Télécharger (fichier pdf, 175 ko)

Télécharger (fichier pdf, 175 ko)
Rapport semestriel
Au 30 juin 2006
Comptes consolidés
Annexe aux comptes consolidés
Rapport de gestion
1
Compte de Résultat Consolidé
(en millions d'euros sauf le résultat par action)
Chiffre d'affaires
(note 12)
Coûts des ventes
1er semestre
2006
6 586,2
1er semestre
2005
5 399,3
Exercice 2005
11 678,8
(3 832,4)
(3 211,5)
(6 923,8)
Marge brute
2 753,8
2 187,8
4 755,0
Recherche et développement
(154,0)
(130,3)
(273,7)
(1 586,6)
(1 342,1)
(2 812,8)
(69,0)
(39,6)
(103,2)
Résultat d'exploitation
944,2
675,8
1 565,3
Coût de la dette financière nette
(53,9)
(43,5)
(103,1)
Frais généraux et commerciaux
Autres produits et charges d'exploitation
(note 13)
Autres produits et charges financiers
(4,4)
(7,3)
(1,5)
(58,3)
(50,8)
(104,6)
0,0
(2,5)
(3,6)
885,9
622,5
1 457,1
(263,9)
(195,2)
(427,5)
622,0
427,3
1 029,5
0,0
0,0
0,0
Résultat net consolidé
622,0
427,3
1 029,5
-dont part du Groupe
603,7
413,1
994,3
-dont intérêts minoritaires
18,3
14,2
35,2
Résultat net (part de Schneider Electric SA)
par action (en euros/action)
2,75
1,90
4,56
Résultat net (part de Schneider Electric SA)
après dilution (en euros/action)
2,72
1,89
4,54
Résultat financier
(note 14)
Quote-part de résultat des sociétés
mises en équivalence
Résultat avant impôts
Impôts sur les sociétés
(note 15)
Résultat net des activités poursuivies
Résultat des activités abandonnées
L'annexe fait partie intégrante des comptes consolidés.
2
Tableau des flux de trésorerie consolidés
1er semestre
2006
1er semestre
2005
Exercice 2005
Résultat net - part du groupe
603,7
413,1
994,3
Part des minoritaires
18,3
14,2
35,2
Perte/(profit) des sociétés mises en équivalence net des dividendes reçus
0,0
2,5
2,8
135,8
56,0
30,7
31,3
44,7
0,4
2,8
138,6
43,0
14,0
(43,6)
30,1
(5,8)
22,6
279,3
88,8
20,7
22,5
97,0
(0,7)
8,2
(en millions d'euros)
I - Trésorerie provenant des activités d'exploitation :
Produits et charges n'ayant pas entraîné de flux de trésorerie :
Amortissements des immobilisations corporelles
Amortissements des immobilisations incorporelles
Perte de valeur des actifs non courants
Augmentation/(diminution) des provisions
Variation des impôts différés
(Plus) ou moins-values sur cessions d'actifs immobilisés
Autres éléments
Autofinancement d'exploitation
923,7
628,7
1 548,1
Diminution/(augmentation) des créances d'exploitation
Diminution/(augmentation) des stocks et travaux en cours
(Diminution)/augmentation des dettes d'exploitation
Autres actifs et passifs courants
(269,5)
(208,3)
91,6
0,9
(225,6)
(93,2)
89,3
(47,0)
(185,0)
(85,2)
165,6
(118,8)
Variation du besoin en fonds de roulement
(385,3)
(276,5)
(223,4)
538,4
352,2
1 324,7
Acquisitions d'immobilisations corporelles
(169,1)
(162,9)
(308,1)
Cessions d'immobilisations corporelles
Acquisitions d'immobilisations incorporelles
Cessions d'immobilisations incorporelles
(Diminution)/augmentation avances aux fournisseurs d'immobilisations
26,0
(111,8)
5,6
19,6
(80,5)
-
45,2
(213,7)
0,6
Investissement net d'exploitation
(249,3)
(223,8)
(476,0)
Investissement financier net (note 2)
Autres opérations financières à long terme
Actifs de retraite à long terme
(559,4)
180,7
(3,3)
(214,7)
42,9
(31,4)
(1 267,3)
(20,7)
(48,1)
Sous-total
(382,0)
(203,2)
(1 336,1)
Total II
(631,3)
(427,0)
(1 812,1)
Total III
(72,2)
53,4
136,9
30,0
(493,0)
(12,7)
(357,6)
(6,5)
(102,3)
370,0
0,6
(395,2)
(17,1)
(150,5)
1 490,9
(70,4)
(73,2)
(76,1)
22,4
(395,4)
(22,9)
875,3
Total IV
30,7
(19,4)
(31,1)
Variation nette de trésorerie : I + II + III + IV
(419,8)
(244,7)
356,8
Trésorerie nette en début de période
Variation de trésorerie
1 303,3
(419,8)
946,5
(244,7)
946,5
356,8
883,5
701,8
1 303,3
Total I
II - Trésorerie (affectée aux) produite par des
opérations d'investissement :
III - Trésorerie (affectée aux) produite par des
opérations de financement :
Emission d'emprunts
Remboursement d'emprunts
Vente/(achat) d'actions propres
Augmentation/(diminution) des autres dettes financières
Augmentation/(réduction) de capital en numéraire
Dividendes versés : Schneider Electric SA
Minoritaires
IV - Effet net des conversions :
note 9
Trésorerie nette en fin de période
L'annexe fait partie intégrante des comptes consolidés.
3
Bilan consolidé
(en millions d'euros)
ACTIF
30.06.06
31.12.05
Actif non courant :
Ecarts d'acquisition, nets
(note 3)
6 018,6
5 878,8
Immobilisations incorporelles, nettes
Immobilisations corporelles, nettes
Immobilisations destinées à la vente
Immobilisations corporelles et incorporelles nettes
(note 4)
(note 4)
(note 4)
1 317,6
1 577,1
10,5
1 299,1
1 600,6
6,8
2 905,2
2 906,5
5,8
48,2
267,3
96,8
364,1
315,4
281,4
596,8
762,4
795,0
10 056,1
10 225,3
1 825,8
2 827,3
1 028,8
48,9
955,3
1 636,6
2 586,7
783,0
6 686,1
6 389,5
16 742,2
16 614,8
Titres de participation mis en équivalence
Actifs financiers disponibles à la vente
Autres actifs financiers non courants
Actifs financiers non courants
(note 5)
(note 5)
Actifs d'impôt différé
Total actif non courant
Actif courant :
Stocks et en-cours
Clients et créances d'exploitation
Autres créances et charges constatées d'avance
Actif financier courant
Trésorerie et équivalents de trésorerie
(note 9)
Total actif courant
Total de l'Actif
L'annexe fait partie intégrante des comptes consolidés.
4
1 383,2
Bilan consolidé
(en millions d'euros)
PASSIF
30.06.06
Capitaux propres
Capital social
Primes d'émission, de fusion, d'apport
Réserves consolidées et autres réserves
Réserves de conversion
31.12.05
(note 6)
1 817,3
4 094,7
2 341,1
(104,6)
1 813,0
4 069,0
2 160,8
200,8
8 148,5
8 243,6
91,7
93,9
8 240,2
8 337,5
1 175,1
212,4
1 200,4
210,0
1 387,5
1 410,4
2 691,1
94,0
2 785,1
2 691,1
63,6
2 754,7
280,8
78,0
259,4
178,8
Total passifs non courants
4 531,4
4 603,3
Dettes courantes
Fournisseurs et dettes d'exploitation
Dettes fiscales et sociales
Provisions courantes
Autres dettes courantes
Dettes financières courantes
1 813,2
1 076,9
283,7
450,7
346,1
1 710,8
1 093,1
276,7
340,5
252,9
3 970,6
3 674,0
16 742,2
16 614,8
Total capitaux propres (part de Schneider Electric SA)
Intérêts minoritaires
Total capitaux propres
Provisions non courantes
Provisions pour retraites et engagements assimilés
Provisions non courantes
(note 7)
(note 8)
Provisions non courantes
Dettes financières non courantes
Emprunts obligataires
Dettes financières à plus d'un an
Dettes financières non courantes
(note 9)
(note 9)
Passifs d'impôt différé
Autres dettes à long terme
(note 11)
(note 8)
(note 9)
Total passifs courants
Total du Passif
L'annexe fait partie intégrante des comptes consolidés.
5
Variation des capitaux propres consolidés
et des intérêts minoritaires
(en millions d'euros sauf nombre d'actions)
Nombre
d'actions
(milliers)
1er janvier 2005 *
226 194,2
Capital
1 809,6
Primes
d'émission
de fusion
d'apport
Réserves
consolidées
4 049,9
1 793,6
Résultat net de l'exercice
Variations de valeur reconnues directement en
capitaux propres
Différences de conversion
Total des produits et charges comptabilisés (résultat
complet)
Plans de souscription d'actions
Dividendes distribués
Variation de l'auto détention
Stock options
Autres
Réserves
d'actions
propres
(286,7)
Autres
Réserves
réserves
de
(Note 6) conversion
64,2
(84,3)
413,1
31,9
12,5
0,1
31,9
205,2
0,5
(102,3)
8,2
(2,3)
76,2
7 422,5
413,1
14,3
427,4
6,8
212,0
205,2
650,2
7 583,0
8 243,6
93,9
8 337,5
603,7
18,3
622,0
(7,9)
(313,3)
4 050,4
1 809,0
(380,8)
96,1
120,9
7 505,3
1er janvier 2006
226 619,2
1 813,0
4 069,0
2 399,6
(338,6)
99,8
200,8
Plans de souscription d'actions
Dividendes distribués
Variation de l'auto détention
Stock options
Autres (1)
30 juin 2006
545,3
4,3
(3,4)
(305,4)
25,7
48,4
10,3
14,3
1 817,3
4 094,7
2 524,6
* Après adoption des normes IAS 32 et 39
(1) Dont 5,0 millions d'euros au titre de la neutralisation des plus values sur actions propres.
L'annexe fait partie intégrante des comptes consolidés.
6
(279,9)
(305,4)
294,9
30,0
(493,0)
48,4
10,3
14,3
(493,0)
227 164,5
96,4
(17,1)
(3,4)
(305,4)
(104,6)
671,3
77,7
1 809,7
603,7
21,1
(2,5)
226 206,7
(3,4)
31,9
0,6
(412,5)
(102,3)
8,2
(4,8)
30 Juin 2005
603,7
TOTAL
7 346,3
0,6
(395,4)
(102,3)
8,2
(2,3)
(395,4)
Résultat net de l'exercice
Variations de valeur reconnues directement en
capitaux propres (Note 6)
Différences de conversion
Total des produits et charges comptabilisés (résultat
complet)
Intérêts
minoritaires
31,9
205,2
413,1
Capitaux
propres
(part du
Groupe)
8 148,5
(3,4)
10,4
305,3
0,1
30,0
(505,7)
48,4
10,3
14,4
91,7
8 240,2
(12,7)
Annexe aux comptes consolidés
Les montants sont exprimés en millions d’euros sauf mention contraire.
L’annexe fait partie intégrante des comptes consolidés.
Note 1 - Référentiel comptable et bases de préparation
Les états financiers consolidés du Groupe Schneider Electric sont préparés en conformité avec les normes
comptables internationales applicables au sein de l’Union Européenne au 30 juin 2006, qui comprennent
les IFRS (International Financial Reporting Standards), les IAS (International Accounting Standards) et
leurs interprétations (SIC et IFRIC).
Les états financiers résumés du Groupe, établis pour la période de six mois close au 30 juin 2006, ont été
préparés selon les dispositions de la norme IAS 34 – Information financière intermédiaire. Les méthodes
comptables et modalités de calcul adoptées dans les états financiers intermédiaires sont identiques à celles
utilisées dans les états financiers au 31 décembre 2005, à l’exception des normes, amendements et
interprétations suivants adoptés dans l’Union Européenne sur le premier semestre 2006 et qui n’ont pas eu
d’impact dans les comptes du Groupe : IAS 21 – Net investment in a foreign operation, IAS 39 – Financial
guarantees contracts, IFRS 6 – Exploration for and evaluation of mineral ressources, IFRIC 5 – Rights to
interests arising from decommissioning, restoration and environmental Rehabilitation funds. Ces états
financiers doivent être lus en référence avec les comptes annuels de l’exercice 2005 inclus dans le rapport
annuel déposé à l’AMF sous le numéro D05-0309, sous réserve des particularités propres à l’établissement
des comptes intermédiaires décrites ci-après.
¾ Saisonnalité des activités
Le Groupe constate des variations saisonnières sur ses activités qui peuvent affecter, d’un trimestre à
l’autre, le niveau du chiffre d’affaires. Ainsi, les résultats intermédiaires ne sont pas nécessairement
indicatifs de ceux pouvant être attendus pour l’ensemble de l’année 2006.
¾ Impôt sur les bénéfices
Pour les comptes intermédiaires, la charge d’impôt (courante et différée) est calculée en appliquant au
résultat comptable de la période, société par société, le taux moyen annuel estimé pour l’année fiscale en
cours.
Note 2 - Evolution du périmètre de consolidation
2.1
Variations de périmètre
Les principales variations de périmètre de la période de six mois close au 30 juin 2006 sont les suivantes :
Acquisitions réalisées
Le 1er janvier 2006, dans le cadre de l’accord existant avec son partenaire CIH Ltd, le Groupe a pris le
contrôle de Clipsal Asia par rachat du capital de cette joint-venture. Cette société était mise en équivalence
dans les comptes du Groupe jusqu’à cette date.
Le 15 février 2006, le Groupe a acquis des actifs de la société américaine Silicon Power Corporation dans
l’activité relais statiques, commercialisés sous la marque Crydom.
7
Le 28 février 2006, le Groupe a procédé à l’acquisition de la société espagnole AEM SA, qui conçoit,
fabrique et commercialise du matériel et des systèmes d’installation de distribution électrique basse
tension.
Le 27 mars 2006, le Groupe a procédé à l’acquisition de la totalité du capital de la société australienne
Citect, spécialiste des systèmes SCADA (supervision, contrôle et acquisition de données) et MES
(systèmes de suivi de la production)
Le 30 avril 2006, Schneider Electric a acquis le Groupe italien OVA G. Bargellini SpA, leader sur le marché
italien de l’éclairage de sécurité, et par ailleurs présent dans l’ultra-terminal.
Enfin, le 31 mai 2006, Schneider Electric a acquis le groupe allemand Merten, spécialiste des solutions
intelligentes basse tension ultra terminal pour les marchés du résidentiel et des bâtiments.
Ces sociétés sont consolidées par intégration globale depuis leur date d’acquisition.
Acquisitions en cours
Le 24 mai 2006, Le Groupe a annoncé l’acquisition de l’activité Invensys Building Systems (IBS) en
Amérique du Nord et en Asie.
Cette acquisition reste soumise à l’approbation des autorités de la concurrence et d’autres conditions
d’usage, et sera consolidée au second semestre 2006. Cette opération n’a pas d’impact sur les comptes
consolidés du Groupe au 30 juin 2006.
Le 12 juillet 2006, Le Groupe a annoncé l’acquisition de la société VA TECH ELIN EBG Elektronik
(Autriche), spécialisée dans le développement et la fabrication de produits et de solutions dans le domaine
de la variation de vitesse de forte puissance.
Cette acquisition reste également soumise à l’approbation des autorités de la concurrence et d’autres
conditions d’usage, et sera consolidée au second semestre 2006. Cette opération n’a pas d’impact sur les
comptes consolidés du Groupe au 30 juin 2006.
Entrées de périmètre
Le Groupe a décidé de créer avec son partenaire Shaanxi Baoguang Group, la joint-venture SSBEA,
spécialisée dans la fabrication et la distribution de disjoncteurs à vide de moyenne tension. Cette société,
qui sera détenue à 70% par le Groupe devrait être consolidée au second semestre. Cette opération n’a pas
d’impact sur les comptes consolidés du Groupe au 30 juin 2006.
D’autre part le Groupe a annoncé le 27 juin 2006 son intention de prendre part à la conversion en actions
des titres de Shaanxi Baoguang Vacuum Electronic Apparatus Co. Ltd. (SBVE), l’un des premiers
constructeurs d’interrupteurs à vide, avec l'intention d'acquérir une participation d'environ 40% dans la
société. Cette prise de participation est soumise à l'approbation du plan de restructuration du capital de
SBVE par les actionnaires et les autorités compétentes, ainsi qu'à un certain nombre d'autres conditions
suspensives. Cette opération n’a pas d’impact sur les comptes consolidés du Groupe au 30 juin 2006.
Cessions
Au cours du premier semestre 2006, le Groupe a cédé ses filiales Num et Mafelec, spécialistes
respectivement de la commande numérique et de la boutonnerie de postes embarqués. L’incidence de ces
opérations sur les comptes du Groupe n’est pas significative.
8
Autres opérations
Au cours du premier semestre 2006, le Groupe a procédé au rachat de 9,6% du groupe MGE ce qui porte
son pourcentage de détention à 94,4%.
2.2
Impact des variations de périmètre
L’impact des variations de périmètre sur les états financiers du Groupe au 30 juin 2006 est le suivant :
¾
Effets sur le chiffre d’affaires et le résultat net
1er semestre
2005
Publié
Chiffre d'affaires
Résultat d'exploitation
Taux de marge opérationnelle
Résultat net - Part du Groupe
¾
5 399,3
675,8
12,5%
413,1
Hors
acquisitions
1er semestre
2006
Contribution
des
acquisitions
& cessions
6 153,3
887,5
14,4%
567,3
432,9
56,7
13,1%
36,4
Publié
6 586,2
944,2
14,3%
603,7
Effets sur la trésorerie du Groupe
Les variations de périmètre ont un effet net sur la trésorerie au 30 juin 2006 de (559,4) millions d’euros, qui
se détaille comme suit :
1er semestre
2006
Acquisitions
(548,2)
Trésorerie décaissée
Trésorerie acquise
(584,9)
36,7
Cessions
(1,3)
Autres opérations
Investissement financier net
(9,9)
(559,4)
9
Note 3 - Ecarts d’acquisition
3.1
Principaux écarts d’acquisition
Les écarts d’acquisition du Groupe sont présentés ci-dessous.
Actifs de
rattachement (1)
(A)
EOD
BA
SP
CST
NAOD
(A)
APOD
NAOD
CST
BA
EOD
CST
(A)
APOD
EOD
NAOD
EOD
EOD
APOD
NAOD
30.06.06
31.12.2005
Net
Net
Square D Company
1 082,6
1 167,1
Groupe Lexel
868,0
869,2
TAC/ Andover/ Abacus
608,1
637,2
MGE UPS (3)
540,4
559,0
BEI Technologies
362,2
390,3
Juno Lighting Inc
311,8
335,2
Telemecanique
462,6
462,6
Clipsal Pacifique
240,3
261,0
Power Measurement Inc
147,5
162,7
Crouzet Automatismes
162,0
162,6
ABS Invensys
111,6
118,8
Positec
105,9
105,9
Kavlico
84,1
89,6
Merlin Gerin
87,2
87,2
Digital Electronics
81,9
84,1
Elau
55,8
55,3
Federal Pioneer
58,4
60,1
Infra +
43,1
43,1
Mita Holding
33,7
41,9
PDL
30,0
35,1
SE Relays
12,9
13,9
Autres filiales (2)
136,9
528,5
TOTAL
6 018,6
5 878,8
(1) Unités génératrices de trésorerie auxquelles sont principalement affectés les écarts d'acquisition
EOD : Division Europe ; NAOD : Division Amérique du Nord ; APOD : Division Asie-Pacifique
IIOD : Division International, SP : Secured Power, BA : Building Automation, CST : Customized Sensors & Technology
(2) environ 60 entités
(3) Dont 25 millions d'euros relatifs à l'engagement de rachat des minoritaires
Année
d'acquisition
1991
1999
2003 à 2005
2000 à 2004
2005
2005
1988
2004
2005
2000
2005
2000
2004
1992
2002
2004 et 2005
1990
2000 à 2004
1999
2001
2005
(A) Les écarts d’acquisition de Square D, Telemecanique et Merlin Gerin ont été affectés selon une clé représentant les résultats
opérationnels par zone géographique à la date d’acquisition.
Square D
Télémécanique
Merlin Gerin
Europe
9%
71%
62%
Amérique du
Nord
80%
0%
10%
Asie Pacifique
10%
20%
20%
10
Reste du
Monde
1%
9%
8%
3.2
Mouvements de la période
Les principaux mouvements de la période sont récapitulés dans le tableau suivant :
1er semestre
2006
2005
Ecarts d'acquisition nets à l’ouverture
5 878,8
4 539,0
Acquisitions
Cessions
Perte de valeur
Effet des variations de change
Reclassement / Affectation
Ecarts d'acquisition nets à la clôture
406,8
(0,3)
(245,9)
(20,8)
6 018,6
1 079,5
(8,4)
301,5
(32,8)
5 878,8
(8,7)
(8,4)
Pertes de valeur cumulées à la clôture
Acquisitions
Les acquisitions du premier semestre 2006 concernent plusieurs opérations, dont Clipsal Asia, Silicon
Power Corporation, AEM S.A., OVA G. Bargellini SpA , Citect et Merten.
La valorisation des écarts d’acquisition est en cours de finalisation. Le Groupe dispose d’un délai de douze
mois après la date d’acquisition pour affecter les coûts d’acquisition.
Conformément aux principes du Groupe, décrits dans les comptes annuels, les écarts d’acquisition sont
soumis à des tests de dépréciation au minimum une fois par an et dès lors qu’un indice de perte de valeur
est identifié. Au 30 juin 2006, aucun indice de perte de valeur des écarts d’acquisition n’a été identifié.
11
Note 4 - Immobilisations incorporelles et corporelles
La variation des immobilisations incorporelles et corporelles entre le 31 décembre 2005 et le 30 juin 2006
est la suivante :
Marques
Projets de
développement
(R&D)
Autres
incorporels
Logiciels
Immobilisations
corporelles
Total
744,4
186,8
310,6
486,7
4 461,2
6 189,7
4,5
17,6
169,1
192,9
VALEURS BRUTES
Situation au 31.12.2005
Acquisitions
1,6
Création en interne
62,0
26,1
Cessions / mises au rebut
88,1
(1,4)
(1,8)
(126,2)
(129,4)
(165,2)
Ecarts de conversion
(24,5)
(4,5)
(24,6)
(7,8)
(103,9)
Reclassement
(2,7)
10,1
(9,8)
3,4
(4,7)
(3,8)
8,9
9,7
6,5
(2,6)
88,3
110,8
727,7
264,1
285,8
521,6
4 483,8
6 283,0
(3,7)
(22,0)
(112,9)
(290,8)
(2 860,6)
(3 290,0)
(12,3)
(14,7)
(36,7)
(158,9)
(222,5)
1,4
2,1
91,1
94,5
0,8
4,7
6,1
61,7
73,3
Variation de périmètre et Divers
Situation au 30.06.2006
AMORTISSEMENTS ET PERTES
DE VALEUR
Situation au 31.12.2005
Dotations aux amortissements et
pertes de valeur
Reprises d’amortissements
Ecarts de conversion
Reclassement
(0,2)
(1,3)
1,0
(1,1)
(2,8)
(4,3)
Variation de périmètre et divers
(1,5)
(2,2)
(0,8)
2,3
(37,3)
(39,4)
Situation au 30.06.2006
(5,4)
(37,0)
(121,2)
(318,1)
(2 906,7)
(3 388,4)
Au 31 décembre 2005
740,7
164,8
197,7
195,9
1 600,6
2 899,7
Au 30 juin 2006
722,3
227,1
164,6
203,6
1 577,1
2 894,7
VALEURS NETTES
Selon les mêmes principes que pour les écarts d’acquisition, les marques, non amorties, sont soumises à
des tests de dépréciation au minimum une fois par an et dès lors qu’un indice de perte de valeur est
identifié. Au 30 juin 2006, aucun indice de perte de valeur des marques n’a été identifié.
Les immobilisations destinées à la vente, présentées séparément pour 10,5 millions d’euros, correspondent
à certains immeubles localisés en France et qui seront cédés au second semestre 2006.
12
Note 5 - Actifs financiers non courants
5.1
Actifs financiers disponibles à la vente
Les actifs financiers disponibles à la vente, essentiellement constitués de titres de participation, sont
détaillés ci-dessous :
30.06.2006
31.12.2005
% détenu
Valeur
brute
Réévaluation/
Dépréciation
Juste valeur
Juste valeur
AXA
0,40%
82,1
144,7
226,8
240,3
4,6
I – Titres cotés
Gold Peak Industries Holding Ltd
10,06%
10,6
(6,6)
4,0
Euronext
0,10%
8,0
-
8,0
-
Autres (1)
-
0,4
-
0,4
38,0
101,1
138,1
239,2
282,9
100,00%
20,7
(20,7)
Comipar
4,15%
16,4
(16,4)
Easy Plug SAS (2)
50,00%
8,8
(8,8)
-
-
Paramer (3)
99,30%
7,3
(1,5)
5,8
5,8
Simak (3)
98,50%
5,5
(0,5)
5,0
5,0
NS
1,7
-
1,7
10,1
Autres (4)
36,9
(21,3)
15,6
11,6
Total titres non cotés
97,3
(69,2)
28,1
32,5
Actifs financiers disponibles à la vente
198,4
68,9
267,3
315,4
Total titres cotés
II – Titres non cotés
Eb@se France (2)
Legrand
(1) 37,6 M€ de titres de placements en actions ont été reclassés en actifs financiers courants entre le 31.12.05 et le 30.06.06.
Ces titres correspondent à des placements de trésorerie en actions.
(2) Participations déconsolidées - en cours de liquidation
(3) Sociétés sans activité
(4) Valeur brute unitaire inférieure à 5 M€
La juste valeur correspond au cours de clôture pour les titres cotés sur un marché actif et à la valeur nette
comptable pour les titres non cotés.
13
5.2
Autres actifs financiers non courants
31.12.2005
30.06.2006
Brut
Crédit vendeur sur cession des titres Legrand
Dépréciation
Net
Net
-
176,8
-
Disponibilités bloquées sur l’acquisition de Clipsal (Note 11)
40,1
40,1
41,4
Créances rattachées à des participations et prêts
2,0
(0,3)
1,7
14,0
Autres
62,4
(7,4)
55,0
104,5
(7,7)
Autres actifs financiers non courants
96,8
49,2
281,4
Au premier semestre 2006, conformément aux termes de l’accord avec le consortium d’investisseurs
acquéreur de Legrand en 2002, le crédit-vendeur accordé par le Groupe a été remboursé par anticipation
dans le cadre de l’introduction en Bourse de Legrand.
Note 6 - Capitaux propres
6.1
Paiements sur la base d’actions
Au titre des levées d’options de souscription des plans d’options en cours, Schneider Electric SA a créé
545 329 actions au cours du premier semestre 2006 pour un montant de 30 millions d’euros.
Sur la base des hypothèses décrites dans les comptes annuels 2005, la charge comptabilisée en frais
généraux et commerciaux au titre des plans d’options mis en place postérieurement au 7 novembre 2002
s’élève à 10,3 millions d’euros. Cette charge trouve sa contrepartie en réserves d’actions propres.
6.2
Autres réserves
L’évolution des autres réserves se détaille comme suit :
Ecarts de réévaluation
31 décembre 2005
- Gains (pertes) nets latents sur titres disponibles à la
vente (1)
- Gains (pertes) nets sur couverture de change
- Gains (pertes) nets sur couverture métaux
- Gains (pertes) actuariels sur avantages du personnel
postérieurs à l'emploi
30 juin 2006
Couverture Couverture Titres disponibles
de change
métaux
à la vente
2,4
8,5
144,6
Ecarts
actuariels
Total
(55,7)
99,8
0,1
0,1
(14,4)
(14,4)
(3,7)
(3,7)
(12,0)
4,8
144,7
14,6
14,6
(41,1)
96,4
(1) Dont (12,6) millions d'euros de pertes latentes et 12,7 millions d'euros de reprise d'impôt différé
Les montants ci-dessus sont présentés nets d’impôt.
Les principaux impacts de la période concernent la variation des écarts actuariels (voir Note 7 « Provisions
pour retraites »).
Les variations de valeur des couvertures sont commentées à la Note 10 « Instruments financiers ».
14
Note 7 - Provisions pour retraites et engagements assimilés
La variation des provisions pour retraites et avantages assimilés se détaille comme suit :
31.12.2005
Charge de la période
Prestations versées
Cotisations versées
Ecarts actuariels reconnus en capitaux
propres
Ecart de conversion
Variations de périmètre
Autres variations
30.06.2006
dont US
Autres avantages
postérieurs à l’emploi et
avantages à long terme
Engagements dont US
de retraite et
indemnités de
départ
600,0
52,2
19,7
(1,4)
(15,5)
(10,6)
(4,7)
593,4
13,0
(13,4)
498,1
11,0
(13,2)
Provisions pour
retraites et
avantages
assimilés
(*)
1 193,5
32,7
(15,5)
(24,0)
(21,4)
-
-
-
(21,4)
(4,5)
39,2
3,8
610,7
(3,6)
42,5
(36,0)
0,3
(3,4)
553,9
(34,3)
461,6
(40,5)
39,5
0,4
1 164,7
(**)
* dont 7 millions d'euros d'actifs de couverture présentés à l'actif du bilan en "Autres créances"
** dont 10,4 millions d'euros d'actifs de couverture présentés à l'actif du bilan en "Autres créances"
La charge nette enregistrée en résultat d’exploitation, au titre du premier semestre 2006 se décompose
comme suit :
1er semestre 2006
Autres avantages
Engagements de
postérieurs à l’emploi
retraite et
et avantages à long
indemnités de
terme
départ
Coût des services rendus
Coût financier (actualisation)
1er semestre 2005
Autres avantages
Engagements de
postérieurs à l’emploi
retraite et
et avantages à long
indemnités de
terme
départ
2,4
12,4
29,4
57,4
22,8
43,3
(52,0)
-
(52,0)
-
(1,8)
(1,8)
Effet des liquidations /
réductions de régimes
(0,3)
-
Charge nette de la période
19,7
13,0
Rendement attendu des actifs
des régimes
Coût des services passés
27,0
45,0
Total
Total
2,9
12,2
25,7
55,5
(46,0)
-
(46,0)
1,0
(1,0)
-
(0,3)
(2,9)
-
(2,9)
32,7
18,2
14,1
32,3
Note 8 - Provisions
31.12.2005
dont part LT
Dotations
Effet d'actualisation
Reprises pour utilisation
Provisions devenues sans objet
Ecarts de conversion
Variations de périmètre et autres
30.06.2006
dont part LT
Risques
économiques
Risques
commerciaux
Risques
sur produits
Risques
environnementaux
Restructurations
Autres
risques
Provisions
75,1
37,0
31,8
(0,5)
67,7
43,6
0,3
0,0
(1,6)
(2,9)
(3,9)
(3,4)
56,2
49,6
139,9
34,4
38,1
0,2
(31,2)
(5,2)
(3,8)
7,2
145,2
29,3
39,7
32,6
0,1
0,2
(0,2)
(0,2)
(0,6)
0,0
39,0
30,0
93,8
20,0
29,9
0,1
(30,6)
(0,2)
(1,3)
(5,1)
86,6
11,1
70,5
42,4
25,1
0,9
(6,6)
(2,6)
(3,8)
(15,3)
68,2
56,0
486,7
210,0
125,3
0,9
(70,2)
(21,4)
(13,9)
(11,3)
496,1
212,4
(10,3)
(0,5)
5,3
100,9
36,4
Les variations du premier semestre 2006 concernent essentiellement les provisions pour restructuration,
liées à la réorganisation de l’activité Building Automation en Europe pour 13 millions d’euros et à la
poursuite des réorganisations industrielles en Europe (France, Angleterre, Italie) sur les activités historiques
du Groupe.
Les dotations aux provisions pour risques produits intègrent la mise à jour des estimations sur les risques
techniques pour 23 millions d'euros.
15
Note 9 - Endettement financier net
L’endettement financier net s’analyse de la façon suivante :
30.06.2006
31.12.2005
Emprunts obligataires
Titres à durée indéterminée
Autres emprunts auprès d'établissements de crédit
Financement des locations financières
Participation des salariés
Part court terme des dettes long terme
(2 691,1)
(99,1)
(16,7)
(5,2)
27,0
(2 691,1)
(89,9)
(18,5)
(6,3)
51,1
Dettes financières non courantes
(2 785,1)
(2 754,7)
Billets de trésorerie
Intérêts courus non échus
Financement des locations financières
Autres dettes
Découverts et encours bancaires
Part court terme des dettes long terme
(55,1)
(85,1)
(1,5)
(105,5)
(71,8)
(27,0)
(31,4)
(90,5)
(79,9)
(51,1)
Dettes financières courantes
(346,1)
(252,9)
Dettes long terme sur acquisitions (*)
(37,9)
(137,3)
Valeurs mobilières de placement
Titres de créances négociables et dépôts court terme
Disponibilités
197,2
54,6
703,5
754,8
117,3
511,1
Trésorerie et équivalents de trésorerie
955,3
1 383,2
(2 213,8)
(1 761,7)
Endettement financier net
(*) Voir Note 11 - Montant net du compte sequestre sur l'acquisition de Clipsal présenté en
Autres Actifs non courants (Note 5.2.)
La trésorerie nette des découverts et encours bancaires s’élève à 883,5 millions d’euros. Elle représente le
montant de trésorerie présenté au tableau des flux de trésorerie consolidés.
D’une manière générale, les valeurs mobilières de placement sont constituées d’instruments négociables,
très liquides à court terme, facilement convertibles en un montant connu de trésorerie, tels que billets de
trésorerie, fonds communs de placement ou équivalents.
En mars 2006, les titres à durée indéterminée (TDI) émis par le groupe en 1991 sont arrivés à échéance et
ont été remboursés par le Groupe. Ces titres étaient portés par un Fonds Commun de Créances consolidé
et avaient été swappés à taux fixe à l’origine. Cette opération se traduit par une réduction de l’endettement
net de 24 millions d’euros.
16
Note 10 - Instruments financiers
Le Groupe utilise des instruments financiers afin de gérer son exposition aux risques de taux, de change, et
de variation des cours de métaux.
10.1 Valeurs d’inventaire et nominal des instruments financiers dérivés
31.12.2005
Qualification
IFRS
Change
Contrats à terme en couverture de flux
CFH*
futurs
Autres contrats à terme en couverture
Trading
d’éléments bilantiels
Options et autres instruments de
Trading et
couverture
CFH*
Métaux
Couvertures fermes et optionnelles
CFH*
Taux
Swaps sur des lignes de crédit
Trading
Autres swaps de taux d’intérêt
Trading
Instruments financiers dérivés
* Cash flow hedge (couverture de flux futurs)
30.06.2006
30.06.2006
Nominal des
contrats
Achat
Vente
Valeur
d’inventaire
Résultat
financier (1)
Capitaux
Propres (2)
Trésorerie
Valeur
d’inventaire
5,9
6,2
(7,0)
-
5,1
241,3
174,2
(25,7)
34,7
-
-
9,0
364,8
1 127,1
(0,3)
(0,4)
-
-
(0,7)
32,1
34,9
13,1
-
(5,8)
-
116,6
-
(20,1)
(27,1)
40,5
(12,8)
20,1
20,1
N/A
-
N/A
-
7,3
20,7
(1) Les effets sur le résultat de la période sont compensés par les variations de juste valeur des éléments sous-jacents
également enregistrées en résultat financier
(2) Ces éléments sont présentés sur une ligne distincte des capitaux propres « Autres réserves »
La valeur de marché des instruments financiers, qui correspond à leur valeur d’inventaire, est estimée soit
en interne par la méthode des flux de trésorerie actualisés au taux du marché, soit auprès des banques.
10.2 Valeur d’inventaire et valeur de marché des instruments financiers hors dérivés
30.06.2006
Valeur
Juste valeur
notionnelle (1)
Titres de participation non consolidés
267,3
267,3
Autres actifs financiers non courants
96,8
96,8
Valeurs mobilières de placement
197,2
197,2
(2 691,1)
(2 642,3)
(440,1)
(440,1)
(2 569,9)
(2 521,1)
Emprunts obligataires
Autres dettes financières courantes et non courantes
Instruments financiers hors dérivés
(1) La valeur notionnelle correspond au coût amorti ou à la juste valeur.
17
Note 11 - Autres dettes à long terme
Dette sur acquisition de MGE UPS
Dette sur acquisition de Clipsal
Dette sur acquisition de Abacus
Autres
Autres dettes à long terme
30.06.2006
31.12.2005
26,7
135,5
40,1
41,5
1,1
1,8
10,1
78,0
178,8
La diminution de la dette sur acquisition de MGE est liée au paiement de l’earn out pour 38 millions d’euros,
au versement différé pour 25 millions d’euros et à la diminution de la dette sur rachat des minoritaires pour
46 millions d’euros suite au rachat de 9,6% des titres au cours de la période.
Le contrat d’acquisition de Clipsal prévoit, au titre de la garantie de passifs, la retenue d’une partie du prix
d’acquisition jusqu’en décembre 2007. Cette somme a été placée par le Groupe sur un compte séquestre
(voir Note 5.2).
18
Note 12 - Information sectorielle
Le Groupe est organisé en quatre divisions géographiques. L’évaluation de la performance de ces secteurs
et les décisions de gestion reposent notamment sur le résultat opérationnel avant impôts, et hors produits
et charges financières.
Les données par zone géographique sont présentées après répartition des activités des plateformes de
croissance (automatismes et sécurité du bâtiment, alimentations électriques sécurisées, et capteurs et
détecteurs pour machine répétitives). Ces informations sont commentées dans le rapport de gestion du
Directoire au 30 juin 2006.
1er semestre
2006
3 067
1er semestre
2005
2 725
Amérique du Nord
1 818
1 333
Asie-Pacifique
1 167
917
534
424
6 586
5 399
1er semestre
2006
14,9%
1er semestre
2005
12,7%
Amérique du Nord
14,0%
12,9%
Asie-Pacifique
12,5%
11,5%
Reste du Monde
16,3%
12,3%
Total
14,3%
12,5%
Chiffre d'affaires
Europe
Reste du Monde
Total
Taux de marge opérationnelle
Europe
Note 13 - Autres produits et charges d’exploitation
Les autres produits et charges d’exploitation se décomposent de la façon suivante :
1er semestre
2006
(69,9)
0,5
(0,3)
0,7
(69,0)
Restructurations
Plus ou moins value sur cessions d’actifs
Perte de valeur des écarts d'acquisition
Autres
Autres produits et charges d'exploitation
1er semestre
2005
(46,6)
4,8
(9,9)
12,1
(39,6)
Les autres produits et charges d’exploitation intègrent 69 millions de coûts non récurrents liés à des
dépréciations d’actifs (29 millions d’euros) et à des programmes de restructuration (41 millions d’euros).
19
Note 14 - Résultat financier
Les intérêts, produits et charges financiers représentent les seuls produits et charges relatifs aux créances
et dettes financières (y compris la trésorerie et les équivalents de trésorerie).
1er semestre
2006
35,7
(100,7)
11,1
1er semestre
2005
20,9
(68,5)
4,1
Coût de la dette financière nette
Dividendes reçus
Résultat de change, net
Perte sur actifs financiers
Effet de l'actualisation des actifs et passifs non courants
Plus ou moins values sur cessions de titres de participation
Ajustement de juste valeur
Autres charges financières nettes
(53,9)
9,1
(6,6)
(0,6)
0,1
0,2
(6,6)
(43,5)
6,8
(4,0)
(2,2)
(6,5)
3,0
(4,4)
Résultat financier
(58,3)
(50,8)
Produits d’intérêt
Charges d’intérêt
Produits & charges sur dépôts court terme
Les pertes sur actifs financiers comprennent les moins values nettes réalisées sur cessions de titres.
Note 15 - Impôt sur les sociétés
Dès que les conditions réglementaires sont réunies, les sociétés du Groupe recourent à l'intégration fiscale
des entités qu'elles détiennent. Schneider Electric SA a choisi cette option vis-à-vis de ses filiales
françaises détenues directement ou indirectement par l'intermédiaire de Schneider Electric Industries SAS.
