Nr 4 - décembre (pdf 5MB)

Nr 4 - décembre (pdf 5MB)
mobilis
LE MAGAZINE DE VOLVO TRUCKS BELGIUM ■ NO. 4 2007
kerkstoel béton
une passion
pour le béton
6 façons de réduire les coûts de carburant
Comment Volvo relève ce défi
MARtens Energie
pourvu que l’hiver soit rigoureux !
mobilis
sommaire # 4/2007
edito
Win Win
F
ormule magique ou vue de l’esprit ? Ni
12 Les transports sur la plus grande
île au monde
Le Groenland ne compte que 56.000 habitants et aucune route ne relie les collectivités
entre elles. Un camion n’a donc en général que quelques kilomètres à parcourir.
Pourtant, la plus grande entreprise de transport du pays n’a jamais eu autant de travail
qu’aujourd’hui !
23 6 façons de réduire les coûts
de carburant
La maîtrise de la consommation de carburant est aujourd’hui l’une
des priorités majeures. Elle concerne non seulement l’environnement,
mais également l'efficacité énergétique et, enfin et surtout, la marge
de l’exploitant. Voici comment Volvo relève ce défi.
36 POURVU QUE L'HIVER SOIT Rigoureux !
Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, les livreurs de mazout travaillent
par tous les temps ! Exemple à l’appui avec la société Martens Energie
(Lens) dont la flotte est composée quasi à 100% de Volvo !
38 Volvo Trucks prend l’initiative
dans la lutte contre les émissions de CO2
La lutte contre le CO2 est une priorité au niveau international.
Et Volvo Trucks prend une place prédominante dans ce combat.
Le site gantois de l’entreprise vient d’être promu première
« entreprise exempte de CO2 » de notre pays.
A USSI D A NS C E NUMÉRO :
3 s ta r t
3 5 MON V OL V O ET MOI
4 0 vo lvo n e ws
mobilis, une édition de Volvo Trucks Belgium Tél. : 02/482.51.11 Fax : 02/465.73.40
Editeur responsable : Annie Rottiers, avenue de Hunderenveld, 10, 1082 Bruxelles
l’une ni l’autre. C’est en deux mots ce que la
conduite économique a pour conséquence.
Le premier « Win », c’est pour le transporteur.
Une conduite économique est source de gains
énergétiques et allège donc les fameuses charges
de carburant qui grèvent tant la rentabilité des
entreprises de transport. Mais ce n’est pas tout. Cette
même conduite économique préserve les organes
vitaux des véhicules et prolonge ainsi leur durée de
vie. Tout bénéfice !
Et le deuxième « Win » ?
C’est pour la planète. La nôtre et celle de nos
enfants. C’est un combat dans lequel Volvo s’est très
tôt mobilisé, bien avant que ce soit à la mode. Et
nous continuons, plus motivés que jamais. Notre
concept Fuelwatch, que vous découvrirez en détails
dans ce Mobilis, permet concrètement de réaliser des
économies par une méthode structurée et une série
de mesures interactives qui allient hardware, software
et technologie. Tout bénéfice pour tout le monde !
Une boîte magique.
Elle est magique parce qu’aujourd’hui, personne
ne peut contester les réelles qualités de l’I-Shift. Un
seul chiffre : 60% des nouveaux Volvo sont équipés
de cette boîte. Là encore, la technologie Volvo fait des
merveilles. A la fois robuste, fiable, et très agréable à
l’usage, l’I-Shift est dorénavant le maître choix.
Je terminerai cet éditorial en souhaitant à chacun
d’entre vous nos meilleurs vœux au nom de toute
l’équipe de Volvo Trucks et de Mobilis. Bonne année
2008… Que vos rêves se réalisent.
Peter Himpe
2
Managing Director Volvo Trucks Benelux
mobilis # 4 2007
Start
TOUTE L'ACTUALITé DU TRANSPORT
3 questions à… Daan Schalck, président du Conseil de la mobilité
pour la Flandre (MORA) récemment institué le 18 septembre. Conseil
consultatif stratégique, le MORA s’est vu confier un important rôle en matière de
préparation politique par le Gouvernement flamand mais entend surtout susciter
une forte adhésion sociale.
cruciale si l’on entend prendre des
décisions dans des dossiers tels
que la taxe kilométrique, la maîtrise
du trafic des marchandises, le développement d’un réseau de transport
public…
partici pe nt au proj et-pi lote
mob i lis : Qu’atte n de z-vous des
d. schalck : Le scepticisme de
la Febetra repose sur le fait qu’une
flexibilisation accrue du transport de
marchandises n’est qu’un élément
parmi d’autres dans l’éventail complet des mesures à prendre pour
appréhender les embouteillages. Il
est nécessaire d’investiguer à plus
grande échelle que les deux cas du
projet-pilote. Ce dossier témoigne de
la nécessité de recueillir l’adhésion
préalablement à de telles mesures.
rapports su r la mob i lité qu e
fou r n i ra tous les ci nq ans le
mob i lis : Qu e ls sont, se lon
MORA ?
vous, les pr i nci paux défis du
d. schalck : Le rapport sur la
mobilité doit, à terme, devenir un document de référence offrant un support fondamental tant aux membres
du MORA qu’au monde politique,
mais aussi à toutes les parties prenantes concernées par la mobilité.
MORA ?
Le principal défi du
MORA consiste à assister le Gouvernement flamand dans la mise en
œuvre d’une approche intégrée de la
problématique de la mobilité, portée
par une large base. L’adhésion est
d. schalck :
mob i lis : Volvo et B e kae rt
visant à déplace r le trafic
des cam ions ve rs la fi n de la
mati née. La Fe b etra est sce ptiqu e. Votr e réaction à ce
propos ?
5 vérifications importantes pour aborder la période
hivernale en toute quiétude…
L’arrivée de l’hiver est à chaque fois
synonyme de petits ou gros soucis
qui ne manquent pas de perturber
le travail au quotidien. Mieux vaut
donc prévenir que guérir !
1. Les pn e us . A chaque tâche son
pneu dit-on ! Si une vérification
complète de ceux-ci s’impose, il est
opportun de se poser la question
de la pertinence de la monte de
pneus hiver, même partiellement.
2. L’antig e l mote u r . Ici aussi
cette précieuse vérification est très
importante sans quoi les conséquences pourraient être désastreuses.
3. Le liqu i de du lave-g lace . Non
seulement l’appoint est plus que
recommandé, mais il est obligatoire
de s’assurer de la présence suffisante d’antigel ! Dans la mesure du
possible, prendre une petite réserve
avec soi : le prix sera bien plus inté-
ressant que dans l’urgence !
4. Les balais d’essu i e-g lace .
Si en été ce sont les insectes qui
rendent la vue impossible, en hiver
par contre, votre ennemi sera le sel,
qui au travers des projections de la
route rendra votre pare-brise tout
blanc.
5. Le chau ffag e de n u it. Qui
peut encore s’en passer, mis à part
ceux qui ont connu l’époque où il
n’existait pas ? Comme il est possible que celui-ci n’ait plus fonctionné
depuis un moment, son contrôle
complet sera le bienvenu.
Bonne route !
Distribution urbaine :
les soucis rencontrés dans
les centres-villes
Dany Fafchamps
(indépendant)
E n dou b le fi le
« Comme bon nombre
d’automobilistes occupent les emplacements réservés aux
véhicules de livraison, nous n’avons
d’autre solution que de nous mettre en double file. En essayant de
perturber au minimum le reste de la
circulation. On s’organise alors pour
préparer au maximum les colis qu’il
faut décharger et parfois reprendre. »
Georges Ranocha
(Europe Move)
De la r esponsab ilité des magasi ns
« Les centres-villes et
leurs nouveaux ronds-points ne sont
pas toujours adaptés à la taille des
véhicules de livraison. Mais notre plus
gros souci, c’est de trouver un emplacement de parking qui nous permet
de décharger nos colis. J’estime que
lors de la conception des magasins
que nous desservons, il faudrait penser à cet aspect des choses. »
Yves Leemans (Café Liégeois)
Su r l’ar rêt de b us
« Pour me parquer j’ai
besoin de deux emplacements consécutifs,
impossible à dégoter
en plein centre-ville. Il faut donc avoir
recours aux arrêts de bus mais ce
n’est pas légal. On peut donc prendre
PV sur PV selon les villes que l’on
dessert car les politiques en la matière sont assez différentes… J’ai aussi
un souci avec les zones 30, souvent
mal annoncées par des panneaux
trop petits. »
L'échange de palettes, une pratique à bannir ?
L’échange de palettes, à charge
du transporteur, constitue un coût
de plus en plus difficile à supporter pour ce dernier. D’ailleurs, le
nombre de transporteurs décidant
d’abandonner ce système va croissant. Pourquoi ? Parce que souvent
le chargeur ou l’expéditeur ne
paie pas ce service (qui comprend
l’acquisition, l’administration et l’entretien des palettes) et en raison
des problèmes liés aux palettes en
mauvais état, à l’absence de palettes pour en assurer l’échange, etc.
Les membres de l'Association
suisse des transports routiers
ASTAG ont, eux, tout simplement
décidé de renoncer à l'échange
automatique et gratuit des palettes
de transport, et ceci dès janvier
2008. Conséquence : la responsabilité de la gestion des palettes
revient à l'expéditeur des marchandises et/ou au destinataire.
Ce mouvement a tendance à se
généraliser en Europe, y compris
en Belgique.
De plus en plus de transporteurs
décident de mettre fin au système de
l’échange de palettes.
mobilis # 4 2007
3
Mr Kerkstoel « Au début, les chauffeurs étaient
plutôt sceptiques par rapport à la marque. Mais
ils ont très vite pu se rendre compte que les
véhicules conviennent extrêmement bien à ce
type de travail ».
4
mobilis # 4 2007
long story
kerkstoel
béton
Une passion pour le béton !
La fourniture de béton prêt à l’emploi
implique un timing parfait pour lequel la
fiabilité des véhicules s’avère cruciale. Pour
s’assurer une telle fiabilité, aujourd’hui et
demain, Kerkstoel Béton a pris une décision
drastique : basculer l’intégralité de sa flotte
vers Volvo Trucks, en trois ans à peine.
L
e Groupe Kerkstoel, à
Grobbendonk, est actif dans le
bâtiment et les matériaux de
construction depuis plus de
100 ans et se compose de différentes entités. « Le concept ‘better mix’
s’applique totalement aux constructions en
béton. Cela implique que nous nous chargeons de la réalisation des bétonnages, pour
le compte de nos clients, dans les délais les
plus courts. Mais nous avons aussi Kerkstoel 2000+, qui opère indépendamment
du département béton depuis les années
nonante. Cette division se focalise intégralement sur la production et le placement de
pré-dalles et de doubles cloisons ». Les prédalles, fabriquées dans toutes les formes
possibles et dans des épaisseurs pouvant
aller jusqu’à sept centimètres, sont utilisées
pour la réalisation de chapes en béton.
De par la structure lisse et rigide de leur
face inférieure, elles forment de ravissants
plafonds. Le versage jusqu’à l’épaisseur de
revêtement souhaitée résulte en une chape
bétonnée massive. Les doubles parois renforcées se composent, en revanche, de deux
panneaux de béton armé solidarisés par des
poutres à treillis. Les commodités nécessaires peuvent éventuellement être prémontées. Les différents éléments muraux
sont eux-mêmes assemblés sur le chantier
avant d’être remplis de béton, afin qu’ici
aussi un ensemble robuste puisse voir le
jour. Des années d’expérience, un savoirfaire inégalé, des innovations et des investissements continus ont permis à Kerkstoel
2000+ de se hisser dans le peloton de tête
des leaders européens du marché du béton
préfabriqué.
mobilis # 4 2007
5
>>
Le béton sous toutes ses for m es
La S.A. Kerkstoel Béton se consacre intégralement à la livraison de béton prêt à l’emploi,
de chapes, de stabilisé, de mortier… et veille
entre autres à l’acheminement de tous les
produits en béton pour les autres entreprises.
« Tout le béton que nous livrons est certifié
Benor. Le client est ainsi assuré de sa qualité
et de sa durabilité ». Outre la fourniture de
béton, l’entreprise livre également du mortier
prêt à l’emploi sur les chantiers. Celui-ci est
directement déchargé dans les bacs à mortier
qui, à l’aide d’une grue de chantier, peuvent
être aisément déplacés sur le site afin que les
ouvriers puissent immédiatement se mettre
au travail. « La fourniture de béton cellulaire
fait aussi partie de notre gamme de produits.
Ces dernières années, cette forme de béton
connaît un réel essor, notamment grâce à son
potentiel isolant et à la nécessité de construire
de manière durable ».
Un éventail aussi large de produits et les délais
très serrés qui caractérisent le secteur exigent
un personnel qualifié et du matériel adéquat.
La fiabilité est, à ce titre, un aspect crucial qui
explique mieux pourquoi Kerkstoel Béton a
investi dans une flotte de véhicules moderne
et variée. Elle doit permettre à l’entreprise de
faire preuve d’une flexibilité maximale et de
pouvoir approvisionner tout type de chantiers.
U n m ix de Volvo
« Nous avons perçu une pointe de scepticisme
quand nous avons annoncé à nos collaborateurs notre décision de collaborer avec Volvo.
Au fond, ils se demandaient si Volvo était le
partenaire approprié. La plupart d’entre eux
connaissaient, bien sûr, le produit ‘Volvo’. Mais
il était encore très nettement associé au chauffeur professionnel international qui abat des
milliers de kilomètres par an et au FH, l’étendard de la marque. Dès que nous avons mis les
« En travaillant sur la base de contrats d’entretien, nous pouvons parfaitement prévoir notre structure de coûts,
ce qui est crucial au vu des faibles marges qui caractérisent le secteur ».
6
mobilis # 4 2007
premiers véhicules en service, l’enthousiasme a
toutefois immédiatement conquis chacun. Les
réticences de nos collaborateurs ont disparu et
chacun a pleinement soutenu notre décision »,
souligne Mr P. Kerkstoel.
« Notre organisation repose sur quatre piliers
importants : la livraison de bons produits,
un service irréprochable, des collaborateurs
motivés et des prix corrects. On peut également arriver à un bon service grâce à du
matériel de qualité, ce qui est clairement le cas
des camions Volvo. Conduire du béton prêt
à l’emploi ou sur différents types de chantiers
nécessite un matériel approprié. Chez Volvo,
nous avons non seulement trouvé le type de
véhicules approprié, tels que les tracteurs 6x4
et les bétonneuses 8x4, mais aussi un concessionnaire de proximité, la firme Van Houdt.
Leur professionnalisme fut aussi l’une des raisons pour lesquelles nous nous sommes lancés
LONG STORY
avec eux, en 2003, pour remplacer en trois
ans à peine toute notre flotte par des camions
Volvo ».
Maîtriser le mieux possible les coûts est d’une
importance cruciale pour l’organisation, au
vu des marges étroites en vigueur dans le
secteur. « Nous avons opté, à cet égard, pour
des contrats d’entretien clairs, afin de toujours
avoir une vue précise du coût de nos véhicules.
Le concessionnaire Van Houdt est un partenaire important en ce sens. Les conditions
climatiques constituent l’un des problèmes
auxquels nous sommes confrontés, dans notre
secteur. Planifier l’entretien d’un véhicule n’a
donc rien d’évident. Par beau temps, nous
devons pouvoir disposer de tous nos véhicules et devons annuler les entretiens planifiés.
Grâce à la bonne collaboration et à l’excellente
communication que nous avons avec Van
Houdt Trucks, nous y parvenons à merveille » !
Un mélange varié de véhicules, parmi lesquels les 6x4 et les 8x4, permet à Kerkstoel d’approvisionner
n’importe quel type de client ou de chantier.
n
Kerkstoel Béton
ACTIVITES
- Transport exceptionnel jusqu’à 90 tonnes
- Transport sur chantiers
- Montage et grutage
- Déménagements industriels
FLOTTE
- 7 Volvo FM 6x4 (400 et 420 CV)
- 6 Volvo FM 8x4 (380 et 400 CV)
mobilis # 4 2007
7
les carburants alternatifs
”La question
climatique exige
une multitude de
solutions différentes ”
R
éduire la dépendance au pétrole et les émissions de gaz à effet de
serre constitue un défi majeur. Cette question concerne toute la société et est primordiale en vue d’assurer notre bien-être futur. Chez
Volvo Trucks, nous prenons cette tâche très au sérieux, puisque nos
camions fonctionnent à partir de carburant diesel d’origine fossile.
Le choix du carburant pour les transports routiers est par ailleurs
devenu l’une des questions essentielles dans le cadre du débat sur le changement
climatique. La technique permettant de conduire nos véhicules au moyen de carburants alternatifs est à notre portée, mais l’offre est limitée. Les constructeurs automobiles, les acteurs de l’industrie pétrolière et les pouvoirs publics vont désormais devoir collaborer afin d’accélérer la production et le déploiement d’une infrastructure
pour les biocarburants. La voie vers des transports neutres en CO2 passe impérativement par une coopération et de larges accords transnationaux.
Nombre d’éléments portent à croire qu’il faudra du temps pour changer de cap.
Mais il existe à terme plusieurs solutions alternatives que nous jugeons intéressantes.
Aucune d’elles ne peut, seule, remplacer le pétrole. Nous pensons plutôt que nous
disposerons à l’avenir d’un certain nombre de carburants alternatifs.
Beaucoup a déjà été fait. Les chaînes cinématiques ne cessent de se perfectionner
et les moteurs diesel actuels consomment 40 pour cent de moins que leurs homologues des années 1970. Nous continuons à investir dans l’amélioration de l’efficacité
du moteur diesel. Nous mettons au point des techniques permettant au client de
planifier, gérer et suivre ses transports et nous formons les conducteurs à la conduite
économique. Nous travaillons de manière proactive au sein de l’UE afin d’introduire
le système EMS (European Modular System) grâce auquel deux trains routiers peuvent transporter tout autant que trois ensembles routiers plus courts, ce qui permettrait de réduire de 30 pour cent le nombre de véhicules lourds sur les routes. Afin de
souligner que nous prenons ce sujet très au sérieux, nous avons, en tant que premier
constructeur de véhicules lourds au monde, commencé à transformer nos usines en
sites neutres en CO2 et avons pour objectif de diminuer de moitié la consommation
énergétique par camion fabriqué d’ici 2010.
Toutes les mesures prises dans ce sens sont les bienvenues, mais cessons de croire
qu’il existe une idée, une innovation qui permettrait de tout résoudre. La réponse
est, au contraire, une multitude de solutions dont la responsabilité incombe à Volvo
Trucks et à tous les autres acteurs concernés.
Staffan Jufors
pdg volvo trucks
Mob i li s # 4 2007
sept carburants
renouvelables
Les
carburants
de demain
sont déjà là
Sur la base d’un rapport établi
par le Joint Research Center de
la Commission européenne, le
groupe Volvo a étudié et dressé
un bilan de sept carburants
renouvelables. Voici donc tout
ce que vous devez savoir pour
connaître le futur contenu de
votre réservoir.
Texte Flor ence Oppen h eim
1
DME - diméthyléther
le DME (diméthyléther) est un
carburant sous forme gazeuse pouvant être
produit à partir du gaz naturel et de la biomasse.
COM M E NT : en tant que carburant, le DME est
utilisé sous forme liquide à basse pression, ce
qui exige un système d’alimentation unique et
évolué. Notamment une pompe d’alimentation et
un système d’injection spécifiques et un réservoir
plus grand (et plus lourd) qui supporte de plus
les hautes pressions.
avantag es : faibles émissions de substances
nocives pour la santé et l’environnement et
réduction de près de 100% des émissions
de gaz à effet de serre dont l’impact sur le
climat est négatif. inconvénients : à court
terme, le DME exige des investissements dans
>>
une infrastructure similaire à celle existant
QUOI :
Mob i li s # 4 2007
les carburants alternatifs
aujourd’hui à moindre échelle pour le GPL.
fi lièr es du futu r : le DME est considéré
comme l’une des alternatives les plus
intéressantes à terme, avant tout du fait de son
très faible impact sur l’environnement.
2
Biodiesel
le biodiesel est obtenu par
estérification d’huiles végétales,
notamment l’huile de colza et l’huile de tournesol.
Ce procédé chimique permet d’obtenir des
propriétés semblables à celles du gazole
conventionnel.
Comment : mélangé au carburant diesel
classique, le biodiesel constitue aujourd’hui la
méthode la plus simple et la plus efficace de
rapidement réduire les émissions de gaz à effet
de serre issues du secteur des transports.
Avantag es : le biodiesel peut être utilisé dans
n’importe quel moteur de type diesel, sans
aucune modification préalable, mélangé au
gazole traditionnel, avec l’infrastructure déjà en
place.
I NCONVÉN I E NTS : certains investissements
sont exigés du fait que le biodiesel présente de
moins bonnes caractéristiques de stockage que
le diesel classique. De plus, son écobilan est
mauvais en termes d’utilisation des sols et de
faible rendement des récoltes, ce qui requiert
l’ajout d’une grande quantité d’énergie fossile.
L’offre est également limitée puisque le colza ne
10
Quoi :
Mob i li s # 4 2007
peut pas être cultivé sur les mêmes sols d’année
en année et que seule l’huile issue de la plante
est utilisée pour la production de carburant. Il
est impossible de cultiver une quantité de colza
suffisante pour remplacer le diesel traditionnel
par le biodiesel.
3
Diesel synthétique
le diesel synthétique est un
mélange d’hydrocarbures produits
artificiellement. La méthode utilisée, qui est
toujours en cours de développement, est la
gazéification de la biomasse renouvelable
ou biogaz. Même si on utilisait du gaz naturel
d’origine fossile comme base, le diesel
synthétique est beaucoup plus propre que le
gazole.
comment : ce carburant peut être librement
mélangé au gazole traditionnel être utilisé dans
les véhicules diesel sans besoin préalable de
transformation des moteurs. Les infrastructures
en place peuvent être utilisées pour la gestion et
la distribution.
Avantag es : très faibles émissions de CO2 sur
toute la chaîne de production, selon le principe
dit ” du puits à la roue ”. Peut sans problème être
incorporé au gazole traditionnel.
inconvénients : le diesel synthétique peut
être produit à partir de l’ensemble des plantes,
de résidus de bois ou de tout autre matière
biologique, mais présente un rendement
Quoi :
énergétique inférieur à celui, par exemple, du
DME, du méthanol et du biogaz. Les coûts
d’investissement dans la production sont
importants, avec le risque de coûts de carburant
élevés en bout de ligne.
4
Méthanol/éthanol
l’éthanol est produit par
fermentation des plantes riches en
sucre ou en amidon. C’est le carburant qui, à
court terme, présente le plus gros potentiel. Le
méthanol est produit par catalyse d’un gaz de
synthèse. Une distillation permet de séparer le
méthanol des impuretés.
Comment : l’éthanol et le méthanol peuvent
être mélangés au carburant selon différentes
proportions et présentent à peu près le même
rendement énergétique.
Avantag es : dans une étude diligentée par
Vägverket (l’Administration nationale des
routes en Suède), le méthanol issu de matières
premières forestières a été désigné comme
principale option au remplacement de l’essence.
Il est intéressant même à long terme, puisqu’il
fonctionne directement dans certains types de
piles combustibles.
I nconvénients : le méthanol est toxique
et doit être manipulé en système clos. La
fabrication d’éthanol a lieu en Suède mais
la production ne répond pas aux besoins et
aujourd’hui, l’éthanol comme biocarburant est
Quoi :
Repères
Lors de l’estimation des
possibilités offertes par ces
carburants alternatifs, les
éléments suivants ont été pris en
compte : potentiel du carburant,
impact sur le climat, rendement
énergétique sur toute la chaîne
de production, utilisation
des terres, adaptation des
véhicules, coûts du carburant et
infrastructure. Pour chacun d’eux,
il existe déjà des véhicules de
démonstration neutres en CO2.
La technique de production des
carburants alternatifs existe
importé principalement du Brésil. Une plus
grande quantité d’énergie est requise pour
produire de l’éthanol, comparé à une quantité
équivalente d’essence. Elle présuppose que la
culture et la production utilisent de l’énergie
renouvelable et que l’éthanol ait un faible impact
sur le climat.
5
Biogaz
le biogaz se compose
principalement de méthane et est issu
de matières biodégradables ou produit par
gazéification de la biomasse. Il présente un très
faible impact sur le changement climatique et
offre un très grand potentiel futur.
Comment : le biogaz en tant que carburant est
produit soit par digestion des boues de stations
d’épuration urbaines, des effluents industriels
et des déchets organiques ménagers, soit par
gazéification de la biomasse. L’utilisation du
biogaz exige un moteur Otto, autrement dit un
moteur où la combustion est initiée par l’étincelle
d’une bougie d’allumage.
Avantag es : son exploitation ne génère
aucun apport de dioxyde de carbone et les
émissions de particules et de d’oxydes d’azote
sont aussi plus faibles, par rapport à celles d’un
poids lourds diesel de même année-modèle.
Les émissions de gaz à effet de serre sont
extrêmement faibles sur toute la chaîne de
production, en particulier si l’on opte pour la
Quoi :
gazéification de la biomasse comme méthode
de production.
I nconvénients : le biogaz exige des
modifications des véhicules importantes, lourdes
et onéreuses, ainsi que des investissements
lourds dans une nouvelle infrastructure ,de
même type que celle utilisé aujourd’hui pour le
gaz naturel.
6
Biogaz + biodiesel
combinaison de biodiesel ou de
diesel synthétique et de biogaz sous
forme liquide.
Comment : le biogaz et le biodiesel peuvent
être combinés à partir de réservoirs et de
systèmes d’injection séparés. Une petite partie
(10%) de biodiesel, ou de diesel synthétique, est
utilisée pour obtenir l’allumage par compression.
Dans cette solution, le biogaz est refroidi et
utilisé sous forme liquide.
Avantag es : le mélange convient à la
combustion dans un moteur diesel sans perte
de puissance. Le rendement et la sécurité de
fonctionnement sont supérieurs à ceux d’un
véhicule au gaz. Avec une proportion de 90% de
biogaz, ce type de carburant présente un impact
sur le climat extrêmement faible et un potentiel
futur prometteur. Surtout si l’on pense que les
déchets et les émissions peuvent aussi être
utilisés lors de la fabrication de biogaz.
I nconvénients : un inconvénient est que le
Quoi :
aussi, mais dans certains cas, on
utilise aujourd’hui une énergie
fossile dans la fabrication.
Le principe ” du puits à la
roue ” implique la prise en
compte de toutes les étapes
pertinentes, autrement dit, la
culture des matières premières,
y compris les engrais, leur
récolte, les transports vers
les sites de raffinage du
carburant, la production en soi,
la distribution vers les stationsservice et la consommation
dans le véhicule.
biogaz sous sa forme liquide est 25% plus cher
que le biogaz comprimé. Des investissements
dans l’infrastructure sont exigés, tant pour le
biogaz que pour le biodiesel, du fait de leur
médiocre stabilité au stockage.
7
Hydrogène + Biogaz
l’hydrogène n’est pas une source
d’énergie, mais un vecteur d’énergie, tout
comme l’électricité.
Comment : il peut être produit par gazéification
de la biomasse ou par électrolyse de l’eau,
autrement dit par séparation de l’oxygène et de
l’hydrogène au moyen d’un courant électrique.
Avantag es : très faible impact sur le
changement climatique. L’hydrogène est
intéressant comme carburant du futur pour les
piles à combustible.
I nconvénients : exige d’importants
investissements sous forme de modifications
de véhicules et d’infrastructure. Ce carburant
convient uniquement à un nombre limité
d’applications impliquant des modifications des
véhicules importantes, lourdes et onéreuses,
notamment un nouveau système de réservoirs
qui a un effet négatif sur les coûts et sur le
poids.
L’infrastructure nécessaire pour l’hydrogène est
la plus chère et la plus complexe des alternatives
présentées ici, du fait que ce gaz exige une
pression encore plus élevée que pour le biogaz.
Quoi :
Mob i li s # 4 2007
11
À Nuuk, les chauffeurs
de camion évoluent dans
une nature grandiose. A
l’arrière-plan, on aperçoit le
signe distinctif de Nuuk : la
montagne de Sermitsiaq.
12
Mob i li s # 4 2007
groenland
Les
transports
sur la plus
grande île au
monde
Le Groenland ne compte que 56.000 habitants
et aucune route ne relie les collectivités entre
elles. Un camion n’a donc en général que
quelques kilomètres à parcourir. Pourtant, la
plus grande entreprise de transport du pays
n’a jamais eu autant de travail qu’aujourd’hui !
Mob i li s # 4 2007
13
groenland
B
ien que nous soyons en plein
été, Hans Christian Nielsen,
chauffeur, frissonne dans le
matin glacé au moment de
monter dans son camion.
L’air est froid et limpide, et
tout au loin dans le fjord, on devine quelques
petits icebergs dérivant lentement vers le nord.
Nous nous trouvons sur la plus grande île
du monde, le Groenland, qui s’étend d’une
région proche du cercle polaire arctique
jusqu’à 2.600 km plus au sud, et dont la
pointe débouche dans l’Atlantique, sous la
même latitude que Terre-Neuve. Cette île
gigantesque ne compte que 56.000 habitants.
Pas étonnant quand on sait qu’elle est
recouverte dans sa plus grande partie d’une
couche de glace d’un kilomètre d’épaisseur et
que les distances y sont importantes.
Le chauffeur routier Hans Christian Nielsen
y est né et il travaille aujourd’hui à Nuuk,
capitale de 14.000 habitants, pour le compte
de Godthåb Transportservice A/S, une société
qui, avec ses vingt-deux camions, peut se
targuer d’être la principale entreprise de
transport de l’île.
Étant donné que le Groenland est situé
au-delà du cercle polaire, le soleil reste
haut dans le ciel presque tout le temps
en été. En hiver, il fait au contraire
complètement sombre pendant la
majeure partie de la journée. C’est
dans ce cadre que travaille Christian
Duelund, surnommé Lillu, camionneur
de son état.
Lorsque quelqu’un part pour le
Groenland ou le quitte, toutes
ses affaires sont affrétées
dans des containers à bord
d’un transatlantique. Godthåb
Transportservice assure le
transport de la plupart des
containers du port.
14
Mob i li s # 4 2007
« Comparé avec d’autres villes, la plus
grande différence ici c’est que l’on ne peut
pas rouler en dehors de l’agglomération. Il
n’existe aucune route entre les collectivités
du Groenland en raison des distances
énormes. Nous pouvons rouler quelques
kilomètres dans chaque direction mais
au bout d’un moment, la route se termine
brusquement », explique Hans Christian
Nielsen en commençant sa première tournée
de la journée à partir du port jusqu’au centre
d’incinération, où un réservoir de fuel vide
doit être rempli d’huiles de vidange en vue de
son acheminement au Danemark.
A chaque fois qu’il descend de son véhicule,
Hans Christian Nielsen se retrouve au beau
milieu d’une nature groenlandaise grandiose,
où lui-même et son camion semblent
minuscules parmi les gigantesques montagnes
qui se dessinent à l’arrière-plan.
c’est John
Thomsen, responsable des transports, qui
gère les affaires courantes. Assis, en chemise
rayée et pantalon de travail rouge, il a devant
lui son téléphone portable qui sonne à peu
Ch e z lu i, dans son b u r eau,
près toutes les cinq
minutes. Employé dans
l’entreprise depuis 1981,
John Thomsen connaît
bien tous les clients et sait
le plus souvent, lorsqu’ils
appellent, ce qu’ils ont à
transporter.
John Thomsen,
« Driiiiing, Godthåb
responsable des
Transportservice à
transports
l’appareil. Ah, bonjour
Daniel. Ah bon, il est temps de remettre le
bateau à flot. Bien sûr, nous arrivons tout de
suite. »
John Thomsen note quelque chose dans son
carnet de commandes et repose son téléphone.
« Nous sommes une petite bourgade et
prenons les choses comme elles viennent.
Chez nous, personne ne passe commande
à l’avance. Les gens appellent, simplement,
et nous regardons dans le calendrier si
nous avons du temps libre. Nous sommes
extrêmement flexibles et même quand nous
avons énormément à faire, je trouve toujours
le temps de rentrer voir ma femme à la maison
et de manger un morceau pour le déjeuner. Je
ne crois pas que je me plairais dans une grande
entreprise européenne avec tout le stress que
cela comporte », poursuit-il.
Le fait qu’aucune route ne mène à Nuuk
occasionne en revanche d’incroyables défis à
Godthåb Transportservice. Lorsqu’un camion
tombe en panne ou lorsqu’une mission est trop
complexe, il faut faire avec ce que l’on a sur
place. L’aide la plus proche se trouve en fait au
Danemark, à 4.000 kilomètres plus au sud. Le
Groenland est une ancienne colonie danoise
et appartient toujours à ce pays. C’est pourquoi
toutes les pièces de rechange proviennent de là.
« Il faut compter une semaine pour recevoir
une pièce de rechange venant du Danemark.
Les frais de port pour un camion neuf sont
élevés et nous prenons donc grand soin du
matériel en notre possession », explique John
Thomsen.
Tout le nerf économique de la ville repose
sur le transatlantique qui arrive du Danemark
avec son lot de marchandises. Ce navire est
absent une semaine environ mais aujourd’hui,
il est un peu en retard car la ceinture de glace
aux environs de la pointe de l’île connaît un
trafic maritime intense. Lorsque le bateau
accoste, Godthåb Transportservice, qui
distribue les marchandises aux entreprises
et commerçants de la ville, peut compter
sur toute une semaine de transports de
containers.
« Lorsqu’un navire a plusieurs jours de
retard, il risque d’y avoir pénurie dans les
magasins. C’est pourquoi nous devons être très
efficaces lorsqu’il arrive enfin », poursuit John
Thomsen.
Godthåb Transportse rvice n e travai lle
pratiquement qu’avec des camions Volvo. Ce
sont des camions qui se sont révélés flexibles,
et même si les rudes froids hivernaux avec
leur cortège de neige peuvent en perturber
plus d’un, ils endurent bien les contraintes
et les nombreuses missions de toutes sortes.
Il y a deux ans, par exemple, Godthåb
Transportservice a reçu une demande
de transport en ville pour deux énormes
cheminées. Partout ailleurs, une grue
spéciale aurait été utilisée pour une telle
tâche, mais il n’y en a pas ici au Groenland
et à la place, il a fallu dresser les cheminées
au moyen d’un système ingénieux de filins
en acier. De la même manière, les firmes
de transport de la ville doivent abandonner
toutes leurs occupations lorsque l’hiver arrive
et que plusieurs mètres de neige tombent
brusquement en quelques jours. Un fait
parfois apprécié en ville, comme le prouve
la lettre de remerciement adressée par la
compagnie d’aviation Greenland Air, et que
John Thomsen a mise sous cadre dans son
bureau. Le texte dit :
« Greenland Air vous remercie pour
votre attitude volontaire lorsqu’il a fallu
déblayer le plus vite possible la neige des
pistes d’atterrissage. En témoignage de
notre reconnaissance, nous aurions plaisir
à organiser pour tous cet été une partie de
pêche dans le fjord en affrétant un
hélicoptère. »
Le fait remonte à quelques
années en arrière mais les
chauffeurs se souviennent toujours
avec plaisir de cette virée dans
le fjord en hélicoptère avec
leur attirail de pêche. Même
si désormais les chauffeurs
sillonnent la capitale dans
L’industrie du
bâtiment connaît
actuellement un
boom à Nuuk
et de nouvelles
routes sont
construites.
Mob i li s # 4 2007
15
>>
groenland
MER DU
GROENLAND
Le chauffeur Hans Christian
Nielsen, conduisant un réservoir
d’huile vide au centre d’élimination
de Nuuk. Hans Christian Nielsen
est chauffeur de camions depuis
35 ans. Il a obtenu son permis de
conduire à midi et une heure après,
il avait déjà un emploi.
GROENLAND
BAIE DE BAFFIN
C
E
RC
E
IR
LA
PO UE
Q
TI
RC
LE
A
DÉTROIT DU
DANEMARK
NUUK
MER DU
LABRADOR
Godthåb Transportservice dispose
de 22 camions qui approvisionnent
les 14.000 habitants de Nuuk.
>>
des camions modernes, il ne s’est passé
qu’une génération depuis le temps où les
Groenlandais pagayaient dans leurs canots.
Et dans les petites bourgades côtières,
les traîneaux à chiens restent encore le
principal moyen de transport l’hiver. La
chasse, la pêche et la nature grandiose jouent
toujours un grand rôle dans le quotidien des
Groenlandais. Voilà pourquoi Hans Christian
Nielsen ressent une certaine excitation
en constatant, sur le chemin du centre
d’incinération, que la mer est extrêmement
calme et le ciel sans nuage.
« Malheureusement, j’ai vendu mon bateau.
Quoi qu’il en soit, il vaut mieux terminer sa
mission au plus tôt pour pouvoir partir en mer
et chasser le phoque et la baleine », dit-il en
souriant.
L’attitude décontractée vis-à-vis du travail
peut se faire sentir parfois jusque dans le
bureau. Certains matins, John Thomsen ne
peut que constater que certains chauffeurs ne
se sont pas rendus à leur travail.
« L’un a pu oublier de se réveiller ou l’autre
s’être rendu tout simplement en mer avec
16
Mob i li s # 4 2007
Infos
Godthåb Transportservice A/S
L’entreprise a été fondée par le Danois Svend
Junge qui l’a dirigée jusqu’à sa mort en janvier
2007.
Aujourd’hui, elle est gérée en partenariat à trois.
Directeur : Niels Pedersen
Nombre de camions : 22, la plupart des Volvo FH
et Volvo FM.
Effectif : 25 personnes.
Transporte : des containers, des pierres et du
gravier, de l’asphalte, de la nourriture et des
boissons, du matériel de construction, des
bateaux, et à l’occasion, un ours blanc empaillé.
son bateau. Mais nous sommes une petite
communauté et nous devons respecter la vie
de chacun. Ça ne sert à rien de renvoyer des
gens parce qu’un jour ils ne sont pas venus
travailler. C’est ainsi », commente-t-il.
à l’égard
des employés n’influe cependant en rien sur
l’efficacité de Godthåb Transportservice.
L’entreprise n’a jamais eu autant de travail et
grâce à de nouvelles facilités d’emprunt, les
nouvelles entreprises de bâtiment de la ville
Cette attitu de com plaisante
ont pu démarrer leur activité. Un phénomène
qui ne manque pas de se répercuter sur les
entreprises de transport Nuuk.
« Nous vivons actuellement un véritable
boom de la construction et nous nous
attendons à ça que cet élan dure encore de cinq
à dix ans. Nous rencontrons aussi de nouveaux
concurrents sur le marché du transport, mais
ce ne peut être que positif pour nous, puisque
nous devons rester vigilants », explique Niels
Pedersen, le directeur.
Et donc, même si le Groenland peut
paraître un peu en marge du reste
du monde, sa capitale ne regorge pas
moins d’optimisme et d’opportunités
de développement. Ici, nous avons vu
construire au cours des dernières années
une piscine, une grande maison de la
culture et de nouveaux lotissements. Et
l’année prochaine, nous aurons un grand
port tout neuf et une nouvelle piste
d’atterrissage avec des facilités de transport
fournies par Godthåb Transportservice
pour rapprocher la plus grande île du globe
du reste du monde. n
le futur
Le camion qui voit au-delà de l’horizon
Imaginez un camion qui détecte l’arrivée d’une
côte et qui prépare la chaîne cinématique en
conséquence. Ou qui avertit et ralentit le véhicule
à l’approche de virages serrés ou de croisements.
Ces systèmes sont regroupés sous le terme
générique de e-horizon.
E
est un terme
générique pour tous
les systèmes connectés
à des bases de données
cartographiques. À l’aide du
GPS et de cartes extrêmement
détaillées sur la topographie du
terrain, Volvo Trucks espère
pouvoir proposer un système
évolué de planification de la
conduite.
Le camion peut, par exemple,
être prévenu de l’approche d’une
côte. La chaîne cinématique se
prépare automatiquement, ce qui
-hor i zon
permet d’optimiser la conduite en
termes d’efficacité et d’économie
de carburant.
peut également
être averti de la présence
imminente de virages serrés ou de
croisements, de manière à pouvoir
adapter sa vitesse en conséquence.
« La technologie existe déjà,
mais pour que nous puissions
l’intégrer dans nos camions,
nous devons disposer de cartes
à la topographie très détaillée »,
explique Lars-Göran Löwenadler,
Le con ducte u r
responsable de la sécurité routière
et des solutions connexes chez
Volvo Trucks.
d’une précision de
déclivité de l’ordre de 0,1 % et ce
type de cartes n’existe pas pour
l’instant.
« Les premiers produits mis
sur le marché seront sans doute
des systèmes indépendants
diffusant des instructions et des
mises en garde, mais ces systèmes
resteront, en ce qui nous concerne,
au stade de l’expérimentation »,
poursuit Lars-Göran Löwenadler,
qui estime que dans cinq ans, il
sera déjà possible d’équiper les
nouveaux camions de la fonction
e-horizon.
Il ne souhaite pas s’étendre
sur d’autres systèmes de sécurité
futurs prévus pour les camions
Volvo, mais préfère plutôt mettre
Il par le
en exergue ce qui existe déjà :
« Nous disposons de systèmes
de sécurité de qualité. Désormais,
il ne s’agira pas avant tout de
lancer de nouvelles solutions
techniques, mais plutôt de veiller
à ce que nos clients utilisent les
systèmes existants. »
Il nomme le programme de
stabilisation électronique du
véhicule (ESP) comme l’un des
systèmes de sécurité les plus
importants sur les camions, mais
aussi le régulateur de vitesse
adaptatif ACC, le système de
freinage EBS et la fonction de
maintien de la trajectoire LKS.
« Lorsque nous aurons réussi
à commercialiser ces systèmes
dans des volumes conséquents,
nous pourrons poursuivre avec
les systèmes d’analyse de la
topographie », conclut LarsGöran Löwenadler. n
Mob i li s # 4 2007
17
AUTOROUTES
Ce que vous ignoriez sur les autoroutes
Des millions de gens les empruntent tous les
jours. Mais que savez-vous en fait des routes
sur lesquelles vous roulez ? Mobilis a analysé
la situation dans six pays pour vous fournir des
informations sur les autoroutes d’Europe.
ALLEMAGNE
C’est à Berlin que se trouve
l’autoroute considérée comme
la première au monde en son
genre, l’AVUS (AutomobilVerkehrs- und Übungs-Straße).
Achevée en 1921, à la fin de
la Première Guerre mondiale,
elle resta jusqu’en 1998 une
autoroute doublée d’un circuit
de compétition. Cette toute
première autoroute a établi
18
Mob i li s # 4 2007
la norme de celles à venir :
voies de circulation parallèles
et séparées, sans risque de
rencontre. Au bout de quelques
années, l’AVUS a fini par être
intégrée au reste du réseau
autoroutier. Aujourd’hui, elle
est l’une des plus importantes
de Berlin et fait partie de la E51.
Sachez en outre que James Bond
a conduit sur l’AVUS dans le
film Octopussy !
Pologne
France
Jusqu’à peu, les autoroutes
polonaises n’avaient pas
un standard très élevé,
principalement à cause d’un
manque de moyens pour
rénover des autoroutes restées
inachevées ou détruites en
grande partie pendant la guerre.
Ces vestiges d’autoroutes qui
n’existent plus qu’à titre de
monuments historiques, attirent
certains passionnés d’ici et
d’ailleurs.
Mais en Pologne a lieu
actuellement l’un des plus grands
projets autoroutiers d’Europe.
Toutes les autoroutes restées à
l’abandon vont être rénovées pour
reprendre du service.
La première tranche du
périphérique parisien ainsi
que l’autoroute du Soleil qui
relie Paris, Lyon et Marseille
fut inaugurée en 1970. Mais
grâce aux tunneliers et aux
subventions accordées par l’UE,
le réseau autoroutier français
connaît une expansion si rapide
qu’il devrait vraisemblablement
dépasser dans quelques années
celui de l’Allemagne en termes
de kilométrage total d’autoroutes
en Europe. Aujourd’hui, l’A4 qui
passe près de Paris est considérée
comme l’autoroute européenne
la plus fréquentée, avec un trafic
avoisinant les 260.000 véhicules
par jour.
Suède
Comparée à d’autres pays
européens, la Suède a commencé
tardivement à se doter
d’autoroutes. La première d’entre
elles qui relie Malmö à Lund,
dans la partie la plus méridionale
de la Suède, fut inaugurée en
1953 et fait partie de l’actuelle
E22. Elle fut construite selon
le principe des routes en
béton couramment utilisées
en Allemagne dans les années
quarante. Lorsque l’on regarde
les ponts qui la traversent,
on voit que leur aspect est un
peu plus vieux que celui des
ponts qu’on a l’habitude de voir
sur les autoroutes suédoises
d’aujourd’hui. Ce tronçon
d’autoroute est par ailleurs bien
plus droit que ses homologues
plus modernes. Longtemps,
la Suède est restée sans terme
propre pour désigner une
« autoroute » et utilisait à la place
le terme italien « autostrada »,
toujours en usage dans le sud du
pays.
Italie
Avec l’Allemagne, l’Italie est
le premier pays au monde à
avoir compris l’importance
des autoroutes. En 1923 fut
ouverte une première tranche
qui allait de Milan à Côme puis
entre 1920 et 1940 tout le pays
fut relié par une autoroute de
1.300 kilomètres battant tous les
records de longueur. L’Italie est
aussi particulière en ce sens qu’elle
a depuis longtemps un réseau
autoroutier bien ramifié qui relie
la plupart des sites principaux du
pays et pas seulement les grandes
villes. Aujourd’hui, l’Italie dispose
de l’un des meilleurs réseaux
autoroutiers d’Europe. Il existe
même des plans visant à établir
une jonction fixe reliant la Sicile
au continent par le détroit de
Messine. Le projet de ce pont a
cependant été repoussé à une date
indéterminée.
Grande-Bretagne
La première autoroute
britannique, une portion reliant
Londres et Birmingham, fut
inaugurée le 2 avril 1959 mais les
premiers trajets sur cette nouvelle
voie n’allèrent pas sans quelque
difficulté : la vitesse moyenne au
cours de la première demi-heure
était de 130 km/h et plus de cent
voitures furent accidentées !
Aujourd’hui, le réseau routier
britannique est, de manière
générale, bien ramifié. Les
autoroutes relient la plupart des
grandes villes et leur niveau de
qualité est très élevé. C’est aussi en
Grande-Bretagne que se trouvent
quelques-unes des autoroutes
les plus fréquentées d’Europe,
notamment à la périphérie de
Londres. Le périphérique M25
autour de Londres est le plus
grand au monde. n
Mob i li s # 4 2006
19
Démarche environnementale
12 solutions Volvo
en faveur de
l’environnement
Le climat mondial n’est pas une
préoccupation future mais bien un problème
actuel. C’est pourquoi Volvo Trucks est déjà
impliqué dans plusieurs mesures favorables
à l’environnement. En voici douze exemples,
qui vont de diverses solutions techniques à
un parrainage culturel.
1
Le tu r bocom pr esse u r, u n
classiqu e
Il y a plus de cinquante ans, Volvo
Trucks introduisait le premier
turbocompresseur qui permettait de
gagner en puissance et en efficacité, sans
augmenter la cylindrée du moteur.
2
Pr ix de l’e nvi ron n e m e nt
C’est en 1988 que AB Volvo a
instauré un prix de l’environnement,
dans le but de soutenir la recherche et
le développement dans ce domaine et d’attirer
l’attention sur la question. D’un montant de
1,5 million de couronnes suédoises, il est aujourd’hui considéré comme
l’un des prix les plus prestigieux au monde dans sa catégorie. Il a été
décerné à des spécialistes et à des chercheurs de renommée mondiale.
Ces dernières années, le prix a récompensé la recherche portant sur
l’impact de l’action de l’homme sur le devenir des ressources de la
pêche, les travaux exceptionnels en faveur de la biodiversité et les
efforts pour rendre les agglomérations plus écologiques.
20
l’hyb r i de
Volvo Trucks est le
premier constructeur
à proposer une solution hybride
pour véhicules lourds : une
combinaison diesel-électrique
qui permet de réaliser des
économies de carburant
de l’ordre de 35 %. Sur un
camion diesel circulant en
agglomération, les coûts de
carburant représentent un tiers
des coûts totaux.
« Le camion hybride offre des
possibilités inédites dans les
centres urbains congestionnés,
grâce à la réduction de la
pollution atmosphérique et
sonore. Il sera dans quelques
années un élément naturel dans
la circulation urbaine », constate
Lars Mårtensson, directeur des
Affaires environnementales de
Volvo Trucks.
Le moteur électrique est
utilisé au démarrage et lors de
l’accélération jusqu’à 20 km/h,
le moteur diesel fournissant la
poussée nécessaire à l’élévation
de vitesse. Quand le véhicule
s’arrête pour une livraison, dans
un embouteillage ou à un feu
rouge, le moteur électrique est
réenclenché. Le moteur diesel
peut fonctionner au biocarburant
renouvelable et les batteries
sont chargées selon le principe
de la récupération d’énergie au
freinage.
R ecyclab les à 90 %
Les matériaux d’un camion Volvo sont conçus pour être
facilement démontés et recyclés. De plus en plus souvent, les
pièces des cabines et des châssis sont recyclables à 100 %.
Le plastique teinté permet de réduire l’impact total sur l’environnement
plus que les pièces en tôle et en plastique laquées. Près de 90 % de
tout le matériel utilisé sur un camion Volvo peut être réutilisé ou recyclé.
Environ 33 % du poids des matériaux utilisés dans un nouveau camion
est dérivé de matériaux recyclés.
3
4
Pion n i e r de
Mob i li s # 4 2007
5
Usi n es e fficaces
Le besoin
énergétique des
usines de Volvo
Trucks a été réduit de 30 %
entre 2001 et 2005. L’objectif
est de le réduire de 24 %
supplémentaires par camion
durant la période comprise
entre 2003 et 2008.
6
Exe m pt de CO 2
Avant la fin 2008, tous les sites de Volvo Trucks devront
être neutres en termes de CO2. Conditions requises : pas
d’émissions de dioxyde de carbone d’origine fossile et une
utilisation de l’électricité et du chauffage des usines ne contribuant
pas à augmenter l’effet de serre. Grâce à l’énergie éolienne et aux
combustibles issus de la biomasse, Volvo Trucks sera le premier
constructeur au monde à disposer de sites au bilan CO2 neutre. La
première des usines à répondre aux critères est l’usine Volvo Trucks de
Gand en Belgique, qui est neutre en CO2 depuis septembre 2007.
7
9
Consom mation rédu ite
8
Dynafle et
Dynafleet est un système d’information sur les transports
qui permet de suivre chaque véhicule en indiquant sa
consommation et en déterminant avec précision son
emplacement. Le conducteur dispose d’un meilleur aperçu de
sa conduite et le gestionnaire d’exploitation peut optimiser le
temps effectif d’utilisation de son parc de véhicules. C’est un outil
indispensable pour une meilleure économie du carburant.
Un poids lourd Volvo
moderne consomme 20 %
d’énergie en moins et
relâche 20 % d’émissions de CO2
en moins qu’un camion similaire
fabriqué il y a une vingtaine
d’années.
Exclusivité DEP
Volvo Trucks a
développé un
outil en ligne
destiné aux sociétés de
transport : le calcul d’impact
environnemental (DEP), qui
permet aux propriétaires
de camions et aux clients
des sociétés de transport
de connaître l’impact
environnemental de différents modèles de camions tout au long
de leur cycle de vie, de la production à l’élimination finale et au
recyclage. La nouvelle version du système DEP accorde une
place encore plus importante à la consommation de carburant
et donc aux émissions de CO2. Ce système est disponible sur
le site Web global de Volvo Trucks.
« La première version du DEP était déjà disponible en 2001
et nous sommes toujours le seul constructeur de camions à
proposer un tel service », constate Lars Mårtensson, directeur
des Affaires environnementales de Volvo Trucks.
Allez à l’adresse www.volvotrucks.com et cliquez jusqu’à DEP.
10
Des cam ions plus longs
avec EMS
Volvo travaille activement à
l’adoption de trains routiers
plus longs sur les routes principales d’Europe.
La longueur maximale d’un train routier au
sein de l’Union européenne est de 18,75
mètres pour un ensemble porteur remorqueur
11
Fu e lwatch
Le programme Fuelwatch vise
à optimiser les économies
de carburant, quel que soit
le type de réservoir. Fuelwatch regroupe
un ensemble de produits et de services
permettant de surveiller et d’analyser tous
les facteurs qui influent sur les performances
des camions Volvo.
PHOTO : CHRISTER EHRLING
Lars Mårtensson,
directeur des Affaires
environnementales chez
Volvo Trucks, rappelle que
Volvo est seul à montrer
aux clients l’impact
de leurs produits sur
l’environnement.
et de 16,5 mètres pour un ensemble tracteur
semi-remorque. En Suède et en Finlande, la
longueur maximale est de 25,25 mètres. Volvo a
développé le système EMS (European Modular
System), utilisé en Suède et en Finlande et
grâce auquel deux trains routiers peuvent
transporter plus que trois ensembles routiers
plus courts utilisés actuellement au sein de l’UE.
12
... et e n fi n u n pe u de
cu ltu r e
Volvo do Brasil parraine depuis
2000 le groupe théâtral
« Ecological Caravan » qui se produit sur les
grandes aires de stationnement et dans les
salons professionnels. Ils véhiculent à chaque
représentation un message environnemental
pour les chauffeurs de camions.
Mob i li s # 4 2007
21
comment ça marche ?
Le volant polyvalent
Un volant ne sert pas uniquement à manœuvrer. Sur les poids
lourds Volvo FH et FM, il intègre par exemple une multitude
de fonctions. Certaines sont là avant tout pour augmenter le
confort, mais de nombreuses autres apportent au conducteur
une sécurité supplémentaire.
Volant rég lab le
Le volant est réglable
grâce à un système
ingénieux composé
d’une colonne de
direction en deux
parties, d’un cardan
et de cannelures.
Une pédale de réglage permet de libérer le
mécanisme de verrouillage et d’ajuster le volant
selon les besoins. Cela permet aussi de monter
et de descendre de la cabine plus aisément
et de libérer de l’espace pour le chauffeur qui
dispose d’un meilleur confort de mouvement.
Le volant peut se régler de 9 cm vers le haut/le
bas et de 30 degrés en inclinaison. Ce type de
réglage du volant a été présenté en 1993, et
est encore aujourd’hui un modèle d’ingéniosité.
Une partie du réglage du volant fonctionne
avec des plaques de renfort fixées sur le
tableau de bord. Celles-ci absorbent l’énergie
d’impact en cas de collision, préservant ainsi
les genoux du conducteur.
Rég lag e du volant e n cas de
collision
Lors d’une collision,
plusieurs systèmes
de sécurité coopèrent
afin de protéger
autant que possible
le conducteur des
risques de dommages
corporels. Tandis que l’airbag se déploie, toute
la colonne de direction s’écarte du conducteur
vers le tableau de bord, contribuant, avec la
commande de réglage du volant, à absorber
l’énergie de l’impact. Si la poussée contre le
thorax est excessive, le volant se déforme
aussi automatiquement.
Tab lette écr itoi r e au li e u de
tab le
Une tablette amovible
avec pince facilite les
travaux administratifs
du chauffeur. Son
utilisation est simple ;
elle se pose sur le
volant lorsque le
véhicule est à l’arrêt.
La tablette est conçue
pour s’adapter au volant, quelle que soit sa
position.
22
Mob i li s # 4 2007
De ux types d’ave rtisse u rs
Volvo propose deux
types d’avertisseurs :
le klaxon standard qui
est du même type que
celui utilisé sur une
voiture particulière
classique. Il convient
parfaitement en ville. Mais la plupart des
conducteurs de poids lourds souhaitent aussi
un avertisseur pneumatique plus puissant. Le
grand modèle est implanté au centre du volant,
et cette option est choisie par 98 % des clients.
Com man des, autoradio et
téléphon e au volant
Sélectionner une station
radio directement sur
le récepteur ou fouiller
au fond de sa poche
pendant la conduite pour
retrouver son téléphone
portable ? Il est à la fois
plus sûr et plus pratique d’utiliser le système
de commandes au volant ! Le conducteur
insère la carte SIM de son portable à sa place
sur le tableau de bord... Il pourra ensuite
répondre au téléphone en appuyant sur le
bouton « Yes » ou « No » situé sur le volant.
Des boutons lui permettent aussi de changer
de station radio et s’il écoute un CD, il peut
librement choisir les morceaux à écouter.
6
différentes manières
de réduire les coûts
de carburant
La maîtrise de la consommation de carburant est
aujourd’hui l’une des priorités majeures. Elle concerne
non seulement l’environnement, mais également
l’efficacité énergétique et, enfin et surtout, la marge de
l’exploitant. Voici comment Volvo relève ce défi.
3. accessoires
efficaces
2. maintenance
préventive
1. véhicules
optimisés
4. Dynafleet
5. Formation des
conducteurs
6. fuel management
service
Mob i li s # 4 2007
23
3. accessoires
efficaces
#1 véhicules optimisés
4. Dynafleet
2.maintenance
préventive
1. véhicules
optimisés
5. Formation des
conducteurs
6. Fuel Management
Service
Votre concessionnaire Volvo Trucks peut vous aider à définir
les caractéristiques de la chaîne cinématique de votre camion,
afin qu’elle réponde aux conditions de conduite et à vos
impératifs de transport. Une combinaison optimale de moteur,
de la transmission, du pont arrière et des pneus contribuera à
réduire vos coûts de gazole.
Un camion
approprié dès
le départ
Pour un rendement énergétique optimal, il est
primordial de définir les caractéristiques d’un
camion selon les missions et les conditions de
conduite prévues. Évitez tout entretien inutile et
des coûts de gazole élevés en composant, dès le
départ, une chaîne cinématique appropriée.
L
ors de la commande
d’un nouveau camion,
les clients peuvent
mettre à profit l’expertise de leur
concessionnaire Volvo Trucks. Les
spécialistes Volvo veillent à ce que
la chaîne cinématique du camion
soit optimisée conformément
au concept Fuelwatch. En
répertoriant l’ensemble des
styles de conduite, des routes,
des configurations de terrains
et des scénarios de chargement,
il est possible de configurer un
camion neuf pour qu’il présente
des caractéristiques - en termes
de moteur, de transmission,
de pneumatiques et de rapport
de pont arrière - parfaitement
optimisées pour les services qu’il
va rendre.
du moteur est
insuffisante pour la mission à
accomplir, le conducteur sera
de fait contraint d’imposer une
charge élevée inutile au moteur,
ce qui peut s’avérer extrêmement
coûteux en carburant. Cependant,
un camion doté d’un moteur trop
puissant consomme également
Si la pu issance
24 Mob i li s # 4 2007
plus de gazole. Un camion
dédié au transport longues
distances à travers l’Europe, et
empruntant des routes plates,
exige généralement 8 à 10
chevaux par tonne, tandis qu’un
camion qui effectue des arrêts
et des démarrages nombreux
ou qui emprunte des routes
plus accidentées, requiert une
puissance supérieure.
démultiplication
du pont arrière peut être optimisé
pour la vitesse moyenne à
laquelle le véhicule est conduit. Il
détermine le régime du moteur à
la vitesse de croisière du camion.
Afin de limiter la consommation
de carburant, le camion doit être
optimisé pour fonctionner, le plus
souvent possible, dans la plage
optimale qui se trouve au centre
de la zone verte du compte-tours.
Le rapport du pont arrière peut
donc être défini par rapport au
régime de croisière du moteur.
Dans cette même optique, il
est recommandé d’utiliser des
pneus avec bande de roulement
à faible friction. Toutefois, des
Le rapport de
Expliquez vos besoins professionnels à votre concessionnaire Volvo Trucks, qui se
fera un plaisir de vous conseiller et de vous guider.
sculptures plus profondes sont
conseillées pour la conduite dans
des conditions plus difficiles. La
transmission optimale pour des
chauffeurs de camion sensibles à
une conduite économique est la
boîte automatisée I-Shift de Volvo,
à la fois intelligente et hautement
efficace. Un camion efficace d’un
point de vue énergétique se doit
d’être doté d’un ensemble de
déflecteurs. n
Comment procéder
Tirez profit de
l’expertise de votre
concessionnaire
Volvo Trucks afin de
commander un camion
« optimisé Fuelwatch ».
Afin d’assurer une
combinaison optimale
incluant la chaîne
cinématique (moteur,
transmission, pont
arrière,) le type de
pneus et l’ensemble
de déflecteurs, il est
primordial d’analyser
en détail les types de
conduite du camion.
Prenez contact avec
votre concessionnaire
Volvo Trucks pour
en savoir plus sur
les possibilités
d’optimiser votre
économie de carburant
et d’améliorer vos
marges, avec un
camion Volvo dont
les caractéristiques
sont adaptées à son
utilisation.
Felix Tallada (à droite)
a déjà réalisé des
économies importantes
en définissant
correctement les
caractéristiques de ses
camions.
L’avis d’un client sur les véhicules optimisés
Felix Tallada, Directeur général, SATA (Sociedad Anónima de
Transportes Aragoneses), Zaragoza, Espagne
« Nous exigeons un camion dont la
fiabilité est irréprochable »
de
transport moderne, spécialisée
dans le transport de produits
chimiques liquides, qui évolue
principalement en Espagne et dans
le reste de l’Europe. Elle emploie
trente-cinq personnes et gère
un parc de vingt-huit tracteurs et
semi-remorques, dont l’âge moyen
est de moins de cinq ans.
Que pensez-vous de la
démarche Fuelwatch jusqu’ici ?
« Depuis le début de notre
collaboration avec Volvo, en 1991,
le rendement énergétique de
nos véhicules a été sensiblement
SATA est u n e e ntr e pr ise
amélioré », souligne Felix Tallada.
« Depuis 2004, nous constatons
une réduction durable de près
de 5 % de notre consommation
totale de gazole ». Le transport de
produits chimiques liquides est
extrêmement contraignant et nous
exigeons un camion dont la fiabilité
est irréprochable.
Comment avez-vous sélectionné
vos nouveaux camions ?
« La conception du camion
complet est déterminée avec
l’aide de notre concessionnaire
Volvo Trucks. Ils comprennent
les exigences de notre activité et
connaissent les camions Volvo,
ce qui est extrêmement utile.
Ensemble, nous avons étudié les
diverses options et sommes tombés
d’accord sur une combinaison
spécifique englobant rapport de
pont arrière, transmission, cabine,
pneus, puissance moteur et de
suspension. »
Quelles caractéristiques avezvous finalement choisies ?
« Depuis la phase initiale, nous
avons progressivement ajouté
de plus en plus de nouvelles
fonctionnalités. Nos véhicules
actuels sont des tracteurs FH Euro
5 de 440 chevaux avec suspension
pneumatique, frein moteur Volvo,
boîte I-Shift, Dynafleet, équipements
ADR et batteries à l’arrière du
châssis, autorisant des réservoirs
de carburant plus grands. Les
trois principales caractéristiques
contribuant à l’économie de
carburant sont, pour nous : la
puissance du moteur (dans notre
cas 440 chevaux), un rapport de
pont arrière optimal (nous avons
opté pour 2.85:1) et, bien entendu,
la boîte I-Shift avec le programme
Économie. Cette combinaison nous
sied particulièrement, du fait que nos
camions circulent principalement sur
de grands axes routiers. »
Quelle est la suite du
programme ?
« Nous avons déjà réalisé une
économie sensible, mais on peut
faire encore beaucoup d’autres
choses. La prochaine étape
consiste à déployer le système
Dynafleet à l’échelon du parc. Nous
allons mettre sur pied une formation
ciblée en conduite économique
pour ceux qui en ont besoin »,
commente Felix Tallada. n
Mob i li s # 4 2007
25
3. accessoires
efficaces
#2 Maintenance préventive
4. Dynafleet
2.maintenance
préventive
1. véhicules
optimisés
5. Formation des
conducteurs
6. Fuel Management
Service
L’entretien est primordial pour votre économie de gazole.
Un entretien régulier diminue le risque d’immobilisations
imprévues et optimise la performance globale du parc. Le
rendement énergétique peut maintenant être optimisé à partir
des conditions d’utilisation du camion.
La maintenance préventive
contribue à un bon rendement
énergétique
L’usure générale peut engendrer une lente
détérioration des performances du camion. Les
ateliers Volvo Trucks proposent une maintenance
préventive qui contribue à maintenir les systèmes et
les réglages dans leurs conditions d’origine certifiés.
L
a politique de Volvo
Trucks en matière de
service recommande
que la maintenance préventive
soit effectuée chaque fois qu’un
camion est à l’atelier. Un contrôle
de maintenance préventive
se concentre sur plusieurs
paramètres clés y compris le type
de véhicule, le kilométrage annuel
et les conditions d’exploitation.
S’appuyant sur cette analyse, les
caractéristiques et les fonctions du
camion peuvent être optimisées
de manière à contribuer,
entre autres, à un meilleur
rendement énergétique. La
maintenance préventive permet
26 Mob i li s # 4 2007
de contrôler l’usure du camion
qui est en général à l’origine de
la dégradation des performances
de fonctionnement et de
consommation du véhicule.
U n e ntr eti e n plan i fié
permet aussi aux exploitants
d’anticiper les visites d’entretien
et de gérer leur parc de la
manière la plus efficace et la
plus rentable possible. Une
maintenance irrégulière se
traduit inévitablement par
une augmentation de la
consommation de gazole, mais
aussi par des immobilisations
imprévues.
Afin d’optimiser le rendement
énergétique, un contrôle de
maintenance doit inclure
l’inspection des circuits
pneumatiques, de refroidissement
et d’alimentation. Un système
d’alimentation efficace et
en bon état est crucial pour
une distribution adéquate du
carburant. Toutefois, si le filtre
ou le circuit d’air est colmaté, le
mélange air/carburant nécessaire
à la combustion sera irrégulier.
Un mélange trop pauvre en
air sera compensé par une
addition de gazole et donc une
consommation supérieure.
Les autres caractéristiques et
réglages importants incluent la
pression des pneus et la géométrie
du train avant. Ces réglages
doivent être adaptés de manière
spécifique et conformément
aux conditions d’utilisation
du camion, notamment la
configuration du terrain, les
distances parcourues, etc. Pour
être efficace d’un point de vue
énergétique, un camion exige
un graissage, des vidanges et des
changements de filtres à huile
réguliers ; cela diminue le risque
de pertes d’énergie provenant
d’une friction interne excessive. n
Comment procéder
Effectuez l’entretien
de votre camion Volvo
selon le programme de
maintenance préventive
de Volvo Trucks, afin de
le conserver en parfait
état et d’assurer une
économie de carburant
optimale. Des entretiens
planifiés vous aideront à
éviter les immobilisations
imprévues ainsi que
l’usure excessive
qui engendre une
augmentation de
la consommation
de carburant. Pour
toute information
complémentaire
concernant la
maintenance préventive,
veuillez contacter votre
concessionnaire Volvo
Trucks.
Photo : Fredrik Herrlander
Le transporteur suédois
Fredrik Fjellström
assure le suivi de ses
camions grâce à un
contrat Volvo Gold.
L’avis d’un client sur la maintenance préventive
Fredrik Fjellström, Directeur général, Nordisk Kyl Logistik AB,
Östersund, Suède
« La maintenance préventive
nous évite d’avoir des surprises
désagréables »
transporte
des produits alimentaires réfrigérés
pour les restaurants, hôtels et
supermarchés dans le nord de
la Suède. En 2002, la société a
investi dans un contrat d’entretien
Volvo Gold afin de garantir le
plus haut niveau d’entretien et de
maintenance de son parc de 16
poids lourds Volvo.
Pourquoi avez-vous choisi un
contrat Volvo Gold ?
« Le contrôle de la température
Nor disk Kyl Log isti k
et le respect des délais de livraison
sont essentiels dans ce secteur
d’activité. Grâce à ce contrat,
l’entretien de nos véhicules est
planifié et se déroule sans le
moindre souci. La maintenance
préventive nous évite d’avoir des
surprises désagréables en termes de
coûts et de temps morts imprévus. »
Avez-vous amélioré votre
efficacité ?
« Nos camions sont maintenus
dans le meilleur état possible
grâce à l’entretien permanent
effectué par Volvo. Tout se
passe de manière automatique.
Si nous n’avions pas ce contrat
Volvo Gold, nous risquerions
d’oublier un entretien ou de
sauter une vidange pour des
raisons financières. Avec cette
formule, Volvo est responsable
de la révision complète du
véhicule, des vidanges au
remplacement des filtres,
en passant par le graissage,
les réglages nécessaires, le
contrôle de la géométrie et de
la pression des pneus. Tous ces
aspects améliorent de manière
significative le rendement
énergétique de nos véhicules.
Volvo supervise le kilométrage
de nos camions et planifie les
entretiens au moment opportun,
avant qu’un problème ne
survienne, plutôt qu’après. Nous
évitons les temps morts imprévus
et nous pouvons nous consacrer
pleinement à notre métier.
Comment comptez-vous
progresser dans cette voie ?
« J’espère que les avancées
technologiques apporteront de
nouvelles solutions efficaces
dans le futur, mais nous pouvons
aussi être plus proactifs. Nous
surveillons continuellement notre
consommation de gazole et nous
espérons encore réduire nos coûts
davantage. Notamment en nous
impliquant plus activement dans
la maintenance de notre parc,
en investissant dans la formation
des conducteurs, ainsi que dans
des systèmes de surveillance du
carburant. »n
Mob i li s # 4 2007
27
3. accessoires
efficaces
#3 accessoires efficaces
4. Dynafleet
2.maintenance
préventive
1. véhicules
optimisés
5. Formation des
conducteurs
6. Fuel Management
Service
Les camions Volvo peuvent désormais être personnalisés pour
un rendement optimal. Les Accessoires Volvo Trucks vous
permettront d’économiser du carburant, en réduisant la résistance
à l’air et en tirant le meilleur de la puissante transmission I-Shift.
Équipez votre camion pour une
économie de carburant optimale
Plusieurs accessoires Volvo et options de services
sont disponibles en vue de limiter la consommation
de carburant. Personnalisez votre camion : choisissez
les caractéristiques optimales dès le départ pour
tirer la meilleure efficacité du carburant, et préparezvous à une réduction de vos coûts de gazole.
Systèm e de déflecte u rs
Logiciel Economy Power
Saviez-vous que
les lignes fluides
d’un camion Volvo
se basent sur
l’aérodynamique
de l’orque épaulard ? Cela dit,
l’aérodynamique n’est pas qu’une
question le design, elle intéresse
également la réduction de la
consommation de carburant. Et
pour cela, le Système de déflecteurs
est un élément d’amélioration
essentiel. Il est proposé sur la
plupart des poids lourds Volvo, y
compris sur les modèles tracteurs
et porteurs et il permet de réduire
jusqu’à 23 % la résistance au vent.
pour I-Shift sur moteurs D13
28 Mob i li s # 4 2007
L’I-Shift est le système
intelligent de changement de
vitesses de Volvo Trucks. La
consommation de carburant
est automatiquement réduite
grâce à la sélection optimisée
et automatisée
des passages
de rapport. Le
changement
de vitesses est
entièrement automatisé, ultra
rapide et avec seulement de très
brèves interruptions du couple,
mais si nécessaire, le conducteur
peut à tout moment choisir
d’utiliser le passage de vitesses
manuel. Cette boîte pèse environ
70 kg de moins que la boîte de
vitesses manuelle équivalente. Le
logiciel de commande I-Shift est
disponible en différentes versions
selon les diverses exigences de
transport. Ainsi vous pouvez
opter pour le package « Fuel
Economy » qui offre le meilleur
software pour la longue distance.
Cela comprend entre autres
les fonctions Eco Roll et Smart
Cruise Control. L’I-Shift est la
combinaison d’un confort et d’une
fiabilité très élevés et d’une très
basse consommation de carburant.
E njolive u rs
aérodynam iqu es
Outre le système de déflecteurs,
les enjoliveurs aérodynamiques
de Volvo Trucks diminuent
la résistance à l’air et, par
conséquent, la
consommation de
carburant. Parmi
les autres mesures
contribuant à une
meilleure aérodynamique du
véhicule, citons le retrait de tous
les déflecteurs inutiles, feux et
autres accessoires implantés sur
l’extérieur de la cabine. n
Comment procéder
Votre camion Volvo
peut être équipé
et amélioré grâce
à un large choix
d’accessoires Volvo
Trucks, conçus
pour améliorer ses
performances et
l’efficacité du carburant.
Des pièces sont
disponibles dans les
ateliers Volvo pour tous
les modèles modernes
de camions Volvo.
Prenez contact avec
votre concessionnaire
Volvo Trucks pour
en savoir plus sur le
large choix de pièces
d’origine Volvo et
d’options de services
conçus pour optimiser
votre économie de
carburant.
Photo : Beatrice Hermann
Grâce à son
engagement total
dans le programme
Fuelwatch, Wolfgang
Meier chez Börje
Jönsson économise
2 250 litres de gazole
par camion et par an.
L’avis d’un client sur les accessoires efficaces
Wolfgang Meier, Directeur général, Börje Jönsson Spedition GmbH,
Hamburg, Allemagne
« Une réduction de 5 % sur les frais de
gazole parle d’elle-même »
le
transporteur Börje Jönsson
Spedition à Hambourg travaille
activement à l’amélioration de son
économie de carburant. Depuis
l’an dernier, deux Volvo FH12 sont
équipés du pack Fuelwatch et les
résultats sont sans précédent.
Quel impact a eu le programme
Fuelwatch pour l’entreprise Börje
Jönsson ?
« Nous avons constaté entre
3 et 7 % d’économie depuis
l’introduction de Fuelwatch,
De pu is avr i l 2006,
ce qui n’est pas une somme
négligeable. Nos camions
parcourent en moyenne 150 000
km par an et nous estimons
pourvoir économiser 1,5 litre
aux 100 kilomètres. Cela donne
une économie de 2 250 litres de
gazole par véhicule et par an. »
Comment avez-vous équipé vos
camions ?
« Nous avons optimisé les
caractéristiques et les composants
sur nos camions en vue de
réduire la consommation. Nous
étudions par exemple depuis
un certain temps la question de
l’aérodynamique et nous avions
déjà installé des déflecteurs
de toit et latéraux. Nous avons
encore diminué la résistance à
l’air en montant des enjoliveurs
aérodynamiques, et nous avons
retiré tous les éclairages ou
accessoires superflus sur la
cabine. Nous avons un jeu de feux
supplémentaires sur le toit, rien
d’autre. »
Que pouvez-vous nous dire sur
I-Shift ?
« Nous avons opté pour une mise
à niveau. Ce système intelligent de
changement de vitesses est une
solution géniale proposée par Volvo.
Il facilite grandement le quotidien
de nos chauffeurs et leur permet
de conduire avec plus de sérénité,
sans perdre de temps ni d’énergie
à changer de rapport inutilement. Ils
l’apprécient tous énormément. »
Recommanderiez-vous
Fuelwatch à vos collègues ?
« N’oublions pas que Fuelwatch
est un concept global. Ses éléments
constitutifs sont tous essentiels :
aérodynamique, composants
spécifiques, sans oublier la
formation des conducteurs. Vous
ne tirerez pleinement parti de ce
concept qu’en investissant dans
le pack complet. Je pense qu’une
réduction totale de 5 % sur les
frais de gazole parle d’elle-même. Il
n’existe pas de nombreuses autres
occasions de faire des économies
de cet ordre dans notre secteur
d’activité. » n
Mob i li s # 4 2007
29
3. accessoires
efficaces
#4 Dynafleet Online
4. Dynafleet
2.maintenance
préventive
1. véhicules
optimisés
5. Formation des
conducteurs
6. Fuel Management
Service
Dynafleet est une application en ligne conçue pour optimiser
l’efficacité de vos activités de transport. À l’aide des données
fournies par Dynafleet Online, chauffeurs et exploitants
peuvent contribuer à améliorer leur économie de gazole.
Surveillez votre consommation
de gazole avec Dynafleet Online
Dynafleet Online permet aux exploitants de gérer
leur parc avec une grande souplesse, quel que soit
l’endroit où ils se trouvent. Le programme contient
plusieurs fonctions permettant d’optimiser le
rendement énergétique et la rentabilité.
L
a nouvelle version
de Dynafleet est plus
conviviale et s’est enrichie
de plusieurs fonctions et services.
L’économie de carburant du
véhicule peut désormais être
suivie par les chauffeurs et les
gestionnaires de parc, grâce à
l’analyse détaillée des données
conducteur et aux rapports sur
la consommation de carburant.
Les statistiques montrent la
quantité de gazole disponible
dans le réservoir, les niveaux de
consommation de gazole, les
temps de conduite, les temps
passés au ralenti et les mesures
prises par le conducteur pour
une conduite économique
30 Mob i li s # 4 2007
comme le régulateur de vitesse
par exemple.
L’offre Dynafleet comporte
aussi un module de formation en
ligne qui permet aux chauffeurs
de se perfectionner à la conduite
économique. Utilisé de manière
simple et efficace, Dynafleet
démontre qu’un comportement
adéquat du conducteur peut
contribuer à économiser du
carburant. Les résultats peuvent
aussi être exploités pour les
futurs besoins de formation. Un
style de conduite économique
n’est pas seulement favorable à
l’environnement, il contribue
aussi à réaliser des économies
considérables de gazole.
Grâce à Dynafleet, la flexibilité
et l’efficacité des transports
sont toujours prioritaires. La
position exacte du véhicule peut
être déterminée à tout moment,
les temps de conduite sont
surveillés et l’indicateur d’état de
chargement indique si un camion
roule plein ou non. Un nouveau
chargement peut être récupéré
par un véhicule se trouvant
à proximité, ce qui évite de
dépêcher un nouveau camion.
Cela permet d’économiser
du gazole et des frais, tout en
optimisant le temps de conduite du
véhicule. Enfin, Dynafleet permet
de suivre les besoins en révisions
des véhicules et planifie les
interventions. Un camion maintenu
dans le meilleur état possible est
plus efficace, plus rentable et plus
respectueux de l’environnement.
Fonctions de Dynafleet :
n Rapports d’ensemble
n Rapports résumés
n Rapports de non-conformité
n Rapports de consommation
n Rapports de kilométrage
n Rapports de temps
n Rapports environnementaux
n Calendrier d’entretien
n Carte
n Temps de conduite
n Niveaux de carburant
Comment procéder
Dynafleet Online est
accessible à tous
les clients dans
toute l’Europe. Il est
disponible sous la
forme d’une solution
complète qui comprend
trois modules :
Perform, Perform &
Locate et Operate.
Le véhicule est
équipé d’un matériel
spécifique Dynafleet,
ainsi que d’une antenne
combinée GPS/GSM.
Une carte GPRS SIM,
une formation en ligne
et le support de Volvo
Action Service sont
également proposés
en standard. Contactez
votre concessionnaire
Volvo Trucks pour en
savoir plus.
Photo : Richard Campbell
Les tests avec
Dynafleet ont
généré des résultats
encourageants pour
Andrew Malcolm en
termes de réduction
des frais de gazole.
Le point de vue d’un client sur Dynafleet
Andrew Malcolm, Président, WH Malcolm, Linwood, Écosse
« Dynafleet nous aide à réduire notre
consommation de carburant de 7 à 8 % »
des
solutions logistiques intégrées à
un large panel de clients, incluant
des services d’entreposage, de
distribution rail-route et de gestion
de la chaîne d’approvisionnement.
L’entreprise emploie 2 000
personnes, possède des dépôts
partout dans le Royaume-Uni et
500 camions, dont 200 Volvo FH
et FM.
Quand avez-vous commencé à
utiliser Dynafleet ?
« Nous avons investi dans le pack
WH Malcolm propose
Perform & Locate Dynafleet, lequel
a été installé sur vingt camions
Volvo depuis février dernier. Nous
coopérons avec le Volvo Truck &
Bus Centre Scotland afin de mettre
en œuvre le programme Fuelwatch,
y compris les équipements et la
formation. Nous utilisons Dynafleet
pour surveiller et analyser le
rendement énergétique de notre
parc », raconte Andrew Malcolm.
Parmi ces fonctions, lesquelles
vous semblent les plus utiles ?
« Nous utilisons bien sûr
Dynafleet pour la localisation
des véhicules, l’affectation et
la liaison avec les chauffeurs.
En termes de Fuelwatch, nous
avons choisi d’étudier quelques
variables à la fois, basées sur les
différentes techniques utilisées
dans la formation du conducteur.
Nous surveillons actuellement
les temps passés au ralenti et
l’usage du régulateur de vitesse.
Puis nous poursuivrons avec l’état
de charge des moteurs, l’usage
de la fonction roues libres et
les passages de rapports. Nous
utilisons le programme comme une
compétition. Quotidiennement, les
chauffeurs de Linwood comparent
leurs résultats quand ils rentrent au
dépôt. Certains d’entre eux étaient
un peu réticents à l’idée d’avoir
un « espion dans la cabine », mais
la plupart sont consciencieux et
souhaitent faire leur maximum ; ils
ont donc été très positifs. »
Quels sont les premiers résultats ?
« Ils ont été très encourageants.
Nous avons constaté 7 à 8 % de
réduction de la consommation
de gazole, mais le défi consiste à
maintenir ce niveau. Nous avons
recruté des superviseurs à temps
plein pour traduire les chiffres
en données réelles. Ils analysent
les résultats et communiquent
avec les chauffeurs et les
formateurs. Aujourd’hui nous autres
gestionnaires de parc devons
surveiller nos coûts de près et
Dynafleet nous aide à analyser les
domaines clés de réductions des
frais de gazole », conclut-il. n
Mob i li s # 4 2007
31
3. accessoires
efficaces
#5 formation des conducteurs
4. Dynafleet
2.maintenance
préventive
1. véhicules
optimisés
5. Formation des
conducteurs
6. Fuel Management
Service
Une formation à la conduite économique, ou éco-driving,
représente un investissement judicieux rentabilisé en quelques
années. Des recherches montrent que des réductions de frais de
gazole de 5 à 10 % sont possibles, simplement en adoptant des
techniques de conduite économiques.
La formation conducteur réduit
vos frais de gazole
Une formation pour les conducteurs spécialement
axée sur la conduite économique sera bientôt
disponible chez Volvo Trucks. L’objectif à long
terme est d’assurer des réductions durables de
carburant, de l’ordre d’au moins 5 %.
D
es tests ont démontré
que les entreprises de
transport peuvent réduire
leurs frais de gazole de 5 à 10 %
en formant leurs chauffeurs.
En moyenne, un trajet avec une
conduite économique peut générer
une réduction de la consommation
de gazole de l’ordre de 5 à 10 %.
La conduite économique est
une question de sensibilité et de
planning. En adoptant un certain
nombre de techniques simples, les
chauffeurs peuvent contribuer à
diminuer les coûts et les émissions
de carburant, tout en limitant
32 Mob i li s # 4 2007
leur propre stress et leur fatigue
musculaire.
La conduite économique est
adaptée aux technologies moteur
les plus récentes et se traduit
par des manœuvres sûres et
efficaces, à des régimes moteur
moins élevés. La première règle
consiste à anticiper le trafic et à
mieux mettre à profit l’énergie du
camion. Conduire en souplesse,
éviter de freiner et d’accélérer
inutilement peut sensiblement
améliorer votre économie de
carburant.
Le passage de rapports inutile
est extrêmement consommateur
de gazole. La boîte automatisée
I-Shift est en soi très efficace, mais
elle « ne voit pas » la route. Dans
certaines situations, le chauffeur
doit jouer un rôle plus actif et
assister l’I-Shift en verrouillant un
rapport.
de feux de
signalisation ou du sommet
d’une côte, il est inutile d’avoir
le pied au plancher. Un poids
lourd de 40 ou 60 tonnes a
suffisamment d’énergie cinétique
pour rouler jusqu’à l’arrêt ou
passer le sommet d’une côte. Sur
À l’approch e
un tronçon de route plane, vous
pouvez contribuer à optimiser
la consommation de gazole
en actionnant le régulateur
de vitesse. Afin d’exploiter le
potentiel de puissance maximum
du moteur, il est également
important d’utiliser toute la plage
verte du compte-tours.
La conduite économique permet
de faire des économies de carburant
à long terme. Il est pratiquement
impossible de garantir des
réductions similaires dans d’autres
domaines tels que les salaires, les
assurances, la maintenance ou le
prix des véhicules. n
Comment procéder
Depuis quelques
années, Volvo Trucks
met sur pied des cours
de formation complets
dans le domaine de la
conduite économique.
Ces cours sont
actuellement disponibles
dans de nombreux
pays européens, et leur
nombre va grandissant.
Contactez votre
concessionnaire Volvo
Trucks pour en savoir
plus.
Photo : Simon van Boxtel
Henk et Jaap Wind
ont renvoyé leurs
chauffeurs sur les
bancs d’école pour
un cours intensif en
conduite économique.
Le point de vue d’un client sur la conduite économique
Henk Wind, propriétaire & Jaap Wind, directeur, Henk Wind Transport
B.V, Mussel, PAYS BAS
« Même après quinze ans derrière le
volant, on peut encore s’améliorer »
est une
entreprise familiale néerlandaise
de 40 employés qui possède
25 camions, dont 11 Volvo FH.
Ils transportent divers types de
marchandises entre le Benelux et
les pays nordiques. La maîtrise de
la consommation de carburant est
une priorité majeure depuis plusieurs
années pour cette société qui
coopère activement avec Volvo et le
programme Fuelwatch depuis 2006.
Où en êtes-vous avec le
programme Fuelwatch ?
H e n k Wi n d Transport
« Nous avons entendu parler
l’an dernier de la formation
pour une conduite économique
proposée par Volvo Trucks,
lorsque notre concessionnaire
Volvo nous a présenté la fonction
Eco-Roll. Notre première
formation conducteur Volvo s’est
déroulée en juin dernier. Quatre
chauffeurs étaient concernés et le
jour de la formation, ils ont réussi
à réduire leur consommation
de gazole de près de 10 % »,
commente Henk Wind.
Parlez-nous un peu de la
formation conducteur.
« Nous avions choisi un circuit
extrêmement difficile, avec de
nombreux arrêts et démarrages.
Avant la formation, la consommation
était de 42 litres/100 km et après,
elle est passée à 38 litres/100 km.
Sur un tronçon de route plus facile
sur lequel vous pouvez utiliser le
régulateur de vitesse, la différence
est moindre, mais ces résultats
valent la peine d’être notés »,
poursuit Henk Wind.
Quelle a été la réaction des
chauffeurs ?
« Tous les quatre ont trouvé
cette formation extrêmement
profitable. Ils reconnaissent que
même après dix ou quinze années
derrière le volant, on peut encore
s’améliorer. La partie qu’ils ont
trouvée la plus intéressante
était l’exercice d’anticipation
et la fonction Eco-roll. Quand
vous conduisez un 40 tonnes,
vous pouvez lever le pied de
l’accélérateur et exploiter le poids
et l’énergie cinétique du camion
pour continuer à rouler en roue
libre, sans consommer plus de
carburant », constate Jaap Wind.
Quelles sont vos attentes pour
le futur ?
« La première phase de formation
n’est terminée que depuis quelques
semaines. Toutefois, les résultats
semblent jusqu’ici prometteurs.
Même si nous ne réussissons à
maintenir que la moitié de cette
économie, sur le long terme, cela
vaut la peine », conclut Henk Wind. n
Mob i li s # 4 2007
33
3. accessoires
efficaces
#6 Fuel Management Service
4. Dynafleet
2.maintenance
préventive
1. véhicules
optimisés
5. Formation des
conducteurs
6. Fuel Management
Service
Le nouveau Fuel Management Service est une démarche
unique pour les clients de Volvo Trucks souhaitant réduire
leurs coûts de carburant. De l’audit détaillé de la gestion du
carburant au plan de mesures correctives, les consultants vous
aident à optimiser votre économie totale de carburant.
Fuel Management Service - Fuelwatch
« tout-en-un »
Volvo Trucks va bientôt déployer un nouveau
service : Fuel Management Service. Ce service
de consultation permettra d’effectuer une analyse
approfondie de l’économie de carburant totale
du client, en vue de réduire la consommation de
gazole à long terme.
L
e fuel Management
Service va permettre
aux clients de disposer
d’une vue d’ensemble de leur
consommation totale de
carburant. Avec l’aide d’un
consultant, des modifications
sont ensuite mises en œuvre
de manière à améliorer
l’efficacité énergétique, tout en
réduisant les coûts et l’impact
environnemental.
cinq
étapes et sa mise en œuvre exige
12 à 16 mois. La première étape
consiste en un audit détaillé de
la gestion du carburant, suivi par
Le processus i nclut
34 Mob i li s # 4 2007
un plan d’action et une définition
des objectifs. Durant cette phase
d’information et de formation,
tous les employés sont sensibilisés
à l’approche économique. Une
formation conducteur plus
approfondie sur la conduite
économique se poursuit selon
quatre étapes, durant lesquelles
les progrès réalisés sont
analysés. La cinquième étape
concerne la révision du contrat
de maintenance et sa remise
au responsable de gestion du
carburant désigné par le client.
Le concept Fuelwatch total
est intégré au Fuel Management
Service. Les camions sont équipés
en conséquence. Les procédures
d’entretien et de maintenance
sont optimisées pour un
rendement énergétique maximal.
Les chauffeurs sont formés
aux techniques de conduite
économiques. Ce service autorise
aussi les clients à optimiser l’usage
de leur Dynafleet.
évident
pour le client est la réduction
des frais de carburant. Pour les
propriétaires de véhicules, les
frais de carburant représentent
aujourd’hui jusqu’à 35 % des
frais d’exploitation généraux,
L’avantag e le plus
un pourcentage qui continuera
d’augmenter au rythme du coût
du pétrole. En misant sur le
Fuel Management Service, la
consommation de carburant
pourra être diminuée de 5 %,
à condition que le client soit
prêt à prendre des mesures
correctives. De plus, cette
approche contribuera à améliorer
le comportement des chauffeurs
et l’environnement de travail, à
réduire les coûts de maintenance
ainsi qu’à rehausser l’image
de marque de l’entreprise et à
réduire l’incidence négative sur
l’environnement. n
Comment procéder
Il est recommandé
aux clients intéressés
par l’utilisation du
Fuel Management
Service d’installer un
système d’information
sur les transports sur
tous les véhicules de
leur parc. Il leur sera
demandé de mesurer
leur consommation
de gazole, d’adhérer
au respect de certains
objectifs, et de prendre
les mesures correctives
nécessaires. Le Fuel
Management Service
sera mis en place au
cours de l’automne
2007, en commençant
par les clients du
Benelux, des pays
nordiques et de la
Pologne.
Mon Volvo et moi
Gén ial !
Un véritable cri du cœur ! Voici quelques
semaines à peine que Rudi Dupont, 40 ans,
a pris en main un nouveau Volvo FH16 660 cv
et il est véritablement tombé sous le charme !
« Le FH16 610 cv était déjà une petite merveille
dans son genre, mais là c’est encore une autre
dimension », se réjouit-il.
Après deux ou trois jours d’adaptation, Rudi
Dupont a su parfaitement maîtriser le système
de boîte automatisée I-Shift qui lui rend de
fiers services. Chaque jour, au départ de Kain, il
assure le transport de gravier vers les centrales
à béton du nord de la France et du Tournaisis.
Et pour rien au monde, il ne voudrait changer de
monture !
Lorem ipsum dolor
sit amet consec
mobilis # 4
3 2007
2006
35
C’est au départ de Lens en province de Hainaut que la société Martens Energie
assure depuis 43 ans la distribution de produits pétroliers. La particularité
de cette entreprise de transport est la fidélité qu’elle a toujours accordée à
la marque Volvo. Depuis sa création en 1964, c’est une quarantaine de Volvo
qui ont déjà roulé aux couleurs de la société. De plus, chaque chauffeur
travaille sur sa zone, avec son propre camion qu’il bichonne avec tout le soin
nécessaire…
Martens Energie SA
Route de Cambron 7870 Lens lez Mons
31 véh icu les
- 10 FM9
- 7 FL10
- 5 FL7
- 3 tracteurs FM9
- 3 tracteurs FH12
- 1 tracteur FL7
- 2 nouveaux tracteurs FH
12 se m i-r e morqu es cite r n es
de 35.000 L et 23.000 L
36
mobilis # 4 2007
martens energie sa
Pourvu que l’hiver
soit rigoureux
Qu’il vente, qu’il pleuve ou qu’il neige, les livreurs de mazout travaillent par tous les temps ! Exemple à l’appui
avec la société Martens Energie dont la flotte est composée quasi à 100% de Volvo !
activité pétrolière. De reprises
en achats, l’entreprise a créé sa
propre entreprise de transport.
Actuellement, notre parc roulant
est composé de 22 camions Volvo
ainsi que de 9 tracteurs Volvo
(dont 2 nouveaux FH 440 cv à
recevoir fin d’année) et 12 semiremorques qui parcourent chaque
jour les provinces du Hainaut et
du Brabant wallon ainsi que le
nord de la France ».
S
oleil ou gel, pour
certains travailleurs, cela
ne leur fait ni chaud ni
froid… Comme les livreurs de
mazout par exemple qui sont
certainement les plus habitués
à se serrer les dents quand la
météo l’exige ! « C’est en 1964 que
Jean-Pierre Martens a démarré
en livrant des bonbonnes de gaz,
explique Thibault Martens, administrateur. Cinq ans plus tard, il
rachetait une usine de la rue de
Cambron à 7870 Lens-lez-Mons
où est situé le siège social actuel
de la société et commençait son
Au fil du temps, la société Martens
Energie s’est forgé un nom sur le
marché des produits pétroliers :
gasoil de chauffage, gasoil de
roulage, essence ou encore gasoil
extra. « Il s’agit d’un transport
de petite distribution chez les
particuliers et de plus grosses
quantités (+ 35.000 litres) pour
nos stations-service et nos plus
gros clients (± 75.000 clients)
par exemple », explique Thibault
Martens. Il arrive que sur une
seule journée, nous recevions
1.000 à 1.200 commandes ! ».
Evidemment, tout dépend de la
météo sur laquelle Martens
Energie n’a aucune prise… Un
hiver trop doux comme en
2006-2007 et c’est la chute des
ventes des combustibles. Les
températures douces relevées
l’année dernière ont notamment
eu pour conséquence une baisse
importante des commandes et des
factures pour tout le secteur énergétique. Les livreurs de mazout
ont ainsi vu leurs ventes chuter de
34% par rapport à une saison classique. La société Martens Energie
s’en sort, elle, avec une mévente
de 18%.
Des Volvo de pu is toujou rs !
Chez Martens Energie, on est
fidèle à Volvo ! « 10 FM9 nouvelle
génération, 7 FL10, 5 FL7 et 7 tracteurs Volvo garnissent notre flotte,
auxquels il faudra encore ajouter
deux nouveaux tracteurs Volvo
FH. Il y a tout juste un an, nous
avons en effet acquis pas moins de
10 Volvo FM9 après avoir revendu
12 FL10 et FL7. Il n’est pas exclu
que nous procédions à de nouveaux investissements pour l’hiver
prochain. A condition qu’il ne soit
pas trop doux et que les résultats
financiers suivent ! » En 1964 déjà,
Jean-Pierre Martens avait choisi
Volvo pour équiper le parc roulant
de la société. Le résultat d’une
bonne entente avec le concessionnaire Guy Dupont dont la fidélité
au service de la marque Volvo est
appréciée dans tout le Hainaut.
Économ i e et pu issance
Martens Energie dispose de son
propre garage de réparations à
Feluy, soit l’un des trois dépôts
pétroliers que compte l’entreprise.
« Chaque mois, nos 22 camions
citernes et nos 12 semi-remorques
citernes de 23.000 et 35.000 litres
passent un check-up complet.».
Pourquoi cette fidélité à Volvo ?
« Sans aucun doute pour la qualité
du service assuré par notre concessionnaire ainsi que pour la longévité du matériel ». La réflexion
des dirigeants de Martens Energie
porte aujourd’hui sur les futures
acquisitions. « Il n’est pas impossible que nos prochains véhicules
soient équipés de moteurs plus
puissants ». Performance et économie vont de pair. En équipant sa
flotte, Martens Energie n’y est pas
insensible…
mobilis # 4 2007
37
En atteignant l’objectif d’entreprise exempte
de CO2, Volvo Trucks est parvenu à faire passer un
message très crédible.
Ecologie et économie peuvent aller de pair.
Les efforts réalisés se traduisent même par des
économies pour l’entreprise.
38
mobilis # 4 2007
INTERVIEW
Volvo Trucks
prend l’initiative dans la lutte
contre les émissions de CO2
La lutte contre le CO2 est une priorité au niveau international. Et Volvo Trucks prend une place prédominante dans
ce combat. Le site gantois de l’entreprise vient d’être promu première « entreprise exempte de CO2 » de notre
pays. Volvo Trucks est aussi le premier fabricant de camions au monde à obtenir ce label. Nous avons évoqué le
comment et le pourquoi de ces performances avec Patrick Collignon, le directeur général de Volvo Europa Truck.
Volvo Europa Truck a fait la une,
il y a quelques semaines, d’une
manière très originale. Le site
de Gand, responsable avec ses
2.400 collaborateurs de la production annuelle de 40.000 camions,
s’est en effet vu décerner le titre de
première entreprise exempte de
CO2 en Belgique. Il est aussi la première usine automobile au monde
à obtenir ce résultat. Selon les
objectifs européens, les émissions
de CO2 doivent baisser de 20% à
l’horizon 2020. Volvo a d’ores et
déjà pris les devants. L’occasion est
belle d’évoquer cette remarquable
initiative avec le directeur général,
Patrick Collignon.
D’où est partie l’idée de
faire de cette unité un site exempt
de CO2 ?
Mob i lis
« L’idée est
partie du haut de l’entreprise, il y a
environ trois ans. Notre première
réaction fut empreinte d’incrédulité. La question de savoir si
une telle ambition était techniquement faisable taraudait alors
chacun. Après tout, notre secteur
consomme beaucoup d’énergie.
Nous nous sommes toutefois très
Patr ick Collig non
vite mis à travailler à cet objectif.
Les trois usines EM (European
Manufacturing) de Gand, Tuve
et Umea ont entrepris les actions
nécessaires pour satisfaire à cet
objectif. Notre site de production
est parvenu le premier à produire
sans CO2 ».
De quelle manière avezvous procédé ? Quelles mesures
concrètes avez-vous prises ?
Mob i lis
« Pour commencer, différents
changements ont été apportés dans
l’usine pour réduire la consommation d’énergie. Nous avons, par
exemple, construit des puits de
lumière dans la toiture afin de laisser passer plus de lumière naturelle.
Combinée à la pose de couleurs
plus claires sur les murs et d’époxy
gris-clair brillant sur le sol, cette
mesure a permis de réduire l’éclairage (électrique). Une autre mesure
marquante est la construction de
trois turbines éoliennes sur le site.
Elles pourvoient à la moitié des
besoins énergétiques. L’autre moitié
provient d’Electrabel qui utilise,
à cet égard, des sources d’énergie
vertes. Pour ce qui concerne le
chauffage, 70% de nos besoins sont
couverts par une nouvelle centrale
biomasse. Elle fonctionne aux pellets et l’énergie nécessaire au démarrage du processus de combustion
provient des cellules solaires, installées sur le toit. Les 30% restants
sont fournis par un brûleur duo qui
peut fonctionner à l’huile bio ou au
gaz naturel. On ne l’alimentera en
gaz naturel qu’en cas d’urgence. Si
nous additionnons toutes les mesures prises, nous atteignons très vite
le cap des 100 » !
P.C.
Mob i lis En bref, Volvo Trucks se
profile ainsi comme un exemple à
suivre ?
P.C. « Absolument. En ayant
obtenu ce label, nous avons non
seulement pu faire passer un
signal fort… mais surtout un
signal crédible. Nous avons puisé
notre inspiration dans ce qu’a fait
Nike : remplacer l’énergie grise par
l’énergie verte. Mais nous y avons
ajouté la chaleur : la chaleur grise
s’est éclipsée au profit de la verte.
Ce que nous avons réalisé est non
seulement bénéfique pour l’environnement, mais aussi en termes
d’image de marque. Pas seulement
la nôtre, d’ailleurs. Grâce à ses
efforts, Electrabel, notre partenaire, a remporté le prix de l’innovation au sein du groupe Suez ».
n
« Ecologie peut aussi rimer avec économie »
Il y a trois ans, le site de Gand émettait 14.000 tonnes de CO2 par an.
Aujourd’hui, ce chiffre est tombé à zéro. Durant la période 2001-2006, la
consommation d’énergie a baissé chaque année de 23%... tandis que la production de camions s’envolait, sur la même période, de 33%. Le coût de ces
efforts est également une bonne surprise, par rapport à ce qui pouvait être
attendu à cet égard. « Avant de lancer ce projet, nous étions convaincus qu’une
production exempte de CO2 entraînerait un surcroît de coûts », remarque Lars
Martensson, Enviromental Director chez Volvo Trucks. « Nous étions prêts à
en assumer les conséquences. En fin de compte, nous sommes arrivés à une
conclusion totalement différente : à terme, ces efforts nous permettent même
de réaliser des économies. Je ne peux donc que recommander à d’autres
entreprises de prendre de telles initiatives ».
mobilis # 4 2007
39
Volvo trucks update
Alcolock
Technique simple, réglementation complexe
L’Alcolock peut prévenir les dangers de l’alcool au volant, mais s’avère délicat à mettre en œuvre, du fait
de limitations juridiques pour les employeurs. Le respect de la vie privée contingente ses possibilités
d’emploi dans notre pays. Mais elle ne l’empêche pas.
Suède, au Danemark, en Norvège
et en Finlande. Scania équipe ses
camions d’un prémontage en usine
de série, permettant une installation aisée de l’Alcolock par la suite.
Que manque-t-il encore pour passer au stade suivant ? Des textes
de loi et quelques bons signaux ?
Celui de Febetra est clair : « Notre
Fédération ne peut qu’encourager
l’installation volontaire de l’Alcolock », déclare Isabelle De Maegt.
L’Alcolock, développé par ACS
(Canada) est un dispositif bloquant
le démarrage d’un véhicule. Pour
déverrouiller, le chauffeur doit souffler dans un appareil qui mesure
la quantité d’alcool présente dans
l’air expiré. En cas de dépassement
du seuil, le déverrouillage n’a pas
lieu. Cet équipement est utilisé
depuis plus de 20 ans aux ÉtatsUnis et au Canada, notamment
pour contrôler le comportement
de personnes condamnées pour
conduite en état d’ivresse. Le nombre d’appareils en service dépasse
70.000 unités.
Données sensibles
Cette technologie simple comporte
des implications juridiques
complexes. « L’opération réalisée
par l’appareil étant un alcotest,
deux questions se posent : un
employeur peut-il légalement imposer un alcotest ? Et est-il légalement habilité à procéder lui-même
à un alcotest ? », explique Isabelle
De Maegt de Febetra. « Ensuite,
comment traiter les données ?
Selon la Commission de la protection de la vie privée, elles relèvent
de la vie privée du travailleur. À
ce titre, elles ne peuvent être
recueillies et conservées que dans
le respect des principes de finalité
(le but doit justifier l’installation de
l’Alcolock) et de proportionnalité
(données non excessives par rapport à la finalité).
Concrètement, l’entreprise devra
recueillir le consentement individuel
de chaque chauffeur et aucune
discrimination entre travailleurs ne
pourra exister. »
En 2006, une proposition de loi a
été déposée modifiant la Loi du
16 mars 1968 relative à la police
de la circulation routière. Elle vise
à autoriser le recours à l’Alcolock
40
mobilis # 4 2007
Étude européenne
Juridiquement, ce geste est un alcootest. La question qui se pose est :
« L’employeur peut-il légalement l’imposer ? »
comme moyen de prévention et
propose aussi, en cas de récidive,
de limiter la validité du permis de
conduire aux véhicules équipés
d’un Alcolock, ainsi que des incitants fiscaux pour les entreprises
de transport.
Alcolock de série
Volvo Trucks a développé l’Alcolock
d’ACS pour l’intégrer de série dans
le tableau de bord des camions. La
production en série de ces véhicules commencera en novembre
2007. Ils seront disponibles en
De 2004 à 2006, un projet pilote
consacré aux systèmes Alcolock a
été mené dans quatre pays européens, dont la Belgique, étudiant
la possibilité d’application en UE.
L’objectif de l’étude était d’analyser
l’impact pratique, psychologique,
social et comportemental sur les
conducteurs. L’IBSR était chargé
du volet belge de l’étude et de la
coordination du projet. Texte complet disponible sur www.ibsr.be.
Des Volvo pour les pompiers de Geraardsbergen
et de Roeselare
Le corps de pompiers de Geraardsbergen a fait l’acquisition d’un Volvo
FE 6x4 avec réduction dans les
moyeux. C’est la première fois que
le garage Malfroot (Dendermonde
et Vollezele), qui s’est chargé
de la livraison, compte la ville de
Geraardsbergen parmi ses clients.
Le véhicule, équipé d’un conteneur,
s’est montré le plus performant par
rapport au cahier des charges de
tous ceux qui ont participé à l’appel
d’offres.
Les pompiers de Roeselare ont, eux
aussi, opté pour Volvo. Il s’agit plus
précisément d’un Volvo FM340 4x2
livré par le garage Renterghem de
Pittem. Il a été équipé pour le transport de conteneurs spéciaux. C’est
le premier Volvo Truck acheté par
le corps des pompiers de cette ville
de Flandre occidentale. Le véhicule
a convaincu, notamment, par son
rapport qualité/prix. Et en plus, il
enchante les chauffeurs…
L'ACTUALITé DU GROUPE VOLVO
Volvo Trucks au RAI d’Amsterdam
La présence de Volvo Trucks au
salon TERTS (The European Road
Transport Show) d’Amsterdam reposait principalement cette année sur
le thème de la conduite économique. Une conduite qui permet non
seulement de réduire les coûts mais
aussi de préserver l’environnement.
En vedette le concept « fuelwatch ».
Le visiteur avait la possibilité de voir
comment il est possible de réaliser
de sérieuses économies grâce à
une méthode structurée et une série de mesures interactives mêlant
hardware, software et technologie.
Cette approche systématique commence dès l’acquisition du véhicule
avec un choix adapté en fonction
de son utilisation et va jusqu’à la
formation du chauffeur à la conduite
économique.
Côté produits, le stand Volvo accueillait des représentants de toutes
les gammes : FL et FE pour la
distribution locale, FM et FH pour le
transport national ou international.
Sans oublier un certain nombre de
composants qui ont fait la réputation de Volvo et qui s’inscrivent, eux
aussi, parfaitement dans le thème
« fuelwatch » : la boîte I-Shift lancée
en 2001 et qui équipe aujourd’hui
60 % des véhicules Volvo vendus
ou encore le VEB (Volvo Engine
Brake), le frein moteur particulièrement performant de Volvo.
Volvo a également profité du RAI
pour exposer son savoir-faire en
matière de carburants verts avec
notamment un véhicule roulant au
biogaz et au biodiesel.
Des solutions que de nombreux
clients belges et étrangers ont pu
apprécier lors de leur visite sur le
stand. Comme ils l’avaient fait aussi
en septembre à Matexpo, le plus
grand salon belge des machines,
techniques et matériels destinés aux
secteurs du bâtiment, du recyclage
et des travaux publics, où Volvo avait
présenté toute sa gamme chantier
ainsi que du matériel lourd de Volvo
Construction Equipment.
Les véhicules exposés
à Amsterdam :
- Volvo FL 4x2 R
- Volvo FE 4x2 T
- Volvo FE 6x2 R
- Volvo FM 8x4 R
- Volvo FM 4x2 T
- Volvo FH 6x2 T
- Volvo FH 4x2 T
- Volvo FH16 8x4
- Volvo VT880 (pour transport
lourd en Amérique du Nord)
La conduite économique, une des composantes essentielles du concept ‘Fuelwatch’.
Volvo Truck Nederland
sous la direction
de Peter Himpe
Le 1er octobre dernier, Peter Himpe
(48 ans) a pris en charge la direction de Volvo Truck Nederland. Il
remplace dans cette tâche Torbjorn
Wilson nommé Director Commercial
Trucks pour l’Europe de l’Est. Jusque
là, Peter Himpe endossait la fonction
de Regional Managing Director pour
le Benelux et de Managing Director
pour la Belgique. Il fait aussi partie
de l’équipe de management de
Volvo Truck Europe Division sous la
direction de Claes Nilsson.
Peter Himpe, le nouveau directeur de
Volvo Truck Nederland.
Agenda
Man ute ntion 2008
11/03/2008 - 14/03/2008
Volvo Logistics participe à un projet
d’étalement du transport
Privilégier le transport de marchandises
en fin de matinée et sur le temps de
midi pour réduire les embouteillages.
Kris Peeters, Ministre-Président
flamand et Ministre des Ports,
a lancé en collaboration avec le
secteur logistique, plusieurs projets pilotes destinés à obtenir un
meilleur étalement du transport
de marchandises. Une étude de
l’Université d’Anvers indique en
effet qu’il est préférable de profiter
de la fin de matinée et de l’heure
de midi pour effectuer du transport
de marchandises. Des accords ont
été conclus avec Volvo Logistics
et Bekaert dans le but de mettre
sur pied un projet pilote dès cet
automne. L’étude anversoise soutient « qu’un tel décalage constitue
la solution optimale pour la chaîne
logistique complète et peut s’avérer
rentable pour les acteurs logistiques en raison de l’élimination des
coûts liés aux embouteillages ».
Journées portes
ouvertes chez Van
Houdt Trucks
Le salon MANUTENTION EQUIPEMENTS & SYSTEMES réunira
près de 500 exposants, fabricants et
distributeurs de matériels et d'équipements pour la manutention.
http://www.manutention.com
F - Paris-Nord Villepinte
SITL E u rope
11/03/2008 - 14/03/2008
Van Houdt Trucks, concessionnaire
Volvo de Geel/Herentals, a organisé des journées portes ouvertes
les 15 et 16 septembre derniers
dans son implantation de Geel.
Une occasion pour les nombreux
visiteurs de découvrir l’extension de
l’atelier ainsi que la gamme Volvo
Trucks dont certains exemplaires
particuliers comme un FH Tridem
8x4 et un FH16 Black Thunder.
La Semaine Internationale
du Transport et de la Logistique
http://www.salon-sitl.com
F - Paris
Fastlog
16/04/2008
Forum annuel des stratégies transport et logistique / 2e édition
www.fastlog.be
B - Charleroi
mobilis # 4 2007
41
Volvo trucks update
Volvo Aero :
Partenariat entre Pratt &
Whitney et Volvo Aero
Pratt & Whitney a choisi Volvo Aero
pour le design et le développement
d’une nouvelle turbine (Turbine
Exhaust Case) destinée au moteur
Alliance GP7000 qui équipe le nouvel Airbus A380. L’accord prévoit
également la prise en charge par
Aero du support produit pendant la
durée de vie du moteur. La production en série de la nouvelle turbine
est planifiée pour 2010.
Volvo Bus : Le Volvo 9700
élu « Autocar de l’Année 2008 »
Le car de tourisme Volvo 9700 a été
élu « Autocar de l’année 2008 » par
un jury d’éminents journalistes de
la presse spécialisée européenne.
Le jury a notamment apprécié le
grand confort, les caractéristiques
de conduite du 9700 et la boîte de
vitesses automatisée I-Shift.
Il a également estimé qu’il offrait la
meilleure solution globale. Le jury
est arrivé à cette décision après
3 jours d’essais en Suisse.
Le Volvo 9700 représente la
dernière génération d’autocars et
d’autobus express Volvo, disponible
dans de nombreux modèles. L’autocar qui a participé aux essais est
un modèle de 13 m, à triple essieu
et équipé d’un moteur diesel de
460 ch Euro 5.
Le trophée a été remis, lors du salon
Busworld de Courtrai, à Håkan
Karlsson, président directeur général de Volvo Bus Corporation, par
Stuart Jones, président du jury de
l’Autobus et de l’Autocar international de l’Année.
Volvo Construction
Equipement :
Volvo CE acquiert les
actifs de Technologies
Direct
Volvo Construction Equipment
(Volvo CE) vient d’acquérir des
actifs de Technologies Direct, fabricant canadien de machines pour la
manutention du bois. Cette opération va permettre à Volvo CE d’élargir sa gamme de matériels adaptés
à l’industrie forestière. Ces actifs
incluent les machines actuelles et
tous les droits de propriété
intellectuelle détenus par Technologies Direct. La transaction
couvre les droits sur les machines à
chenilles dédiées à l’industrie forestière, en particulier les abatteuseslieuses, les têtes d’abattage et les
grues de manutention. Cette acqui­
sition va renforcer la position de
Volvo CE dans le segment forestier
en se concentrant sur la fourniture
de gammes de machines répondant
aux applications spécifiques des
clients.
Volvo Penta :
Grosse commande pour
Penta en provenance de
Turquie
Volvo Penta a enregistré une
grosse commande turque portant
sur 20 générateurs marins dotés
de moteurs 16 litres et 5 unités de
secours avec moteurs de 7 litres.
Ces unités générateurs/moteurs
permettent de fournir une énergie
électrique/diesel. L’acheteur turc
s’appelle IDO, un des opérateurs
ferry les plus importants de
Turquie : 80 ferries et 90 millions
de passagers par an.
Tout Volvo
dans votre boîte mail !
Diffusé quatre fois par an, E-TRUCK
est le nouveau magazine e-mail de
Volvo Trucks.
Claire, pratique et dynamique, cette
newsletter est un nouveau rendezvous électronique que tous les
passionnés et professionnels de la
route ne peuvent pas manquer.
Dans un monde qui bouge, il faut
savoir suivre le mouvement !
Alors, abonnez-vous et recevez,
gratuitement, E-TRUCK dans votre
boîte mail.
Pour vous inscrire, une seule
adresse : www.volvotrucks.be
42
mobilis # 4 2007
Volvo Penta :
Rodman adopte le système IPS de Volvo Penta
L’entreprise espagnole Rodman a
été un des premiers constructeurs
de bateaux à adopter – c’était en
2005 - le système de propulsion
Penta IPS (Inboard Performance
System). Une idée judicieuse
puisque les ventes ont depuis lors
fortement augmenté. Aujourd’hui,
le constructeur propose 5 modèles
équipés de l’IPS et a livré plus de
150 bateaux dotés de ce système.
Le Rodman 41 IPS est le yacht
le plus demandé avec 100 unités
produites en 3 ans. Fort de cette
expérience positive, Rodman équipe
désormais aussi sa gamme « Fisher
& Cruiser » du mode de propulsion
IPS.
Profitez des
bons de réduction
Volvo
Noël est une fête exceptionnelle. Une fête
que Volvo tient aussi à célébrer avec vous.
C’est pourquoi les concessionnaires
Volvo vous réservent un carnet de
chèques-cadeaux débordant d’offres exclusives.
Que diriez-vous d’un GPS Garmin, de rampes
de feux Kelsa, d’accessoires WAECO pour
votre cabine…? Tous ces articles et bien
d’autres encore vous sont proposés à
des conditions de fête. Souhaitezvous profiter de ces offres Volvo
magiques ? Rendez-vous chez
votre concessionnaire
au plus vite. Le Père
Noël vous y attend.
Volvo Trucks. DRIVING Progress
www.volvotrucks.be
LE FL DE VOLVO
CHOISISSEZ-LE
Le Volvo FL 7,2 litres est un camion de 12-18 tonnes armé
pour survivre dans la jungle urbaine. Léger, rapide, accessible
et maniable, il est taillé sur mesure pour la ville - du camion
de livraison à la benne à ordures. Quel que soit le FL dont vous
avez besoin, votre concessionnaire Volvo a la réponse - non seulement en vous fournissant le camion que vous souhaitez, mais aussi
en vous garantissant la qualité d’un service spécialisé sur lequel vous pouvez
compter. Résultat ? Une génération de Volvo FL qui vous offre une solution
à la mesure de votre entreprise - jour après jour et pour de
longues années. Pour une Performance Totale, optez pour
un camion Volvo FL aujourd’hui. Demandez à votre
concessionnaire de vous faire découvrir notre vaste éventail
de services… en ce compris nos contrats d’entretien et
d’assurances.
VOLVO TRUCKS. DRIVING PROGRESS
www.volvotrucks.be
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising