Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains

Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
SECRÉTARIAT GÉNÉRAL
Règlements, directives,
politiques et procédures
Politique d’éthique de la recherche
avec des êtres humains
Adoption
Instance/Autorité
Conseil d’administration
Modification(s)
Conseil d’administration
Révision
Unité
Catégorie
Code
Date
24 août 1999
20 février 2001
13 juin 2011
11 juin 2012
28 avril 2014
27 octobre 2014
28 avril 2015
Secrétaire général
Politique
Résolution(s)
217-CA-3128
236-CA-3382
352-CA-5345
362-CA-5471
375-CA-5662
379-CA-5755
384-CA-5808
Table des matières
1.
Préambule .......................................................................................................................................... 4
2.
Objectifs ............................................................................................................................................. 5
3.
Définitions ......................................................................................................................................... 5
3.1
3.2
3.3
3.4
3.5
3.6
3.7
3.8
3.9
3.10
3.11
3.12
3.13
3.14
3.15
3.16
3.17
3.18
Chercheur ......................................................................................................................... 5
Chercheur responsable ..................................................................................................... 5
Consentement libre, éclairé et continu .............................................................................. 5
Critère d’érudition.............................................................................................................. 6
Découverte fortuite............................................................................................................ 6
Démarche critique ............................................................................................................. 6
Directive de recherche ...................................................................................................... 6
Essai clinique .................................................................................................................... 6
Évaluation éthique continue de la recherche ..................................................................... 6
Participant ......................................................................................................................... 6
Recherche ........................................................................................................................ 7
Recherche émergente ...................................................................................................... 7
Recherche multicentre ...................................................................................................... 7
Renseignements personnels ............................................................................................. 7
Risque .............................................................................................................................. 7
Risque minimal ................................................................................................................. 7
Urgence publique officiellement déclarée .......................................................................... 7
Utilisation secondaire ........................................................................................................ 8
4.
Politique-cadre .................................................................................................................................. 8
5.
Étendue de la Politique .................................................................................................................... 8
6.
Comité d’éthique de la recherche ................................................................................................... 9
6.1
6.2
6.3
6.4
Composition et nomination ................................................................................................ 9
Pouvoirs et devoirs ..........................................................................................................10
Rôles et responsabilités ...................................................................................................11
Réunion ...........................................................................................................................11
7.
Procédure pour soumettre un dossier au CÉR ........................................................................... 11
7.1
Documentation nécessaire...............................................................................................12
8.
Procédure d’évaluation des projets .............................................................................................. 12
Méthode proportionnelle d’évaluation éthique ..................................................................13
Évaluation des travaux de recherche des étudiants .........................................................14
Évaluation des critères d’érudition ...................................................................................14
Décision du CÉR..............................................................................................................15
Réévaluation et appels des décisions ..............................................................................15
Suivi continu des projets de recherche.............................................................................16
Recherche émergente .....................................................................................................16
Recherche multicentre .....................................................................................................16
8.8.1
Évaluation d'un projet de recherche multicentre - mode général d'approbation ..16
8.8.2
Évaluation d'un projet de recherche multicentre - mode d'évaluation régi par une
entente ...............................................................................................................17
8.9 Évaluation en situation d’urgence publique ......................................................................17
8.10 Recherche visant les Premières Nations, les Inuits ou les Métis du Canada ....................17
8.1
8.2
8.3
8.4
8.5
8.6
8.7
8.8
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
2
8.11 Les essais cliniques .........................................................................................................17
9.
Conflits d’intérêts ........................................................................................................................... 17
9.1
9.2
Les chercheurs ................................................................................................................17
Les membres du CER ......................................................................................................18
10.
Plainte .............................................................................................................................................. 18
11.
Responsabilités du chercheur ...................................................................................................... 19
12.
Consentement libre et éclairé ........................................................................................................ 20
13.
Vie privée et confidentialité des données .................................................................................... 22
14.
Création d’une banque de données .............................................................................................. 22
15.
Recherche en génétique humaine ................................................................................................ 22
16.
Liste des personnes prêtant leur concours à des activités de recherche ................................ 23
17.
Interprétation ................................................................................................................................... 23
18.
Modification ..................................................................................................................................... 23
19.
Entrée en vigueur ............................................................................................................................ 23
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
3
1.
Préambule
La Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains, ci-après la « Politique », veut
avant tout guider le chercheur dans la gestion de la dimension éthique de ses activités, et
s'assurer que le participant à la recherche soit protégé pour une reconnaissance de ses droits.
La procédure d’évaluation éthique des projets qu’elle énonce dote les chercheurs et
l’Université du Québec en Outaouais, ci-après « l’Université », d’un cadre quant à l’exercice de
leurs responsabilités respectives. La mise en application de cette Politique et de son cadre
normatif se fait avant tout dans un esprit favorisant les initiatives de formation et de
sensibilisation à l’éthique de la recherche avec des êtres humains.
La recherche engendre des responsabilités. Ainsi, tel que défini dans l’Énoncé de politique des
trois conseils : Éthique de la recherche avec des êtres humains, 2014.
« La recherche peut profiter à la société : c’est là l’une des prémisses
fondamentales de la présente politique. Pour en tirer tous les avantages
possibles, les chercheurs doivent jouir d’une liberté académique. La liberté
académique comprend la liberté de recherche, le droit de diffuser les résultats
de la recherche, la liberté de remettre en question les idées reçues, la liberté
d’exprimer ses opinions sur l’établissement auquel le chercheur est associé,
son administration ou son milieu et ses conditions de travail, et la protection
contre la censure institutionnelle. La liberté académique s’accompagne de
responsabilités incluant celle de veiller à ce que la recherche avec des êtres
humains satisfasse à des critères scientifiques et éthiques rigoureux qui
respectent et protègent les participants. » (page 5, EPTC2)
Sous réserve des lois applicables, notamment le Code civil du Québec, la Loi sur l’accès aux
documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels, la
Charte des droits et libertés de la personne, l’Université adhère aux principes énoncés dans les
documents suivants :

Plan d’action ministériel, 1998, ci-après «PAM» du Ministère de la Santé et des
Services sociaux http://www.frqs.gouv.qc.ca/fr/ethique/pdfs_ethique/PAE.pdf ;

l’Énoncé de politique des trois conseils, 2014, ci-après « l’EPTC2 » du Conseil de
recherche en sciences humaines du Canada, du Conseil de recherches en sciences
naturelles et en génie du Canada et des Instituts de recherche en santé du Canada,
http://www.ger.ethique.gc.ca/fra/policy-politique/initiatives/tcps2-eptc2/Default/.
L’ensemble de ces lois et documents constitue des références pour le comité responsable de
l’évaluation éthique de la recherche.
L’Université a la responsabilité de soutenir « … les efforts déployés par les chercheurs pour
défendre la liberté académique et des normes éthiques, scientifiques et professionnelles de
haut niveau » (page 5, EPTC2). Elle prend tous les moyens raisonnables pour s’assurer que
les activités de recherche et de formation à la recherche auxquelles son nom est associé
répondent à des normes éthiques et déontologiques reconnues. En outre, la plupart des
organismes subventionnaires requièrent des recherches qu’ils financent, qu’elles aient
préalablement été acceptées par des comités d’éthique reconnus institutionnellement et
fonctionnant dans un cadre normatif.
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
4
L’Université a ainsi à cœur que la mise en œuvre de la Politique se fasse dans le respect de la
liberté académique et l’indépendance de la recherche que la société reconnaît au milieu de
l’enseignement supérieur. La Politique ne vise aucunement à valoriser certaines formes de
recherche au détriment d’autres.
Finalement, cette Politique vient baliser un des concepts fondamentaux en matière d’intégrité
scientifique reconnus dans la Politique d’intégrité dans les activités de recherche et de création
de l’Université, à savoir le respect des dispositions déontologiques dans la conduite de la
recherche.
2.
Objectifs
Les objectifs visés par la Politique sont les suivants :
3.

décrire les attentes spécifiques de l’Université en matière d’éthique de la recherche
avec des êtres humains;

informer la communauté universitaire des principes généraux qui sous-tendent la
Politique;

faire en sorte que les chercheurs adoptent des comportements éthiques
responsables;

offrir aux chercheurs un cadre de référence à l’EPTC2.
Définitions
La terminologie utilisée pour circonscrire certains concepts fondamentaux varie selon le
contexte où ils sont utilisés. Quelques termes du présent document sont donc définis comme
suit :
3.1
Chercheur
Le terme « chercheur » inclut, aux fins des présentes, les professeurs, les étudiants aux
cycles supérieurs ou/et au premier cycle, ou toute personne impliquée dans les activités
de recherche couvertes par la présente Politique.
3.2
Chercheur responsable
Chercheur responsable du projet de recherche à l’UQO.
3.3
Consentement libre, éclairé et continu
Le consentement est l’indication de l’accord d’une personne à devenir un participant à un
projet de recherche (page 225, EPTC2). Le caractère « libre » du consentement signifie
qu’il doit être volontaire et donné sans aucune manipulation, coercition ou influence
excessive. Le caractère « éclairé » signifie que le participant reçoit toutes les
informations nécessaires pour porter un jugement en pleine connaissance, ce qui
implique une formulation des informations nécessairement appropriée aux capacités de
comprendre du participant. Le caractère « continu » signifie que le consentement doit
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
5
être maintenu tout au long du projet de recherche en communiquant une information
pertinente aux participants (articles 3.1, 3.2, 3.3, EPTC2).
3.4
Critère d’érudition
Le terme « critère d’érudition » réfère à la conception même de l’activité de recherche qui
doit être pertinente et conçue de façon à répondre aux questions soulevées par la
recherche.
3.5
Découverte fortuite
Désigne les observations inattendues qui sont faites au cours d’un projet de recherche et
qui en dépassent le cadre. Les « découvertes fortuites significatives » sont des
découvertes dont les conséquences sont interprétées comme étant tangibles pour le bienêtre du participant, que ce soit sur le plan de la santé, ou encore sur les plans
psychologique ou social.
3.6
Démarche critique
Analyse de structures ou d’activités sociales, de politiques publiques ou d’autres
phénomènes sociaux à des fins de recherche.
3.7
Directive de recherche
Instructions écrites qui sont utilisées pour exprimer les préférences du participant
éventuel, au cas où il deviendrait inapte. La directive de recherche est destinée à guider
le tiers autorisé représentant une personne au moment de décider s’il doit ou non donner
le consentement de participer à la recherche à la place de cette personne.
3.8
Essai clinique
Tout projet de recherche avec des participants visant à évaluer les effets qu’ont sur la
santé certains produits ou certaines interventions relatives à la santé.
3.9
Évaluation éthique continue de la recherche
Toute évaluation d’une recherche en cours effectuée par un comité d’éthique de la
recherche (CÉR) à partir de la date de l’approbation initiale par le CÉR et se poursuivant
pendant la durée de la réalisation du projet pour s’assurer que toutes les étapes de la
recherche sont acceptables sur le plan de l’éthique, conformément aux principes de la
Politique.
3.10
Participant
Personne dont les données ou les réponses à des interventions, à des stimuli ou à des
questions de la part du chercheur ont une incidence sur la question de recherche. On dit
aussi « participant humain » ou, dans d’autres politiques ou lignes directrices, « sujet »
ou « sujet de recherche » (page 230, EPTC2).
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
6
3.11
Recherche
Démarche visant le développement des connaissances au moyen d’une étude structurée
ou d’une investigation systématique (page 231, EPTC2).
3.12
Recherche émergente
Comprends la collecte et l’analyse de données qui peuvent évoluer pendant le
déroulement du projet, en fonction des éléments révélés dans les premières étapes de
l’étude.
3.13
Recherche multicentre
Projet qui engage la responsabilité d’au moins deux établissements parce que la
recherche implique des chercheurs provenant de différents établissements, notamment
du milieu universitaire.
3.14
Renseignements personnels
Renseignements dont il y a raisonnablement lieu de croire qu’ils permettraient d’identifier
une personne, qu’ils soient utilisés seuls ou en combinaison avec d’autres
renseignements accessibles (page 233, EPTC2).
3.15
Risque
Possibilité que survienne un préjudice. Le niveau de risque prévisible pour les participants
à la recherche ou pour des tiers est évalué en fonction de l’ampleur ou de la gravité du
préjudice et de la probabilité qu’il se produise (page 233, EPTC2).
3.16
Risque minimal
Renvoie à la recherche où la probabilité et l’ampleur des préjudices éventuels découlant
de la participation à la recherche ne sont pas plus grandes que celles des préjudices
inhérents aux aspects de la vie quotidienne du participant qui sont associés au projet de
recherche (page 23, EPTC2).
3.17
Urgence publique officiellement déclarée
Situation d’urgence qui, en raison des risques exceptionnels qu’elle présente, a été
déclarée comme une situation d’urgence par un responsable public compétent
(conformément à la loi ou aux politiques publiques). Les urgences publiques déclarées
par les autorités sont des événements exceptionnels qui surviennent subitement ou de
façon inattendue et qui exigent des réactions urgentes ou rapides en vue d’en réduire les
effets au minimum. Il peut s’agir par exemple d’un ouragan ou de quelque autre
catastrophe naturelle, de la propagation à grande échelle d’une maladie transmissible,
d’un désordre civil catastrophique, du déversement de matières dangereuses, d’une
catastrophe environnementale ou d’une urgence humanitaire.
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
7
3.18
Utilisation secondaire
Utilisation de renseignements ou de matériel biologique humain recueilli à l’origine dans
un but autre que celui du projet de recherche en question (page 234, EPTC2). Parmi les
exemples courants, citons les dossiers médicaux ou scolaires, ou encore des spécimens
biologiques, produits au départ à des fins thérapeutiques, pédagogiques, ou
administratives, mais proposés cette fois-ci à des fins de recherche (page 69, EPTC2).
4.
Politique-cadre
L’Université estime fondamental de s’assurer que les activités de recherche proposées
respectent la dignité humaine et qu’elles s’inscrivent dans une perspective d’avancement des
connaissances. L’analyse, l’équilibre et la répartition des avantages et des inconvénients sont
cruciaux pour l’éthique de la recherche et l’Université doit s’assurer que les inconvénients
prévisibles ne sont pas plus importants que les avantages escomptés. D’ailleurs, elle emprunte
à l’EPTC2 plusieurs définitions ou considérations. Il faut retourner à ce document pour les
détails et les mises en contexte des règles et principes présenté dans le cadre de la présente
Politique.
L’Université demande donc au chercheur, qui réalise des activités de recherche impliquant des
participants humains, de se conformer aux principes directeurs définis à l’article 1.1, EPTC2 :
 le respect des personnes : c’est-à-dire de reconnaître la valeur intrinsèque de tous les
êtres humains;
 la préoccupation pour le bien-être : c’est-à-dire la qualité dont une personne jouit dans
tous les aspects de sa vie;
 la justice : c’est-à-dire ce qui a trait au devoir de traiter les personnes de façon juste et
équitable.
5.
Étendue de la Politique
Toutes les activités de recherche doivent faire l’objet d’une déclaration sur le formulaire prévu à
cet effet. (Mesures 1 et 3 du PAM).
De plus, lorsque la recherche implique des participants humains, qu’elle soit financée ou non,
conduite ou supervisée par ses professeurs, employés et étudiants, elle doit être acceptée au
plan éthique par le Comité d’éthique de la recherche de l’Université, ci-après le CÉR, avant
d’être mise en œuvre. Ainsi, le chercheur doit remplir, selon le cas, le formulaire « Demande de
certificat d’éthique pour une recherche avec des êtres humains » ou le formulaire « Demande
de certificat d’éthique pour des recherches avec des données secondaires ».
La Politique s’étend aussi aux recherches exigées dans le cadre des programmes d’études des
étudiants de premier cycle.
Tout chercheur doit faire évaluer par le CÉR, avant le début des travaux, les recherches faisant
intervenir des participants humains. Cependant, les activités préparatoires avant la
participation des humains peuvent être mises en œuvre avant l’évaluation du CER, et ce, sur la
base de la déclaration éthique (art. 6.11, EPTC2)
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
8
Les articles 2.2 à 2.6 de l’EPTC2 prévoient des cas où certaines recherches sont exemptées
de l’évaluation et d’autres activités qui ne constituent pas de la recherche. Ce sont :
 la recherche fondée uniquement sur de l’information accessible au public, à certaines
conditions;
 l’observation de personnes dans des lieux publics, à certaines conditions;
 tout projet de recherche fondé exclusivement sur l’utilisation secondaire de
renseignements anonymes ou de matériel biologique humain anonyme, à condition que
les procédures de couplage, d’enregistrement ou de diffusion ne créent pas de
renseignements identificatoires;
 les études consacrées à l’assurance de la qualité et à l’amélioration de la qualité, les
activités d’évaluation de programme, les évaluations du rendement et les examens
administrés à des personnes dans le contexte de programmes d’enseignement, s’ils
servent exclusivement à des fins d’évaluation, de gestion ou d’amélioration;
 des activités artistiques qui intègrent essentiellement une pratique créative, sauf si un
projet fait appel à une pratique créative en vue de recueillir auprès de participants des
réponses qui seront ensuite analysées dans le cadre des questions liées au projet de
recherche.
6.
Comité d’éthique de la recherche
6.1
Composition et nomination
Le CÉR est composé d’un minimum de onze (11) membres et d’un maximum de dix-huit
(18) membres, nommés par le conseil d’administration de l’Université, selon la répartition
suivante :

