You – 1/2015

You – 1/2015
YOU
1 / 2015
Grandir ensemble
Le CEO Eric Tveter parle des chances
et défis de l’organisation régionale
Autriche/Suisse
Petits et futés
Aux CoderDojos, les enfants
programment leurs propres jeux vidéo
Le magazine d‘entreprise de
upc cablecom et UPC Austria
Sélectionné pour vous
Organisation régionale
Un an après la création de l’organisation
régionale Autriche/Suisse, le CEO Eric
Tveter tire un premier bilan. Dans notre
grande interview, il parle des chances et des
défis qu’un tel changement entraîne.
Pages 6 à 8
Programmeurs juniors
Entretiens d’embauche
Stand Up !
Avec les CoderDojos de UPC Austria, les enfants et les adolescents peuvent apprendre les
bases de la programmation tout en s’amusant.
Pages 10 et 11
Chez upc cablecom, les candidats à un poste
peuvent démontrer leurs talents lors de
Casting Days. Ils doivent alors faire preuve de
créativité et d’engagement. Pages 22 et 23
upc cablecom est le sponsor principal de ce
nouveau spectacle comique où les artistes
connus comme les humoristes débutants ont
leur place. Pages 16 et 17
Traduction
Sarah Buchenhorner, upc cablecom, Zurich,
et Apostroph Luzern AG, Lucerne
Souhaitez-vous ne plus recevoir le magazine
ou le recevoir par voie électronique ? Dans
ce cas, il vous suffit d’envoyer un e-mail à :
[email protected]
Impressum
Éditeur upc cablecom Sàrl,
Corporate Affairs, Richtiplatz 5,
8304 Wallisellen, [email protected]
Twitter: @upcch_media
Rédaction Alison Ferguson (AF), Siegfried
Grobmann (SG), Daniela Heiniger (DH),
Brigitte Kalipcioglu (BK), Marc Maurer (MM),
Franz Menayo (FM), Michelle Moret (MMo),
Denise Remund (DR), Annette Schär (AS),
Julia Scheuchzer (JS), Bernard Strapp (BS),
Eric W. Zeller (EZ)
Images Daniel Hager, Kurt Keinrath,
Arsène Saheurs, Andrea Loru pour Accor,
Fotostudio Andorfer pour Accor, Ploner
Communications, Renato Richina, archives
UPC Austria, archives upc cablecom,
iStockphoto
Conception et traitement des images
Roger Kaufmann, Agentur Kaufmann, Kriens
PDF et magazine en ligne
upc-cablecom.ch/you
Impression Schmid-Fehr AG, Goldach
PERFOR MANCE
Tirage 10 550 exemplaires
Parution 2x par année, en allemand
et en français
Clôture de la rédaction 28 mai 2015
Par souci de clarté et de lisibilité des textes, la
forme masculine ou neutre a été choisie pour
ce magazine. Il va de soi qu’elle inclut toujours
la forme féminine.
neutral
Imprimé
01-15-603308
myclimate.org
éditorial
3
Chères lectrices, chers lecteurs,
En août, cela fera déjà un an que les deux filiales UPC Austria
et upc cablecom ont uni leurs forces pour donner naissance
à l’organisation régionale commune Autriche/Suisse. Les
deux sociétés, et surtout leurs collaborateurs, se sont ainsi
encore rapprochés.
Dans ce contexte, le magazine d’entreprise « YOU » est
publié pour la première fois dans les deux pays. Qu’il
s’agisse d’entretiens de fond, de reportages, de portraits ou de chiffres et faits, cette publication a autant
pour but d’informer que de divertir : par exemple,
dans une longue interview, le CEO Eric Tveter parle
des défis et des chances au sein de cette nouvelle
structure.
Une certitude : nos clients doivent
clairement profiter de notre collaboration renforcée.
En effet, Eric Tveter souligne que nous entendons
devenir le partenaire de divertissement numéro un dans
les deux pays. Comme le veut notre slogan « Plus de
performance, plus de plaisir », nous tenons à proposer
le meilleur du multimédia à nos clients, partout, n’importe quand et sur n’importe quel terminal.
Or, pour atteindre cet objectif ambitieux, la qualité est
primordiale au niveau des produits et des offres, mais
aussi du service clients. Dans les deux pays, nos collaborateurs font un excellent travail. Mais en tirant tous à
la même corde, nous pourrons aller encore plus loin.
Pedro Soler (à gauche)
Director Technical Helpdesk AT
UPC Austria
Tobias Bürgi (à droite)
Vice President Customer Operations
upc cablecom
4
clips
Un partenariat
fort
En avril, upc cablecom a commencé à sponsoriser le
cyclisme en tant que partenaire interactif du Tour de Romandie. upc cablecom business a par exemple mis toute
l’infrastructure de télécommunications à disposition de la
presse, de l’organisation et des partenaires de chronométrage, de même qu’un réseau WiFi gratuit dans les zones
VIP et dans le village du Tour. En tant que fournisseur
leader de communication et de divertissement en Suisse,
upc cablecom tient à garantir des performances de
pointe au quotidien et à soulever l’enthousiasme, comme
le font les cyclistes.
Accord avec
Sony
MyPrime offre plus de 12 000 séries, grosses
productions et classiques de Hollywood. Grâce
à l’accord passé il y a peu avec Sony Pictures
Entertainment, les clients de upc cablecom
peuvent regarder des films comme « Illuminati » ou
« Snatch » et des séries telles que « Breaking Bad »
ou « Damages ». Une grande partie de ces contenus
est proposée en exclusivité chez upc cablecom. De
plus, grâce à cet accord, les séries sont disponibles
plus longtemps que jusqu’ici. Les inconditionnels de
séries n’ont donc pas de souci à se faire. Et cette
coopération avec Sony n’a pas seulement été renforcée pour ce qui est de MyPrime, mais aussi des
grosses productions disponibles en location unique
avec OnDemand. Ainsi, les films sont disponibles
chez upc cablecom quelques mois seulement après
leur sortie au cinéma.
Le meilleur
employeur pour les
apprentis
UPC Austria a reçu deux distinctions prestigieuses dans le monde de la
formation. En effet, la ville de Vienne lui a remis le titre de « Meilleure
entreprise pour la formation d’apprentis ». Ce label de qualité, valable
quatre ans, honore les entreprises qui proposent aux jeunes des possibilités de formation particulièrement intéressantes. UPC a aussi été désignée
comme étant un excellent employeur pour les apprentis au Tirol. Ces deux
récompenses viennent souligner l’importance de la relève chez UPC.
clips
5
La Suisse numérique
Depuis le mois de mars, upc cablecom supprime peu à peu ses chaînes analogiques dans les différentes régions. La dernière d’entre elles sera le Tessin,
le 7 juillet 2015. Les clients de upc cablecom profitent donc désormais d’une
meilleure qualité de son et d’image, de nombreuses chaînes, mais aussi de
possibilités d’enregistrement. Pour 29.95 francs par mois, le raccordement
câblé 3 en 1 offre bien plus que 70 chaînes TV numériques, à savoir 170
stations de radio numériques, un raccordement Internet gratuit de 2 Mbit/s
et un raccordement téléphonique fixe. De plus, avec les apps upc Phone et
Horizon Go, les services sont aussi disponibles en déplacement. La première,
gratuite, permet à tous les clients d’être
joignables sur leur smartphone à leur
numéro fixe et avec les tarifs correspondants. Avec la seconde, les amateurs de
TV et de films peuvent regarder la TV sur
leur smartphone, tablette ou ordinateur,
chez eux comme en déplacement.
Offre mobile
pour tous
Depuis avril 2015, soit un an après son lancement, l’offre de téléphonie mobile
de upc cablecom est accessible à tous. Ainsi, il n’est plus nécessaire d’être au
bénéfice d’un autre abonnement du câblo-opérateur pour profiter de ces tarifs
avantageux et d’un service compétent. Les clients de upc cablecom ont toutefois un avantage significatif : un seul interlocuteur pour tous leurs produits.
UPC Austria, elle aussi, a lancé son offre de téléphonie mobile en décembre
2014. Depuis mai de cette année, ses tarifs comprennent un volume de données
encore plus important, encore plus de minutes gratuites et encore plus de
vitesse.
Durabilité
Cette année, Liberty Global, la maisonmère de upc cablecom et UPC Austria,
figure dans le Dow Jones Sustainability Index (DJSI), ou indice de durabilité. Elle fait
ainsi partie des entreprises de la branche
accordant le plus d’importance à cette
thématique.
Big Ride for Africa
En juin, pour soulever des fonds en faveur
des enfants africains, 25 collaborateurs
de UPC Austria et upc cablecom rallieront
Amsterdam à vélo au départ de Zurich ou
Cologne. upc cablecom avait déjà participé
l’année dernière à cette action. Douze cyclistes avaient alors relevé le défi et, avant
leur départ, réuni quelque 22 000 euros
pour la Lessons for Life Foundation.
UPC Austria et upc cablecom ont créé
un profil pour les dons sur la plateforme
www.justgiving.com/bigride15.
Chiffres trimestriels positifs
upc cablecom et UPC Austria ont toutes
deux connu un premier trimestre 2015
positif. En effet, pendant cette période,
upc cablecom a gagné 11 200 abonnés
pour atteindre un total de 2 605 200
unités. De même, elle a progressé dans le
domaine d’Internet (+ 10 500 abonnés).
Ce nombre plus élevé se reflète aussi dans
le chiffre d’affaires ; au premier trimestre
2015, celui-ci s’élève à CHF 330.8 millions,
soit une progression de CHF 16.0 millions
par rapport à la même période l’année
précédente. UPC Austria a également su
s’affirmer sur un marché exigeant au premier trimestre 2015. Son chiffre d’affaires
a ainsi augmenté de 1.4%. Le nombre total
de services est resté stable à environ 1.35
million.– BS –
6
organisation régionale
« Il est important de faire preuve de
respect et de compréhension mutuels »
Depuis le mois d’août 2014, UPC Austria et upc cablecom forment une organisation régionale
au sein de Liberty Global. Eric Tveter, CEO de l’organisation, nous parle des chances de
croissance de cette nouvelle entité et des défis humains qu’entraîne une culture d’entreprise
commune.
YOU : Eric, depuis août 2014, UPC Austria et upc cablecom
forment une organisation régionale commune de Liberty Global.
Après presque un an, quel est ton bilan ? Eric Tveter : Je suis
satisfait, nous sommes sur la bonne voie. Lors de la fondation
de notre organisation régionale commune en août 2014, nous
avons décidé d’intégrer complètement les deux entreprises pour
qu’elles bénéficient toutes deux du plus grand potentiel de croissance possible et connaissent ensemble encore plus de succès.
Quel est le potentiel des deux marchés ? Au total, nous
avons défini plus de 150 mesures et projets qui permettront
à notre organisation régionale de créer encore plus de valeur
ajoutée. Par exemple, en Autriche, le domaine commercial
recèle un potentiel énorme ; jusqu’à maintenant, les PME n’y
étaient pas vues comme un marché important. En Suisse, au
cours des trois dernières années, plusieurs centaines de PME
ont rejoint nos clients chaque mois ! Nous poursuivons le
même objectif en Autriche avec notre organisation de distribution, notre infrastructure et notre marketing. De plus, les
coopérations avec nos réseaux partenaires recèlent, elles
aussi, un grand potentiel. Ce modèle a déjà fait ses preuves
en Suisse et nous allons maintenant l’appliquer en
Autriche.
Et qu’en est-il du marché suisse ? Grâce au caractère innovant de nos produits, notre croissance a été importante au
cours des dernières années et nous avons pu changer de cap.
Or, pour continuer sur cette voie, nous devrons faire encore
plus d’efforts. Nous y parviendrons en associant nos clients
au développement de nos produits et en leur expliquant
mieux les avantages de nos produits existants. Je pense,
par exemple, à l’app Horizon Go, qui permet de regarder
des films et la TV en déplacement, sur un smartphone ou
une tablette. Notre vidéothèque MyPrime, avec son modèle
forfaitaire, est un autre exemple. Nous répondons ainsi aux
besoins croissants de nos clients.
Portrait
L’Américain Eric Tveter est CEO de upc cablecom depuis mai 2009 ;
depuis août 2014, il occupe également cette position au sein de l’organisation régionale Autriche/Suisse. Âgé de 56 ans, il a des origines norvégiennes et vit avec son épouse à Meilen, au bord du lac de Zurich.
À tes yeux, dans quels domaines l’organisation régionale
peut-elle encore croître ? Le domaine de la téléphonie mobile
devrait croître le plus fortement. L’an dernier, nous avons lancé
notre offre dans les deux pays. Nos plans tarifaires simples et
transparents convainquent de plus en plus de clients qui veulent
organisation régionale
7
Selon Eric Tveter, l’organisation régionale est sur la bonne voie
bénéficier de tous les produits auprès d’un seul fournisseur. En
Suisse, notre offre de téléphonie mobile est aussi disponible hors
de notre zone de couverture depuis la fin avril.
Était-ce la seule possibilité ? La direction ne prend jamais
de telles décisions à la légère. Ces mesures sont nécessaires
pour que notre succès se poursuive à long terme sur les deux
marchés. Nous allons continuer à investir dans l’infrastructure des deux pays et proposer les meilleurs produits et
services à nos clients.
La croissance n’a pas que des aspects positifs pour l’organisation régionale. En effet, d’ici à 2018, jusqu’à 250 postes
seront supprimés. Pourquoi
est-ce nécessaire ? Éliminer
Comment est l’ambiance
les doublons au sein de notre
chez les collaborateurs ?
Le domaine de la téléphonie
organisation nous permet de
Notre entreprise connaît
devenir plus efficaces, raison
actuellement un processus
devrait
pour laquelle nous devons
de changement. Depuis
supprimer jusqu’à 250 postes.
le début de l’année, nous
le plus fortement.
Néanmoins, ce chiffre pourrait
travaillons au sein d’une
être revu à la baisse si notre
organisation intégrée au
croissance se révèle plus
niveau international. Cela
importante que prévu. Nous
signifie que le supérieur
ferons bien évidemment tout notre possible pour que ces
de certains collaborateurs ne travaille dans le même pays
réductions se fassent par le biais de mesures et fluctuations
qu’eux. Les suppressions de postes ont mené à un sentiment
naturelles, comme les changements internes et les départs à
de grande insécurité ; de plus, tout ne fonctionne pas encore
la retraite anticipée. La plupart de ces mesures ont déjà été
à la perfection et de nombreux collaborateurs ont beaucoup
mises en place.
plus à faire. À nous tous de nous montrer positifs et ouverts
mobile
croître
8
organisation régionale
d’esprit. Les défis sont nombreux, qu’ils soient de nature
organisationnelle, humaine ou culturelle, et nous les prenons
très au sérieux. De nouveaux processus doivent être définis
et il faut du temps, de la patience ainsi que des efforts, de la
part des collaborateurs comme de la mienne.
Que veux-tu dire par là ? Ce n’est pas parce que deux pays
parlent la même langue que la mentalité est la même. La
distance géographique ne facilite pas les choses, même si
nous pouvons y remédier avec des moyens de communication comme les conférences vidéo. Par contre, les différentes
mentalités et manières de travailler représentent un défi
de taille et entraînent parfois des malentendus. Il est donc
capital de faire preuve d’ouverture d’esprit et de respect
mutuel.
Que fait la direction là-contre ? Des projets sont actuellement en cours pour créer une culture d’entreprise commune.
Je crois que nous devons encore mieux expliquer ce que nous
voulons atteindre et comment. Les supérieurs doivent se rapprocher de leurs collaborateurs et répondre à leurs questions.
Nous sommes en train de mettre en œuvre toute une série
de mesures à cet effet. Il nous faut faire preuve d’honnêteté
et de transparence, mais aussi nous montrer à l’écoute des
collaborateurs. Nous sommes une entreprise internationale
avec des mentalités et processus différents. Je pense qu’il
est important de ne pas vouloir imposer sa propre mentalité,
mais, au contraire, de faire preuve de respect et de compréhension et de chercher des points communs. Nous pourrons
ainsi viser le même objectif, à savoir connaître encore plus de
succès avec notre organisation régionale.
L’organisation régionale Autriche/Suisse
L’organisation régionale Autriche/Suisse, fondée en août 2014, est
sise à Wallisellen (ZH). Eric Tveter en est le CEO. La société emploie
plus de 2 500 collaborateurs dans les deux pays. En 2014, son
chiffre d’affaires s’est élevé à CHF 1.6 milliard (EUR 1.4 milliard).
Pour finir, une question personnelle. Quel pays préfères-tu,
la Suisse ou l’Autriche ? J’aime les deux. J’ai vécu et travaillé à
Vienne par le passé. Quand j’avais 20 ans, j’ai même fait du ski à
Zell am See et, entre-temps, je skie chaque année en Autriche.
Cependant, après New York, la Suisse est mon deuxième chezmoi depuis maintenant six ans. Ma femme y vit aussi et porte
une grande affection à votre pays. Mon fils s’apprête à déménager en Angleterre, mais il a vécu en Suisse jusqu’à récemment.
Ce que me plaît mieux en Autriche, c’est par exemple
l’ambiance après-ski. En Suisse, j’apprécie beaucoup
l’atmosphère unique des fêtes de lutte. – MM –
liberty global
9
Les ambassadeurs du
groupe Liberty Global
Qu’est-ce que le suisse a en commun avec le jamaïcain Usain Bolt et l’allemand Christian Ulmen ?
Ils officient tous en tant que représentants des marques de Liberty Global, la société-mère de
UPC Austria et upc cablecom. Un expert du domaine répond aux questions de YOU.
Carlos Leal pour upc cablecom et UPC Austria
Christian Ulmen pour Unitymedia
Alors que l’acteur Carlos Leal file en scooter dans la campagne de téléphonie mobile de UPC Austria et upc cablecom,
Usain Bolt, dans la pub britannique de Virgin Media, doit faire
face à des ratons laveurs qui veulent profiter de sa connexion
Internet. Enfin, Christian Ulmen, acteur, metteur en scène
et producteur, vante les mérites du monde numérique du
câblo-opérateur allemand Unitymedia. Harry de Haas, Vice
President Consumer Marketing chez Liberty Global, nous
explique ce dont il faut tenir compte dans ce contexte.
YOU : Pourquoi plusieurs filiales de Liberty Global engagent-elles des célébrités comme ambassadeurs ? Harry
de Haas : Avec des célébrités, les marques peuvent se
rapprocher de leurs clients. Bien évidemment, ces personnes
doivent aussi ajouter une nouvelle dimension à l’identité de la
marque et être appréciées du public-cible. Si ces conditions
sont réunies, cela peut avoir un effet certain, comme nous
l’avons vu au cours des dernières années sur les différents
marchés de Liberty Global.
Usain Bolt pour Virgin Media
Quels sont les critères indispensables pour un ambassadeur
d’une entreprise de Liberty Global ? Le premier est de
correspondre à la marque. Il est important que le public se
sentent proche de nos ambassadeurs. Ceux-ci doivent, en
outre, pouvoir parler avec crédibilité de nos produits et services. Ils doivent être clients de la marque régionale de Liberty Global et, évidemment, être à l’aise en face de la caméra
pour faire preuve d’authenticité et de naturel.
Quels sont les risques dont il font tenir compte ? Ils sont
assez simples à gérer. Par exemple, le contrat doit clairement
stipuler que l’ambassadeur n’a pas le droit de s’engager pour
des produits similaires de la concurrence. Il est également
important de spécifier quel type de comportement est
acceptable ou non en tant que partenaire de Liberty Global
et de définir un processus de communication en cas de
problème à ce niveau-là. Liberty Global travaille avec des
ambassadeurs de sa marque depuis 2007 et aucun incident
notable n’a eu lieu. – DH –
10
activités
CoderDojo : les programmateurs
de demain
Dans de nombreux pays d’Europe, les spécialistes en technologies de l’information et télécommunications commencent à faire cruellement défaut. Pour contrer cette tendance,
l’organisation régionale Autriche/Suisse de Liberty Global tient à encourager la relève et
soutient, entre autres, les CoderDojos. Ces clubs de programmation gratuits permettent
aux enfants d’apprendre à créer des jeux vidéo ou des sites Internet.
David, 12 ans, et ses amis se rendent chez UPC Austria pour
participer au CoderDojo « Vienna @ UPC » et peuvent à peine
contenir leur excitation. « Les jeux vidéo, on adore ! On aimerait
bien savoir comment ils fonctionnent. C’est pour ça que nous
allons au CoderDojo. »
En japonais, « dojo » signifie lieu d’entraînement. Un CoderDojo
est un club de programmation gratuit pour enfants et adolescents. « Nous avons rejoint la communauté mondiale née en
Irlande et mis sur pied notre premier club de programmation à
Vienne », explique Roland Bischofberger, Vice President Corporate Affairs et responsable Corporate Responsibility au sein de
l’organisation régionale Autriche/Suisse de Liberty Global. En
effet, dans le cadre de sa stratégie de Corporate Responsibility,
Liberty Global met l’accent, entre autres, sur la promotion de la
société numérique. Par exemple, les nouveaux médias doivent
être accessibles à tout un chacun. Les CoderDojos ont pour but
de montrer aux jeunes les possibilités qui s’offrent à eux dans ce
contexte et les motiver à en faire peut-être leur métier le jour
venu.
Safiya montre ce qu’elle a programmé avec Scratch
David, 12 ans, et son ami découvrent Scratch
900 000 spécialistes en TIC vont manquer
Selon les pronostics, jusqu’à 900 000 spécialistes en technologies de l’information et communication feront
défaut en Europe à l’horizon 2020*. upc cablecom et UPC Austria tentent d’y remédier de plusieurs manières.
Hormis les CoderDojos, la formation d’apprentis informaticiens et médiamaticiens joue un rôle très important
à leurs yeux. (*Source : https://ec.europa.eu/digital-agenda/en/grand-coalition-digital-jobs)
Le partenariat de Liberty Global avec CoderDojo
Depuis janvier 2014, Liberty Global sponsorise CoderDojo au niveau européen. Grâce à ce soutien, l’initiative
a pu s’étendre à toute l’Europe. Entre-temps, plus de 550 CoderDojos sont actifs dans 55 pays et de plus en
plus de jeunes ont la possibilité d’apprendre à coder dans un environnement sûr, social et créatif.
activités
11
One rule : be cool ! Les participants au CoderDojo, leurs mentors et, au centre, Brigitte Kalipcioglu,
responsable du CoderDojo « Vienna @ UPC »
One rule : be cool !
Une fois arrivés chez UPC, David et ses amis reçoivent un t-shirt
en guise de cadeau de bienvenue. Seule règle : be cool ! Une fois
tous les laptops allumés, la petite Safiya, 8 ans, nous montre ce
qu’elle a programmé la dernière fois pour que les nouveaux venus
se fassent une idée du langage de programmation Scratch. En
vraie professionnelle, Safiya assiste à tous les cours en compagnie de sa grande sœur Anousha. « J’ai programmé une scène
avec des danseuses dont les costumes changent quand elles
bougent. Ma sœur m’a aidée », explique-t-elle pleine d’enthousiasme.
Scratch permet aux enfants de découvrir la programmation
Brigitte Kalipcioglu, manager Corporate Responsibility et
responsable du CoderDojo « Vienna @ UPC », se sert d’un
projecteur pour montrer comment programmer un jeu avec
deux personnages. Les enfants peuvent tout de suite développer leur propre jeu. Au CoderDojo, les mentors jouent un
rôle prépondérant. Il s’agit majoritairement de collaborateurs
de UPC Austria qui ont suivi une formation préalable et qui
peuvent ainsi répondre aux questions des enfants et les aider
à mettre en pratique leurs idées.
Magiciens et chauves-souris
Après deux heures, les enfants présentent leurs projets.
Le public se montre enthousiaste et ne manque pas de les
applaudir. David est lui aussi tout fier : « J’ai programmé une
forêt avec deux chauves-souris qui volent. Il y a aussi un
magicien que je fais bouger avec les touches fléchées. Il doit
éviter les chauves-souris ; sinon, il perd des vies. Quand il
n’en a plus, le jeu est fini. »
L’apprentissage de l’informatique est aussi important pour
les filles que pour les garçons, mais, au CoderDojo, elles sont
nettement moins nombreuses. David nous donne son avis
sur la question : « Bien sûr que les filles devraient aussi
apprendre à programmer ! Peut-être qu’elles voudront
devenir designers d’interfaces web. Ces connaissances sont
importantes pour plein de métiers. » Avec les CoderDojos,
UPC continuera donc à s’engager pour que les garçons
comme les filles puissent avoir un aperçu du monde
passionnant de la programmation. – BK –
12
activités
Safer Internet Day : l’Internet en
toute sécurité
À l’occasion du Safer Internet Day de février 2015, upc cablecom et UPC Austria
ont organisé plusieurs événements sur le thème des compétences médiatiques et
de la sécurité en ligne. Philipp Ploner, spécialiste en compétences médiatiques, répond
aux questions les plus fréquentes.
Comment soutenir les enfants et les jeunes dans leur utilisation d’Internet ? Les parents devraient parler avec leurs
enfants des dangers, mais aussi des possibilités qu’offre
Internet. Interdire Internet ou les réseaux sociaux n’a aucun
sens. En effet, les enfants s’y connectent alors souvent
en secret, sans que les parents puissent
faire quoi que ce soit. Il vaut mieux
définir des règles claires et ne pas
craindre d’aborder le sujet.
Que faire lors de cybermobbing ?
Le harcèlement en soi n’a rien de nouveau, mais il a atteint
une nouvelle dimension depuis l’avènement des réseaux
sociaux. Personne n’est à l’abri. Le cas échéant, il est
capital de tout documenter, par exemple avec des captures
d’écran. De plus, il ne faut jamais répondre ; mieux vaut
ignorer les attaques et s’adresser à une personne de
confiance pour y faire face.
Comment se comporter sur les réseaux sociaux ?
Il faut bien réfléchir au type d’informations personnelles
que l’on souhaite rendre publiques. Attention, l’Internet
n’oublie rien. Enfin, sur les réseaux sociaux aussi, la politesse et la sympathie ne sont pas de vains mots, bien au
contraire !
Comment protéger sa sphère privée ?
Il est très important de modifier régulièrement ses mots de passe et de ne pas les
communiquer à des tiers. Lorsque vous
vous connectez à un ordinateur qui n’est pas
le vôtre, n’oubliez pas de vous déconnecter.
Comment se protéger du harcèlement
sexuel ? Les enfants et les jeunes doivent
connaître les dangers d’Internet, sans oublier
l’aspect sexuel. La règle d’or : lorsque l’on fait la
connaissance d’une personne en ligne et qu’on
lui fixe ensuite rendez-vous, ne jamais y aller seul
et convenir d’un lieu public. – BK –
Philipp Ploner
Philip Ploner est le fondateur et le directeur de l’agence viennoise
Ploner Communications, spécialisée dans le marketing en ligne.
Philip Ploner et ses collègues se sont rendus dans les boutiques
UPC d’Autriche lors du Safer Internet Day 2015 pour y répondre aux
questions sur le thème des nouveaux médias.
Plus d’informations sur la sécurité
en ligne sont disponibles ici :
upc.at/kindersicher
upc-cablecom.ch/jeunesetmedias/
projuventute.ch
hier
13
Il était une fois...
1959, les débuts de la TV analogique
en Autriche et en Suisse
En 1959, lorsque Rediffusion, comme s’appelait alors
upc cablecom, demanda le renouvellement de sa concession
auprès de la Confédération, elle reçut également l’autorisation de diffuser la télévision câblée en plus des six programmes radio à haute fréquence. Cela marqua les débuts
de la télévision analogique. Rediffusion pouvait se servir de
son réseau de l’époque, qu’elle avait construit une trentaine
d’années auparavant. Il suffisait de le moderniser un peu et
tester la qualité de la transmission des images TV. Les techniciens connectèrent alors 260 foyers en ville de Zurich dans
le cadre d’un test. Les ingénieurs passèrent plus de temps
sur la nouvelle installation ; en effet, un grand savoir-faire,
mais aussi une certaine créativité étaient nécessaires pour
garantir une réception sans faille. Ce fut chose faite deux
ans plus tard et l’entreprise lança alors officiellement sa
première offre de TV câblée à Zurich, à savoir deux chaînes
en noir et blanc.
D’autres villes vinrent s’y ajouter au cours des années suivantes. En outre, le nombre de programmes passa à six et
la TV en couleur devint de plus en plus courante. Certains
événements, comme l’atterrissage sur la Lune en 1969,
commencèrent à être retransmis et donc vus par un très
grand nombre de téléspectateurs. Dès les années 80,
des récepteurs satellite modernes permirent de regarder
de plus en plus de chaînes étrangères. Enfin, en 1999,
upc cablecom lança son offre de TV numérique. On put
alors imaginer ce qui allait devenir réalité en 2015, à savoir
la fin de la TV analogique, après des décennies de bons
et loyaux services.
L’évolution fut semblable en Autriche : là-bas aussi,
des ingénieurs posèrent les bases de la TV analogique en 1959 et installèrent des antennes relais
pour que les chaînes suisses et allemandes
soient disponibles en plus des chaînes nationales. UPC fit elle aussi figure de pionnière
en lançant la TV numérique en 2001.
Les téléspectateurs furent vite
conquis par le nombre plus important de chaînes et les
services interactifs.
Un grand savoir-faire était nécessaire pour garantir une
réception sans faille
Au cours des années, la TV analogique devint peu à peu
obsolète. Ainsi, UPC Austria a elle aussi réduit son offre
analogique l’année dernière et mise sur le numérique, qui
fera aussi bientôt office de standard pour les téléspectateurs
autrichiens. – AS –
14
organisation régionale
L’alliance de la suissitude et
des charmes autrichiens
La collaboration renforcée entre upc cablecom et UPC Austria se ressent aussi dans
le contact direct avec les clients. Le meilleur exemple est l’ouverture d’un call center
commun à Graz, en Autriche.
Lorsqu’un client suisse compose le 0800 66 88 66 en raison
d’un problème technique, il se peut très bien qu’un agent
au charmant accent autrichien lui réponde. Dans ce cas,
son appel a été transmis au centre d’aide technique de
upc cablecom et UPC Austria à Graz.
Jeunes et très motivés
Depuis début mars 2015, quelque 17 jeunes agents motivés
répondent aux appels des clients suisses, mais sont basés
dans la capitale régionale du Steiermark. Chez les collaborateurs comme chez les clients, ce projet reçoit un écho très
positif. La nouvelle équipe, placée sous la responsabilité de
l’Autrichienne Birgit Burgstaller, est composée de collaborateurs de UPC Austria et de jeunes spécialistes nouvellement
recrutés.
Une meilleure compréhension grâce aux films suisses
Les collaborateurs ont acquis des connaissances approfon-
L’équipe de Graz avec Birgit Burgstaller (5e depuis la droite), le chef d’équipe Paul Müller (3e depuis la droite),
Pedro Soler (2e depuis la droite) et Michael Egger (tout à droite).
organisation régionale
15
L’équipe de Graz répond aussi aux appels de Suisse.
dies des produits de upc cablecom lors de visites au siège
principal à Wallisellen, mais aussi de formations données
par des spécialistes suisses à Graz. Des films tels que « Ein
Schweizer namens Nötzli », « À vos marques, prêts, Charlie ! »
ou « Les Mamies ne font pas dans la dentelle » ont permis
aux collaborateurs de se faire une première impression des
clients suisses alémaniques. Quelques malentendus culturels
et linguistiques ont tout de même eu lieu (voir encadré).
Une expérience positive pour tous
Trois mois après le début de la collaboration, l’expérience
s’avère positive pour tous. C’est aussi ce que confirment les
deux responsables du projet, Pedro Soler (UPC Austria) et
Christian Steinmann (upc cablecom) ; les collaborateurs sont
motivés et n’ont pas hésité à échanger leurs connaissances.
L’aspect interculturel est lui aussi passionnant. Les réactions
des clients vont dans le même sens. L’association des caractéristiques suisses et du charme autrichien semble donc
fonctionner à merveille. Michael Egger, responsable opérationnel chez upc cablecom, en atteste lui aussi : « L’équipe
de Graz nous apporte un soutien précieux. Notre étroite
collaboration se passe très bien ! » – EZ –
Pièges interculturels
Les projets internationaux mêlant plusieurs langues et
plusieurs cultures recèlent un potentiel de malentendus
plutôt élevé, comme ce fut le cas lors des formations
réunissant les agents autrichiens et les experts suisses
de upc cablecom...
Bien que la langue soit (presque) la même, nos collègues
autrichiens ont eu parfois de la peine à comprendre l’accent et la prononciation des clients suisses alémaniques,
ce qui a mené à quelques malentendus plutôt amusants...
C’est bon, ou bien ? L’expression « oder », à savoir
« ou bien », a par exemple provoqué quelques surprises.
Ainsi, les Suisses semblent ponctuer chaque phrase de
cette expression, qu’il s’agisse d’une question ou d’une
remarque et au début, les Autrichiens ne savaient pas
toujours comment réagir.
Les réactions des clients sont elles aussi surprenantes.
Ils se renseignent ainsi souvent sur l’origine de leur
interlocuteur. Lorsqu’ils apprennent qu’il s’agit d’un
agent autrichien, ils lancent souvent un « Das isch guet »
approbateur.
16
people
Le meilleur de la comédie
avec « Stand Up »
upc cablecom sponsorise le spectacle « Stand Up! ». Des comiques débutants, mais
aussi plus célèbres, y font rire le public. Ce spectacle est également disponible sous forme
d’épisodes en exclusivité sur MyPrime.
Heureux après une première vraiment réussie :
les comiques du premier spectacle en
compagnie de Johnny Fischer, qui a animé
la soirée.
« Pour ceux qui ne me connaissent pas, je représente 70% du
Duo Divertimento ». La première blague du comique Johnny
Fischer est aussi la première d’un nouveau format ayant pour
but de faire rire la Suisse au théâtre et devant le petit écran.
« Stand Up ! », c’est à chaque fois trois comédiens. Le premier
est de renommée internationale, le second est suisse et le
troisième débute dans le milieu. Ils ont chacun 20 minutes pour
faire rire.
Depuis la première au Bernhard Theater de Zurich à la mi-avril,
deux autres spectacles ont eu lieu à guichets fermés. Cerise
sur le gâteau, ils sont disponibles en exclusivité sur MyPrime
quelques semaines après la représentation. Les deux premiers
font déjà partie des contenus les plus populaires de la vidéothèque MyPrime, qui comprend plus de 12 000 titres. D’autres
représentations auront lieu en automne. Vous trouverez plus
d’informations sur le site Internet sit-down.ch. – BS –
upc cablecom soutient la
culture suisse
upc cablecom ne sponsorise pas seulement le
spectacle « Stand Up ! ». En effet, la comique
et ex-Miss Suisse Stéphanie Berger peut aussi
compter sur le soutien de l’opérateur dans le
cadre de sa tournée actuelle. Le Zurich Film Festival fait également partie des rendez-vous fixes,
car upc cablecom en est le sponsor principal
depuis des années. De plus, l’entreprise s’engage
aussi en faveur d’événements tels que le festival
humoristique d’Arosa ou JazzAscona.
people
Le comédien et animateur radio Stefan
Büsser est bien connu des amateurs du
genre. Avec son bagou et sa sympathie,
il n’a aucune peine à conquérir le public.
17
Le comédien allemand Pu a donné le meilleur de
lui-même malgré une situation difficile en Suisse
(« Il y a deux semaines, lors de ma première visite
en Suisse, j’ai été tellement choqué par les prix que
cette fois, j’ai pris assez de nourriture dans des
Tupperwares pour deux jours. »).
Pour le nouveau venu Johnny Burn, c’est
sa première fois sur scène sans guitare. Il
parle de sa vie entre le sud-est asiatique
et le sud-est de Malters, près de Lucerne.
Après des débuts quelque peu nerveux, il a
réussi à convaincre les spectateurs.
18
câble
Ernst Merki : « Les clients ne
peuvent que profiter »
Au 1er janvier 2015, upc cablecom a repris Telekabel Arbon SA, Schefer SA et Grischa Vision SA,
toutes trois filiales de Komtech SA. Ainsi, les quelque 23 000 clients profiteront de produits
et services attrayants dans le domaine des télécommunications et du divertissement. Franz
Menayo, de upc cablecom, et Ernst Merki, copropriétaire de Komtech SA, sont allés boire un
café après la vente.
Comme tous les matins, Ernst Merki arrive au bureau et salue
ses collègues. Pas une feuille de papier ne traîne sur son
bureau. Un homme pour qui la structure et l’ordre sont primordiaux, ce qui se reflète aussi dans sa manière de travailler.
Toute sa vie, Ernst Merki était au bon endroit au bon moment
et a su profiter des opportunités. Il a souvent écouté son
instinct. Actif dans la branche depuis 33 ans, il est connu
comme le loup blanc. Sa formation d’installateur radio/TV
lui a souvent servi. En résumé, un homme d’affaires
qui a su gravir les échelons. Depuis 2003, il
est copropriétaire, aux côtés de Dominik
Schenkel, de Komtech SA, qui englobait les
trois câblo-opérateurs Telekabel Arbon
SA, Schefer SA et Grischa Vision SA.
Quelque 23 000 clients profitent de
ses services dans les domaines de la télévision numérique, de
la téléphonie et d’Internet. Dominik Schenkel et Ernst Merki
ont décidé de vendre à upc cablecom l’intégralité des actions
des trois câblo-opérateurs.
La meilleure solution
Komtech SA entretenait un partenariat de longue date avec
upc cablecom. Aux yeux d’Ernst Merki, la vente
représente la meilleure solution.
« Il y a quelques temps,
je suis allé tâter
le terrain chez
upc cablecom »,
explique-t-il. Les
négociations
Franz Menayo,
upc cablecom (à gauche)
s’entretient avec
Ernst Merki (à droite)
câble
19
Pour rester dans la course, il faut investir ou vendre
un partenaire compétent
contractuelles eurent lieu sous
son réseau à
la responsabilité de Dominik
Schenkel. Autour d’un café,
capable de faire
Ernst Merki nous parle de sa
carrière. Des longues phases
upc cablecom
de négociation et du sentiment
de satisfaction quand naissait
une collaboration. C’est le
sentiment qui l’habite actuellement. « Ma stratégie commerciale vise le gain. Il n’y a que peu de place pour les émotions »,
déclare-t-il. Sa passion pour son métier résonne dans chacune
de ses phrases. Ainsi, il sait rester objectif : « Cette vente n’apporte que des avantages à nos clients. Le marché des télécommunications est très dynamique. Le comportement des gens a
changé, ils veulent être joignables partout et tout le
temps. Dans le domaine de la TV numérique,
la concurrence est vraiment forte.
Pour rester dans la course, il faut
investir ou vendre son réseau à un
partenaire compétent capable de
faire le poids face à la concurrence, comme upc cablecom »,
le poids face à la concurrence, comme
explique-t-il. Lors de la vente de son entreprise, une chose était
capitale à ses yeux : « Je voulais que les collaborateurs soient
encore employés chez Komtech SA. »
Investir dans l’avenir
« upc cablecom est le plus grand câblo-opérateur de Suisse
et dispose d’un excellent service clients. Les clients ne
peuvent donc que profiter », Ernst Merki en
est certain. upc cablecom peut garantir
des investissements à long terme dans
ses produits et son réseau câblé en
fibre optique. Elle propose ainsi ses
produits modernes et performants
à des prix intéressants. – FM –
Ernst Merki
Nom : Ernst Merki
Formation : installateur radio/TV, formation continue
dans le domaine commercial, actif dans la
« branche du câble » depuis 1982
Hobbies: football, tennis et, depuis peu, golf
20
partenaires
Un service de première classe
pour nos clients Business
Dans le domaine B2B, les formules sur mesure sont d’une importance capitale. L’année
dernière, UPC Austria a équipé 26 hôtels du Groupe Accor. Un succès né de l’union
entre une infrastructure réseau fiable et un grand savoir-faire.
Lors d’un week-end prolongé, d’un voyage d’affaires ou d’un
congrès, plus personne ne veut renoncer à Internet à l’hôtel, que
ce soit pour partager des photos des monuments locaux, lire ses
e-mails ou s’informer par les médias en ligne. Et ce, de préférence en position allongée sur son lit, grâce à un WLAN rapide.
Avec UPC Business, c’est possible et ce n’est pas tout. Ainsi, le
Groupe Accor, dont font partie, pour n’en citer que quelquesunes, les marques Ibis, Mercure et Novotel, a décidé d’équiper
26 hôtels autrichiens avec les formules globales de UPC. Les
clients du groupe en Autriche bénéficient ainsi notamment d’un
WLAN rapide et surfent sur l’un des réseaux les plus modernes
d’Europe. Le WLAN représente de plus en plus un facteur décisif
pour le choix d’un hôtel.
UPC répond à cette demande grâce à son réseau câblé
en fibre optique et permet aux établissements équipés de
rendre leur offre encore plus concurrentielle.
Un excellent service à toute heure
Avec UPC Business, Accor bénéficie de tous les services auprès d’un seul interlocuteur. Ainsi, les hôtels n’ont à se soucier de rien, car toutes les prestations sont fournies par UPC
dans le cadre d’un contrat de sécurité gérée. UPC Business
garantit la surveillance du réseau, la gestion du pare-feu, les
mises à jour et les tests de sécurité ainsi qu’une assistance
immédiate en cas d’urgence, 24 heures sur 24 et 7 jours sur
7. L’infrastructure, reliée au réseau Fiber Power de UPC, est
donc toujours à la pointe de la modernité. Frank Schedler,
Director IT Central Europe chez Accor et responsable de
la mise en œuvre sur les sites autrichiens, se montre très
satisfait de ce partenariat : « Nous avons choisi UPC Business
car une connexion Internet fiable et des services de sécurité
complets sont des conditions importantes pour que tout se
passe bien dans nos hôtels. Nos établissements se servent
des formules et services de UPC Business pour communiquer
entre eux et offrir à leurs clients un accès à Internet rapide,
fiable et modulable. »
Un succès international
Cela fait bientôt neuf mois que UPC Business est chargée
du suivi des 26 hôtels Accor. Par ailleurs, elle a déjà été
mandatée pour équiper deux établissements de plus. Accor
a aussi mené des enquêtes auprès d’hôtels dans des pays
tels que la Hongrie ou la Slovaquie pour savoir si de telles
solutions étaient souhaitées. En Suisse aussi, les produits et
prestations de upc cablecom sont très populaires auprès
des hôteliers. Ainsi, plus d’une centaine d’établissements
font confiance à upc cablecom business, dont le célèbre
Schweizerhof à Lucerne. Depuis deux ans, les clients
internationaux de cet hôtel au cœur de la Suisse
peuvent ainsi regarder leurs chaînes TV favorites.
Un soutien commercial correspondant fait aussi
partie du service, une évidence dans le cadre
d’un partenariat de longue date. – BS –
partenaires
21
22
reportage
Les Casting Days, une nouvelle
manière de recruter des talents
Les émissions de télé-crochet, ou castings, telles que « Nouvelle Star » ou « The Voice »
sont devenues très populaires au cours des dernières années. Elles ont déjà révélé de
nombreux talents. Serait-ce aussi un moyen de trouver des nouveaux collaborateurs
motivés et compétents ? upc cablecom a décidé de tenter l’expérience et organise
donc ses propres Casting Days.
À la base, le verbe anglais « to cast » signifie attraper ou pêcher.
Aujourd’hui, ce terme est utilisé dans le monde du spectacle pour
désigner l’attribution d’un rôle. Dans les innombrables émissions
de casting produites dans le monde entier, il s’agit donc d’aller à
la pêche aux talents.
C’est aussi ce que fait upc cablecom depuis près d’un an.
Ainsi, tous les mois, l’entreprise organise des Casting Days
pour pourvoir ses postes dans ses boutiques et call centers.
« Au cours des derniers 15 Casting Days, nous avons pourvu
une centaine de postes », explique Selma Araz, responsable
des Casting Days chez upc cablecom. Cerise sur le gâteau :
« Ces journées sont aussi divertissantes pour nous que pour
les candidats. »
Des défis au lieu d’entretiens d’embauche
Contrairement aux entretiens d’embauche classiques, les
Casting Days consistent en défis qui permettent aux candidats de convaincre l’entreprise de leurs talents. « En outre, ils
en apprennent plus sur nous en tant qu’employeur, mais en
s’amusant. »
Au fait, comment se passent ces journées ? Les candidats
ont-ils tous le trac ? Et que pensent-ils de cette forme de recrutement ? YOU a suivi les participants pendant une journée
pour en savoir plus.
Quatre candidats, un même objectif
Alban, Claudio, Jale et Bruno, nos quatre candidats, ne pourraient
être plus différents : âgés de 20 à 38 ans, ils sont d’origines
diverses et leur expérience varie elle aussi fortement. Cependant,
ils ont un objectif commun : décrocher un emploi à la boutique
upc cablecom du Limmatquai à Zurich.
Le Casting Day comprend trois défis et la journée commence
à 8 h 30 par les présentations. Alban est d’accord de porter un
moniteur cardiaque pour les besoins de notre enquête. Âgé de
22 ans, il travaille actuellement chez Gamestop, un magasin de
jeux vidéo. Il cherche un nouvel emploi et a la ferme intention
de gagner les défis. Son pouls s’élève déjà à 103 battements par
minute ; au repos, la moyenne est de 70 à 80 battements par
minute pour un homme de son âge. Sa nervosité et son pouls
augmenteront-ils tous deux au cours de la journée ?
Lors des Casting Days, les candidats doivent convaincre le jury de leurs capacités
reportage
La nervosité se fait sentir
Le premier défi commence : les candidats doivent choisir un objet
dans une boîte, puis le vendre. Cela semble simple, mais c’était
compter sans la cliente... Jouée par une collaboratrice, elle se
montre tour à tour impatiente, malpolie, très bavarde ou plutôt
pingre. Claudio se lance et essaie de vendre une guitare à la
cliente impolie. Or, elle n’aime ni la couleur, ni l’instrument en luimême. Claudio garde son calme et arrive à lui vendre la guitare
comme support à boissons. Alban parvient lui aussi à ses fins,
mais sa sérénité a quelque peu diminué ; avec un pouls de 118, sa
nervosité se ressent.
Dans le cadre du deuxième défi (« live performance »), les candidats doivent noter les principales informations récoltées au cours
d’un entretien avec un client. Les documents se remplissent
à vue d’œil. Le pouls d’Alban redescend à 103, preuve que la
concentration a pris le dessus.
Enfin, le troisième défi consiste en un travail de groupe. Les participants doivent ainsi interpréter deux des valeurs d’entreprise
de upc cablecom à leur façon. Le résultat s’avère convaincant
23
et Alban, Claudio, Jale et Bruno présentent un tableau sur lequel
figurent de nombreux termes qu’ils associent à upc cablecom.
La décision tombe lors du « recall » : pour qui l’aventure
continue-t-elle ? Qui a su convaincre le jury, composé de
collaborateurs des ressources humaines et des supérieurs
potentiels ? La tension monte en même temps que le pouls
d’Alban, qui affiche 124 pulsations par minute. La journée
se finit en beauté pour les quatre candidats, qui sont tous
conviés à un entretien individuel.
Une forme de recrutement efficace
Les candidats s’accordent pour dire que ce processus de recrutement est inhabituel, mais moderne et innovant. « Pour les postes
avec des contacts avec la clientèle, c’est l’idéal », affirme Alban.
« Ce ne sont pas juste les notes ou les certificats qui comptent,
mais aussi la personnalité des candidats », selon Claudio, « et
c’est eux qui enthousiasment les clients. » YOU remercie les candidats au Casting Day pour leur participation et leur ouverture
d’esprit. Nos offres d’emploi et des informations sur les Casting
Days sont disponibles sur upc-cablecom.ch/jobs. – DR –
De très bonnes prestations
pour un super prix, presque
aucun dérangement, un
service clients très compétent
et sympathique.
Erika N., Ziefen.
Plus de performance, plus de plaisir.
Was this manual useful for you? yes no
Thank you for your participation!

* Your assessment is very important for improving the work of artificial intelligence, which forms the content of this project

Related manuals

Download PDF

advertisement