ESPRIT | ET488 | ZAMUKA N°20.pmd - RIM

12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
Z A M U K A
Bulletin d’ analyse et d’ information sur la microfinance
N°20 Mars 2011
ALLIANCE STRATEGIQUE ENTRE LES BANQUES COMMERCIALES
ET LES INSTITUTIONS DE MICROFINANCE
L’analyse de la situation socioéconomique du pays a conduit le
Gouvernement burundais à mettre les
préoccupations en rapport avec la
réduction de la pauvreté au centre de
ses politiques de développement. En
effet, la population vivant en dessous
du seuil de pauvreté est estimée à
environ 67 %, et à 90 % celle vivant
de l’agriculture et de l’élevage. La
même population est limitée dans
l’accès aux services financiers du
secteur bancaire traditionnel alors que
la mobilisation de l’épargne et l’accès
au crédit permettrait de financer
davantage de projets générateurs
d’emplois et de revenus.
Le secteur financier au Burundi est
actuellement constitué de 8 banques
commerciales,de 2 établissements
financiers spécialisés (un fonds
spécialisé dans le financement de
l’habitat, une banque nationale de
développement
économique
« BNDE »), de plusieurs bureaux de
change, de vingt deux institutions de
microfinance dont 4 en démarrage, de
six sociétés d’assurance et de deux
organismes de prévoyance sociale. Le
marché monétaire est sous- développé
et il n’y a pas de marchés financiers.
Les banques dominent le secteur avec
79% de l’actif total des institutions
financières.
Aujourd’hui, la finance de proximité
est tenue par les institutions de
microfinance alors que les banques
commerciales financent le commerce
extérieur et le crédit intérieur en faveur
des agents économiques à
revenus intermédiaires et élevés.
Le secteur financier a connu une
croissance soutenue au cours des
dernières années. Les actifs ont
cru de 134% entre 2004 et 2009
et les crédits de 111%, dont ceux
au secteur privé de 88 %. Quant
aux dépôts bancaires, ils ont
connu un taux de croissance de
138 %.Au niveau du secteur de
la microfinance au cours de la
même période, l’ encours dépôt
est passé de 2 654 147 000 Fbu
à 33 282 113 196 Fbu. Quant
aux crédits octroyés, l’ encours est
passé de 13 897 427 000Fbu en
2005 à 41 270650 703 Fbu en
2009.
Synergie et alliance stratégiques
entre les banques commerciales
et les IMF, une solution aux
lacunes du système existant.
Un renforcement des synergies
entre les banques commerciales et
les institutions de microfinance, une
définition claire des domaines de
complémentarité et d’opérationnalisation entre les deux types
d’institutions constitueraient une
alternative appropriée pour corriger
les lacunes du système existant en
l’ occurrence le faible déploiement
des établissements bancaires en
dehors de la capitale Bujumbura
et l’étroitesse de la gamme de
produits financiers offerts par les institutions
de microfinance.
La synérgie entre les 2 structures permettrait
aussi de dégager une capacité institutionnelle
requise pour résoudre les problèmes de
financement des pauvres en général et du
monde rural en particulier.
Le défi majeur du système financier
burundais est de pouvoir financer véritablement
l’ économie et ainsi contribuer à la réduction
du niveau de pauvreté de la population, eu
égards aux appuis divers dont il bénéficie.
En effet, en 2009 le crédit accordé à
l’agriculture, qui fait vivre plus de 90%
de la population ne représentait que
1.08% du total du crédit à l’économie.
Suite en page 2
SOMMAIRE
Alliance stratégique entre les banques commerciales et les institutions de microfinance............1
Indicateurs de performances des IMF membres du
RIM............................................................................3
Le Consortium TERRAFINA renforce le secteur
de la microfinance au Burundi.............................4
Vers la mise en place d’ une stratégie de
développement du secteur financier.................... 5
Inclusion financière:Comment y parvenir?........6
Garantie des prêts: une opportunité pour les IMF
opérant dans le secteur agricole................................ 6
AFAB: L’ accès des femmes aux crédits, un défi
important à relever.................................................7
Quelques indicateurs de la microfinance au
Burundi....................................................................8
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
Tél: (257) 22251958 Fax :(257) 22253710 B.P:1592 Bujumbura-Burundi
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
e-mail: rimburundi@gmail.com Site Web:www.rimburundi.org
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
12345678901234567890123456789012123456789012345678901234567890121234567890123456789012345678901212345678901234567890123456789012123456789012345
Dossier
Suite de la page 1
Vis-à-vis de l’environnement socioéconomique, les principaux problèmes qui
entravent le financement de l’agriculture
relèvent de l’extrême pauvreté de la majorité
de la population, de l’analphabétisme qui
handicape la formulation des projets
bancaires viables et leur mise en œuvre, de
l’exiguïté des terres et des aléas climatiques
qui aggravent le déficit en projets viables,
des coûts d’approche de la clientèle élevés
suite à un type d’ habitat (population)
dispersée sur les collines ainsi que des
infrastructures de base insuffisantes en
particulier celles de communication.
Vis-à-vis des institutions burundaises de
microfinance, les points faibles à relever
sont (en plus de celle ci-haut mentionnée)
liés au faible refinancement , au
partenariat technique et financier
insuffisant en microfinance,à la faible
qualification du personnel et la faiblesse
des infrastructures financières.
Nonobstant ces faiblesses, le secteur de
la microfinance au Burundi présente des
points forts à savoir : un déploiement de
186 points de service, une expérience dans
la collecte des dépôts et la distribution
des crédits de faible montant, ainsi que
des coûts transactionnels faibles.
Du coté des banques commerciales, les
faiblesses identifiés relèvent principalement
du faible déploiement en dehors de la
capitale Bujumbura ; d’une technologie du
crédit inadaptée au financement de la
population à faible revenu en milieu rural
ainsi que des coûts transactionnels très
élevés. Leurs points forts résident au
niveau d’une infrastructure financière très
développée (procédures, SIG, NTIC),
d’une large gamme d’opérations
autorisées ; d’une bonne maîtrise de
gestion du risque ; d’un système de
gestion cohérent et rassurant pour les
partenaires nationaux et internationaux;
d’une bonne autosuffisance opérationnelle
pour l’ensemble du secteur ainsi que des
ressources financières abondantes
surtout à court terme.
Un autre atout des banques commerciales se situe au niveau de la gamme
des opérations autorisées notamment:
l’émission et la gestion des moyens de
paiement, les opérations de transfert de
fonds et de change, la mobilisation de
l’épargne, la distribution du crédit.
Par contre, les opérations autorisées aux
IMF sont limitées aux produits
d’épargne généralement l’épargne à vue
et l’épargne à terme, les produits de
crédit et certaines opérations de caisse
en franc burundais.
Les relations entre les banques
commerciales et les institutions de
microfinance (IMF) doivent être
analysées sous l’ angle de partenariat.
En effet, une tendance qui s’observe
aujourd’hui chez certaines IMF
burundaises est d’emprunter des fonds
auprès des banques commerciales.
Par la suite, ces fonds sont utilisés
pour accorder des crédits à leur
clients ou membres entrepreneurs.
c’ est l’ exemple de la CECAD et du
FSTE qui totalisent un montant de
7.150. 000.000 Fbu les emprunts
auprès des banques commerciales en
2010.
A leur tour, les IMF collectent des
épargnes qu’elles déposent sur des
comptes ouverts auprès des banques
commerciales. Cette relation illustre
bien une des formes de coopération
entre les deux types d’institutions.
Compte tenu de cette évolution, il est
important que la Banque Centrale
s’ajuste au niveau de la réglementation,
pour favoriser une dynamique de
complémentarité plus vaste entre les
banques commerciales et les IMF.
En utilisant ses prérogatives et en
actualisant ses instruments de
régulation et de contrôle du système
financier, la Banque Centrale peut
faciliter le début d’un développement
plus intense d’une synergie et des
alliances entre les banques et les IMF
autour de certaines opérations
comme le transfert de fonds en
devises et en franc burundais; le
refinancement des IMF par les
banques ; l’octroi aux IMF par les
banques des lignes de crédit pour
financer des crédits à court et à moyen
terme; l’octroi de crédits consortiaux
par les IMF et les banques
commerciales.
Comme les IMF travaillent avec une
clientèle considérée comme trop
risquée, l’Etat et la Banque Centrale
devraient initier un fonds de garantie
du secteur de la micro finance pour
couvrir les défaillances éventuelles.
Bireha Audace
Consultant en microfinance
NOS MEMBRES
TWITEZIMBERE Microfinance
FSTE
FSTS
CECM
FENACOBU
WISE s.a
UCODE Microfinance
MUTEC s.a
CECAD
COSPEC
HOPE FUND Burundi s.a
RECECA-Inkingi
COPED Ishaka Microfinance
TURAME C.F s.a
BNDE
CCI-ODAG
2
ZAMUKA: Votre Bulletin
Dossier
INDICATEURS DE PERFORMANCES DES IMF MEMBRES DU RIM.
En vue d’encourager et d’améliorer la
transparence financière entre les
institutions de micro finance et les
partenaires qui les soutiennent ou qui
envisagent de les soutenir, le Réseau des
Institutions de Micro finance au Burundi,
RIM, publie les indicateurs de
performance de ses membres.Cette
initiative converge avec le souci de
l’autorité réglementaire de renforcer
les performances des IMF et d’instaurer des points de référence pour
2007
Indicateurs
Rentabilité financière
16%
Norme en Afrique
de l’ Ouest
-4%
-2%
2. Rendement sur actif
0%
-6%
-1%
3. Autossufisance opérationnelle
115%
120%
131%
188%
>130%
67%
67%
78%
87%
>=100%
5. Marge bénéficiaire
-9%
-12%
-4%
47%
>20%
6. Coefficient d’ exploitation
233%
172%
127%
402%
>=60%
7. Productivité des agents de crédits
743
990
1343
4166
>130
8. Productivité du personnel
365
388
488
1190
>115
9. Rendement du portefeuille
34%
36%
31%
71%
-
66%
74%
52%
14%
<=35%
13%
>15%
>3%
11. Ratio des frais généraux
44%
53%
39
9%
<20%
12.Ratios des charges du personnel
18%
24%
16%
3%
<10%
13.Taux de rendement des actifs
10%
11%
15%
41%
>15%
14. Ratio de liquidité de l’ actif
12%
28%
22%
53%
>5%
24%
40%
44%
81%
>10 %
41126
94 579
101500
-
259 394
339 571
360 166
-
18.Points de service
142
155
176
-
19.Personnel
508
702
870
-
20.Agents de crédit
51
98
145
-
21.Nombre de prêts en cours
41126
94579
107500
15.Ratio de capitalisation
16.Emprunteurs actifs
17.Epargnants
Indicateurs
non financiers
Meilleur
ratio
en 2009
-5%
10. Ratio des charges d’ exploitation
Gestion du bilan
2009
1. Rentabilité des fonds propres
4. Autosuffisance financière
Efficacité
et productivité
2008
le secteur de la micro finance au
Burundi. Dans les rapports publiés par
le RIM sur une base annuelle, les
indicateurs de performances retenus
sont regroupés en sept catégories. Le
tableau ci-après en reprend 4
-
Suite en page 4
ZAMUKA: Votre Bulletin
3
Interview
LE CONSORTIUM TERRAFINA RENFORCE LE SECTEUR DE LA MICROFINANCE AU BURUNDI.
A travers l’entretien avec l’ Assistant Technique Régional, Monsieur Frank Bakx, Votre bulletin «ZAMUKA» vous
fait découvrir la mission et les appuis que l’ ONG hollandaise « TERRAFINA » apporte au secteur de la microfinance
au Burundi.
Par rapport aux actions menées par microfinance plus le RIM. En 2011,
d’autres organisations au niveau du Terrafina dispose d’un budget de
secteur de la microfinance au Burundi. 500 000 Euros pour l’appui financier
quelle est la spécificité de Terrafina ? et technique.
Frank Bakx, Conseiller Technique
Régional /Terrafina.
ZAMUKA:
Nos lecteurs aimeraient connaître la
mission de Terrafina.
Frank Bakx
La mission de Terrafina est de renforcer
le secteur de la micro finance rurale en
Afrique par l’amélioration des services
financiers à la population rurale qui n’a
pas accès à la banque classique.
Terrafina n’offre pas des micro-crédits
directement.Il s’agit d’un bailleur, mais
aussi d’une organisation qui octroie des
services d’assistance technique, des
conseils, des appuis et des formations
aux institutions de microfinance. La
spécificité de Terrafina réside donc dans
la combinaison des petites subventions
servant à l’autosuffisance des institutions
de microfinance avec l’assistance
technique. Terrafina facilite aussi l’accès
aux refinancements des IMF auprès des
partenaires dans le consortium qui sont:la
fondation Rabobank et Oikocrédit.
Est-ce que vous pouvez révéler les
conditions exigées aux IMF pour
accéder aux financements de
Terrafina ?
Terrafina n’a pas de fonds tout à fait
ouverts. C’est lui même qui sélectionne
ses partenaires. Au Burundi, il a choisi
de travailler avec 9 institutions de
Quelles sont les perspectives de
Terrafina pour le Burundi ?
Terrafina aimerait particulièrement
appuyer au développement des
produits financiers notamment le crédit
agricole, le leasing, le transfert des
fonds internationaux.
Vous apportez une assistance
technique aux IMF, vous connaissez
leur mode d’opération, un peu de
leurs performances. Les grands
défis que vous décelez au niveau du
secteur sont lesquels ?
La Santé du secteur de la micro finance
au Burundi s’améliore, mais il reste
beaucoup à faire. Les grands défis
identifiés sont liés à la mauvaise
gouvernance et à l’insuffisance de
professionnalisme dans les IMF.
Dieudonné MUREKAMBANZE
Suite de la page 3
principaux à savoir: les indicateurs de rentabilité
financière, les indicateurs d’éfficacité et de
productivité, les indicateurs de gestion du bilan, les
indicateursnon financiers.Selonletableau,lasituation
en matière de rentabilité s’est améliorée en 2009
par rapport à l’année 2008.L’autosuffisance
opérationnelle et l’autosuffisance financière se sont
améliorées mais restent en dessous des normes.Le
tableau montre également que la productivité des
IMF reste assez bonne.La productivité des agents
de crédit et du personnel est respectivement estimée
à 1343 et 488 en 2009.Quant à l’efficacité, les
charges d’exploitation restent assez élevées par
rapport aux produits d’exploitation même si il y a eu
une nette amélioration par rapport à l’année 2008.
Selonlerapport2009,lesinstitutionsdemicrofinance
se rapprochent de plus en plus de la population
cible. En effet, elles ont au total 176 points de
4
service répartis de façon inégal sur
tout le territoire national. La région
Nord en compte 66, la région Sud
25, la région Ouest 15, la Mairie
de Bujumbura 18, la région Centre
39 et la région Est 13.
Le nombre d’emprunteurs actifs
s’élève à 101 500 tandis que le
nombre d’épargnants se situe à
360 166. Bien plus, les quinze
institutions sur 17 membres, ayant
collaboré dans l’établissement du
rapport 2009 emploient 870 cadres
et agents.
Bien que globalement la situation se
soit améliorée en 2009 par rapport
à l’année 2008, les institutions de
microfinance burundaises doivent
ZAMUKA: Votre bulletin
fournir des efforts en matière
d’établissement des statistiques en
investissant dans l’amélioration de
leur système d’information de
gestion. Jusqu’à présent, la
répartition des clients ou membres
par sexe, individu ou groupement
ainsi que celle des crédits par
secteur d’activité ne sont pas encore
établies par toutes les
institutions.Pour arriver à améliorer
la rentabilité, la qualité du
portefeuille, l’efficacité, la
productivité ainsi que la portée des
IMF, des améliorations des produits
et le renforcement des capacités des
IMF sont à poursuivre et à intensifier.
Dieudonné MUREKAMBANZE
Dossier
VERS LA MISE EN PLACE D’UNE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT DU SECTEUR FINANCIER.
De gauche à droite,Joseph NDAYIKEZA, Chef de Cabinet au Ministère des Finances, Gaspard
SINDAYIGAYA Gouverneur de la Banque Centrale et Thacien NZEYIMANA, Président du Comité
national d’ élaboration de la stratégie de développement du secteur financier.
Le secteur financier constitue un socle
sur lequel repose le développement du
pays.Quand il est sain et vigoureux,
l’économie s’accroît, le secteur privé
se développe et la pauvreté diminue.
Au Burundi, ce secteur connaît des
faiblesses notamment l’absence d’un
système de paiement moderne et
efficace et en particulier une monétique
qui en est à ses premiers pas ainsi qu’un
accès très limité au financement pour les
petites et moyennes entreprises.
Reconnaissant ces faiblesses, le
Gouvernement burundais avec le
soutien de la Banque Mondiale et du
Fonds Monétaire International a mis en
place un projet d’élaboration de
stratégie pour bâtir un programme
solide de réformes et de développement
de ce secteur à court, moyen et long
terme. Ainsi par ordonnance du
Ministre des finances, un Comité
National d’élaboration de la stratégie,
comprenant les principales parties
prenantes (ministères et institutions
financières) a été mise en place en Mai
2010. Ce Comité s’est aussitôt mis à
l’œuvre et appuyé sur des études
récentes, telles que l’aide mémoire de
la revue conjointe Banque Mondiale/
FMI sur le secteur financier du Burundi,
des études sur les assurances et la
sécurité sociale, sur le cadre juridique
et judiciaire, sur le financement rural, la
P.M.E (Petite et Moyenne Entreprise),
sur la microfinance et sur le climat des
affaires au Burundi.
Le document de projet de la stratégie
élaboré par ce Comité a fait objet de
validation au cours d’un atelier organisé
le 17 novembre 2010. Il définit 4 axes
stratégiques à savoir:
-Accroître la stabilité et la transparence
du secteur financier. Dans ce cadre, la
stratégie prévoit le renforcement de la
supervision des banques, des
institutions de microfinance,des
compagnies d’assurance et de la
prévoyance sociale.
- Développer l’infrastructure. Il s’agira
notamment de mettre en place un
système de paiement sûr et efficace qui
sera la base de toutes les transactions
financières. Le marché monétaire sera
renforcé. A terme, le développement
des marchés financiers complétera
l’infrastructure.
-Approfondir le secteur financier. Selon
le projet de stratégie, la profondeur du
secteur signifie, entre autres, un bon
accès aux services financiers à un coût
raisonnable; en particulier pour les
MPEM, les agriculteurs et les classes
défavorisées; l’accès à des ressources
longues et le financement du logement
par des instruments appropriés. Les
actions à mener dans ce cadre seront
de nature à promouvoir le dynamisme
et l’interaction des différentes
catégories d’institutions financières
pour améliorer la pénétration des
ZAMUKA: Votre bulletin
services financiers, à développer les
institutions existantes, d’ouvrir le
secteur à de nouvelles institutions et de
favoriser l’introduction de nouveaux
instruments.Dans ce contexte,
l’accroissement du rôle du secteur privé
dans le secteur financier sera
encouragé.
- Améliorer le cadre juridique et
judiciaire pour qu’il puisse effectivement
contribuer à la stabilité et à
l’approfondissement du secteur financier
en renforçant le respect des contrats et
le recouvrement des créances.
En analysant le projet de stratégie de
développement du secteur financier , il
apparaît que la priorité est donnée aux
actions des deux premiers axes, en
l’occurrence, le renforcement du
contrôle, en particulier le contrôle des
institutions de microfinance et les
compagnies d’assurance, le développement des centrales d’information, le
renforcement des banques, des
institutions de microfinance et des
compagnies d’assurance, la modernisation du système de paiement et la
mise en place du cadre de gestion de la
liquidité de l’Etat et de la dette publique.
Il est important de rappeler que au
cours de l’atelier de validation du
document en question, il a été suggéré
que les contacts soient pris avec
l’équipe en charge de la rédaction du
Cadre Stratégique de Lutte contre la
Pauvreté (2ème génération) pour que la
stratégie soit intégrée dans ce
document.Il a été aussi recommandé
de se rapprocher du Ministère du
Commerce qui est chargé de
l’élaboration de la stratégie de
développement du secteur privé.
Signalons ici que au cours de son
intervention à l’ouverture de l’atelier,
le Chef de Cabinet au Ministère des
Finances M.Joseph NDAYIKEZA
avait souligné que la stratégie ne doit
pas être un document de plus, qu’ il
Suite en page 6
5
Dossier
INCLUSION FINANCIÈRE: COMMENT Y PARVENIR ?
Points clés
Compte tenu du soutien politique accordé
aujourd’hui à la question de l’inclusion financière,
le WSBI (World Savings Banks InstituteInstitut Mondial des Caisses d’Epargne),
présente ses idées, perspectives et propositions
sur la façon de la réaliser, en s’attachant plus
particulièrement à la situation dans les
économies émergentes et en développement:
• L’inclusion financière doit être une priorité des
institutions et organismes globaux en charge
de la politique financière et bancaire, et doit
résulter des actions coordonnées des parties
prenantes au niveau national (représentants des
différents secteurs impliqués/bancaires ,
sociaux/développement/éducation, etc.) ;
• L’inclusion financière implique l’accès à une
gamme complète de services et produits
financiers abordables, sûrs, accessibles, adaptés
et utilisables (crédit, épargne, transferts de fonds,
assurance,etc.) ;
• L’inclusion financière requiert le développement de techniques innovantes, non
seulement pour la distribution des
services comme le «branchless
banking », mais aussi pour la
conception des produits et la
conclusion de partenariats
commerciaux ;
• L’inclusion financière nécessite un
éventail de prestataires de services
financiers solides et efficaces,
opérant dans des conditions de
concurrence équitables,
• La communauté internationale doit
soutenir le développement des
secteurs financiers inclusifs,par le
biais d’un certain nombre d’actions:
- élaboration d’un environnement
réglementaire et de supervision
proportionné, qui favorise l’inclusion
financière en offrant un équilibre
entre les risques à prendre en
compte et les coûts de mise en
oeuvre ;
- définition d’un cadre qui favorise
et soutient les solutions technologiques telles que les transactions
bancaires par téléphonie mobile et,
plus généralement,la banque à
distance, qui permettront d’élargir
l’accès à la finance;
- accent sur l’importance des efforts
d’éducation financière, surtout
auprès des enfants et des jeunes, et
introduction de l’éducation
financière dans les programmes
scolaires ;
- mise en place d’un niveau
approprié de protection des
consommateurs comme élément clé
pour le développement de relations
bancaires de long terme basées sur
la confiance.
Source:www.lamicrofinance.org
GARANTIE DES PRÊTS:UNE OPPORTUNITÉ POUR LES INSTITUTIONS DE
MICROFINANCE OPÉRANT DANS LE SECTEUR AGRICOLE.
L’ USAID a mis en place un
programme de partage de risques sous
forme de garantie aux crédits agricoles
octroyés au secteur agricole et de la
microfinance auprès de l’ Interbank
Burundi. L’accord de garantie signé
entre les deux institutions précise que
«ces prêts sont consentis sur les
ressources propres de la banque et
ne doivent pas dépasser l’équivalent
en francs burundais de trois millions
de dollars américains. L’engagement
de garantie de l’ USAID, qui est de
50% maximum, ne devant pas, quant
à lui, aller au-delà de la contre-valeur
en francs burundais d’ un million cinq
cent mille dollar américains ». Les
bénéficiaires de ces fonds sont les
entrepreneurs directs (avec un taux
oscillant entre 16 et 17%) et les
institutions de microfinance (pour un
taux de 14%).
Recueilli par Dieudonné MUREKAMBANZE
Suite de la page 5
faut plutôt qu’il constitue une référence
avérée et respectée.
Il importe aussi de signaler que la
nécessité d’élaborer une stratégie de
développement du secteur financier au
Burundi est ressentie dans la déclaration
rendue publique par la mission du Fonds
66
Monétaire International (FMI) qui a
séjourné à Bujumbura du 1er au 10
décembre 2010 en vue de procéder à
la cinquième revue du programme
économique et financier du
Gouvernement burundais dans le cadre
de la Facilité Elargie de Crédit (FEC).
ZAMUKA:
ZAMUKA:Votre
VotreBulletin
Bulletin
«Les membres de la mission insistent
sur la nécessité de poursuivre les
réformes qui s’imposent pour stimuler
la croissance en faisant avancer la
réforme du secteur financier » stipule
la déclaration.
Dieudonné MUREKAMBANZE
Interview
AFAB: L’ ACCES DES FEMMES AUX CREDITS, UN DEFI IMPORTANT A RELEVER
La Présidente de l’Association des Femmes Entrepreneurs du Burundi, AFAB, Madame Alice REMEZO, nous a
accordé une interview sur la mission et les objectifs de son institution. Elle donne également son point de vue sur
les grands défis à relever pour permettre l’accès des femmes aux petites et moyennes entreprises.
ZAMUKA : Est ce que vous pouvez
brièvement présenter votre institution?
Alice REMEZO
L’Association des Femmes entrepreneurs
du Burundi (AFAB) a été créée en 1992
par un groupe de femmes conscientes du
rôle important que les femmes ont à jouer
dans le développement économique du
Burundi. Aujourd’hui, elle constitue la
chambre des femmes au niveau de la
Chambre Fédérale de Commerce et
d’Industrie du Burundi. L’AFAB s’est
assignée comme mission principale la
promotion de l’ entreprenariat féminin
avec comme objectifs la soustendant :
-Le rassemblement et la diffusion des
informations concernant l’émergence
des femmes entrepreneurs du Burundi
sur la scène économique nationale et
internationale,
- La formation des femmes entrepreneurs
à la gestion de leurs entreprises,
- La recherche du partenariat régional et
international,
- La promotion des échanges commerciaux,
- L’appui à l’amélioration de l’environnement législatif du commerce.
Les membres de l’ AFAB sont répartis
dans huit secteurs d’activités notamment
le commerce général, l’importation et
l’exportation, l’artisanat, l’hôtelerie et la
restauration, l’ agro-alimentaire, la santé,
les services et l’ industrie.
Par rapport à la mission de l’ AFAB et
aux actions qu’ elle a déjà menées,
comment se pose aujourd’hui la
problématique de renforcement du
pouvoir économique de la femme
burundaise ?
En général, le renforcement du pouvoir
économique de la femme burundaise est
lié à la situation économique que vit le
pays actuellement. Mais, particulièrement pour la femme, le grand défi qui
s’observe est l’accès au financement
et au renforcement des capacités. En
effet, la femme est la première à n’est
pas être formée de manière convenable,
ce qui a toujours limité ses opportunités
d’emplois, d’accès à l’information, aux
marchés et aux services financiers
auxquelles s’ajoutent les nombreuses
contraintes socioculturelles.Ce défi a
pour conséquence la faiblesse de la
productivité et des revenus ainsi que
l’incapacité des femmes à pouvoir créer
leurs entreprises.
Quels sont les mécanismes mis en
place et les actions déjà entreprises
par l’AFAB pour accroître la
contribution des femmes au
développement du secteur privé ?
Le mécanisme le plus visible est la mise
en place d’une institution de microfinance
dénommée WISE (Womens Initiatives for
Self Empowerment) née en 2007 en
continuité de notre caisse de solidarité.
Sa création vise à répondre aux besoins
criants des femmes d’avoir accès aux
crédits et surtout de les inciter à l’épargne.
Selon les indicateurs disponibles,
vous trouvez WISE prometteuse et
toujours dans l’esprit de la mission
lui assignée par l’ AFAB ?
WISE est d’ abord une institution de
microfinance jeune. Si on analyse les
chiffres, on voit qu’ elle va dans le sens
positif. Il y a deux ans nous avons eu un
bilan négatif, mais cette année les chiffres
sont positifs.Néanmoins, WISE connaît
des défis.Le plus important est lié à
l’insuffisance des ressources financières.
L’autre défi qu’il faut signaler est
d’ approcher les services financiers
de WISE aux femmes .
En effet, la femme entrepreneur se trouve
partout sur le territoire national alors que
WISE est seulement implantée à
Bujumbura.
ZAMUKA: Votre Bulletin
Mme Alice REMEZO Présidente de L’ AFAB
Il s’agit d’un défi à relever avec le
temps. Il faut aussi souligner que
l’absence de fonds de garantie
handicape énormément la femme
entrepreneur.Comme vous le savez,
nous n’avons pas encore une loi sur
la succession qui pourrait garantir aux
femmes le droit à une propriété
pouvant servir d’hypothèque.Il
convient aussi d’ajouter qu’avec
WISE, nous avons jusqu’à présent
travaillé avec nos propres fonds, je me
dis qu’il serait important si on pouvait
avoir quelqu’un pour nous renforcer
en capital ressources.
Est ce que vous pouvez révéler
les projets d’avenir de l’ AFAB ?
Nous allons beaucoup plus travailler
sur le volet recherche des
financements en matière de fonds de
garantie car, sur terrain, les femmes
n’ ont pas de garantie leurs permettant
d’ accéder aux crédits. Aussi, nous
allons avec d’autres associations
féminines, renforcer le plaidoyer pour
la mise en place de la loi sur la
succession.
Recueillis par
Dieudonné MUREKAMBANZE
7
QUELQUES INDICATEURS DE LA MICROFINANCE AU BURUNDI.
31/12/2007
Variables
31/12/2008
31/12/2009
31/12/2010
clients ou membres
309 945
403 897
430 842
446 661
Nombre d’ emprunteurs
112 422
104 021
166 366
127 398
Encours dépôt (Fbu)
17 657 582 439
30 541 158 549
33 282 113 196
43 048 072 149
Crédits octroyés
au cours de l’ année(Fbu)
20 622 337 797
30 752 426 954
40 632 884 853
54 630 847 987
Encours crédits
18 930 603 801
28 740 431 405
41 270 650 703
56 308 664 246
ADBANKING
PROGICIEL DE GESTION INTEGREE POUR IMF
AD BANKING
Services offerts...
EST UNM LOGICIEL
TRANSACTIONNEL INTÉGRÉ AYANT UNE
Nous proposons l’informatisation
des institutions de microfinance .
COUVERTURE FONCTIONNELLE ASSEZ
S ON
UTILISATION EST
DE PARAMÉTRAGE LARGE.
IL
EST
PARTICULIÈREMENT ADAPTÉ POUR UN
FONCTIONNEMENT EN MODE GUICHET
ET EN RÉSEAU QUI EST LE PRINCIPAL
APPORT DE LA DERNIÈRE VERSION V3.
(CGAP 2009).
ADFinance BURUNDI sprl
Contacts
Arnaud NYABUZANA
Assistant Technique
Tél: 257 79 404 175
257 78 862 829
email:zanarno@yahoo.fr
Olivier MUGABONAKE
Directeur Général
Tél: 257 79 031 627
email:olivier.mugabonake@adfinance.org
ADBANKING
INTUITIVE ET LOGIQUE, ET SA CAPACITÉ
Le gage de la sécurité
Le lévier des performances
La voie vers
le professionnalisme
ADBANKING
COMPLÈTE.
Notre SI permet l’ automatisation des tâches suivantes:
√ Gestion des clients
√ Gestion de l’ épargne
√ Gestion des crédits
√ Gestion de la comptabilité
√ Gestion de la consolidation
ADbanking est utilisé dans plus
de 55 institutions de microfinance
réparties sur 8 pays:
n Comores,
n Burundi,
n Mali,
n Rwanda,
n Burkina-Faso
n Niger,
n RDC,
n Sénégal
CE BULLETIN A ETE ELABORE GRACE A L’ APPUI FINANCIER DE TERRAFINA
Download PDF