entre six (6) et dix (10) personnes connaissant les méthodes ou les disciplines de
recherche relevant de la compétence du CÉR, dont au moins 80% sont des
professeurs de l’Université ;

une (1) personne versée en éthique;

une (1) personne possédant une expertise juridique;

entre deux (2) et quatre (4) personnes provenant de la collectivité desservie par
l’Université, mais n’étant pas affiliée à cette dernière;

d’un (1) à deux (2) étudiants inscrits à un programme de maîtrise avec mémoire ou
de doctorat à l’Université.
Les membres sont nommés pour un mandat de trois années, renouvelable, sauf pour les
étudiants qui sont nommés pour un an. Un membre démissionnaire, ou qui perd la qualité
nécessaire à sa nomination, est remplacé par cooptation, et ce, pour la durée restante de
son mandat.
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
9
Le conseil d’administration nomme aussi le secrétaire du CÉR, qui n’est pas un membre
du CÉR.
6.2
Pouvoirs et devoirs
Les pouvoirs du CÉR sont établis par le conseil d’administration de l’Université, de qui
relève ultimement la Politique. Le CÉR dispose des ressources et d’une indépendance
administrative suffisante pour remplir ses obligations primordiales.
Le CÉR a le mandat d’évaluer l’acceptabilité éthique des projets de recherche avec des
participants humains. Il a le pouvoir d’approuver, d’arrêter ou de refuser toute proposition
ou poursuite de projet de recherche faisant appel à des participants humains réalisée par
les chercheurs de l’Université, ainsi que de proposer des modifications. Ses décisions
s’inspirent des normes éthiques minimales exposées dans le PAM et l’EPTC2. Il a aussi
un rôle éducatif important à jouer auprès de la communauté des chercheurs (articles 6.10
et 6.13, EPTC2).
De plus, en tant que CER désigné par le ministre de la Santé et des Services sociaux
(MSSS), le CER a pour mandat d’évaluer et de statuer sur les projets de recherche visée
par l’article 21 du Code civil du Québec. Conséquemment, il doit rendre compte de ses
activités annuellement au MSSS, selon la procédure prévue à cet effet.
Le CÉR doit aussi rendre compte de ses travaux au conseil d’administration dans un
rapport annuel. Ce rapport porte sur les activités du CÉR et sur le nombre de projets
revus par catégorie, décrit de façon générale les préoccupations/thèmes éthiques qui ont
fait l’objet de discussions; et, si nécessaire, inclus des recommandations relatives à la
présente Politique.
Le CÉR doit, dès que possible, aviser le ministre de tout changement dans sa
composition. L’avis doit être transmis avec une copie du curriculum vitae du nouveau
membre ainsi que la résolution du conseil d’administration attestant sa nomination.
L’Université reconnaît les pouvoirs du CÉR. Elle ne peut, notamment, casser les
décisions négatives du CÉR fondées sur des motifs éthiques sans utiliser le mécanisme
d’appel prévu à l’article 8.4 de la Politique. L’Université peut cependant refuser que
certaines recherches soient réalisées sous son autorité même si le CÉR en a approuvé la
dimension éthique.
Le CÉR a autorité à la fois pour déterminer les modalités d’application des procédures
d’évaluation des projets de recherche, et pour élaborer et adapter tout document destiné
à recueillir l’information, qu’il juge nécessaire à la réalisation de son mandat, auprès des
chercheurs.
Le CÉR n’est pas tenu de faire l’évaluation éthique de projets conduits par des
personnes ou organismes non affiliés à l’Université, à moins qu’il n’ait accepté de servir à
titre de comité d’appel.
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
10
6.3
Rôles et responsabilités
Le CÉR nomme son président pour un mandat de 3 ans, renouvelable. Il nomme aussi
un vice-président qui remplacera le président lorsque ce dernier est dans l’impossibilité
de remplir ses fonctions.
Le rôle du président est d’assumer la direction générale du CÉR et de veiller à ce que le
processus d’évaluation du CÉR réponde aux exigences de la Politique. Afin qu’il soit en
mesure de s’acquitter de ses responsabilités, le conseil d’administration fournit le soutien
administratif adéquat et les ressources nécessaires.
Le rôle du secrétaire du CÉR est de :




6.4
faire la gestion quotidienne de toutes les demandes;
donner l’information usuelle et transmettre les questions plus complexes au
président;
assurer le lien entre les chercheurs et le CÉR;
veiller à l’organisation des réunions.
Le secrétaire peut signer les formulaires « Suivi éthique continu » qui ne
comportent aucune modification ou aucun évènement indésirable, ainsi que les
formulaires « Déclaration éthique ». Le président peut déléguer au secrétaire
l’autorisation de signer tout autre document.
Réunion
Le CÉR établit son calendrier des réunions pour chaque année universitaire et le rend
public.
Le quorum est fixé à cinq membres, répartis de la façon suivante :




deux personnes ayant une expertise pertinente en ce qui concerne les méthodes,
les domaines et les disciplines de recherche relevant de l’autorité du CÉR;
une personne de la collectivité desservie par l’Université et n’étant pas affiliée à
cette dernière;
une personne versée en éthique;
une personne possédant une expertise juridique, pour la recherche biomédicale.
Les procès-verbaux sont disponibles au bureau du secrétaire du CÉR. Les chercheurs ne
peuvent avoir accès aux informations nominatives que pour les passages les concernant
directement.
7.
Procédure pour soumettre un dossier au CÉR
Le chercheur a la responsabilité de soumettre son projet de recherche au CÉR avant de
commencer à recruter des participants, d’accéder à des données ou de recueillir du matériel
biologique. Le chercheur doit déposer un dossier complet au secrétaire du CÉR dans le délai
prescrit par le CÉR dans son calendrier annuel des réunions.
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
11
7.1
Documentation nécessaire
Tout dossier soumis pour évaluation éthique doit être accompagné des documents
exigés par le CÉR. Le CÉR peut refuser d’évaluer un dossier incomplet. Le dossier doit
comprendre notamment les documents suivants :

le formulaire « Déclaration éthique »;

le formulaire « Demande de certificat d’éthique » autorisé par le CÉR pour la
demande concernée;

le formulaire de consentement;

les questionnaires et schémas d’entrevues;

une copie du texte publicitaire qui sera utilisée pour le recrutement des sujets;

une copie du texte présentant les informations qui seront données lors du premier
contact;

les originaux des lettres des organismes/entreprises autorisant à recruter leurs
employés ou leur clientèle pour la recherche (sur papier entête des
organismes/entreprises);

si le projet a reçu au préalable l'approbation d'un autre comité d'éthique, il est
nécessaire de transmettre une copie de cette approbation éthique, accompagnée de
la documentation soumise audit comité et des modifications subséquentes;

tout autre document que peut exiger le CÉR.
Les documents présentés au CÉR doivent être complets, et ce, nonobstant la possibilité
pour les chercheurs de participer en plénière aux discussions concernant leurs projets.
L’ensemble de la documentation relative aux projets (incluant la correspondance entre le
CÉR et le chercheur) doit être conservé après la fin de l’activité au bureau du secrétaire
du CÉR.
8.
Procédure d’évaluation des projets
Le CÉR procède à l’évaluation du dossier avec diligence. En aucun cas, l’Université ou le CÉR
ne pourront être tenus responsables de conséquences reliées, de près ou de loin, au temps qui
aura été requis par l’évaluation éthique d’un projet et du résultat de cette évaluation.
Le CÉR peut s’adjoindre un ou plusieurs invités lorsqu’il évalue un projet nécessitant la
représentation d’un groupe ou de participants de recherche particuliers, ou encore une
expertise précise. Ces invités n’ont pas droit de vote.
Les décisions sont fondées sur l’examen de propositions détaillées ou, le cas échéant, sur des
rapports d’étape. Elles sont transmises par écrit aux chercheurs et, selon le cas, aux
organismes sollicités pour financer la recherche. À la suite de l’analyse des implications au
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
12
niveau de la santé et de la sécurité des participants de l’étude, du chercheur, des cochercheurs
et de toute personne impliquée dans la réalisation du projet, le comité peut demander que le
chercheur obtienne un avis ou une approbation d’une instance compétente déterminée par le
conseil d’administration de l’UQO. Le comité peut surseoir à l’émission du certificat jusqu’à la
réception de cet avis.
Les décisions se prennent par voie de consensus. Dans les cas où les membres ne peuvent
pas en arriver à un consensus, ils doivent rechercher une expertise externe sur la question à
l’origine de la divergence d’opinions. Si le problème persiste, le dossier doit faire l’objet de la
procédure d’appel.
Suite à l’évaluation du projet par le CÉR, le chercheur doit tenir compte des commentaires et
effectuer les modifications nécessaires pour obtenir l’autorisation finale avant de commencer
ses activités de recherche auprès des participants. Le chercheur dispose d’un délai de rigueur
de 12 mois pour répondre aux commentaires et effectuer lesdites modifications. À défaut de
respecter ce délai, le chercheur devra soumettre une nouvelle demande de certificat d’éthique
conformément à l’article 7 de la présente politique.
8.1
Méthode proportionnelle d’évaluation éthique
La méthode proportionnelle d’évaluation éthique repose sur le principe général voulant
que plus la recherche risque d’être invasive, plus celle-ci doit être soigneusement
évaluée (articles 2.9 et 6.12, EPTC2). La méthode proportionnelle repose sur la prise en
considération des risques prévisibles, des bénéfices potentiels et des implications
éthiques de la recherche en cause. Elle débute par une analyse des avantages et des
inconvénients de la recherche selon l’optique des participants pressentis.
Il y a deux méthodes d’évaluation :
a) en comité plénier :
Cette méthode s’applique à toute recherche avec des participants humains, dont le
risque est supérieur à minimal, à l’examen initial de toute recherche visée par
l’article 21 C.c.Q., et à toute autre recherche que le CÉR jugera nécessaire
d’évaluer ainsi.
Le terme « évaluation en comité plénier » réfère à une réunion où les membres du
CÉR se rencontrent en personne afin de prendre une décision appropriée sur le
projet concerné. Le CER peut inviter un chercheur à présenter son projet aux
membres réunis. Cependant, le chercheur ne peut pas assister aux discussions
menant à une prise de décision. Lorsque le CÉR compte refuser un projet, il
explique par écrit au chercheur ses motifs et laisse une possibilité de réponse avant
de prendre sa décision finale (articles 6.10 et 6.13, EPTC2).
b) déléguée :
Cette méthode d’évaluation s’applique à toute recherche qui répond à la norme du
risque minimal. Le projet est alors évalué par le président du CÉR et deux
membres.
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
13
Quelle que soit la méthode utilisée, les facteurs suivants doivent être pris en compte pour
l’évaluation d’un projet de recherche:




la nature de la population étudiée;
la nature des informations recueillies chez le participant;
la cueillette d’information pouvant causer des problèmes au participant si elle était
connue de l’extérieur;
les manipulations invasives.
Selon le niveau de risque identifié par le chercheur, le secrétaire du CÉR sélectionne la
méthode appropriée d’évaluation. Un membre du CÉR peut, après lecture du projet,
demander que le projet soit évalué selon un niveau de risque supérieur.
En cas d’absence de consensus entre les évaluateurs délégués, où s’ils envisagent de
rendre une décision négative, le dossier doit être étudié en comité plénier avant de
communiquer la décision au chercheur.
8.2
Évaluation des travaux de recherche des étudiants
Tout étudiant de cycle supérieur doit, dans le cadre de sa recherche, remplir le
formulaire « Déclaration éthique » et, le cas échéant, remplir le formulaire « Demande de
certificat d’éthique » approprié à sa recherche. Cette obligation s’applique même si la
recherche est conjointe à celle de son directeur de recherche.
En ce qui concerne un travail de recherche exécuté par un étudiant de premier cycle, et
lorsque ce projet est requis par son programme d'études, il doit être soumis au CÉR. Il
revient au professeur responsable du cours (ou au chargé de cours) de faire les
démarches nécessaires à l'obtention de la certification éthique du projet. Le CÉR définit
des modalités d'examen éthique particulières, adaptées à ce type d'intervention.
Il faut noter que ce processus ne s’applique pas au projet auquel participe un étudiant de
premier cycle pour le compte du projet de recherche d'un professeur. Dans ce cas, il est
de la responsabilité du chercheur responsable de s'assurer que le projet de recherche
spécifique de l'étudiant est le même que celui qu'il a présenté au CÉR pour l'obtention du
certificat d'éthique de son projet.
8.3
Évaluation des critères d’érudition
Un examen scientifique est requis pour tout projet de recherche. La valeur scientifique de
toute recherche relevant de l’article 21 C.c.Q., doit avoir été reconnue par un comité
scientifique. Pour toute autre recherche, la valeur scientifique doit être reconnue par un
mécanisme approuvé par le CER.
Le chercheur doit déclarer, sur le formulaire prévu à cet effet, que son projet de
recherche a été évalué au point de vue scientifique et par qui. Le CÉR peut exiger une
attestation écrite de la valeur scientifique pour les projets comportant un risque supérieur
à minimal.
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
14
La Politique reconnaît que certains types de recherche, notamment en sciences sociales
et humaines, peuvent en toute légitimité avoir des conséquences négatives sur des
organismes ou sur des personnalités publiques. Le CÉR ne devrait pas écarter ces
projets en invoquant l’analyse des avantages et des inconvénients ou en raison de la
nature éventuellement négative de leurs conclusions.
8.4
Décision du CÉR
Suite à l’analyse de la demande de certificat, le CÉR rend une décision qui s’inscrit dans
l’une des trois catégories suivantes :
1. Acceptée telle que présentée
2. Demande de modifications ou de clarifications du projet afin de répondre aux
conditions éthiques
3. Refus
Dans le cas où le CÉR demande des modifications et des clarifications, le chercheur a la
responsabilité de répondre dans les délais spécifiés au point 8.
Dans le cas où le projet est accepté tel que présenté ou s’il reçoit une approbation suite
aux modifications ou clarifications demandées, le CÉR émet un certificat qui couvre la
durée du projet, en tenant compte de la recommandation émise par le chercheur. La
validité du certificat est conditionnelle au respect des conditions énoncées au point 8.6
relative au suivi continu.
8.5
Réévaluation et appels des décisions
Un chercheur a le droit de demander la réévaluation d’une décision concernant son projet
de recherche, et le CÉR a l’obligation d’y donner suite dans un délai n’excédant pas 60
jours (article 6.18, EPTC2). Au cours de cette réévaluation, le CÉR doit permettre au
chercheur de présenter tout document, ou de faire entendre toute personne susceptible
d’apporter un éclairage nouveau sur le projet Le CER doit, au terme de ce processus de
réévaluation, rendre une décision motivée et aviser le chercheur de cette décision par
écrit.
Le chercheur peut faire appel de cette décision.
L’appel doit être déposé au Décanat de la recherche dans un délai maximal de 60 jours
après que le chercheur eut reçu cette décision. Le chercheur a la responsabilité de
justifier les motifs d’appel et de signaler toute entorse au processus d’évaluation ou tout
élément de la décision qui n’est pas justifié par la Politique ou les lois en vigueur. Le
doyen de la recherche transmet le dossier complet, soit tout document pertinent, pour
évaluation à un comité d’éthique de la recherche externe désigné par le conseil
d'administration pour agir comme comité d’appel.
Ce comité d’appel aura 60 jours pour rendre sa décision. La décision prise par ce comité
est finale et sans appel.
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
15
8.6
Suivi continu des projets de recherche
Toute recherche en cours doit faire l’objet d’une surveillance éthique continue (articles
2.8, 6.14 et 6.15, EPTC2), dont la rigueur est conforme à la méthode proportionnelle
d’évaluation éthique. Le suivi continu comprend au minimum le dépôt d’un rapport de
suivi annuel au CÉR et un rapport final au terme du projet. Le dépôt d’un rapport de suivi
peut être plus fréquent si le risque associé au projet de recherche est supérieur à
minimal. La fréquence de l’évaluation continue est déterminée par le CÉR sur
recommandation du chercheur.
Le CÉR peut retirer son approbation éthique au projet de recherche pour lequel le
chercheur responsable n’a pas déposé son rapport de suivi continu 60 jours après la date
où le rapport aurait dû être déposé. Après le retrait de ladite approbation, si le chercheur
veut poursuivre ce projet, il doit présenter une nouvelle demande de certificat
conformément à l’article 7 de la présente Politique.
Dans tous les cas, le CÉR est rapidement avisé de la fin d’un projet par le chercheur
responsable.
De plus, le chercheur doit présenter sans délai au CÉR :



toute demande de modification de son projet de recherche approuvé initialement
que ce soit au formulaire de consentement, au protocole d’expérimentation ou à la
méthode de collecte ou de traitement des données;
la dénonciation de toute déviation, tout accident grave ou toute situation imprévue;
le dépôt de toute plainte fondée relative à l’un ou l’autre des éléments précédents.
L’omission d’informer le CÉR d’un changement peut entraîner l’annulation du certificat
d’éthique. Toute modification jugée importante par le président est soumise à nouveau à
une évaluation déléguée ou en comité plénier à sa demande.
8.7
Recherche émergente
Tout chercheur qui dans le cadre de sa recherche effectue la collecte de données suivant
un modèle de recherche émergente doit fournir au CÉR tous les renseignements
disponibles pour aider ce dernier à évaluer et à approuver la méthode générale de
collecte de données, comme le prévoit l’article 10.5 de l’EPTC2. Aussi, le chercheur doit
aviser le CÉR, pendant le déroulement de son projet, de tout changement aux méthodes
de collecte de données.
8.8
Recherche multicentre
On distingue deux modes d'approbation éthique dans le cas d'un projet de recherche
multicentre : le mode général d'approbation et le mode d'approbation régi par une entente.
8.8.1 Évaluation d'un
d'approbation
projet
de
recherche
multicentre
-
mode
général
Ce mode est utilisé lorsque les partenaires n'ont pas convenu d'une entente spécifique
en matière d'approbation éthique. Dans le cas où l’Université est l’établissement
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
16
responsable de la recherche, le CÉR s’assure de l’approbation par un comité d'éthique
de tous les établissements partenaires. Dans le cas où c'est l’Université qui est
partenaire dans un projet pour lequel un autre établissement est responsable de la
recherche, le CÉR applique la procédure d’évaluation des projets prévue à l’Université et
le résultat de l’évaluation éthique est transmis à l’établissement responsable de la
recherche.
8.8.2 Évaluation d'un projet de recherche multicentre - mode d'évaluation régi par
une entente
L’évaluation de l’acceptabilité éthique réalisée par un CER externe peut être acceptée à
la condition qu’il s’agisse d’un projet à risque minimal et qu’une entente soit signée entre
l’Université et l’établissement du CER externe concerné relativement à l’approbation
éthique des projets de recherche. Une telle entente doit être approuvée par le conseil
d’administration de l’Université après avoir fait l’objet d’un avis de la part du CÉR.
L’Université ne convient de telles ententes qu’avec des établissements qui adhèrent aux
exigences de l’EPTC2. Le CÉR de l’Université est informé du résultat des évaluations
éthiques réalisées par les CER des établissements partenaires.
Dans le cas d’un projet de recherche multicentre où l’Université est l’établissement
responsable et où un ou plusieurs partenaires ne sont pas couverts par une entente, le
CÉR s’assure de l’approbation par un comité éthique de tous les établissements
partenaires avec lesquels l’Université n’a pas convenu d’une telle entente.
8.9
Évaluation en situation d’urgence publique
En situation d’urgence publique officiellement déclarée par une autorité publique, le
président du CÉR, après avoir consulté le président du conseil d’administration, établit
toute procédure nécessaire pour répondre à la situation, même celle dérogeant à la
Politique (articles 6.21, 6.22 et 6.23, EPTC2).
8.10
Recherche visant les Premières Nations, les Inuits ou les Métis du Canada
Le chercheur doit prendre connaissance, et se conformer, au chapitre 9 de l’EPTC2.
8.11
Les essais cliniques
Le chercheur doit prendre connaissance, et se conformer, au chapitre 11 del’EPTC2.
9.
Conflits d’intérêts
Les chercheurs et les membres du CÉR doivent dévoiler au CÉR tout conflit d’intérêts réel,
potentiel ou apparent (chapitre 7, EPTC2).
9.1
Les chercheurs
Les conflits d’intérêts des chercheurs peuvent découler notamment des situations
suivantes :
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
17





de relations interpersonnelles (par exemple liens familiaux ou relations de
proximité);
de partenariats financiers;
d’autres intérêts économiques, par exemple les entreprises dérivées dans
lesquelles le chercheur a un intérêt ou les contrats de recherche privés;
d’intérêts académiques;
de toute autre incitation susceptible de compromettre l’intégrité ou le respect des
principes directeurs en éthique de la recherche.
Tout conflit d’intérêts réel, potentiel ou apparent doit être signifié au CÉR par le
chercheur sur le formulaire « Déclaration éthique ».
Le CÉR doit déterminer si un conflit d’intérêts institutionnel doit être divulgué aux
participants éventuels à la recherche dans le cadre du processus de consentement
(article 7.2, EPTC2).
9.2
Les membres du CER
Les conflits d’intérêts des membres du CÉR peuvent survenir notamment dans les
situations suivantes :




lorsque leurs propres projets de recherche sont examinés par le CÉR;
lorsqu’ils sont cochercheurs;
lorsqu’ils ont une relation de supervision ou de mentorat avec un étudiant;
lorsqu’ils ont des relations interpersonnelles (par exemple liens familiaux ou
relations de proximité) ou financières avec les chercheurs, ou des intérêts
personnels ou financiers au sein d’une entreprise, d’un syndicat ou d’un organisme
sans but lucratif susceptible d’être le commanditaire d’un projet de recherche ou
d’être touché de façon importante par le projet de recherche (pages 102-103,
EPTC2).
Lorsque le CÉR évalue un projet dans lequel un de ses membres a un intérêt personnel,
ce dernier doit s’absenter au moment des discussions et de la prise de décision afin
d’éviter tout conflit d’intérêts. Le membre concerné peut cependant présenter son dossier
aux autres membres du CÉR.
10. Plainte
Toute plainte à incidence éthique reliée au mandat du CER, et toute allégation de
manquement à l’intégrité d’un membre du CER, sera traitée selon la procédure prévue de
traitement des plaintes de la Politique d’intégrité dans les activités de recherche et de création
de l’Université.
Ces plaintes doivent être étudiées avec rigueur, rapidité et dans le respect de la confidentialité
des personnes en cause. La plainte doit être faite par écrit et transmise au secrétaire général
de l’Université.
Le CÉR doit aussi déclarer tout manquement à l’intégrité dont il se rendrait compte de la part
d’un de ses membres.
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
18
11.
Responsabilités du chercheur
Chaque chercheur est responsable du bon déroulement de son projet de recherche,
notamment :

de s’assurer de déclarer, sur le formulaire prévu à cet effet, toutes ses activités de
recherche et de prévoir l’évaluation, selon le cas, des risques liés aux animaux et à
l’environnement et d’entamer les démarches requises;

de s’assurer de l’évaluation scientifique de son projet de recherche par des pairs;

de la surveillance de sa recherche pour s’assurer qu’elle est menée de manière
éthique;

du signalement des évènements imprévus;

d’informer le CÉR de toute modification au projet de recherche;

de la supervision de la manière dont chacun des membres de son équipe applique les
méthodes de recherche. Le chercheur reste toujours responsable des actions des
membres de son équipe agissant en son nom;

de veiller à ce que les membres de son équipe soient qualifiés et comprennent bien la
façon de respecter l’éthique dans la recherche (article 6.14, EPTC2);

évaluer les risques de santé et sécurité, et mettre en place les mesures adéquates
recommandées par le comité désigné par le conseil d’administration tel que prévu à
l’article 8;

d’évaluer les risques d’atteinte à la vie privée et les menaces pour la sécurité de
l’information touchant tous les stades de la recherche;

de mettre en place des mesures adéquates pour protéger l’information (article 5.3,
EPTC2);

de signifier au CÉR tout conflit d’intérêts réel, potentiel ou apparent;

de s’assurer d’avoir le consentement libre, éclairé et continu des participants ;

de respecter les politiques institutionnelles en vigueur à l’Université pour toute demande
d’engagement de dépenses telles que la Procédure administrative d’acquisition de
biens de services de l’Université, et la Politique relative aux frais de voyage et aux frais
de déplacement de l’Université. De plus, les particularités de chaque programme de
financement ainsi que les règles générales des conseils fédéraux devront être
respectées.
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
19
12.
Consentement libre et éclairé
Le principe de base de la Politique est la reconnaissance des droits de chaque participant et de
sa capacité à prendre une décision libre, éclairée et continue quant à sa participation à une
recherche. Appliqué au processus d’évaluation éthique, ce principe signifie l’ouverture d’un
dialogue, l’établissement de procédures et le respect des droits, des devoirs et des exigences
sans lesquels un participant pressenti ne pourrait donner de consentement libre, éclairé et
continu (article 3.5, EPTC2).
En pratique, et après vérification des cas particuliers prévus à l’EPTC2, dont l’article 3.6
concernant la démarche critique, et l’article 3.11 concernant les directives du participant à la
recherche, cela veut dire que toute recherche ne peut débuter que si chaque participant
pressenti ou, dans le cas d’un participant âgé de moins de 18 ans ou d’un participant majeur
inapte, le titulaire de l’autorité parentale ou le mandataire, tuteur ou curateur, a pu donner un
consentement libre et éclairé. Le participant doit être avisé qu’il peut retirer son consentement
à tout moment pendant la recherche. Ainsi, le chercheur a le devoir continu de communiquer
aux participants toute information pertinente, notamment les modifications apportées au projet
de recherche ou toute découverte fortuite qui peuvent avoir des incidences pour eux et modifier
leur consentement (article 3.3, EPTC2).
De façon générale, la preuve du consentement libre et éclairé du participant doit être obtenue
par écrit ou par un autre moyen approprié, consigné par le chercheur. Lorsque le
consentement écrit est culturellement inacceptable, ou qu’il existe de solides raisons justifiant
l’impossibilité d'obtenir un tel consentement, il convient d’étayer par des documents les
procédures ayant permis un consentement libre et éclairé (article 3.12, EPTC2).
Sous réserve des lois applicables, le CÉR peut accepter une modification aux exigences
relatives au consentement, tel que prévu à l’article 3.7A, EPTC2, s’il est convaincu et obtient la
preuve que :

la recherche expose tout au plus les participants à un risque minimal;

la modification des exigences relatives au consentement risque peu d’avoir des
conséquences négatives sur le bien-être des participants;

il est impossible ou pratiquement impossible de mener à bien le projet et de répondre de
manière satisfaisante à la question de recherche telle qu’elle est définie dans le devis de
recherche si le consentement préalable des participants est nécessaire;

la nature et la portée précises de toute modification proposée sont décrites;

Le plan prévoyant le débriefing (le cas échéant) et permettant éventuellement aux
participants de refuser leur consentement et de retirer leurs données ou leur matériel
biologique respecte les conditions de l’article 3.7B de l’EPTC2 (2014) voulant que :
a) Un débriefing doit être prévu dans toute recherche où il y a modification des
exigences relatives au consentement quand il est possible, réaliste et
approprié de le faire;
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
20
b) Les participants à de tels projets de recherche doivent avoir la possibilité de
refuser leur consentement et de demander le retrait de leurs données ou de
leur matériel biologique quand il est possible, réaliste et approprié de le faire.
Toutefois, aucune exception au consentement libre et éclairé n’est acceptée lorsqu’un projet de
recherche est susceptible de porter atteinte à l’intégrité, peu importe si les participants à la
recherche sont des mineurs, des majeurs inaptes ou des majeurs aptes.
On doit insister sur le caractère « volontaire » du consentement qui doit être donné sans
manipulation, coercition ou influence excessive. Il est fondamental que le participant ait la
possibilité de revenir en tout temps sur sa décision de participer, et ce, sans aucun préjudice,
tout comme il est important de s’assurer que le participant ait le temps et les conditions
nécessaires afin de bien comprendre la nature et la portée du consentement.
Lorsque le consentement a été donné par un tiers autorisé, conformément aux lois
applicables, et que le participant légalement inapte comprend la nature et les conséquences
de la recherche à laquelle on lui demande de participer, le chercheur doit aussi vérifier les
désirs du participant à cet effet. Le dissentiment du participant pressenti suffit pour le tenir à
l’écart du projet (article 3.10, EPTC2).
L’exigence du consentement éclairé implique que le participant potentiel reçoit l’information
appropriée. Notamment, il est informé quant au but de la recherche, à la nature de sa
participation, aux avantages et aux inconvénients qu’il encoure, aux risques inhérents et à
toute autre information pertinente. En outre, il aura reçu la confirmation que la confidentialité et
l’anonymat des données et résultats seront assurés (article 3.2, EPTC2).
Le CÉR propose au chercheur un modèle de formulaire de consentement. Ce formulaire doit
répondre aux conditions générales fixées par l’EPTC2 qui précise les renseignements
nécessaires à un consentement libre et éclairé (article 3.2, EPTC2) que le chercheur doit
fournir aux participants pressentis ou aux tiers autorisés. Le chercheur communique aux
participants, dès le début de ce processus, entre autres, les informations suivantes :

L’information selon laquelle la personne est invitée à prendre part à un projet
de recherche;

Une déclaration intelligible précisant le but de la recherche, l’identité du chercheur, la
nature et la durée prévue de leur participation ainsi qu’une description des méthodes
de recherche;

Un exposé compréhensible des avantages et des inconvénients raisonnablement
prévisibles associés à la recherche, ainsi qu’une description des conséquences
prévisibles en cas de non-intervention - notamment dans le cas de projets liés à des
traitements, entraînant des méthodologies invasives, ou lorsque les participants
risquent d’être exposés à des inconvénients physiques ou psychologiques;

La garantie que les participants pressentis sont libres de ne pas participer au projet, de
s’en retirer en tout temps sans perdre de droits acquis et d’avoir en tout temps de
véritables occasions de revenir ou non sur leur décision;
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
21

13.
La possibilité de commercialisation des résultats de la recherche et l’existence de tout
conflit d’intérêts, réel, éventuel ou apparent, impliquant aussi bien les chercheurs que
les établissements ou les commanditaires de recherche.
Vie privée et confidentialité des données
Le respect de la vie privée est un principe fondamental lié au respect des participants de
recherche. Il existe un risque d’atteinte à la vie privée, en raison de la possibilité d’identifier un
participant, à toutes les étapes de la recherche : au moment de la collecte, de l’utilisation et de
l’analyse des données, de la diffusion des résultats de la recherche, de la sauvegarde et de la
conservation des données et au moment de la destruction des données.
Le traitement confidentiel des données d’informations personnelles est donc un devoir du
chercheur. Dans le processus de consentement libre et éclairé, les participants doivent être
assurés de l’étendue de la protection des renseignements personnels. Le CÉR et les
chercheurs doivent être particulièrement attentifs aux données faisant l’objet de déclarations
obligatoires (ex.: lois obligeant à signaler les cas d’enfants maltraités, les maladies
infectieuses, les intentions d’homicides).
L’Université met à la disposition des chercheurs des mesures de sécurité pour protéger les
données des chercheurs. Les mesures peuvent varier selon le niveau de sécurité exigé.
Chaque chercheur a la responsabilité de se renseigner sur ces mesures et de les utiliser (article
5.4, EPTC).
14.
Création d’une banque de données
La création d’une banque de données à des fins de recherche doit être autorisée par le CÉR.
Le cas échéant, le chercheur doit soumettre un cadre de gestion de la banque de données.
Selon le Guide d’élaboration des cadres de gestion des banques de données et de matériel
biologique constituées à des fins de recherche du Ministère de la Santé et des Services
sociaux, 2012, une banque de données se définit ainsi :
«…une banque de données et du matériel biologique nécessitant l’élaboration
d’une cadre de gestion suppose qu’il y ait collecte, conservation, distribution de
son contenu et que ce contenu servira à plusieurs recherches dans une
perspective de pérennité. Par opposition, un chercheur qui recueille du matériel
biologique ou qui met sur support informatique des données aux fins de la
gestion ou de l’organisation d’une seule recherche ne constitue pas une
banque.» (Page 1, Guide d’élaboration des cadres de gestion des banques de
données et de matériel biologique constituées à des fins de recherche)
15.
Recherche en génétique humaine
Dans le cas de recherche en génétique humaine, le chercheur doit soumettre au CÉR, en plus
de sa demande de certificat éthique, un plan de gestion de l’information qui est susceptible
d’émerger de sa recherche, tel que prévu à l’article 13.2 de l’EPTC2.
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
22
16.
Liste des personnes prêtant leur concours à des activités de recherche
Pour tout projet de recherche visé par l’article 21 C.c.Q., et afin de s’assurer que les personnes
prêtant leur concours à des activités de recherche jouissent des mêmes droits qu’un usager
recevant des soins de santé et de services sociaux, le MSSS exige la mise en place d’une
mesure permettant d’identifier ces personnes. Cette mesure vise les sujets de recherche qui ont
consenti à participer à un projet de recherche au sein d’un établissement de santé et de
services sociaux ou par le biais de cet établissement.
Ainsi, pour tous les projets de recherche concernés par cette mesure, le chercheur doit
conserver une liste des sujets de recherches pour une période maximale de douze (12) mois
suivant la fin du projet de recherche. Des règles de confidentialité doivent être mises en place et
le participant, dans son formulaire de consentement, doit autoriser l’établissement de santé
concernée à y accéder.
Le chercheur doit s’engager explicitement, dans sa déclaration éthique, à conserver une telle
liste.
Le but de cette mesure est d’assurer la protection des sujets de recherche. Cette mesure
« …implique de prévenir, d’éviter ou de réduire les risques et également d’être en mesure de
cerner une situation de surutilisation ou d’exploitation des sujets de recherche ». Une copie de
la note explicative du MSSS, qui comprend les détails des mécanismes à mettre en place, est
annexée à la Politique.
17.
Interprétation
Le secrétaire général, ou son représentant sont responsables de toute question
d’interprétation ou d’application de la Politique.
Toute question concernant la procédure doit être transmise au secrétaire du CÉR qui, au
besoin, prend avis auprès du président.
18.
Modification
Le CÉR révise la Politique au minimum tous les deux ans et transmet ses recommandations
au conseil d’administration de l’UQO.
Toute modification à la Politique se fait selon la procédure prévue au Règlement de régie
interne de l’UQO.
19.
Entrée en vigueur
La présente Politique, ou toute modification à celle-ci entre en vigueur à la date prévue par le
conseil d’administration au moment de son adoption.
Politique d’éthique de la recherche avec des êtres humains
23
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising