problèmes de santé publique que cela peut
engendrer ;
les nuisances des zones désaffectées concernent 23 % du parc, surtout les maisons
traditionnelles et les constructions sommaires et bidonvilles ;
les problèmes climatiques (inondations, en particulier) touchent moins de 15 % du parc
de la région.
Un accès inégal au services urbains de base
A cette problématique de l’habitat insalubre s’ajoute celle du raccordement des logements
aux services urbains de base.
C’est dans les communes rurales de la région que la situation demeure la plus difficile, en
raison du décalage entre la croissance démographique forte de ces communes et le rythme
de réalisation des réseaux et des équipements, cette difficulté étant aggravée par la
dissémination des constructions qui rend leur desserte par les réseaux (tout comme par les
équipements) nettement plus problématique que si on avait une configuration en forme de
noyaux urbains.
Ainsi, selon les données du R.G.P.H 2004, dans les communes rurales de la région du
Grand Casablanca, l’alimentation en eau courante ne touche que 6,5 % des logements,
comme en 1994, et le raccordement à l’électricité 67,3 % des logements, contre 18,1 % en
1994. L’assainissement, tant des eaux pluviales que des eaux usées, y est défaillant et reste
un problème crucial.
3
Source : Etude sur le parc logement et l’habitat insalubre au niveau de la Région du Grand
Casablanca DRHU du Grand Casablanca.
23
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / SOCIAL
Dans les communes urbaines, les taux de raccordement étaient, en 2004, de 83 % pour
l’eau courante comme en 1994 et de 94 % pour l’électricité (contre 85 % en 1994).
L’assainissement quant à lui demeure défaillant dans nombre de quartiers périphériques.
Des progrès ont donc été enregistrés dans la distribution de l’électricité et dans une moindre
mesure dans celle de l’eau courante puisque la part des logements avec l’eau potable est
restée constante.
Toutes les études montrent l’impact fortement négatif sur l’état de santé des populations d’un
faible accès à l’eau potable et à l’électricité (essentielle pour le conditionnement des
aliments), tout comme de l’absence d’assainissement, encore fréquent en milieu rural, voire
périurbain.
Le sous-équipement de certains secteurs géographiques
De façon générale, la région du Grand Casablanca apparaît souvent bien équipée par
rapport aux autres régions du Maroc et des efforts importants ont été déployés pour faire en
sorte que les habitants des territoires périphériques, qui se sont urbanisés rapidement ces
dernières années, puissent bénéficier des principaux services de base.
Ce constat général, a priori satisfaisant, souffre néanmoins de quelques exceptions, et ne
doit occulter ni le sous-équipement de certains arrondissements péri-centraux de la ville de
Casablanca ainsi que des communes périurbains et rurales de la région, ni les possibilités
de choix limitées pour celles et ceux qui y vivent qu’il implique, aussi bien en matière
d’éducation que de santé pour ne prendre que ces deux exemples. Mais le constat vaut
aussi pour les équipements sportifs, culturels, cultuels et pour les espaces verts.
En matière d’éducation, les efforts réalisés ces dernières années par l’Etat marocain
commence à donner des résultats remarquables avec un taux de scolarisation de près de
100 % dans le premier cycle, de près de 85% au collège et 70% dans le secondaire
qualifiant. Parallèlement, l’enseignement professionnel accueille environ 20 000 élèves à
différents niveaux.
Face au développement démographique et urbain soutenu des arrondissements péricentraux de Casablanca, des territoires ruraux proches et des pôles urbains périphériques,
l’Etat a construit plus d’une centaine d’écoles durant les 15 dernières années. Pourtant, ces
écoles nouvelles restent insuffisantes au regard des besoins.
La quasi-généralisation de la scolarisation en primaire n’est en effet obtenue en périphérie
qu’au prix d’une utilisation intensive des ressources offertes par le secteur public. La plupart
des écoles fonctionnent par roulement avec la même salle utilisée par deux classes
différentes (taux d’utilisation de 200 %) ou par roulement sur deux salles pour trois classes
(taux d’utilisation de 150 %).
Le nombre d’élèves en primaire par salle varie ainsi du simple au triple entre les
arrondissements urbains centraux de Casablanca, qui en outre bénéficient d’une offre privée
abondante et de qualité, et les communes rurales voisines, où le secteur privé est absent et
qui ne peuvent compter que sur l’offre publique.
Le très faible développement du secteur privé dans ces secteurs périphériques, où la
population est moins solvable, limite d’autant les possibilités de choix de leurs habitants et
fait peser sur le seul secteur public la charge de la réponse aux besoins. En outre, ces
24
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / SOCIAL
disparités d’équipements entre territoires, sensibles dès le primaire, s’accentuent au-delà, en
secondaire collégial et plus encore en secondaire qualifiant, d’autant que l’offre privée est ici
plus développée qu’en primaire et fortement concentrée au cœur même de Casablanca, là
où l’offre publique est déjà abondante, voire aujourd’hui excédentaire.
L’accès aux équipements scolaires est par ailleurs problématique dans les communes
périphériques, caractérisées par une urbanisation diffuse impossible à desservir de manière
égale. Une configuration plus compacte des noyaux urbains aurait pu faciliter cet accès.
En matière de santé, pratiquement toutes les femmes sont aujourd’hui suivies médicalement
tout au long de leur grossesse, environ neuf sur dix accouchent en milieu surveillé, neuf
enfants de moins d’un an sur dix sont aujourd’hui complètement vaccinés, ...
Ces résultats positifs sont le résultat d’une offre médicale souvent supérieure à la moyenne
nationale, comme en témoigne l’importance du nombre de médecins (un pour 1 094
habitants dans la région du Grand Casablanca, contre un pour 1 845 en moyenne au Maroc)
ou encore du nombre de pharmacies (une pour 3 687 habitants contre une pour 5 518 au
Maroc). Le secteur médical privé est aussi fortement développé, avec un cabinet médical
privé pour 1 865 habitants, contre un pour 5 270 en moyenne au Maroc.
Mais en matière de santé, comme en matière d’éducation, le secteur privé demeure très
fortement concentré, pour l’essentiel, au cœur de Casablanca là où l’offre publique est déjà
abondante, et les secteurs d’urbanisation rapide, qu’ils soient périurbains ou ruraux,
souffrent d’un déficit de l’offre de soins de santé de base.
La Région du Grand Casablanca dispose en effet d’un Etablissement des Soins de Santé de
Base (ESSB) pour 35 000 habitants quand le Maroc dans son ensemble en compte une pour
25 500 habitants. Ce ratio moyen n’est pas homogène sur toute la région. Il est supérieur à
60 000 habitants par ESSB dans les préfectures de Hay Hassani et de Sidi Bernoussi, et
supérieur à 40 000 à Moulay Rachid et Ben Msik.
En matière d’équipements cultuels, on constate la même mauvaise répartition
géographique des mosquées, très présentes dans certains quartiers comme dans la Médina,
alors que plusieurs autres quartiers en manquent, un déficit important est à enregistrer
surtout en périphérie.
Le Grand Casablanca compte en effet 1245 lieux de culte dont 591 mosquées dont 491
mosquées de vendredi qui atteignent un taux de remplissage de 117% le jour de la prêche ;
et 645 salles de prière localisées essentiellement dans les quartiers et pôles périphériques,
les kissariats (centres commerciaux), et les administrations.
L’étude réalisée il y a quelques années par la délégation Régionale des affaires islamiques
évaluait les besoins à l’horizon 2015 à 36 mosquées dans les quartiers périphériques en plus
de 18 mosquées de quartier et 9 mosquées de vendredi dans les autres zones.
Corriger les disparités pour un développement durable
De par son statut de grande métropole, le Grand Casablanca est un territoire où se côtoient
la richesse et la grande pauvreté, la grande liberté des uns et la faible marge de manœuvre
des autres. Compte tenu des risques que ces disparités font courir aux grandes métropoles,
la plupart d’entre elles ont mis en place des politiques de correction à deux niveaux : celui
des politiques sociales - par la redistribution - et celui des politiques spatiales – par
25
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / SOCIAL
l’empêchement de la constitution de poches de pauvreté (contre la ghettoïsation, la mixité
sociale) et par le pourvoi de services et d’équipements (équité territoriale).
C’est ce double défi qui se pose au Grand Casablanca si la région veut accéder sans heurt
au statut de grande métropole mondiale et entrer dans un modèle de développement à la
fois soutenu et soutenable.
De fait, le développement social est l’un des principaux enjeux généraux de tout projet
d’avenir pour la métropole. C’est même la finalité première de l’action. Et c’est aussi la
condition sans laquelle il ne peut y avoir de prospérité économique durable, de sécurité, ni
de possibilité de préserver l’environnement.
Les questions sociales se posent, dans le Grand Casablanca, essentiellement en termes
d’emploi et d’habitat. Mais elles recouvrent aussi l’éducation et la lutte contre l’illettrisme, la
condition des femmes, la formation professionnelle, l’accès aux soins, l’accès à l’eau
potable, l’assainissement et les déchets, les conditions de transport, le cadre de vie…
La rapidité de la transition démographique au Maroc en général et dans le Grand
Casablanca en particulier traduit bien la progression du développement humain à l’œuvre
dans le pays. Elle signifie aussi que les besoins sociaux à satisfaire résulteront moins,
demain, de la seule pression démographique que de l’augmentation du niveau de vie et des
attentes de la population en particulier en matière d’équipements et de services.
Ainsi en matière d’éducation, il faut s’attendre à un fort développement des effectifs en
secondaire collégial mais surtout qualifiant, moins lié aux évolutions démographiques
globales qu’à la généralisation de l’enseignement en primaire, à la volonté politique
d’améliorer le capital humain des jeunes générations et au déficit en collèges et lycées des
secteurs qui se sont urbanisés rapidement ces dernières années.
En matière de logement, les besoins sont estimés à près de 800 000 unités supplémentaires
d’ici 2030, dont 140 000 à construire en lieu et place des habitations précaires qui doivent
disparaître. Ce défi est de taille : le parc de logements actuel devra pratiquement doubler s’il
faut accueillir la croissance tout en résorbant les retards accumulés.
En matière d’emplois, il s’agira – comme énoncé à la section précédente - de doubler le
nombre actuel de postes si l’on veut éviter un chômage trop important.
Le vieillissement de la population va peu à peu devenir une réalité tangible avec un demi
million de personnes âgées de 60 ans ou plus attendues dans la région du Grand
Casablanca à l’horizon 2025. Des chiffres qui impliquent la poursuite de l’adaptation et
l’élévation du système de soins. Un système de soins qui doit aujourd’hui faire face à
l’iniquité de la distribution spatiale de l’offre.
La poursuite de l’amélioration de l’espérance de vie ne se joue pas seulement dans
l’adaptation du système de soins. Elle passe aussi par l’amélioration de l’accès à l’eau
potable et à l’électricité, en particulier en milieu rural, l’extension du système
d’assainissement, l’information et la lutte contre l’analphabétisme ou encore la résorption de
l’habitat insalubre, autant d’éléments déterminants de l’état de santé des populations.
Le SDAU ne saurait, à lui seul, apporter les réponses attendues à tous ces défis. Il peut
cependant y contribuer fortement par les politiques spatiales de correction des disparités, de
distribution des fonctions et des équipements, et d’équilibre entre les territoires.
26
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / SOCIAL
C’est ainsi que l’actuel SDAU s’attache à proposer des politiques de rééquilibrage entre
territoires : Un Rééquilibrage Est-Ouest, d’une part, car le dynamisme économique a
tendance à se concentrer sur l’axe Anfa – Sidi Maarouf et qu’il faut éviter que les
arrondissements du centre et de l’Est de Casablanca ne deviennent des cités dortoirs pour
populations à bas revenu ; et un rééquilibrage Centre – Périphérie, car il faut éviter les écarts
flagrants entre un centre dynamique et bien équipé et des pôles périphériques dépendants
économiquement et démunis sur le plan des services urbains et des équipements.
27
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
28
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / DEMOGRAPHIE
I.3. Le défi démographique : Logements, Emplois, Equipements
Une croissance démographique ralentie mais qui se poursuit
La population de la région du Grand Casablanca s’était établie, au recensement de 2004, à
environ 3 630 000 habitants. Elle avait progressé de plus de 504 000 personnes au cours
des 10 années de la période intercensitaire 1994-2004, soit une croissance annuelle
soutenue (+50 500 personnes par an), même si elle apparaît en léger retrait par rapport à la
période antérieure (+54 500 par an de 1982 à 1994).
Cette progression régulière en volume traduit en revanche un rythme annuel moyen en
régression constante (+ 1,5 % par an en moyenne de 1994 à 2004 contre + 2,0 % par an de
1982 à 1994).
Globalement, la population de la région du Grand Casablanca progresse en fait au même
rythme que la population du Maroc dans son ensemble depuis le début des années 1980, de
sorte que son poids démographique au sein du Maroc reste stable, autour de 12 % depuis
plus d’une vingtaine d’années.
La croissance démographique moyenne de 1,5 % par an de la région du Grand Casablanca
depuis 1994 recouvre des réalités fort contrastées sur le plan spatial. La population de la
ville de Casablanca n’a ainsi progressé que de 0,8 % par an. Certains arrondissements
centraux anciens ont même vu leur population diminuer : Sidi Belyout (- 1.5 %), El Fida (- 1.6
%), Mers sultan (- 1.3 %)…
En revanche, la population des pôles urbains périphériques (Mohammedia, Tit Mellil,
Mediouna et Nouaceur réunies) a augmenté rapidement (+ 5 % par an) tout comme celle des
communes rurales (+ 5,8 % par an). La croissance a même dépassé 7 % par an dans les
arrondissements péri-centraux de Casablanca (Sidi Moumen, Hay Hassani, Aïn Chock,…), à
Tit Mellil (+ 7,3 %) et dans le milieu rural voisin : Beni Yakhlef (7,1 %), Sidi
Moumen(+ 7,9 %), Dar Bouazza (+ 9,8%), Lahraouiyine (+ 12,6 %), Bouskoura (+ 15 %).
La plus forte croissance en volume a été enregistrée à Sidi Moumen dont la population s’est
accrue de 155 000 personnes entre 1994 et 2004, où près de la moitié du parc de logements
a été construit il y a moins de 10 ans et où 35 % de la population vit en 2004 dans de
l’habitat sommaire ou en bidonvilles. Ces fortes croissances démographiques traduisent en
effet aussi une extension et une densification des zones d’habitat insalubre.
La croissance démographique du Grand Casablanca à l’horizon 2030 sera fonction d’un
ensemble de paramètres dont notamment :
-
Le niveau de fécondité, qui détermine le rythme des naissances
L’espérance de vie, qui détermine le rythme des décès
Les facteurs économiques, qui influent sur le solde migratoire
L’évolution de ces trois paramètres est, pour une assez large part, imprévisible. Tout au plus
peut-on formuler des hypothèses assises sur les tendances générales (à la hausse, à la
baisse) et sur les dires d’experts.
29
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / DEMOGRAPHIE
Ainsi la fécondité, qui se situait à 1,94 enfant par femme en 2004 dans le Grand
Casablanca, devrait en principe continuer à diminuer pour se situer dans une fourchette
comprise entre 1,75 et 1,85 enfant par femme à l’horizon 2030. Cette hypothèse est
cohérente avec les projections nationales et les études démographiques les plus récentes.
L’espérance de vie est en hausse régulière : elle est passée de 47 ans en 1962 à 71 ans en
2004 au Maroc. En milieu urbain, elle atteint 71,5 ans chez les hommes et 75,9 ans chez les
femmes en 2003. La reconstitution de la dynamique démographique par sexe et âge du
Grand Casablanca de 1982 à 2004, effectuée en préalable aux travaux de simulation
présentés ici, conduit à estimer celle-ci à 72,0 ans chez les hommes et à 76,8 ans chez les
femmes en 2003.
Le principe d’une poursuite des gains d’espérance de vie a été retenu. Deux hypothèses ont
été testées :
-
La prolongation des tendances récentes, qui conduit à une espérance de vie de 77,1 ans
chez les hommes et de 82,9 ans chez les femmes en 2030, soit un niveau légèrement
supérieur à celui aujourd’hui observé en Espagne ;
-
Une progression ralentie de l’espérance de vie qui atteindrait alors 75,2 ans chez les
hommes et 80,8 ans chez les femmes, soit un niveau légèrement supérieur à celui
aujourd’hui observé au Portugal.
Le solde migratoire entre le Grand Casablanca et le reste du Maroc et du monde s’est
situé, au cours de la période 1994 – 2004, à environ 2 000 arrivées nettes par an dans un
contexte économique peu favorable.
Dans le cas où la croissance économique serait plus forte à l’avenir, ou que des efforts de
modernisation sont entrepris dans le secteur agricole marocain conduisant à un
accroissement de la productivité (et par conséquent à une baisse des emplois agricoles et
un regain d’exode rural), le solde migratoire du Grand Casablanca pourrait être nettement
supérieur : une hypothèse raisonnable serait de le situer, dans ce cas de figure, au niveau
où il a été sur la période 1982 – 2004, soit 12 000 arrivées nettes par an.
Le développement de la région voisine de Chaouia-Ourdigha pourrait, au mieux,
permettre de contenir le solde migratoire du Grand Casablanca entre ces deux hypothèses,
même ce n’est pas acquis.
La région de Chaouia-Ourdigha, quinze fois plus étendue en superficie que celle du Grand
Casablanca, apparaît en effet deux fois moins peuplée et la progression en volume de sa
population trois fois plus faible entre 1994 et 2004.
Pourtant, le solde migratoire du Grand Casablanca a été quasi-nul durant cette période
(+2 000 entrées nettes par an). Les villes voisines de Berrechid et de Ben Slimane ont
progressé, mais bien moins rapidement que celles de Nouaceur, Mediouna ou
Mohammedia, signe qu’elles structurent davantage leur territoire environnant qu’elles ne
fonctionnent au quotidien avec la région du Grand Casablanca, et ceci même si les liens
économiques entre ces territoires sont évidents.
30
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / DEMOGRAPHIE
La conjugaison de ces paramètres a conduit aux projections suivantes de population totale
du Grand Casablanca aux horizons 2020 et 2030 :
-
En 2020 : 4,3 à 4,5 millions d’habitants (contre 3,6 millions en 2004), selon le niveau
des échanges migratoires considéré, soit un accroissement de 0,7 à 1 million
d’habitants en 16 ans ;
-
En 2030 : 4,5 à 5,1 millions d’habitants, selon le niveau des échanges migratoires
considéré, soit un accroissement de 0,9 à 1,4 million d’habitants en 26 ans
Le SDAU a retenu, pour le « calibrage » de l’offre foncière, l’hypothèse haute de 4,5 millions
d’habitants en 2020 et de 5,1 millions d’habitants en 2030, hypothèse en cohérence avec
l’ambition économique du Grand Casablanca et les perspectives de modernisation du Maroc.
Le rythme de croissance annuel passerait donc de 2% par an entre 1982 et 1994 et de 1,5%
entre 1994 et 2004, à 1,3% entre 2004 et 2030, essentiellement sous l’effet du vieillissement
de la population et du retour à un solde migratoire positif.
En chiffres absolus, la croissance annuelle moyenne attendue se situerait tout de même à 56
700 habitants supplémentaires par an, ce qui paraît élevé mais non exclu.
Une progression deux fois plus rapide du nombre de ménages que de la population
Dans la région du Grand Casablanca, le nombre de ménages (760 000 ménages en 2004)
progresse beaucoup plus rapidement que la population dans son ensemble, notamment à
partir de 1994 (+ 2,9 % par an pour le nombre de ménages contre + 1,5 % par an pour la
population). Cette forte hausse, qui maintient la demande de logements à un niveau élevé,
est à relier à l’augmentation de l’espérance de vie mais, surtout, d’une part à l’arrivée à l’âge
de former un ménage de générations toujours plus nombreuses et, d’autre part, à une
propension croissante des adultes à former des ménages indépendants.
Afin de réaliser les projections du nombre de ménages à l’horizon 2030, un taux de
chef de ménages par sexe et âge à la population projetée pour le Grand Casablanca a été
fixé, en l’occurrence à son niveau 2004 (taux supposé constant). Cette manière de procéder
constitue vraisemblablement une hypothèse assez conservatoire puisque ceci ne suppose
pas d’évolution des modes de cohabitation.
Mais même ainsi, le nombre de ménages continuera de croître à un rythme nettement plus
soutenu que celui de la population totale, traduisant une réduction régulière de la taille
moyenne des ménages. Celle-ci provient à la fois de la baisse de la fécondité et du
vieillissement de la population du Grand Casablanca. La taille moyenne des ménages, qui
était de 4,74 personnes par ménage en 2004, serait ainsi comprise entre 3,50 et 3,56
personnes par ménage en 2030 selon les scénarios.
En prenant en compte les chiffres de population retenus à l’horizon du SDAU en 2020 et
2030 (respectivement 4,5 et 5,1 millions d’habitants, le nombre de ménages progresserait
ainsi :
-
En 2020 : 1,1 à 1,3 million de ménages (contre 0,76 en 2004), soit un accroissement
compris entre 340 000 et 540 000 ménages supplémentaires en 16 ans ;
En 2030 : 1,4 à 1,5 million de ménages, soit un accroissement compris entre 640 000
et 740 000 ménages supplémentaires en 26 ans.
31
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / DEMOGRAPHIE
Des besoins considérables en logements
Les besoins en logements qui découlent des projections démographiques sont
considérables. Pour satisfaire ces besoins découlant de la seule croissance du nombre des
ménages, il faudrait construire entre 24000 logements et 28 000 en moyenne par an.
Il faudra en effet, non seulement satisfaire la demande provenant de l’accroissement du
nombre de ménages (740 000 dans l’hypothèse la plus haute) mais également résorber le
parc de logements précaires dont le nombre est estimé à 267 000 unités. Sans compter les
ménages vivant en « surpeuplement forcé » (plus de 77 000 selon la DRHU). Une partie de
la résorption pourra se faire par des réhabilitations et de la restructuration, mais une autre
partie donnera lieu nécessairement à de nouvelles constructions.
Au total, les « besoins » ainsi exprimés – se situeraient dans une fourchette de 750.000 à 1
million de logements à construire d’ici 2030.
La principale difficulté pour atteindre de tels niveaux de construction réside dans
l’inadéquation entre les prix des logements et les capacités financières d’une part importante
des ménages.
Il faut cependant espérer qu’avec un effort soutenu de construction, une partie du parc
aujourd’hui occupée par les classes moyennes pourra être investie par des catégories
sociales plus défavorisées, et que l’effort public de résorption de l’habitat précaire permettra
de financer des logements économiques à des prix bas, ou de lancer de nouveaux produits
en location.
Aujourd’hui, près d’un tiers des ménages de la région sont locataires de leur logement et
près de 13 % relèvent d’un autre statut : logement gratuit, de fonction, … Si les ménages les
plus modestes arrivent mieux à organiser leur parcours résidentiel en passant par le secteur
locatif, des aménagements de ce secteur pourraient être envisagés pour permettre son
développement dans de bonnes conditions en veillant notamment à le maintenir accessible
aux populations modestes.
32
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / DEMOGRAPHIE
Carte 05. Evolution de la population entre 1994 et 2004
33
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / DEMOGRAPHIE
34
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / DEMOGRAPHIE
Carte 06. Evolution du nombre de ménages entre 1994 et 2004
35
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / DEMOGRAPHIE
36
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
I.4. Le défi des Transports
I.4.1. Faire face à la progression importante des déplacements
Le nombre de déplacements tous modes effectués en une journée par un habitant de
Casablanca est passé de 1,6 en 1975 à 2,86 en 2005, soit une augmentation de 79% en 30
ans.
Le nombre global de déplacements de personnes dans la région, tous modes confondus, a
atteint près de 11 millions. Soit une augmentation de 280% en 30 ans. Ceci résulte de la
croissance conjuguée de la mobilité individuelle et de la population. Néanmoins, 16% des
personnes n’effectuent aucun déplacement un jour de semaine.
Pour l’avenir, la mobilité des personnes devrait continuer de croître, mais essentiellement
sous l’effet de la croissance démographique alors que le nombre de déplacements par
personne plafonnerait dans une fourchette de 2,9 à 3 déplacements par jour.
Aussi, en 2030, le Grand Casablanca devrait compter entre 13 et 15 millions de
déplacements quotidiens.
Le défi des déplacements vient moins de cette progression de la mobilité (de 20 à 35%) que
de la croissance de la part de l’automobile dans ces déplacements, surtout si les transports
collectifs ne sont pas développés de façon marquée.
Maîtriser la croissance rapide de l’usage de la voiture individuelle
En effet, les actuels 11 millions de déplacements quotidiens se répartissent aujourd’hui de la
façon suivante : 6 millions se font à pied et 500.000 en 2 roues motorisées, le reste (4,5
millions) se répartissant à égalité (1,5 million pour chaque mode) entre la voiture, les
transports collectifs et les taxis.
La situation sera toute différente en 2030. En effet, avec l’élévation du niveau de vie, la part
des déplacements à pied va diminuer, et le taux moyen de motorisation des ménages va
s’accroître.
On compte ainsi actuellement 0,43 voiture par ménage dans le Grand Casablanca (36% des
ménages possèdent une ou plusieurs voitures), ce qui est relativement faible mais c’est tout
de même un taux 3 fois plus élevé qu’il y a 30 ans. Le nombre total de déplacements en
voiture a quant à lui augmenté de 150% en 30 ans, nettement plus que la croissance
démographique.
Les études du Plan de Déplacements Urbains de Casablanca (PDU) ont montré que le taux
de motorisation des ménages devrait passer de 0,43 voiture par ménage à 0,81 en 2019. En
prolongeant cette tendance, on peut considérer que ce taux atteindra plus de 0,9 voiture par
ménage en 2030 (doublement de la proportion de ménages possédant une ou plusieurs
voitures). Compte tenu de la croissance du nombre de ménages, le parc automobile
passerait de 320 000 voitures aujourd’hui à 1,2 ou 1,3 million en 2030 (quadruplement du
parc).
Les études du PDU ont également montré que le trafic automobile devrait augmenter de
83% à l’horizon 2019 mais que cette croissance pourrait être ramenée à 61% si des
37
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
investissements massifs sont réalisés dans les transports collectifs. A l’horizon 2030, et en
prolongeant ces mêmes tendances (en progression linéaire), on peut dire que le trafic
automobile pourrait croître de 140% (multiplication par 2,4) mais que cette croissance
pourrait être limitée à 100% (doublement) si des investissements massifs sont réalisés dans
les transports collectifs.
Comment répondre à un tel défi alors qu’on observe d’ores et déjà la saturation de nombreux
axes à Casablanca, aussi bien radiaux qu’en rocade…
Un tel défi ne peut être relevé sans, d’une part, un investissement effectivement massif dans
les transports collectifs et, d’autre part, une déconcentration du développement urbain, aussi
bien l’habitat que les emplois, qui permette de diffuser la circulation automobile sur un
périmètre nettement plus vaste qu’aujourd’hui, ce qui implique aussi des investissements
routiers en périphérie.
C’est la raison pour laquelle le SDAU propose une offre importante de moyens de transports
collectifs, surtout dans la ville de Casablanca mais aussi entre Casablanca, Mohammedia et
les pôles périphériques, et une offre améliorée de voirie dans la périphérie, notamment en
itinéraires de rocade.
38
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
Carte 07. Trafic routier à l’heure de pointe du matin en 2005
39
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
40
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
I.4.2. Offrir un réseau de transports collectifs nettement plus performant
Le réseau de transports collectifs montre aujourd’hui des défaillances par rapport aux
besoins.
Les transports collectifs sont assurés essentiellement par les autobus qui prennent en
charge 1,5 million de déplacements par jour de semaine moyen soit le tiers des
déplacements motorisés. Leur part de marché relative s’est érodée ces dernières années
malgré des tarifs jugés abordables. Ceci vient principalement de l’insuffisance de l’offre (1
véhicule pour 3 600 habitants), d’une certaine vétusté des véhicules (âge des véhicules
supérieur à 6 ans) et de trajets considérés parfois comme trop longs.
Le réseau était composé en 2004 de 84 lignes exploitées par 16 opérateurs avec un parc de
1 030 véhicules de capacité disparate (25 à 130 places). Ils sont souvent peu adaptés au
transport urbain et réduisent de ce fait la vitesse commerciale. La charge moyenne des
véhicules est de 59 voyageurs.
Le réseau assure une desserte dense (40 autobus par heure) sur un certain nombre d’axes
limités comme dans l’hyper centre : boulevard de l’Armée Royale et boulevard Mohammed
V, sur les radiales : boulevard Abdelmoumen et avenue Hassan II, boulevard Mohammed VI,
avenue du 2 Mars.
Même si la couverture de la partie la plus dense de l’agglomération par les lignes semble
satisfaisante, ce constat doit être relativisé par des disparités importantes en terme de
niveau de desserte. En effet, le réseau n’a pas été recomposé suffisamment pour suivre la
croissance urbaine et la réalisation de nouveaux quartiers, principalement en périphérie. De
plus, la qualité du service en termes de signalétique et d’information laisse à désirer.
A côté du réseau de bus, le transport collectif de passagers comprend aussi une offre
ferroviaire et une offre de taxis collectifs.
Le service de transport de passagers par le fer paraît modeste par rapport au service bus. Le
TNR assure une quarantaine de milliers de déplacements par jour, trafic national,
interrégional et régional confondus, et la navette Bidaoui à peine un millier.
Les taxis sont considérés comme un mode semi-collectif dans la mesure où l’occupation des
véhicules peut se limiter à une personne.
L’insuffisance des transports collectifs a été un facteur déterminant de leur croissance. Tous
types confondus, ils assurent environ 1,5 million de déplacements motorisés par jour de
semaine moyen, soit autant que le réseau de bus. Ces déplacements se répartissent en un
1/3 par les taxis urbains (« Rouge ») et 2/3 par les taxis régionaux (« Blanc »).
Les taxis « Rouge » sont estimés à plus de 7500 véhicules et les taxis « Blanc » à plus de
5000. Le rôle de ces derniers est plus déterminant dans la mesure où ils desservent les
quartiers péri-centraux de Casablanca et les pôles périphériques de la région, secteurs d’où
sont pour la plupart absentes les lignes d’autobus.
Globalement, leur image n’est guère meilleure que celle des transports collectifs et leur
service est considéré majoritairement comme médiocre.
La prolifération des taxis participe de façon importante à l’engorgement du trafic. Leur mode
de fonctionnement (absence de stations spécifiques, même si des arrêts informels
41
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
s’établissent) contribue également à perturber la circulation. Leur impact sur l’occupation de
la voirie peut être évalué à environ 1/3 de la circulation générale.
Le renforcement des transports collectifs devrait limiter leur rôle qui reste à préciser en
fonction de la stratégie des déplacements qui sera adoptée pour l’avenir.
Quoiqu’il en soit, il est clair que l’offre actuelle de transports collectifs ne saurait répondre
aux enjeux du futur. Casablanca doit développer un système nettement plus performant,
incluant une offre complémentaire de bus – y compris des bus en site propre -, de tramways,
de métro, de RER, de taxis et de liaisons interurbaines performantes par le train et les cars
interurbains.
C’est un saut qualitatif et quantitatif majeur qui doit être opéré pour éviter l’asphyxie
automobile et ses impacts négatifs sur l’économie, l’environnement et la qualité de vie.
42
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
I.4.3. Compléter et développer le réseau routier
Un réseau principal insuffisamment maillé et très chargé dans le centre
Le réseau routier principal est aujourd’hui insuffisamment maillé dès que l’on sort du cœur
de l’agglomération. Il est constitué d’environ 2400 km de voies de diverses catégories, dont
1 110 km pour les routes nationales, régionales et provinciales (88 % d’entre elles étant
revêtues).
Le centre de l’agglomération possède un réseau de voirie structuré, hiérarchisé et
suffisamment dense.
Entre l’autoroute urbaine et la rocade Sud, les extensions d’habitat se sont opérées avec un
réseau structurant plus confus, moins hiérarchisé, avec de nombreuses discontinuités et
réalisé sans cohérence d’ensemble.
L’autoroute urbaine dans la partie centrale du Grand Casablanca joue sur le plan fonctionnel
un véritable rôle de boulevard urbain.
La rocade Sud plus éloignée du centre de l’agglomération est en marge du tissu urbain avec
un nombre de points d’échanges plus limité. Le péage renforce sa sélectivité des trafics.
Hors de la zone agglomérée, la couronne rurale est irriguée principalement par deux routes
nationales, les N1 et N9 et des routes aux caractéristiques plus modestes dont certaines ne
sont pas revêtues.
La N9 qui relie Mohammedia à Beccherid en passant par Tit Mellil, Mediouna et Nouaceur
est important pour la desserte des pôles secondaires, malgré ses caractéristiques modestes
(2 voies). Il est appelé, à l’avenir, à jouer un rôle majeur dans le développement régional.
En centre ville, de nombreux carrefours fonctionnent difficilement aux heures de pointe et
sont à la limite de la saturation. C’est le cas notamment sur le boulevard des Almohades
(route côtière), les boulevards de Bordeaux et de Paris, le boulevard Moulay Youssef, le
boulevard Zerktouni (80 000 véhicules /jour) et les axes radiaux comme les boulevards
Roudani et Abdelmoumen dans la zone dense.
Il en est de même de l’autoroute urbaine, particulièrement entre la route de Mediouna et la
route de Ouled Ziane, où le trafic journalier atteint plus de 112 000 véhicules soit environ
8 000 à l’heure de pointe. Le fonctionnement des équipements de régulation du trafic et
l’aménagement des carrefours n’est pas optimum et par ce fait accentue la congestion du
réseau.
Avec une capacité admissible comparable à celle de l’autoroute urbaine, la rocade Sud n’a
que peu d’impact pour les déplacements dans l’agglomération en raison du péage qui
dissuade les automobilistes effectuant des déplacements urbains. En effet, on y constate un
trafic de l’ordre de 1 300 véhicules à l’heure de pointe, soit cinq fois moindre que sur les
tronçons les plus chargés de l’autoroute urbaine
43
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
Une gestion du stationnement à revoir
A Casablanca, l’offre en places sur voirie est conséquente: 41 places/ha, soit plus que le
niveau moyen constaté à Paris ou Barcelone (25 places/ha).
Malgré cela, l’occupation de l’ordre de 90 % des places offertes, est proche de la saturation,
situation en voie de dégradation.
Dans les zones enquêtées dans le cadre du PDU, le stationnement sur voirie est payant et la
gestion confiée à un opérateur. Une partie des places (en moyenne 15 %) est réservée à
des activités particulières (hôtels, agences, …) et la rotation des véhicules est considérée
comme satisfaisante.
L’offre de stationnement hors voirie relativement importante représente 16 places/ha, mais
les parcs privés sont souvent mal conçus et peu fonctionnels.
Les parcs publics sont occupés en moyenne à 63 % à Sidi-Belyout et à 75 % dans le Maarif.
Les normes utilisées pour évaluer l’offre ne tiennent pas compte de la spécificité des
secteurs (par exemple à Sidi Maarouf).
Il sera nécessaire de moderniser progressivement l’offre de stationnement à Casablanca
pour la faire correspondre aux objectifs recherchés en matière de circulation automobile et
d’utilisation de la voirie.
Les objectifs peuvent être multiples et s’appliquer de manière différenciées sur les différents
quartiers. En cœur de ville, la limitation de l’usage de la voiture peut être obtenue par des
tarifs de stationnement dissuasifs ou par la limitation des possibilités de stationnement. La
libération de la voirie pour d’autres usages (couloirs bus ou tramways, trottoirs, etc.) peut
conduire à réaliser des parkings souterrains. L’encouragement de l’intermodalité peut passer
par la réalisation de parkings relais en périphérie en correspondance avec des stations de
transports collectifs accessibles (parkings autour des gares RER en particulier).
Il s’agit donc d’un ensemble de mesures qui nécessitent des études préalables approfondies,
un processus pédagogique d’adaptation des comportements des automobilistes, et des
réformes dans l’organisation de la police du stationnement.
Des projets d’infrastructures indispensables
Les pouvoirs publics, conscients des insuffisances du réseau routier dans le Grand
Casablanca, ont engagé un ensemble de travaux visant à désenclaver les villes de
Casablanca et Mohammedia, améliorer la fluidité du trafic par l’aménagement de
pénétrantes et de carrefours et notamment la réalisation d’une voie de 50 m au sud de la
ville, réduire les conflits générateurs de congestion, favoriser les déplacements transversaux
en agissant sur les axes autoroutiers et homogénéiser les itinéraires et l’aménagement des
carrefours.
Les projets engagés en 2005 concernent plus de 56 km d’itinéraires dont 29,5 km de
nouvelles liaisons. Parmi eux se trouve le prolongement de la Rocade Sud vers l’Ouest
jusqu’à la R320 et également à l’Est afin de permettre le contournement de la partie la plus
dense de la ville.
44
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
L’Etat a par ailleurs décidé de réaliser une nouvelle section autoroutière vers Berrechid,
contournant l’aéroport Mohammed V par l’Est, et dont le point de départ se situerait sur le
rocade Sud à la hauteur de Lahrawiyine.
Il a également engagé un programme de routes rurales avec comme objectif de desservir
99% de la population rurale du grand Casablanca dès 2015 au lieu de 67% en 2005. Ce
programme prévoit 30 km de routes pour la Province de Nouaceur, 25 km pour la Province
de Mediouna et 25 km pour la Préfecture de Mohammedia.
Pour sa part le PDU a proposé d’améliorer la capacité de l’autoroute urbaine dans sa partie
centrale et d’en réaliser le bouclage par une nouvelle voie au N-E et au S-O à Lissasfa,
d’aménager certains carrefours critiques et des axes, de moderniser la signalisation
lumineuse aux carrefours en prenant en compte les piétons, de mettre en place une microrégulation des carrefours et une gestion centralisée et d’améliorer le stationnement.
Ces mesures sont toutes indispensables pour répondre aux besoins à court et court-moyen
terme. Mais dans le cadre de l’expansion urbaine attendue dans la périphérie, des
investissements complémentaires seront nécessaires, notamment au niveau des liaisons en
rocade entre les différents pôles périphériques.
45
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
I.4.4. Accroître les capacités portuaires
Investir pour faire face à la croissance du trafic de conteneurs
Le port de Casablanca est le principal port de commerce du Royaume. Il constitue avec
Mohammedia, le premier complexe portuaire marocain, ces deux ports traitant ensemble
plus de 50% du trafic portuaire national.
Aujourd’hui, le port de Casablanca traite près de 25 millions de tonnes, les phosphates
représentant 40% de ce tonnage. Ce port traite également 85% du trafic de conteneurs du
Royaume Il comprend aussi un port de pêche, un terminal croisières et un chantier de
réparation navale. Le port de Mohammedia traite quant à lui 10 millions de tonnes par an,
essentiellement des hydrocarbures, mais il comprend aussi un port de pêche et de plaisance
et traite du vrac liquide autre que les hydrocarbures.
Les conteneurs, bien que ne représentant qu’une petite part de l’activité du port de
Casablanca, sont en croissance rapide et posent des problèmes aigus de stockage à
l’intérieur de l’enceinte du port comme à ses abords.
Le trafic de conteneurs du port de Casablanca est en effet passé de 244 000 Equivalent
Vingt Pieds (EVP) en 1998, à 445 000 en 2003, et à près de 700 00 aujourd’hui (au delà de
sa capacité qui est de 650 000 EVP).
Cette évolution suit la tendance mondiale qui a connu une croissance de 10% par an au
cours des 10 dernières années. Elle est même plus soutenue (13% de croissance annuelle).
Le principal défi des 20 à 30 prochaines années consiste à faire face à cette croissance qui
va se poursuivre, inéluctablement, même si son rythme devait se ralentir.
A l’horizon 2030, le Maroc traitera – hors transit international par Tanger Med – entre 3,6
millions et 6,9 millions d’EVP selon le rythme de croissance du trafic (entre 7% et 10% par
an). A supposer que Tanger Med puisse, à côté de sa vocation de port de transbordement,
prendre en charge plus ou moins 1 million d’EVP, il restera à assurer, depuis Casablanca,
2,6 à 5,9 millions d’EVP, soit une capacité supplémentaire par rapport à la capacité actuelle
de l’ordre de 2 à 5 millions d’EVP par an.
C’est un défi important, qui pose le problème, non seulement des quais supplémentaires à
réaliser, mais aussi des surfaces de stockage à l’intérieur comme à l’extérieur du port, et de
la croissance du trafic de poids lourds depuis et vers le port.
Pour ce qui concerne les quais, le SDAU préconise une extension vers l’Ouest du port de
Casablanca dans un premier temps, puis la construction d’un nouveau port sur la façade
maritime du site industriel de la SAMIR.
46
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
Carte 08. Infrastructures portuaires et ferroviaires au Maroc
47
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
48
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
Reporter le trafic portuaire de phosphates vers le port de Jorf
Le port de Casablanca traite annuellement 9 à 10 millions de tonnes de phosphates à
l’export (soit un peu moins de la moitié de la production de phosphates du Maroc). Les
phosphates sont acheminés vers le port par des trains lourds de 3 000 à 3 400 T4 de charge
utile composés en moyenne de 70 wagons. Le rythme est de 9 trains/jour en moyenne qui
pénètrent sur la jetée des phosphates (et autant de trains vides en sortie).
Ce trafic produit des nuisances sonores importantes dans la ville (d’autant que les trains
circulent de nuit) et les trains de phosphate cisaillent l’accès routier de la porte 4 du port,
provoquant parfois de longues files d’attente des poids lourds qui attendent d’y accéder.
A l’avenir, ce trafic ne peut être maintenu et des solutions devront être trouvées pour reporter
l’activité phosphate depuis le port de Casablanca vers celui de Jorf Lasfar. Ce report
n’entamera pas la sécurité de l’export dans la mesure où rien n’interdit, dans le cas d’un
incident sur le port de Jorf, de reporter à nouveau provisoirement le trafic sur le port de
Casablanca.
Ce report devrait dégager néanmoins des capacités sur le port de Casablanca, qui seront
précieuses compte tenu des besoins pour les conteneurs et de la mise hors douane du
premier bassin du port destiné à participer à l’ouverture de la ville vers la mer avec une
vocation dominantes de loisirs.
4
Un train lourd représente l’équivalent d’une centaine de camions chargés à 30 tonnes.
49
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
I.4.5. Organiser le transport de marchandises et la logistique
Moderniser le transport routier de marchandises
La route assure 75% du transport de marchandises (hors phosphates).
Le transport routier de marchandises est aujourd’hui un secteur très atomisé, dominé par le
compte propre. Le parc roulant est ancien (30 % des poids lourds ont plus de 20 ans et 50%
plus de 10 ans) et composé essentiellement de petits véhicules : 15% des véhicules ont un
poids total autorisé en charge (PTAC) de plus de 8T.
Encore très informel, le secteur du transport routier de marchandises n’offre pas les
conditions de sécurité, de souplesse et de fiabilité attendue de ce mode de transport. Pour
réorganiser et professionnaliser ce secteur, une réforme a été mise en place depuis 2003 qui
impose aux entreprises exerçant une activité dans ce domaine d’être inscrites au registre
des transporteurs et ainsi de répondre à un certain nombre de conditions notamment
financières et professionnelles.
Si le développement du transport pour compte d’autrui reste lent (de mars 2003 et à mai
2005, 2 000 entreprises pour compte d’autrui ont été inscrites au registre des transporteurs
et l’on ne compte que 250 transporteurs agréés pour opérer dans le TIR pour tout le Maroc),
les exigences croissantes des entreprises chargeurs en terme de délai et de réactivité vis à
vis de leurs transporteurs et, parallèlement, l’arrivée sur le marché marocain de grands
groupes de transport internationaux va accélérer l’émergence d’entreprises de transport
correspondant aux standards internationaux.
A son tour, l’organisation d’un secteur du transport de marchandises performant va
contribuer à améliorer la fluidité du transport de marchandises dont les mauvaises
performances pénalisent aujourd’hui la compétitivité des entreprises industrielles et
commerciales et partant, l’ensemble de l’économie marocaine. Cette réorganisation
nécessite que des espaces soient aménagés pour accueillir les transporteurs tant en
périphérie – où les implantations sont souvent aujourd’hui insuffisamment dimensionnées et
éclatées sur plusieurs sites et ne bénéficient pas d’accès, d’aires de manœuvre et de
surfaces de parking adaptés au trafic de poids lourds – qu’en zone urbaine dense – où la
réglementation en matière de circulation et de livraisons doit favoriser la livraison et
l’enlèvement des marchandises tout en y limitant la circulation des poids lourds aux heures
où le réseau routier supporte le trafic le plus important.
Développer un véritable secteur logistique
Le secteur logistique est pour sa part à l’état embryonnaire et intéresse pour le moment
essentiellement les entreprises multinationales. L’implantation progressive de grandes
enseignes comme Marionnaud, l’Oréal, Décathlon, Bricorama… et le développement du
secteur de la grande distribution vont accélérer le développement de la logistique liée à la
distribution des biens de consommation, qui constitue un pan très important de ce secteur.
Ce développement ne manquera pas d’avoir un effet d’entraînement et, progressivement, les
entreprises marocaines vont percevoir l’intérêt de confier le traitement de leurs flux à des
prestataires spécialisés ; ceci leur permettra de rationaliser l’ensemble de leur processus de
production, de l’approvisionnement à l’amont jusqu’à la livraison à l’aval et génèrera dans les
vingt années à venir, une très forte demande en surfaces d’entreposage.
Pour autant, plusieurs équipements qui assurent des fonctions spécifiques jouent déjà le rôle
de plate-forme logistique, comme le marché de gros de fruits et légumes situé au Sud-Est à
50
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
Sidi Othman, avenue du 10 mars ; les nouveaux abattoirs situés tout près du marché de
gros, avenue du 10 mars ; le centre de commerce de gros traditionnel de Derb Omar à
vocation nationale, situé en plein centre ville, avenue Mohammed VI.
Ces pôles logistiques génèrent des flux de marchandises importants et, dès lors qu’ils sont
parfois localisés en zone urbaine dense - comme le sont d’ailleurs aussi un certain nombre
de grandes industries - peuvent être source de nuisances et de dysfonctionnements.
Malgré une demande croissante d’entrepôts émanant des transporteurs et des logisticiens,
Casablanca ne dispose pas aujourd’hui de sites spécialement conçus pour accueillir ces
activités. Cette situation les amène à s’installer de manière désorganisée au gré des
opportunités foncières sur des sites inadaptés ou qui pourraient être mieux valorisés.
Des plates-formes logistiques « de fait » existent donc telles :
-
-
le long du littoral au Nord du port, de la zone d’entrepôts Moulay Slimane déjà
ancienne,
à proximité de cette zone se situe une nouvelle zone d’entrepôts où sont implantés
notamment Decathlon, L’Oreal, Geodis… ;
le secteur lié au fer et au bois de la zone industrielle de Sidi Maârouf, desservie par le
fer, le site des ferrailleurs du secteur Beausite et le secteur de la zone d’activités de
Lissasfa constituent également des secteurs d’activité logistique ;
un certain nombre d’entrepôts logistiques sont en cours de construction ça et là,
notamment sur Sidi Bernoussi et Ain Harrouda, le long de certains axes routiers sans
qu’ils ne constituent de véritables plate-formes bénéficiant de surfaces de manœuvres,
de parking et d’accès routiers adaptés.
Enfin, un certain nombre de projets existent dont les plus significatifs sont ceux prévus par
l’ONCF à Casablanca (dans la « raquette » ferroviaire) et sur Mohammedia – Zenata.
Rationaliser au mieux les flux de marchandises concernant cette région, qui est et restera la
plus importante porte d’entrée et de sortie des marchandises du Maroc, est nécessaire car la
fluidité des échanges constitue aujourd’hui l’un des principaux facteurs de compétitivité des
entreprises et des territoires.
C’est dans cet esprit que le SDAU propose une distribution cohérente des plates-formes
logistiques, qui tient compte des projets décidés en les complétant à hauteur des besoins de
la région à l’horizon 2030.
Mieux organiser le trafic des poids lourds dans la ville
Aujourd’hui, le trafic induit par l’activité conteneurs du port de Casablanca est de l’ordre de
2800 PL/j pour les 2 sens confondus et pour environ 700 000 EVP /an, soit 0,83 EVP par
PL/jour 2 sens.
Avec le développement en cours du secteur du transport pour compte d’autrui, la productivité
du transport va s’accroître et il est probable qu’on parvienne, à l’horizon 2030, à un ratio de
1,5 EVP par mouvement de PL (ce ratio est de 1,8 au port du Havre par exemple). Ceci
amortira la croissance du trafic trafic.
Il est aussi probable que le fer jouera un rôle important dans l’acheminement, ce qui
contribuera aussi à l’amortissement de la croissance du trafic poids lourds. On peut
51
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
raisonnablement tabler sur un ratio de 30% des flux de conteneurs acheminés par fer à
l’horizon 2030.
En retenant ces hypothèses, le trafic poids lourds lié aux conteneurs traités par les ports du
Grand Casablanca devrait se situer dans une fourchette de 4000 à 10000 PL/j pour les 2
sens en 2030, selon que le volume global de conteneurs sera de 2,6 ou de 5,9 millions
d’EVP.
La croissance du trafic de poids lourds sera donc d’au moins 50% de plus que le niveau
actuel et peut atteindre jusqu’au 250% de plus. Dans tous les cas, il ne sera pas acceptable
que les poids lourds puissent emprunter les voies de leur choix dans la ville, tant les
nuisances seront importantes.
C’est la raison pour laquelle le SDAU préconise des itinéraires obligatoires pour les poids
lourds dans l’espace compris entre les ports (de Casablanca et de Mohammedia) et le
réseau autoroutier.
Mettre en valeur le fret ferroviaire en reconfigurant le réseau et les services ferrés
Avec 75 % du chiffre d’affaires de l’ONCF, les marchandises occupent une place importante
dans le transport ferroviaire au plan national. Les phosphates représentent à eux seuls 50 %
de ce chiffre d’affaires, le reste se partageant pour moitié entre le fret et les voyageurs.
Au niveau du Grand Casablanca, le trafic de marchandises entrant et sortant est de 3 MT
hors phosphates ; le tonnage de ces derniers se situant entre 9 et 10 MT.
Ce trafic correspond à une cinquantaine de trains de fret (dont une vingtaine de trains lourds
de phosphates) transitant quotidiennement par Casablanca aujourd’hui.
L’ONCF est appelé à adapter son réseau et ses services à l’évolution de la demande et des
contraintes. Il s’agira, en particulier, de répondre à l’orientation stratégique de transférer le
trafic phosphates de Casablanca vers Jorf, et d’offrir un service urbain de voyageurs plus
performant qui ne pourra être obtenu qu’en dissociant les lignes nationales passagers et fret
des lignes proprement urbaines de voyageurs (RER).
Le fret hors phosphates devrait continuer de croître dans les prochaines années, à un
rythme qui peut être très soutenu, qu’il s’agisse du vrac ou des conteneurs. C’est là toute la
pertinence des plateformes logistiques de fret prévues par l’ONCF et de l’orientation vers la
dissociation du trafic ferré urbain (RER) des lignes nationales et de marchandises.
52
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / TRANSPORTS
I.4.6. Poursuivre le développement du système aéroportuaire
La région abrite deux aéroports : Mohammed V, et Tit Mellil, l’aérodrome d’Anfa étant
aujourd’hui définitivement désaffecté.
L’aéroport Casablanca Mohammed V est le premier aéroport international du Maroc. Une
étape importante dans sa modernisation a été franchie en 2007 par la mise en service de la
nouvelle aérogare qui porte la capacité d’accueil de l’aéroport de 4 à 8 millions de passagers
par an, avec l’extension parallèle des capacités de parking des avions, de stationnement des
voitures et de traitement du fret.
A proximité de l’aéroport, une technopole est en cours d’aménagement d’une superficie de
206 ha qui devrait accueillir 6000 emplois. Le pôle de Nouaceur est destiné à devenir une
« Aéroville ».
Situé à 32 km du centre de Casablanca, l’aéroport est desservi par l’autoroute à péage
Casablanca – Marrakech ; une navette ferroviaire cadencée à l’heure pour joindre le centre
de l’agglomération ; des taxis ; et une navette d’autocars.
L’aéroport de Tit Mellil est consacré exclusivement à l’aviation légère et sportive (aéroclub)
et devrait conserver cette vocation.
Les projections effectuées par les autorités aéroportuaires pour la croissance du trafic aérien
depuis Casablanca se basent sur une fourchette allant de 3,8% à 6,9% de croissance
annuelle du nombre de passagers.
Les capacités de l’aéroport Mohammed V ayant été portées à 8 millions de passagers, l’offre
actuelle continuera à répondre aux besoins jusqu’en 2015 (hypothèse de croissance forte)
voire 2023 (hypothèse de croissance moins forte). Au delà, il faudra des capacités nouvelles,
le nombre de passagers attendus en 2030 pouvant se situer entre 10 et 20 millions de
passagers.
L’option qui consisterait à aménager un nouvel aéroport entre Casablanca et Rabat,
évoquée par le Schéma d’Organisation Fonctionnelle et d’Aménagement (SOFA) du
Ministère de l’Aménagement du Territoire semble prématurée à trancher. Car dans le cas
d’une croissance modérée des besoins, des travaux complémentaires sur l’aéroport
Mohammed V pourraient suffire.
En revanche, si la croissance annuelle devait être soutenue, il y aura lieu de statuer sur
l’option Benslimane.
En tout état de cause, il semble nécessaire de réserver cette possibilité en prévoyant
l’assiette foncière requise, de manière à pouvoir disposer, si le besoin se fait ressentir, d’un
aérodrome à Benslimane qui pourrait au minimum avoir une vocation spécifique comme les
vols de point à point (vols charters), ou encore une activité de fret.
53
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
54
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
I.5. Le défi du développement urbain
Le développement urbain représente un enjeu à la fois quantitatif et qualitatif. Il s’agit, en
effet, de prévoir et de maîtriser la poursuite de l’expansion urbaine de la métropole de
manière à la rendre plus cohérente et plus fonctionnelle ; mais il s’agit tout autant de veiller à
ce que ce développement ne porte pas atteinte à ce qui fait l’identité de la ville, à ses
aménités, à ses espaces fragiles et à ses ressources naturelles.
Un siècle d’évolution urbaine
Casablanca s’est développée autour du site de la cité antique d’Anfa. La petite place
commerçante et militaire d’Anfa fut détruite au 16ème siècle avant de connaître un nouvel
essor, quoique toujours modeste, au 18ème siècle, sous son nouveau nom de Casablanca. Le
véritable tournant se situe en 1912, avec la décision d’y créer le premier port moderne du
Royaume, face à la médina, premier noyau urbain de la ville. Dès lors, Casablanca (qui
comptait moins de 50 000 habitants à l’époque) allait connaître une croissance fulgurante,
qui ne se ralentira que tout récemment. De moins de 25 000 habitants au début du 20ème
siècle, la population de la ville atteint près d’un million d’habitants à la fin de la seconde
guerre mondiale et dépasse les 2 millions dans les années 1970. Au recensement de 2004,
la ville de Casablanca comptait 2 936 874 habitants et le reste de la Wilaya 679 029
habitants.
Mohammedia est le second pôle le plus important de la Wilaya. La ville s’est développée
autour du noyau ancien de Fedala. En 1773, le Sultan Sidi Mohamed Ben Abdallah décide
de faire de ce site une place d’entreposage et de vente de céréales et y construit la Kasbah
qui s’y trouve encore aujourd’hui. En 1912, la compagnie du port est créée. Le site portuaire
-avec les industries qu’il attire- sera à l’origine d’une croissance accélérée de la ville. Dans
les années 1920, Fedala reçoit de nombreux aménagements de villégiature : bains, casino,
hôtels. En 1933, la ville accueille ses premières implantations de compagnies pétrolières.
C’est en 1960 qu’elle reçoit le nom de Mohammedia suite à la visite du Roi Mohammed V qui
y pose la première pierre des installations de la SAMIR, un geste qui donnera à la ville le
prestigieux statut de capitale énergétique du Maroc. Mohammedia comptait en 2004 un total
de 187 708 habitants, soit 28% de la population, hors Casablanca ville, de la Wilaya.
La métropole garde les traces de son développement historique et des différents plans
d’urbanisme qui ont planifié ce développement.
Le Plan Tardif (1912) est à l’origine du tracé de l’axe de l’horloge ainsi que du boulevard
circulaire (boulevard Zerktouni), et le tracé d’un ambitieux plan d’extension vers le Sud-Est
(actuels quartiers Derb Omar, Habous, Gironde, Gare, Palestine) d’une superficie supérieure
à celle de la ville d’alors qui se résumait à la Médina et à quelques lotissements adjacents.
Le Plan Prost (1917) entérine l’extension ambitieuse du port décidée en 1912. Il définit un
réseau de grands axes de voirie qui reprend le boulevard circulaire proposé par Tardif
(boulevard Zerktouni - Résistance), en ajoute un autre, plus proche du centre (actuel
boulevard Moulay Youssef jusqu’au boulevard Emile Zola), et propose un ensemble de
grands axes radiaux (Corniche, boulevard Ziraoui, boulevard d’Anfa, boulevard Roudani,
avenue Hassan II, etc.). Il prévoit en outre une urbanisation complète de l’espace compris à
l’intérieur du boulevard circulaire, mais il y aménage plusieurs espaces verts dont
notamment l’actuel Parc de la Ligue Arabe. Il entérine les projets de lotissements industriels
à l’entrée Est de la ville. En 1930, Prost actualise le zonage de Casablanca avec notamment
une extension de l’urbanisation au delà du boulevard Zerktouni - Résistance, jusqu’à
55
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
l’actuelle rocade boulevard Gandhi - boulevard Modibo Keita. Le nouveau Plan faisait
également apparaître, outre cette nouvelle rocade, l’actuel boulevard Temara - Lybie - Bir
Anzarane.
Le Plan Courtois (1944) se prononce pour une plus forte densité des lotissements, favorise
une plus grande hauteur des immeubles, et préconise une organisation des quartiers autour
des places. Il propose de nouvelles extensions, plutôt en doigts de gant : industrielle vers
l’Est, et résidentielles vers le Sud (Aïn Chock), le Sud-Ouest (vers l’aéroport d’Anfa) et vers
l’Ouest (Aïn Diab). Il renforce la ségrégation spatiale entre les zones d’habitat destinées
respectivement aux européens (Centre et Ouest) et aux marocains (Ancienne Médina,
quartiers Sud-Est et habitat ouvrier à l’Est), y compris par la création de nombreux espaces
verts tampon. Le Plan propose enfin de hiérarchiser la voirie en distinguant les principaux
axes de circulation dont, notamment, l’amorce depuis l’Est de l’autoroute actuelle d’El
Jadida.
Le Plan Ecochard (1946 à 1952) propose le concept de « cité linéaire littorale » qui
correspond à une extension linéaire de séquences d’habitat, d’industries et de coupures
vertes, entre Casablanca et Fedala (Mohammedia). Il propose également l’ensemble des
quartiers actuellement situés de part et d’autre de l’autoroute urbaine (Sidi Othman, Aïn
Chock, Les Crêtes) ainsi que les quartiers Oasis, Beauséjour et Aïn Diab. Le zonage est
concentrique, avec des densités décroissantes du centre vers la périphérie. L’œuvre
d’Ecochard comprend d’autres propositions, en particulier l’introduction des notions d’unité
de voisinage (de 1 800 habitants) et de trame d’habitation (combinaisons à partir d’un carré
de 8 mètres par 8). Des quartiers entiers de Casablanca et de Mohammedia ont été
développés selon ces principes, comme les Cités Hay Hassani, Hay Mohammadi, Aïn
Chock, ou Sidi Othman.
Le SDAU de 1985 est élaboré par le Cabinet Michel Pinseau (1985). Il confirme le choix du
plan Ecochard de l’extension linéaire le long du littoral entre Casablanca et Mohammedia. Il
justifie ce choix par la valorisation des infrastructures existantes (autoroute, routes, chemin
de fer) et par la non efficience d’une extension vers le Sud en raison des problèmes de
transport et d’assainissement qu’elle poserait. Il bride le développement de Mediouna en la
cantonnant dans un périmètre très restreint. Une autre orientation du SDAU est la promotion
du polycentrisme à l’intérieur des limites actuelles de la ville de Casablanca, par
l’implantation de nouveaux centres administratifs avec l’espoir qu’ils favoriseraient
l’émergence de pôles économiques et d’équipements périphériques. Plus généralement, le
SDAU invite à une plus grande mixité entre l’habitat et les activités.
La configuration actuelle de la métropole témoigne, en dépit de certains dysfonctionnements,
de cette tradition bien ancrée d’urbanisme et de gestion du développement urbain.
Ceci apparaît clairement dans le « cœur de ville » de Casablanca (à l’intérieur du boulevard
Zektouni) tout comme au cœur de Mohammedia où les grandes perspectives, les places, les
monuments et les grands espaces verts sont le produit de plans prédéfinis et globalement
bien suivis.
Cette maîtrise apparaît également dans le maillage de la voirie de Casablanca qui, bien
qu’incomplet, permet de distinguer un ensemble cohérent de rocades et de radiales qui se
démultiplient en pattes d’oie à mesure que l’on s’éloigne du centre, le tout délimitant des
quartiers ayant une identité propre.
56
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
Carte 09. Un siècle d’expansion urbaine
57
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
58
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
Mis à part les développements clandestins, les nouveaux quartiers, qu’ils soient d’habitats
individuel ou collectif, et les nouvelles zones d’activités, témoignent, en dépit des
imperfections (notamment la monotonies des « modèles » souvent répétés tels quels), d’un
réel savoir-faire des opérateurs, notamment publics mais aussi, de plus en plus, privés.
Certes, la trame viaire n’est plus très bien maîtrisée au sud de la ville de Casablanca où de
nombreuses implantations irrégulières ont vu le jour ; certes, de nombreux bidonvilles
émaillent le tissu urbain ; certes, l’urbanisation périphérique est en développement parfois
peu organisé… Mais à situation économique et à moyens comparables, bien d’autres
métropoles peuvent envier Casablanca pour sa tradition d’urbanisme.
Une expansion urbaine importante entre 1985 et 2004
Le développement urbain de la métropole est demeuré jusqu’à un passé récent relativement
centré sur les noyaux urbains anciens que sont la ville de Casablanca, la ville de
Mohammedia, et les petites villes de Tit Mellil et Mediouna.
Mais cette concentration a du mal à tenir. Sur les grands espaces environnants,
généralement dépourvus de noyaux urbains, la construction s’est développée sous la
pression de la demande.
Dans les communes rurales, l’habitat traditionnel était souvent disséminé et associé aux
exploitations agricoles. Le long du littoral, la bande côtière présente un relief « ondulé » dans
lequel l’habitat rural occupait généralement les lignes de crête alors que les dépressions
linéaires étaient réservées à l’agriculture. Ça et là, on pouvait croiser des hangars agricoles
ou des fermes d’élevage.
La pression urbaine a modifié ce paysage, et elle a pris plusieurs formes.
Les axes importants, notamment ceux qui partent de Casablanca vers El-Jadida, vers
Nouaceur et vers Mediouna ont connu des développements importants, tant en activités
qu’en habitat.
Plusieurs fermes et hangars agricoles, situés à l’écart des grands axes, ont été transformés
en locaux industriels, attirant à leur proximité immédiate des bidonvilles.
Des établissements balnéaires et de loisirs ont pris place le long de la côte.
Des opportunités foncières ont été saisies par les pouvoirs publics pour des développements
nouveaux, comme la ville nouvelle de Nouaceur à l’Est de l’aéroport Mohammed V.
La plupart des développements nouveaux ont été opérés par dérogation, en l’absence de
documents d’urbanisme, et au coup par coup.
Au début des années 1980, les surfaces urbanisées dans la région du Grand Casablanca
(limites actuelles) couvraient environ 10 000 hectares. En 2004, les surfaces urbanisées sur
le territoire de la Wilaya couvrent désormais 22 782 ha5.
5
Somme de l’urbain résidentiel (15 400 ha) et de l’urbain non résidentiel (7 382 ha), hors « artificialisé
ouvert » (carrières, décharges, voirie principale, etc.). Source : MOS 2004, AUC 2005.
59
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
En l’espace d’une vingtaine d’années, les espaces urbains bâtis ont ainsi progressé de près
de 13 000 hectares. L’urbanisation a donc avancé, au cours des vingt dernières années, au
rythme moyen de 670 hectares par an environ.
Cette croissance ne concerne que l’urbain bâti. Elle ne prend pas en compte les emprises
qui sont artificialisées tout en restant « ouvertes », comme les carrières, les décharges, les
emprises de voirie principale, les espaces verts urbains, qui représentent ensemble plus de
13 000 hectares en 2004, et dont on peut penser qu’elles progressent au rythme de 200 à
300 hectares par an.
Aussi, la croissance urbaine totale aura été supérieure de l’ordre de 900 à 1 000 hectares
par an au cours des années 1985 à 2004.
L’expansion s’est surtout faite en périphérie. Ainsi la ville de Casablanca représentait en
2004 81% de la population régionale mais seulement 56,5% des emprises urbanisées
résidentielles. Le reste des emprises résidentielles (43,5% des surfaces) est disséminé à
travers la Wilaya, avec des densités de population nettement plus faibles.
On comptait ainsi, en 2004, une moyenne de 71 ménages par hectare urbanisé résidentiel
dans Casablanca (ville), avec des variations importantes selon les arrondissements : plus de
130 à Al Fida, Mers Sultan, Ben M’Sick et Hay Mohammadi, et moins de 35 à Aïn Chock et
Anfa.
En périphérie (hors Casablanca ville), la densité moyenne est de 21 ménages par hectare
urbanisé résidentiel avec, là aussi, des variations importantes : 83 à Aïn Harrouda, 52 à
Lahraouiyine, 45 à Mohammedia, contre 6 à 8 à Oulad Saleh, Sidi Hajjaj Oulad Hassar ou
Sidi Moussa Ben Ali..
Ce phénomène de dissémination a été encore plus fort pour le bâti non résidentiel. En effet,
on constate en 2004 que les emprises de bâti non résidentiel se répartissent presque à
égalité entre la ville de Casablanca et la périphérie.
Le « bâti non résidentiel » comprend essentiellement les emprises industrielles, les emprises
portuaires et aéroportuaires, les entrepôts, les grandes surfaces commerciales, les hangars
et les équipements.
Ces emprises se situent à 52% dans la ville de Casablanca. C’est peu, surtout lorsqu’on
pense que cette part inclut les emprises du port et de tous les grands équipements de la ville
(stades, etc.).
48% des emprises du bâti non résidentiel se situent hors ville de Casablanca : Nouaceur
vient en première position pour cette catégorie avec 17% des emprises (en raison
notamment de l’emprise de l’aéroport), et Mohammedia en seconde position avec 12% des
emprises (y compris l’emprise du port). Le reste (19%) est réparti sur les autres communes,
notamment celles situées au Sud et à l’Ouest de Casablanca.
Cette répartition, observée sur les cartes à jour de la Wilaya, correspond à la perception que
l’on peut avoir sur le terrain, d’une multiplication des implantations d’activités.
60
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
Carte 10. Pression urbaine entre 1986 et 2004
61
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
62
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
T1. Principaux chiffres de l’occupation des sols dans le Grand Casablanca en 2004
(en hectares)
Urbanisé résidentiel
16 252
Urbanisé non résidentiel
7 370
Agricole
79 077
Artificialisé ouvert
7 077
Naturel
11 636
TOTAL
121 412
Source : MOS 2004, AUC-IAURIF 2005
Préfecture ou
Province
T2. L’urbanisation en 2004 dans le Grand Casablanca
par Préfecture et par Province
(en hectares)
Urbanisé hors
Urbanisé
Urbanisé non
Artificialisé
artificialisé
résidentiel
résidentiel
ouvert
ouvert
(1)
(2)
(3)
(1+2)
Casablanca
8 732
Nouaceur
3 776
Mediouna
1 363
Mohammedia
2 081
Mansouria
300
Total
16 252
Source : MOS, AUC-IAURIF 2004
3 858
1 848
450
1 165
49
7 370
2 419
2 695
871
922
169
7 077
12 590
5 624
1 814
3 246
348
23 623
Urbanisé y
compris
artificialisé
ouvert
(1+2+3)
15 009
8 320
2 685
4 168
518
30 699
T3. Indicateurs de densité en 2004 dans le Grand Casablanca
par Préfecture et par Province
Urbanisé (hors
Préfecture ou
artificialisé
Province
ouvert)
en ha
Casablanca
Nouaceur
Mediouna
Mohammedia
Mansouria
Total
12 590
5 624
1 814
3 246
348
23 623
Nombre de
ménages
Nombre de
ménages par
hectare
urbanisé (hors
artificialisé
ouvert)
621 485
50 535
24 538
75 380
2 787
774 725
49
9
14
23
8
33
Population
2 949 805
236 119
122 851
322 286
12 955
3 644 016
m² urbanisé
(hors
artificialisé
ouvert) par
habitant
43
238
148
101
269
65
Sources : MOS, AUC-IAURIF 2004, et RGPH, HCP 2004
63
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
Une urbanisation qui pourrait progresser de 22 000 ha entre 2004 et 2030
L’expansion urbaine du Grand Casablanca à l’horizon 2030 sera fonction de l’accroissement
de la population et du volume d’emplois, mais aussi des densités qui vont prévaloir à cet
horizon.
Quelle que soit l’approche prospective qui est adoptée, elle conclue au fait que le Grand
Casablanca comprendra, en 2030, plus de 20 000 hectares d’urbanisations nouvelles qui
seront venus s’ajouter aux 23 600 ha déjà urbanisés (hors artificialisé ouvert).
Une première approche consiste à prendre comme base de calcul l’indicateur « nombre de
m² urbanisés par habitant ». Ce chiffre était de 44 m² d’urbanisation (hors « artificialisé
ouvert ») par habitant en 1982 et de 65 m² par habitant en 2004. En prolongeant de manière
linéaire la tendance à l’accroissement de ce ratio, on aboutirait à 90 m² d’urbanisation (hors
« artificialisé ouvert ») par habitant en 2030. Compte tenu des projections démographiques,
l’urbanisation totale en 2030 serait comprise entre 41 000 et 46 000 hectares soit entre
17 000 et 22 000 hectares de plus qu’en 2004 (rythme annuel 2004 – 2030 : 650 à 850 ha
supplémentaires par an)
Une seconde approche consiste à prendre comme base de calcul l’indicateur « nombre de
m² urbanisés par ménage » en considérant qu’il serait constant à travers les années. Ce
chiffre était de 309 m² d’urbanisation (hors « artificialisé ouvert ») par ménage en 2004. Le
nombre total de ménages du grand Casablanca étant compris entre 1,30 et 1,42 million de
ménages en 2030, le simple maintien de ce ratio de 309 m² d’urbanisation par ménage
observé en 2004, conduit à une surface urbanisée comprise entre 40 000 et 44 000 hectares
en 2030 (hors « artificialisé ouvert »), soit un espace urbanisé peu différent de celui obtenu
par la première approche.
Une troisième approche consiste à prendre toujours comme base de calcul l’indicateur
« nombre de m² urbanisés par ménage » mais de le faire évoluer d’ici 2030 selon la courbe
(une fonction exponentielle asymptotique) de l’évolution constatée entre 1982 et 2004 avec
son inflexion entre les périodes 1982-1994 et 1994-2004. Le ratio atteint alors la valeur de
320 m² d’urbanisation par ménage en 2030. L’urbanisation totale se situerait alors entre 41
500 et 45 500 hectares en 2030 soit entre 18 000 et 22 00 hectares de plus qu’en 2004
(rythme annuel 2004 – 2030 : 700 à 850 ha).
Le SDAU s’est fondé sur cette projection et a fixé à 22 600 ha les surfaces nouvelles à ouvrir
à l’urbanisation en 2030, sans compter les possibilités limitées de construction qui seront
autorisées dans les espaces non ouverts à l’urbanisation (espaces ruraux, en particulier), et
qui entrent dans le décompte final de l’urbanisation.
Un enjeu majeur : la préservation du patrimoine historique et architectural de Casablanca
La pression urbaine qui continuera à s’exercer dans le Grand Casablanca sera canalisée par
le nouveau SDAU, qui localise l’essentiel des extensions dans les pôles périphériques.
Cependant, une forte pression s’exercera nécessairement sur le centre des villes principales,
Casablanca et Mohammedia, et l’on devra prendre des mesures de préservation pour éviter
que cette pression ne mette en cause le patrimoine historique remarquable de ces villes.
Casablanca et Mohammedia accueillent en effet un patrimoine historique et architectural de
grande valeur. Les héritages successifs remontent à la Préhistoire, à l’architecture araboislamique, et au 20ème siècle, avec une distinction entre les années 1900-1960 et les années
1980-1990.
64
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
Le patrimoine préhistorique de Casablanca est internationalement reconnu. Mis à jour
principalement dans les carrières de grès calcaire qui ont servi à construire Casablanca au
cours des premières décennies du 20ème siècle, il a servi de base à la définition de la plupart
des étages de l’ère quaternaire au Maghreb. Plusieurs restes d’Homo erectus ont été
découverts (entre - 800 000 et - 200 000 ans), associés à des milliers d’outils de pierre taillée
caractéristiques la culture de l’Acheuléen (carrières de Oulad Hamida 1, Sidi Abderrahman,
Thomas 1 et 3, Ahl Loghlam).
En matière architecturale, si Casablanca et sa région possèdent quelques édifices ou
ensembles d’avant le 20ème siècle (médina de Casablanca, casbahs de Mohammedia et de
Mediouna, marabout de Sidi Abderrahman, fort portugais de la Sqala…), ceux-ci sont
relativement peu nombreux et d’un intérêt moindre que les témoignages des mêmes
époques dans d’autres parties du Maroc.
Une spécificité importante de Casablanca - et aussi de Mohammedia - est son architecture
héritée des années 1910 à 1950. De nombreux urbanistes, architectes, paysagistes et
artistes de renom (Prost, Laprade, Forestier, Écochard…) avaient fait de la ville durant cette
cinquantaine d’années un laboratoire de l’architecture et de l’urbanisme du 20ème siècle,
notamment dans un style « Art déco » métissé de motifs arabes, mais aussi dans la
réinterprétation de formes traditionnelles.
Ces réalisations se retrouvent en de nombreux points de la Wilaya, notamment le centre de
Casablanca (à l’intérieur du boulevard Zerktouni), le quartier des Habous et la ville basse de
Mohammedia pour l’entre-deux-guerres, la colline d’Anfa et la Corniche d’Ain Diab pour les
villas sur toute cette période, les quartiers périphériques de Casablanca et Tit-Mellil pour les
grandes réalisations des années 1950.
Les différentes catégories architecturales de cette période présentent chacune des
réalisations remarquables, dont quelques unes sont citées ici à titre d’exemple, pour en
montrer la richesse et la diversité, sans prétendre à l’exhaustivité ni à la représentativité (en
italique, principaux architectes et dates approximatives de réalisation) :
-
-
-
-
ensembles s’inspirant de formes traditionnelles avec un souci de rationalisation, comme
la place Administrative (conçue par Prost et Marrast de 1915 à 1920), aujourd’hui place
Mohammed V, avec la Poste (Laforgue, 1918-1920), le Palais de justice (Marrast, 19211922), l’Hôtel de ville (Boyer, 1928-1936) ; ou le quartier des Habous (Laprade, Prost,
Cadet, Brion, 1916-1932), avec sa médina et sa poste, ou comme des réalisations
postérieures, comme la Mahakma du pacha (Cadet, 1941-52) ;
bâtiments publics, cultuels, culturels, sportifs, avec notamment la cathédrale du SacréCœur (Tournon, 1930-1952), des cinémas – dont le plus célèbre était le Vox (Boyer,
1935) -aujourd’hui détruit-, l’aérogare et le centre de rééducation de Tit-Mellil (Zévaco et
Basciano, 1951-1960), des lycées, des banques, des garages, des piscines (corniche
d’Ain Diab, années 50)… ;
hôtels Art Déco (Lincoln, Excelsior, Transatlantique…) ;
ensembles d’habitat collectif, mettant en application les principes du mouvement
moderne, avec souvent une adaptation au contexte local, comme les patios superposés
des immeubles « Nids d’abeille » ou « Sémiramis » aux Carrières centrales (équipe
ATBAT-Afrique : Candilis, Bodiansky, Woods et Piot, 1952), les immeubles du
Groupement foncier marocain à Sidi Othmane (Hentsch et Studer, 1955) ou la barre
sinueuse du Plateau (Jaubert et Coldefy, 1957) ;
villas résolument modernistes, où l’on reconnaît le style de l’entre-deux-guerres (Les
Tourelles, Boyer et Balois, 1930) et celui de l’après-guerre, inspiré par Le Corbusier et
par la Californie.
65
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
-
bâtiments industriels, tels les hangars à voûte parabolique que l’on trouve un peu partout
dans la ville (Foire-exposition, années 50) ;
parcs, parc de la Ligue Arabe, anciennement parc Lyautey (Laprade, 1919), avec ses
perspectives plantées de palmiers, jardin botanique de l’Hermitage, jardin du Sultan
(Forestier, 1916) et avenues plantées…
La fin du 20ème siècle (années 1980-1990) est surtout marquée par la réalisation hautement
emblématique de la Grande Mosquée Hassan II. Elle est aussi marquée par des
compositions urbaines nouvelles d’inspiration néo-mauresque, notamment les sites et
monuments administratifs. Certains éléments de composition urbaine demeurent cependant
inachevés, comme la percée de l’Avenue Royale.
Tous ces éléments du patrimoine urbain doivent être mis en valeur car il participent au
maintien de l’identité, du rayonnement et de l’attractivité du Grand Casablanca.
66
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
Carte 11. Patrimoine architectural du centre de Casablanca
67
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
68
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
Carte 12. Patrimoine et enjeux de paysage
69
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / L’URBAIN
70
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
I.6. Le défi environnemental : nature, nuisances, assainissement et
déchets
I.6.1. Des espaces naturels fragiles à valoriser
Un littoral convoité
L’urbanisation qui s’annonce se portera forcément sur l’espace valorisant mais en même
temps fragile qu’est le littoral.
Aussi, un des enjeux majeurs des 20 à 30 prochaines années sera de pouvoir assurer une
gestion raisonnée de l’espace côtier, en le mettant en valeur sans altérer son potentiel, sa
qualité écologique et paysagère, et le principe d’accès libre aux plages ; et en préservant les
espaces forestiers par tous les moyens.
Le littoral a été fortement transformé dans le Grand Casablanca. Le déficit de la région en
matériaux de construction, surtout en sable, a conduit dans le passé à exploiter le sable des
plages qui ont toutes été dégradées. Le recul des plages est très marqué sur la côte Est de
Casablanca (Sidi Bernoussi, Aïn Harrouda). Il faut éviter de tomber dans les mêmes erreurs.
Une partie du littoral est demeurée préservée. On peut ainsi observer çà et là des restes de
végétation littorale spontanée intéressante ; comme à proximité du domaine royal. Sur une
grande partie du linéaire littoral, en particulier lorsqu’il reste naturel, on peut distinguer un
cordon dunaire sableux en arrière plage, qui domine et protège une zone arrière littorale
dépressionnaire. Ce cordon, si l’on assure sa stabilité par le maintien ou la sauvegarde de la
végétation (surtout la végétation spontanée qui développe souvent un enracinement
important), joue un rôle de protection important vis-à-vis de la stabilité du trait de côte et des
risques liés aux inondations de houles et tempêtes et surtout de vagues de tsunamis.
Des espaces forestiers fragilisés par la pression urbaine
La forêt couvre environ 4 000 hectares dans la région du Grand Casablanca, soit moins de
4% de ce territoire et environ 10 m2 par habitant6. Le massif principal est celui de Bouskoura,
de 3 000 ha. Les autres boisements importants sont ceux des oueds Nfifikh de 540 ha dont
la moitié sur la Wilaya de Casablanca et la moitié sur la province de Benslimane, le massif
de Maleh de 340 ha et ceux plus petits des dunes (50 ha répartis sur les dunes côtières de
Dar Bouazza et celui de la pointe des Tamaris, 20 ha). Enfin sur la commune de Mansouria
un boisement existe, d’environ 1 200 ha de part et d’autre de la route littorale, souvent très
clairsemé.
Tous ces boisements sont essentiellement plantés d’essences exogènes (Eucalyptus, Pin
d’Alep) ; l’Eucalyptus est gourmand en eau, et l’on constate des mortalités importantes de
pins dans la forêt de Bouskoura.
La régénération de ces boisements est très difficile car ils sont régulièrement pâturés. La
surface forestière de la Wilaya ne s’est pas accrue depuis l’indépendance. Elle aurait même
tendance à diminuer compte tenu de la pression urbaine.
6
A titre comparatif : 250 m2 par habitant en Île-de-France, 350 m2 par habitant au Liban.
71
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
Il convient à l’avenir de ne plus accepter des projets immobiliers, quelle que soit leur
importance, sur des espaces boisés, même si les promoteurs des projets s’engagent à
reconstituer d’autres espaces boisés ailleurs dans la Wilaya ou dans d’autres régions.
L’expérience montre en effet que ce sont des espaces précieux, proche des centres ville – et
qui auraient dû être maintenus en espaces verts urbains – ou situés sur le littoral tout près
de la ville, qui sont consommés, alors que les boisements de compensation n’apportent pas
un service de même valeur, ni aux habitants ni à la nature.
D’autres richesses naturelles qui mériteraient d’être mieux valorisées et préservées
Aux forêts et au littoral s’ajoutent d’autres atouts naturels que sont, en particulier, les oueds
et les zones humides.
Les oueds du Maleh et du Nfifikh demeurent assez préservés et peuvent être le support d’un
développement touristique vert. On trouve sur la vallée de l’oued Nfifikh et en aval de celle
de Maleh les boisements les plus naturels de la région et dans cette dernière, les fonds de
vallée sont assez intensément cultivés pour des cultures vivrières, grâce à la présence de
l’eau. Une partie des réseaux d’irrigation est cependant dégradée.
Les cascades de Echellalate sont à sec sur la majeure partie de l’année, en raison d’une part
de la sécheresse et, d’autre part, de la déviation d’un affluent de l’oued Hassar en vue de la
construction du barrage de Boukarkour. Le SDAU préconise la mise en place d’un parc
naturel régional sur Echellalate et toute la partie boisée de l’oued.
Autre richesse écologique remarquable, les zones humides dont il subsiste quelques unes
de qualité sur la région mais qui continuent à être rognées, remblayées, polluées.
En premier lieu, la zone humide de Mohammedia près de l’embouchure de l’oued Maleh ;
cette zone est considérée d’importance internationale et inscrite sur la liste de Ramsar. Elle
joue un rôle important d’écrêtement de crue et d’étape sur les voies de migration. Elle est
unique dans ces caractéristiques au niveau national. Elle abrite quelques espèces rares
d’oiseaux comme la Spatule blanche, la Sarcelle marbrée ou encore le Goéland leucophée.
Plus de 80 espèces y ont été rencontrées. Il s’agit de la zone naturelle la plus remarquable
de la région. Le SDAU propose d’en faire un parc ornithologique.
Une autre zone humide est remarquable, c’est le plan d’eau de l’ancienne carrière près de la
préfecture de Hay Hassani. Elle abrite la nidification d’une espèce rare, la Poule sultane.
Encore récemment, cette zone humide a été en partie remblayée et reçoit des pollutions qui
provoquent des mortalités importantes de poissons. L’aménagement du site d’Anfa devrait
être l’occasion de mieux préserver et mettre en valeur cette richesse écologique.
L’oued Bouskoura offre encore localement quelques petites zones humides qui abritent une
certaine diversité d’invertébrés aquatiques. Ces secteurs sont de plus en plus menacés par
une urbanisation et des remblais qui débordent très largement sur les secteurs inondables,
accroissant ainsi les risques d’inondation en amont par remontée de la ligne de crue et en
aval par accélération des flux. Le SDAU prescrit l’arrêt de toute urbanisation nouvelle dans le
lit majeur de l’oued.
L’essentiel sera de prendre en compte tous ces milieux naturels dans un véritable réseau
d’infrastructures vertes intégrant tous les rôles de ces milieux (biodiversité, cadre de vie,
éducation, ressource scientifique, protection contre les risques majeurs), ce qui permettra de
les protéger, voire de les valoriser (recherche d’écotourisme).
72
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
Carte 13. Littoral, séquences : les dominantes actuelles
73
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
74
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
Carte 14. Forêts et espaces verts urbains
75
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
76
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
I.6.2. Des espaces verts urbains insuffisants
La qualité de la vie dans une grande métropole dépend très largement de l’offre d’espaces
verts, notamment dans les quartiers urbains de forte densité.
Les espaces verts urbains correspondent en effet à un besoin vital, qui est d’autant plus
prégnant que l’on se trouve dans des espaces densément peuplés. L’équilibre général du
développement urbain en dépend et c’est à ce titre qu’ils constituent un axe stratégique
majeur du SDAU.
La ville de Casablanca compte plusieurs parcs urbains centraux, dont les principaux sont
ceux de la Ligue Arabe (28 ha), de l’Hermitage (15 ha), et de Murdoch (6 ha). Entourés de
quartiers d’habitat, ils ont une fonction d’espaces verts de proximité. Certains possèdent des
équipements particuliers : parcs de jeux, clos et payants (notamment parc Yasmina, au sein
de celui de la ligue Arabe), équipements sportifs, collections botaniques (Hermitage). Il faut y
ajouter les espaces verts qui entourent les centres administratifs, tels que les préfectures de
Hay Hassani, Ben M’Sick, Ain Sebaa (ce dernier comprenant un zoo).
Les espaces verts suburbains, d’une fréquentation plutôt de fin de semaine, comprennent
notamment : le parc Sindibad (40 ha), parc de jeux payant situé en bordure immédiate de la
ville de Casablanca, sur la côte ouest ; il fait partie d’un ensemble plus vaste, le site de Sidi
Abderrahman, potentiellement aménageable, avec notamment un secteur archéologique.
A ces espaces suburbains s’ajoutent les espaces forestiers fréquentés par le public
notamment l’entrée Nord-Ouest de la forêt de Bouskoura, considérée comme le « poumon
vert » de Casablanca, et, avec une fréquentation nettement moindre depuis plusieurs
années, la partie la plus accessible de la forêt d’Echellalate, avec le site des cascades,
autrefois aménagé mais aujourd’hui à l’abandon.
Le total est faible. Le Grand Casablanca compte moins de 1 m2 d’espace vert public par
habitant7 (non comprises les forêts de Bouskoura et de Echellalate), comparé à la norme de
10 m2 de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS). Surtout, les espaces verts sont mal
répartis : le centre de Casablanca ainsi que la ville de Mohammedia sont bien desservis,
mais les arrondissements péri-centraux de Casablanca accusent de fortes carences.
Le SDAU prescrit un accroissement important de l’offre d’espaces verts, notamment à
travers la création de plusieurs grands parcs urbains, dont deux dans la ville de Casablanca
elle-même (Sidi Moumen et Anfa), en plus du parc de Sidi Abderrahmane et du zoo de Ain
Sebaa qui serait transformé en jardin botanique.
En périphérie, plusieurs parcs urbains ou naturels seraient projetés.
Les Grands Parcs Urbains constitueraient un réseau qui, avec les forêts, les espaces
naturels à préserver, les zones inondables et les autres espaces ouverts non urbanisés,
formeraient une véritable trame verte à l’échelle régionale.
7
L’inventaire effectué par l’AUC des espaces verts existants et réalisés avant 1998, donne un résultat
de 0,91 m² d’espaces verts par habitant. La carte des modes d’occupation des sols (MOS) réalisée
par l’AUC en 2005 donne comme résultat 0,65 m² d’espaces verts par habitant.
77
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
78
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
Carte 15. Enjeux de trame verte
79
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
80
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
I.6.3. Des nappes et des cours d’eau en mauvais état et une alimentation en
eau dépendant de ressources extérieures
Des nappes d’eau trop fortement sollicitées et polluées
Deux principaux types de ressources en eau subviennent aux besoins de la région du Grand
Casablanca : les nappes souterraines et les eaux de surface. Ces ressources dépendent
naturellement de la pluviométrie dont la moyenne régionale est de 400 mm, ce qui place la
région en climat semi-aride.
Les nappes souterraines de la région sont en situation géographique un peu marginale ; il
s’agit de la nappe de Berrechid qui se développe essentiellement au Sud d’une ligne allant
de Mediouna à Nouaceur et de la nappe de la Chaouia côtière. Le potentiel, c’est-à-dire le
renouvellement annuel moyen, de la nappe de Berrechid, dont l’extension est d’environ
2 000 km2, s’élève à 48,5 millions de m3 et l’ensemble des prélèvements en 2003 a atteint
148,5 millions de m3 dont 130 pour l’irrigation agricole et 7 millions pour l’adduction.
La nappe de la Chaouia présente un potentiel de 52 millions de m3. Elle s’étend à l’Ouest de
l’oued Bouskoura sur 65 km le long de la côte sur une profondeur d’un peu plus de 15 km.
Comme la nappe de Berrechid, seule une petite partie concerne la région du Grand
Casablanca. On y observe aussi beaucoup de pompages pour l’irrigation.
Ces deux nappes sont très polluées. Sur l’ensemble des points de mesure, 92% montrent
une pollution bactériologique et plus de 80% une pollution azotée. De nombreux pompages
particuliers existent qui ne sont pas répertoriés et il est probable que de nombreux rejets
aient lieu directement dans des puits, expliquant ainsi l’état des nappes.
S’agissant des eaux de surface, les principales ressources présentes sur la région sont
celles des oueds Maleh, avec 68,8 millions de m3 potentiels, l’oued Nfifikh avec 18,7 millions,
l’oued Bouskoura avec 8,2 millions et l’oued Merzeg avec 4,7 millions. Ce potentiel peut
sembler important mais il convient de noter que les deux plus importants ne concernent que
très partiellement la région et surtout qu’il n’est ni possible ni souhaitable de capter et
prélever l’ensemble des débits.
Le régime de ces rivières est très irrégulier et cette irrégularité a toutes les chances de
s’accentuer, si on considère l’évolution climatique de ces dernières années. Le système de
retenue actuel dans la région qui se limite pratiquement au barrage sur le Maleh, n’offre
aujourd’hui que 3 millions de m3 de ressources annuelles.
Une alimentation en eau potable très dépendante des territoires limitrophes
La région du grand Casablanca dépend très largement de ressources extérieures à son
territoire pour son approvisionnement en eau potable, à usage domestique, collectif ou
industriel. Elle est alimenté essentiellement à partir de deux bassins :
-
Celui du Bou Regreg dont les eaux superficielles sont mobilisées par le barrage de Sidi
Mohamed Ben Abdellah, à une centaine de kilomètres de Casablanca. Les eaux de
surface sont traitées par l’ONEP (Office nationale de l’eau potable) dans la plus
importante unité de production d’eau potable du Maroc (700 000 m3/j - 50 % de la
production de la côte atlantique) ; l’eau est acheminée par l’intermédiaire de deux
conduites parallèles d’une capacité de 440 000 m3/j. Des stations de surpression ont été
réalisées pour répondre à la demande en période pointe.
81
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
-
Celui de l’Oum El Rbia, au sud ouest de Casablanca, avec trois complexes adducteurs
gérés par l’ONEP (Daoui, et Daourat) et la SEOR (Maachou) d’une capacité de
production de 650 000 m3/j.
En 2004, environ 163,8 millions de m3 (en hausse de 1,3 % par rapport à 2003) ont été
fournis par les différentes unités de production au territoire du Grand Casablanca ; ces
fournitures en eau potable se répartissent comme suit :
-
Bou Regreg – ONEP (39 %)
Daourat – ONEP (28 %)
Maachou – SEOR (32 %)
Sources locales - Lydec (1 %)
A l’horizon 2030 et selon les sources (ONEP, Agence de Bassin), l’augmentation des
besoins domestiques et industriels est estimée, à l’échelle du territoire, entre 50 % et 80 %.
La capacité de production actuelle doit permettre de répondre aux besoins en eau potable et
industrielle au delà de 2010. Mais pour répondre à la demande à moyen terme, des projets
de renforcement de l’alimentation en eau potable sont déjà programmés avec notamment la
surélévation du barrage Sidi Mohamed et l’extension du complexe du Bou Regreg pour
porter sa capacité de production à 1,1 millions de m3/j.
Comme pour l’électricité, la LYDEC bénéficie d’une contrat de gestion déléguée de 30 ans
pour la distribution de l’eau potable sur les communes urbaines. Elle dessert environ 4
millions d’habitants pour un volume consommé d’environ 120 Mm3/an.
La distribution d’eau dans les communes rurales est assurée par l’ONEP. Si, dans ces
communes, les petits centres urbains sont généralement alimentés par un réseau, de
nombreux douars et zones isolées s’approvisionnent encore à partir de puits dans la nappe
souterraine. Cette nappe, peu profonde, est très vulnérable à la pollution. Les analyses
montrent une forte contamination sur le plan bactériologique et un fort taux de pollution
azotée.
Le développement des réseaux et le raccordement de l’ensemble des habitants de la zone
rurale, l’amélioration de la distribution dans les bidonvilles, généralement alimentée
aujourd’hui par des bornes fontaines… figurent parmi les enjeux d’aménagement dans le
domaine de la distribution de l’eau potable.
L’extension rapide de l’urbanisation en zone périurbaine pose également des problèmes de
partage de compétence et de gestion de l’eau entre la LYDEC et l’ONEP qu’il convient de
clarifier.
I.6.4. Un assainissement incomplet
Des réseaux d’assainissement et de drainage en situation délicate
L’assainissement des eaux usées, ainsi que l’assainissement pluvial de la zone agglomérée,
sont confiés en délégation de service public à la LYDEC. Actuellement, les raccordements
aux réseaux de collecte des eaux usés varient de 50 à 90 % suivant les lieux. Ce qui n’est
pas raccordé fait l’objet d’assainissement autonome (fosse septique) ou, le plus souvent, de
rejets directs dans la nature.
82
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
Les charges polluantes, outre celles liées à la pollution domestique de la population de 3,5
millions d’habitants, comprennent aussi la pollution industrielle d’environ 2 400 unités
industrielles qui actuellement n’ont entrepris aucun effort de limitation ou traitement de leurs
effluents.
Le schéma d’assainissement en cours et prévu est le suivant :
-
-
les centres urbains périphériques tels que Mediouna ou Dar Bouazza sont gérés de
façon autonome par leur propre réseau avec des projets de stations de traitement en
propre ;
la zone agglomérée côtière est subdivisée en trois ensembles :
o la zone Ouest de Casa ;
o la zone Est (de la médina à Mohammedia) ;
o Mohammedia.
Un ancien schéma directeur d’assainissement prévoyait une station de traitement avant rejet
en mer de chacun de ces réseaux, mais le contrat de délégation passé avec la LYDEC
laissait les choses ouvertes et le choix a été fait de remplacer les stations de traitement par
un prétraitement simple (désinfection, dégrillage) et des émissaires en mer, et de réaliser
une station de prétraitement à Sidi Bernoussi desservant la Zone Est et Mohammedia en
même temps, au moins à titre provisoire.
Le réseau Ouest reçoit, outre les quartiers Ouest de la ville, les effluents en provenance de
Bouskoura et de Ouled Saleh. Ce réseau a fait l’objet de travaux terminés en 2002
comprenant l’interception de tous les rejets côtiers au moyen d’un grand collecteur et la
réalisation d’une station de prétraitement et un émissaire en mer de 3,7 km à El Hank. La
situation des plages a été nettement améliorée, même si les anciens émissaires laissent
paraître encore quelques rejets sur les plages, dus sans doute à des branchements
sauvages. Mais les effluents industriels étaient relativement peu élevés et la pollution est
déversée dans le milieu marin. Il n’en demeure pas moins qu’il reste nécessaire de réaliser
pour ce réseau Ouest, à terme, une véritable station d’épuration comme cela est prévu au
schéma directeur d’assainissement (sur une emprise de 60 ha).
La partie Est fait encore l’objet de multiples rejets directs en bord de mer d’effluents bruts.
Elle abrite 80 % des installations industrielles. C’est au total un équivalent de pollution de 6,5
millions d’habitants qui est rejeté en bord de mer, sans traitement, avec de fortes quantités
de produits toxiques, avec pour conséquence de rendre les plages inaptes à la baignade et
la côte inaccueillante à toute activité de loisirs. La justification de ce choix tient à des raisons
financières. Un terrain de 150 ha fait l’objet de réserve foncière, pour le projet de station
prévu dans l’ancien schéma directeur d’assainissement, depuis 1986 mais la commune ne
pouvant faire face au coût du foncier, la réserve devait tomber. Le projet actuel consisterait à
limiter la réserve de terrain à 70 ha en bord de mer à Sidi Bernoussi pour construire une
station d’épuration plus compacte, qui desservirait néanmoins non seulement ce secteur Est
mais aussi la ville de Mohammedia et la ville nouvelle de Zenata. Cette option ne peut être
considérée comme durable.
Le secteur de Mohammedia, qui reçoit les eaux de communes environnantes (y compris
Mansouria Ouest) serait donc raccordé à la station de Sidi Bernoussi, aussi bien pour les
effluents industriels que pour les effluents domestiques. A terme, il faudra bien réaliser une
station spécifique au secteur de Mohammedia, cette station n’étant pas prévue à l’actuel
schéma directeur d’assainissement.
83
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
On peut se poser la question du rejet sans traitement en mer, pour l’ensemble de
l’agglomération, et plus particulièrement pour le réseau Est et celui de Mohammedia, au
regard de l’évolution probable des normes internationales de qualité des rejets et de l’image
donnée par l’agglomération.
Des progrès dans le drainage des eaux pluviales, mais des risques accrus sur l’oued
Bouskoura
La région de Casablanca a connu de graves inondations en 2002. La ville de Mohammedia a
été en partie inondée, ainsi que la plaine de Berrechid. Cela a permis de rappeler que la
négligence des zones d’expansion des crues dans l’aménagement, en se couvrant derrière
un réseau d’assainissement courant, pouvait entraîner de graves désordres catastrophiques
pour les personnes et les biens.
En effet, la plaine de Berrechid est le réceptacle de quatre bassins-versants (Boumoussa,
Tamdroust, Mazer, El Himer) et n’est elle-même pas drainée par un axe précis. De proche
en proche, ses eaux s’écoulent vers l’oued Bouskoura dont le cours a disparu dans
l’agglomération de Casablanca, sous les remblais et constructions. Aussi, dans la ville ellemême, ce sont pas moins de 50 points noirs qui sont à régler, dont une dizaine est en cours
d’étude ou de projets de résorption. Le plus gros d’entre eux concerne l’exutoire de l’oued
Bouskoura, à son arrivée sur le technopole.
Il n’y a dans l’état actuel, naturellement aucun traitement des eaux pluviales qui, lorsqu’elles
sont collectées, sont rejetées directement dans le milieu naturel par 15 exutoires. Beaucoup
de constructions relâchent aussi directement leurs eaux pluviales, sans traitement, hors
réseau.
Les travaux d’endiguement à Mohammedia et la réalisation de bassins de retenue en
périphérie de Casablanca constituent des avancées. Mais, dans le même temps, de
nouvelles constructions ont pris place dans le lit de l’oued Bouskoura aggravant fortement le
risque d’inondation dans la zone de l’office des changes. Ce risque a conduit les autorités à
étudier un projet de « super collecteur ouest » (SCO) qui contournerait l’agglomération
centrale et qui pourra atténuer le risque, sans cependant pouvoir l’éliminer.
84
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
I.6.5. Une gestion peu satisfaisante des déchets
La situation des déchets dans la région du Grand Casablanca a beaucoup évolué ces
dernières années, mais reste dans une situation encore fort préoccupante.
La collecte des déchets est de la responsabilité des communes.
Sur la commune de Casablanca, la production annuelle de déchets domestique est estimée
à environ 1 million de Tonnes par an, avec un ratio de production de 0,8 kg/jour par habitant.
Ces déchets sont caractérisés par une forte teneur en matières organiques (70 %) et une
forte teneur en eau (65 à 70 %).
La commune de Casablanca, devant la multiplicité des problèmes à résoudre
(investissements pour le renouvellement du matériel, la formation du personnel, etc.) a choisi
de déléguer cette gestion au secteur privé et a réparti la ville en trois secteurs d’intervention
alloués, en 2004, à trois opérateurs différents. Ces opérateurs ont la charge de la collecte
aux portes des immeubles et du transfert à la décharge publique. Ils ont en outre la charge
du nettoiement de la voirie publique et le lavage de certaines artères. Depuis, la propreté de
la ville a été fortement améliorée, mais certains problèmes ne sont pas résolus ; il s’agit, en
particulier des déchets verts, des gravats, des terrains vagues qui continuent d’être utilisés
comme décharges improvisées.
Par ailleurs la collecte dans certains tissus urbains nécessite des adaptations : pour les
bidonvilles, il n’existe pas de moyens d’accès internes pour la collecte. Dans la médina, des
petits véhicules adaptés sont utilisés.
Pour les autres communes, la collecte est généralement assurée en direct par les services
communaux dans des conditions insatisfaisantes (taux de collecte faible compte tenu de la
dispersion de l’habitat).
Il n’existe actuellement pour l’agglomération de Casablanca qu’une seule décharge qui
accueille le tout-venant et ne fonctionne pas selon les normes de décharge contrôlée. Il
s’agit de la décharge de Mediouna, située sur le territoire de la commune rurale de Majjatia
Oulad Taleb au lieudit « Lissasfa », le long de la route de Casablanca à Mediouna, à 5 km
au nord de Mediouna. Cette décharge est arrivée à saturation. Les dépôts sont effectués
dans d’anciennes carrières de calcaire, perméable, sans imperméabilisation des fonds. La
nappe au dessous est totalement polluée. Par ailleurs, des feux sont permanents sur cette
décharge, distribuant des effluves dans tout l’environnement, d’autant que la décharge est
située très prêt des crêtes sommitales de la région. Une ancienne décharge est arrêtée
depuis de nombreuses années, mais non réaménagée, sur la route de Tit-Mellil.
Un appel d’offres a récemment permis de sélectionner une société privée pour créer et gérer
une nouvelle décharge, selon les normes internationales de décharge contrôlée sur un site
limitrophe de l’actuelle décharge. La situation devrait donc s’améliorer, au moins en ce qui
concerne les pollutions des eaux et de l’air. Mais la question se pose de savoir si un site
unique pour une agglomération de plus de trois millions d’habitants – bientôt plus de quatre est une réponse optimale (manque de solution alternative en cas de problème sur le site,
multiplication des distances de transport, etc.) et si la solution du tout en décharge reste
tenable à long terme.
Une grande décharge existe aussi en aval de l’oued Maleh, en rive droite, à proximité de
l’autoroute, commune d’Echellalate. Elle reçoit les déchets de Mohammedia.
85
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
Les déchets hospitaliers font actuellement l’objet d’une expérience test avec la collecte des
déchets du C.H.U. Le ministère de la Santé a délégué la gestion à une entreprise qui
collecte, stérilise et exporte ces déchets auprès d’entreprises spécialisées. Cette expérience
devrait être généralisée à court terme.
Concernant les déchets industriels spéciaux, des études techniques relatives à la création
d’un centre national d’élimintation sont en cours. Le site retenu se situe sur le territoire de la
commune rurale d’El Khyayta dans la Préfecture de Berrechid.
86
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
I.6.6. L’omniprésence des nuisances, notamment industrielles
Une concentration des nuisances sur l’axe Mohammedia - Casablanca
L’industrie de Casablanca souffre aujourd’hui d’une image environnementale négative liée
aux nombreuses pollutions et nuisances générées directement ou indirectement par les
activités, nuisances d’autant plus mal ressenties que de nombreux établissements sont au
contact des zones d’habitat et de la population.
Les activités industrielles et assimilées (y compris production d’énergie, assainissement,
gestion des déchets…) sont en effet à l’origine d’une part significative de la pollution des
eaux, de l’air, des sols… Les industries produisent des effluents liquides, des déchets
solides et des émissions atmosphériques potentiellement toxiques qui sont rejetés pour une
part importante dans le milieu naturel, notamment en mer, sans aucun traitement. Les
conséquences de ces pollutions se traduisent aussi bien sur la santé et le bien-être des
populations que sur la qualité des milieux naturels (ressources naturelles, flore, faune...).
A l’échelle de la région, c’est principalement sur l’axe Casablanca-Mohammedia que se
concentrent les enjeux de « l’environnement industriel ». C’est en effet sur cet axe, le long du
littoral, que s’est organisé le développement industriel de Casablanca, favorisé par la
présence des ports de Casablanca et de Mohammedia, la bonne desserte liée à la densité
du réseau routier et autoroutier, ou encore la proximité de la mer qui pouvait favoriser par le
passé le rejet des eaux industrielles.
Trois secteurs concentrent en particulier les activités industrielles de la région de
Casablanca :
-
la zone industrielle d’Ain Sebaa-Hay Mohammadi, avec en particulier le quartier industriel
des Roches Noires, constitue le premier foyer industriel du Grand Casablanca (46 % à la
production industrielle Casablancaise, 38 % du total des unités industrielles). Ce secteur
industriel dans le prolongement du port, à quelques centaines de mètres du cœur de
Casablanca, accueille des activités diversifiées, et en particulier de grandes unités de
production du secteur agroalimentaire, de la para-chimie, de la verrerie… La plupart des
activités industrielles ont un lien avec le Port dont elles dépendent pour leur
approvisionnement ;
-
la zone industrielle de Sidi Bernoussi, qui s’étend sur plus de 400 ha et accueille plus de
500 unités industrielles, est la plus importante et la plus ancienne aire d'implantation
d'entreprises du Maroc. Tous les secteurs économiques y sont représentés avec
également quelques grosses unités. Cette zone est aujourd’hui confrontée à des
problèmes de vieillissement et d’entretien des voiries et des réseaux, de friches
industrielles ou terrains vacants, de dépôts d’ordures… et à un environnement dégradé ;
-
le secteur de Mohammedia, caractérisé par la présence de plusieurs unités industrielles
majeures : la raffinerie de la SAMIR qui assure plus de 80 % de la production nationale
d’hydrocarbures, la SNEP premier complexe chimique du Maroc ou encore la centrale
thermique de l’ONE. Ce complexe a favorisé le développement industriel du secteur avec
l’implantation de nombreuses entreprises de l’industrie chimique ou para-chimique ; près
de 200 établissements sont recensés, répartis sur plusieurs sites : le port, la route
côtière…
87
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
En matière d’environnement industriel, aux nuisances générées par les activités (bruit,
odeurs, impact visuel...), s’ajoutent les difficultés liées à la collecte des déchets, aux
traitements des eaux usées, aux flux de marchandises… ; ces zones apparaissent
aujourd’hui insuffisamment équipées pour répondre à ces enjeux.
Les risques « chroniques » : les pressions de l’industrie sur l’environnement
A quelques très rares exceptions, les effluents liquides de l’industrie dirigés vers les réseaux
d’assainissement collectif, sont directement rejetés en mer à travers des collecteurs, sans
traitement préalable. Ces rejets industriels, auxquels s’ajoutent les rejets domestiques des
égouts sont à l’origine d’une aggravation de la pollution littorale avec des conséquences
importantes en terme de pollution et de santé.
Selon les chiffres communiqués par la LYDEC, plus de 1 960 unités industrielles (dont plus
de la moitié dans la préfecture de Aîn Sebaa), soit 80 % de l’industrie du Grand Casablanca,
déversent leurs effluents à la mer par l’intermédiaire de 7 grands collecteurs. Avec 1 300
tonnes de rejets non traités déversés chaque jour directement à la mer, la charge polluante
équivaut à celle d’une population de 6,5 millions d’habitants.
Le réseau de collecte est par ailleurs fortement altéré par ces rejets (phénomène de
colmatage, attaque acide…). Tous les secteurs industriels sont concernés par des rejets de
produits toxiques, de métaux lourds… : la chimie et la parachimie, l’agroalimentaire, la
métallurgie, le textile…
La quasi-totalité des activités humaines est source de pollution de l'air. A coté des sources
mobiles constituées par le secteur du transport, les sources fixes (production d'énergie
thermique, industrie…) représentent une part significative des rejets atmosphériques.
La production d'énergie thermique - que ce soit pour la production de vapeur et d'électricité
ou pour les besoins propres de l’industrie - avec la combustion de combustibles fossiles
(fioul lourd...) génère d'importantes émissions. Le dioxyde de carbone (CO2), produit
"normal" de la combustion dont la concentration croissante contribue à l'effet de serre, mais
aussi le monoxyde de carbone (CO), le dioxyde de soufre (SO2), les oxydes d'azote (NOx),
les poussières, les métaux lourds… sont concernés.
En quantités variables selon les branches d’activités, l’industrie produit également des
émissions plus spécifiques dues aux procédés de traitement ou de fabrication employés
mais, comme pour les effluents industriels, la contribution des différentes branches
d’activités aux charges de pollution atmosphérique, par type de polluants, est difficile à
évaluer. Les industries chimiques, métallurgiques ou de la verrerie, l’agroalimentaire… autant de secteurs largement représentés dans les zones industrielles d’Ain Sebaa-Hay
Mohammadi et de Sidi Bernoussi-Zenata -, la centrale thermique et la raffinerie de la Samir
sur le secteur de Mohammedia…, sont généralement désignées parmi les principales
sources fixes de pollution atmosphérique. Mais plus localement, d’autres activités sont
susceptibles d’engendrer de fortes pollutions (cimenterie de Oulad Saleh, limitrophe de la
région).
En matière de pollution atmosphérique, il convient également de noter l’importance des
nuisances le long des principaux axes routiers desservant le port de Casablanca, générées
par un trafic routier intense et aggravées par les mauvaises conditions de circulation
(problèmes de congestion), mais aussi par un parc de véhicules souvent ancien et très
polluant.
88
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
Les pouvoirs publics sont conscients des enjeux attachés à la qualité de l’air dans la Wilaya.
Le Ministère de l’Environnement a mis en place un dispositif de surveillance et de mesure de
la pollution atmosphérique, au moyen de stations fixes, à Casablanca et Mohammedia.
L’activité industrielle génère également des déchets spécifiques : des déchets banaux, des
déchets de démolition et déchets putrescibles, mais aussi des déchets dangereux
(pesticides, métaux lourds, huiles, résines, peintures…). L’élimination de ces déchets
industriels spéciaux, compte tenu de leur toxicité potentielle, requiert des équipements
spécifiques. La Wilaya de Casablanca ne possède pas aujourd’hui d’unité adaptée au
traitement (centre d’enfouissement ou d’incinération) ou à la valorisation de ces déchets. En
pratique, on peut supposer qu’une très grande partie des déchets industriels est éliminée
avec les déchets ménagers, avec de fortes conséquences sur le milieu naturel, la pollution
des eaux souterrains et de surfaces…. Des études techniques sont en cours pour la création
d’un centre national d’enfouissement des déchets industriels (voir supra).
Le Ministère de l’Environnement entreprend diverses actions visant à réduire les impacts de
l’activité industrielle sur l’environnement. Il a notamment créé un fond spécial (le FODEP,
fond de dépollution) destiné à assister et aider les entreprises à dépolluer leurs rejets.
Les mutations industrielles laissent des friches, des pollutions dangereuses pour
l’environnement et la santé. Les infiltrations ou les déversements de substances polluantes,
liés à l'exploitation passée ou présente d'une installation industrielle, les dépôts de déchets
ou de produits chimiques abandonnés…, sont les causes les plus fréquentes de la
contamination des milieux. Pour la collectivité, la prise en compte de ces sites pollués
recouvre de multiples enjeux (santé publique, problèmes fonciers, urbanisme, coûts de
dépollution,..) dans le cadre de politiques d'aménagement et d'investissement.
Le territoire du grand Casablanca ne dispose pas aujourd’hui d’inventaire des sites pollués.
Néanmoins, les friches industrielles générées par les mutations ou les cessations d’activités
constituent autant de sites sensibles. C’est le cas par exemple des anciens dépôts
d’hydrocarbures AGIP, la cimenterie Lafarge… sur la zone industrielle de Sidi BernoussiZenata, mais aussi des terrains concernés par le développement de la zone d’activité de
Nouaceur, anciennement occupés par des dépôts d’hydrocarbures.
Face aux enjeux environnementaux, le secteur industriel dans son ensemble reste encore
insuffisamment sensibilisé. Le caractère très fragmenté, en petites unités, rend la gestion
environnementale difficile, les entreprises étant peu disposées par ailleurs à investir dans
des technologies de réduction et de contrôle de la pollution dans une période où pèsent des
incertitudes économiques.
Des actions sont cependant menées sur le territoire de la région de Casablanca pour réduire
les impacts environnementaux du secteur industriel. Ainsi, quelques grandes entreprises se
sont ainsi engagées dans des programmes de modernisation de leur site de production afin
d’en améliorer les performances environnementales. C’est le cas de l’ONE avec le projet de
mise aux normes internationales de la centrale thermique de Mohammedia ou de la Samir
avec la construction d’une nouvelle station de traitement des effluents sur le site de la
raffinerie.
Pour réduire les rejets industriels vers le milieu marin, la Lydec mène depuis 1999 une
stratégie de surveillance de la pollution industrielle à travers la création d’une structure
chargée d’une part d’améliorer la connaissance (recensement des industriels, caractérisation
des rejets, cartographie…) et d’autre part, de mener des actions directement auprès des
industriels pour réduire les émissions (sensibilisation, assistance technique, développement
de partenariats…).
89
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
Néanmoins, la réduction des nuisances industrielles à l’échelle de Casablanca suppose une
action plus globale qui passe par des dispositifs réglementaires (procédures d’autorisation
des installations, normes de rejets, moyen de contrôles et de sanctions…) et incitatifs
(développement du principe pollueur-payeur, incitations financières pour moderniser les
outils de productions…) ; c’est le sens des actions aujourd’hui engagées par le ministère de
l’environnement marocain.
Mais la réduction des nuisances appelle également le développement d’équipements de
traitement performants (réseaux d’assainissement et stations d’épurations, réseaux de
collecte des eaux usées, centres de traitements de déchets…) qui relève elle d’une
planification à moyen terme.
La problématique spécifique des exploitations de matériaux de carrières
Les matériaux de carrière sont des composants de base de l'activité de la construction. Les
argiles (briques, terres cuites…), les granulats (BPE, soubassements routiers…), le ciment
… trouvent leurs débouchés dans le bâtiment et les travaux publics dont ils constituent une
matière première indispensable. L'activité extractive est donc étroitement liée à celle de la
construction et à ce titre, elle représente un potentiel économique de première importance.
Une trentaine d’exploitations en activité et une soixantaine d’anciennes carrières sont
aujourd’hui recensées sur le territoire du grand Casablanca ; la grande majorité d’entre elles
est localisée en zone périurbaine.
Cette activité extractive jouit actuellement d’une image très négative. L’exploitation des
matériaux sur le territoire de Casablanca génère en effet de nombreux impacts
environnementaux : impacts paysagers importants, nombreuses nuisances liées à l’activité
industrielle (bruit, poussières, trafic lié à l’évacuation des matériaux, vibrations liées aux tirs
de mines…), des problèmes de sécurité (zones non sécurisées ou transport des
matériaux)… Cette situation est notamment le fait d’un fort déficit réglementaire ; les textes
sont pour la plupart peu adaptés aux exigences actuelles et les moyens techniques et
humains disponibles pour suivre et contrôler ce secteur industriel restent insuffisants pour
répondre aux attentes croissantes dans ce domaine.
L’impact des exploitations de matériaux de carrières sur le territoire de Casablanca ne se
limite pas à la phase d’exploitation. Les anciennes carrières soulèvent également de
nombreux problèmes en l’absence de réglementation imposant une remise en état. Elles
génèrent un impact paysager durable (front de taille, abandon des installations, dépôt de
stériles, sols nus…), accentué bien souvent par une méthode d’exploitation en « dent
creuse » qui limite les possibilité de réaménagement. Ces sites, souvent investis par de
l’habitat non réglementaire, posent également des problèmes de sécurité des personnes et
des biens (hauteur des fronts de tailles, stabilité, …), des risques de décharges improvisées
(pollution, coût pour la société….). Pourtant, un certain nombre de ces anciennes
exploitations offre des opportunités d’aménagement pour répondre à des besoins publics :
zones de décharges autorisées en zones rurale ou périurbaine, mais aussi création
d’espaces verts ou de loisirs en zones denses.
La poursuite de cette activité pour répondre aux besoins futurs de développement de
Casablanca impose une meilleure insertion des sites et une prise en compte accrue de
l’environnement. Elle implique notamment une évolution du cadre réglementaire sur les
procédures d’autorisation, les conditions d’exploitation, l’obligation de remise en état.
90
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
Carte 16. Principales nuisances et pollutions industrielles
91
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
92
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
I.6.7. Les risques naturels
Inondation, le principal risque naturel pour la région de Casablanca
La région de Casablanca a subi cette dernière décennie plusieurs inondations importantes,
par « ruissellement » ou torrentielles. Les inondations par ruissellement trouvent leur origine
dans les orages violents sur des surfaces plus ou moins imperméabilisées. Le ruissellement
des eaux, aggravé par l'imperméabilisation des sols, provoque des inondations locales
temporaires, aux points bas des bassins versant. Les modes d'occupation des sols, en
particulier le degré d'imperméabilisation du bassin-versant, l’importance du relief… sont
souvent déterminants dans la gravité du phénomène. Elles sont fortement aggravées par la
saturation des réseaux d’assainissement pluviaux. Ce fut la cas en 1996 dans la partie Sud
de l’agglomération de Casablanca avec de graves inondations dans les quartiers de
Bouchentouf, El Fida, Derb Sultan… Les collecteurs, non entretenus et quasiment obturés,
ont débordé, ne pouvant supporter l’accumulation des eaux. Par ailleurs, facteur aggravant,
l’oued Bouskoura, qui draine l’ensemble de ce bassin versant, n’a plus depuis bien
longtemps, d’exutoire direct sur l’océan.
Lors de pluies très violentes, les oueds plus encaissés comme l’Oued El Maleh ou l’oued
Nfifikh peuvent connaître des crues torrentielles. En 2002, des pluies très abondantes sur le
bassin de l’Oued el Maleh ont entraîné des crues centennales conduisant à des inondations
de toute la partie basse de la ville de Mohammedia, avec des conséquences humaines et
des dommages économiques très importants. Outre la destruction d’équipements, de
logements et d’activités, ces inondations sont à l’origine de l’incendie qui a largement
endommagé la raffinerie de Mohammedia. Cette catastrophe a affecté le principal outil de
production de produits pétroliers marocains, fragilisant pendant plusieurs semaines
l’approvisionnement en hydrocarbures du Royaume.
Des actions ont cependant été engagées pour prévenir les conséquences de nouvelles
inondations majeures. Sur la ville de Casablanca, la LYDEC a entrepris d’importants travaux
d’entretien et de curage du réseau de collecteurs et a développé parallèlement un réseau
d’alerte, permettant de réduire notablement les zones de risques. Un nouveau collecteur
(super collecteur Ouest - SCO) est projeté à l’ouest de Casablanca qui acheminera les eaux
de l’Oued Bouskoura vers la mer, permettant de résoudre les problèmes de crues faibles et
moyennes, mais le risque d’inondation existera toujours pour les fortes crues (période de
retour supérieure à 20 ans). Par ailleurs, afin de réduire les communications entre les
bassins de Berrechid et de Bouskoura, des retenues d’eau sont en cours de réalisation dans
le bassin de Berrechid ainsi qu’une déviation en direction de l’oued Merzeg. Sur le secteur
de Mohammedia, régulièrement exposé aux inondations, outre les travaux de curage du lit
majeur de l’oued el Maleh, un canal de délestage de 1000 m et d’un débit de 90 m3/s a été
créé dans la zone humide, le long de l’emprise de la raffinerie. Un projet de barrage est
également envisagé (barrage de Boukarkour).
Erosion littorale
Les côtes sableuses sont soumises à d’importants phénomènes d’érosion. La comparaison
par photos aériennes du trait de côte entre 1962 et 1988 montre des reculs de plage
atteignant 22 m (soit 0,9 m par an) sur les plages d’Oukacha Est et Sidi Abdellah Bel Haj, en
aval de la zone protégée par la digue du port de Casablanca (où au contraire on assiste à un
engraissement de la plage d’Oukacha Ouest) et de 15 m (soit 0,6 m par an) sur les plages
de Grand Zenata et Paloma, plus proches de Mohammedia. Ces phénomènes d’érosions ont
par ailleurs été fortement aggravés par les extractions massives de sables dunaires sur le
cordon littoral.
93
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
Plusieurs autres observations incitent à la vigilance pour ce qui concerne la stabilité de la
côte ; les assises de la grande mosquée Hassan II montrent déjà quelques perturbations et
des études sont encours pour les protéger ; la base du mur de la nouvelle corniche présente
pour sa part déjà une érosion non négligeable (par endroits entre 20 et 25 cm) avec du
ferraillage mis à nu. Les mesures de protection qui seront à prendre devront d’une part
intéresser l’ensemble de la baie comprise entre El Hank et la jetée du port de Casablanca et
d’autre part envisager toutes les conséquences sur l’environnement côtier, en particulier les
risques d’érosion des plages entre Casablanca et Mohammedia.
Enfin, plus localement, d’autres risques naturels peuvent concerner le territoire. Des
phénomènes de glissement de terrains, favorisés par la faiblesse du couvert végétal,
peuvent se produire sur les versants à fortes pentes des oueds El Maleh et Nfifick ; en
période estivale, des feux de forêt peuvent aussi affecter les zones boisées les plus
importantes (Bouskoura, Nfifikh…).
Risques sismiques et tsunami
L’ensemble de la région de Casablanca est classée en zone de risque sismique moyen. Le
risque d’intensité de référence probable est de 5 à 6 sur l’échelle de Richter. Les facteurs de
risques sont aggravés par des sols meubles, mous à nappe proche (facteur d’aggravation
pouvant atteindre 10) ; ce sont naturellement les secteurs d’alluvions fines modernes (sols
d’oueds et de dayas) qui sont les plus exposés. Par ailleurs, les oueds de la région, de
direction sud-nord, sont déterminés par la présence de failles qui constituent des axes de
mouvements préférentiels lors des séismes.
Un règlement de construction parasismique qui s’impose aux constructions nouvelles et dont
l’objet est de limiter les dégâts humains et matériels des séismes a été publié en février
2002. Malheureusement, la quasi-totalité des constructions existantes de la région de
Casablanca ne correspond pas aux normes de ce nouveau règlement. De plus, l’application
et le respect des dispositions par les entrepreneurs, comme le contrôle des bâtiments et
édifices concernés… semblent encore aujourd’hui très incertains.
Des secousses sismiques se produisant au large de la cote atlantique pourraient par ailleurs
engendrer des phénomènes de tsunami exposant l’ensemble de la zone littorale. Les
données historiques montrent ainsi que la cote marocaine a été fortement touchée par un
tsunami consécutif au séisme de magnitude 9 qui a détruit la ville de Lisbonne en novembre
1755. Un tel événement, heureusement extrêmement rare, pourrait avoir des conséquences
dramatiques pour le littoral casablancais. Si la maîtrise de l’urbanisation le long de
l’ensemble de la zone côtière apparaît comme illusoire, en revanche, le développement de
systèmes de surveillance et d’alertes, la mise en œuvre de procédure d’évacuation rapide
des populations devraient permettre de réduire les conséquences humaines d’une telle
catastrophe.
94
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
I.6.8. Les risques industriels
Des secteurs industriels générateurs de risques technologiques majeurs
De nombreux sites industriels mettent en œuvre des produits dangereux ou présentent par
leur activité des risques notables d’explosion, d’incendie ou de dissémination de substances
toxiques susceptibles d’entraîner de graves conséquences humaines, économiques ou
environnementales. Des secteurs industriels traditionnellement reconnus comme
générateurs de risques technologiques majeurs sont fortement représentés sur le territoire :
les diverses branches de la chimie, les dépôts de gaz ou d’hydrocarbures, les dépôts de
produits phytosanitaires et d’engrais, des fabriques d’explosifs, mais aussi des industries
agroalimentaires (sucreries, distilleries, stockages céréaliers….).
Le risque technologique ne peut cependant se limiter aux seuls grands établissements. Il
faut également prendre en considération les très nombreux sites industriels ou de stockage
qui peuvent présenter des risques, même à des degrés moindres. Les activités
potentiellement concernées sont extrêmement diverses : installations de réfrigération
utilisant de l’ammoniac, distribution de gaz, stockage de matières dangereuses…
La méconnaissance générale de ces établissements industriels, la vétusté d’un grand
nombre d’installations et l’absence de mesures de sécurité, leur forte insertion dans le tissu
urbain sont autant de facteurs aggravants.
La notion de risques technologiques majeurs est aujourd’hui peu prise en compte dans les
réflexions d’aménagement du territoire. Le Maroc ne dispose pas aujourd’hui dans ce
domaine d’une réglementation spécifique, à l’exemple de la réglementation issue de la
directive Seveso au niveau des Etats européens. Cette directive adoptée en juin 1982 et
modifiée en décembre 1996, prévoit la mise en place, par les Etats, de dispositifs de maîtrise
des risques pour les établissements où sont présentes des substances dangereuses.
Une concentration des enjeux entre les ports de Casablanca et de Mohammedia
A l’échelle de la région, c’est essentiellement sur l’axe Casablanca - Mohammedia que se
concentrent les enjeux liés aux risques technologiques, même si localement, la présence
d’une installation sensible (dépôt d’hydrocarbures, usines de fabrications d’explosifs….) peut
bien sûr générer des risques importants.
Le territoire de Mohammedia, fortement marqué par l’industrie pétrochimique liée à la
vocation pétrolière du port, apparaît comme le secteur le plus concerné avec en particulier la
présence des nombreux dépôts d’hydrocarbures des principaux distributeurs de carburant
(Pétrom, Total…), de stockages et de centre emplisseurs de gaz (Maghreb gaz, Butagaz...).
Deux unités industrielles, compte tenu de l’importance de leurs activités, sont
particulièrement sensibles : le complexe chimique de la SNEP, premier producteur national
de matière plastique, de soude… et la raffinerie de la Samir (capacité de raffinage de 7
Mt/an et de stockage supérieure à 1,3 Mm3), toutes deux localisées le long de la route
côtière.
Dans le cadre de sa politique de protection de l’environnement, la Samir a établi un certain
nombre d’études de dangers pour son site industriel. Ces études devraient contribuer à
définir des zones de maîtrise de l’urbanisation dans le cadre du SDAU de Casablanca.
95
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
Par ailleurs, la concentration des dépôts de produits chimiques et d’hydrocarbures (SNEP,
Shell…) sur le port de Mohammedia fait de celui-ci un site particulièrement sensible, aggravé
par ailleurs par les risques d’effets « domino » liés à la proximité des installations entre-elles.
Deux autres secteurs concentrent des activités industrielles susceptibles de générer des
risques technologiques :
-
-
la zone industrielle d’Ain Sebaa qui accueille de grandes unités de production du secteur
agroalimentaire : Cosumar (sucrerie) et de la para-chimie : Akzo Nobel Coatings,
chimicolor (peintures, vernis, diluants) ;
la zone industrielle de Sidi Bernoussi-Zenata (ZISB) à Casablanca, avec notamment la
présence de Colgate, Unilever, Air Liquide, GoodYear…
Enjeux et vulnérabilité aux abords des établissements à risques
Une première analyse de l’occupation du sol autour de ces établissements industriels révèle
l’importance des enjeux humains et la sensibilité de nombreux sites. Si l’occupation du sol
est généralement dominée dans un périmètre proche par des zones d’activités, l’habitat n’en
est pas absent. L’implantation de nombreux bidonvilles, caractérisés à la fois par de fortes
densités de populations et des constructions précaires, peut être observée en limite
immédiate de plusieurs dépôts d’hydrocarbure ou du complexe chimique de la SNEP.
De même, les zones de dangers couvrent largement l’emprise du golf royal de
Mohammedia. D’autres situations illustrent la faiblesse de cette prise en compte comme sur
le port de Casablanca avec la présence de dépôts de liquides inflammables à quelques
dizaines de mètres seulement de zones d’habitats collectifs.
96
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
Carte 17. Etablissements potentiellement à risques technologiques
97
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / ENVIRONNEMENT
98
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / EQUIPEMENTS
I.7. Le défi de l’équipement d’une grande métropole
Dans le contexte marocain, le Grand Casablanca se distingue par un nombre de grands
équipements relativement important et des indicateurs de performance souvent supérieurs
aux objectifs nationaux.
Pour autant, l’offre reste fortement concentrée dans les arrondissements centraux, en
décalage avec l’évolution récente de l’urbanisation et de la population, et conduit à un souséquipement de la périphérie.
Cette offre reste aussi insuffisante au regard des ambitions affichées par le Grand
Casablanca en termes de rayonnement international, et certains grands équipements
structurants ne répondent plus aux normes.
I.7.1. Une offre universitaire appelée à se développer
La région du Grand Casablanca accueille l’Université Hassan II, créée en 1975 et où se
forment aujourd’hui 50 000 étudiants répartis en deux moitiés sensiblement égales sur
Casablanca et Mohammedia.
L’Université Hassan II de Casablanca comprend trois sites. Le principal, le campus route d’El
Jadida, accueille 17 000 étudiants et regroupe les Facultés de droit et de sciences, l’école
d’ingénieurs ENSEM et l’Ecole Supérieure de Technologie. S’y trouve aussi une cité
universitaire et deux internats. Les deux autres sites sont d’une part le pôle des études
médicales, dans le quartier des hôpitaux, où se trouvent la faculté de médecine et de
pharmacie, la faculté de médecine dentaire et la Présidence de l’Université, et d’autre part la
faculté des lettres à Aïn Chock (4 000 étudiants environ).
L’Université Hassan II de Mohammedia sera aussi, d’ici peu, répartie sur trois sites. Le
principal, localisé à Mohammedia, accueille 15 000 étudiants dans trois établissements, dont
la plupart réside à Casablanca et n’offre pas de logements étudiants. Le deuxième est situé
à Ben M’Sick et accueille 7 000 étudiants dans deux établissements : la Faculté des Lettres
et Sciences Humaines et la Faculté des Sciences. Le site à Aïn Sebaa devait accueillir
depuis peu une Faculté de Sciences Economiques.
La généralisation de l’enseignement primaire, la forte progression de la scolarisation dans le
secondaire, les évolutions démographiques et la volonté de développer l’accès à
l’enseignement supérieur peuvent conduire à multiplier les effectifs d’étudiants de
l’enseignement supérieur par un facteur 4 ou plus à l’horizon 2030.
Outre ce défi quantitatif, l’Université doit aussi faire face à des exigences croissantes en
matière de logement, de transports, de services, d’équipements culturels et de loisirs, et ceci
aussi bien de la part des étudiants que des enseignants.
Enfin s’ajoute le défi d’accueillir dans de bonnes conditions des étudiants plus âgés pendant
une période limitée (3 à 6 mois) dans le cadre du développement de la formation continue.
99
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / EQUIPEMENTS
L’Université Hassan II envisage un triplement de ses effectifs à moyen terme. Elle a
développé de nombreux projets, tous bien avancés voire en chantier comme :
-
une extension du Campus route d’El Jadida - le seul des trois sites existants sur
Casablanca qui peut véritablement évoluer et qui devrait en outre bientôt bénéficier d’une
desserte ferroviaire - soit au nord du projet Nassim, à proximité de cette future gare et/ou
sur des terrains libérés sur l’aérodrome d’Anfa ;
-
une mise à niveau du même Campus avec la création d’une bibliothèque régionale
universitaire, des résidences pour étudiants, un club des enseignants de l’Université, le
transfert des locaux de la présidence de l’université sur le campus, des installations
sportives sous la forme dans un premier temps de terrains de sport peu coûteux à
l’entretien, un centre médico-social ;
-
la création d’une faculté de sciences économiques à Ain Sebaa ;
-
l’extension de l’antenne de la faculté de Ben M’Sick et la création d’une bibliothèque.
A un horizon de 20 à 25 ans, la création d’autres campus et des extensions cde celui de
Mohammedia doivent être envisagés. Le SDAU préconise la localisation de deux nouveaux
campus à Zenata d’une part, et à Bouskoura d’autre part.
Ces nouveaux campus pourraient mêler le public et le privé, être ouverts sur leur
environnement économique, offrir des formations qui manquent aujourd’hui (formations en
gestion et commerce, formations agricole, agroalimentaire ou vétérinaire, ...), être bien
desservis en transport et mieux de répondre aux multiples besoins des étudiants et des
enseignants, en termes de logement, d’activités sportives ou culturelles.
100
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / EQUIPEMENTS
I.7.2. Un réseau hospitalier satisfaisant mais encore trop concentré
Un réseau d’hôpitaux très fortement concentré ...
La région du Grand Casablanca bénéficie d’une offre de soins ambulatoires et hospitaliers
riche, diversifiée et stratifiée. De nombreux indicateurs en attestent. On y dénombre un lit
hospitalier pour 636 habitants, soit une offre près de deux fois supérieure à la moyenne
nationale (un lit pour 1 143 habitants), 870 000 consultations urgentes, soit 29 % du total
national quand sa population n’en représente que 12 %, 2 230 550 consultations
paramédicales, 1 302 169 consultations médicales, ...
Le Centre Hospitalier Universitaire Ibn Rochd, dont le rayonnement est national, est l’un des
quatre CHU que compte le Maroc auquel s’ajoutent 11 hôpitaux publics, 8 centres de
diagnostic de la tuberculose, un centre de transfusion sanguine, un institut Pasteur, huit
bureaux d’hygiène municipale et plus d’une centaine de centres de santé.
Le secteur privé y est aussi fortement développé avec 75 cliniques, 110 laboratoires
d’analyse médicale, 73 cabinets de radiologie, 780 cabinets dentaires, 991 pharmacies et
près de 2000 cabinets de consultation. Les lits hospitaliers privés représentent à eux seuls
39 % de l’offre totale, les autres relevant soit du CHU (29 % des lits répartis sur quatre
établissements), soit des onze autres hôpitaux publics (32 %).
Cette offre hospitalière abondante souffre cependant d’une très mauvaise répartition
géographique liée à son extrême concentration. Les trois arrondissements centraux d’Anfa,
El Maarif et Sidi Belyout concentrent en effet à eux seuls 65 % de l’offre privée et 55 % de
l’offre publique, alors que moins de 15 % des habitants du Grand Casablanca y vivent. A
l’inverse, l’offre hospitalière privée est quasi-inexistante en milieu rural tout comme parfois
l’offre publique.
La situation devrait progressivement s’améliorer. La mise en place du Schéma Régional
d’Organisation Sanitaire (SROS) dans le cadre de la régionalisation du système de santé
devrait faciliter les nécessaires évolutions de l’offre de soins pour notamment favoriser
l’équité dans l’accès physique et financiers aux soins.
Le SROS constitue en effet un véritable outil de planification et de régulation de l’offre de
soins à l’échelon régional et un moyen de l’aménagement du territoire. Il définit les besoins
en infrastructures, en moyens et en activités de soins qui permettent de répondre de façon
optimale et satisfaisante aux objectifs de santé d’une région. Il organise les liens fonctionnels
entre établissements de soins, eu égard au souci de complémentarité qui doit exister entre
les secteurs d’activités (public et privé) et les réseaux de soins (ambulatoire et hospitalier). Il
est surtout la référence pour délivrer les autorisations et a pour ambition de développer la
planification régionale, en prévoyant et suscitant les évolutions nécessaires de l’offre de
soins pour apporter une réponse adaptée (car décentralisée) aux besoins de la population. Il
a aussi vocation à offrir un cadre de référence formel pour développer de nouveaux
mécanismes de planification et de régulation : PEH, réseaux de soins, programme clientèle,
contractualisation, accréditation ...
Deux nouveaux hôpitaux sont d’ores et déjà programmés, l’un à Nouaceur, l’autre à
Mediouna, tandis qu’en amont le besoin a été identifié de 22 nouveaux centres de santé à
l’horizon 2008, surtout en milieu périurbain et en zone rurale mais pas seulement. Avec ici
aussi des problèmes récurrents de disponibilité du foncier pour faire aboutir les projets
comme à Hay Hassani, …
101
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / EQUIPEMENTS
Dans une vision à long terme (2030), il faudra aller plus loin pour tenir compte de
l’émergence de puissants pôles urbains en périphérie. Le SROS devra être adapté au parti
d’aménagement prescrit par le SDAU.
Un manque de moyens humains et de ressources financières
Les enjeux en matière sanitaire ne tiennent pas uniquement à l’offre de soins, qu’il convient
certes de renforcer, notamment en formations de soins de santé de base, pour pallier
l’iniquité de sa distribution spatiale, mais aussi dans une meilleure utilisation des ressources
hospitalières existantes.
Celles-ci apparaissent en effet sous-utilisées : le taux d’occupation des lits est souvent
inférieur à 50 %, il atteint même 10 % à Aïn Chock, des salles d’opérations sont fermées, en
raison notamment de ressources humaines et financières insuffisantes. La région du Grand
Casablanca manque en effet de personnel paramédical alors même qu’elle forme une large
part des infirmiers du Royaume. La région compte un infirmier pour 2 300 habitants quand la
moyenne nationale est de 1 083 et que cette dernière est elle-même jugée insuffisante, le
Maroc souffrant d’un déficit estimé globalement à 9 000 infirmiers. Ce déficit ne renvoie pas
à un problème de formation mais pour l’essentiel à un manque de ressources financières :
tous les infirmiers formés ne trouvent pas de postes à l’issue de leur formation.
L’utilisation informelle des professionnels de santé du secteur public par le secteur privé,
théoriquement interdite par la loi, mais largement pratiquée dans la réalité, aggrave la
situation.
Les enjeux en matière sanitaire tiennent aussi à l’adaptation de l’offre, tant dans le panier
d’activités proposé qu’en termes de qualité, aux spécificités et aux exigences d’une
population vivant dans une métropole de près de quatre millions d’habitants. La vétusté et
l’inadéquation des services proposés par rapport aux attentes et à la demande contribuent
aussi à la sous-utilisation des ressources existantes, en particulier au centre de Casablanca
où la concurrence avec le privé est forte. Un constat qui pose la question de la redistribution
des ressources existantes au niveau régional.
102
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / EQUIPEMENTS
I.7.3.
Une offre limitée de grands équipements sportifs, culturels et de loisirs
Les équipements sportifs et destinés à la jeunesse
Les activités physiques et sportives, qu’elles soient à vocation éducative, socio-économique,
de détente, de loisirs ou de prévention, nécessitent des pouvoirs publics des solutions qui
permettent de donner satisfaction aux besoins des masses de jeunes et moins jeunes
pratiquants ainsi qu’aux sportifs confirmés et aux spectateurs des sports de compétition.
Depuis l’indépendance du Maroc, le gouvernement a programmé dans les différents plans
de développement économique et social des budgets d’investissement et des mesures
législatives et réglementaires visant à la maintenance et à la modernisation des installations,
allant du modeste terrain de football au complexe sportif multidisciplinaire. Mais cette
politique d’équipement sportif n’a pas pu combler le retard constaté ni faire face aux besoins
croissants.
La décentralisation a donné aux collectivités locales la pleine responsabilité de la réalisation
des équipements sociaux en général et particulièrement des équipements sportifs, mais les
moyens limités des collectivités locales n’ont pas été à la hauteur des besoins.
T4. Les besoins non satisfaits en établissements destinés à la jeunesse en 2004
Délégations
AIN CHOK
HAY HASSANI
AIN SEBAA
HAY
MOHAMMADI
EL FIDA DERB
SULTAN
BEN M’SIK,
MY RACHID,
SIDI OTHMAN,
MEDIOUNA
Maison
Colonie
Foyer Garderie
Centre
de
de
féminin d’enfants
d’accueil
jeunes
vacances
Centre de
protection de
l’enfance
Club
d’enfants
8
8
2
0
2
1
1
6
6
3
0
1
1
0
4
4
4
0
0
0
1
8
6
5
0
2
0
2
CASA – ANFA
4
4
2
0
1
0
2
MOHAMMEDIA
4
4
2
0
0
0
2
SIDI
BERNOUSSI
3
4
4
1
1
0
1
TOTAL
37
36
22
1
7
2
9
Source : Secrétariat d’Etat chargé de la Jeunesse, région du Grand Casablanca
103
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / EQUIPEMENTS
La région du Grand Casablanca dispose ainsi de 508 terrains de football, de 52 terrains de
basket-ball, de 37 terrains de volley-ball de 84 terrains de tennis, de 15 piscines, et d’une
offre privée abondante avec près de 450 salles de sport offertes, avec une dominante au
niveau des activités pratiquées des arts martiaux et de l’haltérophilie.
Mais force est aujourd’hui de constater que la rareté et la cherté du foncier tout comme
l’absence ou l’insuffisance des budgets de fonctionnement font que le Grand Casablanca
reste une région largement sous-équipée tant en équipements sportifs de proximité qu’en
grands complexes sportifs et plus généralement en établissements destinés à la jeunesse.
Dans ce domaine, le déficit est ainsi estimé à 37 maisons de jeunes et à 36 foyers féminins.
De nouveaux projets sont réalisés ou en cours de réalisation dans le cadre de la politique de
proximité ainsi que dans le cadre de l’Initiative Nationale pour le Développement Humain. Sa
Majesté a par exemple lancé les travaux de réalisation de 16 espaces sportifs qui seront
dotés de gazon artificiel et équipés. Des projets de création de terrains sportifs sommaires
sont aussi en cours. Il n’en demeure pas moins que le déficit reste patent.
Et dans ce domaine comme dans d’autres, il ne suffit pas de réserver des terrains dans les
futurs plans d’aménagement pour que des équipements soient créés. Il faudrait prévoir
l’achat du foncier, les budgets de fonctionnement nécessaires et aller vers un véritable
développement intégré dans les nouvelles zones urbanisées pour faire évoluer
significativement la situation.
Les équipements culturels
L’offre culturelle, pourtant conséquente sur Casablanca, ne semble ni répondre aux attentes
de ses habitants ni être en phase avec son statut de capitale économique du Royaume.
Casablanca ne compte ainsi que deux musées et chacun estime qu’il manque au moins une
salle de théâtre à Casablanca.
Contrairement aux villes impériales ou à d’autres villes marocaines, Casablanca ne dispose
pas aujourd’hui des nombreux attraits du tourisme culturel, en dépit de l’élan qui a été donné
à la ville sur ce plan par la construction de la Grande Mosquée Hassan II. En effet, peu de
sites se visitent et la ville ne propose plus d’équipements culturels susceptibles d’offrir une
programmation justifiant un séjour à Casablanca (musée, théâtre, opéra…).
Or quelle métropole peut prétendre devenir une destination touristique internationale sans au
moins un musée national ? Pour disposer à terme de ces équipements indispensables,
plusieurs stratégies sont possibles : la construction de nouvelles constructions symboliques,
la transformation et la valorisation de bâtiments remarquables existants à Casablanca
(bâtiments de la mosquée, bâtiment de l’OFEC si un parc des expositions était programmé
ailleurs…) etc.
Mais ici aussi, les équipements en eux-mêmes ne suffisent pas (deux théâtres sont fermés
par exemple à Casablanca). Ils doivent bénéficier d’un budget de fonctionnement adéquat,
d’une bonne gestion et d’une stratégie claire.
8
Les chiffres contenus dans ce paragraphe sont à prendre avec précaution, tous les équipements
n’ayant pas les mêmes dimensions, les mêmes normes ni les mêmes règles de fonctionnement et
d’ouverture au public.
104
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / EQUIPEMENTS
T5. Les équipements culturels dans la région du Grand Casablanca en 2004
Région du Grand Casablanca
INSTALLATION
BIBLIOTHEQUE
26
Capacité
(Places)
4869
SALLE DE LECTURE
39
3238
-
VIDEOTHEQUE
1
30
-
SALLE DE CONFERENCES
15
4770
-
SALLE DE REUNIONS ET DE SEMINAIRES
8
545
-
SALLE POLYVALENTE
31
4345
-
SALLE D'ANIMATION ET DE SPECTACLES
32
8107
-
SALLE DE FETES
4
1700
-
THEATRE
11
3793
-
THEATRE EN PLEIN AIR
1
370
-
SALLE D'EXPOSITION / HALL ET GALERIES
18
750
40886
SALLE DE DANSE
3
-
242
SALLE COUVERTE DE SPORT
6
9100
-
CONSERVATOIRE
6
1391
-
MUSEE
2
-
600
ESPACE ET PLACE PUBLICS
26
-
401499
Nombre
Capacité (M²)
-
Source : Royaume du Maroc, Ministère de l’intérieur, Wilaya du Grand Casablanca
105
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / EQUIPEMENTS
I.7.4.
Une offre insuffisante en équipements pour les foires et salons
économiques
La principale filière du tourisme à Casablanca est le tourisme d’affaires qui représente 65 %
à 70 % des taux d’occupation des hôtels casablancais. Capitale économique du Royaume,
très bien desservie et à trois heures de l’Europe, Casablanca accueille de nombreux séjours
liés aux affaires, aux réunions d’entreprise.
La filière du tourisme d’affaires s’appuie sur des infrastructures permettant l’accueil de
congrès, réunions d’entreprises, foires et expositions. Ces infrastructures constituent des
lieux d’échanges, de découverte et de distraction. Ils participent au développement des
échanges économiques et intellectuels. Les manifestations qui y sont organisées contribuent
non seulement à l’activité de la filière elle-même (installateurs de stands, organisateurs de
salons et de congrès, sous-traitants divers…) mais également à l’économie touristique dans
son ensemble (hôtellerie, restauration, transports).
Casablanca dispose aujourd’hui d’un certain nombre de lieux d’accueil pour ce type de
manifestations. Ces équipements sont situés principalement dans trois grands secteurs
géographiques : sur le littoral avec la présence de l’OFEC (Office des Foires et Expositions
de Casablanca), et de quelques hôtels ; sur la route d’El Jadida où se situe le CICEC
(Centre International de Conférences et d’Expositions de Casablanca) et enfin dans le centre
où se localisent la plupart des hôtels 4* et 5* proposant des salles de séminaires.
Expositions
Le principal parc d’expositions de Casablanca, l’Office des Foires de Casablanca (OFEC), a
été construit en 1962 pour accueillir la Foire Internationale de Casablanca (FIC). Le bâtiment
implanté sur 15 ha de terrains est une voûte béton de 20 000 m², classée monument
historique. Avec le projet de percement de l’Avenue Royale, les bâtiments de l’administration
vont être démolis et seul le bâtiment de la Foire va rester. La FIC y est organisée tous les
deux ans environ sur des thèmes variés (l’industrie, le tourisme, l’artisanat etc.).
Outre la FIC, l’OFEC accueille sur 5 000 à 20000 m² des expositions et toutes autres
manifestations nationales et internationales de grande envergure ainsi que des
manifestations professionnelles touchant tous les secteurs moteurs du pays : l’informatique,
le textile, le cuir, le tourisme, les transports, la santé, les télécommunications, l’artisanat, la
formation, le livre, l’emballage, les énergies, la mer, le sport. Quatre à cinq manifestations
sont organisées chaque année par l’OFEC (avec une participation étrangère de 30 à 35 %)
et les privés en organisent également (environ 35 par an). Pour chaque salon, environ
quarante entreprises étrangères sont présentes avec des stands d’environ huit personnes.
Des conférences peuvent également se dérouler dans le centre.
L’OFEC emploie 160 personnes (dont 40 à l’administration) et les salons génèrent environ
350 emplois (montage, démontage des stands, accueil, nettoyage…).
Les locaux de l’OFEC sont dans un état de vétusté avancée, ils sont exigus (les services
sont à l’étroit), abîmés par l’air marin et le terrain est de taille trop serrée pour permettre une
extension, alors même que la FIC ne cesse de prendre de l’importance et doit pouvoir se
développer pour se moderniser et rester compétitive. Les conditions de circulation dans
l’enceinte de la Foire et de stationnement à l’extérieur constituent une gêne considérable au
bon déroulement des manifestations (il faudrait par exemple 4 ha de terrains pour assurer le
stationnement nécessaire à la FIC). Les salons grand public durent environ 15 jours et
106
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
I – LES DEFIS / EQUIPEMENTS
rassemblent un grand nombre de visiteurs (500 000 pour le salon de l’éducation, 300 000
pour celui du livre). Les salons professionnels durent trois à quatre jours. Cet équipement à
l’architecture tout à fait intéressante apparaît ancien et connaît parfois des difficultés de
fonctionnement pour l’accueil des salons et expositions.
Par ailleurs, le Centre de Conférences et d’Expositions de Casablanca (CICEC) situé à la
sortie sud de la ville à proximité immédiate de l’autoroute menant à l’aéroport Mohammed V
permet d’organiser des expositions (jusqu’à 1104 m²) dans ses halls modulables (2 halls
couverts de 5 125 m² et 5 141 m² et 1 hall des expositions individuelles de 453 m²).
Les capacités de ces deux parcs apparaissent très insuffisantes pour se positionner sur le
marché des grands salons internationaux dont la taille est le plus souvent supérieure à 50 000
m².
Congrès
Sur l’ensemble du pays, les équipements susceptibles d’accueillir d’importants congrès sont
peu nombreux. Seul le palais des congrès de Marrakech propose un auditorium d’environ
2 000 places mais présente quelques difficultés de fonctionnement (absence de surfaces
d’exposition).
A Casablanca, le Centre de Conférences et d’Expositions de Casablanca (CICEC) est le
seul équipement susceptible d’accueillir d’importants congrès (1 028 places dans son
auditorium) et il propose également plusieurs salles de conférences flexibles et modulables
ainsi que des surfaces d’expositions et un espace de restauration (400 couverts). Il est situé
à la sortie de Casablanca (route d’El Jedida km 7,5), à proximité de la route de l’aéroport, du
Technoparc et de l’université et bénéficiera d’une desserte ferrée.
Il dépend du Ministère des Finances et est géré par l’Office des Changes qui a lancé un
appel d’offres pour déléguer la gestion à un organisme privé.
Il est installé sur un terrain (cédé gratuitement) de 120 000 m² (en zone inondable) et
comprend un hôtel et un parking pour 1 000 voitures.
Cet équipement moderne constitue un point d’appui pour le développement du tourisme
d’affaires, même si sa taille peut sembler insuffisante à l’horizon de 20 ou 30 ans pour
accueillir les grands congrès internationaux et pour faire exister Casablanca sur la scène
internationale des métropoles de congrès.
Au-delà de ces grands équipements, les grands hôtels casablancais offrent un large choix
d’espaces de rencontres, de taille diverse et avec différents niveaux d’équipements : forums,
salles de séminaire, grands salons. Les deux plus importants étant le Rivoli, le Sheraton et le
Hyatt (700 à 800 places). Par ailleurs, des espaces spécialisés comme l’auditorium du Twin
Center et l’Agora proposent des services de qualité pour les manifestations d’entreprises.
Ajoutons à cette offre, pour les très grands évènements de style « show à l’américaine », les
salles du multiplexe Mégarama (800 places), situé sur la Corniche et disposant d’une
esplanade extérieure de 3 000 m² avec vue sur la mer.
107
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
II – LES OBJECTIFS
POPULATION ET EMPLOIS
DANS LE GRAND CASABLANCA
LES CHIFFRES CLES
Chiffres clés 2004
Source : HCP
3,6 millions d’habitants (2004)
1,3 millions d’actifs (2004)
1,0 million d’emplois (2004) dont 200 000 dans l’Industrie
Taux d’activité sur total population : 37%
Taux d’activité des hommes : 53,7% (à titre indicatif France 50%)
Taux d’activité des femmes : 19,7% (à titre indicatif France 40%)
Projections 2030
Source : AUC / IAURIF - SDAU
5,1 millions d’habitants (+41%)
2,2 millions d’actifs (+71%)
2,0 millions d’emplois (+100%) dont 600 000 dans l’Industrie
Taux d’activité sur total population : 43%
Taux d’activité des hommes : 53%
Taux d’activité des femmes : 33%
Besoins en immobilier d’entreprises 2030
Source : AUC / IAURIF - SDAU
4 600 ha de ZAE en 2004
9 300 ha de ZAE en 2030 (170 m² par emploi industriel en ZAE)
8 à 10 millions de m² de bureaux en 2004 (y compris bureaux dans locaux résidentiels)
20 à 22 millions de m² de bureaux en 2030 (20 m² par emploi tertiaire en bureau)
108
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
II – LES OBJECTIFS
II - Les Objectifs pour un développement durable
II.1. Economique : demeurer la locomotive économique du Maroc
Au niveau national, les objectifs économiques ont été clairement définis à l’occasion de
l’élaboration du Plan Emergence. retenu par le Gouvernement Ces objectifs sont :
-
Une croissance durable de plus de 6% par an capable de créer un niveau de
richesses qui permette, au delà de l’absorption de l’arrivée de générations plus
nombreuses sur le marché du travail, de régler les problèmes sociaux hérités du
passé ;
-
Tirer profit de la mondialisation en se positionnant comme un pays ouvert aux
investisseurs, à l’implantation d’entreprises, au tourisme..
-
Miser pour cela sur les partenariats internationaux en particulier avec l’Europe ;
-
Attirer des entreprises étrangères (offshoring) et des activités de services aux
entreprises étrangères (nearshoring) en profitant de la tendance actuelle des
entreprises des pays industrialisés à s’implanter dans les pays à faibles coûts ;
-
Attirer des entreprises industrielles étrangères produisant à l’export, notamment dans
les secteurs automobile, aéronautique et électronique, en leur offrant des
implantations en zones franches (export processing zones, ou maquiladoras) ;
-
Consolider et moderniser les secteurs sur lesquels le Maroc est déjà positionné
comme le textile, l’agroalimentaire, l’artisanat ou le tourisme ;
-
Attirer des investissements directs étrangers, dans l’industrie, le tertiaire, mais aussi
dans l’immobilier et le tourisme ;
-
Donner de l’élan à l’activité économique par un système bancaire plus efficace, une
législation et une fiscalité attrayantes, une administration et un système judiciaire plus
rapides et plus efficients, une meilleure gouvernance ;
-
Mettre la croissance ainsi obtenue au service de l’acquisition d’un niveau
technologique et de connaissances qui devienne par la suite la base du
développement futur, surtout lorsque le pouvoir d’achat aura progressé ;
-
Faciliter cette stratégie et préparer l’avenir par un investissement significatif dans la
formation des hommes, à tous les niveaux : ingénieurs et techniciens pour l’industrie,
managers, financiers, commerciaux, etc. Amener 100% des jeunes marocains à la fin
du cycle primaire, 70% au baccalauréat, 35% à un diplôme d’enseignement
supérieur.
109
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
II – LES OBJECTIFS
Au niveau du Grand Casablanca, la déclinaison de ces objectifs nationaux consiste à :
-
Etre en première ligne sur les objectifs nationaux, qu’il s’agisse de l’ouverture
internationale, de l’accueil des entreprises, de la modernisation du tissu industriel
existant, de l’environnement juridique, financier et administratif des entreprises, de la
formation des hommes…
-
Faire valoir les atouts de Casablanca auprès des investisseurs : Tradition industrielle
et tertiaire, centres de commandement, réseau d’entreprises déjà présentes, taille du
marché intérieur, qualifications de la main d’œuvre, accessibilité, qualité des
infrastructures ;
-
Améliorer l’offre urbaine pour les activités en général : qualité du réseau routier et
des transports, qualité des formations dans l’enseignement supérieur et la formation
professionnelle, lisibilité du projet de métropole,..
-
Améliorer l’offre urbaine pour l’industrie : zones d’activités modernisées, offre de
terrains équipés, zones et services logistiques performants, accessibilité aux ports,
etc.
-
Améliorer l’offre urbaine pour le tertiaire : immobilier de bureaux adapté, quartiers
d’affaires ;
-
Améliorer l’offre touristique : grands équipements culturels et de loisirs, patrimoine
bâti et littoral mis en valeur, terminal croisières, offre de shopping, information et
marketing ;
-
Corriger les faiblesses, notamment la disponibilité du foncier pour les entreprises, la
performance de l’administration, le cadre de vie (congestion, pollution),
l’environnement social (résorption des bidonvilles, élévation du niveau d’éducation,..).
Les niches économiques à dimension régionale qu’il convient de développer au cours de la
décennie en cours ont été clairement identifiées :
En industrie (en plus du textile, du bâtiment et d’autres industries traditionnelles):
-
L’électronique
L’aéronautique
L’automobile
Les énergies renouvelables
L’agro-industrie
Les biotechnologies
Les nouvelles technologies de l’information et de la communication
En tertiaire :
-
110
La place financière
Le fret et la logistique
Le tourisme et les loisirs
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
II – LES OBJECTIFS
Définitions
L’offshoring désigne la délocalisation d’activités de production ou de services de certaines
entreprises de pays développés vers des pays à bas salaire.
Le nearshoring est le fait de délocaliser une activité économique dans une autre région du
même pays. Par extension, ce terme est parfois employé pour des délocalisations dans une
autre région du même « bassin économique » au sens large (Au sein de l’Union
Européenne, au sein du Bassin Méditerranéen,…).
La maquiladora (origine : Mexique) désigne une usine qui bénéficie d'une exonération des
droits de douane pour pouvoir produire à un moindre coût des marchandises fabriquées à
partir de composants importés ; la majeure partie de ces marchandises étant ensuite
exportée
L’outsourcing offshore désigne le fait pour des entreprises implantées dans des pays
développés de faire appel à des compétences nécessaires à leur développement auprès de
sous-traitants spécialisés dans d’autres pays.
L’investissement direct étranger (IDE) désigne la création – par un investissement - par
des investisseurs ou des entreprises de pays tiers d’activités ou de filiales dans le pays
d’accueil.
Dans le contexte de la mondialisation, la concurrence entre les pays pour attirer et maintenir
des activités et de la richesse se joue dans les grandes métropoles. Le Grand Casablanca a
de ce fait une responsabilité centrale dans la future croissance économique au niveau du
Maroc tout entier. C’est le fer de lance de cette croissance.
Les objectifs chiffrés sont connus : passer de 1 million à 2 millions d’emplois en moins de 30
ans, et créer suffisamment de richesses pour régler les problèmes sociaux et urbains de la
région.
111
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
II – LES OBJECTIFS
SOCIAL DANS LE GRAND CASABLANCA
CHIFFRES CLES
Chiffres clés 2004
Source : HCP
3 631 061 habitants (2004)
760 000 ménages
16% de la population mal logée (habitat insalubre et bidonvilles) – Maroc : 7% Projections 2030
Source : AUC / IAURIF - SDAU
Croissance démographique : 1% par an environ
Population 2030 : 5,1 millions d’habitants (+41%)
1,4 million de ménages (+87%)
HABITAT
QUELQUES DEFINITIONS
Habitat insalubre : Habitat présentant des risques pour la santé et / ou la sécurité
Habitat menaçant de ruine : Habitat insalubre en mauvais état menacé de péril
Habitat irrégulier : Habitat construit sans autorisation préalable
Bidonville : Habitat irrégulier construit avec des matériaux et des techniques sommaires
Restructuration : Amélioration du cadre urbain d’un quartier (VRD, équipements,..)
Désenclavement : Réalisation de voies d’accès à un quartier, à des habitations
Résorption : Destruction accompagnée de mesures de relogement ou de recasement
Recasement : Attribution de parcelles à des ménages délogés
Relogement : Attribution d’appartements à des ménages délogés
Requalification : Actions mixtes sur un quartier en vue d’une situation différente
BIDONVILLES
OPERATIONS RECEMMENT ENGAGEES
Les pouvoirs publics ont adopté des programmes de grande envergure sur les bidonvilles du
Grand Casablanca, notamment :
- Le Projet de recasement des « carrières centrales » (6000 ménages) à Lahraouiyine ;
- Le Projet Madinat Rahma pour le recasement des bidonvilles de Dar Bouazza (6000
ménages) ;
- Le Projet social de Sidi Moumen (Al Amane) pour le recasement des ménages des
bidonvilles de R’hamna, Zaraba, et Thomas (14 000 ménages) ;
- Le Projet de recasement des ménages bidonvillois de Magri à Beni Yakhlef (516
ménages).
112
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
II – LES OBJECTIFS
II.2. Social : vivre mieux dans une métropole mieux équilibrée
La stratégie économique devrait avoir des apports positifs sur le plan social, par les emplois
et les revenus qu’elle permettra de générer. Encore faut-il que ces revenus soient en grande
partie investis dans le bien être social, un impératif d’autant plus important que la situation de
départ se caractérise précisément par un fort décalage entre le niveau de « développement
humain » et les performances économiques du Maroc et, à fortiori, du Grand Casablanca.
Les principales faiblesses sur le front social sont l’analphabétisme, qui touche un quart de la
population régionale (contre plus de 40% au Maroc) et même un tiers des femmes (contre
plus de 50% au Maroc) ; et la proportion élevée de ménages mal logés (16% en bidonvilles
et habitat précaire contre 7% au Maroc).
En 2004, le Grand Casablanca comptait 411 bidonvilles (dont 270 dans la ville centre)
couvrant un millier d’hectares et abritant plus de 98 000 ménages. A cela s’ajoutent plus de
70 000 ménages en habitat vétuste ou menaçant de ruine (Mers Sultan, Anfa et Moulay
Rachid) et près de 60 000 ménages dans de l’habitat non réglementaire souvent en mauvais
état (Lahraouiyine, Ben Msick, Bouskoura et Dar Bouazza).
Les inégalités territoriales sont importantes entre, d’une part, les arrondissements du centre
et de l’Ouest de Casablanca et, d’autre part, les arrondissements de l’Est de la ville et les
communes rurales périphériques : Le centre-ouest se caractérise par de faibles taux
d’analphabétisme, une proportion plus élevée de femmes actives, des conditions de
logement généralement meilleures, un niveau d’équipement supérieur en qualité et en
quantité, un cadre de vie plus agréable et plus sain, et une dynamique commerciale et
économique plus forte.
Aussi, la Stratégie Sociale pour le Grand Casablanca doit apporter des réponses aux
problèmes d’éducation et de qualification, de logement, d’accès aux équipements (de santé,
d’enseignement, culturels, sportifs, etc.), de qualité du cadre de vie, des inégalités
territoriales ainsi qu’à la condition des femmes au regard du travail et de l’éducation.
Ceci conduit à se fixer les objectifs suivants :
-
-
-
Faire baisser le chômage de manière significative (voir objectifs économiques) ;
Résorber l’analphabétisme durant les 20 prochaines années ;
Généraliser l’enseignement primaire et élémentaire et améliorer substantiellement
l’offre d’équipements scolaires (écoles surchargées à Sidi Moumen, Moulay Rachid et
la plupart des pôles périphériques) ;
Tripler les effectifs de l’enseignement supérieur et professionnel ;
Donner ainsi de nouvelles perspectives à la jeunesse qui aura à construire le Maroc
de demain ;
Résorber l’habitat sommaire et en bidonville (plus de 2000 hectares à traiter dont
1000 de bidonvilles) ;
Produire 800.000 logements en 25 ans (dont 660.000 pour les nouveaux ménages et
140.000 pour le renouvellement du parc) ;
Assurer le raccordement de l’ensemble des ménages aux réseaux et services urbains
(surtout sensible dans les communes de la périphérie, notamment Lahraouiyine, Dar
Bouazza, Sidi Moussa, Beni Yakhlef, …) ;
Permettre une mobilité accrue des personnes par le développement des transports
collectifs ;
Assurer l’accès aux soins de santé, aux loisirs, aux sports et à la culture pour tous.
113
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
II – LES OBJECTIFS
II.3. Environnement : un cadre de vie nettement amélioré
La stratégie environnementale sera une composante essentielle de la stratégie de
développement globale du Grand Casablanca. Car aucun développement ne saurait être
durable sans la prise en compte des impératifs environnementaux.
Cette stratégie doit se déployer sur les terrains de l’eau, l’air, les milieux naturels, les
espaces verts, les risques naturels et industriels et les déchets.
Sur tous ces terrains, la situation de départ est largement insatisfaisante. En effet :
Les nappes d’eau sont surexploitées. La nappe de Berrechid est sollicitée à un niveau 3
fois plus élevé que son potentiel de renouvellement annuel moyen. Ces nappes sont de
surcroît très polluées : 92% des prélèvements révèlent une pollution bactériologique, et 80%
une pollution azotée.
L’alimentation en eau du Grand Casablanca est essentiellement assurée depuis le bassin
du Bou Regreg (nord-est)et celui d’Oum El Rbia (sud-ouest). La distribution est correcte et
en amélioration constante, mais elle couvre mal les populations disséminées des communes
rurales de la région.
L’assainissement a été nettement amélioré dans les quartiers Ouest de Casablanca,
depuis la modernisation du réseau et la mise en service de la station de prétraitement d’El
Hank. En revanche, les rejets des quartiers Est se font toujours sans aucun traitement alors
que ces quartiers accueillent 80% des activités industrielles. Or ce sont les effluents
industriels qui posent les problèmes les plus graves pour la santé publique, la qualité des
eaux de baignade et les dommages à la flore et à la faune, et ces effluents font rarement
l’objet de traitements à la source.
Les risques d’inondation sont importants dans le Grand Casablanca, notamment au
débouché des oueds de Bouskoura, Nfifikh et Maleh (risques de catastrophes majeures)
mais aussi dans les très nombreux sites en cuvette sans exutoire qui caractérisent le relief
général du territoire régional. Des travaux de sécurisation et des mesures préventives ont
été mises en œuvre au niveau de Mohammedia. Mais, du côté de Casablanca et tout le long
du cours de l’oued Bouskoura, on assiste plutôt à une régression du fait de la multiplication
des constructions dans le lit de l’oued, ce qui ne peut qu’accentuer la violence des
prochaines crues.
La qualité de l’air est médiocre du fait de l’environnement industriel de la métropole, d’une
production d’énergie à base de fioul, et d’un parc automobile en partie vieilli et en mauvais
état, surtout pour les bus et les taxis.
Les milieux naturels sont fragilisés, essentiellement par la poussée de l’urbanisation
(bande côtière naturelle, couvert forestier, lits des oueds, gisements de matériaux,..), par la
pollution industrielle (nappes souterraine, milieu marin) et parfois par les activités agricoles et
pastorales (nappes phréatiques, zones humides,..).
L’offre d’espaces verts urbains est extrêmement faible : moins de 1m² par habitant, alors
que l’OMS préconise 10m² par habitant. Mais ce qui est le plus inquiétant sur ce plan, ce
sont les pratiques observées à Casablanca de rognage progressif des dernières
opportunités foncières susceptibles d’être aménagées en espaces verts : petits bois isolés, lit
de l’oued Bouskoura, anciennes carrières, etc.
114
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
II – LES OBJECTIFS
Les risques industriels et technologiques sont omniprésents entre l’Est de Casablanca
(chimie pétrolière, caoutchouc, sucre, air comprimé,..) et l’Ouest de Mohammedia
(pétrochimie, hydrocarbures, gaz,..). Le couloir routier entre les deux pôles industrialoportuaires est lui aussi soumis au risque lié au transport de matières dangereuses. Or, les
installations dangereuses jouxtent souvent les quartiers résidentiels. On trouve même de
l’habitat (souvent en bidonvilles) enchâssé à l’intérieur des zones de danger.
Les déchets posent des problèmes de collecte (situation nettement améliorée dans la ville
centre, mais encore loin d’être parfaite) et, surtout, de traitement en décharge. La décharge
unique de Mediouna accueille le tout venant par entreposage simple, et est arrivée à
saturation avant que d’autres sites ne soient trouvés pour la relayer.
Aussi, la stratégie environnementale devra s’attacher à réduire les nuisances, pallier les
risques, préserver les milieux naturels et améliorer les services d’assainissement et de
déchets ainsi que l’offre d’espaces verts. Il s’agira de :
-
Réduire la pollution de l’air par des règlements applicables à l’industrie, un contrôle
du parc automobile, et le développement des transports collectifs ;
-
Prévenir les risques sanitaires et réduire la pollution des sols, des nappes
phréatiques, des milieux marins et des plages par le traitement préalable des eaux
usées domestiques et industrielles et un traitement plus efficient des déchets
-
Pallier les risques naturels et industriels par des mesures relevant de l’urbanisme
(inconstructibilité des zones inondables, zones tampons industrie-habitat) et par la
réglementation des risques industriels ;
-
Démultiplier les espaces verts à disposition des habitants ;
-
Préserver les milieux naturels – notamment la forêt, le littoral, les oueds.. – dans le
cadre d’un projet global (projet de trame verte régionale).
115
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
II – LES OBJECTIFS
116
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
II – LES OBJECTIFS
II.4. Une Vision d’avenir pour une métropole exemplaire
Le chemin du développement durable
L’ambition du Grand Casablanca est de figurer au rang des grandes métropoles qui
comptent à travers le monde, une métropole attractive, rayonnante, active et créative,
agréable à vivre…
Cette ambition est soutenue au niveau national, car le rôle du Grand Casablanca dans
l’économie marocaine est crucial, surtout au moment où des réformes structurelles vont
exposer davantage l’économie à la concurrence internationale.
Cette ambition doit composer avec des attentes locales, des attentes des territoires qui
veulent connaître un développement plus prometteur, et plus équitable.
Pour se réaliser, cette ambition doit se concrétiser par une vision d’avenir.
Cette vision peut-elle être seulement économique, au motif que c’est aujourd’hui le défi le
plus immédiat, le plus prégnant ? C’est possible, mais ce serait une vision risquée voire
hasardeuse, car aucun développement économique ne peut perdurer s’il n’est accompagné
d’un développement social qui ouvre à toutes les catégories sociales des perspectives
d’avenir.
Cette vision doit également intégrer la troisième dimension du développement durable qu’est
l’environnement, et ce à la fois pour des raisons économiques que pour des raisons
sociales : économiques, car il sera de plus en plus difficile d’écouler des produits sur les
marchés internationaux si leurs conditions de fabrication ne respectent pas des normes
environnementales de plus en plus strictes ; sociales, car l’environnement a un impact direct
sur la santé et la qualité de vie des gens.
Sur le plan économique, le contexte est connu : c’est celui de la mondialisation des
échanges, de l’accélération des délocalisations d’activités et des mouvements
transnationaux des hommes, des biens et des capitaux, de la constitution de grands pôles
politiques et économiques à travers le monde, dont l’Union Européenne aux portes du
Maroc. En plus des projets d’alliances en gestation, comme le projet d’Union de la
Méditerranée ou d’Union Maghrébine. C’est aussi un contexte de compétition entre les pays
et entre les métropoles pour attirer les activités et les investissements.
Sur le plan social, les besoins sont également connus. La priorité est à la mise en œuvre
de l’Initiative Nationale de Développement Humain lancée par le Souverain en 2005. Le
Maroc demeure en effet confronté à une situation sociale difficile, avec plus de 40%
d’analphabètes dans sa population, un chômage élevé et l’afflux de 400 000 jeunes par an
sur le marché du travail, alors que la croissance économique était demeurée, jusqu’à un
passé très récent, insuffisante pour résorber efficacement les défis sociaux. Un saut qualitatif
et quantitatif est nécessaire sur le plan économique pour répondre aux défis sociaux, et ce
saut nécessite une série de réformes, qui se succèdent effectivement au Maroc depuis
quelques années.
117
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
II – LES OBJECTIFS
Mettre en valeur les atouts, corriger les faiblesses
Dans ce contexte, le Grand Casablanca se caractérise par :
-
Des atouts indéniables : son poids économique au sein du pays, sa tradition
industrielle et tertiaire, sa tradition d’ouverture sur le monde, sa main d’œuvre
qualifiée, son poids démographique (un marché potentiel important), ses
infrastructures (ports, autoroutes, chemin de fer, aéroport), son dynamisme culturel,
et une certaine qualité de vie qui lui est propre.
-
Des faiblesses tout aussi indéniables : un marché intérieur peu développé du fait de
la faiblesse des revenus de la population, un taux d’analphabétisme important surtout
parmi les femmes, de multiples poches d’habitat précaire, un tissu industriel en partie
vieillissant malgré les nouvelles implantations plus prometteuses, un potentiel R&D
pratiquement inexistant, des prix fonciers et immobiliers relativement importants, un
secteur bancaire plutôt frileux pour accompagner les projets d’entreprises, un
environnement dégradé tant pour ce qui concerne l’eau, l’air , les déchets, le littoral
ou les risques industriels, des transports collectifs peu développés, etc.
L’appréciation des forces et faiblesses de la métropole, des menaces auxquelles elle est
confrontée et des opportunités qu’elle peut saisir, est aujourd’hui largement partagée par les
acteurs du Grand Casablanca.
Une grande métropole active, dans laquelle il fait bon vivre et travailler
C’est à partir de cette appréciation, et en accord avec les orientations fixées sur le plan
national, qu’une véritable Vision d’avenir s’est forgée au cours des débats de ces dernières
années, et qui s’articule autour de la réalisation, à moyen et long termes, de s grands
objectifs et suivants :
118
-
Le Grand Casablanca de demain sera une grande métropole dans laquelle il fera
bon vivre et travailler, dans un environnement de qualité.
-
La population, aux alentours de 5 millions d’habitants, vivra avec des revenus de
deux à trois fois supérieurs à ceux d’aujourd’hui (revenus par habitant), la
population sera majoritairement éduquée, avec une proportion nettement plus
élevée de diplômés de l’enseignement supérieur, la pauvreté aura nettement
reculé, les conditions d’habitat seront dignes pour tous avec, notamment la
résorption de tous les bidonvilles.
-
C’est une métropole active, avec un tissu industriel performant comprenant des
activités de haute technologie, une métropole qui aura su garder et développer ses
fonctions tertiaires, en particulier les finances et les services aux entreprises, et
dont les fonctions commerciales, en interne comme à l’international, sont
particulièrement développées.
-
C’est une métropole de la connaissance et de la culture, au rayonnement
international. Ses écoles d’ingénieurs et ses universités sont réputées et en progrès
dans les classements internationaux. Les manifestations internationales se
succèdent dans ses parcs d’expositions, palais des congrès, stades et salles de
spectacles. Métropole de création, d’innovation, d’édition, d’échanges en tous
genres.
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
II – LES OBJECTIFS
-
Le Grand Casablanca serait également une métropole parfaitement bien équipée,
avec un système de transport collectif hiérarchisé : RER, métro, tramways et bus
en site propre ; de grands équipements structurants de rayonnement international
(palais des congrès, parc d’expositions,…), national et régional.
-
Une métropole reliée au reste du Maroc et au monde par une ligne ferrée à grande
vitesse, par son aéroport international et par une infrastructure portuaire
modernisée.
-
Une métropole, enfin, où les nuisances environnementales auront été nettement
diminuées grâce aux efforts des industriels pour traiter en amont leurs effluents, à
une modernisation du parc automobile et un usage accru des transports collectifs, et
grâce à une gestion performante de l’assainissement et des déchets.
S’inscrire dans la stratégie nationale de développement du territoire
Le projet du Grand Casablanca s’inscrira nécessairement dans la politique nationale de
développement économique, social et environnemental, et s’articulera avec les orientations
de l’aménagement du territoire national.
Le SNAT reconnaît la place prépondérante de Casablanca et Rabat dans le dispositif
urbain : elles sont les seules grandes villes pouvant rivaliser dans la bataille économique de
la mondialisation, loin devant Fès, Marrakech, Agadir, Tanger ou Oujda.
Constituant le système métropolitain central avec El-Jadida et Kenitra, le duopole RabatCasablanca domine le réseau urbain et exerce une influence directe sur l’ensemble du
territoire : Casablanca pour l’économie et la finance, Rabat pour l’administration publique.
Le Schéma national d’aménagement du territoire (SNAT) confirme la vocation de ce bipôle
Casablanca – Rabat qui doit être conçu à la fois comme la base économique majeure du
pays, ouverte sur le monde, et comme le cœur de tout le dispositif relationnel national.
A cette fin, il devra être doté d’outils de gestion adéquats, d’équipements de niveau
supérieur (plates-formes multimodales, transports en communs lourds, routes expresses,
rocades ferroviaires, etc.) et bénéficier d’une mise à niveau globale en résorbant l’habitat
insalubre et en mettant en place une politique foncière efficiente.
Le Schéma d’organisation fonctionnelle et d’aménagement (SOFA) de l’aire métropolitaine
centrale de Casablanca-Rabat, qui porte sur le territoire allant de Kenitra à El Jadida et qui
intègre Khemisset, Tiflet, Rommani, Berrechid et Settat, souligne que le Grand Casablanca
doit résoudre en même temps le problème de retards accumulés dans tous les domaines et
celui de la mise au niveau des standards de la concurrence internationale, impliquant des
actions de grande ampleur en matière d’infrastructures, de logement, d’équipements et de
réserves foncières
Il préconise une mise à niveau sociale accompagnant un puissant effort d’équipement, un
développement urbain polycentrique et une complémentarité géographique entre un couloir
industriel et logistique Mohammedia – Nouaceur et un couloir tertiaire Casablanca –
Nouaceur.
119
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
120
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
III. Le parti d’aménagement
Pour répondre aux défis du futur et aux objectifs définis précédemment, le parti
d’aménagement retenu peut être résumé en dix points :
-
S’inscrire dans les orientations nationales d’aménagement du territoire qui
préconisent une mise à niveau des infrastructures urbaines (en particulier les
transports), une redistribution des fonctions portuaires, un déploiement des fonctions
industrielles et logistiques d’une part, et des fonctions tertiaires d’autre part, le long
d’axes de développement puissants, et une offre foncière renouvelée et abondante
pour répondre aussi bien aux besoins économiques que d’habitat, notamment pour
les catégories sociales les plus modestes ;
-
Articuler le développement régional avec la région voisine de la Chaouiya Ourdigha
en cherchant des complémentarités avec les pôles voisins : Had Soualem à l’Ouest,
Berrechid vers le Sud et Benslimane à l’Est ;
-
Mettre à niveau la ville de Casablanca : stabiliser son développement quantitatif de
manière à agir sur le qualitatif et l’équipement, notamment la résorption de l’habitat
précaire et des bidonvilles, le rééquilibrage Est-Ouest, les transports, l’interface villeport, les grands équipements structurants ;
-
Organiser la croissance urbaine, en zones d’habitat comme en parcs d’activités, à
partir des pôles périphériques et doter ces pôles des équipements nécessaires, les
relier entre eux, et leur donner les possibilités de se développer en complémentarité
avec Casablanca et Mohammedia ainsi qu’entre eux ;
-
Organiser le développement économique le long de nouveaux axes et pôles
spécifiques, avec un couloir industriel et logistique majeur entre Mohammedia et
Nouaceur, et un axe tertiaire et d’innovation sur l’axe Anfa – Sidi Maarouf en direction
de Bouskoura et de Nouaceur ;
-
Implanter des équipements majeurs de dimensions régionale, nationale et
internationale sur toutes les parties du territoire, qu’il s’agisse d’équipements à
dominante économique ou d’enseignement supérieur ou sportifs ou de loisirs,
culturels, verts ou de santé ;
-
Doter la métropole d’un réseau de transports de masse complet et cohérent
comportant des liaisons ferrées nationales et de marchandises (dont la LGV), des
liaisons ferrées régionales (RER), une ligne de métro, des lignes de tramways et un
réseau de bus ;
-
Mailler le réseau routier en cohérence avec l’organisation polycentrique de la
métropole ;
-
Equiper la métropole d’une offre d’installations d’assainissement à l’échelle des
besoins futurs, et d’une organisation par faisceaux de la collecte et de
l’enfouissement des déchets ;
-
Prévenir les risques naturels et industriels et préserver les ressources naturelles et
agricoles majeures de la région par la mise en place d’une trame régionale d’espaces
ouverts qui structure le développement urbain en l’écartant des zones à préserver.
121
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
III.1.
S’inscrire dans les orientations nationales d’aménagement
du territoire
Les choix d’aménagement du Grand Casablanca doivent être en harmonie avec les grandes
orientations du Schéma National d’aménagement du territoire (SNAT) et de sa déclinaison
interrégionale au niveau du Schéma d’Organisation Fonctionnelle et d’Aménagement
(SOFA) de l’aire métropolitaine centrale Casablanca – Rabat.
Le SNAT avait affirmé la place de Casablanca en tant que « locomotive du développement
national » confirmant ainsi le rôle que cette métropole avait toujours assuré dans le Maroc
moderne. Le SOFA avait mis en lumière la nécessité de pallier à la carence d’infrastructures
urbaines pour une métropole de la taille du Grand Casablanca, en particulier pour ce qui
concerne les transports (routes, transports de masse, transports de marchandises) et
l’assainissement. Il avait également insisté sur la question du logement des catégories
sociales non solvables au regard des prix du marché foncier et immobilier.
Les orientations spatiales préconisées par le SOFA pour le Grand Casablanca peuvent être
résumées ainsi :
-
-
La redistribution des fonctions portuaires : le port de Casablanca doit faire une plus
grande place aux fonctions « urbaines » (tourisme et loisirs) et les conteneurs doivent
être renvoyés vers Mohammedia ;
Le déploiement des fonctions tertiaires le long de l’axe Anfa – Sidi Maarouf vers
l’aéroport, premier axe d’urbanisation nouvelle en périphérie ;
Un axe d’urbanisation et de développement industriel et logistique entre
Mohammedia et Nouaceur prenant appui sur une infrastructure ferrée de type RER.
Ces préconisations ont été constamment présentes dans les débats du SDAU et se reflètent
– moyennant des précisions et des ajustements – dans la stratégie spatiale retenue.
III.2. S’articuler avec la région voisine Chaouiya - Ourdigha
Par ailleurs, l’aménagement du Grand Casablanca sera articulé avec les pôles limitrophes
de la Chaouiya-Ourdigha.
L’axe Casablanca – Settat sera ponctué de trois pôles urbains successifs mais distincts, qui
développeront des relations fonctionnelles entre eux : Berrechid, Nouaceur-Deroua (à
considérer comme un même pôle à terme) et Bouskoura.
En direction de l’Est, la construction du nouvel aéroport de Benslimane devrait induire des
développements urbains qui se rapprocheront de Mansouria et Mohammedia.
A L’Ouest, des complémentarités industrielles pourront se développer entre les ZAE de
Casablanca et de Dar Bouazza implantées le long de la route d’El Jadida, et les ZAE de Had
Soualem. Le développement des activités balnéaires à Dar Bouazza ouvrira également des
opportunités du même type sur le littoral de Had Soualem.
Là aussi, le parti d’aménagement retenu favorise ces articulations et ces complémentarités.
122
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
Carte 18. Options fonctionnelles et axes de développement du SOFA
123
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
124
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
III.3. Mettre à niveau la ville-centre (Casablanca)
Le pari du développement durable qui associe le développement économique au
développement social et à l’amélioration de l’environnement ne saurait être gagné, dans le
Grand Casablanca, si l’on continue à concentrer la croissance sur le cœur de la métropole.
Il faut, en effet, alléger la pression qui s’exerce sur la ville de Casablanca si l’on veut parvenir
à résoudre les nombreuses difficultés auxquelles cette ville est confrontée.
Le choix stratégique en termes d’aménagement est donc celui d’accueillir la croissance dans
un territoire élargi à toute la région, voire au delà, et de traiter simultanément l’ensemble des
problèmes de mise à niveau du cœur de la métropole.
Le parti d’aménagement s’articule donc, pour la Ville de Casablanca, autour d’une série de
programmes qui portent à la fois sur le règlement des problèmes actuels et sur le
développement de nouvelles fonctions d’avenir.
Ces programmes peuvent être énumérés ainsi :
-
Trois grands projets urbains, à l’Est, à l’Ouest, et sur le front de mer ;
Des interventions fortes en faveur de l’habitat ;
La régénération des anciens site industriels ;
La mise en réseau de centralités économiques redéfinies, modernisées ;
Une fonction marchandises mieux insérée dans la ville ;
Une gestion plus rigoureuse du commerce et de la distribution ;
Des centralités urbaines lisibles et complémentaires ;
Un réseau de transports maillé, nettement amélioré ;
La mise en valeur du patrimoine bâti et la qualité architecturale et urbaine ;
Des extensions maîtrisées aux limites de la ville ;
Des services urbains améliorés.
III.4. Organiser la croissance à partir des pôles périphériques
La ville de Mohammedia, second centre urbain de la région, sera confortée dans ce statut
par la mise en valeur de son centre et de sa façade maritime, l’extension de son campus
universitaire, le développement de son parc d’activités associé à une fonction logistique
multimodale (fer, route, port), la résorption de l’habitat précaire, des coupures à
l’urbanisation entre industrie et habitat, et entre la ville et les communes voisines, un parc
ornithologique, etc.
Les autres pôles de croissance sont généralement les pôles périphériques existants.
Certains d’entre eux seront maintenus dans leur statut de communes rurales, comme Sidi
Moussa Ben Ali ou Sidi Moussa el Madjdoub, et l’on structurera leurs centres en noyaux
urbains ruraux.
D’autres communes seront organisés en plusieurs noyaux urbains, comme Dar Bouazza
(trois centres urbains dont un accolé à Casablanca) ou Majjatiya (noyaux urbains liés à
Mediouna d’une part, à Casablanca de l’autre) ou Oulad Saleh (noyaux vers Bouskoura et
vers le site de la cimenterie).
La commune de Bouskoura constituera un noyau puissant, tout comme le pôle NouaceurDeroua. Mediouna sera étendu et son développement concernera le territoire de Majjatiya.
Le pôle industriel de Oulad Hadda (800 ha) sera un pôle d’activités important, dont il faudra –
125
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
compte tenu de sa dimension et de son emplacement - échelonner la réalisation. Tit Mellil
conservera son identité propre et sera étendu de manière raisonnée.
Echellalate et Beni Yakhlef seront développés en liaison avec le développement de
Mohammedia. Lajhrawiyine avec celui de Casablanca. Et le territoire de Ain Harrouda sera
au cœur du projet de ville nouvelle de Zenata.
Enfin, Mansouria sera développé en deux noyaux urbains auxquels s’ajouteront des
développements balnéaires et un parc d’activités propres le long de la route de Benslimane.
III.5. Organiser le développement économique le long de nouveaux
axes et de pôles spécifiques
A l’échelle de toute la région, le déploiement des fonctions économiques majeures se fera à
partir des pôles et axes suivants :
-
Le quartier d’affaires historique de Casablanca à Sidi Belyout, prolongé au Sud sur
les grandes avenues notamment l’avenue Hassan II via la place administrative,
prolongé vers l’Est le long du port par notamment des showrooms, et vers l’ouest par
de nouveaux immeubles de bureaux et de commerce dans les projets Marina et
Avenue Royale ;
-
L’axe technopolitain Casa-Anfa Sidi Maarouf, qui a vocation à accueillir des fonctions
de commandement de dimension internationale, des activités à haute valeur ajoutée,
des centres de formation et d’enseignement supérieur, des établissements de
recherche ;
-
Le corridor industriel et logistique Mohammedia – Nouaceur, qui débouche, côté
océan, sur le complexe industrialo-logistico-portuaire de dimension internationale
Zenata – Mohammedia
-
Les zones industrielles extérieures à ce corridor, notamment Bouskoura, Dar
Bouazza, les anciennes ZI de Casablanca (Aïn Sebaa, Sidi Bernoussi Assoukhour
Assaouda) et les petites ZAE qui prendront place dans la couronne Sud de
Casablanca ;
-
Le centre tertiaire de Zenata, appelé à accueillir des fonctions tertiaires supérieures ;
-
Les ports de Casablanca et de Zenata – Mohammedia ;
-
Les plateformes logistiques de fret ;
-
Les centralités tertiaires, administratives et commerciales, des différentes communes
de la région.
Ces centres et ces axes formeront un tout cohérent, que relient les infrastructures routières
et ferrées pour le transport des marchandises et des hommes.
126
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
III.6. Implanter des équipements majeurs de dimension régionale,
nationale et internationale
La stratégie territoriale consiste aussi à élever le niveau de rayonnement national et
international du Grand Casablanca, et le rayonnement régional de chacun des territoires
infra régionaux, par l’implantation de grands équipements structurants.
Ces équipements comprennent :
-
-
Des équipements de dominante économique comme le Palais des Congrès (cœur de
ville) ou le Parc d’expositions (Nouaceur) ;
Des équipements d’enseignement supérieur, en prolongement des sites existants ou
en création de nouveaux campus (Bouskoura et Zenata) ;
Des équipements sportifs et de loisirs, publics ou privés ou mixtes : Grand Stade de
Casablanca (Sidi Moumen), parcs à thèmes, etc.
Des équipements verts, en particulier les grands parcs urbains, aussi bien à
Casablanca qu’en périphérie ;
Des équipements culturels, à implanter dans des bâtiments existants (anciens
abattoirs à Hay Mohammadi, anciens hangars à Casa-Anfa..) ou dans des bâtiments
construits à cet effet ;
Des équipements de santé, en particulier les grands hôpitaux à construire en
périphérie pour accompagner la croissance démographique dans les futurs pôles.
III.7 Doter la métropole d’un réseau de transports de masse
complet et cohérent
L’ambition économique, sociale et environnementale ne peut être atteinte sans un
élargissement significatif de l’offre de transports à travers tout le territoire de la Wilaya.
Un bon réseau de transport permet, en effet, d’accroître l’activité économique grâce aux
facilités offertes de déplacement des actifs, des marchandises et des matières premières.
Sur le plan social, les transports améliorent l’accès de tous aux centralités administratives,
économiques, sportives, sanitaires et culturelles. Ils relient les hommes et les territoires entre
eux, facilitant et développant les échanges.
Sur le plan environnemental, les transports collectifs – pour les hommes – et ferrés – pour
les marchandises – réduisent la pollution, les nuisances et la consommation d’énergie
fossile.
Aussi, la vision du développement durable pour le Grand Casablanca nécessite la
mobilisation d’investissements importants dans le domaine des transports collectifs.
-
Le réseau ferré national sera enrichi par la Ligne à Grande Vitesse (LGV). Les lignes
existantes seront progressivement réservées au trafic national et de marchandises,
au fur et à mesure de leur dédoublement pour la création d’un réseau RER à part ;
-
Les pôles périphériques doivent être accessibles par des transports de masse, de
type RER. Trois faisceaux doivent être desservis : l’axe Casablanca – Nouaceur via
Bouskoura, l’axe Casablanca – Mohammedia via Zenata, et l’axe Mohammedia –
Nouaceur via Tit Mellil et Mediouna ;
127
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
-
Dans la ville de Casablanca, le système de transports collectifs devra être très
nettement développé, avec une ligne de métro et plusieurs lignes de tramway, en
plus du réseau de bus dont une partie devra circuler dans des voies réservées.
III.8 Mailler le réseau routier en cohérence avec l’organisation
polycentrique
L’émergence et la croissance des pôles périphériques nécessite, en plus des liaisons par les
transports collectifs de masse, de développer le réseau routier :
-
Le réseau autoroutier est en cours de développement, à la fois sur la liaison
Casablanca – El Jadida et Casablanca Marrakech par Deroua (autoroute de
Berrechid) ;
-
Pour mieux relier les pôles périphériques entre eux sans nécessairement passer par
Casablanca, il est nécessaire de créer de nouvelles voies routières, notamment de
rocade (entre Mediouna et Oulad Saleh notamment), et de renforcer les voies de
rocade existantes (notamment les routes nationales) ;
-
De même, les nouveaux pôles nécessiteront d’importants investissements de voirie
urbaine pour organiser le développement de chacun d’eux ;
-
Dans les pôles desservis par de stations de RER, des investissements seront
nécessaires pour créer des parcs de stationnement de rabattement.
-
Dans la ville de Casablanca, le réseau de voirie devra être complété partout où des
sections manquent encore, afin de mieux relier les quartiers, actuels et futurs, entre
eux. Pour les liaisons interurbaines, il sera nécessaire d’avoir deux gares routières au
lieu d’une seule actuellement.
-
Une politique ambitieuse de gestion du stationnement sera nécessaire à Casablanca,
avec des tarifs modulés en fonction de la congestion (plus chers dans les centres les
plus fréquentés) et avec une offre de parcs de stationnement payants qui peuvent
être réalisés en partenariat avec le secteur privé selon un schéma pré-déterminé par
la puissance publique.
III.9 Equiper la métropole pour l’assainissement et organiser le
secteur des déchets
Le SDAU fait apparaître des implantations indicatives pour de nouvelles stations de
traitement des eaux usées qui n’étaient pas prévues dans le schéma d’assainissement en
vigueur.
Ces nouvelles stations sont nécessaires pour accompagner le développement urbain des
pôles périphériques et améliorer l’environnement général dans la métropole.
Dans le secteur des déchets, le SDAU préconise un découpage indicatif de la région en
faisceaux de collecte et d’enfouissement, de manière à déconcentrer ce service et réduire
les nuisances qui frappent un seul point du territoire (Mediouna – Majjatiya) appelé à se
développer.
128
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
Carte 19 Parti d’aménagement : Cadrage sur Casablanca
129
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
130
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
Carte 20 Parti d’aménagement : les pôles périphériques
131
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
132
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
Carte 21 Organisation du territoire en 2030
133
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
134
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
III – LE PARTI D’AMENAGEMENT
III.10 Prévenir les risques et préserver la nature par une trame
régionale d’espaces ouverts
Le SDAU définit une trame régionale d’espaces ouverts qu’il considère comme étant une
base fondamentale de la répartition des espaces urbanisables.
Cette trame d’espaces ouverts joue en effet de multiples rôles :
-
Préservation d’espaces naturels
Préservation des continuités écologiques
Préservation des meilleures terres agricoles
Ouverture d’implantations possibles d’activités de loisirs de plein air ou de parcs
Création d’espaces tampons entre industries et habitat.
Report de l’urbanisation hors des zones inondables.
Cette trame se compose en effet des espaces boisés, des plages, des lits d’oueds, des
meilleures terres agricoles, des zones inondables, des espaces verts tampon et des couloirs
biologiques qui en assurent l’unité.
Le SDAU limite les possibilités de construction dans cette trame verte, et l’interdit totalement
dans certaines de ses composantes (plages, lits d’oueds,…)
135
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
136
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV. L’organisation du territoire
Cette section du rapport justificatif décrit l’organisation du territoire en 2030, telle que
précisée par le SDAU sur la base du parti d’aménagement retenu. Cette description
correspond à la carte grand format annexée au rapport, intitulée « Organisation du
territoire ».
Des considérations complémentaires y sont ajoutées, comme le chiffrage de la croissance
démographique dans les différents pôles ou les questions patrimoniales et architecturales ou
encore des précisions sur les équipements et autres. Ces considérations sont illustrées par
des tableaux ou des cartes de petit format insérées dans le texte, et qui ont une valeur
indicative.
L’organisation du territoire est décrite selon quatre angles complémentaires :
-
Le développement urbain ;
-
Les axes et pôles d’implantation des activités ;
-
Les transports ;
-
Les grands équipements ;
-
L’assainissement et les déchets ;
-
La trame verte régionale.
IV.1.Un développement urbain de qualité et polycentrique
Le parti d’aménagement préconisé par le Plan de Développement Stratégique consiste à
maîtriser la croissance de la ville-centre (Casablanca) et d’organiser l’accueil de la majeure
partie de la croissance démographique et économique dans les pôles périphériques plutôt
qu’en expansion en tâche d’huile de la ville-centre.
Les pôles périphériques se différencient par leurs caractéristiques propres (localisation,
atouts particuliers, histoire), par la nature des activités que l’on va y trouver, et par les
équipements majeurs qu’on pourra y implanter.
Ils appartiennent à des ensembles infra-régionaux plus vastes. Ainsi Mansouria,
Mohammedia et Zenata ont en commun un linéaire côtier diversifié, entrecoupé par les
oueds, le port et l’industrie. De même, les pôles qui se trouvent le long de l’axe
Mohammedia-Nouaceur (Mediouna, Tit Mellil,..) entretiennent des relations fonctionnelles
fortes entre eux. Le même type de relations existe sur l’axe Casablanca – Anfa vers
Nouaceur, via Bouskoura.
137
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.1.1. Une ville-centre et des pôles périphériques complémentaires
Ville de Casablanca : des quartiers différenciés et complémentaires
La ville de Casablanca sera, en 2030, une ville mieux structurée, avec des quartiers ayant
leur identité propre et participant à la diversité de l’offre urbaine.
Cette structure résultera en grande partie de la distribution des centralités, administratives,
économiques, culturelles, de loisirs.. et du maillage du territoire par un réseau cohérent de
voirie et de transports collectifs de masse.
Ainsi, pourra-t-on distinguer :
-
Le cœur de ville, à l’intérieur du Boulevard Zerktouni, avec son patrimoine (Médina,
quartier Arts Déco), son quartier d’affaires, le Port, la Grande Mosquée Hassan II, les
nouveaux quartiers entre le premier bassin du port et Grande Mosquée, la gare de Casa
Port, le centre administratif, le parc de la Ligue Arabe, les grandes avenues (Hassan II,
Anfa, Moulay Youssef, etc.), les hôtels, restaurants, ambassades, etc.
-
L’arrondissement d’Anfa, son linéaire côtier avec la Corniche, la Nouvelle Corniche et la
pointe d’El Ank, le site de Sidi Abderrahmane et le futur grand parc urbain
archéologique, les quartiers résidentiels Bordeaux, Anfa Supérieur, Aïn Diab…
-
Maarif, avec ses commerces, le quartier des hôpitaux et ses quartiers résidentiels ;
-
Hay Hassani, avec en son cœur le nouveau quartier qui prendra place sur le site d’Anfa
(grand parc urbain, quartier d’affaires, habitat mixte, équipements culturels,
formations…), mais aussi l’Université, le grand hôpital, la ZI de Lissasfa, la future gare
LGV, et les quartiers d’habitat populaire à l’Est et au Nord ;
-
Aïn Chock, avec l’axe technopolitain de Sidi Maarouf, la Cité des Sciences proposée par
le SDAU au niveau de la rocade, le quartier résidentiel Californie ;
-
Mers Sultan - Al Fida - Mechouar, avec le patrimoine (Habous, Bachaouiya, Palais
Royal,..) et le commerce (Habous, Derb Ghallef,…) ;
-
Assoukhour Assaouda et Hay Mohammadi, avec la gare Casa Voyageurs qui pourrait
être une gare LGV, les anciens abattoirs transformés en équipement culturel, et
différentes opérations en gestation qui vont moderniser les tissus urbains y compris la
zone industrielle d’Assoukhour Assaouda;
-
Aïn Sebaa, avec sa zone industrielle en cours de régénération, les showrooms qui y
prendront place le long de la côte, la façade maritime de la partie résidentielle qui sera
requalifiée pour les loisirs, le zoo qui sera transformé en jardin botanique ;
-
Sidi Bernoussi, dont la zone industrielle sera modernisée et les quartiers d’habitat mieux
équipés et mieux desservis, et qui bénéficiera pleinement de la proximité de Zenata et
des grands équipements qui y prendront place, notamment un pôle d’enseignement
supérieur et un grand parc urbain dans la ceinture verte ;
138
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
-
Sidi Moumen, qui bénéficiera d’un grand projet urbain de mise à niveau, d’amélioration
de l’habitat et de comblement des déficits d’équipement, d’une desserte par le tramway
puis, à terme, par métro, en plus de la création d’un grand parc urbain, de l’implantation
du Grand Stade de Casablanca et de l’extension de la zone d’activités pour accueillir
notamment la cité de l’automobile ;
-
Ben Msik , avec son antenne universitaire, la réhabilitation de son parc de logements, et
l’allègement de la pression routière par la création proposée d’une autre gare routière à
la limite entre Aïn Chock et Hay Hassani ;
-
Les arrondissements de la couronne Sud, Moulay Rachid, Sidi Othmane et Sbata, qui
accueillent déjà le marché de gros et qui ont vocation à accueillir des antennes
universitaires. Ces arrondissements bénéficieront en outre d’une nouvelle voie de
desserte (voie de 50 m), de nouvelles zones d’activités et de nouveaux quartiers
d’habitat (dans le cadre du projet de la « couronne »), en plus de la ceinture verte le long
de la rocade.
Chacune de ces entités sera ainsi complémentaire des autres et ouverte à tous les autres
quartiers de la ville.
Des extensions maîtrisées aux limites de la ville-centre
La ville de Casablanca comporte encore – dans ses limites administratives actuelles - ,
notamment à ses franges, des terrains libres qui recevront des extensions urbaines de
qualité, apportant des réponses à la demande de logements, de surfaces d’activités et
d’équipements.
Au total, ce seront quelques 2500 hectares de terrains qui seront mobilisés pour des
opérations de développement urbain dans cette « couronne » de la ville, en plus des
périmètres opérationnels (Anfa, front de mer et Sidi Moumen) qui totalisent 730 autres
hectares.
Les 2500 hectares d’extensions urbaines se situent entre le front urbain actuel et la limite
administrative de Casablanca à la hauteur de la rocade de contournement.
Ils représentent un accroissement de 20% environ du tissu urbain actuel de Casablanca
(10400 ha). C’est une proportion à la fois faible, mais significative, d’autant que ces futurs
développements se situeront à un emplacement à forte visibilité, le long de la rocade par
laquelle passe le trafic régional, interrégional et national, et également devant la rocade LGV
projetée.
Aussi faudra-t-il veiller à la qualité architecturale et urbaine de ces développements, en
évitant les erreurs du passé. Il faudra réaliser des quartiers ouverts les uns sur les autres, et
bien conçus aussi bien pour le confort des occupants que pour l’œil extérieur.
Le tiers de ces extensions (850 ha) sera dédié aux activités – y compris la logistique et les
grandes zones commerciales – notamment du côté de Sidi Moumen.
Les extensions seront délimitées par une ceinture verte, qui prendra place de manière
générale le long de la rocade autoroutière, sur les sites en cuvette, et entre la rocade et le
tracé de rocade de contournement LGV.
139
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Préfecture de Mohammedia et Mansouria
Sur le plan économique, la Préfecture de Mohammedia est appelée à accueillir le plus
important complexe industrialo logistique (CiLog) de la région, de niveau international,
appuyé sur le nouveau Port de Zenata. Ce projet devrait figurer dans les toutes premières
priorités pour le Grand Casablanca, tant il est crucial pour l’ensemble de la stratégie
économique, industrielle et tertiaire de la région. Il est en effet possible de réaliser ici le 1er
pôle économique du Maroc. Au moment où de nombreuses métropoles misent sur une
mutation rapide de leurs économies vers le tertiaire, le Grand Casablanca peut se
différencier en maintenant une offre industrielle de premier plan comme celle-ci.
Le Complexe Zenata-Mohammedia pourra appuyer son développement sur de nouveaux
équipements structurants portuaires et l’organisation d’une Plate-forme Trimodale (fer, route,
mer) Internationale. Il y aurait ainsi, sur un seul site, un chantier de transport combiné, des
zones logistiques de grande dimension, des parcs d’activités, une zone industrialo-portuaire,
et des équipements et services associés (Douanes, Postes, Parking PL, aires de stockage à
l’air libre, hôtels, restaurants, commerces, centre d’accueil …).
Sur le plan de la qualité urbaine, la conception de la ville nouvelle de Zenata devra prendre
en compte la contrainte que constitue l’implantation de quartiers résidentiels entre deux
grandes étendues industrielles à l’Ouest (Sidi Bernoussi) et à l’Est. Des coupures vertes
seront aménagées et un cœur tertiaire, dense, vivant et animé, sera édifié.
Mansouria, situé dans la direction opposée au complexe industriel Mohammedia – Zenata,
se développera essentiellement autour des activités balnéaires. Beni Yakhlef et Echellalate
fourniront des espaces d’accueil résidentiels appréciables, qu’il faudra accompagner par des
équipements qui confèrent une identité plus forte à ces communes. L’habitat insalubre qui
s’est développé devra être résorbé, surtout lorsqu’il se trouve enchâssé au milieu de parcs
industriels (Bidonvilles Brahma).
Les communes rurales de Sidi Moussa El Madjdoub et Sidi Moussa Ben Ali garderont leur
caractère rural et agricole, mais leurs noyaux urbains seront mieux structurés.
Province de Nouaceur
Le développement industriel de la Province de Nouaceur se fera dans quatre pôles
principaux : dans les parcs d’activités de Nouaceur, dans ceux de Bouskoura-Oulad Saleh, à
la limite Nord de Bouskoura (autoroute El Jadida), et à Dar Bouazza le long de la route d’El
Jadida. Des zones d’activités plus modestes se développeront par ailleurs à l’Ouest de Dar
Bouazza et dans le noyau Ouest de Oulad Saleh.
La province pourra capter des activités commerciales et tertiaires, en s’appuyant sur la
dynamique de Sidi Maarouf et Anfa, qui devrait diffuser le long de la route de l’aéroport et le
long de la route d’El Jadida (possibilité de centres commerciaux et de showrooms), et sur la
dynamique de l’aéroport Mohammed V qui permet l’implantation à Nouaceur du parc
d’exposition du Grand Casablanca ainsi que d’une offre hôtelière.
Dar Bouazza mettra son potentiel touristique à profit par des aménagements et une offre
d’hébergement adaptée, et par une gestion raisonnée de l’espace côtier. Trois pôles
pourraient y être développés : le noyau traditionnel Ouest, le noyau du cap des tamaris, et la
partie Ouest de la commune au contact de Casablanca.
140
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Bouskoura bénéficiera d’un campus universitaire, desservi par les transports collectifs
(Bidaoui).
A l’Est de la route de l’aéroport, la forêt de Bouskoura sera intégralement préservée, et des
boisements seront entrepris à ses lisières. La partie habituellement fréquentée par le public
sera aménagée. Au Nord de la forêt, prendront place dans le cadre d’un projet de « ville
verte » des activités de loisirs de plein air, avec la possibilité de programmes résidentiels de
très faible densité (moins de 5 logements à l’hectare) articulés autour de ces activités (golfs,
sports équestres, etc.).
Province de Mediouna
Les communes de cette province profiteront pleinement de l’effet « corridor industriel » que
constituera désormais l’axe Mohammedia – Nouaceur. Ce corridor prendra appui sur la
Route Nationale réaménagée et élargie, et sur une nouvelle ligne ferrée mixte marchandises
– passagers. Le parc d’activités de Oulad Hadda devrait s’orienter vers les énergies
renouvelables, se différenciant ainsi du pôle aéronautique de Nouaceur et des activités liées
à l‘automobile sur Sidi Moumen – Echellalate.
La ville de Mediouna bénéficierait de ce dynamisme. La fermeture de la décharge au nord de
la ville améliorera ses chances de développement. L’implantation d’un marché agricole
d’intérêt régional confortera sa vocation de carrefour d’échanges entre la Chaouia et
Casablanca.
Majjatiya se développera à partir d’un noyau situé à l’Est de Mediouna, et d’un autre noyau à
l’Ouest (Merchich).
Tit Mellil connaîtra un développement modéré, aussi bien de son tissu résidentiel que de sa
zone d’activités.
Lahrawiyine fera l’objet d’une opération de mise à niveau, de restructuration et
d’équipement, doublée d’extensions d’activités et d’une zone logistique.
Redistribution de la population
L’émergence des pôles périphériques modifiera sensiblement la distribution de la population
sur le territoire de la Wilaya.
La ville de Casablanca, qui comptait en 2004 pour plus de 81% de la population, verra sa
population s’éroder, en dépit des extensions urbaines et des grandes opérations
d’urbanisme prévues, et ne comptera plus (dans son périmètre du 01/01/2008) que 2,7
millions d’habitants en 2030 (au lieu de 2,9 millions en 2004), soit 53% de la population
future.
Cette évolution est essentiellement due au fait que la densité diminuera dans la ville sous
l’effet de la réduction de la taille des ménages.
La préfecture de Mohammedia (plus Mansouria) atteindra un million d’habitants et passera
de 9% de la population en 2004 à près de 20% en 2030, essentiellement du fait du
développement de la ville nouvelle de Zenata.
141
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
La province de Nouaceur atteindra aussi un million d’habitants et pèsera pour près de 20%
de la population 2030.
La province de Mediouna, enfin, connaîtra une croissance toute aussi forte (multiplication de
la population par trois) mais restera la province la moins peuplée. Son poids relatif passera
de 3% de la population régionale en 2004 à près de 8% en 2030.
T6. Evolution de la population 2004 – 2030 par Préfecture et Province
Préfecture / Province
CASABLANCA
MOHAMMEDIA+Mansouria
NOUACEUR
MEDIOUNA
TOTAL
142
Population 2004
2 936 874
324 875
235 551
122 103
3 619 403
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
Evolution
2004-2008
-236 874
675 125
764 449
277 897
1 480 597
Population 2030
2 700 000
1 000 000
1 000 000
400 000
5 100 000
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 22 Structure urbaine en 2030
143
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
144
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.1.2.Mise en valeur du patrimoine, et qualité architecturale
Préserver et mettre en valeur le patrimoine urbain
La préservation du patrimoine bâti, paysager, naturel, est un devoir vis-à-vis des générations
futures. Cette préservation passe par une protection réglementaire, par les moyens
économiques de l’entretien, ainsi que par un usage qui maintient ce patrimoine vivant et par
une mise en valeur. La mise en valeur du patrimoine est importante à plusieurs titres : elle
rend la ville plus attractive pour le tourisme, elle améliore le cadre de vie des habitants, elle
maintient le lien culturel avec l’histoire de la ville. Elle ne doit pas être conçue comme une
« muséification » mais comme une réinterprétation contemporaine, qui redonne vie au
patrimoine, stimule la création et jette un pont entre le passé et l’avenir.
Les plans d’aménagement devront prévoir des périmètres de sauvegarde et de mise en
valeur des quartiers patrimoniaux, des sites remarquables et des monuments historiques.
Ceci concerne les vestiges archéologiques dans le cadre du site de Sidi Abderrahmane.
Cela concerne également le patrimoine urbain et bâti remarquable d’avant le 20° siècle : la
Médina de Casablanca, les Casbahs de Mohammedia et de Mediouna, le Marabout de Sidi
Abderrahmane, le fort portugais de la Sqala.
Le patrimoine remarquable du 20° siècle est surtout représenté par l’architecture Art Déco
qui s’est développée dans les quartiers situés à l’Est de la Médina et dans le quartier des
Habous à Casablanca, ainsi que dans le centre de Mohammedia. Ces ensembles
patrimoniaux de visibilité internationale devraient faire l’objet de programmes de mise en
valeur et de protections par des recommandations architecturales intégrées aux plans
d’aménagement.
Ailleurs, ce sont des compositions urbaines remarquables héritées du passé, comme le
boulevard Rachidi remarquable par ses prospects, ou les grandes avenues plantées (Moulay
Youssef, entrée de Mohammedia, …) ou les compositions urbaines remarquables (place
Mohammed V à Casablanca, centre de Mohammedia..) ou encore des édifices ponctuels
(réalisations d’architectes célèbres, monuments religieux, hangars demi-cylindriques
caractéristiques, etc.) qui devront être identifiés et protégés dans le cadre des plans
d’aménagement.
Une attention particulière sera portée aux opérations de réhabilitation du patrimoine bâti
remarquable. Il convient de s’orienter vers la production de recommandations architecturales
s’appliquant aux quartiers patrimoniaux et qui soient intégrées ou annexées aux plans
d’aménagement ou aux programmes de sauvegarde et de mise en valeur.
Ces recommandations porteront sur des points clés tels que les soubassements, les
couronnements, les alignements verticaux et horizontaux, les modénatures, les textures des
revêtements – notamment en rez-de-chaussée -, voire les couleurs.
Produire une architecture nouvelle et un urbanisme de qualité
Le renouvellement du tissu urbain dans les quartiers récents (années 1960 à 2000) est aussi
une composante majeure de la qualité urbaine dans la mesure où ce renouvellement, qu’il
soit ponctuel ou opéré dans le cadre de grands projets de résorption de quartiers d’habitat
145
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
insalubre, menaçant de ruine ou de bidonvilles, bénéficie de l’apport d’architectes créatifs et
respectueux de l’identité de la ville.
On évitera, en particulier, de créer des quartiers « fermés » à l’occasion d’interventions sur
des périmètres qui étaient eux mêmes déjà mal intégrés à la ville – notamment les
bidonvilles.
Les grands projets urbains aussi une composante majeure de la qualité urbaine. Bien
maîtrisés par la mise en place d’une maîtrise d’ouvrage renforcée et bénéficiant de
procédures exceptionnelles pour leur conception (concours d’architecture et d’urbanisme), ils
peuvent rehausser considérablement l’image de la ville.
Dernière composante essentielle et non la moindre, les urbanisations nouvelles dans les
pôles périphériques et les extensions urbaines aux limites de Casablanca et de
Mohammedia. Les projets de lotissements et les nouveaux parcs d’activités devront éviter de
reconduire les modèles qui ont hélas été souvent répétés ces dernières années, de quartiers
fermés à l’architecture souvent monotone. Une vraie articulation avec le reste de la ville et
une véritable créativité architecturale seront requises.
146
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 23 Un développement urbain de qualité pour Casablanca
147
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
148
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 24 Une nouvelle ambition pour Mohammedia
149
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
150
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.1.3. préserver le littoral et le mettre en valeur
Le littoral sur l’ensemble du Grand Casablanca représente un enjeu fondamental pour le
développement régional. En terme de développement durable, trois enjeux se dégagent : un
enjeu d’image de la ville, un enjeu social et un enjeu environnemental. Le littoral représente
une grande partie du « poumon vert » de la Région. Il est essentiel, au moment où un
important développement urbain doit prendre place, de le préserver et de le mettre en valeur
pour que l’ensemble des habitants puisse en profiter.
A Dar Bouazza, le littoral est à dominante naturelle, même s’il subit de fortes pressions pour
le développement du balnéaire et des loisirs. Il est nécessaire de prendre conscience que la
sauvegarde des plages publiques naturelles est essentielle pour préserver l’intérêt balnéaire
du secteur. Les installations balnéaires projetées devront respecter ce caractère naturel et le
mettre en valeur. La caractère public des plages est fondamental pour l’avenir de Dar
Bouazza.
A Casablanca, le projet du littoral est fondamental pour le changement d’image de la ville.
Ses principaux axes sont l’ouverture de la ville sur la mer au niveau du premier bassin du
port, des aménagements réussis pour le projet Marina, pour la « nouvelle corniche » et pour
la pointe d’El Ank, la préservation du site de Sidi Abderrahmane et la réalisation du projet de
grand parc archéologique dans la carrière, l’extension du port à l’Est, la requalification de la
façade urbaine de Ain Sebaa, et l’amélioration de la qualité environnementale des côtes et
de l’eau devant les zones industrielles de Ain Sebaa et de Sidi Bernoussi.
La préfecture de Mohammedia comprend deux communes côtières, Aïn Harrouda (future
Zenata), et Mohammedia. La ville nouvelle de Zenata sera entourée par de larges coupures
vertes allant jusqu’à la mer afin de préserver la ville des zones industrielles. Le littoral, sur
l’ensemble de la section urbaine, sera constitué de larges plages publiques, accessibles à
tous pour que l’ensemble des habitants puissent en profiter. Il est important de concevoir de
très larges percées depuis la ville jusqu’à la plage pour bénéficier de ces perspectives.
Le littoral est coupé par une séquence industrialo-portuaire à l’ouest du port de
Mohammedia. Une meilleure organisation urbaine des activités permettra une meilleure
lisibilité et surtout, un respect et une préservation des zones littorales. Il est fondamental de
traiter en amont tous les rejets industriels afin de ne rien rejeter de polluant dans l’océan.
Dans la partie urbaine de Mohammedia, les plages publiques urbaines participeront à la
mise en valeur de la ville et de son patrimoine. Il faut éviter qu’elles soient obstruées par une
extension du port sur son bassin.
A Mansouria, s’alterneront des séquences de plages publiques, de plages naturelles
sauvegardées et d’installations balnéaires. Les plages publiques seront dans la continuité de
Mohammedia, au droit du développement urbain de la ville. Suivra une séquence
d’installations balnéaires, puis une large séquence de plages naturelles sauvegardées, et
pour finir, un développement balnéaire.
Le potentiel de développement balnéaire est important à Mansouria. Dans l’objectif de
préserver une forte attractivité touristique, il est essentiel de préserver la nature existante, le
caractère public des plages et des développements balnéaires modérés et diversifiés. Il est
important de sauvegarder le paysage exceptionnel des plages.
151
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
152
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 25 Un littoral préservé et mis en valeur
153
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
154
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 26 Schéma de développement stratégique du littoral
155
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
156
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.1.4. Penser la verticalité
Enfin, la qualité urbaine gagnera dans la maîtrise de la pression des promoteurs pour
réaliser des immeubles de grande hauteur (gratte-ciel). Ces immeubles ne peuvent pas
prendre place n’importe où dans la ville. S’ils sont bien situés et bien conçus, ils peuvent
devenir des points forts valorisants pour l’ensemble de la ville. Aussi faut-il déterminer au
préalable les emplacements acceptables pour de telles constructions, ou du moins les
critères à respecter.
À Casablanca, quelques immeubles ou groupes d’immeubles dépassent le velum urbain
général. La plupart n’excèdent pas 10 à 15 étages (30 à 40 m). Seules les Twin Towers
(160 m) et le minaret de la grande mosquée Hassan II (220 m) dépassent nettement.
Comme dans toutes les métropoles du monde, une demande existe pour construire des
gratte-ciel, pour des raisons à la fois économiques et d’image. Il s’agit de définir les
emplacements où celles-ci vont pouvoir renforcer l’image de Casablanca et ne pas perturber
leur voisinage. Il semble admis de ne pas dépasser le niveau du minaret de la grande
mosquée de façon à le laisser dominer significativement. On peut donc définir deux types
d’immeubles plus hauts que le velum moyen : des gratte-ciel (100 à 200 m) et des
immeubles « de bonne hauteur » (30 à 40 m).
Les sites potentiels pour des Gratte-ciel et des immeubles « de bonne hauteur »
Les gratte-ciel sont conçues essentiellement pour des activités tertiaires, bureaux ou hôtels,
bien que la tendance générale est aujourd’hui à la mixité, avec des bureaux, des commerces
et des appartements résidentiels.
Pour l’activité de bureaux, les gratte-ciels sont surtout recherchées par des entreprises au
personnel nombreux, souhaitant regrouper leurs employés et/ou ajouter une dimension de
puissance et de modernité à leur image à travers l’architecture verticale.
Pour les hôtels, les tours permettent une distribution standardisée des chambres de manière
répétitive sur les niveaux. Les étages les plus élevés sont utilisés en restaurants et bars
panoramiques.
L’utilisation des tours pour l’habitation est possible, mais il faut être vigilant quant
l’acceptabilité culturelle de ce type d’habitat (fenêtres fermées, surtout aux étages élevés) et
quant à la capacité d’assurer une gestion infaillible (sécurité incendie, fonctionnement des
fluides et des ascenseurs…) dans le cadre de copropriétés.
A partir du moment où les gratte-ciels seraient utilisées de manière dominante pour des
activités de bureau et d’hôtels, les périmètres dans lequel on peut envisager d’en construire
se trouvent délimités par la présence d’un marché immobilier pour ce type d’activités.
Dans le Grand Casablanca, ces périmètres sont, d’une part, l’hypercentre de Casablanca
entre le front de mer et la rocade Zerktouni, d’autre part l’ensemble axe Sidi Maarouf – site
de l’ancien aérodrome d’Anfa et, en troisième lieu, le centre de la future ville nouvelle de
Zenata.
Le critère de visibilité et d’image conduit à sélectionner, au sein de ces ensembles, les lieux
les plus remarquables pour une implantation ponctuelle ou groupée de tours, en particulier :
157
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
-
-
-
L’actuel quartier d’affaires de Sidi Belyout et ses abords (Est de la Marina, Place des
Nations Unies et extension vers l’Est le long du port) ;
Les carrefours des principales radiales avec le boulevard Zerktouni ;
L’entrée Nord du site d’Anfa (croisement Grande Ceinture et boulevard Yacoub Mansour)
et l’axe de l’ancienne piste sur le site ;
Le carrefour « technoparc » de Sidi Maarouf ;
La corniche au droit de la pointe d’El Hank : mais il faut veiller, dans ce périmètre comme
dans le projet Marina, à éviter de « concurrencer » la verticalité de la Grande Mosquée,
qui doit demeurer un édifice dominant ;
Le débouché de l’axe Nord-Sud dans le projet de nouvelle corniche entre la Grande
Mosquée et la pointe d’El Hank, en veillant là aussi à rester nettement en deçà de la
hauteur du minaret de la Grande Mosquée ;
Le cœur de la ville nouvelle de Zenata.
Des immeubles de bonne hauteur (30 à 40 m) peuvent quant à eux être disposés sur des
linéaires plus importants :
-
Les axes prestigieux et suffisamment larges, comme le boulevard d’Anfa, l’avenue
Hassan I, le boulevard ZerktouniI ou d’autres (bd de Strasbourg - Mohammed VI..)
L’axe principal de Sidi Maarouf entre le Technoparc et Casashore ;
Les autres axes tertiaires qui figureront dans la composition urbaine qui sera retenue
pour le projet de développement du site opérationnel d’Anfa
Tours et composition urbaine
Les immeubles de grande hauteur présentent une problématique particulière au plan de la
composition urbaine.
Le but de toute composition est de créer une « unité », un « ensemble harmonieux » :
l’utilisation de contrastes de volumes, de hauteurs, de pleins et de vides, de matériaux, n’est
pas antinomique du principe d’unité si l’on parvient à assembler harmonieusement des
éléments contrastés et à parvenir à un « équilibre » entre les composants.
L’introduction de tours dans une composition réussie peut se faire de manières différentes :
-
Dans un quartier d’affaires, on a plusieurs tours qui forment ensemble une « silhouette
urbaine » caractéristique, qui exprime la puissance financière et tertiaire. C’est le cas de
Manhattan et de La Défense, ce peut être le cas à Sidi Belyout et son extension vers
l’Est.
-
Sur une avenue ou un boulevard, des immeubles de grande hauteur peuvent prendre
place, sur un côté ou sur les deux côtés. Il faut veiller à ce que la hauteur des immeubles
soit homogène et rythmée sur un côté donné, au moins sur une séquence suffisamment
longue pour donner le sentiment d’unité, en évitant en même temps une hauteur trop
constante qui ferait un « mur » séparant les tissus arrière de la voie. C’est le cas actuel
de l’avenue Hassan II, par exemple, où l’on n’est pas dans une logique de tours mais
d’immeubles de bonne hauteur.
-
Un groupe de deux à quatre tours isolées : c’est un élément de composition urbaine que
l’on peut utiliser pour signaler une centralité importante, créer un point de repère, se
situer dans un axe visuel significatif. C’est une disposition appropriée pour des carrefours
importants (comme dans le cas des Twin Towers sur le Zerktouni), ou pour le débouché
d’axes importants (comme la porte Nord du site d’Anfa).
158
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
-
Une tour isolée : c’est le cas le plus délicat à traiter car une tour isolée crée forcément
une opposition forte avec son environnement urbain, brisant l’unité de l’ensemble. Aussi,
ce type de configuration n’est admis que pour des constructions ayant un sens qui justifie
pleinement leur implantation: le minaret, le phare, l’horloge, le clocher, représentent ce
type de sens justificatif. La Tour Montparnasse à Paris reste un exemple de mauvaise
insertion dans la ville. En revanche, la tour 30 Ste Mary Square à Londres semble mieux
admise dans la mesure où elle succèderait à Big Ben comme référence et point de
repère, davantage dans l’air du temps. A Casablanca, le minaret de la Grande Mosquée
est le seul exemple de construction isolée de grande hauteur, et sa réussite en tant
qu’emblème (Landmark) tient beaucoup au sens sacré qui y est associé et à l’absence
de grande verticalité à ses abords : il est souhaitable de maintenir cet état de fait en ne
dépassant pas R+8 jusqu’au projet d’hôtel à l’Est du projet Marina, jusqu’après le
cimetière d’El Hank, et jusqu’au débouché de l’Avenue Royale.
Tours, patrimoine et vie sociale
La construction d’immeubles hauts ou de tours doit se faire dans le respect du patrimoine
architectural unique de Casablanca, notamment du tissu urbain traditionnel de sa Médina et
de ses immeubles Art Déco : elle ne doit pas favoriser leur démolition, ni altérer leur cadre.
Cela n’empêche pas forcément de bâtir à proximité de bâtiments classés, en sachant
dialoguer avec eux, voire d’inclure des bâtiments anciens d’un intérêt moindre ou certains de
leurs éléments (façades…) dans des projets contemporains (p. ex. en les traitants comme
entrée ou soubassement du gratte-ciel).
La construction d’immeubles de grande hauteur ne doit pas porter atteinte à l’intimité des
habitants d’immeubles bas qui seraient surplombés par ces constructions en hauteur.
Tours, densités et transports
La construction de tours accroît la densité d’emplois (de bureau) ou résidentielle (hôtellerie)
et induit de ce fait un besoin accru de moyens de transport. Il faut éviter d’implanter ce type
de construction sur des sites mal desservis par les transports.
Ce couplage Transports – Tours sera essentiel si l’on envisage de construire des tours sur le
site opérationnel d’Anfa, ou si l’on veut développer le quartier hôtelier qui fait face à la pointe
d’El Hank. Le long du Boulevard Zerktouni, il faut prendre garde à ne pas aggraver la
congestion des axes radiaux et des rocades et bien penser les carrefours.
Tours et environnement
Il faut enfin signaler que les gratte-ciel demeurent à ce jour les constructions les « moins
écologiques » que l’on puisse réaliser, dans la mesure où ils exigent un apport d’énergie plus
important pour faire monter les fluides et les ascenseurs, ainsi qu’un système de
climatisation. Les expériences les plus récentes pour réduire cette surconsommation (double
paroi, panneaux solaires, énergie éolienne, régulation des températures par pièce, etc) ont
conduit, dans le meilleur des cas, à réduire de 40% l’énergie consommée par rapport à un
gratte-ciel de la génération des années 1990. C’est remarquable mais cela reste en deçà
des progrès similaires réalisés en construction Haute Qualité Environnementale (HQE) sur
des immeubles plus classiques.
159
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
160
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 27 Schéma de verticalité
161
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
162
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.1.5. Réussir les Grands Projets Urbains
Les grands projets urbains sont un instrument puissant de régénération urbaine et de
création d’une offre moderne d’habitat, d’équipements, d’activités et de services. Ces projets
sont aux villes ce que les grandes réformes sont aux pays qui veulent avancer en s’adaptant
au monde moderne. C’est avec de tels projets que des villes comme Barcelone, Marseille,
Londres, Berlin et tant d’autres ont opéré leur mutation et adapté l’offre urbaine aux
exigences économiques, sociales et environnementales de ce début du XXI° siècle.
Dans la ville de Casablanca, trois sites majeurs devront accueillir des projets urbains
d’envergure pour répondre à ces exigences : à l’Ouest, le site de l’ancien aérodrome d’Anfa
dans l’arrondissement de Hay Hassani ; à l’Est, l’arrondissement de Sidi Moumen (opération
à compléter en direction de Lahrawiyine et à articuler avec Aïn Sebaa) ; au Nord : le front de
mer, aussi bien à l’Est (façade maritime de Aïn Sebaa) qu’à l’Ouest (série d’interventions :
Port, Marina, Avenue Royale, Nouvelle Corniche, El Ank, Sidi Abderrahmane)
En périphérie, les grands projets urbains sont, d’une part, l’aéroville de Nouaceur, en cours
de développement, et la ville nouvelle de Zenata.
Le Grand Projet Urbain d’Anfa
La décision royale, en octobre 2005, de déclassement de l’aérodrome d’Anfa a ouvert la voie
à la réalisation d’un grand projet urbain sur un site exceptionnel de près de 400 hectares,
positionné dans l’arrondissement de Hay Hassani, entre le cœur historique de Casablanca et
les nouveaux quartiers d’activité, d’enseignement supérieur et d’habitat de Sidi Maarouf à
Aïn Chock.
L’instruction royale concernant le programme de ce projet est claire. Il s’agit de créer une
offre mixte d’habitat pour toutes les catégories de la population, de grands équipements dont
un grand parc urbain, des locaux d’activités diversifiés, le tout bien desservi par les moyens
de transport et bien inséré dans les tissus urbains environnants.
En moins de trois ans après la décision royale, les préparatifs de lancement des travaux sont
bien avancés, avec un programme, un schéma d’aménagement et une structure
opérationnelle.
Le nouveau quartier qui sera créé changera l’image de la ville et donnera une visibilité
internationale forte à Casablanca. Il rehaussera le niveau de services offerts à la population
grâce aux infrastructures de transport, aux équipements culturels et de formation, et au
grand parc urbain. Il constituera un nouveau centre animé par les commerces, les
manifestations civiques, les promenades. Il exprimera la mixité de la population par son offre
diversifiée de logements pour toutes les catégories sociales.
Ce projet sera conçu comme une partie intégrante de la ville et non comme l’implantation
d’un corps nouveau qui fonctionnerait en autarcie. Il est pour cela essentiel que ce projet soit
l’occasion de mailler le réseau de voirie de la ville en le faisant traverser le site du projet. De
même, il est essentiel que les programmes de logement s’adressent à toutes les catégories
de la population. On évitera enfin une trop forte séparation des fonctions – résidentielle et
non résidentielle – pour ne pas avoir de quartiers inanimés à la tombée de la nuit.
163
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Le Grand Projet Urbain du Front de Mer
L’appellation « Grand projet urbain du front de mer » s’impose, bien qu’il ne s’agisse pas
d’une seule opération mais d’une série d’opérations longeant la côte, certaines privées,
d’autres publiques (notamment sur le port, la voirie, le fer, les espaces verts et
l’assainissement).
Il est en effet nécessaire de porter un regard global sur ce qui doit être fait en bord de mer,
car la façade maritime de Casablanca forme un tout limité à quelques kilomètres, qu’il faut
aménager dans le cadre d’une vision d’ensemble en tenant compte de l’histoire, des
vocations des séquences successives, et de l’image globale que l’on veut donner de la ville
à travers cette vitrine qu’est le front de mer.
Aussi, les opérations d’aménagement devront s’égrener ainsi, d’Est en Ouest :
-
L’aménagement d’une coupure verte – partie de la ceinture verte de Casablanca - entre
la future ville nouvelle de Zenata et la ZI de Sidi Bernoussi, cette coupure verte
accueillant par ailleurs la station de traitement des eaux usées de Sidi Bernoussi.
-
Au delà de la ZI de Sidi Bernoussi qui devra être en partie réhabilitée (tissu industriel et
logistique à mettre en ordre), c’est la façade maritime de Aïn Sebaa qui fera l’objet d’une
opération de requalification, avec l’objectif d’en exclure les poids lourds et de remplacer
les constructions hétéroclites qui se trouvent du côté Océan par des aménagements et
équipements balnéaires et de loisirs.
-
Le front de mer devant la ZI de Aïn Sebaa devra être converti progressivement en
espace d’exposition et de vente (showrooms) tout en ménageant la possibilité d’étendre
le Port jusqu’à la pointe d’Oukacha.
-
L’opération « Interface Ville-Port » prendra place au niveau de l’articulation entre la
Médina, le quartier d’affaires et le premier bassin du Port. Il s’agit de déclasser ce
premier bassin en le mettant hors douane, de déclasser tout ou partie du quai Tarek, de
reculer la gare de Casa Port vers l’Est, de réaliser un projet de développement urbain
axé sur les loisirs (ce qui n’exclut pas de maintenir le port de pêche artisanale) sur une
partie des quais déclassés, d’ouvrir l’accès de ces quais au public…
-
Le projet Marina est désormais bien avancé. Il créera une offre nouvelle d’établissements
hôteliers et de loisirs, de bureaux, commerces et logements dans le cadre d’un projet
urbain et architectural de qualité. Un centre de congrès devrait être inclus dans ce
programme. A défaut, il devrait être réalisé dans le cadre de l’opération précédente
(interface ville-port).
-
Au droit de la Grande Mosquée Hassan II, il faudra conduire le projet de l’Avenue Royale
à son terme, l’option retenue consistant désormais à limiter le projet à l’axe rectiligne déjà
ouvert (jusqu’au boulevard Ziraoui comme limite). Une offre immobilière de prestige
pourra prendre place de part et d’autre de la percée, avec un traitement particulier à
réserver au point focal qui fera face à la Grande Mosquée. Ce projet nécessite une
démarche d’ingénierie de qualité, démarrant par une procédure de concours de
conception.
-
La « Nouvelle Corniche » , ce projet, non encore défini, est essentiel pour la nouvelle
image de Casablanca. Plusieurs alternatives restent valables : un parc urbain linéaire
avec de grands équipements, un nouveau front bâti, ou une solution mixte front bâti et
équipements sur parc. Le projet devra respecter plusieurs principes d’aménagement dont
164
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
une large promenade publique en bord de mer, des bâtiments de hauteur maximum R+7
coté Côtière et R+5 coté océan, un alignement obligatoire sur rue et une animation des
rez-de-chaussée.
-
La pointe d’El Ank. L’objectif de ce projet est de valoriser et utiliser au mieux ce site
exceptionnel en créant un parc public, ainsi qu’une large promenade publique en bord de
mer et en continuité avec celle de la Nouvelle Corniche. La promenade sera jalonnée de
belvédères en bord de mer et le parc ,d’équipements de prestige.
-
Au delà de la corniche de Casablanca, la dernière opération à l’Ouest concernera
l’ensemble constitué par le parc Sindibad, le parc et le musée archéologiques De Sidi
Abderrahmane.
Le Grand Projet Urbain de Sidi Moumen
Le territoire de Sidi Moumen est porteur d’enjeux majeurs pour le développement
harmonieux de Casablanca et, au delà, du Grand Casablanca. En effet, cet arrondissement
de l’Est de la ville concentre un ensemble de difficultés sociales, d’habitat, de desserte et
d’équipement, qui contraste fortement avec le standing des quartiers de l’Ouest et du cœur
de Casablanca.
Sidi Moumen n’est certes pas le seul arrondissement de la ville qui connaît ce type de
difficultés, mais il est devenu emblématique du déséquilibre global qui s’est instauré entre
des quartiers Ouest qui accueillent les populations aisées et les activités économiques les
plus avancées, et des quartiers Est plus populaires avec un habitat souvent dégradé, un
manque d’équipements et de services, et un environnement industriel souvent porteur de
nuisances.
Pour éviter un développement dual de la ville, il est nécessaire d’engager des actions fortes
en faveur des quartiers Est.
Le programme à envisager comprendra donc, en son cœur, l’arrondissement de Sidi
Moumen, qui devrait faire l’objet de diverses actions complémentaires :
-
-
-
Une résorption des bidonvilles et de l’habitat insalubre, avec des programmes de
logements de qualité pour héberger les populations sur place ;
La résorption des sites d’activités nuisantes enchâssées dans les quartiers d’habitat ;
La réalisation du Grand Parc Urbain sur le terrain du don royal prévu à cet effet ;
La construction du Grand Stade de Casablanca sur une partie de ce terrain, ce qui
créera une centralité de niveau régional voire international au cœur de l’Est
Casablancais ;
La desserte de Sidi Moumen et du Grand Stade par des transports collectifs de grande
capacité, d’abord le tramway et à terme le métro qui le reliera à l’hypercentre de
Casablanca ;
Une amélioration substantielle de la voirie et des équipements de proximité ;
Une composition urbaine autour d’un axe qui prolonge celui de la Préfecture de Aïn
Sebaa vers le Sud – plutôt que vers le Nord comme prévu précédemment ;
Une extension de la zone industrielle de Sidi Moumen vers l’Est offrant de nouveaux
emplois pour la population notamment dans le cadre d’un projet de cité de l’automobile.
165
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
La ville nouvelle de Zenata
Ce projet urbain, déjà inscrit au précédent SDAU, devrait pouvoir enfin être réalisé.
Il s’agit de créer un ensemble urbain mixte sur la commune de Ain Harrouda pouvant
s’étendre sur le territoire voisin de Echellalate, sous l’appellation nouvelle de Zenata.
La commune de Ain Harrouda s’étend sur 2400 ha dont 200 ha d’espace littoral à préserver
et 400 ha de coupures vertes à maintenir et aménager notamment au contact des parcs
d’activités de Mohammedia et de Sidi Bernoussi.
Ain Harrouda devrait compter à terme 70 000 ménages environ, soit près de 250 000
habitants contre 42 000 au recensement de 2004, et 650 ha de parcs d’activités accueillant
de l’industrie, de la logistique et des commerces de grandes surfaces, en plus d’un pôle
tertiaire important au cœur du quartier résidentiel et d’installation balnéaires et de loisirs le
long du littoral.
Les parcs d’activités seront aménagés en continuité avec les zones industrielles et
logistiques de Mohammedia. Ils seront isolés des espaces résidentiels par des coupures
vertes. Ces parcs d’activités seront la pièce maîtresse du nouveau centre industriel et
logistique de dimension internationale recommandé par le SDAU à cet endroit, et qui devrait
être puissamment renforcé par l’aménagement d’un nouveau port, à partir de 2020, sur la
côte faisant face à la zone industrielle de la SAMIR.
IV.1.6. Les autres périmètres d’intervention
Outre les Grands Projets Urbains, le SDAU définit d’autres périmètres qui appellent des
interventions publiques importantes :
La régénération des zones d’habitat précaire
Le Grand Casablanca ne devrait compter, en 2030, plus aucun ensemble d’habitat insalubre,
bidonville ou logements menaçant de ruine.
Un effort substantiel devra être déployé pour atteindre cet objectif. Il devra porter à la fois sur
une offre de logements neufs dans les secteurs d’extension situés dans la couronne et dans
les périmètres des Grands Projets Urbains, et sur des programmes de résorption de l’habitat
insalubre.
Les bidonvilles couvrent près de 1000 hectares dans le Grand Casablanca, dont plus des
deux tiers dans la ville – centre.
Le quartier Derb Sultan / Al Fida, d’habitat insalubre menaçant de ruine, couvre plus de 200
hectares.
Dans un cas comme dans l’autre, il faudra trouver des solutions de relogement, qui
concerneront des dizaines de milliers de familles. C’est un travail de longue haleine, mais
qu’il faut entreprendre sans tarder.
Dans d’autres quartiers de la ville, ce sont des actions de « requalification » qu’il faut
conduire, comme à Sidi Moumen, où près plusieurs centaines d’hectares de tissus
résidentiels sont concernés. Il s’agit, dans ce type de cas, d’opérations complexes incluant
166
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
différents cas de figure, améliorations du niveau d’équipement du quartier, destruction de
certains immeubles, relogement provisoire (le temps d’une reconstruction) ou définitif, etc.
Une maîtrise d’ouvrage forte est requise pour chaque opération, et un observatoire
permanent est requis pour le monitoring de l’ensemble des interventions.
L’obstacle essentiel à surmonter sera toujours le décalage entre les coûts de production des
logements et le niveau de solvabilité très bas d’une grande partie des ménages (ceux dont
les revenus mensuels sont aujourd’hui inférieurs à 2000 Dhs). Les financements spécifiques
tels que le FOGARIM permettent de solvabiliser une partie de ces ménages mais pas tous.
La régénération des anciennes zones industrielles
Les actions de régénération des tissus industriels de Essoukhour Essawda, de Aïn Sebaa
et de Sidi Bernoussi devraient améliorer de manière substantielle, non seulement l’offre
d’emplois dans les ZI, mais également la qualité du cadre de vie sur les voies qui les
traversent et la qualité de l’air dans les environs.
Les industries qui se trouvent au contact des zones d’habitat devront être reconverties en
activités non nuisantes : industries non nuisantes, activités tertiaires, ou entrepôts n’induisant
pas de trafic de poids lourds et ne stockant pas de matériaux dangereux.
A l’Ouest de la ligne de chemin de fer qui passe par la gare Casa Voyageurs, les industries
qui subsistent devront être toutes remplacées par des activités non nuisantes.
167
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.2.Un développement économique sur des axes majeurs et des
pôles spécifiques
Le choix d’un développement urbain polycentrique s’appuyant largement sur les pôles
périphériques s’accompagne d’un redéploiement des pôles d’activités sur un territoire plus
vaste qu’aujourd’hui. Ce redéploiement se fera le long de nouveaux axes, avec notamment
un couloir industriel et logistique majeur entre Mohammedia et Nouaceur, et un axe tertiaire
et d’innovation sur l’axe Anfa – Sidi Maarouf en direction de Bouskoura et de Nouaceur
IV.2.1. Les pôles et axes tertiaires et technopolitains
Le Cœur tertiaire de Casablanca
Le quartier historique des affaires à Sidi Belyout gardera son dynamisme et bénéficiera du
développement de nouveaux immeubles de bureaux, en son sein et à proximité immédiate,
le long des avenues environnantes (Hassan II, Anfa, etc.).
La lisibilité de la place des Nations Unies et de la place Mohammed V, place administrative
de Casablanca, sont des atouts forts pour un renforcement durable de l’axe tertiaire de
l’avenue Hassan II.
A l’Est, le centre d’affaires historique sera prolongé par des surfaces d’exposition vente
(showrooms) qui renouvelleront le tissu existant d’entrepôts et d’industries anciennes.
A l’Ouest, de nouveaux quartiers de bureaux verront le jour avec la réalisation du projet
Marina puis, à proximité, du projet de l’Avenue Royale.
Aux limites du « cœur de ville », le Boulevard Zerktouni offre, par sa forte lisibilité de
« rocade intérieure », des opportunités d’implantation d’activités tertiaires, qui continueront à
s’y développer.
Le cœur de ville (à l’intérieur du Zerktouni) est tout entier un espace de développement des
fonctions touristiques (hôtellerie, restaurants, équipements de loisirs,..), commerciales (demigros et détaillants, môles commerciaux de centre ville, marchés de rue,..) et de services
administratifs et privés (professions libérales, services aux entreprises, services aux
personnes,…).
L’axe technopolitain Anfa – Sidi Maarouf
La dynamique qui a pris place sur l’axe de Sidi Maarouf entre le Technoparc et Casashore
est une dynamique technopolitaine au sens où elle associe l’implantation d’entreprises
industrielles ou de services à forte valeur ajoutée, de centres de services et de pôles de
formation, d’enseignement supérieur et de recherche.
Cette dynamique sera renforcée par la réalisation du grand projet urbain d’Anfa et par
l’implantation du terminus Sud de la Ligne à Grande Vitesse.
Seront ainsi réunies les conditions de création d’un véritable Centre d’Affaires International
(CAI), clairement identifié, pôle de référence, lieu d’identification, espace incontournable pour
un positionnement économique.
168
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
De nombreuses Métropoles mondiales ont compris l’enjeu d’une « reconnaissance »
internationale à travers l’existence d’un CAI, pôle regroupant quartiers généraux de grandes
entreprises et prestations de services destinés à faciliter des échanges internationaux. L’axe
technopolitain Casa-Anfa-Sidi Maarouf devrait accueillir ces nouvelles fonctions.
Il sera nécessaire, le long de cet axe, et plus particulièrement sur le site de Casa-Anfa, de
créer une offre de parcs d’activités de rang international, alliant qualité et référence, et de
mettre en place un grand pôle scientifique et technologique : le « Jardin des Sciences » de
Casablanca (JASCA) alliant activités high-tech, campus universitaires, formation, mais aussi
résidence et activités de services.
Compte tenu de la faiblesse du potentiel de R&D, il faut donner une grande priorité au
développement des Sciences, des Technologies et de l’Innovation.
Les pôles tertiaires de Mohammedia et de Zenata
Hors Casablanca, des implantations tertiaires comprenant des immeubles de bureaux, des
hôtels et une offre commerciale et de loisirs de centre-ville prendront place au cœur de
Mohammedia, dans le respect du patrimoine ancien, ainsi qu’au cœur de la ville nouvelle de
Zenata où des formes architecturales audacieuses pourront prendre place.
Il faut, en effet, encourager ce type d’implantations à l’Est de Casablanca pour l’équilibre
général de la métropole. Le développement du centre industriel et logistique de dimension
internationale Mohammedia-Zenata, couplé au terminal pétrolier et, à terme, au nouveau
port de Zenata, incitera nombre d’entreprises tertiaires à rechercher des implantations de
prestige à proximité, ou tout simplement des implantations de leurs employés.
Les centres tertiaires secondaires des pôles périphériques
Tous les pôles périphériques auront leur centre administratif et de services, pouvant
accueillir des activités tertiaires de diverses nature même s’il ne s’agit pas nécessairement
de tertiaire supérieur.
Les communes de Dar Bouazza et de Mansouria développeront un tertiaire lié au tourisme et
à la villégiature, hôtellerie et restauration.
La commune de Bouskoura, appelée à devenir ville universitaire, pourra prétendre à des
implantations de bureaux et de showrooms en lien avec les parcs d’activités de Bouskoura et
Oulad Saleh.
Nouaceur, qui devrait accueillir en plus de l’aéroport, le parc d’expositions international de
Casablanca, peut développer des bureaux, des hôtels et des commerces.
Toutes les autres communes appelées à se développer dans le cadre de l’actuel SDAU
pourront, à des degrés divers, développer des centres tertiaires qui accueilliront au moins
des fonctions administratives, sociales et commerciales.
169
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.2.2. Les parcs d’activités industrielles
La géographie industrielle du Grand Casablanca est appelée à se modifier profondément.
Les zones industrielles les plus anciennes (Essoukhour Essaouda, Ain Sebaa, Sidi
Bernoussi) qui concentraient jusqu’ici l’essentiel des activités, seront progressivement
réhabilitées alors qu’une nouvelle génération de parcs d’activités, dont on perçoit les
prémisses à Sidi Maarouf, Bouskoura et Nouaceur, se développera à l’extérieur de la ville
centre, notamment le long du couloir industialo - logistique Mohammedia – Nouaceur.
Le Grand Casablanca comptait en 2004 un total de 4500 ha d’emprises d’activités
industrielles et d’entreposage. Le SDAU prévoit d’y ajouter 5000 ha d’ici 2030, aménagés en
parcs d’activités pouvant recevoir des industries de différentes catégories, des parcs
logistiques, des parcs commerciaux ou encore des parcs technologiques.
Réhabilitation et évolution des pôles industriels les plus anciens
En dépit de la progression de la part des activités tertiaires, la ville de Casablanca devrait
conserver une tradition industrielle, dont les foyers historiques sont les ZI d’Essoukhour
Essaouda, Aïn Sebaa et Sidi Bernoussi.
Ces trois zones industrielles ont vieilli et nécessitent des actions de régénération, qui
consistent en une résorption des friches industrielles et une meilleure organisation des zones
industrielles et d’entreposage.
Une reconversion des sites est possible à l’occasion de ces programmes de régénération.
Ce sera le cas à Essoukhour Essaouda, zone enchâssée dans les quartiers d’habitat, où il
sera souhaitable de s’orienter vers des activités industrielles légères, de l’artisanat, des
services, du commerce.. C’est également le cas sur la façade maritime de la ZI de Aïn
Sebaa, qui verra se développer les showrooms.
L’orientation vers des activités non nuisantes de manière générale est un choix stratégique
pour toutes ces zones d’activités anciennes aujourd’hui débordées par les quartiers
d’habitat. Mais cette orientation ne doit pas être appliquée sans discernement et sans tenir
compte des impératifs économiques des entreprises. Ainsi toute nouvelle demande
d’implantation d’une industrie nuisante dans ces ZI devrait être interdite et renvoyée en
périphérie ; en revanche, une certaine tolérance peut s’avérer nécessaire pour les projets de
réhabilitation et de modernisation d’industries nuisantes en activité sur ces sites.
Le centre industrialo – logistique de dimension internationale Mohammedia – Zenata
Le projet industriel phare de la prochaine décennie dans le Grand Casablanca sera sans
doute le développement d’un grand parc d’activités industrielles et logistiques à Zenata en
continuité avec l’extension de la zone industrielle de Mohammedia.
Mohammedia compte déjà 550 hectares d’emprises industrielles et Ain Harrouda environ 50
hectares d’industries disséminées qui seront conservées dans le futur schéma de la ville
nouvelle. A ces 600 hectares viendront s’ajouter pas moins de 890 hectares de
développements industriels, logistiques et commerciaux nouveaux dont environ 280 ha sur
Mohammedia et 610 ha sur Ain Harrouda. A proximité immédiate, Echellalate devrait
recevoir des parcs d’activités neufs d’une superficie cumulée de 680 hectares.
170
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
L’ensemble ainsi constitué à la jonction des 3 communes de Mohammedia, Ain Harrouda et
Echellalate offrira à terme 2170 hectares de parcs dédiés aux activités économiques (dont
600 existants et 1570 ha neufs), soit près du quart de la surface cumulée de parcs d’activités
(logistique comprises) du Grand Casablanca à l’horizon 2030. A titre comparatifs, les 3
grandes ZI de Casablanca (Essoukhour Essawda, Ain Sebaa et Sidi Bernoussi) offrent une
surface cumulée de 1100 hectares soit la moitié environ de ce nouveau pôle.
Il s’agit donc d’un pôle d’une puissance exceptionnelle, qui pourra s’appuyer sur une
excellente desserte multimodale avec l’autoroute, le chemin de fer, le terminal pétrolier et le
futur port de Zenata.
Le couloir industrialo - logistique Mohammedia - Nouaceur
Le pôle Mohammedia – Zenata sera complété par une offre de parcs d’activités en chapelet
le long de l’axe Mohammedia Nouaceur, avec respectivement 190 ha à Tit Mellil
(actuellement 53 ha remplis), 1000 ha à Sidi Hajjaj Oulad Hassar (dont 800 ha sur le parc de
Oulad Hadda à terme et 200 ha d’industries existantes), 60 ha à Mediouna et ses environs
(Majjatiya), et 1100 ha à Nouaceur (dont 270 déjà remplis)
Si bien qu’aux 2170 ha du pôle Mohammedia – Zenata – Echellalate, viendront s’ajouter
2300 ha sur le reste de ce couloir industrialo – logistique.
Les différents pôles de ce couloir développeront des activités spécifiques, à côté d’activités
plus courantes. On peut ainsi imaginer que Nouaceur accueille les activités aéronautiques,
Oulad Hadda les activités liées aux énergies renouvelables, Echellalate et Sidi Moumen les
activités automobile, Mohammedia et Zenata l’industrie pétrolière et chimique. D’autres
spécialisations apparaîtront avec le temps, qui dépendront des effets d’entraînement que
produiront les implantations d’entreprises leaders.
Il conviendra en tout état de cause d’organiser le transport de personnes et de marchandises
le long de ce couloir en augmentant les capacités de la Nationale pour recevoir un trafic
important de poids lourds et pour éviter les conflits poids lourds – voitures individuelles aux
carrefours, et en créant une liaison ferrée sur tout le parcours, de type RER pour faciliter le
transport des actifs entre les lieux d’habitat et les lieux d’emploi.
Les parcs d’activités de la couronne et sur la rocade autoroutière de contournement
La rocade autoroutière de contournement offre aussi des opportunités importantes
d’implantations d’activités, une dynamique déjà observable aux nœuds routiers avec les
radiales que sont la route de Tit Mellil, de Mediouna et de Bouskoura – Nouaceur.
Aussi, le SDAU prévoit des implantations d’activités à la limite des arrondissements
périphériques de Casablanca, ainsi qu’à Lahrawiyine et Majjatiya.
Les développements industriels informels qui avaient pris place au sud de la rocade,
notamment au croisement avec la route de Tit Mellil, devront être restructurés.
Les parcs d’activités à l’Ouest de Casablanca
Les développements industriels les plus importants à l’Ouest de Casablanca sont ceux de la
route d’El Jadida et de la route de Bouskoura. Ces ZI, relativement anciennes et pour une
171
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
bonne part déstructurées, devront être modernisées et confortées par de nouvelles
implantations qui en rehaussent l’image.
Des zones logistiques de fret seront aménagées sur ces parcs d’activités pour assurer un
service moderne de transbordement, ce qui aura également pour effet de résorber le
désordre dû à l’absence d’organisation de la logistique sur ces zones situées sur des axes
importants.
Le parc d’activités de Bouskoura – Oulad Saleh
Ce parc d’activités composé de deux lotissements industriels accueille d’ores et déjà des
entreprises modernes qu’il convient de conforter par de nouvelles implantations. Des
extensions sont prévues à cet effet, notamment sur le territoire de Oulad Saleh.
Le développement du réseau routier avec une jonction facilitée vers Nouaceur, Mediouna et
Mohammedia, et la croissance urbaine prévue à Bouskoura, devraient accroître l’attractivité
de ce pôle desservi par ailleurs par une liaison ferrée à proximité.
Les autres parcs de la région
Dar Bouazza, Mansouria, Oulad Saleh, Beni Yakhlef… recevront des parcs d’activités de
dimensions plus modeste que ceux signalés précédemment.
172
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 28 Déploiement des activités
173
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
174
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 30 Nouvelles centralités économiques dans la ville de Casablanca
175
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
176
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.2.3. L’organisation des activités logistiques
Le transport de marchandises constitue, en ville, un enjeu considérable parce que la ville est
le lieu d’origine et de destination de la plupart des chaînes logistiques et parce que
s’expriment, sur un territoire restreint, des objectifs contradictoires.
L’objectif est donc de mettre en place une organisation logistique et de transport de fret
efficace qui minimise les impacts négatifs que sont en particulier les problèmes de circulation
et de congestion, les problèmes de stationnement et ceux liés au manque de place pour
décharger et manutentionner les marchandises.
Les plateformes portuaires
Les ports occupent une place centrale dans le trafic de marchandises, surtout dans une
métropole industrielle comme le Grand Casablanca.
Il faut, d’une part, assurer des capacités portuaires à la hauteur du volume de marchandises
à traiter en 2030, essentiellement les conteneurs, et maîtriser le circuit des poids lourds vers
et à partir des ports.
Les extensions portuaires à réaliser devront permettre d’accueillir 2 à 5 millions d’EVP (selon
les hypothèses de croissance du trafic) par an en 2030.
Pour y répondre, le SDAU prévoit l’extension du port de Casablanca vers l’Est, jusqu’à la
pointe d’Oukacha, ce qui devrait assurer une capacité suffisante à l’horizon 2020.
Au delà de 2020, le SDAU prévoit la réalisation d’un nouveau port sur la façade maritime du
site industriel de la SAMIR. Il écarte l’option d’un développement de nouveaux quais à l’Est
de la jetée de Mohammedia, car elle aurait pour effet de dégrader l’environnement de la
façade maritime de la ville et qu’elle ouvre la voie, en cas de croissance forte, vers une
obstruction totale du front de mer de Mohammedia.
Le nouveau port, port de Zenata, donnera une valeur ajoutée certaine au pôle industrialo –
logistique de Mohammedia – Zenata, en conférant à ce pôle une intermodalité
exceptionnelle Route – Fer – Port.
Les plateformes logistiques de dimension régionale et nationale
Les plates-formes logistiques d’envergure régionale ou nationale à aménager en périphérie
constituent un élément central du système de transport de marchandises. Dans une
économie de plus en plus globalisée, elles sont l’interface essentielle entre les flux de
marchandises générés par les entreprises, les besoins de la population du Grand
Casablanca et les portes d’entrée des marchandises que sont les ports.
Parce que la fluidité est la principale contrainte de l’organisation des chaînes
d’approvisionnement, les entreprises logistiques ont besoin d’un réseau d’infrastructures
adapté et performant. Sur le territoire du Grand Casablanca, ces plates-formes logistiques se
situeront au croisement des grands itinéraires de contournement de l’agglomération
(autoroute urbaine, rocade, autoroute de Berrechid) et des principales pénétrantes dans la
zone dense. Certaines d’entre elles seront également embranchées fer pour pouvoir être
reliées par ce mode au port de Tanger Med et réduire, dans la plus grande mesure possible,
le recours au mode routier.
177
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Le SDAU prévoit donc la réalisation de six plates-formes logistiques de stockage –
distribution :
-
Trois plates-formes multimodales fer - route : Aïn-Sebaa ; Mohammedia ; Bouskoura.
-
Trois plates-formes uniquement routières : Lahrawiyine (rocade - route de Tit-Mellil) ;
Dar Bouazza (rocade - route d’El Jedida) ; et Sidi Hajjaj Oulad Hassar (autoroute de
Berrechid - route Nouaceur - Mohammedia).
D’une dimension comprise entre trente et cent hectares, elles doivent pouvoir accueillir le
transport massifié (trains notamment demain en provenance de Tanger-Med et gros
porteurs). Des accès routiers spécifiquement adaptés à un important trafic poids lourds, y
compris lorsque ces plates-formes sont embranchées fer, devront impérativement être
réalisés.
Les petites plateformes logistiques « urbaines »
Compte tenu du coût du foncier, souvent très élevé en zone centrale, la tendance est forte
de voir rejeter à la périphérie la localisation de ces plates-formes et d’accroître ainsi le
nombre de véhicules-kilomètres nécessaires à la desserte du centre-ville. Il ne faut pas
céder à cette facilité et prévoir, au contraire, dans les plans d’aménagement, des
réservations d’espaces dans la zone centrale pour l’aménagement de plates-formes de
distribution urbaine, ce qui contribuera à la réduction de la circulation aux abords de la zone
dense et sur les grandes voiries d’accès et à l’amélioration de l’efficacité économique de
l’agglomération casablancaise.
Ces plates-formes qui ne sont pas des lieux d’entreposage mais un lieu de passage entre
des gros porteurs et des véhicules de livraison de taille plus réduite, ne nécessitent que
quelques hectares : 2-3 ha à 10 ha.
Le SDAU prévoit d’aménager, à l’horizon 2030, 5 petites plates-formes urbaines de quelques
hectares et de réserver des espaces pour le développement ou la création de quelques
plates-formes supplémentaires après 2030.
La localisation précise de ces plates-formes urbaines devra être définie dans les plans
d’aménagement. Le SDAU indique simplement les sites préférentiels de localisation que
sont :
-
La Médina
Le marché textile
La nouvelle Medina / Habous
Le marché derb Ghallef
Le site des ferrailleurs.
Il s’agit soit de sites concentrant une forte activité commerciale - donc fortement générateurs
de flux de camions - qui continueront très probablement à offrir une fonction commerciale
d’approvisionnement de l’agglomération, soit de sites destinés à muter mais que la proximité
du centre rend intéressants pour y implanter une plate-forme urbaine.
Ces plates-formes urbaines devront être facilement accessibles pour les poids lourds de
dimension moyenne, les itinéraires d’accès devant éviter que les véhicules n’empruntent des
voies inadaptées ou non souhaitables. Elles devront être équipées d’aires de déchargement
178
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
dédiées aux camions suffisamment dimensionnées afin d’éviter les stationnements en
double-file et les déchargements sur voirie.
Les itinéraires de Poids Lourds
La stratégie portuaire retenue qui repose sur l’optimisation des infrastructures portuaires
existantes, permettra à Casablanca de rester une ville portuaire active en harmonie avec ses
grands projets économiques et capable de conserver et d’attirer les services
complémentaires du commerce international. Elle gérera ainsi au mieux une relation villeport qu’un développement trop important de l’activité conteneurs aurait rendu extrêmement
délicate.
Il demeure que, compte tenu de l’importance du trafic de poids lourds et des encombrements
qui seront générés par le développement du port de Casablanca et qui ne sont plus
compatibles avec le fonctionnement d’une grande métropole tertiaire, il faut prévoir :
-
l’ouverture de la nouvelle porte Nord, déjà actée, pour le port de Casablanca,
la création d’un itinéraire poids lourds obligatoire desservant le port.
Cet itinéraire dont le gabarit devra être adapté à un trafic poids lourds conséquent, doit éviter
les quartiers centraux et résidentiels, ainsi que la voie côtière dans les sections qui forment
les façades maritimes de ces quartiers. L’itinéraire doit en même temps desservir les
principaux pôles qui génèrent du fret, en particulier les zones industrielles.
L’itinéraire Poids Lourds retenu par le SDAU part du port de Casablanca en suivant la côte
vers l’Est jusqu’à la limite de la zone industrielle de Aïn Sebaa, puis repique vers le Sud pour
rejoindre le boulevard de la grande ceinture et de là l’autoroute urbaine, la rocade, et
l’autoroute de Berrechid.
Une branche de cet itinéraire dessert la ZI de Sidi Bernoussi. Cette branche passe devant
l’axe d’entrée de la Préfecture à la hauteur de l’actuel zoo de Aïn Sebaa.
Pour le pôle Zenata – Mohammedia, la circulation des Poids Lourds tangentera, depuis les
ports, les parcs industriels pour rejoindre l’autoroute et la zone logistique de fret.
Hors de ces itinéraires, seul le réseau autoroutier et les voies internes des parcs d’activités
pourront accueillir des poids lourds.
Une exception est faite pour des camions de dimension moyenne autorisés à desservir les
plateformes logistiques urbaines qui seront définies par les nouveaux plans d’aménagement
(voir supra).
179
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.2.4. Des parcs commerciaux aux nœuds routiers le long de la rocade
Le commerce pose, dans la ville de Casablanca, un ensemble de questions qu’il convient de
traiter et qui portent, pour l’essentiel, sur :
-
-
L’organisation de la distribution des marchandises : ce point a été traité dans la section
précédente (plateformes logistiques urbaines et itinéraires de poids lourds) ;
Le développement des grandes surfaces commerciales, qui pose le problème de leur
implantation en des lieux qui n’aggravent pas la congestion routière ni ne portent atteinte
au petit commerce de centre-ville
La préservation du petit commerce de proximité
Le problème spécifique du commerce ambulant ou sur rue, informel, dans la ville
L’accueil des Grandes Surfaces Commerciales
Le programme national de développement du commerce et de la distribution au Maroc
( « Rawaj »), a prévu l’implantation, à échéance d’une dizaine d’années, à Casablanca,
d’une Plate-forme logistique, d’une Grande surface, d’un Outlet-solderie, et de quatre Malls
commerciaux.
La plate-forme logistique commerciale (environ 50 ha) pourra prendre place dans l’une des
plateformes prévues par le projet de SDAU au titre des marchandises en général.
Les six autres centres commerciaux prévus par Rawaj (terrain entre 1 et 7 hectares)
pourront être implantés soit en ville soit en périphérie. L’implantation en périphérie et le long
des voies rapides devra être recherchée en priorité. En effet, ce type de commerce est
fortement attracteur et générateur de trafic automobile et nécessite donc de grandes
surfaces de parkings, difficiles à trouver en cœur de ville, et une très bonne desserte
routière.
Le SDAU prévoit par ailleurs la possibilité d’implanter des « parcs commerciaux » dans les
parcs d’activités qui longent les autoroutes. Ces « parcs commerciaux » pourront regrouper,
sur un seul site, plusieurs grandes surfaces spécialisées notamment dans les domaines de
l’ameublement et du bricolage, mais aussi de grandes enseignes de supermarchés, des
galeries commerciales et des équipements de loisirs. Ils exigent des capacités de
stationnement élevées.
La structuration des pôles économiques secondaires existants
Casablanca compte plusieurs pôles économiques secondaires, essentiellement formés de
rues ou de quartiers commerçants. Deux pôles secondaires méritent d’y être distingués : le
quartier des Habous et le marché de Derb Ghallef.
Les Habous sont en effet un pôle touristique important de Casablanca, ce qui soutient une
activité artisanale et commerciale importante. Ce quartier patrimonial doit être préservé et
mis en valeur afin de maintenir et de développer ces activités.
Le marché « informel » de Derb Ghallef s’est affirmé comme un pôle commercial de
dimension régionale. Hébergé dans des baraquements de type bidonville, il accueille des
millions de visiteurs chaque année. Face à un tel succès, il est recommandé de maintenir
cette activité sur le site tout en améliorant les conditions de son exercice par une intervention
180
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
délicate et progressive sur son environnement : règlement des problèmes logistiques
(déchargement des marchandises), de stationnement, d’écoulement des eaux, d’offre de
services de restauration dans les alentours, de services d’eau et d’électricité corrects, etc.
Le même esprit de préservation de la fonction commerciale dans un environnement amélioré
doit présider à la gestion des autres pôles commerciaux de la ville – centre et des autres
communes de la région.
La préservation du petit commerce de proximité
Le petit commerce de proximité pourrait se trouver menacé par le développement des
grandes surfaces alimentaires, d’habillement et de produits culturels. Cette perspective serait
dommageable pour la vie de quartier et l’animation urbaine en général.
Aussi, il conviendra d’élaborer et d’adopter un schéma global de localisation des grandes
surfaces commerciales qui tiendra compte de ce risque en respectant, notamment, une
hiérarchie des échelles de distribution (surfaces plus petites en centre-ville, plus étendues en
périphérie), et en diagnostiquant par avance les types de petits commerces existants dans
un périmètre donné, avant de proposer l’implantation d’une grande surface.
Le commerce ambulant
Le commerce ambulant, qui peut participer à l’animation de la vie urbaine, pose néanmoins
des problèmes de contrôle et de nuisances. Son organisation passe par des mesures à
prendre au niveau municipal : définition des espaces où les vendeurs sont autorisés, définir
les jours de la semaine et les horaires, mettre en place les dispositifs d’identification des
commerçants, etc.
Les « marchés forains » sont un phénomène urbain normal, que l’on trouve même dans les
pays avancés. Le tout est de maîtriser leur déploiement pour minimiser les risques et les
nuisances qu’ils peuvent produire.
181
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
182
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 30 Infrastructures logistiques et portuaires
183
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
184
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.3.Une offre de transports complète et cohérente
Les perspectives de croissance des déplacements nécessitent des améliorations sensibles
de l’offre de transport. Le réseau de voirie doit être complété et mieux maillé, plusieurs
carrefours doivent être aménagés, la signalétique modernisée, le stationnement étendu et
mieux géré… Les transports collectifs urbains – actuellement limités aux bus et aux taxis –
devront être particulièrement renforcés par une ligne de métro, plusieurs lignes de tramways
et des bus circulant dans des couloirs réservés. Sans compter avec les autres modes de
déplacement : vélos, deux-roues motorisées, piétons…
Le SDAU prévoit un réseau de transports complet et cohérent, qui nécessite des
investissements lourds dans les infrastructures nouvelles, aussi bien ferrées que routières.
IV.3.1. Les Routes
Un réseau routier qui dessert une métropole polycentrique
Le polycentrisme de la métropole casablancaise en 2030 nécessite un réseau de transports
adapté, reliant les pôles périphériques entre eux et reliant chacun des pôles à la ville-centre.
Ce principe est mis en œuvre, pour ce qui concerne les routes, par une reproduction, hors
les murs, du schéma routier qui a présidé jusqu’ici à l’organisation interne de Casablanca,
par un maillage cohérent entre les radiales et les rocades.
Les principales routes radiales desservant les pôles extérieurs depuis la ville-centre devront
toutes être renforcées, certaines élargies. Ce.sont :
-
La voie côtière ;
Les prolongements de l’autoroute urbaine vers l’Est (autoroute de rabat) et vers
l’Ouest (route d’El Jadida) ;
La route reliant le site d’Anfa à Bouskoura et Oulad Saleh ;
La route de l’aéroport (autoroute de Marrakech) ;
La route de Mediouna ;
La route de Sidi Hajjaj (Oulad Hadda) ;
La future autoroute de Berrechid ;
La route de Tit Mellil vers Sidi Moussa Ben Ali ;
La route d’Echellalate vers Sidi Moussa el Medjdoub.
Les principales routes en rocade sont (et seront) :
-
La voie de 50 mètres dans la Couronne et son bouclage à l’Ouest vers l’océan ;
La rocade de contournement
L’itinéraire RN9 – RN1 à compléter dans sa partie centrale par une section
contournant Merchich par le Sud.
C’est ce dernier itinéraire qu’il convient de renforcer pour en faire une voie express reliant
l’ensemble des pôles périphériques entre eux.
Parallèlement, un effort substantiel devra être déployé pour desservir dans de bonnes
conditions les noyaux urbains des communes rurales.
185
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Des améliorations d’itinéraires et des infrastructures nouvelles
L’extension de l’agglomération renforce le caractère de l’autoroute urbaine en terme de
desserte de la ville-centre. Un renforcement de sa capacité dans sa partie centrale s’impose
dans un contexte où son rôle devrait évoluer en boulevard urbain rendu d’autant plus
nécessaire que son raccordement au littoral à l’Ouest, par l’intermédiaire de la voie des
Préfectures, et à l’Est au niveau de l’avenue Akkid Allam, est considéré comme essentiel à la
satisfaction des déplacements de rocade.
Les extensions de la ville dans le secteur de la couronne devront être desservies par une
nouvelle voie en rocade, la « voie de 50 mètres », et les franges Ouest de la ville
bénéficieront du bouclage du Boulevard El Qods.
Le secteur d’Anfa sera maillé par un réseau de voirie complet, qui améliorera les liaisons
principales Est-Ouest et Nord-Sud, jusqu’ici interrompues par l’emprise de l’ancien
aérodrome.
Les pôles périphériques recevront des réseaux de voirie à la hauteur de leur
développement futur. L’aménagement de ces pôles commencera par le tracé des grands
collecteurs qui déterminent les secteur à lotir et à développer. Le réseau primaire de ces
pôles devra être défini dans le cadre des plans d’aménagement. Les cartes du SDAU
donnent des tracés indicatifs pour une partie d’entre eux.
Le stationnement à Casablanca
Le stationnement doit être nettement amélioré à Casablanca, selon un schéma d’ensemble
qui doit être élaboré et qui devrait prévoir des parkings relais près des gares de chemin de
fer, de RER et de métro situées aux limites extérieures de la ville, ainsi que des parkings de
passage – hors voirie - dans tous les arrondissements.
La plupart des grandes métropoles créent leurs offres de parkings – notamment les parkings
souterrains aménagés sous les terrains publics (places et voirie) par des licences
d’exploitation accordées à des sociétés privées sur la base de conventions. Ce type de
solution pourrait être expérimenté au cœur de la ville et être progressivement étendu.
Les gares routières
La gare routière de Oulad Ziane pour les autocars régionaux, interrégionaux, nationaux et
internationaux est insuffisante pour absorber la croissance nécessaire de l’offre dans ce
domaine, alors même qu’elle occasionne de multiples nuisances à ses alentours.
Il convient donc de dédoubler l’offre par une seconde gare routière couplée à Casa Sud ou à
la gare Sud d’Anfa. Les plans d’aménagement de Hay Hassani ou de Ain Chock devront
réserver l’emprise de cette nouvelle gare routière.
Les « circulations douces »
Comme dans toutes les grandes métropoles misant sur un modèle de développement
durable, le Grand Casablanca devrait développer une offre d’infrastructures adaptées aux
modes de circulation « doux », en l’occurrence le vélo et la marche à pied. Un schéma de
pistes cyclables devrait être conçu et progressivement développé, et l’état général des
trottoirs et des cheminements piétonniers nettement amélioré.
186
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 31 Schéma routier à terme
187
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
188
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.3.2. Les transports collectifs
Les transports collectifs urbains de Casablanca, actuellement composés uniquement des
lignes d’autobus, doivent voir leur offre considérablement augmentée pour répondre aux
déplacements générés par l’évolution démographique et l’expansion urbaine qui en résulte
Le SDAU prévoit la réalisation d’un réseau hiérarchisé et maillé à grande et moyenne
capacité à terme avec une phase prioritaire.
Le réseau de grande capacité est composé de deux lignes RER et d’une ligne de métro
dont les tracés correspondent aux lignes de force de la plus forte demande potentielle en
déplacements actuels et prévisionnels dans le cœur de l’agglomération.
La ligne RER Mohammedia – Nouaceur par Anfa et Bouskoura
Son tracé, long d’environ 63 km entre Mohammedia et Nouaceur-Aéroport, relie les pôles
majeurs de l’agglomération notamment Zenata, Casa Port, et Anfa, ce qui lui donne un
caractère régional mais également une fonction de métro eus égards au niveau de service et
à une certaine finesse de desserte attendus.
Le projet implique :
o
un doublement des voies ferrées actuelles entre Mohammedia et Aïn Sebaa et
entre Casa Sud et Oulad Saleh ;
o
un nouveau tracé entre la gare Casa-Port et Casa Sud avec une section en tunnel
sur tout ou partie de la liaison entre Casa Port et le site d’Anfa.
La ligne RER Mohammedia – Nouaceur par Tit Mellil et Mediouna
Cette ligne, entièrement nouvelle, devrait servir de support principal au déplacement de
personnes sur le couloir industrialo – logistique Mohammedia – Nouaceur via Mediouna.
Ce couloir comprendra pas moins de 4500 ha de parcs d’activités soit environ 260 000
emplois hors secteur tertiaire et une population cumulée de plus de 600 000 habitants.
La réalisation de cette ligne interviendra après 2020, lorsque les parcs d’activités et les pôles
urbains auront atteint une taille suffisante.
La ligne ferrée nécessaire pour ce RER pourrait être utilisée, si besoin est, par des trains de
marchandises ou des trains nationaux ne s’arrêtant pas par Casablanca. Aussi, l’emprise qui
doit lui être réservée dans les plans d’aménagement devra être suffisamment large pour
permettre de faire passer 4 voies de chemin de fer.
La ligne de métro :
Son tracé a peu varié depuis les premières études, y compris celles des années 1980. Sur
environ 21 km, le métro reliera les quartiers Sud-Est (Sidi Moumen, Moulay Rachid, Sbata,
Sidi Othmane) au centre ville (Boulevard Zerktouni) et à la nouvelle Corniche. Il offrira une
forte capacité, une desserte fine du tissu urbain et un niveau de service compatible avec la
demande prévisionnelle.
189
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Dans une phase prioritaire, la ligne projetée sera réalisée partiellement à partir du centreville, complétée à partir de Sbata par une ligne de bus rapides pour rejoindre Sidi Moumen.
Les lignes de tramway
Elles composent le réseau de moyenne capacité de l’armature principale de transports
collectifs. A terme, le réseau devrait comprendre quatre lignes maillant la zone urbaine
dense Elles sont localisées sur les principales lignes de désir motorisés en 2030 telles
qu’elles sont ressorties des études de définition préliminaires et d’avant-projet des lignes de
TCSP de Casablanca.
Ces lignes comprennent :
-
deux lignes radiales :
o
l’une à deux branches, de Sidi Moumen à Lissasfa et les facultés en passant par le
centre historique et Sidi Maarouf,
l’autre des quartiers Sud à la nouvelle Corniche en passant également par le centre
historique
o
-
deux lignes transversales :
o
l’une de Sidi Bernoussi à Hay Hassani, considérés comme des pôles générateurs
majeurs, en passant par El Fida. et Nouvelle Médina,
l’autre de Ben M’Sick à Hay Hassani en passant par Sidi Maarouf
o
Ces deux lignes transversales sont à long terme prolongées vers le nord-est en direction de
Ain Sebaa et Zenata et vers le sud-ouest dans les extensions urbaines de Hay Hassani et
Dar Bouazza.
Le SDAU donne un tracé indicatif de ces lignes de tramway. Le tracé définitif dépendra des
études approfondies pré-opérationnelles.
Les transports collectifs routiers
Le réseau de voirie servira à faire circuler les bus de transports collectifs.
Le système de bus comprendra, d’une part, des autobus urbains ci
190
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 32 Réseau de transports de masse à terme
191
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
192
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 33 Réseau de transports de masse et voirie, à terme
193
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
194
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.3.3. La ligne ferrée à grande vitesse (LGV)
Casablanca devrait être desservi dans les prochaines années par la Ligne à Grande Vitesse
(LGV) projetée dans le Royaume.
La desserte de Casablanca se fera par étapes :
-
Dans un premier temps, les TGV venant du Nord pourront emprunter la ligne ferrée
existante et s’arrêter à la gare de Casa Voyageurs ;
-
Les TGV venant du Sud pourront emprunter la ligne existante et s’arrêter à une
nouvelle gare, la gare Casa Sud située au Sud-Est du site opérationnel d’Anfa ;
-
Des lignes à grande vitesse devront ensuite être réalisées en parallèle aux voies
existantes mais indépendamment de celles-ci.
-
A terme, une rocade LGV sera réalisée à la hauteur de la rocade autoroutière de
contournement.
-
La gare terminus Sud sera déplacée vers le site opérationnel d’Anfa lorsque cette
opération aura atteint une masse critique suffisante.
Il convient de souligner que des études complémentaires pourraient intervenir sur des
solutions permettant de se passer de la rocade LGV le long de la rocade autoroutière de
contournement, comme un passage en tunnel entre Casa Voyageurs et Casa Anfa ou entre
Casa Port et Casa Anfa (tunnel indépendant de celui du RER).
Quoiqu’il en soit, les plans d’aménagement devront réserver les emprises nécessaires pour
permettre la réalisation n’importe laquelle de ces solutions.
IV.3.4. Des plans
périphériques
de
déplacements
pour
Mohammedia
et
les
pôles
La ville de Mohammedia devrait connaître dans les prochaines années une intensification
des déplacements sur son territoire du fait du développement urbain qui prendra place à
Zenata, Mansouria, Beni-Yakhlef et Echellalate, et du développement des activités dans le
pôle économique majeur Mohammedia – Zenata.
Il est nécessaire, pour faire face à cette perspective, de prévoir une amélioration sensible
des conditions de déplacements sur le territoire de la ville, par la mise en place de politiques
spécifiques de circulation, de stationnement et d’organisation des réseaux de transports
collectifs. Cette organisation doit être conçue dans le cadre d’une approche intégrée de Plan
de Déplacements Urbains (PDU) à l’instar de ce qui a été réalisé pour Casablanca.
La même approche sera nécessaire, dans une dizaine d’années, dans les pôles
périphériques appelés à se développer, notamment Bouskoura, Nouaceur-Deroua, et
Mediouna-Oulad Hadda.
195
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.4.Des équipements majeurs de dimensions régionale, nationale
et internationale
Dans sa quête d’attractivité à l’échelle internationale, le Grand Casablanca a besoin d’un
projet métropolitain fort qui s’appuiera nécessairement sur de grands équipements qui lui
confèreront son identité et son rayonnement, par les services qu’ils rendent mais aussi par
leur architecture.
En plus de cet effet des grands équipements sur l’image de la métropole, il faut également
utiliser leur impact pour mieux structurer l’espace de métropole. Cette structuration s’effectue
à travers la capacité d’un grand équipement à accentuer l’attractivité du lieu qui l’accueille, à
lui conférer une relative spécialisation fonctionnelle, ainsi qu’une identité forte.
De nombreux grands équipements devraient être implantés dans le Grand Casablanca au
cours des deux décennies qui viennent, que ce soit par le secteur public ou par le secteur
privé ou encore dans le cadre de partenariats entre les deux.
Le SDAU ne peut prescrire l’emplacement de tous les grands équipements, dont la
programmation demande des arbitrages qui peuvent durer quelques années. Il prend acte
des décisions déjà prises et suggère des implantations. Les plans d’aménagement
réserveront des emprises pour ces équipements même s’ils ne sont pas clairement décidés
au niveau du SDAU.
IV.4.1. Une liste indicative d’équipements structurants
La liste qui suit n’est pas exhaustive. Mais elle rassemble les principaux équipements qui
pourraient trouver leur place dans la métropole.
Enseignement :
-
Extensions des campus de l’Université Hassan II : Ain Chock, Mohammedia
Nouveaux campus universitaires : Bouskoura, Zenata
Cité universitaire
Lycée international
L’offre de grands équipements d’enseignement joue un rôle décisif dans le développement
économique des métropoles dans la mesure où elle constitue un facteur important de
rassemblement des élites culturelles, et d’innovation par les connexions entre les mondes de
l’enseignement, de la recherche et de l’entreprise.
Economie, Affaires et grandes manifestations :
-
196
Palais des Congrès – projet urbain de la « Marina »
Palais d’expositions (centre-ville)
Parc d’expositions (en périphérie) – à Nouaceur
Marché de gros alimentaire (existe)
Marché agricole (en périphérie) – à Mediouna
Marché au poisson – à aménager à Casablanca et Mohammedia
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
A noter que la fonction de palais d’expositions devrait être transférée de l’actuelle Foire de
Casablanca à l’Office des Changes. La reconversion du site de la Foire reste un sujet
d’arbitrage, entre un équipement de portée économique ou un équipement sportif ou culturel.
Santé :
-
Centre hospitalier universitaire (à long terme)
Grands hôpitaux généraux (en périphérie)
Hôpitaux spécialisés
Selon les autorités en charge de ce secteur, le Grand Casablanca n’a pas un besoin
immédiat de créer un second CHU. Cependant, une telle éventualité ne doit pas être écartée
à un horizon aussi lointain que 2030.
Sports et loisirs :
-
Grand complexe sportif (dont stade > 60 000 places) – à Sidi Moumen
Marinas (ports de plaisance) – Dar Bouazza, Casablanca, Mohammedia, Mansouria
Golfs – possibilités à Dar Bouazza, Mansouria, Bouskoura
Parcs d’attraction à thèmes – toutes les communes périphériques
Jardin zoologique – éventuellement dans la forêt de Krouta
Aquarium – en front de mer à Casablanca
Centre équestre - projet déposé à Bouskoura
A noter l’effort particulier à réaliser dans le domaine des équipements sportifs, qui devrait
porter non seulement sur la création d’un nouveau grand complexe sportif à Sidi Moumen,
mais aussi sur la réhabilitation de tous les stades de la ville de Casablanca (Mohammed V,
Laarbi Zaouli, Tissima, Moulay Rachid, Stade Philippe, El Bachir).
Par ailleurs, certains sites appelés à être reconvertis peuvent fournir des opportunités pour la
création de nouveaux équipements sportifs. Par exemple le site des anciennes installations
Lafarge à Aïn Sebaa (qui nécessite le transfert de l’activité volaille) ou le site du vélodrome.
Culture :
-
Grande salle de spectacles ( > 5000 places) : possibilité sur El Ank ou nouvelle
corniche
Cité de l’air et de l’aviation (projet évoqué sur le site opérationnel d’Anfa)
Cité du cinéma et de l’image (idem)
Grand théâtre – projet évoqué sur la place administrative de Casablanca
Musée des arts contemporains
Musée des arts et traditions populaires
Centre de musique sacrée – Grande Mosquée ou Avenue Royale
Grande bibliothèque
197
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Détente, espaces verts
-
Grands parcs urbains – plusieurs nouveaux sites dans la région
Parcs naturels régionaux - Echellalate
Parcs forestiers – Bouskoura, Krouta
Jardins spécifiques (andalous, internationaux,..) – sur le site opérationnel d’Anfa
Arboretum (parc botanique) – à l’emplacement de l’ancien zoo à Ain Sebaa
Parc ornithologique – Mohammedia
Parc archéologique – Sidi Abderrahmane
IV.4.2. Les lieux d’implantation des grands équipements
Le choix de localisation d’un grand équipement est contraint par l’impératif d’accessibilité du
public auquel il s’adresse.
Ce choix dépend également des caractéristiques propres de certains équipements, qui
peuvent produire des nuisances (marché de gros) ou exiger une implantation en bord de mer
(marinas), ou encore en continuité d’équipements existants (extension de campus
universitaires).
Ce choix dépend enfin des objectifs recherchés par delà la satisfaction du besoin auquel
répond l’équipement : il s’agit du critère de visibilité et de prestige, ou encore du critère
d’aménagement du territoire (appui au développement de territoires périphériques).
L’emploi de ces critères conduit à une première tentative de répartition des grands
équipements structurants comme suit :
L’hypercentre de Casablanca
Ce type de localisation convient à des équipements de prestige, de rayonnement
international ou national ou au moins régional, nécessitant la meilleure accessibilité depuis
les différentes parties de la région, et ne présentant pas de nuisance particulière. Les sites
potentiels sont compris dans les périmètres opérationnels actuels et futurs : Péninsule d’Al
Hank, Nouvelle Corniche, Grande Mosquée et Avenue Royale, Projet Marina, Interface VillePort. Mais des opportunités peuvent apparaître au sein de la « ville constituée », notamment
par ré affectation d’éléments du patrimoine bâti ancien.
Les grands équipements à implanter dans l’hypercentre seraient à priori les suivants :
- Palais des Congrès (sur le premier bassin du port)
- Grande salle de spectacles (>5000 places)
- Grand théâtre (ou Opéra)
- Musées : arts contemporains, arts et traditions populaires, etc.
- Centre de musique
- Médiathèque (projet engagé dans les annexes de la Grande Mosquée)
- Aquarium
- Marina (projet sur le premier bassin du port)
198
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Le site opérationnel d’Anfa
Ce site et ses abords sont voués à accueillir une nouvelle centralité qu’il va falloir conforter
par de grands équipements. On y implantera des équipements qui renforcent la vocation
tertiaire, scientifique et technologique du projet urbain, ainsi que des équipements
d’enseignement supérieur et des équipements culturels majeurs qui nécessiteraient des
emprises trop importantes pour pouvoir être accueillis dans le centre traditionnel. Certains
éléments du patrimoine bâti existant (anciens hangars) peuvent être utilisés à cet effet.
Aussi, les grands équipements à implanter sur le site de l’opération Anfa seraient à priori les
suivants :
-
Extension de l’Université Hassan II et nouvelles implantations universitaires
Cité universitaire (hébergement d’étudiants)
Lycée international
Grand parc urbain
Jardins andalous
Cité de l’air et de l’aviation
Cité du cinéma et de l’image
Ceci en plus de la proximité du Palais des expositions qu’il est prévu de transférer à l’Office
des Changes.
Les quartiers Est de Casablanca
Ce périmètre doit faire l’objet d’un grand programme de rééquilibrage à l’Est. L’implantation
de grands équipements sera nécessairement une composante importante d’un tel
programme. Des opportunités se présenteront sur les sites des anciennes carrières et
d’entreposage de ferrailles, ou à l’occasion d’opérations de restructuration ou de résorption
de quartiers insalubres et de bidonvilles.
Les grands équipements structurants qui pourraient prendre place dans ce cadre seraient à
priori les suivants :
-
Campus universitaire – regroupement d’antennes de l’Université Hassan II)
Grand complexe sportif dont Stade de plus de 60 000 places à Sidi Moumen
Grand parc urbain à Sidi Moumen
Arboretum (jardin botanique) à Ain Sebaa
Halle aux poissons à Ain Sebaa
Grand équipement culturel dans les bâtiments des anciens abattoirs à Hay
Mohammadi
Grand parc urbain à l’emplacement du bidonville Carrières Centrales.
199
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Le pôle de Mohammedia
Compte tenu du renforcement du pôle industriel et portuaire de Mohammedia et de
l’importante croissance démographique qui prendra place autour de ce pôle aussi bien à
Mohammedia qu’à Zenata et dans les extensions Sud et Est de la ville, l’implantation de
grands équipements s’y imposera pour en conforter la centralité.
Ces grands équipements pourraient être :
-
L’extension du camus de l’Université Hassan II
Un grand équipement culturel
Le parc ornithologique régional
Les pôles périphériques
La volonté de renforcer les pôles périphériques conduit à rechercher des idées de grands
équipements à y implanter. Outre les pôles administratifs, il convient de prospecter la
possibilité d’implanter des établissements de formation, hospitaliers, économiques, de loisirs.
Une première tentative de répartition de grands équipements sur les différents pôles
périphériques donne les résultats suivants :
-
-
200
Zenata : Un campus universitaire, un hôpital général, un complexe sportif, un parc de
loisirs à thème, un grand parc urbain (sur la coupure verte entre Zenata et Sidi
Bernoussi)
Mansouria : Une ou deux marinas, un hôpital spécialisé, un parc de loisirs à thème
Echellalate : Un hôpital spécialisé, un parc de loisirs à thème, un parc naturel
régional
Tit-Mellil : un hôpital général, un complexe sportif, un parc de loisirs à thème
Mediouna : Un hôpital général, un complexe sportif, le marché agricole régional, un
parc de loisirs à thème
Nouaceur : Le parc des expositions du Grand Casablanca, un hôpital général, un
parc de loisirs à thème
Bouskoura – Oulad Saleh : Un campus universitaire, une cité universitaire, un hôpital
général, un ou deux complexes sportifs, le jardin zoologique
Bouskoura au nord de la forêt : Un hôpital spécialisé, des golfs, parcs d’attraction à
thèmes, centre équestre (projet engagé).
Forêt de Bouskoura : aménagement de la partie fréquentée par le public – à
Bouskoura - en parc forestier, et possibilité similaire du côté Majjatiya.
Dar Bouazza : Une ou deux marinas, un hôpital général, un complexe sportif, un parc
d’attraction à thème.
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 34 Grands équipements structurants, implantations retenues
201
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
202
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 35 Espaces verts
203
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
204
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.5.Des solutions durables pour l’assainissement et les déchets
Le développement d’une grande métropole de rang international ne peut être envisagé sans
que des solutions techniques performantes et durables aient été trouvées pour les services
urbains de base, l’alimentation en eau, la distribution d’électricité, l’assainissement, la
collecte et le traitement des déchets.
En dépit des difficultés d’assurer les quantités d’eau suffisantes pour alimenter le Grand
Casablanca (eau potable, industrielle, communale et d’irrigation), des solutions techniques
seront assurément trouvées, comme cela s’est fait par le passé.
La même confiance peut être affichée en ce qui concerne la distribution de l’énergie
électrique.
En revanche, force est de constater que les questions d’assainissement et de déchets ne
sont toujours pas réglées, surtout dans les communes périphériques qu’il s’agit désormais
de développer.
IV.5.1. Les solutions pour l’assainissement
Si, jusqu’à présent, les solutions individuelles d’assainissement des eaux usées domestiques
pouvaient paraître acceptables en périphérie, il n’en sera plus de même lorsque les pôles
périphériques compteront pour la plupart plusieurs centaines de milliers d’habitants chacun.
Plus encore, le développement industriel attendu en périphérie pose avec acuité la question
du traitement des effluents industriels avant leur rejet dans les oueds.
Il est donc impératif de raisonner désormais, pour ce qui concerne l’assainissement, à
l’échelle de la région toute entière, et d’intégrer la perspective de réalisation de plusieurs
stations de traitement des eaux usées, le long du littoral comme à l’intérieur des terres.
Le schéma de principe présenté dans les cartes du SDAU donne des indications sur
l’emplacement de ces futures stations. Il faudra aller plus loin et mettre au point un schéma
régional d’assainissement basé sur les perspectives de croissance du Plan de
Développement Stratégique et du SDAU.
A cette problématique s’ajoute celle des eaux pluviales, notamment sur l’Oued Bouskoura,
de plus en plus étroit dans son lit du fait de l’urbanisation qui en obstrue le cours. La
réalisation du « super collecteur ouest » est de nature à alléger l’impact d’une crue
torrentielle, mais seules les mesures préventives – non urbanisation dans le lit majeur –
permettent de ne pas aggraver le risque.
IV.5.1. Les solutions pour les déchets
La question des déchets est un autre point noir dans les pôles périphériques du Grand
Casablanca. L’enfouissement des déchets de toute la région sur un site unique est une
aberration.
Aussi faudra-t-il assez rapidement préparer l’avenir sur des bases plus solides, avec un
système cohérent de collecte, de traitement et d’enfouissement.
205
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Le Schéma de principe proposé dans la carte jointe consiste à découper la région en
faisceaux de collecte et de traitement – enfouissement des déchets.
A l’extrémité extérieure de chacun de ces faisceaux, l’on s’efforcera de localiser et d’acquérir
le terrain nécessaire pour un site de décharge contrôlée présentant les caractéristiques
techniques optimales pour ce type d’équipement, notamment au niveau de la protection des
sols et des nappes, et de la minimisation des nuisances pour les riverains.
Une étape complémentaire consistera à trier les déchets en vue de leur recyclage. Cette
étape nécessite alors l’organisation d’une filière économique de valorisation des déchets.
C’est déjà le cas pour certains déchets industriels comme les déchets métalliques.
Un autre volet de l’action portera sur les déchets industriels dangereux et sur les déchets
hospitaliers.
Il faut faire en sorte que les 20 prochaines années soient mises à profit pour enregistrer des
progrès significatifs dans ces domaines.
206
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 36 Assainissement et déchets
207
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
208
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.4.Une trame verte qui structure le développement métropolitain
IV.4.1. L’importance des espaces naturels dans la métropole
Les espaces naturels rendent de multiples services qu’ils offrent gratuitement. Ils sont
notamment :
-
Espaces verts de ressourcement de la population
Espaces de loisirs de plein air
Espaces de coupure entre les zones urbanisées, permettant d’en individualiser
l’image
Espaces de conservation de la biodiversité
Espaces de valorisation du patrimoine non bâti (site paléontologique, archéologique,
etc.)
Espaces de protection des ressources naturelles (recharge des nappes, gisements
de matériaux
Espaces de production (zone agricole majeure, forêt)
Espaces préférentiels de localisation de certaines occupations du sol transitoires
(carrières, décharges) ou de services (ex : cimetières verts ou paysagers, etc.).
Espaces de refuge ou d’évacuation de la population en cas de catastrophes
naturelles ou technologiques (raz-de-marée, séisme, tempête, explosion, )
Espaces d’absorption des risques naturels (zones inondables, zone de risque de
glissement de terrain, érosion côtière) et de nuisances (bruit)
En l’absence d’espaces sur le territoire ayant capacité à remplir de tels services, il faudrait
soit créer ou trouver des systèmes de compensation qui peuvent être très lourds
financièrement (bassins de crue, espaces verts jardinés, systèmes de protection, importation
de ressources naturelles ou agricoles, etc.), soit supporter des risques graves sur le plan
humain ou financier (sinistres, catastrophes naturelles ou technologiques, problèmes de
santé publique, etc.).
Aussi est-il préférable de conserver l’essentiel de l’existant – y compris lorsqu’on procède à
des opérations d’aménagement - et d’intégrer ces espaces naturels avec les espaces verts
artificiels dans une trame cohérente afin de remplir au mieux l’ensemble de ces fonctions. La
trame se doit d’être continue (continuités écologiques, rôle d’évacuation des populations en
cas de catastrophes, circulations douces, individualisation des zones urbaines).
IV.4.2. Une trame structurante de l’urbanisation
La trame ainsi dessinée structure et identifie l’espace urbain, par sa diversité, par celle des
vues sur le front urbain, par les limites clairement perceptibles données à chaque séquence
ou quartier, par la séparation des entités urbaines qui les individualise. Cette infrastructure
naturelle permet d’identifier Casablanca parmi l’ensemble des agglomérations mondiales. Il
l’aère en laissant pénétrer verdure et nature dans la ville.
La trame comprend les espaces naturels, boisés et patrimoniaux majeurs qu’elle protège et
relie :
-
la bordure littorale ;
les oueds ;
les zones boisées.
209
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
La trame comprend aussi les espaces suivants existants, qui présentent plusieurs intérêts et
contribuent à sa continuité :
-
les espaces agricoles de meilleure qualité, en particulier le début de la plaine de
Berrechid et le secteur de Sidi Moussa Ben Ali ;
-
les secteurs de dépressions inondables, parallèles au littoral, qui jouent un rôle de
production agricole maraîchère et potentiellement de zones de refuge vis à vis de
risques sismiques ou de raz-de-marée ;
-
les zones naturelles non cultivables humides, réservoirs de biodiversité et continuités
naturelles ;
-
les zones naturelles non cultivables sèches, formées par les alignements de rides
rocheuses, utilisées traditionnellement pour le pacage, elles aussi continuités
naturelles et réservoirs de biodiversité (moins en nombre d’espèces que par la
présence d’espèces particulières, adaptées à un milieu aride), et, de plus, gisements
de matériaux de carrière ; certains secteurs de rides pourraient être reboisés et les
sites des carrières mieux réhabilités et réaménagés.
Enfin, ces éléments existants de la trame sont complétés par des jonctions, des zones de
protection autour des zones industrielles nuisantes, et des coupures à l’urbanisation ; à
l’ouest de l’agglomération, autour de Zenata, autour de la zone industrielle de Mohammedia,
ceinture verte autour de la ville-centre et linéaires verts faisant tampon de part et d’autre des
grandes infrastructures routières et ferrées..
Cette trame verte peut supporter par endroits un certain nombre d’aménagements, tels que
des terrains de sport ou de loisirs, des cimetières, des utilisations transitoires du sol (comme
des carrières ou des décharges) ou encore de l’agriculture. Mais des conditions sont à
respecter. En cas de carrière ou de décharge, les modes de remise en état des lieux doivent
être prévus avant utilisation afin d’être cohérents avec la pérennisation de la trame verte et
d’organiser au mieux et au plus vite cette remise en état. En aucun cas des installations en
dur ne peuvent occuper l’ensemble de la largeur de la trame et compromettre les continuités
naturelles et de circulations douces. Par ailleurs les activités implantées devront contrôler
parfaitement leurs émissions polluantes (solides, liquides ou gazeuses) et éviter tout rejet
susceptible de remettre en cause la stabilité de la trame verte.
Enfin, l’interface avec l’espace urbanisé doit être traitée spécifiquement et avec un grand
soin, à la fois pour maîtriser l’avancée du front urbain, pour soigner la qualité de la façade
urbaine vue des espaces ouverts et pour faciliter la vue et l’accès des habitants à ces
espaces ouverts.
210
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 37 Trame verte
211
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
212
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
Carte 38 Des espaces boisés et des paysages préservés
213
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
214
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
IV – L’ORGANISATION DU TERRITOIRE
IV.4.3. Des espaces strictement préservés à l’intérieur de la trame verte
Certains espaces compris dans la trame verte ainsi définie ont une valeur patrimoniale
majeure, du point de vue de la biodiversité, de la qualité des paysages ou de l’histoire, en
même temps qu’un rôle dans la gestion des ressources et des risques. Les principaux sont
les suivants :
-
La bordure littorale, qui, comme tous les espaces de transition, accueille une
grande biodiversité, qui offre une qualité paysagère par l’espace, les vues sur la mer
et sur le front urbain (d’où l’enjeu d’un traitement soigné de ce front), qui assure une
protection contre l’érosion marine, contre les risques liés aux tempêtes et aux raz-demarée, et un accès public aux plages et à la mer ;
-
Les oueds, jonction entre le littoral et l’arrière pays, qui accueillent également une
forte biodiversité et des sites de grande qualité paysagère par leur relief et leur
végétation, des terres fertiles, irriguées ou facilement irrigables, qui peuvent aisément
accueillir des espaces verts, des espaces récréatifs et des circulations douces, qui
doivent aussi être protégés de l’urbanisation en raison des de risques de glissement
de terrain sur les flancs et d’inondation en fond de vallée ;
-
Les zones boisées peu étendues et en cours de raréfaction sur l’ensemble du
territoire national, principalement la forêt de Bouskoura, récente et entièrement issue
de plantations ou replantations en essences exotiques, de boisements de flancs de
vallée, la forêt de Krouta, et la forêt de Mansouria, beaucoup plus naturelle mais
menacée par le surpâturage. Ce sont des réservoirs de biodiversité (surtout
Mansouria, les autres pouvant le devenir), des sources de matériaux, des espaces de
loisirs de plein air, des zone de protection contre l’érosion en flanc de vallée ;
-
Les sites archéologiques des carrières de Oulad Hamida 1, Sidi Abderrahman,
Thomas 1 et 3, Ahl Loghlam, internationalement reconnus, qui ont livré des restes
d’Homo erectus et des milliers d’outils de pierre taillée, qui servent de base à la
définition de la plupart des étages de l’ère quaternaire au Maghreb (culture de
l’Acheuléen, entre – 800 000 et – 200 000 ans), et qui recèlent encore un potentiel
important.
La préservation de ces espaces majeurs passe par une protection réglementaire renforcée
au niveau du SDAU comme au niveau des plans d’aménagement, mais aussi par des plans
de gestion sur chacun d’entre eux, identifiant les enjeux et les risques, prévoyant les moyens
d’y faire face et de le mettre en valeur (lutte contre les dégradations, replantations et génie
écologique, gestion de la fréquentation, insertion des équipements…).
215
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
V – L’UTILISATION DES SOLS
V. L’utilisation des sols
L’un des objets principaux du Schéma Directeur d’Aménagement Urbain (SDAU) est de fixer
la destination générale des sols en déterminant notamment la localisation des zones
d’habitat et d’activités à développer et des périmètres à préserver.
Les délimitations de différentes zones apparaissent dans la carte de grand format annexée
au présent rapport justificatif et intitulée « Destination générale des sols ».
La présente section du rapport a pour objet de commenter le contenu de cette carte, par :
-
Une présentation générale de la carte ;
Une présentation des règles applicables à chaque type de zone ;
Une présentation des chiffres globaux de destination des sols à l’horizon du SDAU.
V.1. Présentation générale de la carte de destination des sols
Le territoire couvert par le SDAU est réparti en zones de différents types représentés dans la
carte par des couleurs.
Au total, la carte de destination des sols comporte 28 codes couleur correspondant à 28
types de zones :
-
6 types de zones « urbaines mixtes » à dominante d’habitat ;
4 types de zones d’activités ;
3 types de zones balnéaires ;
10 types d’espaces ouverts protégés ;
2 types de périmètres opérationnels ;
1 code couleur pour les aéroports ;
1 code couleur pour les ports ;
1 code couleur pour les extensions portuaires.
A chacune des 23 premières zones de cette liste (donc hormis les périmètres opérationnels,
les ports et les aéroports), correspond une destination et des règles d’utilisation des sols
particulières, décrites dans le point V.2. suivant.
La carte comporte par ailleurs 17 autres postes de légende qui se superposent aux codes
couleur et dont 9 – généralement linéaires - consacrés aux infrastructures de transport, 4 à
des équipements majeurs (symboles), 2 à des périmètres particuliers (régénération urbaine
et ville nouvelle), et 2 à des implantations, 1 aux pôles commerciaux (parcs d’activités
commerciales) et 1 aux opérations de restructuration urbaine.
Les limites des différentes zones tout comme le tracé des infrastructures sont schématiques
et ne doivent pas être interprétés de manière rigide. Il ne sert à rien d’agrandir la carte au
delà de l’échelle 1/50 000ème pour chercher à localiser ces limites ou ces tracés, mais plutôt
de comprendre la logique qui a présidé à leur détermination.
216
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
V – L’UTILISATION DES SOLS
Carte 39 Destination générale des sols
217
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
V – L’UTILISATION DES SOLS
218
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
V – L’UTILISATION DES SOLS
V.2. Signification des postes de légende de la carte de destination
des sols
Dominante résidentielle et tertiaire
Densité brute (voirie et emprises d’activités,
d’équipements et d’espaces ouverts compris) : Plus
de 60 logements à l’hectare
Activités admises : Bureaux ; Petites et moyennes
surfaces commerciales ; Hôtels ; Restaurants ;
Equipements publics et privés
Dominante résidentielle et tertiaire
Densité brute (voirie et emprises d’activités,
d’équipements et d’espaces ouverts compris) :
Entre 30 et 60 logements à l’hectare
Possibilité de mixer des programmes de logements
collectifs, intermédiaires et villas, conduisant
globalement à la densité considérée.
Hauteur maximale R+4 pour le l’habitat collectif, et
8 m pour l’habitat individuel
Activités admises : Bureaux ; Petites et moyennes
surfaces commerciales ; Activités manufacturière
non bruyantes et non productrices d’effluents
liquides ou de gaz ; Hôtels ; Restaurants ;
Equipements publics et privés
Dominante résidentielle
Densité brute (voirie et emprises d’équipements et
d’espaces ouverts compris) Moins de 30 logements
à l’hectare
Zones de villas
Hauteur maximale 8 m
Activités admises : Bureaux ; Petites et moyennes
surfaces commerciales ; Hôtels ; Restaurants ;
Equipements publics et privés
219
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
V – L’UTILISATION DES SOLS
Dominante espaces ouverts de loisirs,
programmes résidentiels associés
avec
Densité brute (voirie et emprises d’équipements et
d’espaces verts compris) : Moins de 5 logements
par hectare
Hauteur maximale 8 m pour l’habitat, R+2 pour
autres types de bâtiments
Activités admises : Petites et moyennes surfaces
commerciales ; Hôtels ; Restaurants ; Equipements
publics et privés
Dominante résidentielle
Densité brute (voirie et emprises d’équipements et
d’espaces verts compris) : Entre 30 et 60
logements à l’hectare
Hauteur maximale 8 m
Activités admises : Bureaux ; Petites et moyennes
surfaces commerciales ; Hôtels ; Restaurants ;
Equipements publics et privés
La réserve stratégique pour l’habitat ne peut
recevoir aucune construction ni aucune installation
tant que la puissance publique n’aura pas décidé
de son ouverture à l’urbanisation, et statué sur sa
vocation, son aménagement et sur la procédure à
suivre pour cet aménagement.
La décision d’ouverture à l’urbanisation pourra
intervenir lorsque les pouvoirs publics pourront
estimer disposer d’une maîtrise foncière suffisante
de l’espace, soit pour y avoir acquis des
superficies importantes, soit pour y avoir institué
des mécanismes de régulation satisfaisants.
La décision d’ouverture à l’urbanisation sera prise
simultanément avec la publication d’un schéma de
référence ou d’un plan d’aménagement précisant
la destination des sols, qui peut comporter de
l’habitat comme de l’activité, mais dans laquelle
l’habitat sera largement prédominant.
220
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
V – L’UTILISATION DES SOLS
Parcs d’activités pouvant recevoir de l’industrie
de toutes catégories.
Les Plans d’aménagement veilleront à ce que
les industries présentant des risques ou des
nuisances importantes soient localisées loin
des zones d’habitat proches.
Parcs d’activités pouvant accueillir des activités
tertiaires ; commerciales ; d’enseignement ; de
recherche, et des activités industrielles ne
présentant pas de risques ou de nuisances
importantes;
Les parcs logistiques accueillent des bâtiments
et
des
installations
permettant
le
transbordement de marchandises et leur
stockage
La réserve stratégique pour activités ne peut
recevoir aucune construction tant que la
puissance publique n’aura pas décidé de son
ouverture à l’urbanisation, et statué sur sa
vocation, son aménagement et sur la procédure
à suivre pour cet aménagement.
La décision d’ouverture à l’urbanisation pourra
intervenir lorsque les pouvoirs publics pourront
estimer disposer d’une maîtrise foncière
suffisante de l’espace, ou d’une garantie de bon
équipement et de niveaux de prix permettant de
réaliser le parc d’activités souhaité.
La décision d’ouverture à l’urbanisation sera
prise sur la base d’un schéma de référence ou
d’un plan d’aménagement qui peut comporter
de l’habitat comme de l’activité, mais dans
laquelle les activités seront largement
prédominantes
Le symbole du Grand centre commercial
indique la nécessité de réserver au moins 10
hectares pour une grande zone commerciale,
dans le parc d’activités où se trouve le symbole.
Dans les zones commerciales ainsi délimitées
(dans les Plans d’aménagement ou les permis
de lotir ou de construire), un nombre
d’emplacements de stationnement d’une
surface équivalente au double des surfaces de
vente doit être prescrite.
221
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
V – L’UTILISATION DES SOLS
Espace ayant comme vocation dominante d’accueillir
un public occasionnel pour :
-
Des séjours dans des résidences secondaires
Des séjours à l’hôtel
Des pratiques de loisirs
COS maximal =1,5 / Hauteur maximale = R + 5
Ces valeurs maximales pourront être abaissées,
dans le cadre des plans d’aménagement, sur certains
sites concernés pour tenir compte de leurs
spécificités (caractéristiques du tissu urbain
préexistant et caractéristiques du milieu naturel).
Obligation de respecter les servitudes d’accès public
au rivage, et interdiction d’occuper le domaine
maritime par des installations permanentes.
Espace ayant comme vocation dominante d’accueillir
un public occasionnel pour :
-
Des séjours dans des résidences secondaires
Des séjours à l’hôtel
Des pratiques de loisirs
COS maximal = 0,5 / Hauteur maximale = R + 2
Ces valeurs maximales pourront être abaissées,
dans le cadre des plans d’aménagement, sur certains
sites concernés pour tenir compte de leurs
spécificités (caractéristiques du tissu urbain
préexistant et caractéristiques du milieu naturel).
Obligation de respecter les servitudes d’accès public
au rivage, et interdiction d’occuper le domaine
maritime par des installations permanentes
222
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
V – L’UTILISATION DES SOLS
La réserve stratégique balnéaire ne peut recevoir
aucune construction tant que la puissance publique
n’aura pas décidé de son ouverture à l’urbanisation,
et statué sur sa vocation, son aménagement et sur la
procédure à suivre pour cet aménagement.
La décision d’ouverture à l’urbanisation pourra
intervenir lorsque les pouvoirs publics pourront
estimer que la contribution des bénéficiaires au
financement des infrastructures et à l’équipement du
secteur géographique considéré est satisfaisante ou
lorsqu’ils y auront institué des mécanismes de
régulation satisfaisants.
La décision d’ouverture à l’urbanisation sera prise
simultanément sur la base d’un schéma de référence
ou d’un plan d’aménagement dans lequel les
installations, équipements, et résidences balnéaires
seront largement prédominants.
223
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
V – L’UTILISATION DES SOLS
Espace frappé d’une servitude non aeficandi sur
l’ensemble de son emprise ainsi que sur une bande
de 200 mètres de large à sa lisière.
Possibilité d’aménagements sur une partie d’un
massif forestier ne pouvant excéder au total 20%
de la superficie du massif, d’aménagements non
clos pour l’accueil du public dans de bonnes
conditions (pistes, espaces de repos, de piquenique, espaces de jeux, enclos de chevaux,
champs de tir, etc.)
Espace frappé de servitude non aeficandi sur
l’ensemble de son emprise ainsi que sur une bande
de 200 mètres de large à sa lisière. Les
constructions préexistantes à la publication du
SDAU ne peuvent être étendues ni remplacées.
Aucune possibilité d’aménagement avant un délai
de 5 ans suivant l’achèvement des plantations. Au
terme de ce délai de 5 ans, les espaces de
reboisement sont soumis au même règlement que
les bois et forêts.
Espace frappé de servitude non aeficandi sur
l’ensemble de son emprise.
Aucune construction ni aucune installation fixe ou
amovible n’est tolérée à l’exception des ouvrages
hydrauliques.
Espace frappé de servitude non aeficandi sur
l’ensemble de son emprise.
Aucune construction ni aucune installation fixe ou
amovible n’est tolérée.
L’accès du public est garanti à cet espace, qui ne
peut être clos perpendiculairement à la ligne de
côte.
Obligation de respecter les dispositions de la
circulaire ministérielle relative au littoral
224
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
V – L’UTILISATION DES SOLS
Espace dont la vocation principale est de demeurer
un espace ouvert non construit.
Les terrains compris dans cet espace ne peuvent
faire l’objet de morcellements pour des lotissements
de caractère industriel, commercial, artisanal,
d’habitat, ni recevoir des groupes d’habitations, ni
des dépôts ni des hangars, ni être exploités en
carrières.
Seuls sont admis les morcellements pour sorties
d’indivisions ou pour vente partielle.
Peuvent toutefois prendre place, dans les coupures
et la ceinture verte, de manière générale :
-
Des espaces verts aménagés
Des espaces de sports ouverts (terrains de
jeux)
Des cimetières ;
Des bassins de retenue des eaux ;
Des stations d’épuration des eaux ;
Des exploitations agricoles.
Dans les coupures vertes distantes de moins d’un
kilomètre du front de mer, peuvent également être
aménagés, en plus de ce qui précède :
Des parkings non couverts, ombragés par des
plantations d’arbres.
Dans les coupures vertes distantes de plus d’un
kilomètre de la limite des zones urbaines prévues au
SDAU, peuvent également être aménagés :
-
Des stations d’épandage ;
Des décharges contrôlées ;
Espace réservé pour cimetière
225
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
V – L’UTILISATION DES SOLS
Espace dont la vocation principale est de demeurer
un espace ouvert non construit.
Les terrains compris dans cet espace ne peuvent
faire l’objet de morcellements pour des
lotissements de caractère industriel, commercial,
artisanal, d’habitat, ni recevoir des groupes
d’habitations, ni des dépôts ni des hangars, ni être
exploités en carrières.
Seuls sont admis les morcellements pour sorties
d’indivisions ou pour vente partielle.
Peuvent toutefois prendre place dans ces espaces,
dans chaque terrain agricole de plus de 10
hectares, une seule construction ne dépassant pas
150 m² de SHON et ne dépassant pas 4 mètres de
hauteur. Cette construction sera positionnée contre
une des limites de la parcelle. Elle sera à usage
d’habitation et / ou d’activité non polluante liée à
l’agriculture.
Dans les terrains agricoles compris entre 5 et 10
ha, possibilité de construire un seul bâtiment à
usage agricole de 50 m² de SHON ne dépassant
pas 4 mètres de hauteur, en limite de parcelle.
Peuvent également prendre place,
espaces agricoles d’intérêt majeur :
-
dans
les
Des installations d’irrigation ;
Des stations d’épuration des eaux ;
Des stations d’épandage ;
Espace frappé d’une servitude non aeficandi sur
l’ensemble de son emprise ainsi que sur une bande
de 200 mètres de large à sa lisière.
Cet espace est destiné à être exploité pour
l’extraction de matériaux.
Les autorisations d’exploitation ne peuvent
toutefois y être délivrées sans un engagement de
l’exploitant à réaménager le site pour le sécuriser,
le paysager, le verdir et le rendre propre à un
usage public du type grand parc récréatif.
Une fois le réaménagement achevé, cet espace
relèvera du règlement de la zone « coupures et
ceinture verte »
226
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
V – L’UTILISATION DES SOLS
Espace à constructibilité limitée, dont la vocation
principale est de demeurer un espace ouvert non
construit.
Peuvent toutefois y prendre place, dans chaque
terrain de plus de 5 hectares, une seule
construction liée à l’agriculture ne dépassant pas
200 m² de SHON et ne dépassant pas 7 mètres de
hauteur. Cette construction sera positionnée contre
une des limites de la parcelle.
Peuvent également
espaces ruraux :
-
prendre place,
dans
les
Des installations d’irrigation ;
Des espaces de sports ouverts (terrains de
jeux) ;
Des cimetières ;
Des bassins de retenue des eaux ;
Des stations d’épuration des eaux ;
Des parkings non couverts
Des stations d’épandage ;
Des décharges contrôlées ;
Les terrains compris dans cet espace ne peuvent
faire l’objet de morcellements à des fins de
développement immobilier. Seuls sont admis les
morcellements pour sorties d’indivisions ou pour
vente partielle.
Espace frappé d’une servitude non aeficandi sur
l’ensemble de son emprise.
Cette servitude est justifiée par le fait que les
espaces concernés abritent des gisements de
calcaire cimentier qui ne seront en principe pas
exploités à l’horizon du SDAU, mais qui doivent
demeurer exploitables dans l’avenir, ce qui exclut
une autre utilisation irréversible, comme la
construction.
Les terrains compris dans ce type d’espace ne
peuvent faire l’objet de morcellements à des fins
de développement immobilier. Seuls sont admis
les morcellements pour sorties d’indivisions ou
pour vente partielle.
227
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
V.3. Les chiffres de l’utilisation des sols par Préfecture et Province
Les chiffres qui suivent correspondent aux surfaces mesurées sur la carte des modes
d’occupation des sols 2004 (pour l’existant) et sur la carte de destination des sols du SDAU
(pour 2030) et à la différence entre les deux cartes.
T7. Utilisation des sols dans la Préfecture de Casablanca
Aérodrome
Port industriel
Total aéroports et ports
Existant Activités
Existant résidentiel dense
Existant résidentiel Intermédiaire
Existant résidentiel Villas
Total tissus urbains existants
Dont : périmètres de requalification
Grand projet urbain / Résidentiel et tertiaire
Nouvelles ZAE à dominante industrielle
Nouvelles ZAE d'activités non nuisantes
Nouvelles Zones logistiques de fret
Réserves Stratégiques pour Activités
Total nouvelles ZAE
Extensions noyaux urbains en milieu rural
Extensions résidentielles denses
Extensions résidentielles intermédiaires
Extensions résidentielles individuel
Extensions résidentielles individuel très faible densité
Réserves Stratégiques Habitat
Total nouveaux développements résidentiels
Balnéaire ou touristique dense
Balnéaire ou touristique faible densité
Réserves Stratégiques Balnéaires
Total nouveaux développements balnéaires
Bois et forêts
Reboisement
Lits d'oued
Bande littorale
Gisements de matériaux
Cimetières
Total espaces strictement inconstructibles
Meilleures terres agricoles
Coupures et ceintures vertes
Autres terres agricoles
Autre zone naturelle protégée
Total espaces ouverts à constructibilité limitée
TOTAL GENERAL
228
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
0
230
230
2 191
7 309
1 954
1 550
12 968
605
783
595
251
54
0
900
0
1 201
636
148
0
0
1 985
51
32
0
83
0
0
229
192
0
167
588
0
1 369
0
0
1 370
18 907
V – L’UTILISATION DES SOLS
T8. Utilisation des sols dans la Préfecture de Mohammedia + Mansouria
Aérodrome
Port industriel
Total aéroports et ports
Existant Activités
Existant résidentiel dense
Existant résidentiel Intermédiaire
Existant résidentiel Villas
Total tissus urbains existants
Dont : périmètres de requalification
110
60
170
768
1 186
762
292
2 465
0
Grand projet urbain / Résidentiel et tertiaire
Nouvelles ZAE à dominante industrielle
Nouvelles ZAE d'activités non nuisantes
Nouvelles Zones logistiques de fret
Réserves Stratégiques pour Activités
Total nouvelles ZAE
Extensions noyaux urbains en milieu rural
Extensions résidentielles denses
Extensions résidentielles intermédiaires
Extensions résidentielles individuel
Extensions résidentielles individuel très faible densité
Réserves Stratégiques Habitat
Total nouveaux développements résidentiels
Balnéaire ou touristique dense
Balnéaire ou touristique faible densité
Réserves Stratégiques Balnéaires
Total nouveaux développements balnéaires
Bois et forêts
Reboisement
Lits d'oued
Bande littorale
Gisements de matériaux
Cimetières
Total espaces strictement inconstructibles
Meilleures terres agricoles
Coupures et ceintures vertes
Autres terres agricoles
Autre zone naturelle protégée
Total espaces ouverts à constructibilité limitée
TOTAL GENERAL
950
0
455
930
274
0
1 659
98
852
353
348
0
536
2 187
104
707
406
1 217
424
0
5 637
547
0
10
6 618
2 882
5 708
11 573
0
20 163
35 429
229
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
T9. Utilisation des sols dans la Province de Nouaceur
Aérodrome
Port industriel
Total aéroports et ports
Existant Activités
Existant résidentiel dense
Existant résidentiel Intermédiaire
Existant résidentiel Villas
Total tissus urbains existants
Dont : périmètres de requalification
Grand projet urbain / Résidentiel et tertiaire
Nouvelles ZAE à dominante industrielle
Nouvelles ZAE d'activités non nuisantes
Nouvelles Zones logistiques de fret
Réserves Stratégiques pour Activités
Total nouvelles ZAE
Extensions noyaux urbains en milieu rural
Extensions résidentielles denses
Extensions résidentielles intermédiaires
Extensions résidentielles individuel
Extensions résidentielles individuel très faible densité
Réserves Stratégiques Habitat
Total nouveaux développements résidentiels
Balnéaire ou touristique dense
Balnéaire ou touristique faible densité
Réserves Stratégiques Balnéaires
Total nouveaux développements balnéaires
Bois et forêts
Reboisement
Lits d'oued
Bande littorale
Gisements de matériaux
Cimetières
Total espaces strictement inconstructibles
Meilleures terres agricoles
Coupures et ceintures vertes
Autres terres agricoles
Autre zone naturelle protégée
Total espaces ouverts à constructibilité limitée
TOTAL GENERAL
230
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
1 700
0
1 700
1 097
755
990
1 415
4 202
293
0
0
1 193
1 099
122
0
2 414
26
1 242
1 810
653
1 900
1 406
7 037
116
280
0
396
1 700
210
789
210
390
42
3 341
10 250
5 751
9 060
543
25 604
44 694
V – L’UTILISATION DES SOLS
T10. Utilisation des sols dans la Province de Mediouna
Aérodrome
Port industriel
Total aéroports et ports
Existant Activités
Existant résidentiel dense
Existant résidentiel Intermédiaire
Existant résidentiel Villas
Total tissus urbains existants
Dont : périmètres de requalification
Grand projet urbain / Résidentiel et tertiaire
Nouvelles ZAE à dominante industrielle
Nouvelles ZAE d'activités non nuisantes
Nouvelles Zones logistiques de fret
Réserves Stratégiques pour Activités
Total nouvelles ZAE
Extensions noyaux urbains en milieu rural
Extensions résidentielles denses
Extensions résidentielles intermédiaires
Extensions résidentielles individuel
Extensions résidentielles individuel très faible densité
Réserves Stratégiques Habitat
Total nouveaux développements résidentiels
Balnéaire ou touristique dense
Balnéaire ou touristique faible densité
Réserves Stratégiques Balnéaires
Total nouveaux développements balnéaires
Bois et forêts
Reboisement
Lits d'oued
Bande littorale
Gisements de matériaux
Cimetières
Total espaces strictement inconstructibles
Meilleures terres agricoles
Coupures et ceintures vertes
Autres terres agricoles
Autre zone naturelle protégée
Total espaces ouverts à constructibilité limitée
TOTAL GENERAL
0
0
0
350
864
60
920
1 604
213
0
0
294
260
65
550
1 168
224
605
899
190
0
178
2 096
0
0
0
0
1 209
0
484
0
0
126
1 819
3 477
3 254
8 444
500
15 675
22 362
231
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
T11. Utilisation des sols dans le Grand Casablanca (Total)
Aérodrome
Port industriel
Total aéroports et ports
Existant Activités
Existant résidentiel dense
Existant résidentiel Intermédiaire
Existant résidentiel Villas
Total tissus urbains existants
Dont : périmètres de requalification
Grand projet urbain / Résidentiel et tertiaire
Nouvelles ZAE à dominante industrielle
Nouvelles ZAE d'activités non nuisantes
Nouvelles Zones logistiques de fret
Réserves Stratégiques pour Activités
Total nouvelles ZAE
Extensions noyaux urbains en milieu rural
Extensions résidentielles denses
Extensions résidentielles intermédiaires
Extensions résidentielles individuel
Extensions résidentielles individuel très faible densité
Réserves Stratégiques Habitat
Total nouveaux développements résidentiels
Balnéaire ou touristique dense
Balnéaire ou touristique faible densité
Réserves Stratégiques Balnéaires
Total nouveaux développements balnéaires
Bois et forêts
Reboisement
Lits d'oued
Bande littorale
Gisements de matériaux
Cimetières
Total espaces strictement inconstructibles
Meilleures terres agricoles
Coupures et ceintures vertes
Autres terres agricoles
Autre zone naturelle protégée
Total espaces ouverts à constructibilité limitée
TOTAL GENERAL
232
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
1 810
290
2 100
4 405
10 114
3 766
4 177
21 238
1 111
1 733
2 537
2 540
515
550
6 142
348
3 901
3 698
1 339
1 900
2 120
13 305
271
1 019
406
1 696
3 333
210
7 139
949
390
345
12 366
16 609
16 082
29 080
1 043
62 815
121 395
VI – LA MISE EN OEUVRE
VI – La mise en œuvre du SDAU
Ce chapitre du rapport justificatif traite d’éléments essentiels pour la mise en œuvre du
SDAU. Il expose le contenu des actions à engager sur une première phase allant de 2008 à
2020 ; les règles pour l’élaboration des plans d’aménagement ; les mesures légales,
administratives et institutionnelles recommandées pour la mise en œuvre ; et les procédures
de suivi et d’évaluation.
VI.1.Les phases de mise en œuvre et les actions programmées
dans chaque phase
La mise en œuvre du SDAU s’étalera sur les 22 prochaines années. Une première phase de
mise en œuvre est fixée à l’horizon 2020, soit sur les 12 premières années.
Durant cette phase, les actions à achever sont les suivantes :
Actions sur les tissus urbains existants
Résorption d’au moins 500 hectares de bidonvilles, par recasement ou restructuration ;
Réalisation à 50% au moins du programme de régénération des quartiers d’habitat précaire ;
Réalisation à 50% au moins des opérations de requalification à Sidi Moumen ;
Achèvement à plus de 50% du programme de sauvegarde de la Médina de Casablanca ;
Mise en place et fonctionnement d’un programme de préservation des quartiers Art Déco
Développement urbain
Achèvement de la quasi totalité des projets urbains de front de mer à Casablanca ;
Réalisation de la moitié du programme du site opérationnel d’Anfa ;
Achèvement du grand projet urbain de Sidi Moumen avec grand stade et grand parc urbain ;
Réalisation à 50% au moins des quartiers résidentiels de la ville nouvelle de Zenata ;
Réalisation à 50% au moins des extensions urbaines des pôles périphériques ;
Réalisation à 50% des développements balnéaires prévus
Grands équipements structurants
Extension des campus universitaires de Ain Chock, Ben Msik et Mohammedia ;
Nouveaux campus de Zenata et de Bouskoura ;
Equipement culturel dans les anciens abattoirs de Hay Mohammadi ;
Palais des Congrès ;
Nouveau palais des expositions ;
Théâtre de Casablanca ;
Grande bibliothèque ;
Parc d’expositions de Nouaceur ;
Marché agricole de Mediouna ;
Parc archéologique de Sidi Abderrahmane ; Parc ornithologique de Mohammedia ;
Grands parcs urbains du site d’Anfa, d’El Ank, de Sidi Moumen et de Zenata ;
Parc forestier de Bouskoura ; Arboretum de Ain Sebaa
233
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
Parcs d’activités et zones logistiques
Achèvement à plus de 50% de l’aménagement des nouveaux parcs d’activités ;
Aménagement d’au moins deux grands parcs commerciaux le long de la rocade ;
Développement de la cité des sciences au sud de Ain Chock ;
Amorce du centre tertiaire de Zenata ;
Achèvement à plus de 50% du programme de réhabilitation des anciennes ZI ;
Achèvement de la restructuration de la ZAE informelle à Majjatiya route de Mediouna ;
Réalisation d’au moins trois zones logistiques de fret multimodales ;
Réalisation d’au moins deux zones logistiques urbaines
Transports
Arrivée du TGV à Casablanca, éventuellement sur les voies ferrées existantes ;
Achèvement du tunnel entre Casa Port et le site d’Anfa et mise en service du RER ;
Achèvement des deux premières lignes de tramway à Casablanca ;
Achèvement de la nouvelle autoroute de Berrechid ;
Achèvement de la voie de 50 mètres dans la couronne et de son bouclage à l’Ouest ;
Achèvement de la liaison routière express entre Mediouna et Bouskoura ;
Achèvement de l’aménagement de la RN9 en voie express élargie ;
Réglementation des itinéraires des poids lourds à Casablanca et Mohammedia - Zenata
Développement portuaire
Achèvement de l’extension du port de Casablanca jusqu’à la pointe d’Oukacha
Assainissement
Achèvement de la station de traitement de Sidi Bernoussi ;
Achèvement des deux stations de traitement de Nouaceur
Déchets
Achèvement du réaménagement des décharges de Mediouna ;
Mise en service de trois sites de décharges contrôlées
234
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
Carte 40 Phasage, situation en 2004
235
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
236
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
Carte 41 Phasage, situation en 2020
237
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
238
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
Carte 40 Phasage, situation en 2030
239
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
240
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
VI.2. Les mesures légales, administratives et institutionnelles
recommandées
Le SDAU est un document de référence qui cristallise le projet de métropole sur lequel se
sont accordés les grands acteurs du Grand Casablanca. C’est aussi un document
réglementaire qui régit la destination des sols et, à travers les plans d’aménagement, les
droits à construire.
Il demeure qu’aucun document, y compris le SDAU, ne peut à lui seul garantir la réalisation
du projet métropolitain.
La réalisation de ce projet nécessite, en effet, au delà de l’effort d’investissement requis, un
environnement légal, administratif et institutionnel favorable.
Dans le cas spécifique du Grand Casablanca, les défis à surmonter sont importants. Il faut
accroître l’offre de foncier aménagé, diversifier les types de logements offerts, résorber les
bidonvilles et l’habitat insalubre, réduire les nuisances, multiplier l’offre d’espaces verts,
moderniser les zones d’activités, réaliser un programme très ambitieux de transports
collectifs, implanter une multitude de grands équipements structurants, équiper un millier
d’hectares par an de terrains en VRD, etc.
L’ampleur de la tâche est à mettre en regard des dispositifs de financement et des cadres
légal, institutionnel, réglementaire et administratif actuels. Nul doute qu’un certain nombre
d’évolutions seront nécessaires sur ces différents fronts, dont il est possible de définir les
contours généraux.
VI.3.1. Mobiliser des ressources financières à la hauteur des besoins
Le défi financier pour la réalisation du projet métropolitain présenté dans le SDAU est
certainement très important, à un double titre :
- D’abord, en raison du décalage qui existe entre le prix élevé du foncier et la modestie du
pouvoir d’achat des catégories les moins aisées de la population : il faudra nécessairement
mobiliser des masses importantes de financements publics pour offrir de l’habitat de qualité
à bas prix et pour résorber plus de 1000 hectares de bidonvilles occupés par plus de 80 000
ménages en une vingtaine d’années, et pour offrir un habitat accessible aux classes
moyennes.
- En second lieu, en raison du coût que représentent l’ensemble des infrastructures et des
équipements nécessaires pour faire face à la croissance urbaine et pour hisser le Grand
Casablanca au rang d’une grande métropole mondiale : dédoublement de la ligne ferrée,
LGV, métro, réseau de tramways, grands équipements structurants, grands parcs urbains
aménagés, stations de traitement et collecteurs pour les réseaux d’eau et d’assainissement,
travaux de VRD sur un millier d’hectares par an, etc.
241
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
Orienter une partie de la plus-value foncière vers l’aménagement du foncier
L’attribution, à travers le nouveau SDAU, de droits à construire peut être l’occasion de
dégager des financements pour la réalisation des infrastructures et des équipements
nouveaux et pour la mise à niveau de l’existant, à travers un prélèvement sur la valorisation
foncière résultant de l’attribution de ces nouveaux droits.
Ce prélèvement sur la plus-value foncière peut être opéré sous la forme d’une taxe dédiée
au financement des VRD et des équipements, ou sous la forme d’une contribution directe
(réalisation de travaux à la charge du propriétaire privé) ou sous la forme d’un apport en
nature (prélèvement sans compensation d’une partie de la parcelle).
Le Dahir du 12 novembre 1917 autorise la contribution des propriétaires à la réalisation des
équipements. Il avait été employé à grande échelle avec succès pour réaliser des quartiers
entiers des villes marocaines dans les années trente et quarante. Il ne serait bien sûr pas
exclusif d’interventions publiques ponctuelles en accompagnement dans les mêmes
quartiers, pour favoriser la constitution des associations foncières urbaines qui sont au cœur
de cette procédure.
Les dispositions de ce Dahir sont comparables à celles qui régissant en France les AFU
(associations foncières urbaines), qui obéissent à un texte originel commun de 1865 sur les
associations syndicales.
Il demeure que de nouvelles dispositions législatives seraient nécessaires pour actualiser les
formes dans lesquelles il serait possible de mettre les bénéficiaires de plus-values foncières
à contribution.
En attendant cette évolution législative, il est possible, en plus des dispositions du Dahir de
1917, de recourir tout simplement à la négociation.
Utiliser les dispositifs de partenariat public – privé (PPP)
La rareté de l’argent public nécessite de faire appel à des solutions complémentaires pour
financer les projets, qui peuvent passer par la mobilisation des acteurs privés sur des projets
d’intérêt public.
La mise en place de formules de partenariat public-privé (PPP) mérite ainsi d’être
développée.
Ce type de partenariat nécessite une capacité publique éprouvée à concevoir des cahiers
des charges pertinents et à les faire respecter. Les PPP peuvent porter aussi bien sur des
opérations de développement urbain limitées que sur la réalisation de grands ouvrages,
voire de grands projets urbains.
Les formules de PPP sont très diverses. Les services urbains (eau, transport,..) font l’objet
de concessions.
Cette formule peut être étendue à la réalisation de parkings de stationnement, à celle de
zones logistiques de fret, ou à la gestion de parcs de loisirs payants ou à des services de
loisirs balnéaires, par exemple. La concession est assortie d’obligations de réalisation de
travaux, de tarification, et de respect de standards de service.
242
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
La réalisation de grands équipements publics par le secteur privé permet de différer le
financement public voire de le réduire : le privé avance les fonds, il se rembourse en partie
sur les redevances payées par les usagers, et en partie par les annuités – souvent différées
– que lui reverse l’autorité publique.
Des infrastructures aussi importantes que les ports ou les réseaux ferrés peuvent être
réalisées en PPP.
Dans les opérations d’aménagement, le PPP expérimenté dans la reconstruction du centreville de Beyrouth avait consisté à faire réaliser, sur fonds privés, la totalité des
investissements en infrastructures et en équipements en contrepartie de droits à construire
bonifiés accordés par l’Etat.
Des dotations exceptionnelles de l’Etat
Les moyens à consacrer au développement du Grand Casablanca doivent être à la hauteur
des ambitions affichées, qui sont tout à la fois des ambitions sociales fortes et des ambitions
économiques et environnementales.
La mobilisation de la plus-value foncière, et le recours aux PPP qui diffèrent la dépense
publique ou la font porter sur l’usager dans la durée, permettront de relever une partie du
défi. Il demeure que des fonds publics issus des recettes fiscales devront être mobilisées
pour compléter le « plan financier » permettant d’atteindre les objectifs.
Les ressources des collectivités locales seront insuffisantes car largement grevées par les
dépenses de fonctionnement, laissant peu de marge pour des investissements lourds.
243
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
VI.3.2. Faire évoluer le cadre légal de l’action foncière
Des outils pour mieux maîtriser le foncier et orienter la plus-value foncière
La question foncière est au cœur du projet de développement. Comment produire du foncier
bon marché pour un habitat accessible à la majorité des ménages ? Comment faire financer
par la plus-value foncière l’effort d’équipement des terrains en VRD et en équipements de
superstructure ? Comment limiter la hausse des prix du foncier ? Comment assurer la mise
sur le marché d’un volume suffisant de terrains pour le développement urbain ?
Les réponses peuvent être multiples, et l’arsenal juridique sera d’autant plus efficace qu’il
comportera la plus large palette de mesures.
Le droit de l’expropriation est l'outil le plus aisé à mettre en œuvre dans l'état actuel du
droit au Maroc. Mis en œuvre après déclaration de l’utilité publique, il peut être utilisé comme
arme de dissuasion, et pousser à la transaction amiable ou à l'association concertée des
propriétaires à une opération d'aménagement afin de ménager les fonds publics.
Le droit de préemption, complétera le droit de l’expropriation. Il permet à la collectivité ou à
ses mandataires d’intervenir au stade de l’intention d’aliéner entre vendeur et acheteur en
préemptant au prix affiché ou en fixant un prix inférieur que le vendeur peut accepter ou
refuser en renonçant à la vente. Ce droit existe au Maroc, mais au seul bénéfice du fisc
(Enregistrement). Il n'a guère été utilisé, et surtout pour relever des prix de transaction jugés
anormalement bas et privant le fisc de recettes.
Ce droit vaudrait d'être introduit au Maroc, au bénéfice des collectivités territoriales ou d’une
Agence Foncière qu'elles se substitueraient, pour saisir les opportunités et faire pression à la
baisse sur les transactions foncières. Dans un premier temps, ce droit nouveau pourrait
n’être appliqué qu’à des secteurs géographiques limités, mais très sensibles à la spéculation
foncière, désignés par délibération de la collectivité.
Les Zones d’Aménagement Différé (ZAD) : Ce sont des zones dans lesquelles le prix du
foncier est gelé sur dix ans au niveau auquel il se trouve lorsque la ZAD est arrêtée, ce qui
permet à la puissance publique d’acquérir et d’aménager sans devoir supporter la plus-value
spéculative. En France, la procédure avait été instaurée par une loi en 1958. Les ZAD ont
permis la réalisation des villes nouvelles autour de Paris ou encore du technopole de Sophia
Antipolis. Les conditions présentes de Casablanca justifient le recours à ce type de
législation. A défaut, il est recommandé d’employer à grande échelle le zonage RS de
réserve stratégique, pour préserver et préparer les pôles urbains futurs.
Le droit de l’aménagement concerté introduit par la France avec la loi de 1967
d’orientation foncière a codifié les modalités de réalisation de quartiers entiers par la
coordination de l’action publique et de l’initiative privée et les conditions de contribution aux
équipements publics.
Sa transposition en droit marocain pourrait s’avérer opportune, surtout si le remembrement
urbain par l’association foncière, préconisé ci-dessus et qui s’y apparente (mais peut-être
à une échelle moindre), ne répondait pas convenablement aux trois exigences de cohérence
globale, de réalisation d’équipements publics de superstructure aussi bien que
d’infrastructure, et d’équité entre propriétaires, qui doivent présider à l’aménagement ou à la
rénovation de quartiers.
Cependant, il faut distinguer les différentes échelles d’intervention :
244
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
-
-
les constructions privées sont réalisées par parcelle dans le cadre des règles
d’urbanisme, qui définissent leur constructibilité et leurs servitudes,
les lotissements réunissent un ensemble de parcelles, qu’ils dotent de VRD,
les ZAC (zones d’aménagement concerté) permettent d’acheter un ensemble plus large
de terrains, si besoin dans le cadre d’une DUP, et d’y organiser la constructibilité privée
et la réalisation des équipements publics, dans le cadre d’un plan d’aménagement de
zone PAZ et d’un bilan d’aménagement,
A une échelle plus large encore, les établissements publics d’aménagement (EPA)
peuvent combiner et agencer DUP, aménagement direct, lotissements, constructions
privées et zones de protection.
245
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
VI.3.3. Disposer d’un outil d’intervention : l’agence foncière régionale
Les expériences d’urbanisme démontrent que la politique foncière est un préalable
indispensable à la réussite de la mise en œuvre de la planification urbaine. D’autres
approches utiles sont complémentaires telles que les règles d’urbanisme et les mesures de
protection des espaces non urbanisables ainsi qu’un système de connaissance et de
contrôle.
La prise en charge de ces tâches suppose la mise en place d’une organisation spécifique
assurant, sous l’impulsion d’une autorité publique, la mobilisation des meilleurs
professionnels et de financements suffisants, mais également l’instauration d’une fiscalité
foncière adaptée au contexte et aux moyens.
L’ancien SDAU, pour sa mise en œuvre, avait insisté sur la création d’une Agence Foncière
et d’une Agence Urbaine. L’AUC a regroupé ces deux statuts mais n’a pas pu jouer
pleinement son rôle d’agence foncière.
La nature de ses fonctions, le professionnalisme nécessaire de ses agents, commande de
distinguer nettement l’agence foncière régionale (AFR) de ce qui est la responsabilité
principale de l’AUC , à savoir la planification et la gestion urbaine. Il est recommandé de
marquer l’autonomie fonctionnelle de l’AFR et d’en prévoir le détachement de l’AUC.
L’agence foncière régionale aura le métier principal d’Opérateur foncier : intervenant du
stade de l’observation et des études de stratégies foncières jusqu’à la revente de terrains,
elle négociera à l’amiable avec les propriétaires ou comme agent public (dans le cadre de
DUP ou d’un droit de préemption à instaurer), en s’articulant étroitement avec les Domaines.
Elle pourrait aussi agir, à l’instar de l’AFTRP, comme Aménageur ou comme Mandataire des
collectivités publiques pour réaliser des équipements publics ou des espaces verts.
L’AFR aurait deux missions fondamentales :
-
-
anticiper la mobilisation des terrains sur lesquels le Grand Casablanca est susceptible de
se développer dans les 20 à 30 années à venir et y dissuader ou canaliser la spéculation
à grande échelle,
contribuer au renouvellement de la ville sur elle-même et de sa mise à niveau.
Pour cela elle devrait être dotée :
-
dans les secteurs de développement stratégique, des terrains publics déjà aux mains des
administrations et collectivités,
d’un capital initial,
et peut-être du produit d’une taxe spécifique,
…et pouvoir s’appuyer sur des moyens réglementaires à adapter selon un calendrier
préalablement fixé.
Les quatre conditions clés pour bien démarrer une agence foncière :
-
246
Le pilotage : un partenariat Etat - Collectivités. territoriales s’impliquant sur ce qui est
stratégique, et non sur le détail de l’action ou des acquisitions,
Le financement : un bon mixte entre capital initial et des emprunts, adoucis par une
garantie des collectivités publiques et, éventuellement, par des bonifications d’intérêt; la
rotation du portefeuille foncier; l’intérêt d’un apport initial (gratuit) de terrains publics à
l’opérateur,
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
-
Des moyens juridiques : disposer d’un droit de préemption, à l’appui d’une capacité à
négocier des accords amiables, en amont des DUP,
Les moyens humains : compétences du personnel, qualité des relations entretenues
avec le service des Domaines depuis l’origine. Statut du PDG.
L’agence foncière régionale devrait organiser en son sein un observatoire foncier régional
dont l’objet sera de repérer les secteurs actifs ou en retard (nombre et intensité des
transactions, évolutions des prix), anticiper les pratiques du marché local, à diverses
échelles, dans des périmètres pertinents. C’est un dispositif d’alerte et d’opportunité pour les
autorités et les partenaires de l’observatoire.
L’analyse des mutations ou des intentions de mutation et des analyses par nature de bien
feront l’objet de tableaux de bord.
La création de l’observatoire pourrait intervenir, sans pré requis juridique ou administratif,
sous la forme d'une association, après avoir réuni en assemblée constitutive ses parties
prenantes : Autorités, Collectivités territoriales, AUC, Syndicat des professionnels de
l'immobilier, autres acteurs privés de l'aménagement et du développement, ANCFCC9.
9
Il est à rappeler que l’ANCFCC enregistre les transactions sur les propriétés titrées, et que l’Agence foncière
nationale, créée en 1982, tient à jour le registre des terrains de l’Etat et de ses démembrements, et autant que
possible celui des collectivités et des biens Habous.
247
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
VI – LA MISE EN OEUVRE
VI.3.4. Adapter les limites administratives aux réalités urbaines
Une dernière recommandation porte sur les limites administratives de la région du Grand
Casablanca et de ses différentes communes.
Au niveau régional, des extensions des limites administratives s’imposent. Les adjonctions
les plus évidentes à opérer sont les communes de Deroua, accolée à Nouaceur et qui se
développe en lien direct avec cette dernière, et de Mansouria dont le développement s’opère
en continuité avec Mohammedia.
Une vision plus étendue consisterait à imaginer une région du Grand Casablanca beaucoup
plus étendue intégrant les province de settat et de Benslimane. Il appartient aux autorités
nationales de mesurer l’opportunité et la faisabilité d’une telle réforme.
Au niveau infra-régional, deux ajustements s’imposent d’une manière évidentes, pour
Casablanca d’une part, et Dar Bouazza d’autre part.
La ville de Casablanca, dans le cadre du schéma polycentrique, devrait avoir des limites
claires bordées par la ceinture verte et la rocade autoroutière de contournement. Aussi est-il
nécessaire d’y adjoindre les parties les plus proches des communes limitrophes, incluses à
l’intérieur de la rocade de contournement au Sud et du bouclage de la voie de 50 mètres à
l’Ouest.
La commune de Dar Bouazza est aujourd’hui polynucléaire et le sera de manière encore
plus marquée demain. La logique voudrait qu’elle soit découpée en deux ou trois communes
différenciées.
D’autres ajustements pourraient s’avérer nécessaires pour tenir compte des limites réelles
que prendra le projet de Zenata au Sud, ou pour tenir compte des extensions urbaines de
Mediouna, de Nouaceur et de Tit Mellil.
248
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
ANNEXES
ANNEXES
249
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
ANNEXES
Annexe 1.
Les phases d’élaboration du Schéma Directeur
Les travaux d’élaboration du SDAU du Grand Casablanca ont démarré en avril 2005. Ils
étaient répartis sur sept phases, comme suit :
Phase 1 : Identification et cadrage général
Cette phase a été consacrée au montage du dispositif d’études et de pilotage ainsi qu’à
l’affinement de la méthodologie et à la réunion des premières données.
Phase 2 : Evaluation prospective et diagnostic
Cette deuxième phase était composée de deux étapes. La première consistait à évaluer
dans une vision prospective et dynamique le SDAU de 1985 et la seconde étape a porté plus
particulièrement sur le travail de recueil d’informations et d’analyse afin d’établir un
diagnostic de l’état actuel du développement et de l’aménagement de la Région du Grand
Casablanca.
Cette phase s’est achevée par la publication d’un rapport intitulé « Diagnostic de l’état actuel
et enjeux du développement » qui a été présenté et diffusé aux différents acteurs et
partenaires de l’aménagement en février 2006 pour engager une première large
concertation.
Phase 3 : Concertation et Diagnostic partagé
Cette phase comportait une première étape de concertation autour du diagnostic et des
grands enjeux.
Les observations et propositions des différents acteurs partenaires ont été recueillies à la
fois sur le diagnostic ainsi que sur la vision qu’ils ont du devenir de la métropole.
La deuxième étape de cette phase a consisté à intégrer ces observations et à produire le
document « diagnostic et vision stratégique partagés»
Une synthèse des avis a par ailleurs été éditée.
Phase 4. Scénarios de développement durable
Cette phase a consisté à établir des hypothèses et des scénarios de développement
durable, à la fois sectoriels et spatiaux.
Cette phase s’est achevée par la publication et la diffusion des documents écrits et
cartographiques dans un rapport intitulé : « Scénarios de développement durable de la
Région du Grand Casablanca »
250
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
ANNEXES
Phase 5. Orientations stratégiques du développement
Une première étape de cette phase a consisté à lancer une concertation élargie suite à une
présentation « Scénarios de développement durable de la Région du Grand Casablanca »
afin d’arrêter les options majeures du développement.
Les alternatives sectorielles et spatiales ont fait l’objet d’une série de réunions d’arbitrage
tenues sous l’autorité de Monsieur le Wali du Grand casablanca.
Une deuxième étape a consisté à élaborer une synthèse des observations des différents
débats, réunions de présentation et avis écrits.
Cette synthèse a alimenté et orienté les choix finaux des options d’aménagement et de
développement qui ont été présentés sous forme d’un document intitulé « Les orientations
stratégiques du développement et de l’aménagement ».
Phase 6. Plan de Développement Stratégique et Charte de développement
Cette phase a été consacrée à la réalisation d’un document traduisant le « Plan de
développement stratégique du Grand Casablanca », et la traduction de la vision et des choix
stratégiques retenus sous forme d’une « Charte de développement ».
Une présentation publique du Plan de développement stratégique et de sa Charte a été
effectuée par le Comité de Pilotage à l’issue des travaux de cette phase.
Phase .7. Réalisation du nouveau schéma directeur
La septième et dernière phase a été consacrée à la déclinaison des options d’aménagement
spatial de la métropole sous forme de documents graphiques et d’un rapport
justificatif constituant le nouveau Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand
Casablanca.
251
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
ANNEXES
Annexe 2.
La démarche d’élaboration du Schéma Directeur
L’élaboration du SDAU a été menée par l’Agence Urbaine de Casablanca (AUC), avec un
appui technique et méthodologique de l’IAURIF.
L’ensemble de la démarche a été encadrée par un ensemble d’instances qui sont :
-
Un comité stratégique de pilotage (CSP) ;
Un comité d’animation technique (CAT) ;
Des ateliers thématiques et territoriaux (ATT).
La démarche a nécessité l’association d’un ensemble d’organismes extérieurs et de
personnalités, les partenaires techniques et professionnels associés (PTPA).
Le Comité Stratégique de Pilotage (CSP)
Ce comité a assuré le pilotage de la démarche, représenté la maîtrise d’ouvrage et regroupé
les autorités en charge des arbtrages et de la décision.
Le CSP était composé des membres suivants :
-
Monsieur le Wali de la Région du Grand Casablanca, Président
Monsieur le Président de la Région du Grand Casablanca
Monsieur le Maire de la Ville de Casablanca
Monsieur le Gouverneur Directeur de l’Agence Urbaine de Casablanca
Messieurs les Gouverneurs des préfectures et provinces de la Région du Grand
Casablanca
ainsi que des représentants :
-
de Monsieur le Gouverneur Secrétaire Général du Ministère de l’Intérieur
de Monsieur le Gouverneur Secrétaire Général des Collectivités Locales
du Ministère de l’Habitat et de l’Urbanisme
du Ministère de l’Aménagement du Territoire, de l’Environnement et de l’Eau
Ce comité était présidé par Monsieur le Wali de la Région du Grand Casablanca.
L’équipe technique de l’AUC, appuyée par l’équipe de direction IAURIF, a apporté les
éléments nécessaires aux travaux du CSP en tant que de besoin et à sa demande.
252
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
ANNEXES
Le Comité d’animation Technique (CAT)
Placé sous l’autorité de Monsieur le Gouverneur Directeur de l’Agence Urbaine de
Casablanca, le Comité d’Animation Technique a regroupé la direction des services
directement concernés par l’élaboration du schéma directeur :
-
l’Agence Urbaine de Casablanca
les services techniques de la Wilaya
les services techniques des Préfectures et des Provinces
les services techniques de la Ville de Casablanca
la direction de l’équipe d’experts de l’IAURIF
Les Ateliers Thématiques ou Territoriaux (ATT)
Les ateliers ont été les chevilles ouvrières de l’élaboration du schéma directeur. Ils étaient
organisés de la manière suivante :
-
Démographie, habitat et cadre de vie
Développement économique, touristiques et équipements structurants
Environnement, écologie, paysages et infrastructures des réseau divers
Mobilité et infrastructures de transport
Urbanisme et aménagement territorial
Approche réglementaire et juridique
Système d’information géographique et expression cartographique
Ils ont été souvent regroupés pour des travaux intersectoriels.
D’autres ateliers ont été montés sur des problématiques spécifiques territoriales :
-
Le cœur de ville de Casablanca
Les marges urbaines
Les quartiers difficiles dans le tissu constitué
Les pôles de Mohammedia et de Nouaceur
Les pôles secondaires péri-urbains
Le littoral
Chaque atelier thématique était composé de techniciens de l’Agence Urbaine et des services
régionaux de l’Etat, de la Wilaya et de la Ville, et chacun d’eux a été appuyé par un ou deux
« référents » de l’IAURIF qui l’ont assisté dans ses travaux aux différentes phases
d’avancement de l’élaboration du schéma directeur.
Les Partenaires Techniques et Professionnels Associés (PTPA)
Les ateliers ont permis la participation de tous les acteurs de l’aménagement de la Région
du Grand Casablanca à leurs travaux. Ceci a concerné à la fois les autres partenaires des
services de l’Etat, tant nationaux que locaux, les arrondissements et les communes, les
partenaires techniques (ONCF, LYDEC, …) ou institutionnels (CRT, CDC, …), les
représentants de la société civile (en particulier du monde économique, du secteur de la
construction, des transports, de l’industrie, …), ainsi que les personnes qualifiées issues de
l’université, de la recherche ou des sphères professionnelles, notamment l’Ordre des
Architectes.
253
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
ANNEXES
L’appui technique de l’IAURIF
L’IAURIF a apporté son expérience internationale et son expertise à l’appui de l’ensemble de
la démarche engagée.
Son rôle a consisté à fournir une assistance technique et méthodologique aux équipes
locales qui ont été constituées par l’AUC, associant les cadres de la Wilaya, des Préfectures,
des Provinces et de la Ville de Casablanca.
Pour assurer cette mission d’assistance à la maîtrise d’ouvrage, l’IAURIF a mis en place une
équipe pluridisciplinaire d’experts pilotée par un directeur et un chef de projet « l’équipe de
direction IAURIF » qui ont assuré à la fois la transversalité et la cohérence globale de la
démarche.
254
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
ANNEXES
Annexe 3
L’équipe technique
Les travaux d’élaboration du schéma directeur d’aménagement urbain du Grand
Casablanca ont été effectués sous l’autorité de
M. Allal SAKROUHI, Gouverneur,
Directeur de l’Agence Urbaine de Casablanca,
par une équipe composée de la manière suivante :
Direction du projet
AUC
IAURIF
M. Azzedine HAFIF, Chef du
département des études
M. ESSNOUSSI, Chef du département
de la gestion urbaine
M. Idriss AJRAOU, Chef du
département des affaires juridiques et
foncières
M. Hafid BOUCHIKHI, Chef du
département administratif et financier
M. Farid ZIANI, Chef du département
des Opérations urbanistiques
M. Fouad AWADA
Directeur technique des études du
SDAU
Directeur général adjoint de l’IAURIF
M. Victor SAID
Chef du projet du SDAU
Responsable de la Mission IAURIF au
Maroc
M. Jean-Louis PAGES
Architecte Urbaniste
Conseiller technique principal du projet
255
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008
ANNEXES
Experts thématiques
AUC
IAURIF
Environnement, écologie, paysages et réseaux divers
Mme Badia Zouhal, Ingénieur (génie civil)
M. Said Lahlimi, Ingénieur (génie civil).
M. Bernard Cauchetier, ingénieur géologue
écologue
M. Ludovic Faytre, ingénieur environnement
M. Pierre-Marie Tricaud, architectepaysagiste
Mobilité, circulation et transports
M. Bernard Etteinger, ingénieur transports,
architecte, urbaniste
Mme Lydia Mykolenko, socio-économiste
transports
Démographie, habitat et cadre de vie
M. Said Lahlimi, Ingénieur (génie civil).
M. Hassan Rabbaj, Economiste
Mme Christine Corbillé, directrice DDHEGL,
économiste démographe spécialiste du logement
M. Philippe Louchart, économiste
démographe
M. Mohamed Mourafik, Ingénieur
statisticien
Développement économique, touristique et équipements structurants
Mme Latifa Bencherki, Economiste
démographe
Mlle Hakima Azemmou, architecte (ENA)
Mme Carole Delaporte-Bollero, économisteurbaniste
M. Jean-François Saigault, géographeurbaniste, immobilier d’entreprises
Mme Hélène Sallet-Lavorel, spécialiste
tourisme et loisirs
M. Mustapha El Hannouchi, gestionnaire
ISCAE
Urbanisme et aménagement territorial
Mme Chourouk Delfi, architecte-urbaniste
M. Fouad Awada, architecte-urbaniste
M. Jean-Louis Pagès, architecte-urbaniste
Mme Salima Slaoui, architecte (DPLG)
M. Victor Said, architecte-urbaniste
Mlle Gwenaëlle Zunino, architecte-urbaniste
Mlle Salma Dioury, architecte - urbaniste
Approche réglementaire et juridique
M. Mohamed Beladel, Sociologue urbaniste
Mme Sandrine Barreiro, juriste
Système d’Information Géographique (SIG) et expression cartographique
M. Ali Lahlou, Ingénieur
M. Nabil Ikama, Ingénieur SIG
256
Mme Sophie Foulard, géomaticienne SIG
M.Michel Hénin, directeur SIGR - IdF
Mlle Sylvie Castano, cartographe maquettiste
M. Ronan Lesergent, cartographe stagiaire
Schéma directeur d’aménagement urbain du Grand Casablanca
Rapport justificatif
AUC / IAURIF - Juillet 2008