a i4584f

a i4584f
9
FAO PRODUCTION ET SANTÉ ANIMALES
revues nationales de l’élevage
SECTEUR AVICOLE
Togo
9
FAO PRODUCTION ET SANTÉ ANIMALES
revues nationales de l’élevage
SECTEUR AVICOLE
Togo
ORGANISATION DES NATIONS UNIES POUR L’ALIMENTATION ET L’AGRICULTURE
Rome, 2015
Citation recommandée
FAO. 2015. Secteur Avicole Togo. Revues nationales de l’élevage de la division de la production et de la santé
animales de la FAO. No. 9. Rome.
Détails sur l’auteur
M. KANGNI Têko est Agronome Zootechnicien, titulaire d’un Diplôme d’Etudes Approfondies (DEA) en Biologie
du Développement option Nutrition et Reproduction.
Il est chercheur de l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA). Il a plus de vingt ans d’expérience en
recherche pluridisciplinaire orientée vers le développement en production et santé animale. Il a été le responsable
du programme « Alimentation et Nutrition Animale » de la station Avétonou (station de recherche zootechnique
et vétérinaire de l’ITRA) qu’il a dirigée de 2004 à 2010.
Ses travaux ont porté entre autre sur l’aviculture familiale et commerciale. Il a œuvré activement dans la rédaction
du Plan stratégique de recherche à Moyen Terme (PMT) de l’ITRA pour la période 2008–2012.
Il a participé à plusieurs ateliers et séminaires de formation organisés par le Ministère de l’Agriculture de l’Elevage
et de la Pêche, les partenaires techniques et financiers du Togo (UEMOA, UA-BIRA, Banque Mondiale, Etat
d’Israël, Groupe Consultatif pour la Recherche Agricole Internationale, Union Européenne).
A partir de 2014 il a été nommé « Responsable de la Recherche Zootechnique » au Bureau de la Coordination
Scientifique des Productions Animales à la Direction Générale de l’ITRA.
La contribution du Dr. Tona Kokoua à une version antérieure du manuscrit est appréciée.
Le rapport a été édité par Dr. Olaf Thieme et Dr. Berhanu Bedane
Les appellations employées dans ce produit d’information et la présentation des données qui y figurent
n’impliquent de la part de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) aucune
prise de position quant au statut juridique ou au stade de développement des pays, territoires, villes ou
zones ou de leurs autorités, ni quant au tracé de leurs frontières ou limites. La mention de sociétés déterminées ou de produits de fabricants, qu’ils soient ou non brevetés, n’entraîne, de la part de la FAO, aucune
approbation ou recommandation desdits produits de préférence à d’autres de nature analogue qui ne sont
pas cités.
Les opinions exprimées dans ce produit d’information sont celles du/des auteur(s)
et ne reflètent pas nécessairement les vues ou les politiques de la FAO.
ISBN 978-92-5-208763-2
© FAO, 2015
La FAO encourage l’utilisation, la reproduction et la diffusion des informations figurant dans ce produit
d’information. Sauf indication contraire, le contenu peut être copié, téléchargé et imprimé aux fins d’étude
privée, de recherches ou d’enseignement, ainsi que pour utilisation dans des produits ou services non
commerciaux, sous réserve que la FAO soit correctement mentionnée comme source et comme titulaire du
droit d’auteur et à condition qu’il ne soit sous-entendu en aucune manière que la FAO approuverait les
opinions, produits ou services des utilisateurs.
Toute demande relative aux droits de traduction ou d’adaptation, à la revente ou à d’autres droits
d’utilisation commerciale doit être présentée au moyen du formulaire en ligne disponible à
www.fao.org/contact-us/licence-request ou adressée par courriel à copyright@fao.org.
Les produits d’information de la FAO sont disponibles sur le site web de la FAO (www.fao.org/publications)
et peuvent être achetés par courriel adressé à publications-sales@fao.org.
iii
Sommaire
Avant-propos ........................................................................................................... v
Sigles et abréviations.............................................................................................. vi
CHAPITRE 1
Brève présentation du pays ..................................................................................... 1
CHAPITRE 2
Structure du secteur avicole .................................................................................... 3
2.1 Cheptels avicoles nationaux................................................................................ 3
2.2 Répartition géographique des cheptels avicoles nationaux ...................................... 4
2.3 Production........................................................................................................ 7
2.4 Consommation ................................................................................................. 8
2.5 Commerce ....................................................................................................... 9
2.6 Prix ............................................................................................................... 13
CHAPITRE 3
Systèmes d’aviculture ............................................................................................ 14
3.1 Généralités..................................................................................................... 15
3.2 Secteur 1: Élevage industriel et intégré ............................................................. 15
3.3 Secteurs 2 et 3: autres élevages commerciaux ................................................... 15
3.3.1 Cheptels reproducteurs et œufs à couver .................................................. 18
3.3.2 Viande de poulets de chair ...................................................................... 18
3.3.3 Œufs de consommation de poules ............................................................ 18
3.3.4 Autres espèces ...................................................................................... 20
3.4 Secteur 4: Élevage villageois ou de basse-cour ................................................... 20
3.4.1 Poulets ................................................................................................. 20
3.4.2 Autres espèces ...................................................................................... 21
3.4.3 Première étude de cas ............................................................................ 22
3.4.4 Deuxième étude de cas .......................................................................... 26
3.4.5 Troisième étude de cas ........................................................................... 28
3.5 Analyse de la filière avicole .............................................................................. 30
3.5.1 Poussins d’un jour.................................................................................. 30
3.5.2 Viande de poulets de chair ...................................................................... 30
3.5.3 Œufs de consommation .......................................................................... 31
3.5.4 Autres espèces ...................................................................................... 32
CHAPITRE 4
Commerce, commercialisation et marchés ............................................................. 33
4.1 Marché national .............................................................................................. 33
4.2 Importation .................................................................................................... 35
4.3 Exportation .................................................................................................... 35
iv
4.4 Infrastructures d’abattage ................................................................................ 35
4.5 Provende, aliment volailles ............................................................................... 35
CHAPITRE 5
Races ..................................................................................................................... 37
5.1 Races exotiques .............................................................................................. 37
5.2 Races locales .................................................................................................. 38
CHAPITRE 6
Santé vétérinaire, santé publique, mesures de biosécurité .................................... 39
6.1 Influenza aviaire hautement pathogène ............................................................. 39
6.1.1 Mesures conservatoires .......................................................................... 40
6.1.2 Impact socio-économique ....................................................................... 40
6.2 Autres pathologies aviaires majeures................................................................. 41
6.3 Mesures de biosécurité .................................................................................... 42
CHAPITRE 7
Politiques actuelles, cadre légal ............................................................................. 44
7.1 Bien Être animal ............................................................................................. 45
7.1.2 La situation togolaise ............................................................................. 45
CHAPITRE 8
Analyse .................................................................................................................. 47
8.1 Forces et faiblesses actuelles du secteur avicole.................................................. 47
8.2 Perspectives du secteur avicole pour les prochaines années.................................. 48
Qui est qui (liste de contacts) ................................................................................ 50
Liste des projets majeurs — secteur avicole .......................................................... 54
Références bibliographiques .................................................................................. 58
Cartes .................................................................................................................... 60
v
Avant-propos
Le secteur de l’aviculture continue à se développer et à s’industrialiser dans de nombreuses
régions du monde. La croissance de la population humaine, un plus grand pouvoir d'achat et
l'urbanisation ont été de puissants moteurs favorisant cette croissance.
Les progrès réalisés ont permis d’obtenir des volailles qui répondent aux buts spécifiques et
qui sont de plus en plus productifs, mais qui ont besoin d’être gérés par des spécialistes. Le
développement et le transfert des technologies de l’alimentation animale, de l'abattage et du
conditionnement ont augmenté la sécurité et l'efficacité de la production avicole, mais ont
favorisé le développement des unités de grandes tailles aux dépens des petites exploitations.
Cette évolution a conduit l'industrie avicole et l'industrie des aliments pour volailles à croître
rapidement en taille, à se concentrer à proximité des sources d'intrants ou des marchés
finaux, et à opter pour une intégration verticale. Cette réforme structurelle se manifeste
notamment par l’évolution de l’agriculture contractuelle dans l'élevage des poulets de chair,
qui permet aux éleveurs avec des unités de taille moyenne d’accéder à une technologie de
pointe avec un investissement initial relativement bas.
Une division claire s’établit entre les systèmes de production industrialisés de grande et
moyenne taille alimentant les chaînes de commercialisation intégrées et les systèmes de
production extensifs générateurs de petits revenus à l’échelle familiale et approvisionnant les
marchés locaux ou de niche. Le rôle principal des premiers systèmes est de fournir des
produits alimentaires bon marché et sûrs aux populations éloignées de la source
d'approvisionnement, tandis que le second agit comme un filet de sécurité en tant que
moyen d’existence, et fait souvent partie d'un portefeuille diversifié de sources de revenus.
Les systèmes extensifs d’aviculture à petite échelle en milieu rural continuent à jouer un rôle
crucial dans le maintien de moyens d’existence dans les pays en développement, dans
l’approvisionnement en produits avicoles des zones rurales, périurbaines et urbaines, et
représentent un soutien important pour les femmes agricultrices. Tant que la pauvreté
existera en zone rurale, la production de volaille à petite échelle continuera d’offrir des
opportunités en termes de génération de revenus et de nutrition de qualité pour la
population humaine.
Une meilleure compréhension des différents aspects de l’aviculture, ainsi que des
dynamiques commerciales et sociales qui y sont liées, permettront d’élaborer des stratégies
et options appropriées pour le développement du secteur, y compris des mesures de
prévention et de contrôle des maladies.
Cette revue du secteur avicole au Togo fait partie d’une série de revues à l’échelle nationale
commandées par la Sous-division des systèmes de production animale (Division de la
production et de la santé animales-AGA) de la FAO.
Cette revue est conçue comme un document de référence à l’intention de toute personne à la
recherche d’informations sur le secteur avicole au Togo. Il s'agit d'une version mise à jour du
rapport« Première évaluation de la structure et de l'importance du secteur avicole
commercial et familial en Afrique de l'Ouest: Rapport du Togo »qui a été préparé par le M.
Yawo Biova Badjé en 2006. ftp://ftp.fao.org/docrep/fao/011/ai350f/ai350f00.pdf. Les
données statistiques qui sont incluses à partir de FAOSTAT sont en partie non-officielles ou
de données estimées de la FAO. Pour plus de détails, le lecteur est invité à consulter la base
officielle de données de FAOSTAT sur http://faostat.fao.org/. Le document n'est pas
exhaustif et certains sujets ne sont que partiellement ou pas du tout couverts; cependant cet
exercice permet de disposer de nouveaux repères sur le secteur avicole, d’identifier et de
hiérarchiser les contraintes qui handicapent l’expansion de ce secteur et de proposer des
stratégies pour un développement durable. Cette revue sera régulièrement complétée,
améliorée et mise à jour. Tous commentaires, contributions et compléments d’informations
sont les bienvenus et peuvent être communiqués à l'auteur et à la FAO/Sous-division des
systèmes de production animale (AGAS) 1.
1
Pour
plus
d’informations,
veuillez
consulter
le
site
web
de
la
FAO
sous:
http://www.fao.org/ag/againfo/themes/fr/poultry/home.html ou contacter soit Philippe Ankers, soit Olaf Thieme,
FAO/AGAS. Adresse électronique: Philippe.Ankers@fao.org et Olaf.Thieme@fao.org – Organisation des Nations Unies
pour l’Alimentation et l’Agriculture, Division de la Production et de la Santé Animales – Viale delle Terme di Caracalla,
00153 Rome, Italie
vi
Sigles et abréviations
ACSA
Agent Communautaire de Santé Animale
ANPAT
Association Nationale des Producteurs Avicoles du Togo
AVSF
Agronomes et Vétérinaires sans Frontières
DE
Direction de l’Élevage
DGSCN
Direction Générale de la Statistique et de la Comptabilité Nationale
DSID
Direction de la Statistique de l’Informatique et de la Documentation
FAO
Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture
ICAT
Institut de Conseil et d’Appui Technique
INFA
Institut National de Formation Agricole
ITRA
Institut Togolais de la Recherche Agronomique
OIC
Opportunities Industrialization Center
ONG
Organisation non gouvernementale
PAEF
Projet d’Appui à l’Élevage Familial
PASA
Projet d’Appui au Secteur Agricole
PNPE
Programme National Petit Elevage
PNUD
Programme des Nations Unies pour le Développement
PRODEPEKA
Projet de Développement du Petit Elevage dans la région de la Kara
PSSA (D)
Programme Spécial pour la Sécurité Alimentaire – volet diversification
RNA
Recensement National de l’Agriculture
SATAL
Société Agricole Togolaise Arabe Libyenne
UE
Union Européenne
VACNADA
Les Vaccins pour le Contrôle des Maladies Animales Négligées en Afrique
1
Chapitre 1
Brève présentation du pays
Pays:
Togo
Lieu:
Afrique de l’Ouest délimité par le golfe du Bénin, entre le
Bénin et le Ghana
Population totale:
6816982 (2013)
Source:
Banque Mondiale, juillet
2014
Taux de croissance de la
population:
2,56 % (2013)
Source:
Banque Mondiale juillet
2014
Groupe économique:
Pays à faible
revenu
Source:
Banque Mondiale, juillet
2014
FIGURE 1 Revenu national brut (RNB) per capita
(Méthode Atlas, actuelle en US$)
550
500
450
US$
400
350
300
250
200
150
RNB
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
290
330
370
390
410
400
450
460
470
490
530
Source: Banque mondiale. Indicateurs de développement dans le monde, juillet 2014
2
Revue du secteur avicole: Togo
FIGURE 2 Structure démographique
10 000
9 000
Population (milliers)
8 000
7 000
6 000
5 000
4 000
3 000
2 000
1 000
0
1990
1995
2000
2005
2010
2015
2020
2025
Population urbaine
1 083
1 316
1 601
1 949
2 367
2 866
3 432
4 067
Population rurale
2 705
2 969
3 264
3 591
3 939
4 305
4 644
4 952
Source: Division de la population du département des affaires conomiques et sociales des Nations
Unies, Perspectives de l’urbanisation mondiale: La révision 2014, http://esa.un.org/unpd/wup,
janvier 2015
FIGURE 3 Taux annuels de croissance démographique
4,50
4,00
3,50
%
3,00
2,50
2,00
1,50
1,00
0,50
0
20002005
20052010
20102015
20152020
20202025
20252030
Taux de croissance pop. urbaine
3,94
3,88
3,83
3,60
3,40
3,23
Taux de croissance pop. rurale
1,91
1,85
1,78
1,52
1,28
1,11
Source: Division de la population du département des affaires économiques et sociales des
Nations Unies, Perspectives de l’urbanisation mondiale: La révision 2014,
http://esa.un.org/unpd/wup, janvier 2015
3
Chapitre 2
Structure du secteur avicole
2.1 CHEPTELS AVICOLES NATIONAUX
FIGURE 4 Effectifs nationaux de volailles
Nombre en ('000)
30000
25000
20000
15000
10000
5000
0
Poulets
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
2013
12420 13414 14487 15646 15300 19800 21650 23000 23500 25000
Dindes*
Canards*
Oies et Pintades*
Source: FAOSTAT, mars 2015; * données ne sont pas disponibles
Les espèces aviaires exploitées sont essentiellement les poulets, les pintades, les canards,
les pigeons, les dindons (Tona, 1992; Aklobessi, 2003; Dao, 2010). Une étude récente fait
part de proportions estimées à 67,8%, 20%, 6%, 1,5% et 4,7%, respectivement pour les
poulets, les pintades, les canards, les dindons et les pigeons (Dao, 2010)
Les résultats du Recensement National de l’Agriculture (RNA) de 2012 donnent les
proportions de 82,81%, 10,35%, 3,62%, 1,96%, 0,27% respectivement pour les poulets, les
pintades, les canards et oies, les pigeons et les dindons (voir Figure 5). La différence entre
les chiffres provient des méthodes utilisées et de la période d’étude. En effet, si l’étude de
Dao (2010) s’est focalisée sur l’aviculture commerciale, les résultats issus du recensement
agricole sont obtenus à partir d’un échantillon suivi dans les ménages en milieu rural
exclusivement.
TABLEAU 1
Evolution des effectifs de cheptel avicole (toutes espèces confondues) de 2005 à
2014
Années
Effectifs
Années
Effectifs
2005
10 060 000
2006
2007
2008
2009
10 411 200
10 836 000
12 738 185
13 878 000
2010
2011
2012
2013
2014
13 879 110
16 535 436
16 085 401
16 748 784
18 153 557
Source: DSID, 2012, DSID, 2014 (Evaluation de la campagne agricole 2014)
4
Revue du secteur avicole: Togo
Toutefois, ces proportions (qui prennent en compte à la fois les systèmes de volailles en
élevage amélioré commercial et élevage traditionnel) confirment la forte importance
numérique des poulets par rapport aux autres espèces avicoles exploitées au Togo.
La faible croissance de l’effectif enregistré entre 2009 et 2010 se justifie par la
démobilisation des aviculteurs suite à l’apparition de la grippe aviaire. La reprise de la
croissance est survenue à partir de 2011 suite à la maitrise de l’épizootie et ceci dans la
foulée de la mise en œuvre de la Stratégie de Relance de la Production Agricole (SRPA).
Ces effectifs sont différents de ceux de FAOSTAT mais montrent cependant, la même
tendance. C’est à dire l’augmentation d’une année à l’autre du cheptel aviaire.
Figure 5 Effectif des volailles en 2012 (Recensement National
de l’Agriculture 2012)
3,7%
2,0%
0,3%
10,5%
Poulets
Pintades
Canards/oies
83,6%
Pigeons
Dindons
Les résultats du recensement national de l’agriculture en 2012 montrent que l’effectif des
poulets est largement supérieur à celui des autres espèces (Figure 5).
Les effectifs de volailles exploitées au Togo sont en nette augmentation chaque année. En
effet, l’effectif total des volailles qui était d’environ 8,8 millions en 2004 est passé à 18,1
millions en 2014 (Tableau 1) soit un taux de progression de 51 pour cent en 10 ans.
Cette croissance est due à l’ensemble des appuis techniques, organisationnels et financiers
apportés par les différentes structures d’encadrement publiques ou privées (ICAT, 2010).
Ces effectifs ont toujours suscité des controverses, tant d’importants écarts sont notés entre
les différents services chargés de la statistique (DSID, DE, études antérieures). Toutefois,
une étude a été commanditée par le PASA (Projet d’Appui aux services Agricoles) est en
cours de réalisation et permettra de déterminer avec plus de précision, les effectifs des
différentes espèces des volailles (commerciales et traditionnelles) du pays.
2.2 RÉPARTITION GÉOGRAPHIQUE DES CHEPTELS AVICOLES NATIONAUX
Toutes les espèces sont exploitées dans des systèmes différents et ce, dans toutes les
régions du Togo (Annexe IV, Carte 2), à l’exception des autruches dont quelques élevages
sont signalés dans la région Centrale (Aklobessi, 2003), dans la région de Kara et dans la
région Maritime (Tableau2).
La production avicole est principalement réalisée en milieu rural par des exploitations
familiales à petite échelle avec des souches de volailles locales et parfois métissées. Il existe
cependant une aviculture commerciale et semi-industrielle, notamment dans les périphéries
des grandes villes du pays.
5
Structure du secteur avicole
TABLEAU 2
Importance des volailles dans les différentes régions
Lieu
Poulets*
Canards
Pintades
Dindons
Savanes
xxxx
x
xxx
x
Kara
xxx
x
xx
x
Centrale
xx
x
x
x
Plateau
xx
xx
x
x
xxxx
xx
x
x
Maritime
Cailles
Autruches
Pigeons
x
x
x
x
x
x
x
x
x
*La classe poulet concerne uniquement les volailles en élevage villageois
(xxxx: effectif très important; xxx: effectif important; xx: effectif moyen; x: effectif très faible)
Source: Badjé, avril 2006
Le Tableau 3 montre l’évolution de 2001 à 2005 des effectifs des poules pondeuses et des
poulets de chair par région dans les exploitations commerciales. La capacité représente la
capacité d’accueil des poulaillers en effectifs de volailles.
Le Tableau 3 montre que les capacités d’occupation des poulaillers sont régulièrement
stables et se situent autour de 72 pour cent. La région Maritime reste la principale zone de
production de volailles commerciales avec environ 70 pour cent des effectifs recensés.
Globalement, on note une augmentation importante des effectifs de pondeuses (+66%) de
2001 à 2005. En 2010, l’effectif des poules pondeuses est de 385 743 têtes.
TABLEAU 3
Évolution des effectifs de volailles de races améliorées « pondeuses et poulets de chair»
exploitées au Togo
Région
Savanes
Kara*
Centrale
Poules pondeuses
Plateaux
Maritime
Total
Savanes
Capacité
Effectif
Capacité
Effectif
Capacité
Effectif
Capacité
Effectif
Capacité
Effectif
Plateaux
Maritime
Total
Source: enquête Badjé, 2006
2004
2005
250
250
250
–
–
–
–
400
2 900
2 900
2 900
2 900
2 900
924
4 194
5 305
5 620
4670
18 700
14 800
18 200
18 200
18 200
14750
14425
13150
13 000
11250
19 300
20 300
20 800
22 800
24 830
29507
27975
26720
28422
25320
88 050
90 100
127 100
132 450
136 750
177660
198886
224665
193738
188230
128 100
169 000
176 350
223 280
Effectif
222 841
245 680
270 090
241 030
229 720
–
–
–
–
–
Capacité
Capacité
Capacité
Effectif
Poulets de chair
2003
200
129 050
Effectif
Centrale
2002
–
Capacité
Effectif
Kara
2001
Capacité
Effectif
Capacité
Effectif
–
–
–
–
–
1 400
1 400
1 400
1 400
1 400
300
1500
2000
1950
1880
–
–
–
–
–
1600
900
1250
2150
1700
5 000
5 000
5 000
5 000
5 000
2595
2767
2312
6035
1571
33 950
35 950
44 050
45 450
49 350
8400
12900
18800
20100
24300
Capacité
40 350
42 350
50 450
51 850
55 750
Effectif
12 935
17767
24362
30 235
29 451
6
Revue du secteur avicole: Togo
Entre 2005 et 2010, il y a eu une nette progression de l’effectif des poules pondeuses alors
que l’effectif des poulets de chair est en nette régression. En effet, l’effectif total de
pondeuses est passé de 229 720 en 2005 à 385 743 poules pondeuses en 2010 (une
augmentation de 40 pour cent). Pour ce qui concerne les poulets de chair, leur effectif est
passé de 29 451 à 27 809 (une diminution de 5 pour cent) au cours de la même période.