15.1 Analyse de la charge d’impôt
1er semestre
2006
1er semestre
2005
Impôt courant
France
Etranger
Total
(25,0)
(194,2)
(219,2)
(3,3)
(161,8)
(165,1)
Impôts différés
France
Etranger
Total
Produit /(Charge) d’impôt
(53,7)
9,0
(44,7)
(263,9)
(45,6)
15,5
(30,1)
(195,2)
20
15.2 Rapprochement entre impôt théorique et impôt effectif
1er semestre
2006
1er semestre
2005
603,7
413,1
(263,9)
(195,2)
Résultat net (part du Groupe)
(Charge) Produit d'impôt
Perte de valeur des écarts d'acquisition
(0,3)
(9,9)
Intérêts minoritaires
(18,3)
(14,2)
-
(2,5)
886,2
634,9
Taux d'impôt théorique
34,43%
34,93%
Charge d'impôt théorique
(305,1)
(221,7)
Ecart de taux France/Etranger
23,3
18,9
Crédits d’impôt et autres réductions d'impôt
16,6
13,2
Effets des déficits fiscaux
1,6
1,1
Résultat des sociétés mises en équivalence
Résultat avant impôt et dépréciation des écarts
d’acquisition
Eléments en rapprochement :
Suppléments d'impôt
(6,3)
(6,4)
Autres différences permanentes
6,0
(0,3)
(Charge) Produit net d'impôt réel
(263,9)
(195,2)
Taux effectif d’impôt
29,8%
30,7%
Note 16 - Engagements et passifs éventuels
16.1 Cautions, avals et garanties
Les garanties, cautions et avals, donnés et reçus n’ont pas évolué de manière significative depuis le 31
décembre 2005. Ils s’établissent respectivement à 351,8 et 38,6 millions d’euros au 30 juin 2006 (402 et
35,4 millions d’euros à fin 2005).
16.2 Engagements d’achats
•
Titres de participation
Les engagements d’achats de titres de participation représentent les engagements contractuels pris par le
Groupe pour l’achat de minoritaires de sociétés consolidées, ou pour le complément de prix éventuel pour
des opérations réalisées. Au 31 décembre 2005, ces engagements concernaient essentiellement Clipsal
Asia, dont l’acquisition a été réalisée au premier semestre de l’exercice 2006. En conséquence, il n’existe
plus d’engagement significatif d’achat de titres de participation.
21
•
Prestations de services informatiques
En 2004, le Groupe a signé avec la société Capgemini un accord visant à l’externalisation de ses fonctions
informatiques européennes et à la mise en place d’applications de gestion communes sous le progiciel
SAP. Cet accord est en cours de déploiement dans les filiales du Groupe. Les prestations payées à
Capgemini au titre de l’accord d’externalisation se substituent au coût de la fonction informatique,
auparavant gérée en interne. Au titre de l’exercice 2006, les coûts relatifs à cet accord s’élèvent
contractuellement à 127 millions d’euros, soit 63,5 millions d’euros au titre du 1er semestre. En mars 2006,
l'engagement réciproque qui lie Capgemini et Schneider a été porté d’une durée de 10 ans à 12 ans.
16.3 Passifs éventuels
D’une manière générale, la direction considère que les provisions constituées au bilan, au titre des litiges
connus à ce jour et auxquels le Groupe est partie, devraient être suffisantes pour qu’ils n’affectent pas de
manière substantielle la situation financière ou les résultats du Groupe. Il en est en particulier ainsi pour les
conséquences possibles du litige impliquant actuellement en Belgique d’anciens dirigeants et cadres du
Groupe.
Les contrats d’emprunts ne contiennent pas de clauses en cas de dégradation de la notation de la dette
long terme du Groupe.
Note 17 - Evénements postérieurs à la clôture
•
Acquisition
Le 12 juillet 2006, le Groupe a annoncé l’acquisition de VA TECH ELIN EBG Elektronik, société
autrichienne spécialiste dans le domaine des variateurs de vitesse de forte puissance. Cette acquisition,
soumise à l’approbation des autorités de la concurrence, devrait être finalisée et consolidée par intégration
globale au second semestre 2006.
•
Emission obligataire
Le 17 juillet 2006, le Groupe a réalisé, dans le cadre de son programme Euro Medium Term Note, une
émission obligataire d’un montant de 1 000 millions d’euros. Cette émission se décompose en deux
tranches de 500 millions d’euros, l’une à 5 ans au taux de Euribor + 0,20%, et l’autre à 7,5 ans au taux de
4,59%. Ces emprunts ont été admis aux négociations de la Bourse du Luxembourg.
22
RAPPORT DE GESTION AU 30 JUIN 2006
Commentaires sur l’activité et le compte de résultat consolidé
Evolution du périmètre de consolidation
Cessions
Le 31 janvier 2006, le Groupe a annoncé la cession de sa filiale Num, spécialiste de la commande
numérique, au Groupe industriel Verdoso.
Le 27 février 2006, le Groupe a annoncé la cession de sa filiale Mafelec, spécialiste de la boutonnerie de
produits embarqués, à la société GET au travers d'un MBO.
Acquisitions
Les dates indiquées correspondent aux dates de prise de contrôle des sociétés acquises.
Le 1er janvier 2006, dans le cadre de l’accord existant avec son partenaire CIH Ltd, le Groupe a pris le
contrôle de Clipsal Asia par rachat de la totalité du capital de cette joint-venture. Cette société était mise en
équivalence dans les comptes du Groupe jusqu’à cette date.
Le 15 février 2006, le Groupe a acquis des actifs de la société américaine Silicon Power Corporation dans
l’activité relais statiques, commercialisés sous la marque Crydom.
Le 28 février 2006, le Groupe a procédé à l’acquisition de la société espagnole AEM SA, qui conçoit,
fabrique et commercialise du matériel et des systèmes d’installation de distribution électrique basse
tension.
Le 27 mars 2006, le Groupe a finalisé l’acquisition de la totalité du capital de la société australienne Citect,
spécialiste des systèmes SCADA (supervision, contrôle et acquisition de données) et MES (systèmes de
suivi de production)
Le 30 avril 2006, Schneider Electric a acquis le Groupe italien OVA G. Bargellini SpA, leader sur le marché
italien de l’éclairage de sécurité, et présent dans l’ultra-terminal.
Enfin, le 31 mai 2006, Schneider Electric a acquis le groupe allemand Merten, spécialiste des solutions
intelligentes basse tension ultra-terminal pour les marchés du résidentiel et des bâtiments.
Ces sociétés sont consolidées par intégration globale depuis leur date d’acquisition.
Les entités suivantes ont été acquises en cours d’exercice 2005 et leur consolidation sur le premier
semestre 2006 constitue un effet de périmètre par rapport au premier semestre 2005 :
- Power Measurement Inc, consolidée à compter du 14 avril 2005,
- ELAU, consolidée par intégration globale à compter du 1er juin 2005
- ABS EMEA, consolidée à compter du 1er Août 2005,
- Juno Electric Inc, consolidée à compter du 24 août 2005,
- BEI Technologie Inc, consolidée à compter du 1er octobre 2005,
23
Autres variations de périmètre
Le 1er janvier 2006, le Groupe a procédé au rachat de 9,6% du Groupe MGE, portant ainsi son pourcentage
de détention à 94,4%.
L’impact de ces variations de périmètre est de 432,9 millions d’euros soit 8% sur le chiffre d’affaires et de
57 millions d’euros soit un effet de 8,4% sur le résultat d’exploitation par rapport au 30 juin 2005.
La marge opérationnelle moyenne du premier semestre 2006 dégagée par les entités entrant dans le
périmètre est de 13,1%. Avant amortissement des actifs incorporels reconnus dans le cadre des
acquisitions, cette marge s’élève à 14,1%.
Acquisitions en cours
Le 24 mai 2006, le Groupe a annoncé l’acquisition de l'activité Invensys Building Systems (IBS) en
Amérique du Nord et en Asie. Cette acquisition fait suite au rachat de l’activité Advanced Building Systems
d'Invensys (ABS EMEA) finalisée en juillet 2005 et vient compléter les positions actuelles de Schneider
Electric dans les Automatismes du Bâtiment. La réalisation de cette opération est soumise à l’approbation
des autorités de la concurrence. IBS sera consolidée par intégration globale au second semestre 2006.
Le 12 juillet 2006, le Groupe a annoncé l’acquisition de la société VA TECH ELIN EBG Elektronik
(Autriche), spécialisée dans le développement et la fabrication de produits et de solutions dans le domaine
de la variation de vitesse de forte puissance. Cette acquisition reste également soumise à l’approbation des
autorités de la concurrence et d’autres conditions d’usage, et sera consolidée au second semestre 2006.
Evolution des taux de change
L’évolution des devises par rapport à l’euro a un impact favorable de 131 millions d’euros soit 2,7% sur le
chiffre d’affaires consolidé et de 17 millions d’euros soit 2,5% sur le résultat d’exploitation. Les parités
moyennes de l’euro contre le dollar américain et le yuan chinois expliquent la majeure partie de cet effet :
er
Cours moyen du 1 semestre 2005
Cours moyen du 1er semestre 2006
USD
1,288
1,227
24
CNY
10,658
9,863
Compte de résultat
Les évolutions suivantes sont indiquées à périmètre et taux de change constants, sauf mention contraire.
Chiffre d’affaires
Au 30 juin 2006, le chiffre d’affaires consolidé de Schneider Electric s’élève à 6 586 millions d’euros, en
progression de 22,0% à périmètre et taux de change courants par rapport au 30 juin 2005. A périmètre et
taux de change constants, le chiffre d’affaires augmente de 11,3%.
Le chiffre d’affaires de l’Europe s’élève à 3 067 millions d’euros au 30 juin 2006, en progression de 8,6%
par rapport au 30 juin 2005. Cette croissance est tirée par les pays d’Europe de l’Est (22,4%), par l’Europe
du Nord (+11,6%) et par l’Espagne qui affiche un taux de croissance de 10,5% grâce au dynamisme du
marché des infrastructures et des bâtiments.
Le chiffre d’affaires de la division Amérique du Nord s’élève à 1 818 millions d’euros au 30 juin 2006, en
progression de 10,1%. La croissance sur les activités historiques du Groupe au Etats-Unis s’élève à 13,7%.
Les acquisitions réalisées représentent un chiffre d’affaires complémentaire de 266 millions d’euros sur le
semestre.
Le chiffre d’affaires de la division Asie-Pacifique s’élève à 1 167 millions d’euros, en progression de
16,2%. L’Inde affiche un taux de croissance de 63,4%, tandis que la Chine présente une croissance de
13%, supérieure de 4 points à celle du premier semestre 2005.
La division Reste du Monde réalise un chiffre d’affaires de 534 millions d’euros au 30 juin 2006, en
progression de 21,2%. Cette croissance s’explique par les excellentes performance au Moyen Orient
(29,2%), en Afrique (21,3%) et en Amérique du Sud (20,8%), principalement grâce au développement des
activités d’équipement et de projets dans ces régions.
Résultat d’exploitation
Le résultat d’exploitation s’élève à 944 millions d’euros sur le premier semestre 2006 contre 676 millions
d’euros au premier semestre 2005, en progression de 39,6% à périmètre et taux de change courants et
27,4% à périmètre et taux de change constants. La marge opérationnelle (résultat d’exploitation en
pourcentage du chiffre d’affaires) du Groupe progresse de 12,5% à 14,3%.
L’augmentation du coût des matières premières pour 87 millions d’euros a été compensée par la
répercussion partielle sur les prix de vente des produits et par les gains de productivité réalisés au niveau
des opérations industrielles.
Le résultat d’exploitation du Groupe intègre 70 millions de coûts non récurrents liés à des dépréciations
d’actifs (29 millions d’euros) et à des programmes de restructuration (41 millions d’euros). Au 30 juin 2005,
les coûts non récurrents liés aux restructurations s’élevaient à 57 millions d’euros.
Au premier semestre 2006, les coûts de restructuration sont principalement liés à la réorganisation de
l’activité Building Automation en Europe pour 13 millions d’euros, à la poursuite des réorganisations
industrielles en Europe (France, Angleterre, Italie) sur les activités historiques du Groupe pour 35 millions
d’euros et à la dépréciation de logiciels reconnus en interne pour 7 millions d’euros.
25
Au 30 juin 2006 la capitalisation de coûts relatifs à des projets de développement a un impact positif net de
50 millions d’euros sur le résultat d’exploitation, comparable à l’effet du premier semestre 2005 (51
millions).
La marge opérationnelle de la division Europe s’élève à 14,9% au 30 juin 2006, en progression de 2,1
points par rapport au 30 juin 2005.
La division Amérique du Nord réalise une marge opérationnelle de 14,0% au 30 juin 2006, en progression
de 1,1 point par rapport au 30 juin 2005.
La division Asie Pacifique réalise une marge opérationnelle de 12,5% au 30 juin 2006, en progression de
1,0 point par rapport au 30 juin 2005.
La division Reste du Monde réalise une marge opérationnelle de 16,3% au 30 juin 2006, en progression
de 4 points par rapport au 30 juin 2005.
Résultat financier
Le résultat financier s’élève à (58) millions d’euros au 30 juin 2006 contre (51) millions d’euros au 30 juin
2005. Cette variation s’explique principalement par l’augmentation de l’endettement net au premier
semestre 2006 (1 900 millions en moyenne) par rapport au premier semestre 2005 (845 millions en
moyenne), par la variation des taux d’intérêt et la modification des choix de financement.
Les variations de juste valeur d’instruments financiers n’ont pas d’impact sur le résultat financier du premier
semestre 2006.
Impôt
Le taux d’impôt est en baisse de 30,7% au 30 juin 2005 à 29,8% au 30 juin 2006.
Quote-part de résultat des sociétés mises en équivalence
Au 30 juin 2005, la quote-part de résultat des sociétés mises en équivalence était principalement liée aux
résultats du sous-groupe Clipsal Asia. Ce sous-groupe est consolidé par intégration globale depuis le
1er janvier 2006.
Intérêts minoritaires
Les intérêts minoritaires représentent la quote-part de résultats bénéficiaires attribuables principalement
aux associés minoritaires de Clipsal Asia, MGE-UPS, Feller AG, EPS Ltd, et de certaines sociétés
chinoises.
Résultat net part du Groupe
Le résultat net part du Groupe s’élève à 604 millions d’euros, en progression de 46,2% par rapport au
30 juin 2005.
Résultat net par action
Le résultat net par action progresse de 44,7% par rapport au 30 juin 2005 et s’élève à 2,75 euros par
action. L’augmentation du nombre moyen pondéré d’action, liée à l’exercice d’options de souscription et
d’achat d’actions, explique la moindre croissance par rapport à la variation du résultat net.
26
Evolution de la situation financière
Le total du bilan consolidé s’élève à 16 742 millions d’euros au 30 juin 2006 (16 615 millions d’euros au 31
décembre 2005).
Actifs non courants
Les actifs non courants s’élèvent à 10 056 millions d’euros, et représentent 60% du total actif (62% au
31 décembre 2005).
Ecarts d’acquisition
Les écarts d’acquisitions nets s’élèvent à 6 019 millions d’euros au 30 juin 2006. L’augmentation de
140 millions d’euros sur la période s’explique principalement par l’intégration des acquisitions pour
407 millions d’euros en valeur brute, dont notamment Citect, OVA, et Merten et par l’impact négatif des
effets de change pour (246) millions d’euros.
Immobilisations incorporelles et corporelles
Les marques représentent 722 millions d’euros au 30 juin 2006, en diminution de 19 millions d’euros par
rapport au 31 décembre 2005. Cette diminution est essentiellement liée à l’impact des effets de change sur
les marques reconnues aux Etats- Unis.
Le montant net des projets de recherche et développement capitalisés au bilan s’élève à 227 millions
d’euros au 30 juin 2006 contre 165 millions d’euros au 31 décembre 2005. La variation s’explique
essentiellement par la capitalisation de 62 millions de coûts sur la période, l’amortissement de la période
pour (12) millions d’euros et des effets de change et de périmètre pour 12 millions d’euros.
Les autres immobilisations incorporelles diminuent de 394 millions d’euros à 368 millions d’euros. Elles sont
principalement composées de logiciels et de brevets et comprennent notamment les développements en
cours sur la mise en place du système SAP mondial. La variation de la période s’explique par la
capitalisation de coûts sur le système SAP pour 26 millions d’euros et par l’effet net des investissements et
des amortissements des autres actifs incorporels pour (51) millions d’euros.
Les immobilisations corporelles représentent 1 577 millions d’euros. La diminution de (24) millions d’euros
sur la période se décompose entre l’effet négatif des conversions pour (42) millions d’euros, les entrées de
périmètre pour 51 millions d’euros et l’effet des investissements et cessions nets des amortissements de la
période pour (33) millions d’euros.
Titres de participation mis en équivalence.
Les titres mis en équivalence diminuent de (42) millions d’euros et s’élèvent à 6 millions d’euros, suite à la
consolidation du sous-groupe Clipsal Asia en intégration globale à partir du 1er janvier 2006.
27
Actifs financiers non courants.
Les actifs financiers non courants, essentiellement constitués de titres de participation cotés et de prêts et
créances liés à des participations, s’élèvent à 364 millions d’euros, en baisse de 233 millions par rapport au
31 décembre 2005.
Cette diminution est due à la réévaluation à leur valeur de marché (« juste valeur ») des titres cotés classés
dans la catégorie « disponibles à la vente » pour (13) millions d’euros au 30 juin 2006 par rapport au 31
décembre 2005. Cette réévaluation, réalisée en contrepartie des capitaux propres, concerne
essentiellement les titres AXA.
Par ailleurs, les autres actifs financiers non courants diminuent de 281 à 97 millions d'euros, compte tenu
de l’encaissement du solde du crédit vendeur lié à la cession des titres Legrand pour 177 millions d’euros.
Trésorerie et endettement financier net
30 juin 2006
30 juin 2005
(1 761,7)
1 383,2
(3 144,9)
(666,5)
975,8
(1 642,3)
Autofinancement d'exploitation
Investissements industriels nets
Variation du BFR d'exploitation
Variation du BFR hors exploitation
Free cash-flow (autofinancement libre)
924,0
(249,0)
(386,0)
1,0
290,0
628,7
(223,8)
(229,5)
(47,0)
128,4
Acquisitions (investissements financiers)
Dividendes
Rachats d'actions
Autres
(474,0)
(505,7)
53,4
184,2
(214,7)
(412,3)
(102,3)
(63,7)
Variation de l'endettement financier net
(452,1)
(664,6)
(2 213,8)
955,3
(3 169,1)
(1 331,1)
773,2
(2 104,3)
Endettement financier net en début de période (1er janvier)
Trésorerie et équivalents de trésorerie
Dettes financières
Endettement financier net en fin de période (30 juin)
Trésorerie et équivalents de trésorerie
Dettes financières
La capacité d'autofinancement dégagée par l'exploitation s'élève à 924 millions d'euros au 30 juin 2006, et
progresse significativement par rapport au premier semestre 2005 de 11,7% à 14,0% du chiffre d'affaires.
La variation du besoin en fonds de roulement d’exploitation s'élève à (386) millions d'euros : dans un
contexte de forte croissance du chiffre d'affaires, le niveau relatif des créances clients et des stocks a
diminué. La stabilité du besoin en fonds de roulement hors exploitation se décompose en une diminution de
la créance fiscale détenue sur le Trésor Public au titre du prélèvement exceptionnel (remboursement de 25
millions d’euros) et une augmentation des dettes fiscales et sociales liées à l’exploitation.
Au total, les opérations d'exploitation génèrent une trésorerie positive de 538 millions d'euros au 30 juin
2006, comparée à 352 millions d'euros au premier semestre 2005, soit une hausse de 52,8 %.
Les investissements industriels nets du Groupe, qui incluent les projets de développement capitalisés,
représentent un décaissement de (249) millions d'euros contre (224) millions d'euros au 30 juin 2005.
Rapportés au chiffre d'affaires, ces investissements sont en légère diminution, à 3,8 % contre 4,1 % en
2005.
Nettes de l’effet du rachat des minoritaires du groupe MGE, les opérations d’acquisition de l’exercice
représentent un décaissement de (474) millions d'euros, contre (215) millions d'euros au 30 juin 2005.
Les dividendes payés sur la période s'élèvent à (506) millions d'euros dont 13 millions d'euros versés aux
minoritaires des sociétés détenues.
28
Les cessions d'actions propres réalisées sur la période ont généré 53 millions d’euros de trésorerie. Au 30
juin 2005, les rachats d’actions propres avaient généré un décaissement net de (102) millions d'euros.
Les autres éléments comprennent principalement le remboursement reçu sur le crédit-vendeur mis en
place par le Groupe lors de la cession des titres Legrand en 2002, pour 177 millions d’euros et le produit de
l’augmentation de capital réalisée afin de servir les levées d’options de souscription d’actions, pour
30 millions d’euros.
Au 30 juin 2006, l’endettement financier net est en hausse de 452 millions d’euros.
L’endettement financier net s’élève ainsi à 2 214 millions d’euros au 30 juin 2006, soit 27,2% des capitaux
propres, part du Groupe.
La trésorerie comprend les disponibilités (703 millions d’euros) ainsi que des titres à court terme
négociables sur des marchés officiels (252 millions d’euros), constitués d'instruments tels que billets de
trésorerie, fonds communs de placement monétaires ou équivalents.
Les dettes financières (3 169 millions d’euros) comportent essentiellement des emprunts obligataires
(2 692 millions d’euros), dont deux tranches d’EMTN émises en août 2005 pour un montant global de
1,5 milliards d’euros ainsi que les dettes sur acquisitions (note 9).
Les dettes financières exigibles à moins d’un an s’élèvent à 346 millions d’euros et sont essentiellement
constituées de concours bancaires courants, billets de trésorerie et intérêts courus.
Capitaux Propres
Les capitaux propres, part du Groupe, s’élèvent à 8 149 millions d’euros et représentent 48,7% du total
bilan. Ils diminuent de 95 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2005. Les principaux effets de la
variation des capitaux propres de la période sont :
-
le résultat du premier semestre, d’un montant de 604 millions d’euros ;
-
la diminution de la réserve de conversion pour (305) millions d’euros ;
-
le versement du dividende de l’exercice 2005 pour (493) millions d’euros ;
-
l’effet net des rachats d’actions propres et des attributions d’actions aux stock-options pour
78 millions d’euros.
Provisions
Les provisions, courantes et non courantes, s'élèvent à 1 671 millions d'euros, soit 10,0 % du total bilan,
dont 284 millions d’euros présentent une échéance prévisionnelle de décaissement inférieure à un an.
Les provisions pour retraites et engagements envers le personnel s’élèvent à 1 175 millions d’euros, soit
7,0% du total bilan, en diminution de 25 millions d’euros par rapport au 31 décembre 2005, se
décomposant essentiellement en un effet de conversion de (41) millions d’euros, l’effet des changements
d’hypothèses actuarielles pour (21) millions d’euros, et les entrées de périmètre pour 40 millions d’euros.
Les provisions pour risques et charges s’élèvent à 496 millions d’euros, dont 283 millions d’euros sont
présentés en passifs courants. Ces provisions sont notamment destinées à couvrir les risques liés aux
produits (garanties, litiges nés de produits défectueux identifiés) pour 145 millions d’euros, les risques
économiques pour 101 millions d’euros (risques fiscaux, risques financiers correspondant généralement à
des garanties d’actifs ou de passif), les risques commerciaux pour 56 millions d’euros (litiges clients et
pertes sur contrats à long terme), les opérations de restructuration (87 millions d’euros). Les dotations liées
aux plans de restructuration annoncés au premier semestre 2006 s’élèvent à 30 millions d’euros.
29
Autres dettes à long terme
Les autres dettes à long terme s’élèvent à 78 millions d’euros et correspondent essentiellement à des
dettes sur acquisition de titres Clipsal pour 40 millions d’euros (qui seront versés en 2007), MGE-UPS pour
27 millions d’euros. La diminution par rapport au 31 décembre 2005 s’explique par le débouclement d’une
partie de l’engagement de rachat des minoritaires de MGE UPS pour 107 millions d’euros.
Impôts différés
Les impôts différés nets s’élèvent à 481 millions d’euros, en baisse de (53) millions d’euros par rapport au
31 décembre 2005. La variation de la période s’explique principalement par la consommation de déficits
reportables pour (102) millions d’euros (dont 68 millions au titre du résultat fiscal bénéficiaire en France au
premier semestre 2006) et pour (59) millions d’euros par la reprise du passif d’impôt différé qui avait été
constitué sur les Titres à Durées Inderterminées suite au débouclement de cette dette au premier semestre.
30
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising