recommandation pro rage appareils chauffage divise granules habitat individuel 02installation reno 2015 09

recommandation pro rage appareils chauffage divise granules habitat individuel 02installation reno 2015 09
P R O G R A M M E D ’ A C C O M P A G N E M E NT D E S P R O F E S S I O N N E L S
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE
DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT
INDIVIDUEL
Installation
et mise en service
SSSSSS
SSSSSSSS
RRRR

RRRR RR
ÉDITO
L
e Grenelle Environnement a fixé pour les bâtiments neufs et existants
des objectifs ambitieux en matière d’économie et de production
d’énergie. Le secteur du bâtiment est engagé dans une mutation de très
grande ampleur qui l’oblige à une qualité de réalisation fondée sur de
nouvelles règles de construction.
Le programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » a pour
mission, à la demande des Pouvoirs Publics, d’accompagner les quelque
370 000 entreprises et artisans du secteur du bâtiment et l'ensemble des
acteurs de la filière dans la réalisation de ces objectifs.
Sous l’impulsion de la CAPEB et de la FFB, de l’AQC, de la COPREC
Construction et du CSTB, les acteurs de la construction se sont rassemblés
pour définir collectivement ce programme. Financé dans le cadre du
dispositif des certificats d’économies d’énergie grâce à des contributions
importantes d’EDF (15 millions d’euros) et de GDF SUEZ (5 millions
d’euros), ce programme vise, en particulier, à mettre à jour les règles de l’art
en vigueur aujourd’hui et à en proposer de nouvelles, notamment pour ce
qui concerne les travaux de rénovation. Ces nouveaux textes de référence
destinés à alimenter le processus normatif classique seront opérationnels
et reconnus par les assureurs dès leur approbation ; ils serviront aussi à
l’établissement de manuels de formation.
Le succès du programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
repose sur un vaste effort de formation initiale et continue afin de renforcer
la compétence des entreprises et artisans sur ces nouvelles techniques et ces
nouvelles façons de faire. Dotées des outils nécessaires, les organisations
professionnelles auront à cœur d’aider et d’inciter à la formation de tous.
Les professionnels ont besoin rapidement de ces outils et « règles du jeu »
pour « réussir » le Grenelle Environnement.
Alain MAUGARD
Président du Comité de pilotage du Programme
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Président de QUALIBAT
P R O G R A M M E
D ’ A C C O M P A G N E M E N T
D E S
P R O F E S S I O N N E L S
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Ce programme est une application du Grenelle Environnement. Il vise à revoir l’ensemble des règles de construction, afin de réaliser des économies d’énergie dans le bâtiment et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
Les Recommandations Professionnelles « Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 » sont des documents techniques de
référence, préfigurant un avant-projet NF DTU, sur une solution
technique clé améliorant les performances énergétiques des
bâtiments. Leur vocation est d’alimenter soit la révision d’un NF
DTU aujourd’hui en vigueur, soit la rédaction d’un nouveau NF
DTU. Ces nouveaux textes de référence seront reconnus par les
assureurs dès leur approbation.
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Afin de répondre au besoin d’accompagnement des professionnels du
bâtiment pour atteindre les objectifs ambitieux du Grenelle Environnement,
le programme « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » a prévu
d’élaborer les documents suivants :
PROGRAMME
AVANTPROPOS
Les Guides « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » sont
des documents techniques sur une solution technique innovante
améliorant les performances énergétiques des bâtiments. Leur
objectif est de donner aux professionnels de la filière les règles
à suivre pour assurer une bonne conception, ainsi qu’une
bonne mise en œuvre et réaliser une maintenance de la solution
technique considérée. Ils présentent les conditions techniques
minimales à respecter.
Les Calepins de chantier « Règles de l’Art Grenelle Environnement
2012 » sont des mémentos destinés aux personnels de chantier,
qui illustrent les bonnes pratiques d’exécution et les dispositions
essentielles des Recommandations Professionnelles et des
Guides « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 ».
Les Rapports « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
présentent les résultats soit d’une étude conduite dans le cadre
du programme, soit d’essais réalisés pour mener à bien la
rédaction de Recommandations Professionnelles ou de Guides.
L’ensemble des productions du programme d’accompagnement des
professionnels « Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 » est mis
gratuitement à disposition des acteurs de la filière sur le site Internet du
programme : http://www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
Rénovation
Les Recommandations Pédagogiques « Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 » sont des documents destinés à alimenter
la révision des référentiels de formation continue et initiale. Elles
se basent sur les éléments nouveaux et/ou essentiels contenus
dans les Recommandations Professionnelles ou Guides produits
par le programme.
3
PROFESSIONNELS
Slmmaire
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
1 - Domaine d’application................................................................ 7
2 - Références............................................................................................. 9
2.1. • Références réglementaires.......................................................................................... 9
2.2. • Références normatives.............................................................................................. 10
2.3. • Autres documents.......................................................................................................11
3 - Définitions........................................................................................... 12
4 - Les appareils à granulés.......................................................... 18
4.1. • Principe général.......................................................................................................... 18
4.2. • Poêle à granulés......................................................................................................... 20
4.3. • Insert à granulés........................................................................................................ 21
4.4. • Appareil à granulés avec bouilleur........................................................................... 21
4.5. • Appareil à granulés « ouvert ».................................................................................. 21
4.6. • Appareil à granulés à raccordement direct.............................................................. 22
4.7. • Installation à circuit de combustion étanche............................................................ 22
5 - Évacuation des produits de combustion................... 24
5.1. • Débouché des fumées................................................................................................ 24
5.2. • Conduit de fumée...................................................................................................... 25
5.3. • Système d’évacuation des produits de la combustion........................................... 26
5.4. • Différentes configurations d’installation.................................................................. 32
6 - Sécurité des personnes............................................................ 35
7 - Poêle à granulés............................................................................. 37
7.1. • Support de l’appareil.................................................................................................. 37
7.2. • Distances de sécurité de l’appareil........................................................................... 38
7.3. • Distances de sécurité du conduit de raccordement................................................. 39
7.4. • Possibilité de réduction des distances de sécurité lors de la mise en place
de l’appareil............................................................................................................... 39
8 - Insert à granulés............................................................................. 41
Rénovation
8.1. • Protection du mur d’adossement............................................................................. 41
8.2. • Parois constituant l’habillage.................................................................................... 42
8.3. • Ventilation des différentes parties de l’habillage..................................................... 42
8.4. • Trappe d’accès............................................................................................................ 43
4
9 - Conduit de fumée......................................................................... 44
9.1. • Règles et exigences.................................................................................................... 44
9.2. • Exemples de conduits maçonnés............................................................................. 47
9.2.1. • Traversée de toiture....................................................................................... 47
Conception : LENOX – Illustrations : COSTIC – Éditeur : AQC – ISBN N° 978-2-35443-155-6
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
9.2.2. • Support du conduit maçonné...................................................................... 48
9.2.3. • Assemblage et raccordement...................................................................... 49
9.3. • Exemples de conduits métalliques isolés à double paroi...................................... 50
9.3.1. • Traversée de toiture....................................................................................... 51
9.3.2. • Passage du conduit métallique dans l’habitation...................................... 54
9.3.3. • Assemblage et raccordement des éléments.............................................. 55
9.3.4. • Départ et support du conduit de fumée...................................................... 55
9.4. • Prolongement d’un conduit de fumée..................................................................... 57
9.4.1. • Prolongement bas d’un conduit de fumée................................................. 57
9.4.2. • Rehausse d’un conduit de fumée................................................................ 57
9.5. • Raccordement au conduit de fumée........................................................................ 58
9.6. • Tubage et chemisage.................................................................................................. 61
9.6.1. • Tubage............................................................................................................ 61
9.6.2. • Chemisage..................................................................................................... 63
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
10 - Système à circuit de combustion étanche............. 64
10.1. • Prescriptions générales............................................................................................ 64
10.2. • Configurations.......................................................................................................... 65
10.3. • Système d’évacuation des produits de combustion............................................. 68
10.4. • Raccordement à l’appareil au système d’évacuation des produits
de combustion.......................................................................................................... 69
10.5. • Terminal vertical – Zone 2........................................................................................ 69
10.6. • Terminal horizontal – Zone 3.................................................................................... 72
10.7. • Système en situation extérieure au bâtiment........................................................ 77
10.8. • Réutilisation d’un conduit existant......................................................................... 77
11 - Traversées isolées et étanches de plancher
et de mur..................................................................................................... 80
11.1. • Exemple de traversée d’une toiture terrasse (béton)............................................. 81
11.2. • Exemple de traversée des rampants isolés (ossature bois).................................. 82
11.3. • Exemple de traversée d’un plancher haut isolé (ossature bois)........................... 83
11.4. • Exemple de traversée d’une paroi verticale isolée (ossature bois)...................... 84
12 - Amenée d’air comburant..................................................... 85
12.1. • Amenée d’air comburant en présence de système de ventilation
par d’extraction d’air mécanisée ou à tirage naturel............................................. 85
12.2. • Appareil ouvert : amenée d’air par orifice dans une paroi................................... 86
12.3. • Appareil à raccordement direct : amenée d’air par conduit raccordé
à l’appareil................................................................................................................. 89
12.4. • Appareil à circuit de combustion étanche : amenée d’air directe prélevée
sur l’extérieur par l’intermédiaire de terminaux concentriques ou séparés........ 91
12.4.1. • Terminaux concentriques............................................................................ 91
12.4.2. • Terminaux séparés...................................................................................... 92
13.1. • Ballon d’hydroaccumulation................................................................................... 94
13.1.1. • Raccordements du ballon d’hydroaccumulation...................................... 95
13.1.2. • Isolation du ballon d’hydroaccumulation................................................. 98
13.2. • Éléments de sécurité de l’appareil à bouilleur...................................................... 99
13.2.1. • Asservissement du circulateur d’eau chaude à la température
du bouilleur..................................................................................................... 99
13.2.2. • Vanne mélangeuse anti-retour froid.......................................................... 99
13.2.3. • Autres prescriptions................................................................................. 100
13.3. • Circuit hydraulique du réseau de chauffage........................................................ 100
13.3.1. • Vase d’expansion fermé.............................................................................101
Rénovation
13 - Raccordement de l’appareil bouilleur
au circuit de chauffage ou d’eau chaude sanitaire..... 94
5
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
13.3.2. • Soupape de sécurité..................................................................................101
13.4. • Circulateur et robinet de réglage.......................................................................... 102
13.5. • Circuit hydraulique de production et distribution d’eau chaude sanitaire........ 103
14 - Raccordements électriques et régulation..............105
14.1. • Raccordements électriques................................................................................... 105
14.2. • Régulation............................................................................................................... 106
14.2.1. • Sonde de température d’eau.................................................................... 106
14.2.2. • Sonde de température ambiante............................................................. 108
15 - Mise en service et mise au point.................................. 111
15.1. • Repérage des évacuations de produits de combustion....................................... 111
15.2. • Mise en eau des installations équipées de bouilleur...........................................113
15.2.1. • Nettoyage de l‘installation.........................................................................113
15.2.2. • Remplissage du circuit..............................................................................113
15.3. • Essais.......................................................................................................................114
15.3.1. • Essai et vérification d’étanchéité du conduit de fumée..........................114
15.3.2. • Essai de combustion de l’appareil à granulés.........................................115
15.3.3. • Réglages de l’appareil...............................................................................116
15.3.4. • Essais sur le circuit d’eau..........................................................................117
15.3.5. • Essais sur le bouilleur...............................................................................117
15.3.6. • Essais sur la distribution...........................................................................117
15.3.7. • Réglages et équilibrage hydraulique........................................................118
15.3.8. • Réglages des circuits de distribution.......................................................118
15.3.9. • Réglages du régulateur du circuit de distribution...................................119
15.3.10. • Contrôle du bon fonctionnement de l’installation................................119
15.4. • Mise en main de l’installation................................................................................119
16 - Information et conseils à l’utilisateur...................... 121
16.1. • Couverture par les assurances.............................................................................. 121
16.1.1. • Couverture pendant le chantier................................................................ 121
16.1.2. • Couverture après le chantier.................................................................... 121
16.2. • Obligations d’entretien.......................................................................................... 122
16.3. • Particularités d’un appareil à granulés................................................................. 122
17 - Annexes............................................................................................ 124
Rénovation
ANNEXE 1 : Implantation et pose d’une sonde de température extérieure..... 125
ANNEXE 2 : Critères de reaction au feu............................................................ 127
ANNEXE 3 : Détection facultative de la teneur ambiante de monoxyde
de carbone................................................................................................. 128
ANNEXE 4 : Symboles hydrauliques................................................................. 129
6
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
1
PROGRAMME
Domaine d’application
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Le présent document a pour objet de fournir les prescriptions techniques pour la mise en œuvre et la mise en service en rénovation des
appareils de chauffage divisé à granulés de bois. Il concerne les installations dans l’habitat individuel dont la puissance utile est inférieure à
50 kW.
Les appareils concernés dans les Recommandations professionnelles
sont les suivants :
•
poêles ;
•
inserts.
•
alimentés par un air comburant prélevé directement dans la
pièce où il se situe ;
•
dont la chambre de combustion est directement raccordée, par
un conduit, à l’extérieur ou à une zone ventilée en permanence
sur l’extérieur ;
•
à circuit de combustion étanche dont la chambre de combustion, l’alimentation en air comburant et le système d’évacuation
des produits de combustion sont reconnus étanches ;
•
munis d’un dispositif de récupération de chaleur (de type
« bouilleur ») raccordés ou non au circuit de distribution de
chauffage et/ou de production d’eau chaude sanitaire (ECS).
Ce document ne concerne que les systèmes d’évacuation des produits de combustion en tirage naturel (pression nulle ou négative à la
buse).
Ces appareils utilisent exclusivement des granulés de bois comme
combustibles. Les granulés autres que ceux issus du bois sont exclus.
Rénovation
On distingue les appareils :
7
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
!
Les Recommandations sont à prendre en compte en complément des notices des fabricants, des Avis Techniques et
des Documents Techniques Unifiés (DTU) en vigueur. Il y a
lieu de se référer à la NF DTU 24.1 concernant le lot fumisterie et à la NF DTU 24.2 pour les travaux d’âtrerie.
Ne sont pas traités dans ce document :
•
les chaudières à granulés ;
•
les cuisinières ;
•
les appareils équipés de distributeurs ou de récupérateurs d’air
chaud ;
•
les appareils pouvant utiliser plusieurs combustibles dans un
foyer unique ou dans des foyers séparés.
Rénovation
Les règles à suivre concernant l’installation et la mise en service de
ces appareils sont fournies par les fabricants dans leur notice ou
les Avis Techniques (voir le Document Technique d’Application le cas
échéant). Dans le cas des appareils mixtes, les règles à suivre sont
celles de chacun des combustibles utilisés.
8
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
2
PROGRAMME
Références
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
2.1. • Références réglementaires
■■ Arrêté du 9 juin 2009 : relatif à l’agrément de la demande de titre V
relative à la prise en compte des appareils indépendants de chauffage à bois dans le cadre de la réglementation thermique 2005.
■■ Arrêté du 23 février 2009 pris pour l’application des articles R. 13131 à R. 131-37 du code de la construction et de l’habitation relatif à la prévention des intoxications par le monoxyde de carbone
dans les locaux à usage d’habitation.
■■ Arrêté du 3 mai 2007 : relatif aux caractéristiques thermiques
et à la performance énergétique des bâtiments existants (« RT
par élément »).
■■ Arrêté du 31 octobre 2005 relatif aux dispositions techniques
pour le choix et le remplacement de l'énergie des maisons
individuelles.
■■ Arrêté du 24 mars 1982 modifié relatif à l'aération des logements
(modifié par l'Arrêté du 28 octobre 1983).
■■ Arrêté du 23 juin 1978 modifié relatif aux installations fixes destinées au chauffage et à l’alimentation en eau chaude sanitaire
des bâtiments d’habitation, de bureaux ou recevant du public.
■■ Arrêté du 22 octobre 1969 relatif aux conduits de fumée desservant
les logements.
■■ Circulaire du 9 août 1978 modifiée relative à la révision
du Règlement Sanitaire Départemental Type (RSDT).
Rénovation
■■ Arrêté du 21 novembre 2002 et son rectificatif relatifs à la réaction
au feu des produits de construction et d’aménagement.
9
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
2.2. • Références normatives
■■ NF DTU 24.1 : Travaux de fumisterie — Systèmes d'évacuation
des produits de combustion desservant un ou des appareils.
■■ NF DTU 24.1 P3 Travaux de fumisterie — Systèmes d'évacuation
des produits de combustion desservant un ou des appareils –
Partie 3 : Cahier des clauses spéciales.
■■ NF DTU 24.2 P1-1 Travaux d'âtrerie – Partie 1-1 : Cahier des clauses
techniques + Amendement A1.
■■ NF DTU 24.2 P1-1 Travaux d'âtrerie – Partie 1-2 : Critères généraux
de choix des matériaux.
■■ NF DTU 24.2 P2 Travaux d'âtrerie – Partie 2 : Cahier des clauses
techniques.
■■ NF DTU 45.2 : Travaux d'isolation – Isolation thermique des circuits,
appareils et accessoires de – 80 à + 650°C.
■■ NF DTU 60.1 : Travaux de bâtiment – Plomberie sanitaire pour bâtiments – Réseaux d'alimentation d'eau froide et chaude sanitaire.
■■ NF DTU 60.5 : Travaux de bâtiment – Canalisations en cuivre —
Distribution d'eau froide et chaude sanitaire, évacuation d'eaux
usées, d'eaux pluviales, installations de génie climatique.
■■ NF DTU 65.10 : Canalisations d’eau chaude ou froide sous pression
et canalisations d’évacuation des eaux usées et des eaux pluviales
à l’intérieur des bâtiments – Règles générales de mise en œuvre.
■■ NF DTU 65.11 : Dispositifs de sécurité des installations de chauffage
central concernant le bâtiment.
■■ NF DTU 68.3 : Travaux de bâtiment – Installations de ventilation
mécanique.
■■ NF EN 14785 : Appareils de chauffage domestique à convection granulés de bois – Exigences et méthodes d’essai.
■■ NF EN 13384-1 : Conduits de fumée – Méthodes de calcul thermoaéraulique – Partie 1 : Conduit de fumée ne desservant qu'un seul
appareil + Amendements 1 et 2.
Rénovation
■■ NF EN 13501-1 : Classement au feu des produits et éléments
de construction – Partie 1 : Classement à partir des données d'essais de réaction au feu.
10
■■ NF EN 12828 : Systèmes de chauffage dans les bâtiments –
Conception des systèmes de chauffage à eau.
■■ NF EN 15287-1 : Conduits de fumée – Conception, installation
et mise en service des conduits de fumée – Partie 1 : Conduits
de fumée pour appareils de combustion qui prélèvent l'air comburant dans la pièce + Amendement A1.
Commentaire
Les matériaux autorisés (terre cuite, bétons, métaux…) à être utilisés pour constituer les parois des conduits sont listés dans la norme NF DTU 24.1. Ces matériaux
font l’objet des validations nécessaires vis-à-vis des normes concernées pour disposer du marquage CE. Certains produits peuvent aussi faire l’objet d’avis technique ou de document technique d’application spécifique.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
■■ NF P 52-001 : Soupapes de sûreté pour installations de chauffage –
Spécifications techniques générales.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
■■ NF EN 60730-2-9/A2 : Dispositifs de commande électrique automatiques à usage domestique et analogue – Partie 2-9 : Règles particulières pour les dispositifs de commande thermosensibles.
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
2.3. • Autres documents
■■ Cahier des Prescriptions Techniques CSTB n°3708 – mars 2012 :
Appareils domestiques à convection à granulés de bois à circuit
de combustion étanche sous Avis Technique. Systèmes individuels
d’amenée d’air comburant et d’évacuation des produits de combustion, sous Avis Technique, raccordés à des appareils domestiques
à convection à granulés de bois.
■■ Cahier des Prescriptions Techniques CSTB n°3615-V3 – Janvier 2014 :
Systèmes de ventilation hygroréglables (Cahier des Prescriptions
Techniques communes).
■■ Cahier des Prescriptions Techniques CSTB n° 2808-V2 – novembre
2011 : Canalisations sous pression à base de tubes en matériaux
de synthèse : tubes en couronnes et en barres.
■■ COSTIC – Recommandations AICVF 02-2004 – Eau Chaude Sanitaire
– Edition AICVF.
Rénovation
■■ Fiches amiantes : Prévention du risque amiante lors de travaux d'entretien et de maintenance – http://www.oppbtp.fr/
documentation/fiches_amiante.
11
Définitions
PROFESSIONNELS
3
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Air comburant (ou de combustion)
Air fourni à la chambre de combustion et qui est entièrement ou partiellement utilisé pour la combustion.
Appareil à circuit de combustion étanche
Appareil pour lequel le circuit de combustion (alimentation en air,
chambre de combustion et évacuation des produits de combustion)
est étanche par rapport au local dans lequel il est installé.
Appareil de chauffage domestique à convection à granulés de bois
(poêle ou insert à granulés de bois)
Appareil divisé (indépendant ou encastré), à porte fermée uniquement et alimenté par un dispositif de chargement automatique. Il peut
comporter une trémie à combustible intégrée ou externe.
Appareil encastré
Appareil conçu pour être encastré dans une niche, une enceinte, un
âtre ou dans la chambre de combustion d’un appareil à foyer ouvert.
Ballon d’hydroaccumulation
Rénovation
Volume de stockage hydraulique servant à l’accumulation d’énergie
thermique en surplus libérée par le bouilleur à granulés. Ce volume
sert également à restituer l’énergie stockée lors des phases d’arrêt de
l’appareil.
12
Boite à suie
Volume servant de réceptacle des suies, en particulier au moment du
ramonage du conduit. Elle est située, soit entre le pied du conduit de
fumée et le dessous de l’orifice destiné au conduit de raccordement,
Générateur de chaleur constitué, au sein de la même unité, d’un élément de chauffage par rayonnement et convection d’une part, et d’un
élément de chauffage d’eau d’autre part.
Brûleur
Récipient de la chambre de combustion d'un poêle à granulés de bois
qui est alimenté automatiquement depuis la trémie à combustible et
dans lequel les granulés sont brûlés.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Bouilleur (appareil à)
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
soit à l’extrémité d’un té de raccordement lorsque le conduit de raccordement est situé en dessous du pied du conduit de fumée.
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Buse (ou manchon)
Partie de l’appareil permettant l'évacuation des produits de combustion par l'intermédiaire du conduit de raccordement vers le conduit de
fumée. Cette partie est appelée « buse » lorsqu’elle est mâle et « manchon » lorsqu’elle est femelle.
Chemisage
Procédé qui consiste à appliquer un enduit spécial sur les parois intérieures d’un conduit existant et sur toute sa hauteur afin de le rendre
à nouveau étanche pour l’évacuation des produits de combustion.
CO (monoxyde de carbone)
Gaz toxique issu des imbrûlés de la combustion.
Coffrage du conduit
Paroi(s) indépendante(s) avec une lame d’air utilisée pour dissimuler un ou plusieurs conduits de fumée. Les parois de ce coffrage ne
présentent pas nécessairement de qualité de résistance au feu et ne
relient pas plusieurs locaux ou niveaux.
Composant terminal
Composant situé à la sortie d’un conduit de fumée ou d’un système
d’évacuation des produits de combustion. Il peut avoir des propriétés
aérodynamiques et en outre assurer la protection du conduit contre la
pénétration de la pluie et/ou éviter la formation d’obstruction telle que
les nids d’oiseaux.
Système d’évacuation des produits de combustion composé de deux
conduits concentriques. Le conduit intérieur assure l’évacuation des
produits de combustion, le conduit extérieur assure l’amenée d’air
comburant. Dans certaines configurations d’installation le conduit
extérieur assure l’isolation thermique.
Rénovation
Conduit concentrique
13
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Conduit de fumée
Construction comprenant une ou plusieurs parois délimitant un ou
plusieurs canaux. D'allure verticale, il est destiné à évacuer les produits de combustion à l'extérieur du bâtiment et a son origine au
niveau où se trouvent le ou les appareils qu'il dessert ou à un niveau
inférieur. Sa mise en œuvre s’effectue conformément aux dispositions
de la norme NF DTU 24.1.
Conduit de fumée métallique composite (ou double paroi)
Un conduit de fumée métallique est dit composite lorsqu’il est composé d’éléments préfabriqués constitués de deux ou plusieurs parois
en métal entre lesquelles est interposé un isolant thermique ou une
lame d’air. Un conduit de fumée métallique double paroi est un cas
particulier de conduit composite.
Conduit de raccordement
Conduit assurant le passage des produits de combustion entre la buse
(ou le manchon) et le conduit de fumée.
Conduit flexible
Conduit pour tubages ou de raccordement métallique pouvant se
courber dans toutes les directions sans déformation permanente. Par
conduit flexible double peau, on entend un composant dont la surface
intérieure est lisse.
Débistrage
Action mécanique qui consiste à enlever par martèlement le goudron
durci.
Dévoiement (ou coude)
Changement de direction.
Dispositif d’alimentation automatique
Dispositif pour l’alimentation en combustible à partir de la trémie
généralement réalisé au moyen d’une vis sans fin.
Dispositif d’allumage
Constituer d’une résistance électrique dont la puissance varie généralement entre 200 et 450 W servant à chauffer le combustible
dans le brûleur (pot de combustion) et l’amener à sa température
d’auto-inflammation.
Rénovation
Distance de sécurité conduit de fumée
14
Distance minimum entre la face externe de l’ouvrage « conduit de
fumée », « conduit de raccordement » par rapport aux matériaux combustibles avoisinants.
Étanchéité d’un système
Débit volumétrique pouvant se répandre dans la pièce d’installation,
à une pression interne donnée, au travers de parties non étanches
d’un système. La notion d’étanchéité s’applique au système complet
à savoir l’appareil de combustion ainsi qu’à l’évacuation des fumées.
Essai de vacuité du conduit de fumée
Essai consistant à vérifier que le conduit est vide de tout obstacle sur
toute sa longueur.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Distance de sécurité, spécifié par le constructeur, de l’appareil par rapport aux matériaux combustibles avoisinants.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Distance de sécurité appareil de combustion
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Essai d’étanchéité du conduit de fumée
Essai consistant à vérifier que le système est étanche et imperméable
aux fluides transportés sur tout le parcours.
Habillage du conduit
Revêtement non structurel qui est fixé au conduit de fumée pour lui
offrir une protection supplémentaire contre les transferts de chaleur
et/ou les intempéries ou pour le décorer.
Hotte (ou manteau)
Habillage fonctionnel destiné à masquer l'avaloir, le conduit de raccordement et la base du conduit de fumée.
Matériau combustible
Matériau ne répondant pas aux critères d’un matériau incombustible
selon l’arrêté du 21 novembre 2002 relatif à la réaction au feu des produits de construction et d’aménagement.
Matériau incombustible
Matériau répondant aux critères de non combustibilité dit A1 (anciennement MO, voir l’euro-classe en annexe I) et selon l’arrêté du
21 novembre 2002 relatif à la réaction au feu des produits de construction et d’aménagement.
La plaque signalétique est la plaque qui, fixée au niveau du débouché ou au niveau de l’orifice d’entrée dans le conduit de fumée, mentionne les caractéristiques d’emploi du conduit. Cette plaque doit être
mise en place conformément aux règles de l’art nationales (norme NF
DTU 24.1).
Rénovation
Plaque signalétique
15
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Poêle
Appareil divisé de chauffage équipé d’une buse. Il est doté d’une
chambre de combustion complètement close et fonctionne avec une
porte foyère normalement fermée. Il fournit la chaleur par rayonnement et convection.
Pressostat
Interrupteur commandé par la pression d’un fluide. Il est utilisé pour
contrôler la dépression dans la chambre de combustion nécessaire au
bon fonctionnement du système.
Produits de combustion
Synonyme des fumées.
Ramonage
Opération de nettoyage par action mécanique de la paroi interne du
conduit afin d’en éliminer les suies et dépôts et d’assurer la vacuité du
conduit sur toute sa hauteur.
Souche
La souche est la partie extérieure située hors toiture ou hors terrasse
d’un ou plusieurs conduits en situation intérieure. La souche peut
constituer l’habillage d’un ou plusieurs conduits.
Système d’évacuation des produits de combustion
Dispositif permettant d’évacuer les produits de combustion à l’extérieur du bâtiment et ayant son origine au niveau où se trouvent le ou
les appareils qu’il dessert ou à un niveau inférieur. Le système possède à son extrémité supérieure un terminal d’évacuation des produits de combustion.
Trémie à combustible
Compartiment de stockage du combustible qui est, soit partie intégrante de l’appareil, soit extérieur à l'appareil à partir duquel est alimenté le brûleur.
Tubage
Rénovation
Le tubage est l’ouvrage qui résulte de l’introduction à l’intérieur d’un
conduit de fumée ou d’un conduit intérieur, d’un tube indépendant
pour le rendre à nouveau utilisable pour l’évacuation des produits de
combustion. Le tubage peut avoir une désignation différente de celle
du conduit d’origine. Le mot tubage désigne également le procédé.
16
Ventilateur de convection
La ventilation de convection s’effectue par un ou deux ventilateurs
prenant l’air dans la pièce où est situé l’appareil et le propulse au
travers d’un échangeur thermique. L’air, ainsi réchauffé, est ensuite
évacué dans la pièce généralement via la façade avant de l’appareil.
Ventilateur utilisé pour évacuer pour extraire les fumées de la
chambre de combustion en créant une dépression dans la chambre de
combustion. L’extraction des fumées génère également l’amenée d’air
comburant dans la chambre de combustion.
Ventilation générale et permanente (ou par balayage)
Système de ventilation disposant d’entrées d’air dans les pièces de
séjour (salon, chambre…) et de bouches d’extraction dans les pièces
de service (WC, salle de bains, cuisine). L’air transite ainsi des pièces de
séjour, où il est introduit, vers les pièces de services, où il est extrait.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Ventilateur d’extraction des fumées
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
L’appareil à granulés de bois peut ne pas être équipé de ventilateur
de convection, dans ce cas là le chauffage de la pièce s’effectue par
convection naturelle et rayonnement.
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
VMC
Rénovation
Ventilation mécanique contrôlée. Système de ventilation générale et
permanente mécanisée.
17
Les appareils à granulés
4
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
4.1. • Principe général
Les appareils à granulés de bois sont des appareils généralement
destinés à chauffer principalement la pièce où ils sont installés. D’un
point de vue de la diffusion de chaleur, un poêle à granulés peut être :
•
à convection naturelle : il assure le chauffage de la pièce par
rayonnement et convection naturelle ;
•
ventilé : il est équipé d’un système de soufflage d’air chaud. Un
ou plusieurs ventilateurs en façade et/ou sur les parois latérales
distribuent l’air chaud dans la pièce où l’appareil est installé ;
•
avec bouilleur : il est équipé d’un échangeur hydraulique permettant l’alimentation en eau chaude d’un réseau de chauffage
et/ou d’eau chaude sanitaire ;
•
avec réseau d’air chaud (appelés aussi « canalisables ») : le
poêle est ventilé. Des conduits aérauliques sont raccordés à l’arrière de l’appareil et dirigés vers les pièces à chauffer autres que
celle où est installé l’appareil.
Commentaire
Rénovation
De par leurs spécificités de conception, de dimensionnement et de mise en
œuvre, les appareils granulés avec réseau d’air chaud ne sont pas visés par les
présentes Recommandations professionnelles.
18
Le fonctionnement d’un appareil à granulés est en grande partie
automatisé : l’alimentation en combustibles et en air comburant, les
phases d’arrêt et d’allumage de l’appareil, sa modulation de puissance sont gérés automatiquement par l’électronique de l’appareil.
Les appareils à granulés possèdent un réservoir interne de combustible (ou trémie), de contenance variable et généralement intégré à
Certains appareils ne sont pas équipés d’un dispositif d’alimentation automatique en combustible. L’alimentation, dans ce cas-là s’effectue par gravité.
La gestion de la combustion est entièrement automatisée. De nombreux de capteurs mesurent les paramètres influençant la combustion. Lorsque leurs valeurs s’éloignent de leur consigne, le régulateur définit de nouvelles valeurs, afin de restaurer les paramètres
correspondant à une combustion de qualité. Le rapport idéal entre la
quantité des granulés et le débit d’air nécessaire pour leur combustion est assuré à toutes les puissances calorifiques de fonctionnement
possibles.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Commentaire
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
l’appareil. Ce dernier alimente le foyer de l’appareil de manière contrôlée par l’intermédiaire d’une vis sans fin activée par un motoréducteur.
Cette alimentation du foyer peut se faire par le haut ou par le bas.
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Au démarrage de l’appareil, le fonctionnement du ventilateur d’extraction des fumées permet de créer la dépression nécessaire dans la
chambre de combustion. Le système de contrôle électronique, pilotant l’ensemble des composants de l’appareil, commande l’amenée
de combustible dans le brûleur, situé dans la chambre de combustion,
au moyen de la vis sans fin. Le dispositif d’allumage est enclenché.
Il est constitué d’une résistance électrique de puissance variable. Il
réchauffe le combustible jusqu’à sa température d’auto-inflammation. La durée d’allumage est variable selon la puissance du dispositif
(généralement de l’ordre de quelques centaines de Watt) et la quantité
de combustible présente dans le brûleur. Dès lors qu’une température
suffisante est atteinte, le ou les ventilateurs assurant le soufflage d’air
chaud s’enclenchent (sous réserve que l’appareil en soit équipé).
Le système de contrôle, constitué d’une ou plusieurs cartes électroniques, régule l’ensemble du fonctionnement aux moyens de différents capteurs de température et de pression. Une modulation
de la puissance de l’appareil est réalisée, par variation du temps de
fonctionnement de la vis et du débit du ventilateur d’extraction des
fumées, pour maintenir la température de consigne définie et réglée
par l’utilisateur.
La trémie de stockage est protégée par au moins deux sondes de
température :
•
la première sonde enclenche, au-delà d’une température donnée, la mise en fonctionnement du ou des ventilateurs de
convection à allure maximale pour évacuer la chaleur se trouvant à l’intérieur de l’appareil et réduit l’allure de la combustion ;
Rénovation
Généralement, l’appareil s’arrête automatiquement en cas de dépassement de la température de consigne définie et réglée par l’utilisateur. Un cycle d’hystérésis, aux différentiels programmés, vient gérer
les phases d’extinction et de ré-allumage. L’appareil peut néanmoins
ne jamais s’arrêter et se maintenir à une puissance réduite une fois la
consigne atteinte.
19
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
•
la deuxième sonde, au-delà d’une température donnée (limite
haute), commande l’arrêt de l’appareil en coupant son alimentation électrique. Il s’agit d’une sécurité à réarmement obligatoirement manuelle permettant de s’assurer que l’appareil ne soit
pas remis en service sans un contrôle complet du système par
un professionnel.
4.2. • Poêle à granulés
Un poêle à granulés possède un habillage. Il comporte une buse et
fonctionne exclusivement porte fermée. Les poêles peuvent être raccordés avec un départ des fumées à l’horizontal ou à la vertical selon
les indications du fabricant.
Il en existe de très nombreuses variantes : traditionnels, contemporains, posés au sol ou suspendu.
La conception des poêles doit être conforme à la NF EN 14785 pour
disposer du marquage CE. Le raccordement du poêle au conduit de
fumée relève de la NF DTU 24.1 P1. La (Figure 1) donne un exemple de
composants constituants un poêle à granulés.
Tableau de commande
Sortie d’air chaud
de convention
Grille de ventilation
Conduit d’évacuation
d’air chaud de convection
Thermostat
Trémie à combustible
Grille de protection
Chambre de combustion
Goulotte d’amenée
du combustible
Ventilateur de convention
Porte
Brûleur
Dispositif d’allumage
Résistance électrique
Cendrier
Dispositif d’alimentation
en combustion - vis sans fin
Moteur de la vis sans fin
Circulation d’air pour balayage
de vitre
Entrée d’air comburant
Carte électronique de gestion
de l’appareil
Buse d’évacuation des fumées
Ventilateur d’extraction
des fumées
Rénovation
s Figure 1 : Exemple de composants constituant un poêle à granulés
20
Les inserts sont installés dans une pièce de vie. Ils assurent le chauffage de cette dernière par convection et rayonnement.
Le chargement de la trémie de stockage de combustible peut se faire
soit par un tiroir situé en façade de l’appareil soit par un accès direct
par l’intermédiaire d’une trappe réalisée dans l’habillage.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Un insert est un appareil d’agrément ou de chauffage muni d’une ou
plusieurs portes (dont la fermeture a une influence sur la combustion)
et disposant ou non d’une buse de raccordement. Il est conçu pour
être encastré dans un âtre (avec ou sans buse), dans une niche existante (avec buse) ou dans un habillage (éléments de maçonnerie mis
en place lors de la pose de l’appareil).
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
4.3. • Insert à granulés
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Les inserts à granulés sont conçus conformément à la NF EN
14785 pour disposer du marquage CE. Leur mise en œuvre relève de
la NF DTU 24.2.
Commentaire
Le terme « insert », défini par la NF DTU 24.2 P1 de décembre 2011, désigne à la
fois les foyers fermés et les inserts anciennement présents dans les normes DTU.
4.4. • Appareil à granulés avec bouilleur
Les appareils à granulés avec bouilleur (aussi appelés insert ou poêle
« hydro ») sont des appareils équipés d'un échangeur hydraulique
permettant l'alimentation en eau chaude d'un réseau de chauffage
(par exemple des radiateurs) et/ou d'eau chaude sanitaire. Ils peuvent
couvrir tout ou partie des besoins thermiques de l'habitation. Le bouilleur est construit en acier ou en fonte.
Les appareils bouilleurs sont conçus conformément à la NF EN
14785 pour disposer du marquage CE. Le raccordement hydraulique
de ces appareils est conforme aux prescriptions de la NF DTU 65.11.
Un appareil à granulés est dit « ouvert » lorsque l’air comburant,
nécessaire à son bon fonctionnement, est directement prélevé dans
la pièce où il se situe. L’amenée d’air est assurée par une ouverture
dans l’une des parois de cette pièce. Elle peut donner directement sur
l’extérieur ou s’effectuer par transit dans une zone ne faisant pas partie du volume habitable, ventilée en permanence sur l’extérieur sans
moyen d’obturation (vide sanitaire, cave ventilée par exemple).
Rénovation
4.5. • Appareil à granulés « ouvert »
21
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
4.6. • Appareil à granulés à raccordement
direct
Un appareil à granulés est dit à raccordement direct lorsqu'il ne prélève pas son air comburant dans la pièce où il se trouve. La chambre
de combustion de l’appareil est directement raccordée sur l’extérieur
ou sur une zone ventilée en permanence sur l’extérieur via un conduit.
4.7. • Installation à circuit de combustion
étanche
Commentaire
Le marquage CE et la NF EN 14785 ne définissent pas de critère d’étanchéité et
de vérification du fonctionnement en mode étanche. A ce jour en France, seul
l’Avis Technique (ou DTA) caractérise la notion d’appareil à circuit de combustion
étanche.
Une installation est dite à circuit de combustion étanche lorsque son
fonctionnement est indépendant de l’air de la pièce dans laquelle se
trouve l’appareil : la chambre de combustion de l’appareil, l’alimentation en air comburant et le système d’évacuation des produits de
combustion (EVAPDC) sont étanches.
Un appareil à granulés reconnu à circuit de combustion étanche doit
être titulaire d’un avis technique ou d’un Document Technique d’Application (DTA). Il doit être raccordé à un système d’évacuation des produits de combustion destiné à un appareil étanche et bénéficier d’un
Avis Technique ou d’un Document Technique d’Application.
Ces appareils prélèvent l’air comburant, provenant exclusivement de
l’extérieur, soit par un conduit concentrique au conduit d’évacuation
des produits de combustion, soit par une gaine d’arrivée d’air indépendante et étanche donnant sur l’extérieur.
Les fumées sont évacuées soit par un conduit concentrique soit par
un conduit isolé.
Commentaire
Rénovation
Les Avis Techniques ou Documents Techniques d’Application (DTA) existent pour
pallier l’absence d’une norme produit et/ou d’une norme d’installation et assurer
la sécurité des installations. La couverture en cas de sinistre n’est effective que
si l’installation respecte l’intégralité des règles décrites dans les DTA et dans les
notices des fabricants.
22
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Le Cahier des Prescriptions Techniques (CPT) communes
3708 de mars 2012 fixe les règles générales applicables
aux appareils à granulés déclarés à circuit de combustion
étanche et raccordés à un système d’évacuation des produits de combustion titulaire d’un Avis Technique ou d’un
Document Technique d’Application.
PROGRAMME
!
Rénovation
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
23
Évacuation des produits
de combustion
5
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
L’évacuation des produits de combustion peut être assurée par :
•
un conduit de fumée prévu pour le raccordement à des appareils à granulés ouverts ou à raccordement direct ;
•
un système d’évacuation des produits de combustion (ou
EVAPDC) prévu pour le raccordement à des appareils à granulés
déclarés à circuit de combustion étanche ou non.
Leur mise en œuvre est réalisée conformément :
•
à la NF DTU 24.1 si la technique est reconnue traditionnelle ;
•
à l’Avis Technique ou au Document Technique d’Application
(DTA) si la technique est reconnue non traditionnelle.
!
La technique est reconnue traditionnelle dès lors que la zone
d’implantation et la position du débouché des fumées est
conforme à l’article 18 de l’arrêté du 22 octobre 1969 relatif
aux conduits de fumée desservant des logements et que le
conduit est conforme à la NF DTU 24.1.
5.1. • Débouché des fumées
La (Figure 2) donne les différentes configurations d’installation pour le
débouché des fumées :
Rénovation
•
24
la zone 1 : l’évacuation des produits de combustion est verticale
et la position de son débouché respecte l’article 18 de l’arrêté
du 22 octobre 1969 avec un dépassement de 40 cm au-dessus
du faitage du toit ou de toute construction distante de moins de
8m;
Mise en œuvre
selon la NF DTU
24.1 ou selon
Avis Technique
Zone 1
40cm
mini
Conduit de fumée
Zone 2
Mise en œuvre
selon l’Avis
Technique
Zone 3
PROFESSIONNELS
la zone 3 : l’évacuation des produits de combustion est horizontale et la position de son terminal se trouve en façade.
DES
•
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
la zone 2 : l’évacuation des produits de combustion est verticale
et la position de son terminal se trouve en toiture. Elle ne respecte pas l’article 18 de l’arrêté du 22 octobre 1969 ;
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
•
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Système d’évacuation des
produits de combustion sous
Avis Technique
Le dispositif appareil et
amenée d’air comburant
doivent être étanches
s Figure 2 : Illustration des trois zones de débouchés des fumées
!
Pour une meilleure diffusion des produits de combustion,
il est recommandé de favoriser une configuration avec un
terminal vertical en toiture (zone 1 ou 2).
5.2. • Conduit de fumée
!
Le conduit de fumée sert à évacuer les produits de combustion provenant de l’appareil à granulés de bois (insert ou
poêle). Les règles de conception, d’installation et de maintenance des ouvrages de fumisterie sont données pour l’essentiel par la NF DTU 24.1.
Le débouché des fumées est situé en Zone 1. L’appareil à granulés raccordé au conduit de fumée peut être ouvert ou à raccordement direct.
(Figure 3).
Les deux parties principales de
•
le conduit raccordement, de la buse de l’appareil jusqu’à la
jonction avec le conduit de fumée ;
•
le conduit de fumée.
Le raccordement est dit « direct » lorsque le conduit de fumée arrive
directement sur la buse de l’appareil, sans conduit intermédiaire de
Rénovation
Un ouvrage type est illustré
l’ouvrage sont :
25
PROFESSIONNELS
raccordement. S’il y a présence d’un conduit de raccordement, on
parle de raccordement indirect.
Le tubage, qu’il soit rigide ou flexible et introduit dans un conduit
existant, fait partie de l’ouvrage « conduit de fumée ».
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 3 : Illustration d’un poêle à granulés raccordé sur un conduit de fumée
5.3. • Système d’évacuation des produits
de la combustion
Rénovation
Le terminal assurant l’évacuation des produits de combustion se
trouve en zones 1, 2 ou 3. Les terminaux assurant l’amenée d’air
comburant et l’évacuation des produits de combustion peuvent être
concentriques (Zone 1, 2 et 3) ou séparés (Zone 1 et 2). Un conduit
peut être crée ou un conduit de fumée existant réutilisé.
26
L’appareil à granulés raccordé au conduit est à circuit de combustion
étanche (Zone 1, 2 et 3) ou non (Zone 1).
Terminal en toiture : Zone 1 et 2
L’évacuation des produits de combustion est verticale et la position de
son terminal se situe en toiture, en Zone 1 ou 2.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
La conception du système d’évacuation des produits de la
combustion doit être faite en respectant les spécifications
du système indiquées dans son Avis Technique (ou DTA) et
dans la notice du fabricant. Une mise en œuvre générale est
décrite dans le Cahier des Prescriptions Techniques communes n°3708 ainsi que dans l’avis technique du système
concerné.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
!
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Les terminaux assurant l’amenée d’air comburant et l’évacuation des
produits de combustion peuvent être concentriques ou séparés.
Un conduit vertical neuf est mis en œuvre ou un conduit de fumée
existant réutilisé après vérification de sa conformité, conformément
aux dispositions de la NF DTU 24.1 (cf. 6.1).
!
Si le conduit de fumée existant ne vérifie pas les dispositions de l’article 18 de l’arrêté 1969, le terminal du conduit
doit être implanté conformément aux règles définies pour
la Zone 2 dans le Cahier des Prescriptions Techniques communes n°3708 ainsi que dans l’Avis Technique et la notice
d’installation du système concerné.
L’appareil à granulés peut être ouvert ou à raccordement direct en
Zone 1. Il est obligatoirement à circuit de combustion étanche en Zone
2. Dans ce cas, l’appareil à granulés et le système d’évacuation des
produits de combustion et d’amenée d’air comburant auquel il est raccordé sont titulaires d’un Avis Technique ou d’un Document Technique
d’Application (DTA).
Rénovation
On donne (Figure 4) l’illustration d’un poêle à granulés à circuit de combustion étanche raccordé sur un système d’évacuation des produits
de combustion en Zone 2.
27
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 4 : Illustration d’un poêle à granulés raccordé sur système d’évacuation des produits de
combustion – Zone 2
Commentaire
Certains appareils à granulés ne sont pas compatibles avec un débouché en Zone
2 et un conduit concentrique (pertes de charges importantes et température d’air
trop élevée pour l’appareil).
Rénovation
En fonction des terminaux (concentriques ou séparés), de la situation du conduit d’évacuation des produits de combustion (intérieure
ou extérieure), de la création ou de la réutilisation d’un conduit, différentes configurations d’installation d’un système à circuit de combustion étanche sont possibles.
28
Le système d’évacuation des produits de combustion peut être de type :
•
conduits concentriques : le conduit intérieur assure l'évacuation des produits de combustion tandis que le conduit extérieur
assure l'amenée d'air comburant (cas d’une création de conduit
vertical en situation intérieure, en configuration concentrique) ;
•
conduit flexible ou rigide simple paroi mis en place dans le
conduit de fumée existant (tubage) (cas d’une réutilisation d’un
conduit de fumée existant, en configuration concentrique ou
séparée).
!
PROFESSIONNELS
conduit isolé (cas d’une création de conduit vertical en situation
extérieure, en configuration séparée) ;
DES
•
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
conduits concentriques « lame d’air » : le conduit intérieur
assure l'évacuation des produits de combustion et l’espace
annulaire réalisé entre les conduits intérieur et extérieur sert
d’isolation (cas d’une création de conduit vertical en situation
intérieure, en configuration séparée) ;
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
•
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
En situation extérieur du conduit au bâtiment, le conduit
doit être un conduit isolé.
L’air comburant peut être prélevé :
•
dans l’espace annulaire situé entre deux conduits concentriques (cas d’une création de conduit vertical, en configuration
concentrique) ;
•
dans l’espace annulaire situé entre le conduit de fumée existant
et son tubage (cas d’une réutilisation d’un conduit de fumée
existant, en configuration concentrique) ;
•
par l’intermédiaire d’un conduit rigide ou flexible et d’un terminal indépendant d’amenée d’air situé en façade (cas d’une création ou d’une réutilisation de conduit, en configuration séparée).
!
Une configuration d’installation dissociée (terminal indépendant d’amenée d’air en façade) doit être autorisée par
le fabricant de l’appareil. Le professionnel doit se reporter
aux prescriptions indiquées dans la notice de pose.
Terminal en façade : Zone 3
!
En Zone 3, l’appareil à granulés est à circuit de combustion
étanche.
Le conduit assurant l’évacuation des produits de combustion
est concentrique. Il est monté exclusivement en situation intérieure. Le terminal, concentrique, se situe en façade. Il est implanté
Rénovation
L’installation doit être à circuit de combustion étanche : l’appareil à
granulés et le système d’évacuation des produits de combustion et
d’amenée d’air auquel il est raccordé sont titulaires d’un avis technique ou d’un Document Technique d’Application (DTA).
29
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
conformément aux règles définies pour la Zone 3 dans le Cahier des
Prescriptions Techniques communes n°3708 ainsi que dans l’Avis
Technique et la notice d’installation du système concerné.
L’air comburant alimentant l’appareil à granulés provient exclusivement de l’extérieur. Il est prélevé dans l’espace annulaire du conduit
concentrique. Le conduit intérieur assure l'évacuation des produits
de combustion tandis que le conduit extérieur assure l'amenée d'air
comburant.
!
Une configuration avec des terminaux d’amenée d’air et
d’évacuation des produits de combustion dissociée est
interdite en zone 3. Le conduit est obligatoirement de type
concentrique.
Rénovation
On donne (Figure 5) l’illustration d’un poêle à granulés à circuit de combustion étanche raccordé sur un système d’évacuation des produits
de combustion en zone 3.
30
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Rénovation
s Figure 5 : Illustration d’un poêle à granulés raccordé sur système d’évacuation des produits de
combustion – zone 3
31
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
5.4. • Différentes configurations
d’installation
La (Figure 6) présente les différentes configurations d’installation possibles d’un appareil de chauffage divisé à granulés en rénovation.
Débouché des fumées en Zone 1 uniquement
Appareil
Orifice dans une
paroi donnant sur
l’extérieur
Ouvert
CF
Par transit depuis
une zone ventilée
en permanence sur
l’extérieur
Raccordement direct
CF
Par conduit donnant
sur l’extérieur
CF
Par conduit depuis
une zone ventilée
en permanence sur
l’extérieur
Raccordement direct
Rénovation
Amenée d’air
CF
Ouvert
32
Evacuation
des
fumées
Schéma
EVAPDC –
CC
Terminal concentrique vertical
EVAPDC – T
Terminal concentrique vertical
Schéma
PROFESSIONNELS
Amenée d’air
DES
Evacuation
des fumées
PROGRAMME
Appareil
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Terminal en Zone 1 et 2
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
EVAPDC – CI
Conduit et terminal
en façade
EVAPDC – T
Raccordement SP
Conduit et terminal
en façade
Rénovation
Circuit de
combustion
étanche
EVAPDC –
CC lame d’air
RaccordeConduit et terminal
ment CC
en façade
lame d’air,
SP, CI
33
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Terminal en Zone 3
Appareil
Evacuation
des fumées
Amenée d’air
Circuit de
combustion
étanche
EVAPDC – CC
Terminal concentrique horizontal
Schéma
EVAPDC : Système d’évacuation des produits de combustion
CF : Conduit de fumée
CC : Conduit concentrique
CI : Conduit isolé
T : Conduit rigide ou flexible mis en place dans le conduit de fumée existant (tubage)
SP : Conduit simple paroi
Rénovation
s Figure 6 : Différentes configurations d’installation d’un appareil de chauffage divisé granulés en
rénovation
34
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
6
PROGRAMME
Sécurité des personnes
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Assurer la sécurité des intervenants consiste à :
•
éviter les risques ;
•
évaluer et identifier les risques qui ne peuvent pas être évités ;
•
combattre les risques à la source ;
•
adapter le travail à l’homme ;
•
tenir compte de l’état d’évolution de la technique ;
•
remplacer ce qui est dangereux par ce qui n’est pas dangereux
ou par ce qui est moins dangereux ;
•
prendre des mesures de protection collective et leur donner
priorité.
Les principaux risques et dommages encourus par le professionnel
lors de la pose de capteurs solaires en toiture sont :
•
une chute de hauteur ;
•
des risques liés à la manutention ;
•
des chutes d’objet ;
•
des conditions climatiques perturbantes ou potentiellement
dangereuses (vent, pluie, orage avec risque de foudre).
Les travaux ne doivent pas être réalisés lorsque l’environnement présente un risque pour l’opérateur : vent fort, orage,
gel, neige, forte pluie.
Tout travail réalisé avec risque de chute doit être sécurisé par une protection collective (Art. L. 233-13-20 du Code du Travail).
Un système de protection collective (prioritairement définitive)
doit être mis en œuvre. Le recours à la protection individuelle, par
Rénovation
!
35
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
l’utilisation de dispositifs de protection individuels (EPI), est possible
si et seulement si :
•
la protection collective (définitive ou encore temporaire) se
révèle techniquement impossible ;
•
l’intervention est ponctuelle et de très courte durée. Dans ce
cas, l’intervenant ne doit jamais rester seul.
Une protection individuelle peut être envisagée pour palier des
risques résiduels, notamment au cours des opérations de montage,
indépendamment de la protection collective qui reste prioritaire.
Commentaire
Article R4323-61 du Code du Travail :
« Lorsque des dispositifs de protection collective ne peuvent être mis en œuvre
à partir d'un plan de travail, la protection individuelle des travailleurs est assurée
au moyen d'un système d'arrêt de chute approprié ne permettant pas une chute
libre de plus d'un mètre ou limitant dans les mêmes conditions les effets d'une
chute de plus grande hauteur.
Lorsqu'il est fait usage d'un tel équipement de protection individuelle, un travailleur ne doit jamais rester seul, afin de pouvoir être secouru dans un délai compatible avec la préservation de sa santé.
L'employeur précise dans une notice les points d'ancrage, les dispositifs d'amarrage et les modalités d'utilisation de l'équipement de protection individuelle ».
Rénovation
!
36
Chaque salarié doit être formé au port des Equipements
de Protection Individuels (EPI) si celui-ci venait à en faire
usage.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
7
PROGRAMME
Poêle à granulés
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
7.1. • Support de l’appareil
Si le sol est en matériaux combustibles ou s’il peut se dégrader sous
l’action de la chaleur, l’appareil doit être positionné sur un socle en
matériau de classement A1 ou A2s1d0. Il permet en outre une assise
stable et horizontale de l’appareil.
Une plaque ventilée et/ou isolée peut être nécessaire si les matériaux
sous l’appareil sont combustibles. Elle est intercalée selon les prescriptions du fabricant de l’appareil à granulés.
Commentaire
s Figure 7 : Dimensions du socle de support de l’appareil à granulés
Rénovation
Les dimensions du socle permettant la pose de l’appareil sont indiquées par le
fabricant. Elles peuvent être différentes de l’emprise au sol de l’appareil. Il est
recommandé de respecter au minimum 50 cm devant la porte de la chambre de
combustion et 20 cm sur les côtés de l’appareil.
37
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
7.2. • Distances de sécurité de l’appareil
L’installateur doit vérifier les spécifications d’installation indiquées par
le fabricant dans la notice de pose de l’appareil, notamment les distances de sécurité.
La distance de sécurité, notée C1 sur la (Figure 8), est mesurée entre la
surface extérieure de l’appareil et les surfaces avoisinantes composées de matériaux combustibles. Elle est spécifiée dans la notice de
pose et la plaque signalétique de l’appareil.
Si les surfaces avoisinantes sont composées de matériaux non combustibles, il est recommandé de laisser une distance minimale, notée
C2 sur la (Figure 8), permettant un échange par convection naturelle
suffisant.
Pour assurer les opérations d’entretien, il est recommandé de laisser
un espace suffisant sur les côtés et à l’arrière de l’appareil.
!
Les distances de sécurité des conduits de raccordement
peuvent être plus contraignantes que celles imposées pour
l’appareil.
Rénovation
s Figure 8 : Distance de sécurité avec mise en place d’un isolant de protection dans le cas de présence
de matériaux combustibles
38
Commentaire
La distance de sécurité d’un conduit à simple paroi est définie dans le NF DTU
24.1 P1. Elle dépend de la classe de température du conduit (ou de la température
des fumées) et de la résistance thermique de celui-ci.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Une distance de sécurité minimale entre la paroi extérieure du
conduit de raccordement et tous les matériaux combustibles des
surfaces avoisinantes doit être respectée, sur les 3 dimensions. Elle
est conforme à la distance déclarée par le fabricant et au minimum
égale à 3 fois le diamètre nominal du conduit (avec un minimum de
375 mm).
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
7.3. • Distances de sécurité du conduit
de raccordement
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
7.4. • Possibilité de réduction des distances
de sécurité lors de la mise en place
de l’appareil
Les distances de sécurité du conduit de raccordement par rapport aux
matériaux combustibles peuvent être réduites de moitié soit minimum égale à 1,5 fois le diamètre nominal du conduit (avec un minimum de 200 mm).
Il est possible de réduire la distance de sécurité en intercalant une
cloison ou un habillage isolé et ventilé sur le mur concerné ou bien en
limitant le rayonnement thermique du conduit. Dans tous les cas, les
prescriptions du fabricant et de l’Avis Technique s’ils existent doivent
être respectées.
Deux exemples sont illustrés (Figure 9) et (Figure 10) :
•
mise en place d’un conduit de raccordement à double paroi
ventilé permettant de limiter le rayonnement (Figure 9) ;
•
mise en place d’une cloison ventilée protectrice en matériaux
incombustibles (Figure 10).
La cloison doit être dotée d’une ventilation haute et basse. Leur
conception évite les pièges à calories.
Rénovation
L’isolant ne doit pas pouvoir se dégrader pour des températures inférieures à 400°C (par exemple : silicate de calcium, laine minérale…).
Les conditions de pose sont spécifiées par les fabricants de l’appareil
et du conduit.
39
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Rénovation
s Figure 9 : Exemple de conduit de raccordement à double paroi ventilé permettant de réduire le
rayonnement thermique
40
s Figure 10 : Mise en place d’une cloison ventilée en matériaux incombustibles
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
8
PROGRAMME
Insert à granulés
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
L’installation d’un insert à granulés doit être conforme aux prescriptions de la norme NF DTU 24.2 P1 et P2. Les prescriptions du fabricant
doivent être respectées.
!
Il appartient au professionnel de vérifier les prescriptions
d’installation indiquées par le constructeur. Sans indication
précise de la part du constructeur, il est recommandé d’installer une isolation sur toutes les parois de l’habillage de
l’insert. Cette isolation est décrite dans la norme NF DTU
24.2 qui traite de l’habillage des inserts utilisant la bûche
comme combustible et qui est utilisable dans le cas d’inserts utilisant des granulés.
8.1. • Protection du mur d’adossement
Le mur d’adossement doit être en matériau non combustible et muni
d’une isolation sur toute la surface se trouvant dans l’emprise de la
construction. Cet isolant doit être de classement à la réaction au feu A1
ou A2s1d0 et de résistance thermique supérieure à 0,7 m².K/W (mesurée
à 50°C). L’isolant ne doit pas pouvoir se dégrader pour des températures
inférieures à 400°C (par exemple : silicate de calcium, laine minérale…).
•
d’ôter le matériau combustible et d’installer une isolation ;
•
ou de mettre une cloison en matériau non combustible (au minimum à 2 cm du mur en matériau combustible) et de ventiler par
deux orifices (bas et haut). Une isolation doit être ensuite mise
en œuvre sur la cloison ainsi créée.
Rénovation
Dans le cas où le mur d’adossement est constitué en matériau combustible, il est nécessaire :
41
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
8.2. • Parois constituant l’habillage
Les parois constituant l’habillage de l’insert doivent être réalisées en
matériaux incombustibles et munies d’une isolation. Cet isolant doit
être de classement à la réaction au feu A1 ou A2s1d0 et de résistance
thermique supérieure à 0,7 m².K/W (mesurée à 50°C). L’isolant ne doit
pas pouvoir se dégrader pour des températures inférieures à 400°C
(par exemple : silicate de calcium, laine minérale…).
L’habillage doit également comporter un faux plafond réalisé en matériaux isolants ou bien dans un matériau incombustible et isolé. Cette
isolation a les mêmes caractéristiques que celles vues précédemment.
Il n’est pas nécessaire de réaliser un faux plafond dans la hotte si :
•
l’insert et le conduit de raccordement sont pourvus d’une isolation telle que le fabricant de l’appareil assure, dans la notice,
que la sécurité n’est pas remise en cause ;
•
les trois conditions suivantes sont réunies : le plafond haut est
en matériaux incombustibles ou classés A1 et de 16 cm d’épaisseur minimum ; la hauteur sous-plafond dans la pièce où est
installé est inférieure à 3 mètres, si la paroi est incombustible
(ou classée A1) et est protégée.
Mur adossement
Conduit de fumée
Mur adossement
Conduit de fumée
Isolation (étage)
Isolation
Plafond
(incombustible)
Hotte
Ventilation du
faux-plafond
Ventilation
du faux-plafond
Ventilation haute de
la hotte (mini 500 cm2 )
Ventilation haute de
la hotte (mini 500 cm2 )
Faux plafond hotte
Hotte avec faux-plafond
Isolation
Hotte sans faux-plafond
s Figure 11 : Illustration d’une hotte d’insert avec ou sans faux plafond
Rénovation
8.3. • Ventilation des différentes parties
de l’habillage
42
Il est nécessaire de ventiler l’habillage par la mise en place d’une ventilation basse au minimum de 400 cm² et d’une ventilation haute au
minimum de 500 cm². Le faux-plafond doit être ventilé par deux orifices (bas et haut) d’un minimum de 20 cm² unitaire.
Il appartient au professionnel de vérifier les sections minimales de
ventilation préconisées par le constructeur.
•
le socle de l’appareil est muni de rails de dégagement permettant
de sortir l’appareil pour un accès aux différents composants ;
•
l’appareil est fixe et une trappe d’accès latérale (voire une porte)
dans l’habillage doit être installée.
Dans le cas d’un appareil sur socle fixe, la trappe d’accès aux équipements peut également, dans certaines configurations (sans tiroir de
chargement trémie en façade de l’appareil), servir à l’accès à la trémie de stockage du combustible. Les dimensions de cette trappe d’accès doivent donc être suffisamment grandes de façon à permettre un
chargement aisé de la trémie de stockage du combustible (manutention des sacs de granulés de bois).
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
La (Figure 12) donne les différentes dispositions d’accès à l’appareil :
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
8.4. • Trappe d’accès
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Dans tous les cas, il est nécessaire de prévoir un accès suffisant de façon
à rendre possible toutes les opérations de nettoyage et de ramonage.
Commentaire
Rénovation
Quelle que soit la configuration de l’appareil (socle fixe ou non), il est recommandé d’installer une trappe d’accès aux équipements afin de faciliter les opérations d’entretien et de maintenance. Il est recommandé que cette trappe ait des
dimensions minimales de 60 x 60 cm.
s Figure 12 : Illustration des accès possibles
43
9
Conduit de fumée
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Avant toute mise en place de l’appareil et de son raccordement au
conduit de fumée, le professionnel doit s’assurer que le conduit :
•
est compatible avec le combustible « granulé » ;
•
est correctement dimensionné ;
•
ai fait l’objet d’un test et d’un diagnostic concluant conformément à la norme NF DTU 24.1 P1 (voir les Recommandations
professionnelles « Les appareils de chauffage divisé à granulés
– Conception et dimensionnement »).
9.1. • Règles et exigences
Le tableau (Figure 13) donne, suivant le type de conduit de fumée, les
règles techniques existantes s’y rapportant.
Type de conduit de fumée
Conduit de fumée (en conception)
Références
NF EN 15287-1
Rénovation
Conduit de fumée métallique rigide simple paroi
NF DTU 24.1 P1 (parties 10 et 13)
et isolé
44
Conduit de fumée en béton
NF DTU 24.1 P1 (partie 9)
Conduit de fumée en brique et terre cuite
NF DTU 24.1 P1 (partie 8)
Conduit de fumée tubé
NF DTU 24.1 P1 (partie 15)
Conduit de fumée chemisé
NF DTU 24.1 P1 (partie 14)
Autre procédé (isolation de tubage flexible,
résine thermodurcissable…)
Avis Technique
s Figure 13 : Règles existantes traitant de la mise en œuvre du conduit de fumée
La mise en œuvre des procédés et techniques sous Avis Technique
(par exemple, les conduits avec un revêtement en céramique) sont
traités dans les spécifications de ces produits.
La mise en place d’une plaque signalétique est obligatoire
pour identifier le conduit. La plaque signalétique est positionnée en bas de conduit au niveau de l’orifice d’entrée
vers le conduit de raccordement (ou à proximité dans les
autres cas). Elle peut être, pour un tubage uniquement,
fixée au niveau du débouché (sur le couronnement).
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
!
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Lors de la mise en œuvre du conduit de fumée toutes les précautions
doivent être prises pour permettre leur libre dilatation, en particulier
pour les conduits métalliques. Un jeu doit ainsi être conservé lors des
traversées d’ouvrage (planchers, murs…) ou au niveau des éléments
structurels de guidage selon les préconisations de pose du fabricant.
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Le conduit de fumée pour les appareils à granulés de bois doit :
•
résister au feu de cheminée (indice « G ») ;
•
résister à la température des fumées à la buse de l’appareil
déclarée par le fabricant.
La section intérieure et la forme du conduit de fumée doivent être
constantes sur toute sa hauteur.
Les composants sont emboîtés avec la partie mâle du conduit d’évacuation des fumées vers le bas.
Les températures de surface du conduit ne doivent pas dépasser 50°C
en volume habité et 80°C en volume non habité (Figure 14). En volume
habité, le conduit de fumée doit être protégé de tout risque de choc
(protection mécanique). La mise en œuvre d’un coffrage ventilé ou
d’un habillage peut permettre de répondre à cette exigence.
Le coffrage du conduit de fumée est possible si :
•
les distances de sécurité vis-à-vis des matériaux combustibles
sont respectées ;
Rénovation
s Figure 14 : Exigences de température de surface et résistance thermique minimale d’un conduit de
fumée
45
PROFESSIONNELS
•
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
!
le coffrage est ventilé en permanence par des ouvertures hautes
et basses disposées de façon à balayer l’intégralité de l’espace
annulaire.
Il y a lieu de se reporter aux spécifications du système mis
en place pour connaître les ventilations minimales demandées par le fabricant.
Si le coffrage est effectué à une distance plus faible que la distance de
sécurité, il est alors mis en œuvre en intégralité avec des matériaux
dont la classe de réaction au feu est A1 ou A2s1d0.
Aucune jonction de composants de conduit de fumée ne doit se faire
dans l’épaisseur des parois traversées (mur, plafond…)
Le débouché du conduit (Figure 15) doit être situé à :
•
au moins 40 cm au-dessus de toute partie de construction distante de moins de 8 mètres ;
•
dans le cas de toiture-terrasse ou de pente de toit inférieure à
15°, au moins à 1,20 m au dessus du point de sortie de la toiture
et à 1 m au moins au dessus de l’acrotère lorsque celui-ci est
supérieur à 20 cm et de toute partie de construction distante de
moins de 8 m.
s Figure 15 : Emplacements du débouché du conduit de fumée traditionnel selon l’arrêté du 22 octobre
1969
Le débouché du conduit doit être protégé par un dispositif permettant
d’éviter d’éventuelles rentrées de pluie.
Rénovation
!
46
La hauteur de débouché de la souche est limitée par le
fabricant selon la tenue au vent de celle-ci. Sauf indication
contraire, des haubans doivent être mis en place dès que la
souche dépasse 1,5 m.
Il y a lieu de se reporter également à la réglementation sismique, notamment pour les conduits maçonnés.
Un chevêtre est réservé lors de la traversée. Une distance de sécurité
est laissée entre le chevêtre et la paroi extérieure du conduit, selon
son degré d’isolation.
Si la structure de la charpente le permet (calcul de charge), la souche
peut partiellement être supportée par celle-ci. Sinon, l’intégralité de
la charge doit être reportée au point bas. Un guidage du conduit doit
être mise en place dans ce cas de figure.
PROGRAMME
9.2.1. • Traversée de toiture
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
9.2. • Exemples de conduits maçonnés
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 16 : Exemple de traversée des éléments de charpente de la toiture par un conduit maçonné
Le tableau (Figure 17) donne, conformément aux prescriptions de la
norme NF DTU 24.P1, les distances de sécurité à respecter pour un
conduit de fumée maçonné en situation intérieure pour un appareil à
granulés.
Résistance thermique du conduit
Conduit de classe
T>250°C et/ou G
(résistant au feu de
cheminée)
R ≤ 0,22 m².K/W
0,22 m².K/W < R
≤ 0,38 m².K/W
A éviter pour
raison des risques
10 cm
d’incendie et de
brûlures
0,38 m².K/W < R
≤ 0,65 m².K/W
5 cm
R > 0,65
m².K/W
2 cm
Tous les éléments mise en œuvre ne respectant pas cette distance de
sécurité doivent être de classe A1 ou A2s1d0 ou disposer d’un Avis
Technique pour leur application.
Pour éviter toute brûlure, le conduit dans les zones habitées doit être
coffré, sauf si le conduit est suffisamment isolé (se référer aux prescriptions du fabricant).
Rénovation
s Figure 17 : Rappel des distances de sécurité d’un conduit de fumée maçonné en situation intérieure
pour un appareil à granulés conforme à la norme NF DTU 24.1 P1.
47
PROFESSIONNELS
9.2.2. • Support du conduit maçonné
L’assise du conduit maçonné peut être réalisée sur un plancher à
l’aide d’un support (métallique) mis en place dans une trémie (Figure
18). Un calcul de charge est nécessaire pour démontrer la fiabilité de la
solution.
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 18 : Exemple de support d’un conduit maçonné
La traversée de plancher doit permettre la libre dilatation du conduit
(les conduits accolés sont à éviter sauf pour des puissances inférieures à 30 kW). Une trémie est réservée lors du bétonnage pour permettre la mise en place d’un matériau inerte et isolant.
Rénovation
s Figure 19 : Exemple de traversée de plancher d’un conduit maçonné
48
PROFESSIONNELS
DES
PROGRAMME
Les boisseaux préfabriqués ne doivent pas être découpés ou reconstruits sur site. Seul le percement pour la mise en place du raccordement métallique est toléré.
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
9.2.3. • Assemblage et raccordement
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 20 : Assemblage des boisseaux (respects des écoulements – feuillure mâle vers le bas)
Les mortiers utilisés pour la réalisation des joints entre boisseaux des
conduits maçonnés sont précisés dans la norme NF DTU 24.1 P1, en
particulier en annexe E concernant les dosages des constituants (liant,
sable, eau).
Pour permettre le démontage ultérieur du conduit de raccordement,
un manchon peut être scellé au conduit. Une collerette peut être mise
en place en cas de départ plafond. La solution doit permettre d’être
démontable, d’éviter l’accumulation de suie et de rendre possible la
visite par une trappe pour le nettoyage.
Rénovation
s Figure 21 : Exemple n°1 de scellement d’un manchon à un conduit de fumée maçonné (avec traversée
de paroi)
49
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 22 : Exemple n°2 de scellement d’une collerette à un conduit de fumée maçonné en attente au
plafond
s Figure 23 : Exemple n°3 de scellement d’une collerette à un conduit de fumée maçonné en attente au sol
Rénovation
9.3. • Exemples de conduits métalliques
isolés à double paroi
50
Ce chapitre présente des exemples de configuration de montage de conduit de fumée métallique à double paroi isolé. Les
Recommandations concernant les traversées des parois étanches sont
traitées dans le chapitre spécifique (cf. 11).
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
Les fabricants de conduits métalliques proposent dans leur gamme
des solins préfabriqués s’intégrant aux différents types de toiture et
évitant la découpe de tuiles.
DES
La traversée de toiture doit répondre aux exigences d’isolation et
d’étanchéité. Le solin permet de créer la liaison avec la couverture.
Sa mise en place peut nécessiter la création d’un nouveau chevêtre et
une découpe des tuiles.
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
9.3.1. • Traversée de toiture
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Rénovation
s Figure 24 : Exemple n°1 de sortie de toit préfabriquée pour conduit métallique composite
51
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Rénovation
s Figure 25 : Exemple n°1 de fixation de l’embase à la charpente
52
s Figure 26 : Exemple n°2 de solin préfabriqué pour conduit métallique composite
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 27 : Exemple n°2 de fixation du conduit à la charpente
L’espacement (distance de sécurité) entre la paroi extérieure et les éléments combustibles (chevron, liteaux…) dépend de la classe d’isolation du conduit de fumée.
La hauteur de débouché exigée est d’au moins 40 cm au-dessus du
faitage (sauf terminaux augmentant le tirage selon prescriptions des
fabricants).
!
La hauteur de débouché de la sortie de toit est limitée par
le fabricant selon la tenue au vent de celle-ci. Sauf indication contraire, des haubans doivent être mis en place dès
que la sortie de toit dépasse 1,5 m.
Le tableau (Figure 28) donne, conformément aux prescriptions de la
norme NF DTU 24.P1, les distances de sécurité à respecter pour un
conduit de fumée métallique isolé raccordé à un appareil à granulés.
Conduit de classe
T>250°C et/ou G
(résistant au feu de
cheminée)
R ≤ 0,4 m².K/W
0,4 m².K/W < R ≤ 0,6
m².K/W
Interdit pour raison des
risques d’incendie et
8 cm
de brûlures
R > 0,6 m².K/W
5cm
s Figure 28 : Rappel des distances de sécurité d’un conduit de fumée métallique isolé en situation
intérieure pour un appareil à granulés de bois conforme à la norme NF DTU 24.1 P1
Rénovation
Résistance thermique du conduit
53
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Tous les éléments mise en œuvre ne respectant pas cette distance de
sécurité doivent être de classe A1 ou A2s1d0 ou disposer d’un Avis
Technique pour leur application.
9.3.2. • Passage du conduit métallique
dans l’habitation
Le passage du conduit doit permettre d’éviter tous risques de brûlure
et de chocs. Il doit respecter les distances de sécurité vis-à-vis des
matériaux combustibles.
!
Un conduit de fumée à simple paroi métallique desservant
des appareils à granulés est interdit pour raison de brûlure
et de risque d’incendie.
Rénovation
Pour éviter tout piège à calories, les espaces d’air doivent être ventilés
(orifice dans les coffrages, ajournement des plaques de distance de
sécurité…). La mise en place d’un coffrage est également nécessaire
pour éviter des déboitements accidentels et des brûlures, sauf si le
conduit est rendu inaccessible.
54
s Figure 29 : Exemple de coffrage ventilé d’un conduit de fumée métallique
PROFESSIONNELS
Matériaux combustibles
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
Coupe
de la traversée
d'un plancher
intermédiaire
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Résistance
Thermique du conduit
R ≤ 04 m2 K/W
Conduit de classe
T > 25° C et /ou G
(résistant au feu de
cheminée)
Interdit pour raison
des risques d'incendie
et de brûlures
0,4 m2.K/W < R ≤ 0,6 m2.K/W
8 cm
R > 0,6 m2.K/W
5 cm
s Figure 30 : Respect des distances de sécurité à la traversée d’un plancher
9.3.3. • Assemblage et raccordement
des éléments
Pour assurer la pérennité de l’assemblage, les éléments sont effectués
selon les préconisations du fabricant (indication du sens des fumées,
assemblage par collier avec goupille…).
9.3.4. • Départ et support du conduit de fumée
Les deux départs les plus courants sont le départ plafond et le départ
console. L’assise sur laquelle repose le support permet le soutien de la
charge du conduit.
Collier
Chevêtre et plaque de distance de sécurité
(Distance de sécurité de 5 à 8 cm selon l’isolation du conduit —
voir prescriptions de la NF DTU 24.1)
s Figure 31 : Respect des distances de sécurité à la traversée d’un plancher
Rénovation
Support
selon charge du conduit
(voir notice du
fabricant)
55
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 32 : Support mural d’un conduit de fumée. Le conduit doit déboucher en intégralité dans le
local où se situe l’appareil (et non dans un faux plafond).
Conduit de fumée
Pièce de forme
(jonction
tronconique)
Pièce de propreté
(amovible)
Conduit de raccordement
Rénovation
s Figure 33 : Exemple de jonction du conduit de fumée et du conduit de raccordement au plafond
56
La connexion du conduit de fumée double paroi isolé au conduit de
raccordement doit être faite par l’intermédiaire d’une pièce de forme
fournie par le fabricant du conduit de fumée.
Le débordement du conduit de fumée au plafond ou faux-plafond est recommandé à une valeur supérieure à 5 cm pour permettre une meilleure manipulation des pièces d’assemblage. Toutefois un conduit affleurant le plafond (ou le
faux-plafond) est autorisé.
9.4. • Prolongement d’un conduit de fumée
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Pour le maintien de la pièce de propreté, il y a lieu d’être vigilant sur sa fixation,
notamment dans le cas d’un faux-plafond pour lequel des renforts peuvent être
nécessaires.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Commentaire
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
9.4.1. • Prolongement bas d’un conduit
de fumée
Pour un conduit de fumée métallique existant le prolongement bas
doit s’effectuer à l’aide de composants identiques à ceux du conduit
existant, en assurant une continuité de l’ouvrage, emboitement, étanchéité et résistance thermique.
Pour un conduit de fumée maçonné le prolongement bas doit être
réalisé dans la même nature de matériau que le conduit existant ou
bien avec des composants métalliques isolés à double paroi.
La jonction avec le conduit existant est réalisée grâce à une pièce de
forme composite métallique.
Le scellement de la pièce de forme ne doit pas permettre une accumulation de suie.
Un conduit de fumée maçonné peut également être prolongé en utilisant des composants identiques à ceux du conduit existant tout
en assurant une continuité de l’ouvrage (étanchéité et résistance
thermique).
9.4.2. • Rehausse d’un conduit de fumée
La rehausse d’un conduit existant doit être faite, dans la mesure du
possible, avec les mêmes matériaux que ceux du conduit existant.
La rehausse d’un conduit de fumée métallique doit s’effectuer à l’aide
de composants identiques à ceux du conduit existant en assurant
une continuité de l’ouvrage, emboitement, étanchéité et résistance
thermique.
Rénovation
La partie rajoutée doit avoir un diamètre hydraulique au moins égal
au diamètre hydraulique du conduit existant.
57
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
9.5. • Raccordement au conduit de fumée
La mise en œuvre du raccordement doit s’effectuer conformément à
la norme NF DTU 24.1 P1. Les règles essentielles de raccordement de
l’appareil sont résumées ici.
Le raccordement doit être démontable pour effectuer les opérations
d’entretien. Les adhésifs ou mastics ne sont pas autorisés pour effectuer et solidariser les jonctions. Seule la pièce de jonction vers le
conduit de fumée est scellée à celui-ci. Lors de l’utilisation de conduits
métalliques à simple paroi, le contact entre deux pièces se fait par un
contact acier-acier.
Les deux dispositions géométriques usuelles du conduit de raccordement sont les suivantes :
•
raccordement vertical vers le conduit de fumée (Figure 34) ;
•
raccordement horizontal vers le conduit de fumée (Figure 35).
Les matériaux métalliques pouvant être utilisés pour les raccordements doivent être conformes à la norme NF EN 1856-2 (marqués CE).
On rappelle que le conduit de raccordement pour les appareils à granulés de bois doit :
•
résister au feu de cheminée (indice « G ») ;
•
résister à la température des fumées à la buse de l’appareil
déclarée par le fabricant.
Commentaire
A la sortie de l’appareil, un raccordement par l’intérieur (partie male vers le bas)
est recommandé pour réceptionner les imbrûlés dans la boite à suie. Dans le cas
d’appareils avec des buses de sortie verticale, cette boite à suie est généralement
intégrée dans l’appareil.
Rénovation
Lorsque le raccordement est réalisé horizontalement, configuration
généralement courante dans le cas des appareils à granulés de bois,
une boite à suie doit être installée par mise en place d’un té avec
tampon démontable pour effectuer les opérations de ramonage. Si
le té est à proximité immédiate du sol et empêche toute manipulation par le bas, une trappe latérale est intégrée au té ou sur une pièce
intermédiaire.
58
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 34 : Exemple de raccordement vertical par un conduit à simple paroi métallique vers le conduit
de fumée en attente au plafond
Pour permettent une bonne évacuation des produits de combustion,
il est recommandé une pente ascendante de 3% des tronçons d’allure
horizontale du conduit de raccordement. La distance d’un conduit de
raccordement à un conduit de fumée doit être la plus courte possible.
Il est recommandé de ne pas dépasser 2 m sur un tronçon d’allure
horizontale (la longueur maximale en projection horizontale est de
3 m selon le NF DTU 24.1 P1).
Rénovation
s Figure 35 : Exemple de raccordement horizontal (arrière) par un conduit à simple paroi métallique vers
le conduit de fumée en attente au plafond
59
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Les dispositifs d’obturation du conduit de raccordement (par exemple,
clé de tirage non intégrée à l’appareil) sont interdits.
Le nombre maximal conseillé de dévoiements du conduit de raccordement est de 2 avec un angle de 45° hors té et boite à suie (le nombre
maximal de dévoiements selon le NF DTU 24.1 P1 est de 2 avec un
angle non vif de 90°).
La réduction de section du conduit de raccordement est autorisée à la
pénétration avec le conduit de fumée. Ils sont réalisés par une pièce
de transition possédant un angle inférieur à 45° empêchant l’accumulation de suies. Il est ainsi réalisé de préférence sur un tronçon d’allure vertical. Le changement de section s’effectue au niveau du point
de raccordement avec le conduit de fumée.
L’agrandissement de la section du conduit de raccordement est autorisé sur tout son parcours dans le cas des poêles et uniquement à la
jonction du conduit de raccordement au conduit de fumée pour les
inserts.
La jonction avec un conduit de fumée maçonné est réalisée à l’aide
d’une pièce de forme (tronconique) scellée au préalable et permettant
l’emboitement du conduit de raccordement.
!
Seule une vérification de fonctionnement selon la NF EN
13384-1 permet de vérifier que l’ensemble conduit de fumée
et conduit de raccordement est adapté à l’appareil de combustion à granulés (adéquation de la section de passage
des fumées, fonctionnement sec « D » ou humide « W » ;
perte de charge singulières des accidents de parcours).
Dans le cas contraire, l’installation ne doit pas être réalisée
ou des dispositions complémentaires doivent être prises
concernant le dimensionnement du système.
Rénovation
Pour plus d’informations, le professionnel doit se reporter
aux Recommandations « Les appareils de chauffage divisé
à granulés – Conception et dimensionnement ».
60
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 36 : Exemple de réduction de diamètre à la pénétration du conduit de fumée
Conduit de fumée
Pièce de forme empêchant
l’accumulation de suies
<45 o
Conduit de raccordement
s Figure 37 : Exemple d’augmentation de diamètre à la pénétration du conduit de fumée
9.6. • Tubage et chemisage
9.6.1. • Tubage
!
Les tubages flexibles utilisés pour tuber un appareil de
chauffage divisé fonctionnant aux granulés de bois doivent
être conformes à la norme NF EN 1856-2 (conduits flexibles
dit à double peau). L’isolation d’un tubage n’est possible
qu’avec un système d’isolation ayant fait l’objet d’un Avis
Technique.
Rénovation
La mise en œuvre des tubages métalliques flexibles ou rigides est traitée dans la partie 15 du NF DTU 24.1 P1. Cette opération doit être effectuée par une entreprise qualifiée. Une ventilation haute et basse de
l’espace annulaire entre le tube et le conduit existant est obligatoire.
61
Chapeau pare-pluie
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Ventilation de l'espace annulaire
> 5 cm2 (dans la plaque d'obturation
ou autour du tubage)
Couronnement
Collier de
tubage
(et plaque ventilée de
propreté)
Plaque d'obturation
Souche
Tube
(à double-peau)
s Figure 38: Débouché du tubage au niveau de la souche
s Figure 39 : mise en place du tubage et raccordement
Si des dévoiements sont existants, le passage d’une ogive de premier
passage est nécessaire pour évaluer la faisabilité de l’opération. Des
araignées de centrage peuvent être mises en place lors de la pose (un
espacement de 2 à 3 m est recommandé).
Rénovation
!
62
La création d’un simple tubage ne permet pas de réduire la
distance de sécurité
D’autres techniques de chemisage sous Avis Technique existent pour rénover un
conduit existant (par exemple : résine thermodurcissable).
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Commentaire
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
La mise en œuvre des chemisages est traitée dans la partie 14 du NF
DTU 24.1 P1. Cette opération doit être effectuée par une entreprise
qualifiée. Le chemisage est uniquement compatible avec un fonctionnement sans condensation de l’appareil.
PROGRAMME
9.6.2. • Chemisage
Rénovation
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
63
Système à circuit
de combustion étanche
10
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
10.1. • Prescriptions générales
Un appareil à granulés reconnu à circuit de combustion étanche doit
être titulaire d’un Avis Technique ou d’un Document Technique d’Application (DTA). Il doit être raccordé à un système d’évacuation des produits de combustion (EVAPDC) destiné à un appareil à circuit de combustion étanche et bénéficier d’un Avis Technique ou d’un Document
Technique d’Application.
Ainsi, une installation à circuit de combustion étanche peut être réalisée si :
•
l’appareil à granulés de bois est à circuit de combustion
étanche et est titulaire d’un avis technique ou DTA ;
•
le système d’évacuation des produits de combustion est sous
Avis Technique ou DTA ;
•
les essais de fonctionnement, appareil et système d’évacuation
des produits de combustion, ont été réalisés ;
Si ces conditions ne sont pas respectées, l’appareil doit être installé
en configuration de « conduit de fumée », conformément à l’arrêté du
22 octobre 1969.
Rénovation
!
64
La mise en œuvre d’un système à circuit de combustion
étanche doit être faite en respectant les spécifications des
Avis Techniques (ou DTA) et des notices du fabricant. Une
mise en œuvre générale est décrite dans le Cahier des
Prescriptions Techniques communes n°3708 de mars 2012.
Les terminaux assurant l’amenée d’air comburant et l’évacuation des
produits de combustion peuvent être concentriques (Zone 1, 2 et 3)
ou séparés (Zone 1 et 2). Les (Figure 41) et (Figure 42) illustrent respectivement une configuration de type concentrique et séparée.
Un conduit peut être crée ou un conduit de fumée existant réutilisé.
Mise en œuvre
selon la NF DTU
24.1 ou selon
Avis Technique
Zone 1
40cm
mini
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Le terminal assurant l’évacuation des produits de combustion se
trouve en zones 1, 2 ou 3 (Figure 40).
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
10.2. • Configurations
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Conduit de fumée
Zone 2
Mise en œuvre
selon l’Avis
Technique
Zone 3
Système d’évacuation des
produits de combustion sous
Avis Technique
Le dispositif appareil et
amenée d’air comburant
doivent être étanches
s Figure 40 : Illustration des trois zones de débouchés des fumées
En configuration concentrique (Figure 41), plusieurs configurations possibles :
•
le conduit intérieur assure l'évacuation des produits de combustion tandis que le conduit extérieur assure l'amenée d'air
comburant (cas d’une création de conduit vertical en situation
intérieure) ;
•
le conduit flexible ou rigide simple paroi mis en place dans le
conduit de fumée existant (tubage) assure l'évacuation des produits de combustion tandis que l’espace annulaire situé entre
le conduit de fumée existant et son tubage assure l’amenée
d’air comburant (cas d’une réutilisation d’un conduit de fumée
existant).
•
le conduit intérieur assure l'évacuation des produits de combustion et l’espace annulaire réalisé entre les conduits intérieur et
extérieur sert d’isolation. On parle de conduits concentriques
« lame d’air » (cas d’une création de conduit vertical en situation intérieure) ;
•
le conduit assurant l'évacuation des produits de combustion est
isolé et l’amenée d’air comburant est assurée par un conduit
rigide ou flexible et d’un terminal indépendant situé en façade
(cas d’une création de conduit vertical en situation extérieure).
Rénovation
En configuration séparée (Figure 42), plusieurs configurations possibles :
65
PROFESSIONNELS
Rénovation
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
66
s Figure 41 : Installation en configuration concentrique verticale
s Figure 42 : Installation en configuration séparée
PROFESSIONNELS
Rénovation
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
67
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
10.3. • Système d’évacuation des produits
de combustion
Le conduit d’évacuation des fumées pour les appareils à granulés de
bois doit :
•
résister au feu de cheminée (indice « G ») ;
•
résister à la température des fumées à la buse de l’appareil
déclarée par le fabricant.
Les composants sont emboîtés dans la partie mâle du conduit d’évacuation des produits de combustion vers le bas.
La section intérieure et la forme du conduit d’évacuation des fumées
doivent être de diamètre hydraulique équivalent sur toute sa hauteur.
Les températures de surface du conduit ne doivent pas dépasser 50°C
en volume habitable et 80°C en volume non habitable. En volume
habitable, le conduit doit être protégé de tout risque de choc (protection mécanique). L’interposition d’un coffrage ventilé peut permettre
de répondre à cette exigence.
Le coffrage du conduit est possible à condition :
•
de respecter les distances de sécurité vis-à-vis des matériaux
combustibles ;
•
d’être ventilé en permanence par des ouvertures hautes et
basses de superficie supérieure ou égale à 20 cm² unitaire et
disposées de façon à balayer l’intégralité de l’espace annulaire.
!
Le professionnel doit se reporter aux spécifications du système mis en place pour connaitre les ventilations minimales demandées par le fabricant.
Si le coffrage mis en œuvre ne respecte pas les distances de sécurité,
il est réalisé en intégralité avec des matériaux de classement à la réaction au feu A1 ou A2s1d0.
Aucune jonction de composants de conduit ne doit se faire dans
l’épaisseur des parois traversées (mur, plafond…).
Rénovation
Le débouché du système d’évacuation des produits de combustion
doit être composé d’un terminal vertical pour un débouché en zones 1
et 2 ou d’un terminal horizontal pour un débouché en zone 3. Le terminal, horizontal ou vertical fait partie intégrante du système d’évacuation des produits de combustion.
68
Les distances de sécurité du système d’évacuation des produits de combustion par rapport aux matériaux combustibles doivent être, au minimum, conformes aux spécifications du fabricant.
10.4. • Raccordement à l’appareil
au système d’évacuation des produits
de combustion
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
La distance de sécurité du système d’évacuation des produits
de combustion doit être respectée sur les 3 dimensions.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
!
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Lorsque le raccordement se fait à l’horizontal, configuration généralement courante dans le cas de poêles à granulés de bois, le raccordement s’effectue par la mise en place d’un té à 90° avec tampon
démontable pour effectuer les opérations de ramonage. Si le té est à
proximité immédiate du sol et empêche toute manipulation par le bas,
une trappe latérale est intégrée au té ou sur une pièce intermédiaire.
Commentaire
Le raccordement sur l’appareil se fait via un adaptateur fourni par le fabricant.
10.5. • Terminal vertical – Zone 2
s Figure 43 : Zone d’interdiction par rapport à une fenêtre de toit ou à une entrée d’air
Rénovation
L’orifice d’évacuation des produits de combustion du terminal ne doit
pas être situé dans une zone comprise entre le bord inférieur de la toiture et 0,5 m au-dessus de tout ouvrant ou entrée d’air et latéralement
à moins de 2 m.
69
PROFESSIONNELS
Ouvrants ou
entrées d’air
0,5m
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
2m
2m
Zone de débouché
non autorisée
s Figure 44 : Zone d’interdiction par rapport à un ouvrant en toiture
Lorsque le terminal est face à un ouvrant ou à une entrée d’air de la
même habitation, une distance minimale de 4 m doit être respectée
(Figure 45). En l’absence d’ouvrant et d’entrée d’air, près d’un mur adjacent de l’habitation la distance est réduite à 1 m.
Rénovation
La distance entre l’orifice d’évacuation des produits de combustion du
terminal vertical et une limite de propriété doit être supérieure à 3 m
(Figure 46).
70
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
Débouché
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
d
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
d>4m
d > 1m en l’absence d’ouvrant ou d’entrée d’air
s Figure 45 : Distance à un pignon de la même habitation, comportant un ouvrant ou une entrée d’air
Habitation voisine
d
Débouché
d > 3m par rapport à la limite de propriété
d > 6m par rapport à une habitation voisine
avec entrée d’air ou ouvrant en façade
d > 6m par rapport à la limite de propriété en
l’absence d’habitation voisine
Rénovation
s Figure 46 : Distance à la limite de propriété et à une habitation voisine
71
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
10.6. • Terminal horizontal – Zone 3
!
Pour une meilleure diffusion des produits de combustion,
il est recommandé de favoriser une configuration avec un
terminal vertical en toiture.
L’orifice d’évacuation des produits de combustion du terminal doit
être situé à une hauteur supérieure à 2 m du sol. L’extrémité du terminal doit dépasser de la façade de 40 cm (Figure 47). En outre, la hauteur
du conduit intérieur ne peut pas être inférieure à la valeur donnée par
le fabricant dans l’avis technique.
> 40 cm
> 2m
Rénovation
s Figure 47 : Extrémité du terminal en façade par rapport au sol extérieur et débordement minimal par
rapport à la façade
72
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 48 : Extrémité du terminal en façade par rapport au sol extérieur et débordement minimal par
rapport à la façade (vue 3D)
Le fabricant de l’appareil peut demander une hauteur minimale de conduit différente de façon à pouvoir s’assurer que le conduit ait un tirage suffisant, sans toutefois être inférieure à 2 m. Le professionnel doit se conformer aux prescriptions
de la notice de l’appareil.
Le point de débouché du terminal doit également respecter la zone
d’interdiction par rapport au débord du toit définie dans la (Figure 49).
Rénovation
Commentaire
73
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
d
PROGRAMME
d
s Figure 49 : Zone d’interdiction par rapport à un débord de toit
Le point de débouché du terminal ne doit pas être situé :
•
dans une zone comprise entre le sol et 0,5 m au-dessus de tout
ouvrant et entrée d’air (lorsque l’ouvrant ou l’entrée d’air sont
situés dans le plan de la façade ou en toiture à moins de 1 m de
la verticale de la façade) ;
•
latéralement à moins de 2 m de tout ouvrant ou entrée d’air.
0,5m
Rénovation
2m
74
2m
2m
Niveau du sol
s Figure 50 : Zone d’interdiction par rapport au sol et à un ouvrant en façade
2m
2m
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
<1m
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Ouvrant ou entrée
d’air à proximité du
débord de toiture
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 51 : Zone d’interdiction par rapport au sol et à un ouvrant en toiture
Le point de débouché du terminal ne doit pas être situé à moins d’1 m
d’un angle rentrant comme représenté sur la (Figure 52).
1m
s Figure 52 : Zone d’interdiction par rapport à un angle rentrant
Rénovation
1m
75
PROFESSIONNELS
Le terminal horizontal ne doit pas déboucher à moins de 3 m de tout
obstacle (mur, haie…), de toute limite de propriété et de toute habitation voisine ne comporte pas d’ouvrant ou d’entrée d’air faisant face
au terminal de sortie des fumées.
Cette distance est portée à 6 m dans le cas où il n’y a pas d’habitation
voisine ou si l’habitation voisine possède un ouvrant ou une entrée
d’air faisant face au terminal de sortie des fumées, voir (Figure 53).
Rénovation
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
76
s Figure 53 : Zone d’interdiction par rapport à un obstacle, une limite de propriété ou une habitation
voisine
10.7. • Système en situation extérieure
au bâtiment
Le montage du système à l’extérieur du bâtiment est réalisé uniquement à l’aide de conduits isolés avec une résistance thermique minimale de 0,4 m²/K.W de façon à éviter toute condensation dans le
système.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Le terminal horizontal ne doit pas déboucher dans une cour fermée.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Le terminal horizontal ne doit pas déboucher sur une circulation extérieure hors de la propriété privée.
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Pour les systèmes pouvant être installés à l’extérieur du bâtiment,
les conditions d’installation sont précisées dans les spécifications du
fabricant du système d’évacuation des produits de combustion.
Une protection mécanique doit être installée si une partie du conduit
est exposée au risque de choc.
Le système d’évacuation des produits de combustion doit résister à
l’action des vents pour se faire il y a lieu de respecter les préconisations du fabricant sur la mise en place de supports et autres dispositifs prévus par le système.
!
En situation extérieur du conduit au bâtiment, le conduit
doit être un conduit isolé.
10.8. • Réutilisation d’un conduit existant
Avant toute opération, il y a lieu de procéder à une vérification du
conduit existant selon les dispositions de la norme NF DTU 24.1 P1
annexe C.
La position du débouché du conduit existant doit respecter les préconisations vues au chapitre 10.2 (cf 10.2) et comporter un terminal
vertical.
!
Le professionnel doit se conformer aux préconisations de la
notice du fabricant (préconisations d’installation, éléments
d’adaptation parties intégrantes du système d’évacuation
des produits de combustion).
Rénovation
Le terminal assurant l’évacuation des produits de combustion se
trouve en zones 1 ou 2.
77
PROFESSIONNELS
Rénovation
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
78
s Figure 54 : Illustration de la réutilisation d’un conduit existant avec un système d’évacuation des
produits de combustion
s Figure 55 : Illustration de la réutilisation d’un conduit existant avec un système d’évacuation des
produits de combustion
PROFESSIONNELS
Rénovation
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
79
Traversées isolées
et étanches de plancher
et de mur
11
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Les traversées de parois peuvent être rendues étanches pour éviter
toute infiltration d’air. Des précautions sont prises vis-à-vis des ponts
thermiques et des distances de sécurité entre la paroi extérieure du
conduit de fumée et les matériaux risquant de s’enflammer (non classées A1 ou A2s1d0). Des joints sont mis en œuvre au niveau de la
réservation dans le plancher.
La mise en œuvre d’un pare-vapeur doit respecter les distances de
sécurité vis-à-vis du conduit de fumée.
!
Les traversées de parois sont réalisées en utilisant des systèmes sous Avis Technique. Les fabricants proposent des
kits, permettant de répondre aux exigences de réaction au
feu, d’absence de pont thermique, d’étanchéité à l’air, de
résistance au feu de cheminée et de compatibilité avec les
composants de l’ouvrage de fumisterie (conformément à
l’amendement A2 de la norme NF DTU 24.1).
Rénovation
Le professionnel doit se conformer aux prescriptions des
Avis Techniques. Par exemple, les coffrages mis en place au
dernier étage avant le dispositif doivent faire l’objet d’une
ventilation naturelle plus importante pour éviter tout piège
à calorie (se référer aux prescriptions du fabricant)
80
Lors d’une traversée latérale d’un mur, les mêmes précautions
doivent être prises concernant les distances de sécurité, l’étanchéité à
l’air et aussi l’étanchéité à l’eau concernant la paroi extérieure.
Des exemples sont proposés aux chapitres suivants. Il convient de
se référer aux instructions de mise en œuvre de l’Avis Technique de
chaque produit lors de la mise en œuvre
PROFESSIONNELS
DES
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
11.1. • Exemple de traversée d’une toiture
terrasse (béton)
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Rénovation
s Figure 56 : Exemple de traversée en toiture terrasse
81
PROFESSIONNELS
11.2. • Exemple de traversée des rampants
isolés (ossature bois)
Rénovation
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
82
s Figure 57: Exemple de traversée des rampants
PROFESSIONNELS
DES
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
11.3. • Exemple de traversée d’un plancher
haut isolé (ossature bois)
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Rénovation
s Figure 58 : Exemple de traversée d’un plancher haut isolé
83
PROFESSIONNELS
11.4. • Exemple de traversée d’une paroi
verticale isolée (ossature bois)
Rénovation
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
84
s Figure 59 : Exemple de traversée de conduit de fumée d’une paroi verticale
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
12
PROGRAMME
Amenée d’air comburant
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
L’amenée d’air comburant est indispensable au bon fonctionnement
de l’appareil. En habitat existant, l’amenée d’air peut être prélevée :
•
par orifice dans une paroi donnant sur l’extérieur ou sur une
zone ventilée en permanence sur l’extérieur ;
•
par conduit d’air raccordé à l’appareil donnant sur l’extérieur ou
sur une zone ventilée en permanence sur l’extérieur ;
•
dans l’espace annulaire d’un conduit concentrique ou d’un
conduit de fumée existant tubé ;
•
par l’intermédiaire d’un conduit et d’un terminal indépendant
donnant directement sur l’extérieur et situé en façade.
12.1. • Amenée d’air comburant en présence
de système de ventilation par d’extraction
d’air mécanisée ou à tirage naturel
L’étude de l’interaction entre le système de ventilation et de combustion est nécessaire s’il existe un risque de perturbation de l’appareil
de combustion présent dans la pièce. Cette étude peut s’effectuer à
l’aide de la norme NF EN 13384 par la prise en compte notamment de
la dépression créée par la ventilation mécanique contrôlée.
Rénovation
En présence d’un système d’extraction d’air mécanisée ou d’un appareil fonctionnant en tirage naturel, une attention particulière doit être
portée sur une éventuelle interaction avec le fonctionnement de l’appareil de combustion.
85
PROFESSIONNELS
!
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Le professionnel doit se référer aux Recommandations professionnelles « Les appareils de chauffage divisé à granulés – Conception et dimensionnement ». Elles précisent les
configurations recommandées pour l’amenée d’air comburant en présence d’un système d’extraction d’air mécanisée
ou d’un appareil fonctionnant en tirage naturel.
12.2. • Appareil ouvert : amenée d’air
par orifice dans une paroi
!
L’évacuation des produits de combustion est verticale et la
position de son débouché respecte l’article 18 de l’arrêté du
22 octobre 1969 (cf. 5.2).
L’amenée d’air est prélevée par orifice dans une paroi donnant sur
l’extérieur (Figure 60) ou sur une zone ventilée en permanence sur l’extérieur. L'amenée d'air comburant est permanente.
!
Si l’amenée d'air comburant est directement prélevée sur
l'extérieur, la prise doit, dans la mesure du possible, être
placée face aux vents dominants.
La grille donnant sur l’extérieur doit disposer d’un passage d’air supérieur à 3 mm. Elle est facilement démontable pour effectuer les opérations de nettoyage.
Rénovation
Dans le cas d’une traversée d’un mur disposant de plusieurs cloisons,
toutes les précautions devront être prises pour assurer l’étanchéité de
celui-ci après travaux. L’étanchéité de cette traversée de cloison peut
être obtenue, par exemple, par un conduit scellé dans cette traversée
ou par un façonnage sur place des parois de cette traversée avec du
plâtre ou du béton.
86
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 60 : Arrivée d’air directe par un orifice dans un mur donnant sur l’extérieur
L’ouverture est faite en partie basse à une hauteur comprise entre
20 cm et 60 cm du sol de la pièce et à plus de 30 cm du sol extérieur
pour éviter toute obstruction ultérieure.
!
Le professionnel doit se référer aux Recommandations professionnelles « Les appareils de chauffage divisé à granulés – Conception et dimensionnement ». Elles précisent les
sections libres minimales des amenées d’air à respecter
pour les poêles et les inserts.
L’amenée d’air peut être réalisée par transit dans une zone ne faisant
pas partie du volume habitable (Figure 61). Dans ce cas, la zone de transit (cave ventilée par exemple) est ventilée en permanence sur l’extérieur. Elle est reliée directement à l’extérieur par une ouverture au
moins égale à 200 cm², sans moyen d’obturation.
Rénovation
Le conduit d’air peut également transiter en intégralité dans la zone
de transit (en particulier si des problématiques liées à l’humidité sont
à prévoir).
87
Zone non chauffée et
ventilée en permanence
Mur extérieur
Conduit de
raccordement
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
PROGRAMME
Appareil
Grille de
superficie A1
ou A2 en cm
2
Grille de superficie
> 200 cm 2
Air
> 30 cm
Sol
s Figure 61 : Amenée d’air prélevée par orifice dans une paroi donnant sur une zone ventilée en
permanence sur l’extérieur
L’air comburant peut être prélevé dans un vide sanitaire ventilé (Figure 62).
!
Un vide sanitaire est ventilé si la section totale des ouvertures sur l’extérieur, exprimée en cm², est au moins égale
à 5 fois la surface au sol du vide sanitaire, exprimée en m².
Rénovation
Soit, une surface libre de la grille d’entrée d’air A3 > 5 x SVS
en cm² avec SVS la surface au sol du vide sanitaire en m²
(avec un minimum de 200 cm²).
88
s Figure 62 : Amenée d’air prélevée par orifice dans une paroi donnant sur un vide sanitaire, ventilé en
permanence sur l’extérieur
L’évacuation des produits de combustion est verticale et la
position de son débouché respecte l’article 18 de l’arrêté du
22 octobre 1969 (cf. 5.2).
L’amenée d’air comburant alimente directement, par conduit, le foyer
de l’appareil. Le conduit donne directement sur l’extérieur (Figure 63) ou
sur une zone ventilée en permanence sur l’extérieur (Figure 64).
!
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
!
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
12.3. • Appareil à raccordement direct :
amenée d’air par conduit raccordé
à l’appareil
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Si l’amenée d'air comburant est directement prélevée sur
l'extérieur, la prise doit, dans la mesure du possible, être
placée face aux vents dominants.
La grille de protection de la prise d’air donnant sur l’extérieur doit
disposer d’un passage d’air supérieur à 3 mm. Elle est facilement
démontable pour effectuer les opérations de nettoyage.
Le conduit raccordé à l’appareil est conçu en matériau A1 ou A2s1d0.
Il est également facilement démontable pour effectuer les opérations
de nettoyage.
L’ouverture est faite en partie basse à plus de 30 cm du sol extérieur
pour éviter toute obstruction ultérieure.
Dans le cas d’une traversée d’un mur disposant de plusieurs cloisons,
toutes les précautions devront être prises pour assurer l’étanchéité de
celui-ci après travaux.
Il y a lieu de se reporter à la notice du fabricant pour connaitre les préconisations d’installation telles que diamètres minimums à respecter,
longueur et nombre autorisé de dévoiements. Le constructeur peut
proposer des diamètres et des longueurs minimaux à respecter. Le
conduit assurant l’amenée d’air peut donner sur une zone, ventilée en
permanence, ne faisant pas partie du volume habitable (cave ou vide
sanitaire ventilés notamment). Dans ce cas, les dispositions sont identiques à celles vues au chapitre 12.2 (cf. 12.2).
Commentaire
Le conduit d’air peut passer en intégralité dans la zone de transit (en particulier si
des problématiques liées à l’humidité sont à prévoir).
Rénovation
Lors de la traversée latérale d’un mur, les mêmes précautions doivent
être prises concernant l’étanchéité à l’air et aussi l’étanchéité à l’eau
pour la paroi extérieure. Des membranes d’étanchéité en matériaux
polymères (EPDM) peuvent être utilisées à cet effet.
89
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 63 : Amenée d’air par conduit raccordé à l’appareil et donnant directement sur l’extérieur
Rénovation
s Figure 64 : Amenée d’air par conduit raccordé à l’appareil et donnant sur un vide sanitaire ventilé en
permanence sur l’extérieur
90
Le terminal du système d’évacuation des produits de combustion se situe en Zone 1, 2 ou 3. L’air comburant provient
exclusivement de l’extérieur.
12.4.1. • Terminaux concentriques
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
!
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
12.4. • Appareil à circuit de combustion
étanche : amenée d’air directe prélevée
sur l’extérieur par l’intermédiaire
de terminaux concentriques ou séparés
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Dans le cas d’une création de conduit (vertical ou horizontal) avec montage en situation intérieure, l’air comburant est prélevé dans l’espace
annulaire situé entre deux conduits concentriques (Figure 4) et (Figure 5).
Le conduit intérieur assure l'évacuation des produits de combustion
tandis que le conduit extérieur assure l'amenée d'air comburant. Le
terminal concentrique est utilisé pour réaliser l’évacuation des produits de combustion et la prise d’air comburant. Il peut être vertical
(Zone 1 ou 2) ou horizontal (Zone 3).
!
Le diamètre minimum du conduit extérieur du conduit
concentrique est conforme aux prescriptions figurant dans
l’Avis Technique ou le DTA et la notice du poêle à granulés.
!
Attention à la section minimale du conduit existant pour
l’amenée d’air dans l’espace annulaire. Pour une configuration concentrique verticale avec réutilisation d’un conduit
de fumée existant, le conduit de fumée individuel doit avoir
une section intérieure minimale adaptée au diamètre nominal du conduit d’évacuation des produits de combustion et
à la section d’amenée d’air comburant nécessaire. A défaut
de dispositions spécifiques dans la notice de l’appareil,
cette section minimale est conforme aux prescriptions de
l’Avis Technique ou DTA du système individuel d’évacuation
des produits de combustion et d’amenée d’air comburant.
Rénovation
Dans le cas d’une réutilisation d’un conduit de fumée existant
(maçonné ou métallique), l’air comburant est prélevé dans l’espace
annulaire situé entre le conduit de fumée existant et son tubage.
Le conduit de fumée existant est utilisé pour le passage du conduit
d’évacuation des produits de combustion en utilisant l’espace annulaire pour l’amenée d’air comburant. Un terminal concentrique vertical (Zone 1 ou 2) est utilisé pour réaliser l’évacuation des produits de
combustion et la prise d’air comburant.
91
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Commentaire
Une grille permettant l’entrée d’air comburant (en partie haute ou basse du
conduit de fumée) peut également être disposée sur le conduit existant. Sa position et sa section de passage minimale sont conforment aux prescriptions de
l’Avis Technique ou DTA du système individuel d’évacuation des produits de combustion et d’amenée d’air comburant.
Le conduit raccordé au poêle est conçu en matériau A1 ou A2s1d0. Il
est facilement démontable pour effectuer les opérations de nettoyage.
La mise en œuvre de l’étanchéité du conduit doit être soignée et l’utilisation de connexions à membrane et de joints doit être privilégiée.
Le raccordement au système d’évacuation des produits de combustion s’effectue par la mise en place d’un composant spécifique fourni
par le fabricant du système.
12.4.2. • Terminaux séparés
!
Une configuration avec terminaux séparés est interdite en
Zone 3.
Une configuration d’installation dissociée (terminal indépendant d’amenée d’air en façade) doit être autorisée par
le fabricant de l’appareil. Le professionnel doit se reporter
aux prescriptions indiquées dans la notice de pose.
L’appareil à granulés est équipé d’un conduit prélevant l’air comburant au travers d’un terminal d’amenée d’air situé en façade du bâtiment. L’évacuation des produits de combustion est réalisée :
•
dans le cas d’une création de conduit vertical, par un conduit
isolé (montage en situation extérieure ou intérieure) ou par un
conduit concentrique (montage en situation intérieure) ;
•
dans le cas d’une réutilisation d’un conduit de fumée existant,
par le conduit de fumée existant tubé ;
Le terminal d’amenée d’air comburant est protégé efficacement contre
toute intervention extérieure susceptible de nuire au fonctionnement
normal de l’appareil à granulés. Dans tous les cas, la prise d’air comburant doit rester libre et dégagée.
Rénovation
La grille de protection de la prise d’air donnant sur l’extérieur doit
disposer d’un passage d’air supérieur à 3 mm. Elle est facilement
démontable pour effectuer les opérations de nettoyage.
92
Le conduit raccordé à l’appareil est conçu en matériau A1 ou A2s1d0.
Il est également facilement démontable pour effectuer les opérations
de nettoyage.
Il y a lieu de se reporter à la notice du fabricant pour connaitre les préconisations d’installation telles que diamètres minimums à respecter,
longueur et nombre autorisé de dévoiements. Le constructeur peut
proposer des diamètres et des longueurs minimaux à respecter.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Lors de la traversée latérale d’un mur, les mêmes précautions doivent
être prises concernant l’étanchéité à l’air et aussi l’étanchéité à l’eau
pour la paroi extérieure. Des membranes d’étanchéité en matériaux
polymères (EPDM) peuvent être utilisées à cet effet.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Dans le cas d’une traversée d’un mur disposant de plusieurs cloisons,
toutes les précautions devront être prises pour assurer l’étanchéité de
celui-ci après travaux.
PROGRAMME
L’ouverture est faite en partie basse à plus de 30 cm du sol extérieur
pour éviter toute obstruction ultérieure.
Rénovation
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
93
PROFESSIONNELS
Raccordement de l’appareil
bouilleur au circuit
de chauffage ou d’eau chaude
sanitaire
13
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
13.1. • Ballon d’hydroaccumulation
Une réserve d’eau chaude primaire peut être mise en œuvre entre
l’appareil à granulés et le circuit de distribution. On parle d’hydroaccumulation. Cette réserve d’eau stocke, au moins en partie, l’énergie
produite par l’appareil à granulés. L’énergie ainsi stockée est restituée
au chauffage (et éventuellement à l’eau chaude sanitaire) quand l’appareil est arrêté. Le ballon d’hydroaccumulation sert de découplage
hydraulique entre le réseau de production (l’appareil à granulés) et
le réseau de distribution. Il est possible de réaliser une relève ou un
appoint par une chaudière complémentaire raccordée dans le ballon
d’hydroaccumulation.
Commentaire
La mise en œuvre d’un ballon d’hydroaccumulation est recommandée. Il permet
un fonctionnement de l’installation optimal en mi-saison, lorsque le réseau de
distribution est peu utilisé. L’appareil peut alors fonctionner sur sa partie « air »
plus longtemps sans risquer de se mettre intempestivement en « arrêt » lorsqu’il
atteint prématurément sa consigne sur l’eau.
Le dispositif de stockage est situé dans un local fermé et en zone hors
gel.
Rénovation
La résistance mécanique des éléments porteurs recevant le(s)
ballon(s) de stockage doit être suffisante pour supporter la charge. Il
est conseillé de prévoir une plaque de la dimension du ballon permettant une meilleur répartition du poids sur le plancher.
94
Le ballon doit être suffisamment éloigné des murs (20 à 30 cm) afin de
permettre les raccordements, le passage des canalisations ainsi que
les opérations d’entretien et de maintenance. Il est placé à la verticale.
La mesure basculante indique la hauteur nécessaire pour passer le
ballon de stockage de la position couchée à verticale.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Comme vu (Figure 65), la concordance entre la hauteur sous plafond et la
longueur de la diagonale du ballon est à vérifier afin de permettre le
redressement du réservoir lors de sa mise en place.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
L’encombrement du ballon doit être pris en compte notamment pour
les passages de portes ou éventuels escaliers. La hauteur sous plafond du local doit être 20 à 30 cm supérieure à la hauteur du ballon
mis en œuvre, permettant ainsi un accès aux éléments situés sur le
dessus (système de dégazage notamment).
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 65 : Contrôle de la diagonale du ballon de stockage
13.1.1. • Raccordements du ballon
d’hydroaccumulation
Le ballon d’hydroaccumulation se place en dérivation entre l’appareil
à granulés et le circuit de chauffage. Le ballon d’hydroaccumulation
peut être à 2 ou 4 piquages.
Rénovation
Une configuration à 4 piquages est illustrée (Figure 66). Le ballon d’hydroaccumulation est raccordé au réseau primaire de production en
vis-à-vis du réseau secondaire de distribution. Cette solution implique
de toujours traverser le ballon d’hydroaccumulation pour alimenter
les émetteurs. Le ballon assure le stockage des boues en point bas
(pots à boues).
95
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Départ de
l’appareil à
bouilleur
n o1
PROGRAMME
n o2
Retour vers
l’appareil à
bouilleur
n o3
n o5
n o6
Départ vers le
réseau de
distribution de
chauffage
n o7
Retour depuis le
réseau de
distribution
n o4
n o8
s Figure 66 : Raccordement du ballon d’hydroaccumulation à quatre piquages
Une configuration à 2 piquages est illustrée (Figure 67). La chaleur produite par l’appareil est directement utilisée et transmise au réseau
secondaire.
Rénovation
!
96
Pour limiter au maximum l’interaction entre les deux
réseaux et assurer le découplage hydraulique, il convient de
limiter la distance de piquage du té vers le ballon et d’augmenter le diamètre de la canalisation en ce point.
n o1
n o2
Retour vers
l’appareil à
bouilleur
n o3
n o4
n o5
Départ vers le
réseau de
distribution de
chauffage
n o6
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
Départ de
l’appareil à
bouilleur
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
Té avec
distance limitée
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
n o7
n o8
Retour depuis le
réseau de
distribution
s Figure 67 : Raccordement du ballon d’hydroaccumulation à deux piquages
s Figure 68 : Raccordement d’une chaudière d’appoint sur un ballon d’hydroaccumulation à quatre
piquages
Rénovation
Dans le cas d’une installation avec chaudière d’appoint, les solutions
de raccordement (Figure 68) et (Figure 69) peuvent être proposées.
97
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 69 : Raccordement d’une chaudière d’appoint sur un ballon d’hydroaccumulation à deux
piquages
13.1.2. • Isolation du ballon
d’hydroaccumulation
Les dispositifs de stockage sont calorifugés, y compris la trappe de
visite éventuelle et l’ensemble des piquages. La (Figure 70) donne, à titre
d’exemple, les épaisseurs d’isolant recommandées.
Emplacement / Usage
Volume chauffé
Volume non chauffé (hors gel)
Utilisation pour la production d’ECS
Isolation conseillée
50 mm de laine minérale
100 mm de laine minérale
s Figure 70 : Épaisseurs recommandées d’isolant du ballon d’hydroaccumulation (conductivité de 0,04
W/(m.K))
Les supports de pose du stockage doivent être isolés du sol (patins,
supports en matériaux conducteurs,…). Les raccordements connectés
et les bouchons dans le cas où ils ne sont pas utilisés doivent être
isolés.
Rénovation
Une isolation de qualité doit être mise en œuvre avec beaucoup de
soin. L’ensemble de la jaquette isolante doit répondre à des conditions
spécifiques :
98
•
l’épaisseur de l’isolant doit tenir compte de la surface des parois
et être au minimum de 10 cm ;
•
toutes les surfaces doivent être isolées des parties verticales en
passant par le dessous et le dessus ;
•
l’isolation doit être bien ajustée lors de la pose ;
Toutes les étanchéités nécessaires pour les raccordements hydrauliques sont faites avec soin pour éviter les fuites, surtout les suintements, qui peuvent détériorer la qualité thermique de l’isolant très rapidement. Un ballon surélevé par une dalle béton est ainsi à l’abri des
remontées d’humidité dans son isolant en cas de fuite dans le local.
13.2. • Éléments de sécurité de l’appareil
à bouilleur
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
tous les raccords, les piquages, les trappes et autres accessoires
doivent être parfaitement pris en considération, y compris les
parties non utilisées.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
•
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Le système de chauffage est conçu et sécurisé conformément à la
norme NF DTU 65.11.
13.2.1. • Asservissement du circulateur d’eau
chaude à la température du bouilleur
Pour permettre une montée en température plus rapide du bouilleur
et éviter l’apparition de condensation, le circulateur est asservi pour
fonctionner à partir d’une température comprise entre 50 à 60 °C. La
sonde est positionnée en sortie du circuit du bouilleur dans un doigt
de gant (ou au contact de la tuyauterie). De la pâte thermique est
nécessaire pour assurer une bonne représentativité de la mesure. Les
sondes, le régulateur et le circulateur sont généralement déjà intégrés
à l’appareil dans le cas d’appareil à granulés.
Dans le cas où le réseau de distribution dispose également d’un circulateur, ce dernier doit également être asservi pour dissiper la chaleur
produite par le bouilleur en toute circonstance.
13.2.2. • Vanne mélangeuse anti-retour froid
Pour éviter la condensation humide et acide dans l’appareil bouilleur,
la température de retour d’eau doit être supérieure au point de rosée
des fumées bois : il est impératif d’assurer des retours chauds à l’appareil (supérieurs à 60°C) en installant une vanne à trois voies thermostatique (Figure 71). Ce système peut également être électromécanique.
!
Le dispositif anti-retour froid peut être directement intégré
dans l’appareil (bipasse ou vanne de mélange) avec un circulateur intégré. Il convient de se référer aux prescriptions
du fabricant et à sa condition de garantie.
Rénovation
La voie commune de la vanne trois voies est installée à l’aspiration du
circulateur.
99
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 71 : Exemple de dispositif anti retour froid par vanne à trois voies
13.2.3. • Autres prescriptions
Conformément à la NF DTU 65.11, le circuit hydraulique équipé d’un
bouilleur dispose :
•
d’un robinet de vidange au point bas ;
•
d’un manomètre gradué en bar ;
•
de deux thermomètres gradués en degré Celsius en entrée et en
sortie de l’appareil.
L’installation de chauffage doit être équipée de dispositifs capables de
remplir l’installation et d’ajuster le niveau d’eau.
13.3. • Circuit hydraulique du réseau
de chauffage
Rénovation
!
100
Certains appareils équipés d’un bouilleur ne sont pas prévus pour être installés sur une installation « équipée d’un
vase fermé. Les appareils sont conçus selon la norme NF
EN 14785.
•
la membrane ou la vessie se trouve soumise aux températures
les plus faibles de l’installation ;
•
le vase est sensiblement à la même hauteur donc à une pression
proche de celle des soupapes de sécurité en sortie du bouilleur.
Il est recommandé de placer le vase en amont du circulateur afin de
maintenir l’ensemble du réseau en surpression pour éviter les infiltrations d’air, notamment au niveau des purgeurs.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Le vase d’expansion est conforme à la norme NF EN 13851. Il est raccordé sur le retour du circuit de chauffage, en entrée du bouilleur. A
cet endroit :
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
13.3.1. • Vase d’expansion fermé
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Un robinet d’isolement et un robinet de purge sont installés pour les
besoins de la maintenance (contrôle de la pression de gonflage). Le
robinet d’isolement doit être verrouillable ou, à défaut, son volant ou
levier de manœuvre doit être retiré en dehors des interventions.
Lors de l’opération de rinçage de l’installation neuve, le robinet d’isolement doit être fermé afin de ne pas introduire de résidus dans le vase.
Il est recommandé de laisser un espace suffisant :
•
sous le vase à membrane pour le contrôle de la pression de
gonflage ;
•
au-dessus du vase à vessie pour permettre le remplacement de
celui-ci.
Le vase d’expansion et sa canalisation de raccordement au circuit
ne doivent pas être calorifugés. Une certaine longueur de tuyauterie
après piquage est prévue pour limiter l’échauffement de celui-ci.
Les déplacements d’eau dans le vase, au gré des variations de la pression, peuvent entraîner des dépôts de boues dans le vase. La disposition du conduit de raccordement ne doit pas favoriser ces dépôts.
La pression de remplissage de l’installation est généralement supérieure d’environ 0,2 bar à la pression de gonflage du vase.
13.3.2. • Soupape de sécurité
La soupape de sécurité est dimensionnée pour répondre à la pression
totale développée dans l’installation à proximité du générateur. Elle
doit s’ouvrir à une pression correspondant à la pression maximale
d’utilisation de l’installation et doit pouvoir empêcher tout dépassement de cette pression supérieur à 10%.
Rénovation
La soupape de sécurité de surpression est obligatoire pour ce type
d’installation en réseau d’eau fermé. Si l’appareil à bouilleur n’est pas
équipé d’usine d’une soupape de sécurité, cet élément doit être installé. La soupape est conforme à la norme NF P 52-001.
101
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
En général les soupapes sont tarées à 3 bar. Attention toutefois à vérifier si cette pression est la pression maximale d’utilisation du bouilleur précisée par le fabricant.
!
Le montage de la soupape est fait à un endroit accessible.
Son raccordement s’effectue à proximité immédiate sur
le départ de l’appareil. Aucun dispositif d’isolement n’est
prévu entre la soupape et l’appareil muni d’un bouilleur.
La conduite de raccordement de la soupape au circuit de chauffage
doit être réalisée de manière à ce que sa perte de charge n’excède pas
3% de la pression de tarage de la soupape de sécurité.
Cette conduite doit être la plus courte possible. Son diamètre ne doit
pas être inférieur au diamètre nominal d’entrée de la soupape de
sécurité.
La soupape doit pouvoir décharger en toute sécurité de sorte à ne
mettre aucune personne en danger et ne pas porter dommage à son
environnement. Dans le cas d’une soupape à échappement canalisable, une tuyauterie de refoulement est réalisée, à l’abri de tout choc
mécanique et avec une perte de charge la plus faible possible. Le diamètre de refoulement est, au minimum, celui de la sortie d’échappement de la soupape de sécurité. La perte de charge de la conduite de
refoulement ne doit pas dépasser 10% de la pression de tarage de la
soupape de sécurité. Cette tuyauterie peut déboucher vers les égouts
ou dans un récipient prévu pour récolter le liquide échappé ;
Dans les autres cas, des dispositifs adaptés doivent être installés en
conséquence.
13.4. • Circulateur et robinet de réglage
Sauf spécifications contraires du fabricant, la mise en œuvre d’une
pompe de circulation peut être réalisée sur des tuyauteries verticales
ou horizontales. L’axe moteur doit toujours rester horizontal.
Il est recommandé d’installer le circulateur et le robinet de réglage
(Figure 72) en amont du bouilleur pour éviter des surchauffes de celui-ci
et une usure prématurée.
Rénovation
Le fonctionnement du circulateur est asservi à la température d’eau
en sortie du bouilleur, permettant une montée plus rapide en température de ce dernier.
102
Vanne
d’équilibrage
Circulateur
Vase
d’expansion
s Figure 72 : Positions du circulateur et du robinet de réglage
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
Appareil
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Le robinet de réglage peut être à mesure de débit avec prises de pression intégrées, ou avec indication visuel du débit.
Afin d’éviter tout risque éventuel de cavitation, le robinet de réglage
est placé du côté du refoulement du circulateur
s Figure 73 : Exemples de robinets de réglage du débit
Il convient de respecter les préconisations du constructeur pour le
montage du robinet de réglage tels que le sens de circulation du fluide
et les longueurs droites à respecter en amont et aval.
s Figure 74 : Exemples de préconisations pour le montage de robinets de réglage
A défaut, il peut être prévu des prises de pression permettant de
mesurer la hauteur manométrique du circulateur.
L’arrêté du 30 novembre 2005 a modifié l’article 36 de l’arrêté du
23 juin 1978 afin de prévenir les risques liés aux légionelles et les
risques liés aux brûlures dans les installations fixes destinées à l'alimentation en eau chaude sanitaire des bâtiments d'habitation, des
locaux de travail ou locaux recevant du public.
Rénovation
13.5. • Circuit hydraulique de production
et distribution d’eau chaude sanitaire
103
PROFESSIONNELS
•
de 50°C dans les pièces destinées à la toilette ;
•
de 60°C dans les autres pièces.
Rénovation
PROGRAMME
DES
Ce dernier impose notamment une température maximale aux points
de puisage :
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
104
!
Un dispositif de limitation de température doit donc être
placé en sortie de production d’ECS car la température de
production est susceptible de dépasser 60°C lors de l’utilisation de l’appareil à bouilleur à granulés.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
14
PROGRAMME
Raccordements électriques
et régulation
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
14.1. • Raccordements électriques
Les travaux d’électricité doivent être effectués par des personnes
habilitées ayant les connaissances suffisantes :
•
pour les travaux hors tension : exécutant électricien (habilitation
B1) ;
•
pour les travaux en Basse Tension : chargé d’intervention (habilitation BR).
Commentaire
L’exécutant électricien (habilitation B1) travaille en équipe sous la direction
d’un chargé de travaux (habilitation B2 et/ou H2) ou d’un chargé d’interventions
(habilitation BR).
Le chargé d’intervention BR peut travailler seul ou peut diriger des personnes
habilitées B1 et éventuellement d’autres BR.
Le branchement et les raccordements électriques doivent être réalisés
à partir des spécifications exigées par le constructeur et des exigences
de la norme NF C 15100.
La norme mentionne par exemple que « toutes les masses doivent
être reliées à un conducteur de protection selon les conditions particulières des divers schémas des liaisons à la terre (TT, TN, IT) ».
Rénovation
Une protection différentielle de 30 mA est obligatoire. Un circuit divisionnaire est réservé à l’installation électrique des éléments du réseau
de chauffage.
105
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
14.2. • Régulation
14.2.1. • Sonde de température d’eau
Il s’agit en particulier de la sonde utilisée en sortie d’eau chaude du
bouilleur pour piloter la mise en marche et l’arrêt du circulateur du
réseau primaire. Les sondes de température d’eau se présentent sous
les formes suivantes :
•
sondes d’applique ;
•
sondes à plongeur montées directement ou dans un doigt de
gant.
s Figure 75 : Différents types de sonde de mesure de température d’eau
Emplacement
La sonde de température du bouilleur est placée soit dans un doigt de
gant prévu par le fabricant soit en sortie immédiate au contact de la
tuyauterie de départ.
La sonde servant à la régulation d’une vanne à trois voies est éloignée
des points où la température dans la tuyauterie risque de ne pas être
homogène : en sortie d’un ballon qui peut être stratifié et en particulier en aval d’un mélange.
Dans le cas d’une vanne à trois voies de mélange, il faut placer la sonde
après le circulateur pour bénéficier de son effet de brassage, le circulateur étant disposé le plus près possible de la vanne de régulation.
Rénovation
Pour un temps de réponse correct, une distance maximale de 3 m
entre la sonde et la vanne est recommandée.
106
s Figure 76 : Montage de la sonde de température d’eau en cas de mélange en amont
Pose de la sonde d’applique
Elle s’installe sur la partie supérieure d’une tuyauterie horizontale.
L’opération se déroule selon les étapes suivantes :
•
nettoyer et poncer la tuyauterie pour éliminer la couche de
rouille ou de peinture ;
•
étendre une couche de pâte conductrice sur la tuyauterie à l’endroit où est prévu le contact avec la partie sensible de la sonde ;
•
mettre en place la sonde en serrant correctement le collier afin
d’assurer le contact entre la partie sensible et la tuyauterie ;
•
isoler la sonde avec la tuyauterie.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Après un mélange d’eau à des températures différentes, il s’établit une stratification des filets d’eau chaude et des filets d’eau froide. Le mélange est effectif après
une longueur droite suffisante ou bien après un coude vertical.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Commentaire
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 77 : Exemple de pose d’une sonde d’applique
Commentaire
Le soin apporté lors de la pose de la sonde d’applique permet de garantir une
mesure satisfaisante, c'est-à-dire représentative et rapide. Il s’agit de minimiser
le temps de réponse et de minimiser les écarts de température entre le fluide et
le détecteur.
Pose de la sonde à plongeur
•
soit sur une tuyauterie droite, la sonde est alors inclinée d’un
angle de 45° à 90° et placée à contre-courant du sens de circulation du fluide. L’extrémité sensible de la sonde doit être localisée au centre de la tuyauterie. Dans le cas de tuyauteries de
faible diamètre, un agrandissement est réalisé ;
•
soit dans un coude. Dans ce cas, la sonde doit être placée au
centre du coude.
Rénovation
Elle s’installe dans les conditions suivantes :
107
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Commentaire
L’installation d’une sonde dans un coude permet d’améliorer la représentativité
de la mesure grâce aux phénomènes de turbulence ainsi que l’implantation de
sondes de longueurs variables.
Le montage d’un manchon à souder dans un coude est plus difficile que sur une
tuyauterie droite.
Lors de l’installation, un espace suffisant d’environ 30 cm est prévu
au-dessus du doigt de gant ou de la sonde afin de permettre leur
introduction et leur retrait aisé.
s Figure 78 : Exemples de pose de sondes à plongeur
14.2.2. • Sonde de température ambiante
Il s’agit d’une sonde de paroi placée dans le local. Elle peut être utilisée pour :
•
mettre en marche le circulateur du réseau secondaire de distribution vers les émetteurs de chaleur (appareil divisé équipé à
granulés en marche ou à l’arrêt) ;
•
piloter les vitesses du ventilateur d’air chaud de l’appareil divisé
à granulés (si équipé) et gérer la modulation de la puissance de
combustion.
Rénovation
Emplacement
108
L’emplacement de la sonde d’ambiance doit être représentatif des
conditions d’ambiance du local. La sonde d’ambiance ne doit pas être
soumise à des influences perturbatrices locales. Elle est placée à environ 1,50 m du sol, à hauteur d’homme.
Dans le cas d’une sonde d’ambiance intégrée à un thermostat
réglable, la hauteur d’implantation doit être comprise entre 0,90 et
1,30 m pour l’accessibilité des personnes à mobilité réduite.
– à proximité des sources de chaleur telles que les radiateurs, lampes murales,
appareils ménagers, le poêle, l’âtre ;
– à proximité des ouvertures telles que les fenêtres, portes donnant sur l’extérieur
ou sur un local non chauffé ;
– aux endroits exposés au soleil ;
– dans les angles, les niches où la circulation de l’air est mauvaise ainsi que dans
certaines zones mal irriguées ;
PROFESSIONNELS
DES
– contre les murs extérieurs ;
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Cet impératif conduit à exclure les emplacements suivants :
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Commentaire
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
– derrière des rideaux ou sous un boîtier non conforme ; à proximité d’un éventuel point humide (lavabo, point d’eau…).
s Figure 79 : Exemple d’emplacement d’une sonde de température ambiante
Pose
s Figure 80 : Exemple de pose et raccordement d’une sonde de température ambiante
Rénovation
La pose d’une sonde de paroi doit être conforme aux préconisations
du constructeur afin d’assurer une bonne ventilation de l’élément
sensible (orientation des fentes du boîtier où est localisé l’élément
sensible).
109
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
Rénovation
110
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
L’étanchéité à l’air sur tout le pourtour du fourreau ainsi qu’à l’intérieur doit être respectée. Un bouchon d’étanchéité est mis en place
entre le câble et le fourreau afin de ne pas perturber la mesure.
Commentaire
Le produit utilisé peut être sous les différentes formes suivantes : mousse
expansive à structure à cellules fermées ou mastic utilisé comme joint.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
15
PROGRAMME
Mise en service et mise
au point
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
La mise en service d’un appareil de chauffage divisé à granulés équipé
ou non d’un bouilleur comporte les phases suivantes :
•
les essais du conduit d’évacuation des produits de combustion ;
•
la mise en eau (si applicable) ;
•
la vérification de l’installation ;
•
les essais de l’appareil en fonctionnement ;
•
les réglages et l’équilibrage hydraulique (si applicable) ;
•
la mise en main de l’installation.
Après chaque phase de la mise en service, les différentes données de
l’installation (produits injectés, pressions d’essais...) sont consignées
si possible sur des fiches d’autocontrôle.
15.1. • Repérage des évacuations
de produits de combustion
Le conduit de fumée (ou le système d’évacuation des produits de
combustion) doit disposer d’une plaque signalétique indiquant les
informations nécessaires à son identification conformément à la
norme NF DTU 24.1 P1 et aux indications « produit » fournis par le
fabricant du matériel.
•
au niveau de l’orifice d’entrée dans le conduit de fumée ou à sa
proximité en partie basse dans les autres cas ;
•
dans les combles ;
•
au niveau du débouché (couronnement).
Un moyen d’écriture indélébile est utilisé.
Rénovation
La plaque signalétique peut être fixée :
111
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Désignation normative des composants de
l’ouvrage (selon NF EN 1443) :
Installateur du conduit :
Coordonnées :
Tel :
Raison sociale :
Txxx A B C D yy
Marque et modèle du fabricant des composants
(dont dimensions) : ____________
Date de l’installation : ____________
Distance par rapport aux matériaux combustibles : ____________ (mm)
« le conduit doit être entretenu selon la règlementation en vigueur, soit à minima deux ramonages
par an dont un pendant la saison de chauffe »
s Figure 81 : Informations minimales obligatoires d’une plaque signalétique d’un conduit de fumée
Commentaire
L’installateur peut utiliser les plaques signalétiques fournies par le fabricant des
conduits de fumée ou bien réaliser sa propre plaque.
Rénovation
La nomenclature de désignation des conduits selon la norme NF EN
1443 est la suivante à partir d’une désignation « standard » : [ Txxx A B
C D yy ].
112
•
Txxx désigne la classe de température (en °C). Elle doit être au
moins égale à la température des fumées à la buse de l’appareil
déclarée par le fabricant.
•
A désigne la classe de pression d’utilisation du conduit.
Usuellement les conduits utilisés en tirage naturel ont une
classe N1 ou N2.
•
B désigne la classe de résistance à la condensation. Elle peut
être de classe « sèche » soit D ou « humide » W. Le dimensionnement du conduit de fumées selon la NF EN 13384-1 permet
de définir la classe de fonctionnement.
•
C désigne la classe de résistance à la corrosion. Ce classement
dépend du type de matériau utilisé. On vérifie que le combustible granulé de bois est indiqué par le fabricant (ou l’indication
combustibles solides).
•
D désigne la classe de résistance au feu de cheminée. Elle doit
obligatoirement être de classe résistant pour les granulés de
bois soit G.
•
yy désigne la distance de sécurité du conduit de fumée (en mm)
maximale entre celle donnée par le fabricant et celle du NF DTU
24.1 ou de l’avis technique.
Dans le cas d’un tubage flexible, celui-ci doit avoir fait l’objet d’un avis technique (document technique d’application
collectif et intégré dans le NF DTU 24.1) et être de type
double peau lisse intérieur. C'est-à-dire disposer de deux
couches superposées d’acier.
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Un conduit de fumée utilisable pour le combustible granulé de bois doit être apte à supporter des températures au
moins égales à celles déclarées par le fabricant à la buse de
l’appareil et être désigné comme résistant au feu de cheminée (classe « G »).
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
!
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Il est recommandé d’émettre une fiche d’identification et de suivi de
l’ouvrage (voir l’annexe G de la norme NF DTU 24.1) pour aider à la
rénovation ultérieure de l’ouvrage et à sa maintenance :
•
les dimensions intérieure et extérieure du conduit ;
•
la hauteur de l’ouvrage ;
•
la faculté à résister au gel (conduit maçonné) ;
•
les nombres et les angles des dévoiements ;
•
la valeur en m².K/W de la résistance thermique.
Le conduit de raccordement ne nécessite pas de plaque signalétique.
15.2. • Mise en eau des installations
équipées de bouilleur
15.2.1. • Nettoyage de l‘installation
Le nettoyage consiste au rinçage de l’installation. Il est effectué à des
vitesses suffisamment élevées pour entraîner les résidus éventuels.
Le nettoyage peut s’effectuer par rinçage à grands débits d’eau ou sous
une double pression d’air et d’eau (nettoyage hydropneumatique).
Afin de prévenir l’embouage du réseau dans le temps, en complément
de l’installation des équipements cités précédemment (dispositifs de
captage de boues, filtres, dispositifs de dégazage, purgeurs d’air…),
un traitement préventif de l’eau de chauffage est préconisé.
Ce traitement doit respecter les recommandations du constructeur de
l’appareil muni d’un bouilleur et tenir compte des matériaux présents
sur l’installation, de la qualité d’eau de ville et des températures de
fonctionnement.
Rénovation
15.2.2. • Remplissage du circuit
113
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
!
En cas d’absence, le client s’engage à maintenir hors gel
son installation. Si nécessaire pour éviter tout risque de
gel (par exemple pour une résidence secondaire), il y a lieu
de protéger l’installation par l’addition d’un antigel si les
matériaux utilisés dans l’installation et en particulier du
bouilleur le permettent.
15.3. • Essais
15.3.1. • Essai et vérification d’étanchéité
du conduit de fumée
L’essai d’étanchéité permet de s’assurer que le conduit est apte à recevoir la fumée et qu’il ne risque pas d’intoxiquer les habitants ou de
propager un incendie. Il s’effectue toujours après un débistrage (opération abimant les parois internes) et également pour valider l’aptitude
à l’emploi d’un conduit. On effectue ce test lors d’une réhabilitation
pour cause de défaut d’étanchéité (suite à un tubage par exemple).
Ce test nécessite deux opérateurs et s’effectue comme indiqué ci-dessous (voir également le NF DTU 24.1 P1) :
•Le premier opérateur initie le tirage dans le conduit (en brulant
du papier journal ou du petit bois par exemple) ;
•Le deuxième opérateur monte en étant assuré sur la souche
muni d’un obturateur à la dimension interne du conduit. ;
•Le premier opérateur place alors au niveau bas du conduit la
cartouche adaptée aux dimensions (section et hauteur du
conduit). L’orifice peut être la trappe de ramonage, le point de
raccordement, etc.… Puis, il allume la cartouche ;
•Le deuxième opérateur bouche le conduit avec l’obturateur dès
que la fumée arrive au débouché ;
•Le premier opérateur bouche à son tour l’orifice où il a introduit
la cartouche ;
•Le conduit est alors complètement fermé et rempli de fumée ;
Rénovation
•On vérifie ensuite qu’il n’existe aucune fuite de fumée sur
toutes les parois externes du conduit (dans le cas d’un conduit
tubé, cette vérification s’effectue au niveau du débouché du
tubage dans l’espace annulaire de ventilation entre le tube et la
maçonnerie).
114
15.3.2. • Essai de combustion de l’appareil
à granulés
Il est souvent nécessaire à la mise en service d’effectuer des mesures
de combustion pour s’assurer du bon fonctionnement du poêle (à
minima du tirage). Les mesures s’effectuent à une distance d’environ
deux diamètres de la buse de l’appareil ou d’un diamètre après le té
comme illustré (Figure 82).
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
L’opération de test d’étanchéité décrite ci-dessous peut également s’effectuer avec
une machine à fumée selon le même procédé. La machine à fumée est recommandée pour les petites sections car elle met les fumées en légère pression ou
pour les conduits en attente au plafond pour lesquels il est plus difficile de mettre
en œuvre une cartouche.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Commentaire
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 82 : Point de mesure de combustion
Le point de mesure de combustion doit être retouchable et étanche
(vis, bouchon…). On effectue à minima la mesure du tirage pour s’assurer du bon fonctionnement de l’appareil.
Dans le cas d’appareil disposant d’un réglage automatique de l’air
de combustion (électronique ou thermostatique), une vérification est
également effectuée sur celle-ci pour plusieurs points de mesures.
Les mesures de dépression sont comparées aux valeurs données par
le fabricant. En général, les dépressions observées (de tirage) sont de
l’ordre de 10 à 25 Pa. La température extérieure influence le tirage, plus
Rénovation
Ces mesures s’effectuent pour différentes positions des amenées d’air
comburant à préciser sur le rapport de mise en service. A minima, on
effectue ces mesures pour une allure nominale de fonctionnement et
une allure minimale de réduit.
115
PROFESSIONNELS
celle-ci est élevée plus le tirage observé est bas. Des essais menés en
période estivale ou à mi-saison présentent donc des valeurs dégradées.
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Commentaire
Une valeur trop faible de tirage indique une problématique pouvant être liée à
un mauvais dimensionnement du conduit de fumée, à un défaut d’amenée d’air
comburant, à la présence d’une extraction mécanisée d’air.
Dans le cas d’un poêle muni d’un modérateur de tirage, on règle
celui-ci pour obtenir une valeur optimale de tirage à allure nominale
du poêle. La valeur optimale est usuellement proche de 12 Pa (valeur
indiquée par le fabricant dans sa notice).
Concernant les appareils équipés de ventilateur d’air chaud dans leur
carénage, une vérification du bon fonctionnement s’impose également selon les modes de régulation proposés par le fabricant (mode
manuel ou automatique). Des mesures de température de l’air chaud
soufflé sont alors à effectuer.
Des mesures optionnelles supplémentaires peuvent être menées (si le
fabricant le demande) concernant :
•
l’excès d’air ;
•
température des fumées ;
•
les teneurs en CO2 et O2 des fumées ;
•
la teneur en CO des fumées ;
•
l’opacimétrie des fumées.
Concernant les appareils équipés de ventilateurs de convection (ventilateurs d’air chaud dans leur carénage) une vérification du bon fonctionnement s’impose également selon les modes de régulation proposés par le fabricant (mode manuel ou automatique). Des mesures
de température de l’air chaud soufflé sont alors à effectuer.
15.3.3. • Réglages de l’appareil
Rénovation
Selon les appareils il est nécessaire de procéder aux différents
réglages de mise en service et notamment :
116
•
les réglages de la dépression dans la chambre de combustion
créée par l’extracteur de fumée aux différentes allures de l’appareil et si nécessaire procéder à leur modification. Les appareils sont munis, à cet effet, de prise de dépression. Ces opérations de réglage sont réservées à l’installateur de l’appareil ;
•
les réglages d’amenée du combustible dans le pot brûleur de
façon à éviter un excès ou bien un manque de granulés de bois
lors de la combustion . Ces opérations de réglage sont réservées à l’installateur de l’appareil. Le réglage s’effectue, en général, par pourcentage, donc une modification sur ce paramètre
entraînera une variation proportionnelle sur toutes les vitesses
de chargement du poêle.
•
la programmation horaire et éventuellement hebdomadaire
(périodes de ralenti, chauffage…) ;
•
le mode de fonctionnement à savoir la mise au ralenti (ou bien
l’arrêt de l’appareil) lorsque la température de consigne de
chauffage est atteinte ;
•
configuration de la télécommande si l’appareil en est équipé.
PROFESSIONNELS
DES
la température ambiante si l’appareil est muni d’un thermostat
d’ambiance (ou un thermostat d’ambiance extérieur raccordé
sur le bornier de commande prévu à cet effet) ;
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
•
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Après la première mise en route il est nécessaire de procéder aux
réglages d’utilisation de l’appareil comme :
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
15.3.4. • Essais sur le circuit d’eau
L’ensemble de l’installation doit être soumis à un essai d’étanchéité.
Les épreuves de pression se font en cours de montage, par réseau ou
tronçon de réseau, avant peinture, calorifugeage et calfeutrement des
brèches.
15.3.5. • Essais sur le bouilleur
Il est nécessaire d’effectuer la mise en route en fonction des exigences
du constructeur et a minima de vérifier les points suivants :
•
vérification d’étalonnage des appareils ;
•
courbes annoncées par les constructeurs à partir des températures entrées et retour, débit (par mesure de différence de pression « ΔP » ou un procédé équivalent) ;
•
bon fonctionnement de l’asservissement de déclenchement du
circulateur en fonction de la température de sortie du bouilleur ;
•
bon fonctionnement du système de retour anti froid au bouilleur (à de retour au bouilleur température supérieure à 55°C) ;
•
bon fonctionnement des sécurités hydrauliques;
•
intensité absorbée ;
•
tension d’alimentation.
15.3.6. • Essais sur la distribution
•
la température ambiante du local ;
•
le bon fonctionnement des robinets thermostatiques.
Concernant les installations disposant d’un ballon d’hydroaccumulation en parallèle (découplage hydraulique), il importe de vérifier que :
•
le débit nominal du réseau primaire (bouilleur) est supérieur au
débit du réseau de distribution (avant vanne de régulation avec
loi d’eau éventuelle) ;
Rénovation
Pour les radiateurs, il est nécessaire de vérifier les points suivants :
117
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
•La température de départ du réseau primaire (bouilleur) est
égale à la température du réseau de distribution (avant vanne
de régulation avec loi d’eau éventuelle).
Concernant les installations munies d’un vase fermé, il est nécessaire
de vérifier les points suivants :
•
la pression de gonflage ;
•
la pression de remplissage ;
•
la pression à chaud de l’installation ;
•
le bon tarage de la soupape de surpression.
Concernant les installations munies d’un vase ouvert, il est nécessaire
de vérifier les points suivants :
•
le remplissage du vase ;
•
la pression de service ;
•
la mise hors gel du vase ;
•
le raccordement du trop-plein à l’égout.
15.3.7. • Réglages et équilibrage hydraulique
Après les essais il faut procéder aux réglages des équipements sur les
différents circuits suivant la notice du constructeur, en particulier :
•
la purge du circuit hydraulique et le réglage des débits d’eau ;
•
le réglage des régulateurs.
15.3.8. • Réglages des circuits de distribution
A partir des éléments donnés dans l’étude technique, l’équilibrage de
l’installation est réalisé.
Commentaire
L’étude technique donne notamment les éléments suivants : le diamètre de tube ;
la longueur de chaque boucle ; le débit d’eau dans chaque boucle ; le nombre de
tours à effectuer sur l’élément de réglage.
L’équilibrage peut nécessiter la mise hors service du ou des régulateurs, et le
décalage de certains points de consigne. Il est nécessaire de désaccoupler de
leurs moteurs toutes les vannes automatiques de régulation.
D’une façon générale, il convient de court-circuiter tout automatisme pouvant
entraîner des modifications de débit au cours du réglage.
Rénovation
L’équilibrage se réalise en plusieurs étapes :
118
•
équilibrage des émetteurs sur chaque branche ;
•
équilibrage des branches ;
•
réglage du débit du circuit.
choix de la pente pour la loi d’eau ;
•
consignes été/hiver ;
•
seuils d’alarmes.
15.3.10. • Contrôle du bon fonctionnement
de l’installation
PROFESSIONNELS
PROGRAMME
•
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Les principales opérations de réglage sont :
DES
15.3.9. • Réglages du régulateur du circuit
de distribution
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Après les différents essais et réglages, les paramètres suivants sont
vérifiés :
•
les températures des fluides ;
•
les températures des locaux ;
•
le fonctionnement silencieux de l’installation ;
•
la précision et le bon fonctionnement des appareils de contrôle,
de sécurité et de régulation ;
•
les valeurs de réglage des différents organes de régulation ;
•
la puissance absorbée par le circulateur et les accessoires
(intensité et tension).
Un relevé du bon fonctionnement est alors consigné sur une fiche de
mise en route. Les résultats sont vérifiés par rapport aux données du
constructeur.
Commentaire
Ce relevé constitue une référence comparative pour tous les contrôles ultérieurs
et doit servir de base pour le carnet d’entretien du bouilleur.
15.4. • Mise en main de l’installation
A la fin des travaux, lorsque l’installation fonctionne parfaitement,
l’entrepreneur doit fournir les résultats détaillés obtenus lors des
réglages et essais.
•
des plans définitifs d’implantation de l’appareil et dans le cas
d’un bouilleur des réseaux de tuyauteries ;
•
les schémas électriques détaillés ;
•
la documentation technique en langue française de l’appareil installé ainsi que la liste des pièces de rechange avec les
références ;
•
les fiches de mise en route ;
Rénovation
Il fournit au maître d’ouvrage ou à l’utilisateur a minima les éléments
suivants :
119
PROFESSIONNELS
•
un schéma de principe de l’installation ;
•
une notice de fonctionnement de la régulation (avec notification
de la pente et des points de consignes) ;
•
une notice de fonctionnement claire et précise de l’ensemble de
l’installation ;
•
le numéro de téléphone de la société assurant la maintenance
et l’après-vente.
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
Une personne qualifiée ayant participé à la mise en œuvre doit préciser à l’usager les conditions d’installation, d’utilisation et les limites
d’emploi de son installation.
L’installation doit être réalisée par une entreprise qualifiée et ayant
reçu une formation adéquate de la part du constructeur du système.
Commentaire
Pour mémoire, le code civil impose les caractéristiques de responsabilités
suivantes :
« Article 1792-3 :
Les autres éléments d’équipements de l’ouvrage (ceux ne faisant pas corps avec
les ouvrages de viabilité, de fondation, d’ossature, de clos ou de couvert) font
l’objet d’une garantie de bon fonctionnement d’une durée minimale de deux ans
à compter de sa réception. »
« Article 1792-4-1 :
Rénovation
Toute personne physique ou morale dont la responsabilité peut être engagée
en vertu des articles 1792 à 1792-4 est dégagée des responsabilités et garanties
pesant sur elle, en application des articles 1792 à 1792-2, après dix ans à compter
de la réception des travaux ou, en application de l’article 1792-3, à l’expiration du
délai visé à cet article. »
120
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
16
PROGRAMME
Information et conseils
à l’utilisateur
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
16.1. • Couverture par les assurances
16.1.1. • Couverture pendant le chantier
La réalisation d’une installation d’un appareil à granulés de bois, de
son conduit de fumée et de son bouilleur se déroule en plusieurs
étapes. A chaque étape, correspondent la fourniture et la pose de
matériels de coûts plus ou moins importants.
L’utilisateur doit vérifier auprès de sa compagnie d’assurance que les
vols ou les éventuels dommages dont les matériels pourraient faire
l’objet soient bien couverts pendant la durée du chantier d’installation.
En cas de non couverture, une attestation de non prise en charge rédigée par la compagnie d’assurance est à remettre à l’installateur.
L’absence de tout document signifie implicitement une prise en charge
par la compagnie d’assurance.
16.1.2. • Couverture après le chantier
L’utilisateur doit vérifier auprès de sa compagnie d’assurance que les
vols ou les éventuels dommages dont les matériels pourraient faire
l’objet soient bien couverts après l’installation.
Rénovation
Une installation de chauffage par un appareil divisé à granulé de bois
et de son éventuel bouilleur comprend des matériels de coûts plus ou
moins importants.
121
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
16.2. • Obligations d’entretien
L’installateur doit informer par écrit le client final de la nécessité d’un
entretien et d’une maintenance de son installation.
Par exemple, les opérations de maintenance ont pour but de :
•
fournir des performances optimales ;
•
allonger la durée de vie du matériel ;
•
fournir une installation assurant le meilleur confort dans le
temps au client.
Conformément au règlement sanitaire départemental, l’entretien :
•
du conduit de fumée à lieu deux fois par an dont une fois pendant la saison de chauffe ;
•
de l’appareil à granulés de bois et de son éventuel bouilleur a
lieu au moins une fois par an.
16.3. • Particularités d’un appareil à granulés
!
Il est nécessaire de montrer et d’expliquer les réglages
d’utilisation de l’appareil de façon à permettre une meilleure prise en main de l’appareil par l’usager.
Rénovation
A titre d’exemple, les précautions suivantes sont à suivre :
122
•
nettoyer périodiquement le foyer et vider le bac à cendre. A
cette occasion, signaler toutes anomalies ou fissures pouvant
être apparues ;
•
nettoyer et vérifier périodiquement les entrées d’air comburant.
Ne pas faire fonctionner l’appareil avec l’amenée d’air obturée ;
•
demander rapidement la visite de la société d’entretien en cas
de déclenchement du détecteur de monoxyde de carbone ;
•
demander la visite de la société d’entretien dans le cas où le pot
brûleur présente des déformations ;
•
contrôler périodiquement les joints et fermetures de la porte de
la chambre de combustion et de celle du cendrier (si séparées) ;
•
faire un nettoyage trimestriel de la trémie de stockage du combustible de façon à ce qu’il n’y ait pas d’accumulation importante
de poussière au niveau de l’alimentation de la vis sans fin ;
•
demander rapidement la visite de la société d’entretien dans le
cas où la sécurité alarme de température stockage de combustible s’est déclenchée. Ne pas tenter de remettre en fonctionnement l’appareil en réarmant manuellement la sécurité.
•
maintenir l’installation hors gel (précaution particulière pour
les installations munies de vase ouvert et après des périodes
d’inoccupation prolongées) ;
•
ne jamais faire fonctionner l’installation déconnectée des sécurités comme le vase ou la sécurité de refroidissement d’urgence.
•
utiliser uniquement le combustible prescrit par le fabricant ;
•
n’utiliser qu’un combustible sec, correctement stocké, exempt
de poussières. Il est préférable d’utiliser un combustible soumis à un marquage conforme à la norme NF EN 14961-2
(Biocombustibles solides – partie 2 : Granulés de bois densifié à
usage non industriel). Les granulés de bois utilisés doivent être
ceux préconisés par le fabricant de l’appareil et spécifiques à
une utilisation dans des poêles ou inserts.
PROFESSIONNELS
vérifier périodiquement le niveau d’eau dans les installations
munies de vase ouvert ;
DES
•
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
seul un technicien rajoute de l’eau dans l’installation : en cas
de chute de pression d’eau dans l’installation, cela peut provenir d’une fuite d’eau anormale soit sur le réseau soit dans
un élément de l’installation (vase d’expansion par exemple).
Il convient de faire appel à un technicien afin de rechercher la
cause du manque d’eau ;
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
•
PROGRAMME
Pour les installations munies d’un bouilleur :
Rénovation
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
123
PROFESSIONNELS
17
Annexes
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
[ANNEXE 1] : IMPLANTATION
TEMPERATURE EXTERIEURE
ET
POSE
D’UNE
SONDE
DE
[ANNEXE 2] : CRITERES DE REACTION AU FEU
[ANNEXE 3] : DETECTION FACULTATIVE DE LA TENEUR AMBIANTE
DE MONOXYDE DE CARBONE
Rénovation
[ANNEXE 4] : SYMBOLES HYDRAULIQUES
124
Elle doit être hors de portée et éloignée des sources de chaleur parasites : cheminée, sortie d’air du bâtiment, etc…
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Dans le cas d’un appareil de chauffage divisé équipé d’un bouilleur
et d’un réseau secondaire de distribution régulé en température à
l’aide d’une vanne à trois voies, il peut être mis en place une sonde
de mesure de température extérieure. La sonde de température
extérieure doit être placée à l’abri de l’ensoleillement, sur une paroi
nord. S’il n’existe pas de paroi nord, elle est installée sur une paroi
nord-ouest.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
ANNEXE 1 : IMPLANTATION ET POSE
D’UNE SONDE DE TEMPÉRATURE EXTÉRIEURE
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 83 : Emplacement de la sonde de température extérieure
La sonde de mesure de température extérieure placée contre le mur
du bâtiment est fixée à l’aide de vis accessibles de l’extérieur ou bien
de l’intérieur du capot ou du boîtier après son ouverture.
Leur positionnement doit être conforme aux prescriptions de la notice
technique. En particulier, le presse-étoupe ne doit jamais être dirigé
vers le haut afin d’éviter les infiltrations d’eau dans le bâtiment.
Rénovation
Le passage du câble de raccordement de la sonde doit obéir à
quelques règles illustrées par la (Figure 84).
125
PROGRAMME
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
s Figure 84 : Exemple de mise en œuvre de la sonde de température extérieure
Les opérations sont les suivantes :
•
percer le mur de façon à ce que le câble soit incliné vers l’extérieur, évitant tout risque d’écoulement d’eau de pluie dans le
bâtiment ;
•
passer le câble dans un fourreau sur toute l’épaisseur du mur ;
•
poser la sonde à une distance suffisante (4 à 5 cm) du point
de traversée du mur. Cette précaution permet de minimiser
l’échauffement de la sonde par l’arrivée d’air chaud en provenance du bâtiment s’il est en surpression et d’éviter l’accumulation d’eau à proximité de la sonde.
L’étanchéité à l’air sur tout le pourtour du fourreau ainsi qu’à l’intérieur doit être respectée.
Une étanchéité en adéquation au support est mise en place sur l’épaisseur du percement mural.
Commentaire
Rénovation
Le produit utilisé peut être sous les différentes formes suivantes : mousse expansive à structure à cellules fermées, mastic utilisé comme joint, mortier résistant
aux intempéries et à l’eau.
126
Équivalence des réactions au feu
Classements à
partir desquels
des distances de
sécurité sont à
considérer
Norme NF EN 13501-1 (euro classe)
Anciennes exigences françaises
A1
Meilleur que M0
« Incombustible »
A2
s1
d0
A2
s1
d1
s2
d0
s3
d1
s1
d0
s2
d1
B
M0
PROFESSIONNELS
DES
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
Le tableau de la (Figure 85) fournit les équivalences de critères de réaction au feu des euroclasses et des anciennes exigences françaises.
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
ANNEXE 2 : CRITÈRES DE REACTION AU FEU
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
M1
s3
C
s1
d0
s2
d1
M2
s1
d0
M3
s2
d1
M4
s3
D
Rénovation
s Figure 85 : Critères de réaction au feu
127
PROFESSIONNELS
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
DES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROGRAMME
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
ANNEXE 3 : DÉTECTION FACULTATIVE
DE LA TENEUR AMBIANTE DE MONOXYDE
DE CARBONE
La mise en place d’un détecteur avertisseur de monoxyde de carbone
disposant d’une alarme sonore est conseillée dans tous les cas de
figures.
Le détecteur de monoxyde disposant d’une alarme sonore est
conforme à la norme NF EN 50291. Une mise en place conforme à la
(Figure 86) est recommandée. Il faut éviter les points morts (angles au
plafond, refends…) et les zones à proximité immédiate d’entrées d’air
ou d’ouvrants. La pose est faite généralement à hauteur d’homme.
> 40cm
Appareil
entre 1,5 et 3m
Détecteur de monoxyde
de carbone
entre 1,5
et 3m
> 1m
s Figure 86 : Recommandations de mise en place d’un détecteur de monoxyde de carbone
La mise en place est également effectuée selon les prescriptions du
fabricant. L’autonomie et la fréquence d’entretien ou de remplacement
du matériel sont spécifiées dans la notice.
Rénovation
Le détecteur avertisseur de monoxyde de carbone (DAACO) se différentie du détecteur avertisseur autonome de fumée (DAAF avec marquage CE attestant de leur conformité aux exigences de l'annexe ZA
de la norme EN 14604) rendu obligatoire dans tout lieu d’habitation
au plus tard le 8 mars 2015 (Décret n° 2011-36 du 10 janvier 2011 relatif
à l'installation de détecteurs de fumée dans tous les lieux d'habitation). Le détecteur de fumée (DAAF) est installé de préférence dans
la circulation ou le dégagement desservant les chambres. La mise en
place des deux détecteurs peut donc être envisagée.
128
VA
SIGNIFICATION
Vanne directionnelle
tout ou rien motorisée
M
Vanne à trois voies de régulation
progressive
Té de réglage de radiateur
Vanne tout ou rien motorisée
M
Vanne à deux voies de régulation
progressive
Vase d'expansion
Soupape de pression différentielle
Vanne d'équilibrage
Vanne d'isolement
Robinet thermostatique
Groupe de raccordement
pour vase d'expansion
Ballon échangeur ECS
Appoint électrique
Plancher chauffant
Ensemble de protection
comprenant disconnecteur,
vanne d'arrêt, filtre
Radiateur
Bouteille de découplage
Chaudière
Régulateur
en fonction de l'extérieur
Régulateur pour boucle fermée
Sonde de température
(sortie analogique)
Pot de décantation
Thermostat de sécurité
(sortie tout ou rien)
T
SYMBOLE
T
SIGNIFICATION
Sonde de température extérieure
Circulateur
Filtre à tamis
Volume tampon à deux piquages
Volume tampon à quatre piquages
Purgeur automatique
Soupape de sécurité
Echangeur eau-eau
Clapet anti-retour
PAC
DES
SYMBOLE
Pompe à chaleur
Groupe de sécurité comprenant
robinet d'arrêt, clapet anti-retour,
soupape de sécurité et dispositif
de vidange
s Figure 87 : Principaux symboles utilisés
Rénovation
T
SIGNIFICATION
D ’ A C C O M P A G N E M E NT
SYMBOLE
PROGRAMME
ANNEXE 4 : SYMBOLES HYDRAULIQUES
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
PROFESSIONNELS
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE DIVISÉ À GRANULÉS EN HABITAT INDIVIDUEL – INSTALLATION ET MISE EN SERVICE
129
PARTENAIRES du Programme
« Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 »
n Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie
(ADEME) ;
n Association des industries de produits de construction
(AIMCC) ;
n Agence qualité construction (AQC) ;
n Confédération de l’artisanat et des petites entreprises
du bâtiment (CAPEB) ;
n Confédération des organismes indépendants de
prévention, de contrôle et d’inspection (COPREC
Construction) ;
n Centre scientifique et technique du bâtiment (CSTB) ;
n Électricité de France (EDF) ;
n Fédération des entreprises publiques locales (EPL) ;
n Fédération française du bâtiment (FFB) ;
n Fédération française des sociétés d’assurance (FFSA) ;
n Fédération des promoteurs immobiliers de France (FPI) ;
n Fédération des syndicats des métiers de la prestation
intellectuelle du Conseil, de l'Ingénierie et du Numérique
(Fédération CINOV) ;
n GDF SUEZ ;
n Ministère de l'Écologie, du Développement Durable et de
l'Énergie ;
n Ministère de l'Égalité des Territoires et du Logement ;
n Plan Bâtiment Durable ;
n SYNTEC Ingénierie ;
n Union nationale des syndicats français d’architectes
(UNSFA) ;
n U
nion nationale des économistes de la construction
(UNTEC) ;
n Union sociale pour l’habitat (USH).
N
BAT I M
D
UR
ENT
PLA
Les productions du Programme « Règles de l’Art Grenelle
Environnement 2012 » sont le fruit d’un travail collectif
des différents acteurs de la filière bâtiment en France.
ABL
E
LES APPAREILS DE CHAUFFAGE
DIVISÉ À GRANULES
EN HABITAT INDIVIDUEL
INSTALLATION ET MISE
EN SERVICE
S S S SS S
SSSSSSSS

RRRR
RRRR RR
Ces Recommandations professionnelles exposent les bonnes pratiques ainsi
que les points de vigilance à respecter pour garantir la qualité de mise en œuvre
et de mise en service d’un appareil de chauffage divisé à granulés en habitat
individuel existant.
Elles s’appuient et complètent les exigences de la norme NF DTU 24.1 concernant
le lot fumisterie et de la norme NF DTU 24.2 pour les travaux d’âtrerie.
Elles traitent de la mise en œuvre des poêles et inserts :
• alimentés par un air comburant prélevé directement dans la pièce où il se
situe ;
• dont la chambre de combustion est directement raccordée, par un conduit, à
l’extérieur ou à une zone ventilée en permanence sur l’extérieur ;
• à circuit de combustion étanche dont la chambre de combustion, l’alimentation
en air comburant et le système d’évacuation des produits de combustion sont
reconnus étanches ;
• munis d’un dispositif de récupération de chaleur (de type « bouilleur »)
raccordés ou non au circuit de distribution de chauffage et/ou de production
d’eau chaude sanitaire (ECS).
La mise en service et la mise en main au client font l’objet d’un chapitre
spécifique compte tenu de leur importance en termes de durabilité et de
maintien des performances du système.
P R O G R A M M E
D ’ A C C O M P A G N E M E N T
D E S
P R O F E S S I O N N E L S
« Règles de l’Art Grenelle Environnement 2012 »
Ce programme est une application du Grenelle Environnement. Il vise à revoir l’ensemble des règles de construction, afin de réaliser des économies d’énergie dans le bâtiment et de réduire les émissions de gaz à effet de serre.
www.reglesdelart-grenelle-environnement-2012.fr
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement