101-457A Performance French Summer 2013 web 0 0

101-457A Performance French Summer 2013 web 0 0
PERFORMANCE
Une publication d’Animas Canada
Été • 2013
QUITTER LA RÉSIDENCE
FAMILIALE DE LA
« DIABÉTI-BONNE »
FAÇON!
TOUGH MUDDER
ATTEINTE DE DIABÈTE
DE TYPE 1
PROTECTION DE LA POMPE
– NOTIONS DE BASE
LES UTILISATEURS
DE POMPES ANIMAS
CHANGENT LE MONDE
QU’EST-CE QUE
L’INSULINE RESTANTE
(InsR)?
REPORTAGE
ALICIA MCGRISKIN
SERVIR ET PROTÉGER
REPORTAGE
ALICIA MCGRISKIN : SERVIR ET PROTÉGER
Alicia McGriskin ne s’est jamais laissée
décourager par les personnes qui
refusaient de croire en elle. Elle a
maintenant réalisé son rêve de devenir
policière de première ligne.
Alicia McGriskin a complètement oublié
qu’elle portait une pompe le soir où elle
s’est jetée dans l’eau glacée d’une rivière
pour sauver un homme de la noyade.
C’était un soir d’octobre à Peterborough,
en Ontario. Il était tard et il faisait froid,
lorsque le centre de répartition a signalé à
toutes les auto-patrouilles qu’un homme
qui semblait ivre et agité se promenait aux
abords de la rivière Otonabee. Lorsque
Alicia est arrivée sur les lieux, l’homme était
déjà tombé dans la rivière.
jusqu’au bord. Jamais je n’avais plongé
dans des eaux aussi froide! »
Ce n’est qu’après son retour au poste,
alors qu’elle enfilait des vêtements secs,
qu’Alicia s’est rappelé qu’elle portait
une pompe. « Je me souviens de m’être
dit : “Oh non, ma pompe!” Mais elle
fonctionnait toujours bien. »
Pour ses efforts héroïques, Alicia a reçu un
certificat d’acte de bravoure, la plus haute
distinction décernée par le corps policier.
Lorsque la presse locale l’a interviewée à
propos de son intervention, elle a répondu
d’un ton modeste qui lui est caractéristique :
« On fait ce qu’il faut faire sans hésiter.
On le fait, c’est tout. »
Après lui avoir lancé un dispositif de
flottaison à plusieurs reprises, Alicia a
vu l’homme disparaître sous l’eau sans
remonter à la surface. Sans hésiter, elle a
retiré sa ceinture à laquelle était attachée
son arme, ainsi que son gilet pare-balles,
puis elle s’est jetée à l’eau.
Fille de producteurs laitiers de Norwood,
en Ontario, Alicia a toujours voulu devenir
agente de police. « Quand j’étais enfant,
je suis allée à un tournoi de baseball avec
mes parents. Une personne était présente
avec son chien policier (qui n’était pas
en service ce jour-là). Cette rencontre a
beaucoup piqué ma curiosité. »
« Tout est arrivé si vite », se rappelle Alicia.
« Je l’ai agrippé sous l’eau et je l’ai tiré
Depuis ce jour-là, son rêve de devenir
agente de police ne s’est jamais démenti,
pas même le jour où elle a appris qu’elle
était atteinte de diabète de type 1. Alicia
n’oubliera jamais ce jour.
« C’était la fin de semaine de l’Action
de grâces, et nous devions aller voir un
film. J’avais éprouvé tous les symptômes
habituels et je me sentais très fatiguée.
Ma mère m’a amené à l’hôpital. Elle s’est
mise à pleurer lorsqu’elle a appris le
diagnostic. Je lui ai demandé : “Mais c’est
quoi le diabète?” Je me suis mise à pleurer
lorsqu’elle m’a dit que je ne pourrais pas
manger de bonbons d’Halloween cette
année-là », raconte Alicia en riant.
Pendant les sept années suivantes, elle
est parvenue à assumer assez facilement
la prise en charge du diabète. Alicia, qui
a un talent inné pour les sports, jouait au
hockey et au baseball. Elle participait aussi
aux activités sportives de son école. Ayant
grandi sur une ferme laitière, ses frères,
ses sœurs et elle devaient s’occuper des
vaches aussitôt qu’ils revenaient de l’école.
« C’est le travail le plus difficile que j’aie eu
à faire », dit-elle.
À mi-parcours de ses études secondaires,
Alicia a remarqué qu’elle avait de plus en
plus de difficulté à maîtriser sa glycémie.
L’équipe de soins de santé qui s’occupait
d’elle lui a recommandé de modifier sa
dose d’insuline, ce qui a permis de corriger
la situation. L’attitude de son pédiatre
s’est toutefois révélée être beaucoup plus
difficile à surmonter.
« Un jour, je lui ai confié que je voulais
devenir agente de police. “Aucun corps de
police ne voudra t’engager. Il y a beaucoup
trop d’obstacles.” », lui a-t-il répondu.
« Je me souviens encore de ce jour, et je
m’en souviendrai probablement toute ma
vie. Son attitude n’a fait que réaffirmer ma
détermination. »
« Je me suis sentie tellement bien. J’ai eu l’impression de confirmer à
nouveau ce que je savais déjà. J’ai eu le sentiment d’avoir gagné. »
Après l’école secondaire, Alicia s’est
inscrite à un programme de techniques
policières de deux ans. Elle a réussi les tests
physiques, psychologiques et d’aptitude
dès son premier essai. Elle a postulé à une
force policière avant même d’avoir terminé
le programme et elle a reçu un appel en
juillet 2007. Elle a dû passer d’autres tests
physiques et psychologiques. Lorsqu’elle
a été acceptée dans le corps policier,
prélèvements. Elle se déplace seule dans
une auto-patrouille et travaille quatre jours
consécutifs à raison de 11 à 12 heures par
jour, suivis de quatre jours de repos.
Lorsqu’on lui demande quel est l’aspect de
son travail qu’elle apprécie le plus, Alicia
répond sans hésiter et avec enthousiasme :
« J’aime l’imprévu. Tous les jours, je
rencontre de nouvelles personnes, et j’ai
parfois l’occasion d’aider les gens. »
Lorsqu’elle est arrivée dans le corps policier
en 2007, elle s’administrait encore de
l’insuline par injection. Mais les poussées
d’adrénaline liées aux appels d’urgence
et les quarts de nuit ont vite commencé
à interférer avec son traitement contre
le diabète. Le temps d’examiner la
technologie des pompes était venu.
Alicia était aux anges. « Je me suis sentie
tellement bien. J’ai eu l’impression de
confirmer à nouveau ce que je savais déjà.
J’ai eu le sentiment d’avoir gagné. »
Il y a maintenant cinq ans qu’Alicia est
membre à temps plein du corps de police
communautaire de Peterborough Lakefield.
Elle en est l’un des membres les plus
jeunes et cumule à la fois le rôle d’agente
de première ligne et celui d’agente de
« scènes de crime ». Elle assume donc la
responsabilité de recueillir des preuves
telles que des empreintes digitales ou des
« Au début, j’étais très inquiète. Je n’aimais
pas l’idée d’être branchée à quelque chose
en permanence », explique Alicia. Après
avoir comparé plusieurs modèles, elle
était persuadée que la pompe OneTouch®
Ping® (d’Animas® et de OneTouch®) était le
bon choix. La pompe Animas® offrait une
fonction de lecture à distance, mais, ce qui
est encore plus important, elle était conçue
pour ne pas causer d’interférences avec les
communications radio. « Les radios sont
primordiales pour assurer la sécurité des
agents. » Alicia porte sa pompe dissimulée
sous son gilet pare-balles de façon à ce
que les tubes ne dépassent pas en cas de
poursuite à pied ou d’altercation avec un
malfaiteur.
En dehors des heures de travail, Alicia
mène une vie active et bien remplie.
Lorsqu’elle n’assume pas le rôle
d’entraîneuse des gardiens de but de
l’équipe de hockey de son beau-fils, elle
joue dans les buts pour une équipe de
ligue de hockey compétitif pour adultes.
Au printemps, elle organise des activités
dans les écoles et dans sa collectivité pour
son détachement. Il y a deux ans, elle a
redécouvert sa passion pour la Marche
pour la guérison du diabète au profit de
FRDJ. Quinze membres de sa famille
élargie l’ont accompagnée à l’occasion de
la marche de 2012.
Plus récemment, elle a couru son premier
demi-marathon. Après la course, elle était
folle de joie de constater que sa glycémie
était de 6,5 mmol/L. Son programme
d’entraînement de 14 semaines l’a non
seulement aidée à terminer le demimarathon en moins de trois heures,
mais il a également réduit son besoin
d’insuline. Son prochain objectif?
Un marathon complet.
Sur l’insigne qu’Alicia porte sur son
uniforme, on peut lire : « Friendly.
Professional. Helpful. » (Amicale.
Professionnelle. Serviable.) Alicia incarne
toutes ces qualités, et bien plus encore.
Elle démontre de manière éloquente
qu’avec de la détermination, de la
persévérance et du courage, on peut tous
réaliser nos rêves.
QUITTER LA RÉSIDENCE FAMILIALE DE LA
« DIABÉTI-BONNE » FAÇON!
Joe Solowiejczyk, inf. aut., M.S.S., ÉAD,
thérapeute familial, atteint de diabète
de type 1 depuis 1961.
L’obtention du diplôme d’études secondaires
est sans aucun doute l’un des moments les
plus excitants dans la vie d’un adolescent.
Comme bien d’autres personnes de votre
âge, vous quitterez bientôt la résidence
familiale pour poursuivre vos études. Cette
période de transition est une expérience tout
à fait extraordinaire, car, pour la première fois
de votre vie, vous devrez apprendre à vous
débrouiller par vous-même et à ne compter
que sur vous pendant de longues périodes
de temps. Comme pour toutes les personnes
atteintes de diabète, ce rite de passage
signifie également que vous devrez être prêtes
à assumer vous-mêmes la prise en charge
de la maladie. Comme vous vous trouverez
en terrain inconnu, il est donc très important
pour vous et vos parents de penser à la façon
de vous préparer adéquatement à la prise
en charge du diabète, et ce, avant même de
commencer à faire votre valise. Voici quelques
conseils qui faciliteront votre préparation :
Quelques mois avant votre arrivée
1
au campus que vous fréquenterez,
communiquez avec le service de santé des
étudiants. Essayez de rencontrer le directeur
et présentez-vous. Obtenez une lettre de
votre médecin spécialisé en diabète qui
précise vos antécédents médicaux, afin que
ceux-ci puissent être versés à vos dossiers
médicaux d’étudiant. En effet, pour que le
personnel de l’établissement puisse vous
aider, il doit savoir qui vous êtes. Par exemple
si vous contractez une mauvaise grippe et que
quelqu’un d’autre, un membre du personnel
de l’établissement que vous fréquenterez par
exemple, doit assumer la prise en charge du
diabète parce que vous êtes trop faible pour
le faire vous-même.
Souvenez-vous que vous êtes maintenant
aux études, que vous devez être autonome
et que l’on s’attend à ce que vous puissiez
poser vous-même les gestes nécessaires
pour obtenir l’aide dont vous avez besoin.
Vous devrez donc vous habituer à vous faire
comprendre et à faire valoir vos droits. Le fait
de vous y prendre à l’avance, à un moment
où vous n’êtes pas soumis à une situation
stressante, vous aidera à vous sentir plus à
l’aise le moment venu de demander l’aide et
le soutien dont vous pourriez avoir besoin.
Si le personnel vous connaît, il sera plus facile
d’obtenir l’aide dont vous avez besoin, que
ce soit pour des médicaments, du matériel
pour effectuer une injection intraveineuse ou
des fournitures d’urgence pour personnes
atteintes de diabète lorsque vous n’en
avez plus. Vous pourriez avoir besoin de lui
expliquer ce qu’est une urgence diabétique,
que ce soit une hypoglycémie légère ou
une situation plus grave, et lui décrire les
symptômes à surveiller et les traitements les
plus appropriés.
Repérez les ressources en matière
de diabète qui sont présentes sur le
campus que vous fréquenterez. Vous devez
donc trouver une pharmacie, vous y rendre.
Vous devrez notamment vous assurer qu’elle
a dans ses dossiers les ordonnances de vos
médicaments et qu’on y offre des bandelettes
de tests ou de l’insuline. Même si vous
apporterez des fournitures de la maison, il
faudra absolument vous assurer que vous
pouvez en obtenir si vous en manquez au
cours du semestre.
2
En plus des médecins que le service
de santé aux étudiants mettra à votre
disposition, tentez, si vous le pouvez, de
trouver un médecin spécialiste du diabète
ou un endocrinologue qui dessert le campus
que vous fréquentez. Vous pourriez vouloir
consulter cette personne lorsque vous êtes à
l’université et votre médecin habituel lorsque
vous êtes à la maison. Dans ce cas également,
il est important de rencontrer cette personne
à l’avance pour se présenter et se faire
connaître, car vous pourriez devoir vous rendre
à l’hôpital pour de nombreuses raisons autres
que le diabète. En cas d’hospitalisation, vous
pouvez demander au médecin de l’hôpital de
communiquer avec l’endocrinologue local qui
pourra s’occuper de votre cas et s’assurer que
la prise en charge du diabète se fait comme
il se doit pendant votre séjour à l’hôpital.
Si vous n’avez pas pris contact avec un
3
endocrinologue près du campus, assurez-vous
que votre médecin habituel détient les droits
hospitaliers rattachés à l’hôpital qui dessert le
campus que vous fréquentez.
Essayez de rencontrer le conseiller de
votre dortoir ou de votre résidence, et
vos futurs camarades de chambre, avant le
début de la session, et essayez de leur parler
du diabète et de ce que vous devez faire au
quotidien pour en assumer la prise en charge.
Il pourrait être bon de leur parler de situations
d’urgence, telles qu’une hypoglycémie légère
ou plus grave, en leur décrivant les symptômes
et les traitements les plus efficaces et en leur
expliquant ce qu’ils doivent faire dans une
telle situation.
Certaines de
ces personnes
pourraient même
être disposées
à apprendre la
technique
d’administration
du glucagon.
Vous devez leur
expliquer que
c’est ce que
vous devez faire
pour agir de
manière responsable envers vous-même et
envers les membres de votre entourage et vos
amis. Faites preuve de discernement. Vous
ne devez effrayer personne, mais il faut vous
assurer que deux ou trois personnes de votre
dortoir soient au courant que vous êtes atteint
de diabète de type 1. L’objectif est d’agir de
manière responsable et mettre en place un
réseau de soutien qui peut vous venir en aide.
4
En posant tous ces gestes avant même
votre arrivée sur le campus, vous serez libre
de vous concentrer sur ce qu’il y a de plus
passionnant dans l’expérience que vous vous
apprêtez à vivre (les nouveaux horizons, les
nouveaux amis, la fête, les activités sportives
scolaires, des cours passionnants), puisque
vous aurez établi un cadre de travail et une
base qui faciliteront votre prise en charge du
diabète. Vous pourrez ainsi tirer pleinement
profit de votre expérience. Il s’agit de franchir
cette étape importante et de prendre votre
envol de manière sûre et responsable, tout en
ayant la certitude que vous faites les choses
correctement.
LA CHRONIQUE DE SANDY
Chronique de Sandy Struss, chef du marketing chez Animas Canada.
Atteinte de diabète de type 1 depuis 1989 et toujours en pleine forme!
TOUGH MUDDER ATTEINTE DE DIABÈTE DE TYPE 1
Un groupe de personnes atteintes du
diabète a décidé de relever le défi
ensemble, dont moi et deux de mes
collègues d’Animas. C’est ainsi qu’est née
TeamOne: Diabadasses (UneÉquipe:
Les diabépoustouflants).
Après sept mois consacrés à l’entraînement
et à la préparation, d’innombrables heures
passées à la salle de gym et avec le soutien
d’une équipe et de toute une communauté,
je suis maintenant officiellement une
« Tough Mudder ».
Présentés comme la « compétition
probablement la plus difficile de la planète »,
les défis Tough Mudder sont des parcours
à obstacles extrêmes de 16 à 19 km
(10 à 12 miles) conçus par les forces
spéciales britanniques et destinés à mettre à
l’épreuve toute la force, la résistance, le cran
et le sens de la camaraderie des participants.
Cette compétition sportive, qui comporte
des défis aussi divers que de l’escalade
de murs, des épreuves d’endurance, des
décharges électriques, de la nage en eaux
glaciales et une traversée dans la boue de
plusieurs kilomètres, n’est pas destinée aux
pleurnichards.
Pour moi, la participation à une telle
compétition était très intimidante, car j’ai
été un bourreau de travail plus ou moins
sédentaire pendant la plus grande partie
de ma vie adulte. L’objectif consistait à ne
ménager aucun effort pour me remettre en
forme et terminer le parcours au sein d’une
équipe dont les membres sont atteints de
diabète de type 1 et de démontrer qu’il est
possible de prendre la maladie en charge et
de relever un défi aussi exigeant.
Ce serait un euphémisme de dire que
l’aventure n’a pas correspondu à ce à
quoi je m’attendais. Les blessures et
l’entraînement malgré la douleur ne
faisaient pas partie du plan initial. J’étais
motivée et déterminée, mais un mal de
dos et une méchante bursite à la hanche
ont menacé de compromettre mes
efforts et même mes chances de prendre
part à la compétition. Il a fallu toute une
équipe de professionnels de la santé
(physiothérapeute, massothérapeute,
chiropraticien, acupuncteur, entraîneur
personnel) juste pour me rendre à la
ligne de départ! Le plus difficile a été de
rester forte mentalement et de ne pas
abandonner. Mais j’étais déterminée à
franchir la ligne d’arrivée coûte que coûte.
Les attentions et le soutien de la part de
mes coéquipiers ont dépassé toutes mes
attentes et ont été à mes yeux d’autant plus
précieux sachant que j’étais le « maillon
faible » de l’équipe en raison de mes
contraintes physiques.
En ce qui a trait au diabète, les mois
d’entraînement m’ont permis d’apprendre
beaucoup de choses concernant la prise en
charge de la glycémie adaptée à différents
types d’exercices pratiqués à divers degrés
d’intensité. Malgré toute cette préparation,
je me suis sentie complètement dépourvue
le jour de la compétition en raison de
la fébrilité du moment et de l’effet
d’anticipation. Soudainement, tout ce que
je croyais savoir sur ma glycémie et mon
entraînement ne tenait plus. L’adrénaline
était venue mettre la pagaille dans tout ça.
L’une des préoccupations que nous avions
au sein de notre équipe composée de
personnes atteintes de diabète de type
1 concernait le meilleur endroit pour
emballer nos lecteurs de glycémie, nos
collations et tout ce que nous devons avoir
avec nous en cas d’hypoglycémie et la
façon de garder le tout bien au sec. Nous
étions tous équipés de petits sacs à dos.
Les heures de préparation nous ont servis
et, heureusement, nous avons pu nous
entraider en nous arrêtant pour faire des
tests, au besoin. De plus, laissez-moi dire
que l’étanchéité de la pompe Animas® s’est
avérée fort précieuse! Cette caractéristique
a été particulièrement utile puisque la
moitié des épreuves nous mettaient en
contact avec de l’eau!
Alors, après avoir survécu à l’ensemble
des 18 km pour décrocher le très convoité
« bandeau orange Tough Mudder», qu’ai-je
appris?
1
Connaître les raisons qui nous
poussent à atteindre un objectif nous
permet de traverser les épreuves
nécessaires pour y parvenir.
2
Atteindre un but relève autant du
mental que du physique.
3
La tranquillité d’esprit s’obtient en
faisant de son mieux et en lâchant
prise à l’égard d’un résultat particulier.
4
Le diabète ne doit empêcher
personne de poursuivre un objectif,
mais pour réussir, il faut se préparer.
5
L’aventure est beaucoup plus
amusante si on la vit avec ses amis!
Je tiens à remercier toutes les personnes
qui ont fait partie de cette grande aventure.
Votre soutien et vos encouragements
ont été d’une valeur inestimable. Je
suis tellement fière d’avoir survécu à ce
défi incroyable et je serai éternellement
reconnaissante des souvenirs et des rires
qu’il a occasionnés. Hourra!
Pour lire en ligne les autres articles de Sandy, consultez la Chronique de Sandy sur
le site web d’Animas® à l’adresse www.animas.ca/fr/connecting/sandys-corner.
UNE RECETTE ESTIVALE DE LA CHEF SIVA
Chef et utilisatrice d’une pompe Animas, Siva Swaminathan exerce ses talents culinaires en créant
des recettes santé à faible indice glycémique à l’intention des personnes atteintes de diabète.
Cet été, Siva relève un énorme défi personnel. Elle fera le pèlerinage de Saint-Jacques-deCompostelle, au cours duquel elle traversera les Pyrénées à pied, passant de la France à
l’Espagne. Les participants ont parcouru les 200 premiers kilomètres en juillet et termineront
leur parcours de 750 kilomètres en septembre. Pour bon nombre d’entre eux, par contre,
le voyage a débuté beaucoup plus tôt. Dès le mois d’avril, Siva a commencé à s’entraîner
consciencieusement pour cette grande aventure. « Pour moi, le défi est de trouver un équilibre
entre marche, repas et glycémie », précise Siva.
Pour en savoir plus sur le voyage de Siva, visitez son site Web à siva-swaminathan.com.
SALADE D’ORGE AVEC LÉGUMINEUSES ET LÉGUMES
Cette délicieuse salade à faible indice glycémique est riche en fibres et elle constitue un substitut sain de la salade
de pâtes. Servie à température ambiante, c’est le plat d’accompagnement idéal, par une chaude journée d’été,
d’un barbecue ou d’un pique-nique. Elle constitue une excellente source d’énergie dans le cadre d’un programme
de conditionnement physique.
• Temps de préparation : 10 min
• Temps de cuisson : 30 min • Portions : 6 personnes
Remarque de la chef : L’orge mondé, un excellent substitut du riz ou des pâtes, contient plus de fibres que l’orge perlé. Il est très pratique
à utiliser, puisqu’on le cuisine comme le riz ou les pâtes!
INGRÉDIENTS DE LA SALADE
INGRÉDIENTS DE LA VINAIGRETTE
1 tasse (240 ml) d’orge mondé, rincé et trempé dans l’eau (1 heure)
1 c. à table (15 ml) de moutarde à l’ancienne
4 tasses (945 ml) d’eau
½ c. à thé (2,5 ml) d’ail émincé
1 tasse (240 ml) de doliques à œil noir ou de légumineuses de votre choix, lavés et égouttés
½ c. à thé (2,5 ml) d’origan séché
1 tasse (240 ml) de concombre anglais non pelé, coupé en dés
3 c. à table (45 ml) de vinaigre de vin blanc ou de jus de citron
¼ tasse (60 ml) d’onion rouge finement haché
½ tasse (120 ml) de poivron vert coupé en dés
½ tasse (120 ml) de poivron rouge coupé en dés
½ tasse (120 ml) de carottes râpées
½ c. à thé (2,5 ml) de cumin moulu
4 c. à table (60 ml) d’huile d’olive
3 c. à table (45 ml) de menthe fraîche hachée
Sel et poivre, au goût
½ tasse (120 ml) de maïs en conserve, lavé et égoutté
1 tasse (240 ml) de tomates cerises coupées en deux (facultatives)
¼ tasse (60 ml) d’olives noires coupées, lavées et égouttées
(facultatives)
½ tasse (120 ml) de baies de Goji (facultatives)
½ tasse (120 ml) de graines de citrouille (facultatives)
MÉTHODE
1.Dans une casserole à feu moyen-élevé, porter l’eau à ébullition et ajouter l’orge. Couvrir et laisser cuire pendant 30 minutes jusqu’à ce que
l’orge soit al dente (ferme), puis égoutter et laisser refroidir.
2.Égoutter les doliques à œil noir et le maïs. Rincer quelques fois et mettre de côté.
3.Dans un grand bol, ajouter l’orge refroidi et tous les ingrédients de la salade.
4.Mettre tous les ingrédients de la vinaigrette dans un bocal avec couvercle à visser et agiter vigoureusement pour mélanger le tout. Verser
sur la salade et bien mélanger. Assaisonner au goût avec du sel et du poivre. Couvrir et réfrigérer toute la nuit ou pendant au moins une
demi-journée pour permettre aux saveurs de se mélanger. Servir froide ou à température ambiante.
*Remarque : Cette salade peut être servie sur un lit de mesclun. Pour plus de protéines, garnir le dessus de poisson ou de poulet grillé!
Valeur nutritive par portion de ¾ tasse (180 ml) : 228 calories; 5,2 g de lipides; 8 g de protéines; 35 g de glucides; 2,2 g de sucre;
8,3 g de fibres; 270 mg de sodium
Recette préparée par la chef Siva Swaminathan, chef, propriétaire et instructrice; Chezsiva Cooking School (école de cuisine); www.chezsiva.com
© 2013 Chezsiva. Tous droits réservés.
LE REGROUPEMENT CONNECTED IN MOTION :
UNE BOUFFÉE D’AIR FRAIS DANS LE DOMAINE DE
L’ÉDUCATION SUR LE DIABÈTE
Il y a cinq ans, Chloe se sentait bien seule. Comme elle avait
déjà 18 ans lorsque le diagnostic de diabète de type 1 est
tombé, elle ne pouvait pas compter sur les camps d’été ou
les activités dont l’objectif est de promouvoir un sentiment
d’appartenance et des rapports interpersonnels avec d’autres
Photo: Mike Last / MikeLastPhoto.com
jeunes personnes atteintes du diabète de type 1. Tous ses efforts
pour trouver un regroupement d’autres jeunes adultes comme
Chloe, à l’extrême droite, en compagnie de ses amis du regroupement
elle se sont malheureusement soldés par un échec. Plutôt que
Connected in Motion
de se résigner, Chloe a décidé qu’elle voulait tisser des liens
avec d’autres personnes dans sa situation, soit d’autres jeunes adultes actifs et dynamiques atteints de diabète de type 1. Au début de 2009, Chloe a
réalisé son rêve en rassemblant un groupe d’une vingtaine de jeunes personnes atteintes de diabète de type 1 lors d’une fin de semaine d’activités
en plein air. Plutôt que de considérer cette expérience comme un projet unique, Chloe et ses nouveaux amis en ont fait un tremplin pour amorcer un
nouveau projet, une organisation et un regroupement : Connected in Motion.
Aujourd’hui, le regroupement Connected in Motion est un organisme caritatif dûment enregistré qui organise tous les ans une multitude de
programmes et d’activités à l’échelle du pays. La raison d’être de l’organisme est de regrouper de jeunes adultes atteints de diabète de type 1 pour
qu’ils puissent s’appuyer et s’inspirer mutuellement afin de mener une vie bien remplie. Pour arriver à cette fin, le groupe organise des activités
de sport en plein air, comme le canotage, le surf, le ski, et des activités moins structurées, telles que des rencontres sociales. Peu importe le type
d’activité, des éducateurs sont toujours présents pour inciter les participants à relever des défis et développer de nouvelles aptitudes en prenant part
à des activités et en apprenant de leurs pairs. Pour en savoir plus au sujet des programmes et des activités de l’organisme, veuillez visiter le site
www.connectedinmotion.ca (en anglais seulement). N’oubliez pas de vous inscrire à ce regroupement en pleine croissance par l’entremise de sa page
Facebook, à www.facebook.com/connectedinmotion, ou de son profil Twitter, à @connectinmotion!
LA DIABETES HOPE FOUNDATION
Depuis 1999, la Diabetes Hope Foundation offre
des programmes communautaires essentiels dans le
domaine de la santé aux enfants et aux jeunes adultes
atteints de diabète. Ces programmes ont pour but de
récompenser, d’éduquer et de soutenir les jeunes et de leur offrir les aptitudes dont ils ont besoin pour
développer leur plein potentiel et se surpasser AVEC et MALGRÉ le diabète.
De concert avec des médecins qui se spécialisent dans le domaine du diabète à l’échelle du pays, la
Fondation continue de répondre aux besoins changeants des enfants en transition au moment où ils sont
les plus vulnérables. La Fondation souhaite que, grâce à son aide, ces enfants passent plus facilement à
l’âge adulte et qu’ils aient une vie plus saine.
La Fondation réalise sa vision à l’aide de ses programmes en santé communautaire :
• Programme de bourses d’études
• Retraite pour les jeunes vulnérables qui sont atteints de diabète
• Programme de mentorat
• Programme de retraite pour les Amérindiens atteints de diabète
La Fondation tient à remercier les donateurs, les bénévoles et les familles des personnes atteintes de diabète pour leur généreux
appui. Les succès et les réalisations des enfants et des jeunes adultes sont une véritable source d’inspiration. Pour en savoir plus
au sujet de la Fondation ou de l’aide que vous pouvez y apporter, veuillez consulter le site www.diabeteshopefoundation.com.
TRUCS ET CONSEILS
PROTECTION DE LA POMPE – NOTIONS DE BASE
Chez Animas, nous savons que les
utilisateurs de nos pompes mènent une
vie active. Mais, sans compter les
accidents, les secousses et les contrecoups
peuvent mettre votre pompe et votre
lecteur distant Animas® à rude épreuve.
Faits d’un épais caoutchouc flexible, ces étuis contribuent
à protéger la pompe contre les coups et les chocs de la vie
quotidienne. Les étuis souples sont offerts en huit couleurs
différentes. Ils protègent votre pompe tout en étant chics.
Outre l’utilisation d’un étui
souple, l’adoption d’autres
mesures préventives peut
également protéger votre pompe.
Film en plastique transparent recouvrant l’écran
L’application d’un film en plastique transparent recouvrant l’écran offre une protection additionnelle puisqu’elle
protège l’écran couleur plat à DELO† contre les égratignures sans toutefois réduire l’intensité de l’affichage
fortement contrasté.
† Diodes électroluminescentes organiques
Étui de transport
L’utilisation d’un étui de transport et de pinces contribue également à protéger votre pompe. Ils vous permettent
également de porter votre pompe à l’extérieur de votre poche et même dans votre soutien-gorge.
Assurance
Puisque l’acquisition d’une pompe constitue un investissement important, il est tout à fait pertinent de vérifier si elle
est prise en charge par votre police d’assurance habitation. N’hésitez pas à communiquer directement avec votre
compagnie d’assurance ou avec nous, si vous avez besoin d’aide.
Pour acheter un accessoire ou pour obtenir de l’aide avec votre compagnie d’assurance,
communiquez avec le Service à la clientèle d’Animas® pour le Canada au 1-866-406-4844.
LES UTILISATEURS DE POMPES ANIMAS CHANGENT LE MONDE
SHAWN SHEPHEARD BRILLE EN TANT QU’ANIMATEUR
DE L’ÉMISSION, “ THE SUGAR FREE SHAWN SHOW”.
Même au téléphone, on sait que Shawn a le sourire aux lèvres.
Sa voix pleine d’entrain et d’optimisme permet d’imaginer un sourire fendu jusqu’aux oreilles.
Et pour son interlocuteur, il serait bien difficile de ne pas sourire à son tour. Nous avons
rencontré Shawn à son domicile de Toronto, où il s’apprête à tourner le prochain épisode de
The Sugar Free Shawn Show, une émission sur la santé diffusée sur Internet qui est une véritable
source d’inspiration. L’émission qui entame sa deuxième saison correspond parfaitement à la
personnalité de Shawn : attachante, positive et tout simplement amusante. Les épisodes, qui
durent chacun environ six minutes, présentent des témoignages offerts par des personnes
atteintes de diabète. Plus qu’une simple émission réconfortante, The Sugar Free Shawn
Show vise aussi à offrir des astuces et des conseils pratiques (sans jamais emprunter un ton
moralisateur). L’émission aborde des sujets aussi divers que la mise sur pied de l’équipe de rêve
d’intervenants en diabète idéale, l’activité physique et l’exploration des motivations personnelles.
Avant de lancer son émission, Shawn, un conférencier motivateur de renommée internationale ayant en moyenne plus de 60 engagements
professionnels par année, a préparé une série d’enregistrements vidéo pour Success Television. Un bon nombre de ces enregistrements sont
accessibles en ligne sur YouTube. Ses présentations portent sur son propre parcours depuis qu’il a appris qu’il est atteint de diabète de type
1 en 1997. Il aborde ainsi la traversée de la ligne d’arrivée lors du premier marathon auquel il a participé en 2002 et le lancement de sa propre
entreprise. La leçon qu’il souhaite inculquer est de ne jamais laisser les circonstances de la vie faire obstacle à ses rêves.
Même si les enregistrements vidéo étaient populaires, Shawn ressentait le besoin
de trouver un moyen de continuer à transmettre l’énergie et l’esprit de corps qu’il
ressentait lors des conférences. « Dans ce milieu, trop souvent on vous dit : “Ravi de
vous avoir rencontré. Bonne chance dans la vie!” », explique Shawn. « Je voulais
créer un cadre propice à l’établissement de relations véritables et durables. »
Le déclic s’est produit à la suite d’une présentation qu’il a faite à un groupe de
professionnels de la santé.
« Une infirmière éducatrice en diabète m’a dit qu’elle montrait mes vidéos à ses patients. Je lui ai demandé : “Quelles vidéos?” “Celles qui
se trouvent sur YouTube”, m’a-t-elle répondu. Je me suis alors rendu compte que je pouvais, avec mes propres moyens, donner l’occasion de
forger des liens dans le milieu du diabète », explique Shawn. C’est ainsi qu’est né The Sugar Free Shawn Show.
Afin d’offrir aux membres du milieu du diabète un lieu de rencontre auquel ils pourraient s’identifier, Shawn a également créé la page Sugar
Free Shawn sur Facebook. Les personnes qui ont assisté à ses conférences peuvent ainsi
______________________________________
communiquer entre elles et avec d’autres intervenants. Son public s’est élargi, car en plus de
personnes atteintes de diabète, il compte également des professionnels de la santé. Pour
« De bonnes choses se
Shawn, cela représente simplement une façon de plus de remplir sa mission et contribuer
produisent lorsque les
à aider les intervenants du domaine des soins de la santé à mieux servir leurs patients
actions sont motivées par de diabétiques.
bonnes intentions. »
Quand les caméras ne tournent pas, Shawn profite de la vie au maximum. Se décrivant
lui-même comme un fanatique de hockey, il y joue chaque fois qu’il peut. Il est aussi
______________________________________
entraîneur dans le cadre du programme de hockey Slap Shot Newcomer destiné aux enfants depuis plus de 15 ans. Il a couru trois marathons
(quoique lentement, comme il se plaît à dire) et est l’ancien président du conseil de défense des intérêts de l’ACD.
Comme s’il n’était pas assez occupé, Shawn publiera cet automne un livre intitulé The Sweet Life, qui présentera ce que Shawn sait faire le
mieux : parler de ses expériences personnelles et des leçons tirées de sa propre vie, en vue d’améliorer celle des autres.
Sa volonté de créer une collectivité – par l’intermédiaire de son émission, de ses présentations et de sa présence dans les médias sociaux – découle
de sa philosophie de vie. Comme Shawn l’affirme : « Il était important de savoir exactement ce que je voulais dans la vie et pourquoi je le voulais,
puis de passer à l’action pour le concrétiser. Je ne veux pas dire : “Un jour, je vais…” Je veux que ce jour soit aujourd’hui. »
« De bonnes choses se produisent lorsque les actions sont motivées par de bonnes intentions. »
Pour en savoir plus à propos de Shawn et voir tous les épisodes de The Sugar Free Shawn Show,
visitez SugarFreeShawn.com. Vous pouvez également communiquer avec Shawn sur Facebook à l’adresse
www.facebook.com / ShawnShepheard
LE COIN DES ATHLÈTES
DANIEL CIRILLO : UN SCORE PARFAIT!
Daniel Cirillo, joueur de baseball au sein de l’équipe de la ligue AAA de Brampton, en Ontario, a un rêve, celui de
jouer dans les ligues majeures. Et ce n’est pas le diabète qui va l’en empêcher.
Lorsqu’il se trouve sur le monticule, ce qui importe le plus, c’est la balle qu’il tient et qu’il s’apprête à lancer à 114 km/h. Il ne peut pas se
permettre de se laisser préoccuper par le diabète.
Il y a quatre ans, alors qu’il était âgé de 14 ans, le lanceur de relève et voltigeur de gauche pour l’équipe Brampton Royals AAA a appris
qu’il était atteint de diabète de type 1. Daniel refuse toutefois de laisser le diabète l’empêcher de poursuivre son rêve de décrocher une
bourse d’études pour joueur de baseball dans une université des États-Unis et d’avoir l’occasion d’être repêché dans les ligues majeures.
Daniel avoue qu’il était furieux lorsqu’il a appris qu’il était atteint de diabète de type 1. Les injections d’insuline, les piqûres au bout du
doigt, le calcul des glucides, le réveil dès sept heures tous les matins pour effectuer des tests de glycémie, toutes ces perturbations et
toutes ces choses agaçantes ne lui permettaient pas de vivre avec la même insouciance que d’autres préadolescents.
Mais rapidement, Daniel et sa famille ont accepté la situation et se sont adaptés à la réalité du diabète. Aujourd’hui, Daniel ne s’en laisse
pas imposer par le diabète, et il ne le laisse pas faire obstacle à ses ambitions. Comme il l’explique, « Pour moi, la prise en charge du
diabète n’est pas différente de la situation de mon ami qui doit toujours avoir avec lui un inhalateur pour combattre les crises d’asthme ou
d’un autre de mes amis qui doit toujours apporter une seringue avec lui parce qu’il est allergique aux noix. Parfois, j’oublie que je porte
une pompe; j’oublie même parfois que je suis atteint de diabète. »
Daniel en est maintenant à sa quatrième année dans la ligue AAA et celle des étoiles,
le plus haut niveau de la ligue mineure de baseball, et il s’entraîne ou joue 10 mois par
année. Au plus fort de la saison, il
________________________________________________
joue ou s’entraîne tous les jours.
Il voyage presque toutes les
Daniel ne s’en laisse pas imposer
fins de semaine, parfois même
par le diabète et il ne le laisse pas
jusqu’en Floride, pour participer
faire obstacle à ses ambitions.
à des tournois. Ce rythme
________________________________________________
effréné exige de la persévérance,
de l’endurance et de la
détermination, des traits de caractère qui semblent très développés chez la famille Cirillo.
L’entraîneur en chef des Royals, Frank Fascia, entraîne Daniel depuis qu’il a neuf ans.
« Daniel a toujours été un athlète calme et de haut calibre », affirme Frank. « Il est très fort
pour un athlète de sa taille. Je me souviens d’un tournoi très médiatisé où il a retiré trois
coureurs de suite au premier but. Il faisait chaud et humide ce jour-là, mais cela n’a pas
empêché Daniel de garder la tête froide et de jouer avec brio tout au long de la partie. »
La mère de Daniel, Karen, l’a également encouragé à jouer un plus grand rôle dans le
milieu du diabète. Il a participé à de nombreuses activités caritatives, dont des marches
pour le diabète, une marche virtuelle et des promenades en patins pour amasser des fonds.
Plus récemment, il s’est joint aux Karate Chops Diabetes, une activité organisée en partie
®
par Chase Pelletier, ambassadeur Animas . À l’école, Daniel travaille fort pour obtenir les notes dont il aura besoin pour être accepté dans
une université aux États-Unis. Il prend les devants et s’assure que ses enseignants sont au courant de la maladie dont il est atteint.
Daniel sait exactement ce qu’il veut devenir, et il s’inspire de Brandon Morrow. Le lanceur des Blue Jays de Toronto se décrit premièrement
comme une personne atteinte du diabète de type 1 et deuxièmement, comme un lanceur des ligues majeures. À l’instar de son héros,
Daniel travaille fort pour maîtriser le diabète dont il est atteint.
« C’est à moi de maîtriser le diabète, et non l’inverse », affirme Daniel. « Avec une bonne maîtrise, il est possible de faire tout ce que
l’on aime. »
LE COIN DES ATHLÈTES
MEGAN BEAMISH : COURIR VERS SON OBJECTIF
La concentration et le dynamisme sont les ingrédients qui aident Megan Beamish à goûter au succès, tant sur la
piste, que dans les plus hautes instances gouvernementales.
Si vous voulez rattraper Megan Beamish, préparez-vous à courir – et vite!
Megan, 15 ans, est l’une des étoiles montantes du club HaliFAST de Halifax, en Nouvelle-Écosse. Presque toute l’année, elle s’entraîne
trois fois par semaine aux épreuves de 100 m sur piste, de triple saut, de saut en hauteur et de saut en longueur. Au plus fort de la saison
d’athlétisme, elle participe à des compétitions presque tous les week-ends, et ce, un peu partout dans les Maritimes.
Elle a découvert ce sport et cette passion à peine deux ans après avoir appris qu’elle était atteinte de diabète de type 1. « À partir de la
7e année, j’étais admissible à toutes les équipes sportives de l’école. J’ai donc tout essayé : badminton, soccer, basketball. Ce n’est qu’en
athlétisme que j’ai été acceptée », se rappelle Megan.
Frustrée, sans toutefois être découragée, elle a tiré le maximum de cette occasion et a cherché un club en dehors des murs de son école
pour se perfectionner. « Le jour où j’ai mis les pieds sur la piste pour HaliFAST a été le plus beau jour de ma vie », dit Megan. « J’étais dans
mon élément. J’avais trouvé ma voie. »
En 2011, à peine un an après avoir commencé à s’entraîner et à participer à des compétitions, elle a
remporté quatre médailles aux championnats provinciaux. Elle a également été reconnue comme l’athlète
féminine bantam de l’année en Nouvelle-Écosse par l’association d’athlétisme. Aujourd’hui, deux ans plus
tard, elle vise à intégrer les rangs de l’équipe néo-écossaise et à participer aux championnats nationaux
en août. À plus long terme, elle aspire à participer aux Jeux Olympiques.
Durant l’entraînement et les compétitions,
Megan compte sur sa pompe Animas® pour
l’aider à maîtriser ses pics et ses creux de
glycémie. Elle utilise sa pompe au début des
activités et la retire lorsque la compétition
commence. Megan utilise sa pompe depuis trois
ans et les fonctions qu’elle préfère sont de loin ezGlycémie (« parce que je n’ai
aucun calcul à faire », explique-t-elle) et la fonction de débit basal temporaire.
________________________________________________
« Lorsque j’ai appris que j’étais
atteinte de diabète de type 1,
j’ai décidé sur-le-champ que ma
mission serait d’aider à trouver
un moyen de guérir les personnes
atteintes de diabète. »
________________________________________________
Lorsqu’elle n’est pas sur la piste, Megan parle du diabète. Pour Megan, la
découverte d’un traitement curatif contre le diabète exige que l’on prenne le
temps de parler de la maladie. « Lorsque j’ai appris que j’étais atteinte de diabète de type 1, j’ai décidé sur-le-champ que ma mission serait
d’aider à trouver un moyen de guérir les personnes atteintes de diabète. » Megan est une première de classe qui s’exprime de manière
éloquente et qui souhaite devenir endocrinologue pédiatrique. Elle soutient que la maladie est mal comprise, tout particulièrement les
différences entre le diabète de type 1 et le diabète de type 2. « Par exemple, si le milieu scolaire était plus sensibilisé à ce phénomène, la
vie des personnes qui sont atteintes de diabète serait plus facile parce qu’elles seraient mieux comprises. »
Elle concrétise sa passion et ses idées en communiquant son message partout où elle va, que ce soit dans son école ou sur la Colline du
Parlement. En 2012, elle s’est rendue à Ottawa en tant que déléguée « championne Preuve vivante » ainsi que coprésidente nationale
de la Journée de mobilisation des enfants pour une guérison organisée par la FRDJ. En mars de la même année, elle était l’un des trois
ambassadeurs Animas® à participer au congrès consacré aux enfants atteints de diabète, à Toronto. En juillet, elle a représenté le Canada
à Washington (district de Columbia), où elle a fait partie des six jeunes délégués atteints du diabète de type 1 sélectionnés partout dans
le monde pour assister au Congrès des enfants de la FRDJ. Sur place, elle a rencontré l’ambassadeur du Canada et quelques-unes des
personnes les plus influentes aux États-Unis pour les sensibiliser au phénomène du diabète de type 1 et souligner l’importance de la
recherche en vue de prévenir cette maladie et de guérir et traiter les personnes qui en sont atteintes.
Des parents reconnaissants remercient souvent Megan de les avoir aidés à mieux comprendre ce que leurs enfants vivent. Bien que
ses efforts aient été reconnus par l’Assemblée législative de la Nouvelle-Écosse, dans les journaux et à la télévision, les témoignages
personnels d’espoir et de réussite sont ceux qui inspirent et motivent le plus Megan à déployer tous ces efforts – un mot à la fois – en vue
de contribuer à découvrir un traitement curatif contre la maladie.
L’ARRIÈRE-SCÈNE
QUI EST ANIMAS ?
®
Nom : Richard Langevin
Poste : chef de territoire
Pour quelle raison ai-je joint l’équipe
Animas :
Je travaille chez Animas depuis bientôt
7 ans. Avant de me joindre à l’équipe
d’Animas, j’ai été représentant spécialisé en
diabète chez LifeScan pendant 4 ans. Sans
être atteint du diabète, je côtoie maintenant
cette maladie depuis 11 ans, et j’ai beaucoup
de compassion et d’admiration envers
les personnes qui en sont atteintes et les
membres de leur famille.
Dans le cadre de mon travail, j’ai la chance
de pouvoir rencontrer de nombreuses
personnes et de tisser des liens avec elles
pour évaluer ce qu’Animas peut faire pour
les aider à mener une vie remplie et active.
Dernièrement, une jeune utilisatrice d’une
pompe Amimas et sa mère, que je connais
depuis quelques années, sont venues me
voir. La mère m’a raconté que sa fille avait
rédigé un texte à l’école au sujet de son
choix de carrière. Elle a expliqué en classe
qu’elle hésitait entre devenir vétérinaire
ou travailler chez Animas avec Richard pour aider les
gens autour d’elle. Ça fait chaud au cœur de constater
qu’une jeune personne atteinte de diabète de type 1 se
porte aussi bien et qu’elle est déterminée à aider ainsi
d’autres personnes. Animas cadre parfaitement avec mes
valeurs personnelles, c’est-à-dire d’aider en toute sincérité
les personnes atteintes de diabète de type 1 et de ne
ménager aucun effort pour faciliter leur vie.
Quelques faits cocasses à mon sujet :
J’aime voyager avec ma famille. Étant père de deux
adolescentes, il est important pour moi qu’elles ouvrent
leurs horizons pour mieux comprendre les autres et leur
culture. Évidemment, le voyage apporte quelquefois son
lot de surprises. Par exemple, dans un petit village de l’île
Éléphantine, en Égypte, je me suis retrouvé avec un bébé
crocodile sur la tête! Il s’agissait de l’animal de compagnie
d’un habitant de l’île (voir la photo).
L’aspect le plus valorisant de mon travail :
L’aspect le plus valorisant de mon travail est de sentir que
j’ai un impact réel sur la vie des gens. En fait, d’une année
à l’autre, je constate que la priorité chez Animas demeure
les personnes, celles que nous servons, leurs proches ainsi que la famille constituée des
employés d’Animas. C’est un privilège de pouvoir effectuer un travail qui compte en
compagnie de collègues si dévoués.
Vous vivez la meilleure vie possible avec votre diabète?
Si vous utilisez une pompe Animas® et profitez pleinement de la vie, nous aimerions avoir de vos nouvelles!
Envoyez-nous vos photos préférées de vous-même en train de pratiquer
votre activité favorite avec votre pompe Animas®. Vos photos seront peutêtre publiées dans un prochain numéro du bulletin!
Envoyez vos photos à [email protected] Les photos et les récits soumis
deviennent la propriété d’Animas Canada.
CHASE PELLETIER : À PLEIN RÉGIME
Utilisateur d’une pompe Animas® , le coureur automobile Chase Pelletier, 17 ans, passe du kart à la
course automobile et participe à des compétitions dans deux disciplines bien différentes. Il prend part
à des courses en classe Formule 1600 au Canada et en classe Pro Touring B-Spec au Championnat du
monde Pirelli, qui se tient dans le cadre du programme Garrett Racing Driver Development and Diabetes
Awareness, aux États-Unis. En classe Formule 1600, Chase a déjà participé en 2013 à des courses de
soutien pour le Grand Prix F1 du Canada à Montréal. Les courses en classe B-Spec du Championnat du
monde Pirelli serviront de tremplin pour les séries IndyCar dans des circuits légendaires, tels que le
Mid-Ohio, le Sonoma et le circuit en réseau urbain de Houston.
Nous sommes tous très fiers de Chase et lui souhaitons bonne chance dans cette nouvelle étape
passionnante de sa carrière de coureur automobile!
Pour en savoir plus, visitez www.drive4diabetes.com et www.RacingTowardsACure.com (sites en anglais
seulement).
DANS QUEL COIN DU MONDE AVEZ-VOUS DÉJÀ EMPORTÉ
VOTRE POMPE ANIMAS®?
Isabel Lachance à la plage avec ses filles
Punta Cana, République dominicaine
Meghan Coleman
Ruines de la cité maya de Tulum, Cozumel, Mexique
Paige Bryant
en Tyrolienne dans une forêt de nuage
Monteverdi, Costa Rica
QU’EST-CE QUE L’InsR (INSULINE RESTANTE)?
L’un des nombreux avantages d’un traitement par pompe à insuline est la capacité
d’administrer un bolus d’insuline en réponse à l’apport en glucides au moment du repas,
et de corriger des résultats élevés de glycémie.
Catherine Aubry, inf. aut., B.Sc. Nsg,
ÉAD, gestionnaire clinique
Animas Canada
L’insuline restante (InsR) est une caractéristique additionnelle qui fait le suivi de l’insuline
encore active dans la réduction de la glycémie et provenant d’un bolus administré
récemment à la suite de la consommation de glucides ou d’un résultat élevé de glycémie.
Cette caractéristique est aussi couramment appelée « insuline active (InsAct) ».
RÉGLER OPTION 8
INSULIN RESTANT
ON
InsR-2
Total =
1.10U
Durée
4.0 h
Sortir
ezGlycemie
Glycé +
2.80U
InsR 1.70U
1.10U
Injecter
Menu général
Suite
La caractéristique InsR peut être
activée depuis le menu Fonctions
avancées 8 de la pompe à insuline
Animas® 2020 et de la pompe
OneTouch® Ping®.
Lorsque la caractéristique InsR est
activée, la pompe calcule et affiche
des doses recommandées depuis
les menus Bolus ezCarb et ezBG.
ÉTAT 2
InsR= 1.70U
DernierBolus
N 3.30U
9:55AM
Jul 8, 2013
Menu général
La pompe fait continuellement le
suivi de l’insuline restante et affiche
cette information sur l’écran d’état 2.
BIENFAITS DE L’InsR
•Prévention de « l’accumulation d’insuline », injection d’un bolus d’insuline en trop en réponse à la nourriture consommée,
résultant du chevauchement de deux ou plusieurs bolus1.
•Une confiance accrue en lien avec l’administration d’un bolus de correction peut diminuer la peur de l’hypoglycémie.
•Prise en compte des différences personnelles en ajustant les paramètres de durée d’action de l’insuline.
CONSEILS SUR LA VÉRIFICATION DE L’InsR
Rappel : L’InsR peut être rapidement et facilement consultée sur les pompes à insuline Animas® 2020 ou OneTouch® Ping® sur l’écran d’état 2.
ÉTAT 2
InsR= 1.70U
DernierBolus
N 3.30U
9:55AM
Jul 8, 2013
Menu général
• Vérifiez la quantité d’InsR avant de participer à une activité. Une grande quantité d’InsR peut nécessiter
une consommation accrue de glucides pour éviter l’hypoglycémie1.
• La vérification de l’InsR au coucher peut aider à prévenir l’hypoglycémie. Une grande quantité d’InsR
peut indiquer qu’une baisse de la glycémie aura lieu dans les prochaines heures.
• En cas d’épisode d’hypoglycémie et d’une grande quantité d’InsR, il se peut que le rapport
insuline/glucides (I/G) ou le facteur de sensibilité à l’insuline (facteur SI) soit trop élevé.
• En cas d’épisode d’hypoglycémie en l’absence d’InsR, il se peut que le débit basal soit trop élevé ou que
le degré d’activité ait été trop élevé pour la quantité d’insuline utilisée.
Consultez toujours votre équipe de professionnels de la santé avant de modifier votre rapport
insuline/glucides (I/G), votre facteur de sensibilité à l’insuline (facteur SI) ou votre débit basal.
COMMENT L’InsR FONCTIONNE-T-ELLE?
Les exemples suivants expliquent le fonctionnement de l’InsR. Dans ces exemples, nous saisirons un résultat de glycémie dans
l’option bolus ezCarb de la pompe à insuline Animas® 2020 ou de la pompe OneTouch® Ping®. La pompe tiendra compte de la
quantité d’insuline restante et affichera cette quantité avec les calculs relatifs au bolus recommandé.
Remarque : Si vous ne saisissez pas une valeur de glycémie et que vous n’entrez que la quantité de glucides au moyen de l’option bolus ezCarb, la pompe à insuline
OneTouch® Ping® recommandera le bolus complet associé à cette quantité de glucides, peu importe la quantité d’insuline restante.
A. LORSQUE LA GLYCÉMIE EST SUPÉRIEURE À LA VALEUR CIBLE
Lorsque le calculateur ezCarb est utilisé pour une valeur de glycémie supérieure à la valeur cible, la pompe recommande toujours
l’administration de la quantité d’insuline nécessaire en fonction de la quantité de glucides qui sera consommée.
Bolus total
3.00U
Gluc.
Glycé +
1.35U
InsR. 2.15U
3.00U
Total =
3.00 U
Injecter
Type=Normal
Menu général
Dans cet exemple, la quantité de glucides consommée est de 30 grammes, et la valeur actuelle de la
glycémie est de 11,0 mmol/l; la valeur cible est de 6,0 mmol/l. La pompe soustrait toujours l’InsR du bolus
de correction recommandé. Dans cet exemple, la quantité d’InsR est supérieure au bolus de correction
recommandé; la correction est donc totalement annulée. Lorsque la glycémie actuelle est supérieure à la
valeur cible, la pompe recommande l’administration de la quantité totale d’insuline nécessaire relativement
à la quantité de glucides.
B. LORSQUE LA GLYCÉMIE EST INFÉRIEURE À
LA VALEUR CIBLE
C. LORSQUE LA GLYCÉMIE CORRESPOND À LA VALEUR CIBLE
Lorsque le calculateur ezCarb est utilisé pour une
valeur de glycémie inférieure à la valeur cible, la pompe
recommande l’administration d’une dose réduite
d’insuline, ou aucune administration d’insuline pour la
quantité de glucides consommée afin de tenir compte
Lorsque le calculateur ezCarb est utilisé pour une valeur
de glycémie comprise dans la plage de glycémie cible en
présence d’insuline restante, la pompe n’apporte aucune
modification à la dose recommandée.
de la quantité d’insuline restante.
Bolus total
Gluc.
Glycé InsR. Total =
0.00 U
Injecter
Type=Normal
Menu général
1.00U
0.43U
1.70U
0.00U
Dans cet exemple, la
quantité de glucides
consommée est de
15 grammes, et le résultat
de glycémie était de
4,4 mmol/l, avec une
valeur cible de 6,0 mmol/l.
La pompe recommande
qu’aucune dose ne soit
administrée, car il y a
une quantité d’insuline
restante dans l’organisme.
Bolus total
Gluc.
Glycé +
InsR.
Total =
1.35 U
Injecter
Type=Normal
Menu général
1.35U
0.00U
1.57U
1.35U
Dans cet exemple, la pompe
recommande l’administration de la
quantité totale d’insuline nécessaire à la
consommation de la quantité de glucides
indiquée, car la quantité d’insuline
restante s’applique à la nourriture
déjà consommée ou à un bolus de
correction déjà administré. La pompe
recommandera toujours l’administration
d’insuline pour tenir compte de la
nourriture qui sera consommée lorsque la
glycémie est SUPÉRIEURE à la plage de
glycémie cible ou si elle est COMPRISE
DANS cette plage.
POINTS À CONSIDÉRER LORS DE L’UTILISATION DE LA CARACTÉRISTIQUE INSR
• L’efficacité de la caractéristique InsR chez chaque personne dépend de l’exactitude du réglage correct de la durée d’action de
l’insuline1. Pour la pompe à insuline Animas® 2020 ou la pompe OneTouch® Ping®, la durée peut être réglée entre 1,5 heure
et 6,5 heures, mais elle est généralement réglée entre 4 et 5 heures.
Consultez toujours votre équipe de professionnels de la santé avant de modifier la durée d’action de l’insuline.
•
Évaluez bien la situation! La pompe est un excellent mode d’administration de l’insuline. Elle fait des calculs qui vous aideront
à évaluer les doses de bolus. Vous devez toutefois prendre le temps d’évaluer judicieusement chaque situation. Rappelez
vous que vous en savez plus que la pompe et que la quantité d’InsR nécessite parfois que vous ne teniez pas compte de la
recommandation de la dose de bolus.
• Le changement de la pile efface toute valeur d’InsR. La pompe ne peut pas détecter la durée d’absence de la pile et ne peut
donc suivre la quantité d’insuline restante. Essayez de changer la pile avant l’administration du bolus lorsque vous n’avez pas d’InsR.
1. John Walsh, P.A. and Ruth Roberts, M.A., Pumping Insulin, 5th edition, Torrey Pines Press, 2012.
Notre inspiration, c’est vous.
Adam Cogswell
Fredericton, N.-B.
16 ans
Diagnostic de diabète de type 1
établi lorsqu’il avait 12 ans
Visitez-nous à l’adresse www.Animas.ca ou
téléphonez au Service à la clientèle, au
1-866-600-2233, dès aujourd’hui!
Animas® fabrique des pompes à insuline
performantes, afin que vous puissiez mener une
vie pleinement active.
Animas® est une marque de commerce d’Animas Corporation. La marque de commerce OneTouch® Ping® appartient à
Johnson & Johnson. Ces marques sont utilisées sous licence. Toutes les autres marques de commerce appartiennent à leurs
propriétaires respectifs.
©2013 Produits médicaux LifeScan Canada, Burnaby, C.-B. V5S 6S7 AW101-457A 08/2013
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement