denon avc-a1xv - Quality & Performance

>
PRISE EN MAIN
DENON AVC-A1XV ET DVD-A1XV
Duo de choc
NOUS N’AVONS PAS
RÉSISTÉ À LA TENTATION
DE VOUS PRÉSENTER LE
NOUVEAU FLEURON DE
LA GAMME D’AMPLIS
DENON, ACCOMPAGNÉ
DE SON LECTEUR
DVD UNIVERSEL.
UN ENSEMBLE NÉ
POUR BRILLER…
Fiche d’identité ampli
Prix indicatif :
6 500 € TTC
Type : ampli audio-vidéo 9.3
Décodeurs : DPL IIx, DD EX,
Dolby Headphone, DTS Neo,
DTS ES, DTS 24/96
Agrément THX : Ultra 2
Amplification : 10 x 170 W
Fonctions audio : THX
Surround EX, filtre actif paramétrable, convertisseurs audio
24 bits/192 kHz, 3 DSP 32 bits
Sharc à virgule flottante, autocalibrage par micro, Multiroom
sur 4 zones, double décodage
5.1 possible, fonction Lip-Sync
(retard audio), transcodeur
vidéo Composite -> S-vidéo ->
YUV, convertisseurs vidéo 12 bits/216 MHz,
désentrelaceur DCDi intégré,
scaler vidéo intégré
Entrées audio : Tuner, Phono, CD, CD-R/Tape
Entrées A/V doublées S-vidéo : DVD, VDP,
TV, DBS, VCR-1, VCR-2, VCR-3, VCR-4
Entrées YUV : 5 en RCA, 1 en BNC
(toutes assignables)
Entrées DVI : 1 en DVI-D (assignable)
Entrées HDMI : 3 en HDMI 1.1 (assignables)
Entrées numériques : 6 coaxiales,
5 optiques, 1 Denon Link (toutes assignables)
Entrée USB : non
Entrées i-Link : 2
Entrée Ethernet, RS-232C, sortie casque,
prise secteur commandée : oui
Entrées évolutives : 9.1 et 5.1
Prises en façade : audio, vidéo, S-vidéo,
numérique optique, RS-232
Sorties Trigger : 4 en 12 V
Sorties numériques : 3 optiques
Sorties Moniteur : audio (stéréo et 9.1),
vidéo, S-vidéo, YUV (RCA et BNC), DVI-D, HDMI
Sorties zone 2 : audio (stéréo et 5.1),
vidéo, S-vidéo, YUV
Sorties zone 3 : audio (stéréo), vidéo, S-vidéo
Sorties zone 4 : audio (stéréo)
Télécommande : programmée et programmable
Consommation : 850 W
Dimensions : 434 x 280 x 505 mm
Poids : 44 kg
108 HOME CINÉ DVD
Ce n’est pas tous les jours que
nous prenons autant de joie
à tester des appareils. Le plaisir a
même été double, car nous avons eu
droit à deux monstres de qualité :
l’AVC-A1XV et le DVD-A1XV.
DEUX BÊTES DE COURSE
Première bonne surprise au déballage
du lecteur DVD, on se retrouve face
à un appareil pour le moins cossu
et bien en chair. Dix-neuf kilos sur la
balance (le poids d’un ampli moyen
de gamme), c’est un gage de rigidité
du châssis, donc de qualité générale
(insensibilité aux vibrations). Même
constat après ouverture du carton
de l’amplificateur. En plus d’être
impressionnant au niveau de ses
dimensions (presque 30 cm de
haut), le bestiau atteint les 44 kilos.
Stabilité assurée, mais meuble costaud impératif pour accueillir cet
appareil hors du commun ! Évidem-
LES PRISES,
ment, la face avant de ces
ÇA COMPTE !
deux appareils reprend Points forts
les standards esthétiques ✔ Décodage redoutable En retournant les appa✔ Amplification
reils, se dévoile ensuite
Denon, agrémentée ici très efficace
sous nos yeux ébahis la
d’une finition haut de ✔ Connectique
connectique de nos deux
gamme nommée Silver ultra-complète
compagnons. Si le lecteur
Premium, à cheval entre ✔ Traitement vidéo
irréprochable
DVD propose une panol’argent et l’or : superbe. ✔ Entrées/sorties
plie ultra-complète en
Une sobriété et une sim- DVI et HDMI
matière de sorties audio
plicité qui permettent ✔ Gestion Multiroom
impressionnante
une disposition logique ✔ Évolutivité et possibi- et vidéo, l’ampli impressionne par la quantité
et raffinée des boutons. lités monstrueuses
de ses connecteurs. Pour
L’ampli ajoute une trappe
vous donner une idée, on
basculante sous laquelle se Points faibles
les a comptés : 114 prises
cachent d’autres touches, ✔ Pas d’entrée RF AC-3
RCA, 20 connecteurs
mais aussi la connectique ✔ Pas de lecture
multimédia via
haut-parleurs, 8 TosLink,
en accès direct : une sor- le port Ethernet
6 BNC, 4 HDMI, 4 sorties
tie casque, un port RS- ✔ Télécommande pas
la hauteur de la
Trigger, 2 DVI-D, 2 ports
232, une entrée S-vidéo, àstature
de l’ampli
i-Link, 1 port Denon Link,
une entrée vidéo, une
1 port Ethernet et 1 port RS-232.
entrée audio stéréo, une entrée
Bref, l’arrière est bien rempli. Avec
audio numérique optique plus
tout ça, il est capable de recevoir
l’entrée destinée au micro de calitous les types de signaux audio et
brage automatique.
vidéo imaginables. En véritable
centrale audio-vidéo, il autorise la
Derrière la trappe de
réception de quatre sources purela face avant se cachent
ment audio et huit sources audionon seulement la sortie
vidéo. Pour ces dernières, il met à
casque et les entrées
disposition six entrées YUV (cinq
audio-vidéo de façade,
par RCA et une par BNC), mais aussi
mais aussi l’entrée micro
trois entrées HDMI et une entrée
pour le calibrage automaDVI-D, toutes assignables à souhait.
tique et le port RS-232
Il propose encore deux entrées anapour les éventuelles
logiques multicanales, une 9.1 et
mises à jour logicielles.
L’agencement vertical de certaines
cartes permet une circulation naturelle
de l’air. De ce fait, cet ampli n’a pas
besoin d’une ventilation forcée
(aucun ventilateur).
114 RCA, 20 connecteurs
HP, 8 Toslink, 6 BNC,
4 HDMI, 4 sorties Trigger,
2 DVI-D, 2 ports i-Link,
1 port Denon Link,
1 port Ethernet
et 1 port RS-232 !
une 5.1, auxquelles s’ajoute une
sortie préampli en 9.1. Les sorties
vidéo se font de leur côté en Composite, en S-vidéo, en YUV, par RCA
ou BNC, en DVI-D ou en HDMI.
POUR TOUTE LA MAISON
Pour le multiroom, la zone 2 profite
de sorties audio analogiques en
stéréo et en 5.1, voire 7.1, accompagnées de sorties vidéo Composite,
S-vidéo et YUV. La zone 3 (car il y a
une zone 3 !) s’accommode d’une
sortie audio stéréo doublée d’une
sortie vidéo Composite et S-vidéo,
tandis que la zone 4 (si, si !) se satisfait d’une simple sortie audio stéréo.
Les dix canaux amplifiés sont pour
leur part totalement assignables,
c’est pourquoi ils ne sont identifiés
que par un chiffre. Ils peuvent par
exemple alimenter une installation
5.1 totalement bi-amplifiée, ou
encore une installation 7.1, avec
bi-amplification frontales (droite,
centre et gauche). Mais les capacités
de ce monstre sont telles, que ces
amplis peuvent aussi alimenter deux
installations 5.1 indépendantes
(deux décodeurs multicanaux sont
présents). Une installation 7.1 dans
la pièce principale, stéréo dans la
chambre et mono dans la cuisine,
est même concevable… En fait, la
L’agencement interne de ce monstre respecte une parfaite symétrie malgré ses très
nombreuses gestions audio et vidéo. Notez
au centre le gros transformateur et les
quatre magnifiques capacités, faisant
office de réserve de courant. Ça en
impose, non ?
seule chose que cet appareil soit
incapable de faire, c’est alimenter
des caissons de graves passif avec
ses propres amplis de puissance.
GESTION AUDIO
Cette bête de course est aussi
capable de gérer des caissons de
graves actifs comme jamais un
ampli ne l’avait proposé jusqu’alors.
Son préampli est effectivement en
mesure de piloter jusqu’à trois caissons. Il ne s’agit pas d’un simple réaiguillage du signal original, mais
bien d’un traitement à part entière.
Avec deux caissons par exemple, il
peut en faire travailler un pour le
LFE, l’autre pour le grave filtré des
voies principales. Il peut aussi les
faire travailler avec les enceintes
droite et gauche ou avant et arrière.
Avec trois caissons, il peut pousser
le vice jusqu’à en alimenter un pour
le LFE et les deux autres pour la
droite et la gauche ou l’avant et
l’arrière… Mais les possibilités de
ce produit ne s’arrêtent pas là. Les
entrées analogiques multicanales
(9.1 et 5.1) peuvent au choix, et en
toute indépendance, être renvoyées
directement sur les amplis de puissance (contrôle du volume conservé),
ou numérisées afin de profiter des
différentes corrections (niveau,
retard, égalisation…). Cela peut
s’avérer intéressant pour le raccordement d’un lecteur SACD et/ou
DVD audio ne proposant pas de
sortie numérique haute définition.
Pour le raccordement du DVDA1XV, il sera malgré tout préférable
d’utiliser l’i-Link. C’est pour l’instant
la seule liaison audio numérique
haute définition véhiculant le LPCM
des DVD audio et le DSD des SACD.
Le port Denon Link et les entrées/
sorties HDMI 1.1 (deuxième version)
présentes sur ces modèles sont en
effet encore bridées et ne prennent
toujours pas en charge le DSD. Une
mise à jour logicielle pourrait toutefois changer la donne, une fois les
accords obtenus... La Denon Link
serait alors à privilégier !
GESTION VIDÉO
L’ampli adopte une section vidéo
poussée faisant appel à un transcodeur et à un processeur vidéo
incluant un DCDi (puce FLI 2310).
Tous les signaux vidéo de définition
standard (480i/576i) arrivant en
Composite, S-vidéo ou en YUV,
sortent dans la même définition
via les sorties Monitor Composite et
S-vidéo (fonction transcodage),
mais aussi en progressif (480p/
576p), voire en haute définition
(720p ou 1 080i) via les sorties
Monitor YUV. De ce fait, même si
votre LCD, votre plasma ou vidéoprojecteur, ne dispose pas d’un traitement vidéo valable, vous serez sûr
d’obtenir une bonne image. Le traitement vidéo intégré à ce Denon se
charge de tout le travail d’interpolation et de désentrelacement, et en
prime, il le fait bien… À noter par
contre, le transcodage et le traitement vidéo ne s’appliquent pas
aux sorties vidéo zone 2 et zone 3.
Pour ces dernières, le signal sortant
est identique à celui de la source
entrante. De plus, les signaux analogiques, même après traitement,
ne sont pas renvoyés ni en HDMI, ni
en DVI. Cela fera partie d’une prochaine mise à jour matérielle (changement de carte vidéo), ce qui permettra de simplifier toujours plus la
liaison vers le diffuseur : un seul cordon HDMI ou DVI… Pour le lecteur
DVD, le désentrelacement est confié
à une puce Silicon Optix et la mise à
l’échelle à un scaler DVDO de dernière génération. Les sorties vidéo
Composite et S-vidéo profitent d’un
circuit vidéo totalement indépendant de celui alimentant les sorties
YUV, permettant de sortir simultanément des signaux entrelacés et progressifs. Un choix judicieux pour le
Multiroom… Comme on le voit,
tout a été prévu.
HOME CINÉ DVD 109
>
PRISE EN MAIN
DENON AVC-A1XV ET DVD-A1XV
Fiche d’identité lecteur DVD
Prix indicatif :
3 500 € TTC
Type : lecteur DVD universel
Agrément THX : Ultra
Décodeurs : DD, DTS, MLP, DSD
Système Surround virtuel :
SRS TruSurround
Formats : CD audio, CD-R/RW,
SACD, DVD vidéo, DVD audio,
DVD-R/RW (Vidéo Mode),
DVD+R/RW
Fonctions : lecture MP3 (CBR,
ABR, VBR), WMA (8 et 9 en
CBR et VBR), Jpeg (jusqu’à
25 Mpixels), décodeur HDCD,
désentrelacement vidéo en
10 bits (Silicon Optix), scaler
vidéo 10 bits (DVDO HQV), égaliseur vidéo
(niveau de blanc, niveau de noir, netteté,
couleur, teinte, gamma, réducteur de
bruit…), Bass Management SACD et DVD
audio, sortie HDMI 1.1
(compatible audio multicanale en HD)
Connectique : 2 sorties vidéo Composite
par RCA, 2 sorties S-vidéo par Ushiden,
1 péritel compatible RVB, 1 sortie YUV par
RCA, 1 sortie YUV par BNC, 1 sortie vidéo
numérique DVI-D, 1 sortie audio-vidéo
numérique HDMI 1.1, 1 sortie audio stéréo
analogique RCA, 1 sortie audio analogique
5.1 par RCA, 1 sortie audio numérique
optique et coaxiale, 2 sorties i-Link,
1 port Denon Link, 1 port RS-232
Convertisseurs audio : 24 bits/192 kHz
Convertisseurs vidéo : 14 bits/216 MHz
Télécommande : DVD
Consommation : 80 W
Finition : Silver Premium
Dimensions : 434 x 170 x 432 mm
Poids : 19 kg
110 HOME CINÉ DVD
CAPACITÉS AUDIO
Modèle universel oblige, le DVDA1XV intègre des décodeurs DD et
DTS, mais aussi MLP et DSD pour
répondre aux besoins des DVD
audio et des SACD. Leur configuration commune propose non seulement un réglage de niveau et un
paramétrage des enceintes avec
filtre actif réglable (40, 60, 80, 100 et
120 Hz), mais aussi un réglage de
distance pour chaque voie, y compris le caisson, chose encore assez
rare. Bien évidemment, tout ceci
n’est effectif qu’en liaison analogique. En i-Link, Denon Link ou
HDMI, le flux numérique est directement envoyé sans aucun traitement.
L’ampli adopte pour sa part absolument tous les derniers décodeurs
multicanaux du moment : DPL IIx,
DD EX, DTS Neo, DTS ES et DTS
24/96, mais aussi Dolby Headphone.
Il s’offre même l’agrément THX Ultra 2
et peut travailler, en plus des surrounds back, avec deux différentes
paires de surrounds (A ou B) : Speaker A en latéral pour les films ; speaker B à l’arrière pour la musique. Il
profite encore d’un Set-up automatique par micro gérant la compensation des distances, le filtrage en
fonction des capacités des enceintes,
les niveaux de chaque voie et l’égalisation de la pièce. Grâce au système
liorer le piqué de l’image.
Audyssey, les mesures
Et tous ses paramètres
pour l’égalisation sont Points forts
peuvent être sauvegardés
effectuées à plusieurs ✔ Superbe image
au choix dans un des cinq
endroits de la pièce pour ✔ Égaliseur
vidéo complet
blocs mémoire dispoune correction paramé- ✔ Excellent réglage
de gamma
nibles. Ce lecteur propose
trique encore plus pousenfin un réglage de
sée (512 points de mesure ✔ Désentrelaceur et
scaler irréprochable
gamma sur dix paliers,
sur la bande allant de 10 à
✔ Compatibilité DVD
permettant de régler aux
30 000 Hz, dont 100 sur la
audio et SACD
petits oignons l’image
bande 10 à 250 Hz, canal ✔ Sortie audio i-Link
et Denon Link
analogique (débouchage
subwoofer compris). Pour
HDMI
des noirs et optimisation
les réfractaires, il reste évi- ✔ Sortie
en version 1.1
des blancs). Ce dernier est
demment la possibilité
inactif sur les sorties vidéo
de régler tout soi-même. Points faibles
DVI et HDMI, mais elles
La correction propose ✔ Pas de lecture
profitent d’un réglage de
alors un égaliseur gra- DivX ni WMV
l’échelle de gris qui leur
phique neuf bandes (63, ✔ Pas de DSD via
la sortie Denon Link
est propre : Normal ou
125, 250, 500, 1 000, ou HDMI
Amélioré. Côté compati2 000, 4 000, 8 000 et
bilité, cette platine se joue des CD
16 000 Hz). Malheureusement, le
audio, des CD-R/RW, des CD DTS,
caisson de grave en est exclu.
des DVD vidéo, des DVD+R/RW, des
CAPACITÉS VIDÉO
DVD-R/RW (Vidéo Mode), des DVD
Pour l’ampli, les corrections vidéo se
audio et des SACD. En fait, elle ne
cantonnent à un réglage de séparaboude que les DVD-Ram et les DVDtion 3D de la luminance et de la
RW en VR Mode. Pour le multimédia,
chrominance (3D Y/C Séparation).
elle lit le Jpeg jusqu’à 25 Mpixels, le
Le lecteur DVD, pour sa part, pousse
MP3 en CBR, ABR et VBR, ainsi que le
bien plus loin l’aventure. Il permet
WMA en version 8 et 9. Seuls les
d’agir sur le contraste, la luminosité,
morceaux en WMA Lossless et DivX
la finesse moyenne, la finesse haute,
ne passent pas.
la teinte, le niveau de blanc, le niveau
QUOI DE PLUS ?
de noir et le chroma. Un réducteur
L’AVC-A1XV possède d’autres foncde bruit est aussi présent, tout
tions très intéressantes. La première
comme un Enhancer visant à amé-
Ici, la carte vidéo où l’on retrouve
les sorties DVI-D et HDMI, ainsi
que la fameuse puce Silicon Optix
sous son radiateur.
L’image se montre très
précise, les contours
parfaitement dessinés,
le tout avec une fluidité
déconcertante. Ce
lecteur est une
pure merveille !
se nomme Pure Direct et met hors
fonction tous les circuits vidéo pour
une extrême fidélité lors de l’écoute
de SACD par exemple. D’ailleurs,
cette fonction se retrouve aussi sur le
lecteur DVD. L’ampli propose encore
le Lip Sync, indispensable lorsque le
signal vidéo est retravaillé. Cette
fonction retarde le son afin de le
resynchroniser avec l’image, celle-ci
se décalant parfois, la faute aux traitements subis lors du désentrelacement et du Scaling. En retardant le
son de quelques millisecondes, les
dialogues se superposent alors de
nouveau aux mouvements des
lèvres des acteurs… Pour en revenir
à ses aptitudes de centrale audiovidéo, cet AVC-A1XV offre aussi
des possibilités d’intégration au
sein d’installations domotiques type AMX ou Crestron, car il dispose non seulement d’un port RS-232, tout
comme la platine DVD, mais
aussi d’un port Ethernet.
Attention, ce dernier, dans
son état actuel, ne pourra pas
servir de liaison avec un PC
pour jouer, par exemple, un
fichier audio (fonction passerelle multimédia). Encore
une fois, une mise à jour
annoncée réglera le problème. Notez enfin la présence de quatre sorties
Trigger 12 V, évidemment
adressables, qui pourront servir à la descente de l’écran
lors du visionnage d’un DVD
ou à l’allumage du vidéoprojecteur. Seul regret au niveau
de l’ampli, sa télécommande, certes
préprogrammée et programmable,
mais par vraiment en adéquation
avec le standing de l’ensemble. Un
modèle type Pronto avec écran tactile et programmation par PC aurait
été plus en phase…
EXTRA
Le paramétrage du lecteur DVD est
assez simple. Ayant fait le choix
d’une liaison DVI-D pour la vidéo et
i-Link pour l’audio, il a simplement
fallu activer ces dernières. Un petit
tour dans les ajustements vidéo pour
descendre à « +3 » le réglage Enhancer, et nous voilà avec une image
de toute beauté ! Il faut dire que le
désentrelacement est irréprochable,
et ce quelle que soit la situation.
Jamais nous n’avons réussi à le
mettre en défaut. Quant à la mise à
l’échelle du signal, là encore, c’est un
sans-faute. L’image se montre très
précise, les contours parfaitement
dessinés, le tout avec une fluidité
déconcertante. Vraiment, ce lecteur
est une pure merveille ! Ceci dit,
l’AVC-A1XV est loin d’être mauvais
lui aussi. Le calibrage par micro
accompagné du
traitement Audyssey ont réussi à venir efficacement à
bout de notre pièce pourtant acoustiquement difficile. Quant à ses aptitudes audio, il faut bien l’admettre,
l’AVC-A1XV nous a convaincus à
tous les niveaux. Son décodage est
irréprochable, même quand il travaille sur deux installations multicanales différentes, et ses étages de
puissance affichent une efficacité
redoutable, même en 7.1 avec biamplification avant. Les haut-parleurs sont parfaitement tenus. Le
message nerveux et parfaitement
timbré. Il ne soulève jamais ne seraitce qu’une once d’agressivité, tout en
étant fin dans les hautes fréquences
et énergique dans les basses. Il ne
nous reste donc plus qu’une seule
chose à faire : économiser pour
s’offrir ces fabuleux appareils !
LA CONCURRENCE
Si l’on tente la comparaison avec un
duo de même envergure, nos pensées convergent vers le couple Onkyo
TX-NR5000 et DV-SP1000 testé le
mois dernier et dans les
mêmes eaux tarifaires.
Sinon, en concurrents
directs de la platine DVD,
nous avons la Teac DV-50
(4 999 €), la Tag McLaren DVD-32FLR (5 199 €)
ou encore la Lexicon
RT-10 (4 750 €). Quant à
l’ampli, il devra se frotter
au Pioneer VSA-AX10Ai
(5 490 €), mais aussi au
Yamaha DSP-Z9 (4 999 €)
ou encore au Marantz
SR-9600…
PAR JACQUEMIN VIDAL
Aussi lourd qu’un ampli
traditionnel, ce lecteur DVD
bénéficie d’un soin particulier,
jusque dans l’agencement des
cartes audio-vidéo.
Verdict technique
Commençons par les défauts tant
les qualités sont nombreuses.
Pour le lecteur DVD, il est
frustrant de ne pouvoir sortir,
pour des raisons de droits, les
signaux DSD via les sorties HDMI
et Denon Link. Et pourquoi ne pas
accepter le DivX, alors qu’il est
capable de gérer le MP3, le WMA
et le Jpeg ? Quant à l’amplificateur,
pourquoi l’avoir affublé d’une
télécommande si peu classe ?
Et son port Ethernet, pourquoi
n’autorise-t-il pas la lecture de
fichiers audio, voire vidéo à partir
d’un PC ? Pour le reste, c’est un
sans-faute. Le lecteur DVD est
une bombe en audio comme
en vidéo. L’image procurée en
analogique progressif (YUV) ou
en numérique upscalé (HDMI
ou DVI-D) est tout simplement
exemplaire. Le piqué est là, le
naturel de l’image aussi, et la
fluidité excellente, tout comme
les contours et les arrière-plans.
Le désentrelaceur et le scaler sont
vraiment surprenant de qualité…
L’ampli est lui aussi redoutable.
Son calibrage automatique est
efficace, son décodage extra,
son amplification énergique.
Le rendu est doux et nerveux à la
fois, mélange de délié, de finesse
et de subtilité, tout en respectant
scrupuleusement les timbres et
les moindres nuances. Il est en
prime aussi à l’aise en Home
Cinéma qu’en Hi-Fi pure…
Au niveau des possibilités,
c’est simple, il écrase toute la
concurrence. Sa gestion vidéo,
épaulée par un transcodeur
vidéo, un désentrelaceur DCDi
et un scaler de qualité, fait des
miracles. Son étonnante gestion
Multiroom fait rêver (il est
capable de gérer deux
installations 5.1), et sa
connectique donne le
tournis. En clair, cet ensemble est
redoutable à tous les niveaux,
et nous regrettons vraiment
de devoir nous en séparer…
HOME CINÉ DVD 111