Ademe-Le Chauffage et l'eau chaude Solaires

Ademe-Le Chauffage et l'eau chaude Solaires
Le soleil au service de votre confort,
le chauffage
et l’eau chaude
solaires
L ’ H A B I TAT
Le soleil au service de votre confort,
le chauffage et l’eau chaude
solaires
SOMMAIRE
•
•
•
•
•
•
•
•
•
L’énergie solaire, pour se laver et se chauffer . . . . . 3
Quelques idées à revoir . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 4
Quelques données à intégrer . . . . . . . . . . . . . . . . . . 7
Un schéma pour comprendre . . . . . . . . . . . . . . . . 10
Des économies du nord au sud . . . . . . . . . . . . . . . 14
Un peu de méthode pour réussir . . . . . . . . . . . . . 17
Des aides pour financer . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 20
En résumé . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 23
L’ADEME . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . . 24
GLOSSAIRE
Capteur solaire thermique : coffre rigide et vitré à l’intérieur duquel une plaque et des tubes métalliques noirs
(absorbeur) reçoivent le rayonnement solaire et chauffent
un liquide caloporteur (antigel). Certains capteurs, conçus
pour être assemblés sur chantier, sont fournis en « pièces
détachées ». Quand ils sont « intégrés » ou « incorporés »
en toiture, les capteurs assurent également une fonction de
couverture du bâtiment.
CSTB (Centre scientifique et technique du bâtiment) :
organisme public chargé de la certification des composants
et procédés de construction (CSTBat). Le CSTB gère la
procédure des « avis techniques », portant notamment sur
les capteurs solaires.
ECS : eau chaude sanitaire.
Énergie d’appoint : énergie utilisée pour compléter ou
relayer l’énergie solaire en cas d’ensoleillement insuffisant
ou nul ; ce peut être le gaz, le fioul, le bois, l’électricité…
Fluide caloporteur : il s’agit la plupart du temps d’un
mélange d’eau et d’antigel, assurant le transport de l’énergie thermique du capteur vers le ballon d’ECS ou vers le
système de chauffage.
l’énergie solaire,
pour se laver
et se chauffer
Depuis plusieurs années déjà, on se préoccupe
d’économiser l’énergie et de limiter les émissions
de gaz à effet de serre. Les recherches ont permis de
suivre des pistes prometteuses, d’élaborer des techniques performantes utilisant l’énergie solaire.
On a ainsi acquis une solide expérience dans la
mise au point de chauffe-eau solaires. Ces appareils sont aujourd’hui efficaces et performants. Ils
s’adaptent aussi bien à des demandes individuelles
qu’à des besoins collectifs.
Mais l’énergie solaire, source d’énergie gratuite,
inépuisable et non polluante, peut aussi couvrir
une partie des besoins de chauffage des bâtiments.
On parle alors de
systèmes solaires combinés
qui peuvent couvrir de 25 à 60 % des besoins
annuels, selon la région et la taille de l’installation.
Ils bénéficient des progrès réalisés dans la conception et la construction des capteurs solaires, fabriqués maintenant en série, et des avancées dans le
domaine de l’électronique.
Plancher chauffant basse température : dispositif de
chauffage intégré à une dalle de béton. Cet émetteur est
dimensionné pour que sa température de surface reste
modérée (environ 23 °C).
Plancher solaire direct (PSD®) : marque commerciale
désignant le type de système solaire combiné le plus
répandu en France à ce jour. Il associe des capteurs
solaires thermiques et un plancher chauffant basse température servant à la fois de stockage et d’émetteur de
chaleur, sans échangeur intermédiaire.
2
3
quelques idées
à revoir
« Le solaire, ça ne marche bien que dans les régions chaudes
et ensoleillées… »
« Un chauffe-eau solaire, il paraît que c’est efficace… mais de
là à chauffer toute la maison… »
« Chauffer de l’eau pour se laver ou pour se chauffer, c’est
pareil… »
Quelques idées qui ont la vie dure, mais jusqu’où sontelles vraies ?
Les systèmes solaires combinés conviennent très bien
aux régions froides et bien ensoleillées, ou à celles où
l’on doit chauffer longtemps. Certaines zones de montagne remplissent ces deux conditions. Le solaire peut y
permettre de substantielles économies de chauffage.
Moins de soleil,
mais pas moins d’économies
Où que vous soyez en France, il vous est possible de
chauffer votre eau sanitaire grâce à l’énergie solaire. Bien
sûr, le taux d’économie d’énergie* sera meilleur dans le
Midi.
C’est l’adéquation entre les besoins et l’ensoleillement
disponible qui détermine la productivité des capteurs
solaires. Ainsi, même si le taux d’économie d’énergie est
plus élevé dans le sud que dans le nord, la quantité
d’énergie économisée ne sera pas forcément plus importante. Par exemple, une installation qui couvre 52 % des
consommations à Marseille (9 300 kWh) économisera
4 830 kWh alors que la même installation placée dans
une maison identique à Strasbourg couvrira 30 % des
consommations (16 300 kWh) et économisera pourtant
4 890 kWh.
Mais quelle que soit la région où l’on se trouve, le printemps et l’automne offrent un meilleur ensoleillement
que l’hiver et la maison a souvent besoin d’être chauffée :
le chauffage solaire d’une habitation offre donc d’intéressantes perspectives d’économie en intersaison, et cela
quelle que soit la localisation géographique.
Des principes éprouvés
Chauffe-eau solaires et systèmes solaires combinés ont
beaucoup en commun. Les progrès réalisés dans la conception des premiers ont largement profité aux seconds,
dans les deux cas on récupère la chaleur du soleil avec
des capteurs thermiques.
Cependant, les capteurs ne produisent de la chaleur que
lorsque l’ensoleillement est suffisant, alors que les besoins
les plus importants se manifestent en général en l’absence de soleil. Il faut donc mettre en place un dispositif de
stockage.
Enfin, pour pallier les déficits d’ensoleillement, une source
d’énergie d’appoint s’impose.
* Taux d’économie d’énergie : proportion des consommations d’énergie nécessaires pour fournir le chauffage et l’ECS (celles que l’on payerait sans installation solaire),
couvertes par le solaire.
4
5
Des besoins contrastés
Le système solaire combiné est toutefois plus complexe
à mettre en œuvre car le chauffage des locaux et la fourniture d’eau chaude domestique n’obéissent pas aux
mêmes exigences :
quelques données
à intégrer
Plusieurs systèmes :
des éléments comparables…
Comme toute installation de chauffage central, un système
solaire combiné comporte :
• une « chaudière », en l’occurrence des capteurs
solaires thermiques analogues à ceux qui alimentent un
chauffe-eau solaire ;
• une distribution, par un réseau de tuyauteries
semblable à celui utilisé dans les systèmes classiques ;
• un (ou des) dispositif(s) de stockage de l’énergie
thermique (ballon-tampon, dalle de béton) ;
• des émetteurs de chaleur (radiateurs basse température, dalle chauffante, etc.) ;
• une régulation.
Un système d’appoint permet de pallier les insuffisances
du rayonnement. Il peut être totalement indépendant de
l’installation solaire : cheminée, poêle à bois, convecteurs
électriques, etc.
Il peut aussi être couplé à la partie solaire de l’installation. Ainsi, la régulation peut gérer la mise en route et
l’arrêt de l’appoint, en fonction de l’ensoleillement, de la
demande de chauffage ou d’eau chaude sanitaire. Dans
ce cas, on utilise une chaudière classique (fioul, gaz, bois,
électrique).
• on a besoin d’eau chaude au robinet tout au long de l’année, alors que la demande de chauffage varie fortement
selon les saisons ;
• lorsque le chauffage est en marche, la demande journalière de chaleur est relativement continue. À l’inverse,
celle d’eau chaude sanitaire est irrégulière : des pointes de
courte durée alternent avec de longues périodes sans
demande ;
• la température de l’eau utilisée dans le circuit de chauffage est plutôt basse (entre 30 et 50 °C), alors que l’eau
sanitaire est beaucoup plus chaude (entre 45 et 60 °C).
C’est pourquoi, pour satisfaire ces besoins contradictoires, de multiples solutions plus ou moins sophistiquées, novatrices et inventives ont pu voir le jour dans
différents pays.
6
Maison individuelle
à Besançon (Doubs) :
120 m2 habitables, occupée
par quatre personnes
et 18 m2 de capteurs
en toiture (chauffage
d'appoint intégré
par chaudière électrique).
7
• dans le cas d’un projet neuf ou d’une réhabilitation
lourde, on peut utiliser la dalle du plancher chauffant non
seulement comme émetteur de chaleur, mais aussi
comme lieu de stockage de la chaleur.
Ces systèmes utilisent un schéma hydraulique souvent
plus simple, mais font appel à une régulation plus évoluée.
On parle dans ce cas de plancher solaire direct.
Maison individuelle en Suède :
18 m2 de capteurs, 1 500 litres de stockage,
appoint par chaudière à granulés bois.
…mais des conceptions différentes.
Il existe deux grands types de systèmes solaires combinés
avec des variantes permettant de s’adapter à la majorité
des cas :
• les premiers systèmes de chauffage solaire étaient
conçus sur le principe de l’hydro-accumulation.
Le soleil n’étant pas présent toute la journée ni toute
l’année, l’idée consiste à stocker la chaleur produite par
les capteurs dans un volume d’eau tampon, dans lequel
on vient puiser lorsque cela est nécessaire.
L’énergie nécessaire au chauffage est diffusée dans la
maison soit grâce à des radiateurs, de préférence fonctionnant à basse température, soit grâce à un plancher
chauffant.
Les progrès de la recherche, notamment sur la régulation
et la gestion du stockage de l’énergie dans les ballons,
permettent de réaliser aujourd’hui des systèmes performants et compacts dont le volume est acceptable (de
500 à 2 000 l) ;
Le plancher solaire direct,
un système français qui a fait ses preuves
Ce type de système solaire combiné est le plus installé en France.
Le principe de base est simple : un fluide caloporteur est chauffé
dans des capteurs solaires thermiques ; il circule directement dans
des tuyaux d’un plancher chauffant ou réchauffe le ballon d’ECS par
l’intermédiaire d’un échangeur de chaleur. Il repart ensuite vers les
capteurs où il est chauffé à nouveau, et ainsi de suite tant que l’ensoleillement est suffisant.
L’appoint peut être indépendant ou couplé.
Dans les deux cas, la dalle chauffante joue un double rôle de stockage et d’émetteur de chaleur. Alimentée par le fluide caloporteur
réchauffé (plancher chauffant à basse température), bien isolée, elle
permet d’obtenir une température douce et uniforme dans toutes
les pièces de la maison.
Maison individuelle à Chapareillan (Isère) :
occupée par quatre personnes,16 m2 de capteurs en toiture
(avec chauffage d’appoint couplé par chaudière fuel).
8
9
un schéma pour
comprendre
1 Produire
2 Stocker et restituer
Des capteurs solaires thermiques permettent de transformer le rayonnement solaire en chaleur. Certains capteurs, conçus comme des éléments de toiture, s’intègrent
visuellement très bien aux constructions.
De préférence orientés plein sud et inclinés avec un angle
de l’ordre de 45°, ils pourront néanmoins, sans réduction
trop importante des performances, avoir une orientation
allant du sud-est au sud-ouest, et une inclinaison comprise entre 30 et 60°.
En cas de doute sur les ombres portées par les montagnes ou les immeubles environnants, une étude
détaillée permettra d’en chiffrer l’influence.
Dans les systèmes du type plancher solaire direct, c’est
l’émetteur de chaleur, c’est à dire la dalle de béton, qui va
assurer le stockage de l’énergie et permettre une diffusion
de la chaleur au cours de la nuit.
Les autres systèmes fonctionnent selon le principe suivant : lorsqu’il y a du soleil, la chaleur est stockée dans un
réservoir d’eau tampon par le biais d’un échangeur de
chaleur. Cette eau ainsi réchauffée est utilisée pour le
chauffage des bâtiments à l’aide d’émetteurs basse température. L’eau chaude sanitaire peut être produite soit
dans un ballon immergé dans le volume tampon, soit par
l’intermédiaire d’un échangeur de chaleur situé dans le
ballon de stockage ou à l’extérieur de celui-ci.
Capteurs solaires
Capteurs solaires
ECS
ECS
Circuit de
chauffage
Chaudière
d'appoint
Circuit
de chauffage
Principe du plancher
Régulateur
solaire direct
Ballon de stockage ECS
Le fluide caloporteur,
arrivant chaud des capteurs thermiques, passe directement dans la dalle et repart vers les capteurs.
La dalle stocke la chaleur et la transmet à la pièce. Un circuit de dérivation
permet de produire l’eau chaude sanitaire.
Chaudière
d'appoint
Principe des autre
systèmes combinés
Ballon de stockage chauffage
Le fluide caloporteur
chauffe l’eau du réservoir et repart vers les capteurs. L’eau du réservoir sert pour alimenter le système de chauffage. L’eau chaude sanitaire est produite dans un ballon
immergé ou par un échangeur de chaleur.
En vert : circuit où circule l’antigel.
En jaune : circuit où circule l’eau de chauffage (sans antigel).
En rouge : circuit d’eau chaude sanitaire.
10
11
3 Relayer
Lorsque le soleil est déficient, un appoint est nécessaire.
Il peut être indépendant ou couplé au système solaire
combiné :
• dans le premier cas, une cheminée, un poêle ou tout
autre appareil indépendant apportent le complément de
chaleur nécessaire pour le chauffage. L’appoint pour l’eau
chaude sanitaire sera le plus souvent assuré par une
résistance électrique.
Ce système est suffisant et facile à gérer dans une région
bien ensoleillée, pour une petite maison ou une résidence
secondaire ;
• dans le second cas, la production de chaleur est assurée
par une chaudière traditionnelle qui prend le relais
automatiquement.
Cette solution est préférable dans les grandes maisons et
les régions à ensoleillement irrégulier.
16
m2
Maison individuelle à Besançon (Doubs) :
140 m2 habitables, occupée par cinq personnes ;
de capteurs en toiture (avec un chauffage d'appoint séparé au bois).
4 Réguler
La régulation est un élément indispensable au bon
fonctionnement du système. Son rôle est de donner la
priorité à l’énergie solaire chaque fois que celle-ci est
disponible.
Elle doit aussi moduler l’énergie d’appoint à apporter
pour maintenir la température de confort sans ensoleillement et assurer la production d’eau chaude sanitaire
suffisante.
5 Maîtriser les surchauffes estivales
La surface de capteurs est largement suffisante pour
assurer les besoins d’eau chaude sanitaire des occupants
pendant l’été. Si les habitants partent en vacances pendant cette période, les capteurs, qui n’ont plus de besoins
à couvrir, peuvent atteindre des températures très élevées.
Pour maîtriser ces éventuelles surchauffes, les constructeurs ont imaginé différents systèmes : boucles de
décharge, capteurs autovidangeables, refroidissement
nocturne, circuit sous haute pression pour éviter l’ébullition du fluide caloporteur, ou autre procédé permettant
d’éviter toute dégradation du matériel.
12
13
des économies
du nord au sud
Maison individuelle
dans les Hautes-Alpes ;
PSD® avec capteurs
occupant le tiers
de la toiture.
Quelle surface de capteurs ?
D’une manière générale, la surface des capteurs mise en
œuvre dans un système solaire combiné varie de 10 à
30 m2. On privilégiera les solutions favorisant l’aspect
esthétique, et on s’adaptera aux contraintes de
l’architecture.
Voici trois exemples pour une maison neuve
isolée selon les normes de réglementation thermique 2000 et dont les
capteurs sont orientés au sud et
inclinés à 45 °.
Elles correspondent à un système
solaire performant :
• une maison de 110 m2 à
Marseille, avec 13 m2 de capteurs,
aura un taux d’économie d’environ 50 %. Si elle est occupée par
quatre personnes, les économies
annuelles atteindront 4 600 kWh ;
• une maison de 150 m2 à Strasbourg, avec
18 m2 de capteurs, aura un taux d’économie d’environ 30 %. Si elle est occupée par
six personnes, les économies annuelles
atteindront 6 400 kWh ;
• une maison de 110 m2 à Grenoble, avec
16 m2 de capteurs, aura un taux d’économie
d’environ 40 %. Si elle est occupée par quatre
personnes, les économies annuelles
atteindront 5 500 kWh.
Pour une même surface de capteurs,
l’énergie solaire participe de façon
moins importante à Strasbourg
qu’à Marseille au chauffage de votre maison et de
votre eau sanitaire. Mais comme vous dépensez annuellement plus d’énergie en Alsace pour le chauffage,
l’économie y sera globalement plus grande.
14
Maison individuelle
dans le Doubs, 148 m2 habitables,
occupée par cinq personnes.
16 m2 de capteurs intégrés
en toiture, avec un ballon de 300 l.
Maison individuelle en Indre-et-Loire ;
PSD®,17 m2 de capteurs intégrés
en toiture, avec un ballon de 500 l.
Connaître l’impact sur l’environnement
Une installation solaire permet d’économiser de l’énergie
qui aurait été fournie par une autre source et qui aurait
produit des gaz à effet de serre. Cette quantité de gaz à
effet de serre dépend de la source d’énergie économisée.
En connaissant l’énergie économisée et la source d’énergie d’appoint, on peut calculer les émissions de gaz à effet
de serre évitées grâce à l’installation solaire.
Pour fixer les idées, dans les trois maisons décrites dans
le paragraphe précédent, on évitera le rejet de 1 280 kg
de CO2 par an dans le cas n° 1 (appoint fioul), 1 290 kg
dans le cas n° 2 (appoint gaz naturel) et 1 230 kg dans le
cas n° 3 (appoint électrique).
Les capteurs certifiés CSTBat présentent des qualités de
fiabilité et de longévité. Leur durée de vie atteindra probablement les vingt ans, et pourra même les dépasser.
Ainsi, c’est l’émission de plus de vingt-cinq tonnes de gaz
à effet de serre qu’un système solaire combiné permet
d’éviter.
15
un peu de méthode
Neuf ou existant ?
Si vous avez un projet de construction, vous n’avez
pas de contrainte particulière pour faire installer un
système solaire combiné. Vous pourrez prévoir un pan
de toiture exposé au sud qui recevra les capteurs, et
envisager la pose d’un plancher chauffant. Vous avez alors
le choix entre tous les systèmes disponibles sur le marché.
Dans le cas d’un bâtiment existant sans dalle
chauffante, les systèmes à hydro-accumulation
apportent une réponse plus souple, qui sera encore plus
performante si vous faites poser des radiateurs basse
température.
État des lieux
En France, le nombre de systèmes solaires combinés est
aujourd’hui de l’ordre de huit cents ; la quasi-totalité de
ces installations sont des PSD®.
Le choix est aujourd’hui plus large que par le passé car
d’autres systèmes sont facilement disponibles sur le marché français. Certains conviennent bien à une installation
dans une maison existante.
La part de marché des systèmes solaires combinés est de
plus en plus importante dans les pays germaniques
et scandinaves.
16
pour réussir
Organisez votre projet
pour bâtir la meilleure solution
La mise en œuvre d’un système solaire combiné
n’est pas une démarche standardisée. Pensez-y à
l’avance, entourez-vous de professionnels compétents, prenez connaissance des expériences et des
avis d’autres utilisateurs… En bref, définissez bien
votre projet avant de vous lancer !
Une maison en projet ? Pensez solaire !
Quelques points essentiels pour réussir un bon projet :
• d’abord veiller à réduire le plus possible les besoins
de chauffage en isolant correctement le bâtiment et en
concevant l’architecture pour profiter au maximum du
soleil directement au travers des surfaces vitrées bien
orientées. Il faut ensuite prévoir l’implantation des capteurs dans le bâtiment en essayant d’allier intégration
esthétique et orientation optimale ;
• ensuite choisir les émetteurs de chaleur. On
privilégiera le plancher chauffant : c’est un système
confortable qui fonctionne à basse température et est
donc particulièrement bien adapté au chauffage solaire.
Ces conditions permettent d’avoir l’assurance d’un
bâtiment agréable et économe.
17
Engagez une solide réflexion préalable…
Prenez connaissance des réglementations
…assortie d’une analyse d’opportunité (faite par un
professionnel) pour cadrer votre projet : quelles solutions techniques pouvez-vous envisager, de quelles
dimensions, pour quel
coût, et pour obtenir
quelles
économies
d’énergie ?
Cette étape vous permettra d’ajuster votre
projet à votre budget.
N’omettez pas la mention des capteurs solaires sur votre
demande de permis de construire !
Il y a peut-être, dans votre commune, des dispositions
spéciales des documents d’urbanisme pour l’aspect de
votre habitation (pente des toits, couleurs, matériaux).
Elles influeront sur le choix et la disposition des capteurs.
Recherchez les bons interlocuteurs
Il existe des spécialistes des systèmes solaires combinés :
certains fabricants ont fait sur le sujet une démarche
globale de définition, de développement et de fabrication.
Ils commercialisent des équipements solaires « sur catalogue », ils peuvent vous fournir des références de réalisations en service. Les solutions qu’ils proposent vous
offriront des garanties de fiabilité et de durabilité.
L’ADEME peut vous aider à les trouver. Contactez votre
délégation régionale ou l’Espace Info-Énergie le plus
proche de chez vous.
Et maintenant, lancez-vous...
Consultez les fournisseurs, comparez les prix et les services (délais, service après-vente, garanties, etc.) qu’ils
vous offrent à partir du descriptif détaillé de votre projet, choisissez…
Vous pouvez alors démarrer
le chantier, avec l’aide des
professionnels chargés de
son bon déroulement (architecte, couvreur, chauffagiste,
fabricant…).
18
19
des aides
pour financer
Votre investissement
Pour une petite installation (10 m2 de capteurs,
70 m2 de surface chauffée) à appoint indépendant.
Il faut compter environ 10 000 € pour l’installation
solaire.
Ce montant comprend l’ensemble des matériels nécessaires pour capter l’énergie solaire, la stocker et la distribuer (capteurs solaires, ballons de stockage, régulation,
circuit de distribution) ainsi que le montage. Mais il n’intègre pas le coût de l’appoint (chauffe-eau électrique,
poêle à bois, convecteurs électriques le
cas échéant, etc.).
Pour un projet plus important (20 m2 de capteurs,
150 m2 de surface chauffée) avec gestion de l’énergie
d’appoint par la régulation.
Le coût peut alors atteindre 25 000 €.
Ce montant recouvre l’intégralité du poste chauffage et
production d’eau chaude sanitaire (capteurs solaires,
stockage, régulation, chaudière d’appoint, circuit de distribution et émetteurs de chaleur, système de production
d’eau chaude sanitaire, montage).
À titre de comparaison
Une installation conventionnelle (chauffage et production
d’eau chaude domestique) au fioul haut de gamme, avec
plancher chauffant ou radiateurs basse température,
coûte environ 15 000 € pour une maison de 150 m2.
20
Les aides envisageables
Depuis le 1er janvier 2005, les aides financières pour l’installation d’un chauffage solaire ont été profondément
remaniées. Un dispositif de type crédit d’impôt remplace
les aides ADEME du Plan Soleil. Ce dispositif offre un
niveau d’aide équivalent, voire plus élevé, par rapport à ce
qui existait précédemment.
Le crédit d’impôt
L’achat d’équipements de chauffage ou de fourniture
d’eau chaude sanitaire fonctionnant à l’énergie solaire
vous donne accès à un crédit d’impôt, à condition que les
capteurs solaires soient certifiés CSTBat ou Solar
Keymark.
Le logement équipé doit être votre résidence principale, que vous soyez propriétaire, locataire ou occupant
à titre gratuit, et qu’il soit ancien, neuf ou encore en
construction entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre
2009.
Le montant de ce crédit d’impôt est de 40 % des
dépenses TTC (subventions déduites, hors maind’œuvre) facturées et payées entre le 1er janvier 2005 et
le 31 décembre 2009.
Dans un logement acheté neuf, les équipements doivent
avoir été intégré par le vendeur ou le constructeur du
logement.
Dans un logement en construction ou ancien, les équipements doivent être fournis par l’entreprise chargée de
l’installation.
L’entreprise ayant réalisé les travaux, le vendeur ou le
constructeur du logement doit vous fournir une attestation ou une facture dont vous joignez une photocopie à
la déclaration d’impôt.
Le montant du crédit d’impôt est plafonné :
• à 8 000 € pour une personne seule ;
• à 16 000 € pour un couple marié soumis à l’imposition
commune.
Vous avez droit à une majoration de 400 € par personne à charge, 500 € pour le second enfant, 600 € par
enfant à partir du troisième.
Si le crédit excède l’impôt dû, l’excédent vous est
restitué.
21
Des aides locales
Certaines régions, certains
départements
et
même certaines
collectivités
locales offrent aussi des subventions venant renforcer l’aide de l’État. Le montant de cette aide
complémentaire peut dépasser 3 000 € dans le
cas le plus favorable.
La liste des matériels éligibles aux primes
des collectivités territoriales est tenue à
jour par l’ADEME et peut être consultée
sur son site internet à l’adresse suivante
www.ademe.fr/plansoleil.
en résumé...
■ L’énergie solaire est disponible
:
Un taux de TVA réduit
Le taux réduit de TVA à 5,5 % est applicable pour les
installations réalisées dans les logements achevés depuis
plus de deux ans, que ce soit une résidence secondaire ou
principale. Vous pouvez en profiter si vous êtes propriétaire (occupant ou bailleur), locataire, occupant à titre
gratuit ou usufruitier.
Ce taux réduit porte sur l’achat des équipements et
la main d’œuvre lors de leur installation.
Pour l’instant, cette disposition est valable jusqu’au
31 décembre 2005.
Une aide de l’ANAH
Si vous êtes propriétaire d’un logement de plus de 15 ans
(vous l’habitez ou vous le mettez en location), vous pouvez bénéficier d’une subvention de l’ANAH (Agence
Nationale pour l’Amélioration de l’Habitat) pour l’installation d’un système solaire combiné. Son montant est plafonné. Il varie en fonction de vos conditions de
ressources (propriétaire occupant), de la localisation du
logement et du futur montant des loyers (propriétaire
bailleur).
Vous pouvez également obtenir, si vous remplissez les
conditions d’attribution des aides ANAH, une prime
complémentaire de 1 800 €.
Ainsi, les aides actuellement disponibles réduisent
fortement le surcoût d’un système solaire combiné.
22
partout. Elle n’est pas polluante,
elle est inépuisable, son usage est
gratuit, elle est facile à transformer.
■ Le système solaire combiné
permet d’utiliser la chaleur produite par les capteurs solaires
pour une partie des besoins d’eau
chaude sanitaire et de chauffage
de votre habitation.
■ Jusqu’à 60 % de vos besoins
peuvent être couverts par un système solaire combiné.
■ Différents systèmes sont disponibles. Le plancher solaire
direct est à l’heure actuelle le plus
répandu en France. Des systèmes
différents sont maintenant disponibles sur le marché français.
■ Des professionnels compétents vous accompagneront pour
intégrer le solaire à votre projet de
maison.
■ Des aides financières vous
permettront de financer plus facilement votre installation
Crédits
Photos : Graphies : p.4, p.5 / ADEME : p.7, p.15h (R.Bourguet), p.15m, p.19 / Clipsol : p.9,
p.15b / Nils Larsson : p.8
Infographies : Graphies / Illustrations : Francis Macard
23
L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de
l’énergie est un établissement public sous la tutelle
des ministres chargés de la Recherche, de l’Écologie et de l’Énergie.
Acteur du développement durable, l’ADEME participe à la mise en œuvre des politiques publiques en
matière d’énergie et de protection de l’environnement. Elle intervient dans les domaines suivants : la
prévention de la pollution de l’air, la limitation de la
production des déchets, la maîtrise de l’énergie, la
promotion des énergies renouvelables, le traitement des sols pollués, la lutte contre les nuisances
sonores et le management environnemental.
Elle s’appuie sur un réseau de partenaires en
France et dans le monde.
Près de chez vous, trouvez des conseils pratiques et gratuits sur la maîtrise de l’énergie et
les énergies renouvelables. Vous pouvez agir simplement pour réduire vos factures et préserver
votre planète.
Et si vous voulez connaître l’adresse de l’espace
le plus proche de chez vous :
N° Azur (prix d’un appel local)
0 810 060 050
L’ADEME à votre service, c’est aussi :
Internet
www.ademe.fr
5622
Mars 2005
pour retrouver sur internet les guides de cette
collection.
Réalisation : Graphies www.graphies.com Imprimé avec des encres végétales sur papier certifié Écolabel Nordique
l'ADEME
Siège social : 2, square La Fayette - BP 406 - 49004 ANGERS cedex 01
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Download PDF

advertisement