P100-2-2004F (PDF, 736 Ko).

P100-2-2004F (PDF, 736 Ko).
Gouvernement
du Canada
Government
of Canada
Une année de renouvellement
RAPPORT
ANNUEL
sur la publicité
du gouvernement du Canada
2003-2004
Une année de renouvellement
RAPPORT
ANNUEL
sur la publicité
du gouvernement du Canada
2003-2004
Publié par Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
Printemps 2005
Pour de plus amples renseignements, composez le (613) 943-2595
Version en direct : www.tpsgc.gc.ca
Numéro de catalogue : P100-2/2004
ISBN : 0-662-68389-7
© Sa Majesté la Reine du Chef du Canada,
représentée par le ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux.
La présente publication peut être reproduite sans autorisation à des fins personnelles ou internes,
à la condition d’en indiquer clairement la source. Toutefois, sa reproduction multiple en tout ou en partie
à des fins commerciales ou de redistribution nécessite une autorisation écrite obtenue au préalable
du ministre des Travaux publics et des Services gouvernementaux,
à Ottawa (Ontario), Canada K1A 0S5, ou à [email protected]
Message du Ministre
C’est avec plaisir que je vous présente le rapport
annuel sur les activités de publicité du gouvernement du Canada pour l’exercice financier
2003-2004. Comme en témoigne le titre du
rapport, l’année s’est effectivement déroulée sous
le signe du renouvellement pour les activités de
publicité du gouvernement.
En 2003-2004, le gouvernement a amorcé
l’initiative de renouvellement de la publicité qui
s’est traduite par un examen en profondeur des
pratiques de gestion de la publicité, la tenue de
consultations avec nos intervenants et l’établissement de bases pour la mise en place d’un meilleur
système. Cette année, nous avons concentré nos
efforts à renforcer ces assises, et ce, dès avril
2003, date de l’annonce du nouveau cadre de
gestion du gouvernement du Canada en matière
de publicité. Nous avons adopté un vaste éventail
de changements en vue d’améliorer notre rendement et de renforcer nos pratiques d’attribution de
contrats de publicité, de gestion et de coordination
des activités de publicité.
Ce deuxième rapport annuel fait suite à notre
engagement envers la population canadienne,
pour ce qui est d’assurer la responsabilisation et la
transparence en matière de publicité. Il donne un
aperçu des changements que nous avons apportés
et décrit la façon dont ils nous ont aidés à atteindre
un certain nombre d’objectifs : accroître la capacité
du gouvernement du Canada à gérer ses activités
de publicité; rendre plus rigoureuses les pratiques
d’attribution des contrats de publicité, optimiser les
ressources et améliorer la transparence et la
responsabilisation. Ce rapport fait également état
de mesures qui ont été prises par diverses organisations gouvernementales en réponse aux préoccupations concernant les activités de publicité qui ont
été soulevées dans le Rapport de la vérificatrice
générale du Canada à la Chambre des communes
en novembre 2003.
Les changements que
nous sommes en train
d’instaurer doivent
d’abord et avant tout
nous permettre de
répondre aux attentes
des Canadiens et des Canadiennes à l’égard du
gouvernement. Ils reposent sur une saine gérance,
sur des services de qualité et une gestion
améliorée. Ce rapport décrit ce que nous faisons
pour nous assurer que les citoyens profitent
pleinement de la publicité du gouvernement
du Canada.
Le ministre des Travaux publics
et des Services gouvernementaux,
L’honorable Scott Brison
3
Table des matières
Message du Ministre . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .3
Résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .7
Chapitre 1 : Contexte . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .9
Aperçu . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Renouvellement de la publicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Changements organisationnels au gouvernement du Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Rapport de la vérificatrice générale du Canada à la Chambre des communes en novembre 2003
Commission d’enquête sur le programme de commandites et les activités publicitaires . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
. .9
. .9
.10
.10
.10
Chapitre 2 : Principaux résultats . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .11
Renforcer la capacité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Approvisionnement en services de publicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Optimiser les ressources . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Renforcer la transparence et la responsabilisation . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Mesures prises en réponse au Rapport de la vérificatrice générale du Canada
à la Chambre des communes en novembre 2003 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.11
.11
.12
.13
. . . . . . . . . . . . . . .13
Chapitre 3 : Activités publicitaires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .14
Résumé des campagnes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Dépenses par organisation . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Fournisseurs utilisés par le gouvernement du Canada
Placements par type de média . . . . . . . . . . . . . . . .
Placements médias par mois . . . . . . . . . . . . . . . . .
Contrats et numéros PUB . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.14
.16
.17
.18
.18
.18
Chapitre 4 : Perspectives d’avenir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .19
Raffermir la gestion des activités de publicité du gouvernement du Canada . . . . . . . . . . . . . . . . .19
Mise en œuvre du renouvellement de la publicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .20
Invitation aux lecteurs (commentaires) . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .21
Annexe . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .22
Chronologie des événements qui ont conduit au renouvellement de la publicité
du gouvernement du Canada . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Liste des mesures adoptées en réponse au Rapport de la vérificatrice générale
du Canada à la Chambre des communes en novembre 2003 . . . . . . . . . . . .
Faits saillants et résultats des campagnes publicitaires . . . . . . . . . . . . . . . . .
École de la vie . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Recrutement pour les Forces canadiennes . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Lutte contre le tabagisme 2003-2004 . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
Services pour enfants (Prestation nationale pour enfants) . . . . . . . . . . . . .
Offres à commandes et arrangements en matière d’approvisionnement pour
les services de publicité . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .
. . . . . . . . . . . . . . .22
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.
.23
.25
.25
.27
.31
.34
. . . . . . . . . . . . . . .37
5
Résumé
La publicité est un outil de communication qui aide
le gouvernement du Canada à renseigner la population canadienne sur ses politiques, ses programmes,
ses services ou ses initiatives. Elle lui permet également d’aviser la population des dangers ou des
risques pour la santé et la sécurité publique ou pour
l’environnement. Afin de respecter son engagement
en matière d’ouverture et de transparence, le gouvernement a annoncé, en avril 2003, la publication
d’un rapport annuel sur la publicité. Une année de
renouvellement : rapport annuel sur la publicité
du gouvernement du Canada 2003-2004 est le
deuxième rapport annuel sur les pratiques de
publicité du gouvernement du Canada.
Le rapport présente un survol de quelques-uns des
nombreux changements apportés en 2003-2004,
à la suite des examens approfondis qui ont été
réalisés relativement aux processus et aux pratiques
du gouvernement en matière de publicité. Il décrit
également le contexte dans lequel s’inscrit l’initiative
de renouvellement de la publicité ainsi que les
décisions qui ont eu une incidence sur la publicité
gouvernementale en 2003-2004, et il donne
des précisions sur l’orientation future que prendra
la publicité gouvernementale à la suite des
changements apportés.
Le chapitre 1 du rapport fournit des précisions
sur nombre de changements apportés aux pratiques
publicitaires gouvernementales au cours de la
dernière année. Ce chapitre donne également un
aperçu des changements organisationnels mis en
œuvre au gouvernement du Canada en 2003-2004.
Il donne des explications sur les éléments visés
par le Rapport de la vérificatrice générale du
Canada à la Chambre des communes en
novembre 2003, et décrit les mandats de la
Commission d’enquête sur le programme de
commandites et les activités publicitaires.
Le chapitre 2 donne un aperçu des principales
réalisations et des initiatives qui ont vu le jour en
2003-2004 dans le cadre du renouvellement des
pratiques publicitaires :
Réseau d’échange de pratiques en publicité;
présentation de 16 séances de formation sur le
nouveau processus lié aux activités publicitaires;
tenue d’une séance d’information sur la
publicité radiophonique).
• Acquisition de produits publicitaires provenant
d’entreprises ayant un minimum de 80 % de
contenu canadien; mise en place d’un nouveau
système d’approvisionnement à trois niveaux
pour les services publicitaires – offres à
commandes (projets inférieurs à 75 000 $);
arrangements en matière d’approvisionnement
(projets de 75 000 à 750 000 $); demandes
de propositions (projets supérieurs à 750 000 $);
élaboration d’un modèle d’énoncé des travaux;
processus d’appel d’offres pour l’attribution du
contrat de l’agence de coordination.
• Optimisation des ressources (modification des
modes de rémunération des agences de publicité
pour qu’ils reflètent les pratiques courantes de
l’industrie, comme l’utilisation d’un modèle de
rémunération à taux horaire fondée sur le
travail, qui s’applique à la plupart des
contrats de publicité).
• Renforcement de la transparence et de la
responsabilisation (développement d’un
nouveau système électronique de gestion de
l’information et production d’un rapport annuel).
Ce chapitre se termine sur une description de
quelques-unes des mesures qui ont été adoptées
par des organisations gouvernementales en
réponse aux résultats du rapport de la vérificatrice
générale de novembre 2003.
• Renforcement de la capacité (publication du
Guide d’orientation sur la publicité et d’une
trousse d’information connexe; création du
7
Le chapitre 3 résume quatre importantes
campagnes publicitaires qui ont été réalisées
en 2003-2004 :
• École de la vie;
• Recrutement pour les Forces canadiennes;
• Lutte contre le tabagisme 2003-2004;
• Services pour enfants (Prestation nationale
pour enfants).
Ce chapitre donne également de l’information sur
les dépenses liées à la publicité et réparties par
organisation, la liste des fournisseurs utilisés par le
gouvernement du Canada, les investissements
gouvernementaux répartis par type de média et
par mois ainsi que de l’information sur le nombre
de contrats de publicité qui ont été réalisés et le
nombre de numéros PUB (numéros de publicité)
attribués à des ministères et à des organismes
en 2003-2004.
Le chapitre 4, « Perspectives d’avenir » jette un
regard sur les avantages que procure l’initiative de
renouvellement de la publicité ainsi que sur son
état d’avancement. Il explique les mesures prises
pour renforcer la gestion des activités de publicité
du gouvernement dont les mesures visant à
renforcer la conformité à la Loi sur les langues
officielles. Plus particulièrement, il donne de
l’information relative au moratoire sur la publicité,
qui a été annoncé le 15 mars 2004, et à la réduction de 15 % des dépenses en placement médias
pour les trois prochaines années.
Pour terminer, ce chapitre décrit les initiatives de
renouvellement des pratiques publicitaires qui
continueront d’être mises en œuvre au cours de
l’exercice financier 2004-2005 :
• Cossette Media, une division torontoise du Groupe
Cossette Communication, s’est vu attribuer le
contrat d’agence de coordination.
• Le gouvernement du Canada, dans le cadre
d’un processus concurrentiel, a établi des
offres à commandes et des arrangements en
matière d’approvisionnement pour les services
de publicité.
• Pour refléter les modifications apportées au
cadre de gestion de la publicité, le Secrétariat
du Conseil du Trésor du Canada a mis à jour la
Politique de communication du gouvernement
du Canada ainsi que les règles de procédures
qui s’y rapportent.
8
• Un nouveau système électronique est en cours
de développement. En effet, le Système d’information de gestion de la publicité (GESPUB)
permettra de consigner des données sur les
projets de publicité pour les organisations
gouvernementales, de faire le suivi de ces projets
et d’obtenir de l’information sur ces derniers
dont les numéros PUB (numéro de publicité),
les coûts réels, la portée du travail, les plans
médias et les rapports d’évaluation.
• En réponse au rapport de la vérificatrice générale
du Canada de novembre 2003, une nouvelle
norme uniformisée visant l’ensemble du gouvernement, la Norme de documentation de la
publicité pour la tenue de dossiers de projets,
a été publiée en vue d’aider les organisations
à tenir des dossiers adéquats, à gérer leurs
documents liés à la publicité et à tenir leurs
pistes de vérification à jour.
• Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada déploie des efforts pour mettre sur
pied un nouveau site intranet sur la publicité
du gouvernement du Canada.
• Des séances de formation sont en cours
d’élaboration. Ces séances offriront aux
fonctionnaires fédéraux de l’orientation sur le
nouveau processus de gestion de la publicité.
Pour terminer, voici le contenu de l’annexe
du rapport :
• Chronologie des événements qui ont mené le
gouvernement du Canada à mettre en place
l’initiative de renouvellement de la publicité;
• Liste des mesures prises en réponse au Rapport
de la vérificatrice générale du Canada à la
Chambre des communes en novembre 2003;
• Points saillants et résultats des campagnes
résumées au chapitre 3;
• Liste des fournisseurs concernant les offres à
commandes et les arrangements en matière
d’approvisionnement pour les services
de publicité.
Contexte
Aperçu
La publicité est un des nombreux outils utilisés par
le gouvernement du Canada pour communiquer
avec le public. Pour être efficace, elle doit faire
partie intégrante d’une stratégie de communication
plus vaste et reposer sur des recherches solides. Il
s’agit d’un élément important qui aide le gouvernement à s’acquitter de ses responsabilités pour ce
qui est de renseigner les citoyens, dans la langue
officielle de leur choix, sur ses politiques, ses programmes, ses services ou ses initiatives, et de les
aviser des dangers ou des risques pour la sécurité
publique ou l’environnement.
Afin de mesurer l’efficacité et l’efficience de ses
campagnes publicitaires, le gouvernement du Canada
évalue ses principales campagnes. Pour les
besoins d’établissement de rapports, l’évaluation
de la publicité gouvernementale fait partie des
activités de recherche sur l’opinion publique. Les
évaluations se font dans le cadre de préenquêtes
et de postenquêtes, qui comprennent notamment
des sondages sur le taux de rappel, lequel permet
de mesurer l’efficacité d’une campagne et de savoir
si elle atteint son public cible et ses objectifs.
La Politique de communication du gouvernement
du Canada, publiée par le Secrétariat du Conseil
du Trésor, exige que les organisations1 énumérées
dans les annexes I, I.1 et II de la Loi sur la gestion
des finances publiques coordonnent la planification
et la mise en œuvre de leurs activités de publicité
avec le Bureau du Conseil privé et Travaux publics
et Services gouvernementaux Canada (TPSGC),
conformément à la procédure établie à cet effet.
Ces organisations doivent également recourir à
TPSGC pour la passation de contrats de services
publicitaires. Elles doivent aussi respecter rigoureusement les exigences de la Politique sur les marchés
et de la Politique sur les services communs du
Conseil du Trésor pour tout ce qui touche l’acquisition de produits publicitaires. Pour des raisons de
transparence, ces organisations doivent en outre
consigner électroniquement leurs activités de
publicité auprès de TPSGC et rendre compte de
leurs dépenses dans les Comptes publics du
Canada, à la ligne 0103.
1 Pour les besoins du présent rapport, le terme organisation
désigne tous les ministères et tous les organismes énoncés
dans les annexes I, I.1 et II de la Loi sur la gestion des
finances publiques.
Chapitre
1
Par conséquent, chaque organisation est responsable
et doit répondre de son observation de la Loi sur
les langues officielles de sa propre gestion des
contrats de publicité, de l’administration et de
la consignation adéquate des données sur les
finances et les paiements, de la tenue des dossiers
et du contrôle de la qualité de ses produits
publicitaires.
Renouvellement de la publicité
Au cours des deux dernières années, TPSGC, le
Secrétariat du Conseil du Trésor, le Bureau du
Conseil privé et l’ancien Communication Canada
ont collaboré pour accroître la transparence et la
responsabilisation en ce qui a trait au cadre de
gestion de la publicité du gouvernement du Canada.
Plus particulièrement, le gouvernement a renforcé
les éléments des activités publicitaires ayant trait
à l’attribution de contrats, à la gestion et à la
coordination.
En mai 2002, le premier ministre a demandé
à la présidente du Conseil du Trésor de formuler
des recommandations sur la façon dont certaines
activités de communication, dont la publicité,
pourraient être mieux gérées. L’examen qui s’en est
suivi portait essentiellement sur l’optimisation des
ressources, l’administration des fonds, la flexibilité
et la transparence.
En décembre 2002, le gouvernement du Canada
annonçait qu’il apporterait des changements à sa
gestion de la publicité en renforçant la concurrence
et en augmentant la rentabilité de ses investissements
en publicité. Parallèlement, le ministre des Travaux
publics et des Services gouvernementaux a élaboré
un processus de consultation visant les intervenants
de l’industrie de la publicité pour déterminer comment instaurer ces changements. En février 2003, il
a rendu public un document de discussion qui devint
la base des consultations, lesquelles ont commencé
en mars 2003 et ont été menées auprès d’intervenants partout au Canada.
9
En réponse à l’examen de la présidente du Conseil
du Trésor, le gouvernement a annoncé officiellement l’adoption du nouveau cadre de gestion de
la publicité gouvernementale le 28 avril 2003. La
chronologie des événements liés au renouvellement
de la publicité se trouve en annexe.
Le cadre de gestion de la publicité se fonde sur
les objectifs de l’initiative de renouvellement de
la publicité :
• Accroître la rentabilité des dépenses de publicité
du gouvernement du Canada;
• Faire en sorte que l’approvisionnement en services
de publicité soit ouvert, transparent et équitable;
• Favoriser la concurrence grâce à un large
éventail de fournisseurs qualifiés;
• Offrir aux ministères divers modes d’approvisionnement qui répondent à leurs besoins en
matière de publicité;
• Définir clairement les rôles et les responsabilités;
• Renforcer la capacité gouvernementale de
mieux gérer les fonctions de publicité;
• Instaurer des mesures précises pour accroître la
transparence et la responsabilisation, comme le
rapport annuel sur la publicité, qui a pour objet
de tenir les parlementaires et les Canadiens
informés des activités de publicité du
gouvernement.
Le gouvernement du Canada a adopté un certain
nombre d’initiatives au cours de l’exercice financier
2003-2004 pour donner suite aux objectifs précités
de renouvellement de la publicité. Le chapitre 2
donne un aperçu des ces initiatives.
Changements organisationnels
au gouvernement du Canada
Le 12 décembre 2003, le premier ministre
Paul Martin a annoncé la réorganisation de
plusieurs ministères, organismes et fonctions du
gouvernement du Canada ainsi que des changements apportés à des comités du Cabinet.
En outre, le 13 décembre 2003, le premier ministre
Martin a annoncé la dissolution de Communication
Canada à compter du 31 mars 2004. Par conséquent, la Direction de la coordination de la publicité
a été transférée à TPSGC le 1er avril 2004. Cette
dernière a toujours pour mandat de fournir des
services de planification, de coordination, de formulation de conseils et de formation en matière de
publicité aux organismes du gouvernement du
Canada. Par contre, la Direction de l’approvisionnement en communication de TPSGC, demeure
l’autorité contractante du gouvernement du
Canada en matière de publicité.
10
Rappor t de la vérificatrice
générale à la Chambre des
communes en novembre 2003
Le Rapport de la vérificatrice générale du Canada
à la Chambre des communes en novembre 2003,
qui a été rendu public le 10 février 2004, mettait
l’accent sur plusieurs programmes et initiatives du
gouvernement du Canada dont des questions liées
aux activités de publicité du gouvernement. Le
chapitre 2 du présent rapport annuel sur la publicité
fait état d’un certain nombre de mesures prises
par les organismes pour répondre à ces questions.
La liste des mesures adoptées figure en annexe du
présent rapport.
Commission d’enquête sur
le programme de commandites et
les activités publicitaires
Le 19 février 2004, un décret définissant le mandat
de la Commission d’enquête sur le programme de
commandites et les activités publicitaires a été
publié. La Commission a reçu un double mandat.
Le premier exige qu’elle enquête et fasse rapport
sur les questions qui ont été soulevées directement
ou indirectement dans les chapitres 3 et 4
(« Le Programme de commandites » et « Les activités
de publicité », respectivement) du Rapport de la
vérificatrice générale du Canada à la Chambre
des communes en novembre 2003. Le deuxième
mandat de la Commission exige qu’elle formule
des recommandations au gouvernement du
Canada, en fonction des faits constatés, qui
feraient en sorte d’empêcher la mauvaise gestion
des programmes de commandites et des activités
de publicité.
Depuis la publication de ce décret, les organisations fédérales travaillent sans relâche pour fournir
à la Commission de l’information sur les activités
de publicité du gouvernement.
Principaux
résultats
Malgré les périodes de transition qui ont eu lieu
au cours de l’exercice financier 2003-2004, le
gouvernement du Canada a continué de mettre en
œuvre une vaste gamme d’initiatives dans le cadre
du renouvellement de la publicité. Le présent
chapitre donne un aperçu des principales réalisations
de cette année.
Renforcer la capacité
Au terme de son examen sur les pratiques publicitaires du gouvernement du Canada, le Secrétariat
du Conseil du Trésor du Canada a conclu qu’il
était crucial de renforcer la capacité interne en vue
d’optimiser les ressources, de sorte qu’un certain
nombre d’initiatives ont été mises en place dont
les suivantes.
Guide d’orientation et trousse
d’information connexe sur la publicité
gouvernementale
Chapitre
collègues en vue de discuter de pratiques
exemplaires et des leçons retenues en matière
de publicité.
Séances de formation
En 2003-2004, 16 séances de formation sur le
processus révisé de publicité ont été organisées et
données à plus de 400 participants de partout au
pays. Ces séances avaient pour objet de présenter
le nouveau processus de publicité aux fonctionnaires et de les renseigner sur les lois et les politiques régissant la publicité gouvernementale.
La publicité du gouvernement du Canada : Guide
d’orientation et la trousse d’information connexe,
qui ont été diffusés en mai 2003, présentent un
survol du processus de publicité. La trousse
consistait en un CD-ROM contenant des guides et
des modèles conçus pour faciliter l’application
uniforme du processus de publicité. Plus de
500 fonctionnaires travaillant dans le domaine des
communications ont reçu ces outils de référence,
et de nombreux communicateurs ont accédé à ces
derniers en direct à partir du site intranet du
gouvernement du Canada sur la publicité.
Séance d’information
Réseau d’échange de pratiques en publicité
À la suite de l’examen du Secrétariat du Conseil
du Trésor du Canada, le gouvernement du Canada
a annoncé, en décembre 2002, que les agences
de publicité qui soumissionnent pour l’obtention de
contrats gouvernementaux doivent avoir au moins
80 % de contenu canadien, c’est-à-dire que 80 %
des ressources humaines, des biens et des services
du fournisseur doivent être canadiens. Ce changement de taux accroît le nombre et le type d’agences
publicitaires qui peuvent se concurrencer pour
l’obtention de contrats gouvernementaux. Cette
nouvelle exigence remplace l’ancienne règle qui
voulait que les agences soient de propriété
canadienne à 100 %.
En 2003-2004, le gouvernement du Canada a
mis sur pied le Réseau d’échange de pratiques
en publicité. Cette initiative permet de rassembler
des fonctionnaires qui travaillent à des projets
de publicité.
La première d’une série de réunions des membres
du Réseau a eu lieu à l’automne 2003. Des
représentants chargés de projets de publicité
gouvernementale provenant de divers ministères se
sont réunis pour discuter de l’initiative de renouvellement de la publicité et déterminer les sujets de
discussion des prochaines réunions. Ils en ont
également profité pour créer des liens avec leurs
2
En octobre 2003, à Ottawa, plus de 50 fonctionnaires ont participé à une séance d’information sur
la publicité radiophonique. Des exposés présentés
par Pirate Radio, le Radio Marketing Bureau de
Toronto et le Bureau de commercialisation de la
radio du Québec ont permis aux membres de se
renseigner sur la créativité des publicités radiophoniques et sur leur réalisation.
Approvisionnement
en ser vices de publicité
11
En plus d’éliminer l’exigence sur la propriété
canadienne à 100 %, on n’affecte plus une seule
agence de publicité aux organisations gouvernementales pour un nombre déterminé d’années.
Le modèle est accessible sur le site intranet du
gouvernement du Canada sur la publicité. Une fois
rempli, l’énoncé des travaux est ajouté au document
de la demande de propositions.
Gamme de choix en matière
d’approvisionnement
Agence de coordination
Il faut maintenant suivre un processus distinct pour
chaque campagne publicitaire. Une gamme
d’options a été prévue pour permettre aux organisations gouvernementales d’obtenir les services
d’une agence de publicité.
Les outils d’approvisionnement suivants, qui comprennent des dispositions exigeant de se conformer
à la Loi sur les langues officielles, ont été élaborés
pour répondre aux besoins en matière de publicité
gouvernementale :
• Offres à commandes
Lorsqu’il s’agit d’un projet dont la valeur est
inférieure à 75 000 $ (achats médias non compris) les organisations ont accès à différentes
offres à commandes.
• Arrangements en matière d’approvisionnement
Lorsqu’il s’agit d’un projet dont la valeur se
situe entre 75 000 et 750 000 $ (achats
médias non compris) les organisations peuvent
faire appel à des fournisseurs préqualifiés.
• Demandes de propositions
Lorsqu’il s’agit d’un projet dont la valeur est
supérieure à 750 000 $ (achats médias non
compris) les contrats sont accordés à la suite de
demandes de propositions. Les documents des
demandes de propositions seront affichés dans
le Système électronique d’appels d’offres (MERX).
En février 2004, des ébauches de demandes visant
des offres à commandes et des demandes d’arrangements en matière d’approvisionnement ont été
diffusées dans le MERX, aux fins de consultations
publiques. Les commentaires reçus de représentants
de l’industrie de la publicité ont été pris en
considération. Les demandes finales d’offres à
commandes et d’arrangements en matière
d’approvisionnement ont été diffusées dans le
MERX en mars 2004.
En 2003-2004, trois organisations ont eu recours
au processus de demandes de propositions pour
solliciter des soumissions en matière de publicité. Il
s’agit du Conseil national de recherches du Canada
et du ministère de la Défense nationale, pour leurs
campagnes de recrutement, ainsi que Ressources
naturelles Canada pour sa campagne sur le
changement climatique et le Défi d’une tonne.
Modèle d’énoncé des travaux
Le modèle d’énoncé des travaux a été élaboré en
juin 2003 pour aider les fonctionnaires à fournir
de l’information détaillée et pertinente sur les
campagnes publicitaires de leurs organisations.
12
En avril 2003, le gouvernement du Canada a
annoncé, à titre de décision opérationnelle, qu’il
retiendrait les services d’une agence de coordination. Le gouvernement a recours aux services d’une
agence de coordination pour effectuer des achats
médias relatifs à la publicité gouvernementale.
L’agence de coordination a pour principales fonctions de négocier les prix, d’acheter du temps
d’antenne et de l’espace média, et de vérifier que
les achats médias ont été fournis selon ce qui avait
été convenu. L’agence de coordination présente
également au gouvernement du Canada des rapports sur les placements médias effectués dans le
cadre des activités de publicité gouvernementale.
Le 24 avril 2003, l’énoncé des travaux concernant
les services d’agence de coordination a été diffusé
pour consultation publique. Les commentaires reçus
des représentants de l’industrie de la publicité ont
été pris en considération de même que les résultats
d’une étude menée par l’Association canadienne
des annonceurs. Les dispositions exigeant de se
conformer à la Loi sur les langues officielles ont été
intégrées à l’énoncé de travail.
La première demande de propositions pour les
services d’une agence de coordination qui a été
publiée dans le MERX en septembre 2003 a
suscité une réponse. Une fois que la soumission a
été jugée non conforme, une période de consultation a eu lieu et une séance de questions et de
réponses a été organisée en décembre 2003.
Environ 45 participants de l’industrie de la publicité
ont participé à cette séance. Une demande de
propositions révisée a été publiée en décembre 2003.
Optimiser les ressources
À la suite de son examen des activités de publicité
du gouvernement du Canada, le Secrétariat du
Conseil du Trésor du Canada a recommandé que
le gouvernement utilise de meilleures méthodes
de paiement.
Rémunération des agences
Conformément aux pratiques courantes de l’industrie, le gouvernement du Canada utilise maintenant
un mode de rémunération à taux horaire fondé sur
le travail pour la plupart des contrats de publicité au
lieu de la rémunération à la commission, qui était
le mode de rémunération utilisé dans le passé.
Dans le cas des travaux contractuels, les frais remboursables de l’agence seront payés au coût net
(sans commission). Dans des circonstances particulières, comme les campagnes à valeur monétaire
élevée et les campagnes pluriannuelles, d’autres
options pourraient être considérées : acomptes sur
honoraires, taux horaires pondérés, frais fixes, primes
au rendement ou paiement basé sur les résultats.
L’Agence de revenu du Canada (anciennement
l’Agence des douanes et du revenu du Canada) a
été la première organisation du gouvernement du
Canada à utiliser le mode de rémunération fondée
sur le travail. Dans le cadre de la campagne publicitaire sur la période de production de la déclaration
de revenu du printemps 2004, le personnel de
l’agence de publicité a été payé selon un taux
quotidien et les coûts directs ont été remboursés.
Renforcer la transparence
et la responsabilisation
Dans le cadre de son engagement à renforcer la
transparence et la responsabilisation, le gouvernement du Canada a entrepris un certain nombre
d’initiatives au cours de l’exercice financier
2003-2004.
Analyse menant au développement
du Système d’information de gestion
de la publicité
Pour contribuer au développement d’un nouveau
système de gestion électronique, le système de la
publicité et de la recherche sur l’opinion publique
(PROP) a fait l’objet d’un examen approfondi en
2003-2004. En juillet 2003, on a commandé une
analyse des besoins des clients afin de déterminer
quelles étaient les modifications qu’il fallait apporter
au système de production de rapports du PROP
pour qu’il soit plus complet et réponde mieux aux
besoins opérationnels des organisations du gouvernement du Canada. Les résultats de l’analyse ont
mené aux premiers développements du Système
d’information de gestion de la publicité (GESPUB)
de 2004.
Rapport annuel sur la publicité du
gouvernement du Canada
Dans le cadre de l’annonce sur le renouvellement
de la publicité, en avril 2003, le gouvernement du
Canada s’était engagé à publier un rapport officiel
annuel sur ses activités de publicité. Le premier
rapport annuel a été publié en décembre 2003.
Ce rapport pour l’exercice financier 2002-2003,
intitulé Une année de revue, était le reflet de l’année
au cours de laquelle le cadre de renouvellement des
pratiques publicitaires gouvernementales a été établi.
Ce rapport a été distribué aux parlementaires,
aux représentants de l’industrie, aux associations
concernées, aux responsables des communications
du gouvernement du Canada, au Bureau du vérificateur général du Canada et aux fonctionnaires
qui ont participé au processus de consultation sur
le renouvellement des pratiques de gestion de
la publicité.
Mesures prises en réponse
au Rappor t de la vérificatrice
générale du Canada à la Chambre des
communes en novembre 2003
En réponse au rapport de la vérificatrice générale
du Canada, de nombreuses organisations ont
examiné leurs pratiques publicitaires et ont mis en
place leurs propres mesures correctrices en plus
d’appliquer celles qui découlent de l’initiative de
renouvellement de la publicité et d’autres mesures
résultant de changements réalisés à l’échelle de
l’administration fédérale. Voici quelques-unes de
ces mesures internes :
• Élaboration et distribution de lignes directrices
et de règles de procédure ministérielles.
• Préparation d’un guide ministériel expliquant
le processus d’attribution des contrats, et d’un
document doté d’une liste de contrôle pour
l’élaboration de contrats.
• Élaboration d’une liste de contrôle pour la
vérification des factures.
• Formation donnée au personnel sur les pratiques
publicitaires, la gestion des dossiers et les processus administratifs et d’attribution des contrats.
• Mise en place d’une nouvelle règle obligeant
tous les gestionnaires de projet à vérifier si
toutes les obligations contractuelles – y compris
les dispositions sur la sous-traitance, les dispositions de la Loi sur la gestion des finances
publiques et les exigences concernant les
projets établies par le Secrétariat du Conseil
du Trésor du Canada – sont respectées avant
d’approuver les factures.
• Participation aux activités du Réseau d’échange
de pratiques en publicité pour lequel deux
organisations se sont portées volontaires pour
présider les réunions.
• Établissement d’une unité pour la coordination
de la publicité.
Par ailleurs, certaines organisations gouvernementales ont évalué leurs règles de procédures ministérielles courantes en matière de publicité, et elles
ont déterminé qu’elles répondent aux recommandations de la vérificatrice générale qui ont été publiées dans son rapport de novembre 2003.
La liste des mesures adoptées par le gouvernement
en réponse au Rapport de la vérificatrice générale
du Canada à la Chambre des communes en
novembre 2003 se trouve en annexe.
13
Activités publicitaires
Chapitre
3
Résumé des campagnes
Au cours de l’exercice financier 2003-2004, le
gouvernement du Canada a investi 69,8 millions de
dollars pour renseigner la population canadienne
sur ses programmes, ses services et ses initiatives.
Les paragraphes ci-après présentent les points saillants de quatre importantes campagnes publicitaires gouvernementales réalisées en 2003-2004.
Pour obtenir de l’information détaillée sur ces campagnes, veuillez consulter l’annexe de ce rapport.
École de la vie
En mars 2004, le ministère des Affaires étrangères
et du Commerce international (Affaires étrangères
Canada) a lancé une campagne intitulée l’« École
de la vie ». Cette campagne avait pour objet de
faire la promotion des programmes internationaux
de ce ministère pour les jeunes, c’est-à-dire une
série de programmes offrant aux jeunes Canadiens
et Canadiennes de 18 à 30 ans la possibilité de
travailler et de voyager à l’étranger. Les objectifs
précis de la campagne étaient de sensibiliser les
jeunes du groupe d’âge visé aux programmes et
aux possibilités qu’ils offrent, et de les inciter
à visiter le site Web, à se renseigner sur les
programmes et à y participer.
L’organisation a élaboré deux annonces publicitaires bilingues, une où le texte anglais précédait
le texte français et l’autre où c’était l’inverse. Les
annonces ont été produites en quatre formats en
fonction de l’endroit où elles devaient être affichées :
métros dans les régions métropolitaines (20 pouces
sur 28 pouces); abribus (4 pieds sur 6 pieds);
intérieur des autobus et des tramways (35 pouces
sur 11 pouces); intérieur des restaurants et des
bars (13 pouces sur 17 pouces).
À la suite de la campagne, le nombre de personnes
qui ont accédé au site Web sur les programmes internationaux pour les jeunes est passé de 13 398 visiteurs
en janvier 2004 à 32 724 visiteurs en mars 2004.
14
En outre, après la campagne, le nombre de visiteurs
du site Web est resté élevé, soit 20 000 visiteurs
enregistrés en avril 2004.
Recrutement pour les Forces canadiennes
D’avril 2003 à mars 2004, le ministère de la
Défense nationale a mené une campagne publicitaire pour l’aider à recruter près de 10 000 soldats
pour la Force régulière et la Force de réserve. Cette
campagne visait essentiellement les Canadiens et
les Canadiennes âgés de 16 à 34 ans, ainsi que
les personnes qui influent sur leur choix de carrière,
comme les parents et les orienteurs dans les
collèges et les universités. La campagne avait pour
objet de transmettre deux messages clés :
• Les Forces canadiennes constituent un employeur
unique qui offre de nombreuses possibilités aux
jeunes à la recherche d’une (nouvelle) carrière.
• Les Forces canadiennes recrutent du personnel
à temps plein ou à temps partiel pour combler
plus de 100 types de postes différents.
La campagne était constituée d’un mélange
d’annonces imprimées, radiophoniques, extérieures,
télévisuelles et cinématographiques diffusées à
l’échelle nationale et régionale. Les annonces étaient
faites de manière à mettre à profit les annonces
antérieures, à illustrer avec plus de précision un type
d’emploi particulier des Forces canadiennes (comme
le poste de pilote) ou à cibler un public précis
(comme les étudiants en ingénierie à l’université).
À l’automne 2003, un message publicitaire de
60 secondes a été diffusé sur les écrans de cinéma
partout au pays et a atteint un auditoire approximatif de 9,9 millions de personnes. Un message
de 30 secondes a également été diffusé dans les
salles de cinéma, et il a atteint un public d’environ
1,6 million de personnes. Au début de 2004, les
annonces de 30 secondes ont été diffusées à la
télévision en français et en anglais aux heures de
grande écoute sur des réseaux conventionnels et
des chaînes spécialisées destinées aux Autochtones
et des chaînes multilingues. La campagne nationale
a également utilisé une combinaison de médias
imprimés, comme des bulletins universitaires, des
manuels et des répertoires pour étudiants, des
quotidiens et des journaux communautaires. La
campagne régionale a eu recours à des annonces
imprimées en noir et blanc, qui ont été diffusées
dans des journaux communautaires et des
quotidiens, à des annonces radiophoniques de
30 secondes sur des activités de recrutement et à
des annonces installées sur les bandes de patinoires,
dans les abribus, à l’intérieur d’autobus et sur
Internet. En vue de soutenir la campagne, plus
d’un million de documents d’information sur le
recrutement ont été produits et distribués.
La campagne a été évaluée notamment au moyen
d’une préenquête. Les nouvelles annonces ont été
mises à l’essai auprès de groupes de discussion en
vue d’évaluer leur efficacité, et les résultats ont été
positifs. Toutes les annonces ont également été
évaluées en fonction d’une enquête de référence
effectuée en 2000-2001 et d’autres enquêtes de
suivi subséquentes. En dernière analyse, la publicité s’est avérée un outil efficace pour contribuer
à l’atteinte des objectifs de recrutements fixés.
L’objectif visant à enrôler 5 423 personnes dans la
Force régulière a été dépassé, car le nombre de
recrues était de 5 488. Par ailleurs, plus de
3 500 nouvelles recrues ont été enrôlées dans la
Première réserve.
Lutte contre le tabagisme 2003-2004
Au cours de l’exercice financier 2003-2004, Santé
Canada a poursuivi sa campagne de marketing
social, commencée en janvier 2003, pour inciter
les fumeurs à cesser de fumer. La campagne, qui
s’est poursuivie pendant tout l’exercice financier
2003-2004, visait essentiellement les fumeurs
adultes de l’ensemble du pays âgés de 40 à 54 ans
et vivant en milieu urbain ou rural. Elle était légèrement axée sur les personnes présentant un statut
socio-économique inférieur.
La campagne avait pour objet les éléments suivants :
• Accroître le nombre d’anciens fumeurs de 40 à
54 ans sur une période de trois ans.
• Accroître la moyenne des tentatives pour arrêter
de fumer chez les fumeurs de 40 à 54 ans.
• Accroître le nombre de fumeurs qui ont recours
aux ressources de Santé Canada pour arrêter
de fumer.
La stratégie média comprenait l’utilisation d’annonces télévisées et imprimées, et le recours aux
médias en direct. Des annonces télévisées ont été
diffusées sur des réseaux conventionnels et spécialisés pendant des périodes clés durant lesquelles les
gens tentent d’arrêter de fumer. Un partenariat conclu
avec les réseaux anglais et français, la Canadian
Broadcasting Corporation (CBC) et la Société RadioCanada (SRC) a permis de produire deux annonces
de 15 secondes qui ont été diffusées au cours d’une
campagne-éclair nationale de trois semaines durant
la période du Nouvel An. Pendant cette période, des
bannières publicitaires ont également été diffusées
sur les sites Web de la CBC et de la SRC. Dans le
cadre d’un partenariat conclu avec Reader’s Digest/
Sélection du Reader’s Digest, une annonce double
page a été imprimée dans les deux magazines et
une bannière publicitaire a également été diffusée
sur les sites Web de ces deux publications.
Pour évaluer la campagne, quatre enquêtes de
rappel ont été réalisées auprès de 800 fumeurs
représentatifs du groupe cible. L’évaluation a
montré que parmi les personnes se rappelant avoir
vu une des annonces au cours des 12 mois
précédents, 75 % estimaient qu’elles étaient
efficaces, tandis que 84 % ont affirmé qu’elles
étaient crédibles. En outre, 67 % des personnes
interrogées ont dit que les annonces les avaient fait
songer à cesser de fumer. Ces résultats sont également étayés par le grand nombre de demandes
reçues en vue d’obtenir des ressources sur des
moyens permettant de cesser de fumer ainsi que
par le nombre de personnes qui ont visité le site
www.vivezsansfumee.ca (691 512 visites entre
février 2003 et janvier 2004).
Ser vices pour enfants (Prestation
nationale pour enfants)
Au mois de mai 2003, Développement des
ressources humaines Canada (Développement
social Canada) a lancé une campagne de publicité
gouvernementale pour renseigner les Canadiens
sur les programmes et les services du gouvernement
à l’intention des enfants et de leurs familles. La
campagne, qui visait le grand public, a été diffusée
pendant quatre mois, jusqu’à la fin d’août 2003.
Elle mettait l’accent sur la Prestation nationale pour
enfants, qui est un des services offerts aux enfants
et à leurs familles par le gouvernement du
Canada. L’annonce offrait aux gens la possibilité
d’obtenir le guide intitulé Services pour enfants :
Guide des services du gouvernement du Canada
pour les enfants et leurs familles.
Une campagne constituée d’un mélange d’annonces
télévisées, radiophoniques, imprimées et Internet
avait pour objet de susciter l’intérêt général du
public. Des annonces de 30 secondes ont été
diffusées à la télévision et à la radio, et elles
ciblaient des auditoires francophones, anglophones,
autochtones et ethnoculturels. Des annonces en
noir et blanc ont été publiées dans des quotidiens
ainsi que dans des journaux communautaires,
de langue officielle minoritaire, multilingues et
autochtones. Une annonce en couleurs a fait
l’objet d’un placement unique dans des magazines
ciblés de langues française et anglaise. Le volet
Internet de la campagne portait sur une bannière,
un texte ou un bouton publicitaire dotés d’un lien
vers le portail pour enfants du site du Canada.
La campagne a été évaluée à l’aide d’une enquête
téléphonique nationale et aléatoire qui a permis
d’interroger 1 000 personnes choisies parmi le
grand public canadien et de mesurer la notoriété,
le taux de rappel et l’impact de l’annonce. Le
rappel spontané des annonces montrait que le
15
public avait généralement compris et retenu les
principaux messages de la campagne. À la suite
de la campagne, le nombre mensuel de demandes
de renseignements du public au sujet des services
du gouvernement du Canada pour les enfants a
augmenté, et l’icone du portail des Services pour
les enfants a été l’icone le plus utilisé de la page
d’accueil du site du Canada pour la période allant
du 20 mai au 8 juillet 2003. Par ailleurs, l’élément
d’évaluation qui est peut-être le plus significatif est
le volume d’achalandage de la page pour les
enfants du site du Canada. Pendant la campagne,
77 444 visiteurs ont accédé à cette page, ce qui
DÉPENSES
représente une moyenne de 25 814 visites par
mois (comparativement à 7 337 pour le mois
précédant la campagne).
Avis publics : Avis, y compris ceux qui
figurent dans la Gazette du Canada, qui portent
sur les appels d’offres, le recrutement, les
audiences publiques, les heures d’ouverture, les
adresses et les coordonnées des personnesressources. Les organisations peuvent envoyer ces
avis directement aux médias.
PAR ORGANISATION
Ministère ou organisme
En milliers de dollars
Santé Canada
15 818 $ *
Ministère des Finances Canada
(dont les obligations d’épargne Canada)
9 661 $
Défense nationale
7 290 $
Développement social Canada
6 461 $
Ressources humaines et Développement des
compétences Canada
4 885 $ *
Agence du Revenu du Canada
4 813 $
Ressources naturelles Canada
4 655 $
Communication Canada
3 925 $
Patrimoine canadien
2 491 $
Agriculture et Agroalimentaire Canada
1 630 $ *
Affaires indiennes et du Nord Canada
886 $
Transports Canada
576 $
Diversification de l’économie de l’Ouest Canada
530 $
Ministère des Affaires étrangères et Commerce international
(Affaires étrangères Canada) (Commerce international Canada) 487 $
Industrie Canada
481 $
Agence de promotion économique du Canada atlantique 477 $ *
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
445 $ *
Parcs Canada
358 $
Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications
canadiennes
330 $ *
Conseil national de recherches Canada
298 $
Bureau du Secrétaire du Gouverneur général
297 $ *
Conseil de recherches en sciences naturelles et en génie
du Canada
288 $
Agence canadienne d’inspection des aliments
261 $ *
Conseil de recherches en sciences humaines du Canada
240 $
Office national du film du Canada
237 $
Ministère ou organisme
En milliers de dollars
Environnement Canada
232 $
Développement économique du Canada
pour les régions du Québec
206 $
Pêches et Océans Canada
183 $
Commission des champs de bataille nationaux
179 $
Bibliothèque et Archives Canada
162 $
Commission canadienne de sûreté nucléaire
157 $ *
Gendarmerie royale du Canada
129 $
Agence spatiale canadienne
128 $
Agence de gestion des ressources humaines
de la fonction publique du Canada
107 $
Agence canadienne d’évaluation environnementale
85 $ *
Centre canadien d’hygiène et de sécurité au travail
83 $
Instituts de recherche en santé du Canada
51 $ *
Bureau du commissaire à la magistrature fédérale
34 $ *
Office des transports du Canada
33 $
Commission de la fonction publique du Canada
32 $ *
Commission canadienne des grains
31 $ *
Statistique Canada
30 $
Table ronde nationale sur l’environnement et l’économie
26 $
Tribunal canadien des relations professionnelles
artistes-producteurs
25 $ *
Agence de la consommation en matière financière
du Canada
16 $
Infrastructure Canada
13 $
Commission du droit du Canada
9$
Résolution des questions des pensionnats indiens Canada
7$
Citoyenneté et Immigration Canada
2$
Total
69 780 $ **
Les dépenses publicitaires des organisations du gouvernement du Canada comprennent les coûts liés à la planification, à la création et à la production des annonces
publicitaires ainsi que ceux liés aux placements médias des annonces. Ces dépenses ont été effectuées pendant la période du 1er avril 2003 au 31 mars 2004.
Dans ce rapport, lorsqu’il s’agit de campagnes pluriministérielles, les dépenses ont été associées aux organisations directrices de la campagne, plutôt qu’à
chaque organisation gouvernementale distincte participante.
* Une partie ou la totalité des dépenses ont été affectées à des avis publics.
** Les chiffres étant arrondis, ils peuvent ne pas correspondre au total indiqué.
16
FOURNISSEURS
UTILISÉS PAR LE GOUVERNEMENT DU
CANADA
Les services de ces fournisseurs ont été retenus au cours de l’exercice financier 2003-2004.
24/7 Real Media Canada
Acart Communications Inc.
ACR Communications Inc.
Accurate Design & Communication Inc.
Allard-Johnson Communications Inc.
Apropos Marketing Communications Inc.
Armada Inc.
BCP Ltée
Bristol Group Inc.
Brown Communications Group Inc.
Charabia Interactif Inc.
Communications Voir Inc.
Cooper, Spearing and Stone Advertising
Côté-Larouche
Delta Média Inc.
Les Dompteurs de Souris
Focus Strategies and Communications Inc.
Genex Communications inc.
Gilles Fréchette
Gordongroup
Graphissimo
Groupe Everest
Le Groupe PBQ inc.
HR MacMillan
Hudson Design Group
Imagik Design Communications
Manon Tissot
Mario Godbout Design Inc.
McKim Communications Limited
Média/I.D.A. Vision Inc. *
Publicité Mediaplus
Metro Media Plus
Nation Media + Design Ltd.
Origami
Pattison Outdoor Advertising
Pierre Normand-Communication
Platine
Poirier Communications Ltd.
Publications BLD inc.
Publicis Canada Inc.
Publicité Day Inc.
Publicité Fuel Inc.
Robert Design Group
Scott Thornley + Company Inc.
Séguin Labelle Communication
Spirit Creative Advertising & Promotion Inc.
Spoutnik
TMP Worldwide
Top Advertising Inc.
Triamedia
Tribute.ca
TQS
Vector Media
Viacom Outdoor Canada
Vickers & Benson Companies Inc.
Vision4
Vox Communication
* Au cours de l’exercice financier 2003-2004, Média/I.D.A. Vision Inc. était
l’agence de coordination du gouvernement du Canada.
17
PLACEMENTS
PAR TYPE DE MÉDIA
Journaux communautaires
6 043 $
Télévision et cinéma
27 631 $
Quotidiens
8 041 $
Presse autochtone
403 $
Radio Étrangers
3 316 $ 330 $
Extérieur
1 559 $
Magazines
6 718 $
Presse multilingue
1 116 $
Internet
(en milliers de dollars)
835 $
Les chiffres représentent des placements médias effectués par le biais de l’agence de coordination du gouvernement du Canada (Média/I.D.A. Vision Inc.).
Le 1er juin 2004, nous avons mis en marche de nouveaux processus nous permettant de faire le suivi et de faire rapport sur les placements dans les
médias de langue officielle minoritaire. Par conséquent, les prochains rapports indiqueront précisément le nombre de placements médias minoritaires
de langue officielle.
Les activités suivantes ont eu lieu :
PLACEMENTS MÉDIAS
2003-2004
• Mai 2003, campagnes sur la Prestation
nationale pour enfants et sur la lutte contre
le tabagisme.
12 279 $
14 000 $
PAR MOIS
• Octobre 2003, campagne sur les obligations
d’épargne du Canada.
9 990 $
12 000 $
• Mars 2004, moratoire sur les activités de
publicité du gouvernement du Canada.
6 916 $
10 000 $
4 965 $
3 934 $
4 740 $
Exercice financier 2003-2004 :
• TPSGC a attribué 356 contrats de publicité;
1 884 $
• 976 numéros PUB (numéro de publicité) ont
été attribués.
Mars
Février
Janvier
Décembre
Novembre
Octobre
Septembre
(en milliers de dollars)
Les chiffres représentent des placements médias effectués par le
biais de l’agence de coordination du gouvernement du Canada
(Média/I.D.A. Vision Inc.).
18
Contrats et numéros PUB
591 $
Août
Mai
Juin
Avril
0
779 $
2 000 $
2 457 $
3 506 $
4 000 $
Juillet
6 000 $
3 927 $
8 000 $
TPSGC attribue un numéro PUB (numéro de
publicité) à une organisation du gouvernement
du Canada après avoir vérifié les annonces
pour s’assurer qu’elles sont conformes aux lois
du Parlement ainsi qu’aux normes et aux politiques gouvernementales. Ce numéro, accompagné de l’attribution d’un contrat, autorise
l’agence de coordination du gouvernement à
acheter du temps d’antenne ou de l’espace
publicitaire au nom d’une organisation
gouvernementale pour la ou les annonces
correspondant au numéro PUB.
Perspectives
d’avenir
À la fin de l’exercice financier 2003-2004, les
activités de publicité du gouvernement du Canada
étaient dans une période de transition précédant
l’étape de mise en œuvre complète de l’initiative
de renouvellement de la publicité. Une importante
partie du travail a déjà été faite depuis l’annonce
de l’initiative de renouvellement, en avril 2003. Les
changements apportés et à venir permettront :
• d’adopter une approche globale qui favorise
la transparence, l’ouverture et la responsabilisation et qui offre des services publicitaires de
qualité aux Canadiens;
• de réaliser des campagnes mieux ciblées et
plus rentables axées sur les priorités des
citoyens et sur les programmes et les services
qui leur tiennent à cœur;
• de tenir compte des préoccupations de la vérificatrice générale et de dépasser ses attentes.
Chapitre
exigeaient que les activités de publicité gouvernementale soient différées pendant la période d’élection, en l’occurrence, jusqu’au 20 juillet 2004, jour
de l’assermentation du nouveau gouvernement.
Le ministre des Travaux publics et des Services
gouvernementaux a parallèlement annoncé de
nouvelles mesures pour améliorer les pratiques de
publicité du gouvernement. Ces mesures ont été mises
en œuvre afin d’atteindre les objectifs suivants :
• Raffermir la gestion de la publicité en :
-
réduisant les dépenses (y compris une réduction de 15 % des montants affectés aux
placements médias, ce qui représente une
économie de 36 millions de dollars
sur trois ans);
-
mettant en œuvre de nouveaux mécanismes
d’approvisionnement pleinement concurrentiels et transparents;
-
changeant le mode de rémunération des
agences en remplaçant la rémunération à la
commission par la rémunération fondée sur
un taux horaire.
Raf fermir la gestion des
activités de publicité du
gouvernement du Canada
Le 15 mars 2004, le ministre des Travaux publics
et des Services gouvernementaux a annoncé un
moratoire2 sur tous les nouveaux projets de publicité
du gouvernement du Canada pour donner au
Ministère suffisamment de temps pour répondre en
détail aux préoccupations soulevées par la vérificatrice générale dans son rapport de novembre 2003
et pour permettre la mise en place de nouvelles
mesures visant à raffermir la gestion de la publicité
gouvernementale ainsi que le développement de
nouveaux outils d’approvisionnement.
Le moratoire, qui devait initialement se terminer en
juin 2004, a été annulé par les dispositions de la
Loi électorale du Canada et de la Politique de
communication du gouvernement du Canada qui
2 Prière de noter que les sociétés d’État inscrites à l’annexe III
de la Loi sur la gestion des finances publiques (p. ex. la
Commission canadienne du tourisme et la Banque de
développement du Canada) n’étaient pas visées par
le moratoire.
4
• Coordonner davantage le processus de planification et de prise de décisions pour faciliter
l’atteinte des objectifs de communication
stratégique en :
-
réaffectant les ressources publicitaires à des
priorités plus pressantes;
-
produisant moins de campagnes tout en
accroissant leur efficacité;
-
mettant principalement l’accent sur les
programmes et les services;
-
assurant le suivi continu des résultats.
19
• Adapter davantage les campagnes aux publics
des régions.
• Accroître la transparence des activités
de publicité en :
-
continuant de rédiger un rapport annuel
décrivant en détail les activités de publicité
du gouvernement;
-
affichant tous les contrats de publicité alloués
par la Direction de l’approvisionnement en
communication de TPSGC sur le site Web
de Contrats Canada ainsi que tous ceux
dont la valeur se situe au delà de 10 000 $,
sur les sites Web des ministères;
-
affichant tout le financement publicitaire
approuvé sur le site Web du Secrétariat du
Conseil du Trésor du Canada.
Mise en œuvre du
renouvellement de
la publicité
Les initiatives suivantes se poursuivront en
2004-2005.
• Au terme d’un processus concurrentiel et d’un
document expliquant mieux l’étendue des travaux,
on a attribué à Cossette Media, une division
torontoise du Groupe Cossette Communication,
le contrat pour la prestation de services de
publicité à titre d’agence de coordination du
gouvernement. Il s’agit d’un contrat de trois ans
qui comporte deux options de prolongation
d’un an. L’agence de coordination est présentement chargée de maintenir une liste des médias
minoritaires de langue officielle de tout
le Canada.
• Au moyen d’un processus concurrentiel, le
gouvernement du Canada a adopté un nouveau
système d’attribution de contrats publicitaires à
trois niveaux. Des dispositions exigeant de se
conformer à la Loi sur les langues officielles
sont comprises dans ce système. Des fournisseurs
ont été sélectionnés dans le cadre de ce nouveau
système, et leurs noms figurent en annexe dans
la section intitulée « Offres à commandes et
arrangements en matière d’approvisionnement
pour les services de publicité ».
20
• Afin de refléter la nouvelle approche en matière
de gestion de la publicité, et l’engagement
permanent du gouvernement envers la dualité
linguistique, le Secrétariat du Conseil du Trésor
du Canada a mis à jour la Politique de
communication du gouvernement du Canada
ainsi que les règles de procédures connexes
sur la publicité.
• Le GESPUB a été développé pour gérer les projets de publicité, consigner électroniquement les
données sur ces derniers et assurer leur suivi
pour les organisations gouvernementales. Ce
système permet également d’avoir accès aux
éléments suivants : numéros PUB, coûts réels,
portée du travail, plans médias et rapports
d’évaluation. Ce système aide le gouvernement
à répondre à certaines des observations de la
vérificatrice générale.
• En réponse au Rapport de la vérificatrice
générale du Canada à la Chambre des communes en novembre 2003, une nouvelle norme
uniformisée visant l’ensemble du gouvernement
du Canada, la Norme de documentation de la
publicité pour la tenue de dossiers de projets,
a été publiée en vue d’aider les organisations
gouvernementales à tenir des relevés pertinents,
à gérer leurs dossiers ayant trait à la publicité
et à maintenir des pistes de vérification
adéquates. Il s’agit d’un guide de pratiques
optimales qui comprend une liste de contrôle et
montre aux organisations comment gérer
adéquatement leurs dossiers et leurs documents
sur les activités publicitaires.
• Dans le cadre de sa contribution pour raffermir
la gestion de la publicité, TPSGC est en train
de développer un nouveau site intranet sur la
publicité du gouvernement du Canada.
• Des séances de formation sont en cours d’élaboration. Les premières séances offriront aux
fonctionnaires fédéraux de l’orientation sur le
nouveau processus de gestion de la publicité.
D’autres séances mettront l’accent sur le
renforcement de la capacité interne pour ce
qui touche la gestion de la publicité et permettront de transmettre de l’information sur les
exigences de la Loi sur les langues officielles et
les médias minoritaires de langue officielle à
travers le Canada.
Invitation aux lecteurs
(commentaires)
Dans le présent rapport, on a déployé tous les
efforts nécessaires pour renseigner la population
canadienne sur les processus et les règles de
procédure qui s’appliquent aux activités de publicité
du gouvernement du Canada ainsi que sur les
événements de l’exercice financier 2003-2004
qui ont eu des répercussions sur les activités
publicitaires ou qui sont liés à la publicité
gouvernementale.
Nous vous invitons à nous dire ce que vous pensez
de ce rapport. Vous a-t-il donné de l’information
nouvelle? A-t-il répondu à vos questions sur les pratiques de publicité du gouvernement du Canada?
Faites parvenir vos commentaires à l’adresse
suivante :
Coordination de la publicité
Direction générale des services d’information
du gouvernement
Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada
Ottawa (Ontario) K1A 0S5
Téléphone : (613) 943-2595
Télécopieur : (613) 947-1818
Courriel : [email protected]
21
Annexe
Chronologie des événements qui
ont conduit au renouvellement
de la publicité du gouvernement
du Canada
Mai 2002 Le premier ministre demande à la
présidente du Conseil du Trésor d’entreprendre un
examen complet de la publicité gouvernementale
et de formuler des recommandations pour assurer
une meilleure gestion en vue d’optimiser les
ressources.
Automne 2002 Pour donner suite aux recommandations du Conseil du Trésor, le ministre des
Travaux publics et des Services gouvernementaux
(le Ministre) entame une série de tables rondes
avec des représentants de l’industrie de la publicité
pour recueillir leurs commentaires sur la façon dont
le gouvernement pourrait mieux gérer ses activités
de publicité afin d’optimiser les ressources. Des
rencontres ont eu lieu à Toronto, à Vancouver et
à Montréal.
Le 17 décembre 2002 Le Ministre et la
présidente du Conseil du Trésor annoncent que
le gouvernement du Canada apportera des
changements d’ordre politique à la façon dont il
gère la publicité. Le Ministre annonce également
que l’industrie sera consultée sur les changements
proposés.
Le 26 février 2003 Le Ministre rend public
un document de travail qui énonce une série de
propositions pour améliorer la gestion des activités
de publicité du gouvernement du Canada. Les
parties intéressées sont invitées à formuler des
commentaires dans le cadre de cette consultation.
Le 28 avril 2003 Le Ministre annonce des
changements clés à la façon dont le gouvernement
du Canada gère ses activités de publicité. Ces
changements entreront progressivement en vigueur
au cours des 12 à 18 prochains mois.
Le 19 décembre 2003 Le rapport annuel
de 2002-2003 sur la publicité du gouvernement
du Canada est rendu public.
22
Le 15 mars 2004 Le Ministre déclare un
moratoire sur la publicité gouvernementale en
attendant l’application, le 1er juin 2004, de
nouvelles mesures visant à raffermir la gestion des
nouvelles activités de publicité du gouvernement.
Le ministre annonce également que le gouvernement réduira ses dépenses en placements médias
de 15 % au cours des trois prochaines années,
ce qui représente des économies de l’ordre de
36 millions de dollars.
Le 1er avril 2004 Les responsabilités en
matière de coordination de la publicité de l’ancien
Communication Canada sont transférées à TPSGC.
Le 21 mai 2004 TPSGC attribue un contrat à
Cossette Media de Toronto, une division du
Groupe Cossette Communication, afin que cette
entreprise fournisse des services d’agence de coordination pour le placement média des annonces
publicitaires du gouvernement. TPSGC établit
également des offres à commandes et des arrangements en matière d’approvisionnement pour des
services de publicité avec un certain nombre de
fournisseurs. En outre, TPSGC adopte un nouveau
mode de rémunération pour les agences de publicité (création), qui se fonde sur un taux horaire
plutôt que sur la rémunération à la commission.
Le 1er juin 2004 Afin de donner suite à
l’engagement du Ministre concernant le renforcement des capacités du gouvernement en matière
de gestion de la publicité, TPSGC mène à bien les
initiatives suivantes : la Norme de documentation
de la publicité pour la tenue de dossiers de
projets, qui sert à tenir des dossiers de publicité
et à gérer des fichiers de projets, et un Manuel
électronique sur la publicité, qui est mis à la
disposition des fonctionnaires. TPSGC commence
aussi à développer un système électronique
d’information sur la gestion de la publicité (GESPUB),
qui permettra de faire le suivi des projets de
publicité à l’échelle de l’administration publique
et d’assurer leur gestion.
Liste des mesures adoptées
en réponse au Rappor t de la
vérificatrice générale du Canada
à la Chambre des communes en
novembre 2003
OBSERVATIONS
MESURES
Le processus concurrentiel n’a pas été
appliqué à la sélection de plusieurs
agences de publicité. (4.20 - 4.22)
•
Le processus concurrentiel utilisé violait
les règles de passation des contrats.
(4.23 - 4.31)
•
•
•
•
•
Manquement aux obligations
contractuelles et à l’exercice d’une
surveillance appropriée de l’agence
de coordination. (4.32 - 4.37)
•
•
•
•
Des contrats non écrits ont exposé l’État
à un risque indu. (4.38 - 4.43)
•
Le tableau suivant dresse la liste des mesures prises
par le gouvernement en réponse aux observations
de la vérificatrice générale dans son rapport
de novembre 2003 présenté à la Chambre
des communes.
PRISES
Un nouveau processus d’achat concurrentiel a été mis en oeuvre. Le 21 mai 2004, des offres
à commande ont été adjugées pour des projets d’une valeur pouvant atteindre 75 000 $ qui
sont d’envergure nationale et provinciale. Dans le cas des travaux d’une valeur variant entre
75 000 $ et 750 000 $, des ententes d’approvisionnement ont été mises en place. Des contrats
d’agences de création publicitaire sont maintenant accordés sur la base de projets.
Quant aux exigences relatives à une valeur supérieure à 750 000 $, une demande de
propositions est produite et publiée dans le MERX.
Le nombre de sociétés admissibles à livrer concurrence a augmenté grâce au remplacement de
l’ancienne exigence de propriété canadienne exclusive par l’exigence de contenu canadien à 80 %.
Une demande de propositions pour une agence de coordination a été produite et publiée
dans le système électronique d’appels d’offres (MERX), ce qui a entraîné le choix d’une
nouvelle agence de coordination.
En outre, aux termes du nouveau processus d’adjudication de contrats, il faut divulguer des
renseignements particuliers, tel les critères obligatoires et pondérés, le processus de sélection
et la note de passage au niveau de la sollicitation. La période pour laquelle les services sont
requis s’inscrit dans la demande de propositions.
Tous les marchés de publicité adjugés depuis juillet 2004 ont fait l’objet d’un contrôle de la
qualité suivant leur attribution. Ce contrôle nous a permis de constater que les règlements, les
lignes directrices et les politiques de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada
touchant la passation de marchés avaient été respectés à 100 %.
Les exigences et l’étendue du travail applicable à la demande de propositions concernant
une agence de coordination ont été élaborées avec l’aide de l’Association canadienne des
annonceurs, qui représente les secteurs public et privé.
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada a terminé le processus de sélection
d’une nouvelle agence de coordination en placement médias et une nouvelle société est
maintenant sous contrat.
Le nouveau contrat comprend des dispositions détaillées en ce qui concerne les rôles, les
responsabilités, les services et les produits livrables. Il prévoit une évaluation du rendement
de la nouvelle agence de coordination 18 mois après l’attribution du contrat ainsi qu’une
vérification officielle après deux ans.
Toutes les factures présentées par l’agence de coordination sont passées en revue par
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada qui s’assure qu’elles respectent les
conditions générales du contrat.
Le nouveau processus de passation des marchés exige qu’un contrat signé soit attribué par
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada avant que le travail ne soit effectué.
Dans de circonstances exceptionnelles, comme des urgences relatives à la santé et à la
sécurité, un contrat écrit officiel sera préparé peu de temps après que l’entrepreneur aura
reçu des instructions verbales.
23
OBSERVATIONS
MESURES
Les ministères n’ont pas assuré le respect
des conditions des contrats. (4.44 - 4.46)
•
Non-contestation des commissions
versées pour les travaux sous-traités
à des sociétés affiliées. (4.47 - 4.48)
•
Des travaux sous-traités n’ont pas fait
l’objet d’appels d’offres. (4.49 - 4.51)
•
Des ministères ont approuvé le
paiement de factures dont les pièces
justificatives étaient incomplètes ou
absentes. (4.52 - 4.55)
Les ministères n’approuvaient pas
toujours les estimations avant le début
des travaux. (4.56 - 4.59)
Les obligations prévues par la Loi sur la
gestion des finances publiques n’ont pas
toujours été respectées. (4.60 - 4.61)
Certaines pratiques étaient bonnes et
quelques problèmes ont été réglés.
(4.62 - 4.78)
•
•
•
•
•
•
•
L’examen des grandes campagnes
manquait de transparence. (4.75)
•
•
•
Communication Canada a autorisé des
annonces sans les documents requis.
(4.76 - 4.78)
•
•
•
Manque d’information à jour sur
l’étendue des activités de publicité.
(4.80)
•
•
•
•
•
24
PRISES
Toutes les factures provenant de l’agence de coordination et des agences de publicité
(agences de création) sont examinées par Travaux publics et Services gouvernementaux
Canada, qui s’assure qu’elles respectent les conditions générales du contrat.
La rémunération du travail effectué par les agences de publicité (agences de création) n’est
plus fondée sur les commissions. La rémunération repose maintenant sur des tarifs horaires,
des honoraires et des dépenses remboursables. (Cette mesure vise particulièrement les
observations 4.47 et 4.48)
Pour chaque service offert en sous-traitance dont la valeur est supérieure à 25 000 $, TPS et
TVH incluses, l’entrepreneur devra obtenir des soumissions concurrentielles d’au moins
trois fournisseurs externes. L’entrepreneur devra fournir à Travaux publics et Services
gouvernementaux Canada et aux ministères visés des preuves attestant qu’il a procédé par
un processus concurrentiel, et il devra justifier la sélection des soumissions retenues.
(Cette mesure vise particulièrement les observations 4.49 à 4.51)
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada passe en revue les devis envoyés
aux ministères et organismes par les fournisseurs pour faire en sorte qu’ils respectent les
conditions du contrat.
Les ministères et les organismes attestent avoir reçu les services et font en sorte que les
dispositions de l’article 34 de la Loi sur la gestion des finances publiques sont respectées.
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada a offert des séances de formation aux
employés du gouvernement de l’ensemble du Canada oeuvrant en publicité.
Certains ministères et agences dispensaient de la formation en pratiques publicitaires, dans
le domaine des processus administratifs et de passation des marchés, et expressément en ce
qui a trait à l’article 34 de la Loi sur la gestion des finances publiques.
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada a offert des séances de formation aux
employés du gouvernement de l’ensemble du Canada oeuvrant en publicité.
Travaux publics et Services gouvernementaux Canada a élaboré un Manuel électronique pour
aider les organisations dans le cadre du processus de publicité gouvernementale. Affiché sur le
nouveau site intranet du gouvernement du Canada portant sur la publicité, le Manuel électronique
renferme divers documents publicitaires, modèles et gabarits ainsi que des outils de référence.
L’instauration du Réseau d’échange de pratiques en publicité permet le partage de pratiques
exemplaires entre ministères.
En date de 2004-2005, les propositions de publicité sont revues par le Bureau du Conseil
privé et/ou par le Comité de publicité du gouvernement et/ou par des groupes de travail
en communication stratégique dirigés par des sous-ministres adjoints, pour des fins de
présentations à l’intention de comités du Cabinet.
Le Bureau du Conseil privé et/ou le Comité de publicité du gouvernement surveille l’élaboration et les résultats de la campagne.
Les ministères et organismes demandent au Conseil du Trésor d’autoriser les ressources
requises pour les campagnes.
Le Secrétariat du Conseil du Trésor a élaboré de nouvelles procédures de planification,
de passation de marchés et d’évaluation de la publicité.
La norme de documentation de la publicité pour la tenue de dossiers de projets est accessible
pour aider les organisations à documenter les dossiers nécessaires à chaque étape d’une
campagne de publicité.
Les ministères et organismes doivent consigner les renseignements et les documents relatifs à
la campagne dans le GESPUB avant que ne soient émis des numéros d’enregistrement et des
numéros PUB.
L’information liée aux contrats portant sur la publicité est rendue publique sur le site de
Contrats Canada, un site Web de Travaux publics et Services gouvernementaux Canada.
Les ministères et organismes affichent tous leurs marchés de plus de 10 000 $ sur leurs sites Web.
Les fonds affectés à la publicité approuvés par le Cabinet et par le Conseil du Trésor, sont
affichés sur le site Web du Secrétariat du Conseil du Trésor sur une base trimestrielle.
Les renseignements touchant les projets de publicité, y compris les renseignements de nature
financière, sont saisis dans GESPUB.
Un rapport annuel sur la publicité est publié.
Faits saillants et résultats des campagnes publicitaires
Titre
École de la vie
Ministère
Ministère des Affaires étrangères et du Commerce international
(Affaires étrangères Canada)
Période
Mars 2004
Agence de publicité
McKim Communications Limited
Objectifs
• Sensibiliser les jeunes âgés de 18 à 30 ans aux programmes internationaux
du Ministère pour les jeunes et aux possibilités de travailler et de voyager
à l’étranger.
• Inciter le public cible à visiter le site Web sur les programmes internationaux
pour les jeunes afin de se renseigner davantage sur les programmes et,
éventuellement, d’y participer.
Public cible
Les jeunes âgés de 18 à 30 ans.
Placements médias
Des affiches bilingues, dont une version où le texte anglais précède le français
et une autre où le texte français précède l’anglais, ont été placées dans les
endroits suivants :
• Métros dans les régions métropolitaines, pendant quatre semaines (affiches
verticales intérieures de 20 pouces sur 28 pouces) dans les marchés de
niveau 1.
• Abribus, pendant quatre semaines (affiches publicitaires de 4 pieds sur 6 pieds;
la moitié des affiches ont été placées à l’intérieur des abribus et l’autre
moitié à l’extérieur) – 25 points d’écoute brute (PEB) dans les marchés de
niveaux 1 et 2.
• Affiches publicitaires intérieures (affiches de 35 pouces sur 11 pouces
habituellement utilisées dans les autobus et les tramways); marchés de
niveaux 1 et 2, couverture d’affichage, 1/4.
• Restaurants et bars (13 pouces X 17 pouces mini panneaux et boîtes de
cartes postales) dans les marchés de niveau 1.
Évaluation
• Au total, l’affiche a été présentée à six groupes de discussion. Les consultations, qui ont eu lieu à Vancouver, à Toronto et à Montréal, ont indiqué que
l’aspect créatif avait peu d’impact, ce qui s’est traduit par l’élaboration d’un
nouveau concept créatif. Une deuxième série de présentations à de groupes
de discussion a révélé que les éléments créatifs étaient réussis. Quatre essais
auprès de groupes de discussion ont été faits à Toronto et à Montréal pour
ce qui est de la deuxième série de mises à l’essai.
• Une enquête a été réalisée sur les attitudes des jeunes et les programmes de
travail à l’étranger. L’enquête téléphonique effectuée auprès de 1 200 jeunes
Canadiens et Canadiennes de 18 à 35 ans a confirmé la validité de la
méthode utilisée, qui consistait à inciter le public cible à consulter un site
Web. Les résultats de l’enquête ont montré que plus de neuf jeunes Canadiens
sur dix (93 %) affirmaient avoir accès à Internet et que 79 % d’entre eux
disaient avoir eu recours à Internet pour obtenir de l’information sur des
carrières et des emplois. Parmi les personnes interrogées ayant fait des études
universitaires et disposant d’un revenu élevé, l’accès à Internet atteint 98 %.
• À la suite de la campagne, le nombre de visiteurs qui ont accédé au site
Web des programmes internationaux pour les jeunes a presque triplé,
passant de 13 398 visites en janvier 2004 à 32 724 visites en mars 2004.
• Après la fin de la campagne, le nombre de visiteurs est resté élevé, soit
20 000 en avril 2004.
25
Coûts de la campagne
Production
Placements médias
Enquête d’évaluation
78 801 $
313 971 $
136 553 $
École de la vie
Ministère des Affaires
étrangères et du
Commerce international
(Affaires étrangères
Canada)
26
Titre
Recrutement pour les Forces
canadiennes
Ministère
Ministère de la Défense nationale
Période
D’avril 2003 à mars 2004
Agences de publicité Acart Communications Inc. (d’avril à novembre 2003)
Publicis Canada Inc. (de décembre 2003 à mars 2004)
Objectifs
• Aider les Forces canadiennes à recruter près de 10 000 personnes pour la
Force régulière et la Force de réserve. Pour atteindre cet objectif, il fallait
inciter au moins 100 000 personnes à communiquer avec les Forces pour
obtenir plus d’information.
Messages clés
• Les Forces constituent un employeur unique qui offre de nombreuses possibilités aux jeunes à la recherche d’une (nouvelle) carrière.
• Les Forces recrutent du personnel à temps plein ou à temps partiel pour
combler plus de 100 types de postes différents.
Public cible
• Les jeunes Canadiens et Canadiennes âgés de 16 à 34 ans et, plus particulièrement les jeunes du sous-groupe des 18 à 24 ans.
• Les personnes ayant une influence sur les jeunes, comme les parents, les
enseignants, les orienteurs, les amis, les dirigeants communautaires, etc.
• Pour certains des postes, les annonces ciblaient les jeunes des diverses
régions du Canada qui étudiaient dans des domaines particuliers au collège
et à l’université ou qui possédaient déjà certaines des compétences requises
pour les postes en question.
Placements médias
• Nombre de nouvelles annonces imprimées et radiophoniques ont été
élaborées pour mettre à profit la publicité existante des Forces. Elles ont
été créées pour refléter plus précisément un poste particulier (p. ex. poste
de pilote) ou bien pour cibler un public précis (p. ex. étudiants faisant des
études universitaires en génie).
Campagne nationale
Télévision
• Du 12 janvier au 22 février 2004, l’annonce générique de 30 secondes,
Nouveaux défenseurs, a été diffusée 1 165 fois, aux heures de grande
écoute sur les réseaux conventionnels de langue française et de langue
anglaise, les chaînes spécialisées et les chaînes autochtones et multilingues
visant ce public cible.
Cinéma
• Dans l’ensemble du pays, du 26 septembre au 2 octobre 2003, l’annonce
générique de 60 secondes, Nouveaux défenseurs, a été diffusée dans
467 salles de cinéma et, du 3 au 30 octobre 2003, dans 2 573 salles de
cinéma, de sorte qu’elle a atteint un auditoire estimé à 9 971 544 personnes.
• L’annonce de 30 secondes a été diffusée sur 349 écrans de télévision dans
57 cinémas au cours de la même période de quatre semaines en octobre
2003, de sorte qu’elle a atteint environ 1 643 453 personnes.
27
Médias imprimés
• De septembre à décembre 2003, une combinaison de médias imprimés a
été utilisée à l’échelle nationale pour atteindre le public cible dans les écoles
secondaires, les collèges, les universités et les centres de formation professionnelle. Les médias sélectionnés comprenaient des sites Web affichant des
postes à combler, des revues spécialisées et des publications d’associations
professionnelles, des journaux de campus, des manuels et des répertoires
d’étudiants, des magazines d’étudiants, des manuels d’ingénieurs, les pages
jaunes, des panneaux sur les campus, des publications pour les jeunes ou les
personnes qui exercent une influence sur eux, des quotidiens et des journaux
communautaires.
• En outre, des annonces ciblées ont été diffusées pour attirer des candidats
à des postes pour lesquels les besoins se faisaient particulièrement sentir
(militaires du rang : 11 métiers; et officiers : 8 métiers) tandis que d’autres
annonces mettaient l’accent sur des programmes d’études subventionnés.
Campagne régionale
Campagne de recrutement rural pour la Marine
• En avril et mai, des annonces en noir et blanc ont été placées dans 82 journaux communautaires et quotidiens de l’Ontario, et une annonce de
30 secondes propre à une activité a été diffusée sur 66 stations de radio
pour inciter les jeunes du secondaire à participer à des activités de recrutement pour la Marine organisées dans leurs écoles.
• Des annonces locales et régionales ont été placées pour 42 centres de
recrutement et 283 unités de la Force de réserve dans l’ensemble du pays.
– Centres de recrutement et détachements : Des annonces imprimées, radiophoniques et extérieures ont été diffusées pour faire la promotion d’activités
locales et des heures d’ouverture des centres. Elles ont permis de compléter la campagne nationale au besoin. Au total, 225 demandes de
publicité locale et de publicité régionale ont été faites dont :
- 300 annonces imprimées;
- 800 annonces radiophoniques;
- 2 bandes de patinoires;
- 3 murs de champs de baseball;
- 155 annonces Internet.
– Force de réserve (emplois à temps partiel) : Des annonces locales
imprimées, radiophoniques, extérieures et Internet ont été diffusées pour
faire la promotion des possibilités d’emploi dans la Force de réserve,
annoncer des activités et les heures d’ouverture des centres de recrutement. Au total, 820 demandes de publicité locale et de publicité
régionale ont été faites dont :
- plus de 1 000 annonces imprimées;
- 870 annonces radiophoniques;
- 2 400 affiches intérieures d’autobus;
- 29 abribus;
- 3 bandes de patinoires;
- 77 affiches;
- 2 200 pièces pour publipostage direct.
28
Évaluation
• Pour soutenir la campagne, plus d’un million de documents d’information
distincts sur le recrutement ont été produits et distribués. Ces documents
comprennent :
– 72 nouveaux feuillets d’information sur les groupes professionnels militaires
(1 400 000 copies ont été produites);
– un dépliant sur le Collège militaire royal du Canada (65 000 copies ont
été distribuées);
– 65 000 exemplaires de la trousse d’inscription ont été distribués;
– 5 500 exemplaires de l’affiche sur le poste de pilote ont été distribués.
Préenquête
• Au fur et à mesure que de nouvelles annonces étaient créées, elles étaient
mises à l’essai auprès de groupes cibles pour déterminer leur efficacité. En
2003-2004, les résultats des essais menés auprès de groupes de discussion
qui ont eu lieu à Winnipeg et à Québec ont été positifs et ont mené à la
production de plusieurs nouvelles annonces.
• Toutes les annonces étaient fondées sur les résultats d’une enquête de
référence réalisée en 2000-2001 et sur les enquêtes de suivi subséquentes.
En 2003-2004, aucune enquête de suivi n’a été menée étant donné
qu’aucun changement significatif n’avait été observé au cours des trois
dernières années. On s’attend toutefois à la reprise des enquêtes de suivi.
Les enquêtes de référence et de suivi ont essentiellement servi à déterminer
ce que le public cible pensait des Forces, ses attentes en matière de carrière
et sa perception d’une carrière dans les Forces. Voici des éléments
d’information recueillis au cours des enquêtes qui ont servi à élaborer des
annonces dont les suivantes :
– Les impressions générales relatives aux Forces sont positives; en effet,
huit personnes interrogées sur dix respectent les Forces.
– Le marché favorise actuellement les chercheurs d’emploi. En ce qui touche
le recrutement pour les Forces, le ministère de la Défense nationale doit
déterminer ce que le public cible considère important en matière de
carrière et ce qu’il pense d’une carrière dans les Forces.
– En général, le public cible est persuadé qu’il pourra trouver du travail
à plein temps. Cependant, il est toujours très préoccupé par le niveau
d’endettement des étudiants à la fin de leurs études postsecondaires.
Mais surtout, les membres du public cible partagent une importante valeur
commune : le temps de qualité passé avec la famille et les amis.
– Les facteurs dissuasifs concernant une carrière dans les Forces ont également fait l’objet d’une enquête. Les deux principaux facteurs dissuasifs
sont la peur du combat ou de la mort et la perception des Forces en tant
que « piège à enrôlement ».
Résultats
• La publicité, qui est un des outils utilisés pour soutenir les activités de
recrutement dans les Forces, a aidé le Ministère à atteindre ses objectifs
de recrutement.
• L’an dernier, les 5 488 personnes qui ont été recrutées ont permis de surpasser
l’objectif de recrutement de la Force permanente qui était de 5 423.
• Plus de 3 500 nouvelles recrues se sont enrôlées dans la Première réserve.
29
Coûts de la campagne
Production
Placements médias
Recherches d’évaluation
990 000 $
6 300 000 $
37 600 $
Recrutement pour
les Forces canadiennes
Ministère de la
Défense nationale
30
Titre
Lutte contre le tabagisme 2003-2004
(campagne « Bob/Martin »)
Ministère
Période
Agence de publicité
Objectifs
Santé Canada
De janvier 2003 à mars 2004
BCP Ltée
• Augmenter le nombre d’anciens fumeurs de 40 à 54 ans, sur une période
de trois ans.
• Augmenter le nombre moyen de fumeurs de 40 à 54 ans qui essaient de
cesser de fumer.
• Augmenter le nombre de fumeurs accédant aux ressources de Santé Canada
pour cesser de fumer.
Messages clés
• Cesser de fumer, c’est possible. Il faut peut-être s’y prendre plus d’une fois,
mais c’est possible.
• La santé et le style de vie s’améliorent lorsqu’on cesse de fumer, et les
bienfaits en valent la peine.
• Il existe de l’aide pour cesser de fumer. Le fait d’obtenir de l’aide permet
de cesser de fumer plus facilement et augmente les chances de réussite.
Public cible
Primaire
• Les fumeurs adultes de 40 à 54 ans, vivant dans les milieux urbains et les
régions rurales de partout au Canada. La campagne est légèrement axée sur
les personnes ayant un statut socio-économique inférieur. Les femmes et les
hommes sont tout autant ciblés.
Secondaire
• Les personnes de 40 à 54 ans qui ont récemment cessé de fumer, qui ne
veulent pas recommencer y compris les personnes ayant un statut socioéconomique inférieur.
• Les fumeurs âgés de 25 à 39 ans.
• Les médias.
• Les professionnels de la santé.
Placements médias
Télévision
• De janvier 2003 au 31 mars 2004, huit annonces télévisées de 30 secondes
ont été diffusées en succession et par vagues publicitaires coordonnées à des
périodes clés où les gens essaient d’arrêter de fumer. Elles ont été diffusées à
la grandeur du pays, tant sur les réseaux conventionnels que sur les réseaux
spécialisés. Le temps d’antenne était partagé également entre les heures
de grande écoute et les heures de faible écoute. (Du temps d’antenne
supplémentaire a été acheté dans le Canada atlantique, au Manitoba et
en Saskatchewan à l’appui des projets pilotes de ligne d’aide dans ces
provinces.) Pendant les périodes de diffusion, la moyenne des points
d’écoute brute (PEB) était de 100 PEB par semaine. Six de ces annonces
ont été diffusées pendant l’exercice financier 2003-2004.
• Partenariat avec la Canadian Broadcasting Corporation (CBC) et la Société
Radio-Canada (SRC) : Deux annonces de 15 secondes ont été produites pour
une campagne-éclair nationale de trois semaines en vue de profiter de la
période pendant laquelle le plus grand nombre de fumeurs tentent d’arrêter
de fumer, soit le Nouvel An, et d’inciter les fumeurs à agir. Pendant la période
de diffusion de trois semaines, l’annonce passée à la CBC a atteint environ
290 PEB, tandis que celle qui fut passée à la SRC a totalisé 700 PEB.
31
Évaluation
32
Sites Web
• Des bannières de publicité ont été placées sur les sites Web de la CBC et de
la SRC dans le cadre de l’accord de partenariat.
• Une bannière publicitaire activée par mot clé a été achetée sur Google en
vue de promouvoir le microsite de la campagne à compter de la date de son
lancement, le 15 novembre 2003, et pendant la période des Fêtes, jusqu’au
15 janvier 2004.
• Une bannière publicitaire a été placée sur les sites du Reader’s Digest et du
Sélection du Reader’s Digest (février et mars 2004).
Médias imprimés
• Le partenariat avec les publications Reader’s Digest/Sélection du Reader’s
Digest comprenait une annonce double page dans les numéros de février et
de mars 2004.
Autres activités
Le partenariat avec les publications Reader’s Digest portait également sur les
éléments suivants.
• Le guide pratique d’abandon du tabac de Santé Canada et une lettre ont été
distribués aux membres du public cible qui avaient demandé de l’information
sur la désaccoutumance au tabac (base de données du Reader’s Digest/
Sélection du Reader’s Digest : 49 649 demandes en anglais et
14 242 demandes en français).
• Une lettre à l’intention des médecins a été insérée dans l’enveloppe transparente du magazine Reader’s Digest afin de les renseigner sur les ressources
de Santé Canada en matière d’abandon du tabac et d’encourager les
médecins à utiliser ces ressources ou à les faire connaître à leurs patients
(base de données de distribution de l’Association médicale canadienne :
32 000 lettres en anglais et 8 000 lettres en français).
Méthode
• Quatre enquêtes de rappel ont été réalisées. Chaque échantillon comprenait
800 fumeurs âgés de 40 à 54 ans dont environ la moitié étaient des femmes.
Résultats
• Le taux de rappel assisté allait de 24 % à 60 % et se situait en moyenne
à 42 % pour les huit annonces.
• Parmi les personnes qui se rappelaient avoir vu une des annonces au cours
des 12 mois précédents, une importante majorité estimait qu’elles étaient
à la fois efficaces (75 %) et crédibles (84 %).
• Parmi les personnes qui se rappelaient avoir vu une des annonces au cours
des 12 mois précédents, 67 % affirmaient que les annonces les avaient
incitées à songer à cesser de fumer.
• La campagne a incité les fumeurs adultes à utiliser les voies d’accès à
l’information, proposées dans les annonces (le site Web www.vivezsansfumee.ca,
le numéro 1 800 O-Canada et la ligne d’aide ou le livret sur l’abandon
du tabac).
• Le nombre de fumeurs qui ont songé à cesser de fumer a augmenté tout au
long de la campagne et, plus particulièrement, pendant la diffusion des
dernières annonces.
• L’enquête a révélé que les messages de la campagne ont atteint le public
cible et ont été compris par ce dernier.
Suivi
Le nombre d’appels au service 1 800 O-Canada, de demandes de ressources
pour l’abandon du tabac et de visites au site Web www.vivezsansfumee.ca était
directement lié aux activités de la campagne de publicité :
• Le service 1 800 O-Canada a reçu 21 200 appels liés à l’abandon
du tabac.
• Les fumeurs ont commandé 25 427 livrets intitulés Sur la voie de la réussite.
• Pendant la première année de la campagne, le site Web
www.vivezsansfumee.ca a reçu le nombre de visiteurs suivants
(de février 2003 à janvier 2004) :
– 691 512 à la page d’accueil;
– 312 985 à la page de l’abandon du tabac;
– 90 000 à la page de la campagne de Bob/Martin;
– 81 000 à la page, e-J’arrête, et 72 000 à la page des ressources
pour l’abandon du tabac, Sur la voie de la réussite.
Coûts de la campagne Production
Placements médias
Recherches
193 730 $
6 359 513 $
236 777 $
Lutte contre
le tabagisme
2003-2004
Santé Canada
33
Titre
Services pour enfants (Prestation
nationale pour enfants)
Ministère
Campagne du gouvernement du Canada regroupant de nombreuses organisations gouvernementales et dirigée par Développement des ressources humaines
Canada (Développement social Canada)
Période
De mai à août 2003
Agence de publicité
Vickers & Benson Companies Inc.
Objectifs
• Renseigner les Canadiens sur les programmes et les services du gouvernement à l’intention des enfants et de leurs familles dont la Prestation nationale
pour enfants.
Le document d’information sollicité au cours de la campagne était la première
édition des Services pour enfants : Guide des services du gouvernement du
Canada pour les enfants et leurs familles.
Messages clés
• Il existe de nombreux programmes pour soutenir les enfants et leurs familles.
• Le gouvernement du Canada contribue à faire en sorte que les enfants soient
en santé, en sécurité et en sûreté, et prêts à participer à la société.
Public cible
Le grand public.
Placements médias
La combinaison des médias utilisés – télévision, radio, imprimés et Internet –
a été conçue pour sensibiliser le public et a permis d’atteindre une couverture3
de 95 % de tous les Canadiens de plus de 18 ans.
Télévision
• Une annonce télévisée de 30 secondes a été diffusée du 1er mai au
15 juin 2003 sur des réseaux de langue française et de langue anglaise
(50 % aux heures de grande écoute, 1 000 PEB), des chaînes spécialisées
(200 PEB), et des stations autochtones et multilingues (de 20 à 30 annonces
par semaine).
Radio
• Une annonce radiophonique de 30 secondes a été diffusée du 1er au
25 mai 2003, dans des marchés nationaux mesurés, francophones et
anglophones (600 PEB). En outre, 25 annonces par semaine ont été diffusées
dans des marchés non mesurés anglophones, francophones, autochtones et
les marchés de langue officielle minoritaire.
Médias imprimés
• Des annonces imprimées de 1/4 et de 1/3 de page ont été placées dans
des quotidiens de langue française et de langue anglaise ainsi que dans des
journaux communautaires, de langue officielle minoritaire, multilingues et
autochtones, à publication hebdomadaire et mensuelle. Les annonces ont
paru trois samedis dans les quotidiens et une fois dans les autres journaux,
du 10 mai au 30 juin 2003.
• Une annonce pleine page quatre couleurs a paru une fois dans des
magazines français et anglais ciblés (numéros de juillet).
3 On entend par couverture le pourcentage de personnes
touchées une fois dans un public cible par un support ou
un plan média.
34
Internet
• Des bannières et des boutons publicitaires ainsi que des annonces à texte
(cinq en français et cinq en anglais) ont été placés dans 10 sites Web
pertinents, comme Today’s Parent, et ils étaient dotés d’un lien direct vers le
portail pour les enfants du site du Canada (canada.gc.ca). Ces annonces ont
été diffusées du 20 mai 2003 jusqu’à la fin d’août 2003.
• Un icone sur la page d’accueil du site du Canada présentait également
un lien direct vers les éléments pour les enfants. L’icone a été en place du
20 mai au 8 juillet 2003.
Évaluation
Méthode
• La préenquête comprenait la mise à l’essai pendant deux heures auprès de
quatre groupes de discussion. Deux séances ont eu lieu à Winnipeg et deux
à Montréal. Les groupes démographiques choisis pour les entrevues étaient
les suivants : personnes à faible revenu ayant des enfants et personnes à
revenu moyen/supérieur (dont la moitié avaient des enfants).
• La campagne a été évaluée au moyen de l’outil d’évaluation quantitatif
commun du gouvernement du Canada et en fonction des résultats d’une
enquête téléphonique nationale et aléatoire menée auprès de 1 000 personnes
choisies parmi le grand public canadien. L’enquête avait pour objet de
mesurer la notoriété, le taux de rappel et l’impact des annonces.
Résultats
• Parmi les personnes interrogées, 32 % ont vu ou entendu au moins une
des annonces.
• Chez les personnes qui ont vu l’annonce, 56 % se souvenaient de l’avoir vue
à la télévision, 31 % de l’avoir vue dans les journaux et 13 % de l’avoir
entendue à la radio.
• Le rappel spontané des principaux messages des annonces se situait autour
de l’idée que les enfants et les familles ont besoin d’aide et d’information
sur les services pour les enfants et les familles, et que le gouvernement du
Canada vient en aide aux familles à faible revenu.
Taux de réponse
• Pendant la campagne, les demandes du public sur les services du gouvernement du Canada pour les enfants se situaient en moyenne à 2 610 par mois.
(Avant le début de la campagne, on recevait en moyenne 1 685 demandes
par mois.)
• Les éléments pour les enfants ont été sélectionnés 77 444 fois pendant la
campagne, soit une moyenne de 25 814 fois par mois (comparativement
à 7 337 fois pendant le mois précédant la campagne).
• Entre le 20 mai et la fin du mois d’août 2003, les bannières et les boutons
publicitaires ainsi que les annonces à texte ont été vus par 1,3 million de
Canadiens, et 17 000 d’entre eux ont cliqué sur la publicité pour voir les
éléments concernant les enfants.
• Entre le 20 mai et le 8 juillet 2003, l’icone des Services pour enfants était
l’icone la plus populaire sur la page d’accueil du site du Canada; il a été
sélectionné 8 504 fois.
Coûts de la campagne Production
Placements médias
Enquêtes d’évaluation
Mise à l’essai des concepts
Mise à l’essai des ébauches d’annonces
Postenquête
500 000 $ (2002-2003)
157 878 $ (2003-2004)
6 303 036 $
42 589 $
19 003 $
26 349 $
35
Services pour enfants
Campagne du
gouvernement du
Canada regroupant de
nombreuses organisations
gouvernementales
et dirigée par
Développement des
ressources humaines
Canada (Développement
social Canada)
36
Of fres à commandes et
arrangements en matière
d’approvisionnement
pour les ser vices de publicité
Le 21 mai 2004, TPSGC a établi des offres à commandes et des arrangements en matière d’approvisionnement avec les fournisseurs suivants.
Voici la liste des fournisseurs de services de
publicité qui a été dressée dans le cadre des offres
à commandes provinciales et territoriales :
Alberta
• TMP Worldwide (principal)
• Brown Communications Group Inc. (secondaire)
Colombie-Britannique
Fournisseurs nommés dans le cadre des
offres à commandes
• Omnicom Canada Inc., dont le nom d’affaires
est DDB Canada (principal)
Une offre à commandes est une offre d’un fournisseur éventuel visant la prestation de services de
publicité à des prix convenus à l’avance et dans
des conditions déterminées, au fur et à mesure des
besoins. Il n’existe aucun marché tant qu’une
commande subséquente à l’offre à commandes
n’est pas délivrée. On a recours aux offres à commandes dans le cas des campagnes publicitaires
dont la valeur peut s’élever jusqu’à 75 000 $,
à l’exclusion des achats dans les médias. Les
offres à commandes pourraient également être
établies pour des services particuliers tels que la
planification stratégique et les services de production seulement.
• Wasserman & Partners Advertising Inc.
(secondaire)
Voici la liste des fournisseurs de services de publicité qui a été dressée dans le cadre des offres à
commandes nationales :
• Hewson Bridge and Smith Ltd
• Corporate Communications Limited
Manitoba
• McKim Communications Limited (principal)
• Brown Communications Group Inc. (secondaire)
Nouveau-Brunswick
• Corporate Communications Limited (principal)
• SGCI Communications (secondaire)
Terre-Neuve-et-Labrador
• Corporate Communications Limited (principal)
• Target Communications dont le nom d’affaires
est Compass Communications Inc. (secondaire)
Territoires du Nord-Ouest
• TMP Worldwide (principal)
• Brown Communications Group Inc. (secondaire)
Nouvelle-Écosse
• Acart Communications Inc.
• Corporate Communications Limited (principal)
• Target Communications dont le nom d’affaires
est Compass Communications Inc.
• Target Communications dont le nom d’affaires
est Compass Communications Inc. (secondaire)
• OSL-Martin Inc.
Nunavut
• Quiller & Blake Advertising Limited
• Académie-Ogilvy Communications Inc.
• TMP Worldwide
• Brown Communications Group Inc.
• McKim Communications Limited (principal)
• Brown Communications Group Inc. (secondaire)
Ontario
• Hewson Bridge and Smith Ltd (principal)
• Acart Communications Inc. (secondaire)
• Omnicom Canada Inc., dont le nom d’affaires
est DDB Canada
37
Île-du-Prince-Édouard
• Corporate Communications Limited (principal)
• SGCI Communications (secondaire)
Québec
• OSL-Martin Inc. (principal)
• Académie-Ogilvy Communications Inc.
(secondaire)
Saskatchewan
• Brown Communications Group Inc. (principal)
• McKim Communications Limited (secondaire)
Voici la liste des fournisseurs de services de
publicité qui a été dressée dans le cadre des
arrangements en matière d’approvisionnement :
•
•
•
•
•
•
•
Yukon
• Omnicom Canada Inc., dont le nom d’affaires
est DDB Canada (principal)
• Wasserman & Partners Advertising Inc.
(secondaire)
Fournisseurs nommés dans le cadre
des arrangements en matière
d’approvisionnement
Les arrangements en matière d’approvisionnement
sont des conventions non obligatoires entre TPSGC
et des fournisseurs en vue de la prestation de
divers services au fur et à mesure des besoins.
On a recours à des arrangements en matière
d’approvisionnement pour des campagnes dont
la valeur se situe entre 75 000 $ et 750 000 $,
à l’exception des achats dans les médias.
•
•
•
•
•
•
•
•
•
Académie-Ogilvy Communications Inc.
Ambrose Carr Linton Carroll Inc.
Allard-Johnson Communications Inc.
Axmith McIntyre Wicht, A Communications
Partnership
BBDO Canada Inc.
BCP Ltée
FORCE (Acart Communications Inc., OSL-Martin
Inc., Corporate Communications Limited. [sous le
nom The CCL Group] et Omnicom Canada Inc.,
dont le nom d’affaires est DDB Canada)
J. Walter Thompson Company Ltd.
Johnson, Adams, Nicholson Inc.,
Kelley Advertising Inc.
Manifest Communications Inc.
Marketel/McCann-Erickson Ltd.
McKim Communications Limited
WPP Group Canada Communication Limited,
dont le nom d’affaires est Ogilvy Mather (Canada)
PALM Publicité Marketing Inc.
Scott Thornley + Company Inc.
The Young and Rubicam Groups of Companies Ltd.
Programme de marchés réser vés aux
entreprises autochtones
Poirier Communications Limited d’Ottawa (Ontario)
a été sélectionné pour un arrangement en matière
d’approvisionnements et une offre à commandes
nationale.
Lorsqu’un marché est « réservé aux entreprises
autochtones », cela signifie que seules ces
dernières peuvent présenter des soumissions.
Si le coût estimé d’un achat est de 5 000 $ ou
plus et que les biens, les services ou les travaux
de construction qui font l’objet du marché sont
destinés à une population principalement
composée d’Autochtones, le ministère ou
l’organisme doit mettre ce contrat en concurrence uniquement auprès de fournisseurs
autochtones. Cette règle est facultative lorsque
les conditions précédentes sont présentes,
mais que la valeur du contrat est inférieure à
5 000 $. Les ministères et les organismes sont
autorisés en tout temps à réserver des marchés
aux entreprises autochtones lorsqu’ils le jugent
opportun. Les marchés réservés doivent
respecter les principes concurrentiels habituels
énoncés dans la politique en matière de passation des marchés.
38
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement