M AT É R I E L
Hit
THX ULTRA TOUT !
DENON AVC-A11XV
Équivalent en gamme de l’ancien AVC-A1SE puis SR, l’AVC-A11XV fait
incontestablement partie de ces monstres qui poussent le concept d’intégré multicanal
dans ses derniers retranchements.
Un incontes-
M
ême si, effectivement, aiguillage des
sources, décodage,
préamplification et amplification sont bien “intégrés” sur
l’AVC-A11XV (c’est la définition même du concept), on
s’aperçoit bien vite que ce qui
fait par opposition la spécificité des “éléments séparés”, à
savoir notamment une source
d’alimentation indépendante
pour chaque “élément”, se retrouve ici aussi. En effet,
chaque circuit a son propre
transfo et sa propre alimentation (5 au total)… Idem pour
la séparation physique des
éléments, nécessaire pour éviter les interférences - encore
un des concept clé des “éléments séparés” - et qu’on
retrouve ici à l’identique par
l’utilisation de blocs
indépendants et blindés.
Le tout dans l’espace réduit d’un intégré multicanal guère plus épais que
celui de son illustre cousin
AVR-3805.
son cœur d’un petit bijou de
technologie qui en fait tout le
cachet. En l’occurrence, il ne
s’agit pas ici d’un chipset propriétaire à proprement parler,
mais d’un DSP 32 bit Texas
Instrument (le Denon en dispose de 3) intégralement dévolu à l’autocalibration par
microphone selon le procédé
MultEQ XT. Procédé qui est
le seul sur le marché de l’intégré à prendre en compte non
seulement le point d’écoute
optimal (Sweet Spot), mais
aussi jusqu’à 7 points de mesure environnants. Résultat :
une appréhension des “problèmes” de la pièce et du système audio (distance, niveau,
MULTEQ XT
Tout comme pour le DVDA1XV, compagnon très recommandable pour cet ampli,
notamment de par son connecteur Denon Link (dont
dispose aussi le DVD-3910),
l’AVC-A11XV dispose en
- N°113 JUILLET/AOÛT 05
réponse en fréquence) beaucoup plus juste par le correcteur, et une zone d’écoute optimale au final beaucoup plus
large. La famille, et pas seulement son chef, appréciera…
table air de
famille avec
l’AVR-3805.
Toutefois, ici,
pas de tuner
intégré.
HDMI TOUTE !
Par rapport à son grand frère
AVC-A1XV, l’AVC-A11XV
dispose en plus d’une fonction
de conversion de tout signal vidéo analogique entrant en numérique HDMI en sortie, qui
simplifie de fait considérablement la connexion au diffuseur. À condition que ce dernier soit équipé de DVI ou de
HDMI, un seul câble numérique suffit. Contrairement
AMPLI MULTICANAL 7.1
● Décodeurs Dolby
Télécommande
électroluminescente depuis
l’AVR-3805. Une
bonne idée de
départ, soit.
Mais, à s’allumer
dès qu’on la
touche, les
piles se
déchargent
vraiment trop
rapidement.
● Décodeurs DTS
● Modes DSP
● Label THX
● Évolutif 6.1
● Puissance
● Prix indicatif
● Disponibilité
Digital/Surround EX/
DPLIIx/Dolby
Headphone.
ES Discrete et
Matrix/24-96/Neo:6
14
Ultra2
Oui
7 x 140 W (8 Ω)
3.990 €
Immédiate
● Spécificités : Upconversion HDMI MultEQ XT - THX.
44
toutefois à son aîné, Denon
n’a pas intégré ici d’étage de
conversion vidéo avec puce de
désentrelacement/scaling
DCDi. Tout signal vidéo analogique entrant ressort donc en
numérique à sa même résolution. Ce qui peut être problématique, car tous les diffuseurs
n’acceptent pas le PAL (576i)
sur leur entrée vidéo numérique. De même, tout signal vidéo numérique entrant ressort
donc à la même résolution, délesté toutefois de son information multicanale, récupérée
par l’ampli (DVD-Audio inclus). À noter que l’OSD, lui,
est toujours au format PAL ou
NTSC, analogique ou numérique (576i/480i) suivant la
connexion.
PLUS PAR PLUS
Outre donc ces gros adjuvants
pour le confort d’écoute et
d’utilisation, le Denon est
aussi doté d’une myriade de
fonctions et fonctionnalités.
À commencer bien sûr par ses
7 canaux d’amplification de
140 W en pleine bande, configurables soit en 7.1, soit librement chacun pour de la bi-amplification, soit encore pour
alimenter jusqu’à 2 zones
d’écoute en mono ou stéréo.
Seule “limite” : 9 enceintes
sont connectables simultanément à l’ampli, ce qui laisse
tout de même de la marge…
Tout comme pour les sources
d’ailleurs, tant le tableau arrière regorge de possibilités
qu’il semble impossible d’épuiser. Vous noterez au passage
qu’aucun nom de source n’est
mentionné au côté de chaque
entrée audio-vidéo numérique et composante. La raison en est simple : chacune est
librement assignable à l’entrée souhaitée. Et pour continuer dans l’observation, on remarquera aussi la présence
d’une connexion Ethernet.
L’ouverture réseau est en effet
une des futures extensions du
M AT É R I E L
Hit
Écoutes somptueuses - Conversion
vers HDMI - Évolutivité presque garantie
N A AIMÉ
Pas de désentrelacement/upscaling vidéo TC moyennement pratique - Reconnaissance
des formats parfois difficile
N N’A PAS AIMÉ
produit, déjà intégrée. Quant
aux décodages, inutile de préciser que le Denon dispose
de tout, Dolby Headphone et
HDCD compris, et qu’il est
même ouvert normalement
à toute évolution (qui pourra
nécessiter de passer par la
station technique). Bien évidemment, le post-traitement
THX Ultra2 (4.0, 5.1, 6.1) est
disponible sur toutes les entrées. Sachez juste que dans
le cas de la lecture de SACD
(via I-Link ou Denon-Link),
tout traitement audio (ex :
MultEQ ou THX) entraîne
une conversion du signal DSD
en PCM 88,2 kHz. Mais les
modes Direct et Pure direct
permettent d’éviter ça.
SANS FARD
ET SANS REPROCHE !
Première impression d’écoute
après (longuette) installation
sur un SACD multicanal en
Denon Link : rien de bien
transcendant. C’est du solide,
certes, parfaitement charpenté
(en basses), mais déjà entendu. Chaque enceinte fait
bien son petit show, mais sans
réelle synergie. Curieux. Vérification faite : le système
MultEQ XT n’est pas enclenché. Qu’à cela ne tienne, le
voilà activé. Et là, ah oui !
On entre définitivement dans
une autre dimension d’écoute,
c’est très net. De blocs indépendants, les enceintes se
mettent à jouer de concert ;
les murs tombent, la pièce
s’agrandit… Mieux, se déplacer dans la salle n’altère absolument pas la perception de la
scène sonore. Même passer
et vous comprendrez rapidement votre erreur. Quel que
soit votre attachement à ce
concert, c’est inécoutable : artificiel à s’en vriller les tympans ; Starway to Hell, oui !
Enclenchez donc plutôt ce
bon vieux Queen : Night at
the Opera, toujours en DVD-
Conception
symétrique
avec canaux
gauche et
droite
clairement
différenciés
pour limiter
l’intermo-
Audio, et vous comprendrez
ce qu’ “immersion” signifie.
La première fois, prévoyez
plutôt d’être seul : on se surprend vite debout dans des
postures parfaitement ridicules, si vous voyez ce qu’on
veut dire… En Home Cinéma,
après écoutes comparatives,
nous ne saurions trop recommander d’utiliser le mode
THX Ultra2, qui s’est révélé
absolument somptueux pour
faire glisser sans à-coup ni détimbrage la voix du commandant sur 300° dans Mission to
Mars (VO, ch. 7), preuve là
aussi d’une parfaite fusion de
l’ensemble des voies, caisson
compris.
dulation.
C’est vrai, l’AVC-A11XV
n’est pas donné. Mais des amplis capables non seulement de
très bien remplir leur mission
mais aussi aptes à s’assurer
que tout leur beau travail ne sera pas ensuite massacré par un
agencement incorrect des éléments et surtout une acoustique déplorable, il n’y en a pas
beaucoup. Faites le compte !
■ Gilles Gérin
entre les enceintes surround
et surround arrière pour rejoindre notre porte de sortie, histoire de revenir les bras
chargés de disques… Impressionnant ! En revanche, attention : on s’en aperçoit très vite,
l’illusion de recevoir chez soi
les artistes gravés sur disque
dépend pour beaucoup de la
manière dont le mixage a été
fait. Le MultEQ XT n’est pas
du genre à faire de cadeaux.
Mettez Led Zeppelin How the
West was won, un DVD-Audio
apparemment sans problème,
TECHNIQUEMENT PARLANT
● La connectique :
- 3 entrées/1 sortie HDMI 1.1 (+ 1 entrée DVI)
- 7 entrées/3 sorties A/V doublées S-Vidéo
(+ 1 moniteur S-Vidéo/vidéo)
- 3 entrées/2 sorties vidéo composantes YUV
- 4 entrées/2 sorties audio
- 3 entrées numériques coaxiales
- 4 entrées/3 sorties numériques optiques
- 1 entrée/1 sortie d’évolutivité 7.1 sur CINCH
- 1 entrée Denon-Link (v.3)
- 1 entrée/1 sortie I-Link
- 3 triggers
- 1 port RS-232
- 1 port Ethernet
● Les chiffres :
- Rapport signal/bruit : 110 dB
- Distorsion : 0,005 %
- Dimensions (LxHxP) : 43,4 x 17,8 x 50 cm
- Consommation : 610 W
- Poids : 23,6 kg
45
N°113 JUILLET/AOÛT 05 -