23 avril 1920 - Presse régionale

Edition de
VENDREDI 23 AVRIL 1920 - 29« Annôa - N° 9.951
tom.
L'ACTUALITE
Ni
fayÇài
toutes les régions ^oi composent, en
Orient, le patrimoine traditionnel de la
France, aucune n'est plus précieuse, au«me ne lui appartient à plus do titres, aucune aussi ne lui est plus disputée, sinon
ouvertement, du moins indirectement, par
ta plus tenaces menées, que la Palestine.
Traditionnellement et en droit, l'Angleterre n'est rien en Palestine. Le Times le
reconnaissait lui-même, à l'occasion du
vovTse an cardinal Baume en Terre
sSte = « ïusau'ici,
Jusqu ici disait-id, la GrandeBretagne n'était dans ces contrées qu'une
, «j^fraction » Aussi. ceux des Anglais
^« dénier à la France ses
Hits séculaires sur la Palestine emploient
tom a tour, ou simultaném.ent
deux
moyens : ils prétendent la .donne*^ tantôt
aux sionistes, tantôt à 'émir Fayçal
Or les habitants de la Terre Sainte no
veulent ni du régime sioniste, ni du gouvernement arabe, ou anglo-arabe de 1 enur
Fayçail. Et ils le proclament publiquement.
'il y a six semaines, le 27 février, des manifestatiotns significatives se sont produites
dans toutes les villes importantes de la Palestine, à Jérusalem, à'Naplouse, à Jaffa, à
Caïffa. Chrétiens (catholiques ou orthodoxes) et musulmans, ont défilé pacifiquement dans les rues et sont allés porter
leurs revendications aux autorités britanniqués et aux consuls des diverses nations.
A Jérusalem, las manifestants avaient à
leur tête : le président de la municipalité,
lMrif pacha Déjavir, président du Comité
isiamo-chrétien, les chefs du Comité mulsulman En Nadi et Arabi ; le fils du
muphti, remplaçant son père qui s'était
tait excuser pour raison de santé ; des notables chrétiens de Bethléem, etc... Ils
étaient au nombre d'environ sept cents et
ils étaient accompagnés d'une foule d 'un
millier de personnes qui faisaient cause
commune avec eux.
Le cortège s'est rendu successivement
aux consulats d'Amérique, d'Italie, d'Espagne, de Grèce, enfin au haut œmmissariat
lie France et au haut commandement militaire.
Sur les bannièreis portées par les manifestants, des inscriptions résumaient les revendications de la majorité islamo-cliréiiesine de Jérusalem et de Bethléem : Chré-
BSey
1
consuls, au délégué du haut commissariat
français et au gouvernement militaire, les
manifestante ont réclamé :
*
1° L'indépendance de la Syrie entière,
du Tarirus jusqu'à Rafah, à la frontière
d'Egypte (indépendance qui ne s'oppose
pas, d 'ail leurs, au contrôle d'un mandataire étranger) ;
2° La non-séparation de la Palestine
d'avec le reste de la Syrie ;
3°i La cessation de Timmigration juive.
D'autre part, Mgr Doumani, évoque grecuni de Tripoli de Syrie, a publié le 12 mars
. la protestation suivante :
« Une partie de la population de Damas
Vient de proclamer, au nom de toute la population syrienne, l'émir Fayçal, roi de
-Syrie. Comme une partie de mes diocésains
font partie de cette population, et que cette
proclamation n'est nullement conforme à
nos désirs, nous venons protester, au nom
de notre communauté grecque catholique,
devant le Congrès de la paix et devant
qui de droit, contre cette proclamation illégale dont nous n'avons eu aucune connaissance et que nous désapprouvons complètement, car nous ne voulons que la France
pour nous gouverner. Par conséquent, tout
ce que le Congrès actuel de Damas a demandé et demandera en notre nom, soit la
proclamation de l'émir comme roi de Syrie,
soit toute autre forme de gouvernement^
n'est nullement approuvé par nous.
« Pour toute la communauté grecque ca-
I
Ge n'est pas celui du Saint-Esprit. Le
« bine ri'bbon » en question est beaucoup
plus moderne. Il s'agit en quelque sorte
d'un record. Celui de la traversée do 1 Atlantique dans le temps le plus court, record que se disputaient avec acharnement,
avant la guerre, les grandes compagnies
maritimes anglaises et allemandes.
Lutte à coups de livres sterling et de
reichsmairk, lutte qui, souvent, prit des
proportions épiques. Et qui, parfois, s acheva en tragédie. Le Titanic, par exemple,
fut la victime de cette folie de la vitesse.
Si, dans la nuit du U avril 1914, le gigantesque paquebot anglais s'engloutit avec
1.500 personnes dans les flots glauques de
l'Atlantique, c'est TU'ÏI marchait à une vitesse folle, en démt des icebergs signalés
sur la grande route do l'Océan. Le record
à battre... à tout prix 1 La presse allemande, on le conçoit, exploita largement
ce naufrage. Il me souvient qu'un journal
satirique d'outre-Rhin, en particulier, publia à ce propos une image saisissante. On
voyait, accroupi sur un glaçon où il fumait sa pipe en ricanant, un squelette affublé d'une défroque de marin, portant le
nom de Titanic sur sa casquette brodée.
Mister Record !... disait simplement la légende.
La
compagnie
Hambourg-Amérique,
d'ailleurs, avait de son côté construit deux
navires géants l lmperator et le Vaterland
(rebaptisé Léviathan par les Anglais),
d'une longueur dépassant les 300 mètres.
Ils venaient d'entrer en service lorsque la
guerre - éclata et ils sont tombés l'un et^
l'autre aux mains des Alliés, auxquels ils
ont rendu de grands services pour les
transports de troupes, Ylmperator en particulier, qui a amené, ô ironie, le premier
contingent américain en France.
La guerre terminée et la mer rouverte
au trafic, la lutte pour le blue ribbon vateelle reprendre ?
Il semblerait. On prétend, en effet, que
les Allemands, dans leurs chantiers, construisent des géants dont les dimensions ne
le cèdent en rien à VJmperator. Nouvelle
sujette à caution. Mais il est certain, par
contre, que les Américains, de leur côté, se
préparent à lancer deux léviathans de
333 mètres de longueur. C'est, parait-il, le
ministère de la marine américaine qui à
pris cette initiative et qui supportera toute
]a charge financière. Laquelle, au taux actuel de la construction navale et aux prix
des matériaux et de la main-d'œuvre, sera
énorme. Si l'on songe que le Titanic, construit en 1912-13, avait coûté 25 millions,
on se représentera facilement à combien
reviendra un des géants qui se construi
sent outre-mer.
Ce sera cinquante millions, au bas mot, qu'il faudra faire « ren
ter ».
Il y a plus. Les ingénieurs américains,
paraît-il, entendent faire marcher leurs
léviathans à raison de trente noeuds è
l 'hcTxTe. Les patuvehots les plus rapides
jusqu'ici, n'atteignaient que , 24 noeuds.
C'étaient VAquitania, de la Cunard, et le
Vaterland, de la Hapag. Cette augmentation de vitesse — du quart ! — représente
un accroissement de dépenses formidable.
Car, chacun le sait, pour faire 24 nœuds
au lieu de 12, par exemple, il ne faut pas
brûler deux fois, mais six ou huit fois plus
de charbon. Et Ta proportion va s'accroissant.
Les constructeurs américains, je le sais
bien, répondent qu'une économie sensible
sera réalisée par l'emploi des huiles lourdes comme source de chaleur au lieu de
charbon. Ce combustible nécessitera d'ailleurs moins de place à bord. Le person-.
nel des chaudières à pétrole ne représentera guère qu'un tiers du personnel nécessaire aux chaudières à charbon pour obtenir une même vitesse.
Le passage de 24 à 30 nœuds n'en constituera pas moins une dénense fort considérable en ce qui concerne l'installation,
l'exploitation et le combustible. Il sera fort
intéressant, à ce propos, de voir quels seront les résultats et le rendement obtenus.
Les navires du type en question (20.000
tonnes et au-dessus) sont, on ne l'ignoTe
point, essentiellement des navires à passagers. Et des passagers qui veulent aller
vite. La cale aux marchandises n'est qu'accessoire. Car pour le fret, une réduction
de trajet d'un ou de deux jours n'offre
qu'un intérêt secondaire.
2.500 à 3.000 passagers, un millier d'hom
mes d'équipage, voilà donc le principal
« fret » de ces gigantesques paquebots. Et,
pour que les traversées soient financièrement rémunératrices, il faut que le chargement humain soit complet, en d'autres
teTmœ qw3 toutes
tes cabines soient occu•péee.
Or, fait remarquer très justement à ce
propos un journal, si les voyageurs entre
Enfin, il y a quelques jours, des faits
Amérique et Europe sont très nombreux
pendant la belle saison, de mai à septemTrustaient de montrer quelle source de trounies serait, en Palestine, le règne du eio- bre, Us le sont beaucoup moins le reste de
nîsme.
l'année. U est rare, en automne et en hiver, que les paquebots soient pleins. Et
Des musulmans étaient venus à Jérusaalors les traversées, au lieu de rapporter,
coûtent aux propriétaires de bateaux. Les
6 1OT élite
frais généraux d'exploitation restent à peu
GU
. f
intervint ^
près les mAmes, quel que soit le nombre
des passagers.
Pr0€lamé
A noter encore que ces grands transatcent cina
> <* il y a eu deux
lantiques américains seront « dry-'», c'esteiu cinquante morte et blessés.
De
à-dire qu'ils ne pourront emporter à bord
ut daQC
m Pal ^ aucune boisson alcoolique. Facteur qui a
W m L f
Kkm isme, ni avec l'émir
Favcn r
f
son influence...
et qui n'attirera pas le
,a na1ion
voyageur.
Pliendri
<P" a su la comqui a su s m faire
Aussi, en Angleterre, ne semble-t-on pas
la «
'
aimer, c'est à
la I™** ^e la Palestine entend confier
s'émouvoir outre mesure de ces préparatifs
on de
du cousin Jonathan et ne paraît-on pas
Çti'ell
'
em destinées, assurée
de
n,., v T. ,
choisir ainsi le meilleur vouloir se lancer dans une course à la viC n erveT
mn ù^épendance. La tesse inutile et coûteuse. I>es constructeurs
France hi- ^ ?
anglais — à en croire les journaux technicomm
•irtPmc"do'V
*
e elle so doit à elleques qui discutent la question — s'en tien\
m;
-eyondirroer
jajfblflaae
la
Bms
place 11
dront plutôt aux types moyens qui rapporUi
*
«PPartiemt, à Jérusalem.
tent des bénéfices normaux. Ils estiment
que les steamers du meilleur rendement
0. H.
coranwcial sont ceux crai
comprennent
une large place pour les' marchandises, de
bonnes cabines pour plusieurs centaines de
passagers et qui réalisent une vitesse de
18 à 20 nœuds à l'heure.
Je crois, pour ma part, cru'ils sont dans
îe vrai et qu'il vaut mieux ne pas renoiiveler cette joute du blue ribbon. Avec la
télégraphie — et bientôt la téléphonie
AU
CINÉMA
sans fil, des passages de miatre jours au
lieu de cinq ou six n'ont plus d'importance.
6 c s<1h
sott'ù "L Z .£
' vendredi, voir le sixièmeQue les businessmen se servant du sans fil.
«c notre feuilleton
Ou, s'ils sont si pressés, cru'ils prennent
l'aéroplane !
OOUZY.
'K
Jl?
otra Feuilleton
n.
K F
T OULn ' ' n '' s cinémaR suivants :
B ezieho8E ; Cinôm a m ROYAL.
p
Unfima
ERpiBM«M
EXCELSIOR PALACE.
A «CA8SoÏÏMB C1n< 'jna 0A8TILLET.
fi 6T2|i OM " E : Cinéma DES FAMILLES.
SS
*CEN| . f -L Çmémii FAMILIA-PALAOE.
J»00E2 .° Sf"} a PATHÊ.
^"-LAU". V ".' nia PA,.V H(>us.
*rrra PAILHOUS.
M. CA1LLAUX I CHAMBRE DES DÉPUTES
DÉPÊCHES deiant la Haute-Cou?
Séance du &2 avril {malin)
tiens et musulmans sont frères. Notre pays
est à ni,us. Nous protestons contre l'immigration juive.
, .
,
lin»* i» procRimation qu'ils ont rue aux
S
WBECTION, 25, «i® aoqueiaine, TOOLODSS
Parie. 22 avril.
Il
holique du ^djfucTd^riMlffi ^te)^
Joseph DOUMANI, évêque de Tripoli, de Syr
'e et de ses dépendances. »
Kyfoar*
Organe de Défense Sociale et Religieuse iOtffc
Pap Fil Spécial
Ni Sionisme
Le
TOUIQUB&
|
Dtoe de Mo
MM. LLOYD GEORGE ET NITTI
VEULENT QUE L'ALLEMAGNE DISCUTE
A S AN-REM 0
Pâxis 22 ctvril.
Dimanche, un fait d'une importance capi
taie s'est produit à San-Remo.
Les propositions de MM. Nitti et Lloyd
George, concernant l'attitude de l'Entente envers l'Allemagne, se sont résumées et symbolisées dans une suggestion précise : celle
d'inviter immédiatement le gouvernement allemand à prendre part à la Conférence de
San-Remo. Il fut même indiqué que la présence da •.nanceher en personne serait désirable pour discuter d'une manière pleinement
eflic ;:i.u les rapports politiques et économiques futurs avec les anciens ennemis.
Qu on s'imagine l'effet que put produire
celte psojitsUiQn sur M. Millerand. U arrive,
fort .ie son droit, appuyé par le pays et le
Parlement, avec en mains un dossier formidable de violations du traité par l'Allemagne, se sentant comptable envers la nation
entière de ses morts et de ses' ruines ; il dit à
ses alliés :
« 11 faut que cela cesse et que le pacte de
Versailles ne soit pas un chilfon de papier.
Quand l'Allemagne aura commencé à prouver
sa bonne foi en retirant ses troupes, en licenciant ses prétoriens, en livrant ses milliers de canons et d'aéroplanes, alors nous
parlerons volontiers de la coopération économique dont la France comprend la nécessité.
« Pour cette première tâche, indispensable
à notre dignité et à notre sécurité, je m'adresse à vous et je vous demande, pour un
allié qui fut toujours loyal, le concours de vos
deux pays, nos alliés.
Et ses interlocuteurs s'étant concertés du
regard, lui répondent .:
Ne croyez-vous pas que cette discussion
gagnerait a se poursuivre en présence des
ministres allemands ? s
On voit ainsi que le premier ministre de
l'Empire britannique, marchant à la suite du
premier ministre italien épousant ses idées,
a préféré un geste théâtral, une flatterie envers le pacifisme internationaliste, à un geste
d'honnête solidarité envers la France amie et
meurtrie.
Le coup était dur. M. Millerand montra en
cette iccasion combien est utile de n'avoir ni
nervosité, ni faiblesse ; son attitude prouva
à M. Lloyd George qu'il^aisait fausse route.
Depuis M. Lloyd George cherche, avec une
fertilité d'invention que personne ne lui conteste, à prendre d'autres chemins pour arriver au même but.
Il faudra bien qu'on s'explique S'il n'y a
dans ces suggestions, si contraires au dernier
d'seours que le premier ministre tenait à la
Chambre des Communes, autre chose que
l'inspiration momentanée d'un esprit -impulsif, tant njieux ! Mais si M. Lloyd George persistait dans son programme, il faudrait qu'il
obtînt pour sa politique l'appui unanime de
la nation britannique, comme M. Millerand a
eu pour la sienne l'appui unanime de la nation française.
UN MOYEN DE PRESSION SUR LA FRANGE
San-Remo, 22 avril.
Le correspondant du New-York Herald écrit :
Le coup de maître du traité avec la Turquie est celui-ci : la Syrie, l'Anatoiie et la
Cilicie restent sous le contrôle des Alliés et
la France n'obtient pas de mandat pour ces
provinces. En retardant l'attribution des mandats, M. Lloyd George se réserve un moyen
de pression pour forcer la France à accepter
le projet anglo-Italie t de reconstruction économique de l'Allemagne. Il n'est pas jusqu'à
l'émir Fayçal qui ne reçoive un appui considérable de M. Lloyd ' George et de M Nitti
Le royaume de Syrie n'a -pas été îeconnu
mais si la France cède dans son attitude envers l'Aiaematgne, il est certain que ce royaume ne durera pas longtemps. »
UN COMPLOT CONTRE M. VENIZELOS
San-Remo, 22 avril.
Les journaux anglais reproduisent un télé-
.- complot
tramé en buisse contre M. Venizelos et tendant à assassiner le premier ministre grec
pendant son séjour à ,San-^Remo.
LE ROLE DE LA PRESSE
San-Remo, 22 avril.
La délégation française a décidé de tpuiitter
San-Remo dimanche. La différence de traitement entre la presse française, réduite pour
les nouvelles à la portion congrue, et la
presse anglaise et surtout itafienne, regorgeant d'indiscrétions ou de confidences, avait
créé une effervescence très vive chez les journalistes français. Par exemicle, certains journaux italiens ont pu donner des détails exagérés et dénaturés sur les discussions de
dimanche, entre les trois premieins ministres.
la question ^^«P*???de l'Allemagne.J^
Ainsi
^ ^^te^stwn
1
un de ces journaux a publié en gros caractères cette martehette : a Grave dissentiment
entre la France et l'Angaeterre? »
Que signifie cette oam-»,cae tendancieuse?
Ue plus, on aurait l'impression, à croire ces
aonfrèîes. que l'Angaeterre anairche à la remorque de l'Italie. Le mouvement est curieux
a suuvre.
Paris, 8 h. 30..
La délibération se poursuit.
P$jr 150 voix contre 91, la Cour a décidé de
faire application de l'article 78, qui prévoit
la détention ou le bannissement.
!. discussion porterait maintenant sur les
circonstances atténuantes.
11 est prababAe qu'il y aura séance de nuit.
ta
Silûatiûî)
Eeoîjônjiqlie
CONFÉRENCE INTERMINISTÉRIELLE
Paris, 22 avril.
Aujourd'hui s'est tenue au ministère du
commerce, sous la présidence de M. Isaàc, la
première des conférences hebdomadaires instituées par une récente décision du conseil
des ministres et qui doivent réunir les ministres dont les attributions sont d'ordre économique, en vue de préparer l'examen des questions qui doivent ensuite être soumises au
conseil.
La délibération de ce matin a porté sur les
décrets de prohibition d'exportation et d'importation, ainsi que sur diverses questions relatives à la liquidation des consortiums.
Les Grèves
en Alsace-1
ÉCHEC DE LA CRÈVE GÉNÉRALE A METZ
Metz, 22 avril.
Le root d'ordre de la grève générale est arrivé ce matin de Strasbourg. Cependant, il
n'est pas observé, exception faite pour les
ouvriers imprimeurs, qui ont cessé le travail.
Far contre, on travaille dans la plupart des
établissements industriels. Les dliemins de
ter continuent à assuirer leurs services. La
garé principale et les gares de banlieue sont
occupées par les troupes. La Centrale d'électricité de la ville continue à fonctionner et les
trains circulent. En somme, on ne s'aperçoit
guère de l'ordre de grève génétrale ; seulement, il est à prévoir que les journaux ne
paraîtront pas demain.
CRÈVE PRESQUE GÉNÉRALE «
A STRASBOURG
Strasbourg, 28 avril.
A minuit, le courant électrique a été interrompu et la ville a été plongée dans l'obscurité. Ce matin, la ville est tranquille. L'abstention de travail est générale, sauf dans les
postes qui fonctionnent avec un saivice réduit. À la gare, quelques trains partent et
arrivent ; le train de Paris est arrivé avei
50 minutas de retard. Les magasins du centre
de la ville sont en grande partie fermés, mais
dans les autres quartiers tous les magasins
sont ouverts.
A MULHOUSE
Mulhouse, 22 avril.
L'ordre de grève générale a été donné cette
nuit, à minuit. Les cheminots, après avoir
garé le dernier train, ont cessé le travail ce
matin. En ville, la circulation est intearoni
pue : les usines textiles, métallurgiques, électriques, et les grands magasins de vente sont
fermés. Aucun Journal ne paraît ce matin
Le téléphone et le télégraphe fonctionnent
encore ; la ville est très animée, mais l'ordre
règne.
A S A R R ECU EMIMES
Saiteguemines, 22 avra.
Quoique la grève générale ait été déclarée
à minuit, les cheminots de Sarreguamines
sont restés à leur poste et assurent le servi-s
des trains dans toutes las directions.
La Révolte m
Mexique
Washington, 22 avril,
Le quartier général des forces de l'Etat de
Notroda déclare, que les Etats de Staatoa, Nichoacan, Zacateas, Morelas, Hidalgo, Tlaycala, se sont joints à la Soauoa-a dans sa réCOMMUNIQUÉ OFFICIEL
volte contre le gouvernement de Mexico. Dans
i chacun de ces Etats, le gouverneur, le comLe Conseil suprême
ré«ni^ mtïïn ' a luandant des forces militaires et le Parlement
»
réuni ce matin, aT««r*b>.in«nt
an mouvement
Ttiouw.Tn«n.t.
participent au
11 heures, à la villa de Vachan, a entendu
D'autre part, l'ambassade mexicaine assure
1 avis des exparts militaires et navals sur des
questions concernant 9e regarnie et l'actoidnis- que la repression de la révolte n est qu une
question d'heures.
tration des Détroits et approuvé l'insertion
dans le traité de paix avec la Turquie des
clauses relatives à ces questions
Le Conseil a examiné ensuite ia situation
actuelle au Caucase.
ta Sitliatioi)
LesEv énem&nts d'Allemagoe
DÉCOUVERTE D'UN DÉPÔT D'ARMES
Berlin, 28 avril.
D'après le BerUner Taaeblall, on aurait
découvert, dans une propriété s.tuée non loin
de Berlin, un dépôt d armes comprenant 26.000
fusils et plusieurs mitrailleuses qui auraient
été cachés par le propriétaire, qui se serait
fait remarquer lors du coup d'Etat do Kapp.
LES ALLEMANDS DEMANDERAIENT
L'ÉVACUATION DE NOS TROUPES
Berlin. 32 avril.
D'après le correspondant de Ja Ch>
.- •
Tribune à Berlin, le gouvernement allemand
s'apprêterait a demander l'évacuation > »>
troupes françaises de la ville de Francfort et
des autres villes occupées sur la rive droite
du Rhin.
Les effectifs des troupes allemandes dans
1 zone neutre seront ramenés, à la date du
2 avril, au chiffre maximum fixé aiar le protocole.
"flWflr-***""
Kous prions insiammmi nos TidaiHnn-MT.
resrxinaanta :
V D'envoyer nans retard toviss les Informations i
«• De condenser leurs eaurrUrs i
s" De rênumer tes communications <£S *ti$
(-i 't atfltleta ;
t' t)e ne vas envoyer de longs artlcUs. OA
veut Aire beaucoup èn quelques lignes /
Pario, 22 avril.
L'audience est ouverte à 2 heures 30.
M. Bourgeois préside.
Elle a lieu strictement à huis-clos. L'animation est assez grande dans la cour du (patois
du Luxembourg où, dans les groupes, on se
livre à des pronostics. Aux abords du Luxembourg, une foule assez nombreuse stationne.
A en juger par les paroles entendues au vol,
elle ne paraît pas dans le même état d'esprit
que Celle qui applaudissait, hier soir, aux
(paroles de l'accusé.
La discussion sur les conclusions du procureur général pour l'application file l'article
visant la trahison paraît se dérouler dans un
calme relatif.
Vers 4 heures 4, on apprend que la Cour,
paie 273 voix contre 28, rejette les conclusions,
©é ;jriv:;m!ior vote, accueilli avec enthniu&iasime
par quelques amis de M. Gaillaux, n'appaxait
pais du tout camme un symptôme d'acquittement à ceux d'entre eux qui raisonnent et
qui réfléchissent.
La discussion porte maintenant sur l'article
7fl du Code pénal visant le contact avec l'ennemi avec intention de nuire. La Cour discute
oet article non en vertu du principe de souveraineté, eoinime dans l'affaire Malvy, mais
en vertu du droit do disqualification qu'a
toute juridiction, a l'exception du jury, de
cantonner avec une qualification différente
de délie de l'arrêt de renvoi.
Lupiplieation de l'article 78 est, dit-on, défendue par M. Boivin-ChaJnipeaux.
L'Eijécatioi) de? Traité^
LA REPARTITION DU TONNAGE ALLEMAND
Londres, 8£ avril.
M. Bignon, sona-secrétatre d'Etat à la marine marchande, a signé ce matin l'accord
franco-anglais relatif au partage des bâtiments allemands. Cet accord e*t trie Batiste)
eant pour la France.
ei) i]îi|?ii
UN REVERS DES BOLCHEVIKS
j
Constantinople, 22 avril.
Selon certaines infomiatiMis, l'année rouge
qui avançait victorieusement en Crimée vient
do subir un revers dans le nord et a du reculer de dix milles devant les forces du général
V range).
Par contre, les forces bolclievistes gagnent
du terrain le long de la côte de Tuapac et
6* Sochi.
La séance est ouverte & 9 Ih. 40. sous la présidence de M. Lefcibvre du Prey.
Les Nouveaux Impôts
La Chamibire poursuit la discussion du projet de loi .portant création de nouvelles ressources fiscales.
;
LES CONTRIBUTIONS INDIRECTES
M. Deyris (Landes) propose un article •*> bis
tendant à n'appliquer la taxe de 26 % qu'aux
courses de taureaux avec mise a mort.
iM'. Alfred Maire fait observer que les courses sont défendues par la loi.
M. Deyris plaide la cause des courses de
vaches, spectacle populaire très répandu dans
les plus petits villages dio Midi.
M. Magne. — Hier, en fin de séance, un député socialiste unifie, M. Berthon. avait déposé un amendement à l'article 65, qui fixe
des taxes sur les spectacles en demandant la
taxe de 25 % sur les courses de taureaux. Dans
lê brouhaha de cette fin de séance, un vote
fut acquis sans que la Chambre eût sans
doute bien saisi les conséquences de ce vote.
Je tiens à marquer le caractère de surenchère
de l'amendement de M. Berthon ; il s'applique 4 montrer la discrirnination qui existe
entre les différentes courses de taureaux. Que
ce soient des courses populaires ou des mises
à mort, elles ont toutes leurs origines dans
les mœurs et coutumes de nos régions méridionales ; nous les revendiquons au nom des
libertés locales. Le but fort légitime de la
commission des finanças, qui est de procurer
des ressources au Trésor, ne scia pas atteint
de par le fait de l'amendement Berthon. Le
résultat en sera vain et imjmste en ce sens
qu'il y a toutes espèces de courses de taureaux et qu'en dehors des grandes corridas
de muerta, toutes les sortes de courses provençales, landaises, ferrades, etc., intéressent
au plus haut point certaines populations les
pf.us humbles ; ce eont généralement des spectacles de villages et de petites villes, qu'il y
aurait grande injustice .a taxer à 26 % ; .-ela
nous no pouvons l'admettie. Et alors, que
rapportera la taxe si elle ne s'applique qu'aux
grandes courses? Elles sont bien rares, et
seules en bénéficient quelques grandes villes
aux somptueux amphithéâtres. Mais frapper
de 25 % les corridas de muertc serait non
seulement excessif mais,
nous
l'estimons,
vain.
Cette idée me vient en entendant un de
mes collègues déclarer que les corridas de
muerte sont interdites ; si elles sont interdites, mon cher collègue, c'est donc que nous
avons fait hier œuvre vaine ; mais si le vote
est acquis, comme on nous l'a fait remai'-quetr.
nous acceptons cette mesure un peu draconienne, avec cette pensée réconfortante que
la Chàmhre aura donné à nos corridas de
muerte une consécration légale, comme un
état civij. Nous vous remercions, mes ohers
collègues, d'avoir ainsi reconnu l'existence
iéigale de réjouissances auxquelles nous tenons dans notre Midi, coimme vous tenez tous,
messieurs, à vos vieilles coutumes locales. Je
m'associe donc à mon collègue Deyris en
demandant à Ja commission des finances
o> disjoindre l'article 6 ilfcis, qui permettra Si
la Chambre d'atténuer un vote tellement nocturne qu'on pourrait l'appeler clandestin. »
Sur les instances de la commission, cet article 66 bis est disjoint
L'article 66 énumère les exonérations des
taxes en faveur des repréBentations de bienfaisance. A la demande de M. Vidal, on y
comprend les réunions des Sociétés d'éducation physique et militaire . à la demande de
M. Mare Sangnier, les patronages et les associations d'éducation populaire déclarées
conformément à la loi de MKH et qui ne poursuivent aucun but ccffnmeawiiï, sont également comipris dans l'article 66, qui est adopté.
L'article 67, qui détermine les conditions
d'application des deux articles .précédents
est adopté, ainsi que l'article 68 qui maintient le droit des pauvres au taux actuel.
L'article 69 établit un impôt do 10 % sur le
prix de vente de l'énergie électrique
M. Ru'ellan dépose un amendement tendant
à remplacer cette taxe par un impôt unique de
10 centimes par kilowatt 'consommé.
M. Ruallan.— L'électricité qui va être payée
1 fr. 10 à Paris, est payée dans les petits pays
jusqu'à 2 fr. ; je ne comprends pas qu e l'on
veuille désavantager ces légions qui paient
déjà leur charbon plus cher.
M. Ch. Dûment. — Pour tenir compte du
charbon nous avons exonéré le gaz : nous
sommes raisonnables en demandant de 12 à 15
millions à l'électricité' • nous ne pouvons calculer les conséquences qu'entraînerait le tarif de M. Ruellan. »
La Commission et le gouvernement -repoussent cet amendement qui est rejeté par 381
voix contre 180.
La Commission et le gouvernement acceptent un amendement' de M .Loucheur ajoutant
que les 10 % ne peuvent dépasser 10 centimes
piv kilowatt heure. Le deuxième paragraphe
exempte la consommation ..pour l'éclairage des
services publics, pour le chauffage des fours
et autres appareils utilisés directement à une
production industrielle et scientifique et pour
les éclairages des véhicules. Il est adopté.
Le troisième paragrapilie dit que l'impôt est
dû par les producteurs ou leurs concession
naires qui sont autorisés à en reporter la
charge sur le consommateur, nonobstant toute
convention contraire. L'ensemble de l'article
70 est voté par 37*8 voix contre TK.
L'article 71 augmente les droits sur les voi
tures ; il est adopté sans modification.
L'article 72, rendant obligatoire la déclaration des voitures et exemptant les véhicules
faisant des services publics, est adapté
L'article 73 augmente les droits et la taxe
d-j circulation sur les voitures-autos ; les voi
tures employées pour ^exercice d'une, pro
fession agricole ou patentée eî les voitures
publiques paieront la moitié des droits ; le
dernier paragraphe règle la part de l'Etat
des départements et des communes.
M. des Lyons de Feuchin fait adopter u
amendement taxant les canots automobiles.
L'article 73 est adopté, ainsi que l*articlo 7-i,
réglant la perception des droits.
L'article 75, qui établit l'obligation d'un
permis de Circulation pour les autos étrangers, est réservé.
L'article 76, réglant JOB [pouvoir!* des agents
des contributions indirectes est adopté.
L'article Ï7. annulant les" lois antérieures,
est adopté.
La suite est renvoyée à cet après-midi 3 heures.
La séance est levée à midi.
Séance de l'après-midi
La séance «>st ouvert/; à 3 h. 10, sous la présidence de M. Raoul Péret.
LES PERMIS DE CHASSE
Ira 22 avril.
—- Les médecins membres du Syndicat du
suri du Finistère, dans un congrès tenu h
Quimpesr viennent de décider de refuser les
soins, le' 1" mai, ft tous les cilionteurs et à
leurs" familles.
L'adjoint ft la mairie de Belfort. M. Buseières, a été suspendu de ses fonctions pour
iim mois par l'administrateur du territoire de
QeUort. 11 est l'objet die poursuites Judiciaires
ô. la suite des tragiques incidente de la grève
du 0 avril.
— Une douzaine d'aircatalions ont été opejpàe s pour vote oonianls au dépôt de viandes
fa-igin'ifléôe die Clichy. Des bouviers figurent
paru» 1»6 inculipés ; d 'autres arrestations sont
imminentes.
— Un obus a fait explosion dans le lioae de
Riotlsfilcux, au contUiCt d'un feu allumé par M.
Dardre. Ce dernier a été grièvement blessé
©t son 'fils tué.
— ApiiV le canton dio \aud, lo canton a»
Newfciifetel a inteixlit, BUT tout son tennitohue,
Je Coiiarès couiurmmistc qui devait avoir W«u
Jes M « 25 avril-
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
La Chambre reprend 1.1 discussion du projet
de loi portant création de nouvelles ressources fiscales.
„„
.
,. ... .
On reprend l'article 39, qui avait été réservé,
su 1' les permis de chasse. Pour montrer loute
l'importance qur présente cette question pour
l'Assemblée il suffira de noter nue l'article 3i>
a fait l'objet de. 2il amendements
M de Lasteyne, rapporteur général, a dû
morit&r à la tribune noua- donner connaissance
d'un texte transactionnel «lui. pcnse-t-il, offrira toute satisfaction à la CJiumbre.
M. de Laoteyrio. — 11 nous faut des ressource-, nouvelles ; il serait impardonnable do ne
pas imposer les permis de cluisse quand nous
frappons do nouvelles fixes les objets de prsmière nécessité ; mojs nous voulons faire une
distinction entre le petit chasseur et le ebas
seur des grandes cliasscs. On nous a 6ttf?,*êre
le permis journalier ; nous le repoussons, parce que nous lo considérons comme un trop
grand élément dn destruction du gibier. Dans
un désir de conciliation, la oummisaHui s est
arrêtée au texte suivante : « La délivrance du
icrmis de allasse «*nér<d. o.uiorjf ant la chasse
«tr tout lo territoire pendant tout le temps
d'ouverture, donnera lieu à un droit de W
francs au profit de l'Etat et 20 francs au profit
des communes. La délivrance du permis de
chasse spécial qui sera attribué a la première
catégorie, soit les chasseurs des dimanches et
jours fériés et lendemains d'ouverture, et a
la deuxième catégorie, soit les chasseurs qui
chasseront dans la commune et les communes limitrophes, donnera lieu a un droit de
20 francs pour l'Etat et de 20 francs pour les
communes.
La commission a nopoussé. le doublement
des droits pour les étrangers parce que' cet
nrmôt soulèverait des questions d'ordre diplomatique et international.
L'espoir de conciliation manifesté par M de
de Lasteyrle ne paraît pas devoir se réaliser
aussi facilement. M. Ducos, en effet présente
un amendement tendant à instituer un permis
de chasse journalier qu'on pourrait se procurer, moyennant la somme de 1 franc, chez les
receveurs-buralistes.
M. Duoos. — C'est une façon démocratique de donner la faculté de chasser atOc ouvriers
qui n'ont pas toujours le moyen d'acquitter
la somme relativement considérable que représente le permis annuel.
M. Compère-Morel. — Au moment où, par
le jeu de la loi de huit beur~s '' •• »
cher l'ouvrir du cabaret où il aura tendance
â passer ses loisirs te permis u*j C'J
«nalier sera un excellent dérivatif d'une portée
sociale incontestable. »
La commission repousse cet amendement.
M. Meritan (Vauichise) récJanie à son tour
le permis journalier en le taxant à 2 francs.
M. de Lastoyrie. _ La commission propose
une disposition additionnelle ainsi conçue :
Les permis de chasse délivrés après le
31 janvier 1920 ne seront utilisables connue
permis général que si le titulaire acquitte un
droi* de 56 francs. 11 n'y a pas de droit supplémentaire pour le permis spécial, qu'il soit
hebdomadaire ou communal. »
M. Huguet. — Il n'y a aucun inconvénient
ô. laisser les ouvriers et les paysans Chasse:'
davantage puisqu'ils ne pourront dhasser que
sur les terrains communaux et domaniaux à
moins d'être propriétaires, et ils ne chasseront pas longtemps, car ils ne trouveront
rien. » (Rires).
L'amendement Ducos est repoussé par
390 voix contre 174.
M. Guichard présente un amendement tendant à l'extension de la validité de* permis
spéciaux au canton et aux cantons 1 mitrophes.
M. Ch. Dûment, rapporteur général — La
commission a fait preuve du plus grand es.
p - de conciliation. Le principe qu'elle a posé
vient d être adopté à' une grande majorité La
commission propose de disjoindre tous' les
amendements qui regardent la police de la
chasse, les chasses gardées, étc. et de les
renvoyer a la commission pour qu'elle puisse
établir un texte général.
trénéral. .»
L'amendement Guichard est repoussé par
47 voix contre 263.
La Chambre repousse également toute une
série d autres amendements, de MM. Autier,
Anterioux, et de MM. Pierre Jobv et Ma°ne
ces derniers reprenant l'idée du permis journalier à 2 francs.
Un débat extrêmement confus s'institue auteur d autres amendements de M. Autier, réclamant une réduction d'un tiers à partir du
deuxième permis pour les familles nombreuses ; de M. des Lyons de Feuchin qui retire
son texte, et de M. Louis Andrieux qui déclare
également ne pas maintenir sa proposition
rout le monde parle à la fois et il est tmpossit^e, de la tribune «ic la presse, de suivre les
interventions qui se produisent, la plupart des
orateurs s'expliquant de leur place
La Chambre prononce la dis onction d'un
amendement de M. André - Fribourg tendant
a tripler les droits pour les étrangers
L'article 30 est adopté avec le texte additionnel relatif à la taxe à payer pour utiliser
les permis courants, texte qui" fera l'objet d'un
article 39 bis.
Mais on n'en a pas fini. M. Comnère-Morel
et plusieurs de ses collègues socialistes proposent un nouvel article additionnel tendant ô
établir une taxe proportionnelle allant de 10 à
oO francs par hectare pour lés chasses gardées.
M Ch. Dumont. — Il faudrait chercher un
texte tenant compte de l'étendue et de la valeur du terrain de chasse. La commission étudie ce texte, qui sera incorporé dans la loi
de finances. La commission demande donc
la dis- onction de la proportion d» M Compere-Morel. a
" •
La disionction est prononcée par 334 voix
contre 285.
M. Ernest Lafont et plusieurs socialistes revenant une fois de plus au permis de chasse
journalier. a 1 franc pour les dimanches et
fêtes, s'attirent cette apostrophe de M Poussinot.
M. Ppussinot. — Savez-vous, Mess'eurs les
socialistes, à ouoi vous exposez l'ouvrier si on
lui donne le permis iournalier ? Vous ne connaissez pas de près les fusils. Messieurs (rumeurs à l'extrAme-gauche) : vous poussez les
ouvriers à des dépenses excessives » (Tempête sur les mêmes bancs).
L'amendement Lafont est repoussé.
LES PÉTROLES ET LES ESSENCES
Cette question des permis se trouvant enfin
liquidée on revient à l'article 7R portant à
20 francs par hécto les droits sur les pétroles
et les huiles minérales.
Cet article est adopté par 471 voix contre 112.
L'article "0, établissant un droit de 20 francs
par hecto sur les benzols tolénes, est égalé
nient adopté.
LES OAFrjB, CACAO, POIVRE, etc...
L'article 50 élève les taxes sur les cafés,
cacao, chocolat, poivre, canelle, muscade, vanille, thé. La commission accepte un amendement de M, Sonssenot frappant la vanllline
chimique d'un droit de 200 francs le kilo.
L'ensemble est adopté par 447 voix cor»
tre 157.
LES SUCRES
L'article 81 porte au taux ci-dessous I«$
taxes sur les sucres : raffinés. G0 fr. par cent
kilos sur les sucres bruts 60 fr. par cent kilos,
sur les sucres candis 64 fr. 60 par cent kilos',
sur les mélasses de raffinerie, 3 fr. par cent
kilos.
M. le professeur Pinard intervient avec une
grand* énergie pour que ces. chiffres soient
respectivement ramenés, en re qui concerne
les sucres, fi 50 francs, 56 francs et 2 fr. 25
pour les mélasses.
Le profeseem- Pinard. — t," iucre est la
base de l'alimentation nationale ; mais, ceux
qui en ont le plus besoin sont les vieillards,
les malades et surtout les enfants : ne les
frappons pas par des surtaxes
excessive».
(A opl a w Ai ssem ents. )
M. Herriot. — Il ne faut pas laisser exonérer le prix du sucre libre: c'est pourquoi l'estime qu'il faut maintenir pend >*nt qucloue
temps une taxe élevée, car le marché mondial
n'est pas suffisamment, elimenM.
M. Ch. Dûment — Nous VOHR proposons, devant l'nnpel de M. le professeur Pu ara. la
taxe de 54 francs, a titre rte
transaction ;
c'est un sacrifice de 50 millions que nous
vous faisons. »
Le professeur maintient son amendement
qui,' mis aux voix, est adopte. (Vifs applau.
dissements.)
,
.
„. . .
Le droit sur les glucoses restera fixé, a 11
francs. L'ensemble de l'article SI est adopté.
DISPOSITIONS SPÉCIALES
L'article 82, qui élève les amendes pénales
et établit des droits fixes sur toute contravention, est disjoint. Sur l'intervention de M. Pinard, on accepte un amendement do M. Latent disant qu'il est ajouté 2 centimes 1J 2 K
toute amende fiscale déjà soumise aux décimes.
L 'article R3 qui attribua a l'Etat, les coupons, dépéts
d'argent, Intérêts, dividendes
non réclamés par tes ayants-droit et atteinte
par la prescription, est adopte.
Séance demain n 0. lieiirqf rt Qé
la discussion des articles 117 ô. 134, sur le»
chiffres d'affaires.
La séance, est levée a 7 h. 15.
^jJiïSÊ
l'Tîst et le Contre, couvert dans l 'Ouest n
2429.855 contre 20 ; Ohar,?eUT.s. 2650. Nouvetlo avance
2381 .002
3381 .903
2,330.540
2281.073
pude du brouillard et de la pluie on B?et£
_, K
2572.380 de ila Thomson à 1170.
253G.«2l
250.778
£581.778
Cuprifères calmes, le Rio-Tinto à 2845 el
3633.353 3713.401
8SÊ5.87I '>(;.'>.082
2654.356
La température a peu / varié dans nr,* »i
Paris,
avril.
2855.505
2°12.201 Boléo à PS», la ! ait 800.
289.907
2727.912 2784.701
Bkmj. sauf dans le Nord-Ouest où elio t
Valeurs
pétroWères
soutenues
r
Roval306.276
2Si5.6SB
4Q16.G42
301S.AB
Ville de Paris 1892
8979.837
Pari.; 32 avril.
monté légèrement. On notait ce matin - <tl S
Eagle, 6533108.6»
2573.052
2593.829
,'«svî.:rv)
861.820 Dutch, 61.200 ; Shell. 768
Le numéro 370.001 est remboursé par 100.000
res russes «ont encore 4 lorare Mans, 6» à Paris et Clermont-l'errarui 7» ï
Séance du matin
Les
naphti
2(185
.274
2696.041
8736.
CU8
2031.274
WNlAÊtl
Paris, 22 avril.
Diinherque. Strasbourg, Nantes et Lyon 9» A?
francs.
2837.269
3923.876
2947.8176 du jour : Bal ni, 5000 : Lianosoff. 673 ; Nonh- Cherbourg et Bordeaux, 10° à |J,„,,;
28». 712
2K1 1.939
& 'franco ost ouvflrto à 10 heures, sous la
Le numéro 5G7.83Ï est remboursé par 50.000 2947.790
LES MARCHÉS DE LA GUERRE
3042.126
3091 .135 Cu.ucasian. 1
:«Xi7.«ril
eoft
.tS9
-stdoneo de M. Alexandre Berard. vice-uré11° à Toulouse ot Biarritz, 12° à Brest
francs.
Diamant ifâ s plus calmes : de Boers, 16JQ :
e .-)ft .i2.j 2<MM.95G 2654.323 2CM". ..;!.;:',
.) i:;?. iiri
eiit,
La commission d'enquête sur les marchés
Les deux numéros suivants sont remboursés
.îapersfontein
..
m.
2625.717
8739
.80]
ao«6 .oa8 2700.1 10 2717.756
die la guerre a poursuivi l'examen du projet chacun (par lo.ooo francs : m .1% et 211.888.
Mines d'or et Caoutchoutières irirégu'-ères.
L'AMITIÉ FRANCO-BELGE
30.004
2682.827 2874. GOO 2926,921 2956.055
IA Gonyornement su,r ia révision des marLes trente numéros suivants sont rembour25S0.273 Reprise de la Financière a 375 et de la Ma3005.019
3057.370
3073.808 :;UWM>
•M. le président. — J'ai reçu de M. le rnlnls- ches. Elle a décidé que la icoirnjmi.ss.ton d'ajppel
sés chacun par 1.000 francs :
2045.200
2701.065 lacca a 310.
2645.200
262.560
ï< Ô0.S28
xç des affaires Étrangères la communication comprendrait un (représentant de l'industrie
Kn valeurs diverses, les Congé-Grands Lacs
2828.260 3S.i9.S02
2744.801
2903,891
k** „ 20.779
40.242
56.C07
86.008 05.5.14 3719.749
Suivante :
au commerce, de l'agriculture, des conseilâ
SOlO.ôiO
4058.268 s'avancent à 460 la part.
295.975
Wp
.590 2926.500
138-5C8
«5.039
494.447
208.249
Industiiielile des Pétroles 4 3U50 ; Fournier a
* Monsieur le président le chargé d'affaires de prud hommes ou d'associations agricoles
30.592 3105.402.
2»-fiô2 307-491 332.342
Se Belgique vient do me (faire savoir que o'c3t avec voix détibérattve.
890. Faiblesse des Sucreries- d'Egypt3 à 1015
ypàto
&&&&
376.91,1*
407.198
422.730
c
cul
d
u
-<2>v
9
—
avec une vive émotion, partagée par- toute la mJz2!3L*l ^
l'ordinaire, à 1815 la part.
' Pourcentage du bénéfice 4al.896 408.108 487.505 492.301 512.0% 551.052
' nation belge, que le gouvernement du rot a acceptable, il sera tenu compte a la fois du
d
Société d'Eludés el d'Informations financière*
1.116 numéros sont remboursables au pair.
r
wprts les manifestations de chaleureuse sym6t
du
M? «nrii ^K ^ ,
^P'W engagé.
*5. rue Vivienne. Parts lté arr.j.
Samedi prochain,
la commission
contiVnlliic pour la Belgique auxquelles se sont
Communales 1908
livrés la chambre det» députes et le Sénat nuera 1 examen de cette question.
Ont été nommés percepteurs :
GROUPEMENT
DES
ACHETEURS
français à l'occasion de l'envoi d'un continLo numéro 52.938 sera remboursé par 200.000
ET DES PRODUCTEURS
Hors classe. 2" échelon. — MM MMha*
L'EMPRUNT FORCÉ
gent belge à Francfort. M. le cemte de Laufrancs.
cepteur de Podcnsac (Gironde), à la
îxrpin ajouta qu'il s'associe personnellement
Le numéro 3O0.3C8 sera remboursé par 23.000
là Lugol, député de Seine-cMvfairhé, a deLa guerre ayant bouleversé le monde au
«
tion de Biarritz (Basses Pyrénées) • Sevèfia
do tout cœur aux sentiments du gouverne'
posé une propositon de loi tendant a l'instttu- francs.
point de vue économique, les Exportateurs
percepteur do Saint-VincentKle-Tyrosse
'aient, du roi et do la nation belge.
Les numéros 21.296 257.780 321.706 359 .454 coriune les Importateurs doivent abandonner
taon, pour la liquidation des changes de guerre,
« J'ai l'honneur de vous faire part do la d un emprunt forcé. Tous les Français posses- 490.127 506.093 854.256 1126.570 seront remdes; à la perception d'Agen (Lot-et-GaironaSî
lej vieux errements ët traiter les affaires sui'démarche de M. le Chargé d'affaires de Bel- seurs d'un capital supérieur à 50.000 francs boursés par 5.000 francs. '
Vedore.
percepteur de Pierrefltte -NestahS
vant une méthode rationnelle aussi bien que
(Hautes-Pyrénées), a la perception de R SÏÏJ"
gique, Le Sénat ne manquera pas de renou- seraient tenus de souscrire dans les proporLes numéros suivants seront remboursés par technique, d'économie de temps, d'effort, de
jïeler, à cette occasion, les sentiments d'affec- tions mintaiia ci-après : de 50.000 à 100.000 1.000 francs.
dépenses, et aussi ~sur une plus grande
Mercredi 31 avril, dans l'église de Launa1" classe, 2' échelon. ,- M. Géraud percer,
jion qui unissent dans des efforts communs francs, 5 % ; de 100.000 à 200.000 francs, 10 % ;
35.465 échelle.
puet (Haute-Garonne), élégamment dR-orée, leur d'Llne (Pyrénées-Orientales), à h *
110
• 22.053
12.543
119
la République française ot la Belgique. » ^ApPour atteindre ce but, il est nécessaire de :
die 200.000 a 500.000 flancs, 15 % • de 500.000
89.154
S.
G.
Migir
Gemma
in,
archevêque
de
Toulouse,
55.1
H
75.075
38.128
48.044
cept-ion de Saint-Girons-banlleue (Ariètre)
probations unanimes.)
à l million, 20 % ; de 1 million à S millions,
178.355
1* Réduire au minimum les délais de com- assisté. de Mgr Dubois et de M. le chanoine de
98.595
133.168
148.596
112.938
1 classe r échelon. - MM. Cimper, perLa communication dont j'ai donné lecture
25 % ; de 2 millions a 10 millions, 30 % ; de
207.840 munications ;
200.145
I'Talgiuièrcs,
a
béni
le
mariage
de
M-.
de
Baze185.346
179.591
179.93a
cepteur de Saint-Béat (Huute-Garonm.) . T,
sera insérée au procès-verbal et déposée aux
10 millions à 20 millions, 40 % ; au-dessus,
257.676
2" Faciliter les relations entre acheteurs et laire baron Roger de Bouonepoiiii, lieutenant perception d'Axat (Aude) ; Busquet, peioe-n
806.468
210.615
235.337
210.703
archives. »
JO /b.
284.558 producteurs.
283.048
276.587
â .r -étatJmajor.die la IV e division, décoré de la tour de Dompierre (AU ter), à la perceDHo*
262.548
265.503
358.153
Pour cela, une seule méthode :
Les titres de rente souscrits seraient émis
361.987
£06.650
336.962
318.677
Qrpix de guerre, fils de M. de Bawlaime, di- de Saint-Béat (Haute-Garonne) ;
BauchS?
PROJETS DIVERS
448.380
Grouper acheteurs, producteurs" et indus- recteur de la Société Générale, à Toulouse, percepteur ct'lnchy <Nord). 4 la perception ai
au pair ; ils ne produiraient aucun intérêt
39.1 .m
386.000
387.136
389.369
B
560.432 triels dans un lieu uniepue où les acheteurs
500.803
460.620
495.507
et de Mime, née de Lauisun, et fils adoptif du Mauieoii-banlieue (Basses-Pyrénées).
ïk; Sénat adopte le projet de loi tendant a jusqu'au 21 décembre 1922. A partir de cette
479.810
590.704 peuvent rapidement et facilement trouver les baron et de la baronne de Bouchepoirn, avec
575.919
561.739
56.8 «7S
571.450
retarder au 3 niai l'ouverture de la première date, iHs- seraient, jusqu'à leur reimbourse2 classe. 2" échelon. — MM. Fauré, percen670.322 produits qu'ils recherchent.
€53.738
646.289
'session des conseils généraux en 1920 ; le auent, productifs d'un intérêt de 2 i %. Leur
615.193
624.162
Mlle Germaine d'Ayguasvlves, fi'ïîe du vicomte teur de Gargas (Haute-Garonne), à là perceri
735.603
Constituer un centre unique des magasins d'A^nuesvives et la vicomtesse, née de Posen.
732.810
702.698
710.215
704.046
tprojet de loi ajournant au 31 décembre le rembourseraient, auquel seraient affectées les
lion de Verdi-m-sur-G-aronne (Tarn-et-Garn !"
831.145
de
ventes
en
gros,
tel
est
rouget
ue
lu
o
^-ico
827.549
annuités
â
la
charge
de
l'Allemagne,
aurait
882.886
751.252
766.252
Les témoins du marié étalent le général de ne) ; Paoli. percepteur d'Antoingt (Puy-deremboursement de l'avance de 300 millions
879.640
de
«
PARIS-M
AHCHË-DU-MON
DE
»,
Société
858.495
847.716
lieu
en
20
années,
à
partir
du
l«
janvier
1925,
831,597
826.041
Baaelaire
et
le
colonel
de
Lausun,
ses
oncles
;
consentie au gouvernement par la Banque de
913.079 qui vient de se former, pour répondre aux ceux do la mariée, Mme de Satat-AnîTré, sa Dôme), à la perception de Laroque-d'ohnea
907.460
891.738
882.496
France • le projet de loi réglant les forma- par voie de tirage au sort. La première moi878?314
Ariôge) ; Geiimain, percepteur de Conques 960.003 vœux du Bureau du Conseil municipal de tante, et le marquis d'AyyTuesivdves, son oncle.
948.948
945.145
928.111
930.612
lités de révision et de concession des pensions tié des titres sortis à chaque tirage serait rem(Aude), à la perception d'Aurignac (Haute
987.7SJ 1009.427 Paris et du Conseil général de la Seine, con958.561
9S2.735
boursée au pair ; les autres titres sériaient
979.354
La messe de mariage a été célébrée par M. Garonne) ; Lainarque,
percepteur
d'Ousi
îmlitui: .
1050.131 1055.856 fcrirnément au programme du Comité pour le curé de Launa&uet.
1038.338
1033.768
échangés contre des titres de rente perpétuelle, 1015.049
(Ariège), à la perception d'Ossun (Hautes
l'Expansion
de
l'Industrie,
du
Commerce
et
1122.659
LA RÈCLEMEMTATION
1101.522
1101.988
1094.872
1085.873
productifs de l'intérêt de 5 %.
Pendant la messe, Mlle de Montbel et un Pyrénées) ; Cabanis, percepteur de Lanouée
de* Arts en France et à l'étranger.
LA CONSOMMATION DU PAPIER
1154.614
1183.618
1138.383
excellent artiste, élève du Conservatoire de
Le programme de « PARIS -M.iRCHF.-Dr- Toulouse,, ont interprété à merveille deux (Morbihan), à la perception de Cassagnes-Be<
LES JEUX DE HASARD
sonnés (Aveyron) ; Fadel, percepteur de Trie
ts/ONDE », dont le siège provisoire est 18, rue
Communales 1312
! Le Sénat discute le projet de loi relatif à
admirables mélodies religieuses.
(Hautes-Pyrénées), à la perception de Mi é.] an
La commission d'administration gênéraile a
Taithcvut. à Paris, a obtenu, non seulement le
fia réglementation par décret de la consommaA
l'Offertoire,
la
quête
pour
les
pauvres
a
Le
numéro
1.196.389
sera
remboursé
par
(Gers) ; Guyot, percepteur de Pampelonne
entendu la lecture du rapport de M. Rozier
patronage des autorités françaises et de celles
tion du papier.
été
faite
par
les
soins
du
service
d'honneur
100.000
francs.
(Parn) a la perception d'Abondance (Hautealliées, mais aussi l'appui effectif de l'AssoM. Delahaye. —J'ai bien peur que la précau- sur le projet de loi retour du Sénat et relatif
Le numéro 681.276 sera remboursé par
qui était ainsi composé : Mlle d'Ayguesvives Sayoue) ; Serres, percepteur de Belvèze (Auciation des Chambres de commerce britannition prise soit inutile ; on nous ipropose de au réigime des jeux dans les stations clima- 10.000 francs.
et le capitaine do Lassus, Mlle de Bazelaire et de), à la perception de Pampelonne (Tarn) •
tiques. I-e rapport conclut à l'application pure
ques, des Chambres de commerce américaines
proroger pendant six mois les mesures antéLes numéros suivants seront remboursés et Scandinaves et de 'beaucoup d 'autres pays le lieutenant de Lausun.
Passet, percepteur de Sauve '(Gard), à la perrieures Les grands journaux, si je suis bien et simple de l'article 410 du Code pénal., c'est- par 1.000 francs :
A l'issue de la messe, la vicomtesse d'Ay- ception de Saint-Affrique-banlieuie (Aveyron)-'
alliés et amis.
renseigné, sont déjà approvisionnés de pa- à-dire à l'interdiction absolue des jeux en
2.109
93.025
125.122
151.8-38
3706.993
guesvives
a
reçu
ses
nombreux
invités
au
chû
Miouillorat, percepteur de Bouglcm (Lot-et-GaFrance. De la discussion engagée, il ressort
Voxi brièvement résumé le programme de
pier pour plusieurs années. Il faut faire ren411.975
081.537
1133.513
1234.516 1524.625 « PARIS-MARCIU;-DU-MONDE .
teau de Fohbeauzard, où un lunch des plus ronne), à la perception d'Aignan (Gers) •
dre gorge aux accapareurs ; une écanonme qjue la majorité de la commission serait favo. 1723.411
1339.422
Courtier, percepteur» de Bidauhe (Basses-Pyl
La Société se propose d'élever sur un ter- brillants a été servi.
réelle serait la suppression des journaux le rable atux conclusions du rapport.
Les numéros suivants seront remboursés rain de 48.000 mètres, soit près de 5 hectares,
Toute la société toulousaine dans ce qu'elle rénées). à la perception de Bages (PyrénéesAvant de statuer, elle entendra, (mardi, les
t
compte
de
plus
élégant
et
de
plus
distingué,
par 500 francs :
dimanche.
Orientales) ; Laffitte. receveur de l'enregistra- qui se trouve sur lo quai de Pa^sy, face a-la
M. Milan. — C'est le seul jour où dans les ministres des finances et de l'intérieur.
96 .561 Tour Eiffel, sur la rive droite de la Seine, a s'est trouvée réunie dans cette fête pour offrir nient au Maroc, à la perception d'Aiguillon
42.543
43.658
75.762
83.9H9
——<h
campagnes on puisse lire les journaux.
aux
jeunes
et
charmants
époux
ses
meilleurs
162.965
(Lot-et-Garonne), candidature exceptionnelle'
100.427
108.844
1389.980
140.921
10 minutes en taxi de la place de l'Opéra, un
M. Dslahaye. — Je demande la suppression
251.159 immeuble colossal, ayant 260 mètres de vceux de bonheur et à leurs familles ses cor2' classe, 1" échelon. — MM. Dasfaigas per177.015
23.663
241.084
341.364
;
des journaux imprimés le dimanche, qui pa
328.532 façade, une profondeur 'de 185 mètres et diales félicitations^
cepteur d'Assie.ï (Lot), à la perception de
252.350
269.437
314.709
319.950
A
ees
souhaitSStet
a
cas
félicitations
nous
missent le lundi. Je demande qu'on restrei382.168 une hauteur de 30 (trente) mètres. La surûhaiuis (Haute-Vienne) : Ftaud percenteur de
335.494
338.004
142.027
306.287
gne le nombre des affiches subversives, qui ne
460.673 fù:C(; totale des étages sera de 24 hectares et joignons avec empressement les nôtres.
Dournazac (Haute-Vienne), à la perception
292.233
399.704
4-41.828
455.776
paient pas le timbre. Ce qu'il faudrait faire
de LaviKedieu (Tarn-et-Garonne ;
Papon
518.604 1-3 nombre des locaux (magasins de vente en
460.672
460.996
482.929
514.599
m
aussi, c'est répartir le papier entre les jour767.330
percepteur de Labastidc-de-Lévis (Tarn) à la
gros) sera de 5.000.
622.781
710.581
721.253
735.069
* *
naux, de façon que les petits journaux puis-"'
876.593
Dans
cet
immeuble
seront
réunies
toutes
les
perception
de
Dezize-les-Maransies
(Saône-et775.403
822.994
828.369
876.418
sent continuer a paraître. Il faut distinguer
1020.519 facilités d 'information, des succursales des
Mardi 20 avril, dans la chapelle Saint-Th'éo- Loire) ; Gapdeville, commis principal de 3'
930.125
933.837
943.386
1001.775
entre la liberté et la licence ; il faut parler
A AUTEUIL
1039.602
1116.284
1208.661
1308.556 1357.585 consulats de tous les pays, des banques, des dard de Montauban, dont le chœur avait été classe, chef die la perception, 2* fondé de pouferme et agir plus ferme encore..
1440.737
1500.532
1577.038
1620.273 1667.929 bureaux de douane, des services de transport, sobrement décoré de plantes vertes et de lu- voirs à la Trésorerie générale du Lot à 'a
Paris, 33 avril.
M. le ministre. — Cette question est actuelle1080.032 deb offices de Compagnies de navigation, des mières, a été célébré, dans la plus stricts inti- perception de Limogne (Lot) ; Bejottes fondé
1912.453
1979.620
1049.872
Prix Jason, course de haies, à vendre aux 1836.837
ment à l'étude ; le projet en discussion se
1311.046
1372.873
1451.348 15.33.N 17 agences de voyage, des Interprètes, des archi- mité, à cause de deuils cruels récents dans lés de pourvoir à la perception de Tarbes (Hautes- •
enchères. 5.000 francs, 3.100 mètres environ. — 1318.810
1920. 683 ves commerciales, une -bibliothèque, un labo- deux familles, le mariasre de Mlle Alberte de Pyrénées), â la perception de Trie (Hautes-.
borne à proroger la loi de 1918. autorisant le
1592.96
1656.359
1723.234
1848.563
gouveroemcnit à prendre des décrets pour ré- 1. Odin II, à M. P. Dupont (Bara) ; 2. Clan 1065.334 1183.257
1389 799 ratoire général, etc..-.
La Boulaye, Mlle de M. de La Boulaye et de PyrénéesL-i Rancière, fondé de pouvoir à la
1336.805
1328.978
Ronald (Mitchell) ; 3. Qui-Dort (Mitchell).
glementer la consommation du papier. Le
Ainsi les producteurs et acheteurs pourront
Madame, née Thouard de Pradou avec M. perception de Bompas (Pyrénées-Orientales),
1621.38.5
1662.918 1750t545
Non placés : Bibbs ex Espe, Scr Eta Star, 1463 360 1549.006
gouvernement insiste pour qu'il soit voté.
1299.234
scus le même toit, traiter leurs affaires en Maurice du Créhu, fils de M. du Crôhu dé- à la perception d'Ouat (Ariège) ; Fourastié
1854:958 1052.230
1087.096
1203.880
M. Saint-Maur. — J'ampute la proposition de Julien.
1624.920
assurant le règlement, le transpoit, l'assuran- cède, et de Madame, née du Breil de Pont- gérant intérimaire à la perception de la Teste
1339.495
1414.326
1475.191
1564.717
Une longueur. Cinq longueurs.
M. Dolahave, relative' à la suppression du
ce, etc., etc ..
(Gironde), à la perception de Bouglon (Lot1815.711
1802.260
1952.710
briand .décoré de la Croix de guerre..
Mutuel : gagnant, 61 50 ; placés : Odin II, 164.367
journal imprimai le dimanche ; on économiL'immeuble comprendra, en outre, un sompLa bénédiction nuptiale leur a été donnée et-Garonne) ; Malherbe, lieutenant au 33' ré*
215
;
Clan
Ronald,
16.
sera un septième de la consommation du patueux Club des acheteurs et des producteurs, par M. le chanoine Calhiat, assisté de M le giiiment d'infanterie coloniale, à -la nerception x
Ville de Paris 1919
Prix de
Dangu, steeple-chase. handicap.
pier et on donnera ainsi un jour de repos à la
avec tout le confort moderne : p 'scine, bains chanoine Stoumpff. M. le chanoine Calhiat a de Bidache (Basses-Pyrénées),
candidature
8.000 francs, 3.500 mètres environ. ^— 1. HuisLe
numéro
2.523.846
-pagne
200.000
francs.
classe ouvrière dans l'imprimerie.
de vapeur, salle d 'escrime, de culture physi- adressé aux jeunes époux une très délicate exceptloranaMe.
Le numéro 105.907 gagne 100.000 firahes.
M. Henry Bèraager. — Je voterai la proro- t:ios, à M. N.-E, Amtaatielos (Lancaster) ;
que, grill-room, roof-garclen, -plusieurs salles allocution, dans laquelle il a rappelé les senti3" classe. — MM. Lafon, percepteur de SonLes deux numéros suivants .gagnent chacun do -conférence, de projections cinématogra- ments élevés qu 'ils ont recueillis dan-s les tra- moulou (Basses-Pyrénées), à la peroeotion de
gation, qui est indispensable ; mais je m'as- 2. Harr (Mitchell) ; 3. Monlbazon (Kailey).
Non placés : Master Bob, Danseur du Roi, 50.000 francs 3.003.152 ©t 2.022,34,0.
socie aux observations de M. Delahaye. Il y
phiques industrielles, la plus grande salle des ditions de leurs familles, et leur a transmis Rodome (Aude) ; Bordes, percepteur d'Auhiet
Les quatre numéros suivante gagnent dha- fêtes ciu monde etc...
a bien le repos hebdomadaire, mais il faut le Galbée, Tviford, Samalut, Soissans.
•
de
SainPPlai^cart
la bénédiction que S. S. Benoît XV a daigné (Geiîs), à la perception
Trois-quai'ts de longueur. Une encolure.
cun ilO.OOO francs : 1.748.239, 1.7&4.311, 1.886.G38
repos dominical demandé par l'assemblée des
PARIS-MARCHE DU -MONDE ne sera ni une leur accorder.
(Haute-Garonne) ;
Goubern. percepteur de
Mutual : glagnant, 21 50 ; placés : Huis-Clos,
journaux de Paris- et de province pour perexposition ni une foire, mais une véritable
et 1 504 50.2
Pendant la messe, on a eu le plaisir d'en- Formiguière (Pyrénées-OrientaJes) à la perLes six 'numéros suivants gagnent chacun villa .d'affaires, bâtie avec méthode dans le
mettre d'opérer une restriction du papier. On 17 50 ; Harr, 21 ; Montbazon, 24 50.
Gonfond,
tendre M. lo docteur -Deverre dans la Cantate ception de Daumazan (Ariège) ;
Prix d'Arqués, course de haies, handicap,
nous propose de maintenir un régime qui n'a
5.000 francs :
pluj considéra'ble, le plus confortable, le plus de la Pentecôte de Bach ; Mlle Konne, dans perceptem- de Meilhan (Lot-et-Garonne), à la
pas donné satisfaction ; il est nécessaire que 13.000 francs, 3.000 mètres environ. — 1. Ca- 2 234 534
moderne, le plus luxueux immeuble commer- 1 O Salutaris de Mozart, et les deux excellents perception d© Saint-Médard-de-Guizières (Gi246.446
2.121.467
1.008.119
117.436
la pensée puisse s'exprimer librement dans mouflet, â M. L. GauqueJin (Mitchell) ; 2.
cial du monde entier.
artistes dans le Graduel de M. le docteur De- r-onile) ; Marc, pei-cepteur d'Auzits (Aveyron).
8.925
notre pays ; or, ce qui nous manque pour Kmgdom (Parfrement) ; 3. Brody (Berteaux).
Les constructions et aménagements coûte- verre.
à la .perception de Pudssalicon (Hérault) ;
405
numéros
gagnent
chacun
1.000
francs.
Non
placés
:
Patrocle,
Faitalitas,
Vieux-Goth
I exercer cette liberté, c'est la pâte à papier
ront plus de 150 millions, mais le capital est
Gros, percepteur de Saint-Ybars (Ariège), à
M. l'abbé Rrives les accompagnait à l'orgueîournie en partie par des pays étrangers. Les Boche, Odioacre, Dorviile, Kvanig-Su, Sous la
déjà
assuré
par
des
conventions
à
bases
hypoJa
perception
de
Sainte-Ciroix-de-Volvestre
Les témoins étaient : pour Mlle de La Bou15 973
24.521
34.882
25.758
5.194
(Ariège) ; Grosjean, percepteur de Saint-Jean
Syndicats de la Presse sont tous d'avis que le Fouillée.
thécaires,
la
Société
n'aura
pas
besoin
de
relaye, M. Charles Nismes et le- capitaine de
34 903
30.725
45.821
60.539
27.063
Cinq longueurs. Demi-lonîru.eur.
ravitaillement en pâte à papier est la ques(Hautes-Pyrénées), à la perception de ConBeugy, du 10» dragons ; pour M. du Créliu
90 793
96.275 '
98.571
110.463 courir à une émission publique.
72.966
Mutuel : geignant. 44 50 ; placés : CamouMalgré le coût de la construction, qui en- M. Marcel Sémézies et "M. le docteur Deverre
ques (Aude) ; Peyronnet, percepteur de Castion fondamentale. Le gouvernement a-t-il un
114 029
123X82
1*0.791
146.«54
flet
M
50,
Kingtdom
18
50.
Brody
14
50.
112.609
un renchérissement considérable du
irogramme sur ce point ? Va-t-il développer
La part des pauvres fut ieciieilile. par deux telmoron (Ixit-et-Garonne), à la perception de
100'272
181.519
221.443
392(8138 trame
Prix du Poînt-du-jour, steeple-chase, 10.000
Marftiielan (Tnare-Bi.-r.>Tire) . <-^ioi»Hc,
161 849
prix des loyers, PAIIIS-MARCHV-VV-MONIIE
a production nationale dans le sud-est ou
278 775
4ia.870
4»3.1B0
401.4 JB offre ses locaux à des prix minimes, 5.300 charmants enfants, Mlle Odile Vidal et M Hu- copieur de Tombebœuf (Lot-et-Garonne), à la
335.806
franc». 5.000 mètres ' environ. — ,1. PcetfMyn,
Veut-on rester sous la menace des trusts étranbert
de Pazzis.
*
519'843
544.468
586.336
625.W5
perception
de
Pouillon
Landes)
;
Daras,
perà M. Hwg Peel (Eiscott) s 2. Coup de Canon
481.434
gers ? (Trts bien 1)
701.876
185.111
32-4.445
285.053 francs par an par unité, avec tarif dégressif , Nous prions M. et Mme de La Boulaye de cepteur de FauperolOes (Lotet-Garonne), à la
694.906
(Berteaux).
M. Souiiô. — Je voterai la loi, mais je fais
394 145
413.145
413.264
434.776 suivant que le bail est fait pour 3 ou 6 ou vouloir bien acr.réer nos respectueuses félici- Derceptlon de VlllamWard (Dordogne) ; DelNon
placés
:
Curiobourg,
La
Fête.
374.812
toutes réserves sur la question du repos dotations pour cette union qui leur apporte un
292.242
521.426
561.970
595.646 12 ans.
436.403
Quinze longueurs.
PAR1S-MARCHE-DV MONDE sera prêt à re- peu de bonheur après tant de deuils, et nous nech. percepteur de Puylaroque (Tam-et-Gaminical ;'le Comité général des Associations
095.018
711.5:3
202.964
234.852
ronnë), à la perception de Ranzan (Gironde);
Mutuel : gagnant. 20 50 ; placés : 'Pcethlyn
627.006
cevoir des locataires dans 20 mois environ.
de pressa l'a examinée ; il a été reconnu
adressons à M. et à Mme du Créhu nos vœux Croze, percepteur de Bagnac (Lot), à la per375 474
407.103
417.879
453.361 Chacun sait qu'aujourd'hui le moment ne
299.471
qu'elle mettait en cause des intérêts dont il 17. Coup de Canon 16 50.
496 066
530.146
566..S56
596.011 rait pas propice à l'ouverture d'un marché les plus sympathiques.
ception de Beynat (Goirrèze) ; Huguet, perPrix
La
Vague,
8.000
francs,
3.1Q0
mètres
476.579
faut tenir compte. Il n'y a pas unanimité sur
69S.593
723.430 . 212.841
271.353 mondial, ni la production ni les transports
cepteur de Bieymard (Lozère), à la perception
630.019
le repos dommical ; la Fédération des travail- environ. — 1 Bassan. à M. C. Ranucel (Par376
310
4-10.377
410.351
4.5S.S03
de Belvèze (Aude) ; Mouly. percepteur de
n'étant réorganisés. Ce n'est guérie, en effet
325.000
leurs dm livre y est opposée ; il en est de frement) ; 2. Lux (Hardy) ; 3. Fantôme537'907
574.609
611.565
638.687
Davejean (Aude), à la perception de Laguiole
478.383
avant deux ans au moins, que la réorganisamême éis vendeurs et dépositaires de jour- d'Orient (Berteaux).
Foire de Bordeaux '
788544
217,295
217.080
331 .698 tion de la production permettra une reprise
(Aveyron) ; Dupirat, percopteur de Saint-Hi-'
Non placés : Saint-Poelten, Le Vallon, Papp.
700.487
naux J» demande au gouvernement de ne pas
4*1.430
427.149
456.905
407.851
lairo (Lot-et-Garonne), à la perception de Soreffective du commerce. C'est à cette époque
Roumanie. II, Fourrag'eur. Earlbury.
377.549
prend» d'engagements sur ces points.
Du 5 au SO juin 1921)
514580
541.680
574.455
618.253 que PARIS-MARCHE-DU-MONDE sera prêt a
nac (Corrèze) : Laudat, percepteur de Lévk
Mutuel : gagnant, 17 50 : rnlacés : Bassan Ht,
514.580
M. le Jhar.oine Coiiin. — J'attire l'attention
6.53 251
700.839
730.311
734.762 en assurer l'essor.
gnao (Lot-et-Garonne), à la perception de
Lux 11 50, Fant&me-d'Orient 13.
GliS.233
du gouvernement sur la situation
de
la
petite
Déjà
sur
la
vaste
esplanade
.des
Quinconces
738 380
740.704
7 ^ 343
769.070
Plazac (Dordogne) ; Rolssier, percepteur de
La Société commence à naine à fonctionner
737.986
presse, qui a de grandes diificultés de ravis'alignent les Stands et les Comptoirs, et, pro770
.897
775
.41S
775
.806
777
.163
A MAISONS-LATFITTE *
que, en France, en Angleterre, en Amérique, chainement, les nombreux et importants adhé- Saint-André (Gard), à la perception de Mas-,
769.517
taillement. 11 ne faut pas éteindre la pensée
796 758
790 .499
809.338
813.504 etc.. de nombreux manufacturiers demandent
Cabairdès (Aude) : Surchamp, percepteur h
Paris, SSJ avril.
779.276
rents français, coloniaux et étrangers, seront
française dans les chefs-lieux d'arrondisseMontpezat (Lot-et-Garonne), à la perception
819
.868
340.232
846.791
848
.102
déjà à s'assurer des locaux dam, l'Immense
Demain, courses à Maisons-Laifltte j partants et
819.437
avisés qu'ils pourront procéder à leurs instalment et de canton. La petite presse a besoin
875 161
887.932
893.318
980.241 immeuble et que les promesses de baux afde Tliémines (Lot) •; Thorent, percepteur de
ST? 1.565
lations. Tout sera prêt à l'heure pour assurer Coupiac (Aveyron), à la perception de Com
d'être soutenue. Je m'associe complètement montes probables :
923614
926.922
939 .136943.217 fluent.
931.675
Prix du Val Notre-Dame : Douzy <E. Lancaster),
a
leur participation un éclatant succès com- dat-en-Féniers (Cantal) ; Feirrandini, percepil la suppression du journal imprimé le di952 960
958.536
913.680
1040.615
Dès maintenant, PARIS-MAPCHE-DV-MON- mercial.
950.283
manche ; on ménagerait ainsi la conscience Brin-d'Amonir (A. Bar.he), Leohatelet (E. Allemand j,
teur de Montastruc (Gers), à la perception de
1072 414
1091.759
1094.826
1096.834 DE offre aux intéressés le moyen de s'assurer
De même, Ja Question du logement &4 r r :-o- Puylaurens (Tarn) ; Alpihonsi, perceinteur de
des catholiques et la bourse des petits jour- Jolix;-Basq«aise (G. Belhouse), Lycei-a (R. Brèdes), 1J060.277
1115 725
1165.405 1205.753
1316.585 par une promesse de bail, le local qu'ils dési- lue par la création d'un service spécial qui
naux. Personne ne veut, une fois de plus, Viaconti II (G. Stern), TiO (A. LegixJI, Ieoa-III (X). 1103.035
Vsrniolile (Ariège), à la perception de CatoaLa-Moabit.e (G. Gai-nor), Scambietto (J. Paillassaj, 1S21.138
1229 060 1.359563
1394.249 1323.729 reraient retenir. Nous ne saurions trop enra- procurera aux visiteurs, dès i?ur arrivée en
éteindre les étoiles. {Très bien,!)
nac (Hautes-Pyrénées) : Laporte. percepteurDétresse-Boche (M. Mac Gée), Ta.rtine-V (A. Suc),
M. Soulié. — La grande presse catholique Dollar-Queen (J. Jeninifes). Great-Sucess {Milton 1639.469 1359.967 1401.701 1428.930 1502.723 ger les producteurs français à ne pas se lais- gare Saint-Jean, tous les renseignements uti- de Caudecoste (Lot-et-Garonne), à la percep1564.312
1602.590
1616 .167 • 1123.141 ser distancer par les autres producteurs du
les pour leur séjour, soit, à leur "gré. dans les
s'est déclarée hostile au repos dominical.
Henry), Come-to-Bed (G. Priar), Colom'beWe (H. 1537.161
1217191
1225.278
1236.278
1335.948 monde Ils trouveront à PAR1S-M iRCHti-DU- hôtels ou dans les maisons particulières, av-c tion de Cierp (Haute-Garonne) ; Marie, perMarsh.), Corsely (G. Louvtn.).
1116.114
(Protestations à droite).
1262
205
1303.046
1327.772
1339.617 MONDE un magasin ou un bureau d'affaires des tarifs modérés. Un restaurant sera rec-me cepteur de Salles Curan (Aveyron), à la nerPrix
de
La
Rablais
:
Batnfàll
(F.
O'XcUl,
Bouton.
M. Brager cfe La Vîlle-Moysan. — Nous ne
1B36/948
ception de Saint-Beauzély (Aveyron) ; Danleur permettant d'user de tous les avantages
1364
970
1407.509
1433
.434
1450.840
d'Alarme
fG.
BelHousel^
Rosolin
fG.
Garner),
Cairoly
installé avec le confort moderne, sur l'espla1354.976
proposons pas la suppression du journal qui
jou. percepteur de Toumecoupe (Gers), à la.
1539 373
1578.597
1604 .100
1617.734 de l'organisation, d'où accroissc-ment des af- nade, leur permettant ainsi die rester à proxiparaît le dimanche ; il sera imprimé le sa- (M. Ale.ni .ain (lj, Plndaro (J, Lamoure) Zizane-II (G. 1504.561
perception du Fossat (Ariège) ; Labenne. per.
1187 380
1208.613
1217.310
1235.332 faires et source importante de bénéfices.
mité de leurs marchandises. En outre, des bumedi ; mais on n'imprimerait plus le diman- Bairtholomew)
11!
46.220
cepteur de Clermont-Dessus (Lot et-G-nronn e),
Pris: <ies Grésillons : San-Francisco fF! RoTella).
Nous
saluons cette nouvelle comme un reaux de poste télégraphe et téléphone ser i .it
126 .440
1303.423 1347.037 1341.408
che le journal qui paraît te lundi. Etant I.a-Slltana (XI. Fogjrla-III (X), Cousances (R. Brê- 1242.300
à la perception d'Estang (Gers) ; Tardive!,
1403.705
1430.608
1457.061
1506.710 •prand et heureux avantage pour nos départeà la "disposition du public dans la Foire même
donné la hausse du prix de revient du jour- thes), Donmelles (G. Martin). Carrure (H. Semhlat). 137.1.403
percepteur- de Lavardens (Gers), à la percepments,
où
maintes
industries
sont
prêtes
a
159.2359
160.861
1®8.150
1163.3S5
et
dans
les
rues
avoisinantes.
nal, on a demandé le relèvement à 0 é fr. 20
Prtx Pénélope : Hérites (A. Sliarpe), Flossy (Oi. 1)538.870
tion de Saint-Priest-des -Ch.ajmps (Puy-de-DôPour tous renseignements, ^'adresser au Co1210.593
1318.840
1229.330 lB45.ee» prendre leur essor. Il faut que nos industriels
Ohllids), I,a-Sarte (G. Stern>, Oresund (I. Tarai). 1199.374
du prix du journal.
Certains organes, qui
me) ; Gaixet, perceioteur de Mbustiers-Saintc1357.140
1)538.870 retiennent leur pince à cette Bourse univer- mité de la Foire, Hôtel de Ville, à Bordeaux.
n'ont pas la ressource des annonces, ne pour- Oloohe-d'Gir (G. 'Bartholoinew), Lanthraeite U. J«n- 1289.410 1304.790» 1338.809
Marie (Basses-Alpes), à la peroe-ption de Camront plus vivre au prix de 0 fr. 10 ; ils sont nings), Mansalia (X), Lovershop (M. Mac. GéeV 1373.140
1373.903
142.260
1433 260
1442.260 selle pour v soutenir la représentation de nos
pagnac (Aveyron) ; Cclïin, percepteur de
;
— i
®#«
'
Koutoubta (F. O'NetUl, Marconelle (G. Be!,bousej,
essentiels pour la diffusion des idées ; il faut
1651.791
1660.268
1678.724 1693.574 produits. C'est dans l'intérêt da tous, c'est
1014.592
Saint-Félix (Aveyron), à la peirception du Sn.p
Lit'tle-Comrade (G. G.arner).
clans
l'intérêt
national.
1743
841
1780.631
1804.148
1808.146
une mesure générale.
(Orne) : Broquin, commis principal <*e 6
llrix de Fresnay : Vetisiy (A. Monnat), Prince -Br- 1710.141
M. le ministre. — Les diverses observations ra.n .t ou Fou.sta (F. O'Netlll. Ad-Glorlam (G. Gar- 1851.710 11851.710 1664.960 1684.02,1 1700 9"i6
classe, fondé de pouvoirs 'à la recette des fiprésentées sont retenues par le gouverne1747.648
1766 .884
1806.884
18"5.435
norl. Frtconrt fG. Bartholomew), MusBtte-II (G. Be- 11717.726
nances de Corbeli. à la pnreention de Pjjt
Paris. 32 avril.
ment ; elles auront leur place, lorsque le gou- lhouse), Lavotsier (M. Alcmand). Atzettie OÈ. Ale- 1815.727
1855 674
1676.358
1687.304
1701,11.1
dhomat (Lot) : Neuville, lieutenant au 13»
vernement aura été autorisé à prendre les manid), Son-Phœnix <F Rorella), Orrtllcrs (E. Dou- 1720.034
La pression atmosphérique u uuguic-^. ^ur régiment d'infanterie territoriale, à la per1747 .699 1769.821
1805.468 1R2IIOPI0
mesures qu'il vous demande. Pour que nous menl, Chulapa (R. Brôlhes), Pochade (G. Martin), IBM 080
185.869
1677.034
1688 430
170 i- 319
le centre et l'ouest de l'Europe ; elle diminue ception de Bach (Lot), candidature exceppuissions les envisager utilement, il nous faut Fouquescourt (J. Palllassa). .
1747.869
1747.853
1793.059
1606.888
de nouveau dans le nord-ouest ; un minimum tionnelle.
Prix Uasaos : MegantY. fG. Garner) r^c-Cas?et WS3.968
d'abord le vote de la loi que nous vous avons
V>OO.K75
185S.876
1870.662 1873 .484
persiste sur le golfe de Gênes ; un autre apparrt SanvaU Battensa (F. O 'N'elH. Kle .Patch (E. Ale- 1837 787
présentée.
1880
538
1919
.965
1
.966
.1?il
19fi0.8R4
raît près de l'Irlande. On note : 751 millimèCfel i.bataf re-in (J. JenJnig-s), Van (A. W.otllanr),
Paris, 33 avril.
1879.056
M. Delahaye. — Il est essentiel qu» M. le man.).
2056.583
3069.106 2HO5.308
2132.393
Banania -IiT f.T. Pailliwaï, FreohoW (G. Martin), St- 2016 893
tres
à Malin-Head, 756 à Nice et à Strasbourg,
Malgré les mauvaises indications de Ion
ministre de l'intérieur sache que dans la
Pol {G. Belhouse), Florina-II (M. Alcmand).
2309.528
2348.086 2361.733 -2281.760 dres et de New-York, le marché a fait preuve 771 à Biarritz.
2152.447
presse, les opposants au repos dominical sont
2384 546
2384 .866 21484 484
2484.125
Le vent est faible du Sud-Ouest sur la Man234.546
Pronostics :
certaine résistance.
précisément les journaux accapareurs d© pa1664.960
1684 .02'1
1700.986
1717 .726 d'une
De notre correspondant particulier :
2520 546
Les otWes sont fermes et nos rentes ça.l- che, de directions variables sur nos côtes de
pier. »
Paris Sport : Come-to-Eed, Visrontt-TI — Rosolin
1747.648
1766 .884 1805 425
W4 .727 -me, S: le B % amortissable itbéire a valu 100_30 • l'Océan : 11 est fort du. Nord-Ouest sur celles
Montpellier. 23 avril.
Le projet de loi est adopté.
Oiroly — San-Franctisco. M.-Titt,le-Mouse — Ma» 1647.726 1802.372
2173.122
2215.232
2348
178
de
la
Méditerranée,
du
Sud-Ouest
à
la
pointe
1771 487
La section de Montpellier du syndicat pro1P non lftéM 101 10 ; le 3 %, 50 G0 • le o 7b
Itlng. Flovorshop — Frlcourt. OrvUlers — Battorsea
Sont également adoptés le projet de loi ten22S3
153
237.486
2392
330
2454.340
de
la
Bretagne.
2263 427
ressionnel des cheminots du Languedoc et de
88 50 "le 4 %'1917, 71 45. et le 1918, 71 fr.
dant a proroger les délais d'application de Van.
Des pluies sont tombées sur l'ouest de l'Eu- la Provence, réprouvant le rôle néfaste ioué
1885 594
1I912 3O0
1.973.R15
JocKey : Ooime-to Bed, Brln-d'Araoïiir — Rosolin, 2531 879 2548 678
Nouvelle hausse des banques françaises :
la loi du 25 octobre 1919 sur tes Chambres d'arope ; en France elles ont fourni 27 millimè- par la C G. T. dans les dernières grèves, a
19-46 580
1909 264 2045.5252 2.005 039 Banque de Paris, 1815
Zizante-II
—
San-Francisco.
Dormelles
—
T^overshop
1956
815
Union. 15to ; Mobigriculture : la proposition de loi relative à La-Sarte — Ad-Gloriam, Orvillers — Batterssa, Sttres d'eau à Biarritz, 8 à Toulouse, 5 à Nantes, décidé de no pas suivre des directives danse
21,27 245
2136.719 2184 506 2215.883
N
2 0K-JO09
l'éducation physique et a la préparation mili'
3 à Brest et Besançon, 1 à Rochefort, 0 à reuses et de ne prendre aucune part au roou2274.254
2302.582
23«0 055 ,3!PR9Pfi lier 619
Pol.
2241
914
èiimieté
des
valeurs
de
chemins
de fer Iran
taire obligatoire.
î.'lntrcmslqeani : CXxme- -to-Bed. Jolie-Basquaise
2568
095
1886.675
1018
879
1948
876
çai et hausse de la Transatlantique a 615, Paris.
Le Sénat s'ajourne a mardi prochain a — Ralnfal.1, RosoUn — Dormelles, San-Franf.iseo — 2534.534
s
Ce matin le temps est beau ou nuageux dans veirent du 1er mailW5
8flO
2013.594
2KW
?,0/i7
30C1
W3
sur la déclaration d'un dividende de 23 fr.
3 heures du soir.
La-Chlffs-II. Ma5.1<tng — Ecurie Eknayan,- OrvilUsrs TP48 870
2
146
366
2185.343
2219.257
2250
906
?113
S08
La séance est levée à midi.
— Battorsea, Van.
m
sur un ton de colère, de volonté froide I cependant que d'antres agents
^TTO
Au forban, c'était Weston qui ouvrait la aussi.
geaient un jeune homme et une jeune im«
—
Avec
cela,
déclarait-il,
que
c'est
l'heu—
Pourquoi
cela
?...
|
Feuilleton de YExpress du Midi
porte :
Tandis que l'homme de loi parlait, ce- \ rencontrés à quelque distance, les u-,'
— Parce qu'on fie retrouvera rien du re où m' arrivent mes ballots... Vaudrait
— Ton maître est là ?
pendant, Masson n'avait point caché son ments trempés, et dans un tel état q«
mieux que je ne fasse pas attendre les cotout !...
— Oui, monsieur ! Hi monsieur veut me mécontentement.
•
paraissaient
être sortis de 1 eau aei y Doyles se levait, tirait une cigarette de pains ? Justement, las agents 6e remuent
Et voilà qu'il fulminait tout à coup :
quelques instants seulement...
,e
suivre ?...
en ce moment !...
sa poche, craquait une allumette, puis,
— Imbécile ! Stupide personnage !
j — Au commissariat ! Menez tout.
Lawrence n'était
point de bonne huCes paroles n'étaient point de nature a
lançant au ciel une bouffée bleuâtre, explimeur, mais il apparaissait immédiatement
De stupéfaction, Lawrence reculait de
monde au commissariat ! ordonnait aiv
intriguer Lawrence.
quait encore :
le brigadier, commandant la rafle qui v«
D'un hochement de tète, l'homme do loi que Masson n'était pas en .meilleure dispo- deux pas :
— Sùr de sûr. les pigeons que vous chernait de se faire. M. le commissaire dec|sition d'esprit.
— Vous dites ? questionnait-il.
chez sont envolé9 ! On ne remettra pas la approuvait son interlocuteur :
dora s'il faut garder ou non ces mom
— Tu fais donc toujours de la contre— Je dis, reprenait Masson, avec plus de
—- D'où venez-vous ? interrogeait-il, sur
main dessus ! Inutile de s'obstiner !
bande
?
force, que je n'entends pas que vous pour— Pourtant, Doyles, ils n'ont pas pu disun ton peu accueillant. Aux puits Sommer,
Dix minutes plus tard, les trois indiv^
— Probable I
En arrêtés se trouvaient en présence (lu » .
j'aime autant? vous le dire, tout semble suiviez l'exécution de vos projets !
paraître ?
—
Tu
seras
pincé,
Doyles,
un
de
ces
de malmener missaire, qui les interrogeait rapidement ^
Or. le controbandier hochait la t&te d'un
compromis à nouveau ! Eddie et ses hom- tout cas, je vous interdis
jours 1
mes ont chassé nos complices... La grève Alice 1 C'est moi qui déciderai du sort de
_ Votre nom, à vous ? Votre professlions
MARCEL ALLAIN air peu convaincu :
— Bah ! pae de danger 1
est évitée.
Bref, nous avons été battus ! cette jeune fille !...
_ Edd* Sommer, acrobate. La P
— C'est justement ce que je me demande,
— C'est un fichu métier, mon garçon,
Masson semblait fort en colère. Il allait
Avez-vous réussi, vous ? Qu'est devenue
fille qui m'acompogne est miss Po «»-i"
patron ?
déclarait-il ; pendant le temps
que celui que tu exerces !
ajouter d'autres paroles et se permettre, deux nous appartenons au Cirque NormaB
Alice Page ? r
que nous avons mis a venir dans le ba— Ma foi, qu'est-ce que vous voulez, papeut-être, d'autres ordres, quand, brusquelawrence haussait les épaules :
chot, ils ont parfaitement pu accoster à tron ? je ne trouve plus de places de mil(4 suivre.)
ment, la sonnerie du téléphone retentis-,
— Je n'en sais rien du tout I confesl'une des deux rives etj filer sans se faire
liardaires !
sait dans la pièce :
voir. Ou bien, alors, ils sont au fond ?...
sait-il.
— Attendez 1 fit Lawrence, se saisissant
Doyles faisait accoster fia barque, LawTandis que Masson témoignait d'un énerDamo ! le courant est rapide I II n'aura
pas fallu longtemps pour que la rivière les renco sautait sur le sol, jetait un pour- vement croissant, Lawrence faisait alors à de l'appareil qu'il avait à portée de la
boire à son batelier, s'éloignait.
son complice le récit dos événements qui main. Peut-être allons -nous avoir des nou- s
1
AO .5
SEPTIÈME EPISODE
emporte au loin î...
S Tout porteur de ce BON, qui |
,
— A ton ai«e ! Tu es assez grand pour s'étaient passés à la ferme et qui venaient velles par Norman ?
Doyles se rasseyait à son banc de raL'homme de loi, déjà, s'informait au té- | j est <y>lui du feuilleton du ]our P^KJ^*!
rte s'achever par la disparition brusque
meur, semblait attendre des -instructions... savoir Ce quo tu as h faire.
Lawrence, après cet adieu indifférent, s8 d'Eddie et d'Alice, plongeant, du haut du léphone :
,. „
_ . ^
En vain, obéissant aux
injonctions de
— Allô ! allô !
Qui est là ?
Qm me
pont, dans les eaux torrentueuses do la rfrCHAPITRE XVI
Lawrence, avait-il conduit stem bachot «n hâtait de s'éloigner.
parle ? Le commissariat do police l...
En vérité, les événements tournaient con- vière.
aval et en amont du pont. Aucune trace
...Lawrence, à peine parti, Boy les avait,
DÉMISSIONNAIRE I...
tre lui à plaisir.
a droit, aujourd'hui, à un dami-tar.l
— Avec cela, concluait Lawrence, tnw éprouvé combien l'homme de loi avait raid'Eddie et d'Alice Page n'avait pu être reUn Instant, Lawrence hé«ltaM, rnda, preà toutes loa P' a « 0 8„ au
j'ai
bien
cru
mirprendre
qu'il
était
queslevée.
Sur les flots houleux de la rivière, depnig
son de considérer qu'il était fort dangereux
» :; CINÉMA • LE ROYAL .
nant une décision soudaine, il hélait un
tion d'amour entre Eddie et Alico I Ce se- d'exercer lo métier de contrebandier 1
Doyles. certainement, était bien Inspiré
une grande doml-heure,
Doyles ramait.
O
taximètre, se faisait ramener à Pearl Har- rait le comble 1 Cela arrangerait t»«t-aConduisant «a barque de la rive droite à «n constatant qu'il fallait abandonner la î>ouir et de là. rentrait à Pittsburg.
Doyles. en effet, eVuertipait à charger
fait nos affaires ! Bah ! la partio est re- dans' su barque deux assez gros paquets
Éa rive gauche, quand, brusqiw-menl, | re- poursuite, car cette poursuite ne pouvait
DIMANCHE» EX PETES
I /awrenee, à peine parvenu fi la ville, »
mise, mais point perdue. Si vous men contenant des articles prohibés, qiwuyi mw>
rien donmor, ne pouvait point amener, délevait ses avimns, apostrophant Lawrence.
dirigeait chez Masson.
CKrvWE.
de
gré
ou
de
force,
il
faudra
sormais,
la
capture
des
fugitifs...
«Hwtlne, <S*nfr«n*te so précipitaient sur lui
— Patron, je voudrais voua dire une
— Je saurai ce qui s'est ps^sA et nous
Doyles, d'ailleurs, avait une antre raiqu'Alice
m'épouse
Vomie chose Y
^r^SlSrflterl»
,wn
UH»HW*— > l'omp.ignaieut aux épnuto. J'eivrra.tnalo.nA.
aViMroat, pan.sail.-il.
Coûta que coule, il
son
pour
vouloir
déi-miraa&r
Lawreuco
de
V- Parle ?
fa ut »~»*»«»ttro i*naai»i sur Alico Pog© I
conXiinwr h» recherches.
r~ frasa qu'on perd non tempa J
La )ournêe
firkmitm
Tirages
Financiers
AU PALAIS BOUBBOH
8
^M2«- 1<U
Si'fSS
Sëf'SS
Dans les Perceptions
»
«
Carnet de
l'Express »
MARIAGES
C0UBSES DE CHEVAUX
Î
BULLETIN METEOROLOGIQUE
Bulletin
Des Cheminots
contre le 1 er
Roman-Cinéma adapté par
Film aos EtaMlssernsnts L. AuïBrt
Le Pont du Diable
| LE ROI DU C1RQ11J
I
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
VENDREDI 23 AyrUT. 1920
Université de Toulouse
FACULTÉ DES SCIENCES
Ses, ion d'examens d'avril 1920
uréat. - Sont d.éflnUivon.cnt_admis •
SciencTsTaniu^ v^autea ^ MM.
TOinKEY-OLUB TO>UtLOUSAIN. — '.\ neuf heures,
S, aller» Cliartas uo*'lt-te, réunkim générale, match
On 25 ;ivr iI, .solTée <tu fi mal.
JHUN-ESSK SPORTIVE TOTTLOT7-SMNK. — Réuni on «Anémie c \traordinatre à neuf TlMil II"I ; î>anquet, cotisations.
'ro,i;f,ot-iS]-Mî()\NEFOy-SPORTIF. — Réumlon eo
Mér a Mal Mwa au siège.
irfi Sudfàs (a. b.).
ECertifn-ats
supérieures
juerui '--i'» d'études
u «
,, r îi olive
iL
MecaniatM rationnelle : M Ol ve
gStoorî! «nie approfondie : M. D Wos ^ «
^
Mat.!,, otkmes générâtes: M^^Uo> e :
Riolos
générale et «>olo«,ie ««» i
IMLAI. Fortune. Planac^agne.
. p m
c
^Minéralogie : MM. W
fj uf ^r , Gros,
(BertoiiC r.ouu»liôs Ducas^e
Loustau. Nicolaïevto
On obtenu le gra-le de
^^tch (V. .
,M'M. Baille. Doumcre et iw™"
«g
Congrès
Franco-Espagnol
D12
m
io rtAilr exprimé par de hautes personw
^^ÎMeues espagnoles, le Congrès orfenft
r la Chainlire de Commerce fram-ufspagno'ie pour les 20 et 30 avril prochains,
aiourne à une date qui sera ultérieurement fi:--'c et annoncée par la voie de la
presse.
pour tous renseignements concernant 's
Chambre de Commerce franco-espagnole, sa'dresser au secrétariat-général, 3 allée JeanJaurès. ToulbuBe.
A L'IDÉAL
est délicieusement m
parfumée
fl
'Eîi jUGolegii'
Inauguration
du «ail ALIMENTATION.
Jusqu'au 25 avril, distribution de primes
à tout acheteur depuis 3 fr.
èa-sciences
:
Service spécial de livraison a domicile.
BOUCHERIE, baisse de prix : Chevreau depuis le demi-kilo
3 fr. 96.
SYNDICAT TOULOUSAIN DS8 nONTROLEURS
ET OIM-.'.KS DE SERVICE Kl' SYN1UCAT TOtlI/OÎI- 1
SAIN DIS J0YHM.OYKS ET OIIVUIEUS DES TUt\MWAYS DE TOULOUSE. — Réunion générale <•« -ouà 9 11. Sa M siège social, place du Capltole, 1.
ASSOCIATION nt'.s COMPTA tures. - rte président m cette sot-.iélé intoruto l«s im-mbi-es on. il so
tiendra, à leur dtw.|iositinn aujciurd 'hul, dp ans f>
deux nwures et à s h. 30 au stésçe, pour te banquet
et tes cartes de la soirée du 9t courant, hôtel de
l'Europe.
TROUVAILLES. — Réclamer : An bureau an police du deuxième arrondissement, place Mage, un
suc à main renfermant, divers» cWots -, à la rédaction du journal la Dépêche, rue Buvard, un calepin contenant des coupures i à M. Anton la Cape,
petite rue ftlquet, 10, un lui'fçnon ; à Mlle Mathlble
Arnaud, rue Morilaudran, Ifl, une montre bracelet
or ; à ML Biirgan. comptable il la recette municipale, une*lia«ue on or ; au kiosque de lotumanx
situé devant la Compagnie Française, boulevard de
st.i-ashmiirg, une clé ; à M. Emile Armaiagaud, rgf
Boulbonne, 11. une clé do sûreté : h M. BoiïWi
camionneur, brasserie M.cntplaislr, rue An«i>- De
Unix, un paquet rte combinaisons ; a M. Ramonlch,
rue de la Républtoruc, 43, un po*tcmnnsalo renleriS.ant une petite somme ; a M. Joseph "Tieraud, rue
Sainte-Lucie, t9, un oison.
-««WB
»
"o
^KL
Sri
jjne débitante assassinée
ge notre correspondant particulier :
L'ENQUÊTE
Montauban. 23 avril.
r'ATïfflùete oui se poursuit pour découvrir
rassa«iû de la femme Escaffre n'a pas encore donné de résultat.
Les obsèques de la victime ont eu lieu hier
^T ^nfoDsie a établi qu'elle avait reçu sept
coups de couteau. Certainement il y a eu lutte
Entre: la victime et son meurtrier dont les vêlements ont dû être couverts, de sang, ce qui
aidera peut-être à le taire découvrir.
r © m p é ratur e
Du 23 avril 1030
Une aiix- de forte pression couvre l'ouest de
l'Europe.
,
Dans nos régions, le baromètre reste très
élevé, avec une pression voisine de 771 nijm.
' Le ciel est généralement couvert ou très
nuageux. On signale quelques pluies orageuses. On a relevé 8 m/m d'eau à' Toulouse.
Le vent est faible ou modéré d'entre Ouest
jet Nord.
Pression barométrique à midi, 77°.
Température
mimma, 5° ; à midi, 13° ;
maxirna, 14°.
Soleil : lever 5 h. 1; coucher, -0 h. 45.
Lune : premier quartier le 25.
Probabilités : temps nuageux ou couvert.
Température en hausse.
>fi
• -
La Main-d'Œuvre civique
de la Ligue d'Action française
Nous rappelons aux ligueurs, alliés et amis
de l'Action Française que la permanence est
ouverte, aujourd'nui, de deux heures à sept
heures 'et de huit heures et demie à dix heures du soir, pour recevoir les adhésions à la
Main-d'Œuvre Civique.
Tous nos amis, conscients de l'importance
de cette organisation auront à cœur de s'y
faire inscrire.
Le siège de la permanence est situé, 7, place du Capitule, au-dessus du café de la Paix,
w
i étage (ancien Foyer du Soldat).
COURS PRATIQUE Comptabilité Coimnerciale. S'adresser : Ecole JAPY.
m
< LES P'TITES Ml CHU >
AU THÉÂTRE DES VARIÉTÉS
les P'titcs Mlchu où les auteiurs du livret ont
démontré les lois de l'ataviamc, "d'une façon, asseï
Inattendue, mais avec, une aimable gaîté dont le
COUR D'ASSISES
ton et l'allure tranchent heureu-j'cment auprès dos
balivernes absurdes et égrillardes de tant de pièAudience du 21 avril 1320
ces modernes, les
P'tilê.s Mlchu ont été reprises
¥aux <&ft écritui-es privées et usage de faux hier au théâtre des Variétés au prolit de l'Institut
des Jeunes-Aveugles.
* '
Le 16 juin 1016, Mlle Bourjade décédait,
Potu- cette féte de la Charité qui, de tout temps,
ûigée de '81 ans, en son domicile de Toulouse. à Toulouse, sut réunir les cœurs et délier les bourLes scellés furent apposés et, au cours do ses, afin de rendre plus douce la- vie aux chers
l'inventaire, M 0 Buga, notaire, découvrit un déshérités que protège et instruit l'œuvre ;si intétestament autographe daté du 2G août 1014, ressante do la rue Montplalslr, on ne pouvait faire
que Mlle Bourjàde avait écrit et signé devant un meilleur choix.
La partition d'André Messager qiue l'on n'avait'
lui. Il ne retrouva pas un deuxième exementendue aux A'ATiétés depuis asffez longtemps
plaire de ce testament, qu'il savait cepen- pas
est, comme celle de Véronique (à un moindre degré
dant avoir été établi par Mlle Bourjade.
cependant) remplie de pages charmantes et bienOr, après quelques mois, un nommé J. Sa- venues qui ont retrouvé devant l'élégant et nomlières, qui avait pris soin de la santé de Mlle breux publie de la représentation d'hier tout "leur
Bourjade, produisait un testament autographe, succès d'autrefois. Aussi, comme autrefois, a-t-on,
signé de celle-ci, en date du 11 juin 1016. Ce principalement applaudi le délicat duetto Bhmchetestament révoquait les testaments antérieurs Marie et Marie-Blanche, la prière û Saint-Nicolas,
le duo d'une tendresse émue : Je ne suis plus la
et. sans institution d'aucun légataire général, sœur,
le Madrigal : Q?tol / vous tremblez, fort
contenait des legs particulièrement importants bien chanté par M. Gerbert, dont nous avons
au profit de Salières.
appris it'vec plaisir le réengagement; et le spiriM* Duga, quelques jours après, apprit que tuel sextuor du dernier acte écrit d'une plume si
Salières détenait le deuxièmeT,exaaipl.u.ire du alerte. D'ailteui-s tout, dans cet acte — le plus
testament de 1914, qui n'avait pas été retrouvé complet, -peut-être — serait, je crois, à citer.
Mlle Mariette Sully jouait .Marie Blanche et Mlle
à la mort de Mlle Bourjade.
Angièle Prady Blanche-Mairie. Elles lurent toutes
On constata sur cette pièce des altérations deux très goûtées, enjouées et bonnes comédiennes.
grossières : la date du 26 avril 1014 avait été
Quel dommage que Mlle Prady, d'habitude si drôle
substiuée à celle du 26 avril 1010 et les dispo- et si futée, dans ses rôles, ne puisse mener sa voix
sitions avaient été transformées au profit de avec plus de sûreté et de correction.
M. R. Gerbert donna, un caractère dtovaleresque
l'accusé, le nom de ce dernier remplaçant
au beau capitaine Gaston Rigaud ; M. Mi-c.liail est
celui des premiers légataires.
Michu le comique fin et naturel que nous
Le tribunal avait annulé le testament fal- dans
revoyons toujours riivec le même plaisir ; M. llersifié ainsi que celui daté du 11 juin 1916 com- val, qui a décidément du goût pour le haut ooanme entièrement faux. Le seul vrai était celui mandêment, fait un général bourrd et batailleur
retrouvé par M" Duiga lors -de l'inventaire.
à souhait. Le bon Bare;ile (B-agnolet) est d'une
L'expertise a conclu à un faux pour ce der-. drôlerie Irrésistible -, Mme Michu est représentée
nier et à des altérations graves pour le deuxiè- nos sans adresse et bonhomie par Mme Eondel ;
me exemplaire rapporté par Salières. U est enfin M. Berger est sympathiquement niais dans
te rôle du nancé toujours hésitant et tardivelnent
très probable qu'il a fait falsifier les dispofixé.
sitions en sa faveur et il a tenté de bénéficier
Un divertissement, dans le style ancien, musique
de ces pièces fausses.
de F. I.emajre, le brillant ténor que nous avonfi
Salières, d'après la déposition de l'expert en applaudi cet hiver, a permis une fois de plus d'apécritures, est accusé d'avoir usé de faux et précier les gracieuses et vives ballerines de M.
d'en avoir fait fabriquer dans un but malhon- Natta.
Pendant le dernier entr'acte une quête a été
nête.
Défendu par M» Basax, Salières est con- faite par Mmes de Solages^ Vigucrie, de Sulzer,
Laromtgnière,
Thourause, Henri Gayraud, Lairoze,
damné à un an de prison et à 109 francs
Montané de Larroque, ManlJés, Buboul et CUcnrd,
d'amende.
accompagnées de MM. de Sevin de Monbe! Tapie,
lapie,
ECHOS DU PALAIS
Lapasse. Henri Gayraud, Aubin, Bertrand. C'abaup,
Jacques
I-aurens,
Antonin
et
de
PoyXerré.
AU PARQUET. — L'inforniiatiMi ouverte par M.
Aux organisateurs dévoués de cette agréaible soile commissaire de police du 7" arrondissement contré le nommé Bertrand Marty, 31 ans, ourn-ier à ! rée. M. Laur-ens, président et ses collaborateurs
l'usine électrique, demeurant rue. Sébasto-pol, 4, j M. de Bonne et Georges Mascpuct, nous adressons
rencontré avanl-.bi-er soir, vers dix heures par les nos plus sincères félicitations.
agents cyclistes, porteur d'un sac renfermant cinquante kilos d'avoine, a établi sa culpabilité et
celle du nommé Frédéric Gentil, br'jraaier maréMATINÉE SA!MT -LQU !S D 'ANJOU
cnal-ferrant de semaine à l'iniffrmerie des chevaux
La conférence Saint-Louis d'Anjou avait organisé
du 93f régiment d'artillerie. Le sac d'avoine volé hier
jeudi, au profit des pauvres secourus par la
^provient dwlit régiment. Les inculpés ont été mis société
de Saint-Vincent de Paul, une matinée
a la disposition de M. le procureur de la Républlartistique des mieux réussies dans la salle des fêtes
Huo.
de l'orphelinat de la Gran'de-AlLée.
Le programme fort bien choisi a obtenu le plus
.
— «*&
franc succès auprès du public élégant qui se pressait dans la salle.
Mile Domenech de Celles, dont l'éloge conîme
cantatrice ' n'est plus à faire ; Mlie Bès, au bel et
vibrant ergane, furent vivement applaudies.
La belle virtuosité de violoniste de M. ViclalA L'INSTITUT CATHOLIQUE
Saint-Andrê recueillit" tous les suffrages, ainsi que
Nous avons le plaisir d'annoncer a nés locteurs l'Agréairte talent de diseur de M. Pierre Geay
La Cantorla des orphelins" charma 'l'auditoire
que maindl 27 avril, à cinq, heures du s-ir, dans la
salie Desprea, sous la pjresdence de Mgr Breton, | dans une belle mélodie grégorienne. Et la fëance
I
s'acheva
sur la délicate et superbe évocation poéM. Gabriel Dopeyre fera une conïéreuce sur le sujet
tique du Gringoire. de Banv Jlle, très bien, inteerpréSuiva.nt : « Comment la France s'est formée ».
L'fntsrét que présente un pareil sujet et les dé- I té par MM. de la M... ; Geay ; N. Ferra nd ; Mlles
veloppements qu il suisgèi-era . a un esprit
aussi j Simonne O'Zoux et M. A. Cluzel.
aiverti que celui de nou-c ami ne peuvent manquer
E. L.
d'attirer à l'Institut Catholique un auditoire nomLES BEAUX FILMS AU ROYAL
breux et attentif.
Nous sommes heureux de pouvoir adresser nos
HiSTClRE POPULAIRE DE TOULOUSE
félicitations au cinéma « Le Royal » pourr.la. reprise
du beaoi film français qu'est Mea Culp'a : jusProgramme du cours public municipal qui aura
lieu aujourd'hui vendredi 2a avril a "l'ancienne Fa- qu'à présent nous croyons pouvoir dire sons parti
pris
que
c'est le plus beau film sorti à ce jour. Son
culté des Lettres, rue Rémusat, 17 :
Partie chronologique (Cours élémentaire), huit succès est bien mérité.
heures du soir. — Entrevue de Raoul, roi de France
UN HOMME A OSÉ !!
et de Raim.n Pons, comte de Toulouse ; Le cbeval
Cendix : Abbaye d© Thoinières ; Cour de justice
Pour la première fois à Toulouse refuser du
à Saint-Sernin ; Testament de Hugues, évêque de monde a chaque séance après trois semaines d'ouToulouse.
verture avec des programmes élect+q:ues et irréproCours supérieur, neuf heures. — Ouverture des chables...
Etats Généraux de 17S9 ; Evénements toulousains
Cet homme n'a laucune prétention ; aucune ampendant rassemblée Constituane.
bition, U ne sollicite ni décorations ni récompenActualité épliémtride : Le Donjon diu Capitole, ses ; 11 ne poursuit qu'un petit but... il nia qu'un
par .Maurice Boyé.
seul petit désir... peu de chose... un rien., faire
Len»uo moundino. — Lé Pa d'amour, par-A. Ga- de l'Olymp a-Tihéàtre, 13. rue Saint-Bernard le
gnaud.
meilleur cinéma de Toulouse.
uazette juaiciair
s et Conférences
DRAGÉES — BOITES DE BAPTÊME
CHOCOLAT SAINT-BERNARD
v
4, Rue des Arts, 4
TOULOUSE
—
<r<»a»-
£TAT ClVIt M IQULOUSf
PUBLICATIONS DE HMUAOH DES 20 ET 21 AV-RB, m» —
Frédéric ltousfelot, officler-radlotêlé.grar>ht.te rue
<•••-' l'aradmix, 28, et Rose Cléd*re, employèo de
banque, rue des Paradoux, 28. — Marlus Allot, iactMu-comptabte surnuméraire à la Compagnie du
Midi, à Toulouse, et Mario Labadle, sans profession, rue Chevreuil, 5. — Jules Eourcade, employé,
rue RécLusaue, 38, et Euii'lirasie Liban», ménagère,
nie Héclusane, 58. — Maurice Costol, employé (1 la
Société générale à Ivry-sur-Seine, ét Marie Bonnet, couturière, rue des'Fllatlers, 28. — Jean-Baptlste Bénazet, ouvrier en ebaussures, rue AxnaudMulé, 22, et Fernande Beaux, ouvrière en chaussures, place Saint-Pierre, 13. — Florencia Gabas, maçon, route do Fronton, et Eléonore Biels-a. couturière, route de- Fronton. — Jean Mortér.v, électricien, me Raspoil, 4D, et Blanche Defouir, sténojaapbe', à CastelTuradary. — Jean Gorce. fornielier
ft Raima., et Rose Barreau, mécanicienne à Soupetard. — Paul Dary, employé de banque à Paris,
et Marie Cayrol, sans protcsslon,, rue TraversiëreSaint-Bcrnard, 2. — Victor Mlnihot. mécanicien à
Bïgntoes, et Joséphine Serres, couturière à Toulouse. — Paul Maury, élé<;tTlclen, quai Saln.tPierre. 7, et Anna Labourdelté, ouvrière a. CroixDiiirade. — Louis Vlra'/els, employé, rue BartbeSanceret, 17, et Ella Bélava.1, sans profession, à Lavaur. — Orégolre
Sabatbler, jardinier, ruo des
Arcs-Stiint.-CypTien, et Marie Rumeau, cuisinière,
rue du TauT, 50. — René Belgarrlc, artiste musicien, rue Crémen, 9, et Martilio Douln, sans professirni, rue Bmyard. 71. — Jacques Caban», voyageur
de commerce à Lyon (2" • arrondissement), et Rose
Nodenot, sans pr0iféssio.n, rue du Rcmpart-SaintEtie,nne 9. — Louis Brcuillac, plâtrier, rue de
la Chapelle, 27; et Germaine Re<?este, castiuettièrc,
avoraio de "Mlinret (M. — 'Antonln Soulitfn-sc. adjudant â la 17' S. C. O. A. à Toulouse, et Bertlie liague
gèn. Mm praCession, rue des Couteliers, 4. — ICou.ls
Hobe.fl, omplnvé <le commtne, rue du Fou.rba»tau*,
et Henriette Bonneau, oniployé de comt I w ct
111-orce. ruo du Faubourg-Saint-Etienne. 32.
aTuTemem ,„o 1?i" ?.
,
/ lp "° PO"voir tain
N AISIMNH mes 20 ET 21 AVRIL 1920. — Odette Ca111.il iii .m nout, lant qu'on neuf tr .nlr ma i,
marade, à Croix-Daurade. — Germaine Dirai, ruo
machine humaine. ^ on il , „ nônë' e ne ùt
«les Coutollars, 25. — Yves Bornes, rue Saint-Etien110111
bientôt plus rien donniw ir^ioïî^r
ne, 7. — Jeanne Babml pince Marengr), .">. — SuUUDM llalaird. allée <le Brienno, 115. — Germaine loir tout briser. Il_ vaut mieux arrêter nreu
Tesslar. a-ue I.atévale-Rayinond-lV, 12. — Pierre dre un peu de repos et faire une cure de
Gowttaux, rue <ies Blanoliers, 21. — Odette Delprat, iules Dink pour que les forces reviennent.
1 M les Bûchers, 6. — pan-l Jammes rue Bondaniin constant, 21). — Rouer A.ubinel, rue Ninau. 12.
— Marins Alpin, rue du Canal, 6$, — Joseph Gljou,
2 a r r i . de 'Ml, ret, 191. — Albert Canredon allée
hnint-Agne. —. Renée Cazarré, mur de ronde des
11 rw, 1. — Adrlennn KeT,be, ni» IVatenns 2C —
Germaine Fernamlez, rue ViMeirdBveUc, 6. — Joséphine Itixlrlguez, rue Saint-Roch, 20 — Bernard
•Tayles â Oroix.-Dauiado. — pierre
Rtcol nlace
Mage, 13. - Antoinette Lahas, rue des l ois » bis
DÉCÈS DES 20 F.T 21 AVRIL 1950. — Jean SalTIt T m
m
lt"LL
^Xf'\°
^ff11 ' »• - Léone'.Darconrt,
f, 1° UR»' ,allée de Barçclonne, le. — Armil. épousé
Marcel, 36 ans, ruo Pharaon, 18 _ Bourgère épouse Denuc. 77 ans, boulevard Lascrosscs, 29 _ vtdalet, éipouse Richard, W ans. avenue des Minimes
1 — Joseph Gamelct, -51 ans, â. Irlande. — René
Blanchard, ruo Bellegarde, h. — Louis Fourgnières
Ci ans, rue Gatten-Arnould, 20. — TSérèse îlavnac,
21 aina. Port-Neuf Saint-Etienne. — I^ocadie Prat
22 ans boulevard Strasbourg. 17. — Mathieu Mlqiiiel, 70 ans, lmpamo Calinzac, 11. — .François Duron, 7B ans, rue des PoUers, .49. — Laurence Mar<TUlé, 30 ans. avenue de Muret, 35. — Frélevllte
veuve Cap. 89 ans, allée de mienne 77. — ner^
g*s, veuve Pitorre, 53 ans, rue des Gestes. — Jean
Gulzard. W ans, rue Estleu, 14. — -Joseph Millet
53 ans, me Sainte-Catihorlne, 17. — Pierre Carrère'
81 ansr rue de la Colombette. «9. — Noélie Fournié
trois mois et demi, rue de l'Orient, lj, — Azéma]
veurve Ranglaret, si ans, rue dos Feuillantines, 11.
Allient Corn pans, 6'i ans, rne Lafaille, S. — Sraanne
Peruignion, deux mois, rue dn Canon -d 'Aircole 40.
André Couderc, ss ans, place de la Daurade. —
M ln0 DENI AU
Hospices : 1. — Hôpitaux militaires : t.
î>L
aS
Mme veuve Déniait, demeurant à' Dn.mmari«
Uuire-et-Loirj. complètement surmenée, ayant
opnné toutes les ressources physiques, a fait
ainsi et cela lui a réussi.
entière
erence ae San -Kemo
LES TROIS NOTES ALLEMANDES
IL BÉNÉFICIE
DES CIRCONSTANCES
ATTÉNUANTES
Paris. 23 avril.
PAR' 128 VOIX CONTRE 113, LA COUR
ACCORDE LES CIRCONSTANCES ATTÉNUANTES. LA* PEINE DE DÉTENTION PRÉVUE,
,
« . OBII *. ALLER
a DE
n 10<n Ailb A 20 ANS», &E
1 Ç? ai P^UT
, TROUVE ASNSI RÉDUITE DE 1 A 5 ANS.
D'AUTRE PART, COMME ON LE SAIT, LES
DEUX ANS DE DÉTENTION PRÉVENTIVE
ACCOMPLIS PAR M. CASLLAUX COMPTENT
DANS L'APPLICATION DE LA PEINE.
AJOUTONS QUE, SELON TOUTES PROEAILJTÉS, M. CASLLAUX SE TROUVERA COU!
» i-ntia ES r-nme r»c
DAMNL A TOsJS LES FRAIS DE PR0GeD«S*E,
CUI. APPROCHENT, DIT-ON, DE 1 MILLION
850.000 FRANCS.
LA CO 'JB S'AJOURNE A CE MATIN 10 HEURES EM G H AMERS DU CONSEIL. ELLE SE
RÉU'MiR'iA .PROBABLEMENT EN AUD9ENOE
PUBLIQUE L'APRÈS-1/.iDI, A 2 HEURES,
POUR LA LECTURE DE L'ARRÊT.
igita'iion
Syndicats
LE CONGRÈS 023 OKEfVll'HOTS
San-Remo, 23 avril.
La délégation allemande a fait parvenir,
hier, à M. Nitti, président de la Conférence,
trois^notes. La première réclame le maintien
des 200.000 hommes ; la deuxième déclare que
l'Allemagne est prête à retirer ses troupes
supplémentaires de la Ruhr, mais elle désirerait y laisser les 17.500 hommes et les batter
ries autorisées par la décision de s Alliés du
8 août 1919. La troisième assure "que l'Allemagne est disposée à dissoudre ïgs milices locales, tout en représentant cette opération
comme difficile. Le dernier document ne t'ait
pas allusion à la dissolution des autres organisations de police militarisées et des gardes
civiques de" volontaires. Le Conseil suprême
examinera vendredi et samedi la réponse à
faire à ces trois notes.
M. MILLERAND
DIME CHEZ M. LLQYQ~GEORGE
San-Remo. 23 avril
M. Millerand. président du Conseil, accompagné de M. Berthelot et de M. Jean Millerand, a assisté, hier soir, a un dîner offert
par .M. Lloyd George. M. Balfour assistait ôga.
lement à ce dîner.
CONTRE LA CRiSS
«lu Sîïam-ïiissagpe
et dut GSiâvtton
Larez f oavTiSD3 vat?9 liigj avî!
COMMUNIQUÉ OFFICIEL
UVEUSEuYaprHERS
qui sa chauffe aussi au .ois
San-Remo, 23 avril.
Le Conseil suprême a tenu Mer.
quatre
heures à la villa de Vachan, une séance dans
laquelle en continuant la discussion des clauses territoriales du tavfftë de paix avec la
Turrruie on a tracé la frontière en Eurcpe.
Le conseil a repris ensuite l'examen de la
<fues*kJB de l'ArniCifiie et a entendu Bomos
Numar pacha, qui apposé le point de vue
h
, >
Hygiène publique
LE SORT B'ERZÉÎSGUM
_Le Conseil a réglé lie sort d'Crzérourn dont
attribution à l'Arménie a été sanctionnée
tpros l'audition de Bogos Numar pacha L'exatten du traité turc n'a pas été -terniiniô. Il
cru repris aujourd'hui •
Une Exposition
U n'y a, paraît-il,
plus d'enfants en France !
*,
i98
mm
s
m mm
^VlS
DANS PIS mv t summ
Caisse d'Epargne
^^2^
«
LES SPORTS
HO sot
g ET C0I4V0CAT
d'AIGUEBELLE
m
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
Livraison immédiate
AgsnU demandés
| Ateliers « HERA » Rayon 33
125, r. Jèan-Jaurès. Levallois.
Perret (Seine),
.11
rompes
Paris, 23 avril.
Hier matin s'est ouvert au manège Japy,
sous la présidence de M. Hochedez, de Line,
des Aîiei'ons Combattants
ooyen d 'a^e, le Congrès de la Fédération des
tes présidents et des délégués de toutes les
j^emittuts.
'
' ' "' '• " ' ™.
M. B'iuegarray, secrétaire général, a pro- Associe jus d'anciens combattants de la Haunoncé
l'allocution
de
bienvenue.
Le
secrétaire
tc-Garo Le se sont réunis, le mercredi 20 avril,
fce tonnage allemand
et ont
gv.jiéral a lu ensuite iorure du j-dur suivant,
I les bases d'un Comité d'action des
DÉCLARATION DE M. BÎGNON
Ancien Combattants de la Haute-Garonne.
pi-isenté par le Syndicat de Paris (rive droite)
et qui dout cire remis au président du Conseil
Ce Comité, réunissant toutes les revendi'
Londres, 23 avrii.
P-tir une délégation. Cette délégation n'aura,
cations d'anciens combattants, se propose de
M. Bignon. sous-secrétaire d'Etat à la masans discussion, qu'à déclarer au président du
les faire aboutir dans le plus bref délai.
rine marchande, a déclaré hier à un de nos
Conseil que le CongTès ne saurait laisser plus conl rênes qu'ii est très satisfait de raccord
Prochaine réunion des membres du-Comité
longtemps les camiaranes victimes de leur qu il a signé dans la imiatinée. Cet accord
aujourd'hui vendredi 23 avril à 8 h. 30 du
devoir syndical et qu'il attend, au cours de mot la France dans une situation très favosoir, salle de la Société d'Agriculture. 20, rue
Saint-Antoine-du-T.
•ses travaux, l'assurance que les cheminots
raple. M. Bignon estime que îles Anglais ont
suspendus ou déplacés seront imimicdiateanent obai a une amitié sincère- ipour éimettre desréintègres à leur poste et dans le mênnie en- içlees favorables sur toutes nos revendicadroit et toutes poursuites judiciaires suspen- tions Le seul point sur lequel nous avions
dues. Dans le cas contraire, le Congrès aura
dies aivergeuoe.s de vues est celui du inouïe
Le maire de Toulouse rappelle à la populaà se prononcer et prendre toutes dispositions de paiement proposé par la France." Il a étiô
tion qu'il est interdit de laver des voitures, du
pour faire respecter l'accord passé entre le accepte et définitivement approtwé hier malinge, de la vaisselle, des ustensiles de cuisiIgouveniement et la Fédération le 1er mai tin.
ne, des légumes, etc., aux lontaines publiuernier.
ques.
La situation de la France après la signature
Cet ordre du jour est adopté à mains levtées
Il est également défendu d'y abreuver les
gLISS6?11*1 cle la î8^° n suivante : SUT les
et
une
délégation,
coimposee
par
les
secré500.000
tonnes de bateaux aUcmandis et auschevaux ou autres animaux et de placer des
taires des Unions des réseaux, a été désignée tro-hongrois que la France a en «ôipance, on
comportes sous leurs orifices.
pour se rendre dans l'après-midi au ministère
comipte LK ).orjo tonnes otis nous aurions dû
L'eau fournie par les lontaines publiques
des affaires étrangères.
.reudirs à l'Antgileterre, mais celie-ci a accepté
est exclusivement réservée à l'alimentation,
TOULOUSE APRÈS LA TETOREUR
Ensuite,
un
délégué
de
T
Alsace-Lorraine
exde nous les laisser et a consenti définitiveet il est seulement permis d'en puiser avec un
pose les faits Qui ont déterminé la grève en ment, clans la matinée, à de que nous payions
M. Gros a fait, à l'Académie des sciences, insrécipient propre.
Alsace-Lorraine et demande l'appui des cheml- par virements des sommes dues par les Aèlecriptions et belles-lettres, dans la séance du 25
)ectack5-CoBcert5 de Toubmi
mars dernier, une communication sur « L'esprit
ttjts pour les travailleurs en grève.
miands à la caisse des réparra-ions. La part
public à Toulouse après la Terreur •>.
Le rapport de la commission de vérification à restituer par la France sera donc inAu, début de la Révolution et surtout loraqpie la
des pouvoirs est adopté, de même que les fime, une dizaine de mille tonnes ,si les AlUne exposition spéciale d'affiches et objets Patrie fut en danger, l'enthousiasme, le désintéres. THÉÂTRE DES VARIETES. — Relâche pour ré- rapports financiers de la commission de con- lemands exiéicutent les clauses 34, 33 du trairécemment acquis aura lieu après-demain di- sement, le souci de l'intérêt général et l'amour
pétitions. Demain samedi 24 à 8 h. 30, dixième re- trôle.
•
la patrie lurent portes à un haut degré.
té, car en ce qui concerne les Austro-LIonmanche, au Musée de la Guerre, annexe de la deMais,
présentation
du gTand succès Les P'tites Michu,
M. Monmousseau a déposé un ordre du jour gtrois, nous sommes en possession de tous
comme en 1918, la victoire amena
une opérette de Messager
;
M.le
Mariette
SuUy,
Angèlo
•Bibliothèque de la ville.
.rapide teaniiiormatio-n des mœurs. Les nouveaux
de blâme contre la coiniinissioin administrative
Y figureront, à titre exceptionnel, quelques riches étalent leur fortune et affichent un luxe Prady, M'M. Gerbert, Berger, Michail, Derval, Ba- de la Fédération. MSM. Jarrigou et Danard leurs bateaux ; si,, au contraire, les Allemands
ne font pas iaoe aux ohliiigations que leur
manuscrits r.chement enluminés qui appar- insolent. Par contre, la masse, surtout dans la reille, Mme Ronael. Au deuxième acte, fantaisie
sont intervenus dans un sens opposé.
impose le traité, la France aura à restituer
tiennent à la Bibliothèque, notamment ueux ville, souffre de la hausse excessive des doncées Louis XV. ballet, de Lemaiie, réglé par M. rata.
Dimanche
en
matinée,
à
deux
heures,
même
speoLa
suite
de
la
discussion
est
renvoyée
à
la
die
30 à 40.000 tonnes.
manuscrits du quinzième siècle, contenant les et s'en prend aux accapareurs, aux agioteurs, à tacle, ntême distribution ; en soirée à 8 h 30 La séanoe de l'après-midi.
l'avidité
des
paysans.
ILes
petits
rentiers,
les
pensermons de saint Vincent i errier, dont on céPoupée;
avec
Mariette
Sully.
MM.
Gerbert,
Berger,
Dans la s -attee de l'après -Tniiidi d'hier, on a
sionnés de l'Etat et les fonctionnaires, payés- en
lèbre en ce moment le cinquième centenaiiè
Michail, ballet Natta. Lundi à 8- h. 30, grande ! repris la discussion sur le rapport moral die
assig-nats sans valeur, sont dans la plus grande soirée
de gala oqeMe au sympa tliique et actir maiCette exposiiton doit empiéter sur les salïes détresse.
la
Fédération.
».
\
tro de ballet Victor Natta.
çle lOftiCo économique qui, pour permettre
On répugne an travail ; la débauche s'étond :
. .M. Boisnier a défendu l'action die cette derleur transformation prov soire, seront
fer- des bandes de voleurs se forment : on dévalise les
THÉÂTRE DES XO! VEAUTES. - Ce aalt h
nière, nobuument au sujet des faits qiui se
courriers, et, nouvelle ressemblance avec ce <pii ] 8 h. 30, succès I... succès !... succès I... des représenmées au public demain samedi à partir de
se passe aujourd'hui, les vols domestiques sont tations de la grande semaine de music-hall ; les sont diéronlés au P.-L.-M. Puis, il a reprcohé
LA VISITE DU MARÉCHAL JOFFRE
b heures (séance de nuit supprimée).
tTès fréquenta.
quatre Porezolï ; les quatre Banola ; Dev-œ et Car- à M. Midol d'avoir déclanclié le dernier mou>l5
Madrid, 23 avril
La démoralisation n'épargne pas l 'armée où le los ; The Salvator ; Palandry, etc., etc. On ter' vement sans avoir averti la Fédéraitaon.
nombre des déserteurs augmente. Les <piercUes' re- mine par le vaudeville avec le comique Pauliien.
Le ministère des affaires étrangères a anM. M'idoil, qui lui a suiccédé à la trituunie, a
ligieuses entre les adeptes des intiarmentes et ceux
noncé. Mer, que le maréchal Joffre arrivera le
ètî l'objet d'une ovation. L'orateur a précisé
AMERICAN-COSMOGRAPU. — AS h. 45, J.u »'/<1des constitutionnels sont très vives et trotublent lo bas. S' épisode : Le ranoir mystérieux ; Douglas son action et défendu sa conduite,
27 au soir à Madrid, -d'où il repartira le 29
pays. Dans les deux salles de spectacle de la ville, Fatrbanks, dans Douglas a le sourire, etc.
M'. Faui'e, du Havixi. a dit qaie lo geste de pour Barcelone. Un aide de camn du roi le
On ne s'en serait pas douté, hier, place très fréquentées, ainsi cpie les bals, les rixes ne
M. Midol est la négation des statuts de l'or- général Echague, viendra" le recevoir à' la
CINEMA -THEATRE LAFAYKTTE - Tous ;ej
sonit pas rares et le théâtre tombe irapidemenit dans
Latayette, car le contraire vient d'être magis
jours de 2 à 6 h. et à S h. 45 : L'appel du sang,
ganisation.
frontière au nom du roi et de l'armée espal'immoralité.
traitement
p
watanent prouvé
par les Galeries Lafaveitte,
,
[ M. M' -mmousseau. de Paris, a proposé que le gnole.
Les luttes politiques et les polémiques de presse drame en six parties.
1
1 con
qui
avaient
convié
i<5
to-*'
-.«--".Une soirée littérafire sera donnée à l'AthéCINÉMA QLï-Mi'I.A. _ Premier épisode dn. ciné- dyiéigué de la Confédération Générale du Traa^fêter^""^
toute leur jeiuine 'clientèle sont, d'une rare violence et aux élections le parti
1 fêter loyeuseraent
joyeusement le
1 8" anniversaire de la le plus nombreux n'hésite pas à brutaliser te parti roman français : Le i Ws de la nuit et Le Chcmi- vail n'intervienne pas dans les travaux du née en son honneur.
fn^rtS
.ondation d e letuis
i
adverse et à l'écarter des urnes. La liber-té dev'ent
neau. avec Henry Krau ss. brillant orchestre.
ÇùnJrès ; sa proposition n'est pas adoptée.
riS^mn^^
JS1? ««.vissants magasins et
Le ministre de la guerre organisera une fête
de la licence. On ne croit plus qu'au plaisir et à
tetlK nouveaux
L^ÏTO^n
de leurs nouveaux
agrandisse
Ça suite de la discussion est renvoyée à ce militaire, et la municipalité de Madrid prépaKs
î'î,^agrandosseAPOLLO. — A 2 h. 30 et à 8 h. 45, première
la
force.
rants. Plus de, vingt mille entants ont défilé
vision
:
Au
seuil
du
Crime,
avec
le
populaire
Monrera
une réception en son honneur.
matin,
.,
Cet affaissement de l'esprit public est un signe dé tébue : Le Trésor de Kéi iolet . (7* épisode) : Les
la déseirgan.isation sociale et mcrn.le du pays. L'a- liai>aces
dans la nuit et llocambole (1" épisode) :
narchie le guette. Bonenar+e arr've et fonge un
La Jeunesse de Roeambolt.
régime oïl la liberté ne 41-«n,t n'us qu'une place
CINEMA LE RO'Ï.AL. — Aujourd'hui veniredi :
restreinte, mais qui s-itisfait ''impérieux besoin
d'ordre, de travail et de concorde <rui surgit des Mea Culpa en entier, ce beau ftiru «ont le Rayai i
UN CONSISTOIRE PU8LI0
été obligé, pour saitisialr» aux nombreuses d<o anprofondeurs de la nation.
LE MOUVEMENT S'ÉTEHD
des de sa caentèle de devancer la rep, .se ijul ne ae• imposer, dès sa création, à la clientèle d«
Rome, 23 avril.
ïait avoir iieu qu'en septembre. Deux grandes aeau.
Hier, en présence des cardinaux et des pré,i' ant par ^^êanoe et la vaS dl
Metz, 23 avrlL
ces . matinée à tno s teores et soirée a neul heuses miod-èles que par ses prix très étudias M
lats
le
Pape
a
tenu
un
consistoire
public
La première journée- d© la grève générale
res Avant chaque représentation concert symp.uo^cçniipWsarKe
prove^iaîe.^f apprécia &
UJii-ue par l'orcliestre au complet qui «xéciitera à Metz et dans le département de la Moselle dans lequel les avocats ont diéfendu la cause
iC
ia
La Ouaya, maiche de Dlodet ; Mignon, fantaisie, s'ost passé sans Incident ndithlble. Il y a eu de la canonisation de Gaibriele et des bienWte arfe&
v ~ Auiouxd'huï" vendredi
do Thomas. Au cinéma : Première partie : Toutes plusieurs réunions de grévistes hier soir.
fera en in Te i 1 wchestre symphonique se
heureuses Marguerite
Alacoquc et Jeanne
les actualités au j«ur le jour ; .vf«u Culpa, première
SOCIÉTÉ CFNTRALE D'AGRICULTURE
La grève s'est étendue aux chemins de fer, d'Arc. Mgr Belllin a répondu au. nom du Pai époque, dans laquelle l'orchestre exécutera : Sy-mpe, exprimant la joie du SonMerain Ponles •ntéoaMeiéns et chauffeurs ayant reçu
Schubert ; Ouverture du
Séance du lundi 35 avril, à 2 heures, au siè- ' plioaie inachevée, de
tife de reconnaître la sainteté des deux bienJeune Henri, de Méhui ; Damnation de laust, de l'ordre de cesser le service. Les ouvriers du
ge, 2, rue d'Aussar. "ues, Toulouse.
heureuses.
Berlioz
;
Orage
de
la
sumpi.ouie
pastorale,
de
mouvement
sont
à
leuT
poste,
mais
les
trains
Ordre du jour : « Sur im Pr i et d'organisaDeuxième partie : Intermède musical : ne peuvent partir. L'express de Paris a pu
tion de labourage électrique », par M. J.-H. Beethoven.
Les Saltimbanques, fantaisie de Gannos ; Mea îarârr k 8 b. 20 avec un personnel de la Coni- j
^«ons du io au » aTru 1W .
Sourisseau, maître de co-ifèrences à la FaculCulpa, deuxième ép>~que pendant laquelle l'orchesté des Sciences de Toulouse, directeur de la tre exécutera : Andante de la symphonie italienne, paignie de' l'Est.
566 recettes, 293.157 fr.
*M
J^VOSIA-NIA
Dans une réunion tenue a 8 heures, hier
Station de Mécanique. Agricole.
rie Mendelsohn ; Les Clocties du Monastère, de Leféburo ; leulllcs d'Automne, de Ce.waslo, solo de soir les P. T. T. ont également décidé la
SOCIÉTÉ
violoncelle, par M. Guiraud ; CantUtne de Cinq- grève mais on prévoit qu'un prand nomD'AGRICULTURE DE LA H AUTE-C ARONNE
Mars, de Gounod, solo do violon par Mlle Flanbre d'entre eux n'obéiront pas au mot d'or; Dernier sommeil de la Vierge, de Massenet. dre.
.
Séance du samedi 24 avril, à 8 heures et de- chet
Troisièmo
partie
:
Le
Hot
du
Cirquefë"
épi-odel
:
On prévoit pour aiuoumiliui une grande
•PPc^'V 1 ' 'BtlOBY. — Le match qui dimanebe 01*6 du soir.
L'Kchclle. Humaine. Réclamer a.u contrôle vos bil- perturbation dans les services pulbl ics.
PyronSi 2 Stade Toulousain à une sélection des
Ordre du jour : Les nouveaux engrais azo- lets de la tombola gratuite. Nombreux et imporsecoum ; „ h or« !unsè au bénélloo <les caisses île tés.
tants lots. La direction informe le public que
batt.a,S«, f 'rvkra
A- des Mutilés et. de l'TJ. N. dos Gom- —
Mea Culpa ne passera que quatre Jours et qu'il est
pur Cacao et Sucre
«£><©
—-e
aux p„,;, *;
do clôture de saison de rugbjprudent
pour les personnes qui iront pas encore
les
,^"Juj neaiux. Dans la sélect. on pyrénéenne,
vu
le
pims
beau
film
qui
ait
paru
de
retenir
lonrs
Qsiu/w"1'',11'3 Joueurs de Saint C.irans, de Salntplaces à l'avance. Location sans frais.
O&tt*. lle Montauban, d'Albi ont été ixressentis.
Du 23 avril.
Slaut Pr, P anae mairlîesteil.fon est pliacée sous lo
— Le Sénat espagnol a siégé toute la nuit ;
ta 0naKe d<1 M 1(1
«•oomp , ' .
Préfat de la Kaute-GaOavflTiî FRANCO-ITALIEN. — Assemblée «éné
Il n'a levé la séance qu'hier matin, h 9 heule «ûnéral conunandant le 17' oorps
d'arm^
raie statutaire Lo samedi ï'i avril, H trois heures,
res MO. après avoir adopté le budget en son
La iSSi rt* M - le maire de la ville de TrilUlMI
a-u siéço du comité, SF, rue des Arts. Impartantes
entior.
em>£g?*»» militaire de la 34' D. L prêtera son communications sur les relations Iranco-italleniues.
DEPOT : !, Place Saint-Etienne
j?z[**J au cour» de la réunion.
' — D'après un télégramme de Bucarest, reçu
TOULOUSE
MUTUELLE 1HBS DÉMOBILISÉS — La parmaH'.^mède gouvora'n pour la Gnérlson mpldodo' 1'' a Home, la reine de Roumanie se dispose à
BUr i« i iW|18
Stade Toulousain auront accès
itemco sera tenue dUnaïu'.lte, au siège n, allées LaMon 7,,,
'.aln aTeo au» réduc-ticm de 80 t. Loca
Mlect on» de Poitrine, des Rhnmes ( GriçW
faire lo tour du inonde ; elle irait en Italie,
fayette, de 9 h. 30 à mttU, par M.M. Clmrmontel et
l'A àSTÏE!? à Partir d'aujouird'rrud au siège d<i
en France, en Angleterre, à New-York, a Sanlîauxdo Gara*, Binlours, Rhnmatlstaca, îfto,
Uiot. En semaine, tous les jours de dix heures a
Hs'lTi .î ..1™»' *• PlaM »u Capitol* et am slàgo
V ranci sco et au j sinon, où elle rencontrerait
J- vêt-UahU l*APUtll Wl .'.'C
'«ootti ?arU!
*',cnaJ"
combattants. 22. allé*!-* Ut, «ntill et de quatre ,1 six heures.
son fils, le priince héritier.
.. TOUTES LES SPÉCIALITÉS
PHARMA. ]
«Inès ' ''
» «te favwur rigoureusement suspenSYNDICAT DES PRÉPARATEURS EN PKAIRMA— Afin d Obtenu- sans retard H renimse des
i CEUTIQUES faisant de la publicité dans la !
OIE ET PAiRTlES SIMILAIRES. — Réunion * neuf
4
titres <li Pnitifs. les porteurs de oertiflciat» pro• presse politique se trouvent en dépôt dans
l
<tUB UNIVERS rTAIRTÎ.
ï^n^
^"2îl
—
Réu- . mtieujcej*
'"" ,: A la Bourse.
Ce3 demandes de chnngemnms d'(>dressa visoires de rente 4 % 1918 somt priés d'en cte- r butes les grandes pharmacies commercia- ,
a s h M.
I. ESTUDIANTIN
K
A « IA PALLAÏ>1 l'iNNK
doivent
être
accompaçmées
d'une
bando
et
do
mandor
l'échange
dès
irtaintenant
es
sans
at«
les de France, et sont wnâtm au prix mari eolr. ^pétition géDérale.
60 «entimes pour frais.
tewlre l'échéance du dernier coupon. .
. qué. sans majoration.
•
Comité d'Action
«J'avais eu un si gros travail à conduire,
écrivait-elle que j'étais complètement à bout
çte forces. Je me surmenais, j'ai compris a
tous les malaises que j'éprouvais, que je ne
pourrais tenir plus longtemps. Forcée je fus
de m arrêter. Mais on m'indiqua, pour me
i émettre, de prendre les pihtles Pinlt. Je les
ai Prises et c'est vraiment curieux, comme
ces pi.lul.es m'ont fait retrouver mes forces et
fait disparaître ma grande fatigue. »
Il y a, en réalité, dans chacun de nos enM>
nés, deux, forces particulières, l'une journalière, habituelle, toujours employée , l'autre
cachée, on réserve, qui ne se déploie mie dans
les occasions extraordinaires. Si nous faisons
appel à nos forces de réserve, c'est qu'il y à
fatigue. Il est dangereux dé rester dans une
situation d'infériorité physique. En prenant
les Pilules Pmk. en se donnant à volonté du
sang riche et pur, on retrouve très facilement
les forces, l'énergie dont on avait trop dépeiisé. Les Pilules Pink donnent du sang avec
chaque pilule et tonifient le système nerveux.
Elles sont souveraines contre l'anémie, la
chlorose, des jeunes Mies, les maux d'estomac
migraines, névralgies, douleurs, épuisement
nerveux; neurasthénie.
Les Pilules Pink sont- en vente dans foutes
les pharmacies et au dénôt : Pharmacie P
Barret. 23, rue Ballu. Paris, 4 fr. 50 la boite'
24 fr. les six boîtes franco, plus 0 fr. '50 dé
timbre-taxe par bcîte.
funèbres Générales
Vmm
MONOPOLE EXTÉRIEUR ÛBS
ds la Région du Sud-Ouest
Ville, '
Transports pour tous Pavs
 ¥1S DE EaCÈS
Les parents et amis de M. André COUDERC
ont la douleur cbe faire part à ùeurs amis et
connaissances de la perte cruelie qu'ils viennent d'éprouver en la personne de
Monsieur André C0UDSRC
décédé à Toulouse, le 21 avril 1060. à l'âgie
de 58 ans. et les prient de vouloir bien assister- a ses obsèques qui auront iieu le vendredi 23 avril VM), à 2 'heures du soir, sur
la paroisse Saint-Michel.
On se réunira à la maison mortuaire. G, rue
Sain t-Dominique.
Il ne sera pas fait d'autre invitation.
Pomp. l'un. Municlp.. M, r. Parsamlnières. T. ïlA»
Remerolsmejits 2; Avis ds Nouvaina
Les familles CAMEL, MUQUET. SANNOU,
DÊJAN. PIOUEPÉ. DURAN. CA1ZERGUES.
l'AILLEFER et DUCOS remercient les personnes qui leur ont témoiignié des marques
de sympathie à l'occasion du décès de
Madame Veuve Geneviève SANNOU
Née PICUEPÉ
et. les prient de vouloir bien assister à la
messe de neuvaine qui sera oéjétbrée le samedi 24 avria 1920, à 9 heures et demie du
matin, dans l'église Saint-Nicolas.
On se réunira à l'église.
— POMPES FUNÈBRES GENERALES —
7, Rue Latayette — Téléphone 10-S3
Couronnes mortuaires, Choix le plus important
Convois, tentures, cercueils, lettres, etc.
Exhumations et transports pour- tous pays
——r — -— —
—•
MARCHÉ DE LA VILLETTE
Du22a.'iii.
.
Bœufs. — Amenés, 1236 : pas d'invendu-. -.
1" qualité, net. 8 10 ; vif. 4 88. — 2" qualité,
net, 7 «6 ; vif, 3 B3. — 3' qualité, net, 7 30 ;
vif, 3 05. — Prix extrêmes, net. 5 30 à 8 40 ;
Vif. 2 65 à 5
Vaches. — Amenées, 841 ; pas d'invendues
— 1" quaiité. net, 8 10 ; vif, 4 80. —- 2" qualité,
net, 7 0b ; vif. 3 83. — 3" dualité, net. 7 30 ;
vif, 3 05.— Prix extrêmes, net. 5 30 a 8 40 ;
vif, 2 05 à 5 07.
Taureaux. —- Amenés, 322 ; pas d'invendus.
— 1" qualité, net, 7 24 ; vif, 4 34. — 2' qualité,
net 6 04 ; vif. 3 47. — 3" dualité, net. 6 70 ;
vif," 3 30 — Prix extrêmes, net, 6 30 à 7 60 ';
vif, 2 85 à 4 50.
Veaux. -- Amenés. 14G6 ; invendus. 32. —
V qualité, net. H 80 ; vit. 7 08. — 2* qualité,
net 11 10 ; vif, 5 55. — 3* qualité, net, 9 fr ;
vif,' 4 50. — Prix extrêmes, net. 7 à. 12 20 : \.„,
3 50 a 7 32
Moutons' — Amenés, 0353 ; invendus, 170. .
!'• qualité' net. 13 80 ; vif, 0 62 — 2" qualit»,
net 13 00'; vif. 6 52. — 3" qualité, net. 10 30 ;
vif ' 6 38.— Prix extrêmes, net. 11 30 à U fr.j
vif! 5 42 à 6 72.
Pc,rcs , _ Amenés, 2025 ; pas d'invendus. ->
1" qualité, net. 10 30 ; vif. 7 21. — 2; qualité,
net 10 14 : vif, 1 09. — 3' qualité, net, 10 fr.;
vif '7 fr. — Prix extrêmes, net, 8 84 a 10 30 ;
vit* 0 18 il 7 21.
Vente lionne. Cours on hausse pour le groa
bétail et les veaux. Prix maintenus sur les
moutons et les porcs.
Marché aux Vins
Nnrbonnc, 28 avril.
Marché aux vins. — La grève des ouvrier»
ontoniiours et la fermeture do la gare de Sïurbonne ont quelque peu influé sut lo marcnj
de ce Jour Les affaires traitées n ont pas éta
nombreuses. Les cours restent stauonnairos.
or cote de 110 A 125 fr. l'hectolitre nu pri»
en DaWt suivant, degré, qualité et conditions.
ARGNE
BOURSE DE TOULOUSE
Du aa avril.
Fonda d'Ktut IfeanOUi - 3 % an porteur OT;
6 %. 83.60; 4 % llbûré 1017, 71.35; 1918, 71; 5
amortissable, îoo.&O. — obligation Crédit National,
5 %, t>oo.
Emprunts de Villes. — VUlo de Paris : OMigntions U+55 !H SB1; 1898 2 %, 560; lOOi 2 4 %, 569.
Valeurs FlrancaJsos. — Obllgiatlons Foncières ira
3 %, 455; Communales 1380. «5.50; 1906. 318. — Crédit Foncier 1909, 169. — Est. obligations 3 % noun v L R c 1919. — l" Point de départ de velles. 279. — Lyon à la Méditerranée, fusion ana pension sera fixé au % lévrier 1919; 2° Ré- cienne;, STB. — Mtdl. obligations 3 % nouvelles. 28t.
jlamez le titre d'allocation provisoire à la — Nord, obligations 3 % anciennes, 315.50. — Orious-in tendance du chel-lieu de département léans, oMtyatlons 3 % anciennes, 309. — Dues, obligations 3 % anciennes, 288.
le la résidence. Renlls 1 franc pour la statue
Valctiirs Diverses. — Actions : Société Toulonle Jeanne d'Arc, ; rernea'cicmcnfe.
saine du Bazacle, série A, ex-coup. 10, 245; série B,
E. O. 227, A. O. — 1° A ma connaissance, il ex-coup. 13, 100. — L'Epargne, ex-coup. 44, 453. —
l'existé pas de gratifications de cette nature; EtaMiisenient Brusson Jeune, ex-coup. 10, 470.
Obligations : Dépailnment de la Haute-Garonne,
i« S'adresser au chef de corps de dernière affectation, qui seul pourra expliquer le retard 39S. — Société Méridionale de Transports do force
5
%, 450. — Chemins de fer du Sud-Ouest 4 %, 300.
tans la nomination au grade de lieutenant,
yt provoquer
réparations, si les conditions — Ijuchonnatse d'Eclairage 6 %, 496. — La Rus:lté
Méridionale 6 %, 490.
sxigées sont remplies par le candidat ; 3° AcClianges. —• Espagne, 288 1/4 ; Londres, 60.03.
iuellement, l'officier h titre temporaire conserve son grade, après démobilisation. Les
•ègles qui seront adoptées pour les convocations d'officiers de complément ne sont pas
Micorc fixées : mais il est probable
qu'en
inison de la durée des hostilités, elles tenilront vers une diminution des charges imposées aux officiers de complément qui auront
fait campagne. (J. O. du 6 Juin 1919, page 2665,
:\o 28902). Remis 5 fr. aux mutilés ; remerciements.
L. T. o|. 1920. — Ces divergences en matière
La Minerve Française (1, rue de Lille), qui
ie sursis, résultent des circonstances dans
est lfune des plus belles revues de notre
'esquelles les jeunes gens se sont trouvés pla- temps, consacre, dans son dernier numéro
cés. Ainsi, un conscrit de la classe 20 qui n'a
(1er avril), un « tombeau poétique » à la mépas obtenu le sursis du conseil de révision moire de Jean Moréas. On y ht une série de
levant lequel il a comparu ne peut y préten- poèmes, parmi lesquels on aimera a relire
1re actuellement; tandis que cel il de même particulièrement ceux d'Ernest Raynaud, de
clas*\ ma's ajourné, qui va être appelé pro- Mme la comtesse dé Noailles de MM. Henri
chainement devant le conseil de révision dos
de Régnier,
Charles Derenrias,
A. -P. Garajournés pourra obtenir le sursis qu'il n'a nier, Léo Larguier, Maurice Levaillant, Ferpas demandé lorsqu'il a comparu devant le nand Mazade. Louis Mercier, Pierre de Noconseil de révision de sa classe. Remis 1 fr. lhac, Frédéric Plessis. il y a aussi des vers
pour la statue de
Jeanne d'Arc; remercie- inédits de Moréas.
ments.
A côté de ce bol ensemble poétique, il faut
Un démobilisé, Escesse. — Regret de ne noter tout particulièrement un très amusant
pouvoir répondre à là question ; elle n'est pas article de M. René de Planhol sur la prelu domaine militaire, et Je ne puis m'en oc- mière représentation, Je 6 avril 1850, du drame
cuper Voir le juge de paix et, s'il v a lieu, de
Lamartine
Toussaint-Louverture,
une
porter le litige devant la commission arbitra- brève étude de M. Jean Tenant sur l'œuvre do
le des lovers. Remis 1 fr. nom- la statue de l'excellent poète catholique Louis Mercier et
leanne d'Arc; remerciements.
de très intéressantes chroniques.
O. L. lectrice de V » Express J>. — Par décret
Le Revue Critique des Idées et des Livres
du 8 décembre 1919, un acompte de 150 fr. peut
(155, boulevard Saint-Germain), qui a consaêtre accordé aux veuves des caporaux et
soldats qui en font la demande au sous-in- cré, elle aussi un numéro tout entier au soutendant militaire du chef-Peu de département venir de Moréas, publie le 10 avril un fasci.le leur domicile. Remis 1 fr. nom' la statue cule des plus iiemaruqahles. Citons : une étude
charmante dé M. André Beaunier sur Mme de
Je Jeanne d'Arc; Remerciements.
La Fayette et Mile de Scitd&ry ,- des notes de
ia suivre.)
M. Henry Bidou sur le Théâtre et le Rêve,
eemmunetant S. • OUVILI&
un récit pittoresque et diramatiQjue de M. Jacques- Bou^enger : la Mort de Paul-Louis CouLa correspondance relative aux renseisn»
rier, et toute une série de brillantes chronimania militaires ?<t fait axclualvamant oar la
de M« DULME, docteur en droit, avou*
voie Hit tournai, lî ne pe-it pas être répondu ques. La Revue Critique annonce de plus que Etudes
à Toulouse, rue C lémenee-Isaure, *» ; DEJ
la Petite Scène, à laquelle, avant la guerre,
Bar lettre personnel!*
COUSSE, avoué a Toulouse, place das Call'on a dû de si précieux spectacles, donnera,
Plumes, vestiaires et tontes sortes d'objets
mes, n» 42 ; CHINCHOLE, avoué a Toulouse, sont achetés au plus haut prix. Ecrire :
le 25 avril, à 2 h. 30, en l'hôtel de la Comrue
de
Rémusat,
n°
7.
tesse René de Béarn, 123, rue Saint-DominiGABARROT, 20, rue Saint-Charles, Toulouse
que. Paris, une représentation ainsi composée :
A VENDRE au Tribunal Civil
SAVON ménage; post. 10 k. 30 f.; 5post. 145 f.;
Vldylle sur la Paix, de Racine musique de
Du 22 avTil.
f« c. reinb 1. Savonnerie Rle-Tinto, ftjarseilla.
Le Jeudi 29 avril 1920, à 13 heures
3 %, 66.25; amortissable 3
68; 6 %, 88.60; 19(17 Lulh (1685) ;
-Jsabellc et Gertrudc, ou les Sylphes supvo
4 %, 71.35; 1018 4i % 71; 1920, 100.50; non mtbére,
DEUX MAISONS D'HABITATION
sés. opéra-comique de Favart, musique de
-101 .60. — Crédit National, 499. — Ouest-Etat, 320. —
situées à Toulouse rue de Rémusat, 24, et
Tunis 1893, 295. — Toulon, 5.510. — Madagascar Biaise et Gluck (1765) ;
rue de la Poste, 3
3 % 63. — Afvkiue Occidentale, 329. — lnslo-Chine
Les deux Chasseurs et la Laitière, opéraMise à prix
Tti.GSO fr.
1909, 338; 1913, 370. — Maroc 1914, 430. — Alger comique d'Anseaume, musique de Duni (1763).
«teints d'ene MALADIE CHRONIQUE rebella
Pour extrait .
3 %, 362. — Tunis 1902, 335. — Ville de Paris, n uart,
Orchestre et chœurs sous la direction de
S9.25- 1S92, 224.50; quart, 60; 1894, 222; Quart, SOi M. Félix Raugel. — Clavecin tenu par M. Am.
ds SANG (ANÉMIE, AFFAIBLISSEMENT
DTJLME. avoué, si<7ne.
1896, 254; quart. 63; 1899 245; quart. 59.75; 1934, 259;
GÉNÉRAL, DIABÈTE, HÉMOPHILIE,
2 3/4 % 1910, 22.50; demie, 116; 3 % 1010, 24' queirt, de Vallombrosa. —- Décors de M. Xavier de
ARïKSUTISME, ARTÉRIO- SCLÉROSE,
«3.50; 1917, 569; cinquième, 101. — Banque de Pa- Courville.
RHUMATISMES), du SYSTÈME NER.
Voilà un spectacle qui ne sera guère banal
rts, 1.819. — Comptoir, 1.200. — Crédit ioncier, 805.
VEUX (MIGRAINES, NÉVRALGIES,
— Foncières 18T79, 453.50; 18S3, 30% 18S5, 290.50; cin- par- le temps qui court 1
NEURASTHÉNIE), du FOIE, de l'ESTOquième, 517.50; 1895, 314; 1909. 315; 1800, 167 1913,
FERRACUT. 56, Rue République TOULOUSE.
HAC, i» l'INTESTIN, CONVALESCENTS,
352; 4 % 1913. 4M; libéré 1917, SfjO non libéré 1917,
Belles-Lettres (89, boulevard Exelmans, Pa498. — Bons 1887, 85; 1888 , 95. — Communales 1879, ris) publie des ' fascicules toujours très nourENFANTS à CROISSANCE RETARDÉE,
4-15.25; ciinqnième, 88.75; 1SSO, 458; 1891, 252; 14*82, 306; ris. Cette revue a entrepris une série de granrecourez ala SSINÉmOLASSl DTJP2S TTJR.OU3£
1809, 297; 1906, 318; 1912, 165; 1921, 517. — Société des études sur le mouvement littéraire de
qui fournira a vos cellules les Minéraux indiaTRAITEMENT
SERiCIUX,
Marseillaise, 760. — Crédit Lyonnais, 1.835. — Mo- toutes les provinces françaises. M. Emile RiP8ns5b!ea a la santé dont les eliments ne les
ef tî en oe,d tscrat,
pourvoient pas. Des centaines de malades qui sa
bilier, 610. — Société Géniéralê, 789. — Baruiue. Franfacile à suivre mèma
croyaient incurables lui doivent la vie. Une
çaise 363. — Union Parisienne, 1.600. — Banque pent y a parlé de la Provenco ; notre collaen Toy;ige, par les
Praviel, du Languedoc.
boutoilla do Misérol&so vous permettra d'en
Nationale de Crédit, 949. — Est- Algérien, 525. — Est, borateur Armand
taire un essai personnel. Généralement, un mieu*
C85; obligation 295; nouvelle, 279.50; 2 } %, 272. — Dans le numéro d'avril, M. Yves Le Febvre COMPRI
ENÊS DE GIBERT
se manifeste vers le quinzième jour de la oure.
y parle de la Bretagne ; étude intéressante,
Lyon 816. — Méditerranée, fusion. 273; nouvelle
507; 2 -i %, 250. — Midi, 763; obligation, 282; nour inais dont les vrais régionalistets n'accepte- La Boite de 50 Comprimes Onze francs (10 fr. pins l'impôt 1 ir.)
M" Jeanne Serre, S Furlanga. commune da
(Envoi
franco
contre
espèces
ou
mandat)
Veyrières par Champs gnac-les-Mines (Cantal),
v«lle, 280; 2 4%, 256. — Nord obligation, 310; nou- ront jamais les aperçus gratuitement grinvelle, 301. — Orléans obligation, 313; nouveUe, 283; cheux à l'égard des langues provinciaies. Renui
souffrait «depuis vingt ans» de douleurs
Pharmacie 81BERT, 19, ras e'Mepe — BtSSEILLE lancinantes
an creux de l'estomac, do vertiges, da
2 J %, 265. — Ouest, 663; obligation, 284; nouvcUë,
marqué de beaux poèmes de MM. André LaNous avons de nombreuses déclarations médi- maux de téta aveo grand amaigrissement et
JT9; 2 4%, 252. — Ouest-Algérien obligation, 261. —
mandé et Ernest Raynaud, «t de substantiel- cales. Bien plus nombreuses encore sont les mul- affaiblissement général et qui, depuis deux ans,
Swd-Français, 102; obligation, 247. — Docks Marne pouvait manger qu'on peu de bouillie. ressentit,
seillais 550. —- Magasins Généraux, 625. — Transat- les chroniques de l'admirable écrivain qu'est tiples attestations des malades.
dès les premiers jours du traitement à la
lantique, 608; priorité, 550; 4 %, 443. — Messageries,
M. Séb.-Gharles Leconte.
ie Fngt, 35, roe Gambetta
VSpit
d
Toulouse
:
Pft
Minêroïs.a<3, un soulsgement, « un bien-être
«30; priorité, 560; 5 %, 472. — Métro 3 i %, 330. —
inconnu
» (lettre du 7 novembre 1819), gagna
Omnibus 640; 4 %, 336. — Industrie, 215. — TtraimLes Essais Critiques (36, rue Pigalle, Paris)
12 kilos en six mois et guérit. - M"* Olga Raphoz,
tvays du Vair, 93. — Voitures, 675. — Association ont ceci de très curieux que, comme les ana
Gormand
par Saint-Jeoire(Haute Savoie), dont
Minière, 480. — A<ruilas, 190. — Boléo, 1.300. — Jeu
SUPERBE VILLA tr. belle vue Pyrénées, gr.
ciennes Taches d'encre de Maurice Barrés,
la croisaanoe s'était arrêtée ô deux ans et demie!
mont. 595. — Cuivre Pyrite. 350. — Electro-Métalils sont rédigés par un seul écrivain, qui est ligne départ. 180.000. Villa à Luchon, pr. Ca- qui était devenue si lrê!8 « qu'on n'osait pas lui
lurgie 1.420. — Malfidano, 605. — Penarroya, 2.420.
sino, gr. parc, 70.000. Belle villa, 12 pièces,
serrer les bras par peur de les casser » (lettre du
— Panama, 195. — Suez 82.90; 5 %, 559. — Dyna- notre compatriote et notre ami. M. Marcel pr Luchon et gare, nue 60.000 avec prairies
6 septembre 1919). La Minérolasa. en quinze jours,
Azaïs. Ces petits cahiers mensuels sont à lire
mite, 1.270. — Pa/thé, 265. — Gafsa, 2.380; part,
OT
80.000,
meubles
en
sus.
Chalet
meublé
avec
la fit augmenter de quatre kilos, allonger de deux
d'un bout à l'autre. Du dernier (1 avril), je
2.2TO. — Ttbonison, 1.165. — Say, 1.355; priorité, 705.
centimètres, grossir son tour de poitrine de deux
ne veux retenir qu'un éreintement, combien café; jardin, thermes réputés, 50.000. Laforgue,
— Distribution, 400; 3 3/4 %, 285-, 6 %, 455. — Télécentimètres et dissipa les points douloureux et
33, rue Pharaon, Toulouse.
phones, 788. — Angleterre, 118.75. — Argentin 1886
justifié ! de l'insupportable Abel Hermant :
l'essoufflement qu'elle ressentait en marchant. —
1.089; 1907, 1.070; 1909, 106. — OBelge, 68. — Brésil
M.
Abel
Hermant
se
croit
cultivé
:
décidéW Thérèse Mercier, 82, Ru J de Besançon, a Dôle
1639, 108.50 ;I89S, 175. — Bulgare 1907, 295. — Chiné
iJura),souffraitdepnis «plus de vingt uns, de dou1902, 485; 1909, 475; 1911, 665; 1913, 620. — Elgypte ment, nous aurons tout vu. En réalité, il a
AVIS
leurs par tout le oorps.dans les côtés, le dos, au
avalé pêle-mêle des croûtons de pain, des laUnifiée, 191; 3 J %, 154.50. — Bellénlqaie, 119.
La Direction des Verreries de Toulouse de
mes de rasoir et des boutons île culotte. Au Fonclare-Chovalier a l'honneur d'informer sa creux de l'estomac, au côté gauche du ventre,
Japon 1905, 184; 19)3, 1.250. — Maroc 1910, 720.
dans les bras, les jambes, douleurs parfois su vives
Portugal, 98. — Obligations Tabacs, 660. — Roumahasard de son caprice, il nous montre tout
Qu'elles allaient jusqu'à la syncope» (lettra du
nie 1898, 89. — Russe 1880, 30; 1889, 30; consolidée, cela d'un air ravi et pense nous éblouir. Mais, clientèle que la fabrication ayant recommencé,
ï9août 1919). Ella vomissait souvent, avait perdu le
elle
s'efforcera
d'exécuter
les
commandes
dans
30.50; 1891, 31; 1896, 30.60; 1906, 50; 1900, .40; 1914, 41.
mon Dieu 1 nous savons ce que c'est. Rien la mesure de ses moyens.
sommeil, souffrait de vertiges fréquents, d un
— Serbes 191» 410; 1906, 315; 1913, 59. — Turc Uni
n'est
plus
facile
que
de
citer
Aristote
;
il
sufaffaiblissement et d'un épuisement général qui se
lié, 90; 1914 , 64.50. — Athènes, 208. — LaivUi&nk,
fit
de
prendre
des
notes
et
die
les
recopier.
portaient ausisi surla vue. Elle avait a peine pris la
— Mexico, 691. — Londres-Mexico, 330. — Ottomane
moitié du premier flacon da Minérelase qn sl.e se
806. — Banque Française de Rlo-Plata, 630. — Cré- 11 n'est même pas nécessaire de lire un ausentit soulagée et plus forts. Ce fortifiant la guérit.
A
VENDRE
A
L'AMIABLE
dit Foncier Egyptien, 1.225. — Andalouse. 756
teur pour le citer, il y a tant de clichés qui
Toute nna page de ce Journal ppnrrait être
A'chlson, 1.3CO. — Chicago Mylvankee, 713. — Congo courent les journaux... »
UNE MAISON D'HABITATION élevée de deux
remplis par le réoit de cas semblables. Il est
tJrands-Lacs, 463. — Lombard obligation. 153. — NI
étages sur rez-de-chaussée, avec fonds de com- démontré que la Minérolaea Dnpeyroux est un
Et,
plus
loin
:
trato Railvvay, M5. — Nord-Espagne, première, 764
merveilleux AlimentReconstHueBt. necontenant
— Pamiwlujie, 751. — Barcelone, T80. — Asturies,
a Nous nous enfonçons de plus en plus dans merce de restaurant, connu sous le nom de
aucun pdfson el offrant aux cellules vivantes
740. — Portugal 3 %, première 3»; <4 %, première,
tes ténèbres de l'érudition mal digérée. C'est
a RESTAURANT ROQUES »
tous les minéraux alimentaires dont elles ont
280; 4 %, deuxième, 104. — Railway Electrique, 580. comme une montagne sous laquelle on creuse
située à Foix (Ariège), rue de viUlote.
besoin pour fonctionner normalement.
J.
-— Saragosse, première, 650. — "Wagons-Lits, 504.
à mesure qu'on avance la lumière disparaît
Le Dr Dupoyroux, 5, Square de Messine, Pans,
Brianak ordinaire, 295. — Rlo-Tlnto, 2.230. — Cen- cl l'air se raréfie. Il nous faudiait un grand
Pour traiter : s'adresser ou écrire
à envoie gratis et franco sur demande son importral-Mining, 585. — Lagunas, 86. — Lantai-o, 991.
M. DORPHIN, Agence ImmobiliÉre du Sud- tante Etude sur la Minérolaso et un QuestionAzote. 1.021. — Est-Asiatique, 4.e00. — Carpet, 485. vent et une grande flamme. Nous les avons
naire pour ConsnltationB grsttniîoa par corresOuest à Foix (Ariège), 14 e annlée. Téléphoné 28,
eus, puisque Homère a vécu parmi nous,
— Raffineries Egyptiennes, 1.001; part, 1.815. — Taou écrire en ses bureaux-annexe, 13, rue pondance. II expédie franco en gare une bouteille
mais vent et clarté ont passé trop haut, peu
bacs Ottomans, 670. — Crédit Commercial, 895.
Se
Minêrolase contre 11 fr. en mandat-carte.
d'AlsaceLorraine.
Téléph.
14-49.
Cables Télégraphiques, 760. — Energie Méditerra- de gens les ont sentis. Mistral a écrit en proConsultations.tous les jours noni fériés . 5, Square
néenne. 654. — Energie Industrielle, 185. — Ener- vençal. »
da
Mossine,
dè 9 h. 6 11 ù. et de 14 b. û « heures.
gie du Sud Ouest, 4,76. — Société Générale d'Electricité. 1.395. — Havralse EneTgie, 560. — Gaz Pari
La
Renaissance
politique,
littéraire,
éconosien, 187.50. — Couirrlères, 2.625. — Lens, 8.090. —
La
mique (10, ruo Royale, Paris) garde, sous la
Garmaux, 1.C40. — Mines de la Loire, 939. — Mlokta,
direction de M. Henry Lapauze. un reflet
0.550. — Nickel, 1.800. — Aciéries Françaises, 1.CU9.
— Chantiers Français, 760. — Loire, 3.240. — Chan- agréablement méridionaj. Le dernier numéro
tlorg Navals de l'Ouest, 143. — Gironde, 985. — St(10 avril) contient à son sommaire les noms
TOULOUSE
Nazairo, 2.5CO. — Méditerranée, 1.130. — COiâtiMon
DE DION-BOUTON, châssis 4 tonnes
de Daniel Lesueur, Paul Sënvê'rrSc, Hélène PiCommentii-y, 5795. — ConimentOT-FouTohanibanld
card et Armand Praviel. Notre collaborateur
Le meilleur Camion du Monde
3.051. — Decauville, J«4. — Fives-iUlle, 3.585
y publie, en effet, un artiefle sur le Réaiona
Autres Camions Français huis tonnages
Alais, 3W. — LcmguovillD, 449. — Deiialn-Aimn
Usine en Languedoc, où il insiste fortement
4.105. — Cre-usot, 4.100. — Montbard, 500. — NorVisitez nos Magasins
mande, 410. — Usines du RihOno, 6.S0I; privilégiée, sur la nécessité du relèvement économique
de notre région :
52. Boulevard Carnot.
1.130. — Chargeuirs, 2.640. — Air Liquide, 850.
Crûs et Détail. — Livraisons à domicile
Compteurs, 830. — Oaumont, 275. — Galeries I/i
TOULOUSE.
« Le régionalisme intellectuel et artistique,
fayotte, 214. — Paris-France, 3.450. — Pétroles, part
qui semble 6trc l 'apanage principal de la
3.150. — Sucreries du Brésïl, 948
Cité des Troubadours et des tailleurs de
En Banque. — Argentin 6 %, 280. — Brésil 1895,
pierre » ne peut réelteraent se développer
139.50; 1903. 1C2; rescision. 116.00. — Mexicain 5
que s'il s'appuie sur <me région économique
68.50. — BalPou, 5.075. — Balïa, 580. — Butte 407
IMPORTANTE ORGANISATION
«'amilchouie, 374. — Chartered, 6.525. — Onown-MIvivante et prospère. Or, si notre Sud -Ouest
COMMERCIALE DE VENTE
nes, 182. — ]3e Be«rs ordinaire, 1.634; préférenco,
vous
qui
désirez
une
réussite
toulousain possède de merveilleuses richesqfîrue à tous les Négociants et Industriels
740. — Dictrich, 300. — Eastern, 98. — Eastrand
certaine de vos gâteaux et
ses, il s'en faut de beaucoup qu'elles soient
oéstroux d'organiser leu*-. service
27. — Estrellns, 3C6. — Gednltl. 13S. — Gold Borsc exploitées normalement... Musées bibliothèPâtisseries
<Jauv«m.o, des Aoants - représentants
61. — Goldflelds 95. — Huanohaka, 94.50
Exigez sur vos achats la marque
ques, facultés, instituts, sociétés savantes, ont
Spécialistes de l^ordre groupes -.par
Jagersfontein. 336. — Kuala. 253. — Laurium. 100.50
impérieusement besoin d'un renouveau écoregioriB et visitant la clientèle de détail
— I/TLa, 61. — Llanosoff, 697. — Mlslacta ordinairo
Hsutos Ntftlrttncea sont fournies sur
nomique, d'auditeurs, de donateurs de mécè307. — Multzoff, 615. — Meiican Eatfle ordinaire
démentie do rana «T$n»mento a la
nes... N'oublions pas que si n> s vieilles cités
643; préférence, 617. — Mexico, 442. — Moderton
MAISON JTORGANISATHSN COMMERCIALE
tel». 421. — M.rmte-CaUlnl, 178.50. — Mount-Eliot
du Languedoc nous montrent encore tant
(MOENCH)
Dï VFNTe. ET DE PUBLICITL
tf.1.50. — Nortli (laucasian, 113.50. — IPiadang, tWO. — d 'hôtels somptueux et fleuris des grâces de la
et repoussez toute imitation
E-ARNAUO »K MASQUARD
Phosphates Tunisiens, 680. — Platine. 1.000. — «né
Renaissance et das élégances du Grand SièDemandez
à
votre
Epicier
36
Rue
a u Caisse -PARIS -Tel : Elysée 5S 50
Me, 315. — Raisins, 550. — Iîand.font*lni, 64
cle, c'est parce que le pastel mûrissait, aux
mas RECUEILS da RECETTES
Ua.ml-Miines. 187.50. — Robinson Gobi, 3.176. — Rus- plaines lauraguatses et que lo baron Riqnet
GRATUITS
siau-OH, 93. — STiansy. 97.01). — Shnmer, i. 475.
de Bonrepos avait percé le Canal des DeuxSpcnky, 62. — Spycs, 38.
— Tangantka, 140.
Seul faiirleant ; lCmîle MOJEîVCH
Thareis. 212. — Tobaco, 770. — Tramsvaal, 68.75. — Mers. »
NANCY — 131, ruo du Monte!, 131 — NANCY,
Utali-Copper, 1.185. — Chargeurs I^rançais, 4.995.
Terminons en saluant une sympathique re8. rue Bavard. GHe Agence
lu Métal, 383. '— Brasiei-, 257. — nnieprovienns, vue née sin notre terroir, et ti laquelle nous
Location», Vantes, Acnat^
9.œt>. — ikitchklss, 470. — GnOme, 2.230. — Peugeot, souhaitons le plus vif succès : Feuilles au
Connu.. FroBr.. Maisons.
600. — Saut rn-Tnrn. 1*40. — AM>I, TUS. — Blansy.
Vent (Montaubon, Imprimerie et lithogiapliie
1.950. — Brua.y. 3.390. — Czoladï, 2.403. — l-ikatcrl
Les ASTRES règlent nos destinées. HorosGeorges Forestié 23. rue de la Répnhilique,
nowsla, 460. — Owasta. 1.470. — vieilles Wiond a g nos
cope détaillé. Envoyez date naissance, heure
CABINET IMMOBILIER, 17, rue
d 'Alsac?,
abonnement, un an, 10 fr., Il en 0 1 fr.). Le
1.875. -- Kintn Jouissance, 350; part, 600. — Suber
(5 fr. 25). M,nle LEPREUX, 31, rue de Polssy,
fait vendre, acheter immeubles, commercer.
fascicule du mois d 'avril compreinil des noms PARIS (X).
Me. 477. — Pointe A PI tro, 3.300. — Sumatra, 1.600
admirés et aimés : des notations inédites,
— irutclil-nsnit, 1.133. -— Oolemhia, 3.600. — Wyo
mliig omiiii«)ro, 210; privilégiée, 359. —- Orosnyi or
s'il vous plaît, du regretté Emile Pouvillon,
3?IX»S IMES J&*JGSJEL
«tnaire. 3.660; privilégiée, 3.860. — Omnium Pétro
des vers de M. Marcel SéméKies et unie -étude
les. 9.100. — Monaco, 4.675; cinqiu.lfïme, 905. — Nord
A CÉDER DE SUITE pour cause décès, KT&Xlâ RECUITS POUR PRESSAGE DE FOURRAGES
sur un sonnet de Danie par Mme L. EspinasseBrésil. 170. — Buettva-Coppor, 2.603. — Me'soarerir-s Mongenet. A côté de ces excellentes pages,
café de quartier, sur grande artère. BOftard,
Pour vignes et liage da fagots
Maritimes, 9.174 ,
salie de rénimtkm. Situation d'avenir. Beau
CRAwtjAB, z. Hue Bayaru TOLLOUSiî
une Intéressante phalange de jeunes écrivains
COURS DES CHANGES
nous apporto un© gerbe d 'éblouissantes pro- logement, frotlg tell. Adresse ; Hall «Express».
Lottes, 64.77 4. _ New-ïork, 16 01. — Allrmn- messes. Signalons avec la plus vive sympaINSTITUT tÉROTHCRAPIiJUa
gnf-.,,
thie les noms de MM. François Eafon, Sté"i ,~ Argentine. Incoté. — BeJctaae
A Jeanne d'Aro, pour les fêtes de la Canonl106 1/4. - Belgrade et BrAsil, iTu-etés _ V, id i'
Ulcctroluse, Serums et Vacetivs
phane Malfré et Louis Iîspinasse. VoUa Mon
14.90. — '.Oanemairk. Incoté. -- Espagne îstt '1/4
sation.
Deux
œuvres
musicales.
Paroles
et
«.aberatoira
et Clinique Urologiqus
taliban qui donne uu bel exemple a ïa jeu
.finilanido et Grèce, Inentés. — Hollande' im — rti
musique do II. Rey.
Ouvêrt do 10 h. a 6 li., lundi excepta
nesso
do
Toulouse
1
Ho, 73. - Japon. Ineoté. — Norvège,
3/4' _ ni
n, Rua d'Aieooa — TOULOU8B
1» Cantate solonnalla a Jeanne
d 'Arc,
JEAN QV1 LIT.
U'oigavnl et Portugal, incotés. — Prague, a,t
j,,,,;
grand chœur à l'unisson et solo. Œuvre d'inspianla, 2fi S/4. — Rnede, 364 j. - suisse, 89» piration
Haute
et
de
faeturo
distinguée.
Très
tfwignoy, incoté. — Vienne, a 1/4.
facile d 'oxécution,
POUR GUÉRIR LES^CÎiTIQUES~
La partition, a fr. net.
«Ml
IBMt BPriCltOR Ë8PIO
frlctionncz-vous avec l 'Antlteiatlool. Vous obPOUR LOUER un appartement, vendre on
Ol «;,RHTtM oïl.rounn* &v»ir
r».,.
Parités séparées, la doiwninc, 1, fr.
Acheter une maison, nue propriété, nn fonda tiendrez un résultat merveilleux. Les dou2» Hymne à Jeanne d 'Aro, graml-ohraur (en
leurs
enracinées
disparaîtront
ne commerce, un produit : pour trouver un»
forme
canoniaue)
et
solo.
Le produit est en vente il la Pharmaclo
Occasion, un associé, un commanditaire
Prix net, 8 fr. sO.
Dour offrir ou obtenir un emploi, utilisez les Moulel. il Athl (Tarn). La flacon 6.60. Pour lo
CABINET LAFOROUE, ancien notaire. 33; r
Parties séparée», la domaine, 2 fr. 50.
recevoir
franco par poste, envoyer mandat da
t Patites Annortce» Economiques » de VB.VVluttaon. Tonlousa Vente maisons, villas, clnv
Au Hall de VExpress du Mt<lh 1ï; rw fPAlr
prêts du Midi, pamlssant i0 inercradt at la
7.00. — Il no peut pas êtra fait- d'envoi contre
teayx,
pvopriCtoft. (Olflcoa ministériels.
lunedi. dans toute» la» édition*
rcinboursement.
Mica Lorraine. Ttuilouso.
Renseignements
wm mmmmm
LES REVUES
MEUBLES, CHIFFONS, MÉTAUX
BANDE PLEINE
HUTCHINSON
PRESSE HYDRAULIQUE - MONTAGE GRATUIT
A la Succursale de Toulouse - 32,
Allées
Jean-Jaurèa
TUYAUX DE TOUS GENRE - CAOUTCHOUC
DE
MALADIES
INDUSTRIE
u FM
La femme qui voudra éviter les Maux de fête, la Migraine, les Vertiges les Maux
de reins et autres malaises qui accompagnent les règles, s'assurer das époques régulières, sans avance ni retard, devra faire un usage constant et régulier de ia
J'OÏJ'^
cl©
1 >.£LT3*3Ô
SOUB.Y
De par sa constitution, la femme est sujette à un grand nombre de maladies qui
proviennent do la mauvaise circulation du Sang. Malheur à cette qui ne se sera pas
soignée en temps utile, car les pires maux l'attendent. La
iUVENCE ds l'Abbé SOURY
est composée de plantes inoffensives sans aucun poison, et toute femme soucieuse
de sa santé doit, au moindre malaise, en faire usage.
Son rôle C3t de rétablir la parfaite circulation du sang et del
décongestionner les différents organes. Elle fait disparaître et empêche, du même coup, les Maladies intérieures, les Métrites, Ff- j
bromes. Tumeurs. Cancers, Mauvaises suites de Couches, Hémorragies. Pertes blanches, les Varices, Phlébites,
Hémorroïdes, sans
compter les Maïadtesde VEstomae, de l'fnfesfin et des Nerfs, qui
en sont toujours la conséquence. Au moment du Retour d age. ls^
femme devra encore faire usage de la
^Q'O'VlSJKTOSïS cl©
l'^Toloé»
SOLTRY
pour se débarrasser des Chaleurs, Vapeurs, Eloujfements et éviter les accidents et
les infirmités qui sont ia suite de la disparition d'une formation qui a duré si
longtemps.
La JOUVENCE de l'Abbé SOURY se trouve
dans toutes
les pharmacies ;
le flacon, 5 fr. 40, plus impdt 0 fr. 60; total, 6 fr.; franco gare. 6 fr 75. Les quatre
flacons, 24 fr., franco gare, contra rsiandat-posie, adressé à la Pharmacie Mag.
DUMONTIER, à Rouen.
Bien exiger la Véritable JOUVENCE de l'Abbé SOURY J
avec la signature Mag. DUMONTIER
(NOTICE CONTENANT RENSEIGNEMENTS GRATIS)
BOURSE DE PARIS
DÉSESPÈRES
CARBURE DE CâLCIUM
Crise des Transports
CAMIONS --- Livraison Immédiats
Si vous digérez
difficilement, si vous avez des
tiraillements, des pesanteurs, des crampes, des
aigreurs, des renvois, de l'oppression, c'est que
votre appareil digestif ne fonctionne pas normalement. Pour reposer votre estomac, mettezvous au régime du Phoscao et en quelques
jours tous les malaises que vous éprouvez auront
disparu. Non seulement le Phoscao remet en
îîon état les estomacs délabrés, mais il régénère
3o sang et fortifie le système nerveux ; c'est
pourquoi les médecins en conseillent l'usage ans
ûnémiés, aux convalescents et aux vieillards.
TREIL, 5 Hue du G OUI
Le plus puissant
des reconstituants
FOURRAGES •- PAILLES
AVOINES SONS
En Vent© dans toutes les Pharmacies
ADMINISTRATION t
Frédéric-Bastiat,
9, rue
BOHNEVSLLE
Levure Alsacionne
8
35
ASTHÇ9E
Bibliothèque municipale de Toulouse - Tous droits réservés
9
PARIS
PROPR
oonfiS S°vento
ETÂIRES
ttuî n'avez pu encore vendre vos DOMAINES)
PROPRIÉTÉS, MAISONS. TERRAINS,
à L'AGEME MOBILIÈRE M! SIB-OIEST, A FOIX
Ecrire en ses Bureaux-Annexe, 13, rue d'Alsaoe Lorraine,
Tenir l 'INTESTIH
propre, c'est, s'assurer
une santé
parfaite. Vous obtiendrez cela
avec, le merveilleux
NETTO - B A TVJGJépuratif véKétal unique qui nettoie le sans rt
l'intestin
La boite, 1 fr. 80; poste, 2 fr. 20
A LA CROIX VERTE. 11, r. Rémusat, Toulouse
 Vendre Matériel Electrique
Il sera vendu aux enchères publioucs, à M.i7.ères, pur
Saverdun, le dimanche 85 avril
|<120 à treize heures, deux dynamos Gramme
ol un Induit de rechange courant continu, 120
volts, 150 ampères, 875 t/m. avec glissières et
trois
rhéostats d'excitation. Mise à prix :
1 500 fr Trois courroies Balato. six plis, 12 m.
sur 0«0 10 m sur 0.20 et 10 m. sur O.LS. Mise
Vnrix • 1500 h\; 4 intorrupteurs, 5 coup elrc,
» barafoudres. « ampéromètres et 2 disjoncteurs, ensemble : "140 fr. Benseignenienls au
-ccrétariat.
ACHAT DE VIEUX DENTIERS
.iraenterl», i:;oux. fermants, meubles ancien»
et moderne* aux plus hauts prix.
fflLIX, aitU«u*Ua» W. r. *t-Eitlenn», Tcisleuî*
TOULOUSE —
TéitHphono M-îQ
MAiSOM AVERSENQ
i, Ruo da la Poste, a Toulouse
•chète aux plus hauts cours bijoux, offôvr*
lie, or. argent, platina et pierres fines.
RECHERCHE 1
Immeuble de rapport au centre T^ul' 1 "BC maximum '^00.000 fr. comptant. Faire
offres avec détails M. Clermont, carte |
électeur n° 2-45, bureaux » Express >, discrétion assurée. Rien des Agences.
a Briquets forro-cerîum moyen-
nes « m/m. 10 fr. le cent .Par
PIERRES
recommandé. Envoyez mandat-poste »
'.M H
el
Mme F. Bolteaud, 42, pince N ? CL,Q
- n ttellouse'. Grand choix de maroquinerie çouie>lerie rasoirs savonnette* parfumées Wewjs
les! ceninueV ct tous articles bijouteries fan
talsie, en gros.
B .T
gir P .S5
^œis
i ^Su