Les effectifs de 2014 seront donnés par les résultats de l’enquête PASA en cours.
En ce qui concerne la répartition géographique, il est à noter que tout comme en 2005, la
Région Maritime détient à elle seule, plus de la moitié des exploitations (82 pour cent des
exploitations avicoles commerciales du pays DAO, 2010) (Annexe IV; Carte 1). Cependant,
dans la région maritime, on note une sensible régression du nombre de fermes avicoles dans
la préfecture du Golfe alors que dans les préfectures de Vo et des Lacs, leur nombre a connu
une augmentation. Dans la région centrale, les préfectures de Sotouboua, de Tchamba, de
Binah et Bassar démarrent timidement.
La production de poulets de chair se fait essentiellement en région Maritime, l’intérieur du
pays assure son approvisionnement en volailles à partir de l’élevage villageois. D’une
manière générale, le taux d’occupation des infrastructures « chair » baisse régulièrement
depuis 2003. On peut considérer que la flambée des prix de maïs ainsi que la concurrence de
viande de volailles importées y ont largement contribué.
Le Tableau 4 montre l’évolution de 2001 à 2005 des effectifs des autres espèces par région.
TABLEAU 4
Effectifs de volailles autres que les poulets
Kara
2001
2002
2003
2004
2005
Canards
186
110
0
0
0
Dindons
273
330
280
380
380
85
100
88
100
0
1 000
210
450
200
0
Dindons
400
400
400
400
400
Canards
13 200
13 200
13 200
13 200
13 200
Dindons
15
30
50
70
125
Oies
Cailles
Centrale
Maritime
Source: enquête Badjé, 2006
Les proportions des volailles exploitées au Togo (toutes espèces confondues) selon les
informations disponibles à la Direction de l’Élevage (DE) varient dans le temps d’une région à
une autre. Il ressort deux périodes (de 2001 à 2004 et de 2005 à 2009) montrant des
tendances différentes en ce qui concerne les proportions des volailles élevées au Togo et en
fonction des régions. De 2001 à 2004, la région des Plateaux et la région Centrale ont connu
une régression de leurs proportions comparées à la période de 2005 à 2009 au profit des
régions Maritime, de Kara et des savanes. En effet, de 2001 à 2004 les proportions
moyennes des volailles élevées au Togo étaient de 13,45; 29,72; 18,45; 10,91 et 27,46, et
de 2005 à 2009 de 18,26; 8,43; 10,21; 19,98 et 43,12, respectivement pour la région
Maritime, des Plateaux, Centrale, de Kara et des Savanes. Cet accroissement de la
production des volailles dans les régions de Kara et des Savanes serait dû à la reconversion
des producteurs des cultures de rente (dont le coton) en éleveurs de volailles locales. Dans
la région Maritime, l’élevage des volailles locales est en nette régression, surtout dans la
zone périurbaine de Lomé, au profit de l’élevage des races exotiques surtout les poules
pondeuses et occasionnellement des coquelets.
Afin d’avoir des données officielles fiables un recensement spécifique de l’élevage exécuté
par la Direction de la statistique de l’information et de la documentation (DSID) avec l’appui
du Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA) a été réalisé en 2014. Le traitement des
résultats est en cours.
7
Structure du secteur avicole
Le recensement national de l’agriculture de 2012 a donné la répartition géographique
suivante des volailles locales de toutes les espèces. Il en ressort que l’effectif des volailles
est faible dans la région de la Kara comparé aux autres régions. Cette répartition montre
que la région des Savanes et des Plateaux sont les pourvoyeuses des effectifs de volailles
locales.
TABLEAU 5
Répartition régional des effectifs de volailles locales en 2012
Lieu
Poulets
Pintades
Dindons
Canards/Oies
Pigeons
Total
Savanes
2 670 630
789 295
10 686
84 057
165 346
3 712 171
Kara
1 864 656
295 965
7 035
140 360
49 614
2 357 630
Centrale
2 023 329
234 309
18 011
145 730
24 367
2 445 746
Plateaux
4 993 381
296 164
7 312
154 599
43 015
5 494 471
Maritime
1 919 288
65 968
306
59 541
33 501
2 078 604
Source: DSID, RNA, 2012
2.3 PRODUCTION
FIGURE 6 Production nationale du secteur avicole
35000
30000
25000
Tonnes
20000
15000
10000
5000
0
Oeufs de poule en coquille
Viande de poulet
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
2012
7500
8000
7250
8050
8700
9250
9300
9300
9500 10000
2013
16315 17600 19000 20560 20560 25976 28399 29589 31189 31989
Viande de dinde*
Viande de canard*
Viande d'oie ou pintade*
Source: FAOSTAT, mars 2015; * données ne sont pas disponibles
La Figure 6 présente la production nationale en tonne d’œufs et de viande de poulet selon les
informations disponibles dans la base de données de la FAO.
Le Tableau6 présente l’évolution de la production d’œufs de consommation de 2001 à 2005.
Les données ont été obtenues à partir d’une enquête auprès des personnes et institutions
proches des producteurs (enquête Badje 2006). Ces données sont indicatives mais la
production réelle est probablement supérieure car de nombreux éleveurs n’enregistrent pas
régulièrement les informations.
8
Revue du secteur avicole: Togo
TABLEAU 6
Nombre d’œufs produits au Togo de 2001 à 2005
Région
2001
2002
2003
2004
2005
–
–
–
–
–
529 500
259 300
394 800
134 700
171 130
Savanes
Kara
(240 000)*
(225 000)*
(69 750)*
Centrale
1 135 350
1 561 120
1 567 400
1 458 450
1 771 800
Plateaux
1 935 477
3 361 916
3 068 280
3 423 419
3 589 326
Maritime
14 576 615
13 991 315
18 502 935
18 883 744
25 206 366
17 936 942
19 173 651
23 308 415
23 900 313
30 668 872
Total
(*) Dont œufs à couver
Source: enquête Badjé, 2006
Quel que soit la source d’information, on note une forte augmentation de la production
d’œufs de consommation de 2001 à 2006. Cette augmentation est suivie d’une forte baisse
de production d’œuf de consommation en 2007 puis en 2008 (Sanvee, 2009) contrairement
aux données de la FAOSTAT (Figure 6). Les données de la FAOSTAT doivent être considérées
avec réserve étant donné que l’apparition de la grippe aviaire au Togo, en 2007 et 2008, a
eu des effets néfastes immédiats sur la production d’œufs de consommation.
En ce qui concerne la production de viande de volailles, bien que les chiffres soient différents
selon les sources, il ya une augmentation de 2007 à 2012 (Tableau 7). Cette augmentation
est de 26,67 pour cent pour les chiffres de la DE (Direction de l’Elevage) contre 31,28 pour
cent pour ceux de la DGSCN (Direction Générale de la statistique et de la Comptabilité
Nationale). Ces données sont globalement inférieures à celles de FAOSTAT (Figure 6). Ceci
confirme les difficultés à disposer de données fiables et actualisées sur le secteur.
TABLEAU 7
Evolution de la production de viande de volailles (2007 à 2012 en tonnes)
Années
Source DE 2012
Source DGSCN 2012
Source FAOSTAT
2007
9 752
11 947
20 560
2008
11 565
11 803
20 560
2009
12 490
15 300
25 976
2010
12 491
16 701
28 399
2011
13 300
17 386
29 589
2012
13 400
ND
31 189
2.4 CONSOMMATION
La demande de viande de volaille est très forte en saison sèche (octobre/novembre à
mars/avril selon les années) avec un pic en fin d’année pendant les fêtes. Par contre, cette
demande baisse avec l’arrivée des pluies à partir de mai jusqu’en septembre
(Braillon, 1999).
La consommation de viande de volaille en milieu rural est importante grâce à la production
locale. En ville, la volaille (importée et locale) contribue pour 21 pour cent à la fourniture de
protéines animales (Tableau 8).
9
Structure du secteur avicole
La contribution de la volaille commerciale à la sécurité alimentaire en zones urbaine et
périurbaine n’a pas fait l’objet d’une recherche particulière.
TABLEAU 8
Consommation relative de viande et de poissons en milieux urbain et rural
Milieu rural
Milieu urbain
Volailles
42%
21%
Autres viandes
30%
33%
Poissons
28%
46%
Source: Braillon 1999, modifié par Badjé (2006)
La contribution de la volaille commerciale à la sécurité alimentaire en zones urbaine et
périurbaine n’a pas fait l’objet d’une recherche particulière.
Néanmoins de Aklobessi & de Souza (2007) a observé que chaque mois 71 pour cent des
ménages de Lomé et 31 pour cent des ménages des grandes villes consomment de la viande
de volaille en y consacrant respectivement 706 et 476 francs CFA. Pour l’œuf ce sont 51 pour
cent et 22 pour cent des ménages qui le consomment en y consacrant 471 et 289 francs CFA
respectivement à Lomé et dans les grandes villes.
On constate qu’avec l’urbanisation (également étendue aux villes moyennes situées à
l’intérieur du pays) s’est développée une restauration rapide qui propose aisément de la
viande de poulet ou de pintade vendue en sauce ou grillée. Il faut à cela ajouter la forte
consommation d’œufs durs dans les débits de boisson et d’omelettes dans les « cafétérias »
qui proposent des petits déjeuners le long des bords de route.
Le Tableau 9 montre les chiffres de la consommation en œufs et en viande de volailles.
TABLEAU 9
Montants consacrés à la consommation d’œufs et de viandes de volailles au Togo
en 2008 et 2009 (en million de F CFA)
Produits
Montant en 2008
Montant en 2009
Œufs
3 681
3 730
Viandes de volailles
9 994
8 363
Source: Direction Générale de la statistique et de la Comptabilité Nationale: Données avicoles, 2011
En considérant que le prix moyen du plateau de 30 œufs est de 2550 f CFA, la quantité
d’œufs consommés au niveau national en 2009 est d’environ 43 882 353 unités. Pendant la
même année, la quantité de viande de volailles consommée au niveau national est de 5 576
tonnes sachant que le prix moyen du kilogramme de viande de volaille est de 1500 f CFA.
Ces données ne précisent, cependant pas les systèmes d’élevage (moderne ou traditionnel)
d’où proviennent les œufs et les viandes consommés.
2.5 COMMERCE
L’importation des animaux vivants est à la fois destinée à la production (poussins, coquelets
pour engraissement…) et à la consommation. Dans ce dernier cas, il s’agit essentiellement
d’importations de volailles sur pied en provenance des pays voisins à partir des marchés
frontaliers.
10
Revue du secteur avicole: Togo
FIGURE 7.a Importation/Exportation de poulets vivants
(moins de 185 g.)
80
Quantités en ('000)
70
60
50
40
30
20
10
0
Importations Quantités
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
23
7
3
45
2
76
0
1
14
Exportations Quantités
Source: FAOSTAT, juillet 2014
Le Tableau 10 montre les importations des poussins d’un jour (ponte, chair et coquelets) au
Togo de 2001 à 2009. De 2007 à 2009, les effectifs de poussins importés ont diminué
fortement. Mais, dans la même période (de 2005 à 2010), Dao (2010) rapporte une
progression significative des effectifs des poules pondeuses. Cependant, la diminution du
nombre de poussins importés et la progression de l’effectif des poules pondeuses ne
pouvaient être expliquées par la production locale des poussins d’un jour. Cette contradiction
pourrait s’expliquer par l’importation non contrôlée et non déclarée des poussins d’un jour en
provenance surtout des pays voisins.
TABLEAU 10
Importations de poussins d’un jour au Togo
Année
Nombre
Nombre**
2001
257 500
2002
257 500
2003
257 500
2004
423 500
2005
423 500
2006
423 500
86 750
2007
75 750
-
2008
57 950
84 010
2009
79 950*
170 600
2010
227 380
2011
232 330
2012
208 770
Source: Sanvee, 2009; *DAO, 2010; ** DE ,2013
En ce qui concerne l’importation de viande et abats de volaille, l’étude la plus récente
conduite en 2010 montre qu’il «existe au Togo une vingtaine d’importateurs» (Dao, 2010).
Selon Aklobessi & de Souza (2007), les importateurs sont relayés à l’intérieur du pays par
des distributeurs disposant des installations de tailles variables. Ils font du lobbying à travers
l’Association des Importateurs de Produits Congelés d’Élevage et de Pêche au Togo qui
11
Structure du secteur avicole
cherche à peser de plus en plus sur les orientations du gouvernement en matière de
politiques d’approvisionnement en protéines d’origine animale en privilégiant la réduction du
déficit structurel du pays par une grande dépendance extérieure. La figure 7b indique que les
importations progressent de façon importante entre 2006 à 2009 avec un pic en 2008.
FIGURE 7.b Importation/Exportation de viande de poulet
Quantités en tonnes
14000
12000
10000
8000
6000
4000
0
2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011
Importations Quantités 3043 2832 3167 2845 2636 11559 6876 6715 8972
Exportations Quantités
151
28
0
24
0
0
307
248
138
Source:
FAOSTAT,
juillet 2014
2000
Les pays exportateurs vers le Togo en 2003 étaient en volume, principalement la France
(69%), l’Espagne, (13%), l’Allemagne (7%), l’Italie, le Royaume-Uni et le Danemark avec 3
pour cent chacun et enfin les Pays-Bas et l’Islande avec 1 pour cent (SOS Faim Belgique,
2004). Les importations compensent la production nationale insuffisante pour couvrir les
besoins nationaux (taux de couverture de 73 pour cent en 1996 selon la Banque Mondiale en
1999).
En raison du faible niveau de production et d’intégration de la filière avicole, les produits de
l’aviculture sont faiblement exportés. Cependant, on note quelques sporadiques exportations
de viandes et abats de volailles ces deux dernières années comme le montre le Tableau 10.
TABLEAU 11
Exportations de viande et abats de volailles
Année
Quantité (kg)
Valeur (F CFA)
Valeur/kg (F CFA)
2009
521 122
388 722 017
746
2010
796 240
318 579 450
400
2012
265 730
106 320 490
400
2013
36 464
32 352 037
887
Source: DGSCN, 2014
Les données du Tableau 11 donnent la valeur d’un kg de viande et abats de volailles variant
de 400 à 887 f CFA.
12
Revue du secteur avicole: Togo
Le Tableau 12 montre les quantités et valeur de viandes de volailles importées. Ces données
(quantité de volailles importées) diffèrent les unes des autres. Ces différences
s’expliqueraient par le fait qu’aux Douanes, les quantités importées ne sont déclarées en
totalité par les importateurs, probablement pour éviter les taxes.
TABLEAU 12
Évolution des importations de viandes de volailles au Togo
Année
Quantités
(tonnes)*
Valeur
(FCFA)*
Valeur/Kg
(FCFA)*
Quantités
(tonnes)**
2001
1 732
592 697 214
342
2002
3 001
994 841 290
331
2003
2 991
893 572 131
298
2004
2 832
754 506 767
266
2005
3 167
861 278 422
272
6119,6
2006
1 036
340 425 230
329
1347,4
2007
2 636
1 005 947 306
381
3110,8
2008
9 552
3 833 534 008
401
6631,6
2009
6 931
2 777 196 250
401
9512,9
2010
6 604
2 648 687 581
401
7974,7
2011
9201,8
2012
9191,0
Source: *Direction Générale des Douanes, 2010; **DE, 2013
L’ouverture du marché togolais aux importations compense la production nationale
insuffisante pour couvrir les besoins nationaux (taux de couverture de 73 pour cent en 1996
selon la Banque Mondiale en 1999). Les importations contribuent aux recettes de l’Etat. Le
Tableau 12 indique qu’entre 2001 et 2005, les importations de viandes de volailles
évoluaient en dent de scie. Mais de 2006 à 2009, les importations progressent de façon
importante avec un pic en 2008. Cette progression des importations de viandes de volailles
pèse lourd sur la croissance de la production de viande de volailles surtout les poulets de
chair.
FIGURE 7.c Importation/Exportation d’œufs de poule (avec coquilles)
Quantités en tonnes
250
200
150
100
50
0
2003
2004
2005
2006
2007
2008
2009
2010
2011
Importations Quantités
192
0
0
0
0
0
1
5
51
Exportations Quantités
10
0
0
0
0
0
0
0
0
Source: FAOSTAT, juillet 2014
13
Structure du secteur avicole
2.6 PRIX
En 2010, à la station expérimentale de l’École Supérieure d’Agronomie de l’Université de
Lomé, le coût de production est estimé à 51,72 F CFA, 1226,19 F CFA et 1029,87 F CFA,
respectivement pour un œuf, 1kg de coquelet et 1kg de poulet de chair.
Le Figure 8 montre que les prix moyens, sur le plan national, des poulets et des pintades
vivants n’ont pas connu une grande augmentation entre 2002 et 2008. Il faut souligner que
ces prix varient beaucoup d’une région à une autre mais aussi en fonction de l’âge des
volailles.
FIGURE 8 Evolution des prix aux consommateurs poulets et pintades
2500
Prix en FCFA
2000
1500
1000
500
0
2002
2003
2004
2005
2006
2007
2008
Poulet
1387
1423
1523
1544
1634
1810
1601
Pintade
1723
1803
1932
1934
1918
2219
1881
Source: DGSCN, 2009
Jusqu’en 2014 le prix aux consommateurs du kg de la viande de pintade est supérieure à
celui du poulet.
D’autres sources (enquête Badjé, 2006) renseignent sur le prix moyen de vente unitaire des
œufs de consommation et du poulet de chair (en kg) depuis cinq ans.
TABLEAU 13
Prix moyen de vente unitaire et variation (FCFA)
Œufs de consommation (unité)
Poulet de chair (kg)
Moyenne 2001-2004
2005
Variation
65
1 600
75
1 800 / 2 000
15%
13 à 25%
Source: enquête Badjé, 2006
Le prix de vente unitaire de l’œuf de consommation est de 75 francs CFA chez les
producteurs et de 100 francs CFA chez les commerçants. Ces prix sont encore valables en
2014.
14
Revue du secteur avicole: Togo
Chapitre 3
Systèmes d’aviculture
TABLEAU 14
Classification des systèmes d’aviculture selon la FAO
Secteurs
(FAO/définition)
Système d’aviculture
Industriel et
intégré
Commercial
Villageois et de
basse-cour
Biosécurité
Élevée
Basse
Secteur 1
Secteur 2
Secteur 3
Secteur 4
Élevé
Moyen à élevé
Bas
Bas
Niveau de biosécurité
Débouchés commerciaux
Exportation et
urbains
Urbains/ruraux
Urbains/ruraux
Urbains/ruraux
Dépendance des intrants au
marché
Élevée
Élevée
Élevée
Faible
Dépendance aux bonnes routes
Élevée
Élevée
Élevée
Faible
Implantation
Dans la périphérie
des capitales et des
grandes villes
Dans la périphérie
des capitales et des
grandes villes
Villes plus petites et
zones rurales
Partout, essentiellement
dans des zones éloignées
ou enclavées
Volailles élevées
Confinement
Confinement
Claustration au
sol/semi-confinement
Essentiellement en plein
air
Bâtiment/abri
Fermé
Fermé
Fermé/ouvert
Ouvert
Contact avec d’autres poulets
Aucun
Aucun
Oui
Oui
Contact avec d’autres canards
Aucun
Aucun
Oui
Oui
Contact avec d’autres volailles
domestiques
Aucun
Aucun
Oui
Oui
Contact avec la faune sauvage
Aucun
Aucun
Oui
Oui
Soins et conseils vétérinaires
Possède son propre
vétérinaire
Paie pour le service
Paie pour le service
Irréguliers, dépendent des
services vétérinaires
publics
Approvisionnement en
médicaments et vaccins
Marché
Marché
Marché
Gouvernement et Marché
Sources d’informations
techniques
Multinationales et
ses succursales
Vendeurs d’intrants
Vendeurs d’intrants
Services publics de
vulgarisation
Sources de financement
Banques et fonds
propres
Banques et fonds
propres
Banques et canaux
privés 2
Fonds propres,
programmes d’assistance
et banques
Races de volailles
Améliorées
Améliorées
Améliorées
Locales ou indigènes
Niveau de sécurité alimentaire
des éleveurs
Élevé
Bon
Bon
Bon à faible
Secteur 1: Système industriel et intégré avec un haut niveau de biosécurité et des oiseaux/produits vendus d’une manière
commerciale (p.ex. des fermes qui sont une partie d’une exploitation intégrée de poulets de chair avec des manuels de procédures
standards de biosécurité clairement définis et exécutés).
Secteur 2: Système commercial d’aviculture avec un niveau modéré à élevé de biosécurité et des oiseaux/produits habituellement
vendus d’une manière commerciale (p.ex. des fermes avec des oiseaux en permanence élevés en confinement; empêchant
rigoureusement tout contact avec d’autres volailles ou faune sauvage).
Secteur 3: Système commercial d’aviculture avec un niveau faible à minimal de biosécurité et des oiseaux/produits vendus au niveau
des marchés de volailles vivantes (p.ex. une exploitation de pondeuses en cage avec des oiseaux dans des logements ouverts; une
ferme avec des oiseaux ayant accès au plein air; une ferme où sont élevés des poulets et des palmipèdes).
Secteur 4: Élevage villageois et de basse-cour avec un niveau minimal de biosécurité et des oiseaux/produits consommés localement.
2
Usuriers, parents, amis, etc.
Systèmes d’aviculture
15
3.1 GÉNÉRALITÉS
Le Togo a développé deux types d’aviculture; l’une familiale plus ou moins améliorée
s’appuyant sur l’exploitation des races locales relativement métissées, l’autre sur
l’exploitation des races importées avec des degrés d’intensification différents.
La classification des élevages avicoles selon la typologie FAO montre qu’il n’existe pas au
Togo d’élevage de type système 1 en dehors de la ferme de Pya. En effet, ce système
intégré correspond généralement aux élevages de parentaux et/ou aux producteurs de
poussins. .
Cinq ( 5) fermes produisent des poussins présentement au Togo à partir des œufs à couver !
Les effectifs des élevages commerciaux peuvent être considérés comme appartenant
essentiellement aux systèmes 2 et 3.
Le système 2 regroupe les « grands producteurs », toutes proportions gardées et ramenées
à la dimension de la production avicole togolaise (structures avec plus de 5 000 sujets). Il
s’agit d’élevages intensifs commerciaux essentiellement concentrés en région Maritime. On
peut considérer qu’une grande majorité des éleveurs de poules pondeuses font partie du
secteur 2.
Le système 3 regroupe des éleveurs occasionnels qui ciblent des périodes de fêtes et/ou des
promoteurs dont l’activité principale n’est pas l’élevage. Généralement, les effectifs sont
inférieurs à 5 000 sujets et dans la plupart des cas, il s’agit d’élevages de poulets de chair ou
de coquelets.
Il existe toujours une très grande prédominance des éleveurs familiaux et globalement, la
structure de l’aviculture (l’appartenance des élevages aux différents systèmes) n’a pas
changé au cours des dernières années.
D’une manière générale, il est très difficile de connaître avec précision le nombre exact de
producteurs appartenant aux différents secteurs.
3.2 SECTEUR 1: ÉLEVAGE INDUSTRIEL ET INTÉGRÉ
Le secteur industriel intégré proprement dit (secteur 1) est rare en Afrique, et notamment au
Togo.
Seule la ferme avicole de Pya (région Kara) peut être assimilée au secteur 1. Dans le cas de
la ferme de Pya, il s’agit d’un élevage de parentaux dont le niveau et la régularité de la
production peuvent laisser penser que cet élevage est marginal.
La ferme avicole de Pya (FAP) est qualifiée de ferme marginale parce qu’elle se distingue par
son niveau d’infrastructures et d’équipements très important par rapport aux autres fermes
qui sont des secteurs 2 ou 3.
Au fait, par le passé la ferme avicole de Pya était complètement intégrée. Elle disposait des
poulaillers dans lesquels sont élevés des cheptels de parentaux. Les œufs à couver produits
sont incubés sur place puisque la ferme est équipée en incubateurs. Les poussins produits
sont élevés pour leur chair et/ou pour les œufs. L’excédent de poussins est vendu aux autres
éleveurs du pays. L’aliment est produit sur place grâce aux broyeurs- mélangeurs installés
dans la ferme. Ainsi décrite, la FAP n’avait pas d’équivalent dans tout le pays ce qui lui a valu
le qualificatif de ferme marginale. Mais, il faut signaler qu’aujourd’hui la ferme n’élève plus
les parentaux, les incubateurs ne fonctionnent plus, l’unité de fabrication d’aliments fait
difficilement la prestation de service aux éleveurs de la préfecture et l’effectif des poules
pondeuses entretenues n’est plus que de deux mille (2000) têtes.
La ferme de Pya est en rénovation. Durant l’année 2013, elle a eu à produire 19 000
poussins ponte à partir des œufs à couver importés de Belgique. Le programme de relance
de la ferme prévoit la reconstitution des lots de reproductrices.
3.3 SECTEURS 2 ET 3: AUTRES ÉLEVAGES COMMERCIAUX
Le Tableau 15 donne une indication de la localisation et du nombre d’exploitations avicoles
commerciales au Togo. Les exploitations avicoles sont principalement situées dans la région
Maritime. L’étude de la compétitivité de la filière avicole réalisée par Aklobessi & de Souza
(2007) a permis d’établir une fiche des aviculteurs du secteur commercial (secteur 2 et 3) du
16
Revue du secteur avicole: Togo
pays. L’actualisation annuelle de cette fiche serait un outil important pour le suivi de la
filière.
TABLEAU 15
Nombre d’éleveurs réguliers de volailles en système commercial (secteurs 2 et 3)
Année
Maritime
Plateaux
Centrale
Kara
Savanes
Total
2001*
42
8
12
5
0
67
2002*
47
8
12
5
0
72
2003*
57
8
12
5
0
82
2004*
62
8
12
5
0
87
2005*
203
32
15
8
1
259
2007**
226
33
15
8
1
283
2010**
284
24
18
17
4
347
Sources : * Aklobessi & de Souza, 2007; ** Dao, 2010
Entre 2001 et 2004, le nombre d’exploitants est faible et, on peut supposer qu’en réalité le
Togo compte bien plus d’aviculteurs (1,5 à 2 fois plus). Cependant entre 2005 et 2010, les
nombres des exploitations avicoles mentionnées dans le tableau reflètent la réalité puisqu’ils
sont issus des recensements des acteurs de la filière (Dao, 2010).
Le Tableau 16 montre la répartition régionale des divers acteurs de la filière avicole en 2010.
TABLEAU 16
Répartition régionale des intervenants de la filière avicole au Togo en 2010
Dont Type 2 et 3
Savanes
Kara
Centrale
Plateaux
Maritime
Total
4
17
18
24
264
327
1*
3
5
–
7
–
3
4
Producteurs poussins (prod. + reprod)
1
Importateurs mat. 1ères
–
Importateurs intrants vétérinaires
1
Importateurs de viandes et d’œufs
–
–
–
–
10
10
Abattoirs
0
0
0
1*
0
1
2
2
Associations professionnelles
–
–
Source: Sanvee, 2009; Dao, 2010*
En 2010, Dao a dénombré 327 fermes commerciales. Avec la création d’Agro-Business
Company (ABC) en 2013, cet effectif est passé à 328 fermes.
Des sources proches de l’Association Nationale des Professions Avicoles du Togo, il n’est pas
possible de donner avec précision le nombre de fermes en aviculture commerciale en 2014.
Trois principales organisations de la filière sont en activité dans le pays. En 1999,
l’Association Nationale Des Producteurs Avicoles du Togo (ANPAT) a été créée. Depuis, elle
reste l’unique organisation des acteurs de la filière. En 2008, l’ANPAT a connu une mutation
en se transformant en une interprofession comprenant plusieurs collèges d’acteurs (éleveurs,
techniciens, importateurs de poussins et d’ingrédients ...). L’ANPAT est ainsi devenue
l’Association Nationale des Professions Avicoles du Togo. En 2007, une deuxième
organisation de filière a été créée. Il s’agit de l’Association Togolaise des Aviculteurs
(ASTAV). Mais, de source proche du staff, ASTAV représente l’ébauche du collège des
aviculteurs de l’ANPAT. Dans la même année, la branche togolaise de l’Association Mondiale
des Sciences Avicoles (WPSA-TOGO) a été créée. La WPSA est la référence mondiale des
sciences avicoles. Cette association regroupe les chercheurs, les aviculteurs, les industriels…
17
Systèmes d’aviculture
La plupart des ouvriers qui travaillent dans les fermes avicoles ont été formés sur le terrain.
Par exemple, dans le cas du Programme Pluriannuel de Micro Réalisations (PPMR) ou des
projets Téléfood, des groupements bénéficiaires de subventions pour mettre en place de
petites unités de pondeuses ont été formés à cette occasion. Il est très courant que les
promoteurs soient ainsi formés. Cette formation restant limitée, les résultats de la branche
s’en ressentent, expliquant ainsi l’abandon de beaucoup d’éleveurs après une première
tentative d’exploitation avicole.
Des centres ou institutions de formations tels que le Laboratoire des Sciences Aviaires de
l’Université de Lomé, Opportunities Industrialisation Center (OIC) et l’Institut National de
Formation Agricole (INFA) de Tové forment des jeunes aux métiers de l’aviculture
commerciale, à des niveaux divers. Sortis de ces « écoles », ces jeunes se voient confier des
fermes appartenant à un membre de la famille promoteur d’un élevage avicole ou très
rarement, ils se mettent à leur compte.
À l’INFA de Tové, il y a deux nivaux de formation notamment les Techniciens agricoles et les
Techniciens supérieurs agricoles avec option production animale. C’est dans cette option que
les apprenants reçoivent les bases fondamentales et pratiques de l’aviculture.
L’OIC, très dynamique il y a quelques années dans la formation pratique en aviculture, a
connu une baisse de régime ces dernières années faute probablement au financement.
L’organisation à la vocation de former les ouvriers avicoles en matière des pratiques
élémentaires.
Le Laboratoire des Sciences Aviaires de l’Université de Lomé assure une formation à trois
niveaux. En effet, la formation doctorale est la principale activité du laboratoire. Cette
formation inclut le Master et le Doctorat principalement axé sur la recherche. Le laboratoire
intervient également dans la formation des Ingénieurs Agronomes (Option production
animale). Créé depuis 2006, le Laboratoire a senti la nécessité d’initier un autre volet de
formation pratique et théorique à temps partiel aux métiers de l’aviculture. Ce volet démarré
depuis 2008, constitue le lien entre la recherche et la pratique.
On remarque la présence accrue de techniciens compétents dans le cadre de l’appui conseil
au profit de structures commerciales de taille importante (zootechniciens, agronomes,
vétérinaires). La plupart de ces techniciens sont au service de l’ICAT qui a installé des
antennes sur toute l’étendue du territoire. Parfois même dans certaines régions du pays,
l’ICAT reçoit l’appui de l’Agronomes et Vétérinaires Sans Frontière (AVSF). A ceux-ci, il fait
ajouter les vétérinaires et zootechniciens privés qui contribuent efficacement au
développement de la filière.
Le Tableau 17 présente une estimation des coûts de production unitaire et son évolution
depuis cinq ans.
TABLEAU 17
Coût moyen de production unitaire et variation (FCFA)
Aliment (kg)
Œufs de consommation (unité)
Poulet de chair (kg)
Moyenne 2001 -2004
2005
Variation
150
200
33%
40
50
25%
1 000
1 700
70%
Source: Enquête Badjé, 2006
L’année 2005 est incontestablement une année importante pour l’aviculture togolaise car
durant celle-ci, les coûts de production de l’aliment, de l’œuf et du poulet de chair ont
considérablement augmenté. Le coût moyen de production d’aliment indiqué dans le tableau
est raisonnable. Depuis 2005, le coût de production d’un kg d’aliment n’a pas connu de
grande variation. Une étude faite en 2010 par le Laboratoire des Sciences Aviaires, montre
que le coût de production d’un kg d’aliment est évalué à 250 F CFA, 160 F CFA et 200 F CFA,
respectivement pour l’aliment démarrage, l’aliment poulette et l’aliment ponte.
Ces coûts sont estimés à 250 F CFA, 200 F CFA, 225 F CFA entre 2010-2014 Cependant, il
faut noter que ces valeurs connaissent d’importantes fluctuations au cours d’une année en
fonction de la disponibilité et des prix des ingrédients alimentaires.
18
Revue du secteur avicole: Togo
3.3.1 Cheptels reproducteurs et œufs à couver
Il n’existe pas de fermes de parentaux au Togo en dehors de la production sporadique
rapportée par la ferme avicoles de Pya (Région Kara). Depuis 2006, les activités de la ferme
de Pya sont en veilleuse.
En 2014 nous dénombrons quatre (04) producteurs de poussins à partir d’œufs à couver
importés de l’Europe (Tableau 18).
TABLEAU 18
Situation des couvoirs
Nom couvoir
Togo Eclosion
Capacité des
machines
(Œuf à couver)
19 200
Couvoir de l’Université
Société « Le Poussin »
Ferme avicole de Pya
Production en 2014
3 000 poussins/semaine
(200 000 têtes/an)
20 000 poussins/mois
3 x 33600
33 600 poussin/mois
19 000
Irrégulière
Source: DE, 2014
3.3.2 Viande de poulets de chair
Il est rare de rencontrer un éleveur ne faisant que l’élevage de poulets de chair. Très
souvent ce type d’élevage s’ajoute à l’élevage de pondeuses pour satisfaire une clientèle
ciblée à des périodes précises.
La clientèle est constituée essentiellement des populations urbaines er périurbaines durant
les périodes de fêtes.
(Pour le détail des conduites d’élevage se référer au système de production d’œufs de
consommation en 3.3.3).
Cette aviculture est très dépendante des intrants (pour la plupart importés), dont les prix
sont répercutés sur les coûts de production. Malgré des performances zootechniques
convenables, l’aviculture togolaise des années 2000 a perdu sa compétitivité des années 80,
notamment en ce qui concerne la production de poulets de chair. La concurrence des viandes
d’origine européenne reste forte malgré les restrictions d’importation dont le pays ne peut
totalement se passer en raison de l’insuffisance de sa production nationale.
3.3.3 Œufs de consommation de poules
L’aviculture commerciale est essentiellement tournée vers la production des œufs de
consommation.
Les éleveurs commerciaux ont tendance à se limiter à un seul type de production
(pondeuses).
Reproduction
Dans les élevages exploitant exclusivement les races améliorées, la reproduction ne fait pas
l’objet d’une préoccupation particulière en raison même du système d’élevage qui importe les
poussins d’un jour.
Alimentation
L’usage d’un aliment élaboré est courant chez les éleveurs commerciaux. Certains fabriquent
eux-mêmes leur aliment tandis que d’autres l’achètent auprès des fabricants locaux. Les
ingrédients de ces aliments sont essentiellement le maïs et le soja acquis pour l’essentiel
localement, la drêche de brasserie, le tourteau de coton, le son cubé, le leuceana, la farine
de poisson et les prémix. Néanmoins, la production nationale de maïs ne suffit pas et les
19
Systèmes d’aviculture
éleveurs ont régulièrement recours aux importations. L’année 2005 restera une référence sur
cette question.
D’une manière générale, l’observation des normes préconisées par les professionnels n’est
pas toujours respectée soit par ignorance soit par souci de minimiser les coûts de revient de
l’aliment. On peut noter que d’un éleveur à un autre (ou d’un fabricant à un autre), la qualité
de l’aliment est très variable, ce qui a des conséquences graves sur les performances des
animaux.
Il n’existe au Togo aucune unité industrielle de fabrication d’aliments pour volailles.
Cependant, il y a des unités de mouture et de mélange d’aliments constitués des ingrédients
alimentaires selon une ration formulée par chaque éleveur. Ces unités de mouture et de
mélange d’aliments, pour rendre leurs services plus efficaces font des stocks des ingrédients
alimentaires peu disponibles (son cubé, drêche de bière, tourteaux, concentrés, prémix…)
qu’ils vendent aux éleveurs. Par ailleurs, les grandes fermes disposent généralement leur
propre unité de fabrication d’aliment.
Le Tableau 19 montre les taux d’incorporation moyen de ces ingrédients dans différentes
rations des poules pondeuses. Il ressort que le maïs est de loin l’ingrédient le plus utilisé
dans la formulation des rations alimentaires chez les volailles. En plus, parmi tous les
ingrédients, c’est le prix du maïs qui fluctue le plus créant ainsi l’incertitude chez les
éleveurs.
En 2011 il a été créé la Coopérative des Producteurs Avicoles de la Région Maritime
(COPAREM) Membre de l’ANPAT, la COPAREM a pour objectif principal la commande en gros
des intrants pour ses membres. Elle a installé une provenderie dans la banlieue Est de Lomé
au début de l’année 2014.
TABLEAU 19
Taux d’incorporation (%) de quelques ingrédients alimentaires dans la ration des poules
Ingrédients
Démarrage
Croissance
Ponte
Maïs
53,96
47,53
53,09
Son de cubé
11,64
22,53
12,37
Soja torréfié
14,04
9,18
10,17
Farine de poisson
8,83
7,94
7,51
Tourteau de coton
6,86
5,30
5,88
0
1,13
3,87
2,52
4,41
7,12
Leucaena
Coquille
Source: Tona, 2010
La quantité d’aliments consommés a sensiblement diminué en 2007 et 2008 comme l’indique
le Tableau 20. Cette baisse est certainement due à la diminution de l’effectif des pondeuses
suite à la crise de l’IAHP.
TABLEAU 20
Quantité d’aliment consommé (tonnes)
Années
2001
Aliments consommés
15 883
Années
Aliments consommés
Source: Sanvee, 2009
2002
2003
2004
15 106
14 919
24 009
2005
2006
2007
2008
23 493
23 493
4 202
4 575
20
Revue du secteur avicole: Togo
Gestion de l’exploitation
Dans les exploitations commerciales, la conduite en bandes est régulièrement la règle mais
les aviculteurs élèvent plusieurs bandes à la fois sur le même site. Ce choix permet de
fidéliser la clientèle car la production est alors étalée dans le temps.
3.3.4 Autres espèces
Dans les secteurs 2 et 3, il n’y a pas d’autres espèces de volailles qui sont exploitées au
Togo.
3.4 SECTEUR 4: ÉLEVAGE VILLAGEOIS OU DE BASSE-COUR
L’élevage villageois de basse-cour ou élevage familiale est un complément à l’agriculture.
C‘est la spéculation qui domine les productions animales dans les ménages ruraux.
Le recensement national de l’agriculture de 2012 a donné un effectif moyen de 30 volailles
par exploitation agricole contre cinq caprins/exploitation, 2,2 ovins/exploitation, 1,9
porcins/exploitation et 0,8 bovin/exploitation.
Par ailleurs l’aviculture occupe près de 15 pour cent de femmes chef de ménage alors que les
autres spéculations occupent moins de 14 pour cent de femmes.
Les produits de l’élevage villageois à l’exception des pintades dans la région des savanes
sont vendus ponctuellement pour assurer soit des dépenses de santé pour les membres de la
famille, soit les frais de scolarité pour les enfants, soit pour assurer des évènements culturels
et/ou rituels.
3.4.1 Poulets
L’aviculture villageoise togolaise a connu un remarquable développement depuis une
vingtaine d’années grâce aux nombreux programmes d’assistance dont les paysans ont été
bénéficiaires.
Ces programmes d’assistance se sont investis, avec l’appui des cadres locaux, dans la
formation des paysans sur l’amélioration de l’aviculture locale (alimentation, logement,
vaccination, déparasitage),la gestion technique et économique de l’élevage familiale.
Même si la majorité des paysans togolais pratiquent cet élevage de façon familiale, les
résultats de ces programmes permettent de voir aujourd’hui l’émergence réelle d’une
catégorie d’éleveurs irréversiblement adeptes de pratiques traditionnelles améliorées
(vaccination, logement, alimentation améliorée…).
Reproduction
En élevage villageois, la reproduction est très souvent incontrôlée.
Des expériences d’amélioration des performances ponte et chair ont été conduites dans
toutes les régions. Il faut cependant signaler que dans le cadre de leur programme de
coopération sur l’aviculture villageoise, les ONGs encouragent les paysans à introduire de
plus en plus souvent un nouveau coq (souvent exotique) dans la basse-cour; plus de 90 pour
cent des paysans formés par ces programmes respectent ce choix (AVSF, ICAT avril 2006).
Leurs produits ont proliféré et sont aujourd’hui présents dans quasiment tous les villages
togolais, la recherche de nouveaux géniteurs ayant été perpétuée par les paysans euxmêmes.
Durant le 2ème trimestre de 2014 des coquelets améliorateurs ont été introduits dans des
élevages familiaux par la Direction de l’Elevage et l’ICAT dans le cadre des actions du Projet
d’Appui au Secteur Agricole (PASA).
Alimentation
Traditionnellement, le poulet en élevage familial recherche elle-même son alimentation,
l’élevage étant essentiellement de type extensif et la divagation de rigueur.
Les compléments de ration apportés par l’éleveur sont dérisoires et souvent limités aux
poussins. L’amélioration des systèmes d’élevage avec l’aide des programmes d’assistance sur
l’aviculture villageoise a fait évoluer ces pratiques chez la majorité des paysans aujourd’hui.
Ainsi, les rations alimentaires sont-elles constituées de céréales (maïs, sorgho, mil, brisures
de riz….), de termites, de petits poissons, et de coquilles d’huîtres. Les programmes de
21
Systèmes d’aviculture
développement en aviculture villageoise ont élaboré des formules alimentaires simples et
accessibles aux paysans. Cependant, leur usage n’est pas encore systématique.
Gestion d’exploitation
Malgré les programmes d’amélioration de l’aviculture villageoise mis en œuvre dans le pays
depuis une vingtaine d’années, la majorité des élevages avicoles familiaux ne disposent pas
de poulaillers et les volailles de plusieurs espèces se côtoient.
Ces élevages ne sont pas dans une logique de rendement absolu; ainsi, le ratio nombre
d’animaux vendus/nombre d’animaux en âge de l’être est très bas (moins de 20 pour cent 3,
VSF, 2004). Les animaux sont variablement exploités pour la vente, les dons, la
consommation familiale et les rites culturels locaux. Les œufs (à l’exception des œufs de
pintades) sont rarement vendus, ils sont plutôt destinés à la reproduction. Les ventes sont
très saisonnières.
En aviculture villageoise, il faut noter le remarquable travail de formation réalisé par les
projets PRODEPEKA, PNPE, PAEF et PSSA dans la formation des Agents Communautaires de
Santé Animale (ACSA) des techniciens et conseillers agricoles et enfin des paysans sur la
conduite d’élevage (vaccination, logement, reproduction et alimentation). Ces formations ont
été réussies grâce au concours de cadres compétents mais parfois insuffisamment mobilisés.
3.4.2 Autres espèces
Au Togo, l’aviculture familiale est dominée par l’élevage des poulets avec environ 71 pour
cent de l’effectif suivi des pintades et des pigeons qui représentent 20 pour cent et 8 pour
cent, respectivement (Lombo & Dao, 2009).
La méléagriculture tient une place importante dans l’élevage de la volaille. En effet, des
résultats du recensement national agricole de 1996, la répartition par région des effectifs des
pintades au Togo se présente comme indiqué dans le Tableau 21. Il ressort de ce tableau
que la région des Savanes détenait à elle seule 53,5 pour cent de l’effectif total des pintades
du pays. La part de la région des savanes dans l’effectif national est en diminution. En effet,
le dernier recensement agricole de 2012 a montré que la région des Savanes détient 47 pour
cent de l’effectif total des pintades (Tableau 21).
TABLEAU 21
Répartition de l’effectif des pintades selon les régions
Région
Effectif 1996*
Effectif 2012**
Savanes
637 800
789 295
Kara
213 393
295 965
Centrale
95 755
234 309
Plateaux
167 294
296 164
Maritime
Total
77 876
65 968
1 192 118
1 681 701
Source: * Lombo & Dao, 2009; **DSID, RNA 2012
3
Sauf chez les paysans pratiquant l’aviculture traditionnelle améliorée chez lesquels ce taux peut atteindre 70 pour
cent (AVSF, 2003).
22
Revue du secteur avicole: Togo
3.4.3 Première étude de cas
22/12/2010 au 25/12/2010
Date de l’étude de cas
Marchés de volailles, fermes
avicoles commerciales et
consommateurs de produits de
volaille
Secteurs
Localisation de la zone
06°09’01’’ de latitude Nord et
01°20’01’’ de longitude Est
Chiffres de la population humaine
796 416 habitants (chiffre de
2006)
Chiffres du cheptel avicole
Pas de données disponibles
La première étude de cas a concerné la connaissance des marchés de volailles et des
fermes avicoles commerciaux de la ville de Lomé et de ses environs.
Description de la localité
Lomé est la capitale du Togo, pays situé en Afrique de l'Ouest. La ville se trouve au sudouest du pays et s'étend sur la rive du Golfe de Guinée. Elle occupe une superficie totale
de 333 km² avec plusieurs agglomérations entre autres: Aflao, Agbalépédo, Akodésséwa,
Baguida, Kanyikopé, Kélékougan, Agoè, Zanguéra… Elle se situe à 150 kilomètres de
Cotonou et à 200 kilomètres d'Accra.
La ville est sous l’influence d’un climat équatorial largement influencé par l’océan
atlantique. Ce climat se caractérise par deux saisons pluvieuses. La première débute en
avril et se termine en juillet tandis que la seconde va de septembre à novembre. La
température varie entre 22,9° et 30,5° C toute l’année. La pluviométrie est d’environ 871
mm d’eau par an.
De nos jours, la capitale est réputée pour être une ville industrielle, commerciale et
administrative. Elle dispose d'un grand aéroport international, d'une zone franche
industrielle ainsi que d'une importante zone portuaire desservant la majorité des pays
enclavés du Sahel.
Description du secteur avicole de la zone
Marchés de volailles
La collecte des données a été réalisée grâce à une enquête auprès des marchands de
volailles dans les marchés de la ville de Lomé et de ses environs.
Caractéristiques des marchés
L’enquête a concerné trois marchés de volailles dont deux dans la ville de Lomé et un
dans la banlieue. Dans la ville de Lomé le choix est porté sur le marché de Gbossimé situé
à Tokoin et celui d’Abattoir situé à Atikpodji. Le marché d’Adidogomé est celui choisi parmi
les marchés de la banlieue. Le Tableau 22 montre les caractéristiques des marchés en ce
qui concerne les infrastructures et les fréquences d’animation.
TABLEAU 22
Caractéristique des marchés de volailles de Lomé
Marchés
Fréquence
Gbossimé
Abattoir
Adidogomé
Hangar
Tôle
Paille
Quotidienne
Oui
Non
Quotidienne
Non
Non
Mardi et
mercredi
Non
Oui
Enquête Tona, 2010
Nature du
sol
Nombre de cage
Distance entre
volailles et autres
marchandises
Bois
Métal
Sable
28
8
moins d’1 mètre
Sable
12
5
moins d’1 mètre
Sable
12
0
moins d’1 mètre
23
Systèmes d’aviculture
Caractéristiques des opérateurs
Le commerce de volailles dans la zone d’étude se fait aussi bien par les hommes que par
les femmes. Les hommes sont prioritairement rencontrés dans le marché de Gbossimé et
assurent principalement la vente des pintades locales et secondairement celle des
pigeons locaux. L’âge des détaillants varie entre 25 et 30 ans et sont dans la majorité des
cas des célibataires. L’âge des grossistes varie entre 35 et 45 ans et sont tous des
mariés. Ces marchands de pintades locales sont originaires de la région septentrionale du
pays et n’ont reçu aucune formation en aviculture. Leur niveau de scolarité est
généralement très bas.
Les femmes commerçantes de volailles s’occupent principalement de la vente des
poulets, des canards, des pigeons et des dindons dans tous les marchés de la zone
d’étude. Leur âge varie entre 30 et 50 ans. Il s’agit pour elles d’une activité acquise par
héritage. On en distingue parmi elles des grossistes et des détaillants.
Pratiques de commercialisation de volailles
Parmi les marchands qui ont fait l’objet de l’enquête, 98 pour cent font du commerce de
volailles une activité permanente, tandis que le reste (2 pour cent) saisit l’occasion des
fêtes pour exercer cette activité. Le marché de Gbossimé, grand pourvoyeur de la
population de Lomé en pintades, est approvisionné en pintades par les grossistes venant
de la région des Savanes. Elles sont transportées dans les cages par vagues de 300 à 400
par voiture, deux fois par semaine. Par contre les autres espèces de volailles sont
achetées dans les marchés tels que Tsévié, Avétonou, Agbélouvé, Asahoun, Anfoin,
Aklakou…Certaines femmes des marchés de Gbossimé et d’abattoir se ravitaillent auprès
des grossistes installés dans le marché d’Adidogomé. Nous en avons rencontré 2, tous
des hommes qui déclarent se ravitailler dans les villages d’Aképé, Zanguéra, Badja,
Asahoun, Tsévié et dans les villages frontaliers du Ghana. Dans ces villages, ils travaillent
avec des collecteurs de volailles qui font le tour avec leur bicyclette et taxi-moto. La veille
du jour du marché, ces grossistes font le tour des collecteurs, récupèrent les volailles
pour les acheminer par vague de 100 à 150 oiseaux. Ils arrivent dans le marché déjà à 5
heures du matin, livrent les femmes de ce marché et celles venues d’autres marchés,
pour repartir vers 11 h à 13 h. Outre cette activité, ils s’adonnent aussi aux champs. Ils
trouvent ce commerce rentable malgré les difficultés. Parmi les grossistes détaillants du
marché d’abattoir, nous avons rencontré une dame d’une cinquantaine d’année qui vend
prioritairement des dindons locaux. Elle est de nationalité togolaise mais domiciliée au
Ghana dans le village de Dénu. Là, elle va dans les marchés de Dénu, d’Akatsi,
d’Afiadényigba, de Kéta, de KasséAdan, de Hô… (tous situés au Ghana) pour se ravitailler
en volailles. Une fois par semaine, elle traverse la frontière d’Aflao-Kodjoviakopé. Elle
dépense au total 5 000 à 10 000 F CFA comme frais de dédouanement et de contrôle
vétérinaire pour 15 à 30 dindons par semaine. Durant toute la semaine elle séjourne à
Lomé pour écouler son stock réalisant des bénéfices assez appréciables, surtout lors des
fêtes de fin d’année. Elle trouve cette pratique commerciale assez intéressante à cause
des taux d’échange du Cédi par rapport au CFA et le développement de l’élevage des
dindons au Ghana. Cependant, durant les crises de grippe aviaire aussi bien au Togo
qu’au Ghana, les mesures de restriction prises de part et d’autre de la frontière ont
sérieusement perturbé les activités avec une baisse allant jusqu’à 88 pour cent de son
chiffre d’affaire. Le Tableau 23 montre les prix moyens d’achat et de vente par unité de
volailles, et les nombres moyens de chaque type de volailles vendues par semaine.
TABLEAU 23
Variation des prix et effectifs de vente(marchés enquêtés cf tableau entre 22–25/12/2010
Espèce
Prix d’achat
moyen (F CFA)
Prix de vente
moyen (F CFA)
Marge brute
(F CFA)
Effectifs des ventes
hebdomadaires
Poulet
1 800
2660
860
69
Pintade
1 992
2800
808
61
Canard
2 667
3300
633
7
838
1100
262
27
18 250
25000
675
7
Pigeon
Dindons
Enquête Tona, 2010
24
Revue du secteur avicole: Togo
En matière de biosécurité, il est à noter qu’aucune mesure n’est appliquée puisque les
structures et l’organisation des marchés même ne s’y prêtent pas. Il en est de même pour
le bien-être puisque dans ces marchés, les volailles sont pour la plupart ligotées et
déposées à même le sol sans eau et nourries uniquement avec du son du maïs ou du son
cubé.
Enfin, les problèmes importants auxquels les marchands de volailles font face sont l’accès
au crédit, la baisse sans cesse du revenu de la population qui amène les gens à
abandonner la consommation de viande au profit du poisson et les impacts socioéconomiques occasionnés souvent par certaines pathologies comme la grippe aviaire.
Fermes avicoles
Lomé et ses agglomérations comptent au total 129 exploitations avicoles. Mais l’enquête a
concerné un échantillon de 60 exploitations.
Caractéristiques des exploitations avicoles
Les fermes avicoles visitées correspondent en majorité (92,31 pour cent) au système 3 de
la classification de la FAO. Il s’agit des élevages sur litière situés dans la ville de Lomé et
dans ses banlieues. Parmi les poulaillers, 88,44 pour cent sont construits avec des
matériaux faciles à désinfecter et dont seulement 26,9 pour cent sont bien orientés. Ce
système d’élevage offre aux oiseaux des possibilités de se déplacer librement à l’intérieur
du poulailler surtout qu’en général les densités, les ratios nombre d’animaux par mangeoire
et nombre d’animaux par abreuvoir sont respectés. Les toits de certains poulaillers (52
pour cent) sont à un seul versant. Parmi les poulaillers à double versant, seuls 20 pour
cent possèdent de lanterneaux. Dans la zone, aucune exploitation ne dispose d’autoluve.
Par contre, 86 pour cent de ces exploitations, disposent de pédiluve dont seulement 6 pour
cent étaient fonctionnels au moment de l’enquête.
Caractéristiques du personnel des fermes
Au cours des enquêtes, il a été constaté que les propriétaires des fermes sont à 98,6 pour
cent responsables de leurs exploitations. Ces propriétaires sont constitués de 1,6 pour cent
de femmes et de 98,4 pour cent d’hommes. Femmes ou hommes, ils sont tous des mariés
dont 26 pour cent sont des retraités. Les propriétaires qui ne sont pas responsables de
leurs exploitations (1,4 pour cent) sont des fonctionnaires et ne viennent dans les
exploitations que pendant les weekends. Ces propriétaires sont tous scolarisés avec 5 pour
cent pour le niveau primaire, 87 pour cent pour le niveau secondaire et 8 pour cent pour le
niveau supérieur. Par contre, seuls 3 pour cent sont réglementairement formés dans le
domaine avicole, tandis que les 97 pour cent ont été formés sur le terrain.
Caractéristiques de la production
Parmi les exploitations visitées, 88,46 pour cent produisent des œufs uniquement et 19,23
pour cent produisent les œufs et la viande (élevage des coquelets). Toutes les productions
sont vendues sur les marchés de la préfecture, surtout les marchés de Lomé. Avec un
effectif moyen de 1 840 sujets par ferme, seules les volailles du genre Gallus sont élevées
dans ces exploitations avec 52 pour cent d’Isa Brown. Les races Harco, Leghorn, Lohman,
et Hisex Brown se partagent le reste.
En matière de ravitaillement en poussin d’un jour, 53,85 pour cent des fermes enquêtées
s’approvisionnent du Ghana, 42,3 pour cent d’Europe et 3,85 pour cent du Togo. Le prix
moyen d’acquisition du poussin d’un jour est de 900 F CFA.
Dans le domaine de la production de viande, seuls 19,23 pour cent de fermes élèvent des
coquelets surtout pour les fêtes de fin d’année. En 2010, 92,31 pour cent des fermes
visitées ont mis chacune sur le marché environ 1 tonne de viande de coquelet. Le prix
moyen de vente d’un coquelet dans les fermes est de 2350 F CFA, tandis que dans le
commerce ce prix est de 2800 F CFA. Dans ce type d’élevage, nous avons détecté une
exploitation spécialisée dans la production et la vente de coquelet de 6 semaines d’âge à
travers tout le pays. Le propriétaire, un jeune marié de 36 ans, est formé au Ghana d’où il
reçoit ses poussins d’un jour, sa formule alimentaire et sa prophylaxie médicale. Ce faisant,
il met sur le marché togolais 2000 à 3000 jeunes coquelets tous les ans à un prix variant
de 800 à 1 500 F CFA.
Concernant la production des œufs, 65,38 pour cent des exploitations ayant fait l’objet de
l’enquête, ont produit chacune durant l’année 2010 plus de 150 000 œufs. L’âge à l’entrée
en ponte est de 18 semaines pour 23 pour cent de fermes, 19 semaines pour 12 pour cent,
Systèmes d’aviculture
25
20 semaines pour 54 pour cent et 21 semaines pour 8 pour cent. Quant à l’âge de la
réforme, il est de 72 semaines dans 96,15 pour cent de fermes et moins de 72 semaines
pour le reste. Les poules réformées sont vendues à un prix moyen de 2000 F CFA dans les
fermes et de 2810 F CFA dans les marchés; tandis que l’œuf est vendu à un prix moyen de
68 F CFA dans les fermes contre 100 F CFA dans le commerce.
En matière d’alimentation, la quasi-totalité des exploitations fabriquent leur propre aliment
dans les moulins publics. Ces moulins au nombre de 13 répartis dans toute la préfecture
sont en même temps des lieux de vente des ingrédients sauf le maïs et les concentrés. Ces
derniers sont achetés dans les marchés et chez l’Organisation de Producteurs Agricoles
(OPA) pour le maïs et dans les magasins tels que Agrovet et Covapel pour le concentré. Les
moulins sont caractérisés par les mauvaises conditions de conservation de vivre, le manque
de propreté, l’usage multiple des sacs dont certains servent aussi à ramasser les litières.
Chaque éleveur y vient avec sa formule alimentaire et ressort avec un aliment de qualité
douteuse.
Soins vétérinaires
Il existe dans la ville de Lomé 3 grands importateurs de produits pharmaceutiques
vétérinaires qui
sont
PHAVEKOD,
AGROVET
et
PHARMAVETO.
Ils
assurent
l’approvisionnement des aviculteurs à travers 6 pharmacies vétérinaires de détails. Mais les
prix en FCFA, jugés élevés par les producteurs, poussent 44 pour cent des exploitations
enquêtées à se ravitailler régulièrement en médicaments vétérinaires et matériels
d’élevage à Aflao, un village ghanéen frontalier de la ville de Lomé. En matière de
prophylaxie médicale, 69,73 pour cent des fermes visitées disposent de programme conçu
et exécuté par eux-mêmes. Aucun éleveur visité ne possède de vétérinaires conseils et les
œufs et viandes mis sur le marché ne subissent aucun contrôle de qualité.
Les mesures de biosécurité
Bien que les poulaillers de toutes les fermes visitées soient construits avec de matériaux
facilitant la désinfection, ils ont la particularité de se situer dans les maisons d’habitation ou
tout à côté de ces dernières. Dans la même concession donc, les logements des habitants
se situent en moyenne à 3 mètres des poulaillers. Il n’existe pas de délimitation franche
entre le secteur propre et le secteur souillé. On assiste donc en permanence dans cette
situation à des nuisances olfactives et auditives. Par ailleurs, seul le personnel de 2 pour
cent des exploitations possède de tenue de travail. Les litières ramassées sont stockées
dans la concession pendant plusieurs jours avant d’être évacuées. Sur le plan commercial,
aucune exploitation ne dispose de magasin de vente d’œufs. Ces derniers sont vendus,
dans la plupart des cas, aux bonnes femmes qui circulent de fermes en fermes avec les
mêmes alvéoles en carton. De même, la vente des poulets vivants s’opère dans les fermes
où les commerçantes de volailles pénètrent librement, y ressortent pour regagner
directement les marchés de volailles.
Les problèmes des aviculteurs de la zone
Les problèmes auxquels sont confrontés les aviculteurs rencontrés sont par ordre
d’importance, l’absence de structure de financement approprié au secteur (évoqué par 98
pour cent d’éleveurs), leur bas niveau de technicité (évoquée par 85 pour cent d’éleveurs)
et les problèmes pathologiques (évoqué par 43 pour cent des enquêtés).
Analyse de la filière
La ville de Lomé et ses agglomérations constituent le plus grand marché d’écoulement de
produits de volailles à cause de la concentration de la population et du niveau de vie de
cette dernière. Cela justifie le fait que cette zone demeure la zone préférée pour
l’implantation des fermes avicoles. Une réglementation plus stricte de cette implantation,
un meilleur accès à des outils financiers et aux connaissances techniques pour les
producteurs favoriserait le développement de la filière.
Les marchés de volaille doivent être réaménagés afin de faciliter la mise en pratique des
mesures de biosécurité et du bien-être. Ces marchands doivent être régulièrement
sensibilisés sur les problèmes d’hygiène et du bien-être des volailles. La sensibilisation des
populations concernant la qualité des produits avicoles qu’elle consomme est importante.
Les services d’hygiène, les services vétérinaires doivent pouvoir assurer l’inspection des
lieux de préparation de ces produits et leur personnel.
26
Revue du secteur avicole: Togo
3.4.4 Deuxième étude de cas
Date de l’étude de cas
Secteurs
26/12/2010 au 29/12/2010
Les marchands et les
consommateurs de volailles et de
produits de volailles de la
préfecture de Kloto
Chiffres de la population humaine
165 000 habitants (estimation de
2002)
Chiffres du cheptel avicole
Pas de données disponibles
Description du secteur avicole
Dans la préfecture de Kloto existe de façon prédominante le secteur familial où toutes les
espèces de volailles cohabitent dans la basse-cour. Néanmoins la région dispose de
quelques fermes d’élevage de poules pondeuses avec des effectifs assez importants
Marchés de volailles
Les données ont été collectées auprès de 30 marchands de volailles dans différents
marchés de vente de volailles de Kpalimé, la capitale préfectorale et de ses environs. En
dehors du marché de Kpalimé qui s’anime tous les jours et de celui du Grand Château qui
a lieu tous les deux jours, les autres marchés sont hebdomadaires. En effet, le Grand
marché de Château est clôturé et dispose d’une aire réservée à la vente de volailles, de
hangars en poteau et tôle. Dans les autres marchés, on y trouve des hangars en bois et
rarement en tôle et quelques fois les marchands exposés au soleil ou sous les arbres du
marché.
Caractéristiques des acteurs du commerce des volailles
Le commerce des volailles est l’apanage des hommes et des femmes mariées (97 pour
cent) dont 78 pour cent exercent ce métier comme activité principale. Les autres acteurs
sont des commerçants et de marchands occasionnels de périodes de fêtes. La quasitotalité des acteurs n’a jamais reçu de formation en aviculture.
Parmi ces acteurs on trouve d’une part, des collecteurs qui parcourent presque tous les
marchés de la banlieue de Kpalimé et circulent des fois dans des maisons voire des fermes
pour s’approvisionner en volailles. D’autre part, des grossistes-détaillants souvent
présents au marché de Kpalimé, achètent des volailles auprès des collecteurs et les
revendent à leurs clients qui sont les ménages, les grilleurs, les bars et restaurants.
Pratiques de commercialisation de volailles
Parmi les 30 marchands enquêtés, la grande majorité (91 pour cent) pratique la vente de
volailles depuis les années 2000 et le reste entre 1981 et 1999. Les moyens de transport
sont surtout les camions (64 pour cent) d’autant plus que les femmes constituent une part
importante dans le circuit; les taxis-brousse (29 pour cent), ainsi que les motos (7 pour
cent). Ces deux derniers moyens de transport sont exclusivement réservés aux hommes.
Les commerçants transportent les volailles surtout dans des cages tressées à l’aide des
branches de palme (81 pour cent) où les volailles sont soit libres (93 pour cent) ou
ligotées (7 pour cent), dans des paniers (19 pour cent) dans lesquels tous les animaux
sont ligotées. Des pertes énormes sont souvent enregistrées au cours des transports et
sur la place des marchés.
Les commerçants enquêtés écoulent en moyenne 5 214 têtes de volailles par semaine. Le
Tableau 24 indique que les poulets sont les espèces les plus vendues (83,08 pour cent)
dans la répartition des ventes, suivis respectivement des pintades (19,10 pour cent), des
canards (6,15 pour cent), des pigeons (2,01 pour cent) et des dindons (0,51 pour cent).
Consommateurs des volailles et des produits de volailles
Les consommateurs soumis à l’enquête dans la zone d’étude sont au nombre de 30 et sont
constitués par les restaurants (12), les grilleurs de rues (8) et les ménages (10).
27
Systèmes d’aviculture
TABLEAU 24
Effectif de volailles vendues, prix moyen d’achat et de vente pour toutes catégories
confondues de vendeurs dans les différents marchés enquêtés de la région de Kloto
Espèce
Effectif des
espèces
Prix d’achat moyen
(FCFA)
Prix de vente
moyen (FCFA)
Marge brute (FCFA)
Poulets
4 332
1 847
2 487
Pintades
996
2 407
3 000
640
Canards
321
2 300
2 850
593
Dindons
27
8 227
17 444
550
Pigeons
105
800
1800
9 217
Enquête Tona, 2010
Caractéristiques des acteurs
Parmi les 12 restaurants visités, 8 sont tenus par les femmes mariées de 30 à 45 ans ayant
fait les classes du secondaire. Ce sont les restaurants communément appelés « Fufu Bar »
fonctionnant tous les jours de la semaine sauf le dimanche. Tandis que 4 restaurants sont
tenus par les hommes d’une trentaine d’années. Ces hommes ont été formés dans des
écoles de cuisine contrairement aux femmes qui ont appris le métier au côté de leurs
mères. Leur clientèle est à 98,6 pour cent constituée par des salariés travaillant dans les
services situés non loin des restaurants. Les autres 1,4 pour cent de la clientèle sont
constitués de quelques ménages proches des restaurants. Cette clientèle est composée de
69,2 pour cent d’hommes et de 30,6 pour cent de femmes.
Les grilleurs de rue quant à eux, sont tous des hommes de niveau secondaire. Ces
structures, souvent constituées de 3 personnes, sont situées en général non loin des
buvettes. Dans l’équipe on a un groupe qui s’occupe de l’abattage, du plumage et de
l’éviscération des volailles; alors que le second groupe se charge de la grillade. Leur
clientèle est composée principalement de salariés et des commerçants avec une
prépondérance d’hommes.
Pour les ménages, il est à remarquer que le nombre et le type de volailles consommées
dépendent du revenu mensuel du ménage. Le poulet est le type de volailles le plus
consommé par les ménages et les restaurants. Pour les grilleurs, ce sont plus les pintades
qui occupent la première place des volailles consommées (Tableau 25).
TABLEAU 25
Taux de consommation de volailles selon le type de consommateur dans la zone d’étude
Volailles
Restaurants
Grilleurs de rue
Poulet
Ménages
79
48,5
94
Pintade
20,7
51,0
4,8
Canard
0,29
0,4
1
Dindon
0
0,08
0,2
Pigeon
0
0,02
0
100
100
100
Total
Enquête Tona, 2010
Analyse de la filière avicole
La préfecture de Kloto recèle d’énormes potentialités dues à un climat propice, à des
ressources alimentaires, à un centre de formation des éleveurs (INFA de Tové), aux projets
de développement rural, etc., pour la promotion de l’aviculture commerciale. Un élément
non moins important est l’aspect touristique que présente la préfecture surtout Kpalimé,
qui dispose des hôtels pour l’écoulement de la production, sans compter que de plus en
plus, la consommation des œufs intègre les habitudes alimentaires des habitants de Kloto.
Malgré ces atouts, la filière avicole ne connait pas un essor particulier dans la zone. La
production de poulet de chair est presque inexistante et la production des œufs de
consommations est à un niveau très bas.
28
Revue du secteur avicole: Togo
3.4.5 Troisième étude de cas
Date de l’étude de cas
30/12/2010 au 04/01/2011
Secteurs
Exploitations avicoles familiales de
la Kozah
Localisation de la zone
9°25 et 10°10 de latitudes Nord ;
0°15 et 1°25 longitude Est.
Chiffres de la population humaine
76 000 habitants
Chiffres du cheptel avicole
Pas de données disponibles
Description de la localité
La région de la Kara couvre une superficie de 11629 Km2, soit 20,5 pour cent de la
superficie nationale. Le climat est de type tropical semi-humide ou soudano-guinéen avec
une saison pluvieuse et une saison sèche. Les moyennes des précipitations fournies par les
différentes stations se situent entre 1200 mm et 1300 mm de pluies par an. La végétation
est caractérisée par une savane, et le relief fait de terrains en pentes et de plaines par
endroit. Les sols sont peu évolués caractéristiques des sols ferrugineux tropicaux.
La région de la Kara est caractérisée par une économie de type familial basée sur
l’agriculture de subsistance. Les rendements étant très bas, les productions sont réservées
à l’autoconsommation. L’activité du secteur agricole est non salariale, les chefs
d’exploitation emploient souvent la main d’œuvre familiale. Les femmes s’occupent du
commerce et la préparation de la boisson locale.
Système de production avicole familial pratiqué dans la Koza
Dans la préfecture de la Koza, il existe une aviculture essentiellement dominée par la
pratique traditionnelle. En effet, l’aviculture commerciale qui ne fait pas l’objet de cette
étude de cas est pratiquée par quelques fermes notamment celle de Pya qui dispose de
2000 têtes de volailles, la ferme de l’Institut de Formation Agricole (IFA) de Kara et
quelques petites exploitations de 250 à 400 têtes de volailles.
Aviculture familiale dans la région de Kara
L’élevage familial extensif, est pratiqué en marge des activités agricoles en zone rurale
par les agriculteurs, et dans la ville de Kara et de ses alentours à l’intérieur des
concessions par toutes les catégories socioprofessionnelles.
Deux sous-systèmes sont pratiqués :
Un système où la volaille est en liberté totale autour des concessions. Au coucher du soleil,
les poulets rejoignent eux-mêmes leurs abris que sont les cuisines, les maisons
abandonnées, etc. et quant aux pintades, elles montent sur n’importe quel objet pouvant
servir de perchoir (toit, perchoir …). Les oiseaux se nourrissent en glanant les restes de
nourriture, les graines sauvages et les insectes dans la cours, les lieux de mouture des
graines et de lavage des ustensiles de cuisine, sur les tas d’ordure ou dans la broussaille
environnante.
Le second sous système, où les animaux sont en divagation contrôlée, diffère du
précédent par la présence de poulaillers de fortune. Ce sont les poulaillers construits en
matériaux locaux, en banco de forme rectangulaire ou circulaire. Les oiseaux rejoignent
eux-mêmes les poulaillers de fortune que le propriétaire ferme le soir et l’ouvre le matin.
C’est à cette période qu’ils reçoivent quelques poignées de graines de céréales ou partages
les issus de céréales et d’autres résidus avec les autres animaux.
A la différence de l’élevage en divagation, pratiqué exclusivement en milieu rural, certains
aviculteurs villageois encadrés par des vétérinaires et des techniciens agricoles améliorent
l’habitat et les soins apportés à la volaille. C’est le cas d’un paysan interviewé à
Atchangbadè. Chez cet éleveur, les volailles reçoivent une alimentation supplémentaire.
Cet éleveur compte plus de 345 têtes de volailles et celles-ci sont vaccinées et
déparasitées plus ou moins régulièrement.
29
Systèmes d’aviculture
Description des fermes avicoles enquêtées.
Les données ont été collectées auprès de 27 exploitants familiaux se trouvant à Kara et
dans ses périphéries. La majorité des exploitants sont des hommes (81 pour cent) qui
constituent le chef de famille ayant à leur charge 7 personnes en moyenne. Parmi ces
exploitants, 56,52 pour cent ont le niveau primaire, 26.58 pour cent le secondaire et 13,39
pour cent le supérieur. Certains pratiquent l’élevage en marge de leurs activités socio
professionnelles. Il s’agit des fonctionnaires (18,66 pour cent), des maçons, menuisiers,
chauffeurs qui représentent 27,79 pour cent et quelques commerçants (8 pour cent).
Les poulaillers sont généralement construits sous forme de cases circulaires ou
cylindriques coiffées d’un toit conique avec un diamètre au sol de 100cm-170cm. Le
poulailler est couvert de pailles chez 86,4 pour cent des exploitants. La hauteur du mur se
situe entre 50cm et 150cm et la hauteur au sommet ne dépassant pas 200cm. Les
dimensions des portes ne permettent pas un nettoyage, ce qui pourrait être à l’origine
des affections respiratoires et digestives très fréquentes.
Caractéristiques de la production
Pour les 27 exploitants enquêtés, l’effectif total de volailles est de 1832 dont le poulet,
l’espèce dominante, représente à lui seul 73.3 pour cent pour cent, ensuite vient la
pintade (16,53), le canard (7,25%), le dindon (2,67%) et l’oie (0,21%). Dans chaque
exploitation, la quasi-totalité de la famille est impliquée dans les activités de l’élevage. La
production annuelle est très variable allant de 6 à 400 têtes par exploitation. Le Tableau
26 montre le taux d’exploitation : rapport entre le nombre d’animaux exploités (vendus,
consommés, donnés) et le nombre d’animaux en âge de l’être sur une année des différents
types de volailles dans quelques cantons de la préfecture.
TABLEAU 26
Taux d’exploitation des volailles locales dans quelques cantons de Kara
Poulets
Pintades
Canards
Oies
Atchangbadè
27,70%
23,61%
60%
14,27%
Lama
35,25%
24,30%
26,66%
14,27%
Landa
13,38%
21,87%
1,33%
14,27%
Lassa
23,59%
30,20%
12%
57,14%
Enquête Tona, 2010
Alimentation
Aucun système d’alimentation rationnel n’est pratiqué. En effet la quasi-totalité des
paysans enquêtés nourrissent la volaille avec le maïs. La volaille, étant en liberté
permanente toute la journée, se nourrit en glanant les termites et insectes, les restes de
nourriture ou de résidus de récolte autour des concessions, au voisinage des champs, des
greniers, sur les aires de battage ou de mouture de céréales. Certains éleveurs apportent
des suppléments surtout énergétiques. Parmi les enquêtés, 45,15 pour cent apportent du
sorgho, 18 pour cent du soja, 9 pour cent du riz, 9 pour cent de la farine de poisson et 4,5
pour cent de la drêche de brasserie.
Santé
Le problème majeur de l’aviculture familiale dans la région de la Kara et dans bien d’autres
régions du pays demeure la maladie du Newcastle. Plus de 86 pour cent des paysans
enquêtés ont affirmé avoir connu cette maladie. Mais les mesures de prévention surtout les
vaccinations ne sont pas encore rentrées dans les habitudes des éleveurs. Plusieurs
attendent une couverture sanitaire gratuite de l’état ou de la part des partenaires
techniques. Cependant, les éleveurs utilisent les méthodes traditionnelles de traitements et
de prévention à l’aide des décoctions des feuilles et écorces d’arbres tels que le néré, le
Khaya etc.
Analyse de la filière
Les problèmes sanitaires et l’alimentation reste de loin le goulot d’étranglement du secteur
avicole familial dans la zone d’étude. Les éleveurs ignorent les programmes de prophylaxie
médicale. L’assistance technique n’est pas fréquente. En matière d’alimentation, les
éleveurs ne maîtrisent pas les besoins énergétiques et protéiniques des volailles, ni la
30
Revue du secteur avicole: Togo
technique de formulation des aliments et de rationnement des volailles. L’alimentation des
volailles en milieu paysan relève de l’amateurisme et du hasard. Un travail de recherche
doit être mené pour réellement déterminer les besoins des espèces locales élevées et
proposer aux éleveurs des plans de rationnement appropriés
3.5 ANALYSE DE LA FILIÈRE AVICOLE
Durant les 50-60 dernières années, le secteur de production animale a connu de grandes
révolutions en matière d’industrialisation. Cette révolution a été plus marquée dans le
secteur avicole. En effet, la production de la viande de volaille et des œufs est de plus en
plus industrialisée. Malgré ces avancées, la production avicole continue de faire face à de
grands défis dans les pays en voie de développement en ce qui concerne la reproduction, la
production et les bonnes pratiques en aviculture.
Au Togo et dans la sous-région ouest africaine, il y a très peu de documentations sur les
différents secteurs de l’industrie avicole. Les structures de formation et d’encadrement des
acteurs de la filière sont insuffisantes voire inexistantes. De plus, la motivation des acteurs
pour se faire former ou pour aller à la recherche des informations est très faible. Enfin,
l’absence de normes et / ou de réglementations devant régir la filière avicole renforcent
davantage les difficultés de l’industrie avicole togolaise. Toutes ces insuffisances
caractérisent la filière avicole au Togo et ont des conséquences néfastes sur le niveau de
production et la productivité des volailles.
3.5.1 Poussins d’un jour
En matière de la production des poussins d’un jour, le Togo est à la traîne par rapport à ses
voisins. La production nationale de poussins est très insignifiante et irrégulière. La FAO
(1995) et Defly (1999) soulevaient déjà les problèmes d’approvisionnement en poussins d’un
jour. Ces auteurs rapportent que les difficultés rencontrées par les aviculteurs togolais sont
principalement de deux ordres à savoir les taxes douanières trop élevées et le retard de
livraison des commandes.
Les informations recueillies dans le cadre de cette étude, montrent que les couvoirs en
activité sont au nombre de quatre (4): ce sont le couvoir de l’Université de Lomé (16 000
poussin / jour), le couvoir « le poussin » à Segbé dans la banlieue Ouest de Lomé (33 600
poussins /mois) le couvoir « Togo éclosion » dans la banlieue Est de Lomé (3 000
poussins/semaine) ,le couvoir de Pya dans la Région de la Kara (voir Tableau 18).
Ces couvoirs n’arrivent pas à satisfaire les besoins en poussins d’un jour. Ce manque de
couvoir au Togo serait lié surtout au manque de compétences en matière de technique de
production industrielle de poussins d’un jour. Dans le but du renforcement de capacité en ce
qui concerne la production industrielle de poussins d’un jour au Togo, le projet
interuniversitaire (Université de Lomé, Togo et Université Catholique de Leuven, Belgique) a
comme activité principale la formation en matière de couvaison artificielle des œufs de
poules.
La faible disponibilité en poussins d’un jour oblige les éleveurs à s’approvisionner hors du
Togo. Une étude menée par Tona et al. (2010) rapporte qu’environ 80 pour cent des
poussins d’un jour importés au Togo sont d’origine ghanéenne et les 20 pour cent restants
d’origine européenne via l’Aéroport d’Accra (pour la plupart) et l’aéroport de Lomé. Plusieurs
opérateurs sont impliqués dans l’importation des poussins d’un jour. La plupart de ces
opérateurs sont des membres de l’ANPAT et font partie du collège des industriels.
3.5.2 Viande de poulets de chair
Selon Dao (2010), entre 2005 (29 500 poulets de chair) et 2010 (27 809 poulets de chair),
les effectifs des poulets de chair ont connu une diminution alarmante de plus de 88 pour
cent. Mais de 2006 à 2008, les informations recueillies à la DSID indiquent que les
importations de viande de volailles ont progressé de près de 8 600 tonnes soit près de 820
pour cent. Entre 2008 et 2010, on note une diminution timide des importations de viandes
de volailles de l’ordre de 30 pour cent. Dans tous les cas, la production nationale de viande
de volaille reste largement supérieure aux importations (Simons, 2009). Ce qui suppose que
ce sont les volailles locales et les poules réformées qui constituent surtout la source la plus
importante de viandes de volailles au Togo.
Systèmes d’aviculture
31
La régression alarmante de la production de poulets de chair au Togo peut être justifiée par
plusieurs facteurs parmi lesquels on peut citer:
•
Le coût de production élevé;
•
La concurrence de viandes de volailles congelées;
•
L’habitude culinaire de la majorité des ménages togolais;
•
La non-maîtrise des bonnes pratiques d’élevage des poulets de chair.
Il faut aussi noter que les conditions climatiques (surtout la température et l’humidité
relative) dans les zones d’élevage ne sont pas favorables à l’élevage des poulets de chair.
L’engraissement des coquelets (les poussins mâles des poussins type-ponte) devrait être
encouragé. Cette filière est très développée en Inde, où les coquelets sont engraissés en 12
semaines pour atteindre un poids d’environ 1200g. Au Laboratoire des Sciences Aviaires de
l’Université de Lomé, les coquelets sont engraissés en 14 semaines avec un poids moyen de
1400 g. En plus, la viande de coquelet convient bien aux habitudes culinaires des ménages
et est très appréciée par toutes les couches sociales du pays.
3.5.3 Œufs de consommation
La production des œufs de consommation est la principale spéculation des aviculteurs
commerciaux. Les activités du secteur d’élevage de poules pondeuses de la filière avicole ont
été fortement ralenties suite à l’apparition de la grippe aviaire au Togo (2007 et 2008) et à la
hausse des prix des ingrédients alimentaires.
Entre 2010 et 2014 avec la fin de la psychose de la grippe aviaire on note une reprise
modérée des activités avec l’augmentation de l’effectif des poules pondeuses. Les problèmes
liés à la production des œufs de table sont entre autre:
•
L’alimentation: de l’analyse des valeurs nutritives des ingrédients alimentaires et de
quelques échantillons de rations alimentaires distribuées aux poules pondeuses
(Tona et al., 2010), il ressort que les provendes distribuées aux animaux ne
répondent pas à leurs besoins nutritifs (Teteh, 2010). En plus, les aviculteurs n’ont
pas assez de connaissance ou d’information sur les conséquences néfastes que la
qualité des rations alimentaires pourrait avoir sur la performance des animaux. Etant
donné que pratiquement chaque éleveur a sa ration alimentaire pour les pondeuses
et les poulets de chair de son élevage nous avons autant de rations pour autant
d’élevage (Kangni, 2008).
•
Certains aviculteurs sont conscients du fait qu’une provende répondant aux valeurs
nutritives permet aux pondeuses de mieux produire. C’est pourquoi ils veulent
s’assurer de l’approvisionnement en intrants avicoles Cas de la Coopérative des
Producteurs Avicoles de la Région Maritime (COPAREM) qui, en plus a installé une
provenderie au début de l’année 2014. Il reste à la COPAREM de s’adjoindre le
service d’un spécialiste en nutrition avicole.
•
La conduite et les bonnes pratiques: dans le contexte togolais où
l’approvisionnement en poussins d’un jour est un problème crucial pour la production
d’œufs de consommation, la pratique de la mue induite n’est pas pratiquée au Togo
par ignorance ou par manque d’information. Cependant, la mue induite consiste à
avoir un deuxième voire un troisième cycle de ponte. Ainsi, sur une période de 10
années, l’approvisionnement en poussins d’un jour pourrait être réduit de 30 à 40
pour cent. Des expérimentations menées au Laboratoire des Sciences Aviaires de
l’Université de Lomé, il ressort que deux programmes de mues induites peuvent être
appliqués dans nos conditions d’élevage avec des résultats satisfaisants (Dete,
2010).
•
l’administration abusive et incontrôlée des produits vétérinaires: Le système de
production des œufs au Togo, est dominé par l’automédication. Les éleveurs ne sont
ni encadrés ni contrôlés et sont en majorité formés sur le terrain. Ceci se rejaillit sur
toute la filière avec pour conséquence la production des œufs de mauvaises qualités.
La production des œufs de qualité nécessiterait donc la réglementation de l’utilisation
des produits pharmaceutiques vétérinaires, le contrôle de la qualité des œufs et
surtout la mise en place de stratégies de diminution de risques.
32
Revue du secteur avicole: Togo
•
Le manque de professionnalisme: une formation en aviculture est une condition
nécessaire.
•
L’absence des normes nationales: l’élaboration des normes d’élevage et leur
application pourrait contribuer à l’amélioration de la productivité et de la production
nationale.
3.5.4 Autres espèces
La production commerciale de viande de volailles autre que le poulet est presque inexistante
au Togo. En 2008-2009 le Laboratoire des Sciences Aviaires de l’Université de Lomé a
démarré, à titre expérimental, la production de viande de pintade et de dindon. Il y a eu des
difficultés avec les dindons (taux de mortalité élevé) alors que les pintades ont été conduites
avec succès et ont atteint un poids moyen de 2200g à 12 semaines d’âge.
Un élevage de cailles à titre commercial à démarré en 2012 a Sogbossito (banlieue Nord
Ouest de Lomé) l’effectif en 2014 est estimé à 200 oiseaux.
33
Chapitre 4
Commerce, commercialisation et
marchés
4.1 MARCHÉ NATIONAL
Le marché de produits avicoles est très actif entre la campagne (essentiellement productrice)
et la ville (essentiellement consommatrice). Les animaux issus de l’élevage villageois sont
mis dans des cages tressées et sont transportés vivants sur les places de marchés où les
vendeurs de volailles occupent une aire à cet effet. Cette aire est rarement aménagée mais
l’occupation de cette place fait néanmoins l’objet d’un accord avec les services de la mairie.
Il existe au Togo des marchés reconnus comme étant spécialisés dans le commerce de la
volaille (Tableau 27).
TABLEAU 27
Répartition des principaux marchés de volailles villageoises au Togo
Savanes
Kara
Centrale
Plateaux
Maritime
Dapaong
Niamtougou,
Tchamba
Anié
Lomé
Cinkassé
GuerinKouka
Sotouboua
Atakpamé
Gbossimé
Gando
Bassar
Sokodé
Tohoun
Vogan
Korbonghou
Kétao
Blitta
Notsé
Tsévié
Kondjouaré
Kanté
Agou
Aklakou
Barkoissi
Kara Sud
Elavagnon
Agoenyivé
Badou
Tabligbo
Source: DE/AVSF – 2002
Braillon (1999) a classé les marchés de volailles villageoises du Togo en fonction de leur
taille, du nombre d’opérations marchandes subies, de l’importance de la spéculation, du type
de vendeurs ou d’acheteurs et de la fréquence d’animation hebdomadaire. On distingue:
•
Les marchés de collecte, de taille modeste dans lesquels les collecteurs locaux et les
paysans viennent vendre leurs animaux. A ce stade, l’animal n’a généralement fait
l’objet d’aucune opération marchande depuis le lieu de production. Les acheteurs sont
essentiellement des collecteurs régionaux et il est rare que ce marché ait lieu plus d’une
fois par semaine. La spéculation y est très souvent faible;
•
Les marchés de regroupement qui sont des marchés de taille plus importante avec une
fréquence hebdomadaire au minimum. Les volailles qui y sont vendues proviennent
essentiellement des collecteurs régionaux; elles ont connu à ce stade au moins une
opération marchande. Dans cette catégorie se rencontrent les marchés frontaliers et les
marchés des villes importantes (capitales de région et de préfectures). La spéculation y
est moyennement élevée;
•
Les marchés de débouché final dans lesquels se réalise généralement la dernière
opération marchande. Ils ont lieu tous les jours et il y règne une très forte spéculation.
Le Tableau 28 présente une classification des divers marchés selon cette typologie, par
région.
34
Revue du secteur avicole: Togo
TABLEAU 28
Typologie des marchés de volailles villageoises au Togo
Régions
Savanes
Kara
Centrale
Plateaux
Maritime
Capitales
régionales
Dapaong
Kara
Sokodé,
Atakpamé,
Lomé/Gbossimé
Marchés de
collecte
(hebdomadaire)
Gando,
Korbonghou,
Kondjouaré,
Barkoissi
Niamtougou,
Kétao
Tchamba,
Sotouboua,
Blitta,
Anié, Tohoun,
Notsé, Agou,
Elavagnon,
Badou
Vogan, Tsévié,
Aklakou, Tabligbo
Marchés de
regroupement
(hebdomadaire)
Dapaong,
Cinkassé, Gando,
Barkoissi
Niamtougou,
GuerinKouka,
Bassar, Kétao,
Kanté
Tchamba,
Sotouboua,
Blitta,
Anié, Tohoun,
Notsé, Agou,
Elavagnon,
Badou
Lomé/Gbossimé,
Vogan, Tsévié,
Aklakou, Agoenyivé,
Tabligbo
Marchés
frontaliers
(hebdomadaire)
Marchés de
débouché final
(quotidiens)
Gando, Cinkassé,
GuerinKouka,
Kétao, Kanté
Tchamba
Badou, Tohoun,
Elavagnon
Vogan, Tabligbo
Dapaong
Kara
Sokodé
Atakpamé
Lomé, Tsévié
Source: Braillon A.,1999 modifié par Badjé Y ,2006
Dans la ville de Lomé, il est courant de voir des femmes ou des jeunes transportant sur la
tête une bassine remplie de poulets. Il s’agit souvent de volailles villageoises arrivées de
l’intérieur du pays ou alors de pondeuses réformées.
La commercialisation des volailles des élevages commerciaux concerne essentiellement trois
types de produits: les poules de réforme, le poulet de chair et les coqs de sexage engraissés.
En raison de la localisation périurbaine des élevages de pondeuses, les poules de réforme
sont vendues sur les places des marchés des villes importantes dans les mêmes conditions
que la volaille villageoise. Les poulets de chair et les coqs de réforme sont souvent vendus à
travers des circuits plus formels, au profit d’une clientèle souvent identifiée à l’avance
(particuliers, hôtels/restaurants, rôtisseurs…).
Les animaux revendus par les collecteurs sont regroupés et revendus pendant plusieurs
jours, ce qui amène souvent le commerçant à les déplacer sur plusieurs marchés. Dans ce
système de commercialisation se côtoient plusieurs espèces de volailles. Ainsi, le mode de
commercialisation de la volaille produite localement est en lui-même potentiellement
propagateur de maladies aviaires.
Les circuits de commercialisation de la volaille locale induisent des flux de cheptel aviaire
d’intensité variable. Les plus importants sont les flux inter-régionaux qui représentent au
moins 80 pour cent des transactions sur la volaille dans chaque région.
Deux types de flux inter-régionaux ont été identifiés. Le premier non spécialisé entre toutes
les régions voisines, le second spécialisé sur une ou deux espèces (la poule et/ou la pintade)
liant une zone productrice à la Ville de Lomé (voir carte no 4 en annexe).
Enfin il existe aussi des flux internationaux qui portent sur la volaille commerciale et ses
produits (œufs et abats) venant des pays limitrophes (Ghana, Bénin, Burkina-Faso) et
l’Europe (Pays-Bas, France, Belgique).
La demande des consommateurs en poulets et pintades (les plus consommées) obéit à des
motivations à la fois alimentaires (recherche de protéines), financières (choix du produit en
fonction des moyens disponibles) et culturelles (refus ou choix d’une espèce ou d’une couleur
en fonction des croyances ou du type de cérémonie traditionnelle envisagée).
Au niveau de l’élevage villageois, les animaux sont destinés à l’autoconsommation, à la vente
ou le don (Tableau 29).
35
Commerce, commercialisation et marchés
TABLEAU 29
Destination de la production avicole villageoise dans quelques régions du Togo
Taux d’exploitation*
Dont consommation
Dont ventes
Dont dons
Savanes
60%
22%
32%
6%
Kara
70%
22,4%
34,3%
13%
Centrale
43%
16%
24%
3%
Source: AVSF, 2003
(*) Taux d’exploitation: rapport entre le nombre d’animaux exploités (vendus, consommés, donnés) et le nombre d’animaux en
âge de l’être sur une année
D’une manière générale, il faut retenir que c’est le circuit vif qui domine pour la production
nationale (commerciale et villageoise) tandis que les animaux importés sont vendus abattus
et congelés (exception faite pour les volailles villageoises entrant par les marchés
frontaliers).
4.2 IMPORTATION
L’importation des animaux vivants est à la fois destinée à la production (poussins, coquelets
pour engraissement…) et à la consommation. Dans ce dernier cas, il s’agit essentiellement
d’importations de volailles sur pied en provenance des pays voisins à partir des marchés
frontaliers.
4.3 EXPORTATION
En raison du faible niveau de production et d’intégration de la filière avicole, les produits de
l’aviculture sont faiblement exportés. Cependant, on note quelques sporadiques exportations
de viandes et abats de volailles ces deux dernières années comme le montre le Tableau 11.
4.4 INFRASTRUCTURES D’ABATTAGE
La production à l’échelle industrielle de poulets de chair n’étant pas développée, la mise en
place des infrastructures d’abattage ne peut être rentabilisée. Le seul grand abattoir d’une
capacité de 350 tonnes de poulets par an de l’ancienne Société Agricole Togolaise Arabe
Libyenne (SATAL) a fermé ses portes depuis près de 15 ans.
En 2013 Agro Business Company (ABC) un groupe d’industriels a démarré à Avétonou
(environ 100 km au nord-ouest de Lomé) une production intensive de poulet de chair avec
des infrastructures d’abattage de 20 000 têtes
4.5 PROVENDE, ALIMENT VOLAILLES
Il existe divers fabricants d’aliments de volailles répartis dans les différentes régions
(Tableau 30).
La prépondérance de la production d’aliments de volailles dans la région Maritime confirme la
place qu’occupe cette région dans le secteur avicole togolais (68 pour cent de la production
nationale en 2005). Néanmoins, il faut noter que le potentiel de fabrication d’aliments n’est
pas utilisé à son maximum (51 pour cent en 2005). Cette sous-utilisation n’est pas
uniquement imputable au déficit en maïs. Les besoins en aliments sont complétés par des
importations (souvent en provenance du Ghana) ou par une production d’aliments artisanale
non comptabilisée ici. Cette situation montre que les acteurs de la filière ne sont pas
suffisamment spécialisés.
36
Revue du secteur avicole: Togo
TABLEAU 30
Production d’aliments pour volailles (en tonnes, toutes catégories confondues)
Région
Savanes
Kara
Centrale
Plateaux
Maritime
Total
2001
2002
2003
2004
2005
Capacité
–
–
–
–
–
Production
–
–
–
–
–
Capacité
180
180
180
180
180
Production
180
64
148
50
84
Capacité
400
400
400
400
400
Production
247
250
276
296
305
Capacité
900
900
1 000
1 000
1 000
Production
395
592
615
744
711
Capacité
4 117
4 442
5 017
5 111
5 037
Production
1 208
1 615
2 095
2 150
2 305
Capacité
5 597
5 922
6 597
6 691
6 617
Production
2 030
2 521
3 134
3 240
3 405
Source: enquête Badjé, 2006
L’aliment a également connu une forte augmentation de ses coûts de production mais son
prix de vente n’a pas entièrement pris en compte cette augmentation (Tableau 31). Cette
situation traduit la morosité du marché de l’aliment en 2005 et par conséquent celle de la
filière.
TABLEAU 31
Prix moyen de vente unitaire et variation (FCFA)
Moyenne 2001/2004
2005
Variation
Coût de production de l’aliment (en Francs CFA / kg)
150
200
33%
Prix moyen de vente de l’aliment (en Francs CFA / kg)
170
200/250
18 à 47%
Source: enquête Badjé, 2006
L’année 2005 est incontestablement une année importante pour l’aviculture togolaise car
durant celle-ci, les coûts de production de l’aliment, de l’œuf et du poulet de chair ont
considérablement augmenté.
Le prix de vente de la provende varie avec le stade de développement, le type de production
et en fonction du temps (Tableau 32). Quelque soit le type de production, l’aliment
démarrage reste le plus coûteux. De 2006 à 2010, les prix de vente des provendes ont
connu un pic important en 2008. Ce pic s’explique par la hausse du prix du maïs suite aux
intempéries survenues au Togo en 2008.
TABLEAU 32
Prix moyen de vente des aliments
Type
d’aliment
Stade de
développement
2006
2007
2008
2009
2010
2011
-2014*
Aliment chair
(FCFA/kg)
Démarrage
225
237
263
225
218
300
Finition
173
172
189
180
181
Aliment ponte
(FCFA/kg)
200
Démarrage
203
201
270
220
220
250
Poulette
154
110
200
160
160
200
Ponte
177
150
260
200
200
225
Source: Agro Plus, 2010 (rapport interne); * enquête Kangni chez des provendiers en 2014
37
Chapitre 5
Races
5.1 RACES EXOTIQUES
Il existe de nombreuses espèces aviaires importées pour le compte des exploitations avicoles
commerciales.
Il s’agit:
•
Poulets:
•
Isa Brown, Lohman, Derko, Leghorn pour les races ponte
•
Cobb, Ross, Hubbard, Starbro, pour les races chair
•
Autruches;
•
Canards;
•
Dindons;
•
Cailles.
Différentes souches/races de poules pondeuses sont exploitées au Togo. Il s’agit de la Isa
Brown, Harco, Lohman Brown, Bovans, Hisex White, Hisex Brown et Derko. Tout récemment,
on note l’introduction de la souche Hyline dans le cheptel des poules pondeuses au Togo. La
souche la plus importante numériquement est Isa Brown suivie de Harco et de Hisex White
(abusivement appelée Leghorn). Ces trois souches sont très appréciées par les aviculteurs
pour leurs performances et leurs aptitudes d’adaptation aux conditions d’élevage au Togo
(Tona et al. 2010). Le Tableau 33 montre l’évolution de l’effectif moyen des trois souches par
éleveur de 2001 à 2005 (Tona et al. 2010).La préférence de la souche Isa Brown puis de
Harco par rapport à la souche Hisex White peut s’expliquer par le fait que ces deux souches
sont des souches lourdes donc assez robustes pour s’adapter aux conditions
environnementales du pays. Également, à l’âge de la réforme, les poules de ces souches ont
un poids assez élevé et sont appréciées par les consommateurs
Les consommateurs des œufs en coque préfèrent aussi les œufs de la souche Isa Brown à
cause de sa couleur roux alors qu’ils ne s’intéressent pas aux œufs de couleur blanche (de la
souche Hisex White par exemple)
A la réforme les consommateurs achètent difficilement la souche Hisex White parce qu’elle
perd ses plumes.
TABLEAU 33
Effectif moyen de poules pondeuses par éleveur
Souche/Race
2001
2002
2003
2004
2005
Harco
303
417
503
367
480
Isa Brown
379
463
738
648
679
Hisex White
315
210
245
290
399
Source: Tona et al. ,2010
Les paramètres zootechniques des trois souches les plus représentées sont comparables
comme l’indique le Tableau 34.
38
Revue du secteur avicole: Togo
TABLEAU 34
Paramètres zootechniques des souches de poules pondeuses au Togo
Paramètres zootechniques
Souche
Isa Brown
Hisex White
Semaine 1
1,12
2,67
1,36
Semaine 2–19
2,00
2,00
1,76
Semaine 20–65
7,70
6,06
8,54
Total
10,82
10,73
11,66
Age de maturité (semaine)
19
20
22
Taux de ponte moyen (%)
71,75
68,82
70,10
Poids moyen de l’œuf (g)
60,70
55,88
61,21
1785,71
1508,00
1820,85
112,73
110,87
114,65
Mortalité (%)
Poids moyen de la poule (g)
Consommation alimentaire par jour en période de
ponte (g)
Harco
Source: Tona, 2010
En ce qui concerne les poulets de chair, les souches les plus représentées au Togo sont
Cobb, Ross, Hubbard et Starbro.
5.2 RACES LOCALES
Les ressources génétiques aviaires locales sont principalement représentées par le poulet
(Gallus gallus) et la pintade (Numida meleagris) (MAEP, 2003).
Les poulets sont issus de croisements incontrôlés entre les races locales. Néanmoins, des
gènes de « coqs améliorateurs » ont été introduits grâce aux initiatives des projets avicoles
ou des paysans eux-mêmes. Il est donc très difficile de décrire avec précision les races
locales. On peut néanmoins remarquer l’existence des races particulières telles que le poulet
au cou nu et le poulet au plumage frisé. Les paramètres zootechniques de la poule locale
indiquent que celle-ci peut avoir 4 couvées/poule/an avec une moyenne de 10/12 œufs par
couvée.
La pintade domestiquée est la pintade commune reconnaissable à ses barbillons rouges.
Pour la pintade, la production d’œufs est comprise entre 80 et 100 par an, principalement en
saisons de pluies (mars/octobre).
Le canard le plus rencontré est Anas platyrhynchos (Aklobessi, 2003). Néanmoins, il existe
quelques élevages de canards de barbarie (Cairina moschata).
Enfin, les espèces dindon (Meleagris gallopavo), pigeon (plusieurs races) dont le pigeon à
plumage blanc sont également présentes au Togo.
Afin de mieux préserver le patrimoine génétique des poules locales, une caractérisation
phénotypique des populations de poules a été réalisée entre 2006 et 2009 par des
chercheurs de l’Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA).
Les résultats obtenus montrent que les poules locales présentent une grande variabilité de
coloration de plumage dont les plus représentés sont par ordre d’importance: Blanc, Perdrix,
Noir, Coucou, Mille-fleur, Saumon, Caillouté et Rouge.
En ce qui concerne la répartition des plumes sur le corps, la répartition régulière des plumes
sur le corps est la plus représentée au sein des populations avec 70 pour cent des poules ,la
huppe est représentée chez 25 pour cent des individus et les cou-nu 5 pour cent.
Un dimorphisme sexuel lié au poids vif des adultes a été observé; en moyenne 1,6 kg pour
les mâles contre 1,2 kg en moyenne pour les femelles (ITRA Actualités no 009, 2011).
39
Chapitre 6
Santé vétérinaire, santé publique,
mesures de biosécurité
6.1 INFLUENZA AVIAIRE HAUTEMENT PATHOGÈNE
Dès l’apparition des premiers foyers de grippe aviaire en 2003 en Asie, puis en 2005 en
Europe, le Togo a pris des mesures de protection de son territoire à cause des échanges
commerciaux très importants qu’il entretient avec ces continents. Il s’agit de:
1- l’arrêté interministériel N° 78/MAEP/MCIA du 25 Août 2005 portant interdiction de
volailles vivantes, domestiques ou sauvages et de viande de volailles et leurs dérivés, en
provenance des pays touchés par l’épidémie de la grippe aviaire;
2- l’arrêté N° 2006-005/PMRT du 15 Février 2006 portant création du comité interministériel
de prévention et de lutte contre la grippe aviaire chargé d’assurer la coordination de
l’ensemble des activités de surveillance épidémiologique de la grippe aviaire, de définir
les plans d’action et les stratégies de lutte contre la maladie, d’établir les procédures de
suivi et de mise en œuvre de ces plans d’action;
3- l’arrêté N° 22/MAEP/CAB-SG-DEP du 9 Mai 2006 portant création du comité technique
national de prévention et de lutte contre la grippe aviaire chargé de l’acquisition et de la
mise en place des moyens d’intervention, de l’organisation des campagnes de
sensibilisation et de médiatisation du plan au niveau national;
4- l’adoption par le gouvernement le 16 mai 2006 d’un plan stratégique de prévention et de
lutte contre la grippe aviaire;
5- la redynamisation du Réseau d’Épidémio-surveillance des Maladies Animales au Togo
(REMATO) créé par arrêté ministériel N° 21/MAEP/SG/DEP du 2 Octobre 2003.
Le Togo a enregistré ses premiers cas de grippe aviaire à H5N1 en 2007 à Sigbéhoué (13
Juin 2007) à Agbata et Agodéka (31 Juillet 2007) dans la Préfecture des Lacs et en Août
2007 à Tonoukouti dans la préfecture du Golfe (Figure 10). Le 9 Septembre 2008, un
nouveau foyer, celui de Agbata-Dagué toujours dans la préfecture des Lacs, fut déclaré.
40
Revue du secteur avicole: Togo
FIGURE 9 Carte montrant les foyers de l’Influenza Aviaire Hautement Pathogène
en 2007 et 2008 au Togo
Foyers IAPH
Source: Tona, 2008
6.1.1 Mesures conservatoires
A chaque apparition de foyers de grippe aviaire, des mesures conservatoires sont prises pour
circonscrire l’épidémie. Il s’agit de:
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
•
La délimitation d’une zone d’infection (3 km de rayon autour du foyer), d’une zone
de protection (10 Km de rayon autour du foyer) et une zone de surveillance (15 km
de rayon autour du foyer);
L’interdiction de tout mouvement de volailles dans les zones infectées;
L’abattage, l’incinération suivie de l’enfouissement des cadavres dans des fosses par
les services techniques compétents;
La désinfection des milieux infectés;
La mise sous quarantaine des fermes avicoles incriminées;
L’organisation d’une enquête épidémiologique dans la région maritime par des
spécialistes des ministères chargés de l’Elevage et de la Santé;
La prise en charge médicale des personnes susceptibles d’avoir été en contact avec
les volailles contaminées ou présentant des symptômes respiratoires graves;
L’indemnisation immédiate des éleveurs sinistrés;
Le renforcement de la surveillance épidémiologique;
La mise en œuvre d’une surveillance active dans les zones d’infection, de protection
et de surveillance
La seconde désinfection des poulaillers 2 semaines après la première;
Du placement dans les poulaillers ainsi désinfectés des poulets sentinelles pour au
moins 2 semaines;
La reprise de l’élevage dans les zones d’infection est autorisée si aucun nouveau cas de
grippe aviaire n’est signalé 1 mois après la seconde désinfection.
6.1.2 Impact socio-économique
Pendant et après ces foyers, une psychose généralisée s’est installée au sein de la population
qui refusait systématiquement la consommation des œufs et des viandes de volailles sous
prétexte de contracter la grippe aviaire malgré le travail intense de sensibilisation et de
formation qu’ a abattu la cellule Communication. Ceci a engendré des pertes économiques et
41
Santé vétérinaire, santé publique, mesures de biosécurité
sociales importantes tant chez les éleveurs et marchands de volailles que chez les
provendiers, les pharmaciens vétérinaires, les commerçants de produits avicoles, les
transporteurs et l’Etat togolais (Tableau 35).
TABLEAU 35
Pertes économiques dues aux crises de grippe aviaire au Togo en FCFA
Désignation
2006
2007
2008
Au niveau de la
production avicole
2 260 299 724
6 941 499 414
6 752 981 998
Au niveau de la
commercialisation des
produits avicoles
9 424 492 834
9 778 394 862
9 031 551 085
147 345 700
1 984 708 841
2 035 079 326
11 832 138 258
18 704 603 117
17 819 612 409
Effets collatéraux au
niveau d’autres
secteurs d’activités
Total
Source: Sanvee, 2009
Depuis 2008, le Togo n’a plus connu de grippe aviaire. La maladie et les dégâts qu’elle est
susceptible de générer avaient emmené les autorités togolaises, avec le soutien technique,
matériel et financier de plusieurs partenaires (FAO, OIE, USAID, UNICEF, GTZ, République du
Ghana, BAD, PNUD, AVSF, lVSF-Suisse, Banque Mondiale, UE) à prendre des mesures de
sensibilisation et de formation à l’endroit de tous les acteurs de la filière et à intensifier les
enquêtes épidémiologiques. Ces mesures visaient et visent à éviter le retour de la maladie, à
mieux préparer les acteurs pour une nouvelle lutte éventuelle, à soutenir les propriétaires
des fermes sinistrées et à relancer les activités de production et de commercialisation des
produits de volailles dans le pays. Parmi ces mesures nous pouvons citer les études
diligentées par le PNUD, le mandat sanitaire, et les séminaires de formation et de
sensibilisation.
6.2 AUTRES PATHOLOGIES AVIAIRES MAJEURES
Pour des informations régulièrement mises à jour sur la situation des pathologies aviaires
transfrontalières et notifiables auprès de l’OIE, prière de se référer au:
Base de données du système mondial d’information sanitaire (WAHID) de l’OIE, disponible à l’adresse:
www.oie.int
Programme de prévention des urgences pour les ravageurs et les maladies transfrontalières des
animaux et des plantes (EMPRES) de la FAO, à l’adresse:
www.fao.org/ag/againfo/programmes/en/empres/home.asp
Les maladies en élevage avicole commercial au Togo sont dans l’ordre d’importance (à la fois
pour leur fréquence et leur impact négatif sur les résultats zootechniques): la maladie de
Newcastle, la maladie de Gumboro, la bronchite infectieuse, les coccidioses dont l’apparition
est constatée dès les premiers mois.
D’une manière générale, la prophylaxie médicale tient compte de ces pathologies. Les
éleveurs privilégient la voie médicamenteuse au détriment de la qualité de l’environnement
pour se préserver des maladies aviaires. Il y a en effet souvent une conduite de plusieurs
bandes à la fois et une observation limitée du vide sanitaire entre deux bandes. Cette
observation est valable pour tous les systèmes de production avicoles présents au Togo.
Dans les exploitations commerciales, la conduite en bandes est régulièrement la règle mais
les éleveurs élèvent plusieurs bandes à la fois sur le même site. Ce choix permet de fidéliser
la clientèle car la production est alors étalée dans le temps. Par contre, la proximité des
poulaillers (et des différents stades physiologiques du poussin à l’adulte) contribue à la
fragilisation des bandes de jeunes animaux à cause de la dissémination des germes
pathogènes.
En élevage familial, les pathologies aviaires les plus courantes sont dans l’ordre d’importance
la maladie de Newcastle, la variole aviaire et les parasitoses internes.
42
Revue du secteur avicole: Togo
Les soins vétérinaires (vaccination contre la maladie de Newcastle et déparasitage interne et
externe) sont rares dans les élevages familiaux mais ils sont néanmoins pratiqués chez les
éleveurs bénéficiant de l’appui des programmes d’assistance.
Les programmes de développement de l’aviculture villageoise menés par l’ONG française
Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières et le programme PSSA (D) de la FAO ont apporté
des débuts de solution à la maîtrise de la Newcastle à travers le réseau des ACSA avec
l’usage d’un vaccin thermostable. Environ 15 pour cent t du cheptel national serait vacciné
chaque année contre cette maladie (AVSF, 2004). Cette couverture vaccinale a atteint 17
pour cent en 2012 (DSID 2012). La vaccination contre la variole pose plus de difficultés car
le vaccin utilisé, outre un conditionnement inadapté (flacon de 1 000 doses), exige une
chaîne de froid stricte difficilement observable en milieu rural. Les pathologies aviaires sont
relativement combattues par l’usage de comprimés antiparasitaires (AVSF /ICAT, 2006) 6
pour cent des éleveurs déparasitent leurs volailles
En matière de thérapeutique vétérinaire avicole, une étude (Tona, 2010) effectuée par le
Laboratoire des Sciences Aviaires révèle que l’automédication est largement pratiquée dans
le pays. Les éleveurs choisissent les médicaments et décident de leur usage sans
consultation vétérinaire. On assiste alors à une utilisation abusive et incontrôlée des produits
pharmaceutiques vétérinaires (Tableau 36) conduisant à la sélection des souches
bactériennes résistantes aux antibiotiques et anticoccidiens d’une part et à des dépenses
inutiles d’autre part. En outre, aucun éleveur ne respecte les délais d’attente soit par
ignorance soit pour des raisons économiques. La conséquence immédiate de cette pratique
est la mise sur le marché des tonnes de produits avicoles contenant des résidus. La présence
de résidu et des souches bactériennes résistantes constituent des dangers sérieux pour la
santé humaine. Les services de contrôle de qualité des denrées sont inexistants sur le
terrain.
TABLEAU 36
Fréquence d’utilisation des principaux groupes de produits vétérinaires aviaires
Intervalle de temps (semaine)
entre 2 cures
Pourcentage d’éleveurs
Anthelminthique
Anticoccidiens
Anti-infectieux
1
-
-
11,90
2
-
54,76
45,24
3
-
11,90
2,40
4
57,15
25,94
33,72
5
-
-
-
6
20,10
-
-
7
-
-
-
8
13,20
7,40
7,14
9,55
-
-
Plus de 8 semaines
Source: Tona et al. 2010
6.3 MESURES DE BIOSÉCURITÉ
Au Togo, la biosécurité a été longtemps négligée. L’aviculture se pratique globalement sans
mesures strictes susceptibles de protéger les volailles contre les maladies. Dans le secteur
familial, la divagation des animaux élevés sans abri ou dans des abris inadaptés, sans soins
et aliments convenables, rend ces animaux fragiles aux maladies auxquelles sont parfois
exposés les humains. Dans le secteur commercial, la situation est encore plus complexe à
cause de l’importance des effectifs et de la fragilité des souches exploitées. Au Togo, les
fermes avicoles s’installent sans autorisation officielle (Denké, 2009). Le choix des sites, les
plans de constructions des poulaillers et l’aménagement des fermes ne respectent pas en
général les normes élémentaires. Dans la plupart des exploitations, on note l’absence de
pédiluve, d’autoluve et de vestiaires. Dans les rares fermes où ces infrastructures existent,
elles ne sont pas fonctionnelles.
Santé vétérinaire, santé publique, mesures de biosécurité
43
Il n’existe au Togo aucune unité industrielle de fabrication de provendes pour les volailles.
Cependant, il y a des unités de mouture et de mélange d’aliments constitués des ingrédients
alimentaires selon une ration formulée par chaque éleveur. Ces unités de mouture et de
mélange d’aliments sont des lieux de rencontre des aviculteurs et constituent de ce fait des
sources de persistance et de dissémination de germes dans les élevages. En plus, les
qualités microbiologiques et nutritionnelles n’étant pas satisfaisantes, la consommation de
ces aliments peut conduire à des infections et à de mauvaises performances des volailles.
Les fientes, une fois ramassées, sont stockées souvent non loin des poulaillers, pour être
utilisées comme engrais dans des cultures maraîchères tout au long de la côte. Sur ces lieux,
il peut se produire des contaminations notamment des eaux d’abreuvement et la présence à
des proportions élevées des métaux lourds dans des cultures (Itavi, 2003). Par ailleurs, le
système « tout dedans – tout dehors » ne se pratique nulle part dans le pays pour des
raisons économiques. En pratique, le vide sanitaire appliqué dans les exploitations en fin de
bande est souvent insignifiant.
Sur le plan commercial, l’usage multiple des alvéoles d’œufs circulent de fermes en fermes,
de maisons en maisons et de marchés en marchés par l’intermédiaire des revendeuses. En
plus, l’absence d’hygiène sur les marchés de volailles (mélange d’espèces, de race de
volailles exposées à même le sol au demeurant sablonneux pour la plupart et à côté d’autres
denrées) ne sont pas de nature à faciliter l’application des mesures de biosécurité. Si ces
volailles sont parfois exposées dans des cages, ces dernières sont souvent fabriquées avec
des matériaux difficiles à désinfecter. Il faut noter aussi que, faute d’abattoir de volailles, les
oiseaux sont abattus dans des conditions hygiéniques déplorables et, par conséquent,
susceptibles de compromettre la santé du consommateur.
Selon les éleveurs le conteste de « période enzootique » de la grippe aviaire aurait incité à
plus de vigilance et à la mise en pratique des mesures de biosécurité dans les élevages.
Actuellement que la menace semble être éloignée il y a une baisse de cette vigilance et donc
de la pratique systématique des mesures de biosécurité.
44
Revue du secteur avicole: Togo
Chapitre 7
Politiques actuelles, cadre légal
Depuis la fin de l’expérience SATAL, le développement de la filière avicole commerciale est
entièrement réalisé sous l’impulsion du secteur privé. Les conclusions d’une mission réalisée
par la DEP (MAEP/DEP, 2004) en avril 2004 recommandent l’installation au Togo:
•
d’unité(s) de production de poussins d’un jour;
•
d’unité(s) de fabrication d’aliments;
•
d’abattoir(s) frigorifique(s);
•
de laboratoires de diagnostic de maladies aviaires.
L’aviculture villageoise fait l’objet d’une plus grande implication des pouvoirs publics et des
ONG. Les résultats obtenus à l’occasion des programmes d’assistance antérieurs ont
alimenté une réflexion sur les modalités de renforcement des acquis de ces programmes.
A partir de l’année 2011, le Ministère de l’Agriculture de l’élevage et de la pêche à lancé le
Programme National d’Investissement Agricole et de Sécurité Alimentaire (PNIASA) dont le
Projet d’Appui au Secteur Agricole (PASA) entreprend des activités d’amélioration de
l’aviculture traditionnelle: habitat, petits équipements, vaccination contre la maladie de New
Castle, déparasitage interne. Les activités du PASA prennent fin en 2015.
Il n’existe pas de mesures spécifiques fiscales ou douanières propres aux produits avicoles.
Les produits avicoles sont considérés comme les « autres produits agricoles » et font l’objet
d’une politique de taxation telle que celle prévue par le TEC (outil qui détermine le degré
d’ouverture/fermeture des filières). Ce dernier prévoit une taxe conjoncturelle d’importation
permettant de compenser les baisses importantes de protection tarifaire liées à la variation
erratique des cours mondiaux. Depuis le 12 janvier 2006, le TEC a été élargi à la CEDEAO.
Revue de quelques textes réglementant le secteur élevage
•
Loi N° 99- 002 du 12 février 1999 relative à la police sanitaire des animaux sur le
territoire de la république togolaise
•
Loi N° 98 – 019 du 23 décembre 1998 relative à l’exercice de la profession
vétérinaire
•
Décret N° 2001- 132/ PR du 22 mai 2001 portant attributions et organisation du
Ministère du Commerce, de l’industrie, des transports et du développement de la
zone franche
•
Arrêté N° 21/ MAEP/ SG/ DEP du 02 octobre 2003 portant création, attributions,
organisation et fonctionnement d’un réseau d’épidémio-surveillance des maladies
animales au Togo (REMATO)
•
Arrêté N°45 / MAEP/ SG/ DEP du 08 juin 2005 portant création, attributions,
composition, organisation et fonctionnement de la commission technique nationale
du médicament vétérinaire (CTNMV)
•
Arrêté N° 23/ MAEP/ SG/ DEP du 04 août 2005 fixant les conditions d’exercice de la
profession vétérinaire
•
Arrêté interministériel N° 78/ MAEP/ MCIA du 25 octobre 2005 portant interdiction
d’importation de volailles vivantes et de viandes de volailles
•
Arrêté N° 14/ MAEP/ cab/ du 16 janvier 2006 portant autorisation d’exercice de la
profession de grossiste, répartiteur des produits vétérinaires
•
L’Arrêté N° 2006-005/ PMRT du 15 février 2006 portant création du comité
interministériel de prévention et de lutte contre la grippe aviaire
•
l’adoption par le gouvernement le 16 mai 2006 d’un plan stratégique de prévention
et de lutte contre la grippe aviaire
Politiques actuelles, cadre légal
45
Projet de décret relatif au mandat sanitaire:
Il n’y a pas eu de décret de mandat sanitaire jusqu’à ce jour. L’intervention des vétérinaires
privés dans le cadre du mandat sanitaire se fait en se basant sur la loi de la police sanitaire
et d’un protocole d’accord entre les vétérinaires privés et le Projet d’Appui aux Services
Agricoles (PASA).
7.1 BIEN ÊTRE ANIMAL
Le bien-être animal est une notion très peu connue dans toutes les couches
socioprofessionnelles du Togo. Pourtant ailleurs, il évolue progressivement pour entrer dans
les habitudes des populations. Le bien-être animal comprend 2 concepts essentiels à savoir
le concept physique et le concept mental qui ont rapidement évolué vers les concepts
physiologiques et éthologiques. Mais quel que soit le concept, tout le monde s’accorde sur les
5 droits fondamentaux des animaux.
•
•
•
•
•
Droit de manger à sa faim et de boire à sa soif;
Droit de vivre sous un abri et dans un environnement sain;
Droit à la santé;
Droit de se déplacer librement;
Droit à l’équilibre mental c'est-à-dire éviter les conditions de peur de détresse et de
stress.
Le développement récent de ce concept du bien-être reconnaît l’existence d’une corrélation
étroite entre le bien-être de la poule et la qualité des œufs pondus (Sossidou & Elson, 2009).
Ce faisant, c’est toute la chaîne de production qui est doigtée avec l’appréciation de ce bienêtre à travers:
•
•
•
La productivité (croissance, taux de ponte, qualité des œufs et viande);
Les paramètres biochimiques;
Les paramètres sanitaires et pathologiques…
7.1.2 La situation togolaise
Dans le secteur familial, la pratique avicole ne prend pas en compte la notion de bien être
animal. Dans le secteur commercial on note des efforts pour offrir aux oiseaux de meilleures
conditions de vie. C’est ainsi qu’au niveau de l’alimentation, quoique la qualité ne soit
toujours pas garantie, les efforts sont néanmoins faits pour nourrir convenablement et
abreuver les animaux à volonté. Au niveau de logement, les bâtiments sont de plus en plus
ouverts et la densité globalement respectée. L’élevage, se faisant majoritairement sur litière,
les oiseaux ont une certaine liberté de déplacement contrairement à l’élevage en cage qui est
presque inexistant dans le pays. Concernant les soins, la peur de voir mourir les animaux et
l’automédication conduisent souvent à des excès pouvant compromettre la productivité, les
paramètres biochimiques et le statut sanitaire des oiseaux. La technique de débécquage
généralement pratiquée est la cautérisation du bec. Cette pratique est fortement stressante
pour les animaux qui en meurent parfois. Durant les transports, les oiseaux sont ligotés sur
les motos ou dans les voitures jusqu’au lieu de vente où ils restent encore privés de liberté
et d’eau pour des heures voire des jours.
Durant les crises de la grippe aviaire en 2008, les autorités de l’élevage ont fait appel à
l’expertise du Laboratoire des Sciences Aviaires de l’Université de Lomé pour développer le
« Influenza Containment System (ICS) », méthode éthique pour l’abattage des volailles.
Cette technique a été développée par la société Compact Europe et homologuée par la FAO.
46
Revue du secteur avicole: Togo
FIGURE 10 « Influenza Containment System (ICS) » pour abattage zoo-sanitaire
des volailles dans la localité d’Agbata
photo by Tona Kokoua
Le procédé consiste à fixer sur quatre poteaux métalliques un sac biodégradable et
spécialement conçu pour ne laisser échapper aucun germe dans le milieu extérieur. Ce sac
est raccordé à un réservoir contenant du dioxyde de carbone (CO2). Une fois les poulets
saisis, ils sont introduits dans le sac rempli de CO2. En quelques secondes les sujets meurent
sans trop souffrir. Le sac est ensuite enlevé, bien fermé et transporté pour être enfouis dans
la fosse aménagée à cet effet. Cette technique, outre ses nombreux avantages, a le mérite
de permettre aux oiseaux de mourir dignement sans trop souffrir.
47
Chapitre 8
Analyse
8.1 FORCES ET FAIBLESSES ACTUELLES DU SECTEUR AVICOLE
Le Togo est un pays essentiellement rural et agricole: 70 pour cent de ses 6,6 millions
d’habitants vivent de l’agriculture. Durant les 5 dernières années, les productions agricoles
représentent 38 pour cent du PIB et les productions animales (principalement la volaille et
les petits ruminants) contribuent pour 26 pour cent à la formation de ce PIB agricole
(PNIASA).
Au Togo, l’aviculture tient une place prépondérante en termes de production de protéines
animales mais également pour le renforcement de la sécurité alimentaire et la lutte contre la
pauvreté. Face aux incertitudes des revenus des cultures de rente et notamment celle du
coton, le petit élevage représente le porte-monnaie du paysan, lui permettant de subvenir
aux besoins urgents (santé, éducation, savon, pétrole…) tout en fournissant un apport
protéinique peu coûteux à la famille.
L’évaluation des productions animales et des filières est cependant difficile car les
statistiques sont rares et peu fiables.
Un secteur en croissance
Depuis quelques décennies, plusieurs facteurs ont favorisé le développement de l’aviculture
aussi bien villageoise que commerciale: croissance démographique, urbanisation,
changements des habitudes alimentaires, mise en place de programmes d’assistance.
L’aviculture villageoise togolaise a connu un remarquable développement depuis une
vingtaine d’années grâce aux nombreux programmes d’assistance technique dont les
paysans ont été bénéficiaires. Même si la majorité des paysans togolais pratiquent cet
élevage de façon familiale, les acquis de ces programmes permettent de voir aujourd’hui
l’émergence réelle d’une catégorie d’éleveurs irréversiblement adeptes de pratiques
familiales améliorées (vaccination, logement, alimentation améliorée…).
L’aviculture commerciale est essentiellement tournée
consommation, malgré un environnement concurrentiel
économique difficile. Les fermes commerciales sont
Maritime. Cependant les opérateurs privés des régions
s’intéresser à cette activité.
vers la production des œufs de
important dans un contexte socioprincipalement situées en région
Centrale et Kara commencent par
Les autres productions sont très marginales et s’adressent à une clientèle très ciblée.
Un développement menacé
Au cours des dernières décennies, divers facteurs ont eu un impact négatif sur le
développement de la filière notamment l’érosion du pouvoir d’achat des populations,
la concurrence des produits importés, l’apparition de l’IAHP, et l’enchérissement du prix des
céréales.
L’aviculture commerciale est très dépendante des intrants pour la plupart importés, Les tarifs
douaniers n’étant pas préférentiels, les prix des intrants sont répercutés sur les coûts de
production. Malgré des performances zootechniques convenables, l’aviculture togolaise des
années 2000 a perdu sa compétitivité des années 80, notamment pour la production de
poulet de chair.
En ce qui concerne les importations, la concurrence des viandes d’origine européenne reste
importante. Actuellement, le pays ne peut totalement se passer d’importations en raison de
l’insuffisance de sa production nationale.
48
Revue du secteur avicole: Togo
Une filière fragile
Le pays dispose à ce jour de quatre (04) unités de production de poussins, mais les
productions ne couvrent pas les besoins des aviculteurs et ceux-ci sont toujours dépendants
de poussins importés ainsi que la grande partie des ingrédients pour les provendes.
Les organisations professionnelles sont peu nombreuses: dans le domaine avicole elles se
résument à l’ANPAT. Le secteur privé semble être celui par lequel le développement de la
filière serait assuré.
La crise de la grippe aviaire en 2007 et 2008 a quelque peu désorganisé la filière avicole
togolaise. Cependant grâce au projet « Assistance au gouvernement du Togo dans la
prévention et le contrôle de l’influenza aviaire hautement pathogène (OSRO/TOG/801/EC) »
la maladie a été efficacement contrôlée.
La baisse des résultats économiques est également due à la non maitrise des coûts des
intrants et à la forte concurrence des produits avicoles importés.
Par ailleurs l’inexistence d’un système national de statistiques sur la filière rend impossible la
quantification de la variation de la production entre deux périodes.
8.2 PERSPECTIVES DU SECTEUR AVICOLE POUR LES PROCHAINES ANNÉES
Le développement du secteur commercial dépendra de sa capacité à rester compétitif en
produisant sur place les poussins d’un jour, en réussissant à maîtriser le coût de l’aliment et
en assurant la formation des producteurs.
Les conclusions d’une mission réalisée par la DEP (MAEP/DEP, 2004) en avril 2004
recommandent l’installation au Togo:
•
d’unité(s) de production de poussins d’un jour;
•
d’unité(s) de fabrication d’aliments;
•
d’abattoir(s) frigorifique(s);
•
de laboratoire de diagnostic de maladies aviaires.
Pourtant de 2004 à 2014, la filière avicole continue de faire face à d’énormes difficultés qui
freinent son développement. En plus des recommandations ci-dessus, l’amélioration de la
production avicole, notamment la production des œufs de consommation et de poulets de
chair, il est impératif de
•
mettre en place une politique d’exonération progressive des taxes sur les intrants
notamment les poussins d’un jour, les œufs à couver, les ingrédients alimentaires,
les produits vétérinaires, les matériels d’élevage……;
•
Créer un service spécialisé en aviculture à la DEP;
•
Élaborer des règlementations et
conformément aux réalités locales;
•
Réduire progressivement l’importation des produits et abats de volailles et/ou les
taxer de façon sélective afin de dégager des ressources qui seront consacrées à
résoudre les difficultés de l’aviculture commerciale.
un
cadre
légal
pour
l’aviculture
togolaise
En ce qui concerne l’aviculture villageoise, les efforts consentis par le Gouvernement et les
partenaires au développement depuis une vingtaine d’années ont abouti à un réel savoirfaire du producteur au vulgarisateur. Les résultats obtenus dans le cadre de ces programmes
permettent aujourd’hui à des milliers de familles d’augmenter à la fois leurs revenus et leur
consommation en protéines animales. Il s’agit maintenant d’étendre ces résultats à un plus
grand nombre de paysans.
La menace de la grippe aviaire a suscité diverses mesures de la part des autorités togolaises.
Celles-ci ont été élaborées dans le cadre des recommandations internationales et ont été
concrétisé par le projet « Assistance au gouvernement du Togo dans la prévention et le
contrôle de l’influenza aviaire hautement pathogène » exécuté de décembre 2008 à
novembre 2011.
Analyse
49
L’absence de plus d’informations fiables sur le cheptel, les exploitations et leur localisation
ainsi que celles relatives aux données économiques sur la filière ne permettent pas
l’élaboration d’une vision à moyen/long terme.
Pour pallier à cette absence il est impérieux de mettre en place un système permanent de
collecte et de traitement de données socio-économiques sur l’aviculture au Togo. Ce système
pourra être localisé à la Direction de l’Elevage avec des antennes dans tous les services
régionaux.
Ce système visera en priorité, le conseil en gestion aux aviculteurs, l’information aux acteurs
de la filière et plus particulièrement les membres de l’ANPAT.
50
Revue du secteur avicole: Togo
Annexe I
Qui est qui (liste de contacts)
Catégorie
Organisation professionnelle
Nom
Association Nationale des Professions Avicoles du Togo
(ANPAT)
Adresse
01 BP 2999 Lomé, Togo
Téléphone
+228 22614922
Fax
+228 22614922
Email
Anpat_togo@yahoo.fr
Site Internet
Non disponible
Crée en octobre 1999, l’ANPAT est une interprofession à l’échelle nationale regroupant
actuellement plus de 150 adhérents concentrés en région Maritime
L’ANPAT souhaite être l’interlocuteur des professionnels auprès des pouvoirs publics et des
partenaires en développement. Ses objectifs sont de fournir à ses membres une
information technique et économique actualisée, mettre en place un mécanisme d’achat de
matières premières, rechercher des financements au profit des petits producteurs,
négocier et obtenir des réductions fiscales et autres facilités lors de l’acquisition des
matières premières utilisées par la filière.
L’ANPAT a créé un journal de l’association (ANPAT-INFOS) et a obtenu des subventions au
profit de quelques membres. L’ANPAT est membre des réseaux CTOP/ROPPA
L’ANPAT a reçu récemment une subvention de l’UE pour le renforcement des capacités de
l’association (projet PROMAT).
Entre 2006 et 2007, l’ANPAT envisage, grâce à l’appui financier de l’Union Européenne et
technique de l’ONG française AVSF, de quintupler le nombre d’adhérents, de former des
jeunes professionnels, de se doter d’un bureau exécutif et de participer activement
(à l’intérieur comme à l’extérieur du pays) à divers forums traitant du développement de
la filière.
Catégorie
ONG Internationale
Nom
Agronomes et Vétérinaires Sans Frontières (AVSF)
Adresse
BP 2315, Lomé, Togo
Téléphone
+228 22612346
Fax
Email
avsftogo@avsf.org
Site Internet
www.avsf.org
En 2006, AVSF envisage de consolider et d’étendre les résultats
d’assistance en organisant mieux les paysans autour des questions
permettant d’améliorer significativement la productivité du cheptel et
et faciliter leur accès au marché et au crédit. AVSF apportera un
l’ANPAT.
de ses programmes
d’accès aux moyens
du système céréalier
soutien technique à
Catégorie
Organisation Internationale
Nom
Association Mondiale des Sciences Avicoles - Togo (WPSA-
Revue du secteur avicole: Togo
51
Togo)
Adresse
FDS - UL, BP 1515, Lomé, Togo
Téléphone
+228 2225 50 94
Fax
Non disponible
Email
Non disponible
Site Internet
www.wpsa.com
En 2007, la branche togolaise de l’Association Mondiale des Sciences Avicoles (WPSATOGO) a été créée. La WPSA est la référence mondiale des sciences avicoles. Cette
association regroupe les chercheurs, les aviculteurs, les industriels… Elle a pour objectif
d’organiser des journées d’études à l’intention de ses membres et d’établir le contact entre
le secteur avicole du Togo et le reste du monde. Un renforcement de la capacité de cette
association au Togo pourrait permettre de réduire le fossé entre la recherche et la
pratique.
Catégorie
Institution de recherche
Nom
Laboratoire des Sciences Aviaires
Adresse
FDS – UL, BP 1515 Lomé, Togo
Téléphone
+228 2336 12 29
Fax
Non disponible
Email
Non disponible
Site Internet
Le Laboratoire des Sciences Aviaires et une référence en matière de recherche avicole et
de la formation. Ses activités de recherches sont axées sur les bonnes pratiques d’élevage,
les conditions d’incubation et l’alimentation des volailles exotiques (chair et ponte). Pour
ce qui concerne le volet formation, le Laboratoire offre trois niveaux de formation qui sont:
aviculteurs (formation professionnelle), niveau universitaire, et niveau postuniversitaire.
Catégorie
Institution de recherche
Nom
Institut Togolais de Recherche Agronomique (ITRA)
Adresse
BP 1163 L0ME
Téléphone
+228 22252148/22253096
Fax
+228 22251559
Email
itra@cafe.tg
Site Internet
L’ITRA est une institution étatique qui mène des activités de recherche aussi bien en
aviculture commerciale qu’en aviculture familiale. Sa principale mission est de mener des
études jugées nécessaires, de développer, d’améliorer ou/et valoriser les technologies
agricoles et alimentaires modernes et adaptées.
Catégorie
Structure d’encadrement
Nom
Institut de Conseil Appui Technique (ICAT)
Adresse
BP 20804 Lomé, Togo
Téléphone
+228 2225 37 73
Fax
+228 2250 42 29
52
Revue du secteur avicole: Togo
Email
aleaytin@icat-togo.com
Site Internet
www.icat-togo.com
L’ICAT est une institution étatique qui intervient dans l’encadrement des aviculteurs et la
vulgarisation des bonnes pratiques de l’aviculture et des nouvelles technologies. Il a pour
mission de promouvoir une agriculture professionnelle et les organisations paysannes.
Catégorie
Institution gouvernementale
Nom
Direction de l’élevage (DE)
Adresse
BP 4041 Lomé
Téléphone
+228 22213645
Fax
+228 22217120
Email
Maepsgdep-togo@yahoo.fr
Site Internet
Non disponible
La Direction de l’Elevage a pour mission la détermination des conditions technicoéconomiques de développement de l’élevage et le suivi de leur mise en place, la
protection sanitaire des élevages et le contrôle vétérinaire.
Catégorie
Institution de formation
Nom
Ecole Supérieure d’Agronomie, Université de Lomé (ESAUL)
Adresse
BP 1515 Lomé, Togo
Téléphone
+228 2225 41 97
Fax
22218595
Email
Contact_esa@ub.tgcontactesa@univ-lome.tg
Site Internet
www.ub.tgwww.univ-lome.tg
L’Ecole Supérieure d’Agronomie a pour mission de former les cadres privés et
administratifs et précisément des ingénieurs agronomes avec plusieurs options dont
l’option production animale. Les cadres formés sont capables de s’installer comme
entrepreneurs agricoles et de créer de l’emploi.
Catégorie
Institution de formation
Nom
Institut de Formation Agricole de Tové (INFATové)
Adresse
BP 401 Kpalime, Togo
Téléphone
+228 2441 01 29
Fax
Non disponible
Email
Infatove2000@yahho.fr/maepsginfatogo@yahoo.fr
Site Internet
L’INFA de Tové est une structure de formation des techniciens de la profession agropastorale avec un accent sur le volet aviculture. Il intervient également dans le recyclage
des agents de l’agriculture et des professionnels agricoles.
Catégorie
ONG Internationale
Nom
Opportunities Industrialization Center (OIC)
Adresse
B P 106 Notsé-Todomé, Togo
Téléphone
+228 2442 00 04
Revue du secteur avicole: Togo
53
Fax
+228 2442 01 94
Email
Oic-togo@cafe.tg
Site Internet
Non disponible
L’OIC intervient dans la formation avicole. Les cours sont à 75 pour cent pratiques et 25
pour cent théoriques. Cette organisation est reconnue par le passé pour l’efficacité de sa
formation, Mais, depuis 2007, les activités de l’OIC en matière de formation des
aviculteurs est en veilleuse faute, probablement, de manque de moyen financier.
54
Revue du secteur avicole: Togo
Annexe II
Liste des projets majeurs — secteur
avicole
1
Projet:
Projet de Développement du Petit Elevage dans la Région
de la Kara (PRODEPEKA), (volet aviculture)
Agence:
PNUD: 353 millions FCFA, Togo: 264 millions soit 617
millions FCFA
Durée:
36 mois, (87/88)
Zone géographique:
Région Kara
Bénéficiaires directs:
Familles rurales pauvres
Situation:
Clôturé
Les objectifs du PRODEPEKA étaient de sensibiliser les paysans éleveurs aux nouvelles
technologies de l’élevage avicole, augmenter leurs revenus, réduire les importations de
viande, et augmenter la consommation de viande de volaille villageoise en milieu rural.
Le projet a permis la réalisation des premiers essais de vaccination contre la maladie
de Newcastle en milieu rural (46 857 animaux vaccinés) et la formation d’une centaine
d’ACSA.
2
Projet:
Programme National du Petit Elevage (PNPE), (Volet
aviculture)
Agence:
FIDA: 5,34 millions dollars, PNUD/FAO: 1,33 million de
dollars
FAC (AVSF): 0,45 million de dollars
Bénéficiaires:0,15 million de dollars
Durée:
72 mois
Zone géographique:
Tout le pays
Bénéficiaires directs:
Familles rurales, groupements
Situation:
Clôturé
Les objectifs de PNPE étaient d’accroître la production nationale en viande ainsi que les
revenus des producteurs, accroître l’accès des populations rurales aux protéines
animales, et atténuer les disparités régionales
Le projet a permis la vaccination de 10 pour cent du cheptel aviaire contre la maladie
de Newcastle et la formation de plus de 300 ACSA
3
Projet:
SATAL, (Société parapublique)
Agence:
Promoteurs du projet (Etat togolais et investisseurs
Libyens)
Capital social départ: 1,4 milliard FCFA
Durée:
Créée en 1980 et non fonctionnelle depuis la fin des
années 90
Zone géographique:
Tout le pays
Bénéficiaires directs:
Population togolaise
Revue du secteur avicole: Togo
Situation:
55
Clôturé
Production de poulets de chair et d’œufs de consommation. Mise en place d’une unité de
production commerciale de volailles de chair et d’œufs de consommation.
4
Projet:
Programme Pluriannuel de Micro Réalisations
(PPMR), (volet AGR)
Agence:
UE
Durée:
Zone géographique:
Bénéficiaires directs:
Situation:
5
Projet:
PAEF
Agence:
AFD: AVSF 76 000 €, € 1,306 million
Durée:
42 mois
Zone géographique:
Tout le pays
Bénéficiaires directs:
Familles rurales
Situation:
Clôturé
Les objectifs du PAEF étaient d’augmenter le revenu des producteurs, améliorer
l’approvisionnement des villes en viande de volaille.
Le projet a permis la formation de 2 000 paysans, la formation et réglementation de
l’activité de 750 ACSA, la mise en place de 2 000 PTA et la formation d’un personnel
technique de soutien à l’amélioration de l’aviculture villageoise.
6
Projet:
PARAT
Agence:
USDA; 1,7 milliard FCFA
Durée:
84 mois (1999 à 2006)
Zone géographique:
Région des plateaux et Région Maritime
Bénéficiaires directs:
Agriculteurs
Situation:
Clôturé
Les objectifs sont d’améliorer le revenu de l’agriculteur togolais et assurer la sécurité
alimentaire. Le projet a permis le fonçage des puits, la formation de paysans, la mise
en place de 80 groupements.
7
Projet:
PSSA (D)
Agence:
FAO: 344 000 dollars
Durée:
24 mois
Zone géographique:
Tout le pays
Bénéficiaires directs:
Familles rurales pauvres
Situation:
Clôturé
Les objectifs étaient de contribuer à l’amélioration durable de la sécurité alimentaire.
Le projet a permis la mise en place de 71 unités de volailles et la formation de 87 ACSA.
8
Projet:
Promotion de l’Aviculture Togolaise (PROMAT)
56
Revue du secteur avicole: Togo
Agence:
UE et ANPAT pour un montant de 110 000 €
Durée:
24 mois, (en cours depuis mars 06)
Zone géographique:
Tout le pays
Bénéficiaires directs:
ANPAT
Situation:
Clôturé
L’objectif de PROMAT est de restituer la compétitivité de la filière avicole togolaise.
Les résultats attendus sont:
• La réorganisation interne de l’ANPAT
• La réalisation d’une étude sur la compétitivité de la filière togolaise
• La formation de 35 jeunes professionnel(le)s
• La mise en place d’un mécanisme de collecte et de diffusion de l’information
technico-commerciale
• L’organisation à Lomé d’un atelier sous-régional sur la compétitivité de la
filière
• Le renforcement des capacités de l’ANPAT
9
Projet:
TELEFOOD
Agence:
FAO, montant cumulé: 39 127 US dollars
Durée:
Plusieurs projets en 2000, 2001, 2003, 2004.....
Zone géographique:
Tout le territoire
Bénéficiaires directs:
Groupements de producteurs, associations
Situation:
En cours
Les objectifs de ces projets sont la mise en place d’élevages avicoles à but commercial
pour la production d’œufs de consommation, de poulets de chair, de pintades.
10
Projet:
Project for Food Industry Development (PFID)
Agence:
ICAT, montant: 80 000 US dollars
Durée:
Une année
Zone géographique:
Préfectures du Golfe et des Lacs
Bénéficiaires directs:
Acteurs de la filière avicole
Situation:
Terminé
Le projet « Partnership for Food Industry Development (PFID) » est le fruit d’un
partenariat entre l’ICAT et le Centre Agricole de l’Université de Louisiane des Etats-Unis
d’Amérique. Son principal objectif est de développer un lien social entre tous les
acteurs de la filière avicole au Togo afin d’améliorer l’aviculture togolaise tout en la
préservant de la grippe aviaire et d’autres épizooties. Dans cette optique un réseau
dénommé Réseau Social Grippe Aviaire (RESOGA) a été créé à titre pilote pour les
préfectures du Golfe et des Lacs.
11
Projet:
Vlams Interuniversiteit Raad (VLIR)
Agence:
Université de Lomé, montant 308 000 Euros
Durée:
Six (6) années (2006 – 2012)
Zone géographique:
Pays de la sous-région
Bénéficiaires directs:
Acteurs de la filière avicole, chercheurs
Situation:
En Clôturé
Le projet VLIR est un projet interuniversitaire (Université de Lomé – Université
Catholique de Leuven). Ce projet mène des activités axées sur les bonnes pratiques
d’élevage, la production industrielle des poussins d’un jour et l’alimentation des volailles
exotiques (chair et ponte).
Revue du secteur avicole: Togo
12
57
Projet:
OSRO
Agence:
FAO, montant : 2 millions d’Euros
Durée:
Trois (3) années (2008 – 2011)
Zone géographique:
Tout le pays
Bénéficiaires directs:
Direction de l’Elevage, Laboratoires vétérinaires
Situation:
Clôturé
Spécifiquement, ce projet vise au renforcement des services vétérinaires, des capacités
de réponse à un foyer d’IAHP et de la biosécurité dans la filière avicole.
13
Projet:
PNIASA (Programme National d’Investissement Agricole
et de sécurité Alimentaire)
Agence:
Banque Mondiale chef de file
Durée:
2010-2015
Zone géographique:
Tout le Togo
Bénéficiaires directs:
Les producteurs les plus pauvres et les plus vulnérables
Situation:
En cours
Objectif de développement: Accroître le revenu des exploitants agricoles et contribuer à
l’amélioration de la balance commerciale et des conditions de vie des ruraux.
58
Revue du secteur avicole: Togo
Annexe III
Références bibliographiques
Agro-Plus. 2010. Rapport interne.
Aklobessi, K.K. 2003. Revue et stratégie de développement du sous-secteur petit levage:
aviculture, cuniculture, et aulacodiculture.
Aklobessi, K.K. et de Souza, K.H. 2007. Etude de la compétitivité de la filière avicole
togolaise: Rapport de synthèse. ANPAT, 147p.
AVSF (Agronomes et Vétérinaires sans Frontières). 1999. Le marché de la volaille
traditionnelle au Togo, par A. Braillon.
AVSF. 2003. Dix années d’expérience en aviculture villageoise au Togo, par Charles-E.
Bebay.
AVSF. 2004. Délivrance de services vétérinaires de proximité au Togo, par Charles-E. Bebay.
AVSF/ICAT. avril 2006. Enquête de capitalisation des acquis du PAEF.
Badjé, Y.B. 2006. Première évaluation de la structure et de l'importance du secteur avicole
commercial et familial en Afrique de l'Ouest: Rapport du Togo.
Braillon, A. 1999. Le marché de la volaille traditionnelle au Togo.
Dao, B. 2009. Identification des zones d’hivernage des oiseaux migrateurs et analyse des
risques de propagation de l’influenza aviaire hautement pathogène. Rapport définitif, 58p.
Dao, B. 2010. Recensement (qualitatif/quantitatif) de toutes les exploitations avicoles et des
structures de la filière dans toutes les régions du pays. Rapport FAO/OSRO/TOG/801/EC,
36p.
Djeguema, F.K. 2011. Mouvements du cheptel aviaire, des produits et matériels d’élevage
liés à l’aviculture au Togo: Analyse socio-économique des flux. Rapport
FAO/OSRO/TOG/801/EC. 75p.
Denké, A.M. 2009. Formulation d’un plan national de surveillance et de biosécurité.
République Togolaise-SNU; 86 pages.
Dete, V. 2010. Comparison of two induced moulting programs on layer chicken
performances. Mémoire de Diplôme d’Ingénieur Agronome, Ecole Supérieure
d’Agronomie, Université de Lomé.
DE/AVSF. 2002. Projet d’Appui à l’Elevage Familial.
DE (Direction de l’Élevage) . 2012. Production de viandes de volailles de 2007à 2012.
DE. 2014. Elaboration d’un plan d’affaires pour la production d’œufs de table.
Defly, A. 1999. Situation de référence de l’aviculture .Institut Togolais de Recherche
Agronomique (ITRA).12p.
DSID (Direction de la Statistique de l’Informatique et de la Documentation). 2012.
4ème Recensement National de l’Agriculture (RNA).II: module de base. 571p.
DSID. 2013. 4ème Recensement National de l’Agriculture (RNA).Volume VI : module
complémentaire, 165p.
DSID. 2014. Evaluation de la campagne agricole 2014.
DGSCN (Direction Générale de la Statistique et de la Comptabilité Nationale). 2009.
Prix moyen national des poulets et des pintades entre 2002-2008.
DGSCN. 2011. Données statistiques avicoles.
DGSCN. 2012. Données statistiques avicoles.
DGSCN. 2014. Exportation de viande et abats de 2009 à 2013.
Revue du secteur avicole: Togo
59
FAO. 1995. Elaboration d’un plan de développement de l’élevage au Togo, rapport du
consultant national en zootechnie (TCP/TOG/4452).
FAO. 2003. Rapport du consultant national en aviculture (FAO TCP/TOG/2902, par
Aklobessi).
FAO. 2006. Compte rendu final de la composante diversification du PSSA (FAO,
TCP/TOG/2902 (D).
FAO. 2011. Promotion et développement de la filière avicole au Togo: diagnostic du sous–
secteur avicole atouts et contraintes, rapport définitif du consultant zootechnicien
(TCP/TOG/ 3302 composante 3) 90p.
ICAT (Institut de Conseil et d’Appui Technique) . 2010. Rapport d’Activités.
ITAVI (Institut Technique de l'Aviculture). 2003. La production d’œufs de
consommation en climat chaud. Première édition, Février 2003; 120 pages.
ITRA Actualités no 009 (Institut Togolais de la Recherche Agronomique). Décembre
2011, Diversité phénotypique des poules locales au Togo.
Kangni, T. 2008. Alimentation et Nutrition Animales. In: Production Animales au Togo:
Situation de Référence, ITRA, 2008.
Lombo, Y. et Dao, B. 2009. Elaboration d’un itinéraire technique d’élevage de pintadeaux
adapté en élevage familial au Togo. ITRA, 33p.
MAEP (Ministère de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Pêche). 2003. Etat des
ressources génétiques animales au Togo, par Adomefa, K. et Bonfoh, B.
MAEP/DEP. 2004. Rapport de la mission de collecte d’informations sur l’état de l’aviculture
moderne au Togo, par Gbedjangni, K. et Lemou, T.
Sanvee, A.M. 2009. Prévention et gestion des foyers d’influenza aviaire au Togo: Etude
d’impact socio-économique de la diffusion du virus H5N1. République Togolaise-SNU; 80
p.
Simons, P. 2009. Evolution of poultry production in the world and implications for the
African continent. Premier Symposium Régional sur Promotion de l’Industrie Avicole en
Afrique Sub-saharienne. WPSA-Togo, Université de Lomé, 42p.
Sossidou, E. et Elson, H. 2009. Hens’ welfare to egg quality: a European perspective.
World’s Poultry Science Journal, 65(4), 709-718.
SOS Faim Belgique. 2004. Les importations de poulets de chair au Togo en provenance de
l’UE, par Coster, T. et Tchala, M.
Teteh, A. K., Tona, K., Aklikokou, M., Gbeassor, J., Buyse et Decuypere, E. 2010.
Effects of low-protein or high energy levels diets on layer-type chick juvenile
performance. International Journal of Poultry Science 9: 1156-1160.
Tona, K. 1992. Diagnostic du système de production en aviculture traditionnelle: cas de la
région maritime. Mémoire de fin d’études agronomiques. ESA- UB. 85p.
Tona, K. 2008. Prévention et gestion des foyers d’influenza aviaire au Togo: Formulation
d’un programme de relance de la filière avicole dans les zones infectées. Système des
Nations Unies, 47 p.
Tona, K. 2010. Etat des lieux de l’utilisation des produits pharmaceutiques dans la filière
avicole au Togo. Rapport d’enquête, Institut de Médecine Tropicale Prince Léopold
d’Anvers, 12 p.
Tona, K., Agbonon, A., Eklu-Gadegbeku, K., Aklikokou, K., Decuypere, E. et
Gbeassor, M. 2010. Consumption egg production in Togo: Layer chickens population and
management practices. World’s Poultry Science Journal, 66:525-531.
60
Revue du secteur avicole: Togo
Annexe IV
Cartes
Carte 1 Répartition des fermes avicoles commerciales (Dao 2009)
Revue du secteur avicole: Togo
61
Burkina Faso
Bénin
Ghana
Golfe du Bénin
Carte 2 Importance des volailles domestiques (Dao 2009)
62
Revue du secteur avicole: Togo
Carte 3 Nombre volailles sur le marché (Djéguema 2011)
Revue du secteur avicole: Togo
Carte 4 Analyse des flux (Djéguéma 2011)
63
I4584E/1/04.15
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertising